Vous êtes sur la page 1sur 85

USTHB

Faculté de Physique
Département Rayonnements
Master SNIRM

NOTES DE COURS

IRM1

Par A.C. CHAMI

Année universitaire 2011/2012


Intitulé du Master : Physique des Rayonnements

Semestre : 1

Intitulé de la matière : Interaction rayonnement-matière 1

Enseignant responsable de l’UE : CHAMI Ahmed Chafik

Enseignant responsable de la matière: CHAMI Ahmed Chafik

Objectifs de l’enseignement (Décrire ce que l’étudiant est censé avoir acquis comme
compétences après le succès à cette matière).
Le but de cet enseignement est de décrire les principales sources de rayonnements
(chargées et neutres). Les interactions élastique et inélastique des photons avec la matière
sont traitées en insistant sur les variation avec l’énergie et le numéro atomique des
atomes. L’interaction des particules chargées est traitée séparément pour les particules
lourdes ‘(ions) et légères (électrons, positrons). Des notions relatives au rayonnement de
freinage et au parcours sont introduites dans le cas des électrons.

Connaissances préalables recommandées (descriptif succinct des connaissances


requises pour pouvoir suivre cet enseignement).
Physique nucléaire, physique atomique, électromagnétisme (niveau licence)

Contenu de la matière :

1. Sources de rayonnements ionisants


1.1.Rayonnements naturel et artificiel
1.2.Rayonnements directement ionisant et indirectement ionisants
1.3.Sources radioactives
1.3.1. Sources 
1.3.2. Sources 
1.3.3. Sources  et capture électronique.
1.3.4. Sources à conversion interne
1.3.5. Sources 
1.3.6. Sources de fission
1.4.Sources de neutrons
1.4.1. Sources de fission
1.4.2. Sources  , n 
1.4.3. Accélérateurs
1.4.4. Réacteurs nucléaires
1.5.Emission accompagnant la désexcitation radioactive
1.5.1. Rayons X
1.5.2. Electrons Auger

2. Interaction des photons avec la matière


2.1.Diffusion élastique
2.1.1. Section efficace de la diffusion Thomson
2.1.2. Section efficace de la diffusion Rayleigh
2.1.3. Section efficace de la diffusion élastique par un atome (cohérence)
2.2.Diffusion Compton
2.2.1. Lois de conservation
2.2.2. Section efficace Klein Nishina et section efficace de transfert
2.2.3. Section efficace de la diffusion Compton par un atome (incohérence)
2.3.Effet Photoélectrique
2.3.1. Conservation de l’énergie
2.3.2. Section efficace
2.4.Création de paires et de triplets
2.4.1. Lois de conservation et calcul des seuils
2.4.2. Sections efficaces
2.5.Coefficients d’absorption massique
2.5.1. Variation avec l’énergie et le numéro atomique
2.5.2. Règles d’addition pour les molécules et mélanges.

3. Interaction des particules chargées avec la matière


3.1.Particules chargées lourdes
3.1.1. Théorie classique de l’ionisation. Diffusion de Rutherford et critère
adiabatique de Bohr. Formule de Bohr
3.1.2. Théorie semi-classique de Fermi
3.1.3. Formule de Bethe
3.1.4. Cas relativiste
3.1.5. Pouvoir d’arrêt massique. Règle d’addition de Bragg.
3.1.6. Notions sur le parcours
3.2.Electrons
3.2.1. Section efficace de Møller
3.2.2. Pouvoir d’arrêt par ionisation
3.2.3. Cas relativiste
3.2.4. Bremsstrahlung (cas classique). Pouvoir d’arrêt par rayonnement.
3.2.5.
3.2.6. Longueur d’absorption.

Mode d’évaluation : Contrôle continu (devoirs, interrogations écrites et orales).


Examen final.

Références (Livres et polycopiés, sites internet, etc.).:

 E.B. Podgorsak Radiation physics for medical physicists Springer (2006)


 M.F. L’Annunziata Nuclear radiation, its interaction with matter and radioisotope
decay in Handbook of radioactivity analysis second edition Elsevier Science (2003)
 R.K. Hobbie et B.J. Roth Intermediate physics for medicine and biology (fourth
edition) Springer (2007)
 National Institut of Standards and Technology (NIST): Physical reference data
XCOM: http://physics.nist.gov/PhysRefData/Xcom/Text/XCOM.html
CONSTANTE EXPRESSION VALEUR Equivalent uc2 uc2 = 931.49432 MeV
Constante de h = 6.6260755 × 10 −34 J.s énergétique de u
Planck Masse du proton mp=1.6726231 × 10-27 kg
Constante de = = h 2π = = 1.05457266 × 10 −34 J.s Energie au repos mp c2 mp c2 = 938.27231 MeV
Planck réduite du proton
hc h c = 12398.42 eV. Å Masse du neutron mn=1.6749286 × 10-27 kg
=c =c = 197.327053 MeV.fm Energie au repos mnc2 mnc2 = 939.56563 MeV
Vitesse de la 1 c = 299 792 458 m s-1 du neutron
lumière dans le c= Constante de m0 c 2 R ∞ = 109737.32 cm-1
ε0 μ0 Rydberg R∞ = α
vide 2h
Charge e = 1.602177 × 10-19 C Rayon classique de Ke2 r0 = 2.81794092 fm
élémentaire l’électron r0 =
m0 c2
Masse de m0=9.1093897 × 10-31 kg
l’électron Longueur d’onde h λ C = 2.42631058 × 10 −2 Å
de Compton λC =
Energie au repos m0 c2 m0 c2 = 0.51099906 MeV m0 c
de l’électron Rayon de Bohr 2 a 0 = 0.529177249 Å
Permittivité du 1 ε0 = 8.8542 × 10-12 F.m-1 aB = = = r0 α −2
ε0 = m0Ke2
vide μ 0 c2 Vitesse de Bohr 2
-7 -1 vB = Ke = = αc
Perméabilité du μ0 μ0 = 4 π × 10 H.m
vide Energie de K 2 e 4 m0 E0 = 13.6056981 eV
Constante de G -11 3 -1 -2 Rydberg E0 = hcR ∞ =
G =6.67259 10 m kg s 2= 2
gravitation
Constante m0 c2 2
1 = α
électrostatique K= 2
4 πε 0
Magnéton de Bohr e= μB = 9.2740154 × 10 −24 J / T
Constante de Ke 2
α = 1137.0359895 μB =
structure fine α= 2m0
=c Magnéton e= μN = 5.0507866 × 10-27 J/T
Constante de k = 1.38066 × 10-23 J.°K-1 nucléaire μN =
Boltzmann = 8.617386 10-5 eV.K-1 2mp
Equivalent kT0 kT0 = 0.025852 eV Constante de π 2k 4 σ = 5.6705 × 10 −8 W / m2K 4
énergétique à T0=300K Stephan- σ=
≈ 140 eV 60 =3c2
température Boltzmann
ambiante Constante de Wien b = λmax T b = 2.897756 mm.K
Nombre NA =6.0222136 × 1023mol-1
d’Avogadro
Constante des gaz R = kNA R = 8.314510 J/mol.K
parfaits
Unité de masse u = 1.6605402 × 10 −27 kg
atomique u=
1
12
M ( 12 C)
________Master SNIRM INTERACTION RAYONNEMENT MATIERE 1S 1
________Master SNIRM INTERACTION RAYONNEMENT MATIERE 1S 2
Relations importantes d’électromagnétisme :
Les systèmes d’unités les plus utilisés sont le système international (MKSA) et le système CGS Gaussien. On passe de l’un à l’autre de la
façon suivante : ε0 μ0 c2 = κ2
1 μ0
¾ Système MKSA : κ = 1 ⇒ 4 πε0 = 9
= 10 −7
et
9 × 10 4π
μ
¾ Système CGS Gaussien: κ = c ⇒ 4 πε0 = 1 et 0 = 1

Les relations fondamentales de l’électromagnétisme :
Relations Force de Lorentz Equations de Maxwell Potentiels
constitutives
⎧ D = ε 0 E + P = εE ⎧ ⎧ ∂B ⎧ ∂Α
⎪ f = q(E + v × B) ⎪⎪div D = ρ ⎪⎪ rotE = − ∂t ⎪E = − − grad φ
⎨ B B ⎨ ∂t
MKSA
⎪H = μ −M= μ ⎨ ⎨ ⎪⎩B = rotA
⎩ 0 ⎪div B = 0 ⎪rotH = ∂D + j
⎪⎩ ⎪⎩ ∂t
⎧ ⎧ 1 ∂B ⎧ 1 ∂Α
⎧D = E + 4 πP = εE ⎪⎪div D = 4 πρ rotE = − ⎪E = − − grad φ
⎛ v ⎞
f = q⎜ E + × B ⎟ ⎪⎪ c ∂t ⎨ c ∂t
CGS ⎪ ⎨ ⎨ ⎪⎩B = rotA
⎨ B ⎝ c ⎠ ⎪ div B = 0 ⎪rotH = 1 ∂D + 4 π j
Gaussien ⎪ H = B − 4 πM = μ ⎪⎩ ⎪⎩
⎩ c ∂t c
¾ Force de Lorentz :
1
Sur une charge ponctuelle q animée d’une vitesse v et plongée dans un champ électromagnétique ( E, B ) : f = qE + qv × B
K
¾ Equations de Maxwell :
Les relations entre les sources de champ : (densité de charge ρ ) et (densité de courant j ) et les champs produits dans un milieu
matériel : P vecteur densité de polarisation et M vecteur densité d’aimantation. ( ε, μ ) sont les permittivité et perméabilité du milieu et le
décrivent entièrement du point de vue électromagnétique. Dans le cas des milieux LHI ( ε, μ ) sont des scalaires.
¾ Potentiels électromagnétiques :
⎧ A ' = A + gradf

Les potentiels ne sont pas uniques les couples ( A ', φ ' ) sont également des solutions pour : ⎨ 1 ∂f quelque soit f=f ( r, t )
⎪⎩φ ' = φ − c ∂t

________Master SNIRM INTERACTION RAYONNEMENT MATIERE 1S 3


________Master SNIRM INTERACTION RAYONNEMENT MATIERE 1S 4
Z El NOMS Masse Densité Point de Point Point Energie Chaleur
atomique (g/cm3) fusion d’ébullit critique d’ionisati spécifiq
(u) (°C) ion on ue
(°C) (°C) (eV) (J/gK)
1 H Hydrogen 1.00794 0.0708 -259.34 -252.87 -240.18 13.598 14.304
2 He Helium 4.002602 0.124901 -272.2 -268.93 -267.96 24.587 5.193
3 Li Lithium 6.941 0.534 180.5 1342 5.392 3.582
4 Be Beryllium 9.012182 1.85 1287 2471 9.323 1.825
5 B Boron 10.811 2.37 2075 4000 8.298 1.026
amorphous
6 C Carbon 12.0107 2.2670 4492 3842 11.260 0.709
graphite
7 N Nitrogen 14.00674 0.807 -210.00 -195.79 -146.94 14.534 1.040
8 O Oxygen 15.9994 1.141 -218.79 -182.95 -118.56 13.618 0.918
9 F Fluorine 18.9984032 1.50 -219.62 -188.12 -129.02 17.423 0.824
10 Ne Neon 20.1797 1.204 -248.59 -246.08 -228.7 21.565 1.030
11 Na Sodium 22.989770 0.97 97.80 883 5.139 1.228
12 Mg Magnesium 24.3050 1.74 650 1090 7.646 1.023
13 Al Aluminum 26.981538 2.70 660.32 2519 5.986 0.897
14 Si Silicon 28.0855 2.3296 1414 3265 8.152 0.705
15 P Phosphorus 30.973761 1.82 44.15 280.5 721 10.487 0.769
white
16 S Sulfur 32.066 2.067 115.21 444.60 1041 10.360 0.710

17 Cl Chlorine 35.4527 1.56 -101.5 -34.04 143.8 12.968 0.479


18 Ar Argon 39.948 1.396 -189.35 -185.85 -122.28 15.760 0.520
19 K Potassium 39.0983 0.89 63.38 759 4.341 0.757
20 Ca Calcium 40.078 1.54 842 1484 6.113 0.647
21 Sc Scandium 44.955910 2.99 1541 2836 6.561 0.568
22 Ti Titanium 47.867 4.5 1668 3287 6.828 0.523
23 V Vanadium 50.9415 6.0 1910 3407 6.746 0.489
24 Cr Chromium 51.9961 7.15 1907 2671 6.767 0.449
25 Mn Manganese 54.938049 7.3 1246 2061 7.434 0.479
26 Fe Iron 55.845 7.875 1538 2861 7.902 0.449
27 Co Cobalt 58.933200 8.86 1495 2927 7.881 0.421
28 Ni Nickel 58.6934 8.912 1455 2913 7.640 0.444
29 Cu Copper 63.546 8.933 1084.62 2562 7.726 0.385
30 Zn Zinc 65.39 7.134 419.53 907 9.394 0.388
31 Ga Gallium 69.723 5.91 29.76 2204 5.999 0.371
32 Ge Germanium 72.61 5.323 938.25 2833 7.900 0.320
33 As Arsenic 74.92160 5.776 817 614 1400 9.815 0.329
34 Se Selenium 78.96 4.809 221 685 1493 9.752 0.321
35 Br Bromine 79.904 3.11 -7.2 58.8 315 11.814 0.226
36 Kr Krypton 83.80 2.418 -157.36 -153.22 -63.74 14.000 0.248
37 Rb Rubidium 85.4678 1.53 39.31 688 4.177 0.363
38 Sr Strontium 87.62 2.64 777 1382 5.695 0.301
39 Y Yttrium 88.90585 4.47 1522 3345 6.217 0.298
40 Zr Zirconium 91.224 6.52 1855 4409 6.634 0.278
41 Nb Niobium 92.90638 8.57 2477 4744 6.759 0.265
42 Mo Molybdenum 95.94 10.2 2623 4639 7.092 0.251
43 Tc Technetium [98] 11 2157 4265 7.28
44 Ru Ruthenium 101.07 12.1 2334 4150 7.361 0.238
45 Rh Rhodium 102.90550 12.4 1964 3695 7.459 0.243
46 Pd Palladium 106.42 12.0 1554.9 2963 8.337 0.244
47 Ag Silver 107.8682 10.501 961.78 2162 7.576 0.235
48 Cd Cadmium 112.411 8.69 321.07 767 8.994 0.232
49 In Indium 114.818 7.31 156.60 2072 5.786 0.233
50 Sn Tin 118.710 7.287 231.93 2602 7.344 0.228
white
51 Sb Antimony 121.760 6.685 630.63 1587 8.64 0.207
52 Te Tellurium 127.60 6.232 449.51 988 9.010 0.202
53 I Iodine 126.90447 4.93 113.7 184.4 546 10.451 0.145
54 Xe Xenon 131.29 2.953 -111.75 -108.04 16.58 12.130 0.158

________Master SNIRM INTERACTION RAYONNEMENT MATIERE 1S 5


Z El NOMS Masse Densité Point de Point Point Energie Chaleur
atomique (g/cm3) fusion d’ébullit critique d’ionisati spécifiq
(u) (°C) ion on ue
(°C) (°C) (eV) (J/gK)
55 Cs Cesium 132.90545 1.93 28.44 671 3.894 0.242
56 Ba Barium 137.327 3.62 727 1897 5.212 0.204
57 La Lanthanum 138.9055 6.15 918 3464 5.577 0.195
58 Ce Cerium 140.116 8.16 798 3443 5.539 0.192
59 Pr Praseodymium 140.90765 6.77 931 3520 5.464 0.193
60 Nd Neodymium 144.24 7.01 1021 3074 5.525 0.190
61 Pm Promethium [145] 7.26 1042 3000 5.55
62 Sm Samarium 150.36 7.52 1074 1794 5.644 0.197
63 Eu Europium 151.964 5.24 822 1596 5.670 0.182
64 Gd Gadolinium 157.25 7.90 1313 3273 6.150 0.236
65 Tb Terbium 158.92534 8.23 1356 3230 5.864 0.182
66 Dy Dysprosium 162.50 8.55 1412 2567 5.939 0.173
67 Ho Holmium 164.93032 8.80 1474 2700 6.022 0.165
68 Er Erbium 167.26 9.07 1529 2868 6.108 0.168
69 Tm Thulium 168.93421 9.32 1545 1950 6.184 0.160
70 Yb Ytterbium 173.04 6.90 819 1196 6.254 0.155
71 Lu Lutetium 174.967 9.84 1663 3402 5.426 0.154
72 Hf Hafnium 178.49 13.3 2233 4603 6.825 0.144
73 Ta Tantalum 180.9479 16.4 3017 5458 7.89 0.140
74 W Tungsten 183.84 19.3 3422 5555 7.98 0.132
75 Re Rhenium 186.207 20.8 3186 5596 7.88 0.137
76 Os Osmium 190.23 22.5 3033 5012 8.7 0.130
77 Ir Iridium 192.217 22.5 2446 4428 9.1 0.131
78 Pt Platinum 195.078 21.46 1768.4 3825 9.0 0.133
79 Au Gold 196.96655 19.282 1064.18 2856 9.226 0.129
80 Hg Mercury 200.59 13.5336 -38.83 356.73 1477 10.438 0.140
81 Tl Thallium 204.3833 11.8 304 1473 6.108 0.129
82 Pb Lead 207.2 11.342 327.46 1749 7.417 0.129
83 Bi Bismuth 208.98038 9.807 271.40 1564 7.289 0.122
84 Po Polonium [209] 9.32 254 962 8.417
85 At Astatine [210] 302
86 Rn Radon [222] 4.4 -71 -61.7 104 10.749 0.094
87 Fr Francium [223] 27
88 Ra Radium [226] 5 700 5.279
89 Ac Actinium [227] 10.07 1051 3198 5.17
90 Th Thorium 232.0381 11.72 1750 4788 6.08 0.113
91 Pa Protactinium 231.03588 15.37 1572 5.89
92 U Uranium 238.0289 18.95 1135 4131 6.194 0.116
93 Np Neptunium [237] 20.25 644 6.266
94 Pu Plutonium [244] 19.84 640 3228 6.06
95 Am Americium [243] 13.69 1176 2011 5.993
96 Cm Curium [247] 13.51 1345 6.02
97 Bk Berkelium [247] 14 1050 6.23
98 Cf Californium [251] 900 6.30
99 Es Einsteinium [252] 860 6.42
100 Fm Fermium [257] 1527 6.50
101 Md Mendelevium [258] 827 6.58
102 No Nobelium [259] 827 6.65
103 Lr Lawrencium [262] 1627
104 Rf Rutherfordium [261]
105 Ha Hahnium [262]
106 Sg Seaborgium [266]
107 Ns Nielsbohrium [264]
108 Hs Hassium [269]
109 Mt Meitnerium [268]
110 ?? Element-110 [271]
111 ?? Element-111 [272]

________Master SNIRM INTERACTION RAYONNEMENT MATIERE 1S 6


31 10,367 1,3 1,142 1,115 66 53,788 9,046 8,58 7,79
Energies de liaison des couches K et L des 32 11,104 1,413 1,248 1,217 67 55,618 9,394 8,918 8,072
atomes neutres (keV) 33 11,867 1,53 1,359 1,323 68 57,486 9,752 9,264 8,358
34 12,658 1,652 1,475 1,434 69 59,39 10,116 9,617 8,648
Z EK EL1 EL2 EL3 35 13,474 1,782 1,597 1,551 70 61,332 10,489 9,978 8,943
1 0,014 -- -- -- 36 14,323 1,921 1,727 1,675 71 63,316 10,874 10,349 9,245
2 0,025 0.001 -- -- 37 15,2 2,065 1,863 1,805 72 65,345 11,272 10,739 9,56
3 0,055 0,003 0.001 0.001 38 16,105 2,216 2,007 1,94 73 67,416 11,68 11,136 9,88
4 0,111 0,006 0,002 0,002 39 17,038 2,373 2,155 2,079 74 69,525 12,098 11,541 10,204
5 0,188 0,009 0,004 0,004 40 17,998 2,533 2,307 2,223 75 71,676 12,528 11,957 10,534
6 0,284 0,013 0,005 0,005 41 18,986 2,698 2,464 2,37 76 73,871 12,969 12,385 10,871
7 0,4 0,018 0,007 0,007 42 20 2,867 2,625 2,521 77 76,111 13,419 12,824 11,215
8 0,533 0,024 0,009 0,009 43 21,044 3,043 2,793 2,677 78 78,395 13,88 13,273 11,564
9 0,687 0,032 0,012 0,012 44 22,117 3,224 2,967 2,838 79 80,725 14,353 13,734 11,919
10 0,867 0,045 0,018 0,018 45 23,22 3,412 3,146 3,004 80 83,102 14,842 14,209 12,283
11 1,073 0,063 0,032 0,032 46 24,35 3,605 3,33 3,174 81 85,53 15,346 14,697 12,656
12 1,305 0,088 0,05 0,05 47 25,514 3,806 3,524 3,351 82 88,004 15,861 15,2 13,035
13 1,56 0,118 0,073 0,073 48 26,711 4,018 3,727 3,537 83 90,526 16,391 15,714 13,42
14 1,839 0,151 0,099 0,1 49 27,94 4,238 3,938 3,73 84 93,105 16,936 16,244 13,814
15 2,144 0,188 0,13 0,13 50 29,2 4,465 4,156 3,929 85 95,73 17,491 16,785 14,214
16 2,472 0,227 0,165 0,165 51 30,491 4,698 4,381 4,132 86 98,404 18,055 17,337 14,619
17 2,824 0,27 0,203 0,202 52 31,814 4,939 4,612 4,341 87 101,137 18,639 17,904 15,03
18 3,203 0,32 0,247 0,245 53 33,17 5,188 4,852 4,557 88 103,922 19,237 18,484 15,446
19 3,607 0,377 0,296 0,294 54 34,561 5,445 5,102 4,782 89 106,759 19,845 19,083 15,87
20 4,037 0,438 0,35 0,346 55 35,985 5,713 5,36 5,012 90 109,651 20,466 19,693 16,3
21 4,491 0,5 0,406 0,401 56 37,441 5,987 5,623 5,247 91 112,601 21,105 20,314 16,733
22 4,966 0,563 0,462 0,456 57 38,925 6,266 5,891 5,484 92 115,606 21,759 20,948 17,17
23 5,465 0,628 0,521 0,513 58 40,443 6,549 6,164 5,723 93 118,67 22,427 21,6 17,613
24 5,989 0,696 0,584 0,575 59 41,991 6,835 6,44 5,964 94 121,797 23,109 22,27 18,063
25 6,539 0,769 0,651 0,64 60 43,569 7,128 6,722 6,208 95 124,99 23,812 22,958 18,519
26 7,112 0,846 0,721 0,708 61 45,184 7,428 7,013 6,459 96 128,253 24,535 23,663 18,982
27 7,709 0,926 0,794 0,779 62 46,834 7,736 7,312 6,716 97 131,59 25,275 24,385 19,452
28 8,332 1,008 0,871 0,854 63 48,519 8,052 7,618 6,977 98 135,005 26,03 25,125 19,929
29 8,981 1,096 0,953 0,933 64 50,239 8,375 7,93 7,243 99 138,502 26,803 25,883 20,414
30 9,659 1,193 1,043 1,02 65 51,996 8,708 8,252 7,514 100 142,085 27,594 26,659 20,907

________Master SNIRM INTERACTION RAYONNEMENT MATIERE 1S 7


________Master SNIRM INTERACTION RAYONNEMENT MATIERE 1S 8
IUPAC Recommended Isotopic Abundances
P. De Bievre and P.D.P. Taylor, Int. J. Mass Spectrom. Ion Phys. 123, 149 (1993).
i iiiiiiiiiiiiiiiiiii i iiiiiiiiiiiiiiiiiii i iiiiiiiiiiiiiiiiiii i iiiiiiiiiiiiiiiiiii i iiiiiiiiiiiiiiiiiii
Isotope Abundance
i iiiiiiiiiiiiiiiiiii Isotope Abundance
i iiiiiiiiiiiiiiiiiii Isotope Abundance
i iiiiiiiiiiiiiiiiiii Isotope Abundance
i iiiiiiiiiiiiiiiiiii Isotope Abundance
i iiiiiiiiiiiiiiiiiii
1 54 96 136 180
H 99.985 1 Fe 5.8 1 Ru 5.52 6 Ce 0.19 1 W 0.13 4
2 56 98 138 182
H 0.015 1 Fe 91.72 30 Ru 1.88 6 Ce 0.25 1 W 26.3 2
57 99 140 183
3 Fe 2.2 1 Ru 12.7 1 Ce 88.48 10 W 14.3 1
He 0.000137 3 58 100 142 184
4 Fe 0.28 1 Ru 12.6 1 Ce 11.08 10 W 30.67 15
He 99.999863 3 101 186
55 Ru 17.0 1 138 W 28.6 2
6 Mn 100 102 La 0.0902 2
Li 7.5 2 Ru 31.6 2 139 184
7 58 104 La 99.9098 2 Os 0.02 1
Li 92.5 2 Ni 68.077 9 Ru 18.7 2 186
60 141 Os 1.58 30
9 Ni 26.223 8 102 Pr 100 187
Be 100 61 Pd 1.02 1 Os 1.6 3
Ni 1.140 1 104 142 188
10 62 Pd 11.14 8 Nd 27.13 12 Os 13.3 7
B 19.9 2 Ni 3.634 2 105 143 189
11 64 Pd 22.33 8 Nd 12.18 6 Os 16.1 8
B 80.1 2 Ni 0.926 1 106 144 190
Pd 27.33 3 Nd 23.80 12 Os 26.4 12
12 59 108 145 192
C 98.90 3 Co 100 Pd 26.46 9 Nd 8.30 6 Os 41.0 8
13 110 146
C 1.10 3 63 Pd 11.72 9 Nd 17.19 9 185
Cu 69.17 3 148 Re 37.40 2
14 65 103 Nd 5.76 3 187
N 99.634 9 Cu 30.83 3 Rh 100 150 Re 62.60 2
15 Nd 5.64 3
N 0.366 9 64 106 190
Zn 48.6 3 Cd 1.25 4 144 Pt 0.01 1
16 66 108 Sm 3.1 1 192
O 99.762 15 Zn 27.9 2 Cd 0.89 2 147 Pt 0.79 6
17 67 110 Sm 15.0 2 194
O 0.038 3 Zn 4.1 1 Cd 12.49 12 148 Pt 32.9 6
18 68 111 Sm 11.3 1 195
O 0.200 12 Zn 18.8 4 Cd 12.80 8 149 Pt 33.8 6
70 112 Sm 13.8 1 196
19 Zn 0.6 1 Cd 24.13 14 150 Pt 25.3 6
F 100 113 Sm 7.4 1 198
69 Cd 12.22 8 152 Pt 7.2 2
20 Ga 60.108 9 114 Sm 26.7 2
Ne 90.48 3 71 Cd 28.73 28 154 191
21 Ga 39.892 9 116 Sm 22.7 2 Ir 37.3 5
Ne 0.27 1 Cd 7.49 12 193
22 70 151 Ir 62.7 5
Ne 9.25 3 Ge 21.23 4 107 Eu 47.8 15
72 Ag 51.839 7 153 196
23 Ge 27.66 3 109 Eu 52.2 15 Hg 0.15 1
Na 100 73 Ag 48.161 7 198
Ge 7.73 1 152 Hg 9.97 8
24 74 112 Gd 0.20 1 199
Mg 78.99 3 Ge 35.94 2 Sn 0.97 1 154 Hg 16.87 10
25 76 114 Gd 2.18 3 200
Mg 10.00 1 Ge 7.44 2 Sn 0.65 1 155 Hg 23.10 16
26 115 Gd 14.80 5 201
Mg 11.01 2 74 Sn 0.34 1 156 Hg 13.18 8
Se 0.89 2 116 Gd 20.47 4 202
27 76 Sn 14.53 1 157 Hg 29.86 20
Al 100 Se 9.36 11 117 Gd 15.65 3 204
77 Sn 7.68 7 158 Hg 6.87 4
28 Se 7.63 6 118 Gd 24.84 12
Si 92.23 1 78 Sn 24.23 11 160 197
29 Se 23.78 9 119 Gd 21.86 4 Au 100
Si 4.67 1 80 Sn 8.59 4
30 Se 49.61 10 120 156 203
Si 3.10 1 82 Sn 32.59 10 Dy 0.06 1 Tl 29.524 14
Se 8.73 6 122 158 205
31 Sn 4.63 3 Dy 0.10 1 Tl 70.476 14
P 100 75 124 160
As 100 Sn 5.79 5 Dy 2.34 6 204
32 161 Pb 1.4 1
S 95.02 9 78 113 Dy 18.9 2 206
33 Kr 0.35 2 In 4.3 2 162 Pb 24.1 1
S 0.75 4 80 115 Dy 25.5 2 207
34 Kr 2.25 2 In 95.7 2 163 Pb 22.1 1
S 4.21 8 82 Dy 24.9 2 208
36 Kr 11.6 1 120 164 Pb 52.4 1
S 0.02 1 83 Te 0.096 2 Dy 28.2 2
Kr 11.5 1 122 209
35 84 Te 2.603 4 159 Bi 100
Cl 75.77 7 Kr 57.0 3 123 Tb 100
37 86 Te 0.908 2 232
Cl 24.23 7 Kr 17.3 2 124 162 Th 100
Te 4.816 6 Er 0.14 1
36 79 125 164 234
Ar 0.337 3 Br 50.69 7 Te 7.139 6 Er 1.61 2 U 0.0055 5
38 81 126 166 235
Ar 0.063 1 Br 49.31 7 Te 18.95 1 Er 33.6 2 U 0.7200 12
40 128 167 238
Ar 99.600 3 84 Te 31.69 1 Er 22.95 15 U 99.2745 60
Sr 0.56 1 130 168
39 86 Te 33.80 1 Er 26.8 2
K 93.2581 44 Sr 9.86 1 170
40 87 121 Er 14.9 2
K 0.0117 1 Sr 7.00 1 Sb 57.36 8
41 88 123 165
K 6.7302 44 Sr 82.58 1 Sb 42.64 8 Ho 100
40 85 124 168
Ca 96.941 18 Rb 72.165 20 Xe 0.10 1 Yb 0.13 1
42 87 126 170
Ca 0.647 9 Rb 27.835 20 Xe 0.09 1 Yb 3.05 6
43 128 171
Ca 0.135 6 89 Xe 1.91 3 Yb 14.3 2
44 Y 100 129 172
Ca 2.086 12 Xe 26.4 6 Yb 21.9 3
46 90 130 173
Ca 0.004 3 Zr 51.45 3 Xe 4.1 1 Yb 16.12 21
48 91 131 174
Ca 0.187 4 Zr 11.22 4 Xe 21.2 4 Yb 31.8 4
92 132 176
45 Zr 17.15 2 Xe 26.9 5 Yb 12.7 2
Sc 100 94 134
Zr 17.38 4 Xe 10.4 2 169
46 96 136 Tm 100
Ti 8.0 1 Zr 2.80 2 Xe 8.9 1
47 174
Ti 7.3 1 92 127 Hf 0.162 3
48 Mo 14.84 4 I 100 176
Ti 73.8 1 94 Hf 5.206 5
49 Mo 9.25 3 130 177
Ti 5.5 1 95 Ba 0.106 2 Hf 18.606 4
50 Mo 15.92 5 132 178
Ti 5.4 1 96 Ba 0.101 2 Hf 27.297 4
Mo 16.68 5 134 179
50 97 Ba 2.417 27 Hf 13.629 6
V 0.250 2 Mo 9.55 3 135 180
51 98 Ba 6.592 18 Hf 35.100 7
V 99.750 2 Mo 24.13 7 136
100 Ba 7.854 36 175
50 Mo 9.63 3 137 Lu 97.41 2
Cr 4.345 13 Ba 11.23 4 176
52 93 138 Lu 2.59 2
Cr 83.789 18 Nb 100 Ba 71.70 7
53 180
Cr 9.501 17 133 Ta 0.012 2
54 Cs 100 181
Cr 2.365 7 Ta 99.988 2
hhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhh
A.H. Wapstra, G. Audi, and R. Hoekstra Masses
† Nuclide is unstable to one-particle emission
‡ Nuclide is unstable to two-particle, but not one particle emission
iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii
Isotope Mass Excess
iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii Isotope Mass Excess
iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii Isotope Mass Excess
iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii Isotope Mass Excess
iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii Isotope Mass Excess
iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii Isotope Mass Excess
iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii
1 12 34 33 43 60
n 8.071 O 32.060±0.040 Mg 8.440±0.700 Cl -21.003 Sc -36.187±0.002 Mn -52.900±0.100
1 13 35 34 44
H 7.289 O 23.113±0.010 Mg 14.680±0.500 Cl -24.440 Sc -37.815±0.002 48
2 14 35 45 Fe -18.130±0.110
H 13.136 O 8.006 22 Cl -29.013 Sc -41.069±0.001 49
3 15 Al 18.090±0.070 36 46 Fe -24.580±0.160
H 14.950 O 2.855 23 Cl -29.522 Sc -41.758±0.001 50
4 16 Al 6.767±0.025 37 47 Fe -34.470±0.060
H 25.840±0.380 O -4.737 24 Cl -31.761 Sc -44.330±0.002 51
17 Al -0.055±0.004 38 48 Fe -40.217±0.015
3 O -0.809 25 Cl -29.798 Sc -44.492±0.005 52
He 14.931 18 Al -8.915 39 49 Fe -48.331±0.010
4 O -0.782 26 Cl -29.802±0.002 Sc -46.558±0.004 53
He 2.424 19 Al -12.210 40 50 Fe -50.943±0.002
5 O 3.332±0.002 27 Cl -27.530±0.040 Sc -44.537±0.016 54
He 11.390±0.050 20 Al -17.197 41 51 Fe -56.250±0.001
6 O 3.796±0.001 28 Cl -27.400±0.150 Sc -43.218±0.020 55
He 17.592 21 Al -16.851 42 52 Fe -57.476±0.001
7 O 8.066±0.015 29 Cl -24.420±0.200 Sc -40.060±0.300 56
He 26.110±0.030 22 Al -18.215±0.001 43 53 Fe -60.603±0.001
8 O 9.440±0.090 30 Cl -23.130±0.060 Sc -38.230±0.510 57
He 31.598±0.007 23 Al -15.890±0.040 44 Fe -60.178±0.001
9 O 14.540±0.700 31 Cl -20.010±0.300 40 58
He 40.810±0.120 24 Al -15.050±0.070 Ti -9.063±0.011 Fe -62.151±0.001
O 18.790±0.900 32 31 41 59
4 Al -11.210±0.300 Ar 11.660±0.200 Ti -15.690±0.013 Fe -60.661±0.001
Li 25.120±0.300 14 33 32 42 60
5 F 33.610±0.400 Al -8.840±0.400 Ar -2.180±0.050 Ti -25.121±0.006 Fe -61.406±0.004
Li 11.680±0.050 15 34 33 43 61
6 F 16.770±0.130 Al -3.660±0.500 Ar -9.380±0.030 Ti -29.320±0.007 Fe -58.919±0.020
Li 14.085 16 35 34 44 62
7 F 10.680±0.008 Al -0.660±0.500 Ar -18.379±0.003 Ti -37.548±0.001 Fe -58.896±0.015
Li 14.907 17 36 35 45 63
8 F 1.951 Al 5.050±0.600 Ar -23.048±0.001 Ti -39.006±0.001 Fe -55.190±0.060
Li 20.945 18 36 46
9 F 0.873 23 Ar -30.230 Ti -44.125±0.001 50
Li 24.954±0.002 19 Si 23.530±0.300 37 47 Co -17.980±0.200
10 F -1.487 24 Ar -30.948 Ti -44.931±0.001 51
Li 33.840±0.250 20 Si 10.755±0.019 38 48 Co -27.420±0.200
11 F -0.017 25 Ar -34.715 Ti -48.487±0.001 52
Li 40.900±0.110 21 Si 3.827±0.010 39 49 Co -34.287±0.022
F -0.047±0.001 26 Ar -33.241±0.005 Ti -48.558±0.001 53
6 22 Si -7.145±0.003 40 50 Co -42.639±0.018
Be 18.374±0.005 F 2.830±0.030 27 Ar -35.039±0.001 Ti -51.426±0.001 54
7 23 Si -12.385 41 51 Co -48.007±0.001
Be 15.768 F 3.350±0.170 28 Ar -33.066±0.001 Ti -49.726±0.001 55
8 24 Si -21.492 42 52 Co -54.025±0.001
Be 4.941 F 7.780±0.400 29 Ar -34.420±0.040 Ti -49.464±0.007 56
9 25 Si -21.895 43 53 Co -56.037±0.002
Be 11.347 F 10.940±0.600 30 Ar -31.980±0.070 Ti -46.830±0.100 57
10 26 Si -24.433 44 54 Co -59.342±0.001
Be 12.607 F 17.700±0.900 31 Ar -32.260±0.020 Ti -45.530±0.300 58
11 Si -22.950 45 Co -59.844±0.001
Be 20.174±0.006 16 32 Ar -29.720±0.060 42 59
12 Ne 23.989±0.020 Si -24.081±0.001 46 V -8.220±0.300 Co -62.226±0.001
Be 25.077±0.015 17 33 Ar -29.720±0.040 43 60
13 Ne 16.480±0.050 Si -20.492±0.016 47 V -17.920±0.200 Co -61.646±0.001
Be 35.000±0.500 18 34 Ar -25.910±0.100 44 61
14 Ne 5.319±0.005 Si -19.958±0.015 V -23.800±0.100 Co -62.897±0.001
Be 40.100±0.130 19 35 33 45 62
Ne 1.751 Si -14.320±0.050 K 8.000±0.400 V -31.875±0.017 Co -61.423±0.019
7 20 36 34 46 63
B 27.870±0.070 Ne -7.047±0.001 Si -13.260±0.500 K -1.480±0.300 V -37.075±0.001 Co -61.839±0.020
8 21 37 35 47 64
B 22.920±0.001 Ne -5.737±0.001 Si -7.000±0.500 K -11.167±0.020 V -42.004±0.001 Co -59.791±0.020
9 22 38 36 48 65
B 12.415±0.001 Ne -8.027±0.001 Si -5.360±0.600 K -17.425±0.008 V -44.474±0.002 Co -59.160±0.050
10 23 37 49
B 12.050 Ne -5.156±0.002 25 K -24.798±0.001 V -47.956±0.001 52
11 24 P 22.080±0.400 38 50 Ni -22.640±0.070
B 8.668 Ne -5.950±0.010 26 K -28.802 V -49.219±0.001 53
12 25 P 11.260±0.300 39 51 Ni -29.380±0.160
B 13.369±0.001 Ne -2.060±0.040 27 K -33.806±0.001 V -52.199±0.001 54
13 26 P -0.750±0.040 40 52 Ni -39.210±0.050
B 16.562±0.001 Ne 0.440±0.070 28 K -33.534±0.001 V -51.438±0.001 55
14 27 P -7.161±0.004 41 53 Ni -45.330±0.011
B 23.664±0.021 Ne 6.410±0.500 29 K -35.558±0.001 V -51.846±0.003 56
15 28 P -16.951 42 54 Ni -53.901±0.011
B 28.970±0.022 Ne 10.780±0.800 30 K -35.020±0.001 V -49.889±0.015 57
16 P -20.200 43 55 Ni -56.077±0.003
B 37.140±0.400 18 31 K -36.593±0.009 V -49.150±0.100 58
17 Na 25.320±0.400 P -24.441 44 56 Ni -60.225±0.001
B 43.310±0.500 19 32 K -35.810±0.040 V -46.110±0.300 59
18 Na 12.928±0.012 P -24.305 45 Ni -61.153±0.001
B 52.280±0.860 20 33 K -36.614±0.010 44 60
19 Na 6.839±0.007 P -26.338±0.001 46 Cr -13.450±0.030 Ni -64.470±0.001
B 59.360±1.030 21 34 K -35.418±0.016 45 61
Na -2.189±0.002 P -24.557±0.001 47 Cr -19.410±0.100 Ni -64.219±0.001
8 22 35 K -35.696±0.008 46 62
C 35.094±0.024 Na -5.185±0.001 P -24.857±0.001 48 Cr -29.472±0.020 Ni -66.745±0.001
9 23 36 K -32.122±0.024 47 63
C 28.913±0.002 Na -9.532 P -20.251±0.013 49 Cr -34.553±0.014 Ni -65.512±0.001
10 24 37 K -30.770±0.300 48 64
C 15.699 Na -8.420 P -19.260±0.300 50 Cr -42.818±0.007 Ni -67.098±0.001
11 25 38 K -25.520±0.300 49 65
C 10.650 Na -9.360±0.001 P -14.160±0.400 Cr -45.328±0.002 Ni -65.124±0.001
12 26 39 35 50 66
C 0.000 Na -6.904±0.016 P -12.500±0.400 Ca 4.450±0.060 Cr -50.257±0.001 Ni -66.029±0.016
13 27 40 36 51 67
C 3.125 Na -5.600±0.040 P -7.020±0.500 Ca -6.440±0.040 Cr -51.447±0.001 Ni -63.743±0.019
14 28 37 52 68
C 3.020 Na -1.140±0.140 27 Ca -13.159±0.022 Cr -55.414±0.001 Ni -63.483±0.017
15 29 S 18.220±0.200 38 53 69
C 9.873 Na 2.650±0.150 28 Ca -22.059±0.005 Cr -55.282±0.001 Ni -60.460±0.150
16 30 S 4.130±0.160 39 54
C 13.694±0.004 Na 8.210±0.250 29 Ca -27.275±0.002 Cr -56.930±0.001 54
17 31 S -3.160±0.050 40 55 Cu -21.210±0.500
C 21.035±0.017 Na 11.830±0.580 30 Ca -34.846±0.001 Cr -55.105±0.001 55
18 32 S -14.063±0.003 41 56 Cu -31.630±0.300
C 24.920±0.030 Na 16.550±0.740 31 Ca -35.137±0.001 Cr -55.290±0.010 56
19 33 S -19.045±0.001 42 57 Cu -38.584±0.017
C 32.630±0.300 Na 21.470±1.140 32 Ca -38.547±0.001 Cr -52.690±0.200 57
20 34 S -26.016 43 58 Cu -47.350±0.050
C 37.070±0.900 Na 26.650±3.570 33 Ca -38.408±0.001 Cr -52.050±0.300 58
S -26.586 44 Cu -51.662±0.002
10 20 34 Ca -41.469±0.001 46 59
N 39.700±0.400 Mg 17.570±0.027 S -29.932 45 Mn -12.470±0.400 Cu -56.353±0.001
11 21 35 Ca -40.812±0.001 47 60
N 24.890±0.140 Mg 10.913±0.016 S -28.846 46 Mn -22.650±0.200 Cu -58.344±0.002
12 22 36 Ca -43.140±0.002 48 61
N 17.338±0.001 Mg -0.397±0.001 S -30.664 47 Mn -29.211±0.021 Cu -61.982±0.001
13 23 37 Ca -42.345±0.002 49 62
N 5.345 Mg -5.473±0.001 S -26.896 48 Mn -37.611±0.024 Cu -62.797±0.004
14 24 38 Ca -44.214±0.004 50 63
N 2.863 Mg -13.933 S -26.861±0.007 49 Mn -42.625±0.001 Cu -65.578±0.001
15 25 39 Ca -41.289±0.004 51 64
N 0.101 Mg -13.192 S -23.000±0.200 50 Mn -48.238±0.001 Cu -65.423±0.001
16 26 40 Ca -39.570±0.009 52 65
N 5.682±0.002 Mg -16.214 S -22.520±0.040 51 Mn -50.702±0.002 Cu -67.262±0.001
17 27 41 Ca -35.010±0.080 53 66
N 7.871±0.015 Mg -14.586 S -17.870±0.300 52 Mn -54.686±0.001 Cu -66.256±0.001
18 28 42 Ca -32.460±0.580 54 67
N 13.117±0.020 Mg -15.019±0.002 S -16.420±0.400 Mn -55.553±0.001 Cu -67.303±0.008
19 29 38 55 68
N 15.871±0.019 Mg -10.661±0.029 29 Sc -4.460±0.300 Mn -57.708±0.001 Cu -65.540±0.050
20 30 Cl 15.050±0.400 39 56 69
N 21.880±0.300 Mg -9.100±0.210 30 Sc -14.300±0.050 Mn -56.907±0.001 Cu -65.741±0.008
21 31 Cl 4.840±0.300 40 57 70
N 25.150±0.600 Mg -3.650±0.400 31 Sc -20.526±0.004 Mn -57.487±0.003 Cu -63.390±0.110
22 32 Cl -7.060±0.050 41 58 71
N 31.730±0.950 Mg -1.750±1.580 32 Sc -28.643±0.001 Mn -55.830±0.030 Cu -62.920±0.300
33 Cl -13.330±0.008 42 59
Mg 5.010±0.500 Sc -32.121±0.001 Mn -55.476±0.029
iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii
Isotope Mass Excess
iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii Isotope Mass Excess
iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii Isotope Mass Excess
iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii Isotope Mass Excess
iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii Isotope Mass Excess
iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii Isotope Mass Excess
iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii
56 70 84 92 102 113
Zn -26.130±0.080 As -64.340±0.050 Kr -82.430±0.003 Y -84.833±0.010 Mo -83.559±0.021 Rh -78.740±0.400
57 71 85 93 103 114
Zn -32.700±0.120 As -67.894±0.004 Kr -81.477±0.003 Y -84.245±0.011 Mo -80.760±0.080 Rh -75.960±0.500
58 72 86 94 104
Zn -42.210±0.100 As -68.228±0.004 Kr -83.262±0.005 Y -82.348±0.006 Mo -80.370±0.060 94
59 73 87 95 105 Pd -66.270±0.800
Zn -47.260±0.040 As -70.955±0.004 Kr -80.706±0.005 Y -81.214±0.006 Mo -77.360±0.090 95
60 74 88 96 106 Pd -70.150±0.400
Zn -54.185±0.011 As -70.861±0.002 Kr -79.688±0.014 Y -78.300±0.040 Mo -76.270±0.090 96
61 75 89 97 107 Pd -76.180±0.150
Zn -56.343±0.016 As -73.035±0.001 Kr -76.720±0.050 Y -76.270±0.060 Mo -72.910±0.430 97
62 76 90 98 108 Pd -77.800±0.300
Zn -61.170±0.010 As -72.290±0.001 Kr -74.947±0.027 Y -72.520±0.160 Mo -71.460±0.550 98
63 77 91 99 Pd -81.301±0.022
Zn -62.211±0.002 As -73.918±0.002 Kr -71.370±0.080 Y -70.170±0.080 88 99
64 78 92 100 Tc -62.330±0.830 Pd -82.193±0.016
Zn -66.002±0.001 As -72.819±0.010 Kr -68.650±0.080 Y -67.290±0.140 89 100
65 79 93 101 Tc -68.000±0.400 Pd -85.221±0.013
Zn -65.910±0.001 As -73.639±0.006 Kr -64.160±0.120 Y -64.650±0.200 90 101
66 80 102 Tc -70.970±0.300 Pd -85.430±0.018
Zn -68.898±0.001 As -72.165±0.024 73 Y -61.450±0.400 91 102
67 81 Rb -46.590±0.620 Tc -75.990±0.200 Pd -87.918±0.008
Zn -67.879±0.001 As -72.536±0.006 74 81 92 103
68 82 Rb -51.670±0.460 Zr -58.790±0.300 Tc -78.939±0.026 Pd -87.471±0.008
Zn -70.006±0.001 As -70.078±0.025 75 82 93 104
69 83 Rb -57.210±0.100 Zr -64.180±0.510 Tc -83.607±0.004 Pd -89.393±0.005
Zn -68.417±0.001 As -69.880±0.220 76 83 94 105
70 84 Rb -60.530±0.060 Zr -66.350±0.100 Tc -84.158±0.005 Pd -88.416±0.005
Zn -69.561±0.003 As -66.080±0.300 77 84 95 106
71 85 Rb -64.917±0.030 Zr -71.430±0.350 Tc -86.018±0.006 Pd -89.907±0.005
Zn -67.323±0.011 As -63.510±0.400 78 85 96 107
72 86 Rb -66.980±0.030 Zr -73.150±0.100 Tc -85.819±0.006 Pd -88.374±0.006
Zn -68.131±0.006 As -59.340±0.330 79 86 97 108
73 Rb -70.839±0.023 Zr -77.980±0.200 Tc -87.222±0.005 Pd -89.523±0.004
Zn -65.410±0.040 67 80 87 98 109
74 Se -46.860±0.400 Rb -72.176±0.018 Zr -79.348±0.008 Tc -86.429±0.004 Pd -87.605±0.004
Zn -65.708±0.019 68 81 88 99 110
75 Se -54.080±0.300 Rb -75.459±0.021 Zr -83.626±0.010 Tc -87.324±0.002 Pd -88.345±0.015
Zn -62.530±0.090 69 82 89 100 111
76 Se -56.300±0.030 Rb -76.203±0.017 Zr -84.871±0.003 Tc -86.017±0.002 Pd -86.030±0.040
Zn -62.290±0.170 70 83 90 101 112
77 Se -61.540±0.210 Rb -79.049±0.021 Zr -88.770±0.002 Tc -86.337±0.024 Pd -86.333±0.019
Zn -58.820±0.280 71 84 91 102 113
78 Se -63.090±0.200 Rb -79.748±0.003 Zr -87.893±0.002 Tc -84.569±0.009 Pd -83.680±0.150
Zn -57.660±0.280 72 85 92 103 114
79 Se -67.897±0.012 Rb -82.164±0.002 Zr -88.457±0.002 Tc -84.601±0.010 Pd -83.460±0.029
Zn -53.820±0.420 73 86 93 104 115
80 Se -68.215±0.011 Rb -82.744±0.002 Zr -87.120±0.002 Tc -82.490±0.050 Pd -80.590±0.300
Zn -51.890±0.360 74 87 94 105 116
Se -72.215±0.001 Rb -84.593±0.002 Zr -87.268±0.002 Tc -82.350±0.060 Pd -80.140±0.150
61 75 88 95 106
Ga -47.540±0.400 Se -72.171±0.001 Rb -82.601±0.004 Zr -85.659±0.002 Tc -79.790±0.060 96
62 76 89 96 107 Ag -64.430±0.800
Ga -51.999±0.028 Se -75.254±0.001 Rb -81.709±0.007 Zr -85.442±0.003 Tc -79.160±0.200 97
63 77 90 97 108 Ag -70.790±0.400
Ga -56.690±0.100 Se -74.601±0.001 Rb -79.350±0.013 Zr -82.950±0.003 Tc -76.280±0.360 98
64 78 91 98 109 Ag -73.000±0.300
Ga -58.837±0.004 Se -77.028±0.001 Rb -77.786±0.010 Zr -81.283±0.020 Tc -74.920±0.300 99
65 79 92 99 110 Ag -76.760±0.150
Ga -62.654±0.002 Se -75.920±0.001 Rb -74.811±0.012 Zr -77.790±0.040 Tc -71.640±0.640 100
66 80 93 100 Ag -78.170±0.090
Ga -63.724±0.003 Se -77.762±0.001 Rb -72.688±0.015 Zr -76.590±0.040 90 101
67 81 94 101 Ru -65.470±0.800 Ag -81.190±0.120
Ga -66.878±0.001 Se -76.392±0.001 Rb -68.518±0.019 Zr -73.380±0.070 91 102
68 82 95 102 Ru -68.410±0.400 Ag -82.080±0.050
Ga -67.085±0.002 Se -77.596±0.002 Rb -65.813±0.024 Zr -71.770±0.060 92 103
69 83 96 103 Ru -74.410±0.300 Ag -84.787±0.017
Ga -69.322±0.002 Se -75.343±0.004 Rb -61.150±0.030 Zr -68.290±0.130 93 104
70 84 97 104 Ru -77.270±0.090 Ag -85.114±0.006
Ga -68.905±0.003 Se -75.952±0.015 Rb -58.290±0.040 Zr -66.260±0.410 94 105
71 85 98 Ru -82.569±0.013 Ag -87.078±0.009
Ga -70.139±0.001 Se -72.420±0.100 Rb -54.090±0.060 84 95 106
72 86 99 Nb -61.530±0.620 Ru -83.451±0.012 Ag -86.941±0.005
Ga -68.589±0.002 Se -70.540±0.130 Rb -50.860±0.110 85 96 107
73 87 Nb -66.940±0.400 Ru -86.073±0.008 Ag -88.407±0.005
Ga -69.705±0.006 Se -66.710±0.400 77 86 97 108
74 88 Sr -57.880±0.150 Nb -69.580±0.300 Ru -86.113±0.008 Ag -87.605±0.005
Ga -68.060±0.070 Se -63.820±0.240 78 87 98 109
75 Sr -63.450±0.300 Nb -74.180±0.060 Ru -88.225±0.006 Ag -88.721±0.003
Ga -68.466±0.007 69 79 88 99 110
76 Br -46.800±0.500 Sr -65.340±0.200 Nb -76.430±0.200 Ru -87.617±0.002 Ag -87.459±0.003
Ga -66.440±0.150 70 80 89 100 111
77 Br -51.140±0.360 Sr -70.190±0.030 Nb -80.580±0.040 Ru -89.219±0.002 Ag -88.217±0.004
Ga -66.320±0.200 71 81 90 101 112
78 Br -56.590±0.300 Sr -71.470±0.040 Nb -82.659±0.005 Ru -87.950±0.002 Ag -86.624±0.017
Ga -63.560±0.200 72 82 91 102 113
79 Br -59.000±0.200 Sr -75.998±0.008 Nb -86.640±0.003 Ru -89.099±0.002 Ag -87.040±0.020
Ga -62.720±0.120 73 83 92 103 114
80 Br -63.600±0.230 Sr -76.781±0.021 Nb -86.451±0.002 Ru -87.260±0.002 Ag -84.960±0.070
Ga -59.380±0.300 74 84 93 104 115
81 Br -65.301±0.015 Sr -80.641±0.004 Nb -87.210±0.002 Ru -88.093±0.004 Ag -84.950±0.070
Ga -57.990±0.190 75 85 94 105 116
82 Br -69.142±0.014 Sr -81.099±0.004 Nb -86.368±0.002 Ru -85.932±0.004 Ag -82.760±0.110
Ga -53.380±0.430 76 86 95 106 117
Br -70.291±0.009 Sr -84.518±0.002 Nb -86.783±0.002 Ru -86.326±0.008 Ag -82.250±0.050
63 77 87 96 107 118
Ge -47.310±0.300 Br -73.237±0.003 Sr -84.875±0.002 Nb -85.606±0.004 Ru -83.710±0.300 Ag -79.580±0.100
64 78 88 97 108 119
Ge -54.430±0.250 Br -73.455±0.004 Sr -87.916±0.002 Nb -85.608±0.002 Ru -83.760±0.230 Ag -78.590±0.070
65 79 89 98 109 120
Ge -56.410±0.100 Br -76.070±0.002 Sr -86.211±0.004 Nb -83.528±0.006 Ru -80.720±0.200 Ag -75.770±0.100
66 80 90 99 110 121
Ge -61.620±0.030 Br -75.891±0.002 Sr -85.942±0.002 Nb -82.328±0.013 Ru -80.240±0.300 Ag -74.550±0.190
67 81 91 100 111
Ge -62.656±0.005 Br -77.978±0.005 Sr -83.652±0.009 Nb -79.929±0.028 Ru -77.030±0.400 98
68 82 92 101 112 Cd -67.900±0.800
Ge -66.978±0.006 Br -77.499±0.005 Sr -82.923±0.013 Nb -78.950±0.040 Ru -76.030±0.600 99
69 83 93 102 Cd -69.890±0.500
Ge -67.097±0.004 Br -79.010±0.004 Sr -80.160±0.016 Nb -76.350±0.050 92 100
70 84 94 103 Rh -63.140±0.800 Cd -74.320±0.300
Ge -70.561±0.001 Br -77.776±0.025 Sr -78.836±0.007 Nb -75.240±0.090 93 101
71 85 95 104 Rh -69.110±0.400 Cd -75.660±0.180
Ge -69.906±0.001 Br -78.607±0.019 Sr -75.050±0.050 Nb -72.260±0.120 94 102
72 86 96 105 Rh -72.940±0.450 Cd -79.720±0.200
Ge -72.583±0.001 Br -75.640±0.060 Sr -72.880±0.040 Nb -70.940±0.120 95 103
73 87 97 106 Rh -78.340±0.150 Cd -80.650±0.016
Ge -71.295±0.001 Br -73.856±0.025 Sr -68.810±0.070 Nb -67.290±0.500 96 104
74 88 98 Rh -79.626±0.013 Cd -83.977±0.010
Ge -73.423±0.001 Br -70.720±0.130 Sr -66.380±0.060 86 97 105
75 89 99 Mo -64.680±0.730 Rh -82.590±0.040 Cd -84.339±0.010
Ge -71.858±0.001 Br -68.420±0.400 Sr -62.150±0.100 87 98 106
76 90 100 Mo -67.440±0.310 Rh -83.168±0.012 Cd -87.135±0.006
Ge -73.214±0.001 Br -64.650±0.120 Sr -60.200±0.210 88 99 107
77 Mo -72.830±0.300 Rh -85.519±0.010 Cd -86.990±0.007
Ge -71.216±0.001 71 79 89 100 108
78 Kr -46.490±0.420 Y -58.140±0.500 Mo -75.005±0.015 Rh -85.590±0.020 Cd -89.253±0.005
Ge -71.863±0.004 72 80 90 101 109
79 Kr -53.940±0.240 Y -61.190±0.400 Mo -80.170±0.006 Rh -87.410±0.017 Cd -88.507±0.004
Ge -69.490±0.090 73 81 91 102 110
80 Kr -56.890±0.140 Y -65.950±0.070 Mo -82.208±0.012 Rh -86.821±0.017 Cd -90.351±0.003
Ge -69.380±0.030 74 82 92 103 111
81 Kr -62.130±0.060 Y -68.180±0.100 Mo -86.809±0.004 Rh -88.024±0.003 Cd -89.254±0.003
Ge -66.310±0.120 75 83 93 104 112
82 Kr -64.214±0.020 Y -72.370±0.060 Mo -86.805±0.004 Rh -86.952±0.003 Cd -90.581±0.002
Ge -65.380±0.140 76 84 94 105 113
83 Kr -68.965±0.012 Y -74.230±0.170 Mo -88.413±0.002 Rh -87.849±0.005 Cd -89.050±0.002
Ge -61.140±0.400 77 85 95 106 114
84 Kr -70.194±0.017 Y -77.845±0.025 Mo -87.709±0.002 Rh -86.365±0.008 Cd -90.021±0.002
Ge -58.150±0.400 78 86 96 107 115
Kr -74.147±0.008 Y -79.279±0.014 Mo -88.792±0.002 Rh -86.862±0.018 Cd -88.091±0.002
65 79 87 97 108 116
As -47.510±0.410 Kr -74.445±0.004 Y -83.014±0.002 Mo -87.542±0.002 Rh -85.080±0.200 Cd -88.720±0.003
66 80 88 98 109 117
As -52.070±0.060 Kr -77.894±0.006 Y -84.294±0.002 Mo -88.113±0.002 Rh -85.021±0.020 Cd -86.416±0.013
67 81 89 99 110 118
As -56.650±0.100 Kr -77.697±0.005 Y -87.703±0.002 Mo -85.967±0.002 Rh -82.940±0.220 Cd -86.709±0.020
68 82 90 100 111 119
As -58.880±0.100 Kr -80.592±0.005 Y -86.488±0.002 Mo -86.186±0.006 Rh -82.330±0.200 Cd -83.940±0.060
69 83 91 101 112 120
As -63.080±0.030 Kr -79.982±0.003 Y -86.349±0.003 Mo -83.513±0.006 Rh -79.730±0.300 Cd -83.973±0.019
iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii
Isotope Mass Excess
iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii Isotope Mass Excess
iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii Isotope Mass Excess
iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii Isotope Mass Excess
iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii Isotope Mass Excess
iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii Isotope Mass Excess
iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii
121 109 121 134 150 148
Cd -80.950±0.150 Sb -76.253±0.019 I -86.270±0.020 Cs -86.906±0.005 La -57.500±0.610 Nd -77.418±0.004
122 110 122 135 149
Cd -80.580±0.210 Sb -77.530±0.200 I -86.073±0.006 Cs -87.662±0.007 126 Nd -74.385±0.004
123 111 123 136 Ce -71.070±0.830 150
Cd -77.520±0.300 Sb -80.840±0.200 I -87.937±0.004 Cs -86.354±0.005 127 Nd -73.693±0.004
112 124 137 Ce -72.290±0.610 151
100 Sb -81.603±0.023 I -87.368±0.004 Cs -86.556±0.005 128 Nd -70.956±0.004
In -63.870±0.710 113 125 138 Ce -75.870±0.500 152
101 Sb -84.424±0.024 I -88.846±0.002 Cs -82.896±0.022 129 Nd -70.160±0.030
In -68.360±0.610 114 126 139 Ce -76.480±0.400 153
102 Sb -84.680±0.200 I -87.916±0.005 Cs -80.710±0.007 130 Nd -67.170±0.200
In -70.580±0.400 115 127 140 Ce -79.590±0.300 154
103 Sb -87.004±0.020 I -88.982±0.004 Cs -77.053±0.016 131 Nd -65.860±0.300
In -74.607±0.025 116 128 141 Ce -79.730±0.410 155
104 Sb -86.819±0.006 I -87.736±0.004 Cs -74.472±0.016 132 Nd -62.700±0.500
In -76.080±0.200 117 129 142 Ce -82.440±0.210 156
105 Sb -88.644±0.009 I -88.507±0.004 Cs -70.538±0.020 133 Nd -60.570±0.700
In -79.493±0.016 118 130 143 Ce -82.470±0.200
106 Sb -87.998±0.004 I -86.897±0.010 Cs -67.745±0.028 134 132
In -80.617±0.013 119 131 144 Ce -84.750±0.200 Pm -61.940±0.860
107 Sb -89.475±0.008 I -87.457±0.004 Cs -63.370±0.040 135 133
In -83.568±0.013 120 132 145 Ce -84.641±0.012 Pm -65.620±0.740
108 Sb -88.423±0.008 I -85.715±0.011 Cs -60.210±0.050 136 134
In -84.112±0.029 121 133 146 Ce -86.500±0.050 Pm -67.050±0.630
109 Sb -89.591±0.002 I -85.888±0.026 Cs -55.700±0.080 137 135
In -86.487±0.006 122 134 147 Ce -85.910±0.050 Pm -70.220±0.430
110 Sb -88.327±0.002 I -83.990±0.060 Cs -52.300±0.110 138 136
In -86.410±0.200 123 135 148 Ce -87.574±0.011 Pm -71.300±0.410
111 Sb -89.223±0.002 I -83.821±0.023 Cs -47.580±0.360 139 137
In -88.391±0.006 124 136 Ce -86.973±0.013 Pm -74.020±0.150
112 Sb -87.619±0.002 I -79.550±0.040 117 140 138
In -87.995±0.005 125 137 Ba -57.160±0.840 Ce -88.088±0.004 Pm -75.140±0.450
113 Sb -88.258±0.003 I -76.507±0.029 118 141 139
In -89.368±0.003 126 138 Ba -62.350±0.490 Ce -85.445±0.004 Pm -77.540±0.050
114 Sb -86.400±0.030 I -72.290±0.080 119 142 140
In -88.571±0.003 127 139 Ba -64.460±0.350 Ce -84.542±0.004 Pm -78.380±0.040
115 Sb -86.705±0.006 I -68.880±0.120 120 143 141
In -89.539±0.004 128 140 Ba -69.020±0.410 Ce -81.616±0.004 Pm -80.472±0.029
116 Sb -84.610±0.040 I -64.250±0.200 121 144 142
In -88.252±0.005 129 Ba -70.420±0.210 Ce -80.441±0.004 Pm -81.090±0.040
117 Sb -84.624±0.022 110 122 145 143
In -88.945±0.005 130 Xe -51.970±0.630 Ba -74.540±0.310 Ce -77.110±0.040 Pm -82.970±0.004
118 Sb -82.330±0.070 111 123 146 144
In -87.232±0.008 131 Xe -54.510±0.500 Ba -75.560±0.300 Ce -75.730±0.070 Pm -81.425±0.004
119 Sb -82.020±0.070 112 124 147 145
In -87.733±0.008 132 Xe -60.060±0.540 Ba -79.140±0.300 Ce -72.190±0.060 Pm -81.278±0.004
120 Sb -79.730±0.080 113 125 148 146
In -85.800±0.170 133 Xe -62.090±0.090 Ba -79.550±0.250 Ce -70.430±0.120 Pm -79.458±0.006
121 Sb -79.020±0.210 114 126 149 147
In -85.841±0.028 134 Xe -67.180±0.210 Ba -82.770±0.200 Ce -66.800±0.080 Pm -79.052±0.003
122 Sb -74.020±0.160 115 127 150 148
In -83.580±0.050 135 Xe -68.670±0.280 Ba -82.790±0.100 Ce -64.990±0.120 Pm -76.874±0.011
123 Sb -70.320±0.200 116 128 151 149
In -83.420±0.030 136 Xe -73.050±0.250 Ba -85.470±0.018 Ce -61.660±0.500 Pm -76.073±0.005
124 Sb -65.050±0.300 117 129 152 150
In -81.060±0.050 Xe -74.200±0.220 Ba -85.080±0.011 Ce -59.760±0.700 Pm -73.606±0.020
125 106 118 130 151
In -80.420±0.080 Te -58.270±0.630 Xe -77.950±0.280 Ba -87.291±0.007 128 Pm -73.398±0.006
126 107 119 131 Pr -66.320±0.900 152
In -77.810±0.080 Te -60.640±0.500 Xe -78.750±0.140 Ba -86.714±0.007 129 Pm -71.270±0.070
127 108 120 132 Pr -70.060±0.700 153
In -77.010±0.070 Te -65.820±0.540 Xe -81.810±0.050 Ba -88.447±0.008 130 Pm -70.669±0.016
128 109 121 133 Pr -71.290±0.540 154
In -74.020±0.170 Te -67.620±0.070 Xe -82.510±0.060 Ba -87.570±0.005 131 Pm -68.410±0.110
129 110 122 134 Pr -74.450±0.410 155
In -73.020±0.170 Te -72.300±0.060 Xe -85.050±0.140 Ba -88.965±0.005 132 Pm -67.100±0.200
130 111 123 135 Pr -75.340±0.300 156
In -70.010±0.200 Te -73.470±0.070 Xe -85.258±0.016 Ba -87.867±0.005 133 Pm -64.370±0.300
131 112 124 136 Pr -78.020±0.220 157
In -68.490±0.140 Te -77.270±0.170 Xe -87.659±0.002 Ba -88.903±0.005 134 Pm -62.370±0.500
132 113 125 137 Pr -78.650±0.200 158
In -63.210±0.510 Te -78.320±0.200 Xe -87.191±0.002 Ba -87.732±0.005 135 Pm -59.410±0.700
114 126 138 Pr -80.920±0.150
102 Te -81.760±0.200 Xe -89.174±0.007 Ba -88.272±0.005 136 134
Sn -65.020±0.630 115 127 139 Pr -81.370±0.050 Sm -62.050±0.880
103 Te -82.360±0.230 Xe -88.319±0.005 Ba -84.924±0.005 137 135
Sn -67.050±0.500 116 128 140 Pr -83.200±0.050 Sm -63.520±0.780
104 Te -85.290±0.100 Xe -89.860±0.001 Ba -83.273±0.012 138 136
Sn -71.680±0.540 117 129 141 Pr -83.137±0.015 Sm -67.260±0.600
105 Te -85.110±0.019 Xe -88.698±0.001 Ba -79.732±0.021 139 137
Sn -73.240±0.080 118 130 142 Pr -84.844±0.013 Sm -68.100±0.410
106 Te -87.653±0.023 Xe -89.881±0.001 Ba -77.847±0.020 140 138
Sn -77.450±0.060 119 131 143 Pr -84.700±0.007 Sm -71.540±0.450
107 Te -87.182±0.008 Xe -88.428±0.004 Ba -73.979±0.028 141 139
Sn -78.470±0.100 120 132 144 Pr -86.026±0.003 Sm -72.080±0.120
108 Te -89.386±0.019 Xe -89.292±0.004 Ba -71.840±0.050 142 140
Sn -82.050±0.040 121 133 145 Pr -83.798±0.003 Sm -75.380±0.300
109 Te -88.551±0.026 Xe -87.659±0.005 Ba -68.120±0.070 143 141
Sn -82.633±0.010 122 134 146 Pr -83.078±0.003 Sm -75.943±0.013
110 Te -90.307±0.002 Xe -88.125±0.007 Ba -65.060±0.080 144 142
Sn -85.834±0.016 123 135 147 Pr -80.760±0.004 Sm -78.986±0.015
111 Te -89.171±0.001 Xe -86.506±0.011 Ba -61.500±0.100 145 143
Sn -85.943±0.007 124 136 148 Pr -79.636±0.008 Sm -79.526±0.005
112 Te -90.525±0.001 Xe -86.429±0.007 Ba -58.130±0.610 146 144
Sn -88.658±0.004 125 137 149 Pr -76.760±0.060 Sm -81.975±0.004
113 Te -89.024±0.002 Xe -82.383±0.007 Ba -54.300±0.900 147 145
Sn -88.330±0.004 126 138 Pr -75.470±0.040 Sm -80.660±0.004
114 Te -90.067±0.002 Xe -80.110±0.040 124 148 146
Sn -90.560±0.003 127 139 La -70.240±0.700 Pr -72.490±0.220 Sm -81.000±0.005
115 Te -88.286±0.004 Xe -75.690±0.060 125 149 147
Sn -90.034±0.003 128 140 La -73.810±0.600 Pr -70.988±0.011 Sm -79.276±0.003
116 Te -88.992±0.003 Xe -72.990±0.060 126 150 148
Sn -91.526±0.003 129 141 La -75.050±0.400 Pr -68.000±0.080 Sm -79.346±0.003
117 Te -87.006±0.004 Xe -68.320±0.090 127 151 149
Sn -90.399±0.002 130 142 La -77.990±0.220 Pr -66.760±0.300 Sm -77.146±0.003
118 Te -87.348±0.004 Xe -65.500±0.100 128 152 150
Sn -91.654±0.002 131 La -78.820±0.400 Pr -64.160±0.300 Sm -77.060±0.003
119 Te -85.206±0.004 113 129 153 151
Sn -90.068±0.002 132 Cs -51.810±0.540 La -81.360±0.050 Pr -62.370±0.500 Sm -74.587±0.003
120 Te -85.222±0.012 114 130 154 152
Sn -91.103±0.002 133 Cs -54.740±0.510 La -81.590±0.200 Pr -59.110±0.710 Sm -74.773±0.003
121 Te -82.970±0.080 115 131 153
Sn -89.203±0.002 134 Cs -59.650±0.500 La -83.750±0.100 129 Sm -72.569±0.003
122 Te -82.430±0.110 116 132 Nd -62.880±0.890 154
Sn -89.946±0.002 135 Cs -62.290±0.290 La -83.740±0.050 130 Sm -72.465±0.003
123 Te -77.870±0.090 117 133 Nd -66.990±0.850 155
Sn -87.820±0.002 136 Cs -66.260±0.180 La -85.520±0.100 131 Sm -70.201±0.003
124 Te -74.460±0.050 118 134 Nd -68.230±0.810 156
Sn -88.237±0.001 137 Cs -68.270±0.130 La -85.252±0.026 132 Sm -69.374±0.010
125 Te -69.480±0.300 119 135 Nd -71.940±0.630 157
Sn -85.898±0.002 138 Cs -72.240±0.100 La -86.667±0.011 133 Sm -66.870±0.200
126 Te -66.110±0.200 120 136 Nd -72.570±0.450 158
Sn -86.021±0.011 Cs -73.820±0.080 La -86.030±0.070 134 Sm -65.400±0.200
127 108 121 137 Nd -75.950±0.360 159
Sn -83.504±0.025 I -52.750±0.660 Cs -77.110±0.060 La -87.130±0.050 135 Sm -62.370±0.400
128 109 122 138 Nd -76.220±0.340 160
Sn -83.330±0.050 I -57.710±0.540 Cs -78.140±0.060 La -86.531±0.005 136 Sm -60.350±0.700
129 110 123 139 Nd -79.160±0.060
Sn -80.620±0.120 I -60.520±0.500 Cs -81.070±0.040 La -87.238±0.004 137 136
130 111 124 140 Nd -79.700±0.070 Eu -57.000±0.900
Sn -80.130±0.080 I -65.070±0.400 Cs -81.740±0.040 La -84.327±0.004 138 137
131 112 125 141 Nd -82.040±0.200 Eu -60.720±0.720
Sn -77.380±0.070 I -67.100±0.310 Cs -84.113±0.017 La -82.983±0.025 139 138
132 113 126 142 Nd -82.060±0.040 Eu -62.340±0.750
Sn -76.610±0.080 I -71.120±0.050 Cs -84.347±0.024 La -80.027±0.007 140 139
133 114 127 143 Nd -84.471±0.020 Eu -65.630±0.400
Sn -71.190±0.220 I -72.760±0.280 Cs -86.243±0.012 La -78.200±0.017 141 140
134 115 128 144 Nd -84.203±0.004 Eu -66.980±0.400
Sn -67.230±0.410 I -76.400±0.200 Cs -85.928±0.006 La -74.940±0.060 142 141
116 129 145 Nd -85.960±0.003 Eu -69.980±0.040
104 I -77.550±0.140 Cs -87.506±0.005 La -73.020±0.070 143 142
Sb -59.380±0.630 117 130 146 Nd -84.012±0.003 Eu -71.590±0.100
105 I -80.600±0.370 Cs -86.853±0.008 La -69.200±0.070 144 143
Sb -63.930±0.580 118 131 147 Nd -83.758±0.003 Eu -74.380±0.030
106 I -81.050±0.200 Cs -88.076±0.006 La -67.250±0.080 145 144
Sb -66.520±0.500 119 132 148 Nd -81.442±0.003 Eu -75.646±0.022
107 I -83.780±0.100 Cs -87.171±0.005 La -63.810±0.150 146 145
Sb -70.770±0.400 120 133 149 Nd -80.935±0.003 Eu -78.000±0.005
108 I -83.771±0.024 Cs -88.086±0.005 La -61.290±0.500 147 146
Sb -72.510±0.300 Nd -78.156±0.003 Eu -77.125±0.008
iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii
Isotope Mass Excess
iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii Isotope Mass Excess
iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii Isotope Mass Excess
iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii Isotope Mass Excess
iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii Isotope Mass Excess
iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii Isotope Mass Excess
iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii
147 146 170 160 178 163
Eu -77.555±0.004 Dy -62.860±0.250 Er -60.117±0.003 Lu -50.460±0.280 Ta -50.530±0.100 Os -16.620±0.680
148 147 171 161 179 164
Eu -76.239±0.018 Dy -64.330±0.110 Er -57.727±0.003 Lu -52.600±0.220 Ta -50.365±0.006 Os -20.780±0.500
149 148 172 162 180 165
Eu -76.455±0.005 Dy -68.000±0.060 Er -56.491±0.005 Lu -52.860±0.230 Ta -48.939±0.003 Os -21.870±0.460
150 149 173 163 181 166
Eu -74.800±0.007 Dy -67.900±0.200 Er -53.660±0.200 Lu -54.770±0.220 Ta -48.444±0.003 Os -25.740±0.200
151 150 164 182 167
Eu -74.663±0.003 Dy -69.324±0.012 147 Lu -54.740±0.140 Ta -46.436±0.003 Os -26.710±0.310
152 151 Tm -36.710±0.840 165 183 168
Eu -72.899±0.003 Dy -68.764±0.005 148 Lu -56.260±0.080 Ta -45.299±0.003 Os -30.130±0.060
153 152 Tm -39.880±0.860 166 184 169
Eu -73.378±0.003 Dy -70.127±0.006 149 Lu -56.110±0.160 Ta -42.844±0.026 Os -30.880±0.220
154 153 Tm -44.510±0.730 167 185 170
Eu -71.748±0.003 Dy -69.152±0.005 150 Lu -57.470±0.100 Ta -41.402±0.014 Os -33.933±0.018
155 154 Tm -47.010±0.620 168 186 171
Eu -71.829±0.003 Dy -70.399±0.009 151 Lu -57.090±0.060 Ta -38.620±0.060 Os -34.550±0.300
156 155 Tm -51.220±0.400 169 172
Eu -70.096±0.007 Dy -69.166±0.012 152 Lu -58.078±0.005 158 Os -37.190±0.200
157 156 Tm -51.850±0.400 170 W -24.380±0.730 173
Eu -69.472±0.006 Dy -70.536±0.007 153 Lu -57.311±0.019 159 Os -37.460±0.310
158 157 Tm -54.240±0.210 171 W -25.720±0.670 174
Eu -67.220±0.080 Dy -69.434±0.007 154 Lu -57.834±0.004 160 Os -39.950±0.250
159 158 Tm -54.700±0.160 172 W -29.690±0.500 175
Eu -66.058±0.009 Dy -70.418±0.004 155 Lu -56.741±0.004 161 Os -39.920±0.290
160 159 Tm -56.730±0.060 173 W -30.620±0.450 176
Eu -63.550±0.200 Dy -69.176±0.003 156 Lu -56.886±0.004 162 Os -42.080±0.240
161 160 Tm -56.980±0.070 174 W -34.300±0.200 177
Eu -61.770±0.400 Dy -69.682±0.003 157 Lu -55.575±0.004 163 Os -41.870±0.300
162 161 Tm -58.890±0.210 175 W -35.110±0.310 178
Eu -59.080±0.600 Dy -68.064±0.003 158 Lu -55.171±0.002 164 Os -43.540±0.210
162 Tm -58.900±0.200 176 W -38.380±0.060 179
138 Dy -68.189±0.003 159 Lu -53.394±0.002 165 Os -42.970±0.240
Gd -56.640±0.920 163 Tm -60.670±0.200 177 W -39.030±0.220 180
139 Dy -66.389±0.003 160 Lu -52.394±0.002 166 Os -44.380±0.180
Gd -58.470±0.710 164 Tm -60.460±0.300 178 W -41.898±0.018 181
140 Dy -65.976±0.003 161 Lu -50.338±0.024 167 Os -43.530±0.250
Gd -62.480±0.670 165 Tm -62.100±0.200 179 W -42.350±0.300 182
141 Dy -63.621±0.003 162 Lu -49.110±0.040 168 Os -44.542±0.025
Gd -63.540±0.400 166 Tm -61.550±0.040 180 W -44.840±0.200 183
142 Dy -62.593±0.003 163 Lu -46.690±0.070 169 Os -43.510±0.100
Gd -67.390±0.400 167 Tm -62.738±0.006 W -44.940±0.310 184
143 Dy -59.940±0.060 164 154 170 Os -44.259±0.003
Gd -68.470±0.300 168 Tm -61.990±0.020 Hf -33.420±0.730 W -47.240±0.250 185
144 Dy -58.500±0.400 165 155 171 Os -42.813±0.003
Gd -71.950±0.300 Tm -62.938±0.004 Hf -34.600±0.670 W -47.080±0.280 186
145 144 166 156 172 Os -43.003±0.003
Gd -72.950±0.040 Ho -45.650±0.900 Tm -61.894±0.012 Hf -38.180±0.500 W -48.970±0.270 187
146 145 167 157 173 Os -41.224±0.003
Gd -76.099±0.011 Ho -50.000±0.760 Tm -62.550±0.004 Hf -38.960±0.450 W -48.690±0.220 188
147 146 168 158 174 Os -41.142±0.003
Gd -75.367±0.004 Ho -52.160±0.720 Tm -61.319±0.004 Hf -42.400±0.200 W -50.150±0.300 189
148 147 169 159 175 Os -38.993±0.003
Gd -76.278±0.004 Ho -56.280±0.600 Tm -61.280±0.003 Hf -43.050±0.300 W -49.590±0.200 190
149 148 170 160 176 Os -38.714±0.003
Gd -75.135±0.005 Ho -58.380±0.300 Tm -59.802±0.003 Hf -46.080±0.060 W -50.680±0.200 191
150 149 171 161 177 Os -36.401±0.003
Gd -75.771±0.007 Ho -61.910±0.210 Tm -59.217±0.003 Hf -46.480±0.210 W -49.730±0.300 192
151 150 172 162 178 Os -35.892±0.004
Gd -74.199±0.004 Ho -62.210±0.160 Tm -57.382±0.006 Hf -49.178±0.017 W -50.440±0.100 193
152 151 173 163 179 Os -33.405±0.004
Gd -74.718±0.003 Ho -63.720±0.060 Tm -56.265±0.005 Hf -49.380±0.360 W -49.306±0.016 194
153 152 174 164 180 Os -32.442±0.004
Gd -72.893±0.003 Ho -63.750±0.060 Tm -53.870±0.040 Hf -51.790±0.230 W -49.647±0.005 195
154 153 175 165 181 Os -29.700±0.500
Gd -73.717±0.003 Ho -65.023±0.007 Tm -52.300±0.050 Hf -51.670±0.370 W -48.256±0.005 196
155 154 176 166 182 Os -28.300±0.040
Gd -72.081±0.003 Ho -64.647±0.009 Tm -49.700±0.200 Hf -53.790±0.300 W -48.250±0.003
156 155 167 183 166
Gd -72.546±0.003 Ho -66.064±0.023 149 Hf -53.470±0.220 W -46.369±0.003 Ir -13.540±0.530
157 156 Yb -33.910±0.950 168 184 167
Gd -70.834±0.003 Ho -65.600±0.280 150 Hf -55.290±0.120 W -45.709±0.003 Ir -17.360±0.420
158 157 Yb -39.320±0.730 169 185 168
Gd -70.701±0.003 Ho -66.890±0.050 151 Hf -54.810±0.080 W -43.393±0.003 Ir -18.670±0.420
159 158 Yb -41.960±0.670 170 186 169
Gd -68.572±0.003 Ho -66.200±0.030 152 Hf -56.210±0.200 W -42.515±0.003 Ir -22.210±0.230
160 159 Yb -46.640±0.500 171 187 170
Gd -67.953±0.003 Ho -67.338±0.004 153 Hf -55.430±0.200 W -39.910±0.003 Ir -23.530±0.190
161 160 Yb -47.270±0.450 172 188 171
Gd -65.517±0.003 Ho -66.391±0.011 154 Hf -56.390±0.050 W -38.673±0.004 Ir -26.420±0.110
162 161 Yb -50.220±0.200 173 189 172
Gd -64.240±0.110 Ho -67.207±0.004 155 Hf -55.290±0.100 W -35.480±0.200 Ir -27.490±0.440
163 162 Yb -50.700±0.300 174 190 173
Gd -61.590±0.400 Ho -66.050±0.005 156 Hf -55.851±0.003 W -34.310±0.160 Ir -30.230±0.320
164 163 Yb -53.410±0.060 175 174
Gd -59.280±0.600 Ho -66.386±0.003 157 Hf -54.488±0.003 161 Ir -31.010±0.680
164 Yb -53.630±0.210 176 Re -21.170±0.640 175
140 Ho -64.990±0.003 158 Hf -54.582±0.003 162 Ir -33.490±0.570
Tb -51.780±0.900 165 Yb -56.022±0.016 177 Re -22.670±0.530 176
141 Ho -64.907±0.003 159 Hf -52.892±0.002 163 Ir -34.000±0.370
Tb -55.580±0.700 166 Yb -55.900±0.210 178 Re -26.330±0.410 177
142 Ho -63.079±0.003 160 Hf -52.446±0.002 164 Ir -36.100±0.500
Tb -57.390±0.610 167 Yb -58.160±0.200 179 Re -27.510±0.410 178
143 Ho -62.291±0.006 161 Hf -50.475±0.002 165 Ir -36.350±0.290
Tb -60.970±0.400 168 Yb -57.900±0.200 180 Re -30.910±0.220 179
144 Ho -60.260±0.100 162 Hf -49.791±0.002 166 Ir -38.050±0.440
Tb -62.750±0.400 169 Yb -59.850±0.200 181 Re -32.130±0.180 180
145 Ho -58.805±0.020 163 Hf -47.416±0.002 167 Ir -37.840±0.300
Tb -66.200±0.300 170 Yb -59.370±0.100 182 Re -34.910±0.100 181
146 Ho -56.250±0.050 164 Hf -46.062±0.007 168 Ir -39.360±0.320
Tb -67.860±0.150 Yb -60.990±0.100 183 Re -35.880±0.440 182
147 146 165 Hf -43.290±0.030 169 Ir -38.950±0.230
Tb -70.880±0.060 Er -45.060±0.840 Yb -60.175±0.020 184 Re -38.600±0.320 183
148 147 166 Hf -41.500±0.040 170 Ir -40.110±0.200
Tb -70.680±0.050 Er -47.330±0.710 Yb -61.589±0.008 Re -39.040±0.680 184
149 148 167 156 171 Ir -39.540±0.250
Tb -71.499±0.005 Er -52.000±0.600 Yb -60.596±0.005 Ta -26.230±0.900 Re -41.440±0.570 185
150 149 168 157 172 Ir -40.210±0.200
Tb -71.113±0.009 Er -54.950±0.900 Yb -61.575±0.004 Ta -30.030±0.640 Re -41.660±0.370 186
151 150 169 158 173 Ir -39.172±0.020
Tb -71.633±0.005 Er -58.120±0.200 Yb -60.371±0.004 Ta -31.370±0.530 Re -43.650±0.500 187
152 151 170 159 174 Ir -39.720±0.100
Tb -70.770±0.070 Er -58.460±0.300 Yb -60.770±0.003 Ta -34.820±0.410 Re -43.670±0.350 188
153 152 171 160 175 Ir -38.333±0.007
Tb -71.322±0.005 Er -60.640±0.060 Yb -59.314±0.003 Ta -35.850±0.410 Re -45.280±0.480 189
154 153 172 161 176 Ir -38.462±0.013
Tb -70.150±0.050 Er -60.670±0.200 Yb -59.262±0.003 Ta -38.980±0.220 Re -44.980±0.280 190
155 154 173 162 177 Ir -36.710±0.200
Tb -71.261±0.012 Er -62.622±0.012 Yb -57.558±0.003 Ta -40.060±0.170 Re -46.330±0.200 191
156 155 174 163 178 Ir -36.715±0.004
Tb -70.102±0.005 Er -62.220±0.050 Yb -56.951±0.003 Ta -42.600±0.090 Re -45.780±0.210 192
157 156 175 164 179 Ir -34.843±0.004
Tb -70.772±0.003 Er -64.100±0.200 Yb -54.702±0.003 Ta -43.320±0.440 Re -46.620±0.050 193
158 157 176 165 180 Ir -34.544±0.004
Tb -69.480±0.003 Er -63.420±0.090 Yb -53.501±0.003 Ta -45.850±0.220 Re -45.840±0.030 194
159 158 177 166 181 Ir -32.539±0.004
Tb -69.542±0.003 Er -65.300±0.100 Yb -50.996±0.003 Ta -46.310±0.340 Re -46.460±0.100 195
160 159 178 167 182 Ir -31.700±0.004
Tb -67.846±0.003 Er -64.570±0.005 Yb -49.705±0.010 Ta -48.470±0.320 Re -45.450±0.100 196
161 160 168 183 Ir -29.460±0.040
Tb -67.471±0.003 Er -66.063±0.028 150 Ta -48.590±0.310 Re -45.813±0.009 197
162 161 Lu -25.350±0.950 169 184 Ir -28.292±0.021
Tb -65.680±0.040 Er -65.203±0.010 151 Ta -50.380±0.200 Re -44.220±0.005 198
163 162 Lu -31.000±0.740 170 185 Ir -25.830±0.200
Tb -64.700±0.040 Er -66.346±0.004 152 Ta -50.210±0.200 Re -43.826±0.003
164 163 Lu -34.050±0.720 171 186 168
Tb -62.090±0.100 Er -65.177±0.006 153 Ta -51.730±0.200 Re -41.933±0.003 Pt -11.370±0.500
165 164 Lu -38.840±0.640 172 187 169
Tb -60.610±0.300 Er -65.952±0.004 154 Ta -51.470±0.190 Re -41.222±0.003 Pt -12.610±0.460
166 165 Lu -40.000±0.530 173 188 170
Tb -57.980±0.500 Er -64.530±0.004 155 Ta -52.490±0.220 Re -39.022±0.003 Pt -16.610±0.200
166 Lu -42.990±0.410 174 189 171
142 Er -64.933±0.003 156 Ta -51.850±0.100 Re -37.985±0.010 Pt -17.680±0.310
Dy -50.990±0.900 167 Lu -43.830±0.410 175 190 172
143 Er -63.298±0.003 157 Ta -52.490±0.100 Re -35.580±0.150 Pt -21.240±0.060
Dy -52.870±0.760 168 Lu -46.690±0.220 176 191 173
144 Er -62.998±0.003 158 Ta -51.470±0.100 Re -34.360±0.011 Pt -22.110±0.230
Dy -57.150±0.670 169 Lu -47.490±0.170 177 192 174
145 Er -60.930±0.003 159 Ta -51.726±0.004 Re -31.790±0.200 Pt -25.324±0.019
Dy -58.750±0.500 Lu -49.770±0.080
iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii
Isotope Mass Excess
iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii Isotope Mass Excess
iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii Isotope Mass Excess
iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii Isotope Mass Excess
iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii Isotope Mass Excess
iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii Isotope Mass Excess
iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii
175 190 206 201 205 215
Pt -25.950±0.300 Hg -31.410±0.150 Pb -23.809±0.004 At -10.740±0.170 Ra 5.760±0.240 Pa 17.680±0.120
176 191 207 202 206 216
Pt -28.880±0.200 Hg -30.690±0.090 Pb -22.476±0.004 At -10.770±0.150 Ra 3.520±0.150 Pa 17.680±0.100
177 192 208 203 207 217
Pt -29.390±0.310 Hg -32.060±0.100 Pb -21.772±0.004 At -12.290±0.100 Ra 3.470±0.170 Pa 17.020±0.090
178 193 209 204 208 218
Pt -31.950±0.250 Hg -31.090±0.100 Pb -17.638±0.004 At -11.900±0.070 Ra 1.660±0.140 Pa 18.600±0.090
179 194 210 205 209 219
Pt -32.200±0.290 Hg -32.255±0.023 Pb -14.752±0.004 At -13.030±0.050 Ra 1.810±0.170 Pa 18.500±0.210
180 195 211 206 210 220
Pt -34.400±0.240 Hg -31.070±0.050 Pb -10.494±0.003 At -12.490±0.060 Ra 0.420±0.100 Pa 20.190±0.200
181 196 212 207 211 221
Pt -34.310±0.300 Hg -31.852±0.005 Pb -7.571±0.004 At -13.290±0.040 Ra 0.800±0.070 Pa 20.310±0.200
182 197 213 208 212 222
Pt -36.170±0.210 Hg -30.566±0.005 Pb -3.240±0.100 At -12.560±0.040 Ra -0.230±0.100 Pa 21.940±0.070
183 198 214 209 213 223
Pt -35.700±0.240 Hg -30.979±0.004 Pb -0.188±0.002 At -12.902±0.008 Ra 0.311±0.030 Pa 22.310±0.070
184 199 210 214 224
Pt -37.360±0.180 Hg -29.572±0.004 186 At -11.995±0.009 Ra 0.075±0.011 Pa 23.780±0.070
185 200 Bi -3.380±0.580 211 215 225
Pt -36.510±0.200 Hg -29.529±0.004 187 At -11.674±0.005 Ra 2.509±0.008 Pa 24.310±0.060
186 201 Bi -6.100±0.530 212 216 226
Pt -37.790±0.030 Hg -27.688±0.004 188 At -8.640±0.005 Ra 3.269±0.009 Pa 26.015±0.012
187 202 Bi -7.330±0.460 213 217 227
Pt -36.820±0.200 Hg -27.370±0.004 189 At -6.603±0.013 Ra 5.864±0.010 Pa 26.824±0.010
188 203 Bi -9.800±0.460 214 218 228
Pt -37.827±0.006 Hg -25.292±0.004 190 At -3.403±0.006 Ra 6.627±0.012 Pa 28.856±0.006
189 204 Bi -10.690±0.280 215 219 229
Pt -36.491±0.011 Hg -24.716±0.004 191 At -1.269±0.007 Ra 9.363±0.012 Pa 29.887±0.009
190 205 Bi -12.990±0.430 216 220 230
Pt -37.331±0.006 Hg -22.312±0.006 192 At 2.231±0.005 Ra 10.250±0.011 Pa 32.168±0.004
191 206 Bi -13.520±0.230 217 221 231
Pt -35.701±0.006 Hg -20.969±0.020 193 At 4.383±0.008 Ra 12.938±0.007 Pa 33.422±0.002
192 207 Bi -15.720±0.350 218 222 232
Pt -36.303±0.004 Hg -16.270±0.150 194 At 8.090±0.013 Ra 14.303±0.006 Pa 35.924±0.009
193 Bi -16.040±0.210 219 223 233
Pt -34.487±0.004 179 195 At 10.520±0.080 Ra 17.232±0.002 Pa 37.485±0.002
194 Tl -8.020±0.150 Bi -17.930±0.310 220 224 234
Pt -34.787±0.004 180 196 At 14.290±0.100 Ra 18.804±0.004 Pa 40.334±0.005
195 Tl -9.300±0.530 Bi -17.970±0.700 225 235
Pt -32.821±0.004 181 197 198 Ra 21.988±0.003 Pa 42.330±0.050
196 Tl -12.350±0.440 Bi -19.640±0.170 Rn -1.240±0.210 226 236
Pt -32.671±0.004 182 198 199 Ra 23.662±0.002 Pa 45.340±0.200
197 Tl -13.500±0.610 Bi -19.540±0.150 Rn -1.560±0.220 227 237
Pt -30.446±0.004 183 199 200 Ra 27.172±0.002 Pa 47.640±0.100
198 Tl -16.210±0.530 Bi -20.920±0.100 Rn -4.040±0.180 228 238
Pt -29.932±0.005 184 200 201 Ra 28.936±0.004 Pa 50.910±0.300
199 Tl -17.030±0.460 Bi -20.400±0.080 Rn -4.160±0.220 229
Pt -27.432±0.019 185 201 202 Ra 32.660±0.110 226
200 Tl -19.490±0.460 Bi -21.470±0.050 Rn -6.320±0.150 230 U 27.170±0.030
Pt -26.627±0.021 186 202 203 Ra 34.660±0.360 227
201 Tl -20.080±0.290 Bi -20.800±0.060 Rn -6.230±0.160 U 28.970±0.110
Pt -23.750±0.050 187 203 204 209 228
Tl -22.200±0.430 Bi -21.580±0.040 Rn -8.040±0.140 Ac 8.890±0.170 U 29.209±0.016
173 188 204 205 210 229
Au -12.890±0.240 Tl -22.430±0.220 Bi -20.730±0.040 Rn -7.760±0.160 Ac 8.620±0.160 U 31.181±0.009
174 189 205 206 211 230
Au -14.330±0.190 Tl -24.450±0.350 Bi -21.084±0.008 Rn -9.160±0.100 Ac 7.080±0.110 U 31.600±0.006
175 190 206 207 212 231
Au -17.210±0.110 Tl -24.490±0.200 Bi -20.052±0.009 Rn -8.670±0.070 Ac 7.240±0.080 U 33.780±0.050
176 191 207 208 213 232
Au -18.520±0.440 Tl -26.190±0.310 Bi -20.079±0.004 Rn -9.690±0.100 Ac 6.100±0.070 U 34.587±0.004
177 192 208 209 214 233
Au -21.370±0.320 Tl -25.950±0.200 Bi -18.894±0.004 Rn -8.973±0.029 Ac 6.380±0.070 U 36.915±0.003
178 193 209 210 215 234
Au -22.530±0.680 Tl -27.450±0.200 Bi -18.282±0.004 Rn -9.623±0.011 Ac 5.970±0.060 U 38.141±0.002
179 194 210 211 216 235
Au -24.990±0.570 Tl -27.070±0.180 Bi -14.815±0.004 Rn -8.780±0.008 Ac 8.060±0.040 U 40.915±0.002
180 195 211 212 217 236
Au -25.750±0.460 Tl -28.270±0.140 Bi -11.873±0.006 Rn -8.682±0.005 Ac 8.685±0.013 U 42.441±0.002
181 196 212 213 218 237
Au -27.920±0.500 Tl -27.500±0.130 Bi -8.142±0.004 Rn -5.722±0.008 Ac 10.820±0.050 U 45.387±0.002
182 197 213 214 219 238
Au -28.390±0.290 Tl -28.400±0.050 Bi -5.244±0.008 Rn -4.343±0.010 Ac 11.540±0.050 U 47.305±0.002
183 198 214 215 220 239
Au -30.170±0.430 Tl -27.520±0.080 Bi -1.218±0.012 Rn -1.193±0.008 Ac 13.730±0.050 U 50.570±0.002
184 199 215 216 221 240
Au -30.130±0.310 Tl -28.140±0.100 Bi 1.710±0.090 Rn 0.231±0.008 Ac 14.500±0.050 U 52.711±0.005
185 200 216 217 222
Au -31.750±0.320 Tl -27.073±0.007 Bi 5.960±0.100 Rn 3.634±0.005 Ac 16.603±0.006 229
186 201 218 223 Np 33.740±0.080
Au -31.570±0.300 Tl -27.205±0.016 192 Rn 5.199±0.004 Ac 17.817±0.008 230
187 202 Po -8.030±0.240 219 224 Np 35.220±0.050
Au -32.900±0.210 Tl -26.006±0.015 193 Rn 8.828±0.003 Ac 20.204±0.005 231
188 203 Po -8.280±0.290 220 225 Np 35.620±0.050
Au -32.530±0.100 Tl -25.784±0.004 194 Rn 10.590±0.004 Ac 21.626±0.008 232
189 204 Po -11.010±0.210 221 226 Np 37.280±0.100
Au -33.640±0.200 Tl -24.369±0.004 195 Rn 14.420±0.100 Ac 24.303±0.004 233
190 205 Po -11.120±0.220 222 227 Np 38.010±0.110
Au -32.889±0.016 Tl -23.846±0.004 196 Rn 16.367±0.002 Ac 25.848±0.002 234
191 206 Po -13.500±0.180 228 Np 39.952±0.009
Au -33.870±0.050 Tl -22.278±0.004 197 201 Ac 28.890±0.004 235
192 207 Po -13.450±0.210 Fr 3.770±0.350 229 Np 41.039±0.002
Au -32.787±0.016 Tl -21.049±0.006 198 202 Ac 30.900±0.110 236
193 208 Po -15.510±0.150 Fr 3.100±0.210 230 Np 43.370±0.050
Au -33.430±0.100 Tl -16.774±0.004 199 203 Ac 33.760±0.200 237
194 209 Po -15.280±0.160 Fr 0.970±0.320 231 Np 44.868±0.002
Au -32.295±0.012 Tl -13.652±0.010 200 204 Ac 35.910±0.100 238
195 210 Po -17.010±0.140 Fr 0.650±0.690 232 Np 47.451±0.002
Au -32.594±0.004 Tl -9.262±0.012 201 205 Ac 39.240±0.200 239
196 Po -16.570±0.150 Fr -1.270±0.170 Np 49.306±0.002
Au -31.166±0.005 182 202 206 212 240
197 Pb -6.874±0.028 Po -17.970±0.100 Fr -1.420±0.150 Th 12.040±0.140 Np 52.321±0.014
Au -31.165±0.004 183 203 207 213 241
198 Pb -7.720±0.310 Po -17.350±0.070 Fr -2.960±0.100 Th 12.080±0.170 Np 54.260±0.070
Au -29.606±0.004 184 204 208 214 242
199 Pb -11.000±0.200 Po -18.370±0.100 Fr -2.710±0.070 Th 10.670±0.100 Np 57.410±0.200
Au -29.119±0.004 185 205 209 215 243
200 Pb -11.580±0.310 Po -17.555±0.030 Fr -3.830±0.050 Th 10.890±0.070 Np 59.922±0.011
Au -27.280±0.050 186 206 210 216
201 Pb -14.630±0.250 Po -18.205±0.010 Fr -3.400±0.050 Th 10.270±0.100 231
Au -26.413±0.015 187 207 211 217 Pu 38.390±0.150
202 Pb -14.920±0.290 Po -17.169±0.007 Fr -4.200±0.040 Th 12.160±0.030 232
Au -24.420±0.170 188 208 212 218 Pu 38.349±0.019
203 Pb -17.780±0.240 Po -17.492±0.004 Fr -3.600±0.040 Th 12.348±0.014 233
Au -23.153±0.016 189 209 213 219 Pu 40.020±0.050
204 Pb -17.820±0.300 Po -16.390±0.004 Fr -3.572±0.009 Th 14.450±0.050 234
Au -20.720±0.200 190 210 214 220 Pu 40.335±0.008
Pb -20.420±0.210 Po -15.977±0.004 Fr -0.983±0.010 Th 14.647±0.022 235
175 191 211 215 221 Pu 42.160±0.050
Hg -8.210±0.310 Pb -20.300±0.220 Po -12.457±0.004 Fr 0.292±0.008 Th 16.917±0.011 236
176 192 212 216 222 Pu 42.879±0.004
Hg -11.890±0.060 Pb -22.580±0.180 Po -10.394±0.004 Fr 2.960±0.013 Th 17.182±0.013 237
177 193 213 217 223 Pu 45.090±0.006
Hg -12.950±0.230 Pb -22.280±0.210 Po -6.676±0.005 Fr 4.293±0.015 Th 19.357±0.028 238
178 194 214 218 224 Pu 46.160±0.002
Hg -16.321±0.019 Pb -24.250±0.150 Po -4.493±0.004 Fr 7.036±0.006 Th 19.980±0.013 239
179 195 215 219 225 Pu 48.584±0.002
Hg -17.090±0.300 Pb -23.780±0.160 Po -0.542±0.003 Fr 8.609±0.008 Th 22.283±0.009 240
180 196 216 220 226 Pu 50.122±0.002
Hg -20.200±0.200 Pb -25.420±0.140 Po 1.760±0.004 Fr 11.456±0.005 Th 23.183±0.006 241
181 197 217 221 227 Pu 52.952±0.002
Hg -20.680±0.310 Pb -24.800±0.150 Po 5.840±0.100 Fr 13.266±0.008 Th 25.803±0.002 242
182 198 218 222 228 Pu 54.713±0.002
Hg -23.530±0.250 Pb -26.100±0.100 Po 8.351±0.002 Fr 16.380±0.040 Th 26.749±0.004 243
183 199 223 229 Pu 57.751±0.003
Hg -23.740±0.290 Pb -25.270±0.070 194 Fr 18.381±0.003 Th 29.581±0.003 244
184 200 At -0.760±0.350 224 230 Pu 59.802±0.005
Hg -26.310±0.240 Pb -26.280±0.100 195 Fr 21.620±0.050 Th 30.858±0.002 245
185 201 At -3.170±0.480 225 231 Pu 63.175±0.014
Hg -26.110±0.300 Pb -25.300±0.030 196 Fr 23.840±0.090 Th 33.812±0.002 246
186 202 At -3.890±0.240 226 232 Pu 65.391±0.015
Hg -28.540±0.210 Pb -25.957±0.010 197 Fr 27.210±0.140 Th 35.444±0.002
187 203 At -6.190±0.340 227 233 233
Hg -28.130±0.230 Pb -24.810±0.007 198 Fr 29.590±0.090 Th 38.729±0.002 Am 43.270±0.220
188 204 At -6.720±0.210 228 234 234
Hg -30.230±0.180 Pb -25.132±0.004 199 Fr 33.140±0.200 Th 40.607±0.004 Am 44.340±0.210
189 205 At -8.730±0.310 235 235
Hg -29.690±0.200 Pb -23.793±0.004 200 204 Th 44.250±0.050 Am 44.640±0.210
At -8.940±0.690 Ra 5.990±0.270
iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii
Isotope Mass Excess
iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii Isotope Mass Excess
iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii Isotope Mass Excess
iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii
236 252 264
Am 46.010±0.140 Es 77.290±0.050 Hs 119.710±0.800
237 253 265
Am 46.640±0.150 Es 79.007±0.002 Hs 121.080±0.260
238 254
Am 48.420±0.050 Es 81.994±0.006 266
239 255 Mt 128.350±0.360
Am 49.385±0.003 Es 84.083±0.011
240 256
Am 51.498±0.013 Es 87.160±0.220
241
Am 52.931±0.002 243
242 Fm 69.360±0.260
Am 55.463±0.002 244
243 Fm 69.040±0.280
Am 57.169±0.002 245
244 Fm 70.040±0.280
Am 59.877±0.002 246
245 Fm 70.120±0.040
Am 61.891±0.002 247
246 Fm 71.530±0.150
Am 64.990±0.018 248
247 Fm 71.888±0.014
Am 67.230±0.100 249
248 Fm 73.510±0.100
Am 70.590±0.200 250
Fm 74.060±0.021
235 251
Cm 48.020±0.250 Fm 75.978±0.009
236 252
Cm 47.870±0.200 Fm 76.814±0.005
237 253
Cm 49.150±0.210 Fm 79.339±0.005
238 254
Cm 49.380±0.040 Fm 80.900±0.004
239 255
Cm 51.090±0.100 Fm 83.788±0.005
240 256
Cm 51.702±0.005 Fm 85.482±0.007
241 257
Cm 53.700±0.006 Fm 88.585±0.007
242
Cm 54.800±0.002 247
243 Md 76.060±0.360
Cm 57.177±0.002 248
244 Md 77.100±0.210
Cm 58.449±0.002 249
245 Md 77.270±0.290
Cm 60.998±0.002 250
246 Md 78.580±0.300
Cm 62.614±0.003 251
247 Md 79.050±0.200
Cm 65.528±0.004 252
248 Md 80.620±0.210
Cm 67.388±0.005 253
249 Md 81.240±0.210
Cm 70.746±0.005 254
250 Md 83.490±0.140
Cm 72.985±0.011 255
251 Md 84.835±0.007
Cm 76.642±0.023 256
Md 87.550±0.050
237 257
Bk 53.190±0.290 Md 89.010±0.200
238 258
Bk 54.070±0.290 Md 91.840±0.300
239
Bk 54.270±0.290 251
240 No 82.760±0.150
Bk 55.600±0.100 252
241 No 82.857±0.018
Bk 56.100±0.200 253
242 No 84.330±0.230
Bk 57.800±0.200 254
243 No 84.711±0.024
Bk 58.683±0.005 255
244 No 86.848±0.013
Bk 60.700±0.050 256
245 No 87.793±0.017
Bk 61.809±0.002 257
246 No 90.220±0.030
Bk 64.110±0.100 258
247 No 91.430±0.200
Bk 65.484±0.006 259
248 No 94.018±0.011
Bk 68.107±0.020
249 253
Bk 69.842±0.002 Lr 88.630±0.290
250 254
Bk 72.951±0.006 Lr 89.750±0.340
251 255
Bk 75.222±0.011 Lr 90.080±0.230
252 256
Bk 78.530±0.200 Lr 91.930±0.230
257
239 Lr 92.670±0.210
Cf 58.250±0.250 258
240 Lr 94.750±0.140
Cf 58.020±0.200 259
241 Lr 95.840±0.050
Cf 59.180±0.260 260
242 Lr 98.130±0.070
Cf 59.320±0.040
243 255
Cf 60.910±0.140 Rf 94.290±0.220
244 256
Cf 61.460±0.005 Rf 94.234±0.029
245 257
Cf 63.380±0.006 Rf 95.900±0.230
246 258
Cf 64.087±0.002 Rf 96.340±0.200
247 259
Cf 66.130±0.008 Rf 98.280±0.040
248 260
Cf 67.237±0.004 Rf 99.020±0.200
249 261
Cf 69.717±0.002 Rf 101.150±0.110
250
Cf 71.167±0.003 257
251 Ha 100.360±0.290
Cf 74.129±0.005 258
252 Ha 101.620±0.340
Cf 76.030±0.005 259
253 Ha 102.110±0.300
Cf 79.296±0.007 260
254 Ha 103.620±0.240
Cf 81.338±0.012 261
Ha 104.170±0.220
241 262
Es 63.830±0.330 Ha 105.970±0.150
242
Es 64.620±0.310 259
243 Sg 106.590±0.240
Es 64.710±0.290 260
244 Sg 106.580±0.040
Es 65.970±0.140 261
245 Sg 108.140±0.250
Es 66.380±0.200 262
246 Sg 108.460±0.360
Es 67.940±0.230 263
247 Sg 110.090±0.060
Es 68.550±0.040
248 261
Es 70.290±0.060 Ns 113.330±0.360
249 262
Es 71.110±0.050 Ns 114.650±0.350
250 263
Es 73.270±0.100 Ns 114.830±0.590
251 264
Es 74.506±0.006 Ns 116.150±0.550
IRM1 Chapitre1 : Rayonnements ionisants

- Les rayonnements ionisants

Ce chapitre, est consacré à la définition des rayonnements ionisants, la description des


différentes sources de rayonnements ionisants, puis des interactions principales de ces
rayonnements avec la matière.

1. Définition et classement

Un rayonnement ionisant représente un flux de particules dont l’énergie est supérieure à


l’énergie d’ionisation des constituants de la matière pouvant ainsi conduire à son
ionisation partielle (ionisation atomique, brisure de liaison moléculaire).
Au niveau d’une configuration électronique des
atomes et molécules dans un état fondamental, E
tous les électrons se trouvent dans des états liés Etats
(modèle des électrons indépendants). Tous les diffusion
(continuum)
états liés dans la limite de la mécanique
quantique sont discrets (pour un nombre fini E=0
d’électrons). On définit le niveau d’ionisation Etats liés
EI
comme le niveau d’énergie correspondant à un vides
électron infiniment éloigné du système et
d’énergie cinétique nulle (E=0). Un état lié est Etats liés
confiné dans un volume fini de l’espace. On occupés
définit l’énergie d’ionisation EI comme étant
l’énergie minimale pour porter un électron de Figure 1.1 :Diagramme énergétique
pour l’ionisation
son état lié au niveau d’ionisation. Cette énergie
correspond donc au à l’ionisation de l’électron le moins lié.
A l’inverse un état de diffusion correspond à une situation où l’électron peut être
infiniment éloigné et d’énergie cinétique finie (positive) par rapport à la référence
précédente, l’énergie de l’électron est positive de plus cette énergie est continue.
L’ionisation d’un atome ou molécule correspond au passage d’un électron d’un état lié
(discret à un état de diffusion (continuum). Notons que, pour les solides, le nombre
d’électrons de valence ou conduction pouvant être considéré comme infini, les états liés
forment des bandes d’énergie et non des états discrets (bande de conduction pour les
métaux, bande de valence pour les semi-conducteurs et isolants).
Les particules ionisantes ont donc nécessairement des énergies supérieures à quelques
électrons volts.
Par le fait de briser des liaisons chimiques, ces rayonnements peuvent induire des
modifications dans les métabolismes biologiques des êtres vivants et s’avérer ainsi
dangereux pour la santé. Ces rayonnements peuvent également être utilisés pour détruire
à dessein des cellules nuisibles (radiothérapie).
En dehors des effets biologiques, les rayonnements ionisants peuvent avoir des effets
nocifs sur les propriétés optiques, mécaniques des matériaux.
Il existe différentes façons de classer les rayonnements ionisants.

Une première façon consiste en les séparer en rayonnements naturels et artificiels.


 Parmi les rayonnements naturels, il existe deux catégories :
 Le rayonnement cosmique, constitué de particules venant du cosmos notamment,
pour ce qui nous concerne, du soleil. Ces rayonnements sont en grande partie
absorbés par l’atmosphère terrestre.
 La radioactivité naturelle qui est due à des radio-isotopes de période comparable à
l’âge du système solaire (le milliard d’années) et qui continuent à émettre du
rayonnement. Il existe quatre séries radioactives de longue période qui constituent

15/01/2012 Master RAYONNEMENTS 1.1


IRM1 Chapitre1 : Rayonnements ionisants

des chaines (noyaux 235 U , 238 U , 232 Th et 237 Np ) parmi lesquelles, les noyaux
descendants sont également émetteurs de rayonnements ionisants (  et  ).
 Les rayonnements artificiels sont produits principalement à partir d’accélérateurs de
particules chargées ou de réacteurs nucléaires. Les radio-isotopes riches en neutrons sont
généralement produits dans des réacteurs nucléaires et ceux riches en protons auprès des
accélérateurs de particules (protons) .

Une autre façon consiste à les classer d’après les types d’interactions qu’elles peuvent
produire avec la matière. On les classe en particules chargées et particules neutres.
 Les particules chargées sont dites
également directement ionisantes
car l’ionisation de l’atome e- e-
(molécule) cible se produit grâce à protons
e-
l’interaction électromagnétique
entre projectile et les électrons et
Matière
noyaux cibles. Les particules
chargées sont également divisées
entre particules légères (masse m0 e-
électrons
de l’électron) tels que l’électron
e-
et le positon. Les particules
lourdes chargées ont des masses m
plus importantes (proton, alpha, Figure 1.2 : Parcours des particules chargées
dans la matière
autres noyaux)  m  m0  . La
différence fondamentale qui existe entre ces deux types de particules est que les
 
particules lourdes de haute vitesse T m  MeV u ont un trajet pratiquement
rectiligne dans la matière avant d’avoir épuisé leur énergie principalement par
ionisation. Les particules légères ont une trajectoire erratique à cause des
diffusions multiples (voir figure 1.2).
 Les particules neutres produisent l’ionisation de la cible par des processus
inélastiques entre particule et atome (molécule) qui libèrent un électron. Il existe
deux catégories essentiellement : les photons (de masse et charge nulles) et les
neutrons de masse voisine de celle du proton (ou de l’unité de masse atomique).
Les photons ionisants ont des dénominations différentes selon leur énergie (dizaine
d’eV=ultra-violet, keV-MeV =rayons X, keV-MeV=rayons  ). Notons cependant que la
distinction entre RX et  tient également à l’origine de leur création : processus
atomique de haute énergie pour les X et nucléaire pour les  . Les neutrons sont
appelés thermiques lorsque leur énergie cinétique Tn est voisine de l’énergie
thermique  Tn  kT  où k est la constante de Boltzmann et T la température
absolue ; épithermiques  Tn  keV  et rapides  Tn  MeV  . Ces particules sont
désignées comme étant indirectement ionisantes car lors de l’interaction avec la
matière, elles produisent des particules chargées qui ionisent la matière
(directement ionisantes).
 Pour les photons :
L’effet photoélectrique s’accompagne de l’émission d’un électron (ionisation).
L’effet Compton permet de communiquer de l’énergie à un électron du milieu.
La création de paire électron-positron mène à l’existence de deux particules
chargées.
 Pour les neutrons :
La diffusion élastique sur les noyaux cibles permet de communiquer une partie
de l’énergie du neutron à une particule chargée lourde.

15/01/2012 Master RAYONNEMENTS 1.2


IRM1 Chapitre1 : Rayonnements ionisants

L’interaction inélastique nucléaire mène à des réactions de types  n, p  ;  n,   ;


n, fission  ; dans tous ces cas les particules produites sont lourdes et chargées.
2. Les sources radioactives

Elles sont constituées de noyaux radioactifs de période variables naturels ou artificiels. Ces
sources sont également caractérisées par leur activité A (nombre de désintégrations/unité
de temps) exprimée en becquerels (Bq) ou en curies (Ci). Avec : 1Ci  3.7  1010 Bq .  
Un Bq correspond à une désintégration par seconde.
On pourra montrer que 1 Ci correspond à l’activité de 1g de 226 Ra .
L’activité des sources utilisées en travaux pratiques sont de l’ordre du Ci , en
radiothérapie elles atteignent quelques kCi (bombe au Cobalt).

2.1.Les sources 
Les noyaux riches en neutrons par rapport aux noyaux stables peuvent se désexciter en
émettant un électron ce processus transforme dans le noyau, un neutron en proton. Cette
transformation conserve le nombre de nucléons A dans le noyau est appelée transformation
isobarique.
Généralement, pour produire ce type de radioélément, on bombarde des noyaux stables à
l’aide d’un flux de neutrons.
L’émission du  s’accompagne toujours de l’émission d’un antineutrino  , particule non
chargée et de masse très faible (d’équivalent énergétique inférieur à l’eV). On note
symboliquement cette désintégration de la manière suivante :
A A 0  
Z X  Z 1Y  1  0  . X est le noyau émetteur  , Y est le descendant (stable ou
0

instable). Cette désintégration n’est possible que si la masse du noyau X est supérieure à
celle de Y. La conservation de l’énergie s’écrit :
m  Xc
A
Z
2
m  A
Z 1Y c 2
 TY  m0 c2  T  m c2  T ; (1.1)
Les symboles m représentent les masses nucléaires et T les énergies cinétiques. TY
(énergie de recul de Y) peut être négligé par le fait que la masse du noyau est très grande
devant celle du  et de  . De même, le terme m c2 peut être également négligé.
On peut passer aux masses atomiques (notées M) en ajoutant dans les deux membres de
l’équation 1.1 le terme Zm0 c2 et en négligeant les énergies de liaison atomiques.
M  Xc
A
Z
2
M  A
Z 1Y c 2
 T  T ;
Soit en utilisant les excès de masse atomiques (notés  ) ;
A A
Z c  Z 1c  T  T ; Cette équation indique clairement que les deux particules se
2 2

partagent l’énergie disponible par la désintégration provenant de la différence des masse


(ou de différence d’excès de masse pour des isobares). On note cette différence :
Q    A
Z  A
Z 1 c 2
 T  T  T max (1.2)

15/01/2012 Master RAYONNEMENTS 1.3


IRM1 Chapitre1 : Rayonnements ionisants

On établit souvent un diagramme


énergétique de cette désintégration à
partir de l’équation de conservation de 0+ 5730y 0
l’énergie 14
6C
On note en ordonnée l’équivalent 
énergétique des masses, et on porte sur les Q  =156.4
positions des niveaux nucléaires la période 1+ 0
et le moment cinétique-parité de l’état. 14 (stable)
Sur la figure 1.3 est donné le schéma de 7N

désintégration  du 146 C . Pour le noyau 14


Figure 1.2 : Schéma de désintégration du 6C
12
6C ; le moment cinétique parité du
niveau est J  0 , la période est de 5730 ans et le zéro sur la droite indique que ce noyau
est dans l’état fondamental. Pour le noyau 147 N ; le moment cinétique parité du niveau
est J  1 , le zéro sur la droite indique que ce noyau est formé dans l’état fondamental. Il
est stable. Le Q  est exprimé en keV.
Il convient de noter que le  aura un 0+ 28.78y 0
spectre énergétique compris entre zéro et 90  64.10h
T max  Q  38 Sr
2- 0
Il arrive que le noyau descendant ne soit Q  =546.2 90 
39Y
pas stable et qu’il soit également (stable)
Q  =2282.0 0+
 90 0
émetteur  ; c’est le cas du noyau Sr .
90
90 40 Zr
Celui se transforme en 39Y à l’état
Figure 1.3 : Schéma de désintégration du 90
38 Sr
fondamental par émission  . Ce noyau est
90
également instable et se transforme principalement en 40 Zr à l’état fondamental par
émission  . Au bout de quelques jours après la fabrication de la source, l’activité du
90 90
Sr et du 39Y seront les mêmes avec des spectres énergétiques différents.

2.2.Les sources 

Lorsque la décroissance d’un émetteur


 conduit à la formation d’un noyau
7  30.07y 0
dans un état excité, celui-ci peut 2

émettre à son tour un photon pour 137  94.4% 11
55 Cs 2 661.6
retourner à son état fondamental ou un
état de plus faible énergie. Q  =1175.63
3  0
Sur la figure 1.4 le schéma de 5.6%
2
137
désintégration du 55 Cs
est représenté. 137 (stable)
56 Ba
Les rapports d’embranchement donnent
les probabilités de trouver le noyau Figure 1.4 : Schéma de désintégration du 137 Cs
55
descendant dans l’état fondamental ou
dans l’état excité à Ex  661.6 keV . Le retour à l’état fondamental s’opère principalement
par émission d’un photon d’énergie E   661.6 keV . On observe donc, lors de la

désintégration du 137
55 Cs , l’émission de deux groupes de  d’énergies maximales :

15/01/2012 Master RAYONNEMENTS 1.4


IRM1 Chapitre1 : Rayonnements ionisants

T max  1175.63 keV  5.6%  et 5+ 5.27y 0


T max  514.03 keV  94.4%  ainsi qu’un 99.9% 4+ 2505.8
photon d’énergie E  661.6 keV . 60   2 +
2158.6
27 Co
Un autre exemple d’émission combinée Q  =2839.9 2+ 1332.5
 60
 et  est donné par le 27 Co ; celui-ci
alimente principalement (99.9%) le
60
0+ 0
troisième état excité du 28 Ni après (stable)
60
28 Ni
l’émission du  . Ce noyau retourne à 60
Figure 1.5 : Schéma de désintégration du 27 Co
l’état fondamental par émission de deux
photons  en cascade d’énergies respectives E  1173 keV et 1332 keV .
Les sources de photons n’ayant pas une origine nucléaire seront traitées ultérieurement.

Remarque :
Lors de l’émission d’un photon  le noyau
émetteur recule (conservation de la quantité A *
de mouvement totale). ZX A
ZX
Les équations de conservation de l’énergie Pp
totale et de la quantité de mouvement totale
PR
s’écrivent :

 Z   X Z  
m A X c2  E  m A X c2  T  h
R
 h
PR  Pp 
 c
PR et Pp sont respectivement les quantités de mouvement du noyau de recul et du photon
émis. En outre, l’émission de photon ne dépasse guère quelques MeV, ce qui est une
énergie faible devant la masse au repos du noyau de recul. Son mouvement sera non
relativiste. On a :
2
P2  h 
TR  R  ; du raisonnement précédent on déduit que :
2m 2mc2
2
 EX 
TR  h;  h  E X   h   E X  TR 
2mc2
Pour des photons de quelques MeV, et des masses m de quelques uma, TR est de l’ordre de
quelques fractions de keV. Cette énergie de recul est donc souvent négligée.

2.3.Les sources à conversion interne


Lorsqu’un noyau est formé dans un état excité, il existe d’autres modes de désexcitation
que l’émission de photon (désexcitation radiative). En particulier, la désexcitation
radiative est très peu probable si la différence de moment cinétique entre les deux états
est importante. Ceci est le cas pour le 13557 Cs ; en effet la désexcitation radiative
 11   3   est en compétition avec la conversion interne. Ce phénomène consiste à
 2 2 

transférer l’énergie d’excitation Ex du noyau aux électrons atomiques. Ces électrons des
couches atomiques K, L ou M auront alors une énergie cinétique TK  Ex  EK ; TL  Ex  EL
et TM  Ex  EM . EK , EL et EM sont les énergies de liaison des couches K, L et M du noyau
descendant.
Dans le cas du 137
55 Ba ; les énergies de liaisons sont :

15/01/2012 Master RAYONNEMENTS 1.5


IRM1 Chapitre1 : Rayonnements ionisants

EK  37.44 keV, ELI =5.987 keV; ELII =5.623 keV; et ELIII =5.247 keV d’où :
TK  624 keV ; TL  656 keV .
Contrairement au spectre d’émission  , dont l’énergie des électrons est distribuée de
façon continue entre 0 et T max , le spectre des électrons de conversion est un spectre
discret c'est-à-dire constitués de groupes d’électrons monocinétiques.

2.4.Les sources  et capture électronique


Les noyaux riches en protons par rapport aux noyaux stables peuvent se désexciter en
émettant un positon  ce processus transforme dans le noyau, un proton en neutron.
Cette transformation conserve également le nombre de nucléons A dans le noyau
(transformation isobarique)
L’émission du  s’accompagne toujours de l’émission d’un neutrino  , particule non
chargée et de masse très faible (d’équivalent énergétique inférieur à l’eV). On note
symboliquement cette désintégration de la manière suivante :
A A 0 
Z X  Z 1Y  1  0  .
0

X est le noyau émetteur  , Y est le descendant (stable ou instable). Cette désintégration


n’est possible que si la masse du noyau X est supérieure à celle de Y. Cette désintégration
est toujours en compétition avec la capture électronique (E.C.). Celle-ci consiste en la
capture d’un électron atomique (souvent de la couche K) pour transformer un proton en
neutron.
A 0  A
Z X  1e  Z 1Y  0 
0

La conservation de l’énergie s’écrit :


m Xc
A
Z
2
m  A
Z 1Y c 2
 TY  m0 c2  T  m c2  T    (1.3)

m X  c
A
Z
2
 m0 c2  m  A
Z 1Y c 2
 TY  m c2  T E.C. (1.4)

Les symboles m représentent les masses nucléaires et T les énergies cinétiques. TY


(énergie de recul de Y) peut être négligé par le fait que la masse du noyau est très grande
devant celle du  et de  . De même, le terme m c2 peut être également négligé.
On peut passer aux masses atomiques (notées M) en ajoutant dans les deux membres de
l’équation 1.1 le terme Zm0 c2 et en négligeant les énergies de liaison atomiques.
M  Xc
A
Z
2
M  A
Z 1Y c 2
 2m0 c2  T  T   
M  Xc
A
Z
2
 M A
Z 1 Yc 2
 T E.C.
Soit en utilisant les excès de masse atomiques (notés  ) ;
A
Z c
2
 A
Z 1 c
2
 T  T  2m0 c2   
A
Z c
2
 A
Z 1c
2
 T E.C.
On note : Q EC   A
Z  A
Z 1  c 2
. Ces équations deviennent :

Q EC  T  T  2m0 c2  T max  2m0 c2    (1.5)

Q EC  T E.C. (1.6)

15/01/2012 Master RAYONNEMENTS 1.6


IRM1 Chapitre1 : Rayonnements ionisants

 Pour la désintégration   ; il


existe un seuil  2m c 
0
2
à la 3+ 2.60y 0
22
formation du positon, l’énergie EC (10.10%)
2m0c2 Na
disponible restante est 
 (89.84%)
partagées entre les deux 2+ 1275
particules  et  .  
  (0.06%)
 Pour la capture
électronique E.C. ; toute 0+ 0
l’énergie disponible est QEC=2824
22
emportée par le neutrino. Ne
Sur la figure 1.6 est représenté le Figure 1.6 : Schéma de désintégration du
22
11Na
diagramme énergétique de la
22 22
désintégration du 11Na qui se transforme en la capture électronique 10 Ne par capture
électronique, et émission de deux groupes de  et   et d’un photon  d’énergie
E  1275 keV .
Les particules  émises par les radioéléments ont des énergies cinétiques de zéro à
quelques centaines de keV. En interagissant avec la matière elles perdent leur énergie et
se ‘thermalisent’ (leur énergie de l’ordre de l’énergie d’agitation thermique). Elles se
recombinent avec un électron du milieu et produisent deux photons émis à 180° et
d’énergie E  511 keV . Ceux sont les  d’annihilation. Les sources d’émetteur  sont
également sources de photons d’énergie E   511 keV .
Notons pour terminer que l’électron capturé par le noyau lors de la capture électronique
est fréquemment un électron K, cette capture est donc suivie de l’émission d’un photon X
ou d’un électron Auger.

2.5.Les sources de particules 


Les noyaux lourds (en particulier les radioéléments des séries naturelles) émettent des
particules  noyau 42He  . Les sources  de période allant de quelques minutes à
quelques milliards d’années ont des énergies de l’ordre de 4 à 6 MeV.
Sur la figure 1.7, le schéma de désintégration du noyau 226 88 Ra est donné. Le noyau
descendant est formé à 95.45% dans l’état fondamental.
La conservation de l’énergie s’écrit :
m  226
88 Ra c 2
m  226
86 Rn c 2
 TRn  m c2  T ; soit avec les excès de masse atomiques :

88 c  226
86 c  TRn  2 c  T En définissant : Q   88 c  86 c  2 c ;
226 2 2 4 2 226 2 226 2 4 2

la conservation de l’énergie s’écrit :


Q   TRn  T (1.7)
L’énergie Q  dégagée par la désintégration est partagée entre les deux particules. La
conservation de la quantité de mouvement s’écrit :
p  pRn  0  p  pRn ; (1.8)

15/01/2012 Master RAYONNEMENTS 1.7


IRM1 Chapitre1 : Rayonnements ionisants

L’énergie totale disponible Q  étant


0+ 1600y 0
très faible devant les masses au 226
repos, les particules émises sont non 88 Ra
relativistes.
p  pRn  2m T  2mRn TRn
mRn ; 94.45%
 T  Q
mRn  m
C’est la particule α qui emporte
0+ 0 Qα=4870.6
l’essentiel de l’énergie disponible.
Dans le cas de la désintégration 226
88 Ra
222
1/2+ 24110y 0
86 Rn
T  4784 keV  Q   4870 keV  . 239
94 Pu
Il existe de nombreux cas où la 11.5%
15.1%
désintégration ne se produit pas vers 5/2+ 51.701
le niveau fondamental. L’exemple de
+ 73.3%
la désintégration du 23994 Pu est donné
3/2 13.04
figure 1.7. L’énergie des particules α 1/2 +
0.0768
mU 7/2 -
0
est : T   Q   Ex  où Ex est Qα=5244
mU  m 235
92 U
239 226
l’énergie d’excitation du noyau Figure 1.7 : Schéma de désintégration du 94 Pu 88 Ra
descendant. On observera donc lors
de la désexcitation trois groupes de particules α d’énergie :
T1  5156 keV; T2  5143 keV et T3  5105 keV; ces émissions α s’accompagnent
d’émissions de photons  représentés sur la figure 1.7.

2.6.Les sources de fission


Tous les noyaux stables lourds (A proche de 240) sont des candidats à la fission spontanée.
Leur énergie de liaison par nucléon est de l’ordre de 7.5 MeV /u alors que les noyaux
intermédiaires (A voisin de 120) ont des énergies de liaison par nucléon est de l’ordre de
8.5 MeV /u. La fission symétrique (fragments identiques) de ces noyaux devrait donc
dégager une énergie de l’ordre de Q f  240 MeV . La barrière coulombienne à franchir pour
une telle transformation est si grande que la probabilité de fission spontanée est nulle
pour tous ces noyaux.
Certains noyaux artificiels produisent la fission. Le plus utilisé est le 252
98 Cf . La fission est

asymétrique avec un fragment ‘lourd’  A  143 et  


un ‘léger’ A  108 . Ces fragments
emportent une énergie cinétique de l’ordre de 185 MeV. Le fragment le plus léger emporte

la plus grande partie de l’énergie cinétique E  110 MeV  
et le plus lourd E  80 MeV . 
Ces fragments sont encore très déformés donc très excités.
Les fragments capturent des électrons dans la matière et diminuent ainsi leur état de
charge.
Les sources de fission sont les seules à produire des noyaux lourds de haute énergie.

Exercice : Un microgramme de 252


98 Cf émet 1.32  107  / s et produit 6.14  105 fissions / s .
252
Calculer la période du 98 Cf .

3. Les sources de neutrons


Il existe différents modes de production de neutrons.
3.1. Sources radioactives

15/01/2012 Master RAYONNEMENTS 1.8


IRM1 Chapitre1 : Rayonnements ionisants

3.1.1. Sources de fission


Les fragments de fission émis par les sources de fission sont en général
fortement excités et émettent des neutrons (entre 2 à 4 par fission). En
particulier 1 g de 252 98 Cf . Le nombre de neutrons par fission est de 3.8. La
distribution énergétique de ces neutrons est celle d’relative à un noyau a la
température kT=1.3MeV. On les appelle les neutrons d’évaporation.
Soit dN(E) le nombre de neutrons d’énergie comprise entre E et E+dE ; on a :
dN E
E   Ee kT .
dE
3.1.2. Sources  , n 
On peut également produire des neutrons à partir des sources α et produire une
réaction  , n  . Le système le plus utilisé est constitué d’un mélange de poudres
  9
solides d’ 241
95 Am  T1  433 ans; E  5.48 et 5.44 MeV  et de 4 Be .A ces
 2 
énergies  , la section efficace de la réaction 49 Be  , n  126 C est très importante
(de l’ordre 0.6b) ; le bilan de cette réaction est Q=5.71MeV. Une telle source
produit environ 82 neutrons pour 106  émis par l’ 241
95 Am .
Le spectre énergétique des neutrons est complexe et est étalé de zéro à 10MeV
environ.
3.1.3. Sources  , n 
On peut utiliser les faibles énergies de liaison du dernier neutron des noyaux 21H
 Sn  2.22MeV  et 49 Be  Sn  1.67MeV  pour les arracher par des photons  . Les
réactions productrices de photo-neutrons sont alors :
2 1 9 8
1H  , n  1H et 4 Be  , n  4 Be . Les seuils sont dans ce cas égaux aux énergies de
séparations des derniers neutrons. Les neutrons produits sont cependant
monocinétiques.

3.2.Accélérateurs
Il est également possible de produire des faisceaux monocinétiques de neutrons à travers
les réactions de fusion nucléaire.
2

2

3
1H 1H, n 2 He  Q=3.26 MeV   
et 31H 21H, n 42 He  Q=17.6 MeV 
On utilise des cibles solides deutérées ou tritiées et bombardées par des deutons d’énergie
de l’ordre de la centaine de keV (100-300keV). En effet la barrière coulombienne et ici
très faible et les sections efficaces appréciable à ces énergies.
Ainsi pour des courants de faisceau de l’ordre du mA, on obtient environ 109n/s d’énergie
 
E  3MeV pour la réaction 21H 21H, n 23 He et 1011n/s d’énergie E  14 MeV pour la

 
réaction 31H 21H, n 42 He .
3.3.Réacteurs nucléaires
Dans les réacteurs nucléaires, la fission des noyaux n’est pas spontanée mais provoquée
par l’absorption d’un neutron thermique. La multiplication des neutrons par le processus
décrit paragraphe font des réacteurs les sources intenses de neutrons, le spectre
d’émission permet également de délivrer différentes gammes (des neutrons thermiques
aux rapides).

15/01/2012 Master RAYONNEMENTS 1.9


IRM1 Chapitre1 : Rayonnements ionisants

ANNEXE I : PRODUCTION DE RADIO-ISOTOPES PAR REACTIONS


NUCLEAIRES

Soit la réaction nucléaire : a  X  b  Y* . Le noyau Y* est radioactif de période T (ou de


constante de désintégration  ). T  ln 2

NR est le nombre de réactions nucléaires produites par unité de temps.
NR  I  n x ; où :
 I est le nombre de particules incidentes par unité de temps
  , la section efficace de la réaction
 N, le nombre de noyaux cible par unité de volume
 x , l’épaisseur de la cible
On peut également écrire (en multipliant et divisant par la surface droite de la cible):
NR  I  n x  NT ; où :
  est le flux de particules incidentes (particules/unité de temps et de surface)
 NT, le nombre total de noyaux cible irradiés
On suppose en plus que le nombre total NT ne varie pas.
Le nombre de noyaux radioactifs N(t) présents à l’instant t est régi par l’équation d’évolution :
dN
 NR  N . Le premier terme de droite correspond à la formation de noyaux radioactifs par
dt
réaction nucléaire et le deuxième correspond à la disparition par radioactivité.
Avec la condition initiale : N  0   0 ; la solution est :
N
  
N  t   R 1  et  A  t   N  t   NR 1  et


A(t) est l’activité du radioélément.
L’activité limite (au bout d’un temps d’irradiation infini) est A     NR
Pratiquement cette activité est atteinte au bout de quelques périodes.

15/01/2012 Master RAYONNEMENTS 1.10


IRM1 Chapitre1 : Rayonnements ionisants

ANNEXE II : CHAINES RADIOACTIVES


Il existe des radioéléments qui possèdent des descendants qui sont eux-mêmes radioactifs.
L’exemple le plus courant concerne les chaines radioactives naturelles :

 235 U,238 U,232 Th,237 Np . Dans ce cas le premier radioélément a une période radioactive de
l’ordre de 109 années.
Considérons le cas de deux désintégrations successives et supposons le dernier élément stable.
A  B  C
 ¨.Les équations d’évolution des nombres de noyaux A,B et C sont :
  A B
dNA dNB dNC
  ANA ;   A NA  BNB et  BNB
dt dt dt
Qui ont pour solutions avec les conditions initiales : NA  0   N0 ; NB  0   NC  0   0 :

  A t
NA  t   N0 e

NB  t  
  B
A
  A

N0 e A t  eB t 
  

NC  t  

1
B   A
 
N0 B 1  e A t   A 1  eBt

On constate que, d’après le théorème de Rolle, NB  t  doit avoir un maximum  t  tm  . On a :


1 
tm  ln B
B   A  A
Le cas particulier important : TA  TB   A  B

Pour t  TB ; NB  t  
A
B   A
  
B
 

N0 e A t  eBt  A N0 e  A t  A NA  t 
B
 BNB  t    A NA  t 
Les activités des éléments A et B deviennent identique.
C’est le cas dans les chaines radioactives naturelles, les activités de tous les descendants -sont
identiques. Ce phénomène est appelé « équilibre séculaire »

15/01/2012 Master RAYONNEMENTS 1.11


IRM1 Chapitre2 : Interaction photon-matière

Interaction photon-matière

Introduction

Il existe deux types d’interactions entre les photons et la matière (les atomes) :
 Diffusion élastique : le photon garde la même fréquence et l’atome reste dans le
même état après l’interaction (état fondamental en général). Il reçoit une
impulsion lors du changement de direction du photon. Cette impulsion donne à
l’atome une énergie de recul négligeable.
 Diffusion inélastique : le photon et/ou l’atome change d’état après l’interaction :
une partie (ou l’ensemble) de l’énergie du photon a été transférée à la matière
(l’atome). Il y a transfert d’énergie du photon au milieu.
Le premier processus ne correspond pas à un dépôt (ou très peu d’énergie dans la
matière), alors que le deuxième correspond un transfert d’énergie notamment aux
électrons (particules chargées légères).

1. Diffusion élastique (Rayleigh-Thomson)


Cette diffusion peut être décrite dans le cadre de la théorie électromagnétique classique
et est souvent nommée diffusion cohérente à cause d’une relation définie entre la phase
de l’onde incidente et diffusée.

1.1 Diffusion Thomson


On suppose les électrons de la matière libres et au repos. Ces électrons sont soumis à un
champ polarisés selon Oz de pulsation  et d’amplitude E0. La force qu’ils subiront sera :
eE
Fz  eE0 cos t ; d’où il acquiert une accélération : a z   0 cos t . (On évite la
m0
notation complexe quand on définit des termes d’énergie). D’après les résultats relatifs à
l’émission dipolaire (annexe 1); l’électron rayonne une puissance dans tout l’espace.
Pour des raisons pratiques nommons  l’angle entre la direction de polarisation de l’onde
incidente et la direction d’émission de l’onde diffusée. Cet angle est noté  dans
l’annexe1. La puissance rayonnée par unité d’angle solide est:
dP  t 
2
1 sin 2  2  eE0 
d

4 c 3
e 
 m0
 
cos  t  r c  soit en moyennant sur une période :

dP 1 sin  4 2
2
 e E0 (1.1)
d 8 m02 c3
Notons que la pulsation de l’onde diffusée est identique à celle de l’onde incidente
(diffusion élastique).
Raisonnons pour simplifier en termes de photons (particules).
D’après l’annexe 1 du chapitrer 4, la relation entre le nombre dND de photons par unité de
temps dans l’angle solide d peut s’écrire :
d
dND   dNT (1.2)
d TH
où  est le flux de photons incidents (photons/unité de surface et de temps) et NT le
nombre total de particules cibles (ici des électrons). En multipliant les deux termes par
l’énergie d’un photon  h  ; il vient :
d d
dND   h   dP    h  dNT  I dNT (1.3)
d TH d TH
où I est l’intensité moyenne (sur une période) du faisceau de photons (puissance par
unité de surface droite)

15/01/2012 Master RAYONNEMENTS 2.1


IRM1 Chapitre2 : Interaction photon-matière

La puissance diffusée a été calculée pour un seul électron d’où NT=1.


Pour une onde plane progressive
c E02
I  (1.4)
4 2
En combinant les équations 1.1, 1.3 et 1.4, il vient :
1 sin 2  4 2 c E02 d
dP  e E0 d   d
8 m02 c3 4 2 d TH
d POL sin2  4
 
  e  r02 sin2  (1.4)
d TH 2 4
m0 c
e2
Avec r0 
m0 c2
Il s’agit de la section efficace différentielle de Thomson pour la diffusion d’une onde
polarisée (Oz) dans une direction  avec la direction de polarisation.
On peut constater parallèlement que la diffusion sur les noyaux (masse mn>>m0)
correspond à des sections efficaces très faibles devant celle-ci.
L’angle  qui intervient dans cette section efficace est l’angle entre la polarisation du
champ incident et la direction d’émission de l’onde diffusée. Alors que l’on note
généralement la section efficace en fonction de l’angle entre direction de la particule
incidente (photon) et la particule diffusée.
Pour une radiation non polarisée de champ
ek n
électrique d’amplitude maximale donnée E0 ; θ
toutes les directions de champ électrique
(direction de polarisation définie par le
vecteur unitaire ep) sont équiprobables et
φ
perpendiculaires au vecteur d’onde k (vecteur
unitaire ek). Formons un trièdre trirectangle
 
direct ep , ep  eκ , eκ . ep ek x ek
ψ
Le plan  ep , ep  eκ  contient toutes les
directions de polarisation possibles du champ Figure 2.1 : Angles intervenant dans le
électrique et correspondent à des valeurs calcul de la moyenne
de  variant de 0 à 2 .
Désignons par n un vecteur unitaire dans la direction de l’onde diffusée.  est l’angle
entre le vecteur polarisation et la direction de diffusion.
Dans ce référentiel, la direction n est :
n  sin  cos ep  sin  sin ep  ep  cos ek et
nep  cos   sin  cos   sin2   1  sin2  cos 2 
En calculant la moyenne sur toutes les polarisations possibles (toutes les vleurs de
l’angle  ) ; il vient:
sin2  1  cos 2 
sin2   1  sin2 cos 2   1  
2 2
NONPOL
d d 1  cos 
2
       r02 (1.5)
d TH d TH 2
Section efficace différentielle de Thomson pour une onde non polarisée et pour un angle
de diffusion  (généralement exprimée en mb/sr). Cette section efficace différentielle est
symétrique par rapport à  2 .
Pour obtenir la section efficace totale de Thomson, il suffit d’intégrer sur tous les angles
de diffusion  .

15/01/2012 Master RAYONNEMENTS 2.2


IRM1 Chapitre2 : Interaction photon-matière

 
d NONPOL  1  cos 2  
 TH     d  r02   2 sin d
d TH 2
 0  
8 2
 TH  r0   TH  0.665b  (1.6)
3
Cette section efficace est indépendante de la fréquence de l’onde incidente.
Les sections efficaces totales sont données en barns (b) avec : 1b  10 24 cm2  
8
0

Représentation polaire
)

9
0
r
s
/

07
8
b

1
2
0

6
0
m

06
(H

05
6
0

T
d

 
/

04

1
5
0

3
0
d

0302
)
r

01
s
/
b

001
m 

1
8
0

0
4
0

(H
02
T

03
d
 

/ 04
d
05

2
1
0

3
3
0
0607
2
0

08

2
4
0

3
0
0
0

2
7
0
F
i
g
u
r
e
9
.
2
:a
S
e
c
t
i
o
n(
e
f
f
i
c
a
c
eo
d
i
f
f
é
r
e
n
t
i
e
l
e
0

e
l
s
t
i
q
u
e
é
l
e
c
t
r
n
s
l
i
b
r
e
s
)
0
2
0
4
0
6
0
8
0
1
0
0
1
2
0
1
4
0
1
6
0
1
8
0
a
n
g
l
e
d
e
d
i
f
f
u
s
i
o
n
(
°
)

Pour terminer, rappelons que pour le calcul de la diffusion Thomson les électrons du milieu
sont considérés libres et au repos.

1.2 Diffusion de Rayleigh


Nous devons à présent tenir compte de la liaison de l’électron à un atome du milieu. Un
des modèles les plus utilisés consiste à tenir compte d’une liaison de type élastique et
d’ajouter un terme de frottement visqueux. Ce dernier terme permet d’éviter la
divergence de différentes fonctions lors de résonnances (régime forcé).
En présence d’un champ électromagnétique, l’électron sera soumis à trois forces : la force
électrique Fe  eE (la force magnétique est négligeable pour des vitesses d’électrons non
relativistes) ; la force élastique Fel  m0 02 X et la force de frottement visqueux :
Fel  m0  0 X . La position de l’électron lié est notée X (par rapport au centre de
l’atome) ; 0 est la pulsation propre de l’oscillateur et  0 caractérise le frottement
(atténuation du mouvement électronique). On a toujours  0  0 .
La relation fondamentale de la dynamique s’écrit :
m0 a  m0 X  m 2 X  m  X  eE . La solution en régime forcé harmonique de pulsation
0 0 0 0
 est :
eE 1   eE 2 eE0 e  it 2
X  a  X 
 
m0 02  2  i 0  
m0 02  2  i 0   m0 02  2  i 0   
En utilisant la relation de Larmor : la section efficace différentielle et totale s’exprime :

15/01/2012 Master RAYONNEMENTS 2.3


IRM1 Chapitre2 : Interaction photon-matière

d NONPOL d d 4 2 1  cos 
2
4
         r (1.7)
   
0
d RA d RA d TH 0  
2 2 2
 0
2 2 2 0  
2 2 2
 0
2 2

4 8 2 4
RA   TH  r0 (1.8)
   
2 2
02  2   022 3 02  2   022
Les pulsations de résonnance se situent généralement dans le domaine ultra-violet.
 A la résonnance, la section efficace de diffusion est très grande devant celle de
 2 
Thomson :  RA    0    TH 2  .
 0 
 Au delà du domaine visible    0  , la section efficace de Rayleigh rejoint celle
de Thomson.  RA   TH 
 4 
 Dans le domaine visible    0  ; on a :  RA    0    TH 4  ; la section
 0 
efficace augmente avec la pulsation selon une loi en 4 .
Ainsi dans le spectre visible, la couleur bleue-violette sera beaucoup plus diffusée que le
rouge. C’est l’explication que donna Rayleigh à la couleur bleue du ciel. De la même
manière on peut comprendre pourquoi le soleil apparaît jaune –rouge au coucher. Ces
phénomènes atmosphériques s’expliquent également par le fait que les molécules de
l’atmosphère sont majoritairement neutres et la partie plasma (électrons libres) qui
donnerait lieu à la diffusion Thomson est plus faible.
L’interprétation de la pulsation propre 0 correspond à l’énergie de liaison d’une couche
électronique  0  El  .
Notons pour terminer que ce processus de diffusion ne mène à aucun transfert d’énergie
du photon vers la matière (le recul de l’atome peut être considéré comme négligeable).

2. Diffusion inélastique. Lois de conservation


Il existe trois types d’interactions inélastiques lors de l’interaction entre photon et atome.

2.1 Effet photoélectrique.


Cet effet consiste en un transfert total de l’énergie d’un photon à un électron lié d’un
atome. Si El est l’énergie de liaison de cet électron, et h l’énergie du photon, la
conservation de l’énergie s’écrit :
h  El  Te ; où Te est l’énergie cinétique emportée par l’électron.
Il existe un seuil à la production de l’effet photoélectrique :
h  El El  EK ,EL ,EM 
Une partie de la quantité de mouvement du photon incident est transférée à l’atome et le
reste à l’électron. On peut montrer que l’énergie de recul de l’atome peut toujours être
négligée.
Le fait de créer des lacunes dans les couches profondes, ces ionisations sont suivis de
l’émission de rayons x ou d’électrons Auger.
Dans cette interaction la totalité de l’énergie du photon est transmise au milieu, une
partie est directement déposée par l’intermédiaire du photoélectron, le reste concerne la
désexcitation de l’atome à travers l’émission d’un photon x ou d’un électron Auger (voir
chapitre 2).

15/01/2012 Master RAYONNEMENTS 2.4


IRM1 Chapitre2 : Interaction photon-matière

2.2 Effet Compton (incohérente)


Il s’agit de la diffusion par un électron libre
et au repos. Cette approximation restera 
valable pour l’électron tant que son énergie
de liaison (ou son énergie cinétique) est faible 
devant celle du photon. 
Les lois de conservation de la quantité de
mouvement et de l’énergie totale mènent à 
la relation entre longueur d’onde du photon Te
diffusé  ' (énergie E’) et celle du photon
incident  (énergie E). Avec les notations de
la figure 9.3. Figure 2.3 : Diffusion Compton

h
 '     c 1  cos   avec:  c  =Longueur d’onde Compton. (2.1)
m0 c
Qui peut également s’écrire : 2,0 10

1
E '  h '  E =0
1  x 1  cos   1,5
=/3
8

=/3
E h E' h '
x  ;x'   6
=/2

m0 c2 m0 c2 m0 c2 m0 c2 1,0
=/2
 =
x'

t
x 4

x'   =
1  x 1  cos   0,5
2

L’énergie cinétique acquise par l’électron est =0

2
Te x 1  cos   0,0 0

Te  E  E '  t  
0 2 4 6 8 10 0 2 4 6 8 10

2 1  x 1  cos  
x x
m0 c
Figure 2.4 : Energies du photon diffusé et
(2.2) de l’électron diffusé en énergie réduite.
Les variables x, x’ et t sont les énergies
réduites du photon avant et après diffusion et
l’énergie cinétique de l’électron diffusé.
D’après ces résultats, on peut constater qu’il n’existe pas de photons d’énergie supérieure
à m0 c2 diffusés à des angles arrières (supérieurs à  2 ). En outre, l’énergie maximale
emportée par l’électron est obtenue pour    et vaut :
2x
Temax  E . (2.2)’
1  2x
Cette diffusion est souvent nommée incohérente car il n’existe pas de relation définie
entre la phase du photon incident et celle du photon diffusé.
Une partie de l’énergie du photon est déposée dans la matière et le photon diffusé
emporte le reste.
2.3 Création de paires
Ce phénomène est également nommé
matérialisation à cause du fait que le photon a une Te+
masse nulle et que dans la voie de sortie il existe e+
- + 
deux particules (électron e et positon e de masse
m0).
Un photon ne peut se matérialiser dans le vide. mn
En effet désignons par G le centre de masse du e-
- +
système (e , e ) doté d’une vitesse vG après la Te-
matérialisation.
Figure 2.5 : Création de paire au
La conservation de l’énergie et la conservation de voisinage d’un noyau
la quantité de mouvement s’écrivent:

15/01/2012 Master RAYONNEMENTS 2.5


IRM1 Chapitre2 : Interaction photon-matière

 
 h  2 m0 c
2  
  1 
 h  =   vG  c
  2 m v
0 G 
2
v 
c  1- G 
 c2 
Ceci est impossible. La matérialisation doit se produire au voisinage d’un corps matériel
qui doit absorber une partie de la quantité de mouvement du photon. Dans la matière ce
corps est soit un noyau soit un électron.
Nous calculons le seuil de la réaction en prenant le cas de la matérialisation au niveau d’un
noyau de masse mn qui prendra une partie de l’impulsion mais très peu d’énergie.
Désignons par P le quadrivecteur impulsion dans le référentiel du laboratoire et P' dans le
centre de masse (cdm). Leur norme est la même (invariant relativiste). En se plaçant au
seuil de la réaction de matérialisation, dans le cdm, les masses sont produites sans
énergie cinétique. La conservation de la norme dans le système du laboratoire avant la
matérialisation et après matérialisation dans le cdm au seuil s’écrit :
2 2  2 2
2 E   h  h  mnc2  2  2m0 c2  mnc2 
P  p2t
 t    s   s   P'  0   
 c   c   c   c 
   
Ceci est possible par le fait que la quantité de mouvement et l’énergie totales sont
conservées dans les deux référentiels.
Soit en développant :
 m 
h s  2m0 c2  1  0   2m0 c2 . (2.3)
 mn 
L’énergie du photon doit donc être supérieure à 1022keV pour que la matérialisation soit
possible au voisinage d’un noyau atomique.
Pour la matérialisation au voisinage d’un électron, il suffit de remplacer la masse du noyau
par celle de l’électron.
 m 
h s  2m0 c2  1  0   4m0 c2 (2.4)
 m0 
L’énergie du photon doit donc être supérieure à 2044keV pour que la matérialisation soit
possible au voisinage d’un électron.
Cette matérialisation est désignée par formation de triplet dans la mesure où il existe dans
la voie de sortie trois particules légères (deux électrons et un positron).
Le photon cède son énergie au milieu diminuée de 2m0 c2 .

3. Atténuation et section efficace


Nous allons étudier la probabilité d’existence de ces
interactions à travers les sections efficaces
différentielles et intégrales. La description et le I(x)
I0
calcul de ces sections efficaces relèvent de
l’électrodynamique quantique car le champ
électromagnétique doit être quantifié pour pouvoir 

 

décrire les phénomènes en termes de photons.


On peut mesurer l’atténuation d’un rayonnement
monochromatique de fréquence  entre une source
et un détecteur en interposant un matériau x
d’épaisseur x et en mesurant l’intensité résiduelle. Figure 2.6 : Atténuation du
L’intensité (puissance électromagnétique reçue par faisceau de photons
une section droite par unité de surface) du faisceau
représente le flux de photon fois l’énergie d’un photon (flux= nombre de photons tombant
sur une section droite par unité de surface et de temps).

15/01/2012 Master RAYONNEMENTS 2.6


IRM1 Chapitre2 : Interaction photon-matière

Tous les processus (élastique et non élastique) peuvent participer à l’atténuation on


désigne donc par  , la section efficace totale d’absorption ou de diffusion d’un atome du
matériau.
Pour une épaisseur infiniment mince dx de matériau, la probabilité d’absorption/diffusion
dI
dans l’épaisseur dx peut s’écrire en fonction de la section efficace : dp    ndx ; où
I
n est le nombre d’atomes cibles par unité de volume ( le signe – provient du fait que le
terme dI est négatif car correspondant à une diminution de l’intensité).
On peut alors déduire l’évolution de l’intensité en fonction de x.
I  x   I0 e nx  I0 e x (3.1)
On désigne par coefficient d’atténuation linéique le terme   n .
Pour des raisons de commodités les épaisseurs sont souvent données en masse par unité de
surface c'est-à-dire le produit de la densité massique  par l’épaisseur x (exemple
l’épaisseur du papier usuel pour photocopie : 80g/m2). On définit alors le coefficient
d’atténuation massique   généralement donné en cm g .
2

NA
La densité atomique n est donné par n  ; où NA est le nombre d’Avogadro et A la
A
masse atomique ; on a donc :
 n NA
  . (3.2)
  A
Le coefficient d’absorption massique est donc proportionnel à la section efficace
d’absorption et de diffusion et ne dépend pas de la densité.

3.1 Section efficace de l’effet photoélectrique


Comme nos l’avons vu précédemment, la section efficace est la somme des sections
efficaces partielles des couches K, L, M, N.
PE E   KPE E   LPE E   PE
M
E   ... (3.3)
Ces différentes contributions ont des seuils : exemple : KPE E   0 si E<EK
De plus, les sections efficaces décroissent dans l’ordre de remplissage des couches
KPE E   LPE E   PE
M
E  ...
De plus la section efficace décroit fortement avec l’énergie du photon et augmente
fortement avec le numéro atomique Z de l’atome cible. On a approximativement :
PE E   Z4E3 (3.4)
Notons également que tout processus photoélectrique donne lieu à la création d’une
lacune dans une couche atomique. Cette lacune donne lieu à une réorganisation du nuage
qui s’accompagne de l’émission de photons X et/ou d’électrons Auger (voir chapitre 2).

15/01/2012 Master RAYONNEMENTS 2.7


IRM1 Chapitre2 : Interaction photon-matière

3.2 Section efficace de l’effet Compton


Cette section efficace différentielle a été établie par
x=0.0
Klein et Nishina (1929) dans le cadre de la théorie de 1,0

l’électrodynamique quantique et pour des photons x=0.1


non polarisés. 0,8

2
d r02   '    '  2 
 
       sin   0,6 x=0.5
d KN 2      ' 

FKN
x=1.0
d
    FKN  x,   (3.5) 0,4 x=2.0
d TH x=10.0
h 0,2
x
m0 c2
0,0

x 2 1  cos  
2 0 50 100 150

1
1  x 1  cos    1  cos 2  
angle diffusion (°)

Figure 2.7 : Variation du facteur de


FKN  x,  
Klein-Nishina en fonction de l’angle 
1  x 1  cos   
2

(3.6)
Le facteur FKN  x,  permet de comparer la section de Klein–Nishina à celle de Thomson. On
remarque sur la courbe ci-contre et les courbes ci-dessous qu’à haute énergie la section
efficace est totalement atténuée par rapport à la section efficace de Thomson. Et qu’à
faible énergie (x<<1), la section efficace rejoint celle de Thomson.

Figure 2.8 : Section efficace différentielle de diffusion inélastique (incohérente)

La section efficace est obtenue en intégrant la section efficace différentielle sur tous les
angles solides.
On obtient :

15/01/2012 Master RAYONNEMENTS 2.8


IRM1 Chapitre2 : Interaction photon-matière

 1  x  2 1  x  ln 1  2x   ln 1  2x  1  3x 
KN  x   2r02  2       (3.7)
 x  1  2x x  2x  1  2 x  2 
 
Comme signalé dans le paragraphe 2.2, une partie 10
3

de l’énergie du photon est déposée dans le milieu section efficace totale


(transfert à l’électron). Dans certains cas
(radiothérapie) l’énergie déposée par le photon
2
10

dans le milieu est de première importance. On

KN/tr(mb)
définit ainsi, la section efficace de transfert qui 10
1

mesure la probabilité de transférer à un électron


une énergie cinétique comprise entre Te et section efficace de transfert
Te+dTe. Pour cela, il suffit de procéder à un
0
10

changement de variable entre  et Te (relation


2.2) : 10
-1

-3 -2 -1 0 1 2 3 4
dtr d d d d d 10 10 10 10 10 10 10 10
 Te        x=h/m c
2

dTe KN d KN dTe d KN d dTe 0


Figure 2.9 : Section efficace totale et
En intégrant sur toutes les valeurs possible de Te ; de transfert (Klein-Nishina)
pour une énergie E (ou x) du photon incident ; on
obtient la section efficace de transfert de Klein Nishina (voir graphe ci-dessus).


dtr
tr
KN E   KN
tr
x   Te  dTe
dTe KN
Te

 2r02
 2 1 x 2
  

1  3 x 

 
1  x  2x 2  2x  1

4x 2

 1 x

1

1 
ln   x 


 x 2 1  2x  1  2x 2   1 2

x 2 1  2x  3 1  2x   x3 2x 2x 3 
2 3
 
La comparaison des deux fonctions KN  x  et KN  x  indique que le transfert d’énergie au
tr

milieu est plus efficace pour les photons de haute énergie.


Les deux sections efficaces se comportent comme 1x ou 1E pour x>>1 .

3.3 Section efficace atomique et coefficient d’atténuation massique


Les sections efficaces de Thomson, Rayleigh et Klein Nishina ont toutes été établies pour
un seul électron. Nous allons étudier comment elles se comportent lorsque ces électrons
appartiennent à un édifice atomique de numéro atomique Z. les sections efficaces
atomiques seront alors désignées par section efficace de diffusion cohérente
COH (diffusion élastique) et incohérente INCOH (diffusion inélastique).

3.3 1 Section efficace atomique Rayleigh Thomson


Lorsque la longueur d’onde  du rayonnement incident est plus importante que la
dimension a de l’atome, le champ est uniforme sur tous les électrons et les électrons
sont excités en phase. Il s’ensuit, qu’au delà du domaine ultraviolet E  h  El  ,
c'est-à-dire dans la région ou les sections efficaces électroniques de Rayleigh et de
Thomson sont identiques, il suffit de changer le terme e en Ze.
La condition   a , pour une dimension atomique de l’ordre de l’Å, s’écrit
E  10keV .
Il s’ensuit que la section efficace de la diffusion cohérente varie en Z2 et dans le
domaine du keV vaut :
8 2
COH  Z2 RA  Z2  TH  Z2 r0 . (3.8)
3

15/01/2012 Master RAYONNEMENTS 2.9


IRM1 Chapitre2 : Interaction photon-matière

Dans l’autre cas extrême   a ; c'est-à-dire bien au delà de ces énergies (keV) le
champ varie très rapidement le long de l’atome et les électrons ont des déphasages
importants dans leurs mouvement. Les ondes rayonnées seront également déphasées
et le champ moyen rayonné tendra vers zéro.la section efficace décroit et l’on a :
Z2
COH E   2 (3.9)
E
On pourra évaluer à travers un modèle approximatif (annexe 2) la validité de cette
variation.

3.3 2 Section efficace atomique Klein-Nishina


De la même façon que précédemment, la section efficace de Klein Nishina a été
établie pour un seul électron. Les ondes diffusées lors de cet effet n’ont pas de
cohérence et donc leurs intensités s’ajoutent :
INCOH E   ZKN E  (3.10)
Cependant, la théorie Klein Nishina, n’est valable que dans le cas d’électrons libres
et au repos. Pour des énergies de photons plus faibles que les énergies de liaison
électronique, cette approximation n’est plus valable et l’équation précédente n’est
plus valable et la section efficace est largement atténuée par ce phénomène.
A haute énergie cette section efficace varie environ comme 1E donc s’atténue moins
vite que la section efficace de diffusion cohérente.

3.3 3 Comparaison des sections efficaces de diffusion élastique et inélastique


Sur le graphe suivant, sont représentées les sections efficaces des diffusions
élastiques et inélastiques. Les courbes sont issues de la compilation NIST. La courbe
de la section efficace incohérente est comparée à la valeur théorique
INCOH E   ZKN E  relative à des électrons libres. Pour terminer notons que les
coefficients d’atténuation massique sont reliés aux sections efficaces atomiques par
  NA 
la relation    mais pour la plupart des éléments stables ; A  2Z ceci aura
 A 
pour conséquence :
 3 3
  E   Z E entre les seuils (équation 3.4);
  PE
 Z
  E   2 au-delà de 100keV

 COH E

et   E   KN E  aux énergies de photons supérieurs aux énergies de liaison
  INCOH
des électrons.
Il est remarquable de noter que les coefficients d’atténuation massique relatifs à la
diffusion incohérente sont indépendants de l’élément choisi (donc de Z).

15/01/2012 Master RAYONNEMENTS 2.10


IRM1 Chapitre2 : Interaction photon-matière

4
10

3
cohérente (W)
10
incohérente (W) (électrons libres)
Section efficace (barns/at)

2
10 incohérente (W)
1
10

0
10
incohérente (Al)
-1
10
incohérente (Al) (électrons libres)
-2
10
cohérente (Al)
-3
10
-3 -2 -1 0 1 2 3 4
10 10 10 10 10 10 10 10

Energie (MeV)

Figure 2.10 : Comparaisons des différents sections efficaces des processus


de diffusion : exemples Al et W.

3.3 4 Section efficace atomique production de paires et de triplets


La variation de la section efficace de production de paires pp (et de triplets pt )
est relativement faible avec l’énergie et varie fortement avec le numéro atomique
Z de l’atome cible.
 x  1 pp  Z2 ln x
 1
Z 3
 2
 x  1 1 pp  Z
 Z 3
Dans toutes les gammes d’énergie où les deux effets (paires et triplets) sont
possibles ( E  2m0 c2 pour les paires) et ( E  4m0 c2 pour les triplets) ; la production
de paires est largement dominant.
Le rapport des sections efficaces est peu dépendant de l’énergie et vaut :
pp
pt  Z ; où  est une fonction de l’énergie variant peu (de l’ordre de
l’unité)

La figure suivante permet d’évaluer l’importance relative des différents effets à


l’atténuation des photons dans du tungstène (source NIST).

15/01/2012 Master RAYONNEMENTS 2.11


IRM1 Chapitre2 : Interaction photon-matière

4
1
0
3

D
i
f
f
u
s
i
o
n
c
o
h
é
r
e
n
t
e
1/E

3
1
0

E
f
f
e
t
P
h
o
t
o
é
l
e
c
t
r
i
q
u
e
2
1
0

T
O
T
A
L
1
1
0

C
r
é
a
t
i
o
n
p
a
i
r
e
s
(
n
o
y
a
u
)
)
0
1
0

C
r
é
a
t
i
o
n
t
r
i
p
l
e
t
s
(
é
l
e
c
t
r
o
n
)
/
2
m
c
-
1
1
0

(
-
2
1
0


D
i
f
f
u
s
i
o
n
i
n
c
o
h
é
r
e
n
t
e
-
3
1
0
-
4
1
0
-
5
1
0
-
3

-
2

-
1

4
1
0

1
0

1
0

1
0e

1
0V

1
0

1
0

1
0
E n
r g
i
e
(
M
e
)
Figure 2.11 : Les différentes contributions au coefficient massique
d’absorption diffusion : cas du W.

3.3 5 Section efficace atomique et coefficient d’absorption


Pour caractériser l’absorption des photons, nous avons utilisé deux grandeurs
caractéristiques : la section efficace atomique  et le coefficient d’atténuation
NA
massique    . Ces deux grandeurs dépendent du numéro atomique Z de
A
l’atome et de l’énergie E du photon.

Processus Section efficace Coefficient


atomique :  d’atténuation
massique :  
Elastique Rayleigh-Thomson E<10keV  Z2 E<10keV  Z
(Cohérente) 2
E>10keV  Z E>10keV  Z 2
2 E
E
Effet Entre les seuils Entre les seuils
Photoélectrique 4 3
Z 3 Z
E E3
Diffusion Compton E>EK  Z
E E>EK  1 E
Inélastique (Incohérente)
Création de paires E>2m0c2  Z2 E>2m0c2  Z
(matérialisation
voisinage noyau)
Création de triplets E>4m0c2  Z E>4m0c2  cste
(matérialisation
voisinage électron)

15/01/2012 Master RAYONNEMENTS 2.12


IRM1 Chapitre2 : Interaction photon-matière

4. Exemples
Nous avons vu que le coefficient d’atténuation 
massique est proportionnel à la section efficace
divisée par le numéro atomique de l’atome cible air
Z. 

eau
Sur la figure ci-contre, on peut remarquer que aluminium
tous les coefficients d’atténuations massiques  tungstene
(CAM) sont du même ordre de grandeur pour des 

photons de l’ordre de 1 MeV c'est-à-dire dans la


région où l’effet Compton est dominant (ce qui ) 

était indiqué dans le paragraphe précédant). g


/
2
m
Quand il s’agit de composés moléculaires ; le c


( 

coefficient d’atténuation massique s’obtient en


sommant les contributions des différents atomes
du composé.


Considérons un composé constitué de molécules
notées A xB y (exemple SiO2 ) le CAM est : 

 mm mNA
  ; m est le nombre de
  Am 


    
molécules par unité de volume, A m est la masse     

Ep

(
M
e
V
)
h
o
t
o
n
molaire et m est la section efficace d’absorption
Figure 2.12 : Comparaison des
de la molécule. m  x A  yB
coefficients d’absorption de différents
  A NA     N éléments
   ;    B A ; on a donc :
  A AA   B AB
 mNA  x A  yB  NA A  A   
   x A    y b    w A    w B   ; w A et wB
 Am Am Am   A A m   B   A   B
représentent les proportions massiques des constituants
1 28 2  16
Dans le cas du composé SiO2 : w Si   0.467; w O   0.533 . Dans le cas
60 60
général ou il existe plusieurs atomes dans la molécule : le CAM s’écrit :


 i

  w i ; où w i représente la proportion massique du composé i dans le mélange

i
ou la molécule.
On peut caractériser l’absorption d’une quantité de matière par la distance au bout de
laquelle l’intensité est divisée par 10,100, 1000… notées x10 , x100 , x1000 ..... .
ln10 2ln10 3ln10
x10  ; x100   2x10 et x100   3x10 .
  
     
  

15/01/2012 Master RAYONNEMENTS 2.13


IRM1 Chapitre2 : Interaction photon-matière

ANNEXE I : RAYONNEMENT DIPOLAIRE


Les équations de Maxwell s’écrivent dans le système CGS Gaussien:
 1 H
div D  4 rotE   c t
 (1.1)
div B  0 1 D 4
rotH   j
 c t c
Les potentiels scalaire  et vecteur A sont liés aux champs par :
 1 A
E    grad 
 c t (1.2)
H  rotA
Ces différentes relations permettent de calculer les potentiels et champs produits dans un milieu
matériel par le passage d’une charge ponctuelle.
Pour le vide on a : E = D et B = H .
Pour le champ magnétique :
rotH  rot  rotA   grad  div A   A 
1 E 4 1   1 A  4 d’où :
  j    grad    j
c t c c t  c t  c
1 2 A  1   4
A   grad  div A   j (1.3)
c 2 t 2  c t  c
Pour le champ électrique :
 1 A 
div  E   div    grad    4 (1.3’)
 c t 
Pour découpler les équations électrique et magnétique, on adopte la jauge de Lorentz:
1 
div A  0 (1.4)
c t
Comme il a été signalé, le choix des potentiels n’est pas unique, en effet, le couple :
 A '  A  gradf
 1 2f
 1 f est aussi solution. La jauge de Lorentz s’écrit :  f  0.
 '    c t c 2 t 2

 1 A  1   div A   1  2 
L’équation 1.3’ devient : div    grad             4 
 c t  c t  c 2 t 2 

Les équations (1.3) et (1.3’) sont alors :
 1  2 
   2 2   4 (a)
 c t 
 (1.3)
2
1  A 4
A   j (b)
2 2
c t c
où  est la charge excitatrice et j est la densité de courant excitatrice.
Pour le cas d'une charge ponctuelle  q,v  :
  r , t   q  r  X  ; X = OM et j  r , t   v   r , t   qX   r  X   p '   r  X  .
 
Pour le régime stationnaire   0  . Les équations 1.3 sont des équations de Poisson
 t 

15/01/2012 Master RAYONNEMENTS 2.14


IRM1 Chapitre2 : Interaction photon-matière

Les équations homogènes sont des équations de


propagation avec une vitesse de phase c (milieu
non dispersif). P
M r’
La solution générale de 1.3 est dite du potentiel
retardé et s’écrit pour le potentiel vecteur: X r

j X, t  r ' c  r
1 p' t  c   O

1
A  r, t   dX 
c r' c r distribution
X
de charges
pour r  X 
 d  d
p ' représente la dérivée de p par rapport à la variable : u  t  r c   ;  c .
t du r du
On s’intéresse au mouvement rectiligne de la charge selon la direction Oz  p  pez  . On pourra
généraliser au mouvement dans l’espace à trois dimensions en traitant séparément les trois
composantes du mouvement et en appliquant le principe de superposition pour déduire le champ
total. En coordonnées sphériques :

 A  r, t   cos 
p' t  r c   z er
 r rc
 P

A  r, t    A   r, t    sin 
p' t  r c   v
e
M 
 rc
 A   r, t   0
 O y

 
x e
On peut calculer le potentiel scalaire à l’aide de
la relation (1.4) : Q


 p' t  r
  r, t   cos   c  p t c
r    
 rc r2 
 


E r , t  cos   
 2p t  r

2p ' t  r 
c   
 r 
c  Br  r , t   0
 r 3 2
r c 
  

 
p t  r
 
p' t  r 
p '' t  r    
E  r , t   sin   B  r , t   0
c  c  c

3 2 2 
 r r c rc
  

E r , t  0
 p' t  r

p '' t  r 
c     
   B  r , t   sin  c 
 2
r c rc 2 
  
Puis les champs à l’aide de la relation 1.2 :Loin de la source, les termes en 1 3 et 1 2 deviennent
r r
négligeables et il reste :

E  r , t   0 Br  r , t   0
 r
 sin 

E  r , t   2 p '' t  r c
 rc
 B  r , t   0


E  r , t   0

B  r , t  
sin 
rc 2

p '' t  r
c   E  r , t 

15/01/2012 Master RAYONNEMENTS 2.15


IRM1 Chapitre2 : Interaction photon-matière

Ce champ électromagnétique possède une structure d’onde sphérique (amplitude varie en 1 ) et


r
n’existe que si le mouvement de la charge est accéléré  p''  0  .
c
Le vecteur de Poynting S est défini par : R  E  B ; le flux à travers une surface fermée (S)
4
représente la puissance électromagnétique rayonnée par les sources internes à (S).

Dans notre cas : R 


c
4
EBer 
c 2
4
E er 
1 sin2  2
4  r 2 c3
p '' t  r c er : ce vecteur est radial :  
dS
La puissance rayonnée à travers un angle solide d  2 . L’élément de surface en coordonnées
r
sphériques vaut : dS  r sin  d d .
2

1 sin2  2
 
r sin dd  1 sin  p '' 2 t  r d  
2
dP  t   RdS  R dS  p '' t  c c
4  c3 4  c3
dP  t 
d

1 sin2  2
4  c3
p '' t  r c  
La puissance émise par le dipôle est nulle sur son axe et est maximale pour   
2
Calculons la puissance rayonnée comme le flux de R à travers une sphère de rayon r.


 
 
  
1 sin 2  2
P t  R dS  R dS  p '' t  r c r 2 dr sin dd
4  r 2 c3
S S S 
 2

     
1 2
 p '' 2 t  r c sin d
3
d  p '' 2 t  r c
4c 3
3c 3
0 0
C’est la loi de Larmor qui s’écrit encore :
2q2 2
   
2
r  2q v ' t  r
2 2q2
P t 
2
a t  c c  v ' ret
3c3 3c3 3c3
où q est la charge et a l’accélération de la charge q, v sa vitesse et l’indice indique que la vitesse
(où l’accélération) est mesurée à l’instant t  r  
c .
Remarque : Si le mouvement de la charge est harmonique, de pulsation  , le champ rayonné
sera également harmonique et de même pulsation.

Rappel :
Opérateurs vectoriels en coordonnées sphériques
  f  1 f  1 f 
grad f  f  er  e  e
r r  r sin  
  
div A    A  2
1  r Ar
2
  1   sin A  

1 A 
r r r sin   r sin  

rotA  

1   A  sin    A   e

 1 A
r

1  rA     e 1   rA   A r  
    e
 
r 
r sin       r sin   r r  r  r
   
1 2 1   f  1 2f
f  2 2 r f   2  sin   
r r r sin      r 2 sin  2

15/01/2012 Master RAYONNEMENTS 2.16


IRM1 Chapitre2 : Interaction photon-matière

ANNEXE II : DIFFUSION COHERENTE


On se propose d’expliquer le comportement de la section efficace de diffusion cohérente (élastique
ou encore Thomson-Rayleigh) en fonction de l’énergie E des photons et du numéro atomique Z de
l’atome cible. Pour cela, la figure ci-dessous présente la section efficace totale de diffusion
cohérente (en barns) en fonction de l’énergie des photons pour deux éléments : l’aluminium et le
tungstène (source NIST).
On rappelle que la section efficace différentielle (de Thomson) de diffusion à un angle  pour un
d 1  cos 2 
électron libre et pour des photons non polarisés vaut :     r02 la section efficace
d TH 2
8 2
totale vaut :  TH  r0  0.665b . Et sont donc indépendantes de l’énergie E des photons.
3
L’approximation des électrons libres en toute rigueur si l’énergie des photons est très grande
devant l’énergie de liaison de la majorité des électrons atomiques.

Section efficace totale de diffusion élastique-NIST


4
10
3
10
2
10
1
10
Al
10
0
W
(b)

-1
10
-2
10
-3
10
-4
10
-5
10
-3 -2 -1 0 1 2 3
10 10 10 10 10 10 10
E(MeV)

Le problème que nous traiterons consiste à


définir cette section efficace pour des
électrons d’un atome libre contenant Z q k’
électrons de symétrie sphérique et de densité



électronique n(r) et de densité de


k
charge :   r    r   en r  . 


Pour
simplifier le problème, on considèrera r
l’atome comme sphérique, de densité 
 /2
uniforme et de rayon a.
n  r   n r   n0 ra a
 .
 n  r   n r   0 ra
Sur la figure suivante, deux photons de
vecteur d’onde k sont diffusés à un angle 
par deux électrons se trouvant respectivement à l’origine et à une position r.

15/01/2012 Master RAYONNEMENTS 2.17


IRM1 Chapitre2 : Interaction photon-matière

1. Dans ce cas :
a. q  k '  k (k=k’ pour une diffusion élastique) est le transfert de vecteur d’onde. On
 E 
a également k   ; montrer que q  2k sin et q2  2k 2 1  cos  
c c 2

b. Montrer que la différence de marche entre ces deux rayons est :   2r sin cos  .
2
(  est l’angle entre le vecteur position r et le vecteur transfert de vecteur d’onde
q).
2
c. Montrer que le déphasage vaut     q r  qr cos 

2. Les ondes diffusées par chaque électron de l’atome seront toutes déphasées. L’amplitude

de diffusion s’écrit alors : F    

de rayon a contenant

Z
eiq r n  r  dr . Calculer F    dans le cas d’une sphère

électrons. Montrer que l’on peut écrire :


3  sin qa  qa cos qa 
F     F  qa   iZ  iZg  qa 
 qa 3
Vérifier que g(0)=1. Que cela signifie-t-il ? 1,0
3. La section efficace de diffusion différentielle pour
l’atome s’écrit alors : 0,8

d 1  cos 2 
3 2
2 2 2 F1(x)=(3(sinx-xcosx)/x )
 f     fT    F     r02 F  
d 2 0,6
F (x)

fT    est l’amplitude de diffusion Thomson pour un


2

0,4
électron libre.
a. Montrer que l’on a : 0,2
2
F2(x)=exp(-0.221x )
qdq
d  2 sin d  2
k2 0,0
0 1 2 3 4 5
b. Montrer que la section efficace totale x=qa
2k


r02Z2
s’écrit alors :   h  q qdq ;
k2
q 0
déterminer la fonction h(q).
2
4. Afin de simplifier le calcul ; on prendra l’approximation : g  x   e 0.221x (voir graphe).
r02Z2
Montrer que la section efficace s’écrit :  I ;
2


4
 q
2  x2 
; =0.221 ka  et I     e x  2  x 
2
avec : x     dx .
k  4 
x 0 
5. Calculer la limite basse énergie de cette section efficace et montrer que
  Z  TH quand ka  0  E  0 . Vérifier pour Al et W (graphe).   TH  0.665b 
2

6. Calculer la limite haute énergie de cette section efficace et montrer que


2
Z
  2 2  TH quand ka   . Vérifier sur le graphe le comportement en E2 .
E a
7. Comparer le rapport des sections efficaces à 1kev et 10MeV ; déduire le rapport des rayons
des atomes. Lequel des deux est le plus gros ? le modèle de Thomas -Fermi prévoit que les
 13
rayons moyens des atomes varient comme Z . Cette estimation vous semble-telle
raisonnable ?

15/01/2012 Master RAYONNEMENTS 2.18


IRM1 Chapitre2 : Interaction photon-matière

 
1 n x n
On donne : xne x dx   x e  xn 1e x dx
 
4

  
 x2 
I  e x  2  x 
 4  
1
 dx  3  cosh  2   sinh  2   1  4  sinh  2    2  cosh  2 
2

x 0 
Réponse :
1. D’après la figure ci-contre :

a. q  2k sin et avec le triangle d’angle au sommet  :
2
q2  k 2  k ' 2  2kk ' cos   2k 2 1  cos   .
b. la différence de marche entre les deux rayons
est :   L1  L 2 q 


      k k’
L1  r cos      et L 2  r cos     
 2 2   2 2 
      
  r sin     + r sin      2r sin cos  r
 2   2  2
c. le déphasage est :
 /2  /2
2 
    k2r sin cos   qr cos   qr




 2 L1 L2
Z
2. n0 
4 3
a
3
a 
F     F  q 
 a
e iq r
n  r  dr   0
 e iq  r

qa
dr  n0

r 0
2
r dr
  0
eiqr cos  2 sin d

 
4 in0 4 in0 3iZ
 r sin qrdr  x sin xdx  3 3  sin qa  qa cos qa 
q q3 q a
r 0 r 0
3.
qdq
a. q2  2k 2 1  cos    2qdq  2k 2 sin d  d  2 sin d  2
k2

 
d 1  cos 2  2 q2
b.  d  r02 F    d avec : cos   1  2
d 2 2k
 
  2k 2k 
2 2  2 2

 
r02  q  2 r02Z2 
1  1  q
2 
  3  sin qa  qa cos qa   qdq
 2 1   1  2  F  q qdq  
k   2k   k2   2k 2    q3a3 
q 0     q 0     
  2 2
 q2    3  sin qa  qa cos qa  
h  q  1   1  2   
  2k    q3a3
     
2
4. avec l’approximation g  x   e 0.221x ; on a :

15/01/2012 Master RAYONNEMENTS 2.19


IRM1 Chapitre2 : Interaction photon-matière

2k
  2


r02Z2 1  1  q
2 
 e 0.221q2a2 qdq; posons x= q
2
 
k2   2k 2   k2
q 0    
4


r02Z2   x 
2 2 r 2Z2
  1   1    e x dx  0 I
2   2   2
x 0 
Le calcul de l’intégrale donne :

I2
1  e 4   1  
 4
1  4  1 
 
1  2 4   8 2 
e    2 e  16   2  
     4      
1
 
= 3  cosh  2   sinh  2   1  4 2 sinh  2    2  cosh  2 


16 r 2Z2 16 8r02Z2
5. lim 0 I   lim 0   0   Z2  TH ;
3 2 3 3
 Al  112b et W  3640b qui sont celles du graphe.
2 r02Z2 2 r02Z2 r02Z2 2 c2r02 Z2
6. lim I   lim      ; la variation
 2   2 0.221 Ea 2
0.221 ka 
en E-2 est visible pour les deux courbes.
2 1
W Z2W a Al a Al a Al ZAl 3
7. ka  1   2 2  100  graphe    1.7 et TF    1. 8
 Al ZAl a W aW aW 1
ZW 3

15/01/2012 Master RAYONNEMENTS 2.20


IRM1 Chapitre2 : Interaction photon-matière

REFERENCES

 E.B. Podgorsak Radiation physics for medical physicists Springer (2006)


 M.F. L’Annunziata Nuclear radiation, its interaction with matter and radioisotope decay in
Handbook of radioactivity analysis second edition Elsevier Science (2003)
 R.K. Hobbie et B.J. Roth Intermediate physics for medicine and biology (fourth edition)
Springer (2007)
 National Institut of Standards and Technology (NIST): Physical reference data XCOM:
http://physics.nist.gov/PhysRefData/Xcom/Text/XCOM.html

15/01/2012 Master RAYONNEMENTS 2.21


IRM1 Chapitre3 : Théories classiques du ralentissement

- Théories classiques du ralentissement

La différence essentielle entre un traitement du ralentissement par une théorie quantique


ou bien classique tient dans le fait que l'on peut dans cette dernière définir à tout instant
la position des particules quand on connaît leurs interactions.

1. Perte d'énergie : définitions statistiques


Considérons un projectile d'énergie E, arrivant sur une cible d'épaisseur x. Un
choc particulier d'indice i correspond à un transfert Ti. La cible est "mince", si le nombre ni
de chocs i est tel que ni = 0 ou 1 ou bien la probabilité de ce choc est pi  1 .
L'énergie perdue dans la cible E est alors obtenue en sommant sur tous les
transferts possibles i (fig.1.1) :
E = n T
i
i i (1.1)

Si nous effectuons une moyenne statistique


sur les différentes valeurs possibles de E, nous E E-ΔE
obtenons la perte d'énergie moyenne <E>, avec :
E = p T i i (1.2)
i Δx
pi représente la probabilité d'obtenir un
choc avec transfert d'énergie Ti La relation (1.3) Figure 1.1 Définition de la perte
est valable pour des transferts d'énergie Ti d’énergie
discrets, dans le cas de transferts dans des états continus (continuum), cette expression
devient :


E = T dp (1.3)

dp représente la probabilité de transférer une énergie entre T et T+dT.

Classiquement la section efficace différentielle d peut être conçue comme une surface
infinitésimale entourant la particule cible. Dans notre cas une particule incidente tombant
sur cette surface communiquera une énergie comprise entre T et T+dT à la cible. Si la
cible d'épaisseur x contient une densité N de particules cibles par unité de volume et
possède une surface S, la probabilité dp s'écrira :
N S x d
dp = = N x d (1.4)
S
La perte d'énergie moyenne dans la cible d'épaisseur x sera :
Tmax
E  Nx

Tmin
Td

dE E
On définit la perte d'énergie linéique (ou par unité de longueur) = limx  0
dx x

Tmax


dE
d'où : N Td (1.5)
dx Tmin

13/09/2011 Post Graduation SNIRM 3.1/34


IRM1 Chapitre3 : Théories classiques du ralentissement

Straggling
L'histoire de chaque particule E E - E
traversant la cible ne sera jamais la même
d'un projectile à un autre à cause du
caractère statistique des collisions. En
conséquence il y aura une distribution de x
perte d'énergie autour de la perte d'énergie n(E)
moyenne <E> définie par les relations (1.2) n(E)
et (1.3). Cette distribution est caractérisée 
par une autre grandeur statistique appelée
Straggling qui est simplement la variance de
la distribution des pertes d'énergie‚ des
projectiles dans la cible  (fig.1.3) et qui  
mesure l'écart à la moyenne <E> des pertes (E-<E>)
d'énergie subies. Fig 1.2 Définition de la perte d'énergie
et du straggling.

2
 
2
2   E  E   

 i
ni Ti 
i
pi Ti 


 
(1.6)
2
   
 
 
 i
 ni  pi  Ti 


 

 i
 2

ni  pi  Ti2   
ni  pi  nj  pj Ti Tj 


 i j i 
Si on considère que les chocs sont indépendants, les termes de la forme (ni pi) sont
en moyenne nuls. Il en résulte que le deuxième terme de la somme (équation. 1.5) est nul
et le straggling s'écrit :

2   n  p 
i
i i
2
Ti2 (1.7)

On suppose que n suit une distribution de type Poisson (hypothèse émise par Bohr)
ce qui est justifié par l'utilisation de "cibles minces" (peu d'interactions dans la cible).

2   n  p 
i
i i
2
Ti2  p T
i
i i
2
(1.8)

Dans le cas des excitations continues :


Tmax
2 
 T 2 dp  Nx
 Tmin
T 2 dp (1.9)

Les formules (1.8 et 1.9) expriment le Straggling de Bohr. Les unités utilisées pour
la perte d'énergie sont : l'électronvolt/Angström (eV/Å), le kilo électronvolt/micromètre
(keV/m), le mégaélectronvolt/centimètre (MeV/cm). On définit également le pouvoir
d'arrêt ou section efficace d'arrêt :
Tmax


1 dE
S E    Td (1.10)
N dx Tmin
qui est alors indépendant de la configuration de la cible et qui caractérise uniquement
l'interaction projectile- cible. C'est cette valeur qui est calculée par les théoriciens l'unité
utilisée est souvent l' eV/1015at / cm2 .

13/09/2011 Post Graduation SNIRM 3.2/34


IRM1 Chapitre3 : Théories classiques du ralentissement

2. Diffusion de Rutherford.
2.1. Particules cibles libres
Afin de traiter l’interaction entre un projectile et un milieu matériel, on considère
que ce dernier est constitué de charges ponctuelles (noyaux et électrons) l’interaction
avec le projectile est de type coulombien.
Un ion incident de charge Z1 , de masse m1 , possède une vitesse v (ou énergie
cinétique E). Si v  v 0 Z12 / 3 , l'ion est complètement ionisé (voir chapitres suivants). Le
projectile est donc supposé ponctuel. Si le projectile n’est pas totalement ionisé, on
considère qu’il porte une charge Z1 . La particule cible (noyau ou électron) est une charge
supposée ponctuelle au repos et libre de charge z2 , de masse M 2 (fig.2.1). Cette
approximation suppose au minimum que le projectile soit beaucoup plus rapide que les
électrons atomiques (dont la vitesse est de l’ordre de la vitesse de Bohr vB) ce qui impose
la condition v  vB .
Le paramètre d'impact b peut être défini dans une approche classique. Il correspond à la
distance minimum d’approche en l’absence de toute interaction.

(Z1 ,m1)
v '
X

b
r

(T)
(z2 ,M2)

Fig.2.1 Paramètres de la diffusion dans le système du


laboratoire

Le potentiel d'interaction entre les deux particules distantes de r s'écrit :


Z z e2
V r   1 2 (2.1)
r

La diffusion est traitée dans le cadre du problème de Kepler. L'analyse revient à la


diffusion d'une particule fictive (ou relative) de masse égale à la masse réduite  du
système par le potentiel d'interaction soit:
m1M 2
 (2.2)
m1  M 2

13/09/2011 Post Graduation SNIRM 3.3/34


IRM1 Chapitre3 : Théories classiques du ralentissement

Cette particule est à une distance r du


centre de force (qui est le centre de
masse du système noté ci-après c.d.m.)
et r représente aussi la distance entre
les particules réelles. La particule  v 
X
fictive possède une vitesse v qui est la
vitesse d'approche (relative) des deux b
particules réelles. Le potentiel auquel r
est soumise la particule fictive est V(r)
(equ.2.1.) qui la diffuse d'un angle  c.d.m
dans le c.d.m. (fig.2.2). La relation
Fig.2.2 Paramètres de la diffusion dans le système du c.d.m.
entre paramètre d'impact p et l'angle de
diffusion c.d.m.  est (voir annexe II) :

 d
tan (2.3)
2 2b
d est le diamètre de collision et vaut la distance minimum d'approche de la collision pour
un choc frontal répulsif (b = 0). La conservation de l'énergie mécanique lors du choc
donne:
1 2 Z1Z2 e2
v  (2.4)
2 d
2Z1z2 e2
d'où : d
v 2
Si T est l'énergie cinétique transférée à la cible dans le système du laboratoire pour
un paramètre d'impact b (ou bien un angle de diffusion c.d.m. ) on a (voir annexe II):
 4m1M 2
T  Tmax sin2 avec: Tmax = E (2.5)
2 m1  M 2 2
T est l'énergie transférée dans un choc frontal (b = 0 et =0).
E = énergie cinétique de la particule incidente dans le système du laboratoire. Nous voyons
que p,  et T sont liés de façon biunivoque. Ecrivons T en fonction de p :
1 1
Avec :  1
 
sin2 tan2
2 2
2
d
1  
d'où : T  Tmax  T 2 (2.6)
2 max 2
 2b   d
1   b2   
 d  2
d2  Tmax 
On obtient : b2    1 (2.7)
4  T 
Les relations 2.3 ; 2.5 et 2.7 établissent les relations entres les trois paramètres
équivalents : b ; T et  .
La section efficace d pour un choc à transfert compris entre T et T+dT correspond à un
choc s'effectuant avec un paramètre d'impact compris entre b et b+db. On a alors :
d  2  b db (2.8)
Soit avec l'équation (2.3), en fonction de :
d2 1
d  d avec: d  2 sin d
16 sin 4 
2

13/09/2011 Post Graduation SNIRM 3.4/34


IRM1 Chapitre3 : Théories classiques du ralentissement

de même, nous pouvons exprimer en fonction de T et dT à partir de l'équation (2.7) d'où:


d2 Tmax
d  dT (2.9)
4T 2
Notons que la section efficace différentielle est maximale aux angles de diffusion nuls ou
de façon équivalente pour les transferts nuls (équ. 2.9). La perte d'énergie peut être
déduite à l'aide de la relation (1.4).
Tmax Z12 z22 e 4 Tmax

 
dT
E  N2 x Td  2N2 x (2.10)
Tmin M2 v2 Tmin T

de même le straggling peut s'obtenir à partir de (1.9) :


Z12 z 22 e 4 Tmax
2  2N2 x
M2 v 2 
Tmin
dT (2.11)

Remarque: L'intégrale (2.10) possède une divergence logarithmique pour T = 0. Cette


valeur correspond à un paramètre d'impact p infini (ou un angle de diffusion  = 0). Nous
verrons par la suite comment limiter la gamme des paramètres d'impact à des valeurs
finies pour des systèmes physiques. En effet, compte tenu de l'équation (2.6):
Tmax bmax

 
dT 2bdb
 (2.12)
 
T 2
Tmin bmin b2  d
2

Intégrale qui présente également une divergence logarithmique pour bmax  


Nous pouvons, à partir de (2.10), comparer les pouvoirs d'arrêt dus aux nucléons et
aux électrons pour une densité atomique n d'atomes cibles de numéro atomique Z2 .

Masse (M2) Charge (z2) Densité (N2)


noyaux M2 2 Z2 mp Z2 n
électrons m0 -1 n Z2
m0 et mp représentent les masses au repos de l'électron et du proton ( mp  1836m0 ) ;
d'où le rapport des pouvoirs d'arrêt électronique et nucléaire :
E e  Z2n / m0  ln  Tmax / Tmin e

E n  
Z22n / m2 ln  Tmax / Tmin n
Les indices e et n correspondent respectivement à la diffusion sur les électrons et les
noyaux. Soit en négligeant les contributions des termes logarithmiques:
E e M2 mp
 2  4000
E n Z2m0 m0
Nous voyons que ce rapport est très grand (supérieur à 4000), et que la perte d'énergie
électronique est prépondérante. D'où :
Z2 Z e 4
E  E e  2n x 1 2 2 ln Tmax T
m0 v min e
  (2.13)

dE  dE 
 
dx  dx e
 2 n
Z12Z2 e 4
m0 v 2
ln Tmax T
min e
 

13/09/2011 Post Graduation SNIRM 3.5/34


IRM1 Chapitre3 : Théories classiques du ralentissement

Nous retrouvons bien par ce formalisme que la perte d'énergie varie


Z12
essentiellement comme nommée région de Bethe au chapitre précédent. Il faut
v2
noter que l'une des hypothèses principales de ce calcul consistait à considérer des
électrons au repos et libres. Dans le cas général l'interaction se produit avec des électrons
atomiques qui ne sont ni libres ni au repos. Nous pourrons considérer que l'approximation
n'est valable que si le projectile possède une vitesse grande devant la vitesse de précession
électronique (qui est toujours supérieure ou égale à vB ), soit: v  vB .
La perte d'énergie dépend essentiellement de la vitesse (et non de l'énergie
cinétique) et nous permet de comparer le ralentissement de projectiles différents dans
une même cible. A titre d'exemple, nous pouvons déduire de la relation (2.13) qu'une
particule  de 4 MeV possède approximativement (au terme logarithmique prés) le même
pouvoir d'arrêt qu'un proton de 250 keV. Nous pouvons évaluer le straggling  à partir de
2

la relation (2.11) pour les chocs électroniques. L'énergie maximum T transmissible à un


électron libre et au repos est d'après (2.5) (pour M 2  m0 et z 2  1 ) :
4m1m0 1
Tmax  m v 2  2m0 v 2
2 2 1
m  m 
1 0 :
avec : m1  m0 et Tmin  0

De la même manière, on peut montrer que la contribution électronique est prépondérante


aux vitesses de projectile v>>vB.

2  4 n x Z12 Z2 e 4 (2.13')
Appelé straggling de Bohr.
Notons, pour terminer que la section efficace de transfert (équation 2.9) s’écrit pour la
diffusion coulombienne sur un électron :
b2 Tmax 2Z1e2
d  dT avec: Tmax  2m0 v 2 et: d=
4T 2 m0 v 2
(2.9')
2Z12 e 4
d  dT
m0 v 2 T 2
Cette section efficace est maximale (et infinie pour des transferts nuls).
2.2. Critère adiabatique de Bohr
Dans le chapitre précédant, les particules cibles sont considérées libres et au repos.
Cette situation n'est pas vérifiée dans le cas des électrons atomiques. Ces électrons sont
liés et possèdent une vitesse de précession autour du noyau. Dans le cas des électrons
métalliques, les plus externes constituent un gaz d'électrons quasi-libres.
Le cas des électrons atomiques liés a été étudié par Bohr. La première partie de son
énoncé du critère adiabatique tient dans la remarque que les électrons les plus externes
ont le comportement d'électrons d'atome hydrogénoïde (charge nucléaire écrantée par Z-1
électrons). En conséquence, leur vitesse sera de l'ordre de v B (vitesse de Bohr). Le
projectile ( Z1, m1 ) possède une vitesse v. Dans le cas où : v  vB , l'interaction sera lente
et l'électron externe aura le temps d'ajuster sa trajectoire au cours de l'interaction
(interaction non brève) et retourne après interaction à sa trajectoire initiale. Cette
interaction n'aura produit aucun transfert d'énergie T. On l'appelle "adiabatique." Ce
raisonnement est valable a fortiori pour les autres électrons qui sont plus rapides. En
conclusion : pour v  vB il n'existe pratiquement pas de transfert d'énergie lors de
l'interaction, ces chocs sont adiabatiques. La théorie de la diffusion de Rutherford n'est
donc valable qu'aux vitesses de projectile grandes devant vB (v>>vB).

13/09/2011 Post Graduation SNIRM 3.6/34


IRM1 Chapitre3 : Théories classiques du ralentissement

Dans un deuxième temps, désignons par < 0 >, la vitesse angulaire moyenne des électrons
atomiques (correspondant à une période moyenne <T>) et par  le temps d'interaction du
projectile avec les électrons atomiques. Si   T , l'interaction est lente (adiabatique) et
la perte d'énergie est négligeable. On peut estimer le temps d'interaction :
Supposons que le projectile n’est pas dévié par l’interaction avec l’électron et que le
paramètre d’impact soit le même qu’avec le noyau
(choc lointain) :
Si le projectile se trouve en x=O à l’instant t=0,
(m1, Z1) O
l’électron subit une force dont les composantes
sont: v
 Z1e 2
F//   vt b
 
3
 2 2 2 2
 b v t F
F ; l’impulsion totale
2 F
 Z1e
 F  b
 
3
 b2  v 2 t 2 2 (e-)
 F//

reçue durant la collision est : ∆P 
 t 
Fdt

  

 
 Z1e2
 P//  F// dt   vtdt  0
 
3
 2 2 2 2
 t  t  b  v t
∆P  
 

 

 Z1e2 2Z1e2
 P  F  dt   bdt 
 
3 bv
 b 2
 v 2 2 2
t
 t  t 

Le temps effectif de collision peut être défini par P  Fmax  ; où Fmax est l’amplitude
Z e2
maximale de la force (à l’instant t=0) Fmax  1 ; on obtient une estimation du temps
b2
2p
d’interaction :  
v
2b 2
La condition d'adiabaticité s'écrit alors :   T   ; soit :
v 0
v
b  b0 (2.14)
0
p0 représente donc une limite supérieure des paramètres d'impact au-dessus de
laquelle les transferts d'énergie sont négligeables. Au-dessous de cette limite
l'approximation d'électrons libres et au repos est mieux justifiée. Prenons à titre d'exemple
la condition d'adiabaticité pour les électrons externes (les moins liés). Dans ce cas :
v
0  B ; a0 = rayon de Bohr (2.15)
a0
v v
b0   a0 (2.16)
0 vB
Avec la condition :

13/09/2011 Post Graduation SNIRM 3.7/34


IRM1 Chapitre3 : Théories classiques du ralentissement

v  v 0  b0  a0 avec a0=0.53Å ; or la distance interatomique dans les solides est de


l'ordre de quelques Å, ce qui signifie qu'un ion peut interagir simultanément avec les
électrons atomiques de plusieurs atomes cibles. C'est pourquoi, les effets collectifs sont
importants dans les solides ce qui a amené à l'élaboration de la théorie diélectrique qui les
décrit correctement. Les effets collectifs pour les gaz à pression normale seront bien plus
faibles voir nuls.
Le calcul détaillé d’un choc adiabatique et d’un choc soudain est décrit pour un oscillateur
à une dimension (annexe IV).
2.3. Pouvoir d’arrêt de Bohr
Les chocs avec les électrons atomiques seront divisés en deux catégories en
fonction de leur paramètre d'impact p :
 b  b0 les chocs sont soudains sur des électrons libres et au repos.
 b  b0 les chocs sont adiabatiques et ne causent aucun transfert d'énergie.
Les équations (2.10, 2.12 et 2.13) peuvent alors être réécrites avec la condition
supplémentaire : bmin  0 et bmax  b0 . D'où:
Z2Z e 4 b0 2bdb
E  E e  2n x 1 2 2
m0 v 0 b2  d2
2
 
Z12Z2 e 4 b0   2 
2 2
d
 2n x ln
m0 v 2
d2
2

Z2Z e 4   2b  
2
 2 n x 1 2 2 ln  1   0   |
m0 v   d  
 
pour des particules rapides ( v  vB ); b0  d d'où :
Z2 Z e 4
E  4 n x 1 2 2 ln
m0 v
2b0
 
d , avec :

v 2Z1Z2 e2
b0  et d et Z2  1 pour l'électron
0 m0 v 2
2b0 2vm0 v 2 m0 v 3
 
d 0 2Z1Z2 e2 Z1e2 0

Z2 Z e 4  m v 3 
E  4 n x 1 2 2 ln  0  (2.17)
m0 v  Z1e 0 
2

Formule de Bohr de la perte d'énergie.
Z2
Nous retrouvons à nouveau que : E  1 2 (la variation logarithmique étant toujours
v
plus faible). 0 représente la vitesse angulaire moyenne des électrons atomiques sur
leurs orbites.

2.4. Théorie de Bohr des oscillateurs harmoniques.


Jusqu'ici, nous avons caractérisé le mouvement des électrons atomiques à travers leurs
vitesses angulaires moyennes 0 Bohr décrit ces électrons par des oscillateurs
harmoniques liés à leur noyau. L'électron qui est repéré par le vecteur x par rapport au
noyau cible sera soumis par ce dernier à une force harmonique F  kx . Le calcul qui

13/09/2011 Post Graduation SNIRM 3.8/34


IRM1 Chapitre3 : Théories classiques du ralentissement

s'ensuit utilise l'approximation d'un projectile non dévié par le choc électronique
(perturbation en mécanique classique). (Voir Fig.2.3.). Ces hypothèses seront, pour
l'essentiel, valables pour les chocs les plus lointains (perturbations classiques pour les
faibles déviations) et permettront de définir de façon plus rigoureuse le passage chocs
libres - chocs adiabatiques et préciser la valeur du "cut-off" défini de "façon brutale" dans
le paragraphe précédent. Si r représente la distance projectile - noyau cible, le potentiel
créé au niveau de l'électron (proche du noyau) par le projectile vaut :

v
(Z ,m )
1
b
r

E2
x X
e-
E
E( r ,t) 1
Y
Fig.2.3 Paramètres de la diffusion pour un ion peu dévié.

Ze Z1e
 r     t   1  (2.18)
rb2  v 2 t2
ou un champ électrique pour les vitesses non relativistes (v<<c):
Z e2
E  t   13 r  t  x , qui possède pour composantes dans le repère (X, Y)
r
 Z1eb
 E1  t   2
 
3/ 2
 b  v 2 t2

E t  (2.19)
E2  t   Z1evt

 
3/ 2
 b2  v 2 t2
L'équation différentielle qui régit le mouvement de l'électron autour de sa position
moyenne est :

2
m0 d x  kx  eE  m0  dx dt
dt2
 est une constante qui décrit la dissipation et que l'on fera tendre ultérieurement vers
zéro. Elle est introduite pour éviter les divergences des amplitudes de l’oscillateur lorsque
la fréquence d’excitation est égale à la fréquence propre de l’oscillateur. Cette équation
peut s'écrire aussi :
2 x    ix    20 x     e m E   avec : 20 = k m (2.20)
0

13/09/2011 Post Graduation SNIRM 3.9/34


IRM1 Chapitre3 : Théories classiques du ralentissement

0 est la pulsation propre de l'oscillateur. La solution de cette équation (régime forcé ou


permanent) peut se trouver à travers la décomposition de Fourier des fonctions x  t  et
E  t  en pulsations .
 

 
1 1
x t  1/ 2
e it x   d et: E t  1/ 2
e it E   d
 2    2  

E   et x   sont les composantes de Fourier de E  t  et x  t  Les grandeurs E  t  et


x t  étant réelles, les relations sur les complexes conjugués des composantes sont :
 

 
1 1
E t  E * t  1/ 2
ei' t E *   '  d '  1/ 2
e it E *   d
 2    2  
*
E    E   et x *    x  
L'équation (2.20) donnera :
e E  
x    
m0   2  i
2
0

On peut calculer l'énergie transférée T :




    
dx ie
T F .dx = -e E  t  .  t  dt T e i ' t E   '  d ' x  e it ddt
dt  2  t  ' 

 e 
i  '  t
avec : dt  2     '  ;
t 
 
T  ie


E   x   d  ie


E *    x    d 

soit avec l'expression de x   :

e2

E *    E    e2
 2

E    20  2  i 
T  i
m0


20 2
   i
d  i
m0 
  20   
2 2
 2  2
d

La partie réelle de l’intégrant est une fonction paire de  , la partie imaginaire est
impaire. Le transfert d'énergie vaut :
 2  2
e2 E   2 
e2 E   
T
m0  
2
 0  
2 2 2 2
 
d  
m0
  2 2 2
    0    2
d

  
 
Avec la propriété de la fonction de Dirac (x).

  x   lim 0

 2  x 2 
Soit à la limite quand  tend vers zéro

e2  2  2 

2
T E    0  d
m0   
  

13/09/2011 Post Graduation SNIRM 3.10/34


IRM1 Chapitre3 : Théories classiques du ralentissement


 x  xj 
avec :  g  x     j  
g' xj
x j sont les zéros de g  x 

e2 2
T E  0 
m0
Il n'y a transfert d'énergie qu'à la fréquence propre  0 de l'électron (phénomène de
résonance des systèmes forcés non amortis).
2 2 2
E  0   E1  0   E2  0 

ei0t dt

Z1ep Z1ep
E1  t    E 
1 0  
  
3/ 2
b2  v 2 t2  2 1/ 2 b 2
 v 2 2 3/ 2
t

vt b
posons u   dt  du
b v
bu bu
 i0  i0
v du v du
 1  u   u 1  u 
Z1e e Z1e e
E1  0   de même : E2  0  
 2 1/ 2 bv 2 3/ 2  2 1/ 2 bv 2 3/ 2
 
Les fonctions de Bessel modifiées de première espèce sont définies par :
 
eiudu eiudu
 1  u   1  u 
1 i
K1     et K0   u
2 2 3/ 2 2 2 3/ 2
 
0b
posant :   ; on obtient :
v
1/ 2 1/ 2
2 Z1e  0 b   0 b  2 Z1e  0 b   0 b 
E1  0     K1   et E2  0   i   K0  
 bv v  v   bv v  v 
 b b
avec   0  ; b0 est le paramètre d'impact adiabatique défini par la relation (2.14).
v b0
Nous remarquons que cette quantité est introduite de façon naturelle dans ce modèle et
de façon différente de celle utilisée pour obtenir la relation (2.14)
2 Z12 e2 2 2
E  0 
2
b v2
2
 K1     K 20     
Soit avec la relation (2.21) :
2Z12 e2 2Z12 e2
T
m0b2 v 2
 2 2
K1 
  K 2

0 
 
m0b2 v 2
L   (2.22)

L’énergie maximum transférée à un électron est d'après l'équation (2.5).


4m1m0 1
Tmax  m v 2  2m0 v 2
2 2 1
(2.23)
m  m  1 0
De plus l'équation (2.6) pour des paramètres grands devant le diamètre de collision
b donne dans le choc sur un électron (cas perturbatif):
b2 2Z12 e 4
T  Tmax  (2.24)
4b2 m0b2 v 2
2Z12 e 4
Le terme de l'équation (2.22) représente donc l'énergie transmise à un électron
m0b2 v 2
libre.

13/09/2011 Post Graduation SNIRM 3.11/34


IRM1 Chapitre3 : Théories classiques du ralentissement

les comportements asymptotiques de la fonction L().


 1 pour 1
L    2
 e pour 1
  1  b  b0 , on retrouve T énergie transférée à un électron libre.
  1  b  b0 , l'énergie transférée T tend vers zéro comme e 2 le choc est
adiabatique.
Ce calcul plus rigoureux que le précédant justifie les hypothèses de départ à
savoir que pour des paramètres d'impact très faibles devant p, les électrons cibles
peuvent être considérés comme libres et au repos, alors que si les paramètres d'impact
sont grands devant p, les chocs sont adiabatiques et ne produisent aucun transfert
d'énergie.
Dans un atome de numéro atomique Z2, les électrons occupent différents états
d'énergie. Si fi (force d'oscillateur) désigne la probabilité d'occuper l'état i, nous avons:
Z2

f  1
i 1
i

et chaque couche est caractérisée par son paramètre adiabatique p0i ou 0i ,
correspondant à une pulsation propre i.
Tmax
E  Nx
 Tmin
Td avec d  2 b db

Z2 
2Z12 e 4
E  Nx  
i 1
2fi
pmin m0b v 2 2  
2i K12  i   K 20  i  b db

b d db
avec : i   i 
b0i i b
Z2 
Z12 e 4
E  4  N x
m0 v 2 
i 1
fi
i min
 
i2 K12  i   K 20  i  di

1/ 2
     1 
avec: limx  K   x     ex 1  0   
 2x    x 
Z2
Z12 e 4
E  4  N x
m0 v 2 f 
i 1
i i min K1  i min   K 0  i min  
Pour la diffusion coulombienne Tmax correspond à un paramètre d'impact minimum
( pi ou bien i min ) petits, ces électrons pourront être considérés libres. Les équations (2.23
et 2.24) permettent de définir pmin .
Z1e2 bmin Z1e2 i Z1e2 i
bmin  et  i min     1
m0 v 2 b0i m0 v 2 v m0 v 3
on remplace alors les fonctions K i min  par leurs développements au voisinage de
l'origine :

K     0  
  
  ln   0.5772 pour   0
2

 
    2

 pour   0
 2
avec:

13/09/2011 Post Graduation SNIRM 3.12/34


IRM1 Chapitre3 : Théories classiques du ralentissement


 x 
e
0
 t x 1
t dt et  1  1

Z2
 1.1229m0 v 3 
Z12Z2 e 4
E  4 nx
m0 v 2
i 1
fi 
ln


Z1e2 i



En définissant la moyenne logarithmique des pulsations propres pondérées par les
forces d'oscillateur :
Z2
ln i   f ln 
i 1
i i

Z2Z e 4  1.1229m0 v 3 
E  4 nx 1 2 2 ln   (2.25)
m0 v  Z e2  
 1 i 

Cette relation bien qu'établie de façon plus rigoureuse, et n'ayant pas utilisé
l'approximation d'électrons libres, est très voisine de l'équation (2.17) ce qui justifie les
hypothèses utilisées alors.
2.5 Théorie semi-classique de Fermi
Si comme dans le paragraphe précédant, nous considérons le projectile peu dévié
par la collision sur l'électron, l'équation (2.6) s'applique pour des électrons libres et au
repos :
2Z12 e 4
d2
T  Tmax  (2.26)
4b2 m0b2 v 2
de cette approximation, il nous faut définir un paramètre d’impact minimum classique
class
bmin qui correspond au transfert maximum d’énergie à l’électron Tmax  2m0 v 2 .
class
L’équation 2.24 permet de calculer bmin .
2Z12 e 4 2 class Z1e2
Tmax   2m0 v  b   2d
 
min
class 2 2 m v 2
m0 bmin v 0

Du paragraphe 2.3 nous pouvons exprimer la perte d'énergie en fonction des paramètres
d'impact.
bmax
E  Nx
 bmin
Td avec: d=2b db

Celle-ci devient pour une densité atomique N d'atomes de charge Z2.


Z2Z e 4 bmax db
E  4 Nx 1 2 2
m0 v bmin b 
Nous avons vu qu'une bonne approximation consistait à traiter des électrons comme
libres compte tenu de la limite adiabatique. Soit:
v
bmax  b0 
0
Afin de définir un paramètre d’impact quantique bquant Fermi utilise le principe de
min
mécanique quantique suivant : Une particule ne peut être localisée sur une distance
inférieure à sa longueur d'onde associée  . Dans le choc la longueur d'onde de de Broglie
de associée à la collision (cdm) et compte tenu des masses (m1 >>m0) l'électron vaut :

13/09/2011 Post Graduation SNIRM 3.13/34


IRM1 Chapitre3 : Théories classiques du ralentissement


  bquant
m0 v min

représente le paramètre d'impact minimum pouvant être défini en mécanique classique.


La comparaison entre les expressions classique et quantique, indique qu’il faudra prendre
le plus grand des deux. A la limite :
Z1e2  Z1e2
bquant  bclass    1
min min m0 v 2 m0 v v
bclass
Z e2 Z1vB
min
On définit alors le paramètre de Sommerfeld   quant  1  ; vB est la vitesse
b v v
min
de Bohr.
Z e2 Z e2
Cas classique :   1 1  1 v  1  Z1vB
v 
Z e2 Z e2
Cas quantique :   1 1  1 v  1  Z1vB
v 

L’application de théorie de Rutherford implique v  vB    1 le problème doit être


traité dans le cadre de la mécanique quantique. De plus cette condition permet de
justifier l’approximation (2.26) puisque dans le cas quantique bquant  bclass  2d . La
min min
perte d'énergie linéique devient alors :
dE Z2 Z e 4  m v 2 
 v   4 n 1 2 2 ln  0  (2.27)
dx m0 v   0 

Cette relation est le résultat d'un calcul semi-classique de la perte d'énergie. Le calcul
complet dans le cadre de la théorie quantique a été traité par Bethe.
2.6 Cas relativiste
Nous reprendrons le résultat précédent (2.27) et nous étendons celui-ci aux vitesses
relativistes.
La perte d’énergie linéique est dans le cas non relativiste :
dE Z2 Z e 4 b
 v   4 n 1 2 2 ln max
dx m0 v bmin
v 
bmax  ; bmin 
0 m0 v
Dans le cas relativiste :
Dans le calcul de bmax ; la distance d’interaction est ‘contractée’ et vaut 2bmax 1  2 ;
2bmax 1  2
la durée de l’interaction vaut   et la condition d’adiabaticité s’écrit :
v
v
b  bmax 
0 1  2
m0 v  
De même la quantité de mouvement devient : p   bmin   1  2
1  2 p m0 v
Le pouvoir d’arrêt devient alors aux vitesses relativistes :

13/09/2011 Post Graduation SNIRM 3.14/34


IRM1 Chapitre3 : Théories classiques du ralentissement

 
dE Z12Z2 e 4  m0 v 2 1 
 v   4 n ln (2.28)
dx m0 v 2  

 
0 1  
2 

Relation très proche de celle établie par Bethe :
   
dE Z12Z2 e 4   2m0 v 2 1  2
 v   4 n  ln  
dx m0 v 2  
 
I  
1  2 




où I est appelé potentiel d’ionisation moyen et vaut environ : I  ZI0 ; I0  10  12eV

3. Théorie diélectrique classique.

Jusqu'ici le ralentissement est établi à travers le transfert d'énergie entre particules bien
individualisées. Les chocs sont de type coulombien entre ion et électrons (libres ou liés).
Nous avons cependant vu qu'un ion peut interagir avec plusieurs atomes du milieu (cas des
solides). Ceci a amené à la conception de théories où les effets collectifs sont pris en
compte. Le milieu ralentisseur est alors caractérisé par une constante diélectrique 
(permittivité relative du milieu) qui décrira la polarisation du gaz électronique sous l'effet
de la perturbation apportée par l'ion incident. La position de l'ion incident  Z1, m1  , de
vitesse v est repéré par le vecteur : r  vt . Les équations électromagnétiques sont
exprimées dans le système CGS Gaussien.
Les équations de Maxwell s’écrivent :
 1 H
div D  4 rotE   c t

div B  0 1 D 4
rotH   j
 c t c
Les relations constitutives d’un milieu matériel linéaire, homogène et isotrope (L.H.I.) et
non magnétique sont :
D  E  4P  E

H  B
  
la constante diélectrique  est l’équivalente de la permittivité relative  r   dans le
 0 
système MKSA et dépend généralement de la pulsation  et du vecteur d’onde k .
    k ,  . Pour un milieu isotrope   k ,     k ,  .
Les potentiels scalaire  et vecteur A sont liés aux champs par :
 1 A
E    grad 
 c t
H  rotA
Ces différentes relations permettent de calculer les potentiels et champs produits dans un
milieu matériel par le passage d’une charge ponctuelle.
Pour le champ magnétique :
rotH  rot  rotA   grad  div A   A 
1 E 4    1 A  4 d’où :
  j    grad    j
c t c c t  c t  c
  2 A     4
A   grad  div A    j (3.1)
c 2 t 2  c t c
 
Pour le champ électrique :

13/09/2011 Post Graduation SNIRM 3.15/34


IRM1 Chapitre3 : Théories classiques du ralentissement

  A  
 
div E  div  
 c t
 grad    4

(3.1’)
 
Pour découpler les équations électrique et magnétique, on adopte la jauge de Lorentz
« généralisée au milieu matériels L.H.I. » :
 
div A  0 (3.2)
c t
Comme il a été signalé, le choix des potentiels n’est pas unique, en effet, le couple :
 A '  A  gradf

 1 f est aussi solution. La jauge de Lorentz s’écrit :
 '    c t

  2 f
f  0.
c 2 t 2
L’équation 3.1’ devient :
     div A            4
  A     2 
div    grad    
   c 2 t 2 
 c t  c t 
Les équations (3.1) et (3.1’) sont alors :
   2 
      4 (a)
 2
 2 
 c t  (3.3)
  2 A 4
A   j (b)
c 2 t 2 c
où  est la charge excitatrice et j est la densité de courant excitatrice.
Pour le cas d'une charge ponctuelle  Z1,v  :
  r , t   Z1e  r  vt  et j  r , t   v   r , t   Z1ev   r  vt 
Il est intéressant de décomposer les potentiels   r , t  et A  r , t  en composantes de
Fourier qui ont des structures d’ondes planes k ,  et pour lesquelles les opérateurs de
dérivation par rapport aux coordonnées spatiales et temporelles sont très simples.
(voir rappel sur les transformées de Fourier annexe1)


e
1 i kr t  
 r ,t    k ,   dk d
 2  2
k ,
voir (A.1.5)


1 i kr t  
A r ,t   e A  k ,   dk d
 2  2
k ,
Ecrivons les égalités des composantes de Fourier de l’équation 3.3(a)

e
      
1 i kr t 
  r , t     k ,  dk d  
k 2    k ,   k 2 
  k , 
 2  2
k ,

  r ,t  2 
     
2
1 i kr t 
 e 2
  k ,   dk d 
   k ,   2 
  k , 
t 2  2  2  t 2 
 
k ,
 2  
  k 2     k ,   4  k , 
 2 
 c 

13/09/2011 Post Graduation SNIRM 3.16/34


IRM1 Chapitre3 : Théories classiques du ralentissement

 e 

i kr t 
e 
Ze Ze i kvt t 
  k ,   1   r  vt  dr dt  1 dt
 2  2  2  2
r ,t t
Soit d'après (A.1.9)
Ze
  k ,   1     kv 
 2 
d’où :    k ,   2Z1e     kv  (3.4 (a))
 2
k2   2
c
de même avec l’équation 3.3(a) ; on obtient :
  k ,   2Z e v     kv 
A (3.4 (b))
1
c 2 2
k  2
c
1 A  r , t    k ,    i A
E r ,t     grad   r , t   E   k ,   ik   k , 
c t c

La composante de Fourier du champ électrique s'écrit :


  k ,   2iZ e     kv   v   k 
E 1  
2 2  c c  
k  2
c

En tout point de l’espace et à tout instant, le champ électrique est la superposition du


champ E v  r , t  créé par le projectile (et qui serait identique dans le vide) et le champ
Eind  r , t  dû au dipôles induits par la présence de ce champ (ce champ est nul dans le
vide).
La force qui agit sur la particule est due à l'effet de polarisation du milieu par la charge
elle-même. Dans le vide la polarisation est nulle et le champ électrique induit vaut:
Eind  r , t   E  r , t   E v  r , t 
La force induite sur la charge vaut :
F  r  v t , t   Z1eE ind  r , t   Z1e  E v t , t   E v v t , t  
où E v  r , t  est le champ produit par la même charge dans le vide (=1).
v  k  v  


2 2     k
c c  c c
e
i kvt t 
    kv      dk d
iZ e
F  r  vt , t   2 1 
 2 
 2  2
 k 2  
 2

k 2  2 
2
k ,  c c 

 v kv k 


    v kv 
   k
iZ2e2 c c    c c 
  dk
F  r  vt , t   2 1   
 2 2  k 2    kv 2 k 2   kv 2 
 
k  c2 c2 
 v2 
Dans le cas de projectiles non relativistes    1 , on a :
 c2 
 

13/09/2011 Post Graduation SNIRM 3.17/34


IRM1 Chapitre3 : Théories classiques du ralentissement


iZ2e2 k  1 
F  r  vt , t   2 1   1 dk
 2  2 k 2    k , kv  

k
La partie réelle de cette force sera donc la force
physique qui agit sur la particule pour la freiner et k
elle est de sens opposé à v. Prenons l'axe Ox v
parallèle à v. 
 
x

Z12e2  kx  1   O kx
Fx vt , t   Im    1 dk 
2 2    k , k .v   Fig.3.1 Paramètres de la diffusion
2  k   
k  dans la théorie diélectrique
Posons :   k .v  kv cos  avec:  k ,v   
d d k
d  kv sin d ; sin d   ; dk  2k 2 sin ddk = - 2 k 2dk  2 dkd
kv kv v
  kv 
 
Z 2 e2 dk  1 
Fx vt , t   1 Im   1  d  
2 2  k  0 v 2k kv    k ,   
 
dE
Le module de cette force représente la perte d'énergie linéique , d'où :
dx
  dk kv  
 
dE Z12e2 1 
 
v  Im   1    d   (3.5)
dx v 2  k 0 k
 kv 
  k ,    

La constante diélectrique k ,  décrit totalement le milieu ralentisseur. A cause de


dE
l’isotropie du milieu, on a   k,     k,  . On peut remarquer que le terme  v  est ici
dx
négatif (du à une force dissipative, l’énergie diminue)

3.1 Oscillateurs individuels (Modèle de Drude-Lorentz)


Nous allons évaluer la perte d'énergie à travers la constante diélectrique d'un gaz à
faible pression. Chaque électron atomique sera considéré comme un oscillateur
harmonique de fréquence propre .
Nous avons vu que la réponse en amplitude Ax de l'électron soumis à un champ
électrique d'amplitude E0 , de pulsation  et de direction Ox s'écrit :
e E0   
A x        0 
m0   i  2
2

Le moment dipolaire associé à un électron vaut q = -e Ax. Si N représente la densité


électronique du milieu, la densité de polarisation vaut : Px = -e N Ax; Si () est la
constante diélectrique du milieu. A cause de leur masse, le mouvement des noyaux peut
être négligé.
D     E0  E0  4P
2
     1 E0  4mNe
E0
0  2  2   i
Pour des électrons de différentes pulsations propres , qui occupent les états avec
une probabilité f. Pour une densité atomique n et Z2 électrons par atome, la constante
diélectrique vaut :

13/09/2011 Post Graduation SNIRM 3.18/34


IRM1 Chapitre3 : Théories classiques du ralentissement

    1 
4Z2ne2
m0 
2
f

 2  i 
;
 
f  1 (3.6)

Pour un gaz à faible pression, n0 donc 1. On a donc:


1
  
1 
4Z2ne2
m0  
2
f
 2  i 
   0 

   


kv


dE Z12 e2 4Z2ne2   dk  f
 Im   d
dx v 2 m0  




k 0
k kv
2 2
 
    i  
 
 kv   kv
 2  2   i 

  kv df 2  2 2  22 



Im   f
d Im 
 
 =
 kv 2  2  i  
  
kv kv

 
 
  d f  f 2d
 2  2   2  2 
2 2
kv  22 kv  22
kv


 1  
 2f d avec: lim0    x
2 2  2 2
 0  2     x 
    2
  
 
kv  2  2  kv  2  2 
 2f
  0
d   




  2f

  0
d  

 


 
La distribution de Dirac étant paire. Avec la propriété de la distribution de Dirac
suivante:

   x  
  x  xi 
 d 
i  
xi sont les racines de l'équation (x) = 0

 dx  x  x i

 
 Im 


...   f
 0
 
si   kv
si   kv
 
d'où :

dE
dx
Z2 Z e4 n
 4 1 2
m0 v 2 

f
k  / v
dk
k

Cette intégrale diverge à l’infini. L’utilisation d’un argument quantique permet de lever
cette indétermination en associant la quantité k au transfert d’impulsion (échange de
photons virtuels lors de l’interaction électrique).
2k 2max 2m0 v
Tmax  2m0 v 2  ; donc: k max 
2m0 

dE
dx
Z 2 Z e 4n
 4 1 2
m0 v 2  
f ln
2m0 v 2


en définissant le potentiel moyen d'ionisation I par:

13/09/2011 Post Graduation SNIRM 3.19/34


IRM1 Chapitre3 : Théories classiques du ralentissement

ln I 


f ln    (3.7)

dE Z2 Z e4n 2m0 v 2
 4 1 2 ln (3.8)
dx m0 v 2 I

3.2 Gaz d'électrons libres


On pose les conditions restrictives (cas libre) : =0 et =0.
4N' e2 1
    1  ;
m0 2
4N' e2
avec : 02  ; 0= pulsation plasmon du gaz d'électrons.
m0
dE Z2e4N' 2m0 v 2
 4 1 ln (3.9)
dx m0 v 2 0

4. Ralentissement des électrons dans la matière.


4.1. Sections efficace de diffusion

a) Cas non relativiste


 Rutherford : particules discernables (électrons):
d d2 1 e4 1
 fR    
2

d 16 sin 4  m0 v sin 4 
2 4
2 2
 Principe d’indiscernabilité :
Section efficace différentielle :
d 1 2 3 2 1 2 3
 fS  fT  fR     fR       fR     fR     
2
d 4 4 4 4
=fR2     fR2       fR    fR     
 
e4  1 1 1 
=    
m02 v 4  sin 4  cos 4  sin 2  cos 2  
 2 2 2 2

Section efficace de transfert :


 d 4 
avec : W=T sin 2  
2 dW T
 
d 4e4 1  1 1 1 
    
dW m0 v T  sin 4  cos 4  sin 2  cos 2  
2 4
 
 2 2 2 2
d 2e4  1 1 1 
 O<W< T
  
dW m0 v 2  W 2  T  W 2 W  T  W   2
 

13/09/2011 Post Graduation SNIRM 3.20/34


IRM1 Chapitre3 : Théories classiques du ralentissement

b) Cas relativiste
d 2r02m0c 2 1   2  1 W 
2
W2 2 W
 1    T  
dW 2 W 2   T  W 2    12      12  T  W  
4.2. Pouvoir d’arrêt par ionisation.
3

1 dE 2Nar02m0c 2 Z2      1 T  
10
2 v=<ve>
 ln    F-     Pouvoir d'arrêt massique collisionnel
 dx 2 A2   2I2   PROTONS et ELECTRONS
    dans le Carbone (source NIST)

1/dE/dx(MeV.cm /g)
2 2

 
10
2  1 1    1
avec : F-     1  2 

2
ln 2   
2 8  
1
10

Electrons
Protons
0
10
-6 -5 -4 -3 -2 -1 0 1 2 3
10 10 10 10 10 10 10 10 10 10
2
T/m1c

4.3. Rayonnement de freinage (Bremsstrahlung)

Dans cette partie, nous utiliserons des raisonnements semi-classiques et les relations plus exactes,
faisant appel aux théories de l’électrodynamique quantique seront données sans démonstration
 Cas non relativiste :

On considère la collision « classique » d’une particule de


charge Z1e , de masse m1, de vitesse initiale v (énergie Z1,m1 v
cinétique T) avec une particule cible de charge Z 2e et v1

b a
de masse m2. Le paramètre d’impact de cette collision
est p. On rappelle qu’une particule de charge q et Z2,m2
d’accélération a  v rayonne dans l’espace une
2q2 2 Zone d’interaction
puissance électromagnétique : P 
3
v (unités CGS
3c
G). Et on suppose le projectile peu dévié.
b
En prenant un temps d’interaction   , la force moyenne subie par le projectile dans la zone
v
2
ZZ e
d’interaction est F  1 2 ; ce qui correspond à une accélération :
b2
F Z Z e2
a  v   1 22 .
m1 m1b

13/09/2011 Post Graduation SNIRM 3.21/34


IRM1 Chapitre3 : Théories classiques du ralentissement

2  Z1e   Z1Z2e2  b
2 2

L’énergie rayonnée est donc : W  P    . Si les particules cibles ont une


3c 3  m1b2  v
densité N2 (supposées libres et au repos); le pouvoir d’arrêt par rayonnement est :

  
pmax
2  Z1e   Z1Z2 e2  b
2 2
 dE 
   N2 Wd  N2 W2bdb  N2   2bdb
 dx ray 3c 3  m1b2  v
pmin

4 Z 4 Z 2 e6  1 1 

N2 1 2 2 3   
3 m1 vc  bmin bmax 
 e2 
On suppose v  Z1 vB  v B   vitesse de Bohr  et m1<<m2. la valeur choisie pour pmin est la
 
 
longueur d’onde de de Broglie (voir chapitre 2) ; dans ce cas la masse réduite du système est m1 et

bmin  si on prend : bmax   , la perte d’énergie devient :
m1v
 dE  4 Z 4 Z2 e6  m v  4N2  Z14 Z22 e6 
   N2 1 2 2 3  1    .
 dx ray 3 m1 vc    3m1c 2  c 
Cette relation constitue une bonne approximation pour toute collision entre particules chargées si
l’approximation (m1<<m2) n’est plus valable ; il suffit de remplacer m1
m12 m12 m m  m 
par :  m1  m2   1 1 2 .
 m1m2 m2
Cette relation indique que cette perte d’énergie est indépendante de la vitesse du projectile.
Quelques conclusions peuvent être tirées :
 Un électron rayonne plus qu’un proton pour un choc sur un noyau à cause de la masse au
dénominateur.
 Le rayonnement est plus dû aux chocs sur les noyaux de la cible que sur les électrons cibles
(à cause du terme Z22 apparaissant au numérateur) et sera d’autant plus important que les
noyaux cibles sont lourds.
 L’approximation des faibles déviations est justifiée parce que la section efficace est
maximale aux angles avant.
 Cette relation n’est pas valable pour les énergies relativistes.
 Notons enfin que la valeur de la perte d’énergie par rayonnement donnée par la théorie
 dE  16 Z 4 Z 2 e6
quantique non relativiste (Bethe et Heitler) est :    N2 1 22 très proche de
 dx ray 3 m1c c
cette évaluation semi-classique
On peut définir, pour les électrons non relativistes  Z1  1; m1  m0  , la perte d’énergie massique
par rayonnement : la densité de noyaux cibles est égale à la densité atomique de la cible n.
 dE  4NA  Z22 e6  4 2 NA 2
   2 
   Z 2 r0 m0c 2
 dx ray 3A 2m1c   c  3 A 2
Dans le domaine non relativiste ; on peut comparer cette parte d’énergie avec celle due à
l’ionisation (théorie de Bethe). Dans le cas ou cette théorie s’applique sans corrections de
 2 
couches  v  v B et v  Z2 3 v B  .
 
L’équation (7) donne pour un cas non relativiste    1 :

 1 dE  4Nare2m0c 2 Z2   m0 v 2  
    ln  
  dx ion 2 A 2   2I  
 

13/09/2011 Post Graduation SNIRM 3.22/34


IRM1 Chapitre3 : Théories classiques du ralentissement

Application numérique :
 dE 
 dx 
 ray
On se propose de calculer le rapport dans le cas d’électrons d’énergies
 dE 
 dx 
 ion
cinétiques T=10keV et T=100keV dans une cible de tungstène (Z2=74, m2=183.85u et  =19.3g/cm3 et
I=737eV). Et on négligera la correction relativiste pour le deuxième cas.
On pourra également montrer que la relation de Bethe sans corrections de couches est applicable
 2 
pour les énergies des électrons choisies les conditions :  v  v B et v  Z2 3 v B  sont équivalentes
 
dans le cas présent à :  T  13.6eV et T  4.2keV 
Avec ces données, on obtient :
 dE  2
  8.5  10 MeV.cm / g
2

 dx ray
T 10keV T 100keV
 dEc   dE 
   8.24 MeV.cm / g et  c 
2
 1.55 MeV.cm2 / g
 dx ion  dx ion
Clairement, le pouvoir d’arrêt par ionisation est dominant dans cette gamme d’énergie.

Il faut remarquer que pour T=100keV ; le rapport des pouvoirs d’arrêt est de l’ordre de 5% ; ce qui
signifie que pour la production de photons par des bombardements électroniques présente un très
mauvais rendement à ces énergies. L’énergie perdue par ionisation se transforme alors en chaleur
dans l’anode. Cependant, les photons émis sont dans une gamme de fréquences très adaptée à
l’imagerie humaine (processus photoélectrique très sensible à la valeur de Z2 d’où un bon contraste
sur les différents éléments et une longueur de pénétration compatible avec les dimensions
humaines).

 Cas relativiste:
Ce cas concerne les électrons qui ont un facteur de Lorentz  
1
 1 . Dans ce cas, la perte
1  2
d’énergie par rayonnement s’écrit :
 
 dE 
  
16
N2
Z14 Z22 e6
Ln 
 233 m1   m c 2 ; (19)
   1  1
 dx ray 3 2
m1c 2 c  Z2 3 m0 
On rappelle que le pouvoir d’arrêt par ionisation s’écrit pour les électrons :
 dE  2r02m0c 2 Z2   T 
2
  
   Ln  1    F      

    Ln
 dx ion  2 
A2   I   2 

   
 
2
T v
 avec : = 2
; = ; F     1  2  1    2  1 Ln2 
 m0c c  8 

13/09/2011 Post Graduation SNIRM 3.23/34


IRM1 Chapitre3 : Théories classiques du ralentissement

  p 
2
  Ln    1 pour   1 et =0 pour <<1.
  I 

 2 4N2 Z 2 e2
p  ; p  80.2eV pour W
 m0
100
electrons dans le W
Comme il a été précédemment discuté, le source NIST
pouvoir d’arrêt par ionisation augmente comme code ESTAR

Perte d'énergie (MeV/cm /g)


10
ln  aux énergies ultra relativistes (    1 .

2
D’après l’équation (19) le pouvoir d’arrêt
augmente linéairement avec  . 1

La figure suivante montre l’évolution des deux


pouvoirs d’arrêt dans le cas de l’interaction des
électrons avec le tungstène. 0,1
ion
Sur cette figure on peut constater qu’au-delà ray
d’une énergie de l’ordre de 10MeV, l’électron tot
perd son énergie essentiellement par 0,01
0,01 0,1 1 10 100 1000
rayonnement. Le rendement du rayonnement
Energie (MeV)
est alors supérieur à 50% au-delà de 10MeV.
Si E représente l’énergie totale d’un électron de vitesse c , pour des électrons ultra-relativistes,
l’équation (19) s’écrit :
 
 dE   dE  16 Z22e6  233  E ; (Le signe moins indique que l’énergie cinétique ou
 
     n Ln
 dx   dx ray    1 
2
3 m0c 2 c  Z2 3 
l’énergie totale diminue) et on se situe dans une région ou le pouvoir d’arret radiatif domine (au
dessus du point d’intersection)
Cette équation différentielle a pour solution : E  E0 exp   x  ;
 X0 

 
2
3 m0c 2 c
Avec : X0  cette expression indique que lors que le rayonnement est la
 
2 6  233 
16nZ2 e Ln 1
 3
 Z2 
source principale de la perte d’énergie des électrons, celui-ci perd son énergie selon une loi
exponentielle en fonction de la profondeur. Cette décroissance est mesurée par la longueur X0.
Cette longueur est de l’ordre de 270m dans l’air, de 7.2 cm dans l’aluminium, de 0.65cm dans le
tungstène et de 0.39cm dans le plomb.

REFERENCES DU CHAPITRE

J.D. Jackson: Classical Electrodynamics (J. Wiley) Second Edition 1975


J Vanderlinde: Classical Electromagnetic Theory (Springer) 2005
P. Sigmund Particle penetration and radiation effects (Springer) 2006

13/09/2011 Post Graduation SNIRM 3.24/34


IRM1 Chapitre3 : Théories classiques du ralentissement

ANNEXE I : TRANSFORMEES DE FOURIER

Toute fonction du temps f(t) admet une transformée de Fourier f  t  .





1
f t  eit f   d
 2  1/ 2

Cette décomposition est UNIQUE : f  t   g  t  quelque soit t  f    g   quelque soit  .
f(x) fonction d’espace à une dimension de transformée de Fourier f  k  .



1
f x  eikx f  k  dk (A.1.1)
 2  1/ 2




1
et: f  k   eikx f  x  dx (A.1.2)
 2  1/ 2

f(r) fonction à trois dimensions de transformée de Fourier f  k  :


1
f r   eikr f  k  dk (A.1.3)
3
 2  2 k


1
et f  k   eikr f  r  dr (A.1.4)
3
 2  2 r

f(r,t) fonction à quatre dimensions de transformée de Fourier f  k ,  :

 
e
1 i kr t  
f r ,t  f  k ,   dk d (A.1.5)
 2 2
k ,

 e 
1 i kr t 
et f  k ,   f  r , t  dr dt (A.1.6)
 2  2
r ,t
Cette décomposition étant unique ; on a :
f  r , t   g  r , t   f  k ,   g  k , 
La fonction de Dirac à une dimension (x) définie à une dimension par :

f  x0  
 
f  x    x  x0  dx se développe:




1
 x  eikx f  k  dk (A.1.7)
 2  1/ 2




1 1
f k   eikx   x  dx  (A.1.8)
 2  1/ 2
  2 1 / 2



1
 x  eikx dk (A.1.9)
  
2 
La fonction de Dirac à trois dimensions (r) se développe de façon similaire:


1
 r   eikr dk (A.1.10)
 2  3
k

13/09/2011 Post Graduation SNIRM 3.25/34


IRM1 Chapitre3 : Théories classiques du ralentissement

ANNEXE II : DIFFUSION COULOMBIENNE


On s’intéresse à la diffusion élastique de deux particules en interaction dans le domaine non
relativiste et traitée de façon classique.
1. Problème à deux corps
Considérons deux particules en interaction sous
l’effet d’un potentiel central ce qui équivaut à
dire que l’énergie potentielle d’interaction est : (v1)
V  V  r   V r  . (r est le vecteur position (m1,v) (r)
relative des deux particules). Supposons en (r1)
outre que cette interaction est nulle lorsque les G
b (R)
deux particules (1 et 2) sont ‘suffisamment’
 
éloignées V     0 . Définissons les grandeurs (v2) (m2,v=0) O
mesurées dans le système du laboratoire (figure (r2)
II.1) ; l’interaction dans le cas représenté est
répulsive.
Supposons que la particule 2 est initialement au Figure II.1 : Diffusion élastique dans le système du
repos en O et que la particule 1 (incidente) est laboratoire
animée d’une vitesse v. Cette hypothèse n’est
pas nécessaire pour la démonstration suivante mais sera à la base de l’établissement de la section
efficace de Rutherford.
On définit le paramètre d’impact b comme étant la distance minimale d’approche des deux
particules sans interaction V r   0 .  
Soit G le centre de masse du système défini par :
m1r1  m2 r2  MR;  M  m1  m2  . (A.2.1)
On repère le mouvement des deux particules (changement de variables) à travers les coordonnées
 m r
r  r1  r2  r1  R  2
  M
 m1r1  m2 r2   (A.2.2)
 R  m
r2  R  1r
M  M
Si on néglige toutes les interactions externes sur le système constitué des deux particules en
interaction, la quantité de mouvement P totale, l’énergie totale E du système et le moment
cinétique total L se conservent.
Dans le système du laboratoire :
. . . .
 P  m1 r1  m2 r2  M R  R  Cste
1 1
 E m1v12  m2 v 22  V  r1  r2  à l’aide de la relation (A.2.2) :
2 2
2 2
1 . 1 . mm
E  M R   r  V r  avec: = 1 2 masse réduite 
2 2 M
. . . .
 L  m1 r1 r1  m2 r2  r2   r r  MR  R  Cste
Dans le système du centre de masse (C.D.M.) : les coordonnées des particules sont R1 et R2
avec : R1 = r1-R et R2 = r2 -R .
. . .   . 
 P '  m1 R1  m2 R2  m1  r1  R   m2  r2  R   0
   
2
1 2 1 1 .
 E'  m1R1  m2 R 22  V  r1  r2  E'   r  V r 
2 2 2
. . .
 L '  m1 R1 R1  m2 R 2  R2   r r

13/09/2011 Post Graduation SNIRM 3.26/34


IRM1 Chapitre3 : Théories classiques du ralentissement

Les référentiels du laboratoire et du centre de masse sont galiléens (en translation uniforme). Les
mêmes lois de la physique s’y appliquent. Les grandeurs P’, E’ et L’ sont constantes.
Ceci réduira le problème à deux corps en un problème à un corps.
2
1 .
L’énergie dans le centre de masse est E '   r  V r  : conservée (force conservative).
2
.
Le moment cinétique est : L '   r r : conservé (force centrale).
Le mouvement du centre de masse est une translation uniforme et dans le système du centre de
masse le problème est celui d’une particule fictive de masse μ. La coordonnée utilisée r représente
la coordonnée relative des deux particules. Les équations du mouvement décriront l’évolution dans
le temps de ce paramètre. r représente alors la vitesse relative des particules.

2. Section efficace de Rutherford Δ


Prenons le cas de la diffusion par un potentiel φ b
(V)
e2
central coulombien : V r   Z1z 2 . (μ,v) (r) θ
r
Pour un paramètre d’impact b donné la particule b
fictive a un angle de diffusion  ;    0,  . La
vitesse initiale de la particule fictive v est bien G
celle de la particule incidente dans le système du
laboratoire si la particule cible est immobile.
L’axe Δ représente un axe de symétrie de la
figure. La particule peut être repérée par les
Figure II.2 : Diffusion élastique dans le système du
           c.d.m.
coordonnées r,        ,   .
  2   2 
La variation de la quantité de mouvement de la
Δ b
particule P subie par la particule est, d’après la
relation fondamentale de la dynamique (RFD):


(μ,v)
P  F  r  dt ; l’intégrale portant sur tous les ΔP Pf
ΔP
θ
b
instants t durant l’interaction. La diffusion étant
élastique, la quantité de mouvement ne change Pi Pi
G
pas de module. Notons Pi et Pf les quantités de
mouvement avant et après l’interaction. -(π-θ)/2 (π-θ)/2
Par raison de symétrie la composante normale à
l’axe Δ donnera une contribution nulle. La force
Figure II.3 : Transfert de quantité de mouvement
e2
radiale est : F r   Z1z2 .
r2

En outre, P  Pi  Pf  v  P  2P sin (voir le triangle isocèle figure II.3).
2

t 

P  2P sin
2


t 
F r  cos dt en prenant l’origine des temps lorsque la particule traverse

l’axe Δ.
vb
L’invariance du moment cinétique s’écrit : L '  t     vb  L '  t   r 2 
 implique :   .
r2
En opérant le changement de variable t   :
     
      2
  2  F r cos  d 
P  2v sin 
2   
  
 2 

 
   
 
 2 


 2  F r r cos d 
 
vb

13/09/2011 Post Graduation SNIRM 3.27/34


IRM1 Chapitre3 : Théories classiques du ralentissement

  
 
    Z1z 2 e2
2
2v b sin  Z1z2 e
2
2 

2 
  
  
cos d 
 2 
 2Z z
1 2 e 2
cos
2
; qui peut s’écrire : tan
2

v 2b
Considérons le choc frontal entre deux particules de charges de même signe désignons par d la
distance minimale d’approche; la conservation de l’énergie s’écrit :
1 2 e2
E ' r     v  E ' r  d  Z1z 2 
2 d
2Z1z2 e2
d appelé ‘diamètre de collision’ (A.2.3)
v 2
La relation entre paramètre d’impact et angle de diffusion cdm s’écrit alors :
 d
tan  (A.2.4)
2 2b
d d 2bdb
La section efficace de diffusion est d  2bdb  d  d  2  sin d   
d d 2 sin d
2 2
d d2 1  Z z e2  1  Z z e2  1
  1 22   1 2  (A.2.5)
d 16 sin 4   2v 
 sin 4
  
 2pv  sin 4

2 2 2

3. Energie transférée
On se propose d’établir la relation entre l’énergie transférée T dans le système du laboratoire à le
particule cible en fonction de l’angle de diffusion  dans le centre de masse (cdm) dans une
diffusion coulombienne.
On adopte les notations pour les vitesses : dans le laboratoire : petites lettres et grandes lettres
dans le cdm.
On prime les vitesses après diffusion élastique.

Laboratoire C.D.M. (PT=0)


(m1, v) (m1, V1)
T1
AVANT
(m2, v2=0)
(m2, V2)

(m1, v’1) (m1, V’1)


θ
APRES VG
(m2, v’2) π-θ

T (m2, V’2)

m2 m1
Avant collision : V1  v1; V2   v1  v G ;
m1  m2 m1  m2
m
Après collision : V '1   2 V ' 2
m1
Energie cinétique disponible dans le cdm :

13/09/2011 Post Graduation SNIRM 3.28/34


IRM1 Chapitre3 : Théories classiques du ralentissement

m2 1 m2 
Td  T '1 T '2  T1  m1v 2
m1  m2 2 m1  m2  m1
2   V '2  v  vG
1  m2  2 1 2 1 2 m2   m1  m2
m1   V ' 2  m2 V '2  m2 V ' 2  1  
2  m1  2 2  m1  
L’énergie transférée à la cible T et :

     
1 2 1 2 1
T m2 v'2  m2 V'2  v G  m2 V ' 22  v G
2
 2V ' 2 v G cos 
2 2 2
2
1  m1 
= m2 V ' 22  2  2 cos    m2 v 2   1  cos  
2  m1  m2 
m1m2 
=4 T sin2
2 1
m1  m2  2
 m1m2
T  Tmax sin2 avec: Tmax =4 T1
2 m1  m2 2
Remarque importante les énergies cinétique de la particule cible T et du projectile T1 sont
mesurées dans le système du laboratoire et  est l’angle de diffusion dans le centre de masse.

13/09/2011 Post Graduation SNIRM 3.29/34


IRM1 Chapitre3 : Théories classiques du ralentissement

ANNEXE III : MILIEU LINEAIRE


Considérons un système LHI pour lequel la constante diélectrique ne dépend pas du vecteur d’onde
k :   k ,     
 Pour un régime purement sinusoïdal, la linéarité de ce milieu s’exprime par:
D    E    4P       E   ; (A.2.1)
Dans ce cas on a également la relation pour la variable temps D  t      E  t 

 Si on s’intéresse au cas général, la linéarité précédente s’applique à chaque composante de


       E
Fourier D    ; c'est-à-dire dans le mode non sinusoïdal ; on a :
   1  
  
1 1
D t     E
   eit d      E  t '  eit ' dt '  eit d
2  2 
 2 t ' 

 
En posant :   t  t ' ;
  1      
   
1 1
D t      E  t   e i 
d d  E  t       ei d d
2   2 
 2    
   

  
 
    1 ei d 
1
En posant G    
 (A.2.2)
 2  
 
; on a :

D t  E t 
 
E  t    G   d (A.2.2’)

 
Il apparaît que lorsque le milieu est linéaire et dispersif      , alors il existe une relation de
proportionnalité entre D et E dans le domaine fréquentiel et non temporel.



1
La polarisation du milieu P  t   E  t    G   d ;
4 
Apparaît comme un produit de convolution du champ électrique par une fonction ’retard’ G    .
Mais la polarisation ne peut dépendre des instants postérieurs à t on a donc G     0 pour <0 ;
ceci est souvent désigné par ‘principe de causalité’, qui énonce qu’un effet ne peut précéder une
cause. L’effet est ici représenté par la polarisation P  t  et la cause par le champ électrique E  t  .
On a alors : d’après les propriétés des transformées de Fourier
  
     1 



 0
G    ei d  ; en outre :





1
P t  E  t    G   d (A.2.3)
4  0
On aura également :
Si le champ est une impulsion très brève que l’on peut représenter par une fonction de Dirac :

Gt

1
E  t   E0   t   P  t   E0   t    G   d  ;
4  0 4

13/09/2011 Post Graduation SNIRM 3.30/34


IRM1 Chapitre3 : Théories classiques du ralentissement

La fonction G  t  apparaît alors comme la réponse impulsionnelle du milieu (au facteur 4 près).
Dans le cas d’un milieu non dispersif       la constante diélectrique est indépendante de la
pulsation, l’équation (A.2.2) donne :
 G        1      , dans ce cas il n’existe pas de retard à la polarisation et on retrouve
D  t   E  t  .
Remarque importante : la relation entre D  t  et E  t  dans un milieu LHI s’écrit :
D  t    E  t  (A.2.4)
et  est un opérateur défini par la relation A.2.2’.

Mais la propriété suivante est importante : la transformée de Fourier d’un produit de convolution
est le produit de transformées de Fourier.
Ainsi dans les équations temporelles, la constante diélectrique peut être considérée comme une
constante lorsqu’il s’agit de passer dans l’espace des pulsations.

Application : modèle classique de l’oscillateur harmonique.

p2
    1  0 est la pulsation propre de l’oscillateur et p la pulsation
 02  2   i
plasmon du gaz électronique. Les pôles sont dans le plan complexe et valent :
 2
1,2  i   ' 02 avec  ' 02  02 
2 4
 2 
 sin '0        0 pour   0

 G     p e 2           fonction de Heaviside 
 ' 0        1 pour   0
D’après cette en temps la réponse du système est confinée dans un intervalle de temps de l’ordre
de  1 (généralement de l’ordre de 10-8s).

13/09/2011 Post Graduation SNIRM 3.31/34


IRM1 Chapitre3 : Théories classiques du ralentissement

ANNEXE IV : CHOCS ADIABATIQUE ET SOUDAIN : cas d’un oscillateur


harmonique à une dimension
Considérons un oscillateur de pulsation propre 0 de masse m et de coefficient d’amortissement
visqueux  (que l’on fera tendre vers zéro) à une dimension (x). Cet oscillateur est soumis à une
force F(t) quelconque.
L’équation du mouvement est alors :
F t
x  t   x  t   02 x  t  
 (A.4.1)
m
Ce problème dans toute sa généralité est solvable grâce à l’utilisation des transformées de Fourier
pour toute excitation F(t). Avec les notations habituelles ; on a :



1
x t  x   e  it d
2

L’équation du mouvement devient alors dans l’espace réciproque :
F   1
x    (A.4.2)

m 0  2  i
2

Le transfert d’énergie T à la masse m est égal au travail de F au cours de l’interaction. On a :
 

 
dx
T Fdx = F t.  t  dt
  dt
Soit, à l’aide des transformées de Fourier :


  
i
T e i ' tF   '  d' x  e it ddt
 2  t  ' 
 

 e 

 i  '  t
avec : dt  2     '  ; T  i F   x   d
t  
2
 F   
F(t) étant réelle, on a : F *    F   ; T  i
  m  20  2  i 
d


2 2 2
F    0    i    d ; La partie imaginaire étant nulle (fonction impaire
T  i
  m
 20    2 2
 2 2
sur intervalle symétrique) il reste :
2 2
 F   2  F   
T
  m
 20  2 2
   2 2
d 
 m
 20  2 2

d

2
 2

Avec la propriété de la fonction de Dirac (x).

  x   lim 0

 2  x 2 
F  

2 
20  2    d
T
 m
 



 

13/09/2011 Post Graduation SNIRM 3.32/34


IRM1 Chapitre3 : Théories classiques du ralentissement


 x  xj 
avec :  g  x   
 j  
g' xj
x j sont les zéros de g  x 

2
F  0 
T (A.4.3)
m
Seule la composante de Fourier correspondant à la résonnance    0  intervient dans le
transfert.
Force constante
Pour illustrer cet exemple ; prenons le cas d’une force qui agit durant un intervalle de temps 
F  t   F0    t  
 2 2
pendant lequel, on peut la considérer comme constante :  .
 F  t   0 t  2
Le produit F0  est l’impulsion et représente la quantité de mouvement qu’aurait acquise la masse si
elle était initialement libre et au repos.

2
   
F  0 
2

2 2i sin  0  sin2  0 
F02 F02 F02 2
  2   2 
2
T  ei0t dt  
m 2m t   2m i0 2m  0  2
2
 
 2 
F02 2
Le terme représente l’énergie transférée à une particule initialement libre et au repos et la
2m
notons TL.
 
sin2  0 
T  TL  2  (A.4.4)
2
 0  
 
 2 
  
Le paramètre 0   définit totalement le type de transfert; où T0 représente la période
2 T0
propre de l’oscillateur.
   T0 : approximation du choc soudain ; La durée de l’interaction est faible devant la
période propre de l’oscillateur ; l’énergie transférée à l’oscillateur est celle qu’il transfère
à la masse libre et au repos.
   T0 : approximation du choc adiabatique ; La durée de l’interaction est grande devant
la période propre de l’oscillateur l’énergie transférée à l’oscillateur est nulle.

Force gaussienne
On pourra reprendre ce calcul pour une interaction de type gaussien ; c’est à dire une force
t2
 2
transitoire de la forme : F  t   F0 e 
2 ; le paramètre  mesure la durée de l’interaction. De la
même façon, on aura :
2
2 t2
F  0  F2  


2
T   0 e 2  ei0t dt
m m t 





 2  t  
 
2

On rappelle que : e dt  ,   et e  2  0





13/09/2011 Post Graduation SNIRM 3.33/34


IRM1 Chapitre3 : Théories classiques du ralentissement

2 2
t2 2 2 0 

2 2
 i0 t  
1
2 2
t  i 0  
2
 
 

1
2

;   i0 2 

2 2
2
 1
F02 

 2 2
t  i
0  2 2 0  

2 
 F02 2 2 2
T

2m t 
e  dt 
m
e 0

La quantité de mouvement transférée à une particule initialement libre et au repos est :


 

 
t2

PL  F  t  dt  F0 e 2 2 dt  2F0 ;
t  t 

 PL 2 F02 2
L’énergie transférée vaut : TL  
2m m
2 2
T  TL e 0 (A.4.5)

1,0

1,0 constante
gaussienne 0,8
2 2
0,8 T/TL=sin (0/2)/(0/2)
0,6
F(t)/F0

0,6 2
T/TL

T/TL=exp-(0)
0,4
0,4

0,2
0,2

0,0
0,0 0 2 4 6 8
-2,0 -1,5 -1,0 -0,5 0,0 0,5 1,0 1,5 2,0
0/2
t/

13/09/2011 Post Graduation SNIRM 3.34/34