Vous êtes sur la page 1sur 4

Exorciste et Exorcisme

Tout ce qui suit concernant les prêtres exorcistes correspond au fonctionnement du ministère au
sein de l'Eglise Catholique Romaine.

Un exorciste n'est pas:

 Un magicien
 Un mage
 Un homme ayant des pouvoirs "par lui-même"
 Un sorcier....

Et l'exorcisme n'est pas:

 Un rituel magique
 Un distributeur automatique où en échange de telle prière j'obtiens obligatoirement telle
prestation...

Le recours à l'exorciste (exorcisme) avec à l'esprit une mentalité "magique" n'est donc pas une bonne
approche.

Mais alors, de quoi s'agit-il ?

Pour le comprendre, il faut revenir à Jésus Christ, notre Sauveur, notre Rédempteur, le Verbe fait
chair, la Parole de Dieu, la Lumière du monde.
« Jésus Christ est venu délivrer l'humanité de la domination du mal et du péché. Par le mystère pascal
de sa mort et de sa résurrection, le Christ a affronté les puissances mauvaises et a détruit leur empire
en libérant toute chose de leur contagion maligne. Il s'est fait proche des personnes souffrantes,
faisant sienne la misère des hommes jusqu'à souffrir avec eux et pour eux :
« Je suis venu pour qu'ils aient la vie » (Jn 10, 10).

Par le baptême, en s'engageant à renoncer au péché et à Satan, à tout ce qui détourne de Dieu et
divise, le chrétien participe à la victoire du Christ. Il s'oriente avec lui vers la lumière qui permet de
connaître Dieu, Père miséricordieux. » (extrait de "L'Exorcisme dans l'Eglise Catholique" cf.
Bibliographie)

Cette "autorité" sur les démons, Jésus l'a transmise à ses disciples comme nous le montre l'Évangile
:

« Ayant convoqué les Douze, Jésus leur donna puissance et pouvoir sur tous les démons et sur les
maladies pour les guérir » (Lc 9, 1)

Et encore ici :

Ils expulsaient beaucoup de démons, ils oignaient d'huile beaucoup d'infirmes et ils les guérissaient
(Mc 6, 12).

Les soixante-douze envoyés revinrent pleins de joie et dirent :

Seigneur, même les esprits mauvais nous obéissent quand nous leur donnons des ordres en ton nom.

Jésus leur répondit :

Je voyais Satan tomber du ciel comme un éclair. Écoutez: je vous ai donné le pouvoir de marcher sur
les serpents et les scorpions et d'écraser toute la puissance de l'ennemi, et rien ne pourra vous faire
de mal. Mais ne vous réjouissez pas de ce que les esprits mauvais vous obéissent; réjouissez-vous
plutôt de ce que vos noms sont écrits dans les cieux. » (Lc 10, 17-20)

Ainsi, Jésus, après avoir créé Son Église, a donné aux Apôtres "puissance et pouvoir sur tous les
démons". C'est cette autorité conférée par Jésus qui est toujours à l'oeuvre dans l'Église Catholique
Romaine de nos jours et ce sont les successeurs des Apôtres qui en sont les garants.

Ceci nous est réaffirmé dans le Catéchisme de l'Église catholique 1992 n° 1673:

« Quand l'Église demande publiquement et avec autorité, au nom de Jésus-Christ, qu'une personne ou
un objet soit protégé contre l'emprise du Malin et soustrait à son empire, on parle d'exorcisme. Jésus
l'a pratiqué (cf. Mc 1, 25-26), c'est de lui que l'Église tient le pouvoir et la charge d'exorciser (cf. Mc 3,
15 ; 6, 7. 13 ; 16,17).

Sous une forme simple, l'exorcisme est pratiqué lors de la célébration du Baptême. L'exorcisme
solennel, appelé " grand exorcisme ", ne peut être pratiqué que par un prêtre et avec la permission de
l'évêque. Il faut y procéder avec prudence, en observant strictement les règles établies par l'Église.
L'exorcisme vise à expulser les démons ou à libérer de l'emprise démoniaque et cela par l'autorité
spirituelle que Jésus a confié à son Église. Très différent est le cas des maladies, surtout psychiques,
dont le soin relève de la science médicale. Il est important, donc, de s'assurer, avant de célébrer
l'exorcisme, qu'il s'agit d'une présence du Malin, et non pas d'une maladie. » (cf. CIC, can. 1172).

On comprend donc mieux à présent que dans chaque diocèse, il appartient à l'Évêque de désigner un
prêtre exorciste pour exercer ce ministère.

Hélas, de nos jours, ce sujet dérange et il arrive qu'il n'y ait pas d'exorciste dans certains diocèses...

Heureusement, dans la plupart des diocèses, l'Évêque - encore appelé "Ordinaire du lieu" a bel et bien
nommé un prêtre exorciste. C'est ce dernier que vous rencontrerez si besoin est.

A ce stade de notre exposé, je crois indispensable de préciser le point suivant:

Dans l'Eglise Catholique Romaine, le service rendu par un prêtre Exorciste qui vous aura été nommé
par l'Evêché de votre diocèse est GRATUIT. Si on vous demande de payer, VOUS N'AVEZ PAS AFFAIRE
À UN VÉRITABLE PRÊTRE EXORCISTE mandaté pour vous par l'évêché! Donc, je vous réaffirme que si
une personne vous réclame de l'argent, elle n'est pas prêtre exorciste de l'Eglise Catholique Romaine.
Quoi qu'elle en dise ou se prétende !

Extrait du Droit Canon:

Can. 1172

1. Personne ne peut légitimement prononcer des exorcismes sur les possédés, à moins d'avoir obtenu
de l'Ordinaire du lieu une permission particulière et expresse.

2. Cette permission ne sera accordée par l'Ordinaire du lieu qu'à un prêtre pieux, éclairé, prudent et
de vie intègre.

Et encore:

"Guérissez les malades, ramenez les morts à la vie, rendez purs les lépreux, chassez les esprits mauvais.
Vous avez reçu gratuitement, donnez aussi gratuitement" (Matthieu 10, 8)

Cela étant, après coup, rien ne vous interdit d'effectuer un don, librement, selon vos moyens si tel
est votre souhait.

Les prêtres agissent au nom de Jésus Christ, engagent Son Église par leur action.

Pourquoi cette procédure? Pourquoi seulement des prêtres?


Entre autres pour ces raisons:

Il ne faudrait pas tomber entre de "mauvaises mains", mal intentionnées et qui au lieu de travailler à
la Gloire de Dieu travailleraient pour leur propre compte ou pire, seraient au service du démon...

Certains pourraient également être tentés d'abuser de la faiblesse des personnes en leur extorquant
des sommes considérables, à l'instar des mages, sorciers, voyants, gourous divers et variés...

Garantir la qualité et le sérieux, la formation adéquate et la probité du prêtre qui intervient. Ce


ministère est en effet un ministère de discernement, lequel est parfois difficile à poser. Faire la part
des choses entre ce qui relève de la maladie "naturelle" (physique ou mentale) et de ce qui relève de
l'action du démon n'est pas chose aisée.

Même une personne bien intentionnée, mais mal formée pourrait faire bien des dégâts auprès de
personnes souffrant en fait de maladies mentales relevant de la seule psychiatrie...

Du danger qui guette la personne non avertie qui "jouerait avec le feu"... comme nous le montre
cet extrait des Actes des Apôtres:

"Quelques Juifs qui allaient d'un endroit à l'autre et chassaient les esprits mauvais hors des malades
essayèrent aussi d'utiliser le nom du Seigneur Jésus pour les faire sortir.

Ils disaient aux esprits mauvais :

- Je vous ordonne de sortir au nom de ce Jésus que Paul prêche! (Ceux qui agissaient ainsi étaient les
sept fils d'un grand-prêtre juif, nommé Scéva.)

Mais l'esprit mauvais leur répondit:

- Je connais Jésus et je sais qui est Paul ; mais vous, qui êtes-vous?

Et l'homme possédé de l'esprit mauvais se jeta sur eux et se montra plus fort qu'eux tous; il les
maltraita avec une telle violence qu'ils s'enfuirent de sa maison nus et blessés." (Actes 19, 13-16)