Vous êtes sur la page 1sur 57

JANY Timothé

LUCAS Maxime Avril-Mai 2014


YU Yue

Etude de l’assainissement
des eaux usées dans la
commune de Fresnes-en-
Tardenois
Etude de l’assainissement des eaux uses dans la commune de Fresnes-en-Tardenois

SOMMAIRE
GLOSSAIRE ………………………………………………………………………………………………...…....….. 3
REMERCIEMENTS ……………………………………………………………………………………………….…... 5
INTRODUCTION …………………………………………………………………………………………………… 6
I/ ETAT DES LIEUX ET ENJEUX DE L’ASSAINISSEMENT DES EAUX USEES DANS LA COMMUNE DE FRESNES-EN-
TARDENOIS ……………………………………………………………………………………………………….... 8
A) Présentation du Contrat global d’action de l’Ourcq amont ……………………………... 8
B) Etat des lieux de l’assainissement dans la commune de Fresnes-en-Tardenois et
présentation de la situation du bassin de l’Ourcq et du ru du Paradis ……………………… 9
1) Présentation et localisation de la zone d’étude …………………………………………………. 9
2) Qualité de l’eau du ru de la Goulée et du ru du Paradis ………………………………………. 9
3) Qualité des eaux usées et assainissement dans la commune de Fresnes-en-Tardenois ….. 10
a - Données concernant les eaux usées ………………………………………………………………….. 10
b - Données concernant l’assainissement .………………………………………………………………… 11
c - Estimation de la concentration en polluants des eaux traitées de la commune ………………………. 12
4) Impact de la commune de Fresnes-en-Tardenois sur le ru de la Goulée …………......…..... 12
C) Réglementations imposées à prendre en considération lors de l’étude de l’installation
d’un système d’assainissement ………………………………………………………………….. 13
1) Réglementations imposées par la Directive Cadre Européenne sur l’eau sur la
qualité des cours d’eau en Europe ………………………………………………………......…. 13
2) Réglementation Française sur l’assainissement des eaux usées …………………......……... 13
D) Objec tifs de l’étude ……… ……………………………………………………………........ 15
II/ PROPOSITION DE DIFFERENTS SCENARIOS POUR L’ASSAINISSEMENT DES EAUX USEES DE LA COMMUNE ET
METHODES D’EVALUATION DE L’IMPACT ECONOMIQUE ET ECOLOGIQUE ……………………………………. 16
A) Présentation des scénarios envisagés …………………………………………………….. 16
1) Scénarios 1: Mise en place d’un assainissement collectif sur la quasi-totalité de la commune,
et d’un assainissement autonome basé sur l’infiltration pour les habitations de la route de
Courmont et du début de la rue Jeannet ……………………………………………………….. 17
a - Cas particulier de l’îlot de la route de Courmont et du début de la rue Jeannet …………………… 17
b - Réseau d’eau envisagé pour l’assainissement collectif ……………………………………………….. 17
1- Réutilisation du réseau pluvial existant pour l’acheminement des eaux usées
uniquement .......................................................................................................................... 18
2- Création d’un réseau séparatif en parallèle du réseau pluvial préexistant ............. 19
c - Les différentes solutions envisagées pour l’assainissement collectif ............................................................... 19
1- Scénario 1.A : Installation d’un lagunage en aval de la commune ............................. 19
2- Scénario 1.B : Installation d’un filtre planté de roseaux en aval de la commune ..... 19
3- Scénario 1.C : Installation d’une microstation d’épuration en aval de la commune .. 20
2) Scénario 2 : Mise en place d’un assainissement autonome ou semi-collectif sur l’ensemble
de la commune, basé sur l’infiltration sous-terraine ou l’installation de plusieurs
microstations d’épuration ............................................................................................... 20
a - Systèmes d’infiltration à mettre en place .......................................................................................................... 20
b - Microstations d’épuration à mettre en place .................................................................................................... 20
3) Scénario 3 : Mise en place d’un assainissement autonome sur la totalité de la commune .. 23
B) Rendement épuratoire des différentes filières de traitement et méthode de calcul de
l’impact sur la qualité de l’eau du ru de la Goulée ..................................................... 24
1) Rendement épuratoire des différentes filières de traitement ............................................. 24
2) Méthode d’estimation de l’impact de chaque scénario envisagé sur la qualité de l’eau du
ru de la Goulée .............................................................................................................. 24

Page 1
Etude de l’assainissement des eaux uses dans la commune de Fresnes-en-Tardenois
C) Méthode de calcul des coûts d’installation et d’entretien des différents dispositifs
envisagés et du prix final pour la collectivité et les particuliers .................................. 26
1) Coût d’installation du réseau séparatif d’eaux usées ....................................................... 26
a – Tranchées creusées dans des champs ................................................................................................................ 26
b – Tranchées creusées sur des routes ...................................................................................................................... 27
c – Raccord des habitations au réseau d’eau usées ............................................................................................... 27
2) Coût d’installation des dispositifs d’assainissement ........................................................ 28
a – Coût d’installation d’un lagunage ....................................................................................................................... 28
b – Coût d’installation d’un filtre planté de roseaux ............................................................................................. 28
c – Coût d’installation des microstations d’épuration ............................................................................................. 29
1- Microstation d’épuration collective .............................................................................. 29
2- Microstations d’épurations pour un assainissement semi-collectif .............................. 29
3- Microstations d’épurations individuelles pour chaque habitation .............................. 30
d – Coût d’installation des dispositifs d’infiltration ................................................................................................. 30
3) Subventions disponibles pour la réalisation de ces travaux ............................................. 30
a – Subventions disponibles pour l’assainissement collectif .................................................................................. 30
b – Subventions disponibles pour la mise en place d’un réseau d’eau séparatif ............................................ 32
c – subventions disponibles pour de l’assainissement non-collectif ...................................................................... 33
III/ RESULTATS DES DIFFERENTS SCENARIOS ENVISAGES ................................................................................................. 34
A) Positionnement des stations et création des réseaux d’eau .................................. 34
1) Scénario 1 ...................................................................................................................... 34
2) Scénario 2 ...................................................................................................................... 35
3) Scénario 3 ...................................................................................................................... 36
B) Impact écologique sur le ru de la Goulée ........................................................... 37
C) Cout final pour la collectivité et les particuliers ................................................. 37
1) Scénario 1 ...................................................................................................................... 37
2) Scénario 2 ...................................................................................................................... 40
3) Scénario 3 ...................................................................................................................... 41
IV/ DISCUSSION DES RESULTATS ............................................................................................................................................ 42
A) Comparaison de l’impact écologique de chaque scénario .................................... 42
B) Comparaison des coûts ..................................................................................... 44
C) Conclusion ...................................................................................................... 45
REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES ............................................................................................................................................ 46
ANNEXES ....................................................................................................................................................................................... 48

Page 2
Etude de l’assainissement des eaux uses dans la commune de Fresnes-en-Tardenois

GLOSSAIRE
Agence de l’Eau Seine-Normandie (A.E.S.N) :
Établissement public du Ministère de l’écologie, dont la mission est de financer les actions de protection des
ressources en eau et de lutte contre les pollutions.

Assainissement Collectif (A.C) :


Système de traitement des eaux usées domestiques, artisanales et/ou industrielles relié au réseau local
d’assainissement, qu’il soit unitaire ou séparatif.

Assainissement Non-Collectif (A.N.C) :


Correspond à tout système d’assainissement effectuant la collecte, le prétraitement, l’épuration, l’infiltration ou
le rejet des eaux usées domestiques des immeubles non raccordés au réseau public d’assainissement.1

Azote total (Nt) :


Représente la somme des quantités d’azote réduites (azote organique et ammoniacal) et oxydées (azote
nitreux et nitrique) présentes dans un effluent.2

Communauté de Communes du Tardenois (C.C.T) :


Structure intercommunale regroupant 20 communes de l’Aisne, et visant à prendre en charge de manière
conjointe entre les communes des tâches transversales telles que la protection de l’environnement, les services
à ma population, l’aménagement du territoire etc…

Directive 2000/60/CE dite Directive Cadre sur l’Eau (D.C.E) :


Directive européenne publiée en octobre 2000 et visant à fédérer les pays de l’Union Européenne autour
d’une politique communautaire globale dans le domaine de l’eau. Elle définit un cadre pour la gestion et la
protection des eaux par grands bassins hydrographiques au plan européens avec une perspective de
développement durable.3

Demande Biologique en Oxygène sur 5 jours (DBO5) :


Masse d’oxygène moléculaire (le plus souvent en mg) utilisé par les microorganismes pour dégrader, en 5
jours à 20°C et à l’obscurité, les matières oxydables contenues dans un litre d’eau. Elle permet de donner une
mesure de la quantité de matière biodégradable contenue dans l’eau étudiée.4

Demande Chimique en Oxygène (DCO) :


Masse d’oxygène moléculaire (le plus souvent en mg) nécessaire à l’oxydation de la majeure partie des
molécules oxydables contenues dans l’eau. Cela comprend aussi bien les matières biodégradables que les
sels minéraux. Il s’agit d’une mesure plus facile (voie chimique et non biologique) et plus rapidement
mesurable que la DBO5. Elle est systématiquement utilisée pour caractériser un effluent.5

1 Source : http://www.assainissement-non-collectif.developpement-durable.gouv.fr/qu-est-ce-qu-un-assainissement-non-
a21.html
2 Source : http://www.eau-seine-normandie.fr/fileadmin/mediatheque/Politique_de_leau/Session_de_sept_07/1a.pdf
3 Source : http://www.eaufrance.fr
4 Source : http://acces.ens-lyon.fr
5 Source : http://www.actu-environnement.com

Page 3
Etude de l’assainissement des eaux uses dans la commune de Fresnes-en-Tardenois
Equivalent Habitant (E.H) :
La notion d’équivalent habitant renvoie à une quantité moyenne de polluants émis par habitant dans ses eaux
usées. On l’emploie par commodité pour parler du dimensionnement d’une station d’épuration, ce qui évite de
parler de dimensionnement en termes de volumes d’eaux ou de quantité de polluants. Les valeurs moyennes
estimées pour des eaux usées issues d’un EH sont6 :
Quantité 
Indicateur 
(g/habitant/jour)
MES  90 
DBO5  60 
Azote total  15 
Phosphore 

total 

Matière En Suspension (M.E.S) :


Ce terme désigne l’ensemble des particules présentes dans un liquide qui ne sont pas solubilisées.

Phosphore total (Pt) :


Le phosphore total désigne l’ensemble des matières phosphorées présentes dans une solution, sous forme
organiques ou minérales.

Réseau Unitaire/Séparatif :
Un réseau unitaire reçoit les eaux usées et les eaux pluviales dans les mêmes canalisations sans distinction. Le
réseau séparatif distingue eaux usées et pluviales dans deux collecteurs séparés.7

Service Public d’Assainissement Non Collectif (S.P.A.N.C) :


Le SPANC est le service public chargé, pour chaque commune, de la conformité et du bon fonctionnement de
tous les dispositifs d’assainissement non-collectif qui peuvent s’y trouver. Le SPANC a trois missions principales,
qui sont le contrôle, l’entretien et la réhabilitation des systèmes d’assainissement non collectifs de la commune
ou du groupe de commune le concernant.8

Syndicat Mixte Départemental de l’Eau et de l’Assainissement (SMDEA) :


Le SMDEA est une structure créée dans plusieurs départements (Haute-Savoie, Ariège par exemple) qui
permet de proposer une interface unique en centralisant les subventions proposées par les différents
financeurs (Conseil Général, Agence de l’Eau, Etat…).

6 Source : http://www.senat.fr/rap/l02-215-2/l02-215-268.html
7 Source : http://www.ademe.fr
8 Source : http://www.assainissement-non-collectif.developpement-durable.gouv.fr/competences-du-spanc-r14.html

Page 4
Etude de l’assainissement des eaux uses dans la commune de Fresnes-en-Tardenois

REMERCIEMENTS
Nous tenons à remercier toutes les personnes qui ont été présentes lors de notre première table-ronde à Fère-
en-Tardenois pour nous avoir permis de bien comprendre les enjeux de notre projet étudiant, ainsi que tous
ceux qui ont accepté de nous consacrer du temps afin de nous aider dans la réalisation de ce projet.:

M. Renan BOURGEAIS, Chargé d’opération au service Investissement des Collectivités et de l’Industrie, AESN
M. Fabrice CHAMPAGNE, Office National de l’Eau et des Milieux Aquatiques
M. Denis GANDON, Maire de Fresnes-en-Tardenois
M. Michel GANDON, Maire de Courmont et vice-président de la Communauté de Communes du Tardenois
M. Laurent JALLU, de la Coopérative Agricole Acolyance
M. Simon JANSENS, Animateur du Contrat Global d’Action de l’Ourcq Amont
M. Jean-Claude KRAMP, Technicien de rivière
M. Ludovic MANGELINK, Technicien de rivière
M. Geoffrey PACAUD, Ingénieur à l’USAGMA

Nous remercions plus particulièrement Simon JANSENS et Denis GANDON pour les informations et la
documentation qu’ils nous ont fournies dans le cadre de notre étude, ainsi que pour les nombreux conseils
qu’ils nous ont donnés lors de nos rencontres.

Nous remercions enfin toute l’équipe pédagogique d’AgroParisTech pour nous avoir accompagnés et aidés
tout au long de notre projet, aussi bien pour leur apport de connaissances que pour l’organisation et la
structuration de notre travail. Nous remercions particulièrement Mathieu Cladière pour la relecture de ce
rapport et les nombreux conseils apportés.

M. Cyrille BARRIER
M. Mathieu CLADIERE
Mme. Karine DUFOSSE
M. Jean-Marc GILLOT
M. Bruno LEMAIRE
M. Philippe MARTIN

Page 5
Etude de l’assainissement des eaux uses dans la commune de Fresnes-en-Tardenois

INTRODUCTION

Ce rapport est la synthèse d’un travail effectué par trois étudiants de l’école d’ingénieur AgroParisTech, et
porte sur la gestion des eaux usées dans la commune de Fresnes-en-Tardenois.
Il s’inscrit dans le cadre d’un projet étudiant de deuxième année, d’une durée de six semaines, et portant sur
la gestion et l’aménagement des eaux dans le bassin versant de l’Ourcq, dans la région du Tardenois, au sud
du département de l’Aisne. Au cours de ce projet, trois études ont été menées : une première portant sur la
protection de l’aire d’alimentation du captage de la commune de Courmont, une deuxième sur l’étude
hydromorphologique du ru du Paradis, et enfin celle-ci, portant sur la gestion des eaux usées de la commune
de Fresnes-en-Tardenois.

Dans le cadre de la DCE, l’objectif défini par les instances européennes pour l’AESN est le retour au « bon »
état écologique de deux tiers des cours d’eau d’ici à 2015, parmi lesquels sont compris l’Ourcq (affluent de
la Marne) et le Ru du Paradis, affluent de l’Ourcq traversant non loin de sa source la commune de Fresnes-en-
Tardenois.
Actuellement, le traitement des eaux usées de la commune de Fresnes-en-Tardenois se fait par des systèmes
d’assainissement non-collectif. Ces systèmes sont pour la majorité incomplets voire inexistants, et contribuent à
dégrader la qualité de l’eau du Ru du Paradis, dont l’état écologique a été noté comme « moyen » par
l’Agence de l’Eau Seine-Normandie (AESN) en 2010-20119. De ce fait, la commune de Fresnes-en-Tardenois
a été classée « prioritaire » dans le cadre du Plan Territorial d’Actions Prioritaires 2013-2018 de l’AESN (qui
vise à répondre aux exigences européennes). Le rôle de ce Plan Territorial d’Action Prioritaires (PTAP) est de
limiter les pollutions urbaines, afin de respecter les mesures imposées par la DCE, et d’éviter par là même des
sanctions financières européennes.Dans ce cadre, le contrat global d’actions de l’Ourcq amont a été signé
entre 25 partenaires, dont la C.C.T, qui s’engagent à entreprendre des actions de préservation de l’eau,
comme la mise en place des travaux d’assainissement sur le territoire du contrat. L’AESN, s’engage à
apporter des financements pour ces travaux.
La commune de Fresnes-en-Tardenois est concernée par ce contrat, il nous a donc semblé pertinent de nous
intéresser à la problématique du traitement des eaux usées de la commune afin de parvenir à ce bon état
écologique, et notamment en s’intéressant à l’état des systèmes d’assainissement des habitations. En effet,
d’après le schéma directeur d’assainissement réalisé en 2000 par le Bureau d’Etude Eau et Environnement
(B3E) du Groupe BEREST, seuls 56% des habitants de Fresnes-en-Tardenois déclarent avoir réalisé une
vidange de leur fosse septique au cours des dix dernières années, 6% déclarent ne l’avoir jamais fait, et
l’efficacité du traitement des eaux usées est mis en doute dans le rapport qui souligne « la vétusté des
installations de traitement. ». Des diagnostics commandés par le SPANC en 2013 ont fait état de l’absence
d’amélioration notable de ces installations d’assainissement. Dans ces conditions, on peut considérer qu’il
existe une importante marge de progression dans le système d’assainissement communal, d’où le classement
dit prioritaire de Fresnes en Tardenois par l’Agence de l’Eau, et donc l’importance de mener rapidement une
action concrète améliorant l’état des eaux rejetées dans les ruisseaux traversant la commune.

Face à ces objectifs et impératifs, ce rapport a pour but de proposer différents scénarios d’assainissement
dans la commune de Fresnes-en-Tardenois, et de fournir une base de réflexion solide en proposant des
solutions envisageables et efficientes.
Dans une première partie nous présenterons l’état actuel de l’assainissement des eaux usées à Fresnes en
Tardenois en le comparant aux normes imposées par l’Union Européenne. Ensuite, nous exposerons les quatre
scénarios que nous avons retenus pour épurer les eaux usées de la commune. Dans une troisième partie, nous

9 Source : Contrat Global d’Actions de l’Ourcq Amont, annexe 1

Page 6
Etude de l’assainissement des eaux uses dans la commune de Fresnes-en-Tardenois

estimerons l’impact écologique de chaque scénario sur la qualité des eaux du ru du Paradis, ainsi que le coût
des dispositifs à mettre en place et les répercussions économiques de ces travaux pour les différents usagers.
Enfin, nous comparerons ces différents scénarios entre eux et proposerons une conclusion tenant compte des
avantages et des inconvénients de ces scénarios.

Page 7
Etude de l’assainissement des eaux uses dans la commune de Fresnes-en-Tardenois

I/ ETAT DES LIEUX ET ENJEUX DE L’ASSAINISSEMENT DES EAUX USEES DANS


LA COMMUNE DE FRESNES-EN-TARDENOIS
A) Présentation du Contrat global d’action de l’Ourcq amont

La Communauté de Communes du Tardenois (CCT) et la Communauté de Communes de l’Ourcq et du Clignon


(CCOC) ont établi en 2012-2013, en collaboration avec les l’AESN (dans le cadre de son 10e programme), ,
le Contrat Global d’Actions de L’Ourcq Amont. Ce contrat permet d’établir un programme d’action
prévisionnel pour la gestion de l’eau dans le bassin versant de l’Ourcq amont.

Les territoires concernés sont les suivants :


ARTICLE II – TERRITOIRE CONCERNE
Le contrat s’applique au territoire constitué par la Communauté de
Communes de l’Ourcq et du Clignon (C.C.O.C.), une partie de la
Communauté de Communes du Tardenois (C.C.T.) et quelques communes de
la Communauté de Communes du Canton d’Oulchy-le-Château
(C.C.C.O.C.).

La commune de Fresnes-en-Tardenois est incluse dans ce contrat.

Les objectifs généraux de ce contrat sont précisés ci-dessous :


Le contrat a pour objet de contribuer, par les actions des maîtres d’ouvrage et des
partenaires :
- à l’atteinte du bon état des masses d’eau souterraines et superficielles,
- à la protection des ressources en eau potable et des milieux naturels,
- à l’amélioration de la qualité des eaux distribuées et des eaux usées rejetées au
milieu naturel,
- à la mise en place d’une dynamique locale de sensibilisation à la préservation
de la ressource en eau, des écosystèmes aquatiques, des zones humides …,
- à la promotion d’une gestion globale de l’eau avec les contrats globaux

L’amélioration de l’assainissement des eaux usées de la commune de Fresnes-en-Tardenois entre


donc bien dans le cadre de ce contrat.

Page 8
Etude de l’assainissement des eaux uses dans la commune de Fresnes-en-Tardenois

B) Etat des lieux de l’assainissement dans la commune de Fresnes-en-


Tardenois et présentation de la situation du bassin de l’Ourcq et du ru du
Paradis

1) Présentation et localisation de la zone d’étude

L’étude est localisée sur la commune de Fresnes-en-Tardenois, située dans l’Aisne(02), et incluse
dans la Communauté de Communes du Tardenois (C.C.T).

Figure 1 : Carte IGN de la commune de Fresnes-en-Tardenois, avec les différents rus qui la traversent

Cette commune comprend environ 260 habitants. Elle est traversée par le ru de la Goulée, qui se
jette en aval dans le ru du Paradis. Le ru de la Goulée prend sa source dans le bois de la
Ventelette situé au sud-ouest de la commune, et est en grande partie alimenté par la station
d’épuration de l’aire d’autoroute du Tardenois.

2) Qualité de l’eau du ru de la Goulée et du ru du Paradis

L’état écologique du ru du Paradis en aval de Fresnes-en-Tardenois est considéré « moyen », selon


les critères fixés par la DCE, comme le montre le tableau 1. Ce sont de façon non-négligeable les
eaux usées d’origine urbaine, riches en azote et en phosphore, qui expliquent ce résultat. 10

10 Source : http://www.cieau.com/les-eaux-usees/les-origines-des-eaux-usees

Page 9
Etude de l’assainissement des eaux uses dans la commune de Fresnes-en-Tardenois

Tableau 1 : Etat écologique et chimique du ru du Paradis 11

Les données concernant la quantité et la qualité de l’eau du ru de la Goulée en aval de la


commune ne sont pas disponibles. Ce dernier est en grande partie alimenté par les eaux issues de
la station d’épuration de l’aire d’autoroute de Fresnes-en-Tardenois (situé au sud de la commune,
au niveau de l’autoroute A4). Cette aire d’autoroute permet de tamponner les variations annuelles
de débit du cours d’eau, et le débit journalier sera considéré égal à 605 m 3 /jour d’après des
données de l’AESN.
La station d’épuration de cette aire d’autoroute est en rénovation pour une remise aux normes, son
impact sur la qualité des eaux du Ru de la Goulée pourrait donc fortement diminuer dans un avenir
proche.
Pour l’ensemble de cette étude, cinq indicateurs de la pollution ont été considérés et choisis pour
leur pertinence dans le cadre d’une contamination d’origine urbaine car ces derniers permettent de
définir la pollution émise par un Equivalent Habitant. Ces indicateurs sont : la Matière En
Suspension (MES), la Demande Biologique en Oxygène sous 5 jours (DBO5), la Demande Chimique
en Oxygène (DCO), l’azote total (Nt) et le phosphore total (Pt).
Les valeurs des indicateurs en amont de la commune ont été estimées à partir de la grille donnée
par la DCE pour un cours d’eau de qualité moyenne. Ces valeurs sont données dans le tableau 2 :

Tableau 2 : Estimation des concentrations des indicateurs de pollution urbaine dans le ru de la Goulée en amont
de Fresnes-en-Tardenois
Estimation de la
Indicateurs
concentration (g/m 3 )
MES 5
DBO5 7
DCO 10
Nt 25
Pt 0,2

3) Qualité des eaux usées et assainissement dans la commune de Fresnes-en- Tardenois

a – Données concernant les eaux usées

La commune comptait 254 habitants en 2009 (INSEE, 2009). Selon les critères de définitions de
l’équivalent habitants 12, une personne consomme en moyenne 150 litres par jour, ce qui correspond
pour la totalité de la commune à un débit d’eaux usées de 40 m3/jour. La notion d’équivalent

11 Source : Contrat Global d’Actions de l’Ourcq Amont, annexe 1


12 Source : http://www.eaufrance.fr/groupes-de-chiffres-cles/empreintes-sur-l-eau

Page 10
Etude de l’assainissement des eaux uses dans la commune de Fresnes-en-Tardenois
habitant indique aussi la quantité de matière (pour les indicateurs mesurés) émise par habitant et
par jour (source Sénat …).
Ce qui donne, pour l’ensemble des eaux usées de la commune, les concentrations regroupées dans
le Tableau 3 :

Tableau 3 : Estimation des concentrations dans les eaux usées de Fresnes-en-Tardenois


Indicateurs Estimation de la
concentration
(g/m 3 )
MES 600
DBO5 400
DCO 900
Nt 100
Pt 27

b – Données concernant l’assainissement

Le diagnostic commandité par le Service Public d’Assainissement Non-Collectif (SPANC) de la


Communauté de Communes du Tardenois datant de 2013 permet de constater que la grande
majorité des habitations sont des résidences principales ne disposant pas de système
d’assainissement aux normes. Ces habitations sont équipées d’une fosse septique déversant les
eaux directement dans les rus avoisinants (rejet vu dans un autre ru ?), principalement (ou
seulement) dans le ru de la Goulée engendrant un impact sur leur qualité. Par ailleurs, le
diagnostic de 2012-2013, révèle que certaines habitations n’utilisent pas de fosse septique mais
des puisards, pourtant interdit par l’Arrêté du 7 septembre 2009 en raison de leur impact sur
l’environnement.
Une étude au cas par cas n’est pas envisageable pour toutes les habitations de la commune. Ainsi,
l’hypothèse que la totalité des habitations disposent d’une fosse septique et que l’eau traitée par
la fosse est directement envoyée dans le Ru de la Goulée via le réseau d’eau pluvial sera posée
pour la suite de cette étude. L’efficacité de traitement des fosses septiques, est basée sur les taux
d’abattement en polluants classiques et communément acceptés, résumés dans le tableau 4 :

Tableau 4 : Estimation du taux d’abattement moyen d’une fosse septique 13


Indicateur Taux d’abattement moyen
d’une fosse septique
MES 0,7
DBO5 0,4
DCO 0,4
Nt 0,05
Pt 0,05

13 Source :
http://www.cerib.com/uploaded_files/basedoc/1384873435_287_e_evaluation_performance_epuratoire_
des_fosses_septiques.pdf

Page 11
Etude de l’assainissement des eaux uses dans la commune de Fresnes-en-Tardenois
c – Estimation de la concentration en polluants des eaux traitées de la commune

D’après les hypothèses précédentes, les valeurs des indicateurs dans les eaux traitées de la
commune (et rejetées directement dans le ru de la Goulée) sont présentées dans le tableau 5 :

Tableau 5 : Valeurs des indicateurs dans les eaux traitées Fresnes-en-Tardenois


Indicateur Valeur (g/m 3 )
MES 180
DBO5 240
DCO 540
Nt 95
Pt 26

4) Impact de la commune de Fresnes-en-Tardenois sur le ru de la Goulée

Les données mentionnées précédemment sont résumées dans la figure 2 ci-dessous. Nous pouvons
ainsi calculer une estimation de la qualité de l’eau du ru de la Goulée en aval de la commune par
un calcul de dilution.

F i g ur e 2 : Sc h é m a r és um a n t l ’ es t i m a t i on d e l ’i mp a c t d es ea u x u s é e s de l a c o m mu ne d e F r es n es - e n -
T ar d e n ois s ur l a q u al i t é d e l ’ e a u d u r u d e l a G o u l é e

Page 12
Etude de l’assainissement des eaux uses dans la commune de Fresnes-en-Tardenois

C) Réglementations imposées à prendre en considération lors de l’étude


de l’installation d’un système d’assainissement

1) Réglementations imposées par la Directive Cadre Européenne sur l’eau sur la qualité
des cours d’eau en Europe

La DCE est une directive européenne visant à restaurer la qualité des cours d’eau dans toute l’Union
Européenne. Elle prévoit la mise en place de plan de gestion des différentes masses d’eau, dont le premier
s’étale sur la période 2010-2015.
L’objectif de ce premier plan, pour l’année 2015, est la restauration du « bon état » de toutes les masses
d’eau. Pour les masses d’eaux superficielles, le « bon état » implique la combinaison d’un bon état écologique
ainsi que d’un bon état chimique.

L’état chimique est défini par la DCE par 33 polluants prioritaires dont les concentrations doivent rester
inférieures à certains seuils dans toutes les masses d’eau. L’état est classé « bon » si aucun des 33 polluants
n’est présent en trop grande quantité dans la masse d’eau, ou « mauvais » sinon. Comme nous l’avons vu
précédemment, le ru du Paradis possède un bon état chimique (sans compter les Hydrocarbures Aromatiques
Polycycliques (HAP)).

L’état écologique peut être « très bon », « bon », « moyen », « médiocre » ou « mauvais ». Il est déterminé
par la combinaison de trois critères :
- Un critère biologique, qui se base sur plusieurs indicateurs tenant compte de la biodiversité de la
faune, de la flore, ou encore des micro-organismes présents dans les cours d’eau.
- Un critère hydro-morphologique, qui tient compte de la morphologie des cours d’eau, c'est-à-dire de
l’état des berges (pente, degré d’érosion, …), de l’état du lit de la rivière, de la forme des méandres, etc.
- Un critère physico-chimique, qui implique le respect de valeurs maximales en différents indicateurs,
comme la DBO5, le nitrate ou encore le phosphore total (Pt).

Les concentrations en DBO5 et Pt déterminant l’état physico-chimique d’une masse d’eau sont indiquées dans
le tableau 614 :

Tableau 6 : Valeurs limites déterminant l’état physico-chimique d’une masse d’eau pour cinq indicateurs
Indicateurs Limite des classes d’état
(concentration Très bon Bon Moyen Médiocre Mauvais
en g/m3)
DBO5 3 6 10 25 /
Pt 0.05 0.2 0.5 1 /

Les concentrations limitant l’état physico-chimique des autres indicateurs sont présentées
dans l’annexe 1.

2) Réglementation Française sur l’assainissement des eaux usées :

L’article L2224-8 du Code Général des Collectivités Territoriales rend compétentes les commune en matière
d’assainissement des eaux usées 15:

14 Source : http://www.ineris.fr/aida/consultation_document/4159, annexe 3, 1.2. Eléments physico-chimiques généraux


15 Source :
http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?cidTexte=LEGITEXT000006070633&idArticle=LEGIARTI000006390353
&dateTexte=&categorieLien=cid

Page 13
Etude de l’assainissement des eaux uses dans la commune de Fresnes-en-Tardenois

I.- Les communes sont compétentes en matière d’assainissement des eaux usées. Dans
ce cadre, elles établissent un schéma d’assainissement collectif comprenant, avant la fin de
l’année 2013, un descriptif détaillé des ouvrages de collecte et de transport des eaux usées.
Ce descriptif est mis à jour selon une périodicité fixée par décret afin de prendre en compte
les travaux réalisés sur ces ouvrages.

II.- Les communes assurent le contrôle des raccordements au réseau public de collecte,
la collecte, le transport et l’épuration des eaux usées, ainsi que l’élimination des boues
produites. Elles peuvent également, à la demande des propriétaires, assurer les travaux de
mise en conformité des ouvrages visés à l’article L. 1331-4 du code de la santé publique,
depuis le bas des colonnes descendantes des constructions jusqu’à la partie publique du
branchement, et les travaux de suppression ou d’obturation des fosses et autres installations
de même nature à l’occasion du raccordement de l’immeuble.

La réglementation impose aux communes d’établir avant la fin de l’année 2013 un schéma d’assainissement
qui permettra d’assurer la gestion et le traitement des eaux usées. Il est donc essentiel pour la commune de
Fresnes-en-Tardenois, qui ne dispose d’aucun système d’assainissement collectif et dont les habitations ne sont
pas dotées (pour la très grande majorité) de systèmes d’assainissement individuels aux normes, d’établir un
plan d’action rapidement afin de respecter la législation actuelle.
Cette responsabilité peut être déléguée à la C.T.T, mais la commune possède actuellement la compétence de
réhabilitation de l’assainissement, collectif comme non-collectif.
De plus, l’arrêté 1996-06-21, abrogé par l’arrêté 2007-06-22, fixe les exigences épuratoires suivantes,
pour les communes de moins de 2000 E.H.16 :

Section 2
Obligations de résultat

Art. 13. - Prescriptions minimales sur la qualité des rejets dans les eaux de surface.
Les effluents sont au minimum traités par voie physico-chimique, ou, si nécessaire, traités par
voie biologique.
Les performances minimales des ouvrages de traitement physico-chimique sont de 30 % sur
la D.B.O.5 et de 50 % sur les matières en suspension (M.E.S.).
Les performances minimales des ouvrages de traitement biologique sont :
- Soit un rendement minimal de 60 % sur la DBO5 ou la DCO ;
- Soit une concentration maximale de l’effluent traité de 35 mg/L de DBO5.
Ces exigences sont renforcées ou étendues à d'autres paramètres par le préfet, après avis
du conseil départemental d'hygiène, lorsqu'elles ne permettent pas de satisfaire aux
objectifs fixés à l'article 3.
Ces exigences ne sont pas respectées aujourd’hui dans la commune de Fresnes-en-Tardenois.
De par sa taille trop petite, la commune de Fresnes-en-Tardenois n’est pas soumise à l’obligation de
l’établissement d’un assainissement collectif, c’est pourquoi ce rapport propose également des scénarios basés
sur des dispositifs d’assainissement non-collectif.

16 Source :
http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do;jsessionid=184590AAED84DFF7BBFA7CA5DB74A2F0.tpdjo14
v_3?cidTexte=JORFTEXT000000193585&categorieLien=id, article 13

Page 14
Etude de l’assainissement des eaux uses dans la commune de Fresnes-en-Tardenois

D) Objectifs de l’étude
En prenant en considération l’état actuel de l’assainissement dans la commune de Fresnes-en-Tardenois, ainsi
que les exigences imposées à la fois par la DCE mais aussi par le Contrat Global d’Actions de l’Ourcq Amont,
cette étude vise à proposer différents scénarios d’assainissement qui pourraient permettre de diminuer
l’impact de la commune sur la qualité de l’eau du ru du Paradis, et ainsi contribuer au respect des normes
imposées par l’Union Européenne.
Les solutions proposées tiennent compte des particularités de la commune, qui sont sa faible population,
l’importance de l’espace disponible en aval de la commune, ou encore les propriétés morphologiques des sols.
L’objectif sera donc de proposer différents scénarios permettant de considérer des systèmes d’assainissement
sur le plan économique, et opérationnel.
Les dispositifs à installer doivent être peu coûteux, à court et long terme (donc avec des coûts d’installation,
d’entretien et de fonctionnement modérés) et correspondre à la limite de l’investissement prévu dans le cadre
de la signature du Contrat Global de l’Ourcq Amont. Les investissements individuels seront différenciés des
coûts pour la collectivité, qui se répercuteront eux sur le prix de l’eau (non déterminé dans cette étude).
Ces systèmes doivent par ailleurs être les plus efficaces possibles notamment pour les taux d’abattement en
phosphore et en azote totale, qui sont les deux composants principalement responsables de la pollution du ru
du Paradis. C’est pourquoi les résultats des différents scénarios seront comparés sur le plan épuratoire avec
l’évaluation des teneurs en différents éléments (Nt, Pt, MES, DBO5, DCO) suivant le mode de traitement des
eaux usées.
L’objectif est donc de combiner les deux approches afin de proposer un système d’assainissement réaliste et
le plus efficace possible dans le but d’optimiser l’investissement réalisé par la commune pour la protection de
ses cours d’eau. La figure 3 présente un schéma des objectifs de notre étude :
Figure 3 : Schéma explicatif des objectifs de notre étude

Page 15
Etude de l’assainissement des eaux uses dans la commune de Fresnes-en-Tardenois

II/ PROPOSITION DE DIFFERENTS SCENARIOS POUR L’ASSAINISSEMENT DES


EAUX USEES DE LA COMMUNE ET METHODES D’EVALUATION DE L’IMPACT
ECONOMIQUE ET ECOLOGIQUE
A) Présentation des scénarios envisagés
Les différents scénarios se basent sur le schéma directeur d’assainissement réalisé sur la commune par le
bureau d’Etudes Eau et Environnement en 1999. Ce document propose une carte des contraintes des parcelles
de la commune à l’assainissement non-collectif basé sur l’infiltration. Il peut s’agir de contraintes
topographiques et structurelles des sols (pente, ou perméabilité), de contraintes paysagères (présence
d’arbres sur la parcelle par exemple), ou encore de contraintes liées à la surface nécessaire à l’installation
d’un système d’assainissement autonome (qui nécessite pour le cas de l’épandage une surface de parcelle de
1000m² pour être optimale).
Cette carte des contraintes est présentée dans la figure 4 ci-dessous :

Figure 4 : Carte des contraintes de l’habitat à l’assainissement non-collectif17

17Source : Schéma directeur d’assainissement de la commune de Fresnes-en-Tardenois, réalisé en 1999 par le Bureau d’Etudes
Eau et Environnement (B3E), rapports de phase 1

Page 16
Etude de l’assainissement des eaux uses dans la commune de Fresnes-en-Tardenois
Sur la figure 4, les parcelles vertes sont celles où l’infiltration est facile à réaliser. Les parcelles jaunes
présentent peu de contraintes, celles en orange présentent de nombreuses difficultés et les parcelles rouges
sont celles où l’infiltration est fortement déconseillée du fait de l’existence d’obstacles à sa mise en place
(nécessité d’investissements lourds).
La majeure partie des parcelles présente des contraintes importantes à l’infiltration. Il existe aujourd’hui des
microstations d’épuration individuelles ou des filières compactes qui pourraient être installées dans les
habitations où l’infiltration est déconseillée, mais ces microstations individuelles présentent aussi des contraintes
importantes (lesquelles).
De ce fait, ce rapport se concentrera sur des solutions d’assainissement collectif et semi-collectif (basé sur
l’installation de microstations pour plusieurs habitations) qui sont plus adaptées aux contraintes de la
commune. Nous proposerons aussi un scénario basé uniquement sur de l’assainissement non-collectif.

1) Scénarios 1: Mise en place d’un assainissement collectif sur la quasi-totalité


de la commune, et d’un assainissement autonome basé sur l’infiltration pour les
habitations de la route de Courmont et du début de la rue Jeannet

Dans les scénarios d’assainissement collectif pour la commune de Fresnes-en-Tardenois, un quartier a été
considéré comme hors de ce plan d’assainissement : il s’agit des maisons situées sur la route de Courmont, ainsi
que celles situées aux numéros 7, 9, 11, 13 et 15 de la rue Jeannet.

a – Cas particulier de l’îlot de la route de Courmont et du début de la rue Jeannet

Relier ce quartier au réseau d’eaux usées du reste de la commune à l’aide d’une pompe
engendrerait un coût supplémentaire pour la commune, ce qui pourrait être évité en considérant les
solutions alternatives qui existent.
En raison des faibles contraintes, la mise en place de dispositifs d’infiltration des eaux usées est
préconisée, comme des lits ou des tranchées d’épandage, car ils ont l’avantage d’être efficaces,
économiques et durables.
Le mode de fonctionnement de ces dispositifs est détaillé en annexe 2.
En plus d’installer les dispositifs d’épandage, il faut aussi prévoir la remise aux normes des fosses septiques ou
fosses toutes eaux présentes dans ces habitations. D’après le diagnostic du SPANC, la plupart de ces
habitations sont notées avec un niveau de priorité P1 ou P2 (les deux niveaux de priorité les plus importants).
Les problèmes les plus récurrents sont l’accessibilité des fosses, la nécessité d’y effectuer une vidange et un
curage, ou encore d’y installer une ventilation secondaire. Il faudra donc effectuer ces travaux pour les dix
habitations et les deux bâtiments communaux de ce quartier.

b – Réseau d’eau envisagé pour l’assainissement collectif

La mise en place d’un dispositif d’assainissement collectif nécessite l’utilisation d’un réseau d’eaux
usées sur toute la commune.
Fresnes-en-Tardenois est une petite commune avec en conséquence un volume journalier d’eaux
usées réduit ; les systèmes d’assainissement collectif installés en aval seront donc adaptés à ce
faible volume d’eau. Ainsi, il est indispensable d’utiliser un réseau d’eau séparatif (distinct du
réseau d’eau pluvial) pour acheminer les eaux usées vers le dispositif d’assainissement. Dans le cas
contraire, des fortes pluies risqueraient d’amener des quantités d’eaux trop importantes vers le
dispositif d’assainissement, et son bon fonctionnement ne serait plus assuré.

Pour ce réseau d’eau, deux solutions sont détaillées :

Page 17
Etude de l’assainissement des eaux uses dans la commune de Fresnes-en-Tardenois
1- Réutilisation du réseau pluvial existant pour l’acheminement des
eaux usées uniquement

Un réseau d’eau pluvial est déjà en place sur la totalité de la commune, dont la carte est présentée dans la
figure 5 :

Figure 5 : Carte du réseau pluvial actuel de la commune de Fresnes-en-Tardenois18

Si le dimensionnement des canalisations déjà en place est adapté à recevoir uniquement les eaux usées des
habitations (sans les eaux pluviales), ce réseau pourrait être utilisé pour conduire les eaux usées vers l’aval de
la commune. Il suffirait pour cela d’y raccorder les habitations qui n’y sont pas reliés directement, et de
condamner l’ensemble des avaloirs qui font entrer aujourd’hui l’eau pluviale dans ce réseau.
Cependant, il apparaît comme fortement probable que le dimensionnement du réseau pluvial soit partout le
même, à savoir de 300 mm (source : schéma directeur d’assainissement, B3E, 2000). On risque dans ce cas de
ne pas disposer d’un « effet de chasse » suffisant pour éviter le dépôt indésirable et dangereux d’une partie
de la matière organique sur les zones les plus en amont du réseau.
De plus, cette proposition aurait pour conséquence l’absence de réseau d’eau pluvial sur le territoire de la
commune, et des risques de ruissellement sur les chaussées seraient donc à prendre en compte en cas de forte
pluie. Ce risque est envisageable dans la mesure où la commune occupe une faible surface et possède donc
une quantité d’eau maximale à gérer qui demeure assez restreinte (combien ?). Cependant, cela pourrait
mener à plus long terme à des phénomènes d’érosion, de stagnation des eaux, et de transport de sédiments
de l’amont vers l’aval de la commune.

18Source : Schéma directeur d’assainissement de la commune de Fresnes-en-Tardenois, réalisé en 1999 par le Bureau d’Etudes
Eau et Environnement (B3E), rapports de phase 1

Page 18
Etude de l’assainissement des eaux uses dans la commune de Fresnes-en-Tardenois
2- Création d’un réseau séparatif en parallèle du réseau pluvial
préexistant

Une deuxième proposition consiste en la création d’un nouveau réseau d’eau, en parallèle du réseau pluvial
existant, et qui n’accepterait donc que les eaux usées des habitations. Un tel système permettrait d’éviter les
risques de ruissellement sur les chaussées en cas de forte pluie, les eaux pluviales étant directement redirigées
vers le ru de la Goulée comme actuellement.
Cependant, l’installation de ce réseau d’eau d’une longueur estimée à 1860 m (longueur estimée sur
Géoportail, uniquement pour atteindre le point de rejet actuel dans le ru de la Goulée, détaillée dans
l’annexe 6), ainsi que les raccords à effectuer au niveau de chaque habitation nécessitent des travaux de
voirie importants et coûteux.

c – Les différentes filières de traitement envisagées pour l’assainissement collectif

1- Scénario 1.A : Installation d’un lagunage en aval de la commune

Le lagunage est un dispositif d’assainissement composé de trois bassins successifs, dans les lesquels les eaux
usées séjournent et sont lentement épurées de leurs différents polluants.
Leur mode de fonctionnement est détaillé dans l’annexe 3.
Pour ce qui est du dimensionnement de l’installation, il faut compter en moyenne 12m² / E.H19 pour l’ensemble
des lagunes. Cette surface se répartirait entre 5 m² pour la première lagune, 2.5 m² chacune pour les lagunes
2 et 3 et 2 m² inter-lagune par équivalent habitant.
Actuellement, on compte environ 240 habitants qui seraient reliés à ce dispositif d’assainissement (Car sur 260
habitants de la communes, environ 20 seraient concernés par les dispositifs d’infiltration). En prenant une
marge d’évolution d’environ 20% (basée sur l’évolution de la commune sur les 50 dernières années selon
l’INSEE), le dispositif sera dimensionné pour 280 Equivalents Habitants. A raison de 12m²/Habitant, cela
correspondrait à une surface cumulée des lagunes de 0.36 Hectare. A cela, il faut ajouter un périmètre
permettant de protéger les lagunes du dispositif d’assainissement. Ainsi, la surface totale mobilisée par cette
installation se situerait aux alentours de 0.5 Hectare.

La principale contrainte du lagunage est l’étanchéité du sol, qui permet d’éviter l’infiltration des eaux usées.
Si le sol n’est pas suffisamment étanche, il est possible de l’imperméabiliser artificiellement pour y remédier.
La première lagune nécessite également un entretien régulier afin de curer les boues générées lors de la
décantation et la digestion des matières en suspension.

2- Scénario 1.B : Installation d’un filtre planté de roseaux aval de la


commune

Un filtre planté de roseaux est un dispositif épuratoire composé communément de deux bassins, remplis par
exemple de sable ou de graviers, et dans lequel une plantation de roseaux est installée. Dans ce scénario, le
filtre planté de roseaux prévu possèderait deux bassins, le premier étant un Filtre Planté de Roseaux à
écoulement Vertical (FPRv) et le deuxième, à écoulement Horizontal (FPRh). Le fonctionnement épuratoire de
ces deux bassins est détaillé dans l’annexe 4.
La combinaison de ces deux bassins permet une bonne épuration des MES et de la matière organique et
azotée.

19 Source : http://traitementdeseaux.fr/techniques-traitement/lagunage/#dimensionnement

Page 19
Etude de l’assainissement des eaux uses dans la commune de Fresnes-en-Tardenois
Le dimensionnement d’un filtre planté de roseaux est de 6 m² / E.H20 pour l’ensemble de la station
(comprenant la surface réelle des filtres ainsi qu’une surface tampon autour de l’installation). Un dispositif
dimensionné pour 280 habitants nécessiterait une surface totale de 0,17 Hectares.
Comme pour le lagunage, les boues doivent être curées régulièrement.

3- Scénario 1.C : Installation d’une microstation d’épuration en


aval de la commune

Le troisième scénario envisagé pour l’assainissement collectif est la mise en place d’une microstation
d’épuration, qui serait dimensionnée pour environ 280 habitants.
Les microstations d’épuration sont une technologie récente, dont le principe de fonctionnement se rapproche
beaucoup des stations d’épuration classiques, mais dont le volume est très réduit. Ces stations sont
généralement enfouies dans le sol et ne sont donc pas visibles de l’extérieur. Leur mode de fonctionnement
détaillé est présenté dans l’annexe 5.
Les microstations d’épuration sont donc des dispositifs très discrets, et possédants une efficacité épuratoire
importante. Elles ont cependant besoin d’être alimentées en électricité pour pouvoir fonctionner, et nécessitent
aussi un curage régulier pour extraire les boues formées lors de l’épuration.

2) Scénario 2 : Mise en place d’un assainissement autonome ou semi-collectif sur


l’ensemble de la commune, basé sur l’infiltration souterraine ou l’installation de plusieurs
microstations d’épuration

a – Systèmes d’infiltrations à mettre en place

Dans ce scénarios, le quartier de la route de Courmont et du début de la rue Jeannet bénéficiera des mêmes
dispositifs d’infiltration prévu dans les scénarios d’assainissement collectif de la commune. Ainsi, ce point ne
sera pas retraité dans le détail dans cette partie.

b - Microstations d’épuration à mettre en place

Plusieurs microstations d’épuration devraient être installées sur le territoire de la commune, chacune traitant les
eaux usées d’un groupe d’habitations. L’avantage de ce scénario est qu’il permet de réduire la longueur du
réseau de canalisations d’eaux usées à mettre en place. En effet, le regroupement des habitations en
différents quartiers, selon leur proximité, permet d’associer pour chaque quartier une microstation d’épuration,
placée à proximité, et qui pourrait utiliser le réseau d’eau pluvial comme exutoire de ses eaux traitées. Cette
utilisation du réseau d’eau pluvial est autorisée depuis quelques années, sous réserve d’une autorisation de la
mairie21. Ainsi, le réseau d’eau total à mettre en place pourrait être réduit par rapport au scénario
d’assainissement collectif.
Ces quartiers ont été délimités en fonction de la proximité géographique des habitations qu’ils relient, de
façon à réduire la longueur de canalisations à mettre en place, tout en limitant le nombre total de

20 Source : http://epnac.irstea.fr/wp-content/uploads/2012/08/Filtres_lagunes_association2007.pdf
21 Source :
http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do;jsessionid=0411EAB1307B2E7AD09652C28EED9740.tpdjo05
v_1?cidTexte=JORFTEXT000021125109&idSectionTA=LEGISCTA000025767665&dateTexte=20140520&
categorieLien=id#LEGISCTA000025767665

Page 20
Etude de l’assainissement des eaux uses dans la commune de Fresnes-en-Tardenois
microstations à installer, car les coûts d’installation et d’entretien augmentent avec leur nombre. Le prix par
habitant d’achat d’une microstation varie peu selon la taille de la microstation, cependant les coûts
d’installation augmentent avec le nombre de stations à installer, en raison des travaux à faire pour les
enterrer.

Enfin, en ce qui concerne le mode de fonctionnement de ces microstations d’épuration, il est le même que celui
des autres microstations de plus petite ou de plus grande taille. Quel que soit le nombre d’habitants rattachés
à une même microstation d’épuration, et donc quel que soit le dimensionnement de cette station, les
rendements épuratoires restent constants.

Six quartiers ont été délimités comme présenté sur la figure 6 :

Figure 6 : Carte de la délimitation de la commune en six quartiers pour l’assainissement semi-collectif

Le quartier entouré en blanc sur la figure 6 délimite les habitations qui ne seraient pas concernées par
l’installation de microstations d’épuration. Les rectangles bleus délimitent les six quartiers que nous avons
retenus, avec leur numérotation.
Chacun des six quartiers possèdera donc une microstation d’épuration, dimensionnée en fonction du nombre
d’Equivalents Habitants qu’elle devra traiter. Grâce aux informations fournies par le diagnostic du SPANC de
2013, nous avons pu pour chaque quartier donner une approximation du nombre d’habitants qu’il abrite.

Page 21
Etude de l’assainissement des eaux uses dans la commune de Fresnes-en-Tardenois
Dans le tableau 7 est présentée la délimitation de chaque quartier, ainsi que son nombre d’habitants
associés :

Tableau 7 : Délimitation des quartiers retenus pour l’assainissement semi-collectif avec son nombre d’habitants
Numéro du quartier Habitations incluses dans le quartier Nombre total d’habitants
1 Lotissement le Charme 35
7 rue Dognat
Rue des Chapelles 28
2
1,2,3,4,5 Rue Dognat
Rue des Patis
Rue du Château
3 58
Rue des Marroniers
2,4,6,8,8bis Grande Rue
1,3,5,7,9,10,11,12,13,14,15,16,17,18,20,
4 22,24,26,28,30,32,34,36,38,40,42,44 59
Grande Rue
Route de Courmont 17
5
7,9,11,13,15 Rue Jeannet
16,20,22,23,25,27,29,31,33,35,37,39 39
6
rue Jeannet

Pour chacun des quartiers, une microstation d’épuration a été dimensionnée pour traiter les eaux usées des
habitants avec une marge d’évolution de 20%. Cette marge permet de prévoir l’évolution éventuelle de la
population de la commune dans le futur comme présenté dans le tableau 8 :

Tableau 8 : Taille de la microstation d’épuration à installer dans les quartiers


Numéro du quartier Taille de la microstation, en équivalent
habitant
1 42
2 34
3 70
4 71
5 20
6 47

Ce scénario offre donc une alternative à la mise en place d’un assainissement collectif, qui a pour principal
avantage de limiter les travaux de voirie importants que cela impliquerait.

Page 22
Etude de l’assainissement des eaux uses dans la commune de Fresnes-en-Tardenois
3) Scénarios 3: Mise en place d’un assainissement autonome sur la totalité
de la commune

Ce scénario propose la mise en place, pour chaque foyer, d’un dispositif d’infiltration des eaux usées dans le
sol ou d’une microstation d’épuration individuelle. Les dispositifs d’infiltration sont privilégiés là où cela est
possible car ils nécessitent moins d’entretien que les microstations, et ont un coût d’usage plus faible.
Les parcelles concernées par les dispositifs d’infiltration sont celles où leur mise en place est facile ou
comporte peu de contraintes, d’après la carte des contraintes de l’habitat à l’assainissement non-collectif
présentée en figure 5. Toujours d’après cette carte, il s’agit au total de 37 habitations.
La commune comportant un total de 95 habitations, la mise en place d’une microstation d’épuration
individuelle concerne donc les 58 habitations restantes.

L’avantage de ce scénario est qu’il évite la mise en place d’un réseau d’eaux usées séparatif, qui serait une
dépense importante pour la commune.
De plus, les dispositifs autonomes d’épandage des eaux usées, proposés pour plus d’un tiers des foyers, sont
économiques et durables (c’est-à-dire ? source ?), et requièrent peu d’entretien. Il faudrait tout de même
prévoir une remise aux normes des fosses septiques et fosses toutes eaux des habitations concernées par ces
dispositifs.
Les microstations peuvent être installées à la place des fosses septiques ou fosses toutes eaux des habitations
concernées si l’espace disponible le permet, ou être enterrées ailleurs sinon, et leur rejets d’eau traitée
peuvent être facilement raccordés au réseau d’eau pluvial déjà en place, ce qui est autorisé au même titre
que pour les microstations d’épuration semi-collectives22.
Cependant, leur mode de fonctionnement pose plusieurs problèmes. D’une part, elles nécessitent un entretien
plus régulier que les dispositifs d’épandage : il faut curer les boues formées (tout comme les fosses toutes
eaux en cas d’épandage), et renouveler les réactifs. Elles consomment aussi de l’électricité, ce qui rend leur
coût d’usage important. De plus, en cas d’absence prolongée d’utilisation d’une microstation d’épuration (lors
d’un départ en vacance par exemple), la flore bactérienne se dégrade et doit être réimplantée, ce qui
engendre un surcoût pour les utilisateurs.

Ce scénario a donc pour conséquence un coût de traitement des eaux usées différents selon les foyers, ce qui
risque de poser des problèmes au niveau de son acceptation sociale. De plus, il est plus difficile de maintenir
en bon état de fonctionnement (pas forcément difficile puisque c’est à la charge des particuliers) et de
contrôler le bon entretien (prévu par la réglementation tous les 10 ans maximum lors des « contrôles de bon
fonctionnement » réalisés par la SPANC des dispositifs lorsqu’ils sont nombreux et dispersés sur le territoire de
la commune, comme c’est le cas dans un scénario d’assainissement non-collectif. Le risque est donc que
l’amélioration de la qualité des cours d’eau en aval de la commune, dont le ru du Paradis, soit moindre que
celle estimée.

Ce scénario a donc pour intérêt majeur de s’affranchir de l’installation d’un réseau d’eau séparatif pour la
commune, mais il pose d’autres problèmes comme l’inégalité conséquente du coût de l’épuration pour les
habitants et la difficulté de maintenir un bon entretien et donc une bonne efficacité épuratoire des dispositifs
sur le long terme.

22 Source :
http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do;jsessionid=0411EAB1307B2E7AD09652C28EED9740.tpdjo05
v_1?cidTexte=JORFTEXT000021125109&idSectionTA=LEGISCTA000025767665&dateTexte=20140520&
categorieLien=id#LEGISCTA000025767665

Page 23
Etude de l’assainissement des eaux uses dans la commune de Fresnes-en-Tardenois

B) Rendement épuratoire des dif férentes filières de traitement et


méthode de calcul de l’impact sur la qualité de l’eau du ru de la Goulée

1) Rendement épuratoire des différentes filières de traitement

Nous avons envisagé dans nos différents scénarios quatre filières d’assainissement distinctes : L’infiltration (ou
épandage), le lagunage, le filtre planté de roseaux et les microstations d’épuration.
Il est aujourd’hui impossible de calculer des rendements épuratoires pour les dispositifs d’infiltration.
Pour ce qui est des microstations d’épuration, leur rendement épuratoire ne change pas quel que soit leur
dimensionnement. Aucune distinction entre les dispositifs proposés dans nos scénarios 1.C, 2 et 3 ne sera faite.
Pour déterminer des rendements épuratoires les plus vraisemblables, plusieurs sources ont été sélectionnées sur
leur fiabilité et les résultats compilés. Les données obtenues sont résumées dans le tableau 9 :

Tableau 9 : Récapitulatif des rendements épuratoires des différents dispositifs d’assainissement pour différents polluants23
R = Rendements épuratoires pour les indicateurs suivants :
Dispositifs d’assainissement
MES DBO5 DCO Nt Pt
Lagunage 0,80 0,87 0,80 0,70 0,60
Filtre planté de roseaux 0,93 0,93 0,90 0,87 0,40
Microstation d’épuration 0,95 0,98 0,92 0.81 0.47

2) Méthode d’estimation de l’impact de chaque scénario envisagé sur la qualité de l’eau


du ru de la Goulée

Puisqu’il est impossible de calculer l’impact sur un cours d’eau des dispositifs d’infiltration, cette méthode
d’estimation de l’impact écologique présente d’office un biais. Pour les scénarios d’assainissement collectif et
semi-collectif, ces dispositifs ne concernant que quelques habitations leurs impacts sur la qualité de l’eau des
rus avoisinant seront négligés. L’impact total du scénario non-collectif sur la qualité de l’eau des rus avoisinant
est difficile à estimer en raison du grand nombre de dispositifs d’infiltration prévu. Une estimation de son
impact ne tenant compte que des rejets des microstations prévues ne serait pas comparable aux estimations
trouvées pour les scénarios d’assainissement collectif et semi-collectif. Aussi, le scénario 3 est écarté des calculs
d’impact de la commune sur la qualité de l’eau du ru de la Goulée.

Les calculs d’impact de la commune sur le ru de la Goulée ne considèreront donc que 240 habitants. A raison
de 150 litres d’eaux usées émises par habitant et par jour, les eaux rejetées dans le ru de la Goulée
correspondent à un volume journalier V1 = 36 m3.
Le débit journalier du ru de la Goulée en amont de la commune correspond à un volume V2 = 605 m3.

23 Sources :
- http://www.senat.fr/rap/l02-215-2/l02-215-274.html
- http://epnac.irstea.fr/wp-content/uploads/2012/08/exploitation-des-stations-
d%C3%A9puration.pdf
- http://epnac.irstea.fr/wp-content/uploads/2012/08/Filtres-Plant%C3%A9s-de-Roseaux-
r%C3%A9alisation-et-fonctionnement-dans-le-Morbihan.pdf
- http://www.eau-rhin-meuse.fr/tlch/procedes_epuration/F05_boues_activees.pdf

Page 24
Etude de l’assainissement des eaux uses dans la commune de Fresnes-en-Tardenois
Les valeurs de concentrations des indicateurs dans les eaux usées de la commune de Fresnes-en-Tardenois,
ainsi que celles du ru de la Goulée en amont de la commune sont visibles dans la Figure 2 :

Ainsi, pour chaque polluant et pour chaque filière de traitement étudiée, la concentration finale des
indicateurs dans le ru de le Goulée, notée C3, est calculée en utilisant une simple formule de dilution.

1∗ 1 ∗ 1 2∗ 2
3
1 2

Où :

C1 : Concentration des eaux usées


C2 : Concentration du ru de la Goulée amont
C3 : Concentration du ru de la Goulée aval
R : Rendement épuratoire
V1 : Volume journalier d’eaux usées de la commune
V2 : Volume journalier d’eaux qui s’écoulent dans le ru de la Goulée amont

Page 25
Etude de l’assainissement des eaux uses dans la commune de Fresnes-en-Tardenois

C) Méthode de calcul des coûts d’installation et d’entretien des


dif férents dispositifs envisagés et du prix final pour la collectivité et les
par ticuliers

1) Coût d’installation du réseau séparatif d’eaux usées

Les scénarios 1 et 2 nécessitent la mise en place d’un réseau d’eaux usées séparatif dans les rues de la
commune (dans la limite de l’hypothèse de non-utilisation du réseau pluvial).
Pour estimer le coût de ces travaux, ce rapport s’appuie sur un référentiel des prix unitaires réalisé par le
Syndicat Mixte Départemental de l’Eau et de l’Assainissement24 (SMDEA) en 2011 et sur celui du Syndicat
Mixte du Bassin de la Rance et du Célé25 (SMBRC). Il s’agit de tarifs indicatifs, et il peut exister des variations
de prix pour les travaux qui seront à mener pour les différents projets proposés (du fait par exemple de la
localisation géographique du site). Les prix devront donc être redéfinis par un bureau d’étude spécialisé
avant de mener les travaux.
Les estimations ont été divisées suivant le type de tranchée à réaliser, c’est-à-dire si la tranchée est creusée
dans une terre nue ou au niveau d’une route.

a - Tranchées creusées dans des champs

La largeur de la tranchée doit être « au maximum égal au diamètre nominal de la canalisation majorée de
80 cm », d’après le rapport du SMDEA. Pour des canalisations de 200 mm de diamètre, on obtient une
largeur de tranchées de 100 cm. La profondeur de la tranchée est de 120 cm, et elle sera comblée avec, en
partant du fond :

- Un lit de pose, de 10 cm d’épaisseur (le plus souvent constitué de sable)


- Un enrobage de la canalisation, de 30 cm d’épaisseur pour une canalisation de 200 mm de diamètre
- Du remblai

Le SMBRC propose dans son ‘bordereau des prix’ le tarif indicatif suivant :
En incluant dans cette tranchée la fourniture et la pose de canalisations gravitaires PVC de diamètre de 125
mm SN8, destinées au transfert des eaux usées, c’est-à-dire :
 le terrassement pour tous les terrains (sauf roches compactes, mais la commune de Fresnes est située
sur des argiles en majorité, il y a donc peu d’affleurements, si l’on exclut les meulières)
 le sable pour le lit de pose et l’enrobage de la canalisation
 les pièces annexes, telles que les coudes ou les cônes pour les modifications de diamètre
 le remblaiement de la tranchée avec les matériaux récupérés lors du creusement de la tranchée

Le tarif proposé pour cette prestation est de 39,5€ par mètre linéaire de tranchée. Donc le prix global, pour
l’ensemble des travaux de voirie à effectuer, de 40 €/m de canalisation installée au niveau d’un champ.

24 Source : http://www.smdea.fr/pdf/referentiel_2011.pdf
25 Source : http://www.smbrc.com/pdf/DCE/DCE-Bordereaudesprix.pdf

Page 26
Etude de l’assainissement des eaux uses dans la commune de Fresnes-en-Tardenois
b - Tranchées creusées sur des routes

Le creusement de la tranchée est estimé au même tarif que dans le cas d’une tranchée creusée dans des terres
sans revêtement. En effet il est stipulé par le SMBRC que ce prix est valable quelle que soit la nature des
terrains excepté les rochers compacts. Comme précédemment, on opte pour une largeur de tranchées de 1 m,
sur une profondeur de 1.2 m.

Les matériaux à utiliser pour combler les tranchées au niveau des routes dépendent de l’importance de la
circulation routière sur le sol. Pour la quantifier, il est préconisé d’évaluer l’équivalent Poids Lourds (poids total
en charge supérieur à 3,5 tonnes) quotidien, aussi appelé Trafic Moyen Journalier (TMJ). (M.A DESTOMBES et
al, 2002)26 Ici on estime que la commune est assez peu fréquentée, et peu traversée par les Poids Lourds (qui
utiliseront préférentiellement l’autoroute A4 pour la plupart). En revanche, certains véhicules agricoles peuvent
probablement utiliser ces axes routiers, ce qui peut être non négligeable (mais de toute façon difficile à
quantifier). Par mesure de précaution pour les calculs, on définira les routes comme des voies dont le TMJ est
compris entre 25 et 50 PL/jour (ce qui est probablement excessif, mais du fait de l’inconnu de la
fréquentation des engins agricoles, nous préférons ne pas prendre de risques). On considère alors la route
comme un axe de classe T4 (SMEDA, 2011).
Pour combler les tranchées sur ces types d’axes, il faut disposer, en partant du fond :

- Un lit de pose, de 10 cm d’épaisseur.


- Un enrobage de la canalisation, de 30 cm d’épaisseur pour une canalisation de 200 mm de diamètre.
- Deux couches différentes de remblai. La SMDEA recommande d’utiliser une couche de Grave Non-
Traitée (GNT) de 74 cm minimum, avec un compactage de couches d’épaisseur maximale de 30 cm
chacune.
- Une couche de surface et une assise, d’une épaisseur de 6 cm au total. Elle peut être composée par
exemple de BBSG 0/10 classe 2 (Béton Bitumineux Semi-Grenu de 0 à 10 mm de diamètre), ou
encore d’une couche d’enrobé à froid, moins onéreuse.

La structure de la chaussée (en coupe verticale) a été décrite par la SMEDA, et est schématisée dans l’annexe
7.

On a donc une pose des canalisations qui coûtera environ 40€ pour un mètre linéaire.
En revanche, il faut ajouter à ce prix initial le coût de reconstruction de la voirie communale, incluant la couche
de base et la couche de roulement, et estimé par le SMBRC à 12€ du mètre linéaire. Ceci porte à un prix
d’environ 52 €/m de canalisation installée au niveau d’une route.

c – Raccord des habitations au réseau d’eau usées

Il faut raccorder les canalisations d’eaux usées des habitations à celle du réseau de collecte nouvellement
installé. Dans ce raccord, il faut envisager la suppression des systèmes de prétraitement, qui digèrent une
partie importante de la Matière Organique contenue dans les eaux usées, qui est essentielle au bon
fonctionnement des dispositifs proposés par la suite (lagunage, filtres de roseaux plantés, microstations). Le
prix d’un raccord varie pour chaque habitation, mais l’estimation de ce coût ne dépasse pas 1000 € /
habitation.

26 Source: http://www.driea.ile-de-france.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/cat_str_ch_cle77b4d6.pdf

Page 27
Etude de l’assainissement des eaux uses dans la commune de Fresnes-en-Tardenois
En effet, d’après le SMBRC, le coût forfaitaire pour la déconnexion de l’ancien système de prétraitement (ici
la fosse septique) et le raccordement au nouveau (ici le réseau séparatif nouvellement créé) est proposé à
350€/habitation. De plus il faut compter la vidange et l’évacuation des anciens systèmes de prétraitement, ce
qui présente un surcoût forfaitaire de 500€ : 180€ pour la vidange et 320€ pour le retrait du dispositif.
Le coût par habitation peut donc être estimé à environ 850€ pour une habitation.

2) Coût d’installation des dispositifs d’assainissement

a – Coût d’installation d’un lagunage

Il est difficile d’estimer le coût d’implantation d’un tel dispositif, car il dépend en grande partie du type de
terrain où il est installé. D’après EnviroBAT+Méditerrannée (Diette, Vimont, 2007) le coût de construction est
compris entre 100 et 450€ par Equivalent Habitant. Cette fourchette très large sera simplifiée en considérant
un prix moyen de 250 €/EH.
Le prix présenté ne tient pas compte de l’achat foncier par la mairie, qui ne dispose que de très peu de
terrains L’entretien du site doit être effectué de manière ponctuelle, par le curage des bassins, et le
faucardage (ou coupe) des roseaux environnant. Il s’agit donc d’un coût assez limité, qui a été estimé pour le
dispositif de la commune de Meymans27 à environ 6 €/EH/an. Si on considère que les stations plus récentes
ont un coût d’entretien plus élevé (par la présence de systèmes électriques éventuels, ou simplement du fait
des augmentations de prix dans le cadre du curage des bassins), on portera à 10 €/EH/an le coût
d’entretien, afin de prendre des précautions dans ce prix, qui peut s’avérer fluctuant suivant le nombre
d’interventions nécessaires au bon fonctionnement de la lagune.

b – Coût d’installation d’un filtre planté de roseaux

Un rapport de l’Agence de l’Eau Rhin-Meuse28 (AERM, 2007) donne une estimation du prix d’un tel dispositif
en fonction du nombre d’Equivalent Habitant.
Le coût d’investissement est évalué en fonction du nombre d’équivalent habitant par une régression linéaire
empirique obtenue à partir du coût de 13 installations antérieures de différentes tailles allant de 180 à
1400EH environ. La formule proposée ici est :
Coût d’installation (en €) = 372,52*(Nombre d’équivalent habitant) + 132559
La commune de Fresnes se situe dans l’intervalle d’étude de ce rapport. Le prix obtenu sera donc une bonne
approximation de ce qui pourra être proposé par un bureau d’étude.

Pour le coût d’entretien, le même rapport propose une formule estimant les frais de fonctionnement annuels :
Coût de fonctionnement (en €) = 1,525*(Nombre d’équivalent habitant) + 2315,7

27Source : http://www.documentation.eaufrance.fr/entrepotsOAI/AERMC/R83/2.pdf
28Source : http://www.eau-rhin-
meuse.fr/tlch/procedes_epuration/F10_filtres_plantes_de_roseaux_a_ecoulement_vertical.pdf

Page 28
Etude de l’assainissement des eaux uses dans la commune de Fresnes-en-Tardenois
c – Coût d’installation des microstations d’épuration

1- Microstation d’épuration collective

Les prix d’une microstation d’épuration d’une capacité de 280 E.H ont été fourni par la société NEVE
environnement. Le prix proposé ici est pour une station d’épuration type TOPAZE T300 d’une capacité de 300
E.H, et dont les performances épuratoires sont jointes en annexe 8.
Les prix proposés sont :
- L’achat de la microstation, pour 78715€
- Le transport non-déchargé pour 2700€
- Le raccordement, la mise en service et la formation pour 2000€
Il reste le déchargement et la pose des équipements afin d’obtenir le prix total.
Cette partie est très approximative car elle n’est pas basée sur des références officielles, et peuvent sûrement
varier de manière non négligeable. On supposera en se basant sur le site microstationépuration.org (qui
propose d’estimer des coûts d’achat, d’installation et d’entretien de microstations)29 un budget d’environ
15000 à 20000€, uniquement pour les activités de terrassement, de déchargement, de pose et de remblais
de la microstation.

Le coût de fonctionnement est important puisqu’il s’agit d’un système fonctionnant avec un branchement
électrique continu. La Topaze T300 a par exemple une puissance de 1,5kW. Ramené à l’année, on peut
calculer le prix de l’électricité consommé :
1,5 kW * (Nombre d’heure de fonctionnement) = Nombre de kWh consommés
Ici, on a un total de 13140 kWh, soit 13.14 MWh.
On estime le prix du MWh à 80 €/MWh. Ce qui nous produit un total de 1050€ environ uniquement pour les
frais d’électricité annuels.

Peu pas d’information pour les frais d’entretien sont disponible, ils seront importants étant donné le coût d’une
vidange pour une microstation de capacité réduite (1 à 6EH), estimé à 400€ par an. Ainsi, nous proposons la
somme arbitraire de 4000€ par an. Ceci est probablement inexact, nous avons supposé que les coûts
d’entretien augmentent avec la taille de la microstation, et de façon dégressive. Il faudra s’adresser
directement à un fournisseur pour obtenir un devis avec des informations plus précises sur ces coûts.

2- Microstations d’épurations pour un assainissement semi-collectif

Le site de la société Bio-assainissement30 donne un accès aux prix de microstations intermédiaires de


capacités comprises entre 5 et 70 EH. Les prix pour les microstations de ce dimensionnement vont de 11 000
à 19 000€.
Il ne s’agit ici que du prix d’achat au départ de l’usine, il faut y ajouter le transport, le déchargement, la
pose, et le raccordement de la station au réseau. Ces prix seront estimés fixes, autour de 12 000€ pour la
totalité des frais qui viennent s’ajouter à l’achat de la microstation. Ce prix est basé sur celui proposé par la
société NEVE environnement pour le transport et le raccordement, ajouté au prix du déchargement et de la
pose de l’équipement.

29 Source : http://www.microstationepuration.org/quel-budget-envisager/
30 Source : http://bio-assainissement.net/16.html

Page 29
Etude de l’assainissement des eaux uses dans la commune de Fresnes-en-Tardenois
Les frais d’entretien sont en revanche très difficiles d’accès, en l’absence de la puissance électrique des
stations.

3- Microstations d’épurations individuelles pour chaque habitation

Dans le cas des microstations individuelles, il est très compliqué de connaître le prix exact des travaux et du
matériel, en effet les prix varient beaucoup d’une habitation à une autre suivant le type de sol, la pente, la
surface disponible. On peut cependant sans commettre d’erreur majeure proposer un ordre de grandeur pour
ce type d’assainissement :
- Coût d’achat pour une station calibrée pour 1 à 5 EH : 5000€
- Coût de pose, raccordement et transport : environ 5000€
Donc un coût qui serait estimé à 10.000€ par habitation.
Pour une habitation, les frais de fonctionnement sont importants31, puisque la station fonctionne uniquement en
branchement sur réseau (c’est-à-dire ?). Il faut donc compter une centaine d’euros de frais annuels. De plus,
l’entretien de la microstation (vidange des cuves) coûte environ 400€ par an, ce qui porte le total à 500€
annuel pour le fonctionnement de la microstation. Ce prix (lequel ? celui du fonctionnement ? car
l’investissement peut-être subventionné) doit être souligné car il s’agit d’un investissement continu, important, et
non-subventionné, donc lourd pour les habitants concernés, d’autant plus qu’il n’est pas réparti entre
différentes habitations (pas de mutualisation des coûts).

d – Coût d’installation des dispositifs d’infiltration

Afin de réaliser un dispositif d’infiltration, il est nécessaire de disposer d’une surface suffisante (comme
détaillé en Annexe 2). Le coût estimé par l’ANAH (Agence Nationale de l’Habitat) est d’environ 6500€ par
habitation32 pour un système dimensionné pour 4 personnes. Il comprend l’achat de matériel (fosse,
canalisations, regards, réseau de drainage), le raccordement et les travaux de terrassement. Il s’agit d’un
investissement important pour des habitations qui ne sont habitées que par un ou deux habitants.

3) Subventions disponibles pour la réalisation de ces travaux

a – Subventions disponibles pour les systèmes de traitement en assainissement collectif

Des subventions sont disponibles pour les travaux d’assainissement, au niveau de l’AESN et du Conseil Général
de l’Aisne.

Pour l’installation d’un dispositif d’assainissement collectif, l’AESN prévoit un financement de 40% ainsi qu’une
avance de 20% des frais totaux, comme le montre le tableau 11 extrait du 10e programme :

31 Source : http://www.microstationepuration.org/quel-budget-envisager/
32 Source : http://fr.slideshare.net/clicotravaux/guide-dvaluation-des-prix#

Page 30
Etude de l’assainissement des eaux uses dans la commune de Fresnes-en-Tardenois
Tableau 11 : Financements accordés par l’AESN pour la création et la modernisation d’ouvrages collectifs de traitement

Le montant du plafond prévu pour ce financement est déterminé grâce à la formule donnée dans le tableau
12 extrait du 10e programme, pour une station comprise entre 200 et 20.000 E.H :

Tableau 12 : Méthode de calcul des prix plafonds des subventions accordées par l’AESN pour des installations
d’assainissement collectif de taille moyenne :

L’assainissement collectif concernerait ici 240 habitants (même si la station est dimensionnée pour 280 EH).
Les quantités journalières de polluant éliminées se basent sur les quantités de polluants émis par habitant et
par jour (données dans la première partie de ce rapport) ainsi que sur les rendements épuratoires donnés
dans le tableau 9.

Pour un lagunage :
Les quantités journalières de polluants éliminés représentent :
MES : 240*90*10-3*0.80 = 17,28 Kg/jour
DBO5 : 240*60*10-3*0,87 = 12,528 Kg/jour
NR : 240*15*10-3*0,70 = 2,52 Kg/jour
P : 240*4*10-3*0,60 = 0,576 Kg/jour
Prix plafond PR = 236.294,13 €

Pour un filtre planté de roseaux :


Les quantités journalières de polluants éliminés représentent :
MES : 240*90*10-3*0.93 = 20,088 Kg/jour
DBO5 : 240*60*10-3*0,93 = 13,392 Kg/jour
NR : 240*15*10-3*0,87 = 3,132 Kg/jour
P : 240*4*10-3*0,40 = 0,384 Kg/jour
Prix plafond PR = 254.791,12 €

Page 31
Etude de l’assainissement des eaux uses dans la commune de Fresnes-en-Tardenois
Pour une microstation d’épuration :
Les quantités journalières de polluants éliminés représentent :
MES : 240*90*10-3*0.95 = 20,52 Kg/jour
DBO5 : 240*60*10-3*0,98 = 14,112 Kg/jour
NR : 240*15*10-3*0,81 = 2,916 Kg/jour
P : 240*4*10-3*0,47 = 0,4512 Kg/jour
Prix plafond PR = 260.253,79 €

En plus de cela, le Conseil Général de l’Aisne, via le « fond STEP », prévoit un financement de 20% pour
l’installation d’un dispositif d’assainissement collectif.33
Pour la mise en place d’un assainissement collectif, les travaux seraient donc subventionnés à 40 + 20 =
60%, avec en plus une avance de 20% des frais, dans le respect des plafonds précisés plus haut.

Pour ce qui est de l’assainissement semi-collectif (à base de plusieurs microstations d’épuration), on retrouve
ces 60% de subventions disponibles, seul le plafond change et varie en fonction du nombre d’habitant
raccordés à la microstation.

b – Subventions disponibles pour la mise en place d’un réseau d’eau séparatif

L’AESN prévoit une subvention de l’ordre de 30% ainsi qu’une avance de 20% pour la création d’un réseau
d’eau séparatif, comme le montre le tableau 13 extrait du 10e programme :

Tableau 13 : Financements accordés par l’AESN pour la création d’un réseau séparatif

Ce financement est plafonné à 2622€/habitant raccordé, ce qui donne, pour 240 habitants raccordés, un
plafond de 629.280€

De plus, le Conseil Général de l’Aisne finance ces travaux à la hauteur de 20%, via le Contrat Départemental
de Développement Local (C.D.D.L.)34Le montant total des subventions disponibles pour la mise en place d’un
réseau d’eau séparatif est donc de 50%, avec en plus une avance de 20% des frais, dans le respect des
plafonds précisés plus haut.

Enfin, l’AESN prévoit aussi de financer les travaux de branchements des particuliers au réseau d’un montant
pouvant aller jusqu’à 2000€ pour les branchements simples, ou 3500€ pour les branchements complexes.

33 Source : Contrat Global d’Actions de l’Ourcq Amont, annexe 8


34 Source : Contrat Global d’Actions de l’Ourcq Amont, annexe 8

Page 32
Etude de l’assainissement des eaux uses dans la commune de Fresnes-en-Tardenois
c – Subventions disponibles pour de l’assainissement non-collectif

L’AESN prévoit de financer à hauteur de 60% les travaux d’assainissement non-collectif, comme le montre le
tableau 14 extrait du 10e programme :

Tableau 14 : Financement accordé par l’AESN pour l’achat et la mise en place d’un dispositif d’assainissement non-collectif

Ce montant est cependant plafonné, selon les modalités présentées dans le tableau 15 :

Tableau 15 : Plafonds des financements accordés par l’AESN pour l’achat et la mise en place d’un dispositif d’assainissement
non-collectif

De plus, le Conseil Général de l’Aisne finance les travaux d’assainissement non-collectif à


la hauteur de 20% du montant total, là encore via le C.D.D.L. 35

35 Source : Contrat Global d’Actions de l’Ourcq Amont, annexe 8

Page 33
Etude de l’assainissement des eaux uses dans la commune de Fresnes-en-Tardenois

III/ RESULTATS DES DIFFERENTS SCENARIOS ENVISAGES


A) Positionnement des stations et création des réseaux d’eau
1) Scénario 1

Les trois dispositifs envisagés pour l’assainissement collectif doivent être disposés en aval des habitations, donc
au nord de la commune.
Le lagunage et les filtres plantés de roseaux s’étendent sur de grandes surfaces, leur implantation est prévue
au niveau des grands prés sur la rive gauche du ru du Paradis, juste après son point de confluence avec le ru
de la Goulée. Cet éloignement permet aussi de limiter les nuisances (odeurs, ou présence de moustiques) que
des tels dispositifs peuvent entrainer.
La microstation d’épuration peut être implantée plus près des habitations, en raison de sa plus petite taille. De
plus elle est enterrée, et ne génère pas de nuisances pour le voisinage.

Que ce soit pour les scénarios 1.A, 1.B ou 1.C, il faut mettre en place au niveau des habitations un réseau
d’eau séparatif qui couvre toutes les rues de la commune (excepté le haut de la route de Courmont et de la
rue Jeannet), en parallèle du réseau pluvial actuel présenté dans la figure 6. La longueur de ce réseau,
jusqu’aux points de rejets actuels dans le ru de la Goulée, est estimée sur Géoportail à 1860 m.
En plus de cela, le réseau doit être prolongé jusqu’au dispositif choisi pour l’assainissement. La longueur totale
du réseau de canalisations à mettre en place pour les différents scénarios est présentée dans le tableau 16 :

Tableau 16 : Longueur totale du réseau de canalisations d’eaux usées à mettre en place pour les trois scénarios
d’assainissement collectif envisagés
Scénario 1.A Scénario 1.B Scénario 1.C
Longueur du réseau de
canalisations à mettre en 2260 2260 2000
place (m)

Les trois cartes de la figure 7 présentent un emplacement proposé pour chacun de dispositifs, ainsi que le
réseau de canalisations d’eaux usées à mettre en place (en traits rouges) et sa longueur totale.

Page 34
Etude de l’assainissement des eaux uses dans la commune de Fresnes-en-Tardenois

Scénario 1.A Scénario 1.B Scénario 1.C

Figure 7 : Cartes de l’emplacement proposé de chaque dispositif d’assainissement collectif, ainsi que du réseau d’eaux usées
qu’il nécessite

2) Scénario 2

Les six microstations sont placées en aval des habitations qu’elles traitent, proches de la route (et donc du
réseau d’eau pluvial ou leurs eaux traitées peuvent être rejetées) de façon à limiter la longueur du réseau
d’eau à mettre en place. Les microstations sont de petite taille et sont enterrées, elles génèrent donc peu de
nuisances.
Pour chaque quartier, la longueur estimée de réseau est donnée dans le tableau 17 :

Tableau 17 : Longueur du réseau de canalisations à mettre en place pour chaque quartier dans le scénario 2
Quartiers Longueur du réseau à installer (m)
1 242
2 232
3 369
4 419
5 135
6 223
TOTAL 1620

La figure 8 ci-dessous présente la délimitation des six quartiers que nous avons retenus, ainsi que
l’emplacement des microstations d’épuration et du réseau de canalisations à mettre en place.

Page 35
Etude de l’assainissement des eaux uses dans la commune de Fresnes-en-Tardenois

Légende :

Figure 8 : Délimitation des six quartiers retenus pour la mise en place de microstations d’épuration, position proposée de
chaque microstation d’épuration et réseau de canalisations à mettre en place

3) Scénario 3

Pour ce scénario, les microstations ou les dispositifs d’infiltration sont à placer au cas par cas selon les
particularités de chaque parcelle.
Il faut prévoir de relier les microstations au réseau d’eau pluvial comme c’est actuellement le cas pour les
fosses septiques. Pour les dispositifs d’infiltration, il faut raccorder les eaux prétraitées de la fosse septique ou
fosse toutes eaux au dispositif.

Page 36
Etude de l’assainissement des eaux uses dans la commune de Fresnes-en-Tardenois

B) Impact écologique sur le ru de la Goulée


Avec la méthode expliquée dans la partie II/B), on calcule la concentration en MES, DBO5, DCO, Nt et Pt
dans le ru de la Goulée pour chacun des scénarios. Les scénarios 1.C et 2 sont regroupés, car ils ont le même
impact écologique sur le ru de la Goulée. Le calcul n’a pas été fait pour le scénario 3.
Les résultats sont présentés dans le tableau 18 :

Tableau 18 : Qualité de l’eau du ru de la Goulée pour différentes paramètres et pour les différents scénarios
Paramètres Ru de la Ru de la Ru de la Goulée Ru de la Goulée Ru de la Goulée
Goulée en Goulée en aval en aval de la en aval de la en aval de la
amont de la (état actuel commune dans le commune dans le commune dans le
commune supposé) scénario 1.A scénario 1.B scénario 1.C et 2

MES (g/m3) 5 14,83 11,46 7,08 6,40


DBO5 (g/m3) 7 20,09 9,53 8,18 7,06
DCO (g/m3) 10 39,77 19,55 14,49 13,48
Nt (g/m3) 35 38,37 34,72 33,76 34,10
Pt (g/m3) 0,5 1,91 1,08 1,38 1,28

C) Cout final pour la collectivité et les par ticuliers

1) Scénario 1

Les dispositifs d’infiltration à installer concernent 9 habitations. A raison de 6.500€ par dispositifs à installer,
cela revient à un total de 58.500€ de travaux pour ces habitations, subventionné à 60 % par l’AESN et à
20 % par le Conseil Général de l’Aisne.

Le coût d’installation du réseau d’eau à mettre en place est présenté dans le tableau 19. On considère que la
totalité du réseau à mettre en place au niveau de la commune se situe au niveau d’une route, et que le reste
du réseau est situé au niveau de champs.
Le prix des raccords au réseau à mettre en place n’est pas pris en compte, cependant l’AESN pouvant
financer 2000€ par raccord simple, on fait l’hypothèse qu’il ne restera plus rien à payer pour les particuliers
pour les raccords. En revanche il faudra en tenir compte dans la discussion des résultats, puisqu’il s’agit d’une
somme qui devra être avancée par le particulier puis qui lui sera éventuellement remboursée par l’AESN à
l’issue des travaux.

Page 37
Etude de l’assainissement des eaux uses dans la commune de Fresnes-en-Tardenois

Tableau 19 : Calcul du coût d’installation du réseau de canalisations à mettre en place pour les trois dispositifs
d’assainissement collectif envisagés

Longueur du Coût de ce Longueur du


réseau à réseau réseau à mettre Coût de ce réseau Coût total du réseau
Scénarios mettre en place (à raison de en place en aval (à raison de d’eaux usées à
au niveau de la 52€ /m) de la commune 40 €/m) (k€) installer (k€)
commune (m) (k€) (m)

1.A 1860
400 16 112,7
1.B 1860
96,7

1.C 1860 140 5,6 102,3

Nous pouvons donc déduire le coût total des différentes solutions proposées pour ces trois premiers scénarios,
qui sont dimensionnés pour une capacité de 280 E.H.

 Pour le lagunage, nous avons précédemment estimé le coût à 250 €/E.H. Pour 280 E.H, le coût du
dispositif est donc de 70.000 €. Le coût de la construction du réseau est estimé à 112.700 €.
Enfin, le coût d’entretien est estimé à 6 €/EH/an.
Le récapitulatif des informations est présenté dans le tableau 20 :
Tableau 20 : Calcul du coût d’installation du système de lagunage en aval de la commune
Coût Coût unitaire Nombre d'unités Montant total (€)
Installation lagunage 250 280 70.000
Réseau sous route 52 1860 96.700
Réseau sous terre 40 400 16.000
TOTAL FRAIS FIXES 182.700
TOTAL FRAIS ENTRETIEN
6 280 1.680
ANNUEL

 Pour le Filtre Planté de Roseaux, la méthode de calcul donnée précédemment permet d’estimer le prix
d’installation de ce dispositif. En appliquant ces formules à la commune étudiée, et au nombre d’équivalent
habitant, on obtient une estimation du coût, ce qui nous permet d’obtenir les résultats exprimés dans le
tableau 21 :

Page 38
Etude de l’assainissement des eaux uses dans la commune de Fresnes-en-Tardenois

Tableau 21 : Calcul du coût d’installation d’un filtre planté de roseaux en aval de la commune
Coût Nombre Coût Montant
Coût
unitaire d'unités constant total
Installation du dispositif 372,5 280 132 559 236 860
Réseau sous route 52 1 860 - 96 700
Réseau sous terre 40 400 16 000
TOTAL FRAIS FIXES 349 560
TOTAL FRAIS ENTRETIEN
1,5 280 2 315,7 2735
ANNUEL

 Pour la microstation unique, nous avons estimé préalablement les différents coûts, que nous résumons dans le
tableau 22 afin de présenter un total des frais fixes. Pour les frais de fonctionnement, nous disposons de la
puissance triphasée de la microstation TOPAZE T300 que nous étudions. Pour les frais d’entretien nous
proposons la somme de 4000€/an (source ?).

Tableau 22 : Calcul du coût d’installation d’une microstation de 300 E.H en aval de la commune
Coût Prix unitaire Nombre d'unités Montant total

Achat du dispositif 78 715 1 78 715


Installation et mise en route 23 000 1 23 000
Réseau sous route 52 1 860 96 720
Réseau sous terre 40 140 5 600
TOTAL FRAIS FIXES 204 035
TOTAL FRAIS
80 13,1 1048
FONCTIONNEMENT ANNUEL
TOTAL FRAIS ENTRETIEN
4 000 1 4 000
ANNUEL

Cependant, les coûts envisagés ici ne comprennent pas les aides disponibles proposées par l’AESN et le
Conseil Général. Nous avons donc recensé les informations disponibles dans le tableau 23 :

Tableau 23 : Estimation du prix final des scénarios proposés incluant les subventions disponibles :
Scénario Coût Coût Coût total Subventions Subvention disponibles Coût final pour Montant à
d’installation d’installation pour la disponibles pour l’installation du la commune avancer par la
du réseau du dispositif commune pour le réseau dispositif après commune
(k€) (k€) avant d’eau (40 % par l’AESN + subventions (l’AESN avance
subventions (30 % par 20 % par le fond STEP) (k€) 20 %) (k€)
(k€) l’AESN + (k€)
20 % par le
CDDL) (k€)
1.A 112,7 70 182,7 56,35 42 84,35 146,2
1.B 112,7 236 349,6 56,35 141,6 151,65 279,7
1.C 102,3 101 203,3 56,15 60,6 86,55 162,6

Page 39
Etude de l’assainissement des eaux uses dans la commune de Fresnes-en-Tardenois

2) Scénario 2

Comme précédemment, les dispositifs d’infiltration à installer concernent 9 habitations. A raison de 6.500€
par dispositif à installer, cela revient à un total de 58.500€ de travaux pour ces habitations, subventionné à
60 % par l’AESN et à 20 % par le Conseil Général de l’Aisne.

Le coût d’installation du réseau d’eau à mettre en place est présenté dans le tableau 24. Les microstations
d’épurations étant situées très près de la route, on considère que la totalité du réseau à mettre en place est
située au niveau d’une route (soit un coût de 52 €/m de canalisation installée).
Le coût des raccords au réseau à mettre en place n’est pas pris en compte, pour les mêmes raisons que dans
le scénario 1.

Tableau 24 : Calcul du coût d’installation du réseau de canalisations à mettre en place pour les six quartiers
Numéro du Longueur du réseau à mettre Coût total d’installation du
quartier en place (m) réseau (k€)
1 242 12,5
2 232 12
3 369 19,2
4 419 21,8
5 135 7
6 223 11,6
TOTAL 1620 84,2

A ceci, le prix d’achat des microstations s’ajoute tel que résumé dans le tableau 25 :

Tableau 25 : Calcul du coût d’installation des microstations d’épuration pour les six quartiers
Numéro Nombre Coût supplémentaire
Capacité de la Prix à l'achat
du d'équivalent estimé pour Total (k€)
station (k€)
quartier habitant l’installation (k€)
1 35 50 14,5 26,5
2 28 35 12,5 24,5
3 58 70 19 31
12
4 59 70 19 31
5 17 25 11 23
6 39 50 14,5 26,5

Le coût total des dispositifs prévus dans ce scénario, par quartier et par habitant, sont résumés dans le
tableau 26 ci-dessous. Le coût total d’installation avant subventions est la somme du coût d’installation du
réseau et du coût d’installation de la microstation.

Page 40
Etude de l’assainissement des eaux uses dans la commune de Fresnes-en-Tardenois

Tableau 26 : Coût total des dispositifs à mettre en place, par quartier et par habitant
Numéro Coût total Coût total Nombre Coût Coût
du d’installation d’installation d’habitants d’installation d’entretien du
quartier avant après par habitant dispositif par
subventions subventions (€) habitant et
(k€) (60 % par par an (€)
l’AESN + 20 %
par le CDDL) (k€)
1 39 7,8 35 224 100
2 36,5 7,3 28 261 100
3 50,2 10,05 58 173 100
4 52,8 10,55 59 179 100
5 30 6 17 353 100
6 38,1 7,6 39 195 100
TOTAL 246,7 49,3 236 - -

3) Scénario 3

Le scénario 3 d’assainissement non-collectif ne concernera pas les habitations déjà aux normes. En reprenant
les éléments décrits dans la partie II/ C), le schéma de calcul de coût pour les habitations est résumé dans le
tableau 27 :

Tableau 27 : Coût moyen par habitation de l’installation d’un dispositif d’assainissement autonome type Microstation ou
Infiltration :
Coût
Somme des coûts
d’installation Cout
Cout Subventions pour l’ensemble
par d’entretien Nombre
Dispositif d’installation disponibles (60 % des habitants de
habitation par an d’un d’habitations
d’épuration d’un dispositif par l’AESN +20 % la commune
après dispositif concernées
(€) via le CDDL) (€) (après
subventions (€)
subventions) (k€)
(€)
Microstation 10 000 8000 2000 500 58 116
Dispositif
6 500 5200 1300 50 37 48,1
d’infiltration

Total = 145,8

Page 41
Etude de l’assainissement des eaux uses dans la commune de Fresnes-en-Tardenois

IV/ DISCUSSION DES RESULTATS


A) Comparaison de l’impact écologique de chaque scénario

Nous avons comparé l’impact des différents scénarios envisagés sur la concentration de chaque polluant. Les
résultats sont présentés dans la figure 9 ci-dessous :
Rappel des dispositifs d’assainissement correspondant aux scénarios :
Scénario 1.A : Lagunage. Scénario 1.B : Filtre planté de roseaux. Scénario 1.C et 2 : Microstation d’épuration

Légende :

Figure 9 : Concentration en MES, DCO, DBO5, Nt et Pt en amont et en aval de la commune, pour les différents scénarios
d’assainissement collectif ou semi-collectif

Page 42
Etude de l’assainissement des eaux uses dans la commune de Fresnes-en-Tardenois
La figure 9 permet de visualiser la bonne épuration des MES quel que soit le mode de traitement utilisé ; une
fosse septique (en bon état de fonctionnement) suffit à en éliminer la majeure partie.
Pour ce qui est de la matière organique (DBO5 et DCO), les fosses septiques sont moins efficaces que les
dispositifs proposés, ce qui est logique car il s’agit théoriquement d’un prétraitement des eaux. Globalement,
les microstations d’épuration et les filtres plantés de roseaux épurent mieux la matière organique que les
systèmes de lagunage. On remarque aussi que les trois dispositifs proposés permettent de préserver la
qualité de l’eau du ru de la Goulée avec un état « moyen » vis-à-vis de la DBO5. Les microstations
permettent presque d’atteindre un « bon état ». Néanmoins, les eaux du ru de la Goulée sont rapidement
diluées en aval lors de sa confluence avec le ru du Paradis ; cette baisse de la DBO5 pourra se ressentir aussi
dans la qualité de l’eau du ru du Paradis.
En ce qui concerne l’épuration de l’azote total, les fosses septiques offrent un abattement incomplet. En
revanche, les filières de traitement proposées possèdent un taux d’abattement important pour l’azote, et en
particulier les filtres plantés de roseaux. De tels dispositifs permettraient d’éviter un apport supplémentaire
d’azote dans les cours d’eau, potentiellement enrichis en nitrates dû à l’activité agricole alentour.
Enfin, vis-à-vis du phosphore, qui est le polluant le plus important dans le ru du Paradis, les dispositifs
envisagés permettent une baisse significative de sa concentration, mais qui reste cependant insuffisante. Quel
que soit les technologies, il est encore difficile aujourd’hui de trouver des méthodes efficaces pour éliminer ce
composé des eaux traitées. On note que le lagunage reste significativement plus performant que les
microstations d’épuration ou que les filtres plantés de roseaux. Les eaux du ru de la Goulée resteraient de
qualité mauvaise même avec ce dispositif, malgré une diminution par deux de la concentration en phosphore
total. L’impact de la commune de Fresnes-en-Tardenois pourrait se répercuter plus en aval sur le ru du
Paradis, le dégradant également.
Pour résumer, les microstations d’épuration et les filtres plantés de roseaux ont une meilleure performance
épuratoire que les dispositifs de lagunage pour la plupart des polluants, mais en ce qui concerne l’épuration
du phosphore, qui est un polluant plus problématique dans le ru du Paradis, le lagunage est la solution la plus
efficace.

Page 43
Etude de l’assainissement des eaux uses dans la commune de Fresnes-en-Tardenois

B) Comparaison des coûts

Les coûts de nos différents scénarios sont résumés dans le tableau 28 :

Tableau 28 : Coût total des différents scénarios


Scénarios Coût total des Coût total des Coût moyen des Montant Coût moyen
installations installations installations par moyen à d’entretien par
avant après habitant (pour 254 avancer par habitant et par
subventions (k€) subventions (k€) habitants) (€) habitant (k€) an (€)
1.A 58,5 + 182,7 = 96,05 378 806 7
241,2
1.B 58,5 + 349,6 = 163,35 643 1.329 11
408,1
1.C 58,5 + 203,3 = 98,25 387 870 20
261,8
2 58,5 + 246,7 = 61 240 1.202 100
305,2
3 821 164,1 646 3.232 121,5

La solution proposée par le scénario 2 est le moins coûteux à mettre en place. Ceci est permis grâce aux
subventions importantes de l’AESN et du Conseil Général. Cependant, les coûts d’entretien des microstations à
installer sont élevés.
Le scénario 3 d’assainissement non-collectif parait inintéressant sur tous les points : le coût total, même après
subventions, le coût d’entretien et le montant moyen à avancer par habitant sont les plus importants de tous
les scénarios.
De plus, la réflexion doit également porter sur l’investissement nécessaire à ce type de dispositifs. Pour une
solution semi-collective ou individuelle, un investissement lourd est à prévoir pour chaque particulier, même si à
l’issue des travaux il récupérera une partie (voire la totalité) de ses investissements. Ce fonctionnement sur la
base du volontariat a peu de chances de fonctionner, puisque la situation de la commune est restée inchangée
depuis longtemps, alors même que la pollution urbaine a déjà été mise en évidence. Il est donc essentiel de se
renseigner sur l’aboutissement d’un tel scénario auprès des particuliers.

Les scénarios d’assainissement collectifs envisagés imposent à la commune d’avancer des frais importants (de
200 000 € à 340 000 €), mais ont l’avantage d’être très économiques au niveau de l’entretien à effectuer,
particulièrement pour le lagunage.

Le lagunage semble donc la solution la plus intéressante économiquement. Son coût est le plus faible, c’est le
dispositif qui permet à la commune ou aux habitants d’avancer le moins d’argent, et c’est aussi celui qui est le
plus rentable sur le long terme grâce à ses coûts d’entretien minimes

Page 44
Etude de l’assainissement des eaux uses dans la commune de Fresnes-en-Tardenois

C) Conclusion

L’assainissement des eaux usées dans la commune de Fresnes-en-Tardenois est aujourd’hui très insuffisant, ce
qui contribue à l’état physico-chimique « moyen » du ru du Paradis ainsi que, plus minoritairement, à celui de
l’Ourcq. Même si l’objectif de la DCE de retrouver un « bon » état des cours d’eau à l’horizon 2015 semble
très compromis, il est nécessaire que la commune de Fresnes-en-Tardenois opère une remise en état totale de
ses dispositifs d’assainissement dont la grande majorité n’est pas aux normes depuis des années.
Les différents scénarios que nous avons proposés pour remédier à ce problème donnent des résultats plus ou
moins satisfaisants selon le dispositif d’assainissement choisi.
Au niveau économique, le lagunage est la solution la plus adaptée en raison de son coût d’installation modéré
et de son coût d’entretien très bas.
Les microstations d’épuration ou les filtres plantés de roseaux sont dans l’ensemble plus efficaces pour épurer
les eaux que le lagunage. Cependant, au niveau du ru du Paradis, la principale substance polluante est la
matière phosphatée. Considérant que le lagunage permet la meilleure épuration du phosphore, cette solution
semble donc intéressante du point de vue de l’amélioration de la qualité des eaux rejetées dans le ru de la
Goulée.
Ainsi, nous recommandons pour l’assainissement des eaux usées de la commune l’installation d’un dispositif de
lagunage.
Il ne faut toutefois pas oublier de prendre en compte des critères plus subjectifs. Par exemple, même si les
lagunes d’épuration s’intègrent généralement très bien dans le paysage, certaines nuisances peuvent survenir
comme des mauvaises odeurs qui se dégagent parfois de ces lagunes. De plus, la collaboration avec le
groupe responsable de l’évaluation de l’état de la ripisylve nous a permis de nous rendre compte d’un
problème potentiel pour le choix de l’emplacement des stations à installer dans le cadre du lagunage/filtre
planté, avec l’existence de nombreuses sources non loin de l’emplacement proposé dans ce projet.
Le choix d’un futur système d’assainissement pour la commune de Fresnes-en-Tardenois repose donc sur des
critères variés dont il faudra que la mairie tienne compte avant d’effectuer un choix d’orientation.

Page 45
Etude de l’assainissement des eaux uses dans la commune de Fresnes-en-Tardenois

REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES
 Agence de l’Eau Seine-Normandie (AESN). 10e programme (2013 – 2018). [en ligne] Disponible sur
http://www.eau-seine-
normandie.fr/fileadmin/mediatheque/Dossier_partage/INSTITUTIONNEL/10_eme_programme/10e
me_programme_officiel.pdf
 Bureau d’Etudes Eau et Environnement (B3E) du Groupe BEREST (1999). Schéma directeur
d’assainissement de la commune de Fresnes-en-Tardenois, rapport de phase 1, 2 et 3.
 Jansens S. (2013). Contrat Global d’Actions de l’Ourcq Amont
 Société Publique de Gestion de l’Eau (2014). Notion d’équivalent habitant (EH). [en ligne] Disponible
sur http://www.spge.be/fr/notion-d-equivalent-habitant-eh.html?IDC=1094&IDD=1368
 Agence de l’Eau Seine-Normandie (AESN) (non daté). Epuration des eaux résiduaires urbaines – Nature
et paramètres de pollution. [en ligne]
Disponible sur http://www.eau-seine-
normandie.fr/fileadmin/mediatheque/Politique_de_leau/Session_de_sept_07/1a.pdf
 Monfront L., Duquerroux M. (2013). Evaluation de la performance épuratoire des fosses septiques.
[en ligne] Disponible sur
http://www.cerib.com/uploaded_files/basedoc/1384873435_287_e_evaluation_performance_epu
ratoire_des_fosses_septiques.pdf
 Institut National de l’Environnement Industriel et des Risques (INERIS) (2011). Arrêté du 28/07/11,
Annexe 3, 1.2. Eléments physico-chimiques généraux. [en ligne] Disponible sur
http://www.ineris.fr/aida/consultation_document/4159
 Institut National de Recherche en Sciences et Technologies pour l’Environnement et l’Agriculture
(IRSTEA) (2006). Fiche d’exploitation n° 20 : Lagunage naturel [en ligne] Disponible sur
http://epnac.irstea.fr/wp-content/uploads/2012/08/exploitation-des-stations-
d%C3%A9puration.pdf
 Institut National de Recherche en Sciences et Technologies pour l’Environnement et l’Agriculture
(IRSTEA) (1997). Le lagunage naturel : Les leçons tirées de 15 ans de pratique en France [en ligne]
Disponible sur http://epnac.irstea.fr/wp-
content/uploads/2012/08/Lagunage_15ans_de_pratique_en_france.pdf
 Institut National de Recherche en Sciences et Technologies pour l’Environnement et l’Agriculture
(IRSTEA) (2008). Filtres plantés de roseaux : réalisation et fonctionnement dans le Morbihan [en ligne]
Disponible sur http://epnac.irstea.fr/wp-content/uploads/2012/08/Filtres-Plant%C3%A9s-de-
Roseaux-r%C3%A9alisation-et-fonctionnement-dans-le-Morbihan.pdf
 CEMAGREF (2009). Traitement de l’azote et du phosphore par filtres plantés de roseaux. [en ligne]
Disponible sur http://www.eau-loire-
bretagne.fr/collectivites/journees_echanges/choix_assainissement/6_Nutriments.pdf
 Réseau Rhône Alpes des acteurs de l’assainissement non collectif (2011). Retours d’expériences sur les
filières d’assainissement non collectif. [en ligne]
Disponible sur http://www.graie.org/graie/graiedoc/doc_telech/RetoursEXP-filieresANC-V1-
docdetravailevolutif-GRAIE.pdf
 Agence de l’Eau Rhin-Meuse (AERM) (2007). Les procédés d’épuration des petites collectivités du bassin
Rhin-Meuse – éléments de comparaison techniques et économique. [en ligne]
Disponible sur http://cdi.eau-rhin-
meuse.fr/GEIDEFile/30228_RM.PDF?Archive=170782499896&File=30228+RM_PDF
 Epuralia (2011). Microstation d’épuration à boues activées. [en ligne] Disponible sur http://www.micro-
station-epuration-reims.com/pdf/plaquette-epuralia.pdf

Page 46
Etude de l’assainissement des eaux uses dans la commune de Fresnes-en-Tardenois

 Syndicat Mixte Départemental d’Eau et d’Assainissement (SMDEA) (2011). Référentiel départemental


des prix unitaires – Travaux d’assainissement et d’alimentation en eau potable. [en ligne] Disponible sur
http://www.smdea.fr/pdf/referentiel_2011.pdf
 Syndicat Mixte du Bassin de la Rance et du Célé (SMBRC) (non daté). Bordereau des prix unitaires. [en
ligne] Disponible sur http://www.smbrc.com/pdf/DCE/DCE-Bordereaudesprix.pdf
 Direction Régionale et Interdépartementale de l’Equipement et de l’Aménagement (DRIEA) (2003).
Guide technique pour l’utilisation des matériaux régionaux d’Ile-de-France – Catalogue des structures de
chaussées. [en ligne]
Disponible sur http://www.driea.ile-de-france.developpement-
durable.gouv.fr/IMG/pdf/cat_str_ch_cle77b4d6.pdf
 Agence Nationale de l’Habitat (2006). Guide d’évaluation des travaux – Appartements et maisons
individuelles. [en ligne] Disponible sur http://fr.slideshare.net/clicotravaux/guide-dvaluation-des-
prix#
 Conseil Général de l’Aisne (non daté). Subvention départementale à l’amélioration sanitaire de l’habitat
– Notice explicative. [en ligne]
Disponible sur http://www.cc-oulchylechateau.fr/Images/Produits/44FBAE20-0065-4EB3-B18A-
B61ABBF2B4CD.PDF
 Site internet du Sénat. Disponible sur http://www.senat.fr/
 Site internet de LégiFrance. Disponible sur http://www.legifrance.gouv.fr/

Page 47
Etude de l’assainissement des eaux uses dans la commune de Fresnes-en-Tardenois

ANNEXES

ANNEXE 1 : Limites des classes d’état physico-chimique des cours d’eau pour différents paramètres

Page 48
Etude de l’assainissement des eaux uses dans la commune de Fresnes-en-Tardenois
ANNEXE 2 : Fonctionnement des dispositifs d’infiltration

Principe

L’infiltration est une technique d’épuration des eaux usées ancienne, qui repose sur l’épandage
souterrain des eaux usées. Les eaux s’infiltrent dans le sol au niveau de lits ou de tranchées
d’épandage et sont ainsi lentement filtrées et débarrassées de certains polluants par l’action de
micro-organismes.
Ces dispositifs sont à installer en sortie des fosses toutes eaux, ils nécessitent donc un
prétraitement.
La figure 10 ci-dessous montre l’organisation de ce type de dispositif :

Figure 10 : Schéma d’un dispositif d’infiltration constitué d’un lit d’épandage36

Il existe d’autres systèmes d’infiltration qui utilisent des sols reconstitués, lorsque le sol naturellement présent
n’est pas apte à l’infiltration. Ce sont des filtres à sable verticaux ou horizontaux, éventuellement drainés pour
permettre un bon écoulement des eaux dans le filtre.
Dans notre cas, comme nous avons pu le voir sur la carte réalisé par le bureau d’Etudes Eau et Environnement,
les sols au niveau de la route de Courmont et du début de la rue Jeannet sont aptes à l’infiltration classique,
ce qui permet de s’affranchir de tels dispositifs, plus onéreux et souvent plus contraignants.

36 Source : http://www.anc-environnement.fr/traitement2.php

Page 49
Etude de l’assainissement des eaux uses dans la commune de Fresnes-en-Tardenois
Contraintes

Les systèmes d’épandage sur des lits ou des tranchées ont l’avantage d’être assez économiques, et
de demander peu d’entretien. Les contraintes à respecter pour les mettre en place sont cependant
nombreuses, ce qui explique pourquoi il serait difficile d’implanter de tels systèmes pour toutes les
habitations de la commune.
Au niveau du sol, il faut déjà distinguer deux contraintes :
- Une contrainte topographique liée à la pente du terrain. Celle-ci ne doit pas excéder les
10% pour que l’infiltration puisse être possible.
- Une contrainte liée à la morphologie des sols : leur profondeur doit être suffisante, et leur
vitesse de percolation des eaux doit être idéalement comprise entre 10 -2 et 10 -8 m.s -1 .
A cela s’ajoutent des contraintes réglementaires, déjà présentées dans le schéma de la figure 5.
On note par exemple que les distances minimales suivantes doivent impérativement être
respectées :
- 3m des limites de propriété
- 5m de toute habitation
- 3m de toute végétation (pour les arbres et arbustes de tailles importantes surtout)
- 35m de toute source d’eau potable
La taille de la parcelle disponible est aussi à prendre en compte, puisqu’il faut prévoir en moyenne
de 20 à 50 m² pour la zone d’épandage. Enfin, la parcelle doit être accessible aux engins de
terrassement nécessaires à l’installation du dispositif, et elle doit de plus être située en contrebas
de l’habitation et de la fosse toutes eaux, afin que l’eau puisse atteindre le lit ou la tranchée
d’épandage de façon gravitaire.
Dans la zone choisie (route de Courmont et début de la rue Jeannet), toutes ces contraintes peuvent être
respectées, c’est pourquoi nous avons choisi de proposer d’y installer des dispositifs basés sur de l’épandage
souterrain des eaux usées. Plus précisément, les habitations concernées par ce système d’épandage seraient
toutes celles de la route de Courmont, ainsi que les habitations aux numéros 7, 9, 11, 13 et 15 de la rue
Jeannet.

Page 50
Etude de l’assainissement des eaux uses dans la commune de Fresnes-en-Tardenois
ANNEXE 3 : Fonctionnement des dispositifs de lagunage

Le lagunage est une technique très ancienne d’épuration des eaux usées. Cette technique consiste à laisser
reposer les eaux usées dans des bassins tampons, pendant un temps relativement important (le temps de
séjour des eaux est en moyenne situé autour de 30 jours). Ces bassins permettent de laisser le temps aux
matières en suspension de décanter, et sont aussi le lieu d’une dégradation importante de la matière
organique, azotée et phosphorée par des bactéries, des phytoplanctons et zooplanctons, ainsi que des
macrophytes.
Le premier bassin est caractérisé par une forte présence bactérienne, ce qui permet d’éliminer une grande
partie de la matière organique présente dans l’eau. Les deuxième et troisième bassin sont beaucoup plus
riches en algues, et permettent principalement de débarrasser les eaux usées de la matière azotée et
phosphorée.
La figure 11 présente le mode de fonctionnement d’un dispositif de lagunage avec trois bassins.

Figure 11 : Schéma du mode de fonctionnement d’un dispositif de lagunage avec trois bassins37

37 Source : http://crdp.ac-amiens.fr/enviro/eau_maj_solution_p10.htm

Page 51
Etude de l’assainissement des eaux uses dans la commune de Fresnes-en-Tardenois
ANNEXE 4 : Fonctionnement des dispositifs de lagunage

Le FPRv est alimenté en eaux usées au niveau de sa surface. L’eau percole dans le substrat sableux ce qui
permet de filtrer une grande partie des MES, qui s’accumulent alors à la surface du bassin (ce qui nécessite un
curage régulier). Les roseaux ont une rhizosphère très développée, ce qui leur permet d’abriter une grande
quantité de micro-organismes comme des bactéries, qui se fixent dans le sol au niveau de leurs racines et de
leurs rhizomes. Dans les FPRv, le sol n’est pas gorgé d’eau en permanence, et on trouve donc des bactéries
aérobies. Ces bactéries permettent d’assurer une première dégradation de la matière organique contenue
dans les eaux usées.
La figure 12 présente le mode de fonctionnement d’un FPRv :

Figure 12 : Schéma du mode de fonctionnement d’un FPRv 38

Ensuite, les eaux sont drainées à la sortie du FPRv pour être redirigées vers le deuxième bassin, le FPRh.
Comme pour le FPRv, on trouve dans le substrat du bassin une grande quantité de bactéries fixées au niveau
de l’appareil racinaire des roseaux. Cependant, à la différence du premier, ce bassin est en permanence
gorgé d’eau. En l’absence d’oxygène, il se développe donc dans le sol des bactéries anaérobies qui vont
réduire l’azote et le phosphore des eaux usées, permettant un bon abattement de ceux deux polluants.
La figure 13 présente le mode de fonctionnement d’un FPRh :

38 Source : http://hmf.enseeiht.fr/travaux/CD0809/bei/beiere/groupe3/node/195#1Principe

Page 52
Etude de l’assainissement des eaux uses dans la commune de Fresnes-en-Tardenois

Figure 13 : Schéma du mode de fonctionnement d’un FPRh39

39 Source :
http://www.google.fr/imgres?imgurl=http%3A%2F%2Fdelapailleaugrenier.files.wordpress.com%2F2012%2
F10%2Fschema-filtre-plante-ecoulement-
horizontal.jpg&imgrefurl=http%3A%2F%2Fdelapailleaugrenier.wordpress.com%2F2012%2F10%2F24%2Fn
otre-choix-dassainissement-est-accepte%2Fschema-filtre-plante-ecoulement-
horizontal%2F&h=515&w=1152&tbnid=XEQAHQfLB7tdKM%3A&zoom=1&docid=TGJLZs9ffAe1XM&ei=ia
9yU6CZNs3P0AXQ6IGIBw&tbm=isch&iact=rc&uact=3&dur=212&page=1&start=0&ndsp=14&ved=0CFsQ
rQMwAQ&biw=1366&bih=643

Page 53
Etude de l’assainissement des eaux uses dans la commune de Fresnes-en-Tardenois
ANNEXE 5 : Fonctionnement des dispositifs de lagunage

Les microstations d’épuration fonctionnent selon le principe de boues activées.


Les eaux usées sont d’abord décantées dans une première cuve, ce qui permet de les débarrasser d’une
grande partie des particules en suspension (ou MES).
Ensuite, ces eaux prétraitées sont envoyées vers une deuxième cuve dans laquelle des micro-organismes
présents vont procéder à une épuration biologique. Dans cette cuve s’alternent des phases aérobies et des
phases anaérobies. Les phases aérobies permettent aux bactéries présentes de dégrader la matière
organique, et les phases anaérobies permettent la réduction des nitrates ainsi et des composés phosphorés.
Enfin, les eaux sont clarifiées dans une dernière cuve, où les MES finiront d’être décantées, et peuvent ensuite
être rejetées dans le milieu naturel.
La figure 14 présente un schéma simplifié du fonctionnement d’une microstation d’épuration :

Figure 14 : Schéma simplifié du mode de fonctionnement d’une microstation d’épuration40

40Source : http://www.actu-environnement.com/materiels-
services/produit/microstations_epuration_klaro_systeme_traitement_sbr_200_eh_1295.php4

Page 54
Etude de l’assainissement des eaux uses dans la commune de Fresnes-en-Tardenois
ANNEXE 6 : Estimation de la longueur totale de réseau à mettre en place dans le cadre d’un réseau
d’évacuation des eaux usées :

Longueur de canalisations Nombre d'habitants
Rue concernée
 estimée (m) (ou EH, approximatif)
Grande Rue 470 48
Rue Jeannet 430 37
Rue du Château 70 11
Rue des Marroniers 80 11
Rue du Pâtis 280 24
Lotissement des Charmes
340 40
et Rue Dognat
Rue des Chapelles 190 20
Total 1860 191

ANNEXE 7 : Structuration du sol lors de l’installation de canalisations

ANNEXE 8 : Caractéristiques épuratoires de la station d’épuration TOPAZE T300

(double-cliquer sur l’annexe pour afficher les caractéristiques complètes)

Page 55
Etude de l’assainissement des eaux uses dans la commune de Fresnes-en-Tardenois

Page 56