Vous êtes sur la page 1sur 85

Les murs de

soutènement gravitaires

Fabrice EMERIAULT
Les murs de soutènement
gravitaires

 1. Généralités sur la notion de soutènement


 2. Les divers murs de soutènement
gravitaires
 3. Les diverses formes de rupture
 4. Poussée et butée des terres sur un écran
 5. Le problème de l’eau
 6. La stabilité des murs de soutènement
Les murs de
soutènement gravitaires

1. Généralités sur la
notion de soutènement
Les murs de soutènement
gravitaires

 1.
Généralités sur la notion de
soutènement
Aquoi sert un soutènement ?
Comment fonctionne-t-il ?
Les murs de
soutènement gravitaires

2. Les divers murs de


soutènement gravitaires
Murs en pierres sèches

Absence de joints
Drainage assuré
Murs en pierres maçonnées

Jointoiement des pierres


Drainage obligatoirement assuré
par barbacanes
Parement avec arcades
Egalement murs en briques jointoyées
Coupe type d’un mur poids maçonné
Murs poids en béton non armé

Remblai rapporté drainant

Pas ou peu d’armatures


(alors armatures de peau)
Mise en place éventuelle de contreforts
Murs en béton armé encastrés sur semelle
Bêche utilisée pour:
- diminuer les risques de glissement
- maximiser la portance du sol
Murs en béton armé encastrés sur semelle - 1
coulés en place
Murs en béton armé encastrés sur semelle - 2
préfabriqués

Ebal: voile préfabriqué


Murs en béton armé encastrés sur semelle - 2
préfabriqués

Chapsol: mur préfabriqué


Murs en béton armé encastrés sur semelle - 2
préfabriqués
Exemple de complexe drainant
Murs en gabions
Murs peller
Procédé Cribwall
Mur Delta
Mur Delta
Mur Evergreen
Mur Loefl

Parement en éléments béton cellulaire


Renforcement éventuel du massif de sol amont par nappes géotextiles
Mur Reboul
Procédé Terre Armée
Renforcement par nappes géotextiles
Inclusions géotextiles 3D
Les murs de
soutènement gravitaires

3. Les diverses formes


de rupture
Rupture par glissement
Rupture par déversement
Rupture globale
Rupture interne
Les murs de
soutènement gravitaires

4. Poussée et butée
des terres sur un
écran
q

H
Répartition de contrainte de poussée
=
Somme de 3 contributions
Sol:
Poids volumique γ
Angle de frottement φ
Cohésion c
Contribution 1 Sol:
Poids volumique γ
Angle de frottement φ
Cohésion c=0

q=0

H
σ = Kaγ γ H cos δ

δ τ = Kaγ γ H sin δ
Contribution 2 Sol:
Poids volumique γ=0
q Angle de frottement φ
Cohésion c=0

H
σ = Kaq q cos δ

δ τ = Kaq q sin δ
Contribution 3 (Poussée) Sol:
Poids volumique γ=0
q = c / tan φ Angle de frottement φ
Cohésion c

q = c / tan φ

H
σ = c / tan φ (Kac cos δ − 1)

δ τ = Kac c / tan φ sin δ

Kac < 1
Du point de vue de la résistance au cisaillement, les 2 situations sont
équivalentes:
σ0 = 0 et c
τ c = 0 et σ0 = c / tan φ
tan φ

c σ

c / tan φ
τ
tan φ

c=0 σ

σ0 = c / tan φ
Contribution 3 (Butée) Sol:
Poids volumique γ=0
Angle de frottement φ
Cohésion c

σ = c / tan φ (Kpc cos δ − 1)

τ = Kpc c / tan φ sin δ

q = c / tan φ
Kpc > 1

q = c / tan φ H
δ<0
Présence d’une nappe libre Sol:
Poids volumique γ
Poids volumique déjaugé γ’
Angle de frottement φ

σ = Kaγ γ ‘ H cos δ + γw Η
H

τ = Kaγ γ ‘ H sin δ
δ
 Les coefficients dépendent de la géométrie de la
paroi:
λ (= 0 si écran vertical)
 β (= 0 si sol horizontal)

 De l’angle de frottement du sol:


 De la rugosité du contact avec le sol:



 En général:
 δ/φ = 2/3 en poussée
 δ/φ = -2/3 à -1
55
56
Les murs de
soutènement gravitaires

5. Le problème de
l’eau
Présence d’une nappe libre Sol:
Poids volumique γ
Poids volumique déjaugé γ’
Angle de frottement φ

σ = Kaγ γ H cos δ
H

σ = Kaγ γ ‘ H cos δ + γw Η
δ

≈ 0.3 K=1
Eaux de ruissellement : phénomène d’accumulation
et de mise en charge rapide
Eaux d’infiltration : phénomène d’accumulation et de mise en charge lent
Les murs de
soutènement gravitaires

6. La stabilité des murs


de soutènement
6. Vérification de la stabilité
 6.1. Bilan des efforts
 6.2. Calcul de P
 6.3. Vérification de la stabilité externe
 méthode traditionnelle
 méthode globale
 6.4. Vérification de la stabilité interne
 6.5. Vérification de la stabilité d’ensemble
6. Vérification de la stabilité
 6.6. Cas particuliers
 Murs B.A.
 Terre Armée
 Murs poids

 6.7. Prédimensionnement
6.1. Bilan des efforts q

W : poids du mur

R : résultante
de P et W P1 P
δp
Caractérisée
P: résultante des
par δ et e W R forces de poussée
P1 et P2
δ
P2
δp
butée: non prise
en compte e
B
6.2. Calcul de P
 P résultante de P1 q
et P2
 P1 et P2 sont
calculés par toute P1 P
δ
méthode adéquate: p

 Coulomb
 Boussinesq
 Autres…
P2
δp

B
6.3. Vérification de la stabilité
externe: Méthode traditionnelle

 On vérifie séparément 3 types de rupture


possible

 Rupture par renversement


 Rupture par glissement sur la base
 Rupture par poinçonnement
Vérification de la stabilité externe
méthode traditionnelle
Renversement q

Moment stabilisateur : W.X


Moment renversant: P.d

coefficien t de sécurité P
vis à vis du basculement
W
W .X Critique:
Fr = > 1 .5
P.d suppose que le point
de rotation est le
point aval de la
d fondation
X
B
Vérification de la stabilité externe
méthode traditionnelle
q
Renversement

Autre approche: -Sol de fondation de qualité


on considère l’effet satisfaisante: e/B < 1/6
de l’excentricité (tiers central)
relative e/B sur le
risque de
R
-Sol très raide (rocher):
renversement
δ e/B < 1/4

-Sol de fondation mou:

e e/B voisin de 0
B
Vérification de la stabilité externe
méthode traditionnelle
Glissement q

On compare la force motrice T


à la résistance au cisaillement Tmax
sous la base de la fondation

T = R.sin δ et N = R.cos δ
Tmax =N. tg φ + c B (Mohr-Coulomb) N R
δ
D’où
Fg = (R.cos δ. tg φ + c B)/ (R.sin δ)
T
En général on prend c=0
e
Soit Fg = tg φ / tg δ B
Vérification de la stabilité externe
méthode traditionnelle
Poinçonnement
On fait l’hypothèse d’une répartition q
trapézoïdale des contraintes sous
la fondation
Si e/B > 1/6
D’où Alors on admet
une répartition
qmax = N/B.(1+6e/B) triangulaire
N
qmin = N/B.(1- 6e/B) B

On vérifie e

qmax < qu/Fq qmin


qu calculé sans tenir qmax
compte de e et δ et Fq=3
Vérification de la stabilité externe
Méthode globale
q
Approche qui considère ce
problème comme un problème
de fondation supportant une
charge inclinée:
ceci prend en compte R
globalement les trois types de
stabilité: δ
-Basculement (excentricité)
-Glissement (δ) e
B
-Poinçonnement
 A l’ELS:
 Surface entièrement comprimée (qmin > 0)
 qref < qu/3 qref = (3 qmax + qmin) / 4

 A l’ELU
 Surface L comprimée min. 10 % de B
 qref < qu/2 qref = (3 qmax + qmin) /4
 Vérification du glissement:
R sin δ < R cos δ tan φ / 1.2 + c (B ou L) / 1.5
Effet de l’inclinaison et de l’excentricité de la
charge δ
Inclinaison:
Charge inclinée d’un angle δ :
On affecte chacun des termes d’un coefficient
minorateur i égal à:
δ/π)
δ/π 2 et iγ = (1- δ/φ)
ic = iq = (1 – 2.δ/π δ/φ 2
e
Excentricité:
Charge d’excentrement e :
On adopte une largeur fictive de la fondation égale à
B’ = B – 2 e

1
soit : qu = γ .B ' .Nγ .iγ + γ .D.N q .iq + c.N c .ic
2
Bêche utilisée pour:
- diminuer les risques de glissement
- maximiser la portance du sol
6.4. Vérification de la stabilité
interne
q
 Toute section horizontale doit
être comprimée
 La contrainte de cisaillement ne
doit pas dépasser la résistance
au cisaillement du matériau
 Cas des murs cellulaires: τ < τmax
 Cond. 1 + ne pas dépasser la σmin >0
résistance propre des éléments
 Cond. 2 + les éléments ne doivent
pas glisser entre eux
6.5. Vérification de la stabilité
d’ensemble

 Vérification par les techniques classiques d’analyse de stabilité de


pente (Bishop simplifiée, perturbations, …)
 Le mur n’intervient que par son poids
 Les lignes de glissement (ex. cercles) n’interceptent pas le mur
6.6. Cas particuliers

 Murs B.A.
 Terre Armée
 Murs poids
6.5.1 Murs B.A.

 La stabilité externe
est assurée par le
poids du mur auquel
s’ajoute le poids d’un
coin de sol qui serait
entraîné dans une
rupture
 Suivant la géométrie,
il y a plusieurs
schémas de calcul
δ(γ) =β
q
δ(γ+q) = sup (β, φ/3)
β
β
EQUILIBRE
DE RANKINE

P
P Équivalent à
H φ
δ
Ligne de
rupture de
l’équilibre de
Rankine

b0

configuration géométrique A Avec θ = π/4 + φ/2+ (i−β)/2


sin i = sin β/sin φ
Avec b0 >H.cotg θ Et
β

Ligne de
rupture de δ= β + (δ0 – β).[1-b0/(H.cotgθ)]²
l’équilibre de
Rankine

P
H Avec δ0 = sup ( β , 2φ/3)
δ

b0

configuration géométrique B Avec θ = π/4 + φ/2+ (i−β)/2


sin i = sin β/sin φ
Avec b0 < H.cotg θ Et
δ′ = β

6.5.2 Terre Armée

 Effort de poussée calculé sur


l'écran fictif AB

 Calcul de δ: q
β>0

 φ
δ γ
= δ ′ ou δ γ +q = sup δ ′, 
 3
A

sin φ sin (2λ + i − β )


 avec tan δ ′ =
1 − sin φ cos(2λ + i − β )
sin β
 et sin i =
sin φ δ>0

 ( δ ′ = β si AB est vertical) B
6.5.3 Murs poids

 Effort de poussée calculé sur


l'écran AB

 Calcul de δ:
 2φ 
q
δ γ
= δ γ + q = sup δ ′, 
 3  β>0

 avec tan δ′ = sin φ sin (2λ + i − β )


1 − sin φ cos(2λ + i − β ) λ>0
sin β
 et sin i =
sin φ
δ>0

B
 (δ ′ = β si AB est vertical)
6.7. Pré-dimensionnement
0,35

Mur poids
H 2%

0,15 H

gel

0,3 H + 0,20
0,15 à
0,30 m
- semelle
B ≈ 0.35 à 0.40 H (bon sol)
Fruit B ≈ 0.45 à 0.60 H (sol de qualité
mini
2%
Mur B.A. moyenne)

H - patin ≈B/2 à B/5

patin - evoile
≈ H/12
(pour H ≈ 7 à 9 m.)
evoile ≈ H/18
gel (pour H ≈ 3 à 4 m.)
esemelle
B - esemelle ≈ evoile