Vous êtes sur la page 1sur 54

;r.:i:'.

'.
:

.
:,:r,,:,r:'.,
,li:uriillii

';:;'1.
:i';.1;liit

,:i

I
*$'
I
L ..*,
,rl.;iÎ
TABTEDES MATTÈnEs

Pages

Les Musiciens 9
La Valse des Lilas trz
Chaînes L4
Quand ç balance t7
Les Parapluies de Cherbourg 20
T\l^
lJalrs le meme lnsmnt ....N!. 23
Petite Musique d'Amour 26
Les Enfants qui pleurent 28
Sérénadedu XX' siècle 30
Comme elle est longue à mourir nur jeunesse 34
Paris Violon 37
Autre chose 40
Les Moulins de mon cæur 43
T

Je vlvrar sans tor 46


Un Ami s'en est allé 48
Retour en lava 50

Photos : Souchon.
Albert Glasser.
Franck Fatosme.
Agencede presseBernard.
Kipa (Kovesdi-France).
(Aproposduspectacledelean-LouisBarrau|tu]ARRY'SURLABUTTE,,cTëéà
l'Ehsée-Montmarftî,- t;it;;t 1esæ'uvres de Al't'red larry')

LEGRAND DONNE
L'IMPORTANTE PARTITION MUSICALE DE MICHEL
DIFFERENTS'
UNE UNITE A TANT DE TONALITES ET DE CLIMATS
DE SON ART'
LA TACHE ETAIT DIFFICILE. GRACE A LA MAITRISE
LUI' PAR MIRACLE' TOUT
MICHEL LEGRAND A SU EN FAIRE UN JEU. AVEC
SEMBLE DEVENIR AISE.
EU LA JOIE D'ADMI-
AU COURS DE CE TRAVAIL PASSIONNANT, J'AURAI
GRAND PROFESSIONNEL ET'
RER A LA FOIS UN GRAND ARTISTE ET UN
LEGRAND LE SENTIMENT
COMIVTEPOUR JARRY, D'EPROUVER POUR MICHEL
INEFFABLE DE L'AMITIE.

JEAN-LOUISBARRAULT.
EXTRAIT
D'UNE INTERVIEW
AVEC
MICHEL LEGRAND

- Une question qui doit résu-


mer beaucoup de choses. Michel
LEGRAN D qui êtes-vous?

Lorsqu'on a en face de soi un


journaliste pour diriger I'entretien
et qui pose des questions, l'homme
* qui s'exprime dans un art ou
dans une discipline quelconque n'a
aucun commentaire à faire sur lui-
mêrne piiisque les commentaires il
les a déjà faits à travers ce qu'il
compose, ce qu'il peint ou ce qu'il
écrit.

La vie d'un créateur n'existe pas


en fin de compte; c'est la création
qui existe. Ma vie, par exemple,
c'est d'être assis derrière une table
et d'écrire... cela n'a aucun intérêt.
:i* Ce que, les journalistes cherchent
d'habitude, c'est la serçation ! Ils
veulent quelque chose' -ii ., sonne >,
qui trompette >.
"
Parler de moi ne m'intéresse pas
et n'intéresse personne. Je pourrais
faire une conférence sur le jeu
d'échecs, parce que là je suis très à
l'aise. Je pourrais rnême parler de
la musique et je sais vaguement de
quoi je parle. Mais parler de ma
vie... Comment je vis ? Comme un
être normal qui dort quand il peut,
qui a un rythme et une discipline
énormes et puis c'est tout. Quand
j'ai besoin d'air, je prends l'air.
Quand j'ai faim, je mange. Ce n'est
pas parce que je fais un peu de
cheval ou de tennis de temps en
temps, que les gens vont se nourrir
de ça.

(A suivre page 8.)


*;l
&
-* u3
&'

,æ ";

I
I

I ,,. tit":r,,
. t*'

II
Tout cela a commencé avec Big Mike... que de belles séances
camouflées sous ce pseudonyme transparent...
Et puis, ce fut l'éclatement avec <(I LOVE PARIS ,, le premier
voyage aux U.S.A. et la triomphale présentation des arrangemênts ré-
écrits dans la nuit pour le super-show télévisé de Maurice Ciff,VelfpR.
Et dans la foulée... le mémorable spectacle des treize semaines de
fin 1956 avec Maurice CHEVALIER à l'Alhambra... Ensuite, ensuite, je
produis pour Philips_quelques-uns des plus beaux disques que Michel ait
jamais composés et dirigés. Et maintenant, je contemple avèc admiration
" Big Mike , devenu le n Legrand Michel ".

T^ïr.r, (-..Jts

..#j1 ;.

-.l"S"*
**' --
- Et votre < métier ,r, il a unpassé,un présentet un avenir.Qu'est-
ce qui a le plus d'importance pour vous ?
LE PASSE : mes succès,mes lauriers, je n'ai rien à en dire, d'autres
s'en chargent s'ils le veulent bien.
LE PRESENT : c'est bien. C'estun travail acharnéfait de recherches
et de découvertes.
L'AVENIR : formidable ! Tout ce que i'ai créé jusqu'à maintenant
représÀté 1". p."*iers jalons veïs ce quele vèux réaliser.Tout est à faire !
OÙor ? je ne tàit put, cômme je I'ai dit dans une chanson'
L'angoissede bien faire... quel problème...Les chosessérieusesc'est
pour demaiî. pour le moment, jé fais- mon apprentissagesans concession.

&
:.,.?

.1-r,1Ï
"'.

ê-ë!'-eî'

MICHEL LEGRAND ET JACQUES DEMY préparent


.. LES PARAPLUIES DE CHERBOURG "
LES MUSICIENS
Paroleset Musique de
Michel TEGRAND

f
I
Gnl f 5-

chant d"oi -seau E - phé-


si m - ple m ot un tnot Sus- pen-
d é -{ ail- lanc e dor - mez Jc voui

(
l
,\

@ C op yri g ht 1970bv P r od u c ti o rrsMi c h e l L EGR ÀN D , 1'0us droits réærYés

252, rue du Fg-St-Honorê,Paris (6'). P.M.L.477 DOUI lous psya


l0

- mèr€s ct - be, comm' sont les ro -sea[rx ohl vous - mes b,o - hg -
"no,
Par leure mômesdu - os Vous êtes - cÉs ma - gi -
- dus aux chi -mères

l
'
(

F
Gm7 C7

mar - chant sur lee eaux


P rur mûn-- ter là - haut

T
I

C m i i 5- cnTl>- cl F

De la ra - ce que i"iime Faits de iang et d"eau A


So - li - taireset dé -so - lés. A - mic des pia - nos Er -

Gm7 FTIVI F6

l1 sur
[rres

**
n
\
I
i
I

P.M L.477
11

F6 F7M

pûr cæur
- den - tiel -

ront rnê de pleurs Vor


ê -tes - sen - tiel --
- .-ilt

larrnes mon u dou -leur 2. Ohr


nnonde d"un monde - F -ci el 3. Dor-

le vou8 vors
12

La valsedeslilas
Musique de
P a ro l e s d e Michel LEGRAND
EddY MARNAY & Eddie BARCLAY

Moderato IET COUPI,ET

0n ne peut pas

Q u 'u n p e t r d e lar-mes Pour cesquelques


qu un re-.gret - mi etsans au-tre se
- nirqui n'estPlus

de ta vi e E t tu as cru quet out é- t ait f i


p a-g es de m é- lan - c o Tu as fer - mé le

RtrFRAI\i

Mai fi - ni -rontN'en fi-niront


n1,.. . . . M a i s t o t t s l e s li - lasTousles li -las de
N

lnpriné en France
Eddie Barclay' Paris
(C) f955 by C.P.F. Editions I'lusicales Tous droits réservés
èopytigitt àssigned L965 Lo pour tous PaYs
S oc iéié dt E d i ti o n s t" " i " " fu " In te rn atl onal es (S ' E ' l " i ' I' )
_j ;1E .1{. - I . - 4: 5+4 -
(8 ' )-
5, r ue Lin c o l l , P a ri s --- ^ liiricft'
Pour ]a Suj-sse , '''ùUfnÉru1 $ttSTç .A..'-Q''
t)

que tollr-ne -ra Que tourne-ra

Jusqu hu der-nier .l usqrt'audernier Prin-temps

2 e f o i s a l Co d a $ 2e C OU P I.E ' r

Si tuvoi sl esj oursse au fond desnuitsLes souve-

a - banrlon-ner ta vte peuventriencon-tre I'ou - bli.,.

s.E.M.l.4.544
L.l

CHAINES Musiquede
Parolesde
Michel LEGRAND
Eddy MARNAY

chaîn's de ra -dio chaîn's de bis - trots ou bien chaîn's de grands ca - si - nos


Chaîn's de ou bien

ChaînesEll's sont partout à

Am7(5tedim) Abdim

.de rou - lent en chaîne A - vec tous leurs marmots Au ga -lop


Chaîn's mo-tels A - vec leur cli - en - tèle De gens qui

-rt
Fm7

tures De ser-ruresChaîn'sdeci- nés De De col - liers Et Pour nrc dés-en - chaî-


Chaîn's de voi-tures De

MICHELLEqB4ID
PRODUCTIô(s Tous droits réservés
- tgtzby
@ P.M.L.-588 pour tous pays
252.Rue du Faubourg St-Honoré,PARIS VIIIe' France'
Am7(5tedim)

din-dons Chaîn's de pri- sons De mai - sons Spé - cia - li - séesdans le

thon Le bon ton Ou les mir-li - tons Chaîn's à go -go Pour les fils à pa - pa

t
Mais tout ça ne

Fm7
Bt-

Chaîn's de col - lines sines Pre - mièr'chaîne Et deu - xièm' chaîne C'est pour quand la
16

Ff m7 GqTM
B

Ou bien chaîn's de dio Chaîn's de bis trots De ba - dauds De ba'


Chaîn's de

chTM AdmT(5tedim)

ce monde est en - chaî Et les fleurs Et les pleurs Sont dans la ma-
- teaux Tout

Dqe Gf,m7 Cf7 AfmT(5te dim) Afm6


5tedim

heur Donn' - moi la main, j'ai Potlr


-chine à mâ - cher le bon -

E
;s
se ba - lance au mi - lieu de mon c(Eul'
toi u - ne chaîne Qui

CHAINE.3.

Grav.& lino-mécanogr.ENGEL. 873-63-02& 873-29-07- P.M.L.- 588


1t
T
I

* I7
$
i.:

Paroles de
QUAI\D çA BALANCE
i
Musique de
I Eddy MARNAY
f Michel LEGRAM
Medium-Fast To

!.Quand ça ba - lance On est deix le


- lance Quand l"orchestre est

Je erois mê-me qu on est La con- tre Ia b-att" jazz


-?fie Le
A - lors là ça fait du Quand ça ba Le pla -fond vole eR

Eml Am7

Ça fait dé - jà plus gue Le vi - bra - phon'- ler trom-bon"s Le tazz t mor -


Dans un grand ton -nerr' de Ça dé - grin - gole
- Du som_met du sep-i;àm" ciel-

i
F # m7 Bl

Quand on s'est don-né le ne manqu'plus qu'les trompettes Et pura voi - l à-


Si -tôt que le jazz est ça ri - gole Dans mon cæur qui prend des ailes-

F* m7 87

@ copyright MCMLXIV by
Productions Michel LECRAND
Tous drolts rég€fvés
252, rue du Fg-St-Honoré,Faris E. (FRANCE) P . M. L . 2 4 0 pouf tôus payg
l8

Ça me eo - gne danr les doigts - Ah ,A,h_ Quand ça


Ça me eo - gne danr les doigts - "Ah Ah_ Quand ça

FnmT 87

A - lors là surs chee moi- La. La,,"- La.."- C'ert mon pass'-
A - lors là surs çhç2 nlsi- I-a. La.".- La,,.- C'ert mon pass'-

l
\

Mon dra-peau ma bible Dès - que le fem- po est là -


Mon dra- peau ma

P.M"L.240
19

C'est mon pass'-

?_,^. ? ?',_, Î)

Mon dra-peau bible à moi - Dès que le tem - po est là._ ?" Quand ça ba-

deux troisquatre Et

+
Coda
Q,7) (C)

P.M"L"24f)

Er '- -
20

Les panapluies de Cherbourg


Musique de
Michel I"EGRAND

quel-quesjours je dans le si - lence Des qua - tre murs-

' de ton ab - sence me pour- suit


ton dé - part I'om - bre

f.l- G7
,*7

jour Je ne vois plus {ait le


cha-que nuit- et me fuit cha-que
/:. /-\

Paris(France)et Productions Francii LEMARQUE La Varenne (Seine)


@1964 by Productions Michel LEGRAND pays P . F . L "1 8 0
Tous droits réservés pour tous
P.M .L.23 5
Je Re com prends p\ rien parce que je ne suis rien sans toi

Am7 5b I Dg*

Non ie pour Je ne
ri\

mour un tant Ëans

<ts
pas Mais mon a -mour ne pas -

1o-, obl a) 67
C',Get
r-
I

pa s - O r c h- - - - - - Ils sesont sé-pa - rés sur lequai d'u - ne

gâre Ils se sont é - loi - gnés dans un


-

t tt-F
p,r,",+JîJI F(3)

*P.F. L.180
P.M.L.215
a

r
H
f)arrs le rnêrne instarrt
Parolesde Musiquede
JeanDREJAC Michel LEGRAND

Dansle mêmeins-tant La mê - me se - conde A tra - vers le monde A tra -

mêmeins-tant A tra - versI'es-pace Dansle tempsqui passe En nous

mêmeinstant D'au-tres
mon-desnaissent A
D'au-tresdis -pa-raissent

;,

-verslescieux Dansle mêmeins- tant On en perd la trace Et nous, on s'em-brasse


-

@ 1972 by PRODUCTIONSMICHEL LEGRAND Tous droits résewés


252, Rue du FaubourgSt-Honoré,PARIS VIIIe. France. pour touspays
2a

Dans le même instant La mê - me se-conde On dé-


Et I'on est heu -

U n homme à l a P l ace D'uncæur


de prin-temps Dansle même ins - tant

Dans le mêmeins- tant Au bout

Fm6

au so - leil Dansle mêmeins- tant D'au'tres


de la terre Ouel-ques mi - li - taires

G4 C7M

Etrienn'est pa rei l .
lesremplacent Etnous, ons'embrasse

P.M.L.- 586
DANS LE MEME INSTANT. 2
25

v ion dé- c olle Un gosse à Dans le


même ins-tant Un a-

U n en - fant sou-P i re Un homme a vingt ans -


même ins - tant Un vieil - lard ex - pire

Dans le même instant On pleure ou l'on chante On meurt on enfante On souffre

ou l'on prie Noy-és dans le temPs Per-dus dansl'espace Nousdeux,on s'em-brasse


-

DANS LE MEME INSTANT - 3


ENGEL. 873-63-02& 873-29-07 P.M.L.- 586
26

Paroles:
D'AM0Un
MUSIoUE
PETITE Musique:
M i c h eL
l EGRAND
"ieanDREJAC

m u - si - qued' a - mour P our l ongs,pour l es soir slour ds


m u - si - qued' es-poi r P our gri s, pour l esjour snoir s

-.*t

Pour les ten-dres, font de: septembreun m o i s d'a o û t Pe - ti


Pour les blanches, tous l es l am - pi ons sont é - te i n ts Pe - ti

Ml mT LA mT E m7 S OL 7
-

m u- s i q u ee n p a s- s a n t P our l es j ours tri s - tes,l esj ourssans t i- t e


I r hu- s i q u ea u s o - l e i l P our ceux dont l esyeux sontpa - rei l s des tour-

I
I
II
II m u- s rq u een c ou - leur s
- ne- s o l s é - blou- is
voi ent
mour,
pl eurs Pe - t i - t e
vi e Pe ti - te

II \

I
II @ r c t q b y PR O D U C T IO N MIC
252 r u e d u F a u b o u rg
S H E L L EGR A N D
- 75008P A R ISFrance
Sa i n t-H o n o ré
P.M .L -. 6 8 1
Tousdroits réservés
pour touspays

I
L
27

El le au bout de mes doigts le


que pour El le au bout de mes doigts Je

Rejoindr eau c æur l es a-mou m u - s i - q u e d 'e n - f a n t


A - vec mes mai nscon - tre ton m u - s i - q u e d 'a - m o u r

MlmT

- h e u rq u i s e d é -fe n d
b l o n d sp
. o u r l e ss o i rsc o u rts

<t- -(> -{}-


Pour pu rs.
P our
-'

srb LA b soL b

PETI TE M USIO U E D ' A I V O U R - 2

Grav. ENG E I- P . r v . L-. 6 8 1


28

LËS ENFAI\TS QUI PLEURENT


Parolos de Musique de
Eddv MARNAY Michel LEGRAND
p1ibmr LabmT Rahç* StbmT

L.es en fants qul Ne sau - rônt

-Mib mT æabgna Sotbr ,aai

comp - ter les res Ni '' le temps qu" rl J'ai con-

La \m7 Ré\sm Mik mz I-abm7

Mar - nc Elle a tterz€ ân8 Quand- son-naient

{
(

t
sfh
Rebsm mT )wthMai Do\mT Fa7

nÊs Au clo - eher alur lemps IVla voi

t
@ copyright 1965 by Productions
Tous {lroits réservés

252, rue du F g St-H o n o ré ,Pa ri s P.M;L"281 pour tous Pays


29

Do\m7 nobr tWai L a b m| t lc u T s o lb

d'a - mour Et der- rière pof - t€ je t"at - tend tou - Jours J"uiqu!t-
r-q =---r

Mi\ m'î LalT luli k m7 LaqI Mib mz

I'd - c o la metr Et bierr-

rahni Rahs sibmr m?


-/vI{h
T- t ---r

- tôt c'est l"hi - ver Les en - fants pleu - rent Ne sau - ront ja - mais

r- 3----r

P.M"L. 2BI
30

SÉRÉI\ADE DU XXème SIEÇI-E


Pa role s d e Musique de
Eddy MARNAY Michel LEGRAND
A I ternps
SoIm Fo

Mon a - mour au cæur et ma gui - tare à Ia main Je peux hien chan-ter


Par - ce que les hornrn"s ont beau-coup trop d'arn - L,i -tions Ëtgu"ils se sont mis

twtv sib Mfb

qu'aux lu - eurs du ma - tin Cet - te sé ré: na - de Cet - ie sé-


cons-trui- re des mai-sons De soi-xante é-ta-ges De soi - xante

-ré -na -de Je peux bien grat-ter jus - q u a m e rom - pre les doigts
é -ta - ges Et parc'qu'il t'est ve - nu cet - te b r i l - l a n t e i -dee

lr
l

@Copyright1965by
l)roductionsllicirel LEGRAND, Tous elroits réserr'és

252,rue rlu Fg St-Honoré, Paris (ti') P.M.L.2B2 pôur tous paya


Tu me n - ten
D'ha - - ter le

m a v or x et m a. gui_t ar e
Q"i ne tent pas plus
ve - nir met - tre mon cæur
A mi - cro et
-:4-'t""

turib
Mtb

loin que I'en .- en - tre - sol


Te !'e
ma gui- t ar e é -l e c -tri q u e
De la

I
\
I

là -haut soi- xan - tiè - me pa - Iier


yoi - sins soi- xan-tième au pre-mier

P . M. L . 2 8 2
rwil

Tu dors à poings fer - més

M'au- raient as s as - s i- né

t
(]

t
sd!

p6ç ç s - l- sa - Itel-le ans trop


7 Oh- I-sa-hel.lo
-.---\
- --ffit-\

7ff7r
).|
-

Mih Rém| A lu

A - vec s'.ln cæur Et sâ gul

Dans sa g u;

{
)
I
I
Mib

()
lI'
Mih

grim - Per Porrr te prou-ver a - mouf


Mais s'il {aut
vien-nes dans jar- din
A moins que de -mainLu

I
(

t
P.N4.L.282
Fa ltih

utb, , Ré SoIm Fg r \ lWth

En h e - Ii -c o p -tè - re Si ce n'é - tait pas pour mon ver-tige


C e t-te s é -. ré -n a-de Et I'un con - tre I'au- tre nous ver-rons

Je prendrais I'as - cen - seur

{F
(l
th
\E

k- J
34

Par o L wd s :
!8.EJAc
J oarr.
COMME
ELLE A M0URIR
ESTLONGUE -,Ïii'i?oti
MAJEUNESSE!

r;otttwv
dh sdhnom
a:nowit
t,
hra, 1e/t.ttbs
- 58' Ilt jw- ."vr - tL
_ ., Vr
funn,o ih i, portw
Loùh
stnt dA$ L'AI- fuw - tr(' !a,ns L' ùLL-ftv - 49

danr l110n t00rrf .J |

J(/ hbL',a,h
.la
,I a, 'l
isfua-
do I'a' vio ïot vl,vot1wi't/nt sotn-

i
r
)

I\

lnr jow-nu- 50 Qn, tuv l"us_tg a. l1..011,


S A ns pUf-5on- lrg Sans p!,?-sltt -\p, ?ot'ct LLs

@ 0opy t i q h t , l b
' qy6?gr ol w c l i o nMich
s aL t&R,AN! rrlrl dlol çt îo,tf,t'll/9
?.t4.L.41I
r r l . r v ? , 'dn F a l tb o u ty5 a i ù H o r or ,ii Papr jt( 39) lo!! r Ûort ?ôyt
-

Il
k'
35

|-,
It
- wroi Èt qtrt' 5'on va, tu\u estLonlfit,
flornw olJ,t, ù w0LL-rbr ,^l' Ia
5oi - dngr LI I
5b r v - \'n\'r tal1,ajt. rt.yïr{u - r(r ,t^L
, oùVtt
lLvw lr

(
t

{
,
T

tî 0 c,cv
li
lu î0 _ 5 t dt' 1,,
t'0 - 5t U trV fo _ 5 (, :æ'tiLL p?trti,

al,cola"
+,

1ar - dr ' o

La.lap*iirt,

P.M .L.+ 1e
tïu'l,50LL
-

I
t
l
)I
\

- lu,,w opçVI,
- qwa cîvo 5y ln\a, r,r.an0tur;j'eï\tandsl,t
twr û'ai-

n'ur icrrot,
how - tur(, Utr jwnc, homno
Qrr he vou(,

i
I

P . l' f . L . 4 1 I
)/

Paroles de
PARIS-VIOLON
Mugique de,
Eddv MARNAY Michel LEGRAIID

- K-r
La rue de la Contrescarpe A, I'heure oir

- frent des mu-riques A pli - er bou -tique Des musiques à

r-4.--l

rues se chan-gent en jar -dins Ler mar-ron-niers en

C*nr7l5r F#7 ErrrT A7 DNIT

aux san -glots longs se fait Vio -lon P a-


ô

B7'
C$nr7i5i Cl7 FHmT /â

@Copyright 1969 bV Productions ]tichel LEGRÂND, Tous droits réF€ryés


252. ue du Fg-St-Honoré,Paris (6') P.M.L.48l Dour tous peys
- eelle chan - s on
- eelle r" l-a ta

eorrnrne b,at - lctn Un


S ur Vio - lûros I-es

48tr
P"M.L.
)9

chan - sons
Nc- on

Sur ba - lan eelle Q"-L, donn' son nom au


,Au des ru elles :'- L'âe
-

- cor - dé - on Ce soir te fait

P . M, L . 4 B I
Paroles:
AUTRECHOSE Musique:
LEGRAND
N4ichel
JeanDREJAG
@

vi vre i n - ten - sé - ment , M 'en'i- vr er


l e commeun dé - ment Cha-quejour

par - fum des roses,Me pas- sion ner pour u - ne cause P ourun
p o s e ,P o u ra - che ter des tas de choses.D ont j e
l e c i e l p ro

q5
FAl ;

o u Po u r d e la prose Je
1. - f antPo u rd e sv e rs
ma r- q u e r u pause Je
2. - m en t, J e v o u - d ra i s

Je vou - drais au
Je vou - drais au

P .M.L. - 680

@ tgt+ by PRoDUCTIoNS MIcHELLEGRAND Tous droits réservés


pou r tous navs
252 ruedu - 75008PARlS France
Saint'Honoré
Faubourg
I
I

4l

cnose Ou o i ne sais pas vrai


Jv - ment
cn ose Ouoi je ne sai s pas très bi en

sol ?M(s.A.t

Je vou - dr ais dir e à qui m ' en - tend Ou' i l y a peut-être en ce monde.Ouelque


Un pe u de c ha - leur . d' a - m i ti é Où l ' on vi ent ré - chauf-fer son âme C om- m e

FAl6-l

au bout du prin - temps, Dessour-ces bleues,des sour- cesblondes O,otr


liit-tis sent des sen -
m aingour deà la fl a mme ,C o m m e l a brume à l ' é gl an - ti er Je vou - drai s di re a u m o n d e

I
)

Oui fol - le ment nous I - nondent


Ou ' i l fa u t rroLl - ver AU.T E C H OS E
-,'---\_

A UT R E CHOSE- 2 P.M.L .680


LIL

tes que quel qu' un m' at


au bout d sen

s Léger, cédez

F]
lol
lDl D ans un gr and _- c ha m p

AUTRE CHO SE
Grav.ENGEL P . M . L .- 6 8 0
43

L ES M O U L I N S D E MON C GU R
(THE WINDMTLLS OF YOUR MrND)
du film United Artists "L'ÂFFAIRE THOMAS CROWN"
Paroles Fruncaisesde
Versionoriqinalcdc
EddvMARNAY Marilynt AlanBERGMAN
,l I MichelLEGRAND
I

Em

Csmmeun' pier- re que jet - te DansI'eau vi - ve d' un rui s-seau lais-se der-rière
lai - ne En - tre l esmai nsd' un en - fant mots d' u- ne re n -

el Des m ilJ ier s d e ro n d sd a n s C o mme un nta -nè - ge de l u -ne A -vec sesche-vauxd'é


qai Pris dans les h a r -p e s d u C o mme un tour-bi l -l on de nei -ge Commeun vol de go - ë

C om m e un an- n e a u d e Sa - tu r - n e U i r bal -l on de car -na - val Com-me le che -min de


S ur des f o- rê ts d e N o r- v è - g e S u r des moutons d' o -cé - d l l tr C om-me l e che- mi n d e

@ C o pyrightM CMLX\lll by U NI TED ARTTSTS M USI C Co, I n c , N e w y o r k . Tous droits réservé:


UIf ITED ARTISTS MUSTC(Francc) 48 AvenueVictorHugo,paris l6e
pour tou"s pays
u.203.4
44

(:nert

rdn - de Que font sans ces- se les heures Le voy- age au-tour du mon- de D'un tour' ne -sol datts sa

de ton nom Tous les mou-lins de mon cæur 2.) Commeun é - che' veau de

L'oi-seautom - ba de son nid qu€ sur l e sa-bl e N os pas s'ef - f a- cent dé -

- jà Et je stlis seul à l a Qui ré - son-ne sousm€s

rr
u.203*A
p l e u -re S ous les gou t-te s d e la pluie Com-me leschansons
qui meu-rentAus-si -tôtqu'onles ou -

G maj 7

Et les f eu i l -l e s d e l ' a u - to m-n e R e n -con-trentdesci el smoi nsbl eus E t ton ab-sen -ce | . eur

-pûco
F
a poco ritard\

do n - n e La c ou ' leur d e te s c h e - v e u x 4 .) U - ne pi er- re que I' on j et - te D ansI' eau vi - vc d' un ruis -

A l di n

- seau lais - se der-rière Des mil-liers de rondsdans I'eau A u vent desqua-tre

tJ.203.A
Parol"as: l4usuque:
E!!Y MAITNAY JE \'Ir/RAI SANS TOI MIÔHELLE6T{JN
(5tow)
Lswlo

VwLe
Puisqwv
4I
f"

A n.I ni tn.

V0trx hl l'rn
Prr,ique v.ùt 5au Lt,-vvr l,vs yuLLX Ju vi-viutrou

rË:t'ta.j
- Ah

Uwraus0,-Fbows
^\
I'
ùv4.x Ja vi"vru de' tt,vw J e fL'.vru ùe

Fml Bb9n .

?ir' Mosso

.sir,r
" lil
n'tr-nv d'ti -Èi, A'Ltso.Lail,
ç,-
^wsonvidl.
Pid l'tosso

Tow l,roilsrt,sr,rv
ds
4q66 by P rodx ct l' o nMrlhsIL E6IùANII por;r konrvT\t'
0 coPYllç1r.1 r
?aris(se)
P . ML. . T 7 o
L5?, rve ûtL FuwbouiçSzin?-Hononri
Tù1.

ôrl-l

-u;-à eà cçre -{rv l s fULSqlIg, l'$ trg ue'LLY Jo vr,'urusansli


îa L L .- - -

Ab?MLj.

a Te5[ôw

J Y nv l 'ai -no yLus |owitO Ut Itcnuer J0tLt Jv n'ol''at,.ne

llorr ô - frûLLr îu Le
Puùqno U9LLX -uî?'Lsafis

Ern. Errr'"l I
Cfr'rnlf

ta,lL-

?t*sqtte, VP.LLY Je n s
ra,l,L.

ha
'Peà.
P .M .L .t7 0
48

ParoLssdc,: Mwsiqwa dc',


Joan,
lhEJAt UN AMI S'EN ESTALLË
Hi, M,..^. lo
L Een,ANl0
MuptLoL
5oL ^8.* ^ tlry,
-Tî
4 U?y al-rii s'çw cs\- a.l'- Vp,- 1l t |wv tal - -.YLI, _LV, Tl rt
9 Uw â'-M,v qlNowuv-vvaib br,tv- r 'V
L'' patri,0f/ lt+, ptwF tW
- Y
4 . I,V uw qûf\asw Sou,-yi _a,uY, - 1l
0lwwn6f0 F,rv^ liw -' lv $t,ahÀMyr-

Mr,wl 5oL
--;F-
- )r

Lurrww UwA,'û\vV7" n9- pq - 5 w -


l,r.;:, Etr, h.a-l,ùt
do -r(,-
ll li
I v _
aAt
Lv

-'Vùro

lt{rtr. La.w'l ut,uùa$_

0asoiriL a, d c - p-o iô - Lsl fur1na5.


do q'tvi?
l)n u-nû vt,owV -bo,- LL Twrv.

A- àùw-A-drw
- 0ubivn{a:tdttL'.os
-por,r

0 l sn b y Produchl'cn,
Mfr,hsrr-EGRAhD i ô o t d i, r l l r f c 5 C i V u r
Lf|, rll',v ùtv Farr.LoHrg ? 1 4 .1t6
.6
-?a.tis (rr;
iuiwLl-[orrori po.lrrhourpays
- vour- goul d'a,w-lpÈùo,uy
XOsc t^e, _ FwV-iL
saàirou-tù,w1

0u aL r{, - voLn?

5oL
5t

Ewltubiïdo vc- r; _kt _

f,oàa

Larn)

Uwu-ni vr,wV dcqw,,l


_lvr- Lu Tnv, rt
I _
?1À
,V

?.M . L . 6 6 6
RETOUR EN JAYA
Parolesde clc
N{r-rsiclr"rc
JeanDREJAC NlichelLECRANI)
l i 1:h

1 . O n e n-tendd' a bord le bruit de ses pas


2. ' l ors car on ne sait pas
3. - vers q u 'o n p r e n d d a n ss e s bras
4. - lors car on ne sart pas
5. - chi r car on ne veut pas

clioim

1. Le bru i t d e son doigt qui f r app e à la porte U n trou de so leil, de joie -


2. Ce bo n -h e u rv i - vant que le soi r ra mène S ur un u ni ve r s l e s ye u x-
3. Ou'on ser-re très fort c om m e en u ne bague On pas- se la m a i n so u s l e -
4. On res-pire a - lors I ' o - deur de son être L' o - deurde son corps douce à ,
5. Et sans ré - fl é - chir on m or d à ses lèvres E t de tout son co r p s o n b r û l e -

1. v ous e m por te On court au de vant car on ne sait On court au de -


2. se pro mè nenf S ur un u-ni vers qu'on ne con-naÎt Sur un u - ni-
3. man-teau va gue On tou -che sa peau car on ne sait On tou - che sa
4. re - con naî tre Mê - léed'un par - f u m q u 'o n n e c o n - n a Î t Mê- léed'un par -
às a f iè vre Et I'on est heu - reux car on ne sait Et l'on est heu -

@ l972by PRODUCTIONSMICHEL LEGRAND Tousdroitsréservés


P . M . L .- 5 8 7 pour touspays
252, Rue du FaubourgSt-Honoré,PARIS VIIle. France
,L

1. - vant car on ne sait On court au - de - vant car on ne sait


2. - versqu'on neconnaît Su ru n u - n i - versqu'on ne con naît
3, peaucar on ne sait On tou - che sa peau car on ne sait pas-.. (Vocalises)
4. fum qu'on ne connaît Mê - lée d'un par - fum qu'on ne con nâît pas.,,
5. - reux car on ne sait Et t'on est heu - reux car on ne saii pas..,

I
(

2. On re - gardea -
3. Su r u n u - n i -
(Vocalises)
4. On res- pire a -
5. Et sans ré - flé -

RETOUREN JAVA. 2.
Grav. & lino-mécanogr. ENGEL. P.M.L.- 587 Novembre1977- tmp. par E,M.p.l.-93130 NOtSy LE SEC
DISCOGRAPHIE

Sérénadedu xx' siècle.


La valse des lilas.
Les enfants qui pleurent . . 30 cm Philips 6332 t78
Paris Violon.
Les musiciens.
Comme elle est longue à mourir ma jeunesse.
Les mouiins de mon cceut 3A cm Philips 6f2 L79

Quand ça balance 45 t Philips )73 )27

Je vivrai sanstoi 45 t Philips $7 342


Chaînes.
Retour en java"
Dans le même instant.
Un ami s'en est allé 1g crrf'Bell-Poiydor2fi7 003
Petite musique d'amour.
Auffe chose 45 t ilell-Polvdor 2008 230

BANDES MUSICALESORIGINALES DE FiLMS

Les parapluies de Cherbourg 30 cm Philips 844 919BY


Les demoisellesde Rochefort l0 crn Philips 8421.468Y
Pe a u d 'Âne.... C062-91'975
30 crn Paramout-Pathé
:.. . .
Les mariés de l'An. II . . . J0 cm Bell-PathéC 062-92428
Un peu de soleil dans l'eau froide : . .- l0 cm Bell-PathéC 062-92943
Les feux, de la chandeleur ....' 45 t Bell-Polydor2008077
Un homme est rnort :. . . . 45 t Bell-Polydor2008 137
La vieille fille (Legrand-Ecan-Sélection) J0 cm Bell-Polydor2308 070
L'impossibleobjet 45 t Polydor 2056 248
Le ga n gde s otages...., 45 t Bell-Polvdor2008 L42
L'événementle plus important depuis que I'homme a marché
sur la lune J0 cm PhiliPs 6325 403
Les ffois mousquetaires

Copyright t974 by Productions Michel Legrand.


,.it:r.

des choses
Sarah VAUGHAN est un instrument merveilleuxqui -: ufait d'instinct
noire, elle est
extraordinai.es. gn-âËhoir d" çu, quoi vous dire d'elle Elle est
n""tift", elle est *uiiu"i", ne m'intéresse quq su.r le plan clr cæur, de
Fà"i"] âeî'à" chanter. C'est
â -uit'elie probablement la plus grànde chanteuse de
jazz. r, "ff"-iô-;;i
Michel t""*o*O-