Vous êtes sur la page 1sur 666

Cours d’analyse pour la licence et le Capes

Jean-Étienne ROMBALDI

26 avril 2018
ii
Table des matières

Avant-propos ix

I Généralités 1
1 Le corps R des nombres réels 3
1.1 Construction de R à l’aide des suites de Cauchy de nombres rationnels . . . . . 3
1.2 La propriété de la borne supérieure . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6

2 Quelques inégalités classiques 13


2.1 Exercices classiques et moins classiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13
2.2 L’inégalité de Cauchy-Schwarz . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18
2.3 Inégalité de Bernoulli . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21
2.4 L’inégalité de Cauchy . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22

II Suites et séries numériques 27


3 Suites réelles ou complexes 29
3.1 Prérequis . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29
3.2 Généralités sur les suites réelles ou complexes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29
3.3 Suites convergentes ou divergentes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32
3.4 Valeurs d’adhérence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42
3.5 Le critère de Cauchy . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46
3.6 Opérations sur les suites convergentes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 48
3.7 Comparaison des suites . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 52
3.8 Suites monotones . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 53
3.9 Suites adjacentes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 60
3.10 Le théorème de Césaro . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 70

4 Développement décimal d’un réel 79


4.1 Nombres décimaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 79
4.2 Approximations décimales des réels . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 80
4.3 Une caractérisation des nombres rationnels . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 86

5 Accélération de la convergence des suites réelles 89


5.1 Vitesse de convergence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 89
5.2 Accélération de la convergence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 97
5.3 Méthode d’accélération d’Aitken . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 101
5.4 Méthode d’accélération de Richardson . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 107

iii
iv

6 Séries réelles ou complexes 115


6.1 Généralités sur les séries réelles ou complexes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 115
6.2 Séries convergentes ou divergentes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 115
6.3 Séries alternées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 127
6.4 Séries absolument convergentes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 129
6.5 Séries à termes positifs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 136
6.6 Produit de deux séries . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 158
6.7 Séries doubles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 161
6.8 La transformation d’Abel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 164
6.9 Exemples de séries approximant π . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 168
6.10 Produits infini . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 169
6.11 Exercices supplémentaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 176

III Fonctions numériques 185


7 Généralités sur les fonctions numériques 187
7.1 Notions de base sur les fonctions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 187
7.2 Fonctions bornées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 188
7.3 Fonctions monotones . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 189

8 Limites finies en un point 193


8.1 Points adhérents à une partie non vide de R . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 193
8.2 Limite finie en un point d’une fonction réelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 194
8.3 Limites à gauche ou à droite des fonctions réelles . . . . . . . . . . . . . . . . . 198
8.4 Opérations algébriques sur les limites finies . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 199
8.5 Limite en un point d’une composée de fonctions . . . . . . . . . . . . . . . . . . 201
8.6 Limites en un point des fonctions monotones . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 202
8.7 Le critère de Cauchy . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 202

9 Limites à l’infini d’une fonction 205


9.1 Limite finie en −∞ ou +∞ d’une fonction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 205
9.2 Opérations algébriques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 209
9.3 Limite à l’infini d’une composée de fonctions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 210
9.4 Limites à l’infini des fonctions monotones . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 211
9.5 Le critère de Cauchy . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 212

10 Limites infinis 213

11 Continuité des fonctions d’une variable réelle 215


11.1 Continuité en un point . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 215
11.2 Définition séquentielle de la continuité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 219
11.3 Prolongement par continuité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 222
11.4 Continuité et opérations sur les fonctions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 222
11.5 Continuité uniforme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 224
11.6 Continuité à gauche et à droite. Discontinuités de première et deuxième espèce . 225
11.7 Le théorème des valeurs intermédiaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 227
11.8 Propriétés globales des fonctions continues . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 229
11.8.1 Continuité et compacité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 230
11.8.2 Continuité et connexité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 235
v

11.9 Fonctions réciproques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 237


11.10Exercices . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 239

IV Intégration 245
12 Intégrale de Riemann 247

13 Intégrales généralisées 249


13.1 Définitions et exemples d’intégrales généralisées . . . . . . . . . . . . . . . . . . 249
13.2 Les intégrales de Riemann . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 255
13.3 Opérations sur les intégrales généralisées . ∫
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 256
+∞
13.4 Une condition nécessaire de convergence de f (x) dx . . . . . . . . . . . . . 264
a
13.5 Cas des fonctions à valeurs positives. Intégrales absolument convergentes . . . . 266
13.6 Comparaison entre série et intégrale généralisée . . . . . . . . . . . . . . . . . . 280
13.7 Un théorème d’Abel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 290
13.8 Exercices supplémentaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 295

V Suites et séries de fonctions 297


14 Séries entières 299
14.1 Rayon de convergence d’une série entière . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 299
14.2 Calcul pratique du rayon de convergence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 305
14.3 Opérations sur les séries entières . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 308
14.4 Fonctions développables en série entière . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 310
14.5 Un théorème de Bernstein . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 327
14.6 Séries entières et équations différentielles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 329
14.7 Exercices supplémentaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 336

15 Exponentielle complexe, fonctions trigonométriques, nombre π 343


15.1 Rappels sur la fonction exponentielle réelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 343
15.2 La fonction exponentielle complexe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 344
15.3 Les fonctions ch, sh, cos et sin . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 347
15.4 Le nombre π . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 349
15.5 Les fonctions complexes tan et th . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 353
15.6 Les fonctions réelles arctan et argth . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 353
15.7 Le lien avec le nombre π des géomètres . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 354
15.8 Les fonctions argument principal et logarithme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 354
15.9 Mesure des angles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 356
15.10Une
(( définition de l’exponentielle complexe à partir de la suite de fonctions
z )n )
1+ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 358
n n≥1

16 Suites de fonctions 365


16.1 Convergence simple et convergence uniforme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 365
16.2 Le critère de Cauchy uniforme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 371
16.3 Propriétés des fonctions stables par convergence uniforme . . . . . . . . . . . . . 372
16.4 Approximation uniforme des fonctions continues sur un segment . . . . . . . . . 378
16.4.1 Approximation uniforme par des fonctions en escaliers . . . . . . . . . . 378
vi

16.4.2 Approximation uniforme par des fonctions affines par morceaux et continues380
16.4.3 Approximation uniforme de la fonction x 7→ |x| sur [−1, 1] par des fonc-
tions polynomiales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 382
16.5 Le théorème de Weierstrass . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 385
16.5.1 Première démonstration . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 385
16.5.2 Deuxième démonstration . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 387
16.5.3 Troisième démonstration . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 390
16.5.4 Quatrième démonstration . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 392

17 Séries de fonctions ∑ ∫ 397


17.1 Un théorème de permutation des signes et . . . . . . . . . . . . . . . . . . 397
17.1.1 Cas des fonctions continues . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 397
17.1.2 Cas des fonctions continues par morceaux . . . . . . . . . . . . . . . . . 402
17.2 Un théorème de convergence dominée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 405
17.3 Exercices supplémentaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 410

18 Séries de Fourier 417


18.1 Séries entières et séries de Fourier . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 417
18.2 L’espace préhilbertien D de Dirichlet . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 421
18.3 Polynômes trigonométriques et séries de Fourier sur D . . . . . . . . . . . . . . 424
18.4 L’inégalité de Bessel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 430
18.5 Convergence ponctuelle des séries de Fourier sur D . . . . . . . . . . . . . . . . 432
18.6 Approximation uniforme par des polynômes trigonométriques . . . . . . . . . . . 443
18.7 Le théorème de Dirichlet . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 453
18.8 Séries de Fourier et équations aux dérivées partielles . . . . . . . . . . . . . . . . 458

VI Fonctions d’une variable complexe 463


19 Fonctions holomorphes 465
19.1 La représentation de R2 dans C . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 465
19.2 Fonctions continues sur un ouvert de C . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 467
19.3 Intégrales curvilignes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 472
19.4 Fonctions analytiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 478
19.5 La dérivation complexe. Fonctions holomorphes . . . . . . . . . . . . . . . . . . 480
19.6 Les conditions de Cauchy-Riemann . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 484
19.7 Fonctions harmoniques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 490
19.8 Equivalence entre analyticité et holomorphie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 492
19.9 Primitives des fonctions holomorphes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 499

VII Analyse numérique 505


20 Calcul approché des intégrales définies 507
20.1 Formules de quadrature . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 507
20.2 La méthode des rectangles à gauche . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 508
20.3 La méthode des points milieux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 513
20.4 Les méthodes de Newton-Cotes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 516
20.5 La méthode des trapèzes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 520
20.6 La méthode de Simpson . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 526
vii

VIII Probabilités 531


21 Espaces probabilisés 533
21.1 Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 533
21.2 Événements . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 533
21.3 Tribus d’événements, espaces probabilisables . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 535
21.4 Espaces probabilisés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 537
21.5 Espaces probabilisés discrets . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 544
21.6 Probabilités sur (R, BR ) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 549

22 Probabilités conditionnelles 553


22.1 Définition et propriétés des probabilités conditionnelles . . . . . . . . . . . . . . 553
22.2 Événements indépendants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 558

23 Variables aléatoires réelles 565


23.1 Définition et propriétés des variables aléatoires réelles . . . . . . . . . . . . . . . 565
23.2 Loi d’une variable aléatoire réelle. Fonction de répartition . . . . . . . . . . . . . 569
23.3 Espérance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 574
23.4 Variance, écart type, covariance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 586
23.5 Inégalités de Markov et de Bienaymé-Tchebychev . . . . . . . . . . . . . . . . . 588
23.6 Variables aléatoires réelles indépendantes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 591
23.7 Convergence en probabilité et en loi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 593

24 Courbes de l’espace affine euclidien Rn 595


24.1 Représentation paramétrique d’une courbe de R . . . . . . . . . . . . . . . . . 595
n

24.2 Arcs géométriques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 596


24.3 Paramétrisations normales. Abscisse curviligne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 597

IX Problèmes d’analyse 599


25 Une construction des fonctions logarithmes 601
25.1 Énoncé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 601
25.2 Solution . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 603

26 Une construction des fonctions exponentielles 607


26.1 Énoncé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 607
26.2 Solution . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 609

+∞
1
27 Calcul de n2
615
n=1
27.1 Énoncé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 615
27.2 Solution . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 618

28 Nombres de Bernoulli et fonction dzéta de Riemann 629


28.1 Énoncé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 629
28.2 Solution . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 631

29 Une formule sommatoire d’Euler 639


29.1 Énoncé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 639
29.2 Solution . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 640
viii

30 Un problème sur les séries 643


30.1 Énoncé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 643
30.2 Solution . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 644

31 Limite supérieure et limite inférieure 647


31.1 Énoncé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 647
31.2 Solution . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 648

32 Calculs du nombre π 651


32.1 Énoncé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 651
32.2 Solution . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 651

Bibliographie 655
Avant-propos

Ce livre est en construction.


Les thèmes étudiés dans cet ouvrage ne sont pas des leçons de Capes rédigées. Il faut les
considérer comme des outils permettant de rédiger ces leçons en fonction de son niveau propre.
La première partie est réservée à des généralités.
La partie II peut être utilisée pour bâtir des exposés ayant pour thèmes les suites numériques.
Il s’agit des leçons suivantes :
— Suites monotones, suites adjacentes. Approximation d’un nombre réel, développement
décimal. L’exposé pourra être illustré par un ou des exemples faisant appel à l’utilisation
d’une calculatrice.
— Suites convergentes. Opérations algébriques, composition par une application continue.
Comparaison de suites entre elles.
— Rapidité de la convergence d’une suite réelle (un )n∈N vers une limite ℓ. Cas où |un − ℓ|
est dominé par n−α , par k n , · · · . L’exposé pourra être illustré par un ou des exemples
faisant appel à l’utilisation d’une calculatrice.
— Suites divergentes. Cas des suites admettant une limite infinie : comparaison, opérations
algébriques, composition par une application.
— Étude des suites de terme général an , nb et n!. Croissances comparées. Exemples de
comparaison de suites aux suites précédentes. L’exposé pourra être illustré par un ou des
exemples faisant appel à l’utilisation d’une calculatrice.
— Étude de suites de nombres réels définies par une relation de récurrence un+1 = f (un ) et
une condition initiale. L’exposé pourra être illustré par un ou des exemples faisant appel
à l’utilisation d’une calculatrice.
La partie III peut être utilisée pour bâtir des exposés ayant pour thèmes les fonctions nu-
mériques. Il s’agit des leçons suivantes :
— Limite finie d’une fonction à valeurs réelles en un point a de R. Opérations algébriques
sur les limites. Continuité d’une fonction en un point. Exemples.
— Limite à l’infini d’une fonction à valeurs réelles. Branches infinies de la courbe représen-
tative d’une fonction. Exemples. L’exposé pourra être illustré par un ou des exemples
faisant appel à l’utilisation d’une calculatrice.
— Image d’un intervalle par une fonction continue, image d’un segment. Continuité de la
fonction réciproque d’une fonction continue strictement monotone sur un intervalle.
— Fonction réciproque d’une fonction continue strictement monotone sur un intervalle de
R. Propriétés. Exemples.
— Dérivée en un point. Interprétation géométrique. Exemples. L’exposé pourra être illustré
par un ou des exemples faisant appel à l’utilisation d’une calculatrice.
— Fonctions dérivées. Opérations algébriques. Dérivée d’une fonction composée. Exemples.
— Formules de Taylor. Applications.
— Développements limités, opérations sur les développements limités.

ix
x Avant-propos

— Applications du calcul différentiel à la recherche d’extremum d’une fonction numérique


d’une variable réelle. Exemples. L’exposé pourra être illustré par un ou des exemples
faisant appel à l’utilisation d’une calculatrice.
— Comparaison des fonctions : domination, prépondérance, équivalence. Exemples et ap-
plications.
— Fonctions convexes d’une variable réelle. Applications.
— Théorème de Rolle. Applications.
Première partie

Généralités

1
1

Le corps R des nombres réels

1.1 Construction de R à l’aide des suites de Cauchy de


nombres rationnels
On explique brièvement dans ce paragraphe comment construire le corps R des nombres
réels à partir du corps Q des nombres rationnels.
L’ensemble N des entiers naturels peut être construit à partir de la notion de cardinal dans
le cadre de la théorie des ensembles. Après avoir étudié la théorie des groupes, on construit
l’anneau Z des entiers relatifs par symétrisation puis le corps Q des nombres rationnels est
construit comme le corps des fractions de Z.
Le corps Q étant totalement ordonné, on peut définir sur cet ensemble les notions de valeur
absolue, de minorant, de majorant, de borne inférieure et de borne supérieure.
On note Q+ [resp. Q+,∗ ] le sous-ensemble de Q formé des nombres rationnels positifs ou nuls
[resp. strictement positif].
Dire que M ∈ Q est la borne supérieure d’une partie non vide X de Q signifie que M est le
plus petit des majorants de X, ce qui se traduit par :
{
∀x ∈ X, x ≤ M,
∀a ∈ Q tel que a < M, ∃x ∈ X | a < x ≤ M

et on note M = sup (X) . Il n’est pas difficile de montrer l’unicité d’une telle borne supérieure
quand elle existe.
{ }
1 ∗
Exercice 1.1 Montrer que 0 est la borne inférieure du sous-ensemble X = |n∈N de
n
Q.

Solution 1.1 ♠♠♠

Exercice 1.2 Montrer que le sous-ensemble X = {r ∈ Q | x2 < 2} de Q n’a pas de borne


supérieure dans Q.

Solution 1.2 ♠♠♠

Le but de ce chapitre est de donner les principales idées qui conduisent à la démonstration
du théorème suivant.

Théorème 1.1 Il existe un corps totalement ordonné R qui contient Q dans lequel toute partie
majorée non vide admet une borne supérieure.

3
4 Le corps R des nombres réels

Un tel corps est unique à isomorphisme près.


On rappelle que, si X est un ensemble non vide, alors une suite d’éléments de X est une
application définie sur N (ou une partie de N) à valeurs dans X. On note usuellement u =
(un )n∈N ou u = (un )n≥n0 une telle suite.
L’ensemble QN des suites de nombres rationnels est un anneau commutatif unitaire pour les
opérations classiques d’addition et de multiplication.

Définition 1.1 On dit qu’une suite (rn )n∈N de nombres rationnels est convergente s’il existe
un nombre rationnel r tel que :

∀ε ∈ Q+,∗ , ∃n0 ∈ N | ∀n ≥ n0 , |rn − r| < ε.

En cas de convergence il y a unicité de la limite et on écrira lim un = ℓ ou un → ℓ.


n→+∞ n→+∞

Définition 1.2 On dit qu’une suite (rn )n∈N de nombres rationnels est de Cauchy si :

∀ε ∈ Q+,∗ , ∃n0 ∈ N | ∀n ≥ n0 , ∀m ≥ n0 , |rn − rm | < ε.

En utilisant l’inégalité triangulaire dans Q, on vérifie facilement qu’une suite convergente


est de Cauchy et qu’une suite de Cauchy est bornée.
On vérifie aussi facilement, à partir de la définition, que s’il existe une suite (εn )n∈N de
nombres rationnels convergente vers 0 telle que |rm − rn | < εn pour tous m > n, alors la suite
(rn )n∈N est de Cauchy.

Exercice 1.3 Montrer que si (rn )n∈N est une suite de nombres rationnels telle que |rn+1 − rn | ≤
λn pour tout n ∈ N, où λ est un rationnel strictement compris entre 0 et 1, alors cette suite est
de Cauchy.

Solution 1.3 Il suffit d’écrire pour m > n :



m−1
∑ m−1

|rm − rn | = (rk+1 − rk ) ≤ |rk+1 − rk |

k=n k=n

m−1
λn
≤ λk < → 0.
k=n
1−λ n→+∞

Exercice 1.4 Montrer que la suite (rn )n∈N de nombres rationnels définie par r0 = 2 et rn+1 =
1
1+ est de Cauchy, mais non convergente dans Q.
rn
Solution 1.4 On vérifie par récurrence que cette suite est bien définie et à valeurs dans Q.
On vérifie également par récurrence que rn > 1 pour tout n ∈ N.
Il en résulte que rn rn+1 = rn + 1 > 2 pour tout n ∈ N et :

1 1 |rn − rn−1 | 1

|rn+1 − rn | = − = < |rn − rn−1 |
rn rn−1 rn rn−1 2
1 1
pour n ≥ 1 et par récurrence |rn+1 − rn | < n |r1 − r0 | = n+1 , ce qui implique que (rn )n∈N est
2 2
de Cauchy.
♠♠♠
Construction de R à l’aide des suites de Cauchy de nombres rationnels 5

∑n 1
Exercice 1.5 Montrer que la suite (rn )n∈N de nombres rationnels définie par rn = est
k=0 k!
de Cauchy, mais non convergente dans Q.

Solution 1.5 On vérifie facilement que cette suite est bien définie et à valeurs dans Q.
Pour m > n > 2, on a :
∑m ( )
1 1 1 1
|rm − rn | = = 1+ + ··· +
k=n+1
k! (n + 1)! n + 2 (n + 2) · · · (m − 1) m
( )
1 1 1 1
≤ 1+ + + ··· +
(n + 1)! n + 2 (n + 2)2 (n + 2)m−n−1
1 1 n+2 1
≤ 1 = ≤
(n + 1)! 1 − n+2 (n + 1) n!2
n

ce qui implique que (rn )n∈N est de Cauchy.


p
Supposons qu’elle soit convergente vers un rationnel r = où p, q sont deux entiers strictement
q
positifs premiers entre eux. Pour tout n > q, le nombre

pn = n! (r − rn ) = n! lim (rm − rn )
m→+∞

est un entier strictement positif avec :


n+2 1
0 < n! (rm − rn ) ≤ 2 ≤
(n + 1) 2

pour m > n ≥ 2, ce qui implique 0 < pn < 1 dans N qui est impossible.
La suite (rn )n∈N est donc non convergente dans Q.

Exercice 1.6 Montrer que, pour tout entier a ≥ 2, la suite (rn )n∈N de nombres rationnels
∑n 1
définie par rn = k2
est de Cauchy, mais non convergente dans Q.
k=0 a

Solution 1.6 ♠♠♠

En notant C l’ensemble des suites de Cauchy de nombres rationnel, on vérifie facilement


que c’est un sous-anneau de QN . Le fait que C est stable pour la multiplication se montre en
utilisant fait qu’une suite de Cauchy est bornée.
Le sous-ensemble Z de C formé des suites qui tendent vers 0 est un idéal de C (là encore on
utilise le fait qu’une suite de Cauchy est bornée).
C
On vérifie alors que Z est un idéal maximal de C et l’anneau quotient R = est un corps
Z
commutatif. L’application i qui associe à un nombre rationnel r la classe de la suite constante
C C
égal à r dans réalise une injection de Q dans , ce qui permet d’identifier Q à i (Q) .
Z Z
On peut alors munir R d’une relation d’ordre total compatible avec la structure de corps.
On vérifie ensuite que dans R toute partie non vide majorée dans R admet une borne
supérieure et que toute suite de Cauchy dans R est convergente.
On consultera le livre de Doukhan et Sifre (Cours d’Analyse chez Dunod) ou celui de Boualem
et Brouzet (La planète R chez Dunod) pour plus de détails.
Les suites réelles seront étudiées en détails au chapitre 3, mais nous en utiliserons quand
même quelques propriétés de bases connues du Lycée.
6 Le corps R des nombres réels

1.2 La propriété de la borne supérieure


On peut définir sur R les notions de minorant, majorant, borne inférieure et supérieure. Les
définitions étant analogues à celles données sur Q.
Dans les définitions qui suivent X est une partie non vide de R.

Définition 1.3 On dit qu’un réel m est un minorant de X si :

∀x ∈ X, m ≤ x

On dit qu’un réel M est un majorant de X si :

∀x ∈ X, x ≤ M

On dit qu’un réel M est une borne inférieure de X si M est un minorant de X et si :

∀ε > 0, ∃x ∈ X | m ≤ x ≤ m + ε

(ce qui peut se traduire en disant que m est le plus grand des minorants de X).
On dit qu’un réel M est une borne supérieure de X si M est un majorant de X et si :

∀ε > 0, ∃x ∈ X | M − ε < x ≤ M

(ce qui peut se traduire en disant que M est le plus petit des majorants de X).

Théorème 1.2 Si X admet une borne inférieure [resp. supérieure] cette dernière est unique.

Démonstration. Supposons que X admette deux bornes supérieures M et M ′ avec M ′ < M.


Prenant ε = M − M ′ , on peut alors trouver x ∈ X tel que M ′ = M − ε < x ≤ M, ce qui
contredit l’inégalité x ≤ M ′ . L’ensemble X admet donc au plus une borne supérieure.
On procède de même pour la borne inférieure.
En cas d’existence, on peut donc noter m = inf (X) la borne inférieure de X et M = sup (X)
sa borne supérieure.
La borne inférieure ou supérieure de X quand elle existe n’est pas nécessairement un élément
de X. Si inf (X) [resp. sup (X)] existe et est dans X, on dit alors que inf (X) [resp. sup (X)] est
le plus petit [resp. plus grand] élément de X. Si inf (X) ∈ X [resp. sup (X) ∈ X] on dit aussi
que c’est le minimum [resp. maximum] de X et on le note min (X) [resp. max (X)].

Exemple 1.1 Si X = [0, 1[ , alors 0 est le plus petit élément (et donc la borne inférieure) et 1
est la borne supérieure de X, mais cette borne supérieure n’est pas dans X, il n’y a donc pas de
plus grand élément.

Exemple 1.2 X = [0, +∞[ n’a ni plus grand élément ni borne supérieure.

Dans le cas où X est une partie finie de R, ses éléments peuvent être rangés dans l’ordre
croissant et l’existence des bornes inférieure et supérieure est assurée sans référence au théorème
précédent, ces bornes étant des éléments X. Dans ce cas de figure, on dit que inf (X) [resp.
sup (X)] est le plus petit [resp. plus grand] élément de X, on le note aussi min (X) [resp.
max (X)].
On rappelle que la valeur absolue d’un réel x est définie par :
{
x si x ≥ 0
|x| = max {−x, x} =
−x si x < 0
La propriété de la borne supérieure 7

et la majoration |x| ≤ α est équivalente à −α ≤ x ≤ x ou encore à x ∈ [−α, α] . Plus


généralement, les équivalences suivantes sont bien utiles :

|x − x0 | ≤ α ⇔ −α ≤ x − x0 ≤ x ⇔ x ∈ [x0 − α, x0 + α]

ou encore :
|x − x0 | < α ⇔ −α < x − x0 < x ⇔ x ∈ ]x0 − α, x0 + α[

Exercice 1.7 Montrer que pour réels a et b, on a :



 max (a, b) = a + b + |b − a|

2 2

 min (a, b) = a + b |b − a|

2 2
On peut retenir ces égalités en remarquant que min (a, b) est la borne inférieure de l’intervalle
a+b
d’extrémités a, b, max (a, b) la borne supérieure et le milieu de cet intervalle.
2
Solution 1.7 Laissée au lecteur.

Une partie de R qui admet un minorant [resp. majorant] est dite minorée [resp. majorée].
On dit qu’une partie de R est bornée si elle est minorée et majorée. Une partie X de R
bornée admet donc une borne inférieure et une borne supérieure et on a inf (X) ≤ sup (X) .
Les bornes inférieures et supérieures d’un ensemble peuvent aussi s’exprimer comme limites
de suites de points de cet ensemble. Cette caractérisation est souvent utilisée.

Théorème 1.3 Si X admet une borne inférieure [resp. supérieure], il existe alors une suite
(xn )n∈N de points de X qui converge vers m = inf (X) [resp. M = sup (X)].

Démonstration. Supposons que X admette une borne supérieure M. Pour tout entier
1
naturel n, on peut trouver un élement xn de X tel que M − < xn ≤ M. De cet encadrement
n+1
on déduit alors que M = lim xn .
n→+∞
Si un ensemble X n’a pas de borne supérieure, on peut alors trouver pour tout entier n ≥ 1
un élément xn de X tel que xn > n. La suite (xn )n≥1 diverge alors vers +∞. Il est alors naturel
de noter dans ce cas là que sup (X) = +∞.
De manière analogue, on notera inf (X) = −∞ si X n’est pas minoré.
La construction de R esquissée au paragraphe précédent permet de montrer le théorème
suivant que nous admettons.

Théorème 1.4 Toute partie non vide minorée [resp. majorée] dans R admet une borne infé-
rieure [resp. supérieure].

Exercice 1.8 Soient A, B sont deux parties non vide et bornées de R. Montrer que :

 sup (A ∪ B) = max (sup (A) , sup (B))
inf (A ∪ B) = min (inf (A) , inf (B))

A ⊂ B ⇒ inf (B) ≤ inf (A) et sup (A) ≤ sup (B)
8 Le corps R des nombres réels

Solution 1.8 Supposons que sup (A) ≤ sup (B) . Si x ∈ A ∪ B, on a soit x ∈ A et x ≤


sup (A) ≤ sup (B) , soit x ∈ B et x ≤ sup (B) , il en résulte que sup (A ∪ B) ≤ sup (B) . Pour
ε > 0 donné, on peut trouver x ∈ B ⊂ A ∪ B tel que sup (B) − ε < x ≤ sup (B) . On a donc
sup (A ∪ B) = sup (B) .
On montre de manière analogue que inf (A ∪ B) = min (inf (A) , inf (B)) .
Supposons que A ⊂ B. Pour tout x ∈ A, on a x ∈ B et inf (B) ≤ x ≤ sup (B) , ce qui entraîne,
par définition des bornes inférieure et supérieure, inf (B) ≤ inf (A) et sup (A) ≤ sup (B) .

Exercice 1.9 Si A, B sont deux parties non vide de R, on définit l’ensemble :

A + B = {x + y | x ∈ A et y ∈ B}

Montrer que si A et B sont majorés, il en est alors de même de A + B et :

sup (A + B) = sup (A) + sup (B)

Solution 1.9 Notons M = sup (A) et M ′ = sup (B) . Pour tout z = x + y avec (x, y) ∈ A × B,
on a :
z = x + y ≤ M + M′
L’ensemble A + B est donc non vide majoré et en conséquence admet une borne supérieure
ε
M ′′ ≤ M + M ′ . Pour tout réel ε > 0, on peut trouver x ∈ A et y ∈ B tels que M − < x ≤ M
2
ε
et M ′ − < y ≤ M ′ , ce qui nous donne z = x + y ∈ A + B tel que :
2
M + M′ − ε < z ≤ M + M′

Le réel M + M ′ est donc la borne supérieure de A + B.

Exercice 1.10 Déterminer, si elles existent les bornes inférieure et supérieure des ensembles
suivants : { }
A = 2−n | n ∈ N
B = [0, 1[ ∩ Q
{ }
1
C= (−1) + | n ∈ N∗
n
n

Solution 1.10 On a 20 ∈ A et 2−n ≤ 1 pour tout n ∈ N. Il en résulte que 1 est la plus grand
élément (et donc la borne supérieure) de A. Tous les éléments de A étant strictement positifs,
0 est un minorant de X. Comme pour tout réel ( ) ε > 0 on peut trouver un entier naturel n tel
1
que 0 < 2−n < ε (c’est équivalent à n > log2 ), on déduit que 0 est la borne inférieure de
ε
X.
L’ensemble B étant contenu dans [0, 1] est borné. Comme 0 ∈ B et minore B, on a 0 = min (B) .
L’ensemble B est majoré par 1 et pour tout réel ε > 0 on peut trouver un entier n ≥ 1 tel que
1 1
1 − ε < 1 − < 1 avec 1 − ∈ B, il en résulte que 1 = sup (B) et B n’a pas de plus grand
n n
élément car 1 ∈/ B.
En séparant les entiers pairs des entiers impairs, on a C = C1 ∪ C2 avec :
{ } { }
1 ∗ 1
C1 = 1 + | p ∈ N , C2 = −1 + |p∈N
2p 2p + 1
La propriété de la borne supérieure 9

3
et comme pour l’ensemble A, on vérifie que inf (C1 ) = 1 ∈
/ C1 , sup (C1 ) = ∈ C1 , inf (C2 ) =
2
−1 ∈
/ C2 , sup (C2 ) = 0 ∈ C1 , soit :
3
sup (C) = max (sup (C1 ) , sup (C2 )) = ∈C
2
inf (C) = min (inf (C1 ) , inf (C2 )) = −1 ∈
/C

Exercice 1.11 Soit X une partie non vide et majorée de R. Montrer que si M = sup (X) ∈ / X,
il existe alors pour tout réel ε > 0 une infinité d’éléments de X dans l’intervalle ]M − ε, M [ .

Solution 1.11 On se donne ε > 0. Par définition de la borne supérieure M il existe x0 ∈ X


tel que M − ε < x0 < M (on a x0 < M du fait que M ∈ / X). Toujours par définition de
M, on peut trouver x1 ∈ X tel que x0 < x1 < M. Et par récurrence on construit ne suite
strictement croissante (xn )n∈N dans l’intervalle ]M − ε, M [ . En effet, x0 et x1 ont été trouvés
et supposant trouvés x0 < x1 < · · · < xn dans ]M − ε, M [ ∩ X, on peut trouver xn+1 dans X tel
que xn < xn+1 < M.

Une conséquence importante du théorème de la borne supérieure est la propriété d’Archimède


qui suit.

Théorème 1.5 L’ensemble R des nombres réels est archimédien, c’est-à-dire que :

∀a ∈ R+,∗ , ∀b ∈ R+ , ∃n ∈ N∗ ; na > b.

Démonstration. Si na ≤ b pour tout n ∈ N∗ , alors A = {na, n ∈ N∗ } est une partie de R


non vide et majorée (par b), elle admet donc une borne supérieure α. On a alors (n + 1) a ≤ α
pour tout n ∈ N, ce qui entraîne na ≤ α − a pour tout n ∈ N∗ et α − a est un majorant de A
strictement inférieur à α, ce qui est impossible. Il existe donc un entier n ∈ N∗ tel que na > b.

De ce théorème on déduit le résultat important suivant sur l’existence de la partie entière


d’un réel.

Théorème 1.6 Pour tout réel x il existe un unique entier relatif n tel que :

n ≤ x < n + 1. (1.1)

Démonstration. Pour x entier relatif, il suffit de prendre n = x. On suppose donc x non


entier.
Supposons d’abord que x est strictement positif.
En prenant a = 1 dans le théorème précédent, on déduit que :

∀x > 0, ∃m ∈ N r {0} | m > x

et en conséquence, l’ensemble des entiers m > 0 vérifiant m > x est non vide. Il admet donc
un plus petit élément p qui vérifie :

p > x, p − 1 ≤ x.

Il suffit alors de poser n = p − 1.


Pour x < 0 en raisonnant avec −x on aboutit à l’existence d’un entier p vérifiant :

p ≤ −x < p + 1.
10 Le corps R des nombres réels

On a alors − (p + 1) < x < p (x n’est pas entier) et n = − (p + 1) convient.


Si pour x réel il existe deux entiers n et p vérifiant (1.1), on a alors :
{
n ≤ x < n + 1,
−p − 1 < −x ≤ −p,

donc n − p < 1, soit n − p ≤ 0 et n − p > −1, soit n − p ≥ 0. Et nécessairement n = p. D’où


l’unicité de n vérifiant (1.1) .

Définition 1.4 Avec les notations du théorème précédent, l’entier n est appelé la partie entière
de x. On le note [x] ou E (x) .

L’existence de cette fonction partie entière nous suffit pour montrer que Q est dense dans
R, c’est-à-dire que tout réel est limite d’une suite de nombres rationnels. L’étude détaillée des
suites numériques est faite au paragraphe suivant.

Exercice 1.12 On se donne un entier b ≥ 2 et pour tout entier naturel non nul n, on définit
l’ensemble : { }
k
Qn = | k ∈ N, 0 ≤ k ≤ b .
n
bn
Montrer que pour tout réel x ∈ [0, 1] et tout entier naturel non nul n, il existe rn ∈ Qn tel que :
1
rn ≤ x < r n + .
bn
En déduire que Q est dense dans R.

Solution 1.12 Pour x ∈ [0, 1] et n ≥ 1, on a :

[bn x] ≤ bn x < [bn x] + 1

et :
[bn x] 1
rn = n
≤ x < rn + n .
b b
Comme 0 ≤ x ≤ 1, on a 0 ≤ [b x] < b et rn ∈ Qn .
n n

1 1
De 0 ≤ x − rn < n et lim n = 0, on déduit que lim rn = x, (rn )n≥1 étant une suite de
b n→+∞ b n→+∞
nombres rationnels. Pour b = 10, (rn )n≥1 est une suite d’approximations décimales par défaut
de x.
Tout réel x pouvant s’écrire sous la forme x = p + y avec p = E [x] entier et y ∈ [0, 1] , on en
déduit que Q est dense dans R.
Pour b = 10, on a en fait montrer que l’ensemble D des nombres décimaux est Q est dense dans
R.

La densité de Q dans R peut aussi se montrer directement comme conséquence du fait que
R est archimédien.

Théorème 1.7 Entre deux nombres réels distincts il existe un nombre rationnel.
La propriété de la borne supérieure 11

Démonstration. Soient x, y deux réels distincts. On peut supposer que y > x. Comme R
est archimédien il existe un entier naturel n ≥ 1 tel que n (y − x) > 1 et un entier naturel
1 k
m ≥ 1 tel que m > |x| . Il en résulte que l’ensemble E des entiers relatifs k tels que ≤ x est
n n
m k m
non vide puisque −m ∈ E (on a − < − |x| ≤ x) et majoré par m (on a ≤ x ≤ |x| < et
n n n
donc k ≤ m puisque n > 0). Cet ensemble E admet donc un plus grand élément p et on a :
p p+1
≤x<
n n
(p est tout simplement la partie entière de nx).
Enfin avec n (y − x) > 1, on déduit que :
1 1 p
y> +x≥ +
n n n
et :
p+1
x< < y.
n

Corollaire 1.1 Tout réel est limite d’une suite de nombres rationnels.

Démonstration. Pour x ∈ R et n ∈ N on peut trouver un rationnel rn tel que x < rn <


1
x+ . De cet encadrement on déduit que x = lim rn .
n+1 n→+∞
Dans la démonstration précédente les rationnels rn sont tels que x < rn pour tout n. On
peut aussi trouver une suite de rationnels (sn )n∈N qui converge vers x et telle que sn < x en
1
utilisant l’existe d’un rationnel sn tel que x − < sn < x.
n+1
Ces résultats peuvent être utilisés pour déterminer toutes les fonctions monotones f : R → R
telles que :
∀ (x, y) ∈ R2 , f (x + y) = f (x) + f (y) (1.2)
Cette équation (1.2) est l’équation fonctionnelle de Cauchy.

Exercice 1.13 On désigne par f une fonction monotone vérifiant l’équation (1.2) .
1. Montrer que :
∀a ∈ R, ∀r ∈ Q, f (ra) = rf (a) .
2. Montrer qu’il existe un réel λ tel que f (x) = λx pour tout réel x.
3. Montrer que l’identité est l’unique fonction non identiquement nulle f : R → R telle que
f (x + y) = f (x) + f (y) et f (xy) = f (x) f (y) pour tous réels x, y.

Solution 1.13
1. En prenant (x, y) = (0, 0) dans (1.2) , on obtient f (0) = 2f (0) , ce qui équivaut à f (0) =
0.
En prenant (x, y) = (x, −x) dans (1.2) , on obtient f (x) + f (−x) = 0. On a donc
f (−x) = −f (x) pour tout x ∈ R, c’est-à-dire que la fonction f est impaire.
De (1.2) on déduit par récurrence que pour tout a ∈ R on a :

∀n ∈ N, f (na) = nf (a) .
12 Le corps R des nombres réels

En effet, le résultat est vrai pour n = 0 et le supposant vrai pour n ≥ 0, on a :

f ((n + 1) a) = f (na) + f (a) = nf (a) + f (a) = (n + 1) f (a) ,

il est donc vrai pour tout n ∈ N. ( a) (a)


En écrivant, pour tout n ∈ N \ {0} , que f (a) = f n = nf , on déduit que
(a) 1 n n
f = f (a) pour tout a ∈ R et tout n ∈ N \ {0} . Il en résulte que pour tout rationnel
n n
p
positif r = , avec p ∈ N et q ∈ N \ {0} , on a :
q
( ) ( )
a a p
f (ra) = f p = pf = f (a) = rf (a) .
q q q

Enfin avec l’imparité de f, on déduit que ce dernier résultat est encore vrai pour les
rationnels négatifs. On a donc f (ra) = rf (a) pour tout a ∈ R et tout r ∈ Q.
Pour a = 1, en notant λ = f (1) , on obtient f (r) = λr pour tout r ∈ Q.
2. On suppose que f est croissante. On a λ = f (1) ≥ f (0) = 0.
En notant, pour x ∈ R, par (rn )n∈N et (sn )n∈N des suites de rationnels qui convergent
vers x avec rn < x < sn , on a pour tout n ∈ N :

λrn = f (rn ) ≤ f (x) ≤ f (sn ) = λsn

et faisant tendre n vers l’infini, on en déduit que f (x) = λx.


On procède de manière analogue pour f décroissante.
3. Avec f (1) = (f (1))2 , on déduit que f (1) = 0 ou f (1) = 1. Si f (1) = 0, alors pour tout
x ∈ R on a f (x) = f (x) f (1) = 0 et f est identiquement nulle.
Si on suppose que f n’est pas identiquement nulle, on a alors f (1) = 1.
Avec f (x2 ) = (f (x))2 ≥ 0, on déduit que f (x) ≥ 0 pour tout x ≥ 0 et pour x ≥ y dans
R, on a f (x) − f (y) = f (x − y) ≥ 0, ce qui signifie que f est croissante. On déduit alors
de la question précédente que f (x) = x pour tout x ∈ R (λ = f (1) = 1).

Exercice 1.14 Montrer que E = {r3 | r ∈ Q} est dense dans R.

Solution 1.14 Soient x < √ y des réels. En utilisant la densité de Q dans R, on peut trouver un

nombre rationnel r tel que 3 x < r < 3 y et on a alors x < r3 < y. D’où la densité de E dans
R.
2

Quelques inégalités classiques

On se propose de montrer, sous forme d’exercices, quelques inégalités classiques. Les preuves
de ces inégalités ne nécessitent que quelques connaissances élémentaires.

2.1 Exercices classiques et moins classiques


L’inégalité suivante est souvent utilisée.

Exercice 2.1 Montrer que pour tous réels positifs a, b on a :


√ 1
ab ≤ (a + b) .
2
Dans quel cas l’égalité est-elle réalisée ?

Solution 2.1 Il suffit de remarquer que :


(√ √ )2 √
a − b = a − 2 ab + b ≥ 0

l’égalité étant réalisée si, et seulement si, a = b.

En en déduit la suivante.

Exercice 2.2 Montrer que pour tous réels strictement positifs a, b on a :


2 √
1 1 ≤ ab.
a
+ b

Dans quel cas l’égalité est-elle réalisée ?

Solution 2.2 Cette inégalité s’écrit :


√ ( )
11 1 1 1
≤ +
ab 2 a b

et l’égalité étant réalisée si, et seulement si, a = b.

Exercice 2.3 Montrer que :


√ √ √
1. pour tous réels positifs a et b on a a+b≤ a+ b;

13
14 Quelques inégalités classiques
√ √ √

2. pour tous réels a et b on a |a − b| ≥ |a| − |b| .
On étudiera les cas d’égalité.

Solution 2.3
1. On a : √ (√ √ )2
√ 2
a + b = a + b ≤ a + 2 ab + b ≤ a+ b
√ √ √
ce qui équivaut à a + b ≤ a + b puisque toutes les quantités mises en jeux sont
positives. √
L’égalité est réalisée si, et seulement si, a + b = a + 2 ab + b, ce qui équivaut à a = 0 ou
b = 0.
2. En utilisant la question précédente, on a :
{ √ √ √ √
√ |a| = √ |a − b + b| ≤ √ |a − b| + √ |b|
|b| = |b − a + a| ≤ |a − b| + |a|

donc : √ √ √ √
− |a − b| ≤ |a| − |b| ≤ |a − b|
ce qui équivaut à : √
√ √
|a − b| ≥ |a| − |b| .

Exercice 2.4
1. Montrer que pour tous réels x, y on a :

(x + y)2 ≥ 4xy.

2. Montrer que pour tous réels strictement positifs a, b, c, on a (b + c) (c + a) (a + b) ≥ 8abc.


( )
1 1 1
3. En déduire que (a + b + c) + + ≥ 9.
a b c

Solution 2.4
1. Pour tous réels x, y on a :

(x + y)2 − 4xy = (x − y)2 ≥ 0.

2. Donc, pour a, b, c positifs :

(b + c)2 (c + a)2 (a + b)2 ≥ 4bc4ca4ab = 82 a2 b2 c2

et (b + c) (c + a) (a + b) ≥ 8abc.
3. En notant S = a + b + c, on a :

(b + c) (c + a) (a + b) = (S − a) (S − b) (S − c)
= S 3 − (a + b + c) S 2 + (ab + bc + ac) S − abc
= (ab + bc + ac) S − abc ≥ 8abc

soit :
(ab + bc + ac) S ≥ 9abc
Exercices classiques et moins classiques 15

et divisant par abc > 0, on obtient :


( )
1 1 1
+ + (a + b + c) ≥ 9.
a b c

On peut aussi utiliser les inégalités entre moyennes harmonique, géométrique et arithmé-
tique (paragraphe 2.4) :
3 √ a+b+c
≤ abc ≤
3
1 1 1
a
+b+c 3
qui donne directement : ( )
1 1 1
+ + (a + b + c) ≥ 9.
a b c

Exercice 2.5 On se propose de généraliser les résultats l’exercice précédent. On se donne un


entier n ≥ 2 et des réels strictement positifs a1 , · · · , an .
1. Déterminer le nombre de couples (i, j) d’entiers tels que 1 ≤ i < j ≤ n.
2. Montrer que, pour tout entier n ≥ 2, on a :
( )n−1
∏ ∏
n
ai aj = ak .
1≤i<j≤n k=1

3. Montrer que :
( ) n−1
∏ ∏
n 2

(ai + aj ) ≥ 2n ak .
1≤i<j≤n k=1

Solution 2.5
1. L’ensemble de ces couples est :

E = {(1, 2) , (1, 3) , · · · , (1, n) , (2, 3) , · · · , (2, n) , · · · , (n − 1, n)}

et le nombre d’éléments de E est :


n (n − 1)
(n − 1) + (n − 2) + · · · + 2 + 1 =
2
(pour i fixé entre 1 et n − 1 il y a n − i possibilités pour j).
2. On procède par récurrence sur n ≥ 2. Pour n = 2, on a :

ai aj = a1 a2
1≤i<j≤n

et supposant le résultat acquis au rang n ≥ 2, on a :


∏ ∏ ∏
n
ai aj = ai aj ai an+1
1≤i<j≤n+1 1≤i<j≤n i=1
( )n−1 (n+1 )n
n∏ ∏
= ak a1 · · · an ann+1 = ak
k=1 k=1
16 Quelques inégalités classiques

3. Pour 1 ≤ i < j ≤ n, on a :
(ai + aj )2 ≥ 4ai aj .
et : ( )n−1
∏ n(n−1) ∏ ∏
n
(ai + aj )2 ≥ 4 2 ai aj = 2n ak
1≤i<j≤n 1≤i<j≤n k=1

ce qui donne :
( ) n−1
∏ ∏
n 2

(ai + aj ) ≥ 2n ak .
1≤i<j≤n k=1

Pour n = 2, on a l’inégalité a1 + a2 ≥ a1 a2 et pour n = 3, on retrouve l’exercice
précédent.
4. En utilisant les inégalités entre moyennes harmonique, géométrique et arithmétique (pa-
ragraphe 2.4), on peut généraliser la deuxième inégalité de l’exercice précédent. De :
v
u n
n u∏ 1∑
n
≤ t
n
a ≤ ak
∑n
1
k
n
k=1 k=1
ak
k=1

on déduit que :
∑n
1 ∑
n
ak ≥ n 2 .
k=1
a k
k=1

On peut aussi utiliser l’inégalité de Cauchy-Schwarz (paragraphe 2.2) pour écrire que :
( n )2
∑ 1 √ ∑n
1 ∑
n
2
n = √ ak ≤ ak .
k=1
a k
k=1
a k
k=1

Exercice 2.6 Montrer que pour tous réels a, b, c, on a b2 c2 + c2 a2 + a2 b2 ≥ abc (a + b + c) .

Solution 2.6 On a :

0 ≤ a2 (b − c)2 + b2 (a − c)2 + c2 (a − b)2


( )
= 2 b2 c2 + c2 a2 + a2 b2 − 2abc (a + b + c)

Exercice 2.7 Montrer que pour tous réels strictement positifs a, b, c, on a :


ab bc ca a+b+c
+ + ≤ .
a+b b+c c+a 2
Quand y-a-t’il égalité ?

Solution 2.7 Pour x, y réels strictement positifs, on a :


xy x+y

x+y 4

qui est équivalent à (x + y)2 − 4xy = (x − y)2 ≥ 0. Il en résulte que :


ab bc ca a+b b+c a+c a+b+c
+ + ≤ + + =
a+b b+c c+a 4 4 4 2
Exercices classiques et moins classiques 17

Exercice 2.8 Soit x1 , x2 , · · · , xn des réels dans [0, 1] . Montrer que :



n ∑
n
(1 − xk ) ≥ 1 − xk .
k=1 k=1

Solution 2.8 Notons :



n ∑
n
un = (1 − xk ) et vn = 1 − xk .
k=1 k=1

Pour n = 1, on a u1 = v1 .
Supposant le résultat acquis au rang n ≥ 1 et tenant compte de 1 − xn+1 ≥ 0, on a :
( )
∑n
un+1 = un (1 − xn+1 ) ≥ 1 − xk (1 − xn+1 )
k=1

n ∑
n ∑
n+1
≥1− xk − xn+1 + xn+1 xk ≥ 1 − xk = vn+1 .
k=1 k=1 k=1

puisque tous les xk sont positifs.

Exercice 2.9 Montrer que si a1 ≥ a2 ≥ · · · ≥ an > 0 et b1 ≥ b2 ≥ · · · ≥ bn > 0, alors :


( n )( n )
∑ ∑ ∑ n
ak b k ≤ n ak b k .
k=1 k=1 k=1

Solution 2.9 On procède par récurrence sur n ≥ 1.


Pour n = 1, on a l’égalité a1 b1 = a1 b1 .
Supposons le résultat acquis au rang n ≥ 1. On se donne deux suites croissantes (ak )1≤k≤n+1 et
(bk )1≤k≤n+1 de réels positifs. On a :
( n+1 ) ( n+1 ) ( n ) ( n )
∑ ∑ ∑ ∑
ak bk = ak bk
k=1 k=1 k=1 k=1

n+1 ∑n
+an+1 bk + bn+1 ak + an+1 bn+1
k=1 k=1

n ∑
n+1 ∑n
≤ n ak bk + an+1 bk + bn+1 ak + an+1 bn+1
k=1 k=1 k=1

et l’inégalité : ( n+1 ) ( n+1 )


∑ ∑ ∑
n+1
ak bk ≤ (n + 1) ak b k
k=1 k=1 k=1

sera réalisée si :

n ∑
n ∑
n
an+1 bk + bn+1 ak + an+1 bn+1 ≤ ak bk + (n + 1) an+1 bn+1
k=1 k=1 k=1

soit si :

n ∑
n ∑
n
an+1 bk + bn+1 ak ≤ ak bk + nan+1 bn+1
k=1 k=1 k=1
18 Quelques inégalités classiques

ou :

n ∑
n ∑
n ∑
n
an+1 bk + bn+1 ak ≤ ak b k + an+1 bn+1
k=1 k=1 k=1 k=1
ou :

n ∑
n
(an+1 − ak ) bk ≤ bn+1 (an+1 − ak )
k=1 k=1
ou :

n
(bn+1 − bk ) (an+1 − ak ) ≥ 0
k=1

qui est bien vérifiée.

2.2 L’inégalité de Cauchy-Schwarz


Pour tout entier n ≥ 1, on note x1 , x2 , · · · , xn les coordonnées d’un vecteur x de Rn . Un tel
vecteur sera noté x = (xi )1≤i≤n .
L’inégalité de Cauchy-Schwarz se démontre classiquement comme suit.

Exercice 2.10 On se donne un entier n ≥ 2, des réels strictement positifs ω1 , ω2 , · · · , ωn et


on désigne par φ la fonction définie sur Rn × Rn par :

n
∀ (x, y) ∈ Rn × Rn , φ (x, y) = ωk xk yk
k=1

On associe à cette fonction φ la fonction q définie sur Rn par :



n
∀x ∈ Rn , q (x) = φ (x, x) = ωk x2k
k=1

1. Exprimer, pour tout réel t et tous vecteurs x, y dans Rn la quantité q (x + ty) en fonction
de t, φ (x, y) , q (x) et q (y) .
2. Rappeler à quelle condition portant sur les réels a, b, c, le réel a étant non nul, un polynôme
de degré 2, P (t) = at2 + 2bt + c, est à valeurs positives ou nulles.
3. En remarquant que pour x, y fixés dans Rn \ {0} , la fonction :

P : t 7→ q (x + ty)

est polynomiale de degré 2, montrer l’inégalité de Cauchy-Schwarz :


2 ( )( n )
∑n ∑n ∑

ωk xk yk ≤ ωk x2k ωk yk2

k=1 k=1 k=1

Préciser dans quel cas l’égalité est réalisée.


4. En déduire l’inégalité de Minkowski :
( n ) 12 ( n ) 21 ( ) 12
∑ ∑ ∑
n
ωk (xk + yk )2 ≤ ωk x2k + ωk yk2
k=1 k=1 k=1

Préciser dans quel cas l’égalité est réalisée.


L’inégalité de Cauchy-Schwarz 19

Solution 2.10 Laissée au lecteur.

On peut aussi démontrer simplement cette inégalité, dans le cas où tous les ωk valent 1,
comme suit.

Exercice 2.11
1. Montrer que pour tous réels x, y, on a :
1( 2 )
xy ≤ x + y2 .
2
2. On se donne un entier n ≥ 1,
√ des réels x1 , · ·√
· , xn non tous nuls et des réels y1 , · · · , yn
∑ 2
n ∑n
non tous nuls. On note A = xk et B = yk2 .
k=1 k=1

(a) Montrer que pour tout entier k compris entre 1 et n, on a :


( )
1 B 2 A 2
xk y k ≤ x + y .
2 A k B k

(b) En déduire l’inégalité de Cauchy-Schwarz :


v v
u n u n
∑n
u∑ u∑
x k yk ≤ t x2k t yk2 .
k=1 k=1 k=1

Solution 2.11
1. Résulte de (x − y)2 = x2 + y 2 − 2xy ≥ 0 pour tous réels x, y.
2. Comme les xk [resp. les yk ] ne sont pas tous nuls, on a A > 0 et B > 0.
(x y )
k k
(a) Prenant (x, y) = , dans l’inégalité précédente, on a :
A B
( )
xk y k 1 x2k yk2
≤ +
AB 2 A2 B 2
( )
1 B 2 A 2
et multipliant cette inégalité par AB > 0, on en déduit que xk yk ≤ x + y .
2 A k B k
(b) En additionnant ces inégalités, on obtient :
( )
∑ n
1 B∑ 2 A∑ 2
n n
xk y k ≤ xk + yk
k=1
2 A k=1
B k=1


n ∑
n
avec x2k = A2 et yk2 = B 2 , ce qui donne :
k=1 k=1
v v
( ) u n u n

n
1 B 2 A 2 u∑ u∑
xk y k ≤ A + B = AB = t x2k t yk2 .
k=1
2 A B k=1 k=1
20 Quelques inégalités classiques

Exercice 2.12 On se donne un entier n ≥ 1 et des réels x1 , · · · , xn tous non nuls. Montrer
que : ( n )( n )
∑ ∑ 1
x2k 2
≥ n2 .
k=1
x
k=1 k

En déduire que :
∑n
1 6n
2
≥ .
k=1
k (n + 1) (2n + 1)

Solution 2.12
1. L’inégalité de Cauchy-Schwarz nous donne :
v v
u n u n
∑ 1
n
u∑ u∑ 1
n= xk ≤t xk t
2

k=1
xk k=1
x2
k=1 k

encore équivalent à l’inégalité proposée.


2. Prenant xk = k pour tout k compris entre 1 et n, on en déduit que :
( n )( n )
∑ ∑ 1
k2 2
≥ n2
k=1 k=1
k


n n (n + 1) (2n + 1)
et avec k2 = , on en déduit que :
k=1 6

∑n
1 6n
2
≥ .
k=1
k (n + 1) (2n + 1)

Exercice 2.13 Montrer que pour tout entier n ≥ 1, on a :


∑n
√ n (n + 1) √
k k≤ √ 2n + 1
k=1
2 3

Solution 2.13 L’inégalité de Cauchy-Schwarz nous donne :


v v
u n u n
∑n
√ u ∑ u∑
k k≤ t k t
2 k
k=1 k=1 k=1


n n (n + 1) ∑n n (n + 1) (2n + 1)
avec k= et k2 = , ce qui donne :
k=1 2 k=1 6

∑n
√ n2 (n + 1)2 (2n + 1) n (n + 1) √
k k≤ = √ 2n + 1.
k=1
12 2 3
Inégalité de Bernoulli 21

2.3 Inégalité de Bernoulli


Exercice 2.14 Montrer que pour tout réel a > −1 et tout entier naturel n, on a (1 + a)n ≥
1 + na (inégalité de Bernoulli). Préciser dans quel cas l’égalité est réalisée.

Solution 2.14 Pour n = 0 ou n = 1, on a (1 + a)n = 1 + na pour tout réel a.


On suppose donc que n ≥ 2.
On désigne par Pn la fonction polynomiale définie par :

Pn (x) = xn − 1 − n (x − 1) = xn − nx + n − 1.

On a Pn (1) = 0 et, en posant x = a + 1, il s’agit de montrer que Pn (x) > 0 pour tout
x ∈ D = R+,∗ \ {1} .
Avec P2 (x) = (x − 1)2 > 0 et :


n−1
Pn+1 (x) = Pn (x) + (x − 1) (x − 1) = Pn (x) + (x − 1)
n 2
xk > Pn (x)
k=0

pour tout n ≥ 2 et tout x ∈ D, le résultat se déduit par récurrence sur n ≥ 2.


Une autre démonstration consiste à remarquer que pour tout x ∈ ]0, 1[ [resp. x ∈ ]1, +∞[], on
a Pn′ (x) = n (xn−1 − 1) < 0 [resp. Pn′ (x) > 0]. La fonction Pn est strictement décroissante sur
]0, 1[ et strictement croissante sur ]1, +∞[ avec Pn (1) = 0, ce qui implique Pn (x) > 0 pour tout
x ∈ D.
On peut aussi écrire que pour tout x ∈ D on a :


n−1
( )
Pn (x) = x − 1 − n (x − 1) = (x − 1)
n
xk − 1
k=0
( n−1 k−1 )
∑∑
= (x − 1) 2
xj > 0.
k=1 j=0

Pour n ≥ 1 et a ≥ 0, cette inégalité peut se montrer très facilement en utilisant la formule


du binôme de Newton comme suit :

n
(1 + a) =n
Cnk ak ≥ Cn0 a0 + Cn1 a = 1 + na.
k=0

L’inégalité de Bernoulli peut être généralisée comme suit.

Exercice 2.15 Pour tout entier n ≥ 2, on désigne par Dn la partie de Rn définie par :

Dn = (]−1, 0[)n ∪ (]0, +∞[)n .

Montrer que :

n ∑
n
∀a = (a1 , . . . , an ) ∈ Dn , (1 + ak ) > 1 + ak .
k=1 k=1

Solution 2.15 En posant xk = 1 + ak pour tout entier k compris entre 1 et n et :

∆n = (]0, 1[)n ∪ (]1, +∞[)n


22 Quelques inégalités classiques

il s’agit de montrer que :



n ∑
n
∀x = (x1 , . . . , xn ) ∈ ∆n , Pn (x) = xk − xk + n − 1 > 0.
k=1 k=1

Avec :
P2 (x) = x1 x2 − (x1 + x2 ) + 1 = (x1 − 1) (x2 − 1) > 0
pour tout x ∈ D2 (si x ∈ (]0, 1[)2 alors x1 − 1 et x2 − 1 sont strictement négatifs et si x ∈
(]1, +∞[)2 alors x1 − 1 et x2 − 1 sont strictement positifs) et :
( n )

Pn+1 (x, xn+1 ) = (xn+1 − 1) xk − 1 + Pn (x) > Pn (x)
k=1

pour tout (x, xn+1 ) ∈ Dn+1 le résultat se déduit par récurrence sur n ≥ 2.

2.4 L’inégalité de Cauchy


n
Pour tout entier n ≥ 1 et tout x = (x1 , . . . , xn ) ∈ (R+,∗ ) , on note respectivement :
v ( n ) n1
u n
1 ∑
n
u∏ ∏ n
An (x) = xk , Gn (x) = tn
xk = xk , Hn (x) = ∑ n 1
n k=1 k=1 k=1
k=1 xk

les moyennes arithmétique, géométriques et harmoniques des réels x1 , . . . , xn .


Pour n = 1, on a A1 (x) = G1 (x) = H1 (x) = x1 pour tout réel non nul x1 .
On suppose donc dans ce qui suit que n ≥ 2.
Remarque 2.1 On a :
1
Hn (x) =
An (y)
( )
1
où y = .
xk 1≤k≤n

Le théorème qui suit va nous permettre de comparer ces trois moyennes.


Théorème 2.1 (Cauchy) Pour tout entier n ≥ 2, et tout n-uplet de réels strictement positifs
(x1 , · · · , xn ) , on a : v
u n
u∏ 1∑
n
tn
xk ≤ xk
k=1
n k=1
avec égalité si, et seulement si, x1 = · · · = xn .
Démonstration. En utilisant la stricte concavité de la fonction ln sur R+,∗ , on a :
( n )
∑n
1 ∑1
ln (Gn (x)) = ln (xk ) ≤ ln xk = ln (An (x)) ,
k=1
n k=1
n
l’égalité étant réalisée si, et seulement si tous les xi sont égaux. En utilisant la croissance stricte
de la fonction exp, on déduit que Gn (x) ≤ An (x) , l’égalité étant réalisée si, et seulement si
tous les xi sont égaux.
√ x1 + x2
Pour n = 2 on retrouve l’inégalité x1 x2 ≤ conséquence de la positivité de
(√ √ )2 2
x1 − x2 .
L’inégalité de Cauchy 23

Corollaire 2.1 Pour tout entier n ≥ 2, et tout n-uplet de réels strictement positifs (x1 , · · · , xn ) ,
on a :
Hn (x) ≤ Gn (x) ≤ An (x)
l’une des égalités Hn (x) = Gn (x) ou Gn (x) = An (x) étant réalisée si, et seulement si, tous les
xi sont égaux.

Démonstration. En utilisant la remarque 2.1, on a :


1 1
Hn (x) = ≤ = Gn (x) ≤ An (x) .
An (y) Gn (y)
L’égalité Hn (x) = Gn (x) équivaut à An (y) = Gn (y) soit à l’égalité de tous les xi .

Exercice 2.16 Déduire l’inégalité de Bernoulli de celle de Cauchy.

Solution 2.16 Pour a > −1 et a ̸= 0, on a :


1
1 + a = An (1, 1, . . . , 1 + na) > Gn (1, 1, . . . , 1 + na) = (1 + na) n

ou encore (1 + a)n > 1 + na.

L’inégalité de Cauchy peut aussi se montrer sans référence à la stricte concavité de la fonction
ln comme suit : tout d’abord on montre l’inégalité Gn (x) ≤ An (x) pour les entiers de la
forme n = 2p en procédant par récurrence sur p ≥ 1, puis on en déduit le cas général. Cette
démonstration, due à Cauchy, est détaillée avec l’exercice qui suit.

Exercice 2.17
2
1. Montrer que, pour tout x = (x1 , x2 ) ∈ (R+,∗ ) , on a G2 (x) ≤ A2 (x) , l’égalité étant
réalisée si, et seulement si, x1 = x2 .
n
2. Soit n = 2p avec p ≥ 2 et x = (x1 , . . . , xn ) donné dans (R+,∗ ) . On définit y =
( ) ( ) n
y1 , . . . , y n2 et z = z1 , . . . , z n2 dans (R+,∗ ) 2 par :

 yk = x2k−1 + x2k = A2 (x2k−1 , x2k ) ( n )
2 1≤k≤ =2 p−1
 √ 2
zk = x2k−1 x2k = G2 (x2k−1 , x2k ) ,
soit :  ( )
 x1 + x2 x3 + x4 xn−1 + xn
y= , ,...,
(√ 2 √ 2 2 ) .
 √
z= x1 x2 , x3 x4 , . . . , x2n−1 x2n
Montrer que An (x) = A n2 (y) et Gn (x) = G n2 (z) .
3. On suppose que n = 2p avec p ≥ 2 et que l’inégalité de Cauchy est vérifiée avec son cas
n
d’égalité pour = 2p−1 .
2
(a) En utilisant la question précédente, montrer que Gn (x) ≤ An (x) .
(b) Étudier le cas d’égalité dans l’inégalité précédente.
4. Si n est un entier supérieur ou égal à 2, on désigne par p un pentier naturel non nul tel
2
que n < 2p et on définit le vecteur y = (yk )1≤k≤2p dans (R+,∗ ) par :
{
xk si 1 ≤ k ≤ n,
yk =
An (x) si n + 1 ≤ k ≤ 2p .
24 Quelques inégalités classiques

(a) Exprimer G2p (y) et A2p (y) en fonction de Gn (x) et An (x) .


(b) Déduire de ce qui précède le théorème de Cauchy dans le cas général.
Solution 2.17
1. Pour n = 2, on a :
( )2 ( )2 ( )2
x1 + x2 x1 − x2 x 1 + x2
G22 (x) = x1 x2 = − ≤ = A22 (x)
2 2 2
( )2
x1 − x2
l’égalité étant réalisée si, et seulement si, = 0, ce qui équivaut à x1 = x2 .
2
2. Pour n = 2p avec p ≥ 2, on a :
( )
1 x1 + x2 x 3 + x4 xn−1 + xn
An (x) = + + ... +
2p−1 2 2 2
1 ∑
2 p−1

= A2 (x2k−1 , x2k ) = A n2 (y) .


2p−1 k=1
et :
2∏
p−1 2∏
p−1

Gnn (x) = x2k−1 x2k = G22 (x2k−1 , x2k ) ,


k=1 k=1
soit :
(2p−1 ) 21p (2p−1 ) 2p−1
1
∏ ∏
Gn (x) = G22 (x2k−1 , x2k ) = G2 (x2k−1 , x2k ) = G n2 (z)
k=1 k=1

3.
(a) En utilisant l’hypothèse de récurrence, on a :
Gn (x) = G n2 (z) ≤ A n2 (z)
avec :
1 ∑ 1 ∑
2 p−1 2 p−1

A n2 (z) = G2 (x2k−1 , x2k ) ≤ A2 (x2k−1 , x2k ) = A n2 (y)


2p−1 k=1 2p−1 k=1

(le cas n = 2) et A n2 (y) = An (x) , ce qui donne Gn (x) ≤ An (x) .


(b) Avec :
Gn (x) = G n2 (z) ≤ A n2 (z) ≤ A n2 (y) = An (x) ,
on déduit que si l’égalité Gn (x) = An (x) est réalisée, on a alors d’une part A n2 (z) =
A n2 (y) , soit :
2∑
p−1

(A2 (x2k−1 , x2k ) − G2 (x2k−1 , x2k )) = 0


k=1
avec A2 (x2k−1 , x2k ) − G2 (x2k−1 , x2k ) ≥ 0 pour tout k compris entre 0 et n, ce qui
équivaut à A2 (x2k−1 , x2k ) = G2 (x2k−1 , x2k ) et en conséquence x2k−1 = x2k (le cas
d’égalité pour n = 2) pour tout k compris entre 0 et n et d’autre part G n2 (z) = A n2 (z)

qui équivaut à l’égalité de tous les zk = x2k−1 x2k (l’hypothèse de récurrence) avec
zk = x2k−1 = x2k . Les xk sont donc tous égaux si Gn (x) = An (x) . La réciproque est
évidente.
L’inégalité de Cauchy 25

4.
(a) On a :
∏ ∏ ∏
2p n 2 p
p p −n
G22p (y) = yk = xk An (x) = (Gn (x))n (An (x))2 ,
k=1 k=1 k=n+1
soit : n 2p −n
G2p (y) = (Gn (x)) 2p (An (x)) 2p

et :
∑ ∑ ∑
2 p n 2 p

2p A2p (y) = yk = xk + An (x)


k=1 k=1 k=n+1

= nAn (x) + (2p − n) An (x) = 2 An (x) , p

soit A2p (y) = An (x) .


(b) En utilisant l’inégalité G2p (y) ≤ A2p (y) et les calculs précédents, on obtient :
n n
(Gn (x)) 2p (An (x))1− 2p = G2p (y) ≤ A2p (y) = An (x) ,
qui entraîne Gn (x) ≤ An (x) .
L’égalité étant réalisée si, et seulement si, tous les yk , et donc tous les xk , sont égaux.
Les exercices qui suivent nous donnent quelques exemples d’utilisation des inégalités entre
moyennes harmoniques, géométriques et arithmétiques.
Exercice 2.18 Soit x un réel non nul. Montrer, sans utiliser la fonction ln et en utilisant
l’inégalité de Cauchy, que la suite u = (un )n≥1 définie par :
( x )n
∀n ≥ 1, un = 1 +
n
est strictement croissante à partir d’un certain rang.
Solution 2.18 Pour x = 0, la suite u est stationnaire sur 1.
Pour x ∈ R∗ , il existe un entier naturel non nul nx tel que nx + x > 0 (pour x > 0, nx = 1
et pour x < 0 prendre nx > −x = |x|). En notant nx = E (|x|) + 1, où E désigne la fonction
x
partie entière, on a 1 + > 0 pour tout n ≥ nx et :
n
1 (( x )n ) n+1 ( (
1
x) ( x )) n+1
1

Gn+1 = unn+1 = 1 + = 1· 1+ ··· 1 +


n (n n
x x)
= Gn+1 1, 1 + , . . . , 1 +
n n
avec : ( x x )
Gn+1 < An+1 = An+1 1, 1 + , . . . , 1 +
n n
x
(comme x ̸= 0, on a 1 + ̸= 1 et l’inégalité de Cauchy est stricte), et :
n
1 ( ( x) ( x ))
An+1 = 1+ 1+ + ··· + 1 +
n+1 n n
1 x x 1
n+1
=1+ n =1+ = un+1 .
n+1 n n+1
1 1
On a donc unn+1 < un+1 n+1
pour tout n ≥ nx , ce qui équivaut à un < un+1 pour tout n ≥ nx
puisque la fonction t 7→ tn+1 est strictement croissante. La suite (un )n≥nx est donc strictement
croissante.
26 Quelques inégalités classiques

Exercice 2.19 Montrer que :


(√ ) ∑ n ( )
1 1 1
n n
n+1−1 < <n 1− √ + .
k=
k n
n + 1 n + 1
( )
2 3 4 n+1
Solution 2.19 L’inégalité Gn (x) < An (x) pour x = , , ,··· , s’écrit :
1 2 3 n
( ) n1

n

n
k+1 1 ∑k+1
n
1∑1
n
n+1= < =1+
k=1
k n k=1 k n k=1 k

(√ ) ∑n 1
qui donne n n
n + 1 − 1 < Hn = .
k= k ( )
1 2 3 n
De même l’inégalité Gn (x) < An (x) pour x = , , ,··· , s’écrit :
2 3 4 n+1
( ) n1
1 ∏n
k 1∑ k
n
1∑ 1
n

n
= < =1−
n+1 k + 1 n k + 1 n k=1 k + 1
k=1
( k=1
)
1 1 1 1
<1− Hn + − 1 = 1 − Hn +
n n+1 n n+1
( )
1 1
qui donne Hn < n 1 − √
n
+ .
n+1 n+1
Deuxième partie

Suites et séries numériques

27
3

Suites réelles ou complexes

3.1 Prérequis
L’ensemble R des nombres réels est supposé construit avec les propriétés suivantes :
— c’est un corps commutatif totalement ordonné ;
— il contient l’ensemble Q des nombres rationnels ;
— il est archimédien, c’est-à-dire que :

∀a ∈ R+,∗ , ∀b ∈ R+ , ∃n ∈ N∗ | na > b.

Pour tout réel x, on note E (x) la partie entière de x, c’est l’entier relatif défini par :

E (x) ≤ x < E (x) + 1.

L’existence de cette partie entière se déduit du caractère archimédien de R.


La corps C des nombres complexes est également supposée construit.
Les éléments de R ou C seront appelés scalaires.
Les résultats classiques sur les fonctions continues ou dérivables d’une variable réelle sont
supposés connus de même que les fonctions usuelles exp, ln, sin, · · · Ces notions seront étudiées
plus loin.

3.2 Généralités sur les suites réelles ou complexes


Les réels étant des complexes particuliers, les suites considérées sont a priori complexes.
On rappelle qu’une suite d’éléments de nombres complexes est une application définie sur N
(ou une partie de N) à valeurs dans C. On note usuellement u = (un )n∈N ou u = (un )n≥n0 une
telle suite.
Pour simplifier, on suppose que les suites sont définies sur N et on note CN l’ensemble des
suites d’éléments de nombres complexes.
Dans l’ensemble CN , on définit la somme des suites u = (un )n∈N et v = (vn )n∈N par u + v =
(un + vn )n∈N et le produit de u par le scalaire λ par λu = (λun )n∈N .
Muni de ces deux lois CN est un espace vectoriel sur C.
On définit également le produit des suites u = (un )n∈N et v = (vn )n∈N par u·v = (un · vn )n∈N ,
ce qui confère à CN une structure d’algèbre commutative sur C.
Une suite u = (un )n∈N est :
— constante si :
∀n ∈ N, un+1 = un ;

29
30 Suites réelles ou complexes

— stationnaire (ou plus précisément stationnaire à partir d’un certain rang) si :

∃p ∈ N | ∀n ≥ p, un+1 = un ;

— périodique s’il existe un entier p ≥ 1 tel que :

∀n ∈ N, un+p = un .

Définition 3.1 Soit u = (un )n∈N une suite d’éléments de C. On dit que (vn )n∈N est une suite
extraite (ou une sous suite) de u s’il existe une application φ : N → N strictement croissante
telle que :
∀n ∈ N, vn = uφ(n) .

Par exemple, les suites (u2n )n∈N , (u2n+1 )n∈N , (un2 )n∈N sont extraites de u.
On peut vérifier par récurrence que si φ : N → N est strictement croissante, alors :

∀n ∈ N, φ(n) ≥ n.

Cette propriété est souvent utilisée.

Définition 3.2 On dit qu’une suite réelle (un )n∈N est majorée [resp. minorée] si l’ensemble
U = {un | n ∈ N} est majorée [resp. minorée] dans R, ce qui signifie qu’il existe un réel M
[resp. m] tel que :
∀n ∈ N, un ≤ M [resp. m ≤ un .]

Définition 3.3 On dit qu’une suite réelle ou complexe (un )n∈N est bornée si l’ensemble U =
{un | n ∈ N} est borné dans C, ce qui signifie qu’il existe un réel M > 0 tel que :

∀n ∈ N, |un | ≤ M.

n
1
Exercice 3.1 Montrer que la suite u = (un )n∈N définie par un = est bornée.
k=0
k!

Solution 3.1 Avec k! ≥ 2k−1 pour tout entier k ≥ 1, on déduit que pour tout n > 1, on a :
∑n
1 1 1 1
0 < un = ≤ 1 + 1 + + 2 · · · + n−1
k=0
k! 2 2 2
1
≤1+ = 3.
1− 1
2

∑n 1
Exercice 3.2 Montrer que la suite u = (un )n∈N définie par un = − ln (n) pour tout n ≥ 1
k=1 k
est bornée.
1
Solution 3.2 La fonction t → étant décroissante sur R+∗ , on a :
t
∫ k+1 ∫ k+1 ∫ k+1
1 dt dt dt 1
∀k ≥ 1, = ≤ ≤ =
k+1 k k+1 k t k k k
et donc pour n ≥ 2, on a :
∑n ∑n ∫ k+1 ∫ n+1 ∑n
1 dt dt 1
≤ = = ln (n + 1) ≤ ,
k=1
k+1 k=1 k
t 1 t k=1
k
Généralités sur les suites réelles ou complexes 31

soit :
1
un + − 1 + ln (n) ≤ ln (n + 1) ≤ un + ln (n)
n+1
ou encore : ( ) ( )
1 1 1
0 < ln 1 + ≤ un ≤ ln 1 + − + 1 < 1 + ln (2) .
n n n+1

Exercice 3.3 Montrer que, pour tout réel α > 1, la suite (un )n∈N définie par :

∑n
1
∀n ≥ 1, un =
k=1

est bornée.

Solution 3.3 Il est clair que u est minorée par 0.


1
La fonction t → α étant décroissante sur R+∗ , on a :
t
∫ k ∫ k
dt dt 1
∀k ≥ 2, α
≥ α
= α
k−1 t k−1 k k

et donc pour tout n ≥ 2, on a :


∑n ∑n ∫ k ∫ n ( )
1 dt dt 1 1
un = 1 + ≤1+ =1+ =1+ 1 − α−1
k=2
kα k=2 k−1
tα 1 t
α α−1 n
α
≤ .
α−1
Exercice 3.4 On désigne par (un )n≥1 et (vn )n≥1 les suites définies par :
∫ √ ∫ √
n ( ) n ( )
un = cos t2 dt, vn = cos t2 dt
0 1

et on se propose de montrer que ces deux suites sont bornées.


1. Montrer que pour tout réel α > 1 et tout entier n ≥ 1, on a :
∫ n
dx 1
≤ .
1 x
α α−1

2. Montrer que pour tout réel α > 1 la suite (wn )n≥1 définie par :
∫ n
sin (x)
wn = dx
1 xα
est bornée.
3. Montrer que : ∫ n
1 cos (x)
vn = √ dx.
2 1 x
4. En utilisant une intégration par parties et le résultat de la question 2. pour une valeur
particulière de α, montrer que la suite (vn )n≥1 est bornée.
5. En déduire que la suite (un )n≥1 est bornée.
32 Suites réelles ou complexes

Solution 3.4
1. On a : ∫ n ( )
dx 1 1 1
= 1− ≤ .
1 xα α−1 nα−1 α−1
2. On a : ∫ ∫
n
|sin (x)|
dx 1 n
|wn | ≤ ≤ dx ≤.
1 xα
1 x
α α−1

3. Le changement de variable x = t2 donne dx = 2tdt = 2 xdt et :

1 n cos (x)
vn = √ dx.
2 1 x

4. Une intégration par parties donne en posant :



 u = √1 , u′ = − 1 √ 1
x 2x x
 v ′ = cos (x) , v = sin (x)

[ ]n ∫
sin (x) 1 n sin (x)
2vn = √ + √ dx
x 1 2 1 x x

sin (n) 1 n sin (x)
= √ − sin (1) + √ dx
n 2 1 x x
(∫ n )
sin (n) 1 sin (x)
avec √ ≤ √ ≤ 1 et √ dx borné. Il en résulte que la suite (vn )n≥1
n n 1 x x n≥1
est bornée.
∫ 1
5. Résulte de un = cos (t2 ) dt + vn .
0

3.3 Suites convergentes ou divergentes


De manière intuitive, on peut dire qu’une suite (un )n∈N converge vers un scalaire ℓ si l’écart
|un − ℓ| peut être rendu aussi petit que l’on souhaite dès que n est assez grand.

Définition 3.4 On dit qu’une suite (un )n∈N est convergente s’il existe un scalaire ℓ tel que :

∀ε > 0, ∃n0 ∈ N | ∀n ≥ n0 , |un − ℓ| < ε. (3.1)

Dans l’assertion (3.1) , les deux dernières inégalités peuvent être strictes ou larges.
Il est parfois commode de se limiter à ε ∈ ]0, 1[ sans que cela ne soit restrictif.
En utilisant l’inégalité triangulaire dans C, on montre facilement que si une suite converge,
alors sa limite ℓ est uniquement déterminée. En effet, s’il existe deux scalaires ℓ et ℓ′ vérifiant
(3.1) , on peut alors trouver pour tout réel ε > 0 un entier n0 tel que pour tout n ≥ n0 , on ait :

|ℓ − ℓ′ | = |(ℓ − un ) + (un − ℓ′ )| ≤ |ℓ − un | + |un − ℓ′ | < 2ε,

ce qui équivaut à ℓ − ℓ′ = 0.
En cas de convergence, on écrira lim un = ℓ ou un → ℓ.
n→+∞ n→+∞
Suites convergentes ou divergentes 33

1
Exercice 3.5 Montrer que lim = 0.
n→+∞ n
1
Solution 3.5 Pour ε > 0 donné il existe un entier n0 > (R est archimédien), ce qui implique
ε
1 1
que pour tout n ≥ n0 , on a |un | = < ε. On a donc bien lim = 0.
n n→+∞ n

Le résultat suivant, qui est élémentaire, est souvent utile pour montrer la convergence d’une
suite.

Théorème 3.1 Si u = (un )n∈N est une suite de nombres complexes pour laquelle on peut
trouver une suite ε = (εn )n∈N de réels positifs telle que lim εn = 0 et |un − ℓ| ≤ εn à partir
n→+∞
d’un certain rang, où ℓ est un nombre complexe donné, alors lim un = ℓ.
n→+∞

Démonstration. On a :

∀ε > 0, ∃n0 ∈ N | ∀n ≥ n0 , |un − ℓ| ≤ εn < ε.

De l’inégalité :
||a| − |b|| ≤ |a − b|
valable pour tous scalaires a, b, on déduit, en utilisant le théorème précédent, que :

lim (un ) = ℓ ⇒ lim (|un |) = |ℓ| .


n→+∞ n→+∞

cos (n)
Exercice 3.6 Montrer que lim = 0.
n→+∞ n

cos (n) 1
Solution 3.6 Se déduit de ≤ .
n n

n!
Exercice 3.7 Montrer que lim = 0.
n→+∞ nn
Solution 3.7 Se déduit de :
n! nn−1 21 1
0< n
= ··· ≤ .
n n n nn n
( )
λn
Exercice 3.8 Montrer que pour tout nombre complexe λ, lim = 0.
n→+∞ n! n∈N

Solution 3.8 Soit n0 ∈ N tel que n0 > |λ| . Pour tout n > n0 , on a n0 + k > |λ| pour tout k
compris entre 1 et n − n0 − 1, et :
n n n n
λ λ 0 |λ|n−n0 λ 0 |λ|n−n0 λ 0 |λ|

0≤ = ≤ =
n! n0 ! (n0 + 1) · · · n n0 ! |λ|n−n0 −1 n n0 ! n
( n)
λ
et en conséquence lim = 0.
n→+∞ n! n∈N

En utilisant l’inégalité triangulaire, on déduit le résultat suivant.


34 Suites réelles ou complexes

Théorème 3.2 Une suite convergente est bornée.

Démonstration. Si lim un = ℓ, il existe un entier n0 tel que :


n→+∞

∀n > n0 , |un | = |(un − ℓ) + ℓ| ≤ |un − ℓ| + |ℓ| < 1 + |ℓ|

et en posant M = max {|u0 | , · · · , |un0 | , 1 + |ℓ|} , on a |un | ≤ M pour tout n ∈ N.


Le résultat qui suit se déduit immédiatement de la définition d’une suite convergente.

Théorème 3.3 Soit (un )n∈N une suite réelle telle que lim (un ) = ℓ.
n→+∞

1. Si ℓ > 0 [resp. ℓ < 0] on a alors un > 0 [resp. un < 0] à partir d’un certain rang.
2. Si un est positif [resp. négatif] à partir d’un certain rang, on a alors ℓ ≥ 0 [resp. ℓ ≤ 0].

Démonstration.

1. Pour ε = > 0 il existe n0 ∈ N tel que :
2

∀n ≥ n0 , |un − ℓ| < ,
2
soit :
ℓ ℓ
∀n ≥ n0 , − + ℓ < un < + ℓ
2 2
et donc :

∀n ≥ n0 , un > > 0.
2
Pour ℓ < 0, on travaille avec la suite (−un )n∈N .
2. Se déduit facilement du premier point.

|ℓ|
De manière générale, lim (un ) = ℓ ̸= 0 dans C, entraîne |un | ̸= 0 (et même |un | > ,
n→+∞ 2
comme vu dans la démonstration du théorème précédent) à partir d’un certain rang et un ̸= 0
à partir de ce même rang.
Le résultat suivant est souvent utilisé pour prouver la convergence de suites réelles.

Théorème 3.4 Soient u = (un )n∈N , v = (vn )n∈N et w = (wn )n∈N trois suites réelles telles que :

∀n ∈ N, vn ≤ un ≤ wn .

Si lim (vn ) = ℓ et lim (wn ) = ℓ, alors lim (un ) = ℓ.


n→+∞ n→+∞ n→+∞

Démonstration. Soit ε un réel strictement positif. Il existe un entier naturel n0 vérifiant :

∀n ≥ n0 , ℓ − ε ≤ vn ≤ un ≤ wn ≤ ℓ + ε,

donc
∀n ≥ n0 , |un − ℓ| ≤ ε.
La suite u est donc convergente vers ℓ.
( n )
∑ n
Exercice 3.9 Étudier la suite u = 2
.
k=1
n +k
n≥1
Suites convergentes ou divergentes 35

n n n
Solution 3.9 Pour tout entier k ≥ 1, on a ≤ 2 ≤ 2 , ce qui entraîne :
n2 +n n +k n +1
n2 n2
vn = ≤ u n ≤ w n = .
n2 + n n2 + 1
n 1 1 1
Avec |vn − 1| = ≤ et |wn − 1| = ≤ , on déduit que lim vn = lim wn = 1
n2 + n n n2 + n n n→+∞ n→+∞
et lim un = 1.
n→+∞

L’exercice qui suit nous fournit une démonstration relativement simple de la densité de Q
dans R.

Exercice 3.10 Montrer que pour tout réel x, la suite (un )n∈N∗ définie par :

1 ∑
n
un = [kx]
n2 k=1

x
où [·] est la partie entière, converge vers .
2
Solution 3.10 Pour tout entier k compris entre 1 et n, on a :

[kx] ≤ kx < [kx] + 1

ou encore :
0 ≤ kx − [kx] < 1
et :

n ∑
n
0≤ kx − [kx] < n
k=1 k=1

soit :
n (n + 1) ∑n
0≤ x− [kx] < n
2 k=1

ce qui donne :
n+1 1
0≤ x − un <
2n n
x
et lim un = .
n→+∞ 2
Définition 3.5 Une suite non convergente est dite divergente.

La divergence de la suite (un )n∈N peut se traduire par :

∀ℓ ∈ C, ∃ε > 0, ∀n0 ∈ N, ∃n ≥ n0 | |un − ℓ| ≥ ε.

Une suite non bornée est donc divergente.

Exercice 3.11 En utilisant la définition, montrer que la suite u = ((−1)n )n∈N est divergente.
36 Suites réelles ou complexes

Solution 3.11 Si cette suite converge vers un réel ℓ, la suite |u| = (|(−1)n |)n∈N qui est
constante égale à 1 va converger vers |ℓ| et nécessairement ℓ = ±1.
En écrivant que pour ε = 1, il existe un entier n0 tel que :

∀n ≥ n0 , |(−1)n − ℓ| < 1,

et en prenant n ≥ n0 de la parité contraire à celle de ℓ, on aboutit à 2 < 1 qui est impossible.


La suite u est donc divergente.

Le résultat précédent est un cas particulier du suivant.

Exercice 3.12 Soit (un )n∈N une suite à valeurs dans Z. Montrer que (un )n∈N converge si, et
seulement si, elle est stationnaire.

Solution 3.12 Soit (un )n∈N une suite à valeurs dans Z convergente vers ℓ ∈ R. Il existe un
entier n0 tel que :
1
∀n ≥ n0 , |un − un0 | ≤ |un − ℓ| + |ℓ − un0 | <
2
ce qui implique que :
∀n ≥ n0 , un = un0
puisque les un sont entiers. La suite (un )n∈N est donc stationnaire et ℓ ∈ Z.
La réciproque est évidente.

Parmi les suites réelles divergentes, on traite à part celles qui tendent vers l’infini.

Définition 3.6 Soit (un )n∈N une suite réelle.


On dit que (un )n∈N tend vers +∞ si :

∀M ∈ R, ∃n0 ∈ N | ∀n ≥ n0 , un > M.

On note alors lim un = +∞ ou un → +∞.


n→+∞ n→+∞
On dit que (un )n∈N tend vers −∞ si :

∀m ∈ R, ∃n0 ∈ N | ∀n ≥ n0 , un < m.

On note alors lim un = −∞ ou un → −∞.


n→+∞ n→+∞

Une suite qui tend vers +∞ est nécessairement positive à partir d’un certain rang.
On peut remarquer que lim un = −∞ si, et seulement si lim (−un ) = +∞.
n→+∞ n→+∞
1
Si un = avec vn > 0 pour tout n ∈ N, alors lim un = 0 si, et seulement si, lim vn =
vn n→+∞ n→+∞
+∞.
Dans la définition ci-dessus, les inégalités peuvent être larges ou strictes et on peut se limiter
à M > 0 et m < 0 sans que cela ne soit restrictif.
Une suite qui tend vers l’infini (i. e. vers +∞ ou −∞) est non bornée donc divergente.
Une suite complexe (un )n∈N telle que lim |un | = +∞ est divergente puisque non bornée.
n→+∞

Théorème 3.5 Si u = (un )n∈N est une suite de nombres complexes pour laquelle on peut
trouver une suite v = (vn )n∈N de réels positifs telle que lim vn = +∞ et |un | ≥ vn à partir
n→+∞
d’un certain rang alors la suite u diverge.
Suites convergentes ou divergentes 37

Démonstration. On a :

∀M ∈ R, ∃n0 ∈ N | ∀n ≥ n0 , |un | ≥ vn > M,

donc lim |un | = +∞ est u est divergente.


n→+∞

1
Exercice 3.13 Montrer que pour tout réel α > 0, on a lim nα = +∞ et lim = 0.
n→+∞ n→+∞ nα

Solution 3.13 Pour M > 0 donné, on a nα > M si, et seulement si, α ln (n) > ln (M ) ce qui
ln(M )
est encore équivalent à n > e α (les fonctions ln et exp sont strictement croissantes). Il suffit
ln(M )
donc de prendre n0 > e α .

Exercice 3.14 Montrer que si lim (un ) = ℓ, alors lim (un+1 − un ) = 0. La réciproque
n→+∞ n→+∞
est-elle vraie ?

Solution 3.14 Si lim (un ) = ℓ, on peut alors trouver, pour tout réel ε > 0, un entier n0 tel
n→+∞
que :
∀n > n0 , |un+1 − un | ≤ |un+1 − ℓ| + |ℓ − un | < ε,
ce qui signifie que lim (un+1 − un ) = 0.
n→+∞
Plus généralement, on a lim (un+p − un ) = 0 pour tout entier p ≥ 1.
n→+∞ √
La réciproque est fausse comme le montre l’exemple de la suite u = ( n)n∈N .
Cette suite est divergente puisque non bornée et pour n ≥ 1, on a :
√ √ 1
n+1− n= √ √ → 0.
n+1+ n n→+∞

On peut aussi considérer, plus généralement, la suite u = (nα )n∈N avec α ∈ ]0, 1[ . Cette suite
est divergente puisque non bornée et pour n ≥ 1, on a :
∫ n+1
α
(n + 1) − n = [t ]n =
α α α n+1
dt
n t1−α
α
≤ 1−α → 0
n n→+∞

puisque 1 − α > 0.
On peut aussi utiliser le théorème des accroissements finis pour écrire que :

(n + 1)α − nα = αξnα−1
α α
avec ξn compris entre n et n + 1, ce qui donne αξnα−1 = ≤ .
ξn1−α n1−α
Ou encore écrire que :
(( )α ) ( )
1 1 1
0 < (n + 1) − n = n
α α α
1+ − 1 ≤ n 1 + − 1 = 1−α .
α
n n n

Exercice 3.15 Montrer que si lim (un ) = ℓ alors, pour toute application φ : N → N stricte-
( n→+∞ )
ment croissante, on a lim uφ(n) − un = 0.
n→+∞
38 Suites réelles ou complexes

Solution 3.15 En utilisant l’inégalité φ(n) ≥ n pour tout n ∈ N, on déduit que si lim (un ) =
n→+∞
ℓ, on peut alors trouver, pour tout réel ε > 0, un entier n0 tel que :

∀n > n0 , uφ(n) − un ≤ uφ(n) − ℓ + |ℓ − un | < ε,
( )
ce qui signifie que lim uφ(n) − un = 0.
n→+∞

( )
n ∑n 1
Exercice 3.16 Montrer que les suites u = ((−1) )n∈N , v = et w = (ln (n))n≥1
k=1 k n∈N∗
sont divergentes.

Solution 3.16 Résulte de :



|un+1 − un | = (−1)n+1 − (−1)n = 2,


n
1 n 1
|v2n − vn | = ≥ = ,
k=1
n+k 2n 2
et :
|w2n − wn | = ln (2) .
On peut remarquer que la deuxième suite est telle que pour tout entier p ≥ 1, on a :
( p )
∑ 1
lim (vn+p − vn ) = lim =0
n→+∞ n→+∞
k=1
n + k

(somme finie de suites convergentes vers 0 - voir le théorème 3.14, page 48 -).

Exercice 3.17 Montrer que la suite u = (ln (ln (n)))n≥2 est telle que lim u2n − un = 0 et
n→+∞
non convergente.

Solution 3.17 On a :
ln (n) + ln (2) ln (2)
u2n − un = ln (ln (2n)) − ln (ln (n)) = ln = ln(1 + )
ln (n) ln (n)

ln (2)
et comme tend vers 0 lorsque n tend vers l’infini, il en est de même pour u2n − un =
ln (n)
ln (2)
ln(1 + ).
ln (n)
Pourtant si l’on forme : un2 − un on a :
( ) 2 ln (n)
un2 − un = ln (ln n2 ) − ln(ln (n)) = ln( ) = ln 2.
ln (n)

Pour étudier une suite, il est parfois commode de la comparer à une suite de référence. Les
suites géométriques font parties de ces suites de référence.

Exercice 3.18 Étudier la suite géométrique u = (an )n∈N où a ∈ C.


Suites convergentes ou divergentes 39

Solution 3.18 Si a = 0 alors u est stationnaire sur 0.


Pour |a| > 1, l’inégalité de Bernoulli (ou plus simplement la formule du binôme de Newton)
nous dit que |an | ≥ 1 + n (|a| − 1) et comme |a| − 1 > 0, on a lim (n (|a| − 1)) = +∞, ce qui
n→+∞
entraîne que lim |a|n = +∞ et la suite u diverge.
n→+∞
1 1
Pour 0 < |a| < 1, en écrivant que |a|n = 1 avec > 1, on déduit que lim an = 0.
|a|n
|a| n→+∞

Pour |a| = 1, on a a = eiθ .


Si θ = 2kπ avec k ∈ Z (soit a = (1), alors
) u est constante égale à 1.
Supposons que θ ∈/ 2πZ et lim e inθ
= ℓ. Avec :
n→+∞
( )
( ) 2 2 θ
|un+1 − un | = einθ 1 − eiθ = 1 − eiθ = 4 sin2
2
,
2
( )
θ
on déduit que sin = 0 et θ ∈ 2πZ, ce qui est contradictoire. La suite u est donc divergente.
2 ( ) ( )
On peut aussi dire que si lim einθ = ℓ alors |ℓ| = lim einθ = 1, donc ℓ ̸= 0 et
( ) n→+∞ n→+∞
u n+1
eiθ = lim = 1, ce qui contredit θ ∈
/ 2πZ.
n→+∞ un
Exercice 3.19 Soit u = (un )n∈N une suite réelle ou complexe.
1. Montrer que s’il existe un réel λ ∈ [0, 1[ tel que |un+1 | ≤ λ |un | à partir d’un certain rang
n0 , alors lim (un ) = 0.
n→+∞
2. Montrer que s’il existe un indice n0 tel que un0 ̸= 0 et s’il existe un réel λ > 1 tel que
|un+1 | ≥ λ |un | pour tout n ≥ n0 , alors u diverge.
( )
un+1
3. Montrer que si un ̸= 0 à partir d’un certain rang n0 , et lim = λ ∈ [0, 1[ ,
n→+∞ un
alors lim (un ) = 0.
n→+∞
( )
un+1
4. Montrer que si un ̸= 0 à partir d’un certain rang n0 , et lim = λ > 1, alors
n→+∞ un
u diverge.
un+1
5. Trouver (un )n∈N telle que un ̸= 0 pour tout n ∈ N, lim = 1 et lim un = +∞.
n→+∞ un n→+∞
un+1
6. Trouver (un )n∈N telle que un ̸= 0 pour tout n ∈ N, lim = 1 et lim un = 0.
n→+∞ un n→+∞
un+1
7. Trouver (un )n∈N telle que un ̸= 0 pour tout n ∈ N, lim = 1 et lim un = 10.
n→+∞ un n→+∞

Solution 3.19
1. Si λ = 0, alors u est stationnaire sur 0 à partir du rang n0 + 1.
On suppose donc que λ ∈ ]0, 1[ .
Montrons par récurrence sur n ≥ n0 que |un | ≤ un0 λn−n0 .
C’est vrai pour n = n0 .
Supposons que pour une valeur n ≥ n0 on ait |un | ≤ un0 λn−n0 , comme |un+1 | ≤ λ |un | ,
on a |un+1 | ≤ un0 λn+1−n0 et la récurrence est établie.
un
Pour λ ∈ ]0, 1[ la suite géométrique de terme général n00 λn converge vers 0, et comme
λ
cette suite majore la suite positive (|un |)n∈N on peut affirmer que cette dernière converge
aussi vers 0 et il en est de même de (un )n∈N .
40 Suites réelles ou complexes

2. Si un0 ̸= 0, on vérifie par(récurrence


) que un ̸= 0 pour n ≥( n0 . ) En appliquant le ré-
1 1
sultat précédent à la suite , on déduit que lim , ce qui équivaut à
|un | n≥n0 n→+∞ |un |
lim (|un |) = +∞ et u diverge.
n→+∞
( )
un+1
3. Si lim = λ, on a :
n→+∞ un

un+1
∀ε > 0, ∃n0 ∈ N | ∀n ∈ N, n > n0 ⇒ λ − ε < < λ + ε.
un
Dans le cas où λ ∈ [0, 1[ , on peut choisir ε assez petit pour que ρ = λ + ε soit strictement
inférieur à 1 et on a alors |un+1 | ≤ ρ |un | pour tout n ≥ n0 avec ρ ∈ ]0, 1[ , ce qui implique
lim (un ) = 0.
n→+∞
1
4. Le résultat précédent appliqué à la suite v définie par vn = pour n assez grand, nous
|un |
dit que lim (vn ) = 0, donc lim (|un |) = +∞ et (un )n∈N diverge.
n→+∞ n→+∞
5. On considère la suite de terme général un = n + 1.
1
6. Il suffit de prendre un = .
n+1
1
7. On considère la suite de terme général un = 10 + .
n+1
Exercice 3.20 Soit u = (un )n∈N une suite réelle ou complexe.

1. Montrer que s’il existe un réel λ ∈ [0, 1[ tel que n |un | ≤ λ à partir d’un certain rang n0 ,
alors lim (un ) = 0.
n→+∞

2. Montrer que s’il existe s’il existe un réel λ > 1 tel que n |un | ≥ λ à partir d’un certain
rang n0 , alors u diverge.
(√ )
3. Montrer que si lim n
|un | = λ ∈ [0, 1[ , alors lim (un ) = 0.
n→+∞ n→+∞
(√ )
4. Montrer que si lim n
|un | = λ > 1, alors u diverge.
n→+∞

5. Trouver (un )n∈N telle que lim n |un | = 1 et lim un = +∞.
n→+∞ n→+∞

6. Trouver (un )n∈N telle que lim n |un | = 1 et lim un = 0.
n→+∞ n→+∞

7. Trouver (un )n∈N telle que lim n |un | = 1 et lim un = 10.
n→+∞ n→+∞

Solution 3.20
1. Résulte de 0 ≤ |un | ≤ λn pour n ≥ n0 avec lim (λn ) = 0 (λ ∈ [0, 1[).
n→+∞
2. Résulte de |un | ≥ λ pour n ≥ n0 avec
n
lim (λn ) = +∞ (λ > 1).
n→+∞
(√ )
3. Si lim n
|un | = λ, on a :
n→+∞

∀ε > 0, ∃n0 ∈ N | ∀n ∈ N, n > n0 ⇒ λ − ε < n
|un | < λ + ε.
Dans le cas où λ ∈ [0, 1[ , on√
peut choisir ε assez petit pour que ρ = λ + ε soit strictement
inférieur à 1 et on a alors n |un | ≤ ρ pour tout n ≥ n0 avec ρ ∈ [0, 1[ , ce qui implique
lim (un ) = 0.
n→+∞
Suites convergentes ou divergentes 41

1
4. Le résultat précédent appliqué à la suite v définie par vn = pour n assez grand
√ |un |
(pour ε > 0 assez petit et n ≥ n0 , on a n |un | > λ − ε > 0 et un ̸= 0) nous dit que
lim (vn ) = 0, donc lim (|un |) = +∞ et (un )n∈N diverge.
n→+∞ n→+∞
5. On considère la suite de terme général un = n.
1
6. Il suffit de prendre un = .
n+1 ( )n
10 1
7. On considère la suite définie par un = 1+ pour n ≥ 1.
e n
En utilisant le théorème de Césaro, on peut montrer le résultat suivant.
Théorème 3.6 Soit u = (u( n )n∈N une
) suite réelle ou complexe telle que un soit non nul à partir
un+1 (√ )
d’un certain rang. Si lim = λ, alors lim n
|un | = λ.
n→+∞ un n→+∞

Démonstration. Voir l’exercice 3.73.


Remarque 3.1 La réciproque du théorème précédent est fausse (voir l’exercice 3.73.).
( )
n!
Exercice 3.21 Montrer que la suite u = est convergente vers 0.
nn n≥1
Solution 3.21 Se déduit de un > 0 pour tout n ≥ 1 et :
( ) ( ) (( )n )
un+1 (n + 1) nn n 1
lim = lim n+1 = lim = < 1.
n→+∞ un n→+∞ (n + 1) n→+∞ n+1 e
Exercice 3.22( nMontrer,
) en utilisant le théorème précédent, que pour tout nombre complexe λ,
λ
la suite u = est convergente vers 0.
n! n∈N
Solution 3.22 Pour λ = 0 c’est clair et pour λ ̸= 0 le résultat se déduit de :
( ) ( )
un+1 |λ|
lim = lim = 0.
n→+∞ un n→+∞ n+1
Exercice 3.23 Montrer que si f : [1, +∞[ → R est une fonction ( telle que)la fonction g : x 7−→
∑n
xf (x) soit minorée par un réel λ > 0, alors la suite réelle u = f (k) est divergente.
k=1 n≥1

Solution 3.23 On a :

n ∑
n
1 n λ
u2n − un = f (n + k) ≥ λ ≥λ = >0
k=1 k=1
n+k 2n 2
et la suite diverge.
( )
∑n 1
Exercice 3.24 Montrer que pour tout α ≤ 1, la suite réelle de terme général u = α
k=1 k n≥1
est divergente.
Solution 3.24 Il suffit d’appliquer le résultat précédent à
1
f : x 7−→

avec xf (x) = x1−α ≥ 1 pour α ≤ 1 et x ≥ 1.
42 Suites réelles ou complexes

3.4 Valeurs d’adhérence


Définition 3.7 On dit qu’un scalaire a est valeur d’adhérence de la suite (un )n∈N s’il est limite
d’une suite extraite de (un )n∈N .

Exemple 3.1 On considère la suite de réels (un )n∈N définie par,


( )
1
∀n ∈ N, un = (−1) 1 +n
.
n+1
Les réels 1 et −1 sont valeurs d’adhérence de cette suite car la suite (u2n )n∈N est convergente
vers 1 et la suite (u2n+1 )n∈N vers −1.

Le résultat suivant est parfois utilisé par sa contraposée pour prouver la divergence d’une
suite.

Théorème 3.7 Une suite convergente a une unique valeur d’adhérence. Autrement dit : si une
suite est convergente, alors toute suite extraite converge vers la même limite.

Démonstration. Supposons que lim (un ) = ℓ. Pour tout réel ε strictement positif, on a :
n→+∞

∃n0 ∈ N | ∀n ≥ n0 , |un − ℓ| < ε


et pour toute application φ : N → N strictement croissante, on a :
∀n ≥ n0 , φ (n) ≥ n ≥ n0
ce qui implique que :
∀n ≥ n0 , uφ(n) − ℓ < ε.
( )
La suite uφ(n) n∈N est donc convergente vers ℓ.
L’exercice qui suit nous montre que la réciproque est fausse, c’est-à-dire qu’une suite qui n’a
qu’une valeur d’adhérence n’est pas nécessairement convergente.
( n)
Exercice 3.25 Montrer que la suite u = n(−1) n∈N admet 0 comme unique valeur d’adhérence
et est divergente.
1
Solution 3.25 De lim u2n+1 = lim = 0, on déduit que 0 est une valeur d’adhérence
n→+∞ n→+∞ 2n + 1
de u.
Si ℓ = lim uφ(n) est une valeur d’adhérence non nulle de u, où φ : N → N est strictement
n→+∞
croissante, on a alors ℓ > 0 (puisque un > 0 pour tout n) et :
( )

|ln (ℓ)| = lim ln uφ(n) = lim (−1)φ(n) φ (n) = lim φ (n) = +∞,
n→+∞ n→+∞ n→+∞

ce qui est impossible. Donc 0 est l’unique valeur d’adhérence de u.


Et cette suite est divergente puisque non majorée (u2n = 2n).

On peut aussi utiliser la suite définie par :


{
0 si n est impair,
un =
n si n est pair.
Comme conséquence du théorème de Bolzano-Weierstrass, on montrera le résultat suivant
(théorème 3.20).
Valeurs d’adhérence 43

Théorème 3.8 Une suite réelle (un )n∈N est convergente si, et seulement si, elle est bornée et
n’a qu’une seule valeur d’adhérence.

Théorème 3.9 Une suite réelle est divergente, si et seulement si, elle vérifie l’une des deux
conditions suivantes :
— elle est non bornée ;
— elle est bornée et admet au moins deux valeurs d’adhérence.

Exercice 3.26 Montrer qu’une suite périodique convergente est nécessairement constante.

Solution 3.26 Soit (un )n∈N une suite périodique convergente vers ℓ et périodique de période p
où p est un entier strictement positif.
Pour tout entier naturel k, la suite extraite (upn+k )n∈N est constante de valeur commune uk et
convergente vers ℓ. On a donc uk = ℓ pour tout k ∈ N.
La réciproque est évidente.

Exercice 3.27 Soit u = (un )n∈N une suite complexe telle que les deux suites extraites (u2n )n∈N
et (u2n+1 )n∈N sont convergentes. À quelle condition la suite (un )n∈N est elle convergente ?

Solution 3.27 En notant ℓ et ℓ′ les limites respectives des suites (u2n )n∈N et (u2n+1 )n∈N , mon-
trons que u est convergente si, et seulement si, ℓ = ℓ′ .
Si ℓ ̸= ℓ′ , alors u admet au moins deux valeurs d’adhérences distinctes et en conséquence ne
peut converger.
Si ℓ = ℓ′ , pour tout réel ε > 0, on peut trouver des entiers n1 et n2 tels que :
{
∀n ≥ n1 , |u2n − ℓ| < ε
∀n ≥ n2 , |u2n+1 − ℓ′ | < ε

et en notant n0 = max (2n1 , 2n2 + 1) , on a :

∀n ≥ n0 , |un − ℓ| < ε.

Exercice 3.28 Montrer que si u = (un )n∈N est une suite complexe telle que les trois suites
extraites (u2n )n∈N , (u2n+1 )n∈N et (u3n )n∈N sont convergentes (pas nécessairement vers la même
limite), alors u est convergente.

Solution 3.28 Notons ℓ, ℓ′ et ℓ′′ les limites respectives des suites (u2n )n∈N , (u2n+1 )n∈N et
(u3n )n∈N .
La suite (u6n )n∈N qui est extraite de (u2n )n∈N et (u3n )n∈N converge vers ℓ et ℓ′′ , ce qui entraîne
ℓ = ℓ′′ du fait de l’unicité de la limite. De même en remarquant que (u6n+3 )n∈N est extraite de
(u2n+1 )n∈N et (u3n )n∈N , on déduit que ℓ′ = ℓ′′ et ℓ = ℓ′ , c’est-à-dire que (u2n )n∈N et (u2n+1 )n∈N
convergent vers la même limite, ce qui équivaut à la convergence de u.

Le résultat qui suit est classique, même si démonstration n’est pas élémentaire.

Exercice 3.29 On se propose de montrer que l’ensemble des valeurs d’adhérence de la suite
u = (cos (n))n∈N est [−1, 1] .
On dit qu’un sous-groupe additif H de (R, +) est discret si pour tout compact K de R, l’inter-
section H ∩ K est finie.
44 Suites réelles ou complexes

1. Montrer que les sous-groupes additifs de R discrets sont de la forme :

Zα = {pα | p ∈ Z} ,

où α est un réel.
2. Montrer que les sous-groupes additifs de R sont denses ou discrets.
3. Soient a, b deux réels non nuls. Montrer que le groupe additif G = Za+Zb = {pa + qb | (p, q) ∈ Z2 }
a
est discret [resp. dense] si, et seulement si, est rationnel [resp. irrationnel].
b
4. On note Γ = {z ∈ C | |z| = 1} le cercle unité dans le plan complexe.
(a) Montrer que {ein | n ∈ Z} est dense dans Γ.
(b) Montrer que l’ensemble {cos (n) | n ∈ N} est dense dans [−1, 1] , ce qui signifie que
l’ensemble des valeurs d’adhérence de la suite u = (cos (n))n∈N est [−1, 1] .

Solution 3.29
1. Il est clair que tout sous-groupe de (R, +) de la forme Zα est discret. En effet pour α = 0
c’est clair et pour α ̸= 0 tout compact K de R est contenu dans un intervalle [a, b] avec
a < b et il n’y a qu’un nombre fini d’entiers p vérifiant a ≤ pα ≤ b.
Réciproquement si H est un sous-groupe discret de (R, +) non réduit à {0} , il existe alors
un réel a dans H ∩ R∗+ (0 ̸= a ∈ H ⇒ −a ∈ H) et ]0, a] ∩ H est fini non vide, il admet
donc un plus petit élément α > 0. De α ∈ H on déduit que Zα ⊂ H. De plus, ( x )pour tout
x ∈ H il existe un entier relatif k tel que 0 ≤ x − kα < α ≤ a (k = E ) et avec
α
x − kα ∈ H ∩ R+ on déduit du caractère minimal de α que x − kα = 0, soit x = kα ∈ Zα.
On a donc en définitive H = Zα.
2. Si H un sous-groupe additif de R non réduit à {0} alors :

K = H ∩ R∗+ ̸= ∅

et cet ensemble est minoré par 0, il admet donc une borne inférieure α.
On distingue deux cas.
Si α > 0, alors α ∈ K. En effet dans le cas contraire, par définition de la borne inférieure,
on peut trouver x ∈ K tel que α < x < 2α (on suppose que α ∈ / H). Pour la même raison,
on peut trouver y ∈ K tel que α < y < x. On a alors 0 < x − y < α avec x − y ∈ H ∩ R∗+ ,
ce qui est contradictoire avec la définition de la borne inférieure α. Avec la structure
de groupe additif de H, on déduit alors que H = Zα. En effet, Zα ⊂ H du fait que α
appartient au groupe H et pour tout x dans H, il existe k dans Z tel que 0 ≤ x − kα < α,
donc x − kα = 0 et x ∈ Zα, c’est-à-dire que H ⊂ Zα.
Si α = 0, alors H est dense dans R. En effet pour x < ] y dans
[ R, il existe z dans H ∩ R∗+
y x x y
tel que 0 < z < y − x soit 1 < − et pour n ∈ , ∩ Z, on a x < nz < y avec
z z z z
nz ∈ H.
Si G est discret, alors G = Zα et a = pα, b = qα avec p et q non nuls dans Z et en
a p
conséquence = ∈ Q.
b q
a a p
Réciproquement, supposons rationnel, on peut écrire = avec p et q entiers premiers
b b q
entre eux et on a :
( )
p b
G = Za + Zb = Z + Z b = (Zp + Zq) .
q q
Valeurs d’adhérence 45

b
Le théorème de Bézout nous dit que Zp + Zq = Z et donc G = Z , c’est-à-dire que G est
q
discret.
3.
(a) Comme 2π est irrationnel, le groupe H = Z2π + Z est dense dans R. Avec la 2π-
périodicité, la continuité et la surjectivité de l’application f : x 7→ eix de R sur Γ, on
déduit alors que l’ensemble :
{ } { }
f (H) = e(2πm+n)i | (m, n) ∈ Z × Z = ein | n ∈ Z

est dense dans Γ.


(b) Avec la continuité et la surjectivité de la projection p : z 7→ ℜ (z) de Γ sur [−1, 1] ,
on déduit que l’ensemble {cos (n) | n ∈ Z} est dense dans [−1, 1] , puis par parité que
l’ensemble {cos (n) | n ∈ N} est dense dans [−1, 1] .

Moins classique sont les résultats suivants.

Exercice 3.30 Soit α un réel fixé dans ]0, 1[ et u = (un )n∈N définie par un = cos (nα ) pour
n ≥ 0.
On se donne un réel x ∈ [−1, 1] et on note θ le réel de [0, π] défini par x = cos (θ) .
Pour tout entier n ≥ 1, on désigne par φ (n) l’entier défini par :

φ (n)α ≤ θ + 2nπ < (φ (n) + 1)α


( 1
)
c’est-à-dire que φ (n) = E (θ + 2nπ) α (E est la fonction partie entière).
1. Montrer que φ est une fonction strictement croissante de N∗ dans N∗ .
2. Montrer que lim (θ + 2nπ − φ (n)α ) = 0.
n→+∞
( )
3. Montrer que lim uφ(n) = x.
n→+∞
4. En déduire que l’ensemble des valeurs d’adhérence de la suite u est [−1, 1] .

Solution 3.30
1. Résulte de la croissance de la fonction partie entière (précisément si x − y > 1 alors
1
E (x) > E (y)), de la stricte croissance de la fonction t α et du fait que 2π > 1. En effet,
1
en posant vn = (θ + 2nπ) α et en utilisant le théorème des accroissements finis, on a pour
tout entier n ≥ 1 :
1 1 −1
vn+1 − vn = 2π ξnα
α
où ξn est un réel compris entre θ +2nπ et θ +2 (n + 1) π. Et comme 0 < α < 1, ξn > 1, on
1 1 −1
a ξnα > 1 et vn+1 − vn > 2π > 1 de sorte que φ (n + 1) = E (vn+1 ) > E (vn ) = φ (n) .
α
2. Résulte de :
0 ≤ θ + 2nπ − φ (n)α < (φ (n) + 1)α − φ (n)α
et de lim ((p + 1)α − pα ) = 0 (exercice 3.14).
p→+∞
3. Pour n ≥ 1, on a, en utilisant l’inégalité des accroissements finis pour la fonction cos :

uφ(n) − x = |cos (φ (n)α ) − cos (θ)| = |cos (φ (n)α ) − cos (θ + 2nπ)|
≤ |θ + 2nπ − φ (n)α | → 0.
n→+∞
46 Suites réelles ou complexes

4. La suite u étant à valeurs dans [−1, 1] , ses valeurs d’adhérence sont dans [−1, 1] et ce
qui précède nous donne l’inclusion réciproque puisqu’on a montré que tout réel x ∈ [−1, 1]
est limite d’une suite extraite de u.

Exercice 3.31 Soit u = (un )n∈N définie par un = cos (ln (n)) pour n ≥ 1.
On se donne un réel x ∈ [−1, 1] et on note θ le réel de [0, π] défini par x = cos (θ) .
Pour tout entier n ≥ 1, on désigne par φ (n) l’entier défini par :

ln (φ (n)) ≤ θ + 2nπ < ln (φ (n) + 1)


( )
c’est-à-dire que φ (n) = E eθ+2nπ (E est la fonction partie entière).
1. Montrer que φ est une fonction strictement croissante de N∗ dans N∗ .
2. Montrer que lim (θ + 2nπ − ln (φ (n))) = 0.
n→+∞
( )
3. Montrer que lim uφ(n) = x.
n→+∞

4. En déduire que l’ensemble des valeurs d’adhérence de la suite u est [−1, 1] .

Solution 3.31
1. Résulte de la croissance de la fonction partie entière (précisément si x − y > 1 alors
E (x) > E (y)), de la stricte croissance de la fonction et et du fait que e2π > 2. En effet,
en posant vn = eθ+2nπ , on a pour tout entier n ≥ 1 :
( )
vn+1 − vn = eθ+2nπ e2π − 1 > 1

de sorte que φ (n + 1) = E (vn+1 ) > E (vn ) = φ (n) .


2. Résulte de :
( )
1
0 ≤ θ + 2nπ − ln (φ (n)) < ln (φ (n) + 1) − ln (φ (n)) = ln 1 +
φ (n)
( )
1
avec lim ln 1 + = 0 (φ est strictement croissante de N∗ dans N∗ , donc lim φ (n) =
n→+∞ φ (n) n→+∞
+∞).
3. Pour n ≥ 1, on a, en utilisant l’inégalité des accroissements finis pour la fonction cos :

uφ(n) − x = |cos (ln (φ (n))) − cos (θ)| = |cos (ln (φ (n))) − cos (θ + 2nπ)|
≤ |θ + 2nπ − ln (φ (n))| → 0.
n→+∞

4. La suite u étant à valeurs dans [−1, 1] , ses valeurs d’adhérence sont dans [−1, 1] et ce
qui précède nous donne l’inclusion réciproque puisqu’on a montré que tout réel x ∈ [−1, 1]
est limite d’une suite extraite de u.

3.5 Le critère de Cauchy


Définition 3.8 On dit qu’une suite (un )n∈N est de Cauchy si :

∀ε > 0, ∃n0 ∈ N | ∀n ≥ n0 , ∀m ≥ n0 , |un − um | < ε.


Le critère de Cauchy 47

Comme pour la définition d’une suite convergente les inégalités peuvent être strictes ou
larges et on peut se limiter à ε ∈ ]0, 1[ . De plus, comme m et n jouent des rôles symétriques,
on peut se limiter à m > n.

Théorème 3.10 Une suite de Cauchy est bornée.

Démonstration. Si (un )n∈N est une suite de Cauchy, il existe alors un entier naturel n0 ≥ 1
tel que :
∀n ≥ n0 , ∀m ≥ n0 , |un − um | < 1
ce qui entraîne :
∀n ≥ n0 , |un | ≤ |un − un0 | + |un0 | < 1 + |un0 |
et en posant :
M = max {|u0 | , · · · , |un0 | , 1 + |un0 |}
on a |un | ≤ M pour tout n ∈ N, ce qui signifie que la suite (un )n∈N est bornée.

Théorème 3.11 Une suite convergente est de Cauchy.

Démonstration. Soit (un )n∈N une suite convergente vers ℓ. Pour tout ε > 0 il existe un
entier positif n0 tel que :
∀n ≥ n0 , |un − ℓ| < ε
et :
∀n ≥ n0 , ∀m ≥ n0 , |un − um | ≤ |un − ℓ| + |um − ℓ| < 2ε.
La suite (un )n∈N est donc de Cauchy.
On admet que la réciproque est vrai, c’est-à-dire le résultat fondamental suivant.

Théorème 3.12 Une suite réelle ou complexe est convergente si, et seulement si, elle est de
Cauchy.

Ce résultat se traduit en disant que l’espace métrique C muni de la norme usuelle est complet.
Le résultat suivant est souvent utilisé pour montrer qu’une suite est de Cauchy.

Théorème 3.13 Si (un )n∈N est une suite dans C telle qu’il existe une suite (εn )n≥n0 de réels
positifs vérifiant : {
∀m > n ≥ n0 , |um − un | ≤ εn ,
lim (εn ) = 0,
n→+∞

alors cette suite est de Cauchy et en conséquence convergente.

Démonstration. De lim (εn ) = 0, on déduit que pour tout réel ε > 0 on peut trouver un
n→+∞
entier n0 tel que εn < ε pour tout n ≥ n0 , ce qui entraîne |um − un | < ε pour m > n ≥ n0 .

Exercice 3.32 Montrer que, pour tout nombre complexe z, la suite (un (z))n∈N définie par
∑n zk
un (z) = est convergente. La limite de cette suite est l’exponentielle complexe de z notée
k=0 k!
exp (z) .
48 Suites réelles ou complexes

Solution 3.32 Pour m > n > 2, on a :



∑ m k
|z|n+1 z m−n−1
z z
|um (z) − un (z)| = = 1 + + · · · +
k! (n + 1)! n + 2 (n + 2) · · · (m − 1) m
k=n+1
( )
|z|n+1 |z| |z|2 |z|m−n−1
≤ 1+ + ··· +
(n + 1)! n + 2 (n + 2)2 (n + 2)m−n−1

et en désignant par n0 > 2 un entier naturel tel que n0 + 2 > |z| , on a pour m > n ≥ n0 :

|z|n+1 1
|um (z) − un (z)| ≤ εn =
(n + 1)! 1 − |z|
n+2

avec lim (εn ) = 0, ce qui implique que (un (z))n∈N est de Cauchy, donc convergente.
n→+∞ ( )
1 |z|
En écrivant εn = δn |z|
, le fait que lim (εn ) = 0 se déduit de lim 1 − = 1 et
1 − n+2 n→+∞ n→+∞ n+2
δn+1 |z|
lim = lim = 0 qui entraîne lim (δn ) = 0.
n→+∞ δn n→+∞ n + 2 n→+∞

Exercice 3.33 Montrer que, pour tout nombre complexe z tel que |z| < 1, la suite (un (z))n≥1
∑n
zk
définie par un (z) = est convergente (pour z réel, cette limite est − ln (1 − z)).
k=1
k

Solution 3.33 Pour m > n ≥ 1, on a :




m k ∑
m−n−1
z
|um (z) − un (z)| = ≤ |z|
n+1
|z|k
k
k=n+1 k=0

1 − |z|
m−n
1
≤ |z|n+1 ≤ |z|n+1
1 − |z| 1 − |z|

3.6 Opérations sur les suites convergentes


Théorème 3.14 Soient u = (un )n∈N et v = (vn )n∈N deux suites telles que lim (un ) = ℓ et
n→+∞
lim (vn ) = ℓ′ .
n→+∞

1. Les suites u + v et u · v sont convergentes vers respectivement ℓ + ℓ′ et ℓ · ℓ′ .


2. Dans le cas où les suites u et v sont réelles, les suites min {u, v} = (min {un , vn })n∈N
et max {u, v} = (max {un , vn })n∈N sont convergentes vers respectivement min {ℓ, ℓ′ } et
max {ℓ, ℓ′ } .
( )
′ u un
3. Si ℓ ̸= 0, il existe alors un entier n0 tel que la suite = soit définie et cette
v vn n≥n0

suite converge vers ′ .
ℓ (√ )

4. Si ℓ > 0, il existe un entier n0 tel que un > 0 pour tout n ≥ n0 et la suite u = un n≥n0

converge vers ℓ.

Démonstration.
Opérations sur les suites convergentes 49

1. Soit ε un réel strictement positif.

∃n1 ∈ N, ∀n ≥ n1 , |un − ℓ| < ε,

∃n2 ∈ N, ∀n ≥ n2 , |vn − ℓ′ | < ε.


En posant n0 = max {n1 , n2 } , on a :

∀n ≥ n0 , |(un + vn ) − (ℓ + ℓ′ )| ≤ |un − ℓ| + |vn − ℓ′ | < 2ε

ce qui signifie que la suite u + v converge vers ℓ + ℓ′ .


Par ailleurs, comme la suite convergente v est bornée, il existe un réel M > 0 tel que :

∀n ∈ N, |vn | ≤ M

et pour tout n ≥ n0 , on a :

|un vn − ℓℓ′ | ≤ |un vn − ℓvn | + |ℓvn − ℓℓ′ | ≤ M |un − ℓ| + |ℓ| |vn − ℓ′ |


≤ (M + |ℓ|) ε,

ce qui signifie que la suite u · v est convergente vers ℓ · ℓ′ .


2. Se déduit de :  1

 min (a, b) = (a + b − |a − b|) ,
2

 max (a, b) = 1 (a + b + |a − b|) .
2

3. Si ℓ ̸= 0 alors à partir d’un certain rang n0 , les éléments de la suite v sont non nuls et
u |ℓ′ |
la suite est définie à partir de ce rang. On peut en fait trouver n0 tel que |vn | >
v 2
pour n ≥ n0 (voir la démonstration du théorème 3.3), ce qui entraîne que :

1 1 ℓ′ − vn 2

∀n ≥ n0 , − ′ = ′ ≤ ′
2 |vn − ℓ |
vn ℓ ℓ vn |ℓ |

( ) ( )
1 1 un ℓ
et lim = ′ . Le résultat sur le produit nous donne alors lim = ′.
n→+∞ vn ℓ n→+∞ vn ℓ

4. Si ℓ > 0, on peut en fait trouver un entier n0 tel que un ≥ pour tout n ≥ n0 et avec :
4
√ √ |un − ℓ|
2
un − ℓ = √ √ ≤ √ |un − ℓ|
un + ℓ 3 ℓ
(√ ) √
on déduit que lim un = ℓ.
n→+∞

Exercice 3.34 Montrer que la suite u = (tan (n))n∈N est divergente.

Solution 3.34 Supposons que lim (tan (n)) = ℓ. Avec :


n→+∞

tan (n) + tan (1)


tan (n + 1) = ,
1 − tan (n) tan (1)
ℓ + tan (1)
on déduit que ℓ = et tan (1) (1 + ℓ2 ) = 0 qui est impossible.
1 − ℓ tan (1)
50 Suites réelles ou complexes

Exercice 3.35 Montrer que les suites réelles u = (sin (n))n∈N et v = (cos (n))n∈N sont diver-
gentes.
Solution 3.35 Supposons que lim (sin (n)) = ℓ. Avec :
n→+∞

sin (n + 1) + sin (n − 1) = 2 sin (n) cos (1) ,


on déduit que 2ℓ = 2ℓ cos (1) , ce qui impose ℓ = 0 puisque cos (1) ̸= 1.
Avec :
sin (n + 1) = cos (n) sin (1) + sin (n) cos (1) ,
on déduit que lim (cos (n) sin (1)) = 0, ce qui entraîne lim (cos (n)) = 0 puisque sin (1) ̸= 0,
n→+∞ n→+∞
mais ce dernier résultat est incompatible avec cos2 (n) + sin2 (n) = 1.
On procède de manière analogue pour la suite v.
Exercice 3.36 Étudier, de manière plus générale, les suites u = (sin (nθ))n∈N et v = (cos (nθ))n∈N ,
où θ est un réel fixé.
Solution 3.36 Si θ = kπ, où k est un entier relatif, on a alors pour tout n ∈ N, un = 0
et vn = (−1)nk . La suite u est donc convergente et la suite v est convergente pour k pair et
divergente pour k impair.
On suppose maintenant que θ ∈ / πZ. Si lim (sin (nθ)) = ℓ, avec :
n→+∞

sin ((n + 1) θ) + sin ((n − 1) θ) = 2 sin (nθ) cos (θ) ,


on déduit que 2ℓ = 2ℓ cos (θ) , ce qui impose ℓ = 0 puisque cos (θ) ̸= 1 pour θ ∈
/ πZ. Puis avec :
sin ((n + 1) θ) = cos (nθ) sin (θ) + sin (nθ) cos (θ) ,
on déduit que lim (cos (nθ) sin (θ)) = 0, ce qui entraîne lim (cos (nθ)) = 0 puisque sin (θ) ̸=
n→+∞ n→+∞
0 pour θ ∈
/ πZ. Mais ce dernier résultat est incompatible avec cos2 (nθ) + sin2 (nθ) = 1.
Si lim (cos (nθ)) = ℓ, avec :
n→+∞

cos ((n + 1) θ) = cos (nθ) cos (θ) − sin (nθ) sin (θ) ,
ℓ (cos (θ) − 1)
on déduit que lim sin (nθ) = , ce qui contredit la divergence de u.
n→+∞ sin (θ)
(√ )
Exercice 3.37 Étudier, sans utiliser la fonction ln, la suite u = n λ où λ est un nombre
n≥1
réel strictement positif (voir l’exercice 3.45 pour une autre solution).

Solution 3.37 On suppose d’abord que λ ≥ 1. En posant vn = n λ − 1, on a vn ≥ 0 pour
tout n ≥ 1 et en utilisant l’inégalité de Bernoulli (ou plus simplement la formule du binôme de
Newton) :
λ = (1 + vn )n ≥ 1 + nvn ,
ce qui donne :
λ−1
0 ≤ vn ≤
n
(√ )
n
et en conséquence lim (vn ) = 0 encore équivalent à lim λ = 1.
n→+∞ (
√ ) n→+∞
(√ )
n 1 n
Pour 0 < λ < 1, de lim = 1, on déduit encore que lim λ = 1.
n→+∞ λ n→+∞
Opérations sur les suites convergentes 51

Exercice 3.38 Étudier, sans utiliser la fonction ln, la suite u = ( n n)n≥1 .

Solution 3.38 En posant vn = n
n − 1, on a vn ≥ 0 pour tout n ≥ 1 et en utilisant la formule
du binôme :

n
n (n − 1) 2
∀n ≥ 2, n = (1 + vn )n = Cnk vnk ≥ vn ,
k=0
2
ce qui donne : √
2
0 ≤ vn ≤
n−1

et en conséquence lim (vn ) = 0 encore équivalent à lim ( n n) = 1.
n→+∞ n→+∞

( )
λn
Exercice 3.39 Étudier, pour tout nombre complexe λ et tout réel b > 0, la suite u = .
nb n≥1

Solution 3.39 Pour λ = 0, u est constante égale à 0.


On suppose donc que λ ≠ 0.
un+1
Avec lim = |λ| , on déduit que lim (un ) = 0 pour |λ| < 1 et que u diverge pour
n→+∞ un n→+∞
|λ| > 1.
1
Pour |λ| = 1, avec |un | = b , on déduit que u est convergente vers 0.
n
Théorème 3.15 Soient u = (un )n∈N et v = (vn )n∈N deux suites réelles telles que lim (un ) = ℓ
n→+∞
et lim (vn ) = ℓ.
n→+∞

1. Si ℓ > ℓ′ on a alors un > vn à partir d’un certain rang.


2. Si à partir d’un certain rang, un ≤ vn alors ℓ ≤ ℓ′ .
3. Si M est un majorant de la suite u, alors ℓ ≤ M.
4. Si m est un minorant de la suite u, alors ℓ ≥ m.

Démonstration. On applique le théorème 3.3 aux suites v − u, M − u et u − m.

Exercice 3.40 Que dire de la somme et du produit de deux suites divergentes, d’une suite
divergente et d’une suite convergente, de l’inverse d’une suite divergente.

Solution 3.40 ♠♠♠

Exercice 3.41 Soient (εn )n≥0 une suite de réels positifs telle que lim εn = 0 et (un )n≥0 une
n→+∞
suite de réels positifs telle qu’il existe λ ∈ [0, 1[ avec

∀n ≥ 0, un+1 ≤ λun + εn .

Montrer que lim un = 0.


n→+∞

Solution 3.41 Par récurrence, on a pour tout entier n ≥ 0 :

∀n ≥ n0 , un+1 ≤ λn−n0 +1 un0 + λn−n0 εn0 + λn−n0 −1 εn0 +1 + · · · + λεn−1 + εn .


52 Suites réelles ou complexes

Pour tout réel ε > 0, on peut trouver un entier n0 tel que :

∀n ≥ n0 , 0 ≤ εn < ε, 0 ≤ λn−n0 +1 < ε.

On a alors, pour tout n ≥ n0 :


( ) 1 − λn−n0 +1
0 ≤ un+1 ≤ λn−n0 +1 un0 + λn−n0 + λn−n0 −1 + · · · + λ + 1 ε = εun0 + ε
( 1 − λ )
1
≤ un0 + ε
1−λ

Ce qui prouve que lim un = 0.


n→+∞

∫ 1
Exercice 3.42 Montrer que pour toute fonction f continue sur [0, 1] , on a lim f (t) cos (nt2 ) dt =
n→+∞
∫ 1 0

0 et lim f (t) sin (nt2 ) dt = 0 (on peut utiliser l’exercice 3.4).


n→+∞ 0

Solution 3.42 A revoir.

3.7 Comparaison des suites


Les suites considérées dans ce paragraphe sont à valeurs réelles.

Définition 3.9 Soient u = (un )n∈N et v = (vn )n∈N deux suites réelles. On dit que :
1. la suite u est dominée par la suite v, s’il existe un entier n0 ≥ 0 et une suite bornée
(φn )n≥n0 tels que :
∀n ≥ n0 , un = φn vn
2. la suite u est négligeable devant la suite v, s’il existe un entier n0 ≥ 0 et une suite (εn )n≥n0
convergente vers 0 tels que :
∀n ≥ n0 , un = εn vn
3. la suite u est équivalente à la suite v, s’il existe un entier n0 ≥ 0 et une suite (φn )n≥n0
convergente vers 1 tels que :
∀n ≥ n0 , un = φn vn

On notera un = O (vn ) pour signifier que u est dominée par v, un = o (vn ) pour signifier que
u est négligeable devant v et un v vn pour signifier que u est équivalente à v.
+∞

Remarque 3.2 On vérifie facilement que la relation v définit une relation d’équivalence sur
les suite réelles, c’est-à-dire u v u (réflexivité), si u v v, alors v v u (symétrie) et si u v v,
v v w alors u v w (transitivité).

Remarque 3.3 Si la suite u converge vers un réel ℓ ̸= 0, alors un v ℓ (il suffit d’écrire
+∞
un
un = ℓ). Mais attention ce résultat est faux pour ℓ = 0. Dire que u est équivalente à 0

signifie que les un sont tous nuls à partir d’un certain rang et une suite peut avoir une limite
1
nulle en étant à valeurs dans R∗ comme le montre l’exemple de un = .
n
Suites monotones 53

On montre facilement le résultat suivant.

Théorème 3.16 Si u = (un )n∈N et v = (vn )n∈N sont deux suites réelles équivalents, alors elles
sont de même nature, c’est-à-dire que u converge si, et seulement si v converge. En cas de
convergence de l’une des deux suites, on a lim un = lim vn .
n→+∞ n→+∞

Démonstration. On a un = φn vn pour tout n ≥ n0 avec lim φn = 1. En utilisant le


n→+∞
résultat relatif au produit de deux suites convergentes, on déduit que si u converge, il en est
alors de même de v et lim un = lim φn lim vn = lim vn . Comme lim φn = 1, on aura
n→+∞ n→+∞ n→+∞ n→+∞ n→+∞
1
φn ̸= 0 à partir d’un rang n1 ≥ n0 et en écrivant que vn = un pour n ≥ n1 , on déduit que si
φn
v converge, il en est alors de même de u et lim un = lim vn .
n→+∞ n→+∞
Il en résulte que u diverge si, et seulement si v diverge.

3.8 Suites monotones


On rappelle que R est un corps commutatif totalement ordonné qui vérifie la propriété de la
borne supérieure.
Dire que M ∈ R est la borne supérieure d’une partie non vide X de R signifie que M est le
plus petit des majorants de X, ce qui se traduit par :
{
∀x ∈ X, x ≤ M,
∀ε > 0, ∃x ∈ X | M − ε < x ≤ M

et on note M = sup (X) .


Dans le cas où M ∈ X, on dit que M est le plus grand élément de X ou le maximum de X
et il est souvent noté M = max (X) .

Définition 3.10 On dit qu’une suite réelle (un )n∈N est :


— croissante si :
∀n ≥ 0, un+1 ≥ un ,
— décroissante si :
∀n ≥ 0, un+1 ≤ un ,
— monotone si elle est croissante ou décroissante.

En remplaçant les inégalités larges par des inégalités strictes on parle de suites strictement
monotones.
Pour étudier la monotonie d’une suite, on étudie le signe de un+1 − un ou, si un > 0 pour
un+1
tout n ∈ N, le signe de − 1.
un
Une suite réelle (un )n∈N est décroissante si, et seulement si, (−un )n∈N est croissante. Il suffit
donc de s’intéresser aux suites croissantes.

Exemple 3.2 Pour toute fonction monotone f définie sur R+ , la suite u = (f (n))n∈N est
monotone.

Exemple 3.3 Si f : I 7→ I est une fonction croissante, alors la suite (un )n∈N définie par u0 ∈ I
et un+1 = f (un ) pour tout n ∈ N est monotone de monotonie dépendant du signe de u1 − u0 .
54 Suites réelles ou complexes

Exercice 3.43 Que dire de la somme du produit ou du quotient (quand il est défini) de deux
suites monotones.

Solution 3.43 ♠♠♠

Exercice 3.44 Montrer que si (un )n∈N est une suite croissante, il en est de même de la suite
1 ∑
n
(vn )n∈N des moyennes de Césaro définie par vn = uk .
n + 1 k=0

Solution 3.44 On a :
n+1 un+1
vn+1 = vn +
n+2 n+2
et donc :
( )
1 ∑
n
1 1
vn+1 − vn = (un+1 − vn ) = un+1 − uk
n+2 n+2 n + 1 k=0
( )
1 ∑n
= (n + 1) un+1 − uk
(n + 2) (n + 1)
( n )
k=0

1 ∑
= (un+1 − uk ) ≥ 0.
(n + 2) (n + 1) k=0

Du théorème de la borne supérieure, on déduit immédiatement le résultat suivant.

Théorème 3.17 Une suite réelle croissante [resp. décroissante] (un )n∈N est convergente si, et
seulement si, elle est majorée [resp. minorée] et dans ce cas on a lim un = sup un [resp.
n→+∞ n∈N
lim un = inf un ] Sinon on a lim un = +∞. [resp. lim un = −∞].
n→+∞ n∈N n→+∞ n→+∞

Démonstration. Considérons une suite u = (un )n∈N croissante. Si elle est majorée, alors
l’ensemble {un | n ∈ N} qui est non vide et majoré admet une borne supérieure M. Soit ε un
réel strictement positif. Il existe un naturel n0 tel que :

M − ε ≤ un0 ≤ M.

La suite étant croissante et M étant un majorant de la suite, on a :

∀n ≥ n0 , M − ε ≤ un ≤ M,

soit :
∀n ≥ n0 , |un − M | ≤ ε.
La suite u est donc convergente vers M.
Si elle n’est pas majorée, pour tout réel M > 0, il existe un entier n0 tel que un0 ≥ M et
avec la croissance de u, on déduit que un ≥ M pour tout n ≥ n0 . La suite u est donc divergente
vers +∞.
On procède de même pour les suites décroissantes et minorées.
(√ )
Exercice 3.45 Étudier, sans utiliser la fonction ln, la suite u = n λ où λ est un nombre
n≥1
réel strictement positif.
Suites monotones 55

√ 1 1
Solution 3.45 Avec 1 = 1 et n = √
n
n
, il suffit de montrer le résultat pour λ > 1. Dans ce
(√ ) λ λ √ √ n+1 √
cas la suite n λ est strictement décroissante ( n+1 λ < n λ équivaut à λ < λ n = λ n λ

n∈N ∗
n
encore équivalent à λ > 1) et minorée par √ 1, elle converge donc vers un réel ℓ ≥ 1. Si ℓ > 1,
pour γ ∈ ]1, ℓ[ il existe un entier n0 tel que n λ > γ pour tout n ≥ n0 , ce qui entraîne λ > γ n
pour tout n ≥ n0 qui est incompatible avec lim γ n = +∞. On a donc ℓ = 1.
n→+∞

Exercice 3.46 Montrer que la suite u = (un )n∈N définie par la √ relation de récurrence, u0 = 0
√ 1+ 5
et un+1 = un + 1 est convergente vers le nombre d’or ℓ = .
2
Solution 3.46 On vérifie facilement par récurrence que 1 ≤ un ≤ 2 pour tout n ≥ 1. En
effet, pour n = 1, on a 1 = u1 < 2 et en supposant
√ acquis le résultat au rang n ≥ 1, on a
√ √ un+1 1
1 < 2 ≤ un+1 ≤ 3 < 2. Et avec = 1+ > 1, on déduit que u est croissante
un un
√ √
majorée, donc convergente vers ℓ ∈ [1, 2] . De un+1 = u√ n + 1, on déduit que ℓ = ℓ + 1, soit
1+ 5
ℓ2 − ℓ − 1 = 0 avec 1 ≤ ℓ ≤ 2, ce qui équivaut à ℓ = .
2
Exercice 3.47 Soit x un réel dans ]0, 2[ . Montrer, sans utiliser la fonction ln, que la suite
(un )n≥1 définie par :
( x )n
∀n ≥ 1, un = 1 +
n
est convergente.
Solution 3.47 Pour n ≥ 1 on a :
 x n+1
( )n+1 (
x x )n+1

1+
n+1
un+1 = 1+ = 1+  x 
n+1 n 1+
n
( ( )n+1
x )n+1 n2 + n (1 + x)
= 1+
n n2 + n (1 + x) + x
( ( )n+1
x )n+1 x
= 1+ 1− 2
n n + n (1 + x) + x
x
avec < 1 pour tout réel x > 0. On peut donc utiliser l’inégalité de Bernoulli
n2
+ n (1 + x) + x
pour écrire que :
( )n+1
x (n + 1) x x n 1
1− 2 >1− 2 =1− = = x
n + n (1 + x) + x n + n (1 + x) + x n+x n+x 1+
n
(on a n2 + n (1 + x) + x = (n + 1) (n + x)) et donc :
( x )n
un+1 > 1 + = un ,
n
ce qui signifie que, pour x > 0, (un )n≥1 est croissante.
D’autre part, en utilisant la formule du binôme, on a pour n ≥ 2 :

n k ∑
n
n (n − 1) · · · (n − k + 1) xk
kx
un = Cn k =1+x+
k=0
n k=2
k! nk
56 Suites réelles ou complexes

avec :

k
n (n − 1) · · · (n − k + 1) ∏ n − j
k−1
k! = ≥ 2k−1 et = ≤1
j=2
nk j=0
n
pour tout k compris entre 2 et n, ce qui donne pour x ∈ ]0, 2[ :
∑n
xk x2 ∑ xk−2
n−2
un ≤ 1 + x + = 1 + x +
k=2
2k−1 2 k=0 2k−2
xn−1
x2 1 − 2n−1 x2
≤1+x+ ≤ 1 + x + .
2 1− x 2−x
2
La suite (un )n≥1 est donc majorée et en conséquence convergente puisque croissante.
Sa limite est ex et pour x = 1, la majoration précédente donne e = e1 ≤ 3.

n
1
Exercice 3.48 Montrer que la suite u = (un )n∈N définie par un = est convergente vers
k=0
k!
un nombre irrationnel e.
Solution 3.48 La suite u est croissante et pour n > 2, on a :
∑n
1 1 1 1
un = ≤ 1 + 1 + + 2 · · · + n−1
k=0
k! 2 2 2
1
≤1+ =3
1− 1
2

puisque k! ≥ 2k−1 pour k ≥ 2, ce qui implique que u est convergente.


On a vu avec l’exercice 1.5 que sa limite e est irrationnelle.
∑n 1
Exercice 3.49 Montrer que la suite u = (un )n∈N∗ définie par un = − ln (n) pour tout
k=1 k
n ≥ 1 est décroissante minorée. Sa limite est la constante d’Euler, notée γ.
Solution 3.49 Pour n ≥ 1, on a :
( ) ∫ n+1 ( )
1 n+1 1 1
un+1 − un = − ln = − dt
n+1 n n n+1 t
∫ n+1
t − (n + 1)
= dt < 0,
n (n + 1) t
c’est-à-dire que u est décroissante.
1
La fonction t → est décroissante sur R+∗ , donc :
t
∫ k+1 ∫ k+1
dt dt 1
∀k ≥ 1, ≤ =
k t k k k
et pour tout n ≥ 2, on a :

n n ∫
∑ k+1 ∫ n+1
1 dt dt
≥ = = ln (n + 1) ,
k=1
k k=1 k t 1 t
( )
1
soit un ≥ ln (n + 1) − ln (n) = ln 1 + > 0.
n
Suites monotones 57

Exercice 3.50 En utilisant l’exercice précédent, montrer que :

∑2n
1
lim = ln (2)
n→+∞
k=n+1
k

Solution 3.50 Avec les notations de l’exercice précédent, on a pour tout n ≥ 1 :

∑2n
1 ∑1 ∑1
2n n
= − = u2n + ln (2n) − (un + ln (n))
k=n+1
k k=1
k k=1 k
= u2n − un + ln (2)

et la convergence de la suite u permet alors de conclure.


+∞ (−1)n−1
Le résultat de l’exercice 3.49 peut aussi être utilisé pour montrer que = ln (2) .
n=1 n

Exercice 3.51 On désigne par u = (un )n∈N et v = (vn )n∈N les suites respectivement définies
par :
∑ n
1 ∑n
(−1)k−1
un = − ln (n) , vn =
k=1
k k=1
k
pour n ≥ 1.
1. Montrer que :
∀n ≥ 1, v2n = u2n − un + ln (2) .
2. En déduire la limite de la suite v sachant que la suite u converge.

Solution 3.51
1. Pour n ≥ 1, on a :


2n
(−1)k−1 ∑
n
1 ∑ 1
n
v2n = = −
k=1
k j=1
2j − 1 j=1 2j
( )

2n
1 ∑
n
1 ∑
n
1 ∑1 ∑1
2n n
= − − = −
k=1
k j=1
2j j=1
2j k=1
k k=1 k
= u2n + ln (2n) − (un + ln (n)) = u2n − un + ln (2)

2. Sachant que la suite u converge vers γ, on déduit que lim v2n = ln (2) et avec v2n+1 =
n→+∞
1
v2n + , on a aussi lim v2n+1 = ln (2) et en conséquence lim vn = ln (2) (exercice
2n + 1 n→+∞ n→+∞
∑ (−1)
+∞ n−1
3.27), soit = ln (2) .
n=1 n

Exercice 3.52 Montrer que, pour tout réel α > 1, la suite (un )n∈N définie par :

∑n
1
∀n ≥ 1, un =
k=1

est convergente.
58 Suites réelles ou complexes

1
Solution 3.52 La fonction t → est décroissante sur R+∗ , donc :

∫ k ∫ k
dt dt 1
∀k ≥ 2, α
≥ α
= α
k−1 t k−1 k k
et pour tout n ≥ 2, on a :
∑n ∑n ∫ k ∫ n ( )
1 dt dt 1 1
un = 1 + ≤1+ =1+ =1+ 1 − α−1
k=2
k α
k=2 k−1 tα
1 t α α − 1 n
α
≤ .
α−1
La suite (un )n∈N est alors croissante majorée et donc convergente.
Pour α = 2, on peut utiliser les inégalités :
1 1 1 1
∀k ≥ 2, ≤ = −
k 2 k (k − 1) k−1 k
pour déduire que :
∑n ∑n ( )
1 1 1 1
un = 1 + ≤ 1 + − = 1 + 1 + ≤ 2.
k=2
k 2
k=2
k − 1 k n

L’exercice 3.49 est un cas particulier du suivant.

Exercice 3.53 Soit f : [1, +∞[ → R+ une fonction continue décroissante et F la primitive

n
de f nulle en 1. Montrer que la suite u = (un )n∈N définie par un = f (k) − F (n) pour tout
k=1
n ≥ 1 est décroissante minorée et donc convergente.

Solution 3.53 La fonction F est définie par :


∫ x
∀x ≥ 1, F (x) = f (t) dt.
1

Pour n ≥ 1, on a :
un+1 − un = f (n + 1) − (F (n + 1) − F (n))
∫ n+1 ∫ n+1
= f (n + 1) − f (t) dt = (f (n + 1) − f (t)) dt
n n

avec f continue et f (n + 1) ≤ f (t) pour tout t ∈ [n, n + 1] . On a donc un+1 − un ≤ 0 et u est


décroissante.
La fonction f est continue décroissante sur [1, +∞[ , donc :
∫ k+1 ∫ k+1
∀k ≥ 1, f (t) dt ≤ f (k) dt = f (k)
k k

et pour tout n ≥ 2, on a :

n n ∫
∑ k+1 ∫ n+1
f (k) ≥ f (t) dt = f (t) dt = F (n + 1) ,
k=1 k=1 k 1

∫ n+1
et un ≥ F (n + 1) − F (n) = f (t) dt ≥ 0 puisque f est à valeurs positives.
n
Suites monotones 59

1
Le choix de f (t) = nous permet de retrouver la constante γ d’Euler.
t
1
Plus généralement le choix de f (t) = α avec α > 0 nous permet de montrer les résultats
t
classiques sur les séries de Riemann (théorème 6.4, page 123).

Exercice 3.54 Montrer que si (un )n≥1 est une suite de réels positifs qui vérifie :

1
∀n ≥ 1, un+1 ≤ un +
n2
alors cette suite est convergente.

Solution 3.54 On a :
1 1 1 1
un+1 ≤ un + ≤ un + = un + −
n2 n (n − 1) n−1 n
soit :
1 1
0 < un+1 + ≤ un +
n n−1
( )
1
C’est-à-dire que la suite un + est décroissante minorée. Elle est donc convergente.
n − 1 n≥2
Ce qui entraîne la convergence de (un )n≥1 .

Le théorème 3.17 associé au résultat qui suit nous donne une démonstration du théorème de
Bolzano-Weierstrass.

Théorème 3.18 De toute suite réelle on peut extraire une suite monotone.

Démonstration. Soit A la partie de N, éventuellement vide, définie par :

n ∈ A ⇔ ∀m > n, um ≤ un .

Si A est finie, elle admet un majorant n0 ∈ / A. Il existe alors un entier n1 > n0 tel que un1 > un0 .
Comme n1 ∈ / A, il existe n2 > n1 tel que un2 > un1 et ainsi de suite, on construit par récurrence
une suite strictement croissante d’entiers (nk )k∈N telle que unk+1 > unk pour tout k ∈ N. La
suite (unk )k∈N est alors extraite de (un )n∈N et strictement croissante.
Si A est infinie, on peut ranger ces éléments dans l’ordre croissant, soit A = {nk | k ∈ N}
avec nk < nk+1 pour tout k ∈ N et par construction, on a unk+1 ≤ unk pour tout k ∈ N. La
suite (unk )k∈N est alors extraite de (un )n∈N et décroissante.

Théorème 3.19 (Bolzano-Weierstrass) De toute suite bornée de nombres réels on peut ex-
traire une sous-suite convergente.

Démonstration. Résulte immédiatement du théorème précédent et du théorème 3.17.


Une conséquence importante de ce résultat est le suivant.

Théorème 3.20 Une suite réelle (un )n∈N est convergente si, et seulement si, elle est bornée et
n’a qu’une seule valeur d’adhérence.
60 Suites réelles ou complexes

Démonstration. On sait déjà qu’une suite convergente est bornée et qu’elle n’a qu’une
seule valeur d’adhérence (théorème 3.7).
Réciproquement, supposons que la suite bornée (un )n∈N admette ℓ pour seule valeur d’adhé-
rence. Si cette suite ne converge pas vers ℓ, on peut alors trouver un réel ε > 0 tel que pour
tout entier n, il existe p > n avec |up − ℓ| ≥ ε. Par récurrence
on peut alors construire une suite
strictement croissante d’entiers (φ (n))n∈N telle que u)φ(n) − ℓ ≥ ε pour tout n. De la suite
( ) (
bornée uφ(n) n∈N on peut extraire une sous suite uψ(n) n∈N qui converge vers ℓ′ et par passage

à la limite dans l’inégalité uψ(n) − ℓ ≥ ε on déduit que |ℓ′ − ℓ| ≥ ε > 0, c’est-à-dire que ℓ′ est
une valeur d’adhérence de (un )n∈N distincte de ℓ, ce qui contredit l’hypothèse de départ.
( )
pn
Exercice 3.55 Soit x un nombre irrationnel. Montrer que si est une suite de nombres
qn n∈N
rationnels qui converge vers x, où pour tout n ∈ N, pn est un entier relatif et qn un entier naturel
non nul, alors lim qn = +∞ et lim pn = +∞, si x > 0, lim pn = −∞, si x < 0.
n→+∞ n→+∞ n→+∞

Solution 3.55 Dire que la suite (qn )n∈N ne converge pas vers l’infini signifie qu’il existe une
réel α > 0 tel que pour tout entier n ∈ N, il existe
( ) entier kn > n tel que 0 < qkn ≤ α.
un
On peut alors extraire de (qn )n∈N une sous-suite qφ(n) n∈N à valeurs dans [0, α] comme suit :
pour n = 0 il existe φ (0) > 0 tel que 0 < qφ(0) ≤ α et en supposant construits les entiers
φ (0) < φ (1) < · · · < φ (n) tels que 0 < qφ(k) ≤ α pour tout k compris entre 0 et n, on peut
trouver φ (n + 1) > φ (n) tel que 0 < qφ(n+1) ≤ α. De cette suite bornée on peut alors extraire
( ) pψ(n)
une sous-suite qψ(n) n∈N qui converge vers un entier q ≥ 1, mais alors avec pψ(n) = qψ(n) ,
( ) qψ(n)
on déduit que la suite pψ(n) n∈N est également convergente et sa limite p = xq est également
un entier, ce qui est en contradiction avec x irrationnel.
pn pn
Avec pn = qn et lim = x ̸= 0, on déduit que lim pn = ±∞, le signe étant celui de x.
qn n→+∞ qn n→+∞

3.9 Suites adjacentes


Définition 3.11 Deux suites réelles u = (un )n∈N et v = (vn )n∈N sont adjacentes si la suite u
est croissante, la suite v est décroissante et si la suite v − u est convergente vers 0.
Lemme 3.1 Soient (un )n∈N et (vn )n∈N deux suites adjacentes. Pour tous n, m dans N on a
un ≤ vm .
Démonstration. Supposons qu’il existe deux indices n, m tels que un > vm . Comme u est
croissante, et v décroissante, on a alors pour tout k ≥ max (n, m) , uk ≥ un et vk ≤ vm , ce qui
entraîne uk − vk ≥ un − vm > 0 et 0 = lim (uk − vk ) ≥ un − vm > 0, ce qui est impossible.
k→+∞

Théorème 3.21 Deux suites adjacentes u = (un )n∈N et v = (vn )n∈N convergent vers la même
limite ℓ, avec :
∀n ∈ N, ∀m ∈ N, un ≤ ℓ ≤ vm .
Démonstration. En utilisant le lemme précédent et la monotonie des suites u et v, on a :
∀n ∈ N, u0 ≤ un ≤ un+1 ≤ vn+1 ≤ vn ≤ v0 ,
c’est-à-dire que u est croissante majorée par v0 et v décroissante et minorée par u0 , ces deux
suites sont donc convergentes avec :
lim vn − lim un = lim (vn − un ) = 0.
n→+∞ n→+∞ n→+∞
Suites adjacentes 61

Elles convergent donc vers la même limite :

ℓ = sup (un ) = inf (vn ) .


n∈N n∈N

On peut remarquer qu’une majoration de l’erreur d’approximation de ℓ par les un est donnée
par :
∀n ∈ N, 0 ≤ ℓ − un ≤ vn − un .

Exercice 3.56 Soit x un réel dans [0, 1] . Montrer, sans utiliser la fonction ln, que les suites
u = (un )n∈N et v = (vn )n∈N définies par : :
( x )n ( x )n+1
∀n ≥ 1, un = 1 + , vn = 1 +
n n
sont convergentes.

Solution 3.56 Pour x = 0, ces suites stationnent sur 1.


On a déjà vu avec l’exercice 3.47 que u est croissante pour x > 0 (et majorée pour x ∈ ]0, 2[).
Pour n ≥ 1 on a :
 n+1
( )n+1 x
( ) 1+
x n+1 x  n 
vn = 1 + = 1+  x 
n n+1 1+
n+1
( )n+1 ( 2 )n+1
x n + n (1 + x) + x
= 1+
n+1 n2 + n (1 + x)
( )n+1 ( )n+1
x x
= 1+ 1+ 2
n+1 n + n (1 + x)

et en utilisant l’inégalité de Bernoulli (ou plus simplement la formule du binôme de Newton)


pour x > 0, on obtient :
( )n+1
x (n + 1) x x
1+ 2 >1+ 2 >1+
n + n (1 + x) n + n (1 + x) n+1

(c’est équivalent à (n + 1)2 x > x (n2 + n (1 + x)) encore équivalent à (n + 1)2 > n2 + n (1 + x)
ou a n (1 − x) + 1 > 0 qui est vérifié pour x ≤ 1) et donc :
( )n+2
x
vn < 1 + = vn+1
n+1

ce qui signifie que (vn )n≥1 est décroissante pour x ∈ ]0, 1] .


Enfin, pour n ≥ 1, on a :
x
vn − un = un ≥ 0
n
xv1
et donc un ≤ vn ≤ v1 (v est décroissante), ce qui donne 0 ≤ vn − un ≤ et lim (vn − un ) =
n n→+∞
0.
Ces deux suites sont donc adjacentes et en conséquence convergentes.
62 Suites réelles ou complexes

Exercice 3.57 Montrer que les suites u = (un )n∈N et v = (vn )n∈N définies par :
∑n
1 1
un = , vn = un +
k=0
k! n!

convergent vers la même limite irrationnelle e.


Solution 3.57 Il est clair que u est croissante et pour n ≥ 1, on a :
1 1 1 n−1
vn+1 − vn = + − =− ≤0
(n + 1)! (n + 1)! n! (n + 1)!
( )
1
donc (vn )n≥1 est décroissante. De plus avec lim (vn − un ) = lim = 0, on déduit que
n→+∞ n→+∞ n!
ces suites sont adjacentes. Elles convergent donc vers la limite.
On a vu avec l’exercice 1.5 que la limite e de u est irrationnelle.
Les encadrements un ≤ e ≤ vm , nous permettent de donner des valeurs approchées de e par
défaut et par excès. Par exemple, pour n = m = 10, on obtient :
u10 ≈ 2.7183 ≤ e ≤ v10 ≈ 2.7183
avec une majoration de l’erreur d’approximation donnée par :
1
0 ≤ e − u10 ≤ v10 − u10 = ≈ 2.755 · 10−7 .
10!
1
On peut aussi utiliser la suite v = (vn )n≥1 définie par vn = un + (les suites u et v sont
n · n!
encore adjacentes) et on a en fait :
1
0 ≤ e − u10 ≤ v10 − u10 = ≈ 2.755 · 10−8 .
10 · 10!
Exercice 3.58 Montrer que les suites u = (un )n∈N et v = (vn )n∈N définies par :

n
1 ∑
n
1
un = − ln (n) , vn = − ln (n + 1)
k=1
k k=1
k

convergent vers une même limite γ (la constante d’Euler).


Solution 3.58 Avec l’exercice 3.49, on a déjà vu que u est décroissante.
De manière analogue, pour n ≥ 1, on a :
( ) ∫ n+2 ( )
1 n+2 1 1
vn+1 − vn = − ln = − dt
n+1 n+1 n+1 n+1 t
∫ n+2
t − (n + 1)
= dt > 0,
n+1 (n + 1) t
c’est-à-dire que v est croissante.
Et avec : ( ( ))
n+1
lim (un − vn ) = lim ln = ln (1) = 0,
n→+∞ n→+∞ n
on conclut que ces deux suites sont adjacentes.
Les encadrements vn ≤ γ ≤ um , nous permettent de donner des valeurs approchées de γ. Par
exemple, pour n = m = 10, on obtient :
v10 ≈ 0.53107 ≤ γ ≤ u10 ≈ 0.62638
Suites adjacentes 63

Exercice 3.59 Montrer que les suites u = (un )n∈N et v = (vn )n∈N définies par :
∑n
1 √ ∑n
1 √
un = √ − 2 n + 1, vn = √ −2 n
k=1
k k=1
k

convergent vers une même limite.

Solution 3.59 Pour n ≥ 1, on a :


1 (√ √ ) 1 2
un+1 − un = √ +2 n+1− n+2 = √ −√ √
n+1 n+1 n+1+ n+2
√ √
n+2− n+1 1
=√ (√ √ )=√ (√ √ )2 > 0,
n+1 n+1+ n+2 n+1 n+1+ n+2
c’est-à-dire que u est croissante.
De même :
1 (√ √ ) 1 2
vn+1 − vn = √ +2 n− n+1 = √ −√ √
n+1 n+1 n+ n+1
√ √
n− n+1 1
=√ (√ √ ) = −√ (√ √ )2 < 0,
n+1 n+ n+1 n+1 n+ n+1
c’est-à-dire que v est décroissante.
Enfin avec :
(√ ( )
√ ) 1
lim (un − vn ) = 2 lim n + 1 − n = 2 lim √ √ = 0,
n→+∞ n→+∞ n→+∞ n+1+ n
on conclut que ces deux suites sont adjacentes et donc convergentes vers ℓ.
Les encadrements un ≤ ℓ ≤ vm , nous permettent de donner des valeurs approchées de ℓ. Par
exemple, pour n = m = 20, on obtient :

u20 ≈ −1.569 9 ≤ ℓ ≤ v20 ≈ −1.349

En fait, les deux exercices qui précèdent ne sont que des cas particulier du résultat suivant
qui complète l’exercice 3.53.

Exercice 3.60 Soit f : [1, +∞[ → R une fonction continue décroissante telle que lim f (x) =
x→+∞
0 et F la primitive de f nulle en 1. Montrer que les suites u = (un )n∈N et v = (vn )n∈N définies
par 
 ∑n

 un = f (k) − F (n + 1)
∀n ≥ 1, k=1
∑n

 f (k) − F (n)
 vn =
k=1

convergent vers une même limite.

Solution 3.60 Comme f tend vers 0 en décroissant à l’infini, elle est nécessairement à valeurs
positives.
Avec l’exercice 3.53 on a vu que u est croissante et v décroissante.
Avec : ∫ n+1
vn − un = F (n + 1) − F (n) = f (t) dt
n
64 Suites réelles ou complexes

et f positive décroissante, on déduit que :

0 ≤ vn − un ≤ f (n)

et lim (vn − un ) = 0 puisque lim f (n) = 0.


n→+∞ n→+∞

Les suites adjacentes peuvent être utilisées pour étudier des suites construites à partir de
moyennes, arithmétiques, géométriques ou harmoniques.

Exercice 3.61 Soient 0 < a < b et (un )n∈N , (vn )n∈N définies par :
{
u0 = a
v0 = b

 2
 un+1 = 1 (moyenne harmonique)
∀n ∈ N, + v1n
un

 vn+1 = un
+ vn
(moyenne arithmétique)
2

Montrer que ces suites sont
√ adjacentes de limite ab (moyenne géométrique). Pour b = 1, on
a des approximations de a.

Solution 3.61 On vérifie facilement, par récurrence, que un > 0 et vn > 0 pour tout n ∈ N.
Pour n ∈ N, on a :
un − vn
vn+1 − vn =
2
avec u0 − v0 = a − b < 0 et pour n ≥ 1 :

2un−1 vn−1 un−1 + vn−1 (un−1 − vn−1 )2


un − vn = − =− ≤ 0.
un−1 + vn−1 2 2 (un−1 + vn−1 )

Il en résulte que (vn )n∈N est décroissante.


Avec :
2un vn un (vn − un )
un+1 − un = − un = ,
un + vn un + vn
on déduit que (un )n∈N est croissante.
Enfin avec un > 0 on a :

(un − vn )2 vn − un
0 ≤ vn+1 − un+1 = ≤
2 (un + vn ) 2

et par récurrence :
b−a
0 ≤ un − vn ≤ → 0.
2n n→+∞
Les suites (un )n∈N et (vn )n∈N
sont donc adjacentes et en conséquence convergent vers une même
limite λ ≥ 0.
D’autre part avec un+1 vn+1 = un vn , on déduit que un vn = u0 v0 pour tout n et λ2 = u0 v0 . Donc :
√ √
lim un = lim vn = u0 v0 = ab.
n→+∞ n→+∞
Suites adjacentes 65

Exercice 3.62 Soient 0 < a < b et (un )n∈N et (vn )n∈N définies par :
{
u0 = a
v0 = b
{ √
un+1 = un vn (moyenne géométrique)
∀n ∈ N, un + vn
vn+1 = (moyenne arithmétique)
2
Montrer que ces suites sont adjacentes de même limite. Cette limite est appelée moyenne
arithmético-géométrique de a et b.

Solution 3.62 On vérifie facilement, par récurrence, que un > 0 et vn > 0 pour tout n ∈ N.
√ u+v √ √ 2
On rappelle que pour tous réels u, v positifs, on a uv ≤ (conséquence de ( v − u) ≥
2
0).
Avec l’inégalité précédente, on déduit que un ≤ vn pour tout n ∈ N.
√ u+v √
Avec u ≤ uv ≤ v et u ≤ ≤ v pour u > 0 et v > 0, on déduit que un ≤ un+1 = un vn
2
un + vn
et vn+1 = ≤ vn pour tout n ∈ N.
2
La suite (un )n∈N est donc croissante et (vn )n∈N décroissante.
Enfin avec :
vn − un
0 ≤ vn+1 − un+1 ≤ vn+1 − un = ,
2
b−a
on déduit par récurrence sur n ≥ 0 que 0 ≤ vn − un ≤ n et lim (vn − un ) = 0.
2 n→+∞
Les suites (un )n∈N et (vn )n∈N sont donc adjacentes et en conséquence convergent vers une même
limite ℓ > 0.
π
On peut montrer que cette limite est ℓ = , où E (a, b) est l’intégrale elliptique définie
2 · E (a, b)
par : ∫ +∞
dt
E (a, b) = √
0 (t2 + a2 ) (t2 + b2 )
(voir l’épreuve 1 du Capes Externe 1995).

Exercice 3.63 Soient 0 < a < b et (un )n∈N et (vn )n∈N définies par :
{ { un + vn
u0 = a un+1 =
, ∀n ∈ N, √ 2
v0 = b v = u v
n+1 n+1 n

sin (θ) a
Montrer que ces suites sont adjacentes de limite ℓ = b où cos (θ) = .
θ b
Solution 3.63 On vérifie par récurrence, que

∀n ∈ N, 0 < un < un+1 < vn+1 < vn .

Pour n = 0, on a 0 < u0 = a < b = v0 et :


u0 + v0
u1 = > u0 > 0
2
√ √
u0 + v0
v1 = v0 < v02 = v0
2
66 Suites réelles ou complexes

√ √ √ u1
v1 − u1 = u1 ( v0 − u1 ) = √ √ (v0 − u1 )
v0 + u1
√ ( ) √ ( )
u1 u0 + v0 u1 v0 − v0
=√ √ v0 − =√ √ > 0.
v0 + u1 2 v0 + u1 2
On a donc bien 0 < u0 < u1 < v1 < v0 .
En supposant le résultat acquis au rang n ≥ 0, on a :
un+1 + vn+1
un+2 = > un+1 > 0
2
√ √
un+1 + vn+1 2
vn+2 = vn+1 < vn+1 = vn+1 > 0
2

√ √ √ un+2
vn+2 − un+2 = un+2 ( vn+1 − un+2 ) = √ √ (vn+1 − un+2 )
vn+1 + un+2
√ ( )
un+2 un+1 + vn+1
=√ √ vn+1 −
vn+1 + un+2 2
√ ( )
un+2 vn+1 − vn+1
=√ √ > 0.
vn+1 + un+2 2
La suite u est donc croissante et la suite v décroissante.
La dernière égalité donne pour n ≥ 0 :
√ ( )
un+1 vn − vn vn − vn
0 < vn+1 − un+1 = √ √ <
vn + un+1 2 2
b−a
et par récurrence 0 < vn − un ≤ , ce qui entraîne lim (vn − un ) = 0.
2n n→+∞
Les suites (un )n∈N et (vn )n∈N sont donc adjacentes et en conséquence convergent vers une même
limite ℓ > 0.
a ] π[
Comme 0 < < 1, il existe un unique réel θ ∈ 0, tel que a = b cos (θ) .
b 2
On a donc u0 = b cos (θ) et v0 = b.
Pour n = 1, on a ; ( )
u0 + v0 b (1 + cos (θ)) 2 θ
u1 = = = b cos
2 2 2
et : ( )
√ θ
v1 = u1 v0 = b cos
2
De même pour n = 2, on a :
( )( ( )) ( ) ( )
u1 + v1 θ 1 + cos 2θ θ 2 θ
u2 = = b cos = b cos cos
2 2 2 2 22
et : ( ) ( )
√ θ θ
v2 = u2 v1 = b cos cos 2
2 2
Par récurrence, on vérifie que pour tout n ≥ 1, on a :
( ) ( ) ( ) ( )
θ θ θ θ
un = b cos cos 2 · · · cos n−1 cos 2
2 2 2 2n
Suites adjacentes 67

et : ( ) ( ) ( ) ( )
θ θ θ θ
vn = b cos cos 2 · · · cos n−1 cos n
2 2 2 2
En effet, c’est vrai pour n = 1 et le supposant vrai pour n ≥ 1, on a :
un + vn
un+1 =
( ) ( ) ( ) ( )( ( 2 ))
θ θ θ θ 1 + cos 2θn
= b cos cos 2 · · · cos n−1 cos n
2 2 2 2 2
( ) ( ) ( ) ( )
θ θ θ θ
= b cos cos 2 · · · cos n cos 2
2 2 2 2n+1
et : ( ) ( ) ( ) ( )
√ θ θ θ θ
vn+1 = un+1 vn = b cos cos 2 · · · cos n cos n+1
2 2 2 2
On a donc pour tout n ≥ 1 :

n ( )
θ
vn = b cos
k=1
2k
En remarquant que :
( ) ( )
θ cos 2θ sin (θ)
cos = sin (θ) (θ) (θ) = ( )
2 2 sin 2 cos 2 2 sin 2θ

( ) ( ) ( )
θ θ sin (θ) θ
cos cos 2 = ( θ ) cos 2
2 2 2 sin 2 2
( ) (θ)
sin (θ) θ cos 22
= ( θ ) sin ( ) ( )
2 sin 2 2 2 sin 2θ2 cos 2θ2
sin (θ)
= 2 ( )
2 sin 2θ2

on vérifie facilement par récurrence que, pour tout n ≥ 1, on a :

b sin (θ)
vn = ( ).
2n sin 2θn
( )
θ θ b sin (θ)
Puis avec sin v
, on déduit que lim un = lim vn = .
2n
n→+∞ 2 n n→+∞ n→+∞ θ
1 π 4
Pour a = √ , b = 1, on a θ = et les suites u et v donnent des approximations de .
2 4 π

Le théorème des suites adjacentes est équivalent au théorème des segments emboîtés qui
suit.

Théorème 3.22 Si ([an , bn ])n∈N est une suite de segments emboîtés (c’est-à-dire que an < bn
et [an+1 , bn+1 ] ⊂ [an , bn ] pour tout n ∈ N) telle que lim (bn − an ) = 0, alors il existe un réel ℓ
∩ n→+∞
tel que [an , bn ] = {ℓ} .
n∈N
68 Suites réelles ou complexes

Démonstration. Il est facile de vérifier que les suites (an )n∈N et (bn )n∈N sont adjacentes et :
ℓ = sup (an ) = lim (an ) = lim (bn ) = inf (bn ) .
n∈N n∈N n∈N n∈N

Le théorème des suites adjacentes nous permet de retrouver le théorème de Bolzano-Weierstrass.


Théorème 3.23 (Bolzano-Weierstrass) De toute suite bornée de nombres réels (un )n∈N on
peut extraire une sous-suite convergente.
Démonstration. On utilise le principe de dichotomie.
Si [a0 , b0 ] est un intervalle réel qui contient tous les éléments de la suite (un )n∈N on le coupe
en deux parties égales et on garde une de ces parties qui contient des un pour une infinité
d’indices n. En réitérant ce procédé on construit deux suites adjacentes (an )n∈N et (bn )n∈N
et une application φ strictement (croissante ) de N dans N telles que chaque intervalle [an , bn ]
contient un terme uφ(n) . La suite uφ(n) n∈N est alors convergente.
Le théorème des suites adjacentes permet également de montrer que R n’est pas dénombrable
en utilisant en utilisant le principe de trichotomie.
Théorème 3.24 R n’est pas dénombrable.
Démonstration. Il suffit pour cela de montrer que [0, 1] n’est pas dénombrable.
Supposons qu’il existe une application bijective φ : N → [0, 1] . En coupant I = [0, 1] en
trois segments de même longueur, il en existe un que l’on note I0 qui ne contient pas f (0) . On
coupe ensuite I0 en trois segments de même longueur en notant I1 l’un de ces segments qui ne
contient par f (1) . Par récurrence, on construit ainsi une suite de segments emboîtés (In )n∈N
1
telle que, pour tout n ∈ N, In ne contient pas f (n) et In est de longueur n , on déduit alors du
∩ 3
théorème des segments emboîtés que In = {x} avec x ∈ [0, 1] et x ̸= f (n) pour tout n ∈ N,
n∈N
ce qui contredit la définition de f.
Une autre application importante du théorème des segments emboîtés (ou des suites adja-
centes) est le théorème des valeurs intermédiaires qui fournit de plus une méthode d’approxi-
mation d’une solution d’une équation f (x) = 0.
Théorème 3.25 Si I = [a, b] est un intervalle réel fermé borné et f une fonction continue
de I dans R telle que f (a) f (b) < 0, alors l’équation f (x) = 0 admet au moins une solution
α ∈ ]a, b[ .
Démonstration. Supposons que f (a) < 0 < f (b) (en remplaçant au besoin f par −f on
se ramène toujours à ce cas).
On construit, par récurrence, une suite ([an , bn ])n∈N d’intervalles emboîtés dans [a, b] de la
manière suivante :
— [a0 , b0 ] = [a, b] ;
— en supposant construit [an , bn ] ⊂ [a, b] pour n ≥ 0, on pose :
 [ ] ( )

 an + b n an + b n

 an , si f > 0,
2 2
[an+1 , bn+1 ] = [ ]

 an + b n

 , bn sinon.
2
b n − an
On a alors [an+1 , bn+1 ] ⊂ [an , bn ] avec bn+1 − an+1 = pour tout n ≥ 0, ce qui
2
b−a
entraîne bn − an = n pour tout n ≥ 0.
2
Suites adjacentes 69

([an , bn ])n∈N est alors une suite de segments emboîtés et [an , bn ] = {α} avec α ∈ [a, b] .
n∈N
De plus, par construction, on a f (an ) ≤ 0 ≤ f (bn ) pour tout n ≥ 0. En effet, c’est vrai pour
n(= 0 et en)supposant cet encadrement vérifié au rang n ≥ 0, on a f((an+1 ) =)f (an ) ≤ 0 si
an + b n an + b n an + b n
f > 0 avec et bn+1 = et f (bn+1 ) = f (bn ) ≥ 0 si f ≤ 0 avec et
2 2 2
an + b n
an+1 = .
2
Avec a = lim (an ) = lim (bn ) et la continuité de f, on déduit alors que :
n∈N n∈N

f (α) = lim (f (an )) ≤ 0 ≤ lim (f (bn )) = f (α) ,


n∈N n∈N

ce qui équivaut à f (α) = 0. Comme de plus on a supposé que f (a) f (b) < 0, α est différent de
a et de b.

Remarque 3.4 Si f est strictement monotone, elle est alors injective et α est l’unique solution
dans [a, b] de l’équation f (x) = 0.
( )
an + b n
Remarque 3.5 La suite converge également vers α.
2 n∈N

Pour chacune des trois suites, on la majoration de l’erreur d’approximation :


b−a
∀n ∈ N, |α − xn | ≤ ,
2n
ce qui permet de déterminer un nombre ( suffisant
) d’itérations pour atteindre une précision ε > 0
b−a
donnée. On peut prendre n0 = log2 .
ε
En pratique on préfère utiliser le test d’arrêt |bn − an | < ε.

Exemple 3.4 Pour approximer 2, on utilise la fonction f définie par f (x) = x2 − 2 sur [0, 2]
(on a f (0) = −2 < 0 < f (2) = 2), ce qui conduit aux suites (an )n∈N et (bn )n∈N définies par
a0 = 1, b0 = 2 et :
 [ ] ( )2

 an + b n an + b n

 an , si > 2,
2 2
[an+1 , bn+1 ] = [ ]

 an + b n

 , bn sinon.
2
( )
an + bn √
La suite (un )n∈N = permet d’approximer 2 avec pour majoration de l’erreur :
2 n∈N

1
un − 2 ≤ bn − an = n .
2
La programmation permettant le calcul des un est élémentaire.
70 Suites réelles ou complexes

3.10 Le théorème de Césaro


Si (un )n∈N est une suite numérique qui converge vers ℓ, les un seront proches de ℓ pour n

1 n−1
assez grand et il semble naturel qu’il en est de même des moyennes uk . C’est ce que dit
n k=0
le théorème de Césaro. Un peu plus généralement, on a le résultat suivant.
( n )

Théorème 3.26 Soit (αn )n∈N une suite de réels strictement positifs telle que lim αk =
n→+∞ k=0
+∞.
Si (un )n∈N est une suite réelle ou complexe convergente, on a alors :
 
 1 ∑ n−1

lim 
 αk uk 
 = n→+∞
lim (un ) .
n→+∞ ∑
n−1
αk k=0
k=0

Démonstration. Notons ℓ = lim (un ) et, pour tout entier n ≥ 1 :


n→+∞


n−1
1 ∑
n−1
An = αk , v n = αk uk .
k=0
An k=0

On a :
∀ε > 0, ∃nε ∈ N | ∀n ≥ nε , |un − ℓ| < ε
et donc pour n > nε :
n−1
1 ∑

|vn − ℓ| = αk (uk − ℓ)
An k=0
n
1 ∑ 1 ∑
ε n−1

≤ αk (uk − ℓ) + αk |uk − ℓ|
An k=0 An
k=n +1 ε


n−1
αk
Cε Cε
k=nε +1
≤ + + ε. ε≤
An An An
( )

Si de plus on lim (An ) = +∞, il en résulte que lim = 0 (ε étant fixé) et on peut
n→+∞ n→+∞ An
trouver un entier n1 > nε tel que :

∀n ≥ n1 , |vn − ℓ| ≤ 2ε

D’où le résultat annoncé.

Remarque 3.6 Ce théorème est souvent utilisé en considérant les moyennes arithmétiques,
c’est-à-dire avec la suite (αn )n∈N stationnaire sur 1. Précisément, on a :
( n−1 )
1∑
lim (un ) ⇒ lim uk = ℓ.
n→+∞ n→+∞ n k=0
Le théorème de Césaro 71

Définition 3.12 )
( n−1 On dit qu’une suite (un )n∈N converge au sens de Césaro vers un scalaire ℓ, si
1 ∑
la suite uk est convergente vers ℓ.
n k=0 n∈N∗

Exercice 3.64 Montrer que si (un )n∈N est une suite réelle ou complexe convergente, on a alors
pour tout réel α ≥ 0 :
( )
1 ∑ α
n
1
lim α+1
k uk = lim (un ) .
n→+∞ n k=1
α + 1 n→+∞

Solution 3.64 On désigne par (α


( la suite définie par αn = nα . Comme k α ≥ 1 pour tout
n )n∈N)

n ∑n
k ≥ 1, on a αk ≥ n et lim αk = +∞. Le théorème de Césaro nous dit alors que :
k=1 n→+∞ k=1
 
 1 ∑ n


lim  ∑ k α uk 
n→+∞ n  = n→+∞
lim (un ) .
k α k=1
k=1


n
Il s’agit alors de trouver un équivalent de Sn = k α . En utilisant la croissance de la fonction
k=1
t 7→ tα sur [1, +∞[ , on a pour tout entier k ≥ 1 :

∀t ∈ [k, k + 1] , k α ≤ tα ≤ (k + 1)α

et : ∫ k+1
k ≤α
tα dt ≤ (k + 1)α
k
de sorte que :

n n ∫
∑ k+1 ∑
n
k ≤α
t dt ≤
α
(k + 1)α
k=1 k=1 k k=1
ou encore : ∫ n+1
(n + 1)α+1 − 1
Sn ≤ α
t dt = ≤ Sn+1 − 1.
1 α+1
α+1
(n + 1) (n + 1)α+1 − 1 nα+1 − 1
On a donc Sn ≤ et ≤ Sn+1 ou encore ≤ Sn , ce qui donne :
α+1 α+1 α+1
nα+1 − 1 (n + 1)α+1
≤ Sn ≤
α+1 α+1
et : ( )α+1
1 − nα+1
1
Sn 1 1
≤ α+1 ≤ 1+ .
α+1 n α+1 n
Sn 1 nα+1
Il en résulte que lim = , ce qui signifie que S n v .
n→+∞ nα+1 ( α + 1 ) +∞ α + 1
1 ∑ n 1
En conséquence, on a lim α+1
k α uk = lim (un ) .
n→+∞ n k=1 α + 1 n→+∞
Exercice 3.65 Montrer que si (un )n∈N est une suite réelle ou complexe telle que lim (un+1 − un ) =
n→+∞
un
ℓ (avec ℓ éventuellement infini pour une suite réelle), alors lim = ℓ.
n→+∞ n
72 Suites réelles ou complexes

Solution 3.65 Il suffit d’écrire que :


1∑
n−1
un u0
= (uk+1 − uk ) +
n n k=0 n
et d’utiliser le théorème de Césaro.
L’exercice précédent peut se généraliser comme suit.
Exercice 3.66 Soient (un )n∈N une suite réelle ou complexe et (γn )n∈N( une suite réelle
) stricte-
un+1 − un
ment croissante non majorée telle que γ0 > 0. Montrer que si lim = λ, alors
( ) n→+∞ γn+1 − γn
un
lim = λ.
n→+∞ γn
Solution 3.66 On désigne par (αn )n∈N la suite définie par αn = γn+1 − γn . Comme (γn )n∈N
est strictement croissante avec γ0 > 0, les suites (γn )n∈N et (αn )n∈N sont à valeurs strictement
positives. Si de plus (γn )n∈N est non majorée, elle diverge vers +∞ et :
( n )

lim αk = lim (γn+1 − γ0 ) = +∞.
n→+∞ n→+∞
k=0

En écrivant que :
1 ∑ uk+1 − uk
n−1
1
α = (un − u0 )

n−1 k
γk+1 − γk γn − γ0
αk k=0
k=0
( )
un+1 − un un − u0
et en utilisant le théorème de Césaro, on déduit que si lim = λ, alors lim =
n→+∞ γn+1 − γn n→+∞ γn − γ0
un un un 1
λ, soit lim = λ puisque lim γn = +∞. Enfin avec = , on déduit
n→+∞ γn − γ0 n→+∞ γn − γ0 γn 1 − γγn0
( )
un
que lim = λ.
n→+∞ γn
Exercice 3.67 Soient (un )n∈N∗ et (vn )n∈N∗ deux suites numériques convergentes respectivement
vers ℓ et ℓ′ . Montrer que la suite (wn )n∈N∗ définie par :
1∑
n

∀n ∈ N , wn = uk vn−k
n k=1

converge vers ℓℓ′ .


Solution 3.67 On a, pour tout n ≥ 1 :
1∑
n

wn − ℓℓ = (uk vn−k − ℓℓ′ )
n k=1
1∑
n
= (uk (vn−k − ℓ′ ) + ℓ′ (uk − ℓ))
n k=1
et :
1∑ 1∑
n n
|wn − ℓℓ′ | ≤ sup |un | (vn−k − ℓ′ ) + |ℓ′ | (uk − ℓ)
n∈N∗ n k=1 n k=1
(la suite (un )n∈N∗ est bornée puisque convergente). On conclut alors avec le théorème de Césaro.
Le théorème de Césaro 73

Exercice 3.68 Montrer que le théorème de Césaro est encore valable pour des suites réelles
(un )n∈N qui diverge vers −∞ ou +∞.

Solution 3.68 Quitte à remplacer (un )n∈N par (−un )n∈N , on peut supposer que lim (un ) =
n→+∞
+∞.
On a donc :
∀λ > 0, ∃n0 ∈ N | ∀n ≥ n0 , un > λ
et, en gardant les notations utilisées dans la démonstration du théorème, on a pour tout n > n0 :

1 ∑
n−1
vn = αk uk
An k=0

1 ∑ 1 ∑
n0 n−1
= αk uk + αk uk
An k=0 An k=n +1
0

C0 An − An0 C0 − An0
> + λ=λ+ λ
An An An
( )
C0 − An0
Si de plus on lim (An ) = +∞, il en résulte que lim = 0 (λ étant fixé) et on
n→+∞ n→+∞ An
peut trouver un entier n1 > n0 tel que :
C0 − An0 1
∀n ≥ n1 , >−
An 2
ce qui donne :
λ
∀n ≥ n1 , vn >
2
et le résultat annoncé puisque λ est quelconque.

On a donc le résultat suivant.

Théorème 3.27 Une suite numérique (un )n∈N convergente est convergente au sens de Césaro.
Si de plus cette suite est réelle et diverge vers −∞ ou +∞, elle diverge aussi au sens de Césaro
vers −∞ ou +∞.

Remarque 3.7 En considérant les suites définies par αn = 1 et un = (−1)n , on voit que la
réciproque est fausse. Toutefois, on a le résultat suivant.

Exercice 3.69 Soit (un )n∈N une suite numérique convergente au sens de Césaro vers ℓ. Si de
plus on a lim n (un − un−1 ) = 0, alors la suite (un )n∈N converge vers ℓ.
n→+∞

Solution 3.69 On a :

n ∑
n ∑
n ∑
n ∑
n−1
k (uk − uk−1 ) = kuk − kuk−1 = kuk − (k + 1) uk
k=1 k=1 k=1 k=1 k=0

n−1
= nun − uk
k=0
74 Suites réelles ou complexes

soit :
1∑ 1∑
n−1 n
un − uk = k (uk − uk−1 ) → 0
n k=0 n k=1 n→+∞

en appliquant le théorème de Césaro à la suite (n (un − un−1 ))n∈N , ce qui donne :

1∑
n−1
lim un = lim uk = ℓ.
n→+∞ n→+∞ n
k=0

Le résultat précédent est un cas particulier du théorème de Hardy qui suit.

Exercice 3.70 Soient (un )n∈N une suite numérique et (vn )n∈N la suite des moyennes de Césaro
définie par :

1∑
n−1
vn = uk
n k=0
1. Montrer que :

1 ∑
m−1
n
∀m > n, um − vm = (vm − vn ) + (um − uk ) .
m−n m − n k=n

2. On suppose que la suite (un )n∈N converge au sens de Césaro vers ℓ et que la suite
(n (un − un−1 ))n∈N est bornée. On désigne par M un majorant la suite (n |un − un−1 |)n∈N .
(a) Montrer que :
n m−n
∀m > n, |um − vm | ≤ |vm − vn | + M .
m−n n+1

(b) Montrer que lim (um − vm ) = 0 et donc que la suite (un )n∈N converge vers ℓ.
m→+∞

Solution 3.70
1. Pour m > n, on a :

1 ∑ 1 ∑ 1 ∑
n−1 m−1 m−1
n
vm = uk + uk = vn + uk
m k=0 m k=n m m k=n

et :

1 ∑
m−1
n
um − vm = um − vn − uk
m m k=n

1 ∑
m−1
n m−n
= um − vn − (uk − um ) − um
m m k=n m

1 ∑
m−1
n
= (um − vn ) + (um − uk )
m m k=n
Le théorème de Césaro 75

soit :
1 ∑
m−1
n n
um − vm = (um − vm ) + (vm − vn ) + (um − uk )
m m m k=n
ou encore :
1 ∑
m−1
m−n n
(um − vm ) = (vm − vn ) + (um − uk )
m m m k=n
c’est-à-dire :
1 ∑
m−1
n
um − vm = (vm − vn ) + (um − uk ) .
m−n m − n k=n
2.
(a) Pour m > n et k compris entre n et m − 1, on a :

m ∑m
1 m−k m−n
|um − uk | ≤ |uj − uj−1 | ≤ M ≤M ≤M ,
j=k+1 j=k+1
j k+1 n+1

ce qui donne :

M ∑ m−n
m−1
n
|um − vm | ≤ |vm − vn | +
m−n m − n k=n n + 1
n m−n
≤ |vm − vn | + M .
m−n n+1
(b) D’autre part, la suite convergente (un )n∈N étant de Cauchy, on peut trouver, pour tout
1
réel ε > 0, un entier n0 > (ce choix sera justifié plus loin) tel que :
ε
∀n ≥ n0 , ∀m ≥ n0 , |vm − vn | < ε2 ,

ce qui donne :
n m−n
∀m > n ≥ n0 , |um − vm | ≤ ε2 + M
m−n n+1
Pour m > n0 assez grand, on cherche un entier n compris entre n0 et m tel que :
n 1 m−n
< , <ε
m−n ε n+1
ou encore :
m−ε m
<n< .
ε+1 ε+1
Pour ce faire, il suffit de prendre n tel que :
( )
m−ε
n=E +1
ε+1
où m est choisi tel que :
m > n0 + ε (n0 + 1) .
En effet, on a :
m−ε
n−1≤ <n
ε+1
76 Suites réelles ou complexes

donc :
m−ε m+1
n≤ +1= <m
ε+1 ε+1
1
puisque m > n0 > et :
ε
m−ε
n> ≥ n0
ε+1
si m > ε (n0 + 1) + n0 . ( )
m−ε
On a donc pour ε > 0 donné et m > n0 +ε (n0 + 1) , en prenant n = E +1 :
ε+1
n m−n
|um − vm | ≤ ε2 + M < (M + 1) ε.
m−n n+1
On a donc ainsi prouvé que lim (um − vm ) = 0 et lim um = lim vm = ℓ.
m→+∞ m→+∞ m→+∞

Exercice 3.71 Soit (un )n∈N une suite de réels strictement positifs. Montrer que si la suite
(( ) n1 )

n−1
(un )n∈N converge vers ℓ, alors la suite uk des moyennes géométriques converge
k=0
n∈N∗
aussi vers ℓ.
( )

1 n−1
Solution 3.71 Si lim (un ) = ℓ ≥ 0, alors lim (ln (un )) = ln (ℓ) ∈ [−∞, +∞[ et lim ln (uk ) =
n→+∞ n→+∞
( ((
n→+∞
)) n k=0
) n1

n−1
µ avec µ = ln (ℓ) pour ℓ réel et µ = −∞ pour ℓ = 0. On a donc lim ln uk =µ
n→+∞ k=0
(( ) n1 )

n−1
et lim uk = eµ = ℓ.
n→+∞ k=0

Exercice 3.72 Soit (un )n∈N une suite de


 réels strictement
 positifs. Montrer que si la suite

 n 
(un )n∈N converge vers ℓ, alors la suite 
 n−1
 des moyennes harmoniques converge
∑ 1 
k=0 uk n∈N∗
aussi vers ℓ.
1 1 ∑ 1
1 n−1
Solution 3.72 On a lim = ∈ [0, +∞] et le théorème de Césaro nous dit que lim =
n→+∞ un ℓ n→+∞ n k=0 uk
1 n
, encore équivalent à lim n−1 = ℓ.
ℓ n→+∞ ∑ 1

k=0 uk

Remarque 3.8 En utilisant l’encadrement Hn (u) ≤ Gn (u) ≤ An (u) , où Hn (u) , Gn (u) et


An (u) désigne respectivement les moyennes harmonique, géométrique et arithmétique de la
suite u, la convergence de (Gn (u))n∈N∗ vers ℓ se déduit de celle des suites (Hn (u))n∈N∗ et
(An (u))n∈N∗ .

Exercice 3.73 Soit (un )n∈N une suite


( réelle
)ou complexe telle que un soit non nul à partir d’un
un+1 (√ )
certain rang. Montrer que si lim = λ, alors lim n
|un | = λ.
n→+∞ un n→+∞
La réciproque est-elle vrai ?
Le théorème de Césaro 77

Solution(
3.73 On ) peut supposer, quitte à réindéxer
( la
)suite, que tous les un sont non nuls.
un+1 un+1
Si lim = λ ≥ 0, alors lim ln
un = µ avec µ = ln (λ) pour λ réel et
n→+∞ un n→+∞
µ = −∞ pour λ = 0, soit lim (ln |un+1 | − ln |un |) = µ et en utilisant le théorème de Césaro :
n→+∞
( )
1∑
n−1
lim (ln |uk+1 | − ln |uk |) = µ
n→+∞ n k=0

soit : ( )
1
lim (ln |un | − ln |u0 |) = µ
n→+∞ n
( (√ ))
encore équivalent à lim ln n
|un | = µ (c’est l’exercice précédent avec la suite (ln |un |)n∈N ),
(√
n→+∞ )
ce qui donne lim n
|un | = eµ = λ.
n→+∞
La réciproque est fausse comme le montre l’exemple de la suite (un )n∈N définie par :
{ n n
a 2 b 2 si n est pair
un = n+1 n−1
a 2 b 2 si n est impair

avec 0 < a < b. On a :


 ( n n)1 √
√  a 2 b 2 n = ab si n est pair
n
un = ( ) n1 √ ( a ) 2n1
 a n+1 n−1
2 b 2 = ab si n est impair
√ b
→ ab
n→+∞

et :  n+2 n

 a 2 b2
un+1  n n = a si n est pair
= an+1
2b2
n+1
un 
 a 2 b 2
 n+1 n−1 = b si n est impair
a 2 b 2
( )
un+1
donc n’a pas de limite.
un n∈N

Exercice 3.74 Déterminer les limites des suites :


v  ( √ )
(√ ) u n
u ∏ 1 (3n)!
, t (n + k)
n n n n
C2n et .
n∈N∗ n2 n!
k=0
n∈N∗ n∈N∗


Solution 3.74 Notons vn = n un chacune de ces suites. Dans l’ordre d’apparition, on a :

un+1 (2n + 2) (2n + 1)


= → 4,
un (n + 1)2 n→+∞

donc lim vn = 4 ;
n→+∞

un+1 (2n + 2) (2n + 1)


= → +∞,
un n n→+∞
78 Suites réelles ou complexes

donc lim vn = +∞.



n→+∞

n (3n)!
vn = et :
n2n n!
( )2n
un+1 n (3n + 3) (3n + 2) (3n + 1) 27
= → ,
un n+1 (n + 1)3 n→+∞ e2

27
donc lim vn = .
n→+∞ e2

Exercice 3.75 Soit α > −1 et (un )n≥1 la suite de réels définie par

1
u0 > 0, un+1 = un + (n ≥ 0)
uαn

1. Montrer que lim un = +∞.


n→+∞
( ( ))
β 1
2. Montrer que pour tout β > 0 on a uβn+1 = uβn 1+ +o .
uα+1
n uα+1
n
3. Donner un équivalent de un à l’infini.

Solution 3.75 1. La suite (un )n∈N est strictement croissante (par récurrence). Si elle était
1
bornée, alors elle serait convergente de limite ℓ vérifiant ℓ = ℓ + α , ce qui est impossible.

Donc lim un = +∞.
n→+∞
2. Pour tout réel, on a ( ( ))
β 1
uβn+1 = uβn 1 + α+1 + o .
un uα+1
n

3. Pour β = α + 1 : ( α+1 )
lim un+1 − uα+1
n = α + 1.
n→+∞

Le théorème de Césaro entraîne alors que :

uα+1
n
lim =α+1
n→+∞ n

c’est-à-dire que :
1
un v ((α + 1) n) α+1 .
4

Développement décimal d’un réel

On rappelle que le corps R des nombres réels est archimédien, ce qui permet d’y définir la
fonction partie entière.
En utilisant cette partie entière on verra dans ce chapitre que tout réel peut être approché
par des nombres rationnels particuliers que sont les nombres décimaux.

4.1 Nombres décimaux


a
Définition 4.1 On appelle nombre décimal tout nombre rationnel de la forme m où a est
10
un entier relatif et m un entier naturel.

On note D l’ensemble des nombres décimaux.


Il est facile de vérifier que D est un sous-anneau de Q. Cet anneau est donc commutatif et
intègre (i. e. sans diviseurs de 0).
p
Exercice 4.1 Montrer qu’un nombre rationnel non nul r = avec p ∈ Z∗ et q ∈ N∗ premiers
q
entre eux est décimal si, et seulement si, les seuls diviseurs de q sont 2 et 5.

2m 5n p
Solution 4.1 Si q = 2n 5m , on a alors r = n+m ∈ D.
10
p p a
Réciproquement si r = ∈ D, on a alors = m où a ∈ Z∗ et 10m p = aq avec p et q premiers
q q 10
entre eux entraîne q divise 10m = 2m 5m (théorème de Gauss) et les seuls facteurs premiers de
q sont 2 et 5 (unicité de la décomposition en facteurs premiers).

n2 + 1
Exercice 4.2 Montrer que pour tout n ∈ N \ {0, 1} le rationnel r = n’est jamais
n (n2 − 1)
décimal.

Solution 4.2 Il suffit de remarquer que 3 divise n (n2 − 1) (si n ≡ 0 mod 3 c’est clair et si
n ≡ 1 ou n ≡ 2 mod 3 alors n2 − 1 ≡ 0 mod 3) et 3 ne divise pas n2 + 1 (si n ≡ 0 mod 3 alors
n2 + 1 ≡ 1 mod 3 et si n ≡ 1 ou n ≡ 2 mod 3 alors n2 + 1 ≡ 2 mod 3), donc r s’écrit sous forme
p
irréductible r = avec 3 qui divise q et r ∈
/ D.
q

Exercice 4.3 Montrer que l’ensemble des nombres décimaux inversibles est :
{ }
D∗ = r = ±2α 5β | (α, β) ∈ Z2 .

79
80 Développement décimal d’un réel

a
Solution 4.3 Un rationnel r = est inversible dans D si, et seulement si, il existe un entier
10m
a b
relatif b et un entier naturel n tels que m n = 1, ce qui revient à dire que ab = 10n+m ou
10 10
encore que 2 et 5 sont les seuls diviseurs premiers possibles de a et b.

Exercice 4.4 Montrer que l’anneau D des nombres décimaux est principal.

Solution 4.4 Il s’agit de montrer que dans l’anneau intègre D, tout idéal I est principal, c’est-
à-dire de la forme αD avec α ∈ D.
Le résultat est trivial si I = {0} .
Si I est un idéal de D non réduit à {0} , alors I ∩ N∗ est non vide. En effet comme I est un
sous-groupe additif de D, il contient un décimal d > 0 (si d ∈ I \ {0} , alors −d ∈ I \ {0}) et
a
en écrivant d = p avec a ∈ N∗ et p ∈ N, on a a = 10p d ∈ I puisque I est un idéal de D et
10
10p ∈ D avec a ∈ N∗ .
En tant que partie non vide de N∗ , I ∩ N∗ admet donc un plus petit élément α.
Du fait que I est un idéal de D on déduit que αD ⊂ I.
a
D’autre part, tout d ∈ I s’écrit d = p
avec a ∈ Z et p ∈ N et en effectuant la division
10
euclidienne de a = 10p d par α, on a 10p d = αq + r avec q ∈ Z et 0 ≤ r ≤ α − 1 dans N, ce qui
donne r = 10p d − αq ∈ I ∩ N (10p d et αq sont dans D puisque d et α y sont et I est un idéal)
q
et nécessairement r = 0 par définition de α. On a d = α p ∈ αD et I ⊂ αD, soit en définitive
10
I ⊂ αD.

De manière un plus générale, on peut montrer que tout sous-anneau A de Q est principal.
En effet, soit I un idéal de A non réduit à {0} (le résultat est trivial si I = {0}). L’intersection
I ∩ Z est un idéal de Z, donc principal et il existe un entier a tel que I ∩ Z = aZ. Tout élément r
p
de I s’écrit r = avec p et q premiers entre eux et qr = p ∈ I ∩ Z (r est dans I et q dans Z ⊂ A
q
ka k
puisque A est unitaire), il existe donc un entier k tel que qr = ka, ce qui donne r = = a.
q q
Par ailleurs le théorème de Bézout nous dit qu’il existe deux entiers u et v tels que up + vq = 1,
1 k
donc = ur + v ∈ A (Z ⊂ A et r ∈ I ⊂ A) et ∈ A. On a donc montré que tout élément de
q a
I s’écrit r = sa avec s ∈ A et a ∈ I, ce qui signifie que I est principal. On retrouve ainsi le fait
que l’anneau D des nombres décimaux est principal.

4.2 Approximations décimales des réels


Pour tout réel x, la partie entière a0 = [x] ∈ Z nous fournit une première approximation de
x dans Z. On rappelle que a0 est l’entier relatif défini par :
a0 ≤ x < a0 + 1.
En subdivisant l’intervalle [a0 , a0 + 1] en 10 intervalles de même longueur, ce qui revient à
écrire que :
∪9 [ ]
k k+1
[a0 , a0 + 1] = a0 + , a 0 +
k=0
10 10
il existe un unique indice a1 compris entre 0 et 9 tel que :
a1 a1 + 1 1
r 1 = a0 + ≤ x < a0 + = r1 +
10 10 10
Approximations décimales des réels 81

et r1 est une approximation décimale de x plus fine que r0 = a0 .


En remarquant que 10r1 est entier et vérifie :

10r1 ≤ 10x < 10r1 + 1,

[10x]
on déduit que r1 = .
10 [ ]
1
En subdivisant de manière analogue l’intervalle r1 , r1 + en 10 intervalles de même
10
longueur, ce qui revient à écrire que :
[ ] ∪ 9 [ ]
1 k k+1
r1 , r1 + = r1 + , r1 +
10 k=0
100 100

il existe un unique indice a2 compris entre 0 et 9 tel que :


a2 a2 + 1 1
r2 = r1 + ≤ x < r1 + = r2 +
100 100 100
et r2 est une approximation décimale de x plus fine que r1 .
[100x]
En remarquant que 100r2 ∈ Z et 100r2 ≤ 100x < 100r2 + 1, on déduit que r2 = .
100
En continuant ainsi de suite, on définit les nombres décimaux rn par :

[10n x]
∀n ∈ N, rn =
10n
et ces nombres vont nous fournir des approximations décimales de x.
En effet, par définition de la partie entière 10n rn = [10n x] , on a :

10n rn ≤ 10n x < 10n rn + 1, (4.1)


1
ce qui peut aussi s’écrire rn ≤ x < rn + , ou encore :
10n
1
0 ≤ x − rn < , (4.2)
10n
ce qui entraîne que lim (rn ) = x.
n∈N
L’encadrement (4.1) va nous fournir d’autres informations sur la convergence de cette suite.
De 10n+1 rn+1 > 10n+1 x − 1 et −10n rn ≥ −10n x, on déduit que :

10n+1 (rn+1 − rn ) > −1

dans Z, ce qui équivaut à 10n+1 (rn+1 − rn ) ≥ 0. On a rn+1 − rn ≥ 0 pour tout n ≥ 0, ce qui


signifie que la suite (rn )n∈N est donc croissante.
De manière analogue les inégalités 10n+1 rn+1 ≤ 10n+1 x et −10n rn < −10n x + 1 nous donne :

10n+1 (rn+1 − rn ) < 10

dans Z, ce qui équivaut à 10n+1 (rn+1 − rn ) ≤ 9.


En définitive, pour tout entier n :
[ ]
an+1 = 10n+1 (rn+1 − rn ) = 10n+1 x − 10 [10n x]
82 Développement décimal d’un réel

est un entier compris entre 0 et 9 et :


an+1
rn+1 = rn + (4.3)
10n+1
ce qui n’est pas étonnant.
En tenant compte de r0 = a0 = [x] , on déduit facilement par récurrence que :
∑n
ak
∀n ∈ N, rn = k
, (4.4)
k=0
10

où les ak sont des entiers compris entre 0 et 9.


( )
1
Théorème 4.1 Les suites (rn )n∈N et (sn )n∈N = rn + n sont des suites adjacentes de
10 n∈N
nombres décimaux qui convergent vers x avec rn ≤ x < sn pour tout n ∈ N.

Démonstration. On vient de vérifier que la suite (rn )n∈N est croissante et convergente vers
x.
Avec :
9 an+1 − 9
sn+1 − sn = rn+1 − rn − n+1
= ≤ 0,
10 10n+1
on déduit que la suite (sn )n∈N est donc décroissante.
1
De sn − rn = n , on déduit que lim (sn − rn ) = 0. Ces deux suites sont donc adjacentes et
10 n∈N
la suite (sn )n∈N convergent aussi vers x.
1
L’encadrement (4.2) 0 ≤ x − rn < n s’écrit aussi :
10
1
rn ≤ x < rn + = sn .
10n

L’encadrement (4.2) nous montre aussi que pour tout n ∈ N on a :




 x − 1 < rn ≤ x,
10n

 x < s n = rn +
1
≤x+ n
1
10 n 10
Pour ces raisons rn est appelée l’approximation décimale par défaut à 10−n près de x et sn
l’approximation décimale par excès à 10−n près.
Le théorème précédent peut aussi s’exprimer comme suit.

Théorème 4.2 L’ensemble D des nombres décimaux est dense dans R.

La base de numération 10 peut en fait être remplacée par n’importe quelle base b ≥ 2,
c’est-à-dire que l’ensemble : {a }
P = m | a ∈ Z, m ∈ N
b
est dense dans R.
En utilisant le fait que les sous-groupes additifs de R sont denses ou discrets, on peut même
montrer que l’ensemble D∗ des nombres décimaux inversibles est dense dans R.
De l’inclusion D ⊂ Q, on déduit le résultat suivant.
Approximations décimales des réels 83

Corollaire 4.1 L’ensemble Q des nombres rationnel est dense dans R.

Exercice 4.5 Montrer que l’ensemble R \ Q des nombres irrationnels est dense dans R.

Solution 4.5 Pour tout réel x il existe une
√ )suite (r n )n∈N de rationnels qui converge vers x+ 2
(
et la suite de nombres irrationnels rn − 2 n∈N converge vers x.

L’approximation décimale des réels permet de comparer deux réels.

Exercice 4.6 Soient x, y deux réels et (rn )n∈N , (rn′ )n∈N les suites d’approximations décimales
par défaut associées. Montrer que x < y si, et seulement si, il existe un entier n tel que rn < rn′ .

Solution 4.6 Si x < y on peut alors trouver un entier naturel n tel que 10n (y − x) > 1 (R est
archimédien) soit 10n y > 10n x + 1 et alors :

10n rn + 1 = [10n x] + 1 ≤ 10n x + 1 < 10n y


< [10n y] + 1 = 10n rn′ + 1

et rn < rn′ .
Réciproquement s’il existe n ∈ N tel que rn < rn′ , alors [10n x] < [10n y] , ce qui équivaut à
[10n x] ≤ [10n y] − 1 et entraîne :

10n x < [10n x] + 1 ≤ [10n y] ≤ 10n y,

soit x < y.

En utilisant (4.3) et (4.4) , la convergence de la suite (rn )n∈N vers x peut aussi se traduire
par le résultat suivant.

Théorème 4.3 Pour tout réel x on a :



+∞
ak
x= (4.5)
k=0
10k

où {
a0 = [x]
(4.6)
∀n ≥ 1, an = 10n (rn − rn−1 ) = [10n x] − 10 [10n−1 x]
avec a0 ∈ Z et pour n ≥ 1, an ∈ {0, 1, · · · , 9} .

On dit alors que cette écriture est un développement décimal illimité du réel x et les an pour
n ≥ 1 sont les chiffres de x dans cette écriture.
Par exemple pour x = 32, 456, on vérifie que :


 a0 = [x] = 32,


 a1 = [10x] − 10 [x] = 4
a2 = [100x] − 10 [10x] = 5



 a4 = [1000x] − 10 [100x] = 6

ak = 0, pour k ≥ 5,

c’est-à-dire que pour k ≥ 1, ak est la k-ème décimale de x après la virgule.


84 Développement décimal d’un réel

Mais pour x < 0, ce résultat n’est plus vrai. Par exemple pour x = −32, 456, on a :

 a0 = [x] = −33,



 a1 = [10x] − 10 [x] = −325 + 330 = 5
a2 = [100x] − 10 [10x] = −3246 + 3250 = 4



 a 4 = [1000x] − 10 [100x] = −32456 + 32460 = 4

ak = 0, pour k ≥ 5,
ce qui correspond à x = −33 + 0, 544.
Pour x > 0 le développement (4.5) est noté :
x = a0 , a1 a2 · · · an · · ·
et pour x < 0, on écrit :
x = − (−x) = −a0 , a1 a2 · · · an · · ·
où a0 , a1 a2 · · · an · · · est le développement décimal illimité de −x obtenu par le procédé précé-
dent, c’est-à-dire que :
{
a0 = [−x] ,
∀n ∈ N∗ , an = [−10n x] − 10 [−10n−1 x] .

Exemple 4.1 La constante de Ramanujan est le réel eπ 163 dont le développement décimal
s’écrit : √
eπ 163 = 262537412640768743.9999999999992...
On pourrait croire qu’il est entier si on ne calcule pas la 13-ème décimale.

Une question que l’on peut naturellement se poser est celle de l’unicité d’un tel développe-
ment. Plus précisément, on a définit une application δ de R+,∗ dans l’ensemble D des suites
réelles (an )n∈N telles que a0 ∈ N et ak ∈ {0, 1, · · · , 9} pour tout k ≥ 1 en associant à tout réel x
positif ou nul la suite (an )n∈N définie par (4.6) et la question est de savoir si cette application
est bijective.
Le résultat qui suit nous dit que cette application n’est pas surjective.

Théorème 4.4 Pour tout réel x la suite (an )n∈N définie par (4.6) ne peut pas être stationnaire
sur 9 à partir d’un certain rang.

Démonstration. Supposons qu’il existe un entier n0 ≥ 1 tel que an = 9 pour tout n ≥ n0 .


On a alors pour tout n > n0 :

n
ak 9 ∑
n−n0 −1
1
rn − rn0 = k
= n0 +1
k=n0 +1
10 10 k=0
10k
1
9 1− 1 1
= 10n−n0 = − n,
10n0 +1 1 10n0 10
1−
10
1 1
soit sn = rn + n
= rn0 + n0 = sn0 et x = lim (sn ) = sn0 , ce qui contredit x < sn0 .
10 10 n→+∞
On déduit donc que, par exemple, la suite (0, 9, 9, · · · , 9, · · · ) comportant une infinité de 9
consécutifs n’a pas d’antécédents par l’application δ.
Si D′ désigne le sous-ensemble de D formé des suites qui ne sont pas stationnaires sur 9 à
partir d’un certain rang, nous allons vérifier que δ réalise une bijection de R+ sur D′ .
Approximations décimales des réels 85

Définition 4.2 On appelle développement décimal illimité propre du réel x toute égalité x =
∑ ak
+∞

k
où (an )n∈N est une suite dans D′ . Un tel développement est noté x = a0 , a1 a2 · · · an · · ·
k=0 10
et les an , pour n ≥ 1, sont les chiffres de x dans cette écriture.
La suite (an )n∈N définie par (4.6) , fournit un développement décimal illimité propre de x.
Le réel x = 1 a pour développement propre 1 = 1, 00 · · · 0 · · · , mais on peut aussi écrire que :

+∞
9
1 = 0, 99 · · · 9 · · · = ,
k=1
10k

ce deuxième développement est un développement impropre de 1.


Théorème 4.5 Le développement décimal illimité propre d’un réel positif est unique et l’ap-
plication δ réalise une bijection de R+ sur D′ .
Démonstration. Soit x ∈ R+ . On a déjà le développement x = a0 , a1 · · · an · · · où (an )n∈N
est la suite définie par (4.6) . Supposons que l’on ait un autre développement :

+∞
bk
x = b0 , b 1 · · · bn · · · =
k=0
10k

avec (bn )n∈N ∈ D′ . On a b0 ∈ N et du fait que la suite (bn )n∈N∗ n’est pas stationnaire sur 9 à
partir d’un certain rang, on a :

+∞
bk ∑
+∞
9
0 ≤ x − b0 = k
< k
= 1,
k=1
10 k=1
10

soit b0 ≤ x < b0 + 1, ce qui signifie que b0 = [x] = a0 .


Plus généralement, pour n ≥ 1 on a :
( )
bn−1 bn+1
10 x − b0 − · · · − n−1 = bn +
n
+ ···
10 10
et le raisonnement précédent nous dit que :
[ ( )]
bn−1 ( )
bn = 10 x − b0 − · · · − n−1
n
= [10n x] − 10 b0 10n−1 + · · · + bn−1
10
avec :
bn
10n−1 x = b0 10n−1 + · · · + bn−1 + + ···
10
et b0 10n−1 + · · · + bn−1 = [10n−1 x] . On a donc bn = [10n x] − 10 [10n−1 x] = an .
Le développement décimal illimité propre d’un réel positif x est donc bien unique.
Le théorème précédent nous dit que δ est bien une application de R+ dans D′ .
L’injectivité se déduit immédiatement de l’unicité précédemment démontrée.
∑ ak
+∞ ∑n a
Si (an )n∈N ∈ D′ , on peut poser x =
k
k
(avec a k ≥ 0 pour tout k ≥ 1 et k

( k=0 10 ) k=1 10
∑n 9 ∑n a
k
k
< 1, on déduit que la suite k
est croissante majorée, donc convergente)
k=1 10 k=1 10 n≥1
et l’unicité du développement propre nous dit que δ (x) = (an )n∈N . L’application δ est donc
surjective.
Ce résultat permet de donner une démonstration relativement simple du fait que R n’est pas
dénombrable.
86 Développement décimal d’un réel

Théorème 4.6 R est non dénombrable.

Démonstration. Si R est dénombrable il en est alors de même de l’ensemble :

A = {x = 0, a1 a2 · · · an · · · | ∀k ≥ 1, 0 ≤ ak ≤ 8} .

On peut donc écrire que :

A = {xp = 0, ap,1 ap,2 · · · ap,n · · · | p ∈ N∗ , ∀k ≥ 1, 0 ≤ ap,k ≤ 8} .

̸ aii pour tout i ∈ N∗ est dans A et


Le réel b = 0, b1 b2 · · · bn · · · définit par 0 ≤ bi ≤ 8 et bi =
distinct de tous les xp (b = xp entraîne bp = xp,p ) ce qui est contradictoire. En définitive R est
non dénombrable.

Exercice 4.7 Montrer que pour tout entier naturel


√ non nul n, le premier chiffre après la virgule
2
du développement décimal illimité propre de n + n est égal à 4.
[ √ ] [√ ] √
Solution 4.7 Ce premier chiffre est a1 = 10 n2 + n − 10 n2 + n . Avec n < n2 + n <
[√ ] √ [ √ ]
n + 1, on déduit que n2 + n = n et avec 10n + 4 < 10 n2 + n < 10n + 5 que 10 n2 + n =
10n + 4. Le résultat en découle alors.

Exercice 4.8 Montrer que pour tout√entier n ≥ 5, le premier chiffre après la virgule du déve-
loppement décimal illimité propre de n2 + 2n est égal à 9.
[ √ ] [√ ] √
Solution 4.8 Ce premier chiffre est a1 = 10 n2 + 2n −10 n2 + 2n . Avec n < n2 + 2n <
[√ ] √
n + 1 pour n ≥ 1, on déduit que n2 + n = n et avec 10n + 9 < 10 n2 + n < 10 (n + 1) pour
[ √ ]
n ≥ 5, que 10 n2 + n = 10n + 9. Le résultat en découle alors.
Pour n = 1, on a a1 = 1 et pour n = 2, 3, 4, on a a1 = 8.

4.3 Une caractérisation des nombres rationnels


Les développement décimaux illimités propres permettent de caractériser les nombres déci-
maux et les nombres rationnels.
Comme x est décimal [resp. rationnel] si, et seulement si, −x l’est, il nous suffit de considérer
les réels positifs, et même strictement positifs.

Théorème 4.7 Un réel x strictement positif est décimal si, et seulement si, son développement
décimal illimité propre est fini, ce qui signifie que la suite (an )n≥1 des décimales de x après la
virgule est nulle à partir d’un certain rang.
a
Démonstration. Si x = est décimal, par division euclidienne on peut écrire a =
10m

n
q10m + r avec 0 ≤ r < 10m et en utilisant l’écriture en base 10 de r, à savoir r = rk 10k avec
k=0
n < m et 0 ≤ rk ≤ 9 pour k compris entre 0 et n, on a en posant rk = 0 pour n+1 ≤ k ≤ m−1 :

r ∑ rk
m−1
x=q+ = q + = a0 , a 1 · · · am
10m k=0
10m−k

avec a0 = q, ak = rm−k pour k compris entre 1 et m.


La réciproque est évidente.
Une caractérisation des nombres rationnels 87

Définition 4.3 On dit que le développement décimal illimité propre d’un réel x est périodique
à partir d’un certain rang s’il existe un entier p ≥ 0 tel que la suite (an )n≥p+1 soit périodique,
ce qui signifie qu’il existe un entier q ≥ 1 tel que :

∀n ≥ p + 1, an+q = an .

Un développement périodique à partir du rang p + 1 est donc de la forme :

x = a0 , a1 · · · ap ap+1 · · · ap+q ap+1 · · · ap+q · · · ap+1 · · · ap+q · · ·


= a0 , a 1 · · · ap b 1 · · · b q b 1 · · · b q · · · b 1 · · · b q · · ·

Théorème 4.8 Un réel strictement positif x est rationnel si et seulement son développement
décimal illimité propre est périodique à partir d’un certain rang.

Démonstration. Le réel x > 0 est rationnel si, et seulement si, x − [x] est rationnel. On
peut donc se limiter à x ∈ ]0, 1[ , ce qui nous ramène à a0 = 0.
Si le développement décimal illimité propre de x ∈ ]0, 1[ est périodique à partir d’un certain
rang, on a alors :
a1 ap b1 bq b1 bq
x= + · · · + p + p+1 + · · · + p+q + p+q+1 + · · · + p+2q + · · · ,
10 10 10 10 10 10
a1 ap
soit en notant r = + ··· + p ∈ Q :
10 10
( ) ( )
1 b1 bq 1 b1 bq
x=r+ p + · · · + q + p+q + ··· + q + ···
10 10 10 10 10 10
b1 bq
et en notant s = + · · · + q ∈ Q, on a :
10 10
( )
s 1 1 10q s
x = r + p 1 + q + 2q + · · · = r + p ∈ Q.
10 10 10 10 (10q − 1)
a
Réciproquement supposons que x = avec 0 < a < b dans N. Pour tout entier k compris
b
entre 0 et b, on a la division euclidienne 10k a = bqk + rk , les restes rk étant compris entre 0
et b − 1, ces restes forment donc une famille de b + 1 entiers à valeurs dans un ensemble à b
éléments, il y en a donc forcément deux qui sont égaux, c’est-à-dire qu’il existe deux entiers
p < q compris entre 0 et b tels que 10p a = bqp + r et 10q a = bqq + r et b divise la différence
10q a 10p a 10q a 10p a
10q a − 10p a. On a donc − ∈ N et les rationnels et ont les mêmes décimales
b b b b
après la virgule (unicité du développement décimal illimité propre).
a
Si = 0, a1 a2 · · · an · · · alors :
b
 p
 10 a
 = m0 + 0, ap+1 ap+2 · · · ap+n · · ·
b
 q
 10 a = m1 + 0, aq+1 aq+2 · · · aq+n · · ·
b
avec m0 , m1 entiers et il en résulte que ap+n = aq+n pour tout n ≥ 1, soit :
a
= 0, a1 · · · ap ap+1 · · · aq ap+1 · · · aq · · · ap+1 · · · aq · · ·
b
c’est-à-dire que le développement est périodique à partir du rang p + 1.
88 Développement décimal d’un réel

Exercice 4.9 Montrer que le réel x = 0, 0100100010 · · · , où le nombre de 0 qui suivent le


chiffre ak = 1 est augmenté de 1 à chaque étape, est irrationnel.


+∞ 1
Solution 4.9 On a x = pk
avec p0 = 2 et pour k ≥ 1, pk = pk−1 + k + 2, soit :
k=0 10

k (k + 1) (k + 1) (k + 4)
pk = p0 + 1 + 2 + · · · + k + 2k = + 2 (k + 1) = .
2 2
Si x est rationnel, alors son développement décimal est de la forme :

x = a0 , a 1 · · · ap b 1 · · · b q b 1 · · · b q · · · b 1 · · · b q · · ·

avec l’un des bj = 1 pour j compris entre 1 et q et à partir du rang p + 1 l’écart entre deux 1
consécutifs serait majoré, ce qui contredit pk − pk−1 = k + 2 pour tout k ∈ N.
5

Accélération de la convergence des


suites réelles

Pour tout ce chapitre, on désigne par (un )n∈N une suite de réels qui converge vers un réel ℓ.
On suppose de plus que un ̸= ℓ pour tout n ∈ N.
Les résultats classiques sur les séries numériques et les intégrales généralisées sont supposés
acquis.

5.1 Vitesse de convergence


( )
un+1 − ℓ
Définition 5.1 Si la suite est convergente de limite λ, on dit alors que la
un − ℓ n∈N
convergence de la suite (un )n∈N vers ℓ est :
— lente, pour λ = 1 ;
— géométrique de rapport λ, pour λ ∈ ]0, 1[ ;
— rapide pour λ = 0.

Dans le cas où λ ∈ ]0, 1[ , pour ε > 0 tel que 0 < λ + ε < 1, on peut trouver un entier naturel
nε tel que :
un+1 − ℓ
∀n ≥ nε , 0 < <λ+ε
un − ℓ
ce qui entraîne, pour n ≥ nε :
|unε − ℓ|
|un − ℓ| < (λ + ε)n−nε |unε − ℓ| = (λ + ε)n
(λ + ε)nε
ce qui signifie que la suite (|un − ℓ|)n≥nε est dominée par la suite géométrique ((λ + ε)n )n≥nε .

Définition 5.2 On dit que le réel λ, quand il existe, est le coefficient de convergence de la suite
(un )n∈N .
( )
un+1 − ℓ
Remarque 5.1 Si la suite converge, sa limite λ est alors nécessairement
un − ℓ n∈N
un+1 − ℓ
dans [0, 1] . En effet, dans le cas contraire, on a lim = λ > 1, ce qui entraîne
n→+∞ un − ℓ
lim |un − ℓ| = +∞ et la suite (un − ℓ)n∈N est divergente (cette suite est minorée par une
n→+∞
suite géométrique divergente), ce qui est en contradiction avec la convergence de (un )n∈N vers
ℓ.

89
90 Accélération de la convergence des suites réelles

Remarque 5.2 Dans la pratique, on ne connaît pas toujours la limite de la suite (un )n∈N , mais
dans certains cas, on peut calculer le coefficient de convergence λ sans connaître explicitement
cette limite ℓ.
un+1 − ℓ
Lemme 5.1 Si lim = λ ∈ ]−1, 1[ \ {0} (la convergence de la suite (un )n∈N vers ℓ
n→+∞ un − ℓ
est donc géométrique de ( rapport |λ|)
) et s’il existe un entier n0 ≥ 1 tel que un ̸= un−1 pour tout
un+1 − un
n ≥ n0 , alors la suite converge vers λ.
un − un−1 n≥n0

Démonstration. Pour tout n ≥ n0 , on a :

un+1 − un un+1 − ℓ − (un − ℓ)


=
un − un−1 un − ℓ − (un−1 − ℓ)
un+1 − ℓ
−1
un − ℓ un − ℓ
=
un−1 − ℓ un − ℓ
−1
un−1 − ℓ
un+1 − ℓ
1−
un − ℓ un − ℓ 1−λ
= → λ =λ
un−1 − ℓ un − ℓ n→+∞ 1−λ
1−
un−1 − ℓ
un − ℓ
(de un ̸= un−1 , on déduit que ̸= 1)
un−1 − ℓ

un+1 − ℓ
Remarque 5.3 Le fait que lim = λ n’entraîne pas nécessairement la convergence
u − ℓ
( ) n→+∞ n
un+1 − un
de la suite . Par exemple pour la suite (un )n∈N définie par u2p = (−1)p λ2p
un − un−1 n≥n0

un+1 − ℓ
et u2p+1 = (−1) λp 2p+1
avec 0 < λ < 1, on a |un | = λ → ℓ = 0,
n = λ, un ̸= un−1
n→+∞ un − ℓ
pour tout n ≥ 1 et :

u2p+1 − u2p (−1)p λ2p+1 − (−1)p λ2p λ (1 − λ)


= p−1 2p−1 = −
u2p − u2p−1 (−1) λ − (−1) λ
p 2p
λ+1

u2p+2 − u2p+1 (−1)p+1 λ2p+2 − (−1)p λ2p+1 λ (λ + 1)


= =
u2p+1 − u2p p 2p+1
(−1) λ − (−1) λ
p 2p
1−λ
( )
un+1 − un
et la suite est divergente.
un − un−1 n≥1

1
Exercice 5.1 Étudier la vitesse de convergence des suites (un )n≥2 définies par un = b où
n
1 1 n!
b > 0, un = , un = an où 0 < |a| < 1, un = et un = n .
ln (n) n! n

Solution 5.1 Chacune de ces suites converge vers 0 et :


Vitesse de convergence 91

1
— pour un = , on a :
nb ( )b
un+1 n
= → 1,
un n + 1 n→+∞
donc la convergence est lente ;
1
— pour un = , on a :
ln (n)
( )
un+1
= ln (n) = ln n 1
+ 1 → 1,
un ln (n + 1) n + 1 ln (n + 1) n→+∞

donc la convergence est lente ;


— pour un = an , on a :
un+1

un = |a| n→+∞→ λ = |a| ,

donc la convergence est géométrique de rapport |a| ;


1
— pour un = , on a :
n!
un+1 1
→ 0,
un = n + 1 n→+∞
donc la convergence est rapide ;
n!
— pour un = n , on a :
n ( )n
un+1 n 1
= → < 1,
un n+1 n→+∞ e

1
donc la convergence est géométrique de rapport .
e
D’un point de vue pratique,
( ) on ( peut utiliser
) les critères suivants où l’on compare la suite
1 1
(|un − ℓ|)n∈N aux suites , ou (λn )n∈N :
nb n≥1 ln (n) n≥2
C
— si |un − ℓ| v b où C et b sont des réels strictement positif, alors la convergence est
+∞ n
lente ;
C
— si |un − ℓ| v où C est un réel strictement positif, alors la convergence est lente ;
+∞ ln (n)
— si |un − ℓ| v Cλn , où C > 0 et λ ∈ ]0, 1[ , alors la convergence est géométrique de
+∞
rapport λ.
Exercice 5.2 En considérant la suite définie par :


 1 si n = 2p
un = n


2
si n = 2p + 1
n
montrer qu’une suite convergente n’a pas nécessairement de vitesse de convergence.
2
Solution 5.2 Avec |un | ≤ pour tout n ≥ 1, on voit que cette suite converge vers 0 et avec :
n

 2n
un+1  si n = 2p
= n+1
un  n
 si n = 2p + 1
2 (n + 1)
92 Accélération de la convergence des suites réelles
( )
un+1

on voit que la suite est divergente.
un n∈N

Remarque 5.4 L’exemple précédent montre également qu’une majoration du type |un − ℓ| ≤
C
ne permet pas nécessairement d’avoir des informations sur la vitesse de convergence de la
nb
suite u.
De même en considérant la suite définie par :
{ n
λ si n = 2p
un =
2λn si n = 2p + 1

où 0 < λ < 1, on a |un | ≤ 2λn → 0 et :


n→+∞

{ 2λ si n = 2p
un+1

un = λ
si n = 2p + 1
2
n’a pas de limite.

Exercice 5.3 Soit (un )n∈N∗ la suite définie par :


( )n
1
∀n ≥ 1, un = 1 + .
n

Montrer que la convergence de cette suite (vers le nombre e) est lente et que la convergence de
la suite (vn )n≥0 = (u2n )n≥0 est géométrique.

Solution 5.3 Un développement limité à l’ordre 2 nous donne :


( ( ))
1 1
∀n ≥ 1, un = e 1 − +o ,
2n n
e
ce qui entraîne |e − un | v et la convergence de cette suite est lente.
+∞ 2n
e
Pour la suite (vn )n≥0 = (u2n )n≥0 , on a |e − vn | v n+1 et la convergence est géométrique de
+∞ 2
1
rapport .
2
De manière plus générale, dès qu’on a un développement asymptotique de la forme :

un = ℓ + βλn + o (λn )

avec β non nul et |λ| dans ]0, 1[ , la convergence de la suite (un )n∈N vers ℓ est géométrique de
rapport |λ| . ( n)
n λ
En considérant les suites (nλ )n∈N ou , on constate que la réciproque est fausse.
n n∈N∗
Il ne faut pas croire au vu de l’exemple précédent que l’on peut toujours accélérer la conver-
gence d’une suite((on précisera
) cette (notion au) paragraphe
( suivant)) par extraction.
( Par exemple
)
1 1 1 1
les suites u = , v = = et w = =
ln (n) n≥2 ln (2n ) n≥1 n ln (2) n≥1 ln (n2 ) n≥2
( )
1
convergent toutes lentement.
2 ln (n) n≥2
Vitesse de convergence 93

Par contre un développement asymptotique de la forme :


( )
β 1
un = ℓ + b + o
n nb
avec β non nul et b > 0 qui assure une convergence lente donne :
( )
β 1
u2n = ℓ + nb + o nb
2 2
1
qui assure une convergence géométrique de rapport de la suite (u2n )n∈N .
2b
Exercice 5.4 Montrer que la convergence de la suite (un )n∈N définie par :
∑n
1
∀n ≥ 0, un = ,
k=0
k!
est rapide.
Solution 5.4 On sait que la suite (un )n∈N converge vers e.
La formule de Taylor-Lagrange nous dit que pour tout n ≥ 1, il existe un réel cn ∈ ]0, 1[ tel
que :
e cn
e − un =
n!
ce qui donne :
e − un+1 1 ecn+1 1
0< = < e → 0
e − un n+1 e cn n + 1 n→+∞
et la convergence est rapide.
Exercice 5.5 Montrer que, pour tout réel α > 1, la convergence de la suite (un )n≥1 définie
par :
∑n
1
∀n ≥ 1, un =
k=1

est lente.
Solution 5.5 On sait que la suite (un )n≥1 converge vers un réel ℓ (série de Riemann).
Pour n ≥ 1, on a :
∑n
1 ∑
+∞
1
ℓ − un = ℓ − α
= α
.
k=1
k k=n+1
k
Avec les encadrements : ∫ k+1
1 1 1
≤ dt ≤ α
(k + 1)α k tα k
on déduit que : ∫ +∞
1 1 1
∀n ≥ 2, ℓ − un ≤ dt = ≤ ℓ − un−1 ,
n tα α−1n α−1

ou encore :
1 1
∀n ≥ 1, α−1 ≤ (α − 1) (ℓ − un ) ≤ α−1 ,
(n + 1) n
ce qui donne :
1 1
ℓ − un v
+∞ α−1n α−1

et la convergence est lente.


94 Accélération de la convergence des suites réelles

∑n 1
Exercice 5.6 Montrer que convergence de la suite u = (un )n∈N définie par un = −
k=1 k
ln (n + 1) pour tout n ≥ 1 est lente.

Solution 5.6 On sait que la suite (un )n≥1 converge vers γ (constante gamma d’Euler).
Pour tout n ≥ 1, on a :
n (
∑ ∫ ) n ∫
∑ ( ) n ∫

1 k+1
dt k+1
1 1 k+1
t−k
un = − = − dt = dt,
k=1
k k t k=1 k k t k=1 k kt

ce qui fait apparaître γ comme somme d’une série, soit :


+∞ ∫
∑ n+1
t−n
γ= dt
n=1 n nt

et :
+∞ ∫
∑ k+1
t−k
γ − un = dt.
k=n+1 k kt
En utilisant les inégalités :
∫ k+1 ∫ ( )
t−k 1 k+1 1 1 1 1
dt ≤ 2 (t − k) dt = 2 ≤ −
k kt k k 2k 2 k−1 k
et : ∫ ∫ ( )
k+1
t−k 1 k+1
1 1 1 1 1
dt ≥ (t − k) dt = = −
k kt k (k + 1) k 2 k (k + 1) 2 k k+1
on en déduit que :
1 1
< γ − un <
2 (n + 1) 2n
1
et γ − un ∼ . La convergence est donc lente.
+∞ 2n

Exercice 5.7 Soient I = [a, b] un intervalle réel fermé non réduit à un point et f : I → I de
classe C 1 telle que 0 < |f ′ (x)| < 1 pour tout x ∈ I.
1. Montrer que f admet un unique point fixe ℓ ∈ I.
2. Pour u0 donné dans I \ {ℓ} , on définit la suite u = (un )n∈N par un+1 = f (un ) . Montrer
que cette suite converge vers ℓ et que la convergence est géométrique de rapport |f ′ (ℓ)| .

Solution 5.7
1. Avec la continuité de f et f (I) ⊂ I, on déduit que f admet au moins un point fixe. En
effet, la fonction g définie sur I par g (x) = f (x) − x étant continue telle que g (a) =
f (a) − a ≥ 0 et g (b) = f (b) − b ≤ 0 (puisque f (a) et f (b) sont dans I = [a, b]), le
théorème des valeurs intermédiaires nous dit qu’elle s’annule sur I. De plus l’hypothèse
−1 < f ′ < 1 entraîne g ′ = f ′ −1 < 0 sur I, c’est-à-dire que g est strictement décroissante
sur I, donc injective, et la solution ℓ de g (x) = 0 sur I est unique. Ce réel ℓ est l’unique
point fixe de f sur I.
Vitesse de convergence 95

2. Si u0 ̸= ℓ alors un ̸= ℓ pour tout n ∈ N. En effet, le résultat est vrai pour n = 0 et en


le supposant vrai pour n ≥ 0, le théorème des accroissements finis nous permet d’écrire
un+1 − ℓ = f (un ) − f (ℓ) = (un − ℓ) f ′ (cn ) avec cn strictement compris entre un et ℓ et
f ′ (cn ) ̸= 0, ce qui entraîne un+1 ̸= ℓ.
Le développement limité qui précède nous permet également de déduire que :
un+1 − ℓ
= f ′ (cn ) → f ′ (ℓ) ∈ ]−1, 1[ \ {0} ,
un − ℓ n→+∞

ce qui implique que la suite u converge vers ℓ et que la convergence est géométrique de
rapport |f ′ (ℓ)| .
Dans cette situation, on dit que ℓ est un point fixe attractif de f.

Définition 5.3 Soit r ≥ 2 un entier naturel. On dit que la convergence de la suite (un )n∈N
|un+1 − ℓ|
vers ℓ est d’ordre r s’il existe une constante λ ̸= 0 telle que lim r = λ.
n→+∞ |un − ℓ|

Une convergence lente ou géométrique est dite d’ordre 1.


On dit aussi que la convergence est super-linéaire si elle est d’ordre r ≥ 2.
Si la convergence de (un )n∈N vers ℓ est d’ordre r ≥ 1, alors cet entier r est uniquement
|un+1 − ℓ| |un+1 − ℓ|
déterminé. En effet si lim r = λ et lim s = µ avec s > r ≥ 1, alors
n→+∞ |un − ℓ| n→+∞ |un − ℓ|
λ λ
lim |un − ℓ|s−r = avec ̸= 0, s − r > 0 et lim (un − ℓ) = 0, ce qui est impossible.
n→+∞ µ µ n→+∞

un+1 − ℓ
Si la convergence de (un )n∈N vers ℓ est d’ordre r ≥ 2, alors est équivalent à
un − ℓ
λ |un − ℓ|r−1 qui converge vers 0, c’est-à-dire que la convergence est rapide.
Mais réciproquement une convergence rapide n’est pas obligatoirement super-linéaire comme
le montre l’exemple de la suite (un )n∈N définie par :

∑n
1
un =
k=0
k!

En effet, on a vu (exercice 5.4) que cette suite converge rapidement vers e avec e − un ∼
+∞
1
, de sorte que pour tout entier r ≥ 2, on a :
(n + 1)!

e − un+1 ((n + 1)!)r ((n + 1)!)r−1


∼ = → +∞
|e − un |r +∞ (n + 2)! (n + 2) n→+∞

et la convergence ne peut être d’ordre r.

Exercice 5.8 Soient I = [a, b] un intervalle réel fermé non réduit à un point et f : I → I de
classe C r avec r ≥ 2 telle que |f ′ (x)| < 1 pour tout x ∈ I.
1. Montrer que f admet un unique point fixe ℓ ∈ I.
2. On suppose que f (k) (ℓ) = 0 pour tout k compris ente 1 et r − 1 et f (r) (x) ̸= 0 pour tout
x ∈ I. Pour u0 donné dans I \ {ℓ} , on définit la suite u = (un )n∈N par un+1 = f (un ) .
Montrer que cette suite converge vers ℓ et que la convergence est d’ordre r.
On dit, dans cette situation, que ℓ est un point fixe super-attractif de f.
96 Accélération de la convergence des suites réelles

Solution 5.8
1. Voir l’exercice 5.7.
2. La formule de Taylor-Lagrange à l’ordre r permet d’écrire que :
f (r) (cn )
un+1 − ℓ = f (un ) − f (ℓ) = (un − ℓ)r
r!
avec cn strictement compris entre un et ℓ, ce qui entraîne un ̸= ℓ pour tout n ≥ 0 (par
récurrence) et :
un+1 − ℓ f (r) (ℓ)
lim = ̸= 0
n→+∞ (un − ℓ)
r
r!
ce qui implique que la suite u converge vers ℓ puisque :
(r)
|un+1 − ℓ| f (cn )
lim = lim |un − ℓ|r−1 =0
n→+∞ |un − ℓ| n→+∞ r!
et la convergence est d’ordre r.

Exercice 5.9 On se donne une fonction g de classe C 3 sur un intervalle fermé I = [a, b] telle
que g (a) g (b) < 0, g ′ (x) ̸= 0 et g ′′ (x) ̸= 0 pour tout x ∈ I.
1. Montrer que l’équation g (x) = 0 admet une unique solution ℓ ∈ ]a, b[ .
g (x)
2. On note f la fonction définie sur I par f (x) = x − ′ . Montrer que f ′ (ℓ) = 0 et
g (x)
f ′′ (ℓ) ̸= 0.
3. On désigne par J = [ℓ − η, ℓ + η] un intervalle contenu dans I, avec η > 0, tel que
f ′′ (x) ̸= 0 pour tout x ∈ J. Montrer que la suite u = (un )n∈N définie par u0 ∈ J \ {ℓ}
g (un )
et un+1 = un − ′ pour tout n ≥ 0 (méthode de Newton) converge vers ℓ et que la
g (un )
convergence est d’ordre 2.

Solution 5.9
1. Le théorème des valeurs intermédiaires nous dit que l’équation g (x) = 0 a au moins une
solution dans I et l’hypothèse g ′ (x) ̸= 0 pour tout x ∈ I avec g ′ continue nous dit que
g ′ > 0 ou g ′ < 0 (théorème des valeurs intermédiaires pour g ′ ) ce qui implique que g est
strictement monotone, donc injective. Cette solution ℓ est donc unique.
g (x)
2. Le réel ℓ est l’unique point fixe dans I de la fonction f définie sur I par f (x) = x− ′ .
g (x)
g (x) g ′′ (x)
Cette fonction est de classe C 2 sur I avec f ′ (x) = . De g (ℓ) = 0 on déduit
(g ′ (x))2
que f ′ (ℓ) = 0 et :
f ′ (x) g (x) g ′′ (x) g ′′ (ℓ)
f ′′ (ℓ) = lim = lim = ̸= 0.
x→ℓ x − ℓ x→ℓ x − ℓ (g ′ (x))2 g ′ (ℓ)

3. Par continuité de f ′′ on peut trouver un voisinage J de ℓ tel que f ′′ (x) ̸= 0 pour tout
x ∈ J.
La formule de Taylor-Lagrange à l’ordre 2 permet d’écrire que :
f ′′ (cn )
un+1 − ℓ = f (un ) − f (ℓ) = (un − ℓ)2
r!
Accélération de la convergence 97

avec cn strictement compris entre un et ℓ et f ′′ (cn ) ̸= 0, ce qui entraîne un ̸= ℓ pour tout


n ≥ 0 (par récurrence) et :

un+1 − ℓ f ′′ (ℓ) g ′′ (ℓ)


lim = = ̸= 0
n→+∞ (u − ℓ)2
n 2 2g ′ (ℓ)

|un+1 − ℓ| |f ′′ (cn )|
ce qui implique que la suite u converge vers ℓ (puisque lim = lim |un − ℓ| =
n→+∞ |un − ℓ| n→+∞ 2
0) et que la convergence est d’ordre 2.

5.2 Accélération de la convergence


Définition 5.4 Si v = (vn )n∈N est une autre suite convergente vers ℓ avec vn ̸= ℓ pour tout
n ∈ N, on dit que la convergence de cette suite vers ℓ est plus rapide que celle de u = (un )n∈N
vn − ℓ
si lim = 0.
n→+∞ un − ℓ

Accélérer la convergence d’une suite consiste à construire à partir de cette dernière une autre
suite qui converge plus vite vers la même limite.

Exercice 5.10 Soit (un )n∈N∗ la suite définie par :


( )n
1
∀n ≥ 1, un = 1 + .
n

Montrer que la suite (vn )n≥0 = (u2n )n≥0 permet d’accélérer la convergence de cette suite.
e e
Solution 5.10 On a vu (exercice 5.3) que e − un v (convergence lente) et e − vn v n+1
+∞ 2n +∞ 2
(convergence géométrique) de sorte que :
vn − e n
lim = lim n = 0.
n→+∞ un − e n→+∞ 2

De manière plus générale, un développement asymptotique de la forme :


( )
β 1
un = ℓ + b + o
n nb

avec β non nul et b > 0 donne :


( )
β 1
vn = u2n = ℓ + nb + o
2 2nb

vn − ℓ nb
et lim = lim nb = 0.
n→+∞ un − ℓ n→+∞ 2
Mais l’extraction
( ) ne permet(pas toujours
) d’accélérer la convergence d’une suite. Par exemple
1 1 vn 1
pour u = et v = 2
, on a lim = .
ln (n) n≥2 ln (n ) n≥2 n→+∞ un ln (2)
L’exercice qui suit nous donne un procédé élémentaire, mais peu performant, d’accélération
de la convergence, l’idée étant de remplacer chaque un par une moyenne pondérée de un et
un+1 . Ce procédé sera affiné par la méthode de Richardson.
98 Accélération de la convergence des suites réelles

Exercice 5.11 Soit λ un réel différent de 1 et v = (vn )n∈N la suite définie par :
un+1 − λun
∀n ≥ 0, vn =
1−λ
(vn est un barycentre de un+1 et un ).
1. Préciser pour quelles valeurs de λ et à quelles conditions sur u la suite v converge vers
ℓ plus rapidement que u.
(( )2n )
1
2. Appliquer ce procédé à la suite u = 1+ n en précisant la vitesse de conver-
2
n∈N
gence de la suite accélératrice v obtenue.
Solution 5.11 Pour λ = 0, on a vn = un+1 , ce qui n’a pas beaucoup d’intérêt.
1. Pour tout réel λ différent de 1, la suite v converge vers ℓ et :
vn − ℓ un+1 − ℓ − λ (un − ℓ) 1 un+1 − ℓ λ
= = − ,
un − ℓ (1 − λ) (un − ℓ) 1 − λ un − ℓ 1−λ
de sorte que :
vn − ℓ un+1 − ℓ
lim = 0 ⇔ lim = λ.
n→+∞ un − ℓ n→+∞ un − ℓ

On a vu que la convergence de u vers ℓ impose λ ∈ [−1, 1] et comme λ ̸= 1, on déduit que


un+1 − ℓ
la suite v converge vers ℓ plus rapidement que u si, et seulement si, lim =
n→+∞ un − ℓ
λ ∈ [−1, 1[ .
un + un+1
Pour λ = −1, on a vn = et cette suite accélère u si, et seulement si, u converge
2
un+1 − ℓ
lentement avec lim = −1.
n→+∞ un − ℓ
Pour 0 < |λ| < 1, la suite v accélère u si, et seulement si, la convergence de u est
un+1 − ℓ
géométrique de rapport |λ| avec lim = λ.
n→+∞ un − ℓ
2. On a vu que la convergence de la suite u vers e ≈ 2.718281828 est géométrique de rapport
1
λ = (exercice 5.3), ce qui donne la suite v définie par :
2
vn = 2un+1 − un .
( )
ln (1 + x)
Le développement limité à l’ordre 2 de exp au voisinage de 0 nous donne le
x
développement asymptotique :
( )n ( ( ))
1 1 11 1 1
1+ =e 1− + 2
+o
n 2n 24 n n2
et : ( ( ))
1 11 1 1
un = e 1 − + +o
2n+1 24 22n 22n
puis : ( ( ))
11 1 1
vn = e 1 − +o .
48 22n 22n
11 1 1
On a donc e − vn v 2n
et la convergence est géométrique de rapport .
48 2
+∞ 4
Pour n = 1, on a u1 = 2.25, v1 ≈ 2.63281250 et pour n = 6, u6 ≈ 2.697344953,
v6 ≈ 2.718133087.
Accélération de la convergence 99

Exercice 5.12 Considérons l’approximation du nombre π par la méthode d’Archimède des po-
lygones réguliers. Cette méthode consiste à introduire la suite (un )n≥1 définie par :
(π)
∀n ≥ 1, un = 2n sin .
2n
1. Montrer que la suite (un )n≥1 est aussi définie par :


 u1 = 2, √ √ ( u )2


 ∀n ≥ 1, un+1 = 22 n
1− 1−
n
.
2n

Cette relation de récurrence permet un calcul itératif des un sans utiliser le nombre π que
l’on veut approcher.
1
2. Montrer que la convergence de cette suite vers π est géométrique de raison .
4
3. Utiliser le procédé décrit à l’exercice précédent pour accélérer la convergence de cette suite
en précisant la vitesse de convergence de la suite accélératrice v obtenue.

Solution 5.12
1. Avec : √ (π)
(π)
( π ) 1 − cos n 1 − 1 − sin2 n
2 2
sin2 = = ,
2n+1 2 2
on déduit que : √ √ ( u )2
√ n
∀n ≥ 1, un+1 = n
22 1− 1− .
2n
2. En utilisant le développement limité :

x3 ( )
sin (x) = x − + o x3 ,
3!
on obtient le développement asymptotique :
( )
π3 1 1
un = π − +o
3! 22n 22n

π3 1
et π − un v . Cette suite converge donc vers π et la convergence est géométrique
+∞ 3! 22n
1
de raison .
4
3. En utilisant le procédé décrit à l’exercice précédent, on accélère la convergence de cette
suite en posant :
4un+1 − un
∀n ≥ 1, vn = .
3
En poussant le développement limité précédent un peu plus loin, on a :

x3 x5 ( )
sin (x) = x − + + o x5
3! 5!
100 Accélération de la convergence des suites réelles

et le développement asymptotique :
( )
π3 1 π5 1 1
un = π − + +o
3! 22n 5! 24n 24n
qui donne : ( )
π5 3 1 1
vn = π − +o ,
5! 4 24n 24n
π5 3 1
soit π−vn v . Cette suite converge donc vers π et la convergence est géométrique
+∞ 5! 4 24n
1
de raison .
16
Dans le cas où on dispose d’un encadrement de la forme :
ε′n ≤ un − ℓ ≤ εn
où (ε′n )n∈N et (εn )n∈N sont des suites convergentes vers 0, la suite (vn )n∈N définie par vn = un −ε′n
converge aussi vers ℓ avec 0 ≤ vn −ℓ ≤ δn = εn −ε′n , ce qui fournit parfois une suite accélératrice.
Les exercices qui suivent nous fournissent des exemples de telle situation.
Exercice 5.13 En utilisant l’encadrement obtenu avec l’exercice 5.4, montrer que la suite
(vn )n≥1 définie par :
∑n
1 1
∀n ≥ 1, vn = + ,
k=0
k! n · n!
accélère la convergence de la suite (un )n≥1 définie par :
∑n
1
∀n ≥ 1, un = .
k=0
k!

Solution 5.13 On a obtenu (exercice 5.4) l’encadrement :


1 1
< e − un < ,
(n + 1)! n · n!
qui donne :
1 1 1
0 < vn − e < − =
n · n! (n + 1)! n · (n + 1)!
et :
vn − e 1
0< ≤ → 0.
e − un n n→+∞

On a par exemple :
∑5
1 1
u5 = ≈ 2.7167, v5 = u5 + ≈ 2.7183.
k=0
k! 5 ∗ 5!
Exercice 5.14 En utilisant l’encadrement obtenu avec l’exercice 5.5, montrer que la suite
(vn )n≥1 définie par :
∑n
1 1 1
∀n ≥ 1, vn = + α−1 ,
k=1
k α α − 1 (n + 1)
accélère la convergence de la suite (un )n≥1 définie par :
∑n
1
∀n ≥ 1, un =
k=1

Méthode d’accélération d’Aitken 101

Solution 5.14 On a obtenu (exercice 5.5) l’encadrement :


1 1
∀n ≥ 1, α−1 ≤ (α − 1) (ℓ − un ) ≤ α−1 ,
(n + 1) n

qui donne :
1 (n + 1)α−1 − nα−1
∀n ≥ 1, 0 ≤ ℓ − vn ≤ ,
α − 1 nα−1 (n + 1)α−1
et :
ℓ − vn (n + 1)α−1 − nα−1 α−1
0≤ ≤ v → 0.
ℓ − un n α−1 +∞ n n→+∞

Exercice 5.15 En utilisant l’encadrement obtenu avec l’exercice 5.6, montrer que la suite
(vn )n≥1 définie par :
∑n
1 1
∀n ≥ 1, vn = − ln (n + 1) +
k=1
k 2 (n + 1)
accélère la convergence de la suite (un )n≥1 définie par :


n
1
∀n ≥ 1, un = − ln (n + 1)
k=1
k

Solution 5.15 On a obtenu (exercice 5.6) l’encadrement :


1 1
< γ − un <
2 (n + 1) 2n
qui donne :
1
0 < γ − vn <
2n (n + 1)
et :
γ − vn 1
0≤ ≤ → 0.
γ − un n n→+∞

5.3 Méthode d’accélération d’Aitken


Pour ce paragraphe, on suppose que suite (un )n∈N converge vers un réel ℓ (toujours avec
̸ ℓ pour tout n ∈ N) avec :
un =
un+1 − ℓ
lim = λ ∈ ]−1, 1[ \ {0}
n→+∞ un − ℓ

c’est-à-dire que la convergence est géométrique de rapport |λ| . On suppose de plus que un+1 =
̸
un pour tout n ∈ N.
On a vu avec l’exercice 5.11 que la suite v = (vn )n∈N des moyennes pondérées définie par :

un+1 − λun
vn =
1−λ
est une suite accélératrice de u.
Mais dans la pratique le coefficient λ peut être prévu sans connaître explicitement sa valeur,
de sorte que ce procédé d’accélération n’est pas utilisable directement.
102 Accélération de la convergence des suites réelles

Un exemple typique d’une telle situation est fourni par une suite d’approximations succes-
sives d’un point fixe attractif ℓ d’une fonction f de classe C 1 , le coefficient λ = f ′ (ℓ) qui fait
intervenir le réel ℓ qu’on cherche à approximer, étant inconnu dans ]−1, 1[ \ {0} (voir l’exercice
5.7).
La méthode d’Aitken nous permet de construire une suite de réels (λn )n∈N qui va converger
vers λ et on définira une suite accélératrice par les moyennes pondérées :
un+1 − λn un
vn = .
1 − λn
On rappelle que la suite (λn )n∈N∗ définie par :

un+1 − un
∀n ∈ N∗ , λn =
un − un−1

converge vers λ (lemme 5.1).


Comme λ < 1, il existe un entier n0 tel que l’on ait λn < 1 pour tout n ≥ n0 . On peut donc
définir la suite (vn )n≥n0 par :

un+1 − λn un
∀n ≥ n0 , vn = .
1 − λn

Théorème 5.1 La suite (vn )n≥n0 converge vers ℓ plus rapidement que la suite (un )n∈N .

Démonstration. Pour tout n ≥ n0 , on a :


un+1 −λn un
vn − ℓ 1−λn
−ℓ 1 un+1 − λn un − ℓ (1 − λn )
= =
un − ℓ un − ℓ 1 − λn un − ℓ
( )
1 un+1 − ℓ
= − λn → 0.
1 − λn un − ℓ n→+∞

En utilisant la définition des λn , on peut écrire chaque terme de la suite accélératrice de


Aitken (vn )n≥n0 sous la forme :

un+1 un−1 − u2n (un − un−1 )2


vn = = un−1 −
un+1 − 2un + un−1 un+1 − 2un + un−1
un+1 − un
(comme λn = < 1, on a (un+1 − un ) − (un − un−1 ) ̸= 0 et le dénominateur de vn est
un − un−1
bien non nul).
En introduisant les opérateurs de Aitken ∆ et ∆2 définis par :
{
∆un = un+1 − un
∆2 un = ∆ (∆un ) = un+2 − 2un+1 + un
on a :
(∆un )2
vn+1 = un − .
∆2 un

Exercice 5.16 Soit (un )n∈N une suite arithmético-géométrique définie par u0 ∈ R et un+1 =
aun + b où a, b sont des réels donnés avec 0 < |a| < 1.
Méthode d’accélération d’Aitken 103

b
1. Montrer que u converge ver ℓ = et préciser sa vitesse de convergence dans le cas
1−a
où u0 ̸= ℓ.
2. Décrire la suite accélératrice de Aitken correspondante.

Solution 5.16
1. Si cette suite converge, alors sa limite est solution de l’équation x = ax + b qui a pour
b
unique solution ℓ = . De un+1 = aun + b et ℓ = aℓ + b, on déduit que un+1 − ℓ =
1−a
a (un − ℓ) et par récurrence un − ℓ = an (u0 − ℓ) , soit un = ℓ + an (u0 − ℓ) et lim un =
n→+∞
un+1 − ℓ
ℓ avec un ̸= ℓ pour tout n ≥ 0 et = a, c’est-à-dire que la convergence est
un − ℓ
géométrique de rapport |a| (ce qui n’est pas étonnant).
2. On a un+1 − un = an (u0 − ℓ) (a − 1) et un+1 − aun = b = ℓ (1 − a) , de sorte que :

un+1 − un un+1 − λn un
λn = = a et vn = = ℓ.
un − un−1 1 − λn
La suite v est donc stationnaire sur ℓ.

Exercice 5.17 On reprend la situation de l’exercice 5.7 avec I = [a, b] et f : I → I de classe


C 2 telle que 0 < |f ′ (x)| < 1 pour tout x ∈ I.
On a vu que cette fonction admet un unique point fixe (attractif) ℓ ∈ I et que la suite
u = (un )n∈N définie par u0 ∈ I \ {ℓ} et un+1 = f (un ) pour tout n ≥ 0 converge vers ℓ
avec un ̸= ℓ pour tout n ∈ N, la convergence étant géométrique de rapport |f ′ (ℓ)| .
Montrer que, si f ′′ (ℓ) ̸= 0, alors la convergence de la suite accélératrice v de Aitken correspon-
dante est géométrique de rapport (f ′ (ℓ))2 .

Solution 5.17 Un développement limité à l’ordre 2 en ℓ nous donne, en tenant compte de


f (ℓ) = ℓ :
f ′′ (ℓ) ( )
un − ℓ = f ′ (ℓ) (un−1 − ℓ) + (un−1 − ℓ)2 + o (un−1 − ℓ)2 .
2
′′
f (ℓ)
En notant en = un − ℓ, λ = f ′ (ℓ) et µ = , cela s’écrit :
2
( )
en = λen−1 + µe2n−1 + o e2n−1

et, en désignant par (vn )n≥n0 la suite accélératrice de Aitken, on a :

(∆un−1 )2
vn − ℓ = un−1 − ℓ −
∆2 un−1
avec : {
∆un−1 = un − un−1 = en − en−1
∆2 un−1 = un+1 − 2un + un−1 = en+1 − 2en + en−1
ce qui donne :
(en − en−1 )2
vn − ℓ = en−1 −
en+1 − 2en + en−1
104 Accélération de la convergence des suites réelles

avec :
 ( 2 )

 en − e n−1 = (λ − 1) e n−1 + µe2
n−1 + o en−1 , ( )


 (en − en−1 ) = (λ − 1) en−1 + 2µ (λ − 1) e3n−1 + o e3n−1( , )
2 2 2

en+1 − en = λ (λ − 1) en−1 + ((λ − 1) µ + λ2 µ) e2n−1 + o en−1 2


,



 e − 2e + e = (e − e ) − (e − e ) ( )
 n+1 n n−1 n+1 n n n−1
= (λ − 1)2 en−1 + (λ − 1) (λ + 2) µe2n−1 + o e2n−1
et donc :
( )
(λ − 1) en−1 + 2µe2n−1 + o e2n−1
vn − ℓ = en−1 −
(λ − 1) + µ (λ + 2) en−1 + o (en−1 )
λµ + o (1) 2
= e .
(λ − 1) + o (1) n−1
ou encore :
vn − ℓ λµ
lim = .
n→+∞ e2
n−1 λ−1
Comme f ′′ (ℓ) ̸= 0, on a µ ̸= 0 et :
λµ 2 f ′ (ℓ) f ′′ (ℓ) 2
vn − ℓ v en−1 = e .
+∞ 1−λ 2 (1 − f ′ (ℓ)) n−1
On a donc : ( )2
vn+1 − ℓ en
v λ2 = (f ′ (ℓ)) .
2
v
vn − ℓ +∞ en−1 +∞

En définitive, on est passé d’une convergence géométrique de rapport |f ′ (ℓ)| à une conver-
gence géométrique de rapport (f ′ (ℓ))2 , ce qui confirme l’accélération de la convergence puisque
|f ′ (ℓ)| < 1.
Remarque 5.5 Si, avec les notations de l’exercice précédent, on désigne pour tout entier na-
turel n, par Mn le point de R2 de coordonnées (un , f (un )) = (un , un+1 ) dans la base canonique,
la pente de la droite (Mn Mn+1 ) est :
un+2 − un+1 ∆n+1
δn = =
un+1 − un ∆n
et l’équation de cette droite est :
∆un+1
y = un+1 + (x − un ) .
∆un
Le point d’intersection de cette droite avec la première bissectrice est le point Mn′ de coordonnées
(xn , xn ) où xn est solution de :
∆un+1 ∆un+1
x = un+1 + (x − un ) = ∆un + un + (x − un )
∆un ∆un
soit de : ( )
∆un+1
(x − un ) 1 − = ∆un
∆un
ce qui donne :
∆un (∆un )2
xn = u n + = un −
1 − ∆un+1
∆un
∆un+1 − ∆un
(∆un )2
= un − = vn+1
∆2 un
Méthode d’accélération d’Aitken 105

Remarque 5.6 Pour la programmation de la méthode de Aitken on peut remarquer que les vn
s’écrivent aussi : ( )−1
1 1
vn = un + − .
un+1 − un un − un−1
En effet, on a :
un+1 un−1 − u2n
vn =
un+1 − 2un + un−1
(un+1 − un ) (un − un−1 )
= un −
(un+1 − un ) − (un − un−1 )
1
= un + .
1
un+1 −un
− un −u1 n−1

Dans le cas où la suite (un )n∈N est une suite d’approximations successives définie par un+1 =
f (un ) (avec les notations et hypothèses de l’exercice précédent), en définissant la fonction g par
1
g (x) = pour x ∈ I \ {ℓ} , les vn peuvent se calculer comme suit :
f (x) − x

 un = f (un−1 ) ,
1
 vn = un + .
g (un ) − g (un−1 )
Exemple 5.1 On s’intéresse aux points fixes de la fonction f : x 7→ e−x sur [0, +∞[ . Cette
′ −x
fonction est indéfiniment dérivable, strictement décroissante sur [0, +∞[ avec [ f (x) = ]−e
−1
et f ([0, +∞[) = ]0, 1] . En posant I = [e−1 , 1] = [0.367 88, 1] , on a f (I) = e−1 , e−e ⊂I
et 0 < |f ′ (x)| ≤ λ = e−1 < 1 pour tout x ∈ I. La suite (un )n∈N définie par u0 = 0.5 et
un+1 = f (un ) pour tout n ≥ 0 converge donc vers l’unique point fixe ℓ ∈ I, la convergence étant
géométrique.
Le programme Maple qui suit nous donne les valeurs des un et vn pour n compris entre 1 et
15 :
restart ; f :=x->exp(-x) ; g :=x->1/(f(x)-x) ; i :=0 ; x :=0.5 ;
for n from 1 to 15 do
i :=i+1 ; z :=f(x) ; y :=z+1/(g(z)-g(x)) ; x :=z ;
od ;
Ce qui donne les valeurs suivantes :
{ { {
u1 = 0.6065306597 u14 = 0.5671188642 u15 = 0.5671571437
v1 = 0.5676238764 v14 = 0.5671432906 v15 = 0.5671432905
On constate que la convergence de la suite (vn )n∈N vers le point fixe de f, ℓ = 0.567143290409,
est plus rapide que celle de la suite (un )n∈N .
En utilisant f ′ = −f, f ′′ = f et f (ℓ) = ℓ, on a ici :

 f ′ (ℓ) f ′′ (ℓ) ℓ2
 vn − ℓ v (u n−1 − ℓ)2
= (un−1 − ℓ)2
+∞ 2 (1 − f ′ (ℓ)) 2 (1 + ℓ)
 vn+1 − ℓ v (f ′ (ℓ))2 = ℓ2

vn − ℓ +∞
avec :  2
 ℓ ≈ 0.321651511855947
ℓ2
 ≈ 0.102623516887215
2 (1 + ℓ)
106 Accélération de la convergence des suites réelles

Dans le cas d’un point fixe super-attractif (c’est-à-dire que f ′ (ℓ) = 0), en supposant de plus
que f ′′ (ℓ) ̸= 0, on a, pour f de classe C 4 , le développement asymptotique suivant de l’erreur
d’approximation : ( )
en = λ2 e2n−1 + λ3 e3n−1 + λ4 e4n−1 + o e4n−1 ,
où on a noté :
f ′′ (ℓ) f (3) (ℓ) f (4) (ℓ)
λ2 = , λ3 = , λ4 = ,
2 3! 3!
ce qui donne :
 ( )

 (en − en−1 )2 = e2n−1 − 2λ2 e3n−1 + (λ22 − 2λ3 ) e4n−1 + o e4n−1

en+1 − en = λ2 e2n + o (e2n ) − en ( )

 = −λ2 en−1 − λ3 e3n−1 + (λ32 − λ4 ) e4n−1 + o e4n−1
2
( 4 )

en+1 − 2en + en−1 = en−1 − 2λ2 e2n−1 − 2λ3 e3n−1 + (λ32 − 2λ4 ) e4n−1 + o en−1

et :
−λ22 + o (1) ( )
vn − ℓ = e3n−1 = −λ22 + o (1) e3n−1 ,
1 − 2λ2 en−1 + o (en−1 )
soit :
(f ′′ (ℓ))2
vn − ℓ v (un − ℓ)3 .
+∞ 4
Avec {
vn − ℓ = (−λ22 + o (1)) e3n−1 ,
vn+1 − ℓ = (−λ22 + o (1)) en3 = (−λ52 + o (1)) e6n−1 ,
on déduit que :
vn+1 − ℓ f ′′ (ℓ)
v .
(vn − ℓ)2 2
La convergence vers ℓ de (vn )n≥n0 est donc, comme celle de (un )n∈N , d’ordre 2, mais cette
convergence est quand même plus rapide.

Exercice 5.18 Donner une expression de la suite accélératrice de Aitken pour la suite (un )n≥1
définie par :
∑n
1
∀n ≥ 1, un =
k=1

où α > 1. Préciser la vitesse de convergence de cette suite accélératrice.

Solution 5.18 On a :
 1

 ∆un = un+1 − un =
(n + 1)α

 ∆2 un = ∆ (∆un ) =
1 1
α −
(n + 2) (n + 1)α
et :
(∆un )2 (n + 2)α
vn+1 = un − = un −
∆2 un (n + 1)2α − (n + 2)α (n + 1)α
(n + 2)α
= un + .
(n + 1)α ((n + 2)α − (n + 1)α )
Méthode d’accélération de Richardson 107

Par exemple, pour n = 2, on a :

(n + 2)2
vn+1 = un +
(n + 1)2 (2n + 3)
En reprenant les calculs de l’exercice 5.5, on a pour tout n ≥ 1 :
1 1 1 1
α−1 ≤ ℓ − un ≤
α − 1 (n + 1) α−1nα−1

et donc :
( )
(α−1)(n+2)α
1
(α−1)(n+1)α−1
1− (n+1)((n+2)α −(n+1)α )
≤ ℓ − vn+1
( )
nα−1 (α−1)(n+2)α
≤ 1
(α−1)nα−1
1− (n+1)α ((n+2)α −(n+1)α )

soit :
( )
1
(α−1)(n+1)α−1
1− (α−1)
( ( ) )
n+1 α ≤ ℓ − vn+1
(n+1) 1−
n+2
( )
nα−1 (α−1)
≤ 1
(α−1)nα−1
1− (n+1)α (1−( n+1
α
n+2 ) )

avec :
( )α ( )α ( ( ))
n+1 1 1 1
1− =1− 1− =1− 1−α +o
n+2 n+2 n+2 n
( )
1 1 α
=α +o ∼
n+2 n n→+∞ n
ce qui donne :
nα−1 (α − 1) nα−1 (α − 1) α−1
( ( n+1 )α ) ∼ α =
(n + 1)α 1 − n+2 n→+∞
nα α
n
et :
(α − 1) α−1 α−1
( ( )α ) ∼ α = α
(n + 1) 1 − n+1
n+2
n→+∞
n
n
Il en résulte que :
( )
α−1 1
ℓ− vn+1 ∼ (α−1)n
1
1− =
α (α − 1) nα−1
α−1
n→+∞ α

et la convergence de la suite (vn )n≥1 est lente.

5.4 Méthode d’accélération de Richardson


On se place dans un premier temps dans le cas où on dispose d’un développement asympto-
tique de la forme :
un = ℓ + βλn + γµn + o (µn )
avec β, γ non nuls et 0 < |µ| < |λ| < 1.
La suite (un )n∈N converge donc vers ℓ et la convergence est géométrique de rapport |λ| .
108 Accélération de la convergence des suites réelles

Si on connaît explicitement les coefficients β et λ, on peut accélérer la convergence de la


suite (un )n∈N en la remplaçant par la suite (vn )n∈N définie par :

vn = un − βλn .

Cette suite converge bien vers ℓ et avec vn − ℓ v γµn , la convergence est donc géométrique de
+∞
rapport |µ| et :
vn − ℓ γ ( µ )n
v → 0,
un − ℓ +∞ β λ n→+∞

ce qui confirme bien que la suite (vn )n∈N converge vers ℓ plus vite que la suite (un )n∈N .
Si on connaît explicitement le coefficient λ, mais pas le coefficient β, on peut définir un
barycentre de un+1 et un où le terme βλn a été éliminé. Pour ce faire, on écrit que :
{
un+1 = ℓ + βλn+1 + µn+1 (γ + o (1))
un = ℓ + βλn + µn (γ + o (1))

et :
un+1 − λun = (1 − λ) ℓ + µn ((µ − λ) γ + o (1)) ,
ce qui nous conduit à introduire la suite (vn )n∈N définie par :

un+1 − λun
vn = .
1−λ
C’est la situation décrite à l’exercice 5.11.
On a alors : ( )
µ−λ µ−λ n
vn − ℓ = µ n
γ + o (1) v γµ
1−λ +∞ 1−λ
c’est-à-dire que la convergence est géométrique de rapport |µ| et :

vn − ℓ µ − λ γ ( µ )n
v → 0.
un − ℓ +∞ 1 − λ β λ n→+∞

On est donc ainsi passé de la suite (un )n∈N qui converge vers ℓ avec une vitesse de convergence
géométrique de raison |λ| à la suite (vn )n∈N qui converge aussi vers ℓ avec une vitesse de
convergence géométrique de raison |µ| < |λ| .
Les exercices 5.11 et 5.12 nous donnent des exemples de cette situation où on approxime
respectivement les nombres e et π.
De manière plus générale, si on dispose d’un développement asymptotique de la forme :
( )
β γ 1
un = ℓ + + 2 + o
n n n2

avec β et γ non nuls, on utilise la suite (vn )n∈N = (x2n )n∈N pour laquelle on a le développement
asymptotique : ( )
β γ 1
vn = ℓ + n + n + o n
2 4 4
et une suite accélératrice est définie par :

wn = 2vn+1 − vn .
Méthode d’accélération de Richardson 109

On a alors : 

 vn − ℓ v
β
+∞ 2n

 wn − ℓ v −

+∞ 2 4n
1
c’est-à-dire qu’on passe d’une convergence géométrique de raison à une convergence géomé-
2
1
trique de raison (voir l’exercice 5.11).
4
La méthode de Richardson consiste à itérer le procédé précédent dès que l’on dispose d’un
développement asymptotique de la forme :


p+1
( )
un = ℓ + βj λnj + o λnp+1
j=1

où p est un entier naturel non nul, les coefficients βj sont tous non nuls et les coefficients λj
tels que :
0 < |λp+1 | < |λp | < · · · < |λ1 | < 1.
Si tous les coefficients βj et λj sont connus, on peut accélérer la convergence de cette suite
en introduisant la suite (vn )n∈N définie par :


p+1
vn = un − βj λnj .
j=1


+∞
Ce cas se présente pour les sommes de séries numériques de la forme f (n) , où la fonction
n=0
f est indéfiniment dérivable sur R+,∗ . Le développement asymptotique est obtenu en utilisant
la formule d’Euler et Mac-Laurin en supposant le calcul explicite des dérivées de la fonction f
facilement réalisable. C’est le cas par exemple pour les séries de Riemann convergentes.
Si les coefficients λj sont tous connus, mais pas les coefficients βj , on va les éliminer pro-
gressivement en itérant le procédé barycentrique décrit précédemment, ce qui nous amène à
introduire, pour tout entier k compris entre 0 et p, les suites (un,k )n∈N définies par les formules
de récurrence suivantes : 
 un,0 = un ,
u − λk un,k−1
 un,k = n+1,k−1 .
1 − λk

Lemme 5.2 Avec les notations et hypothèses qui précèdent, on a pour tout entier k compris
entre 0 et p, le développement asymptotique :


p+1
( )
un,k = ℓ + βk,j λnj + o λnp+1 ,
j=k+1

les coefficients βk,j étant tous non nuls.

Démonstration. On procède par récurrence finie sur k.


Pour k = 0 c’est l’hypothèse.
110 Accélération de la convergence des suites réelles

En supposant le résultat acquis au rang k − 1 < p, on a :




 ∑
p+1 ( )

 n+1,k−1
u = ℓ + βk−1,j λn+1
j + o λn+1
p+1
j=k

 ∑
p+1 ( )
 u
 n,k−1 = ℓ + βk−1,j λnj + o λnp+1
j=k

l’élimination du coefficient βk−1,k entre ces deux équations se faisant avec :

un+1,k−1 − λk un,k−1 ∑
p+1
( )
=ℓ+ βk,j λnj + o λnp+1
1 − λk j=k+1

λj − λk
où βk,j = βk−1,j ̸= 0 pour tout j compris entre k + 1 et p + 1.
1 − λk

Théorème 5.2 (Richardson) Avec les notations et hypothèses qui précèdent, pour tout entier
k compris entre 1 et p, la suite (un,k )n∈N converge vers ℓ plus rapidement que la suite (un,k−1 )n∈N ,
la convergence de la suite (un,k )n∈N étant géométrique de raison |λk+1 | . Plus précisément, pour
tout k compris entre 0 et p, on a :

un,k − ℓ v βk,k+1 λk+1


n
+∞

avec :

k
λk+1 − λj
βk,k+1 = βk+1 .
j=1
1 − λj

Démonstration. Avec l’hypothèse 0 < |λp+1 | < · · · < |λk+1 | < |λk | et lemme précédent, on
déduit que, pour k compris entre 1 et p, on a :


 un,k − ℓ +∞v βk,k+1 λnk+1
( )n
un,k − ℓ βk,k+1 λk+1

 v → 0
un,k−1 − ℓ +∞ βk−1,k λk n→+∞

avec :
λk+1 − λk λk+1 − λk−1 λk+1 − λ1
βk,k+1 = ··· βk+1
1 − λk 1 − λk−1 1 − λ1
ce qui est le résultat annoncé.

Exercice 5.19 On reprend l’exemple de la suite d’Archimède u = (un )n≥1 permettant d’appro-
cher le nombre π. On rappelle qu’elle est définie par :
(π)
∀n ≥ 1, un = 2n sin n
2
(exercice 5.12).
1. En utilisant, pour p ≥ 1, le développement limité à l’ordre 2p de la fonction sin, donner
un développement asymptotique de la suite u.
2. En déduire les suites accélératrices correspondantes à la méthode de Richardson.

Solution 5.19
Méthode d’accélération de Richardson 111

1. Avec le développement limité :

sin (πx) ∑ ( )
p+1
π 2j
= (−1)j x2j + o x2p+2 ,
πx j=0
(2j + 1)!

on obtient le développement asymptotique :



p+1 ( )n (( )n )
π 4j+1j 1 1
un = π + (−1) +o
j=1
(2j + 1)! 4j 4p+1

2. Les suites accélératrices correspondantes à la méthode de Richardson sont donc données


par :
 (π)

 un,0 = un = 2 sin 2n , (n ≥ 1)
 n

 un+1,k−1 − 41k un,k−1 4k un+1,k−1 − un,k−1



 u n,k = = (1 ≤ k ≤ p, n ≥ 1) .
1 − 41k 4k − 1

L’exercice précédent peut se ramener à la situation suivante. On dispose d’une fonction f


définie sur I = ]−1, 1[ et admettant un développement limité d’ordre p + 1 en 0 :

p+1
( )
f (x) = ℓ + βj xj + o xp+1
j=1

où p est un entier naturel non nul et les coefficients βj sont tous non nuls. On associe à cette
fonction la suite (un )n≥1 définie par :
∀n ≥ 1, un = f (rn )
où r est un réel non nul dans ]−1, 1[ . On a alors le développement asymptotique :

p+1
( )
un = ℓ + βj λnj + o λnp+1
j=1

où les coefficients λj = rj vérifient bien l’hypothèse :


0 < |λp+1 | < |λp | < · · · < |λ1 | < 1.
On peut donc définir les suites accélératrices (un,k )n≥1 par :

 un,0 = un = f (rn )
 un,k = un+1,k−1 − r un,k−1 (1 ≤ k ≤ p) .
k

1 − rk
Les coefficients βk,k+1 sont alors donnés par :

k
rk+1 − rj ∏
k
rk+1−j − 1
βk,k+1 = βk+1 = βk+1 rj
j=1
1 − rj j=1
1 − rj
( )( )
rk − 1 rk−1 − 1 · · · (r − 1) ∏k
= βk+1 rj
(1 − r) · · · (1 − rk−1 ) (1 − rk ) j=1
k(k+1)
= (−1)k r(1+2+···+k) βk+1 = (−1)k r 2 βk+1
112 Accélération de la convergence des suites réelles

On a donc, pour tout k compris entre 0 et p :


(k+1)(2n+k)
un,k − ℓ v (−1)k βk+1 r 2
+∞

Pour la suite d’Archimède, on a :


(π) ( )
1
∀n ≥ 1, un = 2 sin n
=f
2n 2n

sin (πx)
où f (x) = et en écrivant f (x) = g (x2 ) , où :
x

p+1
π 2j+1 j ( )
g (t) = π + (−1)j t + o xp+1
j=1
(2j + 1)!

1
on se ramène à la situation précédente avec r = . On a alors, pour tout k compris entre 0 et
4
p:
π 2k+3 1
π − un,k v (2n+k)(k+1)
.
+∞ (2k + 3)! 2

On a, par exemple, pour les trois premières suites :


 (π)


n
un = 2 sin n ,

 2
 4un+1 − un
un,1 = ,

 3


 u = 16un+1,1 − un,1 ,
n,2
15
avec : 

 π3 1

 π − un v ,

 +∞ 6 4n

π5 4
π − un,1 v ,

 +∞ 5! 16n+1



 π7 1
 π − un,2 v .
+∞ 7! 64n+1

Exemple 5.2 Si on reprend l’exemple du nombre e approché par la suite (un )n≥0 définie par :
( )2n
1
∀n ≥ 0, un = 1 + n ,
2
( )
1
On a un = f , où f est la fonction définie sur ]−1, 1[ par :
2n
{ 1 ln(1+x)

f (x) = (1 + x) x = e x si 0 < |x| < 1,


0 si x = 0.

Cette fonction est indéfiniment dérivable sur ]−1, 1[ comme composée des fonctions :

ln (1 + x) ∑
+∞ n−1
n−1 x
g : x 7→ = (−1)
x k=1
n
Méthode d’accélération de Richardson 113

et t 7→ et , elle admet donc des développements limités à tous ordres en 0. Par exemple, à l’ordre
3, on a :
ln(1+x) e 11e 2 7e 3 ( )
e x =e− x+ x − x + o x3 .
2 24 16
1
On peut donc utiliser le procédé d’accélération de Richardson avec r = , ce qui donne les suites
2
accélératrices définies par :
 ( )2n

 1
 un,0 = un = 1 + n (n ≥ 0) ,
2

 un,k = 2 xn+1,k−1 − xn,k−1 (k ≥ 1) ,
 k

2k − 1
et on a :
1
un,k − e v (−1)k βk+1 .
+∞ (2n+k) k+1
2 2

Ce qui donne, par exemple, pour les trois premières suites :


 ( )2n

 1

 u = 1+ n ,
 n 2
 un,1 = 2un+1 − un ,


 u = 4un+1,1 − un,1 ,

n,2
3
avec : 
 e 1

 e − un v ,

 +∞ 2 2n
 11e 1
e − un,1 v ,

 +∞ 24 22n+1



 e − un,2 v 7e 1 .
+∞ 16 23[n+1]
114 Accélération de la convergence des suites réelles
6

Séries réelles ou complexes

Comme pour le chapitre 3, les suites considérées sont a priori complexes et les résultats
classiques sur les fonctions continues ou dérivables d’une variable réelle sont supposés connus
de même que les fonctions usuelles exp, ln, sin, · · ·

6.1 Généralités sur les séries réelles ou complexes


Soient n0 un entier naturel et (un )n≥n0 une suite de nombres complexes. Étudier la série de
terme général un revient à étudier la suite (Sn )n≥n0 des sommes partielles définie par :


n
∀n ≥ n0 , Sn = uk .
k=n0

On peut remarquer que cette suite est aussi définie par la relation de récurrence :
{
Sn0 = un0 ,
∀n ≥ n0 + 1, Sn = Sn−1 + un .

On notera plus simplement un une telle série et on parlera de série numérique.
Pour tout entier n ≥ n0 , on dit que un est le terme d’indice n et Sn la somme partielle
d’indice n de cette série.
On supposera, a priori, que n0 = 0.

6.2 Séries convergentes ou divergentes


On se donne une suite (un )n∈N (ou plus généralement (un )n≥n0 ) d’éléments de C et on désigne
par (Sn )n∈N la suite de ses sommes partielles.

Définition 6.1 On dit que la série un est convergente si la suite de ses sommes partielles
(Sn )n∈N est convergente. Dans le cas contraire, on dit que la série est divergente.

∑ ∑
+∞
Dans le cas où la série un est convergente, on notera un la limite de la suite (Sn )n∈N ,
n=0
soit :

+∞ ∑
n
un = lim uk
n→+∞
n=0 k=0

115
116 Séries réelles ou complexes


+∞
et on dit que un est la somme de la série de terme général un . On peut alors définir la suite
n=0
(Rn )n∈N des restes de cette série convergente par :


+∞ ∑
+∞ ∑
n
∀n ∈ N, Rn = un − Sn = uk − uk .
n=0 k=0 k=0

On dit, pour tout entier n ∈ N, que Rn est le reste d’ordre n de la série convergente un
et on note :
∑+∞
Rn = uk .
k=n+1

On peut remarquer que la suite (Rn )n∈N converge vers 0.


Le reste d’ordre n, Rn nous donne une idée de l’erreur que l’on comment en remplaçant la

+∞
somme un par la somme partielle d’ordre n, Sn .
n=0 ∑
La convergence de la série un se traduit donc par :
+∞


∀ε > 0, ∃n0 ∈ N | ∀n ≥ n0 , uk < ε.

k=n+1

L’étude la suite géométrique (an )n∈N (exercice 3.18) nous permet d’étudier la série corres-
pondante.
∑ n
Exercice 6.1 Étudier la série géométrique a , où a ∈ C.

Solution 6.1 Pour a = 1, on a :



n
lim ak = lim (n + 1) = +∞
n→+∞ n→+∞
k=0

et la série diverge.
Pour a ̸= 1, les sommes partielles sont données par :

n
1 − an+1
∀n ∈ N, Sn = ak =
k=0
1−a

et la série géométrique converge si, et seulement si, la suite géométrique (an+1 )n∈N converge, ce
qui équivaut à |a| < 1. En cas de convergence, on a alors :


+∞
1 − an+1 1
an = lim = .
n→+∞ 1 − a 1−a
n=0

Les restes d’ordre n, pour tout n ∈ N, sont donnés par :


+∞ ∑
n
1 1 − an+1 an+1
Rn = a −
n
ak = − =
n=0 k=0
1−a 1−a 1−a

L’exercice qui suit nous montre comment ramener l’étude d’une suite à celle d’une série ou
inversement.
Séries convergentes ou divergentes 117

Exercice 6.2 Étant donnée une suite numérique (an )n∈N , on lui associe la série numérique de
terme général un défini par :
{
u0 ∈ C,
∀n ≥ 1, un = an−1 − an .

Montrer que la suite (an )n∈N est de même nature que la série un , c’est-à-dire qu’elles
convergent ou divergent simultanément.

Solution 6.2 Les sommes partielles de la série un sont données par S0 = u0 et, pour n ≥ 1 :


n ∑
n ∑
n
Sn = u0 + (ak−1 − ak ) = u0 + ak−1 − ak
k=1 k=1 k=1

n−1 ∑
n
= u0 + ak − ak = u 0 + a0 − an
k=0 k=1

ce qui donne le résultat. En cas de convergence de la∑suite (an )n∈N vers ℓ, la série un converge
vers u0 + a0 − ℓ et les restes d’ordre n de la série un sont données par :

Rn = u0 + a0 − ℓ − Sn = an − ℓ.

Les exercices qui suivent nous donne des exemples d’application de ce résultat.
∑ 1 ∑ 2n + 3
Exercice 6.3 Étudier les séries et .
(n + 1) (n + 2) (n + 1)2 (n + 2)2

Solution 6.3 Une décomposition en éléments simples nous donne :


1 1 1
un = = − = an−1 − an
(n + 1) (n + 2) n+1 n+2
et :
2n + 3 1 1
vn = 2 2 = 2 − = bn−1 − bn
(n + 1) (n + 2) (n + 1) (n + 2)2
et en conséquence :


+∞
1 1
= u0 + a0 − lim = 1,
n=0
(n + 1) (n + 2) n→+∞ n + 1


+∞
2n + 3 1
2 2 = v0 + b0 − n→+∞
lim = 1.
n=0
(n + 1) (n + 2) (n + 1)2
( ) ( )
∑ 1 ∑ 1
Exercice 6.4 Étudier les séries ln 1 + et ln 1 − 2 .
n n

Solution 6.4 Avec :


( )
1
∀n ≥ 1, un = ln 1 + = ln (n + 1) − ln (n) = − (an−1 − an )
n
118 Séries réelles ou complexes
( )
∑ 1
on déduit que la série ln 1 + diverge (vers l’infini).
n
Pour n ≥ 2, on a :
( ) ( )
1 (n − 1) (n + 1)
vn = ln 1 − 2 = ln
n n2
( ) ( ) ( ) ( )
n−1 n+1 n−1 n
= ln + ln = ln − ln
n n n n+1
( ) ( )
1 1
= ln 1 − − ln 1 − = an−1 − an
n n+1
et :

+∞ ( ) ( )
1 1
ln 1 − 2 = v2 + a2 − lim ln 1 −
n n→+∞ n+1
n=2
( ) ( )
3 2
= ln + ln = − ln (2) .
4 3

Exercice 6.5 Étudier la suite (un )n∈N , définie par la relation de récurrence :
{
u0 ∈ C,
∀n ∈ N, un+1 = un + an

où a est un scalaire donné.


∑ ∑ n
Solution 6.5 La suite (un )n∈N est de même nature que la série (un+1 − un ) = a . Elle
est donc convergente si, et seulement si, |a| < 1. Pour |a| < 1, on a :


n−1 ∑
n−1
un = u0 + (uk+1 − uk ) = u0 + ak
k=0 k=0
1 − an 1
= u0 + → u0 + .
1−a n→+∞ 1−a

De manière plus générale, une suite (un )n∈N , définie par une relation de récurrence du type :
{
u0 ∈ C,
∀n ∈ N, un+1 = un + vn

est convergente si, et seulement si, la série vn est convergente.
Nous verrons plus loin comment utiliser le résultat de l’exercice 6.2 pour étudier la constante
d’Euler γ déjà rencontré à l’exercice 3.58.
L’exercice suivant nous montre comment utiliser la décomposition en éléments simple des
fonctions rationnelles de pôles entiers relatifs et les changements d’indices pour calculer la
somme de certaines séries numériques.

2n − 1
Exercice 6.6 Montrer que les séries de terme général un = (n ≥ 3) et vn =
n (n2 − 4)
1
(n ≥ 1) sont convergentes et calculer leurs sommes.
n (n + 1) (n + 2)
Séries convergentes ou divergentes 119

Solution 6.6 En utilisant la décomposition en éléments simples :


2x − 1 a b c
f (x) = = + +
x (x − 4)
2 x x−2 x+2
avec :
1 3 5
a = lim xf (x) = , b = lim (x − 2) f (x) = , c = lim (x + 2) f (x) = −
x→0 4 x→2 8 x→−2 8
on a : ( )
1 2 3 5
un = + −
8 n n−2 n+2
et :

n
1 ∑
n
1 ∑n
1
8Sn = 2 +3 −5
k=3
k k=3
k−2 k=3
k+2

n
1 ∑
n−2
1 ∑
n+2
1
=2 +3 −5
k=3
k k=1
k k=5
k

4
1 ∑
4
1 ∑n
1 ∑
n+2
1
=2 +3 +2 −5
k=3
k k=1
k k=n−1
k k=n−1
k
89 3 3 5 5
= − − − − .
12 n − 1 n n + 1 n + 2
En conséquence :

+∞
2n − 1 89
= .
n=3
n (n − 4)
2 96
De manière analogue, la décomposition en éléments simples :
1 a b c
g (x) = = + +
x (x + 1) (x + 2) x x+1 x+2
avec :
1 1
a = lim xg (x) = , b = lim (x + 1) g (x) = −1, c = lim (x + 2) g (x) =
x→0 2 x→−1 x→−2 2
on a : ( )
1 1 2 1
vn = − +
2 n n+1 n+2
et :

n
1 ∑
n
1 ∑ 1
n
2Sn = −2 +
k=1
k k=1
k + 1 k=1 k + 2

n
1 ∑
n+1
1 ∑1
n+2
= −2 +
k=1
k k=2
k k=3 k
1 1 1
= + − .
2 n+2 n+1
En conséquence :

+∞
1 1
= .
n=1
n (n + 1) (n + 2) 4
120 Séries réelles ou complexes

∑ 1
Les exercices 3.24 et 3.52 nous donnent le résultat suivant sur les séries de Riemann .

∑ 1
Théorème 6.1 Soit α un réel. La série de Riemann est convergente si, et seulement si

α > 1.

Démonstration. Rappelons la démonstration de ce résultat.


Pour α ≤ 1, on utilise le fait que si la suite (Sn )n∈N converge alors lim (S2n − Sn ) = 0 et
n→+∞
pour α > 1, on montre que la suite croissante (Sn )n∈N est majorée.
1
Pour α ≤ 1, on a x α = x1−α ≥ 1 pour x ≥ 1 et :
x

n
1 ∑ 1n
n 1
S2n − Sn = α ≥ ≥ =
k=1
(n + k) k=1
n+k 2n 2

et la suite (Sn )n≥1 diverge.


1
Pour α > 1, la fonction t → étant décroissante sur R+∗ , on a :

∫ k ∫ k
dt dt 1
∀k ≥ 2, α
≥ α
= α
k−1 t k−1 k k

et pour tout n ≥ 2, on a :
∑n ∑n ∫ k ∫ n ( )
1 dt dt 1 1
Sn = 1 + ≤1+ =1+ =1+ 1 − α−1
k=2
k α
k=2 k−1 tα
1 tα α − 1 n
α
≤ .
α−1
La suite (Sn )n∈N est donc croissante majorée et en conséquence convergente.
∑ 1
+∞ π2
Pour α = 2, on a 2
= . Voir le problème 27 pour plusieurs démonstrations de ce
n=1 n 6
résultat. De manière plus générale, on peut montrer que pour tout entier p ≥ 1 on a :


+∞
1 p+1 b2p (2π)
2p
= (−1)
n=1
n2p 2

où les b2p sont les nombres de Bernoulli (voir le problème 28).


On peut aussi montrer la convergence des séries de Riemann pour α > 1 en utilisant les
séries géométriques comme suit.

Exercice 6.7 On désigne par (Sn )n∈N la suite des sommes partielles de la série de Riemann
∑ 1
pour α > 1.

1. Montrer que pour tout entier p ≥ 0, on a :

∑−1
2p+1
1 1
α
≤ p(α−1) .
k=2p
k 2
Séries convergentes ou divergentes 121

2. En déduire que pour tout réel α > 1 et tout entier r ≥ 0, on a :

2α−1
S2r+1 −1 < .
2α−1 − 1
∑ 1
3. En déduire que la série de Riemann est convergente pour α > 1.

Solution 6.7
1 1
1. Pour k compris entre 2p et 2p+1 − 1, on a k ≥ 2p , donc α
≤ pα pour α > 0 et :
k 2

∑−1
2p+1
1 ( ) 1 1 1
α
≤ 2p+1 − 2p pα = 2p pα = p(α−1) .
k=2p
k 2 2 2

2. Pour tout entier r ≥ 0, on a la partition :


{ } { }
1, 2, · · · , 2r+1 − 1 = {1} ∪ {2, 3} ∪ {4, 5, 6, 7} ∪ · · · ∪ 2r , · · · , 2r+1 − 1
∪r
{ p }
= 2 , · · · , 2p+1 − 1
p=0

et pour α > 1, on a :

∑r 2∑ −1
p+1
∑r ( )p
1 1 1 − 2(r+1)(α−1)
1
S2r+1 −1 = ≤ =
p=0 k=2p
kα p=0
2(α−1) 1 − 2α−1
1

1 2α−1
< =
1− 1
2α−1
2α−1 − 1

3. Pour tout entier n ≥ 1, on peut trouver un entier r ≥ 0 tel que n ≤ 2r+1 − 1 et on a :

2α−1
Sn ≤ S2r+1 −1 <
2α−1 − 1
puisque la série considérée est à termes positives. La suite (Sn )n∈N est donc croissante
majoré et en conséquence convergente.

Une condition nécessaire de convergence, élémentaire mais souvent utile pour justifier la
divergence d’une série, est donnée par le résultat suivant.

Théorème 6.2 Si la série un est convergente, alors la suite (un )n∈N converge vers 0.

Démonstration. Résulte immédiatement de un = Sn − Sn−1 pour n ≥ 1.

Exemple 6.1 ∑ Pour |a| ≥ 1, la suite (an )n∈N ne converge pas vers 0, en conséquence la série
n
géométrique a diverge.
( )
∑ 1
Remarque 6.1 La réciproque est fausse comme le montre l’exemple de la série ln 1 +
n
ou ceux des séries de Riemann divergentes.
122 Séries réelles ou complexes

En fait, dans le cas où la suite (un )n∈N est réelle décroissante, on a le résultat plus précis
suivant.

Théorème 6.3 Soit (un )n∈N une suite décroissante de réels positifs. Si (la série
) un est conver-
1
gente, alors la suite (nun )n∈N converge vers 0, c’est-à-dire que un = o .
n

Démonstration. Pour n > m ≥ 1, on a :



n
uk ≥ (n − m + 1) un
k=m

soit :

n ∑
+∞
0 ≤ nun ≤ uk + (m − 1) un ≤ uk + mun .
k=m k=m
( +∞ )

Comme lim uk = 0, pour ε > 0 donné, on peut trouver entier m0 ≥ 1 tel que
n→+∞ k=m

+∞
uk ≤ ε et on a :
k=m0
∀n > m0 , 0 ≤ nun ≤ ε + m0 un .
Pour m0 ainsi fixé, tenant compte de lim un = 0, on peut trouver un entier n0 > m0 tel que
n→+∞
m0 un < ε pour n ≥ n0 . On a donc nun < 2ε pour n ≥ n0 . Le réel ε étant quelconque, on a bien
montré que lim nun = 0.
n→+∞


Exercice 6.8 Soit (un )n∈N une suite de réels positifs décroissante telle que la série un soit
convergente

+∞ un
1. Montrer que lim nun = 0 et en déduire la nature de la série .
n→+∞ n=0 1 − nun

+∞ ∑
+∞
2. Montrer que n (un − un+1 ) = un .
n=0 n=0

Solution 6.8 1. On a déjà vu avec le théorème précédent que lim nun = 0. On a alors
n→+∞
un
1 − nun > 0 pour n assez grand et v un , ce qui entraîne la convergence de la
1 − nun

+∞ un
série .
n=n2 1 − nun
2. On a :
∑n ∑
n
k (uk − uk+1 ) = uk − nun+1 ,
k=0 k=0
n
avec nun+1 = (n + 1) un+1 → 0, d’où le résultat.
n+1 n→+∞


On peut remarquer que les séries de Riemann sont de la forme f (n) où f est une fonction
définie sur [1, +∞[ , à valeurs positives, continue et décroissante. De manière plus précise, on a
le résultat suivant qui reprend celui de l’exercice 3.53.
Séries convergentes ou divergentes 123

Théorème 6.4 Soit f : [1, +∞[ → R+ une fonction continue décroissante et F la primitive
∑n
de f nulle en 1. La suite u = (un )n∈N∗ définie par un = f (k) − F (n) pour tout n ≥ 1 est
∑ k=1
convergente et la série f (n) de même nature que la suite (F (n))n∈N∗ . En supposant f non
identiquement nulle et en notant ℓ la limite de la suite (un )n∈N , on a :

n
f (k) ∼ F (n) + ℓ.
n→+∞
k=1

Démonstration. La fonction F est définie par :


∫ x
∀x ≥ 1, F (x) = f (t) dt.
1

Pour n ≥ 1, on a :
un+1 − un = f (n + 1) − (F (n + 1) − F (n))
∫ n+1 ∫ n+1
= f (n + 1) − f (t) dt = (f (n + 1) − f (t)) dt
n n

avec f continue et f (n + 1) ≤ f (t) pour tout t ∈ ]n, n + 1[ . On a donc un+1 − un ≤ 0 et


(un )n∈N est décroissante.
La fonction f est continue décroissante sur [1, +∞[ , donc :
∫ k+1 ∫ k+1
∀k ≥ 1, f (t) dt ≤ f (k) dt = f (k)
k k

et pour tout n ≥ 2, on a :

n n ∫
∑ k+1 ∫ n+1
f (k) ≥ f (t) dt = f (t) dt = F (n + 1) ,
k=1 k=1 k 1
∫ n+1
et un ≥ F (n + 1) − F (n) = f (t) dt ≥ 0 puisque f est à valeurs positives. La suite u est
n
donc décroissante minorée et en conséquence convergente vers un réel ℓ ≥ 0.
Comme f est à valeurs positives, la suite (F (n))n∈N∗ est croissante à valeurs positives et
on a deux possibilités. Soit cette suite est majorée et elle converge alors vers un réel ℓ′ ≥ 0.

+∞
Il en résulte alors que f (n) = ℓ + ℓ′ . Dans le cas contraire, on a lim F (n) = +∞ et
n=1 n→+∞

+∞
f (n) = +∞.
n=1
Si f n’est pas la fonction nulle, on aura F (n) ≥ F (n0 ) > 0 pour n ≥ n0 avec n0 assez grand
(puisque f est continue) et :
n n

∑ ∑

f (k) f (k) − F (n) − ℓ
k=1
− 1 = k=1
F (n) + ℓ F (n) + ℓ




∑n

f (k) − F (n) − ℓ

≤ k=1 → 0
F (n0 ) + ℓ n→+∞
124 Séries réelles ou complexes


n
c’est-à-dire que f (k) ∼ F (n) + ℓ.
k=1 n→+∞


n
Remarque 6.2 Dans le cas où lim F (n) = +∞, on a F (n)+ℓ ∼ F (n) et f (k) ∼
n→+∞ n→+∞ k=1 n→+∞
F (n) .

Nous verrons, après avoir étudié les intégrales généralisées, que le résultat précédent
∫ +∞ se traduit

en disant que la série f (n) est de même nature que l’intégrale généralisée f (t) dt.
1
1
En utilisant la fonction f (t) = α avec α > 0 on retrouve, en les précisant, les résultats sur
t
les séries de Riemann. ( n )
∑ 1 ∑n 1
Pour α = 1, on a F (x) = ln (x) , lim − ln (n) = γ (la constante d’Euler), v
n→+∞ k=1 k k=1 k +∞
∑n 1 ∑ 1
+∞
ln (n) et lim = +∞, soit = +∞.
n→+∞ k=1 k n=1(n )
1 1
Pour α ̸= 1, on a F (x) = −1 .
1 − α ( xα−1 )
1 1 1 ∑ 1
+∞ 1
Pour α > 1, on a F (n) = 1 − α−1 → et donc = + ℓ.
α−1 n n→+∞ α − 1 n=1 n
α α−1
1 ∑n 1 n1−α
Pour α < 1, on a F (n) = (n1−α − 1) → +∞ et v F (n) v , soit
1−α n→+∞ α
k=1 k +∞ +∞ 1 − α
∑ 1
+∞

α
= +∞.
n=1 n
Pour α ≤ 0, la série diverge puisque son terme général ne tend pas vers 0.

(−1)n ∑
+∞
Exercice 6.9 On se propose de montrer de façon élémentaire que = ln (2) .
n=0 n + 1
On note, pour tout entier n ≥ 1 et tout réel x :

n
fn (x) = (−1)k xk .
k=0

1. Montrer que :
1 + (−1)n xn+1
fn (x) =
1+x
pour tout x ∈ [0, 1] .
2. En déduire que, pour tout entier n ≥ 1, on a :

n ∫
(−1)k 1
xn+1
= ln (2) − (−1) n+1
dx.
k=0
k+1 0 1+x

3. En déduire le résultat annoncé.

Solution 6.9
1. Pour x ∈ [0, 1] , on a −x ̸= 1 et :

n
1 − (−x)n+1
k 1 + (−1)n xn+1
fn (x) = (−x) = = .
k=0
1+x 1+x
Séries convergentes ou divergentes 125

2. En intégrant sur [0, 1] , on a :


∫ ∑
n ∫ ∑
n
1
k
1
k (−1)k
fn (x) dx = (−1) x dx =
0 k=0 0 k=0
k+1

1 − (−1) x 1 n+1 n+1
= dx
0 1+x
∫ 1 ∫ 1 n+1
1 x
= dx − (−1) n+1
dx
0 1+x 0 1+x
∫ 1 n+1
x
= ln (2) − (−1)n+1
dx.
0 1+x

3. Avec : ∫ 1 ∫ 1
xn+1 1
0≤ dx ≤ xn+1 dx = → 0,
0 1+x 0 n+2 n→+∞

∑n (−1)k ∑ (−1)n
+∞
on déduit que lim = ln (2) , soit = ln (2) .
n→+∞ k=0 k + 1 n=0 n + 1

∑ (−1)n
+∞
Exercice 6.10 En s’inspirant de la méthode utilisée à l’exercice précédent, montrer que =
n=0 2n + 1
π
.
4
Solution 6.10
1. Pour x ∈ [0, 1] , on a :

∑n
( 2 )k 1 − (−1)n+1 x2n+2 1 + (−1)n x2n+2
fn (x) = −x = 2
= 2
.
k=0
1 + x 1 + x

2. En intégrant sur [0, 1] , on a :


∫ ∑
n ∫ ∑n
1
k
1
2k (−1)k
fn (x) dx = (−1) x dx =
0 k=0 0 k=0
2k + 1

1 − (−1)n+1 x2n+2
1
= dx
0 1 + x2
∫ 1 ∫ 1 2n+2
1 x
= 2
dx − (−1) n+1
2
dx
0 1+x 0 1+x
∫ 1 2n+2
π x
= − (−1) n+1
2
dx.
4 0 1+x

3. Avec : ∫ 1 ∫ 1
x2n+2 1
0≤ dx ≤ x2n+2 dx = → 0,
0 1 + x2 0 2n + 3 n→+∞

∑n (−1)k π ∑ (−1)n
+∞ π
on déduit que lim = , soit = .
n→+∞ k=0 2k + 1 4 n=0 2n + 1 4

Pour ce qui est des opérations sur les séries numériques, on dispose des résultats suivants.
126 Séries réelles ou complexes
∑ ∑
Théorème 6.5 Soient un et vn deux séries numériques et λ, µ deux scalaires.
1. Si ces deux séries convergent, il en est alors de même de la série de terme général λun +

+∞ ∑
+∞ ∑
+∞
µvn et (λun + µvn ) = λ un + µ µvn .
n=0 n=0 n=0
∑ ∑ ∑
2. Si la série un converge et la série vn diverge, alors la série (un + vn ) diverge.
∑ ∑
3. Si la série un converge,
∑ ∑ il en est de même de la série un , où un est le complexe
conjugué de un et un = un .

Démonstration. Se déduit immédiatement des résultats relatifs aux opérations algébriques


sur les suites numériques.

Exercice 6.11 On se propose d’étudier les séries de termes généraux un = an einθ , sn =


an sin (nθ) et cn = an cos (nθ) où a et θ sont deux réels quelconques.
1. Montrer que pour θ ∈ R et |a| < 1, les trois séries convergent et calculer la somme de
chacune ces séries.
∑ ∑
2. Que dire des séries cn et sn pour θ ∈ πZ et a ∈ R ?
3. On suppose que θ ∈ R \ πZ et |a| ≥ 1.
(a) Montrer que la suite (sin (nθ))n∈N est divergente.

(b) Montrer la série sn est divergente.

(c) Montrer la série cn est divergente.

Solution 6.11

1. On a un = λn avec λ = aeiθ et la série un converge si, et seulement si, |λ| < 1, ce qui
équivaut à |a| < 1 et θ ∈ R.
Pour |a| < 1 et θ ∈ R, on a ;
∑ 1 1
un = =
n≥0
1 − ae iθ 1 − a cos (θ) − ia sin (θ)
1 − a cos (θ) + ia sin (θ) 1 − a cos (θ) + ia sin (θ)
= =
(1 − a cos (θ)) + a2 sin (θ)
2 2 1 − 2a cos θ + a2

et :
∑ 1 − a cos (θ) − ia sin (θ)
un =
n≥0
1 − 2a cos θ + a2
puis :
( ) ( )
∑ 1 ∑ ∑ 1 ∑ ∑
cn = un + un = un + un
n≥0
2 n≥0 n≥0
2 n≥0 n≥0
( )
∑ 1 − a cos ((θ))
=ℜ un =
n≥0
1 − 2a cos ((θ)) + a2

et : ( )
∑ ∑ a sin ((θ))
sn = ℑ un = .
n≥0 n≥0
1 − 2a cos ((θ)) + a2
Séries alternées 127

2. Si θ = pπ avec p ∈ Z, on a sn = 0 pour tout n ∈ N et tout a ∈ R, de sorte que sn = 0.
n ∑ n≥0
On a aussi cn = an (−1)np = ((−1)p a) et cn converge si, et seulement si, |a| < 1.
3. On remarque que la condition θ ∈
/ πZ équivaut à sin(θ) ̸= 0.
(a) Supposons que lim (sin (nθ)) = ℓ. Avec :
n→+∞

sin ((n + 1) θ) + sin ((n − 1) θ) = 2 sin (nθ) cos (θ) ,

on déduit que 2ℓ = 2ℓ cos (θ) , ce qui impose ℓ = 0 puisque cos (θ) = ̸ 1 si sin(θ) ̸= 0.
Avec :
sin ((n + 1) θ) = cos (nθ) sin (θ) + sin (nθ) cos (θ) ,
on déduit que lim (cos (nθ) sin (θ)) = 0, ce qui entraîne lim (cos (nθ)) = 0 puisque
n→+∞ n→+∞
sin (θ) ̸= 0, mais ce dernier résultat est incompatible avec cos (nθ) + sin2 (nθ) = 1.
2

(b) Supposons que la série sn soit convergente. On a alors lim (sn ) = 0 et comme
s n→+∞
n
|sin (nθ)| = n ≤ |sn | pour |a| ≥ 1, on en déduit que lim (sin (nθ)) = 0 ce qui est
a n→+∞
faux.

(c) Supposons que la série cn soit convergente. On a alors lim (cn ) = 0 et comme
c n→+∞
n
|cos (nθ)| = n ≤ |cn | pour |a| ≥ 1, on en déduit que lim (cos (nθ)) = 0 et avec :
a n→+∞

cos ((n + 1) θ) = cos (nθ) cos (θ) − sin (nθ) sin (θ)

on en déduit que lim (sin (nθ) sin (θ)) = 0 et lim (sin (nθ)) = 0 (puisque sin(θ) ̸=
n→+∞ n→+∞
0) ce qui est faux.

6.3 Séries alternées


Définition 6.2 On dit qu’une série est alternée si son terme général est de la forme un =
(−1)n αn , où (αn )n∈N est une suite réelle de signe constant.

Si (−1)n αn est une série alternée, on supposera, a priori, que les αn sont positifs.
Le théorème relatif aux suites adjacentes nous permet de montrer le résultat fondamental
suivant.
∑ n
Théorème 6.6 Soit (−1)
∑ αn nest une série alternée. Si la suite (αn )n∈N tend vers 0 en
décroissant, alors la série (−1) αn est convergente et une majoration des restes est donnée
par : +∞


∀n ∈ N, |Rn | = (−1)k αk ≤ αn+1 .

k=n+1

Démonstration. On vérifie que si (Sn )n∈N est la suite des sommes partielles de cette série,
alors les suites (S2n )n∈N et (S2n+1 )n∈N sont adjacentes et en conséquence convergente vers la
même limite, ce qui équivaut à la convergence de (Sn )n∈N .
En utilisant la décroissance de la suite (αn )n∈N , on déduit que pour tout entier n, on a :
{
S2n+2 − S2n = α2n+2 − α2n+1 ≤ 0,
S2n+3 − S2n+1 = a2n+2 − a2n+3 ≥ 0,
128 Séries réelles ou complexes

ce qui signifie que (S2n )n∈N est décroissante et (S2n+1 )n∈N croissante. De plus avec :

S2n+1 − S2n = α2n+1 → 0,


n→+∞

on déduit que ces suites sont convergentes et la convergence de la série (−1)n αn en découle.
En notant S la somme de cette séries, on a :

∀n ∈ N, S2n+1 ≤ S ≤ S2n+2 ≤ S2n ,

ce qui entraîne : {
−α2n+1 ≤ R2n = S − S2n ≤ 0,
∀n ∈ N,
0 ≤ R2n+1 = S − S2n+1 ≤ α2n+2
ou encore :
∀n ∈ N, |Rn | ≤ αn+1 .

Remarque 6.3 Le fait que (αn )n∈N tende vers 0 en décroissant implique que les αn sont tous
positifs.

On en déduit le résultat suivant sur les séries de Riemann alternée.


∑ (−1)n
Exercice 6.12 Soit α un réel. Montrer que la série de Riemann alternée est conver-

gente si, et seulement si α > 0.

Solution 6.12 Pour ( α≤) 0 la série diverge puisque son terme général ne tend pas vers 0.
1
Pour α > 0, la suite tend vers 0 en décroissant et le théorème des séries alternées
nα n≥1
∑ (−1)n
nous dit que la série converge.

n3 cos(nπ)
Exercice 6.13 Étudier la série de terme général un = .
(n + 1)4
n3
Solution 6.13 Pour n ≥ 0, on a un = (−1)n = (−1)n αn avec (αn )n≥0 qui tend vers
(n + 1)4
1 x3 ′ x2 (3 − 4x)
0 en décroissant (0 ≤ αn ≤ et αn = f (n) avec f (x) = 4
et f (x) = <0
n (x + 1)∑ (x + 1)5
pour x ≥ 1). Le théorème des séries alternées nous dit alors que un converge.

Exercice 6.14
1. Montrer que la suite (In )n∈N définie par :
∫ π
2
∀n ∈ N, In = cosn (x) dx
0

tend vers 0 en décroissant.


2. Montrer que la série de terme général :
∫ π
2
n
un = (−1) cosn (x) dx
0

est convergente et calculer sa somme.


Séries absolument convergentes 129

Solution 6.14
1. Pour n ≥ 0, on a :
∫ π ∫ π
2 2
0 ≤ In+1 = cos (x) cos (x) dx ≤
n
cosn (x) dx = In ,
0 0

donc (In )n∈N est décroissante.


] π[
Pour n ≥ 1 et ε ∈ 0, , on a :
2
∫ ε ∫ π
2
0 ≤ In = n
cos (x) dx + cosn (x) dx ≤ ε + cosn (ε) .
0 ε

Comme 0 < cosn (ε) < 1, on a lim cosn (ε) = 0 et il existe un entier nε tel que
n→+∞
cosn (ε) < ε pour tout n ≥ nε , ce qui donne 0 ≤ In < ε pour tout n ≥ nε . On √ a donc
π
ainsi montré que la suite (In )n∈N tend vers 0 (en fait, on peut montrer que In ∼ ).
2n
2. Le théorème des[ séries alternées nous dit que cette série converge.
π]
Pour tout x ∈ 0, , on a :
2

n
1 cosn+1 (x)
Sn (x) = (−1)k cosk (x) = + (−1)n
k=0
1 + cos (x) 1 + cos (x)

et : ∫ ∫

n π
2 dx
π
2 cosn+1 (x)
Sn = uk = + (−1)n dx,
k=0 0 1 + cos (x) 0 1 + cos (x)
avec : ∫ π ∫ π
2 cosn+1 (x) 2
0≤ dx ≤ cosn+1 (x) dx = In+1 → 0,
0 1 + cos (x) 0 n→+∞

ce qui donne :

+∞ ∫ π ∫ 1
2 dx dt
un = =2 ( 1−t2
) =1
n=0 0 1 + cos (x)
(1 + 0 t2 ) 1+ 1+t2
(x)
en effectuant le changement de variable t = tan .
2

6.4 Séries absolument convergentes


∑ ∑
Définition 6.3 On dit que la série un est absolument convergente si la série |un | est
convergente.
Le critère de Cauchy pour les suites numériques nous permet de montrer qu’une série abso-
lument convergente est convergente. Nous verrons au paragraphe suivant que l’étude des séries
à termes positifs est plus simple que celle des séries réelles de signe quelconque ou que celle des
séries complexes.
Remarque 6.4 En réalité le critère de Cauchy pour les suites numériques est équivalent au
fait qu’une série absolument convergente est convergente. Précisément, on peut montrer qu’un
espace vectoriel normé (E, ∥·∥) est complet si, et seulement si, toute série normalement conver-
gente dans (E, ∥·∥) est convergente.
130 Séries réelles ou complexes

Théorème
∑ 6.7 Soit (un )n∈N une suite numérique. Si la série |un | est convergente, alors la
série un est convergente et :
∑+∞ ∑ +∞

un ≤ |un | .
n=0 n=0

Démonstration. Soit un une(série numérique
) absolument convergente.
∑n
La suite des sommes partielles |uk | étant convergente, elle vérifie le critère de
k=0 n∈N
Cauchy et pour tout réel ε > 0, on peut trouver un entier n0 tel que :

m
∀m > n ≥ n0 , |uk | < ε,
k=n+1

ce qui entraîne que :


∑ m ∑m

∀m > n ≥ n0 , uk ≤ |uk | < ε

k=n+1 k=n+1
( n )

et signifie que la suite des sommes partielles uk est de Cauchy et en conséquence

k=0 n∈N
convergente, encore équivalent à dire que la série un est convergente.
En utilisant l’inégalité triangulaire, pour tout entier n :

∑n ∑ n

uk ≤ |uk |

k=0 k=0
+∞ +∞
∑ ∑
et faisant tendre n vers l’infini, on déduit que un ≤ |un | .
n=0 n=0
Avec l’exercice 6.20, on montre le résultat précédent sans utiliser le critère de Cauchy, en
utilisant uniquement le fait qu’une suite réelle croissante majorée est convergente.

Définition 6.4 Une série numérique convergente, mais non absolument convergente est dite
semi-convergente.


+∞ (−1)n
Exemple 6.2 Pour 0 < α ≤ 1, la série de Riemann alternée α
est semi convergente.
n=1 n

∑ 1
Exemple 6.3 Pour tout nombre complexe z = x + iy tel que x = ℜ (z) > 1, la série
nz
1 1
est absolument convergente du fait que z = x (on rappelle que nz = ez ln(n) ). La fonction ζ
n n
définie sur l’ensemble des nombres complexes de partie réelle strictement supérieur à 1 par :


+∞
1
ζ (z) =
n=1
nz

est la fonction dzéta de Riemann.

Si on effectue une permutation de l’ordre des termes d’une série semi-convergente il peut se
produire les phénomènes suivant :
— la nature de cette série est inchangée, mais sa somme est modifiée ;
Séries absolument convergentes 131

— la nature et la somme de cette série sont inchangées ;


— la série est transformée en série divergente.
Avec les exercices et le théorème qui suivent, on étudie ces phénomènes.
(−1)n ∑
+∞
Exercice 6.15 On s’intéresse à la série de Riemann alternée . On sait que cette
n=0 n + 1
série est semi convergente de somme ln (2) (exercice 6.9).
On désigne par σ la permutation de N qui ordonne N comme suit :
σ (N) = {0} ∪ {1, 3} ∪ {2} ∪ {5, 7} ∪ {4} ∪ · · · ∪ {2k} ∪ {4k + 1, 4k + 3} ∪ · · ·
Une telle permutation σ peut être définie par :
{
2k si n = 3k
∀n ∈ N, σ (n) =
4k + 2r − 1 si n = 3k + r avec r ∈ {1, 2}
ou encore par : 
 2k si n = 3k
∀n ∈ N, σ (n) = 4k + 1 si n = 3k + 1

4k + 3 si n = 3k + 2
1. Vérifier que σ est bien permutation de N.
(−1)n ∑
2. En notant un = , on désigne par vn la série numérique de terme général vn =
n+1
uσ(n) .
On se donne un entier n ≥ 3 et on écrit n = 3k + r sa division euclidienne par 3 avec
k ≥ 1 et 0 ≤ r ≤ 2.
∑n
(a) Écrire la somme partielle Sn = vj sous la forme Sn = Tk − εk où Tk = S3k+2 et
j=0
lim εk = 0.
k→+∞

k−1 1
(b) Pour tout entier k ≥ 1, on note Hk = . Montrer que :
i=0 i+1
1
Tk = (H2k+2 − Hk+1 )
2

+∞ 1
(c) En déduire que uσ(n) = ln (2) .
n=0 2
Solution 6.15
1. C’est la division euclidienne par 3 qui permet de définir σ.
Soient n, m deux entiers naturels et n = 3k + r, m = 3k ′ + r′ les divisions euclidiennes
de ces entiers par 3. Si σ (n) = σ (m) , les restes r et r′ sont soit tous les deux nuls, soit
tous les deux non nuls, sinon σ (n) et σ (m) sont deux entiers de parités différentes. En
supposant qu’ils sont tous deux nuls, l’égalité σ (n) = σ (m) se traduit par 2k = 2k ′ , soit
par k = k ′ et n = m.
En supposant qu’ils sont tous deux non nuls, l’égalité σ (n) = σ (m) se traduit par 4k +
2r − 1 = 4k ′ + 2r′ − 1 soit par 2k + r = 2k ′ + r′ avec 1 ≤ r, r′ ≤ 2, ce qui équivaut à
r = r′ (argument de parité) et k = k ′ , ce qui donne n = m.
L’application σ est donc injective.
Si m est un entier pair, il s’écrit m = 2k = σ (n) où n = 3k.
Si m est un entier impair, il s’écrit m = 4k + 1 ou 4k + 3, soit m = σ (n) où n = 3k + 1
ou 3k + 2
L’application σ est donc surjective.
132 Séries réelles ou complexes

2. Soit n = 3k + r un entier avec k ≥ 1 et 0 ≤ r ≤ 2.


(a) Pour r = 2, on a Sn = Tk et εk = 0, pour r = 0 ou 1, on a :


3k+2 ∑
3k+2
Sn = vj − vj = Tk − εk
j=0 j=3k+r+1

avec Tk = S3k+2 et :
1 1
|εk | ≤ |v3k+1 | + |v3k+2 | ≤ + → 0.
4k + 1 4k + 3 k→+∞

(b) On a :


3k+2 ∑
k ∑
k ∑
k
Tk = uσ(j) = uσ(3i) + uσ(3i+1) + uσ(3i+2)
j=0 i=0 i=0 i=0


k ∑
k ∑
k
= u2i + u4i+1 + u4i+3
i=0 i=0 i=0

k
1 ∑ 1 k ∑
k
1
= − −
i=0
2i + 1 i=0 4i + 2 i=0
4i + 4

1 1 ∑
k
1 ∑k
= −
i=0
2
2i + 1 i=0 4i + 4
(2k+1 )
1 ∑ 1 ∑ 1∑ 1
k k
1
= − −
2 j=0 j + 1 i=0 2i + 2 4 i=0 i + 1

soit : (2k+1 )
1 ∑ 1 ∑k
1 1
Tk = − = (H2k+2 − Hk+1 )
2 j=0
j + 1 i=0 i + 1 2
( n )
∑ 1
(c) On rappelle que lim − ln (n) = γ (exercice 3.49), ce qui s’écrit Hn =
n→+∞ k=1 k
ln (n) + δn avec lim δn = γ. On en déduit alors que :
n→+∞
( ( ) )
1 1 2k + 2
Tk = (H2k+2 − Hk+1 ) = ln + δ2k+2 − δk+1
2 2 k+1
1
et lim Tk = ln (2) .
k→+∞ 2
Les trois suites extraites (S3k+r )k≥1 , pour r = 0, 1, 2 convergent alors vers la même
limite, ce qui revient à dire que (Sn )n≥1 converge vers cette limite, soit :


+∞
(−1)σ(n) 1
= ln (2) .
n=0
σ (n) + 1 2

(−1)n ∑
+∞
Exercice 6.16 On s’intéresse encore à la série de Riemann alternée .
n=0 n + 1
On se donne deux entiers naturels non nuls p et q et on désigne par σ la permutation de N qui
Séries absolument convergentes 133

ordonne N comme suit :

σ (N) = {0, 2, · · · , 2 (p − 1)} ∪ {1, 3, · · · , 2q − 1}


∪ {2p, · · · , 2 (2p − 1)} ∪ {2q + 1, · · · , 4q − 1} ∪ · · ·

c’est-à-dire qu’on place les p premiers entiers pairs, puis les q premiers entiers impairs, puis les
p entiers pairs suivants, q entiers impairs suivants, et ainsi de suite. En effectuant la division
euclidienne par p + q tout entier n s’écrit de manière unique n = (p + q) k + r avec k ∈ N et
0 ≤ r ≤ p + q − 1 et une telle permutation σ peut être définie par :
{
2 (pk + r) si 0 ≤ r ≤ p − 1
∀n ∈ N, σ (n) =
2 (qk + r − p) + 1 si p ≤ r ≤ p + q − 1

1. Montrer que σ est bien permutation de N.


(−1)n ∑
2. En notant un = , on désigne par vn la série numérique de terme général vn =
n+1
uσ(n) .
On se donne un entier n ≥ p + q et on écrit n = (p + q) k + r sa division euclidienne par
p + q avec k ≥ 1 et 0 ≤ r ≤ p + q − 1.

n
(a) Écrire la somme partielle Sn = vj sous la forme Sn = Tk −εk où Tk = S(p+q)k+p+q−1
j=0
et lim εk = 0.
k→+∞


k−1 1
(b) Pour tout entier k ≥ 1, on note Hk = . Montrer que :
i=0 i+1
1( )
Tk = Tk = H2p(k+1) − Hp(k+1) + Hq(k+1) .
2
( )

+∞ 1 p
(c) En déduire que uσ(n) = ln (2) + ln .
n=0 2 q

Solution 6.16
1. Soient n, m deux entiers naturels et n = (p + q) k + r, m = (p + q) k ′ + r′ les divisions
euclidiennes de ces entiers par p + q. Si σ (n) = σ (m) , les restes r et r′ sont tous
deux dans {0, 1, · · · , p − 1} ou {p, · · · , p + q − 1} , sinon σ (n) et σ (m) sont deux entiers
de parités différente. En supposant qu’ils sont tous deux dans {0, 1, · · · , p − 1} [resp.
dans {p, · · · , p + q − 1}] l’égalité σ (n) = σ (m) se traduit par 2 (pk + r) = 2 (pk ′ + r′ )
[resp. par 2 (qk + r − p) + 1 = 2 (qk ′ + r′ − p) + 1] soit par pk + r = pk ′ + r′ [resp. par
qk + r − p = qk ′ + r′ − p] avec 0 ≤ r, r′ ≤ p − 1 [resp. 0 ≤ r − p, r′ − p ≤ q − 1] ce qui
équivaut à k = k ′ et r = r′ du fait de l’unicité du quotient et du reste dans la division
euclidienne par p [resp. par q]. On a donc n = m et σ est injective.
Si m est un entier pair, il s’écrit m = 2s = 2 (pk + r) avec 0 ≤ r ≤ p − 1 en effectuant
la division euclidienne de s par p, soit m = σ (n) où n = (p + q) k + r.
Si m est un entier impair, il s’écrit m = 2s + 1 = 2 (qk + r′ ) + 1 avec 0 ≤ r′ ≤ q − 1 en
effectuant la division euclidienne de s par q, soit m = σ (n) où n = (p + q) k + p + r′ .
L’application σ est donc surjective.
2. Soit n = (p + q) k + r un entier avec k ≥ 1 et 0 ≤ r ≤ p + q − 1 (division euclidienne).
134 Séries réelles ou complexes

(a) Pour r = p + q − 1, on a Sn = Tk et εk = 0, pour 0 ≤ r ≤ p + q − 2, on a :


(p+q)k+p+q−1

(p+q)k+p+q−1
Sn = vj − vj = Tk − εk
j=0 j=(p+q)k+r+1

avec Tk = S(p+q)k+p+q−1 et :

|εk | ≤ v(p+q)k+1 + · · · + v(p+q)k+p+q−1
1
≤ (p + q − 1) → 0.
k k→+∞

(b) On a :


(p+q)k+p+q−1
∑ ∑
p+q−1
k
Tk = uσ(j) = uσ((p+q)i+r)
j=0 r=0 i=0

∑ ∑
p−1 k
∑ ∑
p+q−1
k
= u2(pi+r) + u2(qi+r−p)+1
r=0 i=0 r=p i=0

∑∑
p−1
k
1 ∑ p+q−1

k
1
= −
r=0 i=0
2 (pi + r) + 1 r=p i=0
2 (qi + r − p) + 2
∑∑
p−1
k
1 1 ∑∑
q−1
1
k
= −
r=0 i=0
2 (pi + r) + 1 2 s=0 i=0 qi + s + 1

En utilisant la division euclidienne par q, on a :

{qi + s + 1 | 0 ≤ i ≤ k et 0 ≤ s ≤ q − 1} = {1, 2, · · · , qk + q}

et :
∑ ∑
q−1 k
1 ∑ 1
q(k+1)
= = Hq(k+1)
s=0 i=0
qi + s + 1 j=1
j

En remarquant que les entiers de la forme 2 (pi + r) + 1 où 0 ≤ i ≤ k et 0 ≤ s ≤ p − 1


sont les entiers impairs compris entre 1 et 2pk + 2p − 1 (division euclidienne par 2p),
on a :
∑ ∑
p−1 k
1 ∑∑
2p−1 k
1 ∑ ∑
p−1 k
1
= −
r=0 i=0
2 (pi + r) + 1 s=0 i=0
2pi + s + 1 r=0 i=0 2pi + 2r + 2
∑∑
2p−1
k
1 1 ∑∑
p−1
1
k
= −
s=0 i=0
2pi + s + 1 2 r=0 i=0 pi + r + 1
∑ 1 1 p(k+1)
∑ 1
2p(k+1)
1
= − = H2p(k+1) − Hp(k+1)
j=1
j 2 j=1 j 2

On a donc :
1( )
Tk = H2p(k+1) − Hp(k+1) + Hq(k+1) .
2
Séries absolument convergentes 135

(c) On utilisant Hn = ln (n) + δn avec lim δn = γ, on a :


n→+∞

1( )
Tk = H2p(k+1) − Hp(k+1) + Hq(k+1)
( √ ) 2
p 1( )
= ln 2 + δ2p(k+1) − δp(k+1) + δq(k+1)
q 2
( )
1 p
et lim Tk = ln (2) + ln .
k→+∞ 2 (q )
Toutes les suites extraites S(p+q)k+r k≥1 , pour 0 ≤ r ≤ p + q − 1 convergent alors
vers la même limite, ce qui revient à dire que (Sn )n≥1 converge vers cette limite, soit :


+∞ ( )
(−1)σ(n) 1 p
= ln (2) + ln .
n=0
σ (n) + 1 2 q

Exercice 6.17 Soit σ une permutation de N telle que la suite (σ (n) − n)n∈N soit bornée. Mon-
∑ ∑ ∑
+∞ ∑
+∞
trer que pour toute série convergente un , la série uσ(n) est convergente et uσ(n) = un .
n=0 n=0

Solution 6.17 Si la suite (σ (n) − n)n∈N est bornée, il existe un entier N tel que |σ (n) − n| ≤
N, ou encore n − N ≤ σ (n) ≤ n + N pour tout n ∈ N.
Comme σ est bijective, pour n ∈ N et 0 ≤ k ≤ n il existe un entier j tel que k = σ (j) et avec
j − N ≤ σ (j) = k ≤ j + N, on déduit que cet entier j est compris entre 0 et k + N. Il en résulte
∑n ∑
n+N
que la somme partielle uk est une partie de la somme uσ(j) et :
k=0 j=0


n+N ∑
n ∑
n+N
uσ(j) − uk = uσ(j)
j=0 k=0 j=0
σ(j)≥n+1

De plus avec σ (j) ≤ j + N ≤ n + 2N, on déduit que :


{σ (j) | 0 ≤ j ≤ n + N et σ (j) ≥ n + 1} ⊂ {n + 1, · · · , n + 2N }
et :
n+N
∑ ∑ ∑ ∑
n+2N
n n+N
uσ(j) ≤
uσ(j) − uk ≤ |uk | = εn

j=0 k=0 j=0 k=n+1
σ(j)≥n+1

Comme chacune des suites (|un+r |)n∈N pour r compris entre 1 et 2N tend vers 0, la suite (εn )n∈N

n+N
tend aussi vers 0 (somme finie de suites qui tendent vers 0). Il en résulte que lim uσ(j) =
n→+∞ j=0

n ∑ ∑
+∞ ∑
+∞
lim uk , ce qui signifie que la série uσ(n) est convergente avec uσ(n) = un .
n→+∞ k=0 n=0 n=0

Théorème 6.8 Soit un une ∑ série semi-convergente. Pour tout réel S, il existe une permu-
tation σ de N telle que la série uσ(n) soit convergente de somme S. ∑

On peut aussi trouver∑des permutation σ et σ de N telles que la série uσ(n) soit divergente
vers −∞ et la série uσ(n) soit divergente vers +∞.
Démonstration. Voir [8] pages 72 à 75 ou [19] volume 3, pages 37 à 43.
La démonstration rigoureuse de ce théorème est délicate.
136 Séries réelles ou complexes

6.5 Séries à termes positifs


Dans le cas où la suite (un )n∈N et à valeurs positives, la suite (Sn )n∈N des sommes partielles
associées est croissante (on a Sn+1 − Sn = un+1 ≥ 0) et deux cas de figure peuvent se produire :
— soit la suite (Sn )n∈N est majorée et en conséquence elle converge ;

+∞
— soit cette suite n’est pas majorée et lim Sn = +∞, ce qui peut se noter un = +∞.
n→+∞ n=0
On a donc le résultat suivant.

Théorème 6.9 Une série à termes positifs un est convergente si, et seulement si, la suite
de ses sommes partielles est majorée. En cas de divergence, on a lim Sn = +∞.
n→+∞


Dans le cas des séries à termes positifs, on écrira un < +∞ pour signifier que cette dernière
converge. Cette notation étant justifiée par les considérations précédentes.
Du résultat précédent on déduit les critères de comparaisons suivants valables uniquement
pour les séries à termes réels positifs.
∑ ∑
Théorème 6.10 Soient un et vn deux séries à termes réels positifs.
1. S’il existe un entier n0 tel que :

∀n ≥ n0 , un ≤ vn

alors : { ∑ ∑
∑ vn < +∞ ⇒ ∑ un < +∞
un = +∞ ⇒ vn = +∞
2. S’il existe un entier n0 et des constantes m et M strictement positives tels que :
un
∀n ≥ n0 , vn > 0 et m ≤ ≤M
vn
∑ ∑
alors les séries un et vn sont de même nature.
3. S’il existe un entier n0 tel que :
un+1 vn+1
∀n ≥ n0 , un > 0, vn > 0 et ≤
un vn
alors : { ∑ ∑
∑ vn < +∞ ⇒ ∑ un < +∞
un = +∞ ⇒ vn = +∞
4. S’il existe un entier n0 et une constante λ ∈ ]0, 1[ tels que :
un+1
∀n ≥ n0 , un > 0 et ≤λ
un

alors un converge.
5. S’il existe un entier n0 et une constante λ ≥ 1 tels que :
un+1
∀n ≥ n0 , un > 0 et ≥λ
un

alors un diverge.
Séries à termes positifs 137

Démonstration.
1. ∑
En notant
∑respectivement (Sn )n∈N et (Tn )n∈N les suites des sommes partielles des séries
un et vn , on a :
∀n ≥ n0 , Sn − Sn0 ≤ Tn − Tn0 .
Le résultat annoncé en découle alors immédiatement.
∑ ∑
2. De 0 < un ≤ M vn on déduit que∑ si vn converge il en est alors de même∑
de un et de
un ≥ mvn > 0, on déduit que si vn diverge il en est alors de même de un .
3. On a :
vn0 +1
un0 +1 ≤ un0 = λvn0 +1
vn0
et par récurrence :
∀n ≥ n0 + 1, un ≤ λvn .
En effet, c’est vrai pour n0 + 1 et en supposant le résultat acquis au rang n :
vn+1
un+1 ≤ un ≤ λvn+1 .
vn
On est donc ramené au premier cas.
un+1 vn+1 ∑ ∑
4. On a ≤ pour n ≥ n0 avec vn = λn et vn puisque λ ∈ ]0, 1[ , donc un
un vn
converge aussi.
5. On peut là aussi utiliser vn = λn ou tout simplement remarque la suite (un )n≥n0 est
croissante,
∑ donc un ≥ un0 > 0 pour tout n ≥ n0 et (un )n≥n0 ne peut tendre vers 0, la
série un est donc divergente.

∑ ∑
+∞ ∑
+∞
Remarque 6.5 Si 0 ≤ un ≤ vn pour tout n ∈ N, et vn converge, alors un ≤ vn . Plus
n=0 n=0

+∞ ∑
+∞
généralement, on a pour les restes Rn = uk ≤ Rn′ = vk .
k=n+1 k=n+1
( )
∑ 1
Exercice 6.18 Montrer que la série ln 1 + est divergente. En déduire la divergence de
n
la série harmonique.

Solution 6.18 Pour n ≥ 1, on a :



n ( ) ∑ n
1
Sn = ln 1 + = (ln (k + 1) − ln (k))
k=1
k k=1
= ln (n + 1) → +∞
n→+∞
( )
∑ 1
donc ln 1 + diverge.
n
Avec les inégalités valables pour n ≥ 1 :
( )
1 1
≥ ln 1 + > 0,
n n
∑1
on en déduit la divergence de .
n
138 Séries réelles ou complexes
∑ ∑
Exercice 6.19 Montrer que si les séries à termes positifs un et vn sont convergentes, il
∑√ ∑ 1√
en est alors de même des séries un vn et vn .
n
Solution 6.19 Résulte de :
√ 1
un vn ≤ (un + vn )
2

∑ 1√ ∑ 1 ∑ 1
et vn = 2
vn avec convergente.
n n n2

Le théorème précédent permet de retrouver le fait qu’une série absolument convergente est
convergente sans recours au critère de Cauchy.

Exercice 6.20 Montrer, sans utiliser le critère de Cauchy, qu’une série absolument conver-
gente est convergente.

Solution 6.20 On considère tout d’abord le cas d’une série réelle un absolument conver-
gente. Pour tout entier n, on a − |un | ≤ u∑ n ≤ |un | , soit 0 ≤ vn = un + |un | ≤ 2 |un | . On déduit
alors du théorème
∑ précédent que la série vn est convergente et avec un = vn − |un | , on en
déduit que un est convergente. ∑
Dans le cas d’une série complexe un absolument convergente, on écrit que un = xn + iyn ,
où x
∑ n ∑ n= ℜ (u ) et yn = ℑ (un ) et avec |xn | ≤ |un | , |yn | ≤ |un | , on déduit que les séries
∑ réelles
xn et yn sont absolument convergentes, donc convergentes et la convergence de un suit.

De ce corollaire, on déduit les critères de comparaison aux séries de Riemann suivant.



Corollaire 6.1 Soit un une série à termes réels positifs.
α
1. S’il existe un
( réel)α > 1 tel que la suite (n un )n∈N soit bornée (encore équivalent à dire
1 ∑
que un = O α
), alors la série un converge.
n

2. S’il existe un réel α ≤ 1 tel que la suite lim (nα un ) = +∞, alors la série un diverge.
n→+∞

M
Démonstration. Dans le premier cas, on a 0 ≤ un ≤ α avec α > 1 et dans le second
n
1
un ≥ α à partir d’un certain rang avec α ≤ 1.
n
Remarque 6.6 Si on veut comparer la série à termes positifs à une série de Riemann, on
étudie en pratique la convergence de la suite (nα un )n∈N vers un réel positif ou vers l’infini.

∑ cos (nθ)
Exercice 6.21 Montrer que pour tout réel θ et tout réel α > 1, la série est absolu-

ment convergente.

cos (nθ)

Solution 6.21 Résulte de ≤ 1 .
n α nα

n2 cos(n2 )
Exercice 6.22 Étudier la série de terme général un = .
(n + 1)4
Séries à termes positifs 139

Solution 6.22 On a :
1
∀n ≥ 1, |un | ≤ ,
n2
donc la série converge absolument.

Exercice 6.23

+∞ 1
1. Montrer que = 1.
n=2 n (n − 1)
1 1 ∑ 1 ∑ 1
+∞
2. En comparant 2 et , en déduire la convergence de la série avec ≤
n n (n − 1) n 2
n=1 n
2
2.

Solution 6.23
1. Pour n ≥ 2, on a :

n ∑
n ( ) ∑
n ∑1
n
1 1 1 1
= − = −
k=2
k (k − 1) k=2 k−1 k k=2
k − 1 k=2 k

n−1
1 ∑
n
1 1
= − =1− → 1,
k=1
k k=2
k n n→+∞


+∞ 1
ce qui signifie que = 1.
n=2 n (n − 1)
1 1 ∑ 1
2. Avec 0 < 2 ≤ pour tout n ≥ 2, on déduit la série est convergente et
n n (n − 1) n2
∑ 1
+∞ ∑ 1
+∞

2
= 1 + 2
≤ 2.
n=1 n n=2 n

∑ 1
Exercice 6.24 On étudie à nouveau les séries de Riemann .

∑ 1
1. Montrer que diverge pour α ≤ 0.

∑1
2. Montrer que diverge.
n
∑ 1
3. En déduire que la série diverge pour 0 < α ≤ 1.

4. On suppose que α > 1.
( )

+∞ 1 1
(a) Montrer que − = 1.
n=2 (n − 1)α−1 nα−1
(b) Montrer que pour tout réel β > 0 et tout réel t ∈ ]0, 1[ , on a :
1
(1 − t)β ≤ .
1 + βt

(c) Montrer que pour tout entier n ≥ 2, on a :


α−1 1 1
≤ − .
nα (n − 1)α−1
nα−1
140 Séries réelles ou complexes

(d) Conclure.

Solution 6.24
∑ 1
1. Pour α ≤ 0, le terme général de la série ne tend pas vers 0, donc la série diverge.

∑1
2. En désignant par Sn la somme partielle d’indice n de la série , on a pour tout n ≥ 1 :
n

n
1 1 1
S2n − Sn = ≥n =
k=1
n+k 2n 2

donc la suite (S2n − Sn )n≥1 ne tend pas vers 0 et la série diverge.


1 1 ∑ 1
3. Pour 0 < α ≤ 1 et n ≥ 1, on a 0 < ≤ α et en conséquence diverge.
n n nα
4.
(a) Pour n ≥ 2, on a :
n (
∑ ) ∑
n ∑ 1n
1 1 1
α−1 − α−1 = −
k=2
(k − 1) k k=2
(k − 1)α−1 k=2 k α−1

n−1
1 ∑
n
1 1
= − =1− → 1,
k=1
k α−1 k=2
k α−1 nα−1 n→+∞
( )

+∞ 1 1
ce qui signifie que α−1 − α−1 = 1.
n=2 (n − 1) n
(b) On désigne par f la fonction définie sur ]0, 1[ par f (t) = (1 + βt) (1 − t)β . Cette
fonction est dérivable sur [0, 1] avec :

f ′ (t) = β (1 − t)β−1 ((1 − t) − (1 + βt))


= −β (1 − t)β−1 (t + βt) < 0

Elle est donc décroissante et f (t) ≤ f (0) = 1, ce qui donne l’inégalité souhaitée.
1
(c) Prenant β = α − 1 et t = dans l’inégalité précédente, on a :
n
( )α−1
1 1
1− ≤
n α−1
1+
n
ou encore :
α−1 1 nα−1
1+ ≤( )α−1 =
n 1 (n − 1)α−1
1−
n
encore équivalent à :
( )
α−1 nα−1 1 1
≤ α−1 − 1 = n
α−1
α−1 − α−1
n (n − 1) (n − 1) n

qui donne l’inégalité souhaitée.


Séries à termes positifs 141

(d) On a donc ( )
1 1 1 1
0< α ≤ −
n α − 1 (n − 1)α−1 nα−1
( )

+∞ 1 1 ∑ 1
avec − α−1 < +∞, ce qui entraîne la convergence de .
n=2 (n − 1)α−1 n nα

1
L’étude des séries de Bertrand , décrites avec l’exercice qui suit, peut se faire en
nα (ln (n))β
utilisant celles de Riemann pour α ̸= 1. Dans le cas où α = 1, on utilise le théorème 6.4 pour
β ≥ 0 et on compare encore à une série de Riemann pour β < 0.
1
Exercice 6.25 On s’intéresse à la série de Bertrand de terme général un = , où α
nα (ln (n))β
et β sont deux réels donnés.
1. Montrer que cette série converge pour α > 1 et β ∈ R.
2. Montrer que cette série diverge pour α < 1 et β ∈ R.

3. On suppose que α = 1. Montrer que un converge si, et seulement si, β > 1.

Solution 6.25
1. Si α > 1, on peut trouver un réel γ tel que 1 < γ < α et avec :
1
lim nγ un = lim =0
n→+∞ n→+∞ nα−γ (ln (n))β

pour tout réel β, on déduit que un converge puisque γ > 1.
2. Si α < 1, on peut trouver un réel γ tel que α < γ < 1 et avec :
nγ−α
lim nγ un = lim = +∞
n→+∞ n→+∞ (ln (n))β

pour tout réel β, on déduit que un diverge puisque γ < 1.
1
3. Pour β ≥ 0, la fonction f définie sur[2, +∞[ par f (x) = est continue et
x (ln (x))β
strictement décroissante (produit
∑ de deux fonctions strictement décroissantes à valeurs
strictement positives), donc un est de même nature que la suite (F (n))n≥2 , où F est
la primitive de f nulle en 2, soit :
∫ x ∫ ln(x)
dt du
F (x) = β
= β
2 t (ln (t)) ln(2) u
{ ( )
1
1−β
(ln (x))1−β
− (ln (2)) 1−β
si β ̸= 1
=
ln (ln (x)) − ln (ln (2)) si β = 1

(théorème 6.4). ∑
Pour 0 ≤ β ≤ 1, on a lim F (n) = +∞ et un diverge.
n→+∞
(ln (2))1−β ∑
Pour β > 1, on a lim F (n) = et un converge.
n→+∞ β−1
(ln (n))−β (ln (2))−β ∑
Pour β < 0, on a un = ≥ > 0 pour tout n ≥ 2 et un diverge.
n n
142 Séries réelles ou complexes

∑ arctan (n)
Exercice 6.26 Étudier la série (−1)n √ , où β est un réel positif ou nul.
n (ln (n))β
( )
1 π
Solution 6.26 En utilisant la relation arctan (x) + arctan = valable pour tout réel
x 2
x > 0, on a :
(1)
n arctan (n) π (−1)n n arctan n
un = (−1) √ = √ + (−1) √ .
n (ln (n))β 2 n (ln (n))β n (ln (n))β

∑ (−1)n
Le théorème des séries alternées nous assure la convergence de la série √ (la suite
( ) n (ln (n))β
1
√ tend vers 0 en décroisant pour β ≥ 0) et avec :
n (ln (n))β n≥2
( 1 )

n arctan n 1
(−1) √ v √
n (ln (n)) n n (ln (n))β
β

( )
∑ arctan n1
on déduit que la série (−1)n
√ est absolument convergente, donc convergente. Il en
n
∑ arctan (n)
résulte que (−1)n √ est convergente comme somme de deux séries convergentes.
n (ln (n))β
∑ ∑ arctan (n) ∑
Mais la série |un | = √ est divergente, donc un est semi-convergente.
n (ln (n))β
∑ ∑
Exercice 6.27 Soient un et vn des séries à termes positifs telles que vn = o (un ) [resp.
vn = O (un )] On désigne respectivement par (Sn )n∈N et (Tn )n∈N les suites des sommes par-
tielles de ces séries et, en cas de convergence, par (Rn )n∈N et (Rn′ )n∈N les suites des restes
correspondants.
∑ ∑
1. Montrer que si un converge, il en est alors de même de vn et Rn′ = o (Rn ) [resp.

Rn = O (Rn )].
∑ ∑
2. Montrer que si vn diverge, il en est alors de même de un et Tn = o (Sn ) [resp.
Tn = O (Sn )].

Solution 6.27 La condition vn = o (un ) [resp. vn = O (un )] signifie qu’il existe une suite
(εn )n∈N qui tend vers 0 [resp. bornée] telle que vn = εn un . Comme les suites (un )n∈N et (vn )n∈N
sont à valeurs positives, on peut trouver une telle suite (εn )n∈N à valeurs positives. Dans les
deux cas de figure, la suite (εn )n∈N est bornée et il existe un constante∑réelle λ > 0 telle∑que
vn ≤ λun pour∑ tout n ∈ N. ∑ Le corollaire précédent nous dit alors que vn converge si un
converge et un diverge si vn diverge.
1. Si les un sont tous nuls à partir d’un rang n0 , il en est alors de même des vn et Rn′ =
Rn = 0 pour tout n ≥ n0 . Dans ce cas, on a bien Rn′ = o (Rn ) [resp. Rn′ = O (Rn )].
Dans le cas contraire, les suites (Rn )n∈N et (Rn′ )n∈N sont à valeurs strictement positives.
Si lim εn = 0, pour tout réel ε > 0, on peut trouver un entier nε tel que 0 ≤ εn ≤ ε
n→+∞
pour tout n ≥ nε et :
∀n ≥ nε , 0 < Rn′ ≤ εRn .
Séries à termes positifs 143

Rn′
On a donc lim = 0, ce qui signifie que Rn′ = o (Rn ) .
n→+∞ Rn

) (εn )n∈N est bornée, soit εn ≤ λ où λ > 0 et 0 < Rn ≤
Dans le as où vn = O (un ) ,(la suite

Rn
λRn pour tout n. La suite est donc bornée, ce qui signifie que Rn′ = O (Rn ) .
Rn n∈N
∑ ∑
2. Si vn = +∞, on a alors un = +∞ et les suites (Sn )n∈N et (Tn )n∈N sont croissantes
non majorées, donc strictement positives à partir d’un certain rang.
Si lim εn = 0, pour tout réel ε > 0, on peut trouver un entier nε tel que 0 < εn ≤ ε pour
n→+∞
tout n ≥ nε et comme (Sn )n∈N est croissante non majorée, il existe un entier n1 ≥ nε tel
1∑ nε
que Sn ≥ vk , de sorte que :
ε k=0

nε ∑
n ∑
n
∀n ≥ n1 , Tn = vk + vk ≤ εSn + ε uk ≤ 2εSn .
k=0 k=nε +1 k=nε +1

Tn
On a donc lim = 0, ce qui signifie que Tn = o (Sn ) .
n→+∞ Sn
Dans le as où vn = O (un ) ( ) (εn )n∈N est bornée, soit εn ≤ λ où λ > 0 et 0 < Tn ≤
, la suite
Tn
λSn pour tout n. La suite est donc bornée, ce qui signifie que Tn = O (Sn ) .
Sn n∈N
Les résultats de l’exercice précédent peuvent être utilisés en relation avec des développements
limités.
( )
(−1)n
Exercice 6.28 Étudier la série de terme général un = ln 1 + √ .
n+1
Solution 6.28 Un développement limité à l’ordre 2 donne :
(−1)n 1 (−1)n
un = √ − + + vn ,
n + 1 2 (n + 1) 3 (n + 1)3/2
( )
1 ∑
+∞
où vn = o , ce qui entraîne un = −∞ du fait de la convergence des séries
(n + 1)3/2 0
∑ (−1)n +∞
+∞ ∑ (−1)n
√ , (séries alternées, la deuxième étant en fait absolument convergente),
0 n + 1 0((n + 1)3/2 )

+∞ 1 ∑
+∞ 1
vn (vn = o 3/2
) et de = +∞.
0 (n + 1) 0 2 (n + 1)

( ( ))nα
1
Exercice 6.29 Étudier la série de terme général un = cos où α, β sont des réels

avec β > 0.
Solution 6.29 Un développement limité nous donne :
( ( ))
α 1
ln (un ) = n ln cos

( ( ))
1 1
= n ln 1 − 2β + o
α
2n n2β
( )
1 1
= − 2β−α + o .
2n n2β−γ
144 Séries réelles ou complexes

Pour α < 2β, on a lim ln (un ) = 0, donc lim un = 1 et la série diverge.


n→+∞ n→+∞
1 1
Pour α = 2β, on a lim ln (un ) = − , donc lim un = √ et la série diverge.
n→+∞ 2 n→+∞ e
On suppose donc que α > 2β. Pour γ réel à préciser, on a :
( )
1 1
ln (n un ) = γ ln (n) − 2β−α + o
γ
2n n2β−α
( )
nα−2β ln (n)
=− 1 − 2γ α−2β + o (1)
2 n
α−2β
n
v− → −∞
2 n→+∞

et lim (nγ un ) = 0. Choisissant γ = 2, on en déduit que la série un converge.
n→+∞

Le théorème qui suit est très utile pour justifier la convergence de certaines séries positives.
∑ ∑
Théorème 6.11 Soient un et vn deux séries à termes réels positifs telles que un v vn .
∑ ∑
1. Si un est convergente il en est alors de même de vn et les restes de ces séries sont
équivalents, soit :
∑+∞ ∑
+∞
Rn = uk v Rn′ = vk .
k=n+1 k=n+1
∑ ∑
2. Si un est divergente il en est alors de même de vn et les sommes partielles de ces
séries sont équivalents, soit :

n ∑
n
Sn = uk v Tn = vk .
k=0 k=0

Démonstration. Dire que les suites à termes positifs (un )n∈N et (vn )n∈N sont équivalentes
signifie qu’il existe une suite (φ)n∈N qui tend vers 1 telle que vn = φn un , ce qui équivaut encore
à dire que pour tout réel ε ∈ ]0, 1[ il existe un entier n0 tel que :

∀n ≥ n0 , (1 − ε) un ≤ vn ≤ (1 + ε) un .

Dans ce qui suit on se donne un tel couple (ε, n0 ) .


1. Si la série de terme général un est convergente, des inégalités 0 ≤ vn ≤ (1 + ε) un pour
tout n ≥ n0 , on déduit qu’il en est de même de la série de terme général vn . On peut

+∞ ∑
+∞
donc définir les restes d’ordre n de ces séries, Rn = uk et Rn′ = vk et on a :
k=n+1 k=n+1

∀n ≥ n0 , (1 − ε) Rn ≤ Rn′ ≤ (1 + ε) Rn ,

ce qui traduit l’équivalence de Rn et Rn′ quand n tend vers l’infini.


2. Si la série de terme général un est divergente, des inégalités vn ≥ (1 − ε) un pour tout
n ≥ n0 avec 1 − ε > 0 et un ≥ 0, on déduit qu’il en est de même de la série de terme
général vn . De plus, on a Sn > 0 à partir d’un certain rang n1 > n0 et :

∀n > n1 , (1 − ε) (Sn − Sn0 −1 ) ≤ Tn − Tn0 −1 ≤ (1 + ε) (Sn − Sn0 −1 )


Séries à termes positifs 145

ce qui entraîne que, pour tout n > n1 , on a :


( ) ( )
Sn0 −1 Tn0 −1 Tn Sn0 −1 Tn −1
(1 − ε) 1 − + ≤ ≤ (1 + ε) 1 − + 0 .
Sn Sn Sn Sn Sn
1
Avec lim = 0, on en déduit alors qu’il existe n2 ≥ n1 tel que :
n→+∞ Sn

Tn
∀n ≥ n0 , 1 − 2ε ≤ ≤ 1 + 2ε,
Sn
ce qui traduit l’équivalence de Sn et Tn quand n tend vers l’infini.

Remarque 6.7 L’hypothèse un et vn de mêmes signes (au moins à partir d’un certain rang)
est essentielle dans le théorème précédent. Considérons par exemple la série de terme général
(−1)n
un = √ . Un développement limité nous donne :
n + (−1)n
( )
(−1)n 1 (−1)n 1 1
un = √ (−1) n = √ − +O 3
n 1+ √ n n n2
n
(−1)n 1
= √ − + vn
n n
1
avec |vn | ≤ λ 3 , ce qui implique que la série de terme général un est divergente comme somme
n2
∑1 ∑ (−1)n ∑
d’une série divergente (la série ) avec des séries convergentes (les séries √ et vn ).
n n
n
(−1)
Et pourtant un est équivalent √ qui est le terme général d’une série alternée convergente.
n
∑ ∑
Remarque 6.8 Si un et vn deux séries à termes réels positifs telles que un v vn et
convergentes, on a seulement l’équivalence des restes, mais pas celle des sommes partielles. Par
1 1
exemple v 2 avec :
n (n + 1) n


n
1 ∑1n
1 1
Sn = = − =1− v1
k=1
k (k + 1) k=1 k k + 1 n+1

et :
∑n
1 1
Tn = > 1 +
k=1
k2 4

π2
ne peut être équivalent à 1 (en fait Tn v ).
6
n! 2
Exercice 6.30 Montrer que, pour n ≥ 2, on a n
≤ 2 , en déduire la nature de la série de
n n
n! + n3
terme général un = .
nn + ln (n)
146 Séries réelles ou complexes

Solution 6.30 Pour n ≥ 2, on a :

n! 2 n! ∏n
k
n
n = n−2 = 2 ≤2
n n k=3
n

n! 2 ∑ n!
donc 0 < n ≤ 2 et < +∞.
n n nn
Avec  
n3
n! + n3 n!  1+
0 < un = n = n n!  n!
 ∼ n,
n + ln (n) n ln (n) n
1+ n
n

on déduit que un converge.

Exercice
∑ 6.31 Soit (un )n∈N une suite décroissante de réels positifs ou nuls telle que la série
réelle un soit convergente.
1. Montrer que lim nun = 0.
n→+∞
∑un
2. En déduire la nature de la série .
1 − nun

+∞ ∑
+∞
3. Montrer que n (un − un+1 ) = un .
n=0 n=0
4. La réciproque du 1. est valable ?

Solution 6.31∑ 1. En notant, pour tout entier n ≥ 1, Sn la somme partielle d’indice n de


la série un , on a :
∑2n
S2n − Sn = uk ≥ nu2n ≥ 0
k=n+1

puisque (un )n∈N est décroissante positive. On a donc :


1
0 ≤ 2n · u2n ≤ (S2n − Sn ) → 0
2 n→+∞

puisque un est convergente et lim 2nu2n = 0. Puis avec :
n→+∞

0 ≤ (2n + 1) u2n+1 ≤ 2nu2n + u2n

et lim un = 0, on déduit que lim (2n + 1) u2n+1 = 0 et lim nun = 0.


n→+∞ n→+∞ n→+∞
2. Comme lim nun = 0, il existe un entier n2 tel que 0 ≤ nun < 1 pour tout n ≥ n2 , ce
n→+∞
∑ un
qui permet de considérer la série .
1 − nun
un
La condition lim nun = 0 nous dit aussi que v un , ce qui implique, puisque
n→+∞ 1 − nun

+∞ un
les séries considérées sont à termes positifs, que < +∞.
n=n2 1 − nun
3. On a :
∑n ∑
n
k (uk − uk+1 ) = uk − nun+1 ,
k=0 k=0
n
avec nun+1 = (n + 1) un+1 → 0, d’où le résultat.
n+1 n→+∞
Séries à termes positifs 147
( )
1 ∑
4. La condition un = o n’assure pas la convergence de un , que (un )n∈N soit décrois-
n ( )
∑ 1 1
sante ou non. Par exemple la série de Bertrand est divergente et un = o .
n ln (n) n

Les précisions sur les sommes partielles des séries divergentes ou les restes des séries conver-
gentes dans le théorème précédent peuvent être utilisées pour obtenir des développements
asymptotiques de certaines suites.
Considérons par exemple le cas de la série harmonique (Hn )n≥1 définie par :


n
1
∀n ≥ 1, Hn = .
k=1
k
( )
1 1
Cette série est divergente et à termes positifs avec v ln 1 + , ce qui entraîne que :
n n
( ) ( n ( )
∑n
1 ∏ k + 1)
Hn v ln 1 + = ln = ln (n + 1) ,
k=1
k k=1
k

ou encore Hn v ln (n) .
La suite (Kn )n≥1 définie par Kn = Hn − ln (n) est de même nature que la série de terme
général : ( ) ( )
1 1 1
Kn+1 − Kn = + ln 1 − =O ,
n+1 n+1 n2
elle est donc convergente. Sa limite est la constante d’Euler :
( n )
∑1
γ = lim − ln (n) .
n→+∞
k=1
k

On considère ensuite la suite (Ln )n≥1 définie par Ln = Hn − ln (n) − γ. Cette suite est
convergente vers 0 de même nature que la série de terme général :
( )
1 1 1
Ln+1 − Ln = Kn+1 − Kn = + ln 1 − v − 2.
n+1 n+1 2n
Cette série est donc convergente à termes négatifs à partir d’un certain rang, ce qui entraîne
l’équivalence des restes :

+∞
1∑ 1
+∞
(Lk+1 − Lk ) v −
k=n
2 k=n k 2
avec :

+∞ ∑
m
(Lk+1 − Lk ) = lim (Lk+1 − Lk ) = lim Lm+1 − Ln = −Ln .
m→+∞ m→+∞
k=n k=n

On a donc :
1∑ 1
+∞
Ln v .
2 k=n k 2
Enfin avec : ∫ ∫
k+1 k
dt 1 dt
∀k ≥ 2, ≤ ≤ ,
k t2 k2 k−1 t2
148 Séries réelles ou complexes

on déduit que pour m > n ≥ 2, on a :


m ∫
∑ k+1 ∫ m+1 ∑ 1
m
dt dt 1 1
= = − ≤
k=n k t2 n t2 n m + 1 k=n k 2
∑m ∫ k ∫ m
dt dt 1 1
≤ = = −
k=n k−1
t2
n−1 t
2 n−1 m

et faisant tendre m vers l’infini (à n fixé), on déduit que :

1 ∑ 1
+∞
1
∀n ≥ 2, ≤ ≤ ,
n k=n k 2 n−1

ce qui implique que :


1∑ 1
+∞
1
Ln v 2
v .
2 k=n k 2n
On a donc en définitive le développement asymptotique :
( )
1 1
Hn = ln (n) + γ + +o .
2n n

En itérant ce procédé on peut obtenir des termes supplémentaires du développement asymp-


totique.
Toujours dans le cadre des séries à termes positifs, on dispose également des théorèmes de
Cauchy et de d’Alembert, souvent utilisés, pour prouver la convergence ou la divergence d’une
série. La démonstration de ce théorème repose sur des comparaisons à des séries géométriques.

Théorème 6.12 (Cauchy) Soit (un )n∈N une suite à valeurs réelles positives telle que lim n u =
n
n→+∞
λ. ∑
La série un est convergente pour λ < 1 et divergente pour λ > 1.

Démonstration. Pour λ < 1, on peut trouver un réel µ tel que λ < µ < 1 et un entier n0
tel que :

∀n ≥ n0 , 0 ≤ n un ≤ µ,
ce qui revient à dire que :
∀n ≥ n0 , 0 ≤ un ≤ µn

et
∑ nle corollaire 6.10 nous dit que la série un est convergente comme la série géométrique
µ .
De même, pour λ > 1, on peut trouver un réel µ tel que 1 < µ < λ et un entier n0 tel que :

∀n ≥ n0 , un ≥ µn
∑ ∑ n
et le corollaire 6.10 nous dit que la série un est divergente comme la série géométrique µ .

√ √
Remarque 6.9 Dans le cas où lim n u
n = λ > 1, on peut aussi dire qu’on aura
n u
n > 1

n→+∞
pour n assez grand, donc aussi un > 1 et un diverge.
Séries à termes positifs 149

Remarque 6.10 Pour λ = 1 le théorème ne permet pas de conclure en général comme le


∑ 1
montre l’exemple des séries de Riemann . En effet, on a :

√ ( )
1 −α ln (n)
= n n = exp −α → 1
n

nα n n→+∞

pour tout réel α, alors que la série un diverge pour α ≤ 1 et converge pour α > 1.

Exercice 6.32 Soient α ∈ R∗ et a > 0. En utilisant la règlen de Cauchy, étudier les sé-
( )n ( )2n ( )
n−1 n 2n + 1 2 an n (n!)n 2n
ries de termes généraux : ; ; ; n ; n ; ; 1 ;
2n + 1 4n − 1 3n + 1 nα n 2 nn! n α+ n
2n
sin2n (α) .
n2
Solution 6.32
( Toutes )n les séries considérées sont à termes strictement positifs.
an + b
Pour un = , on a :
cn + d
√ an + b a
n
un = →
cn + d n→+∞ c
∑ a 1
donc un converge pour = .
( )2n c 2
n
Pour un = , on a :
4n − 1
( )2
√ n 1
n
un = → <1
4n − 1 n→+∞ 16

donc un converge.
( )n
2n + 1 2
Pour un = , on a :
3n + 1
√ √
√ 2n + 1 2
n
un = → <1
3n + 1 n→+∞ 3

donc un converge.
an
Pour un = n , on a :
nα {
√ a 0 si α > 0,
n
un = 1 →
nα n→+∞ +∞ si α < 0

donc un converge pour α > 0 et diverge pour α < 0.
n
Pour un = n , on a :
n2
√ ( )
√ n
n 1
− 12 ln (n) ln (n)
n
un = √ = n n = exp − → 0
n n 2 n→+∞

donc un converge.
(n!)n
Pour un = n! , on a :
n
√ n! n! ∏k
n
1
n
un = ≤ n = ≤ → 0
n(n−1)! n k=1
n n n→+∞
150 Séries réelles ou complexes

donc un converge (pour n ≥ 3, on a n(n−1)! ≥ nn puisque (n − 1)! ≥ n).
2n
Pour un = α+ 1 , on a :
n n
√ 2 2
n
un = α + 1 = (( α ) ) → 2>1
n n n2 exp n + n12 ln (n) n→+∞

donc un diverge.
2n
Pour un = 2 sin2n (α) , on a :
n
√ 2 2 sin2 (α)
n
un = 2 sin2 (α) = ( ) → 2 sin2 (α)
nn ln(n) n→+∞
exp 2 n
∑ 1 1 1
donc un diverge pour |sin (α)| > √ , converge pour |sin (α)| < √ . Pour |sin (α)| = √ , on
2 2 2
1 ∑
a un = 2 et un converge.
n
On dispose aussi de la version suivante du théorème de Cauchy qui utilise la notion de limite
supérieure d’une suite réelle bornée (vn )n∈N définie par :
( ) ( )
lim sup vn = lim sup vp = inf sup vp
n→+∞ n→+∞ p≥n n∈N p≥n
( )
(la suite sup vp est décroissante).
p≥n n∈N
Cette notion est étudiée avec le problème du chapitre 31.
(√ )
Théorème 6.13 (Cauchy) Soit ∑ (u ) une suite à valeurs réelles positives. Si la suite n u
n n∈N √ n n∈N
n’est pas majorée, alors la série un est divergente, sinon elle est convergente pour lim sup n un <
√ √ n→+∞
1 et divergente pour lim sup n un > 1 (pour lim sup n un = 1, on ne peut rien dire a priori).
n→+∞ n→+∞

Démonstration. Voir le problème du chapitre 31.


Cette version du théorème de Cauchy sera utilisée pour déterminer le rayon de convergence
d’une série entière.
Théorème 6.14 (d’Alembert) Soit (un )n∈N une suite à valeurs réelles strictement positives
un+1
telle que lim = λ.

n→+∞ un
La série un est convergente pour λ < 1 et divergente pour λ > 1.
Démonstration. Pour λ < 1, on peut trouver un réel µ tel que λ < µ < 1 et un entier n0
tel que :
un+1 µn+1
∀n ≥ n0 , 0 < ≤µ= n
u µ
∑ n
et
∑ len corollaire 6.10 nous dit que la série un est convergente comme la série géométrique
µ .
De même, pour λ > 1, on peut trouver un réel µ tel que 1 < µ < λ et un entier n0 tel que :
un+1 µn+1
∀n ≥ n0 , ≥µ= n
un µ
∑ ∑
et le corollaire 6.10 nous dit que la série un est divergente comme la série géométrique µn .
Séries à termes positifs 151

un+1 un+1
Remarque 6.11 Dans le cas où lim = λ > 1, on aura > 1 pour n assez grand
n→+∞ un un
∑ il existe un entier n0 tel que un ≥ un0 > 0 pour n ≥ n0 (la suite (un )n≥n0 est
et en conséquence
croissante) et un diverge puisque son terme général ne peut tendre vers 0.

Remarque 6.12 Pour λ = 1 le théorème ne permet pas de conclure en général comme le


∑ 1
montre l’exemple des séries de Riemann .

Remarque 6.13 Le théorème ( de)d’Alembert peut se déduire de celui de Cauchy en utilisant
un+1 (√ )
le théorème 3.6 (Si lim = λ, alors lim n un = λ) qui est une conséquence du
n→+∞ un n→+∞
théorème de Césaro (exercice 3.73). Ce résultat peut s’exprimer en disant que la règle de Cauchy
est plus générale que celle de d’Alembert. Pratiquement cela signifie que le théorème de Cauchy
pourra permettre ( de conclure
) (mais pas toujours) si celui de d’Alembert ne le peut pas, c’est-à
un+1
dire si la suite ne converge pas.
un n∈N
n
2(−1)
Exercice 6.33 On considère la suite (un )n∈N définie par un = . Que donnent les critères
∑ 2n
de d’Alembert et de Cauchy pour la série un ?

Solution 6.33 On a un > 0 pour tout n et :


{ 1
un+1 1 si n est impair
= 2(−1)n +1 = 8
un 2 2 si n est pair
( )
un+1
donc la suite diverge et le théorème de d’Alembert ne s’applique pas.
un n∈N
Par contre, on a :
(−1)n
√ 1 2 n
un = n

2 n→+∞ 2

et le théorème de Cauchy nous dit que un converge.
En fait, on a :


2p
2(−1)
k
∑p
1 1∑ 1
p−1
S2p = =2 +
k=0
2k j=0
22j 4 j=0 22j

9∑ 1
p−1
1 94
= j
+ 2p → =3
4 j=0 4 2 p→+∞ 43

et :
1
S2p = S2p + → 3
22p+2 p→+∞

∑ ∑
+∞
donc un converge et un = 3.
n=0

Exercice 6.34
∑ xn
1. Montrer que pour tout réel x ≥ 0 la série est convergente.
n!
152 Séries réelles ou complexes

∑ zn
2. En déduire que pour tout nombre complexe z la série est convergente.
n!
Solution 6.34
xn un+1
1. Pour x = 0 c’est clair et pour x > 0, en notant un = , on a un > 0 et =
n! un
x ∑ xn
→ 0. On déduit alors du théorème de d’Alembert que la série est conver-
n + 1 n→+∞ n!
gente.
∑ zn
2. La question précédente nous dit que est absolument convergente, donc convergente.
n!
Exercice 6.35 Soient α ∈ R et a > 0. En utilisant la règle de d’Alembert, étudier les séries de
an an n! an nα an n! an nn 1 (n!)2 3n − 1
termes généraux : α ; α n ; α n ; ; (a ̸
= e) ; (a ̸
= ) ; ; (√ )n ;
n n! n n n n n!nn nn nα n! e (2n)! 3
n 2 · 5 · 8 · · · (3n − 1) 1 · 4 · 9 · · · n2 np
; ; ; (p ∈ Z).
1 + an 1 · 5 · 9 · · · (4n − 3) 1 · 5 · 9 · · · (4n − 3) an

Solution 6.35 Toutes les séries considérées sont à termes strictement positifs.
an
Pour un = α , on a :
n n! ( )α
un+1 a n
= → 0
un n+1 n+1 n→+∞

donc un converge.
an
Pour un = α n , on a :
n n
( )α ( )n
un+1 a n n 1
= → 0·1· =0
un n+1 n+1 n+1 n→+∞ e
( x )n ∑
(on utilise lim 1 + = ex ) donc un converge.
n→+∞ n
n!
Pour un = α n , on a :
n n
( )n ( )α
un+1 n n 1
= → <1
un n+1 n+1 n→+∞ e

donc un converge.
an nα
Pour un = on a :
n!nn
( )α ( )n
un+1 n+1 1 n
=a → 0
un n (n + 1)2 n + 1 n→+∞


donc un converge.
an n!
Pour un = n avec a ̸= e, on a :
n
( )n
un+1 n a
=a →
un n+1 n→+∞ e
Séries à termes positifs 153

donc un converge pour 0 < a < e, diverge pour a > e.
an nn 1
Pour un = α (a ̸= ), on a :
n n! e
( )α ( )n
un+1 n n+1
=a → ae
un n+1 n n→+∞

∑ 1 1
donc un converge pour 0 < a < , diverge pour a > .
e e
(n!)2
Pour un = , on a :
(2n)!
un+1 (n + 1)2 n+1 1
= = → <1
un (2n + 2) (2n + 1) 2 (2n + 1) n→+∞ 4

donc un converge
3n − 1
Pour un = (√ )n , on a :
3
un+1 3n + 2 1 1
= √ → √ <1
un 3n − 1 3 n→+∞ 3

donc un converge
n
Pour un = , on a :
1 + an
un+1 n + 1 1 + an+1
= va
un n 1 + an
∑ n ∑
donc un converge pour 0 < a < 1, diverge pour a > 1. Pour a = 1, on a un = et un
2
diverge.
2 · 5 · 8 · · · (3n − 1) ∏
n 3k − 1
Pour un = = , on a :
1 · 5 · 9 · · · (4n − 3) k=1 4k − 3
un+1 3n + 2 3
= → <1
un 4n + 1 n→+∞ 4

donc un converge
1 · 4 · 9 · · · n2 ∏
n k2
Pour un = = , on a :
1 · 5 · 9 · · · (4n − 3) k=1 4k − 3

un+1 (n + 1)2
= → +∞
un 4n + 1 n→+∞

donc un diverge
np
Pour un = n (p ∈ Z), on a :
a
( )p
un+1 1 n+1 1
= →
un a n n→+∞ a
∑ ∑
donc un diverge pour 0 < a < 1, converge pour a > 1. Pour a = 1, un = np et un diverge
pour p ≥ −1, converge pour p < −1.

nn n
Exercice 6.36 On considère les suites (un )n≥1 et (vn )n≥1 définies par un = n et vn =
( ) e n!
un+1
ln .
un
154 Séries réelles ou complexes

1. Montrer que la série vn converge.
2. En déduire que la suite (un )n≥1 converge vers un réel α > 0.
√ n
nn 1
3. Montrer que n! v λ n avec λ =
e α
4. En admettant la formule de Wallis :
2 · 4 · 6 · · · · · (2n − 2) · (2n) √
lim √ = π
n→+∞ 1 · 3 · 5 · · · · · (2n − 1) n
u2n √
et en simplifiant 2 , montrer que λ = 2π (formule de Stirling).
un
en n! nn 1
5. Étudier les série de termes généraux n , et n α (cas a = e et a = dans l’exercice
n e n n! e
précédent).
Solution 6.36
1. On a : ( ( )n+ 12 ) ( ) ( )
1 n+1 1 1
vn = ln = −1 + n + ln 1 +
e n 2 n
et un développement limité donne :
( )( ( )) ( )
1 1 1 1 1
vn = −1 + n + − 2 +O = O
2 n 2n n3 n2
( )
∑ 1
donc la série vn converge absolument (puisqu’on a aussi |vn | = O ).
n2

2. Comme vn = ln (un+1 )−ln (un ) , la série vn est de même nature que la suite (ln (un ))n≥1
et cette dernière converge. En notant ℓ sa limite, on a lim un = α = eℓ > 0.
n→+∞
√ n
nn
3. Il en résulte que n! v λ n .
e
4. On a : √ √
u2n (2n)2n 2n (n!)2 e2n 22n 2 (n!)2
= 2n = √
u2n e (2n)! n2n n (2n)! n
avec :
(2n)! = 1 · 2 · 3 · · · · · (2n − 1) · (2n)
= 1 · 3 · 5 · · · · · (2n − 1) · 2n (n!)
ce qui donne :

u2n 2n 2 n!
= √
un2 1 · 3 · 5 · · · · · (2n − 1) n
2 · 4 · 6 · · · · · (2n − 2) · (2n) √ √ √
= √ 2 → π 2
1 · 3 · 5 · · · · · (2n − 1) n n→+∞

en utilisant la formule de Wallis. Il en résulte que :


u2n α 1 √
lim2
= 2 = = λ = 2π
n→+∞ un α α
soit : √
n! v 2πnnn e−n .
Séries à termes positifs 155

en n!
5. Pour un = on a :
nn ( )n
un+1 n
=e → 1
un n+1 n→+∞

et le théorème de d’Alembert ne permet pas de conclure. En utilisant la formule de Stirling,


on a : √
en nnn √
un v λ n n = λ n
∑ n e
et un diverge.
nn
Pour un = n α , on a :
e n n!
( )α ( )n
un+1 1 n n+1
= → 1
un e n+1 n n→+∞

et le théorème de d’Alembert ne permet pas de conclure. En utilisant la formule de Stirling,


on a :
1 nn en 1 1
un v √ n =
n
λe n α nn λ nα+ 12
∑ 1 1
et un diverge pour α ≤ , converge pour α > .
2 2
un+1
Dans le cas où lim = 1 (avec un > 0), on peut utiliser les théorèmes de Raabe-
n→+∞ un
Duhamel qui suivent. Ces résultats reposent sur la comparaison de la série étudiée à une série
de Riemann.
Théorème 6.15 (Raabe-Duhamel) Soit (un )n∈N une suite à valeurs réelles strictement po-
sitives telle que : ( )
un+1 α 1
=1− +o
un n n
un+1 ∑
où α est un réel (on a donc en particulier lim = 1). Si α < 1, la série un est alors
n→+∞ un
divergente et si α > 1, elle est convergente.
1
Démonstration. L’idée est de comparer notre série à une série de Riemann. Si vn = β où
n
β est un réel à préciser, on a :
( )−β ( )
vn+1 1 β 1
= 1+ =1− +o
vn n n n
et :
un+1 vn+1 1
− = (β − α + εn )
un vn n
où (εn )n≥1 est une suite réelle qui tend vers 0.
Pour α < 1, on choisit β tel que α < β < 1, de sorte que lim (β − α + εn ) = β − α > 0 et
n→+∞
un+1 vn+1
il existe un entier n0 tel que β − α + εn > 0 pour tout n ≥ n0 , ce qui donne > pour
∑ ∑ un vn
tout n ≥ n0 et un diverge comme vn .
Pour α > 1, on choisit β tel que 1 < β < α, de sorte que lim (β − α + εn ) = β − α < 0 et
n→+∞
un+1 vn+1
il existe un entier n0 tel que β − α + εn < 0 pour tout n ≥ n0 , ce qui donne < pour
∑ ∑ un vn
tout n ≥ n0 et un converge comme vn .
156 Séries réelles ou complexes

∑ 1 · 3 · 5 · · · (2n − 1)
Exercice 6.37 Étudier la série un , où un = pour n ≥ 1.
2 · 4 · 6 · · · (2n)

Solution 6.37 On a :
un+1 2n + 1
= → 1
un 2n + 2 n→+∞
et le théorème de d’Alembert ne permet pas de conclure.
Avec :
( )−1
un+1 1 1 1
=1− =1− 1+
un 2n + 2 2n n
( )
1 1
=1− +o
2n n
∑ 1
et le théorème de Raabe-Duhamel, on déduit que un diverge (α = avec les notations du
2
théorème qui précède).

Le cas où α = 1 peut être traité avec la version suivante du théorème de Raabe-Duhamel.

Théorème 6.16 (Raabe-Duhamel) Soit (un )n∈N une suite à valeurs réelles strictement po-
sitives telle que : ( )
un+1 α 1
=1− +O
un n nγ
un+1 ∑
où α, γ sont des réels avec γ > 1 (on a donc en particulier lim = 1). La série un
n→+∞ un
converge si, et seulement si, α > 1.
( ) ( )
1 1
Démonstration. Pour α < 1 ou α > 1, on écrit que O γ
=o et on est ramené
n n
au théorème précédent.
Pour α = 1, on introduit la suite (vn )n∈N définie par vn = ln (nun ) qui est de même nature
que la série de terme général :
( ) ( )
n+1 un+1
vn+1 − vn = ln + ln
n u
( ) ( ( n))
1 1 1
= ln 1 + + ln 1 − + O
n n nγ
( ) ( ( ))
1 1 1 1 1 1
= − + O + − + O
n 2 n2 n3 n nγ
( )
1 1 1
=− 2 +O
2n nmin(3,γ)

donc convergente puisque γ > 1. En notant ℓ = lim vn , on a lim nun = λ = eℓ > 0, ce qui
n→+∞ n→+∞
λ ∑
signifie que un v et un est divergente.
n
Exercice 6.38 On désigne par (un )n∈N la suite réelle définie par :
{
u0 = 1
∀n ∈ N, un+1 = sin (un )
Séries à termes positifs 157

1. Montrer que la suite (un )n∈N tend vers 0 en décroissant.


( )
1 1 1
2. Montrer que lim 2 − 2 = .
x→0 sin (x) x 3

3. En utilisant le théorème de Césaro, montrer que la série un diverge.

Solution 6.38
1. On vérifie facilement par récurrence que 0 < un ≤ 1 pour tout n ≥ 0. En effet, c’est vrai
pour n = 0 et supposant acquis le résultat au rang n ≥ 0, on a :

0 < un+1 = sin (un ) < 1.

Tenant compte de l’inégalité sin (x) < x pour x ∈ ]0, 1] , on déduit que cette suite est
décroissante et comme elle est minorée par 0, elle converge vers un réel ℓ ∈ [0, 1] . Avec
la continuité de la fonction sin, on déduit que sin (ℓ) = ℓ avec ℓ ∈ [0, 1] et ℓ = 0.
un+1 sin (un )
On a donc lim = lim = 1 et le théorème de d’Alembert ne permet pas
n→+∞ un n→+∞ un
de conclure.
2. Le développement limité de sin en 0 à l’ordre 3 nous donne :
( )2
x3
1 1 x − sin (x)
2 2 x 2
− x − 6
+ o (x 4
)
2 − 2 = 2 2 = ( )2
sin (x) x x sin (x) x2 x − x + o (x4 )
3
6
x4
+ o (x4 ) 1
= 3
→ .
x4 + o (x4 ) x→0 3

3. Comme un > 0 pour tout n et lim un = 0, on déduit de la question précédente que :


n→+∞
( ) ( )
1 1 1 1 1
lim − 2 = lim 2 − 2 =
n→+∞ u2n+1 un n→+∞ sin (un ) un 3
et le théorème de Césaro nous dit que :
( ) ( )
1∑
n−1
1 1 1 1 1
lim − 2 = lim −
n→+∞ n u2k+1 uk n→+∞ n u2n u20
k=0
( )
1 1 1
= lim 2
=
n→+∞ n un 3
1 ∑
et un ∼ √ √ et la série un diverge.
3 n
Comme pour le théorème de Cauchy, on dispose d’un version du théorème de d’Alembert
qui fait intervenir la notion de limite supérieure et aussi celle de limite inférieure. Précisément,
on a le résultat suivant.

Théorème 6.17 (d’Alembert) Soit (un )n∈N une suite à valeurs réelles strictement positives.
un+1 ∑ un+1
Si lim sup < 1, la série un est alors convergente et si lim inf > 1, elle est divergente
n→+∞ un n→+∞ un
(dans les autres cas, on ne peut rien dire a priori).

Démonstration. Voir le problème du chapitre 31.


158 Séries réelles ou complexes

6.6 Produit de deux séries


∑ ∑
Étant données deux séries
∑ numériques u n et vn , on peut définir naïvement leur produit
comme la ∑série produit un vn , où on fait le produit terme
∑ à terme ∑ comme pour la somme. On
dit que un vn est le produit de Hadamard des séries un et∑ vn . ∑
∑ Par exemple pour deux séries géométriques convergentes an et bn , la série produit
an bn est encore une série géométrique convergente, mais en général :

+∞
1 ∑
+∞ ∑
+∞
1
an b n = ̸= an bn = .
n=0
1 − ab n=0 n=0 (1 − a) (1 − b)

On préfère définir le produit de deux séries par analogie au produit de deux polynômes
comme suit.
∑ ∑
Définition 6.5 Étant données deux séries numériques un et vn , le produit de Cauchy de

n
ces deux séries est la série de terme général wn = uk vn−k .
k=0

Ce produit de Cauchy est aussi appelé produit de convolution.


Pour l’exemple des séries géométriques convergentes avec a ̸= b, on a :

n
bn+1 − an+1
wn = ak bn−k =
k=0
b−a

et :
( +∞ ) ( )

+∞
1 ∑ ∑
+∞
1 b a
wn = b n+1
− a n+1
= −
n=0
b−a n=0 n=0
b−a 1−b 1−a
1 1
= = .
ab − b − a + 1 (1 − a) (1 − b)
On s’intéresse tout d’abord au produit de Cauchy de deux séries à termes positifs.
∑ ∑
Théorème
∑ 6.18 Soient u n et vn deux séries
∑ ∑ à termes positifs non identiquement nulles
et ∑wn leur produit de Cauchy. Si un et vn sont convergentes, il en est alors de même
de wn et : ( +∞ ) ( +∞ )
∑+∞ ∑ ∑
wn = un vn .
n=0 n=0 n=0
∑ ∑ ∑
Si l’une des deux séries
( +∞ ) ( +∞ ) un ou vn est divergente, il en est alors de même de wn (l’égalité

+∞ ∑ ∑
wn = un vn est encore vérifiée dans ce cas avec +∞ pour valeur commune).
n=0 n=0 n=0

∑ Démonstration.
∑ On note respectivement Sn , Sn′ et Sn′′ les sommes partielles des séries un ,
vn et wn . Pour tout entier n, on a :
( n )( n )
∑ ∑ ∑
Sn Sn′ = ui vj = ui vj .
i=0 j=0 0≤i,j≤n

et :

n ∑
k ∑
n ∑ ∑
Sn′′ = ui vk−i = ui vj = ui vj
k=0 i=0 k=0 i+j=k i+j≤n
Produit de deux séries 159

les indices i, j figurant dans ces sommes étant positifs ou nuls. Il en résulte que :
∑ ∑ ∑
Sn′′ = ui vj ≤ ui vj = Sn Sn′ ≤ ′′
ui vj = S2n
i+j≤n 0≤i,j≤n i+j≤2n
∑ ∑
En conséquence si un et vn convergent, les suites (Sn )n∈N et (Sn′ )n∈N sont
∑ majorées, donc
′′
aussi la suite (Sn )n∈N∑
, ce qui équivaut
∑ à dire que la série à termes positifs wn converge. Si

l’une des deux séries un ou vn diverge, l’une des suites (Sn )n∈N et (Sn )n∈N tend vers +∞
et il en est de même de (S2n )n∈N (les un , vn sont positifs non tous nuls, donc Sn et Sn′ sont
′′

croissantes et strictement positives pour n grand), la série est donc divergente. ∑ ∑


Le théorème précédent peut aussi s’énoncer en disant que, pour toutes séries un et vn
à termes positifs non tous nuls, on a toujours l’égalité dans R+ = R+ ∪ {+∞} :
( +∞ ) ( +∞ ) +∞
∑ ∑ ∑
un vn = wn
n=0 n=0 n=0


n
où wn = uk vn−k .
k=0
On en déduit alors le résultat suivant.
∑ ∑ ∑
Théorème 6.19 Le produit de Cauchy wn de deux séries numériques un et vn abso-
lument convergentes est absolument convergent et :
( +∞ ) ( +∞ )
∑+∞ ∑ ∑
wn = un vn .
n=0 n=0 n=0

∑n
Démonstration. Le théorème précédent nous dit que, si on note wn′ = |uk | |vn−k | pour
∑ ′ k=0
tout entier naturel n, alors la série wn est convergente et avec les inégalités :
n


|wn | = uk vn−k ≤ wn′ ,

k=0

on déduit que la série wn est absolument convergente. ∑ ∑ ∑
′ ′′
En notant respectivement ∑ Sn , S∑n , Sn les∑ sommes partielles des séries un , vn , wn et Tn ,
Tn′ , Tn′′ celles des séries |un | , |vn | , wn′ on a :


∑ ∑ ∑
′ ′′
|Sn Sn − Sn | = ui vj − ui vj = ui vj

0≤i,j≤n 0≤i,j≤n 0≤i,j≤n
i+j≤n i+j≥n+1
∑ ∑ ∑
≤ |ui | |vj | = |ui | |vj | − |ui | |vj |
0≤i,j≤n 0≤i,j≤n 0≤i,j≤n
i+j≥n+1 i+j≤n

≤ Tn Tn′ − Tn′′
( +∞ ) ( +∞ )

+∞ ∑ ∑
avec lim (Tn Tn′ − Tn′′ ) = 0 puisque wn′ = |un | |vn | . Il en résulte que lim (Sn Sn′ − Sn′′ ) =
n→+∞ n=0 n=0 n=0 n→+∞
0 et : ( +∞ ) ( +∞ )

+∞ ∑ ∑
wn = lim Sn′′ = lim Sn lim Sn′ = un vn .
n→+∞ n→+∞ n→+∞
n=0 n=0 n=0
160 Séries réelles ou complexes

∑ 1
Exemple 6.4 La série λn étant absolument convergente de somme , pour tout nombre
1−λ
complexe λ tel que |λ| < 1, on déduit que :
( +∞ )2
1 ∑ ∑
+∞
n
= λ = wn
(1 − λ)2 n=0 n=0

où :

n
wn = λk λn−k = (n + 1) λn .
k=0

On a donc :
1 ∑ +∞ ∑ +∞

2 = (n + 1) λn = nλn−1 .
(1 − λ) n=0 n=1

∑ λn
Exemple 6.5 La série étant absolument convergente pour tout nombre complexe λ (exer-
n!
cice 6.34), en notant f (λ) sa somme, on a pour tous nombres complexes λ et µ :


+∞
f (λ) f (µ) = wn
n=0

où :
∑n
λk µn−k 1 ∑ k k n−k (λ + µ)n
n
wn = = C λ µ = .
k=0
k! (n − k)! n! k=0 n n!
On a donc f (λ) f (µ) = f (λ + µ) avec f (0) = 1. On reconnaît ici l’équation fonctionnelle
qui caractérise la fonction exponentielle réelle (avec l’hypothèse de continuité en 0). Pour cette
∑ λn
raison, on note eλ la somme de la série et on définit ainsi la fonction exponentielle
n!
complexe qui prolonge celle que l’on connaît sur R.

En réalité l’absolue convergence de l’un des deux séries suffit (l’autre série étant bien entendu
convergente). Précisément on a le résultat suivant.
∑ ∑
Théorème
∑ 6.20 (Mertens) Le produit de Cauchy w n de deux séries numériques un et
vn convergentes, l’une d’entre elles étant absolument convergente, est convergent et :
( +∞ ) ( +∞ )
∑+∞ ∑ ∑
wn = un vn .
n=0 n=0 n=0

∑ (−1)n
Exercice 6.39 Montrer que le produit de Cauchy de la série convergente √ par elle
n+1
même est divergent.

∑ (−1)n
Solution 6.39 Le théorème des séries alternées nous dit que √ est convergente. Le
∑ n+1
produit de Cauchy de cette série par elle est la série wn définie par :


n
1
wn = (−1) n

k=0
(k + 1) (n − k + 1)
Séries doubles 161

et avec :
(k + 1) (n − k + 1) ≤ (n + 1)2
pour k compris entre 0 et n, on déduit que :
|wn | ≥ 1

et wn diverge puisque son terme général ne tend pas vers 0.

6.7 Séries doubles


De même que l’on considère des intégrales doubles,∑
on peut définir la notion de série double.
L’idée étant donner un sens à une somme du type un,m .
(n,m)∈N2
On s’intéresse tout d’abord au cas des séries doubles à termes positifs.

Théorème 6.21 Soit (un,m )(n,m)∈N2 une suite de réels positifs ou nuls indexée par (n, m) dans
∑ ∑
N2 . Si, pour tout n ∈ N, la série un,m est convergente ∑
de somme Sn et si la série Sn est
convergente∑de somme S, alors pour tout m ∈ N, la série un,m est convergente de somme Tn
et la série Tn est convergente de somme S. On a donc :
( +∞ ) +∞ ( +∞ )

+∞ ∑ ∑ ∑
un,m = un,m
n=0 m=0 m=0 n=0

Démonstration. Pour tout entier naturel m, on a :



+∞
∀n ∈ N, 0 ≤ un,m ≤ Sn = un,k
k=0


+∞ ∑
avec Sn = S < +∞, ce qui entraîne la convergence de la série un,m . En notant Tm la
n=0 n
somme de cette série, on a pour tout n :

m ∑
n ∑
n ∑
m ∑
n ∑
+∞ ∑
n ∑
+∞
uj,k = uj,k ≤ uj,k = Sj ≤ Sn = S.
k=0 j=0 j=0 k=0 j=0 k=0 j=0 n=0

Il en résulte que :

m ∑
+∞ ∑
m
uj,k = Tk ≤ S
k=0 j=0 k=0
( )

m
ce qui signifie que la suite croissante Tk est majorée et donc convergente. La série
k=0 m∈N
∑ ∑
+∞
Tm est donc convergente et T = Tm ≤ S. En permutant les rôles de n et m, on aboutit
m=0
de manière analogue à S ≤ T et T = S.
( +∞ ) ( +∞ )

+∞ ∑ ∑
+∞ ∑
Remarque 6.14 Dans le cas où l’une des sommes positives un,m ou un,m
n=0 m=0 m=0 n=0( )
∑ +∞
+∞ ∑
est infinie, il en est de même de l’autre, puisque si l’une est finie l’autre l’est. L’égalité un,m =
( ) n=0 m=0
∑ +∞
+∞ ∑
un,m est donc valable pour toute suite double (un,m )(n,m)∈N2 de réels positifs.
m=0 n=0
162 Séries réelles ou complexes
( +∞ ) ( +∞ )

+∞ ∑ ∑
+∞ ∑
Dans le cas où l’une des sommes un,m ou
un,m ((un,m )(n,m)∈N2 étant une
n=0 m=0 ∑ m=0 n=0
suite double de réels positifs) est finie, on dit( que la série
) double
( +∞ un,m )
est convergente et on
∑ ∑ ∑
+∞ +∞ ∑ ∑
+∞
note un,m la valeur commune de un,m et un,m .
(n,m)∈N2 n=0 m=0 m=0 n=0

Définition 6.6 Étant donnée une suite double (un,m )(n,m)∈N2 de nombres complexes, on dit que
∑ ∑
la série double un,m est absolument convergente si la série double |un,m | est convergente.

On a le résultat suivant qui est l’analogue du théorème de Fubini que l’on connaît dans le
cadre de la théorie de l’intégration.

Théorème 6.22 Soit (un,m )(n,m)∈N2 une suite double telle que la série double un,m soit ab-
solument
∑ convergente.
∑ Dans ces conditions, pour tout n ∈ N [resp. pour tout m ∈ N], la série
un,m [resp. un,m ] est absolument convergente et en notant Sn [resp. Tm ] la somme de cette
m n
∑ ∑ ∑
+∞ ∑
+∞
série, la série Sn [resp. Tm ] est absolument convergente et on a Sn = Tm , soit :
n=0 m=0
( +∞ ) ( +∞ )

+∞ ∑ ∑
+∞ ∑
un,m = un,m
n=0 m=0 m=0 n=0
∑ ∑
Démonstration. La convergence de |un,m | entraîne par définition celle des séries |un,m |
∑ m
pour tout entier n, ce qui signifie que toutes les séries un,m sont absolument convergentes.
m
Avec : ( +∞ )

m ∑
n ∑
+∞ ∑
+∞ ∑ ∑
|Sk | = |un,m | ≤ |un,m | = |un,m | < +∞
k=0 k=0 m=0 n=0 m=0 (n,m)∈N2

on déduit que la série Sn est absolument ∑convergente. Les indices n et m jouant des rôles
symétriques, on montre de même que la série Tm est absolument convergente. Faisant tendre
m vers l’infini dans l’égalité :
∑m ∑ n ∑n ∑ m
uj,k = uj,k
k=0 j=0 j=0 k=0

on obtient :

+∞ ∑
n ∑
n ∑
+∞
uj,k = uj,k
k=0 j=0 j=0 k=0

soit :

+∞ ∑
n ∑
n
uj,k = Sj
k=0 j=0 j=0

De même, en faisant tendre n vers l’infini, on aboutit à :



m ∑
+∞ ∑
+∞ ∑
m
uj,k = uj,k
k=0 j=0 j=0 k=0

soit :

+∞ ∑
m ∑
m
uj,k = Tk
j=0 k=0 k=0
Séries doubles 163

Prenant n = m, on a :


n ∑
n ∑
+∞ ∑
n ∑
+∞ ∑
n
Tk − Sj = uj,k − uj,k
k=0 j=0 j=0 k=0 k=0 j=0


n ∑
n ∑
n ∑
n ∑
+∞ ∑
n ∑
+∞ ∑
n
= uj,k − uj,k + uj,k − uj,k
j=0 k=0 k=0 j=0 j=n+1 k=0 k=n+1 j=0


+∞ ∑
n ∑
+∞ ∑
n
= uj,k − uj,k
j=n+1 k=0 k=n+1 j=0


+∞ ∑
+∞
= Sj − Tk → 0−0=0
n→+∞
j=n+1 k=n+1

∑ ∑ ∑
+∞
puisque chacune des séries Sn et Tm converge. On a donc bien l’égalité on a Sn =
n=0

+∞
Tm .
m=0 ∑ ∑
Dans le cas où la série double un,m est absolument convergente on note un,m la
( ) ( ) (n,m)∈N2
∑ +∞
+∞ ∑ ∑ +∞
+∞ ∑
valeur commune de un,m et un,m .
n=0 m=0 m=0 n=0

Remarque 6.15 Le résultat ( précédent) n’est pas


( valable)a priori sans hypothèse de convergence
∑ +∞
+∞ ∑ ∑ +∞
+∞ ∑
absolue. Les sommes un,m et un,m peuvent être définies et différentes et
n=0 m=0 m=0 n=0 ∑
dans ce cas il n’est pas possible de donner un sens à un,m .
(n,m)∈N2

Exercice 6.40 Soit (un,m )(n,m)∈N∗ ×N∗ la suite double définie par :
{
0 si n = m
∀ (n, m) ∈ N∗ × N∗ , un,m =
1
si n ̸= m
n − m2
2

( ) ( )
∑ +∞
+∞ ∑ ∑ +∞
+∞ ∑
Montrer, en les calculant, que les sommes un,m et un,m sont définies et
n=1 m=1 m=1 n=1
différentes.
164 Séries réelles ou complexes

Solution 6.40 Pour k entier naturel non nul fixé et n > k, on a


∑ ∑ n ( )
1 ∑
n n
1 1 1
uj,k = = −
j=1 j=1
j 2 − k2 2k j=1 j − k j + k
j̸=k j̸=k
 
1  ∑
n−k
1 ∑
n+k
1
=  − 
2k j=1−k j j=k+1 j 
j̸=0 j̸=2k
( n−k )
1 ∑1 ∑1 ∑
k−1 n+k
1 1
= − − +
2k j=1 j j=1 j j=k+1 j 2k
( n−k )
1 ∑1 ∑1 1
n+k
1
= − + +
2k j=1 j j=1 j k 2k
( )
1 31 ∑
n+k
1
= −
2k 2 k j=n−k+1 j

avec :

n+k
1 1
0< ≤ 2k → 0
j=n−k+1
j n−k+1 n→+∞

et donc :

n
3 1
∀k ≥ 1, lim uj,k = ,
n→+∞
j=1
4 k2

ce qui signifie que :



+∞
3 1
∀k ≥ 1, Tk = un,k = .
n=1
4 k2
∑ ∑
+∞ ∑ 1
3 +∞
La série Tm est donc convergente avec Tm = , ce qui signifie que :
m=1 4 m=1 m2
( +∞ )

+∞ ∑ 3∑ 1
+∞
3 π2
un,m = = .
m=1 n=1
4 m=1 m2 4 6

De manière analogue, on a : ( +∞ )

+∞ ∑ 3 π2
un,m =−
n=1 m=1
4 6
( ) ( )
∑ +∞
+∞ ∑ ∑ +∞
+∞ ∑
et un,m ̸= un,m .
n=1 m=1 ∑ m=1 n=1
La série double un,m n’est donc pas absolument convergente.

6.8 La transformation d’Abel


Cette transformation que l’on peut considérer comme une intégration par parties discrète
sera surtout utile lors de l’étude des séries trigonométriques.
La transformation d’Abel 165

Théorème 6.23 Soient (αn )n∈N , (un )n∈N deux suites numériques et (An )n∈N la suite définie
par :
∑ n
∀n ∈ N, An = αk .
k=0

Pour tous entiers q > p ≥ 1, on a :


q

q−1
αk uk = Aq uq − Ap−1 up − Ak (uk+1 − uk ) .
k=p k=p

Démonstration. En écrivant que αk = Ak − Ak−1 , pour tout entier k ≥ 1, on a :



q

q

q

q
αk uk = (Ak − Ak−1 ) uk = Ak uk − Ak−1 uk
k=p k=p k=p k=p

∑q
∑q−1

q−1
= Ak uk − Ak uk+1 = Aq uq − Ap−1 up + Ak (uk − uk+1 )
k=p k=p−1 k=p


q−1
= Aq uq − Ap−1 up − Ak (uk+1 − uk )
k=p

L’analogie avec la formule d’intégration par parties :


∫ b ∫ b ∫ b

f (t) g (t) dt = F (t) g (t) dt = F (b) g (b) − F (a) g (a) − F (t) g ′ (t) dt
a a a
∫ t
où F (t) = f (t) dt est la primitive de f nulle en a peut se faire comme suit :
a
— la suite
(αn )n∈N est identifiée à la fonction f ;
— la suite
(An )n∈N est identifiée à la fonction F (intégration discrète) ;
— la suite
(un )n∈N est identifiée à la fonction g ;
— la (un+1 − un )n∈N est identifiée à la fonction g ′ (dérivation discrète) ;
suite
∫ b
∑ q
— la somme αk uk est identifiée à l’intégrale f (t) g (t) dt ;
k=p a
∫ b

q−1
— la somme Ak (uk+1 − uk ) est identifiée à l’intégrale F (t) g ′ (t) dt.
k=p a
En utilisant cette transformation, on obtient le résultat suivant.

Théorème 6.24 (Abel) Soient (un )n∈N une suite réelle qui tend vers 0 en décroissant et
(αn )n∈N une suite de nombres complexes telle que la suite (An )n∈N définie par :

n
∀n ∈ N, An = αk .
k=0

soit bornée. Dans ces conditions la série un αn est convergente et, en désignant par M > 0
un majorant de la suite (|An |)n∈N , on a les majoration des restes :


+∞

∀n ∈ N, |Rn+1 | = αk uk ≤ 2M un+1 .

k=n+1
166 Séries réelles ou complexes

∑ Démonstration. Il s’agit de montrer que la suite (Sn )n∈N des sommes partielles de la série
un αn est convergente. En utilisant, pour n ≥ 2, la transformation d’Abel :


n ∑
n ∑
n−1
Sn = αk uk = α0 u0 + αk uk = α0 u0 + An un − A0 u1 − Ak (uk+1 − uk )
k=0 k=1 k=1

n−1
= An un − Ak (uk+1 − uk )
k=0

(α0 = A0 ) cela revient à montrer que la série An (un+1 − un ) est convergente (la suite (An )n∈N
est bornée et (un )n∈N tend vers 0, donc (An un )n∈N tend aussi vers 0). Pour ce faire nous allons
montrer qu’elle est absolument convergente, ce qui résulte de :

∀n ∈ N, |An (un+1 − un )| ≤ M (un − un+1 )



(la suite (un )n∈N est décroissante) la série (un+1 − un ) étant convergente puisque de même
nature que la suite (un )n∈N .
Pour ce qui est des restes, on utilise encore la transformation d’Abel qui nous permet d’écrire
pour m > n + 1 :

∑m ∑
m−1

α k k
u = m m
A u − A u
n n+1 − A k (u k+1 − uk
)

k=n+1 k=n+1

m−1
≤ |Am um − An un+1 | + |Ak | (uk − uk+1 )
k=n+1
( )

m−1
≤M um + un+1 + (uk − uk+1 ) = 2M un+1
k=n+1

puis, faisant tendre m vers l’infini, on obtient :


+∞


|Rn | = αk uk ≤ 2M un+1 .

k=n+1

Remarque 6.16 En utilisant la suite (αn )n∈N définie par αn = (−1)n , on retrouve le théorème
des séries alternées (on a |An | ≤ 1).

Une utilisation classique du théorème d’Abel est l’étude des séries trigonométriques.

Théorème 6.25 Soit (un )n∈N une suite de réels positifs.


∑ ∑
1. Si la série un est convergente, alors la série un eint est absolument convergente pour
tout réel t.

2. Si la suite (un )n∈N tend vers 0 en décroissant, alors la série un eint est convergente
pour tout réel t ∈ R \ 2πZ.

Démonstration.
1. Résulte immédiatement de |un eit | = un pour tout réel t.
La transformation d’Abel 167

2. Pour tout réel t ∈ R − 2πZ, on a :



n
1 − ei(n+1)t ei 2 t e−i 2 t − ei 2 t
n+1 n+1 n+1
ikt
An = e = =
1 − eit t
ei 2 e−i 2 − ei 2
t t
k=0
( n+1 )
t sin t
= ein 2 (2t )
sin 2

et :
1
|An | ≤ ( t ) .
sin 2
( )
t
(pour t ∈ R \ 2πZ, on a sin ̸= 0). Le résultat découle alors du théorème d’Abel.
2

∑ Du −int
théorème précédent, on déduit que si (un )n∈N tend vers 0 en décroissant, alors la série
un e∑ est convergente∑ pour tout réel t ∈ R \ 2πZ (remplacer t par −t) et en conséquence les
séries un cos (nt) et un sin (nt) sont également
∑ convergentes.
∑ Pour t ∈ πZ,
∑ on a cos (nt) =
n n
(−1) et sin (nt) = 0 pour tout n et les séries un cos (nt) (−1) un et un sin (nt) sont
encore convergentes (la première par le théorème des séries alternées).

∑ sin (nt)
Exercice 6.41 Montrer que pour tout réel t ∈ R\πZ, la série est semi-convergente.
n
( )
1 ∑ sin (nt)
Solution 6.41 Comme tend vers 0 en décroissant, la série est convergente.
n n≥1 n
Avec |sin (nt)| ≥ sin2 (nt) pour tous n, t et :

sin2 (nt) 1 cos (2nt)


= −
n n n
∑ |sin (nt)| ∑ sin2 (nt)
on déduit que est divergente comme (somme d’une divergente et d’une
n n
convergente avec 2t ∈ R \ 2πZ).

Une petite modification de la transformation d’Abel permet de montrer le résultat suivant.

Théorème ∑ 6.26 (Abel) Soient et (αn )n∈N et∑(un )n∈N deux suite de nombres complexes telles
que la série αn soit convergente
∑ et la série (un+1 − un ) absolument convergente.
Dans ces conditions la série un αn est convergente.

Démonstration. On utilise une transformation d’Abel qui fait intervenir les restes Rn =

+∞ ∑
αk de la série convergente αn et non pas les sommes partielles An de cette série. Pour
k=n+1
ce faire, on écrit que αk = Rk−1 − Rk , pour tout entier k ≥ 1 et :

n ∑
n ∑
n ∑
n
αk uk = (Rk−1 − Rk ) uk = Rk−1 uk − Rk uk
k=1 k=1 k=1 k=1

n−1 ∑
n ∑
n−1
= Rk uk+1 − Rk uk = R0 u1 − Rn un + Rk (uk+1 − uk )
k=0 k=1 k=1
168 Séries réelles ou complexes

Comme (un+1 − un ) absolument convergente, elle convergente et cette série étant de même
nature que la suite (un )n∈N , cette dernière est convergente.
∑ Il en résulte que la suite (Rn un )n∈N
converge vers 0 ((Rn )n∈N tend vers 0 puisque αn converge). Enfin avec ∑|Rn (un+1 − un )| ≤
M |un+1 − un | où M est un majorant∑ de (|Rn |)n∈N , on déduit que ∑ la série Rn (un+1 − un ) est
absolument convergente comme (un+1 − un ) . En définitive, un αn est convergente.

Exercice 6.42 Montrer que si la série réelle ou ∑complexe αn est convergente, alors pour
tout nombre complexe z tel que |z| < 1, la série n
αn z est convergente.

Solution 6.42 En posant un = z n , on a pour |z| < 1 :


+∞ ∑
+∞
1
|un+1 − un | = |z − 1| |z|n = |z − 1| .
n=0 n=0
1 − |z|

Le deuxième théorème d’Abel nous dit alors que la série αn z n est convergente.

6.9 Exemples de séries approximant π


Pour chacune des séries de somme égale à π, on note Sn la somme partielle d’indice n et
Rn = |π − Sn | l’erreur d’indice n.
On a déjà vu la série de Grégory :

π ∑ (−1)n
+∞
=
4 n=0
2n + 1

(exercice 6.10). Cette série converge lentement :

R10 w 9.072 3 × 10−2 , R100 w 9.900 7 × 10−3 , R1000 w 9.99 × 10−4


4
Le théorème des séries alternées nous dit que cette erreur est majorée par .
2n + 3
Une formule d’Euler :

+∞
2n (n!)2
π=2
n=0
(2n + 1)!
On a :
R10 w 4.866 3 × 10−4 , R100 w −5. 048 7 × 10−29
La série de Machin donne une meilleure approximation :


+∞
1 (−1)n ∑
+∞
1 (−1)n
π = 16 −4
n=0
52n+1 2n + 1 n=0
2392n+1 2n + 1

On a :
R5 w 9.744 8 × 10−10 , R10 w 5.628 5 × 10−17 , R20 w 1.514 6 × 10−28
La formule suivante, de Plouffe converge aussi rapidement :
+∞ (
∑ )
4 1 1 1 1
π= − − −
n=0
8n + 1 4n + 2 8n + 5 8n + 6 16n
Produits infini 169

(voir le problème 32). On a :

R5 w 3.617 1 × 10−10 , R10 w 1.088 5 × 10−16 , R20 w 1.009 7 × 10−28

La plus belle formule est celle de Ramanujan :


9801
π= .
√ +∞
∑ (4n)! 1103 + 26390n
2 2 4
n=0 (n!) 3964n

Il l’énonça en 1910, mais ne fut démontrée qu’en 1985 par les frères Borwein.
On a :
R2 w 5.682 5 × 10−24 , R3 w 5.048 7 × 10−29

6.10 Produits infini


En s’inspirant de la notion de série numérique, on peut définir la notion de produit infini
comme suit.
Étant donnés un entier naturel n0 et une suite (un )n≥n0 de nombres complexes, étudier le
produit infini de terme général un revient à étudier la suite (Pn )n≥n0 des produits partiels définie
par :
∏n
∀n ≥ n0 , Pn = uk .
k=n0

On peut remarquer que cette suite est aussi définie par la relation de récurrence :
{
Pn0 = un0 ,
∀n ≥ n0 + 1, Pn = Pn−1 · un .

On notera plus simplement un un tel produit et on parlera de produit infini.
Pour tout entier n ≥ n0 , on dit que un est le terme d’indice n et Pn le produit partiel d’indice
n de ce produit infini.
On supposera, a priori, que n0 = 0.

Définition 6.7 On dit que le produit infini un est convergent si la suite de ses produits
partiels (Pn )n∈N est convergente. Dans le cas contraire, on dit que le produit infini est divergent.

∏ ∏
+∞
Dans le cas où le produit infini un est convergent, on notera un la limite de la suite
n=0
(Pn )n∈N , soit :

+∞ ∏
n
un = lim uk
n→+∞
n=0 k=0

Remarque 6.17 Si l’un des un est nul, on aura Pm = 0 pour tout m ≥ n et le produit infini
converge toujours.

Si un est un produit infini, on supposera que tous les un sont non nuls.
∏( (−1)n
)
Exercice 6.43 Montrer que le produit infini 1+ √ est convergent et calculer sa
n+1
valeur.
170 Séries réelles ou complexes

Solution 6.43 On note :


( )

n
(−1)k
∀n ∈ N, Pn = 1+ √
k=0
k+1
( )
(−1)n
On a vu avec l’exercice 6.28 que la série de terme général un = ln 1 + √ est divergente
n+1
vers −∞.

n
La suite (Pn )n∈N est à valeurs strictement positives et on a ln (Pn ) = uk pour tout n ∈ N.
k=0
Il en résulte que lim ln (Pn ) = −∞ et lim Pn = 0, ce qui signifie que le produit infini
∏( )n→+∞ n→+∞
(−1)n
1+ √ converge vers 0.
n+1
L’exercice précédent nous montre qu’un produit infini de termes non nuls peut très bien
converger vers 0.

Définition 6.8 On dit que le produit infini un est strictement convergent s’il converge vers
un complexe non nul.

Comme pour les séries numériques, on a la condition nécessaire de stricte convergence sui-
vante.

Théorème 6.27 Si le produit infini un est strictement convergent, alors la suite (un )n∈N
converge vers 1.
Pn
Démonstration. Résulte immédiatement de un = pour n ≥ 1 et de lim Pn ̸= 0.
Pn−1 n→+∞
les un sous la forme un = 1 + vn avec vn ̸= −1 pour tout n et en
Dans ce qui suit, on écrira ∏
cas de stricte convergence de un , on aura lim vn = 0.
n→+∞
Dans le cas où les vn sont réels positifs, l’utilisation de la fonction logarithme nous donne le
résultat suivant.

Théorème 6.28 Soit (vn )n∈N une suite de réels positifs ∑ ou nuls. Le produit infini (1 + vn )
est strictement convergent si, et seulement si, la série vn est convergente.

Démonstration. En notant (Pn )n∈N la suite des produits partiels de (1 + vn ) , on a :

Pn+1 = Pn (1 + vn ) ≥ Pn > 0

Cette∑
suite est donc croissante.
Si vn converge, on a :


n ∑
n ∑
+∞
ln (Pn ) = ln (1 + vk ) ≤ vk ≤ S = vn
k=0 k=0 n=0

c’est-à-dire que (Pn )n∈N est croissante majorée à valeurs strictement positives, elle converge
donc vers un réel P > 0.
∑ ∑
+∞
Supposons que vn soit divergente. Si ln (1 + vn ) < +∞, on a alors lim ln (1 + vn ) =
n=0 n→+∞

+∞
0, donc lim vn = 0 et ln (1 + vn ) v vn qui entraîne vn < +∞ en contradiction avec
n→+∞ k→+∞ n=0
Produits infini 171


+∞
l’hypothèse de départ. On a donc ln (1 + vn ) = +∞ et il en résulte que lim ln (Pn ) = +∞
n=0 ∏ n→+∞
et lim Pn = +∞, ce qui signifie que le produit infini (1 + vn ) est divergent.
n→+∞ ∏
Pour les produits infinis de la forme (1 − vn ) avec vn ≥ 0, la situation est plus simple.

Théorème
∏ 6.29 Si (vn )n∈N est une suite de réels positifs qui tend vers 0, alors le produit infini
(1 − vn ) est convergent. ∑
Dans le cas où les vn sont tous différents de 1, ce produit infini converge vers 0 si la série vn
diverge et il est strictement convergent si cette série converge.

Démonstration. On note (Pn )n∈N la suite des produits partiels de (1 − vn ) .
Si l’un des vn vaut 1, alors la suite (Pn )n∈N est stationnaire sur 0.
On suppose donc tous les vn différents de 1.
Si lim vn = 0 et il existe un entier n0 tel que 1 − vn > 0 pour tout n ≥ n0 , ce qui permet
n→+∞

n
d’écrire pour n ≥ n0 + 1, Pn = Pn0 Qn , avec Qn = (1 − uk ) > 0.
k=n0 +1
On a alors pour n ≥ n0 + 1 :

0 < Qn+1 = Qn (1 − vn ) ≤ Pn

c’est-à-dire que la suite (Qn )n∈N est décroissante minorée par 0, elle converge donc vers un réel
Q ≥ 0 et lim Pn = Pn0 Q = P.
n→+∞

+∞ ∑
Supposons que vn = +∞ (la série vn est à termes positifs). Si P > 0, on a alors
n=0

+∞
lim ln (Pn ) = ln (P ) , soit ln (1 − vn ) = ln (P ) , donc lim ln (1 − vn ) = 0 et lim vn =
n→+∞ n=0 n→+∞ n→+∞

+∞
0, ce qui entraîne ln (1 − vn ) v −vn < 0 et donne vn < +∞ en contradiction avec
n→+∞ n=0

+∞
l’hypothèse de départ. On a donc P = lim Pn = 0 si vn = +∞.
n→+∞ n=0

+∞ ∑
Si vn = S < +∞, alors lim vn = 0, ln (1 − vn ) v −vn et ln (1 − vn ) converge
n=0 n→+∞ n→+∞
vers un réel S, donc lim ln (Pn ) = S et lim Pn = eS > 0.
n→+∞ n→+∞
1 ∑ 1
+∞ ∏
Par exemple, pour vn = , on a = +∞ et le produit infini (1 − vn ) converge
n+1 n=0 n + 1
vers 0.
( )
∏ 1
Exercice 6.44 Montrer que le produit infini 1 − 2 converge strictement et calculer sa
n
valeur (ce produit est considéré à partir de n = 2).
∑1
Solution 6.44 La convergence de nous assure la stricte convergence du produit infini.
n2
Pour tout n ≥ 2, on a :
∏n ( ) ∏ n ( )
1 (k − 1) (k + 1)
Pn = 1− 2 =
k=2
k k=2
k2
1·32·43·5 (n − 2) n (n − 1) (n + 1) n+1
= ··· =
2 2
2 3 4 2
(n − 1) 2
n 2 2n
172 Séries réelles ou complexes

+∞ (
∏ )
1 1 1
donc lim Pn = , soit 1− 2 = .
n→+∞ 2 n=2
n 2
Exercice 6.45 ( )
∏ x2
1. Montrer que, pour tout réel x ∈ R \ πZ, le produit infini 1 − 2 2 converge stric-

tement.
2. Montrer que, pour tout entier ( naturel) n, il existe un polynôme Pn de degré n tel que
2
sin ((2n + 1) x) = sin (x) Pn sin (x) pour tout réel x. On vérifiera que le coefficient
dominant de Pn est αn = (−1)n 4n et que Pn (0) = ( 2n + 1.)
On peut utiliser la relation : sin ((2n + 1) x) = ℑ e i(2n+1)x
.
3. Déterminer les racines du polynôme Pn , pour n ≥ 1.
] π π[
4. Montrer que, pour tout réel x ∈ − , et tout entier n ≥ 1, on a :
2 2
( )
∏n
sin2 (x)
sin ((2n + 1) x) = (2n + 1) sin (x) 1− 2
( kπ )
sin 2n+1
k=1
( )
∏ n
tan 2
(x)
= (2n + 1) tan (x) cos2n+1 (x) 1− 2
( kπ )
k=1
tan 2n+1
π
5. Montrer que pour 0 < x < y < , on a :
2
tan (x) x sin (x)
0< < <
tan (y) y sin (y)
(x)
6. Montrer que lim cos n
= 1 pour tout réel x ∈ ]0, π[ .
n→+∞ n
7. Montrer que, pour tout réel x ∈ [−π, π] , on a :
+∞ (
∏ )
x2
sin (x) = x 1− 2 2
n=1

Solution 6.45 ( )
x2
1. Pour x ∈ R \ πZ, la suite est formée de réels positifs tous différents de 1 et
n2 π 2 (
n∈N )
∏ t2
cette suite tend vers 0, donc le produit infini 1 − 2 2 est strictement convergent.

2. On a :
ei(2n+1)x = (cos (x) + i sin (x))2n+1

2n+1
k
= C2n+1 cos2n+1−k ik sink (x)
k=0
∑n
k

n
= 2k
C2n+1 cos 2n+1−2k 2k
(−1) sin (x) + i 2k+1
C2n+1 cos2n−2k (−1)k sin2k+1 (x)
k=0 k=0

n
( )n−k 2k
= cos (x) (−1)k C2n+1
2k
1 − sin2 (x) sin (x)
k=0
∑n
( )n−k 2k
+ i sin (x) (−1)k C2n+1
2k+1
1 − sin2 (x) sin (x)
k=0
Produits infini 173

ce qui donne :
( ) ( )
sin ((2n + 1) x) = ℑ ei(2n+1)x = sin (x) Pn sin2 (x)


n
où Pn (t) = (−1)k C2n+1
2k+1
(1 − t)n−k tk .
k=0
Ce polynôme est de degré n et son coefficient dominant de Pn est :

n
n n

n
2k+1 2k
αn = (−1) C2n+1 = (−1) C2n+1 = 4n
k=0 k=0

cette dernière égalités étant déduite de :


2n+1 ∑
n ∑
n
22n+1 = (1 + 1)2n+1 = k
C2n+1 = 2k
C2n+1 + 2k+1
C2n+1
k=0 k=0 k=0


2n+1 ∑
n ∑
n
0 = (1 − 1) 2n+1
= k
C2n+1 (−1) = k 2k
C2n+1 − 2k+1
C2n+1
k=0 k=0 k=0

qui donne par addition :



n
22n+1
=2·4 =2 n 2k
C2n+1
k=0

On a aussi :
1
Pn (0) = C2n+1 = 2n + 1.
3. Pour k entier compris entre 1 et n, on a :
( ) ( ) ( ( ))
kπ kπ 2 kπ
0 = sin (2n + 1) = sin Pn sin
2n + 1 2n + 1 2n + 1
( ) ( ( ))
kπ kπ π kπ
avec sin ̸= 0 (pour 1 ≤ k ≤ n, on a 0 < < ), donc Pn sin 2
=
2n + 1 ( ) 2n + 1 2 2n + 1

0. Les xn,k = sin2 nous fournissent donc n racines distinctes de Pn (la fonction
2n + 1 ] π[
sin est strictement croissante sur 0, ) et ont les a toutes.
2
4. On a donc :
∏n ( ( ))

Pn (t) = (−1) 4n n
t − sin 2

k=1
2n + 1
et :
n (
∏ )) (

n
sin ((2n + 1) x) = (−1) 4 sin (x)n
sin (x) − sin 2 2
2n + 1
k=1
( )∏ ( )
∏n

n
sin 2
(x)
= (−1)n 4n sin (x) sin2 2
( kπ ) − 1
k=1
2n + 1 k=1
sin 2n+1

avec : ( )

n

n 2
2n + 1 = Pn (0) = 4 sin
k=1
2n + 1
174 Séries réelles ou complexes

ce qui donne :
( )

n
sin2 (x)
sin ((2n + 1) x) = (2n + 1) sin (x) 1− ( kπ )
k=1
sin2 2n+1
pour tout réel x.
En utilisant la relation, 1 = cos2 (x) + sin2 (x) , on a, pour k compris entre 1 et n :
( )
sin2 (x) 1
1− ( kπ ) = cos2 (x) + sin2 (x) 1 − ( kπ )
sin2 2n+1 sin2 2n+1
( ( kπ ) )
sin2
− 1
= cos2 (x) + sin2 (x) ( kπ )
2n+1
sin2 2n+1
( ( kπ ) )
2
cos
= cos2 (x) − sin2 (x) 2
( 2n+1

)
sin 2n+1
sin2 (x)
= cos2 (x) − ( kπ )
tan2 2n+1
] π π[
ce qui donne pour x ∈ − , :
2 2
( )
sin2 (x) tan2
(x)
1− ( kπ ) = cos2 (x) 1 − ( kπ )
sin2 2n+1 tan2 2n+1
et :
( ( ))

n
tan 2
(x)
sin ((2n + 1) x) = (2n + 1) sin (x) cos2 (x) 1 − 2
( kπ )
tan 2n+1
k=1
( )
∏n
tan 2
(x)
= (2n + 1) sin (x) cos2n (x) 1− 2
( kπ )
tan 2n+1
k=1
( )
∏n
tan 2
(x)
= (2n + 1) tan (x) cos2n+1 (x) 1− 2
( kπ )
k=1
tan 2n+1
] π[
5. Pour y fixé dans 0, , on désigne par f la fonction définie sur [0, y] par f (x) =
2
y sin (x) − x sin (y) . Cette fonction est indéfiniment dérivable avec f ′ (x) = y cos (x) −
sin (y) et f ′′ (x) = −y sin (x) < 0 pour x ∈ ]0, y] , donc f ′ est strictement décroissante
sur [0, y] . Comme f (0) = f (y) = 0, le théorème de Rolle nous dit qu’il existe c ∈ ]0, y[
tel que f ′ (c) = 0 et avec la stricte décroissance de f ′ , on déduit que f ′ (x) > 0 = f ′ (c)
sur ]0, c[ et f ′ (x) < 0 sur ]c, y[ . La fonction f est donc strictement croissante sur ]0, c[ ,
strictement décroissante sur ]c, y[ avec f (0) = f (y) = 0 et en conséquence f (x) > 0 sur
x sin (x)
]0, y[ (f est strictement concave sur [0, y]), ce qui équivaut à < .
y sin (y)
tan (x) x
Une étude analogue donne < .
tan (y) y
(x)
6. Si un = cosn , on a
n
( ( )) ( )
x2 1 x2 1
ln (un ) = n ln 1 − 2 + o 2
=− +o
2n n 2n n
Produits infini 175

donc lim ln (un ) = 0 et lim un = 1.


n→+∞ n→+∞
7. Pour x ∈ ]0, π[ et n ≥ 1, on a :
( )
x
sin (x) = sin (2n + 1)
2n + 1
( )∏
n
( ( ))
x sin2 x
= (2n + 1) sin 1− ( 2n+1
)
2n + 1 k=1
sin2 2n+1

avec :
x kπ π
0< < <
2n + 1 2n + 1 2
pour k compris entre 1 et n, ce qui donne :
x
( x )
x sin 2n+1
0< 2n+1
= kπ < ( kπ ) < 1
kπ 2n+1
sin 2n+1

et : ( )
sin2 x
x2
0<1− ( 2n+1
) <1−
sin2 2n+1
kπ k2π2
( )
x x
Tenant compte de sin < , il en résulte que :
2n + 1 2n + 1
( )∏ n ( )
x x2
sin (x) < (2n + 1) sin 1− 2 2
2n + 1 k=1 k π
∏n ( )
x2
<x 1− 2 2
k=1
k π

et faisant tendre n vers l’infini, on en déduit que :


+∞ (
∏ )
x2
sin (x) ≤ x 1− 2 2
n=1

(on sait que le produit infini converge). ]


x π[
Pour x ∈ ]0, π[ et n ≥ 1, on a ∈ 0, et :
2n + 1 2
( )
x
sin (x) = sin (2n + 1)
2n + 1
( ) ( )∏n
( ( x ))
2
x x tan
= (2n + 1) tan cos2n+1 1− 2
( 2n+1

)
2n + 1 2n + 1 k=1 tan 2n+1
avec : (x
)
tan x
0< ( 2n+1

) < <1
tan 2n+1 kπ
pour k compris entre 1 et n et :
( x )
x2 tan2 2n+1
0<1− 2 2 <1− ( kπ )
k π tan2 2n+1
176 Séries réelles ou complexes
( )
x x
Tenant compte de tan > , il en résulte que :
2n + 1 2n + 1
( n (
)∏ )
x x2
sin (x) > x cos 2n+1
1− 2 2
2n + 1 k=1
k π

et faisant tendre n vers l’infini, on en déduit que :


+∞ (
∏ )
x2
sin (x) ≥ x 1− 2 2
n=1

+∞ (
∏ )
x2
et sin (x) = x 1 − 2 2 pour x ∈ ]0, π[ .
n=1

Ce résultat est valable pour x ∈ {−π, 0, π} et par parité, cette identité est encore valable
pour x ∈ [−π, π] .

Remarque 6.18 En utilisant le développement précédent en produit infini de sin (x) , Euler

+∞
1 π2
démontre l’égalité 2
= comme suit : le coefficient de x3 dans le développement limité
n=1
n 6

+∞
1
à l’ordre 3 de ce produit infini est égal − 2 2
, mais c’est aussi celui de x3 dans la déve-
n=1

1
loppement de sin (x) , soit − , ce qui donne le résultat. Il faudrait en fait justifier un peu plus
6
sérieusement la première affirmation.

De manière plus générale la convergence
∏ absolue de vn avec les vn réels différents de −1
nous assure la stricte convergence (1 + vn ) .

Théorème 6.30 Si (vn )n∈N est une suite de réels tous
∏ différents de −1 telle que la série vn
soit absolument convergente, alors le produit infini (1 + vn ) est strictement convergent.

Démonstration. On note toujours (Pn )n∈N la suite des produits partiels de (1 + vn ) .

+∞
Avec |vn | < +∞, on déduit que lim vn = 0 et il existe un entier n0 tel que 1+vn > 0 pour
n=0 n→+∞

n
tout n ≥ n0 , ce qui permet d’écrire pour n ≥ n0 +1, Pn = Pn0 Qn , avec Qn = (1 + uk ) > 0.
k=n0 +1

n ∑
Avec ln (Qn ) = ln (1 + vk ) et |ln (1 + vk )| v |vk | , on déduit que la série ln (1 + vn )
k=n0 +1 k→+∞
est absolument convergente. La suite (ln (Qn ))n≥n0 +1 est donc convergente et en notant S sa
limite, on a lim Pn = Pn0 eS ̸= 0.
n→+∞

6.11 Exercices supplémentaires


Exercice 6.46 Le but de cet exercice est de calculer la somme de la série numérique :
∑ 1 ∑n
où un = k 2 pour tout n ≥ 1
un k=1
Exercices supplémentaires 177

1. Montrer que
n (n + 1) (2n + 1)
∀n ≥ 1, un =
6
∑ 1
2. Justifier la convergence de la série .
un

n 1
(a) Montrer que la suite (γn )n≥1 définie par γn = − ln (n) pour tout n ≥ 1 est
k=1 k
décroissante minorée. Sa limite est la constante d’Euler, notée γ.
( 2n+1 )
∑ 1
(b) Montrer que la suite est convergente et déterminer sa limite.
k=n+1 k n≥1

3.
(a) Déterminer des réels a, b, c tels que l’on ait, pour tout n ≥ 1 :
1 a b c
= + +
un n n + 1 2n + 1


+∞
1
(b) Calculer la somme S = .
u
n=1 n

Solution 6.46
1. En effectuant le changement d’indice k = j + 1, on a :

n+1 ∑
n ∑
n ∑
n ∑
n ∑
n
vn+1 = k3 = (j + 1)3 = j3 + 3 j2 + 3 j+ 1
k=1 j=0 j=0 j=0 j=0 j=0

soit :
vn+1 = vn + 3un + 3wn + n + 1

n n (n + 1)
où wn = j= et :
j=0 2

n (n + 1)
3un = vn+1 − vn − 3wn − (n + 1) = (n + 1)3 − 3 − (n + 1)
2
n (n + 1) (2n + 1)
=
2
n (n + 1) (2n + 1)
ce qui donne un = .
6
On peut aussi procéder par récurrence sur n ≥ 1.
1 1 ∑ 1
2. On a 0 < ≤ 2 , ce qui entraîne la convergence de la série .
un n un
3.
(a) Pour n ≥ 1, on a :
( ) ∫ n+1 ( )
1 n+1 1 1
γn+1 − γn = − ln = − dt
n+1 n n n+1 t
∫ n+1
t − (n + 1)
= dt < 0,
n (n + 1) t
178 Séries réelles ou complexes

c’est-à-dire que (γn )n≥1 est décroissante.


1
La fonction t → est décroissante sur R+∗ , donc :
t
∫ k+1 ∫ k+1
dt dt 1
∀k ≥ 1, ≤ =
k t k k k
et pour tout n ≥ 2, on a :

n n ∫
∑ k+1 ∫ n+1
1 dt dt
≥ = = ln (n + 1) ,
k=1
k k=1 k
t 1 t
( )
1
soit γn ≥ ln (n + 1) − ln (n) = ln 1 + > 0.
n
(b) On a pour tout n ≥ 1 :

2n+1
1 ∑ 1 ∑
2n+1 n
1
= − = γ2n+1 + ln (2n + 1) − (γn + ln (n))
k=n+1
k k=1
k k=1
k
( )
2n + 1
= γ2n+1 − γn + ln