Vous êtes sur la page 1sur 6

Université de Caen Année 2007/2008 1er semestre

U.F.R Sciences Licence 1ere année Sciences et Technologie


Louis Leroux S3 110 Mise à niveau en mathématiques
louis.leroux@math.unicaen.fr

Limites, continuité, dérivabilité et études de fonctions

1 Limites
1.1 Définition et premières propriétés
Définition 1.1 Dans les énoncés suivants, a et L sont deux réels.
· f étant définie sur un intervalle de borne +∞, lim f (x) = L si tout intervalle ouvert contenant
x→+∞
L contient toutes les valeurs f (x) pour x assez grand.
· f étant définie sur un intervalle de borne −∞, lim f (x) = L si tout intervalle ouvert contenant
x→−∞
L contient toutes les valeurs f (x) pour x assez petit (ou grandement négatif ).
· f étant définie sur un intervalle I contenant a sauf peut-être en a, lim f (x) = L si tout inter-
x→+∞
valle ouvert contenant L contient toutes les valeurs f (x) pour x assez proche de a dans I.
· f étant définie sur un intervalle de borne +∞, lim f (x) = +∞ si tout intervalle ouvert ]A; +∞[,
x→+∞
où A est un réel positif arbitraire, contient toutes les valeurs f (x) pour x assez grand.
On définit de la même façon lim f (x) = −∞ , lim f (x) = +∞ , lim f (x) = −∞ .
x→+∞ x→−∞ x→−∞
· f étant définie sur un intervalle I contenant a sauf en a, lim f (x) = +∞ si tout intervalle ouvert
x→a
]A; +∞[, où A est un réel positif arbitraire, contient toutes les valeurs f (x) pour x assez proche de a
dans I.
On définit de la même façon lim f (x) = −∞
x→a

Propriété 1.2 Premières limites de rérérence


Dans tout ce qui suit, a est un réel et n un entier non nul.
· lim xn = +∞ · lim x2n = +∞ · lim x2n+1 = −∞
x→+∞ x→−∞ x→−∞
√ 1
· lim xn = an · lim x = +∞ · lim = +∞
x→a x→+∞ x→0 x2n
1 1
· lim = +∞ · lim = −∞
x→0+ x2n+1 x→0− x2n+1

1
Théorème 1.3 (Théorème de comparaison)
Dans ce qui suit a est un réel ou bien +∞ ou bien −∞, et L est un réel.
Si pour x assez voisin de a, |f (x) − L| ≤ g(x) avec lim g(x) = 0, alors lim f (x) = L.
x→a x→a

Théorème 1.4 (Théorème des gendarmes)


· Si pour x voisin de a, g(x) ≤ f (x) ≤ G(x) avec lim g(x) = lim G(x) = L, alors lim f (x) = L.
x→a x→a x→a
· Si pour x voisin de a, g(x) ≤ f (x) et lim g(x) = +∞, alors lim f (x) = +∞.
x→a x→a
· Si pour x voisin de a, f (x) ≤ g(x) et lim g(x) = −∞, alors lim f (x) = −∞.
x→a x→a

1.2 Opérations sur les limites


Dans ce qui suit, a est un réel ou bien −∞ ou bien +∞, L et L0 sont deux réels.

Somme
Si lim f (x) = L et lim g(x) = L0 , alors lim (f + g)(x) = L + L0 .
x→a x→a x→a
lim f (x) = L L L +∞ −∞ +∞
x→a
lim g(x) = L0 +∞ −∞ +∞ −∞ −∞
x→a
lim (f + g)(x) = L + L0 +∞ −∞ +∞ −∞ F.I.
x→a

Produit Si lim f (x) = L et lim g(x) = L0 , alors lim (f × g)(x) = L × L0 .


x→a x→a x→a
lim f (x) = L L>0 L<0 L >0 L<0 +∞ +∞ 0
x→a
lim g(x) = L0 +∞ +∞ −∞ −∞ +∞ −∞ ±∞
x→a
lim (f × g)(x) = L× L0 +∞ −∞ −∞ +∞ +∞ −∞ F.I.
x→a

 
0 f L
Quotient Si lim f (x) = L et lim g(x) = L , alors lim (x) = 0 .
x→a x→a x→a g L
lim f (x) = L 0 +∞ +∞ L ±∞
x→a
lim g(x) = L0 6= 0 0 L0 > 0 L0 < 0 ±∞ ±∞
x→a
 
f L
lim (x) = F.I. +∞ −∞ 0 F.I.
x→a g L0

1.3 Exercices
Exercice 1 Déterminer lim f (x) dans chacun des cas suivants :
x→+∞
· f (x) = 3x2 + 5x − 7 · f (x) = −2x3 + 7x − 9
5x2 + x − 3
f (x) = 2x5 − 3x + 4 11x17 − 14x13 + 4x − 2
 
· · f (x) =
x+2

2

−7x2 + 2x − 3 2x x + 1
· f (x) = · f (x) =
4x2 + 3x − 1 2
√x − 1
√ √ x+1−1
· f (x) = x + 1 − x − 1 · f (x) = √
x+2−2
Exercice 2
Déterminer les limites de f aux bornes de son ensemble de définition dans chacun des cas suivants :
2x − 1 x2 − 3x + 2
· f (x) = · f (x) = 2
x−3 √x −9
3
4x + 2 x+1−1
· f (x) = · f (x) = √
−2x2 + 3x + 5 x+2−2

2 Continuité
2.1 Définition et propriétés
Définition 2.1 Soit f une fonction définie sur un intervalle I de R contenant a. On dit que f est
continue en a si et seulement si f a une limite en a (qui vaut nécessairement f(a)). On dit que f
est continue sur la partie D de R lorsque f est continue en tout point de D.

Théorème 2.2 (Théorème d’opérations sur les fonctions continues)


Soit C(I) l’ensemble des fonctions continues sur l’intervalle I de R. Soient f et g deux fonctions de
C(I) et h ∈C(I) ne s’annulant pas sur I. Alors :
· ∀(a, b) ∈ R2 , (af + bg) ∈C(I).
· f × g ∈C(I). En particulier, ∀n ∈ N, f n ∈C(I).
f
· ∈C(I).
h
Soient f une fonction continue sur I à valeurs dans J (I et J intervalles de R) et g une fonction
continue sur J, alors f ◦ g est continue sur I.

Corollaire 2.3 Toute fonction polynôme ou rationnelle est continue sur son ensemble de définition.

Si u est positive et continue sur son ensemble de définition D, alors u est continue sur D.

2.2 Exercices
Exercice 3
x2 + 1 √
Soient f (x) = , g(x) = x2 + x − 2 et h(x) définie par morceaux de la façon suivante :
x−3
si x ≤ 1, alors h(x) = 2x2 − x + 2
si x > 1, alors h(x) = −x2 + 3x + 1.
Etudier la continuité de ces trois fonctions sur leur ensemble de définition.

3
3 Dérivabilité
3.1 Définition et propriétés
Définition 3.1 Soit f une fonction définie sur un intervalle I de R contenant a. f est dérivable en a
f (x) − f (a)
si et seulement si lim existe et est un nombre fini. Cette limite est appelée nombre dérivé
x→a x−a
f (a + h) − f (a)
de f en a et est noté f 0 (a). On peut, de façon équivalente, chercher à calculer lim .
h→0 h
La fonction dérivée, notée f 0 de la fonction f est la fonction qui à tout x de I associe, lorsqu’il existe,
le nombre f 0 (x).

Interprétation géométrique
· Si f est dérivable en a, alors la courbe représentative C de f admet au point A(a, f (a)) une tangente
∆ de coefficient directeur f 0 (a). L’équation de ∆ est alors : y = f 0 (a)(x − a) + f (a) .
f (x) − f (a)
· Si lim = ±∞, alors f n’est pas dérivable en a mais C possède en A(a, f (a)) une
x→a x−a
tangente verticale d’équation x = a.
f (x) − f (a)
· Si n’a pas de limite en a, alors C n’a pas de tangente en A.
x−a
Propriété 3.2 Si f est dérivable en a alors elle est continue en a.

Attention, la réciproque est fausse : les fonctions x 7→ |x| et x 7→ x sont continues en 0 mais ne
sont pas dérivables. Admettent-elles une tangente en 0?

3.2 Formules de dérivation


Dans tout ce qui suit, u et v sont deux fonctions définies sur un intervalles I de R, λ est un nombre
réel et n un entier naturel non nul.

Propriété 3.3
· (u + v)0 = u0 + v 0
· (λu)0 = λu0
· (uv)0 = u0 v + uv 0
· (un )0 = nu0 un−1
u
Si de plus pour tout x dans I v(x) 6= 0 alors est dérivable et :
 u 0 u0 v − uv 0 v
· =
v v2
Si u est dérivable sur I à valeurs dans J et v est dérivable sur J, alors v ◦ u est dérivable sur I et :
· (v ◦ u)0 = u0 × v 0 ◦ u

Si u est positive et dérivable sur I, alors u est dérivable sur I et :
√ 0 u0
· ( u) = √ .
2 u

4
Propriété 3.4 f est une fonction dérivable sur un intervalle I de R.
· f est croissante sur I ⇔ (∀x ∈ I, f 0 (x) ≥ 0).
· f est décroissante sur I ⇔ (∀x ∈ I, f 0 (x) ≤ 0).
· f est constante sur I ⇔ (∀x ∈ I, f 0 (x) = 0).

Rem : Des inégalités strictes donnent la stricte monotonie.


Propriété 3.5 Si f est dérivable sur un intervalle I de R et si f admet un extremeum local en c ∈I,
alors f 0 (c) = 0.

3.3 Exercices
Exercice 4
Déterminer, après avoir déterminé Df et Df 0 , la fonction dérivée de la fonction f dans chacun des
cas suivants :
2x + 3 x−2
· α(x) = · β(x) = 2
x−1 x − 7x + 10
x2 + 3x − 1
· γ(x) = 2 · δ(x) = (4x − 3)5 (7x2 + 2x + 1)7
2x √ + 3x − 5
2 x
· (x) = 2 · ζ(x) = |3x2 − 7x + 4|
x +x+1
√ (x − 1)2
· η(x) = x2 − 10x + 21 · θ(x) =
x−2
Exercice 5
Dresser le tableau de variations des fonctions α, β, ζ, η et θ de l’exercice précédent.

4 Compléments pour les études de fonctions


4.1 Approximation des solutions d’une équation f (x) = 0
On peut dans certains cas déterminer la valeur exacte des solutions d’une équation f (x) = 0 (c’est
le cas par exemple si f est un polynôme de degré 1 ou 2), mais dans la plupart des cas on ne
peut obtenir de telles valeurs. On est donc amené à rechercher des valeurs approchées des solutions
d’une telle équation. Le théorème suivant permet d’obtenir, avec la précision que l’on veut, ce genre
d’approximations.
Théorème 4.1 (Théorème des valeurs intermédiaires) Soit f une fonction définie sur un in-
tervalle [a; b] de R. On suppose que f vérifie les conditions suivantes :
(i) f est continue sur [a; b].
(ii) f est strictement croissante sur [a; b].
(iii) f (a) < 0.
(iv) f (b) > 0.
Alors il existe un unique α ∈]a; b[ tel que f (α) = 0.
Exemple Soit f (x) = x3 + 5x + 1. On veut obtenir des valeurs approchées à 10−3 près des solutions
de l’équation f (x) = 0. Une rapide étude de fonction montre que f est croissante sur R. De plus, on

5
a f (−1) = −5 et f (0) = 0. Le théorème précédent nous assure l’existence et l’unicité de α ∈] − 1; 0[
tel que f (α) = 0.
On calcule ensuite f ( 12 ) = − 13
8 , on peut donc réappliquer le théorème précédent qui affirme alors que
α ∈] − 12 ; 0[. Et ainsi de suite...On répète l’opération jusqu’à obtenir la précision voulue et on obtient
finalement : −0.199 < α < −0.198.
Exercice 6 Déterminer une solution approchée à 10−4 près de l’équation 2x3 + 6x − 5 = 0.

4.2 Asymptotes
On a déjà vu que la courbe représentative d’une fonction admet une asymptote verticale si elle tend
vers ±∞ en un point fini. On voit également que si une fonction tend vers une limite finie α en ±∞,
alors la droite horizontale d’équation y = α est asymptote à la courbe de f en ±∞.Nous traitons ici
plus généralement le cas des asymptotes obliques.
Définition 4.2 Soit f une fonction définie sur un intervalle dont la borne supérieure est +∞. On
dit que la droite ∆ d’équation y = ax + b est asymptote à la courbe de f en +∞ si et seulement si

lim f (x) − (ax + b) = 0


x→+∞

On définit de même l’asymptote à la courbe de f en −∞.


x2 + x + 1
Exemple : Soit f (x) = . Démontrer qu’il existe des réels a, b et c tels que
x−1
c
f (x) = ax + b + . En déduie les asymptote à C, la courbe représentative de f .
x−1
On a lim |f (x)| = +∞ donc la droite d’équation x = 1 est asymptote verticale à f . Après calculs
x→1
3
(lesquels?), on obtient f (x) = x + 2 + et on observe que lim f (x) − (x + 2) = 0. Donc la
x−1 x→±∞
droite d’équation y = x + 2 est asymptote à f en +∞ et en −∞.

5 Exercices
−x2 + 5x − 7 3
Exercice 7 Soit f (x) = .Vérifier que ∀x ∈ R\{4}, f (x) = −x + 1 − .
x−4 x−4
En déduire que la courbe C représentative de f dans un repère donné a deux asymptotes dont on
précisera les équations. √
Exercice 8 Soit f (x) = x2 − 6x + 10 + 2x + 2. Montrer que les droites d’équations y = 3x − 1 et
y = x + 5 sont asymptotes à la courbe C représentative de f dans un repère donne.
x−1 6
Exercice 9 Soit f (x) = 2 si x ≤ 0 et f (x) = 2x + 1 + si x > 0.
x +1 x−3
· Montrer que f est continue en 0.
· Etudier les limites de f aux bornes de son ensemble de définition.
· Donner le tableau de variations de f .
· Montrer que la courbe C représentative de f dans un repère donné possède trois asymptotes dont
on déterminera les équations.

Vous aimerez peut-être aussi