Vous êtes sur la page 1sur 23

Diagnostic

D’état de lieu des centres de santé, postes de


santé et unité de santé de base dans la
Commune de Ndiago

Réalisé par SOS Pairs Educateurs

Avec l’appui de BP et ses partenaires

Juin 2019
Table de matière

2
PRESENTATION ET GENERALITE
La commune de Ndiago est constituée d’une quarantaine de localités, pour une population
d’environ 18 000 habitants d’après les informations prise auprès du secrétaire général de la
commune, la croissance annuelle de la population de cette commune est de 5%, soit le taux le
plus élève de la région, avec une densité de 16,5 habitants au Km², ce qui représente le triple de
la moyenne régionale.

Apres le découpage de la commune de Ndiago en dix zones par l’équipe du projet, voir le
tableau, et la carte, la visite de toutes les localités de la commune, et les informations prises
auprès de la commune, les zones les plus impotentes en termes de population sont les suivantes :

Birette, Ziré 2, Bareyel 1, 2,3 et 4, Ebdene, et Ndiago.

3
Répartition de la commune en 10 zones :
Zone Nom de la zone Villages
01 Birette Birette Maurt, Birette2 voulane, Afdiadjer et Bou Hajere
02 Zire 1 Taghrédient, Legried, Khayeu
03 Zire 2 Sbeikha, Menkeb Dieg, Hassi Lemhar, Angoure et Hay El Jedid,
Voum lbhar, Bérbar, Hassi jéneu
04 Bariel 1 Ehel Bilal, Ehel Moussa, Voulane, Hassi10, Dar Esselam
05 Bariel 2 Arafat, Ngemer, Mouftah El Kheire
06 Bariel 3 Moîdina 1. Moidina2. Moidina 3
07 Bariel 4 Dare Rahma, Ghara
08 N’Diago N’Diago, Boyo 2,
09 Ebdene Ebdene
10 Iles Tkong, Gatt Mohamediya, Djhouss, Boyo 1

La commune de Ndiago est une zone très difficile en termes d’accès, la mesure en moyenne
entre deux localités les plus proches est de 2 km.

Le système de santé Mauritanien est constitué de trois niveaux de prestations, à savoir

 Le niveau périphérique (Moughataa) ou il existe deux types de structures : les centres


de santé et les postes de santé.
En appui à ce niveau, les unités de santé de base (USB) ont été installées dans une
partie non négligeable des agglomérations villageoises éloignées des centres et postes
de santé ; depuis la moitié des années 90, ces USB ont vu leur nombre et leur
importance diminuer.
 Le niveau intermédiaire où se trouvent les hôpitaux régionaux qui ont été érigé en
établissements publics a caractère administratif.
 Le niveau tertiaire comprend les établissements publics de référence : par exemple
Centre Hospitalier National (CHN), Centre National d’Orthopédie et de Réadaptation
Fonctionnelle (CNORF), l’Hôpital Cheikh Zayed de Nktt etc.

Le système de santé de la commune de Ndiago fait partie du niveau périphérique ou ont


trouve des postes, centres de santé et les unités de santé de base.

La différence entre un centre de santé et un poste de santé est qu’un centre de santé est géré
par un médecin généraliste qui a un infirmier ou plus et des accoucheuses ;

Un poste de santé est géré par un infirmier d’Etat qui a une ou plusieurs accoucheuses dans
son poste de santé.

Et les unités de santé de base sont généralement gérées par des accoucheuses.

La commune de Ndiago compte un nombre importent de centres, postes, et unité de santé de


base, qui permettent de prendre en charge les premiers soins d’urgence pour les populations et
surtout les femmes enceintes ou celles en terme d’accouchement qui sont en danger ainsi que
leurs enfants.

4
Les populations villageoises habitant aux environs de ceux qui ont des postes de santé
opérationnels rencontrent de réelles difficultés d’accès aux soins de qualité, elles sont obligées
de parcourir des kilomètres pour se rendre au poste de sante le plus prêt afin d’y recevoir des
soins de qualité, les plus pauvres renoncent parfois à se soigner du fait de l’absence de moyen
de transport.

Dans toute la commune de Ndiago il n’y a qu’un centre de santé, qui se trouve à Ndiago ville,
géré par un médecin généraliste, avec son infirmier d’état, et de deux accoucheuses.

Et quatre postes de santé dont trois sont opérationnels : Birette 1, Zira 2, et Diahoss 2 qui sont
actuellement gérés respectivement par une accoucheuse et deux infirmiers d’état.

L’inauguration du quatrième poste de santé est prévue le 20/02/2019 dans la localité de


Bouhajra, c’est un poste de santé construit et équipé par la coopération des États-Unis
d’Amérique.

Et sept (7) autres unités de santé de base (USB), qui se trouvent dans les localités suivantes :
Ghahra, Moydina, Zira1, Ebdene, Boyo 1, Boyo 2, Voum Lebhar.

Ces 7 unités de santé de base, fonctionnaient très bien dans des endroits peuplés et ils existent
toujours, leurs états actuel est dû à l’absence du personnel et des équipements nécessaires pour
le bon fonctionnement d’une USB, dans des endroits ou la pauvreté est extrême, il est évidant
que là plus part des portes de ces USB soit fermer s’il n’y a pas de suivi, entretien, ou un soutient
quelque part.

Le centre de santé de la commune (Ndiago ville) et les postes de santé qui sont opérationnel,
ont un manque importent d’équipements et du personnel pour assurer les soins de qualité
nécessaires de ces patients et ou les habitants de la commune.

La minorité de centre et poste de santé par rapport à la population de la commune, avec


l’augmentation des besoins de soins de jour au lendemain, a diminué en quelque sorte la
confiance des populations en vers ces postes de santé.

Avec une commune ou la pauvreté est forte rependue, les moyens sont très limités pour subvenir
à leurs besoins quotidiens, la difficulté du déplacement sur le terrain pour l’ensemble de la
commune, le manque des centres, postes et points de santé à proximité de la population, et
l’absence ou l’inexistence d’une ambulance dans toute la commune de Ndiago, il est évidant
que les habitants de la commune sont désespérés.

C’est le moment idéal pour intervenir, soutenir et appuyer cette commune dans le domaine de
la santé comme notre projet qui est entrain d’assurer une grande partie dans le domaine médical,
comme des consultations, soins, don des médicaments, des sensibilisations, des visites à
domicile pour les consultations et autres, qui commence à redonner de l’espoir à la population
de la commune de Ndiago, qui réclame en premier lieu la réhabilitation de leurs USB et postes
de santé et la formation des accoucheuses dans le plus bref délais, car la mortalité des femmes
enceintes et la morbidité des enfants sont très fréquentes dans la commune, et d’avoir au moins

5
trois ambulances dans la commune pour pouvoir évacuer les urgences, réglera en quelques sorte
le problème de l’incapacité des plus pauvre qui sont parfois obligés de payer très cher pour
transporter ou évacuer les malades hors de la commune.

La présentation des situations générales et les besoins du centre, les quatre (4) postes et
les sept (7) USB de la commune de Ndiago
I. Centre de santé de Ndiago ville :
a) Présentation :

6
Le centre de santé de Ndiago ville est géré par un médecin généraliste, reconnu comme centre
de sante en 2014, et qui était depuis 1960 un poste de santé.

C’est un centre équipé et opérationnel, avec de l’eau, électricité, et une installation de panneau
solaire

Et qui ouvre ces portes à 9h du matin pratiquement tous les jours, sans avoir une heure de
fermeture déterminée.

Le centre utilise un registre comme outil de capitalisation des données, et la nature des
services disponibles sont des soins infirmier, le programme élargi de vaccination (PEV),
planification familiale (PF), assistance de personnes de 3ème âge, les soins de la maternité et
autres.

Parmi les maladies les plus fréquents que le médecin a constatés sont la brochette, la
dysenterie, l’arthrose, le diabète, l’hyper-tension artérielle, et la lombalgie.

Le médecin généraliste, nous a informé que les habitants de la commune de N’diago ont
besoins d’information relative à l’hygiène et à la fréquentation des structure de santé de base
ce si sera possible qu’avec la formation de relais communautaire qui changeront leurs
comportement par la communication.

Et en déduit que la Réponse sanitaire = prise en charge des patients + continuité des soins.

 Information communication et éducation.


 Climat de confiance entre soignant et soigné.
 Infrastructure sanitaire de qualité avec la disponibilité du matériel permettent
d’amélioré la qualité des soins.
 Formation des relais communautaires.

7
b) Personnels et besoins du centre
Centre/poste Informations Nombres Besoins
de santé Quantitatives
Médecin 1 1) Table chauffante pour les nouveaux nés
Infirmier 1 2) Un groupe électrogène
Accoucheuse 1 3) Un laboratoire
(bénévole) 4) Un appareil d’échographie
Centre de 5) Deux bureaux avec armoire
Bénévole 3
santé de 6) Deux autoclaves avec cinq boites de
Femme de 1
Ndiago ville chirurgie
ménage
7) Des blouses
Consultation 200
8) Trois ordinateurs
Mensuelle
9) Une voiture pour les activités avancées
10) Une ambulance

II. Les Postes de santé


1) Poste de santé de Birette 1 :
a) Présentation du poste

8
Le poste de santé de birette1, est créé en 1982 c’est une ancienne structure publique qui assure
jusqu’au nos jours quelque services de santé pour la population de la localité de Birette 1 et
Birette peule.

On trouve dans ce poste de l’eau, de l’électricité, un panneau solaire, et une petite pharmacie.

Gérée par une accoucheuse pour l’instant, malgré le manque remarquable de personnel et
d’équipement ce poste existe toujours, il ouvre ses portes six jours par semaine de 9h jusqu’au
19h le soir, pour assurer des consultations, soins infirmier, le PEV, les planifications
familiales, l’assistance des personnes âgées, et les accouchements.

b) Personnels et besoins du centre

Centre/poste Désignation
de santé Nombres Besoins

Médecin 0 1) Réfectionner le poste de santé


Infirmier 0 2) Table gynécologie
Accoucheuse 1 3) Bureaux et des chaises
Bénévole 2 4) Boite d’accouchement
Poste de 5) Pèse bébé
Consultation 150
santé de Mensuelle 6) Trois lits hospitalisation
Birette 1 7) Balance
8) Etagère de la pharmacie
9) Une formation de renforcement
des capacités du personnel

9
2) Poste de santé de Bouhajra :
Présentation :
Le poste de santé de Bouhajra est un nouveau poste construit par la coopération des États-
Unis d’Amérique.

Inaugurer le 20/02/2019 à la présence de l’ambassadeur des Etats Unis en Mauritanie, le walli


de Trarza et toute l’administration concernée,

Ce poste dénommé le poste de santé du Parc National de Diawling, se situe dans un endroit
qui constitue une porte d’entrée pour les différentes agglomérations de la commune.

En effet le trafic ou la densité de la circulation routière en provenance de Keur Mécène, de


Nouakchott ou de Rosso, passe par cette localité de Bouhajra, avant de prendre la direction du
sud vers Birette et le barrage de Diama, trait d’union entre la Mauritanie et le Sénégal.

Dans cette localité ce trouve aussi le siège du Parc National de Diawling qui contribue au
bien-être de la population de la commune, notamment à l’amélioration en eau des villages
environnants.

10
Comme vous pouvez constater le poste de santé de Bouhajra est très bien équipé, et le nouvel
infirmier insiste sur la formation des accoucheuses, car la plus par qui sont dans la zone sont
des bénévoles, et si possible bénéficié d’une formation de renforcement des capacités.

Les besoins de ce poste de sante sont très limités, un glucomètre, un microscope et une
ambulance.

Le personnel du poste sont deux l’infirmier d’état qui est le gestionnaire et une infirmière
obstétricale.

3) Poste de santé de Zira 2 :


a) Présentation du poste

11
Zira 2 plus connue sous le nom de Zira Sbeibekhat à un poste qui assure les consultations et
soins d’une population de 3000 habitants environ, couvrant une quinzaine de localités
environnantes.

C’est un poste qui est géré par un infirmier d’Etat à l’aide de deux accoucheuses auxiliaires ;

La zone de Ziré en général est la plus pauvre de toute la commune, et parmi les plus peuplée
de la commune de Ndiago, c’est là où le projet à enregistrer plus de consultations, soins, don
de médicaments de toute nos caravanes médicales, avec 336 personnes qui bénéficiées de ces
derniers.

Le poste accueille en moyenne 6 personnes par jour, il ouvre ses portes à 8h du matin
jusqu’au 13h, et toutes les heures en cas d’urgence.

Malgré les maladies et les pathologies fréquentes de la zone, comme les IRA, le Paludisme, la
Syphilis, les IST, les Anémies, la Malnutrition modérée, l’infirmier expérimenté est toujours
présent pour intervenir pour les soins infirmier, PEV, PF, et Maternité.

Outre de L’Eau, Electricité, et le Panneau Solaire, le poste dispose d’une chaine de froid pour
conserver les produits de vaccination.

b) Personnels et besoins du poste


Centre/poste Désignation Nombres Besoins
de santé
Médecin 0 1) Quarte lits d’hospitalisation
Infirmier 1 2) Formation des accoucheuses qualifiées
Accoucheuse 0 3) Armoires pour la pharmacie
4) Boite de la petite chirurgie
Poste de Bénévole 2
santé de Consultation 200
Mensuelle
Zira 2

12
4) Poste de santé de Diahoss 2 :
a) Présentation du poste

Diahoss 2 est une localité parmi celles qui sont dans les iles de la commune de Ndiago, et ces
localités sont un peu isolées, et très difficile en termes d’accès, le premier médecin généraliste
qui a visité cette localité est celui qui est actuellement au centre de santé de Ndiago, pendant
l’une des activités de notre projet actuel.
Le poste de santé de Diahoss 2 est créé en 1990, géré actuellement par un infirmier d’Etat,
Toutes les localités situées dans les îles soufrent un sérieux problème d’eau potable, qui leurs
provienne du Sénégal le pays voisin.
Le poste se ravitaille de l’eau des puits, qu’ils traitent pour avoir de l’eau salubre, le poste n’a
pas d’électricité, ni de panneau solaire, pas de groupe électrogène.
Avec toute ces difficultés le poste arrive a consulté 3 personne par jour en moyenne, et assurer
les soins demandés comme les soins d’infirmier, un programme élargi de vaccination (PEV),
la planification familiale (PF), et les soins de la maternité, avec une pharmacie très maigre.

13
b) Personnels et besoins du poste
Centre/poste Désignation Nombres Besoins
de santé
Médecin 0 1) Réfectionner le poste de santé
2) 4 lits d’hospitalisations
Infirmier 1 3) 2 lits d’accouchements
Accoucheuse 1 4) Une boite de matériels d’accouchements
Poste de 5) Une boite de petite chirurgie
Bénévole 2
santé de Consultation 90 6) Poteau
Diahoss 2 Mensuelle 7) Balance pour bébé
8) Bureau, armoire, et chaises
9) Etagère pour la pharmacie
10) Dotation du consommable y compris des
médicaments

III. Les Unités de Santé de Base (USB)

Les USB de la commune de Ndiago ont tous les mêmes problèmes entre la réhabilitation, la
réfection des USB, manque de l’équipement et l’absence d’une accoucheuse.

Souvent dans les USB de la commune on y trouve une accoucheuse prise en charge par la
commune qui exerce et gère l’USB, c’est le cas des deux localités comme : Boyo 1 et Boyo 2
qui continuent toujours a pratiqué leur travail correctement mais avec difficulté.

Le reste des USB de la commune, ne sont pas opérationnel, on ne trouve aucun employé
médical, mais les bâtiments sont toujours là, avec un manque de matériels, équipements
médical, et en besoin de réhabilitation.

1) L’Unité de Santé de Base de Moydina :

Présentation de L’USB de MOIDINA

14
Baryel compte 13 localités qui sont étendus tout au long du littoral de la commune de Ndiago,
et la localité de moydina se situe géographiquement au centre du Baryel, ou autrement dit au
centre des quatre zones (Z4, Z5, Z6 et Z7) de la commune de Ndiago voir le tableau du
découpage de la commune ;

Ces quatre zones du Baryel regroupe environ 4500 habitants qui se soignent tous soient à Zira
2 qui a un poste de santé le plus proche de la zone 4 d’une distance de 8km, où au centre de
santé de Ndiago ville qui est à 7 km de la zone 7 la plus proche de Ndiago.

L’USB de moydina existe depuis les années 2000, cette USB à arrêter de fonctionner depuis
plus de 5 ans, et depuis lors les habitants de cette zone ont commencés à avoir plus de
difficultés d’accéder aux services de soins de santé qui leur couteraient moins cher, non
seulement ils dépensaient moins qu’aujourd’hui, ça leur permettaient d’épargner une partie de
leur revenu pour d’autres dépenses familiale.

L’absence de l’ambulance dans la commune, la difficulté de trouver une voiture de location,


qui est d’ailleurs très cher, ces populations déplacent les personnes âgées, les enfants, et les
femmes enceintes sur des charrettes en parcourant des kilomètres 7 à 8 km pour les plus
proches, envi d’être soigner.

Les besoins de l’USB :

1- Réfection de l’USB, avec Eau et électricité


2- Quatre lits d’hospitalisations
3- Deux bureaux complets et étagère pour la pharmacie
4- Une table gynécologie
5- Des médicaments, gants, coton, et autres
6- Des balances
7- Des tensiomètres, glycomètre
8- Matériels médical complet pour les accouchements
9- Des stéthoscopes, thermomètres
10- Accessoires diagnostics

15
2) Unité de Santé de Base (USB) de Zira 1 :
Présentation de L’USB

Le village de Zira 1 connu sous le nom de zira Takradient, est un village de 1000 habitants y
compris quelques villages environnant comme Lghreid, Mkhayem.

Zira 1 est prés de l’accès Keur Mécène-barrage Diama, une petite déviation à droite de 3 km
venant de Keur Mécène, pas très loin du Parc National Diawling.

L’Unité de Santé de Base de ce village opérait il y’a quelques années, le poste santé le plus
prés de ce village ce trouve environ 3km.

Les villageois de Zira Takradient ont toujours des problèmes lors de l’accouchement des
femmes surtout pendant les journées, la plupart des hommes ou presque tous les hommes de
ce village sont des pécheurs, la pêche fluviale est leurs professions, dans un endroit appelé
Cheyal. Ils pêchent, transformant en poisson sèche, puis vendre sur le marché.
Les besoins de l’USB :

1) La réfection de l’UBS de zira 1


2) Deux accoucheuses et infirmiers
3) Eau, électricité, groupe électrogène
4) Tous les équipements nécessaires pour le bon fonctionnement d’une Unité de Santé de
Base
5) La formation des accoucheuses de qualité pour leur USB.
16
3) L’Unité de Santé de Base de Voum Lbhar :
Présentation de L’USB

Le village de Voum Lbhar est un peu isole, c’est l’endroit le moins visité par l’administration
sanitaire de la commune de Ndiago.
C’est un village qui dispose une Unité de Santé de Base construite il y’a exactement 22 ans
par la Garde côte Mauritanienne le 30/09/2007, gérée par un infirmier marin sous la
supervision du principal des marins.
Depuis quelques temps l’USB de Voum Lbhar n’est plus accessible pour les consultations, ni
de soins, il n’y a plus d’infirmier, ni gestionnaire, la Garde côte Mauritanienne ne prend plus
en charge la gestion de l’USB.
Les habitants de ce village et ceux des villages environnants ne bénéficient plus des soins qui
sont indispensable pour le bien-être de la population.
Le poste de santé le plus proche de Voum Lbhar est celui de Zira 2 qui est à 23 kilomètres de
ce village.
C’est la première localité que notre projet a visée, pour réaliser notre première caravane
médicale, vendredi 11/01/2019, quatre-vingt-seize 96 personnes ont bénéficiées des
consultations, soins, et don de médicament gratuit.
C’est une zone difficile avec beaucoup de dunes de sable, leur déplacement vers ce poste de
santé n’est du tout pas facile.

17
Actuellement ils ont un problème pour vacciner leurs enfants, l’équipe du projet a pris contact
avec l’infirmier responsable, pour programmer une campagne de vaccination dans la zone de
Voum Lbhar et les villages environnants.

Les besoins de l’USB :


1) Réfectionner l’USB de Voum Lbhar
2) Eau, électricité, groupe électrogène
3) L’équipement et accessoires médical
4) Deux lits d’hospitalisations
5) Un infirmier
6) Deux accoucheuses
7) Bureaux complet
8) Une pharmacie
9) Une ambulance
10) Pèse personnes
11) Table de massage

4) L’Unité de santé de Base de Ghahra :


Présentation de L’USB

18
L’Unité de Santé de Base ou appelée souvent point de santé de Ghahra, est une USB
construite par la coopération décentralisée entre la commune de Saint Fargeau Ponthierry de
la France et la commune de Ndiago il y’a 8 ans, qui n’a jamais était exploiter par les habitants
de cette localité.

L’USB n’avait pas été équipée, ni par la coopération, ni par la commune de Ndiago.

Ghahra compte 900 habitants, qui pourront bénéficier des services de cette USB, en recrutant
une accoucheuse pour des soins primaires et les accouchements qui pose actuellement un
grand problème dans la commune de Ndiago.

Cette localité fait partie de la zone 7, donc de Baryel, elle est à 7 km du centre de santé de
Ndiago ville, qui est le plus proche endroit où les habitants de Ghahra peuvent se soigner.

Les besoins de l’USB :


1) Eau, électricité, groupe électrogène
2) Une pharmacie
3) Accessoires médical
4) Trois lits d’hospitalisations
5) Un personnel médical avec deux accoucheuses
6) Bureaux complet
7) Une formation de renforcement des capacités pour le personnel médical de la
commune de Ndiago
8) Produits consommables pour la malnutrition

19
5) Unité de Santé de Base de Boyo 2 :

Présentation du L’UBS de Boyo 2

Le village de Boyo 2 fait partie de la zone 8 de la commune de Ndiago, qui est au bord de la
mer entre Ndiago ville et Saint Louis, c’est un village des pêcheurs et commerçants des
produits alimentaires, le village compte à peu près 300 habitants,

Et cette Unité de Santé de Base est toujours opérationnel malgré le manque l’équipement
médical, l’accoucheuse qui gère cette l’USB pratique souvent des accouchements à domicile

En apportant des premiers soins avant de les envoyés à Ndiago ville ou Saint Louis (Sénégal)
pour voir un généraliste ou gynécologue.

20
Les consultations mensuelles de cette USB sont très peu, la population s’est habituées à
échangés avec le pays étranger qui est le Sénégal, plus précisément Saint Louis qui est à 6 km
de Boyo 2, là où ils peuvent avoir des soins de qualité qui coûte très cher, en additionnant le
frais de transport et les frais de soins.

Toutes ces dépenses changent complètement le mode de vie des habitants dont la plupart ont
un faible revenu.

Les besoins de l’USB :


1) Construction de deux autres salles pour l’USB
2) Enclore l’USB
3) Un infirmier
4) Une accoucheuse qualifiée
5) Eau, électricité, groupe électrogène
6) Des lits d’hospitalisation
7) Des médicaments
8) Table gynécologie
9) Tensiomètre, thermomètre, Stéthoscope
10) Bureau et des chaises
11) Des balances, pèse bébé,
12) Autres matériels si possible

6) Unité de santé de Base de Boyo 1 :

Présentation de l’USB :

21
Le village de Boyo 1 est l’une des localités de la zone 10 de la commune, qui est la zone des
iles de la commune de Ndiago.

Pour accéder au village de Boyo 1, il faut prendre une pirogue, la voiture n’à jamais visiter les
localités qui sont dans les îles de la commune de Ndiago.

Et c’est des endroits les plus touché par des maladies hydriques diarrhée, paludisme,
parasitose intestinale causées par des vers, c’est des zones entourées d’eaux.

L’Unité de Santé de Base de Boyo 1 existe depuis 1999, cette USB est gérée actuellement par
une accoucheuse expérimentée (26 ans d’expériences), elle est prise en charge par la
commune de Ndiago, présentement elle n’est plus en mesure de continuer a exercée,

Les habitants de ce village font de leurs mieux pour garder leurs USB en bon état, pour
pouvoir en bénéficier, ils ont des bénévoles qui s’occupent de l’entretien, et ils
s’approvisionnent des médicaments à Rosso.

Les besoins de l’USB :

1) Eau, électricité, groupe électrogène


2) La formation des accoucheuses qualifiées
3) Une pharmacie
4) Des médicaments
5) Table gynécologie
6) Bureau complet et des registres
7) Boite gynécologique
8) Lit hospitalisation
9) Accessoires médical des nouveaux nés
10) Accessoires diagnostic

22
7) L’Unité de Santé de Base d’Ebdene :

Présentation de l’USB :

Ebdene est la zone 9 de la commune de Ndiago, c’est un village avec 1500 habitants qui est à
4 km de Ndiago ville, les habitants d’Ebdene avaient pris une maison en location dans le
village pour en faire une Unité de Santé de Base, en suite recrutaient un infirmier, tout pris en
charge par certains responsables du village en 2002.

L’infirmier faisait toutes les interventions médicales de ce village durant trois ans, avant
d’avoir un stage quelque part depuis lors ce village n’a pas pu avoir un(e) gérant (e) de cette
USB.

Ces trois derniers mois le centre de santé de Ndiago ville, a enregistré un taux de 10% de ses
consultations provient du village d’Ebdene, avec des différents diagnostics : fièvre,
dysenterie, bronchite, vérification de tension chez les HTA, teigne, filariose.

Les besoins de l’USB :

1) Construction d’une USB


2) Eau, électricité, groupe électrogène
3) Un personnel médical
4) Une pharmacie
5) Des médicaments
6) Bureau complet et des registres
7) Et équipements complet pour l’USB

23