Vous êtes sur la page 1sur 51

Rapport de Stage de fin d’études

Réalisé au sein de LYDEC :

Thème : Etude de la fiabilité de


la pompe centrifuge de la station
Marina

YOUNESS

Encadré par :
Réalisé par :
-Mr. (encadrant ESTC)
-SALIMI YOUNESS
-Mr. Mohamed Bahia (encadrant LYDEC)

Année universitaire : 2017-2018

[Tapez un texte] Page 45


Dédicace :

J’ai le grand plaisir de dédier le résultat de mes efforts :

A mes très chers parents pour leur amour, soutien et


encouragement.

A tous les membres de la famille, ceux qui m'ont fait rire


quand j'en avais vraiment besoin.

A tous mes professeurs de l’école supérieure de technologie de


Casablanca (ESTC).

A tous mes amis et collèges de classe.

Veillez accepter mes meilleurs vœux de réussite et de prospérité.

SALIMI YOUNESS Projet de fin d’études Page


Remerciements :

Au terme de ce travail, je tiens à remercier très vivement, Mr. Mohammed


Bahia, notre encadrant du stage et tout le personnel de la LYDEC et en particulier
ceux de la direction de l’exploitation eaux et assainissement pour leurs conseils
appréciables, leurs suggestions les plus précieux, leurs aide, leurs disponibilité, leurs
serviabilité, leurs suivi pendant l’élaboration de notre stage.

Je tiens également à remercier Mr.hhhhhhh notre encadrante de stage à l’école


supérieure de technologie de Casablanca pour son suivi, ses conseils et critiques
constructives.

Que tous ceux et celles qui ont contribué de près ou de loin à l’accomplissement
de ce travail trouvent l’expression de mes remerciements les plus chaleureuses.

Enfin, je tiens à remercier tout le corps professoral de la licence professionnelle


mécatronique, et j’espère que ce travail donnera plein de satisfaction.

SALIMI YOUNESS Projet de fin d’études Page


Table des Matières :

SALIMI YOUNESS Projet de fin d’études Page


Liste des Figures :

SALIMI YOUNESS Projet de fin d’études Page


Liste des Tableaux :

SALIMI YOUNESS Projet de fin d’études Page


Liste des abréviations :
Nom Désignation

LYDEC Lyonnaise Des Eaux de Casablanca.


DEEA Direction d’Exploitation Eaux et Assainissement.
ONEE Office National l'Electricité et de l'Eau potable.
BCC Bureau Central de Conduite
AMDEC Analyse des Modes de Défaillances et leur Effet
AFNOR Association Française de Normalisation
RAD Régie Autonome intercommunale de Distribution
ONEP Office National de l'Eau Potable
SEOER Société des Eaux d'Oum Erbiaa

SALIMI YOUNESS Projet de fin d’études Page


Introduction :

Conformément aux statuts de l’école supérieure de technologie, ses étudiants


sont tenus d’effectuer un stage d’application dans une société afin d’améliorer leurs
connaissances techniques, et pratiques.
De nos jours, le monde moderne est atteint par une véritable frénésie de
changement, ainsi il demeure nécessaire pour chaque entreprise de déployer des
efforts permanents pour répondre aux exigences et aux contraintes internationales
tout en restant dans les normes de qualité et la marge de bénéfice.
L’assainissement représente la pierre angulaire de toute action résolue visant à
préserver la santé, ainsi que l’équilibre écologique, et à réunir les conditions
objectives pour la réalisation d’un développement durable, il est assuré par des
entreprises à caractère industriel et commercial moyennant des stations de pompage
et de relèvement.
Nous vivons sur la planète bleue. L’eau joue un rôle déterminant dans la vie
des hommes, des animaux et des plantes. Mais seulement la plus petite partie, 0,3%
des réserves globales en eau, sont utilisables comme eau potable. Vu cette minorité la
LYDEC s’engage à munir tous ses clients d’eau potable, en gardant l’œil sur
plusieurs paramètres.
La maintenance des systèmes industriels est devenue un élément nécessaire
pour le développement des entreprises cherchant à conquérir de plus en plus le
marché. Elles sont sensibilisées à l’importance des coûts induits par les défaillances
accidentelles des systèmes de production.
Ce rapport s’articule autour de trois grandes parties, la première partie est
consacrée à la présentation de l’organisme d’accueil, la deuxième est dédiée à une
vision sur les équipements constituants les stations de pompage et de relèvement et
ainsi sur les tâches effectuées, la dernière partie abordera l’étude de la fiabilité des
pompes centrifuges de la station Marina en utilisant l’approche AMDEC.

SALIMI YOUNESS Projet de fin d’études Page


Cahier des charges :

SALIMI YOUNESS Projet de fin d’études Page


Chapitre I :
Présentation de l’organisme
d’accueil

SALIMI YOUNESS Projet de fin d’études Page


1. Introduction :
Dans ce premier chapitre, je vais présenter la société LYDEC ainsi lieu de stage (Direction
d’Exploitation Eaux et Assainissement). Je commencerai par l’identification de la société, ensuite je
présenterai l’organisation de l’eau potable chez l’entreprise.
2. Généralités sur la Lyonnaise Des Eaux de Casablanca «LYDEC» :
2.1. Historique de la Lyonnaise Des Eaux de Casablanca « LYDEC » :
Dans le cadre de la mondialisation, le Maroc assiste à un désengagement progressif de l’Etat
et encourage l’initiative privée dans la plupart des secteurs économiques du pays y compris les
investissements étrangers.
Cette politique est créée par souci de mettre en place des structures qui consolideraient la
libéralisation et qui tiennent compte de l’évolution économique et sociale du pays. Le passage de la
RAD (Régie Autonome intercommunale de Distribution) vers LYDEC (Lyonnaise des Eaux de
Casablanca) s’inscrit dans cette optique.
Depuis le 1er août 1997, la LYDEC a pris en charge la gestion déléguée des services d’eau,
d’électricité et d’assainissement de la Willaya du grand Casablanca représentant 4 millions
d’habitants, et ce, pour une durée de 30 ans.
Cette entreprise est née après deux années de négociations entre le groupe Suez Lyonnaise des
Eaux et la Communauté Urbaine de Casablanca. La signature de cette convention de gestion
déléguée est considérée comme le premier contrat de ce type sur le continent africain, puisqu’il
porte à la fois les trois fluides soient l’eau, l’électricité et l’assainissement.
LYDEC est une entreprise de partenaires européens soucieux d’un rééquilibrage des
investissements vers le sud de l’Europe et particulièrement vers le pourtour méditerranéen.
Indépendamment de l’apport financier fait à travers son capital social, LYDEC bénéficie de l’accès
constant aux techniques et savoir-faire de ses actionnaires.
Cet accès se manifeste à travers la mise à disposition permanente d’experts de hauts niveaux
dans les différents domaines du management et des techniques diverses, mais également par l’envoi
en missions de courtes ou moyennes durées de spécialistes (Techniciens, électriciens, gestion de
clientèle…).

2.2. Dates clés :


1995 : Création de LYDEC, filiale du groupe Suez.
1997 : Signature en avril du contrat de gestion déléguée par l'Autorité Délégante, l'Autorité de
Tutelle (Ministère de l'Intérieur) et LYDEC (le Délégataire). Début des activités en août.

SALIMI YOUNESS Projet de fin d’études Page


2003 : Le périmètre de la gestion déléguée inclut les Communes urbaines de Casablanca,
Mohammedia et Aïn Harrouda, ainsi que 12 communes périphériques.
2005 : Introduction en bourse.
2009 : Signature d'un avenant au contrat de gestion déléguée par l'Autorité Délégante, l'Autorité de
Tutelle (Ministère de l'Intérieur) et LYDEC (le Délégataire), qui concrétise et finalise la première
révision du contrat (2006-2009). Intégration de la gestion de l'éclairage public, qui devient le 4e
métier de LYDEC.
2010 : Emprunt obligataire d'un montant de 1,2 milliard de dirhams pour le financement du
programme d'investissement.
2013 : Mise en place des engagements de service grand public.

2.3. Fiche technique de la LYDEC :


La fiche technique de la LYDEC est résumée dans le tableau suivant :
Création 1997
Forme Juridique  Société anonyme (SA)
Siège Social  Casablanca
Actionnaires  Suez environnement (51%)
 Fi par Holding (19.75%)
 RMA Wataniya (15%)
 Flottant en bourse (14.25%)
Activités  Electricité (73%)
 Eau (21%)
 Assainissement (6%)
Sites Web www.lydec.ma
Chiffres d’affaires (en Millions de Dhs)  Electricité : 3 329
 Eau : 976
 Assainissement : 280
Tableau 1: fiche technique de la LYDEC

2.4. Organigramme de la LYDEC :


L’organigramme de la LYDEC est le suivant :

SALIMI YOUNESS Projet de fin d’études Page


Figure 1: Organigramme de la LYDEC

2.5. Les Activités de LYDEC sur la Région du Grand Casablanca :


Les activités de la LYDEC sont structurantes. Elles jouent un rôle majeur dans
l'urbanisation à long terme, dans la conception de l'agglomération de demain. Son objectif est de
fournir en continu un service de qualité à ses clients, tout en anticipant et en accompagnant le
développement de l'agglomération.
La Lyonnaise Des Eaux de Casablanca assure la gestion déléguée des services d’eau,
d’électricité, d’assainissement et d’éclairage public de Casablanca.
Ainsi une bonne gestion dépend des points suivants :
 Renouvellement des installations.
 Exploitation des réseaux et usines.
 Investissement pour des nouvelles infrastructures.

SALIMI YOUNESS Projet de fin d’études Page


Figure 2: Les quatre activités de la LYDEC

L’activité est basée sur quatre métiers :


a) La distribution de l’eau potable :
Lydec distribue une eau potable de qualité, conforme aux normes sanitaires marocaines en
vigueur. Cette eau est fournie par deux producteurs nationaux : l'ONEP (Office National de l'Eau
Potable) et la SEOER (Société des Eaux d'Oum Erbiaa).
b) La gestion de l'assainissement liquide (eaux usées et eaux pluviales) :
Les stations d’assainissement contiennent 5000 km de collecteurs du réseau d'assainissement
pour offrir aux habitants un environnement sain.
c) La distribution de l'électricité :
La LYDEC renforce et sécurise le réseau d'électricité composé de plus de 2260 km pour la
Moyenne Tension uniquement, pour répondre aux besoins croissants de l'agglomération en énergie.
L'énergie distribuée provient de l'ONEE (Office National d'Electricité et de l’Eau potable).
d) La gestion de l'éclairage public :
La lyonnaise gère l'éclairage public (140 000 points lumineux) avec l'objectif d'augmenter
le taux d'éclairement, tout en veillant à économiser l'énergie grâce à des techniques innovantes.

3. Présentation de la direction d’exploitation eau et assainissement :


3.1. Organisation de la DEEA :
Dans son organisation interne, la LYDEC est organisée en Directions. Les Directions sont
subdivisées en Départements, et les Départements sont structurés en services qui ont compétence
dans la gestion des réseaux primaires de distribution de trois fluides (eau, électricité et
assainissement) ainsi que celle des grands ouvrages et usines.

SALIMI YOUNESS Projet de fin d’études Page


Le déroulement de mon stage de fin d’études a eu lieu à la Direction d’Exploitation Eaux et
Assainissement (DEEA) qui est située dans LYDEC siège, et plus précisément au sein du centre de
Maintenance et de Métrologie.
La mission de la DEEA concerne la gestion de l’eau potable (Distribution par feeder et
Rendement du réseau) et des eaux usées (Maintenance des réseaux moyens et grands collecteurs,
Fonctionnement des stations de pompage, de refoulement ou de traitement, Qualité des eaux et
pollution industrielle).
Les objectifs de cette Direction sont :
 L’entretien des réseaux ;
 La lutte contre les inondations avec la réalisation d’un Schéma Directeur et d’un Schéma
Antipollution ;
 L’amélioration de la chloration de l’eau destinée à la consommation ;
 L’optimisation des moyens d’exploitation ;
 La réduction des pertes physiques.
La Direction Exploitation Eau et Assainissement (DEEA) est placée sous la
responsabilité d’un chef de service qui anime et coordonne les activités de ce service. Il est
assisté par cinq adjoints. Ensemble ils constituent l’encadrement de service. En cas d’absence
ponctuelle chaque responsable organise son intérim par la délégation des tâches et
responsabilités qui lui incombent.

3.2. Activités de la DEEA :


Les activités principales du service sont :
 Exploitation et maintenance des ouvrages et équipements eau et assainissement.
 Assistance et suivi des travaux neufs et de renouvellement.
 Amélioration du réseau d’alimentation en eau potable.
 Sécurisation des installations électriques.
a) Eau potable :
Dans un contexte marqué par une succession d’années de sécheresse, la gestion des
ressources en eau potable est devenue un défi majeur pour le Maroc. L’engagement de LYDEC
dans ce domaine n’est plus à démontrer, que ce soit dans le domaine de la qualité de l’eau ou de
l’économie de la ressource.
L’infrastructure de l’eau se compose de :
 28 Stations de pompage.
 36 Réservoirs d’eau totalisant 608769m3 de stockage.

SALIMI YOUNESS Projet de fin d’études Page


b) Assainissement :
L’assainissement liquide représente la part la plus importante des investissements
L’infrastructure de l’assainissement se compose de :
 47 Stations de relèvement.
 1 Station de prétraitement.
Il s’agit en effet d’agir pour :
 L’évacuation des eaux pluviales et la lutte contre les débordements
 L’amélioration de la collecte des eaux usées.
 Assurer l’exploitation et la maintenance des ouvrages et des équipements
électromécaniques, hydrauliques, automatisme et télétransmission pour les stations de
relevage et de prétraitement. La frontière amont et aval sont soit le mur de clôture de la
station soit l’enceinte du bâtiment.

3.3. Description de la mission du Bureau Centrale de Conduite (BCC) :


Le Bureau Central de Conduite BCC, est un poste centrale de supervision multi fluide, en
le créant LYDEC a doté l’agglomération de Casablanca d’une plate-forme unique de contrôle à
distance de ses trois réseaux.
Il permet aux conducteurs de surveiller les réseaux des trois fluides en temps réel :
 Sur le réseau Eau, ces derniers peuvent ainsi contrôler les niveaux des réservoirs, la
potabilité de l’eau et l’état des stations de pompage.
 Sur le réseau Assainissement et en cas de pluies, LYDEC peut disposer d’une cartographie
de leur intensité.
 Sur le réseau Electricité, le BCC est en mesure de réguler à distance les charges électriques
de manière à diminuer les chutes de tension et les temps de coupures afin de fournir un
service de meilleure qualité.
La mise en service du BCC en Octobre 2002, a permis au délégataire de surveiller 24H/24
et 7J/7 l'ensemble du réseau électrique en ayant la possibilité de télécommander à distance des
interventions sur 7 postes sources et 400 postes de distribution publique. L'année 2009 a coïncidé
avec le démarrage du projet de renouvellement du Bureau central de conduite. Dans ce sens, la
nouvelle plateforme devra permettre à horizon 2010 de communiquer avec le Système
d'information géographique pour un meilleur suivi de l'impact des incidents. Elle permettra en outre
de gérer en temps réel une information de plus en plus dense en provenance du terrain.

SALIMI YOUNESS Projet de fin d’études Page


Il édite actuellement un rapport journalier diffusé aux responsables des différents services de la
DEEA. Ce rapport est composé de différents tableaux de valeurs et regroupe un ensemble des
informations nécessaires au suivi des performances des installations.

Figure 3: image descriptif du BCC

3.4. Le rapport du BCC avec la DEEA :


Le Bureau Central de Conduite et le service de la DEEA sont en relation permanente, vu les
tâches que doivent accomplir les équipes de la Direction d’ Exploitation Eau et Assainissement.
Lors d’une anomalie ou d’un incident remarqué par l’agent de conduite sur le périmètre
d’interventions du service de la DEEA, constitué généralement par l’infrastructure d’eau potable,
ainsi que celle d’assainissement, l’agent averti au plutôt le chef de service pour envoyer une équipe
sur place pour résoudre le problème avant les complications.
A la fin de l’intervention, l’intervenant a intérêt d’appeler l’agent de conduite via un radio et
lui demander si l’anomalie a été rétablie et n’apparaît plus dans le système de tel-éconduite. C’est
pour cela que le BCC et la DEEA sont en relation permanente.

4. Conclusion :
La LYDEC est une entreprise qui se fixe des objectifs dans le cadre de sa vocation spécifique
pour atteindre des résultats, en s’interrogeant à tout moment sur les changements à opérer à propos
des produits, et des équipements.

SALIMI YOUNESS Projet de fin d’études Page


Chapitre II :
Les équipements des
stations de pompage

SALIMI YOUNESS Projet de fin d’études Page


1. Introduction :
Durant cette période de stage j’ai l’occasion de visiter plusieurs stations de pompage et de
relèvement et d’assister à des tâches, dans ce chapitre je vais présenter les équipements des ces
stations et définir leurs principes de fonctionnement ainsi je vais exposer les tâches effectuées. En
général, les stations de pompage et de relèvement sont simples et accessibles, ou les pompes sont
installées dans la bâche d’eau pour garantir une haute sécurité, la figure suivante décrit les différents
constituants d’une station de pompage.

Figure 4: Station de pompage Km8

2. Les équipements de génie civil :


1.1. La bâche :
La bâche de pompage comporte une forme de pente pour amener l’effluent sur les pompes.
Elle comporte un système de fixation sans percement des pieds de pompes. Ils sont fixés sur une
platine soudée au fond de l’ouvrage. Les barres de guidage des pompes sont réalisées en inox.
Un panier de dégrillage est généralement placé sur l’arrivée gravitaire, il est également mis
en place avec un système de barres de guidage.

SALIMI YOUNESS Projet de fin d’études Page


Il est possible également sur des postes de relèvement de gros diamètres de réduire le
diamètre du poste uniquement sur la zone de marnage des pompes afin de limiter le temps de séjour
de l’effluent.

Figure 5: la bâche de la station Er-rahma

1.2. Les réseaux de collecte des eaux usées :


Les eaux usées sont collectées par un système de canalisation enterré constituant un réseau.
Le type de collecte et le nombre d'équivalent -habitant à traiter conditionnent le dimensionnement
des réseaux de collecte et des stations d'épuration. Le réseau est dit unitaire lorsque les eaux
pluviales sont collectées par le même réseau. Le dimensionnement de la station et des différents
éléments du réseau doit donc être suffisant pour assurer la collecte et le traitement des eaux lors des
pics de pluviométrie.

SALIMI YOUNESS Projet de fin d’études Page


Figure 6: réseau unitaire

Un réseau séparatif collecte séparément les eaux pluviales, l’intérêt du réseau de collecte
séparatif est d'éviter d’effluents bruts lors de surcharge hydraulique et d'optimiser les réglages de la
station .En effet, L'arrivée d'eaux pluviales fait varier la concentration de l'effluent et impose
d'ajuster alors le traitement.

Figure 7: réseau séparatif

3. Les équipements hydrauliques :


a. Le dégrilleur :
Le dégrilleur a pour but d'éliminer les déchets solides véhiculés par les eaux usées (chiffon,
bouteilles, plastique, papiers, déchets divers, …) et de protéger les ouvrages et équipements de la
station contre l'introduction de ces déchets, Le système de dégrillage peut être manuel ou
automatique. La maille ou ouvertures du dégrilleur sera déterminée en fonction du passage libre de
la pompe. Plus la maille est petite plus il y a de contraintes d'exploitation.

SALIMI YOUNESS Projet de fin d’études Page


Pour le dégrilleur automatique et le panier dégrilleur (Voir l’Annexe).

Figure 8: Dégrilleur manuel de la station Er-rahma

b. Compacteur des déchets


Sa fonction est de sécher les déchets extraits des eaux usées par le dégrilleur.

Figure 9: compacteur de déchets de la station

SALIMI YOUNESS Projet de fin d’études Page


c. Les pompes :
Les pompes sont des machines servant à élever les liquides ou les mélanges de liquides d'un
niveau inférieur à un niveau supérieur, ou refouler les liquides d'une région à faible pression vers
une région à haute pression, le fonctionnement d'une pompe consiste à produire une différence de
pression entre la région d'aspiration et la région de refoulement au moyen de l'organe active (piston,
roue…etc.) de la pompe. Du point de vue physique, la pompe transforme l’énergie mécanique de
son moteur d’entraînement en énergie hydraulique.

Figure 10: pompe de la station Er-rahma

d. L’anti-bélier :
L’anti-bélier est un système utilisé en plomberie. C’est un dispositif destiné à amortir l’onde
de choc provoquée par la fermeture rapide d’un robinet ou d’une vanne, cette onde de choc est
appelée coup de bélier, il est constitué d’un bocal étanche, connecté d’un coté au réseau, là où l’on
doit amortir les coups de bélier, à l’intérieur de ce bocal se trouve une membrane en caoutchouc
séparant d’un côté le liquide et de l’autre côté un gaz ou de l’air sous pression.

SALIMI YOUNESS Projet de fin d’études Page


Certains anti-béliers ne comportent pas de membrane, ce qui pose un petit problème car le
gaz se dissolvant dans le liquide, il perd au fil du temps son effet amortisseur, il faut donc de temps
en temps réinjecter de l’air.

Figure 11: anti-bélier de la station Bouskoura 140

e. Clapet anti-retour :
Un clapet anti retour est un dispositif installé sur une tuyauterie qui permet de contrôler le
sens de circulation d'un fluide quelconque. Le liquide, le gaz, l'air comprimé, ... peut passer dans un
sens mais le flux est bloqué si celui-ci vient à s'inverser.

Figure 12: Clapet anti-retour

SALIMI YOUNESS Projet de fin d’études Page


f. Les vannes :
Une vanne est un dispositif destiné à contrôler (stopper ou modifier) le débit d'un fluide
liquide, gazeux, pulvérulent ou multiphasique, en milieu libre (canal) ou en milieu fermé
(canalisation).

Figure 13: vannes de la station Bouskoura 140

4. Les équipements électriques :


a. Les armoires électriques :
L'armoire électrique est le lieu où sont regroupés différents systèmes participant à la
distribution d'une installation électrique, Cet équipement porte différents noms, mais avec le même
objectif : centraliser les arrivées, les départs de la distribution interne et regrouper les protections
concernant les lignes ou les personnes.
Les armoires de commande représentent le cerveau d’une station de pompage. En effet tous les
défauts qui peuvent arriver lors du fonctionnement sont indiqués à l’aide des voyants existant dans
ces armoires, ce qui facilite la tâche pour les employés. En plus de ça, elles permettent la commande
de la station de pompage, comme ils protègent l’installation contre les surtensions et les
surintensités.

SALIMI YOUNESS Projet de fin d’études Page


Figure 14: intérieur de l'armoire électrique de la station Yasmina Mohammedia

Pour chaque poste l’installation d’une armoire électrique est indispensable. Elle permet de
gérer l’automatisme, la permutation, la puissance, ainsi que les défauts. Dans une armoire On trouve
le disjoncteur différentiel suivi d’un interrupteur on/off qui permet de mettre hors tension l’armoire
lors d’une intervention. On trouve également des disjoncteurs moteurs et des disjoncteurs simples
(pour l’automate, le commutateur voltmètre, le thermostat, le circuit 24V, une prise de courant
230V, le parafoudre…) ainsi que les contacteurs et les relais (pour les démarrages des pompes, les
indicateurs marche ou défaut des pompes, mise sous tension, niveau alarme…) et le transformateur.

i. Le sectionneur :

Le sectionneur est un appareil mécanique de connexion qui assure le sectionnement


(séparation de réseau) au départ des équipements, il est capable d’ouvrir ou de fermer un circuit
électrique lors d’un passage de courant nulle ou pratiquement nulle, Le sectionneur n’a pas le
pouvoir de coupure d’ouverture et de fermeture.

SALIMI YOUNESS Projet de fin d’études Page


ii. Le contacteur :
Le contacteur est un appareil de commande capable d'établir ou d'interrompre le passage de
l'énergie électrique. Il a donc un pouvoir de coupure non nul. En technologie des systèmes
automatisés (TSA) vous deviez appeler ce type de constituant préactionneur puisqu'il se trouve
avant l'actionneur dans la chaine des énergies. Il peut être commandé à distance au moyen de
contacts actionnés manuellement (bouton poussoir) ou automatiquement (asservi à une grandeur
physique : pression, température, vitesse, etc.). Nous venons de dire un peu plus haut que le
contacteur était un appareil possédant un pouvoir de coupure.
iii. Le disjoncteur :

Un disjoncteur est un organe électromécanique, de protection, dont la fonction est


d'interrompre le courant électrique en cas d'incident sur un circuit électrique. Il est capable
d'interrompre un courant de surcharge ou un courant de court-circuit dans une installation. Suivant
sa conception, il peut surveiller un ou plusieurs paramètres d'une ligne électrique.
iv. Relais temporisé :

Un relais temporisé est un composant qui a pour but de temporiser des événements dans des
automatismes industriels en activant ou désactivant des contacts avant, pendant ou à l’issue d’une
temporisation.

v. Démarreur :

Dès l'apparition des premiers moteurs électriques, les ingénieurs ont cherché un moyen
d'éviter les problèmes électriques et mécaniques se produisant généralement au démarrage du
moteur. Ces problèmes comprennent notamment le courant d'appel élevé, les pics de courant ainsi
que l'usure mécanique excessive. La solution consiste le plus souvent à utiliser un démarreur étoile
triangle. Cette méthode de démarrage s'avère cependant insuffisante dans de nombreuses
applications, car les pics de courant et de couple persistent. De plus, elle ne permet pas d'effectuer
un arrêt en douceur. En revanche, un démarreur progressif offrira une performance nettement
supérieure au démarrage ainsi que la possibilité d'arrêter le moteur sans à-coups.

vi. Transformateur :

Le transformateur permet de transférer de l'énergie (sous forme alternative) d'une source à


une charge, tout en modifiant la valeur de la tension. La tension peut être soit augmentée ou
abaissée selon l'utilisation voulue.

SALIMI YOUNESS Projet de fin d’études Page


vii. L’automate :
 Présentation de la marque PERAX :

Au cœur de la technologie...Notre société conçoit depuis 1978 des systèmes de télégestion


pour la surveillance, l'exploitation et la maintenance d'installations techniques.
Au cours des 40 dernières années, elle a acquis sur le terrain la maîtrise des applications de
télégestion, de leurs utilisations et des contraintes liées aux environnements industriels.
En 2011, PERAX a rejoint le groupe AQUALABO, qui propose des solutions complètes pour
le contrôle de l'eau, En 2015 la société PERAX fusionne avec les sociétés PONSEL et AQUALYSE
et devient AQUALABO CONTROLE.

Figure 15: Automate de la station Km 8

 Automate de télégestion P400XI :

Dernier né des automates de télégestion PERAX, issu de 30 ans d'expérience dans la


télégestion, totalement compatible avec les gammes P200X et P200XM, le PERAX P400xi est le
système par excellence de téléconduite et de télégestion destiné à la surveillance, l'exploitation et la
maintenance des installations techniques.
Au cœur des technologies de l'électronique, de l'informatique et des télécommunications,
le P400xi est un produit performant dans le respect des normes en vigueur, garanti par notre
système qualité certifié ISO 9001.

SALIMI YOUNESS Projet de fin d’études Page


 Avantages de l’automate PERAX :

L’automate PERAX représente plusieurs avantages telles que :


-Un outil performant pour optimiser votre exploitation : la télégestion répond aux besoins de
surveillance, de pilotage et de contrôle à distance permanent et automatisé d'installations
techniques. Les produits de télégestion intègrent les technologies de l'électronique, de l'informatique
et des télécommunications. L'exploitation à distance regroupe les fonctions de : Télésurveillance,
Téléaction, Télémaintenance. Le dialogue opérateur intégré aux produits de télégestion permet une
prise en main aisée et facilement personnalisable par l'utilisateur.
- Continuité et qualité de service : connaissance instantanée de tout incident. La télégestion
permet de gérer des alarmes préventives et des automatismes de réaction.
- Aide à la maintenance : elle permet une meilleure connaissance des installations et des usages.
La télégestion permet la maintenance préventive afin de : conserver le rendement maximal de
fonctionnement, prolonger la durée de vie des équipements.
- Économies d'exploitation : réduction des déplacements et des visites systématiques (possibilités
d'alerte et de contrôle à distance). La télégestion permet des économies d'énergie, de fluides et de
matières premières (ajustement du fonctionnement par rapport aux besoins, aux tarifications, aux
comportements des équipements...).
- Aide aux décisions de gestion et d'investissement : mise à disposition des bilans complets et
précis. La télégestion permet la simulation de variantes, la comparaison de performances entre
différents sites, la traçabilité.

Figure 16: Architecture communication local de la station Km 8

SALIMI YOUNESS Projet de fin d’études Page


 Le radio :

La radio de la marque TAIT est une gamme de produits haute performance qui s’impose
comme la nouvelle référence en matière de radiocommunication analogique, avec une grande
capacité de configuration par logiciel, la série 8000 est à la pointe du secteur basées sur l’utilisation
de la technologie de processeur de signal numérique et capable de transmettre des données à grande
vitesse par le biais d’un modem logiciel interne, ces nouvelles radios répondent à tous les besoins
en termes de communications vocales et de données. Elles ont été conçues avec une flexibilité
maximale afin d’optimiser les possibilités d’intégration de solution de systèmes.

Figure 17: radio de communication de la station mediouna 85

b. Les capteurs industriels :


i. Introduction :
Un capteur est un organe de prélèvement d'information qui élabore à partir d'une grandeur
physique (information entrante), une autre grandeur physique de nature différente (très souvent
électrique). Cette grandeur représentative de la grandeur prélevée est utilisable à des fins de mesure
ou de commande. La société LYDEC possède un nombre important des capteurs dans les
différentes stations.
ii. Les capteurs de niveau :
 Les poires de niveau :

Les poires de niveau, ou interrupteurs à flotteur, servent à la détection du niveau de liquides.


Les appareils déclenchent des ordres de commutation à des niveaux prédéterminés, leur permettant
de réaliser la commande des pompes de remplissage et de vidage ou de déclencher une alarme.

SALIMI YOUNESS Projet de fin d’études Page


La poire de niveau est proposée au choix avec un, deux, ou trois contacts de commutation.
Ainsi, on peut surveiller jusqu’à 4 niveaux différents.

 Les ultrasoniques :

Des impulsions ultrasonores sont émises, on capte leurs échos à la surface du liquide et on
mesure la durée de parcours. Cette durée qui est indépendante de la nature du matériau et de la
pression est proportionnelle à la distance du capteur au fluide. L’absence de contact avec le fluide
permet à ce capteur de convenir à tous les produits alimentaires, chimiques, qu’ils soient liquides ou
pâteux pour des températures comprises entre –190°C et +250°C, les pressions peuvent atteindre 40
bars. La gamme de mesures s’étend jusqu’à 50 m. La précision, de l’ordre de 1%, dépend du milieu
dans lequel se propagent les ondes ultrasonores et est sujette aux turbulences de l’air, aux
vaguelettes de surface et au taux d’humidité.

iii. Les capteurs de débit :


Selon la loi d’induction de Faraday une tension est induite dans un conducteur se déplaçant
dans un champ magnétique. Appliqué au principe de mesure électromagnétique, c'est le liquide
traversant le capteur qui correspond au conducteur. La tension induite, proportionnelle à la vitesse
de passage, est transmise à l'amplificateur par deux électrodes de mesure. On calcule le débit
volumique par le biais de la section de tube. Le champ magnétique est engendré par un courant
continu alterné. Le liquide doit avoir une résistivité acceptable < 200 kΩ/cm.

Figure 18: Principe de fonctionnement d'un débitmètre électromagnétique

Selon la loi de Faraday on a : 𝐔𝐞 = B · L · v avec :


𝐔𝐞 : Tension induite ;
B : induction magnétique (champ magnétique) ;
L : écart des électrodes ;
V : vitesse d'écoulement.

SALIMI YOUNESS Projet de fin d’études Page


Figure 19: Débitmètres de la station Bouskoura 140

iv. Les capteurs de pression :

SALIMI YOUNESS Projet de fin d’études Page


5. Les tâches assistées :
Pendant le déroulement de mon stage, j’ai pu améliorer mes compétences professionnelles par
des travaux que j’avais la chance de faire avec le groupe électricité/automatisme. Le travail réalisé
s’est avéré très enrichissant pour mon expérience professionnelle aussi bien en ce qui concerne le
domaine technique que l’aspect humain.

Sites Travaux réalisés


-Contrôle de la communication entre l’automate pilote et l’automate
esclave.
-Mise au point du programme de l’automate de la pompe du forage
Km8 et mise au service.
-Initialisation de l’automate PERAX P400xi et remise en service de
la transmission.
-Contrôle de l’automatisme des pompes et essai avec le BCC.
Yaacoub El Mansour -Réparation de défaut dégrilleur.
Mohammedia
Nouacer -Vérification et contrôle de la sonde de niveau de la bâche.
Errahma -Rétablissement de la transmission des informations au BCC
concernant la marche du groupe électrogène.
Yasmina -Vérification des éléments de l’armoire de commande.
-Test du système d’intrusion (Problème du maintien de l’intrusion).
Bouskoura 140 -Vérification et contrôle de la sonde de niveau de la bâche.
-Vérification des éléments de l’armoire de commande.
Mediouna 85 -Mise au point du programme de régulation (par débit moyen,
consignes, temporisation, états des capteurs…).
Tableau 2: les tâches effectuées

6. Conclusion :
Les interventions que j’ai assisté avec les groupes de techniciens m’a permis de découvrir le
domaine de la télégestion et de la supervision, plusieurs sites d’assainissements dans la région de
Casablanca et de comprendre plusieurs mécanismes liés à l’assainissement en général

SALIMI YOUNESS Projet de fin d’études Page


Chapitre III : Etude de la
fiabilité de la pompe
centrifuge de la station
Marina

SALIMI YOUNESS Projet de fin d’études Page


1. Introduction :

2. Présentation de la station Marina :


2.1. Fonction :
La station Marina est une station de relevage qui mise en service en 2009 par la LYDEC. Elle
assure le dégrillage et le transfert des eaux usées du collecteur GAUNOD vers la station Port
médina.

2.2. Synoptique de la station :

Figure 20: Synoptique de la station Marina

2.3. Equipements de la station :


La station contient les équipements suivants :
 4 pompes dont une de secours.
 Dégrilleur automatique.
 3 clapets anti-retour.
 2 sondes ultrasoniques pour les mesures.
 Groupe électrogène.

SALIMI YOUNESS Projet de fin d’études Page


2.4. Fonctionnement :
Les eaux usées de la station arrivent par une conduite de DN800 après le déversoir
GOUNOD. Après le dégrillage les effluents sont pompés et acheminés gravitairement vers la station
Port médina par une conduite DN800.

3. Enoncé de problématique :
Le problème majeur lié au débordement des deux stations est le débit important des
précipitations pendant la saison d’Hiver et aussi le dysfonctionnement soit du réseau ou des
équipements des deux stations Port Médina et Marina. Durant cette période, les deux stations citées
au-dessus représentent un point critique dans le réseau d’assainissement de l’ancienne Médina.
(Voir Annexe 2). A partir des statistiques, on remarque que le nombre de réclamations justifie
l’étude de ces dysfonctionnements et le risque réel qu’ils représentent le débordement de SP Port
Médina qui déverse l’eau usée à travers le trop plein vers MARSA et celui du collecteur vers le
boulevard ALMOUAHIDIN sollicite l’intervention des équipes de maintenance afin de trouver une
solution et minimiser les dégâts.

Date Réclamation
Arrêt de la station Marina

11/12/2015 Débordement de SR Marina (dysfonctionnement).


02/11/2015 Débordement de SR Marina (dysfonctionnement).
25/03/2015 Arrêt de la station Marina
25/11/2014 Pompage en arrêt
27/10/2014 Pompage en arrêt
17/06/2014 Arrêt de SR Marina (Déversement dans la mer).
09/07/2012 Arrêt de la station Marina
25/02/2011 Arrêt de la station Marina
Tableau 3: Statistique de Réclamation de Débordement de la station Marina

4. Démarche de résolution :
Afin d’anticiper ou du moins prévoir un risque de débordement, on a choisi l’approche
AMDEC pondérant chaque facteur d’impact par un coefficient de criticité et d’établir ainsi une
hiérarchie permettant de classer les causes de débordement par impact de criticité et de les intégrer
dans le programme des automates des deux stations et constitueront ainsi un système unique et plus
réactif.
SALIMI YOUNESS Projet de fin d’études Page
4.1. Généralités sur les pompes centrifuges :
4.1.1. Définition et principe de fonctionnement :
Une pompe centrifuge est une machine rotative qui pompe un liquide en le forçant au travers
d’une roue à aube ou d'une hélice appelée impulseur. C’est le type de pompe industrielle le plus
commun. Par l’effet de la rotation de l’impulseur, le fluide pompé est aspiré axialement dans la
pompe, puis accéléré radialement, et enfin refoulé tangentiellement.
Le principe de fonctionnement d’une pompe centrifuge repose sur l’effet de la force
centrifuge grâce aux aubes de la roue. Celle-ci est placée dans le corps de la pompe qui possède
généralement deux orifices, le premier pour l’aspiration dans l'axe de rotation et le second pour le
refoulement perpendiculaire à l'axe de rotation. Le fluide pris entre deux aubes se trouve contraint
de tourner avec la roue, la force centrifuge repousse alors la masse du liquide vers l'extérieur de la
roue où la seule sortie possible sera l'orifice de refoulement. L'énergie fluide provient donc de la
force centrifuge.
4.1.2. Les principaux composants d’une pompe centrifuge :
Une pompe centrifuge est composée généralement de :
 Un impulseur : c’est l’organe qui transmet au fluide l’énergie fournie par le moteur. C’est
une roue munie d’aubes qui animée par un mouvement de rotation entraine dans son
mouvement le fluide. Celui-ci arrive axialement jusqu’à la roue et il est rejeté radialement
sous l’effet de la force centrifuge.
 Un diffuseur : son rôle est de diminuer la vitesse du fluide en transformant une partie de
l’énergie cinétique en énergie potentielle. Son utilisation à la périphérie de la roue mobile
permet une diminution de la perte d'énergie.
4.1.3. Les caractéristiques d’une pompe centrifuge :
Les principaux paramètres qui caractérisent une pompe centrifuges sont :
 Le débit refoulé Q : est le volume utile débité au refoulement de la pompe par unité de
temps, en m3/s (unités également utilisées : l/s et m3/h). Il est proportionnel à la vitesse de
rotation de la pompe. Le débit de fuite ainsi que les écoulements dans les jeux ne sont pas
compris dans le débit refoulé.
 L’hauteur manométrique H : c’est l’énergie fournie par la pompe à l’unité de poids du
liquide qui la traverse. Si HTA est la charge totale du fluide à l’orifice d’aspiration et HTR
la charge totale du fluide à l’orifice de refoulement, la hauteur manométrique de la pompe
est : H=HTA-HTB.

SALIMI YOUNESS Projet de fin d’études Page


 Le rendement η : Le rendement d’une pompe est le rapport de la puissance utile P
(puissance hydraulique) communiquée au liquide pompé à la puissance absorbée Pa par la
pompe, généralement il est de l’ordre de 60 à 70%.
4.1.4. Présentation de la pompe centrifuge Jeumont Schneider de la station Marina :
a) Fonction :
b) Fiche technique ;
c) Gfggfgfg
d) jjjjj

4.2. Généralités sur l’AMDEC


4.2.1. Définition de la maintenance :
L’entretien ou la maintenance est défini comme étant « l’ensemble des actions permettant de
maintenir ou de rétablir un bien dans un état spécifié ou en mesure d’assurer un service déterminé »
(norme AFNOR X 60-010).
Entretenir ou maintenir consiste donc à effectuer des opérations (dépannage, graissage,
visite, changement, amélioration, vérification, contrôle) qui permettent de conserver le potentiel du
matériel pour assurer la continuité et la qualité de la production ainsi que la sécurité d’opération.
4.2.2. Objectifs de la maintenance :
Les objectifs de la fonction maintenance sont répartis sur plusieurs niveaux :
 quantité : Assurer la production prévue.
 Qualité : maintenir la qualité du produit final tout en respectant les besoins du client.
 Temps : Respecter les délais prévus.
 Sécurité : Eliminer les défaillances et assurer la sécurité du personnel.
 Rentabilité : Rechercher les couts optimums et l’amélioration continue de la disponibilité
des outils de production.
 Environnement : Préserver l’environnement.

4.2.3. Les opérations de la maintenance :


Les opérations de la maintenance sont :
-Les inspections : Ce sont des activités de surveillance (ronde à fréquence courte), consistant à
relever périodiquement des anomalies et exécuter des réglages simples ne nécessitant pas
d’outillage, ni d’arrêt de l’outil de production ou des équipements.
Elle assure une surveillance quotidienne de l’ensemble des équipements, évitant ainsi,
l’apparition d’un grand nombre de défaillances mineures, qui pourraient à long terme avoir des
conséquences majeures. Les rondes, sur matériel en service, comprennent :
 La lubrification (contrôles, pleins, vidanges,).

SALIMI YOUNESS Projet de fin d’études Page


 Des contrôles de pressions de températures, de vibrations.
 Des examens sensoriels : Détection visuelle de fuites, détection d’odeur, des bruits
anormaux, etc.…
 Des travaux mineurs : dépannages simples, réglages.
 Ecoute des cognements de pompage ou des chocs hydrauliques à l’aide d’un casque et avec
l’ouïe.
-Les visites : Ce sont des opérations de surveillance qui dans le cadre de la maintenance préventive
systématique, s’opèrent selon une périodicité prédéterminée. Ces interventions correspondant à une
liste d’opérations définies au préalable et qui peuvent entrainer des montages d’organes et une
immobilisation du matériel.
-Le Dépannage : Action sur un bien en panne, en vue de le remettre en état de fonctionnement
compte tenu de l’objectif. Ainsi le dépannage peut être appliqué par exemple sur des équipements
fonctionnant en continu dont les impératifs de production interdissent toute visite ou intervention à
l’arrêt.
-La réparation : Intervention définitive et limitée à la maintenance corrective après panne ou
défaillance. L’application de la réparation peut être décidée soit immédiatement à la suite d’un
incident, ou d’une défaillance, soit après un dépannage, soit après une visite de maintenance
préventive conditionnelle ou systématique.
-Le contrôle : Il correspond à des vérifications de conformité par rapport à des données préétablies
suivies d’un jugement. Le contrôle peut être une activité d’information, inclure une décision,
déboucher comme les visites sur des opérations de maintenance corrective.
4.2.4. Présentation de l’outil AMDEC :
a) Définition :
C’est un outil d’analyse qui permet de construire la qualité des produits fabriqués ou des
services rendus et favorise la maîtrise de la fiabilité en vue d’abaisser le coût global. Elle est régie
par la norme AFNOR X 60-510.
Cette méthode conçue pour l’aéronautique américaine en 1960: est devenue aujourd’hui, soit
réglementaire dans les études de sûreté des industries « à risque » (aérospatial, nucléaire, chimie),
soit contractuelle (pour les fournisseurs automobile par exemple). Etablie en équipe, menée à
différents niveaux d’avancement, elle permet de définir les priorités d’action par la confrontation
des opinions. Elle est applicable :
 à un produit : AMDEC produit,
 à un processus : AMDEC processus,

SALIMI YOUNESS Projet de fin d’études Page


 à un système de production : AMDEC moyen de production.
Nous allons nous intéresser à l’AMDEC processus.
b) Objectifs de l’AMDEC :
L’AMDEC est une technique d’analyse prévisionnelle qui permet d’estimer les risques d’apparition
de défaillance ainsi que les conséquences sur le bon fonctionnement du moyen de production, et
d’engager les actions correctives nécessaires.
L’objectif principal est l’obtention d’une disponibilité maximale.
Les objectifs intermédiaires sont les suivantes :
 Analyser les conséquences des défaillances,
 Identifier les modes de défaillances,
 Préciser pour chaque mode de défaillance les moyens et les procédures de détection,
 Déterminer l’importance ou la criticité de chaque mode de défaillance,
 Classer les modes de défaillance,
 Etablir des échelles de signification et de probabilité de défaillance.
c) La démarche AMDEC :
La démarche AMDEC se constitue des étapes suivantes :
 Décomposition de l’équipement,
 Analyse des défaillances,
 Etablissement de la fiche AMDEC simplifiée,
 Hiérarchisation des défaillances,
 Elaboration du plan de maintenance.
d) L’établissement de la fiche AMDEC :
Après la décomposition de l’équipement, et l’analyse de ses défaillances a l’aide des
historiques des années précèdent, on passe directement à l’étape de l’établissement de la fiche.
La grille AMDEC est le support de discussion et le document rédigé par l'animateur.

Elément Fonction Mode Cause Effet Evaluation Détection Action

Tableau 4:Exemple de la fiche AMDEC

-L'élément indique la partie du procédé (ou de la machine) qui est concerné


-La fonction est celle à laquelle cet élément participe
-La détection explique comment on prend conscience du problème
-L'action est la solution envisagée pour remédier au problème

SALIMI YOUNESS Projet de fin d’études Page


-L'évaluation (la criticité) consiste à noter et hiérarchiser les chaînes cause / mode / effet, La
criticité est en fait la gravité des conséquences de la défaillance, déterminée par calcul de trois
critères : C= F x D x G

 F : Fréquence d’apparition de la défaillance : elle doit représenter la probabilité d’apparition


du mode de défaillance résultant d’une cause donnée.
Pour notre cas on donne le barème de la fréquence de :
Valeur de F Critères
1 Défaillance très faible
2 Défaillance faible
3 Défaillance possible
4 Défaillance fréquente
5 Défaillance très fréquente
Tableau 5: Barème de la valeur de fréquence

 D : Fréquence de non-détection de la défaillance : elle doit représenter la probabilité de ne


pas détecter la cause ou le mode de défaillance avant que l’effet survienne.
Pour notre cas on donne le barème de la fréquence de :
Valeur de D Critères
1 L’opérateur pourra éviter la défaillance par une action préventive. La
détection est totale
2 Il y a risque que la défaillance ne soit pas perçue par l’opérateur. La détection
est exploitable
3 La défaillance n’est pas facilement détectable. La détection est faible
4 Cas sans détection
Tableau 6: Barème de la valeur de la détectabilité

 G : Gravité des effets de la défaillance : la gravité représente la sévérité relative à l’effet de


la défaillance.
Pour notre cas on donne le barème de la fréquence de :

SALIMI YOUNESS Projet de fin d’études Page


Valeur de G Critères
1 Sans risque mineur au niveau de production et sécurité
2 Influence sur le fonctionnement des autres éléments (impact sécurité mineur)
3 Réduction du rendement de la machine (sans impact sécurité)
4 Arrêt de la machine sans impact
5 Arrêt de la machine avec impact
6 Arrêt de la pompe sans impact
7 Arrêt de la pompe avec impact
Tableau 7: Barème de la valeur de gravité

e) Elaboration du plan d’action :


La finalité de l'analyse AMDEC, après la mise en évidence des défaillances critiques, est de
définir des actions de nature à traiter le problème identifié. Les actions sont de 3 types :
-Actions préventives : on agit pour prévenir la défaillance avant qu'elle ne se produise, pour
l'empêcher de se produire. Ces actions sont planifiées. La période d'application d'une action résulte
de l'évaluation de la fréquence.
-Actions correctives : lorsque le problème n'est pas considéré comme critique, on agit au moment
où il se présente. L'action doit alors être la plus courte possible pour une remise aux normes rapide.
-Actions a mélioratives : il s'agit en général de modifications de procédé ou de modifications
technologiques du moyen de production destinées à faire disparaître totalement le problème. Le
coût de ce type d'action n'est pas négligeable et on le traite comme un investissement.

5. L’application de la méthode AMDEC sur la pompe :


5.1. Introduction
Dans cette partie, on va appliquer une analyse fonctionnelle et une étude AMDEC sur la
motopompe de la station Marina
5.2. Analyse fonctionnelle :
L’analyse fonctionnelle est une méthode qui a pour objet :
 L’identification des fonctions attendues ou réalisées du produit,
 L’expression de ces fonctions (verbe d’action, complément),
 La caractérisation de ces fonctions (critères, niveaux, flexibilités),
 La hiérarchisation de ces fonctions.

SALIMI YOUNESS Projet de fin d’études Page


L’objectif est de proposer un modèle de l’usage du produit qui permettre la simulation de la
satisfaction du client. L’analyse fonctionnelle se fait selon deux niveaux principaux :
 L’analyse fonctionnelle externe: qui détermine les fonctions principales et les fonctions
contraintes.
 L’analyse fonctionnelle interne : qui détaille les différents éléments qui vont être analysés
dans l’AMDEC ainsi que leur participation dans la ou les fonctions principales.
L’analyse fonctionnelle externe est possible grâce à des outils comme : La bête à corne et le
diagramme pieuvre, les figures suivant traite l’analyse fonctionnelle externe de la pompe centrifuge
de la station Marina.

Eau usée

Pompe

Alimenter la station en eau

Pompe
Environnement

Opérateur Milieu ambiant

L’outil "diagramme pieuvre" est utilisé pour analyser les besoins et identifier les fonctions de
service d’un produit. Le diagramme "pieuvre " met en évidence les relations entre les différents
éléments du milieu et le produit et détermine les fonctions principales et les fonctions contraintes.
FP1 :
FP2 :

SALIMI YOUNESS Projet de fin d’études Page


FC1 :
FC2 :
FC3 : résister aux conditions climatiques

5.3. Décomposition interne de la pompe :


La pompe centrifuge de la station Marina se compose de plusieurs équipements sont résumés
dans le tableau suivant :

Pompe
pompe multiplicateur Moteur Système de lubrification Instrumentation
et sécurité
-Arbre -Accouplement -Rotor -Pompe attelée -Transmetteur
-Impulseur -Arbres -Stator -Pompe auxiliaire de température
-Garnitures -Roulement -Boite à bornes -Echangeur - Transmetteur
Mécaniques -Pignon -Roulement -Filtre De pression
-Diffuseur -Disque butée -Ventilateur -Réservoir d’huile - Transmetteur
-volute -Pignon De débit
-Corps -coussinets - Transmetteur
De niveau
-Détecteur de
vibration
Tableau 8: Décomposition interne de la pompe

5.4. AMDEC de la pompe ;


Après la décomposition interne de l’équipement (pompe centrifuge), l’application de la
méthode AMDEC est résumée dans les tableaux suivants:

SALIMI YOUNESS Projet de fin d’études Page


AMDEC Machine
Système : Motopompe Sous-système : Pompe

Element Fonction Mode de Cause Effet Détection Criticité


défaillance
G D F C
-Impulseur -Transmettre l’énergie de -Usure. -Effort très -Arrêt de la pompe et arrêt de la station si le -Bruit. 4 1 5 20
l’arbre à l’eau. -Rupture. Elevés. problème n’est pas réparé dans une journée. -vibration.
-cavitation.
-Arbres -Transmettre une -Vibration. -Mauvaise -Arrêt de la pompe et arrêt de la station si le -Analyse 4 1 2 8
puissance sous forme -Usure. Lubrification. problème n’est pas réparé dans une journée. Vibratoire.
d’un couple et d’un -Surcharge.
mouvement de rotation.
-Garnitures -Assurer l’étanchéité de -Usure des -Cavitation. -Arrêt de la pompe et arrêt de la station si le -Fuite 4 1 5 20
Mécaniques la pompe, éviter les fuites faces. -Mauvaise problème n’est pas réparé dans une journée. d’eau.
du liquide à l’extérieur. -Usure des qualité d’eau.
joints.
-Diffuseur -Guider le mouvement de -Usure. -Cavitation. -Fonction dégradé. -Bruit. 3 1 1 3
l’eau. -Eau chargée. -Cavitation.
-Volute -prolonger l'effet -Usure. -Cavitation. -Fonction dégradé. -Bruit. 3 1 1 3
hydraulique de la roue. -Eau chargée. -Cavitation.

[Tapez un texte] Page 45


AMDEC Machine
Système : Motopompe Sous-système : Multiplicateur
Element Fonction Mode de Cause Effet Détection Criticité
défaillance
G D F C

Accouplement -Transmettre le -Rupture des -Vibration. -Arrêt de la pompe et arrêt de la -Vibration. 4 1 2 8


mouvement de lamelles. -Cavitation. station si le problème n’est pas -Bruit.
rotation. réparé.
Roulement -Transmettre la -Usure. -Problème d’huile de -Arrêt de la pompe et arrêt de la -Vibration. 4 1 2 8
puissance. -Rupture. lubrification. station si le problème n’est pas -Bruit.
-Grippage. -Vibration. réparé.
-Cavitation.
Pignon -Transmettre la -Usure. -Problème d’huile de -Arrêt de la pompe et arrêt de la -Vibration. 4 1 2 8
puissance. -Rupture. Lubrification. station si le problème n’est pas -Bruit.
-Efforts élevés. réparé.
Coussinets -Support et guidage -Usure. -Mauvaise lubrification. -Perte de Performance. -Bruit. 4 1 5 20
en rotation. -Surcharge. -Température
élevée.

SALIMI YOUNESS Projet de fin d’études Page


AMDEC Machine
Système : Motopompe Sous-système : Moteur
Element Fonction Mode de Cause Effet Détection Criticité
défaillance
G D F C

Rotor -Transformer l’énergie -Perte -Défaut -Arrêt du moteur et par suite -Température. 4 3 1 12
électrique en énergie d’isolement d’isolement. arrêt de la pompe. -Ampérage.
magnétique. (Court-circuit). -Humidité. -Contrôle
-Echauffement. d’isolement.
Stator -Transformer l’énergie -Perte -Défaut de masse. -Arrêt du moteur et par suite -Température. 4 3 1 12
magnétique en d’isolement arrêt de la pompe. -Ampérage.
puissance. (Court-circuit). -Contrôle
-Echauffement. d’isolement.
Ventilateur -Refroidir le -Usure. -Balourd. -Pas d’arrêt. -Bruit. 2 1 1 2
moteur. -Casse.
Roulements -Transmettre de -Usure. -Manque de -Arrêt de la pompe. -Température. 4 1 1 4
puissance. -Rupture. Graissage. -Bruit.
-Cavitation. -Vibration.
Boites à bornes -Assurer l’alimentation -Etanchéité -Défaut -Arrêt de la pompe. -Contrôle 4 3 1 12
du moteur. (court-circuit). d’isolement. d’isolement.

SALIMI YOUNESS Projet de fin d’études Page


AMDEC Machine
Système : Motopompe Sous-système : Système de lubrification
Element Fonction Mode de Cause Effet Détection Criticité
défaillance
G D F C

-Pompe -Injection -Usure -Huile contaminée Pas d’arrêt de la -Analyse d’huile 4 1 1 4


attelée d’huile sous -Blocage -Vibration pompe, la pompe -Contrôle
pression -Cavitation auxiliaire démarre vibratoire
-Pompe -Injection -Usure -Détérioration des -Arrêt de la pompe -Contrôle de 4 1 1 4
auxiliaire d’huile sous -Blocage joints pression
pression -Fuite d’huile - Huile contaminée -Vibration
- -Refroidir -Fuite -Détérioration des joints -Perte de -Visuelle 3 1 2 6
Echangeur l’huile -Encrassement -Eau impropre performance -Température
-Filtre -Filtrer l’huile -Encrassement -impureté -Echauffement -Contrôle de 3 1 3 9
-Perte de pression pression

SALIMI YOUNESS Projet de fin d’études Page


5.5. Application de la méthode Pareto sur la pompe :

Criticité Pourcentage (%) Pourcentage accumulé (%)


-Impulseur 20 12.6
-Garnitures Mécaniques 20 12.6
-Coussinets 20 12.6
-Rotor 12 7.6
-Stator 12 7.6
-Boites à bornes 12 7.6
-Filtre 9 5.7
-Pignon 8 5
-Arbres 8 5
-Accouplement 8 5
-Roulements de multiplicateur 8 5
-Echangeur 6 3.8
-Pompe auxiliaire 4 2.5
-Roulements du moteur 4 2.5
-Diffuseur 3 1.9
-Volute 3 1.9
-Ventilateur 2 1.1

5.6. Analyse ABC :

Classe A Classe B Classe C


Impulseur Roulement de multiplicateur Roulement de moteur

Garnitures mécaniques Echangeur Diffuseur

Coussinets Pompe auxiliaire Volute

Rotor Ventilateur

Stator

Boites à bornes

Filtre

Pignon

Arbre

Accouplement

[Tapez un texte] Page 45


5.7. Le plan de maintenance préventive :

Eléments Actions préventives


Impulseur -Contrôle vibratoire
Garnitures mécaniques -Surveillance pour détection de fuite
-Changement de garniture
Coussinet -Suivi de température et vibration
Rotor -Vérifier l’isolement
-Suivi de température
Stator -Vérifier l’isolement
-Suivi de température
Boite à bornes -Vérifier l’isolement
Accouplement -Changement d’accouplement
-Analyse vibratoire
Roulement du multiplicateur -Contrôle vibratoire
-Analyse des propriétés d’huile
Filtre - Contrôle de température
Pignon -Contrôle périodique
Arbres -Graissage des éléments en contact avec l’arbre
-Analyse vibratoire
Echangeur -Nettoyage de canalisation
-Contrôle de température
Pompe attelée -Contrôle et vérification du débit et de la pression d’huile
Pompe auxiliaire -Contrôle et vérification du débit et de la pression d’huile
Tableau 9: Les actions préventives

SALIMI YOUNESS Projet de fin d’études Page


ANNEXES :

Figure 21: Dégrilleur automatique

Figure 22: panier dégrilleur

SALIMI YOUNESS Projet de fin d’études Page

Vous aimerez peut-être aussi