Vous êtes sur la page 1sur 6

1.

Définition

D’une manière générale, la performance est un résultat chiffré obtenu dans le


cadre d’une compétition.

L’usage du mot implique l’idée de résultat, de réalisation d’une finalité, où


plutôt le résultat optimal que peut obtenir dans la réalisation d’un objectif.

L’efficacité
Le concept performance intègre d’abord la notion d’efficacité ; c'est-à-dire
l’idée d’entreprendre et de mener une action à son terme, La performance
consiste donc à obtenir un certain résultat conformément à un objectif donné.
C’est le rapport : Résultats/Objectifs

L’efficience
La performance intègre ensuite la notion efficience ; c’est-à-dire l’idée que les
moyens utilisés pour mener une action à son terme ont été exploités avec un
souci d’économie.

C’est le rapport : Résultats / Objectifs

Donc la performance est la conciliation entre l’efficacité et l’efficience

Elle consiste à atteindre les objectifs en optimisant l’allocation des ressources.

2. indicateurs de la performance économique


Un indicateur permet de mesurer l’écart entre le résultat obtenu et les
objectifs poursuivis, pour déterminer si ces derniers sont en voie d’être
atteints.

Pour mesurer la performance d’un pays on peut utiliser plusieurs indicateurs


tel que :

Taux de croissance :
Il s’agit d’une mesure clé de la performance d’une économie puisque la
croissance économique contribue à l’accroissement des niveaux de vie, c’est un
indicateur qui permet de mesurer la croissance économique d’un pays d’une
année sur l’autre :

Il est expliqué par la formule suivante :

TC=PIB(N)-PIB (N-1)/PIB (N-1)

D’où Le PIB : Le Produit Intérieur brut : L’un des agrégats majeurs des comptes
nationaux .En tant qu’indicateur qui permet de mesurer la production
économique à l’intérieur d’un pays. C’est la somme des valeurs ajoutées
réalisés par les agents économiques résidant à l’intérieur du territoire.
C'est aussi la mesure du revenu provenant de la production dans un pays
donné. On parle parfois de production économique annuelle ou simplement de
production.

Economie marocaine :
1. Secteur Agricole :

Le secteur primaire joue un important rôle économique, social et


environnemental dans notre pays. Il a représenté près de 15,5% du total des
valeurs ajoutées aux prix courants durant la période 2008-2013, 14,4% pour
l’agriculture et 1,1% pour la pêche. Il a contribué pour 1,3 point à la
croissance réelle du PIB (4,1%) sur la même période et emploie plus de 4
millions de personnes, soit 39,3% de la population active occupée.

2. Le Secteur des pêches maritimes :

Le secteur des pêches marocain figure parmi les créneaux sectoriels à fort
potentiel à l’export pouvant jouer un rôle déterminant dans l’allégement du
déficit de la balance commerciale et le renforcement du positionnement
compétitif du Maroc sur un marché international des produits de la mer en
pleine expansion.

L’année 2014 a été marquée par l’accélération de la mise en œuvre du plan


d’aménagement des petits pélagiques (le taux de couverture du plan
d’aménagement des pêcheries nationales a atteint 85% et il est prévu
d’atteindre 95% en 2015), la poursuite du programme -IBHAR II- relatif à la
mise à niveau et la modernisation de la pêche côtière et artisanale,
l’achèvement du programme d’abandon des filets maillants dérivants
(l’opération d’indemnisation a concerné 1.857 navires pour un coût s’élevant à
256 millions de dirhams) ainsi que la poursuite du Plan National
d’Aménagement du Littoral prévoyant la réalisation de Points de
Débarquement Aménagés (PDA) et de Villages De Pêcheurs (VDP).De même, la
préservation de la qualité des produits de la mer a été renforcée par la
poursuite du programme de mise en place de 5 millions de contenants
normalisés pour un coût de 330 millions de dirhams.

3.Secteur des mines :

Le secteur des mines contribue à hauteur de 4,8% du total des valeurs


ajoutées aux prix courants et 16,1% de celles relatives aux activités
secondaires entre 2008 et 2013. Il emploie directement plus de 67,7
milliers de personnes soit 0,6% de la population active occupée.

4.Secteur de L’Eau :

En 2014, le potentiel hydrique au Maroc est évalué à 22 milliards de m 3


par an. La production d’eau potable est de 972 millions m3 , le nombre
de grands barrages a atteint 139 avec une capacité de stockage de 17,6
milliards de m3 . En termes d’irrigation, les aménagements hydro
agricoles ont concerné, à fin 2013, 74,8% du potentiel irrigable.
Concernant l’eau potable, le taux d’accès a atteint en milieu urbain 100%
contre 94% en milieu rural.

5.Secteur de L’énergie :

Le secteur de l’énergie contribue à hauteur de 2,7% du total des valeurs


ajoutées aux prix courants et 9,1% de celles relatives aux activités
secondaires entre 2008 et 2013. Il emploie directement plus de 37,9
milliers de personnes soit 0,4% de la population active occupée.

6.Secteur De l’industrie :

Le secteur de l’industrie contribue à hauteur de 15,5% du total des


valeurs ajoutées aux prix courants et 52,5% de celles relatives aux
activités secondaires entre 2008 et 2013. Il emploie plus de 1,2 million de
personnes soit 11,4% de la population active occupée.
7.Secteur de L’artisanat :
Le chiffre d’affaires du secteur de l’artisanat a atteint 19,1 milliards de
dirhams, enregistrant une croissance annuelle moyenne de 13% entre
2007 et 2012. Le nombre de travailleurs a compté plus de 386.700
personnes avec un chiffre quasi-stable concernant les artisans citadins
(+0,48%).
8. Secteur du bâtiment et travaux publiques :

Le secteur du bâtiment et travaux publics contribue à hauteur de 6,6% du


total des valeurs ajoutées aux prix courants et 22,3% de celles relatives
aux activités secondaires entre 2008 et 2013. Il emploie près d’un millions
de personnes soit 9,3% de la population active occupée, dont 11% dans le
milieu urbain.

9. Secteur des transports :

Le secteur de transport contribue à hauteur de 3,9% du total des valeurs


ajoutées aux prix courants et 7,1% de celles relatives aux activités
tertiaires entre 2008 et 2013. Ce secteur emploie plus de 500.000
personnes soit 5% de la population active occupée, dont 6,6% dans le
milieu urbain.

10. Secteur de tourisme :

Le secteur touristique représente 6,8% du PIB au titre de l’année 2013. Il


totalise, dans son en ensemble, 500 mille emplois En 2014, Ce secteur
continuait à drainer des recettes en hausse de 57 milliards de dirhams,
10,28 millions de touristes et 2,7% pour les nuitées.

11. Secteur des télécommunications :

Le secteur de télécommunications contribue à hauteur de 3% du total des


valeurs ajoutées aux prix courants et 5,5% de celles relatives aux activités
tertiaires entre 2008 et 2013. Le secteur compte plus de 40 millions
d’abonnés au téléphone fixe et à la téléphonie mobile et 16 millions
d’internautes.

12. Secteur des assurances :


En 2013, la pénétration de l'assurance en pourcentage du PIB est de 3,1% pour
l'ensemble des primes, soit 1% pour l'assurance vie et 2,1% en assurance
non vie et situe le Maroc au 47ème rang mondial. Au niveau du monde
Arabe, le Maroc occupe la deuxième place après le Liban

Source : Direction des Etudes et des prévisions Financières ; Tableau de Bord


sectoriel 2015

Croissance économique : Maroc

Vous aimerez peut-être aussi