Vous êtes sur la page 1sur 2

DÉCONCENTRATION ADMINISTRATIVE

La déconcentration administrative : processus accompagnant le chantier de la régionalisation


avancée

En application des Hautes instructions Royales qui mettent la déconcentration au cœur des priorités
et exhortent les pouvoirs publics à renforcer davantage le processus de la déconcentration
administrative en vue d’accompagner la nouvelle dynamique que connait la Région, les efforts
déployés en matière d’organisation des services se dirigent vers une mutation profonde de
l’organisation des services de l’Etat au niveau territorial, un changement qui mettra l’accent sur le
territoire par le renforcement du processus de la déconcentration administrative œuvrant à
construire un administration régionale forte par ses compétences, ses moyens et ses ressources, et
qui devra, in fine, accompagner le chantier de la régionalisation qui rend de la décentralisation un
outil efficace pour le développement économique et social.

Vers une nouvelle vision de l’Administration déconcentrée

Eu égard aux mutations sociales, économiques et juridiques qu’a connues le Royaume, l'organisation
décentralisée a connu une évolution notable marquée, récemment, par la publication de la loi
organique n ° 111.14 relative aux Régions, la L.O n ° 112.14 relative aux Préfectures et Provinces et la
L.O n ° 113.14 relative aux Communes.

Il est à signaler que l’étendue du champ des pouvoirs conférés aux collectivités territoriales, en
particulier au niveau régional, et eu égard aux ressources financières humaines mises à leurs
dispositions, cela interpelle les pouvoirs publics à mettre en place une nouvelle vision de
l'intervention de l'Etat, au niveau territorial, par les biais de ces services déconcentrés, sous la
supervision et la coordination du représentant de l’Etat au niveau local.

Pour atteindre cet objectif, il est devenu nécessaire, par la convergence des efforts des départements
ministériels, de revoir le contexte actuel de la déconcentration administrative et de mettre en place
une nouveau cadre d’une Administration déconcentrée basé sur la notion de l’efficacité et
l’efficience, permettant, in fine, d’aboutir au changement souhaité dans le cadre d'une politique
volontariste, inclusive et harmonieuse.

Dans ce contexte, le Gouvernement a établi une nouvelle vision de l’Administration déconcentrée qui
permettra de répondre aux objectifs suivants :

(a) le renforcement de l'efficacité de l'Administration déconcentrée, en améliorant les relations vis-à-


vis de ces Administrés (relation Administration- Citoyen) ;

(b) l’assistance, appui et conseil aux élus locaux (relation Administration - Elus) ;
(c) la mise en place des politiques publiques intégrées et efficaces en mesure de réaliser la cohérence
et la synergie nécessaire entre les politiques publiques (relation Administration - Administration).

A cet égard, la nouvelle conception de l’Administration déconcentrée vise à mettre en œuvre les
dispositions de la nouvelle Constitution (Juillet 2011) qui rend du niveau régional le niveau éminent
pour élaborer les programmes de développement et le cadre idéal pour clarifier les relations entre
les différents acteurs locaux.

Sur la base des principes énoncés et des directives Royales, les principaux axes de la nouvelle
conception de l’Administration déconcentrée peuvent être résumés comme suit :

Clarifier le rôle des administrations centrales qui devront se limiter à la conception, la


programmation, l'orientation, l'évaluation et le suivi de la performance des services déconcentrés,
ainsi que la préparation des textes législatifs et réglementaires (principe de subsidiarité) ;

Accompagner la réforme en cours en mettant l’accent sur le niveau régional en tant que cadre
approprié pour harmoniser les politiques publiques et niveau éminent pour la programmation des
projets interministériels. Les administrations provinciales s’acquitteront de la mission d’exécution
des politiques publiques et de réalisation des projets et programmes, ainsi que l'assistance et l’appui
technique au profit des collectivités territoriales ;

La possibilité de regrouper les missions similaires, compatibles ou complémentaires, à travers la


création de structures régionales fortes en mesure de réaliser des projets régionaux exigeant
l’implication des plusieurs services ministériels installés au même niveau territorial ;

Clarifier le champ d’intervention et les articulations entre les différents acteurs au niveau territorial
(Administrations centrales et services déconcentrés, autorités locales...) et ce par le biais de la
délégation de pouvoirs de décision, en mettant l’accent sur la coordination des activités des services
déconcentrés afin d'assurer l'unicité de l’action de l'Etat au niveau régional.