Vous êtes sur la page 1sur 78

Centre régional des métiers de l’éducation et de formation

Région Rabat–Salé-Kenitra
(CRMEF-Rabat)

Formation de base en Physique

Support de cours

optique-onde
(Secondaire qualifiant)

Réalisé par : Encadré par :


- Abdelilah CHARAF Pr. TAOUFIK ELBAHRAOUI
- Fahd ACHEM
- Jamal ELHICHAMY

Année de formation : 2019


Table des matières

PARTIE I : OPTIQUE GEOMETRIQUE ....................................................................................................... 10

I. LUMIERE ET IMAGE : ..................................................................................................... 10


Sources et récepteurs de la lumière : ................................................................................................................... 10
I.1.1 Les sources de lumière : .................................................................................................................................. 10
I.1.2 Conditions de visibilité d’un objet : ................................................................................................................. 10
I.1.3 les récepteurs de la lumière : .......................................................................................................................... 11
Lumière et couleurs : ........................................................................................................................................... 12
I.2.1 La dispersion de la lumière : ............................................................................................................................ 12
I.2.2 La lumière monochromatique : ....................................................................................................................... 12
I.2.3 La couleur d’un objet : ..................................................................................................................................... 13
II. QUELQUES DEFINITIONS : ............................................................................................... 14
Caractéristiques d’un milieu optique : ................................................................................................................. 14
II.1.1 Indice d'un milieu : .......................................................................................................................................... 14
II.1.2 Milieux transparent, homogène, isotrope : ..................................................................................................... 14
II.1.3 Chemin optique : ............................................................................................................................................. 15
III. LES PRINCIPES DE L'OPTIQUE GEOMETRIQUE : ....................................................................... 15
Principe de Fermat : ............................................................................................................................................. 15
Propagation de la lumière : ................................................................................................................................ 15
Principe de propagation rectiligne de la lumière : ............................................................................................... 15
Applications de la propagation rectiligne de la lumière : ..................................................................................... 16
III.4.1 La chambre noire : ........................................................................................................................................... 16
III.4.2 Utiliser la lumière pour viser, aligner, guider… ................................................................................................ 16
III.4.3 Les ombres : .................................................................................................................................................... 17
III.4.4 Les éclipses : .................................................................................................................................................... 18
Principe du retour inverse de la lumière : ............................................................................................................. 19
IV. LES LOIS DE SNELL - DESCARTES : ...................................................................................... 19
Vocabulaire de la réfraction, définitions : ............................................................................................................ 19
Réfraction : .......................................................................................................................................................... 20
Réflexion :............................................................................................................................................................ 21
Réfraction limite - Réflexion totale ...................................................................................................................... 21
IV.4.1 Cas où n1 < n2 ................................................................................................................................................. 21
IV.4.2 Cas où n1 > n2 ................................................................................................................................................. 22
Etude d’un prisme : .............................................................................................................................................. 22
IV.5.1 Description générale : ..................................................................................................................................... 22
IV.5.2 Les formules du prisme et Déviation minimale : .............................................................................................. 23
V. LES SYSTEMES OPTIQUES ET FORMATION DES IMAGES ............................................................. 24
Définition d’un système optique : ........................................................................................................................ 24
Notion d’objet et d’image : .................................................................................................................................. 25
Conventions de signe : ......................................................................................................................................... 25
Faisceaux lumineux : ........................................................................................................................................... 25
Nature des objets et des images : ........................................................................................................................ 26
Approximations de Gauss : .................................................................................................................................. 27
Propriétés d’un système optique :........................................................................................................................ 27
V.7.1 Stigmatisme : .................................................................................................................................................. 27

2
V.7.2 Stigmatisme rigoureux : .................................................................................................................................. 27
V.7.3 Stigmatisme approché : ................................................................................................................................... 27
V.7.4 Aplanétisme : .................................................................................................................................................. 28
V.7.5 Foyer objet et foyer image : ............................................................................................................................ 28
VI. DIOPTRES ET MIROIRS : .................................................................................................. 29
Dioptre sphérique : .............................................................................................................................................. 29
VI.1.1 Relations de conjugaison : ............................................................................................................................... 29
VI.1.2 Grandissement : .............................................................................................................................................. 30
VI.1.1 Foyer Objet F : ................................................................................................................................................. 31
VI.1.2 Foyer Image F' : ............................................................................................................................................... 31
VI.1.3 Construction géométrique : ............................................................................................................................. 32
Dioptre plan :....................................................................................................................................................... 32
Miroirs sphériques : ............................................................................................................................................. 33
VI.3.1 Relations de conjugaison : ............................................................................................................................... 34
VI.3.2 Foyer objet F : ................................................................................................................................................. 35
VI.3.3 Foyer Image F’ : ............................................................................................................................................... 35
VI.3.4 Grandissement : .............................................................................................................................................. 36
VI.3.5 Les Caractéristiques de l’image : ...................................................................................................................... 36
VI.3.6 Construction géométrique :............................................................................................................................. 37
VII. LES LENTILLES : ............................................................................................................ 37
Définition : ........................................................................................................................................................... 37
Types de lentilles : ............................................................................................................................................... 38
Propriétés des lentilles minces : ........................................................................................................................... 39
VII.3.1 Définitions :................................................................................................................................................. 39
VII.3.2 Relation de conjugaison : (lentille mince convergente) ............................................................................... 39
VII.3.3 Notion du foyer, la vergence : ..................................................................................................................... 40
VII.3.4 Constructions géométriques : ..................................................................................................................... 42
Association de lentilles minces : ........................................................................................................................... 45

I. LUMIERE ET IMAGE : ...................................................................................................................... 10

SOURCES ET RECEPTEURS DE LA LUMIERE : .......................................................................... 10


I.1.1 Les sources de lumière :............................................................................................................................................... 10
I.1.2 Conditions de visibilité d’un objet : ............................................................................................................................. 10
I.1.3 les récepteurs de la lumière : ...................................................................................................................................... 11
LUMIERE ET COULEURS : ................................................................................................ 12
I.2.1 La dispersion de la lumière : ........................................................................................................................................ 12
I.2.2 La lumière monochromatique : ................................................................................................................................... 12
I.2.3 La couleur d’un objet : ................................................................................................................................................. 13

II. QUELQUES DEFINITIONS : .............................................................................................................. 14

CARACTERISTIQUES D’UN MILIEU OPTIQUE : .................................................................. 14


II.1.1 Indice d'un milieu : ...................................................................................................................................................... 14
II.1.2 Milieux transparent, homogène, isotrope : ................................................................................................................. 14
II.1.3 Chemin optique : ......................................................................................................................................................... 15

III. LES PRINCIPES DE L'OPTIQUE GEOMETRIQUE : ............................................................................ 15

PRINCIPE DE FERMAT : ............................................................................................ 15


3
PROPAGATION DE LA LUMIERE : ................................................................................ 15
PRINCIPE DE PROPAGATION RECTILIGNE DE LA LUMIERE : .................................................. 15
APPLICATIONS DE LA PROPAGATION RECTILIGNE DE LA LUMIERE : ........................................ 16
III.4.1 La chambre noire : .................................................................................................................................................. 16
III.4.2 Utiliser la lumière pour viser, aligner, guider… ....................................................................................................... 16
III.4.3 Les ombres : ............................................................................................................................................................ 17
III.4.4 Les éclipses : ............................................................................................................................................................ 18
PRINCIPE DU RETOUR INVERSE DE LA LUMIERE : .............................................................. 19
IV. LES LOIS DE SNELL - DESCARTES : ................................................................................................ 19

VOCABULAIRE DE LA REFRACTION, DEFINITIONS : ............................................................ 19


REFRACTION : ....................................................................................................... 20
REflEXION : .......................................................................................................... 21
REFRACTION LIMITE - REFLEXION TOTALE ..................................................................... 21
IV.4.1 Cas où n1 < n2 ......................................................................................................................................................... 21
IV.4.2 Cas où n1 > n2 ......................................................................................................................................................... 22
ETUDE D’UN PRISME : ............................................................................................. 22
IV.5.1 Description générale : ............................................................................................................................................. 22
IV.5.2 Les formules du prisme et Déviation minimale : ..................................................................................................... 23

V. LES SYSTEMES OPTIQUES ET FORMATION DES IMAGES .................................................................. 24

DEFINITION D’UN SYSTEME OPTIQUE : ......................................................................... 24


NOTION D’OBJET ET D’IMAGE : .................................................................................. 25
CONVENTIONS DE SIGNE : ........................................................................................ 25
FAISCEAUX LUMINEUX : ........................................................................................... 25
NATURE DES OBJETS ET DES IMAGES : .......................................................................... 26
APPROXIMATIONS DE GAUSS : .................................................................................. 27
PROPRIETES D’UN SYSTEME OPTIQUE : ......................................................................... 27
V.7.1 Stigmatisme : .............................................................................................................................................................. 27
V.7.2 Stigmatisme rigoureux : .............................................................................................................................................. 27
V.7.3 Stigmatisme approché : .............................................................................................................................................. 27
V.7.4 Aplanétisme : .............................................................................................................................................................. 28
V.7.5 Foyer objet et foyer image : ........................................................................................................................................ 28

VI. DIOPTRES ET MIROIRS : .............................................................................................................. 29

DIOPTRE SPHERIQUE : ............................................................................................. 29


VI.1.1 Relations de conjugaison : ...................................................................................................................................... 29
VI.1.2 Grandissement : ...................................................................................................................................................... 30
VI.1.1 Foyer Objet F : ......................................................................................................................................................... 31
VI.1.2 Foyer Image F' :....................................................................................................................................................... 31
VI.1.3 Construction géométrique : .................................................................................................................................... 32
DIOPTRE PLAN :..................................................................................................... 32
MIROIRS SPHERIQUES :............................................................................................ 33
VI.3.1 Relations de conjugaison : ...................................................................................................................................... 34
4
VI.3.2 Foyer objet F : ......................................................................................................................................................... 35
VI.3.3 Foyer Image F’ : ...................................................................................................................................................... 35
VI.3.4 Grandissement : ...................................................................................................................................................... 36
VI.3.5 Les Caractéristiques de l’image : ............................................................................................................................ 36
VI.3.6 Construction géométrique : .................................................................................................................................... 37

VII. LES LENTILLES : ........................................................................................................................... 37

DEFINITION : ........................................................................................................ 37
TYPES DE LENTILLES : ............................................................................................... 38
PROPRIETES DES LENTILLES MINCES : ........................................................................... 39
VII.3.1 Définitions : ............................................................................................................................................................. 39
VII.3.2 Relation de conjugaison : (lentille mince convergente) .......................................................................................... 39
VII.3.3 Notion du foyer, la vergence : ................................................................................................................................. 40
VII.3.4 Constructions géométriques : ................................................................................................................................. 42
ASSOCIATION DE LENTILLES MINCES : ........................................................................... 45
VIII. LES INSTRUMENTS OPTIQUES : ................................................................................................... 46

L'ŒIL : ............................................................................................................. 47
VIII.1.1 Description et propriétés de l’œil : .......................................................................................................................... 47
VIII.1.2 Fonctionnement : .................................................................................................................................................... 47
VIII.1.3 Objet très éloigné :.................................................................................................................................................. 48
VIII.1.4 Objet approchée : ................................................................................................................................................... 49
VIII.1.5 Défauts de l’œil et leurs corrections : ..................................................................................................................... 50
LE MICROSCOPE : ................................................................................................ 51
VIII.2.1 Généralité sur le microscope :................................................................................................................................. 51
VIII.2.2 Modélisation du microscope : ................................................................................................................................. 51
VIII.2.3 Formation des images :........................................................................................................................................... 52
LOUPE : ............................................................................................................ 53
VIII.3.1 Définition : .............................................................................................................................................................. 53
VIII.3.2 Construction graphique de l’image observée à travers une loupe :........................................................................ 54
VIII.3.3 Caractéristiques de la loupe :.................................................................................................................................. 54

IX. L’ONDE MECANIQUE .................................................................................................................. 56

NOTION DE PERTURBATION :..................................................................................... 56


ONDE ET TEMPS DE REACTION D’UN MILIEU :................................................................. 56
ONDE MECANIQUE : ............................................................................................... 57
ONDES MECANIQUES PROGRESSIVES : ......................................................................... 57
ONDES TRANSVERSALES ET ONDES LONGITUDINALES : ...................................................... 57
IX.5.1 Onde transversale : ................................................................................................................................................. 57
IX.5.2 Onde longitudinale : ............................................................................................................................................... 57
ONDES SONORES :.................................................................................................. 58
PROPRIETES GENERALES DES ONDES : .......................................................................... 58
IX.7.1 Direction de propagation d’une onde : ................................................................................................................... 58
IX.7.2 Superposition de deux ondes : ................................................................................................................................ 59
IX.7.3 Célérité d’une onde mécanique : ............................................................................................................................ 59
NOTION DE RETARD : .............................................................................................. 60
5
X. ONDE MECANIQUE PROGRESSIVE PERIODIQUE : ............................................................................ 61

NOTION D’ONDE MECANIQUE PROGRESSIVE PERIODIQUE : ................................................ 61


PERIODICITE TEMPORELLE, PERIODICITE SPATIAL : .......................................................... 61
X.2.1 Périodicité temporelle : ............................................................................................................................................... 61
X.2.2 Périodicité spatiale : .................................................................................................................................................... 62
ONDE PROGRESSIVE PERIODIQUE SINUSOÏDALE : ............................................................ 62
X.3.1 Définition : ................................................................................................................................................................... 62
X.3.2 Relation entre périodicité spatiale et temporelle : ...................................................................................................... 63
LONGUEUR D’ONDE : .............................................................................................. 64
X.4.1 Comment déterminer la longueur d’onde : ................................................................................................................. 64

XI. PHENOMENE DE DIFFRACTION : ................................................................................................. 66

MISE EN EVIDENCE DU PHENOMENE DE DIFFRACTION : ..................................................... 66


XI.1.1 Onde diaphragmée : ............................................................................................................................................... 67
XI.1.2 Onde diffractée : ..................................................................................................................................................... 67
XI.1.3 Notion de Milieu dispersif : ..................................................................................................................................... 67

XII. PROPAGATION D’UNE ONDE LUMINEUSE : ................................................................................. 68

NATURE ONDULATOIRE DE LA LUMIERE : ...................................................................... 68


XII.1.1 Le principe de propagation de la lumière : ............................................................................................................. 68
XII.1.2 La lumière est une onde : ........................................................................................................................................ 68
XII.1.3 Célérité de la lumière : ............................................................................................................................................ 68
XII.1.4 La longueur d’onde dans le vide : ........................................................................................................................... 69
DOMAINE DES RADIATIONS LUMINEUSE : ..................................................................... 70
DIFFRACTION D’UNE ONDE LUMINEUSE MONOCHROMATIQUE :.......................................... 70
XII.3.1 Influence de la largeur de la fente a : ..................................................................................................................... 71
XII.3.2 Influence de la distance D entre la fente et l’écran :............................................................................................... 71
XII.3.3 Influence de la longueur d’onde 𝝺 : ........................................................................................................................ 71
ECARTE ANGULAIRE : .............................................................................................. 71
XII.4.1 Relation entre les paramètres :............................................................................................................................... 71

XIII. PHENOMENE DE DISPERSION DE LA LUMIERE PAR PRISME : ....................................................... 73

LE PRISME : ....................................................................................................... 73
XIII.1.1 Les relations caractéristiques du prisme : ............................................................................................................... 73
DISPERSION DE LA LUMIERE : ................................................................................. 74
XIII.2.1 Interprétation de la dispersion :.............................................................................................................................. 74

XIV. LES ONDES ELECTROMAGNETIQUES : .......................................................................................... 75

DEFINITION : ..................................................................................................... 75
CLASSIFICATION DES ONDES ELECTROMAGNETIQUES : ................................................... 76
INTERET DES ONDES ELECTROMAGNETIQUES : ............................................................. 76

6
7
8
L’optique est la partie de la physique qui traite de la lumière, de son comportement, de sa
propagation et de ses propriétés.

L’optique couvre en général, deux domaines de la physique :


• Optique géométrique : c'est la partie de l'optique que l'on peut déduire de la loi de
propagation rectiligne de lumière : on assimile la lumière à des rayons lumineux qui se
propagent en ligne droite, dans un milieu homogène.

L'optique géométrique schématise alors la lumière par un rayon lumineux.

• Optique ondulatoire : c'est le domaine d'optique, ou les phénomènes physiques expliquent


en considérant que la lumière se propage par ondes électromagnétiques.

Les ondes mécaniques, les ondes mécaniques progressives périodiques ainsi que la
propagation des ondes lumineuses et l’optique géométrique fait l’objectif de notre support de
cours. Pour ce faire, nous avons subdivisée notre rapport en deux parties, une partie qui sous
forme d’étude des phénomènes sur l’optique géométrique composé elle-même de plusieurs
volets à savoir :

- Quelque définition et les principes de l'optique géométrique.


- Les lois de Snell – Descartes
- Les systèmes optiques et formation des images
- Dioptres et miroirs
- Les lentilles et instruments d’optique

L’autre partie d’étude bibliographique, nous éclaire sur les ondes mécaniques, les ondes
mécaniques progressives périodiques et la propagation des ondes lumineuses.

Et la fin nous allons présenter quelques exercices qui résument tous les chapitres que nous
avons traités.

9
Partie I : Optique Géométrique

I.Lumière et image :

Sources et récepteurs de la lumière :

Les sources de lumière :


La lumière est émise par la matière et se manifeste par son action sur l'œil ou sur d'autres récepteurs.
Les objets que l’on peut voir sont des sources de lumière : ils envoient de la lumière qui entre dans nos yeux.
Tous corps qui émet de la lumière est une source lumineuse.
On distingue deux types de sources de lumière :
- Les Source primaires : elles produisent elles-mêmes de la lumière (exemples : le soleil, la flamme, bougie,
la lampe, l’étoile,....).

- Les Sources secondaire : elles ne produisent pas de lumière, mais, lorsqu’elles sont éclairées, elles renvoient
dans toutes les directions la lumière qu’elles reçoivent. On dit qu’elles diffusent la lumière (exemples : La
Lune, les planètes, Vous, le mur, la table....)

Conditions de visibilité d’un objet :


Un objet est visible si :
Il émet de la lumière ou s’il diffuse une partie de la lumière qu’il reçoit, c’est-à-dire soit éclairé.
La lumière issue de cet objet pénètre dans l’œil de l’observateur.

Tout objet, lumineux ou éclairé, peut être considéré formé de points, lumineux ou éclairés, émettant de la
lumière dans toutes les directions.
La vision est le résultat de l’interprétation du cerveau des signaux qui lui parviennent de la rétine (formation
de l’image de l’objet vu).
L'optique traite l'ensemble des phénomènes lumineux détectables par des récepteurs.
Ces phénomènes lumineux sont des rayonnements du domaine visible dont longueur d'onde compris entre 400
nm et 800 nm. La lumière visible (0,4 μm <λ< 0,8 μm) n'occupant qu'une très faible partie de ce spectre.

10
Spectre des ondes électromagnétiques

les récepteurs de la lumière :

Tout élément ou objet sensible à la lumière est un récepteur de lumière. On distingue 3 catégories de
récepteurs :
 Les récepteurs photochimiques : dans un récepteur photochimique la lumière provoque une
transformation chimique.
Exemples :
- le chlorure d’argent : blanc à l’obscurité et il noircit à la lumière.
- Les films photographiques contiennent des composés de l’argent très sensible à la lumière.
 Les récepteurs électroniques :
- La pile photoélectrique : c’est une cellule qui produit du courant électrique si elle est éclairée par la
lumière. c’est le cas des piles solaires d’une calculatrice ou celle d’un satellite artificiel.

11
- Les photorésistances, dites aussi LDR sont des composants qui opposent une très forte résistance au
passage du courant électrique à l’obscurité et une résistance beaucoup plus faible quand on les
éclaire. Insérée dans un circuit, une photorésistance permet de détecter la lumière.
 Les récepteurs physiologiques : L’œil est évidemment un récepteur de lumière, il nous permet de
voir.

Lumière et couleurs :
La dispersion de la lumière :

La lumière émise par le soleil ou par la lampe à incandescence est appelée lumière blanche.
Un prisme est une pyramide en verre transparente à face triangulaire. Il permet de décomposer cette lumière
blanche.
La lumière blanche est constituée d’une infinité de couleurs (couleurs de l’arc en ciel du violet au rouge).

La succession de lumières colorées observées sur l’écran constitue le spectre de la lumière blanche.
Ce spectre est continu car on passe d’une lumière colorée à une autre sans interruption.
Lorsqu’on additionne des lumières colorées, on obtient une lumière blanche.

La lumière monochromatique :

Pour obtenir une lumière colorée, il suffit de placer un filtre de couleur devant la source de lumière blanche.
Un filtre est un film qui ne laisse passer que la lumière correspondante à sa couleur. Il absorbe les autres
lumières colorées.
La lumière produite par un filtre (ou un laser) est constituée d’une seule couleur : c’est une lumière
monochromatique.
Une lumière monochromatique ne se disperse pas (ne se décompose pas par un prisme).

12
Filtre de couleur rouge La lumière produite par un laser
est monochromatique

La couleur d’un objet :

La couleur d’un objet dépend de la lumière qui l’éclaire. Cet objet peut :
- Absorber la lumière.
- Diffuser (refléter) la lumière.
Un objet coloré diffuse sa couleur et absorbe toutes les autres couleurs.
Si un objet ne peut pas diffuser la lumière qu’il reçoit, il apparaît noir.
Un objet blanc est un objet qui diffuse toutes les lumières colorées : il n’absorbe rien.
Un objet noir est un objet qui ne diffuse aucune couleur : il absorbe toutes les lumières colorées.

13
II.Quelques définitions :

Caractéristiques d’un milieu optique :

Indice d'un milieu :


Indice absolu : l'indice absolu d'un matériau (ou l'indice de réfraction d'un milieu par rapport au vide), est le
quotient des vitesses : c/v, ou c'est la vitesse de la lumière dans le vide et v celle de la même lumière dans le
milieu considéré. n est donc une constante caractéristique du milieu, toujours supérieure à l'unité (n >1).
Pour un rayonnement lumineux de longueur d’onde ʎ, se propageant dans un milieu homogène et
transparent, à la vitesse v, l'indice de réfraction n est donné par : n = c/v.
Avec c la vitesse de la lumière dans le vide, appelée aussi Célérité des ondes électromagnétiques. C’est une
constante universelle égale à 3.108 m/s.

Matériaux n absolu

L’air 1.0003

L’eau 1.3

Le verre 1.5

Tableau des différents indices absolus des matériaux


Remarque :
- Plus l'indice n est grand, plus le milieu est dit réfringent.
- L’indice de réfraction relatif est sans unité.

Indice relatif : l'indice relatif du milieu (2) par rapport au milieu (1) est le quotient des indices absolus des
deux milieux (2) et (1).
On considère un rayonnement lumineux qui traverse deux milieux matériels différents (1) et (2).

n2/1 = n2/n1 = c/v2/c/v1 = v1/v2


Milieux transparent, homogène, isotrope :

Milieu transparent : un milieu est dit transparent, s'il permet la propagation de la lumière sans diffusion. La
lumière n’est pas absorbée lors de sa traversée.
Milieu homogène : un milieu est dit homogène, si son indice absolu est le même en tout point
n (M) = cte ∀ M.
Milieu isotrope : un milieu est dit isotrope, si ses propriétés sont invariantes, quel que soit la direction du
propagation du rayon lumineux dans ce milieu.
14
Chemin optique :
Dans un milieu homogène, le chemin optique entre deux points A et B est défini comme la distance AB
parcourue par un rayon lumineux multiplié par l’indice de réfraction que le rayon a rencontré lors de son
trajet.
Cette grandeur a la dimension d’une distance, et plus précisément c’est la distance qu’aurait parcourue la
lumière dans le vide pendant la durée qu’elle met à effectuer le trajet dans le milieu donné.
𝐜
En effet : LAB = n × AB = × AB = c × t
𝐯
 LAB est le chemin optique entre les points A et B.
 n est l’indice de réfraction du milieu homogène.
 c est la vitesse de la lumière dans le vide.

 v est la vitesse de la lumière dans le milieu joignant les points A et B.


 t est le temps du trajet de la lumière entre A et B à la vitesse v.

III.Les principes de l'optique géométrique :

Principe de Fermat :
Considère deux points A et B dans un milieu homogène, pour passer de A à B, la lumière suit le chemin le
plus court, qui correspond au tempe le plus bref possible.
Enoncé du principe : le trajet effectivement suivi par la lumière
pour aller d'un point à un autre, après un certain nombre de réfraction et
réflexion est celui pour lequel le chemin optique est stationnaire.

Propagation de la lumière :
 Un corps transparent laisse passer la lumière et l’on voit nettement à travers lui.
 Un corps translucide laisse passer la lumière, mais on ne voit pas nettement à travers lui.
 Un corps opaque ne laisse pas passer la lumière et l’on ne voit pas à travers lui.
 La lumière se propage dans les milieux transparents et translucides, mais pas dans les milieux
opaques.

Principe de propagation rectiligne de la lumière :


15
Dans un milieu transparent et homogène et dans le vide la lumière se propage en ligne droite. La
propagation de la lumière est rectiligne. Les trajets de la lumière sont représentés par des droits munis de
flèches symbolisant le sens de propagation. Chaque droite est appelée rayon lumineux.

Remarque :
Dans un milieu hétérogène et transparent, la propagation de la lumière n’est plus rectiligne.
Par exemple, l’exploitation des mirages ou du tremblement apparent des objets vus à travers l’air chaud qui
se trouve au-dessus d’un radiateur, d’un feu ou d’une route chauffée est fondée sur la courbure des rayons
lumineux.

Applications de la propagation rectiligne de la lumière :


La chambre noire :

C’est L’ancêtre de l’appareil photographique, c’est une boîte dont une face est percée d’un petit trou (le
sténopé) qui laisse entrer la lumière, la face opposée constituée d’une feuille de papier calque translucide
sert d’écran

Utiliser la lumière pour viser, aligner, guider…


16
Viser c’est aligner ! En effet, quand la lumière venant du point C (cible) arrive dans l’œil en passant par G et
H, ces trois points sont forcément alignés (doc1) puisque la lumière se propage en ligne droite.
La propagation rectiligne de la lumière trouve de nombreuse applications, par exemple sur des chantiers,
quand il s’agit de poser des rails, des canalisations, de tracer une route, plus simplement, de construire une
clôture (doc2), on peut réaliser des alignements par visée.

Les ombres :

- Cas où la source lumineuse est ponctuelle :


On appelle source ponctuelle une source lumineuse dont les dimensions sont très petites par rapport aux
dimensions de l’objet, pour réaliser une source ponctuelle, placer un cache muni d’un trou sur une lampe de
poche.
Observations :

Interprétation :
La formation des ombres s’explique par le principe de propagation rectiligne de la lumière.
- Cas où la source lumineuse est étendue :
17
Les éclipses :

Lors d’une éclipse de soleil, en pleine journée le soleil disparait : il fait nuit pendant quelques minutes. Lors
d’une éclipse de lune, en plein nuit, la lune disparait pendant plusieurs minutes. Comment interpréter les
éclipses ?

18
Principe du retour inverse de la lumière :
Dans un milieu transparent, isotrope, homogène ou non homogène, le trajet suivi par la lumière entre
deux points situés sur un même rayon lumineux est indépendant du sens de propagation de la lumière entre
ces deux points.

Enoncé du principe : le trajet suivi par la lumière est la même que celui suivi par cette lumière si son
sens de propagation est inversé.

IV. Les lois de Snell - Descartes :


Elles expriment le changement de direction, par réflexion ou par réfraction, d’un rayon lumineux
rectiligne, à la traversée d’une surface séparant deux milieux homogènes.

Vocabulaire de la réfraction, définitions :


La formulation des lois de Snell-Descartes nécessite de définir dans un premier temps certains nombre
d’éléments, de grandeurs et de notations.
 Le rayon incident est le rayon lumineux qui se propageant dans le premier milieu avant de subir la
réfraction.
 Le rayon réfracté est le rayon lumineux qui se propageant dans le deuxième milieu après avoir
traversé la surface de séparation.
 La surface de séparation des milieux est la zone de contact entre les deux milieux.
 Le point d'incidence et le point de la surface de séparation des milieux atteint par le rayon réfracté.
 La normale est la droite (en pointillés sur le schéma) perpendiculaire à la surface de séparation des
milieux et passant par le point d'incidence.
 L'angle d'incidence i1 est l'angle entre le rayon incident et la normale.
 L'angle de réfraction i2 est l'angle entre le rayon réfracté et la normale.

19
Réfraction :
La réfraction est la déviation de la lumière lorsqu’elle traverse l’interface entre deux milieux transparents
d’indices optiques différents.
C’est aussi le changement de direction que subit un rayon lumineux en passant d’un milieu transparent et
homogène à un autre d’indice différent.
Première loi : Les deux rayons, incident et réfracté, forment un plan dit plan d'incidence avec la normale au
miroir au point d'incidence.
Deuxième loi : Lorsqu'un rayon lumineux passe d'un milieu 1 d'indice de réfraction n1 à un milieu 2 d'indice
de réfraction n2 alors le rayon incident et le rayon réfracté appartiennent au même plan et la relation entre
l'angle d'incidence i1 et l'angle d'incidence i2 est donné par la loi de Snell-Descartes :

𝑛1 sin 𝑖1 = 𝑛2 sin 𝑖2

20
Réflexion :
la réflexion est la déviation d’un rayon lumineux par une surface réfléchissante dans une seule direction. Le
rayon incident et le rayon réfléchi sont dans le même milieu de propagation.
Première loi : Les deux rayons, incident et réfléchi, forment un plan avec la normale au miroir au point
d'incidence.
Deuxième loi : si l'on remplace la surface de séparation (S)
par une surface réfléchissante, le rayon réfracté est remplacé
par le rayon réfléchi, se propageant dans le milieu (1)
(n2==> n1).
Donc l’angle de réflexion est égal à l’angle d’incidence.
sin 𝑖1 = sin 𝑖′1 ====> 𝑖1 = 𝑖′1

Réfraction limite - Réflexion totale


L'angle de réfraction i2 est au maximum égal à π/2 et selon la valeur du rapport n1/n2 le rayon réfracté peut
ne pas exister. Examinons les différents cas possibles.

Cas où n1 < n2

On dit, dans ce cas, que la lumière passe d'un milieu à un autre plus réfringent et l'on a :
𝐧𝟏
<1 soit sin i2 < sin i1 d’où i2 < i1
𝐧𝟐
L’angle de réfraction est inférieur à l'angle d'incidence et il existe toujours un rayon réfracté. Celui-ci se
𝛑
rapproche de la normale. Lorsque i1 = , i2 atteint une valeur limite L appelée "angle limite de
𝟐
𝐧𝟏 𝐧𝟏
réfraction" donnée par : sin L = ===> Llim = arc sin
𝐧𝟐 𝐧𝟐

L'angle de réfraction limite " " est l'angle de réfraction pour lequel le rayon incident arrive à la surface du
système optique avec un angle de 90 ° par rapport à la normale de celui-ci.
Ce cas correspond au passage d'un milieu d'indice n1 à un milieu d'indice n2 avec n1<n2 (cas du passage
air-eau), pour traduire l'inégalité des indices on dit aussi que le second milieu est plus réfringent que le
premier milieu.

21
Cas où n1 > n2

La lumière passe d'un milieu à un autre moins réfringent et l'on a :


𝐧𝟏
>1 soit sin i2 > sin i1 d’où i2 > i1
𝐧𝟐
Le rayon réfracté s'éloigne de la normale.
𝛑
Pour une certaine valeur λ de l'angle d'incidence, l'angle de réfraction i2 = .
𝟐
𝒏𝟐 𝒏𝟐
Soit : sin λ = ===> λlim = arc sin
𝒏𝟏 𝒏𝟏
(n2/n1)
λ est l'angle critique d'incidence . Si l'angle d'incidence est supérieur à λ, il n'y a plus de rayon réfracté
et l'on a " réflexion totale ".
Le phénomène de réflexion totale survient lorsqu'un rayon lumineux arrive sur la surface de séparation de
deux milieux d'indices optiques différents (n1>n2) avec un angle d'incidence supérieur à une valeur
critique : il n'y a alors plus de rayon réfracté transmis et seul subsiste un rayon réfléchi.

Etude d’un prisme :

Description générale :

Un prisme est un milieu transparent homogène et isotrope, limité par deux dioptres plans non parallèles
faisant un angle A entre eux, appelé angle du prisme. Il est limité par un plan parallèle à l’arête que l’on
appelle base du prisme.
Tout plan perpendiculaire à l’arête, coupe le prisme en une section principale.

22
Un rayon lumineux frappant une des faces du prisme est réfracté, il traverse ensuite le milieu d’indice n, puis
est à nouveau réfracté.
Pour la première réfraction, l’angle d’incidence est noté i, l’angle de réfraction r. Pour la deuxième,
l’angle d’incidence est noté r’, l’angle de réfraction i’.
Pour utiliser correctement le prisme, le rayon incident doit se trouver dans un plan perpendiculaire à l’arête
du prisme (sinon tout se passe comme si l’angle au sommet du prisme devenait variable). Dans les
conditions correctes, les plans d’incidence et de réfraction sont tous confondus avec un plan de section
droite du prisme, comme représenté sur le schéma.
Remarque : Nous limitons notre étude aux rayons incidents situés entre la base et la normale au prisme. Un
rayon incident situé entre la normale et le sommet du prisme peut se trouver dévié vers la base du prisme qui
est souvent obturée par le dispositif de fixation du prisme.

Les formules du prisme et Déviation minimale :


L’effet du prisme est donc de dévier le rayon lumineux.
La déviation, qui est l’angle entre le rayon incident (initial)
et le rayon émergent (réfracté final), est notée D.
Cette déviation dépend de l’indice du prisme, lui-même
fonction de la longueur d’onde car le milieu est dispersif.
La déviation augmente avec l’indice de réfraction qui dans
le verre diminue quand la longueur d’onde augmente.
La lumière rouge est donc moins déviée que la lumière violette.

23
Les relations caractéristiques du prisme sont au nombre de quatre :
- D’abord, les lois de la réfraction1, au point d’incidence I, on a :
n0 sin i = n sin r soit sin i = n sin r (1)

Au point d’incidence J : n sin r’ = n0 sin i’ soit n sin r’=sin i’ (2)

Dans le triangle AIJ, la somme des angles est égale à п : (180 - A) + r+r’ = п Soit A= r+r’ (3)
La déviation D du prisme est égale à :
D = i-r+i’- r’ or A= r+r’ d’où D = i + i’+A (4)

V. Les systèmes optiques et formation des images

Définition d’un système optique :


Un système optique est un ensemble de milieux homogènes d’indices de réfractions différents, transparents
et isotropes, ou réflecteurs. En pratique, les surfaces séparant ces milieux sont de forme géométrique simple.
Ces surfaces sont de révolution autour d’un même axe : Axe du système optique ou axe optique, et le
système est dit centré.

On peut distinguer entre trois types de systèmes optiques :


 Un système optique dioptrique : formé par des dioptres seulement.
 Un système optique catoptrique : ne contient que des miroirs.
 Un système optique catadioptrique : il contient à la fois des dioptres et des miroirs.
Un système optique est limité par deux surfaces. La face d’entrée est la face sur laquelle la lumière arrive, et
la face de sortie est celle d’où la lumière repart.
Un système optique divise l’espace en deux (Figure ci-dessus) : l’espace objet situé en avant de la face
d’entrée et l’espace image situé en arrière de la face de sortie. Pour un miroir, l’espace objet et l’espace
image sont géométriquement confondus.
24
Système optique

Notion d’objet et d’image :

Soit un point A : si tous les rayons lumineux issus de A et passant au travers du système optique arrivent en

un point A’, alors A’ est appelé image de l’objet A. Du fait du principe de retour inverse, A et A’ peuvent
changer de rôle (l’objet devient l’image et réciproquement) : on dit que A et A’ sont conjugués.

Conventions de signe :
Le sens positif sera toujours le sens de la lumière incidente Le long de l’axe optique principal.
Perpendiculairement à l’axe optique principal le sens positif sera toujours dirigé vers le haut.
Le sens trigonométrique sera le sens positif pour les angles.

Faisceaux lumineux :
C’est l’ensemble des rayons lumineux. Donc un faisceau lumineux est constitué d'un ensemble de rayons. Il
peut être :
- Parallèle si les rayons qui le constituent sont parallèles entre eux.
- Convergent si les rayons qui le constituent, convergent vers un même point.
- Divergent si les rayons qui le constituent, semblent provenir d'un même point.

25
Types des faisceaux lumineux

Nature des objets et des images :


On distingue, en optique, deux types d’objets et d’images : "réels" et "virtuels".
On prend le sens de propagation de la lumière pour définir "l’amont" (le départ) et "l’aval" (l’arrivé) du
système optique (miroir, lentilles,...).
– Un objet situé en amont du système optique est réel. S’il est en aval alors l’objet est virtuel.
– Une image située en aval du système optique est réelle. Si elle est en amont alors elle est virtuelle.
Par exemple, les systèmes représentés sur la figure ci-dessous :

Différentes natures d’objets et d’images dans un système optique

Pour le système (1), le point A est un objet réel et le point B une image réelle.
Pour le système (2), le point A est un objet réel et le point B une image virtuelle.
Pour le système (3-I), le point A est un objet réel et le point B une image réelle.
Pour le système (3-II), le point B est un objet virtuel et le point C une image réelle.
Pour le système (3-I + 3-II), le point A est un objet réel et le point C une image réelle.

26
Approximations de Gauss :
Nous ne considérerons que des systèmes optiques centrés, c’est-à-dire des systèmes pour lesquels il existe
un axe de symétrie de révolution appelé axe optique.
On montre alors qu’un tel système optique donnera une image de bonne qualité d’un objet si les deux
conditions suivantes, dites conditions de Gauss, sont satisfaites :
- Les objets sont de faible étendue (de petites dimensions), et doivent être perpendiculaires à l’axe optique
du système optique et centrés sur lui.
- Les rayons lumineux incidents font un angle faible avec l’axe optique (rayons lumineux paraxiaux).

Propriétés d’un système optique :

Stigmatisme :

Un système optique est de bonne qualité si ’il donne d’une source ponctuelle une image ponctuelle : c’est la
condition de stigmatisme.

Stigmatisme rigoureux :

Un système optique est dit rigoureusement stigmatique pour un couple de points A et A’, si tout rayon
lumineux passant par le point objet A émerge du système optique en passant par le point A’. A’ est alors
l’image de A par le système optique ; on dit encore que A et A’ sont conjugués par rapport au système
optique.
L’image d’un point de l’axe par un système centré est forcément sur l’axe. En effet, comme l’axe optique est
un axe de symétrie, la normale au système au point d’incidence sur l’axe est colinéaire à l’axe. Ainsi un
rayon colinéaire à l’axe n’est pas dévié car il est confondu avec la normale.

Stigmatisme approché :

Un système optique est dit stigmatique approché pour un couple de points A et A’ si les
rayons issus du point objet A convergent, après traversées du système optique, dans un volume de petits
dimensions autour du point A’.
27
Aplanétisme :

Soit A’B’ l’image donnée par un système optique à partir d’un point objet AB de petite dimension selon les
conditions de Gauss.

L’image A’B’ donnée par un système optique à partir d’un point objet AB

Le système optique est dit aplanétique, lorsqu’il est rigoureusement stigmatique pour les
couples de points : (A, A’) et (B, B’).
La condition du stigmatisme rigoureux s’écrit :
LAA’ = (AA’) = cte et LBB’ = (BB’) = cte
Se traduit mathématiquement par la relation des sinus d’abbe que nous admettons :
𝑛1 AB sin α = 𝑛2 A’B’ sin α’
On tenant compte les conditions de Gauss, les angles α et α’ sont petites et la relation devient :
𝑛1 AB α = 𝑛2 A’B’ α’

Foyer objet et foyer image :


Pour un objet très éloigné du système optique (dit à l’infini), situé sur l’axe optique, son image à travers le
système optique est appelée foyer image F’ et se trouve sur l’axe optique. Le plan transverse contenant F’
est appelé plan focal image.
Réciproquement, le foyer objet F est le point de l’axe optique dont l’image est rejetée à l’infini sur l’axe. Le
plan transverse contenant F est appelé plan focal objet.

Foyer objet
Foyer image

28
VI.Dioptres et miroirs :

Dioptre sphérique :
Un dioptre sphérique est une surface sphérique de centre C, de sommet S et de rayon R, séparant deux
milieux d’indices de réfractions différents n1 et n2.
On distingue deux types de dioptres sphériques : Dioptre concave et dioptre convexe.

Types de dioptres sphériques

Relations de conjugaison :

Soit A un point objet réel situé sur l’axe optique d’un dioptre concave. L’image A’ de A est située au point
d’intersection de deux rayons lumineux quelconques issus de A. avec (𝑛2 > 𝑛1 ) (figure ci-dessus).
Considérons le rayon émis depuis A et qui se réfracte au point I en accord avec les lois de la réfraction. A’

29
se trouve au point d’intersection du prolongement du rayon réfracté et de l’axe optique.
Dans les triangles AIC et A’IC la somme des angles intérieurs doit être égale à π, soit :

𝑖1 + α + (π- ω) = π et donc : 𝑖1 = ω - α
𝑖2 + α’ + (π- ω) = π et donc : 𝑖2 = ω – α’

D’après la loi de Snell-Descartes et de la condition de Gauss, on a :

𝑛1 𝑖1 = 𝑛2 𝑖2 et donc : 𝑛1 (ω - α) =𝑛2 (ω – α’) (*)


En plus, on a aussi :

𝐻𝐼 𝑆𝐼 (a)
𝛼 ≃ 𝑡𝑎𝑛𝛼 = ≃
𝐻𝐴 𝑆𝐴
𝐻𝐼 𝑆𝐼
𝛼′ ≃ 𝑡𝑎𝑛𝛼′ = ≃ (b)
𝐻𝐴′ 𝑆𝐴′
𝐻𝐼 𝑆𝐼
𝜔 ≃ 𝑡𝑎𝑛𝜔 = ≃ (c)
𝐻𝐶 𝑆𝐶

On remplaçant les équations (a), (b) et (c) dans l’équation (*), on trouve finalement la relation de conjugaison
du dioptre sphérique :

𝑛2 n1 n2 − n1
− = =𝐶
𝑆𝐴′ 𝑆𝐴 𝑆𝐶

Avec : C est la vergence ou la puissance du dioptre (unité : Dioptrie = m-1).


Remarque :
- Si C > 0 : Dioptre convergent
- Si C < 0 : Dioptre divergent
Relation de conjugaison avec origine au centre du dioptre :

On a : 𝑆𝐴 = 𝑆𝐶 + 𝐶𝐴 et 𝑆𝐴′ = 𝑆𝐶 + 𝐶𝐴′

𝑛2 n1 n2 −n1
La relation de conjugaison du dioptre sphérique devient : − =
𝐶𝐴′ 𝐶𝐴 𝑆𝐶

Grandissement :

30
Si un objet AB a pour image A’B’ (figure ci-dessous), le grandissement est le rapport algébrique de la taille
de l’image à celle de l’objet :

𝐴𝐵 𝐴′𝐵′
On a : tan 𝑖 = Et : tan 𝑟 ≈ 𝑟 =
𝑆𝐴 𝑆𝐴′
D’après la loi de Snell-Descartes de la réfraction : 𝑛1 𝑖 = 𝑛2 𝑟

𝐴′𝐵′ 𝑛1 𝑆𝐴′
Et finalement en trouve l’expression du grandissement : 𝛾= =
𝐴𝐵 𝑛2 𝑆𝐴

Foyer Objet F :

C’est le point F conjugué d’une image A’ à l’infini, on l’obtient à partir de la relation de conjugaison, après
avoir remplacés : 𝑆𝐴′ → ∞ et 𝐴 ≡ 𝐹

𝒏𝟏 𝑺𝑪 𝒏𝟏
𝑺𝑭 = 𝒇 = − =−
𝒏𝟐 − 𝒏𝟏 𝑽

Foyer Image F' :

C’est le point F’ conjugué d’un objet A à l’infini, on l’obtient à partir de la relation de conjugaison, après
avoir remplacés : 𝑆𝐴 → ∞ et 𝐴′ ≡ 𝐹′

𝒏𝟐 𝑺𝑪 𝒏𝟐
𝑺𝑭′ = 𝒇′ = =
𝒏𝟐 − 𝒏𝟏 𝑽

31
𝑆𝐹′ 𝑛2
Nous remarquons que : =− <0
𝑆𝐹 𝑛1

𝑆𝐹′ et 𝑆𝐹 sont de signes contraires, F et F’ appartiennent à deux milieux différents.

Et donc : 𝑆𝐹 + 𝑆𝐹′=𝑆𝐶

Construction géométrique :

 Un rayon incident passant par le foyer objet émerge parallèlement à l’axe optique.
 Un rayon incident parallèle à l’axe optique émerge en passant par le foyer image.
 Un rayon passant par le centre optique n’est pas dévié.
 Tout rayon passant par le foyer objet ressort parallèle à l’axe optique.
 Tout rayon passant par le sommet se trouve dévie tout en respectant la loi de SnellDescartes

Construction géométrique d’une image par un dioptre sphérique concave

Construction géométrique d’une image par un dioptre sphérique convexe

Dioptre plan :
Un dioptre plan est un dioptre sphérique de rayon infini. Les foyers d’un dioptre plan sont rejetés à l’infini,
le dioptre plan est donc un système centré afocal.

32
Dioptre plan

La relation de conjugaison d’un dioptre plan s’écrit :

𝑛1 𝑛2 𝑛1 − 𝑛2
− = =0
𝑆𝐴 𝑆𝐴′ 𝑆𝐶 = ∞

Le grandissement linéaire d’un dioptre plan est égale à :

𝐴′𝐵′ 𝑛1 𝑆𝐴′
𝛾= = × =1
𝐴𝐵 𝑛2 𝑆𝐴

Le grandissement angulaire :
𝑖′
𝑔=
𝑖

Miroirs sphériques :
On appel miroir sphérique S une surface sphérique rendue réfléchissante par un dépôt
métallique. On distingue deux types de miroirs sphériques : si la réflexion se produit vers
l’intérieur de la sphère, le miroir est dit concave ; si la lumière se réfléchit vers l’extérieur de la
sphère, le miroir est dit convexe.

33
Types de miroirs sphériques

Relations de conjugaison :

Considérons un point objet réel A situé sur l’axe optique d’un miroir concave. L’image A’ de A est située au
point d’intersection de deux rayons lumineux quelconques issus de A. Soit un rayon confondu avec l’axe
optique, il se réfléchit sur lui-même : A’ est donc sur l’axe optique.
Considérons le rayon émis depuis A et qui se réfléchit au point I en accord avec les lois de la réflexion. A’
se trouve au point d’intersection du rayon réfléchi et de l’axe. (Figure ci-dessous)

Dans les triangles AIC et A’IC la somme des angles intérieurs doit être égale à π, soit :
i + α + (π- ω) = π et donc : i = ω – α
i + ω + (π- α’) = π et donc : i = α’- ω
D’où la relation suivante entre α, ω et α’ :
2 ω = α + α’ (**)

Dans les conditions de Gauss, les points H et S sont pratiquement confondus, et les angles α, ω et α' peuvent
être assimilés à leurs tangentes selon :

𝑆𝐼
𝛼 = 𝑡𝑎𝑛𝛼 = (a′ )
𝑆𝐴

34
𝑆𝐼
𝛼 ′ = 𝑡𝑎𝑛𝛼 ′ = (b′ )
𝑆𝐴′
𝑆𝐼
𝜔 = 𝑡𝑎𝑛𝜔 = (c ′ )
𝑆𝐶
On remplaçant les équations (a’), (b’) et (c’) dans l’équation (**), On obtient finalement la relation de
conjugaison du miroir sphérique avec origine au sommet S :

1 1 2
− =
𝑆𝐴 𝑆𝐴′ 𝑆𝐶

Remarque :
Cette relation peut être obtenue à partir de la relation de conjugaison d’un dioptre
sphérique, en remplaçant 𝑛2 par –𝑛1 .
- La relation de conjugaison avec origine au centre est :

1 1 2
− =
𝐶𝐴 𝐶𝐴′ 𝐶𝑆
La vergence : la vergence d’un miroir sphérique est égale à :

1 1 2
𝐶=− =− =−
𝑆𝐹 𝑆𝐹′ 𝐶𝑆

Remarque : Si C < 0 donc on un miroir convexe


Si C > 0 un miroir concave.

Foyer objet F :
C’est le conjugué d’un objet A à l’infini : A’ (∞)  A ≡ F
On possède de la même manière que dans le cas du dioptre sphérique, on trouve finalement :

𝑺𝑪
𝒇 = 𝑺𝑭 =
𝟐

Foyer Image F’ :
C’est le conjugué d’un objet A à l’infini : A (∞) A' ≡ F’
On trouve finalement :
𝑺𝑪
𝒇′ = 𝑺𝑭′ =
𝟐

35
Remarque :
Les foyers principaux F et F’ sont confondus.
Pour un miroir concave SF et SF’ sont négatifs les foyers sont réels → le miroir est dit convergent.

Pour un miroir sphérique convexe, SF et SF’ sont positifs, les foyers sont virtuels → le miroir est dit
divergent.

Grandissement :

Pour un miroir sphérique le grandissement est donné par la relation :

𝐴′𝐵′
𝛾=
𝐴𝐵

Considérons un point objet réel AB réel situé sur l’axe optique d’un miroir concave. L’image A'B' est
obtenue par le phénomène de réflexion. (Figure ci-dessous)

On a : tan i = tan j, et donc :

𝐴′𝐵′ 𝑆𝐴′
𝛾= =−
𝐴𝐵 𝑆𝐴

Les Caractéristiques de l’image :

- La position : 𝑆𝐴′
-La nature : Dire si elle est réelle ou virtuelle :

36
Dire si elle est droite ou renversée :
- Si 𝛾 > 0: image droite.
- Si 𝛾 < 0 : image renversée.
Comparer la taille de l’image par rapport à la taille de l’objet :
- Si |𝛾| > 1 : image agrandie.
- Si |𝛾| < 1 : image réduite.
- Si |𝛾| = 1 : La taille de l’image égale la taille de l’objet.

Construction géométrique :

 Tout rayon passant par le centre du miroir mises en évidence sur lui-même après réflexion.
 Un rayon incident parallèle à l’axe optique se réfléchit en passant par le foyer du miroir concave (et
en semblant provenir du foyer d’un miroir convexe).
 Un rayon incident passant par le foyer du miroir se réfléchit parallèlement à l’axe optique.

VII.Les lentilles :

Définition :
Une lentille est un milieu homogène, isotrope, transparent, dont au moins l’une des faces n’est pas plane, on
peut interpréter une lentille comme une somme de différents prismes (figure ci-dessous).

37
Types de lentilles :
Il existe deux types de lentilles optiques : les lentilles convergentes et les lentilles divergentes.
Les lentilles convergentes transforment un faisceau de rayons parallèles en un faisceau qui converge vers un
point en aval de la lentille ; les lentilles divergentes transforment un faisceau de rayons parallèles en un
faisceau qui converge vers un point en amont de la lentille (figure ci-dessous)

Ces deux types de lentilles se décomposent en plusieurs sous-types selon la forme de leurs deux faces
(figure ci-dessous). Cependant, chaque sous-type est schématisé de la même manière.

Les types de lentilles

38
Propriétés des lentilles minces :

Définitions :

– Lentille mince : C’est une association de deux dioptres sphériques dont les sommets sont pratiquement
confondus en un sommet S. L’axe optique de la lentille est l’axe passant par les centres des
deux dioptres sphériques. On note n l’indice du milieu constituant la lentille (n > 1).
– Centre optique : On désigne par centre optique le point de l’axe optique au centre de la lentille : c’est
l’axe passant par les deux centres des dioptres formant la lentille. On le note O.

– Les propriétés optiques d’une lentille mince sont :


 Une lentille mince est telle que S1 ~ S2 ~ 0.
 Tout rayon passant par le centre optique O n’est pas dévié.

Relation de conjugaison : (lentille mince convergente)

La lentille est constituée de deux dioptres sphériques D1 et D2 de sommets S1 et S2 et de centres C1 et C2,


cette lentille devise l’espace en deux milieux d’indices 𝑛1 𝑒𝑡 𝑛1 . Cette lentille donne d’un point objet A un
point image A’ :

Schéma d’une lentille biconvexe d’indice n

Pour le diopter (D1), on a:

39
𝑛 𝑛1 𝑛 − 𝑛1
− = = 𝑉1 (𝑎′′)
𝑆1 𝐴1 𝑆1 𝐴 𝑆1 𝐶1

Et, le grandissement de (D1) est :


𝑛1 𝑆1 𝐴1
𝛾1 = × (𝑐)
𝑛 𝑆1 𝐴

Pour le diopter (D2), on a:


𝑛2 𝑛 𝑛2 − 𝑛 ′′
− = = 𝑉2 (𝑏 )
𝑆2 𝐴′ 𝑆2 𝐴1 𝑆2 𝐶 2
Et, le grandissement de (D2) est :

𝑛 𝑆2 𝐴′
𝛾2 = × (𝑐 ′ )
𝑛2 𝑆2 𝐴1

En sommant les deux équations (a’’) et (b’’) membre à membre, on obtient :

𝑛 𝑛1 𝑛2 𝑛 𝑛 − 𝑛1 𝑛2 − 𝑛
− + − = + = 𝑉1 + 𝑉2 = 𝑉
𝑆1 𝐴1 𝑆1 𝐴 𝑆2 𝐴′ 𝑆2 𝐴1 𝑆1 𝐶1 𝑆2 𝐶2

En multipliant les deux équations (c) et (c’’), on obtient :

𝑛1 𝑆1 𝐴1 𝑛 𝑆2 𝐴′
𝛾 = 𝛾1 × 𝛾2 = × ×
𝑛𝑆𝐴 𝑛2 𝑆2 𝐴1
1 1

Pour une lentille mince (𝑆1 ≡ 𝑆2 ≡ 𝑂 ), donc La relation de conjugaison s’écrit :

𝒏𝟐 𝒏𝟏 𝒏 − 𝒏𝟏 𝒏𝟐 − 𝒏
− = + =𝑪
𝑶𝑨′ 𝑶𝑨 𝑶𝑪𝟏 𝑶𝑪𝟐

Et le grandissent est :
𝑨′𝑩′ 𝒏𝟏 𝑶𝑨′
𝜸= = ×
𝑨𝑩 𝒏𝟐 𝑶𝑨

Notion du foyer, la vergence :

Pour une lentille mince plongée dans l’air 𝑛2 = 𝑛1 = 𝑛0 = 1 on a :

40
Le foyer principal objet : appelé foyer objet et noté F est un point appartenant à l’axe optique tel
que son image à travers le système optique est à l’infini.

Le point image A’ est à l’infinie OA’ ∞ et A≡ F


On a donc :
1 1 1 1
− = (𝑛 − 1)( − )
∞ 𝑂𝐹 𝑂𝐶1 𝑂𝐶2

Avec : 𝑂𝐶1 = 𝑅1 𝑒𝑡 𝑂𝐶2 = 𝑅2 donc :

1 1 1 1
= = −(𝑛 − 1)( − )
𝑂𝐹 𝑓 𝑅1 𝑅2

Le foyer principal image : appelé foyer image et noté F’ est un point tel qu’un objet à l’infini situé sur
l’axe optique a pour image F’. Tous les rayons qui viennent de l’infini, parallèles à l’axe optique, traversent
la lentille et passent par F’.

Le point objet A est à l’infinie OA ∞ A’ = F’


On a donc :

41
1 1 1 1
− = (𝑛 − 1)( − )
𝑂𝐹′ ∞ 𝑂𝐶1 𝑂𝐶2

Avec : 𝑂𝐶1 = 𝑅1 𝑒𝑡 𝑂𝐶2 = 𝑅2 donc :

1 1 1 1
= = (𝑛 − 1)( − )
𝑂𝐹′ 𝑓′ 𝑅1 𝑅2

Remarque :
Les foyers principal objet et image sont symétrique au centre optique de la lentille.

𝑂𝐹 = −𝑂𝐹′

La vergence C d’une lentille est l'inverse de la distance focale image f ' :

1 1 1 1
𝐶= = − = (𝑛 − 1)( − )
𝑓′ 𝑓 𝑅1 𝑅2

Relation de conjugaison avec origine aux foyers, relation de newton :


La relation de conjugaison d’une lentille mince s’écrit :

1 1 1 1
− = =−
𝑂𝐴′ 𝑂𝐴 𝑂𝐹 ′ 𝑂𝐹
La relation de Descartes avec origine au centre

Grandissement linéaire :
𝐴′𝐵′ 𝑂𝐴′ 𝑂𝐹 𝐹′𝐴′
𝛾= = =− =−
𝐴𝐵 𝑂𝐴 𝐹𝐴 𝑂𝐹′

Constructions géométriques :

Pour construire l’image d’un objet AB, donnée par une lentille mince, on procède de la même
manière que pour le dioptre sphérique.
On utilise les propriétés des foyers et du centre optique :
 Un rayon incident passant par le foyer objet émerge parallèlement à l’axe optique.
 Un rayon incident parallèle à l’axe optique émerge en passant par le foyer image.
 Un rayon passant par le centre optique n’est pas dévié
42
Lentille convergente :
Si F est dans l’espace des objets réels et si F’ est dans l’espace des images réelles alors on a une
lentille convergente. On considère un objet (réel) AB que l’on déplace le long de l’axe optique :

1er cas : objet réel situé entre l’infini et le foyer objet F, on obtient une image réelle renversée plus petite ou
plus grande que l’objet et située entre le foyer image F’ et l’infini.

2éme cas : objet réel situé entre le foyer objet F et le centre optique O, image virtuelle droite plus grande que
l’objet et entre le centre optique et l’infini (dans ce cas la lentille joue le rôle d’une loupe).

3éme cas : objet virtuel situé dans l’espace image, image réelle droite plus petite que l’objet et située entre le
centre optique O et le foyer image F’.

43
Lentille divergente :
Si F est dans l’espace des objets virtuels et si F’ est dans l’espace des images virtuelles alors on a une
lentille divergente. On procède de la même manière que précédemment on obtient trois cas :

1er cas : objet réel situé entre l’infini et le centre optique, image virtuelle droite plus petite que l’objet située
entre le centre optique et le foyer image F’.

2eme cas : objet virtuel situé entre le centre optique O et le foyer objet F, image réelle droite plus grande que
l’objet, située entre le centre optique et l’infini.

3eme cas : objet virtuel situé entre le foyer et l’infini, image virtuelle renversée plus grande ou plus petite
que l’objet, et située entre le foyer image F’ et l’infini.

44
Remarque : - Pour une lentille convergente : f < 0, f ‘> 0 et V > 0
- Pour une lentille divergente : f > 0, f ‘< 0 et V < 0

Association de lentilles minces :

Lentilles sphériques minces accolées :

Soient deux lentilles sphériques minces accolées ; de centres optiques O1 et O2 sont donc
pratiquement confondus, nous prenons O ce point.
Un objet AB a une image A1B1 au travers de la première lentille L1, en suite A1B1 est un objet pour
la lentille L2 qui donne l’image A’B’. Donc A’B’ est aussi l’image de AB à travers l’ensemble des deux
lentilles, Ce qui nous résumons selon :

On peut écrire les relations de Descartes pour chacune des deux lentilles :

1 1 1 1 𝐴1 𝐵1 𝑂𝐴1
Lentille 1 : − = = = 𝐶1 (1) et 𝛾1 = =
𝑂𝐴1 𝑂𝐴 𝑂𝐹 ′ 1 𝑓′ 1 𝐴𝐵 𝑂𝐴

1 1 1 1 𝐴′𝐵′ 𝑂𝐴′
Lentille 2 : − = = = 𝐶2 (2) et 𝛾2 = =
𝑂𝐴′ 𝑂𝐴1 𝑂𝐹 ′ 2 𝑓′ 2
𝐴1 𝐵1 𝑂𝐴1

L’ensemble des deux lentilles accolées est donc équivalent à une unique lentille L, de distance focale f ‘ telle
que :

45
𝟏 𝟏 𝟏 𝟏 𝟏 𝑨′𝑩′
− = + = Et 𝜸= 𝑨𝑩
𝑶𝑨′ 𝑶𝑨 𝒇′𝟐 𝒇′𝟏 𝒇′

Une association de lentilles sphériques minces accolées de centre optique commun O est donc équivalente à
une lentille sphérique mince de centre optique O et dont la vergence est la somme des vergences accolées (1)
et (2) :
𝟏 𝟏
𝑪 = 𝑪𝟏 + 𝑪𝟐 = −
𝑶𝑨′ 𝑶𝑨

VIII.Les instruments optiques :


46
On distingue deux grandes familles d'instruments d'optique :
Les instruments oculaires qui donnent une image virtuelle observée par l'oeil.
Parmi ces instruments, on distingue la loupe, le microscope, la lunette et le télescope
Les instruments objectifs ou de projection qui donnent d'un objet une image réelle.
Exemple : vidéo-projecteur ou appareil photo.

L'œil :

Description et propriétés de l’œil :

L'œil est un globe d'un diamètre de l'ordre de 2,5 cm ; il comprend :


- la cornée : c’est une membrane transparente, elle est directement en contact avec l'air ambiant ;
- l'humeur aqueuse : c’est un liquide transparent ; avec l'humeur vitrée, elle maintient la pression et donc la
forme du globe oculaire ;
- l'iris : c’est un diaphragme qui permet de faire varier la quantité de lumière qui pénètre dans l'œil ;
- le cristallin : c’est la lentille de l'œil ; il s'agit d'une lentille convergente souple, maintenue par des ligaments
(zonules) qui sont liés à des muscles (corps ciliaire) ;
- le corps ciliaire : c’est un muscle qui permet de modifier la courbure du cristallin afin d’obtenir un objectif à
distance focale variable ;
- l'humeur vitrée (corps vitré) : c’est un corps gélatineux et transparent dont l'indice est égal à 1,336 ; il maintient la
rétine contre les parois de l’œil ;
- la rétine : c’est une membrane nerveuse tapissant le fond de l'œil ; épaisse de quelques dixièmes de millimètre, d'une
surface voisine de quelques centimètres carrées, elle est constituée de plus de 130 millions de cellules nerveuses et
transforme la lumière en signaux électriques qui sont acheminés par le nerf optique vers le cerveau ;
- la pupille : c’est l’orifice central de l’iris

Figure 01 : schéma descriptif de l’œil

Fonctionnement :

47
La lumière entre par la cornée, traverse l’humeur aqueuse puis la pupille .là, le cristallin la fait converger sur
la rétine, qui est consisté de 7 millions de cônes (vision diurne) et de 120 millions de bâtonnets (vision
nocturne). Le temps de réponse est de 0,25 seconde.
L’écran sur lequel se forme l’image observée est la rétine qui tapisse le fond de l’œil.la rétine est
l’épanouissement du nerf optique : les cellules sensibles sont des cônes et des batonnets.la fovéa au centre de
la tache jaune a un diamètre d’environ 0,3 mm et ne contient que des cônes .la tache jaune, riche en cônes,
correspond à la zone sensible en éclairage diurne (éclairage naturel dans la journée).
Un point est vu nettement si son image se forme sur la fovéa. Pour permettre la vision de points différents,
sans imposer à chaque fois des mouvements de la tête, l’œil effectue des globes oculaires.
Accommodation de l’œil :
L’œil normale au repos voit bien tout point situé à l’infini. Par le biais du cristallin, l’œil peut changer sa
distance focale pour que l’image d’un objet à distance finie se forme sur la rétine : on dit qu’il accommode.
L’accommodation est limitée par l’élasticité du cristallin : pour un objet trop près, l’œil ne voit plus
nettement.
La distance minimale de vision distincte est appelée : punctum proximum d (= 10 à 25 cm).
La distance maximale pour laquelle un œil voit net sans accommoder est le punctum Remotum D (= infini
pour un œil normal).

Les objets sont vus nettement s’ils sont placés entre le PP et le PR.
Pour un œil normal, les rayons issus d’une source située au punctum remotum (PR) convergent normalement sur
la rétine sans que le cristallin ne change de forme (pas d’accommodation).
Les distances d et D dépendant de l’âge des personnes .avec le vieillissement, D diminue et d augmente
progressivement.

Objet très éloigné :


Pour un œil normal, lorsque l'objet observé est à l’infini le corps ciliaire est décontracté, le cristallin est peu
bombé donc peu convergent. L'image de l'objet se forme exactement sur la rétine L’œil est dit au repos, il n’y a
pas de fatigue (Doc.2-a)

48
Objet approchée :
Si, lorsque l'objet est rapproché, le cristallin reste tel qu'il est l'image se forme alors derrière la lentille et l'objet
observé paraît flou Or l'œil a la faculté de modifier à volonté sa vergence afin que l’image se forme sur la rétine.

Cette faculté s'appelle l'accommodation


Pendant l'accommodation, le cristallin est soumis à la pression des ligaments qui le rattachent au corps ciliaire. Il
change de forme et sa courbure augmente, il devient plus convergent.
L'image de l'objet se forme sur la rétine.

49
Défauts de l’œil et leurs corrections :

Myopie :
L’œil est trop convergent, même quand il est repos. L’image d’un point à l’infini se forme sur son plan focale
image F’ qui se situe en avant de la rétine et la vision est floue. Le PP est plus proche de l’œil (d<15 cm) et le PR
est à distance finie devant l’œil.
Pour corriger ce défaut, on place en avant de l’œil une lentille divergente qui donne d’un point situé à l’infini une
image situé en R’.
Hypermétropie :
L’œil n’est pas assez convergent. L’image d’un point à l’infini se forme sur son plan focale image F’ qui se situe
en arrière de la rétine. L’œil doit accommoder pour voir des objets à l’infini .le PR est donc virtuel et le PP est
peu éloigné que celui d’un œil normal. Pour corriger la vue, on place en avant de l’œil une lentille convergente
qui donne d’un point situé à l’infini une image situé en R’.
La presbytie :
Est un défaut qui vient avec l’âge de l’organe, le cristallin n’est plus assez souple pour se déformer à la
demande. La vision de près qui demande au cristallin de devenir plus convergent est altérée.
Grandissement :
Comme pour un dioptre ou une lentille, l’aplanétisme étant réalisé, le grandissement est le rapport d’une
dimension linéaire A′B′ de l’image à la dimension linéaire correspondre AB de l’objet. C’est un nombre sans
dimensions.

Puissance :
La puissance d’un instrument est le rapport de l’angle sous lequel on voit l’image donnée par l’instrument à la
longueur de l’objet.

Grossissement angulaire :
Le grossissement est le rapport des dimensions des images rétiniennes dans la vision à travers l’instrument et
dans la vision à l’œil nu.

G : C’est un nombre sans dimensions.


α′ : La hauteur angulaire de l’image.
α : La hauteur angulaire de l’objet observé à l’œil nu.

50
Le microscope :

Généralité sur le microscope :

Le microscope est composé de deux systèmes optiques convergents :


- l’objectif :
Assimilable à une lentille convergente de courte distance focale (de l'ordre du millimètre) est placé près de
l’objet ;
- l’oculaire :
Placé devant l’œil de l’observateur, est modélisé par une lentille convergente de courte distance focale (de l'ordre
du centimètre).
Ces deux systèmes convergents (l'objectif et l'oculaire) sont maintenus à une distance constante l’un de
l'autre. L'ensemble peut être déplacé à l'aide d'une vis de mise au point rapide et d’une vis micrométrique.

Figure 02 : schéma descriptif de la microscope.

Modélisation du microscope :

On modélise le microscope en considérant l’objectif et l’oculaire comme des lentilles convergentes.


La distance entre le foyer image F’1 de l'objectif et le foyer objet F2 de l'oculaire est appelée intervalle
optique : Δ =F’1F2 Cet intervalle optique est de l'ordre de 16 à 18 cm

51
Figure 03 : modélisation du microscope

Formation des images :

L’objectif donne, de l’objet AB, une image intermédiaire A1B1 réelle et renversée, proche de l’oculaire.
On peut déterminer sa position par construction.
Cette image intermédiaire A1B1 devient objet pour l’oculaire qui donne une image définitive A2B2
virtuelle, renversée et agrandie. En utilisation normale, sans accommodation pour l’œil,
L’image définitive A2B2 observée à travers l’oculaire est rejetée à l’infini. L’image intermédiaire A1B1
doit donc se trouver dans le plan focal objet de l’oculaire.

Figure 04 : Construction d’une image donnée par le microscope

Puissance :
Si A1B1 est la grandeur de l’image intermédiaire fournie par l’objectif, par définitions, on a :
Le grandissement de l’objectif :
𝑨𝟏𝑩𝟏
𝜸= 𝑨𝑩
La puissance de l’oculaire :
𝜶′
𝒑𝒐𝒄 = 𝑨𝟏𝑩𝟏

52
La puissance de microscope :
𝜶′
P = 𝑨𝑩
(unité : dioptrie δ).

La puissance d’un microscope est égale au produit de la puissance de son oculaire par le grandissement
linéaire de son objectif.

P = Poc . γ
Grossissement :
Le grossissement G du microscope est défini, comme pour la loupe, par :

𝜶′
G= =P×𝒅
𝜶
L’attitude de mise au point :
Pour un microscope, l’œil observe à travers l’oculaire et l’image formée doit être située entre le PP et PR de
cet œil. Cette condition impose à l’objet un déplacement dans un intervalle ARAP, appelé latitude de mise au
point.

𝑓. 𝑓′
𝑙 =𝐴 𝐴 ≈−
𝑑

Loupe :
Définition :

La loupe appartient à la catégorie des instruments subjectifs : donnant d’un objet rapproché une image
virtuelle .son rôle consiste à augmenter le diamètre apparent de l’objet examiné par l’œil et ainsi augmenter
le pouvoir séparateur de l’œil.
Une loupe est une lentille convergente mince ou épaisse de courte distance focale. L’objet est placé entre la
loupe et le foyer objet .la loupe donne d’un objet réel, placé entre le foyer objet et la loupe, une image
virtuelle droite agrandie.

53
En effet si la distance objet-lentille devient égale à l’inférieure à la distance focale objet, il n’est plus
possible de recueillir l’image sur un écran. Par contre, en vision directe, l’œil perçoit à travers la lentille une
image droite et agrandie de l’objet

Construction graphique de l’image observée à travers une loupe :

_ Le rayon incident issu de B et passant par le centre optique (rayon de couleur vert (1)) n’est dévié pas.
_ Le rayon incident issus de B parallèlement à l’axe optique (rayon de couleur rouge (2)) émerge en
passant par F’ image focale principale.
_ Les deux rayons (1) et (2) divergent à la sortie de la lentille :
L’image ne peut pas être recueillie sur un écran. Leurs prolongements, fictifs donc tracés en pointillés sur le
schéma ci-contre rencontrent en B’. Le conditionnement de notre cerveau à la propagation rectiligne de la
lumière nous fait alors percevoir des rayons semblant provenir de B’ qui est donc interprété comme image.
L’image A’B’ est virtuelle, droite et plus grande que l’objet.

Figure 05 : Construction graphique d’une image donnée par une loupe

Caractéristiques de la loupe :

Grossissement :
Est défini sous la forme :
𝜶
G = 𝜶′
Où a’ est le diamètre angulaire apparent de l'image et a le diamètre apparent de l'objet
Observé à l’œil nu à la distance minimale de vision distincte (dm). Un grossissement G = 4
Correspond à un objet vu quatre fois plus grand.
Le grossissement est généralement utilisé Quand l'image est située à l'infini.

54
55
Partie 𝚰𝚰 : Les ondes :

IX.L’onde mécanique
Notion de perturbation :
La perturbation est une modification locale et temporaire d’une ou de plusieurs propriétés physique d’un
milieu donné.
Exemple :
La déformation d’une corde à l’une de ses extrémités.
La compression des spires d’un ressort.
La déformation de la surface de l’eau lors de la chute d’une goutte sont des perturbations du
milieu.
La portion du milieu ou est créée la perturbation est appelée « source de l’onde ».Elle peut dans certains
cas être modélisée par un point, noté S.
La corde, le ressort et la surface de l’eau représentent des milieux de propagation .ce sont des milieux
matériels élastiques.

Onde et temps de réaction d’un milieu :


Lorsqu’il y a des forces d’appliquées sur un milieu, ce n’est pas l’ensemble du milieu qui réagit
instantanément. Puisque le milieu est constitué de plusieurs particules en interaction entre elles, il faut
donner le temps aux forces d’interaction (forces internes) de propager la perturbation.
On peut ainsi définir une onde comme étant la déformation évolutive du milieu sous la présence d’une
perturbation.
On utilise le concept d’onde mécanique pour mesurer la vitesse de propagation d’une perturbation externe
et pour mesurer la position des éléments du milieu dans le temps.

56
Onde mécanique :
On appelle onde mécanique le phénomène de propagation d’une perturbation dans un milieu matériel, sans
transport de matière. L’onde ne transporte que de l’énergie.

Ondes mécaniques progressives :


Une onde mécanique progressive est la propagation d’une perturbation dans un milieu matériel, sans
transport de matière.
La propagation d’une onde s’accompagne d’une propagation d’énergie.

Ondes transversales et ondes longitudinales :


On distingue principalement deux types d’onde :

Onde transversale :

Oscillation du milieu dans un plan perpendiculaire à la direction de la propagation de l’onde.

Exemple : Onde dans une corde

Onde longitudinale :

Oscillation du milieu dans la même direction que la propagation de l’onde.

Exemple : Le son dans l’air

57
Il y a également des ondes qui ne sont pas transversale ni longitudinale comme par exemple les vagues.

Ondes sonores :
L’onde sonore est une onde mécanique :
Le son est onde mécanique progressive, sa propagation nécessite la présence d’un milieu matériel. La
propagation du son se produit dans les gaz, les liquides ou les solides.
Le son est une onde longitudinale.
Le son est une onde longitudinale, elle se propage grâce à une compression immédiatement suivie d’une
dilatation des couches du milieu de propagation.

Propriétés générales des ondes :

Direction de propagation d’une onde :

Une onde se propage, à partir de sa source, dans toutes les directions qui lui sont offertes.
Dans un milieu unidimensionnel, l’onde se propage selon une seule direction (Ex : onde transversale le
long d’une corde, onde longitudinale le long d’un ressort).
Dans un milieu bidimensionnel (surface), l’onde se propage dans toutes les directions de cette surface
(Ex : l’onde transversale qui se fait à la surface de l’eau).
Dans un milieu tridimensionnel, l’onde se propage dans toutes les directions de l’espace (Ex :
(l’onde sonore).

58
Superposition de deux ondes :

Deux ondes qui se croisent ne se perturbent pas .Elles se Superposent dans la zones où elles se
rencontrent et continuent de se propager sans modification ni de leur forme ni de leur direction, ou de leur
vitesse de propagation.

Figure 07 : superposition de deux ondes

Célérité d’une onde mécanique :

Lorsque l'onde mécanique progressive fait subir à 2 points distincts M1 et M2, il y aura la même
perturbation avec un retard noté τ, la vitesse de propagation de l'onde, appelée « célérité », est donnée par la
relation :

59
La célérité d'une onde dépend du milieu de propagation.
Le son est une onde mécanique progressive longitudinale (son mode de propagation est semblable à celui
d'un ressort mais s'effectue dans les trois directions de l'espace). La célérité du son est beaucoup plus grande
dans les phases condensées (liquides, solides) que dans les phases diluées (gaz).

Notion de retard :
On considère une onde mécanique se propageant dans un milieu matériel unidimensionnel, sans
frottement, telle une onde non amortie sur une corde. Lorsque la
perturbation se propage à partir de la source S à un instant de date (t=0) ,un point M de la corde subit la
même perturbation que le point S à l’instant de date t ,et de la même façon un point M’ du milieu refait la
même chose à l’instant de date t’ avec un retard τ par rapport à M.

𝑴𝑴′ 𝑴𝑴′
V= ou le retard égal : 𝞽=
𝝉 𝑽
𝑀M’ : est en (m)

𝑣 : 𝑒𝑠𝑡 𝑒𝑛( 𝑚⁄𝑠)


τ : est en (s)
60
X.Onde mécanique progressive périodique :

Notion d’onde mécanique progressive périodique :


Une onde progressive est périodique si l’évolution temporelle de chaque point de milieu de
propagation est périodique.
Une onde mécanique est progressive si elle se propage depuis un point source dans tout le milieu matériel
.Elle est périodique si la perturbation se répète de façon identique à elle-même à intervalles de temps égaux.
- Une onde mécanique périodique est créée par une source qui a un mouvement périodique.
Exemple :
- Une corde attachée à la lame en S subit ainsi une perturbation périodique qui se propage le long de la
corde. On a créé une onde progressive périodique.(La lame vibre périodiquement de haut en bas grâce à un
électroaimant)

Périodicité temporelle, Périodicité spatial :

Périodicité temporelle :

La période temporelle T est une caractéristique de la source car tout point du milieu, atteint par la
perturbation oscille avec la même période que la source (donc la fréquence est une caractéristique de la
source).
C’est la durée au de laquelle un point du milieu se retrouve dans le même état vibratoire. Elle est notée T
et s’exprime en seconde.
61
Périodicité spatiale :

On appelle période spatiale, notée λ, d’une onde mécanique progressive périodique, la plus petite
distance séparant deux points du milieu dans le même état vibratoire (c’est-à dire vibrant en phase).

Onde progressive périodique sinusoïdale :

Définition :

Une onde progressive sinusoïdale est une onde progressive pour laquelle la source impose une perturbation
sinusoïdale de période T.
La perturbation en un point quelconque du milieu est aussi une sinusoïde de période
- L'élongation x de la source S à un instant t d'une onde progressive sinusoïdale s'exprime par :
Ys(t) =Y max cos (2𝜋/𝑇. 𝑡)
Avec : Y max est l'amplitude, T est la période.
- Un point M d'abscisse x reproduit le mouvement de la source S avec un retard 𝜏 =𝑥/𝑣
donc L'élongation ym du point M est : y(t) =Y max cos (2𝜋/𝑇. (𝑡 - 𝜏) c’est-à-dire ym(t) =Ys(t- 𝜏)
Caractéristiques d’onde progressive sinusoïdale :
L’onde progressive périodique est caractérisée par la période spatiale.
Dans le cas d’une onde sinusoïdale, on appelle cette période spatiale longueur d’onde.
62
Elle est notée λ et est exprimé en mètres (m).
L’onde progressive périodique est caractérisée par sa période temporelle T et sa fréquence ν qui sont
imposés par la source. On rappelle que la fréquence v du phénomène est l'inverse de la période:
𝟏
V=
𝑻

Relation entre périodicité spatiale et temporelle :

La période spatiale est égale à la distance λ parcourue par l’onde pendant une période temporelle T.
L’onde se déplaçant avec la célérité V, caractéristique du milieu de propagation :
𝝀
V=𝑻 =𝞴𝒗
Avec v la fréquence en Hertz (Hz)
Une onde périodique progressive présente donc une double périodicité : spatiale et temporelle.
- Remarque 1 :
On peut mesurer la période temporelle T d’une onde périodique en figeant la propagation avec un éclairage
stroboscopique : si la période entre deux éclairs du stroboscope est égale à T d’onde, le milieu semble
immobile.
- Remarque 2 :
- Deux points M et N d'un milieu vibrent en phase si leur distance d=MN est égale à un nombre entier k
de Longueurs d'onde λ : d=SM = k.λ (k ∈ N*)
- Deux points M et N d'un milieu vibrent en opposition de phase si leur distance d=MN est égale à un
𝜆
nombre entier impair (2.k + 1) de demi-longueur d'onde λ : d=MN= (2k+1). (K 𝞊N)
2

63
Longueur d’onde :
La longueur d’onde d’une onde sinusoïdale est la distance de propagation de l’onde pendant une période
temporelle T :

𝑉
𝛌 = 𝐯. 𝑇 =
𝒱
Avec :
𝛌 : Longueur d’onde (m)
v :Célérité de propagation en (m /s)
𝑣 : Fréquence de l’onde en (Hz)
𝑇 :Période de l’onde en (s).

La longueur d’onde λ représente la périodicité spatiale de l’onde sinusoïdale. Deux points séparés d’une
distance égale à (n λ) (n nombre entier naturel).
Ont le même état de mouvement .ils sont dits en phase.
La longueur d’onde est égale à la plus petite distance, mesurée dans une direction de la propagation,
Séparant deux points en phase.

Comment déterminer la longueur d’onde :

Une phrase :
Déterminant le nombre de répétition de la période (𝝺) ou la période temporelle (T)
Exemple :
D est la distance entre la première et la cinquième crête

Avec une échelle :


cm/cm ou cm/div
div est la division et représentée par un carré ou un rectangle

64
exemple :
1
L’échelle : chaque cm sur la figure représente 8 cm dans le réel.
8

Avec une règle :


Echelle authentique (réelle)
Exemple :

Remarque :
𝒅 𝝀∗𝒅′ 𝒅 𝜟𝒕
V= 𝜟𝒕 = ==≫ = = cte =k
𝑻 𝝀 𝑻
Avec k le nombre de répétition de λ dans la distance d(ou le nombre de répétition de T dans la durée Δt)

65
XI.Phénomène de diffraction :

Mise en évidence du phénomène de diffraction :

Quand une onde progressive sinusoïdale rencontre un obstacle opaque et large dans lequel est ménagée une
ouverture de largeur (a), ou bien un obstacle opaque de largeur (a), il peut y avoir une modification de la
structure de l’onde si a vérifié certaines conditions. C’est le phénomène de diffraction.

Si a supérieur à 𝝺 :

Si a inférieur au égale 𝜆 :

66
Onde diaphragmée :

Onde mécanique progressive périodique se propageant sans modification à travers une ouverture.

Onde diffractée :

Onde mécanique progressive périodique se propageant avec étalement spatial à travers une ouverture.
Remarque :
a ≤ λ : l’onde est limité dans une portion angulaire circulaire d’angle θ (angle de diffraction) Sin(θ) ≈ θ = λ
Pour une longueur d’onde donnée, la diffraction est d’autant plus importante que la dimension l’ouverture a
est faible.
Exemple :
La diffraction provoquée par les vagues sur la surface de la mer.

Propriétés d’une onde diffractée :


Le phénomène de diffraction produit par une fente s’accentue lorsque l’ouverture (a) de la fente diminue.
Pour que la diffraction se manifeste de façon notable ,on admet en générale que l’ordre de grandeur de la
largeur de la fente (a) doit être inférieur ou égale à l’ordre de grandeur de la période spatiale λ de l’onde
considérée,( a≤ 𝛌).l’onde diffractée et l’onde incident ont la même fréquence ,la même longueur d’onde et la
même célérité.
Remarque :
La première direction des minimums d’amplitude observables et la direction de propagation de l’onde
incidente font un angle de mesure Ɵ en radians est approximativement donnée par la relation :

𝝀
Ɵ=
ɑ
Notion de Milieu dispersif :

Un milieu est dit dispersif si la célérité des ondes progressives sinusoïdales dépend de leur fréquence
.on dit alors que les ondes qui se propagent dans ce milieu subissent un phénomène de dispersion.
Exemples :
La surface de l’eau est un milieu dispersif pour les ondes qui s’y propagent.
A une température et une pression données, la célérité des ondes sonores est la même, elles arrivent au
même moment à l'oreille du spectateur, donc l’air est un milieu non dispersif pour les ondes sonores.

67
XII. Propagation d’une onde lumineuse :

Nature ondulatoire de la lumière :

Le principe de propagation de la lumière :


La lumière se propage en ligne droite dans un milieu transparent homogène.
Au passage par une fente étroite, le laser ne se propage plus en ligne droite, le faisceau change de direction,
on assiste donc au phénomène de diffraction.
Par analogie avec les ondes mécanique progressifs périodiques on peut confirmer la nature ondulatoire de la
lumière est une onde qui se propage.

La lumière est une onde :

La lumière n’a pas besoin d’un milieu matériel pour se propage.


La lumière ne se propage pas dans les milieux opaques (bois, pierre …)
La lumière est une onde électromagnétique (correspond à la propagation simultanée d’un champ électrique
et magnétique) qui se propage dans le vide et dans les milieux transparents (air, eau, verre…)
Caractéristiques d’une onde lumineuse :
La lumière monochromatique et polychromatique :
La lumière monochromatique : onde électromagnétique progressive sinusoïdale de fréquence donnée
(composée d’une seule radiation donc d’une seule couleur).
Exemple : lumière émise par un laser.
Lumière polychromatique : est composée d’un ensemble de lumières monochromatiques de fréquences
différentes (composée de plusieurs radiations donc de plusieurs couleurs).

Célérité de la lumière :

Célérité de propagation dans le vide :


Toutes les ondes lumineuses se propagent dans le vide comme toutes les autres ondes électromagnétiques, à
la célérité 𝑐 de valeur 3.108m /s.
La célérité de propagation de la lumière dans le vide est une constante universelle, sa valeur approximative
est :

𝑐 = 299792458 𝑚/𝑠
Célérité de propagation de la lumière dans un milieu matériel transparent-indice de réfraction : Dans un
milieu transparent autre que le vide. les ondes lumineuses se propagent avec une célérité 𝑣 inférieur à 𝑐 .
Indice de réfraction

68
On définit l’indice de réfraction 𝑛 d’un milieu comme une grandeur caractéristique du milieu, sans unité,
et de valeur supérieur à 1 :
𝑪
n=
𝑽
Exemple :
Indices de réfractions de quelques milieux transparents par rapport à une lumière monochromatique
de longueur
d’onde 𝜆 = 589 𝑛𝑚.

Milieu Indice de réfraction


𝑛
Vide 1
Air 1 ,00014
Eau 1,333
Verre 1,50
Cristal 1,63
Diamant 2,418

La longueur d’onde dans le vide :

La longueur d’onde dans le vide λ0 d’une radiation lumineuse est donnée par la relation :
λ0 : Longueur d'onde dans le vide (m)
𝐶 C : Vitesse de la lumière dans le vide (m/s)
𝜆0 = C. T =
𝑉
υ : Fréquence de la radiation lumineuse (Hz)
T : Période de la radiation (s)

Remarque :
la fréquence υ d’une radiation lumineuse ne dépend pas du milieu de propagation alors que la longueur
d’onde λ dépend du milieu de propagation.
La période et la fréquence d’une radiation est indépendante du milieu donc :
𝜆˳
n= 𝜆
𝝺 : longueur d’onde dans le milieu et 𝝺˳ : longueur d’onde dans le vide.
69
Domaine des radiations Lumineuse :
Les valeurs des longueurs d’onde 𝝺 des radiations lumineuses nous permettent de les classer en différents
domaines :
Si 400 nm < 𝝺 < 800 nm, la radiation appartient au domaine des radiations visibles : En effet l’œil n’est
sensible qu’à ce domaine de longueur d’onde, et nous permet de voir toutes les couleurs :
Si 𝝺 < 400 nm, la radiation appartient au domaine des ultraviolets.
Si 𝝺 < 800 nm, la radiation appartient au domaine des infrarouges.

Diffraction d’une onde lumineuse monochromatique :

70
Influence de la largeur de la fente a :

Plus la fente et fine et étroite, plus la lumière s’étale et plus la tàche centrale de la figure de diffraction est
grande.

Influence de la distance D entre la fente et l’écran :


Lorsque D augmente, La largeur L de la tache augmente aussi

Influence de la longueur d’onde 𝝺 :

Quand la longueur d’onde de la lumière incidente diminue, la largeur de la tache centrale diminue.

Ecarte angulaire :
On appelle écart angulaire 𝝷, exprimé en radian entre la droite passant par le milieu de la tache centrale et
celle passant par le milieu de la première zone d’extinction

Relation entre les paramètres :

Graphiquement :
Dans le triangle rectangle ABC
𝒄𝒐𝒕𝒆 𝒐𝒑𝒑𝒐𝒔é
tan𝝷= 𝒄𝒕𝒆 𝒂𝒅𝒋𝒂𝒄𝒆𝒏𝒕
𝑳/𝟐
tan𝝷 =
𝑫
Si 𝝷 est petit (en radian), tan𝝷≈𝝷 (rad)
Lors de la diffraction de la lumière, l’angle 𝝷 est faible.

𝑳
tan𝝷≈ 𝝷(rad) = 𝟐.𝑫

71
Expérimentalement :

Remarque :
Si l’ouverture est horizontale, la tache de diffraction est verticale. Et vice-versa.

72
XIII.Phénomène de dispersion de la lumière par prisme :

Le prisme :
Un prisme est formé d’un milieu transparent limité par des faces planes. Il est caractériser par son angle au
sommet A et par son indice de réfraction n.

Les relations caractéristiques du prisme :


Les relations caractéristiques du prisme sont au nombre de quatre :
D’abord, les lois de la réfraction :
Pour la première réfraction, l’angle d’incidence est noté i, l’angle de réfraction r.

Pour la deuxième réfraction, l’angle d’incidence est noté r’, l’angle de réfraction i’

Déviation du rayon lumineux par le 1er dioptre (vers la base) : 𝐷1 = i-r


Déviation par le seconde dioptre (vers la base) : 𝐷2 = i’-r’
Déviation totale à travers le prisme (vers la base) : D=𝐷1 +𝐷2 = i+i’-(r+r’)
D = i + i’ – A (4)

73
Dispersion de la lumière :

La dispersion de la lumière blanche est sa décomposition en radiations monochromatiques (prisme).

La dispersion d’une radiation monochromatique modifie seulement sa trajectoire.

Interprétation de la dispersion :

Le prisme est constitué de deux surfaces de séparation. La première est la surface air-verre, appelée face
d’entrée du prisme et la seconde est la surface verre-air, appelée face de sortie.
Le rayon du prisme incident subit une première réfraction, sur la face d’entrée et une deuxième sur la face de
sortie.
La lumière incidente est blanche elle est constituée d’une somme de radiations lumineuses. Toutes les
radiations arrivent avec le même angle d’incidence i.

74
L’indice du prisme dépend de la fréquence (couleur de radiation) ou la longueur d’onde dans le vide de la
radiation.
Selon la deuxième loi de la réfraction : sin(i)= n sin(r), le trajet d’une radiation dépend de l’indice du prisme.
Donc chaque radiation possède un angle de réfraction différent alors chaque radiation est déviée
différemment.

_ Savoir que, étant diffractée, la lumière peut être décrite comme une onde.
_ Connaitre l’importance de la dimension de l’ouverture ou de l’obstacle sur le phénomène observé.
_ Exploiter une figure de diffraction dans le cas des ondes lumineuses.
_ Connaitre et utiliser la relation 𝝺 = C/V, la signification et l’unité de chaque terme.
_ Connaitre les limites des longueurs d’onde dans le vide du spectre visible et les couleurs correspondantes.
_ Situer les rayonnements ultraviolets et infrarouges par rapport au spectre visible.
_ Savoir que la fréquence d’une radiation monochromatique ne change pas lorsqu’elle passe d’un milieu
transparent à un autre.
_ Savoir que les milieux transparents sont plus ou moins dispersifs.
_ Définir l’indice d’un milieu transparent pour ne fréquence donnée.

XIV. Les ondes électromagnétiques :

Définition :
Une onde électromagnétique est composée d’un champ électrique et d’un champ magnétique qui se
propagent tous deux à la même vitesse. Dans le vide, les ondes électromagnétiques se propagent à la célérité
de la lumière : c = 3.108 m.s-1

75
Les ondes électromagnétiques n’ont pas besoin de support matériel pour se propager. On observe des
phénomènes de diffraction, d’interférence, elles se réfléchissent et se réfractent comme les ondes lumineuses
ce qui montre que les ondes lumineuses sont des ondes électromagnétiques.
Quel est le domaine de longueurs d’ondes λ des ondes lumineuses ? En déduire le domaine de fréquence des
ondes lumineuses dans le vide.
Les ondes hertziennes, utilisés dans le domaine de la radio, la télévision, la téléphonie mobile sont
également des ondes électromagnétiques.
Les ondes hertziennes ont leurs fréquences comprises entre 300 kHz et 300 GHz. Calculer leurs domaines de
longueurs d’ondes.

Classification des ondes électromagnétiques :


Compléter le document ci-dessous en indiquant à chaque domaine les types d’ondes électromagnétiques et
visible.suivants : infrarouge, rayon X, ultra-violet, ondes hertzienne, rayon.

Les ondes hertziennes sont utilisées dans les télécommunications. Leurs domaines de fréquences sont
indiqués par le document suivant :

Intérêt des ondes électromagnétiques :


Il réside dans leur mode de propagation : rectiligne, avec une vitesse égale à celle de la lumière, pouvant
subir les phénomènes de réflexion et de réfraction. Les ondes hertziennes se propagent dans le vide. Elles
traversent plus ou moins bien les milieux matériels, mais ne se propagent pas à travers les métaux. Selon les
76
milieux de propagation et leur fréquence, les ondes se propagent sur plus ou moins grandes distances soit
directement en ligne droite soit en se réfléchissant sur l’ionosphère (couches ionisées de l'atmosphère 80 à
400 km d’altitude) et sur le sol. Elles sont en outre diffractées par certains obstacles.
Une autre façon de parcourir de grandes distances à la surface de la Terre est obtenue au moyen de satellites
qui sont en orbite au-delà de l’ionosphère : l’onde traverse l’ionosphère en subissant une réfraction et est
captée par un satellite qui la renvoie sur Terre. Pour cela, il faut utiliser des ondes de haute fréquence,
capables de franchir l’ionosphère. C’est le cas des ondes utilisées en radio FM, par la télévision par satellite,
pour les téléphones cellulaires.

77
78