Vous êtes sur la page 1sur 4

David VIEL – Le 27 07 2019

Dé-passé

Ce que j’ai compris,


avec ça et soi,
c’est qu’il s’agit de présence d’esprit ;
qui a besoin d’une « peau »
ou d’un « je »
c’est à dire d’une histoire (du monde autours de ce qui est devenu son sujet)
pour être « en vie » (« sûr »)
et non « mort » (face à ce qui est concrètement la « fin »
et/ou « mal » ; vis à vis de ce qui est le « début » et/ou « bien »).

Si c’est « bien »
= le je (la personne) le reconnais
= le je, le supporte (veut)
pour que ça (ce qui est présent)
prenne de la « valeur » (« pèse »)
et/ou de la « hauteur » (sa côte va monter).

À mon sujet
il y a eu tout un temps
où j’étais dépassé
et ainsi déphasé (ça puait, je le « savais »
mais je n’avais pas de matière
afin de que ça,
puisse continuer à « profiter »
à ceux qui en étaient à l’Origine).
Je n’étais plus là (« sûr » de rien).

Et ça se traduit,
par le fait
d’être dans la « merde »
et/ou le noir
= ça (le fait)
m’avait échappé
et impossible de ressortir de cet état de « fin »
sans saisir ce qui vous échappe
et/ou ce qui est censé vous échapper
pour permettre à ceux qui ont « tout compris » (dans l’histoire qui « prend », de soi!!)
de pouvoir continuer à renforcer leur sort (je ; volonté).
Et ainsi à être encore plus,
dans le noir.

Dans ce sens,
c’est sacrifier du monde,
sur leur autel,
ou sur, ce qui devient leurs sujets (fenêtre ouverte sur les choses, à-venir) ;

David VIEL – Le 27 07 2019


pour avoir le temps,
et l’énergie,
de ceux qui seront conquis, neutres
ou alors plus là,
pour leur plus grand plaisir.

Ce dont je rends compte,


est « courant ».

Pour avoir le « + »


le « bien »,
= la « vie » d’autrui,
il faut une histoire.

Sans faire d’histoire,


impossible d’avoir « + »
et/ou de pouvoir s’étendre,
non pour le réaliser ça !
mais belle et bien le « pouvoir ». ;
c’est tellement « divin ».

Un être (en pensé)


qui « renforce » son sort,
qui se figure ça,
ne le réalise pas ça (il ne se découvre pas) ;
il dépens là, concrètement,
de ce qu’il ne réalise pas
pour encore le « valoir » ;
pourquoi ?
Parce que sinon c’est la « fin » ;
« ruine ».

Le « bien » qu’il a
dépens de l’histoire dont il est à l’Origine,
afin de pouvoir se « battre »,
contre le mot « fin » (ne pas être « fini »,
après avoir été « bien »
ou eu de l’avenir) ;
en d’autres termes,
son « être »
n’est pas encore sorti de son Je
et/ou de « l’auberge »  (il fait du « bruit »).
Et pour « s’en sortir »
sous ce jour,
il devra avoir raison du monde
et surtout,
ne pas le réaliser ça,
sinon il perdra-it,
tout ce qu’il se figure honnêtement,
avoir réalisé.

David VIEL – Le 27 07 2019


Quand vous êtes dépassé,
vous ne pouvez plus faire le lien (ce lien) en vous (votre personne)
et/ou vous en sortir,
pour être alors « mal »
et/ou plus « là » (de fait).
Et pour « l’être »
à nouveau ...
il vous faudra réalisé,
ce qui vous a alors,
échappé (et ça se paie, cash!).

Au sujet de ça (du temps)


et de soi (de l’énergie)
il s’agit de la présence d’esprit,
de ce qui est « là » concrètement ;
pour (en) être là
et ne pas être, autre part (vous vous « fixez » ;
vous vous « peignez » la figure).

Et si ça (les choses, le monde) vous échappe


à travers l’objet qui est devenu concret (votre vie, votre cellule et/ou enveloppe psychique ;
l’expression de votre volonté)
vous êtes alors, « mal ».
Pourquoi ?
Parce que vous n’avez pas tout le temps
et l’énergie (il vous faudra choisir
ou dévrai-je dire, dépassé ça ; les choses) ;
il faut que ce que vous projetiez,
soit « là » demain,
sinon vous reposerez concrètement sur «rien ».

De plus lorsque ça prend « forme »,


pour votre « être »,
il faut que ça « renforce » votre je (sentiment)
sinon c’est mort ;
et/ou vous ne pouvez pas vous dé-faire (partir)
comme ça 
(sans que ce soit la mort
et/ou la fin ; soit un problème).

Et ce dont je rends compte,


est universel ;
propre au Je,
quel qu’il soit
= son histoire,
pour réellement le « valoir »,
et non être sans à-venir ;
le « valoir ».

Pour le « valoir » avec le temps,

David VIEL – Le 27 07 2019


ce temps,
il faut du monde,
autours ou en « bas »
sinon c’est « mort » (ça n’en vaut pas la « peine »).

Titre + Intro

Dé-passé

Être "submergé" ou alors ... Gérer (voir clair et loin). Je rappelle qu'Avoir raison du monde (et non
conscience de, ça) c'est Voir clair et loin (être l'avenir ou ce qui sera là demain ; le propre d'avoir
réellement raison, du monde = d'être l'avenir).

Lorsque ça (les choses) ont raison du monde (des êtres, incarnés) si vous le réalisez ... Personne ne
vous le reconnaîtra pour être "mal" et/ou avoir le monde (ça) sur le dos ; sans pour autant être sûr de
le traverser (supporter) ; puisque ça peut-être TOUT et RIEN = ça fixe le sentiment sur ce qui sera
son sujet = vécu et/ou à lui ; sauf que c'est un leurre, puisque que le sentiment se figure Avoir,
réalisé, il le perdra. Et ce n'est pas pour autant une raison, d'être, de tenir à "rien".

David VIEL – Le 27 07 2019

Centres d'intérêt liés