Vous êtes sur la page 1sur 46

Rapport du projet de fin d’année

REMERCIEMENTS
Nous tenons tout d’abord à remercier Dieu le tout puissant
et miséricordieux, qui nous a donné la force et la patience d’accomplir
ce Modeste travail.

En deuxième lieu, nous tenons à remercier notre encadrant


Mr. MESBAHI, pour l’orientation, la confiance et la patience qu’il
nous a accordé et qui ont constitué un apport considérable sans
lesquelles ce travail n’aurait pas pu être mené à bon port. Qu’il trouve
dans ce travail un hommage vivant à sa haute personnalité.

Nos vifs remerciements vont également à Mr. KHAFALLAH ,


membre du jury, pour l’intérêt qu’il a porté à notre recherche en
acceptant d’examiner notre travail Et de l’enrichir par ses
propositions.

Ces remerciements vont aussi au corps professoral et administratif


de l’école nationale supérieure de l’électricité et de mécanique, pour
la richesse et la qualité de leur enseignement et qui déploient
de grands efforts pour assurer à leurs étudiants une formation
actualisée.

ENCADRE PAR : MR MESBAHI 1


Rapport du projet de fin d’année

TABLE DES MATIERES


Introduction générale ............................................................................................................................. 4
Chapitre 1 : ................................................................................................................................................ 5
I. Objectif du projet : .................................................................................................................... 5
II. Etudes théoriques : ................................................................................................................. 6
1. Onduleurs : ................................................................................................................................. 6
2. Commande par modulation de largeur d’impulsion MLI : ............................................. 8
3. Le moteur asynchrone : ......................................................................................................12
III. Conclusion :................................................................................................................................15
Chapitre 2 : ................................................................................................................................................16
I. Introduction : ...............................................................................................................................16
II. Microcontrôleur de la famille PIC : ...................................................................................16
1. Définition du PIC : ..................................................................................................................16
2. Intérêt des microcontrôleurs : ..........................................................................................16
3. Classification des PICS de MICROCHIP :.......................................................................17
4. Identification des PICs : ......................................................................................................17
5. Choix du PIC : ...........................................................................................................................17
III. PIC18F4431 : ............................................................................................................................18
1. Définition du PIC18F4431 :..................................................................................................18
2. Caractéristiques principales du PIC18F4431 : ...............................................................19
3. Brochage du PIC18F4431 : ...................................................................................................19
4. Eléments de base du PIC18F4431 : .................................................................................. 23
IV. Conclusion: ................................................................................................................................ 30
Chapitre 3: .................................................................................................................................................31
I. Introduction : ...............................................................................................................................31
II. Partie Matérielle : ..................................................................................................................31
1. Les optocoupleurs : .................................................................................................................31
2. Les drivers (pilotes) : ........................................................................................................... 34
3. PIC18F4431 : ........................................................................................................................... 34
4. Quartz : .................................................................................................................................... 34

ENCADRE PAR : MR MESBAHI 2


Rapport du projet de fin d’année
5. Transistor IGBT : .................................................................................................................. 35
III. Partie logiciels : ...................................................................................................................... 37
1. Réalisation virtuelle « PROTEUS » : ................................................................................ 37
2. Langage de programmation MPLAB : ................................................................................ 38
VI. Alimentations : ........................................................................................................................ 39
VII. Conclusion :............................................................................................................................... 39
Chapitre 4 : ............................................................................................................................................... 40
I. Introduction : .............................................................................................................................. 40
1. Réalisation virtuelle sur ISIS : ......................................................................................... 40
2. Code MPLAB : .......................................................................................................................... 44
3. Réalisation :.............................................................................................................................. 44
II. Conclusion :............................................................................................................................... 44
Conclusion Générale : ............................................................................................................................. 45
Références bibliographiques : ............................................................................................................ 46

ENCADRE PAR : MR MESBAHI 3


Rapport du projet de fin d’année

INTRODUCTION GENERALE
L’électronique de puissance est la partie du génie électrique qui traite
des modifications de la présentation de l’énergie électrique. Pour cela elle utilise
des convertisseurs statiques à semi-conducteurs. Grâce aux progrès sur
ces composants et sur leur mise en œuvre, l’électronique de puissance a pris
une importance considérable dans tout le domaine de l’électricité industrielle.
Dans l’électronique de puissance, on peut distinguer trois aspects :
 L’étude des COMPOSANTS : À partir des propriétés du silicium, elle
explique le fonctionnement des semi-conducteurs, leurs caractéristiques,
les limitations à respecter dans leur emploi, les conditions que doivent
remplir les signaux de commande.
 L’étude des STRUCTURES : Elle montre comment ces composants insérés
dans des circuits permettent de réaliser des convertisseurs statiques
modifiant la présentation de l’énergie électrique. Elle est consacrée aux
relations que ces convertisseurs établissent entre leurs grandeurs d’entrée
et de sortie, à la caractérisation de ces grandeurs et des contraintes
imposées aux composants.
 L’étude de la COMMANDE : À partir de la transformation à réaliser
et de la dynamique souhaitée pour l’ensemble dans lequel intervient
le convertisseur, elle indique comment élaborer les signaux de commande
des semi-conducteurs. On distingue d’ordinaire la commande rapprochée,
c’est-à-dire la détermination des signaux appliqués aux électrodes
de commande des semi-conducteurs à partir des références assignées
au convertisseur, et la commande proprement dite, c’est-à-dire
l’élaboration de ces références.
Les performances des composants ne cessent de s'améliorer, en raison
notamment de l’application aux courant forts des procédés de fabrication
de la micro- électronique. L’emploi de la microinformatique permet d’élaborer
des commandes de plus en plus sophistiquées. L’électronique de puissance est
une technique qui évolue extrêmement vite.

ENCADRE PAR : MR MESBAHI 4


Rapport du projet de fin d’année

CHAPITRE 1 :
OBJECTIF ET GENERALITES

I. Objectif du projet :
1. Cahier des charges :
Concevoir, dimensionner et réaliser un Onduleur triphasé en pont à base
de transistors IGBT.
Le schéma synoptique du projet est donné dans la figure 1 :

Figure 1 : Schéma proposé en cahier des charge


Concevoir une alimentation DC 5*15V isolée à partir d’un
transformateur à un seul secondaire.
Les commandes (MLI sinusoïdale) de la partie puissance doivent être
conçues pour être implémentées sur un microcontrôleur de chez Microchip
PIC18F4431 avec signalisation de marche et défaut en cas de surintensité. Prévoir
une protection par fusible et par programme en cas de surcharge.
Le design d’un boitier associant esthétique et didactique est vivement exigé.
ENCADRE PAR : MR MESBAHI 5
Rapport du projet de fin d’année
2. Introduction :
L’entraînement à vitesse variable des machines électriques était l’objectif
de plusieurs études dans ces dernières années grâce à l’évolution technologique
des convertisseurs statique qui représente le véritable cœur de tous système
électrique.
L’association des convertisseurs statiques aux machines asynchrone permet
de réaliser des ensembles électromécaniques à vitesse variable tout en conservant
les avantages bien connus de ce type de moteur, à savoir le faible coût, robustesse
et entretient réduit.
Ces variateurs de vitesse doivent être dotés de commande sophistiquée pour
atteindre des performances comparables à ceux utilisant des machines à courant
continu.
Les onduleurs triphasés sont les plus utilisés dans les industries à cause
de leurs faibles prix, très approuvés du côté de la réalisation et facile du côté
de la commande électrique.
Ce présent travail est relatif à une étude de la commande MLI, en particulier
MLI sinusoïdale, pour un onduleur triphasé associés à une machine asynchrone,
cette commande doit être implémentée sur un microcontrôleur de chez Microchip
PIC18F4431.

II. Etudes théoriques :


1. Onduleurs :
Un onduleur est un convertisseur statique assurant la conversion continu-
alternatif, alimenté en continu, il modifie de façon périodique les connexions entre
l’entrée et la sortie et permet d’obtenir de l’alternatif à la sortie.
Une première classification peut être faite en distinguant : onduleurs non
autonome et onduleur autonome. Entre ces deux types d’onduleurs, il existe un
type intermédiaire d’onduleur appelé onduleur à commutation par la charge
« ou encore onduleur à résonance »
 Onduleurs non autonome : Un onduleur est dit non autonome si l’énergie
nécessaire pour la commutation des thyristors est fournie par le réseau
alternatif qui est donc un réseau actif. C’est le cas du fonctionnement
en onduleur des redresseurs. La fréquence et la forme d’onde de la tension
sont imposées par le réseau alternatif.

ENCADRE PAR : MR MESBAHI 6


Rapport du projet de fin d’année
 Onduleur autonome : Un onduleur autonome est un convertisseur statique
assurant la conversion continu- alternatif. Alimenté en continu, il modifie
de façon périodique les connexions entre l’entrée et la sortie et permet
d’obtenir de l’alternatif à la sortie. Un onduleur autonome dépend
essentiellement de la nature du générateur et du récepteur entre lesquels
il est monté.
Cela conduit à distinguer:
Les onduleurs de tensions.
Les onduleurs de courant.
1.1 Onduleur triphasé :

Le schéma d’un onduleur triphasé est un onduleur autonome de tension,


il est donné à la figure 2. il est principalement constitué de trois bras
ou « mutateurs » d’onduleurs, chaque bras est formé de deux interrupteurs
de puissance , dans notre cas nous allons utiliser des transistors IGBT , la source
E est divisée en deux sources de valeurs E/2 et entre ses deux sources un neutre
fictif est placé (point O).

Figure 2 : Schéma électrique de l’Onduleur triphasé

 Principe de fonctionnement de l’onduleur triphasé :


La représentation schématique de l’onduleur est fournie par la figure 2. Pour
assurer la continuité des courants de sortie alternatif ia, ib et ic, les interrupteur K1 et K’1,
K2 et K’2, K3 et K’3 doivent être complémentaire deux à deux, et pour que les tensions
de sortie Va, Vb et Vc soient identiques à un tiers de la période T de leur fondamental prés,
il faut commander chaque demi pont avec un retard de T/3 sur le précédent.
En commande pleine onde on ferme donc : - K1 pour wt =0 K’1 pour wt =π - K2 pour wt
=2 π/3 K’2 pour wt = π+2 π/3 - K3 pour wt =4 π/3 K’3 pour wt= π+4 π/3 La présence

ENCADRE PAR : MR MESBAHI 7


Rapport du projet de fin d’année
du neutre relié à la source est indispensable si le récepteur est déséquilibré et tout
particulièrement s’il comporte des charges monophasées montées entre phase et neutre.
Si le récepteur triphasé est équilibré (moteur triphasé par exemple) on peut
supprimer la liaison entre le point neutre « N » et le point milieu « 0 » du la source. Donc
supprimer celui- ci, on obtient alors l’onduleur triphasé proprement dit (figure 2).
Il existe plusieurs techniques de commande de cet onduleur, commande décalée
ou 120, commande pleine onde dite 180, mais la plus populaire est la commande
par modulation de largeur d’impulsion MLI.

2. Commande par modulation de largeur d’impulsion MLI :


2.1 Principe de la commande en MLI des onduleurs triphasés :
Dans un onduleur à modulation de largeur d’impulsion, au lieu de former chaque
alternance d’une tension de sortie avec un seul créneau rectangulaire, on la forme
de plusieurs créneaux de largeur convenable. Le schéma de l’onduleur reste le même
(figure 2) c’est la commande des interrupteurs qui est modifiée. Les instants de fermeture
et d’ouverture des interrupteurs sont donnés par les intersections de signal de référence
avec la porteuse.

Figure 3 : Schéma synoptique de la commande en MLI (triphasé)

Un générateur d’onde délivre l’onde triangulaire aux trois phases (porteuse


commune), par contre la référence est propre à chaque phase, les trois références étant
déphasées de 120°.

ENCADRE PAR : MR MESBAHI 8


Rapport du projet de fin d’année
2.2 Intérêt de la commande :
Les ondes délivrées par les onduleurs à commande pleine onde ou à commande
décalée sont riche en harmoniques. Pour atténuer ces harmoniques on peut placer
en sortie de l’onduleur un filtre. Le filtrage de la tension ou de courant de sortie d’un
onduleur ne délivrant qu’un créneau de tension ou de courant par alternance est difficile
et onéreux, car le premier harmonique à éliminer (L’harmonique 3 ou 5) à une fréquence
très voisine de celle du fondamental. La modulation de largeur d’impulsion s’avère être
la technique la plus appropriée pour la commande de l’onduleur tout en ayant une bonne
neutralisation de l’onde de sortie.

2.3 Principe de la commande MLI :


La conversion continue alternative est assurée par les commutations
des interrupteurs de l’onduleur qui vont ainsi effectuer des connexions temporaires entre
les bonnes de la source d’alimentation continue et les lignes de la charge triphasée
alternative. Le transfert d’énergie est contrôlé par le rapport entre intervalles d’ouverture
et de fermeture (rapport cyclique) de chaque interrupteur, donc par la modulation
de largeurs d’impulsions de contrôle de ces interrupteurs (MLI), cette technique est basée
sur la comparaison d’un signal de référence appelé aussi modulatrice d’amplitude Ar
et de fréquence f, avec un signal appelé porteuse d’amplitude Ap et de fréquence fp très
élevée.

Figure 4 : Principe de la modulation

ENCADRE PAR : MR MESBAHI 9


Rapport du projet de fin d’année
2.4 Types de la commande MLI :

Modulation sinus-triangle :
C'est la plus classique. Elle consiste à comparer la modulante (le signal
à synthétiser) à une porteuse généralement triangulaire. Le signal de sortie vaut 1 si
la modulante est plus grande que la porteuse, 0 sinon ; le signal de sortie change donc
d'état à chaque intersection de la modulante et de la porteuse.
Cette méthode se prête bien à une réalisation analogique : il suffit d'un générateur
triangle et d'un comparateur. Il existe de nombreux circuits intégrés dédiés.

Figure 5 : Exemple de MLI à porteuse en dents de scie

Modulation vectorielle :
La MLI dite space vector (vecteur spatial) est surtout applicable aux variateurs
de vitesse triphasés sans neutre.
Elle consiste à considérer globalement le système triphasé, et à lui appliquer
une transformée de Concordia pour se ramener dans le plan (Vα, Vβ). Le système triphasé
de tensions à générer pour la durée d'échantillonnage en cours peut alors être représenté
comme un unique vecteur dans ce plan (voir aussi commande vectorielle).
Ce vecteur n'est pas directement réalisable par les interrupteurs du variateur,
mais on peut chercher les trois configurations les plus proches (situées sur les sommets
et au centre de l'hexagone), et les appliquer successivement pendant une fraction
adéquate de la période d'échantillonnage, de façon à obtenir en moyenne le vecteur
recherché.
En modulation sinusoïdale, elle donne des résultats similaires à la MLI scalaire
à porteuse triangulaire centrée. Néanmoins, elle peut être plus facile à implanter dans
un microcontrôleur, et, disjointe d'harmonique 3, elle permet de maximiser la puissance
disponible, ce qui justifie son usage.

ENCADRE PAR : MR MESBAHI 10


Rapport du projet de fin d’année

Figure 6 : Principe du vecteur spatial pour une MLI triphasée

MLI pré calculée :


Elle est surtout utilisée lorsque, du fait d'une fréquence porteuse faible, on a besoin
d'optimiser le spectre du signal généré. Le motif du signal de sortie est prédéterminé
(hors ligne) et stocké dans des tables qui sont ensuite relues en temps réel.
De fait, ces MLI sont toujours synchrones (la fréquence porteuse est exactement
multiple de la fréquence de la modulante), condition nécessaire pour avoir
un spectre harmonique constant.
En pratique, ce type de MLI ne peut être réalisé qu'en numérique.

Commande par hystérésis :


Cette méthode consiste à élaborer le signal MLI directement à partir de la grandeur
à contrôler, par des décisions de type tout ou rien.
Les avantages sont la très grande simplicité et le temps de réponse minimal aux
perturbations. L'inconvénient majeur est l'absence de contrôle de la fréquence
de commutation des transistors, ce qui rend délicat leur dimensionnement.

Figure 7 : Commande par hystérésis

ENCADRE PAR : MR MESBAHI 11


Rapport du projet de fin d’année
3. Le moteur asynchrone :
Le moteur nécessite un contrôle modulé en largeur d'impulsion des six
les commutateurs d'un pont onduleur triphasé connecté aux enroulements du stator
du moteur (Figure 8). Les six commutateurs forment trois paires de "demi-points", qui
peuvent être utilisés pour connecter la branche d'un enroulement au bus continu haute
tension positif ou négatif.
Comme le montre la figure (8), deux commutateurs d'un même « demi-point »
ne doivent jamais être activés simultanément, sinon les bus positif et négatif seront court-
circuités ensemble. Cette condition entraînerait un événement destructeur connu sous
le nom de « fusillade ». Si un interrupteur est allumé, alors l'autre doit être éteint; ainsi,
ils sont conduits en tant que paires complémentaires. Il convient également de noter que
les dispositifs de commutation utilisés dans le demi-point (dans ce cas, les IGBT)
nécessitent souvent plus de temps pour s'éteindre que pour allumer. Pour cette raison,
un temps mort minimum doit être inséré entre le temps d'arrêt et le temps des canaux
gratuits.

Figure 8 : Un pont onduleur triphasé piloté par six entrées PMW

3.1 Le control V/f Boucle ouverte :

Les moteurs asynchrones à courant alternatif fonctionnent souvent en boucle


ouverte sans rétroaction de vitesse ou de position. Le rapport V/ f est maintenu constant
pour fournir un couple constant (maximum) sur la plage de fonctionnement. Cette forme
de contrôle est relativement peu coûteuse et facile à mettre en œuvre. Le retour du rotor
n'est pas utilisé et le rotor est supposé suivre le flux de rotation généré dans le stator, avec
une certaine quantité de glissement en fonction de la charge.
Pour piloter un moteur à induction AC, le pont onduleur triphasé est piloté par les
sorties PWM du microcontrôleur montré dans la figure(9). En changeant les cycles de
service PWM d'une manière régulière, les sorties PWM sont modulées pour synthétiser

ENCADRE PAR : MR MESBAHI 12


Rapport du projet de fin d’année
des formes d'onde sinusoïdales (AC triphasé) à travers les trois enroulements du moteur
(Figure 10).
AC est appliqué aux trois enroulements du stator sous la forme de trois courants
sinusoïdaux égaux en amplitude et en fréquence, mais décalés les uns des autres de 120
degrés. En conséquence, le courant dans les enroulements du stator génère une rotation
champ magnétique. Ce champ tournant induit une force électromotrice dans le rotor, qui
à son tour produit un champ magnétique dans le rotor qui tente de s'aligner avec le rotor
champ magnétique dans le stator. Cela provoque la rotation du rotor.

Figure 9 : Diagramme de contrôle de la boucle ouverte V/f

Figure 10 : Synthèse d’onde sinusoïdale triphasée

ENCADRE PAR : MR MESBAHI 13


Rapport du projet de fin d’année
3.2 Le control V/f Boucle de courant :
Un inconvénient du contrôle V / f en boucle ouverte est que le moteur peut caler
si la vitesse augmente trop rapidement ou la charge change autrement rapidement. Sans
une forme de feedback, il est impossible de détecter si le moteur tourne comme prévu,
ou s'il est bloqué. Un décrochage provoque des courants élevés et le moteur perd du
couple.
En surveillant le courant, un glissement excessif peut être détecté, et la fréquence
du moteur peut être ajustée vers le bas en conséquence. Une condition de courant élevé
peut également être provoquée par un dysfonctionnement du pont de l'onduleur. Si une
condition de courant élevé persiste, le variateur doit être arrêté pour éviter la surchauffe
du moteur ou d'autres dommages.
Un diagramme conceptuel est illustré à la figure (12). La référence de vitesse est
fournie par l'utilisateur, dans ce cas par un potentiomètre connecté à un canal ADC.
La fonction V / f dans le firmware calcule le PWM maximum cycle de service (amplitude)
basé sur la référence de vitesse. Le courant du bus DC (pont) est mesuré à l'aide d'une
résistance shunt, qui produit une tension proportionnelle au courant qui le traverse. Cette
tension est amplifiée et comparée avec un comparateur externe à un niveau de référence
qui correspond au courant maximum admissible du bus. La sortie du comparateur
entraîne l'entrée Fault A du PIC18F4431. Si le signal d'erreur est activé, la sortie PWM est
inhibée pour la période PWM suivante.
Pour détecter une condition de surintensité persistante, le nombre de fois que
le signal d'erreur est affirmé est surveillé dans le microprogramme. Par exemple, si le
défaut survient plus de 20 fois au cours des 256 derniers cycles PWM, le moteur est arrêté
et une condition de surintensité est indiquée par clignotant une LED. (Le nombre
d'événements de déclenchement de l'erreur de surintensité peut être modifié dans le
microprogramme.)
La tension de shunt peut également être surveillée en utilisant un canal ADC pour
détecter un courant croissant. De cette façon, des mesures correctives peuvent être prises
en diminuant la fréquence du variateur avant que le défaut matériel ne soit activé.

Figure 11 : Contrôle V/f en boucle fermée avec retour de courant

ENCADRE PAR : MR MESBAHI 14


Rapport du projet de fin d’année
3.3 Le control V/f avec retour de vitesse :

En régulation V / f en boucle ouverte, on suppose que le rotor suit le flux


de rotation généré dans le stator, avec un certain degré de glissement en fonction
de la charge. Dans de nombreuses applications, la charge peut varier considérablement
et la vitesse du moteur qui en résulte varie en conséquence. Pour améliorer le contrôle
de la vitesse, une forme de retour de vitesse peut être ajoutée.
Une implémentation simple du contrôle de vitesse en boucle fermée est illustrée
sur la figure 12. La vitesse de référence est toujours réglée par un potentiomètre, comme
ci-dessus. Cependant, au lieu d'utiliser directement la vitesse de référence pour
déterminer la fréquence de commande, elle est comparée à la vitesse réelle du moteur
pour générer un signal d'erreur de vitesse. La vitesse réelle du moteur est établie par une
mesure de vitesse avec soit l'interface QEI (Quadrature Encoder Interface) en mode
Vélocité, soit la capture d'entrée d'un signal de tachymètre. Dans cette application
particulière, l'interface Encodeur Quadrature est utilisée.
Le signal d'erreur de vitesse est ensuite utilisé comme entrée pour un régulateur
proportionnel-intégral (PI), qui détermine la fréquence de commande désirée pour les
enroulements du moteur. Le processus V / f standard détermine l'amplitude de la forme
d'onde du variateur. La fréquence et l'amplitude du variateur sont ensuite utilisées pour
mettre à jour les cycles de service PWM des six canaux PWM qui pilotent le pont triphasé.
La rétroaction en courant peut également être utilisée en même temps que le retour
de vitesse.

Figure 12 : Schéma fonctionnel du contrôle V/f avec retour de vitesse

III. Conclusion :
Dans ce chapitre, nous avons présenté la famille des convertisseurs statiques
DC/AC dite « Onduleurs », nous avons aussi traité les différents types de commande par
MLI en relevant ses avantages et distinctions des autres commande (commande décalée
ou pleine onde).
Dans le chapitre qui se suit nous le consacrons à l’étude détaillée du composant
majeur de notre projet, qui est le PIC18F4431, où on va implémenter notre commande
MLI.

ENCADRE PAR : MR MESBAHI 15


Rapport du projet de fin d’année

CHAPITRE 2 :
PIC18F4431

I. Introduction :
Microchip Technology, ou tout simplement Microchip, est un fabricant de semi-
conducteurs fondé en 1989, à partir d'une division de General Instrument.
Microchip produit les microcontrôleurs PIC, des composants KEELOQ,
des composants radiofréquences, des composants de gestion des batteries, des interfaces,
des composants analogiques, des horloges ou chronométré.
Ce chapitre sera dédié au présentation du PIC18F4431 que nous avons utilisé
pour réaliser le projet, ainsi détailler ses caractéristiques.

II. Microcontrôleur de la famille PIC :


1. Définition du PIC :
Les Microcontrôleurs PIC forment une famille de microcontrôleurs
de la Microchip. Ces microcontrôleurs sont dérivés du PIC1650 développé à l'origine par
la division microélectronique d’Instrument. Le pic n’est pas officiellement un acronyme,
bien que la traduction en « Peripherical interface Controller » c’est-à-dire « contrôleur
d’interface périphérique ».
Les microcontrôleurs sont aujourd’hui implantés dans la plupart
des applications en grand public ou professionnelle, il en existe plusieurs familles.
La société Américaine Microship Technologie a mis au point dans les années
90 un microcontrôleur CMOS: le PIC, ce composant encore très utilisé à l’heure actuelle,
est un compromis entre simplicité d’emploi, rapidité et prix.
Le pic existe dans plusieurs versions:
 Les UVPROM qui sont effaçable par une source de rayonnement ultraviolet.
 Les OTPROM programmable une seule fois.
 Les EEPROM et flash EPROM qui sont effaçables électriquement.

2. Intérêt des microcontrôleurs :


Les microcontrôleurs sont de taille tellement réduite qu’ils peuvent être sans
difficulté implantés sur l’application même s’ils sont censés piloter. Leur prix et leurs

ENCADRE PAR : MR MESBAHI 16


Rapport du projet de fin d’année
performances simplifient énormément la conception de système électrique
et informatique.
On peut encore préciser:
 Les performances sont identiques voir supérieur à ses concurrents.
 Très utilisé donc très disponible.
 Les outils de développement sont gratuits et téléchargeables sur WEB.
 Le jeu d’instruction réduit est souple, puissant et facile à maîtriser
 Les versions avec mémoire flash présentent une souplesse d’utilisation
et des avantages pratiques indéniables.
 La communauté des utilisateurs des PICs est très présente sur le WEB.
 L’utilisation des microcontrôleurs ne connait de limite que l’ingéniosité
des concepteurs, on les trouve dans nos cafetières, les magnétoscopes et les radios.

3. Classification des PICS de MICROCHIP :

Actuellement les modèles Microchip, sont classés en 3 grandes familles,


comportant chacune plusieurs références. Ces familles sont:
 Base-line: les instructions sont codées sur 12 bits ;
 Mid-line: les instructions sont codées sur 14 bits ;
 High-End: les instructions sont codées sur 16 bits.

4. Identification des PIC :


Un PIC est généralement identifié par une référence de la forme suivante:
 xx(L)XXyy-zz Xx : famille du composant, actuellement «12, 14, 16, 17 et 18» ;
 L : tolérance plus importante de la plage de tension ;
 XX : type de programme (C: EPROM ou EEPROM, F: flash) ;
 Yy : identificateur ;
 Zz : vitesse maximale du quartz de pilotage.
5. Choix du PIC :
 Le choix d’un PIC est directement lié à l`application envisagée ;
 Il faut dans un premier temps déterminer le nombre d’entrées\sorties
nécessaires pour l’application ;
 Ce nombre d’entrées\sorties nous donne une idée sur la famille du PIC ;
 Il faut ensuite déterminer si l’application nécessite un convertisseur
Analogique\Numérique ce qui va faut un peu plus vers le choix du PIC ;
 La rapidité d’exécution est un élément important, il faut consulter les DATA-BOOK
pour vérifier la compatibilité entre la vitesse maximale du PIC choisi et la vitesse
max nécessaire au montage ;

ENCADRE PAR : MR MESBAHI 17


Rapport du projet de fin d’année

 La taille de la RAM interne et la présence ou nom d’une EEPROM pour mémoriser


des données est également pour l’application souhaitée ;
 La longueur de programme de l’application détermine la taille de la mémoire
programme du PIC recherché.
Afin de choisir un PIC adéquat à notre projet, nous avons pensé à l’utilisation
du PIC18F4431 car il possède aussi des modules MLI adaptés pour la commande
des convertisseurs cités dans le chapitre I.

III. PIC18F4431 :
1. Définition du PIC18F4431 :
Le PIC18F4431 est un circuit intégré contenu dans un boitier nommer « DIL 40 »
il présente 40 broches, 20 de chaque côté. Les broches sont virtuellement de 1 à 40.
La 1ère broche est placée dans le coin situé à gauche de l’encoche de repérage. La figure
(13) décrit notre PIC 18f4431, qu’on trouve sur notre carte.
Le PIC18F4431 intègre un ensemble de périphériques innovants, spécialement
conçus pour les applications de contrôle moteur. L’utilité de ces périphériques est
démontrée dans les applications de moteur ACIM triphasé en boucle ouverte et en boucle
fermée. Le noyau du PIC18F4431 est un ensemble de périphériques uniques qui simplifie
les exigences matérielles externes et permette également des niveaux plus élevés
de capacité de contrôle du moteur que les PIC18F452 ou PIC16F7X7.

Figure 13 : PIC18F4431

ENCADRE PAR : MR MESBAHI 18


Rapport du projet de fin d’année
2. Caractéristiques principales du PIC18F4431 :

Les éléments essentiels du PIC18F4431 sont :


 36 lignes d’entrées/sorties, réparties comme suit:
 Le port A (8 bits) I/O ;
 Le port B (8 bits) I/O ;
 Le port C (8 bits) I/O ;
 Le port D (8 bits) I/O ;
 Le port E (4 bits) I/O.
 Une mémoire de programme de type flash 16384 Octets. Une SRAM donnée de
768 octets ;
 Une mémoire EEPROM de 256 octets ;
 Power control PWM aux nombre de 4 MLI générateurs et 8 canaux de sorties ;
 Convertisseur analogiques numériques 10 bits à 9 canaux ;
 USART, port série univers ;
 SSP, port série synchrone ;
 Quatre TIMERS avec leurs prescalers, TMR0, TMR1, TMR2, TMR5 ;
 Deux modules de comparaison et capture CCP1 et CCP2 ;
 Un chien de garde ;
 34 sources d’interruption ;
 Générateur d’horloge, à quartz (jusqu’à 40 MHz) ;
 Possibilité aux applications utilisateur d’accéder à la mémoire programme ;
 Tension de fonctionnement de 2.4 à 5.5V ;
 Jeux de 75 instructions.

3. Brochage du PIC18F4431 :

Ce composant intègre un microcontrôleur de 14-bits, appartient à la famille High-


End, qui utilise des mots de 16 bits, il possède 40 pins.
 Pattes (11, 12, 31, 32): L’alimentation du circuit est assurée par les pattes VDD
(11,32) Et VSS (12,31). Elles permettant à l’ensemble des composants
électroniques du PIC de fonctionner. Pour cela, on relie VSS à la masse (0 Volt) et
VDD à la borne positive de l’alimentation qui doit délivrer une tension continue
comprise entre 3 et 6 Volts.
 Pattes (13,14): Le Microcontrôleur est un système qui exécute des instructions les
unes après les autres à une vitesse (fréquence) qui est fixée par une horloge
interne au circuit. Cette horloge doit être stabilisée da manière externe au moyen
d’un cristal de quartz connecté aux pattes OSC1/CLKIN et OSC2/CLKOUT.

ENCADRE PAR : MR MESBAHI 19


Rapport du projet de fin d’année
 Patte (1): Est appelée MCLR (Master CLear Reset). Elle permet lorsque la tension
appliquée est égale à 0V de réinitialiser le microcontrôleur. C’est-à-dire que si un
niveau bas (0 Volt) est appliqué sur MCLR, le microcontrôleur s’arrête, place tous
ses registres dans un état connu et se redirige vers le début de la mémoire de
programme pour recommencer le programme au début (adresse dans la mémoire
de programme: 0000). A la mise sous tension, la patte MCLR étant à zéro, le
programme démarre donc à l’adresse 0000.
 Pattes (33, 34, 36, 37): Interruptions Externes Broches RB0, RB1, RB3, RB4. Ces
broches peuvent être configurées pour déclencher une interruption sur une valeur
basse, sur un front montant ou descendant, ou sur un changement de valeur.
Impulsion MLI (0,1,3,4) (largeur d’impulsion modulée).
 Pattes (25,26): Les pins de port RC65(TX)et RC7(RX) sont reliées au circuit
MAX232, cela afin d’utiliser l’interface RS232 du microcontrôleur. On utilise (RX)
pour recevoir et (TX) transmettre (les données séries de niveau TTL).
 Pattes (2-30, 33-40): Ces pins représentent les ports d’entrées/sorties (portA,
portB, portC, portD et portE).
 Pattes (39,40): Enfin on a les pins des port ICPGC, ICPGD et ICRST sont utilisées
pour programmer le microcontrôleur par la méthode ICDP (In circuit serial
programming). Cette méthode permet de programmer le microcontrôleur sans
avoir à le retrier de la plaque du circuit imprimé.
La figure (8) représente le brochage du PIC18F4431. Le diagramme de pins de la
figure (14) présente les composantes du PIC18F4431 comme indiqué dans le Tableau de
la figure (15) et figure (16).

FIGURE 14 : Brochage du PIC18F4431

ENCADRE PAR : MR MESBAHI 20


Rapport du projet de fin d’année

Figure 15 : Caractéristique du PIC18F4431

ENCADRE PAR : MR MESBAHI 21


Rapport du projet de fin d’année

Figure 16 : Suite du tableau des caractéristiques du PIC18F4431

ENCADRE PAR : MR MESBAHI 22


Rapport du projet de fin d’année
4. Eléments de base du PIC18F4431 :
4.1 Horloge :

L’horloge peut être soit interne soit externe. L’horloge interne est constituée d’un
oscillateur à quartz ou d’un oscillateur RC, à ce terme, il apparait la notion de
Multiplicateur de fréquence de phase Lock Loop (PLL) Disponible à la fois pour le cristal
haute vitesse et Modes d'oscillateur interne, ce qui donne une horloge de vitesse allant
jusqu'à 40 MHz, il donne la possibilité de multiplier la fréquence par 4 ’H4’, on a pu l’utilisé
avec un Oscillateur interne sans utiliser un cristal externe ou un circuit d'horloge.

4.2 Organisation de la mémoire :


Le microcontrôleur PIC18F4431 dispose de deux types de mémoire séparées: Une
mémoire de programme de 32 Ko (mémoire FLASH) Une mémoire de données de 2048
octets.
Mémoire programme : La capacité de la mémoire programme est de 32 Ko. Cependant,
chaque instruction est codée sur 16 bits, ce qui signifie que chaque instruction occupe
2 octets, ainsi la mémoire de programme ne peut stocker que jusqu’à 16384 instructions
au maximum. Le programme exécutable par le PIC est implanté dans la mémoire flash à
l’aide d’un programmateur (hard + soft).
Mémoire de données : Elle se décompose en deux parties: une RAM et une EPROM.

4.3 Timers :

Le Timer est un élément important dans Le PIC. Cette ressource permettra de


réaliser de nombreuses fonctions, telles que la temporisation, la génération des signaux
MLI, ou encore les modes Compare ou Capture. Selon le type du PIC rencontré, on trouvera
un certain nombre de Timers qui seront pour certains associés à des ressources internes
de PIC. Un Timer est en fait un compteur incrémentant au rythme d’une horloge, et ceci
en ayant la possibilité de pré positionner une valeur de départ.
Certains Timers pourront fonctionner en mode 8bits, 16bits ou 32 bits. Dans
le PIC18F4431, il existe quatre Timers (un Timer de 8 bit et le reste de 16 bits).

4.4 Microprocesseur (CPU : CENTRAL PROCESSING UNIT) :

Il constitue le cœur du PIC et composé de:


UAL registre Wet le registre d’usage, il fait l’analyse du contenu du programme.
Il organise aussi l’enchaînement des tâches précisées dans la mémoire programme,
et il prend en compte les informations extérieures au système.
 ALU: est une unité arithmétique et logique à 8bits qui réalise les opérations
arithmétiques et logiques de base.

ENCADRE PAR : MR MESBAHI 23


Rapport du projet de fin d’année
 Accumulateur W: est un registre de travail 8bits, toutes les opérations à deux
opérandes passent par lui. On peut avoir:
 Une instruction sur un seul opérande qui est en général un registre situé dans
la RAM.
 Une instruction sur deux opérandes. Dans ce cas, l’un des deux opérandes est
toujours l’accumulateur W, l’autre peut être soit un registre soit une constante.
Pour les instructions dont un des opérandes est un registre, le résultat peut être
récupéré soit dans l’accumulateur, soit dans le registre lui-même.

4.5 Interruptions :

Une interruption provoque l’arrêt du programme principal pour aller exécuter


une procédure d’interruption. A la fin de cette procédure, le microcontrôleur reprend
le programme principal à l’endroit où il l’a laissé. Les interruptions sont associées de bits,
un bit de validation et un drapeau. Le premier permet d’autoriser ou non l’interruption,
le second permet au programmeur de savoir de quelle interruption il s’agit.
Les interruptions sont classées en deux catégories, les interruptions primaires
et les interruptions périphériques. Elles sont gérées par les registres:
 RCON ;
 INTCON ;
 INTCON2 ;
 INTCON3 ;
 PIR1, PIR2, PIR3 ;
 PIE1, PIE2, PIE3 ;
 IPR1, IPR2, IPR3.

4.5.1 Sources d’interruptions de PIC18F4431 :

La liste suivante présente quelques sources d’interruptions:


 Trois interruptions externes, action sur les broches INT0/RC3, INT1/RC4 et
INT2/RC5.
 Débordement de TIMER0.
 Changement d’état logique sur une des broches du PORTB (RB4 à RB7).
 Une interruption des périphériques (PEIE).
 Fin de programmation d’un case mémoire de l’EEPROM.
 Changement d’état sur le PORTD (PSPIE).
 Fin de conversion analogique numérique (ADIE).
 Réception d’une information sur la liaison série (RCIE).
 Fin d’émission d’une information sur la liaison série (TXIE).
 Interruption SPI ou I2C du modèle MSSP (SSPIE).
 Interruption de registre de capteur et /ou de comparaison 1 (CCPI1E).

ENCADRE PAR : MR MESBAHI 24


Rapport du projet de fin d’année
 Interruption de registre de capteur et /ou de comparaison 2 (CCPI2E).
 Débordement de TIMER1 (TMR1E).
 Débordement de TIMER2 (TMR2E).
 Collision de bus (BCLIE).

4.5.2 Mécanisme général d’une interruption :

Nous pouvons dire, sans nous tromper beaucoup qu’une routine d’interruption
est un sous-programme particulier, déclenché par l’apparition d’un évènement
spécifique.

4.5.3 Interruption externe sur RB4 à RB7 :

La spécificité des broches RB4 à RB7 de PIC 18F4431 est qu’elles peuvent être
configurées comme entrées d’interruption. Cette interruption sera produite lors
du changement d’un niveau logique sur une des broches RB4 à RB7.

Configuration des broches RB4 à RB7 en entrées d’interruption:


Pour configurer les interruptions du PIC18F4431, il existe un registre INTCON
(INTerrupt CONtrol) de 8 bits, le tableau du la figure (17) montre les compositions
du registre INTCON.

Figure 17 : Compositions du registre INTCON

4.5.4 Convertisseur :

Le CAN est un périphérique intégré destiné à mesurer une tension et la convertir


en nombre binaire qui pourra être utilisé par un programme. Notre PIC18F4431 travaille
avec un convertisseur analogique/numérique qui permet un échantillonnage sur 10bits.
Ce module A/D prend en charge jusqu’à 9 canaux à grande vitesse jusqu’à 200K
échantillons par seconde. Le signal numérique peut donc prendre 1024 valeurs possibles.
On sait que pour pouvoir numériser une grandeur, nous devons connaître la valeur

ENCADRE PAR : MR MESBAHI 25


Rapport du projet de fin d’année
minimale qu’elle peut prendre, ainsi que sa valeur maximale. Les PICs considèrent par
défaut que la valeur minimale correspond à leur VSS d’alimentation, tandis que la valeur
maximale correspond à la tension positive d’alimentation VDD. Le schéma fonctionnel de
CNA est représenté dans figure (18).

Figure 18 : Le schéma fonctionnel de CNA

Le module de conversion utilise 9 registres disposés comme suit:


 Registre de résultat High (ADRESH) ;
 Registre de résultat Low (ADRESL) ;
 Registre 0 de contrôle (ADCON0) ;
 Registre 1 de contrôle (ADCON1) ;
 Registre 2 de contrôle (ADCON2) ;
 Registre 3 de contrôle (ADCON3) ;
 Registre de sélection canal (ADCHS) ;
 Registre 0 de sélection des broches analogiques (ANSEL0) ;
 Registre 1 de sélection des broches analogiques (ANSEL1).

ENCADRE PAR : MR MESBAHI 26


Rapport du projet de fin d’année
Choix de l’horloge de conversion
Le temps de conversion par bit est appelé TAD. Une conversion 10 bits nécessite
11 TAD, la source permettant de générer l’horloge de conversion est sélectionnable par
programme parmi 7 possibilités (Tosc= période de l’oscilateur du μC):
Le tableau de la figure (19) aide à définir la configuration de l’horloge.

Figure 19 : Configuration de l’horloge

4.5.5 Power Control PWM (PCPWM) :

Le module PCPWM est un module qui génère un signal numérique carré, avec
un rapport cyclique réglable. Il prend en charge 4 MLI générateurs et 8 canaux de sorties
en mode complémentaires ou en mode indépendants. Les schémas de la figure (20)
et la figure (21) montrent comment le module de sortie est configuré en complémentaires
et indépendants.

Figure 20 : Diagramme block du module MLI en mode complémentaire

ENCADRE PAR : MR MESBAHI 27


Rapport du projet de fin d’année

Figure 21 : Diagramme du module MLI en mode indépendant

Applications du module PCPWM

 Entrainements à vitesses variables des moteurs à courant continu et alternatif


(Monophasé ou triphasé).
 Entrainements à vitesses variables des moteurs pas à pas.
 Entrainements à vitesses variables des moteurs à courant continu sans balais (BLDS).
 Block d’alimentation sans coupure (UPS).

Caractéristiques du module MLI

Ce module possède les caractéristiques suivantes:


 Jusqu’à 8 broches MLI avec 4 générateurs du rapport cyclique. Ces broches
peuvent fonctionner en paire pour obtenir un contrôle de demi-pont.
 La résolution de période MLI peut attendre 14bits.
 Période du signal MLI est configurable.
 Génération de temps mort dans le cas où les broches MLI fonctionnent en mode
complémentaire.

Base de temps MLI

 La base de temps MLI est fournie par un Timer de 12bits avec diviseur et une fonction
« postscaler ».
 La base de temps MLI est configurée via le registre PTCON0 et PTCON1.
 La base de temps est activée ou désactivée en affectant le bit PTEN de registre
PTCON 1.

ENCADRE PAR : MR MESBAHI 28


Rapport du projet de fin d’année
Période de signal MLI

Le registre PTPER définit la période de comptage pour PTMR.


L’utilisateur doit écrire une valeur de 12bits à PTPER. Lorsque la valeur PTMR
correspond à la valeur PTPER, la base de temps sera remis à (0) en mode libre ou inversé
le sens de comptage dans le cas du mode UP/DOWN. L’action exécutée dépend du mode
de fonctionnement de la base de temps.

Période de MLI pour le mode FREE-RUNNING :

Période MLI pour HAUT/BAS mode COMPTAGE :

Fréquence de MLI
La fréquence détermine la vitesse à laquelle le MLI effectue un cycle et par
conséquent à quelle vitesse il passe de l’état haut à l’état bas et le contraire.

Rapport cyclique
Le rapport cyclique MLI décrit la durée pendant laquelle le signal est à l’état haut
(actif) en pourcentage de la durée d’un cycle complet. Il est défini par les registres de PDCx
(PDCxL et PDCxH). Il ya en total 4 registres de rapport cyclique MLI pour 4 paires de canaux
MLI.
Registres du rapport cyclique MLI
Il existe 4 registres de fonctions spéciaux de 14bits utilisés pour spécifier les valeurs du
rapport cyclique pour le module MLI:
 PDC0 (PDC0L et PDC0H).
 PDC1 (PDC1L et PDC1H).
 PDC2 (PDC2L et PDC2H).
 PDC3 (PDC3L et PDC3H).

ENCADRE PAR : MR MESBAHI 29


Rapport du projet de fin d’année
IV. Conclusion :
Le PIC18F4431 est un microcontrôleur simple, efficace et peu couteux.
Une multitude d’applications existent autour de ce microcontrôleur. Dans ce chapitre,
nous pouvons dire que le microcontrôleur peut bien jouer le rôle d’une unité de contrôle
pour notre système de commande des convertisseurs électriques DC/DC et DC/AC. Pour
fonctionner cette unité de commande, il faut le programmer et l’adapter à un compilateur
de programmation.
Dans le chapitre qui se suit, on va exploiter les différents autres composants qu’on
a associé au PIC.

ENCADRE PAR : MR MESBAHI 30


Rapport du projet de fin d’année

CHAPITRE 3
OUTILS PERMETTANT LA REALISATION DU PROJET

I. Introduction :

L’idée principale de ce travail était la réalisation de la partie commande et la partie


puissance d’un onduleur triphasé commandé par MLI. La commande est à réaliser
via le PIC184431.
Le PIC18F4431 Décrit dans le chapitre II et ses périphériques représentent les
organes de commande du circuit convertisseur électrique. Par la suite, on présente les
différents composants et outils informatiques qu’on a utilisé pour réaliser le projet.

II. Partie Matérielle :


1. Les optocoupleurs :

1.1. Rôle de l’optocoupleur :


Un optocoupleur permet d'isoler électriquement deux parties d'un circuit
électrique. On parle d'isolation galvanique.
Grâce aux optocoupleurs le transfert d'information entre les deux parties se fait
optiquement.

1.2. Principe de l’optocoupleur :


Le signal électrique à isoler est converti en lumière grâce à une LED qui va émettre
optiquement vers un photorécepteur (phototransistor, phototriac, photoporte logique).
1.3. Schéma de base de l’optocoupleur :

Figure 22 : Schéma de base de l’optocoupleurs

ENCADRE PAR : MR MESBAHI 31


Rapport du projet de fin d’année
1.4. Calcul des composants externes :
Comme le composant possède 2 parties distinctes, il faut protéger ces deux
parties :
- En entrée, il faut protéger la Led :
• Contre une surintensité en utilisant une résistance série
• Contre une surtension inverse en utilisant éventuellement une diode d’écrêtage.
- En sortie il faut protéger le transistor :
• Contre une surintensité grâce à une résistance série
• Contre une surtension en le choisissant correctement
Important:
Les alimentations de l'entrée et de la sortie ainsi que les masses doivent être
séparées afin d'assurer l'isolation électrique des 2 parties.

1.4.1. Calcul de la résistance de protection d'entrée :

Rled = (Ve - Vf) / If

Figure 23 : Exemple avec le TLP504

ENCADRE PAR : MR MESBAHI 32


Rapport du projet de fin d’année
On prendra Ve = Vemax = 230 √2 = 325V et avec Vf = 1,15V , pour un If = 20mA, on
calcul:
Rled = 16200 ohm
Prled = Rled If² = 16200 x (0,02)² = 6,5W

1.4.2. Calcul de la résistance de collecteur :

Rc = (Vcc – Vce) / Ic

Figure 24 : Caractéristique du courant qui traverse la LED de l’optocoupleur

D'après le graphe ci-dessus, Ic / If = 80% pour If = 20mA donc


Ic = 0,8 x 20 = 16mA avec Vce = 0,4V
donc R2 = (Vcc – Vce ) / Ic = 287 ohm.

1.5. Utilisation :
L'isolation galvanique permet de protéger le cerveau du système
(Microprocesseur, microcontrôleur), d'éventuelles perturbations apporter par
une haute tension externe : capteurs places sur le réseau électrique moyenne ou haute
tension, actionneurs alimenter en moyenne et haute tension).
Pour notre cas on a utilisé via le logiciel ISIS Proteus six optocopleurs pour chaque
pwm.

ENCADRE PAR : MR MESBAHI 33


Rapport du projet de fin d’année
2. Les drivers (pilotes) :
Driver IR2112 :

L'IR2112 (S) est un driver MOSFET et IGBT à haute tension et haute vitesse.
Les technologies brevetées HVIC et CMOS à verrouillage latéral permettent une
construction monolithique robuste. Les entrées logiques sont compatibles avec des
sorties CMOS ou LSTTL standard, jusqu'à une logique de 3.3V.
Les pilotes de sortie disposent d'un étage tampon à courant impulsionnel élevé
conçu pour une conduction croisée minimale du conducteur.
Les délais de propagation sont adaptés pour simplifier l'utilisation dans les
applications à haute fréquence. Le canal flottant peut être utilisé pour piloter un MOSFET
de puissance à canal N ou un IGBT dans la configuration du côté haut qui fonctionne
jusqu'à 600 Volts.

Figure 25 : Driver IR2112

3. PIC18F4431 :
Voir chapitre II

4. Quartz :
En électronique, un quartz est un composant qui possède comme propriété utile
d'osciller à une fréquence stable lorsqu'il est stimulé électriquement. Les
propriétés piézoélectriques remarquables du minéral de quartz permettent d'obtenir des
fréquences d'oscillation très précises, ce qui en font un élément important en électronique
numérique ainsi qu'en électronique analogique.

ENCADRE PAR : MR MESBAHI 34


Rapport du projet de fin d’année
5. Transistor IGBT :
5.1. Définition du transistor IGBT:
L'IGBT (Insulated Gate Bipolar Transistor) est un transistor bipolaire à porte
isolée. Il associe les avantages des transistors bipolaires (tensions et courants élevés)
et ceux des transistors MOSFET (rapidité des commutations, énergie de commande
faible).
5.2. Symbole de l’IGBT:

Figure 26 : symbole du transistor type IGBT

5.3. Structure de l’IGBT :


Elle est proche de celle d'un MOSFET.

Figure 27 : Structure du transistor type IGBT


5.4. Schéma équivalent de l’IGBT :

Figure 28 : Schéma électrique équivalent du transistor IGBT

ENCADRE PAR : MR MESBAHI 35


Rapport du projet de fin d’année
5.5. Schéma équivalent simplifié IGBT :

Figure 29 : Schéma électrique équivalent simplifié du transistor IGBT

5.6. Blocage :
L'IGBT présente l'inconvénient d'un blocage moins rapide que le MOSFET, ce qui
limite sa fréquence de commutation à quelques dizaines de kHz.

Figure 30 : Inconvénient du transistor IGBT

5.7. IGBT parmi les autres semi-conducteurs de puissance:

Figure 31 : Tableau des caractéristiques des autres interrupteurs

ENCADRE PAR : MR MESBAHI 36


Rapport du projet de fin d’année
III. Partie logiciels :
Introduction :
Afin de réaliser notre projet, il s’avère indispensable de recourir au outils
informatiques qui permettent de vérifier la partie théorique, pour cela nous avons utilisé
le logiciel Proteus pour simuler tout ce qui est puissance et commande et le logiciel
MPLAB pour écrire un code adéquat à notre commande.

1. Réalisation virtuelle « PROTEUS » :

Le logiciel de simulation des circuits électronique est un logiciel qui dessine un


circuit par les composants et les circuits intégrés et permet de voir les résultats de la
réalisation pratique. Il existe plusieurs simulateurs. Pour notre cas, on a utilisé le logiciel
PROTEUS.
« Proteus » est un logiciel regroupant ISIS, ARES, PROSPICE et VSM. Tous ces
modules sont destinés à l'électronique. Grâce à ce logiciel, nous pouvons réaliser des
schémas structurels et les simuler. Développé par Labcenter Electronics, ces logiciels
présents dans Proteus, permettent la CAO (Conception Assisté par Ordinateur) dans le
domaine de l'électronique. Ce logiciel est bien connu et utilisé dans de nombreuses
entreprises et organismes de formation (incluant lycées et universités), tel que le lycée
Gambetta-Carnot.

Figure 32 : LOGO du PROTEUS

1.2. Présentation ISIS :


ISIS (Intelligent Schematic Input System ) est principalement connu pour éditer
des schémas électriques. Il permet aussi de simuler les schémas réalisés auparavant.
Grâce à lui, nous pouvons également contrôler la majorité de l'aspect graphique du circuit.

ENCADRE PAR : MR MESBAHI 37


Rapport du projet de fin d’année
1.3. Présentation ARES :
ARES Le logiciel ARES est un outil d'édition et de routage qui complète
parfaitement ISIS. Un schéma électrique réalisé sur ISIS peut alors être importé facilement
sur ARES pour réaliser le PCB (bloc de contrôle de processus) de la carte électronique.
Bien que l'édition d'un circuit imprimé soit plus efficace lorsqu'elle est réalisée
manuellement par routage, ce logiciel permet de placer automatiquement les composants
et de réaliser le routage automatiquement.

2. Langage de programmation MPLAB :

MPLAB peut être téléchargé directement du site Web http://www.microchip.com.


Les étapes nécessaires permettant de voir un programme s'exécuter sur un PIC
sont :
 Ecrire un programme en langage assembleur dans un fichier texte
et le sauvegarder avec l'extension .asm
 Compiler ce programme avec l'assembleur MPASM fourni par Microchip.
Le résultat est un fichier avec l'extension .hex contenant une suite d'instruction
compréhensible par le pic.
 Transplanter le fichier .hex dans la mémoire programme du PIC (mémoire flash)
à l'aide d'un programmateur adéquat. On peut utiliser les programmateurs
de Microchip ou tout autre programmateur acheté ou réalisé par soit même.
Mettre le PIC dans son montage final, mettre sous tension.
 Microchip propose gratuitement l'outil de développement MPLAB qui regroupe
l'éditeur de texte, le compilateur MPASM, un outil de simulation et le logiciel de
programmation. Le programmateur lui-même, n'est pas gratuit. Pour ce qui nous
concerne, nous utiliseront MPLAB pour écrire, compiler et éventuellement simuler
nos programmes, ensuite nous utiliserons un programmateur PICSTART Plus@ pour
implanter les programmes dans la mémoire flash du PIC.

Figure 33 : LOGO du MPLAB

ENCADRE PAR : MR MESBAHI 38


Rapport du projet de fin d’année
IV. Alimentations :
Presque tous les montages électroniques exigent une alimentation continue.
Il faut en effet fournir à un circuit l’énergie nécessaire pour fonctionner correctement
en lui permettant de délivrer une puissance utile à sa charge et de compenser ses pertes
internes inévitables (à cause de l’effet Joule). Il faut également mettre les composants dans
les conditions où ils peuvent assurer leur fonction : on parle alors de polarisation.
Pour que notre projet peut fonctionner on avait besoin des alimentations
suivantes :
Le circuit de commande : qui sert d'interface avec l'homme est en très basse
tension et nécessite que l'alimentation transforme le 5 V et 15V pour alimenter notre
pic18f4431
Le circuit de puissance : qui transforme la tension du secteur , dans notre cas
on avait besoin d’une alimentation isolée qui fournit six 15V pour alimenter
les six interrupteurs de l’onduleur triphasé .

V. Conclusion :
Dans ce qui s’est précédé on a présenté les outils qu’on a utilisé pour concevoir,
dimensionner et réaliser un Onduleur triphasé en pont à base de transistors IGBT
commandé par MLI qu’on l’a implémenté dans notre PIC18F4431. Ainsi dans le chapitre
qui va suivre nous allons présenter les différentes simulations et réalisations qu’on a pu
obtenir au sein de laboratoire de l’école.

ENCADRE PAR : MR MESBAHI 39


Rapport du projet de fin d’année

CHAPITRE 4 :

I. Introduction :
Dans tous ce qui a précédé dans les chapitres 1 ,2 et 3 , on a du présenter et
préparer le terrain de travail afin de réaliser notre projet , dans ce chapitre on présente le
fruit de notre travail .

II. Simulation et réalisation :


1. Réalisation virtuelle sur ISIS :

Alimentation :
Le projet qu’on est en train de réaliser nécessite des alimentations pour le pic et
aussi des alimentations pour l’onduleur.
 Alimentation du pic :
Alimentation 5V :

Figure 34 : Alimentation 5V de PIC

ENCADRE PAR : MR MESBAHI 40


Rapport du projet de fin d’année
Alimentation 15V :

Figure 35 : Alimentation 15V de PIC

 Alimentation d’onduleur :

Alimentation isolé 15V :

Figure 36 : Alimentation isolée 15V

ENCADRE PAR : MR MESBAHI 41


Rapport du projet de fin d’année
La partie commande :

 Schéma isis de la partie commande :

Figure 37 : Schéma de commande

Figure 38 : Simulation de schéma de commande

ENCADRE PAR : MR MESBAHI 42


Rapport du projet de fin d’année
L’oscilloscope montre quatre PWM complémentaires deux à deux ce qui valide
notre partie théorique, ces même PWM sortante du PIC18F4431 vont utiliser pour
commander notre onduleur triphasé.
 L’optocoupleur :
L'optocoupleur 4N26 est utilisé pour isoler la sortie PWM de PIC du semi-
conducteur IGBT. Le Microcontrôleur génère le PWM dans 5V comme ON-OFF modèle de
cycle de service et de placer l'optocoupleur avec alimentation 5V. Le circuit est représenté
ci-dessous sur la figure

Figure 39 : L’optocoupleur 4N26

La partie puissance :

 Schéma isis de la partie puissance :

Figure 40 : Schéma ISIS de la partie puissance

ENCADRE PAR : MR MESBAHI 43


Rapport du projet de fin d’année
2. Code MPLAB :

Voir l’annexe

3. Réalisation :

Figure 41 : La carte de commande

I. Conclusion :
Dans ce chapitre, nous avons présenté la réalisation matérielle de notre travail. Les
signaux MLI sont obtenus dans la simulation ISIS, cependant après plusieurs essais de la
réalisation matérielle on n’a pas pu obtenir ces signaux jusqu’à présent et nous comptons
continuer d’essai et de chercher le mal fonctionnement jusqu’à ce qu’on obtient les
signaux MLI pour commander notre onduleur triphasé.

ENCADRE PAR : MR MESBAHI 44


Rapport du projet de fin d’année

CONCLUSION GENERALE :
En conclusion, les travaux présentés dans ce rapport dressent un ensemble
des tâches pour la conception des techniques de commande MLI sinusoïdale pour
le convertisseurs d'énergie électrique DC/AC. Ce dernier est utile dans le domaine
industriel qu'on veut désirer à réaliser les variateurs de vitesse des moteurs DC et AC.
Dans un premier temps, on a essayé de réunir un ensemble d’information
théorique nécessaire qui constitue la base de notre travail. Cette étude est illustrée
en premier lieu par une analyse de cahier des charges dans le but d’encadrer notre projet
et de le situer dans un domaine, ensuite un rappel des notions de base.
La seconde partie est dirigée vers une étude approfondie sur le microcontrôleur
PIC18F4431 et leur caractéristique pour faciliter la manipulation avec ses
différentes bronches.
La troisième partie de cette étude fut consacrée à une préparation de plan
de travail en présentant différents outils informatiques et matériels.
La dernière partie de ce travail fut consacrée à l’apprentissage d’un logiciel
de conception et de prototypage virtuel dédié à notre circuit (Proteus). Ce dernier permet
de mener à bien des simulations à l’aide de modèles extraits de données concrètes
et pratiques, qui est utilisé dans un premier temps pour concevoir et dimensionner
la carte électronique, ainsi que la génération du signal MLI utilisant le code CCS PICC
optimisée pour le fonctionnement de cette carte. Cette partie insiste aussi sur
la réalisation de la maquette, cette phase est suivie par l'emplacement de chaque
composant tout en respectant les préconisations des fondeurs pour éviter tout problème
une fois que le circuit est réalisé.
Grace au travail continu, on a pu atteindre plus au moins notre but, les résultats
obtenus nous montre clairement l’efficacité et l’avantage de la commande par la technique
MLI. Pour une extension de notre travail, il est souhaitable de réaliser les boucles
de régulation de vitesse des moteurs AC utilisant des contrôleurs de type PI.

ENCADRE PAR : MR MESBAHI 45


Rapport du projet de fin d’année

REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES :
[1] Pr MESBAHI ABDELOUAHED , ‘’NOTES DE COURS ELECTRONIQUE DE
PUISSANCE ’’ Département génie électrique , 2éme année cycle d’ingénieur
2017/2018, Casablanca ;

[2] http://fr.wikipedia.org ;

[3] Microship fiche technique, AN900 « Controlling 3-Phase AC Induction


Motors Using the PIC18F4431 »;

[4] Microship fiche technique, « PIC18F2331/2431/4331 Datasheet » ;

[5] Tourtchine. V, « Microcontrôleur de la famille pic », Université M’hamed


Bougaras, Boumerdes, 2009 ;

[6] http://www.Sitelec.org;

[7] Data Sheet IR2112 ;

[8] Document intitule : Mise en œuvre d’optocoupleur ;

ENCADRE PAR : MR MESBAHI 46