Vous êtes sur la page 1sur 15

TS1 ABM - Cours de Microbiologie

BTS Bioanalyses et Contrôles


Cours de Microbiologie (1e année)

Chapitre n°3 : Les agents antimicrobiens


microbia@free.fr

1. Définitions et généralités
Stérilisation et agents stérilisants
Désinfection et désinfectants
Antisepsie et antiseptiques
Antibiotiques
Spectre d’activité
Bactériostase et CMI
Bactéricidie et CMB

2
TS1 ABM - Cours de Microbiologie

Croissance bactérienne en présence d’antibiotique

Découverte des antibiotiques par Fleming

4
TS1 ABM - Cours de Microbiologie

Les micro-organismes producteurs d’antibiotiques

PROCARYOTES
Bactéries :
* Streptomyces (Actinomycètes) Streptomycine
Erythromycine
Kanamycine
Néomycine
Nystatine…

* Bacillus Bacitracine
Polymixines

EUCARYOTES
Moississures :
* Penicillium Pénicilline
Griséofulvine

2. Les agents chimiques utilisés en thérapeutique


2.1. Antibiotiques
Les rapports entre malade, agent infectieux et antibiotique

6
TS1 ABM - Cours de Microbiologie

Classification des antibiotiques en fonction du mode d’action

Mode d’action des antibiotiques : la notion de cible

8
TS1 ABM - Cours de Microbiologie

Structure des β-lactamines

Les béta-lactamines sont caractérisées par un


cycle béta-lactame associé à un noyau
thiazolidine formant l’acide 6-amino-pénicillinique
(pénicillines) ou à un noyau dihydrothiazine
formant l’acide 7-amino-céphalosporanique
(céphalosporines). Ces antibiotiques, actifs
lorsque les bactéries sont en phase de croissance
exponentielle, inhibent la synthèse de
peptidoglycane, et plus particulièrement la
réaction de transpeptidation. Les béta-
lactamines se fixent sur des protéines liant la
pénicilline (PLP ou PBP) : ce sont principalement
des enzymes (carboxypeptidases) qui
interviennent dans l’assemblage du
peptidoglycane. Les béta-lactamines activent
également les autolysines bactériennes.

10
TS1 ABM - Cours de Microbiologie

Mode d’action des β-lactamines

11

Les glycopeptides

Mode d’action :

12
TS1 ABM - Cours de Microbiologie

Les aminosides - Les macrolides et apparentés

13

Mode d’action des aminosides et des macrolides

14
TS1 ABM - Cours de Microbiologie

Les phénicolés - Les tétracyclines

Mode d’action du chloramphénicol (CP) et des tétracyclines

15

Sulfamides et du triméthoprime

Mode d’action des sulfamides et du triméthoprime

16
TS1 ABM - Cours de Microbiologie

Quinolones

Mode d’action

17

Autres antibiotiques

18
TS1 ABM - Cours de Microbiologie

L’antibiogramme
L’antibiogramme a pour but de déterminer in vitro l’antibiotique le plus actif sur le germe,
c’est à dire celui qui sera prescrit au malade infecté par ce germe. Un certain nombre de
facteurs susceptibles de modifier l’activité antimicrobienne de l’agent testé doivent être pris
en compte :
- L’antibiotique : il doit conserver son activité au cours du test (à 37°C) et sa capacité de
diffusion en milieu gélosé solide doit être convenable.
- Le milieu : sa composition doit être rigoureusement définie pour que les résultats soient
reproductibles.
- Les bactéries : le nombre de bactéries mises au contact de l’antibiotique devrait toujours
être le même. L’activité métabolique de la bactérie et la durée d’incubation sont des
facteurs importants aussi. La mesure de l’activité antimicrobienne s’effectue toujours avec
des souches pures.
Mueller-Hinton (Gélose)
Usage : Gélose riche pour la réalisation de l'antibiogramme standard
Composition :
infusion de viande de bœuf 300,0 ml
peptone de caséine 17,5 g
amidon de maïs 1,5 g
agar 17,0 g
pH = 7,4
Préparation :
38 g par litre. Stérilisation à l'autoclave.
Lecture :
Cette gélose standardisée est la gélose permettant de tester l'action des antibiotiques sur les bactéries. Elle peut être
additionnée de sang (pour les Streptococcus ), d'extrait globulaire (pour Haemophilus ), Elle doit être coulée en boîte de façon à
obtenir une épaisseur de 4 mm. Il existe un bouillon équivalent.

19

Courbe de concordance

Les méthodes par diffusion en milieu gélosé


solide permettent d’observer des zones
d’inhibition autour des sources
d’antibiotiques. Il existe une relation linéaire
entre le diamètre de la zone d’inhibition et le
logarithme de la concentration au niveau de la
source. En effet, l’antibiotique diffuse dans le
milieu selon un gradient de concentration
inversement proportionnel à la distance du
dépôt du disque imprégné d’antibiotique. Pour
établir la relation entre le diamètre de la zone
d’inhibition et la CMI, on utilise des courbes de
concordance établies par des laboratoires
spécialisés (Institut Pasteur) avec des 20
souches de référence.
TS1 ABM - Cours de Microbiologie

Interprétation
Un germe est dit sensible si la CMI de
l’antibiotique pour le germe est plus faible que
la concentration critique inférieure (taux
sanguin moyen obtenu aux posologies
habituelles et sans danger pour l’organisme).
Un germe est dit de sensibilité intermédiaire
si la CMI de l’antibiotique pour le germe est à
l’intérieur de la zone des taux thérapeutiques,
c’est à dire entre la concentration critique
inférieure et la concentration critique
supérieure (taux sanguin maximal obtenu par
l’administration de fortes doses). Un germe est
dit résistant si la CMI de l’antibiotique pour le
germe est plus élevée que la concentration
critique supérieure. Il faut distinguer cette
résistance clinique de la résistance absolue
d’un microorganisme vis-à-vis d’un
antibiotique donné.

21

Association d’antibiotiques

22
TS1 ABM - Cours de Microbiologie

Mécanismes de résistance aux antibiotiques

23

Mécanismes de résistance aux antibiotiques


Pour qu'un antibiotique soit actif, il faut : Pour résister à l’antibiotique, la bactérie peut
:
- qu'il pénètre dans la bactérie - devenir imperméable ou s'opposer à son
transport

- l’excréter activement
- qu'il ne soit ni modifié ni détruit - synthétiser des enzymes qui le modifient

- synthétiser des enzymes qui l'hydrolysent

- synthétiser des protéines qui le séquestrent

- qu'il se fixe à sa cible - modifier le site de reconnaissance de la cible

- produire la cible de façon plus importante

- qu’il bloque une voie métabolique - changer de voie métabolique

24
TS1 ABM - Cours de Microbiologie

Mécanismes de résistance aux antibiotiques


Exemple de l’inactivation ou la modification de l’antibiotique
• C'est un mécanisme dont l’origine génétique est souvent plasmidique. Il
concerne particulièrement :
• - les béta-lactamines : béta-lactamases (pénicillinases, céphalosporinases)
hydrolysant la molécule,
• - les aminosides : transférases qui phosphorylent ou acétylent certains sites de
la molécule,
• - les phénicolés : transférase qui acétyle la molécule.
• On peut rencontrer ce mécanisme dans la résistance mutationnelle : certaines
bactéries synthétisent des faibles quantités de béta-lactamases (la résistance
est alors dite de bas niveau). Une mutation altère le gène de régulation et
provoque une synthèse accrue de l’enzyme qui est dite déréprimée (la
résistance est alors dite de haut niveau).

25

Déterminisme génétique des résistances aux antibiotiques


Résistance naturelle (chromosomique) : caractère d’espèce
La résistance naturelle est caractéristique d’une espèce bactérienne. Elle délimite le spectre naturel
de l'antibiotique et constitue une aide à l’identification.
La résistance naturelle se traduit habituellement par des CMI supérieures à la valeur critique basse
de concentration (c) de l’antibiotique concerné.
Les protéines codées par le chromosome ont une structure telle qu'elles empêchent la pénétration
de l'antibiotique (les membranes sont imperméables, un système de transport est absent) ou
l'inactivent (les béta-lactamases chromosomiques).

26
TS1 ABM - Cours de Microbiologie

Déterminisme génétique des résistances aux antibiotiques


Résistances acquises : seules certaines souches d’une espèce sont concernées
Les résistances acquises, sont consécutives à des modifications de l'équipement génétique
chromosomique ou plasmidique, qui ne concernent que quelques souches d'une même espèce
mais peuvent s'étendre : leur fréquence varie dans le temps mais aussi dans l'espace (région, ville,
hôpital…).

• Résistance mutationnelle (chromosomique)


Une altération de l’ADN chromosomique entraîne la synthèse de protéines modifiées : les
membranes deviennent imperméables, un système de transport n'accepte plus l'antibiotique, la
cible (enzyme ou ribosome) ne fixe plus l'antibiotique, un répresseur ne contrôle plus certains gènes
(dérépression des béta-lactamases).

Les résistances mutationnelles sont :


- spontanées : elles préexistent à l'utilisation de l'antibiotique,
- stables : elles se transmettent verticalement dans le clone bactérien,
- spécifiques : elles ne concernent qu'un antibiotique ou une famille d'antibiotiques à la fois,
-rares : le taux de mutation se situe habituellement entre 10-7 et 10-8.

27

Déterminisme génétique des résistances aux antibiotiques


Résistance extra-chromosomique (plasmidique ou liée à un transposon)

L'acquisition d'une information génétique supplémentaire permet la synthèse de protéines


additionnelles dont la présence modifie les membranes ou dont l'activité enzymatique se révèle
capable de modifier la cible ou d'inactiver l'antibiotique.
Les résistances extra-chromosomiques ont pour support génétique un plasmide (ou un
transposon) acquis par conjugaison ou plus rarement par transduction ou transformation

Les résistances plasmidiques :


- sont fréquentes (plus de 80% des résistances acquises),
- sont contagieuses et se transmettent horizontalement entre bactéries cohabitant dans un
même environnement, même entre espèces différentes,
-peuvent concerner plusieurs antibiotiques, voire plusieurs familles d'antibiotiques,
entraînant une multirésistance.

L'usage d'un seul antibiotique dont la résistance est codée par un gène plasmidique sélectionne les souches
résistantes à toutes les molécules dont le gène de résistance se trouve sur le plasmide, ce qui entraîne la sélection
rapide de souches multirésistantes. Ce sont ses souches bactériennes résistantes à plusieurs familles
d'antibiotiques pour lesquelles les possibilités thérapeutiques sont réduites et parfois anéanties. On constate, en
milieu hospitalier surtout, une recrudescence de la fréquence d'isolement de ces souches qui doivent être détectées
rapidement et signalées car elles imposent aux services d'hospitalisation des mesures strictes pour éviter leur
diffusion.
Certaines espèces bactériennes sont plus particulièrement concernées par cette multirésistance :
Staphylocoques méticillino-résistants (SARM)
Souches de Pseudomonas productrices de céphalosporinase déréprimée
Entérobactéries productrices de b-lactamase à spectre étendu (« BLSE »)
Acinetobacter (dont l’espèce A. baumannii) naturellement résistants à de nombreux antibiotiques
28
TS1 ABM - Cours de Microbiologie

Mise en évidence des résistances enzymatiques : test de Gots


Il s’agit d’un test général mettant en évidence toute réaction d’inactivation d’un antibiotique. Une
souche sensible à l’antibiotique testé est ensemencée sur un milieu Mueller-Hinton. Un disque
imprégné de l’antibiotique testé est placé au centre de la boîte. Des stries sont réalisées autour du
disque avec les souches à tester et des souches témoin. Après incubation, la présence de culture
de la souche sensible au contact des souches test ou témoin dans la zone d’inhibition témoigne de
l’inactivation de l’antibiotique.

29

Bibliographie :
Microbiologie technique, 1. Dictionnaire des techniques, Jean-Noël JOFFIN, Guy LEYRAL,
CRDP Bordeaux, 2001.
Le paradoxe des antibiotiques, Stuart B. LEVY, Editions Belin, 1999.
Pour la science :
- n°232 (février 1997) : « La résistance des bactéries aux antibiotiques ».
- n°331 (mai 2005) : « Les infections à l’hôpital » ; « Consommation d’antibiotiques et résistance
des bactéries ».
La recherche :
- n°384 (mars 2005) : « Le grand désert des antibiotiques ».

Sites internet :
Les ressources en ligne sont extrêmement nombreuses sur le sujet (tapez « antibiotiques »
ou « antibiogramme » sur Google par exemple), mais il faut sélectionner les sites les plus
rigoureux. Quelques suggestions :
http://www.123bio.net/cours/
http://www.frm.org/ (tapez « antibiotiques » dans le champ de recherche en haut à droite).
http://www.microbes-edu.org/etudiant/etudiants.html
http://www.bacterio.cict.fr/bacdico/atbq/sensibilite.html
http://anne.decoster.free.fr/
http://pedagogie.ac-montpellier.fr/Disciplines/sti/biotechn/microbio.html
http://biomserv.univ-lyon1.fr/wiki/dpbcoursd1/moin.cgi/Antibio

Fichiers « pdf » à télécharger (cours de l’Université de Genève) :


http://www.unige.ch/sciences/biologie/public/pif/polycop.htm

30