Vous êtes sur la page 1sur 1

Graj

Rythme à 4 temps, il est associé au travail. On prétend qu'il provient de


extrait musical : le rythme la préparation du manioc. Quand les gens râpaient le manioc dans les
graj campagnes pour préparer la galette de kassav, le travail était rythmé par
(mp3, 333 Ko)
des chants. C'est de là que le rythme graj tiendrait son origine.
On le retrouve aussi dans le travail des champs, semailles ou récoltes.
4/4 1 + 2 + 3 + 4 +
Les grajs ont très présents dans la région du nord Basse-Terre.
pulsation x x
boula M (t) A A M A A B Rythmes
mains D G D G D G D G Il y a deux techniques de frappe pour le graj. L'une où les deux mains
jouent indifféremment sur l'aigu et la basse, l'autre où chaque main à son
frappes : B = basse ; M = medium ; A = registre de ton propre.
aigu ; (t) = touché
mains : D =droite ; G = gauche Il y a une variante du graj, typique de la région de Sainte-Rose et du
pulsation : frappement de mains de Lamentin, c'est le graj à trois rèpriz (twa rèpriz).
l'assistance
Il consiste en l'accentuation des trois derniers temps de la mesure,
marqués simultanément par le makè et le danseur à la fin de chaque cycle
de pas de danse. Il faut noter que le dernier de ces trois temps est doublé
(double croche) par le makè.
Ailleurs, pour les autres rythmes du gwoka, la fin des cycles de pas de
danse est marqué seulement par un temps fort tant par le makè que le
danseur. Après ce ou ces temps forts, le danseur change de pas, suivit par
le makè sur son tambour.

: basse ; : medium ; : aigu


La rèpriz désigne la respiration cyclique du mouvement rythmique. Celui
qui joue ou chante sans rèpriz se fait systématiquement rappeler à l'ordre
par l'assistance ou les autres musiciens.

Chants et thèmes
Il y a plusieurs formes de chants de graj. Une forme un peu libre, appelée
aussi bèlè, constituée de chansons qui ont trait à des histoires, des faits
divers, des personnes qui ont défrayées la chronique.
Une autre forme où les chœurs chantent des onomatopées (exemple :
oulalala oulalélélélé dans le titre Elwa).
Enfin des graj de création individuelle.
Les chansons liées au graj expriment également la peine, la nostalgie. Beaucoup parlent de la guerre,
notamment lorsque les gens partaient en dissidence pour aller rejoindre le général de Gaulle ou fuir le régime
de Vichy (Tan Sorin). Et de même auparavant, pour la guerre 1914-1918 (exemple les morceaux Dardanel'
an kalé, An tou mò).

Danse
C'est un rythme lent et chaloupé. La danse se pratique avec des petits pas et dans la souplesse. Plutôt dansé
par les hommes, ces derniers doivent montrer un certaine "félinité", et exprimer dans la danse un maximum
de sensualité.

Titres de référence
On trouve de beaux graj dans les répertoires de Christen Aigle ou du groupe Indestwaska. Mais aussi chez
Henri Délos (cd Gwoka - Soirée léwoz à Cacao, Paris, Ocora Radio France), et dans les disque des groupes
Poukoutan ou Krey, interprétés par Jean-Marie Lurel.

Vous aimerez peut-être aussi