Vous êtes sur la page 1sur 61

TABLE DES MATIERES

A B R E V I A T I O N S
………………………………………………………………………………………………………………………………3.
LISTE DES
TABLEAUX……………………………………………………………………………………………………………………..4

INTRODUCTION……………………………………………………………………………………………………………………………
….6
1 - C a d r e
juridique………………………………………………………………………………………………………………………………..6
2-Rappel de la procédure……………………………………………………………………………………………………………..
6

ES
I – L’ORGANISATION ET LE FONCTIONNEMENT………………………………………………….
……………….7.

PT
A- LE
BUREAU…………………………………………………………………………………………………………………………7

M
B- LES COMMISSIONS........
……………………………………………………………………………………………………..8
CO
C -
L’ADMINISTRATION………………………………………………………………………………………………………………………….
9
ES

II - LA S I T U AT I O N FINANCIRE
GENERALE……………………………………………………………………………...9
D

A- L’ E X A M E N DE LA PROCEDURE……..
……………………………………………………………………………………10
A . 1 - L’ O R D O N N AT E U R … … … … … … … … … … … … … … … … … … … … … … … … … … … … .
R

………………………………..11
A.2- LE C O M P TA B L E
U

PUBLIC…………………………………………………………………………………………………..11
A.3- LE
CO

CONTROLEUR……………………………………………………………………………………………………………..11

B – L’EXAMEN DE L’EXECUTION DU BUDGET 2016  : PERIODE DU 1er JUIN AU 31


D E C E M B R E … … … … … … … … … … … … … … … … … … … … … … … … … … . .
………………………………………………………12
B.1- LA GESTION
BUDGETAIRE………………………………………………………………………………………………..13
B.1.1- LES ENGAGEMENTS
BUDGETAIRES……………………………………………………………………………….14
B.1.2- D’INNOMBRABLES LETTRES D’APPELS DE
FONDS…………………………………………………………15
B.2- LA GESTION
COMPTABLE…………………………………………………………………………………………………15
Cour des Comptes – Palais de justice BP : 2829 Tél : 236 21 61 29 76
courdescomptescentrafricaine@yahoo.fr 1
B.2.1- LES
RESSOURCES……………………………………………………………………………………………………………15
B.2.2- LES
CHARGES…………………………………………………………………………………………………………………16
B.2.3- LE RAPPROCHEMENT DES RESSOURCES AUX
CHARGES………………………………………………..17
B.2.4- LA S I T U AT I O N EN
BANQUE……………………………………………………………………………………………18
B.2.5- LES MENUES
RECETTES…………………………………………………………………………………………………19
B . 2 . 6 - L E S C H A R G E S D U P E R S O N N E L A D M I N I S T R AT I F E T
D’APPUI………………………………………….20
B.2.7- LES DEPENSES
D’INTERVENTION…………………………………………………………………………………..20
B.2.8- LES DEPENSES

ES
D’INVESTISSEMENTS……………………………………………………………………………...21

C- L’ E X A M E N DE L’ E X E C U T I O N DU BUDGET

PT
2017…………………………………………………………………..22
C.1-LA GESTION
BUDGETAIRE…………………………………………………………………………………………………23

M
C.1.1- LES ENGAGEMENTS DES
CREDITS…………………………………………………………………………………23
CO
C.1.2- LES APPELS DE
FONDS…………………………………………………………………………………………………24
C.1.3- L’ E X E C U T I O N DES
RESSOURCES…………………………………………………………………………………..25
C.1.4- L’ E X E C U T I O N DES
ES

DEPENSES……………………………………………………………………………………….26
C.2- LA GESTION
COMPTABLE……………………………………………………………………………………………….28
D

C.2.1- L’ A N A LY S E DES DEPENSES SUR PIECES DE


CAISSE………………………………………………………..28
C.2.2- LA S I T U AT I O N DES INDEMNITES DES
R

DEPUTES…………………………………………………………….29
C.2.3- LA S I T U AT I O N DE SALAIRES DES
U

CADRES……………………………………………………………………..31
C.2.4- L’ E X A M E N DES
CO

RETENUES……………………………………………………………………………………………33
C.2.5- LE RAPPROCHEMENT DES FONDS RECUS ET
UTILISES…………………………………………………33

D- L’ E X A M E N DE L’ E X E C U T I O N DU BUDGET
2018…………………………………………………………………34
D.1- LA GESTION
BUDGETAIRE………………………………………………………………………………………………35
D.1.1- LES
RESSOURCES…………………………………………………………………………………………………………35
D.1.2- LES
DEPENSES……………………………………………………………………………………………………………..36

Cour des Comptes – Palais de justice BP : 2829 Tél : 236 21 61 29 76


courdescomptescentrafricaine@yahoo.fr 2
D.1.3- LE RAPPROCHEMENT DES RESSOURCES AUX
CHARGES……………………………………………..37
D.1.4- LES APPELS DE
FONDS………………………………………………………………………………………………..38
D.2- LA GESTION
COMPTABLE……………………………………………………………………………………………..39
D.2.1- LA S I T U AT I O N DES MENUES
RECETTES………………………………………………………………………39
D.2.2- LA S I T U AT I O N
BANCAIRE……………………………………………………………………………………………40
D . 2 . 3 - L A S I T U AT I O N D E S P R E L E V E M E N T S I F P P E T P E N S I O N S
RETRAITE………………………………40

E- LA GESTION DU PA R C
AUTOMOBILE………………………………………………………………………………..41

ES
F- LES AT T R I B U T I O N S DES
MARCHES…………………………………………………………………………………….42

PT
F.1- LES DISPOSITIONS PERTINENTES DES PROCEDURES DE PASSATION DES MARCHES
CONTENUES DANS LE CODE DES MARCHES
PUBLICS……………………………………………………………42

M
F. 2 - L E S M A R C H E S D E S T R AVA U X D E L’ H E M I C Y C L E D E L’ A S S E M B L E E
NATIONALE……………….43
CO
F. 2 . 1 - LE MARCHE D’ACQUISITION DE CABLE
ELECTRIQUE…………………………………………………..44
F.2.2- LE MARCHE DE REFECTION DE LA TOITURE ET D’AMENAGEMENT DES
BUREAUX……..44
F. 2 . 3 - LE MARCHE D’ACQUISITION DE M AT E R I E L
ES

INFORMATIQUE……………………………………….44
F.2.4- LE MARCHE D’ACHAT DE FOURNITURES ET DE PETITS ENTRETIENS DE
BUREAU………..44
D

F . 3 - L E M A R C H E D E S K I T S D E S D E P U T E S  : U N V E R I T A B L E
LABYRINTHE…………………………………44
F.3.1- LE DEROULE DE L’ACQUISITION ET DE LA LIVRAISON DES 1910
R

ATTRIBUTS……………….44
F. 3 . 2 - LES ANOMALIES
U

INQUIETANTES…………………………………………………………………………………..45
F. 3 . 2 . 1 - UN MARCHE IRREGULIEREMENT
CO

ATTRIBUE……………………………………………………………..45
F. 3 . 2 . 2 - LE M O N TA N T FA C T U R E
CONTESTABLE…………………………………………………………………….47
F. 3 . 2 . 3 - LES PIECES J U S T I F I C AT I V E S
INTROUVABLES……………………………………………………………..50
F. 3 . 2 . 4 - LA P R I VAT I S AT I O N DE LA LIVRAISON DES
KITS…………………………………………………………50
G- LA V I O L AT I O N DE LA PROCEDURE DE
PAIEMENT…………………………………………………………….51

III - LES
RECOMMANDATIONS……………………………………………………………………………………………..54

Cour des Comptes – Palais de justice BP : 2829 Tél : 236 21 61 29 76


courdescomptescentrafricaine@yahoo.fr 3
CONCLUSION…………………………………………………………………………………………………………………...
.....55

ANNEXES

ABREVIATIONS

ES
ACCT : Agence Comptable Centrale du Trésor

PT
AN : Assemblée Nationale

CG : Compte de Gestion

CNT : Conseil National de Transition


M
CO
DGFML : Direction Générale de Finances, du Matériel et de la Logistique

DGMP : Direction Générale des Marchés Publics

IFPP : Impôt Forfaitaire sur les Personnes Physiques


ES

LAF : Lettre d’Appel de Fonds


D

LOLF : Loi Organique relative aux Lois de Finances

PAN : Président de l’Assemblée Nationale


R

RF : Règlement Financier


U

RGCP : Règlement Général sur la Comptabilité Publique


CO

RI : Règlement Intérieur

Cour des Comptes – Palais de justice BP : 2829 Tél : 236 21 61 29 76


courdescomptescentrafricaine@yahoo.fr 4
LISTE DES TABLEAUX

N° D’ORDRE INTITULE

ES
01 Le collectif budgétaire 2016
02 L’exécution du programme d’emploi du budget 2016

PT
03 La situation des engagements 2016
04 La situation des ressources
05
M
La situation des dépenses
CO
06 Les rubriques budgétivores
07 Le récapitulatif des ressources et des dépenses
08 La situation bancaire
ES

09 La situation des menues recettes


10 Le budget de l’Assemblée Nationale 2018
D

11 La situation des engagements


R

12 La situation des Appels de Fonds


U
CO

13 Les ressources exécutées


14 Les dépenses prévues et réalisées

15 La situation mensuelle des sorties de caisse


16 La situation mensuelle des sorties de caisse
17 La situation de salaires des cadres

18 Le budget de l’Assemblée Nationale 2018


Cour des Comptes – Palais de justice BP : 2829 Tél : 236 21 61 29 76
courdescomptescentrafricaine@yahoo.fr 5
19 Les ressources exécutées
20 Les dépenses exécutées
21 Le rapprochement des ressources aux charges

22 Le journal de caisse de la salle de banquets du 1er, 2ème et 3ème


trimestre 2018.

23 Le journal des banques de janvier a septembre 2018


24 La composition des 1910 attributs
25 La situation des attributs livrés et remis aux Députés

ES
26 La situation du supplément payé

PT
M
CO
ES
D
R
U
CO

INTRODUCTION

Cour des Comptes – Palais de justice BP : 2829 Tél : 236 21 61 29 76


courdescomptescentrafricaine@yahoo.fr 6
Du 12 octobre 2018 au 30 juillet 2019, la 3ème Chambre de la Cour des Comptes a
procédé à la vérification des comptes et de la gestion de l’Assemblée Nationale (AN),
pour la période du 1er juin 2016 au 30 septembre 2018.

A l’issue de la mission, le présent rapport est produit pour rendre compte du


déroulement des travaux menés et sera remis au Président de l’Assemblée Nationale
(PAN), conformément à la procédure devant la Cour des Comptes.

1. CADRE JURIDIQUE

Le fondement juridique de ce contrôle a été la saisine de Monsieur le Président de


l’AN, par correspondance n° 090/AN/PR du 10 septembre 2018 (P 1) et ce, en
conformité à l’article 25 de la Loi n° 96.001 du 3 janvier 1996, portant Organisation
et Fonctionnement de la Cour des comptes, qui dispose : « La Cour des Comptes est

ES
saisie ou se saisit d’office de toutes les affaires relevant de sa compétence. Le
Président de la République ou de l’Assemblée Nationale peut saisir la Cour des
Comptes d’une demande de vérification de la gestion de certains services,

PT
établissements ou entreprises. La saisine résulte des correspondances émanant du
Président de la République ou du Président de l’Assemblée Nationale, ainsi que du
dépôt au greffe des comptes des comptables publics ».

M
Outre l’article 24, tiret 3 de la Loi précitée qui confère à la 3ème Chambre de la Cour
CO
des Comptes la compétence de vérifier la comptabilité de l’AN, l’Ordonnance n°
18.04 du 25 septembre 2018 (P 2) a été prise en modification de l’Ordonnance n°
18.01 du 16 février 2018, portant programme de vérification des comptes et de la
gestion de l’Etat et des organismes publics pour l’année 2018, afin d’y intégrer le
ES

présent contrôle.

En fin, l’Ordonnance n° 01.18 du 3 octobre 2018 (P 3) a été prise pour désigner les
D

membres de la mission dudit contrôle, laquelle a été notifiée au PAN suivant le procès
verbal du 4 octobre 2018 (P 4).
R

2. RAPPEL DE LA PROCEDURE
U

Conformément à la procédure contenue dans la Loi n° 96.001 du 3 janvier 1996


suscitée, le PAN a saisi le Premier Président de la Cour des Comptes, lequel a confié le
CO

présent contrôle à la 3ème Chambre de ladite Cour.

L’ouverture de l’instruction a débuté par la séance de travail tenue le vendredi 12


octobre 2018, regroupant l’équipe de la mission de contrôle et celle de l’AN et ce, en
présence de Monsieur le Président de l’AN.

Le retard pris dans la collecte des documents, pièces budgétaires et comptables a eu


un impact sur l’élan du début des travaux. Ce retard est dû à la transmission tardive
de l’avis de contrôle, appuyé de la liste desdits documents et pièces réclamés à la
Direction Générale des Finances, du Matériel et de la Logistique (DGFML). En sus de
cela, la production de ces documents et pièces par cette Direction Générale ne s’est
pas faite dans la célérité, ce qui a nécessité l’envoi de la lettre de relance n° 049/
Cour des Comptes – Palais de justice BP : 2829 Tél : 236 21 61 29 76
courdescomptescentrafricaine@yahoo.fr 7
CC/PP/3èCH.18 du 16 octobre 2018 (P 5). Aussi, le remplacement de la Directrice
Générale des Finances, du Matériel et de la Logistique, interlocuteur principal de la
mission, a contribué à ralentir le cours des travaux. Faut-il dire que l’environnement
socio-professionnel a également joué sur l’élan de l’instruction. En fin, l’état de non
examen des documents financiers et comptables produits à la mission a rendu difficile
l’analyse de l’exécution du budget de l’AN.

Pour procéder à l’examen desdits documents et pièces, l’équipe de la mission a été


répartie en quatre (04) groupes de travail, composés d’un Juge et d’un Assistant
Vérificateur. Les résultats des travaux réalisés par lesdits groupes ont fait l’objet
d’une consolidation pour produire le présent rapport.

Le rapport de la vérification des comptes et de la gestion de l’AN sur la période visée

ES
est subdivisé en trois (03) parties, à savoir :

1. Organisation et Fonctionnement ;

PT
2. Situation financière générale ;

3. Recommandations.

M
CO
I. L’ORGANISATION ET LE FONCTIONNEMENT

A l’issue des élections groupées (présidentielle et législatives) de 2016, la 6è


législature de l’AN a été installée le 3 mai 2016, marquant ainsi le retour à la légalité
ES

constitutionnelle des institutions de la République. Le pouvoir législatif est consacré


par l’article 63 de la Constitution du 30 mars 2016.

L’organisation et le fonctionnement de l’AN sont régis par un Règlement Intérieur


D

(RI).
R

A. LE BUREAU
U

Aux termes de l’article 9 du RI, le Bureau de l’AN est composé de Quinze (15)
Députés, élus par leurs pairs. L’article 14 du même RI lui confère tous les pouvoirs
CO

pour présider aux délibérations de l’AN, ainsi que d’organiser et de diriger tous les
services administratifs de l’AN. Dès lors, le Bureau a autorité sur tous les organes
composés exclusivement des Députés, d’une part et d’autre part, sur les services
administratifs.

OBSERVATION N°  1  : la Cour fait observer que, excepté les attributions du PAN qui
sont explicitement bien définies, celles des Vice Présidents et Questeurs, figurant aux
articles 16 et 127, al. 5 du RI, soumettent les services administratifs sous différents
ordres simultanés émanant des membres du Bureau. Cette situation est le fait
d’absence de préséance dans les attributions des membres du Bureau. Ceux-ci étant
autonomes dans leurs attributions, donnent individuellement et de manière directe,
des ordres tout azimut aux services administratifs placés hiérarchiquement sous leur
Cour des Comptes – Palais de justice BP : 2829 Tél : 236 21 61 29 76
courdescomptescentrafricaine@yahoo.fr 8
subordination. A titre d’illustration et ce en référence aux articles ci-dessus cités, le
1er Vice Président veille au bon fonctionnement des services administratifs, le 2ème
Vice Président coordonne les affaires sociales, culturelles, et des nouvelles
technologies et organise l’hospitalisation, l’évacuation sanitaire et la prise en charge
des funérailles des Députés et du personnel de l’AN, le 3ème Vice Président assure la
gestion des biens meubles et immeubles de l’AN, tient trimestriellement l’inventaire
de tous les biens de l’Institution et veille à l’aménagement et à l’entretien du jardin
de l’AN, le 4ème Vice Président assure l’élaboration du budget de l’AN ainsi que son
exécution, veille au bon fonctionnement des services financiers et coordonne la
passation des marchés de l’AN et enfin, les Questeurs assurent le contrôle de
l’exécution du budget de l’AN. Toutes ses tâches sont exécutées par les services
administratifs sur décision de chacun des membres du Bureau. Les membres du
Bureau sont indépendants dans leurs attributs et sont autonomes dans leur champ de

ES
compétence à donner des ordres aux services administratifs. Cet état de fait est
source de confusion que vit l’administration de l’AN.

PT
C’est ainsi qu’en réponse au questionnaire à lui adressé par la Cour (P 6), Madame
Marie-Claire BITOUANGA, précédemment DGFML, affirme  «  La difficulté, c’est
toujours cette manie des Députés de s’immiscer dans la gestion administrative en

M
donnant des ordres régulièrement aux services sans passer par les Directeurs
Généraux et Directeurs. Certains marchés sont élaborés directement par le Bureau. Il
CO
arrive qu’un Vice Président donne directement et souvent des ordres au Comptable
ou à la Caissière ou au responsable du matériel. Il y’a un gros problème
d’organisation ».
ES

Le manque de préséance dans les ordres que donnent les membres du Bureau, à qui
sont soumis les services administratifs, est le facteur principal, capteur du désordre
érigé en règle dans la gestion financière du pouvoir législatif, Institution chargée du
D

contrôle parlementaire de l’exécution des Lois de finances, lequel désordre est


qualifié par l’ex-DGFML de « gros problème d’organisation ».
R

B. LES COMMISSIONS
U

Conformément aux dispositions de l’article 22 du RI, les Députés composant l’AN sont
CO

répartis dans Huit (08) Commissions Permanentes, comprenant chacune au moins Dix
Sept (17) Députés. L’appartenance à une et unique Commission est obligatoire, eu
égard à l’article 23, al. 5 du RI. L’article 24 dudit RI énumère les Commissions comme
suit  : (1) Commission Affaires Etrangères  ; (2) Commission Défense et Sécurité  ; (3)
Commission Institutions, Démocratie, Judiciaire et Affaires Administratives  ; (4)
Commission Economie, Finances et Plan ; (5) Commission Education, Emploi, Jeunesse
et Sports, Arts et Culture  ; (6) Commission Production ,Ressources Naturelles et
Environnement  ; (7) Commission Equipement et Communications  ; (8) Commission
Population, Genre, Santé, Affaires Sociales et Droit Humanitaire. Les Commissions
élisent en leur sein un Bureau pour la durée de la législature.

Cour des Comptes – Palais de justice BP : 2829 Tél : 236 21 61 29 76


courdescomptescentrafricaine@yahoo.fr 9
Outre les Commissions Permanentes et ce en vertu de l’article 27 du RI, l’AN peut, à
la demande d’un tiers (1/3) des Députés ou sur proposition du Président de la
République, constituer en son sein, des Commissions d’Enquêtes Parlementaires ou de
Contrôle, chargées de procéder à des investigations dans un domaine particulier.

A l’article 29 du RI, il est institué une Conférence des Présidents dont les missions
sont d’examiner et d’adopter l’ordre du jour des travaux de l’AN et d’être consultée
sur tout autre sujet par le PAN.

OBSERVATION N°  2  : la Cour fait observer que les attributs de la Conférence des
Présidents, en matière d’examen et d’adoption de l’ordre du jour des travaux de l’AN
et ceux du Bureau, qui a tous les pouvoirs pour présider aux délibérations de l’AN,
fixées respectivement aux articles 29 et 14 du RI, peuvent être source de diverses

ES
interprétations, car comment comprendre qu’avec tous les pouvoirs de délibération,
l’ordre du jour des travaux du Bureau est arrêté par une autre instance.

C. L’ADMINISTRATION

PT
L’Administration de l’AN est composée d’un Secrétariat Général, qui comprend en son
sein les autres services. Le Secrétaire Général assure la direction et la coordination

M
des services, conformément à l’article 131, al. 2 du RI et son article 132 édicte que
les services sont assurés par des fonctionnaires détachés auprès de l’Institution et le
CO
personnel d’appui.

OBSERVATION N°3  : La Cour fait observer que le RI relatif au fonctionnement de


l’administration est un texte dont le contenu est faible, seuls Deux (02) articles y sont
ES

consacrés. Ce texte ne cite même pas les différents services dont le Secrétaire
Général assure la direction et la coordination. Ce texte ne fait même pas allusion au
cabinet du PAN.
D
R

II. LA SITUATION FINANCIERE GENERALE


U

Sous ce titre, nous examinerons l’exécution budgétaire de l’AN sur la période soumise
au présent contrôle.
CO

En effet, l’un des trois pouvoirs consacrés par la Constitution, l’AN jouit d’une
autonomie financière et établit son projet de budget qui est pris en compte dans le
projet de la Loi de finances, tel que fixé à l’article 121, al. 1er du Règlement
Financier (RF) figurant dans le RI de l’AN. Ledit budget s’exécute essentiellement en
dépenses, conformément à l’article 127, al.2 du RI. En sus des ressources prévues à
l’article 123 du RI, l’AN dispose des menues recettes qui sont les produits de location
du foyer, de la salle de banquet et du hall de son hémicycle.

OBSERVATION N° 4 : la Cour fait observer que : (i) les menues recettes ne font pas
partie des composantes des ressources de l’AN prévues à 123 du RI. (ii) ces menues
recettes, qui sont des deniers de l’Etat, sont gérés en violation des dispositions de

Cour des Comptes – Palais de justice BP : 2829 Tél : 236 21 61 29 76


courdescomptescentrafricaine@yahoo.fr 10
l’article 9 du Décret n° 07.193 du 12 juillet 2007, portant Règlement Général sur la
Comptabilité Publique (RGCP), qui stipule « Les deniers publics appartenant à l’Etat
sont gérés selon les principes de l’unité de caisse et de l’unité de trésorerie. Ces
principes s’appliquent à tous les fonds publics détenus par les Comptables publics,
quelle qu’en soit la nature ou l’origine. Ils entraînent l’obligation de comptabiliser à
un seul compte financier toutes les disponibilités correspondant à leur nature.

L’unité de caisse signifie l’existence au niveau d’un poste comptable du trésor, d’une
seule caisse, d’un seul compte bancaire à la banque centrale et d’un seul compte
courant postal pour enregistrer les encaissements et les décaissements, en fonction
du mode de règlement, pour le compte de l’Etat et/ou des organismes autres que
l’Etat.

ES
L’unité de trésorerie signifie que tous les fonds de l’Etat et des organismes publics
autres que l’Etat sont déposés au Trésor, sauf dérogation expresse du Ministre chargé
des finances  ».  (iii) ces menues recettes, échappent totalement au contrôle de

PT
l’Agent Comptable Central du Trésor (ACCT), centralisateur de tous les comptes de
l’Etat, car non comptabilisées dans sa gestion. Il se pose ainsi un problème de
traçabilité des menues recettes perçues par l’AN.

A. L’EXAMEN DE LA PROCEDURE FINANCIERE


M
CO
Pour l’examen de cette procédure, il est important de rappeler l’article 2 du RGCP,
qui dispose : « Les organismes publics que sont : l’Etat, les collectivités territoriales,
et les établissements publics industriels et commerciaux ou socioculturels que la Loi
a dotés de la personnalité morale, sont assujettis au régime juridique définit par le
ES

présent règlement général sur la comptabilité publique  ». C’est dire qu’il est de
droit que le Règlement Financier (RF) de l’AN soit conforme au Règlement Général sur
la Comptabilité Publique (RGCP) en vigueur en République Centrafricaine.
D

La procédure financière de l’AN est régie par le chapitre II du RI intitulé « Règlement


Financier ».
R

Conformément aux dispositions de l’article 122 du RI : « Les dotations budgétaires de


U

l’AN sont mises à sa disposition par délégations trimestrielles de crédits et les fonds
CO

versés au début du trimestre au compte de l’AN dans une institution bancaire


installée sur le territoire national ».

Aux termes de l’article 127 du RI, l’exécution desdites dotations est assurée par les
services de la comptabilité, sous l’autorité du PAN, Ordonnateur. De ce même article,
les Questeurs exercent le contrôle a priori, tandis qu’à l’article 129, la Commission
Spéciale de Comptabilité et de Contrôle intervient a postériori pour apurer les
comptes.

OBSERVATION N° 5 : la Cour fait observer que le RF contenu dans le RI est un texte
faible et insuffisant car non exhaustif. Ce texte n’explique pas de manière explicite,

Cour des Comptes – Palais de justice BP : 2829 Tél : 236 21 61 29 76


courdescomptescentrafricaine@yahoo.fr 11
claire et détaillée la procédure financière de l’AN, tant en ce qui concerne les crédits
alloués sur le budget de l’Etat que pour les menues recettes.

A.1- L’ORDONNATEUR

En conformité aux dispositions de l’article 11, al. 2, tiret 3 du RGCP, le PAN est
l’Ordonnateur Principal du budget de l’AN. Aux termes dudit article  :  «  les
Ordonnateurs Principaux sont ceux à qui les autorisations budgétaires sont
directement données ». Le RF du RI de l’AN, dispose en ses articles respectifs, 15, al.
6 et 127, al. 3  :  «  Il est le Chef de l’Administration de l’Assemblée Nationale et
l’Ordonnateur des dépenses de celle-ci  », «  Le Président de l’Assemblée Nationale
est l’Ordonnateur du budget de l’Institution ».

OBSERVATION N° 6  : la Cour fait observer que contrairement aux dispositions de

ES
l’article 11, al. 1er du RGCP, le RI de l’AN relatif à son RF n’a pas prévu les cas de
délégation de pouvoirs et de suppléance pour absence ou empêchement du PAN.

PT
A.2- LE COMPTABLE PUBLIC

Les articles 17 et 18 du RGCP définissent le Comptable Public comme étant des
Fonctionnaires et Agents de l’Etat habilités pour assurer les opérations financières de

M
l’Etat et qui rendent directement leurs comptes au Juge des comptes. L’article 31, al
1er du RGCP énonce  :  «Les comptables Publics sont nommés par des textes
CO
réglementaires sur proposition du Ministre des finances ou du Directeur Général du
trésor parmi les cadres du trésor. Ils sont astreints à la constitution de garanties et à
la prestation d’un serment avant leur prise de fonction ».
ES

OBSERVATION N° 7 : la Cour fait observer ce qui suit : (i) le RF de l’AN ne s’intéresse
qu’à la fonction d’Ordonnateur sans faire mention de celle du Comptable public, alors
que l’exécution du budget incombe aussi bien à l’Ordonnateur qu’au Comptable
D

Public, conformément à l’article 7 du RGCP. Dès lors l’identification du Comptable


public de l’AN pose problème. (ii) face à cette difficulté et nonobstant sa nomination
irrégulière, la Directrice Générale des Finances, du Matériel et de la Logistique,
R

Madame Marie Claire BITOUANGA fait office de Comptable principal de l’AN. Cette
U

nomination viole les dispositions de l’article 31, al 1er du RGCP. Toute nomination au
poste de Comptable public à l’AN en dehors de cette disposition soustrait celui-ci de
CO

l’autorité du Ministre des finances et du droit d’invocation du Comptable


centralisateur des comptes de l’Etat, l’ACCT, ainsi qu’aux obligations aux quelles sont
soumises les Comptables publics dans l’exercice de leur fonction. Pour pallier la
mauvaise gestion des deniers publics encours à l’AN, d’une part et d’autre part, au
regard de l’importance des crédits alloués et de son autonomie budgétaire, il
apparait indispensable d’instituer à l’AN une Agence Comptable (AC), placée sous
l’autorité d’un Agent Comptable de l’AN. Ce n’est que de cette manière que les
services de l’AC pourront produire des comptes en état d’examen. Le présent
contrôle s’effectue sur des comptes tenus sans aucune référence aux principes
comptables.

Cour des Comptes – Palais de justice BP : 2829 Tél : 236 21 61 29 76


courdescomptescentrafricaine@yahoo.fr 12
A.3- LE CONTROLEUR

Le contrôle de l’exécution du budget de l’AN se déroule en autarcie et est assuré par


deux (02) organes : (i) conformément à l’article 127, al.5 du RI relatif au RF de l’AN,
le contrôle a priori est exercé par la questure. La questure étant l’émanation du
Bureau de l’AN, les Questeurs rendent compte au PAN et au Bureau de l’AN  ; (ii) le
contrôle a postériori est exercé par la Commission Spéciale de Comptabilité et de
Contrôle (CSCC), en référence à l’article 129 du RI relatif au RF de l’AN qui
stipule  :  «  La Commission Spéciale de Comptabilité et de Contrôle est chargée du
contrôle de la comptabilité et de la gestion des crédits inscrits au budget de
l’Assemblée Nationale et de donner quitus aux Questeurs. A cet effet, un rapport
écrit portant notamment sur l’état des crédits et de la situation des dépenses
engagées doit lui être fourni par les Questeurs à la fin de chaque trimestre… La

ES
Commission Spéciale de Comptabilité et de Contrôle dépose son rapport sur le
Bureau de l’Assemblée Nationale ». C’est dire que le Comptable public de l’AN n’est
pas soumis au contrôle de la CSCC, mais plutôt à celui de la questure.

PT
OBSERVATION N° 8 : le dispositif de contrôle de l’exécution du budget de l’AN est
atypique : (i) il s’agit d’un contrôle autarcique car recroquevillé autour des Députés

M
eux-mêmes, excluant, de facto, la présence du Contrôleur Financier, représentant du
ministère des finances. Il est difficile de dire s’il s’agit d’un contrôle de gestion visant
CO
à faire de propositions au PAN, Ordonnateur du budget de l’AN pour l’amélioration du
fonctionnement de l’Institution. Ce type de contrôle qui n’est juste qu’une
organisation interne, propre au RI relatif au RF de l’AN, ne doit, ni exclure, ni
occulter, le contrôle indépendant de l’exécution du budget de cette Institution par les
ES

organes de contrôle régulièrement habilités, tel que prescrit à l’article 147 du RGCP
qui dispose : «Le contrôle administratif ou le contrôle interne est celui exercé sur les
services publics par les organes de contrôle relevant de l’administration publique. Il
D

comporte le contrôle financier, le contrôle exercé sur les Ordonnateurs par les
Comptables, le contrôle de l’Inspection Générale des Finances et le contrôle d’autres
R

organes publics habilités et mandatés ». Il convient de souligner que les Questeurs et


la CSCC rendent compte de leurs contrôles au PAN et au Bureau de l’AN, ce qui
U

justifie le caractère interne et fermé de leurs contrôles, alors que le Contrôleur


Financier rend compte au Ministre chargé des finances, Ordonnateur Principal du
CO

budget général de l’Etat, lequel inclut, évidemment, le budget de l’AN, lui


permettant de tenir sa comptabilité administrative sur l’exécution du budget général
de l’Etat. (ii), En droit comptable, le quitus est donné au Comptable pour l’acquitter
de sa gestion. Dans le cas de l’AN, la Commission Spéciale délivre le quitus à un
contrôleur, qui est le questeur.

B. L’EXAMEN DE L’EXECUTION DU BUDGET 2016 : PERIODE DU 1ER JUIN AU 31


DECEMBRE

La 6ème législature de l’AN a hérité, selon le rapport financier de 2016, du budget de


la période du Conseil National de Transition (CNT) qui se chiffre à Quatre Milliards
Deux Cent Dix Neuf Millions Six Cent Quarante Huit Mille (4.219.648.000) FCFA et
Cour des Comptes – Palais de justice BP : 2829 Tél : 236 21 61 29 76
courdescomptescentrafricaine@yahoo.fr 13
révisé dans le collectif budgétaire à Cinq Milliards Deux Cent Soixante Neuf Millions
Six Cent Quarante Huit Mille (5.269.648.000) F CFA, soit une augmentation d’Un
Milliard Cinquante Millions (1.050.000.000) FCFA, d’où 25% de hausse.

B.1- LA GESTION BUDGETAIRE

Tableau n° 1 :

ES
PT
M
CO
ES
D
R
U
CO

Le budget 2016 a été exécuté en ressources et en dépenses suivant le programme


d’emploi ci-après :

Tableau n° 2 : Exécution du programme d’emploi du budget 2016

Ta u x d e
D o t a t i o n Consommation réalisatio
N° Nature des dépenses (ressource) (dépense) n

Cour des Comptes – Palais de justice BP : 2829 Tél : 236 21 61 29 76


courdescomptescentrafricaine@yahoo.fr 14
1 Personnel 1 377 273 000 1 138 420 193 83%
2 Fonctionnement 932 849 720 997 751 866 107%
3 Intervention 2 808 775 280 2 712 893 780 97%
4 Investissement 150 750 000 380 000 000 252%
Total 5 269 648 000 5 229 065 839 99%

Source : programme d’emploi 2016

Le budget 2016 a été exécuté à 99%. Cependant il convient de relever que les
rubriques fonctionnement et investissement ont été réalisées en dépassement de

ES
crédit alloué.

OBSERVATION N° 9 : la Cour fait observer ce qui suit : (i) les rubriques « personnel et

PT
intervention  » ont absorbé 78,6 % du montant total de la dotation globale  ; (ii) La
dotation des investissements a été exécutée en dépassement, soit 252 %. Ce
dépassement constitue une irrégularité prévue à l’article 36 du RGCP et expose le

M
Comptable principal de l’AN à l’application de l’article 37 dudit RGCP.
CO
B.1.1- LES ENGAGEMENTS BUDGETAIRES

Au 1er trimestre 2016, trois quarts de la dotation globale ont été engagés au profit du
ES

CNT, en trois tranches de Neuf Cent Cinquante Sept Millions Cent Soixante Huit Mille
Sept Cent Cinquante (957.168.750) FCFA, soit Deux Milliards Huit Cent Soixante Onze
Millions Cinq Cent Six Mille Deux Cent Cinquante (2.871.506.250) FCFA. Le dernier
D

quart du montant de Neuf Cent Cinquante Sept Millions Cent Soixante Huit Mille Sept
Cent Cinquante (957.168.750) FCFA a été engagé par la 6ème législature. Au titre du
R

collectif budgétaire 2016, une rallonge d’un montant de Un Milliard Cinquante Millions
(1.050.000.000) FCFA a été accordée. En somme, le montant total des crédits
U

budgétaires alloués à cette Institution pour l’exercice 2016 s’élève à Cinq Milliards
CO

Deux Cent Soixante Neuf Millions Six Cent Quarante Huit Mille (5.269.648.000) FCFA.

Il convient de souligner qu’un montant de Trois Cent Quatre Vingt Dix Millions Neuf
Cent Soixante Treize Mille (390.973.000) FCFA a été engagé directement par le Trésor
Public pour régler les salaires des fonctionnaires détachés.
Le tableau ci-après retrace la situation des engagements de l’année 2016.

Tableau n° 3 : situation des engagements 2016

N° LIBELLE MONTANT OBSERVATIONS

Cour des Comptes – Palais de justice BP : 2829 Tél : 236 21 61 29 76


courdescomptescentrafricaine@yahoo.fr 15
1 1er engagement 957.168.750 CNT
2 2ème engagement 957.168.750 CNT
3 3ème engagement 957.168.750 CNT
Sous total 1 2.871.506.250
4 4ème engagement 957.168.750 A s s e m b l é e
Nationale
5 Engagement exceptionnel 1 1.050.000.000 C o l l e c t i f
budgétaire
6 Engagement exceptionnel 2 390.973.000 Géré par le Trésor
Sous total 2 2.398.141.750

ES
TOTAL 5.269.648.000
Source : rapport financier 2016

PT
Il ressort de ce tableau que le budget 2016 (CNT et 6ème législature) a été arrêté au
montant de Cinq Milliards Deux Cent Soixante Neuf Millions Six Cent Quarante Huit

M
Mille (5.269.648.000) FCFA, dont Deux Milliards Huit Cent Soixante Onze Millions Cinq
Cent Six Mille Deux Cent Cinquante (2.871.506.250) FCFA engagés par le CNT et Deux
CO
Milliards Trois Cent Quatre Vingt Dix Huit Millions Cent Quarante Un Mille Sept Cent
Cinquante (2.398.141.750) FCFA par la 6ème législature.

OBSERVATION N° 10 : la Cour fait observer que les engagements effectués par le CNT
ES

ont violé le principe budgétaire de limitation d’engagement et repris à l’article 122


du RI relatif au RF de l’AN.
D

B.1.2- D’INNOMBRABLES LETTRES D’APPELS DE FONDS (LAF)


R

En 2016, un total de Soixante Dix Huit (78) LAF a été émis pour un montant de Deux
Milliards Huit Millions Quatre Cent Quatre Vingt Dix Huit Mille Six Cent Soixante
U

(2.008.498.660) FCFA. Cependant, le montant décaissé par le Trésor Public est de Un


milliard Trois Cent Trente Millions Dix Sept Mille Cent Soixante Six (1.330.017.166)
CO

FCFA, équivalant à Vingt Neuf (29) LAF.

B.2- LA GESTION COMPTABLE

Pour enregistrer les opérations comptables, le Comptable principal de l’AN ne dispose


que du seul grand livre. Le livre journal, sensé retracer les opérations quotidiennes,
est inexistant. L’analyse des opérations d’entrée et de sortie de caisse ne s’est faite
que sur la base du seul grand livre et ce, après redressement nécessaire des données
présentées dans ce document.

B.2.1- LES RESSOURCES


Cour des Comptes – Palais de justice BP : 2829 Tél : 236 21 61 29 76
courdescomptescentrafricaine@yahoo.fr 16
Tableau n° 4 : situation des ressources

MONTANT MONTANT
N° MOIS (Cour des Comptes) (Assemblée Nationale) ECART
1 JUIN 117 626 850 117 626 850 -
- 26 196
2 JUILLET 60 750 000 86 946 000 000
- 21 626
3 AOUT 84 937 458 106 564 058 600
4 SEPTEMBRE 276 500 000 Somme non arrêtée

ES
5 OCTOBRE 177 340 000 177 140 000 200 000
- 1 029
6 NOVEMBRE 171 221 500 172 251 478 978

PT
7 DECEMBRE 10 000 000 Aucune donnée

TOTAL 898 375 808

M
Source : grand livre
CO
Il ressort de l’exploitation minutieuse du grand livre et après redressement que le
montant des ressources mises à la disposition de la 6ème législature s’établit à : Huit
Cent Quatre Vingt Dix Huit Millions Trois Cent Soixante Quinze Mille Huit Cent Huit
(898.375.808) FCFA.
ES

OBSERVATION N° 11  : La Cour fait observer  : (i) une nette discordance entre les
chiffres de la Cour et ceux de l’AN ; (ii) une mauvaise tenue du document comptable
D

(grand livre), assorti d’un manque de suivi et de contrôle des opérations comptables
au quotidien par le Comptable principal ; (iii) des erreurs de calculs relevées dans les
montants des mois d’Août et d’octobre, imputables au Comptable ainsi qu’à la
R

complaisance des Questeurs qui n’assument pas avec rigueur leur mission de
U

contrôle ; (iv) la non prise en compte dans le grand livre de la somme de Dix Millions
(10.000.000) FCFA, décaissées au mois de décembre 2016, représentant Quatre (04)
CO

décaissements de Deux Millions Cinq Cent Mille (2.500.000) FCFA, au titre de Fonds
spéciaux, ce qui laisse supposer que le montant total obtenu par la Cour n’est pas
global car toutes les opérations ne sont pas enregistrées dans ce grand livre.

B.2.2- LES CHARGES

Tableau n° 5 : situation des dépenses

Cour des Comptes – Palais de justice BP : 2829 Tél : 236 21 61 29 76


courdescomptescentrafricaine@yahoo.fr 17
MONTANT MONTANT
N° MOIS (Cour des Comptes) (Assemblée Nationale) ECART
1 JUIN 91 430 850 91 430 850 -
2 JUILLET 68 119 900 65 319 800 2 800 100
3 AOÛT 88 467 190 88 467 190 -
4 SEPTEMBRE 307 905 684 Non arrêté
5 OCTOBRE 175 346 502 175 375 022 28 520
6 NOVEMBRE 120 760 514 115 265 419 5 495 095
7 DECEMBRE 208 047 560 Aucune valeur
TOTAL 1 060 078 200

ES
Source : grand livre.

PT
Après redressement, le montant total des dépenses réalisées se chiffre à Un Milliard
Soixante Millions Soixante Dix Huit Mille Deux Cent (1.060.078.200) FCFA.

M
CO
Le tableau ci-après présente les principales rubriques consommatrices comme suit :
ES

Tableau n° 6 : les rubriques budgétivores


D

Confére Avance
      nce Action Fonds Fonds sur Frais de
R

Carburan Préside Fonctionn


MOIS t Mission nts Politique Politique Spéciaux Salaire ent
U

3 500 58 176 2 460 7 500 9


Juin 000 400 000 - - 000 - 605 000
CO

4 000 11 852 12 500 10 000 17 292


Juillet 000 000 - 000 - 000 - 900

1 130 26 449 2 460 10 000 5 320 50 670


Août 000 700 000 - - 000 650 990
Septem 3 500 17 701 90 000 10 000 1 000 42 889
bre 000 000 - - 000 000 000 684

Octobr 39 162 2 500 12 500 300 15 134


e 12 000 901 - 000 - 000 000 891
Novem 3 922 31 641 4 920 7 500 3 250 68 874
bre 000 484 000 - - 000 000 030

Décem 200 7 045 1 000 10 000 2 600 187 202


bre 000 200 - 000 - 000 000 360

Cour des Comptes – Palais de justice BP : 2829 Tél : 236 21 61 29 76


courdescomptescentrafricaine@yahoo.fr 18
16 264 192 028 9 840 16 90 67 500 12 470 391
TOTAL 000 685 000 000 000 000 000 000 650 669 855

Les dépenses de fonctionnement sont de loin la rubrique la plus budgétivore avec


Trois Cent Quatre Vingt Onze Millions Six Cent Soixante Neuf Mille Huit Cent
Cinquante Cinq (391.669.855) FCFA. Ce montant englobe les frais de campagne de
restitution qui est de Cent Vingt Cinq Millions Cent Mille (125.100.000) FCFA. S’ensuit
les dépenses de mission  pour un montant de Cent Quatre Vingt Douze Millions Vingt
Huit Mille Six Cent Quatre Vingt Cinq (192.028.685) FCFA. Les dépenses de fonds
politique se chiffrent à Quatre Vingt Dix Millions (90.000.000) FCFA, tandis que celles
des fonds spéciaux sont de Soixante Sept Millions Cinq Cent Mille (67.500.000) FCFA.

ES
Les dépenses de carburant s’élèvent à Seize Millions Deux Cent Soixante Quatre Mille
(16.264.000) FCFA. Les dépenses des avances sur salaire sont de Douze Millions Quatre
Cent Soixante Dix Mille Six Cent Cinquante (12.470.650) FCFA et les dépenses

PT
consacrées aux Conférences des Présidents  sont arrêtées à Neuf Millions Huit Cent
Quarante Mille (9.840.000) FCFA.

B.2.3- LE RAPPROCHEMENT DES RESSOURCES AUX CHARGES


M
CO
Le rapprochement des ressources aux charges permet de dégager le solde pour
ES

connaitre le résultat des opérations réalisées.


D

Le tableau suivant présente la synthèse des ressources et des charges issues de


l’exploitation du grand livre.
R
U

Tableau n° 7 : récapitulatif des ressources et des dépenses


CO

N° MOIS RESSOURCES CHARGES SOLDE


Report Mai - -
1 JUIN 117 626 850 91 430 850 26 196 000
2 JUILLET 60 750 000 68 119 900 - 7 369 900
3 AOUT 84 937 458 88 467 190 - 3 529 732
4 SEPTEMBRE 276 500 000 307 905 684 -31 405 684
5 OCTOBRE 177 340 000 175 346 502 1 993 498
Cour des Comptes – Palais de justice BP : 2829 Tél : 236 21 61 29 76
courdescomptescentrafricaine@yahoo.fr 19
6 NOVEMBRE 171 221 500 120 760 514 50 460 986
7 DECEMBRE 10 000 000 208 047 560 -198 047 560
TOTAL 898 375 808 1 060 078 200 -161 702 392

Source : redressement Cour des Comptes

Le tableau récapitulatif présente une situation déficitaire de la gestion de l’AN sur la


période du 1er juin au 31 décembre 2016. Le solde dégagé est déficitaire de Cent
Soixante Un Millions Sept Cent Deux Mille Trois Cent Quatre Vingt Douze (-161
702 392) FCFA.

ES
OBSERVATION N° 12 : la Cour fait observer que ce solde négatif ne peut être justifié

PT
car les ressources objet de cette analyse sont constituées exclusivement des montants
des décaissements effectués par le trésor public au profit de l’AN. Si la comptabilité
de l’AN a été bien tenue, le montant des ressources doit être supérieur ou égal à

M
celui des dépenses. Cette irrégularité est de nature à engager la responsabilité du
Comptable principal de l’AN, conformément aux dispositions de l’article 37 du RGCP.
CO
ES

B.2.4- LA SITUATION EN BANQUE


D
R

L’AN a ouvert Quatre (04) comptes dans les banques de la place et les soldes relevés
de juin à décembre 2016 se présentent dans le tableau ci-dessous :
U
CO

Tableau n° 8 : situation bancaire

N° DOMICILIATION COMPTE CREDIT DEBIT SOLDE


1 BPMC 37100282301-26 44 895 697 44 382 171 513 526
2 ECOBANK 02310713201-66 49 823 121 37 433 150 12 389 971
3 CBCA 37125119301-69 51 452 509 46 270 140 5 182 369
4 BSIC 37140002800-73 - - -

Cour des Comptes – Palais de justice BP : 2829 Tél : 236 21 61 29 76


courdescomptescentrafricaine@yahoo.fr 20
TOTAL 146 171 128 085 18 085 866
327 461

Source : BPMC, ECOBANK et CBCA.

La Banque BSIC n’a pas produit à la Cour les relevés bancaires de l’année 2016 afin de
déterminer le solde du compte des opérations de la période de juin à décembre 2016.

Toutefois, le solde des comptes de BPMC, ECOBANK et CBCA se chiffrent à Dix Huit
Millions Quatre Vingt Cinq Mille Huit Cent Soixante Six (18.085.866) FCFA.

ES
En considérant le montant total des ressources redressées par la Cour (898.375.808
FCFA) et le solde des comptes bancaires (18.085.866 FCFA), il se dégage un ensemble

PT
de ressources de  : Neuf Cent Seize Millions Quatre Cent Soixante Un Mille Six Cent
Soixante Quatorze (916.461.674) FCFA.

M
En somme, il convient de dire que les ressources de l’AN devait se chiffrer à Un
CO
Milliard Trois Cent Trente Millions Dix Sept Mille Cent soixante Six (1.330.017.166)
FCFA, au vu des Appels de Fonds décaissés au lieu d’un montant de Neuf Cent Seize
Millions Quatre Cent Soixante Un Mille Six Cent Soixante Quatorze (916.461.674) FCFA
de ressources. Du reste une différence de Quatre Cent Treize Millions Cinq Cent
ES

Cinquante Cinq Mille Quatre Cent Quatre Vingt Douze (413.555.492) FCFA est à
justifier.
D


Il en est de même pour les montants dépensés dont une différence de Deux Cent
Soixante Neuf Millions Neuf Cent Trente Huit Mille Neuf Cent Soixante Six
R

(269.938.966) FCFA est à justifier.


U
CO

OBSERVATION N° 13  : la Cour fait observer que la gestion comptable de l’AN est
tributaire des irrégularités récurrentes ci-après :

- La mauvaise tenue de la comptabilité ;

- La non prise en compte en écriture de certains fonds spéciaux ;

- L’exécution des dépenses sans pièces justificatives ;

- Le refus délibéré de prendre en écriture dans le grand livre certaines


opérations des recettes et des dépenses, notamment du mois de décembre
2016 alors que les pièces afférentes existent ;

Cour des Comptes – Palais de justice BP : 2829 Tél : 236 21 61 29 76


courdescomptescentrafricaine@yahoo.fr 21
- L’absence de décharge sur les pièces de sortie de caisse.

La situation des irrégularités relevées dans la gestion comptable de l’AN est annexée
au présent rapport (P 7).

B.2.5- LES MENUES RECETTES


Les menues recettes sont constituées des frais de location du foyer, de la salle des
banquets et du hall de l’AN.

Tableau n° 9 : situation des menues recettes

ES
N° DATE LIBELLE RECETTES
01/08/20

PT
250
1 16 Location salle de banquet 000
03/08/20 300
2 16 Location salle de banquet 000

3
01/09/20
16 Location salle banquet
M 000
360
CO
13/09/20 250
4 16 Location salle banquet 000
15/09/20 100
5 16 Location salle banquet 000
ES

21/09/20 250
6 16 Location salle banquet 000
D

26/09/20 150
7 16 Location salle banquet 000
R

30/09/20 250
8 16 Location salle banquet 000
U

03/10/20 250
9 16 Location salle banquet 000
CO

08/10/20 250
10 16 Location salle banquet 000
2 410
TOTAL     000
Source : Grand livre

Le tableau indique un montant de Deux Millions Quatre Cent Dix Mille (2.410.000)
FCFA généré par la location de la salle de banquet. Les données concernant la
location du hall et le foyer n’ont pas fait l’objet d’enregistrement dans le grand livre.

Cour des Comptes – Palais de justice BP : 2829 Tél : 236 21 61 29 76


courdescomptescentrafricaine@yahoo.fr 22
OBSERVARTION N° 14 : la Cour fait observer qu’au regard de l’article 3 du RGCP, les
menues recettes générées par l’AN sont des deniers publics et conformément à la
règle de l’unité budgétaire fixée à l’article 61 de la Loi Organique n° 06.013 du3
juillet 2006 relative aux Lois de Finances en République Centrafricaine (LOLF), elles
doivent être prises en compte lors de l’élaboration du projet de budget de l’AN à
insérer dans le projet de la Loi de finances de l’année pour couvrir l’ensemble des
dépenses au lieu d’être détachées du budget de l’Etat et affectées à des dépenses
spécifiques, telles que les primes de panier des agents d’entretien, l’achat de
produits d’entretien et des fournitures de bureau, qui d’ailleurs sont des dépenses
prévues et prises en comptes dans le budget alloué à l’AN. Ces menues recettes
échappent totalement au contrôle de l’Ordonnateur Principal du budget de l’Etat, le
Ministre en charge des finances, ainsi qu’à l’ACCT, centralisateur des comptes de
l’Etat.

ES
Par ailleurs, la Cour fait observer que seulement une partie de ces menues recettes a
été enregistrée dans le grand livre, engendrant de facto, l’impossibilité d’arrêter le
montant exact résultant de la gestion desdites recettes.

PT
B.2.6- LES CHARGES DU PERSONNEL ADMINISTRATIF ET D’APPUI

M
CO
Conformément aux dispositions de l’article 132, al. 1er du RI de l’AN, les services de
l’AN sont assurés par les fonctionnaires détachés auprès de l’Institution ou recrutés
par elle.
ES

Aux termes de l’article 127 du RI, les charges du traitement du personnel, tant
administratif que d’appui, incombent au budget de l’AN.
D

La 6ème législature de l’AN dispose d’un personnel dont l’effectif est évalué à Trois
R

Cent Quinze (315) personnes pour une masse salariale annuelle d’un montant de Un
Milliard Trois Cent Soixante Dix Sept Millions Deux Cent Soixante Treize Mille
U

(1.377.273.000) FCFA.
CO

Il convient de souligner que le salaire du personnel détaché est mandaté par la solde
du ministère des finances. Par contre, l’AN leur verse une indemnité de
responsabilité.

OBSERVATION N° 15  : la Cour fait observer que le recrutement anarchique du


personnel au niveau de l’AN résulte de l’inobservation des dispositions de l’article
132, al. 2 et 3 du RI, d’où une pléthore de personnel, difficile à gérer.

Cour des Comptes – Palais de justice BP : 2829 Tél : 236 21 61 29 76


courdescomptescentrafricaine@yahoo.fr 23
C’est ainsi qu’en réponse au questionnaire de la Cour, Madame Marie Claire
BITOUANGA, ex-DGFML, a reconnu cette réalité, qui est le fait des Députés eux-
mêmes par leur immixtion dans la gestion de l’administration parlementaire.

B.2.7- LES DEPENSES D’INTERVENTION

Le rapport financier 2016 indique que les dépenses d’intervention sont celles
réalisées exclusivement pour le compte des Députés.

Elles sont composées de :

ES
- Les indemnités des Députés ;

PT
- Les frais de communications ;

- Les frais de carburant ;

- Les actions parlementaires ;


M
CO
- Les actions politiques ;

- Les frais de restitution des activités parlementaires ;


ES

- La prise en charge des assistants parlementaires ;

- Les primes spécifiques (conférences des Présidents) ;


D

- Les attributs des députés.


R

Aux termes de l’article 127 du RI, les indemnités versées aux Députés sont prises en
U

charge sur le budget de l’AN, sans que soient énumérés les composants desdites
CO

indemnités.

Elles sont évaluées de Juin à décembre 2016 au montant de Un Milliard Cinq Cent
Vingt Millions Cent Soixante Neuf Mille Neuf Cent Vingt (1.520.169.920) FCFA soit une
moyenne mensuelle de Deux Cent Dix Sept Millions Cent Soixante Sept Mille Cent
Trente Un (217.167.131) FCFA.

Cour des Comptes – Palais de justice BP : 2829 Tél : 236 21 61 29 76


courdescomptescentrafricaine@yahoo.fr 24
L’indemnité de base est de Cinq Cent Soixante Cinq Mille (565.000) FCFA par mois. Sur
ce montant, l’Impôt Forfaitaire sur les Personnes Physiques (IFPP) retenu est de Vingt
Huit Mille Deux Cent Cinquante (28.250) FCFA.

OBSERVATION N° 16  : la Cour fait observer ce qui suit  : (i) le taux fixe de 5% de
l’IFPP appliqué sur les indemnités des Députés contraste avec celui appliqué à
l’ensemble des fonctionnaires et agents émargeant sur le budget de l’Etat, qui est en
fonction des tranches de salaires. Une telle pratique viole les dispositions figurant
dans le code général des impôts en matière de l’IFPP et constitue une injustice
sociale qu’il convient de corriger afin de garantir le principe d’égalité des citoyens
devant les charges publiques prévue à l’article 20 de la Constitution du 30 mars 2016 ;

ES
(ii) une classification erronée des rubriques budgétaires, telle que «  Indemnités des
Députés  » classées dans la rubrique des dépenses d’intervention. Il en est de même
des frais de communication, de carburant et autres ; (iii) le flou au tour des rubriques

PT
«  Action politique  » et «  Action parlementaire  » ayant un même objet, celui de
permettre aux Députés de restituer les travaux parlementaires à leurs électeurs. Les
indemnités versées différemment constituent un double emploi, avec un impact sur le

M
budget de l’AN. Il y a lieu de supprimer la rubrique «  Action politique  ». Des
investigations menées auprès de l’administration parlementaire, la mission de la Cour
CO
n’a pas reçu des réponses claires quant à l’octroi des indemnités « action politique »
et «  action parlementaire  »  ; (iv) la fonction d’Assistant Parlementaire n’a ni été
prévu dans le RI de l’AN, ni au budget de l’AN. A l’absence d’un cadre juridique
définissant cette fonction, les rémunérations versées à ceux-ci sur le budget de l’AN
ES

constituent une irrégularité prévue à l’article 37 du RGCP. Aussi, au niveau de la


DGFML, la liste nominative des Assistants Parlementaires est indisponible, alors sur
quelle base les rémunérations leurs sont-elles versées ?
D
R

B.2.8- LES DEPENSES D’INVESTISSEMENT


U
CO

Le montant de crédit d’investissement inscrit au budget 2016 de l’AN est de Cent


Cinquante Millions Sept Cent Cinquante Mille (150.750.000) FCFA. Le montant exécuté
est de Trois Cent Quatre Vingt Millions (380.000.000) FCFA, d’où un dépassement de
Deux Cent Vingt Neuf Millions Deux Cent Cinquante Mille (229.250.000) FCFA, soit
152%.


Les dépenses exécutées se présentent comme suit :

- Acquisition de 15 véhicules……………………………….355.000.000 F CFA

- Souscription assurance………………………………………..20.000.000 F CFA

Cour des Comptes – Palais de justice BP : 2829 Tél : 236 21 61 29 76


courdescomptescentrafricaine@yahoo.fr 25
- Réparation toiture de l’Assemblée Nationale…………5.000.000 F CFA

Conformément à l’article 46, al. 2 du code des marchés publics, l’acquisition des
Quinze (15) véhicules et la réfection de la toiture de l’AN ont été exécutés selon la
procédure d’entente directe, après avis de non objection émise par la Direction
Générale des Marchés Publics (DGMP), en date du 16 octobre 2016.

En réponse au questionnaire à lui adresser par la Cour (P 8), le Directeur Général des
Marchés Publics affirme que, conformément aux dispositions de l’article 45, al. 5 de
la Loi n° 08.017 du 08 juin 2009, portant code des marchés publics en République

ES
Centrafricaine, cet avis a été donné par rapport aux situations d’urgence invoquées
par le PAN dans sa correspondance n° 032/AN/4/VPAN/SG/DGFML.17 du 16 octobre
2017.

PT
OBSERVATION N° 17  : la Cour fait observer que l’article 28  du code des marchés

M
publics fait obligation à toute autorité contractante d’élaborer au début de chaque
exercice budgétaire un plan annuel de passation des marchés portant sur leur
CO
programme d’activité et ce, en collaboration avec le ministère des finances. Le
constat est que ce plan n’a pas été élaboré. Il y a donc violation de cet article. Les
arguments de clôture des engagements budgétaires et de l’imminence de l’ouverture
de la session budgétaire, évoqués par le PAN ne sont pas suffisants pour que la DGMP
ES

puisse donner son avis positif. En se fondant sur l’article 46, al. 5 pour marquer son
accord de non objection, la DGMP a fait une application à minima des dispositions du
code des marchés publics. Elle s’est rendue complice de violation dudit code, dont
D

elle est chargée de la stricte application.


R

C. L’EXAMEN DE L’EXECUTION DU BUDGET 2017 


U

Le budget de l’AN au titre de l’exercice 2017 a été arrêté au montant de Six Milliards
Quarante Deux Millions Sept Cent Quatre Vingt Dix Mille (6.042.790.000) FCFA. Le
CO

tableau ci-dessous présente ledit budget.

Tableau n° 10 :

Cour des Comptes – Palais de justice BP : 2829 Tél : 236 21 61 29 76


courdescomptescentrafricaine@yahoo.fr 26
ES
PT
M
En comparaison à l’exercice 2016, la dotation globale 2017 a progressé de 15%.
CO
Les dotations concernant les frais de fonctionnement et d’intervention ont augmenté,
respectivement de 20 et 21% par rapport à 2016, par contre les investissements ont
connu une chute de près de 30% et les frais de personnel sont quasi stationnaires.
ES

C.1- GESTION BUDGETAIRE

C.1.1- LES ENGAGEMENTS DES CREDITS


D

La situation des engagements des crédits alloués est retracée dans le tableau ci-
après.
R

Tableau n° 11 : situation des engagements.


U

MONTANTS MONTANTS MIS A ECARTS


CO

ENGAGES DISPOSITION
1er ENGAGEMENT 1.488.868.250 1.406.851.500 82.016.750

Ordon. 901700005

18/01/2017 (OK)

Cour des Comptes – Palais de justice BP : 2829 Tél : 236 21 61 29 76


courdescomptescentrafricaine@yahoo.fr 27
2ème ENGAGEMENT 1.488.868.250 1.488.868.250 0

Ordre paiement

OP901700550

13 mai 2017 (OK)

3ème ENGAGEMENT 1.488.868.250 1.488.868.250 0

Ordre paiement

OP901700820

ES
20/07/2017(OK)

PT
4ème ENGAGEMENT 1.488.868.250 1.242.818.000 246.050.250

Ordonnance

Ord901705009

M
CO
29 nov. 2017

TOTAL 5.955.473.000 5.627.406.000 328.067.000


ES

Source : rapports financiers 2017 (1er, 2ème, 3ème et 4ème trimestres)

L’engament des crédits alloués en Quatre (04) tranches obéit aux dispositions de
D

l’article 122 du RI de l’AN.


R

Le montant total des engagements se chiffre à Cinq Milliards Neuf Cent Cinquante
Cinq Millions Quatre Cent Soixante Treize Mille (5.955.473.000) FCFA, contre une mise
U

à disposition d’un montant de Cinq Milliards Six Cent Vingt Sept Millions Quatre Cent
Six Mille (5.627.406.000) FCFA, soit une différence de Trois Cent Vingt Huit Millions
CO

Soixante Sept Mille (328.067.000) FCFA.

Il convient de souligner que suite à une erreur constatée dans le rapport financier
2017, la Cour a procédé au redressement du montant mis à disposition du 4ème
trimestre.

C.1.2- LES APPELS DE FONDS

La situation des appels de fonds est retracée dans le tableau ci-après :

Tableau n° 12 : situation des Appels de Fonds

Cour des Comptes – Palais de justice BP : 2829 Tél : 236 21 61 29 76


courdescomptescentrafricaine@yahoo.fr 28
1er 2ème 3ème 4ème TOTAUX
TRIMESTRE
TRIMESTRE TRIMESTRE TRIMESTRE
Nombres 48 64 58 72 242
demandés

Nombres 25 58 26 34 143
honorés
TOTAL 385

Source : rapports financiers 2017 (1er, 2ème, 3ème et 4ème trimestres).

Au total, Trois Cent Quatre Vingt Cinq (385) Lettres d’Appel de Fonds (LAF) ont été

ES
émises au cours de l’exercice 2017. Après redressement par la Cour, le montant total
sollicité à travers ces LAP est évalué à Deux Milliards Huit Cent Vingt Neuf Millions

PT
Cent Six Mille Sept Cent Huit (2.829.106.708) FCFA, contre une réalisation de Deux
Milliards Cinq Cent Douze Millions Six Cent Vingt Mille Huit Cent Vingt-Sept
(2.512.620.827) FCFA, soit un écart de Trois Cent seize Millions Quatre Cent Quatre

M
Vingt Cinq Mille Huit cent Quatre Vingt Un (316.485.88) FCFA, d’où 11%.

Après déduction faite des montants gérés directement par le Trésor Public, dont la
CO
situation est présentée ci-après, le montant total des fonds mis à la disposition de
l’AN suite à ces Appels de Fonds s’élève à  : Deux Milliards Deux Cent Soixante Neuf
Millions Six Cent Quatre Vingt Quinze Mille Huit Cent Vingt Sept (2.269.695.827)
FCFA.
ES

Il s’agit des montants suivants :


D

- Deux Cent Millions (200.000.000) FCFA, payés au titre des kits des Députés,
dont Cent Millions (100.000.000) FCFA suivant l’appel de fonds émis en 2016,
qui serait tombé dans la masse mais payé durant le premier semestre 2017 ;
R

- Quarante Deux Millions Neuf Cent Vingt Cinq Mille (42.925.000) FCFA gérés
U

directement par le Trésor Public pour les frais de la session extraordinaire de


CO

l’Assemblée Nationale (Rapport financier 4ème trimestre page 8).

OBSERVATION N° 18  : la Cour fait observer que les rapports financiers des Quatre
(04) trimestres contiennent un nombre important d’erreurs de calcul ayant conduit la
Cour à procéder au redressement des montants. Aussi, il ya lieu de dire qu’un nombre
très élevé de LAF a été payé en espèces au détriment de la procédure de virement
bancaire.

C.1.3- L’EXECUTION DES RESSOURCES

Les ressources exécutées comprennent la dotation globale allouée par le budget de


l’Etat et les menues recettes réalisées par l’AN.

Cour des Comptes – Palais de justice BP : 2829 Tél : 236 21 61 29 76


courdescomptescentrafricaine@yahoo.fr 29
Tableau n° 13 : les ressources exécutées.

PREVISIONS REALISATIONS ECARTS TAUX


BUDGET 6.042.790.000 5.955.473.000 - 87.317.000 98,55%
MENUES 11.640.000 13.438.550 +1.798.550 115%
RECETTES
TOTAL 6.054.430.000 5.968.911.550 - 85.518.450 98,58%

Source : rapport financier 2017

En analysant le tableau ci-dessus :

ES
(i) les ressources mises à la disposition de l’AN, sur dotation globale, ont été
réalisées à hauteur 98,55%, soit un montant total de Cinq Milliards Neuf Cent
Cinquante Cinq Millions Quatre Cent Soixante Treize Mille (5.955.473.000) FCFA,

PT
contre une prévision de Six Milliards Quarante Deux Millions Sept Cent Soixante Dix
Mille (6.042.790.000) FCFA. Cependant, la différence de Quatre Vingt Sept Millions
Trois Cent Dix Sept Mille (87.317.000) FCFA représente les salaires des fonctionnaires

M
détachés, versés directement par le Trésor Public. Par conséquent, les crédits alloués
par le budget de l’Etat ont été exécutés à 100%.
CO
(ii) les menues recettes ont été réalisées pour un montant de Treize Millions Quatre
Cent Trente Huit Mille Cinq Cent Cinquante (13.438.550) FCFA, contre une prévision
de Onze Millions Six Cent Quarante Mille (11.640.000) FCFA, soit un écart de Un
Million Sept Cent Quatre Vingt Dix Huit Mille Cinq Cent Cinquante (1.798.550) FCFA,
ES

d’où 13%.

(iii) en somme, les ressources réalisées par l’AN, au titre de l’exercice 2017, se
D

chiffrent à Cinq Milliards Neuf Cent Soixante Huit Millions Neuf Cent Onze Mille Cinq
Cent Cinquante (5.968.911.550) FCFA.
R

Cependant, après examen des pièces par la Cour, les montants des ressources
U

réalisées sur dotation globale et des menues recettes sont arrêtées comme suit :
CO

- le montant de la dotation globale est de Cinq Milliards Six Cent Vingt Sept
Millions Quatre Cent Six Mille (5.627.406.000) FCFA ;

- Le montant des menues recettes est de treize Millions Quatre Cent Trente Huit
Mille Cinq Cent Cinquante (13.438.550) FCFA.

Soit un montant total des ressources réalisées de Cinq Milliards Six Cent Quarante
Millions Huit Cent Quarante Quatre Mille Cinq Cent Cinquante (5.640.844.550) FCFA.

C.1.4- L’EXECUTION DES DEPENSES

Les dépenses prévues et réalisées en 2017 sont présentées dans le tableau ci-après.

Tableau n° 14 : les dépenses prévues et réalisées


Cour des Comptes – Palais de justice BP : 2829 Tél : 236 21 61 29 76
courdescomptescentrafricaine@yahoo.fr 30
PREVIS. REALISAT. ECARTS TAUX de
réal.
Fonctionnaires 87.317.000 87.317.000 0 100%
détachés
Personnel 1.388.593.000 1.046.731.194 -341.861.806 75,38%
administratif
Indemnités des 2.313.564.926 2.616.565.742 +303.000.816 109%
Députés

Dépenses de 70.000.000 75.387.500 +5.387.500 110,55%


mat. et fournit.

ES
Dépenses 1.925.248.074 2.354.680.927 +429.432.853 122,31%
d’intervention

PT
Dépenses 258.067.000 272.655.229 14.588.229 105%
d’Investissemen
t
TOTAL 6.300.857.000 6.453.337.592
M +152.480.592 102,4%
CO
Source : rapport financier 2917

Le montant des dépenses réalisées se chiffre à Six Milliards Quatre Cent Cinquante
ES

Trois Millions Trois Cent Trente Sept Mille Cinq Cent Quatre Vingt Douze
(6.453.337.592) FCFA contre une prévision de Six Milliards Trois Cents Millions Huit
Cent Cinquante Sept Mille (6.300.857.000) FCFA, soit un dépassement de Cent
D

Cinquante Deux Millions Quatre Cent Quatre Vingt Mille Cinq Cent Quatre Vingt Douze
(152.480.592) FCFA, d’où une réalisation de 102,4%. Cette situation se justifie par
R

certaines dépenses exécutées en plus, à savoir  : les Indemnités des Députés (109%),
U

les dépenses de matériels et fournitures (110,55%), les dépenses d’intervention


(122,31%) et les dépenses d’Investissement (105%).
CO

Les rapports financiers de l’année 2017 indiquent que le dépassement du montant de


Soixante Dix (70) millions alloué au crédit de fournitures et matériels est le résultat
des appels d’offres payés directement par le Trésor Public sans se référer au
Comptable de l’AN.

Le rapport financier impute le dépassement des crédits d’intervention au double


paiement des kits des Députés pour un montant de Deux Cent Millions (200.000.000)
FCFA et à l’organisation de la Conférence des Grands Lacs, non prévu au budget d’un
montant de Quatre Vingt Cinq Millions (85.000.000) FCFA. Nonobstant cette
justification, un montant de Cent Quarante Quatre Millions Quatre Cent Trente Deux
Mille Huit Cent Cinquante Trois (144.432.853) FCFA reste à justifier.

Cour des Comptes – Palais de justice BP : 2829 Tél : 236 21 61 29 76


courdescomptescentrafricaine@yahoo.fr 31
OBSERVATION N° 19 : la Cour fait observer que le budget de l’AN a été exécuté en
dépassement des crédits alloués. Pour diverses causes, les dépenses n’ont pas été
maîtrisées  : (i) le dépassement des dépenses d’indemnités des Députés ne peut se
justifier au vu de l’effectif inchangé des Elus et aussi les indemnités des Députés ne
devaient pas figurer dans la rubrique «  dépenses d’intervention  »  ; (ii) les dépenses
relatives aux postes « Actions politiques et actions parlementaires », dont la nature et
l’objet sont identiques, constituent un double emploi  ; (iii) le rapport financier du
4ème trimestre 2017 a révélé une double prise en charge du poste «  Assistants
Parlementaires », aussi bien dans la rubrique Indemnités des Députés que dans celle
de l’Intervention pour un montant total de Deux Cent Cinquante Deux Millions
(252.000.000) FCFA, soit 10,7% du total des dépenses hors salaires, fonctionnement et
investissement ; (iv) aucune disposition du RI de l’AN n’a prévu la fonction d’Assistant
Parlementaire  ; (v) une double inscription des fonds spéciaux au poste

ES
«  Interventions  », à savoir  : Fonds spéciaux BV et Fonds spéciaux  ;  (vi) tous les
marchés sont passés par entente directe (Travaux SODECA, Aménagement Bureau PAN,

PT
Mobilier Bureau PAN, Mobiliers Membres Bureau, Clés, Travaux aménagement voies,
Travaux réparation toiture, Matériel roulant), avec l’autorisation de la Direction
Générale des Marchés Publics, en violation de la règlementation en la matière.

M
Cependant, l’inexistence de tous livres auxiliaires ne permet pas de mener une
analyse approfondie sur l’irrégularité de dépassement et surtout de comprendre et
CO
apprécier comment a été financé ce gap.

C.2- LA GESTION COMPTABLE


ES

C.2.1- L’ANALYSE DES DEPENSES SUR PIECES DE CAISSE

Le montant des dépenses exécutées sur pièces de caisse s’élève à Un Milliard Trois
Cent Quarante Six Millions Cinq Cent Quarante Deux Mille Huit Cent Soixante Quinze
D

(1.346.542.875) FCFA. Le tableau ci-dessous présente le total mensuel des dépenses


exécutées.
R

Tableau n° 15 : situation mensuelle des sorties de caisse


U

Mois Montant
CO

Janvier 212.395.480
Février 98.739.327
Mars 99.403.847
Avril 9.702.300
Mai 210.378.181

Juin 99.914.903

Cour des Comptes – Palais de justice BP : 2829 Tél : 236 21 61 29 76


courdescomptescentrafricaine@yahoo.fr 32
Juillet 8.416.183
Août 108..921.981
Septembre 55.663.603
Octobre 304.925.752
Novembre 123.940.581
Décembre 14.140.737
TOTAL 1.346.542.8
75

Source : chrono pièces comptables

ES
C.2.2- LA SITUATION DES INDEMNITES DES DEPUTES

PT
Tableau n° 16 : situation des indemnités des Députés

M
CO
ES
D
R
U
CO

Cour des Comptes – Palais de justice BP : 2829 Tél : 236 21 61 29 76


courdescomptescentrafricaine@yahoo.fr 33
Situation des indemnités des députés

Banque – Exercice 2017

Libelle
N° Indemnités des députés / Période Total
ordre General Observation
J F A M J J O S O N D
M
Mode

1 BSIC 53007882 51637232 52963314 52963314 52963314 52963314 55153964 54613964 54613964 54613964 54613964 54613964 644482541

2 EcoBank 22487516 22487516 22229632 22229632 18287682 18287682 18287682 19658322 19658332 18287682 18287682 18287682 238717252

3 CBCA 119723112 119723112 122693725 120905876 124792826 124942828 126163478 124792828 124792828 126163478 126163478 126163478 1.487.021.047

4 BPMC 15877150 17247800 17247800 18507800 17427800 17427800 15877150 15877150 15877150 15877150 15877150 15877150 178.199.050

Impôt 3955000 3955000 3926750 3926750 3926750 3926750 3955000 3955000 3955000 3955000 3955000 3955000 47.347.000
5
2.615.766.303
6 Totaux 215050660 215050660 219060660 218693372 217318372 217468374 219437274 218897274 21897274 218897274 218897274 218897274

ES
2.616.565.742

Source:Chronos des indemnités des députés de Janvier Décembre 2017

PT
M
CO
ES
D
R
U
CO

Cour des Comptes – Palais de justice BP : 2829 Tél : 236 21 61 29 76


courdescomptescentrafricaine@yahoo.fr 34
De l’analyse du tableau ci-dessus, il ressort que le total des indemnités des Députés
correspond aux réalisations du budget, soit un montant de Deux Milliards Six Cent
Seize Millions Cinq Cent Soixante Cinq Mille Sept Cent Quarante Deux (2.616.565.742)
FCFA.

Cependant, la somme des indemnités virées par banque individuellement se chiffre à


Deux Milliards Six Cent Quinze Millions Sept Cent Soixante Six Mille Trois Cent Trois
(2.615.766.303) FCFA.

La différence de Sept Cent Quatre Vingt Dix Neuf Mille Quatre Cent Trente Deux
(799.432) FCFA constatée entre les données des réalisations budgétaires et celles des
banques s’explique par la double comptabilisation d’indemnité du Député Nestor
NALI, nouvellement élu, au mois de juillet, à la fois en numéraire et en banque.

ES
C.2.3- LA SITUATION DE SALAIRES DES CADRES

Tableau n° 17 : situation de salaires des cadres

PT
M
CO
ES
D
R
U
CO

Cour des Comptes – Palais de justice BP : 2829 Tél : 236 21 61 29 76


courdescomptescentrafricaine@yahoo.fr 35
Situation desalaire et indemnité des cadres et agents de l’assemblée nationale

Banque – Exercice 2017

Libelle Indemnités des députés /Période


Total Observation
N° General
d’ordre
Mode J F M A M J J A S O N D
Reglemt
138218948
1 BSIC
11.684.680 11.633.048 11.053.048 11.350.246 11.410.246 11.410.246 11.281.004 11.661.286 11.601.286 11.731.286 11.731.286 11.731.286
375437368
2 EcoBank
32.660.600 31.031.000 31.911.600 31.444.702 31.444.702 31.507.202 31.179.604 30.115.742 30.166.434 30441.805 30.305.165 33.348.212
229844955 (y compris
3 CBCA 17.854.592 17.854.592 17.984.892 17.984.892 19.047.388 18.433.888 18.373.888 18.373.888 18.433.888 22.115.638 21.507.008 21.880.401 Oct. CBCA,
Droit légaux
Montant
3731750

ES
299498173
4 BPMC
25.787.217 25.787.217 25.787.217 24.504.717 24.504.717 24.504.717 24.504.717 25.099.717 25.099.717 24.979.717 24.744.813 24.408.690
Droit
5 légaux 3.731.750
1042939444
6 Totaux
8798.7089 86.306.457 8670.1757 85.284.557 86.287.053 85.856.053 85.339..213 85.070.633 85.301.325 93.000.196 88.288.272 91.308.589
1046731194

PT
Source:Chronos des indemnités des députés de Janvier Décembre 2017

M
CO
ES
D
R
U
CO

Cour des Comptes – Palais de justice BP : 2829 Tél : 236 21 61 29 76


courdescomptescentrafricaine@yahoo.fr 36
Le total des salaires des cadres virés par banque donne un montant de Un Milliard
Quarante Deux Millions Neuf Cent Trente Neuf Mille Quatre Cent Quarante Quatre
(1.042.939.444) FCFA.

Par contre le total des banques donne un montant de Un Milliard Quarante Six Millions
Sept Cent Trente Un Mille Cent Quatre Vingt Quatorze (1 .046.731.194) FCFA, soit un
écart de Trois Millions Sept Cent Quatre Vingt Onze Mille Sept Cent Cinquante
(3.791.750) FCFA.

Cette différence s’explique par une double comptabilisation des droits légaux de
Monsieur GUERET ZANGBE pour un montant de Deux Millions Cinq Cent Mille
(2.500.000) FCFA et de Madame NGBABO Colette, dont le montant est de Un Million
Deux Cent Trente Un Mille Sept Cent Cinquante (1.231.750) FCFA. En effet, cette

ES
différence a été prise en compte, dans un premier temps dans le panier de salaire de
la banque CBCA du mois d’octobre, puis dans un second temps dans le panier
récapitulatif de la lettre de virement à la banque CBCA adressée par la Direction

PT
Générale des finances.

C.2.4- L’EXAMEN DES RETENUES

M
Le rapport financier 2017 présente la situation des retenues opérées sur les salaires
des Cadres et Agents de l’AN de la manière suivante :
CO
-Retenues (IFPP) : Vingt Six Millions Huit Cent Cinquante Sept Mille Sept cent Trente
Huit (26.857.738) FCFA ;

-Taxes additionnelles (TA) : Trois Cent Soixante Seize Mille Cinq Cent (376.500) FCFA ;
ES

-Retenues pensions de retraite  : Trente Un Millions Trois Cent Trente Trois Mille Huit
Cent Soixante Seize (31.333.876) FCFA.
D

En somme, un montant de Vingt Sept Millions Deux Cent Trente Quatre Mille Deux
Cent Trente Huit (27.234.238) FCFA est destiné à l’administration fiscale et Trente Un
R

Millions Trois Cent Trente Trois Mille Huit Cent Soixante Seize (31.333.876) FCFA à la
U

Caisse Nationale de Sécurité Sociale (CNSS).


CO

Cependant, il convient de relever que des montants Quarante Millions (40.000.000)


FCFA, au titre des cotisations sociales (part patronale) et Douze Millions (12.000.000)
FCFA, au titre des arriérés des allocations familiales, ont été prévus dans le budget
2017.

C.2.5- LE RAPPROCHEMENT DES FONDS REÇUS ET UTILISES

Le rapport financier de la gestion comptable 2017 mentionne que la caisse de l’AN a


reçu du trésor public un montant de Deux Milliards Trois Cent Cinquante Quatre
Millions Six Cent Quatre Vingt Mille Neuf Cent Vingt Sept (2.354.680.927) FCFA. Par
contre les dépenses effectuées en numéraires se chiffrent à Deux Milliards Deux Cent
Trente Deux Millions Cent Quatre Vingt Seize Mille Neuf Cent Trente Neuf
(2.232.196.939) FCFA.
Cour des Comptes – Palais de justice BP : 2829 Tél : 236 21 61 29 76
courdescomptescentrafricaine@yahoo.fr 37
Le solde positif est de Cent Vingt Deux Millions Quatre Cent Quatre Vingt Trois Mille
Neuf Cent Quatre Vingt Huit (122.483.988) FCFA.

Après redressement par la Cour sur la base des Appels de Fonds, les entrées se
chiffrent à  Deux Milliards Deux Cent Quatre Vingt Trois Millions Cent Trente Quatre
Mille Trois Cent Soixante Dix Sept (2.283.134.377) FCFA, dont Deux Milliards Deux Cent
Soixante Neuf Millions Six Cent Quatre Vingt Quinze Mille Huit Cent Vingt Sept
(2.269.695.827) FCFA reçus du trésor public et Treize Millions Quatre Cent Trente Huit
Mille Cinq Cent Cinquante (13.438.550) FCFA, au titre des menues recettes. 

Les dépenses effectuées en numéraire sont arrêtées au montant de Deux Milliards


Deux Cent Trente Deux Millions Cent Quatre Vingt Seize Mille Neuf Cent Trente Neuf
(2.232.196.939) FCFA.

ES
Le solde positif est de Cinquante Millions Neuf Cent Trente Sept Mille Quatre Cent
Soixante Dix Huit (50.937.478) FCFA.

PT
OBSERVATION N° 20 : la Cour fait observer ce qui suit : (i) l’usage du numéraire est
érigé en règle dans les opérations entre le trésor et l’AN. D’ailleurs, ce fait a été
signalé dans les rapports financiers de la DGML. Il est à noter que plus de Deux

M
Milliards (2.000.000.000) FCFA ont été retirés en espèce à la caisse du trésor public,
au lieu d’un virement bancaire  ; (ii) les entrées en caisse ne sont pas
CO
systématiquement enregistrées, ce qui laisse entendre que la comptabilité se fait de
manière précipitée quand le comptable prend possession des fonds décaissés en
liquide par le trésor public ou simplement c’est le fait d’une mauvaise tenue de la
comptabilité ; (iii) les documents de base nécessaires à la tenue de toute comptabilité
ES

et du reste exigés par la Loi sont inexistants, entre autres les livres auxiliaires qui
permettent d’enregistrer les opérations quotidiennes ; (iv) les mentions requises qui
doivent obligatoirement figurer sur toute pièce de paiement ne sont pas apposées, à
D

savoir : le numéro d’ordre permettant l’identification de la pièce mise en opération,


l’imputation budgétaire pour déterminer les lignes de prise en charge de l’opération,
R

les signatures de l’Ordonnateur, du Comptable principal et des autres responsables


concernés par la procédure et le visa du Questeur ; (v) la non séparation des chronos
U

des recettes et des dépenses, d’où un mélange des pièces des dépenses et de
CO

recettes  ; (vi) le manque récurrent des pièces justificatives des dépenses et les
recettes. Ainsi, un montant de Cinq Cent Vingt Sept Millions Quatre Cent Quatre Vingt
Quatre Mille Cent Vingt Cinq (527.484.125) FCFA a été exécuté en dépenses sans
aucune pièce justificative; (vii) pour un bon nombre de pièces de paiement, les
bénéficiaires ne sont pas clairement indiqués ; (viii) un nombre important d’avances
de solde n’a pas été apuré (P 9).

D. L’EXAMEN DE L’EXECUTION DU BUDGET 2018 

La Loi de finances initiale a arrêté le budget de l’AN à Six Milliards Six Soixante Six
Millions Six Cent Quarante Quatre Mille (6 666 644 000) franc CFA.

Tableau n° 18 :
Cour des Comptes – Palais de justice BP : 2829 Tél : 236 21 61 29 76
courdescomptescentrafricaine@yahoo.fr 38
ES
PT
M
CO
Cependant, la Loi de finances rectificative n°18.011 du 07 juillet 2018 a porté le
montant de ce budget à Six Milliards Sept Quarante Un Millions Six Quarante Quatre
Mille (6.741.644.000) FCFA et se décompose comme suit :
ES

I. Salaire des fonctionnaires détachés = 117.942.000 FCFA ;


D

II. Fonctionnement spécifique = 0 FCFA ;

III. Dépense d’intervention = 6.307.788.000 FCFA ;


R

IV. Dépense d’investissement = 315. 914.000 FCFA.


U
CO

D.1- LA GESTION BUDGETAIRE

D.1.1- LES RESSOURCES

Les ressources exécutées comprennent la dotation globale allouée par le budget de


l’Etat et les menues recettes réalisées par l’AN.

Cour des Comptes – Palais de justice BP : 2829 Tél : 236 21 61 29 76


courdescomptescentrafricaine@yahoo.fr 39
Tableau n° 19 : les ressources exécutées.

PREVISIONS REALISATIONS ECARTS TAUX


BUDGET 6.741.644.000 2.200.051.136 -4.541.592.86
4
M E N U E S 16.378.068 9.034.780
RECETTES -7.344.288
TOTAL 6.758.022.068 2.209.085.916 -4.548.936.1 33%
52

Source : rapport financier DGFML 2018

ES
Il convient de noter qu’après vérification des calculs, le chiffre inscrit en réalisation
des menues recettes de Neuf Millions Trente Quatre Mille Sept Cent Quatre Vingt
(9.034.780) FCFA ne correspond pas aux montants cumulées figurant au journal de

PT
caisse banquet des 1er trimestre (6.014.890 FCFA), 2ème trimestre (2.303.890 FCFA) et
3ème trimestre (1.735.500 FCFA), soit un total de Dix Millions Cinquante Quatre Mille
Deux Cent Quatre Vingt (10.054.280) FCFA.

M
Le rapport indique que les ressources ont été exécutées à hauteur de 33%.
CO
D.1.2- LES DEPENSES 
La situation des dépenses est résumée dans le tableau ci-après :

Tableau n° 20 : les dépenses exécutées


ES

Prévisions Réalisations Ecart


D

F o n c t i o n n a i r e s 117 942 000 F 88 456 500 F -29.485.500


détachés
R

P e r s o n n e l 1 183 900 000 1 148 443 229 -35.456.771


permanent ou
U

Parlementaire
CO

Fonctionnement 1 356 030 836 F 1 069 600 621 F -286.430.215


I n d e m n i t é s d e s 2 609 457 164 F 1 976 592 547 -632.864.617
Députés
d é p e n s e s 1 130 800 000 F 2 961 342 547 F 1.830.542.547
d’intervention
D é p e n s e s 315 942 000 F 227 800 750 F -88.141.250
d’Investissement
TOTAL 6.714.072.000 7.472.236.194 758.164.194
Source : rapport financier DGFML 2018.

Cour des Comptes – Palais de justice BP : 2829 Tél : 236 21 61 29 76


courdescomptescentrafricaine@yahoo.fr 40
Il convient de relever que les dépenses d’intervention ont servi à financier des
missions dont celle avortée du Québec (CANADA). Les concernés dont les noms sont
énumérés ci-dessous ont été invités par la Direction de l’agence ASKY (P 10) à
restituer les titres de voyage en leur possession afin de satisfaire l’opération de
remboursement du montant de Vingt Quatre Millions Cent Quatre Vingt Six Mille Deux
Cent Cinquante (24 186 250) FCFA réclamé par le PAN dans sa correspondance datée
du 3 septembre 2018 (P 11). Malheureusement aucune preuve de restitution de ces
titres et de leur remboursement n’a été jointe aux pièces examinées.
Il s’agit de :
✓ Bernard DILLAH;

✓ Dorothée TIYANGA ;

✓ Roland Achille BANGUE BETANGAI ;

ES
✓ Stève Kelly M  KOBA;

✓ René Constant NGBONDO ;

PT
✓ Bernadette GOMINA PAMPALI ;

✓ Jean Bruno VICKO ;

✓ Jean Christophe NGOAGOUNI ;


M
CO
✓ Lionel Hamadi KONZALE ;

✓ Eugénie Yvonne YARAFA née PAGOULLAH ;


ES

✓ David TOUBARO.
D

OBSERVATION N° 21  : la Cour fait observer ce qui suit  : (i) les données
prévisionnelles du budget rectificatif de Six Milliards Sept Quarante Un Millions Six
Quarante Quatre Mille (6.741.644.000) FCFA, ont été reportées avec erreur dans le
R

rapport financer 2018 de la DGFML ; (ii) conformément au rapport financier 2018, le


U

budget a été exécuté en dépassement de Sept Cent Cinquante Huit Millions Cent
Soixante Quatre Mille Cent Quatre Vingt Quatorze (758.164.194) FCFA. Ce
CO

dépassement s’explique par l’augmentation des dépenses d’intervention prévues


initialement à Un Milliard Cent Trente Millions Huit Cent Mille (1.130.800.000) FCFA
mais réalisées à hauteur de Deux Milliards Neuf Cent Soixante Un Millions Trois Cent
Quarante Deux Mille Cinq Cent Quarante Sept (2.961.342.547) FCFA, soit un écart de
Un Milliards Huit Cent Trente Millions Cinq Cent Quarante Deux Mille Cinq Cent
Quarante Sept (1.830.542.547) FCFA.

D.1.3- LE RAPPROCHEMENT DES RESSOURCES AUX CHARGES

Tableau n° 21 : rapprochement des ressources aux charges

MOIS RECETTES DEPENSES SOLDE POURCENTAGE

Cour des Comptes – Palais de justice BP : 2829 Tél : 236 21 61 29 76


courdescomptescentrafricaine@yahoo.fr 41
MOIS RECETTES DEPENSES POURCENTAGE
+ -
Janvier 129 219 023 121 632 993 7 586 030
Février 170 476 260 120 322 584 50 153 676
Mars 206 149 882 206 054 351 95 531
Avril 228 155 508 228 103.563 51 945
Mai 300 982 428 299 862 142 1 120 286
Juin 246 785 309 217 199 240 29 586 069
Juillet 166 900 771 183 290 294 - 16.389.523
Aout 166 900 771 166 406 936 493 835

ES
Septembre 193 838 985 110 311 390 83 527 595
TOTAL 1 809 408 1 653 183 156 225 444 91,3%

PT
937 493
Source : rapport financier DGFML 2018

M
Il ressort de ce tableau qu’à fin septembre 2018, le solde des opérations exécutées
est positif d’un montant de Cent Cinquante Six Millions Deux Cent Vingt Cinq Mille
CO
Quatre Cent Quarante Quatre (156  225  444) FCFA, pour un montant des ressources
réalisées de Un Milliard Huit Cent Neuf Millions Quatre Cent Huit Mille Neuf Cent
Trente Sept (1 809 408 937) FCFA, contre un montant des dépenses de Un Milliard Six
Cent Cinquante Trois Millions Cent Quatre Vingt Trois Mille Quatre Cent Quatre Vingt
Treize (1 653 183 493).
ES

Cependant, l’analyse faite sur la base des pièces des entrées et sorties de caisse de la
période de janvier à septembre 2018, affiche les montants suivants :
D

- Recettes 400 552 014 FCFA ;


- Dépenses 1 128 620 118 FCFA ;
- Un gap - 728 068 104 FCFA.
R

Par contre le tableau III de recettes et dépenses de la même période, sur la base du
livre-journal du rapport financier présente les montants différents comme suit :
U

- Recettes 1 809 408 937 FCFA ;


- Dépenses 1 653 183 493 FCFA ;
CO

- Un gap 156 225 444 FCFA.

OBSERVATION N° 22 : la Cour fait observer qu’il y a une discordance criarde entre les
données du rapport financier de la DGFML, celles relevées sur pièces comptables et
celles enregistrées dans le grand livre. Cet état de fait découle de la mauvaise tenue
de la comptabilité, sinon de la non maitrise du métier par les Agents de la DGFML.
En référence au RGCP, cette situation constitue une irrégularité dans les comptes de
l’AN susceptible de mettre en cause la responsabilité du Comptable principal de
l’Institution.

D.1.4- LES APPELS DE FONDS

Cour des Comptes – Palais de justice BP : 2829 Tél : 236 21 61 29 76


courdescomptescentrafricaine@yahoo.fr 42
Le montant total des appels de fonds émis de janvier à septembre 2018 se chiffre à
Deux Milliards Deux Cent Millions Cinq Cent Cinquante Un Mille Cent Trent Six
(2.200.051.136) FCFA. Par contre le montant payé s’élève à Deux Milliards Deux Cent
Dix Sept Millions Cinq Cent Cinquante Un Mille Deux Cent Vingt Un (2  217  551  221)
FCFA, soit un dépassement de 17.500.085 FCFA, d’où 111% du montant des appels de
fonds émis, dont un montant de Quatre Cent Vingt Deux Millions Six Cent Quatre Vingt
Deux Mille Deux Cent Cinquante (422 682 250) FCFA au 1er trimestre, Sept Cent Trente
Deux Millions Sept Cent soixante Onze Mille Quatre Cent Soixante Seize (732 771 476)
FCFA au 2ème trimestre et Un Milliard Quarante Quatre Millions Cinq Cent Quatre Vingt
Dix Sept Mille Quatre Cent Dix (1 044 597 410) FCFA au 3ème trimestre.

Le rapport financier du 3ème trimestre a indiqué qu’un montant de Cinq Cent Quatre
Vingt Quatre Millions Cinq Cent Quatre Vingt Huit Mille Sept Cent Quatre Vingt Dix

ES
(584  588  790) FCFA d’Appels de Fonds a servi à payer  : Trois (03) mois de frais de
restitution et des indemnités des assistants parlementaires des Cent Trente Un (131)
Députés, le reliquat des kits des Députés, versé directement par le trésor public au

PT
fournisseur, la facture de matériel roulant acquis en 2017, les frais de session du
collectif budgétaire 2017 et les frais des évacuations sanitaires.

M
OBSERVATION N° 23  : la Cour fait observer que les indemnités des Assistant
Parlementaires, le reliquat des kits des Députés et les frais de session, ont été
CO
exécutés hors budget car ces dépenses n’ont pas été prévues. Aussi, les dépenses
payées directement par le trésor aux bénéficiaires sont irrégulières.

D.2- LA GESTION COMPTABLE


ES

D.2.1- LA SITUATION DES MENUES RECETTES


La prévision des menues recettes a été arrêtée à la somme de  : Seize Millions Trois
Cent Soixante Dix Huit Mille Soixante Huit (16 378 068) FCFA contre une réalisation de
D

Neuf Millions Trente Quatre Mille Sept Cent Quatre Vingt (9 034 780) FCFA.
Le rapport financier du 3ème trimestre mentionne que les menues recettes ont servi à
R

prendre en charge les frais médiatiques, d’entretien, de désherbage et de couvrir


U

éventuellement les déficits de caisse.


CO

Tableau n° 22  : le journal de caisse de la salle de banquets du 1er, 2ème et 3ème


trimestre 2018.
PERIODE ENTREE SORTIE SOLDE
1er trim. 6 014 890 4 846 000 1 168 890
2ème trim. 2 308 890 2 283 300 25 590
3ème trim. 1735 500 1 229 500 506 000
TOTAL 10 059 280 8 358 800 1 700 480
Source : grand livre
Au terme des trois (03) trimestres, les recettes de la salle de banquets ont été
arrêtées au montant de Dix Millions Cinquante Neuf Mille Deux Cent Quatre Vingt
Cour des Comptes – Palais de justice BP : 2829 Tél : 236 21 61 29 76
courdescomptescentrafricaine@yahoo.fr 43
(10 059 280) FCFA. Par contre les dépenses ont été chiffrées à Huit Millions Trois Cent
Cinquante Huit Mille Huit Cent (8 358 800) FCFA, d’où un solde positif de Un Million
Sept Cent Mille Quatre Cent Quatre Vingt (FCFA).
OBSERVATION N° 24 : la Cour fait observer que l’emploi des menues recettes tel que
décrit ci-dessus a été déjà prévu dans le budget de l’AN. Les dépenses ainsi
effectuées constituent un double emploi. Aussi faut-il dire que l’utilisation des
menues recettes pour couvrir des déficits de caisse n’obéit à aucune règle comptable.
Une telle dépense constitue une irrégularité susceptible de mettre en jeu la
responsabilité du comptable.

D.2.2- LA SITUATION BANCAIRE

Tableau n° 23 : le journal des banques de janvier a septembre 2018.

ES
BANQUES 1er trimestre 2ème trimestre 3ème trimestre

PT
Débit Crédit Débit Crédit Débit Crédit SOLDE
BPMC 2 0 5  1 4 9 2 1 1  6 2 4 64 596 932 67 268 108 31 865 250 28 741 535 -3 123 715

M
326 098

BSIC 25 690 609 51 804 883 27 159 909 28 386 027 60 473 989 6 615 069 -53 858 920
CO
CBCA 19 623 749 26 089606 28 428 162 34 085 700 20 037 654 22 787 623 2 749 969

Eco-Bank 26 852 954 19 808480 1 153 820 6 116 349 5 285 124 11 729 134 6 444 010

TOTAL 277.316.63 309.327.0 121.338.8 135.856.1 117.662.0 69.873.36 83 527 595


ES

8 67 23 84 17 1

Source : rapport financier DGFML 2018


D

L’encaisse de l’AN est constituée de soldes en banque et le disponible réel en caisse.


Le rapport financier indique les montants suivants :
- disponible en caisse de 83 527 595 FCFA ;
R

- BSIC = -53 858 920 FCFA;


- BPMC = -3 123 715 FCFA;
U

- CBCA = 2 749 969 FCFA;


- Eco-Bank= 6 444 010 FCFA.
CO

L’encaisse de l’AN sur la base du rapport financier est de Trente Cinq Millions Sept
Cent Trente Huit Mille Neuf Cent Trente Neuf (35 738 939) FCFA.

D.2.3- LA SITUATION DES PRELEVEMENTS DES IMPOTS FORFAITAIRES SUR LES


PERSONNES PHYSIQUES (IFPP) ET PENSION RETRAITE

En référence à la correspondance n° 035 du 16 juillet 2018 de Monsieur le Président


de l’Assemblée Nationale (P 12), la situation des prélèvements des IFPP et de la
pension-retraire pour la période du 1er janvier 2016 au 30 juin 2018, se chiffre à
Soixante Quatorze Millions Cent Dix Neuf Mille Six Cent Trente Six (74 119 636) FCFA.

Cour des Comptes – Palais de justice BP : 2829 Tél : 236 21 61 29 76


courdescomptescentrafricaine@yahoo.fr 44
Ainsi, par correspondance, le Président de la 3è chambre de la Cour des Compte a
demandé au Directeur Général des Impôts et du Domaine (DGID) et au Directeur
Général de la Caisse Nationale de Sécurité Sociale (DG CNSS) de communiquer à la
mission les situations de reversement réalisées. La non réponse du DGID ne permet
pas d’élucider cette situation.
Par contre, dans sa réponse en date du 28 mai 2019 (P 13), le DG CNSS affirme que
par entente, un montant de Trois Cent Dix Neuf Millions Trois Cent Cinquante Neuf
Mille Trois Cent Dix Neuf (319.359.319) FCFA a été arrêté au titre d’arriéré de
cotisation couvrant la période de mai 2006 à novembre 2014. Ainsi, deux (2) Appels de
Fonds d’un montant global de Cent Cinquante Millions (150.000.000) FCFA ont été
émis et transmis au trésor et sont restés sans suite.
Par conséquent, pour la période du 1er juin 2016 au 30 septembre 2018, aucun
reversement n’a été effectué au profit de la CNSS.

OBSERVATION N° 25 : la Cour fait observer que les documents comptables que sont :

ES
le livre journal, le brouillard de caisse, le grand Livre, sont inexistants, ce qui est de
nature à semer le doute sur la sincérité et la régularité de la gestion de l’AN. Il
convient de faire observer également que les Appels de Fonds ne sont pas

PT
systématiquement enregistrés dans le registre à cet effet. Seuls quelques uns ont fait
l’objet d’enregistrement. En outre, il y a lieu de relever le cas de double emploi des
rubriques Action parlementaire et  Action politique, qui en réalité, constituent un

M
même et unique objet. Aussi, il faut noter la mauvaise tenue de la comptabilité, qui
affiche souvent des chiffres non concordants tant au niveau de la caisse qu’au niveau
CO
des comptes en banque. Enfin, les opérations ou écritures comptables ne sont pas
régulièrement et quotidiennement transcrites comme le prévoient les Lois et
Règlements en matière de gestion des deniers publics.

E. LA GESTION DU PARC AUTOMOBILE


ES

Le parc automobile de l’AN est constitué de véhicules et engins à deux roues. On


dénombre Vingt Trois (23) véhicules, Onze (11) motos et Quatre (04) vélos.
D

L’AN a souscrit auprès des compagnies Sunu et Allianz des assurances « tous risques »
pour la totalité de ses véhicules.
R

Après avoir procédé au recensement physique des véhicules, conformément à la liste


U

établie par la Direction du matériel et de la Logistique, Dix Neuf (19) véhicules sur les
CO

Vingt Trois (23) recensés, sont en bon état de fonctionnement. Par contre Quatre (04)
sont en état de panne.

A l’exception des véhicules immatriculés 001PAN de marque TOYOTA LAND CRUISER VX


(en panne) qui est un don Angolais et la MERCEDESS du PAN offert par la Présidence de
la République, les Vingt (21) autres ont été acquis sur le Budget de l’AN.

OBSERVATION N° 26 : la Cour fait observer que l’acquisition desdits véhicules a été
faite en dehors de toute procédure prévue par le code des marchés publics en
République Centrafricaine. Aucun document d’Appels d’Offre ou d’autorisation

Cour des Comptes – Palais de justice BP : 2829 Tél : 236 21 61 29 76


courdescomptescentrafricaine@yahoo.fr 45
d’entente directe de la Direction Générale des Marchés Publics (DGMP) n’est
disponible.

F. LES ATTRIBUTIONS DES MARCHES PUBLICS

ES
Cette partie, qui logiquement devrait être abordée dans les investissements, a été
retranchée pour être traitée sous cette rubrique compte tenu des montants
importants des dépenses au titre des marchés publics.

PT
F.1- LES DISPOSITIONS PERTINENTES DES PROCEDURES DE PASSATION DES MARCHES
CONTENUES DANS LE CODE DES MARCHES PUBLICS.

M
La connaissance desdites procédures s’avère indispensable pour mieux analyser les
marchés conclus par l’AN.
CO
Article 2, al. 1 : « Les procédures de passation des marchés publics et de délégations
de service public, quel qu’en soit le montant, sont soumises aux principes suivants :

D. Le libre accès à la commande publique ;


ES

E. L’égalité de traitement des candidats ;


D

F. L’économie et l’efficacité du processus d’acquisition ;

G. La transparence des procédures, et ce à travers la rationalité, la modernité et


R

la traçabilité des procédures ».  


U

Article 17  : «  Ne sont pas admises à participer aux procédures de passations de


marchés et délégations de service public, en raison des règles relatives au conflit
CO

d’intérêt  : les entreprises dans lesquelles les membres de l’autorité contractante,


…..de nature à compromettre la transparence des procédures de passation des
marchés publics ».

Article 27, alinéa 3  :  «  Le lancement d’une procédure de passation d’un marché


public est subordonné à l’existence de crédits budgétaires suffisants, à l’autorisation
de programme lorsque la couverture financière est reconnue et au respect des règles
organisant les finances publiques ».

Article 28  «  Il incombe aux autorités contractantes, en collaboration avec le


ministère en charge des finances, la charge d’élaborer des plans prévisionnels
annuels de passation des marchés et conventions de délégation des services publics
Cour des Comptes – Palais de justice BP : 2829 Tél : 236 21 61 29 76
courdescomptescentrafricaine@yahoo.fr 46
sur le fondement de leur programme d’activité. Les plans dûment approuvés par le
ministère en charge des finances doivent être cohérents avec les crédits qui leur sont
alloués. Ils sont révisables et doivent être communiqués à la Direction Générale des
Marchés Publics qui en assure la diffusion auprès des entités chargées des
engagements budgétaires et du contrôle financier.

Les marchés passés par les autorités contractantes doivent avoir été préalablement
inscrits dans ces plans prévisionnels actualisés ou révisés, à peine de nullité.

Tout morcellement de commande publique en violation des plans prévisionnels


annuels de passation, sans l’autorisation préalable de la Direction des Marchés
Publics est interdit ».

Article 31, al. 1, 3 et 4  «  Sous réserve des dispositions de l’alinéa suivant, les

ES
marchés peuvent, à l’exclusion de toute autre procédure, être passés, soit, sur Appel
d’offres, soit, par entente directe, conformément aux dispositions des articles 32 et
suivants de la présente Loi. L’Appel d’Offres ouvert est la règle, le recours à tout

PT
autre mode de passation doit être exceptionnel, justifié par l’autorité contractante
et être autorisé au préalable par la Direction Générale des Marchés Publics. Les
autorités contractantes peuvent avoir recours, en dessous des seuils de passation des

M
marchés définis par la Loi des finances annuelle, à des procédures de sollicitations de
prix à condition que les procédures mises en œuvre respectent les principes
CO
fondamentaux de la commande publique visés à l’article 2 de la présente Loi ».

Article 46, al.3 et in finé  :  «  Le marché est passé par entente directe dans les cas
suivants :
ES

H. Lorsque les besoins ne peuvent être satisfaits que par une prestation
nécessitant l’emploi d’un brevet d’invention, d’une licence ou de droits
D

exclusifs détenus par un seul entrepreneur, un seul fournisseur ou un seul


prestataire ;
R

I. Extrême urgence, ne résultant pas du fait de l’autorité contractante, pour les


travaux, fournitures ou services que celle-ci doit faire exécuter en lieu et place
U

de l’entrepreneur, du fournisseur ou du prestataire défaillant ;


CO

J. Urgence impérieuse motivée par des circonstances imprévisibles ou de cas de


force majeure ne permettant pas de respecter les délais prévus dans les
procédures d’Appel d’Offres, nécessitant une intervention immédiate et
lorsque l’autorité contractante n’a pas pu prévoir les circonstances qui sont à
l’origine de l’urgence ;

K. D’Appel d’Offres infructueux selon les modalités définies à l’article 62 de la


présente Loi.
En tout état de cause, un avis de la Direction Générale des Marchés Publics est
requit au préalable, à la diligence de la personne responsable du marché ou de

Cour des Comptes – Palais de justice BP : 2829 Tél : 236 21 61 29 76


courdescomptescentrafricaine@yahoo.fr 47
la convention de délégation de service public, avant le démarrage des
négociations ».

Article 62 : « En l’absence d’offres ou si aucune des offres reçues n’est conforme au
Dossier d’Appel d’Offres, l’autorité contractante, sur l’avis motivé de la Commission
d’Ouverture des plis et d’évaluation des offres, déclare l’appel d’Offres infructueux.

Le cas échéant, il est alors procédé à une procédure de passation par entente directe
et ce, après autorisation préalable de la Direction Générale des Marchés Publics ».

F.2- LES MARCHES DES TRAVAUX DE L’HEMICYCLE DE L’ASSEMBLEE NATIONALE

ES
Les travaux de réfection et d’aménagement de l’hémicycle de l’AN ont été attribués
à Quatre (04) entreprises.

PT
M
Par correspondance datée du 11 novembre 2016, le PAN a sollicité de la DGMP une
autorisation express aux fins de procéder par une entente directe à l’attribution d’un
marché public portant sur la réfection et l’aménagement des bureaux. La DGMP a
CO
émis un avis d’objection pour non inscription préalable de la dépense dans le projet
de budget de l’année 2016. Réitérant sa demande par courrier datée du 16 octobre
2017, le PAN a pu obtenir de la DGMP l’avis de non objection pour l’attribution par la
ES

procédure par entente directe portant sur les quatre (04) marchés énumérés ci-
après :
D

F.2.1- Le marché d’acquisition de câblage électrique attribué à l’entreprise «  ACE


R

NETWORK LTD » pour un montant de Dix Neuf Millions Neuf Cent Soixante Quatre Mille
(19.964.000) FCFA.
U
CO

F.2.2- Le marché de réfection de la toiture et d’aménagement des bureaux du palais


de l’AN a été conclu au profit de l’entreprise « OBECAIR ». Le montant de ce marché
se chiffre à Vingt Un Millions Neuf Cent Quatre Vingt Onze Mille Deux Cent
(21.991.200) FCFA.

F.2.3- Le marché d’acquisition de matériel Informatique a été accordé à l’entreprise


« Central Technique d’Approvisionnement (CTA) » pour un montant de Quarante Neuf
Millions Neuf Cent Quatre Vingt Dix Neuf Mille (49.999.000) FCFA.

Cour des Comptes – Palais de justice BP : 2829 Tél : 236 21 61 29 76


courdescomptescentrafricaine@yahoo.fr 48
F.2.4- Le marché d’achat de fournitures et de petits entretiens de bureau a été
attribué à l’entreprise «  JEEF ELECTRONIC  ». Le montant dudit marché s’élève à
Quarante Quatre Millions Neuf Cent Quatre Vingt Dix Neuf Mille Deux Cent Quatre
Vingt (44.999.280) FCFA.

OBSERVATION N° 27 : La Cour fait observer qu’en dépit des avis de non objection de
la DGMP, les attributions de ces Quatre (04) marchés ci-dessus énumérés, n’ont pas
satisfait les procédures définies dans le code des marchés publics en République
Centrafricaine. Dans le cas du marché de la réfection de la toiture et d’aménagement
des bureaux de l’AN, la Représentation Nationale, très affairée d’occuper les bureaux
et les sièges de l’hémicycle, a précipitamment solliciter un recours par entente

ES
directe, alors que ce marché n’a pas été prévu dans le budget 2016. Même les
marchés pour lesquels les crédits nécessaires ont été prévus au budget, bien que
disposant suffisamment de temps pour mettre en pratique toutes les procédures

PT
régissant le code des marchés publics, l’AN n’a cessé de faire usage de la procédure
de recours par entente directe.

F.3-
M
LE MARCHE DES KITS DES DEPUTES : UN VERITABLE LABYRINTHE
CO
F.3.1- LE DEROULE DE L’ACQUISITION ET DE LA LIVRAISON DES 1910 ATTRIBUTS

Par avis d’Appel d’Offres (P 14) et suite au communiqué radio (P 15) portant signature
ES

du Président du Conseil National de Transition (CNT), l’Honorable Alexandre Ferdinand


N’GUENDET, le marché d’acquisition des attributs des Députés de la 6ème législature a
été attribué à l’établissement Des Nobles.
D

Lesdits kits, composés de Mille Neuf Cent Dix (1910) attributs, ont été déchargés le 2
mai 2016 par le Député nouvellement élu Aurélien Simplice KONGBELET ZINGAS, en
R

présence d’autres Députés, suivant le bordereau de livraison n° 008/02/05/16.AN du


02 mai 2016 (P 16). Le montant total de la facture se chiffre à Trois Cent Vingt Deux
U

Millions Deux Cent Cinquante Mille (322.250.000) FCFA. Cette facture n°


CO

008/02/05/16.AN du 03 mai 2016 (P 17) a été payée en trois (03) tranches comme
suit :

- Lettre d’Appel de Fonds n° 59 du 07/12/2016, pour un montant de Cent


Millions (100.000.000) FCFA (P 18) ;

- Lettre d’Appel de Fonds n° 49 du 08/05/2017, pour un montant de Cent


Millions (100.000.000) FCFA (P 19);

- La 3ème lettre d’Appel de Fonds n’a pas été remise à la mission, en dépit de la
demande faite à Monsieur le Directeur Général du Trésor et de la Comptabilité
Publique (DGT).

Cour des Comptes – Palais de justice BP : 2829 Tél : 236 21 61 29 76


courdescomptescentrafricaine@yahoo.fr 49
Le tableau ci-dessous présente la composition des 1910 attributs.

Tableau n° 24 : la composition des 1910 attributs

Référenc Désignation Quantité


e
01 Macarons cérémonials (Pins) 500
02 Insignes de corps au fond couleur 500
nationale
03 Echarpes avec deux (02) glands 210
d’or en frange boillon
04 Cocardes en effigie de l’armoirie 500

ES
de l’Assemblée Nationale
05 Sacs VIP avec cachet logo 200

PT
Assemblée Nationale
TOTAL 1910

M
Source : Bordereau de livraison n° 008/02/05/16.AN du 02 mai 2016.
CO
F.3.2- LES ANOMALIES INQUIETANTES

F.3.2.1- UN MARCHE IRREGULIEREMENT ATTRIBUE

La procédure d’acquisition des attributs pour le compte de la 6ème législature a été


ES

biaisée dès le début de son lancement.

Premièrement, l’Avis d’Appel d’Offres signé du Président du CNT a été élaboré dans
D

un contexte de précipitation car ne portant, ni de numéro de référence, ni de date.


Ces mentions sont indispensables pour conférer à cet avis son caractère officiel.
R

Deuxièmement, le lancement d’une procédure de passation d’un marché public


U

commence tout d’abord par la sollicitation de l’avis de conformité préalable de la


DGMP et ce, conformément aux dispositions de l’article 46, in finé du code des
CO

marchés publics. Malheureusement, ce marché n’a jamais été porté à la connaissance


de cette Autorité.

En réponse au questionnaire à lui adresser au sujet du respect de cette procédure, le


Directeur Général des Marchés Publics écrit  :  «  L’avis précité n’a pas été soumis à
l’autorisation préalable de la Direction Générale des Marchés Publics » (P 20).

Dès lors, l’avis d’Appel d’Offre signé par le Président du CNT est nul et sans effet
juridique. Il s’agit ici d’un «  trompe œil  » car le Président du CNT, usant de cette
ruse, a procédé par cooptation en confiant ce marché juteux à l’entreprise de son
choix. Ce choix viole les dispositions de l’article 31 du code des marchés, en matière
de règle d’ouverture d’Appel d’Offres.

Cour des Comptes – Palais de justice BP : 2829 Tél : 236 21 61 29 76


courdescomptescentrafricaine@yahoo.fr 50
Troisièmement, conformément aux dispositions de l‘article 27, alinéa 3 de la Loi
n°08.017 du 6 juin 2008, portant code des marchés publics et délégations de service
public en République Centrafricaine, le lancement d’une procédure de passation d’un
marché public est subordonné à l’existence de crédits budgétaires suffisants.

Cette dépense n’a pas été prévue au budget 2016 du CNT. C’est dire que le CNT n’a
pas prévu l’acquisition des attributs des Députés de la 6è législature.

Dans sa réponse (P 21), le Président de l’ex-CNT reconnait la non inscription de cette


dépense dans le budget 2016, du fait « qu’il n’y avait pas de certitude établie sur la
tenue des élections (présidentielle et législatives) devant consacrer le retour à
l’ordre constitutionnel, en raison d’une part du climat sécuritaire qui prévalait à
l’époque, et d’autre part de nombreuses réserves émises par l’ANE », mais face «  à

ES
l’urgence et à l’importance de l’installation de la nouvelle Assemblée Nationale…..
les nouvelles autorités ont accédé à la demande d’une fournisseuse quant à la
livraison des kits destinés aux Députés de la 6ème législature ».

PT
Il convient de dire qu’au moment du vote de la Loi de finances 2016 au mois de
décembre 2015, les préparatifs des élections Présidentielle et législatives étaient bien
avancés et les dates des 1er et 2ème tours étaient bien fixées. Aucun doute ne

M
subsistait quant à la tenue desdites élections. Aussi, le marché des kits des Députés
de la 6ème législature n’a pas été l’émanation des nouvelles autorités. Pour preuve, un
CO
premier appel de fonds, d’un montant de Quatre Vingt Neuf Millions (89.000.000)
FCFA, à cette fin, sous la gestion de l’ex-CNT, a été insatisfait.

D’ailleurs, au regard de l’article 28 du code des marchés publics, les autorités


ES

contractantes, en collaboration avec le ministère en charge des finances, ont la


charge d’élaborer des plans prévisionnels annuels de passation des marchés et
conventions de délégation de service public sur le fondement de leur programme
D

d’activité. Ces plans doivent être conformes aux crédits alloués, révisables et doivent
être communiqués à la DGMP.
R

Dès lors, l’urgence évoquée par le Président de l’ex-CNT ne peut tenir en droit, en
U

raison de non respect des dispositions de l’article 28 du code précité qui consacre
l’obligation d’élaboration de plans prévisionnels annuels de programme des marchés
CO

publics par l’ex-CNT.

Quatrièmement, les dispositions de l’article 17 du code des marchés publics exclut de


son champs de compétence, toutes les entreprises dans lesquelles les membres de
l’autorité contractante possèdent des intérêts financiers ou personnels, à participer
aux procédures de passation de marchés publics et ce, pour raison de prise d’intérêt.

Il est clairement établi que l’établissement  Des Nobles est la propriété du couple
DEKONO, à savoir Madame DEKONO, née DEKANDJI Agnès et de Monsieur Nono Noël
DEKONO, respectivement ex-Directrice des finances et du budget, puis Chargé de
Mission en relation avec les ONG et ex-Chargé de Mission de Sécurité du Président de
l’ex-CNT.
Cour des Comptes – Palais de justice BP : 2829 Tél : 236 21 61 29 76
courdescomptescentrafricaine@yahoo.fr 51
Dès lors, en attribuant de manière inique ce marché à l’établissement Des Nobles, le
Président de l’ex-CNT a, sans doute, mesuré le risque que cela comportait. Il est
indéniable que les principes de libre accès à la commande publique,  de l’égalité de
traitement des candidats, de l’économie et l’efficacité du processus d’acquisition et
de transparence des procédures, consacrés par l’article 2, alinéa 1 et 2 du code des
marchés publics ont été violés.

OBSERVATION 28  :  la Cour fait observer que conformément aux dispositions de


l’article 102 du code des marchés publics, les irrégularités ci-dessus relevées sont
susceptibles de mettre en jeu la responsabilité de sieur Ferdinand Alexandre
N’GUENDET, Président et Ordonnateur de l’ex-CNT, pour les fautes commises
suivantes :

ES
1. procuration d’un avantage anormal à un candidat ;

2. passation, exécution et contrat de marché non approuvé par l’autorité


compétente ;

PT
3. manquement de manière répétée à l’obligation de planification et de publicité
annuelle des marchés.

M
Ces fautes sont susceptibles d’application de l’article 17, al. 2, tiret 3 et 5 de la Loi
CO
n°97.003 du 12 mai 1997, portant modification de la Loi n° 96.001 du 3 janvier 1996,
relative à l’Organisation et au Fonctionnement de la Cour des Comptes., en ce qui
concerne la compétence de la Cour en matière de discipline budgétaire et financière
à l’égard des Ordonnateurs.
ES

F.3.2.2- LE MONTANT FACTURE CONTESTABLE

Deux (02) faits majeurs militent en faveur de la contestation du montant facturé :


D

- Premièrement, initialement, il a été prévu l’acquisition des kits,


proportionnellement, à l’effectif des Députés, soit 160 kits pour 160 Députés.
R

Curieusement et sans raison valable, la quantité livrée est passée à 1910 attributs,
U

alors que le nombre des Députés n’a pas changé, soit 160 Députés. Ce qui a engendré
la réévaluation du montant de la facture, passant de Quatre Vingt Un Millions Neuf
CO

Cent Seize Mille (81.916.000) FCFA à  Trois Cent Vingt Deux Millions Deux Cent
Cinquante Mille (322.250.000) FCFA.

Emportés par l’extase propagandiste aux fonctions de membres du Bureau de l’AN,


l’équipe des Cinq (05) nouveaux élus, conduite par l’honorable Aurélien Simplice
KONGBELET ZINGAS, a procédé à la réception desdits kits, sans se poser de question
sur l’étonnante quantité livrée. Les 1910 attributs étant livrés, face à l’intransigeance
du fournisseur pour le règlement du montant total de sa facture, d’une part et
d’autre part, vu le montant effarant à payer, le PAN a instruit ses collaborateurs pour
l’exploration d’un montant équitablement acceptable. C’est ainsi que dans sa note au
PAN (sans date et sans numéro) (P 22), l’ex-DGFML, Madame BITOUANGA, tout en
réfutant le montant réévalué, a proposé qu’il soit pris en charge Quarante (40) kits
Cour des Comptes – Palais de justice BP : 2829 Tél : 236 21 61 29 76
courdescomptescentrafricaine@yahoo.fr 52
supplémentaires de dépannage, soit au total Deux Cents (200) kits. Ce qui portera le
montant facturé à Cent Trois Millions (103.000.000) FCFA. Dans un sens contraire, le
Chargé de Mission en matière juridique à l’AN, Monsieur Dominique Désiré ERENON a
opté pour le règlement intégral du montant des Trois Cent Vingt Deux Millions Deux
Cent Cinquante Mille (322.250.000) FCFA à l’établissement Des Nobles. Ainsi conclut-il
en ces termes dans la note confidentielle n° 173/AN/PR/DIRCAB/CMJ.16 du 6
décembre 2016 (P 23) adressée au PAN : « En considération de tout ce qui précède et
surtout du long temps déjà écoulé, qu’il vous plaise, Très Honorable Président, de
bien vouloir autoriser le règlement amiable de la facture présentée par
l’établissement des Nobles, selon les modalités à votre convenance ».

De tout ce qui précède, Il convient de noter que l’attribut des Députés est un bien
durable, acquis pour être utilisé sur toute la mandature qui est de 5 ans. Dès lors, il

ES
est illogique que le nombre d’attributs soit supérieur au nombre des Députés. Cette
commande est dénuée de tout caractère rationnel et est contraire au principe
d’économie et d’efficacité prévu à l’article 2, al. 1 du code des marchés publics.

PT
Aucune raison valable ne peut expliquer une telle disproportion entre le nombre
d’attributs livrés et l’effectif des Députés. Il s’agit d’un arrangement dont le seul but

M
est d’augmenter le montant de la facture et d’en tirer un intérêt. Le tableau ci-
après présente la situation des attributs livrés et remis aux Députés.
CO
Tableau n° 25 : la situation des attributs livrés et remis aux Députés

Désignation Quantité Quantité Quantit


livrée remise aux é
ES

Députés restant
e
D

Macarons cérémonials (Pins) 500 160 340


R

Insignes de corps au fond couleur 500 160 340


U

nationale
Echarpes avec deux (02) glands 210 160 50
CO

d’or en frange boillon


Cocardes à l’effigie de l’armoirie 500 160 340
de l’Assemblée Nationale
Sacs VIP avec cachet logo 200 160 40
Assemblée Nationale
TOTAL 1910 800 1110

Source : mission Cour des Comptes

Cour des Comptes – Palais de justice BP : 2829 Tél : 236 21 61 29 76


courdescomptescentrafricaine@yahoo.fr 53
Sur les 1910 attributs livrés, seuls 800 ont été remis (logiquement) et arborés par les
Députés, d’où 1110 attributs facturés en plus. Le tableau ci-après donne le total du
montant payé en plus.

Tableau n° 26 : situation du supplément payé

Désignation Quantité Prix unitaire Prix total


supplémentaire
Macarons 340 185.000 62.900.000
cérémonials (Pins)
Insignes de corps 340 150.000 51.000.000
au fond couleur

ES
nationale
Echarpes avec deux 50 225.000 11.250.000
(02) glands d’or en

PT
frange boillon
Cocardes en effigie 340 195.000 66.300.000

M
de l’armoirie de
l’Assemblée
CO
Nationale
Sacs VIP avec 40 50.000 2.000.000
cachet logo
Assemblée
ES

Nationale
TOTAL 1110 198.450.000
D

Source : mission Cour des Comptes


R

Au total, un montant de Cent Quatre Vingt Dix Huit Millions Quatre Cent Cinquante
Mille (198.450.000) FCFA a été payé injustement.
U

OBSERVATION N° 29 : la Cour fait observer : (i) le manque de rationalité, d’économie


CO

et d’efficacité dans le processus d’acquisition des attributs des Députés de la 6ème


législature. Le montant de Cent Quatre Vingt Dix Huit Millions Quatre Cent Cinquante
Mille (198.450.000) FCFA, payé injustement par le contribuable centrafricain à
l’établissement Des Nobles, constitue une dilapidation organisée de deniers et biens
publics ; (ii) l’inaction de l’Autorité contractante issue de la 6ème législature, tendant
à obtenir réparation du préjudice subi suite au constat fait de la réévaluation du
montant de la facture et du gonflement du nombre des kits, d’une part et d’autre
part, l’absence de toute sanction de la part du Comité de Règlement des Différends
de l’Autorité de Régulation de Marchés Publics, conformément aux dispositions des
articles 104, al. 1er, tiret 3 et 105 du code des marchés publics.

Cour des Comptes – Palais de justice BP : 2829 Tél : 236 21 61 29 76


courdescomptescentrafricaine@yahoo.fr 54
- Secondairement, en comparaison aux précédentes législatures, plus récemment le
CNT, le montant facturé au titre des attributs de la 6ème législature a connu une forte
hausse. Le montant réglé au titre des kits des Conseillers Nationaux a été évalué à
Soixante Quinze Millions (75.000.000) FCFA pour un effectif de Cent Quatre (104)
Conseillers.

F.3.2.3- LES PIECES JUSTIFICATIVES INTROUVABLES

L’engagement de la dépense des kits n’a pas obéi aux exigences de la dépense
publique. Les pièces justificatives exigées pour l’engagement de la dépense sont
introuvables, à savoir  : le bon de commande, la facture pro forma et le contrat
d’attribution. Les seules pièces disponibles sont composées de la facture définitive et
du bordereau de livraison, établies les 2 et 3 mai 2016.

ES
De même, les dispositions de l’article 82 du code des marchés publics n’ont pas été
observées. En effet, sans contrat liant l’autorité contractante à l’adjudicataire, il est
difficile d’examiner les critères de détermination des prix pratiqués, la durée

PT
d’exécution du marché, les conditions de livraison, les conditions de règlement,
notamment, le délai de paiement.

F.3.2.4- LA PRIVATISATION DE LA LIVRAISON DES KITS

M
CO
Les attributs des Députés de la 6è législature ont été livrés par l’établissement  Des
Nobles et réceptionnés par le Député nouvellement élu Aurélien Simplice KONGBELET
ZINGAS, conformément au bordereau n° 008/02/05/16.AN du 2 mai 2016.

En réponse au questionnaire à lui adressé par la Cour (P 24), l’honorable Aurélien


ES

Simplice KONGBELET ZINGAS confirme l’exactitude de sa signature.

OBSERVATION N° 30  : La Cour fait observer ce qui suit  : (i) une livraison faite
D

précipitamment le 2 mai 2016, la veille de l’investiture et d’installation des Députés


de la 6è législature ; (ii) une livraison faite en privé, hors de l’hémicycle de l’AN, au
R

siège du mouvement Chemin de l’Espérance, mouvement politique présidé par


l’honorable Abdou Karim MECKASSOU, tel que le précise la note confidentielle de
U

Monsieur le Chargé de mission en matière juridique de l’AN ci-haut citée  ; (iii) une
livraison réceptionnée par des personnes non habilitées, en lieu et place de
CO

l’administration du CNT.

G. LA VIOLATION DE LA PROCEDURE DE PAIEMENT

Le règlement, en cascade, du montant total de Trois Cent Vingt Deux Millions Deux
Cent Cinquante Mille (322.250.000) FCFA a fait l’objet de quatre (04) Lettres d’Appel
de Fonds (LAF) comme suit :

• 1ère Lettre d’Appel de Fonds.

Cet Appel de Fonds, datant de la période du CNT, n’a pas été satisfait.

• 2ème Lettre d’Appel de Fonds d’un montant de Cent Million (100.000.000) FCFA.

Cour des Comptes – Palais de justice BP : 2829 Tél : 236 21 61 29 76


courdescomptescentrafricaine@yahoo.fr 55
Le budget rectificatif 2016 de l’AN a prévu dans la rubrique « Attributs des Députés »
le montant de Cent Million (100.000.000) FCFA. La LAF n° 59 du 7 décembre 2016
citée ci-dessus, signée par le Président de l’AN a été transmise au trésor public, mais
n’a pu être honorée au motif que le « montant est tombé dans la masse ».

Cette LAF qui est censée tomber dans la masse selon l’information donnée au PAN par
le Ministre des finances et du budget (P 25), a été remise, irrégulièrement, dans le
circuit et payée en mai 2017, directement à l’établissement  Des Nobles et non au
Comptable public principal de l’AN, au mépris de la procédure édictée. Dans sa lettre
adressée au PAN en date du 7 septembre 2017, le Directeur Général de
l’établissement Des Nobles a confirmé ce paiement (P 26).

Dans la lettre ci-dessus citée, le Directeur Général de l’établissement Des Nobles,

ES
Monsieur Nono Noël DEKONO, affirme  «… grâce à votre appui et implication
personnelle ainsi que celle du Président de la République, le trésor public, malgré le
retard accusé, a fini sur instruction du Ministre des finances par payer courant mai

PT
2017, le 1er Appel de Fonds d’un montant de Cent Million (100.000.000) de FCFA que
vous avez signé le 07/12/2016 et qui a faillit tomber dans la masse ».

Le questionnaire n° 058 du 4 décembre 2018 a été adressé à l’Agent Comptable

M
Central du Trésor (ACCT), Monsieur YERADA Marcel Chérubin, lui demandant
d’élucider le paiement de la LAF querellée. Ce questionnaire est demeuré sans
CO
réponse.

OBSERVATION N° 31 : la Cour fait observer ce qui suit : (i) le budget étant annuel, à
l’expiration de l’exercice budgétaire 2016, les lignes de crédits non consommées
ES

tombent dans la masse et non le montant de Cent Millions (100.000.000) FCFA par LAF
n° 59 du 7 décembre 2016 qui est tombé dans la masse ; (ii) le paiement de cette LAF
sur le budget 2017, sans en informer l’AN et ce directement au fournisseur, est une
D

entorse faite à la règle de procédure régissant les décaissements au profit de l’AN et


fausse les écritures comptables de cette Institution. Ce paiement constitue une
R

dépense irrégulièrement payée, susceptible de mettre en jeu la responsabilité du


Comptable Public Principal de l’Etat, l’ACCT conformément aux dispositions de
U

l’article 37, al. 1er, tiret 3 et al. 2, tiret 3 du RGCP. De même, la responsabilité de
CO

Monsieur le Ministre des finances et du budget peut-être mis en jeu, si l’affirmation


du Directeur Général de l’établissement Des Nobles venait à se confirmer, pour
procuration à autrui d’un avantage injustifié en espèce entrainant un préjudice à
l’AN, conformément à l’article 17, al. 2, tiret 5 de la Loi n° 97.003 du 12 mai 1997,
portant modification de la Loi n° 96.001 du 3 janvier 1996, relative à l’Organisation
et au Fonctionnement de la Cour de Comptes ; (iii) l’absence de réponse de la part de
l’ACCT n’a pas permis à la mission de situer les responsabilités et constitue une
obstruction faite au pouvoir d’investigation du Juge rapporteur, prévu aux articles 26
et 27 de la Loi n° 96.001 du 3 janvier 1996 précitée.

• 3ème Lettre d’Appel de Fonds d’un montant de Cent Million (100.000.000) FCFA.

Cour des Comptes – Palais de justice BP : 2829 Tél : 236 21 61 29 76


courdescomptescentrafricaine@yahoo.fr 56
Le crédit alloué au budget 2017 de l’AN a prévu le montant de Cent Million
(100.000.000) FCFA dans la rubrique « Attributs des Députés ». La LAF n° 49 du 8 mai
2017 citée ci-haut, signée du PAN a été émise en remplacement de la précédente,
censée tomber dans la masse. Le paiement a été effectué en août 2017.

OBSERVATION N° 32  : la Cour fait observer la démarche suivante  : (i) le montant


prévu au budget 2017 de l’AN pour les attributs des Députés est de Cent Millions
(100.000.000) FCFA ; (ii) au mois de mai 2017, le trésor public a payé, directement,
au fournisseur le montant de Cent Million (100.000.000) FCFA, au vu de la LAF n° 59
du 7 décembre 2016  ; (iii) au mois d’août 2017, un autre montant de Cent Million
(100.000.000) FCFA a été payé, suivant la LAF n° 49 du 8 mai 2017 ; (iv) au total, sur
une prévision budgétaire 2017 d’un montant de Cent Million (100.000.000) FCFA, le
trésor public a exécuté une dépense de Deux Cents Millions (200.000.000) FCFA pour

ES
les attributs des Députés, soit un paiement en dépassement d’un montant de Cent
Million (100.000.000)  ; (v) ayant payé en dépassement, sans ordre de l’Ordonnateur
du budget de l’AN, l’ACCT a exécuté une dépense irrégulière. Par conséquent, la

PT
responsabilité de l’ACCT est susceptible d’être retenue, conformément aux
dispositions de l’article 37 du RGCP.

M
• L’hypothétique 4ème Lettre d’Appel de Fonds d’un montant de Cent Million
(100.000.000) FCFA.
CO
Pour l’exercice budgétaire 2018, l’AN n’a pas prévu de crédit sur la rubrique
«  attributs des Députés  ». Dès lors, aucune dépense ne saurait être exécutée sur
cette ligne. Pour qu’il soit effectué une dépense sur cette ligne, il va falloir,
absolument et obligatoirement, recourir à un virement de crédit ou à un collectif
ES

budgétaire.

En dépit de cette indisponibilité de crédit, le trésor public a payé, directement à


D

l’établissement Des Nobles un montant de Cent Vingt Deux Millions Deux Cent
Cinquante Mille (122.250.000) FCFA.
R

La LAF qui a déclenché la procédure ayant abouti à ce règlement est non seulement
U

introuvable, mais est totalement inconnu de la DGFML, seule compétente pour initier
toute LAF.
CO

Dans sa note explicative n° 020 du 5 juillet 2018 (P 27), à l’attention de Madame la


Secrétaire Générale de l’AN, l’ex-DGFML a affirmé : « le document qui a prévalu au
règlement est donc un faux ». De même, Monsieur Max Olivier TEPKA, Chef de service
du budget et de la comptabilité, dans sa réponse du 9 juillet 2018 au questionnaire de
la DGFML (P 28), reconnait avoir initié un projet d’un montant de Cent Million
(100.000.000) FCFA, sur instruction incisive de Monsieur Jean Symphorien MAPENZI, 1er
Vice Président de l’AN. Ledit projet n’a jamais été retourné au service du budget et
de la comptabilité pour requérir les visas d’usage, mais a été signé, visé, cacheté,
daté et déposé au trésor public et payé pour le compte d’une tierce personne et non
de l’AN. Aussi, dans sa réponse du 13 décembre 2018 énumérée ci-haut,, l’ex-PAN

Cour des Comptes – Palais de justice BP : 2829 Tél : 236 21 61 29 76


courdescomptescentrafricaine@yahoo.fr 57
Abdou Karim MECKASSOUA, Ordonnateur des dépenses de l’AN, ne reconnait pas cette
LAF.

Dans sa réponse contrastée du 12 décembre 2018 au questionnaire lui adressé par la


Cour (P 29), le 1er Vice Président, Jean Symphorien MAPENZI, reconnait avoir ordonné,
sur décision du Bureau, l’établissement de la LAF pour un montant de Cent Vingt Deux
Millions Deux Cents Cinquante Mille (122.250.000) FCFA par le Chef de service du
budget et de la comptabilité et après obtention régulière des visas, le projet de la
LAF a été signé par ses soins, transmis au trésor et payé au véritable bénéficiaire,
gérant de l’entreprise.

OBSERVATION N° 33 : la Cour fait observer ce qui suit : (i) le caractère mystérieux de
la LAF ayant permis le décaissement querellé. Cette LAF est inexistante, en dépit

ES
d’incessante réclamations. L’ex-PAN en a fait la demande au Ministre des finances et
du budget, sans succès. L’ex-DGFML a également demandé au DGTPC la production de
cette fameuse LAF mais toujours sans succès. A l’instruction, la Cour a adressé à

PT
l’ACCT le questionnaire n° 058/CC/PP/3èCH.18 du 14 décembre 2018, suivi d’une
relance lui demandant la production des LAF, fiches de compte de dépôt et chèques
trésor émis et payés au profit de l’AN, mentionnant l’identité des bénéficiaires. Ces

M
deux (02) questionnaires sont demeurés sans réponse de la part de l’ACCT.
Cependant, seules les des fiches du compte de dépôt de l’AN des années 2016 et
CO
2017, ont été transmis par le Directeur Général du trésor, sans les LAF, les chèques et
la situation de 2018. Ce refus délibéré de produire ces pièces comptables constitue
une obstruction au pouvoir d’investigation du Juge Rapporteur, susceptible de mettre
en jeu la responsabilité de l’ACCT pour violation de l’article 27 de la Loi n° 96.001 du
ES

3 janvier 1996 suscitée  ; (ii) le caractère irrégulier de la LAF ayant permis le


décaissement querellé. En effet par cette LAF, le 1er Vice Président de l’AN,
l’Honorable Jean Symphorien MAPENZI, a procédé à l’engagement de la dépense sans
D

disponibilité de crédit. Aux termes des articles 15, al. 6 et 127, al. 3 du RI de l’AN, le
1er Vice Président de l’AN, l’Honorable Jean Symphorien MAPENZI, n’est pas
R

l’Ordonnateur des dépenses de l’AN. Ces dispositions confèrent de manière précise la


qualité d’Ordonnateur au PAN. La compétence du 1er Vice Président est explicite et
U

bien définit à l’article 16 du même RI. Le fait de donner l’ordre directement au Chef
de service du budget et de la comptabilité, par-dessus la DGFML et la Directrice de
CO

l’administration et des finances, est contraire à l’esprit de l’article précité qui


dispose : « veiller au bon fonctionnement des services administratifs et du personnel
de l’Assemblée Nationale ». De tout ce qui précède, ces infractions sont susceptibles
de mettre en jeu la responsabilité de l’Honorable Jean Symphorien MAPENZI,
conformément aux dispositions de l’article 17, al. 2, tirets 3 et 4 de la Loi n° 97.003
du 12 mai 1997, suscitée et l’expose à l’application des articles 79 alinéa 1er, 80
alinéa 6 et 81 de la Loi n° 18-013 du 13 juillet 2018, relative aux Lois de Finances en
République Centrafricaine. L’Honorable Jean Symphorien MAPENZI, 1er Vice-Président
de l’AN n’a pas qualité d’ordonner une dépense de l’AN car ne disposant, ni de
spécimen de signature au trésor, ni dans aucune banque de la place ; (iii) le caractère
complice de paiement. L’ACCT, Monsieur YERADA Marcel Chérubin, s’est rendu

Cour des Comptes – Palais de justice BP : 2829 Tél : 236 21 61 29 76


courdescomptescentrafricaine@yahoo.fr 58
complice en payant une dépense au vu d’une LAF portant la signature d’une personne
autre que l’Ordonnateur des dépenses de l’AN. L’ACCT a payé une dépense non
inscrite au budget, en violation de l’article 36, al. 2 du RGCP qui stipule  :  «  Les
comptables publics ne sont pas tenus d’exécuter des dépenses irrégulières qui
engagent leur responsabilité pécuniaire et personnelle, sauf réquisition émanant du
Ministre chargé des finances ou d’ordre écrit du supérieur ayant la qualité de
comptable public. La responsabilité de ces derniers se substitue dès lors à celle des
comptables ». L’ACCT a refusé de produire au Juge rapporteur les pièces réclamées,
faisant ainsi obstruction au bon déroulement du contrôle. De tout ce qui précède, ces
infractions sont susceptibles de mettre en jeu la responsabilité de l’ACCT,
conformément à l’article 37, al. 1er, tiret 3 et l’expose à l’application dudit article,
al. 2, tiret 3.

ES
III. LES RECOMMANDATIONS

A l’issue du présent contrôle, la Cour formule les recommandations suivantes :

PT
RECOMMANDATION N° 1  : la suppression de l’une des actions «  politique ou
parlementaire » pour cause de double emploi ;

M
RECOMMANDATION N° 2 : la création d’un poste d’Agent Comptable de l’AN ;
CO
RECOMMANDATION N° 3  : la nomination d’un Comptable public principal, Agent
Comptable de l’AN, conformément aux dispositions du RGCP ;

RECOMAMNDATION N° 4  : la nomination d’un contrôleur financier, conformément


aux dispositions de la LOLF ;
ES

RECOMMANDATION N° 5  : l’Ordonnateur doit prendre toutes les dispositions pour


faire respecter les autorisations budgétaires, sauf cas de transfert autorisé ;
D

RECOMMANDATION N° 6  : l’élaboration d’un manuel de procédure de gestion des


recettes et des dépenses de l’Assemblée Nationale ;
R

RECOMMANDATION N° 7  : l’application rigoureuse de l’article 122 du Règlement


U

Intérieur (la bancarisation des appels de fonds) ;


CO

RECOMMANDATION N° 8 : le respect des normes comptables OHADA dans la tenue de


la comptabilité ;

RECOMMANDATION N° 9  : la formation du personnel en charge du traitement des


soldes à l’Assemblée Nationale ;

RECOMMANDATION N° 10 : le redressement de la base imposable des rémunérations


du personnel administratif et des Députés par la Direction Générale des Impôts et des
Domaines ;

RECOMMANDATION N° 11 : Clarifier le statut des Assistants parlementaires.

Cour des Comptes – Palais de justice BP : 2829 Tél : 236 21 61 29 76


courdescomptescentrafricaine@yahoo.fr 59
CONCLUSION
A l’issue du contrôle des comptes et de la gestion de l’Assemblée Nationale sur saisine
du Président de cette Institution, la Cour des Comptes produit le présent rapport
administratif. Cependant, les irrégularités décelées suivront la procédure
juridictionnelle, conformément à l’Ordonnance n° 18.04 du 25 septembre 2018,
portant modification de l’Ordonnance n° 18.01 du 16 février 2018, relative au
programme de vérification des comptes et de la gestion de l’Etat et des organismes
publics pour l’année 2018.

Ce contrôle a été fastidieux, ce qui justifie le temps mis pour l’achèvement des
travaux. Il a été mené sur des comptes en état de non examen. Aucun état financier
n’a été élaboré. Les travaux ont été menés sur la base des seuls rapports financiers

ES
de la DGFML, les documents et pièces en état de non examen. Il a fallu, quelque fois,
procéder à des redressements des données desdits documents. La gestion de
l’Assemblée Nationale sous la période soumise au contrôle a été opaque. Cette

PT
opacité provient de la faiblesse du Règlement Financier de l’Institution et du non
respect des Lois et Règlements en matière des finances publiques. L’examen des
documents et pièces disponibles a relevé un nombre important d’anomalies. Des

M
recommandations ont été faites dans le but d’une amélioration de la gestion
financière et comptable de l’Assemblée Nationale.
CO
Etaient présents :
ES

BODENAÏ Jules Léon, Président de la 3ème Chambre, Juge rapporteur ;


D

GAUDEUILLE Isabelle Charlotte, 2ème Conseiller à la 3ème Chambre, membre ;

NGAÏHOUGUERE Faustin, 3ème Conseiller à la 3ème Chambre, membre ;


R
U

KEGBA-ZEZE Didace, 4ème Conseiller à la 3ème Chambre, membre ;

MAYOMOKOLA-MADOISSE Yvette Lucienne, Assistant Vérificateur à la 3ème Chambre,


CO

membre ;

ZENE Anatole, Assistant Vérificateur à la 3ème Chambre, membre ;

NGBONGBO-NGBONGA Laurent, Assistant Vérificateur à la 3ème Chambre, membre ;

ZOUKOTA Siméon, Assistant Vérificateur à la 3ème Chambre, membre.

Avec l’assistance de Maître GUEKA Wilfrid Roméo, Greffier de la 3ème Chambre.

Le Président de la 3ème Chambre  

Cour des Comptes – Palais de justice BP : 2829 Tél : 236 21 61 29 76


courdescomptescentrafricaine@yahoo.fr 60
Juge rapporteur

Jules Léon BODENAÏ

ES
PT
M
CO
ES
D
R
U
CO

Cour des Comptes – Palais de justice BP : 2829 Tél : 236 21 61 29 76


courdescomptescentrafricaine@yahoo.fr 61