Vous êtes sur la page 1sur 68

L1

 HISTOIRE  ANCIENNE  ET  MÉDIÉVALE  


Histoire  ancienne  
La  ville  antique  :  phénomène  urbain  et  modèle  civique  
Cours  de  M.  le  Professeur  Jérôme  France  
 
-­‐-­‐-­‐  §§§  -­‐-­‐-­‐  
 
AVERTISSEMENT  
Ce  cours  est  mis  à  la  disposition  des  étudiants  de  l'Université  de  Bordeaux.  
Il  ne  doit  pas  faire  l'objet  d'une  vente  sur  le  Net  ou  sous  toute  autre  forme.    
Il  n'a  qu'une  ambition  didactique  et  ne  doit  pas  être  cité  comme  un  travail  scientifique.  
 
er
1  semestre  
DES  PREMIERS  DEVELOPPEMENTS  URBAINS  A  LA  MISE  EN  PLACE  DE  LA  CITE  CLASSIQUE  
 
Séance  1  
INTRODUCTION  GÉNÉRALE  
 
L'un  des  nombreux  avantages  et  des  innombrables  plaisirs  que  procure  l'étude  de  l'histoire  à  
l'université   est   qu'elle   inclue   l'histoire   ancienne   pratiquement   à   égalité   avec   les   autres  
périodes,   médiévale,   moderne   et   contemporaine.   Trop   souvent   en   effet,   dans  
l'enseignement  secondaire  mais  aussi  dans  les  classes  préparatoires  ou  à  sciences  po,  sans  
parler   de   la   production   éditoriale   destinée   au   grand   public   (cf.   les   étals   de   la   Fnac),   l'histoire  
se  résume  à  l'époque  contemporaine,  et  surtout  en  fait  au  XXe  siècle  (le  XIXe  siècle  est  très  
négligé),   et   même   au   monde   ultra-­‐contemporain   et   à   l’«  histoire   immédiate  »   fréquemment  
confondue  avec  l'analyse  de  l'actualité  et  le  journalisme.  
 
Deux  idées  reçues/fausses  sur  l'histoire  ancienne.  
• C'est   vieux   =   c'est   difficile.   Non,   parce   que   TOUT   est   difficile.   D'ailleurs,   il   est   courant  
de   voir   dans   les   examens   et   concours   que   les   moyennes   les   plus   faibles   sont   en  
histoire   contemporaine.   Mais   il   est   vrai   que   l'éloignement   dans   le   temps   favorise  
l'impression   d'étrangeté.   L'histoire   ancienne   est   un   voyage   dans   une   contrée  
exotique,  on  s'y  trouve  très  dépaysé  et  il  faut  faire  un  effort  important  de  modestie  
et   d'imagination,   presque   d'empathie,   pour   essayer   d'en   comprendre   les   réalités  
matérielles  et  plus  encore  spirituelles.  
• Il  n'y  a  pas  de  sources.  Non,  contrairement  à  une  idée  répandue,  l'histoire  ancienne  
n'est   pas   si   pauvre   en   matière   de   sources   (et   les   autres   périodes   pas   toujours   si  
riches).  Certes,  elle  manque  de  certains  types  de  documentation  dont  nous  sommes  
saturés   dans   nos   mondes   contemporains   comme   les   chiffres   et   les   données  
statistiques.  Il  y  a  aussi  beaucoup  de  sources  matérielles  qui  ont  disparu  :  le  Bordeaux  
de   l'époque   romaine   est   irrémédiablement   enfoui   sous   la   ville   actuelle,   notre  
connaissance  ne  peut  en  être  que  très  fragmentaire.  Mais  sur  un  plan  quantitatif,  il  y  
a   des   centaines   de   milliers   de   textes   épigraphiques,   et   encore   des   centaines   de  
milliers   de   papyrus   à   déchiffrer   et   exploiter.   Sur   un   plan   qualitatif,   la   rareté   de   la  
documentation   a   conduit   les   historiens   à   développer   des   méthodes   de   recherche,  
d'analyse  et  d'interprétation  très  fines  et  très  exigeantes  (philologie,  archéologie).  En  
bref,  on  a  appris  à  tirer  beaucoup  de  peu.    

1  
 
C'est   pourquoi   dans   cette   initiation   à   l'histoire   ancienne   que   vous   allez   recevoir   dans   ce  
cours,  nous  nous  fixons  deux  objectifs  d'ailleurs  étroitement  liés  :  
• essayer   de   vous   donner   à   voir   un   peu   de   la   réalité   particulière   de   ce   monde   antique,  
autour  d'un  thème  central  qui  est  celui  de  la  ville  et  de  la  cité  
• vous  conduire  à  une  première  approche  des  sources  anciennes  et  vous  faire  sentir  le  
caractère  primordial  du  document  en  histoire.  
 
Tout  d'abord  quelques  précisions  sur  le  déroulement  de  cette  UE.  
UE  double  Ancienne/Médiévale.  
Cours  et  TD  en  alternance  sur  deux  semaines.  
Programme   en   histoire   ancienne   sur   les   deux   semestres  :   La   ville   antique  :   phénomène  
urbain  et  modèle  civique.  
Évaluation  
1er  semestre  :  contrôle  continu  100%,  un  contrôle  en  TD  ancienne  +  un  en  médiévale  
2e  semestre  :  contrôle  continu  50%,  un  contrôle  en  TD  ancienne  +  un  en  médiévale  ;  examen  
terminal  50%  :  une  épreuve  double  de  deux  heures  en  amphi  ancienne/médiévale.  
 
L'HISTOIRE  ANCIENNE  :  DEFINITION  ET  SOURCES  
 
A-­‐  Définition  chronologique  
 
Rappel  :  les  quatre  périodes  de  l'histoire  (Antiquité,  Moyen  âge,  Temps  modernes,  Époque  
contemporaine),  un  découpage  académique,  daté  et  européocentriste.  
 
Dans   ce   découpage,   l'Antiquité   est   la   première   période   de   l'histoire.   Quand   commence-­‐t-­‐
telle  ?  Où  ?  Comment  ?  Pourquoi  ?  
 
La  division  traditionnelle  est  simple  :    
Préhistoire  (paléolithique/néolithique)  -­‐>  protohistoire  -­‐>  histoire  ancienne  
Il  est  un  peu  plus  compliqué  de  comprendre  la  logique  de  cette  évolution.  
 
Première  rupture  :  la  fin  de  la  préhistoire  et  le  néolithique  (Dia  1)  
Dans  l'histoire  du  monde,  la  préhistoire  commence  avec  l'apparition  de  l'homme.  Quand  se  
termine-­‐t-­‐elle?  
Autour   de   10  000   a.C.,   un   ensemble   de   facteurs   qui   induisent   un   changement   étagé   et  
progressif  :  
• réchauffement   climatique  ;   fin   du   glaciaire  ;   changements   dans   la   faune   et   la  
végétation  ;   disparition   des   conditions   de   subsistance   de   l'homme   préhistorique   et  
apparition  de  nouvelles  possibilités  
• l'homme   s'y   adapte,   parce   que   la   lenteur   de   ces   transformations   le   lui   permet   et  
parce  que  l'humanité  préhistorique  était  arrivée  à  un  stade  technologique  et  culturel  
qui  l'y  préparait.  
On  passe  donc  progressivement  du  paléolithique  au  néolithique,  à  travers  ce  qu'on  appelle  
la  "Révolution  néolithique"  (attention  au  terme  de  «  révolution  »!!).  
• Passage  d'une  économie  de  prédation  à  une  économie  de  production  ;  de  chasseur-­‐
cueilleur,   l'homme   devient   agriculteur   et   éleveur  ;   désormais   il   investit   et   prévoit  

2  
(semailles),   touche   (récoltes),   épargne   (provisions),   s'agrandit   (défrichements),  
s'enrichit  (surplus),  échange  (troc,  commerce).  
• Transformations  des  rapports  avec  la  nature  et  la  faune  ;  la  terre  devient  la  grande  
nourricière.  
• Transformations  de  l'outillage  :  faucille,  houe,  récipient  (céramique).  
• Transformation   de   la   vie   sociale  :   sédentarisation,   socialisation   accrue,  
différenciation   et   hiérarchisation   sociale,   premières   formes   de   développement  
urbain   et   de   pouvoir   administratif/centralisé.   Les   villes   n’existent   pas   au   Néolithique.  
Jusqu’à   la   fin   de   l’âge   du   Bronze,   on   parle   plutôt   d’agglomérations,   même   si   elles  
sont  grandes.  L’urbanisation  qui  apparaît  en  Mésopotamie  coïncide  avec  l’apparition  
de   l’écriture   et   de   l’État.   Au   Néolithique   ancien   et   moyen,   on   observe   des   sociétés  
égalitaires  (on  le  voit  dans  les  sépultures)  ;  les  inégalités  et  la  hiérarchisation  sociale  
surgissent  dans  la  dernière  phase  du  Néolithique  (Néolithique  final,  vers  3000  BC  en  
Europe)   et   coïncide   avec   les   débuts   de   la   métallurgie   (or   et   cuivre)   et   les   premiers  
villages  fortifiés.  
Dans  l'ensemble  Afrique-­‐Europe-­‐Asie,  le  foyer  de  cette  transformation  est  le  Proche-­‐Orient  
autour  de  8000-­‐6000,  avec  diffusion  vers  l'Europe  centrale  et  les  Balkans  vers  6000-­‐4000  et  
l'Europe  occidentale  vers  3000.  
 
Deuxième  rupture  :  la  protohistoire  (Dia  2)  
Dans  la  seconde  moitié  du  XXe  siècle,  des  archéologues  et  des  historiens  ont  forgé  le  concept  
de  «  protohistoire  »  pour  désigner  la  période  de  transition  entre  la  préhistoire  et  l'histoire.  
Comment  se  définit  ce  moment  ?  
• Chose   essentielle  :   il   est   variable   selon   les   endroits.   Toutes   les   civilisations   ne   se  
développent  pas  au  même  rythme.  
• La  Protohistoire  correspond  aux  âges   des   métaux  (cuivre,  bronze,  fer)  notamment  en  
Europe  occidentale.  
• On  l'a  utilisé  aussi  pour  qualifier  la  situation  de  peuples/civilisations  ne  connaissant  
pas  l'écriture  mais  contemporains  d'autres  qui  la  connaissent  et  dont  éventuellement  
les   écrits   les   mentionnent.   Ce   critère   se   rattache   à   celui   qui   fait   de   l'écriture   le  
critère  essentiel  de  l'entrée  dans  l'histoire.  Critère  qui  est  en  gros  toujours  admis.  
Aujourd'hui,  la  plupart  des  chercheurs  donnent  à  la  protohistoire  une  définition  plus  large,  
jusqu'à  la  faire  débuter  avec  le  Néolithique.  
La   protohistoire   correspondrait   donc   alors   à   la   période   qui   voit   la   mise   en   place   d'une  
économie   de   production   et   une   structuration   de   la   société   (avec   l’apparition   des   premiers  
états),   et   sur   le   plan   technique   une   maîtrise   croissante   de   la   métallurgie   (la   création   de  
routes  et  de  réseaux  d’échanges  à  longue  distance).  
 
Troisième  rupture  :  la  fin  de  la  protohistoire  et  l'entrée  dans  l'histoire  
La   définition   de   la   protohistoire   telle   qu'on   vient   de   la   résumer   et   telle   qu'elle   est   admise  
aujourd'hui   est   donc   essentiellement   économique,   écologique   et   sociale.   Modification  
profonde   des   rapports   entre   l'homme   et   son   environnement   et   modification   aussi   de   la  
société  humaine.  
Quant  à  la  fin  de  la  protohistoire  et  à  l'entrée  dans  l'histoire,  comme  je  l'ai  dit  plus  haut,  elle  
est  traditionnellement  définie  par  la  maîtrise  de  l'écriture.  On  considère  qu'une  civilisation  
entre  dans  l'histoire  lorsqu'elle  capable  d'écrire  la  sienne.  

3  
À  la  différence  du  critère  essentiellement  économique  et  social  qui  définit  la  protohistoire,  
celui-­‐ci  est  avant  tout  culturel.  
Dans  le  détail,  la  réalité  est  souvent  plus  complexe.  
Prenons  l'exemple  de  la  Gaule  celtique.    
• On   considère   généralement   qu'elle   entre   dans   l'histoire   avec   la   conquête   romaine,  
en  52  a.C.  (reddition  de  Vercingétorix).  
• Cependant,   si   les   Gaulois   vivaient   dans   une   civilisation   orale,   ils   connaissaient  
l'écriture  et  utilisaient  l'alphabet  grec.  Ils  avaient  aussi  des  pratiques  administratives  
qui   supposaient   la   maîtrise   de   l'écriture,   de   méthodes   comptables   et   de   gestion  
d'archives   (affermage   des   douanes   chez   les   Héduens,   recensements   chez   les  
Helvètes).  
• Au   plan   économique   et   social,   la   conquête   ne   provoque   pas   de   rupture  ;   les   liens  
commerciaux   avec   le   monde   méditerranéen   étaient   anciens   et   importants  ;   le  
processus   d'urbanisation   était   largement   amorcé  ;   la   conquête   romaine   provoque  
seulement  une  accélération.  
• En  fait,  la  conquête  a  pour  effet  d'intégrer  la  Gaule  à  Rome  et  au  monde  romain  qui  
est  une  civilisation  de  l'écrit.  
Ce  critère  est  donc  discutable,  mais  il  faut  bien  un  et  celui-­‐ci  est  à  peu  près  unanimement  
admis.  
Cela  dit,  il  ne  faut  pas  être  dupe.  La  valorisation  de  l'écriture  tient  pour  beaucoup  au  modèle  
de  notre  culture  classique  hérité  de  l'Antiquité  grecque  et  romaine.  Pour  ne  prendre  qu'un  
exemple  bien  connu,  l'Empire  Inca,  sur  la  Cordillère  des  Andes,  aux  XIVe-­‐XVe  siècle  p.C.,  avait  
développé   un   système   administratif   extrêmement   sophistiqué   en   ne   connaissant   pas  
d'écriture  à  proprement  parler.  
En  Europe,  d'ailleurs,  l'histoire  ancienne  est  surtout  celle  de  la  Grèce  et  de  Rome,  les  autres  
civilisations  antiques  sont  le  plus  souvent  négligées  (Dias  3,  4,  5).  
Pour   s'en   tenir   néanmoins   à   ces   deux   civilisations,   étroitement   liée   (civilisation   «  gréco-­‐
romaine  »),  on  peut  considérer  que  leur  entrée  dans  l'histoire  se  produit  avec  les  premières  
écritures  minoennes  en  Crète  (linéaire  A,  début  du  IIe  millénaire)  et  surtout  mycénienne  en  
Grèce  (linéaire  B,  dernier  tiers  du  IIe  millénaire).  Pour  mémoire,  la  tradition  place  Homère  à  
la  fin  du  VIIIe  siècle.  
 
Et  l'histoire?  Vers  une  nouvelle  périodisation  ?  
Si   l'on   considère   l'histoire   depuis   la   fin   du   Néolithique,   on   peut   opposer   deux   ou   trois   larges  
périodes  qui  correspondent  à  des  moments  d'évolution  des  sociétés  humaines.  
• La   période   préindustrielle  ;   elle   inclut   les   sociétés   protohistoriques,   anciennes   et  
médiévales.  Cette  période  est  marquée  par  le  développement  de  la  ville,  l'émergence  
et  la  maturation  de  l'État  —  autour  des  deux  dynamiques  de  la  cité  et  de  l'empire,  
dont  Rome  réalise  la  synthèse  —,  la  prégnance  du  statut  et  des  valeurs  agraires  dans  
la  société,  l'omniprésence  du  divin  et  la  sophistication/individualisation  du  sentiment  
religieux.  
• La  période  industrielle  commence  avec  la  révolution  du  même  nom,  dont  les  effets  
ont  une  ampleur  comparable  à  ceux  de  la  "révolution  néolithique".  Elle  se  caractérise,  
plus  encore  que  par  l'industrialisation  proprement  dite,  par  un  système  nouveau  de  
relations   économiques   et   sociales,   avec   une   intense   mobilité,   la   massification   en  
toutes   choses,   l'ouverture   des   marchés,   une   organisation   du   travail   en   constant  
renouvellement,  marqué  aussi  par  la  démocratie  et  le  suffrage  universel,  la  remise  en  

4  
cause   des   religions,   par   le   développement   des   idéologies   socialistes,   socialisme  
communal   (Charles   Fourier,   Robert   Owen)   ou   étatiste   (Louis   Blanc,   Constantin  
Pecqueur)  puis  marxiste,  et  des  nationalismes...  
• Entre   ces   deux   périodes,   le   Moyen   âge   justifie   complètement   sa   définition  
traditionnelle   d'âge   médian.   Débutant   par   un   net   phénomène   de  
«  démodernisation  »   par   rapport   au   degré   élevé   de   fonctionnement   politique,  
économique  et  social  atteint  par  l'Antiquité,  il  reste  attaché  à  celle-­‐ci  par  de  multiples  
liens   au   monde   antique   (le   christianisme,   la   culture   lettrée,   les   modèles   étatiques)  
tout   en   laissant   cheminer   des   forces   innovantes   qui   l'entraînent   finalement   vers   la  
Modernité   historique  (=  Les   temps   modernes),  pas  tant  celle  de  la  Renaissance  qui  
n'est  qu'un  retour  à  l'Antique,  sauf  dans  le  domaine  pictural,  que  celle  de  l'ouverture  
au   monde   par   les   découvertes   géographiques   et   l'imprimerie.   Tout   cela   prépare   la  
grande  mutation,  celle  qui  voit  se  mettre  en  place  une  «  structure  de  changement  de  
structure  »,  entre  1750  et  1800.  
Dans  ce  cadre  chronologique,  on  voit  bien  l'intérêt  de  l'étude  de  la  ville  dans  le  cadre  de  la  
période  antique.  Nous  nous  concentrerons  sur  ce  point  dans  la  prochaine  séance.  
 
B-­‐  Les  sources  
À  voir  dans  la  première  séance  de  TD.  
 
INTRODUCTION  AU  THÈME  DU  COURS  
 
La  ville  est  née  en  Orient,  sur  les  bords  du  Tigre,  de  l'Euphrate  et  du  Nil  dans  le  courant  du  
IIIe  millénaire  a.C.  
Elle  n'apparaît  que  plus  tardivement,  à  partir  du  Ier  millénaire,  autour  de  la  Méditerranée,  en  
Grèce   puis   en   Italie   et   plus   tard   encore   au   nord   de   la   Méditerranée.   Pourtant   elle   devient  
rapidement  un  cadre  primordial  de  la  civilisation  méditerranéenne  et  européenne.  
Il   faut   insister   sur   ce   point   car   c'est   une   des   raisons   du   choix   du   thème   du   cours  :   la  ville  est  
certainement   la   réalité   la   plus   importante   de   l'histoire   ancienne  ;   la   Grèce   et   Rome   sont  
des  civilisations  fondamentalement  urbaines,  ce  qui  les  distingue  des  civilisations  orientales  
plus  anciennes,  même  si  celles-­‐ci  avaient  pu  connaître  le  phénomène  urbain.  
Une  différence  essentielle  :  la  Grèce  et  Rome  ont  développé  une  culture  de  la  ville  et  cette  
culture   a   été   dominante,   ce   qui   était   inconnu   jusqu'alors.   Cette   culture,   elles   l'ont   légué   aux  
sociétés  européennes  postérieures  et,  aujourd'hui  encore,  notre  modèle  urbain  doit  tout  à  
l'expérience  gréco-­‐romaine  de  la  ville.  
 
A-­‐  Définitions  urbaines  
 
Tout  cours  sur  la  ville  doit  commencer  par  une  définition  et  c'est  ce  que  nous  allons  faire,  à  
travers  deux  questions,  et  en  nous  efforçant  de  distinguer  entre  réalité  et  concept.  
La   ville   antique   a   été   une   réalité,   que   l'historien   doit   s'efforcer   d'approcher   et   de  
comprendre  ;  elle  est  aussi  et  dans  le  même  temps  un  objet  de  réflexion,  une  construction  
intellectuelle,  un  concept  historique  et  historiographique.  
 
—  Qu'est-­‐ce  qu'une  ville  (antique)  ?  La  ville  en  tant  que  réalité  physique  et  subjective  
 

5  
Beaucoup   d'historiens   ont   réfléchi   sur   cette   question,   notamment   Max   Weber   ou   Gordon  
Childe,  l'inventeur  des  expressions  «  révolution  néolithique  »  et  «  révolution  urbaine  ».  Plus  
récemment,   les   travaux   des   archéologues   protohistoriens   de   la   péninsule   italienne   et   des  
spécialistes   de   la   Gaule   protohistorique,   comme   Olivier   Buchsenschutz,   ont   beaucoup  
apporté   en   réfléchissant   sur   la   question   des   critères   qui   permettent   de   définir   des   seuils  
d'urbanité  :  qu'est-­‐ce  qui  définit  la  ville  ?  à  quel  moment  apparaît  la  ville  ?  à  quel  moment  
peut-­‐on  dire  qu'une  civilisation  entre  dans  une  phase  urbaine  ?    
 
Il  y  a  des  critères  objectifs  :  
• la  taille  et  le  nombre  d'habitants  (plusieurs  milliers…)  
• l'unité  d'agglomération  
• le  tissu  d'habitat  caractérisé  par  une  implantation  dense  et  compacte  
• la   présence   d'une   architecture   monumentale  ;   l'existence   d'une   acropole,   d'un   mur  
d'enceinte,  de  bâtiments  publics.  
Aussi  des  critères  socio-­‐économiques  et  politiques  :  
• division  du  travail,  spécialisation  des  activités  
• concentration  et  redistribution  des  surplus  
• développement  commercial  à  diverses  échelles  
• différenciation  sociale  
• formation  d'une  classe  dirigeante  
• développement   d'une   administration,   élaboration   de   systèmes   d'écritures   servant  
d'abord  à  l'administration  
• fonction   de   place   centrale   par   rapport   à   la   région   avoisinante   ;   ce   point   est  
spécialement  important  dans  le  monde  antique  où  la  ville,  la  cité,  est  indissociable  de  
son   territoire  :   polis   =   astu/khôra,   ciuitas   =   urbs/ager.   La   cité   inclut   donc   une   forte  
composante  rurale.  
Enfin  des  critères  subjectifs  :  
• le  mode  de  vie  urbain  
• l'anonymat  :  une  ville  est  un  endroit  où  l'on  rencontre  des  gens  que  l'on  ne  connaît  
pas  
• le  sentiment  d'être  en  ville  
• une  conscience  et  une  mémoire  de  l'identité  urbaine.  
 
—  Qu'est  ce  qui  fait  la  ville  ?  La  ville  en  tant  que  concept  historique  
 
Il   faut   commencer   par   voir   ce   qu'il   en   est   chez   les   Anciens   eux-­‐mêmes.   Deux   choses  
apparaissent  :  
• d'une  part,  il  n'y  a  pas  de  réflexion  sur  la  ville  elle-­‐même  que  phénomène  urbain  
• d'autre  part,  et  c'est  lié  à  ce  qui  vient  d'être  dit,  il  y  a  une  confusion  entre  la  ville  et  la  
cité.  
Chez   Aristote   par   exemple,   la   réflexion   se   porte   sur   la   naissance   de   la   cité   en   tant   que  
phénomène  historique  et  non  sur  le  développement  des  agglomérations  urbaines.  
C'est  la  même  chose  chez  les  Romains.  La  ville  est  vue  comme  un  phénomène  politique  —  la  
cité  —  avec  son  corps  civique  et  ses  institutions,  et  non  comme  un  phénomène  économique  
et  social.  
D'autre   part,   la   ville   est   assimilée   à   la   civilisation.   C'est   un   topos   (=   un   lieu   commun)   des  
auteurs  anciens  depuis  Thucydide.  

6  
Cf.  Arrien  de  Nicomédie  (Anabase,  VII,  9,  1-­‐6)  dans  un  discours  prêté  à  Alexandre  :  
"Philippe,  vous  ayant  trouvés  errants,  indigents,  la  plupart  vêtus  de  peaux  de  bêtes,  et  faisant  
paître   sur   les   pentes   des   montagnes   de   maigres   troupeaux   pour   lesquels   vous   livriez   aux  
Illyriens,   aux   Triballes   et   aux   Thraces   frontaliers   des   combats   malheureux,   Philippe,   dis-­‐je,  
vous  a  donné  des  chlamydes  à  porter,  à  la  place  de  vos  peaux  de  bêtes,  vous  a  fait  descendre  
des   montagnes   dans   les   plaines   […],   il   a   fait   de   vous   les   habitants   des   cités,   vous   permettant  
de  vivre  dans  l'ordre,  grâce  à  de  bonnes  lois  et  de  bonnes  coutumes".  
Cf.  aussi  Strabon,  4,  1,  5,  à  propos  de  Marseille.  
Mais   comme,   par   le   bienfait   de   la   domination   romaine,   les   Barbares   qui   les   entourent   se  
civilisent   chaque   jour   davantage   et   renoncent   à   leurs   habitudes   guerrières   pour   se   tourner  
vers   la   vie   publique   et   l'agriculture,   le   goût   dont   nous   parlons   n'aurait   plus   eu,   à   proprement  
parler,   d'objet;   ils   ont   donc   compris   qu'ils   devaient   donner   eux   aussi   un   autre   cours   à   leur  
activité.  En  conséquence,  tout  ce  qu'ils  comptent  aujourd'hui  de  beaux  esprits  se  porte  avec  
ardeur   vers   l'étude   de   la   rhétorique   et   de   la   philosophie;   et,   non   contents   d'avoir   fait   dès  
longtemps   de   leur   ville   la   grande   école   des   Barbares   et   d'avoir   su   rendre   leurs   voisins  
philhellènes  au  point  que  ceux-­‐ci  ne  rédigeaient  plus  leurs  contrats  autrement  qu'en  grec,  ils  
ont  réussi  à  persuader  aux  jeunes  patriciens  de  Rome  eux-­‐mêmes  de  renoncer  désormais  au  
voyage  d'Athènes  pour  venir  au  milieu  d'eux  perfectionner  leurs  études.  Puis,  l'exemple  des  
Romains   ayant   gagné   de   proche   en   proche,   les   populations   de   la   Gaule   entière,   obligées  
d'ailleurs   maintenant   à   une   vie   toute   pacifique,   se   sont   vouées   à   leur   tour   à   ce   genre  
d'occupations,   et   notez   que   ce   goût   chez   elles   n'est   pas   seulement   individuel,   mais   qu'il   a  
passé  en  quelque  sorte  dans  l'esprit  public,  puisque  nous  voyons  particuliers  et  communautés  
à  l'envi  appeler  et  entretenir  richement  nos  sophistes  et  nos  médecins.  
Tacite  surtout  (Agricola,  21),  à  propos  de  la  conquête  et  de  la  romanisation  de  la  Bretagne  (=  
Angleterre  actuelle)  par  les  Romains  :  
L'hiver   suivant   fut   employé   tout   entier   aux   mesures   les   plus   salutaires  :   pour   habituer   par  
l'attrait  des  plaisirs  des  hommes  disséminés,  sauvages  et  par  là-­‐même  disposés  à  guerroyer,  
à  la  paix  et  au  calme,  il  (Agricola)  exhortait  les  particuliers,  il  aidait  les  collectivités  à  édifier  
temples,   forums,   maisons,   félicitant   ceux   qui   se   montraient   zélés,   réprimandant   ceux   qui  
l'étaient   moins  ;   ainsi   l'émulation   dans   la   recherche   de   la   considération   remplaçait   la  
contrainte.   (…)   On   en   vint   même   à   apprécier   notre   costume   et   à   porter   souvent   la   toge  ;   peu  
à  peu  on  se  laissa  séduire  par  nos  vices,  par  le  goût  des  portiques,  des  bains  et  des  festins  
raffinés.   Dans   leur   inexpérience,   ils   appelaient   civilisation   ce   qui   contribuait   à   leur  
asservissement.    
Et  toujours  Tacite,  Germanie,  16,  à  propos  des  Germains  :  
"[16]   XVI.   On   sait   assez   que   les   Germains   ne   bâtissent   point   de   villes   ;   ils   ne   souffrent   pas  
même   d'habitations   réunies.   Leurs   demeures   sont   éparses,   isolées,   selon   qu'une   fontaine,   un  
champ,   un   bocage,   ont   déterminé   leur   choix.   Leurs   villages   ne   sont   pas,   comme   les   nôtres,  
formés   d'édifices   contigus   :   chacun   laisse   un   espace   vide   autour   de   sa   maison,   soit   pour  
prévenir   le   danger   des   incendies,   soit   par   ignorance   dans   l'art   de   bâtir.   Ils   n'emploient   ni  
pierres   ni   tuiles   ;   ils   se   servent   uniquement   de   bois   brut,   sans   penser   à   la   décoration   ni   à  
l'agrément.   Toutefois   ils   enduisent   certaines   parties   d'une   terre   fine   et   luisante,   dont   les  
veines  nuancées  imitent  la  peinture.  Ils  se  creusent  aussi  des  souterrains,  qu'ils  chargent  en  
dessus   d'une   épaisse   couche   de   fumier.   C'est   là   qu'ils   se   retirent   l'hiver,   et   qu'ils   déposent  
leurs  grains.  Ils  y  sentent  moins  la  rigueur  du  froid  ;  et,  si  l'ennemi  fait  une  incursion,  il  pille  
les   lieux   découverts,   tandis   que   cette   proie   cachée   sous   la   terre   reste   ignorée   de   lui,   ou   le  
déroute  par  les  recherches  mêmes  qu'il  fait  pour  la  trouver."  

7  
 
L'historiographie  moderne  a  été  durablement  marquée  par  cette  façon  de  voir.  
Elle   a   surévalué   le   politique   aux   dépens   de   l'économique   et   du   social,   et   elle   a   surévalué  
aussi,  dans  son  approche  des  sociétés  anciennes,  le  phénomène  urbain.  
En  réalité,  on  sait  aujourd'hui  que  les  sociétés  anciennes  ont  certes  une  culture  dominée  par  
la   ville,   mais   cela   n'empêche   pas   qu'elles   sont   aussi   très   rurales   dans   leurs   structures  
démographiques,  économiques  et  sociales.  
 
Quelles  sont  les  grandes  étapes  de  l'histoire  de  la  ville  antique  ?  
Numa   Denis   Fustel   de   Coulanges   (La   cité   antique,   1866)  ;   succès   de   librairie,   livre  
régulièrement  distribué  comme  prix  dans  les  lycées.  
La   thèse  :   le   culte   des   morts   est   à   l'origine   des   croyances   de   l'humanité,   c'est-­‐à-­‐dire   de   la  
religion  ;  c'est  aussi  le  principe  de  la  famille  qui  se  constitue  autour  de  l'autel  du  foyer  et  des  
tombeaux   des   ancêtres  ;   la   famille   a   constitué   la   cité   avec   ses   institutions   et   ses   cultes  
civiques.  
Max  Weber  (La  ville  [Die  Stadt,  1921],  tr.  fr.  1982)  sociologue  
Cherche   à   caractériser   les   différents   types   de   villes   dans   l'histoire  ;   définit   la   ville   antique  
comme   une   "ville   de   consommateurs",   très   liée   à   la   rente   foncière   (par   rapport   à   la   ville  
médiévale,  davantage  proche  du  modèle  "ville  de  producteurs").  
Ce   sont   deux   œuvres   pionnières,   embrassant   l'ensemble   de   l'histoire   ancienne.  
L'historiographie  récente  est  encore  assez  largement  tributaire  de  ces  approches  théoriques.  
Ensuite,  travaux  davantage  centrés  sur  l'histoire  politique  et  institutionnelle  :  
Gustave  Glotz  (La  cité  grecque,  1928)  
Victor   Ehrenberg   (L'État   grec   :   la   cité,   l'État   fédéral,   la   monarchie   hellénistique,   1982  
[1ère  éd.  allemande  1960]).  
 
Dans   l'ensemble,   l'historiographie   du   XIXe   et   de   la   première   moitié   du   XXe   siècle   ignore  
presque  totalement  l'aspect  urbanistique.  
Il   faut   la   conjonction   de   deux   phénomènes   pour   que   les   historiens   s'approprient   cette  
approche.  
• Le   développement   du   concept   d'urbanisme   et   des   premières   études   sur   la  
morphologie  urbaine  (Ildefons  Cerdà,  l'urbaniste  de  Barcelone,  Teoría  General  de  la  
Urbanización,   1859  ;   Camilio   Sitte,   L'art   de   bâtir   les   villes.   L'urbanisme   selon   ses  
fondements  artistiques,  1889).  
• Les   premiers   grands   dégagements   et   les   premières   fouilles   importantes   de   sites  
urbains  :  Pompéi,  Troie,  Délos,  Pergame,  etc.  
Progressivement,   les   concepts   d'urbanisme   et   d'aménagement   urbain   font   leur   apparition  
dans  les  ouvrages  sur  les  villes  anciennes  :    
• Léon  Homo,  Rome  impériale  et  l'urbanisme  dans  l'Antiquité,  Paris,  1951.  
• Roland  Martin,  L'urbanisme  dans  la  Grèce  ancienne,  Paris,  1956.  
Cette  tendance  s'est  renforcée  par  la  suite  avec  la  fouille  de  nouveaux  sites  :  
• sites  de  la  haute  période  archaïque  qui  ont  permis  de  mieux  connaître  les  premiers  
développements   urbains,   par   exemple   en   Sicile,   le   site   de   Megara   Hyblaea,   sur   la  
côte  est  de  la  Sicile,  fouillé  à  partir  de  1949    
• sites  des  régions  plus  périphériques  du  monde  antique,  qui  ont  permis  de  connaître  
la  diffusion  des  modèles  grecs  et  romains  et  leurs  adaptations  locales,  en  particulier  

8  
dans   le   cadre   de   l'Empire   romain,   par   exemple   en   Gaule,   le   site   de   Samarobriva  
(Amiens).  
 
Donc,  il  y  a  eu  deux  phases  dans  l'historiographie  de  la  ville  antique.  La  première,  centrée  sur  
les   aspects   politiques   et   institutionnels   et   ignorant   les   aspects   urbanistiques,   la   seconde  
prenant   pleinement   ceux-­‐ci   en   compte   et   intégrant   les   données   de   l'archéologie.   La   ville  
antique  est  désormais  étudiée  dans  sa  globalité  politique,  sociale,  économique  et  matérielle.  
Cela  dit,  bien  des  problèmes  demeurent  dans  notre  documentation,  qui  reste  fragmentaire  
et  hétéroclite.  
• Les   sources   historiques   sont   ponctuelles,   concentrées   sur   une   période   ou   un   site  
particulier,   Athènes,   Rome…  ;   il   est   impossible   d'en   tirer   une   chronologie   ou   une  
typologie  d'ensemble.  
• Il   en   est   de   même   pour   la   documentation   archéologique   qui   n'a   exploré,   et   encore  
très  partiellement,  que  quelques  sites  sur  des  milliers.  
Qui   plus   est,   la   fouille   met   au   jour   des   séquences   chronologiques   complexes   en   milieu  
urbain  ;   ce   sont   les   couches   les   plus   récentes   qui   apparaissent   d'abord   et   elles   sont   le  
produit  de  toute  une  succession  de  niveaux,  une  histoire  séculaire,  voire  millénaire.  Il  faut  
donc  énormément  de  précision,  de  finesse  et  d'expérience  pour  en  retracer  l'évolution.  Le  
risque  est  grand  d'associer  dans  une  même  phase  des  états  qui  se  sont  succédé.  
Il   faut   faire   bien   attention   à   ne   jamais   surévaluer   ni   généraliser   les   exemples   que   nous  
connaissons.  C'est  le  grand  problème  de  l'histoire  urbaine  de  l'antiquité:  il  est  très  difficile  et  
souvent  impossible  d'élaborer  des  raisonnements  d'ensemble.  
 
B-­‐  Repères  chronologiques  
 
—  La  naissance  de  la  ville  
On  l'a  déjà  dit,  la  ville  n'apparaît  pas  avec  la  civilisation  grecque.  
Ce   qu'on   appelle   la   «  révolution   urbaine  »   s'applique   d'abord   aux   civilisations   des   régions  
comprises   entre   l'Anatolie   et   la   vallée   de   l'Indus,   notamment   dans   la   zone   du   Croissant  
fertile.  
Dès  l'époque  néolithique  on  connaît  des  agglomérations  comme  Çatal  Huyuk  ou  Jéricho.  
Cependant   le   développement   de   grandes   agglomérations   pouvant   être   qualifiées   d'urbaines  
intervient  avec  l'âge  du  bronze,  en  Mésopotamie,  dans  la  vallée  du  Nil,  en  Palestine,  Syrie,  
Anatolie  et  vallée  de  l'Indus.    
 
Dans  le  monde  grec,  les  premières  agglomérations  apparaissent  durant  l'âge  du  bronze,  qui  
commence  vers  3200  a.C.  et  se  prolonge  jusqu'à  la  fin  du  IIe  millénaire,  vers  1050.  
Les  régions  pionnières  sont  la  Crète  et  les  Cyclades.  
Cependant,   il   est   difficile   pour   cette   période   de   trancher   sur   l'existence   d'un   phénomène  
urbain  sur  tel  ou  tel  site.  Par  exemple,  le  site  de  Troie  I-­‐V  (v.  2600  -­‐  v.  1850)  était  entouré  
d'une  enceinte  mais  il  s'agit  certainement  d'une  forteresse  et  non  d'une  ville.  
 
C'est   pourquoi   on   considère   qu'une   agglomération   ne   peut   guère   être   qualifiée   de   ville  
avant  le  Bronze  moyen  (v.  2000).  
À  partir  de  ce  moment,  nous  distinguons  des  agglomérations  présentant  des  caractéristiques  
urbaines  dans  le  cadre  de  la  civilisation  minoenne,  en  Crète  et  dans  les  Cyclades,  et  dans  le  
monde  mycénien,  en  Grèce  continentale  (Mycènes,  Pylos,  Tirynthe).  

9  
Dans   un   cas   comme   dans   l'autre,   il   y   a   une   rupture   entre   ces   civilisations   et   ces   villes,   qui  
disparaissent  à  la  fin  de  l'âge  du  bronze,  et  les  premières  agglomérations  de  l'âge  du  fer  qui  
apparaissent  plusieurs  siècles  plus  tard  et  sur  d'autres  sites.  
 
D'une   manière   générale,   la   ville   naît   en   Orient,   c'est   de   là   que   vient   l'impulsion   première.  
Ensuite   cette   impulsion   trouve   un   cadre   et   un   contexte   favorables   dans   le   développement  
général  du  monde  méditerranéen.  
 
—  Le  monde  de  la  cité  
C'est  à  peu  près  à  ce  moment-­‐là  que  notre  cours  commence,  vers  900-­‐800,  avec  la  naissance  
de  la  cité  ;  il  se  termine  vers  la  fin  du  Haut-­‐Empire  ;  ce  n'est  pas  la  fin  de  la  ville  antique,  mais  
son  apogée.  En  raison  des  contraintes  horaires,  il  n'est  pas  possible  de  traiter  la  fin  de  la  ville  
antique.  
Dans  ce  cadre,  le  plan  du  cours  s'articulera  en  fonction  de  deux  grandes  phases  :  
• (1er   semestre)  :   Les   premiers   développements   urbains   à   la   mise   en   place   de   la   cité  
classique  (v.  900  –  v.  300  a.C.)  
• (2e  semestre)  :  L’apogée  de  la  civilisation  urbaine  de  l’Antiquité  (v.  300  a.C.  -­‐  v.  300  
p.C.).  
Quant  à  l'espace  que  nous  prenons  en  compte,  c'est  celui  du  monde  méditerranéen,  centré  
sur   la   Grèce   et   sur   Rome   (en   négligeant   le   monde   phénicien).   Dans   le   cadre   de   l'Empire  
romain,  nous  serons  naturellement  conduits  à  aborder  des  terres  non  méditerranéennes,  au  
nord  et  à  l'ouest  de  l'Europe,  dans  le  monde  celte.  
 
   

10  
Séance  2  
LES  DÉBUTS  DU  PHÉNOMÈNE  URBAIN  
ET  LA  NAISSANCE  DES  CITÉS  À  L'ÉPOQUE  ARCHAÏQUE  (II)  
 (v.  900  -­‐  v.  500  a.C.)  
 
Il  est  très  difficile  de  se  faire  une  idée  de  ce  qu'ont  pu  être  les  débuts  du  phénomène  urbain  
durant  l'époque  archaïque  (VIIIe  -­‐  VIe  siècles  =  v.  900  -­‐  v.  500  a.C.).  
Comme   on   l'ai   dit   dans   la   séance   précédente,   la   grosse   difficulté   est   de   définir   à   partir   de  
quel   moment   une   agglomération   devient   une   ville,   et   quels   sont   les   éléments   qui  
permettent  à  l'historien  d'en  décider.  
C'est  un  problème  de  méthode  et  d'interprétation  des  données.  
Un  bon  exemple  avec  le  site  de  Zagora  sur  l'île  d'Andros  en  Égée.  
C'est  un  site  de  l'époque  géométrique  (Xe-­‐VIIIe  siècles),  fouillé  dans  les  années  1960-­‐1970.  
Il  présente  les  caractéristiques  suivantes  :  
• site  de  plateau  escarpé  en  bordure  de  mer  
• accès  vers  l'intérieur  de  l'île  barré  par  une  enceinte  fortifiée  de  110m  long  
• à  l'intérieur,  habitat  qui  paraît  organisé  autour  d'un  axe  directeur  NW/SE  (maisons,  
magasins?)  
• au  centre,  zone  cultuelle  avec  un  autel  
Est-­‐ce  une  ville?  Difficile  à  dire  :  
• le  site  se  distingue  des  places  fortifiées  temporaires,  sites  de  refuge  articulés  avec  le  
monde  rural  
• mais  il  n'y  a  pas  d'agora  clairement  visible,  et  pas  de  distinction  claire  entre  domaines  
public  et  privé  
• pas   de   voirie   organisée   et   de   planification   de   l'habitat   ;   l'organisation   de   l'habitat  
relève  d'une  implantation  empirique.  
 
A-­‐  Le  contexte  
 
Il   y   a   un   autre   problème  :   quelles   sont   les   causes  ?   Les   faits   à   l'origine   du   phénomène  
urbain  ?  
Dans   le   monde   méditerranéen,   les   historiens   sont   d'accord   pour   placer   le   début   de   ce  
phénomène  vers  900  a.C.  
Que  se  passe-­‐t-­‐il  à  ce  moment-­‐là  qui  puisse  expliquer  l'émergence  des  premières  villes  ?    
 
—  Un  phénomène  politique  
Il  s'agit  d'un  mouvement  de  multiplication  et  de  morcellement  en  petites  entités.  
Peut-­‐être   favorisé   par   le   morcellement   de   l'espace   méditerranéen   et   l'abondance   des   îles,  
en  particulier  dans  le  monde  grec  (Cyclades).  
Ces   petites   entités,   se   constituent   en   petites   unités   politiques   autonomes   autour   de   leurs  
habitants   regroupés   en   communauté   (dèmos/populus).   C'est   le   premier   élément   du  
processus  de  naissance  des  cités.  
Ce   mouvement   n'est   pas   seulement   politique,   il   est   aussi   territorial  :   la   cité   se   constitue  
comme  un  corps  civique  mais  aussi  comme  un  territoire  polarisé  sur  un  chef-­‐lieu.  
 
—  Un  élément  religieux    
On  peut  le  décomposer  en  deux.  

11  
D'une  part,  le  développement  de  divinités  et  de  cultes  liés  à  la  communauté  (poliades),  qui  
remplacent  et/ou  s'ajoutent  aux  anciennes  pratiques  familiales  et  tribales  (chasses,  sacrifices,  
banquets).   Cependant,   c'est   peut-­‐être   plus   une   conséquence   qu'une   cause   du   mouvement  
vers  la  cité.  
D'autre  part,  le  développement  des  grands  sanctuaires  panhelléniques  (Olympie,  Delphes),  
qui  dépassent  le  cadre  local.  
L'articulation   de   ce   dernier   élément   avec   la   naissance   de   la   cité   est   toutefois   difficile   à  
apprécier.  
 
—  Une  évolution  économique  et  sociale  
Là  aussi,  les  choses  sont  difficiles  à  cerner.  
Il   y   a   visiblement   une   croissance   démographique   que   montre   l'augmentation   des   sites,   et  
donc  de  la  densité  d'occupation  sur  les  territoires.  
On  ne  sait  rien  de  l'évolution  des  structures  foncières  et  très  peu  de  choses  des  structures  
sociales.  Le  plus  clair  est  l'évolution  des  aristocraties  rurales  qui  se  concentrent  au  chef-­‐lieu  
tout  en  conservant  leur  assise  foncière  ;  mais  ce  phénomène  ne  se  déroule  pas  partout  de  la  
même  manière  façon  ni  au  même  rythme.  
 
Donc,  on  discerne  un  mouvement  général  mais  on  a  beaucoup  de  difficultés  à  l'analyser  et  à  
l'interpréter  dans  son  ensemble.  
Il   faut   bien   insister   sur   le   fait   que   ce   mouvement   n'est   pas   spécifique   au   monde   grec  ;   il  
concerne   aussi   le   monde   phénicien   et   le   Proche-­‐Orient,   cf.   le   royaume   de   Juda   et   Jérusalem  
qui   devient   une   véritable   ville   vers   la   fin   du   VIIIe   siècle.   C'est   un   mouvement   général   dans  
cette  partie  du  monde.  
 
B-­‐  Les  synœcismes  
 
Le  synœcisme  est  l'explication  que  les  Anciens  eux-­‐mêmes  ont  donnée  à  ce  phénomène.  
Ils   le   voyaient   comme   un   regroupement   volontaire   et   décisif   aboutissant   à   une   création  
urbaine.  
Aujourd'hui,  il  est  difficile  d'accepter  telle  quelle  cette  vision  qui  était  pour  les  Anciens  une  
façon   de   reconstruire   leur   passé.   Cela   dit,   le   contenu   des   récits   qu'ils   nous   ont   transmis  
donne  à  l'historien  des  informations  très  précieuses  sur  la  naissance  du  phénomène  urbain  
dans  le  monde  grec  et  aussi  romain.  
Chez  les  Anciens,  le  terme  de  synœcisme  recouvre  deux  réalités  différentes  :  
• regroupement  politique  avec  continuité  des  formes  anciennes  d'habitat,  cf.  Athènes  
• fondation  ex  nihilo  par  des  habitants  venus  d'horizons  divers,  cf.  Rome.  
 
—  Le  cas  de  Rome  et  de  l'Italie  centrale  
En  Italie  centrale  (Étrurie,  Latium,  Campanie),  l'élément  essentiel  semble  être  le  passage  de  
communautés   pastorales   relativement   égalitaires   à   une   société   dominée   par   l'aristocratie,  
passage  qui  s'opère  dès  la  fin  de  l'âge  du  bronze,  entre  le  Xe  et  le  IXe  siècles.  
L'agriculture   se   développe,   et   avec   elle   une   concentration   foncière   dans   les   mains   de  
personnages  importants.  
Des   villages   se   forment,   quelques   dizaines   de   maisons,   une   nécropole,   un   lieu   de  
rassemblement  des  hommes  en  état  de  porter  les  armes  :  la  curia  (co  —wirya)  ;  c'est  aussi  
un  lieu  de  culte  communautaire.  

12  
Dans  chacun  de  ces  villages  domine  un  chef  de  clan  ;  les  habitants  sont  ses  dépendants.  
C'est   ce   que   l'on   voit   par   exemple   sur   le   site   de   Tarquinia   :   dans   un   rayon   de   5   km,   12  
villages  d'une  trentaine  de  maisons,  sur  une  superficie  de  2  ha  en  moyenne.  
 
Au  cours  du  VIIIe  siècle,  on  observe  sur  certains  sites  une  concentration  de  ces  villages  en  un  
seul  bourg,  avec  une  ou  au  maximum  deux  nécropoles  (rassemblement  des  vivants  et  aussi  
des  morts).  
C'est  le  cas  à  Tarquinia,  à  Véies  et  aussi  à  Rome.  
Une   chose   importante   :   les   sites   où   se   produit   cette   évolution   vers   la   ville   sont  
prioritairement   ceux   qui   peuvent   profiter   d'un   apport   de   ressources   non   agricoles,   c'est-­‐à-­‐
dire  :  
• l'accès  à  des  ressources  minières  (fer  en  Étrurie)  
• l'accès   aux   échanges   aves   les   mondes   grec   et   phénicien   (sites   littoraux   du   Latium,  
Rome).  
Il  y  a  donc  dans  ces  agglomérations  une  dimension  artisanale  et  commerçante.  
À  l'inverse,  les  régions  qui  ne  profitent  pas  de  cet  apport  restent  durablement  ancrées  dans  
des  structures  à  dominante  rurales,  avec  des  villages  et  des  chefs  de  village.  
Toute  l'Italie  n'avance  pas  au  même  rythme.  
 
À   Rome,   la   légende   rapportée   notamment   par   Tite   Live   (I,   6-­‐8,   cf.   livret),   raconte   cette  
concentration   sous   la   forme   d'une   fondation   effectuée   par   les   deux   jumeaux,   Romulus   et  
Rémus,  en  753.  
La  date  de  la  légende  correspond  à  la  chronologie  mise  en  évidence  par  l'archéologie  (VIIIe  
siècle)  toutefois  les  éléments  du  récit  ont  été  élaborés  plus  tard.  
 
—  Le  cas  d'Athènes  
D'après   les   Anciens,   notamment   Thucydide   (II,   15,   2,   cf.   livret),   voilà   ce   qui   s'est   passé   à  
Athènes  :   une   association   volontaire   de   différentes   entités   (des   villages)   qui   choisissent   de  
mettre  en  commun  leurs  magistrats  sans  déplacer  la  population.  
C'est  un  processus  d'abord  politique.  
Ce  processus  n'a  donc  pas  d'effet  immédiat  sur  l'occupation  de  l'espace.  Pas  d'exode  rural,  
pas  de  croissance  démographique  brusque  du  chef-­‐lieu.  
L'occupation   du   sol   demeure   fondée   sur   un   tissu   de   villages   et   de   bourgs   dispersés.   La  
population  reste  liée  au  travail  de  la  terre.  
Un  moment-­‐clé  :  au  début  du  VIe  siècle,  les  réformes  de  Solon  (594)  et  notamment  la  remise  
des  dettes  et  la  fin  de  l'esclavage  pour  dettes.  
Cet   aspect   de   la   réforme   montre   que   l'on   est   dans   une   société   rurale   dans   laquelle   s'était  
développée   une   mainmise   sur   la   terre   par   l'aristocratie   (les   eupatrides)   et   un   mouvement  
d'endettement  de  la  petite  et  moyenne  paysannerie.  
On   devine   des   conflits   qui   aboutissent   aux   réformes   de   Solon.   Cependant,   Solon   ne   procède  
pas  à  une  véritable  réforme  agraire  qui  aurait  permis  une  redistribution  des  terres.  
En  conséquence,  une  partie  de  la  population  rurale,  libérée  des  dettes  et  de  l'esclavage  pour  
dettes,  mais  sans  terre,  gagne  le  chef-­‐lieu.    
C'est   l'origine   de   l'accroissement   de   la   population   urbaine   et   du   développement   urbain  
d'Athènes.  
 
C-­‐  La  colonisation  et  les  fondations  coloniales  

13  
 
—  Généralités  
Dès   le   VIIIe   siècle   commence   un   mouvement   de   migrations   à   l'échelle   de   l'ensemble   de   la  
Méditerranée,  qui  concerne  les  Grecs  mais  aussi  les  Phéniciens.  C'est  ce  que  les  historiens  
appellent  la  «  colonisation  »  (le  terme  est  anachronique,  avec  une  connotation  impérialiste,  
mais  on  continue  à  l'utiliser  par  commodité).  
Il  y  a  plusieurs  raisons  à  ce  mouvement  :    
• commerciales  avec  fondation  de  comptoirs  (emporia)  
• accroissement  démographique  et  recherche  de  nouvelles  terres  (sténochôria)  
• conflits  internes  (stasis)  
• il  faut  tenir  compte  aussi  des  progrès  de  la  navigation.  
C'est   un   mouvement   de   longue   durée   qui   s'étale   en   plusieurs   temps   jusqu'au   VIe   siècle.   Il   se  
traduit  par  la  fondation  de  nombreux  établissements  sur  le  pourtour  de  la  Méditerranée  et  
dans  les  îles,  dont  beaucoup  deviennent  des  villes  importantes.  
D'une  manière  générale,  ce  mouvement  est  important  à  plusieurs  titres  :  
• il  entraîne  une  diffusion  du  phénomène  urbain  
• il  implique  un  programme  :  la  migration  et  la  fondation  coloniale  supposent  un  plan  
élaboré  et  une  organisation  de  l'avenir  
Cela  peut  d'ailleurs  échouer,  et  il  y  a  eu  de  nombreux  échecs,  mais,  en  tout  état  de  cause,  
cette  faculté  d'anticipation  et  ce  souci  de  planification  nécessitent  et  traduisent  un  minimum  
d'organisation   qui   ne   peut   s'expliquer   que   par   la   structuration   en   cours   du   phénomène  
civique.  
 
—  Mégara  Hyblaea  
Il  n'est  pas  question  de  donner  ici  la  liste  des  «  métropoles  »,  c'est-­‐à-­‐dire  des  cités  de  départ,  
et  encore  moins  des  colonies  fondées,  ni  la  chronologie  de  l'ensemble.  On  peut  se  référer  à  
la  bibliographie  et  même  à  la  page  "Colonisation  grecque"  de  Wikipédia.  
On   se   contentera   de   citer   un   site   spécialement   connu   pour   avoir   fait   l'objet   de   fouilles  
importantes,   et   qui   passe   pour   être   un   modèle   d'établissement   colonial,   ce   qui   est   sans  
doute   exagéré.   Il   s'agit   de   Mégara   Hyblaea,   en   Sicile,   fondée   par   Mégare   à   la   fin   du   VIIIe  
siècle.  
• Les  nécropoles  sont  nettement  séparées  
• il  y  a  des  zones  affectées  aux  activités  collectives  :  agora,  sanctuaires  
• un   plan   régulier,   visible   dans   les   fouilles   du   secteur   de   l'agora   ;   il   ne   résulte   pas  
forcément   d'un   projet   initial   d'urbanisme   mais   peut-­‐être   simplement   d'une  
implantation  de  bon  sens.  
On  peut  faire  la  différence  avec  Zagora  ;  ici,  la  qualification  urbaine  ne  fait  guère  de  doute.  
   

14  
Séance  3  
LES  DÉBUTS  DU  PHÉNOMÈNE  URBAIN  
ET  LA  NAISSANCE  DES  CITÉS  À  L'ÉPOQUE  ARCHAÏQUE  (II)  
(v.  900  -­‐  v.  500  a.C.)  
 
On  a  vu  dans  la  séance  précédente  que  la  cité  en  tant  que  système  d'organisation  politique  
commence   à   se   développer   à   partir   du   VIIIe   siècle,   dans   la   période   archaïque.   Dans   cette  
même   période,   qu'en   est-­‐il   de   la   ville,   d'une   part   en   tant   qu'espace   aggloméré,   et   d'autre  
part  en  tant  que  société  particulière,  présentant  des  caractéristiques  que  l'on  peut  présenter  
comme  urbaines  ?  
 
A-­‐  L'affirmation  de  l'espace  urbain  
 
Elle  se  marque  à  plusieurs  niveaux.  
 
—  Les  enceintes  urbaines  
À   l'âge   du   Bronze,   dans   le   monde   grec,   il   y   avait   eu   d'importants   sites   fortifiés   dans   le   cadre  
des  civilisations  palatiales  de  Mycènes  ou  Tirynthe.  Mais  ces  civilisations  ont  disparu  à  la  fin  
du   bronze.   Ensuite,   au   début   de   l'âge   du   fer,   durant   ce   qu'on   appelle   les   âges   sombres   de   la  
Grèce,  on  a  surtout  des  sites  fortifiés  de  petite  taille  (moins  d'un  hectare)  qui  ne  sont  pas  des  
villes.  
À  partir  du  VIIIe  siècle,  on  voit  apparaître  de  nouveau  des  grands  sites  fortifiés,  notamment  
dans   le   monde   colonial,   pour   des   raisons   de   sécurité.   Ce   sont   souvent   des   enceintes   de  
briques  crues,  qui  ont  laissé  peu  de  traces,  ce  qui  fait  que  les  archéologues  n'ont  commencé  
à  les  repérer  que  récemment,  grâce  aux  progrès  des  techniques  de  fouille.  
Au  VIe  siècle,  toujours  dans  le  monde  colonial,  on  voit  ces  enceintes  devenir  plus  élaborées  
et   plus   puissantes,   avec   l'utilisation   de   la   pierre,   l'apparition   de   tours   en   saillie,   des  
dispositifs  de  protection  des  portes.  
À  Rome,  c'est  au  VIe  siècle  qu'est  édifiée  la  première  grande  enceinte  en  dur  de  la  ville,  celle  
du   roi   Servius   Tullius.   Elle   remplace   un   mur   en   terre   longé   d'un   fossé.   Comme   dans  
beaucoup   d'autres   sites,   la   muraille   dépasse   largement   le   bâti   urbain,   afin   de   prévoir   son  
extension   et   de   protéger   aussi   des   vergers   et   des   jardins,   voire   des   champs.   Le   pomerium  
primitif  a  été  étendu  ;  c'était  la  limite  religieuse  et  sacrée  de  la  ville,  au  delà  de  laquelle  se  
trouvaient  les  nécropoles.  
Dans  l'île  de  Thasos,  une  grande  enceinte  est  mise  en  place  au  milieu  du  VIe  siècle.  Là  aussi,  
l'enceinte   excède   l'espace   bâti.   Et   comme   c'est   souvent   le   cas   ailleurs,   l'édification   de  
l'enceinte  s'est  accompagnée  d'une  redéfinition  de  l'organisation  de  l'espace  de  la  ville  :  de  
nouveaux   grands   axes   de   circulation   sont   mis   en   place,   de   nouveaux   quartiers   apparaissent,  
on  relie  des  éléments,  le  port,  des  quartiers,  des  sanctuaires.  
 
—  L'aménagement  des  rues  et  l'habitat  
Faute   de   fouilles   sur   de   grandes   superficies,   on   en   sait   encore   assez   peu   sur   l'aspect   des  
villes  de  l'époque  archaïque.  
L'important  est  l'apparition  d'une  hiérarchisation  de  la  voirie  autour  de  deux  catégories  
• les  voies  principales  
• les  autres  voies,  beaucoup  plus  étroites  et  sans  aménagement  (pas  de  draînage)  

15  
Les   rues   sont   bordées   par   des   maisons   en   général   assez   basses   (pas   plus   d'un   étage)   et   avec  
très  peu  d'ouverture  sur  la  rue,  souvent  une  seule,  la  porte.  
On  observe  un  peu  partout  une  densification  de  l'habitat  à  l'intérieur  des  villes  ;  les  espaces  
libres   à   l'intérieur   des   enceintes   diminuent.   Cela   résulte   d'une   augmentation   de   la  
population  urbaine,  au  chef-­‐lieu  de  la  cité,  par  rapport  à  celle  de  la  campagne.  
Il  y  a  encore  des  maisons  en  bois,  mais  le  plus  souvent  elles  sont  construites  sur  des  assises  
en  pierres  sèches  surmontées  de  murs  en  brique  crue.  La  surface  au  sol  est  le  plus  souvent  
inférieure  à  20  m2.  
L'aménagement   interne   se   complexifie  :   on   passe   de   la   pièce   unique   à   des   espaces   plus  
différenciés.   On   a   par   exemple   des   pièces   pourvues   de   silos   creusés   dans   le   sol   à   côté   de  
pièces  qui  en  sont  dépourvues.  
 
—  L'apparition  de  l'espace  public  
C'est  un  élément  essentiel  de  la  ville  antique  qui  est  lié  à  la  dimension  religieuse  et  collective  
de  l'évolution  des  sociétés  civiques.  
La  définition  d'un  espace  public  est  d'abord  religieuse  :  c'est  la  définition  d'un  espace  lié  à  un  
culte  collectif,  d'abord  autour  d'un  autel,  où  l'on  procède  aux  sacrifices  et  autour  duquel  ont  
lieu  les  grands  banquets  rassemblant  les  citoyens.  Cet  espace  est  bientôt  défini  et  protégé  
par   la   cité,   c'est-­‐à-­‐dire   par   l'autorité   publique   (les   magistrats)  ;   on   plante   des   bornes   qui  
délimitent  l'espace  sacré  (templum/temenos).  
Dans  la  ville,  ces  espaces  sacrés  se  trouvent  sur  deux  types  de  situation  topographique  :  
• en  bordure  de  la  place  centrale,  forum  ou  agora  
• sur  des  points  hauts  de  la  ville,  à  Rome  le  Capitole,  à  Athènes  l'acropole.  
Dans  la  seconde  moitié  du  VIe  siècle,  des  espaces  publics  apparaissent  qui  ne  sont  pas  liés  
exclusivement   à   une   dimension   et   un   usage   sacrés.   On   en   trouve   la   trace   dans   les   textes  
mais  l'archéologie  peine  à  les  mettre  en  évidence.  
À   Athènes,   une   source   tardive   mentionne   une   première   agora,   le   Pandèmon,   ([lieu   de]  
l'ensemble  du  peuple),  mais  les  fouilles  ne  l'ont  pas  trouvé.  
À   Rome,   nous   savons   qu'il   existait   un   espace   réservé   à   l'affichage   des   textes   publics,   comme  
sans   doute   dans   la   plupart   des   cités  ;   nous   savons   aussi   qu'il   y   avait   un   lieu   de   réunion,   le  
comitium,  et  une  curie,  mais  la  topographie  du  forum  archaïque  demeure  mal  connue.  
 
B-­‐  Les  premiers  grands  monuments  et  équipements  urbains  
 
—  La  tyrannie  et  les  grands  travaux  
La   construction   de   grands   monuments   est   liée   à   un   phénomène   politique   plus   qu’à   une  
logique   de   développement   urbain   ou   un   besoin   de   la   population.   Ce   phénomène,   c'est   la  
tyrannie.  
La   tyrannie   est   une   forme   de   gouvernement   exercée   par   un   individu,   le   «  tyran  »   (tyrannos),  
qui   peut   porter   d'autres   titres,   comme   par   exemple   celui   de   roi   (à   Rome).   Ce   gouvernement  
est  un  pouvoir  personnel  qui  s'appuie  généralement  sur  le  peuple  contre  les  tenants  et  les  
intérêts  de  l'aristocratie  ;  ce  sont  par  exemple  :  
• les  Pisistratides  à  Athènes  
• les  Tarquins  à  Rome  
• les  Deinoménides  à  Syracuse…  
Le  tyran  a  besoin  à  la  fois  :  
• d'affirmer  son  pouvoir  sur  la  cité  et  dans  l'espace  de  la  cité  

16  
• d'exalter  les  dieux  de  la  cité  
• de   faire   travailler   une   nouvelle   catégorie   sociale,   sur   laquelle   il   s'appuie,   celle   des  
artisans.  
Une  politique  de  grands  travaux  permet  de  répondre  à  ces  trois  objectifs.  
Cette  politique  de  grands  travaux  s'exprime  dans  deux  domaines  :  l'architecture  religieuse  et  
les  grands  travaux  d'équipement,  à  la  fois  utilitaires  et  ostentatoires,  comme  l'hydraulique.  
 
—  Les  temples  
C'est   dans   cette   période   que   l'on   voit   apparaître   le   modèle   du   temple   classique   périptère,  
c'est-­‐à-­‐dire   entouré   de   colonnes   libres,   dégagées   de   la   paroi   (ou   dans   la   tradition   italique,  
pseudo-­‐périptère,  c'est-­‐à-­‐dire  que  les  colonnes  n'en  font  pas  le  tour).  
Ce  modèle  architectural  est  largement  inspiré  de  l'Orient  et  de  l'Égypte.  
S'il   y   a   eu   des   temples   de   ce   genre   en   bois,   il   semble   que   rapidement   c'est   la   pierre   qui   s'est  
imposée  comme  le  matériau  convenant  à  ces  réalisations  de  prestige.  
Ces  temples  étaient  décorés  et  colorés,  notamment  grâce  à  des  éléments  d'ornementation  
en  terre  cuite.  
À   Athènes,   une   intense   activité   architecturale   se   déploie   sur   l'acropole   à   l'époque   des  
Pisistratides,   entre   le   dernier   quart   du   VIe   siècle   et   le   début   du   Ve.   Plusieurs   édifices   sont  
construits  et  un  grand  temple  est  édifié.  
À  Rome,  ce  sont  les  rois  étrusques  et  d'abord  le  premier  d'entre  eux,  Tarquin  l'Ancien,  qui  
font  venir  des  artisans  grecs,  et  notamment  des  coroplastes,  pour  édifier  le  grand  temple  de  
Jupiter  sur  le  Capitole.  
 
—  Les  grands  travaux  hydrauliques  
Les   grands   travaux   d'équipement   urbain   dans   cette   période   concernent   surtout  
l'approvisionnement  et  la  distribution  de  l'eau.  
Dès  le  VIe  siècle,  Marseille  est  équipée  d'un  système  d'adduction  et  de  distribution,  avec  des  
réservoirs  et  des  puits  publics.  C'est  aussi  le  cas  à  Athènes.  Au  même  moment,  les  Tarquins  
font  aménager  la  Cloaca  maxima,  le  grand  égout  de  Rome.  
 
—  Une  chose  importante  :  tous  ces  travaux  sont  en  général  réalisés  très  lentement.  Il  n'est  
pas   rare   qu'il   s'écoule   plusieurs   dizaines   d'années   entre   la   décision   et   l'achèvement   d'un  
projet.  La  ville  antique  est  toujours  en  chantier.  
 
C-­‐  Économie,  société  et  cultures  urbaines  
 
—  Économie  et  société  
L'évolution   urbaine   de   la   période   archaïque   s'inscrit   dans   un   contexte   de   mutations  
économiques   et   sociales   qui   touche   toutes   les   sociétés   antiques,   avec   des   décalages  
chronologiques.  
Il  y  a  certes  des  continuités  :  la  terre  reste  et  restera  toujours  le  fondement  économique  et  
la  référence  sociale  par  excellence  ;  la  société  antique  est  dominée  par  l'aristocratie  foncière.  
D'ailleurs   les   luttes   sociales   dont   nous   percevons   les   échos   dans   les   textes   concernent  
exclusivement  des  sociétés  rurales  :  les  enjeux  en  sont  les  dettes,  l'esclavage  pour  dettes  et  
la  possession  des  terres  agricoles.  
Il   y   a   aussi   des   nouveautés  :   on   devine   l'émergence   de   nouvelles   catégories,   artisans   et  
commerçants.   Mais   attention  :   la   consommation   des   biens   manufacturés   demeure   faible.  

17  
Dans   les   milieux   populaires   ruraux   et   aussi   urbains,   l'autoconsommation   prédomine  
toujours  ;  pour  l'essentiel,  la  production  artisanale  est  tournée  vers  l'aristocratie  et  on  ignore  
si  les  artisans  sont  autonomes  ou  dépendants  de  cette  clientèle  de  riches  commanditaires.  
De  la  même  manière,  le  commerce  est  limité  à  des  matières  premières  précieuses  et  à  des  
produits  de  luxe  qui  font  l'objet  d'échanges  à  longue  distance.  
Les  cités  coloniales,  qui  se  trouvent  à  proximité  du  monde  barbare  bénéficient  de  ce  point  
de  vue  d'atouts  non  négligeables,  ainsi  Marseille  qui  commerce  avec  le  monde  celte  (étain  
notamment).  
 
—  Cultures  et  identités  urbaines  
Plusieurs   éléments   montrent   que   dans   chaque   cité   se   forgent   des   cultures   propres,   faites  
notamment  de  légendes  et  mythes  fondateurs.  À  Rome,  la  légende  troyenne  se  forme  dès  le  
Ve  siècle  ;  à  Athènes,  on  attribue  aux  tyrans  d'avoir  fixé  le  texte  homérique.  
Cela   apparaît   aussi   au   niveau   des   styles   architecturaux   ou   décoratifs.   À   Athènes,   par  
exemple,  on  choisit  l'ordre  dorique  pour  le  temple  de  Zeus  Olympien,  afin  de  se  distinguer  
d'Éphèse  et  de  Milet  en  Ionie,  qui  ont  adopté  l'ordre  dit  ionique.  À  Athènes  encore,  au  VIe  
siècle,   la   production   céramique   qui   était   jusque   là   marquée   par   l'influence   corinthienne  
s'autonomise  et  affirme  un  style  propre  dont  le  succès  est  ensuite  immense.  
Un   témoignage   très   important   de   l'identité   civique   est   la   monnaie.   Dès   le   VIe   siècle,  
beaucoup  de  cités  grecques  dispose  de  monnayages  propres.  
La   monnaie   est   d’abord   un   instrument   financier.   Son   apparition   traduit   la   nécessité   pour   les  
cités   de   disposer   d'un   instrument   de   prélèvement   (revenus,   impôts,   amendes)   et   de  
paiement  (travaux,  guerres)  à  la  fois  pratique  et  commun.  
À   Rome   et   dans   le   monde   italique,   la   monnaie   n'apparaît   pas   avant   le   IIIe   siècle   a.C.   Cela  
marque  sans  doute  un  certain  retard  de  ce  point  de  vue.  
La  monnaie  est  aussi  un  vecteur  de  communication  politique  ;  elle  porte  un  message  et  joue  
un  rôle  dans  l'affirmation  de  l'identité  civique.  
 
Bilan  à  la  fin  de  l'époque  archaïque  
—  En  Grèce  comme  en  Italie,  il  existe  encore  peu  de  véritables  villes.  La  différence  entre  la  
ville  et  la  campagne  est  encore  assez  peu  marquée.  Il  est  certain  que  la  cité  comme  organe  
politique  a  commencé  à  se  développer,  mais  la  ville  comme  agglomération  urbaine  ne  va  pas  
à  la  même  allure.  Beaucoup  de  communautés  se  sont  organisées  en  cité  —  on  peut  parler  de  
communautés   civiques   —   mais   n'ont   pas   encore   de   vrais   centres   agglomérés,   ce   sont   plutôt  
des  gros  villages,  des  bourgs.  
—  L'émergence  de  catégories  sociales  spécifiquement  urbaines  est  encore  embryonnaire.  
—   Il   faut   tenir   compte   de   différences   régionales  :   certaines   régions   comme   l'Attique,   la  
Corinthie,  l'Argolide  ou  la  Sicile  sont  plus  avancées  que  l'Italie  ou  que  l'Europe  celtique.  
 
   

18  
Séance  4  
LA  MISE  EN  PLACE  DU  MODELE  CIVIQUE  ET  LE  DÉVELOPPEMENT  URBAIN    
À  L'EPOQUE  CLASSIQUE  (I)  
(v.  500  -­‐  v.  300)  
 
Durant   cette   période,   les   tendances   visibles   durant   la   période   précédente   s'accentuent,   à  
travers  trois  mouvements  complémentaires  :    
• l'accomplissement  et  la  généralisation  de  la  cité  à  travers  le  modèle  civique  
• le  développement  de  l'urbanisation  
• le  développement  de  la  ville  en  tant  qu'espace  et  que  société.  
Dans  cette  partie,  on  suivra  les  exemples  assez  différents  d'Athènes  et  de  Rome.  
 
A-­‐  La  montée  de  l'urbanisation  
 
—  La  population  urbaine  
L'augmentation  de  la  population  urbaine  est  un  fait  que  l'on  perçoit  mais  qui  est  impossible  
à   chiffrer,   et   difficile   à   expliquer   (facteur   interne   ou   facteurs   externes  ?   dynamisme  
démographique  interne  ou  exode  rural  et  immigration  ?).    
Les  phénomènes  d'extension  urbaine  sont  particulièrement  visibles    
• par  exemple  dans  le  monde  colonial  grec,  à  Himère  ou  Géla  en  Sicile,  qui  doublent  ou  
triplent  leur  superficie  aux  Ve  et  IVe  siècles  ;  
• dans   le   monde   italique,   citons   le   cas   de   Pompéi  :   le   noyau   primitif   (9   ha)   est  
progressivement  élargi,  avec  plusieurs  enceintes  successives,  jusqu'à  63  ha.  
L'augmentation   de   la   population   apparaît   aussi   dans   les   très   rares   exemples   de  
dénombrement  que  nous  connaissons.  
Il  faut  rappeler  que  le  dénombrement  des  citoyens  était  un  des  éléments  de  la  constitution  
civique,  notamment  à  Rome  où  le  recensement  est  mis  en  place  par  les  rois  étrusques  ;  sous  
la  République  il  a  lieu  tous  les  5  ans.  Nous  connaissons  par  les  sources  un  certain  nombre  de  
chiffres  :  
• 508  :  130  000  
• 503  :  120  000  
• 498  :  157  700  
• 493  :  110  000  
• 474  :  103  000  
• 465  :  104  714  
• 459  :  117  319  
• 393  :  152  573  
• 340  :  165  000  
• 323  :  150  000  
• 294  :  262  321  
À  Athènes,  on  connaît  le  recensement  de  Démétrios  de  Phalère  en  317  ou  peu  après,  dont  
les  chiffres  sont  21  000  citoyens  athéniens,  10  000  métèques,  et  400  000  esclaves  (ce  dernier  
chiffre  étant  considéré  comme  exagéré).  
Mais  ces  chiffres  sont  difficiles  à  exploiter.  
D'une  manière  générale,  ils  ne  concernent  que  les  citoyens  mâles  adultes,  et  ils  ne  font  pas  
la   différence   entre   la   population   urbaine   et   celle   de   la   campagne,   parce   que   le   corps   civique  
est  unitaire.  

19  
À  Athènes,  pas  de  données  antérieures  (le  recensement  n'y  est  pas  systématique).  
 
—  Les  fondations  urbaines  
Le  mouvement  de  fondation  urbaine  se  poursuit  et  s’amplifie.  
D'abord  dans  le  cadre  de  la  colonisation  :  
• il   y   a   de   nouvelles   fondations,   par   exemple   en   325/324   a.C.   l'envoi   de   colons  
athéniens   à   Adria   à   l'embouchure   du   Pô   (Syll.   I,   153)   pour   sécuriser   la   route   de  
l'Adriatique    
• la  plaine  du  Pô  où  se  développe  un  mouvement  de  colonisation  étrusque,  stoppé  par  
les  invasions  celtiques  au  Ve  siècle  
• en   Italie,   entre   350   et   250   a.C.,   Rome   fonde   un   certain   nombre   de   colonies   de  
citoyens   romains,   limitées   à   l'installation   de   300   colons   ;   ces   premières   colonies   de  
droit  romain  ont  d'abord  une  fonction  militaire  :  la  surveillance  des  côtes  du  Latium  
(exemple  :  Antium/Anzio  fondée  en  338  a.C.).  
Il  y  a  aussi  de  nouvelles  fondations  en  dehors  du  cadre  colonial,  par  exemple  dans  des  cas  de  
(ré)organisation  territoriale  :  
• en  432  a.C.,  la  fondation  de  la  Ligue  chalcidienne  entraîne  celle  de  la  ville  d'Olinthe  
• en   408   a.C.,   les   trois   cités   de   l'île   de   Rhodes   (Camiros,   Ialysos   et   Lindos)   font   un  
synœcisme   qui   se   traduit   par   la   création   d'une   nouvelle   cité   qui   prend   le   nom   de   l'île  
(Rhodes)  
Ou  dans  le  cas  de  fondation  d'un  nouvel  État  :  
• en  370  a.C.  après  la  guerre  contre  Thèbes,  les  Hilotes  de  Sparte,  libérés,  créent  la  cité  
de  Messène  
• en  367  a.C.,  Mégalopolis  est  créée  pour  surveiller  Sparte.  
Ou  encore  dans  des  régions  marginales,  reculées  ou  difficiles  qui  y  avaient  jusque  là  échappé,  
par   exemple   les   zones   montagneuses   par   exemple,   comme   l'Arcadie,   au   centre   du  
Péloponnèse  (Tégée,  Mantinée)  ou  l'Apennin.  
 
—   La   montée   de   l'urbanisation   a   pour   corollaire   une   hiérarchisation   plus   nette   entre   des  
centres  urbains  importants  et  d'autres  moyens  et  petits.  
 
B-­‐  Le  modèle  civique  classique  
 
Dans   toute   cette   période,   il   y   un   mouvement   d'ensemble   vers   l'organisation   des  
communautés  autour  de  leurs  chefs-­‐lieux  urbains.  
C'est   le   moment   où   les   institutions   civiques   se   développent   et   se   formalisent   ;   elles   se  
concentrent  dans  les  chefs-­‐lieux,  et  de  plus  en  plus  la  ville,  le  centre  urbain,  commande  au  
territoire  dans  son  ensemble,  la  chôra,  l'ager,  le  plat  pays.  
Ces   institutions   reposent   fondamentalement   sur   trois   organes  :   les   assemblées,   les  
magistrats,  les  conseils.  Et  d'abord  sur  les  citoyens.  
 
—  La  citoyenneté  
À  la  base,  il  y  a  le  corps  civique,  l'ensemble  des  citoyens,  dèmos  ou  populus.  
On  est  citoyen  par  la  naissance  par  la  naturalisation,  ou  par  l'affranchissement.  
À  Athènes,  on  est  citoyen  si  on  est  né  d'un  père  athénien,  et  si  on  a  suivi  l'éphébie,  entre  18  
et  20  ans,  qui  est  une  formation  militaire  et  civique.  Il  y  a  environ  60  000  citoyens.  

20  
En   451   a.C.,   une   réforme   de   Périclès   modifie   cette   situation,   il   faut   désormais   être   né   de  
deux  ascendants  athéniens  :  le  père  et  une  mère  fille  de  citoyen  athénien.  
Cette   «  fermeture  »   du   corps   civique   athénien   s'explique   par   la   volonté   de   protéger   le  
caractère   familial   et   limité   de   la   cité   et   de   maintenir   un   équilibre   entre   les   ressources  
disponibles   et   les   privilèges   accordés   aux   citoyens   (droit   de   propriété,   droit   de   bénéficier  
d'une  aide  financière  pour  les  plus  pauvres).  Les  citoyens  doivent  rester  un  nombre  limité  de  
privilégiés.  C'est  un  moyen  de  maintenir  la  concorde  civile.    
C'est   pour   cette   raison   aussi   que   la   naturalisation   est   très   rare   à   Athènes,   et   obtenue  
seulement  par  des  mérites  et  des  dons  exceptionnels  et  un  vote  de  l'Ecclèsia.  
On  retrouve  une  situation  de  ce  genre  dans  nombre  de  cités  grecques  (Rhodes,  Byzance).  
À   Rome,   la   situation   a   toujours   été   très   différente.   Dès   la   période   royale,   la   citoyenneté  
romaine   a   eu   une   valeur   surtout   juridique   et   abstraite  ;   elle   n'est   pas   liée   à   une   vie   en  
commun  au  sein  d'une  même  cité  matérielle.  Elle  peut  donc  être  étendue  à  des  individus  ou  
des  communautés  vivant  loin  de  Rome,  et  cela  de  manière  infinie.  
On   devient   citoyen   en   étant   de   père   citoyen   romain   ou   d'une   mère   romaine   si   l'union   est  
illégitime.   On   le   devient   aussi   par   naturalisation,   individuelle   ou   collective,   et   cette  
procédure  est  beaucoup  plus  courante  et  importante  qu'à  Athènes.  On  le  devient  encore  par  
affranchissement,   et   c'est   là   aussi   un   canal   important   d'accès   au   corps   civique.   Le   roi  
Philippe  V  de  Macédoine  (238-­‐179)  qui  fut  l'allié  d'Hannibal  contre  les  Romains,  disait  que  
leur  force  venait  de  ce  qu'ils  libéraient  les  esclaves  pour  en  faire  des  citoyens.  
C'est  pour  cette  raison  que  Rome  est  d'emblée  fondée  sur  un  modèle  civique  beaucoup  plus  
assimilationniste.   Le   point   logique   d'aboutissement   de   ce   modèle   est   l'extension   de   la  
citoyenneté  romaine  à  tous  les  habitants  de  l'Empire  en  212  p.C.  (édit  de  Caracalla).  
 
—  Les  assemblées  
À  la  différence  des  assemblées  modernes,  elles  sont  davantage  caractérisées  par  leur  mode  
de  recrutement  que  par  leurs  compétences.  
À   Athènes,  l'assemblée  du  peuple  est  l'Ecclèsia.  Elle  réunit  6000  citoyens  selon  Thucydide.  
Elle   vote   les   lois   ;   ces   votes   se   font   à   main   levée   et   à   la   majorité   simple.   N'importe   quel  
citoyen   peut   prendre   la   parole   (isegoria)   et   proposer   une   motion.   Elle   peut   aussi,   pour   se  
protéger  de  la  tyrannie,  voter  une  fois  par  an  l’exil  de  10  ans  d'un  citoyen  (ostracisme).  
Il  y  a  une  autre  assemblée,  l'Héliée,  qui  est  un  tribunal  populaire  composé  de  6000  citoyens,  
âgés  de  plus  de  30  ans  et  répartis  en  dix  classes  de  500  citoyens  (1000  restant  en  réserve)  
tirés  au  sort  chaque  année  (héliastes).  
À  Rome,  il  y  a  deux  assemblées  importantes,  les  comices  centuriates  et  les  comices  tributes.  
Elles  rassemblent  l'ensemble  des  citoyens  mais  selon  un  mode  de  répartition  très  différent.  
Elles  se  répartissent  l'élection  des  magistrats  et  le  vote  des  lois  ;  elles  ont  des  compétences  
judiciaires  en  cas  notamment  d'appel  au  peuple.  
 
—  Les  magistrats  
Les   magistrats   gèrent   les   affaires   courantes   et   veillent   à   l'application   des   lois.   Ils  
commandent   aussi   l'armée   (pas   de   distinction   entre   pouvoir   civil   et   militaire).   Les  
magistratures  sont  collégiales  et  limitées  dans  le  temps,  en  général  à  un  an,  afin  d'éviter  la  
dérive  vers  un  pouvoir  personnel.  
En  général,  les  magistrats  sont  élus  par  les  assemblées,  mais  ils  peuvent  aussi  désignés  ou  
tirés  ou  sort.  

21  
À  Athènes,  il  y  a  près  de  700  magistrats  (sur  60  000  citoyens  ;  c'est  un  cas  exceptionnel)  ;  les  
plus  importants  sont  les  10  archontes  et  les  10  stratèges.  
À   Rome,   les   magistrats   sont   beaucoup   moins   nombreux,   une   cinquantaine   à   la   fin   de   la  
République.  Les  plus  importants  sont  les  consuls  et  les  préteurs.  
 
—  Les  conseils  
À  Athènes,  il  y  a  deux  conseils.  
La   Boulè   (nom   du   conseil   dans   beaucoup   de   cités   grecques).   À   Athènes,   à   partir   des  
réformes  de  Clisthène  elle  est  composée  de  500  membres  (bouleutes)  à  raison  de  cinquante  
par   tribu.   Ils   sont   tirés   au   sort   parmi   des   listes   dressées   par   chaque   dème   de   citoyens  
volontaires  âgés  de  plus  de  trente  ans  et  renouvelés  chaque  année,  un  citoyen  ne  pouvant  
être   au   maximum   que   2   fois   bouleute.   Cette   assemblée   siège   de   façon   permanente.   La  
présidence  et  la  coordination  du  travail  sont  assurées  par  les  prytanes  Chaque  tribu  assure  
pendant   un   dixième   de   l'année   (35-­‐36   jours)   la   prytanie,   c'est-­‐à-­‐dire   la   permanence.   Le  
principal   travail   de   la   Boulè   est   de   recueillir   les   propositions   de   loi   présentées   par   les  
citoyens,  puis  de  préparer  les  projets  de  loi  pour  pouvoir  ensuite  convoquer  l'Ecclèsia.  
L'Aréopage   est   une   institution   très   ancienne.   Depuis   Solon,   ce   conseil   est   formé   des   anciens  
archontes,  ce  qui  en  fait  l'institution  la  plus  aristocratique.  Il  est  le  «  gardien  des  lois  »,  ce  qui  
veut  dire  qu'il  contrôle  les  magistrats,  y  compris  en  recevant  les  recours  des  citoyens,  et  il  
traite   les   accusations   de   crimes   contre   l'État.   Il   juge   aussi   les   crimes   de   sang.   Son   rôle   a  
évolué  avec  l'histoire  politique  de  la  cité  :  son  influence  a  été  considérablement  réduite  par  
Ephialte   (462-­‐461)   à   l'époque   démocratique,   mais   il   renaît   un   siècle   plus   tard.   À   l'époque  
hellénistique  et  romaine,  il  l'emporte  sur  l'Ecclèsia.  
À   Rome,   le   Sénat   est   un   conseil   formé   exclusivement   des   anciens   magistrats.   Il   comporte  
300  membres  puis  600  avec  les  réformes  de  Sylla.  Face  aux  magistrats  dont  le  mandat  est  
limité   à   un   an,   il   assure   la   continuité   de   la   direction   politique,   diplomatique   et   militaire   de  la  
cité.  Ses  décisions  ont  force  de  loi  ;  il  contrôle  les  magistrats  et  il  émet  un  avis  sur  les  projets  
de  loi  avant  qu'ils  ne  soient  déposés  devant  le  peuple.  C'est  l'organe  prépondérant  de  la  cité.  
 
D'une   manière   générale,   dans   les   cités,   le   gouvernement   reste   entre   les   mains   d'une  
aristocratie,  définie  par  sa  richesse  foncière,  son  prestige  social,  sa  maîtrise  de  la  culture  et  
de  la  rhétorique.  
Même   dans   les   cités   les   plus   démocratiques,   et   même   à   Athènes   où   la   participation   du  
citoyen   au   gouvernement   de   la   cité   a   été   la   plus   poussée,   dans   la   période   de   la   deuxième  
moitié   du   Ve   siècle,   les   activités   politiques   restent   dans   la   main   des   élites.   C'est  
particulièrement  le  cas  à  Rome,  dont  le  fonctionnement  est  très  peu  démocratique  et  où  le  
gouvernement  est  concentrée  entre  les  mains  d'un  petit  nombre  de  famille  sénatoriales.  

22  
Séance  5  

LA  MISE  EN  PLACE  DU  MODELE  CIVIQUE  ET  LE  DÉVELOPPEMENT  URBAIN    
À  L'EPOQUE  CLASSIQUE  (II)  
(v.  500  -­‐  v.  300)  
 
C-­‐  Développement  et  transformations  de  l’espace  urbain  
 
—  La  question  de  l'urbanisme  
Les   auteurs   anciens   ont   bien   perçu   l'originalité   du   phénomène   urbain.   Ainsi   Thucydide  
oppose  fréquemment  le  mode  de  vie  urbain  aux  coutumes  archaïques  et  barbares,  et  il  fait  
le  lien  entre  l'urbanisation  et  le  développement  économique.  
Hippocrate   puis   Aristote   ont   réfléchi   sur   les   problèmes   posés   par   le   choix   du   site   pour  
l'implantation  d'une  ville  (cf.  livret).  
Hippodamos  de  Milet,  dont  la  vie  et  l'œuvre  sont  mal  connues,  et  Platon  se  sont  penchés  sur  
le   développement   des   villes.   Dans   les   Lois,   Platon   élabore   un   véritable   modèle   urbain  :  
emplacement,  organisation,  aménagement  et  propreté.  
Du  côté  des  Romains,  la  réflexion  et  les  préceptes  sur  la  fondation  et  l'organisation  des  villes  
doit   beaucoup   aux   Étrusques   dont   nous   savons   très   peu   de   choses,   mais   qui   ont   dû   être  
marqués  eux-­‐mêmes,  comme  les  Gaulois,  par  la  pensée  grecque.  
Pour   autant,   il   est   difficile   de   dire   que   l'urbanisme   a   existé   à   cette   époque,   ni   même  
qu'aient  existé  de  véritables  préoccupations  urbanistiques.  
Certes,  il  y  a  eu  des  plans  réguliers,  dont  on  prête  l'invention  à  Hippodamos  de  Milet,  mais  ils  
s'expliquent  surtout  par  une  division  commode  et  de  bon  sens  de  l'espace  disponible,  plus  
que  par  une  réflexion  théorique  ou  politique.  
D'autre   part,   un   élément   essentiel   de   l'urbanisme   moderne   qui   est   le   souci   de   prévision  
urbaine  avec  la  prise  en  compte  de  la  croissance  dans  les  plans  de  développement,  n'existe  
pas.  
 
—  Le  développement  de  la  monumentalité  
Le  Ve  siècle  est  une  période  de  grande  activité  édilitaire  qui  s'est  poursuivie  au  IVe  siècle  et  
plus  encore  à  l'époque  hellénistique.  
Cette  activité  s'inscrit  dans  plusieurs  axes.  
D'abord  autour  des  places  publiques,  qui  deviennent  de  véritables  centres  civiques  avec  un  
double  processus  :  
• spécialisation  autour  de  la  fonction  politique  (magistrats,  conseils,  sanctuaires)  
• délimitation   de   l'espace   de   la   place   publique   avec   la   construction   de   portiques  
(longues  barrières  monumentales)  destinés  à  l'isoler  du  reste  de  la  ville  (cf.  Thasos,  
Érétrie  ;  Cassopé,  Épire).  
Ensuite,  avec  l'enrichissement  de  la  panoplie  architecturale,  surtout  au  IVe  siècle.  C'est  une  
époque  de  grande  vitalité  et  de  créativité  pour  l'architecture.  
Cela   répond   à   des   nécessités   fonctionnelles   —   il   fallait   mettre   au   point   des   bâtiments  
adaptés   aux   nouvelles   exigences   politiques   et   administratives   —   mais   aussi   à   un   besoin  
d'ornementation,   pour   exalter   et   magnifier   la   cité,   et   marquer   ainsi   sa   puissance   (a  
contrario  :  Sparte  qui  choisit  de  rester  à  l'écart  de  ce  mouvement  et  de  conserver  son  aspect  
modeste  et  archaïque).  
Cela  concerne  les  édifices  de  l'agora  et  les  temples,  mais  aussi  les  enceintes,  les  édifices  de  
spectacles   (début   de   l'architecture   théâtrale),   l'architecture   utilitaire   aussi,   par   exemple  

23  
toute  l'hydraulique  :  égouts,  aqueducs,  fontaines,  puits,  dont  on  attend  autant  l'utilité  que  
l'agrément  et  la  beauté,  ou  encore  les  aménagements  portuaires.  
 
—  La  gestion  de  l'espace  urbain  
Un   peu   partout,   les   villes   se   sont   constituées   dans   un   cadre   juridique   et   administratif   très  
simple  et  parfois  rudimentaire,  voire  inexistant.  
Les   débuts   du   processus   urbain   se   sont   faits   sans   les   infrastructures   qui   deviennent  
nécessaires   dès   lors   que   la   ville   atteint   une   certaine   taille   et   une   certaine   population  
(adduction  et  évacuation  des  eaux,  propreté  de  la  voirie).  
Au   début,   le   seul   élément   qui   a   régulé   un   peu   le   développement   urbain   a   été   le   respect   des  
interdits  concernant  les  espaces  sacrés.  
Ce  n'est  qu'à  partir  du  Ve  siècle  que  les  choses  commencent  à  se  mettre  en  place,  parce  que  
certaines   villes   atteignent   un   seuil   où   il   devient   nécessaire   d'encadrer   la   vie   urbaine.   C'est  
l'apparition  des  premières  mesures  de  police.  
On  peut  en  donner  un  exemple  très  intéressant  avec  la  Stèle  du  port  à  Thasos.  
• Elle   mentionne   des   repères   topographiques   qui   ont   été   retrouvés   sur   le   terrain  ;  
l'agora  est  désigné  par  une  périphrase  :  «  Depuis  le  sanctuaire  des  Charites  jusqu'aux  
bâtiments  où  se  tiennent  et  le  change  et  le  banquet…  »  
• Une   série   des   prescriptions   destinées   à   protéger   le   domaine   public,   les   principales  
artères  et  l'agora  en  évitant  les  empiètements  (d'où  mis  en  place  de  bornages  qu'on  
retrouve  dans  de  nombreuses  villes,  cf.  le  Lapis  Niger  sur  le  forum  romain).  
• Mesures  de  police  :  propreté,  éviter  les  dégradations,  racolage.  
 
«  Depuis  la  rue  du  rivage.  [  ...  ]  du  sanctuaire  d'Héraclès.  Depuis  la  rue  du  sanctuaire  des  Charites.  Dans  cette  
rue,   interdiction   de   construire   un   seuil.   Ne   pas   puiser   d'eau   pour   [   ...   ].   Ne   pas   installer   de   puits   [ou   de  
barrières  ?].  Ne  pas  placer  de  [  ...  ].  Ne  pas  faire  de  [  ...  ].  Celui  qui  agira  en  violation  de  ces  prescriptions  devra  
verser   cent   statères   à   Apollon   Pythien   et   cent   statères   à   la   cité.   Les   arkhoi   sous   lesquels   aura   lieu   ce   délit  
procéderont   au   recouvrement.   Et   si   en   quelque   façon   l'amende   n'a   pas   été   inscrite   contre   l'auteur   du   délit,  
qu'il  ne  la  paie  pas  [  ...  ].  La  propreté  de  la  rue  sera  assurée  par  l'habitant,  chacun  devant  chez  lui.  Si  personne  
n'habite,  elle  sera  à  la  charge  du  propriétaire  du  bâtiment.  Et  les  [épistates]  nettoieront  eux-­‐mêmes  chaque  
mois.  Et  si  quelque  chose  tombe,  ils  agiront  [  ...  ].  Depuis  le  sanctuaire  d'Héraclès  jusqu'à  la  mer,  les  épistates  
nettoieront  cette  rue.  On  enlèvera  ce  qui  est  hors  des  immeubles  et  ce  qui  est  sur  la  rue,  chaque  fois  que  les  
arkhoi   l'ordonneront.   Celui   qui   n'agira   pas   en   quelque   point   conformément   aux   prescriptions   devra   verser   une  
hektè   par   jour   à   la   cité.   Les   épistates   procéderont   au   recouvrement   et   garderont   la   moitié   pour   eux-­‐mêmes.  
Sur   le   toit   des   immeubles   publics   qui   sont   dans   cette   rue,   personne   ne   montera   pour   regarder.   Et   aucune  
femme   ne   se   penchera   non   plus   à   la   fenêtre   pour   regarder.   Pour   toute   infraction,   l'habitant   devra   verser  
chaque  fois  un  statère  à  la  cité.  Les  épistates  procéderont  au  recouvrement  et  garderont  la  moitié  pour  eux-­‐
mêmes.   Depuis   la   saillie   du   balcon,   on   ne   fera   pas   couler   d'eau   dans   cette   rue.   En   cas   d'infraction,   on   devra  
verser   une   hèmiektè   par   jour,   moitié   à   la   cité   et   moitié   aux   épistates.   Les   épistates   procéderont   au  
recouvrement.   Depuis   le   sanctuaire   des   Charites   jusqu'aux   bâtiments   où   se   tiennent   et   le   change   et   le  
banquet,   et   en   suivant   la   rue   qui   longe   le   prytanée,   au   milieu   de   cet   espace,   on   ne   jettera   ni   n'entassera  
d'ordures.   Pour   toute   infraction,   on   devra   verser   chaque   fois,   aussi   souvent   que   l'infraction   sera   commise,   une  
hèmiektè  à  la  cité.  Les  épistates  procéderont  au  recouvrement  et  garderont  la  moitié  pour  eux-­‐mêmes.  Sinon,  
ils  devront  verser  le  double  à  Artémis  Hécate.  »    
(cité  par  Lafon,  Marc  et  Sartre  2011,  p.  98-­‐99).  
 
—  Morphologies  urbaines  
Là   aussi,   c'est   à   partir   du   milieu   du   Ve   siècle   que   l'on   voit   la   formule   orthogonale   devenir   un  
modèle  théorique  pour  l'établissement  des  plans  urbains.  

24  
Cf.   la   fondation   de   Thourioi   (façade   occidentale   du   golfe   de   Tarente)   en   446   ;   c'est   une  
colonie   panhellénique   dont   l'initiative   revient   à   Athènes   qui   cherche   à   ce   moment   à  
reprendre  son  expansion  en  Occident.    
Diodore   de   Sicile   décrit   cet   épisode   qui   montre   bien   que   désormais   le   découpage   régulier  
(qui   serait   dû   à   Hippodamos   de   Milet)   des   rues   et   des   îlots   est   entré   dans   les   mœurs   et   qu'il  
est   considéré   comme   une   condition   nécessaire   pour   donner   à   la   ville   une   disposition  
harmonieuse.  
Cf.  aussi  à  Lattara/Lattes  dans  le  Languedoc.  À  partir  du  milieu  du  Ve  siècle  la  ville  se  dote  
d'une   organisation   urbaine   nouvelle,   avec   la   création   de   trois   rues   principales   suivant   les  
directions   du   rempart   et   enserrant   un   noyau   central   triangulaire.   Entre   ces   voies   et  
l'enceinte  sont  mis  en  place  des  îlots  orthonormés,  séparés  par  des  ruelles,  avec  des  maisons  
quadrangulaires   faites   de   pierres   et   de   briques.   L'organisation   rationnelle   du   terrain   ainsi  
appliquée   selon   un   schéma   préconçu   trace   des   lignes   fortes   dans   le   paysage   urbain   qui  
perdureront  à  travers  les  siècles,  malgré  d'innombrables  transformations  de  détail,  jusqu'à  
l'orée  de  l'époque  romaine  
L'orthogonalité  devint  à  tel  point  la  norme  qu'on  y  eut  recours  y  compris  sur  des  sites  qui  n'y  
étaient   pas   adaptés.   En   revanche,   les   villes   qui   avaient   été   aménagées   depuis   déjà  
longtemps  ne  furent  pas  modifiées  (Rome,  Thasos).  
 
—  Espaces  urbains  
Premier  point  :  les  réalités  archéologiques  ne  montrent  pas  de  spécialisation  des  espaces.  
Les  temples  et  les  sanctuaires  sont  dispersés,  malgré  les  recommandations  des  philosophes.  
Les   activités   artisanales   sont   souvent   rejetées   en   dehors   de   la   ville   ou   sur   ses   marges,  
surtout  si  elles  sont  polluantes  (textile)  ou  si  elles  ont  besoin  d'eau  et  de  matières  premières    
(céramique)  et  cherchent  la  proximité  des  voies  de  circulation.  
Le  commerce  est  souvent  disséminé.  
Deuxième  point  :  en  ce  qui  concerne  l'aspect  résidentiel,  il  est  clair  qu'il  y  a  une  densification  
de   l'habitat.   Beaucoup   d'espaces   laissés   vides   dans   les   îlots   au   moment   de   la   fondation   sont  
occupés.   Se   développe   alors   un   élément   essentiel   de   la   vie   en   ville   :   la   mitoyenneté,   voire   la  
promiscuité.  Les  murs  sont  en  général  peu  épais  et  faciles  à  percer.  En  431,  surpris  par  une  
attaque  des  Thébains,  les  Platéens  font  ainsi  circuler  des  soldats  de  maison  en  maison.  
Troisième   point  :   mise   au   point   du   modèle   «  canonique  »   de   la   maison   méditerranéenne,  
promis  à  une  grande  postérité.  
• Elle   est   centrée   sur   une   cour,   autour   de   laquelle   se   répartissent   les   différentes  
pièces  ;   ces   pièces   ne   communiquent   généralement   pas   entre   elles   et   la   cour   sert  
d'espace  de  circulation  et  de  répartition,  c'est  un  puits  d'air  et  de  lumière.  Cette  cour  
devait  accueillir  beaucoup  d'activités  quotidiennes.  
• Les   pièces   sont   souvent   polyvalentes   et   accueillent   successivement   des   activités  
diverses  :  repos,  travail,  cuisine,  accueil,  etc.  Dans  la  plupart  des  cas,  il  n'y  a  que  trois  
ou  quatre  pièces  et  un  étage  ;  les  superficies  demeurent  réduites.  
Ce  modèle  est  celui  de  la  majorité  des  maisons  antiques.  Seul  l'habitat  aristocratique  et  celui  
des  plus  pauvres  en  diffèrent.  
On  connaît  encore  peu  au  Ve  siècle  de  grandes  maisons  aristocratiques,  comme  celle  qui  a  
été  fouillée  à  Érétrie  (625m2  ;  15  pièces  ;  mosaïques).  
Quatrième  point  :  (mixité  et  identité)   coexistence  de  locataires   et  de  propriétaires.  Dans  un  
cas   comme   dans   l'autre   l'éventail   est   très   large  :   le   Phèdre   de   Platon   paie   un   loyer   de   60  
drachmes,  et  il  y  a  des  propriétaires  de  quelques  mètres  carrés  dans  une  maison.  

25  
Il  n'y  a  pas  de  séparation  sociale,  riches  et  pauvres  partagent  les  mêmes  quartiers.  
L'identité   de   ces   quartiers   venait   souvent   de   la   présence   d'un   sanctuaire   (à   Thasos,  
Hippocrate  désigne  la  résidence  de  ses  patients  d'après  les  grands  sanctuaires),  ou  d'un  culte  
commun  :  dans  beaucoup  de  villes,  comme  à  Rome,  il  y  avait  des  autels  aux  carrefours.  
 
   

26  
Séance  6  
LA  MISE  EN  PLACE  DU  MODELE  CIVIQUE  ET  LE  DÉVELOPPEMENT  URBAIN    
À  L'EPOQUE  CLASSIQUE  (III)  
(v.  500  -­‐  v.  300)  
 
D-­‐  Économie  et  société  urbaines  à  l’âge  classique  
 
On   a   vu   plus   haut   que   le   grand   sociologue   allemand   Max   Weber   (1864-­‐1920)   avait  
développé   l’idée   que   la   ville   antique   était   essentiellement   une   ville   de   consommateurs.  
Cette   idée   a   été   reprise   par   l’historien   anglais   M.  I.  Finley   (1912-­‐1986),   qui   l’a   systématisée.  
Pour  lui,  les  villes  antiques  n’avaient  qu’un  rôle  économique  limité.  La  production  se  faisait  
essentiellement  dans  le  monde  rural  ;  la  ressource  essentielle  était  l’agriculture.  
Les   villes   vivaient   des   taxes,   rentes   et   produits   qu’elles   tiraient   de   la   campagne,   qu’elles  
dominaient.  Elles  comptaient  surtout  des  rentiers  du  sol,  avec  leur  clientèle,  mais  très  peu  
de  producteurs,  et  ces  derniers  comptaient  peu  sur  le  plan  politique  et  social.  
La   ville   antique   était   donc   un   centre   de   consommation   plus   que   de   manufacture   ou   de  
commerce,   et   le   processus   d’urbanisation   résultait   plus   d’un   modèle   culturel   (la   cité,  
l’évergétisme)   que   du   développement   économique.   L’artisanat   urbain   était   limité   et   destiné  
à  la  consommation  urbaine.    
Il  y  a  eu  un  débat  sur  cette  question.  Signalons  quelques  prises  de  position  :  
• Christian  Goudineau  (1980)  a  poussé  encore  plus  loin  la  position  de  Finley  :  la  ville  vit  
aux   dépens   de   la   campagne,   mais   ne   produit   guère   pour   elle  ;   on   peut   parler   de  
«  ville  parasite  ».  
• Philippe   Leveau   (1984)   a   étudié   Césarée   de   Maurétanie   à   l’époque   romaine  ;   il   a  
élaboré   une   vision   plus   positive   du   rôle   de   la   ville   qui   constitue   et   organise   son  
territoire  ;  il  parle  de  «  cité  organisatrice  ».  
• Donald  Engels  (1990)  a  étudié  Corinthe  à  l’époque  romaine  et  a  réévalué  lui  aussi  le  
rôle  de  la  ville  :  il  a  développé  l’idée  de  «  ville  de  services  ».  
• Hinnerk  Bruhns  (1998)  est  revenu  pour  sa  part  sur  les  termes  mêmes  de  ce  débat,  à  
travers   la   notion   de   cité   de   consommation   chez   Weber  ;   il   montre   que   cet  
«  idéaltype  »   correspond   en   fait   à   l’idée   suivante  :   la   cité   ne   considère   pas   ses  
ressortissants   comme   des   producteurs   mais   comme   des   consommateurs,   ce   qui   veut  
dire  entre  autres  choses  qu’elle  s’occupe  en  priorité  de  leur  approvisionnement.  
Aujourd’hui  la  conception  finleyienne  est  largement  abandonnée.  Plus  personne  ne  nie  que  
les   villes   antiques,   en   tout   cas   nombre   d’entre   elles,   aient   connu   d’importantes   activités  
commerciales,  artisanales  et  de  service.  
 
—  La  montée  du  marché  urbain  et  la  diversification  économique  
Par   sa   concentration   d’habitants,   la   ville   constitue   un   marché,   un   «  pôle   de   demande  
concentrée  ».   Et   durant   la   période   classique,   l’augmentation   de   la   population   urbaine  
entraîne  l’accroissement  de  ce  marché  avec  des  conséquences  qualitatives  et  quantitatives.  
L’approvisionnement  en  grains  
Une  bonne  part  de  l’approvisionnement  provient  de  la  campagne  environnante,  du  territoire  
de   la   cité   (chôra,   ager)   mais   cela   ne   suffit   pas   toujours.   Quand   la   population   urbaine  
augmentait   rapidement,   l’équilibre   alimentaire   entre   la   ville   et   la   campagne   pouvait   se  
trouver   rompu   et   il   fallait   alors   recourir   à   des   importations.   Des   crises   ou   des   mauvaises  
récoltes  pouvaient  produire  le  même  effet.  

27  
L’exemple   d’Athènes   est   bien   connu.   À   l’époque   de   Démosthène   (IVe   siècle),   elle   avait  
besoin  de  800  000  médimnes/an  =  environ  32  000  tonnes  (1  médimne  =  6  modii,  soit  c.  52,5  
litres  ou  c.  40  kg).  
Pour  assurer  ses  besoins,  Athènes  entretient  des  relations  avec  les  régions  productrices  de  
blé,  notamment  les  roitelets  du  Bosphore  cimmérien.  
D’autre   part,   il   existe   une   législation   assez   contraignante   concernant   la   circulation   et   le  
commerce  des  grains,  par  exemple  :  
• les  épimélètes  surveillent  la  circulation  des  grains  dans  le  port  du  Pirée  et  veillent  à  
ce  que  toute  cargaison  de  grains  en  transit  y  laisse  les  deux  tiers  de  son  chargement  
• les   citoyens   et   métèques   n’ont   le   droit   de   transporter   que   des   grains   à   destination  
d’Athènes  
• les   sitophulakes   contrôlent   les   transactions   de   grains   dans   la   cité   et   veillent   en  
particulier  au  respect  des  prix  de  vente.  
D’autres   cités,   comme   Milet   ou   Rhoses   ont   développé   le   même   type   de   politique  
d’encadrement  concernant  les  subsistances.  
Les  autres  produits  commerciaux  et  la  monétarisation  
Beaucoup   d’autres   produits   font   l’objet   d’un   commerce,   de   gros   ou   de   détail,   à   plus   ou  
moins  longue  distance.  
À  Athènes,  il  y  a  plusieurs  agora  (marchés)  :  fromages,  blés,  légumes,  manteaux…  
La   croissance   commerciale   s’accompagne   du   développement   de   la   monétarisation   de  
l’économie  
• hausse  de  la  masse  monétaire  (Athènes  de  ce  point  de  vue  bénéficie  de  la  manne  des  
mines  d’argent  du  Laurion  qui  lui  permettent  de  régler  ses  importations)  
• dénominations  monétaires  de  plus  en  plus  petites  (monnaies  divisionnaires)  
• et  aussi,  développement  de  la  banque  et  du  crédit.  
Les  cités  qui  profitent  le  plus  de  tout  ce  mouvement  d’activité  commerciale  sont  celles  qui  
disposent   d’une   façade   maritime   et   d’un   port  :   Athènes   bien   sûr,   mais   aussi   Égine,   Corinthe,  
Milet,  Rhodes…  
Les  activités  de  fabrication  
Plusieurs  activités  artisanales  d’importance  sont  attestées  à  Athènes  comme    :  
• ateliers  de  métallurgie  (épées,  boucliers,  couteaux…)  
• ateliers   textiles  ;   l’ensemble   de   la   filière   est   représentée,   pour   la   laine,   le   lin   et   le  
chanvre  :  filage,  tissage,  confection  
• céramique  
• tannerie  et  travail  du  cuir  
• activités  liées  à  la  construction  navale  :  charpente,  voiles,  cordages…  
Les   ateliers   sont   le   plus   souvent   de   taille   modeste,   dans   un   cadre   familial.   Certains  
cependant  étaient  plus  grands,  avec  une  main  d’œuvre  d’esclaves  ou  de  dépendants  (pas  de  
salariés).  Les  plus  importants  employaient  jusqu’à  plusieurs  dizaines  d’esclaves  :  
• l’atelier  de  couteaux  du  père  de  Démosthène  employait  une  trentaine  de  personnes  
• celui   de   boucliers   du   père   de   Lysias,   que   Périclès   fait   venir   de   Syracuse,   employait  
120  esclaves  dans  une  maison  du  Pirée.  
Les  services  
La  ville  se  définit  par  la  fourniture  d’une  économie  de  services,  à  plusieurs  niveaux.  
En   tant   que   chef-­‐lieu   de   la   chôra,   elle   concentre   les   activités   politiques,   religieuses,  
administratives,   qui   attirent   la   population   environnante.   On   peut   ici   développer   l’exemple  

28  
des   sanctuaires   qui   attiraient   des   foules   importantes,   spécialement   lorsqu’ils   avaient,   une  
renommée  s’étendant  à  tout  le  monde  grec  :  
• Delphes  (dévotions  à  Apollon,  jeux  Pythiques,  consultation  de  la  Pythie)  
• Épidaure  (sanctuaire  d’Esculape,  cure  et  guérison)…  
On   trouve   aussi   en   ville   toute   une   gamme   de   métiers   de   service,   depuis   le   médecin,   le  
professeur,  tous  les  métiers  liés  au  transport,  les  danseurs,  musiciens,  prostitué(e)s.  
Au  total,  le  développement  urbain  a  entraîné  une  diversification  de  son  activité  économique  
qui   se   marque   par   un   nombre   de   métiers   de   plus   en   plus   important,   et   dont   les   sources  
épigraphiques  et  littéraires  rendent  bien  compte  (cf.  Xénophon,  Cyropédie,  8.2.5).  
 
—  L’apparition  d’une  société  urbaine  
Il   faut   peut-­‐être   commencer   par   évoquer   le   façonnement   d’un   mode   de   vie   urbain   qui   se  
distingue  de  la  vie  à  la  campagne  à  travers  un  certain  nombre  de  caractéristiques  propres  :  
• des   lieux   spécifiques   de   la   ville,   comme   l’agora   ou   le   gymnase,   mais   aussi   tout  
simplement   la   rue  ;   tous   ces   espaces   collectifs   sont   des   endroits   de   promenades,  
rencontres,  discussions,  échanges,  où  tout  circule  très  vite  
• des   fêtes   et   cérémonies   fréquentes  ;   à   Athènes,   au   moins   120   jours   par   an   sont  
consacrés   à   des   célébrations   dont   les   plus   connues   sont   les   Panathénées   et   les  
Dionysies,  avec  cortèges,  cérémonies  et  banquets  
• les   fêtes   religieuses   donnent   lieu   à   l’éclosion   d’une   vie   culturelle   spécifiquement  
urbaine,  surtout  avec  les  concours  de  théâtre  ;  tout  en  restant  liée  au  rituel  religieux,  
l’activité  théâtrale  tend  à  s’autonomiser  et  à  se  professionnaliser  au  IVe  siècle  
• la  ville  attire  aussi  les  lettrés  et  les  intellectuels,  et  voit  le  développement  de  l’activité  
scientifique  et  de  l’enseignement.  
Évolution  du  rapport  ville/campagne  
C’est  vers  le  milieu  du  Ve  siècle  que  commence  à  apparaître  dans  les  sources  anciennes,  et  
surtout  athéniennes,  un  début  de  prise  de  conscience  d’une  différence  entre  les  citadins  et  
les  ruraux,  cf.  les  pièces  d’Aristophane  où  le  campagnard  est  décrit  comme  un  être  un  peu  
rustre,  sympathique  et  naïf  —  un  poncif  promis  à  un  grand  avenir.  
Le  rapport  social/culturel  entre  la  ville  et  la  campagne  est  en  fait  ambivalent  :  
• il  y  a  cette  différence  exprimée  entre  le  campagnard  rustaud  et  l’homme  de  la  ville  
plus  ouvert  et  plus  évolué  
• en   même   temps,   de   nombreux   urbains   conservent   des   liens   avec   la   campagne,   ne  
serait-­‐ce  que  par  le  biais  de  la  propriété  foncière  (d’après  Denys  d’Halicarnasse  [Sur  
Lysias,  34],  en  403  a.C.  seuls  500  Athéniens  n’étaient  pas  propriétaires  terriens)  
• il   existe   aussi   une   valorisation   des   vertus   rurales,   terriennes,   et   de   la   vie   à   la  
campagne  (Rome,  Virgile).  
Surtout,   il   ne   faut   pas   négliger   que   la   distinction   fondamentale   n’est   pas   celle   qui   oppose  
rural  et  urbain  mais  celle  qui  sépare  les  citoyens  des  non-­‐citoyens.  
Les  transformations  sociales  
Les  sociétés  antiques  étaient  fondées  sur  les  statuts  :  citoyens/non  citoyens,  esclaves/libres.  
Quelles   étaient   les   autres   lignes   de   partage  ?   Les   Anciens   ne   les   ont   guère   exprimées   et   leur  
perception/représentation   de   la   société   était   assez   sommaire   et   se   limitait   le   plus   souvent   à  
distinguer   les   riches   et   les   pauvres,   «  ceux   qui   ont   le   nécessaire  »   et   ceux   qui   ne   l’ont   pas  
(Aristote,  Platon,  Xénophon),  ou  encore  ceux  qui  doivent  travailler  pour  vivre  et  ceux  à  qui  
leur   fortune   permet   de   ne   pas   avoir   à   gagner   leur   vie,   et   qui   ont   donc   le   loisir   de   se  
consacrer  à  la  vie  publique.  

29  
Les  historiens  essaient  de  repérer  d’autres  signes  de  différenciation  et  d’évolution  sociale.    
La   première   difficulté   est   de   définir   les   critères   de   la   richesse  ;   qu’est-­‐ce   qu’un   riche   à  
Athènes  aux  Ve-­‐IVe  siècles  ?  
• on  peut  proposer  de  considérer  comme  riche,  et  placer  au  sommet  de  la  société  ceux  
qui   ont   accès   à   certaines   activités   considérées   comme   «  aristocratiques  »  :   l’accès   au  
gymnase   et   aux   concours   gymniques,   la   participation   aux   symposia,   banquets  
communs…  
• on   peut   aussi   recouper   avec   le   groupe   de   ceux   qui   accèdent   à   certaines  
magistratures   comme   les   chorégies   d’Athènes   dont   la   charge   financière   très  
importante   (de   20   à   50   mines)   nécessitait   une   fortune   conséquente  ;   mais   ce   groupe  
est  mal  connu  et  on  ignore  l’origine  de  leur  fortune.  
D’autre   part,   on   s’efforce   de   distinguer   la   progression   et   l’enrichissement   de   certains  
groupes  dont  l’essor  est  lié  au  développement  urbain  et  à  la  diversification  à  l’œuvre  dans  
les  sociétés  urbaine  :  
• ainsi,   dans   le   Contre   Apatourios,   Démosthène   défend   un   individu   qui   s’est  
suffisamment  enrichi  dans  le  commerce  maritime  pour  pouvoir  se  porter  garant  pour  
une   somme   de   30   mines  ;   cela   montre   le   développement   de   ce   groupe   dont   les  
possibilités  d’enrichissement  étaient  importantes  ;    
• sur  l’acropole  d’Athènes,  on  a  retrouvé  de  nombreuses  consécrations  faites  par  des  
artisans,   foulons,   tanneurs,   bronziers,   charpentiers,   scribes,   peintre…  ;   il   y   a   toute  
une  gamme  d’offrandes,  depuis  le  vase  de  terre  cuite  jusqu’à  de  coûteux  reliefs  de  
marbre  ;   on   voit   ici   que   ces   métiers   pouvaient   permettre   d’accéder   à   un   degré  
d’aisance   assez   élevé,   voire   à   une   petite   fortune   qui   plaçait   à   un   niveau   plutôt  
enviable  de  l’échelle  sociale.  
On  le  voit,  il  est  difficile  de  définir  précisément  quels  sont  les  groupes  qui  tiennent  le  haut  du  
pavé,   comme   de   mesurer   le   degré   de   mobilité   dans   une   société,   pourtant   assez   bien  
documentée,  comme  celle  de  l’Athènes  classique.  
La  représentation  sociale  
De  plus,  il  faut  aussi  tenir  compte  d’un  élément  important  qui  est  la  représentation  sociale  
ou   si   l’on   préfère   l’image   la   société   se   donne   d’elle   même   et   les   critères   sur   lesquels   elle   est  
fondée.  
L’élément  essentiel  est  la  propriété  foncière.  
D’abord   parce   que   le   citoyen   est   par   définition   un   propriétaire,   même   modeste.   Ensuite  
parce   que   le   revenu   de   la   terre,   la   rente   foncière,   est   ce   qui   permet   d’assurer   une   existence  
de  loisir,  dès  lors  que  l’on  accède  à  un  certain  niveau.  
Cela   n’exclut   pas   de   se   livrer   à   une   autre   activité,   comme   le   commerce   ou   l’artisanat.   Le  
propriétaire   peut   vendre   sa   production,   il   peut   aussi   installer   des   ateliers   sur   ses   terres   ou   il  
fait   travailler   des   dépendants.   Ce   n’est   pas   un   marchand   ou   un   artisan,   mais   un   propriétaire  
qui  fait  du  commerce  et  de  l’artisanat.  
En  effet,  l’exercice  de  ces  activités  est  considéré  comme  peu  honorable  dès  lors  qu’il  est  la  
seule  source  de  revenu  et  surtout  s’il  donne  lieu  à  un  travail  manuel.  
Les  étrangers  
Certaines   cités,   notamment   les   cités   «  maritimes  »   et   surtout   les   plus   dynamiques   d’entre  
elles,  attiraient  beaucoup  d’étrangers,  marchands,  artisans,  artistes,  lettrés…  
Beaucoup   venaient   d’autres   cités   grecques,   mais   il   y   avait   aussi   qui   venaient   d’Orient   ou  
d’Égypte.  

30  
Athènes  était  selon  Thucydide  (2.39.1)  une  cité  accueillante  aux  étrangers  (métèques),  dont  
beaucoup  à  vrai  dire  résidaient  en  fait  au  Pirée.  
Les  autorités  civiques  toléraient  parfois  que  ces  communautés  s’organisent  en  associations  
d’entraide,   autour   de   cultes   et   de   sanctuaires   communs.   Au   début   de   la   République   de  
Platon,  Socrate  se  rend  au  Pirée  avec  ses  amis  pour  assister  à  une  procession  nocturne  des  
Thraces  dévots  de  la  déesse  Bendis.  
Dans  le  courant  du  IVe  siècle,  la  cité  accorde  aux  métèques  ou  au  moins  à  certains  d’entre  
eux   un   certain   nombre   de   droits   réservés   aux   citoyens,   comme   par   exemple   celui   de   faire  
construire  une  maison.  À  cette  époque  d’ailleurs,  certains  hommes  politiques  athéniens  se  
montrent  favorables  à  l’installation  d’étrangers  à  Athènes.  
Les   esclaves  sont  très  peu  connus.  Aux  dires  des  contemporains,  ils  étaient  très  nombreux  
mais  on  ignore  quelle  proportion  de  la  population  ils  pouvaient  représenter.  
 
—  Tensions  et  cohésion  dans  la  société  urbaine  
La  société  civique  repose  sur  le  dèmos  (populus),  le  corps  civique,  l’ensemble  des  citoyens.  
Mais  ce  n’est  qu’une  construction  juridique  et  institutionnelle.  Dans  sa  réalité,  le  dèmos  est  
traversé   par   des   différences   de   richesse   qui   peuvent   être   considérables   et   des   intérêts  
divergents,   et   le   supposé   consensus   civique   n’empêche   pas   des   conflits   qui   peuvent   être  
violents,  comme  on  le  voit  à  Rome  avec  l’opposition  entre  patriciens  et  plébéiens.  
La  question  des  terres  et  celle  des  dettes  constituent  les  enjeux  les  plus  fréquents  dans  les  
affrontements  entre  groupes  sociaux.  
Dans  les  faits,  s’il  y  a  une  réalité  qui  s’impose  c’est  que  les  cités  sont  dominées  par  les  élites,  
qui   se   disputent   le   pouvoir   à   travers   notamment   l’exercice   des   magistratures   les   plus  
importantes.   Le   rôle   politique   de   la   masse   du   peuple   se   réduit   souvent   à   être  
instrumentalisé  dans  ces  luttes  internes.  
Il  existait  des  formes  de  redistribution  dans  les  sociétés  civiques,  afin  de  limiter  les  effets  des  
discordes  civiles  et  de  pallier  les  risques  de  désagrégation  du  corps  civique.    
En   Grèce,   ils   passaient   par   l’exercice   des   liturgies   et   des   bienfaits   que   la   classe   dirigeante  
dispensait   aux   catégories   inférieures.   Cela   permettait   aussi   aux   élites   de   justifier   et   de  
légitimer   leur   domination   sociale   et   politique,   et   de   faire   en   sorte   que   l’idéal   civique  
d’égalité  politique  ne  soit  (trop)  contredit  par  la  réalité  des  inégalités  sociales.  
 
CONCLUSION  
 
À  la  fin  de  l'époque  classique,  la  cité  s'impose  comme  le  modèle  politique  dominant  dans  le  
monde  méditerranéen  et  ses  marges.  Le  monde  grec  en  particulier  est  parcellisé  en  plusieurs  
centaines   voire   milliers   de   cités.   La   ville   est   devenue   une   réalité   à   part   entière,   autant   sur   le  
plan  matériel  que  sur  celui  de  la  représentation  qu'elle  a  et  donne  d'elle-­‐même.  
Cependant,  il  ne  faut  pas  confondre  complètement  le  nombre  de  cités  avec  l’urbanisation.  
Beaucoup  de  cités  ne  sont  que  de  petits  bourgs  que  seuls  un  territoire  propre  et  l’autonomie  
politique  permettent  de  qualifier  de  cité.  
Dans   le   processus   de   développement   de   la   cité,   l’historiographie   a   mis   l’accent   mis   sur   la  
ville,   mais   cela   ne   doit   pas   faire   négliger   le   rôle   essentiel   qu’y   a   joué   la   campagne.   La   cité  
mêle   indissolublement   les   deux,   la   ville   et   la   campagne.   L’économie   repose   largement   sur   la  
production   agricole   et   une   large   part   de   la   population   civique   demeure   rurale.   Ainsi,   au  
moment  de  l’installation  d’une  large  part  de  la  population  rurale  athénienne  à  l’intérieur  des  
Longs   Murs,   Thucydide   insiste   sur   l’attachement   de   cette   population   à   ses   villages.   On   a  

31  
évoqué   l’ambivalence   de   cette   société   qui   développe   un   mode   de   vie   urbain   tout   en   restant  
profondément  attachée  aux  valeurs  terriennes.    
 
   

32  
 
2e  semestre  
L’APOGEE  DE  LA  CIVILISATION  URBAINE  DE  L’ANTIQUITE  
 
Séance  7  
UN  MONDE  DE  CITÉS  
(v.  300  a.C.-­‐v.  300  p.C.)  
 
Cette   deuxième   partie   couvre   un   cadre   chronologique   allant   du   début   de   la   période  
hellénistique   et   du   moment   où   la   République   romaine   devient   une   puissance   régionale   en  
Méditerranée  occidentale  jusqu’à  la  fin  du  Haut-­‐Empire.  
Cette   période   voit   le   triomphe   du   modèle   civique/urbain   =   à   la   fois   modèle   politique   et  
modèle   d'organisation   territoriale   polarisé   sur   un   centre   urbain.   Le   phénomène   urbain  
occupe  alors  une  place  qu'il  n'a  souvent  retrouvée  qu'à  l'époque  contemporaine.  
Cela  confère  une  grande  unité  à  toute  cette  période  et  à  cette  région  centrée  sur  le  monde  
méditerranéen.  
Un   point   très   important  :   le   développement   de   grandes   entités   politiques,   à   la   fois  
territoriales   et   monarchiques,   l'Empire   d'Alexandre,   les   royaumes   de   ses   successeurs,  
l'Empire  romain  n'ont  absolument  pas  nui  à  ce  modèle,  bien  au  contraire.  Il  en  a  largement  
bénéficié  
• d'une   part,   parce   ces   entités   sont   elles-­‐mêmes   issues   du   modèle   civique  ;   Aristote  
enseigne   à   Alexandre  :   «  Il   faut   être   pareillement   le   bienfaiteur   des   grandes   et   des  
petites  cités  :  les  dieux,  en  effet,  sont  égaux  dans  les  unes  et  dans  les  autres  »  (fr.  656  
Rose)  ;  Rome  est  d'abord  une  cité  avant  de  devenir  un  Empire  
• d'autre  part,  parce  que  ces  entités  dans  leur  fonctionnement  s'appuient  sur  les  cités  ;  
celles-­‐ci  sont  en  fait  constitutives  du  modèle  impérial  antique  lui-­‐même.  
• enfin,   parce   que   ces   entités   ont   propagé   le   modèle   civique   dans   des   régions   où   il  
n'existait  pas  ou  n'était  qu'embryonnaire.  
C'est  dans  cette  période  que  se  crée  l'assimilation  entre  la  ville  et  la  civilisation  =  l'idée  que  
le  passage  à  la  ville  et  au  modèle  civique  est  synonyme  de  progrès.  
Une  conséquence  très  importante  :  le  réseau  urbain  européen  actuel  est  largement  l'héritier  
de   celui   de   cette   période   à   la   fois   sur   le   plan   de   la   densité,   des   réseaux   et   de   leur  
hiérarchisation.  
Trois   parties   dans   le   cours   de   ce   semestre,   qui   est   davantage   tourné   vers   Rome   et   le   monde  
romain  
• Un  monde  de  cités  :  évaluation  de  la  pesée  globale  du  phénomène  urbain  (séance  7)  
• Le  modèle  impérial  romain  et  sa  diffusion  (séances  8  et  9)  
• L’apogée  de  la  civilisation  urbaine,  politique,  société,  économie  (séances  10,  11  et  12).  
NB-­‐   Les   questions   de   l’urbanisme,   des   édifices   civiques   et   de   l'habitat   ne   sont   pas   traitées   en  
cours  mais  abordées  en  TD  sur  la  base  d’exemples  concrets.  
 
A-­‐  L’urbanisation  du  IIIe  au  Ier  siècle  a.C.  :  données  globales  
 
—  Dans  le  monde  grec  
Accélération  et  amplification  du  phénomène  urbain  

33  
Dans  le  cadre  civique  traditionnel,  où  l'on  a  beaucoup  de  refondations  (par  exemple  à  Cnide,  
en   Carie,   sud   de   la   Turquie,   où   la   cité   déménage   sur   un   nouveau   site   plus   propice  à   l'activité  
portuaire).  
Surtout   dans   les   royaumes   hellénistiques  ;   les   souverains   sont   de   grands   incitateurs   et  
fondateurs  de  villes,  pour  des  raisons  de  prestige  (les  villes  nouvelles  portent  souvent  leur  
nom),   mais   aussi   des   raisons   administratives   et   politiques.   Exemple   type  :   Alexandrie,  
fondée  par  Alexandre  en  331.  Devient  la  capitale  du  royaume  lagides  des  Ptolémées.  
Ce  mouvement  d'urbanisation  est  particulièrement  impressionnant  en  Asie  mineure  :  au  Ier  
siècle  p.C.,  il  y  a  154  cités  frappant  monnaie.  L'entrée  dans  le  mode  romain  ne  freine  en  rien  
ce  phénomène  :  il  y  en  a  246  au  IIIe  siècle,  et  au  minimum  300  cités.  
Certes,   des   inégalités   existent   entre   des   régions   saturées   de   villes   et   d'autres   beaucoup  
moins.  
Exemple   :   en   65   a.C.,   lors   de   ses   campagnes   en   Orient,   Pompée   crée   la   nouvelle   province   de  
Pont-­‐Bithynie   à   partir   de   l’ancien   royaume   du   Pont  :   en   Bithynie,   il   peut   s’appuyer   sur   le  
réseau   urbain   et   civique   existant,   mais   dans   le   Pont,   région   plus   rurale,   il   doit   ériger   trois  
agglomérations   existantes   en   cités,   en   créer   trois   nouvelles   par   synœcisme   et   poursuivre  
l’aménagement   de   la   cité   d’Eupatoria,   fondée   peu   de   temps   auparavant   par   Mithridate   et  
qu’il  rebaptise  Magnopolis  (Cn.  Pompeius  Magnus).  
Hiérarchisations  
Il  y  a  une  hiérarchie  fondée  sur  des  critères  politiques,  économiques,  religieux,  mais  à  cette  
époque  d'autres  éléments  interviennent  :  
• entre   les   cités-­‐États   qui   échappent   complètement   à   l'autorité   des   rois   (Rhodes,  
Byzance,   Sparte...),   celles   qui   essaient   de   maintenir   leur   liberté   (Milet,   Éphèse,  
Athènes  par  épisode),  celles  qui  ont  perdu  leur  indépendance  et  jouissent  seulement  
de   l'autonomie   que   le   roi   (ou   l'empereur)   consent   à   leur   laisser   (les   plus  
nombreuses)  ;  
• dans   cette   dernière   catégorie,   on   distingue   les   "villes-­‐têtes",   les   capitales   royales,  
puis   les   capitales   de   subdivisions   administratives,   celles   qui   sont   des   cités   de   plein  
exercice,   et   celles   qui   ne   sont   qu'une   simple   agglomération   sans   statut,   guère   plus  
qu'un  village  ;  
• il  y  aussi  des  cités  qui  bénéficient  d'un  statut  privilégié  ou  de  faveurs  spéciales,  par  
exemple  l'asylie  (=  droit  d'échapper  aux  saisies  et  aux  représailles  en  temps  de  guerre,  
qui  ne  vaut  que  si  tous  les  États  le  reconnaissent)  ;  immunité  fiscale  ;  sanctuaire  du  
culte   impérial   (néocorie)  ;   siège   de   juridiction   (assises   du   gouverneur   sous   l'Empire  
romain,  conventus).  
Tout   cela   entraîne   le   développement   de   l'esprit   de   clocher   (campanilisme  ;   patriotisme  
municipal)   et   une   situation   de   concurrence   et   de   rivalités   entre   les   cités,   et   surtout   à   vrai  
dire  entre  des  couples  de  cité,  par  exemple  Éphèse  et  Pergame.  
 
—  Dans  le  monde  occidental  
Entre   le   IVe   et   le   IIIe   siècles,   se   place   la   conquête   de   l'Italie   péninsulaire   par   Rome,  
considérée  comme  achevée  dans  les  années  270  (272,  prise  de  Tarente).  
Les  Guerres  puniques  ralentissent  un  temps  le  mouvement,  mais  la  victoire  finale  de  Rome  
le  relance  et  au  début  du  IIe  siècle,  toute  l'Italie,  y  compris  la  plaine  du  Pô,  est  complètement  
conquise   (plus   la   Sicile   et   la   Sardaigne,   qui   ne   font   toutefois   pas   partie   de   l’Italie   et   sont   des  
provinces).  
La  colonisation  romaine  de  l'Italie  

34  
Comment   Rome   organise   cette   Italie   «  romaine  »  ?   pour   cela,   différentes   formules   de  
contrôle  et  d'intégration  sont  mises  en  œuvre.  
En   premier   lieu,   mise   en   place   d'un   réseau   urbain   en   grande   partie   nouveau,   celui   des  
«  colonies  »,   qui   s'accompagne   de   déplacements   de   population   (plusieurs   dizaines   de  
milliers  de  personnes  au  moins,  et  probablement  bien  plus  d'une  centaine  de  milliers).  
Il  y  a  deux  sortes  de  colonies  :  
• des   fondations   urbaines   autonomes  :   les   colonies   «  latines  »,   qui   reçoivent   un  
territoire   assez   étendu   (à   Cosa,   25   x   50   km   =   1250   km2),   des   institutions   propres  
(assemblée,   magistrats),   une   population   importante   (plusieurs   milliers   de   citoyens  
«  latins  »)  ;  elles  sont  établies  dans  les  régions  éloignées  de  Rome  ;  
• des   fondations   militaires   dépendant   de   Rome   et   n'ayant   aucune   autonomie  
politique  :   les   colonies   de   citoyens   romains,   leur   territoire   est   plus   restreint,   tout  
comme  leurs  effectifs  (300  colons)  ;  ce  sont  avant  tout  des  forteresses  pour  défendre  
Rome,   sur   une   position   stratégique,   et   presqu'exclusivement   sur   le   littoral   (cf.   les  
clérouquies  athéniennes  du  Ve  siècle).  
Tous   ces   établissements   sont   pourvus   d'une   enceinte  ;   leur   espace   intérieur   est   organisé   sur  
la  base  d'une  voirie  orthogonale  autour  de  deux  axes  principaux,  le  cardo  et  le  decumanus  ;  
un  espace  public  est  ménagé  où  se  concentrent  les  activités  communes,  le  forum.  
Ces   établissements   se   dotent   progressivement   d'une   parure   monumentale   inspirée   du  
modèle  romain  (capitole,  basilique…)  et  financée  par  les  élites  locales.  
La  «  municipalisation  »  de  l'Italie,  modèle  pour  l'Occident  
Au   début   du   Ier   siècle   a.C.,   les   peuples   italiens   soumis   et   «  alliés  »   à   Rome   réclament   de   plus  
en  plus  fortement  l'accès  à  la  citoyenneté  romaine,  et  comme  ils  se  heurtent  à  un  refus,  la  
guerre  éclate.  C'est  la  Guerre  sociale,  la  Guerre  «  des  alliés  »  (du  latin  socius,  allié),  de  91  à  
89.  
Rome   soumet   difficilement   les   peuples   révoltés   mais   doit   accorder   la   citoyenneté   aux  
Italiens   (loi   Plautia   Papiria   en   89).   En   49   a.C.,   César   l'accorde   aux   habitants   de   la   Gaule  
cisalpine  (Italie  padane).  
Toutes   les   cités   italiennes   au   sud   du   Rubicon   deviennent   alors   progressivement   des  
municipes.  
Le  municipium  est  une  petite  communauté  autonome  mais  romaine,  c'est-­‐à-­‐dire  contrôlée  
par  Rome.  
C'est  la  solution  imaginée  par  Rome  pour,  à  la  fois  :  
—  consolider  son  emprise  sur  l'Italie  ;  donc  un  moyen  de  subordination  
—   unifier   toutes   ces   communautés   qui   appartenaient   à   des   régions   et   des   traditions  
différentes  ;  moyen  de  romanisation.  
Cette   solution   a   été   ensuite   utilisée   également   pour   de   nombreuses   communautés  
pérégrines   de   l'Occident   romain,   en   Gaule,   en   Espagne,   en   Afrique,   avec   le   statut   de  
municipe  latin  et  de  municipe  romain.  
Les  oppida  de  l'Europe  celtique  
Ce   phénomène   concerne   l'ensemble   de   l'Europe   celtique,   de   l'Angleterre   à   l'Ukraine,   mais  
plus  spécialement  la  zone  centrale,  entre  la  Hongrie  et  la  France  du  Centre.  
Le   terme   oppidum   (au   pluriel   oppida)   est   celui   utilisé   par   les   auteurs   latins,   par   exemple  
Pline  l’Ancien,  pour  désigner  un  établissement  urbain  en  général,  et  c’est  celui  qu’utilise  en  
particulier  César  pour  ces  «  villes  »  celtiques  en  Gaule.  

35  
Jusqu'au  début  du  IIe  siècle,  le  monde  celte  avait  connu  des  systèmes  d'habitat  ouverts.  Mais,  
à  partir  de  ce  moment,  apparaissent  dans  cette  région  de  nouvelles  formes  d'agglomérations,  
caractérisées  par  :  
• des  enceintes  
• une  superficie  importante,  comprise  en  général  entre  50  et  150  ha.  
L'intérieur   de   ces   agglomérations   est   encore   peu   connu,   faute   de   fouilles   archéologiques.   Le  
mieux   connu   est   Bibracte,   en   Gaule   (aujourd'hui   Le   Mont   Beuvray,   Saône-­‐et-­‐Loire),   la  
capitale  du  peuple  des  Éduens.  
On   sait   seulement   qu'il   y   avait   de   l'habitat,   des   zones   cultuelles   et   des   zones   d'activités  
artisanales  et  commerciales.  
On   voit   aussi   des   phénomènes   de   hiérarchisation   des   oppida,   comme   dans   le   territoire   du  
peuple  des  Bituriges,  dans  le  Berry  actuel,  autour  de  la  capitale,  Avaricum.  
Les  oppida  celtiques,  même  s'ils  sont  encore  mal  connus,  traduisent  le  développement  des  
sociétés  celtiques,  et  le  début  d'un  processus  d'urbanisation.    
Ils  constituent  un  modèle  original  de  phénomène  urbain  sans  système  civique.  
Dans  les  régions  conquises  par  Rome,  ils  forment  la  base  de  l'urbanisation,  même  si  nombre  
d'entre   eux   sont   abandonnés   et   leur   population   déplacée,   comme   Bibracte   transférée   à  
Augustodunum/Autun.  
 
B-­‐  Hiérarchies  et  population  urbaines  dans  l’Empire  romain  
 
—  Les  réseaux  civiques  et  urbains  dans  l'Empire  romain  
Après   la   conquête   romaine,   se   produisent   un   développement   et   une   complexification   des  
réseaux  dans  un  système  original,  à  la  fois  :  
• unitaire,  dans  le  cadre  de  l'Empire  
• «  fédéral  »,   parce   que   cet   Empire   est   composée   d’une   poussière   de   plus   de   2000  
cités  
• cosmopolite,  en  raison  de  sa  diversité  ethnique  et  linguistique  (bi-­‐  voire  trilinguisme)  
On   peut   définir   l'Empire   romain   comme   une   fédération   de   cités,   dont   chacune   entretient  
une  relation  bilatérale  avec  Rome.  
La   structure   hiérarchique   urbaine   de   l'Empire   romain   est   assez   compliquée  ;   elle   est  
politique  et  juridique  :  
• au   sommet,   Rome   (l'Italie)   et   les   villes   «  romaines  »   disséminées   dans   l'Empire  
(colonies,  municipes)  
• les  villes  non  romaines,  pérégrines  
À  l'intérieur  de  celles-­‐ci,  il  faut  aussi  tenir  compte  de  différents  statuts  :  
• cités  (colonies,  municipes)  de  droit  latin  
• cités  libres,  fédérées,  stipendiaires.  
Cette   hiérarchie   est   ouverte,   une   communauté   peut   être   promue   d'une   catégorie   à   une  
autre,  sur  décision  de  l'empereur.  
Il  y  a  aussi  d'une  hiérarchie  administrative  et  géographique/fonctionnelle  
• «  villes-­‐têtes  »  1  :  capitales  provinciales  (résidence  du  gouverneur  romain)  
• «  villes-­‐têtes  »  2  :  chefs-­‐lieux/capitales  de  cités  
• agglomérations   secondaires  ;   plusieurs   niveaux   (cf.   dans   la   cité   de   Nîmes,   on  
distingue   deux   niveaux  :   petites   villes,   Uzès   (futur   évêché),   Beaucaire  ;   bourgs   et  
étapes  routières)  
 

36  
—  Démographies  urbaines  
La  population  de  l'Empire  
D’un  point  de  vue  quantitatif,  les  fourchettes  varient  entre  des  estimations  hautes  et  basses.  
Prenons   les   chiffres   de   B.   W.   Frier   (article   «  Demography  »,   Cambridge   Ancient   History,   XI,  
2000,  p.  787-­‐816),  qui  constituent  une  moyenne  :  
• 45  millions  d’habitants  sous  Auguste  (20  en  Orient  et  25  en  Occident)  
• 60  millions  d’habitants  vers  160  (23  en  Orient  et  38  en  Occident).  
Donc  une  croissance  (probable)  d’un  tiers  durant  le  Haut-­‐Empire.  
Certaines   estimations   plus   optimistes   vont   jusqu’à   80   millions   d’habitants   à   l’apogée   de  
l’Empire.  
Au   niveau   local,   les   estimations   varient   aussi   beaucoup.   On   discute   aussi   de   la   part  
respective  de  l’Orient  et  de  l’Occident.  
La   population   de   l’Italie   et   celle   de   l’Egypte,   les   régions   pour   lesquelles   on   dispose   des  
données  les  plus  importantes,  fait  l’objet  de  débats  et  les  estimations  varient  du  simple  au  
double  :  
• pour  l’Italie,  de  7,5  à  15  millions  
• pour  l’Egypte,  de  3,5  à  8  millions.  
La  population  urbaine  
Le  taux  de  population  urbaine  est  également  inconnu.  
La   plupart   des   historiens   estiment   que   la   croissance   démographique   de   l'Empire   romain   a  
profité  essentiellement  à  la  population  urbaine.  L'Empire  aurait  donc  connu  un  mouvement  
assez  important  de  croissance  de  l'urbanisation  et  de  la  population  urbaine.  
On   peut   ici   mettre   en   avant   le   nombre   de   cités,   c'est-­‐à-­‐dire   de   communautés   autonomes,  
estimé  à  plus  de  2000  pour  l'ensemble  de  l'Empire,  dont  1000  en  Orient,  400  en  Italie,  500  
en  Espagne  et  Afrique,  100  dans  les  Gaules-­‐Germanies,  20  en  Bretagne.    
On  y  ajoute  les  agglomérations  qui  ne  jouissent  pas  du  statut  de  cité.  Chiffre  inconnu.  
On  peut  mettre  en  avant  aussi  le  nombre  de  très  grandes  villes  (plus  de  100  000  habitants,  
infra).  
La  densité  urbaine  n'était  évidemment  pas  la  même  dans  tout  l'Empire,  peut-­‐être  30%,  ou  
plus  localement,  en  Italie,  en  Egypte,  en  Afrique  proconsulaire  ;  10%  en  Gaule,  15%  à  20%  en  
moyenne  ?  
Beaucoup  d'incertitudes  aussi  sur  la  question  de  l'étendue  et  de  la  population  des  villes.  
La   taille   était   naturellement   très   variable.   Quelques   villes   comme   Antioche   ou   Corinthe  
atteignent   ou   dépassent   500   ha,   tandis   que   la   plupart   des   localités   devaient   en   moyenne  
tourner  entre  100  et  20  ha.  
Il   en   est   de   même   pour   la   population.   On   dispose   de   quelques   chiffres   (recensements)  :   à  
Apamée,   une   inscription   donne   le   chiffre   de   117  000   habitants   (mâles   adultes)   en   6   p.C.   Il  
faut  ajouter  femmes,  enfants,  étrangers,  esclaves...  soit  entre  400  et  500  000  habitants.  
Antioche,  environ  200  000,  idem  pour  Carthage.  
Autour  de  100  000  pour  Ephèse,  Athènes,  Corinthe,  Pergame,  Smyrne,  Apamée,  Cyrène.  
En  tout  une  douzaine  de  villes  >  100  000  habitants.  Surtout  en  Orient.  
En  Gaule,  les  grandes  villes  comme  Nîmes,  Narbonne,  Trèves,  Lyon  tournent  autour  de  20  à  
30  000  habitants.  
Les  mégapoles  
Phénomène   particulier   au   monde   méditerranéen   antique,   ce   sont   des   villes   énormes,   des  
"monstres  démographiques",  dont  la  population  atteint  ou  dépasse  le  million  d'habitants,  ce  
qui  crée  des  besoins  et  des  caractères  spécifiques.  Cf.  Rome  et  Alexandrie.  

37  
 
C-­‐  Espaces  et  densités  urbaines  dans  l’Empire  romain  
 
On  peut  aussi  analyser  le  fait  urbain  dans  l’Empire  romain  de  manière  spatiale,  en  fonction  
de  la  densité  urbaine  et  de  la  distance  entre  le  centre  urbain  et  son  territoire.  La  carte  tirée  
d’Inglebert  (2005,  71-­‐72,  cf.  Livret)  montre  bien  ce  phénomène.  
Quatre  types  de  régions  peuvent  être  définis,  en  prenant  des  données  moyennes.  
—  Intervalle  à  15  km.  
Superficie  de  200  à  300  km2  ;  type  commun  en  Italie  centrale,  Grèce,  Bétique,  Asie,  Afrique.  
Une   partie   importante   de   la   population,   y   compris   agricole,   peut   résider   au   chef-­‐lieu.  
L’agglomération   pouvait   être   peu   peuplée   et   les   fonctions   limitées,   mais   il   s’agissait   d’un  
chef-­‐lieu  de  cité  qui  possédait  tous  les  éléments  de  confort  et  de  prestige  urbains  (thermes,  
bâtiments  et  monuments  publics)  qui  le  distinguaient  même  d’un  gros  village.  
—  Intervalle  à  40  km.  
Superficie  de  1000  à  1200  km2  ;  Italie  du  Sud  et  du  Nord,  Narbonnaise,  Ibérie,  Grèce  du  Nord,  
Asie  mineure,  Égypte  après  200.  
Une  partie  des  agriculteurs  réside  au  chef-­‐lieu  et  les  autres  dans  la  périphérie  du  territoire  
(villages,  hameaux,  fermes).  La  proximité  du  centre  à  la  périphérie  (le  rayon  moyen  est  de  20  
km  ;   un   jour   pour   faire   l’aller   et   retour)   fait   que   les   habitants   peuvent   régulièrement   se  
rendre  en  ville  et  participer  à  la  vie  civique  et  religieuse.  
—  Intervalle  à  70  km  et  au-­‐delà.  
Superficie  de  4000  à  4300  km2  ;  des  superficies  plus  importantes,  de  12  à  13  000  km2,  avec  
des  intervalles  à  plus  de  100  km,  étaient  courantes  dans  les  régions  non  méditerranéennes  
(Gaules,  Bretagne,  régions  danubiennes,  etc).  
On   s’éloigne   ici   du   modèle   classique   de   la   cité  ;   les   habitants   des   périphéries,   surtout  
lointaines,   fréquentaient   peu   le   centre   urbain,   sauf   pour   des   raisons   importantes  
(recensement,   fête   religieuse).   Dans   ce   cas,   il   y   avait   des   villes   secondaires,   notamment   dans  
les   Gaules   et   en   Bretagne,   ou   des   villages   (Syrie   du   Nord)   qui   avait   leur   propre   zone  
d’attraction.   Le   réseau   des   villae   (gros   établissements   agricoles)   était   aussi   plus   dense   et  
développé   dans   ces   régions,   et   il   suppléait   aussi   à   la   moindre   densité   urbaine   (Gaule   du  
Nord).  
—  Zones  sans  cités  
Il  faut  tenir  compte  aussi  de  certaines  zones  marginales  où  il  n’y  a  pas  de  villes,  ni  de  cités,  
mais  juste  des  communautés  incomplètement  sédentarisées.  Dans  ces  zones,  le  poids  et  le  
contrôle   de   l’armée   est   important,   non   seulement   sur   le   plan   militaire   mais   aussi  
administratif   (impôts...).   La   politique   de   Rome   pour   créer   et   développer   des   cités   a  
cependant  progressivement  réduit  ces  zones.  
 
BONUS  SÉANCE  7  
 
Les  statuts  des  cités  dans  le  monde  romain  
 
1-­‐  Généralités  
Il   régnait   dans   l’Empire   une   grande   variété   dans   les   statuts   des   personnes   et   aussi   des   communautés.   C’est  
l’aboutissement   d’une   longue   histoire   qui   se   confond   avec   celle   de   l’extension   de   la   domination   romaine   en  
Italie  puis  dans  les  provinces.  
Au   sommet   de   la   hiérarchie,   il   y   avait   les   statuts   romains   qui   constituaient   un   idéal   auquel   aspiraient   les  
individus  et  les  communautés,  spécialement  dans  la  partie  occidentale  de  l’Empire.  Dans  la  partie  orientale  en  

38  
effet,  l’ancienneté  des  cités  et  le  prestige  d’un  grand  nombre  d’entre  elles  rendaient  moins  attractif  le  modèle  
romain.  
Au-­‐dessous,  les  personnes  et  les  cités  de  statut  pérégrin  (non  romain)  vivaient  selon  leur  propre  droit.  
NB  :   Cette   variété   et   cette   hiérarchie   entre   des   statuts   différents   avait   pour   conséquence   que   certains   individus  
avaient  un  double  statut,  en  étant  à  la  fois  citoyen  romain  et  citoyen  de  leur  cité  d’origine  (cf.  Table  de  Banasa).  
Le  droit  romain  était  supérieur  en  raison  de  la  majesté  du  peuple  romain  et  de  l’autorité  de  l’empereur,  mais  
cela  entraînait  néanmoins  des  situations  juridiques  compliquées.  
Il  y  avait  une  grande  ligne  de  partage  entre  les  cités  de  droit  romain,  de  droit  latin  et  les  cités  pérégrines.  
Ces  statuts  étaient  enregistrés  dans  divers  documents  :  lex  provinciae  ou  lex  data,  formula  provinciale  (supra  UE  
18,   séance   3)  ;   lois   municipales   qui   étaient   des   chartes   précisant   le   statut   et   le   fonctionnement   des  
communautés   (la   loi   d’Irni   par   exemple,   découverte   en   Espagne   en   1986),   qui   fait   connaître   l’essentiel   de   la  
charte  des  municipes  latins  de  Bétique.  
C’est  l’empereur  qui  décide  du  statut  des  cités  :  il  pouvait  les  promouvoir  ou  les  rétrograder,  et  leur  accorder  
des  titres  et/ou  des  privilèges.  La  décision  impériale  pouvait  procéder  d’un  acte  unilatéral  du  prince,  mais  elle  
répondait  souvent  aux  sollicitations  des  cités,  présentées  par  des  ambassades  et  appuyées  par  des  patrons  (cf.  
infra).  
Il   y   avait   un   autre   grand   clivage,   qui   séparait   les   cités   des   communautés   sans   statut   civique   (peuples,   tribus,  
nationes,  gentes).  Les  Romains  établissaient  une  grande  différence  entre  ces  deux  situations,  la  seconde  étant  
considérée   comme   inférieure.   Ces   communautés   étaient   considérées   comme   barbares.   Leur   fluidité   et   leur  
instabilité   les   rendaient   difficiles   à   contrôler.   Selon   les   cas,   Rome   laissaient   aux   dynastes   locaux   le   soin   de   gérer  
ces  populations,  ou  elle  en  confiait  l’administration  directe  à  des  préfets.  
Leur   infériorité   est   bien   traduite   par   la   très   grande   difficulté,   voire   la   quasi   impossibilité,   pour   ses   membres  
d’accéder  à  la  citoyenneté  romaine  (cf.  Table  de  Banasa).  Cela  dit,  des  communautés  indigènes  sans  véritable  
centre   urbain   furent   rapidement   reconnues   comme   cités   par   la   puissance   romaine,   dès   lors   qu’elles  
présentaient   une   organisation   stable,   parce   que   Rome   avait   besoin   de   relais   administratifs   locaux   (ce   fut   en  
particulier  le  cas  dans  les  Gaules,  les  Germanies  et  les  provinces  danubiennes).  
 
2-­‐  Les  premières  colonies  de  droit  romain  
De   350   à   250   a.C.,   Rome   fonde   un   certain   nombre   de   colonies   de   citoyens   romains,   d'abord   limitées   à  
l'installation  de  300  colons.  
Les  premières  colonies  de  droit  romain  en  Italie  ont  d'abord  une  fonction  militaire  :  la  surveillance  des  côtes  
du  Latium.  
Ce  sont  les  coloniae  maritimae  de  Ostie,  Terracine,  Minturnes,  Pouzzoles.  
Elles  présentent  un  même  plan  de  base  :    
—  dimensions  réduites  (300  colons)  ;    
—  enceinte  quadrangulaire  ;  
—  trame  orthogonale,  autour  de  deux  axes  perpendiculaires,  le  cardo  maximus  et  le  decumanus  maximus  ;  
—  au  centre  :  le  temple  du  Capitole  qui  symbolise  le  lien  avec  Rome,  et  devant,  le  forum.  
NB  :   le   forum   ne   joue   pas   de   rôle   politique   puisque   c'est   à   Rome   même   que   les   colons-­‐citoyens   peuvent  
exercer  leurs  droits  politiques.  
Ce  qui  est  intéressant,  c'est  que  ces  fondations  sont  le  reflet  de  l'idée  que  l'aristocratie  sénatoriale  se  faisait  
alors   du   modèle   romuléen.   En   ce   sens,   le   plan   de   ces   colonies   a   évidemment   d'abord   une   signification  
idéologique.  
Ce   type   de   fondation   se   retrouve   plus   tard,   en   plus   grand,   notamment   dans   les   colonies   augustéennes  
d'Augusta   Praetoria   (Aoste)   ou   de   Caesaraugusta   (Saragosse),   qui   avaient   aussi,   au   moins   au   début,   une  
fonction  militaire.  
 
3-­‐  Les  colonies  de  droit  latin    
La   population   installée   dans   ces   colonies   est   plus   nombreuse   et   différente   des   colonies   romaines  :   elle   se  
compose  de  gens  venant  des  communautés  italiennes  alliées  à  Rome,  de  Latins  (issus  des  cités  latines)  et  de  
citoyens   romains   pauvres   (prolétaires).   Tous   ces   colons   perdent   leur   citoyenneté   d'origine,   y   compris   les  
Romains,  en  échange  des  terres  qu'ils  reçoivent  et  d'une  nouvelle  citoyenneté  dite  de  droit  latin  ;  toutefois,  des  
liens  très  forts  existent  avec  la  citoyenneté  et  les  citoyens  romains.  
En  effet,  le  contenu  de  cette  citoyenneté  d'un  nouveau  style  est  essentiel  :  
—  ces  colons  sont  des  citoyens  de  leur  colonie/cité  mais  :  
—  s'ils  épousent  un(e)  citoyen(ne)  romain(e),  ils  peuvent  contracter  un  mariage  romain  et  leurs  enfants  sont  
alors  citoyens  romains  (ius  conubii  ou  conubium)  

39  
—   ils   peuvent   acquérir   ou   vendre   des   biens   avec   des   citoyens   romains   et   bénéficient   alors   des   garanties  
offertes  par  le  droit  romain  ;  ils  peuvent  aussi  hériter  un  employer  un  Romain  (ius  commercii  ou  commercium)  
—  s'ils  sont  de  passage  à  Rome,  ils  peuvent  voter  dans  les  comices  tributes,  dans  une  tribu  tirée  au  sort  à  cette  
intention  
—  ils  peuvent  venir  s'installer  à  Rome  (ius  migrandi)  et  postuler  à  la  citoyenneté  romaine  
e
—   au   cours   du   2   siècle   a.C.,   ce   droit   est   supprimé,   surtout   pour   des   raisons   démographiques,   mais   il   est  
remplacé   par   un   droit   nouveau,   de   grand   avenir  :   les   magistrats   de   ces   colonies,   à   leur   sortie   de   charge,  
reçoivent  la  citoyenneté  romaine  et  la  transmettent  à  leurs  descendants.  Une  formidable  machine  à  intégrer  
les  élites.  
Ces   colonies   représentent   un   poids   démographique   beaucoup   plus   important   que   les   colonies   de   citoyens  
romains  :  en  218,  Crémone  et  Plaisance  ont  chacune  6000  colons.  
Le  rôle  de  ces  colonies  est  toujours  militaire  ;  il  s'agit  de  surveiller  les  zones  conquises  et  de  garder  les  points  
stratégiques.  
Les   Latins   doivent   surtout   fournir   à   Rome   des   troupes   et   des   contributions   financières.   En   225,   les   Latins  
devaient  fournir  une  centaine  de  milliers  d'hommes.  C'est  une  part  essentielle  de  l'armée  romaine,  à  côté  de  
l'élément  proprement  romain  (les  légionnaires)  et  des  contingents  alliés  italiens.  
À  la  différence  des  colonies  de  droit  romain  ce  sont  des  cités  autonomes,  avec  leurs  propres  institutions,  mais  
elles  sont  inspirées  du  modèle  romain.  
Prenons  l'exemple  de  la  colonie  de  Cosa,  fondée  en  273  a.C.  
3  parties  notables  dans  l'espace  urbain  :  
—  colline/arx  ;  Capitole,  avec  des  lieux  sacrés,  comme  à  Rome,  dont  l'auguraculum,  et  des  temples  
—  partie  plane  divisée  par  une  grille  orthogonale,  8  cardines,  3  decumani  
—   forum   au   croisement   des   voies   qui   joignent   les   portes   de   l'enceinte  ;   c'est   une   place   relativement   réduite  
e
mais  qui  apparaît  comme  une  reproduction  à  échelle  modeste  du  forum  romain  au  3  siècle  :  
—   on   y   trouve   donc   comitium   et   curie,   comme   sur   le   forum   romain,   pour   réunion   des   assemblées   et   sénat  
locaux  ;  et  aussi  des  installations  de  vote  similaires  à  celles  découvertes  sur  le  Champ  de  Mars  à  Rome.  
On  trouve  les  mêmes  installations  dans  les  autres  colonies  latines  de  la  même  époque  :  Alba  Fucens,  Paestum...  
La  conclusion  est  simple  :  dans  les  colonies  latines,  Rome  a  imposé  son  modèle  à  la  fois  civique  et  urbain  dans  
des  fondations  établies  dans  des  régions  diverses  :  Cosa  est  fondée  sur  un  terrain  vierge  en  Étrurie,  Paestum  
est  une  ancienne  cité  grecque  en  Campanie.  
 

 
 
4-­‐  La  municipalisation  de  l'Italie  
Globalement,  c'est  un  succès  :  

40  
—  le  mouvement  de  municipalisation  intègre  une  large  part  de  la  population  de  l'Italie,  à  commencer  par  les  
anciennes   colonies   de   droit   latin   qui   disparaissent   alors   en   Italie,   mais   pour   réapparaître   dans   les   provinces  
(dès  89  a.C.  en  Gaule  cisalpine)  
—   il   s'accompagne   d'un   développement   de   l'urbanisation   y   compris   là   où   subsistaient   des   organisations  
tribales  attachées  à  des  traditions  d'habitat  dispersé.  
La  municipalisation  se  marque  aussi  dans  le  paysage  urbain.  
Une  activité  édilitaire  intense  se  développe  en  Italie,  et  plus  spécialement  dans  le  Latium  et  en  Campanie.  
Le  rôle  de  l'évergétisme   (infra),  c'est-­‐à-­‐dire  de  l'investissement  (notamment  financier)  des  riches  citoyens  au  
service  de  la  communauté,  est  ici  déterminant.  
En  arrière-­‐plan  de  ce  phénomène,  il  faut  voir  une  transformation  sociale  :  une  nouvelle  catégorie  de  notables  
apparaît,  qui  sont  globalement  romanisés.  
Certes,   dans   la   formation   de   cette   nouvelle   couche   sociale,   tout   ne   s'est   pas   déroulé   sans   coercition   ni   sans  
accrocs.  
Rappelons   par   exemple   que   Cicéron   dans   son   plaidoyer   Pour   Sylla   (21)   montre   les   tensions   qui   existaient  
encore  à  son  époque  entre  les  colons  installés  par  Sylla  à  Pompéi  et  les  anciennes  élites  osques  de  la  cité.  
Dans   bien   des   cas,   d'anciennes   familles   ont   été   supplantées   par   de   nouvelles,   mais   il   y   a   eu   aussi   certainement  
des  processus  de  fusions  et  d'alliances.  
NB  :  cette  nouvelle  élite  est  rapidement  devenue  celle  dans  laquelle  la  République  finissante  puis  l'Empire  ont  
puisé  pour  renouveler  l'aristocratie  romaine.  
Quoiqu'il   en   soit,   ces   élites   se   manifestent   par   le   financement   et   la   construction   d'édifices   publics,   religieux  
(temples  et  sanctuaires),  civiques  (basiliques,  curies,  thermes),  ou  commerciaux  (marchés,  entrepôts).  
Cela  se  fait  par  le  versement  de  la  summa  honoraria,  ou  par  des  initiatives  privées.  C'est  ce  que  les  historiens  
appellent  le  phénomène  de  la  «  marmorisation  »  des  centres  urbains.  
Un  modèle  urbain  s'impose,  pourvu  d'un  ensemble  d'éléments  de  base  obligés  (un  «  kit  »  romain)  :  
—  forum  clos,  avec  capitole  (avec  un  temple  jovien)  et  basilique  
—  théâtre  
—  thermes  
D'une  manière  générale,  développement  aussi,  dans  ce  nouveau  cadre  municipal  d'un  urbanisme  normatif  qui  
se  marque  dans  le  texte  de  chartes  municipales   connues   par   des   monuments   épigraphiques.   Cf.   loi   de  Tarente  
ou  Table  d'Héraclée,  loi  d'Urso  (colonie  romaine  fondée  par  César  en  Espagne).  
Par  exemple,  ces  règlements  obligent  à  un  certain  nombre  de  choses  :  
—  réserver  un  espace  nécessaire  pour  les  habitations  
—   ne   démolir   les   bâtiments   en   place   que   s'il   y   a   l'intention   et   les   moyens   de   leur   substituer   des   édifices   au  
moins  équivalents  
—  procéder  au  dallage  et  au  drainage  des  voies,  etc.  
 
5-­‐  Les  statuts  des  cités  pérégrines  
Ce  sont  des  communautés  qui  vivent  selon  leur  propre  droit  civique.  
Au   début   de   l’Empire,   la   plupart   des   cités   provinciales   étaient   pérégrines,   c’est-­‐à-­‐dire,   donc,   étrangères   à   Rome  
et  à  son  droit.  Elles  étaient  liées  à  Rome  comme  des  corps  étrangers  et  non  comme  les  parties  d’un  tout  unitaire.  
En   principe,   chaque   cité   entretient   d’ailleurs   avec   le   centre   du   pouvoir   romain   une   relation   bilatérale  
particulière.  
Il  y  a  trois  statuts  de  cités  pérégrines.  
La  raison  de  l’appartenance  à  l’une  ou  l’autre  de  ces  catégories  tenait  le  plus  souvent  à  leur  comportement  au  
moment  de  la  conquête.  
—  Fédérées  
Elles   ont   signé   un   traité   avec   Rome   (fœdus).   Certes,   ce   traité   sanctionnait   un   rapport   inégal   entre   les  
partenaires,  mais  il  établissait  aussi  très  précisément  la  situation  de  la  cité,  ses  droits  et  obligations,  et  postulait  
son  indépendance  théorique  qui  se  manifestait  notamment  par  l’exemption  fiscale.  
—  Libres  
Leur   situation   relevait   d’un   acte   unilatéral   de   Rome   qui   ne   la   garantissait   cependant   pas   par   un   traité.   Elles  
avaient  elles  aussi  leurs  institutions  spécifiques,  et  dans  certains  cas  bénéficiaient  d’une  exemption  fiscale.    
En  théorie,  les  cités  de  ces  deux  types  étaient  extérieures  aux  provinces.  
—  Stipendiaires  
Les   cités   stipendiaires   versaient   l’impôt   provincial   (les   deux   tributs,   foncier   —   tributum   soli,   et   personnel   —  
tributum   capitis).   C’était   le   symbole   de   leur   sujétion   à   Rome,   même   si   dans   les   faits   elles   gardaient   leurs  
institutions  et  leur  autonomie  pratique.  

41  
Il  ne  faut  pas  exagérer  la  portée  de  cette  différenciation.  Dans  la  pratique,  les  situations  étaient  assez  proches  
et  évoluèrent  vers  une  forme  d’uniformisation.  
 
   

42  
Séance  8  
LE  MODÈLE  IMPÉRIAL  ET  SA  DIFFUSION  
(v.  30  a.C.-­‐v.  300  p.C.)  
 
Cette  partie  du  cours  est  plus  précisément  centrée  sur  le  modèle  urbain  impérial  romain  et  
sa  diffusion  dans  l'Empire.  
Ce  modèle  n'est  pas  le  seul.  En  Orient,  il  y  a  une  tradition  et  un  modèle  urbain  (plus)  ancien,  
en   Grèce   même   mais   aussi   en   Ionie,   ou   en   Égypte,   sans   parler   des   civilisations   proche-­‐
orientales.   Les   villes   et   le   fait   civique   y   sont   développés   et   ont   leurs   traditions   et   leurs  
modèles  propres,  comme  on  l'a  vu  dans  la  première  partie  du  cours.  Sous  l'Empire  romain,  
cette  histoire  continue,  et  l'influence  romaine,  tout  en  étant  réelle,  demeure  limitée.  
En   Occident   (Espagne,   Afrique,   Gaule,   Bretagne,   régions   rhénane   et   danubienne)   en  
revanche,   le   modèle   romain   a   été   plus   puissant,   parce   que   le   fait   urbain   et   civique   était  
beaucoup  moins  avancé  que  dans  la  partie  orientale.  Le  modèle  romain  s'y  est  diffusé  sans  
concurrence,  et  l'urbanisation  comme  le  développement  des  cadres  civiques  ont  été  un  des  
points  clés  du  processus  de  romanisation.  
On  peut  définir  le  modèle  romain  à  partir  des  caractéristiques  suivantes  :  
• urbanisation  développée  
• réseau  urbain  densifié  
• niveau  élevé  de  gestion  et  d'équipement  urbains  
• développement  d'une  société  et  d'une  économie  marquées  par  le  fait  urbain  
• cohésion  autour  d'un  modèle  central,  celui  de  l'empire  de  Rome,  renforcé  par  
le  nouveau  régime  monarchique.  
Comment  ce  modèle  urbain  impérial  s'est-­‐il  imposé  à  Rome,  en  Italie  et  dans  la  plus  grande  
partie  de  l'Empire,  surtout  en  Occident  ?  
 
A-­‐  Rome  le  centre  du  pouvoir  
On  peut  distinguer  deux  étapes  dans  cette  évolution.  
 
—  Le  schéma  augustéen  (27  a.C.  -­‐  68  p.C.)  :  remodelage  des  anciens  centres  civiques  
Cette  période  recouvre  le  règne  d'Auguste  proprement  dit  et  la  dynastie  julio-­‐claudienne.  
En   27,   Auguste   met   en   place   le   régime   impérial.   Cette   nouvelle   forme   de   pouvoir   trouve  
rapidement   son   expression   à   Rome   et   dans   les   villes   d'Italie   et   des   provinces,   où   les   élites  
locales  manifestent  leur  allégeance  au  nouveau  régime.  
Partons  d'un  fait  tout  à  fait  essentiel,  le  remodelage   de   l'ancien   centre   civique   républicain   à  
Rome.  
—  Premier  élément,  la  construction  d'un  nouveau  forum  
Le  forum  de  César,  commencé  en  54  a.C.  est  inauguré,  bien  qu'inachevé,  en  46  a.C.  ;  c'est  le  
premier  des  «  forums  impériaux  ».  
Le  temple  de  Vénus,  divinité  protectrice  de  César,  domine  la  place  entière.  
Ce   qui   est   intéressant,   c'est   la   place   de   la   nouvelle   curie   (siège   du   Sénat),   la   Curia   Julia,  
reconstruite   après   l'incendie   de   52   a.C.  :   elle   est   déplacée   et   intégrée   à   l'ensemble  
monumental   du   forum,   mais   comme   un   élément   subordonné.   Significatif   du   nouveau  
partage  des  pouvoirs.  
—  Sur  l'ancien  forum  lui-­‐même  qui  était  le  centre  de  la  vie  civique  à  Rome,  deux  nouveaux  
édifices.  

43  
• Côté  sud,  la  Basilica   Julia  a  été  commencée  par  César  en  55  avec  l'argent  du  butin  
des  Gaules  ;  elle  est  terminée  par  Auguste  qui  lui  donne  le  nom  de  son  père  adoptif.  
C'est  un  édifice  à  fonction  administrative,  judiciaire  et  commerciale.  La  nouveauté  est  
que  c'est  le  premier  du  genre  à  ouvrir  directement  sur  le  centre  de  la  place,  par  un  
vestibule  solennel  et  richement  décoré.  
• Côté  est,  le  temple   de   César   divinisé.  Ce  temple  a  été  édifié  à  l'endroit  où  le  corps  de  
César  fut  incinéré  après  son  assassinat.  César  fut  divinisé  en  42.  C'était  la  première  
fois  que  cette  pratique  des  souverains  hellénistiques  était  utilisée  à  Rome.  Ce  temple  
dédié  par  Auguste  en  29  a.C.  commémore  cet  événement.  
Le   forum   est   donc   encadré   par   plusieurs   édifices   qui   certes   appartiennent   à   la   panoplie  
traditionnelle   de   l'architecture   publique   romaine,   mais   qui   présentent   un   caractère  
clairement  dynastique  qui,  lui,  est  complètement  nouveau.    
Tout  cela  montre  bien  la  réalité  du  nouveau  régime.  
—  Enfin,  dernier  élément,  la  construction  par  Auguste  de  son  propre  forum,  attenant  à  celui  
de  César.  
En   Italie   et   dans   les   provinces,   durant   la   période   julio-­‐claudienne   et   après,   l'exemple   du  
remodelage   du   forum   romain   est   abondamment   imité,   autour   des   principes   expérimentés   à  
Rome  :  
• érection  d'un  ou  de  plusieurs  temples  consacrés  à  César,  Auguste  ou  autres  membres  
de  la  famille  impériale  ;  
• construction  d'une  basilique,  articulée  avec  la  curie  municipale  ;  
• édification   d'un   théâtre  ;   grande   importance   des   théâtres   dans   le   nouveau  
vocabulaire  du  dialogue  entre  pouvoir  et  aménagement  urbain.  
 
—  Des  Flaviens  aux  Antonins  (69-­‐192  p.C.)  :  évolution  et  apogée  du  modèle  
Dans   la   période   suivante,   le   modèle   évolue   avec   le   développement   d'autres   formes  
d'expression   monumentale,   celles   du   pouvoir   central   d'une   part,   et   celles   exprimant  
l'allégeance  des  communautés  locales  d'autre  part.  
Trois  types  d'édifices,  s’ils  ne  sont  pas  nouveaux,  prennent  alors  une  importance  tout  à  fait  
particulière.  
—  Les  sanctuaires  du  culte  impérial,  dont  la  construction  est  systématisée  dans  les  centres  
urbains,  dans  les  capitales  provinciales  mais  aussi  dans  les  cités  plus  secondaires.  
Le   temple   du   culte   impérial   devient   fréquemment   l'élément   central   des   nouveaux   centres  
civiques.  
On  voit  l'édification  de  grands  forums  provinciaux  centrés  sur  la  célébration  de  l'empereur  et  
de   la   Maison   impériale,   par   exemple   le   grand   complexe   de   Tarragone   (près   de   8   ha  :   un  
quart  de  l'espace  urbain!!).  
Avec   ces   grands   ensembles,   on   mesure   l'évolution   depuis   les   formules   augustéennes   qui  
respectaient   encore   les   traditions   antérieures   à   travers   les   bâtiments   représentant   les  
anciennes  institutions.  
En   effet,   ces   grands   ensembles   structurent   maintenant   les   centres   civiques  ;   ils   ont   une  
logique   autonome.   Ils   sont   fréquemment   édifiés   sans   tenir   compte   des   besoins   réels   des  
populations  ni  du  contexte  urbain  qui  est  souvent  profondément  restructuré  pour  leur  faire  
place.  
—   L'amphithéâtre,   lié   aux   jeux   du   cirque,   combats   de   gladiateurs   et   spectacles   de   bêtes  
fauves.  

44  
À   Rome,   l'amphithéâtre   flavien,   le   Colisée,   est   édifié   par   Vespasien.   Avec   une   capacité   de  
50  000  spectateurs,  c’était  le  plus  grand  du  monde  romain  ;  il  fut  bientôt  suivi  par  plusieurs  
grands   édifices   du   même   genre   dans   tout   l'Empire  :   Thysdrus   (El   Jem),   Puteoli   (Pouzzoles),  
Burdigala  (Bordeaux)...  
Cf.   un   épisode   révélateur  :   le   tremblement   de   terre   à   Pompéi   en   62   (avant   la   grande  
éruption   de   79)  ;   il   provoque   d’importantes   destructions   dans   la   cité  ;   on   voit   clairement  
qu'il   y   a   eu   ensuite   des   priorités   dans   la   politique   de   reconstruction  :   le   temple   de   Jupiter   et  
les   bâtiments   juridiques   et   administratifs   n'ont   pas   été   des   urgences,   en   revanche   la  
construction  de  nouveaux  thermes,  et  la  restauration  de  l'amphithéâtre  avec  un  ludus  (école  
de  gladiateurs)  étaient  pratiquement  achevés  en  79.  
Pourquoi  cette  importance  de  l'amphithéâtre  et  des  jeux  ?  Pour  trois  raisons  qui  sont  liées  :  
• l'évolution   des   goûts   et   besoins   de   la   population,   de   moins   en   moins   préoccupée   par  
les  problèmes  politiques  ;  
• l'idéologie  des  jeux  qui  repose  sur  l'affrontement  entre  les  hommes,  et  avec  les  bêtes,  
et  exalte  le  triomphe  de  la  force,  convient  très  bien  à  l'idéologie  impériale  ;  
• la   récupération   de   cette   pratique   par   les   élites   et   au   sommet   par   l'empereur  ;   tous  
les  spectacles  commencent  par  un  hommage  collectif  au  prince.  
—   Les   thermes   tiennent   une   place   de   plus   en   plus   importante   et   deviennent   une  
composante   essentielle   du   mode   de   vie   urbain   que   l'empereur,   comme   les   élites  
municipales,  doivent  mettre  à  la  disposition  de  la  population  (évergétisme,  infra).  Il  y  a  une  
évolution  quantitative  mais  aussi  qualitative  avec  l'édification  à  Rome  et  dans  les  provinces  
de   complexes   thermaux   considérables   et   luxueux,   nécessitant   pour   leur   fonctionnement  
l'acheminement   d'énormes   quantités   d'eau   (Thermae   Neronianae,   Thermes   de   Titus,  
Thermes  de  Trajan  et,  ultérieurement,  Thermes  de  Caracalla  et  Dioclétien).  
 
Au  IIe  siècle,  les  formules  mises  en  place  à  l'époque  antérieure  évoluent  sur  leur  lancée  et  
sans  rupture  notable.  
À  Rome,  le  forum  de  Trajan  voit  l'apogée  du  modèle  des  forums  impériaux.  
La  basilique  de  170  m  sur  59  m  comptait  cinq  nefs  et  deux  absides  latérales  et  un  vaisseau  
central   s’élevait   à   près   de   30   m.   Elle   était   la   plus   grande   jamais   construite   à   Rome   et   se  
distinguait  par  le  luxe  de  la  polychromie  de  ses  marbres,  de  ses  ornements  de  bronze.  
Elle  est  encadrée  par  :  
• la  colonne  Trajane  qui  exalte  la  conquête  de  la  Dacie  par  Trajan.  
• la  vaste  place  avec  en  son  centre  la  statue  équestre  de  l'empereur.  
NB:   La  représentation  du  plan  du  forum  de  Trajan  a  été  profondément  remise  en  question  à  
la  suite  des  travaux  de  R.  Meneghini  depuis  la  fin  des  années  1990.  Les  fouilles  des  années  
1996   et   1997   ont   invalidé   pour   beaucoup   de   savants   l'idée   qu'un   temple   monumental  
fermait  le  forum  à  l'ouest.  Au  contraire  il  faudrait  plutôt  y  restituer  un  porche  monumental  
ouvrant  sur  le  champ  de  Mars.  
Avec  le  forum  de  Trajan,  on  voit  bien  comment  le  régime  impérial  s'est  imposé  dans  l'espace  
et   le   paysage   urbains,   à   Rome   d'abord,   en   Italie   et   dans   les   provinces,   autour   de   deux  
principes  :  
• l'exaltation  du  prince,  victorieux,  garant  de  la  paix  et  de  la  prospérité  
• l'accueil  du  peuple  dans  un  lieu  qui  lui  est  offert,  où  il  peut  s'abriter,  se  rassembler  et  
se  distraire,  et  où  s'exprime  par  excellence  le  lien  entre  le  prince  et  le  peuple.  
 
B-­‐  Fondations  urbaines  dans  l'Empire    

45  
 
Après   avoir   passé   en   revue   quelques   moments   et   monuments   marquants   du   centre   de  
l'Empire,  Rome,  il  est  temps  d'aller  dans  l'Empire  pour  y  prendre  la  mesure  de  la  diffusion  du  
modèle   romain   et   de   ce   que   Pierre   Gros   appelle   «  La   pratique   ordinaire   de   la   fondation  
urbaine  ».  Nous  allons  donc  nous  intéresser  à  l'équipement  de  l'Empire  en  villes  moyennes  
et  petites,  qui  constituent  en  fait  —  on  reviendra  sur  cette  idée  —  les  cellules  de  base  de  son  
organisme  et  de  son  fonctionnement.  
Nous  allons  pour  cela  étudier  deux  exemples.  
 
—  Agricola  en  Bretagne  :  la  romanisation  en  marche  
Un   excellent   point   de   départ  :   le   texte   de   Tacite   qui   décrit   l'activité   de   son   beau-­‐père  
Cn.  Julius  Agricola,  gouverneur  de  la  province  de  Bretagne  sous  l'empereur  Domitien,  entre  
77  et  84.  
Le  texte  relate  des  événements  de  l'hiver  78-­‐79  p.C.  
Tacite,  Agricola,  21.  
L'hiver   suivant   fut   employé   tout   entier   aux   mesures   les   plus   salutaires  :   pour   habituer   par  
l'attrait  des  plaisirs  des  hommes  disséminés,  sauvages  et  par  là-­‐même  disposés  à  guerroyer,  
à  la  paix  et  au  calme,  il  (Agricola)  exhortait  les  particuliers,  il  aidait  les  collectivités  à  édifier  
temples,   forums,   maisons,   félicitant   ceux   qui   se   montraient   zélés,   réprimandant   ceux   qui  
l'étaient   moins  ;   ainsi   l'émulation   dans   la   recherche   de   la   considération   remplaçait   la  
contrainte.   (…)   On   en   vint   même   à   apprécier   notre   costume   et   à   porter   souvent   la   toge  ;   peu  
à  peu  on  se  laissa  séduire  par  nos  vices,  par  le  goût  des  portiques,  des  bains  et  des  festins  
raffinés.   Dans   leur   inexpérience,   ils   appelaient   civilisation   ce   qui   contribuait   à   leur  
asservissement.    
Il  est  évident  que  le  texte  est  un  raccourci  ;  le  phénomène  décrit  a  été  nécessairement  plus  
long  qu'un  hiver.  
Par  exemple,  le  forum  de  Verulamium  (Saint-­‐Albans)  un  municipe  fondé  par  les  Romains  à  
côté   de   Londres   en   43   p.C.   n'est   inauguré   qu'en   79,   précisément   par   Agricola.   Les   premières  
grandes  résidences  privées  à  la  romaine  (domus)  n'apparaissent  que  sous  le  règne  d'Hadrien,  
un  peu  moins  d'un  siècle  après  la  conquête.  
Cependant,  que  nous  révèle-­‐t-­‐il  ?  
—  La  nécessité  du  ralliement  et  de  la  participation  des  élites  locales,  au  moins  d'une  partie  
d'entre   elles.   La   phrase  :   «  félicitant   ceux   qui   se   montraient   zélés,   réprimandant   ceux   qui  
l'étaient  moins  »  se  rapporte  évidemment  aux  chefs  de  la  hiérarchie  tribale  traditionnelle.  
Certains  ont  rallié  l'ordre  romain  ;  leur  autorité  sur  les  populations  en  a  été  renforcée  ;  ils  se  
sont  engagés  pour  certains  d'entre  eux  dans  de  grandes  entreprises  d'aménagement  urbain  
et   la   construction   de   monuments   symboliques   du   nouvel   ordre  :   forums,   basiliques,  
sanctuaires  du  culte  impérial  etc.  D'autres  ont  sans  aucun  doute  été  fortement  incités  à  le  
faire.  
Le  soutien  des  élites  est  nécessaire  sur  le  plan  politique  mais  aussi  financier.  
—  La  diffusion  du  mode  de  vie  romain  et  l’importance  du  facteur  culturel  :  «  portiques  »  =  
promenades  couvertes  ;  «  bains  »  =  thermes  chauffés  ;  «  festins  raffinés  »  :  banquets,  et  bien  
sûr  pratique  de  l'évergétisme.  
Certains   des   aménagements   réalisés   dans   les   nouvelles   agglomérations   étaient   tout   à   fait  
considérables.   Le   plus   grand   forum   romain   n'est   pas   celui   de   Rome,   ni   celui   de   Trajan   à  
Rome  que  nous  avons  vu  la  dernière  fois,  mais  celui  des  Tours-­‐Mirande  (Vendeuvre)  chez  les  
Pictons  en  Aquitaine!  

46  
Certaines   créations   d'ailleurs,   sans   doute   surdimensionnées   à   l'origine,   n'ont   pas   "pris"   et  
pas  débouché  sur  un  développement  urbain  important,  par  exemple  dans  la  Gaule  de  l'ouest  
(Aragenua  des  Viducasses,  auj.  Vieux,  Calvados).  
 
—  Un  processus  de  création  in  vivo  interrompu  :  Waldgirmes  en  Germanie  
Revenons  en  arrière,  sous  le  règne  d'Auguste.  
À   partir   de   12   a.C.,   il   engage   une   grande   entreprise   de   conquête   de   la   Germanie,   au   delà   du  
Rhin.  
Les  premières  offensives  romaines  parviennent  jusqu'à  la  Weser  et  même  jusqu'à  l'Elbe.  
La   Germanie   n'est   pas   conquise   mais   les   Romains   tiennent   des   territoires   et   des   axes   de  
circulation.  Des  établissements  têtes  de  pont  sont  fondés.  
Cf.  ce  qu'en  dit  Cassius  Dion,  un  historien  du  IIIe  siècle  p.C.  
Dion  Cassius,  Histoire  romaine,  56.18.  
(…)   Les   Romains   y   possédaient   quelques   régions,   non   pas   réunies,   mais   éparses   selon   le  
hasard   de   la   conquête   (c'est   pour   cette   raison   qu'il   n'en   est   pas   parlé   dans   l'histoire)   ;   des  
soldats   y   avaient   leurs   quartiers   d'hiver,   et   y   formaient   des   cités   (poleis)   ;   les   barbares  
avaient   pris   leurs   usages,   ils   avaient   des   marchés   réguliers   (agora)   et   se   mêlaient   à   eux   dans  
des  assemblées  pacifiques.    
On   a   longtemps   pensé   que   le   témoignage   de   Dion   Cassius,   notamment   quand   il   parle   de  
«  cités  »  en  Germanie,  était  exagéré.  
Mais   les   fouilles   récentes   d'un   site   tout   à   fait   extraordinaire   en   Allemagne,   celui   de  
Waldgirmes,  ont  montré  qu'il  n'en  était  rien  et  que  Cassius  Dion  décrivait  une  réalité.  
Il  se  trouve  dans  la  moyenne  vallée  de  la  Lahn  ;  à  90  km  du  confluent  avec  le  Rhin  ;  site  de  
carrefour  stratégique  entre  le  Rhin  et  la  Weser.  
Le  site  est  voisin  d’un  camp  de  marche,  Dorlar.  
Il  s’agit  visiblement  d’un  établissement  conçu  et  placé  en  fonction  d’une  expansion  vers  l’est  
et  l’Elbe.  
 

 
 
 

47  
 

 
 
On   peut   le   définir   comme   un   d’établissement   mixte.   Il   a   probablement   été   construit   par  
l’autorité   militaire,   il   a   été   fortifié,   mais   il   a   un   caractère   civil.   C’est   une   sorte   d’habitat  
défensif  :  
• enceinte  avec  deux  fossés  ;  superficie  7,7  ha,  forme  légèrement  trapézoïdale  ;  mur  de  
terre  et  bois  ;  
• système  de  voies  orthogonales  avec  drains  sur  modèle  militaire.  
Pour  l’instant  on  n’a  pas  retrouvé  de  casernement.  
Les   bâtiments   identifiés   sont   de   type   civil   (tabernae,   horrea,   étables,   maisons)   et   sont   en  
bois,  torchis  et  colombage,  conformément  à  la  pratique  des  camps  augustéens  (fondations  
en  pierre,  construction  à  colombages).  
Au  centre,  il  y  a  une  place  qui  évoque  un  forum  (6).  Au  milieu,  5  fosses  dont  la  fonction  n’est  
pas  claire.  On  a  retrouvé  des  fragments  de  bronze  qui  laissent  supposer  la  présence  d’une  ou  
plusieurs   statues   équestres,   sans   aucun   doute   Auguste   et   des   membres   de   la   famille  
impériale  (Drusus,  Tibère...).  
Parmi   le   matériel   retrouvé,   beaucoup   de   poteries   romaines   mais   aussi   des   céramiques   de  
tradition   germanique   (environ   20%   du   total).   Il   y   avait   aussi   de   nombreux   autres   objets  
appartenant   à   la   culture   germanique,   ce   qui   atteste   des   contacts   étroits   entre   Romains   et  
Germains  et  indique  la  présence  de  différents  groupes  ethniques  sur  le  site.  
Les   trouvailles   monétaires   permettent   de   dater   une   activité   entre   5   a.C.   et   9   p.C.   (fondation  
en  4  a.C.,  abandon  en  9  p.C.).  
En  effet,  tout  montre  que  le  site  a  été  abandonné  en  9,  après  la  grande  défaite  de  Teutoburg  
(Kalkriese)  qui  a  entraîné  l'évacuation  de  tous  les  territoires  situés  sur  la  rive  droite  du  Rhin.  
 
Un   établissement   mixte  :   de   l’extérieur   il   devait   ressembler   à   un   fort   romain,   mais   à  
l’intérieur  un  centre  civil  avec  des  activités  commerciales.    
Un   établissement   fait   pour   durer,   cf.   le   forum.   Et   qui   concorde   furieusement   avec   le  
témoignage  de  Dion.  
On  en  ignore  le  statut  :  établissement  sous  administration  militaire,  cité,  colonie  ?  Mais  on  a  
l’impression   d’une   sorte   de   poste   avancé,   de   noyau   de   colonisation,   destiné   à   devenir   un  

48  
centre   urbain   (cf.   en   Gaule   après   César,   Samarobriva…).   Peut-­‐être   y   avait-­‐il   plusieurs  
établissements  de  ce  genre  articulés  en  un  plan  d’ensemble.  
 
Ce   qui   est   fascinant   avec   Waldgirmes   c'est   que   l'on   saisit   le   processus  
d'urbanisation/romanisation   alors   qu'il   est   en   cours.   C'est   une   situation   unique   car   en  
général,   ces   créations   ont   donné   naissance   à   des   villes   dont   le   développement   ultérieur   a  
recouvert  les  traces  romaines  et  les  rend  invisibles.  
En  tout  cas,  cela  montre  comment  Rome  procédait  pour  édifier  une  nouvelle  société.  
 
   

49  
Séance  9  
INSTITUTIONS  ET  GESTION  URBAINES  
(v.  30  a.C.-­‐v.  300  p.C.)  
 
 
A-­‐  Types  et  fonctions  urbaines  
 
On  peut  dire  qu’il  existait  trois  types  de  villes  romaines.  
—   Les   très   grandes   villes   (mégapoles,   voir   supra),   dont   l’influence   dépasse   largement   le  
cadre  de  leur  propre  cité,  étaient  peu  nombreuses  ;  en  dehors  de  Rome  et  de  Carthage,  elles  
étaient  concentrées  en  Orient  et  devaient  leur  importance  à  des  fonctions  politiques  et  à  de  
grandes  fonctions  portuaires.  
—  Les  chefs-­‐lieux  de  cité  constituaient  l’échelon  déterminant  organisationnel  et  fonctionnel.  
—  Les  villes  et  agglomérations  secondaires  étaient  surtout  présentes  dans  les  cités  à  vaste  
territoire,   et   donc   dans   les   provinces   occidentales   (Gaules).   Elles   avaient   des   fonctions  
économiques   (artisanat   et   marché),   religieuses   et   sociales,   et   parfois   administratives  
(notamment  pour  les  uici  et  pagi).  Mais  elles  étaient  soumises  au  chef-­‐lieu  et  n’avaient  pas  
de   personnalité   civique   propre,   cependant   elles   pouvaient   exercer   des   fonctions   et  
comporter  des  éléments  urbains.  À  l’époque  tardive,  notamment  en  Gaule,  certaines  d’entre  
elles  supplantèrent  d’anciens  chefs-­‐lieux.  
Attachons  nous  plus  précisément  aux  chefs-­‐lieux  de  cité.  
Dans  toute  cité  il  y  a  un  chef-­‐lieu  urbain  où  l’on  trouve  généralement  les  édifices  nécessaires  
à   la   vie   civique  :   monuments   publics   civils   et   religieux   (forum   ou   agora,   curie   ou   boulè,  
basilique,  temples,  marchés)  et  les  édifices  de  loisirs  (thermes,  édifices  de  spectacle).  
Ce  centre  civique  est  le  lieu  de  résidence  d’une  grande  partie  des  citoyens  et  des  habitants  
de  la  cité.  Y  résident  notamment,  durant  une  grande  partie  de  l’année,  les  aristocrates  qui  
dirigent  la  cité.  
C’est   aussi   une   agglomération   qui   doit   présenter   un   certain   nombre   de   caractéristiques  
propres  à  la  vie  urbaine  :  plan  régulier,  voirie  organisée,  matériaux  (pierre,  marbre,  brique,  
tuile),  équipements  et  commodités  (fontaines,  aqueducs,  citernes,  égouts,  portiques).  
Le  chef-­‐lieu  urbain  exerce  un  certain  nombre  de  fonctions  spécifiques  :  
• politique  :  lieu  de  la  gestion  des  affaires  publiques  
• sociale  :   concentration   des   élites   dirigeantes   et   d’une   partie   des   citoyens   (d’autant  
plus   importante   que   la   cité   est   petite  ;   dans   les   grosses   cités   la   proportion   de   la  
population  résidant  au  chef-­‐lieu  était  moins  importante,  peut-­‐être  10%  dans  les  cités  
gauloises  contre  40%  en  Afrique  proconsulaire).  
• économique  :   consommation   et   commerce   (marchés),   dépenses   (en   particulier  
honneurs,   évergétisme,   train   de   vie   des   élites),   production   (constructions,   artisanat),  
services.  
Les  cités  avaient  également  des  fonctions  administratives  dont  la  gestion  était  concentrée  au  
chef-­‐lieu.  C'est  un  aspect  qui  sera  examiné  plus  loin  (C).  
 
B-­‐  Les  institutions  des  cités  
 
Qu'elles  soient  romaines  ou  pérégrines,  toutes  les  cités  ont  leurs  propres  institutions  et  se  
gouvernent  elles-­‐mêmes.  

50  
Même   si   les   institutions   des   cités   étaient   très   loin   d’être   uniformes,   elles   étaient   toutes  
caractérisées   par   l’existence   de   trois   organes  ;   l’assemblée   du   peuple,   un   conseil,   des  
magistrats.  
NB  :   quel   était   le   modèle   romain   d’organisation   civique,   par   rapport   à   d’autres   modèles,  
(grec  par  exemple)  ?  Il  était  double.  
—  Au  niveau  du  corps  civique  :  le  peuple  des  citoyens  (populus)  était  organisé  en  unités  de  
vote   inégalitaires   (centuries   et   tribus)   selon   des   critères   censitaires   (fondés   sur   la   fortune  
foncière).  
—   Le   conseil   (sénat)   était   formé   d’anciens   magistrats   et   avait   un   rôle   de   gouvernement,  
autant  que  d’assistance  des  magistrats  et  de  préparation  des  votes  de  l’assemblée.  Comme  
le   rappelle   la   formule   Senatus   populusque   romanus,   c’était   le   Sénat   qui   exerçait   la  
souveraineté  avant  le  peuple.  
 
Les   magistratures   étaient   annuelles,   collégiales   et   hiérarchisées   selon   un   ordre   fixé   par   le  
cursus  honorum  local.  Dans  les  cités  de  type  romain,  on  avait  :  
• la  questure  (finances)  ;  
• l’édilité  (entretien  et  surveillance  du  domaine  public)  ;  
• le  duumvirat  (dirigeants)  ;  
• tous  les  cinq  ans,  les  duumvirs  quinquennaux  effectuaient  le  recensement  local.  
Il  y  avait  de  nombreuses  particularités,  à  l’intérieur  même  du  domaine  de  tradition  romaine.  
Par  exemple,  dans  la  plupart  des  municipes  italiens  et  dans  beaucoup  de  colonies  latines,  il  
existait  des  collèges  de  quattuorvirs  composés  de  deux  édiles  et  de  deux  duumvirs.  
D’autre   part,   dans   un   certain   nombre   de   régions   subsistèrent   des   fonctions   et   des  
dénominations   locales   (vergobret   dans   certaines   cités   gauloises,   suffète   en   Afrique,   stratège  
en  Grèce).  
Les  sénats  locaux  étaient  formés  d’anciens  magistrats  ;  ses  décisions  prennent  la  forme  de  
décrets.  En  Occident,  ce  sénat  est  souvent  qualifié  d’«  ordre  »  et  ses  membres  sont  nommés  
les  décurions,  ou  les  curiales  parce  qu’ils  se  réunissent  dans  la  curie  locales.  En  Orient,  il  était  
appelé   la   boulè,   et   ses   membres   les   bouleutes.   Son   effectif   est   fixé   par   la   loi   locale   et   variait  
en  fonction  de  l’importance  de  la  cité  (souvent  autour  de  100,  600  à  Athènes).  
Le  peuple  des  citoyens  (populus/dèmos)  était  réuni  en  unités  de  vote  (curies  ou  tribus).  Sa  
principale   fonction   était   d’élire   les   magistrats.   Il   semble   qu’à   la   fin   du   Ier   siècle,   ces   élections  
étaient  encore  effectives.  On  peut  en  juger  d’après  :  
• les  graffiti  électoraux  de  Pompéi  qui  attestent  de  la  réalité  de  la  vie  électorale  
• la  lex  Irnitana  qui  montre  une  compétence  réelle  du  peuple  (cf.  Livret).  
Il  y  a  cependant  un  débat  sur  ce  point  entre  les  historiens  qui  supposent  un  maintien  de  la  
participation  du  peuple  à  la  vie  politique  et  ceux  qui  postulent  au  contraire  son  effacement,  
réduit   à   un   rôle   simplement   acclamatif.   Tous   sont   cependant   à   peu   près   d’accord   pour  
souligner  deux  choses  :  
• le   peuple   était   de   toute   façon   placé   sous   un   étroit   contrôle   des   magistrats   et   du  
conseil  ;  l’exemple  des  élections  est  significatif,  et  d’autant  plus  qu’il  constituait  l’acte  
essentiel  de  l’intervention  du  peuple  dans  la  vie  publique  ;  
• le   vote   n’était   pas   par   tête   mais   par   unités   de   vote,   ce   qui   atténuait   les   effets   de  
masse  et  assurait  une  représentativité  plus  grande  aux  plus  riches.  
En  outre,  le  président  de  l’assemblée  avait  le  droit  de  retenir  ou  d’écarter  les  candidats  aux  
magistratures,  et  même  d’en  désigner  s’il  n’y  en  avait  pas  assez.  

51  
Cependant,  le  peuple  pesait  sous  la  forme  de  l’opinion  publique  qui  s’exprimait  au  forum  ou  
lors  des  spectacles.  
Il  pouvait  donc  constituer  un  groupe  de  pression,  voire  arbitrer  certaines  situations,  mais  le  
pouvoir   était   détenu   par   les   élites   locales,   qui   se   considéraient   et   étaient   considérées  
comme  les  dirigeants  légitimes  et  naturels  des  cités.  
 
C-­‐  Gérer  la  ville  :  principes,  acteurs,  moyens  
 
La   gestion   des   villes   recouvrait   plusieurs   domaines   d’intervention,   certains   relevant   de   la  
nécessité  et  d’autres  de  l’agrément  et  du  loisir.  Ces  deux  principes  sont  consubstantiels  de  la  
civilisation  urbaine  antique.  
 
—  Les  domaines  d’intervention  
L’approvisionnement  
Problème  crucial,  surtout  pour  le  blé  et  aussi  pour  l’huile.  
Il  existait  dans  certaines  cités  une  organisation  annonaire  :  la  cité  se  procurait  des  produits  
de   première   nécessité   qu’elle   distribuait   ensuite   à   une   partie   de   ses   citoyens   (à   Rome,  
environ   200  000   citoyens   étaient   bénéficiaires).   Ce   système   pouvait   être   permanent   ou  
limité  à  des  épisodes  de  pénurie.  
Dans  la  plupart  des  cités,  il  y  avait  des  magistrats  spécialisés  (édiles,  agoranomes,  eleônai).  
Leur  rôle  est  d’abord  de  veiller  à  ce  que  les  prix  restent  à  un  niveau  raisonnable  et  donc  de  
lutter   contre   la   spéculation   qui   était   fréquente,   notamment   en   cas   de   disette.   Les   gros  
propriétaires   et   les   intermédiaires   avaient   en   effet   tendance   à   accaparer   les   stocks   pour  
faire  monter  les  prix  et  vendre  à  prix  élevé.  
Les  cités  avaient  dans  ce  cas  plusieurs  moyens  d’intervenir  :  
• fixation  d’un  prix  maximum  (mais  ne  règle  pas  la  question  de  l’accaparement)  
• création  d’un  fonds  spécial  alimenté  par  des  prêts  obligatoires  de  gens  fortunés  ou  
des   fondations   évergétiques  ;   les   sommes   sont   placées   et   dégagent   un   intérêt   qui  
sert  à  acheter  du  blé  sur  un  marché  extérieur  et  à  le  distribuer  ou  le  mettre  en  vente  
à  bon  marché  pour  faire  baisser  les  prix  
• intervention  personnelle  du  magistrat  qui  achète  du  blé,  y  compris  sur  ses  biens.  
Parfois,  comme  à  Antioche  de  Pisidie  en  92  p.C.,  c’est  le  gouverneur  qui  intervient  pour  fixer  
un  prix  maximum.  
Les   magistrats   devaient   aussi   contrôler   les   prix,   les   poids   et   mesures,   et   éventuellement  
veiller  à  la  qualité  des  produits.  
La  gestion  de  l’eau  
La   présence   d’un   réseau   de   fontaines   et   d’un   approvisionnement   suffisant   pour   les  
installations   collectives   que   sont   les   thermes   et   gymnases   est   un   des   signes   majeurs   de   la  
personnalité   urbaine   et   ce   qui   distingue   une   ville   d’un   simple   village.   C’est   une   des  
réalisations  favorites  des  évergètes.  
Pour   cela,   il   était   nécessaire   d’aménager   des   citernes   et   surtout   des   aqueducs,   parfois   sur  
des   trajets   de   dizaines   de   kilomètres.   Cette   «  grande   hydraulique  »   est   évidemment   très  
coûteuse.  L’empereur  intervient  parfois,  au  moins  pour  une  partie  du  financement,  comme  à  
Carthage  en  Afrique,  à  Ilion  en  Troade,  ou  encore,   vraisemblablement,  à  Nîmes  en  Gaule  (le  
Pont  du  Gard),  mais  le  plus  souvent  c’est  la  cité  elle-­‐même  et  les  évergètes  qui  financent  cet  
investissement.   À   côté   de   l’aspect   pratique,   il   entrait   évidemment   une   part   importante   de  
prestige  dans  ces  réalisations.  

52  
Dans  la  ville,  il  faut  aussi  installer  et  entretenir  un  réseau  de  châteaux  d’eau,  de  canalisations  
et  d’adductions  aux  bâtiments  publics,  aux  fontaines,  et  aux  maisons  des  riches  particuliers  
(cf.  Pompéi).  
 
Cf.  deux  documents  épigraphiques  sur  l’alimentation  hydraulique  en  Gaule  Aquitaine  
 
1-­‐  Don  d’équipements  hydrauliques  aux  habitants  de  Burdigala  (Bordeaux,  Gironde)  
Corpus   des   inscriptions   latines   (CIL),   XIII,   596-­‐600  ;   L.   Maurin   et   M.   Navarro   Caballero,   Inscriptions   latines  
d’Aquitaine  (ILA),  Bordeaux,  Bordeaux,  2010,  n°  38-­‐41b.  
Cinq  plaques  calcaires  identiques  portant  le  même  texte.  Datation  :  époque  julio-­‐claudienne,  règnes  de  Tibère  
ou  Claude.  
Texte  :  «  Caius  Julius  Secundus,  préteur,  a  donné  par  testament  les  adductions  d’eau  au  prix  de  deux  millions  
de  sesterces.  »  

 
 
2-­‐  Dédicace  d’un  aqueduc  à  Augustoritum  (Limoges,  Haute-­‐Vienne)  
Année  épigraphique,  1989,  521.  
er
Plaque  de  granit  percée  d’un  trou.  Datation  :  premier  tiers  du  I  siècle  après  J.-­‐C.  
Texte  :  «  Postumus,  fils  de  Dumnorix,  vergobret,  a  offert,  de  ses  deniers,  (l’aqueduc)  de  l’aqua  Marcia  (…).  »  

 
 
L’entretien   de   la   voirie   et   l’assainissement   (égouts)   font   aussi   partie   des   attributions   des  
magistrats,   de   même   que   la   fixation   et   le   respect   des   règles   d’urbanisme.   Les   décharges  
publiques  à  la  sortie  des  villes  étaient  interdites,  y  compris  l’abandon  de  cadavres  (Rome).  
Dans   la   réalité,   ces   prescriptions   étaient   sans   doute   loin   d’être   respectées   et   l’aspect   des  
villes  ne  devait  pas  être  toujours  reluisant.  
L’aménagement   et   l’entretien   des   édifices   publics   est   un   autre   aspect   important   de   la  
gestion   urbaine.   Édifices   de   loisir   et   d’agrément  :   théâtres,   odéons,   gymnases,   palestres,  
bibliothèques,  portiques  ;  thermes,  stades,  cirques,  amphithéâtres…  
Tous  ces  édifices  constituaient  la  parure  à  laquelle  toutes  les  agglomérations  prétendaient,  
parce  qu’elles  étaient  la  marque  de  l’appartenance  au  monde  de  la  ville  et  à  la  civilisation.  
Les  habitants  étaient  prêts  à  consentir  d’énormes  efforts  pour  cela.  

53  
C’est  pour  cette  raison  que  ces  édifices  sont  très  nombreux,  y  compris  dans  les  petites  villes.  
Leur   entretien   devait   représenter   une   charge   importante   que   les   cités   n’étaient   d’ailleurs  
pas  toujours  capables  d’assumer.  L’évergétisme  jouait  là  aussi  un  rôle  important.  
Il   était   assez   courant   d’ailleurs   que   de   grands   programmes   surdimensionnés   soient   lancés   et  
demeurent  inachevés  faute  de  financement.  Pline  en  donne  plusieurs  exemples  en  Bithynie  
(les   bains   de   Claudiopolis  ;   le   théâtre   de   Nicée).   En   Occident,   on   peut   citer   la   basilique   de  
Bavay  dans  le  nord  de  la  Gaule,  dont  la  construction  ne  fut  pas  menée  à  terme.  
Ces  investissements  avaient  certes  pour  avantage  de  donner  du  travail  à  de  nombreux  corps  
de   métier,   mais   ils   n’étaient   évidemment   pas   productifs   (cf.   P.   Gros  :   «  pétrification   des  
richesses  »).  Ils  relevaient  de  l’agrément  de  la  vie  urbaine  (amœnitas).  
Les  bâtiments  à  usage  économique,  comme  les  marchés,  les  installations  portuaires  ou  les  
entrepôts,   n’étaient   cependant   pas   rares,   et   certains   pouvaient   atteindre   des   dimensions  
colossales  (les  entrepôts  de  Rome  et  aussi  Vienne,  Isère),  mais  ils  sont  moins  connus  car  ils  
ont  laissé  moins  de  traces  dans  l’épigraphie.  
Il   en   allait   de   même   pour   les   programmes   de   construction   d’habitat,   de   boutiques   et  
d’ateliers.  Ils  accompagnaient  souvent  les  grands  programmes  d’aménagement  et  servaient  
à  les  rentabiliser  avec  des  constructions  de  rapport.  Mais  ce  n’était  pas  l’élément  qui  était  
mis   en   avant   dans   les   grandes   inscriptions   que   l’on   faisait   graver   pour   commémorer   ces  
opérations.  
Les  spectacles  
Il  en  existe  de  nombreuses  catégories.  Ils  ont  comme  point  commun  d’être  presque  toujours  
organisés   à   l’occasion   de   fêtes   publiques   ou   d’événements   collectifs   (fêtes   religieuses,  
entrée   en   fonction   de   magistrats,   avènement   d’un   empereur,   célébrations   du   culte  
impérial…)  :    
• concours  musicaux,  gymniques  
• spectacles  de  théâtre  et  de  danse,  récitations,  conférences,  mimes  
• jeux  de  l’amphithéâtre  :  combats  de  gladiateurs,  chasses  et  batailles  reconstituées  
• courses  de  chars    
Dans  tous  ces  spectacles,  le  rôle  de  l’évergétisme  est  essentiel.  
La  sécurité  publique  
L’État   impérial   ne   dispose   pas   de   forces   de   police,   en   dehors   de   la   garnison   de   Rome  
(prétoriens,  vigiles)  et  des  cohortes  urbaines  de  Lyon  et  Carthage.  Quant  à  l’armée,  elle  est  
stationnée  pour  l’essentiel  sur  les  frontières.  
Ce  sont  donc  les  cités  qui  assument  cette  fonction.  Selon  les  cas,  l’importance,  et  les  moyens  
des  cités,  il  y  avait  pour  cela  des  magistrats  particuliers  :  préfets  en  Occident,  irénarques  en  
Orient,  qui  commandaient  des  forces  de  police  composées  d’esclaves  ou  d’affranchis  publics.  
Parfois,   il   existait   des   unités   plus   importantes   pour   lutter   contre   le   brigandage   et   traquer   les  
esclaves  fugitifs.  
Des   associations   d’habitants   jouaient   aussi   un   rôle   et,   dans   les   campagnes,   on   avait   souvent  
à  pourvoir  à  sa  propre  sécurité.    
L’enseignement  
Là   encore   selon   leurs   moyens   et   aussi   le   degré   de   standing   auquel   elles   prétendaient,   les  
cités  pouvaient  entretenir  des  installations  et  payer  des  «  fonctionnaires  ».  
Des   écoles   existaient   avec   des   maîtres   de   grammaire,   rhétorique,   philosophie.   Dans   le  
monde  grec,  cet  enseignement  se  faisait  plus  spécialement  dans  le  cadre  du  gymnase  et  il  s’y  
joignait   un   entraînement   sportif.   Ces   activités   étaient   surtout   destinées   aux   rejetons   des  
familles  aisées.  

54  
Il   pouvait   exister   un   enseignement   de   type   universitaire,   surtout   si   un   évergète   y   pourvoyait  
comme   Pline   dans   sa   cité   de   Côme.   On   pouvait   alors   essayer   de   faire   venir   des   maîtres  
réputés   ou   des   intellectuels   en   vue.   Des   villes   étaient   connues   pour   la   qualité   de   leur  
enseignement  :    
• en  Orient,  Rhodes,  Tarse,  Athènes,  Alexandrie,  Pergame  (médecine)…  
• en  Occident  :  Autun,  Marseille,  Bordeaux…  
Les   cités   pouvaient   encore   fournir   d’autres   services   comme   des   médecins   consultant  
gratuitement.  
 
—  Les  moyens  
Toutes  les  cités  avaient  leur  trésor  public,  gérés  par  des  magistrats.  Il  était  alimenté  par  les  
taxes   municipales   (douanes,   péages,   taxes   sur   les   étrangers,   les   activités   professionnelles…),  
les  revenus  des  locations  de  terres  publiques,  des  carrières  et  des  mines  —  lorsqu’elles  en  
possédaient   —   ,   les   amendes.   Les   cités   disposaient   donc   de   revenus   propres,   qui   leur  
permettaient  de  faire  face  à  une  partie  de  leurs  dépenses.  Mais  ce  n’était  pas  suffisant  et  il  
était  nécessaire  de  recourir  à  d’autres  sources  de  financement.  
Un  autre  élément  important  du  financement  des  cités  résidait  dans  le  système  des  liturgies  
ou  munera  (infra  séance  11).  Cela  consistait  à  désigner  un  responsable  pour  chaque  dépense  
publique,   par   exemple   le   financement   d’une   fête   ou   d’un   spectacle,   la   levée   d’une  
contribution,   un   approvisionnement,   la   réparation   d’un   édifice,   etc.   Bien   sûr,   ces   charges  
pesaient   sur   les   plus   riches,   qui   étaient   ainsi   mis   à   contribution   pour   l’entretien   et   le  
fonctionnement  de  la  cité,  et  c’était  donc  une  forme  à  peine  déguisée  d’imposition  directe.  
Les   notables   avaient   vis-­‐à-­‐vis   de   ces   charges   une   attitude   ambivalente  :   d’une   part   ils   s’en  
plaignaient   et   cherchaient   éventuellement   à   s’en   faire   exempter,   ce   qui   obligea   le   pouvoir  
impérial  à  avoir  recours  à  la  contrainte,  d’autre  part  ils  s’en  glorifiaient  et  rivalisaient  les  uns  
avec  les  autres  à  qui  ferait  le  plus  et  le  mieux  pour  sa  cité.  
La   contribution   honoraire   (summa   honoraria)   versée   par   les   magistrats   à   leur   entrée   en  
charge  (infra,  séance  11)  participaient  du  même  principe.  
De  la  même  manière,  l’évergétisme  (infra,  séance  11)  était  aussi  un  moyen  de  financement  
de   la   cité.   On   désigne   par   ce   néologisme   le   pratique   par   laquelle   des   individus   (évergètes)  
manifestaient   leur   générosité   envers   leur   communauté,   par   des   dons   et   des   bienfaits  
(évergésies).   Il   se   rapprochait   donc   des   liturgies,   à   la   différence   près   qu’il   était   volontaire,  
même  s’il  était  soumis  à  une  pression  sociale,  car  on  attendait  des  riches  qu’ils  consacrent  
ainsi  une  partie  de  leur  fortune  à  la  collectivité.  
Les  cités  pouvaient  aussi  recourir  à  des  souscriptions  publiques  (là  aussi  surtout  auprès  des  
riches)   pour   faire   face   à   des   charges   exceptionnelles,   ou   à   l’emprunt.   Dans   les   derniers  
temps  de  l’époque  hellénistique,  nombre  de  cités  abusèrent  de  cette  dernière  pratique  et  se  
mirent   en  situation   de   surendettement,  ce  qui   conduisit  les  autorités  romaines  à   encadrer  
très  strictement  l’emprunt  par  les  cités,  le  rendant  quasiment  impossible.  
Durant   l’Empire   romain,   les   cités   connurent   souvent   des   situations   financières   difficiles,  
surtout   lorsqu’elles   se   laissaient   entraîner   à   des   dépenses   d’aménagement   excessives   que  
leurs   finances   propres   ne   pouvaient   couvrir   et   que   la   fortune   de   leurs   riches   citoyens   ne  
suffisait   pas   non   plus   à   éponger.   C’est   pour   cette   raison   que   le   pouvoir   impérial   se  
préoccupa  assez  tôt,  dès  la  fin  du  Ier  siècle  de  remédier  à  cette  situation  (infra,  séance  10).  
 
   

55  
Séance  10  
LES  CITÉS  ET  L’EMPIRE  
(v.  30  a.C.-­‐v.  300  p.C.)  
 
A-­‐  Le  pouvoir  impérial  et  les  cités  
Quels   étaient   les   rapports   entre   le   pouvoir   impérial   sur   les   cités  ?   L’historiographie   a  
beaucoup  évolué  sur  cette  question  depuis  la  fin  du  XXe  siècle.  
La   vision   traditionnelle   est   héritée   de   Mommsen,   mais   aussi   de   Guizot,   Duruy   et   Lavisse  
(contra   toutefois   Fustel   de   Coulanges   et   Jullian).   Elle   repose   sur   l’idée   selon   laquelle  
l’autonomie   des   cités   aurait   connu   sous   la   domination   romaine   une   longue   agonie,  
provoquée  par  quatre  facteurs.  
• La  décadence  des  institutions  municipales  elles-­‐mêmes.  
• La  centralisation  constante,  amenant  le  pouvoir  impérial,  de  la  République  à  l’Empire  
à   battre   en   brèche   les   lois   locales   pour   imposer   ses   propres   règlements   et   ses  
administrateurs.  C’est  une  idée  corollaire  de  celle  qui  envisage  l’histoire  de  l’Empire  
romain  à  travers  le  prisme  du  développement  constant  de  l’absolutisme  et  le  passage  
du  Principat  au  Dominat.  
• Le  désordre  et  l’état  déplorable  des  finances  de  beaucoup  de  cités,  obligées  de  s’en  
remettre  à  l’intervention  du  pouvoir  central.  
• La  démission  des  élites  locales,  qui  auraient  été  de  plus  en  plus  réticentes  à  accomplir  
les   fonctions   qui   étaient   traditionnellement   les   leurs  ;   devant   l’accroissement   de  
leurs   charges,   elles   n’auraient   pas   été   mécontentes   de   s’en   remettre   au   pouvoir  
central  et  in  fine,  de  se  replier  sur  les  campagnes.  
Au  bout  du  compte,  cette  lente  et  irréversible  décadence  des  cités  serait  une  des  clés  de  la  
disparition  de  l’Empire  romain  et  de  la  fin  du  monde  antique.  
Depuis   les   travaux   d’historiens   tels   que   Claude   Lepelley   et   François   Jacques,   cette   vision   a  
été  considérablement  nuancée.  
Tout  d’abord,  elle  ne  correspond  pas  à  la  vision  qui  se  dégage  des  sources  épigraphiques  et  
aussi   juridiques,   qui   montrent   au   contraire   le   maintien   de   la   vitalité   de   la   vie   municipale  
jusqu’au  IVe  siècle,  en  particulier  dans  certaines  régions  (Afrique).  
Ensuite,  il  faut  insister  sur  le  fait  que  si  l’impérialisme  romain  s'est  traduit  évidemment  par  la  
perte   de   la   politique   extérieure   et   d’une   partie   de   la   juridiction   (notamment   les   causes  
impliquant   des   citoyens   romains)   et   aussi   par   l'assujettissement   à   des   charges   fiscales,   les  
cités   ont   toujours   conservé   leurs   institutions   et   la   gestion   de   leurs   affaires,   continuant   de  
désigner   leurs   propres   administrateurs,   et   conservant   la   possibilité   de   traiter   directement  
avec  Rome  et  avec  l’empereur.  
Il  faut  rappeler  enfin  qu'aucune  instance  du  pouvoir  central  n’avait  compétence  en  théorie  
pour   intervenir   dans   les   affaires   internes   des   cités   d’Italie   et   dans   les   communautés  
provinciales   privilégiées   (colonies   et   municipes   romains/latins,   cités   fédérées   et   libres).   Pour  
les   autres   cités   provinciales,   le   gouverneur   en   avait   théoriquement   le   pouvoir,   mais   c’était  
matériellement   impossible   en   raison   de   leur   nombre   même   qui   s’opposait   à   un   contrôle  
régulier.  
À  partir  du  début  du  IIe  siècle  cependant,  la  situation  financière  délicate  d’un  certain  nombre  
de   cités,   et   l’incapacité   des   magistrats   et   conseils   locaux   de   maîtriser   les   budgets   et   les  
dossiers   de   comptes   et   de   contrôle   des   fonds   et   biens   publics,   amenèrent   l’empereur   à  
désigner  des  chargés  de  mission,  aux  titres  et  fonctions  variées.  

56  
Par  exemple  Pline  reçut  de  Trajan  une  mission  de  ce  genre  en  Bithynie,  en  tant  que  légat  (cf.  
Livret).  
Toutefois,  la  fonction  la  plus  courante  à  laquelle  le  pouvoir  impérial  eut  recours  fut  celle  de  
curateur  (en  grec  logistès)  de  cité.  Il  faut  bien  noter  cependant  qu’ils  ne  constituaient  pas  un  
rouage  administratif  permanent,  mais  des  chargés  de  mission  ponctuels,  dont  la  désignation  
demeura  irrégulière  jusqu’au  IIIe  siècle.  
Pour  Mommsen  et  ses  élèves,  les  curateurs  symbolisent  le  développement  de  la  monarchie  
centralisatrice  étouffant  l’autonomie  municipale,  et  traduisent  le  début  du  déclin  des  cités,  
lié   à   l’incapacité   et   à   la   démission   des   notables.   Or,   les   études   récentes   ont   radicalement  
remis  en  cause  cette  idée.  Ni  l’origine,  ni  les  prérogatives  des  curateurs  ne  les  prédisposaient  
à  être  les  fossoyeurs  de  l’autonomie  municipale.  
C’étaient  des  notables  très  liés  eux-­‐mêmes  aux  intérêts  des  cités.  
Leur  rôle  était  seulement  consultatif  et  incitatif.  
Ils   étaient   de   toute   façon   trop   peu   nombreux   et   trop   irrégulièrement   nommés   pour   se  
substituer  aux  autorités  locales.  
Leur   désignation   était   d’abord   une   réponse   aux   problèmes   financiers   des   cités,   dont  
l’empereur   devait   se   préoccuper   parce   qu’il   se   devait   de   maintenir   les   conditions   de   la  
prospérité  dans  les  communautés,  dans  leur  intérêt  et  aussi  dans  celui  de  l’Empire.  
 
B-­‐  Le  rôle  des  cités  dans  le  fonctionnement  de  l'Empire  
En   effet,   il   faut   voir   que   les   cités   contribuaient   dans   une   large   mesure   au   fonctionnement  
administratif  de  l’Empire.  
—   Elles   assuraient   le   recensement   (sous   la   supervision   des   grands   censiteurs   impériaux)  
l'établissement  et  la  perception  des  impôts  pesant  sur  les  provinciaux  (les  tributs).  
—   Elles   fournissaient   des   recrues   et   assuraient   l'ensemble   des   activités   de   police   et   de  
maintien  de  l'ordre,  sous  le  contrôle  des  autorités  romaines.  
—  Elles  prenaient  en  charge  toutes  les  affaires  de  justice  de  première  instance  et  l'essentiel  
de  la  juridiction  civile  et  criminelle  dans  les  provinces.  Seules  les  affaires  importantes  et/ou  
sensibles,   et   celles   mettant   en   cause   des   citoyens   romains   remontaient   au   gouverneur   et  
éventuellement  à  l'empereur.  
En  fait,  l'Empire  romain  fonctionne  comme  un  système  à  deux  niveaux  :    
• l’administration  romaine  forme  une  superstructure  de  gouvernement  
• elle  prend  appui  sur  le  réseau  très  dense  des  communautés  locales,  les  cités,  qui  sont  
les   cellules   de   base   de   l'Empire   et   constituent   une   infrastructure   locale   de  
fonctionnement,   un   relais   entre   le   pouvoir   central   et   la   multitude   des   habitants   de  
l'Empire.  
Pour  assurer  ce  rôle  de  relais  entre  le  pouvoir  romain  et  les  habitants,  les  cités  devaient  être  
stables  et  saines,  et  le  pouvoir  central  devait  y  veiller.    
C'est   pourquoi   les   empereurs   ont   toujours   protégé   et   développé   les   cités.   Ils   n'ont   jamais  
renoncé  à  en  créer  de  nouvelles  lorsque  cela  paraissait  nécessaire.  Et,  comme  on  l'a  vu  plus  
haut,  ils  se  sont  préoccupés  de  leur  situation  financière.  
 
Cf.  Lettre  impériale  organisant  une  cité  à  Tymandus  en  Pisidie  (ILS,  6090)  
(Datation   inconnue   [IIIe   ou   IVe   siècle  ?].   Le   début   manque   et   les   premières   lignes   sont   très  
mutilées)  

57  
...   nous   avons   constaté,   très   cher   Lepidus,   que   les   Tymandéniens   souhaitent,   avec   un   désir  
puissant,  et  même  une  ardeur  extrême,  obtenir  par  notre  injonction  le  droit  et  la  dignité  de  
cité.    
Comme,   pour   nous,   il   est   naturel   que   l'honneur   et   le   nombre   des   cités   soient   accrus   dans  
l'ensemble  de  notre  monde  et  comme  nous  voyons  qu'ils  désirent  d'une  manière  sortant  de  
l'ordinaire   le   titre   et   l'honorabilité   de   cité,   nous   avons   cru   bon   d'accepter,   surtout   qu'ils  
promettent   qu'il   y   aura   chez   eux   une   quantité   suffisante   de   décurions.   C'est   pourquoi   nous  
voulons  que  tu  t'occupes  à  exhorter  ces  mêmes  Tymandéniens,  maintenant  que  leur  désir  a  
été   exaucé,   à   ce   qu'ils   s'efforcent,   par   obéissance,   d'accomplir   avec   nos   autres   cités   les  
devoirs  liés  au  droit  de  cité.  Donc,  comme  dans  les  autres  cités,  ils  ont  le  droit  de  se  réunir  en  
curie,  de  prendre  des  décrets,  de  faire  toutes  les  autres  choses  que  le  droit  permet  ainsi  que  
tout  ce  qui  peut  être  accompli  avec  notre  permission.  Ils  devront  créer  des  magistrats,  ainsi  
que   des   édiles   et   aussi   des   questeurs,   et   si   d'autres   choses   sont   nécessaires,   qu'elles   soient  
faites.  Il   conviendra  de  sauvegarder  à  toujours  cet  ordre  des  choses  pour  le  bien  de  la  cité.  
Pour   l'instant,   tu   devras   désigner   50   hommes   comme   décurions.   La   faveur   des   dieux  
immortels  leur  concédera  de  pouvoir  en  avoir  une  plus  grande  quantité  une  fois  leurs  forces  
et  leur  nombre  accrus.  
 
C'est  aussi  la  raison  pour  laquelle  là  où  les  Romains  ne  trouvèrent  pas  de  cités,  au  cours  de  
leur  processus  de  conquête,  ils  les  développèrent,  voire  les  créèrent  de  toutes  pièces.  
La  cité  fut  donc  le  modèle  imposé  et  proposé  par  Rome  à  ceux  qui  ne  la  connaissaient  pas,  et  
le  plus  souvent  ils  l’acceptèrent,  et  même  le  sollicitèrent.  La  cité  fut  donc  un  puissant  cadre  
et  instrument  d’intégration.  
   

58  
Séance  11  
POUVOIR  POLITIQUE  ET  CONTRÔLE  SOCIAL  DANS  LES  CITÉS  
 (v.  30  a.C.-­‐v.  300  p.C.)  
 
Qui   détenait   le   pouvoir   dans   les   cités  ?   Sur   quelles   bases   politiques   mais   aussi   sociales   et  
idéologiques  reposait-­‐il  ?  
D’une  manière  générale,  la  participation  à  la  vie  politique  de  la  cité  variait  selon  le  statut  et  
la  place  dans  la  hiérarchie  sociale.  
Elle  ne  concernait  bien  sûr  que  les  citoyens  et  excluait  les  esclaves,  les  étrangers,  (sauf  les  
incolae  =  résidents  domiciliés).  
Parmi  les  citoyens,  elle  concernait  les  hommes  plus  que  les  femmes  (pas  de  droit  de  vote  ni  
d’accès   aux   magistratures  ;   peu   de   participation   aux   affaires   judiciaires  ;   une   intervention  
plus  importante  en  revanche  dans  la  vie  religieuse  municipale  par  l’appartenance  à  certains  
collèges).  
Fondamentalement,   ce   sont   les   élites   qui   détiennent   et   exercent   l’essentiel   du   pouvoir   dans  
les  cités,  et  l’on  peut  même  qualifier  l’esprit  des  institutions  civiques  d’aristocratique.  C’est  
dans   cette   perspective   qu’il   faut   situer   le   rôle   essentiel   tenu   par   le   phénomène   de  
l’évergétisme,   qui   est   un   moyen   de   gouvernement   et   de   contrôle   social   en   même   temps  
qu’une  forme  de  légitimation  politique.  
 
A-­‐  Les  notables  
 
La  vie  civique  était  dominée  par  une  élite  sociale  qui  était  juridiquement  constituée  en  un  
ordo,   décurions   en   Occident,   bouleutes   en   Orient.   Les   critères   de   leur   recrutement  
englobaient   la   fortune,   la   naissance,   l’honorabilité   et   la   notoriété.   Leur   statut   était  
généralement  viager.  Ils  étaient  classés  sur  une  liste,  l’album,  qui  était  révisée  lors  du  census  
tous  les  cinq  ans.  Le  caractère  héréditaire  de  cette  élite  fut  de  plus  en  plus  marqué.  
La   fortune   était   un   élément   essentiel   et   plus   encore   la   nature   de   cette   fortune   qui   devait  
être  foncière.  La  terre  était  en  effet  un  signe  de  dignitas.  C’était  aussi  le  meilleur  moyen  de  
garantir   la   solvabilité   des   magistrats,   qui   étaient   responsables   sur   leurs   biens   de   l’argent  
public   qui   leur   était   confié.   On   rappellera   aussi   que   les   magistrats   élus   devaient   acquitter  
une  somme  dite  honoraire  ou  légitime  en  prenant  leurs  fonctions  (summa  honoraria).  Dans  
les   petites   cités   cette   somme   était   relativement   modeste,   mais   dans   les   plus   grandes   elle  
pouvait  atteindre  plusieurs  dizaines  de  milliers  de  sesterces.  
Cela   excluait   les   pauvres   mais   aussi   les   marchands   et   les   artisans   qui   n’avaient   qu’une  
fortune  mobilière.  
Le  seuil  censitaire  variait  selon  les  cités.  On  connaît  celui  de  Côme,  cité  par  Pline  :  100  000  
sesterces,  mais  il  ne  donne  qu’un  ordre  d’idée.  Beaucoup  de  cités  ne  pouvaient  exiger  un  tel  
niveau  de  richesse,   et   inversement  le   cens  exigé   dans   de   grandes   cités   devait   être   beaucoup  
plus  élevé  et  équivaloir  au  cens  équestre.  
La   nature   foncière   de   la   fortune   des   notables   municipaux   fait   qu’il   est   impropre   de   les  
qualifier,  comme  on  le  fait  parfois,  de  «  bourgeoisie  municipale  ».  Le  terme  de  «  notables  »  
est  préférable.  
Quelques  remarques  doivent  encore  être  faites  à  propos  de  ces  notables,  dont  le  rôle  était  
essentiel  dans  la  vie  de  l’Empire,  et  qui  nous  sont  connus  par  une  importante  documentation  
épigraphique.  
D’abord  concernant  leur  composition.  

59  
• En  Italie,  il  y  a  eu  un  certain  renouvellement  au  moment  des  guerres  civiles.  
• Dans   les   provinces,   les   élites   d’origine   locale,   qui   ont   accepté   de   coopérer   avec   le  
pouvoir   romain,   restent   en   place.   Elles   sont   confortées   par   le   pouvoir   romain   qui  
s’appuie   sur   elles   tant   qu’elles   acceptent   et   relaient   le   principe   de   la   domination  
romaine.  
• Dans   les   colonies,   elles   coexistent   avec   les   élites   qui   sont   installées   par   le   droit   du  
vainqueur,  et  finissent  le  plus  souvent  par  se  mélanger.  
Ensuite  concernant  leur  hiérarchie  :  il  existe  plusieurs  strates  dans  ces  élites.  
Au  sommet,  on  trouve  des  grands  notables  locaux  dont  certains  sont  sénateurs  et  chevaliers  
romains.   Souvent,   ces   sénateurs   «  provinciaux  »   étaient   issus   de   familles   italiennes   qui  
avaient  émigré  au  cours  des  générations  précédentes.  
On  a  ensuite  des  notables  de  niveau  intermédiaire,  et/ou  des  notables  de  cités  moyennes.  
C’était  ce  milieu  qui  constituait  un  des  viviers  de  recrutement  de  l’ordre  équestre.  Il  y  avait  
ici  deux  situations  possibles  :  
• notable   en   fin   de   carrière   municipale   qui   reçoit   avec   le   brevet   équestre   une   sorte   de  
«  bâton  de  maréchal  »,  et  passe  le  relais  à  ses  fils  
• jeune  notable  qui  se  lance  dans  une  carrière  équestre.  
Au  niveau  inférieur,  il  y  a  les  petits  notables  et  les  notables  des  petites  cités.  
 
B-­‐  L’évergétisme  
 
—  Généralités  
Toujours  dans  l’idée  de  comprendre  l’esprit  du  système,  il  faut  aussi  essayer  d’en  définir  les  
fondements  politiques  et  idéologiques.  
Le  pouvoir  des  notables  était  à  la  fois  politique,  économique,  social  et  culturel.  Il  ne  reposait  
pas   tant   sur   la   contrainte   (d’ailleurs,   il   y   avait   peu   de   moyens   pour   cela)   que   sur   son  
acceptation   par   le   peuple.   Cette   acceptation,   concordia,   consensus   ou   homonoia   dans   les  
cités  grecques,  reposait  elle-­‐même  sur  un  certain  nombre  de  conditions.  
Les   citoyens   attendaient   que   les   magistrats   puissent   leur   éviter   la   famine   et   l’insécurité,  
autant  vis-­‐à-­‐vis  des  troubles  et  atteintes  à  l’ordre  public,  que  vis-­‐à-­‐vis  du  pouvoir  impérial  et  
de  ses  représentants  (abus  de  pouvoir).  
Ils   attendaient   aussi   qu’ils   pourvoient   à   un   certain   nombre   d’aménagements   aptes   à   leur  
apporter  les  bienfaits  de  la  vie  civilisée  (aqueducs,  thermes,  fontaines  ;  édifices  de  loisirs  et  
de  spectacle).  
Cette   mission   dévolue   aux   magistrats,   et   de   manière   générale   aux   notables,   pouvait   être  
remplie  dans  le  cadre  de  leurs  attributions  institutionnelles.  Elle  l’était  aussi  dans  celui  des  
munera  ou  liturgies  (supra  séance  9),  c’est-­‐à-­‐dire  des  charges  qui  incombaient  aux  citoyens,  
en   particulier   aux   plus   riches   d’entre   eux,   en   raison   et   en   proportion   de   leur   richesse.   Par  
exemple  :  
• ambassades  auprès  du  gouverneur  ou  à  Rome  
• défense  de  la  cité  dans  des  procès  
• responsabilité  sur  leur  fortune  de  la  réalisation  des  travaux  publics  
• responsabilité   de   charges   impériales  :   levée   des   impôts,   entretien   des   routes   et   du  
cursus  publicus  (service  de  transport  de  l’État).  
Cette  mission  se  faisait  aussi,  plus  largement,  dans  le  cadre  de  l’évergétisme.  Une  partie  de  
la  fortune  des  aristocrates  était  destinée  à  être  dépensée  sous  la  forme  de  bienfaits  pour  la  

60  
collectivité,  pour  manifester  la  supériorité  de  leur  statut  social  et  acquérir  la  gloire  civique  
sous  la  forme  d’honneurs  dédiés  par  la  communauté.  
On  peut  donc  définir  l’évergétisme  comme  «  un  modèle  aristocratique  particulier  qui  visait  
l’obtention  d’un  consensus  civique  par  un  usage  original  des  surplus  de  la  rente  foncière  »  (H.  
Inglebert).   On   évoque   souvent   l’expression   panem   et   circenses   à   propos   de   l’évergétisme,  
mais   sans   toujours   la   comprendre.   En   fait,   il   ne   s’agit   pas   tant   de   dépolitiser   le   peuple   en  
l’achetant  par  du  pain  et  des  jeux,  que  de  renforcer  le  consensus  qui  fonde  la  légitimité  du  
pouvoir   (dans   le   cadre   spécifique   de   la   plèbe   romaine,   il   s’agit   aussi   de   verser   sous   cette  
forme  au  peuple-­‐roi  la  rente  qui  lui  revient).  
Il  faut  bien  différencier  l’évergétisme  du  clientélisme  (destiné  aux  dépendants),  du  mécénat  
(artistes),  et  de  la  charité  (pauvres).  
Il  y  avait  plusieurs  formes  d’évergésies  :  
• matérielles  :  constructions,  réfections  (thermes,  fontaines,  édifices  de  spectacle  et  de  
jeux)  
• créations  de  fondations  (orphelins,  boursiers)  
• jeux,  banquets  
• prise  en  charge  de  certains  besoins  (blé),  spécialement  en  cas  de  disette.  
• prise  en  charge  de  certaines  obligations  de  la  cité  (impôts).  
• donations   testamentaires   d’un   capital   dont   les   intérêts   étaient   affectés   à   un   objet  
bien  précis  (spectacles,  banquets,  entretien  de  bâtiments  publics...).  
L’évergétisme   a   favorisé   le   développement   du   cadre   urbain.   Il   a   été   un   puissant   incitateur  
économique  (constructions),  spécialement  compte  tenu  des  moyens  limités  qui  étaient  ceux  
de  beaucoup  de  cités.  Il  révèle  la  force  du  sentiment  municipal,  qui  est  consubstantiel  de  la  
civilisation  antique.  
C’est  aussi  pour  l’historien  une  source  de  documentation  importante,  tant  par  le  nombre  des  
dédicaces  accompagnant  des  évergésies,  que  par  celui  des  remerciements  et  des  honneurs  
(dédicaces,  statues,  souvent  financés  par  le  bénéficiaire)  attribués  par  la  cité.  
 
—  L’exemple  de  Périgueux  (Vesunna),  chef-­‐lieu  de  la  cité  des  Pétrucores  (Gaule  Aquitaine)  
cf.   J.-­‐P.   Bost   et   G.   Fabre,   «  Épigraphie   monumentale   et   histoire   urbaine   à  
Vesunna/Périgueux  »,  Documents  d’archéologie  et  d’histoire  périgourdines,  20,  2005,  p.  63-­‐
78).  
L’archéologie   de   Périgueux   a   beaucoup   progressé   depuis   une   trentaine   d’années   (cf.  
nouveau  musée  inauguré  en  2003),  ce  qui  permet  d’avoir  aujourd’hui  une  vue  plus  précise  
de  la  ville  et  de  son  histoire  sous  le  Haut-­‐Empire.  
La  ville  antique  s’étend  dans  une  boucle  de  l’Isle,  au  pied  de  l’oppidum  de  La  Curade,  sur  une  
superficie  de  60  ha  environ.  
La   limite   nord   de   la   ville   est   marquée   par   l’amphithéâtre   (nécropoles).   Il   était   entouré   de  
carrières  exploitées  à  ciel  ouvert.  
Il  existait  un  carroyage  régulier,  dont  des  portions  de  rue  ont  été  reconnues.  
Le   centre   monumental   se   compose   de   deux   ensembles   dont   les   façades   s’ouvraient   sur   le  
cardo  maximus  :  
• le  forum  
• un   grand   complexe   au   milieu   duquel   s’élevait   un   temple   circulaire,   aujourd’hui   la  
«  Tour  de  Vésone  »  :  c’était  le  sanctuaire  de  la  Tutela  Augusta  Vesuna.  
Autour   de   ces   monuments   se   trouvaient   de   riches   demeures   qui   étaient   les   résidences   de  
l’aristocratie  locale.  

61  
 

 
 
Le   dossier   épigraphique   de   la   ville   permet   d’identifier   un   certain   nombre   d’évergésies  
concernant   l’amphithéâtre,   le   temple   de   la   Tutelle,   des   thermes,   des   adductions   et  
distributions  d’eau  (bien  sûr,  cette  liste  n’est  pas  limitative,  elle  ne  dit  rien  notamment  du  
forum).  
Il  permet  aussi  d’identifier  un  certain  nombre,  et  des  profils  différents,  de  commanditaires.  
Quelques  grandes  familles,  peu  nombreuses.  Celle  qui  apparaît  le  plus  est  la  gens  Pompeia  
[Dias  :   plan   et   inscription]  :   sur   les   11   noms   d’évergètes   connus   à   Périgueux,   7   sont   des  
Pompei.   Une   branche   de   la   gens   a   accédé   à   l’ordre   équestre,   et   deux   de   ses   membres,   et  
peut-­‐être   plus,   ont   été   élevés   au   sacerdoce   fédéral   du   culte   de   Rome   et   d’Auguste   au  
sanctuaire  des  Trois  Gaules  à  Lyon.  Cette  charge  était  «  le  test  du  prestige  et  de  la  puissance,  
la   consécration   réservée   à   l’élite   de   l’élite  »   (J.   -­‐P.   Bost   et   G.   Fabre).   Cette   famille   a   porté,  
durant   tout   le   Haut-­‐Empire,   la   charge   de   plusieurs   grands   chantiers   de   construction,  
d’embellissement  ou  de  restauration,  à  l’amphithéâtre,  au  temple  de  la  Tutelle,  et  dans  des  
thermes  publics.  
On   voit   apparaître   aussi   d’autres   habitants   pérégrins   ou   citoyens   romains   de   fraîche   date.  
Par   exemple   les   Marulli,   qui   ont   célébré   leur   naturalisation   en   établissant   un   réseau   de  
fontaines  ;  deux  personnages  Bellicus  et  Bello,  membres  probables  d’un  collège  de  dévots  de  
la   Tutelle  ;   un   affranchi   de   pérégrin,   Ponticus,   donateur   d’une   statue   à   Mercure.   On   se   situe  
ici  à  un  moindre  niveau  de  fortune  et  de  notabilité  :  des  gens  qui  ont  une  aisance  certaine,  
qui   appartiennent   à   l’élite,   au   moins   économique   si   ce   n’est   politique,   de   la   cité.   Ils   désirent  
s’affirmer  à  travers  des  réalisations  rapides  et  moyennement  coûteuses.  C’est  une  sorte  de  
«  classe  moyenne  »  de  la  cité  qui  calque  son  comportement  sur  celui  de  l’élite.  

62  
À  Périgueux  comme  ailleurs,  les  motivations  des  évergètes  se  laissent  bien  cerner.  
• Affirmation  de  l’attachement  à  Rome  et  de  l’adhésion  à  la  romanité.  
• Affirmation  et  illustration  de  la  puissance  sociale  des  commanditaires.  
• Constitution   d’un   capital   de   reconnaissance   publique   qui   se   matérialise   par   des  
honneurs  (statues,  dédicaces  )  décernés  par  la  cité,  à  travers  son  ordo,  aux  évergètes.  
• Reproduction  d’un  modèle  dont  l’exemple  était  donné  à  Rome  même  par  l’empereur  
qui  construisait  pour  le  peuple.  
• Moyen   de   limiter   les   tensions   au   sein   de   la   population   urbaine   en   atténuant   les  
énormes  disparités  sociales  que  connaissait  la  société  antique.  Les  notables  donnent  
du   travail,   par   des   chantiers   quasi   permanents  ;   ils   donnent   du   confort   (l’eau),   et   des  
agréments  (spectacles,  thermes,  décoration  des  monuments).  Ils  permettent  donc  à  
la  population  de  jouir  d’un  luxe  public,  puisqu’ils  n’ont  pas  les  moyens  de  se  l’offrir  
dans  le  privé.  Les  notables  investissent  donc  dans  la  cohésion  de  la  cité,  et  par  là  de  
l’Empire.  
   

63  
Séance  12  
ÉCONOMIES  ET  SOCIÉTÉS  URBAINES  À  L’ÂGE  IMPÉRIAL  
 (v.  30  a.C.-­‐v.  300  p.C.)  
 
Il   est   inutile   de   revenir   sur   le   débat   concernant   l’économie   urbaine   qui   a   été   évoqué   plus  
haut  (séance  6).  Le  schéma  finleyien  de  la  cité  antique  comme  ville  de  consommation,  voire  
ville  «  parasite  »  (Chr.  Goudineau)  est  aujourd’hui  largement  dépassé  et  a  cédé  la  place  à  des  
visions  plus  positives  et  plus  complexes  aussi  du  rôle  économique  de  la  ville  et  des  rapports  
entre  villes  et  campagnes.  
Quant   à   la   société   urbaine,   les   historiens   ont   tendance   aujourd’hui   à   dépasser   un   peu   les  
catégories  juridiques  et  à  faire  toute  leur  place  à  des  schémas  où  interviennent  davantage  
des  critères  économiques  et  sociaux.  
 
A-­‐  L'activité  et  le  rôle  économique  de  la  ville    
 
—  Les  liens  avec  la  campagne  
Il  est  clair  que  les  élites,  à  commencer  par  l’empereur  lui-­‐même  en  tant  que  percepteur  et  
propriétaire   foncier,   dépensaient   en   ville   une   bonne   partie   du   revenu   qu’elles   tiraient   de  
leurs   domaines   fonciers   (ce   qu’on   appelle   la   rente   foncière),   sous   la   forme   de   réalisations  
évergétiques  et  de  dépenses  ostentatoires.  
Nous   l’avons   dit,   cette   dépense   est   consacrée   à   l’embellissement   du   cadre   urbain,   à  
l’agrément   des   citadins   et   à   la   satisfaction   de   leur   amour-­‐propre.   C’est   une   dépense  
improductive  pour  une  part,  et  qui  parfois  confine  au  gaspillage,  par  imprévoyance  ou  par  
incurie.  
Mais,   en   même   temps,   cela   créait   une   activité   qui   stimulait   d'importants   secteurs,  
notamment  le  bâtiment  et  les  secteurs  qui  en  dépendaient,  comme  la  fabrication  de  briques  
et   tuiles   par   exemple.   Avec   la   construction   en   pierre,   par   exemple,   les   carrières   locales   se  
développent  et  un  milieu  d’artisans  spécialisés  apparaît.  
—  Prenons  l'exemple  des  briques.  
C’était  une  production  considérable  dont,  et  c’est  rare,  on  connaît  un  peu  l’organisation.  
En   Italie,   où   il   y   avait   des   centres   de   production   très   importants,   notamment   autour   de  
Rome,   les   briques   étaient   souvent   estampées,   ce   qui   donne   des   informations   sur   leur  
production  et  leur  distribution.  
En  effet,  sur  beaucoup  de  briques,  il  y  a  deux  noms  :    
• celui  du  dominus,  propriétaire  de  la  figlina  (carrière  d’argile)  
• celui  de  l’officinator,  le  producteur  de  la  brique  (officina  :  atelier,  fabrique).  
Le   plus   souvent,   la   fourniture   de   la   matière   première   (argile)   et   l’organisation   de   la  
fabrication  étaient  séparées.  
L’argile   provenait   de   domaines   ruraux,   et   sa   production   était   distincte   de   la   fabrication  
proprement  dite  des  briques.  
Dans  bien  des  cas,  le  schéma  de  production  devait  être  le  suivant  :    
• le  maître  possédant  d’importantes  figlinae    
• il   en   confiait   l’exploitation   et   la   fabrication   des   briques   à   un   officinator   qui   les  
fabriquait  et  les  vendait.  
Parmi   les   propriétaires   de   figlinae,   il   y   avait   en   Italie,   comme   dans   les   provinces,   de   très  
riches   personnes,   y   compris   des   membres   de   l’aristocratie   sénatoriale,   et   l’empereur   lui-­‐
même  ainsi  que  des  membres  de  sa  famille.  

64  
Les  officinatores  quant  à  eux  étaient  souvent  des  gens  d’un  rang  plus  modeste,  parfois  des  
affranchis  des  propriétaires.  
Souvent,  le  lieu  de  provenance  de  l’argile  et  celui  où  les  briques  étaient  fabriquées  n’étaient  
pas   très   éloignés,   voire   se   trouvaient   au   même   endroit,   et   étaient   proches   eux-­‐mêmes   de   la  
ville.   C’était   donc   une   fabrication   en   grande   partie   destinée   au   marché   urbain   mais   qui   se  
faisait  souvent  en  milieu  rural.  La  ville  fait  travailler  la  campagne.  
—  Autre  exemple,  celui  des  amphores  
Là,  c’est  plutôt  la  production  agricole,  et  spécialement  celle  des  cultures  spéculatives  de  la  
vigne  et  de  l’olivier  qui  favorise  une  activité  liée  à  la  commercialisation  du  vin  et  de  l’huile  :  
construction  navale,  équipements  portuaires  et  surtout  fabrication  d’amphores.  
C’est  une  production  céramique  qui  était  destinée  au  transport.  
Pour  prendre  la  mesure  de  cette  production,  il  suffit  d’évoquer  le  mont  Testaccio,  à  Rome  :  
c’est   une   colline   artificielle   de   36   m   de   haut,   à   l’arrière   de   la   zone   portuaire   du   Tibre,   qui  
s’est   formée   par   les   tessons   des   amphores   à   huile   importées   principalement   de   Bétique,  
qu’on  empilait  en  terrasses.  On  estime  le  nombre  d’individus  à  53  millions  ;  sa  chronologie  
se   place   entre   le   règne   d’Auguste   et   le   milieu   du   3e   siècle  :   il   n’est   plus   en   service   à   partir   de  
260,  date  de  la  construction  de  la  muraille  aurélienne  et  du  déplacement  du  port.  
Les  amphores  servaient  au  transport  surtout  maritime  et  fluvial  de  trois  produits  majeurs  :  le  
vin,  l’huile,  et  le  poisson  salé  avec  ses  dérivés,  garum  :  sauce  de  poisson  et  allec  :  sorte  de  
préparation  à  base  de  poisson  décomposé  ;  il  y  avait  d’autres  produits  :  des  fruits,  de  l’alun  
(utilisé  pour  fixer  les  teintures),  mais  en  quantités  beaucoup  plus  faibles.  
La  fabrication  des  amphores  pouvait  se  faire  dans  les  campagnes,  à  proximité  des  centres  de  
production  dans  les  domaines.  
Mais   en   général,   il   semble   que   le   gros   de   la   production   d’amphores   était   fabriqué   par   des  
artisans  indépendants  qui  fournissaient  les  domaines  producteurs  de  vin  et  d’huile  comme  
les  usines  de  garum,  et  qui  se  trouvaient  dans  des  zones  urbaines  et  péri-­‐urbaines,  le  plus  
souvent  à  proximité  des  ports  d'embarquement.  
On   le   voit   en   Egypte,   où   la   documentation   papyrologique   a   conservé   des   contrats   de  
commande  d’amphores  pour  des  domaines  viticoles.  
Autre   exemple   à   Leptiminus,   une   ville   portuaire   et   commerciale   de   taille   moyenne   sur   la  
côte  africaine.  Elle  servait  de  port  d’exportation  à  une  région  productrice  d’huile  et  de  sauce  
de   poisson   (garum).   On   y   trouve   des   ateliers   de   production   d’amphores.   L’huile   devait  
transportée   des   environs   dans   des   outres   jusqu’au   port,   puis   transvasée   dans   des   amphores  
pour  le  transport  maritime.  
En  fait,  plutôt  que  d'opposer  d'activités  économiques  urbaines  d'un  côté  (artisanat),  rurales  
de  l'autre  (agriculture),  il  est  préférable  de  voir  que  les  unes  comme  les  autres  en  termes  de  
complémentarité,   avec   un   effet   d'entraînement   sur   la   fabrication   qui   pouvait   se   faire   à   la  
ville  comme  à  la  campagne,  en  fonction  des  besoins  et  opportunités.  
 
—  L’artisanat  urbain  
Il   y   avait   aussi   des   activités   artisanales   plus   spécifiquement   urbaines,   comme   le   textile  
(fabrication  mais  aussi  ravaudage,  nettoyage  et  teinture  ;  cf.  étiquettes  de  plomb  [Siscia]),  la  
céramique,  l’orfèvrerie,  etc.  
L’épigraphie  fait  connaître  beaucoup  de  métiers  et  de  collèges  professionnels  :  charpentiers,  
tanneurs,  tisserands,  teinturiers,  orfèvres,  fabricants  d’outres…    

65  
Certains  produits  étaient  réputés  et  indiquent  des  fabrications  liées  à  des  villes  particulières  :  
vaisselle  d’Arezzo,  verre  de  Sidon,  tissus  de  laine  de  Milet,  lin  de  Tarse  et  pourpre  de  Tyr  et  
Sidon,  tentures  brodées  de  Pergame,  terres  cuites  de  Myrina  et  Tanagra.    
Il   est   possible   d’ailleurs   qu’une   partie   de   ces   productions   ait   été   réalisée   dans   le   cadre   rural.  
On  peut  penser  par  exemple  à  la  sigillée  gauloise  des  ateliers  de  Lezoux  ou  La  Graufesenque  
réalisée  dans  le  cadre  d’agglomérations  secondaires.  
L’importance   de   l’activité   artisanale   urbaine   est   parfois   révélée   par   des   épisodes   historiques  
ou  par  l’archéologie.  
On   peut   penser   par   exemple   aux   fabricants   de   souvenirs   et   d’objets   de   piété   à   Éphèse,  
particulièrement   actifs   autour   du   culte   et   du   pèlerinage   du   temple   d’Artémis,   qui   s’en  
prennent  violemment  à  l’apôtre  Paul  lorsque  celui-­‐ci  vient  prêcher  la  parole  du  Christ.  
Autre  exemple,  les  ateliers  de  production  de  sculptures  à  Aphrodisias  en  Carie,  qui  étaient  
exportées  dans  toute  l’Asie  Mineure.  
 
—  Le  marché  urbain  et  les  échanges  
La   question   de   l'approvisionnement   était   essentielle,   dans   un   monde   où   la   population  
urbaine  se  développait  et  où  certains  centres  urbains  nécessitaient  d'énormes  quantités  de  
denrées   alimentaires.   C'est   ce   qui   fait   que   cette   économie   était   en   grande   partie   fondée   sur  
des   transferts   en   direction   de   la   ville,   assurée   par   l'État   d'abord   (empereur,   cités)   mais   aussi  
par  les  élites  (évergétisme).  
En   général   les   villes   tiraient   une   bonne   part   de   leur   approvisionnement   de   leur   territoire,  
sauf  en  cas  de  mauvaise  récolte  où  il  fallait  aller  chercher  plus  loin.  
Compte   tenu   de   l’étendue   de   l’Empire   et   du   caractère   du   climat   méditerranéen,   il   y   avait  
toujours  des  situations  de  pénurie  locale  et  donc  des  transferts  interrégionaux  de  grains.  
Parallèlement   à   cela,   il   y   avait   de   larges   secteurs   de   la   demande   urbaine   qui   n’étaient   pas  
satisfaits   localement,   en   particulier   pour   des   denrées   qui   ne   pouvaient   être   produites  
partout  (vin,  huile,  garum…)  ou  pour  les  objets  manufacturés  (sigillée…).  
Certaines  très  grandes  villes  avaient  une  aire  d’approvisionnement  très  large  :  Rome  bien  sûr,  
et  aussi  Alexandrie,  Antioche,  Trêves,  Lyon,  Milan…  
Les   villes   n’étaient   pas   seulement   des   centres   d’importation   et   de   consommation  ;   elles  
pouvaient  aussi  exporter  des  produits  qui  y  étaient  récoltés/fabriqués  ou  qui  l’étaient  dans  
leur  hinterland.  
Il  n’existait  pas  dans  l’Empire  romain  d’endroit  complètement  isolé,  auto-­‐suffisant.    
C’était  un  espace  largement  intégré,  et  dans  lequel  le  système  de  distribution  et  de  transfert  
était  développé.  
 
B-­‐  Les  évolutions  de  la  société  urbaine  
 
Les   lignes   de   clivage   héritées   de   l’époque   classique,   essentiellement   fondées   sur   des   critères  
juridiques,   subsistent,   entre   citoyens   et   non-­‐citoyens,   libres   et   non-­‐libres.   Toutefois,   elles  
perdent   un   peu   de   leur   force.   Par   exemple,   on   voit   que   les   règles   qui   interdisaient   la  
propriété   du   sol   aux   non-­‐citoyens   tendent   à   disparaître,   d’abord,   il   est   vrai,   au   profit   des  
Romains   qui   possèdent   de   nombreuses   terres   dans   les   cités   pérégrines.   De   même,   la  
législation  concernant  les  esclaves  tend  à  s’assouplir.  
Et   puis,   dès  la   fin   de   l’époque   hellénistique   et   celle   de   la   République   romaine   apparaissent  
d’autres  critères  de  hiérarchisation,  davantage  fondées  sur  des  différenciations  économiques  
et  sociales.  

66  
C’est   ainsi   que   l'attention   des   historiens   est   de   plus   en   plus   attirée   par   l'existence   d'une  
catégorie   intermédiaire.   Une   sorte   de   classe   moyenne,   «  plèbe   moyenne  »   pour   reprendre  
l'expression  de  Paul  Veyne,  à  l'échelle  de  l'ensemble  de  l'Empire.  
En   ville   c’est   un   groupe   urbain   formé   par   des   artisans,   commerçants   de   bon   rang,   riches  
affranchis,  petits  propriétaires  et  entrepreneurs,  publicains.  
Cette   catégorie   est   influencée   par   les   comportements   et   les   goûts   des   élites.   Elle   en   est  
imprégnée   et   les   imite,   de   la   même   manière   qu'au   XXe   siècle   en   Angleterre   la   petite  
bourgeoisie  et  les  ouvriers  les  plus  aisés  vivaient  dans  un  décor  et  avec  des  objets  inspirés  de  
l'aristocratie  et  de  la  haute  bourgeoisie.  
Quelles  sont  les  raisons  de  ce  phénomène  ?  
• accroissement  de  la  population  
• enrichissement  relatif  sur  une  longue  période  
• urbanisation  
 
À  partir  du  IIe  siècle  p.C.,  on  commence  à  voir  s’affirmer  une  structure  binaire  entre  
• la  petite  minorité  des  puissants  
• l’écrasante  masse  des  dominés.  
C'est  le  partage  entre  honestiores  et  humiliores  qui  commence  à  apparaître  dans  les  sources,  
notamment   juridiques,   dès   cette   période   et   qui   remplace   les   anciens   clivages   tels   que  
plèbe/patriciat,  citoyens/non  citoyens.  
Les   honestiores   regroupent   les   membres   des   ordres   supérieurs,   ordre   sénatorial   et   ordre  
équestre,  et  aussi  les  membres  des  ordres  de  décurions  et  de  bouleutes  de  toutes  les  cités  de  
l'Empire.  
C'est   une   large   classe   dirigeante,   dont   les   fondements   économiques   et   sociaux   sont  
homogènes   (fortune   foncière)   et   largement   convergents,   et   qui   se   définit   par   son  
homogénéité  à  l'échelle  de  l'ensemble  de  l'Empire.  Une  aristocratie  impériale.  
On  peut  y  placer  aussi  les  vétérans  et  surtout  les  centurions.  
C'est  un  groupe  privilégié,  dont  les  membres  jouissent  d'un  grand  prestige.  Par  exemple,  ils  
ne  peuvent  être  détenus  ni  fouettés.  
Les  humiliores  sont  les  «  humbles  »  des  villes  (et  des  campagnes),  ceux  qui  ne  jouissent  pas  
de  ces  privilèges.  
 

-­‐-­‐-­‐  §§§  -­‐-­‐-­‐  


   

67  
CONCLUSION  
 
Le  Haut-­‐Empire  est  traditionnellement  considéré  comme  l’apogée  de  l’histoire  de  Rome  —  si  
cette  notion  a  un  sens.  
En  ce  qui  concerne  l’histoire  de  la  ville  antique,  cette  période  apparaît  plus  encore  comme  
celui  de  la  première  urbanisation  et  de  l’idéal  civique  qui  était  le  cœur  de  la  civilisation  de  
l’Antiquité   grecque   et   romaine.   C’est   l’Empire   romain,   en   effet,   avec   ses   ombres   et   ses  
lumières,   qui   porta   à   son   sommet   ce   puissant   modèle   de   développement   et   d'intégration  
que   fut   la   cité   antique.   Comment   et   pourquoi   s'acheva   cette   civilisation   est   une   autre  
question.  Mais  il  est  indéniable  que  ce  qu’on  appelle  d’ordinaire  le  déclin  de  l’Empire  romain  
coïncida  en  fait  largement  avec  l’effacement  de  ce  monde  de  la  cité.  
 

68