Vous êtes sur la page 1sur 6

TRAVAIL DE NUIT

Horaires atypiques

Travail posté
rythmes

Le travail de nuit et le travail posté


Quels effets ? Quelle prévention ?
Travail de nuit et travail posté :
de quoi parle-ton ?
Le travail de nuit concerne tout travail effectué entre L’Homme, un être rythmique
21 h et 06 h. En principe, la durée quotidienne du
travail accomplie par un travailleur de nuit ne peut L’être humain est programmé pour vivre le jour et
excéder 8 heures. dormir la nuit. Ce rythme dit circadien, est contrôlé
par des horloges biologiques internes qui régulent de
Le travail posté correspond à une organisation du nombreux phénomènes physiologiques (sommeil,
travail dans laquelle plusieurs équipes se relaient digestion, sécrétion hormonales…). Le cycle lumière-
successivement aux mêmes postes de travail, selon obscurité joue un rôle majeur dans la synchronisa-
un roulement prédéfini. La forme la plus connue est le tion journalière des horloges biologiques.
3 x 8, c’est-à-dire 3 équipes différentes qui se relaient
sur le même poste pendant 24 heures. Chez les travailleurs de nuit/postés, l’exposition irré-
gulière à la lumière du jour désynchronise les hor-
Les horaires dits « atypiques » comprennent tous loges internes et perturbe les rythmes biologiques.
les aménagements du temps de travail qui ne sont Associée à une dette chronique de sommeil, cette
pas « standards », c’est-à-dire 5 jours réguliers par désynchronisation a des effets sur la santé.
semaine du lundi au vendredi, horaires compris entre
5 h du matin et 23 h, avec 2 jours de repos hebdoma- Quelques rythmes circadiens
daires. Le travail de nuit et le travail posté font partie
des horaires « atypiques ». 21h00
02h00
La production
de mélatonine Sommeil
commence plus
Le rythme circadien correspond au rythme biologique profond
d’une période d’environ 24 h et d’origine endogène 04h30
[Le terme vient du latin circa (presque) et dies (jour)]. 19h00 Température
Température corporelle
corporelle minimale
maximale

17h00
24
Force musculaire
et efficacité
Des conséquences sur la vie cardiovasculaire 18 6
maximales.
familiale et sociale
07h30
La sécrétion
Le travail posté et le travail de nuit 12 de mélatonine
15h30 cesse
limitent le temps disponible pour Temps
les moments de rencontre et de de réaction 14h30
à son meilleur Coordination
partage. Cela peut impacter la vie niveau. à son meilleur 08h30
niveau. Les mouvements
familiale ou sociale des travailleurs intestinaux
commencent
concernés. Distribution temporelle de plusieurs
fonctions biologiques chez l’Homme.
Quels effets sur la santé ?
Le travail de nuit peut altérer, de manière plus ou moins grave, la santé du salarié, allant de troubles
du sommeil au risque de cancer ou encore à l’accident vasculaire cérébral.

Le travail de nuit et ses effets sur la santé*

Effets avérés Effets probables Effets possibles

B
 aisse des capacités A
 ugmentation des lipides
Troubles du sommeil
de concentration et de mémoire dans le sang (dyslipidémie)
Somnolence Anxiété, dépression Hypertension artérielle
Syndrome métabolique Surpoids et obésité Accident vasculaire cérébral

*Source : Anses, 2016.


Diabète
Maladies cardiovasculaires
Cancer

Les femmes : une population à risque Attention aux accidents !


Le travail durant la nuit a des effets spécifiques sur Le travail de nuit et le travail posté provoquent une
la santé des femmes. Il augmenterait notamment le somnolence, une baisse de vigilance, des troubles
risque de cancer du sein. de la concentration et de la mémorisation. Ceci
augmente la fréquence et la gravité des
Ce rythme de travail peut aussi perturber le dérou- accidents du travail notamment les
lement de la grossesse. Les femmes enceintes, ou accidents de la route entre le lieu de
venant d’accoucher, bénéficient de mesures de pro- travail et le domicile.
tection particulières :
• affectation à un poste de jour,
• suspension du contrat de travail lorsque l’affecta-
tion à un poste de jour est impossible.

La suspension du contrat de travail est prévue sans


perte de rémunération.
Prévention des risques : les bonnes
Si le travail de nuit et le travail posté ne peuvent être évités, certaines bonnes pratiques permettent d’en prévenir
les effets. Elles visent à éviter les états de désynchronisations circadiennes et à limiter la dette de sommeil.

Pour éviter les effets sur la santé, la première mesure • Aménager le système horaire afin qu’il interfère
consiste à réduire le recours au travail de nuit. Ce le moins possible avec la vie familiale et sociale des
dernier doit demeurer exceptionnel et être « justi- salariés.
fié par la nécessité d’assurer la continuité de l’activité
économique ou des services d’utilité sociale »*. Adapter les locaux de travail

Agir sur l’organisation du travail • Revoir l’environnement lumineux : intensité lumi-


neuse assez importante avant et/ou en début de
• Affecter en priorité les salariés volontaires à des poste ; intensité lumineuse moins élevée en fin de
postes de nuit. poste.
• Associer les salariés concernés à la définition des • Aménager des salles de pauses dédiées à la micro-
horaires de travail et des cycles de travail. sieste pour les salariés en poste de nuit.
• Adopter une vitesse de rotation rapide (tous les 2-3
jours) associée à une microsieste nocturne ou propo- Informer et former les salariés
ser un 2 x 8 associé à une équipe de nuit permanente.
• Instaurer des plannings réguliers et flexibles. • Informer les personnes sur les effets sur la santé
• Définir des heures de début et de fin de poste com- du travail de nuit/posté.
patibles avec les horaires des transports en commun. • Sensibiliser les travailleurs à une bonne hygiène
• Organiser des temps d’échange entre les équipes de vie, concernant notamment le sommeil et l’ali-
mentation.
qui se succèdent.
• Prévoir des temps de pause pour permettre une
microsieste nocturne.
• Planifier en début de nuit/poste les tâches nécessi-
tant une forte attention.

Adapter les horaires de travail

• Éviter les postes longs, supérieurs à 8 heures.


• Repousser le plus possible l’heure de prise de poste
du matin (après 6 heures).

*Code du travail
La bonne acceptation des horaires par les salariés
constitue un élément protecteur contre
pratiques les effets négatifs du travail de nuit/posté.

Osez la (micro)sieste !
Consultez les salariés Les siestes courtes ou microsiestes (maximum 15-20
minutes), au cours du poste, contribuent à lutter contre
Associer les salariés aux discussions concernant les
les impacts négatifs du travail de nuit/posté. Elles ont
modalités pratiques des horaires (heure de prise de
notamment des effets très bénéfiques sur la fatigue et
poste, rythme de rotation, temps de pause...), leur
la vigilance des salariés. Il est recommandé aux entre-
permet de conjuguer au mieux leurs vies sociales, fa-
prises d’aménager des locaux dédiés à la microsieste et
miliales et professionnelles.
d’encourager les salariés à la pratiquer.

Le service de santé au travail :


un interlocuteur privilégié
Les services de santé au travail jouent un rôle impor- • d’un suivi spécifique par le service de santé au
tant dans l’accompagnement des entreprises. En travail selon une périodicité qui n’excède pas trois ans,
effet, ils allient la connaissance de l’état de santé indi- • si l’état de santé d’une personne en poste et/
viduel des salariés et celle des conditions de travail, ce ou de nuit se détériore, le salarié, lui-même, ou son
qui leur permet de prodiguer une information et des employeur peuvent également demander une visite
formations spécifiques sur les risques encourus mais supplémentaire au service de santé au travail.
également sur l’hygiène de vie et de sommeil.
En cas d’intolérance, le médecin peut par exemple
conseiller l’employeur pour l’adaptation des postes
Un suivi médical spécifique
selon les chronotypes des salariés :
Les travailleurs de nuit/postés font l’objet de mesures - une personne « lève-tôt » sera plus à l’aise sur un
spécifiques en matière de suivi médical. Ils bénéfi- poste du matin,
cient : - une personne « lève-tard » sera plus à l’aise sur un
• d’une visite d’information et de prévention pré- poste en soirée ou de nuit.
alable à leur affectation sur le poste,
POUR EN SAVOIR PLUS
www.inrs.fr

Institut national de recherche et de sécurité


pour la prévention des accidents du travail et des maladies professionnelles
65, boulevard Richard-Lenoir 75011 Paris • Tél. 01 40 44 30 00 • info@inrs.fr

Édition INRS ED 6305


1re édition • mai 2018 • 6 000 ex. • ISBN 978-2-7389-2366-0
Design graphique : Patricia Fichou - Photos : © G. Kerbaol/INRS - P. Delapierre/INRS - V. Nguyen/INRS