Vous êtes sur la page 1sur 26

Rapport de stage

Réalisé par : Mlle OUMAIMA BOURZIK


Encadré par : Mr WALID CHARKANI
Table des matières
Remerciement : ....................................................................................................................................... 2
INTRODUCTION ....................................................................................................................................... 3
PREMIERE PARTIE : PRESENTATION GENERALE DE L’OFFICE NATIONAL DES CHEMINS DE FER : .......... 4
1- APERCU GENERAL SUR L’ONCF :.................................................................................................. 4
A. Présentation de l’ONCF : ......................................................................................................... 4
B. L’historique de l’ONCF : ........................................................................................................... 4
2- Carte ferroviaire : ........................................................................................................................ 5
3- Fiche signalétique : ...................................................................................................................... 5
4- Organigramme global du groupe ONCF : .................................................................................... 6
DEUXIEME PARTIES : PRESENTATION DU POLE INFRASTRUCTURE ET CIRCULATION............................. 7
1- PRESENTATION DU POLE INFRASTRUCTURE ET CIRCULATION : ................................................. 7
A. Mission : .................................................................................................................................. 8
B. Projets d’investissement : ....................................................................................................... 8
C. Objectifs :................................................................................................................................. 8
D. Organigramme du Pôle Infrastructure et Circulation.............................................................. 8
TROISIEME PARTIES : LES TACHES EFFECTUEES DURANT MON STAGE :Visite de chantier : .................. 9
1- Laboratoire externe (LPEE) : ........................................................................................................ 9
A. Préparation et échantillonnage : ............................................................................................. 9
B. L’analyse granulométrique (A.G) (Méthode par tamisage à sec après lavage): ................... 10
C. Essai de la résistance à compression : ................................................................................... 13
D. Etalonnage : ........................................................................................................................... 14
2- Lecture du marché :................................................................................................................... 14
3- Avant – métrée .......................................................................................................................... 16
4- Suivi des travaux : ...................................................................................................................... 16
E. Construction des fossés : ....................................................................................................... 16
F. Construction des massifs : ..................................................................................................... 18
5- Viaduc oued Nfifikh : ................................................................................................................. 18
6- Ripage de pont autoroutier : ..................................................................................................... 23
CONCLUSION ......................................................................................................................................... 25

1
Remerciement :

Je profite cette occasion pour exprimer mes remerciements à mon


encadrant Mr CHARKANI WALID

-Merci également à toutes personnes de loin ou de près qui m’ont aidé à


passer mon stage dans des bonnes et meilleures conditions :

 Mr AHMED BOUHALTIT : Directeur Maitrise d’œuvre


 Mr EL YAZID YOUSSEF : responsable qualité
 Mr OUZAWITE HOUSSINE : assistant technique
 Mr MOKRIM : CHEF laboratoire externe
 MUSTAPHA ZAOUATI : responsable laboratoire
 Mlle ASMAE KHALDI : secrétaire de chef laboratoire
 Mrs BILAL et RAHAL : responsables des fossés
 Mr ABDELILAH : gardien de l’installation de chantier

Je tiens également à remercier tous les administrateurs et mes


professeurs de l’EST.

2
INTRODUCTION

La formation au Brevet de Technicien Supérieur est largement


ouverte sur le monde économique et industriel. Elle est basée sur la
pratique des stages en entreprise qui, ponctuent les deux années de
formation et sensibilisent les étudiants au contexte professionnel.

Personnellement, j’ai eu la chance d’effectuer mon stage au sein


d’une entreprise étatique très importante à savoir l’O.N.C.F

Dans ce rapport, je vais traiter deux parties importantes. La


première est une présentation générale de l’Office National des Chemins
de Fer. La deuxième se consacre aux tâches que j’ai effectuées durant
mon stage.

3
PREMIERE PARTIE : PRESENTATION GENERALE DE L’OFFICE
NATIONAL DES CHEMINS DE FER :

1- APERCU GENERAL SUR L’ONCF :

L’Office National des Chemins de Fer est un établissement public


marocain chargé de l’exploitation du réseau ferroviaire de notre pays.

A. Présentation de l’ONCF :

L’Office National des Chemins de Fer a été créé en 1963, il


représente un établissement public à caractère industriel et commercial
doté de la personnalité civile et de l’autonomie financière et placé sous
la tutelle du Ministère de l’Equipement, du Transport et de la Logistique.
Il détient le monopole du transport ferroviaire au Maroc qui joue un rôle
important dans le développement économique et social du pays. Ce rôle
décisif est justifié à travers des cas spécifiques, à titre d’exemple son
action sur l’expansion du tourisme et son rôle dans le développement
ville-campagne.

Pour ce qui est de l’activité du transport, l’ONCF opère sur trois


marchés stratégiquement indépendants, à savoir :

 Transport des voyageurs dans lequel l’ONCF mène des


différentes stratégies pour le développer en modernisant les
infrastructures et les moyens utilisés.

 Transport des marchandises divers : appelé également le Fret.

 Transport des phosphates : c’est la principale activité de l’ONCF


du fait qu’elle génère plus de 40% du chiffre d’affaire de l’office.

B.L’historique de l’ONCF :

4
L’Office National des Chemins de Fer a été constitué le premier
janvier 1963 par le rachat des concessions attribuées antérieurement
aux Compagnies des Chemins de Fer du Maroc (CFM), Compagnie
des Chemins de Fer du Maroc oriental (CMO) et la compagnie franco-
espagnole du Tanger-Fès (TF), subissant un temps comme
concessionnaire afin de fusionner les exploitations des deux réseaux.

2- Carte ferroviaire :

3- Fiche signalétique :

Nom de l’Entreprise ONCF

5
Raison sociale Office National Des Chemins de Fer

Forme juridique Etablissement juridique à vocation


commerciale

Slogan L’avenir se lit sur nos ligne “

Siège social 8 Rue Abderrahmane El Ghafiki, Rabat


Agdal

Nom du PDG/ Du gérant Mohammed Rabie Khlie (DG)

Année de formation 1er Janvier1963

Secteur d’activité Transport de voyageurs, et de Fret,


exploitation ferroviaire
Filiales Supratours

Sire web http:// www.oncf.ma

4- Organigramme global du groupe ONCF :

6
DEUXIEME PARTIES : PRESENTATION DU POLE
INFRASTRUCTURE ET CIRCULATION

1- PRESENTATION DU POLE INFRASTRUCTURE ET


CIRCULATION :

Ce pôle est chargé des activités des infrastructures et de circulation


dans la continuité par rapport à l’existant tout en veillant à garantir la
disponibilité, la sécurité, et la qualité de l’infrastructure ferroviaire.

En premier lieu le PIC a été nommé Direction Voies et Bâtiments,


et devenu par la suite Direction Centrale Installation Fixe et après
Direction Infrastructure et Circulation

7
A. Mission :

Coordonner les missions des Directions Régionales, directions et


départements rattachés au Pôle Infrastructure et Circulation
conformément à la politique et aux orientations stratégiques adoptés par
l’Office en vue de disposer d’une infrastructure ferroviaire de qualité et de
sécurité répondant aux besoins du Pôle Activités afin d’assurer la
réalisation des services de transport vendus.

B.Projets d’investissement :

a. Infrastructure :

Investissement pour la mise à niveau des installations fixes (réhabilitation


caténaires, superstructures de voies, sous stations à Bouskoura et entre
Sidi El Aidi et Oued Zem, Nouvelle sous station à Marrakech,…)
b. Circulation :

Modernisation des installations de sécurité


c. Augmentation de capacités :

Projet en cours :
- Augmentation de la capacité de l’axe Casa – Kénitra
- Doublement Settat – Marrakech
Projet projeté :
- Dédoublement de la ligne desservant l’aéroport Mohammed V

C.Objectifs :

- Sécurité des circulations


- Régularité des trains
- Respects du planning de mise à disposition des moyens
- Fiabilité des moyens et qualité des travaux
- Respect des délais et qualité des études
- Rentabilité et tenus des délais des projets.

D. Organigramme du Pôle Infrastructure et Circulation

8
TROISIEME PARTIES : LES TACHES EFFECTUEES DURANT MON
STAGE :Visite de chantier :

1- Laboratoire externe (LPEE) :

A. Préparation et échantillonnage :

- Les échantillons prélevés sur les chantiers sont mis dans des
sacs propres

- La mise en œuvre du dossier pour la nouvelle commande doit contenir


les données suivantes :

 La date de prélèvement.
 Le lieu ou chantier.
 Le client.
 La nature de l’échantillon.
L’échantillon où sera effectué les essais doit être représentatif le plus
possible pour ce qu’on a dans la réalité sur le terrain.

Ainsi la préparation de l’échantillon soumis à l’essai doit être réalisée


d’une manière correcte afin de vérifier la condition précédente.

9
-La préparation peut s’effectuer de deux manières différentes :
1- Au moyen de diviseurs échantillonneurs appareils séparant en parties
égale une qualité de matériau déterminée.

2- Par quartage ou fractionnement manuel d’une quantité de matériau est


à utiliser lorsqu’on a des quantités de matériau importantes.

B.L’analyse granulométrique (A.G) (Méthode par tamisage à


sec après lavage):

-L'analyse granulométrique d'un sol est caractéristique particulière qui


permet une classification des roches meubles afin d'obtenir la courbe
granulométrique. Dans le terrain, un prélèvement préalablement pesé est
passé dans une série de tamis de maille carrée de plus en plus petite (la
raison granulométrique égale à 1.25).

-L'analyse granulométrique permet de déterminer la grosseur et les


pourcentages pondéraux respectifs des différentes familles de grains
constituant les échantillons.

a. Principe :

-L'essai consiste à fractionner au moyen d'une série de tamis un


matériau en plusieurs classes granulaires de tailles décroissantes .Les
10
dimensions de mailles et le nombre des tamis sont choisis en fonction de
la nature de l'échantillon et la précision attendue.

b. Appareillage :

- Etuve ventilée réglée à 110°C (plus ou moins 5).

- Un dispositif de lavage

- Brosse

- Balance électrique

- Série des tamis dont l'ouverture est conforme à la norme.

c. Préparation de l’échantillon pour essai :

- L'échantillon doit être préparé suivant les prescriptions de la


norme : la masse de l'échantillon pour essai doit être supérieur à 0.2D,
avec D la plus grande dimension spécifiée en (mm).

d. Exécution d’essai :

1- Pesage :
-Peser l’échantillon pour déterminer sa masse « M1 » à son état.

2- Séchage :
-verser le matériau dans l’étuve réglée à 110 (plus ou moins 5).

3- Trempage :
-Tremper l’échantillon dans l’eau à une durée précisée jusqu’à l’âge du
lavage.

4- Lavage :
- Cette opération se fait au tamis 80µm et un tamis de protection.

- On considère que le matériau est correctement lavé lorsque l’eau


s’écoulant sous le tamis de lavage est claire.

5- Tamisage :
-Verser le matériau lavé et séché dans la colonne des tamis. Ces tamis
sont classés de haut en bas dans l’ordre de mailles décroissantes.

-Agiter manuellement ou mécaniquement cette colonne.

11
6- Pesage :
• Peser le refus du tamis ayant la plus grande maille. Soit R1 la masse
de ce refus.

• Reprendre la même opération avec le tamis immédiatement inférieur


; ajouter le refus obtenu à R1 et peser l’ensemble. Soit R2 la masse des
deux refus cumulés.

• Poursuivre la même opération avec tous les tamis de la colonne pour


obtenir les masses des refus cumulés R1, R2….Ri ;….Rn.

• Peser s’il y en a une masse au fond de tamis.

e. Expression des résultats :

1- Calculs :
• Les masses des différents refus cumulés Ri, sont rapportés à la
masse totale calculée de l’échantillon pour essai sec Ms et les
pourcentages de refus cumulés ainsi obtenus sont donnés par la formule
suivante :
(Ri/Ms) ×100

 Les pourcentages de tamisât correspondants sont donc égaux à :

100-((Ri/Ms) ×100)

f. Présentations des résultats :


• Les pourcentages de tamisas cumulés ou ceux des refus, sont
représentés sous forme de courbe.

• Pour tracer la courbe granulométrique, Il suffit de porter les divers

Pourcentages des tamisas ou des différents refus cumulés sur la feuille


semi-logarithmique.

12
-La courbe représentant la distribution granulométrique des éléments doit
être tracée de manière continue et peut ne pas passer rigoureusement par
tous les points.

C.Essai de la résistance à compression :

Détermination de la contrainte de rupture en compression sur éprouvettes


de béton.

a. Conservation et Préparation des éprouvettes :

-Après démoulage et conservation des éprouvettes dans l'eau à une


température de (20±2) °C, ces derniers sont transportés pour être
rectifiées dans la machine de rectification.

-La rectification joue le rôle du surfaçage, c'est-à-dire elle consiste à


aplanir les surfaces des éprouvettes.

b. Appareillage :

 Rectifieuse.

 la presse.

 Chronomètre.

c. Exécution d'essai :

13
-L'éprouvette surfacée de section (AB) est centrée sur le plateau de la
presse puis semis à une charge croissant appliquée avec une vitesse
constante jusqu'à rupture de l'éprouvette.

-Enregistrer la charge maximale obtenue.

d. Expression des résultats :

-La résistance à la compression est donnée par l’équation :

FC=F/AC
 FC : résistance à la compression (Mpa ou N/mm²)

 F : charge maximale de rupture (N)

 AC : surface de l'éprouvette (mm²)

D. Etalonnage :

En métrologie, l'étalonnage est une opération qui concerne les appareils


de mesure ou de restitution de données. Deux appareils différents — de
conception différente, mais aussi deux appareils de la même gamme
(même marque, même modèle) — ne réagissent pas exactement de la
même manière. Il faut donc une procédure permettant d'obtenir le même
résultat à partir de la même situation initiale. LNM

Tous les appareils présents sur le laboratoire de chantier doivent être


étalonnés.

2- Lecture du marché :

Lors de mon stage j’ai été menée à lire un marché pour l’exécution des
ouvrages d’art et terrassement de la troisième voie entre la gare de
Mohammedia (PK 25) et le Pk 30 et tout en résumant dans le tableau ci-
dessous les caractéristiques techniques de quelques matériaux :

14
15
Ces caractéristiques sont les valeurs que doit vérifier les matériaux pour
qu’ils soient conforme pour leurs utilisations dans le chantier.

3- Avant – métrée

L’avant métrée est le calcul théorique - à base des plans- des quantités
et de main d’œuvre (coffrage…) qui seront utilisées pour la réalisation de
l’ouvrage.

Ci-dessous l’avant métré réalisé pour une buse enrobée en béton armé :
Unité Quantité
Béton propreté m3 2,03
Béton B25 m3 17,02
Armature en béton armé kg 787,59
Buses de diamètre 1200 mm type TP classe 135A (6T/9T) ml 7,03
Badigeonnage m² 87,42

4- Suivi des travaux :

E. Construction des fossés :

Le fossé est une structure très importante ; c’est une creusé en long qui
draine l’eau vert un exutoire (ouvrage hydraulique, réseau
d’assainissement…), il sert à évacuer l’eau de la voie.

Les étapes de construction d’un fossé sont :

- Détermination des axes par le topographe

- Réalisation de la Creuser,
- Posage du gabarit,

16
- Coulage du béton,

Remarque : au chantier les fossés étaient construits par plaques de 2,60


m en laissant 2,60 m vide qu’on bétonne prés séchage de la 1ere plaque
et ce pour créer un joint sec chaque 2.60m pour prémunir des fissuration
On note aussi la réalisation d’un joint de dilatation chaque 10.40m.

17
F. Construction des massifs :

Les massifs servent de fondation pour supporter la caténaire :

Les étapes de construction des massifs sont :

- Implantation du massif : Détermination de l’emplacement des


massifs à partir du plan de piquetage
- Réalisation des fouilles
- Réalisation du coffrage
- Mise en place des arceaux
- Coulage du béton.

5- Viaduc oued Nfifikh :

18
Le viaduc sur oued Nfifikh est un pont à poutre en béton armée de 210
m de longueur. Il est constitué de 9 travées.

Les étapes de construction du viaduc sont comme suit :

 Réalisation des fondations :


- Exécution des pieux :

Les pieux sont réalisés en suivant un plan de pilotage :

Leurs réalisations débutent par leurs implantations puis par leurs forage,
ferraillage, bétonnage et se termine par leurs recepages ; toutes ces
opérations sont contrôlées et valider via des fiches de validation (fiche
de récapitulative des contrôle, consultation géotechnique, suivi
géologique des pieux , suivi de forage des pieux, suivi de bétonnage des
pieux écrasement des éprouvettes de bétons , fiche de contrôle de
ferraillage des pieux , fiche de contrôle de bétonnage des pieux fiche de
validation et les bon de livraison de béton)

- La construction des semelles :

Elle se lance après la validation des essais soniques sur les pieux.
elle contrôler via les fiches suivantes : fiche topographique pour valider
l’implantation, fiche de contrôle de ferraillage, fiche contrôle coffrage,
fiche contrôle bétonnage, fiche de validation, fiche de récapitulative des
contrôles.

- La construction des piles et chevêtre :

19
- La validation des piles et chevêtre se fait par le biais des même
contrôles effectués sur la semelle.
- Construction des culées

- La construction du butée séismique

20
- Construction de bossage et pose des appareils d’appui.

- Bétonnage de table de visite de chevêtre

- Préfabrication et pose des poutres et prédalle :

21
- bétonnage de l’hourdis.

- bétonnage de contre corniche et de corniche

22
- mise en place des garde-corps

6- Ripage de pont autoroutier :

23
Pour la première fois au Maroc la méthode ripage de pont sera utilisée
par L’ONCF pour construire un pont qui passe sous l’autoroute rabat
casa et ce pour réduire la période de perturbation du trafic autoroutier de
6 mois à 15 jours dont 72 pour faire le poussage.

Pour cela l’ouvrage sera construit par deux plots (deux parties) à côté de
l’autoroute sous forme de dalots, puis il sera ripper à sa position
définitive sous l’autoroute.

24
CONCLUSION

Ma période de stage à l’O.N.C.F m’a permis d’étendre mes


connaissances et d’enrichir mon expérience. C’était une occasion pour
allier entre la pratique et la théorie des cours.

Elle m’a également permis de développer mes compétences


organisationnelles, d’écoute et de communication pour s’adapter au
monde du travail, un monde réel avec ses lois, ses obligations, ses
problèmes.

Enfin, j’étais satisfaite de cette expérience grâce à un climat social


favorable qui m’a permis également de nouer de bonnes relations avec le
personnel que j’ai eu un grand plaisir de connaître.

25