Vous êtes sur la page 1sur 2

Le

recyclage, c’est quoi ? Pourquoi ?


Le recyclage fait partie intégrante de l’histoire de l’humanité. De tous temps, les hommes ont
recyclé les objets, les matériaux, les bâtiments, en leur donnant une nouvelle vie, une nouvelle
fonction utilitaire.
Mais pourquoi recycle-t-on ? Ecoutons ce que nous en dit Steven Beckers, architecte et
fondateur de Lateral Thinking Factory.
« Il faut d’abord définir ce que c’est un déchet. Un déchet pour moi, et je vais prendre
l’exemple de la construction. Les déchets de la construction, ce sont des matières. On ne sait
pas où elles sont, on ne sait pas ce qu’il y a dedans jusqu’au niveau moléculaire. C’est ce que
cradle-to-cradle apporte, c’est vraiment jusque dans la chimie, la molécule du produit. On ne
sait pas en quelle quantité, m surtout, on ne sait pas quoi en faire. Du coup, c’est un déchet.
On dit : « démolissez-moi ça ! » Les démolisseurs ne sont pas si bêtes que ça. Ils savent ce qui
est un déchet, ce qui n’en est pas et ce qu’ils peuvent revendre. Donc aujourd’hui le déchet
est ce qui est le résultat de la non-quantification, de l’ignorance. On voit des grands projets
aujourd’hui, notamment autour du nouveau métro circulaire autour de Paris, où il va y avoir
tellement de travaux, qu’ils se sont posé la question à l’avance de ce qu’ils allaient faire avec
ces matières parce qu’ils ne trouvaient plus de carrières dans lesquelles les jeter. C’est aussi
simple que ça. Donc, ça commençait à avoir un surcoût. Et puis, d’une manière générale, ça
s’est étendu à la notion de « il faudrait qu’on mesure toutes ces matières et voir ce qu’on peut
en faire ». Donc, dans cradle-to-cradle, l’idée est en effet d’éliminer la notion de déchet au
profit de la notion de ressource pour l’avenir. Il y aura encore des déchets pendant longtemps
parce qu’il y a encore beaucoup de produits soit toxiques ou pas utilisables ou simplement
pas recyclables sur le marché. L’idée c’est évidemment de les remplacer petit à petit par des
produits qui sont sur-cyclables. »
Cette notion de re-cyclage (littéralement « nouveau » cycle) recouvre donc diverses
intentions :
► réaliser une opération commerciale ; par exemple, chaque tonne de carton recyclé fait
économiser 2,5 tonnes de bois ;
► économiser l’énergie ; à titre d’exemple, chaque feuille de papier recyclé fait
économiser 1 l d‘eau et 2,5 W d‘électricité en plus de 15 g de bois ;
► conserver un souvenir du passé ;
► construire ;
► engager une action politique ;

► être un artiste, comme le sculpteur César ;


► ou tout simplement vivre ou plutôt survivre.
Mais comme le rappelle Steven Beckers, recycler est finalement un échec: très souvent, c’est
parce que la durée de vie et la durée d’utilisation d’un objet ne coïncident pas.
Dans ce cadre, plusieurs conditions se révèlent indispensables au recyclage.
Il est donc essentiel, en vue du recyclage, de bien connaître le gisement et le marché, de façon
à trouver l’adéquation entre un produit dont quelqu’un ou la société veut se défaire - c’est le
déchet - et un possible utilisateur. C’est ce que nous vous proposons maintenant d'étudier
ensemble.