Vous êtes sur la page 1sur 116

Mathématiques 3-4ème niveau normal

P. Rey
LATEX

10 février 2010
2
Table des matières

1 Calcul différentiel 7
1.1 Rappels . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7
1.1.1 Notion de pente . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7
1.1.2 Equation d’une droite . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7
1.1.3 Factorisation des polynômes - simplification de fractions algébriques . . . . . . 10
1.1.4 Fonctions : croissance - décroissance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10
1.2 Limite et continuité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11
1.2.1 Exemple introductif . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11
1.2.2 Définition de la limite en un point . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14
1.2.3 Continuité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15
1.2.4 Calcul de limites de quotients . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16
1.3 Asymptotes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17
1.3.1 Définition . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17
1.3.2 Asymptote verticale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18
1.3.3 Asymptote horizontale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20
1.3.4 Asymptote oblique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21
1.4 Taux de variation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24
1.5 Dérivée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26
1.5.1 Définition . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26
1.5.2 Equation de la tangente . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26
1.5.3 La fonction dérivée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27
1.5.4 Fonctions non dérivables . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28
1.5.5 Dérivée de quelques fonctions (à l’aide de la définition) . . . . . . . . . . . . . . 29
1.5.6 Règles de dérivation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30
1.5.7 Dérivation des fonctions algébriques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32
1.6 Théorèmes d’analyse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33
1.6.1 Théorème de accroissements finis . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33
1.6.2 Théorème reliant dérivée et croissance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34
1.7 Croissance - décroissance et extremums . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35
1.7.1 Points critiques - Extremums locaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35
1.7.2 Extremums globaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37
1.8 Concavité - convexité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38
1.8.1 Définition . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38
1.8.2 Propriétés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39
1.9 Etude de fonctions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40
1.9.1 Etude d’un polynôme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40
1.9.2 Etude d’une fonction rationnelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42
1.10 Dérivées des fonctions trigonométriques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 44
1.10.1 Construction géométrique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 44
1.10.2 Calcul de la dérivée de la fonction sinus . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 44
1.10.3 Dérivées des fonctions tangente et cotangente . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 45
1.11 Dérivée de la composée de fonctions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46
1.12 Dérivée de la réciproque d’une fonction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 47

3
4 TABLE DES MATIÈRES
1.13 Dérivées des fonctions exponentielle et logarithme naturel . . . . . . . . . . . . . . . . 48
1.13.1 Dérivée de la fonction exponentielle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 48
1.13.2 Dérivée de la fonction logarithme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 48

2 Géométrie vectorielle 49
2.1 Notions de base . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 49
2.1.1 Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 49
2.1.2 Addition vectorielle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 50
2.1.3 Soustraction vectorielle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 50
2.1.4 Multiple d’un vecteur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 51
2.1.5 Combinaisons linéaires - bases . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 51
2.2 Produits de vecteurs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 54
2.2.1 Produit scalaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 54
2.2.2 Produit vectoriel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 57
2.2.3 Produit mixte . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 59
2.3 Droite et plan . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 61
2.3.1 Droite . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 61
2.3.2 Plan . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 64
2.4 Intersections . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 71
2.4.1 Intersection d’une droite et d’un plan . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 71
2.4.2 Intersection de deux plans . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 73
2.4.3 Intersection de trois plans . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 74
2.5 Distance d’un point à un plan . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 77

3 Calcul intégral 79
3.1 Intégrale définie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 79
3.1.1 Sommes de Riemann . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 80
3.1.2 Propriétés de l’intégrale définie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 83
3.2 Primitive - Intégrale indéfinie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 85
3.3 Théorème fondamental . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 87
3.3.1 Fonction intégrale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 87
3.3.2 Théorème fondamental . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 87
3.3.3 Théorème de la moyenne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 88
3.3.4 Démonstration du théorème fondamental . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 88
3.3.5 Démonstration du corollaire du théorème fondamental . . . . . . . . . . . . . . 89
3.4 Techniques d’intégration . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 90
3.4.1 Intégration par parties . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 90
3.4.2 Intégration par substitution . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 91
3.5 Applications . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 92
3.5.1 Surface délimitée par plusieurs courbes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 92
3.5.2 Solide de révolution . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 94

4 Algèbre linéaire 99
4.1 Calcul matriciel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 99
4.1.1 Notions de base . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 99
4.1.2 Produit matriciel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 101
4.1.3 Inverse d’une matrice . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 102
4.2 Applications linéaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 103
4.2.1 Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 103
4.2.2 Matrice d’une application linéaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 104
4.2.3 Ensemble des images d’une application linéaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . 105
4.2.4 Noyau d’une application linéaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 106
4.3 Transformations du plan . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 107
4.3.1 Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 107
4.3.2 Homothétie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 109
TABLE DES MATIÈRES 5
4.3.3 Rotation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 110
4.3.4 Symétrie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 111
6 TABLE DES MATIÈRES
Chapitre 1

Calcul différentiel

1.1 Rappels
1.1.1 Notion de pente
La pente entre deux points A = (x1 ; y1 ) et B = (x2 ; y2 ) est donnée par
∆y y2 − y1
penteAB = =
∆x x2 − x1
La pente a d’une droite d sera égale à la pente entre deux points quelconques de cette droite, car elle
est constante.

y P

y − y1
y1 A
x − x1
y2 − y1
y2 B
x2 − x1

x x1 x2

1.1.2 Equation d’une droite


Un point P = (x; y) appartiendra à la droite d si
penteAP = penteAB = pented = a
donc l’équation d’une droite d de pente a passant par un point donné A sera donnée par
y − y1
= a −→ y = y1 + a(x − x1 ) = ax + y1 − ax1 = ax + b
x − x1
la valeur b, correspond à l’ordonnée y du point P d’abscisse x = 0 ; on l’appelle l’ordonnée à l’origine.
Inversément, la connaissance de l’équation permet de décrire la droite
Equation y = ax + b x=a y=b
Description droite de pente a et droite verticale droite horizontale
ordonnée à l’origine b d’abscisse a d’ordonnée b

7
8 CALCUL DIFFÉRENTIEL
Exemple 1
Equation de la droite de pente − 34 passant par (−1; 1)

4
(−1, 1) 1

−2 −1 1 2 3 4
−3
−1

−2 (3, −2)

La droite est de pente a = − 34 , son équation sera


y = − 43 x + b
de plus, elle passe par le point (−1; 1)
1 = − 34 (−1) + b −→ b= 1
4

l’équation sera alors


3 1 −3x + 1
y =− x+ =
4 4 4

Exemple 2
Equation de la droite passant par les points (−2; −1) et (3; 3)

(3, 3)
3

1 4

−3 −2 −1 1 2 3
(−2, −1)
−1
5

−2

La droite est de pente


3 − (−1) 4
a= =
3 − (−2) 5
son équation sera
y = 45 x + b
de plus, elle passe par le point (−2; −1)
−1 = 45 (−2) + b −→ b= 3
5

l’équation sera alors


4 3 4x + 3
y = x+ =
5 5 5
RAPPELS 9
Exemple 3

Graphe de la droite d’équation


5 7
y =− x+3 y = x−3
6 3
(3, 4)
4
(0, 3) 6
3 3

2 2

1 1
−5 7

−1 1 2 3 4 5 6 7 −1 1 2 3 4
−1 −1

−2 −2
(6, −2)
3
−3 −3
(0, −3)

Exemple 4

Graphe de la droite d’équation


y = −2 x=π

4 4

3 3

2 2

1 1
(π, 0)
−4 −3 −2 −1 1 2 3 4 −1 1 2 3 4 5
−1 −1
(0, −2)
−2 −2

−3 −3

−4 −4
10 CALCUL DIFFÉRENTIEL
1.1.3 Factorisation des polynômes - simplification de fractions algébriques
Théorème 1.1. Théorème de divisibilité des polynômes
Si P (x) est un polynôme avec P (a) = 0, alors P (x) est divisible par x − a ; on pourra alors le factoriser
en P (x) = (x − a)Q(x), où Q(x) est le résultat de la division de P (x) par x − a.
Corollaire 1.2. Si f (x) est une fonction rationnelle dont les numérateur et dénominateur s’annulent
en x = a, alors elle est simplifiable par x − a.

Exemple
g(x) x3 − 1
f (x) = = 3
h(x) x −x

On voit que g(1) = h(1) = 0, donc g(x) et h(x) sont divisibles par x − 1. On pourra donc factoriser
(éventuellement par division de g(x) ou h(x) par x − 1) et simplifier
(x − 1)(x2 + x + 1) x2 + x + 1
f (x) = =
x(x − 1)(x + 1) x(x + 1)

Dans les mêmes conditions (numérateur et dénominateur s’annulant en une même valeur), on pourra
également simplifier une fraction contenant des racines (fraction algébrique)

Exemple

x−2 x−1
f (x) = 2
x −x−2
Isolons la racine dans une expression ne s’annulant pas en x = 2
√ √ √
x−2 x−1 x−2 x−1 x+2 x−1 x2 − 4(x − 1)
f (x) = 2 = 2 · √ = 2 √
x −x−2 x −x−2 x+2 x−1 (x − x − 2)(x + 2 x − 1)
on a obtenu deux polynômes s’annulant en x = 2, on peut simplifier par x − 2
(x − 2)2 x−2
f (x) = √ = √
(x − 2)(x + 1)(x + 2 x − 1) (x + 1)(x + 2 x − 1)

1.1.4 Fonctions : croissance - décroissance


Une fonction f est croissante dans l’intervalle I si, quels que soient x1 et x2 dans I
x1 < x2 ⇒ f (x1 ) ≤ f (x2 )

Une fonction f est décroissante dans l’intervalle I si, quels que soient x1 et x2 dans I
x1 < x2 ⇒ f (x1 ) ≥ f (x2 )

f
f (x2 ) f (x1 )
f (x1 )

f (x2 ) f

x1 x2 x1 x2

f croissante f décroissante
LIMITE ET CONTINUITÉ 11
1.2 Limite et continuité
1.2.1 Exemple introductif
Soit la fonction
x2 + x − 6
f (x) =
x2 − 4
son domaine de définition est

Df = R \ {−2; 2}

Que se passe-t-il au voisinage des points exclus ? Plus précisément, comment évolue f (x) lorsque x
s’approche des valeurs exclues x = −2 et x = 2 ?
Tout d’abord une analyse intuitive en s’aidant d’une esquisse du graphe de f

2
f
1

−6 −5 −4 −3 −2 −1 1 2 3 4 5 6
−1

−2

−3

−4

−5

On voit que l’évolution des valeurs f (x) est très différente :


– au voisinage de x = −2, les valeurs de f (x) semblent devenir grandes (en vaeur absolue)
– au voisinage de x = 2, il semble ne rien se passer de particulier
12 CALCUL DIFFÉRENTIEL
Construisons des tables des valeurs de f (x), pour x s’approchant de plus en plus de ses valeurs exclues.

A −4
Si x = −2, f (x) est de la forme , plus précisément
0 0

x y = f (x) x y = f (x) x y = f (x)


-3 0.00 -2.1 -9.00 -2.01 -99.00
-2.9 -0.11 -2.09 -10.11 -2.009 -110.11
-2.8 -0.25 -2.08 -11.50 -2.008 -124.00
-2.7 -0.43 -2.07 -13.29 -2.007 -141.86
-2.6 -0.67 -2.06 -15.67 -2.006 -165.67
-2.5 -1.00 -2.05 -19.00 -2.005 -199.00
-2.4 -1.50 -2.04 -24.00 -2.004 -249.00
-2.3 -2.33 -2.03 -32.33 -2.003 -332.33
-2.2 -4.00 -2.02 -49.00 -2.002 -499.00
-2.1 -9.00 -2.01 -99.00 -2.001 -999.00
-2 non défini -2 non défini -2 non défini
-1.9 11.00 -1.99 101.00 -1.999 1001.00
-1.8 6.00 -1.98 51.00 -1.998 501.00
-1.7 4.33 -1.97 34.33 -1.997 334.33
-1.6 3.50 -1.96 26.00 -1.996 251.00
-1.5 3.00 -1.95 21.00 -1.995 201.00
-1.4 2.67 -1.94 17.67 -1.994 167.67
-1.3 2.43 -1.93 15.29 -1.993 143.86
-1.2 2.25 -1.92 13.50 -1.992 126.00
-1.1 2.11 -1.91 12.11 -1.991 112.11
-1 2.00 -1.9 11.00 -1.99 101.00

on voit aisément que


– lorsque x s’approche par la gauche de −2 (x < −2), les valeurs y = f (x) deviennent très grandes et
négatives.
– lorsque x s’approche par la droite de −2 (x > −2), les valeurs y = f (x) deviennent très grandes et
positives.

Mathématiquement cela s’écrit

lim f (x) = −∞ lim f (x) = +∞


x→−2− x→−2+

limite à gauche, lorsque x tend vers −2, de f (x) limite à droite, lorsque x tend vers −2, de f (x)

Les valeurs infiniment grandes étant dues à la division de -4 par 0.


LIMITE ET CONTINUITÉ 13
0
Si x = 2, f (x) est de la forme , valeur indéterminée
0

x y = f (x) x y = f (x) x y = f (x)


1 1.333 1.9 1.256 1.99 1.2506
1.1 1.323 1.91 1.256 1.991 1.2506
1.2 1.313 1.92 1.255 1.992 1.2505
1.3 1.303 1.93 1.254 1.993 1.2504
1.4 1.294 1.94 1.254 1.994 1.2504
1.5 1.286 1.95 1.253 1.995 1.2503
1.6 1.278 1.96 1.253 1.996 1.2503
1.7 1.270 1.97 1.252 1.997 1.2502
1.8 1.263 1.98 1.251 1.998 1.2501
1.9 1.256 1.99 1.251 1.999 1.2501
2 non défini 2 non défini 2 non défini
2.1 1.244 2.01 1.249 2.001 1.2499
2.2 1.238 2.02 1.249 2.002 1.2499
2.3 1.233 2.03 1.248 2.003 1.2498
2.4 1.227 2.04 1.248 2.004 1.2498
2.5 1.222 2.05 1.247 2.005 1.2497
2.6 1.217 2.06 1.246 2.006 1.2496
2.7 1.213 2.07 1.246 2.007 1.2496
2.8 1.208 2.08 1.245 2.008 1.2495
2.9 1.204 2.09 1.244 2.009 1.2494
3 1.200 2.1 1.244 2.01 1.2494

on voit aisément que, lorsque x s’approche par la gauche ou par la droite de 2, les valeurs y = f (x)
deviennent très proches de 1.25 = 54 .

Mathématiquement cela s’écrit


5
lim f (x) = lim f (x) = lim f (x) =
x→2− x→2+ x→2 4
Les limite à gauche et à droite, lorsque x tend vers 2, de f (x) étant égales, on dira que la limite de
5
f (x), lorsque x tend vers 2, est égale à .
4

Explication
x2 + x − 6 (x + 3)(x − 2) x+3
f (x) = = =
x2 − 4 (x + 2)(x − 2) x+2

donc
x+3 5
lim f (x) = lim =
x→2 x→2 x + 2 4
14 CALCUL DIFFÉRENTIEL
Le graphe de f sera alors complété de la manière suivante

x = −2
5

2
(2; 54 ) f
1

−6 −5 −4 −3 −2 −1 1 2 3 4 5 6
−1

−2

−3

−4

−5

en x = −2, une asymptote verticale, en x = 2, un point limite (2; 54 ) symbolisé par un rond rouge.

1.2.2 Définition de la limite en un point


Soit une fonction f de A vers B et une valeur a n’appartenant pas nécessairement à A (ni à Df
d’ailleurs).
On dira alors que L est la limite de f (x), lorsque x tend vers a si

Définition intuitive
« Si on s’approche de plus en plus de x = a, les valeurs de f (x) sont de plus en plus proches de L »

Définition mathématique
Soit  > 0 quelconque, on peut toujours trouver δ > 0 tel que
si |x − a| < δ alors |f (x) − L| < 
En d’autres termes : quelque soit l’écart  (choisi aussi petit que l’on veut), on peut toujours trouver
un intervalle autour de a, tel que pour tout x à l’intérieur de celui-ci, les valeurs de f (x) ne s’éloignent
pas de plus de  de L.

f
]L −  ; L + [ L

]L −  ; L + [ L f (a + δ) > L + 
δ impossible à déterminer
a a
]a − δ; a + δ[ ]a − δ; a + δ[
la limite existe la limite n’existe pas
LIMITE ET CONTINUITÉ 15
Note importante : Le fait que a ∈ Df n’implique pas forcément que la limite en a de f (x) existe
(ce sera quand même généralement le cas). Par exemple, si le graphe de f fait un saut en x = a

f
4

1 2 3 4 5 6
f (3) = 3 lim f (x) = 2 lim f (x) = 3
x→3− x→3+

Les limites à gauche est à droite étant différentes, nous avons une discontinuité en x = 3.

1.2.3 Continuité
Définition intuitive
« Une fonction est continue si on peut tracer son graphe sans lever le crayon »

La fonction partie entière, qui à tout x associe le plus grand entier inférieur ou égal à x, n’est pas
continue car, en chaque entier, les limites à gauche et à droite sont différentes.

3 f

−3 −2 −1 1 2 3 4
−1

−2

−3

Définition mathématique
Soit une fonction f de A vers B et a ∈ A

f continue en a ⇔ lim f (x) = f (a)


x→a

f sera continue dans A si elle est continue en tout a de A.


Note importante : En règle générale, les fonctions usuelles sont continues dans leur domaine de
définition. D’imposer qu’une fonction soit continue simplifie beaucoup les choses et n’apporte que peu
de restrictions.
16 CALCUL DIFFÉRENTIEL
1.2.4 Calcul de limites de quotients
Dans de nombreuses situations on est amené à considérer des quotients : QI, indices en tous genres, taux
de variation, croissance, décroissance, pente, etc. Il existe toutefois une situation un peu particulière,
lorsque le dénominateur s’annule.

Le numérateur ne s’annule pas


A
On a une forme lorsque x = a. La limite tend vers l’infini. Reste à préciser les signes des limites à
0
gauche et à droite.

Exemple
x+7
f (x) =
x−3
A
on a une forme lorsque x = 3.
0
x+7 x+7
lim = −∞ lim =∞
x→3− x−3 x→3+ x−3

car x + 7 > 0 et x − 3 < 0 si x < 3 car x + 7 > 0 et x − 3 > 0 si x > 3

Le numérateur s’annule
0
On a une forme lorsque x = a. Le résultat est indéterminé, mais cet obstacle peut, en général, être
0
surmonté.
Par exemple, si les numérateur et dénominateur sont des polynômes, on peut toujours simplifier la
fraction par x − a (voir rappel).

Exemple
x2 + 3x − 28
f (x) =
x2 − 16
0
on a une forme lorsque x = 4. On peut factoriser et simplifier par x − 4
0
x2 + 3x − 28 (x − 4)(x + 7) x+7 11
lim 2
= lim = lim =
x→4 x − 16 x→4 (x − 4)(x + 4) x→4 x + 4 8
De même, si on a une fraction contenant des racines carrées, on peut en général se ramener au cas
précédent.

Exemple

2x − 8 − 4
f (x) =
x2 − 11x − 12
0
on a une forme lorsque x = 12.
0
La difficulté provient du fait qu’on ne peut simplifier directement par x − 12, comme précédemment.
Pour faire apparaître un polynôme s’annulant en x = 12, on « rationalise » le numérateur :
√ √ √
2x − 8 − 4 2x − 8 − 4 2x − 8 + 4 2x − 8 − 16 1
lim = lim 2 ·√ = lim ·√
x→12 x2 − 11x − 12 x→12 x − 11x − 12 2x − 8 + 4 x→12 (x − 12)(x + 1) 2x − 8 + 4
2(x − 12) 1 2 1 1
= lim ·√ = lim ·√ =
x→12 (x − 12)(x + 1) 2x − 8 + 4 x→12 x + 1 2x − 8 + 4 52
ASYMPTOTES 17
1.3 Asymptotes
1.3.1 Définition
Le Petit Robert nous dit qu’une asymptote est une droite dont la distance aux points d’une courbe
tend vers zéro lorsque le point s’éloigne sur la courbe à l’infini.

On devra distinguer deux situations très différentes : la courbe s’éloigne vers l’infini au voisinage d’une
valeur c de x, ou lorsque x tend vers l’infini.
Dans le premier cas, on aura une asymptote verticale, dans le deuxième, une asymptote horizon-
tale ou oblique.

La fonction ci-dessous possède trois asymptotes :


– Verticale : la droite d’équation x = −1
– Horizontale : la droite d’équation y = −2
– Oblique : la droite d’équation y = x − 1 x = −1

f
6

−8 −7 −6 −5 −4 −3 −2 −1 1 2 3 4 5 6 7 8
−1
y = −2
−2

−3

−4

−5

−6

−7
1

−8

x
=
y

−9

−10
18 CALCUL DIFFÉRENTIEL
1.3.2 Asymptote verticale
L’asymptote sera la droite d’équation x = c.

Exemples

x=2
6

2
f
−8 −6 −4 −2 2 4 6 8 10 12
−2

−4

−6

−8

1
f (x) =
x−2
asymptote verticale : x = 2
x = −3

f
12

10

−10 −8 −6 −4 −2 2 4 6 8

1
f (x) =
(x + 3)2
asymptote verticale : x = −3

Cette situation apparaîtra, par exemple, chaque fois qu’on a une division par zéro en x = c.
ASYMPTOTES 19
Il faut noter que les fonctions logarithme et tangente possèdent également des asymptotes verticales.
Toutes les fonctions logarithmes ont l’axe des y, ou la droite d’équation x = 0, pour asymptote :

3 y = log2 (x)

2 y = ln(x)

1
y = log(x)

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10
−1

−2

−3

−4

−5

La fonction tangente, y = tan(x) ou y = tg(x), possède une infinité d’asymptotes verticales :

x = ± π2 , x = ± 3π 5π 7π 9π
2 , x = ± 2 , x = ± 2 , x = ± 2 ...

10

−5π −4π −3π −2π −π π 2π 3π 4π 5π


−2

−4

−6

−8

−10
20 CALCUL DIFFÉRENTIEL
1.3.3 Asymptote horizontale
L’asymptote sera la droite d’équation y = b.

Exemples

y=4
4

f
3

−5 −4 −3 −2 −1 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10
−1

−2

y = −3
−3

7
f (x) = −3
1+ e−1.2x+3
deux asymptotes horizontales : y = −3 et y = 4

f
3

−7 −6 −5 −4 −3 −2 −1 1 2 3 4 5 6 7
x2
f (x) = 5e− 9

une asymptote horizontale : y = 0 (axe des x)

Cette situation apparaîtra chaque fois qu’on a

lim f (x) = b ou lim f (x) = b


x→∞ x→−∞
ASYMPTOTES 21
1.3.4 Asymptote oblique
L’asymptote sera la droite d’équation y = ax + b.

Exemples

3
12 3 x+ 4
4
y=
10

−14 −12 −10 −8 −6 −4 −2 2 4 6 8 10 12 14


−2

−4

−6

−8
f
−10

3x(x + 3)(x − 2) 3 3 3
f (x) = asymptote oblique : y = x + = (x + 1)
4x2 + 1 4 4 4

5
f

−5 −4 −3 −2 −1 1 2 3 4 5
−1
y
x

−2
=


y

2
f (x) = |x| − deux asymptotes obliques y = x et y = −x
x2 +1
22 CALCUL DIFFÉRENTIEL
Cette situation apparaîtra chaque fois qu’on a

f (x) ≈ ax + b lorsque x devient grand

ou, plus précisément

lim f (x) − (ax + b) = 0 ou lim f (x) − (ax + b) = 0


x→∞ x→−∞

La détermination est plus complexe


f (x)
a = lim et b = lim f (x) − a · x
x→±∞ x x→±∞

Cas particulier des fractions rationnelles


Si f est une fraction rationnelle, les asymptotes verticales éventuelles sont données par la forme facto-
risée ; l’équation de l’asymptote, horizontale ou oblique, est donnée par sa forme réduite.

En effet
g(x) r(x)
lim f (x) = lim = lim q(x) + = lim q(x)
x→±∞ x→±∞ h(x) x→±∞ h(x) x→±∞
r(x)
car degré r(x) < degré h(x) ⇒ lim =0
x→±∞ h(x)

ou plus simplement
r(x)
f (x) ≈ q(x) car ≈0 quand x est grand
h(x)

Exemples
3x 12 une asymptote verticale en x = −4
f (x) = =3−
x+4 x+4 une asymptote horizontale d’équation y = 3

25
f
20

15

10

5 y=3

−30 −25 −20 −15 −10 −5 5 10 15 20 25 30


−5

−10

−15
x = −4

−20

−25
ASYMPTOTES 23
−x3 + 64 x 18x − 32 deux asymptotes verticales en x = 0 et x = 6
f (x) = =− −3− 2 x
2x(x − 6) 2 x − 12x une asymptote oblique d’équation y = − − 3
2

30

20

10

−30 −20 −10 10 20 30 40

−10

y=
−20 − x
2 −3
x=6

−30

pas d’asymptote verticale


x+2 x+2 (le dénominateur ne s’annule jamais)
f (x) = 2 =0+ 2
x +1 x +1 une asymptote horizontale d’équation y = 0
(axe des x)

1
f

−7 −6 −5 −4 −3 −2 −1 1 2 3 4 5 6 7 8 9
24 CALCUL DIFFÉRENTIEL
1.4 Taux de variation
Soit une fonction f de I vers R, a ∈ I et b ∈ I, a 6= b. Le taux de variation de f entre a et b est
f (b) − f (a) ∆y
=
b−a ∆x
ou encore, si l’on pose h = b − a (écart entre a et b)
f (a + h) − f (a)
h

Interprétation
Le taux de variation représente la mesure de la variation moyenne de y = f (x) entre deux valeurs de
x.

Exemple

Supposons que x désigne le temps en heures et y = f (x) la distance parcourue par un cycliste. Si on
fixe a = 0, et que b varie, le taux de variation représentera la vitesse moyenne tout au long du parcours
du cycliste. Si a varie et que b = a + 1, le taux de variation représentera la vitesse moyenne pendant
l’heure écoulée.

Temps de parcours en heures 1 2 3 4


Nombre de kilomètres parcourus 25 55 75 110
Taux de variation depuis le départ 25 − 0 55 − 0 75 − 0 110 − 0
= 25 = 27.5 = 25 = 27.5
= vitesse moyenne 1−0 2−0 3−0 4−0
Taux de variation entre deux
temps successifs 25 − 0 55 − 25 75 − 55 110 − 75
= 25 = 30 = 20 = 35
= vitesse moyenne pendant 1−0 2−1 3−2 4−3
l’heure écoulée

A noter que la vitesse moyenne globale, relativement constante, reflète moins bien les variations de
vitesse tout au long du parcours.

Interprétation géométrique
Le taux de variation est égal à la pente de la droite sécante à f passant par les points (a; f (a)) et
(b; f (b)), ou par les points (a; f (a)) et (a + h; f (a + h)).

(b ; f (b))
f (b) (a ; f (a))
f (a)

Δy = f (b) − f (a) Δy = f (a + h) − f (a)

(a ; f (a)) (a + h ; f (a + h))
f (a) f (a + h)
Δx = b − a Δx = h
f

a b a a+h
TAUX DE VARIATION 25
Note : h peut aussi bien être positif (a < b) que négatif (a > b).

Illustration

2
f

−2 −1 1 2 3 4 5 6
(a + h ; f (a + h))
−1 (a + h ; f (a + h))
Δy
Δy
−2
Δx Δx
(a ; f (a))

Attention ! Ce taux présente un inconvénient majeur : il peut dépendre fortement de l’écart h (ou
b − a).

Exemple
f (x) = 2x2 − 41x + 1

Posons a = 10 et calculons, pour différentes valeurs de h, le taux de variation de f

h 2 1 0.5 0.25 0.1 0.01 0.001


taux de variation de f 3 1 0 -0.5 -0.8 -0.98 -0.998

Il varie beaucoup au début, passant de 3 (croissance marquée) à des valeurs nulle puis négative (dé-
croissance) pour toutefois sembler se stabiliser lorsqu’on est très proche de a (h tendant vers 0).
On lui préférera donc le taux de variation instantané qui est la limite, lorsque h tend vers 0, du taux
de variation de f en a.
26 CALCUL DIFFÉRENTIEL
1.5 Dérivée
1.5.1 Définition
Soit une fonction continue f de I vers R, a ∈ I, A ouvert. Le taux de variation instantané, ou
nombre dérivé, de f en a est

f (a + h) − f (a) f (b) − f (a)


f 0 (a) = lim = lim
h→0 h b→a b−a

Interprétation géométrique
Le taux de variation instantané (nombre dérivé) est, en fait, la valeur limite de la pente de la sécante
passant par (a; f (a)) et (a; f (a + h)) ou par (a; f (a)) et (b; f (b)).
De plus, h tendant vers 0, ou b vers a, la sécante tend vers la tangente à la courbe f en (a; f (a)).
Donc,

f 0 (a) est égal à la pente de la tangente à f en (a; f (a))

B
eA
nt
eA
nt

ca
e
ng
sé
ta

B
f (a + h)

f (a + h) − f (a)

A
f (a)
h

a a+h

Lorsque h → 0, B se rapproche A et la sécante tend à se confondre avec la tangente.

1.5.2 Equation de la tangente


L’équation de la tangente à f en (a; f (a)) est celle de la droite de pente f 0 (a) passant par le point
(a; f (a))
y − f (a)
= f 0 (a) −→ y = f (a) + f 0 (a)(x − a) = f 0 (a)x + f (a) − af 0 (a)
x−a
DÉRIVÉE 27
1.5.3 La fonction dérivée
Soit une fonction f de I vers R. On dira que f est dérivable si f 0 (x) existe pour tout x ∈ I.

La dérivée f 0 sera la fonction qui, à tout x ∈ I, associe son nombre dérivé f 0 (x)

On devra donc déterminer pour chaque x, la valeur de f 0 (x). Cela peut se faire de manière géométrique
(construction des tangentes), approximative (à l’aide de la calculatrice) ou algébriquement. Cette
dernière étant bien sûr la meilleure, car elle permet de déterminer l’équation de f 0 (x).

Construction géométrique de la dérivée


On construit, pour des points bien choisis de f , la tangente à la courbe, puis on évalue sa pente. On
obtient alors des points (x; f 0 (x)), qui nous permettent de construire une esquisse du graphe de f 0 .

1 (1; 0.8)

f

−2 −1 1 2 3 4 5

(1, −1) Δy = 0.8


−1

Δx = 1

−2

−3

La pente de la tangente à f au point (1; −1) vaut 0.8, donc f 0 (1) = 0.8, ce qui nous donne le point
(1; 0.8) du graphe de f 0 .

Cette méthode est un peu lourde, mais permet, avec un peu d’habitude, de donner rapidement une
esquisse du graphe de f 0 .

Elle permet également de découvrir intuitivement certaines règles de dérivation (dérivée de f (x) = xn
notamment).
28 CALCUL DIFFÉRENTIEL
1.5.4 Fonctions non dérivables
Il existe des situations où une fonction n’est pas dérivable en un, plusieurs, voire une infinité de points.

La fonction n’est pas continue


Si la fonction n’est pas continue en a, les sécantes tendent à devenir verticales lorsqu’on s’approche du
point de discontinuité. La limite (tangente) n’existe pas.

Exemple
La fonction f ci-dessous n’est pas continue en a = 3, avec f (3) = 2.

séc
ant
5

f
4 e AB

B
B
3

A
2

1 B
n te A
ca
sé
−1 1 2 3 4 5
−1

On voit aisément que


– la pente de la sécante à droite de a, sécanteAB , tendra vers une limite
– la pente de la sécante à gauche de a, sécanteAB 0 , tendra vers l’infini
La fonction f n’est donc pas dérivable en a = 3.

La fonction est continue


Si la fonction est continue en a, il faut que les limites à gauche et à droite des pentes des sécantes
soient différentes.

Exemple
Les fonctions ci-dessous, présentant un point anguleux, ne sont pas dérivables en a = 1.

f
f
3 3

2 2

1 1

−2 −1 1 2 3 4 −2 −1 1 2 3 4
A gauche : pente -1, à droite : pente 1 A gauche : pente → 0, à droite : pente → ∞
DÉRIVÉE 29
1.5.5 Dérivée de quelques fonctions (à l’aide de la définition)
Si une fonction f est dérivable, on peut en général déterminer sa dérivée à l’aide de la définition

f (x + h) − f (x)
f 0 (x) = lim
h→0 h
même si cela peut être parfois compliqué.

Exemples

f (x) = ax2 + bx + c

a(x + h)2 + b(x + h) + c − (ax2 + bx + c)


f 0 (x) = lim
h→0 h
ax2 + 2ahx + ah2 + bx + bh + c − ax2 − bx − c
= lim
h→0 h
2ahx + ah2 + bh h(2ax + ah + b)
= lim = lim
h→0 h h→0 h
= lim 2ax + ah + b = 2ax + b
h→0

La dérivée d’un polynôme du deuxième degré (parabole) est un polynôme du premier degré (droite).

f (x) = x+a
√ √ √ √ √ √
x+h+a− x+a x+h+a− x+a x+h+a+ x+a
f 0 (x) = lim = lim ·√ √
h→0 h h→0 h x+h+a+ x+a
x + h + a − (x + a) 1 h 1
= lim ·√ √ = lim · √ √
h→0 h x + h + a + x + a h→0 h x+h+a+ x+a
1 1 1
= lim √ √ =√ √ = √
h→0 x+h+a+ x+a x+a+ x+a 2 x+a

1
f (x) =
x+a

1 1 x + a − (x + h + a) −h

(x + h + a)(x + a) (x + h + a)(x + a)
f 0 (x) = lim x + h + a x + a = lim = lim
h→0 h h→0 h h→0 h
−1 1
= lim =−
h→0 (x + h + a)(x + a) (x + a)2

f (x) = xn n entier positif

(x + h)n − xn xn + nxn−1 h + R − xn nxn−1 h + R


f 0 (x) = lim = lim = lim
h→0 h h→0 h h→0 h
nxn−1 h R
= lim + lim = lim nxn−1 = nxn−1
h→0 h h→0 h h→0

R R
car est formé de termes contenant tous des puissances de h de degré ≥ 1, donc lim =0
h h→0 h
30 CALCUL DIFFÉRENTIEL
1.5.6 Règles de dérivation
Soit u et v deux fonctions dérivables de I vers R, I ouvert. On aura alors, si c est une constante réelle

Dérivée du multiple 0 La dérivée d’un multiple est égale


[c · u(x)] = c · u0 (x)
d’une fonction au multiple de la dérivée.
0 Deux fonctions, ne différant que d’une
[u(x) + c] = u0 (x)
constante, ont même dérivée.
Dérivée de la somme 0 La dérivée de la somme est égale à
[u(x) + v(x)] = u0 (x) + v 0 (x)
de deux fonctions la somme des dérivées.
Dérivée de la différence 0 La dérivée de la différence est égale à
[u(x) − v(x)] = u0 (x) − v 0 (x)
de deux fonctions la différence des dérivées.
Dérivée du produit 0 La dérivée du produit n’est pas égale
[u(x) · v(x)] = u0 (x) · v(x) + u(x) · v 0 (x)
de deux fonctions au produit des dérivées.
Dérivée de l’inverse  0 1
1 v 0 (x) Ne pas confondre avec
d’une fonction =− v
v(x) [v(x)]2
la fonction réciproque v −1 .
 0
Dérivée du quotient u(x) u0 (x) · v(x) − u(x) · v 0 (x) La dérivée du quotient n’est pas égale
=
de deux fonctions v(x) [v(x)]2 au quotient des dérivées.
Dérivée de la puissance 0  
[u(x)n ] = n u(x)n−1 · u0 (x)
d’une fonction

Il existe une autre notation


du
dx
pour la dérivée de u par rapport à la variable x.
Les règles de dérivation s’écriront alors

Dérivée du multiple d du La dérivée d’un multiple est égale


(c · u) = c ·
d’une fonction dx dx au multiple de la dérivée.
d du Deux fonctions, ne différant que d’une
(u + c) =
dx dx constante, ont même dérivée.
Dérivée de la somme d du dv La dérivée de la somme est égale à
(u + v) = +
de deux fonctions dx dx dx la somme des dérivées.
Dérivée de la différence d du dv La dérivée de la différence est égale à
(u − v) = −
de deux fonctions dx dx dx la différence des dérivées.
Dérivée du produit d du dv La dérivée du produit n’est pas égale
(u · v) = ·v+u·
de deux fonctions dx dx dx au produit des dérivées.
Dérivée de l’inverse   dv 1
d 1 Ne pas confondre avec
d’une fonction = − dx v
dx v v2 la fonction réciproque v −1 .
Dérivée du quotient du dv La dérivée du quotient n’est pas égale
de deux fonctions d u ·v−u· au quotient des dérivées.
= dx dx
dx v v2
Dérivée de la puissance d n du
(u ) = n · un−1 ·
d’une fonction dx dx
DÉRIVÉE 31
Démonstration : La dernière règle (dérivation de la puissance d’une fonction) sera démontrée plus tard.
(cu)(x + h) − (cu)(x)
(cu)0 (x) = lim
h→0 h
c(u(x + h) − u(x))
= lim
h→0 h
u(x + h) − u(x)
= c lim
h→0 h

= cu0 (x)

(u + v)(x + h) − (u + v)(x)
(u + v)0 (x) = lim
h→0 h
u(x + h) + v(x + h) − (u(x) + v(x))
= lim
h→0 h
u(x + h) − u(x) + v(x + h) − v(x)
= lim
h→0 h
u(x + h) − u(x) v(x + h) − v(x)
= lim + lim
h→0 h h→0 h

= u0 (x) + v 0 (x)

(u − v)(x + h) − (u − v)(x)
(u − v)0 (x) = lim
h→0 h
u(x + h) − v(x + h) − (u(x) − v(x))
= lim
h→0 h
u(x + h) − u(x) − (v(x + h) − v(x))
= lim
h→0 h
u(x + h) − u(x) v(x + h) − v(x)
= lim − lim
h→0 h h→0 h

= u0 (x) − v 0 (x)

(u · v)(x + h) − (u · v)(x)
(u · v)0 (x) = lim
h→0 h
u(x + h) · v(x + h) − u(x) · v(x)
= lim
h→0 h
u(x + h) · v(x + h) − u(x) · v(x + h) + u(x) · v(x + h) − u(x) · v(x)
= lim
h→0 h
v(x + h)(u(x + h) − u(x)) + u(x)(v(x + h) − v(x))
= lim
h→0 h
u(x + h) − u(x) v(x + h) − v(x)
= lim v(x + h) lim + lim u(x) lim
h→0 h→0 h h→0 h→0 h

= u0 (x)v(x) + u(x)v 0 (x)


Q.E.D.
32 CALCUL DIFFÉRENTIEL
1.5.7 Dérivation des fonctions algébriques
Monômes
Un monôme étant de la forme an xn , sa dérivée s’obtient par application de la règle du multiple et de
la dérivée d’une puissance
0 0
(an xn ) = an (xn ) = an nxn−1

Exemple
 0
0 0 3 4 3 4 0 3 12
−3x2 = −3 x2 = −3 · 2x = −6x x = x = · 4x3 = x3
5 5 5 5

Polynômes
Un polynôme étant de la forme

P (x) = an xn + an−1 xn−1 + . . . + a2 x2 + a1 x + a0

par application de la règle de la somme (ou de la différence), on dérive séparément chacun des monômes.

Exemples
0 0 0 0
(5x3 + x2 − 2x + 1) = (5x3 ) + (x2 ) − (2x) = 15x2 + 2x − 2
 0 0 0 0
−7x4 − 2x3 (−7x4 − 2x3 ) (−7x4 ) − (2x3 ) −28x3 − 6x2
= = =
3 3 3 3
A noter, dans le deuxième exemple, qu’il n y a pas de division de deux fonctions : le polynôme au
numérateur est simplement multiplié par la constante 13 .

Fractions rationnelles
Une fraction rationnelle étant de la forme
g(x) r(x)
f (x) = ou f (x) = q(x) + (forme réduite)
h(x) h(x)
il suffit d’appliquer la règle de la division aux polynômes g et h (ou la règle de la somme et la règle de
la division aux polynômes q, r et h).

Exemple
 2 0 0 0
x +5 (x2 + 5) (2x − 3) − (x2 + 5)(2x − 3) 2x(2x − 3) − (x2 + 5) · 2 2x2 − 6x − 10
= = =
2x − 3 (2x − 3)2 (2x − 3)2 (2x − 3)2
parfois il vaut mieux dériver la forme réduite
 0  0
x2 + 3 2  0 0 4x
= 1+ = 2 (x2 + 1)−1 = 2(−1)(x2 + 1)−2 (x2 + 1) = −
x2 + 1 2
x +1 (x2 + 1)2

Puissances (exposant quelconque)


Si l’exposant n’est pas entier, on suppose (avec raison, mais sans le prouver) que la règle de dérivation
des puissances peut également s’appliquer.

Exemple
 √ 0 h 1
i0 1 0 7x
7 x2 + 1 = 7 (x2 + 1) 2 = 7 · 12 (x2 + 1)− 2 (x2 + 1) = − √
x2 + 1
THÉORÈMES D’ANALYSE 33
1.6 Théorèmes d’analyse
1.6.1 Théorème de accroissements finis
Théorème 1.3. Théorème de accroissements finis
Soit f une fonction dérivable de I vers R, avec a ∈ I, b ∈ I, a < b. Il existe alors c, a ≤ c ≤ b avec
f (b) − f (a)
f 0 (c) =
b−a
ou encore, ce qui justifie le nom du théorème
f (b) − f (a) = f 0 (c)(b − a)

Interprétation analytique
L’accroissement de f , égal à f (b) − f (a), est « proportionnel » à celui de x, égal à b − a.

Interprétation géométrique

(c ; f (c))
(b ; f (b))

f (b) − f (a)
(a ; f (a))
b−a

a c b

Il existe toujours une tangente à f parallèle à la droite reliant (a; f (a)) à (b; f (b)).

Note importante
Il suffit que f ne soit pas dérivable en un point, pour que le théorème soit faux.
Par exemple si f (x) = |x|, a = −b.

f
4

−4 −3 b −2 −1 1 2 a 3 4

f n’est pas dérivable en x = 0 et il n’existe pas de nombre c avec


f (b) − f (a)
f 0 (c) = =0
b−a
34 CALCUL DIFFÉRENTIEL
1.6.2 Théorème reliant dérivée et croissance
Théorème 1.4. Soit f une fonction dérivable de I vers R, avec a ∈ I, b ∈ I, a < b. On a alors

f 0 (x) > 0 pour tout x ∈ [a; b] ⇔ f est croissante dans l’intervalle [a; b]

f 0 (x) < 0 pour tout x ∈ [a; b] ⇔ f est décroissante dans l’intervalle [a; b]

Démonstration : On démontre en détail seulement la première assertion, la deuxième étant tout à fait
équivalente.


Supposons que f 0 (x) > 0 pour tout x ∈ [a; b].

Pour établir que f est croissante, on doit montrer que si a ≤ x1 < x2 ≤ b alors f (x1 ) < f (x2 ).

Par le théorème des accroissements finis, on sait qu’il existe c, x1 ≤ c ≤ x2 , avec


f (x2 ) − f (x1 ) = f 0 (c)(x2 − x1 )
comme c ∈ [a; b]
f 0 (c) > 0
de plus x1 < x2 peut se récrire
x2 − x1 > 0
on aura donc, en appliquant la règle des signes
f (x2 ) − f (x1 ) = f 0 (c)(x2 − x1 ) > 0
ce qui revient à dire que f (x1 ) < f (x2 ).


Soit f soit croissante dans l’intervalle [a; b]. On doit montrer que f 0 (x) ≥ 0 pour tout x ∈ [a; b].

Comme
f (x + h) − f (x)
f 0 (x) = lim
h→0 h
et f croissante, on a
soit h > 0 et f (x + h) − f (x) ≥ 0

soit h < 0 et f (x + h) − f (x) ≤ 0

dans les deux cas le quotient est positif ou nul, donc f 0 (x) ≥ 0.
Q.E.D.
CROISSANCE - DÉCROISSANCE ET EXTREMUMS 35
1.7 Croissance - décroissance et extremums
La croissance ou décroissance d’une fonction est une notion fondamentale. La dérivée f 0 permet de
déterminer les domaines de croissance, ou de décroissance, (valeurs de x pour lesquelles f est
croissante ou décroissante). Il suffit pour cela de calculer les points critiques de f (zéros de f 0 ) ce qui
nous permet de déterminer l’évolution du signe de f 0 . Par un théorème vu précédemment, les domaines
de croissance (décroissance) correspondent alors aux valeurs positives (négatives) de f 0 .

1.7.1 Points critiques - Extremums locaux


On dira que (x; f (x)) est un point critique de f si f 0 (x) = 0. Il peut correspondre à trois types de
points, selon la croissance de f
f est décroissante puis croissante f est croissante puis décroissante
f
4 4

3 3

f
2 2

1 1

−1 1 2 3 4 5 −2 −1 1 2 3 4
(1; 2) est un minimum local (1; 5) est un maximum local

f est toujours croissante (ou décroissante)

f
4

1 2 3 4 5
(2; 2) est un palier

Plus précisément

f admet un minimum local en c si, dans un intervalle autour de c, on a toujours f (x) > f (c)

f admet un maximum local en c si, dans un intervalle autour de c, on a toujours f (x) < f (c)

Remarques
On se limite à un intervalle autour de c, d’où l’appellation local.
A noter, qu’en un minimum la tangente est au-dessus de la courbe, au-dessous en un maximum, alors
qu’elle traverse la courbe en un palier.
36 CALCUL DIFFÉRENTIEL
Exemple
x5 x4 4x3
f (x) = − − + 4x2 − 3
5 2 3
f 0 (x) = x4 − 2x3 − 4x2 + 8x = x(x + 2)(x − 2)2

Les points critiques sont en x = −2, x = 0 et x = 2.

L’étude du signe de f 0 , et donc les domaines de croissance-décroissance, peuvent se résumer ainsi

f0 + 0 - 0 + 0 +
x -2 0 2
maximum minimum palier
f % local & local % %
f (−2) = 139
15 f (0) = −3 f (2) = 11
15

f est croissante partout sauf dans l’intervalle [−2; 0].


Si l’on veut être très précis, on dira que f est strictement croissante dans les intervalles ]−∞; −2[∪]0; 2[∪]2; ∞[
et strictement décroissante dans l’intervalle ] − 2; 0[.

Représentation graphique de f
f
12

(−2 ; 139
15 )
10

2
(2 ; 11
15 )

−3 −2 −1 1 2 3 4
−2

(0 ; −3)
−4

−6

−8
CROISSANCE - DÉCROISSANCE ET EXTREMUMS 37
1.7.2 Extremums globaux
Si une fonction f est définie sur un intervalle I alors

(xmin ; ymin ) est un minimum global si, pour tout x ∈ I, on a : f (x) ≥ f (xmin ) = ymin

(xmax ; ymax ) est un maximum global si, pour tout x ∈ I, on a : f (x) ≤ f (xmax ) = ymax

En fait un maximum global correspond à un point d’ordonnée y maximale, un minimum global à un


point d’ordonnée y minimale. Ces points ne sont pas nécessairement uniques et dépendent du choix de
l’intervalle I.
Un maximum (ou un minimum) global n’est pas nécessairement un maximum (ou un minimum) local.

Illustration : Même fonction f mais intervalles I différents

x4 4(x3 − 9x) 4x(x − 3)(x + 3)


f (x) = − 2x2 + 3 f 0 (x) = =
9 9 9
Les points critiques sont en x = −3, x = 0 et x = 3.

f0 - 0 + 0 - 0 +
x -3 0 3
f & min. local % max. local & min. local %

Intervalle I = [−2; 4] Intervalle I = [−4; 29 ]


( 92 ; 129
16 )
8 8
f

6 6

4 4
(0 ; 3) (0 ; 3)

2 2

−4 −2 2 4 −4 −2 2 4

−2 −2
f

−4 −4

−6 −6
(3 ; −6) (−3 ; −6) (3 ; −6)

maximum local et global en (0; 3) maximum global en ( 29 ; 129


16 )

minimum local et global en (3; −6) maximum local en (0; 3)


minimums locaux et globaux en (−3; −6) et (3; 6)
38 CALCUL DIFFÉRENTIEL
1.8 Concavité - convexité
1.8.1 Définition
Une fonction f est convexe dans l’intervalle I = [a; b] si, quels que soient x1 et x2 dans I, le segment
de droite reliant (x1 , f (x1 )) à (x2 , f (x2 )) est toujours situé au-dessus de la courbe f .

Une fonction f est concave dans l’intervalle I = [a; b] si, quels que soient x1 et x2 dans I, le seg-
ment de droite reliant (x1 , f (x1 )) à (x2 , f (x2 )) est toujours situé au-dessous de la courbe f .

Une autre façon de définir ces concepts serait

Une fonction f est convexe dans l’intervalle I = [a; b] si, quel que soit x dans I, la tangente à f
au point (x, f (x)) est toujours située au-dessous de la courbe f .

Une fonction f est concave dans l’intervalle I = [a; b] si, quel que soit x dans I, la tangente à f
au point (x, f (x)) est toujours située au-dessus de la courbe f .

Attention, cette dernière façon de voir doit être manipulée avec un peu de précaution : tangente située
au-dessus, ou au dessous, signifiant une partie de la tangente au voisinage du point.

En un point d’inflexion, la courbe passe de concave à convexe, ou de convexe à concave. En un tel


point la tangente à f traverse la courbe (car en-dessous d’un côté et en-dessus de l’autre).

point d inf lexion


1

−1 1 2 3 4

f −1

f concave si x < 2 f convexe si x > 2


CONCAVITÉ - CONVEXITÉ 39
Illustration
On voit très bien, dans les graphiques ci-dessous, le changement de forme ou de tendance au niveau
du point d’inflexion, ainsi que l’association maximum local - concave ou minimum local - convexe.

f
6
f
5 8
f concave f convexe
4 7
maximum
local 3 6
f convexe f concave
(0, 2)
2 5 croissance croissance
de plus en plus de plus en plus
1 4 f orte (3.5, 4) f aible
minimum
local
3
−3 −2 −1 1 2 3
−1 2

−2 1

−3
1 2 3 4 5 6 7

1.8.2 Propriétés
On voit aisément que la dérivée f 0 d’une fonction convexe est croissante, donc sa dérivée f 00 sera positive.
De même, la dérivée f 0 d’une fonction concave est décroissante, donc sa dérivée f 00 sera négative.

Théorème 1.5. Si f est une fonction deux fois dérivable, alors

f convexe dans l’intervalle [a; b] ⇔ f 00 (x) > 0 en tout x ∈ [a; b]


f concave dans l’intervalle [a; b] ⇔ f 00 (x) < 0 en tout x ∈ [a; b]

de ce théorème, on déduit immédiatement le

Corollaire 1.6. (x, y) est un point d’inflexion de f ⇒ f 00 (x) = 0

Note importante
Attention, la réciproque du Corollaire n’est, en général, pas vraie.

Par exemple si f (x) = x4 , f 00 (x) = 12x2 ≥ 0 et f 00 (0) = 0, mais f , étant toujours convexe, n’a pas de
point d’inflexion.
40 CALCUL DIFFÉRENTIEL
1.9 Etude de fonctions
Plan

L’étude de fonctions est la synthèse de tout ce que l’on peut dire d’une fonction donnée f :
– Domaine de définition
– Ordonnée à l’origine et zéros
– Asymptotes
– Dérivée f 0 et ses zéros (points critiques)
– Dérivée seconde f 00 et ses zéros (points d’inflexion)
– Tableau résumant le comportement de f
– Représentation graphique de f

1.9.1 Etude d’un polynôme


Soit le polynôme
x3 − 12x − 16 (x + 2)2 (x − 4)
f (x) = =
8 8
Son domaine de définition est évidemment R

Ordonnée à l’origine : x = 0 , y = −2

Zéros : y = 0 si x = −2 (zéro pair) , x = 4 (zéro impair)

Pas d’asymptote : un polynôme ne peut avoir d’asymptote verticale (pas de division par zéro) ni
d’asymptote horizontale ou oblique (à moins d’être de degré 1)
3x2 − 12 3(x + 2)(x − 2)
f 0 (x) = =
8 8
Points critiques : f 0 (x) = 0 si x = −2 ou x = 2
6x 3x
f 00 (x) = =
8 4
Point d’inflexion : f 00 (x) = 0 si x = 0.

(c’est bien un point d’inflexion car f 00 change de signe en x = 0)

Tableau résumant le comportement de f

f 00 − − − 0 + + +
f0 + 0 - - - 0 +
x -2 0 2
maximum minimum
% & & & %
en (−2; 0) en (2; −4)
f point
concave d’inflexion convexe
en (0; −2)
ETUDE DE FONCTIONS 41
f (strictement) croissante (%) si x ∈] − ∞; −2[∪]2; ∞[= R\[−2; 2]
f (strictement) décroissante (&) si x ∈] − 2; 2[

f concave si x ∈] − ∞; 0[
f convexe si x ∈]0; ∞[
x3 − 12x − 16
Représentation graphique de f (x) =
8

f concave 3 f convexe

1
maximum local
(−2, 0)
b

−5 −4 −3 −2 −1 1 2 3 4 5
−1
point d′ inf lexion
−2 (0, −2)
b

−3
f croissante f décroissante f croissante
−4 b

(2, −4)
minimum local
f −5
42 CALCUL DIFFÉRENTIEL
1.9.2 Etude d’une fonction rationnelle
Soit la fonction rationnelle
x2 − 2x + 1 (x − 1)2 x−3 2
f (x) = = = +
2x + 2 2(x + 1) 2 x+1

Domaine de définition : x + 1 6= 0 → x 6= −1 → Df = R\{−1}

1
Ordonnée à l’origine : x=0 y= 2

Zéros : y=0 si x = 1

Signes : f (x) < 0 si x < 1 f (x) > 0 si x > 1

Asymptote verticale : x = −1 avec lim f (x) = −∞ et lim f (x) = ∞


x→−1− x→−1+
x−3
Asymptote oblique : y=
2

x2 + 2x − 3 (x + 3)(x − 1)
f 0 (x) = 2
=
2(x + 1) 2(x + 1)2

x = −3 y = f (−3) = −4
Points critiques : f 0 (x) = 0 si
x=1 y = f (1) = 0

f croissante si f 0 (x) > 0 si x < −3 ou x > 1


Croissance - décroissance :
f décroissante si f 0 (x) < 0 si −3<x<1

(−3; −4) est un maximum local


Extremums :
(1; 0) est un minimum local

4
f 00 (x) =
(x + 1)3

Point d’inflexion : f 00 (x) = 0 jamais

f concave si f 00 (x) < 0 si x < −1


Concavité - convexité :
f convexe si f 00 (x) > 0 si x > −1

Tableau résumant le comportement de f

f 00 − − − exclu + + +
f0 + 0 - exclu - 0 +
x -3 -1 1
maximum asymptote minimum
% & & %
f en (−3; −4) verticale en (1; 0)
concave convexe
ETUDE DE FONCTIONS 43
f (strictement) croissante (%) si x ∈] − ∞; −3[∪]1; ∞[= R\[−3; 1]
f (strictement) décroissante (&) si x ∈] − 3; 1[

f concave si x ∈] − ∞; −1[
f convexe si x ∈] − 1; ∞[

x2 − 2x + 1 (x − 1)2 x−3 2
Représentation graphique de f (x) = = = +
2x + 2 2(x + 1) 2 x+1

x = −1
10

f
4

(1; 0)

−12 −10 −8 −6 −4 −2 2 4 6 8 10 12

−2

(−3; −4)
−4

3
x− −6
2
y=

−8

−10

−12
44 CALCUL DIFFÉRENTIEL
1.10 Dérivées des fonctions trigonométriques
Les fonctions trigonométriques ou circulaires, sinus, cosinus, etc., sont définies pour des angles exprimés
en radians. Leurs construction et représentation graphique se font à partir du cercle trigonométrique :
« A tout angle correspond un point du cercle trigonométrique dont les coordonnées sont
cos(angle) et sin(angle) ».

1.10.1 Construction géométrique


Graphe de la dérivée de la fonction f (x) = sin(x)

pente = 0 f f
1

Δx = 1

1
pe
1

=
nt
=

Δy = 1 Δy = −1 Δy = 1

e
e
e

nt
=
nt

pe
1 2 3 π 4 5 6 2π 7
pe

π 3π
1

2 2

Δx = 1 Δx = 1

−1
pente = 0

Graphe de la dérivée de la fonction f (x) = cos(x)

pente = 0 pente = 0
1
f f
Δx = 1
pe

1
nt

Δy = −1 Δy = 1
e

e
=

nt

1 2 3 π 4 5 6 2π 7
pe

π 3π
1

2 2

Δx = 1

−1
pente = 0

Au vu de ce qui précède, on peut conjecturer que

sin(x)0 = cos(x) et cos(x)0 = − sin(x)

1.10.2 Calcul de la dérivée de la fonction sinus


D’après la définition de la dérivée

sin(x + h) − sin(x) sin(x) cos(h) + cos(x) sin(h) − sin(x)


sin0 (x) = lim = lim
h→0 h h→0 h
sin(h) cos(h) − 1
= cos(x) lim + sin(x) lim
h→0 h h→0 h
on a bien le résultat précédent si l’on montre que
sin(h) cos(h) − 1
lim =1 et lim =0
h→0 h h→0 h
DÉRIVÉES DES FONCTIONS TRIGONOMÉTRIQUES 45
Pour cela considérons, sur le cercle trigonométrique, le secteur ABC d’angle h et les triangles rectangles
ADC et ABE

C C E

sin(h) h tan(h)
cos(h) 1 1
A D A B A B

on voit facilement que

Aire du triangle ADC ≤ Aire du secteur ABC ≤ Aire du triangle ABE

ce qui s’écrit (en multipliant tout par 2)

cos(h) sin(h) ≤ h ≤ tan(h)

en divisant par sin(h)


h 1
cos(h) ≤ ≤
sin(h) cos(h)
puis en inversant
sin(h) 1
cos(h) ≤ ≤
h cos(h)
or
1
lim cos(h) = lim =1
h→0 h→0 cos(h)
donc
sin(h)
lim =1
h→0 h
C.Q.F.D.

La deuxième limite se déduit directement du résultat précédent.

1.10.3 Dérivées des fonctions tangente et cotangente


Comme
sin(x) cos(x)
tan(x) = cot(x) = [sin(x)]2 + [cos(x)]2 = 1
cos(x) sin(x)

on obtient facilement les dérivées de tan(x) et cot(x)

1 1
tan(x)0 = = 1 + [tan(x)]2 cot(x)0 = − = −1 − [cot(x)]2
[cos(x)]2 [sin(x)]2
46 CALCUL DIFFÉRENTIEL
1.11 Dérivée de la composée de fonctions
La composée de deux fonctions f et g est la fonction g ◦ f donnée par

g ◦ f (x) = g [f (x)]

Théorème 1.7. Soit deux fonctions dérivables f et g. On a alors

0
[g ◦ f (x)] = g 0 [f (x)] · f 0 (x)

Démonstration : Soit a ∈ I ⊆ Df . On a alors, par définition de la dérivée

0 g ◦ f (x) − g ◦ f (a) g[f (x)] − g[f (a)]


[g ◦ f (a)] = lim = lim
x→a x−a x→a x−a
cette expression peut se subdiviser en deux parties, la première correspondant à g, la deuxième à f
g[f (x)] − g[f (a)] f (x) − f (a)
= lim ·
x→a f (x) − f (a) x−a

g[f (x)] − g[f (a)] f (x) − f (a)


= lim · lim
x→a f (x) − f (a) x→a x−a
de plus, f étant continue
g[f (x)] − g[f (a)] f (x) − f (a)
= lim · lim
f (x)→f (a) f (x) − f (a) x→a x−a

= g 0 [f (a)] · f 0 (a)
Q.E.D.

Remarque
Cette règle de dérivation est souvent appelée la règle de dérivation en chaîne, car elle se généralise un
un nombre quelconque de fonctions composées :
[h ◦ g ◦ f (x)]0 = h0 [g ◦ f (x)] · g 0 [f (x)] · f 0 (x)
[k ◦ h ◦ g ◦ f (x)]0 = k 0 [h ◦ g ◦ f (x)] · h0 [g ◦ f (x)] · g 0 [f (x)] · f 0 (x)
etc.

Exemples
y = cos(3x + π) g(x) = cos(x) g 0 (x) = − sin(x) → y 0 = −3 sin(3x + π)
f (x) = 3x + π f 0 (x) = 3
1 2x
y = tan(x2 − 1) g(x) = tan(x) g 0 (x) = → y0 =
[cos(x)]2 [cos(x2 − 1)]2
f (x) = x2 − 1 f 0 (x) = 2x
q  √ 1 cos(2x + π6 )
π
y= sin 2x + 6 h(x) = x h0 (x) = √ → y0 = q 
2 x sin 2x + π6
g(x) = sin(x) g 0 (x) = cos(x)
π
f (x) = 2x + 6 f 0 (x) = 2
DÉRIVÉE DE LA RÉCIPROQUE D’UNE FONCTION 47
1.12 Dérivée de la réciproque d’une fonction
Soit f : A −→ B une fonction bijective. Sa fonction réciproque, est la fonction f −1 : B −→ A qui
satisfait

f −1 ◦ f (x) = f −1 [f (x)] = x

Si f et f −1 sont dérivables, avec f 0 (x) 6= 0, alors


 −1 0
f ◦ f (x) = (x)0
0
f −1 [f (x)] · f 0 (x) = 1

et donc

0 1
f −1 [f (x)] =
f 0 (x)

La dérivée de la réciproque f −1 , est égale à l’inverse de la dérivée de la fonction f .

Illustration graphique

f
5

3
f −1

2
1
(−3, 1)
1
2

−5 −4 −3 −2 −1 1 2 3 4 5
−1

−2
2
(1, −3)
−3
1

−4
x
=

−5
y
48 CALCUL DIFFÉRENTIEL
1.13 Dérivées des fonctions exponentielle et logarithme naturel
Les fonctions exponentielle et logarithme naturel sont donnée par
y = ex ⇔ x = ln(y)
ou, ce qui revient au même
y = ln(x) ⇔ x = ey
où e = 2.718... est le nombre d’Euler.

Ces deux fonctions étant la réciproque (ou l’inverse) l’une de l’autre, la connaissance de la dérivée de
l’une implique celle de l’autre (voir dérivée des fonctions réciproques).

1.13.1 Dérivée de la fonction exponentielle


Construction géométrique

e
3
te =
(1, e)
pen

2
1

(0, 1)
=
e
nt

1
(1, e)
pe

1
f = e
p ente
−4 −3 −2 −1 1 2 3

On constate qu’en tout point de la courbe f 0 (x) = f (x), on peut donc conjecturer que

0
(ex ) = ex

1.13.2 Dérivée de la fonction logarithme


En appliquant la règle de dérivation des fonctions réciproques, on obtient
0 1
ln(ex ) = x
e
ou encore

0 1
ln(x) =
x

Règles de dérivation
En appliquant la règle de dérivation des fonctions composées, on obtient

 f (x) 0 0 1 0 f 0 (x)
e = ef (x) f 0 (x) et ln [f (x)] = f (x) =
f (x) f (x)
Chapitre 2

Géométrie vectorielle

2.1 Notions de base


2.1.1 Introduction
Les plan et espace euclidiens
La géométrie vectorielle peut se définir dans des espaces de tous types et dimensions. Le collégien λ se
contentera des espaces euclidiens à deux et trois dimensions :
– le plan euclidien R2 , deux dimensions à valeurs réelles (une feuille de papier, le tableau noir, etc. )
– l’espace euclidien R3 , trois dimensions à valeurs réelles (l’espace ambiant)

Définition d’un vecteur


Le Petit Robert nous dit qu’un vecteur est un segment de droite formant un être mathématique
caractérisé par une grandeur (longueur), une direction et un sens.

a

Sa grandeur (physique par exemple) détermine sa longueur, notée k~ak, la droite sa direction et son
sens est précisé par la flèche.
Pour dessiner un vecteur ~a, il vaut mieux connaître ses composantes, ou déplacements, dans les dif-
férentes directions élémentaires, qu’on peut noter

– dans le plan euclidien R2 :


    y z
composante horizontale (axe des x) a1
~a = =
composante verticale (axe des y) a2
x
– dans l’espace euclidien R3 :
y z x y
   
première composante horizontale (axe des x) a1
~a =  deuxième composante horizontale (axe des y)  =  xa2  y
composante verticale (axe des z) a3
x z
ou
y z y
   
composante horizontale (axe des x) a1
~a =  composante verticale (axe des
x y)
 =  a2 
y x
composante de profondeur (axe des z) a3
x z

49
50 GÉOMÉTRIE VECTORIELLE
2.1.2 Addition vectorielle
Soit les vecteurs ont même origine, et on applique la règle du parallélogramme

b
a +
b c =

a

soit les vecteurs sont mis bout à bout

b b
a +
c =

a

2.1.3 Soustraction vectorielle


Cette construction est toute simple, mais attention au sens du vecteur.
Le vecteur ~a − ~b devant satisfaire ~b + (~a − ~b) = ~a, il relie l’extrémité de ~b à celle de ~a.

c = a − b
a

b

de même, le vecteur ~b − ~a devant satisfaire ~a + (~b − ~a) = ~b, il relie l’extrémité de ~a à celle de ~b.

c = b − a
a

b
NOTIONS DE BASE 51
2.1.4 Multiple d’un vecteur
Si α est un nombre réel, le vecteur α~a est de
– même direction que ~a
– même sens que ~a, si α > 0, sens opposé à ~a, si α < 0
– longueur |α|k~ak

α a
a
a α a

α>0 α<0

2.1.5 Combinaisons linéaires - bases


Combinaison linéaire
On appelle combinaison linéaire des vecteurs ~a et ~b le vecteur

~c = α ~a + β ~b

où α et β sont des nombres réels quelconques.


Il s’agit donc de la somme de multiples de vecteurs. Cette notion peut bien sûr être étendue à un
nombre quelconque de vecteurs ~a, ~b, ~c, d,
~ ~e, . . .

Illustration graphique


βb
+
αa
c =
αa

a βb

b

Bases du plan euclidien R2


Si deux vecteurs ~a et ~b donnés ne sont pas colinéaires, on peut écrire n’importe quel vecteur ~c du plan
comme combinaison linéaire de ~a et ~b. Plus précisément, on peut trouver des réels α et β tels que

~c = α ~a + β ~b

on dira alors que les deux vecteurs ~a et ~b forment une base du plan euclidien qui est, pour cette raison,
un espace vectoriel de dimension 2. Les nombres α et β sont appelés les composantes de ~c dans la
base {~a,~b}.
52 GÉOMÉTRIE VECTORIELLE
Retrouver les composantes (valeurs de α et β) d’un vecteur donné ~c, est plus ou moins facile selon
les vecteurs de base ~a et ~b choisis. Graphiquement, il faut reconstituer le parallélogramme dont les
côtés sont des multiples de ~a et ~b, et la diagonale est égale à ~c, puis estimer les valeurs de α et β.
Numériquement, il faut résoudre un système de 2 équations à 2 inconnues.

Bases de l’espace euclidien R3


Si trois vecteurs ~a, ~b et ~c donnés ne sont pas coplanaires, on peut écrire n’importe quel vecteur d~ de
l’espace comme combinaison linéaire de ~a, ~b et ~c. Plus précisément, on peut trouver des réels α, β et
γ tels que

d~ = α ~a + β ~b + γ ~c

on dira alors que les trois vecteurs ~a, ~b et ~c forment une base de l’espace euclidien R3 qui est, pour
cette raison, un espace vectoriel de dimension 3. Les nombres α, β et γ sont appelés les composantes
de d~ dans la base {~a, ~b, ~c}.
Retrouver les composantes (valeurs de α, β et γ) d’un vecteur donné, est plus ou moins facile selon les
vecteurs de base ~a, ~b et ~c choisis. Graphiquement, c’est pratiquement impossible. Numériquement, il
faut résoudre un système de 3 équations à 3 inconnues.

Base naturelle ou canonique


C’est pour éviter ces difficultés que l’on choisit comme vecteurs de base du plan euclidien R2 les vecteurs
~i et ~j :

~i : vecteur horizontal de longueur 1 ~j : vecteur vertical de longueur 1

Les composantes a1 et a2 d’un vecteur donné seront les déplacements horizontal et vertical de celui-ci.
De plus si l’origine du vecteur est située au point (0, 0) l’extrémité du vecteur se trouvera au point
A = (a1 , a2 ). Les composantes du vecteur seront égales aux coordonnées du point A.

4
A = (5, 3)
3

2
 
3 j a =
5
1 3
j
5 i
−2 −1 i 1 2 3 4 5 6
−1

−2

Pour éviter toute confusion vecteur - point, et par cohérence avec le produit matriciel, on note les
composantes du vecteur verticalement
~i : axe des x ~j : axe des y vecteur
     
~i = 1 ~j = 0 ~a =
a1
= a1 ~i + a2 ~j
0 1 a2
NOTIONS DE BASE 53
Dans l’espace euclidien R3 , les trois vecteurs de la base naturelle sont les trois vecteurs de longueur 1
et de directions respectives les axes x, y, et z usuels
~i : axe des x ~j : axe des y ~k : axe des z vecteur
       
1 0 0 a1
~i =  0  ~j =  1  ~k =  0  ~a =  a2  = a1 ~i + a2 ~j + a3 ~k
0 0 1 a3
Les composantes a1 , a2 et a3 d’un vecteur donné seront les déplacements dans les 3 directions de
celui-ci.
L’analogie composantes du vecteur - coordonnées du point A = (a1 , a2 , a3 ) reste valable.
54 GÉOMÉTRIE VECTORIELLE
2.2 Produits de vecteurs
2.2.1 Produit scalaire
Définition

Le produit scalaire de deux vecteurs et est un nombre réel qui satisfait les conditions suivantes :
– Il dépend des longueurs de ~a et ~b
– Il sera d’autant plus grand que les directions de ~a et ~b sont semblables
Plus précisément, on pourrait imposer que

~a · ~b = k~ak k~bk si ~a et ~b ont même direction et même sens


~a · ~b = −k~ak k~bk si ~a et ~b ont même direction mais sont de sens opposés
~a · ~b = 0 si ~a et ~b sont perpendiculaires

Une formulation satisfaisant toutes ces conditions est donnée par

~a · ~b = k~ak k~bk cos (angle entre ~a et ~b)

Il est à noter que la valeur k~bk cos (angle entre ~a et ~b) est égale à la longueur de la projection orthogo-
nale (à angle droit) de ~b sur la droite directrice de ~a. (Cette valeur sera négative si α > 90◦ , ou encore,
si la projection est à l’opposé de ~a).

α > 90◦ proj~a ~b < 0 α < 90◦ proj~a ~b > 0

b
b

α
proja b α proja b
a a

on pourra donc écrire également

~a · ~b = k~ak proj~a ~b
PRODUITS DE VECTEURS 55
Propriétés

~a · ~b = ~b · ~a commutativité

~a · (~b + ~c) = ~a · ~b + ~a · ~c distributivité

~a · ~a = k~ak2 le produit scalaire permet le calcul de la longueur d’un vecteur

~a ⊥ ~b ⇔ ~a · ~b = 0 condition de perpendicularité
~a, ~b 6= ~0 (vecteurs non nuls) (orthogonalité) de deux vecteurs
~a · ~b
cos (α) = permet de calculer l’angle α entre deux vecteurs ~a et ~b
k~ak k~bk

A l’exception de la deuxième, toutes ces propriétés sont évidentes.


Pour montrer la deuxième, il faut utiliser la deuxième définition du produit scalaire :

~a · (~b + ~c) = k~ak proj~a (~b + ~c )

~a · ~b + ~a · ~c = k~ak proj~a ~b + k~ak proj~a ~c = k~ak ( proj~a ~b + proj~a ~c)


il suffit donc de montrer que

proj~a (~b + ~c ) = proj~a ~b + proj~a ~c


ce qui est immédiat, si l’on fait un schéma

c

b
b + c

proja b proja c
a proja b + c
56 GÉOMÉTRIE VECTORIELLE
Expression à partir des composantes dans la base naturelle
Dans le plan euclidien R2 :

Si
   
a1 ~b = b1~i + b2~j = b1
~a = a1~i + a2~j =
a2 b2
alors

~a · ~b = a1 b1 + a2 b2

car
~i · ~i = ~j · ~j = 1 et ~i · ~j = ~j · ~i = 0

Dans l’espace euclidien R3 :

Si
   
a1 b1
~a = a1~i + a2~j + a3~k =  a2  ~b = b1~i + b2~j + b3~k =  b2 
a3 b3
alors

~a · ~b = a1 b1 + a2 b2 + a3 b3

car
~i · ~i = ~j · ~j = ~k · ~k = 1 et ~i · ~j = ~i · ~k = ~j · ~k = 0

Généralisation : Le produit scalaire peut être généralisé à tout espace à n dimensions muni d’une base
orthonormée.
Si
  
a1 b1
 a2   
~a =   ~b =  b2 
 ...   ... 
an bn
alors

~a · ~b = a1 b1 + a2 b2 + . . . + an bn
PRODUITS DE VECTEURS 57
2.2.2 Produit vectoriel
Définition

Le produit vectoriel ~a ×~b de deux vecteurs de l’espace ~a et ~b est un vecteur qui satisfait les conditions
suivantes :
– Il est perpendiculaire à ~a et ~b
– Sa longueur est égale à k~ak k~bk sin (angle entre ~a et ~b)
– Son sens est donné par la règle du «tire-bouchon».

~a × ~b dévisse − monte

~b
h = k~bk sin(α)

α
~a

~b × ~a visse − descend

Il est à noter que la valeur k~ak k~bk sin (angle entre ~a et ~b) est égale à l’aire du parallélogramme de côtés
~a et ~b.

Propriétés

~a × ~b = −~b × ~a attention à l’ordre

~a × (~b + ~c) = ~a × ~b + ~a × ~c distributivité

~a × ~a = ~0 car sin (0) = 0

A l’exception de la deuxième, toutes ces propriétés sont évidentes.


58 GÉOMÉTRIE VECTORIELLE
Expression à partir des composantes dans la base naturelle
Si
   
a1 b1
~a =  a2  = a1~i + a2~j + a3~k ~b =  b2  = b1~i + b2~j + b3~k
a3 b3
alors
 
a2 b3 − a3 b2
 
~a × ~b =  a3 b1 − a1 b3  = (a2 b3 − a3 b2 )~i + (a3 b1 − a1 b3 )~j + (a1 b2 − a2 b1 )~k
a1 b2 − a2 b1

ce qui peut se justifier en appliquant la distributivité et les résultats ci-dessous


k×i = j
j×i = −k

j −k

k×j = −i −i i j×k =i


k
−j
i×j = k
i×k = −j

Détermination d’un vecteur perpendiculaire à deux vecteurs donnés


Il suffit de calculer le produit vectoriel des deux vecteurs. Cette façon de procéder est utilisée pour
déterminer le vecteur normal d’un plan ou le vecteur directeur de la droite intersection de deux plans
non parallèles.

Utilisation du produit vectoriel


Calcul de l’aire d’un polygone dont on connaît les sommets
C
B
−−→ −−→
kBC × BGk
Aire =
2

−−→ −−→

−→ −→ kCD × CGk
kAB × AGk Aire =
Aire = 2
A 2
D

G −−→ −−→
kDF × DGk
Aire =
2 −−→ −−→
kEF × EDk
Aire =
2
E
F

Il suffit de trianguler le polygone. Les aires de chacun des triangles se calculant à l’aide du produit
vectoriel.
PRODUITS DE VECTEURS 59
2.2.3 Produit mixte
Définition
Le produit mixte [~a, ~b, ~c ] de trois vecteurs de l’espace, ~a, ~b et ~c, est le nombre réel donné par :

[~a, ~b, ~c ] = (~a × ~b) · ~c = ~a · (~b × ~c)

~a × ~b

~c
h
proj~a×~b ~c

~b

~a

Il est à noter que le produit mixte des vecteurs ~a, ~b et ~c est égal au volume du parallélipipède engendré
par les vecteurs ~a, ~b et ~c :

[~a, ~b, ~c ] = (~a × ~b) · ~c = k~a × ~bk proj~a×~b ~c = aire de la base · hauteur = volume

Propriétés

[~a, ~b, ~c ] = [~b, ~c, ~a ] = [~c, ~a, ~b ] = −[~a, ~c, ~b ] = −[~b, ~a, ~c ] = −[~c, ~b, ~a ]

[~a, ~b, ~c ] = 0 ⇔ ~a, ~b et ~c sont coplanaires (~a, ~b, ~c 6= ~0 )

La deuxième propriété peut s’expliquer facilement : si ~a, ~b et ~c sont coplanaires, alors ~a × ~b ⊥ ~c, et
donc (~a × ~b) · ~c = 0.

Expression à partir des composantes dans la base naturelle


Si
     
a1 b1 c1
~a =  a2  = a1~i + a2~j + a3~k ~b =  b2  = b1~i + b2~j + b3~k ~c =  c2  = c1~i + c2~j + c3~k
a3 b3 c3
alors

[~a, ~b, ~c ] = a1 b2 c3 + a2 b3 c1 + a3 b1 c2 − a1 b3 c2 − a2 b1 c3 − a3 b2 c1
60 GÉOMÉTRIE VECTORIELLE
A l’aide d’une calculatrice
Les trois vecteurs regroupés forment un tableau à 3 lignes et 3 colonnes, appelé matrice, dont le
déterminant est égal au produit mixte des trois vecteurs.
On doit donc créer la matrice (vecteurs en lignes ou en colonnes) et calculer son déterminant.

Règle de Cramer
Tout système de 3 équations à 3 inconnues peut s’écrire

x ~a + y ~b + z ~c = d~

si on multiplie vectoriellement la ligne par ~b, on a

x ~a × ~b + y ~b × ~b + z ~c × ~b = d~ × ~b

or ~b × ~b = ~0, donc

x ~a × ~b + z ~c × ~b = d~ × ~b

on multiplie encore scalairement par ~c

x (~a × ~b) · ~c + z (~c × ~b ) · ~c = (d~ × ~b ) · ~c

or ~c × ~b est perpendiculaire à ~c, donc (~c × ~b ) · ~c = ~0, ce qui donne

x (~a × ~b ) · ~c = (d~ × ~b ) · ~c

ou encore

x [~a, ~b, ~c ] = [d,


~ ~b, ~c ]

et finalement
~ ~b, ~c ]
[d,
x=
[~a, ~b, ~c ]
on peut appliquer la même démarche et obtenir
~ ~c ]
[~a, d,
y=
[~a, ~b, ~c ]
et
[~a, ~b, d~ ]
z=
[~a, ~b, ~c ]
DROITE ET PLAN 61
2.3 Droite et plan
2.3.1 Droite
Définition
En dehors de définitions du type le plus court chemin entre deux points, il n’existe pas de définition
mathématique élémentaire de la droite.

Une droite, c’est une chose qui se comprend immédiatement.

On embrouille l’esprit à chercher à la définir davantage.

Blaise Pascal (1623 - 1662)

En géométrie vectorielle, une droite de point d’origine A, est formée des points tels que les vecteurs
reliant A à ces points sont tous de même direction. (Pas de changement de direction lors du parcours
de la droite). Cette direction commune, est donnée par le vecteur directeur de la droite.

Equation d’une droite


−→
Plus pécisément, le vecteur AP , reliant tout point P de la droite d à son origine A, sera un multiple
du vecteur directeur d~

d


= λd A

−P
A

−→
P ∈d ⇔ AP = λd~

Dans le plan euclidien R2 , l’équation, sera alors


  
x = x0 + λd1 d1
si A = (x0 ; y0 ) et d~ =
y = y0 + λd2 d2
et dans l’espace euclidien R3
  
 x = x0 + λd1 d1
y = y0 + λd2 si A = (x0 ; y0 ; z0 ) et d~ =  d2 

z = z0 + λd3 d3
A noter, que si une des composantes de d~ est nulle, alors la variable correspondante est constante
d1 = 0 ⇒ x = x0 d2 = 0 ⇒ y = y0 d3 = 0 ⇒ z = z0
62 GÉOMÉTRIE VECTORIELLE
Cette formulation, appelée équation paramétrique de la droite, est pratique pour générer des
points (il suffit de donner une valeur au paramètre λ) ou résoudre des problèmes d’intersection, peut
être simplifiée en isolant, puis éliminant λ.
On aura alors, si d1 , d2 , d3 6= 0

x − x0 y − y0 z − z0
= =
d1 d2 d3

Cette écriture, appelée équation cartésienne de la droite, est plus compacte et permet de vérifier
rapidement si un point donné appartient à la droite d.
Il arrive très souvent que la droite soit donnée par deux points A et B, ce qui est suffisant. Le vecteur
−−→
directeur sera alors le vecteur d~ = AB.

Exemples
1. Déterminer l’équation de la droite passant par les points A = (−2; 3; 5) et B = (0; −1; 5).

Son vecteur directeur sera


 
2

−→
d~ = AB =  −4 
0
et son équation paramétrique

 x = −2 + 2λ
y = 3 − 4λ

z=5
ou encore cartésienne
x+2 y−3
= et z = 5
2 −4

2. Déterminer l’équation de la droite e passant par le point A = (2; −7; 1), parallèle à la droite d
d’équation cartésienne
1−x z
=y+2=−
4 3

Son vecteur directeur sera le même que celui de la droite d


 
−4
d~ =  1 
−3
et donc son équation paramétrique sera

 x = 2 − 4λ
y = −7 + λ

z = 1 − 3λ
et son équation cartésienne
2−x z−1
=y+7=−
4 3
DROITE ET PLAN 63
3. Déterminer l’équation de la droite e passant par B(3; −2; 6) et perpendiculaire à la droite d
donnée par son équation cartésienne
x−1 y−2
= = −z
2 3

On déduit facilement l’équation paramétrique de la droite d


  
2  x = 1 + 2λ
A = (1; 2; 0) et ~
d=  3  ⇒ y = 2 + 3λ

−1 z = −λ

De plus, si C = (x; y; z) est le point d’intersection des deux droites, on aura

d
A

−−→ ~
BC · d = 0
ce qui se récrit
     
x−3 2λ − 2 2
 y + 2  · d~ =  3λ + 4  ·  3  = 4λ − 4 + 9λ + 12 + λ + 6 = 0
z−6 −λ − 6 −1

on en déduit facilement que


λ = −1 et C = (−1; −1; 1)
ce qui nous permet de déduire l’équation paramétrique de la droite e passant par C et de vecteur
−−→
directeur ~e = BC
  
4  x = −1 + 4λ
C = (−1; −1; 1) et ~e =  −1  ⇒ y = −1 − λ

5 z = 1 + 5λ
et l’équation cartésienne
x+1 z−1
= −y − 1 =
4 5
64 GÉOMÉTRIE VECTORIELLE
2.3.2 Plan
Définition
Un plan est une surface de l’espace euclidien R3 telle que, pour toute paire de points distincts A et B
de cette surface, elle contient également tous les points de la droite passant par A et B.
Cette surface de l’espace est mathématiquement équivalente au plan euclidien R2 .

Equation paramétrique
Comme un plan est équivalent à R2 , il peut être engendré par deux vecteurs ~a et ~b. Mais attention,
ces deux vecteurs étant libres, il faut les attacher à un point A. On aura alors la condition

−→
P ∈Π ⇔ AP est combinaison linéaire de ~a et ~b

µ~b
+
µ~b λ~a
=
−A→P

~b

λ~a
A ~a

−−→ −→ −→
Les coordonnées du point P , étant égales aux composantes de OP = OA + AP , seront données par
    
 x = x0 + λa1 + µb1
 a1 b1
y = y0 + λa2 + µb2 si A = (x0 ; y0 ; z0 ) et ~a =  a2  et ~b =  b2 


z = z0 + λa3 + µb3 a3 b3

Les deux paramètres λ et µ nous permettent, à partir de A, ~a et ~b connus, de déterminer tous les points
du plan Π. Toutefois ce n’est pas très pratique pour vérifier si un point donné appartient ou non au
plan, puisqu’il faudrait déterminer les valeurs des deux paramètres λ et µ.
DROITE ET PLAN 65
Equation cartésienne
Si l’on connaît un vecteur ~n, perpendiculaire au plan, appelé vecteur normal, et un point du plan
A, on aura alors la condition

−→ −→
P ∈Π ⇔ AP ⊥ ~n ⇔ ~n · AP = 0

~n −→P
A

Les coordonnées du point P devront alors satisfaire l’équation

n 1 x + n 2 y + n 3 z = n 1 x 0 + n 2 y0 + n 3 z0

si
 
n1
~n =  n2  et A = (x0 ; y0 ; z0 )
n3
Cette façon de faire est très simple, on peut s’y ramener facilement si on ne connaît pas le vecteur
normal :
– si on connaît deux vecteurs ~a et ~b, comme précédemment, par exemple deux vecteurs directeurs de
droites du plan, ~n = ~a × ~b
−−→ −→
– si on connaît trois points A, B et C du plan, alors ~n = AB × AC.
66 GÉOMÉTRIE VECTORIELLE
Représentation graphique d’un plan
Si on désire représenter le plan Π, donné par son équation cartésienne

Π : ax + by + cz = d

on détermine
– les éventuels points d’intersection avec les axes
– les éventuels droites d’intersection avec les plans Oxy, Oxz et Oyz, appelées souvent : les traces du
plan sur le mur, le sol et le profil .

Plus précisément, les conditions d’intersection seront

Axes Plans
Ox Oy Oz Oxy (mur) Oxz (sol) Oyz (prof il)
y=z=0 x=z=0 x=y=0 z=0 y=0 x=0

Exemples
Représentation graphique du plan (horizontal) d’équation

Π : y=3

Le plan étant toujours à hauteur y = 3, il ne coupe que l’axe Oy en (0; 3; 0), et ses seules traces sont
des droites horizontales sur le mur et le profil (en gris).

(−5, 3, −5)

(−5; 3; 0) (0; 3; −5)

(0; 3; 0)

dprof il dmur
(−5; 3; 10) (10, 3, −5)

(0; 3; 10) (10; 3; 0)

z x

(10; 3; 10)

En foncé, la partie visible du plan (x, y, z ≥ 0), en clair la partie cachée par les mur, sol et profil.
En vert foncé les intersections : points et traces.
En noir, d’autres points du plan.

1
DROITE ET PLAN 67
Représentation graphique du plan (vertical) d’équation

Π : x − 2z = 0

Axes Plans
Ox Oy Oz Oxy (mur) Oxz (sol) Oyz (prof il)
(0; 0; 0) Oy (0; 0; 0) dmur : Oy dsol : x − 2z = 0 dprof il : Oy

(−6; 6; −3)

(0; 6; 0)

(−6; 0; −3)
dprof il dmur

(10; 6; 5)
(−6; −3; −3)

dsol x
(0; −3; 0)

z (10; 0; 5)

(10; −3; 5)

En foncé, la partie visible du plan (x, y, z ≥ 0),1 en clair la partie cachée par les mur, sol et profil.
En vert foncé les intersections : points et traces.
En noir, d’autres points du plan.
68 GÉOMÉTRIE VECTORIELLE
Représentation graphique du plan (vertical) d’équation

Π : 2x + z = 8

Axes Plans
Ox Oy Oz Oxy (mur) Oxz (sol) Oyz (prof il)
(4; 0; 0) ∅ (0; 0; 8) dmur : x = 4 et z = 0 dsol : 2x + z = 8 dprof il : z = 8 et x = 0

(4; 6; 0) (6; 6; −4)


(−2; 6; 12) (0; 6; 8)

dprof il dmur

(6; 0; −4)
(0; 0; 8) dsol (4; 0; 0)
(−2; 0; 12)

z
(4; −3; 0) (6; −3; −4)
(−2; −3; 12) (0; −3; 8)

En foncé, la partie visible du plan (x, y, z ≥ 0), en clair la partie cachée par les mur, sol et profil.
En vert foncé les intersections : points et traces.
En noir, d’autres points du plan.

1
DROITE ET PLAN 69
Représentation graphique du plan d’équation

Π : 10x + 15y + 12z = 60

Axes Plans
Ox Oy Oz Oxy (mur) Oxz (sol) Oyz (prof il)
(6; 0; 0) (0; 4; 0) (0; 0; 5) dmur : 2x + 3y = 12 dsol : 5x + 6z = 30 dprof il : 5y + 4z = 20

(0; 6; − 52 )
(−3; 6; 0)

(6; 4; −5)
(0; 4; 0)

(− 29 ; 3; 5)

dmur
dprof il

(9; 0; − 52 )
(6; 0; 0)
(−3; 0; 15 dsol
2 ) (0; 0; 5)
x

(9; −2; 0)
z
(0; −2; 15
2 )

(6; −4; 5)

En foncé, la partie visible du plan (x, y, z ≥ 0), en


1
clair la partie cachée par les mur, sol et profil.
En vert foncé les intersections : points et traces.
En noir, d’autres points du plan.
70 GÉOMÉTRIE VECTORIELLE
Représentation graphique du plan d’équation

Π : 3x − 2y + 4z = 12

Axes Plans
Ox Oy Oz Oxy (mur) Oxz (sol) Oyz (prof il)
(4; 0; 0) (0; −6; 0) (0; 0; 3) dmur : 3x − 2y = 12 dsol : 3x + 4z = 12 dprof il : −y + 2z = 6

(−4; 6; 9) (0; 6; 6)
(8; 6; 0)
(12; 6; −3)

dprof il
dmur
( 16
3 ; 0; 7)
(0; 0; 3) dsol
(4; 0; 0) ( 28
3 ; 0; −4)

z
x
(0; −6; 0)

(−8; −12; 3)
(−4; −12; 0)
(0; −12; −3)
(4; −12; −6)

En foncé, la partie visible du plan (x, y, z ≥ 0), en clair la partie cachée par les mur, sol et profil.
En vert foncé les intersections : points et traces.
En noir, d’autres points du plan.

1
INTERSECTIONS 71
2.4 Intersections
2.4.1 Intersection d’une droite et d’un plan
Si la droite d et le plan Π ne sont pas parallèles, leur intersection est un point P

d~

A b

~n

b
P =d∩Π

 
d1
Connaissant le point A = (x0 ; y0 ; z0 ) et le vecteur directeur d~ =  d2  la droite d, il suffit de substituer
d3
les équations de d dans celle du plan Π pour obtenir la solution.
Plus précisément, si
Droite d Plan Π


 x = x0 + λ d1

y = y0 + λ d2 n1 x + n2 y + n3 z = p



z = z0 + λ d3
le point P se calcule en résolvant l’équation à une inconnue λ

n1 (x0 + λ d1 ) + n2 (y0 + λ d2 ) + n3 (z0 + λ d3 ) = p

d’où on déduit les valeurs des coordonnées du point P .


72 GÉOMÉTRIE VECTORIELLE
Exemple
Déterminer l’intersection de la droite d donnée par son équation cartésienne
y+1
x−3= et z = 4
2
avec le plan Π perpendiculaire à d et passant par l’origine.
On déduit facilement le vecteur directeur d~ et l’équation paramétrique de la droite d :


   x=3+λ
1 

~
d = 2
 y = −1 + 2λ


0 
z=4
Comme le plan Π est perpendiculaire à la droite d, on peut poser
 
1
~
~n = d = 2 

0

et, en se rappelant que Π passe par l’origine O = (0; 0; 0), obtenir son équation

Π : x + 2y = 0

ce qui nous donne

3 + λ + 2(−1 + 2λ) = 0 ⇒ λ = − 15 ⇒ x= 14
5 y = − 75 z=4

Le point d’intersection sera

P = d ∩ Π = ( 14 7
5 ; − 5 ; 4)
INTERSECTIONS 73
2.4.2 Intersection de deux plans
Si les deux plans Π1 et Π2 ne sont pas parallèles, leur intersection est une droite d

Π2

~nπ1
d = Π1 ∩ Π2 d~ = ~nπ1 × ~nπ2

~nπ2

Π1

La droite d étant dans le plan Π1 , elle est perpendiculaire à son vecteur normal ~nπ1 .
De même, étant dans le plan Π2 , elle est perpendiculaire à son vecteur normal ~nπ2 .
Son vecteur directeur sera donc donné par

d~ = ~nπ1 × ~nπ2

Toutefois ce n’est pas suffisant, il faut encore trouver un point A de la droite, c’est à-dire appartenant
aux deux plans Π1 et Π2 .

Exemple
Déterminer l’intersection des plans Π1 et Π2 donnés par leurs équations

Π1 : x + y + z = 6 Π2 : 2x + 3z = 6

On en déduit facilement leurs vecteurs normaux et le vecteur directeur de la droite


     
1 2 3
~nπ1 =  1  ~nπ2 =  0  d~ = ~nπ1 × ~nπ2 =  −1 
1 3 −2
Le point A doit satisfaire le système d’équations

x+y+z =6
2x + 3z = 6
en multipliant par 2 la première équation et en soustrayant la deuxième, on obtient

2y − z = 6

cette équation ayant une infinité de solutions, on peut en choisir une, par exemple

y=3 z=0 x=3 ⇒ A = (3; 3; 0)

finalement l’équation de la droite sera


x−3 z
d: = −y + 3 = −
3 2
74 GÉOMÉTRIE VECTORIELLE
2.4.3 Intersection de trois plans
Point de vue algébrique
Chacun des trois plans étant décrit par une équation à 3 inconnues, la détermination de l’intersection
des trois plans, revient résolution d’un système de 3 équations à 3 inconnues.
Selon le degré d’indépendance (linéaire) ou d’incompatibilité des équations, on trouvera comme inter-
section un point, une droite, un plan ou l’ensemble vide.

Point de vue géométrique


La caractéristique essentielle d’un plan étant son vecteur normal, on distingue trois situations :
– Deux ou trois vecteurs normaux sont colinéaires (ont même direction, sont sur une même droite)
– Les vecteurs normaux sont coplanaires (sont dans un même plan)
Intersection
– Les vecteurs de trois
normaux sont plans
indépendants

Les vecteurs
Trois vecteurs normauxnormaux
sontsont colinéaires
colinéaires
Les trois plans sontplans
Les trois parallèles, pas d’intersection
sont parallèles sauf
et distincts, pas si les trois: plans sont confondus (identiques)
d'intersection

Exemple Les vecteurs normaux sont coplanaires



Π1 : x −
 vecteurs
Dans ce cas le produit mixte des 2y − 3zest=égal
normaux 0 à zéro (calcul).
Si deux plans sont parallèles, le
Π : 2x − 4y − 6z = 1
2
troisième quelconque, pas d'intersection
Π3 : −x + 2y + 3z = 5

on voit facilement, après réduction des équations, que les vecteurs normaux sont identiques, sans que
les équations le soient :

 Π1 : x − 2y − 3z = 0
Π2 : x − 2y − 3z = 12

Π3 : x − 2y − 3z = −5
Les trois plans sont donc parallèles et distincts et on aura

Π1 ∩ Π2 ∩ Π3 = ∅
INTERSECTIONS 75
Deux vecteurs normaux sont colinéaires
Les vecteurs normaux sont coplanaires

Si les deux plans parallèles sont distincts, le troisième quelconque, pas d’intersection.
Dans ce cas le produit mixte des vecteurs normaux est égal à zéro (calcul).
Si les deux plans parallèles sont confondus (identiques), le problème se ramène à l’intersection de deux
Si deux plans sont parallèles, le troisième quelconque, pas d'intersection
plans.

Les vecteurs normaux sont coplanaires, mais pas colinéaires


Dans ce cas le produit mixte des vecteurs normaux est égal à zéro (calcul). Ce sera le cas si un des
vecteurs normaux peut s’écrire comme combinaison linéaire des deux autres.
Si les plans ne sont pas parallèles, deux situations sont possibles :
Deux situations sont possibles
La droite, : de deux des plans ne se trouve pas dans le troisième plan. Dans ce
intersection
cas, pas d'intersection
– La droite, intersection de deux des plans ne se trouve pas dans le troisième plan. Dans ce cas, pas
d’intersection

La droite, intersection de deux des plans se trouve dans le troisième plan. Dans ce cas,
Exemple l'intersection est cette droite

 Π1 : x − 2y + z = 2
Π2 : 2x + y − 3z = 4

Π3 : 3x − y − 2z = 1
comme      
1 2 3
~nπ1 =  −2  ~nπ2 =  1  ~nπ3 = −1  = ~nπ1 + ~nπ2

1 −3 −2
les plans ne sont pas parallèles, mais [~nπ1 ; ~nπ2 ; ~nπ3 ] = 0.
76 GÉOMÉTRIE VECTORIELLE

 A appartenant à l’intersection des deux premiers :


On cherche un point
x − 2y + z = 2
une solution est A = (2; 0; 0)
2x + y − 3z = 4
on voit facilement que le point A ne vérifie pas l’équation de Π3 , donc
Π1 ∩ Π2 ∩ Π3 = ∅

– La droite, intersection de intersection


La droite, deux desdeplans seplans
deux des trouve dansdans
se trouve le letroisième plan.
troisième plan. DansDans
ce cas,ce cas, l’intersection
est cette droite l'intersection est cette droite

Exemple
Si on reprend les équations précédentes mais en modifiant légérement la dernière

 Π1 : x − 2y + z = 2
Π2 : 2x + y − 3z = 4

Π3 : 3x − y − 2z = 6
cette fois, le point A vérifie l’équation de Π3 , donc
Π1 ∩ Π2 ∩ Π3 = d
reste à déterminer son vecteur directeur d~ :
   
5 1
~
d = ~nπ1 × ~nπ2 = 5  ou
 1
Les vecteurs normaux sont indépendants 5 1
Le produit mixte des vecteurs normaux n'est pas égal à zéro (calcul) : les plans sont dans
des "directions
Les vecteurs normaux sonttrès différentes", leur intersection
indépendants se réduit à un seul point. Celui-ci se
calcule en résolvant le système de 3 équations à 3 inconnues correspondant aux 3
équations des plans.
Le produit mixte des vecteurs normaux n’est pas égal à zéro (calcul) : les plans sont dans des « orien-
tations très différentes », leur intersection se réduit à un seul point

celui-ci se calcule en résolvant le système de 3 équations à 3 inconnues.


DISTANCE D’UN POINT À UN PLAN 77
2.5 Distance d’un point à un plan
78 GÉOMÉTRIE VECTORIELLE
A venir
Chapitre 3

Calcul intégral

3.1 Intégrale définie


Soit f une fonction continue dans A, a et b ∈ A. On désire calculer l’aire de la surface comprise entre
f et l’axe des x, pour a ≤ x ≤ b. Cette valeur, dénommée intégrale de a à b de f , est notée
Z b
f (x)dx
a
Si f est négative, l’aire sera négative ; on pourra donc avoir des intégrales positives, négatives ou nulles.

Exemples
f (x) = 2 f (x) = x
f
4
3
3
f
2
2
1
1

−2 −1 1 2 3 4
1 2 3 4
−1
Z b Z 3 Z b Z 4
4·4
f (x) dx = 2 dx = 4 · 2 = 8 f (x) dx = x dx = =8
a −1 a 0 2

(rectangle de base 4 et hauteur 2) (triangle de base 4 et hauteur 4)

f (x) = x f (−x) = −f (x)


2 f

−3 −2 −1 1
−1

−2 −3 −2 −1 1 2 3
−1
f −3
−2
Z b Z 0 Z b Z 3
3·3 9
f (x) dx = x dx = − =− f (x) dx = f (x) dx = 0
a −3 2 2 a −3

(attention : f (x) négative, aire négative) (les aires négative et positive s’annulent)

79
80 CALCUL INTÉGRAL
3.1.1 Sommes de Riemann
Principe de base
On découpe l’intervalle [a; b] en n parties. On obtient une suite de points a = x0 , x1 , . . . , xn = b. Celle-ci
nous permet de construire, pour chaque sous-intervalle [xi ; xi+1 ], des rectangles dont la hauteur est
donnée par la fonction f . La somme des aires de tous ces rectangles donnera alors une valeur approchée
de l’intégrale (plus n sera grand, plus elle sera précise).

y = f (x)

a = x0 x1 x2 x3 x4 ... xn−2 xn−1 xn = b


Δx0 Δx1 Δx2 Δx3 Δxn−2 Δxn−1

Petite et grande sommes


La petite somme est formée à partir des rectangles de hauteur la valeur minimale de f (x) dans
chaque sous-intervalle.

4
30 rectangles : petite somme ≈ 5.53
3

−6 −5 −4 −3 −2 −1 1 2 3 4 5 6
−1

−2
f
INTÉGRALE DÉFINIE 81
La grande somme est formée à partir des rectangles de hauteur la valeur maximale de f (x) dans
chaque sous-intervalle.

4
30 rectangles : grande somme ≈ 8.37
3

−6 −5 −4 −3 −2 −1 1 2 3 4 5 6
−1

−2
f

L’intégrale de f entre a et b est bien évidemment comprise entre ces deux sommes.
Dans les exemples ci-dessus, elle vaut
Z 4 3
x + 2x2 − 11x − 2 104
dx = ≈ 6.93
−4 10 15

Fonction intégrable
Une fonction f sera dite intégrable dans l’intervalle [a; b] si les limites, lorsque n tend vers l’infini, des
petite et grande somme sont égales. Ce sera le cas si f est continue (mais ce n’est pas nécessaire ...).
L’intégrale de f entre a et b sera bien entendu égale à cette limite.
Pour la suite, et pour simplifier les choses, on supposera toutefois que les fonctions intégrables sont
continues.

Finalement
Toute somme des aires des rectangles étant naturellement comprise entre la petite et la grande somme,
on aura entière liberté de choix pour l’abscisse x donnant, par f (x), la hauteur du rectangle. On pourra,
par exemple, prendre une des extrémité de l’intervalle, disons celle de droite. Ce qui nous donne, en
faisant tendre n vers l’infini

Z b n
X
f (x) dx = lim f (xk )∆xk
a n→∞
k=1

avec, par exemple


b−a
∆xk = et xk = a + k∆xk
n
82 CALCUL INTÉGRAL
Z b
Exemple : Déterminer xm dx pour k = 1, 2, 3
0

Tout d’abord, nous avons besoin de connaître les valeurs des sommes de puissances d’entiers :
n
X n(n + 1)
k = 1 + 2 + 3 + ... + n =
2
k=1

n
X n(n + 1)(2n + 1)
k 2 = 12 + 22 + 32 + . . . + n2 =
6
k=1

n
X  2
3 3 3 3 3 n(n + 1)
k = 1 + 2 + 3 + ... + n =
2
k=1

Passons aux intégrales définies ; dans notre cas (a = 0), on a


b b
∆xk = et xk = k ∆xk = k
n n
donc
Z a n
X  2 X
n  2
b b b b n(n + 1)
x dx = lim k = lim k = lim
0 n→∞ nn n→∞ n n→∞ n 2
k=1 k=1

b2 n+1 b2
= lim =
2 n→∞ n 2

Z a n
X  2  3 X
n  3
2 b b b 2 b n(n + 1)(2n + 1)
x dx = lim k = lim k = lim
0 n→∞ n n n→∞ n n→∞ n 6
k=1 k=1

b3 (n + 1)(2n + 1) b3
= lim =
6 n→∞ n2 3

Z n
X  3  4 X
n  4  
a
3 b b b 3 b n(n + 1) 2
x dx = lim k = lim k = lim
0 n→∞ n n n→∞ n n→∞ n 2
k=1 k=1

 2
b4 n+1 b4
= lim =
4 n→∞ n 4

On peut en déduire (ce résultat sera prouvé bientôt)


Z b
bm+1
xm dx = avec m 6= −1
0 m+1
INTÉGRALE DÉFINIE 83
3.1.2 Propriétés de l’intégrale définie
Règles de calcul élémentaires
Soit f et g deux fonctions continues, on aura alors

Z b Z b
cf (x)dx = c f (x)dx
a a

Les hauteurs des rectangles étant c fois plus hautes, l’aire est c fois plus grande.

Z b Z b Z b
[f (x) + g(x))] dx = f (x)dx + g(x)dx
a a a

L’aire d’un rectangle de hauteur f (x) + g(x) est égale à la somme des aires des rectangles de hauteur
f (x) et g(x).

Z b Z b Z b
[cf (x) + dg(x)] dx = c f (x)dx + d g(x)dx
a a a

Combinaison des deux précédentes.

Propriétés géométriques
Si a < b < c
Z b Z c Z c
f (x)dx + f (x)dx = f (x)dx
a b a

Somme de deux aires contiguës = aire totale.

Z a Z b
f (x)dx = − f (x)dx
b a

De gauche à droite, la base, écart entre deux x successifs, est positive.


De droite à gauche, la base, écart entre deux x successifs, est négative.

Z a
f (x)dx = 0
a

Sans commentaire ...


84 CALCUL INTÉGRAL
En reprenant les propriétés de l’intégrale définie, on peut compléter le résultat précédent
Z b Z b Z a
m m bm+1 am+1
x dx = x dx − xm dx = − avec m 6= −1
a 0 0 m+1 m+1

Illustration, si 0 < a < b

f f f

= −

a b b a

Z b Z b Z a
f (x) dx = f (x) dx − f (x) dx
a 0 0

ou encore, si a < 0 < b

f f f

= +

a a
b b

Z b Z b Z 0
f (x)dx = f (x)dx + f (x)dx
a 0 a
Z b Z a
= f (x)dx − f (x)dx
0 0

Exemples

Z 2 Z 2 Z 2 Z 2 Z 2
(2x3 − 7x2 + 5x − 4) dx = 2 x3 dx − 7 x2 dx + 5 x dx − 4 1 dx
1 1 1 1 1
     
24 14 23 13 22 12 16
= 2 − −7 − +5 − − 4(2 − 1) = −
4 4 3 3 2 2 3

Z 4 Z Z 4
4 Z 4 Z 4
3x2 − 5 3x2 5 −2
dx = dx + − dx = 3 x dx − 5 x−4 dx
2 x4 2 x 4
2 x 4
2 2
     
1 1 1 1 109
= 3 − − − −5 − 3
− − 3
=
4 2 3·4 3·2 192
PRIMITIVE - INTÉGRALE INDÉFINIE 85
3.2 Primitive - Intégrale indéfinie
Définition
Soit f une fonction continue. On appelle intégrale indéfinie ou primitive de f , une fonction F telle
que F 0 = f .
Z
F (x) = f (x)dx

Propriété
Une primitive F est définie à une constante près, car celle-ci disparaît si l’on dérive F pour retrouver
f . Par conséquent, on imposera souvent une valeur à F pour un x donné, par exemple F (0) = 1, ce
qui permet de déduire la valeur de la constante.

Règles de calcul
Si F est une primitive de f et G une primitive de g, alors F + G est une primitive de f + g, F − G est
une primitive de f − g et aF + bG est une primitive de af + bg.
Ce qui peut se noter, de manière simplifiée
Z Z Z Z Z Z Z Z Z
f + g = f +g f − g = f −g a f +b g= af + bg

Remarque très importante


Il n’existe pas de règle de calcul simple concernant les primitives d’un produit (multiplication) ou d’un
quotient (division) de fonctions.

Quelques primitives élémentaires

f F f F
√ 2√ 3
1 x+C x x
3

x2 1 √
x +C √ 2 x+C
2 x

x3
x2 +C sin (x) − cos (x) + C
3

xn+1
xn , n 6= −1 +C cos (x) sin (x) + C
n+1

1
ln(|x|) + C ex ex + C
x

u 0 (x)
ln(|u(x)|) + C u 0 (x)eu(x) eu(x) + C
u(x)
86 CALCUL INTÉGRAL
Contrairement à la dérivée, et faute de règles concernant les produit et quotient, il n’existe pas de
méthode de recherches des primitives d’une fonction.
Toutefois, on peut donner la piste suivante :
1. Déterminer la forme générale de la primitive F
2. Dériver F
3. Corriger, si nécessaire.

Exemples
2
1. f (x) = 3x5 − 4x2 + 3x −
x2
f (x) = 3x5 − 4x2 + 3x − x−2 −→ F (x) = x6 − x3 + x2 − x−1
−→ F 0 (x) = 6x5 − 3x2 + 2x + x−2
x6 4 3 3 2 1
−→ F (x) = − x + x + +C
2 3 2 x

2 3
2. f (x) = (3x − 5)4 + 2x x2 + 4 −
x+6
2 3
f (x) = (3x − 5)4 + 2x x2 + 4 − 3 (x + 6)−1 −→ F (x) = (3x − 5)5 + x2 + 4 − ln(| x + 6 |)
2 1
−→ F 0 (x) = 15 (3x − 5)4 + 6x x2 + 4 −
3 x + 6
5 2
(3x − 5) x +4
−→ F (x) = + − 3 ln(| x + 6 |) + C
15 3

3. f (x) = 4 sin(3x − π) + x cos(x2 − 1)

f (x) = 4 sin(3x − π) + x cos(x2 − 1) −→ F (x) = cos(3x − π) + sin(x2 − 1)


−→ F 0 (x) = −3 sin(3x − π) + 2x cos(x2 − 1)
cos(3x − π) sin(x2 − 1)
−→ F (x) = − + +C
3 2

2 +2x−3
4. f (x) = (x + 1)ex
2 +2x−3 2 +2x−3
f (x) = (x + 1)ex −→ F (x) = ex
2 +2x−3 2 +2x−3
−→ F 0 (x) = (2x + 2)ex = 2(x + 1)ex
2 +2x−3
ex
−→ F (x) = +C
2

x−2
5. f (x) =
2x2 − 8x + 3
x−2
f (x) = −→ F (x) = ln(| 2x2 − 8x + 3 |)
2x2 − 8x + 3
4x − 8 4(x − 2)
−→ F 0 (x) = = 2
2x2 − 8x + 3 2x − 8x + 3
ln(| 2x2 − 8x + 3 |)
−→ F (x) = +C
4
THÉORÈME FONDAMENTAL 87
3.3 Théorème fondamental
3.3.1 Fonction intégrale
Soit une fonction continue f de A dans R, et a ∈ A. La fonction g donnée par
Z x
g(x) = f (t) dt
a

est appelée fonction intégrale de f .

Exemples
f (x) = 1 f (x) = 2x
f
5
3
4
2
3
f
1 2

1
−1 1 2 3 4x
−1 1 2 x 3
Z x Z x
g(x) = 1 · dt = x g(x) = 2x · dt = x2
0 0

3.3.2 Théorème fondamental


Théorème 3.1. Théorème fondamental Si f est une fonction continue dans l’intervalle [a; b] ,
alors la fonction intégrale
Z x
g(x) = f (t) dt
a

est une primitive de f , en d’autres termes, g0 = f.

Illustration

4
f
3

2
(3, 54 ) Z 3
b
5
1 g(3) = f (x) dx = −
−1 3
a x
−4 −3 −2 −1 1 2 3 4 5
5
−1 g ′ (3) = = f (3)
4
(3, − 35 ) b
5
∆y = 4
−2
g ∆x = 1
−3
88 CALCUL INTÉGRAL
Corollaire 3.2. Si f est une fonction continue dans l’intervalle [a; b] de primitive F , alors

Z b
f (x)dx = F (b) − F (a)
a

Ce corollaire nous permet de calculer assez facilement des intégrales (si l’on connaît une primitive) mais
sa preuve est assez difficile. Elle nécessite notamment la connaissance du théorème de la moyenne.

3.3.3 Théorème de la moyenne


Théorème 3.3. Théorème de la moyenne Si f est une fonction continue dans l’intervalle [a; b]
alors il existe c ∈ [a; b] tel que
Z b
f (x)dx = f (c)(b − a)
a

f (c) f

a c b

dans tout intervalle [a; b] où f est continue, on peut trouver c tel que l’aire du rectangle de base b − a
et hauteur f (c) soit égale à l’intégrale entre a et b de f .

3.3.4 Démonstration du théorème fondamental


On doit montrer que, si f est une fonction continue dans l’intervalle [a; b] , alors la fonction intégrale
Z x
g(x) = f (t) dt
a

est une primitive de f , c’est-à-dire g 0 = f .

Comme
g(x + h) − g(x)
g 0 (x) = lim
h→0 h
on calcule tout d’abord
Z x+h Z x Z x+h
g(x + h) − g(x) = f (t)dt − f (t)dt = f (t)dt
a a x
THÉORÈME FONDAMENTAL 89
d’après le théorème de la moyenne, il existe xI , x < xI < x + h, tel que
Z x+h
f (t)dt = f (xI )(x + h − x) = h · f (xI )
x

f (xI ) f

x xI x + h

donc
h · f (xI )
g 0 (x) = lim = lim f (xI ) = f (x)
h→0 h h→0

Q.E.D.

3.3.5 Démonstration du corollaire du théorème fondamental


On doit montrer que, si f est une fonction continue dans l’intervalle [a; b] de primitive F , alors
Z b
f (x)dx = F (b) − F (a)
a

Comme g est une primitive de f , on peut écrire que

g(x) = F (x) + C

donc, si on pose x = a
Z a
g(a) = f (x)dx = 0 = F (a) + C
a

donc

C = −F (a)

puis, si on pose x = b
Z b
g(b) = f (x)dx = F (b) − F (a)
a

Q.E.D.
90 CALCUL INTÉGRAL
3.4 Techniques d’intégration
Situation
On désire déterminer une primitive du produit de deux fonctions. Malheureusement, la primitive d’un
produit n’étant pas égale au produit des primitives,
Z Z Z
f · g 6= f · g

on doit se limiter à l’étude de quelques situations particulières.

3.4.1 Intégration par parties


Partant de la règle de dérivation du produit de deux fonctions

[f (x) · g(x)]0 = f 0 (x) · g(x) + f (x) · g(x)0

on déduit que

f 0 (x) · g(x) = [f (x) · g(x)]0 − f (x) · g 0 (x)

et, en passant aux primitives

Z Z
0
f (x) · g(x)dx = f (x) · g(x) − f (x) · g 0 (x)dx

ou encore

Z b Z b
b
f (x) · g(x)dx = f (x) · g(x) −
0
f (x) · g 0 (x)dx
a a a

Cette technique s’utilise notamment si


– le passage de f 0 à f (primitive) est aisé
– le passage de g à g 0 simplifie nettement le calcul de la primitive (de f · g 0 par rapport à f 0 · g).

Exemples

Z Z
x ex dx = x ex − ex dx
= x ex − ex + C = ex (x − 1) + C

parfois il faut répéter le procédé

Z Z
2 2
x cos(x) dx = x sin(x) − 2x sin(x) dx
Z
2
= x sin(x) − 2x cos(x) + 2 cos(x) dx

= x2 sin(x) − 2x cos(x) + 2 sin(x) + C


TECHNIQUES D’INTÉGRATION 91
ou faire preuve d’un peu d’imagination
Z Z Z
1
ln(x) dx = 1 · ln(x) dx = x ln(x) − x dx
x
Z
= x ln(x) − 1 dx = x ln(x) − x + C

ou encore, retomber sur ses pattes après une pirouette


Z Z 3x
3x e3x e
I = e sin(2x) dx = sin(2x) − 2 cos(2x) dx
3 3
 Z 3x 
e3x 2 e3x e
= sin(2x) − cos(2x) − (−2 sin(2x)) dx
3 3 3 3
Z
e3x 2e3x cos(2x) 4
= sin(2x) − − e3x sin(2x) dx
3 9 9

on retombe sur l’énoncé, donc

4 e3x
I+ I = [ 3 sin(2x) − 2 cos(2x) ]
9 9
ce qui donne finalement

e3x
I = [ 3 sin(2x) − 2 cos(2x) ]
13

3.4.2 Intégration par substitution


Partant de la règle de dérivation de la composée de deux fonctions

g 0 [f (x)] · f 0 (x) = (g [f (x)])0

on obtient en passant aux primitives


Z
g 0 [f (x)] · f 0 (x)dx = g[f (x)] + C

puis, en remplaçant g par G (G0 = g)

Z
g[f (x)] · f 0 (x)dx = G[f (x)] + C

ou encore

Z b Z
b f (b)
0
g[f (x)] · f (x)dx = G[f (x)] = G[f (b)] − G[f (a)] = g(x)dx
a a f (a)
92 CALCUL INTÉGRAL
3.5 Applications
3.5.1 Surface délimitée par plusieurs courbes
Situation de base
On cherche à calculer l’aire (géométrique, donc positive) de la surface délimitée par plusieurs courbes.
En règle générale, cette surface est délimitée par les graphes de deux fonctions continues f et g définies
dans un intervalle [a; b], avec f (x) ≤ g(x) pour tout x dans [a; b]. L’aire sera alors donnée par
Z b
Aire = [g(x) − f (x)]dx
a
La plupart du temps, les valeurs des bornes a et b sont données par les points d’intersection de f et g.

Démarche détaillée
1. Représenter graphiquement f et g
2. Déterminer les points d’intersection de f et g
3. Calculer l’aire

Exemple
x2 − x − 6 (x − 3)(x + 2)
f (x) = = g(x) = x − 1
2 2
Représentation graphique
5

4
g
3 b
B = (4, 3)

−3 −2 −1 1 2 3 4 5
−1

A = (−1, −2) b
−2

−3
f
−4

les points d’intersection se déterminent en résolvant l’équation f (x) = g(x)


x2 − x − 6
=x−1
2
dont les solutions sont x = −1 et x = 4.
On aura alors
Z 4
4
x2 − x − 6 x3 3x2 125
Aire = (x − 1 − ) dx = (− + + 2x) =
−1 2 6 4 −1 12
APPLICATIONS 93
Surface délimitée par plus de deux courbes
Si la surface est délimité par plus de deux courbes, on se ramène à la situation ci-dessus en subdivisant
l’aire en plusieurs parties.

Exemple
1 √ 7 3
f (x) = g(x) = x h(x) = x −
x2 8 2

h
f
C = (4, 2) g
2 b

A = (1, 1)
1 b

b B = (2, 41 )

1 2 3 4 5

−1

Z 2 Z 4
Aire = [g(x) − f (x)] dx + [g(x) − h(x)] dx
1 2

Z 4 Z 2 Z 4
= g(x)dx − f (x)dx − h(x)dx
1 1 2

Z 4√ Z 2 Z 4
1 7 3
= x dx − dx − ( x − ) dx
1 1 x2 2 8 2

2x3/2 4 1 2 7x2 3x 4 23
= + −( − ) =
3 1 x 1 16 2 2 12
94 CALCUL INTÉGRAL
3.5.2 Solide de révolution
Situation
Soit une fonction f continue définie dans l’intervalle [a; b]. Le solide de révolution déterminé par f peut
être décrit de deux façons équivalentes.

Rotation de la courbe f
On dessine le graphe de f
y

a b x

Dans l’espace à 3 dimensions, on fait tourner cette courbe autour de l’axe des x. On obtient une surface
qui délimite un volume, le solide de révolution.

Rotation de la surface délimitée par f


On dessine le graphe de f et on considère la surface comprise entre f et l’axe des x
y

a b x

Dans l’espace à 3 dimensions, on fait tourner cette surface autour de l’axe des x. On obtient alors
directement le solide de révolution.

Illustrations
Le graphe de f est un segment de droite passant par l’origine, le solide de révolution est formé de deux
cônes
APPLICATIONS 95
le graphe de f est une courbe un peu plus complexe

ou encore, ce qui permet peut-être de deviner comment calculer le volume ...

Calcul du volume
De façon analogue à la construction de l’intégrale définie, on peut approximer le volume du solide de
révolution par des cylindres de rayon f (xi ) et épaisseur ∆xi . Le volume de chacun de ceux-ci étant
égal à πf (xi)2 ∆x

n
X Z b
2
V olume = lim πf (xi) ∆xi = π f (x)2 dx
n→∞ a
i=1
96 CALCUL INTÉGRAL
Exemple : Volume d’une sphère

La sphère de rayon R est le solide de révolution engendré par un cercle de rayon R centré à l’origine
dont l’équation est

y= R 2 − x2

on aura alors

p Z 2
R   π/2
3
x 4
V olume d0 une sphère = π R2 − x2 dx = π R2 x − = πR3
−R 3 3
0

Rotation autour de l’axe des y

Il peut être pratique de décrire le solide de révolution par la rotation du graphe de f autour de l’axe
des y.
Dans ce cas f doit être bijective et, si a ≤ x ≤ b

Z f (b)  2
V olume = π f −1 (x) dx
f (a)

Exemple : Calcul du volume d’une flûte de champagne (unité : cm)

Ce volume est celui du solide engendré par la rotation autour de l’axe des y de la parabole

y = f (x) = 2x2 x ∈ [ 0 ; 52 ]

on aura alors
Z f (2)  Z 25 r 2 Z 25
−1
2 2 x 2 x 625
V olume = π f (x) dx = π dx = π dx = π
f (0) 0 2 0 2 16

ce qui donne un peu plus d’un décilitre.


APPLICATIONS 97
Autres exemples
98 CALCUL INTÉGRAL
Chapitre 4

Algèbre linéaire

4.1 Calcul matriciel


4.1.1 Notions de base
Définition
Une m × n matrice est un tableau de nombres à m lignes et n colonnes. Si cette matrice est appelée
A, l’élément situé à la i-ème ligne et j-ème colonne est noté aij .
 
a1,1 a1,2 . . . a1,n
 a2,1 a2,2 . . . a2,n 
 
A= . .. .. 
 .. . . 
am,1 am,2 . . . am,n
De même avec la mxn matrice B
 
b1,1 b1,2 ... b1,n
 b2,1 b2,2 ... b2,n 
 
B= .. .. .. 
 . . . 
bm,1 bm,2 . . . bm,n

Deux matrices A et B, de même taille, sont égales si tous leurs éléments correspondants, aij et bij
sont égaux.

Terminologie
Si les nombres de lignes et de colonnes sont égaux, la matrice est dite carrée.
Une matrice carrée A est dite diagonale si les seuls éléments non nuls se trouvent dans la diagonale
(éléments a11 , a22 , . . . )
 
3 0 0
A =  0 −6 √0 
0 0 2

Une matrice carrée B est dite symétrique, si bij = bji , quels que soient i et j.
 
0 2 −1
B =  2 −4 π 
−1 π −e

99
100 ALGÈBRE LINÉAIRE
Une matrice carrée est dite triangulaire, si tous les éléments situés au-dessous, ou au-dessus, de la
diagonale sont nuls
 
  1 0 0 0
4 5 6 
√ 1 1 0 0 
C= 0 π π2  D=  1

2 1 0 
0 0 ln 2
1 3 3 1

Addition et soustraction matricielles


Addition ou soustraction élément par élément. On ne peut additionner, ou soustraire, que des matrices
de même taille (ou mêmes dimensions)
 
a1,1 + b1,1 a1,2 + b1,2 . . . a1,n + b1,n
 a2,1 + b2,1 a2,2 + b2,2 . . . a2,n + b2,n 
 
C =A+B = .. .. .. 
 . . . 
am,1 + bm,1 am,2 + bm,2 . . . am,n + bm,n

 
a1,1 − b1,1 a1,2 − b1,2 ... a1,n − b1,n
 a2,1 − b2,1 a2,2 − b2,2 ... a2,n − b2,n 
 
D =A−B = .. .. .. 
 . . . 
am,1 − bm,1 am,2 − bm,2 . . . am,n − bm,n

Multiplication par un nombre (scalaire)


On multiplie tous les éléments de la matrice par ce nombre
 
λa1,1 λa1,2 . . . λa1,n
 λa2,1 λa2,2 . . . λa2,n 
 
E = λA =  .. .. .. 
 . . . 
λam,1 λam,2 . . . λam,n

Exemples
Si
   
3 −7 5 8 2 −1
A= B=
−2 0 −5 4 7 11
alors
   
11 −5 4 −5 −9 6
A+B = A−B =
2 7 6 −6 −7 −16
et
     
6 −14 10 −24 −6 3 −18 −20 13
2A = − 3B = 2A − 3B =
−4 0 −10 −12 −21 −33 −16 −21 −41
CALCUL MATRICIEL 101
4.1.2 Produit matriciel
Le produit de deux matrices s’obtient en effectuant le produit scalaire des lignes de la première matrice
et des colonnes de la deuxième.
Plus précisément si C = AB, alors l’élément cij sera égal au produit scalaire de la i-ème ligne de A
avec la j-ème colonne de B. Par conséquent les tailles des lignes de A et colonnes de B doivent être
égales, ce qui signifie que le produit de deux matrices n’est possible que si le nombre de colonnes de la
première est égal au nombre de nombre de lignes de la seconde. Le résultat sera une matrice ayant le
nombre de lignes de la première et le nombre de colonnes de la deuxième.

C = A B
   
c1,1 . . . c1,j ... c1,p a1,1 a1,2 . . . a1,n  
 .. .. ..   .. .. ..  b1,1 . . . b1,j . . . b1,p
 . . .   . . .   
     b2,1 . . . b2,j . . . b2,p 
 ci,1 . . . ci,j . . . ci,p  =  ai,1 ai,2 . . . ai,n   .. .. .. 
     
 .. .. ..   .. .. ..  . . .
 . . .   . . . 
bn,1 . . . bn,j . . . bn,p
cm,1 . . . cm,j . . . cm,p am,1 am,2 . . . am,n

avec
n
X
ci,j = ai,1 · b1,j + ai,2 · b2,j + . . . + ai,n · bn,j = ai,k · bk,j
k=1

Exemples
Si
 
  −2 2
3 2 4
A= B= 7 3 
−5 0 6
0 6

alors
 
3 · (−2) + 2 · 7 + 4 · 0 3·2+2·3+4·6  
8 36
AB =  =
10 26
−5 · (−2) + 0 · 7 + 6 · 0 −5 · 2 + 0 · 3 + 6 · 6

et
 
−2 · 3 + 2 · (−5) −2 · 2 + 2 · 0 −2 · 4 + 2 · 6  
  −16 −4 4
 
BA = 
 7 · 3 + 3 · (−5) 7·2+3·0 7·4+3·6 
=
 6 14 46 
  −30 0 36
0 · 3 + 6 · (−5) 0·2+6·0 0·4+6·6

Propriétés

en général AB 6= BA en règle générale, le produit matriciel n’est pas commutatif

(AB)C = A(BC) = ABC par contre il est associatif

A(B + C) = AB + AC et distributif

AB = AC ; B=C attention aux simplifications abusives


102 ALGÈBRE LINÉAIRE
Matrice identité
Il existe une matrice équivalente au 1 des nombres : la matrice identité I. Elle est carrée (n lignes et
n colonnes), contient des 1 dans la diagonale et des 0 ailleurs.
 
  1 0 0 0
  1 0 0
1 0  0 1 0 0 
I= I= 0 1 0  I=  0 0 1
 etc.
0 1 0 
0 0 1
0 0 0 1
on aura alors

IA = AI = A

4.1.3 Inverse d’une matrice


L’inverse d’une matrice carrée A se note A−1 et vérifie la condition

AA−1 = A−1 A = I

où I est la matrice identité. L’inverse de A n’existe que si son déterminant est non-nul.
Les déterminations de l’inverse et du déterminant d’une matrice sont tout sauf simples, mais les cal-
culatrices savent très bien effectuer ce genre de calcul.
A titre d’information, les inverses de matrice 2 × 2 et 3 × 3, le déterminant étant égal au dénominateur
de la fraction

   
a b 1 d −b
A= A−1 =
c d ad − bc −c a

   
a b c ei − f h ch − bi bf − ce
1
A= d e f  A−1 =  f g − di ai − cg cd − af 
aei + bf g + cdh − ceg − bdi − af h
g h i dh − eg bg − ah ae − bd

Exemples
   
3 2 1 5 −2
A= A−1 =
−1 5 17 1 3
 
4 3
A= A pas inversible, car det(A) = 4 · 6 − 3 · 8 = 0
8 6

Propriétés
−1
A−1 =A l’inverse de l’inverse . . .

(AB)−1 = B −1 A−1 attention à la permutation des matrices

si A est inversible
dans ce cas, la simplification est possible
AB = AC ⇒ B = C
APPLICATIONS LINÉAIRES 103
4.2 Applications linéaires
4.2.1 Introduction
Une application
f : Rn −→ Rm

est linéaire si les deux conditions suivantes sont satisfaites :

f (~u + ~v ) = f (~u ) + f (~v )


quels que soient ~u et ~v ∈ Rn , λ ∈ R
f (λ~u ) = λf (~u )

ou, ce qui est équivalent

f (λ~u + µ~v ) = λf (~u ) + µf (~v ) quels que soient ~u et ~v ∈ Rn , λ et µ ∈ R

Propriété
On a immédiatement la propriété importante

f est une application linéaire ⇒ f (~0 ) = ~0

et sa conséquence

f (~0 ) 6= ~0 ⇒ f n’est pas une application linéaire

Images d’une application linéaire : importance des vecteurs de base


De même que tout espace vectoriel est construit à partir des vecteurs de base, l’image de tout vecteur
peut être déterminée à partir des images des vecteurs de base.
En effet
 
v
si ~v = 1 alors f (~v ) = f (v1~i + v2~j ) = f (v1~i ) + f (v2~j ) = v1 f (~i ) + v2 f (~j )
v2
 
v1
si ~v = v2  alors f (~v ) = f (v1~i + v2~j + v3~k ) = f (v1~i ) + f (v2~j ) + f (v3~k ) = v1 f (~i ) + v2 f (~j ) + v3 f (~k )
v3

Cette caractéristique est très importante, car la détermination des images des vecteurs de base est
nettement plus simple que celle d’un vecteur quelconque (voir les transformations du plan).
De plus, comme f (~v ) est une combinaison linéaire des images des vecteurs de base, on pourra déter-
miner l’ensemble des images de f .
104 ALGÈBRE LINÉAIRE
4.2.2 Matrice d’une application linéaire
Si on continue le développement précédent, en posant

   
i1 j1
f (~i ) = et f (~j ) =
i2 j2
on a
        
v1 i1 v j v i + v2 j 1 i j v1
f (~v ) = v1 f (~i ) + v2 f (~j ) = + 2 1 = 11 = 1 1 = F ~v
v1 i 2 v2 j2 v1 i2 + v2 j2 i2 j2 v2

ce qui se résume par

La matrice F d’une application linéaire f a, pour colonnes,


les images par f des vecteurs de base de Rn .

elle permet de calculer les images des vecteurs ou points de Rn

f (~v ) = F ~v

ou, si les points forment les colonnes d’une matrice A

f (A) = F A

Matrices, composition et inverse


Si on a deux applications linéaires

f : Rn −→ Rm et g : Rm −→ Rp

de matrices respectives F et G, alors la composée

h = g ◦ f : Rn −→ Rp

a pour matrice H = GF
De plus si l’application linéaire

f : Rn −→ Rn

est bijective et de matrice F , alors l’application inverse

f −1 : Rn −→ Rn

a pour matrice F −1 .

Tout ceci peut se résumer par le tableau suivant

Application linéaire Matrice

f F

g G

g◦f GF

f −1 F −1
APPLICATIONS LINÉAIRES 105
4.2.3 Ensemble des images d’une application linéaire
L’ensemble des images d’une application linéaire
f : Rn −→ Rm
noté Im(f ) est l’ensemble de toutes les valeurs possibles de f (~v ) ~v ∈ Rn .
Comme vu précédemment, il suffit de connaître les images des vecteurs de base pour déterminer f (~v )
et donc Im(f ). Plus précisément, Im(f ) sera l’espace vectoriel engendré par les images des vecteurs de
base de Rn .

Etude détaillée de quelques situations


Il faut tout d’abord se rappeler la propriété
f est une application linéaire ⇒ f (~0 ) = ~0
donc tout ensemble des images contiendra le vecteur ~0 (l’origine).

f : R2 −→ R2
Deux cas possibles :
– f (~i ) et f (~j ) ne sont pas colinéaires : ils forment une base de R2 = Imf
– f (~i ) et f (~j ) sont colinéaires : Im(f ) = droite passant par l’origine et de vecteur directeur f (~i ) ou
f (~j )

f : R2 −→ R3

Deux cas possibles :


– f (~i ) et f (~j ) ne sont pas colinéaires : ils engendrent un plan passant par l’origine ; Im(f ) sera ce
plan, de vecteur normal ~n = f (~i ) × f (~j )

– f (~i ) et f (~j ) sont colinéaires : Im(f ) = droite passant par l’origine et de vecteur directeur f (~i ) ou
f (~j )

f : R3 −→ R2

Deux cas possibles :


– Deux vecteurs parmi f (~i ), f (~j ) et f (~k ) ne sont pas colinéaires : ils forment une base de R2 = Imf
– f (~i ), f (~j ) et f (~k ) sont colinéaires : Im(f ) = droite passant par l’origine et de vecteur directeur
f (~i ), f (~j ) ou f (~k )

f : R3 −→ R3

Trois cas possibles :


– f (~i ), f (~j ) et f (~k ) ne sont pas coplanaires ; ils forment une base de R3 = Imf
– f (~i ), f (~j ) et f (~k ) sont coplanaires, mais pas colinéaires : deux d’entre eux engendrent un plan
passant par l’origine. Im(f ) sera ce plan (de vecteur normal le produit vectoriel de ces deux vecteurs)

– f (~i ), f (~j ) et f (~k ) sont colinéaires : Im(f ) = droite passant par l’origine et de vecteur directeur
f (~i ), f (~j ) ou f (~k )
106 ALGÈBRE LINÉAIRE
4.2.4 Noyau d’une application linéaire
Le noyau d’une application linéaire

f : Rn −→ Rm

noté Ker(f ) (de l’anglais kernel ), est l’ensemble de toutes les solutions de l’équation

f (~v ) = ~0 ou F ~v = ~0

ou, ce qui revient au même

Ker(f ) = f −1 (~0

Il faut tout d’abord se rappeler la propriété

f est une application linéaire ⇒ f (~0 ) = ~0

donc tout noyau contiendra le vecteur ~0) (l’origine).

Etude détaillée des situations possibles

f : R2 −→ R2

Deux cas possibles, selon la valeur du déterminant de la matrice F de f :


– det(F ) 6= 0, F est inversible et donc Ker(f )= f −1 (~0) = F −1 ~0 = ~0.
~ déterminé en résolvant le système d’équa-
– det(F ) = 0, Ker(f ) est une droite de vecteur directeur d,
tions F~v = ~0, et passant par l’origine O = (0; 0).

f : R3 −→ Rm

Trois cas possibles :


– det(F ) 6= 0, F est inversible et donc Ker(f ) = f −1 (~0) = F −1 ~0 = ~0.
– det(F ) = 0 et les vecteurs f (~i), f (~j) et f (~k) sont colinéaires. Dans ce cas, Ker(f ) est un plan de
vecteur normal ~n, donné par une des lignes de F et passant par le point (0; 0; 0).
– det(F ) = 0 et les vecteurs f (~i), f (~j) et f (~k) sont coplanaires. Dans ce cas, Ker(f ) est une droite de
~ déterminé en résolvant le système d’équations F ~v = ~0, et passant par l’origine
vecteur directeur d,
O = (0; 0; 0).
TRANSFORMATIONS DU PLAN 107
4.3 Transformations du plan
4.3.1 Introduction
Les transformations du plan, et leurs extensions dans l’espace, sont utilisées pour les réalisations
d’animations graphiques. Les logiciels de création d’images de synthèse utilisent sans cesse ces trans-
formations.
Les principales transformations sont
– l’homothétie (changement d’échelle, zoom)
– la rotation
– la symétrie (par rapport à un axe donné, la symétrie par un point étant une rotation de 180◦ )
– le cisaillement (peu utilisé)
– l’affinité, orthogonale ou non
seules les trois premières seront examinées en détail.

Homothéties ou zooms
×2 en x et y × 12 en x et y ×1.5 en y

Rotations
60◦ 90◦ 180◦
108 ALGÈBRE LINÉAIRE
Symétries
axe y

origine axe x

à noter que la symétrie par rapport à l’origine (ou un autre point) est une rotation de 180◦ .

Illustration toute simple


Les points de contrôle permettent d’effectuer des transformations élémentaires de l’image (homothéties,
cisaillements, rotations, symétries).

Principe général

– décrire la transformation en français, ou à l’aide d’un schéma


– établir les images des vecteurs de base
– déduire la matrice de la transformation
– compléter éventuellement, si la transformation n’est pas une application linéaire
TRANSFORMATIONS DU PLAN 109
4.3.2 Homothétie
Homothétie centrée en l’origine
Il s’agit simplement d’une multiplication des composantes par des nombres réels a (première compo-
sante) et b (deuxième composante).
Cette transformation est une application linéaire donnée par la matrice
 
a 0
Ta;b =
0 b
car les images des vecteurs de base se déterminent facilement
   
~i = a~i =
0 a ~j = b ~j = 0
0
0 b
Les images des vecteurs de base restent perpendiculaires et une figure géométrique subissant cette
transformation sera agrandie ou rétrécie (pas nécessairement du même facteur horizontalement et
verticalement). Son orientation sera inversée si les coefficients a et b sont de signes différents (effet de
miroir).

Illustration par l’image


Homothétie de centre quelconque
Si le centre de l’homothétie est le point P = (c; d), on se ramème à une homothétie centrée à l’origine
en faisant subir aux points la translation

T−c;−d : (x; y) −→ (x − c ; y − d)

on effectue alors l’homothétie Ha;b suivie de la translation inverse Tc;d .

Illustration mathématique

6
D

4
C E
B F
2

A G
P
b

−12 −10 G ′ −8 −6 −4 −2 A′ 2 4 6 8 10 12

−2

F B′
E′ C′
−4

D′
−6

Homothétie de centre P = (3; 0) et de coefficients a = −2 et b = −1


110 ALGÈBRE LINÉAIRE
4.3.3 Rotation
Rotation autour de l’origine
La rotation de centre O = (0; 0) et d’angle α fait corespondre, au point A, le point A0 donné par
−→0 −→
OA = rotation d0 angle α de OA
cette transformation est une application linéaire donnée par la matrice
 
cos(α) − sin(α)
Rα =
sin(α) cos(α)
car les images des vecteurs de base se déterminent facilement

 
− sin(α)  
r( j ) = 0
cos(α) j =
1

 
cos(α)
r(i ) =
sin(α)

α
 
i = 1
0

Une figure géométrique subissant cette transformation ne sera pas déformée.

Rotation de centre quelconque


Si le centre de rotation est le point P = (a; b), on se ramème à une rotation autour de l’origine en
faisant subir aux points la translation
T−a;−b : (x; y) −→ (x − a ; y − b)
on effectue alors la rotation Rα suivie de la translation inverse Ta;b .

Illustration mathématique
D

C E
B F
2

G′ A G

E
−6 F ′ −4 −2 2 4 6 8 10

130˚
−2 b
P
D ′ A′

B′
−4
C′

Rotation de centre P = (3; −2) et d’angle α = 130◦ .


TRANSFORMATIONS DU PLAN 111
4.3.4 Symétrie
Symétrie par rapport à l’axe des x
Cette transformation est une application linéaire donnée par la matrice
 
1 0
Sx =
0 −1
car

sx (~i ) = ~i et sx (~j ) = −~j.

Symétrie par rapport à l’axe des y


Cette transformation est une application linéaire donnée par la matrice
 
−1 0
Sy =
0 1
car

sy (~i ) = −~i et sy (~j ) = ~j.

Symétrie par rapport à la diagonale y = x


Cette transformation est une application linéaire donnée par la matrice
 
0 1
S∆ =
1 0
car

s∆ (~i ) = ~j et s∆ (~j ) = ~i.

Symétrie d’axe passant par l’origine et faisant un angle donné avec l’axe des x
On obtient la matrice de cette transformation s en déterminant les images des vecteurs de base :

 
cos(2α)
s(i ) =
sin(2α)

α
α
 
e 1
étr i i =
y m 0
es
xed
a

~i subit une rotation d’angle 2α


112 ALGÈBRE LINÉAIRE

 
~j = 0
1

90◦ − α

α
90◦ − α
i e
m étr 2α
e sy
ed
ax  
sin(2α)
s( ~j ) =
− cos(α)

la matrice de la transformation sera alors


 
cos(2α) sin(2α)
Sα =  
sin(2α) − cos(2α)

Une autre façon de voir est de considérer cette transformation comme composée d’une rotation d’angle −α
(on ramène l’axe de symétrie sur l’axe des x), d’une symétrie d’axe Ox et d’une rotation d’angle α (on
remet l’axe en place).
   
cos(α) − sin(α) 1 0 cos(−α) − sin(−α)
Sα = Rα Sx R−α =    
sin(α) cos(α) 0 −1 sin(−α) cos(−α)
  
cos(α) sin(α) cos(α) sin(α)
=   
sin(α) − cos(α) − sin(α) cos(α)
 
cos2 (α) − sin2 (α) 2 sin(α) cos(α)
=  
2
2 sin(α) cos(α) − cos2 (α) + sin (α)
 
cos(2α) sin(2α)
=  
sin(2α) − cos(2α)
TRANSFORMATIONS DU PLAN 113

6
D
4
C E
B F
2
120◦ A G

−8 −6 −4 −2 2 4 6 8 10 12
C′ −2
B′

ax
A′

ed
−4
D′

es
ym
−6

étr
F′

ei
E′ G′ −8

Symétrie d’axe passant par l’origine et faisant un angle de 120◦ avec l’axe des x

Une figure géométrique subissant une symétrie n’est pas déformée, mais son orientation est inversée
(effet de miroir).

Symétrie d’axe quelconque


L’axe étant une droite, on connaît un de ses points. On utilisera alors le même principe que pour les
rotations de centre quelconque :
– Opérer une translation des points de sorte que le point connu de l’axe de symétrie se retrouve à
l’origine
– Effectuer la symétrie comme ci-dessus
– Opérer la translation inverse.
Note : Si l’axe de symétrie est donné par sa pente ou deux de ses points, on peut calculer l’angle par

α = tan−1 (pente)

cet angle étant négatif, si la pente est négative. Si cela dérange, prendre α + 180◦ .

E′
e

14
i
étr

F′ D′
ym


G
es

12
ed
ax

10

B
A′ C′ 8

6 Q b

D
4
C E
B F
2
A G
P b

−10 −8 −6 −4 −2 2 4 6 8 10 12

Symétrie d’axe passant par les points P = (−4; 0) et Q = (0; 6)


114

Index

A Droite
Application linéaire, 103 équation, 7
ensemble des images, 105 ordonnée à l’origine, 7
matrice, 104 pente, 7
noyau, 106 Droite vectorielle, 61
Asymptote équation, 61
définition, 17 équation cartésienne, 62
horizontale, 17, 20 équation paramétrique, 62
oblique, 17, 20 vecteur directeur, 61
verticale, 17 E
C Etude de fonction, 40
Concave, voir Fonction concave Euler
Continue, voir Fonction continue nombre, 48
Continuité, 15 Exponentielle
Convexe, voir Fonction convexe dérivée de la fonction, 48
Cosinus fonction, 48
dérivée de la fonction, 44 Extremum
fonction, 44 global, 35
Cotangente local, 35
dérivée de la fonction, 45 F
Croissance
domaine de, 35 Fonction
Croissante, voir Fonction croissante concave, 38
continue, 15
D convexe, 38
Décroissance croissante, 10
domaine de, 35 dérivable, 27
Décroissante, voir Fonction décroissante décroissante, 10
Dérivable, voir Fonction dérivable étude de, 40
Dérivation intégrable, 81
de fractions rationnelles, 32 intégrale, 87
de monômes, 32 non dérivable, 28
de polynômes, 32 trigonométrique, 44
de puissances, 32 G
règles de, 30
règles de (preuves), 31 Grande somme, 80
Dérivée, 27
H
composée de fonctions, 46
construction géométrique, 27 Homothétie, 107
détermination à l’aide de la définition, 29
réciproque, 47 I
seconde, 39 Inflexion, voir Point d’inflexion
Discontinuité, 15 Intégrable, voir Fonction intégrable
Distance Intégrale définie, 79
d’un point à un plan, 77 Intégrale indéfinie, 85
INDEX 115
Intersection dans le plan euclidien, 56
une droite et un plan, 71 définition, 54
deux plans, 73 propriétés, 55
trois plans, 74 Produit vectoriel, 57
base naturelle, 58
L propriétés, 57
Limite d’un quotient, 16 Profil, 66
Limite en un point, 14
définition intuitive, 14 R
définition mathématique, 14 Rotation, 107
discontinuité, 15
limite à droite, 12, 13, 15, 28 S
limite à gauche, 12, 13, 15, 28 Sinus
Logarithme dérivée de la fonction, 44
dérivée de la fonction, 48 fonction, 44
fonction, 48 Sol, 66
Solide de révolution, 94
M Sommes de Riemann, 80
Matrice Symétrie, 107
addition, 100
déterminant, 102 T
inverse, 102 Tangente
multiplication par un nombre, 100 asymptotes de la fonction, 18
soustraction, 100 dérivée de la fonction, 45
Maximum Tangente à une courbe
global, 35 équation de la, 26
local, 35 Taux de variation, 24
Minimum Taux de variation instantané, 26
global, 35 Techniques d’intégration
local, 35 par parties, 90
Mur, 66 substitution, 90
Théorème
N accroissements finis, 33
Nombre dérivé, 26 croissance et dérivée, 33
fondamental, 87
P fondamental, preuve du, 88
Palier, 35 moyenne (de la), 88
Petite somme, 80 Transformation du plan, 107
Plan, 64 homothétie, 107, 109
équation cartésienne, 65 rotation, 107, 110
équation paramétrique, 64 symétrie, 107, 111
représentation graphique, 66
traces, 66 V
vecteur normal, 65 Vecteur
Point critique, 35 addition, 50
Point d’inflexion, 38 base, 51
Primitive, 85 combinaison linéaire, 51
Produit mixte, 59 composante, 49
base naturelle, 59 définition, 49
définition, 59 multiple d’un, 51
propriétés, 59 normal, 65
Produit scalaire, 54 produit mixte, 59
base naturelle, 56 produit scalaire, 54
dans l’espace euclidien, 56 produit vectoriel, 57
116 INDEX
soustraction, 50