Vous êtes sur la page 1sur 124
Remerciement
Remerciement

Sommaire :

Chapitre Introductif

 
 

Introduction générale …………………………………………………………………………… Les objectifs………………………… Motivation du choix de la ville et du site………………………………………………………

1

7

8

Chapitre I : la Ludo-éducation

 
 

I. L’éducation…………………………………………………………………………………….

10

I.1. les piliers de l’éducation………………………………………………………………… I.2.l’éducation par apprentissage……………………………………………………………. I.3.les intervenants dans l’éducation de l’enfant…………………………………………… I.4.les différents courants pédagogiques ……………………………………………………. I.5.le courant pédagogique en Algérie……………………………………………………….

10

11

12

16

20

II.la Ludo-éducation……………………………………………………………………………

21

II.1.la conception du jeu…………………………………………………………………… II.2.le jeu et le ludique………………………………………………………………………. II.3.le Ludo-(éducatif-pédagogique)………………………………………………………… II.4.le rôle du jeu dans l’évolution de l’enfant………………………………………………. II.5.le rôle du j eu dans l’apprentissage…………………………………………………… II.6.les types des jeux………………………………………………………………………

21

22

23

24

25

26

Chapitre II : l’enfant et l’espace

 
 

I.la structuration de l’espace chez l’enfant………………………………………………………

27

I.1.l’espace vécu …………………………………………………………………………… I.2. l’espace perçu……………………………………………………………………………. I.3.L’espace conçu……………………………………………………………………………

27

28

28

II. Les exigences de l’espace de l’enfant………………………………………………………

29

II.1.Reconnaissable …………………………………………………………………………. II.2.Transformable et flexible ………………………………………………………………. II.3.la relation intérieure-extérieure…………………………………………………………. II.4.la transparence………………………………………………………………………… II.5. l’enfant et les couleurs………………………………………………………………….

29

29

30

30

31

III. Les structures accueillant la Ludo-éducation………………………………………………

32

Chapitre III : Analyse des exemples

 
 

I. KidZania

I.1.Présentation et analyse du concept………………………………………………………. I.2.KidZania à l’échelle mondiale et la logique d’implantation…………………………… I.2.1. les villes de KidZania…………………………………………………………… I.2.2. Le quartier KidZania……………………………………………………………… I.2.3. Les projets accueillants KidZania………………………………………………… I.3.Analyse architecturale :

I.3.1.KidZania Tokyo…………………………………………………………………… I.3.2.KidZania Kuala Lumpur…………………………………………………………

34

37

38

39

41

42

50

II.Hellerup FreeSchool

II.1.présentation ……………………………………………………………………………

58

II.2.situation…………………………………………………………………………………. 58 II.3.accessibilité……………………………………………………………………………… 59

II.4.environnement immédiat………………………………………………………………

59

   

II.5.les accès ………………………………………………………………………………… II.6. volumétrie……………………………………………………………………………….

61

62

   

II.7. Organisation intérieure………………………………………………………………….

62

Chapitre IV : Analyse du site

 
 

Introduction

 

I. Présentation de la wilaya……………………………………………………………………… 66

II.

Présentation de la commune…………………………………………………………………. 67

III.

Croissance de la ville………………………………………………………………………

68

IV.

Situation……………………………………………………………………………………. 69

V.

Paysage urbain et analyse pittoresque………………………………………………………. 69

 

V.1. La partie stable : les éléments du paysage urbain……………………………………… V.1.1. Les nœuds……………………………………………………………………… V.1.2. Les points de repères et éléments d’appels……………………………………… V.1.3.les composantes du paysage urbain……………………………………………… V.2. La partie dynamique : l’analyse séquentielle…………………………………………

69

69

71

72

75

VI.

L’analyse du tissu urbain…………………………………………………………………

78

VII. L’analyse du terrain d’intervention……………………………………………………… Synthèse……………………………………………………………………………….

80

81

Chapitre V : la programmation

 
 

Introduction……………………………………………………………………………………

82

I. Objectifs et intentions………………………………………………………………………….

83

II.

scénario d’implantation à l’échelle territorial et régional…………………………………….

83

III.

les grandes lignes du programme de la cité ludo-éducative de Jijel…………………………

84

IV.

le schéma de redéploiement et de la mise en cohérence des actions dans le site……………

85

V.

Développement des programmes architecturaux……………………………………………

86

 

V.1. La mini-ville……………………………………………………………………………. V.2.Freeschool ……………………………………………………………………………… V.3.Multi-Théatre ……………………………………………………………………………

86

89

90

Chapitre VI : la Conception………………………………………………………………….

91

Introduction Générale:

Depuis la nuit des temps, l’éducation est considérée comme l’un des piliers majeurs de tout processus de développement. Elle est le champ qui nous a interpellés en raison de son rôle essentiel dans l’investissement du capital humain.

L’éducation porte, plus que jamais, l’espoir d’une meilleure qualité de vie et d’une plus grande harmonie. En effet, un consensus se dégage des rapports de différentes organisations internationales: tous reconnaissent les effets de l’éducation sur la production de richesse et sur l’amélioration de la santé et du contrôle démographique, tous comptent sur l’éducation pour réduire la pauvreté et les inégalités sociales, pour soutenir la démocratie, le développement économique et la paix. L’actualité nous amène à constater que l’atteinte de ces objectifs semble encore bien lointaine.

Parler d’éducation, c’est tout d'abord parler de sa finalité et, selon le rapport de l’Unesco, c'est viser le développement de la personne et de la société (UNESCO, 1998) ; c’est aussi offrir à chacun l’occasion de réaliser au maximum « son potentiel d’apprentissage et ce, tout au long de sa vie. » Comme l’exprimait Javier Perez de Cuellar, président de la Fondation internationale des droits de l’homme « L’humanité ne peut être sauvée en bloc, mais seulement être par être, la société ne pourra véritablement progresser que si chacun de nous progresse » (UNESCO, 1998) . Le développement résulte alors de l’action synergique des forces de l’individu et de celles du monde dont il fait partie. Le résultat de cette coopération est alors profitable pour tous et non seulement pour un petit nombre.

L’éducation est aussi l’apprentissage. Il nous révèle qui nous sommes et le monde dans lequel nous vivons ; il nous fait dire « Je connais », « Je peux » ou « J’ai changé » (SOREL Lila, 1999) . L’apprentissage nous permet d’acquérir une capacité nouvelle qui se traduit par un sentiment de compétence et de confiance en soi. Ces facteurs sont essentiels à l’autodétermination. L’apprentissage et aussi basé sur la réciprocité, la promotion des savoirs de chacun pour mener alors à une meilleure compréhension mutuelle entre les personnes et les communautés. En ce sens il fait naître le « Nous », ce prérequis à la coopération, à la capacité de mieux vivre ensemble.

Il est important de parler de l’accès à une éducation de base de qualité pour tous. Il s’agit entre autre d’apprendre à lire, à écrire, à compter et à acquérir les savoirs essentiels à la vie et au travail. Il est aussi nécessaire de développer les compétences de haut niveau indispensables pour

1
1

fera sans mépriser la dimension éducative de l’expérience et du réseau

des institutions sociales, culturelles et religieuses ; sans oublier le rôle primordial des parents et de l’éducation familiale.

soutenir le progrès. Ceci se

Lors d’un récent colloque à Montréal, Emmanuel Todd Ingénieur de recherche à l'Institut national d'études démographiques Français (INED) affirmait que, dans l’histoire des civilisations, les périodes de réussites économiques sont constamment précédées d’un investissement dans le domaine culturel et éducatif. Selon cet auteur, il serait illusoire d’envisager le succès économique puis de le maintenir sans tout d’abord se préoccuper de la qualité de l’éducation (TODD Emmanuel, 1999) .

L’éducation demeure un sujet passionnant parce qu’elle nous touche tous au cœur même de notre vie quotidienne, étudiants ou enseignants, parents ou citoyens. L'éducation c'est une nécessité pour redonner la capacité d’autodétermination aux individus affaiblis par la non reconnaissance de leurs droits et de leurs savoirs, c’est un espoir pour sauver tout un peuple, c'est un défi immense à relever. À ce titre, l'éducation ne peut être qu’une priorité nationale.

L’éducation occupe une place essentielle dans l’histoire des civilisations. Elle s’est développée avec le temps passant du statut de luxe vers celui de droit. Ce fait combiné avec le boom démographique et avec la technologie et son impact sur le travail, a causé la standardisation des systèmes éducatifs à travers le monde. Dans les pays sous-développés ceci a conduit à une inflation académique où l'éducation est devenue un simple moyen d'obtenir un emploi.

Ce phénomène a causé la stérilité que l’on voit dans les pays du tiers monde ; la majorité des gens ont des vies standardisées, n’ayant aucune idée de leurs talents, de leurs capacités et simplement endurant leurs vies sans une véritable passion. Ceci a engendré une productivité limitée dans tous les domaines, le manque de qualité et l'absence de créativité.

Ce Problème a été l’objet d’étude de plusieurs éducateurs, sociologues et chercheurs comme l’écrivain éducateur Sir Ken Robinson qui voit que le seul espoir pour l'avenir est d'adopter une nouvelle conception de la potentialité humaine, dans laquelle nous commençons à considérer la richesse des capacités humaines en commençant par les enfants dans leurs premières années (SIR KEN

Robinson,2006) .

2
2

Les enfants d'aujourd'hui grandissent dans un monde qui évolue rapidement, ils auront besoin de continuer à apprendre tout au long de leur vie. Nous devons les aider à explorer leurs talents, trouver leurs passions et développer leurs capacités. Apprendre à être créatifs, à expérimenter, à communiquer, à prendre des responsabilités, à travailler ensemble et à s’écha nger des opinions est l’objectif à atteindre

À ce propos, Frederick Douglass a dit : « Il est plus facile de construire des enfants forts que de réparer des hommes brisés ».C’est à dire qu’Il est plus facile d'élever des enfants bien adaptés que de corriger l'inadaptation des adultes, que cette inadaptation soit le résultat d'une enfance difficile ou d’un système éducatif.

Dans ce domaine, plusieurs psychologues ont étudié les meilleurs moyens d’apprentissage, et selon Elizabeth Jones et Gretchen Reynolds dans leur livre « The Play’s the thing » (E.JONES & G.REYNOLDS, 1992) , les enfants n’apprennent pas les choses par diction mais par la construction de leurs connaissances par interaction avec le monde physique et les autres enfants. La façon pour faire c ela est de « jouer ».

Le jeu est défini comme étant «une zone privilégiée de l'existence humaine où chaque personne peut, selon ses moyens économiques, ses goûts, talents et aspirations, déterminer l'usage de son temps libre et y insérer ses choix personnels des plaisirs et satisfactions qu'elle attend de la vie». Tout le monde est d'accord que le jeu nous procure liberté et la détente par lequel, l'être humain peut se relâcher et retrouver ses efforts et changer ses idées.

Il faut savoir aussi que le loisir est un droit universellement reconnu depuis 1948 dans la Déclaration des droits de l'Homme adoptée par l'Organisation des Nations unies à l'effet que «toute personne a droit au repos et aux loisirs». Cette notion de droit au loisir correspond à des valeu rs partagées et reconnues comme indispensables au mieux-être individuel et collectif par l'UNESCO.

Il y a même une charte internationale qui justifie ce droit et tous les gouvernements et même les cultures «reconnaissent de façon accrue le droit des individus d'avoir des périodes de temps pendant lesquelles ils ou elles peuvent librement choisir leurs activités et expériences, spécialement celles conduisant au développement personnel, à l'amélioration de la qualité de vie et à la concrétisation des valeurs communautaires.

3
3

Même du point de vu des psychologues, le loisir et la distraction «permettent à la personne, notamment à l'enfant, d'avoir un certain équilibre en réalisant ses ambitions les plus personnelles. Ils favorisent son épanouissement et le libèrent de toutes les contraintes et les pressions socioprofessionnels. Gaieté et épanouissement, tels sont les effets de ce temps si précieux aux yeux aussi bien des petits que des adultes.

Loin d'être un luxe, les loisirs ont un effet structurant sur la personnalité des enfants. Les loisirs favorisent la socialisation et créent les conditions qui permettent aux petits de former des réseaux d'amitié, de s'initier à un mode d'organisation collective, de faire valoir certains talents qui peuvent s'affirmer dans le nouveau contexte de leur insertion dans ces réseaux.

L’enfant a besoin de repos et de détente, de se mesurer au risque, d'éprouver son autonomie, de s'intéresser au réel, de créer, et d'agir sur les choses. C’est l’ensemble de toutes choses qui ne plaisent pas forcément aux parents qui assimilent tout cela au désordre et à l'indiscipline. Les équipements éducatifs s'ils veulent vraiment prendre compte des besoins de l’enfant doivent donc intégrer le ludique, la dimension du jeu, mais sans tomber dans le piège de sous-estimé son importance et son impact sur les enfants.

L’Algérie a placé la question de l’éducation au rang de ces préoccupations majeures. C’est l’un des pays qui s’est attelée depuis son indépendance à rompre avec cette situation pour faire de ces forces vives un puissant moyen de son développement. Cela s’explique par les vastes réformes que connaît les systèmes scolaires, et se traduit également par plusieurs réaménagements du système surtout sur le plan des infrastructures scolaires, mais sa ns intégré le ludique. Ce concept qui a été complètement négligé.

Le système éducatif algérien n’a pas pu atteindre ses objectifs, à cause des nombreuses modifications non stratégiques, non étudier et surtout sans aucune collaboration avec les organismes concernés. Le système éducatif algérien s’appui sur une méthode importée de son état de l’Europe, mise en application sans préparer le terrain, sans préparer l’enseignant en premier lieu et surtout sans intégration de la dimension du jeu.

Il est souvent facile de confondre entre l’enseignement et l’éducation, ce qui est le cas de du système éducatif algérien. En effet, le terme éducation, beaucoup plus général, correspond à la

4
4

formation globale d'un individu, à divers niveaux (au niveau religieux, moral, social, technique,

Elle est l’affaire de plusieurs intervenants : la maison, l’école, la société, le

policier … etc. Le terme enseignement, de son côté, se réfère plutôt à une éducation bien précise, soit celle de la transmission de connaissances à l'aide de signes. Ces signes font, entre autres, référence au langage parlé et écrit. Il y a ainsi un paradoxe étymologique à assigner à l'enseignement la tâche de

scientifique, médical,

).

développer des « citoyens responsables et égaux ».

La réalité c’est que le système éducatif algérien perd plus d’un demi-million d’élèves chaque année! Autrement dit, dans un parcours de 8 millions d’élèves scolarisés, seul deux millions d’entre eux qui affronteront les portes des universités ; Seulement 15% des élèves inscrits depuis la première année primaire atteignent la phase universitaire, alors que 50% d’entre eux abandonnent le milieu scolaire une fois arrivés au lycée. (Voir annexes)

Plusieurs facteurs sont responsables de cette situation de rendement scolaire : l’élève, l’enseignant, le système scolaire, l’école et surtout la maison. Les parents ne jouent pas leur rôle convenablement, comprennent mal leurs enfants et posent faussement leur question « qu’est-ce qui vous manque ? » Au lieu de « qu’est-ce que vous vouliez ? ».

La relation enfants-parents chez de nombreuses familles est devenue un sujet de chantage (donnant donnant, la vie facile contre le rêve de te voir médecin) sans considération aucune au désir de l’enfant et ses capacités.

D’un autre coté la relation élève-enseignant est aussi importante dans l’éducation de l’enfant. Les enseignants doivent être formés à des techniques d’enseignement qui allient l’aspect pédagogique et l’aspect ludique, afin de susciter l’intérêt des enfants. Ce qui n’est pas le cas malheureusement en Algérie.

Une enquête publiée sur le web en

Algérie, menée en 2010 auprès de 700 élèves en

difficultés scolaires, Interrogés sur leur rapport à l'école. Fait ressortir ce qui suit :

L'ennui:

Un tiers des élèves interrogés disent qu'ils s'ennuient souvent, voire tout le temps à l'école. " Mal au ventre ":

Plus d'un tiers des élèves déclarent avoir "parfois mal au ventre avant d'aller à l'école".

5
5

Pour 35 % d'entre eux, ces maux de ventre sont dus principalement à la peur, au stress ou encore à l'absence d'envie d'aller à l'école.

Lecture:

Plus d'un tiers des élèves disent ne "jamais lire, ou rarement, un livre à la maison".

Activité :

75 % des élèves interrogés ne pratiquent pas une activité culturelle ou artistique en dehors de l'école.

Un taux qui augmente à l'arrivée du collège pour atteindre 80 %.

Malgré la signature de l'Algérie de la charte qui justifie le droit de loisir, sa reconnaissance et aussi son engagement, selon les articles de la charte, à «assurer pour l'avenir de la disponibilité d'expériences de loisir enrichissantes en maintenant la qualité de l'environnement physique, social et culturel», les espaces de loisir et de divertissement dans notre pays restent encore très rares et les Algériens, notamment les enfants, investissent les rues et les trottoirs de nos villes et les champs de

nos campagnes pour «tuer le vide» et remplir leur temps libre. Très nombreuses sont les villes algériennes qui enregistrent un déficit criant en espaces de jeu et de loisir.

Les jeunes et les enfants passent le plus clair de leur temps à traîner en quête d'une occupation quelconque. La rareté des espaces de jeu et de loisir est visible à l'œil nu. Dans un pays où pourtant l'élément juvénile est prédominant, l'aspect du loisir et du divertissement reste de l'encre sur du papier.

Les enfants, en particulier, sont aujourd'hui les plus touchés par ce manque terrible de lieu de divertissement et de loisir. La majorité de nos quartiers à travers toutes les villes de notre pays, même les plus grandes à l'instar de la capitale, souffrent du manque d'aires de jeux et d'espaces de détente pour les enfants. Même si des jardins publics existent dans de nombreuses communes, ceux -ci manquent d'aménagements et d'infrastructures pour enfants.

Les enfants ont besoin, notamment durant les périodes des vacances scolaires et les week- ends, de s'amuser et d'extérioriser leur énergie débordante, de jouer et simplement d'être heureux mais en l'absence d'aires de jeux dans les quartiers, les petits ne font que traîner dans les rues, jouer au foot dans la rue en exposant leur vie à un danger certain.

Expression ironique utiliser dans la rue.

6
6

Cette tranche d'âge est considérée par les psychologues comme la plus critique étant donné que c'est pendant cet âge-là qu'apparaît la violence. En effet, l'enfant éprouve des difficultés à accepter l'interdit, de gérer son temps libre, et se retrouve de ce fait contraint de se rabattre sur l'univers virtuel en s'enfermant dans les jeux vidéo et internet.

Trop d'enfants reçoivent une éducation irrégulière, où le savoir-vivre et le savoir-faire, l’éducation et le ludique sont rarement combinés. Ces enfants ont des potentiels non exploité, et des rêves qu’ils ne pourront jamais réaliser.

Devant cette situation critique dans laquelle se trouve l’éducation des enfants en Algérie nous sommes amenés a posé d’importantes questions :

Quel projet peut favoriser les conditions idéales pour permettre aux enfants de s’extérioriser et d’exprimer leurs potentialités et surtout comment réunir ces conditions pour créer un environnement qui est le leur ?

Quelle est la meilleure manière pour briser l’ennui scolaire chez l’enfant et lui ouvrir les horizons de l’épanouissement ?

Quelle est la structure la plus adéquate et la plus adaptée pour former l’enfant d’aujourd’hui en décideur illuminé et responsable de demain ?

Quel projet peut réduire les inégalités entre les enfants liés aux différentes couches sociales ?

Les objectifs :

Nos objectifs majeurs sont :

Prendre en charge l’éducation des enfants afin d’en ressortir une nouvelle génération créative et passionnée.

La création d’un lieu où les enfants peuvent s’épanouir en toute sécurité et exprimer leurs créativités.

Apprendre aux enfants comment combiner le savoir-être et le savoir-faire.

7
7

Motivation du choix de la ville et du site :

A travers ce choix, nous avons manifesté notre attachement personnel à la ville étant donné que nous sommes natifs de cette dernière, de ce fait, ce travail est une tentative de réflexion sur l’avenir urbain et la future image de notre environnement immédiat :

Ce projet entre dans le cadre du renforcement du rôle des villes moyennes dont Jijel fait partie, proposé par la nouvelle politique urbaine algérienne (créer un véritable relais économique et fonctionnel entre l’armature urbaine supérieure et métropoles régionales et arrière-pays).

Avec un taux d’occupation de 41 élèves/classe, la wilaya de Jijel est classée selon le ministère de l’éducation nationale parmi les 8 wilayas ayant un déficit dans l’accueil des élèves (Blida,

Alger Est, Biskra, Tiaret, Djelfa, Jijel, Ain-Defla, Tébessa). Ce qui la wilaya de Jijel en haut de

la

liste des villes ayant besoin d’un tel projet.

L’un des critères primordial du projet, est de le placer dans une ville attractive, pour accueillir le plus grand nombre d’enfants et prendre en charge leur éducation afin d’en ressortir une nouvelle génération créative et passionnée, qui possède des compétences de vie sociale et professionnelle.

La ville de Jijel, mise à part la période estivale, est considérer comme un endroit ennuyeux. Les enfants ne cessent pas de se plaindre d'ennui et de la routine qui fait aujourd'hui partie de leur quotidien à cause du manque flagrant des loisirs : les espaces ludiques ou supposés tels ne respirent plus la santé. Les espaces de jeux sont endommagés, voire parfois complètement détérioré, ceci sans omettre l'aspect sécurité qui n'est pas souvent pris en considération.

Il

y a un manque des équipements éducatifs destiné aux enfants entre 2 et 5 ans. On remarque par

exemple que dans la commune de Jijel, qui représente l’agglomération chef-lieu de la wilaya, il y

seulement 2 crèches publiques dont l’une est fermée. Les crèches privées ne sont pas bien adaptées (dans des appartements et des maisons individuelles).

a

La création d’une cité ludo-éducative familiale dans cette zone favorise l’extension urbaine vers l’agglomération secondaire (Ouled Bounar) à l’ouest de la ville. Cette extension peut réduire la densification et la pression sur le centre-ville.

Malgré sa vocation de zone d’habitat collectif et individuel, l’entrée ouest de la ville souffre d’un manque des équipements de proximités surtout les écoles primaires et les crèches.

8
8

Cette zone est le meilleur emplacement pour implanter la cité ludo-éducative. Un endroit pas trop loin et pas trop proche de la ville qui nous permet de créer un monde propre aux enfants qui est proche du monde réel.

La proximité du projet de la mer est un atout pour créer une cité à l’image de la ville mère avec son propre water front. Cela nous permet de diversifié ses activités.

Le manque des espaces ludiques dans cette zone.

9
9
Chapitre I : La Ludo-Education De nos jours, la vie d’enfance est influencée par les
Chapitre I : La Ludo-Education
De nos jours, la vie d’enfance est influencée par les changements physiques et sociaux de
l’environnement. Ces derniers ont été menés
par des différents facteurs comme : le travail des parents,
le souci de sécurité, et l’inflation académique 1 . Ces facteurs ont donné lieu à une vie d’enfance de plus
en plus contrôlé, structuré et physiquement limité.
Par conséquence, le nouveau concept de « ludo-éducation » ou de «édumusement » a apparu
toute en fusionnant le loisir et l’éducation.
Cependant, pour définir et comprendre ce concept nous devons d'abord connaître l'éducation de
l’enfant et ses différentes composantes et intervenants.
I.
L’éducation:
Selon le dictionnaire LAROUSSE : « éducation » vient du mot latin (EDUCATIO). Action
d’éduquer, de former, d’instruire quelqu’un ; manière de comprendre, de dispenser, de mettre en œuvre
cette formation
L'éducation est l'action de « guider hors de », c'est-à-dire développer, faire produire. Il signifie
maintenant plus couramment l'apprentissage et le développement des facultés physiques, psychiques et
intellectuelles ; les moyens et les résultats de cette activité de développement.
I.1. Les piliers de l’éducation :
Selon l’UNESCO l’éducation tout au long de la vie est fondée sur quatre piliers : le savoir, l’être, le
savoir-être et le savoir-faire.
I.1.1.
Le savoir :
Correspond aux connaissances intellectuelles. Les recherches en éducation relatives au savoir ont
pour objectif de trouver les moyens pédagogiques permettant aux apprenants d'acquérir des
connaissances : observation, lecture, écriture, mathématiques, connaissances de l'Homme et de
l'Environnement, métaconnaissances,
etc.
1 L’inflation académique est un terme présenté par l’écrivain éducateur Sir Ken Robinson qui définit la
transformation de l'éducation à un moyen d'obtenir un emploi.
10

I.1.2.

L'être :

Correspond à l'état biologique, physique et psychique d'un individu. Les recherches en éducation relatives à l'existence de l'être ont pour objectif de trouver les moyens pédagogiques permettant, dans les situations éducatives, de favoriser et d'atteindre l'état d'être optimal : état de santé, de bien-être, de motivation, de confiance et de satisfaction des besoins naturels et psychiques (joie, plaisir, « liberté », « perception », reconnaissance, sécurité, justice, intégrité, authenticité, capacité, intimité, diversité, confort, créativité, affection,etc.).

I.1.3.

Le savoir-être:

Correspond à la capacité de produire des actions et des réactions adaptées à la société humaine et à l'environnement. Cette capacité s'acquiert en partie par la connaissance de savoirs et de savoir-faire spécifiques. Les recherches en éducation relatives au savoir-être ont pour objectif de trouver les moyens pédagogiques permettant aux apprenants d'acquérir au mieux la maîtrise d'actions et de réactions adaptées à leur organisme et à l'environnement : préservation, hygiène, empathie, contrôle personnel, comportement adéquat, respect, action collective, entraide, affirmation de soi, maîtrise, communication,

gestion des conflits

de l'essence et du caractère de l'individu.

La notion de savoir-être est parfois contestée car elle impliquerait une modification

I.1.4.

Le savoir-faire :

Correspond à des compétences pratiques, à la maîtrise par l'expérience de l'exercice d'une activité artisanale, artistique, domestique ou intellectuelle. Ces compétences s'acquièrent par la pratique d'une activité et par l'apprentissage d'automatismes moteurs. Les recherches en éducation relatives au savoir- faire ont pour objectif de trouver et d'appliquer les moyens pédagogiques permettant aux apprenants d'acquérir des compétences et des habiletés pratiques et/ou intellectuelles.

I.2. L’éducation par apprentissage :

L’apprentissage est l'acquisition de savoir par la pratique, c'est-à-dire le processus d’acquisition de connaissances, compétences, d'attitudes ou de valeurs culturelles, par l'observation, l'imitation, l'essai, la répétition et la présentation.

11
11
I.2.1. L’Enfant comme apprenant : Tous les enfants naissent dotés d’une curiosité à l’égard d’eux-mêmes,
I.2.1.
L’Enfant comme apprenant :
Tous les enfants naissent dotés d’une
curiosité à l’égard d’eux-mêmes, des autres
et du monde qui les entoure. C’est cette
curiosité qui leur confère une capacité innée
d’apprentissage.
L’apprentissage dans les premières
années constitue la fondation sur laquelle
Figure 1: schéma des activités d'apprentissage de l'enfant.
Source MEC, 2010
s’appuiera l’apprentissage de chaque
individu au long de sa vie. Il constitue donc
la base du bien-être individuel, social, économique et environnemental.
Les enfants apprennent le mieux lorsqu’ils s’adonnent à des activités en lien avec leur vie et
suffisamment variées pour les stimuler et susciter leur intérêt. Les enfants apprennent à partir
d’expériences et d’apprentissages passés.
I.3. Les intervenants dans l’éducation de l’enfant :
En grandissant, les enfants développent leurs capacités et leur goût d’apprendre dans le cadre
positif de plusieurs intervenants (la famille, l’éducateur, la communauté) en faisant l’expérience de leur
environnement.
La collaboration entre la famille l’intervenant primordiale et les deux autres (l’enseignant et la
communauté) renforce la capacité de répondre aux besoins des enfants.
I.3.1.
La famille :
Le milieu familial est le premier milieu d’apprentissage de l’enfant et par conséquent, son
premier cadre de référence. C’est dans son milieu familial que l’enfant a acquis ses premières
connaissances et développé ses premières habiletés. La façon dont la famille accomplit sa fonction de
première cellule de vie détermine une grande partie des chances de réussite des jeunes dans leur
développement et leur parcours vers l’autonomie sociale.
12

Les parents sont les éducateurs et les modèles les plus influents sur les enfants. Ils proposent des occasions d’apprentissage à partir de la grande connaissance qu’ils ont de leurs enfants. L’apprentissage se fait dans le contexte de la vie quotidienne, en famille et au sein de la communauté.

Selon les éducateurs le rôle des parents dans la préparation de leurs enfants à l’entré scolaire est très important et influence la psychologie de l’enfant et son éducation. Il se résume aux points suivants :

I.3.1.1.

Accompagner son enfant dans leur apprentissage :

Les enfants fournissent un meilleur rendement scolaire quand leurs parents participent activement à leur apprentissage. Les parents ont donc un rôle important à jouer à cet égard. Ils peuvent manifester leur intérêt pour l’apprentissage de leur enfant en suivant ses progrès et en l’encourageant à exprimer de l’intérêt pour ce qu’il apprend.

I.3.1.2.

Faire du foyer un milieu d’apprentissage :

Les parents peuvent encourager leur enfant à participer à des activités qui vont enrichir ses connaissances. En participant à des activités ludiques et agréables avec leurs parents, l’enfant prend plaisir à apprendre.

I.3.1.3.

Faire du foyer un lieu d’épanouissement culturel :

L’appui des parents est essentiel pour favoriser le développement de l’identité de l’enfant. Le fait de prévoir des activités culturelles et récréatives, d’offrir des ressources de connaissances à l’enfant renforcera le travail éducatif fait à l’école. Cela permettra à l’enfant de mieux réussir et de s’identifier à la culture d’expression.

I.3.2.

L’enseignant et l’éducateur :

La cohérence entre la famille et l’équipe pédagogique est très importante. Elle favorise le mieux- être de l’enfant et le développement de son sentiment d’appartenance.

Les parents constituent une ressource sur laquelle l’éducateur peut compter pour créer un milieu éducatif propice à l’épanouissement de l’enfant. Leurs suggestions peuvent l’éclairer dans le choix des

13
13
interventions les plus appropriées au rythme et aux styles d’apprentissage de l’enfant. L’information que leurs
interventions les plus appropriées au rythme et aux styles d’apprentissage de l’enfant. L’information que
leurs fournissent les parents et ses propres observations leurs indiquent de précieux indices pour :
 Connaître l’enfant, découvrir ses goûts et ses champs d’intérêt ;
 Cibler les interventions qui favoriseront le plein potentiel de l’enfant ;
 Élaborer des activités éducatives et de projets éducatifs qui intéresseront l’enfant et qui le feront
progresser.
Figure 2: schéma des activités d’apprentissage de l’enfant dans le milieu
scolaire Source MEC,2010
Le fait de connaître
davantage le milieu familial et d’y
faire référence crée des liens de
confiance et démontre le respect
accordé à la contribution des parents
et au vécu de l’enfant. Lorsque les
approches du milieu éducatif sont en
harmonie avec celles du milieu
familial, les messages perçus par
l’enfant sont cohérents, harmonieux
et favorables à son développement.
Chaque enfant est unique et a des besoins qui lui sont propres. Les enfants se développent à des
rythmes différents et de diverses façons. Les contextes culturel et langagier ainsi que la vie au quotidien
contribuent aux différences de développement et d’apprentissage chez les enfants. En conséquence, les
enfants ont besoin d’occasions d’apprendre de la manière la mieux adaptée à leurs besoins individuels
ainsi qu’à leur stade de développement. Le rôle de l’enseignant est de leur proposer des expériences
d’apprentissage qui entrent dans la gamme des choses qu’ils peuvent faire de manière autonome. En
d’autres termes, des expériences qui correspondent à leur zone proximale de développement.
Il est essentiel que les professionnels œuvrant auprès de la petite enfance aient un solide bagage
de connaissances et soient attentifs aux besoins des enfants.
14
L’éducateur Pour que l’enfant L’éducateur Pour que l’enfant - propose - suscite le - résolvent
L’éducateur
Pour que l’enfant
L’éducateur
Pour que l’enfant
- propose - suscite le
- résolvent
- découvrent
repère
désir la curiosité -
stimule - observe -
écoute – accepte
- réajustent
- explorent
* les besoins
- modifient leurs
- entreprennent
* les difficultés
stratégies
- verbalisent - formulent
- s'entraînent -
- aide
- sélectionnent des indices
renforcent
propose des exercices
- provoque
- émettent des hypothèses
- consolident - maîtrisent
adaptés
-organise
- prennent conscience du
problème
- approfondissent
- réinvestissent
- valident les hypothèses
- mettent en relation les
- cherchent
- échangent
- accompagne
- structurent
organise la syntaxe
- guide
- confrontent
différents éléments de
réponse - construisent
les solutions - élaborent
des référents évolutifs -
- produisent
communiquent en
argumentant et en se
justifiant.
- explicitent leurs
démarches, leurs
stratégies
- gère la communication
au niveau:
- en apprécient la
pertinence
- provoque de nouvelles
recherches en
- transforment leurs
représentations
* des échanges
- justifient leurs choix
s'appuyant sur les
* des conflits
- argumentent leurs
propositions
acquis antérieurs
- puissent faire évoluer
leurs connaissances
* des questionnements
- prennent en compte les
propositions des autres
Tableau 1: Place de l'enseignant et de l'élève dans la démarche d'apprentissage
Source: Institut pédagogique Allemand (http://www.blikk.it)
Les parents et l’éducateur sont des partenaires égaux dans le développement et l’éducation des
enfants. Leurs savoirs, leurs savoir-être, leurs savoir-faire et leurs savoir-vivre ensemble sont dignes du
plus grand respect. Cependant, les parents demeurent toujours les premiers responsables de toutes les
décisions concernant leur enfant. Pour jouer pleinement leur rôle, ils ont besoin de soutien et de
ressources de qualité. L’éducateur peut leur fournir une aide indispensable dans ce sens.
15
I.3.3. La communauté : La collaboration de l’équipe pédagogique avec les familles et les communautés
I.3.3.
La communauté :
La collaboration de l’équipe pédagogique avec les familles et les communautés renforcent la
capacité des milieux de la petite enfance de
répondre aux besoins des enfants.
Chaque enfant possède sa propre identité,
construite et renforcée de sa naissance jusqu’à l’âge
de six ans, elle est influencée par sa famille, sa
communauté, son histoire, sa culture, ses traditions
et son expérience.
Figure 3: schéma des différents organismes
communautaires ayant un effet directe sur l'apprentissage
de l'enfant. Source MEC,2010.
Les partenariats entre les communautés et
les équipements pédagogiques permettent d’assurer
le maintien d’environnements de qualité qui
répondent aux besoins des enfants.
Les projets et activités avec les enfants peuvent nécessiter un apprentissage de la vie
communautaire. La programmation des visites dans divers endroits de la communauté, l’invitation des
spécialistes de la communauté en classe sont des exemples d’activités propices à l’apprentissage et qui
favorisent l’intégration de la communauté locale aux activités quotidiennes des enfants. Les enfants
tirent profit d’interactions respectueuses avec une diversité de membres de la communauté et du
sentiment d’être en lien avec leur milieu de vie.
I.4. Les différents courants pédagogiques :
La pédagogie est l’art d’ « élever » les enfants ; c’est un savoir-faire qui sous-entend une méthode
pour une acquisition des savoirs. Ce terme s’emploie plutôt pour l’enseignement.
La pédagogie n’est pas seulement la didactique mais aussi l’explication méthodique des procédés
d’une discipline et l’ensemble des méthodes qui cherchent les conditions optimales d’enseignement.
16
Le triangle pédagogique représente trois sommets ou pôles : le savoir, l'enseignant et l'apprenant. Il
Le triangle pédagogique représente trois sommets ou pôles
: le savoir, l'enseignant et l'apprenant. Il modélise les
éléments fondamentaux en relation dans l'acte d'enseigner,
donnant ainsi une image de la complexité de cette
opération.
Figure 4: triangle pédagogique /Source :
transformation du triangle didactique
disponible sur : http://distances.teluq.ca/
Les différents courants pédagogiques qui ont traversé
notre société au fil du temps varient en fonction des
exigences du contexte et des besoins de la société. On peut
distinguer trois courants : le courant behavioriste,
constructiviste et socio-constructiviste.
I.4.1.
Le béhaviorisme :
Le formateur dans ce courant en donnant le bon
stimulus obtient un comportement approprié chez l'individu à
former. Ce courant est basé sur la théorie de conditionnement
de Pavlov. Par exemple : le formateur montre ou explique
quelque chose, l'apprenant observe, écoute puis reproduit ce
qu’il a vu ou écouté. L’apprenant dans cette approche n’existe
pas (vase vide qu’il faut remplir, il est spectateur de sa
formation).
Figure 5: triangle pédagogique du
behaviorisme/Source : transformation du
triangle didactique disponible sur :
http://distances.teluq.ca/
Ce modèle est très décrié aujourd’hui, Il est assimilé aux conditionnements des apprentissages qui ne
laissent que peu de place aux initiatives individuelles.
Bien que ce courant a de nombreux points positifs comme:
 L'apprenant repart avec l'ensemble des choses à savoir (même s'il n'a pas tout compris).
 Convient très bien pour la formation de masse, les formations visant des changements de
comportement, l'acquisition d'automatisme.
 Efficacité avérée dans les apprentissages techniques (énoncé de la procédure, application, etc.).
17
 Modèle apprécié par les apprenants pour les apprentissages « technique » (savoirs procéduraux et
 Modèle apprécié par les apprenants pour les apprentissages « technique » (savoirs procéduraux et
savoirs faire).
 L'apprenant est dans une situation confortable (pas de remise en cause), le formateur est dans une
situation confortable (maîtrise parfaite du déroulement pédagogique, du contenu à transmettre, du
temps,
Il a aussi des points négatifs sur l’apprenant et sur la qualité d’apprentissage :
 Efficacité souvent faible à l'issue de la séquence de formation.
 Certains adultes sont réticents à une pédagogie trop abstraite, trop scolaire et trop modélisante.
 Apprenants passifs, peu d'interaction formateur et formé, conditionnement des apprentissages,
peu d'autonomie des apprenants vis-à-vis du savoir.
I.4.2.
Le Constructivisme :
Le constructivisme est né et imprègne désormais les pratiques pédagogiques. Dans cette
perspective, le prof devient tuteur et l'apprenant devient acteur de sa formation dans le sens où il cocons
fruit avec le formateur ses connaissances, par essais et erreurs successives. Il apprend et découvre
progressivement les règles, les concepts, les mécanismes et met en place des stratégies de résolution de
problème.
Le constructivisme : c'est confronter les apprenants à des situations problèmes. Cette pédagogie,
par la mise en action de l’apprenant (il est acteur dans sa formation), cet approche a plusieurs points
positifs par rapport au béhaviorisme tel que:
 Les apprentissages sont plus durables, mieux ancrés,
les apprenants sont plus autonomes, plus motivés (on tient
compte de leurs expériences, de leurs savoirs,
).
 Modèle très apprécié en formation d'adultes
notamment pour l'acquisition de nouveaux savoirs être
(changement de comportement).
Figure 6: le tétraèdre de LOMBART
Source : transformation du triangle didactique
disponible sur : http://distances.teluq.ca/
 Permet d'emporter l'adhésion des apprenants plus
facilement sur leur investissement dans la formation.
18
 Plus grande motivation de l'apprenant car l'apprentissage est en lien avec ses centres d'intérêt,
 Plus grande motivation de l'apprenant car l'apprentissage est en lien avec ses centres d'intérêt, ses
objectifs.
Bien que cette pédagogie semble être mieux que sa précédente, de nombreuses difficultés
apparaissent lors de son application :
 Le temps d'intervention est difficile à maîtriser.
 Demande des groupes relativement peu nombreux.
 Gourmande de temps de préparation (il faut construire des situations pédagogiques appropriées aux
centres d'intérêt des apprenants).
I.4.3.
Le socio-constructivisme :
Par rapport au constructivisme, l'approche socio-
constructiviste introduit une dimension supplémentaire :
celle des interactions, des échanges, du travail de
verbalisation, de co-construction, de co-élaboration
L’apprenant et acteur au centre d’un system de sa
formation, plus autonome.
Figure 7: le tétraèdre pédagogique de FAERBER
Source : transformation du triangle didactique
disponible sur : http://distances.teluq.ca/
Cette approche met en œuvre quatre dimensions :
1. Les aspects cognitifs (liés au conflit cognitif de la
démarche constructiviste).
2. les aspects affectifs (liés à la motivation des apprenants),
3. les aspects métacognitifs (liés à l'explicitation (verbalisation- prise de conscience) des procédures
mises en œuvre par l'apprenant pour résoudre un problème posé).
4. les aspects communicationnels (liés à la confrontation et les systèmes d'entre aide entre les
apprenants pour résoudre un problème posé).
Le formateur est auprès des apprenants, il est un guide, un tuteur, un informateur expert, un
questionneur. Pour cette formation de nouvelle génération, ce n’est pas le formateur qui enseigne, mais
19

l'individu qui apprend. Mais cet individu n'apprend pas seul, mais dans, avec, et par les autres membres du groupe en échangeant et en confrontant leurs idées.

Dans la perspective socio-constructiviste, l'apprenant est actif au sens où il fait appel aux autres (apprenants, ressources et formateurs) pour construire ses connaissances et ses compétences.

Cette pédagogie a de nombreux avantages tel que :

Méthode permettant une participation du formé et une découverte progressive du savoir.

Respect des rythmes et des stratégies d'apprentissage des apprenants.

Permet de rendre l'apprenant autonome, travail sur la méta-cognition (capacité à apprendre à apprendre).

Les apprentissages peuvent être plus rapides que dans le cas du constructivisme car on se sert du

collectif pour construire ses connaissances (co-construction. mutualisation,

Et aussi des inconvénients comme :

)

La gestion des groupes et la co-production des acteurs dans un groupe n'est pas aisée à mettre en place (souvent il y en a un qui fait pour les autres),

Difficile de changer les représentations et les habitudes de formation des personnes.

I.5. Le courant pédagogique en Algérie :

C’est vers 1974 que l’Algérie a envisagée la mise en place de l’école fondamentale polytechnique. Le constat de l’échec de ce type d’enseignement à caractère « behaviouriste ». (AREZKI, D.2009) La standardisation de l’éducation résultante par cette pédagogie a mené sous l’effet de la croissance démographique à une déresponsabilisation des individus, une passivité croissante et une insatisfaction accrue par l'inquiétude sur l’avenir.

Par conséquence, des vastes réformes ont été effectué sur le système éducatif algérien sur le plan des infrastructures scolaires pour optimiser la pédagogie à une approche constructiviste mais qui n’a pas pu atteindre ses objectifs à cause d’un manque flagrant dans la préparation de terrain et de l’enseignant en premier lieu.

20
20
II. La Ludo éducation : Dans cette partie, nous allons donc explorer le jeu, avec
II. La Ludo éducation :
Dans cette partie, nous allons donc explorer le jeu, avec ses différentes significations .
Nous asseyons de comprendre la conception (jeu ludique, éducatif, pédagogique) et d’analysé ses
différents dérivés.
II.1.La conception du jeu :
Avant d’en venir à une définition du jeu , nous allons rappeler à l’instar de B. Silverberg-Villez
que : « Le jeu a été un objet d’étude tant pour des historiens, des sociologues, des ethnologues,
des psychologues que des éducateurs et des linguistes ». Face à cette multiplicité des études sur le
jeu et à la diversité des domaines qui s’y sont intéressés, nous avons nous aussi décidé de ne retenir
que la définition du jeu proposé par Nicole De Grandmont 1 a retenu notre attention à plus d’un titre, vu
ses diverses publications sur l’utilisation du jeu en pédagogie : Le jeu éducatif, Le jeu ludique, Le
jeu pédagogique, et Pédagogie du jeu.
Aussi selon Jean- Laurent Pluies, cette spécialiste de l’application pédagogique du jeu évoque
trois catégories principales du jeu : « Pour que le jeu remplisse sa fonction pédagogique […], il
faut que le pédagogue soit informé des trois niveaux d’intervention pédagogique du jeu : 1. niveau
ludique […]. 2. niveau éducatif […]. 3. niveau pédagogique […] ».
II.1.1. Le jeu ludique :
Il est défini comme étant l’activité libre par excellence « n’a ni règles, ni obligatoire, ni
esthétisme, il est l’œuvre du plaisir instinctif du joueur » (Jean- Laurent Pluies, 1995) .
Cette spécialiste
emploie l’expression de tautologie pour décrire toute situation de jeu « imbue de joie et de plaisir
[…]. Le jeu ludique, évolue donc sans règles préétablies et selon les caprices des joueurs qui s’y
engagent. Le jeu ludique n’est soumis à aucune contrainte de temps ou d’espace ». En plus, nous ferons
remarquer que, tel qu’il est décrit par N. de Grandmont, le jeu ludique représenterait la situation de
jeu par excellence et correspondrait avec la définition du jeu donnée par le dictionnaire Le
nouveau Petit Robert : « Activité physique ou mentale purement gratuite, qui n’a dans la
conscience de la personne qui s’y livre d’autre but que le plaisir qu’elle procure ». Nous
1 Nicole De Grandmont orthopédagogue, enseignante, spécialiste en déficience intellectuelle moyenne à profonde
à l’université de Montréal.
21

ajouterons que le jeu ludique est un : « moyen d’exploration et de découverte des connaissances par l’action ludique du jeu » (N. De Grandmont, 1997) .

II.1.2. Jeu éducatif :

Ce second type de jeu, n’est pas intrinsèquement différent du jeu ludique : « Si ce n’est qu’il se réalise avec un objet, un jouet, soutenant l’action » (N.de Grandmont : 1997) . D’autres

caractéristiques, ces dernières notamment mises en avant, méritent d’être commentées : Premièrement,

le jeu éducatif constituerait : « le premier pas vers la structure » (N.de Grandmont : 1997)

l’apprentissage de la règle. Il permettrait de contrôler les acquis, d’évaluer les appris, et d’observer le comportement des élèves. Deuxièmement, il favoriserait l’acquisition de nouvelles connaissances. Le jeu éducatif « devrait être distrayant » et « sans contraintes perceptibles » par le joueur, car la fonction première de ce type de jeu serait de « créer un climat de plaisir ».

c’est-à-dire vers

II.1.3. Jeu pédagogique :

Une telle classification permettrait peut-être de prendre en compte le fait que « dans la plupart des écrits sur le sujet, il [le jeu pédagogique] sera confondu très souvent avec le jeu éducatif ».

(N.de Grandmont : 1997)

II.2.Le Jeu et le ludique:

Pour comprendre le jeu du point de vue ludique il faut s’intéresser à son genre aussi qu’aux activités qu’il suggère.

Le terme jeu est d’origine polysémique, d’un point de vue étymologique, G.Brougère explique que : « Si notre « jeu » dérive de jocus (plaisanterie, jeu de mot), il traduit bien souvent ludus» (Brougère : 1995) . Ce dernier terme renvoyant tantôt à la classe « lieu d’apprentissage de l’écriture et de la lecture » ou à l’exercice scolaire « magister ludi », tantôt au simulacre . Ensuite, au-delà de la polysémie initiale du jeu et de ses dérivés, le jeu a une valeur d’hyperonyme (mot générique) des termes « ludique », « le ludique » et « l’activité ludique ». Ces derniers relèvent davantage des parties inférieures de la classification du jeu, et semblent jouer le rôle d’hyponymes. Selon le dictionnaire Le nouveau Petit Robert l’adjectif ludique désigne ce qui est « relatif au jeu ».

22
22

Quant à l’activité ludique, d’un côté, la définition qui nous en est donnée dans le Dictionnaire du français langue étrangère et seconde: « Une activité d’apprentissage dite ludique est guidée par des règles de jeu et pratiquée pour le plaisir qu’elle procure » (Cuq, 2003) . D’autres définitions proposées par Brigitte Cord-Maunoury, explique que les activités ludiques comme des « activités qui relèvent du jeu c’est-à-dire qui sont organisées par un système de règles définissant un succès ou un échec, un gain ou une perte » (Cord-Maunoury1, 2002, [en ligne]) . Concernant le troisième terme, le ludique, nous reprendrons ci-après la brève définition que le dictionnaire Le nouveau Petit Robert que en propose: que le ludique est une « Activité libre par excellence ».

Enfin, à la lumière de ces diverses définitions, nous pouvons dire, d’une part, que le jeu et l’activité ludique semblent renvoyer à un même moment de séquence pédagogique (celui où l’apprenant se voit proposer un jeu) et, d’autre part, que la jonction de l’adjectif « ludique » conviendrait pour décrire toute situation impliquant le jeu ou un discours sur le jeu. G. Brougère écrit : «Jeu est ce que le vocabulaire savant appelle ‘‘activité ludique’’ »

II.3.Le Ludo (éducatif / pédagogique) :

Le préfixe dérivatif « ludo- » semble en effet jouer un rôle particulier dans la composition des termes reliés au jeu. Parmi ces termes, nous verrons notamment « ludothèque », « ludo-éducatif », et « ludo-pédagogie ». En premier lieu, nous soulignons que dans les dictionnaires consultés, seuls les termes « ludo-éducatif » et « ludothèque » semblent être utilisés. L’article « ludothèque », dans le Petit Robert grand format (1996) désigne un nom féminin « un centre de prêt de jouets et de jeux » ou un « établissement où les enfants peuvent emprunter des jeux et des jouets » (Hachette : 1992).

En second lieu, revenant sur l’entrée de dictionnaire « ludo-éducatif », nous reprenons les définitions suivantes. D’après le dictionnaire le Petit Robert : « ludoéducatif » désigne ce « qui vise à éduquer par l’intermédiaire du jeu ». Alors que dans le dictionnaire Larousse: « ludo-éducatif » s’écrit avec un trait d’union et « se dit d’un logiciel ou d’un cédérom qui permet de s’instruire en s’amusant ».

En dernier lieu, concernant le terme « ludo-pédagogie », nous dirons qu’il semble lui aussi présent dans le langage, mais absent des dictionnaires évoqués ci-dessus. Deuxièmement, pour ce qui est de « ludo-pédagogie », nous avancerons que le terme désignerait les situations d’enseignement

23
23

/ apprentissage s’appuyant sur le jeu et se rapprocherait, à cet égard, de ce que N. de Grandmont appelle « La pédagogie du ludique » ou « La pédagogie du jeu ».

II.4.Le rôle de jeu dans l’évolution de l’enfant :

Les traits fondamentaux psychologiques constitutifs du jeu enfantin pour lesquels l’enfant joue sont :

II.4.1. La fiction :

« Le jeu possède des caractéristiques imaginaires », des traits de rupture et de décalage par rapport à la réalité. De ce point de vue, il manifeste une certaine liberté créatrice pour l’enfant.

II.4.2. La détente :

Le jeu fournit à l’enfant du plaisir, l’accomplissement d’une action gratuite.

II.4.3. L’exploration :

Le jeu permet à l’enfant l’exploration du monde extérieur en même temps qu’il s’explore lui -même.

II.4.4. La socialisation :

Le jeu offre à l’enfant joueur la possibilité d’entrer en relation avec autrui (adversaires ou partenaires). En élaborant des échanges avec eux par le jeu, il construit sa personnalité, donc il se socialise.

II.4.5. La compétition :

Le fait de jouer implique l’acceptation d’une épreuve en vue d’obtenir une réussite. La compétition est donc soit à l’égard de soi-même, soit à l’égard des choses, soit à l’égard d’autrui.

II.4.6. La règle :

Le jeu est organisé et repose sur des conventions ; tricher annule le jeu tel qu’il est instauré, c’est pourquoi : « l’enfant s’y découvre comme un être social et unique à la fois, gendarme, et voleur, législateur et escroc, bourgeois et vagabond ».

24
24

II.5.Le rôle du jeu dans l’apprentissage :

Le jeu est un moyen d’apprentissage chez les enfants qui met à profit leur curiosité et leur exubérance naturelles. Le jeu est un relais d’apprentissage qui prend son essence dans l’innovation et la créativité. Il offre des occasions d’apprendre dans un contexte où l’enfant est le plus réceptif possible. Le jeu et le travail scolaire ne constituent pas des catégories distinctes pour les enfants; de même, l’apprentissage et l’action sont pour eux inextricablement liés. Les enfants explorent activement leur environnement et le monde qui les entoure à travers un processus d’apprentissage ludique. En manipulant des objets, en jouant des rôles ou en faisant des expériences avec de nouveaux matériaux, ils sont engagés dans un véritable processus d’apprentissage par le jeu. C’est ainsi que le jeu tient une place importante dans le processus d’apprentissage des enfants et qu’il sera utilisé pour approfondir l’apprentissage des enfants dans tous les domaines du programme d’apprentissage à temps plein de la maternelle et du jardin d’enfants. Il est si important que l’Organisation des Nations Unies l’a reconnu comme un droit particulier à tous les enfants (« Convention relative aux droits de l’enfant », article 31²

« Le jeu enrichit globalement la croissance de l’enfant : il constitue le fondement des compétences

intellectuelles, sociales, physiques et affectives nécessaires pour réussir à l’école et dans la vie. Il ouvre la voie à l’apprentissage. Laissons-les s’amuser : l’apprentissage par le jeu chez les jeunes enfants ».

25
25
II.6.Types de jeux : Quelques exemples de type des jeux et leurs effets sur l’enfant
II.6.Types de jeux :
Quelques exemples de type des jeux et leurs effets sur l’enfant :
Type de jeu
Compétences développés par le jeu
Ce que l’enfant pourra faire
Jeu d’imagination
• autorégulation
• communication
• essayer une diversité de
rôles et de scénarios
• réflexion
• comparaison
• planification
• exprimer le point de
vue de quelqu’un
d’autre
• enquête
• se forger des
• résolution de problèmes
représentations
• expérimentation
mentales
• négociation
• s’adapter
• évaluation
Jeu
• développement de la littérature
• se fixer des tâches et des
sociodramatique
• narration
objectifs, et les mener à bien
• utilisation d’un langage complexe
• raconter des histoires
• création
• organisation de scénarios mentaux
• créer une impression
de l’environnement
Jeu constructif
• autorégulation
• dessiner
• planification
• peindre
• utilisation du langage
• construire
• capacité à faire semblant
• planifier
• développement de la motricité fine
• coordonner
• développement de la capacité de
rapprocher des symboles et des formes
avec des lettres et nombres imprimés
Tableau 2: les différents types des jeux
Source : http://www.edu.gov.on.ca/fre/curriculum/elementary/kindergarten_french_june3.txt
Il convient de proposer aux enfants des activités d’apprentissage adaptées à leur stade de
développement. Ces activités sont conçues afin d’amener les enfants à penser de manière créative, à
explorer et à enquêter, à résoudre des problèmes, à se poser des questions ainsi qu’à partager les
connaissances acquises avec les autres.
26

Chapitre II : l’enfant et l’espace

La notion d’espace est omniprésente dans la majeure partie des disciplines étudiant la connaissance humaine. Il est ainsi question pour de nombreux chercheurs de comprendre les processus permettant à l’individu d’appréhender l’espace pour souvent en créer des représentations par la suite. Il s’agit alors de comprendre comment ces représentations seront ensuite utilisées afin d’organiser des déplacements.

Pour cela il faut d’abord comprendre la notion d’espace de l’enfant

Si cette notion est abstraite et difficile à définir, retenons, comme l’a dit Bergson, qu’il s’agit du « schéma de notre action possible sur les choses » (Henri Bergson, 1907) . Ainsi, il est évident que le développement cognitif et psychologique de l’enfant passe par l’acquisition de connaissances spatiales.

I. La structuration de l’espace chez l’enfant:

La construction de l’espace se fait du concret vers l’abstrait, du physique au mental et s’enracine dans le domaine perceptif pour se poursuivre sur le plan représentatif.

L’enfant construit ainsi peu à peu l’espace de sa naissance jusqu’à l’âge adulte à partir de ses perceptions. Et au fur à mesure du développement de ses activités gestuelles, de sa capacité de locomotion et d’exploration de l’environnement. Alors son espace évolue.

Il dispose pour cela de deux activités motrices essentielles : la préhension (qui lui permet de saisir, de toucher, de lancer… de jeter des objets) et la locomotion (qui va lui permettre d’agrandir considérablement les dimensions de l’espace investi et de relativiser et multiplier les points de vue).

Le développement de la connaissance de l’espace se fait selon trois stades successifs.

Selon son âge, l’enfant se situe dans l’espace vécu, perçu ou conçu :

I.1. L’espace vécu :

C’est l’espace de l’action et du mouvement. Il correspond à deux stades de développement.

Le premier stade, de la naissance à l’âge de 2 ans, est le stade du développement-moteur. L’enfant, à partir de réflexes simples et d’habitudes acquises, découvre progressivement son environnement et le développement de ses capacités perceptives et motrices lui permettent de construire l’espace vécu. En manipulant les objets et en explorant l’espace avec lequel il est en contact direct, l’enfant acquiert une connaissance de cet espace. Ce stade est donc caractérisé par la construction du schème de l’objet permanent et la construction de l’espace proche.

27
27

Lors des stades qui suivent, l’enfant reconstruit en pensée et en représentation ce qui était acquis lors du stade de l’intelligence sensori-motrice.

Pendant le second stade, nommé la période préopératoire (de 2 ans à 6-7 ans), la pensée de l’enfant se constitue en tant qu’intelligence représentative grâce au développement des comportements d’imitation et de représentation.

Ainsi par le biais du jeu symbolique, l’enfant va s’adapter intellectuellement et affectivement au monde qui l’entoure. Alors il commence à percevoir l’espace sans que son corps ait besoin de l’expérimenter directement.

Durant cette période l’enfant passe d’un espace perceptif à un espace représentatif. Il va alors découvrir l’espace en ne considérant que les rapports topologiques entre les objets :

- Le rapport de voisinage est le rapport spatial le plus élémentaire et correspond à la proximité des éléments perçus dans un même champ visuel.

- Le rapport de séparation correspond au fait de dissocier deux éléments voisins qui peuvent s’interpénétrer et se confondre en parties.

- Le rapport d’ordre ou de succession est celui qui existe entre des éléments voisins et séparés lorsque nous les situons les uns à la suite des autres (devant, derrière, dessus, dessous…).

- Le rapport d’entourage ou d’enveloppement consiste à percevoir un élément entre deux autres éléments ou entouré par d’autres éléments (intérieur, extérieur, dedans, dehors…).

- Le rapport de continuité, de discontinuité existe dans le cas des lignes ou des surfaces (formes ouvertes ou fermées). Il est important de noter que c’est à ce stade qu’apparaît l’égocentrisme. En effet, la vision du monde de l’enfant se fera toujours par rapport à lui.

I.2. L’espace perçu :

Entre 6 et 11 ans, l’enfant se situe au stade des opérations concrètes ; il est alors capable de coordonner ces opérations. Ainsi, l’espace euclidien et l’espace projectif se constituent parallèlement l’un à l’autre et sont dérivés de l’espace topologique. L’espace projectif résulte du fait que l’enfant coordonne les différents points de vue de l’objet dans le plan spatial, et ne considère plus les objets eux-mêmes mais par rapport à l’environnement. De plus, l’enfant coordonne les objets entre eux par rapport à un axe de coordonnées stables, ce qui conduit à l’élaboration de l’espace euclidien.

I.3. L’espace conçu

C’est le stade des opérations formelles. L’enfant, vers 11 ans, accède à une logique formelle et l’espace ainsi considéré obéit à des règles précises qui abandonnent l’observation (espace vécu)

28
28

ou la représentation (espace conçu). Il s’agit donc d’un espace conceptuel ou les objets sont coordonnés et orientés selon un système de référence stable, extérieur aux objets.

II. Les exigences de l’espace de l’enfant :

Alfred Roth, spécialiste des constructions scolaires, a recensa les meilleures réalisations des pays industrialisés. Visionnaire, il énonça dans les années 1950 les conditions essentielles d'une bonne architecture :

- L'enfant est le sujet et non l'objet de l'éducation et l'architecture doit être à son échelle.

- L'éducation doit développer l'être dans sa plénitude, vie psychique et intellectuelle donc l'architecture doit s'adapter à une grande variété de situations pédagogiques (flexibilité).

- L’architecture doit être adaptée à l'enseignement individuel et au travail par groupe.

- Elle doit être en harmonie avec la nature.

- Architecture vivante, exclusion de tout ce qui est faux, schématique et artificiel.

Les constructions architecturales durent plus longtemps que les systèmes éducatifs. Il faut donc une organisation spatiale d'une grande simplicité qui laisse une grande liberté d'utilisation. Dans toute école, par exemple les locaux communs (bibliothèque, cuisine scolaire, salle pour les sciences etc.) se situent au centre et les unités pédagogiques (classes) gravitent autour.

La collaboration entre les éducateurs et les architectes a donnée naissance à des références

concernant l’architecture de l’enfant, sa distribution, son organisation, etc synthétisée comme suit :

; Elle peut être

II.1.Reconnaissable

On entend par reconnaissable, la création d’un langage architectural et une atmosphère environnementale avec une identité précise.

Bien qu’un équipement éducatif destiné aux enfants doit être vraiment flexible et capable de relier entre la continuité et le nouveau langage de la société, et donc changer aussi son apparence au fil du temps, il est important qu’il continue à maintenir sa propre identité spécifique.

Cela ne veut pas dire que l’objectif est de le représenter dans le sens traditionnel, mais c’est de donné une nouvelle identité avec des éléments reconnaissable qui le rendent immédiatement identifié comme tel.

II.2.Transformable et flexible :

L’environnement des équipements éducatifs destinés aux enfants doit être facilement manipulé et transformé par les adultes et même par les enfants. Il doit être capable de changer durant la journée et durant l’année, être continuellement modelé et reconçu comme un résultat des expérimentations des enfants et des enseignants.

29
29

Dans la conception des espaces destinés aux enfants, on doit prendre en considération la transformation pour un court terme ou un long terme :

La transformation pour un court terme et obtenu par les partitions, les éléments d’ameublements qui contiennent les équipements et les matériels, les parois mobiles … etc.

Par contre la transformation pour un long terme comprend :

- Le potentiel pour des modifications physique des espaces, des systèmes techniques (électricité, chauffage et plomberie) et des structures qui permettent les changements au fil du temps.

- L’extension, qui signifie la possibilité d’élargir l’équipement, d’ajouter des espaces et de construire d’autres équipements.

- L’utilisation variée des espaces.

II.3.La relation intérieure-extérieure :

Un autre élément très important est la forte relation entre l’intérieur et l’extérieur. L’espace destiné aux enfants doit capter les changements de l’extérieur comme le temps, le jour et la nuit et le rythme de la ville.

Il peut y avoir plusieurs éléments qui favorisent cette relation :

- Les espaces filtres : portiques, vérandas, verrières … etc.

- Les serres et les cours intérieurs avec des plantes et d’autres éléments naturels (bassin d’eau par exemple).

- L’utilisation particulière des espaces extérieurs : matériels de jeu, parcours et les aires spécialement équipé.

- Des installations pour rendre le comportement des forces physiques extérieures visibles (vents, pluie, etc.)

II.4.La transparence :

Le concept de « transparence » a évolué à travers le temps, de la visibilité des éléments et des technologies de l’équipement, à la déclaration du rôle statique des différentes parties, offrant une valeur positive à ces éléments.

La transparence au niveau spatial réside dans la succession des espaces visible, la possibilité de regarder à travers un espace vers un autre. Ce dernier est plus au moins partialement clair et compréhensible.

La transparence n’exclue pas l’opacité, mais elle a pour but d’assurer un sens de profondeur et de perception de l’espace.

30
30

II.5.L’enfant et les couleurs :

La couleur est un moyen de communication qui agit directement sur notre âme. Elle excite nos sensations et éveille nos émotions. La couleur crée en nous des idées qui nous calment ou nous stimulent provoquant des sentiments de tristesse ou de gaieté. Voilà pourquoi il est important de tenir compte de leur signification lorsque vient le temps de créer un décor que les enfants côtoieront régulièrement.

Ainsi, on augmente les chances que les enfants s’y sentent bien parce que l’espace pourra jouer le rôle pour lequel elle est destinée. L’œil est en mesure de distinguer une dizaine de millions de couleurs. Voilà pourquoi on ne peut pas négliger cet aspect.

C’est dans une étude menée par le fabricant de jouet « Toys ‘r’us » que l’on apprend certaines notions de base sur les préférences des enfants en matière de couleur :

- Le bébé (de 0 à 6 mois) perçoit en premier le bleu et le jaune pour autant que ces couleurs soient vives, franches.

- Vers deux-trois ans l’enfant comprend de plus en plus les notions de couleurs et arrive à associer les objets qui se ressemblent par leur(s) couleur(s). Il peut nommer les différentes couleurs mais ne peut encore émettre d’avis subjectif sur celles-ci.

- Entre cinq et huit ans l’enfant maîtrise la notion des couleurs contrairement à sa période précédente où seules les couleurs vives et basiques l’intéressaient. Il apprécie les couleurs plus nuancées, car il fait plus attention au monde dans lequel il vit, il préfère les couleurs qui ressemblent le plus à ce qu’il a l’habitude de voir dans son environnement, dans la réalité. On s’aperçoit que la tranche d’âge des cinq-huit ans est celle qui peut apporter le plus d’informations concernant la couleur. Les enfants de cet âge ont assez de notions au niveau des couleurs et de liens avec la réalité pour répondre à des questions qui font intervenir autant l’environnement qui les entoure que la notion de couleur.

31
31

Structures accueillants la « ludo-éducation » :

Les jeunes enfants sont biologiquement programmés pour explorer et manipuler leur monde environnant et à faire leurs propres découvertes.

Les recherches dans le développement de la petite enfance ont clairement assuré que les enfants d'âge préscolaire apprennent mieux par le jeu autodirigé.

préscolaire apprennent mieux par le jeu autodirigé. Figure 8: bibliothèque des enfants à Beijing. Où il

Figure 8: bibliothèque des enfants à Beijing. Où il est autorisé de grimper les étagères l Source: http://entertainmentdesigner.com

Dans le domaine de l'éducation des jeunes enfants de nombreux équipements ont été conçu en utilisant une approche adaptée aux enfants, à enseignement qui intègre l’éducation par le jeu, au lieu du modèle traditionnel.

l’éducation par le jeu, au lieu du modèle traditionnel. Les Centres de jeux modulaires doux, exploités

Les Centres de jeux modulaires doux, exploités à titre « pay-for-play », étaient la première incarnation des centres ludo-éducatifs. Ils ont été basés sur l'idée erronée selon laquelle le jeu physique intérieur hors de danger (sécurisé) peut répondre aux besoins des jeunes enfants.

Figure 9: jeux modulaires doux IPLAYCO à Canada. Source : http://www.flickr.com

Après, les centres ont été plus grands et incluent des

compris

manèges,

animatssronique.

des

jeux

interactives,

y

compris manèges, animatssronique. des jeux interactives, y Figure 10: Disney land Los Angeles, Source:

Figure 10: Disney land Los Angeles, Source: http://www.virginholidays.co.uk

32
32
une nouvelle tendance de « hands-on/discovery » a été projeté sur des équipements éducatifs des
une nouvelle tendance de « hands-on/discovery » a été projeté sur des équipements éducatifs des
une nouvelle tendance de « hands-on/discovery » a été projeté sur des équipements éducatifs des

une nouvelle tendance de « hands-on/discovery » a été projeté sur des équipements éducatifs des jeunes enfants comme les musées ; En même temps, l'esthétique et la thématisation, l'acoustique, la qualité des activités et le besoin d’interaction des parents avec leurs enfants, ont été reconnus comme des éléments essentiels de succès.

Figure 11: Corpus musée du corps humain à la Hollande. Source : http://leiden-info.com/

humain à la Hollande. Source : http://leiden-info.com/ Figure 12: KidZania SantaFe, Méxique Source:
humain à la Hollande. Source : http://leiden-info.com/ Figure 12: KidZania SantaFe, Méxique Source:

Figure 12: KidZania SantaFe, Méxique Source: http://fashion-travel.com.ua/

Le nouveau type de centres de divertissement éducatif reconnaît que les enfants ont besoin d'un lieu où ils peuvent tout simplement être libre de règlement de l'école et des programmes structuré imposé par les adultes la plupart de leur temps en dehors de l'école, c'est là où les enfants apprennent par la découverte d'eux-mêmes.

33
33
I.1. Présentation et analyse du concept : Le parc d'attractions couvert (KidZania) est une ville
I.1. Présentation et analyse du concept :
Le parc d'attractions couvert (KidZania) est une ville construite à l'échelle des enfants,
avec des bâtiments, des rues pavées, des véhicules, de structure économique sous la forme d’
« établissements ».
KidZania offre aux enfants et à leurs parents un
environnement sécurisé, unique et très réaliste éducatif qui
permet aux enfants âgés de quatre à douze ans de faire ce qui
vient naturellement à eux: « le jeu de rôle » en imitant les
activités traditionnelles des adultes. Comme dans le monde
réel, les enfants effectuent des «emplois» et sont soit payés
pour leur travail (comme un officier pompier, médecin,
policier, journaliste, commerçant, etc.) soit ils payent pour
magasiner ou pour s’amuser.
Figure 13: Citoyens de KidZania. Source :
http://www.kidzania.com
L'expérience personnelle est un puissant outil d'apprentissage. A travers chaque emploi et
activité, les enfants apprennent comment la société fonctionne, la gestion financière,
l’indépendance, le travail d'équipe, la confiance en soi et les compétences de la vie réelle. Les
activités sont tout à fait pratique pour fournir l'expérience la plus appropriée et attractive
d’apprentissage.
Les "Zupervisors" sont là pour montrer et soutenir
chaque activité, Ils sont des adultes qualifiés qui
guident et aident les enfants à accomplir leurs tâches
comme ils travaillent et jouent.
Figure 14: Zupervisor de chirurgie
source:http://www.kidzania.com.my
34
I.1.1. La mission : La mission principale des KidZanias consiste à : o De donner
I.1.1.
La mission :
La mission principale des KidZanias consiste à :
o
De donner les meilleurs outils pour soutenir les partenaires commerciaux (les franchisés),
afin d'atteindre les meilleurs rendements financiers et attractives.
o
De fournir le plus haut niveau d'engagement et de participation à l'amélioration des
communautés et à promouvoir les solutions les plus favorables pour prendre soin de
l’environnement.
o
De provider la meilleure expérience de divertissement éducatif dans le jeu de rôle pour
les visiteurs.
I.1.2.
L’essence
L’essence de KidZania est basée sur les quatorze qualités contre lequel tout est testé :
Centré sur l’enfant: l’enfant est le sujet, de ce fait toute conception répond à leurs
exigences.
Basé sur Jeu de rôle.
Basés sur la réalité: ouvrir l’horizon en gardant la relation avec la réalité.
L’interactivité: afin de promouvoir l'activité d'immersion et l'interaction sociale.
L’amusement
Le palpitant.
L’éducationnel : enrichissement de l’expérience du visiteur par des activités conçues avec
des idéaux éducatifs.
Développeur des compétences: favorise le développement des compétences
interpersonnelles des jeunes visiteurs.
La promotion des valeurs: entérinement des valeurs les plus importantes pour encourager
le développement des jeunes visiteurs.
La sécurité.
Maintenu à jour : innover et rénover pour garder le concept actuel.
Accessible à Tous.
La durabilité: promotion des actions qui gardent l’entreprise rentable et
commercialement viable.
I.1.3.
Les valeurs :
Elles sont les qualités que « KidZania » recherche et encourage au sein de la société. Ce
sont les normes qui orientent les interactions entre les visiteurs, les citoyens et les zupervisors 1 .
1 des adultes qualifiés qui guident et aident les enfants à accomplir leurs tâches comme ils travaillent et jouent.
35
Les valeurs peuvent être résumées comme suit :  La passion: « KidZanians » 1
Les valeurs peuvent être résumées comme suit :
 La passion: « KidZanians » 1 sont enthousiastes à propos de ce qu’ils font et comment ils
le font.
 La créativité: ils se concentrent sur l'utilisation de leur créativité pour innover.
 La qualité: Dans tout ce qu’ils font, ils se distinguent par leur qualité « over-the-top ».
 L’engagement: ils sont engagés vers leur communauté.
 L’intégrité: En tant qu'entreprise et en tant qu'individus, leurs actions doivent être
professionnelles et véridiques.
 Orientés vers les résultats: ils se concentrent vers l'obtention des résultats.
 Grands penseurs: les penseurs sont des visionnaires qui peuvent réfléchir "en dehors de la
boîte».
 Fonceurs (go-getters): les fonceurs sont prêts à lancer des concepts, produits originales
et d’accepter la pleine responsabilité des résultats. Ils sont prospères, active et déterminé.
I.2. KidZania à l’échelle mondiale et la logique d’implantation :
KidZania a été créé par Xavier López Ancône, un entrepreneur mexicain qui a eu
toujours une passion pour le divertissement et l'éducation des enfants.
Initialement, elle a été connue sous le nom de « La Ciudad de los Niños », la première
KidZania a ouvert ses portes à Santa Fe, au Mexique (une banlieue de la ville de Mexico) en
Septembre 1999. Dans sa première année, il a dépassé toutes les attentes de l'attraction. La
seconde a été ouverte en 2006 à Monterrey, au Mexique. Le troisième KidZania a été la première
à l’échelle internationale implanté à Tokyo en 2006.
KidZania Tokyo a conduit à l’explosion du concept KidZania dans le monde : KidZania
Jakarta en Novembre 2007. Osaka en 2009 et Lisbonne, Dubaï et Séoul en 2010.
Il existe actuellement 11 KidZanias à travers le monde et 10 autres seront ouverts vers la
fin de l'année 2014.
1 Les citoyens de KidZania (enfants)
36
Figure 15: Carte d'implantation des KidZanias dans le monde Dans la carte ci-dessus on peut
Figure 15: Carte d'implantation des KidZanias dans le monde
Dans la carte ci-dessus on peut voir une variation de niveaux du développement des
pays accueillants KidZania dont on trouve une majorité des pays en cours de développement
comme l’Indonésie et la Malaisie et une minorité développés comme Japon et Chile.
37
I.2.1. Les villes de KidZania : On a choisis 8 villes accueillantes KidZania à travers
I.2.1.
Les villes de KidZania :
On a choisis 8 villes accueillantes KidZania à travers le monde en considérant des critères relatifs aux : niveau d’évolution des pays, la vocation des villes et la variété de ses activités ceci dans le but de comprendre la
logique d’implantation de KidZania dans ces villes.
38
I.2.2. Le quartier KidZania : À l’échelle du quartier on a choisis quatre KidZanias parmi
I.2.2.
Le quartier KidZania :
À l’échelle du quartier on a choisis quatre KidZanias parmi les huit précédentes en assurant une diversité de vacation. Cela dans le but de ressortir les points communs des différents quartiers accueillants
I.2.2.1.
KidZania.
L’environnement immédiat :
39
I.2.2.2. L’accessibilité : 40
I.2.2.2.
L’accessibilité :
40
I.2.3. Les Projets accueillants KidZanias Tous les KidZanias qui suivent sont intégrés dans des centres
I.2.3.
Les Projets accueillants KidZanias
Tous les KidZanias qui suivent sont intégrés dans des centres commerciaux.
41
I.3. Analyse architecturale Dans cette partie, on va analyser architecturalement deux KidZanias que l’on a
I.3. Analyse architecturale
Dans cette partie, on va analyser architecturalement deux KidZanias que l’on a choisis selon
leur vocation : vocation éducative pour celle de Tokyo et attractive pour celle de Kuala
Lumpur.
I.3.1.
KidZania Tokyo
KidZania Tokyo fait partie du centre commercial et culturel « Urban Dock lalaport »
conçu par le bureau d’étude américain international laguarda.low architects.
Bien qu’elle fait partie du centre commercial « urban dock lalaport », elle a été conçu
par l'architecte mexicain Fernando José León y Escalante le concepteur de toutes les
KidZania du monde.
Figure 16: plan de masse "Urban Dock Lalaport"
I.3.1.1.
La conception :
Le site a été précédemment un chantier naval, et ce projet a été aménagé en récupérant deux
quais anciens.
42
Le plan de ce projet considère l’ensemble du paysage comme un océan, et les usagers
Le plan de ce projet considère l’ensemble du paysage comme un océan, et les usagers comme
Voyageurs à travers l'espace.
Les Trois vagues de «végétation», «eau» et «terre» se superposent sur les quais récupérées
avec des projets culturels et commerciaux éparpillés partout à l’image des «îles», les Voyageurs se
déplacent librement dans l'espace, expérimentent de nouvelles aventures découvertes.
Figure 17: parc de "Urban dock lalaport"
I.3.1.2.
accessibilité et accès:
Le centre commercial est accessible par le water-bus au sud et par une voie tertiaire
au nord. Il est 5 minutes de loin de la station métro.
Figure 18: Accessibilité
43
Le centre commercial a un accès principal et huit (8) entrées secondaires dont cinq (5)
Le centre commercial a un accès principal et huit (8) entrées secondaires dont cinq (5)
assurent la relation entre l’espace intérieur de commerce et l’espace extérieur de détente.
KidZania se situe au 3ème étage du centre alors que la vente des billets s’effectue au
rez-de-chaussée.
Figure 19: Plan du 3 ème étage du centre commercial "Urban Dock Lalaport"
I.3.1.3.
Volumétrie et façades :
Le centre commercial accueillant
KidZania a un volume irrégulier avec des
décrochements qui résulte de
l’implantation d’un parallélépipède dans le
site en coupant une partie du côté sud pour
créer la station de water-bus et collant
quatre volumes de forme de bateaux sur le
même coté pour faire rappel à l’histoire du
site qui a été un chantier naval.
Figure 20: projet accueillant KidZania Tokyo
L’architecte a essayé de continuer dans la même idée des bateaux dans le traitement
des façades et le choix des matériaux :
44
Figure 21: Façade Nord-Est  Une transparence du RDC donne l’image fluide flottante au projet.
Figure 21: Façade Nord-Est
 Une transparence du RDC donne l’image fluide flottante au projet.
 L’utilisation des matériaux comme le verre et l’acier inoxydable dans la façade
reflètent le caractère industriel du site.
 La différenciation des couleurs dans la façade Sud-Ouest donne l’effet du
mouvement.
Figure 22: Photos sur la Façade Sud-Ouest
Les façades ne donnent aucune trace/différence qui signifie l’existence de KidZania à
l’intérieur de ce centre commercial.
45
I.3.1.4. Etude intérieure Surface: 10.700 m² Capacité d’accueil: 1800 2 niveaux Les espaces sont organisés
I.3.1.4.
Etude intérieure
Surface: 10.700 m²
Capacité d’accueil: 1800
2 niveaux
Les espaces sont organisés d’une manière pour
assurer une variété et interaction entre les différentes
activités.
Cependant, certaines activités ont besoin d'être
ensemble en créant des regroupements:
 Le centre d'information tâche est face à l'entrée
(aéroport) la première étape des enfants de retrouver leurs
emplois
 Regroupement des activités d’automobiles
(assurance auto, lavage auto, station d'essence, car design
studio, location des véhicules, département des véhicules à
moteur)
 Les activités d’alimentation ont besoin d’utiliser
quotidiennement les espaces de stockage et ascenseurs
(boulangerie, sweet factory, food center, cooking studio,
hamburger shop etc.)
 Les activités culturelles sont tous regroupés en face
de la plaza centrale, ils sont souvent fréquentés par des
adultes (théâtre, tv station, parade, studio de la magie)
47
Le 2ème étage contient certaines activités qui nécessitent le calme comme la pépinière et la
Le 2ème étage contient certaines activités qui nécessitent le calme comme la pépinière et la station de radio.
Il existe une relation verticale entre certain activités/espaces comme la relation entre les salles de chirurgie et la salle d'urgence.
La relation intérieur-extérieur:
La mini-ville est complètement isolée de
son environnement, alors qu’un espace
pour enfants doit garder la relation
intérieur-extérieur.
La transparence:
L’intérieur de KidZania Tokyo
assure une visibilité spatiale des différents
équipements par sa transparence.
Figure 23: job info
Flexibilité :
Chaque bâtiment de la mini-ville a
été conçu pour répondre à une fonction
précise ce qui n’offre pas la possibilité de
changer leurs fonctions sauf dans
l’aménagement des espaces intérieurs.
48
Les couleurs : Les couleurs de KidZania ont été choisis à l’image du monde réel
Les couleurs :
Les couleurs de KidZania ont été choisis à l’image du monde réel afin de lier ce que
l’enfant apprend dans cette mini-ville à la réalité : des couleurs pâles.
Figure 24: rue de KidZania
Figure 25: Bank
Figure 26: hôpital
Reconnaissance :
L'enfant est le sujet et non l'objet de KidZania : l'architecture a été conçu à son échelle
ce qui lui donne un sentiment d’appartenance.
Aussi, la grande différence entre L'architecture de KidZania et de la ville de Tokyo
pour compléter cette appartenance.
Figure 27: l'horloge de la ville
Figure 28: Intérieur du centre commercial
Synthèse
D’après l’analyse de l’exemple de KidZania Tokyo on peut conclure que :
Ce projet qui joue un tel rôle éducatif a été négligé par son implantation au 3èmé
étage d’un centre commercial et dans la conception de volumétrie et façades de ce dernier qui
ne donne aucune trace ou impression que KidZania fait partie de son entité.
Aussi, comme projet destinée aux enfants KidZania Tokyo a négligé le côté sensible
dans la conception de leurs espaces soit au niveau des couleurs ou de sa relation avec l’espace
extérieur.
49
I.3.2. KidZania Kuala Lumpur : I.3.2.1. Accessibilité à l’échelle de KidZania: L’accessibilité à KidZania se
I.3.2.
KidZania Kuala Lumpur :
I.3.2.1.
Accessibilité à l’échelle de KidZania:
L’accessibilité à KidZania se fait par
l’aboutissement d’une rue très importante c’est la
E11, d’un flux de circulation fréquenté.
La sortie au-delà de KidZania se fait par les deux
voies représentées dans la figure suivante:
Figure 29: l'accessibilité à KidZania
Source : Google Earth
I.3.2.2.
Les accès :
Figure 30: sortie de KidZania
Source : Google Earth
KidZania Kuala Lumpur fait partie du
centre commercial « the Cuvre », elle
occupe les deux derniers étage de ce centre
cela ne pas l’empêcher d’avoir un accès séparé de celle du centre.
Figure 31: accès de KidZania Kuala Lumpur
Source : Google Earth
50
I.3.2.3. Volumétrie et façades : Le volume en générale est ce lui d’un ensemble des
I.3.2.3.
Volumétrie et façades :
Le volume en générale est ce lui d’un ensemble des volumes composés ; un cube qui
represente la base avec un demi cyllindre.
La partie de la façade là où se trouve Kidzania est presque opaque totalement ce qui
s’adapte avec le principe de kidzania ; de tourner le dos à la vie réelle.
Façade opaque.
Façade avec des ouvertures.
Figure 33: vue en perspective
Source : www.kidznia.com.my
Figure 32: maquette de KidZania Kuala Lumpur
Source : www.kidznia.com.my
51
Espace :  Plan de1niveau : I.3.2.4. Organisation d’intérieur : L’aménagement des espaces de kidzania
Espace :
 Plan de1niveau :
I.3.2.4.
Organisation d’intérieur :
L’aménagement des espaces de kidzania se fait d’une
manière qui permet la communication entre les différentes
1 : New Straits Times Presse
 Surface : 80 000m², Capacité : 1 700perssones
2 : Informations sur les travaux.
 Deux (2) étages.
catégories des enfants.
3 : CIMB Bank Vault
4 : CIMB Bank
5 : Marry brown Burger Shop
Un regroupement fermé
sur le périphérique avec un
6 : Chika Boutique Fashion Locker
regroupement central. Une sorte de protection et d’intimité.
7 : Sony Photo Labo
8 : Théâtre
9 : intérims Académie
10
: Magic Shop Urbano & Studio
11
: College national
12
: Agent secret
13
: 100PLUS mur d'escalade
14
: Ecole de Peinture
15
: Dentiste
16
: Salon de beauté
17
: Z * Mart Supermarché
18
: chantier de construction
19
: Peinture Nippon Maison.
20
: Lavage de vitres
21
: Honda Département of Motors Vehicles
22
: Concessionnaire automobile Honda
23
: BH Pétrole Service Station
24
: Lave-auto
25
: Garage automobile
26
: Honda Conduite rue
Figure 34: les regroupements à KidZania
Source : www.kidzania.com.my
Figure 35: plan du 1er niveau
Source : www.kidzania.com.my
27
: Sushi Bar Sushi King
28
: École de cuisine de marque Ayam
Les fonctions de KidZania sont totalement séparées. Aucune relation ni disponible entre eux appart la relation (transport-industrie automobile) et médias avec toutes
les autres fonctions.
29
: hitz.fm station de radio
30
: L'Hôtel de la flamme Big
Vente
31
: TNB contrôlent de l'énergie Centre.
Utilitaire
32
: INSTALLATEUR - Caserne de pompiers.
33
: Compagnie d'assurance Alianz.
34
: Salle d'urgence KPJ.
Industrie
35
: CTC Agence de Voyage.
Services
36
: Zone SOX Mobile Phone
37
: Hoya Eye Care Centre
38
: Télécommunication TM centre
39
: Bijouterie Karatz
Divertisse
Médias
Transport
40
: PosLaju Courier Service
41
: CSI
42
: Prison
Culture
43
: STABILO Arts & Studio
Aptitude
44
: Palais de justice
Résidenti
45
: Poste de police
Restauratio
Figure 36: les fonctions à l'intérieur de KidZania KL
52
Espace : 1 : Flight Attendant AirAsia 2 : AirAsia Flight Simulator  Plan de
Espace :
1 : Flight Attendant AirAsia
2 : AirAsia Flight Simulator
 Plan de 2niveau:
3 :Système de climatisation
4 : Ordinateur portable Dell Factory ™.
Le 2 niveau est
moins dense
que
le
1
niveau avec aussi
5 : Le Lounge Disco Globe
l’existence des passerelles.
6 : Urbano Maison
7 : Urbano école
8 : City Clock
9 : Seamaster usine d'embouteillage
10 : Cookie Factory OREO
11 : Cadbury Chocolate Factory
12 : Salle de jeux
13: TV3, ntv7, 8TV, TV9 Studio TV
14
:PharmaniagaCitrax vitamine usine.
15
:Vitagen & Usine de lait Marigold
16
: Mini Melts Ice Cream Factory
17
: Siemens faible Dase CT Scan Chambre
18
: Pépinière
19
: Chambre endoscopie
20
: Salle de chirurgie
Plaza Premium Lounge
Figure 37: les passerelles
Source : www .kidzania.com.my
Figure 38: Plan du 2ème niveau
Source : www .kidzania.com.my
Des fêtes d’anniversaire peuvent être s’effectuer au niveau des
espaces 12_6_5 :
Les catégories utilisant les différentes espaces sont les suivants:
Les différentes fonctions au deuxième niveau de KidZania sont les
suivants :
Figure 39: les fêtes à KidZania
Source : www .kidzania.com.my
Figure 40: les usagers de KidZania
Source : www .kidzania.com.my
Figure 41: les fonctions de KidZania
Source : www .kidzania.com.my
53
I.3.2.4.1. Regroupements : L’objective de savoir les regroupements et les dissociées des espaces de kidzania,
I.3.2.4.1.
Regroupements :
L’objective de savoir les regroupements et les dissociées des espaces de kidzania, C’est de rapprocher au principe d’implanta tion de ces différents espace. On distingue plusieurs formes de regroupement :
Regroupement linière :
Regroupement en forme J :
Théâtre et ses annexes :
Justice et ses annexes :
8/ Théâtre : Effectuer ou
Regarder des pièces
théâtrales.
42/ Prison: Une partie
de la station de
police. Utilisé pour les
activités de la police
Kidzania.
44/ Palais de justice:
9/ Intérims académie :
Figure 42: regroupements à KidZania
Participer a un défilé de
carnaval.
Regroupement en forme L
Cuisine :
Prendre part à une
procédure judiciaire a
des déclarations
d'ouverture, des
dépositions des
témoins, les arguments
28/ École de cuisine : Apprendre à
préparer un repas.
27/Sushi King: Apprendre à faire des
susis.
45/ Poste de police :
10/Magic shop urbano&
studio : effectuer un
spectacle de magie au
théâtre.
Plusieurs taches
d’enquête et de résoudre
des cas mystérieux.
Participer à barricader
endroits à risque.
Regroupement en forme U:
Synthèse :
Construction :
18/ Chantier de construction :
19/ Peinture Nippon Maison:
Le regroupement de certaines fonctions assure
la continuité des activités.
Apprendre les rudiments de la
maçonnerie dans la construction
d'un mur de brique.
Peindre l'extérieur ou un mur intérieur
d'une résidence avec de la vraie
peinture.
20/ Lavage de vitres:Apprendre
les procédures de nettoyage de
fenêtres tout surélevée sur une
gondole pour atteindre différents
niveaux du building.
54

Relation intérieur-extérieur :

Un élément très important est la forte relation entre l’intérieur et l’extérieur. L’espace destiné aux enfants doit capter les changements de l’extérieur comme le temps, le jour et la nuit et le rythme de la ville.

Le jour et la nuit:

Avec un toit ciel : un ciel artificiel qui fait la couverture de KidZania. Les enfants ne peuvent pas voir le jour.

de KidZania. Les enfants ne peuvent pas voir le jour. Figure 43: la placette de KidZania.

Figure 43: la placette de KidZania. Source : www.kidzania.com.my

Figure 44: Une rue à KidZania Source : www.kidzania.com.my

Le rythme de la ville :

Kidzania tourne le dos à la ville réal, elle a son propre rythme.

Un principe d’intramuros.

elle a son propre rythme.  Un principe d’intramuros. Figure 45: Volumétrie de KidZania Source :
elle a son propre rythme.  Un principe d’intramuros. Figure 45: Volumétrie de KidZania Source :

Figure 45: Volumétrie de KidZania Source : www.kidzania.com.my

Figure 46: la vie à l'intérieur Source : www.kidzania.com.my

55
55

Relation 1 niveau 2 niveau :

La relation entre le 1 niveau et le 2 niveau:

La superposition des espaces de deuxième niveau sur celles du premier niveau avec aucune continuité verticale au terme fonctionnement.

11: Chocolat factory

43: Stabilo art & studio crafts

Mise a part :

Discontinuité

verticale de fonctionnement.

17

: Salle de scanner.

34

: Salle d’urgence.

Continuité verticale

de fonctionnement.

Aspect architecturale :

Les éléments architecturaux les plus utilisées sont :

Chocolat Salle de 2niveau: factory scanner Stabilo art & studio crafts Salle d’urgence. 1niveau: Figure
Chocolat
Salle de
2niveau:
factory
scanner
Stabilo art &
studio crafts
Salle d’urgence.
1niveau:
Figure 47: vue à l'intérieur de KidZania
Source : www.kidzania.com.my
l'intérieur de KidZania Source : www.kidzania.com.my La tuile Les grandes Les balcons La brique Figure
l'intérieur de KidZania Source : www.kidzania.com.my La tuile Les grandes Les balcons La brique Figure
l'intérieur de KidZania Source : www.kidzania.com.my La tuile Les grandes Les balcons La brique Figure

La tuile

Les grandes

Les balcons

www.kidzania.com.my La tuile Les grandes Les balcons La brique Figure 48: Hôtel de KidZania Source :
www.kidzania.com.my La tuile Les grandes Les balcons La brique Figure 48: Hôtel de KidZania Source :

La brique

Figure 48: Hôtel de KidZania Source : www .kidzania.com.my

Figure 48: Hôtel de KidZania Source : www .kidzania.com.my Figure 49: Escalade à KidZania Source :

Figure 49: Escalade à KidZania Source : www .kidzania.com.my

49: Escalade à KidZania Source : www .kidzania.com.my Couleurs : La couleur est un moyen de

Couleurs :

La couleur est un moyen de communication qui agit directement sur notre âme. Elle excite nos sensations et éveille nos émotions.

Pour les différentes couleurs utilisés a KidZania :

A l’intérieur :

Quelques couleurs :

56
56

L’hôpital à KidZania prend une couleur bleu comme celle utilisée généralement en réalité.

L’utilisation d’une couleur rose se justifié par la destination de cet espaces aux filles. (Un salon de beauté).

de cet espaces aux filles. (Un salon de beauté). Figure 50: bloc opératoire à KidZania Source
de cet espaces aux filles. (Un salon de beauté). Figure 50: bloc opératoire à KidZania Source

Figure 50: bloc opératoire à KidZania Source : www.kidzania.com.my

Figure 51: Salon de beauté Source : www.kidzania.com.my

A l’extérieur :

Source : www.kidzania.com.my  A l’extérieur : Figure 53: Vue 01 sur l'extérieur Source :

Figure 53: Vue 01 sur l'extérieur Source : www.kidzania.com.my

Figure 52: Vue 02 sur l'extérieur Source : www.kidzania.com.my

52: Vue 02 sur l'extérieur Source : www.kidzania.com.my Pour un tel projet destiné aux enfants ou

Pour un tel projet destiné aux enfants ou la couleur est très importante nous constatant que pour KidZania Kuala Lumpur la couleur n’as pas été une priorité.

Le concept couleur à l’extérieur des espaces de KidZania est un peu négligeable bien qu’elle est concentrée uniquement sur les espaces intérieurs là où la couleur de ces espaces prend celle de la réalité.

L’implantation de KidZania dans un centre commercial fait diminuer son importance. Pour cela hors de la conception de notre projet plusieurs critères sont nécessaire de les prendre en considération comme : la couleur la transparence…etc.

57
57
II. II.1.Présentation : L’école de Hellerup a été construite en 2002 par le bureau d’architecture
II.
II.1.Présentation :
L’école de Hellerup a été construite en 2002 par le bureau d’architecture Arkitema. Cette
école est le projet le plus important dans l’expansion et la modernisation du système scolaire
de la municipalité Gentofte. Le système éducatif de l’école a été développé grâce à une
collaboration entre les parents des élèves, les enseignant, la direction de l’école, le conseil de
la municipalité et même les élèves.
Figure 54: L'école de Hellerup
Source : http://www.arkitema.com/
II.2.Situation :
L’école est situé à dans la région de Hovedstaden, à cinq kilomètres au nord de la capitale
du Danemark « Copenhague » et plus précisément dans la municipalité Gentofte a Hellerup.
Elle est construite sur le terrain d’une ancienne usine dans la zone Tubord Syd.
Figure 55: Situation
Source : Google earth
58
 Elle a un rôle très important dans la régénération de cette zone post-industrielle. II.3.Accessibilité
 Elle a un rôle très important dans la régénération de cette zone post-industrielle.
II.3.Accessibilité :
L’école de Hellerup se trouve au long du boulevard « Dessaus » près de la route
« Strandvejen » qui est une route assez fluide et très connu dans la région. On trouve un arrêt
de bus près de l’école et aussi des chemins réserver uniquement au vélo.
Figure 56: L'accessibilité
Source : Google maps
 Elle a une très bonne accessibilité car les enfants peuvent accéder à l’école soit par
voiture avec leur parent, par transport en commun ou par vélo en toute sécurité.
II.4.Environnement immédiat :
Elle est située dans un quartier très chic où on compte un grand nombre d’immeubles de
bureaux dans le voisinage. On trouve aussi des habitats et des équipements divers aux
alentours.
59
Figure 57: L'environnement immédiat La cour de l’école est située autour du bâtiment sur les
Figure 57: L'environnement immédiat
La cour de l’école est située
autour du bâtiment sur les façades
Sud et Ouest où on trouve des
bosses avec des couleurs vives, une
piscine, des pistes cyclables, terrain
de basket et des bacs à sable.
Figure 58: Plan de masse
Il y a aussi une terrasse avec une vue sur le port.
 L’école est bien intégrée dans le contexte physique et social du site vue son importance
dans la régénération de la zone.
60
II.5.Les accès : Figure 59: Les différents accès  Il y a une très bonne
II.5.Les accès :
Figure 59: Les différents accès
 Il y a une très bonne séparation des accès selon leurs fonctions.
II.6. Volumétrie et façades :
L’école est un monobloc de R+2 de forme très simple, un cube avec un décrochement. On
ne trouve pas d’axe de symétrie à cause de la séparation volumétrique entre le gymnase et
l’école.
Figure 60: Volumétrie
Source : http://www.arkitema.com/
61
Concernant la façade, c’est une architecture moderne avec l’utilisation des pilotis dans la façade principale.
Concernant la façade, c’est une architecture moderne avec l’utilisation des pilotis dans la
façade principale. Ces pilotis ont créé une galerie qui joue le rôle d’un espace transit entre
l’intérieur et l’extérieur. On trouve aussi des fenêtres en longueurs sur toutes les façades.
C’est un point fort pour garder la relation entre l’intérieur et l’extérieur.
Figure 61: Façade Nord-Ouest
Source : http://www.arkitema.com/
L’école ressemble beaucoup plus à un centre commercial qu’à une école. Elle a une
couleur grise pâle qui la rend moins attractive pour les enfants. L’école a perdu son
identité, car un équipement destiné aux enfants doit être facilement reconnaissable et
avoir un langage architectural et une identité précise.
II.7.Organisation intérieure :
L’école de Hellerup a une superficie de 8200m² avec une capacité de 750 élèves. Elle est
organisé commet étant de petites écoles dans une grande école. Les élèves sont réparti s en
trois groupes d’âge différent sur trois étages.
62
Figure 62: La repartition des élèves selon les groupes d’âge Figure 63: Les différents espaces
Figure 62: La repartition des élèves selon les groupes d’âge
Figure 63: Les différents espaces des plans
C’est un espace ouvert en bois, très vaste
avec un grand atrium. Les fonctions principales
de l’école sont situées aux alentours de la
grande cage d’escalier au centre du bâtiment
nommée « Coliseum », c’est le seul moyen de
circulation verticale. Elle est spacieuse et offre
un espace d’environ 9m² par enfant.
Figure 64: L'intérieur de l'école
Source : http://www.imagineschooldesign.org
63
 Assurer la transparence entre les différents espaces et la facilité de la circulation ce
 Assurer la transparence entre les différents espaces et la facilité de la circulation ce qui
offre une ambiance décontracté pour les enfants.
 L’absence des couleurs.
La structure traditionnelle des
écoles avec des classes permanente a
été remplacée par une mixture de petit
espaces avec des une forme
hexagonale de 2m² de surface appelé
« salles de briefings ». Elles sont
placées dans les endroits les plus
calmes de l’école, où les enfants se
Figure 65: Salle de briefings
Source : http://www.imagineschooldesign.org
réunissent avec leurs enseignants avant d’aller chercher un endroit confortable pour travailler.
Ces espaces peuvent être divisé ou combiné selon les besoins.
 Intégration de la flexibilité et la transformation dans les espaces.
Figure 66: Aménagement du 1er étage
64
Comme il y’a des espaces ouvert aux enfants dans tout le bâtiment, on trouve aussi
Comme il y’a des espaces ouvert aux enfants dans tout le bâtiment, on trouve aussi des
« forteresses », se sont les salles de détente réservé aux enseignants. Il y a trois salles dans
chaque étage de 20m² chacune répartie dans l’étage.
 Permet aux enseignants de rester proche
de leurs élèves pour les superviser et les
diriger.
La fonction de la cage d’escalier centrale n’est
pas seulement d’assurer la circulation verticale,
mais il a aussi d’autres fonctions : un endroit de
discussion entre les élèves, d’enseignement, de
travail de groupe, de présentation et d’exposition de
films pour les grands rassemblements et aussi c’est
là où la plupart des enfants mangent leur déjeuner.
Figure 67: La cage d'escalier
Source :http://www.imagineschooldesign.org
Les planchers ne sont pas purement plat, mais ils ont été modelé par des escaliers, des
plateaux, des balcons et des ponts où les enfants peuvent s’assoir, sauter, escalader…etc.
Figure 68: Les différentes activités
http://ospitiweb.indire.it
Malgré tous les efforts important qui ont été faits dans la structure du bâtiment pour tenter
d'atténuer les bruits, d’où l’utilisation du bois, le niveau sonore est toujours assez élevé.
Synthèse :
L’école de Hellerup est considérer comme l’école du future, une école où les enfants sont
les maitres des lieux. Un endroit qui leur offre une ambiance décontracté et un sentiment de
sécurité par son originalité, diversité et son design qui caractérise l’intérieur de la maison.
65
Introduction « Les images de l’environnement sont le résultat de va et vient entre l’observateur
Introduction
« Les images de l’environnement sont le résultat de va et vient entre l’observateur et
son milieu, qui reconnait facilement les objets familiers et les objets imposants. La tâche des
urbanistes consistant à modeler un espace destiné à de nombreux habitants, c’est l’image
collective qui les intéresse » (Kevin lynch. L’image de la cité. 1969)
La
présentation
de
la zone
d’intervention est un élément
important et décisif dans la
conception du projet. C’est dans le site
que nous trouvons les stimulants les
plus puissants et la matière la plus
enrichissante pour la conception de
notre projet architecturale en
considérant l’image qu’on veut
refléter, la valeur esthétique de la
forme, les besoins et les obligations fonctionnels et climatiques. Le tous s’organisent en une
forme de synthèses des idées, d’imagination de besoins, des exigences, des contraintes,
d’intégration de notre projet dans son environnement immédiat.
I. Présentation de la wilaya :
Connue pour être une wilaya à vocation agricole mais également touristique et de
pêche. Jijel était d’abord une daïra de Constantine avant de devenir wilaya au découpage
administratif de 1974. Constitué actuellement de 11 daïras et 28 communes s'étalant sur une
superficie de 2.396,63 km² dont 82% sont des montagnes, avec une façade maritime de 120
Km. Elle est limitée par :
 La mer méditerranée au Nord
 La wilaya de Skikda à l'Est.
 La wilaya de Bejaia à l'Ouest.
 La wilaya de Sétif et de Mila au Sud
Figure 69: carte de wilaya de Jijel
66
Au dernier RGPH d’Avril 2008 Jijel a compté une population de 636.948 habitants. Au 31/12/2009,
Au dernier RGPH d’Avril 2008 Jijel a compté une population de 636.948 habitants.
Au 31/12/2009, cette population est estimée à 653.272 habitants, Soit un volume additif de
16.324 habitants, avec une densité de 265 habts/Km2.
La population de la wilaya se trouve concentrée en grande partie dans le Nord. A titre
indicatif, les communes de Jijel, Taher et El-Milia regroupent 297.771 habitants soit 45,58 %
de la population totale.
Elle dispose d’un réseau d’infrastructures multiformes et complémentaires :
- Port de Djen-Djen, Boudis, Ziama et El Aouana,
- Aéroport international de Ferhat Abbas,
- Liaisons routières RN43, RN27 et RN77,
- Liaisons ferroviaires.
Elle réunit mieux que toute autre wilaya, trois ressources complémentaires :
- Un littoral pittoresque s’étalant sur 120 Km (soit 1/10 de la côte algérienne)
se distinguant par l’existence d’une corniche avec ces 27 plages, criques, îles,
et îlots se succédant dans un cadre verdoyant.
- Un arrière-pays séduisant dont les forêts et les hautes chaînes montagneuses
traversées de gorges, dominent partout la mer. Des falaises rocheuses, connues
sous le nom de « corniche Jijilienne » entre Ziama et El Aouana.
- Des Eaux vives et de vastes Forêts
II. Présentation de la commune :
La commune de Jijel est située au nord-ouest de la wilaya de Jijel dont elle est
l’agglomération chef-lieu. Elle est bordée :
- Au nord par la méditerranée,
- Au sud par la commune de Kaous,
- A l’est par la commune d’Emir Abdelkader,
- A l’ouest par la commune d’El Aouana.
Le territoire communal de Jijel est constitué de
petites plaines littorales, de reliefs littoraux de faible
altitude et de basses collines entaillées dans des
sédiments tendres, dont les caractères découlent de
Figure 70: les communes de Jijel
l’influence de la méditerranée voisine : forte pluviosité,
tapis végétal assez dense, cours d’eau pérennes coulant vers le Nord, érosion intense…
67
Avec 6 238 hectares, soit 2,6 % du territoire de la wilaya de Jijel. C’est
Avec 6 238 hectares, soit 2,6 % du territoire de la wilaya de Jijel. C’est la commune la plus peuplée de la wilaya avec une p opulation estimée à 133 492 habitants au recensement d’avril 2008, soit 21,13% de la
population totale de la wilaya de Jijel, elle enregistre une densité moyenne de 2 140 habitants au Km².
Dans ses limites administratives actuelles, la commune de Jijel correspond à une partie du territoire de l’ex-commune de Jijel, divisé lors de l’organisation administrative de 1984 en deux nouvelles communes :
Jijel et Kaous.
III. Croissance de la ville :
Dès l’époque préromaine, Jijel était un comptoir phénicien prospère, elle fut tour à tour, Carthaginoise, Romaine, Byzantine, et Arabe.
A la fin du quinzième siècle, les frères Barberousse ont en fait une base militaire importante à partir de laquelle sont menées les grandes campagnes
contre les Espagnols pour la prise de Bejaia et d'Alger.
Au 19ème siècle, durant la conquête française, la ville de Jijel fut secouée par un tremblement de terre qui, dans la nuit du 21 au 22 août 1856, détruisit
presque toute la ville ancienne.
La reconstruction de la ville sous l'occupation française, conçue par
le géomètre Scheslat, fera de Jijel une cité nouvelle au plan orthogonal
érigée aux portes de la ville ancienne, devenue le siège de la garnison
militaire « la citadelle ».
Durant la période coloniale, Jijel s'est développée et mit à profit les
potentialités touristiques, agricoles et sylvicoles que recèle son territoire,
mais reste une ville modérée, peu marquée par l'intensification des
mouvements migratoires envers cette ville du fait de la guerre. Mais ce
mouvement s’est accru à l'indépendance en induisant une extension
spatiale spontanée de la ville qui n'a pas été significative.
A partir de 1974, la promotion de Jijel au rang de chef-lieu de
wilaya et la mise en œuvre d'un programme spécial de développement, ont
eu pour effet, un apport considérable de population (la population de la
ville s'est multiplié par 3 en l'espace de 20 ans, passant de 35.000 habitants
en 1977 à 63.000 habitants en 1987, soit une progression de 5,9% par an,
pour atteindre aujourd'hui plus de 123.000 habitants).
Sur le plan urbain et sous la pression d'une demande sociale de plus en plus importante, la ville s'est développée suivant une
direction nord sud, de manière anarchique par juxtaposition d'entités urbaines destinées exclusivement à l'habitat (ZHUN,
lotissements, habitat spontané, etc.), réalisées dans la précipitation et en dehors de toute réflexion prospective sur le développement
de la ville à moyen et long terme.
Ce qui a largement affecté l'équilibre fragile du système urbain hérité de la période coloniale et créé une série de ruptures morphologiques et fonctionnelles qui rendent la gestion urbaine difficile.
68
Aujourd'hui, la situation de déstructuration et de dégradation du paysage urbain et l'aspect répulsif dégagé
Aujourd'hui, la situation de déstructuration et de dégradation du paysage urbain et l'aspect répulsif dégagé par les extensions sous-équipées et en chantier permanent, risquent de compromettre les perspectives
de développement de la ville.
Vue sont importance comme étant l’agglomération chef-lieu, la commune de Jijel englobe la majorité des
équipements de la wilaya (administratif, éducatif, sanitaire, socio-culturel… etc.). En termes d’équipements
éducatifs, elle compte:
- Trente-trois (33) écoles primaires utilisant 325 salles de classes qui assurent la scolarisation de 16843
élèves, répartis sur 527 divisions pédagogiques, encadrées par 686 enseignants.
- Dix-sept (17) collèges d’enseignement moyen qui utilisent 268 salles de classes, 37 laboratoires et 37
ateliers et regroupent 11202 élèves, répartis sur 302 divisions pédagogiques, encadrées par 588
enseignants.
- Sept (07) lycées dont un (01) technicum, totalisant 157 salles de classes, 48 laboratoires, 4 ateliers et 2
amphi et un effectif de 7857 élèves répartis sur 194 divisions pédagogiques et encadrés par 376
enseignants.
On a prévu une cité ludo-éducative dans cette zone, d’une part pour résoudre
le problème concernant le manque des équipements éducatifs, culturel et de loisir
et favoriser l’extension urbaine de la ville vers l’ouest pour réduire la densification et la pression sur centre-ville, et d’une autre part à cause de son emplacement
qui est pas trop loin ni trop proche de la ville et la proximité de la mer pour crée une cité a l’image de la ville mère qui sera propre aux enfants tout en gardant la
relation de la cité avec la ville mère.
69
IV. Situation: Le site étudié est situé à l’entrée ouest de la ville de Jijel,
IV.
Situation:
Le site étudié est situé à l’entrée ouest
de la ville de Jijel, il est limité :
-Au nord par la mer méditerranéen.
-Au Sud: le pos 22 Mezghitane,
l’agglomération secondaire de Bouremel et
Berkouka.
-A l’Ouest par Bouremel et Piazza.
-A l’Est par Ouled Bounar.
Figure 71: notre site dans la commune
V. Paysage urbain et analyse pittoresque :
« L'analyse pittoresque procède d'un autre point de vue ; l'observateur est dans la ville qui
se présente à lui comme une suite de tableaux. » (Philippe Panerai Analyse urbaine).
Donc l’analyse pittoresque est une analyse qui étudie la ville profondément, dans ces
composantes, en se basant sur la perception visuelle d’un observateur qui se déplace.
Cette analyse contient deux parties : une partie stable et une partie dynamique.
V.1. La partie stable : Les éléments du paysage
urbain :
Les éléments marquant du paysage urbain sont : les parcours, les nœuds, le secteur, les
limites, les repères. Selon Philippe panerai
V.1.1. Les nœuds :
«Ce sont des points stratégiques dans le paysage urbain, soit convergence ou rencontre de
plusieurs parcours, soit points de rupture ou points singuliers du tissu». (P. Panerai Analyse
urbaine).
Notre site comporte Quatre nœuds importants :
 L’un se trouve à l’entrée
du site. (venant du centre vers
l’ouest).
 L’autre au milieu du site.
 Un autre au milieu du site
aussi et pas trop loin du précédant
 Le dernier se trouve
presque à la sortie du site.
Figure 72: les nœuds au long du parcours
Source : Google earth
69
Les caractéristiques des différents nœuds sont les suivants : Nœud 01 : Pompe à essence
Les caractéristiques des différents nœuds sont les suivants :
Nœud 01 :
Pompe à
essence
 Flux de circulation très important
. surtout en été.
Nœud 02:
 Distribution vers plusieurs
directions :
 Flux de circulation important surtout en été.
 Distribution vers deux directions :
Vers centre-ville.
Vers Ouled Aissa.
Vers Bejaia.
Vers cité Rabtta.
Figure 73: le nœud 01
Source : Google earth
Vers Ouled Aissa.
Vers Bejaia.
 Ce nœud permet une rotation du
champ visuelle.
Figure 75: le nœud 02
Source : Google earth
 Ce nœud représente un point de décision.
(d’aller encore vers Ouled Aissa).
Stade
Bourmel
 Présence de point de repère :
 Présence de point
de repère : pompe à essence.
Stade de Bourmel.
Figure 76: le nœud 02
Source : prise par le groupe
Figure 74: le noeud 01
Source : prise par le groupe
Nœud 03 :
Nœud 04 :
 Distribution vers deux directions :
 Distribution vers deux directions :
Vers Cité Hadadda.
Vers Bejaia.
Poste police
Vers Cité Hadadda.
Vers Bejaia.
 Présence de point de repère :
Poste police.
 Ce nœud représente un point de
décision. (d’aller encore vers
Haddada).
Figure 77: le nœud 04
Source : Google earth
Figure 78: le nœud 03
Source : Google earth
70

V.1.2. Les points de repères et les éléments d’appels :

« Ce sont généralement des éléments construits, bâtiments exceptionnels, monuments ou partie de monuments, doués d'une forme particulière qui facilite leur identification. Mais une place, un carrefour, un square, un pont, un château d'eau ou une montagne constituent aussi des repères ». (P. Panerai Analyse urbaine).

Les points de repères (majeurs et mineurs) et les points d’appel existant dans le site sont les suivants :

points d’appel existant dans le site sont les suivants : Figure 79: La montagne Mezghitane Source

Figure 79: La montagne Mezghitane Source : prise par le groupe

79: La montagne Mezghitane Source : prise par le groupe Figure 80: les bâtiments du Mezghitane

Figure 80: les bâtiments du Mezghitane Source : prise par le groupe

les bâtiments du Mezghitane Source : prise par le groupe Figure 81: L’hôtel de Bouhanch Source

Figure 81: L’hôtel de Bouhanch Source : prise par le groupe

Habitat
Habitat
L’hôtel de Bouhanch Source : prise par le groupe Habitat Figure 85: sécurité urbaine Source :

Figure 85: sécurité urbaine Source : prise par le groupe

Figure 85: sécurité urbaine Source : prise par le groupe Figure 84: Stade de Bourmel Source

Figure 84: Stade de Bourmel Source : prise par le groupe

Figure 84: Stade de Bourmel Source : prise par le groupe Figure 83: Complexe sportive Source

Figure 83: Complexe sportive Source : prise par le groupe

Figure 82:

Les différents points de repères et d’appel du site Source : Google Earth

On remarque que le site est dominé par des habitats, avec la présence de quelques équipements considérés comme

des éléments de repère tels que : Stade de Bourmal, Complexe sportif, Montagne de Mezghitane, Hôtel Bouhanch, Sécurité

urbaine,…et un seul point d’appel qui est les bâtiments de Mezghitane.

71
71

V.1.3. Les composantes du paysage urbain :

V.1.3.1.

Diversité de relief :

Le site présente un système de plaines côtières coincées entre la mer et les versants de montagnes ou l’altitude dépasse 150 m et atteint des valeurs de l’ordre de 384 m au Djebel Mezghitane.

des valeurs de l’ordre de 384 m au Djebel Mezghitane. Figure 86: le site d'el Arayech

Figure 86: le site d'el Arayech

V.1.3.2.

Une diversité végétale :

Une variété de végétation et de sa densité due à la composition géologique variée.

et de sa densité due à la composition géologique variée. Figure 87: carte géologique du site
et de sa densité due à la composition géologique variée. Figure 87: carte géologique du site

Figure 87: carte géologique du site

Figure 88: la diversité végétale en plan

72
72
Figure 89: vue sur l'environnement du site V.1.3.3. Bâti dispersé (pour ne pas déranger la
Figure 89: vue sur l'environnement du site V.1.3.3. Bâti dispersé (pour ne pas déranger la

Figure 89: vue sur l'environnement du site

V.1.3.3.

Bâti dispersé (pour ne pas déranger la nature et la visibilité)

Il s’agit d’un tissu à faible densité constitué essentiellement de l’habitat individuel spontané et de quelques équipements.

individuel spontané et de quelques équipements. Figure 91: le bâti dans le site Figure 90: le

Figure 91: le bâti dans le site

individuel spontané et de quelques équipements. Figure 91: le bâti dans le site Figure 90: le

Figure 90: le bâti dans le site

73
73

Le site présente globalement une silhouette homogène installée dans un paysage montagneux qui reflète l'intégration du bâti a vec les reliefs du site. Dont les plus grandes lignes de forces sont des contours des composantes naturelles du site.

forces sont des contours des composantes naturelles du site. Figure 92: la Silhouette V.1.3.4. La mer
forces sont des contours des composantes naturelles du site. Figure 92: la Silhouette V.1.3.4. La mer

Figure 92: la Silhouette

V.1.3.4.

La mer :

La vue depuis de la mer présente une lisibilité complète de l’ensemble des profils construits et naturels ainsi que les reliefs.

des profils construits et naturels ainsi que les reliefs. Figure 93: la relation mer-terre dans le
des profils construits et naturels ainsi que les reliefs. Figure 93: la relation mer-terre dans le

Figure 93: la relation mer-terre dans le site

Figure 93: la relation mer-terre dans le site

Par contre la vue depuis la terre donne une forte perception de la mer.

la vue depuis la terre donne une forte perception de la mer. Figure 94: vue sur
la vue depuis la terre donne une forte perception de la mer. Figure 94: vue sur

Figure 94: vue sur le site

Cette double relation terre/mer fait la beauté et la particularité de l’image perçue du site.

74
74
V.2. La partie dynamique : l’analyse séquentielle : « L'analyse séquentielle permet d'étudier les
V.2. La partie dynamique : l’analyse séquentielle :
« L'analyse séquentielle permet d'étudier les modifications du champ visuel d'un parcours.
Elle réinterprète en l'appliquant à l'espace urbain les outils d'analyse proposés par les
historiens de l'architecture. »
Donc l’analyse séquentielle est une analyse qui étudiée la ville en trois dimensions à
partir des modifications du champ visuel d’un parcours. On peut analyser les qualités des
espaces urbains. On fait des séquences à partir des points fixe et connus menant au terrain
d’étude tels que : la gare routière.
Dans notre analyse on a choisis un seul parcours :
Figure 95: Le parcours suivi dans l’analyse séquentielle
Parcours 01 :
On opte pour un seul parcours celui qui suit la RN43 la seule route qui passe par notre aire
d’étude commençant de la gare routière du côté ouest.
75
06 : Une asymétrie de deux cotés : du côté droit la présence des constructions

06 : Une asymétrie de deux cotés : du côté droit la

présence des constructions et de l’autre des terrains vierges aussi les arbres tout au long de trottoirs (gauche droite) constituent un bornage latéral.

trottoirs (gauche droite) constituent un bornage latéral. 05 : Des terrains agricoles à l’intersection de la

05 : Des terrains agricoles à l’intersection de la RN43 avec une autre ruelle. Ce qui donne une asymétrie avec l’autre coté (habitat individuel.

une asymétrie avec l’autre coté (habitat individuel. 04 : A un croisement des rues et au

04 : A un croisement des rues et au niveau du rond-point un renvoi vers plusieurs directions est possible à l’aide d’un changement du champ

Figure 96: Le parcours suivi dans l’analyse séquentielle Source : PDAU de Jijel
Figure 96: Le parcours suivi dans l’analyse séquentielle
Source : PDAU de Jijel
suivi dans l’analyse séquentielle Source : PDAU de Jijel 03 : Ouverture d’un autre paysage nous

03 : Ouverture d’un autre paysage nous accueille : Le long de la route une symétrie au niveau de typologie de construction aussi les arbres tout le long de trottoir représentent un bornage latéral.

tout le long de trottoir représentent un bornage latéral. 02 : Allongeons La mer ou la

02 : Allongeons La mer ou la montagne de Mazghitane constitue le point d’appel.

ou la montagne de Mazghitane constitue le point d’appel. 01 : A partir de la gare

01 : A partir de la gare routière « ouest « de la ville de Jijel nous entamons notre description vers le site.

76
76
10 : Des poteaux d’électricité constituent un Bornage axiale et aussi la présence d’un point

10 : Des poteaux d’électricité constituent un Bornage

axiale et aussi la présence d’un point d’appelle qui est

l’habitat de Mezghitane.

b
b

09 : Poursuivant la RN 43 toujours on est presque

arrivé à notre terrain. On Indiquant la présence des

terrains vierges clôturés.

On Indiquant la présence des terrains vierges clôturés. 08 : Encore un croisement qui permet le

08 : Encore un croisement qui permet le changement de direction et au même temps un changement du champ visuel.

Le parcours suivi dans l’analyse séquentielle Source : PDAU de Jijel
Le parcours suivi dans l’analyse séquentielle
Source : PDAU de Jijel
suivi dans l’analyse séquentielle Source : PDAU de Jijel 11 : Le champ visuel frontal à

11 : Le champ visuel frontal à la mer nous permet de découvrir notre terrain.

frontal à la mer nous permet de découvrir notre terrain. 07 : Un autre croisement des

07 : Un autre croisement des rues représente un point

de décision .Aussi la présence d’un point de repère qui

est le stade de Bourmel.

77
77
VI. L’analyse du tissu urbain : Le tissu urbain est constitué de la superposition ou
VI. L’analyse du tissu urbain :
Le tissu urbain est constitué de la superposition ou de l'imbrication de trois ensembles:
Le réseau des voies.
Les découpages fonciers.
Les constructions.
VI.1.
Le réseau des voies :
Un réseau routier mise à part la présence de la RN 43 qui fait rendre le site d’étude plus
attractif par le flux de circulation important notamment pendant l’été ce réseau routier se
caractérise par son insuffisance de distribution.
On distingue trois types de voiries (primaire, secondaire et tertiaire)
Figure 97: Le réseau de voies / Source : Google Earth
VI.1.1. Les voies primaires :
Il existe une seule voie primaire c’est la RN 43 :
 Voie de double sens.
 Flux de circulation mécanique important
surtout pendant l’été.
 Flux piétonne : cette zone est fréquentée
uniquement par ses habitants (Zone
résidentielle).
Figure 98: photo sur la RN 43
78
Figure 99: coupe sur la RN 43 VI.1.2. Les voies secondaires : Les voies secondaires
Figure 99: coupe sur la RN 43
VI.1.2. Les voies secondaires :
Les voies secondaires du site d’étude se
caractérise par :
 Voie d’un double sens.
 Flux de circulation mécanique moins
important.
 Flux piétonne : la zone est fréquentée
Figure 100: voie secondaire
uniquement par ses habitants (Zone
résidentielle).
VI.1.3. Les voies tertiaires :
Les voies tertiaires (à l’intérieur du
quartier) du site d’étude se caractérise par :
Figure 101: coupe sur la voie secondaire
 Voie non goudronné.
 L’absence de trottoir.
 Flux de circulation mécanique moins
important.
 Flux piétonne : la zone est fréquentée
uniquement par ses habitants (Zone
résidentielle).
Chaque rue a des dimensions qui s’adaptent avec
leur flux et leur fonction.
Figure 102: Voie tertiaire
79
VII. Analyse du terrain d’intervention VII.1. Forme et dimension : Le terrain est de forme
VII. Analyse du terrain d’intervention
VII.1.
Forme et dimension :
Le terrain est de forme irrégulière. Il a une superficie de 12 ha.
Figure 103: Limites du terrain
VII.2. La topographie du terrain
D’après les coupes topographiques : la pente est de 1.5 %.
Figure 104: coupe AA'
Figure 105: coupe BB'
80

Synthèse:

Les points forts:

L’aire d’intervention se caractérise par une bonne accessibilité ; la route N°43, l’accès marin par la plage Azzouai.

C’est un point de D’intersection

la croissance du groupement urbain Jijel-Ouled Bounar-

Harratène, donc une bonne rentabilité.

Le terrain se situe sur la corniche Jijilienne connu pour ses vue époustouflante.

Le terrain est bien exposée au soleil, vents ce qui permet un renouvellement d’énergie.

Eléments de biodiversité. Les points faibles:

Le site offre par sa situation des potentialités, mais il souffre des différents problèmes:

Absence des éléments marquants cette entrée.

Le terrain est caractérisé par une mauvaise occupation et l’implantation anarchique des constructions.

Circulation : Faible circulation mécanique et piétonne.

L'absence d'aménagement global a influé négativement sur la structure urbaine.

Pour les équipements culturels, de détentes, de loisirs… l’aire d’intervention est dépourvue totalement.

Présence de deux Oued gravement délaisser et polluer ce qui peut être cause de maladie.

Conclusion :

Cette étude qui s'est faite sur le site d'intervention, n'est que le premier pas qui nous mène vers la mise en place de l'image construite, et les idées conceptuelles de notre futur projet. Le site d’El Arayech dispose donc d'énormes potentialités à prendre en valeur tel que sa situation stratégique (site naturel, site accessible…etc.) et sa morphologie, qui vont nous aider à déterminer notre méthodologie d'intervention. Sans oublier les contraintes existantes qu’il faut prendre en considération lors de notre future conception.

81
81
Introduction L’acte de construire un équipement, d’aménager un espace public, de réhabiliter un bâtiment etc.
Introduction
L’acte de construire un équipement, d’aménager un espace public, de réhabiliter un
bâtiment
etc.
ne répond pas à une science exacte. Il se développe au contraire très souvent
dans un mode prévisionnel, où l’évaluation prend une part importante : la démarche de
programmation cherche à répondre à cette réalité.
Cerner les attentes d’un maître d’ouvrage, d’un usager, évaluer des surfaces, définir le
niveau de qualité du projet, envisager sa gestion, estimer des coûts d’opération…etc. tels sont
les objectifs de la démarche qui vise à maîtriser le projet depuis «l’intention de faire» jusqu’à
sa réalisation et au-delà. Cette prise en compte d’un maximum de paramètres, le plus en amont
possible, participe à garantir la qualité du projet.
Programmer un projet c’est déterminer son organisation fonctionnelle à partir de
plusieurs scénarios. A l’issue de cette mission, le dossier de programmation sert de référence
pour la conception et le dessin du projet lui-même.
La programmation urbaine traite de tout ce qui habite l’espace du projet urbain : les
usages, les activités …etc. Associée au management de projet, comme les deux faces d’une
même pièce, elle conduit un processus de mise en œuvre concertée, raisonnée et coordonnée du
projet urbain, dans le temps, dans l’espace ainsi que du point de vue financier et des
procédures. Elle s’inscrit du côté de la maîtrise d’ouvrage et constitue l’appareil intellectuel
de cette dernière pour instruire le projet et maîtriser sa commande.
Les
besoins
La programmation architecturale permet
l’évaluation quantitative et qualitative des besoins,
afin de définir précisément le fonctionnement d’un
équipement, en optimisant son insertion dans un site
choisi et en maîtrisant les coûts et les délais de
réalisation.
les
les
programme
éxigences
données
Un programme élaboré à l’issu du stade de la
définition des ouvrages doit contenir deux sortes
d’éléments bien distincts :
les
 constatés : données et contraintes
 imposés : besoins et exigences
contraintes
82
I. Objectifs et intentions : On a vu dans les parties introductive et thématique que
I.
Objectifs et intentions :
On a vu dans les parties introductive et thématique que le système éducatif Algérien, et
malgré les vastes réformes qu’il a connu pour l’améliorer, n’a malheureusement pas pu
atteindre ses objectifs. Le système éducatif souffre toujours d’une linéarité qui a causé la
standardisation et l’industrialisation de l’éducation. Ceci a conduit à une inflation académique
où l'éducation devient qu'un simple moyen d'obtenir un emploi. L’un de ces réformes est le
changement du courant pédagogique, du behaviorisme au constructivisme, une méthode qui
donne aux élèves un rôle important dans leurs éducations et une liberté pour mieux explorer
leurs capacités et leurs talents. Mais il n’a pas pu porter ces fruits, car il est resté une mise en
application sans préparer le terrain et sans préparer l’enseignant en premier lieu.
On a vu aussi que la Ludo-éducation vient comme solution à l'ennui qui touche les
enfants et leur absence d’envie d’aller à l’école. Une méthode approuvée dans le monde entier
pour mieux éduquer l’enfant et lui permettre explorer leurs capacités et leurs talents.
La cité ludo-éducative familiale est un projet qui répond aux besoins éducatif de la
société et surtout aux besoins des enfants et qui leur donne la liberté de choisir leurs activités.
Un projet pour estomper cette standardisation et l’éliminer complétement afin d’en ressortir
une nouvelle génération créative et passionnée, qui possède des compétences de vie sociale et
professionnelle.
II.
Le scenario d’implantation à l’échelle territorial et régional:
Afin de répondre à notre objectif principale (de Prendre en charge l’éducation des
enfants afin d’en ressortir une nouvelle génération créative et passionnée Algérienne) Il est
important d’avoir une stratégie d’expansion à l’échelle nationale :
83
De prévoir d’autres cités ludo-éducatives familiales les différentes régions du pays (est, ouest, centre, nord)
De prévoir d’autres cités ludo-éducatives familiales les
différentes régions du pays (est, ouest, centre, nord)
dans les wilayas ressemblants dans les wilayas ayant le
même statut que Jijel (des problèmes dans l’éducation et
privilèges des potentialités d’attraction).
On a :
- Région est : Jijel
- Région centre : Blida
- Région oust : Tiaret
- Région sud : Biskra
Prévoir d’autres cités ludo-éducatives dans
chaque région en créant un réseau ludo-éducatif entre-
wilayas. Prévoir aussi des annexes à l’échelle de
chaque wilaya dans les grandes communes : (Taher, El-Milia …) comme exemple dans la
wilaya de Jijel .
III. Les grandes lignes du programme de la cité ludo-éducative de Jijel :
A partir des exemples analysés et en adition de notre proposition nous avons opté
qu’une cité ludo-éducative se compose de quatre organismes importants l’un complète l’autre
là ou ses organismes ont des rapports entre eux, ils sont articulés, enchainés les uns aux autres
et c’est en ceci qu’ils forment un tout qui est « la cité ludo-éducative ».
zone d'indépendance
•mini-ville.
•jardins récréatifs.
zone d'apprentissage libre
•free school.
•crèche ludo-éducative.
•bibliothèques specialisées.
zone adultes
•parent's lounge . (salon des parents)
•foyer de sensibilisation des parents et d'interprétation de l'enfant.
zone d'attraction
•centre d'art scénique.
•Centre nautique.
•jardins récréatifs.
•restaurants/cafeterias.
84

IV.

Le schéma de redéploiement et de la mise en cohérence des actions dans le site:

L’implantation d’Une cité ludo-éducative dans tel site dans telle ville évoque certaines actions urbaines au niveau du terrain choisi et son environnement immédiat ainsi que dans la ville:

évoque certaines actions urbaines au niveau du terrain choisi et son environnement immédiat ainsi que dans
85
85
V. Développement des programmes architecturaux V.1. Mini-ville : Une ville construite à l'échelle des enfants,
V.
Développement des programmes architecturaux
V.1. Mini-ville :
Une ville construite à l'échelle des enfants, avec les mêmes structure (économiques,
culturelles, industrielles, éducatives,
etc.)
de la ville mère (Jijel) où l’enfant peut en toute
liberté trouver ses talents et les relient avec la vie réelle et professionnelle.
- Age de 4 à 12 ans.
- Capacité l’accueil 1600 visiteur.
transport
communication
administration
services
santé
culture
sécurité
commerce
économie
éducation
restauration
mécanique
industrie
alimentaire
loisir
énergie
Services :
Transport
Aéroport
40
City tour bus
-
Station d’essence
12
location de voitures
8
atelier de réparation d’automobiles & support technique
34
86
Mini-Ville
Communication service de courrier 14 Telecommunication company 10 Administration Centre d’emploi 10 Bureau
Communication
service de courrier
14
Telecommunication company
10
Administration
Centre d’emploi
10
Bureau Migration
10
cour de la justice
20
Bureau d’assistance judiciaire
10
économie
Banque
20
Centre de monnaie électronique
12
bureau des impôts
10
société d'assurance
15
Santé
Hôpital
70
Urgences
10
clinique dentaire
20
Laboratoire médical
20
Scan room
10
Salle de chirurgie
10
Sécurité
poste de police
16
Caserne de pompiers
20
Centre de sécurité
15
Centre de formation de catastrophes naturelles
20
Zone de feu
28
Zone de construction
18
Restauration
Restaurant
50
Food court (hamburger shop + pizza express)
70
Salon des parents (parent’s lounge)
50
Culture :
Théâtre
150
Musée
135
Bibliothèque
60
87
Media : Journal 20 Station TV 96 station Radio 20 entreprise d'impression 35 Maison d'édition
Media :
Journal
20
Station TV
96
station Radio
20
entreprise d'impression
35
Maison d'édition
20
Commerce :
Bijouterie
10
Perfume shop
10
Cellphone shop
10
boutique de fleurs
10
Boutique de matériel d'art
10
salon de coiffure
10
Supermarché
36
labo photo
27
atelier d’invention
30
poissonnerie
10
Arts & design
Atelier Arts
10
Studio de design automobile
25
Studio de musique
65
Artisanat
Atelier de poterie / céramique
20
atelier de menuiserie
35
Boutique de décoration Poterie
15
Education
Université
40
Labo de recherche
22
académie de l'aviation
20
Ecole de cuisine
16
Ecole de design
20
Académie des acteurs
20
Ecole de peinture
25
Loisir :
Salle de sport (gym)
Stade
club de sport
piste de course
88
Industrie : Usine d'assemblage automobile 40 Usine d'assemblage bicyclettes 25 Boulangerie 20 jardin
Industrie :
Usine d'assemblage automobile
40
Usine d'assemblage bicyclettes
25
Boulangerie
20
jardin potager
60
Usine de produits surgelés
20
Usine de jus
20
Usine de lait et de produits laitiers
40
Compagnie d'électricité
35
Usine de recyclage
40
Centre de collecte des déchets
25
Poste de contrôle de l'énergie
10
V.2. Free school :
Ecole primaire fondé sur les principes de la pédagogie constructiviste qui donne la
liberté aux enfants d’être active dans le processus de leur apprentissage.
-
Capacité d’accueil : 300 élèves
Espace d’apprentissage (15 regroupements)
1050
Espace de lecture
70
Espace de rassemblement (pour la moitié des élèves au maximum)
150
Espace informatique
45
espace de travail (dessin, artisanat, …)
75
Food court (aire de restauration)
100
Dépôt de nourriture
15
Espace enseignants
85
Dépôt pour le matériel pédagogique
15
Espace administration
50
Infirmerie
25
Loge pour le gardien
25
Locaux techniques
Local électricité
10
Local entretien
15
Cours de récréation
-
Un terrain de sport
640
89
V.3. Centre d’art scénique : C’est l’équipement qui rassemble le visuel scénique et l’acoustique scénique
V.3. Centre d’art scénique :
C’est l’équipement qui rassemble le visuel scénique et l’acoustique scénique en créant des
ateliers d’art visuel and musical qui se rencontre au théâtre.
- Capacité d’accueil du théâtre: 300 .
Atelier de musique
200
théatre
250
Loges pour artistes
50
Ateliers de dessin et peinture
100
Ateliers de sculpture
140
sanitaires
90
A partir de notre partie thématique, analyse des exemples et du site, on a trouvé
A partir de notre partie thématique, analyse des exemples et du site, on a trouvé que l’esprit
du notre projet est : ludique, stimulant, mystérieux, libérateur.
Le choix de notre métaphore a été basé sur la convenance de l’image qu’elle va donner pas
seulement à l’esprit du projet, mais à ses objectifs : une image qui ouvre l’horizon aux jeunes-
enfants.
“Follow your bliss and the universe will open doors where there were only walls”
Joseph Campbell. 
Notre projet veut être l'univers avec sa grande variété, des possibilités infinies, et des
moyens mystérieux qui conspirent pour aider les enfants les voyageurs dans l'espace et dans le
temps à trouver leurs passions, leurs talents et leurs capacités.
L’univers
La cité ludo-éducative
Commence par le Big Bang
Commence par un Bang de création =>
Source de créativité.
La gravité : la force la plus puissante dans
l’univers ; elle dicte sa forme et sa structure
La passion dicte la structure et la forme du
projet.
« L’énergie » est convertie en « matière » par
la force de « gravité ».
« les talents et intelligences des enfants »
sont convertie en « créativité » par la force
de la « passion ».
Les nébuleuses : le lieu de naissance parfait
Les mondes de la passion : le lieu de
 Professeur, écrivain, orateur, anthropologue et mythologue américain.
91
de la matière. naissance parfait de la créativité. Les étoiles : source d’illumination qui forme
de la matière.
naissance parfait de la créativité.
Les étoiles : source d’illumination qui forme
parfois des constellations.
Les sources de connaissances qui forment un
« réseau de guidage ».
La matière noire : 90% de l’univers,
l’inconnu
Le non-bâti dans notre projet.
Le big bang, le jardin des sources : (Le chemin vers le divin)
Le spirituel est la source de toute création, notre
objectif a été d’aider l’usager à apprécier la création dans un
endroit pour méditer, pour contempler le pouvoir du créateur
et effectuer une connexion avec les cieux illimité à travers la
un voyage dans un processus de reformation : de séparer les
éléments de la nature et voir en les joignant comment ce
produit la vie.
Les nébuleuses, les mondes de la passion :
Visuel-
spatiale
Basant sur la théorie des intelligences multiples de
Howard Gardner (voir annexe 01) , on a divisé le programme de
notre projet en six nébuleuses dont chacune a son propre
Intra/Inte
r-
esprit, caractéristiques, formes, activités et équipements
Musicale
personell
e
pour donner aux enfants la chance trouver leurs talents et
Cité
Ludo- de les développer.
éducati
ve
Linguisti
Naturalis
que-
tique
verbale
Logique -
math
Zoning : Où veut-être cette nébuleuse?
Selon les caractéristiques des
intelligences nous avons trouvé que les
nébuleuses émotionnelles comme celle du
Visio-spatial et du musical veulent être près de
l’eau et du mouvement. Pendant que les
nébuleuses physiques comme celle du verbal-
linguistique et du logico-mathématique veulent
être près de la terre ferme près de la stabilité et
de la raison.
La nébuleuse naturalistique veut être
indépendante de toute création humaine isolé
dans une ile naturelle.
92
Il nous résulte deux axes : Axes des intelligences physiques (mondes des scientifiques) : Logic-Mathematic,
Il nous résulte deux axes :
Axes des intelligences physiques (mondes des scientifiques) : Logic-Mathematic, Verbal-
linguistic.
Axe des intelligences émotionnelles (mondes des artistes) : visio-spatial, musical.
Que veut-être cette nebuleuse ? :
Logic-Mathematic Nebula: l’éblouissement pythagoricien
La base de l’intelligence logico-mathématique est l’ordre, l’enfant absorbe
l’information, celle-ci doit être ordonnée en catégorie pour en créer un cerveau catégorisé, qui
est considéré comme efficace et efficient.
Pour cela il faut créer un espace ordonné
offrant aux enfants des expériences multiples.
Afin d’y remédier on a utilisé le théorème le
plus connu de tous, celui de Pythagore « Le carré de
la longueur de l’hypoténuse est égal à la somme des
carrés des longueurs cathètes ».
L’une des applications de ce théorème est «
L'arbre de Pythagore », une fractale plane construite à
l'aide de carrés pour exprimer un ordre qu’on a l’impression qu’il est né du désordre afin de
créer un environnement ordonné, et donner au enfants des expériences de vie pratique, des
essaies exhaustifs et des connaissances intégrées.
93
Verbal-linguistic Nebula: le scrabble Pour créer un espace pour ce type d’intelligence, on a tout
Verbal-linguistic Nebula: le scrabble
Pour
créer
un
espace
pour
ce
type
d’intelligence, on a tout simplement retravaillé
un
jeu
ludo-éducatif
dont
lequel
les
gens
possédant
ce
type d’intelligence
excellent,
un
jeu
créé
par
un
architecte «
le
scrabble
».
Ce
jeu
représente
l’union
de lettres pour former les mots pour avoir
un
sens ce
qui correspond dans notre projet a l’union du
savoir-
faire et du savoir être pour former l’enfant de demain.
Visio spatial nebula: the light beneath the shadows
L’art est une activité créatrice qui converti les émotions et les
sentiments en quelque chose de matériel, c’est là où l’émotion
et le physique se rencontre.
Forme de l’idée
Dans le Cosmos
Les activités dans cette nébuleuse se regroupent en trois niveaux:
Visuel
spatial
• apprendre les
• l’espace
couleurs, les
complète les
formes et les
ombres.
• comprendre et
créer l'espace.
scènes de la
vie.
Visuel
Visuel
Mémoriel
scènique
94
Musical Nebula : La symphonie des vagues La symphonie des vagues commence à se jouer
Musical Nebula : La symphonie des vagues
La symphonie des vagues commence à se jouer sous les
doigts du vent là où les notes musicales seront l’eau et le
sable (note blanche et note noir), le liquide et le solide.
Les activités dans cette nébuleuse se regroupent en trois niveaux:
acoustique
sonore
• apprendre
• effectuer
les notes.
• pratiquer
des
la musique
concerts
acoustique
acoustique
Mémorielle
scènique
95
L’implantation du musical est évidement proche de la mer, en transformant une partie du water-front
L’implantation du musical est évidement proche de la mer, en transformant une partie du
water-front à un instrument musical hydraulique inspiré par les principes de travail de
l’hydraulophone  .
Naturalistic Nebula : la spontanéité de la création
L’intelligence naturalistique est basé sur les
relations avec l’environnement naturel, notre
mission ici est simplement d’imiter la nature :
inspiré par sa spontanéité, on a voulu surprendre le
visiteur par des spots.
Sur le sommet de la montagne naturalistique
se situe l’observatoire astronomique qui donne la
relation avec l’univers, l’infini.
 Un instrument de musique tonal, utilisant directement l'eau (parfois d'autres liquides) pour générer le son.
L'objet a été inventé et nommé par Steve Mann.
96
La mini-ville : la porte du monde un système, notre mini-ville a besoin d’être un
La mini-ville : la porte du monde
un
système, notre mini-ville a besoin d’être un système
créatif : System = ensemble des éléments en interaction.
Si
la
ville
réelle
est
considérer
comme
Dans le cosmos l’exemple le plus proche d’un
système est notre système solaire, alors afin de
concevoir notre système créatif on a pris le système
solaire comme métaphore dans son processus de
création, où les meilleures conditions de créativité se
produisent comme la gravité, le mouvement, l’interaction, la collision…etc.
Le soleil détient le tous ensemble, le centre
commun, l’espace commun de la vie de la
communauté, l’espace public de la mini-ville.
La création des planètes résulte de l’explosion
des étoiles. C’est la poussière des nébuleuses
environnante (les mondes de la passion) qui forme
les différentes planètes, équipements de la mini-ville.
Afin de faire une combinaison entre les
créativités et relié les enfants à la ville réelle, on a décidé de prendre la boite par plusieurs et
différents moyens : pour leurs montrer les ingrédients clefs pour être « créatif » la divergence
de la pensée.
D’utiliser le volume le plus simple pour créer quelque chose de nouveau plusieurs fois
et de différentes façons.
les premières lignes d’esquisse de quelques équipements de la mini-ville
97
Étoiles de connaissance : Les équipements éducatifs (bibliothèques spécialisées, freeschool, crèche) regroupe pour
Étoiles de connaissance :
Les équipements éducatifs (bibliothèques spécialisées, freeschool, crèche) regroupe pour créer
un réseau de guidage : le grand ours et le petit ours symbolisent l’importance de la famille et
son rôle primordiale dans l’éducation de l’enfant ; le point de leur rencontre présente le foyer
d’interprétation de l’enfant et de sensibilisation des parents.
Le Plan de masse: (voir annexe 04)
Vu que notre projet est destiné aux enfants, on a dû prendre quelques considérations pour
assurer leur sécurité:
- entourer le projet par une frontière/clôture végétale pour limiter les points d’accès.
- extérioriser les parkings et limité l’accès aux véhicules par la créer des vois semi mécanique
utilisé seulement par le service et en cas d’urgence.
- créer une passerelle pour sécuriser l’accès à partir de la RN°43
-L’utilisation de certains matériaux dans les espaces de jeux (sable, végétation)
Les accès:
Afin d’éviter la circulation sur la RN°43 on a créé deux accès mécaniques avec des parkings
au nord.
Les cours d’eau
On a utilisé l’eau du cours d’eau pour animer notre projet par sa canalisation sous terraine afin
de l’utiliser comme un jet d’eau dans le centre spirituel et pour entourer la mini -ville et enfin
continuer son chemin vers la mer.
98
Matériaux de construction aux milieux agressifs : Couverture en acier inoxydable (le matériau idéale pour
Matériaux de construction aux milieux agressifs :
Couverture en acier inoxydable (le
matériau idéale pour les milieux
agressifs)
Protection du béton aux milieux aggressifs
Les plaques en zinc (Résistance à la
corrosion de 40 à 70 ans en milieu
maritime)
Textures du pavage:
PICP: Permeable interlocking
concrete pavers
CGP: Concrete grid pavers
Permeable grid filled with gravel
and grass.
Protection contre la force des vagues :
Brise vagues pour l’ile naturalistique pour libérer
son contour.
Ainsi, la forme, la position et l’orientation de l’ile
naturalistique joue un rôle protecteur au reste du
projet.
Réalisation des digues au long du water-front du
projet qui sert à le protéger contre les vagues, de
stabiliser la ligne de rivage et assure une
accessibilité à la plage par escaliers.
99
Étapes de réalisation A court terme : Assurer la sécurité du piéton : -Créer des
Étapes de réalisation
A court terme :
Assurer la sécurité du piéton :
-Créer des voies secondaires au projet.
-Créer une passerelle pour piéton de la RN°43.
-Construire le 1er axe (terre). (École, crèche, linguistique-verbale, logique-mathématique,
mini-ville …etc.)
-Construire l’infrastructure du 2ème axe (la partie mer) (la protection contre la force des
vagues)
A moyen terme :
- Construire le 2ème axe (théâtre, musical, musée,
- Infrastructure pour l’île naturalistique.
)
A long terme :
-Construire l’île naturalistique & ses équipements, centre nautique, l’observatoire
astronomique…etc.
100

LA THEORIE DES INTELLIGENCES MULTIPLES D’HOWARD GARDNER

Adaptation du texte de Gervais Sirois, écrit en septembre 2000

Le Dr. Howard Gardner, co-directeur du Projet Zéro et professeur en éducation à l’Université Harvard, fait depuis de nombreuses années de la recherche sur le développement des capacités cognitives de l’être humain. Il est en rupture avec la théorie commune traditionnelle qui repose sur deux croyances fondamentales : la capacité de connaissance est déterminée et l’intelligence des individus peut être décrite adéquatement en la quantifiant (QI).

Dans son étude sur les capacités des êtres humains, Gardner a établi des critères qui permettent d’identifier si un talent correspond à une forme d’intelligence. Chaque type d’intelligence doit posséder un trait de développement, être observable chez certaines populations comme les prodiges ou les «idiots savants», fournir une évidence de localisation dans le cerveau et pouvoir être symbolisé dans un système.

Alors que la plupart des gens possèdent le spectre entier des intelligences, chaque individu démontre des traits distinctifs personnels sur le plan cognitif. Nous possédons une quantité variable de chacune des huit intelligences. Nous les combinons et les utilisons de diverses façons qui nous sont très personnelles. Réduire les programmes de formation en éducation à la prépondérance des intelligences linguistiques et mathématiques minimise l’importance des autres formes d’acquisition du savoir. C’est ainsi que de nombreux étudiants qui n’arrivent pas à démontrer les intelligences académiques traditionnelles développent une faible estime d’eux-mêmes et leurs richesses peuvent ainsi demeurer inexploitées et perdues pour eux-mêmes et pour la société.

Non seulement les recherches de Gardner nous révèlent une gamme plus étendue des intelligences humaines que ce que nous croyions précédemment, mais elles ont aussi généré une définition pratique et rafraîchissante du concept d’intelligence. Au lieu de voir «l’intelligence humaine» en terme de score à un test standardisé, Gardner la définit ainsi :

la capacité de résoudre les problèmes que chacun rencontre dans la vraie vie;

la capacité de générer de nouveaux problèmes et de les résoudre;

la capacité de réaliser quelque chose ou d’offrir un service qui en vaut la peine dans la culture de celui qui le fait.

La définition de Gardner de l’intelligence humaine fait ressortir la nature multiculturelle de sa théorie. Voici les huit formes de l’intelligence qu’il propose (pour le moment)…

1. L’intelligence logico-mathématique :

On la reconnaît par : une force dans les habiletés en résolution de problèmes et en mathématiques. Celui ou celle qui la possède pose les questions «pourquoi» et «comment», veut raisonner sur les choses, veut savoir «ce qui arrivera ensuite» et pense de façon «séquentielle».

Pistes pour en favoriser l’expression : travailler à l’ordinateur, programmer, classer des objets, pratiquer les sciences et la lecture, aimer les discussions et l'exploration, résoudre des mystères, jouer avec des mots, déchiffrer des codes, visiter des musées, résoudre des énigmes, proposer des problèmes qui nécessitent la réflexion et des activités de calcul.

Hubert Reeves est un bon exemple de ce type d’intelligence.

2. L’intelligence spatiale :

On la reconnaît par : une puissante imagination. Celui ou celle qui la possède aime :

concevoir, dessiner, lire des graphiques, élaborer des affiches, faire des casse-têtes représentant des images ainsi que des labyrinthes, organiser l’espace, les objets et les surfaces. Il/elle a besoin d’images pour comprendre.

Pistes pour en favoriser l’expression : pratiquer l’art et les sports, créer des diagrammes d’organisation d’idées, monter des vidéos et des films, construire des cartes et des chartes, faire du théâtre, pratiquer la planche à voile, la sculpture, le patin à roulettes, la danse, la bicyclette, la conduite et la peinture.

Leonard de Vinci est un bon exemple de ce type d’intelligence.

3. L’intelligence interpersonnelle :

On la reconnaît par : de grandes habiletés dans les relations interpersonnelles. Celui ou celle qui la possède aime parler et influencer, est habituellement le/la leader d'un groupe ou l'organisateur/organisatrice, communique bien, est habile en résolution de conflits, a une bonne écoute, est habile à négocier et est persuasif/persuasive.

Pistes pour en favoriser l’expression : se faire des amis facilement, préférer les situations gagnant/gagnant, mener les discussions, pratiquer l’enseignement par les pairs et la collaboration, diriger les projets, conseiller les amis, comprendre les préoccupations des autres, manifester de l’empathie.