Vous êtes sur la page 1sur 14

Au Maroc, c’est la loi n° 30-85 promulguée par le dahir n° 1-85-347 du 20

décembre 1985 qui a institué la taxe sur la valeur ajoutée (modifiés et


complétés par divers textes législatifs et décrets d’application notamment
toutes les lois de finance publiées à ce jour).

Champ d’application de la tva: (articles n° 88 à 94 du


CGI)
La taxe sur la valeur ajoutée s’applique :
– Aux opérations de nature industrielle, commerciale, artisanale ou relevant de
l’exercice d’une profession libérale, accomplies au Maroc (sous réserve des
exonérations prévues par la loi) ;
– Aux opérations d’importation ;

C’est donc un impôt de type réel et non personnel, puisqu’il ne tient pas
compte de la personne du contribuable.

Territorialité : (article 3 du CGI)


Une opération est réputée au Maroc :

– Pour les ventes : lorsque celles-ci sont réalisées aux conditions de livraison
de la marchandise au Maroc.
– Pour toute autre opération : lorsque la prestation fournie, le service rendu,
le droit cédé ou l’objet loué sont exploités ou utilisés au Maroc.

Les opérations réalisées sur le territoire marocain, mais non soumis à la


taxe :

Il s’agit essentiellement des opérations effectuées au sein des zones franches


et des enclaves étrangères.

Les opérations imposables :


Il y a lieu de distinguer les opérations obligatoirement assujetties à la T.V.A et
celles qui peuvent être assujettis à la demande des entreprises concernées.

Les opérations obligatoirement assujetties à la TVA :

– Les ventes et les livraisons par les entrepreneurs de manufacture de


produits extraits, fabriqués ou conditionnés par eux, directement ou à travers
Page | 1
un travail à façon ;
– Les ventes et les livraisons en l’état de produits importés réalisés par les
commerçants importateurs ;
– Les ventes et les livraisons en l’état réalisées par les commerçants
grossistes et les commerçants dont le chiffre d’affaires réalisé au cours de
l’année précédente est égal ou supérieur à 2 000 000 de dirhams ;

– Les livraisons visées ci-dessus faites à eux-mêmes par les assujettis, à


l’exclusion de celles portant sur les matières et produits consommables utilisés
dans une opération passible de la taxe ou exonérée en vertu des dispositions;
– Les opérations d’échanges et les cessions de marchandises corrélatives à
une vente de fonds de commerce, effectuées par les assujettis ;
– Les travaux immobiliers, les opérations de lotissement et de promotion
immobilière ;
– Les livraisons à soi même d’opérations visées ci-dessus (immobiliers,
lotissement…) ;
– Les opérations d’hébergement et/ou de ventes de denrées ou de boissons à
consommer sur place ;
– Les opérations d’installation ou de pose, de réparation ou de façon ;
– Les opérations portant sur les locaux meublés ou garnis y compris les
éléments incorporels du fonds de commerce, les opérations de transport, de
magasinage, de courtage, les louages de choses ou de services, les cessions
et les concessions d’exploitation de brevets, de droits ou de marques et d’une
manière générale toute prestation de services ;
– Les opérations de banque, de crédit et commissions de change ;
– Les opérations effectuées dans le cadre de leur profession, par toute
personne physique ou morale au titre des professions de :

▪ Avocat, interprète, notaire, adoul, huissier de justice ;


▪ Architecte, métreur, vérificateur, géomètre, topographe, arpenteur,
ingénieur, conseil et expert en toute matière ;
▪ Vétérinaire.

Les opérations imposables par option :

L’option est ouverte aux personnes qui exercent des activités expressément
exonérées ou situées en dehors du champ d’application de la taxe sur la
valeur ajoutée.
– Intérêts de l’option : pour les petits producteurs, les petits prestataires et les
revendeurs en l’état de produits non expressément exonérés, l’option
représente deux intérêts :

▪ La possibilité de récupérer la TVA qui a touché les achats ;


▪ La possibilité de transférer le droit de déduction à leur client.

Page | 2
–Portée de l’option : elle peut être globale ou partielle, de même elle peut
porter soit sur la totalité soit sur une partie du chiffre d’affaires de l’entreprise.

– Modalité de l’option : l’option résulte de la simple déclaration de l’intéressé,


qui doit l’adresser, sous pli recommandé, au service local des taxes sur le
chiffre d’affaires. Elle devient effective dans un délai de 30 jours, à compter de
la date d’envoi. L’option est à exercer à tout moment de l’année, et soumise à
la déclaration d’existence et à la tenue d’une comptabilité régulière et sincère.

N.B : Peuvent prendre la qualité d’assujettis à la TVA, les commerçants et les


prestataires de services qui exportent directement les produits, marchandises
ou services, en ce qui concerne leur chiffre d’affaires à l’exportation, ainsi que
les petits commerçants qui réalisent un chiffre d’affaires annuel égale ou
inférieur à 180 000 dirhams.

Les opérations exonérées:


Exonération sans droit à déduction :

– Les ventes autrement qu’à consommer sur place, portant sur :

▪ Le pain, le couscous, les semoules, et les farines;


▪ Le lait, le sucre brut, les dattes, les figues sèches et les raisins secs,
produits au Maroc;
▪ Le sel de cuisine ;

– Les ventes portant sur les produits dont les prix sont réglementés
conformément à la législation sur le contrôle des prix, mais commercialisés
par les commerçants dont le chiffre d’affaires est supérieur à 2 000 000 de
dirhams ;
– Les ventes portant sur les appareillages spécialisés destinés aux
handicapés ainsi que les opérations de contrôle de la vue effectuées par des
associations d’utilité publique au profit de déficients visuels. Cette
exonérations est soumise à des formalités prévues par voie
réglementaire ;
– Les ventes portant sur les tapis d’origine artisanale de production locale ;
– Les ventes portant sur :

▪ Les journaux, les publications, les livres, les travaux de composition,


d’imposition et de livraison y afférents et la music imprimée, ainsi que le
les CD-Rom reproduisant les publications et les livres ;
▪ Les timbres fiscaux ;
▪ Les produits de la pêche ;
▪ La viande ;

Page | 3
▪ Les bois, le charbon de bois et le liège à l’état naturel ;
▪ L’huile d’olive et les sous produits ;
▪ Le crin végétal ;
▪ Les ouvrages en métaux précieux fabriqués au Maroc ;
▪ Les papiers destinées à l’impression des journaux et périodiques ainsi
qu’à l’édition;
▪ Les films cinématographiques, documentaires ou éducatifs ;

– Les médicaments antimitotiques ;


– Les ventes et prestation réalisée par les petits fabricants et prestataires de
services dont le chiffre d’affaires ne dépasse pas les 180 000 dirhams par an,
notamment les industries principalement manuelles, les façonniers, les taxis,
les petit commerces ;
– Les opérations et prestations ci-dessus :

▪ Les exploitations de « hammam », douche publiques et fours


traditionnels ;
▪ Les livraisons à soi-même de construction dont la superficie couverte
n’excède pas 240 m² destinées à l’habitation principale de l’intéressé.

Cette exonération s’applique généralement aux :

▪ Sociétés civiles immobilières constituées par les membres d’une même


famille pour la construction d’une unité de logement destiné à leur
habitation personnelle principale ;
▪ Personnes physiques et morales qui édifient dans le cadre d’un
programme agréé, des constructions destinées au logement de leur
personnel ;
▪ Opération de construction de logements réalisés, pour le compte de leurs
adhérents par les coopératives d’habitation constituées conformément à
la législation en vigueur ;

– Les opérations réalisées par les sociétés ou compagnies d’assurance et qui


relèvent de la taxe sur les contrats d’assurance ;
– Les opérations d’escompte et d’intérêts, concernant les valeurs d’Etat et les
titres d’emprunt garantis par l’Etat ;
– Les opérations et les intérêts afférents aux vacances et aux prêts consentis
à l’Etat et aux collectivités locales, par les organismes autorisés à cet effet ;

– Les prestations de services fournies par les associations à but non lucratif
reconnues d’utilité publique, les sociétés mutualistes et les institutions sociales
des salariés;
– Les opérations de la loterie nationale ;
– Les opérations du pari mutuel urbain (à l’exception des commissions
perçues par les courtiers du pari mutuel urbain) ;

Page | 4
– Les recettes brutes provenant de spectacles cinématographiques ;
– La distribution de films cinématographiques ;
– Le produit de toute taxe perçue à l’occasion de l’inspection à l’exportation de
produits soumis au contrôle technique ;

– Le produit des taxes perçues en contrepartie des prestations fournies, dans


les halles de poisson, aux armateurs de la pêche côtière exploitant des
navires dont la jauge brut n’excède pas 150 tonneaux ;
– Les opérations de crédit foncier et à la construction concernant les
logements économiques ;
– Les opérations réalisées par les exploitations d’auto-écoles ;
– Les opérations afférentes aux avances et prêts consentis aux collectivités
locales par le fonds d’équipement communal, ainsi que celles afférents aux
emprunts et avances accordés audit fonds ;

– Les intérêts de prêts accordés par les établissements bancaires ou par les
sociétés de financement aux étudiants de l’enseignement privé ou de
formation professionnelle et destinés à fiancer leurs études.
– Les prestations de services afférentes à la restauration, au transport et aux
loisirs scolaires fournis par les établissements d’enseignements privé a profit
des élèves et étudiants qui sont inscrit dans lesdits établissements ;
– Les prestations fournis par les médecins, médecins-dentistes, masseurs
kinésithérapeutes, orthoptistes, infirmiers, herboristes, sages-femmes,
exploitants de cliniques, maisons de santé ou de traitement et exploitants de
laboratoires d’analyses médicales;
– Les marchandises, travaux et prestation des missions diplomatiques ou
consulaires et leurs membre accrédités au Maroc et ayant le statut
diplomatique.

Remarque :
L’exonération sans droit à déduction signifie que la TVA qui a frappé les
éléments du prix de revient d’une opération n’est pas déductible de la TVA
applicable à cette même opération.

Exonération avec droit à déduction :

– Les produits et services livrés à l’exportation ;


– Les marchandises ou objets placés sous les régimes suspensifs en douane ;
– Les engins et filets de pêche destinés aux professionnels de la pêche
maritime ;
– Les biens d’investissement acquis par les assujettis, destinés à être inscrit
dans un compte d’immobilisation et ouvrant droit à la déduction ;
– Les opérations de vente, de réparation et de transformation portant sur les
bâtiments de mer, ainsi que les ventes de produits destinés à être incorporés

Page | 5
dans ces bâtiments ;
– Les opérations de restauration des monuments historiques classés et des
équipements de base d’utilité publique effectuées par des personnes
physiques morales. Toutefois, cette exonération est subordonnée à
l’accomplissement des formalités prévues voie réglementaire ;
– Les opérations de construction de locaux à usage exclusif d’habitation dont
la superficie couverte et la valeur immobilière totale, par unité de logement,
n’excèdent pas respectivement 100 m² et 200 000 dirhams taxe compris ;
– Les engins et équipements de lutte contre l’incendie, de secours et de
sauvetage acquis par l’inspection de la protection civile relevant du ministre
chargé de l’intérieur ;
– Les véhicules neufs acquis par les personnes physiques et destinés
exclusivement à être exploités en tant que voiture de location (taxi) ;
– Les biens d’équipement destinés à l’enseignement privé ou à la formation
professionnelle, à inscrire dans un compte d’immobilisation acquis par les
établissements privés d’enseignement ou de formation professionnelle et
l’exclusion des véhicules automobiles autre que ceux réservés au transport
scolaire collectif et aménagés spécialement à cet effet;
– Les biens, marchandises, travaux et prestations de services financés par les
dons de l’union Européenne ;

Remarque :
L’exonération avec droit à déduction signifie que le redevable, malgré qu’il
vende sans TVA, à le droit de récupérer la TVA payée lors de ses achats. Par
ailleurs les exportateurs bénéficient du régime suspensif, sont autorisés à
recevoir en franchises les matières utilisées dans la fabrication des produits
destinés à l’export.

Le régime suspensif de la TVA

Il existe un régime d’achat en suspension de la TVA au profil des exportateurs,


des fabricants de biens d’investissement, d’engrais et d’engins et filets de
pêche.

Les opérations hors champ d’application :


Ce sont des opérations qui ne sont pas en raison de leur nature, couvertes par
la TVA. Il s’agit des opérations à caractère civil ou des opérations appartenant
au secteur de l’enseignement.

Remarque
La location nue des biens immeubles est une opération à caractère civil située
hors champ d’application de la TVA, par contre la location meublée ou la
location de fonds de commerce est une opération à caractère commercial et
par conséquent imposable à la TVA.
Page | 6
Règle d’assiette et taux de la T.V.A :
Le calcul de la TVA nécessite la prise en considération des paramètres
suivants : le fait générateur, la base d’imposition, les taux et les déductions.

Fait générateur et base imposable de la T.V.A


Le fait générateur est l’évènement qui donne naissance à la dette fiscale du
redevable envers le trésor, c’est le moment d’exigibilité de la taxe. L’exigibilité
est l’évènement qui accorde au trésor public le droit de réclamer le paiement
de la taxe.

Cependant, à leur demande les redevables peuvent être autorisés à acquitter


la taxe d’après le régime débit ou le régime d’encaissement :
– Régime des débits (régime optionnel) : La déclaration de la TVA exigible doit
être faite dès la constatation de la créance sur le client quel que soit le mode
de règlement. Le fait générateur est constitué par l’inscription ou la facturation
de la créance en comptabilité.
– Régime de l’encaissement (régime de droit commun) : La déclaration de la
TVA exigible doit être faite après le règlement du client quelle que soit la date
de facturation. Le fait générateur est constitué par l’encaissement effectif de la
créance.

Exemple :
Le 12 septembre 2014, la facture établie par une entreprise à son client
comprend les éléments suivants :

Travail à
faire :

1- Déterminer la base d’imposition de la TVA sachant que le taux est de 20%.


2- Préciser la date d’exigibilité (date de paiement) de la TVA sachant que le
montant net à payer sera versé le 25/10/2014 et que :
– L’entreprise était soumise au régime des encaissements.
– L’entreprise était soumise au régime des débits.

Solution :

Page | 7
1- La base d’imposition de la TVA :

2- La date
d’exigibilité de la TVA :
– L’entreprise est soumise au régime des encaissements.
TVA sur acompte = 72 000 / 6 = 12 000 DH, exigible au titre de mois d’août et
à verser avant le 20 septembre 2014.
– TVA due = 272 520 / 6 = 45 420 DH, exigible au titre de mois d’octobre et à
verser avant le 20 novembre 2014.
– Total de TVA exigible = 12 000 + 45 420
TVA exigible = 57 420 DH
– L’entreprise est soumise au régime des débits
– TVA sur acompte = 12 000 DH, exigible au titre de mois d’encaissement,
août, et à verser avant le 20 septembre 2014.
– TVA due = 45 420 DH, exigible au titre de mois de facturation, septembre, et
à verser avant le 20 octobre 2014.
Total de TVA exigible = 12 000 + 45 420
TVA exigible = 57 420 DH

Remarque :
Les deux régimes intéressent seulement la TVA facturée. Pour la TVA
récupérable (sur charge et sur immobilisation), le montant payé ne peut être
déduit de la TVA facturée qu’après le paiement effectif de la charge ou de
l’immobilisation. Sauf dans le cas où la société aurait optée pour le régime des
débits et aurait réglé ses achats par traite, dans ce cas seulement elle pourra
déduire la TVA dès l’acceptation de la traite.

La base d’imposition
La base d’imposition ou l’assiette de la TVA comprend :

– La valeur nette (prix) des biens ou services fournis, après déduction à


caractère commercial (rabais, remise, ristourne) et financier (escompte);
– Les frais de transport facturés au client ;
– Les frais d’emballage non récupérables ;
– Les frais de commission ou de courtage ;
Page | 8
– Les frais pour règlement à terme ;
– Les intérêts pour règlement à terme ;

Les taux de la TVA


Entre le taux normal de 20% et le taux de super réduit de 7% on trouve deux
autres taux, de 14% et 10% comme le montre le tableau suivant :

7% : Eau, Sucre raffiné ou aggloméré, Conserves de sardine, Assainissement


et location des compteurs d’eau et d’électricité, Savon de ménage, Produit
pharmaceutiques, Fourniture scolaire.

10% : Restauration fournie par l’entreprise à son personnel salarié, Bois en


grumes, Aliments destinés à l’alimentation du bétail et des animaux de basse-
cour, Matériels à usage agricole, Gaze et huile de pétrole et autre produit
gazeux, Péage de l’autoroute, Opération de restauration, Huile alimentaire,
Sel de cuisine, Riz, Farine de semoule, Pates alimentaires, Opération de
fourniture de logement dans
les opérations touristiques, Opérations financières, Opérations effectuées par
certains professions libérales.

14%: Beure, Thé, Transport des voyageurs et des marchandises, énergie


électrique, Commissions des agents d’assurance.
20% : – Raisins secs et figues sèches, Engins et filets de pêche, Acquisitions
effectuées par l’Université Al Akhawayn d’Ifrane, Margarines et graisses
alimentaires, Véhicules utilitaires. – Autre produit et services pour lequel
aucun taux n’est mentionné par les textes de lois.

Régimes d’impositions, déduction, remboursement et


recouvrement de la T.V.A
Régimes d’impositions
Dans la fiscalité marocaine on trouve deux régimes de déclaration, une
déclaration mensuelle et une déclaration trimestrielle. Donc le paiement de la
TVA exigible doit être avant la fin du même mois ou même trimestre selon le
régime de la déclaration.

Régime de déclaration mensuelle

Sont obligatoirement imposés sous le régime de la déclaration mensuelle:

– les contribuables dont le chiffre d’affaires taxable réalisé au cours de l’année


écoulée atteint ou dépasse un million (1.000.0000) de dirhams;
Page | 9
– toute personne n’ayant pas d’établissement au Maroc et y effectuant des
opérations imposables.

Les contribuables imposés sous le régime de la déclaration mensuelle doivent


déposer avant l’expiration de chaque mois et plus tard le 20 du premier mois
auprès du receveur de l’administration fiscale, une déclaration du chiffre
d’affaires réalisé au cours du mois courant et verser, avant le 20 du mois
suivant, la taxe correspondante.

Régime de déclaration trimestrielle

Sont imposés sous le régime de la déclaration trimestrielle :

– Les contribuables dont le chiffre d’affaires taxable réalisé au cours de


l’année écoulée est inférieur à un million (1.000.000) de dirhams ;
– Les contribuables exploitant des établissements saisonniers, ainsi que ceux
exerçant une activité périodique ou effectuant des opérations occasionnelles ;
– Les nouveaux contribuables pour la période de l’année civile en cours.

Les contribuables imposés sous le régime de la déclaration trimestrielle


doivent déposer, avant l’expiration de chaque trimestre au plus tard le 20 du
premier mois de trimestre suivant, auprès du receveur de l’administration
fiscale, une déclaration du chiffre d’affaires réalisé au cours du trimestre
courant et verser, avant le 20 du premier mois du trimestre suivant, la taxe
correspondante.

Les déductions de la TVA


Le principe de déduction est simple : la TVA récupérable réglée aux
fournisseurs en amont est déduite de la TVA facturée aux clients en aval sur
les ventes.

La TVA récupérable est débitée au compte 3455 en cas d’achat de


marchandises et d’immobilisations. La TVA facturée est créditée au compte
4455 en cas de ventes de marchandises.

Si la différence entre les deux TVA (récupérable et Facturée) est positive, elle
est créditée au compte 4456 Etat TVA Due. L’assujetti doit régler la TVA due
au même mois ou au même trimestre de réalisation de l’opération. Si le solde
est négatif, il est débité au compte 3456 Etat crédit TVA. Le crédit de la TVA
est déduit en même temps que la TVA récupérable de cette période.

Page | 10
Le droit à déduction de la TVA prend naissance au même mois de
l’établissement des quittances de douane ou du paiement partiel ou intégral
des factures d’achat de marchandises ou de prestations de service ou
mémoires établis au nom du bénéficiaire.

Les conditions de déductibilité de la TVA sont les suivantes :

– L’inscription de la taxe à déduire sur la facture ;


– Le paiement total ou partiel de la valeur de la marchandise ;
– Les montants dépassant 10 000 DH doivent être réglés par chèque barré
non endossable, virement bancaire ou par effet de commerce, sinon la
déduction se limite à 50 % du montant de TVA.

Pour les redevables imposés sous le régime de la déclaration mensuelle :

On suppose que la TVA facturée sur ventes est supérieure à la TVA


récupérable sur achat ;

(TVA facturée de janvier N) – (TVA récupérable sur achats immobilisés de


janvier N) – (TVA récupérable sur achats non immobilisés de janvier N) = TVA
due au titre de janvier N

On suppose que la TVA sur ventes est inférieure à la TVA récupérable sur
achats ; le reliquat de taxe déductible ou « crédit de TVA » est reportable sur
le mois qui suit.

Pour les redevables imposés sous le régime de la déclaration trimestrielle : On


suppose que la TVA facturée sur vente est supérieure à la TVA récupérable
sur achats ;

(TVA facturée de janvier + février + mars N) – (TVA récupérable sur achats


immobilisés de janvier + février + mars N) – (TVA récupérable sur achats non
immobilisés de janvier + février + mars N) = TVA due au titre de mars N

On suppose que la TVA facturée sur ventes est inférieur à la TVA récupérable
sur achats, le reliquat de taxe déductible ou « Crédit de taxe » est reportable
sur le trimestre suivant.

On distingue trois cas de déduction :

– La déduction est totale si l’achat est réalisé pour une activité soumise à la
TVA.

Page | 11
– La d6éduction est nulle si l’achat est réalisé pour une activité non soumise à
la TVA.
– La déduction est partielle si l’achat est réalisé pour des activités soumises et
non soumises à la TVA.
La dernière situation nous oblige à appliquer un pourcentage de déduction
appelé « prorata de déduction).

Dans le domaine fiscal, le prorata correspond à un coefficient de taxation


permettant de calculer les droits à déduction sur la TVA. Il ne concerne que
les personnes physiques ou morales exerçant conjointement une activité avec
droit à déduction et une activité sans droit à déduction (aussi appelés les
assujettis partiels).

Concrètement, un assujetti partiel faisant l’acquisition d’un bien dans le cadre


de son activité ne réglera qu’une partie de la TVA appliquée initialement sur
celui-ci. Cette part sera proportionnelle à la quotité du bien affectée aux
opérations n’ouvrant pas droit à déduction.

Prorata= ((CA imposable (TTC)+ CA exonéré add + TVA


fictive))/Numérateur+CA exonéré sdd+CA hors champ de tva)x100

Le prorata de déduction, dont les modalités de calcul ont été définies ci-
dessus, est déterminé par les contribuables concernés à la fin de chaque
année civile, à partir des opérations réalisées au cours de la même année et
ce, en se basant sur les données recueillies selon le régime d’imposition. Ce
prorata est retenu pour le calcul de la TVA récupérable au cours de l’année
suivante sous réserve, pour les biens et services immobilisables, des
régularisations ultérieures.

Remarque :
Le prorata applicable au cours d’une année N est calculé sur la base des
données de l’année précédente.

Exemple :
Au titre de l’exercice 2013, le chiffre d’affaires (HT) d’une entreprise, assujettie
à la TVA au taux de 20 %, se présente comme suit :
– Vente imposable à la TVA : 3 000 000 DH;
– Vente exonéré avec droit à déduction : 200 000 DH;
– Vente exonérées sans droit à déduction : 800 000 DH;
– Vente hors champ de TVA : 1 700 000 DH.

Travail à faire : Calculer le prorata de déduction applicable pour 2014.

Page | 12
Solution :

Les données de 2013 permettant de déterminer le prorata de 2014


Prorata = (((3 000 000 x 1.2)+(200 000 x 1.2))/numérateur + 800 000 + 1 700
000) x 00 = (3 840 000/3 840 000+2 500 000) x 100

Prorata = 60,56 %

Commentaire :

En 2014 l’entreprise n’a le droit de récupérer que 60,65 % de la TVA qui a


grevé ses achats.

Régularisation de la déduction portant sur les biens immobilisés :

Les régularisations de la TVA peuvent être remises en cause pour deux


raisons :

1- Suite au changement du prorata de déduction : Lorsqu’au cours de la


période de cinq années suivant la date d’acquisition de l’immobilisation, le
prorata de déduction calculé peut subir une variation de plus de 5 points. Deux
cas à distinguer :

– Une augmentation de plus de 5 points donne lieu à une déduction


supplémentaire de TVA.
– une diminution de plus de 5 points donne lieu à un reversement de TVA.

La régularisation à effectuer est égale au 1/5 de la différence entre la


déduction initiale et la déduction nouvelle calculée sur la base du prorata
actuel.

2- Suite à la cession des immobilisations :Lorsqu’une immobilisation est


cédée dans une durée inférieure à 5 ans de son exploitation, la fraction de la
TVA déduite lors de l’acquisition de l’immobilisation des années restante doit
être reversée à l’Etat.

Remboursement et recouvrement de la T.V.A


La TVA à reverser est calculée par différence entre la TVA collectée sur les
ventes et celle déductible sur les charges.
Quand la TVA à déduire est supérieure à celle perçue sur ses ventes ou
prestations de service, l’entreprise possède un crédit de TVA. S’il n’est pas

Page | 13
utilisé pour couvrir un versement de TVA ultérieur, l’entreprise peut en
demander le remboursement sous certaines conditions.

La demande de remboursement peut même être effectuée par une entreprise


qui débute son activité et qui n’a pas encore réalisé de ventes ou prestations
soumises à la TVA : dans ce cas, la demande de remboursement peut porter
sur l’ensemble de la TVA déductible sur les frais engagés pour le lancement
de son activité.

Cependant, le remboursement n’est pas obligatoire. L’utilisation du crédit de


TVA est laissée à l’appréciation de l’entreprise qui peut choisir :

▪ soit l’imputation : l’entreprise peut décider de reporter un crédit de TVA


sur les périodes d’imposition suivantes. Le crédit est alors imputé dès
que possible sur un solde de TVA à reverser, constaté sur les
déclarations déposées ultérieurement.

Exemple :
Pour le mois de juin (déclaration mensuelle déposée en juillet), une entreprise
constate un crédit de TVA égal à 10 000 DH. Sachant qu’elle aura de la TVA à
payer pour le mois de juillet (déclaration en août), elle décide de reporter son
crédit pour l’imputer.
Sur sa déclaration déposée en août, le montant de la TVA à reverser pour
juillet s’élève à 20 000 DH. Elle utilisera son crédit pour s’acquitter en partie de
cette TVA. Elle n’aura alors à reverser que 20 000 – 10 000 = 10 000 DH.

▪ Soit le remboursement : quand, pour des raisons de trésorerie, et sous


réserve que les conditions soient remplies, l’entreprise choisit de se faire
rembourser tout ou partie de son crédit de TVA, elle en formule la
demande lors du dépôt d’une déclaration qui fait ressortir ce crédit.

Le recouvrement est la dernière phase c’est-à-dire celle de l’entrée de l’argent


(payé par le contribuable) sous forme d’impôt, dans les caisses de l’Etat.

Page | 14