Vous êtes sur la page 1sur 8

IEJ – prépa intensive – procédure administrative – Cours– M.

 Staub – 2014 

Exemple de corrigé d’arrêt en procédure administrative contentieuse 
 
 
 
Remarques méthodologiques 
 
Le commentaire d’arrêt n'est pas comparable à une dissertation juridique. Aussi, le plan en deux parties et 
quatre  sous‐parties  doit  être  en  principe  écarté  car  il  ne  correspond  pas  à  la  structuration  même  de  la 
décision de justice qui peut très bien aborder un, deux voire trois questions de procédure contentieuse et 
qu'il  s'agit  d'un  travail  technique  où  l'on  s'épargne  la  méthode  du  balancement  circonspect  (oui/mais  ou 
si/néanmoins) et où les qualités rédactionnelles passent au second plan ‐ sans être bien sûr occultées ‐).  
Donc, le candidat doit en guise d'introduction et dans un premier temps d'abord résumer les faits, ensuite 
aborder les points de procédure qui n'entrent pas dans la motivation de la décision comme par exemple 
(arrêt de premier ressort, d'appel ou de cassation, délais de jugement de l'affaire, requérant aidé ou pas 
d'un conseil etc...), enfin poser les problèmes de droit soulevés par le jugement. 
Dans un second temps, le candidat entre dans le détail de ces problèmes en distinguant bien les questions 
de  pure  procédure  de  celles  de  fond.  Ces  dernières  ayant  trait  à  du  droit  administratif  doivent  être  en 
conséquence  traitées  succinctement  (on  dirait  évacuer  assez  rapidement):  cas,  par  ex,  de  l'intensité  du 
contrôle juridictionnel sur la décision d'autoriser la culture d'une plante transgénique. Puis (mais les points 
de fond peuvent être réglés après ceux de procédure, ce qui est parfois préférable compte tenu du temps 
imparti)  le  candidat  vient  au  centre  du  sujet  en  développant  le(s)  point(s)  de  contentieux.  Pour  chaque 
point (qu'il traitera par ordre d'importance, c'est à dire en fonction de la place que les divers considérants 
lui consacrent effectivement), il présente d'abord l'état du droit applicable (texte ou/et jurisprudence, pour 
les  meilleurs  un  historique),  ensuite  la  solution  de  la  décision  commentée  et  enfin  la  portée  de  cette 
dernière  (revirement,  retour  en  arrière,  précision  d'une  jurisprudence  établie  et  critique  de  la  solution). 
Une conclusion n'est pas nécessaire mais concevable si, par exemple, le candidat préfère à ce moment du 
devoir dégager un appareil critique. 
 
 
 
Veuillez commenter la décision du Conseil d’État du 21 juin 2013, Communauté d’agglomération du pays de 
Martigues (extraits) 
 
 
Section du Contentieux  
N° 352427  
  
   
Vu le pourvoi sommaire et le mémoire complémentaire, enregistrés les 6 septembre et 6 décembre 2011 
au secrétariat du contentieux du Conseil d’État, présentés pour la Communauté d’agglomération du pays 
de  Martigues,  dont  le  siège  est  Allée  Edgar  Degas,  Paradis  Saint‐Roch,  à  Martigues  (13500)  ;  la 
Communauté d’agglomération du pays de Martigues demande au Conseil d’État : 
  
1°) d’annuler l’arrêt n° 09MA00154 du 4 juillet 2011 par lequel la cour administrative d’appel de Marseille a 
rejeté  sa  requête  tendant  à  l’annulation  du  jugement  n°  0604062  du  20  novembre  2008  du  tribunal 
administratif  de  Marseille  en  tant  qu’il  a  annulé,  à  la  demande  du  Comité  d’intérêt  de  quartier  de  Saint‐
Pierre, commune de Martigues, l’arrêté du 18 avril 2006 du préfet des Bouches‐du‐Rhône ayant autorisé le 
stockage de déchets non ultimes au lieu‐dit “ Vallon du Fou “, sur le territoire de la commune de Martigues, 
et a enjoint au préfet des Bouches‐du‐Rhône de modifier cet arrêté ; 
   
2°) réglant l’affaire au fond, de faire droit à son appel ;  
  
Vu les autres pièces du dossier ;  


IEJ – prépa intensive – procédure administrative – Cours– M. Staub – 2014 

Vu le code de l’environnement ;  
Vu la loi n° 91‐647 du 10 juillet 1991 ; 
Vu l’ordonnance n° 2010‐1579 du 17 décembre 2010 ; 
Vu le code de justice administrative ;  
   
Après avoir entendu en séance publique : 
  
‐ le rapport de M. Didier Ribes, Maître des Requêtes,  
‐ les conclusions de M. Xavier de Lesquen, rapporteur public ; 
  
La  parole  ayant  été  donnée,  avant  et  après  les  conclusions,  à  Me  Haas,  avocat  de  la  Communauté 
d’agglomération du pays de Martigues et à la SCP Odent, Poulet, avocat du Comité d’intérêt de quartier de 
Saint‐Pierre, commune de Martigues ; 
  
 
1. Considérant qu’il ressort des pièces du dossier soumis aux juges du fond que, par un arrêté du 18 avril 
2006,  le  préfet  des  Bouches‐du‐Rhône  a  autorisé,  sur  le  fondement  de  l’article  L.  512‐1  du  code  de 
l’environnement relatif aux installations classées pour la protection de l’environnement, l’exploitation par 
la Communauté d’agglomération du pays de Martigues d’un centre de stockage de déchets situé au lieu‐dit 
du “ Vallon du Fou “, sur le territoire de la commune de Martigues ; que par un jugement du 20 novembre 
2008, le tribunal administratif de Marseille a, à la demande du Comité d’intérêt de quartier de Saint‐Pierre, 
commune  de  Martigues,  annulé  cet  arrêté  en  tant  qu’il  autorisait  le  stockage  de  déchets  non  ultimes  et 
enjoint au préfet de le modifier ; que ce dernier a pris le 9 février 2009, pour l’exécution de ce jugement, un 
arrêté modificatif imposant de nouvelles prescriptions ; que, par un arrêt du 4 juillet 2011, contre lequel la 
Communauté  d’agglomération  du  pays  de  Martigues  se  pourvoit  en  cassation,  la  cour  administrative 
d’appel de Marseille a rejeté sa requête dirigée contre le jugement du tribunal administratif ; 
  
Sur la régularité de l’arrêt attaqué : 
  
2. Considérant que l’article L. 5 du code de justice administrative prévoit que “ l’instruction des affaires est 
contradictoire  “  ;  qu’aux  termes  de  l’article  L.  7  de  ce  code  :  “  Un  membre  de  la  juridiction,  chargé  des 
fonctions  de  rapporteur  public,  expose  publiquement,  et  en  toute  indépendance,  son  opinion  sur  les 
questions que présentent à juger les requêtes et sur les solutions qu’elles appellent “ ; 
  
3.  Considérant  que  les  règles  applicables  à  l’établissement  du  rôle,  aux  avis  d’audience  et  à  la 
communication  du  sens  des  conclusions  du  rapporteur  public  sont  fixées,  pour  ce  qui  concerne  les 
tribunaux administratifs et les cours administratives d’appel, par les articles R. 711‐1 à R. 711‐3 du code de 
justice administrative ; que l’article R. 711‐2 indique que l’avis d’audience mentionne les modalités selon 
lesquelles  les  parties  ou  leurs  mandataires  peuvent  prendre  connaissance  du  sens  des  conclusions  du 
rapporteur public ; que le premier alinéa de l’article R. 711‐3 du même code dispose que “ si le jugement de 
l’affaire  doit  intervenir  après  le  prononcé  de  conclusions  du  rapporteur  public,  les  parties  ou  leurs 
mandataires sont mis en mesure de connaître, avant la tenue de l’audience, le sens de ces conclusions sur 
l’affaire qui les concerne “ ; 
   
4. Considérant que le principe du caractère contradictoire de l’instruction, rappelé à l’article L. 5 du code de 
justice administrative, qui tend à assurer l’égalité des parties devant le juge, implique la communication à 
chacune  des  parties  de  l’ensemble  des  pièces  du  dossier,  ainsi  que,  le  cas  échéant,  des  moyens  relevés 
d’office ; que ces règles sont applicables à l’ensemble de la procédure d’instruction à laquelle il est procédé 
sous la direction de la juridiction ; 
  
5. Considérant que le rapporteur public, qui a pour mission d’exposer les questions que présente à juger le 
recours sur lequel il conclut et de faire connaître, en toute indépendance, son appréciation, qui doit être 
impartiale, sur les circonstances de fait de l’espèce et les règles de droit applicables ainsi que son opinion 
sur les solutions qu’appelle, suivant sa conscience, le litige soumis à la juridiction à laquelle il appartient, 

IEJ – prépa intensive – procédure administrative – Cours– M. Staub – 2014 

prononce ses conclusions après la clôture de l’instruction à laquelle il a été procédé contradictoirement ; 
que l’exercice de cette fonction n’est pas soumis au principe du caractère contradictoire de la procédure 
applicable à l’instruction ; qu’il suit de là que, pas plus que la note du rapporteur ou le projet de décision, 
les conclusions du rapporteur public ‐qui peuvent d’ailleurs ne pas être écrites‐ n’ont à faire l’objet d’une 
communication préalable aux parties ; que celles‐ci ont en revanche la possibilité, après leur prononcé lors 
de  la  séance  publique,  de  présenter  des  observations,  soit  oralement  à  l’audience,  soit  au  travers  d’une 
note  en  délibéré  ;  qu’ainsi,  les  conclusions  du  rapporteur  public  permettent  aux  parties  de  percevoir  les 
éléments décisifs du dossier, de connaître la lecture qu’en fait la juridiction et de saisir la réflexion de celle‐
ci durant son élaboration tout en disposant de l’opportunité d’y réagir avant que la juridiction ait statué ; 
que  s’étant  publiquement  prononcé  sur  l’affaire,  le  rapporteur  public  ne  peut  prendre  part  au  délibéré  ; 
qu’ainsi, en vertu de l’article R. 732‐2 du code de justice administrative, il n’assiste pas au délibéré devant 
les tribunaux administratifs et les cours administratives d’appel et, selon l’article R. 733‐3 de ce code, il y 
assiste, sauf demande contraire d’une partie, sans y prendre part au Conseil d’Etat ; 
  
6. Considérant que la communication aux parties du sens des conclusions, prévue par les dispositions citées 
au  point  3  de  l’article  R.  711‐3  du  code  de  justice  administrative,  a  pour  objet  de  mettre  les  parties  en 
mesure  d’apprécier  l’opportunité  d’assister  à  l’audience  publique,  de  préparer,  le  cas  échéant,  les 
observations orales qu’elles peuvent y présenter, après les conclusions du rapporteur public, à l’appui de 
leur argumentation écrite et d’envisager, si elles l’estiment utile, la production, après la séance publique, 
d’une note en délibéré ; qu’en conséquence, les parties ou leurs mandataires doivent être mis en mesure 
de  connaître,  dans  un  délai  raisonnable  avant  l’audience,  l’ensemble  des  éléments  du  dispositif  de  la 
décision que le rapporteur public compte proposer à la formation de jugement d’adopter, à l’exception de 
la  réponse  aux  conclusions  qui  revêtent  un  caractère  accessoire,  notamment  celles  qui  sont  relatives  à 
l’application  de  l’article  L.  761‐1  du  code  de  justice  administrative  ;  que  cette  exigence  s’impose  à  peine 
d’irrégularité de la décision rendue sur les conclusions du rapporteur public ;  
  
7. Considérant, par ailleurs, que, pour l’application de l’article R. 711‐3 du code de justice administrative et 
eu égard aux objectifs, mentionnés au point 6, de cet article, il appartient au rapporteur public de préciser, 
en  fonction  de  l’appréciation  qu’il  porte  sur  les  caractéristiques  de  chaque  dossier,  les  raisons  qui 
déterminent la solution qu’appelle, selon lui, le litige, et notamment d’indiquer, lorsqu’il propose le rejet de 
la requête, s’il se fonde sur un motif de recevabilité ou sur une raison de fond, et, de mentionner, lorsqu’il 
conclut à l’annulation d’une décision, les moyens qu’il propose d’accueillir ; que la communication de ces 
informations n’est toutefois pas prescrite à peine d’irrégularité de la décision ; 
   
8. Considérant que, dans le cas mentionné au point 6 comme dans celui indiqué au point 7, le rapporteur 
public  qui,  après  avoir  communiqué  le  sens  de  ses  conclusions,  envisage  de  modifier  sa  position  doit,  à 
peine d’irrégularité de la décision, mettre les parties à même de connaître ce changement ;  
  
9. Considérant qu’il résulte de ce qui précède que la Communauté d’agglomération du pays de Martigues 
n’est pas fondée à soutenir que l’arrêt attaqué aurait été rendu au terme d’une procédure irrégulière, faute 
pour  le  rapporteur  public,  qui  a  mis  les  parties  en  mesure  de  connaître  avant  l’audience  le  sens  de  ces 
conclusions, de les avoir informées des motifs qui l’ont conduit à proposer le rejet de sa requête d’appel ; 
  
  
Sur le bien‐fondé de l’arrêt attaqué : 
……………………………………… 
  
  
D E C I D E : 
  
  
Article 1er : Le pourvoi de la Communauté d’agglomération du pays de Martigues est rejeté. 
 


IEJ – prépa intensive – procédure administrative – Cours– M. Staub – 2014 

COMMENTAIRE 
  Par  un  arrêté  du  18/4/2006,  le  préfet  des  Bouches‐du‐Rhône  a  autorisé  au  titre  de  la 
législation des ICPE l’exploitation par la Communauté d’agglomération du pays de Martigues d’un 
centre de stockage de déchets sur le territoire de la commune de Martigues. Une association ‐ le 
comité d’intérêt de quartier de Saint‐Pierre les Martigues ‐ a demandé l’annulation de cet arrêté 
devant  le  TA  de  Marseille.  Par  un  jugement  du  20/11/2008,  le  TA  a  fait  partiellement  droit  à  la 
demande du comité. En effet, il a seulement prononcé une annulation partielle de celui‐ci, c'est‐à‐
dire « en tant qu’il autorisait le stockage de déchets non ultimes ». Le tribunal a également enjoint 
au préfet de prendre un arrêté modificatif dans ce sens, ce qu’il a d’ailleurs entrepris le 9/2/2009. 
Cependant, avant la parution dudit arrêté imposant de nouvelles prescriptions, la CA a fait appel 
du  jugement.  Par  un  arrêt  du  4/7/2011,  la  CAA  de  Marseille  a  rejeté  sa  requête.  La  CA  a  alors 
contesté cette décision devant le CE par la voie de la cassation. La Section du contentieux a rendu 
son verdict le 21/6/2013, décision faisant l’objet du présent commentaire. 
A  partir  des  faits  que  l’on  vient  de  relater  et  à  titre  préliminaire,  deux  remarques  peuvent  être 
envisagées. D’une part, le CE était saisi d’un contentieux de pleine juridiction puisque les décisions 
d’autorisation des ICPE y sont soumis ce qui explique l’attitude du TA qui a utilisé ses pouvoirs ‐ en 
l’espèce, une injonction d’office ‐ qui, dans ce plein contentieux souvent qualifié d’objectif, en font 
un  véritable  administrateur,  l’autorisant  même  à  se  substituer  à  l’autorité  administrative 
compétente. D’autre part, on relèvera que le délai de jugement applicable au CE est de près de 2 
ans alors que le délai moyen de traitement des affaires était en 2012 d’un peu moins de 9 mois.  
Devant  la  Haute  assemblée,  la  requérante  formulait  un  certain  nombre  de  moyens. 
L’argumentation relative au fond du litige n’ayant pas été reproduite dans le sujet, elle ne saurait 
de facto donner lieu à un commentaire si ce n’est que le dispositif de la décision nous enseigne 
qu’elle a été rejetée. En revanche, le moyen tiré d’une irrégularité dans la procédure suivie devant 
la Cour retiendra toute notre attention, tout en sachant qu’il a été aussi rejeté.  
 
La question qui se posait à la Haute juridiction avait trait à ce qu’il faut entendre par « sens des 
conclusions » que le RP doit communiquer aux parties avant la tenue de l’audience. 
 
Après avoir rappelé le droit positif applicable à la matière (1), on s’arrêtera à la solution retenue 
par  le  juge  de  cassation  et  son  application  à  l’espèce  (2)  pour  enfin  dégager  la  portée  de  la 
décision délibérée en formation de Section (3).  
 
1.  C’est  le  décret  du  7/1/2009  relatif  au  rapporteur  public  des  juridictions  administratives  et  au 
déroulement de l’audience devant ces juridictions qui a inscrit dans le CJA la communication du 
sens des conclusions (conclusions) qui relevait jusque là de l’usage. Dans les TA‐CAA, on applique 
l’article  R  711‐3  qui  impose  de  mettre  en  mesure  les  parties  ou  leurs  mandataires  de  connaître 
avant  la  tenue  de  l’audience  le  sens  des  conclusions  sur  l’affaire  qui  les  concerne.  Un  article 
similaire  existe  pour  le  CE  (R  712‐1)  si  bien  que  l’on  peut  raisonnablement  estimer  que  la 
motivation du présent arrêt vaut également pour la procédure se déroulant devant le CE. Compte 
tenu de son relatif laconisme, le code ne précise pas en quoi consiste ledit « sens ». 
Avant  l’intervention  du  décret,  il  était  convenu  que  le  sens  des  conclusions  s’apparentait  à  la 
solution  du  litige  que  le  RP  allait  proposer  à  la  formation  de  jugement  (=  dispositif  auquel  les 
conclusions  conduisent  à  titre  principal).  Cette  interprétation  a  minima  résultait  tant  de  la 
jurisprudence  (CAA  Versailles  28/3/2006,  Schrempp)  que  de  la  doctrine  juridictionnelle  (note  du 
secrétaire général du CE de 2005) et administrative (réponse ministérielle à une question écrite de 
M. Charasse en 2005).  


IEJ – prépa intensive – procédure administrative – Cours– M. Staub – 2014 

Postérieurement à la publication du décret, ce sont particulièrement les CAA qui se sont livrées à 
l’exégèse  des  dispositions  du  code.  L’arrêt  Association  de  défense  Montesquieu‐Balzac  (CAA  
Nantes  25/3/2011)  laisse  entendre  que  le  sens  recouvre  le  dispositif  et  la  cause  juridique  le 
justifiant comme, par ex, un rejet pour irrecevabilité (légalité externe) ou un rejet au fond (légalité 
interne).  Plus  récemment,  un  autre  arrêt  de  la  même  cour  s’est  impliqué  davantage  en  jugeant 
que la mention du code implique la communication de la solution proposée et le ou les moyens 
susceptibles  de  fonder  à  titre  principal  cette  solution,  comme,  par  ex,  une  annulation  de  l’acte 
pour erreur de droit (14/12/2012, Association Evasion en pays d’accueil et de loisirs). 
 
2. La définition du sens des conclusions dégagée par le CE est au diapason de la procédure suivie 
par la Cour. 
 
2.1 Dans sa décision de juin 2013, le CE a pour la première fois explicité ce qu’il fallait comprendre 
par « sens » des conclusions. Il distingue entre les informations dont l’absence de communication 
entraîne l’irrégularité du jugement et celles qui ne sont pas prescrites à peine d’irrégularité de la 
décision de justice. 
 
‐ Dans la première catégorie, on trouve « l’ensemble des éléments du dispositif… à l’exception de 
la réponse aux conclusions qui revêtent un caractère accessoire ».  
Autrement dit, le RP fournira la réponse aux conclusions principales. Ainsi, la mention d’un rejet se 
suffira à elle seule et ce, en cas de question préalable, sans que le RP est à préciser si la solution 
tient du désistement, du non lieu ou de l’incompétence de la juridiction administrative. Dans le cas 
où  le  recours  est  accueilli,  on  se  contentera  des  dispositifs  propres  à  l’excès  de  pouvoir  et  à  la 
pleine  juridiction  comme  une  annulation  totale  ou  partielle  (en  plein  ou  en  creux)  ‐  voire  une 
annulation  conditionnelle  (CE  27/7/2001,  Titran)  ‐  ou  le  montant  de  l’indemnité  proposée.  On 
peut sans doute ajouter les motifs injonctifs de la jurisprudence Vassilikiotis (CE Ass. 29/6/2001) 
puisque  le  juge  intègre  dans  le  dispositif  une  formule  de  renvoi  invitant  l’administration  à  se 
référer à la motivation de la décision juridictionnelle indiquant les mesures d’exécution à prendre, 
constituant de la sorte le soutien nécessaire du dispositif.  
De même, devra être communiquée la réponse donnée aux conclusions incidentes ou provoquées 
des autres parties, demandes propres à la pleine juridiction.  
Quant  à  l’exclusion  des  conclusions  accessoires,  on  citera  pèle  mêle  les  interventions,  les 
demandes  d’injonction  et  d’astreinte,  de  condamnation  aux  frais  non  compris  dans  les  dépens 
ainsi  que  le  précise  la  décision  commentée,  de  suppression  des  passages  injurieux  ou 
diffamatoires, de modulation dans le temps d’une annulation ainsi que le recours à l’expertise, le 
renvoi de l’affaire à une autre juridiction administrative ou l’infliction d’une amende pour recours 
abusif. Pour ce type de conclusions, le CE a considéré que l’information anticipée ne répond pas à 
l’objectif que poursuit l’article R 711‐3 consistant à ne procurer aux parties que ce qui a une réelle 
importance pour le déroulé de l’audience. En effet, ces conclusions  ne déterminent ni la présence 
des  parties,  ni  la  préparation  d’observations  orales,  ni  la  production  d’une  éventuelle  note  en 
délibéré. 
A ces trois derniers titres, la Haute juridiction souligne que le sens doit être communiqué dans un 
« délai raisonnable » avant l’audience. Il sera évalué au regard de la finalité poursuivie, c'est‐à‐dire 
déterminé  à  partir  de  la  préoccupation  de  savoir  si  les  parties  ont  été  en  mesure  d’apprécier 
l’opportunité  de  participer  à  l’audience et  de préparer  d’éventuelles  observations  orales  ou  une 
note en délibéré. En règle générale, quelques jours avant la séance publique suffiront. 
Relevons  encore  sur  ce  point  que  la  sanction  d’une  non  communication  du  sens  tel  que  décrit 
supra  entraîne  l’annulation  du  jugement  ou  de  l’arrêt  attaqué.  Cette  irrégularité  de  procédure 
avait déjà été mise à jour par l’arrêt Mme Marchesini (CE 2/2/2011) et qu’il en allait pareillement 

IEJ – prépa intensive – procédure administrative – Cours– M. Staub – 2014 

dans  l’hypothèse  où  la  juridiction  s’abstiendrait  de  répondre  à  une  demande  de  communication 
des  conclusions  en  leur  entier,  cette  supplique  valant  demande  du  « sens »  (CE  18/12/2009, 
Société Sogedame). Pour les décisions rendues par le CE, la méconnaissance des obligations tirées 
de  l’application  de  l’article  R  712‐1  est  une  cause  de  révision  (CE  10/7/2013,  Société  Stanley 
International Betting Limited). 
 
‐ Dans la seconde catégorie, figurent « les raisons » qui fondent la solution qu’appelle selon le RP 
le litige. Il s’agit donc de délivrer par anticipation la motivation justifiant le dispositif proposé. La 
Haute  juridiction  développe  même  ce  qu’elle  entend  par  motifs  en  opérant  une  distinction 
reposant sur le sens des conclusions. En présence d’un rejet, on indiquera si a été retenu un grief 
de  recevabilité  ou  de  fond ;  en  cas  d’annulation,  on  fera  part  des  moyens  qui  emportent  la 
conviction du RP.  
Le mode plutôt impératif de la rédaction adoptée dans le point 7 pourrait laisser supposer que la 
délivrance  d’une  motivation  est  obligatoire  tout  en  laissant  au  RP  la  liberté,  compte  tenu  de 
l’appréciation  qu’il  porte  sur  les  caractéristiques  du  dossier,  de  développer  ou  de  restreindre 
l’appareil  justificatif  du  dispositif  envisagé.  Un  indice  supplémentaire  du  caractère  non  facultatif 
d’une telle communication apparaîtrait dans le point 8 qui fait interdiction au RP de modifier sa 
position par rapport à ce qu’il a indiqué aux parties aussi bien quant à la solution qu’aux raisons 
qu’il  a  avancées  sans  les  mettre  à  même  de  connaître  ce  changement.  Cette  prohibition, 
directement  inspirée  de  l’arrêt  Société  Mullerhof  (CE  5/5/2006),  et  qui,  conformément  à  cette 
décision  de  2006,  a  pour  effet  de  vicier  la  procédure  suivie  devant  la  juridiction  en  cas  de  non 
respect  n’aurait  guère  de  sens  si  la  communication  initiale  des  raisons  n’avait  qu’un  caractère 
facultatif  et  donc  ne  pourrait  être  utilement  contestée  car  une  telle  distorsion  des  effets 
pousserait  les  RP  à  s’abstenir  au  maximum  de  délivrer  des  infos  tenant  à  la  motivation  de  leur 
proposition de solution de peur que s’ils s’y emploieraient alors qu’ils n’y seraient pas contraints 
et  qu’ensuite  il  leur  viendrait  l’idée  de  changer  d’avis  sans  en  avertir  au  préalable les  parties, le 
jugement sur lequel ils auraient conclu pourrait faire l’objet d’une annulation.  
Pourtant,  il  semble  bien  la  Section  se  soit  inscrite  dans  le  registre  des  possibilités.  La  seconde 
phrase du point 7 ne permet guère d’hésiter. En spécifiant que « la communication » des raisons 
n’est pas prescrite à peine d’irrégularité de la décision, on doit comprendre que l’initiative même 
de communiquer est laissée à la discrétion du RP et pas seulement, comme la première phrase du 
point 7 l’énonçait, la seule densité de la motivation. On peut ici faire un rapprochement avec les 
consultations  de  textes par  les  sections  administratives  du CE  où,  dès  lors  que  le  gouvernement 
saisit le palais royal, il doit respecter les règles afférentes au déroulement d’une telle procédure, 
que cette consultation soit obligatoire ou facultative.  
 
2.2 Appliquée aux faits de l’espèce, la construction du CE conduit à écarter le moyen du requérant 
puisque  les  parties  ont  été  les  protagonistes  d’une  procédure  menée  le  plus  régulièrement 
possible  puisqu’elles  ont  été  informées  avant  l’audience  non  seulement  du  dispositif  auquel 
conduit la décision mais au surplus et à titre facultatif des motifs de nature à justifier la solution de 
rejet (en réalité de la cause : rejet au fond). 
 
3. La portée qu’on peut attacher à l’arrêt est double. 
 
►  Concernant  la  signification  du  « sens »  des  conclusions,  on  peut  estimer  que  le CE  a  pris  une 
position intermédiaire. 
 
●  D’un  côté,  il  va  au‐delà  de  ce  que  ses  formations  de  jugement  pratiquaient  habituellement,  à 
savoir  une  réponse  donnée  aux  parties,  généralement  par  message  électronique,  indiquant  le 

IEJ – prépa intensive – procédure administrative – Cours– M. Staub – 2014 

dispositif auquel conduisent les conclusions à titre principal (d’ailleurs, grammaticalement, qui dit 
« sens » dit  « direction dans laquelle se fait un mouvement » ; traduit juridiquement, cela exclut 
tout ce qui n’est pas une issue ‐ la solution ‐ à savoir les motifs). Notons que devant les juridictions 
subordonnées, le sens est quasi systématiquement publié sur une page de l’application SAGACE, si 
bien que les informations qui sont apportées aux parties existent d’emblée sans avoir besoin de 
procéder  à  une  demande  expresse.  En  tout  état  de  cause,  les  parties  sont,  conformément  aux 
dispositions  du  décret  de  2009,  informées  des  voies  ou  des  modalités  en  vue  de  présenter  leur 
demande.  
Le protocole mis en place, qui s’inspire d’ailleurs d’une note du secrétaire général du CE de mars 
2009, comprend donc une partie obligatoire et une partie facultative incitant le RP à en dire plus 
que la proposition de dispositif élargi tout en lui offrant une latitude quant au développement des 
causes et moyens retenus tels que les retrace le point 7.  
Cette liberté d’apprécier à quel degré de détail et d’exhaustivité le RP est susceptible de s’engager 
s’explique par diverses considérations.  
‐ Des raisons pratiques en premier lieu. Une charge accrue de travail pour le RP est concevable et 
peut  résulter  des  instances  d’appel  ou  de  cassation  où  pourront  se  cumuler  les  moyens 
d’irrégularité de la décision de justice et ceux qui soutiennent la solution qu’il propose de retenir 
pour  statuer  sur  la  demande.  Ces  contraintes  seront  aussi  lourdes  en  plein  contentieux  où  les 
situations  varient  et  échappent  parfois  au  cadre  établi  des  moyens  existants.  On  peut  aussi 
escompter  une  moins  grande  présence  des  parties  à  l’audience  car,  munis  d’une  motivation 
renforcée,  les  « gagnants »  n’auraient  pas  de  raison  de  se  déplacer  vu  que  l’affaire  semble 
solidement réglée à leur avantage et pour les « perdants », il pourrait y aller de même en estimant 
que  l’argumentation  à  leurs  yeux  imparable  du  RP  les  dispense  de  tout  effort  pour  essayer 
d’inverser le courant au niveau de leurs observations orales. Ce mouvement symétrique irait donc 
à l’encontre de l’objectif prôné par le décret du 23/12/2011 d’accentuer l’oralité de l’audience. 
‐ Une raison théorique en second lieu. Une information préalable substantielle inscrirait davantage 
le RP dans le jeu du contradictoire, accentuant ainsi son assimilation à une partie au litige, ce qu’il 
n’est pas et ce dont la présente décision rappelle en point 5 à travers l’explicitation du rôle du RP 
(il est en réalité un membre à part de la formation de jugement, un « intervenant institutionnel » : 
chron. AJDA). 
 
● D’un autre côté, le CE se refuse à communiquer le texte intégral des conclusions. Le point 5 en 
atteste explicitement : « les conclusions… n’ont à faire l’objet d’une communication préalable aux 
parties ».  
Le juge du Palais Royal s’inscrit dans la logique de la jurisprudence Esclatine (29/7/1998) qui fait 
échapper  l’exercice  de  la  fonction  de  RP  au  principe  du  contradictoire  applicable  à  l’instruction. 
Les  conclusions  ne  sont  pas  une  pièce  du  dossier  et,  sur  un  plan  chronologique,  il  est  loisible 
d’ajouter  que  la  lecture  des  conclusions  intervient  après  la  clôture  de  l’instruction.  En  outre,  la 
Haute assemblée ne se différencie pas aussi de la JP de la CEDH qui, dans l’arrêt Kress (7/6/2001), 
se satisfait de la transmission du seul sens général des conclusions.  
On notera, que la Section, comme dans la décision Esclatine, appuie son argumentation au moyen 
d’une donnée matérielle selon laquelle les conclusions n’ont pas besoin d’être écrites et dont on 
ajoutera  qu’elles  sont  la  propriété  du  RP  qui  peut  décider  de  les  diffuser  ou  pas  (CE  26/1/1990, 
Vincent). 
 
►  Le  CE  délivre  un  obiter  dictum.  Au  détour  d’une  phrase  du  point  5,  il  affirme,  sans  plus  de 
précision, que la note du rapporteur et le projet de décision n’ont pas à être également transmis 
aux parties avant l’audience.  
 

IEJ – prépa intensive – procédure administrative – Cours– M. Staub – 2014 

Le  juge  de  cassation  se  fait  ici  l’écho  de  ce  qu’a  récemment  jugé  la  CEDH  dans  l’affaire  Marc‐
Antoine c/ France (4/6/2013). La cour avait estimé que ces documents n’étaient pas soumis à la 
contradiction car le premier ne fait qu’une synthèse des pièces du dossier que les parties ont déjà 
en mains et ce en vertu de l’article L 5 du CJA (cf. point 4) et le second, s’il était versé au débat, 
porterait atteinte au secret du délibéré.  
Mais  la  cour  avait  néanmoins  relevé  que  les  parties  n’étaient  pas  complètement  privées  d’une 
certaine  connaissance  des  éléments  constitutifs  du  projet  de  jugement  dans  la  mesure  où  le  RP 
inclut  dans  ses  conclusions  l’analyse  du  rapporteur  et  s’appuie  notamment  sur  le  projet  de 
décision  pour  arrêter  sa  position  auprès  de  la  formation  de  jugement.  Donc,  grâce  aux 
conclusions, les parties auront un certain degré d’appréhension des motifs du projet, soit par leur 
intégration dans le raisonnement si le RP est d’accord avec le projet, soit en creux en leur portant 
la contradiction s’il est en désaccord total ou partiel avec lesdits motifs. En permettant aux parties 
lors  de  l’audience  de  percevoir  les  éléments  décisifs  du  dossier  et  la  lecture  qu’en  fait  la 
juridiction,  l’exposé  oral  des  conclusions  fait  du  RP  une  sorte  de  courroie  de  transmission 
permettant d’informer les parties de la réflexion de la juridiction pendant qu’elle s’élabore et aux 
parties d’y répondre en faisant connaître leurs dernières obs. avant que la décision soit prise. 
Le CE reprend d’ailleurs à son compte la pensée, voire le phrasé, de la Cour lorsqu’il énonce que 
les conclusions du RP « permettent aux parties de percevoir les éléments décisifs du dossier, de 
connaître  la  lecture  qu’en  fait  la  juridiction  et  de  saisir  la  réflexion  de  celle‐ci  durant  son 
élaboration tout en disposant de l’opportunité d’y réagir avant que la juridiction ait statué ». Par 
là,  la  Haute  juridiction  actualise  l’intérêt  que  renferment  les  conclusions  publiques  et  ce  afin  de 
tenir compte de l’apport des textes en matière d’oralité (la reprise de parole après les conclusions 
ou le dernier mot aux parties). 
 
En  conclusion,  la  décision  du  21/6/2013  n’est  que  la  première  d’une  lignée  de  solutions  car  on 
peut  raisonnablement  penser  que  devra  être  au  moins  délimité  avec  précision  ce  qu’il  faut 
exactement entendre par communication de l’« ensemble des éléments du dispositif ». 
 
___________