Vous êtes sur la page 1sur 55

SOMMAIRE

INTRODUCTION GENERALE ................................................................................................. V


I.1 INTRODUCTION ............................................................................................................. 1
I.2 GENERALITES SUR LE PHENOMENE DE CORROSION ......................................... 1
I.2.1 Définition de la corrosion .............................................................................................. 1
I.2.2 Importance économique de la corrosion ........................................................................ 1
I.2.3 Cause de la corrosion ..................................................................................................... 2
I.2.4 Classification de la corrosion ......................................................................................... 2
I.2.5 Les formes da la corrosion ............................................................................................. 3
I.3 LUTTER CONTRE LA CORROSION ............................................................................ 5
I.4 LES INHIBITEURS DE CORROSION............................................................................ 6
I.4.1 Historique ....................................................................................................................... 6
I.4.2 Définition ....................................................................................................................... 7
I.4.3 Conditions d’utilisations ................................................................................................ 7
I.4.4 Fonctions essentielles ..................................................................................................... 7
I.4.5 Utilisations industrielles courantes ................................................................................ 8
I.4.6 Classes d’inhibiteurs ...................................................................................................... 8
I.4.6.1 Classement selon la nature de l’inhibiteur .............................................................. 8
a. Inhibiteurs organiques ................................................................................................ 8
b. Inhibiteurs minéraux .................................................................................................. 9
I.4.6.2 Classement selon le mécanisme d’action ............................................................... 9
a. Mécanisme d’action électrochimique ....................................................................... 10
b. Mécanismes d’action interfaciale ............................................................................. 12
c. Adsorption physique ................................................................................................ 13
d. Adsorption chimique ................................................................................................ 13
I.4.6.3 Classement selon le domaine d’application .......................................................... 15
I.5 L’ACIER ......................................................................................................................... 15
I.6 LE ROLE DES AMINES ................................................................................................ 17
I.7 GENERALITES SUR LES EMULSIONS ..................................................................... 19
I.8 HYDROPHILE LIPOPHILE BALANCE « HLB » DE GRIFFIN ................................. 20
I.9 REACTIONS ELECTROCHIMIQUES.......................................................................... 21

I
I.9.1 Cinétique de corrosion ................................................................................................. 22
I.10 METHODE ELECTROCHIMIQUE ............................................................................... 22
I.10.1 Loi de Tafel .............................................................................................................. 23
I.10.2 Equation de Stern et Geary....................................................................................... 24
II.1 INTRODUCTION ........................................................................................................... 25
II.2 LES COMPOSES UTILISES DANS L4ETUDE ........................................................... 25
II.2.1 Matériau ................................................................................................................... 25
II.2.2 Les produits chimiques utilisés ................................................................................ 25
II.3 PREPARATION DES MILIEUX CORROSIFS............................................................. 33
II.4 MATERIELS ELECTROCHIMIQUES .......................................................................... 34
II.4.1 Cellules électrochimiques ........................................................................................ 34
II.4.2 Les électrodes ........................................................................................................... 35
II.4.3 Appareil de potentiostat-galvanostat ........................................................................ 36
II.5 METHODES ET TECHNIQUES DE MESURES ELECTROCHIMIQUES ................ 37
II.5.1 Courbe de polarisation potentiodynamique .............................................................. 37
II.5.2 Paramètre des essais électrochimiques ..................................................................... 37
III.1 INTRODUCTION ........................................................................................................... 38
III.2 LES COURBES DE POLARISATION .......................................................................... 38
III.3 DETERMINATION DE LA CONCENTRATION OPTIMALE DE L’IHIBITEUR .... 42
III.4 MISE EN EVIDENCE DE LA CORRELATION ENTRE HLB ET LES
PARAMETRES ELECTROCHIMIQUES ................................................................................. 44
III.5 CALCUL THEORIQUE DU HLB .................................................................................. 46
CONCLUSION GENERALE .................................................................................................... 48
PRESPECTIVE .......................................................................................................................... 49
REFERENCES BIBLIOGRAPHIES ......................................................................................... 50

II
REMERCIEMENTS

Nous remercions avant tout, Dieu Tout Puissant de nous avoir donné la volonté
et le courage pour accomplir ce modeste travail.

Je voudrais en premier lieu exprimer toute ma reconnaissance à mon promoteur


de mini projet le lieutenant-colonel ABDI ABDEREZZAK, pour toute l'aide qu'il m'a
apportée au cours de la réalisation de ce travail. Ses connaissances scientifiques et
ses nombreux encouragements ont constitué pour nous un apport très important.

Mes remerciements s'adressent également à ceux qui ont participé de ce travail


de près ou de loin.

III
LISTE DES ABRIVIATIONS

mV : Millivolt ;
Ecorr : Le potentiel de corrosion ;
Rp : La résistance de polarisation ;
βa et βc: Les coefficients des droites de Tafel anodique et cathodique;
Ω: Ohm;
Log : Logarithme décimal ;
µA : Microampère ;
icorr : La densité du courant de corrosion ;
Ƞ% : L’efficacité inhibitrice en % ;
HLB : Hydrophile lipophyle balance ;
R: La constante universelle des gaz parfaits ;
µV : Microvolt.

IV
INTRODUCTION GENERALE
La corrosion des métaux et alliages est un phénomène universellement connu qui entraîne
chaque année des pertes matérielles considérables, directes et indirectes, pour l'industrie et la
collectivité. Plus grave encore, la corrosion peut causer des dommages irréversibles à
l'environnement et même des pertes en vie humaine puisqu'elle est susceptible d'entrainer des
problèmes de santé (pollution, contamination,…) mais également d'affecter les appareils et
structures en service (matériels de transport par exemple) en provoquant de graves altérations telles
que la diminution générale d'épaisseur, la génération de piqures, mais aussi des fissures de
corrosion sous tension Dans les zones soudées ou à leur voisinage.

Toutes ces considérations justifient l'intérêt manifesté actuellement dans tous les domaines
pour la lutte anticorrosion et aussi les nombreux travaux consacrés à l'étude de la corrosion.

Aujourd’hui très au point, la protection contre la corrosion comprend une Panoplie de


traitements telles que la protection cathodique, les traitements de surface ou encore la modification
du milieu corrosif par ajout d'inhibiteurs de corrosion. Ces derniers Constituent un moyen original
pour lutter contre la corrosion. Un inhibiteur est un composé chimique que l’on ajoute, en faible
quantité, au milieu pour diminuer la vitesse de corrosion des matériaux. Il peut être destiné soit à
une protection permanente de la pièce, soit à une protection provisoire (notamment lorsque la pièce
est particulièrement sensible à la corrosion).

La diminution de l’agressivité du milieu, par adjonction d’inhibiteurs, connaît, une large


application industrielle, spécialement dans les milieux riches en chlore qui est un oxydant souvent
rencontré en pratique, d’où l’étude dans un milieu à 3.5% Na Cl.

C’est dans ce contexte que s’inscrit ce travail de recherche réalisé au niveau du laboratoire
d’électrochimie et de corrosion (LEC) de l’EMP, sur l’inhibition de l’acier ordinaire à base des
composés organiques azotés. Ces derniers sont des tensioactifs, ses comportements peuvent être
décrites par les balances hydrophile-lipophile (HLB).

V
Dans le cadre de cette étude, on s’intéresse à trouver une corrélation entre les différents
paramètres électrochimiques de la corrosion de l’acier ordinaire et les HLB des inhibiteurs
organiques azotés. Ce manuscrit est structuré en trois grands volets :

Le premier chapitre porte sur une synthèse bibliographique sur les notions générales de
corrosion et les inhibiteurs de protection et leurs mécanismes ; en particulier les rôles des amines ;
et aussi un aperçu sur la notion de la balance hydrophile-lipophile

Le deuxième chapitre est consacré à une description détaillée des conditions expérimentales
mises en œuvre. Elle concerne essentiellement : le matériau, les conditions d’essai et la méthode
de caractérisation abordée pour cette étude.

Le troisième chapitre présente les résultats issus de la caractérisation du l’acier ordinaire dans
différents milieux d’étude ; c’est-à-dire par des courbes de polarisations dans le milieu Na Cl 3.5%
durant 60min avec utilisation des composés organiques aminés. Puis, on va trouver la corrélation
qui existe entre les différents paramètres de corrosion et la balance hydrophile-lipophile des
inhibiteurs de l’acier étudié.

Enfin, une conclusion générale de ces trois derniers chapitres.

VI
I.1 Introduction

L’importance considérable de la corrosion dans la vie quotidienne (domestique ou industrielle)


n’est plus à démontrer. En effet, ce phénomène touche pratiquement toutes les réalisations de
l’ingénieur, des plus grandes au plus petites : production de l’énergie, construction, transport,
secteur médical, l’électronique, etc. Dans les pays industrialisés les conséquences de la corrosion
ne résident pas seulement dans le coût économique (gaspillage de matière première, énergie et
temps) mais également dans les accidents que peut provoquer (sécurité public en jeu) ainsi que le
mauvais impact sur l’environnement.

I.2 Généralités sur le phénomène de corrosion


I.2.1 Définition de la corrosion

Le nom « corrosion » vient du latin « corroder » qui signifie ronger ou attaquer. En effet, la
corrosion est une dégradation du matériau ou de ses propriétés (physicochimiques, mécaniques,
etc.) par interaction chimique avec le milieu environnant. Cette définition admet que la corrosion
est un phénomène nuisible car il détruit le matériau et réduit ses propriétés, le rendant inutilisable
pour une application prévue. Mais d’un autre point de vue la corrosion est un phénomène bien
venu, voir souhaité, car elle détruit et élimine un nombre d’objets abandonnés dans la nature.
Certains procédés industriels font également appel à la corrosion (anodisation de l’aluminium,
polissage électrochimique, etc.) [1]

I.2.2 Importance économique de la corrosion

Les conséquences de la corrosion sur le plan économique et social peuvent être résumées dans
les points suivants :

 Pertes directes : remplacement des matériaux corrodés et des équipements


dégradés,
 Pertes indirectes : couts des réparations et pertes de production (temps),
 Mesures de protection : inspections, entretiens, etc.

La diversité des coûts rend toute estimation des charges économiques dues à la corrosion
difficile et incertaine. Cependant, il s’agit sans aucun doute de montants assez élevés.

1
I.2.3 Cause de la corrosion

Dans la nature tous les métaux, à l’exception des métaux nobles tels que l’or (Au) et le platine
(Pt), se présentent dans la nature sous forme d’oxydes et de sulfures métalliques. Cet état de point
de vue thermodynamique est très stable. Cependant, l’énergie considérable fournit pour l’obtention
des métaux de ces minerais fait que les métaux obtenus se trouvent dans un niveau énergétique
élevé, ils sont thermodynamiquement instables. C’est pour cette raison que tous les métaux usuels
ont tendance à retourner à leur état initial en énergie, cela se fait à l’aide du milieu environnant.

I.2.4 Classification de la corrosion

Selon la nature du milieu environnant avec lequel le matériau rentre en interaction, la


corrosion peut être classée en trois grandes classes : chimique, bactérienne et électrochimique.

 La corrosion chimique

C’est la réaction entre le métal et une phase gazeuse ou liquide. Si cette corrosion se produit à
haute température elle est alors appelée « corrosion sèche » ou corrosion à haute température. Au
cours de la corrosion chimique, l’oxydation du métal et la réduction de l’oxydant se fait en une
seule action, c’est-à-dire les atomes du métal forment directement des liaisons chimiques avec
l’oxydant qui arrache les électrons de valence des atomes métalliques.

Selon la nature du milieu environnant avec lequel le matériau rentre en interaction, la


corrosion peut être classée en trois grandes classes : chimique, bactérienne et électrochimique.

 La corrosion bactérienne

Ce type de corrosion, appelé aussi bio-corrosion, rassemble tous les phénomènes de corrosion
dans lesquels les bactéries agissent directement ou par l’intermédiaire de leur métabolisme en
jouant un rôle primordial, soit en accélérant un processus déjà établi, soit en créant les conditions
favorables à son établissement (ex : production de H2SO4 par certains types de bactéries).

 La corrosion électrochimique

La corrosion électrochimique, appelée encore corrosion humide, est le mode de corrosion le


plus important et le plus fréquent. Elle réside essentiellement dans l’oxydation du métal sous forme
d’ions ou d’oxydes. La corrosion électrochimique fait appelle à la fois à une réaction chimique et
2
un transfert de charges électriques (circulation d’un courant). Cette corrosion nécessite la présence
d’un agent réducteur (H2O, O2, H2, etc.), sans celui-ci la corrosion du métal ne peut se produire.
La corrosion électrochimique d’un matériau correspond à une réaction d’oxydo-réduction, dont :

 La réaction d’oxydation d’un métal est appelée réaction « anodique »,


 La réaction de réduction d’un agent oxydant est appelée réaction «
cathodique ».

Dans la corrosion électrochimique, la réaction cathodique et la réaction anodique sont


indissociables

 Corrosion accompagnée d’usure

Lorsque les produits de corrosion forment un dépôt adhérant et continu sur la surface du métal,
ils ralentissent la vitesse de corrosion. Cette couche peut être éliminée en certains points par, usure,
abrasive ou érosive. Il y a alors accélération de la corrosion parce que la surface du métal est mise
à nu.

I.2.5 Les formes da la corrosion

Plusieurs formes de corrosion peuvent être dénombrées, caractérisées par des modifications de
propriétés physiques du métal.

 Corrosion uniforme

La corrosion uniforme est une perte de matière plus ou moins régulière sur toute la surface. Le
métal dans ce cas est dans l’état actif. Elle est aisément contrôlable par des mesures de perte de
poids ou la diminution d’épaisseur du métal.

 Corrosion par piqûres

La corrosion par piqûres est caractérisée par une attaque très localisée en certains points de la
surface et provoque des piqûres. Cette forme de corrosion est produite par certains anions,
notamment les halogénures (chlorures…), sur les métaux protégés par un film d’oxyde mince. Elle
induit typiquement des cavités de quelques dizaines de micromètres de diamètre. La corrosion par
piqûres affecte en particulier les métaux ou les alliages passivés (aciers inoxydables, les alliages

3
d’aluminium). Ce type de corrosion comprend au moins deux étapes, l’amorçage qui se produit
lors de la rupture locale de la passivité et la croissance ou propagation.

 Corrosion galvanique

Contrairement à certains types de corrosion tels que la corrosion intergranulaire, la corrosion


par piqûre, la corrosion galvanique est largement indépendante des données métalliques des
matériaux. Ce type de corrosion résulte du couplage électrique de deux métaux différents et
immergés dans la solution. La polarisation des surfaces métalliques par couplage galvanique a pour
conséquence d’accroître la résistance à la corrosion de l’alliage le plus noble (la cathode) et de
réduire la résistance à la corrosion de l’alliage le moins noble (l’anode). Elle résulte de la formation
d’une pile qui conduit à une hétérogénéité de l’attaque.

 Corrosion intergranulaire

Ce type de corrosion se manifeste aux joints de grains. Ce phénomène peut provoquer des
fissures qui affaiblissent les caractéristiques mécaniques du métal. Certains aciers inoxydables et
alliages (fer, chrome, nickel) sont très affectés par ce mode de corrosion qui réduit de façon
catastrophique leur résistance mécanique. Ce type de corrosion est un phénomène microscopique
(invisible dans les étapes initiales).

 Corrosion sélective

C’est un type de corrosion très dangereux parce qu’insoupçonnable, la pièce corrodée ne


semble pratiquement pas concernée, alors que sa résistance diminue considérablement. Elle
consiste en la dissolution sélective d’un élément d’un alliage, les autres éléments restent non
attaqués. Le métal devient poreux et perd sa résistance.

 Corrosion caverneuse

La corrosion caverneuse est due à une différence d’accessibilité de l’oxygène entre deux
parties d’une structure créant ainsi une pile électrochimique. Cette attaque sélective du métal est
observée dans les fissures et autres endroits peu accessibles à l’oxygène. Souvent, la corrosion
caverneuse est associée à la présence de petits volumes de solution corrosive stagnante, due à la
présence de cavités, surfaces jointives ou dépôts discontinus.

4
 Corrosion filiforme

Ce type de corrosion est souvent associé à la présence d’un revêtement protecteur (peinture,
vernis,) semi perméable à l’oxygène et à l’eau. L’attaque se manifeste par des filaments émis dans
toutes les directions, à partir des défauts du revêtement, qui peut affecter divers matériaux tels que
le fer et l’aluminium lorsqu’ils sont soumis à des atmosphères humides entre 20C° et 30C°.
L’oxygène et l’eau sont les réactifs nécessaires [2,3] au développement de la corrosion filiforme.

La présence d’ions agressifs tels que Cl, SO4, CO3 favorise l’initiation de cette corrosion en
développant une acidification locale. D’après les mesures du potentiel et du pH, le fil de corrosion
filiforme est composé d’une tête contenant une solution aqueuse acide et d’une queue alcaline
contenant les produits de corrosion [4,5]. Les conditions alcalines favorisent le décollement du
revêtement.

 Corrosion sous contraintes

La corrosion sous contrainte est une fissuration du métal qui résulte de l’action commune d’une
contrainte mécanique et d’une réaction électrochimique. Le processus se déroule en deux phases
successives, à savoir une d’initiation et une de propagation.

Ce processus dépend essentiellement de l’intensité des contraintes imposées, de la nature du


matériau (composition chimique et structure), de l’état de surface et du milieu corrosif et de la
température.

I.3 Lutter contre la corrosion

La lutte contre la corrosion représente toutes les mesures qu’on peut prendre pour protéger les
matériaux métalliques contre l’action destructive du milieu. La protection la plus immédiate est de
choisir des métaux ou alliages résistant aux milieux agressifs. Et dès la phase de conception d’une
installation, la protection contre la corrosion doit être considérée pour éviter de nombreux
problèmes et garantir une certaine durée de vie. La solution adoptée doit être compatible avec les
prescriptions concernant la protection de l’environnement et permettre le recyclage ou
l’élimination des différents composants à la fin de leur utilisation. Plusieurs techniques de
protection existent que l’on peut classer comme ci-après [6] :

5
• Prévention par une forme adaptée des pièces ;

• Prévention par un choix judicieux des matériaux ;

• Protection par revêtements ;

• Protection par inhibiteurs ;

• Protection électrochimique.

I.4 Les inhibiteurs de corrosion


I.4.1 Historique

Comme pour bien d’autres domaines, il est difficile de déterminer l’origine temporelle exacte
de l’inhibition de la corrosion considérée par ailleurs, comme une technologie à part. Les Romains
avaient déjà connaissance du phénomène de corrosion. Au premier siècle après Jésus-Christ, le
grand naturaliste et historien romain, Pline l’Ancien (23-79 après J.C.), mentionne des méthodes
de protection pour éviter la corrosion du fer et du bronze : de l'huile ou du bitume pour le bronze,
de la poix, du gypse ou de la céruse pour le fer. L'étude de la corrosion a débuté aux environs du
17ème siècle, mais ce n'est qu'au cours du 19ème siècle que l'on a étudié scientifiquement les moyens
de lutter contre cette corrosion. Au contraire, il y a quelques décennies, il a été observé que le dépôt
calcaire formé à l’intérieur des conduits transportant certaines eaux naturelles protégeait ce conduit.
Plutôt que d’améliorer sans cesse la résistance à la corrosion des conduits en agissant directement
sur ces derniers, il s’avérait alors plus pratique d’ajuster les concentrations minérales des solutions
transportées, qui sont à l’origine des dépôts calcaires « protecteurs ». En 1945, on comptait moins
de 30 références traitant des inhibiteurs de corrosion. Dans un article de 1948 [7], Waldrip se
référait à un rapport datant de 1943, portant sur la protection contre la corrosion des puits de pétrole.

De nombreux articles concernant l’inhibition ont été rédigés durant la période couvrant 1945
à 1954 : ceux-ci traitaient, entre autre, de l’inhibition de la corrosion dans les domaines de
l’aviation, des chaudières, des circuits de refroidissement, des moteurs diesel, des sels de
déneigement, des raffineries de pétrole et des pétroliers. Les articles publiés durant cette période
témoignent d’un grand développement technologique en matière d’inhibition.

6
Durant les quarantes dernières années, un nombre croissant de résumés, d’articles et d’autres
ouvrages évoquant ce sujet a été recensé : en 1970, 647 articles traitant de l’inhibition sont
dénombrés. En 2012, près de 17 000 articles traitent de l’inhibition de la corrosion.

I.4.2 Définition

La définition d’un inhibiteur de corrosion par le National Association of Corrosion Engineers


(NACE) est la suivante : « un inhibiteur de corrosion est une substance chimique qui, ajoutée à
faible concentration au milieu corrosif, ralentit ou stoppe le processus de corrosion d’un métal placé
au contact de ce milieu ». Cette définition évite cependant de considérer comme inhibiteurs, des
additifs qui, tout en répondant à la seconde condition (diminution de la vitesse de corrosion), ne
remplissent pas la première (par exemple, l’ajustement du pH par addition de base ou d’acide ne
constitue pas un moyen d’inhibition au sens de la définition). A l’inverse, certains composés, qui
devraient être exclus en toute rigueur par la définition, peuvent cependant être considérés comme
des inhibiteurs (additifs consommant de l’oxygène : scavengers) [8]. Enfin, le sens donné par cette
définition au terme inhibiteur interdit que l’inhibition de la corrosion soit interprétée dans un sens
trop sémantique comme le ralentissement, par quelque moyen que ce soit, du processus de
corrosion d’un métal (exemple de l’incorporation d’un élément d’alliage dans un métal : le chrome
n’est pas un inhibiteur du fer lorsqu’il entre dans la composition d’un acier inoxydable).

I.4.3 Conditions d’utilisations

Un inhibiteur (ou un mélange d'inhibiteurs) peut être utilisé comme unique moyen de protection :

*Soit comme protection permanente : l'inhibiteur permet alors l'utilisation de matériaux


métalliques (ferreux non alliés, par exemple) dans des conditions satisfaisantes de résistance à la
corrosion ; une surveillance de l'installation s'impose [9] ;

*Soit comme protection temporaire pendant une période où la pièce ou l'installation est
particulièrement sensible à la corrosion (stockage, décapage, nettoyage). Dans ce cas, le contrôle
du système est à priori plus simple, la prévision du comportement de l'inhibiteur dans le temps
étant plus facile à réaliser.

Un inhibiteur (ou un mélange d'inhibiteurs) peut être combiné à un autre moyen de protection:
protection supplémentaire d'un alliage à haute résistance à la corrosion, addition à un revêtement
de surface tel que peinture, graisse, huile, etc.
7
I.4.4. Fonctions essentielles

En dehors de tout mécanisme d’action, un inhibiteur de corrosion doit vérifier un certain


nombre de propriétés fondamentales :

 Abaisser la vitesse de corrosion d'un métal, sans en affecter les caractéristiques


physico-chimiques, en particulier la résistance mécanique (par exemple, risque de
fragilisation par l'hydrogène en milieu acide) ;

 Être stable en présence des autres constituants du milieu, en particulier vis-à-vis des
oxydants ;

 Être stable aux températures d'utilisation ;

 Être efficace à faible concentration ;

 Être compatible avec les normes de non-toxicité ;

 Être peu onéreux pour espérer déboucher sur des valorisations industrielles.

 Des installations ou le stockage à l'atmosphère (inhibiteurs volatils, incorporation aux huiles


et graisses de protection temporaire) ou pour le traitement des huiles de coupe ;

 L'industrie des peintures sur métaux où les inhibiteurs sont des additifs assurant la
protection anticorrosion des métaux.

I.4.5. Utilisations industrielles courantes

Bien que leur utilisation puisse être théoriquement envisagée dans la plupart des cas de
corrosion (avec, comme principales limitations, un volume trop important du milieu corrosif ou
l'impossibilité éventuelle d'y incorporer des additifs), les inhibiteurs ont plusieurs domaines
traditionnels d'application :

 Le traitement des eaux (eaux sanitaires, eaux de procédés industriels, eaux de chaudières,
etc.) ;

 L'industrie du pétrole : forage, extraction, raffinage, stockage et transport. A tous les stades

8
de cette industrie, l'utilisation d'inhibiteurs de corrosion est primordiale pour la sauvegarde
des installations ;

 La protection temporaire des métaux, que ce soit pendant le décapage acide, le nettoyage
des installations ou le stockage à l'atmosphère (inhibiteurs volatils, incorporation aux huiles
et graisses de protection temporaire) ou pour le traitement des huiles de coupe ;

 L'industrie des peintures sur métaux où les inhibiteurs sont des additifs assurant la
protection anticorrosion des métaux.

9
I.4.6. Classes d’inhibiteurs

Il existe plusieurs possibilités de classement des inhibiteurs, celles-ci se distinguant les unes
des autres de diverses manières [10] :

 Soit à partir de la nature des produits (inhibiteurs organiques ou minéraux) ;

 S leur mécanisme d’action électrochimique (inhibiteurs cathodiques, anodiques ou mixtes)

 Soit à partir de leurs mécanismes d’interface et principes d’action (adsorption à la surface


du métal et/ou formation d’un film protecteur) ;

 Soit à partir du domaine d’application.

I.4.6.1 Classement selon la nature de l’inhibiteur


a. Inhibiteurs organiques

Les molécules organiques sont destinées à un développement plus que certain en tant
qu’inhibiteurs de corrosion : leur utilisation est actuellement préférée, en dépit des inhibiteurs
inorganiques pour des raisons d’écotoxicité essentiellement. L’action inhibitrice de ces composés
organiques, qui est généralement indépendante des processus anodiques et cathodiques de
corrosion, est liée à la formation (par adsorption) d’une barrière plus ou moins continue, mais
d’épaisseur finie, qui empêche l’accès de la solution au métal. Il existe de très nombreux
composés organiques susceptibles d’être utilisés comme inhibiteurs. À partir d’une molécule
"mère" possédant une certaine efficacité, il est toujours possible de synthétiser des composés de
plus en plus complexes dans le but par exemple d’améliorer l’efficacité inhibitrice ou encore
certaines propriétés physiques (solubilité en milieu aqueux ou non aqueux, pouvoir mouillant,
température d’ébullition,). Par ailleurs, la commercialisation d’un produit dépend en grande partie
de son prix de revient : la préférence est souvent donnée à des sous-produits de l’industrie
pétrolière [11]. Ils possèdent au moins un hétéroatome servant de centre actif pour leur fixation
sur le métal tel que l’azote, l’oxygène (alcools acétyléniques, carboxylates, oxadiazoles…), le
soufre (dérivé de la thiourée, mercaptans, sulfoxydes, thiazoles…) ou le phosphore (phosphonates).
L’une des limitations dans l’utilisation de ces produits peut être l’élévation de la température, les
molécules organiques étant souvent instables à haute température [12-18].

10
b. Inhibiteurs minéraux

Les molécules minérales sont utilisées le plus souvent en milieu proche de la neutralité, voire
en milieu alcalin et plus rarement en milieu acide. Les produits se dissocient en solution et ce sont
souvent leurs produits de dissociation qui assurent les phénomènes d’inhibition (anions et cations).
Les cations inhibiteurs sont essentiellement Ca2+et Zn+ et ceux qui forment des sels insolubles avec
certains anions tels que l’hydroxyle (OH-). Les principaux anions inhibiteurs sont les oxo-anions
de type XO4n-tels que les chromates, les molybdates, les phosphates, les silicates, …etc. Le
nombre de molécules en usage à l’heure actuelle va en se restreignant, car la plupart des produits
efficaces présentent un côté néfaste pour l’environnement. Cependant, de nouveaux complexes
organiques de chrome III et d’autres cations (Zn2+, Ca 2+,
Mg2+, Mn2+, Sr2+, Al2+, Zr2+, Fe2+…)
efficaces contre la corrosion et non toxiques ont été développés [19].

I.4.6.2 Classement selon le mécanisme d’action

Il n’existe pas de mode d’action unique des inhibiteurs de corrosion. Un même composé aura
d’ailleurs souvent un mécanisme d’action qui sera fonction du système de corrosion
(métal/solution) en présence duquel il se trouvera. Toutefois, et quel que soit le mécanisme exact
par lequel chaque inhibiteur agit dans les conditions dans lesquelles il est placé, il existe un certain
nombre de considérations de base valables pour tous les inhibiteurs. La corrosion étant un
processus essentiellement électrochimique, l’action de l’inhibiteur ne peut se faire qu’au niveau
d’une des étapes des réactions élémentaires (transport d’espèces en solution, formation
d’intermédiaires superficiels, adsorption des espèces à la surface des phases solides, transfert de
charges électroniques). L’intervention de l’inhibiteur dans le processus de transport des espèces
électroactives (dioxygène, proton, produits de réaction) au sein de la solution étant peu probable,
le mécanisme d’action d’un inhibiteur est donc le plus souvent à rechercher au voisinage immédiat
de la surface métallique. Toutefois, en circuit fermé, on peut éliminer l'oxygène, et la corrosion est
alors contrôlée par un simple ajustement du pH à une valeur suffisamment élevée. Les chromates,
les amines et les nitrites sont efficaces dans ce cas. Ils jouent le rôle d’agent chélatant (formation
de pseudo-complexes avec les ions ferreux de la couche d’oxyde) formant une couche épaisse à la
surface du matériau, capable de bloquer le processus de réduction de l’oxygène dissous [20].

11
a. Mécanisme d’action électrochimique

Ce classement des inhibiteurs tient compte de la nature électrochimique de la corrosion en


phase liquide, qui met en jeu au moins deux réactions :

 Une réaction anodique de dissolution du métal (réaction d’oxydation) ;

 Une réaction cathodique de réduction d’un oxydant de la solution.

Le rôle de l’inhibiteur sera nécessairement de diminuer la vitesse de l’une des deux réactions
et dans certains cas les deux à la fois. Si l’inhibiteur ralentit la réaction d’oxydation en bloquant les
sites anodiques (siège de l’oxydation du métal), il est appelé inhibiteur anodique.

De la même façon, si l’inhibiteur ralentit la réaction de réduction en bloquant les sites


cathodiques (siège de la réduction de l’oxygène dissous en milieu aéré ou siège de la réduction du
proton H+ en milieu acide), il est appelé inhibiteur cathodique. En effet, dans la pratique, la
réduction du dioxygène dissous existe en milieu aéré quel que soit le pH. Mais, en milieu acide, la
réduction du proton est prépondérante et on néglige souvent la réaction du dioxygène dissous. Les
inhibiteurs mixtes agissent à la fois pour diminuer la vitesse de la réaction anodique et celle de la
réaction cathodique (figure I.1) [21].

Les inhibiteurs anodiques doivent être utilisés avec précaution. En effet, le rapport des surfaces
(anodiques et cathodiques) est important dans ce cas-là. L’anode se corrode d’autant plus
rapidement que la surface anodique est petite par rapport à la surface cathodique.

Autrement dit, si le film protecteur est altéré par une rayure ou par une dissolution, et si la
quantité d’inhibiteur est insuffisante pour restaurer le film, la partie exposée se corrode en piqûre
profonde. En matière de corrosion localisée, la corrosion par piqûre est une forme particulièrement
insidieuse : l’attaque se limite à des trous, très localisés et pouvant progresser très rapidement en
profondeur tout en conservant le reste de la surface indemne. L’action des inhibiteurs cathodiques
se traduit par une diminution de la vitesse de la réaction cathodique et donc par un déplacement du
potentiel de corrosion vers des valeurs moins nobles. Ce sont généralement des cations qui peuvent
migrer vers la surface cathodique, où ils précipitent sous formes de sels basiques ou d'hydroxydes,
formant des films adhérents et compacts. Ces inhibiteurs sont plus « sûrs » que les inhibiteurs
12
anodiques, en effet, ils ne risquent pas de favoriser la corrosion localisée, même en cas de sous-
dosage [21].

On peut concevoir l'action de l'inhibiteur comme :

 L'interposition d'une barrière entre le métal et le milieu corrosif. Dans le cas des
milieux acides, le rôle de l'adsorption du composé sur la surface sera primordial ;
 Le renforcement d'une barrière préexistante : en général la couche d'oxyde ou
d'hydroxyde formée naturellement en milieu neutre ou alcalin. Ce renforcement pourra
consister en une extension de l'oxyde à la surface, ou en la précipitation de sels aux endroits
faibles de l'oxyde : ces sels étant des produits de corrosion (réactions avec les cations
métalliques) ;
 La formation d'une barrière par interaction entre l'inhibiteur et une ou plusieurs
espèces du milieu corrosif : ce type de mécanisme étant également spécifique des milieux
neutres ou alcalins.

Il apparaît clairement, en considérant ces notions générales, que le mécanisme d'action d'un
inhibiteur peut être considéré sous deux aspects : un aspect « mécanisme » (intervention dans les
processus fondamentaux de la corrosion) et un aspect « morphologie » (intervention de la molécule
d'inhibiteur dans la structure interfaciale).

Figure I.1. Diagrammes d’Evans montant le déplacement du potentiel de corrosion due à la


présence d’un inhibiteur de corrosion [21].

13
b. Mécanismes d’action interfaciale

Cet autre mode de classement des inhibiteurs les différencie à partir de leur mode de fixation
sur la surface métallique. Les inhibiteurs d’adsorption ou "d’interface" et les inhibiteurs dits
"d’interphase". Les premiers sont plutôt observés en milieu acide et agissent en formant des films
mono ou bidimensionnels de molécules par adsorption à la surface du métal alors que les seconds
sont spécifiques des milieux neutres ou alcalins et forment des films tridimensionnels qui intègrent
les produits de dissolution du substrat [19].

L’adsorption est un phénomène de surface universel car toute surface est constituée d’atomes
n’ayant pas toutes leurs liaisons chimiques satisfaites. Cette surface a donc tendance à combler ce
manque en captant atomes et molécules se trouvant à proximité. Deux types d’interaction sont
principalement responsables de la liaison inhibiteur/surface métallique, il s’agit de la
physisorption(formation de liaisons faibles) et la chimisorption. Ces deux types d'adsorption sont
influencés par la nature et la charge du métal, la structure chimique du produit organique et le
type d'électrolyte [22].

c. Adsorption physique

L'adsorption physique est due aux forces de Van Der Waals ou aux forces électrostatiques
existant entre la charge ionique ou les dipôles de l’espèce inhibitrice et la surface du métal
électriquement chargée. La charge du métal est définie par la position du potentiel de corrosion de
ce métal par rapport à son potentiel de charge nulle (E0) [23]. Lorsque le potentiel de corrosion de
ce métal a une valeur inférieure à E0, l'adsorption des cations est favorisée ; au contraire, les anions
sont adsorbés quand le potentiel de corrosion du métal se trouve dans la région de potentiel positif
par rapport à E0.

Dans certains cas, la charge de la surface peut être modifiée par l’adsorption d’une couche
d’ions intermédiaire. C’est ainsi que l’on explique l’effet bénéfique des ions Cl-dans le cas de
l’inhibition de la corrosion par des dérivés d’ammoniums quaternaires (RNH4) + en milieu acide.
Si la charge intrinsèque du métal dans ces conditions est positive, les ions (RNH4) + ne pourront
pas s’adsorber électrostatiquement et n’auront pas d’effet inhibiteur. L’addition d’ions Cl-qui
viendront eux-mêmes former une première couche adsorbée rendra la surface globalement négative
et les ions (RNH4) + deviendront de très bons inhibiteurs en se fixant par-dessus la couche d’ions
chlorure.
14
d. Adsorption chimique

La chimisorption est un mécanisme plus fréquent que le mécanisme de physisorption et


conduit à une efficacité de l’inhibiteur plus importante. Il fait intervenir un transfert électronique
entre les orbitales du métal et la molécule inhibitrice, ce qui engendre la formation de liaisons
chimiques bien plus stables car basées sur des énergies de liaison plus importantes. On rencontre,
généralement, le transfert molécule donneur/ métal accepteur ; il existe aussi le transfert où le métal
est le donneur d’électrons et la molécule l’accepteur [24]. C'est un processus rapide, dépendant de
la température et caractérisé par une grande énergie d'activation.

Le transfert électronique est favorisé par la présence d’électrons libres comme ceux que l’on
trouve dans les anions, dans les molécules neutres contenant une paire d’électrons libres ou dans
les systèmes d’électrons π [24] associés à des doubles ou triples liaisons ou à des cycles
aromatiques. La présence d’une liaison insaturée peut être très favorable à l’efficacité inhibitrice
d’une molécule organique en milieu acide, puisque celle-ci peut alors s’adsorber indifféremment
sur une surface chargée positivement (électrons π) ou négativement (cation).

La tendance à une forte adsorption augmente quand les électrons sont moins liés à l’atome
donneur ; en effet plus les atomes fonctionnels ont tendance à former des liaisons avec le métal en
donnant facilement des électrons, plus les inhibiteurs sont efficaces. Pour une série de molécules
organiques qui ne diffèrent que par leurs atomes fonctionnels, l’adsorption et donc l'efficacité de
l'inhibition augmente avec la diminution de l'électronégativité de ces atomes fonctionnels [25-26].
L’efficacité de l'inhibition augmente dans l'ordre suivant [25-26] : O < N < S < Se < P

Souvent, d'autres facteurs tels que la structure de la molécule, et plus particulièrement les
effets stériques, influencent l'adsorption des molécules organiques. Parmi les inhibiteurs pour
solutions acides, on trouve un grand nombre de substances organiques différentes, notamment des
molécules aromatiques et des macromolécules à chaînes linéaires ou branchées [27-28]. Ils
s'adsorbent sur les sites actifs de la surface métallique, sans altérer le mécanisme des réactions
électrochimiques partielles. Ils bloquent les sites et réduisent la vitesse de la réaction cathodique,
anodique ou les deux en relation avec le pourcentage des sites actifs recouverts par l'inhibiteur.
Leur efficacité dépend, entre autre, de leur structure moléculaire, de leur poids moléculaire et de
leur concentration.
15
Les molécules organiques utilisées comme inhibiteurs, contiennent une partie non polaire,
hydrophobe et relativement volumineuse, constituée principalement d'atomes de carbone et
d'hydrogène, et une partie polaire, hydrophile, constituée d'un ou plusieurs groupements
fonctionnels, tels que -NH2 (amine), -SH (mercapto), -OH (hydroxyle), -PO32-(phosphonate)...

La molécule se lie à la surface par son groupement fonctionnel, alors que sa partie non polaire,
plus volumineuse, bloque partiellement la surface active.

Parmi les autres paramètres structuraux pouvant influencer l'efficacité des inhibiteurs, on peut
citer :

 L'aire moléculaire de l'inhibiteur projetée sur la surface métallique. Cette projection dépend
des différentes possibilités d'arrangement des ions organiques ou des molécules à l'interface
métal / solution [29] ;
 L'influence exercée par le poids moléculaire [30] ;
 L'importance de la configuration moléculaire [31] ;
 L’influence de la nature des substituants [23].

I.4.6.3 Classement selon le domaine d’application

Les inhibiteurs de corrosion sont souvent classés selon leur domaine d’application. En milieu
aqueux, les inhibiteurs pour milieu acide sont employés, entre autres, pour éviter une attaque
électrochimique de l’acier lors du décapage. Dans l’industrie pétrolière, on les ajoute aux fluides
du forage. Les inhibiteurs pour milieux neutres servent surtout à protéger des circuits de
refroidissement et les peintures à base aqueuse. En milieu organique, de grandes quantités
d’inhibiteurs de corrosion sont utilisées dans les lubrifiants pour moteurs et dans l’essence puisque
ces liquides contiennent souvent des traces d’eau et des espèces ioniques qui peuvent provoquer
une corrosion.

Enfin, les inhibiteurs pour les phases gazeuses sont généralement employés pour une
protection temporaire de différents objets emballés pendant le transport et le stockage : instrument
de précision, composants électroniques, machines… etc. Il s’agit le plus souvent de composés
organiques ayant une pression de vapeur élevée, notamment certaines amines.

16
I.5 L’acier

L'acier est un alliage à base de fer additionné d'un faible pourcentage de carbone (de 0,008 à
environ 2 % en masse). La teneur en carbone a une influence considérable (et assez complexe) sur
les propriétés de l'acier : en deçà de 0,008 %, l'alliage est plutôt malléable et on parle du « fer » ;
au-delà de 2 %, les inclusions du carbone sous forme graphite fragilisent la microstructure et on
parle de fonte. Entre ces deux valeurs, l'augmentation de la teneur en carbone a tendance à
améliorer la résistance mécanique et la dureté de l'alliage ; on parle d'aciers « doux, mi-doux, mi-
durs, durs ou extra-durs » (classification traditionnelle) [32].

On modifie également les propriétés des aciers en ajoutant d'autres éléments, principalement
métalliques, et dans ce cas on parle d'aciers alliés. De plus, on peut encore améliorer grandement
leurs caractéristiques par des traitements thermiques (notamment les trempes) prenant en surface
ou à cœur de la matière ; on parle alors d'aciers traités.

Outre ces diverses potentialités, et comparativement aux autres alliages métalliques, l'intérêt
majeur des aciers réside d'une part dans le cumul de valeurs élevées de leurs les propriétés
mécaniques fondamentales : résistance aux efforts (module d'élasticité, limite élastique, résistance
mécanique), dureté, résistance aux chocs (résilience). D'autre part, leur coût d'élaboration reste
relativement modéré, car le minerai de fer est abondant sur terre (environ 5 % de l'écorce) et sa
réduction est assez simple (par addition du carbone à haute température). Enfin, les aciers sont
pratiquement entièrement recyclables grâce à la filière ferraille [33].

On peut néanmoins leur reconnaître quelques inconvénients, notamment leur mauvaise


résistance à la corrosion, mais à laquelle on peut remédier, soit par des traitements de surface
(peinture, brunissage, zingage, galvanisation à chaud, etc.), soit par l'addition d'éléments réalisant
des nuances dites « inoxydables ». Par ailleurs, les aciers sont difficilement modulables, donc peu
recommandés pour les pièces volumineuses de formes complexes (bâtis de machines, par exemple).
On leur préfère alors des fontes. Enfin, lorsque leur masse volumique est compromettante (dans le
secteur aéronautique par exemple), on se tourne vers des matériaux plus légers (alliages à base
d'aluminium, composites, etc.), mais parfois beaucoup plus chers [34].

17
De ce fait, les aciers restent privilégiés dans presque tous les domaines d'application technique
: équipements publics (rails, signalisation), bâtiment (armatures, charpentes, ferronnerie,
quincaillerie), moyens de transport (carrosseries, transmission), composants mécaniques (visserie,
ressorts, câbles, roulements, engrenages), outillage de frappe (marteaux, burins, matrices) et de
coupe (fraises, forets, porte plaquette). Les aciers sont aussi très présents dans des produits destinés
au grand public (meubles, ustensiles de cuisine) et cette liste est loin d'être exhaustive [35]. Les
aciers au carbone représentent environ 90 pour cent en volume de l’acier utilisé. Ils ont un large
domaine d’application dans le secteur de la construction des ponts, conteneurs, poutres, tôles de
chassie de voiture, bateaux …etc. Vu ces applications, les exigences principales aux aciers au
carbone sont : Une résistance mécanique élevée, une bonne ductilité, une ténacité élevée, et une
soudabilité facile [24]. A température ambiante, les aciers au carbone sont dans une structure
ferritique – perlitique et la fraction volumique des deux phases dépend de la teneur en carbone.
Plus la teneur en carbone est élevée, donc plus la fraction volumique de carbures est élevée, plus
la résistance mécanique augmente [34].

Du fait des variations de solubilité du carbone, ce dernier est mis en solutions dans le fer γ,
puis il se trouve rejeté sous forme de précipité de Fe3C, ou de cémentite lors du refroidissement.
L’alliage Fer/Carbone est durci par ces carbures. Cette précipitation dépend de la température et
du temps [35].

I.6. Le rôle des amines

Les amines primaires, secondaires ou tertiaires sont très souvent utilisées pour la protection de
pièces en milieu aqueux naturel. Toutefois, il faut distinguer deux rôles distincts de protection
effectués par les amines : une action filmante et une action neutralisante.

Les amines filmantes ont pour fonction de former une barrière constituée d’une couche mono
moléculaire d’un produit à chaîne plus ou moins longue. L’ancrage de la partie hydrophobe
s’effectue préférentiellement sur la surface métallique à protéger par le biais du principal site actif
de l’amine : l’azote N. L’extrémité non adsorbée (la partie hydrophile) peut adsorber à son tour des
molécules d’hydrocarbures provoquant un accroissement de la barrière hydrophobe.

Selon de nombreux auteurs, dont Foroulis [36], les amines s'adsorbent par leur groupe polaire
aminé selon le schéma de la figureI.2.
18
FigureI.2. Mode d'adsorption des amines filmantes selon Foroulis [36].

La chimisorption (force 1) est une liaison chimique entre les molécules d'amines et le métal :
l'atome d'azote possède un doublet électronique libre permettant cette liaison. Les forces notées 2
et 3 sur la figure 1.1 correspondent à des forces de répulsion des molécules chimisorbées. De ce
fait, les molécules recouvrent progressivement la surface du métal. La couche chimi-sorbée est une
couche monomoléculaire. L'excès d’amines forme soit une seconde couche dont la liaison avec les
molécules chimisorbées est généralement faible, soit des micelles, compte tenu de l'effet tensioactif
cationique de ce type de molécules [37]].

Les amines neutralisantes ou d’alcalinisation du milieu sont destinées à réagir chimiquement


avec les espèces acides pour les neutraliser. Ces propriétés tendent à être exploitées pour abaisser
l’activité des protons de la solution corrosive : en milieu neutre, à température ordinaire, le
déplacement du pH amène le métal dans une zone où la corrosion est ralentie.

Selon Duprat [38], certaines amines protègent le métal par chélation (formation de pseudo-
complexes) avec les ions ferreux de la couche d'oxyde ou avec les atomes de fer superficiels de la
surface métallique (figure 1.2). Les amines alcalinisantes permettent la neutralisation de l'acidité
libre de l'eau et ramènent le pH dans la zone favorable.

FigureI.3. Mode d'adsorption de l'aminoéthanol selon Duprat [38].


19
Suzuki et al. [39] attribuent aux amines un rôle d’agent chélatant formant une couche épaisse et
non adhérente à la surface du matériau, capable de bloquer le processus de réduction de l’oxygène
dissous. Pour Tsuji et al. [40], dans les solutions acides, les alkylamines comme les alkanethiols
sont fortement chimisorbés à la surface métallique en partageant leurs électrons entre l’azote et les
atomes de fer. Il en résulte alors une très bonne inhibition à la surface du métal en milieu acide.

De par leur multifonctionnalité combinant des propriétés de base faible à des propriétés
d’adsorption, les amines sont considérées comme efficaces face à la corrosion des métaux ferreux.

I.7. Généralitiés sur les émulsions

Une émulsion [40-41] est la dispersion d’une phase liquide dans un autre liquide immiscible
sous la forme de fines gouttelettes. En général, une émulsion est obtenue sous l’effet de l’agitation
mécanique d’un système diphasique (par exemple de l’eau et de l’huile). Le mélange ne présente
plus alors deux phases distinctes mais une pseudo-phase unique composée de gouttes (phase
dispersée) mélangées dans une matrice liquide (phase continue). Du point de vue de la
nomenclature, on distingue principalement deux grands types d’émulsions : i) les émulsions E/H
correspondant à la dispersion de gouttes d’eau dans une matrice huileuse, et ii) les émulsions H/E
où des gouttes d’huile sont dispersées dans de l’eau.

La formation et la stabilisation des émulsions sont en grande partie contrôlées par les propriétés
de l’interface séparant les deux phases immiscibles. A l'interface, les molécules des deux phases
s’agencent de façon à minimiser l’énergie libre interraciale. La grandeur physique qui donne une
mesure de cette énergie par unité d’aire est la tension interraciale, exprimée en N/m ou en J/m².
Plus la tension interraciale entre les deux phases est faible, plus leur affinité l'une pour l'autre est
forte, et plus il est aisé d’augmenter la surface les séparant et donc de former une émulsion.
La présence ou l'ajout de produits chimiques, appelés tensioactifs, facilite la formation d'une
émulsion, en abaissant la tension interraciale entre les deux phases en présence. Pour se faire, ces
molécules doivent se positionner à l'interface entre les deux phases et donc posséder une affinité
pour chacune d'elles. L’eau étant un milieu polaire et l'huile un milieu généralement apolaire, un
tensioactif doit donc être formé de deux parties distinctes : l'une polaire (hydrophile) et l'autre
apolaire (hydrophobe).

21
Suivant la nature de la tête polaire, un tensioactif peut être :

- anionique ; il s'ionise négativement en phase aqueuse (par exemple R-COO-) ;


- cationique ; il s'ionise positivement en phase aqueuse (par exemple R-NH3+) ;

- amphotère (ou zwitterionique) ; il possède alors les deux types de charges (par exemple un
groupement carboxylate et un ammonium quaternaire NH3+-R-R’-COO-) ;

- ou non ionique ; il ne se dissocie pas en phase aqueuse (par exemple R-OH, R étant un groupe
alkyle).

L'affinité relative d’un tensioactif pour l’eau et l’huile est souvent caractérisée par un nombre
sans dimension, appelé HLB (hydrophilic lipophilic balance), dont la valeur est comprise entre 1 et
40. Un tensioactif de HLB inférieur à 10 est en principe plus soluble dans l'huile que dans l'eau. A
contrario, un tensioactif de HLB supérieur à 10 est généralement plus soluble dans l'eau que dans
l'huile
I.8 Hydrophile Lipophile Balance « HLB » de GRIFFIN

Le concept HLB [43-44], permet de formuler, d’une manière particulièrement rationnelle, des
émulsions stables. La méthode HLB est basée sur une classification des tensioactifs par hydrophile
croissante. Elle correspond au rapport entre la proportion des groupements hydrophiles, ayant une
affinité pour l’eau, et la longueur de la chaîne lipophile, ayant une affinité pour l’huile. Le HLB
des émulsifiants peut être classé selon l’échelle de Davies [45]. En dessous d’un HLB d’une valeur
de 9, l’émulsifiant est de caractère lipophile tandis qu’entre 11 et 20, il a un caractère hydrophile.

La connaissance de cette valeur HLB de chaque agent de surface est très important car :

 Les diverses caractéristiques applicatives des agents de surface (y compris leur solubilité
dans l’eau) correspondent à des valeurs données du HLB.
 Le HLB est une propriété additive ; le HLB d’un mélange de plusieurs produits est le HLB
moyen de ces produit, compte tenu des proportions du mélange.

Ceci est extrêmement important car les meilleures émulsions sont obtenues par mélange de
deux produits tensio-actifs de HLB différents et si possible de classes ioniques différentes.

22
La mesure du HLB d’un agent de surface se fait expérimentalement à partir d’une gamme de
solvants de HLB requis définis ; par préparation de leurs émulsions et examen des stabilités de
celles-ci.

Dans le cas des produits non ioniques ; il est possible de calculer approximativement leur
HLB, d’après leur constitution, en utilisant la formule :

𝒎𝒂𝒔𝒔𝒆 𝒎𝒐𝒍é𝒄𝒖𝒍𝒂𝒊𝒓𝒆 𝒅𝒆 𝒍𝒂 𝒑𝒂𝒓𝒕𝒊𝒆 𝒉𝒚𝒅𝒓𝒐𝒑𝒉𝒊𝒍𝒆


HLB =20 × 𝒎𝒂𝒔𝒔𝒆 𝒎𝒐𝒍é𝒄𝒖𝒍𝒂𝒊𝒓𝒆 𝒕𝒐𝒕𝒂𝒍𝒆

I.9. Les reactions éléctrochimiques

La corrosion des métaux en milieu aqueux est essentiellement un phénomène de nature


électrochimique dans lequel un métal se dissout en abandonnant des électrons. La réaction
anodique de dissolution prend alors la forme suivante:

M—>Mn + + n e-

Cette équation représente un métal M se dissolvant à l'état d'ions Mn+ libérant n électrons.
Etant donné que des charges électriques (électrons en particulier) ne peuvent être accumulées dans
une partie d'un système conducteur, les électrons abandonnés par les ions positifs du métal (cations)
sont alors acceptés par un autre système. Ainsi, pour qu’il y ait corrosion, il est nécessaire que se
déroule simultanément à la réaction (1), une réaction cathodique de la forme suivante :

Ox + n e- —> Red

Où Ox représente une espèce oxydée (un oxydant) existant en solution et Red est la forme
réduite.

Les électrons mis en jeu dans les deux réactions peuvent être source de courant électrique : un
courant anodique ia (positif par convention) et un courant cathodique ic (négatif). A l'équilibre, en

23
l'absence de circuit électrique extérieur, le taux de réaction d'oxydation est égal au taux de réaction
de réduction par conséquent, les courants anodique et cathodique sont égaux ; où icorr est le courant
de corrosion. Le potentiel correspondant à ce courant est le potentiel de corrosion E corr.

I.9.1 Cinétique de corrosion

La vitesse de corrosion est fonction de plusieurs paramètres qui dépendent du métal et du


milieu (gazeux, liquide, diphasique). Ces paramètres sont les suivants : la composition du métal,
l'homogénéité, la microstructure, le fini de surface, la composition chimique du milieu, la
température, le pH ; la concentration en oxygène et autres gaz. Dans le cas d'une électrode
composite c'est-à-dire d'une surface métallique qui possède des piles locales (régions anodiques et
cathodiques) la vitesse de corrosion dépend essentiellement du courant de corrosion (icorr) qui
s'établit entre la région anodique et cathodique. La vitesse de corrosion (taux de corrosion) peut
être déterminée par la méthode électrochimique et parla méthode de perte de masse.

I.10. Méthodes éléctrochimiques

Cette méthode utilise le phénomène de polarisation électrochimique pour déterminer un


courant de corrosion. Les courbes de polarisations ont obtenu soit par la méthode potentiocinétique
ou par la méthode intensiocinétique. Ces deux méthodes nécessitent l'utilisation d'un montage
comprenant trois électrodes : une électrode de travail (métallique), une électrode de référence
(calomel saturé "ECS") et une électrode auxiliaire (par exemple du platine). La méthode
potentiocinétique consiste à appliquer un potentiel variable à l'électrode métallique par rapport à
l'électrode de référence et à mesurer l'intensité de courant qui circule entre l'électrode métallique et
l'électrode auxiliaire. Avec la méthode intensiocinétique, c'est le courant qui est imposé et la
variation de potentiel de l'échantillon est mesurée pour chaque valeur de courant correspondant.

Ainsi, chacune des réactions anodique et cathodique est représentée par une courbe de
polarisation E = / (log i). Ces courbes traduisent les mécanismes de polarisation qui gouvernent ces
réactions.

A partir de ces courbes, le courant de corrosion peut être déduit en utilisant la loi de Tafel ou
l'équation de Stern et Geary.

24
I.10.1 Loi de Tafel

La loi de Tafel exprime une linéarité entre la surtension(ƞ), qui peut se définir comme étant
une variation de la différence de potentiel métal-solution due à l'effet d'un courant électrique, et le
logarithme de la densité de courant (i) par la relation suivante :

ƞ= a ± b log |i|

Où a et b représentent les constantes de Tafel qui peuvent être positives ou négatives, selon
que la surtension est anodique ou cathodique. Cette équation s'exprime également sous la forme
suivante :

ƞa = ßa log i / icorr

ƞc = ßc log i / icorr

Où ƞa, ƞc et ßa et ßc représentent respectivement les surtensions anodique et cathodique et les


pentes de Tafel anodique et cathodique, i est un courant et icorr est le courant de corrosion
(µA/cm2).

A partir du moment où une seule réaction intervient (anodique ou cathodique), chaque courbe
est une droite correspondant aux droites de Tafel [46-47-48-49]. En extrapolant ces droites, on
obtient un point d'intersection correspondant à la valeur du potentiel de corrosion (Ecorr) et du
courant de corrosion (icorr.).

Cette loi n'est valide que pour des valeurs de surtensions finies, positives ou négatives, non
voisines de zéro. En général, la zone de linéarité de la courbe de polarisation peut être observée
pour des valeurs de surtensions (positives ou négatives) comprises entre 50mV et 300mV de chaque
côté du potentiel de corrosion.

25
I.10.2 Equation de Stern et Geary

En 1957, Stem et Geary ont démontré que la résistance à la polarisation est reliée au courant
de corrosion par la relation suivante [50] :

Rp = ßa |ßc | / 2.303 (ßa + |ßc |) icorr.

Figure I.4. Courbe log | i | = f(E) et droites de Tafel.

Où Rp est la résistance à la polarisation et ßa et ßc représentent les pentes de Tafel. La


résistance à la polarisation est déterminée en évaluant la tangente de la courbe de polarisation à
i=0 au voisinage du potentiel de corrosion (10-20m V).

L'évaluation du courant de corrosion avec cette équation nécessite toutefois d'avoir


déterminé les pentes de Tafel au préalable.

26
II.1. Introduction

Ce chapitre décrit les différentes procédures expérimentales mise en œuvre, les matériaux
étudiés, les conditions d’essai et les techniques employées. Ces dernières sont de nature
électrochimique : tracé de la courbe de polarisation et les droites de Tafel afin d’obtenir les
différents paramètres de corrosion.

La méthode électrochimique présente une sensibilité et une précision remarquable, est aussi
utilisation voir indispensable pour l'étude des phénomènes liés à la corrosion.

On attitre la méthode électrochimique pour étudier l'action de sept composés organiques azotés
sur la corrosion de l'acier ordinaire dans un milieu agressif corrosif NaCl 3.5%.

II.2. Les composes utilisés dans l’etude


II.1.1 Matériau :

Le matériau étudié est l’acier ordinaire. Ilse présente sous forme une barre cylindrique ; le
milieu de la barre est un isolant qui sépare les deux extrémités conductrices :la partie inférieure
assure le contacte avec l’électrolyte et l’autre assure le contact électrique avec le montage
électrochimique.

Pour avoir une bonne reproductibilité des mesures, il est nécessaire d’avoir un état de surface
bien propre. C’est pour cette raison que la surface de notre échantillon a subi un polissage
mécanique par frottement sur papiers abrasifs, suivi d’un rinçage à l’eau distillée, puis un séchage
à l’air ambiant. Afin que la surface de l’échantillon à analyser soit lisse et uniforme. Le polissage
doit être avant tout essai électrochimique.

II.1.2 Les produits chimiques utilisés

Les échantillons, sur lesquels on a effectué les tests électrochimiques, sont préparés à partir
des produits illustrés dans le tableau II.1.

27
Tableau.II.1. Les produits chimiques utilisés.

Eau distillée Chlorure de sodium (NaCl)

Produits organiques aminés utilisés


Méthylamine

28
Ethylamine

Ethylèndiamine

29
Diéthanolamine

Diméthylamine

30
Triméthylamine

Triéthanolamine

31
Le tableau au-dessous représente les propriétés physiques de produits chimiques organiques
utilisés en cette étude.

Tableau.II.2. Les propriétés physiques des produits chimiques organiques utilisés.


Produit Nomenclature Masse pureté(%) Société de
selon IUPAC volumique production
(g/ml) en 20
Méthylamine Aminométhane 0.895°C 40 MERCK -
Schuchardt
Ethylamine Aminoéthane 0.77 33 BDH
Ethylèndiamine éthane-1,2-diamine 0.899 98 LABOSI
Diéthanolamine 2,2'-iminobiséthanol 1,09 98 MERCK -
Schuchardt
Diméthylamine N-méthylmétanamine 0.89 40 MERCK -
Schuchardt
Triméthylamine N, NDiméthylmétanamine 0.84 27.5 BDH

Triéthanolamine 2,2',2-nitrilotriéthanol 1.12 98 MERCK -


Schuchardt

Comme ces produits sont toxiques, il est nécessaire de savoir les risques et les consignes de
sécurité à respecter lors de la manipulation.
Tableau.II.3. Les risques et les préventions.
Produit Risques Prevention
Méthylamine -Liquide et vapeurs s s porter un appareil
-Ventiler adéquatement sinon
très inflammables. respiratoire approprié. -Porter des vêtements
-Nocif en cas protecteurs appropriés.
d'ingestion. - -Ne pas fumer pendant l'utilisation. --Manipuler à
Provoque des l'écart des sources d'ignition.
brûlures de la peau et
des lésions oculaires
graves.
-Toxique par
inhalation.
-Peut irriter les voies
respiratoires.

30
Produit Risques preventions
Ethylamine -Irritant et corrosif -Tenir à l'écart de la chaleur et de toute autre source
pour la peau, les d'inflammation. Ne pas fumer.
yeux, les voies -Porter des gants de protection/des vêtements de
respiratoires et protection/un équipement de protection des yeux/du
digestives visage et voies respiratoires.
-Liquide et vapeurs
très inflammables.

Ethylèndiamine -Liquide et vapeurs -Tenir à l'écart de la chaleur et de toute autre source


inflammables. d'inflammation. Ne pas fumer.
-Nocif en cas -Porter des gants de protection/des vêtements de
d’ingestion ou protection/un équipement de protection des yeux/du
d’inhalation. visage et voies respiratoires.
-Toxique par contact
cutané.
-Provoque des
brûlures de la peau et
des lésions oculaires
graves
- Peut provoquer une
allergie cutanée.
-Peut provoquer des
symptômes
allergiques ou
d’asthme ou des
difficultés
respiratoires par
inhalation.
Diéthanolamine -Nocif en cas Éviter le rejet dans l'environnement.
d'ingestion. -Porter des gants de protection/des vêtements de
-Provoque une protection/un équipement de protection des yeux/du
irritation cutanée. visage.
-Provoque des -Ne pas respirer les
lésions oculaires poussières/fumées/gaz/brouillards/vapeurs/aérosols.
graves.
-Risque présumé
d'effets graves pour
les organes à la suite
d'expositions
répétées ou d'une
exposition prolongée.

31
Produit Risques Prévention
Diméthylamine -Gaz extrêmement -Tenir à l’écart de la chaleur, des surfaces chaudes,
inflammable. des étincelles, des flammes nues et de toute autre
-Contient un gaz sous source d’inflammation. Ne pas fumer.
pression ; peut -Ne pas respirer les gaz/vapeurs.
exploser sous l'effet -Porter des gants de protection/des vêtements de
de la chaleur. protection/un équipement de protection des yeux/du
-Provoque une visage.
irritation cutanée.
-Provoque des
lésions oculaires
graves.
- Nocif par
inhalation.
-Peut irriter les voies
respiratoires.
Triméthylamine -Gaz liquéfié Tenir à l’écart de toute source d’inflammation. Ne
inflammable et pas fumer.
corrosif, et gaz sous -utiliser un appareil respiratoire autonome et des
pression. vêtements protecteurs.
-Nocif si inhalé. - Ne pas jeter les résidus à l’égout.
-cause des lésions
aux yeux, à la peau et
aux voies
respiratoires.
-Peut former un
mélange explosif en
présence d’air.
-Peut causer des
lésions au foie, aux
reins et au cœur.

32
Produit Risques Prévention
Triéthanolamine -En cas DSS
-Assurer une aération suffisante.
d’échauffement : Les -Utilisation d'une ventilation locale et générale.
vapeurs peuvent -Éviter la contamination des égouts, des eaux de
former avec l'air un surface et des eaux souterraines.
mélange explosif. -Une protection respiratoire est nécessaire lors de
-Inflammable Formation d'aérosol ou de nébulosité. Type : A
-L'exposition ses (Contre les gaz et les vapeurs organiques avec un
vapeurs pourrait point d'ébullition de > 65 °C, code couleur :
engendrer l'irritation marron).
de la peau, des yeux -Porter des gants et des lunettes appropriés.
et des voies
respiratoires. Une
exposition répétée ou
prolongée à ce
produit peut avoir
une action
dégraissante sur la
peau.

II.3. Préparation des milieux corrosifs

Les milieux corrosifs sont classés sous deux types. Soit sans inhibiteur ou avec inhibiteur. Afin
d’évaluer le comportement électrochimique de l’acier ordinaire en plusieurs milieux agressifs ont
été choisis, à savoir le tableau au-dessous :

Tableau.II.4. Les différents milieux d’étude.

Sans produit organique aminé


Blanc 3.5% NaCl
Avec produit organique aminé
Blanc + Blanc + Blanc + Blanc + Blanc + Blanc + Blanc+
Méthylamine Ethylamine Ehylènedi- Diéthanol- Triéthano- Diméthyl- Triméthyl-
amine amine amine amine amine

Tout en respectant les consignes de sécurité, on prépare 21 solutions de 100 g qui contient
3.5g de Na Cl et une faible fraction massique d’un composé organique azoté dont les volumes à
ajouter sont représentés dans le tableau suivant :

33
Tableau.II.5. Préparation des solutions.

Fraction massique
0.1% 0.5% 1%
V Eau (ml) 96.4 96 95.5

V Méthylamine (ml) 0.28 1.39 2.79


V Ethylamine (ml) 0.39 0.97 3.93
V Ehylènediamine (ml) 0.11 0.57 1.14
V Diéthanolamine (ml) 0.09 0.47 0.94
V Triéthanolamine (ml) 0.09 0.46 0.91
V Diméthylamine (ml) 0.28 1.40 2.80
V triméthylamine (ml) 0.43 2.16 4.33

II.4. Matériels éléctrochimiques


II.4.1.Celllules électrochimiques

Toutes les expériences de corrosion électrochimiques de l'acier ordinaire est effectuée dans
une cellule électrochimique à trois électrodes, d’une contenance de 30 ml, possède une double
paroi, qui permet la circulation d’eau afin de maintenir la température du milieu réactionnel
constante à 25,0 °C ± 0,1 °C, qui correspond aux conditions standards.

Figure.II.1. La cellule électrochimique.

34
II.4.2. Les électrodes

 Electrode de référence

C'est une électrode au calomel saturée en chlorure de potassium. Cette électrode de référence
notée ECS, est impolarisable, son potentiel rigoureusement constant, est situé à 241 mV par rapport
à celui de l’électrode normal de l’hydrogène ENH.

Figure.II.2. Electrode de référence.

 Electrode auxiliaire ou contre électrode

L’électrode auxiliaire est constituée d’un fil de platine, dans le but d’assurer le passage de
courant électrique dans la cellule d'électrolyse.

Figure.II.3. Contre électrode.

35
 Electrode de travail

C'est une électrode constituée d'acier ordinaire sous forme conique tronquée de surface active
de S = 2.72 cm2

Figure.II.4. Electrode de travail.

II.4.3. Appareil de potentiostat-galvanostat :

Les mesures électrochimiques ont été conduites en utilisant un potentiostat / galvanostat


AUTOLAB de type PGSTAT 128N contrôlé avec le puissant logiciel NOVA 1.7 et piloté par
ordinateur.

Figure.II.5. Le potentiostat/galvanostat de type AUTOLAB

36
Figure.II.6. Montage potentiométrique.

II.5. Méthodes et techniques se mesure électrochimiques


II.5.1 Courbe de polarisation potentiodynamique

Cette technique consiste à suivre la réponse en courant i(t) de l'échantillon soumis à une
variation de potentiel E(t), de son état d'équilibre.

La réponse en densité de courant (I=i/S) permet d'obtenir la courbe de polarisation


potentiodynamique linéaire I = f (E) qui est une caractéristique des phénomènes électrochimiques
se déroulant à l'interface métal-électrolyte sur la plage de potentiels étudiés.

La vitesse de balayage doit être faible pour que la réponse du système soit stationnaire.

II.5.2 Paramètre des essais électrochimiques

Les paramètres fixes pour les essais électrochimiques sont représentés dans le tableau V.4.
Tableau.II.6. Les paramètres des essais électrochimiques.

Méthodes utilisées Paramètres fixes Valeurs


Polarisation pour Potentiel initial -100 mV
Tafel Potentiel final +100 mV
Vitesse de balayage du 1 mV/s
potentiel
Densité de l'acier 7.8 g/cm3

37
III.1. Introducton

Le pouvoir inhibiteur de la corrosion de l’acier ordinaire en milieu Na Cl 3.5 % sans et avec


addition des composés organiques azotés sera évalué en utilisant l’extrapolation des droites de
Tafel à partir du tracé des courbes intensité – potentiel afin de mise en évidence l’existence d’une
corrélation entre les paramètres électrochimiques de corrosion et la balance hydrophile-lipophile
(HLB).

Après préparation des solutions qui ont subi la caractérisation électrochimique par les résultats
obtenus expérimentalement, ainsi que leurs interprétations sont présentées dans ce paragraphe.

III.2. Les courbes de polarisation

Les courbes logs i =f (E) sont obtenus après un temps d'immersion égal à 60 min en absence
et en présence d’un composé organique aminé dans la solution agressive de 3.5% Na Cl à 25°C.
Avant chaque manipulation l'électrode de travail est polie avec un papier abrasif de différentes
granulométries.

38
Figure.III.1. Les courbes de polarisation des différents inhibiteurs

Seulement le domaine de linéarité des branches cathodique et anodique sera pris en


considération dans le tracé de la courbe de polarisation de Tafel. Les paramètres de corrosion sont
calculés par le logiciel NOVA AUTOLAB, en utilisant les droites de Tafel.

Ces paramètres ont été déterminés soit par intersection des tangentes aux courbes anodiques
et cathodique au niveau du potentiel de corrosion pour ( icorr),soit par prolongement du plateau
anodique au potentiel de corrosion pour (icorr inh ).La méthode des droites de Tafel permet de
déterminer le courant de corrosion ,la valeur de l’intensité du courant de corrosion (icorr)peut alors
être obtenue en extrapolant la droite de Tafel ,cathodique et /ou anodique ,jusqu’au potentiel de
corrosion (Ecorr).

39
Les valeurs de densité de courant de corrosion (icorr), le potentiel de corrosion (Ecorr), les pentes
de Tafel cathodique et anodique (ßc et ßa), l’efficacité d’inhibition ƞ (%), la résistance de
polarisation RP pour différentes concentrations des composés aminés en milieu Na Cl 3.5% à
25°C sont rassemblées dans le tableau ci-dessous.
Le pouvoir protecteur ƞ (%) de chaque inhibiteur peut être calculé à partir de la relation
suivante :
ƞ = (icorr –icorr inh)/(icorr)

Où icorr et icorr inh correspondent respectivement aux densités de courant enregistrés dans la
solution en l’absence et en présence de l’inhibiteur à différentes concentrations.
Tableau.III.1. Les différents paramètres éléctrochimiques.

Ecorr(mV) icorr ßa ßc RP (Ω) ƞ (%)


(µA/cm2) (mV/dec) (mV/dec)

Blanc -789.180 11.609 73.903 84.228 541.180 0.000

Méthylamine
0.1% -491.200 9.280 73.634 108.050 752.890 20.062

0.5% -519.920 6.472 62.405 96.534 934.370 44.250

1% -552.840 8.131 55.649 162.610 813.550 29.960

Ethylamine
0.1% -533.170 10.010 76.359 162.330 820.360 13.774

0.5% -528.060 8.997 70.315 144.790 839.360 11.115

1% -511.690 8.048 68.339 175.630 975.240 30.674

40
Ethylèndiamine
0.1% -545.150 7.012 59.390 101.430 852.340 39.599

0.5% -533.990 7.885 63.189 120.960 839.850 32.079

1% -530.230 10.151 94.983 210.580 1028.800 12.559

Diméthylamine 0.1% -459.290 6.430 98.103 156.440 1496.100 44.612

0.5% -472.560 6.945 110.810 168.340 1535.100 40.176

1% -495.256 6.768 115.235 189.326 1653.265 41.700

Triméthylamine 0.1% -585.000 11.246 85.509 81.788 594.680 3.127

0.5% -487.770 10.698 422.100 101.120 1025.000 7.847

1% -512.220 7.067 83.109 99.887 1027.100 39.125

Triéthanolamine 0.1% -573.530 11.688 77.265 82.335 561.760

0.5% -550.010 11.732 76.131 87.724 581.320

1% -521.362 11.843 72.879 93.658 597.589

Diéthanolamine
0.1% -497.070 11.891 87.253 114.090 663.380

0.5% -528.450 12.576 89.566 100.530 600.960

1% -493.550 12.787 96.250 167.810 763.010

41
L’analyse du tableau. III. 3 et des courbes de polarisation (figure. III. 4) précédemment
obtenues nous permet de constater que :

L’addition des composés organiques azotés (Méthylamine, Ethylamine, Diméthylamine,


Triméthylamine, Ethylènediamine) se traduit par la diminution de densités du courant
correspondant à la dissolution du métal décrite par la réaction :

Fe—>Fe ++ + 2 e-

L’ensemble de ces composés représente une série homologue des inhibiteurs organiques
aminés.

Allure des courbes Log i = f (E) en fonction de la concentration sont sensiblement identique
pour tous les inhibiteurs.

L’ajout d’inhibiteur à faible concentration, déplace le potentiel de corrosion Ecorr vers des
valeurs plus positives et diminue la vitesse de corrosion icorr.

On note également que ces composés affectent surtout l’allure des branches anodiques des
courbes de Tafel. Ce qui montre que les inhibiteurs étudiés sont des inhibiteurs anodiques qui
ralentissent la réaction de dissolution du fer dans l’acier ordinaire en bloquant les sites anodiques
active du métal.

Par contre les deux composés d’alcool aminé (Diethanolamine et Triethanolamine) favorisent
la cinétique de corrosion. Ce ne sont pas des inhibiteurs de corrosion.

III.3. Détermination de la concentration optimal de l’inhibiteur

En traçant l’efficacité inhibitrice en fonction des fractions massiques.

42
Figure.III.2. Les courbes de l’efficacité en fonction de la concentration pour chaque inhibiteur.

43
L’étude de l’effet de la concentration de ces inhibiteurs, montre que la valeur maximale
d’efficacité inhibitrice est obtenue pour une concentration optimum. Cette faible valeur est en
accord avec une meilleure inhibition.

En traçant les courbes de la variation de l’efficacité inhibitrice en fonction des fractions


massiques, on déduit la fraction massique correspondante à la concentration optimum pour chaque
inhibiteur. Les résultats sont regroupés dans le tableau ci-dessous :

Tableau.III.2. Les concentrations optimums des différents inhibiteurs.


INHIBITEUR Fraction massique optimum
Méthylamine 0.5 %
Ethylamine 1.0 %
Ethylèndiamine 0.1 %
Diméthylamine 0.1%
Triméthylamine 1.0%

III.4. Mise en evidence de la correlation entre HLB et les paramètres éléctrochimiques

Le nuage de points obtenus en traçant les paramètres électrochimiques en fonction de la


balance hydrophile-lipophile présente une dispersion aléatoire des variables x et y tel que x est la
HLB et y est l’un des paramètres électrochimiques. On veut déterminer par la suite si les variations
de chaque couple des variables sont liées entre elles ; c’est-à-dire s’il y a une corrélation entre
chaque deux variables.

En utilisant la régression polynomiale à l’aide de logiciel Origin 8.0, on trace les courbes qui
passent le plus raisonnablement par l’ensemble de données enregistrées (le nuage de point).

44
Figure.III.3. Les courbes des différents paramètres électrochimiques en fonction de HLB.

45
Sachant que tout courbe passe obligatoirement par N points est modélisée analytiquement par
un polynôme d’ordre N-1.

Dans notre cas, la régression des cinq données (x, y) de chaque diagramme de dispersion est
effectuée par un polynôme d’ordre quatre (N-1= 4).

Les corrélations entre chaque paramètre électrochimique et la balance hydrophile-lipophile


sont rassemblées dans le tableau ci-dessous.

Tableau.III.3. Les corrélations des paramètres électrochimiques en fonction de HLB.


paramètre La corrélation entre le paramètre électrochimique et HLB
électrochimiqu
e
L’efficacité Ƞ =-4558.73+2541.66(HLB)-507.09(HLB)2 +43.45(HLB)3 +1.36(HLB)4
inhibitrice
La densité du icorr =540.82-295.06(HLB)+58.87(HLB)2 -5.04(HLB)3 +0.16(HLB)4
courant
La résistance de RP = -157904.63+86537.26(HLB)-16972.50(HLB)2 +1429.04(HLB)3 -
polarisation 43.84(HLB)4
Coefficient de ßa = -8370.88+4611.60(HLB)-905.35(HLB)2 +76.18(HLB)3 -2.33(HLB)4
transfert
anodique
Coefficient de ßc =5735.14-3286.03(HLB)+689.81(HLB)2 -61.59(HLB)3 +1.98(HLB)4
transfert
cathodique

46
III.5. Calcul de HLB

Tableau.III.4. Les corrélations des paramètres électrochimiques en fonction de HLB.

Produits Application numérique HLB


methylamine 𝑀(𝑁𝐻2) 7.111
𝐻𝐿𝐵 = 20 ∗
𝑀(𝑐𝐻3𝑁𝐻2)
Ethylamine 𝑀(𝑁𝐻2) 7.111
𝐻𝐿𝐵 = 20 ∗
𝑀(𝑐2𝐻5𝑁𝐻2)
Ethylèndiamine 10.667
2 ∗ 𝑀(𝑁𝐻2)
𝐻𝐿𝐵 = 20 ∗
𝑀(𝑐2𝐻4(𝑁𝐻2)2)

Diméthylamine 𝑀(𝑁𝐻) 6.667


𝐻𝐿𝐵 = 20 ∗
𝑀(𝐶2𝐻6𝑁𝐻)

Triméthylamine 𝑀(𝑁) 4.746


𝐻𝐿𝐵 = 20 ∗
𝑀(𝑐3𝐻9𝑁)

47
CONCLUSION GENERALE
Plusieurs méthodes sont disponibles pour empêcher ou retarder la corrosion des matériaux
métalliques, l’utilisation des inhibiteurs est l’une des meilleures techniques qui assure leur
protection lorsqu’ils sont en contact avec des milieux très agressifs tel que le milieu de chlorure de
sodium Na Cl. Parmi les inhibiteurs les plus utilisés contre la corrosion de l’acier sont les
inhibiteurs organiques. Ces dernières sont généralement constituées de sous-produits de l’industrie
pétrolière. Ils comportent une partie non polaire, hydrophobe, constituée d’une ou plusieurs chaînes
hydrocarbonées et une partie polaire, hydrophile, constituée d’un ou plusieurs groupes fonctionnels:
amine (-NH2), hydroxyle (-OH), mercapto(-SH), phosphonate (-PO3H2), sulfonate (-SO3H),
carboxyle (-COOH) et leurs dérivés (les groupes fonctionnels usuels, permettant de se fixer sur la
surface du métal).

Ce rapport présente un petit aperçu sur le comportement des composés organiques aminés vis-
à-vis la corrosion de l’acier ordinaire dans le milieu agressif de Na Cl 3.5 %. La caractérisation
électrochimique sert à la détermination de l’ensemble des paramètres électrochimique en faisant
l’exploitation des droites de Tafel à partir des courbes de polarisation.

La corrélation entre ces valeurs électrochimiques et la balance hydrophile-lipophile est un


modèle prédictif élaboré par régression polynomiale à partir de l’ensemble des points des
diagrammes de dispersion obtenus.

Le modèle obtenu ne peut être utilisé qu’à l’intérieur du domaine d’étude ; c’est-à-dire

HLB ϵ [4.74 ; 10.66] ; toute extrapolation est très risquée car elle pourrait apporter des résultats bien
différents de ceux attendus.

Le teste de vérification de la fiabilité de modèle analytique correspondant à la corrélation entre


ces valeurs électrochimique et HLB n’est pas réalisé à cause de l’insuffisance des heures consacrés
pour le travail de mini projet et surtout à cause de la toxicité des produits organiques aminés et ses
néfastes sur la santé et l’environnement.

48