Vous êtes sur la page 1sur 2

Poème L’albatros

María Ramos Parrales

Nous allons commenter ce poème appartenant à le recueil des poèmes Les fleurs du

mal (1857) dont l’auteur est Charles Baudelaire, poète que appartient à la France du

XIX

siècle. Ce siècle a été marqué par nombreaux changements, politiques et sociaux,

liés

majoritarement au développement économique et industriel. Le siècle est

dénommé « mal du siècle » qui est le séntiment de nostalgie, de mélancolie, partage

par tous.

Dans cet époque nous pouvons trouver le mouvement du romantisme. Baudelaire prend du romantisme principalement la thématique, ses oeuvres expriment des sentiments propres du courant comme le d’isolement et de solitude qui être appréciée dans l’albatros. Baudelaire est né à Paris en 1821, Il a une capacité grande par l’écriture,il est connu comme « le poète » parce que les historiens pensent qu’il est le créateur de la poésie, à cause de l’ouvrage Les fleurs du mal il est considéré en contre la morale. Baudelaire peut s’identifier avec trois styles littéraires; le romantisme, le parnasse et le symbolisme. Le parnasse est le culte de la beauté, le refus du lyrisme, l’attrait pour le Classicisme et la perfection stylistique. Le symbolisme est la représentation concrète d’une idée abstraite pour établir un lien entre le monde des idées et le monde des choses. Le recueil à commenter Les fleurs du mal est un scandale et procès judiciaire par «délit d’outrage à la morale et aux bonnes mœurs». Baudelaire dans ce livre a sa pensée, tout son coeur, toute sa religion et toute sa haine. La structure du recueil a 6 sections.Dans L’albatros narre une scène de vie en mer dans laquelle les hommes tournent en dérision des albatros.

Comment Baudelaire évoque-t-il sa condition de poète à travers la métaphore ou la comparaison de l’albatros ? D’abord nous allons étudier les albatros tournés en dérision par les hommes et la valeur symbolique de l’Albatros. Dans un premier temps, nous aborderons des oiseaux en symbiose avec le milieu marin, la cruauté des marins et la transformation des albatros. Nous pouvons voir l’évocation d’une scène de vie en mer et nous observons la présence du champ lexical maritime «hommes d’équipage» «albatros» «oiseaux des mers» «le navire» «les planches» «avirons» «tempête» et les rimes « mers » aux vers 2 et 4 qui soulignent phonétiquement le contexte maritime. Baudelaire nous reflète la symbiose entre l’albatros et son milieu dans des péripharases « vastes oiseaux des mers » « compagnons de voyage », « rois de l’azur » « prince des nuées ». Les adjectifs « azur » « vaste » qualifient les albatros. Nous pouvons observer des allitérations en « l » et en « s ». Baudelaire nous décrit des marins cruels, brutaux et grossiers,comme un groupe d’hommes « les hommes » « l’équipage », les hommes apparaissent même assez indifférenciés « l’un agace » « l’autre mime ». Cet amusement cruel est décrit dès les

premiers vers du poème. Les marins sont en effet sujets de verbes d’actions qui ont un sens actif « prennent » « ont déposés » « agace » « mime » et les albatros sont sujets de verbes qui ont un sens passif « laissent » « est gauche et veule » «est comique et laid ». Le poème a de nombreuses antithèses qui soulignent le contrate entre la majesté et la triste apparence au sol dans vers 9, 10. Les adjectifs dépréciatifs pour qualifier les albatros au sol «maladroits et honteux » « gauche et veule », « comique et laid » ce qui souligne la nouvelle condition de l’oiseau.

Dans le deuxième partie nous aborderons l’identification de l’albatros et du poète,la supériorité morale et spirituelle et l’albatros inadapté et exclu. Baudelaire fait un rapprochement entre l’albatros et le poète « Le poète est semblable au prince des nuées ». Nous pouvons la valeur générale et symbolique de l’oiseau dans le titre du poème « L’Albatros » avec l’article défini et aussi dans «Le poète ». L’assimilation de l’albatros et du poète est totale au dernier vers «Ses ailes de géant». Baudelaire prend un thème littéraire traditionnel: la solitude du poète, comme l’albatros, le poète est associé à l’idée de grandeur et de détachement du monde matériel, l’auteur évolue la supériorité morale et spirituelle de l’oiseau et donc du poète. Le symbole de l’albatros nous fait voir l’exclusion et l’inadaptation du poète. Nous pouvons voir l’exclusion du poète « exilé au sol » qui est une métaphore entre l’albatros et le poéte « ses ailes de géant l’empêchent de marcher ». L’inadaptation du poète il est ainsi incapable de s’adapter à la bassesse, la vulgarité, la médiocrité « au milieu des huées ».

Baudelaire est en train de montrar pendant tout le poème un thème littéraire traditionnel, la solitude du poète, le poète est incapable de s’adapter aux réalites ordinaires, il sent la souffrance de solitude et d’exclusion dans une scène de vie en mer marins capturent des albatros. En faisant une métaphore entre l’albatros et le poète, ainsi Baudelaire nous montre sa condition de poète.