Vous êtes sur la page 1sur 123

SEMESTRE 3

2006-2007

MODULE F312 :

ELASTICITE LINEAIRE

PROBLÈMES et CORRIGES
Bienvenue à vous

au laboratoire de :

Dimensionnement Des Structures

du Département :

Génie Mécanique et Productique

Ce livre électronique est destiné à compléter le cours enseigné durant la deuxième


année du module F312, et relatif au Troisième Semestre.

Il reprend le plan suivi en amphithéâtre avec d’avantages de détails, d'illustrations


ainsi que des corrigés des Problèmes du fascicule Travaux Dirigés qui, nous l’espérons,
vous permettront de mieux comprendre cette matière qui n’est pas si terrible qu’elle
peut laisser paraître.

A présent, choisissez sur votre gauche dans l’onglet signet un chapitre du programme
que vous désirez voir ou revoir .

BON TRAVAIL-BON COURAGE

G.LHERMET-G.VESSIERE
TD-2A-S3-F312

F312

CONTRAINTES et CRITERES

DEFORMATIONS

LOIS DE COMPORTEMENT

PROBLEMES DE SYNTHESE

CONTACT DE HERTZ

IUTB-LYON1-GMP-DDS Page 2
TD-2A-S3-F312

1. CONTRAINTES ET CRITERES

PROBLÈME N°1
En un point P, situé sur la surface extérieure d’un cylindre soumis à un moment de
torsion C, l'état de contraintes est défini par la matrice plane suivante, où τ est la
contrainte de torsion :

z ⎡0 τ 0⎤
⎢ ⎥
[σ ]xyz = ⎢τ 0 0⎥
⎢⎣ 0 0 0 ⎥⎦
P
G τ
C
x y

1°) Représenter l'état de contraintes sur les faces d'un cube infiniment petit isolé en P
dans les axes xyz.
2°) Déterminer les éléments principaux des contraintes.
3°) Tracer le tri-cercle de MOHR. En déduire les cisaillements principaux en module.

RÈPONSES N°1

C x

y
G
P y
τ
τ P
τ
z
z
τ

IUTB-LYON1-GMP-DDS Page 3
TD-2A-S3-F312

x x
Composante suivant y du
vecteur contrainte Φx X

σyx=τ
Facette x
τ τ
45°
y τ
P y
τ P

τ
τ τ
Y

La facette z est principale, et la contrainte principale associée est nulle. (Bord libre)
C’est donc un état de contraintes planes en un point situé à la surface d’une poutre.
Les éléments principaux des contraintes nous sont donnés par :
σ 1
σY = m σ 2 + 4τ 2 avec la contrainte normale σ=0 d’où : σ X = τ σ Y = −τ
X
2 2
Les axes principaux sont positionnés par tan ϕ =
σ X −σ
τ
r r
(
avec ϕˆ = x , X =45° )
⎡σ xx σ xy σ xz ⎤ ⎡0 τ 0 ⎤ ⎡τ 0 0⎤
⎢ ⎥ ⎢ ⎥
[σ ] P
xyz = ⎢σ yx σ yy σ yz ⎥ [σ ] P
xyz = ⎢τ 0 0⎥ [σ ]XYZ = ⎢⎢0 − τ
P
0⎥⎥
⎢σ zx σ zy σ zz ⎥ ⎢⎣0 0 0⎥⎦ ⎢⎣0 0 0⎥⎦
⎣ ⎦

σth t
τ
τ X = τY = τZ =τ τ
2

τ/2 τZ τ/2

τX τY h
P IZ
mY(-τ) IX mZ(0) IY mX(τ) σhh

CX CY

CZ

IUTB-LYON1-GMP-DDS Page 4
TD-2A-S3-F312

PROBLÈME N°2

Considérons l'état plan de contraintes


y
au point P représenté sur la figure ci-
28 contre. Les contraintes sont en MPa.
36 1°) Ecrire la matrice des contraintes
h en P dans le repère (xyz).
36 2°) Déterminer les éléments
30°
7 principaux des contraintes.
7 x
P 3°) On se place dans le plan des
36 contraintes (plan xy).
a) Calculer les composantes du
36 vecteur contrainte, ainsi que les
28 contraintes normale et tangentielle
s'exerçant sur un plan de coupe dont
la normale fait un angle de 30° par rapport à l’axe x.
b) Déterminer les normales aux plans de coupe sur lesquels s’exercent les contraintes
de cisaillement maximum. En déduire la valeur de ce cisaillement et la valeur de la
contrainte normale correspondante.
4°) Reprendre le problème avec le cercle de MOHR.

RÈPONSES N°2

28
36
⎡σ xx σ xy σ xz ⎤
⎢ ⎥ ⎡ 7 36 0⎤ 36
[σ ]Pxyz = ⎢σ yx σ yy σ yz ⎥ [σ ] P
xyz = ⎢⎢36 28 0⎥⎥ MPa
7
⎢σ zx σ zy σ zz ⎥⎦ ⎢⎣ 0 0 0⎥⎦ P x
⎣ 7

36

36

28

Etat plan de contraintes : la facette z est donc principale et σZ=0. Les 2 autres valeurs
σ xx + σ yy
propres sont données par : σ YX = m
1
(σ xx − σ yy ) + 4σ xy2
2
σX=55MPa σY=-20MPa
2 2
La direction propre X est calculée par tan ϕ =
σ X − σ xx
σ xy
r r
avec ϕˆ = x , X ( )

IUTB-LYON1-GMP-DDS Page 5
TD-2A-S3-F312

55
Y
tan ϕ =
55 − 7
36
r r
d’où ϕˆ = 53°13 = x , X ( )
20
53°13
⎡55 0 0⎤
x
⎢ P
[σ ]PXYZ = ⎢ 0 − 20 0⎥⎥ MPa
⎢⎣ 0 0 0⎥⎦
20

55
⎡ 7 36 0⎤ ⎡cos 30⎤
En utilisant la relation de CAUCHY : [Φ h ] = [σ ][h] [Φ h ]/ xyz = ⎢⎢36 28 0⎥⎥ ⎢⎢ sin 30 ⎥⎥
⎢⎣ 0 0 0⎥⎦ ⎢⎣ 0 ⎥⎦
⎡ 7 cos 30 + 36 sin 30 ⎤ y

[Φ h ]/ xyz = ⎢⎢36 cos 30 + 28 sin 30⎥⎥


t
⎢⎣ 0 ⎥⎦ 28
σtt σ 36
ht Φyh Φh h
⎡Φ xh ⎤ ⎡ 24.062⎤
σth
[Φ h ]/ xyz = ⎢⎢Φ yh ⎥⎥ = ⎢⎢45.177 ⎥⎥ MPa σhh
⎢⎣ Φ zh ⎥⎦ ⎢⎣ 0 ⎥⎦ Φxh
36
r r 30°
Φ h = 24,062 x + 45,177 y
P x
7

⎡ 7 36 ⎤ ⎡cos 30⎤
⎢ ⎥⎢
Compte tenu des relations : σ hh = [h ][σ ][h ] = [cos 30 sin 30 0] 36 28 0 sin 30
t ⎥
⎢ ⎥⎢ ⎥
⎢⎣ 0 0 0⎥⎦ ⎢⎣ 0 ⎥⎦

⎡ 7 36 ⎤ ⎡− sin 30⎤
et σ th = [t ][σ ][h] = [− sin 30 cos 30 0]⎢⎢36 28 0⎥⎥ ⎢⎢ cos 30 ⎥⎥
t

⎢⎣ 0 0 0⎥⎦ ⎢⎣ 0 ⎥⎦

d’où : σ hh = 7 cos 2 30 + 28 sin 2 30 + 2.36 sin 30 cos 30 σhh=43,42MPa

σ th = −(7 − 28)sin 30 cos 30 + 36(cos 2 30 − sin 2 30) σth=27,09MPa

IUTB-LYON1-GMP-DDS Page 6
TD-2A-S3-F312

Compte tenu de l’état plan de contraintes, il est possible d’utiliser les relations :
y
σ xx + σ yy σ xx − σ yy
σ hh = + cos 2θ + σ xy sin 2θ
2 2 t
σ − σ yy
σ th = − xx sin 2θ + σ xy cos 2θ 27,09
2 8,42 h
27,09
qui mènent au même résultat.
43,42 30°

P x

⎡ 43,42 27,09 0⎤
43,42
[σ ] = ⎢⎢27,09 − 8,42 0⎥⎥ MPa
P
htz
27,09 8,42
⎢⎣ 0 0 0⎥⎦ 27,09

σtt=peut etre calculé avec la relation donnant σhh avec l’angle θ+90°, ou à l’aide du
premier invariant linéaire de la matrice σ : I1σ = tr [σ ] σtt=-8,42MPa

Les facettes sur lesquelles s’exercent les cisaillements maximums sont les plans
bissecteurs des dièdres principaux. La valeur de ces cisaillements principaux est égale, en
module, à la demie différence des contraintes principales dans chacun des plans principaux.
La valeur de la contrainte normale associée à cette facette est la demie somme.

ψˆ = ±45° β y

55 + 20 17,5 37,5
τ max = = 37.5MPa
2 37,5
α
55 − 20
σ αα = = 17.5MPa 17,5
2 x
17,5 P

⎡ 17,5 − 37,5 0⎤
[σ ]αβz = ⎢⎢− 37,5 17,5 0⎥⎥ MPa 37,5
P

⎢⎣ 0 0 0⎥⎦
17,5

IUTB-LYON1-GMP-DDS Page 7
TD-2A-S3-F312

Résumé des différents résultats obtenus.

y X
β
t 55
17,5 28
37,5 36
8,42 h
27,09
Y 27,09
43,42

20 53°13
37,5 α
45° 17,5
30° 36
P x
7

Reprendre le problème avec le cercle de MOHR :

C’est une représentation plane du faisceau des contraintes. Sa construction nécessite la


connaissance de 2 vecteurs contraintes s’exercant sur 2 facettes orthogonales.

Dans notre cas les données du problème sont:

⎡ 7 36 0⎤
[σ ] = ⎢⎢36 28 0⎥⎥ MPa
P
xyz

⎢⎣ 0 0 0⎥⎦

Les facettes x et y sont orthogonales, et nous devons tout retrouver à l’aide du cercle à
partir de la connaissance des trois valeurs :

σxx= 7 MPa σyy= 28 MPa σxy= 36 MPa

IUTB-LYON1-GMP-DDS Page 8
TD-2A-S3-F312

⎡7⎤ ⎡36 ⎤
[Φ x ]/ xyz [ ]
= ⎢⎢36⎥⎥ MPa Φ y / xyz
= ⎢⎢28⎥⎥ MPa
⎢⎣ 0 ⎥⎦ ⎢⎣ 0 ⎥⎦
1) Tracer les axes σhh et σth et adopter une échelle 1cm=10MPa
2) Positionner les points mx (7,36) et my (28,-36).
3) Tracer le diamètre mxmy du cercle. Son intersection avec l’axe des abscisses donne le
centre du cercle IZ.
4) Tracer le cercle CZ de centre IZ et de rayon IZmx.
5) Les intersections du cercle CZ avec l’axe des abscisses donnent les points mX et mY qui
« matérialisent » les facettes principales du plan des contraintes. OmX = 55 = σ X
OmY = −20 = σ Y 2ψ = −106°26
6) Toutes les autres réponses sont obtenues en positionnant les points sur le cercle qui
« matérialisent » les facettes associées et en mesurant les valeurs correspondantes,
compte tenu de l’échelle.

σth mx(7,36) mα (17.5,+37.5)


36
Φβ
mh(43.42,27.09)

Φx
60° Φh

τZ
106°26

σhh
O 28
mY(-20) mZ(0) 7 IZ mX(55)

90°

Φy

mt(-8.42,27.09)
CZ
-36 1 cm
my(28,-36)
mβ (17.5,-37.5) 5 MPa

IUTB-LYON1-GMP-DDS Page 9
TD-2A-S3-F312

PROBLÈME N°3

Soit un arbre à section circulaire de


z diamètre 42mm. La section la plus sollicitée
est soumise à un moment de flexion M de 800
Nm et un moment de torsion C de 600 Nm.
P 1°) Calculer la matrice des contraintes au
point le plus sollicité (σ > 0) dans le repère
G τ
xyz.
C σ
2°) Déterminer les éléments principaux des
x y contraintes.

M 3°) Calculer le cisaillement maximum en


module.
4°) Reprendre le problème avec le cercle de
MOHR.

RÈPONSES N°3

M=800Nm C=600Nm
Isolons le point P de la section G soumise
y à de la flexion-torsion, dans des axes xyz
G
P parallèles aux axes G,xyz de la théorie
des poutres.

z La facette z est perpendiculaire au bord libre xy.

D=42mm

IUTB-LYON1-GMP-DDS Page 10
TD-2A-S3-F312

Compte tenu du module F213 :

+ M Y P 800 .10 3 × 64 × 42
Cours sur la flexion : σ xxP = Z = = 109,98 MPa
IY 2 × π × 42 4
C 600.103 × 32 × 42
Cours sur la torsion : τ P max i = R= = 41,24 MPa
IG 2 × π × 42 4
x

La matrice des contraintes au point P est donc : 109,98


41,24

⎡109,98 41,24 0⎤
[σ ] = ⎢⎢ 41,24 0⎥⎥ MPa
P
xyz 0
⎢⎣ 0 0 0⎥⎦ y
41,24 41,24
P

41,24
Eléments Principaux des contraintes :
109,98
La direction z est principale et σZ=0.

Etat plan de contraintes : Les 2 autres valeurs propres sont données par :

σ xx + σ yy
σY = m
1
(σ xx − σ yy ) + 4σ xy2
2
X
2 2

σX=123,74MPa σY=-13,74MPa
X x
La direction propre X est calculée par
123,74
(r )
r
ϕˆ = x , X
σ − σ xx
tan ϕ = X 18°44
(r )
σ xy r 13,74
ϕˆ = 18°44 = x , X
y
P
⎡123,74 0 0⎤
[σ ]PXYZ ⎢
=⎢ 0 − 13,74 0⎥⎥ MPa Y 13,74

⎢⎣ 0 0 0⎥⎦
123,74

IUTB-LYON1-GMP-DDS Page 11
TD-2A-S3-F312

σ X −σY 123,74 + 13,74


Le cisaillement maximum en module : σ thmax i = τ Z = = = 68,74MPa
2 2

Cercle de MOHR :

La construction, et la méthodologie est identique au problème précédent.

σth mβ(55,68.74)

mx(109.98,41.24)
41.24

τZ

36°88

O mZ(0) 109.98 σhh

mY(-13.74) IZ mX(123.74)

90°

my(0,-41.24)
CZ

mα(55,-68.74)

IUTB-LYON1-GMP-DDS Page 12
TD-2A-S3-F312

PROBLÈME N°4

y
50
100
Considérons l'état plan de contraintes au
100 point P représenté sur la figure ci-contre.
50 50 x Les contraintes sont en MPa.
P 1°) Ecrire la matrice des contraintes en P
100 dans le repère xyz.
100 2°) Déterminer les éléments principaux des
50 contraintes. Représenter les éléments
principaux des contraintes dans le plan xy
3°) Tracer le tri-cercle de MOHR. En déduire la valeur du cisaillement maximum. Dans
quel plan se trouvent les normales relatives aux plans de coupe soumis au cisaillement
maximum ?

y
RÈPONSES N°4
50
Matrice des contraintes en P dans le repère xyz :
100

⎡− 50 100 0⎤ 100
[σ ] = ⎢⎢ 100 − 50 0⎥⎥ MPa
P
xyz 50
P x
⎢⎣ 0 0 0⎥⎦ 50

100

100

50
y Eléments principaux des contraintes :
Y
X
σX=50MPa σY=-150MPa σZ=0
150

(r )
r
50 ϕˆ = 45° = x , X

45°
x ⎡50 0 0⎤
P [σ ] = ⎢ 0 − 150 0⎥⎥ MPa

P
XYZ

⎢⎣ 0 0 0⎥⎦
150
50

IUTB-LYON1-GMP-DDS Page 13
TD-2A-S3-F312

Tricercle de MHOR :

Les trois cercles CX, CY, et CZ sont construits à partir des 3 valeurs propres de la matrice des
contraintes. σX=50MPa σY=-150MPa σZ=0
Positionner les points mX(50), mY(-150), et mZ(0), et tracer les 3 cercles.

σth

mx(-50,100)

τZ

τX
90°

O τY σhh

mY(-150) IX IZ mZ(0) mX(50)


IY

90°

CZ

my(-50,-100)

La valeur du cisaillement maximum est donnée par le rayon du plus grand des 3 cercles :

50 + 150
τ max = τ Z = = 100MPa
2

Les normales relatives aux plans de coupe soumis au cisaillement maximum sont les bissectrices du plan
principal XY. ψˆ = ±45° .Ce sont donc les facettes x et y.

IUTB-LYON1-GMP-DDS Page 14
TD-2A-S3-F312

PROBLÈME N°5

Considérons les trois états plans de contrainte ci-dessous. Les axes sont principaux. Les
contraintes sont en MPa.
1°) Ecrire les matrices relatives à ces trois états de contrainte.
2°) D’après le critère de VON MISES, quel est l’état de contrainte le plus dangereux ?
Y Y Y
700
600 400

100 -100 -400

X X X
P P P

Cas (a) Cas (b) Cas (c)

RÈPONSES N°5
Y Y Y

700
600

400

X
X X
P P P
100 100 400

Cas (a) Cas (b) Cas (c)

⎡100 0 0⎤ ⎡− 100 0 0⎤ ⎡− 400 0 0⎤


[σ ]
P(a) ⎢ ⎥ ⎢
= ⎢ 0 700 0⎥ MPa ; [σ ]XYZ = ⎢ 0
P (b ) ⎥
600 0⎥ MPa ; [σ ]XYZ = ⎢⎢ 0
P(c)
400 0⎥⎥ MPa
XYZ

⎢⎣ 0 0 0⎥⎦ ⎢⎣ 0 0 0⎥⎦ ⎢⎣ 0 0 0⎥⎦

La contrainte σ équ
VM
en 2D compte tenu que dans les 3cas σZ=0 s’écrit : σ équ = σ X + σ Y − σ X σ Y
VM 2 2

σ équ
VM
= 100 2 + 700 2 − 100.700 ; σ équ
VM
= 100 2 + 600 2 + 100.600 ; σ équ
VM
= 400 2 + 400 2 + 400.400
σ équ
VM ( a )
= 655,74 MPa σ équ
VM ( b )
= 655,74 MPa σ équ
VM ( c )
= 692,82 MPa
L’état de contrainte le plus dangereux, au sens de VON MISES, est donc le cas (c) .

IUTB-LYON1-GMP-DDS Page 15
TD-2A-S3-F312

PROBLÈME N°6

Un arbre de diamètre D est soumis à un


moment de flexion M de 117.81 Nm et à un
z moment de torsion C de 157.08 Nm. Les limites
élastiques en traction et compression du
matériau sont identiques et valent 750 MPa.
P 1°) Déterminer les expressions de la
contrainte maximum de flexion et de la
G τ contrainte maximum de torsion en fonction de
C σ D3.
x 2°) En appliquant le critère de VON MISES,
y
calculer (en mm) la valeur du diamètre D pour
M que l‘on ait un coefficient de sécurité de 3.

RÈPONSES N°6

M=117,81Nm C=157,08Nm
x

y
G
P
y τ σ
Φ :D
τ P
z τ
z σ τ

La formulation de départ est identique à celle du Problème 3 :

IUTB-LYON1-GMP-DDS Page 16
TD-2A-S3-F312

Compte tenu du module F213 :

+ M Y P 117 ,81 .10 3 × 64 × D 1, 2 6


Cours sur la flexion : σ xxP = Z = = 3 10
IY 2 ×π × D4 D

C 157 ,08 .10 3 × 32 × D 0,8 6


Cours sur la torsion : τ P
max i = R= = 3 10
IG 2×π × D4 D
x

σ
La matrice des contraintes au point P est donc :
τ

⎡ 1,2 6 0,8 6 ⎤
10 10 0⎥
⎡σ τ 0⎤ ⎢⎢ D
3
D3 y τ τ
0,8 ⎥ P
[σ ] = ⎢⎢τ 0 0⎥⎥ = ⎢ 3 106 0⎥
P
xyz 0
⎢⎣ 0 0 0⎥⎦ ⎢⎢ 0
D ⎥
0 0⎥
⎢⎣ ⎥⎦
τ
σ

La contrainte équivalente de VON MISES pour une poutre :

σ équ
VM
= σ 2 + 3τ 2

Et le coefficient de sécurité :

σe σe
α= =
σ équ
VM
σ + 3τ 2
2

3=
750
2 2
⇒ D=3
3
750
(1,2.10 ) + 3(0,8.10 )
6 2 6 2
D= 20 mm
⎛ 1,2 6 ⎞ ⎛ 0,8 6 ⎞
⎜ 3 10 ⎟ + 3⎜ 3 10 ⎟
⎝D ⎠ ⎝D ⎠

IUTB-LYON1-GMP-DDS Page 17
TD-2A-S3-F312

PROBLÈME N°7

Diamètre D

N
N G G

Figure 1 Figure 2

Un arbre de diamètre D = 20 mm est soumis suivant son axe à un effort de traction de


62.83 kN et à un moment de torsion de 157.08 mN (figure 1). Les limites élastiques en
traction et compression du matériau sont identiques et valent 400 MPa.
1°) Calculer (en MPa) la contrainte de traction et la contrainte maximum de
torsion.
2°) En appliquant le critère de VON MISES, calculer le coefficient de sécurité.
3°) L'effort de traction est excentré de x par rapport à l’axe du cylindre
(figure 2). Le cylindre est donc soumis à de la torsion, de la traction et de la flexion.
Calculer, en appliquant toujours le critère de VON MISES la valeur limite de la
contrainte de flexion au-delà de laquelle le matériau devient plastique.
En déduire :
a) La valeur du moment de flexion (en Nm).
b) La valeur de x (en mm) x (en mm).

RÈPONSES N°7

157,08 Nm
La contrainte de traction due à l’effort normal :

G 62,83 kN
N 62,83.103 × 4
σ max i = x = = 200 MPa
A π × 20 2

La contrainte de torsion due au couple :

C 157,08.103 × 32 × 20
τ max i = R= = 100 MPa
IG 2 × π × 20 4

IUTB-LYON1-GMP-DDS Page 18
TD-2A-S3-F312

La contrainte équivalente de VON MISES pour une poutre :

σ équ
VM
= σ 2 + 3τ 2

Et le coefficient de sécurité :

σe σe
α= =
σ équ
VM
σ + 3τ 2
2

400
D’où : α= ⇒ α = 1,5
(200)2 + 3(100)2

Dans cette deuxième partie l’effort de traction est excentré de x par rapport à l’axe du
cylindre. La section G est donc soumise à de la traction, de la flexion et de la torsion.

La contrainte normale est donc la superposition


157,08 Nm de la contrainte de traction et de celle de flexion
62,83 kN
x G
σ = σ flexion + σ traction

σe σe
α= =
σ équ
VM
σ 2 + 3τ 2

En ce plaçant à la limite le coefficient de sécurité vaut 1.

400
1= ; σ flexion = 160,55MPa
(σ flexion + 200 ) + 3(100)
2 2

Nous pouvons en déduire le moment de flexion :

M flexion 160,55 × π × 20 3
σ Pflexion = ZP ⇒ M flexion = = 126100 Nmm
IY 32

126100
M flexion = N x × x ⇒ x= = 2mm
62830

IUTB-LYON1-GMP-DDS Page 19
TD-2A-S3-F312

PROBLÈME N°8
Une barre à section circulaire de rayon r est
soumise simultanément à un couple de torsion C
et à un moment de flexion M.
1°) Calculer les contraintes de flexion σ et de
z
torsion τ au point P en fonction de M, C et r.
2°) Donner la relation qui lie M et C lorsque le
P matériau travaille à la limite en appliquant le
critère de VON MISES. Mettre la relation sous
G τ M2 C2
la forme + = 1 en précisant les
C σ a2 b2
x y
expressions de a et b en fonction de r et σe.
3°) Représenter la relation précédente en
M fonction de R dans des axes M,C.
4°) Calculer les valeurs limites de M et C (en
Nm) pour les deux critères dans les conditions
suivantes : M = C, r = 10 mm, σe = 500 MPa

RÈPONSES N°8

M C
x
y
G
P

Rayon : r y τ σ
z τ P
τ
z σ τ

Compte tenu du module F213 :

IUTB-LYON1-GMP-DDS Page 20
TD-2A-S3-F312

+ M Y P M × 4 × r 4M
Cours sur la flexion : σ xxP = Z = = 3
IY π × r4 πr

C C × 2 × r 2C
Cours sur la torsion : τ P max i = R= = 3
IG π ×r4 πr
x

4M
σ = σ=4M/π r3
πr 3
τ=2C/π r3

2C
τ = τ=2C/π r3
π r 3 y τ=2C/π r3
P

τ=2C/π r3
σ=4M/π r3
Si le matériau travaille à la limite, le coefficient de sécurité vaut 1. Appliquons le critère de
VON MISES dans le cas des poutres :

σe σe σe σe
α= = ; 1= ; 1=
σ équ σ + 3τ 2 (σ ) + 3(τ )
VM 2 2 2 2 2
⎛ 4M ⎞ ⎛ 2C ⎞
⎜ 3 ⎟ + 3⎜ 3 ⎟
⎝ πr ⎠ ⎝ πr ⎠

2 2
⎛ 4M ⎞ ⎛ 2C ⎞ M2 C2
⎜ 3 ⎟ + 3⎜ 3 ⎟ = σ e ⇒ + =1 ;
2

⎝ πr ⎠ ⎝ πr ⎠ ⎛ πr 3σ e ⎞
2
⎛ πr 3σ e ⎞
2

⎜⎜ ⎟⎟ + ⎜⎜ ⎟⎟
⎝ 4 ⎠ ⎝ 2 3 ⎠
M2 C2
Nous en tirons les expressions de a et b en fonction de r et σe : + =1
(a )2 + (b )2

πr 3σ e πr 3σ e
a= ; b=
4 2 3

C’est l’équation d’une ellipse de grand et petit axe a et b:

IUTB-LYON1-GMP-DDS Page 21
TD-2A-S3-F312

CONTRAINTES

1. Vecteur contrainte en un point P :

1.1. Définition :
Considérons un solide en équilibre sous l'action d'un torseur extérieur et un point P
à l'intérieur du solide.

Plan de coupe
Effectuons une coupe suivant un plan quelconque
passant par le point P en dehors des points
P h d'application du chargement et isolons l'une des
r
deux parties résultant de la coupe. Soit h la
normale au plan de coupe (la normale étant dirigée
vers l'extérieur de la partie isolée).

La partie isolée est en équilibre sous l'action d'une partie


Δf r
du torseur extérieur et des forces intérieures Δf
h
P s'exerçant sur des éléments de surface d'aires ΔA
ΔA entourant chaque point P de la surface sectionnée. Ces
forces élastiques inconnues sont les forces de cohésion
qui remplacent l'action de la partie retirée.

Par définition, le vecteur contrainte au point P relatif au plan de coupe dont la


r
normale extérieure (au solide) est h , est défini par :

z df=ΦhdA r r
r Δf df
h Φ h ( P ) = lim =
P ΔA ΔA → 0 dA
dA

x
y ΔA → 0

Unité de mesure :
La norme du vecteur contrainte étant homogène à une pression (ou une tension),
l’unité SI de contrainte est le Pascal (1Pa = 1N / m²). Le m² étant une unité d'aire
beaucoup trop grande, le Pascal est une unité beaucoup trop petite. On utilise
généralement le MégaPascal (1MPa = 106 Pa) ou le GigaPascal (1GPa = 109 Pa).

1 MPa = 106 Pa = 1N / mm²


1 GPa = 109 Pa = 1kN / mm²

IUTB-LYON1-GMP-DDS Page 22
TD-2A-S3-F312

1.2. Composantes du vecteur contrainte :


On note :
r r
Φ ih les composantes de Φh si la normale h est quelconque par rapport
aux axes du repère.

z Φh
Φ xh
h r
P Φ h = Φ yh
dA
Φ zh
x
y

r
σ ij les composantes de Φh :
r
1°) Si la normale h est en coïncidence avec l’un des axes du repère xyz.
r
La notation est alors la suivante pour les composantes du vecteur contrainte Φh .

σ i j

axe de projection normale au plan de coupe

z Φy σ xy
r
Φ y / xyz = σ yy
P
h
σ zy
x
y
//

r
2°) Si on utilise comme repère le repère mobile qui contient la normale h
r
au plan de coupe (le deuxième axe t du repère appartient au plan formé par h
r
et Φ h ).
t
z σth Φh

σhh h
P
r σ hh
Φ h / ht =
σ th
x Plan de Coupe
y

IUTB-LYON1-GMP-DDS Page 23
TD-2A-S3-F312

2. État de contraintes en un point. Matrice des contraintes :

2.1. Définition :
z Considérons un parallélépipède infiniment
petit de côté dx, dy, dz isolé autour d’un
Φ zdxdy point. Il est en équilibre élastique. Coupons
Az
le parallélépipède par un plan passant par
ses sommets Ax, Ay, et Az. Le tétraèdre
dz infiniment petit ainsi obtenu est encore en
Φ ydxdz
équilibre.
P dy Ay
dx y La démonstration de la nature matricielle
des contraintes a été faite par CAUCHY 1
Ax en mettant en équilibre le tétraèdre
x Φ xdydz infiniment petit.

Az dAh

Φh
-σxx

hx
dz h = hy
hz
-σyy Gx
-σxy -σyx
dAx
-σzx
Gy
dAy P G
-σzy dy
Ay
-σxz y
-σyz
dx
Gz

Ax
dAz

x -σzz
O

IUTB-LYON1-GMP-DDS Page 24
TD-2A-S3-F312

n néglige le poids ou les forces d’inertie qui s’exercent sur le tétraèdre. En effet
le tétraèdre étant infiniment petit elles sont d’ordre supérieur (dxdydz) par
rapport aux forces qui s’exercent sur les faces (dxdy).

La résultante des forces s’exerçant sur le tétraèdre est nulle.

r
R = 0 La relation s’écrit sous forme matricielle :

⎡Φ xh ⎤ ⎡σ xx σ xy σ xz ⎤ ⎡hx ⎤
⎢ ⎥ ⎢ ⎥⎢ ⎥
Φ
⎢ yh ⎥ = ⎢ σ yx σ yy σ yz ⎥ ⎢hy ⎥
⎢⎣ Φ zh ⎥⎦ ⎢ σ zx σ zy σ zz ⎥⎦ ⎢⎣ hz ⎥⎦

r r r r r
Φh Φx Φy Φz h

[Φ ] = [σ][h]
h

Le vecteur h est unitaire (sa norme vaut 1).

r
La matrice [σ ] est la matrice des contraintes au point P. Le vecteur Φ h est le
vecteur contrainte s’exerçant sur un plan de coupe passant par P et de normale
r
sortante h (dirigée vers l’extérieur de la matière).

Le moment résultant (par rapport à G) des forces s’exerçant sur le tétraèdre


est nul.

r
MG = 0 L’équation d’équilibre du moment donne :

σ xy = σ yx
σ yz = σ zy
σ zx = σ xz

IUTB-LYON1-GMP-DDS Page 25
TD-2A-S3-F312

Ces trois égalités constituent le théorème de réciprocité des contraintes


tangentielles.
Conséquence : la matrice des contraintes [σ ] est symétrique.

⎡Φ xh ⎤ ⎡σ xx σ xy σ xz ⎤ ⎡hx ⎤
⎢ ⎥ ⎢ = = ⎥⎢ ⎥
Φ
⎢ yh ⎥ = σ
⎢ yx σ yy σ yz ⎥ ⎢hy ⎥
=
⎢⎣ Φ zh ⎥⎦ ⎢ σ σ σ ⎥ ⎢ hz ⎥
⎣ zx zy zz ⎦⎣ ⎦
Symétrique

t
[σ] = [σ]

z
σzz

Φz

1
Facette z

σyz
σxz σzy

σzx
Φy
1
P σxy
σyy
σyx
Facette y y
Φx
Facette x
σxx

x
1

IUTB-LYON1-GMP-DDS Page 26
TD-2A-S3-F312

2.2. Eléments Principaux des σ.


On recherche s’il existe des plans de coupe particuliers passant par P tels que la
r v
normale h au plan de coupe et le vecteur contrainte Φ h soient colinéaires.

z t t
φh h
φh
P h P

x y

cas général cas particuliers


r r r r r r
Φ h et h non colinéaires Φ h et h colinéaires ⇒ Φ h = λh

v r
Le cas particulier où Φ h et h sont colinéaires revient à chercher en algèbre
r
linéaire les vecteurs propres h de l’espace, λ étant les valeurs propres de [σ ] .
r r
Φ h = λh

[Φ ] = λ[h] = [σ][h]
h

[[σ] − λ[I]][h] = [0]


r
Les vecteurs propres h de l’espace devant être non nuls, le système d’équations
admet des solutions différentes de 0 que si son déterminant est nul.

σ xx − λ σ xy σ xz
σ yx σ yy − λ σ yz = 0
σ zx σ zy σ zz − λ

Le développement du déterminant caractéristique [σ ] − λ[I ] = 0 conduit à


ème
l’équation caractéristique du 3 degré en λ :

λ3 − I1σ λ2 + I2 σ λ − I3σ = 0

Les termes I1σ , I2 σ , I3σ sont des invariants de la matrice des contraintes [σ ] (la
recherche des vecteurs propres ne dépend pas de la base initiale xyz).

IUTB-LYON1-GMP-DDS Page 27
TD-2A-S3-F312

► I1σ = tr[σ ] est l’invariant linéaire de [σ].

► I2σ = tr[coσ ] est l’invariant quadratique de [σ].

► I3σ = [σ] est l’invariant cubique de [σ] .

tr [σ ] est la trace de la matrice [σ ] . La trace d’une matrice est égale à la somme


des termes situés sur sa diagonale principale.

tr[σ ] = σ xx + σ yy + σ zz

La matrice [σ] étant symétrique, les 3 valeurs propres sont réelles et les 3
vecteurs propres sont orthogonaux et constituent une base dans laquelle la
matrice [σ] sera diagonale.
On note σX, σY et σZ les 3 valeurs propres de [σ ] . Ce sont les contraintes
principales. On note X, Y et Z les 3 axes construits sur les 3 vecteurs propres de
l’espace. Ce sont les axes principaux des contraintes.

σZ

Facette Z

P
σY
1
Facette Y Y

Facette X
σX
X

⎡σ X 0 0⎤
[σ]
XYZ

= ⎢0 σY 0⎥

⎢⎣ 0 0 σ Z ⎥⎦

IUTB-LYON1-GMP-DDS Page 28
TD-2A-S3-F312

2.3. Equations d’équilibre local :

Lorsqu’on se déplace de dx, dy, dz suivant les axes x, y et z à partir d’un point P
appartenant à un solide, les contraintes varient. De plus le solide peut être soumis
r
à des forces d’inertie variables. Désignons par f la force par unité de volume
(poids ou forces d’inertie).
Un parallélépipède isolé autour du point P doit être en équilibre à l’intérieur du
corps.

z
σ zz +d σzz

dx -σ xx

σ y +d σy
σ xz +d σ xz
Gz
-σ y
-σ xy -σ yx
G'x σ z +d σ z
G'y σ zx +d σ zx
-σzx Gy
d -σ z G σy +d σ y
P
Gx σ xy +d σ xy
σ yx +d σ yx

-σ y -σ xz y
G'z
σ xx +d σ xx fdv

x dy

-σzz

Les équations d’équilibre de la somme des forces s’exerçant sur le parallélépipède


conduisent à :

∂σ xx ∂σ xy ∂σ xz
+ + + fx = 0
∂x ∂y ∂z
∂σ yx ∂σ yy ∂σ yz
+ + + fy = 0
∂x ∂y ∂z
∂σ zx ∂σ zy ∂σ zz
+ + + fz = 0
∂x ∂y ∂z

Ce sont les équations d’équilibre local.

IUTB-LYON1-GMP-DDS Page 29
TD-2A-S3-F312

2.4. Expression des composantes de Φh sur un repère ht lié à l’élément


d’aire :

Φh

σth σhh
θ
x
P

σ xx + σ yy σ xx − σ yy
σ hh = + cos 2θ + σ xy sin 2θ
2 2
σ xx − σ yy
σ th = − sin 2θ + σ xy cos 2θ
2

Ce sont des formules identiques à celles qui existent pour les inerties d’une
surface plane.

2.5. Eléments principaux des contraintes :


a) A la surface d’un corps quelconque, dans une membrane ou dans
une plaque :

⎡σ xx σ xy 0⎤
[σ]xyz = ⎢⎢ σ yz σ yy 0⎥

⎢⎣ 0 Contrainte principale
0 0 ⎥⎦
z ≡ Z

Etant donnée la forme plane de la matrice on peut dire que 0 est une contrainte
principale et que l’axe z est un ax principal ( z ≡ Z ).
Le calcul se limite donc à la recherche des deux contraintes principales ( σ X et σ Y )
et des deux axes principaux (X et Y) dans le plan xy.

IUTB-LYON1-GMP-DDS Page 30
TD-2A-S3-F312

σ xx + σ yy 1
σX = + ( σ xx − σ yy ) 2 + 4σ 2xy
2 2
σ xx + σ yy 1
σY = − ( σ xx − σ yy ) 2 + 4σ 2xy
2 2
σZ = 0

Y
φ
x

σ X − σ xx
ϕ = (x, X) tgϕ =
σ xy

r r π
Le troisième vecteur propre Y est perpendiculaire à X (de + ) dans le plan des
2
contraintes.

b) Dans une poutre :


⎡σ τ 0⎤
⎢ ⎥
[σ ]xyz = ⎢τ 0 0⎥
⎢⎣ 0 0 0 ⎥⎦

σ 1
σX = +σ 2 + 4τ 2
2 2
σ 1
σY = − σ 2 + 4τ 2
2 2
σZ = 0
σX − σ
tgϕ = ϕ = (x, X )
τ

IUTB-LYON1-GMP-DDS Page 31
TD-2A-S3-F312

Critères de Résistance:

1 Critères de dépassement de la limite élastique pour des


matériaux ductiles :

1.1 Limites élastiques d’un matériau homogène et isotrope :

Traction Compression Torsion

σe σ’e τe

Seule la limite élastique en traction est connue et imposée par la norme.

Les limites élastiques sont considérées comme des nombres positifs.


On classe les matériaux en deux catégories : les ductiles et les fragiles.

Matériaux ductiles

σ’e≈σe τe ≈σe/2
σe
σ’e>σe τe ≈σe
Matériaux fragiles

1.2 Critères élémentaires (pour un matériau ductile) :


a) Traction :

F
⎡σ X 0 0⎤
[σ] = ⎢⎢ 0 0 0⎥

XYZ
X σX ⎢⎣ 0 0 0 ⎥⎦

F
Avec : σ X =
A

σe
Le coefficient de sécurité α se calcule par : α =
σX

IUTB-LYON1-GMP-DDS Page 32
TD-2A-S3-F312

b) Compression :

F
⎡σ X 0 0⎤
[σ] = ⎢⎢ 0 0 0⎥

XYZ
⎢⎣ 0 0 0 ⎥⎦
X σX

F
Avec σ x = −
A

σe
Le coefficient de sécurité α se calcule par : α =
σX
c) Torsion :

C
⎡0 τ 0⎤
[σ ] = ⎢⎢ τ 0 0 ⎥⎥
xyz
⎢⎣ 0 0 0 ⎥⎦
x
La contrainte maximum de torsion se calcule par :
C
τ = R
IG
zτ Y
On montre que les valeurs propres en torsion
sont opposées :

⎡σ X = + τ 0 0⎤
C
⎢ ⎥
[σ] = ⎢ 0 σ Y = − τ 0⎥
XYZ
⎢⎣ 0 0 0 ⎥⎦

Le coefficient de sécurité α se calcule par (puisqu’on a supposé que le matériau est


σe
ductile et que par conséquent τ e = ):
2

τe = σe 2
α =
τ = (σ X − σ Y ) 2

σe
α =
(σ X − σ Y )

IUTB-LYON1-GMP-DDS Page 33
TD-2A-S3-F312

1.3 Critères de VON MISES 2 et de TRESCA 3 :


Ce sont deux critères de dépassement de l’état élastique du corps, pour des
matériaux ductiles. Ils sont basés tous les deux sur le comportement en traction
du matériau. Ils s’appliquent à des états de contraintes quelconques (3D ou 2D). Ils
sont très voisins l’un de l’autre (l’écart maximum entre les deux critères est
d’environ 10%). Le critère le plus récent et le plus utilisé est celui de VON MISES.

On recherche une contrainte dite « équivalente » au sens de la traction telle que le


coefficient de sécurité puisse se mettre sous la forme :

σe
α =
σ equ
La contrainte σequ est une fonction f à déterminer des contraintes principales σX, σY,
et σZ.
Par exemple, pour les critères élémentaires :

► En traction : f(σX,σY,σZ) = σX

► En compression : f(σX,σY,σZ) = |σX|

► En torsion : f(σX,σY,σZ) = σX - σY

1.4 Critères de VON MISES ou critère de la contrainte tangentielle


octaédrique:
1°) Contrainte tangentielle octaédrique :

Φoct 1
h=1/√3 1
1 1

P 1
1
Y

2
VON MISES Richard (1883-1953)
3
TRESCA Henri (1814-1885)

IUTB-LYON1-GMP-DDS Page 34
TD-2A-S3-F312

Considérons l’octaèdre régulier (les huit faces sont des triangles équilatéraux)
isolé autour d’un point P dans les axes principaux. Calculons le vecteur contrainte
r
Φh s’exerçant sur la face ombrée de l’octaèdre.

⎡σ X 0 0⎤ ⎡1⎤ ⎡σ X ⎤
1 1
[Φ ] = [Φ ] ⎢
= [σ ][h] = ⎢ 0 σY 0⎥
⎥ ⎢ ⎥
⎢ 1⎥ =
⎢ ⎥
σY
3⎢ ⎥
h oct
3
⎢⎣ 0 0 σ Z ⎥⎦ ⎢⎣1⎥⎦ ⎢⎣σ Z ⎥⎦

Calculons la contrainte normale octaédrique, puis la contrainte tangentielle


octaédrique.

r r σ + σY + σZ
σ hh = σ oct = Φ h • h = X
3

σ 2X + σ 2Y + σ 2Z (σ X + σ Y + σ Z ) 2
σ th = τ oct = Φ 2oct − τ 2oct = −
3 9

1
τ oct = (σ X − σ Y )2 + (σ Y − σ Z )2 + (σ Z − σ X )2
3

2°) Enoncé du critère :


Pour qu’un solide reste dans l’état élastique il faut que la contrainte tangentielle
octaédrique soit inférieure à la limite qu’elle atteint dans un essai de traction.

τ oct ≤ τ lim
oct

3°) Calcul de τ lim


oct :

La matrice des contraintes en traction s’écrit lorsqu’on atteint la limite élastique :

⎡σ e 0 0⎤

[σ ] = ⎢⎢ 0 0 0⎥
XYZ
⎢⎣ 0 0 0 ⎥⎦

1 1
τ lim
oct = (σ X − σ Y )2 + (σ Y − σ Z )2 + (σ Z − σ X )2 = 2σ 2e
3 3

2
τ lim
oct = σe
3

IUTB-LYON1-GMP-DDS Page 35
TD-2A-S3-F312

4°) Formulation du critère en 3D. Contrainte équivalente de VON


MISES :
En introduisant un coefficient α ≥ 1 (le coefficient de sécurité) :
ατoct = τlim
oct

1 2
α (σ X − σ Y )2 + (σ Y − σ Z )2 + (σ Z − σ X )2 = σe
3 3
σe
α =
1
(σ 1 − σ 2 )2 + (σ 2 − σ 3 )2 + (σ 3 − σ 1 )2
2
α est le coefficient de sécurité.

1
σ VM
equ = (σ 1 − σ 2 )2 + (σ 2 − σ 3 )2 + (σ 3 − σ 1 )2
2
5°) Formulation et image du critère en 2D :

Pour un corps quelconque :
La formule en 3D de VON MISES s’écrit en 2D compte tenu que σ Z = 0 :
⎡σ X 0 0⎤ σe
α =
[σ ] = ⎢⎢ 0 σY 0⎥
⎥ σ 2X + σ 2Y − σ X σ Y
XYZ
⎢⎣ 0 0 0 ⎥⎦ σ VM σ 2X + σ 2Y − σ X σ Y
equ =

La courbe limite (lorsque le coefficient de sécurité α vaut 1) est une ellipse


d’équation : σ 2X + σ 2Y − σ X σ Y = σ 2e
σY

Ellipse de VON MISES


σe σZ=0
M’
M’’
TRACTION

−σe Tr’
COMPRESSION TRACTION σX
C’ 0 σe
45°
COMPRESSION

T’’

T’
TORSION

−σe
Hexagone de TRESCA

IUTB-LYON1-GMP-DDS Page 36
TD-2A-S3-F312

L’état du corps sera élastique si le point M représentatif d’un état de contraintes


planes se trouve à l’intérieur de l’ellipse. L’état limite est représenté par le point
M’ situé sur l’ellipse.
OM'
Le coefficient de sécurité peut alors de mettre sous la forme : α =
OM
⎡σ τ 0⎤
⎢ ⎥
∗ Pour une poutre : [σ ]xyz = ⎢τ 0 0⎥
⎢⎣ 0 0 0 ⎥⎦

On reporte les expressions des contraintes principales pour une poutre dans
σe
α = . On rappelle que les contraintes principales pour une
2
σ X + σ 2Y − σ X σ Y
poutre valent (en fonction de la contrainte de flexion σ et de la contrainte de
σ 1
torsion τ ) : σ YX = m σ 2
+ 4τ 2
2 2
On obtient ainsi l’expression du coefficient de sécurité de VON MISES pour une
poutre qui est à la fois fléchie et tordue :
σe
α =
σ 2 + 3τ 2
σ VM
equ = σ 2 + 3τ 2

6°) Vérification du critère à la compression et à la torsion :


Le critère de VON MISES étant basé sur la traction il faut qu’il vérifie la
compression et la torsion.
Compression
D’après l’ellipse de VON MISES, on constate que les limites élastiques en traction
(point Tr’) et en compression (point C’) doivent être identiques. Autrement dit le
matériau doit être symétrique, ce qui est caractéristique d’un matériau ductile.

σ'e = σ e
Torsion
En torsion les valeurs propre sont opposées (point T’ sur l’ellipse). La relation de
sécurité pour les poutres donne à la limite puisque α=1 et τ = τ e .
σe
1=
0 + 3τ 2e
2

On obtient donc la relation entre les limites élastiques en traction et en torsion :


σe
τe = ≈ 0.577σ e
3
Cette relation caractérise un matériau ductile.

IUTB-LYON1-GMP-DDS Page 37
TD-2A-S3-F312

N.B. Le critère de VON MISES est donc un critère bien adapté aux
matériaux ductiles, mais on peut quand même l’appliquer aux matériaux
fragiles. On obtient alors une sécurité un peu plus faible qu’elle n’est en
réalité.

1.5 Critères de TRESCA ou critère de la contrainte tangentielle maximum :

1°) Enoncé du critère :


Pour qu’un solide reste dans l’état élastique il faut que la contrainte tangentielle
maximum soit inférieure à la limite qu’elle atteint dans un essai de traction.
lim
Maxi τ ≤ τ
Maxi
lim
τ
2°) Calcul de Maxi :

σth

Cercle de MOHR
en traction
σe
τlim
Maxi = 2

0 σhh
σX=σe à la limite de traction

σe
τ lim
Maxi =
2

3°) Formulation du critère en 3D. Contrainte équivalente de TRESCA :


σe
τ Maxi ≤
2
Ou encore, en introduisant un coefficient α ≥ 1 (le coefficient de sécurité) :
σe
ατ Maxi =
2

Le cisaillement maximum est le rayon du plus grand cercle de MOHR :

σi − σ j
τ Maxi = Max
2
σi − σ j σe
ατ Maxi = αMax =
2 2

IUTB-LYON1-GMP-DDS Page 38
TD-2A-S3-F312

σe σe
α = =
2τ Maxi Max σ i − σ j

α est le coefficient de sécurité.

σi, σj sont les contraintes principales

T
σ equ = 2τ Maxi

4°) Formulation et image du critère en 2D :


⎡σ X 0 0⎤
∗ Pour un corps quelconque :
[σ ] = ⎢⎢ 0 σ Y 0 ⎥⎥
On montre que la courbe limite est un XYZ hexagone
⎢⎣ 0 0 0 ⎥⎦
inscrit dans l’ellipse de VON MISES.
L’état du corps sera élastique si le point M représentatif d’un état de contraintes
planes se trouve à l’intérieur de l’hexagone. L’état limite est représenté par le
point M’’ situé sur l’hexagone.
OM''
Le coefficient de sécurité peut alors de mettre sous la forme : α =
OM
⎡σ τ 0⎤
∗ Pour une poutre : [σ ]xyz = ⎢ τ 0 0 ⎥⎥

⎢⎣ 0 0 0 ⎥⎦

σ 1
σX = +
σ 2
+ 4τ 2 > 0
2 2
σ 1
σY = − σ 2
+ 4τ 2 < 0
2 2
σZ = 0

Etant donné le signe des contraintes principales, le cisaillement maximum est


σX − σY 1
τZ = = σ 2 + 4τ 2
2 2

La relation de sécurité s’écrit :

σe
α =
σe σe σ + 4τ 2
2
α = =
2τ Maxi σ 2 + 4τ 2 σ T =
equ σ 2 + 4τ 2

IUTB-LYON1-GMP-DDS Page 39
TD-2A-S3-F312

5°) Vérification du critère à la compression et à la torsion :

Compression

D’après l’hexagone de TRESCA, on constate que les limites élastiques en traction


(point Tr’) et en compression (point C’) doivent être identiques. Autrement dit le
matériau doit être symétrique, ce qui est caractéristique d’un matériau ductile.

σ'e = σ e
Torsion

En torsion les valeurs propre sont opposées (point T’’ sur l’hexagone de TRESCA).
La relation de sécurité pour les poutres donne à la limite puisque α=1 et τ = τ e .
σe
1=
0 + 4 τ 2e
2

On obtient donc la relation entre les limites élastiques en traction et en torsion :

σe
τe =
2

Cette relation caractérise un matériau ductile.

IUTB-LYON1-GMP-DDS Page 40
TD-2A-S3-F312

2. DEFORMATIONS

PROBLÈME N°9
Considérons le carrée infiniment petit, de côté unité, dans les
y
axes xy.
Les déformations dans le plan x,y valent :

εxx = εyy = 50µd


εxy = -100 µd
1
1°) Tracer la figure déformée du carré.
1 x 2°) Déterminer les éléments principaux de la déformation.
Tracer la figure déformé d’un carré isolé dans les axes
principaux et de côté 2

RÈPONSES N°9

Matrice de déformation : y

100.10-6
⎡ε xx ε xy ε xz ⎤
⎢ ⎥ 50.10-6
[ε ]
P
xyz = ⎢ε yx ε yy ε yz ⎥
⎢ε zx ε zy ε zz ⎥⎦

Dans notre cas : εxy

⎡ 50 − 100 0 ⎤ 1
[ε ] ⎢
= ⎢− 100 50 0 ⎥⎥ μd
P
xyz

⎢⎣ 0 0 ε zz ⎥⎦

1 50.10-6
x
⎛ Δl ⎞ P
ε xx = ⎜ ⎟ or l=1 Δl = 1× ε xx εxy
⎝ l ⎠x 100.10-6

⎛ Δl ⎞
De même pour ε yy = ⎜ ⎟
⎝ l ⎠y
Le carré se transforme après déformation en un parallélogramme.

π π
L’angle initialement droit entre les axes x et y vaut après déformation − γ xy = − 2ε xy
2 2

IUTB-LYON1-GMP-DDS Page 41
TD-2A-S3-F312

Eléments principaux de la déformation :

⎡ 50 − 100 0 ⎤
[ε ] ⎢
= ⎢− 100 50 0 ⎥⎥ μd
P
xyz

⎢⎣ 0 0 ε zz ⎥⎦
Y

La direction z est principale et εZ= εzz.

2 .50.10-6

Les 2 autres valeurs propres sont données par :

2
ε xx + ε yy
ε =
Y
m
1
(ε xx − ε yy ) + 4ε
2 2
xy
x
X
2 2
P

εX=150μd εY=-50 μd 2 45°

La direction propre X est calculée par :

2 .150.10-6
ε − ε xx
tan ϕ = X
ε xy
= −1
r r
d’ou ϕˆ = −45° = x , X ( )
X

⎡150 0 0⎤
[ε ] = ⎢ 0 − 50 0 ⎥⎥ μd

P
xyz

⎢⎣ 0 0 ε Z ⎥⎦

Le carré se transforme après déformation, dans les axes principaux, en un rectangle. L’angle
droit reste droit après déformation, car la distorsion angulaire est nulle. Les déformations
principales εX et εY représentent les extremums des dilatations linéaires unitaires au point P.

IUTB-LYON1-GMP-DDS Page 42
TD-2A-S3-F312

PROBLÈME N°10
F

Considérons une barre en traction.


Y
h
1°) Ecrire la matrice des déformations dans le
repère principal en fonction de la déformation longitudinale
εX et du coefficient de POISSON ν. du matériau.
2°) Déterminer dans le repère principal XY la
ψ position angulaire des axes h pour lesquelles εhh=0.
X Application numérique : Le matériau est un AU4G. Calculer
P
la position angulaire en ° des axes h par rapport à l’axe de
traction.

RÈPONSES FN°10

Matrice de déformation dans le repère principal:


F

⎡ε X 0 0⎤
[ε ] = ⎢⎢ 0 εY 0 ⎥⎥
P
XYZ

⎢⎣ 0 0 ε Z ⎥⎦ X
h
Ψ
L’axe de traction X est principal et enregistre
le maximum des élongations unitaires : εX
Y
L’axe Y est principal et enregistre P
le maximum des raccourcissements unitaires : εY

D’apès la loi de POISSON : ε Y = −υε X et ε Z = −υε X


⎡ε X 0 0 ⎤
[ε ] = ⎢⎢ 0 − υε X 0 ⎥⎥
P
XYZ

⎢⎣ 0 0 − υε X ⎥⎦

IUTB-LYON1-GMP-DDS Page 43
TD-2A-S3-F312

⎡1 0 0 ⎤
[ε ] = ε X ⎢⎢0 − υ 0 ⎥⎥
P
XYZ X
h
⎢⎣0 0 − υ ⎥⎦
Ψ
Ecrivons l’expression donnant εhh dans des axes quelconques :
Y
ε xx + ε yy ε xx − ε yy
ε hh = + cos 2θ + ε xy sin 2θ P
2 2

Adaptons cette relation dans les axes principaux :

ε X + εY ε X − εY
ε hh = + cos 2ψ car la distorsion angulaire est nulle .
2 2

Nous cherchons la position de la direction h qui enregistre une dilatation linéaire unitaire nulle
. Si une jauge était collée dans la direction h, elle mesurerait zéro, quelque soit la valeur de
l’effort de traction.

ε X + εY ε X − εY
ε hh = + cos 2ψ = 0 ;
2 2

ε X + εY ε X − υε X 1−υ
cos 2ψ = − cos 2ψ = − =−
ε X − εY ε X + υε X 1+υ

1
1−
υ or cos 2ψ = 1 − tan ψ
2
1
cos 2ψ = d’où tan 2 ψ =
1+
1 1 + tan 2 ψ υ
υ

1
tanψ = ±
υ

Le coefficient de POISSON d’un AU4G est égal à 0,33

1
tanψ = ± ψ ≈ ±60°
0,33

IUTB-LYON1-GMP-DDS Page 44
TD-2A-S3-F312

PROBLÈME N°11

On considère un point P à la surface d'un corps


α
en un endroit où ne s'applique aucune force
J2 extérieure. Les résultats enregistrés sur chaque
Jα 45° jauge d'une rosette à 45° collée dans le plan
tangent en P sont respectivement :
jauge J1: 950 μd
P J1 x jauge Jα:-175 μd
jauge J2:-475dμd
1°) Quels sont les éléments principaux de la déformation.
2°) Dans quelle direction α' enregistrerait-on une dilatation linéaire nulle?
3°) Dans quel système d'axes enregistrerait-on une distorsion extremum ?

RÈPONSES N°11

Le point P se situant à la surface d’un corps où ne s’applique aucune force extérieure, la forme
de la matrice des déformations est la suivante :
y

⎡ε xx ε xy 0⎤
[ε ] = ⎢⎢ε yx ε yy 0 ⎥⎥ α
P
xyz

⎢⎣ 0 0 ε zz ⎥⎦

Les jauges Jx et Jy mesurent respectivement


Les dilatations linéaires unitaires εxx et εyy .
45°
Jy
La demi distorsion angulaire εxy est déterminer Jα
indirectement par la troisième jauge Jα .

Jx x
La dilatation linéaire est calculé par les lois P
de comportement et nécessite la connaissance du coefficient de Poisson

⎡950 ε xy 0⎤
[ε ] = ⎢⎢ ε yx − 475 0 ⎥⎥ μd
P
xyz

⎢⎣ 0 0 ε zz ⎥⎦

IUTB-LYON1-GMP-DDS Page 45
TD-2A-S3-F312

ε xx + ε yy ε xx − ε yy
Pour calculer εxy , utilisons la relation ε hh = + cos 2θ + ε xy sin 2θ en faisant
2 2
coincider h avec α.

ε xx + ε yy ε xx − ε yy ε xx + ε yy
ε αα = + cos 90 + ε xy sin 90 ε αα = + ε xy
2 2 2

ε xx + ε yy 950 − 475
ε xy = ε αα − ε xy = −175 − εxy=-412,5.10-6
2 2

⎡ 950 − 412,5 0 ⎤
[ε ] ⎢
= ⎢− 412,5 − 475 0 ⎥⎥ μd
P
xyz

⎢⎣ 0 0 ε zz ⎥⎦

Eléments principaux de la déformation :

La direction z perpendiculaire au plan où est coller la rosette est principale.

Nous recherchons donc les directions propres, et les valeurs propres dans le plan de la
rosette xy.

Les 2 autres valeurs propres sont données par :

ε xx + ε yy 950 − 475 1
εY = m
1
(ε xx − ε yy ) + 4ε xy2
2
εY = m (950 + 475)2 + 4 × 412,52
X
2 2 X
2 2

y
εX=1061 μd εY=-586 μd Y

α
La direction propre X est calculée par :

ε X − ε xx 1061 − 950
tan ϕ = = ≈ 0,269
ε xy − 412,5
r r
d’ou ϕˆ = −15° = x , X ( ) Jy
45°

⎡1061 0 0⎤
Jx x
⎢ − 586 0 ⎥⎥ μd
P
[ε ]
P
XYZ =⎢ 0 15°
⎢⎣ 0 0 ε Z ⎥⎦
X

IUTB-LYON1-GMP-DDS Page 46
TD-2A-S3-F312

Cherchons la direction α‘ pour laquelle on enregistrerait une dilatation linéaire nulle :

ε X + εY ε X − εY ε X + εY 1061 − 586
ε hh = + cos 2ψ = 0 ; cos 2ψ = − cos 2ψ = − ≈ −0,288
2 2 ε X − εY 1061 + 586

ψ ≈ ±53°4

Cherchons le système d’axes pour lequel on enregistrerait une distorsion extremum :

(γ th )max i = (2ε th )max i


y
Y
ε xx − ε yy
ε th = − sin 2θ + ε xy cos 2θ α
2
α’
Dans les axes principaux,
la relation devient :

ε X − εY 45°
ε th = − sin 2ψ Jy
2 Jα
53°4
εht est maximum pour sin2Ψ maxi
Jx x
P
sin2Ψ=±1 Ψ=±45° 15°
X

53°4

α’

IUTB-LYON1-GMP-DDS Page 47
TD-2A-S3-F312

DÉFORMATIONS:

1. Déplacements et Déformations

1.1. Vecteurs déplacement d’un point P :

CHARGEMENT
Trajectoire de P

z u(P P’
P

S
y
x
S’

Soit un point P quelconque du solide dans son état initial S. Après chargement le
solide passe dans son état final S’ et le point P décrit une certaine trajectoire qui
l’amène dans la position P’.

v
Soit u(P ) = P P' le vecteur déplacement du point P. C’est une fonction vectorielle
des trois coordonnées initiales x, y, et z du point P.

v
Pour simplifier au maximum on suppose que le déplacement u(P ) = P P':

Est petit (1% de la plus grande dimension du solide). C’est l’hypothèse


des petits déplacements. De ce fait on peut considérer que le déplacement
de P (qui s’effectue théoriquement le long de la trajectoire) est tangent à
cette trajectoire.

Qu’il possède des dérivées partielles par rapport au variables x, y et z


faibles (10-3). Les déformations dans le solide qui dépendent des dérivées
seront donc du même ordre. C’est l’hypothèse des petites déformations.

IUTB-LYON1-GMP-DDS Page 48
TD-2A-S3-F312

1.2. Décomposition d'une matrice carrée quelconque :

Trajectoire de P

P’

P u(P)
r
k ⎡x⎤ ⎡u⎤
⎢ ⎥ ⎢ ⎥
v OP = ⎢ y ⎥ u( P ) = ⎢ v ⎥
i r
j ⎢⎣ z ⎥⎦ ⎢⎣ w ⎥⎦

O
x
y

Une matrice carrée quelconque [T] peut toujours être décomposée en une somme
d'une matrice symétrique [ε]et d'une matrice antisymétrique.[r]

[T ] = [ε ] + [r ]
S AS

[T ] carrée quelconque de terme Tij .

[ε ] carrée symétrique de terme ε ij ( ε ij = ε ji ).

[r ] carrée antisymétrique de terme rij ( rij = −rji et par


conséquent rii = 0 )
Avec :
1
ε ij = ( T + Tji )
1 2 ij
1°) [ε ] = ([T ]+ t [T ])
2 1
ε ji = ( Tji + Tij ) = ε ij
2
La matrice [ε ] est donc symétrique.
1
rij = ( T − Tji )
1 2 ij
2°) [r ] = ([T ]− t [T ])
2 1
rji = ( Tji − Tij ) = − rij
2
La matrice [r ] est donc antisymétrique.

IUTB-LYON1-GMP-DDS Page 49
TD-2A-S3-F312

1.3. Petite rotation autour d'un axe quelconque :

Considérons un solide soumis à une petite rotation autour d’un axe Δ pendant un
intervalle de temps dt.


z
dx
PQ = dy
dθ dz
Q’
du du
P Q →
du = dv
Ω dw

x y

r r r r
V( Q ) = Ω ∧ PQ du = V( Q )dt = Ωdt ∧ PQ = dθ ∧ PQ

du rx dx ry dz − rz dy
du = dv = ry ∧ dy = rz dx − rx dz
dw rz dz rx dy − ry dx

Soit sous forme matricielle:

⎡ du ⎤ ⎡ 0 − rz ry ⎤ ⎡dx ⎤
⎢ ⎥ ⎢ ⎥⎢ ⎥
dv
⎢ ⎥ = ⎢ rz 0 − rx ⎥ ⎢ dy ⎥
⎢⎣dw ⎥⎦ ⎢ − ry rx 0 ⎥⎦ ⎢⎣ dz ⎥⎦

[du] = [r ][da ] antisymétrique

Une petite rotation est donc caractérisée par une matrice antisymétrique [r ] .

IUTB-LYON1-GMP-DDS Page 50
TD-2A-S3-F312

1.4. Etat de déformations en un point. Matrice des


déformations :

1.4.1. Relations déplacements-déformations :

Pour évaluer les déformations dans le solide, considérons deux points voisins P et
r r
Q dans le solide. Soient u ( P ) et u ( Q ) les déplacements (tangents aux
r r
trajectoires) des deux points P et Q. L’écart entre u ( Q ) et u ( P ) est la
r
différentielle du du vecteur u ( P ) .

Trajectoire de Q Q’

u(Q)

du duε
Q
dur
DEFORMATION
z TRANSLATION dx’
//
dx
ROTATION
x y

u(P) P’
P

Trajectoire de P

→ →
La petite transformation de dx en dx' est la somme de trois transformations
élémentaires et petites (l’ordre dans lequel s’effectue les transformations
n’intervient pas) :

r
Une translation caractérisée par u ( P0 ) .
Une rotation autour de P’ caractérisée par dur .
Une déformation caractérisée par duε .

IUTB-LYON1-GMP-DDS Page 51
TD-2A-S3-F312


La rotation et la déformation sont contenues dans du .

du = dur + duε
r
La différentielle du d’un vecteur u ( P ) se calcule par :
r
∂u ∂u r ∂v r ∂w r
= i + j+ k
∂x ∂x ∂x ∂x
r r r r
r ∂u ∂u ∂u ∂u ∂u r ∂v r ∂w r
du = dx + dy + dz Avec : = i + j+ k
∂x ∂y ∂z ∂y ∂y ∂y ∂y
r
∂u ∂u r ∂v r ∂w r
= i + j+ k
∂z ∂z ∂z ∂z
r →
On reporte les dérivées partielles de u dans la différentielle du .
r ∂u ∂u ∂u r ∂v ∂v ∂v r
du = ( dx + dy + dz)i + ( dx + dy + dz) j +
∂x ∂y ∂z ∂x ∂y ∂y
∂w ∂w ∂w r
( dx + dy + dz)k
∂x ∂y ∂z
∂u ∂u ∂u
du = dx + dy + dz
∂x ∂y ∂z
r r r r ∂v ∂v ∂v
Or : du = du i + dvj + dwk en identifiant : dv = dx + dy + dz
∂a1 ∂a2 ∂a 3
∂w ∂w ∂w
dw = dz + dy + dz
∂x ∂y ∂z
Soit sous forme matricielle :

⎡ ∂u ∂u ∂u ⎤
⎢ ⎥
⎡ du ⎤ ⎢ ∂x ∂y ∂z ⎥ ⎡dx ⎤
⎢ ⎥ ⎢ ∂v ∂v ∂v ⎥ ⎢ ⎥
[du] = [T][dx]
⎢ dv ⎥ = ⎢ ∂x ∂y
dy
∂z ⎥ ⎢ ⎥
⎢⎣dw ⎥⎦ ⎢ ⎥
⎢ ∂w ∂w ∂w ⎥ ⎣ dz ⎦
⎢ ⎥
⎢⎣ ∂x ∂y ∂z ⎥⎦

La matrice carrée (non symétrique) [T] est la matrice de transformation.

⎡ ∂u ∂u ∂u ⎤
⎢ ⎥
⎢ ∂x ∂y ∂z ⎥
[T ] = ⎢⎢ ∂v ∂v ∂v ⎥
∂x ∂y ∂z ⎥
⎢ ∂w ∂w ∂w ⎥
⎢ ⎥
⎢⎣ ∂x ∂y ∂z ⎥⎦

IUTB-LYON1-GMP-DDS Page 52
TD-2A-S3-F312

La matrice [T] est toujours décomposable en une somme d'une matrice


symétrique [ε] et d'une matrice antisymétrique [r].
La matrice symétrique [ε] caractérise la déformation. La matrice
antisymétrique [r] caractérise la rotation.
[du] = [T ][dx ]

[du] = [[ε] + [r ]][dx ] avec : [ε] = 1 ([T ]+ t [T ]) et [r ] = 1 ([T ]− t [T ])


2 2
[du] = [ε][dx ] + [r ][dx ] d’où [du] = [duε ] + [dur ] avec [duε ] = [ε][dx ] et [dur ] = [r ][dx ]
→ →
Le vecteur duε représente la différentielle pendant la déformation. Le vecteur du r
représente la différentielle pendant la rotation.

La matrice carrée symétrique [ε ] = 1 ([T ]+ t [T ]) caractérise donc la déformation


2
pure au voisinage du point P. C’est la matrice des petites déformations de
GREEN 4 au point P. Ses termes sont petits (de l’ordre de 10-3).

⎡ε xx ε xy ε xz ⎤
⎢ = ⎥
[ε ] = ⎢ε yx ε yy ε yz ⎥
= t
[ε]= [ε]
xyz
⎢ ε zx ε zy = ε zz ⎥
⎣ ⎦
avec :

[duε ] = [ε][dx ] Symétrique

1
De la relation [ε ] = ([T ]+ t [T ]) on tire les relations « déplacements-
2
déformations» :
∂u 1 ∂u ∂v
ε xx = ε xy = ε yx = ( + )
∂x 2 ∂y ∂x
∂v 1 ∂v ∂w
ε yy = ε yz = ε zy = ( + )
∂y 2 ∂z ∂y
∂w 1 ∂w ∂u
ε zz = ε zx = ε xz = ( + )
∂z 2 ∂x ∂z

4
GREEN George (1793-1841)

IUTB-LYON1-GMP-DDS Page 53
TD-2A-S3-F312

1.4.2. Signification géométrique des termes de [ε] :


a) Déformée d’un cube de côté unité :
Considérons un cube de côté unité isolé en P dans le repère xyz avant déformation
et cherchons la déformée de ce cube.
Les vecteurs différentiels des côtés PAx, PAy et PAz pendant la déformation se
calculent avec : [duε ] = [ε][da]
⎡ε xx ε xy ε xz ⎤ ⎡ 1⎤ ⎡ε xx ⎤
⎢ ⎥⎢ ⎥ ⎢ ⎥
Côté PAx du cube : [duε ]x = ⎢ ε yx ε yy ε yz ⎥ ⎢ 0 ⎥ = ⎢ ε yx ⎥
⎢ ε zx ε zy ε zz ⎥⎦ ⎢⎣ 0 ⎥⎦ ⎢⎣ ε zx ⎥⎦

⎡ε xx ε xy ε xz ⎤ ⎡ 0 ⎤ ⎡ε xy ⎤
⎢ ⎥⎢ ⎥ ⎢ ⎥
Côté PAy du cube : [duε ]y = ⎢ ε yx ε yy ε yz ⎥ ⎢ 1⎥ = ⎢ ε yy ⎥
⎢ ε zx ε zy ε zz ⎥⎦ ⎢⎣ 0 ⎥⎦ ⎢ ε zy ⎥
⎣ ⎣ ⎦
⎡ε xx ε xy ε xz ⎤ ⎡ 0 ⎤ ⎡ε xz ⎤
⎢ ⎥⎢ ⎥ ⎢ ⎥
Côté PAz du cube : [duε ]z = ⎢ε yx ε yy ε yz ⎥ ⎢ 0 ⎥ = ⎢ ε yz ⎥
⎢ ε zx ε zy ε zz ⎥⎦ ⎢⎣ 1⎥⎦ ⎢⎣ ε zz ⎥⎦

z
r
( duε )x = AxAx'
r εxz
( duε )y = AyAy' ε
εyz A'z zz
r
( duε )z = AzAz' Az

P
Ay εyy
A'y y
A'x Ax ε
εzy xy
εxx
εzx
εyx
x

IUTB-LYON1-GMP-DDS Page 54
TD-2A-S3-F312

Dans un repère quelconque un cube infiniment petit de côté unité


(PAx=PAy=PAz=1) se transforme en un parallélépipède à faces obliques.

b) Interprétation des termes ε xx , ε yy , ε zz , :


Δl
Calculons le rapport ( )x .
l
Δl
( )x est la dilatation linéaire unitaire (sans dimension) suivant l’axe x du
l
repère.
Les termes sans dimension ε xx , ε yy , ε zz , représentent donc sensiblement les
variations de longueurs des côtés du cube, quand les côtés de celui-ci valent 1.
Si les côtés du cube, ne valent pas 1 mais l, on a les relations :

∆l ∆l ∆l
εxx ≈ ( )x εyy ≈ ( )y εzz ≈ ( )z
l l l

Remarque :

V − V0
Le rapport est la dilatation cubique unitaire (ou dilatation volumique) en
V0
un point P.

Volume initial du cube : V0=1

Volume final V du parallélépipède à faces obliques :

→ → →
V = ( PAx' ∧ PAy' ) . PAz'
1 + ε xx ε xy ε zx
PAx' ∧ PAy' = ε yx ∧ 1 + ε yy ≈ − ε zy
ε zx ε zy 1 + ε xx + ε yy

→ → →
V = ( PAx' ∧ PA'y ) . PAz' ≈ 1 + ε xx + ε yy + ε zz ≈ 1 + tr[ε ]

V − V0
≈ tr[ε ]
V0

La dilatation cubique est une constante physique qui ne dépend pas du repère où
elle est calculée. La trace tr [ε] de la matrice des déformations est donc
invariante.

IUTB-LYON1-GMP-DDS Page 55
TD-2A-S3-F312

c) Interprétation des termes ε xy , ε yz , ε zx :



Calculons l’angle Ax' P Ay' entre les vecteurs PAx' et PAy' en posant :
∧ π
Ax' P A'y = − γ xy
2

γxy est la distorsion de l’angle droit x,y du repère (en rd).

γ xy ≈ 2ε xy γ yz ≈ 2ε yz γ zx ≈ 2ε zx

Les termes sans dimension ε xy , ε yz , ε zx , représentent donc sensiblement les demi-


distorsions des faces du cube.

z
≈(1+εxx)

≈(1+εzz)
≈(π/2-γyz)
≈(π/2-γzx)
1
≈(π/2-γxy)

y
≈(1+εyy)
1
x

REMARQUE : On peut, puisque la matrice des déformations [ε] est


symétrique, et quelle ne comporte donc que six termes indépendants, utiliser
pour la matrice des déformations [ε] une notation, assez pratique, en colonne :
⎡ ε xx ⎤
⎢ε ⎥
⎢ yy ⎥
⎢ ε zz ⎥
[ε] = ⎢ ⎥
xyz ⎢ γ xy ⎥
⎢ γ yz ⎥ Attention !
⎢ ⎥ γ ij = 2ε ij
⎢⎣ γ zx ⎥⎦

IUTB-LYON1-GMP-DDS Page 56
TD-2A-S3-F312

1.4.3. Eléments principaux de [ε] :

On recherche s’il existe des axes h particuliers passant par P tels que le vecteur
r r
unitaire h de l’axe h et la différentielle de la déformation duε de h soient
colinéaires.
Le schéma suivant ne représente que la déformation pure d’un vecteur qui est le
r
vecteur unitaire h d’un axe h passant par P (la rotation et la translation ne sont
pas représentées).

z
z

h’ (déformé) h
duε h h’ (déformé)

duε
P P
h (norme 1) h (norme 1)

y y
x
x

cas général cas particuliers :


r r
duε et h non colinéaires duε = λh

Comme pour les contraintes, le problème revient à chercher les vecteurs propres
r
h de l’espace, λ étant les valeurs propres de [ε ] .
r
Les vecteurs propres h de l’espace devant être non nuls, le système d’équations
admet des solutions différentes de 0 que si son déterminant est nul.

ε xx − λ ε xy ε xz
ε yx ε yy − λ ε yz = 0
ε zx ε zy ε zz − λ
Le développement du déterminant caractéristique de [ε ] − λ [I ] conduit à
l’équation caractéristique :

λ3 − I1ε λ2 + I2 ε λ − I3ε = 0

IUTB-LYON1-GMP-DDS Page 57
TD-2A-S3-F312

I1ε = tr[ε] est l’invariant linéaire (la dilatation cubique).


I2ε = tr[coε ] est l’invariant quadratique.
I3ε = [ε ] est l’invariant cubique.
La matrice [ε] étant symétrique, les 3 valeurs propres sont réelles et les 3
vecteurs propres sont orthogonaux et constituent une base dans laquelle la
matrice [ε] sera diagonale.
On note, εX, εY et εZ les 3 valeurs propres de [ε ] . Ce sont les déformations
principales. On note X, Y et Z les 3 axes construits sur les 3 vecteurs propres de
l’espace. Ce sont les axes principaux des déformations

εZ

P 1
1 εY
Y
εX

Dans le repère principal un cube infiniment petit de côté unité se transforme


en un parallélépipède à faces rectangulaires.

⎡ε X 0 0⎤

[ε ] = ⎢⎢ 0 εY 0⎥
XYZ
⎢⎣ 0 0 ε Z ⎥⎦
⎡ε X ⎤
NOTATION EN COLONNE POUR [ε] : [ε]
XYZ
⎢ ⎥
= ⎢ε Y ⎥
⎢⎣ε Z ⎥⎦

IUTB-LYON1-GMP-DDS Page 58
TD-2A-S3-F312

1.5. Etat de déformations planes :

Tout ce qui a été écrit à propos de l’état de contraintes planes est


intégralement transposable à ce paragraphe consacré à l’état de déformations
planes. Aucune démonstration ne sera donc faite dans ce paragraphe. Il suffit
r
de faire le parallèle entre le vecteur contrainte Φ h et le vecteur différentiel
r
duε quand la norme du vecteur qui se déforme dx vaut 1 ( dx = h ).

y y
t t

Φh

h h’ (déformé)
duε h

σhh εhh
σth θ εth θ
h (norme 1) x h (norme 1) x
P P

[Φ ] = [σ][h]
h [duε ] = [ε][h]
⎡σ hh ⎤ ⎡ε hh ⎤
[Φ ] =h ⎢σ ⎥ [duε ] = ⎢ε ⎥
⎣ th ⎦ ⎣ th ⎦

1.5.1. Définition :
Un état de déformations planes est tel que toutes les déformations sont contenues
dans un plan (xy par exemple).

La matrice des déformations s’écrit :

⎡ε xx ε xy 0⎤ ⎡ ε xx ⎤
⎢ ⎥
[ε]xyz = ⎢ ε yx ε yy 0⎥ [ε] ⎢ ⎥
= ⎢ ε yy ⎥
⎢⎣ 0 0 0 ⎥⎦ xyz
⎢ γ xy ⎥
⎣ ⎦

IUTB-LYON1-GMP-DDS Page 59
TD-2A-S3-F312

La visualisation d’un état de déformations planes xy peut se faire à l’aide d’un carré
de côté unité isolé dans le plan xy.

εxy

εyy

1 ≈(1+εxx)
≈(π/2-2εxy)
≈(1+εyy)

εyx
x
P 1
εxx

NB. Si ε zz ≠ 0 l’état de déformation est dit « pseudo plan » mais cet état est
régit par les mêmes équations que l’état plan.

1.5.2. Expression des composantes de duε sur un repère ht lié au point P :

y
t

h’ (déformé)
duε h

εhh
εth θ
h (norme 1) x
P

ε xx + ε yy ε xx − ε yy
ε hh = + cos 2θ + ε xy sin 2θ
2 2
ε xx − ε yy
ε th = − sin 2θ + ε xy cos 2θ
2

IUTB-LYON1-GMP-DDS Page 60
TD-2A-S3-F312

1.5.3. Eléments principaux des déformations :

⎡ε xx ε xy 0⎤
⎢ ⎥
[ε]xyz = ⎢ ε yz ε yy 0⎥
⎢⎣ 0 0 0 ⎥⎦ Déformation principale
z ≡ Z

Etant donnée la forme plane de la matrice on peut dire que 0 est une déformation
principale et que l’axe z est un axe principal ( z ≡ Z ).
Le calcul se limite donc à la recherche des deux déformations principales ( ε X et
ε Y ) et des deux axes principaux (X et Y) dans le plan xy.
Le calcul donne :

ε xx + ε yy 1
εX = + ( ε xx − ε yy ) 2 + 4ε 2xy
2 2
ε xx + ε yy 1
εY = − ( ε xx − ε yy ) 2 + 4ε 2xy
2 2
εZ = 0
ε X − ε xx
tgϕ = ϕ = (1, X )
ε xy

Y
φ
x

r r π
Le deuxième vecteur propre Y est perpendiculaire à X (de + ) dans le plan des
2
déformations.

IUTB-LYON1-GMP-DDS Page 61
TD-2A-S3-F312

EXTENSOMÉTRIE

1. But :

z
Détermination expérimentale d'un
état plan de contrainte en un point P.

y
x

2. Principe :

Diagonalisation Lois de Lamé ( E et ν )


P
[ε] P
/xyz [ε] /XYZ [σ]P/XYZ
Mesurée

3. Méthode :

Grille Pour mesurer


l'état de
déformation au
point P, on
utilise des
Support isolant
"jauges de
déformation".
Ce sont des
résistances
Protection (R=120Ω) très
minces que l'on
colle sur la
structure au
point P.

Cosse de liaison

IUTB-LYON1-GMP-DDS Page 62
TD-2A-S3-F312

3.1 Une jauge de déformation est constituée d'une grille très fine (2μm)
imprimé selon une technique de photogravure sur un support isolant très mince
(30μm). Le fil qui constitue la grille est généralement en constantan (Cu+Ni) qui est
un alliage dont la résistance est stable aux alentours de 20°C. Le support isolant
est un polyimide.

3.2 Facteur de jauge :


Il est déterminé en traction.
Les brins de la grille étant alignés suivant x, le fil subit une déformation de
traction (comme s'il était tendu à ses extrémités). Le fil subit donc une
déformation εxx suivant x et une déformation -νεxx suivant y à cause de l'effet de
POISSON.

La résistance du fil vaut :


L y
R = ρ
S
ΔR Δρ ΔL ΔS
= + −
R ρ L S x
ΔS ΔD ΔL
= 2 = − 2ν
S D L

En outre, on montre que lors de la déformation la résistivité du fil varie de façon


proportionnelle à son volume (loi de BRIDGMAN). C étant la constante de
BRIDGMAN du matériau constituant le fil, on peut écrire :

Δρ ΔV ΔL ΔS ΔL
= C = C( + ) = C (1 − 2ν )
ρ V L S L
ΔR ΔL
= ( C (1 − 2ν ) + (1 + 2ν ))
R L
ΔR ΔL
= K
R L
ΔR
= Kε xx avec K = C (1 − 2ν ) + (1 + 2ν )
R

La constante K est le facteur de jauge. Pour le constantan C≈1.13 et ν≈0.285 ⇒


K≈2.05. La valeur de K donnée par le constructeur est déterminée
expérimentalement en flexion 4 points par prélèvements statistiques. En flexion 4
points, la partie supérieure de la barre est soumise à de la traction.

P jauge P

a a

IUTB-LYON1-GMP-DDS Page 63
TD-2A-S3-F312

3.3 Les instruments de mesure :

Pour mesurer la variation de résistance ΔR/R on utilise un pont de WHEATSTONE.


On montre que :

R1 R2 R1 R4
e = E( − )
R1 + R2 R3 + R4

Δe (ε xx)
Le pont est dit en équilibre si e=0 ⇒ R1R3=R2R4
Supposons que les quatre résistances varient.
R4 R3
On obtient :

R1R2 ΔR1 ΔR2 Δ R3 ΔR 4


Δe = E ( − + − )
E
(R1 + R2 ) 2
R1 R2 R3 R4
On remarque que deux résistances adjacentes agissent en sens opposé, tandis que
deux résistances opposées agissent dans le même sens.

3.4 Les câblages :


Le câblage le plus simple est le "montage quart de pont - deux fils". On remplace
une résistance du pont par une jauge J, de résistance R. Après avoir réalisé
l'équilibre du pont (e=0) et déformé la structure sur laquelle est collée la jauge, la
résistance de la jauge varie de ΔR. La tension de sortie Δe est donnée par :

J
x (εxx)
E ΔR
R2 Δe = ( )
4 R

Δe (ε xx) E
Δe = (Kε xx )
4
4
R4 R3 ε xx = Δe
KE
La valeur de εxx se lit directement sur le
cadran du voltmètre en
microdéformations (1μd=10-6 m/m).
E

J L2

x (εxx)
L1 R2 La dilatation des fils de liaison, si la
température varie pendent le mesure,
Δe (ε xx)
peut entraîner une erreur non
négligeable. On utilise alors le "montage
quart de pont - trois fils". Si L1=L2 les
R4 R3
variations de résistance des fils dues à
des effets thermiques se compensent
E
puisqu'ils sont situés dans deux branches
adjacentes du pont.

IUTB-LYON1-GMP-DDS Page 64
TD-2A-S3-F312

3.5 Les effets parasites :

Le principal est la sensibilité latérale de la jauge. La résistance d'une jauge ne se


modifie pas uniquement en raison de la déformation longitudinale εxx suivant l’axe
de ses brins mais aussi, pour une faible part, en raison de la déformation
transversale εyy. (en effet la jauge ne travaille pas, lorsqu’elle est collée sur une
structure quelconque, dans les mêmes conditions que lors de son étalonnage en
traction). On peut effectuer une correction de la déformation εxx en utilisant le
facteur de sensibilité transversale Kt de la jauge (ce facteur est fourni par le
constructeur).

4. Mesure de l'état de déformation à la surface d'un corps :

εxy

εyy

1 ≈(1+εxx)
≈(π/2-2εxy)
≈(1+εyy)

εyx
x
P 1
εxx

A la surface d'un corps la matrice des déformations s'écrit :

⎡ε xx ε xy 0⎤
⎢ ⎥
[ε ]xyz = ⎢ ε yx ε yy 0⎥
⎢⎣ 0 0 ε zz ⎥⎦

La déformation ε zz n'est pas indépendante. Elle vaut :


ν
ε zz = − ( ε xx + ε yy )
1− ν
Au voisinage d'un point, et à la surface d'un corps, un carré infiniment petit de
côté unité se transforme en un parallélogramme.

IUTB-LYON1-GMP-DDS Page 65
TD-2A-S3-F312

Il faut donc mesurer trois quantités pour définir complètement la déformation :

ε xx qui est la dilatation linéaire unitaire suivant l'axe x.

ε yy qui est la dilatation linéaire unitaire suivant l'axe y.

ε xy qui est la demi-distorsion γ xy de l'angle droit xy.

ε xx et ε yy peuvent se mesurer avec deux jauges placées suivant les axes x et y. La


demi-distorsion ε xy étant un angle, on ne peut pas la mesurer directement avec
une jauge. On effectue une troisième mesure de dilatation linéaire unitaire dans le
plan xy suivant un axe h.

y
t

h’ (déformé)
duε h

εhh
εth θ
h (norme 1) x
P

On a montré au § 3.5.3. que la dilatation linéaire unitaire ε hh suivant l’axe h se


calcule par :

ε xx + ε yy ε xx − ε yy
ε hh = + cos 2θ + ε xy sin 2θ
2 2

La relation précédente, dans laquelle ε xx , ε yy et ε hh sont mesurées et θ fixé,


permet de calculer ε xy .

IUTB-LYON1-GMP-DDS Page 66
TD-2A-S3-F312

On utilise pour mesurer ε xx , ε yy et


ε hh des dispositifs appelées
"rosettes", constituées de trois
jauges collées sur le même support
et espacées angulairement de 45° ou
120°.

‰ Rosette 45° (ou rosette rectangulaire) :

Jauges distinctes Jauges superposées

y
Quantités mesurées

α
⎧ ε xx

⎨ ε yy
⎪ε = (ε )
⎩ αα hh θ = 45°

Jy 45°

Jx x
P

IUTB-LYON1-GMP-DDS Page 67
TD-2A-S3-F312

ε xx + ε yy ε xx − ε yy
De la relation : ε hh = + cos 2θ + ε xy sin 2θ on tire compte
2 2
tenu que θ=45 :
ε xx ε yy
ε αα = + + ε xy
2 2

ε xx + ε yy
ε xy = ε αα −
2

‰ Rosette 120° (ou rosette delta) :


y
α

120°
Quantités
mesurées
Jα ⎧ ε xx

⎨ ε αα = (ε hh )θ = 120
Jx x
P ⎪ε = (ε )
⎩ ββ hh θ = −120

120°

ε xx + ε yy ε xx − ε yy
De la relation : ε hh = + cos 2θ + ε xy sin 2θ on tire compte
2 2
tenu que :
ε xx 3 3
1°) θ = 120° → ε αα = + ε yy − ε xy
4 4 2
ε 3 3
2°) θ = −120 ° → ε ββ = xx + ε yy + ε xy
4 4 2

IUTB-LYON1-GMP-DDS Page 68
TD-2A-S3-F312

ε ββ − ε αα 1
ε xy = et ε yy = (2ε αα + 2ε ββ − ε xx )
3 3

Pour les deux rosettes :

a) Les déformations principales se calculent par :

ε xx + φ yy 1
εX = + ( ε xx − ε yy ) 2 + 4 ε 2xy
2 2
ε xx + ε yy 1
εY = − ( ε xx − ε yy ) 2 + 4 ε 2xy
2 2

a) La position du repère principal dans le plan se calcule par :

ε X − ε xx
tgϕ = ϕ = (1, X )
ε xy

c) Les contraintes principales se calculent par les lois de Lamé dans un état
de contraintes planes :

E
σX = (ε + νε Y )
1 - ν2 X
E
σY = (ε + νε X )
1 - ν2 Y

IUTB-LYON1-GMP-DDS Page 69
TD-2A-S3-F312

3. LOIS DE COMPORTEMENT

PROBLÈME N°12

Face Y

Dans une plaque supposée indéformable, on pratique un logement


parallélépipédique de 10 mm par 10,005 mm par 10 mm. Dans ce logement, on introduit un
cube en aluminium, qui lui est susceptible de se déformer.
Les côtés du cube d’aluminium valent 10 mm.
Les constantes élastiques de l’aluminium valent : E =70 GPa, ν =1/3.

Le cube d’aluminium est comprimé sur sa face supérieure avec une pression de 60 MPa.
Le frottement est négligé. Le repère XYZ est le repère principal des contraintes et des
déformations.

1°) Le cube vient-il en contact avec la face Ydu logement ?


On supposera pour résoudre cette question que le cube vient en contact avec la face Y
du logement. Donnez dans ces conditions les valeurs de εX, εY et σZ, et calculez la
contrainte σY.
Pour que le contact se réalise il faut que la contrainte σY soit négative.
Dans le cas contraire prendre σY = 0 puisqu’il n’y a pas contact et calculer σX, εY et εZ.

2°) Quelle devrait être la valeur minimum de σZ pour que le contact se réalise ?

IUTB-LYON1-GMP-DDS Page 70
TD-2A-S3-F312

RÈPONSES N°12

60 MPa

10*10*10

10
10,005
Face Y
10
Y

1+υ
Ecrivons la loi de HOOKE [ε ] = [σ ] − υ tr[σ ][I ] sous forme développée et dans les axes
E E
principaux :
⎧ 1
⎪ ε X = (σ X − υ (σ Y + σ Z )) (1)
E
⎪⎪ 1
⎨ε Y = (σ Y − υ (σ Z + σ X )) (2)
⎪ E
⎪ε Z = 1 (σ Z − υ (σ X + σ Y )) (3)
⎪⎩ E

Supposons que le cube vient en contact avec la face Y du logement . Dans ces conditions :

εX = 0 ε Y = 5.10 −4 σ Z = −60 MPa

⎧ ⎛ 1 ⎞
0 = ⎜ σ X − (σ Y − 60 )⎟ (1) ⎧ 1

⎝ 3 ⎠ ⎪ 0 = σ X − 3 (σ Y − 60) (1)
⎪ ⎪⎪
⎪ 1 ⎛ 1 ⎞ 1
−4
⎨5.10 = σ − (− 60 + σ X )⎟
3 ⎜ Y
(2) ⎨35 = σ Y − (− 60 + σ X ) (2)
⎪ 70.10 ⎝ 3 ⎠ ⎪ 3
⎪ ⎪
⎪ ⎪⎩

IUTB-LYON1-GMP-DDS Page 71
TD-2A-S3-F312

La résolution des équations (1) et (2) conduit à : σ Y = 9,375MPa

Cette contrainte étant positive, le contact ne se réalise pas.

Le contact ne se réalisant pas, prenons σ Y = 0 et toujours ε X = 0 et σ Z = −60 MPa

⎧ − 60
⎪ 0 =σX − (1)
⎪ 3 ⎧ σ X = −20MPa
⎪ 1 ⎛ 1 ⎞ ⎪
⎨ε Y = 3 ⎜
0 − (− 60 + σ X )⎟ (2) La résolution donne : ⎨ ε Y = 381.10
−6

⎪ 70.10 ⎝ 3 ⎠ ⎪ε = −762.10 −6
⎪ 1 ⎛ σ X ⎞
⎩ Z
⎪ ε Z = 70.103 ⎜⎝ − 60 − 3 ⎟⎠ (3)

La valeur minimum de σZ pour que le contact se réalise conduit aux conditions :

εX = 0 ε Y = 5.10 −4 σY = 0

⎧ σ
⎪ 0 =σX − Z (1)
⎪ 3
⎪ 1 ⎛ 1 ⎞
−4
⎨5.10 = 3 ⎜
0 − (σ Z + σ X )⎟ (2)
⎪ 70.10 ⎝ 3 ⎠
⎪ 1 ⎛ σ ⎞
⎪ εZ = σ − X⎟
3 ⎜ Z
(3)
⎩ 70.10 ⎝ 3 ⎠

⎧σ X = −26,25MPa

La résolution donne : ⎨σ Z = −78,75MPa
⎪ ε = −10 −3
⎩ Z

La valeur minimum de σZ pour que le contact se réalise : -78,75 MPA

IUTB-LYON1-GMP-DDS Page 72
TD-2A-S3-F312

PROBLÈME N°13

On donne une matrice de déformation dans les axes principaux :


⎡1000 0 0 ⎤
[ε] XYZ = 10 − 6 ⎢⎢ 0 − 200 0 ⎥

⎢⎣ 0 0 ε ZZ ⎥⎦
Le matériau a comme caractéristiques :E= 200 GPa et ν =0.3.
Calculer la matrice des contraintes correspondante.
a) En contraintes planes.
b) En déformations planes.

RÈPONSES N°13

Ecrivons la loi de LAME:

[σ ] = 2G[ε ] + λtr [ε ][I ]


E υE
Sachant que : G= λ=
2(1 + υ ) (1 + υ )(1 − 2υ )

Dans les axes principaux :

⎡σ X ⎡ε X
P P
0 0⎤ 0 0⎤
υE
0 ⎥⎥ +
⎢0 ⎥ E ⎢
σY 0⎥ = 0 εY (ε + ε + ε )[I ]
⎢ (1 + υ ) ⎢ (1 + υ )(1 − 2υ ) X Y Z
⎢⎣ 0 0 σ Z ⎥⎦ XYZ ⎢⎣ 0 0 ε Z ⎥⎦ XYZ

Ecrivons la loi de LAME en contraintes planes :

⎡σ X ⎡ε X
P P
0 0⎤ 0 0⎤ ⎡1 0 0 ⎤
υE
⎢0 σY 0⎥⎥ =
E ⎢
0 εY 0⎥ +⎥ (ε X + ε Y + ε Z )⎢⎢0 1 0⎥⎥
⎢ (1 + υ ) ⎢ (1 + υ )(1 − 2υ )
⎢⎣ 0 0 0⎥⎦ XYZ ⎢⎣ 0 0 ε Z ⎥⎦ XYZ ⎢⎣0 0 1⎥⎦

Ecrivons la loi de LAME en déformations planes :

⎡σ X ⎡ε X
P P
0 0⎤ 0 0⎤ ⎡1 0 0⎤
υE
⎢0 σY 0⎥ ⎥ =
E ⎢
0 εY ⎥
0⎥ + (ε X + ε Y )⎢⎢0 1 0⎥⎥
⎢ (1 + υ ) ⎢ (1 + υ )(1 − 2υ )
⎢⎣ 0 0 σ Z ⎥⎦ XYZ ⎢⎣ 0 0 0⎥⎦ XYZ ⎢⎣0 0 1⎥⎦

IUTB-LYON1-GMP-DDS Page 73
TD-2A-S3-F312

Contraintes planes

⎡σ X
P
0 0⎤ ⎡1000 0 0⎤ ⎡1 0 0 ⎤
υ
⎢0 σY 0⎥⎥ =
E ⎢ 0 − 200 0 ⎥⎥10 −6 +
E
(1000 − 200 + ε Z )⎢⎢0 1 0⎥⎥10−6
⎢ (1 + υ ) ⎢ (1 + υ )(1 − 2υ )
⎢⎣ 0 0 0⎥⎦ XYZ ⎢⎣ 0 0 ε Z ⎥⎦ ⎢⎣0 0 1⎥⎦

⎡σ X
P
0 0⎤ ⎡1000 0 0⎤ ⎡1 0 0 ⎤
200.103 ⎢ 0,3 × 200.103
⎢0
⎢ σY 0⎥⎥ = ⎢ 0 ⎥
− 200 0 ⎥10 +−6
(800 + ε Z )⎢⎢0 1 0⎥⎥10−6
1,3 1,3 × 0,4
⎢⎣ 0 0 0⎥⎦ XYZ ⎢⎣ 0 0 ε Z ⎥⎦ ⎢⎣0 0 1⎥⎦
D’où le système :

⎧ 200.103 0,3 × 200.103


⎪ σ X = 1,3 ×1000.10 + 1,3 × 0,4 (800 + ε Z ).10 (1)
−6 −6


⎪ 200.103 0,3 × 200.103
σ
⎨ Y = − × 200 . 10 −6
+ (800 + ε Z ).10−6 (2)
⎪ 1,3 1,3 × 0,4
⎪ 200 . 10 3
0,3 × 200.103
⎪ 0 = × ε . 10 −6
+ (800 + ε Z ).10−6 (3)
1,3 × 0,4
Z
⎩ 1,3

De l’équation (3) nous tirons : εZ = -343.10-6


Valeur reportée dans les équations (1) et (2) : σX = 207 MPa et σY = 22 MPa

⎡207 0 0⎤ ⎡1000 0 0 ⎤
[σ ] = ⎢⎢ 0 22 0⎥⎥ MPa [ε ] ⎢
=⎢ 0 − 200 0 ⎥⎥10 −6
P P
XYZ XYZ

⎢⎣ 0 0 0⎥⎦ ⎢⎣ 0 0 − 343⎥⎦

Autre approche possible :

Dans des axes principaux :


⎪σ X = 1 − υ 2 (ε X + υε Y )
E
−υ
⎨ et εZ = (ε X + ε Y )
⎪σ Y =
E
(ε Y + υε X ) 1−υ
⎩ 1−υ 2

⎧ 200.103
⎪⎪ X 1 − 0,32 (1000 + 0,3(− 200 )).10
σ −6
=
− 0,3
⎨ 3 εZ = (1000 − 200).10−6
⎪ σ Y = 200.10 (− 200 + 0,3.1000 ).10 −6 0,7
⎪⎩ 1 − 0,32

IUTB-LYON1-GMP-DDS Page 74
TD-2A-S3-F312

Déformations planes

⎡σ X
P
0 0⎤ ⎡1000 0 0⎤ ⎡1 0 0 ⎤
⎢0 ⎥ E ⎢ ⎥ υE
σY 0⎥ = 0 −6
− 200 0⎥10 + (1000 − 200)⎢⎢0 1 0⎥⎥10−6
⎢ (1 + υ ) ⎢ (1 + υ )(1 − 2υ )
⎢⎣ 0 0 σ Z ⎥⎦ XYZ ⎢⎣ 0 0 0⎥⎦ ⎢⎣0 0 1⎥⎦

⎡σ X
P
0 0⎤ ⎡1000 0 0⎤ ⎡1 0 0⎤
⎢0 200.103 0,3 × 200.103
⎢ σY 0 ⎥⎥ = ⎢ 0

⎥ −6
− 200 0⎥10 + (800)⎢⎢0 1 0⎥⎥10−6
1,3 1,3 × 0,4
⎢⎣ 0 0 σ Z ⎥⎦ XYZ ⎢⎣ 0 0 0⎥⎦ ⎢⎣0 0 1⎥⎦

D’où le système :

⎧ 200.103 0,3 × 200.103


⎪ σ = × 1000 . 10 −6
+ (800).10−6 (1)
1,3 × 0,4
X
⎪ 1,3
⎪ 200.10 3
0,3 × 200.103
⎨σ Y = − × 200.10 + −6
(800).10−6 (2)
⎪ 1,3 1,3 × 0,4
⎪ 0,3 × 200.10 3

⎪ σZ = (800).10−6 (3)
⎩ 1,3 × 0,4

De la résolution du système nous tirons : σX = 246 MPa ; σY = 62 MPa ; σZ = 92 MPa

⎡246 0 0 ⎤ ⎡1000 0 0⎤
[σ ] = ⎢⎢ 0 62 0 ⎥⎥ MPa [ε ] ⎢
=⎢ 0 − 200 0⎥⎥10 −6
P P
XYZ XYZ

⎢⎣ 0 0 92⎥⎦ ⎢⎣ 0 0 0⎥⎦

Vérification :

σ Z = υ (σ X + σ Y ) σ Z = 0,3(246 + 62)

IUTB-LYON1-GMP-DDS Page 75
TD-2A-S3-F312

LOIS DE COMPORTEMENT

1. Relations Contraintes-Déformations
On cherche, dans ce paragraphe, à établir les relations entre la matrice des
contraintes [σ ] et la matrice des déformations [ε ] . On se place dans les axes
principaux des contraintes et des déformations.

Le matériau est supposé homogène et isotrope.

E est le module de YOUNG 5 du matériau (en MPa).

ν est son coefficient de POISSON 6 (sans dimension)

G est son module de COULOMB 7 (en MPa).

[σ] Lois de HOOKE [ε] = f([σ])

Lois de LAMĒ [σ] = f-1([ε])


[ε]

1.1. Elasticité à trois dimensions :

1.1.1. Lois de HOOKE 8 :


1°) Loi de HOOKE en traction uniaxiale :

σX Z
εX = σX
E

E est le module de YOUNG du Facette Z


matériau (en MPa).

P
ν
ε Y = ε Z = − νε X = − σ
E X
Facette Y Y
ν est le coefficient de POISSON Facette X
σX
du matériau (sans dimension).
X

5
YOUNG Thomas 1773-1829)
6
POISSON Siméon-Denis (1781-1840)
7
COULOMB Charles (1736-1806)
8
HOOKE Robert (1635-1703)

IUTB-LYON1-GMP-DDS Page 76
TD-2A-S3-F312

2°) Loi de HOOKE en traction triaxiale :

εX εY εZ Z

σ σZ
σX/E -νσX/E -νσX/E
X
σX
σY -νσY/E σY/E -νσY/E
σY
σZ -νσZ/E -νσZ/E σZ/E
P
σY

Par superposition, on obtient : Y

σX
1
εX = ( σ X − ν ( σ Y + σ Z )) X σZ
E
1
εY = ( σ Y − ν ( σ Z + σ X ))
E
1
εZ = ( σ Z − ν ( σ X + σ Y ))
E

En introduisant la trace de la matrice [σ ] ( tr σ[ ]= σ X + σ Y + σ Z ) les relations


précédentes s'écrivent :
1+ ν ν
εX = σ X − tr[σ ]
E E
1+ ν ν
εY = σ Y − tr[σ ]
E E
1+ ν ν
εZ = σ Z − tr[σ ]
E E

Sous forme matricielle :

1+ ν ν
[ε] = [σ ]− tr[σ ][I ]
XYZ E XYZ E

⎡ 1 0 0⎤
[I] = ⎢⎢ 0 1 0⎥⎥ est la matrice unité.
⎢⎣ 0 0 1⎥⎦

IUTB-LYON1-GMP-DDS Page 77
TD-2A-S3-F312

3°) Invariance de la loi de HOOKE :

Nous allons montrer que la forme de la loi de HOOKE est indépendante du repère.
Prenons la trace des deux membres de la loi de HOOKE. Compte tenu que la trace
de [I ] vaut 3, on trouve la relation entre les traces de [ε ] de [σ ] :

1+ ν ν
[ε ] = [σ ]− tr[σ ][I ]
XYZ E XYZ E
1+ ν ν
tr[ε ] = tr[σ ] − 3 tr[σ ]
E E

1 − 2ν
tr [ε ] = tr [σ ]
E

La trace de la matrice des déformations tr[ε] est invariante (c’est la dilatation


volumique). E et ν sont des constantes physiques qui ne dépendent pas du repère où
elles sont calculées puisque le matériau est isotrope. La trace de la matrice [σ] est
donc invariante. La loi de HOOKE qui a été établi dans le repère principal
conserve donc la même forme quel que soit le repère.

1+ ν ν
[ε ] = [σ ]− tr [σ ][I ]
xyz E xyz E

4°) Module de COULOMB G du matériau :

La relation entre εxy et σxy tirée de la loi de HOOKE permet d'écrire :

1+ ν
ε xy = σ xy
E
2(1 + ν ) 1
2ε xy = γ xy = σ xy Or en torsion on a : γ xy = σ xy
E G

D’où :
E
G =
2(1 + ν )

G est le module de COULOMB (en MPa) du matériau.

IUTB-LYON1-GMP-DDS Page 78
TD-2A-S3-F312

1.1.2. Lois de LAMĒ 9:

C'est la présentation sous forme inverse des lois de HOOKE. La relation de


HOOKE s'inverse facilement compte tenu de la relation entre les traces des
matrices des contraintes et des déformations.
La loi de HOOKE s’écrit :
1+ ν ν
[ε] = [σ ]− tr [σ ][I]
E E

Compte tenu de la relation entre les trace de [σ ] et [ε ] :

1 − 2ν
tr[ε] = tr[σ]
E
Nous obtenons en reportant dans la loi de HOOKE :

1+ ν ν E
[ε] = [σ]− tr [ε][I ]
E E 1 − 2ν

E νE
[σ ] = [ε] + tr[ε ][I ]
1+ ν (1 + ν )(1 − 2ν )

Ou encore sous une autre forme en introduisant le module de COULOMB G et le


module de LAMÉ λ :

[σ] = 2G[ε] + λtr[ε][I]

G est le module de COULOMB (en MPa)

λ est le module de LAMÉ (en MPa)

E
G =
2(1 + ν )
νE
λ =
(1 + ν )(1 − 2ν )

9
LAMÉ Gabriel (1795-1870)

IUTB-LYON1-GMP-DDS Page 79
TD-2A-S3-F312

NOTATION EN COLONNE POUR [σ ] et [ε ] :

⎡σ xx ⎤ ⎡ ε xx ⎤
⎢σ ⎥ ⎢ε ⎥
⎢ yy ⎥ ⎢ yy ⎥
⎢ σ zz ⎥ ⎢ ε zz ⎥
[σ] = ⎢
σ
⎥ [ε] = ⎢ ⎥
xyz ⎢ xy ⎥ xyz ⎢ γ xy ⎥
⎢ σ yz ⎥ ⎢ γ yz ⎥
⎢ ⎥ ⎢ ⎥
⎢⎣ σ zx ⎥⎦ ⎢⎣ γ zx ⎥⎦

La loi de LAMĒ [σ ] = E νE
[ε ] + tr[ε ][I ] s’écrit sous forme
1+ ν (1 + ν )(1 − 2ν )
développée dans des axes quelconques x,y,z :

E
σ xx =
(1 + ν )(1 - 2ν )
(
(1 + ν )ε xx + ν( e yy + ezz ) )
E
σ yy =
(1 + ν )(1 - 2ν )
(
(1 + ν )ε yy + ν( ezz + exx ) )
E
σ zz =
(1 + ν )(1 - 2ν )
(
(1 + ν )ε zz + ν( exx + e yy ) )
E
σ xy = ε xy
1+ν
E
σ yz = ε yz
1+ν
E
σ zx = ε zx
1+ν

On peut écrire les relations précédentes sous cette forme matricielle :

⎡1 − ν ν ν 0 0 0 ⎤
⎡σ xx ⎤ ⎢ ν 1− ν ν 0 0 0 ⎥⎥ ⎡ ε xx ⎤
⎢σ ⎥ ⎢ ⎢ ⎥
⎢ yy ⎥ ⎢ ν ν 1− ν 0 0 0 ⎥ ⎢ ε yy ⎥
⎢ σ zz ⎥ ⎢ 1 − 2ν ⎥
⎢ ⎥ =
E
⎢ 0 0 0 0 0 ⎥ ⎢⎢ ε zz ⎥⎥
(1 + ν )(1 − 2ν ) ⎢ 2
⎢ σ xy ⎥ 1 − 2ν ⎥ ⎢ γ xy ⎥
⎢ σ yz ⎥ ⎢ 0 0 0 0 0 ⎥ ⎢ γ yz ⎥
⎢ ⎥ ⎢ 2 ⎥⎢ ⎥
⎢⎣ σ zx ⎥⎦ ⎢ 1 − 2ν ⎥ ⎢⎣ γ zx ⎥⎦
⎢⎣ 0 0 0 0 0
2 ⎥⎦

IUTB-LYON1-GMP-DDS Page 80
TD-2A-S3-F312

[σ ] = [C ][ε ]
La matrice symétrique [C] est la matrice des constantes élastiques du
matériau.
⎡1 − ν ν ν 0 0 0 ⎤
⎢ ν 1− ν ν 0 0 0 ⎥
⎢ ⎥
⎢ ν ν 1− ν 0 0 0 ⎥
E ⎢ 1 − 2ν ⎥
[C ] = ⎢ 0 0 0
2
0 0 ⎥
(1 + ν )(1 − 2ν ) ⎢ ⎥
1 − 2ν
⎢ 0 0 0 0 0 ⎥
⎢ 2 ⎥
⎢ 1 − 2ν ⎥
⎢⎣ 0 0 0 0 0
2 ⎥⎦
SYM

1+ ν ν
La loi de HOOKE [ε ] = [σ ]− tr [σ ][I ] s’écrit dans des axes quelconques x,y,z
E E
sous forme développée :

1
εxx =
E
( (
σ xx − ν σ yy + σ zz ))
1
εyy =
E
( )
σ yy − ν (σ zz + σ xx )

1
εzz =
E
( (
σ zz − ν σ xx + σ yy ))
1+ν
εxy = σ xy
Ε
1+ν
εyz = σ yz
Ε
1+ν
εzx = σ zx
Ε

On peut écrire les relations précédentes sous cette forme matricielle :

⎡ ε xx ⎤ ⎡ 1 − ν − ν 0 0 0 ⎤ ⎡σ xx ⎤
⎢ε ⎥ ⎢− ν 1 − ν 0 0 0 ⎥ ⎢σ ⎥
⎢ yy ⎥ ⎢ ⎥ ⎢ yy ⎥
⎢ ε zz ⎥ 1 ⎢− ν − ν 1 0 0 0 ⎥ ⎢ σ zz ⎥
⎢ ⎥ = ⎢ ⎥⎢ ⎥
⎢ γ xy ⎥ E⎢ 0 0 0 2(1 + ν ) 0 0 ⎥ ⎢ σ xy ⎥
⎢ γ yz ⎥ ⎢ 0 0 0 0 2(1 + ν ) 0 ⎥ ⎢ σ yz ⎥
⎢ ⎥ ⎢ ⎥⎢ ⎥
⎢⎣ γ zx ⎥⎦ ⎢⎣ 0 0 0 0 0 2(1 + ν ) ⎥⎦ ⎢⎣ σ zx ⎥⎦

[ε] = [C ]−1[σ]
IUTB-LYON1-GMP-DDS Page 81
TD-2A-S3-F312

La matrice symétrique [C]-1 est la matrice inverse des constantes élastiques


[C] du matériau.

⎡ 1 − ν − ν 0 0 0 ⎤
⎢− ν 1 − ν 0 0 0 ⎥
⎢ ⎥
1 ⎢ − ν − ν 1 0 0 0 ⎥
[C ]− 1 = ⎢ ⎥
E⎢ 0 0 0 2(1 + ν ) 0 0 ⎥
⎢ 0 0 0 0 2(1 + ν ) 0 ⎥
⎢ ⎥
⎢⎣ 0 0 0 0 0 2(1 + ν ) ⎥⎦

1.2. Elasticité à deux dimensions : SYM

1.2.1. Etat de contraintes planes :


⎡σ X 0 0⎤
[σ] = ⎢⎢ 0 σY 0⎥

XYZ
⎢⎣ 0 0 0 ⎥⎦

1+ ν ν
L’application de la loi de HOOKE [ε ] = [σ ]− tr [σ ][I] montre que la matrice
E E
des déformations aura la forme :

⎡ε X 0 0⎤
[ε] = ⎢⎢ 0 εY 0⎥

XYZ
⎢⎣ 0 0 ε Z ⎥⎦

La matrice des contraintes est plane, mais celle des déformations ne l’est pas.

Le développement la dernière ligne de la loi de HOOKE permet de calculer ε Z :

1+ ν ν ν
[ε] = [σ ]− tr [σ ][I] εZ = − tr[σ ]
E E E
Or compte tenu de la relation entre les traces des matrices des contraintes et des
E
déformations : tr[σ] = tr[ε]
1 − 2ν
ν
εZ = − (ε + ε Y )
1− ν X

La déformation εZ suivant une perpendiculaire au plan des contraintes n’est


donc pas indépendante.

IUTB-LYON1-GMP-DDS Page 82
TD-2A-S3-F312

NOTATION EN COLONNE POUR [σ ] et [ε ] :

⎡σ xx ⎤ ⎡ ε xx ⎤
⎢ ⎥ ⎢ ⎥
[σ ] = ⎢ σ yy ⎥ [ε] = ⎢ ε yy ⎥
⎢ σ xy ⎥ ⎢ γ xy ⎥
⎣ ⎦ ⎣ ⎦
ν
ε zz = − ( ε xx + ε yy )
1− ν

La loi de LAMĒ [σ ] = E νE
[ε ] + tr[ε ][I ] s’écrit sous forme
1+ ν (1 + ν )(1 − 2ν )
développée dans des axes quelconques x,y,z :

E
σ xx =
1 - ν2
(ε xx + νε yy )
E
σ yy =
1 - ν2
(ε yy + νε xx )
E
σ xy = ε xy
1+ν

On peut écrire les relations précédentes sous cette forme matricielle :

⎡ ⎤⎡ ⎤
⎢1 ν 0
⎡σ xx ⎤
⎢ ⎥ E ⎥ ⎢ ε xx ⎥
⎢ σ yy ⎥ = 1 − ν 2 ⎢ν 1 0 ⎥ ⎢ ε yy ⎥
⎢ σ xy ⎥ ⎢ 1− ν ⎥⎢ ⎥
⎣ ⎦ ⎢0 0 ⎥ ⎣ γ xy ⎦
⎣ 2 ⎦

[σ] = [C ][ε]

La matrice symétrique [C] est la matrice en contraintes planes des constantes


élastiques du matériau.

⎡ ⎤
E ⎢1 ν 0 ⎥
[C ] = ⎢ν 1 0 ⎥
1 − ν2 ⎢ 1− ν⎥
⎢0 0 ⎥
⎣ 2 ⎦
SYM

IUTB-LYON1-GMP-DDS Page 83
TD-2A-S3-F312

1+ ν ν
La loi de HOOKE [ε ] = [σ ]− tr [σ ][I ] s’écrit dans des axes quelconques x,y,z
E E
sous forme développée :

1
εxx =
E
(
σ xx − νσ yy )
1
εyy =
E
(
σ yy − νσ xx )
ν
ε zz = − ( ε xx + ε yy )
1− ν
1+ν
εxy = σ xy
Ε

On peut écrire les relations précédentes sous cette forme matricielle :

⎡ ε xx ⎤ ⎡ 1 − ν 0 ⎤ ⎡σ xx ⎤
⎢ ⎥ 1⎢ ⎥⎢ ⎥
⎢ ε yy ⎥ = E ⎢ − ν 1 0 ⎥ ⎢ σ yy ⎥
⎢ γ xy ⎥
⎣ ⎦
⎢⎣ 0 0 2(1 + ν ) ⎥⎦ ⎢⎣ σ xy ⎥⎦

[ε ] = [C ]−1[σ ]
La matrice symétrique [C]-1 est la matrice inverse, en contraintes planes, des
constantes élastiques [C] du matériau.

⎡ 1 − ν 0 ⎤
1⎢ ⎥
[C ]−1
= ⎢ − ν 1 0 ⎥
E
⎢⎣ 0 0 2(1 + ν ) ⎥⎦

SYM

1.2.2. Etat de déformations planes :

⎡ε X 0 0⎤
[ε] = ⎢⎢ 0 εY 0⎥

XYZ
⎢⎣ 0 0 0 ⎥⎦

IUTB-LYON1-GMP-DDS Page 84
TD-2A-S3-F312

L’application de la loi de LAMÉ [σ ] = E νE


[ε ] + tr[ε ][I ] montre que la
1+ ν (1 + ν )(1 − 2ν )
matrice des contraintes aura la forme :
⎡σ X 0 0⎤
[σ] = ⎢⎢ 0 σY 0⎥

XYZ
⎢⎣ 0 0 σ Z ⎥⎦

La matrice des déformations est plane, mais celle des contraintes ne l’est pas.

Le développement la dernière ligne de la loi de LAMÉ permet de calculer σ Z :

E νE
[σ ] = [ε ] + tr[ε ][I ]
1+ ν (1 + ν )(1 − 2ν )

νE
σZ = (ε + ε Y + ε Z )
(1 + ν )(1 − 2ν ) X

Or compte tenu de la relation entre les traces des matrices des contraintes et des
déformations :

1 − 2ν
tr[ε] = tr[σ]
E
On trouve après calculs :

σ Z = ν(σ X + σ Y )

La contrainte σZ suivant une perpendiculaire au plan des déformations n’est donc


pas indépendante.

La démonstration de la forme des matrices symétrique [C ] et [C ] , en


−1

déformations planes, est identique à celle qui a été faite en contraintes planes. On
montre que :

⎡ ⎤
⎢1− ν ν 0 ⎥
E
[C ] = ⎢ ν 1− ν 0 ⎥
(1 + ν )(1 − 2ν ) ⎢ 1 − 2ν ⎥
⎢ 0 0 ⎥
⎣ 2 ⎦

⎡1 − ν − ν 0 ⎤
1+ ν ⎢ ⎥
[C ] −1
= ⎢ − ν 1 − ν 0⎥
E
⎢⎣ 0 0 2 ⎥⎦

IUTB-LYON1-GMP-DDS Page 85
TD-2A-S3-F312

1.2.3. Liaisons contraintes planes - déformations planes :

DÉFORMATION PLANE (w=0) CONTRAINTE PLANE ( Φz=0 )

⎡ u⎤
[u] = ⎢ ⎥
⎣v ⎦

⎡ ε xx ⎤
⎢ ⎥ ν
[ε] = ⎢ ε yy ⎥ ε zz = − ( ε xx + ε yy )
⎢ γ xy ⎥ 1− ν
⎣ ⎦

⎡σ xx ⎤
⎢ ⎥
[σ ] = ⎢ σ yy ⎥
σ zz = ν ( σ xx + σ yy ) ⎢ σ xy ⎥
⎣ ⎦

⎡ ⎤
⎡ ⎤ 1 ν 0 ⎥
⎢1 − ν ν 0 ⎥ E ⎢
[C ] = E
⎢ ν 1− ν 0 ⎥ [C ] = ⎢ν 1 0 ⎥
(1 + ν )(1 − 2ν ) ⎢ 1 − 2ν ⎥ 1 − ν2 ⎢ 1− ν⎥
⎢ 0 0 ⎥ ⎢0 0 ⎥
⎣ 2 ⎦ ⎣ 2 ⎦

⎡ 1 −ν 0 ⎤
⎡1 − ν − ν 0 ⎤ 1⎢ ⎥
1+ ν ⎢ ⎥ [C ]
−1
= −ν 1 0
[C ]− 1 = ⎢ − ν 1 − ν 0⎥ E⎢ ⎥
E ⎢⎣ 0 0 2(1 + ν ) ⎥⎦
⎢⎣ 0 0 2 ⎥⎦

On montre facilement que pour passer de l'état de contraintes planes à celui de déformations
planes il suffit de changer :

E
E en
1 − ν2
ν
ν en
1− ν

IUTB-LYON1-GMP-DDS Page 86
TD-2A-S3-F312

4. PROBLEMES DE SYNTHESE
PROBLÈME N°14
X

x
15°

J1

J2

Un expérimentateur maladroit colle une rosette de déformations sur une éprouvette en


vue d’un essai de traction. La rosette est constituée de 2 jauges à 90°: J1 & J2. L’axe de
la jauge J2 n’est pas comme prévu collée suivant l’axe de traction, mais elle fait un angle
de 15° avec cet axe. Il décide de ne pas reprendre le collage et de réaliser l’essais de
traction en vue de caractériser le matériau constituant l’éprouvette.
Pour une force de traction de 10 000 N, les mesures réalisées indiquent :
J1 → 553.10-6
J2 → -129.10-6
Le diamètre de l’éprouvette est de 10 mm.
1°) Ecrire la forme littérale de la matrice des déformations dans le repère de la
rosette xyz et dans le repère de l’éprouvette XYZ.
2°) Calculer les déformations longitudinales suivant l’axe x, suivant l’axe y, ainsi
que la distorsion de l’angle droit (x,y).

3°) Ecrire la matrice des déformations dans le repère (x,y,z).


4°) Calculer la contrainte de traction, en déduire le module de YOUNG ainsi que
le coefficient de POISSON du matériau.

IUTB-LYON1-GMP-DDS Page 87
TD-2A-S3-F312

RÈPONSES N°14

X X
x
10000 N
15°

Jx x
15°

Jx

Y Jy
Y
P P
Jy y

y D=10mm

10000 N

⎡ε xx ε xy 0⎤
Matrice de déformation, dans le repère de la rosette xyz : [ε ] = ⎢⎢ε yx ε yy 0 ⎥⎥
P
xyz

⎢⎣ 0 0 ε zz ⎥⎦

⎡ε X 0 0⎤
Matrice de déformation, dans le repère de l’éprouvette XYZ : [ε ] = ⎢⎢ 0 εY 0 ⎥⎥
P
XYZ

⎢⎣ 0 0 ε Z ⎥⎦

Les déformations longitudinales suivant l’axe x, etsuivant l’axe y,sont mesurées directement
par les jauges Jx et Jy :
εxx= 553.10-6 et εyy= -129.10-6

La distorsion de l’angle droit (x,y) peut etre calculée à partir de la relation :

IUTB-LYON1-GMP-DDS Page 88
TD-2A-S3-F312

ε xx − ε yy
ε th = − sin 2θ + ε xy cos 2θ
2
En effet faisons coincider les axes ht avec les axes de l’éprouvette XY.
ε xx − ε yy
ε XY = − sin (− 30) + ε xy cos(− 30)
2
Or la distorsion angulaire dans les axes principaux est nulle : εXY=0
ε xx − ε yy 553 + 129
0=− sin (− 30 ) + ε xy cos(− 30) ; 0=− sin (− 30 ) + ε xy cos(− 30)
2 2
553 + 129
sin (− 30 )
ε xy = 2 ; εxy= -196,87.10-6d’où la distorsion angulaire : γxy=2εxy= -393,74.10-6
cos(− 30 )

D’où la matrice de déformation dans le repère xyz de la rosette :


⎡ 553 − 197 0 ⎤
[ε ] = ⎢⎢− 197 − 129 0 ⎥⎥ μd
P
xyz

⎢⎣ 0 0 ε zz ⎥⎦

N X 10000
Calcul de la contrainte de traction : σX = = = 127,3MPa
A π 52

Détermination du module de YOUNG :


Utilisons la loi de HOOKE en traction pure : σ X = Eε X
Nous devons donc calculer la déformation longitudinale de l’éprouvette :
ε xx + ε yy ε xx − ε yy
εX = +cos(− 30) + ε xy sin (− 30)
2 2
553 − 129 553 + 129
εX = + cos(− 30 ) − 197 sin (− 30 ) = 606μd
2 2
σ 127,3
E= X = E=210100 MPa
ε X 606.10 −6

Détermination du coefficient de POISSON :


εY
Utilisons la loi de POISSON : υ = −
εX
Nous devons donc calculer la déformation transversale de l’éprouvette :
La trace de la matrice de déformation étant le premier invariant :
ε xx + ε yy + ε zz = ε X + ε Y + ε Z = 553 − 129 + ε zz = 606 + ε Y + ε Z ε Y = −182 μd
ε 182
υ=− Y = ν =0,3
ε X 606
E
Détermination du module de COULOMB : G = G= 80807 MPa
2(1 + υ )

IUTB-LYON1-GMP-DDS Page 89
TD-2A-S3-F312

PROBLÈME N°15
On considère un point P à la surface d'un
y
α corps en un endroit où ne s'exerce aucune
force extérieure. On mesure dans le plan
tangent à la surface, les dilatations linéaires
Jα unitaires suivant les trois axes x, α et β
120° choisis comme l'indique la figure ci-contre
(rosette à 120°). Les résultats des mesures
P J1 x sont :
jauge J1 : 200 .10-6
-120°
jauge Jα : 80 .10-6
Jβ jauge Jβ: -40 .10-6
1°) Calculer εxy et εyy.
2°) Déterminer graphiquement avec le
β
cercle de MOHR les dilatations principales
et les axes principaux.
3°) E = 200000 MPa ,ν = 0.3 calculer la matrice des contraintes dans les axes principaux.

RÈPONSES N°15

y
α

120°

Jx x
P

120°

IUTB-LYON1-GMP-DDS Page 90
TD-2A-S3-F312

Les jauges Jx, Jα et Jβ mesurent directement les dilatations unitaires suivant les axes xαβ
⎧ ε xx

Les quantités mesurées ⎨ ε αα = (ε hh )θ = 120
⎪ ε = (ε )
⎩ ββ hh θ = − 120

Nous devons « dépouiller » la rosette, afin de déterminer la dilatation linéaire suivant l’axe y,
ainsi que la demi distorsion angulaire xy.
ε xx + ε yy ε xx − ε yy
Utilisons la relation : ε hh = + cos 2θ + ε xy sin 2θ en faisant coincider h avec la
2 2
direction α puis avec la direction β .
⎧ ε xx + ε yy ε xx − ε yy
⎪⎪ ε αα = (ε hh )θ =120 = 2
+
2
cos(2.120 ) + ε xy sin (2.120)
⎨ ε xx + ε yy ε xx − ε yy
⎪ε ββ = (ε hh ) cos(− 2.120 ) + ε xy (− 2.120)
⎪⎩ θ =−120 = +
2 2
⎧ ε 3 3 ⎧ ε ββ − ε αα
⎪⎪ε αα = xx + ε yy − ε xy ε =
4 4 2 ⎪⎪ xy
3
⎨ la résolution du système : ⎨
⎪ε ε xx 3 3 1
⎪ε yy = (2ε αα + 2ε ββ − ε xx )
⎪⎩ ββ = + ε yy + ε xy ⎪⎩
4 4 2 3

− 40 − 80 1
ε xy = = −69,28μd ε yy = (2.80 − 2.40 − 200) = −40μd
3 3

⎡ 200 − 69,28 0 ⎤
La matrice de déformation dans les axes xyz est donc : [ε ]
P ⎢
= ⎢− 69,28 − 40 0 ⎥⎥ μd
xyz

⎢⎣ 0 0 ε zz ⎥⎦

Détermination graphique, à l’aide du cercle de MOHR des déformations, des éléments


principaux.

La technique est identique à celle que nous avons développé sur les contraintes. Les deux
approches « contraintes et déformations » sont en effet régient par les mêmes lois
quadratiques.

Les directions x et y sont orthogonales, et nous devons construire le cercle à partir de la


connaissance des trois valeurs

εxx= 200 10-6 εyy= -40 10-6 εxy= -69,28 10-6

IUTB-LYON1-GMP-DDS Page 91
TD-2A-S3-F312

⎡ 200 ⎤ ⎡− 69,28⎤
[μ x ]/ xyz = ⎢⎢− 69,28⎥⎥ μd [μ ]
y / xyz = ⎢⎢ − 40 ⎥⎥ μd
⎢⎣ 0 ⎥⎦ ⎢⎣ 0 ⎥⎦
1) Tracer les axes εhh et εth et adopter une échelle 1cm=10μd
2) Positionner les points mx (200,-69.28) et my (-40,69.28).
3) Tracer le diamètre mxmy du cercle. Son intersection avec l’axe des abscisses donne le
centre du cercle IZ.
4) Tracer le cercle CZ de centre IZ et de rayon IZmx.
5) Les intersections du cercle CZ avec l’axe des abscisses donnent les points mX et mY qui
« matérialisent » les facettes principales du plan des déformations. OmX = 219 = ε X
OmY = −59 = ε Y 2ψ = −30°
6) Toutes les autres réponses sont obtenues en positionnant les points sur le cercle qui
« matérialisent » les directions associées et en mesurant les valeurs correspondantes,
compte tenu de l’échelle.

εth

my(-40,69,28)
69,28

γZ/2
μy

εhh
-40 IZ 200
O mX(219)
mY(-59)
30°

μx
-69,28
mx(200,-69,28)

CZ

20 μd

IUTB-LYON1-GMP-DDS Page 92
TD-2A-S3-F312

y Y
α

120°


120°
Jx x
P
Jβ 15°

⎡219 0 0⎤
La matrice de déformation dans les axes XYZ est donc : [ε ]
P ⎢
= ⎢ 0 − 59 0 ⎥⎥ μd
XYZ

⎢⎣ 0 0 ε Z ⎥⎦

Matrice des contraintes dans les axes principaux :

⎧ ⎧ 2.105
⎪σ X = 1 − υ 2 (ε X + υε Y ) ⎪⎪ X 1 − 0,32 (219 − 0,3.59)10
E σ = −6
⎧σ X = 44,24MPa
⎨ ; ⎨ ; ⎨
⎩ σ Y = 1,47 MPa
5
E
(ε Y + υε X ) 2 . 10
⎪σ Y =
1−υ 2
⎪σ Y = (− 59 + 0,3.219)10 − 6
⎩ ⎪⎩ 1 − 0,32

⎡44,24 0 0⎤
La matrice des contraintes dans les axes XYZ est donc : [σ ] = ⎢⎢ 0 1,47 0⎥⎥ MPa
P
XYZ

⎣⎢ 0 0 0⎥⎦

IUTB-LYON1-GMP-DDS Page 93
TD-2A-S3-F312

PROBLÈME N°16
Considérons un point P situé à la surface d'un cylindre
de rayon R soumis à une force de traction P et à un
C couple de torsion M. Le plan π est tangent en P au
P cylindre. Le matériau est isotrope de constantes
élastiques E et ν.
π
1°) Calculer les élongations unitaires εαα (x,β)= +45°) et
y εββ (x,β)= -45°) suivant les directions α et β dues à :
α a) P (εαα et εββ en fonction de P, R, E et ν)
b) M (εαα et εββ en fonction de M, R, E et ν)
c) P et M
P 2°) En déduire les expressions de P et M en fonction de
z x R , E , ν , εαα et εββ.
β 3°) Application numérique :
R = 10 mm, E= 200 GPa, ν = 0,3, σe = σe' = 240 MPa,
εαα = 100 10-6, εββ = 50 10-6
P Calculer P en N, M en Nm et le coefficient de sécurité
en appliquant le critère de VON MISES.
C
RÈPONSES N°16

La section G est soumise à un effort normal de traction P,


P
et à un couple de torsion Mt=C . C
Le plan π est tangeant en P au cylindre.
Il est donc orienté par la normale extérieure z.
Les axes xy et αβ sont donc situés dans le plan π. y

Pour calculer εαα , utilisons la relation : α


ε xx + ε yy ε xx − ε yy
ε hh = + cos 2θ + ε xy sin 2θ G
2 2
45°
en faisant coincider h avec α. P
ε xx + ε yy ε xx − ε yy z x
ε αα = + cos 90 + ε xy sin 90 45°
2 2
β
ε xx + ε yy
D’où : ε αα = + ε xy
2
ε xx + ε yy
π
De même : ε ββ = − ε xy
2 P
C

IUTB-LYON1-GMP-DDS Page 94
TD-2A-S3-F312

Calcul des élongations unitaires suivant α et β due à P :

Le cylindre est donc soumis à de la traction pure. Les axes x, et y sont donc principaux, et la
demie distorsion angulaire εxy est nulle. La loi de HOOKE, σ Y = Eε Y ainsi que la loi de
εX
POISSON, υ = − nous permettent d’écrire :
εY
σ yy P
ε yy = =
P
=
P
; ε xx = −υε = −υ ; ε xy = 0
E πR 2
yy
E EA EπR 2

P P
ε xx + ε yy ε xx + ε yy −υ +
D’où : ε αα = + ε xy = = EπR 2
EπR 2 = P (1 − υ )
2 2 2 2 EπR 2

La demie distorsion angulaire εxy étant nulle, le résultat est identique pour la direction β.

ε αα =
P
(1 − υ ) ε ββ =
P
(1 − υ )
2 EπR 2 2 EπR 2

Calcul des élongations unitaires suivant α et β due à Mt=C :

Le cylindre est donc soumis à de la torsion pure. Les axes α, et β sont donc principaux, La loi
de HOOKE en torsion, τ = Gγ et compte tenue que dans les axes xy le point P est en
cisaillement pur, nous pouvons écrire :

M t R CR 2C
τ = Gγ = σ xy = Gγ xy ; ;τ = = = 3 ; γ xy = 2ε xy ; ε xx = ε yy = 0
IG πR 4
πR
2

2C
γ xy σ xy ε xx + ε yy
= πR =
3 C C
ε xy = = ; ε αα = + ε xy = ε xy ; ε αα =
2 2G 2G GπR 3 2 GπR 3

ε xx + ε yy C
Pour la direction β : ε ββ = − ε xy = −ε xy ; ε ββ = −
2 GπR 3

E
La relation liant les 3 constantes élastiques G = entraine :
2(1 + υ )

2C (1 + υ ) 2C (1 + υ )
ε αα = ε ββ = −
EπR 3 EπR 3

IUTB-LYON1-GMP-DDS Page 95
TD-2A-S3-F312

Calcul des élongations unitaires suivant α et β due à P et Mt=C :

Il nous suffit de superposer les résultats précédents :

2C (1 + υ )
(1 − υ ) + 2C (1 +3υ ) ( )
P P
ε αα = ε ββ = 1 − υ −
2 E πR 2
E πR 2 E πR 2 E πR 3

Calcul de P et Mt=C en fonction de R, E, ν, εαα, et εββ :

Nous obtenons donc un système de 2 équations, qu’il suffit de résoudre :

⎧ 2C (1 + υ )
⎪ε αα = 2 EπR 2 (1 − υ ) + EπR 3
P
⎨ En ajoutant puis en retranchant les 2 équations, nous
⎪ε ββ =
P
(1 − υ ) − 2C (1 +3υ )
⎩ 2 EπR 2
EπR
tirons :
EπR 2 EπR 3
P= (ε αα + ε ββ ) C= (ε αα − ε ββ )
1−υ 4(1 + υ )

Application numérique :

EπR 2
(εαα + ε ββ ) = 200.10 π 10 (100 + 50).10−6 = 13464 N
3 2
P= P=13464 N
1 −υ 1 − 0,3

EπR 3 200.103 π 103


C= (ε αα − ε ββ ) = (100 − 50).10− 6 = 6041,5 Nmm C=6,04 Nm
4(1 + υ ) 4(1 + 0,3)

Pour calculer le coefficient de sécurité, il nous faut calculer les contraintes :

P 13464 2C 2.6041
σ yy = = = 42,86MPa τ= = = 3,85MPa
πR 2
π 10 2 πR 3 π 103

σe σe
Appliquons le critère de VON MISES dans le cas des poutres : α = =
σ équ
VM
σ + 3τ 2
2

σe 240
α= = = 5,53 α = 5,53
σ 2 + 3τ 2 42,862 + 3.3,852

IUTB-LYON1-GMP-DDS Page 96
TD-2A-S3-F312

PROBLÈME N°17

z Soit un point P situé à la surface d'un corps en un


endroit où ne s'exerce aucune force extérieure.
La matrice des contraintes dans le repère xyz (où
P z est la normale extérieure au corps, et où x et y
sont dans le plan tangent au corps) vaut en MPa:
x y
45° α
⎡ 80 − 15 0 ⎤
⎢ ⎥
[ σ] = ⎢ − 15 40 0 ⎥
xyz
⎢⎣ 0 0 0 ⎥⎦
1°) Etude des contraintes au point P.
a) Représenter l'état de contraintes sur les faces d'un cube infiniment petit isolé en P.
b) Calculer la contrainte normale s'exerçant sur une facette dont la normale α est la
bissectrice de xy.
c) Déterminer les éléments principaux des contraintes.
d) Calculer le cisaillement maximum en module au point P.
e) On veut un coefficient de sécurité de 3 par rapport au critère de VON MISES.
Calculer la limite élastique du matériau.
2°) Etude des déformations au point P.
On colle une rosette 45° x,α,y au point P. Calculer la valeur des dilatations que l'on doit
mesurer suivant les axes x, α et y sachant que E = 200 GPa et υ = 0.3.

RÈPONSES N°17

x y
45° α

⎡ 80 − 15 0⎤
[σ ] = ⎢⎢− 15 40 0⎥⎥ MPa
P
xyz

⎢⎣ 0 0 0⎥⎦

IUTB-LYON1-GMP-DDS Page 97
TD-2A-S3-F312

Etude des contraintes au point P.

Représentation de l’état des contraintes en P sur les faces d’un cube infiniment petit isolé
dans les axes xyz.
z

x
15 y
15
40
80

La facette z est perpendiculaire au plan tangent xy de la surface du corps. En l’abscence de


force extérieure agissant en P, le vecteur contrainte Φz est nul, d’où la représentation dans le
plan xy.

Soit une facette α décalée de 45° par rapport à x. 40


Calculons la contrainte normale σαα s’exercant sur cette facette 15

Compte tenu de la relation : σ hh = [h][σ ][h]


t
15
En faisant coincider h avec α : x
80
P
σ xx + σ yy σ xx − σ yy 80 45°
σ αα = + cos(2.45°) + σ xy sin (2.45°) 15
2 2
σ xx + σ yy 80 + 40
σ αα = + σ xy = − 15 = 45MPa
2 2 15
40
σαα = 45 MPa α
y
Eléments principaux des contraintes :

Etat plan de contraintes : la facette z est donc principale et σZ=0. Les 2 autres valeurs
σ xx + σ yy
propres sont données par : σ YX =
1
m(σ xx − σ yy )2 + 4σ xy2
2 2
80 + 40 1
σ YX = m (80 − 40)2 + 4.152
2 2
σX=85MPa σY=35MPa

IUTB-LYON1-GMP-DDS Page 98
TD-2A-S3-F312

La direction propre X est calculée par tan ϕ =


σ X − σ xx
σ xy
r r
avec ϕˆ = x , X ( )

85 − 80
tan ϕ =
− 15
r r
d’où ϕˆ = −18°43 = x , X ( )
⎡85 0 0⎤
⎢ ⎥
La matrice des contraintes dans les axes principaux : [σ ]XYZ = 0 35 0 MPa
P
⎢ ⎥
⎢⎣ 0 0 0⎥⎦

Le cisaillement maximum est égal à la plus grande demie différence des contraintes
σ X −σ Z 85 − 0
principales. Dans notre cas : τ max = τ Y = = τmax=42,5 MPa
2 2

La contrainteσ équ
VM
en 2D compte tenu que σZ=0 s’écrit : σ équ =
VM
σ X2 + σ Y2 − σ X σ Y

σe
Le coefficient de sécurité : α = VM ⇒ σ e = α σ X2 + σ Y2 − σ X σ Y
σ équ

σ e = 3 852 + 352 − 85 .35 σe = 222 MPa

Etude des déformations au point P

Connaissant la matrice des contraintes, et les constantes élastiques du matériau nous utilisons
les lois de HOOKE pou calculer la matrice de déformation:

P
Jy

[ε ]Pxyz = 1 + υ [σ ]Pxyz − υ tr [σ ][I ] Jx


E E Jα y
45°

x
α
P
⎡ε xx ε xy ε xz ⎤ ⎡ 80 − 15 0⎤
P
⎡1 0 0 ⎤
⎢ ⎥ 1 + 0,3 ⎢ ⎥ 0,3
⎢ε yx ε yy ε yz ⎥ = 3 ⎢
− 15 40 0⎥ − 3
(80 + 40)⎢⎢0 1 0⎥⎥
200.10 200.10
⎢ε zx ε zy ε zz ⎥⎦ xyz ⎢⎣ 0 0 0⎥⎦ xyz ⎢⎣0 0 1⎥⎦

IUTB-LYON1-GMP-DDS Page 99
TD-2A-S3-F312

Ecrivons les équations 1, 2, et 4 :

⎧ 1
⎪ε xx = 200.103 (80 − 0,3.40) = 340.10
−6

⎪⎪ 1
⎨ ε yy = 3
(40 − 0,3.80) = 80.10−6
⎪ 200.10
⎪ ε xy = 1 + 0,3 (− 15) = −97,5.10 −6
⎪⎩ 200.103

ε xx + ε yy ε xx − ε yy 340 + 80
ε hh = + cos 2θ + ε xy sin 2θ ε αα = − 97,5 = 112,5μd
2 2 2

La mesure effectuée par la jauge x : 340 μd

La mesure effectuée par la jauge y : 80 μd

La mesure effectuée par la jauge α : 112,5 μd

Remarque :

1+υ P υ
La relation de HOOKE [ε ]xyz = [σ ]xyz − tr [σ ][I ] est valable quelque soit le système d’axes
P

E E
puisque matricielle. Il est donc possible de passer par les axes principaux.

⎡ε X
P P
0 0⎤ ⎡85 0 0⎤ ⎡1 0 0⎤
⎢0 1 + 0,3 ⎢ 0 35 0⎥ − 0,3 (85 + 35)⎢0 1 0⎥
⎢ εY 0 ⎥⎥ = ⎢ ⎥ ⎢ ⎥
200.103 200.103
⎢⎣ 0 0 ε Z ⎥⎦ XYZ ⎢⎣ 0 0 0⎥⎦ xyz ⎢⎣0 0 1⎥⎦

En écrivant les équations 1, et 2 il est possible de calculer: εX εY , puis d’en déduire les
valeurs mesurées par les 3 jauges, en utilisant la relation :

ε X + εY ε X − εY
ε hh = + cos 2ψ
2 2

IUTB-LYON1-GMP-DDS Page 100


TD-2A-S3-F312

PROBLÈME N°18

150 Deux forces P et Q sont appliquées simultanément


50
P au centre de gravité de la section droite libre
G d'une poutre encastrée. Une rosette rectangulaire
collée au point M indique :
= Q εxx = -30 10-6
=
εαα = 205 10-6
y2
εyy = 100 10-6
Le module de YOUNG du matériau vaut 200 GPa.
α
1°) Déterminer la matrice des contraintes au
M 45° point M dans le repère xyz en fonction de P, Q et
1 A.
z3 x
On rappelle que la contrainte tangentielle due à Q
vaut 3Q/2A au point M.

2°) Déterminer les expressions littérales de εxx ,


εyy et εαα en fonction de P, Q, A, E et ν.
3°) En déduire les valeurs numériques :
a) du coefficient de POISSON ν.
b) des forces P et Q (en kN).

RÈPONSES N°18

50
300
= G P
M 150
y
=
α Q
z x

IUTB-LYON1-GMP-DDS Page 101


TD-2A-S3-F312

50
300
= G P
G’ 150
M x
=

Q
y Nous devons déterminer le Torseurde Section
z s’exercant dans la section G’ de la barre où est collée la rosette M

Considérons le système d’axes G’/xyz de la théorie des poutres

Torseur de section en G’ :

⎧ Nx = +P
⎪ Nx=P
⎪ RG ' = FG ⇒ 0 G’
x
M
⎪⎪ Tz = +Q
⎨ MY=300Q
⎪ 0
⎪M G ' = G ' G ∧ FG ⇒ M y = 300Q TZ=Q
⎪ y
⎪⎩ 0
z

La section G’ est donc soumise à de la traction-flexion-cisaillement


Rappels du cours F213 :(Effort Normal-Flexion)
Nx MY P
La contrainte normale en un point P quelconque de la section G’ vaut : σ xxP = + Z
A IY
N P
Or le point M est situé sur l’axe neutre de flexion : ZM=0 d’où σ xxM = x =
A A

Rappels du cours F213 : (Cisaillement) TZ


b

h
3T G’
G
τmax
τ max = Z z
2A Y z
B τ
A
g τ
C

IUTB-LYON1-GMP-DDS Page 102


TD-2A-S3-F312

Au point M, dans les axes xyz liés à la rosette :

La contrainte normale due à l’effort de traction P :

G’
M x P
y σ yy =
A

La contrainte tangentielle due au cisaillement Q :


y
x
z z 3Q
σ xy =
2A

⎡ 3Q ⎤
⎢ 0 2A
0⎥
⎢ 3Q ⎥
D’où la matrice des contraintes au point M : [σ ]xyz
P
=⎢ 0⎥ MPa
M

⎢2A A ⎥
⎢ 0 0 0⎥
⎢⎣ ⎥⎦

La mesure éffectuée par les jauges donne :


M
-6 Jy y
εxx = -30 10

εαα = 205 10-6 Jα


Jx
45°
εyy = 100 10-6

Utilisons la loi de HOOKE :


α

[ε ]Pxyz = 1 + υ [σ ]Pxyz − υ tr [σ ][I ] x


E E

⎡ 3Q ⎤
⎡ε xx ε xy ε xz ⎤ ⎢ 0 2A
0⎥
⎡1 0 0⎤
⎢ ⎥ 1 + υ ⎢ 3Q ⎥ υ P⎢
0 1 0⎥⎥
P
⎢ε yx ε yy ε yz ⎥ = ⎢
E ⎢2A
0⎥ − ⎢
⎢ε zx
A ⎥ E A
⎣ ε zy ε zz ⎥⎦ xyz ⎢ 0 0 0⎥ ⎢⎣0 0 1⎥⎦
⎣⎢ ⎦⎥ xyz

IUTB-LYON1-GMP-DDS Page 103


TD-2A-S3-F312

Ecrivons les équations 1, 2, et 4 :

⎧ 1⎛ P⎞
⎪ ε xx = E ⎜ − υ A ⎟
⎪ ⎝ ⎠
⎪ 1 ⎛P⎞
⎨ ε yy = ⎜ ⎟
⎪ E ⎝ A⎠
⎪ 1 + υ ⎛ 3Q ⎞
⎪ε xy = ⎜ ⎟
⎩ E ⎝ 2A ⎠

Nous en déduisons :

ε xx + ε yy ε xx − ε yy ε xx + ε yy
ε hh = + cos 2θ + ε xy sin 2θ ε αα = + ε xy
2 2 2

1⎛ P⎞ 1 ⎛P⎞
⎜−υ ⎟ + ⎜ ⎟
A ⎠ E ⎝ A ⎠ 1 + υ ⎛ 3Q ⎞
= ⎝
E
ε αα + ⎜ ⎟
2 E ⎝ 2A ⎠

P
D’où : ε xx = −υ
EA

P
ε yy =
EA

ε αα =
P
(1 − υ ) + 3Q (1 + υ )
2 EA 2 EA

Application Numérique :

P
ε xx = −υ ⇒ ε xx = −υε yy ν=0,3
EA

P
ε yy = ⇒ P = ε yy EA P= 150kN
EA

ε αα =
P
(1 − υ ) + 3Q (1 + υ ) Q= 130,77 kN
2 EA 2 EA

IUTB-LYON1-GMP-DDS Page 104


TD-2A-S3-F312

PROBLÈME N°19

Jβ Jy

Jx

Une rosette 45° (x,α,y,β) à quatre jauges (avec une quatrième jauge β
perpendiculaire à la jauge centrale α) est collée en un point P situé à la surface d'un
corps en un endroit où ne s'exerce aucune force extérieure (l’état de contraintes est
plan).
Les mesures indiquées par les trois jauges Jx, Jα, et Jβ sont :

εxx = 10-3
εαα = + 1.2 10-3
εββ = - 0.4 10-3

La jauge JY ne donne aucune indication.

1°) Montrez que : ε xx + ε yy = ε αα + ε ββ . En déduire la valeur de εyy.


2°) Déterminez l’expression littérale de la déformation linéaire unitaire εαα en
fonction de εxx , εyy et εxy . En déduire la valeur numérique de εxy.
3°) Le matériau a comme caractéristiques : E= 200 GPa et ν=1/3.
Calculez la déformation linéaire unitaire εzz (on rappelle que l’état de contraintes
est plan), puis la matrice des contraintes [σ ] dans le repère xyz.
4°) Déterminez, avec le cercle de MOHR, les éléments principaux des
contraintes dans le plan xy (précisez l’angle entre x et X) et la valeur du
cisaillement maximum en module.

5°) Calculez la contrainte équivalente de VON MISES.

IUTB-LYON1-GMP-DDS Page 105


TD-2A-S3-F312

RÈPONSES N°19

β 45° α

45°
Jy
Jβ Jα

Jx x
P

⎡ε xx ε xy 0⎤ ⎡ε αα ε αβ 0⎤
La forme de la matrice de déformation est : [ε ]
P
= ⎢⎢ε yx ε yy ⎥
0 ⎥ ou [ε ]αβz = ⎢⎢ε αβ
P
ε ββ 0 ⎥⎥
xyz

⎣⎢ 0 0 ε zz ⎦⎥ ⎢⎣ 0 0 ε zz ⎦⎥

Utilisons le premier invariant linéaire de la matrice ε : I1ε = tr [ε ] .

ε xx + ε yy + ε zz = ε αα + ε ββ + ε zz

D’où : ε xx + ε yy = ε αα + ε ββ ; ε yy = ε αα + ε ββ − ε xx ; ε yy = (1,2 − 0,4 − 1)10 −3

εyy=-0,2.10-3

⎡cos 45⎤ ⎡1⎤


⎢ ⎥ 1 ⎢ ⎥
ε hh = [h][ε ][h] avec h coincidant avec α : ε αα = [α ][ε ][α ] , et [α ] = ⎢ sin 45 ⎥ =
t t
1
2⎢ ⎥
⎢⎣ 0 ⎥⎦ ⎢⎣0⎥⎦
D’où :

⎡ε xx ε xy 0 ⎤ ⎡1⎤
1 1 ε + ε yy
ε αα = [α ][ε ][α ] = [1 1 0]⎢⎢ε yx ε yy 0 ⎥⎥ ⎢⎢1⎥⎥ = xx + ε xy
t

2 2 2
⎢⎣ 0 0 ε zz ⎥⎦ ⎢⎣0⎥⎦

ε xx + ε yy ε xx + ε yy ⎛ 1 − 0,2 ⎞ −3
ε αα = + ε xy ⇒ ε xy = ε αα − = ⎜1,2 − ⎟10 εxy=0,8.10-3
2 2 ⎝ 2 ⎠

IUTB-LYON1-GMP-DDS Page 106


TD-2A-S3-F312

Ecrivons la loi de LAME en contraintes planes :

[σ ] = 2G[ε ] + λtr[ε ][I ]

υE
Sachant que : G=
E λ =
2(1 + υ ) (1 + υ )(1 − 2υ )
υE
[σ ] = E
[ε ] + tr [ε ][I ]
(1 + υ ) (1 + υ )(1 − 2υ )

⎡σ xx σ xy σ xz ⎤ ⎡1 0,8 0⎤ 1 ⎡1 0 0⎤
200.103
⎢ ⎥ 200.103
σ
⎢ yx σ σ yz ⎥ =
⎢0,8 − 0,2 0 ⎥10 −3 + 3
⎢ ⎥ (0,8 + ε zz )⎢⎢0 1 0⎥⎥10−3
⎛ 1⎞ ⎛ 1 ⎞⎛ 1⎞
yy
⎢σ zx σ zy σ zz ⎥ ⎜1 + ⎟
⎣ ⎦ ⎝ 3⎠ ⎢⎣ 0 0 ε zz ⎥⎦ ⎜1 + ⎟⎜1 − 2 ⎟ ⎢⎣0 0 1⎥⎦
⎝ 3 ⎠⎝ 3⎠

En l’abscence de force extérieure s’appliquant au point, la contrainte σzz est nulle.

⎡σ xx σ xy 0⎤ ⎡100 80 0⎤ ⎡1 0 0⎤
⎢σ
⎢ yx σ yy 0⎥ = 1,5⎢ 80 − 20 0 ⎥ + 1,5(80 + ε zz )⎢⎢0 1 0⎥⎥
⎥ ⎢ ⎥
⎢⎣ 0 0 0⎥⎦ ⎢⎣ 0 0 ε zz ⎥⎦ ⎢⎣0 0 1⎥⎦

Ecrivons la troisième équation : σ zz = 0 = 1,5ε zz + 1,5(80 + ε zz ) εzz=-0,4.10-3

⎡σ xx σ xy 0⎤ ⎡100 80 0 ⎤ ⎡1 0 0⎤ ⎡210 120 0⎤


⎢σ
⎢ yx σ yy
⎥ ⎢
0⎥ = 1,5⎢ 80 − 20 0 ⎥ + 60 ⎢⎢0 1 0⎥⎥ = ⎢⎢120 30 0⎥⎥ MPa

⎢⎣ 0 0 0⎥⎦ ⎢⎣ 0 0 − 40⎥⎦ ⎢⎣0 0 1⎥⎦ ⎢⎣ 0 0 0⎥⎦

⎡210 120 0⎤
[σ ] = ⎢⎢120 30 0⎥⎥ MPa
P
xyz

⎢⎣ 0 0 0⎥⎦

⎡270 0 0⎤
[σ ] = ⎢⎢ 0 − 30 0⎥⎥ MPa
P
XYZ

⎢⎣ 0 0 0⎥⎦

La contrainte σ équ
VM
en 2D compte tenu que σZ=0 s’écrit : σ
VM
équ = σ 2
X +σ 2
Y −σ X σ Y

σ VM
équ = 270 + 30 + 270.30
2 2
σeqVM=286,2 MPa

IUTB-LYON1-GMP-DDS Page 107


TD-2A-S3-F312

Eléments principaux, en utilisant le cercle de MOHR


Les facettes x et y sont orthogonales :
Tracer les axes σhh et σth et adopter une échelle 1cm=20MPa
Positionner les points mx (210,120) et my (30,-120)
Tracer le diamètre mxmy du cercle. Son intersection avec l’axe des abscisses donne le
centre du cercle IZ
Tracer le cercle CZ de centre IZ et de rayon IZmx
Les intersections du cercle CZ avec l’axe des abscisses donnent les points mX et mY qui
« matérialisent » les facettes principales du plan des contraintes. Om X = 270 = σ X
OmY = −30 = σ Y 2ψ = −53°2
Toutes les autres réponses sont obtenues en positionnant les points sur le cercle qui
« matérialisent » les facettes associées et en mesurant les valeurs correspondantes, compte
tenu de l’échelle

σth

mα(120,150)

120
mx(210,120)

Φα
Φx
τZmax =150
53°2

ΦY IZ σhh
30
O ΦX 210
mY(-30) mX(270)

Φy

-120 my(30,-120)
CZ
mβ(120,-150)

20 MPa

IUTB-LYON1-GMP-DDS Page 108


TD-2A-S3-F312

5. CONTACT DE HERTZ

PROBLÈME N°20

12
2

1 Φ 10

3
Φ 110
Φ 100
Φ 80
Φ 70

Le roulement à une rangée de rouleaux est un roulement SNR NU 1014 M. Le


diamètre des rouleaux est de 10mm. La charge statique que peut supporter le
roulement est donnée par le constructeur : P=67000 N. On admet que cette charge
s’applique sur trois rouleaux.
Le matériau est un acier 100C6 (E=205 GPa, ν=0.3). Cet acier peut supporter, d’après
la norme ISO, des pressions en surface de l’ordre de 4000 MPa sans matage. Calculez
la pression de HERTZ pmax entre le rouleau et les bagues intérieure et extérieure.

RÈPONSES N°20

2
Φ 10
1

3 12
Φ 110
Φ 100
Nous sommes dans le cas du contact de deux cylindres
Φ 80
Φ 70

IUTB-LYON1-GMP-DDS Page 109


TD-2A-S3-F312

Cas du contact entre le rouleau 1 et la bague intérieure 3 :

La surface de contact est un rectangle étroit.

La pression pmax au centre du rectangle est donnée par :


Φ 10
1
qE
pmax = 0,418 3 12
r
1 1 1 1 1 1 9
avec = + = + = Φ 100
r r1 r3 r 5 40 40
Φ 80

Si le contact s’effectue suivant une génératrice de longueur L :


P 67000
q= =
L 12
P 67000
Or le contact s’effectue dans notre cas sur 3 rouleaux : q = =
L 3 × 12

qE 67000 × 9 × 205.103
pmax = 0,418 = 0,418 pmax=3872 MPa
r 3 × 12 × 40

Cas du contact entre le rouleau 1 et la bague extérieure 2 :

La surface de contact est un rectangle étroit.


2
Φ 10
1
La pression pmax au centre du rectangle est donnée par :
12

Φ 100
qE
pmax = 0,418 Φ 80
r
1 1 1 1 1 1 9
avec = − = − =
r r1 r2 r 5 50 50

Si le contact s’effectue suivant une génératrice de longueur L :


P 67000
q= =
L 12
P 67000
Or le contact s’effectue dans notre cas sur 3 rouleaux : q = =
L 3 × 12

qE 67000 × 9 × 205.103
pmax = 0,418 = 0,418 pmax=3464 MPa
r 3 × 12 × 50

IUTB-LYON1-GMP-DDS Page 110


TD-2A-S3-F312

PROBLÈME N°21

1 Déterminer pmax au contact de la roue et


du rail. L’effort de compression est
P=5000 N. Le matériau est un acier
500
(E=210 GPa, ν=0.3).

250
2

RÈPONSES N°21

Le rayon de la roue porteuse r1 est égal à:500mm.


Le rayon de courbure de la surface du rail r2 vaut 250mm.

1
Nous devons chercher les courbures principales 1/r et 1/r’
500
de la roue 1 et du rail 2.

Les courbures principales étant les courbures maximum


et minimum qui se trouvent dans deux plans orthogonaux.

250
Dans notre cas l’angle φ entre les plans contenant
les courbures principales est égal à : π/2. 2

IUTB-LYON1-GMP-DDS Page 111


TD-2A-S3-F312

P P

r’1=∞

Z Z
r1=500

X
Y
r2=250
2
r’2=∞

La surface de contact est une ellipse dont les demi axes valent :
Y
Pm
a = α3
n
X 2a
Pm
b = β3
2b n
4 4E
Avec : m = et n=
1 1 1 1
+ + + (
3 1−υ 2 )
r1 r '1 r2 r '2
4 2000 4 × 210.103
D’où : m = = n= = 307692,3
1
+
1 3 (
3 1 − 0.32 )
500 250

Les constantes α et β sont déterminées par le tableau à partir de la connaissance de θ :

B
cos θ =
A

IUTB-LYON1-GMP-DDS Page 112


TD-2A-S3-F312

2 3
En sachant que A= =2 = 3.10 −3
m 2000
2 2
1 ⎛1 1 ⎞ ⎛1 1 ⎞ ⎛ 1 1 ⎞⎛ 1 1 ⎞
B= ⎜⎜ − ⎟⎟ + ⎜⎜ − ⎟⎟ + 2⎜⎜ − ⎟⎟⎜⎜ − ⎟⎟ cos 2ϕ
2 ⎝ r1 r '1 ⎠ ⎝ r2 r '2 ⎠ ⎝ r1 r '1 ⎠⎝ r2 r '2 ⎠

2 2 2
⎛1⎞ ⎛1⎞ 1 ⎛1 1⎞ 1⎛ 1 1⎞ 1 1
⎜⎜ − ⎟⎟ = ⎜⎜ − ⎟⎟ = ⎛⎜
1 2 1 ⎞
B= ⎜⎜ ⎟⎟ + ⎜⎜ ⎟⎟ + cos π = − ⎟ = 10
−3

2 ⎝ 1⎠ ⎝ 2⎠
r r r r
1 2 2 ⎝ 1 2⎠
r r 2 ⎝ 2 1⎠
r r 2 ⎝ 250 500 ⎠

B 10−3 1 ⎧α = 1,284
D’où : cos θ = = = = 0,333 θ = 70° ⇒ ⎨
⎩β = 0,802
−3
A 3.10 3

On en déduit donc le grand axe et le petit axe de l’ellipse !

Pm 5000 × 2000 Pm 5000 × 2000


a = α3 = 1,2843 = 2,8 et b = β3 = 0,8023 = 1,8
n 307692,3 × 3 n 307692,3 × 3

L’état de contrainte est un état triaxial de compression.

C’est au centre de l’ellipse que les contraintes sont maximum.


z

La contrainte de compression maximum


est suivant l’axe Z : pmax=σZ=1,5P/πab

P 5000
pmax = 1,5 = 1,5 ≈ 475MPa
πab π × 2,84 ×1,8

σX σY

x y

IUTB-LYON1-GMP-DDS Page 113


TD-2A-S3-F312

ANNEXES MATHEMATIQUES

1. DÉRIVÉES.DIFFÉRENTIELLES

1.1. Dérivées, différentielle d’une fonction :


1°) Dérivé, différentielle d’une fonction y d’une variable x :
y

Considérons la fonction y = x 2 .

La dérivée y’ de la fonction y = x 2 y=f(x)=x2

vaut y' = 2x = tgϕ . Tangente en Mo à la


courbe y

ε
Pour x=x0=1 la dérivée de la fonction
y = x 2 vaut : d

ϕ
y' = tgϕ = 2 ϕ = 63.4 0 M0
1
d

La dérivée peut s’écrire sous la forme : x0+dx x


dy x0=1
y' = tgϕ =
dx

dy = y'dx est la différentielle de la fonction y. C’est l’accroissement de la


fonction y à ε près quand la variable x augmente de dx.

2°) Dérivés, différentielle d’une fonction z de deux variables x et y :


Soit z = f( x, y ) une fonction de deux variables x et y.
Les deux dérivées partielles par rapport à x et y de la fonction z se notent :

∂z
z'x =
∂x
∂z
z'y =
∂y
La différentielle dz de la fonction z se calcule par :

∂z ∂z
dz = dx + dy
∂x ∂y

IUTB-LYON1-GMP-DDS Page 114


TD-2A-S3-F312

C’est l’accroissement de la fonction z à ε près quand la variable x augmente de dx


et quand la variable y augmente de dy.

3°) Dérivés, différentielle d’une fonction w de trois variables x, y et z :

Soit w = f( x, y, z) une fonction de trois variables x, y et z.


Les trois dérivées partielles par rapport à x, y et z de la fonction w se notent :

∂w
w 'x =
∂x
∂w
w 'y =
∂y
∂w
w 'z =
∂z
La différentielle dw de la fonction w se calcule par :

∂w ∂w ∂w
dw= dx+ dy+ dz
∂x ∂y ∂z

C’est l’accroissement de la fonction w à ε près quand la variable x augmente de dx,


quand la variable y augmente de dy et quand la variable z augmente de dz.

1.2. Dérivées, différentielle d’un vecteur :


‰ Dérivées d'un vecteur:

Plaçons nous dans le plan xy (c'est la


y
même chose dans l'espace avec une
composante w en plus pour le vecteur et
P’ une variable supplémentaire z).
u(P)
v
y
P
r r r r
r u ( P ) = u ( x, y ) = u( x, y )i + v ( x, y ) j
j r u x r
∂ u ∂
r
i
r
∂u r ∂v r ∂j
O i x
∂x
=
∂x
i + u +
∂x ∂x
j + v
∂x
r s
∂i ∂j
Les dérivées et sont nulles car la base xy est fixe. D’où :
∂x ∂x

r
∂u ∂u r ∂v r
= i + j
∂x ∂x ∂x

IUTB-LYON1-GMP-DDS Page 115


TD-2A-S3-F312

De même, pour la dérivé par rapport à y :

r
∂u ∂u r ∂v r
= i + j
∂y ∂y ∂y

‰ Différentielle d'un vecteur:

Plaçons-nous dans le plan (c'est la même chose dans l'espace avec une composante
w en plus et une variable supplémentaire z).
r r r r r r r
u ( P ) = u ( x , y ) = u ( x, y )i + v ( x, y ) j du = du i + dvj
r ∂u ∂u r ∂v ∂v r
du = ( dx + dy )i + ( dx + dy ) j
∂x ∂y ∂x ∂y
du dv
r ∂u r ∂v r ∂u r ∂v v
du = ( i + j )dx + ( i + j )dy
∂x ∂x ∂y ∂y
Or (voir dérivées d'un
vecteur) : y
Q’

r
∂u ∂u r ∂v r dv u(Q)
= i + j du
∂x ∂x ∂x
Q
y+dy
r
∂u ∂u r ∂v r
= i + j
∂y ∂y ∂y P’

y
P
u(P)
r r
r ∂u ∂u r
j
du = dx + dy du
∂x ∂y r x
O i x x+ x

La différentielle d'un vecteur dans le plan se calcule comme la différentielle


totale dz d'une fonction de deux variables z=f(x,y).

∂z ∂z
dz = dx + dy
∂x ∂y

IUTB-LYON1-GMP-DDS Page 116


TD-2A-S3-F312

2. CALCUL MATRICIEL

2.1. Définition

La notion de matrice à été introduite par le mathématicien Anglais SYLVESTER 10.


Une matrice peut être considérée comme un tableau contenant des nombres ou des
symboles.

m12=2

⎡ 0 2 4 6 8⎤ Ligne 1
[M] = ⎢ 1 3 5 7 9⎥
⎣ ⎦

La matrice [M] est


m25=9
rectangulaire d’ordre(2,5)
(2 lignes et 5 colonnes)
Colonne 2

2.2. Exemples de matrices :

‰ Matrice carrée symétrique d’ordre 3 :

⎡ 1= 2 3 ⎤
⎢ ⎥
[M ] =
= ⎢2 4 5 ⎥
= Diagonale
⎢⎣ 3 5 6 ⎥⎦ principale

Symétrique

10
SYLVESTER James Joseph (1814-1897)

IUTB-LYON1-GMP-DDS Page 117


TD-2A-S3-F312

Matrice carrée diagonale d’ordre 3 :

⎡1 0 0⎤
⎢ ⎥
[M ] = ⎢0 4 0⎥
⎢⎣ 0 0 6 ⎥⎦

Matrice unité :

⎡ 1 0 0⎤
[I] = ⎢⎢0 1 0 ⎥⎥
⎢⎣ 0 0 1⎥⎦

Matrice vecteur :

⎡1 ⎤ ⎡1 ⎤
[V] = ⎢⎢2⎥⎥ [i] = ⎢⎢ 0 ⎥⎥
⎢3⎥ ⎢0⎥
⎣ ⎦ ⎣ ⎦

vecteur vecteur unitaire de l’axe des x

Matrice rotation d'un vecteur dans le plan xy :

Vy θ

Uy V
θ
U x
O Vx Ux

⎡ cos θ − sin θ 0 ⎤
[V] = [R][U] avec : [R] = ⎢⎢ sin θ cos θ 0⎥⎥
⎢⎣ 0 0 1⎥⎦

IUTB-LYON1-GMP-DDS Page 118


TD-2A-S3-F312

2.3. Opérations sur les matrices :

2.3.1. Multiplication :

⎡ 1 2⎤
⎡ 1 − 2⎤
[A] = ⎢⎢3 4⎥⎥ [B] = ⎢2 3 ⎥
⎢⎣5 6 ⎥⎦ ⎣ ⎦

La matrice [A] est d’ordre (3,2), la matrice [B ] est d’ordre (2,2).

Le matrice produit [P ] de [A] par [B ] dans cet ordre s’écrit :

[P] = [A][B]

Un terme quelconque pij de la matrice produit [P ] s’obtient en faisant la somme des


produits des termes de la ligne i de [A] par les termes de la colonne j de [B ] .

p11 = 1 × 1 + 2 × 2

⎡ 1 2⎤ ⎡1 × 1 + 2 × 2 1 × −2 + 2 × 3 ⎤ ⎡ 5 4⎤
⎢ ⎥ ⎡ 1 − 2⎤ ⎢ ⎥ ⎢ ⎥
[P] = ⎢3 4⎥ ⎢ = 3×1+ 4×2 3 × −2 + 4 × 3⎥ = ⎢ 11 6⎥
⎣2 3 ⎥⎦ ⎢
⎢⎣5 6⎥⎦ ⎢⎣5 × 1 + 6 × 2 5 × −2 + 6 × 3⎥⎦ ⎢⎣17 8 ⎥⎦
ordre (3,2) ordre (2,2) ordre (3,2)

L’ordre le la matrice [P ] sera donc (3,2).

Pour que le produit des deux matrices soit possible il faut que le nombre de
colonnes de [A] soit identique au nombre de lignes de [B]. Avec l’exemple
choisi le produit [B][A] est impossible.

2.3.2. Transposition :
Il suffit de changer les lignes en colonnes.

⎡1 2 ⎤
[M] = ⎢⎢3 4⎥⎥ t
[M] =
⎡1 3 5⎤
⎢2 4 6⎥
⎢⎣5 6 ⎥⎦ ⎣ ⎦

IUTB-LYON1-GMP-DDS Page 119


TD-2A-S3-F312

Si la matrice est symétrique (donc carrée), elle est égale à sa transposée.


Attention à la transposition d'un produit de matrices !!

[P ] = [M ] [N ]
( m,n ) ( m,p ) ( p,n )

t
[P ]= t [N]t [M ]
( n,m ) ( n,p ) ( p,m )

t
[P ]= t [M] t [N]
( n,m ) ( p,m ) ( n,p )

Explication : Pour que le produit de deux matrices soit possible il faut que le
nombre de colonnes de la première matrice et le nombre de lignes de la
seconde soit identique.

2.3.3. Inversion :
La matrice inverse [M] d’une matrice [M] est telle que :
−1

[M][M]−1 = [M ]
−1
[M] = [I]

⎡ 1 0 0⎤
[I ] = ⎢⎢ 0 1 0 ⎥⎥ est la matrice unité.
⎢⎣ 0 0 1⎥⎦

On montre en algèbre linéaire que l’inverse de [M ] se calcule par :

[M] −1
=
t
[coM]
M

|M| est le déterminant de la matrice.


t
[coM] est la transposée de la comatrice de [M] (ou adjointe de [M]).

⎡ ⎤
⎢ mij ⎥
⎢ ⎥
[M] = ⎢⎢ ⎥
M ⎥


ij ⎥

⎢⎣ ⎥⎦

Le cofacteur de rang i,j se calcule par : comij = ( −1) i + j Mij où |Mij| est le mineur.

IUTB-LYON1-GMP-DDS Page 120


TD-2A-S3-F312

Remarque : la matrice inverse d'une matrice rotation est égale à sa transposée


( [R] = [R] ). En effet, la rotation inverse d'une rotation d'angle θ est une rotation
−1 t

d'angle -θ.
⎡ cos θ − sin θ 0 ⎤
[R] = ⎢⎢ sin θ cos θ 0 ⎥⎥
⎢⎣ 0 0 1⎥⎦
⎡ cos( − θ) − sin( − θ) 0 ⎤ ⎡ cos θ sin θ 0 ⎤
⎢ ⎥ ⎢ ⎥ t
[R]− 1 = ⎢ sin( − θ) cos( − θ) 0 ⎥ = ⎢ − sin θ cos θ 0 ⎥ = [R]
⎢⎣ 0 0 1⎥⎦ ⎢⎣ 0 0 1⎥⎦

2.3.4. Diagonalisation d'une matrice symétrique d'ordre 3 (ou


recherche des vecteurs propres d'un espace vectoriel) :

Soit une matrice symétrique [M] qui fait correspondre deux vecteurs de l'espace
x,y,z
[V] = [M][U]
U V
On montre en algèbre linéaire que si la matrice est symétrique d'ordre 3 :
r
1°) Il existe toujours 3 vecteurs U orthogonaux tel que
r r
[V] = [M][U] = λ[U] (autrement dit il existe 3 couples U et V qui sont
colinéaires 2 par 2).

2°) Les 3 valeurs de λ (les valeurs propres de la matrices, autrement dit les
r r
coefficients de proportionnalité entre les 3 couples U et V ) sont réelles.

3°) La matrices [M] est diagonale dans le repère construit sur les vecteurs
propres (les termes de la diagonale principale étant les valeurs propres).

Exemple : Diagonalisez la matrice symétrique [M] ci-dessous et donnez les 3


vecteurs propres (ordonnez les 3 valeurs propres par ordre décroissant). Vérifiez
que les 3 vecteurs propres sont orthogonaux.

⎡ 1 −2 0 ⎤
⎢ ⎥
[M]xyz = ⎢− 2 1 0 ⎥
⎢⎣ 0 0 − 2⎥⎦
Si [U] est un vecteur propre on a :

[V] = [M][U] = λ[U]


[[M] − λ[I]][U] = [0]

IUTB-LYON1-GMP-DDS Page 121


TD-2A-S3-F312

Pour que ce système homogène (les seconds membres sont nuls) admette des
solutions différentes de 0 ( [U] ≠ [0 ] ) il faut que son déterminant soit nul.

[M] − λ[I] = 0

1− λ −2 0
−2 1− λ 0 = 0
0 0 −2−λ

En développant le déterminant par rapport à sa troisième ligne on obtient :


(2 − λ )( 3 − λ )(1 + λ ) = 0
La résolution de l’équation donne les trois valeurs propres :

λ1 = 3 ⎡3 0 0 ⎤
⎢ ⎥
λ 2 = −1 [M]XYZ = ⎢0 − 1 0 ⎥
λ 3 = −2 ⎢⎣ 0 0 − 2⎥⎦

r
Recherche du premier vecteur propre U1 relatif à la valeur propre λ 1 = 3 :
[[M] − λ [I]][U ] = [0]
1 1

⎡− 2 − 2 0 ⎤ ⎡x⎤ ⎡0⎤
⎢ ⎥⎢ ⎥ ⎢ ⎥
⎢− 2 − 2 0 ⎥ ⎢ y ⎥ = ⎢0⎥
⎢⎣ 0 0 − 5⎥⎦ ⎢⎣ z ⎥⎦ ⎢⎣ 0 ⎥⎦

⎡ 1 ⎤
x + y = 0 1 ⎢ ⎥
[U ] = −1
2 ⎢ ⎥
1
z = 0 ⎢⎣ 0 ⎥⎦
r
Recherche du deuxième vecteur propre U2 relatif à la valeur propre
λ 2 = −1 :
[[M] − λ [I]][U ] = [0]
2 2

⎡ 2 − 2 0 ⎤ ⎡x⎤ ⎡0⎤
⎢ ⎥⎢ ⎥ ⎢ ⎥
⎢− 2 2 0 ⎥ ⎢ y ⎥ = ⎢0⎥
⎢⎣ 0 0 − 1⎥⎦ ⎢⎣ z ⎥⎦ ⎢⎣ 0 ⎥⎦

⎡ 1⎤
x − y = 0 1 ⎢ ⎥
[U ] = 1
2 ⎢ ⎥
2
z = 0 ⎢⎣ 0 ⎥⎦
r
Recherche du troisième vecteur propre U3 relatif à la valeur propre λ 3 = −2 :

[[M] − λ [I]][U ] = [0]


3 3

IUTB-LYON1-GMP-DDS Page 122


TD-2A-S3-F312

⎡ 3 − 2 0⎤ ⎡x⎤ ⎡0⎤
⎢ ⎥⎢ ⎥ ⎢ ⎥
⎢− 2 3 0 ⎥ ⎢ y ⎥ = ⎢0⎥
⎢⎣ 0 0 0 ⎥⎦ ⎢⎣ z ⎥⎦ ⎢⎣ 0 ⎥⎦

⎡0⎤
3x − 2 y = 0
[U ] 3
⎢ ⎥
= ⎢0⎥
0z = 0
⎢⎣ 1⎥⎦
On peut facilement vérifier que les 3 vecteurs propres sont orthogonaux.

2.4. Transformation d’un vecteur et d'une matrice lors de la rotation d'un


repère dans le plan :
1°) Transformation d'un vecteur :

[U']= t [R][U]
y
⎡ cos θ − sin θ 0 ⎤
[R] = ⎢⎢ sin θ cos θ 0 ⎥⎥ y’
Uy
U
⎢⎣ 0 0 1⎥⎦ x’
U’x
[R] est la matrice de rotation d’un U’y
θ
vecteur dans le plan (voir rotation x
d'un vecteur dans le plan). O Ux

2°) Transformation d'une matrice :


On montre que : [M']= [R ][M ][R ]
t

2.5. Forme matricielle du produit scalaire :


⎡1 ⎤ ⎡4⎤
[V] = ⎢⎢2⎥⎥ [W] = ⎢⎢5 ⎥⎥
( 3,1) ( 3,1)
⎢3⎥ ⎢6 ⎥
⎣ ⎦ ⎣ ⎦
r r
V • W = 1 × 4 + 2 × 5 + 3 × 6 = 32 est un scalaire, autrement dit une
"matrice" d'ordre 1.
r r t
V • W = [V] [W ] ou t
[W][V]
( 1,1) (1,3 ) (3,1)

⎡4⎤
r r ⎢ ⎥
V • W = [1 2 3]⎢ 5 ⎥ = 1 × 4 + 2 × 5 + 3 × 6 = 3
⎢⎣ 6 ⎥⎦

IUTB-LYON1-GMP-DDS Page 123

Vous aimerez peut-être aussi