Vous êtes sur la page 1sur 4

Daron Acemoglu et James A.

Robinson, deux grands pays en développement


ont estimé que "une croissance économique soutenue requiert de l'innovation,
et l’innovation ne peut être dissociée de la destruction créatrice, qui remplace
l'ancien avec le nouveau dans le domaine économique et déstabilise également établi
relations de pouvoir en politique. » Ils se réfèrent à ce que l’économie autrichienne
40

brume Joseph Schumpeter a parlé dans les années 1940, quand il a expliqué
comment la destruction d'anciennes façons de faire les choses, ou ce qu'il a décrit comme le
"Coups de vents perpétuels de destruction créatrice", sont ce qui stimule l'innovation et
propulse
une économie en avant.

Page 1
Document de travail n ° 79/03
Quantifier la contribution du changement technologique à
Croissance économique à différentes époques:
Une analyse de la preuve
Nicholas FR Artisanat
© Nicholas FR Artisanat
Département d'histoire économique
London School of Economics
Septembre 2003

Page 2
Département d'histoire économique
London School of Economics
Houghton Street
Londres, WC2A 2AE
Tel:
+44 (0) 20 7955 6399
Fax:
+44 (0) 20 7955 7730
Email:
n.crafts@lse.ac.uk

Page 3
Quantifier la contribution du changement technologique à la croissance économique
dans
Différentes époques: un examen des preuves
Nicholas FR Artisanat *
"Notre connaissance de l'histoire économique, de ce à quoi ressemblait la production il y a
100 ans,
et de l'actualité nous convainc sans aucun doute que découverte, invention et
l’innovation revêt une importance primordiale dans la croissance économique ... nous
pourrions produire
preuves statistiques suggérant que toute la croissance est venue de l'accumulation de capital
avec
pas de place pour quoi que ce soit appelé changement technologique mais nous ne le
croirions pas "
(Romer, 1993, p. 562)
1. Introduction
La plupart des historiens de l'économie soutiendraient sûrement l'opinion de Paul Romer
exprimée ci-dessus
ce progrès technologique est au cœur de la croissance économique à long terme. Il y a
longtemps
Kuznets a identifié l'époque de la "croissance économique moderne" comme étant celle de la
croissance
être guidé par le progrès scientifique et technologique. Et en effet, l'expérience de
la première révolution industrielle elle-même a été considérée comme le triomphe de
"l'ingéniosité plutôt
que l’abstention "(McCloskey, 1981, p. 108

Le rôle du progrès technique dans la


croissance économique
Pages: 7 (1713 mots) Publié le: 5 décembre 2012
Avec une croissance économique mondiale estimer à 3,3% par le FMI en 2012, le monde se
remet lentement et difficilement de l'historique crise financière de 2008. La Chine est le pays
connaissant depuis quinze ans la plus importante croissance économique au plan mondial (+
10 % en moyenne entre 2000 et 2008), les Etats-Unis celui ayant connu pendant la même
période une croissance de l’ordre de 3 %par an. L’Union Européenne a connu une croissance
de 2 % par an sur la même période.
D'un point de vue national, cette augmentation est due à plusieurs facteurs tels que la
quantité de capital, le volume de la main d’œuvre, la qualité de la main d’œuvre (éducation)
mais aussi le progrès technique. Au-delà des résultats, il importe de comprendre les
mécanismes qui font la croissance et,sur ce point, le progrès technique semble jouer un rôle
essentiel. Selon l'économiste autrichien Joseph Schumpeter, c'est le progrès technique qui
détermine la croissance économique. Il y distingue cinq formes d'innovations : nouveau
produit, nouveau procédé de production, nouvelle organisation de la production, nouveau
marché, ou bien encore nouvelle source de matières premières ou d'énergie. Pources
différentes formes d'innovations, les incidences sur la croissance peuvent varier.
Par quels procédés le progrès technique donne-t-il naissance a la croissance ? Après avoir
expliqué ce qu'est le progrès technique, nous nous pencherons sur l'impact qu'il a sur la
croissance en montrant que celui-ci n'est pas durable.

1) Le progrès technique : qu'est ce que c'est ?

A) Lescaractéristiques du progrès technique.

En économie, l'innovation conduit à l'apparition d'un objet ou d'un procédé qui n'existait pas
auparavant. Celle-ci connait principalement deux phases : celle de la recherche fondamentale
et celle de la recherche appliquée. L'innovation correspond donc a l'introduction d'un progrès
technique ou technologique dans le système économique. Il s'agird'une innovation de procédé
(nouvelle manière de produire) ou d'une innovation de produit (nouveau bien ou service offert
sur le marché). Par ailleurs, l'innovation peut présenter différents degrés : la création de
produit est l'innovation radicale quand à celle de procédé, c'est l'innovation incrémentale qui
permet d'améliorer le bien ou le service dans la durée pour que celui-ci perdure. Leprogrès
technique est donc l'amélioration des techniques de production qui permettent d'obtenir une
unité produite avec moins de travail humain. C'est un changement des méthodes de
production ou l'apparition de nouveaux produits. Le document 1 apporte un exemple à cette
définition grâce au "5 dollars day" instauré par Henri Ford. Cette méthode qui consistait à
augmenter les salaires quotidients desouvriers en échange de taches répétitives a permi à la
plus grande entreprise automobile de l'époque d'augmenter considérablement son chiffre
d'affaire annuel. Le taylorisme fut aussi un grand progrès du fait de la double division du
travail : la division horizontale qui correspond à une parcellisation des tâches avec des
ouvriers qui n'ont plus qu'une opération simple à effectuer et d'autre part, ladivision verticale
qui repose sur une stricte séparation entre les fonctions de conception et les taches
d'exécution.

B) La mesure du progrès technique.

Le progrès technique se mesure en déduisant du taux de croissance du PIB en volume la


part de cette croissance imputable à l'augmentation des facteurs de production. Ce solde est
appelé productivité totale des facteursou résidu de Solow. Durant la seconde moitié du XXe
siècle, l'innovation a connu une période phare dans laquelle toutes sortes d'inventions ont été
conçu. Comme le montre le document 2, le rythme de croissance de la productivité en France
décuplé jusqu'au debut du XXIe siècle. La productivité a nettement ralentie à partir des
années 2000, on parle même de paradoxe de la productivité.