Vous êtes sur la page 1sur 47

« Elaboration de l’état de rapprochement et analyse des suspens bancaires dans une société d’Etat : cas de

l’ONEA »

INTRODUCTION GENERALE

L’eau c’est la vie. Si elle n’existe pas, il n’y a pas de vie possible. La maîtrise de ce
produit naturel vital est devenue un enjeu de taille dans le monde et particulièrement en
Afrique. En effet, nombreux sont les pays africains en occurrence le Burkina Faso dont
l’économie est basée en majeure partie sur l’agriculture et l’élevage à des fins d’alimentation
des populations et d’exportation.

Le Burkina Faso est un pays enclavé qui s’étend dans le sahel, une région du monde la
plus aride. Il fait partie des nations dont la ressource en eau est indispensable à son
épanouissement socio-économique. Cependant, la plupart des points d’eau tarissent
rapidement à cause de l’ensablement des barrages et de leur faible capacité de stockage posant
ainsi le problème d’accès à l’eau.

Compte tenu de l’accroissement des besoins multiples et surtout de la forte croissance


de la population mondiale, l’eau est plus que jamais devenue un problème majeur dans la
société. Certains pays satisfont leurs besoins au prix d’investissement financiers lourds.

Le pays des hommes intègres n’est pas resté en marge de cette question qui préoccupe
tant.

Pour répondre aux besoins de la population, le Burkina Faso a créé un office en charge
de capter, de traiter et de distribuer l’eau dans tout le pays dénommé ONEA. Ainsi, la maîtrise
et la gestion de l’eau doit se faire de manière efficace pour faire face non seulement aux
besoins de consommation de la population mais aussi aux activités développées à partir de ces
points d’eau. L’Office National de l’Eau et de l’Assainissement (ONEA) doit donc mettre en
place un bon mécanisme de gestion des eaux pluviales seule ressource de son
approvisionnement. L’importance d’une telle entreprise au regard de son caractère vital n’est
plus à démontrer.

Pour ce faire, elle doit se doter des moyens de gestion tant humains que logistiques
appropriés afin d’assurer une gestion efficace de ses investissements et surtout de ses recettes.

C’est dans ce contexte que nous nous sommes intéressés spécifiquement au


thème : « ELABORATION DE L’ETAT DE RAPPROCHEMENT ET ANALYSE DES
SUSPENS BANCAIRES DANS UNE SOCIETE D’ETAT : CAS DE L’ONEA »

1
YELEMOU SIMA DO HERBERT. CESAG PROFESSIONNAL, LPTCF3 A, PROMOTION 09
« Elaboration de l’état de rapprochement et analyse des suspens bancaires dans une société d’Etat : cas de
l’ONEA »

L’intérêt de cette étude est de cerner le processus d’élaboration de l’état de


rapprochement bancaire dans une société d’Etat.

Quels sont les enjeux de l’état de rapprochement bancaire pour une société d’Etat ? Pour
parvenir à cette finalité, nous avons adopté un plan de travail structuré comme suit : dans une
première partie, nous procéderons à la présentation des fondements théoriques et la démarche
de l’état de rapprochement et celle de l’entité qui nous a accueillis et dans une seconde partie,
la procédure d’élaboration de l’état de rapprochement et analyse des suspens bancaires ainsi
qu’une analyse critique et des recommandations.

2
YELEMOU SIMA DO HERBERT. CESAG PROFESSIONNAL, LPTCF3 A, PROMOTION 09
« Elaboration de l’état de rapprochement et analyse des suspens bancaires dans une société d’Etat : cas de
l’ONEA »

PREMIÈRE PARTIE : FONDEMENTS THÉORIQUES ET


DÉMARCHE DE L’ÉTAT DU RAPPROCHEMENT

3
YELEMOU SIMA DO HERBERT. CESAG PROFESSIONNAL, LPTCF3 A, PROMOTION 09
« Elaboration de l’état de rapprochement et analyse des suspens bancaires dans une société d’Etat : cas de
l’ONEA »

Chapitre 1: FONDEMENTS THEORIQUES ET DEMARCHES DU


RAPPROCEMENT.

Section 1 : Fondements théoriques.

Le compte banque tenu par l’entreprise et le compte de l’entreprise tenu par la banque
étant deux (02) comptes réciproques, leur solde devrait être à toute date identique et à position
opposées. Il arrive que le solde du compte banque (521.) tenu par l’entreprise peut ne pas
correspondre au solde du compte entreprise tenu par la banque car certaines opérations ont pu
été omises ou mal enregistrées par faute de document justificatif ou d’information.

Il est donc nécessaire au niveau de l’entreprise de présenter un état de rapprochement


sur lequel seront inscrites ces différences afin d’établir la concordance entre ces deux (02)
comptes.

1. DEFINIION ET IMPORTANCE DE L’ETAT DE


RAPPROCHEMENT BANCAIRES.

1.1. Définition.

L’état de rapprochement bancaire est indispensable pour le contrôle des mouvements de


la banque. Il va consister à une comparaison des comptes banques dans les livres de
l’entreprise et celui de l’entreprise dans les comptes de la banque. Ces deux comptes étant
réciproques, cela suppose qu’ils doivent être opposés et égaux.

Cependant, en raison du décalage entre enregistrement effectué par la banque et


l’entreprise, les soldes tenus par chacun d’eux sont souvent opposés ; d’où la nécessité de
vérifier leur concordance en présentant un état de conciliation.

1.2. Importance.

L’état de rapprochement est primordial pour l’entreprise car le plus souvent le relevé
bancaire reçu a généralement un solde différent de celui du compte banque. Cela est dû au
simple fait que le relevé bancaire mentionne généralement des mouvements que l’entreprise
ignore et vice versa. L’état de rapprochement bancaire a pour intérêt de :

 Vérifier la concordance des deux comptes (le relevé bancaire et le grand livre) ;
 Détecter les erreurs et de les corriger ;
 Présenter les états financiers (le compte de résultat, le TAFIRE, bilan, la balance) ;

4
YELEMOU SIMA DO HERBERT. CESAG PROFESSIONNAL, LPTCF3 A, PROMOTION 09
« Elaboration de l’état de rapprochement et analyse des suspens bancaires dans une société d’Etat : cas de
l’ONEA »

 Procéder à la régularisation des suspens.

L’état de rapprochement est donc l’un des outils de vérification de la comptabilité. La


réalisation régulière et rapide de l’état de rapprochement rend l’ensemble de la comptabilité
plus fiable. Il permet donc de justifier la « réalité » des enregistrements comptables passés.

2. PRINICIPE ET OBJECTIF DE L’ETAT DE


RAPPROCHEMENT BANCAIRE.

2.1. Principe.

L’ONEA tient un compte dans lequel il enregistre toutes ses opérations bancaires. De la
même manière, la banque tient un compte de l’office dans lequel elle enregistre toutes les
opérations effectuées par l’ONEA.

Le premier travail consiste à faire le pointage des opérations. Les éléments qui sont
inscrits au débit du compte banque doivent se trouver au crédit du relevé et vice versa. Les
montants non pointés seront alors reportés dans un tableau appelé état de rapprochement
bancaire.

Après avoir reporté les opérations sur l’état de rapprochement, il faut s’assurer que les soldes
du compte banque et du compte de l’entreprise sont identiques et à position opposés.

2.2. Objectifs.

Les principaux objectifs du rapprochement bancaire peuvent être :

 De s’assurer que le comptable n’a pas effectué un double enregistrement ;


 De s’assurer que les opérations sont bien passées dans les comptes concernés ;
 De s’assurer qu’il n’y a pas d’erreurs ou omissions de parts et d’autres ;
 De connaître le montant réellement disponible pour régler les dépenses à venir.

Section 2 : Démarche du rapprochement.

2.1. Enjeux du rapprochement bancaire.

L’état de rapprochement bancaire permet de détecter des erreurs lors des


enregistrements comme un oubli ou des erreurs commises.

5
YELEMOU SIMA DO HERBERT. CESAG PROFESSIONNAL, LPTCF3 A, PROMOTION 09
« Elaboration de l’état de rapprochement et analyse des suspens bancaires dans une société d’Etat : cas de
l’ONEA »

En supprimant les différences entre le relevé et la comptabilité pour s’approcher de la


réalité, on peut détecter entre autres :

 Des oublis d’enregistrements ;


 Des agios, des frais bancaires, que nous pouvons voir sur l’extrait de compte ;
 Des erreurs d’enregistrements comptables ;
 Des décalages de certaines opérations connues par l’établissement d’abord et que la
banque enregistre après ou inversement.

Cela consiste à identifier les écarts éventuels entre la banque et la comptabilité dans le
but de :

 Déceler d’éventuelles erreurs de la banque pour en demander la correction (frais


prélevés de trop par exemple) ;
 Déceler d’éventuelles erreurs de la comptabilité pour les rectifier (inversion d’un
chiffre, oubli d’une dépense, etc…) ;
 Connaître le montant disponible pour régler les dépenses à venir.

2.1. a. Utilité de l’établissement d’un rapprochement


bancaire.

Certaines entreprises se contentent d’enregistrer leurs dépenses et leurs recettes à partir


des relevés bancaires. Cette pratique est contestable. Tout d’abord elle est risquée dans la
mesure où elle ne prend pas en compte des sommes réellement disponibles. Tous les chèques
émis n’ont pas forcement été encaissés par leurs bénéficiaires à la date du relevé et le montant
figurant sur celui-ci est probablement surévalué. De plus, elle prive l’entreprise de tout moyen
de contrôle face à une éventuelle erreur de la banque.

L’état de rapprochement bancaire permet de :

 Visualiser les erreurs de comptabilisation (inversion de chiffres, écritures oubliées,


opérations comptabilisée deux fois, …)
 Visualiser les anomalies dues au banquier (lui aussi peut parfois faire des erreurs
d’enregistrements, …).

L’état de rapprochement est donc l’un des outils de vérification de la comptabilité (que
les erreurs soient dues à une mauvaise pré-comptabilisation ou à une erreur de saisie).

6
YELEMOU SIMA DO HERBERT. CESAG PROFESSIONNAL, LPTCF3 A, PROMOTION 09
« Elaboration de l’état de rapprochement et analyse des suspens bancaires dans une société d’Etat : cas de
l’ONEA »

La réalisation régulière et rapide de l’état de rapprochement rend l’ensemble de la


comptabilité plus fiable et « à jour ». Il permet donc de justifier la « réalité » des
enregistrements comptables passés.

2.1.b. Méthodologie de l’élaboration du


rapprochement bancaire.

L’élaboration d’un état de rapprochement se fait en plusieurs étapes :

 Etape 1 : On place côte à côte une édition du comte « banque » tenu par l’entreprise et
l’extrait de compte adressé par le banquier ;
 Etape 2 : On pointe les soldes de départ. En cas de différence, on recherche et on
pointe les sommes qui équilibrent les soldes de départ.

La différence de soldes de départ est due au fait que certaines sommes pointées ont été
enregistrées dans le compte « banque » tenu par l’entreprise au cours de la période précédente
alors qu’elles ont été enregistrées en début de période de rapprochement chez le banquier.

 Etape 3 : On pointe les sommes identiques en procédant par croisement :


 Compte « banque » tenu par l’entreprise ;
 Compte entreprise (chez le banquier).

Certains montants recherchés peuvent être éclatés. Par exemple une remise de
bordereaux comportant un montant de 700.000F CFA peut être enregistrée par le banquier
comme une remise de 400.000F CFA et de 300.000F CFA s’il y a respectivement 400.000F
CFA et 300.000F CFA de chèques.

Certaines sommes peuvent faire l’objet d’une inversion de chiffres. On peut porter la
somme de 14.600F CFA sur le compte « banque » et le banquier enregistre 16.400F CFA. Il
faut admettre que c’est le banquier qui a raison dans le cadre de cet énoncé. Il convient donc
de pointer ces sommes avec réserve (pour ne pas oublier la régularisation).

 Etape 4 : On construit le document « état de rapprochement » qui est le récapitulatif


des sommes non pointées et on rapproche les soldes de fin de période ;
 Etape 5 : On enregistre les régularisations nécessaires dans la comptabilité de
l’entreprise.

7
YELEMOU SIMA DO HERBERT. CESAG PROFESSIONNAL, LPTCF3 A, PROMOTION 09
« Elaboration de l’état de rapprochement et analyse des suspens bancaires dans une société d’Etat : cas de
l’ONEA »

2.2. Les documents nécessaires à la réalisation du


rapprochement bancaire.

Les documents nécessaires à l’élaboration d’un état de rapprochement sont :

 Un extrait de compte reçu de la banque (appelé le relevé bancaire) ;


 Le compte banque (extrait du grand livre comptable « banque » de l’entreprise) ;
 Le dernier état de rapprochement bancaire.

8
YELEMOU SIMA DO HERBERT. CESAG PROFESSIONNAL, LPTCF3 A, PROMOTION 09
« Elaboration de l’état de rapprochement et analyse des suspens bancaires dans une société d’Etat : cas de
l’ONEA »

Chapitre 2 : PRESENTATION GENERALE DE L’ONEA ET DE LA DIRECTION


FINANCIERE

Section 1 : Présentation de l’ONEA.

1. HISTORIQUE.

Les années 1951-1952 marquent le démarrage des travaux d’Approvisionnement en Eau


Potable (AEP) de Ouagadougou avec la construction d’une prise d’eau et d’une station
d’exhaure sur le barrage N°3, la pose d’une conduite de refoulement ; cette station comprenait
un décanteur accéléré et la première station de pompage d’eau traitée. Différents travaux
d’extension du réseau seront réalisés de 1952 à 1956.

En 1954 la Haute-Volta a vu naître l’énergie Afrique Occidentale Française (AOF),


première société d’énergie et d’eau. Avec l’indépendance politique du pays, la Société
Africaine d’Eau et d’Electricité (SAFELEC) fut créée en 1960 pour prendre la relève
d’énergie AOF. La Société Voltaïque d’Eau et Electricité (VOLTELEC) naît le 06 septembre
1968 pour toujours gérer l’eau et l’électricité.

Le 1er janvier 1970, les activités de l’eau et de l’électricité furent séparées avec la
création de la Société Nationale des Eaux (SNE), société d’économie mixte au capital de 15
millions de FCFA. La SNE, chargée de la production et de la distribution d’eau dans les
centres urbains et semi urbains du pays, avait son siège à Ouagadougou, Avenue de la gare
(actuelle agence centrale).

La politique de l’eau élaborée en 1976, transfère la gestion de l’eau dans le domaine


public.

En 1977, la gestion des systèmes collectifs d’AEP est nationalisée avec la création de
l’Office National de l’Eau (ONE) sous la forme juridique d’un établissement public à
caractère industriel et commercial (ordonnance N°77/006/PRES du 23/02/77). Cet office
reçoit le monopole de la gestion de toutes les entreprises et de toutes les opérations de
stockage, de traitement, de transport ainsi que de la distribution d’eau brute et d’eau potable.

Le décret du 26 avril portant statut de l’ONE indique également qu’il avait objet la
réalisation des programmes de traitements des eaux usées en vue de leur recyclage dans les
circuits de distribution. Pour cela ; le 10 octobre 1984, le ministère de l’eau est réorganisé et
les activités de l’ONE sont étendues à l’assainissement. Cela se justifiait par les problèmes de
9
YELEMOU SIMA DO HERBERT. CESAG PROFESSIONNAL, LPTCF3 A, PROMOTION 09
« Elaboration de l’état de rapprochement et analyse des suspens bancaires dans une société d’Etat : cas de
l’ONEA »

pollution, d’assainissements liés à l’accroissement de la consommation d’eau dans les villes et


au manque d’infrastructures adéquates.

C’est dans ces situations particulières que l’Office National de l’Eau et de


l’assainissement (ONEA) a ainsi été créé le 22 juillet 1985 (décret 85/387/CNR/PRES/EAU).
Son siège est situé à Ouagadougou secteur 17, Avenue de l’ONEA, rue 17505.01, BP 170
Ouagadougou 01, Tel : (00226) 50-43-19-00. Aujourd’hui, l’ONEA est place sous tutelle du
Ministère de l’Agriculture, de l’Hydraulique et des Ressource Halieutiques ; du Ministère du
Commerce de la promotion de l’Entreprise et de l’Artisanat et du Ministère de l’Economie et
des Finances.

2. LES OBJECTIFS ET DOMAINES D’ACTIVITES.

2.1. Objectifs.

Dans le souci de répondre aux besoins de la population, l’office se donne pour objectifs
l’approvisionnement de tout le pays en eau potable et l’assainissement des villes urbaines.

Afin que cette problématique soit résolue, chaque acteur doit lutter pour l’atteinte des points
essentiels suivants :

 Fournir aux clients des services répondants à leurs attentes ;


 Assurer l’équilibre financier et la rentabilité ;
 Renforcer l’image de l’ONEA ;
 Accroître l’accès en eau potable ;
 Développer et renforcer le partenariat avec les communes ;
 Faire bénéficier au personnel d’un environnement de travail satisfaisant ;
 Mobiliser le personnel pour l’atteinte des objectifs.

2.2. Les domaines d’activités.

Deux principales activités se trouvent dans le portefeuille de l’ONEA :

 La production, la distribution de l’eau potable et la commercialisation de l’eau brute ;


 L’assainissement des zones urbaines.

10
YELEMOU SIMA DO HERBERT. CESAG PROFESSIONNAL, LPTCF3 A, PROMOTION 09
« Elaboration de l’état de rapprochement et analyse des suspens bancaires dans une société d’Etat : cas de
l’ONEA »

3. Les Missions de l’ONEA.

Les missions sont les raisons d’être de l’ONEA. Elles définissent la nature de ses
activités, ses particularités par rapport à des organisations comparables ainsi que les clients
qu’il sert.

Elles se déclinent comme suit :

 La création et la protection des installations de captage, d’adduction, de traitement et


distribution d’eau potable pour les besoins des ménages et industriels ;
 La création, la promotion de la création et l’amélioration ainsi que la gestion des
installations d’assainissement collectif, individuel pour l’évacuation des eaux usées et
excréta.

3.1. La vision de l’ONEA.

L’ONEA ambitionne « être une entreprise de référence dans le secteur de


l’approvisionnement en eau potable et assainissement en Afrique, engagé dans l’innovation
au service du client ».

Pour relever le défi, l’office se procure cinq valeurs à promouvoir.

4. Organisation structurelle et Fonctionnelle de l’Office National


de l’Eau et de l’Assainissement

Le mode d’organisation et de fonctionnement des entreprises repose sur certaines


caractéristiques communes. Il est influencé par la stratégie, le métier, la taille la culture de
l’organisation, etc… . Le fonctionnement de l’ONEA repose sur les organes suivants :

4.1. Les instances représentatives.

Elles se prononcent sur les finalités et les choix stratégiques effectués par la direction de
l’office.

4.1.1. L’Assemblée Générale (A.G).

L’Assemblée Générale de l’ONEA est celle des sociétés d’Etats. C’est l’organe de
délibération et a pour attribution de :

 Approuver les rapports annuels d’Activités du conseil d’Administration (CA) ;


 Statuer sur les états financiers de l’ONEA ;
11
YELEMOU SIMA DO HERBERT. CESAG PROFESSIONNAL, LPTCF3 A, PROMOTION 09
« Elaboration de l’état de rapprochement et analyse des suspens bancaires dans une société d’Etat : cas de
l’ONEA »

 Nommer les commissaires aux comptes sur proposition du CA ;


 Définir les grandes orientations politiques de l’office.

4.1.2. Le Conseil d’administration (CA).

L’ONEA est administré par un conseil d’administration qui détient les pouvoirs pour
agir au nom de la société. Il assure la haute responsabilité é de l’administration de la société.
Il est obligatoirement saisi de toutes les questions d’importance pouvant influencer la marche
de la société. Le CA est composé de neuf (09) membres nommés par décret pris en conseil
des ministres.

4.2. Les instances de direction.

Toute organisation à un organe de direction.

4.2.1 La Direction Générale (DG).

La fonction de direction à une place très importante dans l’entreprise. L’ONEA, comme
toute autre entreprise est dirigée par une personne physique ayant reçue la qualité de
Directeur Générale.

Il est nommé par décret pris en conseil des ministres sur proposition du Ministre chargé
de la tutelle technique.

Le Directeur Général détient sur délégation du Conseil d’Administration et de


l’Assemblée Générale, les pouvoirs les plus étendus gérés par la société et l’engage dans les
actes de la vie civile, dans le respect des pouvoirs propres au Conseil d’Administration et de
l’Assemblée Générale des sociétés d’Etats. Il détient des pouvoirs qui se résument
essentiellement à prévoir, manager, coordonner, etc… .

4.2.2 La hiérarchie d’encadrement attaché.

La Direction Générale est assistée par certaines unités organisationnelles.

4.2.2.1. Le Secrétaire Général (SG).

Le Secrétaire Général est la deuxième personnalité de l’ONEA ; il a pour mission de :

 Assister le Directeur général dans les actes administratifs et de management ;


 Centraliser et de faire la synthèse des documents à soumettre au Conseil
d’Administration ;
12
YELEMOU SIMA DO HERBERT. CESAG PROFESSIONNAL, LPTCF3 A, PROMOTION 09
« Elaboration de l’état de rapprochement et analyse des suspens bancaires dans une société d’Etat : cas de
l’ONEA »

 Centraliser les documents demandés par la tutelle et les bailleurs de fonds ;


 Assurer la fonction de représentation du Directeur Général.

4.2.2.2. Les Conseillers Techniques (CT).

Les Conseillers techniques ont pour mission essentiellement de :

 Fournir au Directeur Général des avis techniques sur les études, propositions de plans,
schémas directeurs, projets d’investissements et dossiers divers ;
 Faire toute proposition au directeur général pour l’amélioration des performances des
processus, etc… .

4.2.2.3. L’Assistant(e) de Direction (AD).

L’Assistant (e) de direction a pour mission de :

 Organiser le travail quotidien du Directeur Général et de coordonner les activités du


secrétariat de direction ;
 Suivre l’exécution stratégique confiée aux services rattachés à la Direction Générale
ainsi qu’aux Directions Centrales et régionales et de rendre au Directeur Général ;
 Vérifier la dynamique de la circulation de l’information du sommet vers la base ;
 Organiser les réunions internes de la direction ainsi que les missions du DG ;
 Gérer le courrier électronique et les rendez-vous du Directeur Générale, etc… .

En fonction des directions, les départements, et les unités organisationnelles, l’ONEA se


définit un organigramme qui lui est mieux adapté en se fondant sur plusieurs critères.

Annexe1 (Organigramme de l’ONEA).

Annexe2 (Cartographie des régions et centres).

Section 2 : Présentation et fonctionnement de la Direction Financière.

Nous avons effectué notre stage en qualité d’assistant comptable au Service Finance
GRH de la Direction Régionale de Ouagadougou de l’ONEA dans la Direction Financière.
Elle a pour mission :

 D’élaborer la politique financière de l’entreprise ;

13
YELEMOU SIMA DO HERBERT. CESAG PROFESSIONNAL, LPTCF3 A, PROMOTION 09
« Elaboration de l’état de rapprochement et analyse des suspens bancaires dans une société d’Etat : cas de
l’ONEA »

 D’assurer la gestion financière de l’ONEA (compte prévisionnel, suivi budgétaire,


suivi des liquidités, la tenue de la comptabilité, etc…) ;
 De veiller au bon fonctionnement des processus placés sous sa responsabilité ;
 De préparer les dossiers d’appel d’offre se rapportant à l’exécution du budget de la
direction.

Pour bien fonctionner, la direction financière dispose :

 D’un secrétariat ;
 D’un service trésorerie ;
 D’un service comptabilité.

1. Le secrétariat de la Direction Financière.

Le secrétariat de la DF a pour tâche :

 D’organiser le travail quotidien du directeur et du secrétariat ;


 D’exécuter les tâches du secrétaire ;
 De rédiger les rapports et les comptes rendu de réunion.

2. Le service trésorerie.

Le service trésorerie est dirigé par un chef qui suit les directives du directeur financier.
Pour atteindre les objectifs du service, le chef de la trésorerie est aidé par plusieurs agents
comptables au nombre de six (06) qui ont chacun une tâche spécifique.

Ce service a pour activités :

 La tenue de brouillards de caisse et banque ;


 La tenue de journaux de banque dépenses ;
 Le suivi des emprunts ;
 Le suivi du niveau de liquidité et de l’assurance des paiements ;
 L’établissement des demandes de certificats d’exonération pour le projet réalisé sur le
financement extérieur ;
 L’enregistrement des contrats ;
 La préparation et le suivi des demandes d’établissement de chèque.

14
YELEMOU SIMA DO HERBERT. CESAG PROFESSIONNAL, LPTCF3 A, PROMOTION 09
« Elaboration de l’état de rapprochement et analyse des suspens bancaires dans une société d’Etat : cas de
l’ONEA »

3. Le service comptabilité.

Le service comptabilité est dirigé par un chef comptable qui est sous l’autorité de
directeur financier. Le chef comptable coordonne le travail de plusieurs agents comptables et
à chaque agent est confiée une tâche spécifique afin de permettre à la direction de déposer les
états financiers dans les délais. Le chef comptable est investi de plusieurs missions. Il s’agit
notamment de :

 Assurer la tenue de la comptabilité générale (veiller à l’amélioration des circuits et


systèmes comptables, veiller au traitement des opérations comptable, mettre en
application le système comptable, vérifier et visé les imputations comptables réalisées
par ses collaborateurs, vérifier les déclarations fiscales, fournir toutes les informations
nécessaires à l’audit des comptes ;
 Assurer l’élaboration des états financiers, participer à l’élaboration du rapport général
de présentation de la situation économique et financière de l’office ;
 Participer au pilotage du modèle financier (fournir les informations financières,
participer à la mise à jour du modèle financier, participé au calage du modèle
financier).

15
YELEMOU SIMA DO HERBERT. CESAG PROFESSIONNAL, LPTCF3 A, PROMOTION 09
« Elaboration de l’état de rapprochement et analyse des suspens bancaires dans une société d’Etat : cas de
l’ONEA »

DEUXIÈME PARTIE: DESCRIPTION DE L’ÉTAT

DE RAPPROCHEMENT ET DE LA MISSION REALISEE ;


ANALYSE CRITIQUE ET RECOMMANDATIONS

16
YELEMOU SIMA DO HERBERT. CESAG PROFESSIONNAL, LPTCF3 A, PROMOTION 09
« Elaboration de l’état de rapprochement et analyse des suspens bancaires dans une société d’Etat : cas de
l’ONEA »

Chapitre 3 : DESCRIPTION DE L’ETAT DE RAPPROCHEMENT ET DE LA


MISSION REALISEE

Section 1 : Description de l’élaboration de l’état de rapprochement


bancaire.

1. Généralités sur l’élaboration de l’état de rapprochement


bancaire.

Il est à rappeler que la réalisation de l’Etat de rapprochement bancaire nécessite la


présence des documents suivants : l’extrait du grand livre comptable banque et le relevé
bancaire de l’entreprise.

L’élaboration de l’état de rapprochement bancaire comporte plusieurs étapes à savoir :

1.1. Etape 1 : Le pointage.

Le pointage consiste à confronter les opérations enregistrées dans les deux (02) comptes
et à procéder à des marquages de signe pour les opérations identiques afin de retrouver les
opérations non constatées de part et d’autre.

En règle générale, les opérations inscrites au débit d’un compte sont à rechercher au crédit de
l’autre compte.

1.2. Etape 2 : Le montage.

Après le pointage des deux (02) comptes (le grand livre et le relevé bancaire), les
montants non pointés dans le grand livre au débit seront enregistrés dans le compte du relevé
bancaire du rapprochement au crédit et les montants du crédit au débit.

Aussi, les montants non pointés dans le relevé bancaire au débit seront enregistrés dans
le compte du relevé bancaire du rapprochement au crédit et les montants du crédit au débit.

Tableau 1 : (Tableau de rapprochement bancaire).

1.3. Etape 3 : Le calcul des soldes des deux comptes


réciproques.

Cette étape consiste à vérifier l’égalité des deux (02) soldes. C’est-à-dire, le solde
comptable et le soldes bancaire. Ces soldes doivent en effet être égaux et opposés.

17
YELEMOU SIMA DO HERBERT. CESAG PROFESSIONNAL, LPTCF3 A, PROMOTION 09
« Elaboration de l’état de rapprochement et analyse des suspens bancaires dans une société d’Etat : cas de
l’ONEA »

1.4. Etape 4 : Les écritures comptables.

Après le calcul des soldes réciproques, les opérations se trouvant dans le rapprochement
bancaire du compte tenu par l’entreprisse feront l’objet d’un enregistrement comptable.

Cet enregistrement s’effectuera en deux phases :

 Phase 1 : Suivant l’état de rapprochement débit du compte tenu par l’entreprise.


Cette phase consiste à débiter le compte banque (521) et à créditer tous les comptes se
trouvant au débit du rapprochement du compte banque tenu par l’entreprise (le compte
des tiers et produits).
 Phase 2 : Suivant l’état de rapprochement crédit du compte tenu par l’entreprise.
Cette phase consiste à créditer le compte banque (521) et à débiter tous les comptes se
trouvant au crédit du rapprochement du compte entreprise tenu par la banque (le
compte des tiers et charges).

Tableau 2 : (Les écritures comptables).

1.5. Cas pratique.

Au 31/12/N, on vous remet les comptes réciproques suivants de la société KALABOULE.

Le compte banque tenu par la société KALABOULE.

Dates Libellés Montants


Débit crédit
01/12/N À nouveau 703 000
03/12/N Paul, mon chèque N° 613 75 000
08/12/N André, son chèque 128 000
16/12/N Achat de 100 actions BB 240 000
18/12/N Trésor, mon chèque N° 616 121 000
24/12/N Marine, son versement 210 000
26/12/N Sidonie, son chèque 80 000
28/12/N Solde débiteur 685 000
Totaux 1 121 000 1 121 000
Source : KOUETE A. Nikoué en 2013.

Le relevé de l’entreprise tenu par la banque

18
YELEMOU SIMA DO HERBERT. CESAG PROFESSIONNAL, LPTCF3 A, PROMOTION 09
« Elaboration de l’état de rapprochement et analyse des suspens bancaires dans une société d’Etat : cas de
l’ONEA »

Dates Libellés Montants


Débit Crédit
01/12/N À nouveau 703 000
10/12/N Achat de titres 240 000
20/12/N Virement à son ordre (Marine) 210 000
22/12/N Son chèque N° 616 121 000
25/12/N Retour d’effets impayés 350 000
25/12/N Frais de retour d’effets impayés 1 400
27/12/N Revenu des titres de placement 15 200
31/12/N Solde en sa faveur 215 800
Totaux 928 200 928 200
Source : KOUETE A. Nikoué en 2013.

TAF : Sachant que les montants figurant sur le relevé bancaire sont exacts, on vous demande
de :

1) Présenter l’état de rapprochement bancaire.


2) Passer au journal les écritures de l’état de rapprochement.

1.6. Résolution.

1) Présentons l’état de rapprochement bancaire.

 Le pointage
P : Opérations pointées
NP : Opérations non pointées
Le compte banque tenu par la société KALABOULE.

19
YELEMOU SIMA DO HERBERT. CESAG PROFESSIONNAL, LPTCF3 A, PROMOTION 09
« Elaboration de l’état de rapprochement et analyse des suspens bancaires dans une société d’Etat : cas de
l’ONEA »

Dates Libellés Montants


Débit Crédit
01/12/N À nouveau 703 000 P
03/12/N Paul, mon chèque N° 613 75 000 NP
08/12/N André, son chèque 128 000 NP
16/12/N Achat de 100 actions BB 240 000 P
18/12/N Trésor, mon chèque N° 616 121 000 P
24/12/N Marine, son versement 210 000 P
26/12/N Sidonie, son chèque 80 000 NP
31/12/N Solde débiteur 685 000
31/12/N Total 1 121 000 1 121 000

Le relevé bancaire de l’entreprise tenu par la banque.


Dates Libellés Montants
Débit Crédit
01/12/N À nouveau 703 000 P
10/12/N Achat de titres 240 000 P
20/12/N Virement à son ordre (Marine) 210 000 P
22/12/N Son chèque N° 616 121 000 P
25/12/N Retour d’effets impayés 350 000 NP
25/12/N Frais de retour d’effets impayés 1 400 NP
27/12/N Revenu des titres de placement 15 200 NP
31/12/N Solde en sa faveur 215 800
31/12/N Total 928 200 928 200

 Le montage du rapprochement bancaire.

20
YELEMOU SIMA DO HERBERT. CESAG PROFESSIONNAL, LPTCF3 A, PROMOTION 09
« Elaboration de l’état de rapprochement et analyse des suspens bancaires dans une société d’Etat : cas de
l’ONEA »

Dates Libellés Compte banque Relevé bancaire


Débit Crédit Débit Crédit
Soldes à rectifier 685 000 215 800
03/12/N Paul, mon chèque N°613 75 000
08/12/N André son chèque 128 000
25/12/N Retour d’effets impayés 350 000
25/12/N Frais de retour d’effets impayés 1 400
26/12/N Sidonie, son chèque 80 000
27/12/N Revenu de titres de placement 15 200
Totaux partiel 700 200 351 400 75 000 423 800
Solde rectifié 348 800 348 800
Totaux 700 200 700 200 423 800 423 800

2) Passons au journal les écritures de l’état de rapprochement.

Débit Crédit 31/12/N Débit Crédit


521 Banque 15 200
774 Revenu des titres de placement 15200
(Suivant l’état de rapprochement bancaire
débit).

411 Client 350 000


6312 Frais sur effets impayés 1 400
521 Banque 351 400
(Suivant l’état de rapprochement bancaire
crédit).

2. Technique d’élaboration des états de rapprochements bancaire à


l’ONEA.

La réalisation de l’état de rapprochement bancaire ou la conciliation bancaire à l’office


nécessite trois (03) documents : l’extrait du grand livre, le relevé bancaire et le dernier état de
rapprochement.
21
YELEMOU SIMA DO HERBERT. CESAG PROFESSIONNAL, LPTCF3 A, PROMOTION 09
« Elaboration de l’état de rapprochement et analyse des suspens bancaires dans une société d’Etat : cas de
l’ONEA »

2.1. Le pointage.

Le pointage consiste à une vérification du montant des encaissements et des


décaissements bancaires. Le comptable doit comparer le montant des versements à celui des
relevés bancaires. Cette méthode va lui permettre de constater les versements non encore
pointés.

Le pointage comporte plusieurs étapes à savoir :

2.1.1. Etape 1 : Comparer l’état de rapprochement


bancaire de la période précédente (N-1) avec le relevé de la période (N).

Cette étape consiste à reprendre le rapprochement du mois précédent et à vérifier si les


montants figurant en correction du solde bancaire n’apparaissant pas sur le relevé bancaire de
la période.

2.1.2. Etape 2 : Comparer l’état de rapprochement


bancaire de la période précédente (N-1) avec l’extrait du
grand livre de la période (N).

Dans cette étape, il s’agit de reprendre le rapprochement du mois précédent et vérifier


les montants figurant en correction du solde comptable n’apparaissant pas sur l’extrait du
grand livre de la période.

2.1.3. Etape 3: Comparer les opérations


enregistrées dans les deux (02) comptes (extrait du grand
livre et le relevé bancaire).

Cette étape consiste à pointer les opérations identiques enregistrées dans les deux
comptes afin de retrouver les opérations non pointées de part et d’autre.

2.2. Le montage

Le montage comporte plusieurs sous points qui sont : les différentes annexes, le tableau
récapitulatif et l’état de rapprochement proprement dit.

2.2.1. Les différentes annexes.

Pour faciliter le travail de rapprochement bancaire, les opérations non pointées seront
classées dans les annexes de la manière suivante :

22
YELEMOU SIMA DO HERBERT. CESAG PROFESSIONNAL, LPTCF3 A, PROMOTION 09
« Elaboration de l’état de rapprochement et analyse des suspens bancaires dans une société d’Etat : cas de
l’ONEA »

 Annexe 1 : (Crédit du grand livre). Ce sont des chèques non encore débités par la
banque. Ces chèques sont émis par l’entreprise en faveur des tierces personnes
comptabilisés et qui ne sont pas encore présentés à la banque.

 Annexe 2 : (Crédit du grand livre). Ce sont les articles crédités dans les livres de
l’ONEA non encore débités par la banque. Il s’agit en générale des ordres de
virements bancaires, les effets de commerce, etc… .

 Annexe 3 : (Débit du grand livre). Ce sont les articles débités dans les livres de
l’ONEA non encore crédités par la banque. Il retrace les opérations débitées dans les
livres de l’ONEA et non encore débité par la banque.

 Annexe 4 : (Débit du relevé bancaire). Il s’agit des articles débités par la banque et
non encore comptabilisés par l’ONEA. Il regroupe l’ensemble des articles débités par
la banque et non encore comptabilisés dans les livres de l’ONEA.

 Annexe 5 : (Crédit du relevé bancaire). Il regroupe l’ensemble des articles crédités par
la banque et non encore débités dans les livres de l’ONEA.

Les annexes ont la même présentation avec indication de numéro de l’annexe.

Tableau 3 : (Présentation des différentes annexes).

2.2.2. Calcul du solde.

Sur le tableau récapitulatif, l’état des cinq (05) annexes énumérées ci-dessus est établi.

Autrement dit, le solde d’après le relevé est mentionné sur une ligne et les montants des
annexes sur les lignes suivantes. Le solde de l’extrait du grand livre de la période est
également mentionné. Le calcul est ainsi fait automatiquement. Le récapitulatif permet de
vérifier si le pointage est bon.

Tableau 4 : (Présentation du tableau récapitulatif).

2.2.3. L’état de rapprochement.

L’état de rapprochement, c’est l’ensemble des deux comptes jumelés (celui tenu par
l’entreprise et celui tenu par la banque). Le total de chaque annexe est reporté dans chaque
colonne bien déterminée et bien élaborée à cet effet. L’agent peut, en cas d’absence
d’information de certaines écritures passées par la banque, adresser une correspondance

23
YELEMOU SIMA DO HERBERT. CESAG PROFESSIONNAL, LPTCF3 A, PROMOTION 09
« Elaboration de l’état de rapprochement et analyse des suspens bancaires dans une société d’Etat : cas de
l’ONEA »

réclamant les copies des avis. En procédant ainsi, on suit la gestion des fonds de l’entreprise
dans la banque.

Tableau 5 : (Présentation de l’état de rapprochement).

2.2.4. Cas pratique.

Au 31/12/2014, on vous remet les comptes de l’Office National de l’Eau et de


l’Assainissement (ONEA) suivants :

Le compte banque tenu par l’office.

Dates Libellés Sommes


Débit Crédit
01/12 Solde à nouveau 124 000
08/12 Chèque remis à l’encaissement 95 000
10/12 Remise de chèque 620 000
13/12 Remise à l’escompte 100 000
15/12 Chèque N° 349 840 000
18/12 Domiciliation d’effet 110 000
18/12 Chèque sur place 430 000
19/12 Remise de chèque pour encaissement 131 000
20/12 Domiciliation d’effet 218 000
29/12 Chèque N° 351 paiement loyer 450 000
31/12 Solde de fin créditeur 118 000
Total 1 618 000 1 618 000

Le relevé bancaire de l’office tenu par la banque (ECOBANK-KOUPELA)

24
YELEMOU SIMA DO HERBERT. CESAG PROFESSIONNAL, LPTCF3 A, PROMOTION 09
« Elaboration de l’état de rapprochement et analyse des suspens bancaires dans une société d’Etat : cas de
l’ONEA »

Dates Libellés Sommes


Débit Crédit
01/12 Solde à nouveau 124 000
12/12 Intérêts reçus 10 000
18/12 Versement 430 000
22/12 Domiciliation d’effet 218 000
22/12 Encaissement de chèque 620 000
24/12 Chèque N° 349 840 000
25/12 Versement du client 20 000
27/12 Prélèvement ONEA 160 000
30/12 Coupons 23 000
31/12 Agio effet n° 115 13 000
31/12 Solde débiteur 4000
Total 1 231 000 1 231 000

TAF :

1) Présentez l’état de rapprochement bancaire.

2) Passer les écritures de rapprochement au journal de l’ONEA.

2.2.5. Résolution

 Le pointage

P : Opérations pointées.

NP : Opérations non pointées.

Le compte banque tenu par l’office.

25
YELEMOU SIMA DO HERBERT. CESAG PROFESSIONNAL, LPTCF3 A, PROMOTION 09
« Elaboration de l’état de rapprochement et analyse des suspens bancaires dans une société d’Etat : cas de
l’ONEA »

Dates Libellés Sommes


Débit Crédit
01/12 Solde à nouveau 124 000 P
08/12 Chèque remis à l’encaissement 95 000 NP
10/12 Remise de chèque 620 000 P
13/12 Remise à l’escompte 10 000 NP
15/12 Chèque N° 349 840 000 P
18/12 Domiciliation d’effet 110 000 NP
18/12 Chèque sur place 430 000 P
19/12 Remise de chèque pour encaissement 131 000 NP
20/12 Domiciliation d’effet 218 000 P
29/12 Chèque N° 351 paiement loyer 450 000 NP
31/12 Solde de fin créditeur 118 000
31/12 Total 1 618 000 1 618 000

Le relevé bancaire de l’office tenu par la banque (ECOBANK-KOUPELA).

Dates Libellés Sommes


Débit crédit
01/12 Solde à nouveau 124 000 P
12/12 Intérêts reçus 10 000 NP
18/12 Versement 430 000 P
22/12 Domiciliation d’effet 218 000 P
22/12 Encaissement de chèque 620 000 P
24/12 Chèque N° 349 840 000 P
25/12 Versement du client 20 000 NP
27/12 Prélèvement ONEA 160 000 NP
30/12 Coupons 23 000 NP
31/12 Agio effet N° 115 13 000 NP
31/12 Solde débiteur 4 000
Total 1 231 000 1 231 000

26
YELEMOU SIMA DO HERBERT. CESAG PROFESSIONNAL, LPTCF3 A, PROMOTION 09
« Elaboration de l’état de rapprochement et analyse des suspens bancaires dans une société d’Etat : cas de
l’ONEA »

 Le montage du rapprochement bancaire.

ONEA ANNEXE 1
01 BP 170 OUAGADOUGOU BANQUE : ECOBANK-KOUPELA
C/C : 0125242303-20
PLAN COMPTABLE 52140700
RAPPROCHEMENT AU 31/12/2014

Chèques non encore débités par la banque


Dates Désignations Montants
29/12/2014 Chèque N° 351 paiement 450 000
loyer
Total annexe 1 450 000

ONEA ANNEXE 2
01 BP 170 OUAGADOUGOU BANQUE : ECOBANK-KOUPELA
C/C : 0125242303-20
PLAN COMPTABLE 52140700
RAPPROCHEMENT AU 31/12/2014

Articles crédités dans nos livres


Dates Désignations Montants
18/12/2014 Domiciliation d’effet 110 000
Total annexe 2 110 000

27
YELEMOU SIMA DO HERBERT. CESAG PROFESSIONNAL, LPTCF3 A, PROMOTION 09
« Elaboration de l’état de rapprochement et analyse des suspens bancaires dans une société d’Etat : cas de
l’ONEA »

ONEA ANNEXE 3
01 BP 170 OUAGADOUGOU BANQUE : ECOBANK-KOUPELA
C/C : 0125242303-20
PLAN COMPTABLE 52140700
RAPPROCHEMENT AU 31/12/2014

Articles débités dans nos livres non encore


crédités par la banque
Dates Désignations Montants
08/12/2014 Chèque remis à 95 000
l’encaissement
13/12/2014 Remise à l’escompte 100 000
19/12/2014 Remise de chèque pour 131 000
encaissement
Total annexe 3 326 000

ONEA ANNEXE 4
01 BP 170 OUAGADOUGOU BANQUE : ECOBANK-
KOUPELA
C/C : 0125242303-20
PLAN COMPTABLE 52140700
RAPPROCHEMENT AU
31/12/2014
Articles débités par la banque non encore crédités
dans nos livres
Dates Désignations Montants
27/12/2014 Prélèvement ONEA 160 000
31/12/2014 Agio effet N°115 13 000
Total annexe 4 173 000

28
YELEMOU SIMA DO HERBERT. CESAG PROFESSIONNAL, LPTCF3 A, PROMOTION 09
« Elaboration de l’état de rapprochement et analyse des suspens bancaires dans une société d’Etat : cas de
l’ONEA »

ONEA ANNEXE 5
01 BP 170 OUAGADOUGOU BANQUE : ECOBANK-
KOUPELA
C/C : 0125242303-20
PLAN COMPTABLE 52140700
RAPPROCHEMENT AU
31/12/2014
Articles crédités par la banque non encore débités
dans nos livres
Dates Désignations Montants
12/12/2014 Intérêts reçus 10 000
25/12/2014 Versement du client 20 000
30/12/2014 Coupons 23 000
Total annexe 5 53 000

29
YELEMOU SIMA DO HERBERT. CESAG PROFESSIONNAL, LPTCF3 A, PROMOTION 09
« Elaboration de l’état de rapprochement et analyse des suspens bancaires dans une société d’Etat : cas de
l’ONEA »

ONEA BANQUE : ECOBANK-


01 BP 170 OUAGADOUGOU KOUPELA
C/C : 0125242303-20
PLAN COMPTABLE 52140700
RAPPROCHEMENT AU
31/12/2014
Solde d’après le relevé bancaire au -4 000
31/12/2014
MOINS
Chèques non encore débités par la banque 450 000
(Annexe 1)
Articles crédités dans nos livres non 110 000
encore débités par la banque (Annexe 2)
Articles crédités par la banque non encore 53 000
débités dans nos livres (Annexe 5)
PLUS
Articles débités dans nos livres non encore 326 000
crédités par la banque (Annexe 3)
Articles débités par la banque non encore 173 000
crédités dans nos livres (Annexe 4)
Solde au 31/12/2014 118 000

1) Rapprochement au 31/12/2014.

30
YELEMOU SIMA DO HERBERT. CESAG PROFESSIONNAL, LPTCF3 A, PROMOTION 09
« Elaboration de l’état de rapprochement et analyse des suspens bancaires dans une société d’Etat : cas de
l’ONEA »

ONEA C/C : 0125242303-20


01 BP 170 OUAGADOUGOU PLAN COMPTABLE :
52140700
RAPPROCHEMENT AU
31/12/2014
Débit Crédit Débit crédit
Solde du compte 118 000 4 000
au 31/12/2014
Annexe 1 450 000
Annexe 2 110 000
Annexe 3 326 000
Annexe 4 173 000
Annexe 5 53 000
Totaux avant solde 53 000 291 000 564 000 326 000
Solde bancaire 238 000 238 000
rapproché au
31/12/2014

2) Les écritures comptables.

Une fois l’état de rapprochement terminé, il convient d’enregistrer dans le journal de


l’entreprise toutes les opérations qu’elle n’avait pas enregistrées.

31
YELEMOU SIMA DO HERBERT. CESAG PROFESSIONNAL, LPTCF3 A, PROMOTION 09
« Elaboration de l’état de rapprochement et analyse des suspens bancaires dans une société d’Etat : cas de
l’ONEA »

Débit Crédit 31/12/2014 Débit Crédit


52140700 Ecobank-Koupela 53 000
77100000 Intérêts courus 10 000
41100000 Clients 20 000
77400000 Coupons 23 000
(Suivant l’état de rapprochement bancaire
débit)
63120000 Prélèvement ONEA 160 000
67500000 Agio 13 000
52140700 Ecobank-Koupela 173 000
(suivant l’état de rapprochement bancaire
crédit)

3. Analyse et apurement des suspens bancaires.

3.1. Analyse des suspens bancaires.

Les suspens bancaires sont généralement les ordres de virements reçus des clients, les
intérêts créditeurs (dépôts à termes), les domiciliations ou prélèvements, les frais bancaires
et/ou les agios, etc… .

3.1.1. Définition des suspens bancaires.

Les suspens bancaires sont des opérations qui n’ont pas trouvé de correspondance lors
de la vérification ou le pointage entre les deux (02) documents : C’est-à-dire le grand livre et
le relevé bancaire. Un nombre élevé de suspens peut causer de multiples conséquences sur la
société. Pour cela, le comptable doit absolument trouver l’origine de ces suspens pour pouvoir
les dénouer. En d’autres termes, les suspens sont dénoués en fonction de leur origine.

3.1.2. Causes des suspens bancaires.

Les suspens sont dénoués suivant leur provenance. De ce fait on distingue les suspens
d’origine interne et externe.

3.1.3. Les suspens d’origine interne.

Les suspens d’origines d’origine interne sont entre autres :

32
YELEMOU SIMA DO HERBERT. CESAG PROFESSIONNAL, LPTCF3 A, PROMOTION 09
« Elaboration de l’état de rapprochement et analyse des suspens bancaires dans une société d’Etat : cas de
l’ONEA »

 Les pièces non comptabilisés : ce sont des erreurs commises soit par la mauvaise
orientation des pièces par le service chargé de la distribution du courrier soit l’oubli ou
la perte des articles.

 Les erreurs de saisie sur le montant : ce sont des erreurs d’inattention commises par
le comptable sur le montant. Exemple : Le montant de 142045 comptabilisé de la
façon suivante 145042.

 Les erreurs de saisie sur le compte : ce sont des erreurs d’inattention commises par
le comptable sur le compte. Exemple : 1 000 000 saisi dans le compte (585) qui est un
compte de virement au lieu de le saisir dans le compte banque (521).

3.1.4. Les suspens d’origine externe.

Les partenaires de la société rencontrent presque les mêmes problèmes que l’ONEA.

 La non transmission des avis : nous pouvons avoir des agios, des frais bancaires que
l’entreprise découvre sur le relevé bancaire.

 Le retard de comptabilisation : c’est lorsque le banquier ne passe pas les écritures à


temps. Exemple : le 30 avril, remise de chèque à l’encaissement de 2 000 000 FCFA et
le banquier passe l’opération le 15 mai.

 Les erreurs sur les numéros de compte : ce sont des erreurs de compte effectuées
par le banquier. Exemple : les opérations de la SONABEL sur les comptes de la
société ONEA.

3.2. Apurement des suspens bancaires.

3.2.1. Recherche des pièces.

La recherche se fait principalement à deux niveaux qui sont :

 À l’ONEA : La pièce est cherchée dans chaque service ou elle a pu passer jusqu’aux
chronos des pièces comptabilisées. De ce fait, les recherches peuvent entrainer des
déplacements dans les agences de la société située dans les localités autres que celle de
Ouagadougou si l’origine émane de là.

33
YELEMOU SIMA DO HERBERT. CESAG PROFESSIONNAL, LPTCF3 A, PROMOTION 09
« Elaboration de l’état de rapprochement et analyse des suspens bancaires dans une société d’Etat : cas de
l’ONEA »

 En banque : Le déplacement en banque est effectué dans l’objectif de réclamer les


avis relatifs aux suspens qui n’ont pas été transmis à l’entreprise afin de vérifier son
exactitude et de procéder à des corrections.

3.2.2. Imputation.

Une fois la vérification effectuée, des erreurs seront détectées. Avant d’être enregistré
dans le logiciel comptable, elles font l’objet d’un traitement manuel ou sont mentionnés les
comptes à débiter et à créditer ainsi que les différents montants. Cette opération s’appelle
Imputation.

L’imputation est faite à l’aide d’un cachet d’imputation sur l’originale et sur la copie de
la pièce comptable et faisant ressortir les éléments suivants :

 La date de l’encaissement ;

 Le code du journal ;

 Le numéro de la facture ;

 Le code budgétaire ;

 Les numéros des comptes à débiter et à créditer ;

 Les montants respectifs à débiter et à créditer.

Le cachet d’imputation se présente comme suit :

IMPUTATION
Date : N° Pièce :
Code Journal : Code Budgétaire :
Facture : Échéance :
N° compte Montant
Débit Crédit Débit Crédit

Source : Manuel des procédures de l’ONEA adopté en 2003.

34
YELEMOU SIMA DO HERBERT. CESAG PROFESSIONNAL, LPTCF3 A, PROMOTION 09
« Elaboration de l’état de rapprochement et analyse des suspens bancaires dans une société d’Etat : cas de
l’ONEA »

3.2.3. La saisie comptable.

Cette saisie consiste à l’enregistrement de l’imputation comptable dans l’ordinateur et


se fait grâce au logiciel SAGE 1000. Ce logiciel permet de saisir toutes les informations
comptables et financières.

Section 2 : Description de la mission réalisée.

Durant notre stage effectué au service Finance/GRH de la Direction Régionale de


Ouagadougou, l’essentiel des travaux dont nous avons eu l’honneur d’effectuer sous la
tutelle d’un ou plusieurs collaborateurs de la Direction Financière en particulier à la
section « clients et analyses bancaires » s’est effectués au sein de la structure. Il est à noter
que pour la bonne marche de l’ensemble des tâches, nous avons eu à :

 Utiliser des stylos de couleur et des surligneurs pour le pointage ;

 Utiliser un ordinateur portable pour les mises en forme et la création de certains


fichiers Excel ;

 À rechercher et classer des chronos et cartons comportant les encaissements, les


relevés des différentes banques ;

 À monter un rapprochement bancaire ;

 Imputer des pièces comptables ;

 Pointer des mouvements en rapprochant un brouillard aux fiches d’imputation


(opération ayant pour but de contrôler si les montants ont été biens reporté lors de la
saisie dans le logiciel comptable et aussi de contrôler si toutes les opérations ont été
bien saisie).

35
YELEMOU SIMA DO HERBERT. CESAG PROFESSIONNAL, LPTCF3 A, PROMOTION 09
« Elaboration de l’état de rapprochement et analyse des suspens bancaires dans une société d’Etat : cas de
l’ONEA »

Chapitre 4 : ANALYSES CRITIQUES ET RECOMMANDATIONS.

Section 1 : Analyses critiques

1.1. Les critiques.

Notre passage à l’ONEA a été très bénéfique en ce sens que ce stage nous a permis de
rencontrer non seulement des agents, des chefs de section et de service afin d’avoir leurs
opinions sur l’organisation et le fonctionnement de leur structure. Cela nous a permis de
relever quelques critiques et suggestions.

1.1.1. Les forces.

L’ONEA, comme tout organisme est doté d’un mécanisme pour mener à bien ses
ambitions. Nous avons pu déceler des frais louables qui contribuent à la bonne marche des
missions qui lui sont assignées. Pour ce faire :

 Nous avons remarqué que le traitement comptables des opérations se fait au jour le
jour évitant une cumulation ou la perte des pièces ;

 Du point de vue relationnel, le personnel de l’ONEA reste solidaire et dévoué à leur


fonction, d’où une motivation supplémentaire ;

 Les différentes activités sont organisées de tel sorte que chaque agent de ladite
structure soit imprégné chaque jour des tâches quotidiennes et périodiques ;

 Notons qu’au sein de ces services, les tâches sont reparties dans le souci de situer les
responsabilités de chaque agent. La motivation du personnel est de ce fait l’une des
ambitions que s’est fixée la Direction Générale.

1.1.2. Les faiblesses.

Malgré les belles performances du service comptabilité, nous relevons néanmoins


quelques insuffisances :

 Les conditions d’archivage des pièces au service comptabilité est déplorable. Cela est
dû au mauvais reclassement des pièces dans les chronos après consultation ;

 Une insuffisance du personnel au regard des missions assignées au service


comptabilité et des tâches quotidiennes de chaque agent ;

36
YELEMOU SIMA DO HERBERT. CESAG PROFESSIONNAL, LPTCF3 A, PROMOTION 09
« Elaboration de l’état de rapprochement et analyse des suspens bancaires dans une société d’Etat : cas de
l’ONEA »

 Des difficultés de connexion au réseau internet et au logiciel SAGE 1000 entrainant


par moment un ralentissement du rythme des travaux. Ces difficultés entravent
l’activité comptable de l’office ;

 Un nombre limité des photocopieuses mises à la disposition de la Direction Financière


entraînant de fréquents déplacements, de longues attentes et une perturbation du
travail.

Section 2 : Les recommandations.

Toutes critiques fondées s’accompagnent nécessairement de recommandations. Ainsi,


ces dernières seront dressées comme suit :

 Nous proposons la mise à la disposition du personnel une bonne connexion au réseau


internet et au logiciel SAGE 1000 pour permettre l’efficacité et la rapidité au service ;

 Nous optons pour la création d’un service d’archivage des pièces au sein de la
Direction Financière afin de faciliter les recherches en cas de besoin et éviter les pertes
de pièces comptables ;

 Nous suggérons de renforcer le personnel du service comptabilité afin d’atteindre les


objectifs fixés par l’office ;

 Nous proposons à l’office la mise à la disposition d’une photocopieuse à toutes les


sections de la Direction Financière afin d’éviter de fréquents déplacements et de
longues attentes qui ralentissent le travail.

37
YELEMOU SIMA DO HERBERT. CESAG PROFESSIONNAL, LPTCF3 A, PROMOTION 09
« Elaboration de l’état de rapprochement et analyse des suspens bancaires dans une société d’Etat : cas de
l’ONEA »

CONCLUSION GENERALE.

Au terme de notre analyse, nous pouvons dire que notre stage de deux (02) mois à
l’office nous a permis de mettre en pratique la formation théorique que nous avons reçue
pendant notre parcours scolaire et universitaire, et en même temps de connaître la vie en
entreprise et ses difficultés. C’est cette confrontation de la théorie et de la pratique qui nous a
permis de rédiger le présent document.

Grâce à ce stage, nous avons découvert d’une part, le rôle que joue l’Office National de
l’Eau et de l’Assainissement dans le développement socio-économique du Burkina Faso ; et
d’autre part, l’importance que revêt le métier de comptable. Ainsi, la bonne gestion au sein de
l’entreprise se reflète dans la comptabilité.

Ce rapport de stage fait ressortir la procédure de l’élaboration de l’état de


rapprochement et l’analyse des suspens bancaires à l’office. À travers des exemples pratiques,
nous avons mis l’accent sur l’élaboration du rapprochement et l’analyse de la fiabilité des
procédures appliquées.

L’intérêt porté à cette étude revêt en notre sens, trois (03) centres d’une grande
importance chacune :

 Au plan personnel, il nous a permis de compléter notre formation théorique et


d’enrichir nos connaissance par la pratique en milieu professionnel ;

 Pour le CESAG, ce rapport pourrait être un guide pour les générations futures et
apporter un plus à sa bibliographie ;

 Pour l’ONEA, il se veut être un guide à l’amélioration de son système comptable.

En sommes, pour mieux appréhender le métier du comptable, il faut le pratiquer. Puisse,


ce rapport de stage, servir d’expérience à l’avenir pour les générations futures.

38
YELEMOU SIMA DO HERBERT. CESAG PROFESSIONNAL, LPTCF3 A, PROMOTION 09
« Elaboration de l’état de rapprochement et analyse des suspens bancaires dans une société d’Etat : cas de
l’ONEA »

Annexe 1 : Organigramme de l’ONEA adopté en 2013

39
YELEMOU SIMA DO HERBERT. CESAG PROFESSIONNAL, LPTCF3 A, PROMOTION 09
« Elaboration de l’état de rapprochement et analyse des suspens bancaires dans une société d’Etat : cas de
l’ONEA »

Annexe 2 : Cartographie de régions et centres ONEA

40
YELEMOU SIMA DO HERBERT. CESAG PROFESSIONNAL, LPTCF3 A, PROMOTION 09
« Elaboration de l’état de rapprochement et analyse des suspens bancaires dans une société d’Etat : cas de
l’ONEA »

Tableau 1 : Tableau de rapprochement bancaire.

Compte Banque tenu par Compte ENTREPRISE tenu


Libellé l’Entreprise par la Banque

Débit Crédit Débit Crédit


Solde à rectifier

Totaux partiels
Soldes rapprochés, rectifiés
ou réconciliés
Totaux
Source : KOUETE A. Nikoué en 2013.

Tableau 2 : Les écritures comptables

31/12/N
521 Banque A+B
7. Comptes de produits A
4. Comptes de tiers B
(Suivant l’état de rapprochement bancaire débit)

6. Comptes de charges
4. Comptes de tiers
521 Banque
(Suivant l’état de rapprochement bancaire crédit)
Source : KOUETE A. Nikoué en 2013.

Tableau 3 : Présentation des différentes annexes

41
YELEMOU SIMA DO HERBERT. CESAG PROFESSIONNAL, LPTCF3 A, PROMOTION 09
« Elaboration de l’état de rapprochement et analyse des suspens bancaires dans une société d’Etat : cas de
l’ONEA »

Dates Désignations Montant

Total
Source : KOUETE A. Nikoué en 2013

Tableau 4 : Présentation du tableau récapitulatif

Solde d’après relevé bancaire au…


MOINS
Annexe 1 : Chèques non encore débités par la banque
Annexe 2 : Articles crédités dans nos livres et non encore débités par la
banque
Annexe 5 : Articles crédités par la banque et non encore débités dans nos
livres
PLUS
Annexe 3 : Articles débités dans nos livres et non encore crédités par la
banque
Annexe 4 : Articles débites par la banque et non encore crédités dans nos
livres
Solde du compte dans nos livres
Total solde des mouvements patrimoniaux au…..
Source : Manuel de procédure de l’ONEA adopté en 2003.

Tableau 5 : Présentation de l’état de rapprochement

42
YELEMOU SIMA DO HERBERT. CESAG PROFESSIONNAL, LPTCF3 A, PROMOTION 09
« Elaboration de l’état de rapprochement et analyse des suspens bancaires dans une société d’Etat : cas de
l’ONEA »

Banque au niveau de Compte ONEA au niveau de


Désignations l’ONEA la Banque
Débit Crédit Débit Crédit
Solde du compte au .../../…
ANNEXE 1
ANNEXE 2
ANNEXE 3
ANNEXE 4
ANNEXE 5
Totaux avant solde bancaire
rapproché au .../../…
Totaux généraux
Source : Manuel de procédure de l’ONEA adopté en 2003.

43
YELEMOU SIMA DO HERBERT. CESAG PROFESSIONNAL, LPTCF3 A, PROMOTION 09
« Elaboration de l’état de rapprochement et analyse des suspens bancaires dans une société d’Etat : cas de
l’ONEA »

BIBLIOGRAPHIE.

 www.onea.bf.com : Généralité sur l’ONEA. (31 août 2016, 12h00) ;

 www.wikipédia.com : Etat de rapprochement bancaire dans une société. (22 août


2016, 10h29) ;

 www.digischool.fr : Exemple de rapport de stage sur l’état de rapprochement et


analyse des suspens bancaires. (15 septembre 2016, 20h35) ;

 Décision n°2010-000005/ONEA du 10 juin 2010 portant organisation et


fonctionnement de l’ONEA ;

 Décision n°2012-000007/ONEA/DG/PCA du 08 août 2012 portant création des


sections, cellules et équipes ;

 Manuel des procédures administratives, financière et comptable de l’ONEA ;

 Plan comptable de l’ONEA édition 2007.

44
YELEMOU SIMA DO HERBERT. CESAG PROFESSIONNAL, LPTCF3 A, PROMOTION 09
« Elaboration de l’état de rapprochement et analyse des suspens bancaires dans une société d’Etat : cas de
l’ONEA »

Table des matières


INTRODUCTION GENERALE ............................................................................................ 1
PREMIÈRE PARTIE : FONDEMENTS THÉORIQUES ET DÉMARCHE DE L’ÉTAT
DU RAPPROCHEMENT ........................................................................................................ 3
Chapitre 1 : FONDEMENTS THEORIQUES ET DEMARCHES DU
RAPPROCEMENT. ................................................................................................................. 4
Section 1 : Fondements théoriques. ............................................................................................ 4
1. DEFINIION ET IMPORTANCE DE L’ETAT DE RAPPROCHEMENT BANCAIRES. ... 4
1.1. Définition. ........................................................................................................................... 4
1.2. Importance. .......................................................................................................................... 4
2. PRINICIPE ET OBJECTIF DE L’ETAT DE RAPPROCHEMENT BANCAIRE. .............. 5
2.1. Principe................................................................................................................................ 5
2.2. Objectifs. ............................................................................................................................. 5
Section 2 : Démarche du rapprochement. .................................................................................. 5
2.1. Enjeux du rapprochement bancaire. .................................................................................... 5
2.1. a. Utilité de l’établissement d’un rapprochement bancaire. ................................................ 6
2.1.b. Méthodologie de l’élaboration du rapprochement bancaire. ............................................ 7
2.2. Les documents nécessaires à la réalisation du rapprochement bancaire. ............................ 8
Chapitre 2 : PRESENTATION GENERALE DE L’ONEA ET DE LA DIRECTION
FINANCIERE........................................................................................................................... 9
Section 1 : Présentation de l’ONEA. .......................................................................................... 9
1. HISTORIQUE. ..................................................................................................................... 9
2. LES OBJECTIFS ET DOMAINES D’ACTIVITES. .......................................................... 10
2.1. Objectifs. ........................................................................................................................... 10
2.2. Les domaines d’activités. .................................................................................................. 10
3. Les Missions de l’ONEA. .................................................................................................... 11
3.1. La vision de l’ONEA......................................................................................................... 11
4. Organisation structurelle et Fonctionnelle de l’Office National de l’Eau et de
l’Assainissement....................................................................................................................... 11
4.1. Les instances représentatives............................................................................................. 11
4.1.1. L’Assemblée Générale (A.G). ........................................................................................ 11
4.1.2. Le Conseil d’administration (CA). ................................................................................. 12
4.2. Les instances de direction. ................................................................................................ 12
4.2.1 La Direction Générale (DG). ........................................................................................... 12
45
YELEMOU SIMA DO HERBERT. CESAG PROFESSIONNAL, LPTCF3 A, PROMOTION 09
« Elaboration de l’état de rapprochement et analyse des suspens bancaires dans une société d’Etat : cas de
l’ONEA »

4.2.2 La hiérarchie d’encadrement attaché. .............................................................................. 12


4.2.2.1. Le Secrétaire Général (SG). ........................................................................................ 12
4.2.2.2. Les Conseillers Techniques (CT). ............................................................................... 13
4.2.2.3. L’Assistant(e) de Direction (AD). ............................................................................... 13
Section 2 : Présentation et fonctionnement de la Direction Financière. .................................. 13
1. Le secrétariat de la Direction Financière. ............................................................................. 14
2. Le service trésorerie. ............................................................................................................ 14
3. Le service comptabilité. ....................................................................................................... 15
DEUXIÈME PARTIE: DESCRIPTION DE L’ÉTAT DE RAPPROCHEMENT ET DE
LA MISSION REALISEE ; ANALYSE CRITIQUE ET RECOMMANDATIONS ....... 16
Chapitre 3 : DESCRIPTION DE L’ETAT DE RAPPROCHEMENT ET DE LA
MISSION REALISEE ........................................................................................................... 17
Section 1 : Description de l’élaboration de l’état de rapprochement bancaire. ........................ 17
1. Généralités sur l’élaboration de l’état de rapprochement bancaire. ..................................... 17
1.1. Etape 1 : Le pointage. ........................................................................................................ 17
1.2. Etape 2 : Le montage. ........................................................................................................ 17
1.3. Etape 3 : Le calcul des soldes des deux comptes réciproques. ......................................... 17
1.4. Etape 4 : Les écritures comptables. ................................................................................... 18
1.5. Cas pratique. ...................................................................................................................... 18
1.6. Résolution.......................................................................................................................... 19
2. Technique d’élaboration des états de rapprochements bancaire à l’ONEA. ........................ 21
2.1. Le pointage. ....................................................................................................................... 22
2.1.1. Etape 1 : Comparer l’état de rapprochement bancaire de la période précédente (N-1)
avec le relevé de la période (N). ............................................................................................... 22
2.1.2. Etape 2 : Comparer l’état de rapprochement bancaire de la période précédente (N-1)
avec l’extrait du grand livre de la période (N). ........................................................................ 22
2.1.3. Etape 3 : Comparer les opérations enregistrées dans les deux (02) comptes (extrait du
grand livre et le relevé bancaire). ............................................................................................. 22
2.2. Le montage ........................................................................................................................ 22
2.2.1. Les différentes annexes. ................................................................................................. 22
2.2.2. Calcul du solde. .............................................................................................................. 23
2.2.3. L’état de rapprochement................................................................................................. 23
2.2.4. Cas pratique. ................................................................................................................... 24
2.2.5. Résolution....................................................................................................................... 25
46
YELEMOU SIMA DO HERBERT. CESAG PROFESSIONNAL, LPTCF3 A, PROMOTION 09
« Elaboration de l’état de rapprochement et analyse des suspens bancaires dans une société d’Etat : cas de
l’ONEA »

3. Analyse et apurement des suspens bancaires. ...................................................................... 32


3.1. Analyse des suspens bancaires. ......................................................................................... 32
3.1.1. Définition des suspens bancaires. ................................................................................... 32
3.1.2. Causes des suspens bancaires. ........................................................................................ 32
3.1.3. Les suspens d’origine interne. ........................................................................................ 32
3.1.4. Les suspens d’origine externe. ....................................................................................... 33
3.2. Apurement des suspens bancaires. .................................................................................... 33
3.2.1. Recherche des pièces. ..................................................................................................... 33
3.2.2. Imputation. ..................................................................................................................... 34
3.2.3. La saisie comptable. ....................................................................................................... 35
Section 2 : Description de la mission réalisée. ......................................................................... 35
Chapitre 4 : ANALYSES CRITIQUES ET RECOMMANDATIONS. ............................ 36
Section 1 : Analyses critiques .................................................................................................. 36
1.1. Les critiques. ..................................................................................................................... 36
1.1.1. Les forces. ...................................................................................................................... 36
1.1.2. Les faiblesses. ................................................................................................................. 36
Section 2 : Les recommandations............................................................................................. 37
CONCLUSION GENERALE. .............................................................................................. 38
Annexe 1 : Organigramme de l’ONEA adopté en 2013 ....................................................... 39
Annexe 2 : Cartographie de régions et centres ONEA ......................................................... 40
Tableau 1 : Tableau de rapprochement bancaire. ................................................................. 41
Tableau 2 : Les écritures comptables ................................................................................... 41
Tableau 3 : Présentation des différentes annexes ................................................................ 41
Tableau 4 : Présentation du tableau récapitulatif .................................................................. 42
Tableau 5 : Présentation de l’état de rapprochement ............................................................ 42
BIBLIOGRAPHIE. ................................................................................................................ 44

47
YELEMOU SIMA DO HERBERT. CESAG PROFESSIONNAL, LPTCF3 A, PROMOTION 09