Vous êtes sur la page 1sur 18

Choix d’un débitmètre

par Claude GAILLEDREAU


Ingénieur de l’École Nationale Supérieure de Chimie et de Physique de Bordeaux

1. Définition des besoins ........................................................................... R 2 200 - 2


1.1 Caractéristiques à analyser ........................................................................ — 2
1.2 Nature de l’application ............................................................................... — 2
1.3 Type de fluide et autres conditions de service ......................................... — 2
1.4 Paramètres physiques du fluide ................................................................ — 3
1.5 Paramètres chimiques du fluide ................................................................ — 3
1.6 Exploitation de la mesure de débit............................................................ — 3
1.7 Performances requises ............................................................................... — 3
1.8 Environnement et grandeurs d’influence ................................................. — 3
1.9 Conditions d’installation et d’exploitation ................................................ — 4
1.10 Éléments économiques .............................................................................. — 4
1.11 Environnement humain et commercial..................................................... — 4
2. Rappel des principes mis en œuvre ................................................... — 5
2.1 Mesure de débit en conduite fermée ........................................................ — 5
2.2 Mesure de débit en eau libre ..................................................................... — 6
2.3 Mesure de débit de solides ........................................................................ — 6
2.4 Remarque .................................................................................................... — 6
3. Débitmètres pour conduites fermées................................................ — 6
3.1 Type de fluide .............................................................................................. — 6
3.2 Dynamique de mesure, précision. Signal ................................................. — 6
3.3 Viscosité, nombre de Reynolds ................................................................. — 7
3.4 Contraintes d’installation ........................................................................... — 7
3.5 Perte de pression ........................................................................................ — 8
3.6 Diamètres. Température et pression de service ....................................... — 9
3.7 Débits mesurables ...................................................................................... — 9
3.8 Conditions particulières d’installation....................................................... — 10
3.9 Contraintes d’environnement .................................................................... — 10
3.10 Interface avec le système de contrôle-commande................................... — 11
3.11 Transmetteurs intelligents.......................................................................... — 12
4. Débitmètres pour chenaux ouverts.................................................... — 12
4.1 Déversoirs.................................................................................................... — 12
4.2 Canaux jaugeurs ......................................................................................... — 12
4.3 Précision ...................................................................................................... — 13
5. Débitmètres pour produits solides..................................................... — 13
5.1 Débitmètre à effet d’impact........................................................................ — 13
5.2 Débitmètre à effet de Coriolis .................................................................... — 13
6. Éléments économiques de choix ........................................................ — 13
7. Recherche des données de base ......................................................... — 14
1 - 1992

7.1 Viscosité....................................................................................................... — 14
7.2 Corrosion ..................................................................................................... — 14
7.3 Masse volumique........................................................................................ — 14
8. Remarques sur certains débitmètres pour conduite fermée ...... — 14
9. État actuel du marché et tendances .................................................. — 15
R 2 200

10. Aspects contractuels ............................................................................. — 16


Pour en savoir plus........................................................................................... Doc. R 2 200

Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie est strictement interdite.
© Techniques de l’Ingénieur, traité Mesures et Contrôle R 2 200 − 1
CHOIX D’UN DÉBITMÈTRE _______________________________________________________________________________________________________________

a définition par l’utilisateur du problème qu’il a besoin de résoudre est la


L première étape du processus de choix d’un instrument de mesure, étape dans
laquelle il ne pourra compter que sur lui-même. Les paragraphes qui suivent
ont pour objectif de traiter de façon exhaustive tous les types de question qu’il
devra se poser ; mais selon le problème particulier, certains paragraphes seront
le cas échéant sans objet, alors qu’il sera utile, dans certains cas, d’en développer
d’autres.

1. Définition des besoins — présence de champs électrostatiques ;


— risques de foudre.
■ Conditions d’installation :
1.1 Caractéristiques à analyser — sous abri ou à l’extérieur ;
— encombrement acceptable (longueurs droites) ;
Le présent paragraphe résume, sous une forme équivalant à une — source d’énergie : nature, stabilité ;
fiche technique, les diverses rubriques que l’utilisateur devra — présence d’une atmosphère explosible.
analyser avant de consulter les fournisseurs de débitmètres,
rubriques qui seront commentées dans les paragraphes suivants. ■ Éléments économiques :
— coût d’achat du débitmètre ;
■ Nature de l’application :
— coût d’installation ;
— eau libre : rivière, canal, etc. ; — coût de fonctionnement ;
— installation isolée : puits de pétrole,... ; — coût de maintenance.
— installation domestique : piscine,... ;
— unité industrielle. ■ Environnement humain et commercial :
— comment collègues et concurrents ont résolu le même
■ Type de fluide et autres paramètres de service :
problème ;
— liquide, gaz, vapeur, solide ; — notoriété du constructeur pressenti ;
— charges en suspension (liquide ou gaz) ; — réputation du produit dont l’achat est envisagé ;
— présence de plusieurs phases : fluides non miscibles ; — compétence du personnel d’exploitation et de maintenance ;
— pression de service ; — crédibilité du service après-vente.
— température de service.
■ Paramètres physiques caractéristiques du fluide
et de l’écoulement :
1.2 Nature de l’application
— pression de vapeur (liquide) ;
— masse volumique ;
— viscosité, nombre de Reynolds ; L’examen de la nature de l’application permet parfois une sorte
— conductivité électrique (liquide) ; de dégrossissage en orientant le choix vers une catégorie déjà bien
— conductivité thermique ; délimitée de débitmètres. Si le problème, en effet, est de mesurer
— conductivité sonique. le débit d’un cours d’eau libre, on se dirigera vers un dispositif à
■ Paramètres chimiques caractéristiques du fluide : construire sur place, tel qu’un canal jaugeur, alors que, pour une
application pétrochimique, on aura besoin d’un matériel ayant fait
— présence d’acides, de bases et d’autres substances corrosives ; l’objet d’un agrément du ministère de l’Industrie.
— présence de solvants.
De même, par exemple, sur une plate-forme pétrolière marine,
■ Objet de la mesure de débit, interface opérateur : on pourra s’imposer l’air comprimé comme seule source d’énergie,
— indication ; afin de minimiser les risques d’incendie présentés par les appareils
— enregistrement ; électriques, ce qui limitera le choix à des matériels de technologie
— régulation ; pneumatique.
— comptage ;
— liaison mesure : analogique, impulsions, bus.
■ Performances requises : 1.3 Type de fluide
— dynamique de mesure ; et autres conditions de service
— précision, répétabilité dans la plage de mesure à couvrir ;
— amortissement du signal ;
— perte de pression ; Le type de fluide doit être examiné et défini dans le plus fin détail.
— protection contre les surcharges de la mesure ; S’il s’agit de vapeur, on n’a pas, normalement, d’autre problème que
— inversion du sens d’écoulement. celui des condensations d’eau. L’analyse peut se compliquer dans
le cas d’un liquide susceptible de contenir, plus ou moins en
■ Environnement physique et grandeurs d’influence : suspension, des matières solides ou des gouttelettes liquides
— températures ambiantes maximale et minimale au point insolubles, ou encore des bulles de gaz. L’apparition d’impuretés
d’installation ; peut être pernicieuse : la littérature [10] signale le cas d’une unité
— humidité atmosphérique ; de fabrication de cellulose dans laquelle une décomposition bacté-
— présence d’une atmosphère saline ; rienne de ce produit avait introduit du gaz carbonique dans une
— présence de vibrations ; chaîne de débitmétrie liquide, phénomène qui avait totalement
— présence de champs électromagnétiques rayonnés ; échappé au service d’instrumentation de l’exploitant.

Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie est strictement interdite.
R 2 200 − 2 © Techniques de l’Ingénieur, traité Mesures et Contrôle
_______________________________________________________________________________________________________________ CHOIX D’UN DÉBITMÈTRE

Concernant la destination des débitmètres en fonction du type de — l’enregistrement local, sur papier déroulant, de la mesure de
fluide, on peut classer [1] les liquides en : chargés, c’est-à-dire débit ;
contenant relativement peu de solides en suspension, très chargés, — la régulation, c’est-à-dire le maintien du débit à une valeur
ou boues, et corrosifs (§ 1.5). On peut distinguer, parallèlement, les constante, ce qui limite les besoins en matière de dynamique
gaz propres et les gaz chargés. (rangeabilité ) de l’appareil de mesure ;
Parmi les autres conditions de service, il conviendra de relever — le comptage, c’est-à-dire la mesure du volume ou de la masse
les étendues de pression et de température du fluide, dans les transférée, à des fins internes (mélanges dosés) ou externes (transac-
conditions de fonctionnement normal ; il sera bon également tion commerciale, contrainte fiscale), auquel cas on aura besoin
d’essayer d’évaluer les déviations de nature accidentelle par rapport d’une précision maximale.
à ces valeurs, et le temps pendant lequel l’instrument pourrait y être L’examen de l’interface opérateur permet de définir les besoins
exposé, ainsi que leur incidence éventuelle sur l’état physique du liés à l’utilisation à distance du signal de mesure, par exemple
fluide. dans une salle de contrôle physiquement éloignée de l’unité où est
localisé l’instrument.
La liaison de mesure la plus utilisée est encore la liaison analo-
gique en courant 4-20 mA, avec ses variantes tensions (1-5 V, etc.),
1.4 Paramètres physiques du fluide sur une paire de fils par point de mesure ; il vient s’y ajouter des
liaisons série (RS 232, etc.), exploitées par des transmetteurs dits
La définition des paramètres physiques caractéristiques du fluide intelligents, susceptibles par exemple de corriger l’étalonnage de
peut conduire à consulter divers ouvrages de base. Une liste des l’instrument qu’ils relaient. On voit aussi apparaître des bus de
paramètres à évaluer peut être la suivante. terrain, avec des protocoles de communication que l’on s’efforce de
normaliser ; mais les capteurs associés sont encore, largement, dans
■ Pression de vapeur du fluide, s’il est liquide à la température de les dossiers d’étude des constructeurs.
service. La valeur obtenue sera reliée au risque de cavitation, et De façon générale, on devra se poser la question de la compatibi-
conduira le cas échéant à se tenir à l’écart des principes de mesure lité des signaux du débitmètre avec le système de contrôle-
fondés sur une forte pression différentielle. commande auquel il sera relié, si tel est le cas.
■ Point de condensation (dans le cas d’un gaz), à comparer à la pres-
sion et à la température de service. Une éventuelle condensation a
plus ou moins d’influence sur la mesure, selon le type de débitmètre. 1.7 Performances requises
■ Masse volumique : certains débitmètres ne peuvent fournir une
mesure représentative qu’au-delà d’un certain seuil de densité du
fluide. ■ La dynamique de mesure (appelée parfois encore rangeabilité)
est le rapport du débit maximal au débit minimal que l’on devra
■ Viscosité du fluide et nombre de Reynolds de l’écoulement : la mesurer en exploitation normale ; et dans cette plage de mesure, on
mesure du débit d’un fluide visqueux (toujours un liquide) ne pourra devra se fixer une valeur maximale de l’erreur de précision. En ce
être effectuée que par certains types spécialisés d’instruments. Selon qui concerne les applications de type régulation, il convient de
la valeur du nombre de Reynolds, un type donné de débitmètre remarquer que non seulement la dynamique de mesure sera sou-
convient plus ou moins bien. vent réduite, mais aussi que l’on pourra se limiter à l’erreur de
répétabilité.
■ Conductivité électrique : le débit des liquides suffisamment
conducteurs peut être mesuré par un instrument de type électro- ■ L’amortissement du signal aura une importance dans le cas
magnétique. d’une application avec affichage ou enregistrement local ; ce pro-
blème se posait avec les matériels anciens [11] et devrait être,
■ Conductivité thermique : le débit d’un fluide suffisamment
aujourd’hui, largement résolu.
conducteur de la chaleur peut être mesuré par un débitmètre-masse
de type thermique. ■ Il existe deux raisons principales pour limiter la perte de pression
engendrée par un débitmètre. La première est le souci de limiter le
■ Conductivité sonique : le débit d’un fluide suffisamment
coût d’exploitation supplémentaire en énergie de pompage ; l’autre
conducteur du son peut être mesuré par un instrument de type à
(liée plus précisément à la pression différentielle maximale au
ultrasons.
niveau du point de mesure) est le risque de cavitation, phénomène
qui peut se manifester lorsqu’un liquide est véhiculé au voisinage
de son point d’ébullition.
1.5 Paramètres chimiques du fluide ■ Le besoin en protection contre les surcharges de la mesure est à
considérer s’il apparaît que le débit maximal en exploitation normale
est susceptible d’être accidentellement dépassé. Il importe de savoir
Les paramètres chimiques caractéristiques du fluide sont : comment réagira l’instrument et comment il reviendra à ses perfor-
— la présence, en solution dans un liquide ou à l’état de brouillard mances spécifiées, après cessation du dépassement.
dans un gaz, d’acides ou de sels à réaction acide ; cet élément limitera
le nombre de matériaux de construction du débitmètre et, de ce fait, ■ Le sens d’écoulement du fluide à mesurer peut s’inverser, phéno-
les types pouvant être retenus ; mène toléré par certains débitmètres, alors que d’autres ne donnent
— parmi les substances corrosives figurent également les bases, plus de mesure.
ainsi que certains solvants susceptibles d’attaquer les plastiques et
autres matières synthétiques.
1.8 Environnement et grandeurs d’influence
1.6 Exploitation de la mesure de débit
L’environnement physique, partiellement quantifié en termes de
grandeurs d’influence, doit être étudié avec beaucoup d’attention,
L’objet de la mesure de débit peut être : en particulier depuis que l’électronique a remplacé le manomètre
— l’indication locale, sur un appareil analogique (cadran à mercure, anciennement utilisé pour mesurer les pressions différen-
+ aiguille, bargraphe), de la valeur instantanée du débit ; tielles, qui ne cessait de fonctionner qu’au-dessous de – 39 oC.

Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie est strictement interdite.
© Techniques de l’Ingénieur, traité Mesures et Contrôle R 2 200 − 3
CHOIX D’UN DÉBITMÈTRE _______________________________________________________________________________________________________________

■ Les températures ambiantes maximales et minimales au point 1.10 Éléments économiques


d’installation doivent être relevées, en s’aidant au besoin des statis-
tiques météorologiques. En ce qui concerne le matériel exposé, on
distinguera le stockage, au cours duquel les instruments sont trans- ■ Les éléments économiques à prendre en compte dans le choix
portés et conservés à l’arrêt, et l’exploitation, où ils seront en d’un débitmètre ne se limitent pas à son seul coût d’achat : son coût
fonctionnement. Les conditions d’utilisation pourront être telles que d’installation est parfois significatif. Dans le cas d’un débitmètre à
la température ambiante à considérer ne soit pas la température diaphragme, par exemple, on pourra être amené à remanier les
atmosphérique. Il conviendra également d’avoir une idée des tuyauteries amont et aval ou à ajouter faute de mieux un dispositif
gradients – variations rapides – de température ambiante, auxquels redresseur ; un autre exemple est celui d’un débitmètre à effet de
sera exposée l’électronique. Coriolis, qui aura besoin, en raison de son poids et de son principe
■ L’humidité ambiante est fréquemment considérée par les oscillatoire, d’être stabilisé par un solide massif de béton.
constructeurs comme une contrainte restrictive. Lors du transport et ■ Il est rare que le coût de fonctionnement soit un élément déter-
du stockage, les matériels électroniques sont en général placés sous minant, l’énergie dépensée par la plupart des débitmètres étant
emballage étanche. Il faut savoir que l’humidité relative de l’atmo- relativement faible ; le coût de maintenance, en revanche, est un
sphère est de 100 % en cas de brouillard, mais qu’elle n’atteint pas élément significatif, que l’on devra essayer d’apprécier en termes de
nécessairement cette valeur par temps de pluie. stock de pièces de rechange, de temps d’immobilisation de l’outil de
■ La présence d’une atmosphère saline (plate-forme pétrolière production et de coût en personnel de maintenance : formation,
marine, par exemple) est un élément de choix en faveur d’une durées d’intervention.
technologie pneumatique, relativement moins sensible à la cor- En ce qui concerne le premier point, la disponibilité des pièces
rosion que l’électronique. de rechange doit être soigneusement étudiée. Rien de plus facile à
expédier, en effet, qu’une carte électronique, à condition qu’elle ne
■ La présence de vibrations dans une plage de fréquences déter- séjourne pas un mois dans un bureau de douane. Un contrat de
minée peut conduire à éliminer un type de débitmètre dont le prin- maintenance après vente, s’il peut être négocié avec le fournisseur
cipe serait basé sur l’oscillation d’un capteur dans la même plage de en même temps que l’achat du matériel principal, est de nature à
fréquences (vortex, Coriolis). En outre, et de façon générale, les limiter le volume de l’immobilisation financière en pièces de
vibrations endommagent un matériel s’il présente des résonances rechange. Il sera bon de fixer une durée minimale – par exemple
pour une ou plusieurs valeurs des fréquences excitatrices. dix ans – pendant laquelle le constructeur s’engagera à fournir des
■ D’autres contraintes d’environnement habituellement prises en pièces identiques à l’original, ou à défaut pouvant lui être substi-
compte sont la présence de champs électromagnétiques, de champs tuées sans aucune modification des autres parties du matériel.
électrostatiques, et les risques de foudre ; ce sont là des éléments qui Le coût de maintenance s’exprime aussi, indirectement, en termes
ne joueront pas un rôle déterminant dans le choix du principe de de pertes d’exploitation si la production est interrompue pendant
mesure, bien qu’il soit important de savoir comment le matériel en la réparation de l’instrument.
aura été protégé.

1.11 Environnement humain et commercial


1.9 Conditions d’installation
et d’exploitation Restent enfin à prendre en compte divers éléments d’appréciation,
de nature subjective, que l’on regroupera sous le titre d’environne-
■ On recherchera tout d’abord si le débitmètre doit être installé ment humain et commercial.
sous abri ou à l’extérieur, cette dernière situation étant souvent mal ■ On peut s’informer sur la solution que des collègues ou des
supportée par les instruments évolués, qui peuvent néanmoins, le concurrents ont apportée au même problème [11], et dans quelle
cas échéant, se contenter d’un simple auvent. mesure ils en sont satisfaits.
■ L’encombrement acceptable, notamment en ce qui concerne les ■ Il conviendra d’apprécier la notoriété du constructeur pressenti,
longueurs droites amont et aval nécessaires à la qualité de la ainsi que la réputation du produit dont l’achat est envisagé, à partir
mesure, est un élément de choix important. Les débitmètres de prin- des commentaires d’autres utilisateurs. Il sera bon de demander au
cipe récent sont souvent moins exigeants sur ce point que les débit- vendeur une liste de références commerciales, précisant le nom et
mètres à orifice. l’adresse de ses clients utilisateurs du matériel dont l’achat est envi-
L’encombrement de l’instrument peut dépendre de conditions de sagé, en essayant d’obtenir le nom de personnes avec lesquelles on
montage telles que sa position horizontale ou verticale, son montage puisse effectivement communiquer.
entre brides, ou la nécessité de le souder en partie à la canalisation.
Les tuyauteries accessoires de raccordement au capteur ou au sépa- ■ La question de la compétence du personnel d’exploitation est à
rateur sont aussi à prendre en compte dans l’évaluation. examiner ; les technologies pneumatiques sont souvent retenues
lorsque l’on ne connaît pas le niveau de qualification des opérateurs.
■ La qualité de la source d’énergie qui est, le plus souvent, néces- La même analyse est à faire à propos du personnel de maintenance.
saire est à examiner sous les aspects suivants :
■ La crédibilité du service après-vente du fournisseur est un autre
— écarts de tension (valeur efficace dans le cas de courant alter- élément d’appréciation ; il ne s’agira pas seulement de la réparation
natif) ou de pression (source d’énergie pneumatique) par rapport à du matériel défectueux, mais aussi des conseils ultérieurs, notam-
la valeur nominale ; ment si l’on souhaite retenir un débitmètre de principe nouveau,
— écarts de fréquence, dans le cas d’une source électrique alter- alors que l’on n’est pas certain de bien connaître toutes les
native, par rapport à la valeur nominale. spécificités de l’instrument considéré ni même, peut-être, celles du
■ La présence, permanente ou accidentelle, d’une atmosphère fluide sur lequel on l’utilisera.
explosible, fréquente notamment dans les industries pétro-
chimiques, conduira à choisir une technologie pneumatique ou un
matériel électrique de sécurité agréé pour ces conditions d’exploita-
tion.

Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie est strictement interdite.
R 2 200 − 4 © Techniques de l’Ingénieur, traité Mesures et Contrôle
_______________________________________________________________________________________________________________ CHOIX D’UN DÉBITMÈTRE

2. Rappel des principes — orifice intégré, qui consiste en l’assemblage, en usine, d’un
orifice et d’un capteur de pression différentielle. Ces montages sont
mis en œuvre propriétaires (néologisme incertain dérivé de l’anglais proprietary ),
c’est-à-dire que le constructeur se réserve la propriété exclusive des
caractéristiques d’étalonnage du débitmètre : ces montages ne sont
Les mesures de débit sont classées en trois catégories : donc pas normalisés.
— les mesures de débit de fluides en conduite fermée ;
■ Débitmètre à flotteur (ou rotamètre)
— les mesures de débit d’eau en chenal, conduit ouvert, rivière ;
— les mesures de débit de solides. Le rotamètre, ou tube de section croissante, renferme un flotteur
dont la hauteur d’ascension s’accroît avec le débit, sous l’effet de
En ce qui concerne les mesures en conduite fermée, il est retenu
la pression différentielle générée autour de ce flotteur. Le rotamètre
dans ce qui suit 8 types principaux de débitmètres.
étant étalonné par type et avec le fluide, sa dynamique atteint 10 : 1,
Pour les mesures de débit d’eau libre, on dispose essentiellement de sorte qu’on le distingue, traditionnellement, des débitmètres à
de déversoirs, de jaugeurs et de moulinets. élément primaire déprimogène (dynamique de 3 : 1).
Les débits de solides peuvent être mesurés au moyen de débit-
■ Débitmètre à turbine
mètres à effet d’impact, à effet de Coriolis [9], ainsi que par des
mesures de niveau sur convoyeur à bande (§ 5). Il consiste en une hélice qui tourne sous l’effet du courant de fluide.
Le débit est mesuré par un capteur d’impulsions.
■ Compteur volumétrique
2.1 Mesure de débit en conduite fermée Le compteur volumétrique (en anglais positive displacement ),
existe en de nombreuses variantes, consistant toutes à scinder
Parmi les débitmètres en conduite fermée, on peut distinguer : l’écoulement en éléments discrets de volume et à compter le nombre
— les débitmètres plein diamètre (en anglais full bore ), qui d’éléments engendré par unité de temps. Le compteur à roues ovales
donnent une mesure globale de l’écoulement, correspondant à l’inté- en est une variante bien connue, et il existe aussi des modèles à
grale de la distribution des vitesses sur une section droite ; roues dentées, à membrane, à piston alternatif ou rotatif.
— les débitmètres à insertion, qui mesurent la vitesse de l’écoule-
■ Débitmètre électromagnétique
ment en un point, ou en plusieurs points répartis suivant une trans-
versale. Le débitmètre électromagnétique est fondé sur le principe de
Faraday : un champ magnétique est appliqué à l’écoulement et le
■ Débitmètres de type déprimogène fluide est l’équivalent d’un conducteur en mouvement ; il en résulte
Il convient en outre de présenter un regroupement des débitmètres l’apparition d’une force électromotrice, qui est collectée sur deux
exploitant directement une mesure de pression différentielle selon électrodes. Il va de soi que le fluide doit être conducteur.
la loi de Bernoulli (article Débitmètres à pression différentielle
■ Débitmètre à vortex
[R 2 220] dans le présent traité) ; leur indication de débit est en effet
liée à la racine carrée de cette pression différentielle, ce qui limite Le débitmètre à vortex est fondé sur l’effet Karman, par lequel un
à 3 : 1 leur dynamique de mesure, avec les transmetteurs obstacle placé dans un fluide en écoulement turbulent génère, en
conventionnels. Ils comprennent les types suivants : aval, un régime oscillatoire (drapeau qui flotte au vent) dont la fré-
— débitmètre à cible, dont l’élément primaire consiste en un quence est liée à la vitesse de l’écoulement. Deux variantes de cet
disque centré dans la canalisation et dont la face principale est instrument sont :
perpendiculaire à l’axe d’écoulement [1] [11] ; un capteur mesure la — le débitmètre à effet Coanda, dont le principe consiste à
force engendrée par la différence de pression entre les deux faces prélever une partie de l’écoulement pour le réinjecter en amont de
du disque ; la cellule de mesure, ce qui décolle de la paroi l’écoulement principal
— débitmètre à coude, dans lequel on tire parti de l’accélération et engendre un régime oscillatoire dont la fréquence est proportion-
centrifuge engendrée lors du passage d’un coude à 90o [11] ; nelle au débit ;
— élément déprimogène en V, appelé aussi, en anglais, segmen- — le débitmètre piézoprécessif, dans lequel le fluide est mis en
tal wedge (coin segmental), et consistant en une sorte de coin rotation par un aubage fixe à l’entrée de la cellule de mesure, à une
introduit dans la conduite, caractérisé par le rapport H / D de sa fréquence qui dépend de sa vitesse.
hauteur au diamètre intérieur de la conduite [1] ;
■ Débitmètres à ultrasons
— diaphragme à orifice concentrique normalisé [11] ISO 5167,
avec les variantes suivantes : — Le débitmètre à ultrasons à temps de transit est fondé sur la
• diaphragme à orifice à entrée conique [12], ou profil d’orifice en différence des temps de parcours aller-retour d’un faisceau
quart de cercle, ces deux types pour fluides visqueux, d’ultrasons de trajet oblique par rapport à l’axe de la conduite, selon
• diaphragme à orifice excentrique ou segmental [11], pour que la vitesse de l’écoulement s’ajoute ou se retranche de la vitesse
fluides chargés ; de propagation du son dans le fluide au repos.
— orifices profilés : tuyères et venturis ; — Le débitmètre à ultrasons à effet Doppler est fondé sur la varia-
— sonde de Pitot, qui est un instrument mesurant en un point tion de fréquence de l’onde sonore réfléchie sur les particules en
du profil de l’écoulement la différence entre la pression d’impact, mouvement dans le fluide par rapport à la fréquence de l’émetteur.
captée face à l’écoulement, et la pression statique du fluide, prise
latéralement ; ■ Débitmètres-masse
— sonde de type Pitot, de même principe, mais avec plusieurs — Le débitmètre thermique indique directement un débit-masse
points de mesure répartis le long d’une tige rectiligne ; cet instru- et peut exploiter deux principes différents : la mesure du taux de
ment délivre une indication qui est la moyenne de ses mesures ponc- refroidissement d’un élément chauffant plongé dans le fluide, ou
tuelles (en anglais : averaging Pitot ) ; l’accroissement de la température d’un fluide au contact d’un
— pitot venturi [1], consistant en l’assemblage de deux venturis élément chauffant [1].
concentriques, le capteur étant une sonde de Pitot placée au point — Le débitmètre à effet de Coriolis (cf. § 5.2 et article Débitmètres
de pression minimale du venturi interne ; massiques [R 2 300]) est fondé sur la mesure de la force de Coriolis.

Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie est strictement interdite.
© Techniques de l’Ingénieur, traité Mesures et Contrôle R 2 200 − 5
CHOIX D’UN DÉBITMÈTRE _______________________________________________________________________________________________________________

2.2 Mesure de débit en eau libre Pour certains fluides difficiles (haute température, boues, liquides
corrosifs), les organes déprimogènes peuvent être reliés au capteur
de pression différentielle par des séparateurs.
Les dispositifs de mesure de débit en eau libre comprennent
essentiellement : Parmi les liquides chargés (ou très chargés), il faut distinguer le
— le déversoir, constitué par une découpe en forme de rectangle, cas où le solide en suspension est adhérent et de même densité que
de trapèze, ou de triangle, pratiquée dans un barrage à paroi mince. l’eau, et celui où le fluide contient des particules lourdes abrasives.
Le barrage peut être inclus dans un ouvrage parallélépipédique, Un problème encore mal résolu est celui de la mesure du débit
ce qui assure un meilleur contrôle des lignes de courant. Le débit de fluides à plusieurs phases. Mais le débitmètre à effet de Coriolis
est lié à la hauteur de l’eau par rapport au point le plus bas de la apparaîtrait à cet égard comme réellement prometteur [3].
découpe, le capteur est un capteur de niveau [11] ;
— le canal jaugeur, constitué par une contraction latérale profilée
(venturi, khafagi-venturi), avec éventuellement un relèvement du
fond ; le débit est déduit d’une mesure de niveau [11] ;
3.2 Dynamique de mesure, précision. Signal
— le moulinet à hélice, dont la vitesse de rotation est liée à la
vitesse linéaire de l’écoulement au point de mesure : dans le cas où Après le type de fluide, on a coutume de considérer la dynamique
l’on opère sur un cours d’eau, il faut effectuer un certain nombre de mesure requise, expression qui tente, sans réelle nécessité
de mesures, en divers points d’une section droite. peut-être, de remplacer l’anglicisme rangeabilité. Ce paramètre ne
doit pas être analysé dans l’absolu : il est défini comme l’étendue
de mesure dans laquelle les caractéristiques de précision que l’on
requiert sont satisfaites.
2.3 Mesure de débit de solides Lorsque l’on négocie avec un vendeur la précision d’un instru-
ment, il n’est pas toujours aisé de savoir de quoi l’on parle. Il convient
Parmi les instruments de mesure de débit de solides, citons d’abord de distinguer entre :
notamment :
— l’écart par rapport à une mesure considérée comme vraie par
— la mesure sur bande transporteuse, avec estimation de la convention, et ;
masse de matière présente par unité de surface de la bande, par — l’écart entre des mesures successives.
divers moyens tels que la pesée directe ou l’absorption de rayonne-
ments gamma ; On parle fréquemment de précision dans le premier cas, de
— le débitmètre à effet d’impact (cf. article Débitmètres massi- répétabilité dans le second. L’erreur de répétabilité peut être jusqu’à
ques [R 2 300]), exploitant la force engendrée par un débit-masse 5 fois plus faible que l’erreur de précision : celle-ci prend en effet
de matière venant frapper une plaque disposée à l’oblique ; en compte, également, une caractéristique théoriquement linéaire
— le débitmètre à effet de Coriolis, dans lequel le débit de matière ou quadratique de la courbe de réponse, difficile à réaliser en techno-
est mis en rotation sur un manège, avec mesure de l’accélération logie analogique. Une bonne répétabilité suffit parfois, par exemple
transversale requise par le déplacement radial de la masse à dans une application de régulation.
mesurer [9]. Les écarts de mesure sont, idéalement, exprimés par l’écart-type
de leur dispersion, ou par leur niveau de confiance à 95 % (1,96
écart-type de part et d’autre de la moyenne, pour une série d’au
moins 25 à 30 observations, NF X 10-102). On se limite parfois à
2.4 Remarque prendre l’écart crête à crête sur quelques mesures, mais cette
méthode n’est valable en toute rigueur qu’en l’associant à des traite-
Il importe de rappeler que les types de débitmètre qui viennent ments statistiques souvent mal connus des exploitants industriels,
d’être cités sont ceux pour lesquels il existe un marché significatif, tels que, par exemple, les tests de Student.
mais on trouve aussi d’autres instruments limités à des applications
ponctuelles qu’il n’est pas possible de citer dans cet article ; les La précision d’un débitmètre est, dans certains cas, exprimée en
recherches se poursuivent dans les laboratoires [14], qui conduiront pour-cent de la mesure ; dans le cas des organes déprimogènes,
à l’apparition de nouveaux instruments. cependant, deux erreurs au moins se superposent : l’erreur sur le
coefficient de débit, indépendante de la valeur de la mesure, et
l’erreur due au capteur de pression différentielle qui est, elle, un
pourcentage fixe de la borne supérieure d’échelle. À titre d’exemple
3. Débitmètres classique, si une mesure en pleine échelle est entachée d’un risque
d’erreur de ± 1 %, pour une pression différentielle 10 fois moindre,
pour conduites fermées c’est-à-dire pour un débit égal au tiers du précédent, le risque
d’erreur est de ± 10 %. Pour cette raison, la dynamique des débit-
mètres à pression différentielle est limitée à 3 : 1. Les transmetteurs
C’est dans le domaine des conduites fermées que l’éventail de pression différentielle dits intelligents (anglais : smart )
d’instruments est le plus grand. On pourra en examiner les critères améliorent cette situation en portant la dynamique à un ordre de
physiques de choix dans l’ordre proposé ci-après. grandeur de 10 : 1.
Il est très important, enfin, de distinguer entre la précision de
l’instrument au banc d’essai (conditions de référence), telle que
3.1 Type de fluide l’indique le vendeur, et celle de l’instrument installé, exposé aux
influences extérieures (température, vibrations, rayonnements
Les instruments cités dans le tableau 1 sont utilisables selon les électromagnétiques, etc.).
services (type de fluide) indiqués en tête de colonne. La présence Le tableau 2 présente les performances de précision et de dyna-
d’une étoile indique que le débitmètre n’est utilisable que dans mique des divers types de débitmètre, ainsi que la nature du signal
certaines limites [1]. Un rotamètre à tube transparent, par exemple, de mesure fourni. Les fourchettes correspondent à la variabilité des
ne convient pas si le liquide est trop opaque ; voir également le performances avec la qualité de la réalisation ; il conviendra le cas
paragraphe 8. (0) échéant de demander au vendeur de s’engager sur les
caractéristiques – définies sans ambiguïté – de son matériel.

Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie est strictement interdite.
R 2 200 − 6 © Techniques de l’Ingénieur, traité Mesures et Contrôle
_______________________________________________________________________________________________________________ CHOIX D’UN DÉBITMÈTRE

Tableau 1 – Comparaison des débitmètres suivant le type de fluide


LIQUIDE GAZ

Types de débitmètres propre VAPEUR


très conducteur poly-
non chargé visqueux corrosif propre chargé
chargé (1) phasique
visqueux
DÉPRIMOGÈNES
à cible .......................................................... x x ............ x x (3) ............ ............ x x ............
à coude (2) .................................................. x x x x x (3) ............ x
Élément déprimogène en V ....................... x x x x x (3) ............ x x x x
Diaphragmes :
— à orifice concentrique, normalisé ........ x ............ ............ ............ ............ ............ ............ x ............ x
— à orifice à entrée conique ..................... ............ ............ ............ x ............ ............ ............ ............ ............ ............
— à orifice en quart de cercle ................... ............ ............ ............ x ............ ............ ............ ............ ............ ............
— à orifice excentrique ............................. ............ x x ............ ............ ............ ............ ............ x ............
— à orifice segmental ............................... ............ x x ............ ............ ............ ............ ............ x ............

Tuyère ......................................................... x x (3) ............ ............ x (3) ............ ............ x x (3) x (3)
Venturi ......................................................... x x (3) x (3) ............ x (3) ............ ............ x x (3) x (3)

Sonde de Pitot ............................................ x ............ ............ ............ x (3) ............ ............ x ............ ............
Sonde de Pitot à prises multiples ............. x x (3) ............ ............ x (3) ............ ............ x x (3) x
Pitot venturi ................................................ x (3) ............ ............ ............ ............ ............ ............ x ............ ............
Orifice intégré ............................................. x ............ ............ ............ ............ ............ ............ x ............ x
ROTAMÈTRE x x (3) ............ x (3) x (3) ............ ............ x ............ x (3)
DÉBITMÈTRE À TURBINE x ............ ............ x (3) x (3) ............ ............ x x x
COMPTEUR VOLUMÉTRIQUE x x ............ x x (3) ............ ............ x ............ ............
DÉBITMÈTRE ÉLECTROMAGNÉTIQUE x x x x x x x ............ ............ ............
DÉBITMÈTRE À VORTEX x x ............ ............ x (3) ............ ............ x x (3) x
DÉBITMÈTRES À ULTRASONS
— à temps de transit ................................. x ............ ............ x (3) x ............ ............ ............ ............ ............
— à effet Doppler....................................... x (3) x x x (3) x ............ ............ ............ ............ ............
DÉBITMÈTRES-MASSE
Débitmètre thermique................................ x ............ ............ ............ ............ ............ ............ x x ............
Débitmètre à effet de Coriolis ................... x x x ............ x (3) ............ x x (3) x (3) x (3)
(1) Le débitmètre électromagnétique n’est utilisable que si la conductivité du liquide est au moins de 1 à 5 µS · cm–1, valeur préconisée par le constructeur.
Pour les autres types de débitmètre, cette condition n’est pas indispensable.
(2) Le débitmètre à coude est utilisable sur les liquides de tout type, mais ne génère qu’une faible pression différentielle. Il convient surtout en régulation.
(3) Le débitmètre n’est utilisable que dans certaines limites.

3.3 Viscosité, nombre de Reynolds 3.4 Contraintes d’installation


La viscosité du fluide (lorsqu’il est très visqueux), et plus générale-
ment le nombre de Reynolds de l’écoulement, est un paramètre Les contraintes d’installation sont en premier lieu les longueurs
critique dans le choix du type de débitmètre. droites amont et aval nécessaires à l’établissement d’un régime
d’écoulement suffisamment stable, compte tenu du type d’acces-
Le tableau 3 présente les gammes de viscosité ou de nombre de
soire situé en amont (coude à 90 oC, etc.) et du type de débitmètre,
Reynolds couvertes par chaque type de débitmètre. Par souci de
faute de quoi la précision de l’instrument est dégradée. Ces
donner une vision globale, cette présentation n’est pas toujours pré-
longueurs droites sont habituellement exprimées en nombre de
cise dans le détail, mais devrait être suffisante pour une orientation.
diamètres D de canalisation.
(0)

Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie est strictement interdite.
© Techniques de l’Ingénieur, traité Mesures et Contrôle R 2 200 − 7
CHOIX D’UN DÉBITMÈTRE _______________________________________________________________________________________________________________

Tableau 2 – Comparaison des débitmètres selon les performances métrologiques


Types de débitmètres Précision (%) (1) Dynamique Signal (2) Perte de pression (3)
DÉPRIMOGÈNES
à cible .......................................................... 0,5 à 5 α 10 : 1 RC (7)
à coude........................................................ 1α 3:1 RC négligeable
Élément déprimogène en V....................... 0,5 α 3 : 1 à 10 : 1 RC 30 à 80 % δ P
Diaphragmes :
— à orifice concentrique, normalisé ........ 0,7 à 2 α 3:1 RC 50 à 90 % δ P
— à orifice à entrée conique..................... 1α 3:1 RC faible, car faible débit
— à orifice en quart de cercle................... 1,25 α 3:1 RC 45 à 85 % δ P
— à orifice excentrique ............................. (4) 3:1 RC 60 à 100 % δ P
— à orifice segmental ............................... (5) 3:1 RC 60 à 100 % δ P
Tuyère ......................................................... 0,6 à 1 α 3:1 RC 30 à 70 % δ P
Venturi......................................................... 0,7 à 1,5 α 3:1 RC 10 à 20 % δ P (8)
Sonde de Pitot et variantes ....................... 2à5α 3:1 RC négligeable
Orifice intégré ............................................. 2α 3:1 RC 50 à 90 % δ P
ROTAMÈTRE 0,5 à 5 C 10 : 1 L 250 à 5 × 10 4 Pa
comme le diaphragme
DÉBITMÈTRE À TURBINE 0,15 à 1 C 10 : 1 à 35 : 1 L normalisé (9)
COMPTEUR VOLUMÉTRIQUE 0,5 à 1 C 20 : 1 à 50 : 1 L § 3.5
DÉBITMÈTRE ÉLECTROMAGNÉTIQUE 0,5 à 1 C 10 : 1 (6) L négligeable
60 à 80 % du diaphragme
DÉBITMÈTRE À VORTEX 0,75 à 1,5 C 10 : 1 L normalisé (9)
DÉBITMÈTRES À ULTRASONS
— à temps de transit ................................. 1à5C 10 : 1 à 40 : 1 L 
 négligeable
— à effet Doppler....................................... 2à5C 10 : 1 L 
DÉBITMÈTRES-MASSE
Débitmètre thermique................................ 1C 10 : 1 L faible
Débitmètre à effet de Coriolis ................... 0,2 à 0,4 C 25 : 1 L 0,004 à 1 ou 2 bar (10)
(1) Les nombres suivis de la lettre C expriment la précision en % de la valeur courante de la mesure, ceux suivis de la lettre α se rapportent au coefficient de débit.
Il arrive cependant qu’avec les instruments à microprocesseur l’erreur absolue soit, sur la partie supérieure de l’échelle, liée à la mesure courante, alors qu’elle
reste fixe en partie inférieure : le constructeur fournira tous détails utiles à ce propos.
Pour les orifices, l’erreur du capteur de pression différentielle n’est pas prise en compte, de même que l’erreur éventuelle sur le coefficient de détente du fluide
(mesure sur gaz ou vapeur).
(2) L : le signal de mesure a une caractéristique linéaire.
RC : le signal de mesure a une caractéristique en racine carrée.
(3) Le symbole δP indique que la perte de pression est rapportée à la pression différentielle utilisable pour la mesure.
(4) Même incertitude que pour un diaphragme normalisé, majorée de 2 α %.
(5) Même incertitude que pour un diaphragme normalisé, majorée de 2,5 α %.
(6) L’étendue de mesure potentielle du débitmètre magnétique (range) est dans le rapport 1 à 100, mais l’étendue de mesure réglée (span) n’est que de 1 à 10. Le
réglage peut être fait sur l’électronique du débitmètre, par l’utilisateur.
(7) Comme le diaphragme normalisé de même rapport d’ouverture.
(8) Certaines variantes du tube de Venturi permettent de réduire la perte de pression à 5 ou 10 % de la pression différentielle : tube de Dall, tube Lo-Loss, etc.
(9) La perte de charge est comparée à celle que provoquerait un diaphragme normalisé, de dynamique 3 : 1, et couvrant la partie supérieure de la dynamique de
l’instrument considéré.
(10) Selon le modèle, du début à la fin de l’échelle.

Le tableau 4 (p. 10) indique la fourchette de longueurs droites 3.5 Perte de pression
amont, pour chaque type de débitmètre. Le problème des lon-
gueurs droites aval est plus rarement développé dans la littérature. La perte de pression non récupérée du débitmètre est un critère
De 4 à 8 longueurs suffisent pour les orifices (NF X 10-102). de choix souvent secondaire ; elle a cependant deux conséquences
Le montage d’un tranquilliseur limite le nombre de longueurs potentielles, déjà signalées : la dépense en énergie de pompage et
droites amont nécessaires, mais augmente la perte de pression. le risque de cavitation. (0)
Certains débitmètres ne s’accommodent d’un débit pulsé qu’au Schématiquement, tous les débitmètres plein diamètre (§ 2.1) à
prix de longueurs droites supplémentaires (documentation obstruction génèrent une perte de charge significative proportion-
Yokogawa sur son instrument à vortex). nelle au carré du débit, alors qu’en l’absence d’obstruction la perte
de charge, souvent faible, est liée à la rugosité interne de la
conduite (débitmètre électromagnétique) ou à sa géométrie
(débitmètre à effet de Coriolis). Les débitmètres à insertion
engendrent très peu de perte de charge.

Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie est strictement interdite.
R 2 200 − 8 © Techniques de l’Ingénieur, traité Mesures et Contrôle
_______________________________________________________________________________________________________________ CHOIX D’UN DÉBITMÈTRE

Tableau 3 – Comparaison des débitmètres suivant le nombre de Reynolds de l’écoulement

  10 – 5 m 2 /s Nombre de Reynolds Re
Types de débitmètres
 10 cSt (1) 25 100 250 500 104 3 × 104 7,5 × 104 105 5 × 105 106 107
À cible....................................................
À coude .................................................
Élément déprimogène en V (2) ...........
Diaphragmes :
— à orifice concentrique, normalisé ..
— à entrée conique .............................
— en quart de cercle ...........................
— à orifice excentrique .......................
— à orifice segmental .........................
Tuyère ...................................................
Venturi ...................................................
Pitot .......................................................
Pitot prises multiples ...........................
Pitot venturi ..........................................
Orifice intégré .......................................
Rotamètre .............................................
Débitmètre à turbine ............................
Compteur volumétrique (3) .................
Électromagnétique ...............................
Vortex ....................................................
Ultrasons ...............................................

Débitmètres-masse ..............................
(1) En deçà de cette valeur de la viscosité, le débitmètre ne respecte plus ses caractéristiques de précision, quel que soit Re.
(2) La référence [1] décrit ce débitmètre sans indiquer la limite supérieure admissible du nombre de Reynolds. Des valeurs de 106 à 10 7 sont acceptables, mais il
s’agit plutôt d’un instrument destiné aux nombres de Reynolds faibles.
(3) Ce débitmètre est utilisable à de plus faibles viscosités, à condition d’avoir été étalonné avec le fluide à mesurer.

Le tableau 2, en dernière colonne, donne un aperçu de la perte 3.6 Diamètres. Température


de charge des divers types d’instrument.
et pression de service
Remarque : la perte de pression dans un compteur Une compilation des diamètres disponibles pour chacun des
volumétrique croît très rapidement : divers types d’instruments est proposée tableau 4 ; ce tableau a pour
— avec le débit, suivant une loi parabolique à exponentielle ; seul objectif de donner une vue d’ensemble, et l’on ne peut certifier
— avec la viscosité. qu’il soit exempt d’omissions. Les diamètres indiqués sont les
diamètres internes de la canalisation.
À titre d’exemple, le débitmètre Max modèle 234 (Mareg) présente Les divers types de débitmètres sont, en fonction de leur principe
les caractéristiques suivantes : et de l’application à laquelle ils sont destinés, spécifiés pour une pres-
sion de service maximale et pour une plage de températures de
— fluide de viscosité cinématique 3 × 10 –3 Pa · s, perte de pression service ; une présentation en est faite au tableau 4 (10 + sources
négligeable jusqu’à 1 L · min–1, de 0,4 bar à 10 L · min–1 ; constructeurs).
— viscosité 3 000 Pa · s, perte de pression : 0,25 bar à
0,01 L · min–1, 2 bar à 0,05 L · min–1.
En général, un compteur volumétrique de faible perte de charge 3.7 Débits mesurables
a aussi une caractéristique de précision dégradée, car la séparation
des éléments successifs de volume se fait sans joints, grâce à la En complément au tableau 4, il convient de présenter (tableau 5)
seule viscosité du fluide ; de sorte qu’un compromis doit être une compilation des plages de débits mesurables par chacune des
recherché entre précision et perte de charge. On peut aussi pra- techniques ; ces plages sont, comme pour le tableau 4, indicatives,
tiquer un étalonnage avec le fluide à mesurer. car une telle compilation est difficilement exhaustive, et de nouveaux
modèles peuvent apparaître.
(0)

Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie est strictement interdite.
© Techniques de l’Ingénieur, traité Mesures et Contrôle R 2 200 − 9
CHOIX D’UN DÉBITMÈTRE _______________________________________________________________________________________________________________

Tableau 4 – Comparaison des débitmètres selon les contraintes d’installation et de service


Longueurs Diamètres Pression
Température
Types de débitmètres droites amont disponibles maximale
(D diamètre) (m) (oC) (bar)
ÉLÉMENTS DÉPRIMOGÈNES
à cible ............................................................. 10 à 20 D 0,01 à 0,2 – 40 à + 300 80
à coude........................................................... 25 D canalisation – 20 à + 500 150 (2)
en V................................................................. 10 à 30 D 0,025 à 0,2 – 20 à + 500 150 (2)
Diaphragmes :
— à orifice concentrique, normalisé ........... 0,025 à 1 – 20 à + 500 150 (2)
— à orifice à entrée conique........................ 10 à 30 D 0,025 à 1 – 20 à + 500 150 (2)
— à orifice en quart de cercle...................... ou plus (1) 0,025 à 0,75 – 20 à + 500 150 (2)
— à orifice excentrique ................................ 0,1 à 0,35 – 20 à + 500 150 (2)
— à orifice segmental .................................. 0,1 à 0,35 – 20 à + 500 150 (2)
Tuyère ............................................................ 10 à 30 D 0,05 à 0,5 – 260 à + 500 150 (2)
Venturi............................................................ 5 à 10 D 0,05 à 1,2 – 200 à + 200 150 (2)
Sonde de Pitot ............................................... 20 à 30 D 0,08 et plus – 20 à + 500 150 (2)
Sonde de Pitot à prises multiples ................ 10 à 20 D 0,012 à 2,7 – 20 à + 500 150 (2)
Pitot venturi ................................................... 20 à 30 D 0,15 à 1,2 – 20 à + 500 150 (2)
Orifice intégré ................................................ 10 à 30 D ou plus 0,025 à 0,04 – 20 à + 500 150 (2)
ROTAMÈTRE 0 0,004 à 0,12 – 260 à + 400 40 à 450 (3)
DÉBITMÈTRE À TURBINE 10 à 20 D 0,003 à 0,12 – 260 à + 500 640
COMPTEUR VOLUMÉTRIQUE 0 0,003 à 0,3 – 30 à + 300 400
DÉBITMÈTRE ÉLECTROMAGNÉTIQUE 5D 0,002 à 2,6 – 30 à + 180 250
DÉBITMÈTRE À VORTEX 15 à 25 D 0,015 à 0,3 – 200 à + 400 300
DÉBITMÈTRES À ULTRASONS 5 à 20 D 0,025 à 4 – 200 à + 200 300
DÉBITMÈTRES-MASSE
Débitmètre thermique................................... 0 0,003 à 0,12 – 20 à + 180 400
Débitmètre à effet de Coriolis ...................... 0 0,001 à 0,15 – 240 à + 200 400
(1) Le nombre de longueurs droites amont nécessaires croît, pour les orifices déprimogènes, avec le rapport d’ouverture β = d /D (rapport des diamètres). Il dépend
aussi du type d’organe situé en amont : à titre d’exemple, on recommande jusqu’à 100 longueurs après une vanne de régulation, lorsqu’elle est ouverte au
1/10 [12].
(2) Les limites de pression et de température de service sont liées, pour les débitmètres à pression différentielle, aux spécifications de la conduite et des sépara-
teurs de capteur de pression.
(3) Selon que le tube est construit en verre ou en métal.

3.8 Conditions particulières d’installation — les vibrations, qui peuvent être soit de fréquence micro-
phonique, et affecter les instruments basés sur un principe vibratoire
(vortex, Coriolis), soit de fréquence sismique, et provoquer le
Certains types de débitmètre exigent des conditions particulières détachement d’organes lourds mal fixés ;
d’installation, à distinguer des longueurs droites minimales (§ 3.4) : — la présence ou le risque de présence d’une atmosphère explo-
sible, par gaz, vapeurs ou poussières, qui conduit à rechercher un
— les instruments exploitant un principe vibratoire (vortex et
instrument répondant aux normes de sécurité NF C 23-518 et 23-520
surtout débitmètre à effet de Coriolis) exigent un support parfaite-
essentiellement (enveloppes résistant à la pression et sécurité intrin-
ment stable ; un massif de béton peut être indispensable ;
sèque) ou leur équivalent ;
— l’électronique installée à l’extérieur doit être protégée de la
— le risque de pénétration dans l’instrument d’eau ou de corps
pluie, mais aussi des gradients de température de toutes origines.
solides, et le risque de chocs, contre lesquels on pourra se protéger
en utilisant un matériel conforme à la norme NF C 20-010.

3.9 Contraintes d’environnement


Parmi les contraintes d’environnement les plus significatives
figurent :

Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie est strictement interdite.
R 2 200 − 10 © Techniques de l’Ingénieur, traité Mesures et Contrôle
_______________________________________________________________________________________________________________ CHOIX D’UN DÉBITMÈTRE

3.10 Interface avec le système ■ Des calculateurs locaux assurent la linéarisation de la courbe de
réponse du capteur ainsi que la conversion en débit-masse ; citons
de contrôle-commande le calculateur-totalisateur de débit de la société Mesure Contrôle
Commande, qui effectue toutes les corrections nécessaires à l’utilisa-
■ Les transmetteurs analogiques électriques (courant ou tension) ou tion du diaphragme pour des mesures destinées à des transactions
pneumatiques sont disponibles sur pratiquement tous les matériels. commerciales.
■ Le signal analogique ou fréquentiel du capteur peut être converti ■ Une signalisation d’alarme de dépassement de capacité ou de
en une sortie comptage, indiquant le débit dans une unité choisie, mauvais fonctionnement peut être transmise, avec un code de défaut
programmable sur le convertisseur, en local. apportant une aide à la maintenance (Endress + Hauser). (0)

Tableau 5 – Comparaison des débitmètres selon les débits mesurables


Types de débitmètres Débits mesurables
DÉPRIMOGÈNES
à cible ............................................................................. (1) cf. aussi tableau 3
à coude ........................................................................... 5 à 4 500 m3 · h–1 (eau) (source : Taylor Instruments)
Élément déprimogène en V .......................................... 0,8 à 425 m3 · h–1 (eau) (1)
Diaphragmes .................................................................

(1) cf. aussi tableau 3
Tuyère et venturi ...........................................................
0,2 à 2 × 10 3 m 3 · h–1 (liquides) ; 0,5 à 5 × 106 m 3 · h–1 (gaz)
Orifice intégré ................................................................
Sonde de Pitot et variantes .......................................... (2) 1 à 10 4 m3 · h–1 (liquides) ; 5 × 102 à 1010 m3 · h–1 (gaz)
ROTAMÈTRE 5 × 10 – 6 à 100 m3 · h–1 (liquides) ; 10 – 4 à 10 3 m3 · h–1 (gaz)
DÉBITMÈTRE À TURBINE 0,2 à 5 × 10 3 m3 · h–1 (liquides) ; 2 à 2 × 10 4 m3 · h–1 (gaz)
COMPTEUR VOLUMÉTRIQUE 2,5 × 10 – 5 à 800 m3 · h–1 (liquides)
DÉBITMÈTRE ÉLECTROMAGNÉTIQUE 5 × 10 – 3 à 2 × 105 m3 · h–1 (liquides conducteurs)
DÉBITMÈTRE À VORTEX 1 à 10 3 m3 · h–1 (liquides) ; 5 à 10 4 m3 · h–1 (gaz) (source : Yokogawa)
DÉBITMÈTRES À ULTRASONS
— à temps de transit .................................................... 2 × 10 –2 à 2 × 10 4 m3 · h –1 (liquides)
— à effet Doppler.......................................................... vitesse 0,1 à 10 m · s–1 (liquides seuls)
DÉBITMÈTRE THERMIQUE 10– 8 à 10 3 kg · h–1 (liquides et gaz)
DÉBITMÈTRES À EFFET DE CORIOLIS 3 × 10 – 4 à 680 t · h –1
Pour les gaz, le débit est exprimé en mètres cubes par heure, dans les conditions normales de température et de pression.
(1) Le débit Q d’un organe déprimogène peut être sommairement estimé par la formule :

Q = 1,4 s ρ ⋅ δ p
avec s surface libre de l’orifice,
ρ masse volumique du fluide,
δp pression différentielle.
Il y est fait abstraction des coefficients de débit α et de détente ε, qui réduisent plus ou moins cette valeur (d’un facteur 2 dans certains cas).
Pour les débitmètres à cible, la force exercée sur le disque capteur est le produit de sa surface par la pression différentielle engendrée par l’anneau qui l’entoure.
Pour estimer cette force, on peut utiliser la relation ci-dessus, en donnant à s la valeur de la surface de cet anneau. Le rapport diamètre du disque /diamètre interne
de la canalisation varie de 0,7 à 0,9 [11].
Le rapport hauteur du coin/diamètre interne de la canalisation est de 0,2 à 0,5 pour le coin segmental (Taylor Instruments), le débit d’un tel débitmètre peut égale-
ment être estimé par la relation ci-dessus, s exprimant la surface laissée libre par le coin, dont la section droite a la forme d’un secteur circulaire. On pourra se
reporter à la documentation du constructeur.
(2) Dans le cas du tube de Pitot et des sondes multiprises équivalentes (Annubar), la vitesse V du fluide (en m · s–1) est liée à la pression différentielle δH, par la
relation approchée :
V = 0,825 2g ⋅ δH
avec g accélération de la pesanteur,
δH étant exprimée en mètres de hauteur du fluide mesuré, et 0,825 étant la valeur du coefficient d’étalonnage la plus fréquemment rencontrée [11]. La combinaison
tube de Pitot + venturi permet de multiplier δH par 10.

Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie est strictement interdite.
© Techniques de l’Ingénieur, traité Mesures et Contrôle R 2 200 − 11
CHOIX D’UN DÉBITMÈTRE _______________________________________________________________________________________________________________

3.11 Transmetteurs intelligents 4.1 Déversoirs


Avec la diffusion de la micro-informatique sont apparus, au début
des années 80, les transmetteurs intelligents (smart transmitters ). Les déversoirs sont constitués par une découpe pratiquée dans
un barrage horizontal, plan et sans épaisseur. La découpe peut être
triangulaire, rectangulaire ou trapézoïdale.
Dans le transmetteur de pression différentielle Honeywell, par La découpe triangulaire peut avoir un angle au sommet
exemple, la courbe de réponse d’une jauge de contrainte est quelconque, mais les valeurs recommandées sont 60o et 90o [11].
mémorisée pour une étendue de mesure de 2,5 à 1 000 mbar, soit Le débit Q est approximé par la relation :
une dynamique potentielle de 400 : 1. L’échelle de l’instrument
peut être réglée à distance, à travers la ligne qui véhicule le signal Q = k α H 2,5
de mesure, au moyen d’un terminal de poche ; on peut ainsi mini-
miser l’erreur de mesure en plaçant la borne supérieure d’échelle avec k constante,
en un point optimal. Le calculateur de l’instrument génère un α angle de la découpe, en radians,
signal de mesure compensé en température, à partir de l’indica- H hauteur de charge (abaissement du niveau de l’eau au
tion d’un capteur intégré. franchissement de la découpe, par rapport à son niveau
L’erreur de mesure peut être encore réduite en substituant à la amont).
liaison analogique traditionnelle une liaison numérique, Le dispositif est normalisé par la norme AFNOR X 10-311.
exploitée par un système de contrôle-commande décentralisé
( TDC 3000 , Honeywell). La dynamique des débitmètres à Le déversoir triangulaire convient aux faibles débits. Sa
pression différentielle peut alors dépasser largement les 3 : 1 ; au dynamique est de l’ordre de 150 : 1. Il requiert un bassin tranquilli-
reste, c’est le problème de cette dynamique qui est lui-même sateur amont.
dépassé, puisque l’on se souciera beaucoup moins de choisir un Un déversoir à 60o peut mesurer à partir de 0,5 L · s –1, avec la
instrument capable de s’adapter à des changements, plus ou hauteur de charge minimale de 30 mm ; le débit maximal est de
moins planifiables, des besoins. l’ordre de 70 L · s–1 (hauteur de charge maximale 400 mm). Avec un
Le transmetteur est en outre capable d’autodétecter son déversoir à 90o ces valeurs sont multipliées par 1,5 environ.
dysfonctionnement et de basculer le signal de mesure sur une Le déversoir rectangulaire ou trapézoïdal accepte un débit plus
valeur haute ou basse, selon les besoins de la sécurité du important et occupe moins d’espace. Son débit est approximé par :
procédé, en fonction de la configuration qu’on aura choisie.
Q = k H 1,5
avec les mêmes notations.
Un jeu de deux dispositifs préfabriqués [11], consistant en une
4. Débitmètres boîte avec déversoir rectangulaire ou trapézoïdal, couvre les
étendues de mesure suivantes :
pour chenaux ouverts — dispositif de plus faibles dimensions : largeur de découpe
0,3 m, charge 30 à 300 mm, débit approximatif 4,5 à 130 L · s –1 ;
— dispositif de plus grandes dimensions : largeur de découpe
Dans la mesure du débit en eau libre, on distinguera, schématique- 3 m, charge 30 à 450 mm, débit approximatif 45 à 2 600 L · s –1.
ment, trois champs d’application :
— les eaux d’irrigation ;
— les eaux usées industrielles ou urbaines ;
— les cours d’eau naturels. 4.2 Canaux jaugeurs
■ Un débit d’eau d’irrigation peut être mesuré par un déversoir ou
par un canal jaugeur ; des gammes standards de débit sont couvertes Les canaux jaugeurs sont des dispositifs comportant une restric-
par des dispositifs préfabriqués, mais on peut également les tion suivie d’un retour à la largeur initiale. La base de la section
maçonner en place. Les déversoirs n’acceptent que des eaux relative- convergente est légèrement surélevée et la section divergente a une
ment peu chargées. pente négative suivie d’une remontée partielle. Leur débit suit une
■ Pour les eaux usées, lorsqu’elles sont chargées, on se limitera loi en H 1,5, et ils font l’objet de la norme NF ISO 4359. Ils peuvent
aux canaux jaugeurs, moins sujets à l’accumulation de boues. être préfabriqués ou entièrement maçonnés sur place.
Les déversoirs et les canaux jaugeurs utilisent des capteurs de La référence [11] distingue :
niveau. — les petits canaux de Parshall, acceptant des débits
de 0,85-54 L · s–1 à 100-3 900 L · s–1 suivant le dimensionnement
■ Dans les cours d’eau naturels importants, l’instrument le mieux (largeur à la restriction) et la hauteur de charge ;
adapté est le moulinet à hélice, qui cependant ne fournit qu’une — les grands canaux de Parshall, dont les rapports de dimen-
indication ponctuelle de vitesse ; le débit du cours d’eau en est déduit sion sont différents et qui acceptent des débits de 170-5 650 L · s–1
par l’intermédiaire de calculs dont l’exposé sort du cadre du présent à 700-84 700 L · s–1, suivant les mêmes variables.
article (article Détermination du débit des fluides par intégration du
champ des vitesses [R 2 210] dans le présent traité). Un dispositif préfabriqué similaire, le canal de Khafagi-Venturi
(commercialisé par Endress + Hauser) mesure des débits maximaux
Les paragraphes qui suivent présentent sommairement les plages de 7 à 1 800 L · s–1.
de débit couvertes. On ne pourra pas extrapoler ces plages sans
procéder à des étalonnages.
Nota : il existe encore les dispositifs dits à seuil (ISO 3846 et 4630), sans contraction
horizontale de l’écoulement. On peut aussi évaluer les débits sans aucune contraction de la
veine fluide, en mesurant la pente de la surface libre.

Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie est strictement interdite.
R 2 200 − 12 © Techniques de l’Ingénieur, traité Mesures et Contrôle
_______________________________________________________________________________________________________________ CHOIX D’UN DÉBITMÈTRE

4.3 Précision La mesure est insensible aux variations des caractéristiques


physiques du matériau. La précision est meilleure que ± 1 % de la
valeur lue, et les étendues de mesure vont de 0,5 à 40 t /heure, en
Les dispositifs de débitmétrie en eau libre n’ont, en matière de 4 échelles, avec chacune une dynamique de 5 à 10.
précision, d’autre prétention que celle d’une qualité de mesure Cet équipement est utilisé en minoterie, sur les grains et farines.
adaptée aux besoins. Selon le constructeur (Endress + Hauser), la
courbe débit /niveau du canal de Khafagi-Venturi peut être restituée
à ± 1 % par calcul à l’aide d’un polynôme à coefficients constants,
une erreur non négligeable restant cependant liée à la mesure de 6. Éléments économiques
niveau. On peut, globalement, considérer comme réaliste une
mesure à ± 5 % de la valeur courante, encore que certains de choix
auteurs [13] annoncent une erreur de ± 2 % avec un déversoir bien
utilisé. Les éléments économiques habituellement pris en compte sont :
— le coût d’achat de l’instrument ;
— son coût d’installation ;
— son coût de maintenance.
5. Débitmètres À la différence des aspects techniques qui sont, normalement, des
pour produits solides éléments certains, les critères économiques consistent, en partie, en
une projection dans l’avenir de données subjectives ; il vient entre
autres se greffer une notion un peu floue d’« efficacité de la
Les dispositifs classiques de mesure de débits des solides dépense » [3]. Un débitmètre de type X, par exemple, coûte à l’unité
consistent à déposer la matière sur une section de convoyeur et à 50 000 F, mais une fois installé, il se fera « oublier » du service
peser cette section par l’intermédiaire de ressorts ou jauges de maintenance, et trois ans après sera devenu globalement plus
contrainte, entre autres [13]. La pesée peut être discontinue ou économique qu’un instrument de type Y vendu 35 000 F ; le cas
continue, les variantes étant nombreuses. Un perfectionnement échéant, on pourra même commuter le modèle X sur plusieurs lignes
consiste à mesurer l’absorption d’un faisceau de rayons γ à travers véhiculant des fluides différents, et faire ainsi l’économie d’un certain
la matière déposée sur le convoyeur et à en déduire son épaisseur, nombre de débitmètres Y, moins polyvalents.
puis son débit intégré, connaissant la vitesse de défilement. Dans les développements qui suivent, on se limitera à présenter
Ces dispositifs sont en général volumineux. Parmi les instruments des éléments de comparaison entre les divers types de matériels,
que l’on pourrait qualifier de compacts, d’encombrement beaucoup l’extrême diversité des situations ne permettant pas une analyse
plus réduit, citons : plus précise.
— le débitmètre à impact (article Débitmètres massiques On peut établir une gradation dans les coûts d’achat, qui varient
[R 2 300]) ; cependant, mais dans leur ensemble, avec des paramètres tech-
— le débitmètre à effet de Coriolis [9]. niques tels que le diamètre de canalisation, la pression de service
Toutes ces méthodes délivrent un débit-masse. et les spécificités du fluide (chimique, alimentaire, etc.). Le tableau 6
présente ce classement. (0)

5.1 Débitmètre à effet d’impact


Tableau 6 – Éléments de coût d’un débitmètre [1]
Le débitmètre à effet d’impact exploite la force de percussion
engendrée par un débit de matière frappant à 45o une plaque. Le Coût
Coût Coût
débitmètre Sankyo, par exemple, a les caractéristiques suivantes : Types de débitmètres de
d’achat d’installation
maintenance
— étendue de mesure : 0,3 à 300 t /h (plusieurs gammes) ;
— masse volumique de la matière : 50 à 5 000 kg /m3 ; À cible ................................ F F M
— dynamique de mesure : 5 : 1, avec la précision ci-dessous ; À coude.............................. F F F
— précision 1 à 2 %, rapportée à l’étendue de mesure ou à la valeur Élément déprimogène en V E F F
lue, selon l’électronique associée (linéarisation). Diaphragmes ..................... F MàE MàE
La réponse de la plaque d’impact dépend de paramètres tels que
la dureté, la teneur en eau, la granulométrie et de façon générale Tuyère ................................ M M F
des caractéristiques d’impact de la matière solide [9]. Venturi ............................... E M F
Ce matériel convient aux matériaux pulvérulents. Son installation
est relativement contraignante : la plaque d’impact ne doit pas être Pitot .................................... F M F
exposée aux déplacements d’air (vent ou autres causes), et l’instru- Pitot prises multiples ........ F F F
ment est sensible aux vibrations des machines voisines. Pitot venturi ....................... F M F

Orifice intégré.................... F F MàE


5.2 Débitmètre à effet de Coriolis Rotamètre .......................... F F F
Débitmètre à turbine......... M M MàE
Compteur volumétrique ... E E E
Il existe également, pour les solides, un débitmètre à effet de Débitmètre
Coriolis. Le principe consiste à introduire la matière au centre d’une électromagnétique ............ E E M
plate-forme circulaire tournant à vitesse constante et à la forcer vers Débitmètre à vortex .......... M FàM FàM
la périphérie suivant un rayon, à l’aide de déflecteurs. La matière Débitmètre à ultrasons ..... M F F
doit donc être accélérée à la vitesse tangentielle périphérique avant
de quitter la plate-forme, et le couple moteur nécessaire est pro- Débitmètre thermique ...... M FàM M
portionnel au débit-masse (brevet allemand P 33 46 145). Débitmètre à effet
de Coriolis.......................... E E FàM
F faible. M moyen. E élevé.

Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie est strictement interdite.
© Techniques de l’Ingénieur, traité Mesures et Contrôle R 2 200 − 13
CHOIX D’UN DÉBITMÈTRE _______________________________________________________________________________________________________________

En matière de capital investi, il faut noter que le choix d’une instru- — en système anglais, la [livre force / foot 2 ] · seconde (les
mentation micro-informatisée « intelligente » se traduit par un crochets font apparaître l’élément pression homologue du pascal),
surcoût de 15 à 25 %, pièces de rechange comprises, sur une période ainsi que la livre masse/(foot · seconde), identique à la précédente,
d’exploitation de cinq ans ; en contrepartie, les dépenses en à l’accélération de la pesanteur près.
personnel de mise en service, exploitation et maintenance sont Le tableau 7 permet de convertir en m2 /s une valeur de viscosité
réduites de 75 % sur cette même durée (documentation Honeywell). que l’on connaît dans une autre unité. On pourra ensuite calculer
Les coûts d’installation sont présentés dans le tableau 6 ; il ne le nombre de Reynolds Re de l’écoulement par la relation :
faut pas ignorer cet élément, qui est l’une des causes du recul du
débitmètre à orifice déprimogène, par exemple. À la différence du Re = VD / ν
coût d’achat, fixé pour l’essentiel sur catalogue, le coût d’installation V étant la vitesse moyenne du fluide (en mètres /seconde) dans la
dépend des conditions locales. canalisation de diamètre D, en mètres. (0)
Bien que cet élément ne soit pas classiquement considéré, le coût
de la mise en service peut être important dans le cas des matériels
dont le principe n’est pas encore parfaitement maîtrisé ; une connais- Tableau 7 – Conversion des mesures de viscosité
sance insuffisante du fluide viendrait compliquer le problème. (en m2 /s)
Le même tableau regroupe enfin les coûts de maintenance. Les
conditions locales (assistance du vendeur, disponibilité des pièces Facteur
Unité
de rechange, culture technique et compétence du personnel d’entre- de conversion
tien) sont des éléments d’appréciation à prendre en compte, au
même titre que les caractéristiques probabilistes de fonctionnement Ibf · s/ft2 ............................................................. 3,039 2 / γ
du matériel : MTBF (mean time between failures ), MTTR (mean time Ib/(ft · s) .............................................................. 9,290 3 × 10–2 /γ
to repair ), etc.
poiseuille (PI)..................................................... 1/ρ
poise (P) ............................................................. 0,1/ρ
centipoise (cP)................................................... 10 – 3 /ρ
7. Recherche des données ft2/s ..................................................................... 9,290 3 × 10 –2
de base stokes (St) .......................................................... 10 – 4
centistokes (cSt ou mm2/s) .............................. 10 – 6
7.1 Viscosité
Pour obtenir la valeur de la viscosité en m2/s,
multiplier la valeur obtenue
dans une des unités ci-dessus par le facteur de conversion correspondant.
L’opération de choix d’un débitmètre ne requiert pas en elle-même ρ est la masse volumique du fluide en kg/m , γ cette même quantité en livres
3
une connaissance du fluide très complète ; sa viscosité, cependant, masse/pied cube.
doit être correctement appréciée, car peu de débitmètres On aura soin de ne pas confondre masse volumique et densité (par rapport
conviennent aux faibles nombres de Reynolds (fluides visqueux). à l’eau).
Des données de viscosité sont fournies par l’article Viscosité ft = foot (pied).
[K 480] du traité Constantes physico-chimiques ; il a paru nécessaire, lb = pound (livre masse).
cependant, d’y apporter de brefs compléments, conçus pour la pré-
Ibf = pound-force (livre force).
sente application (§ 7.3).
La référence [13] donne des abaques – que l’on retrouve dans
nombre d’autres documents – permettant d’obtenir une bonne
valeur de la viscosité de divers corps purs. La référence [11] donne 7.2 Corrosion
en outre la viscosité de quelques produits pétroliers. Citons encore,
pour les gaz, la référence [15]. Cette liste n’est pas exhaustive. Le risque d’attaque chimique, ou corrosion, des matériaux de l’ins-
Notons que l’on peut considérer sur simple examen visuel que trument par le fluide impose le cas échéant certaines règles de
tout liquide ayant de la difficulté à s’écouler par gravité, tel qu’une construction. Des ouvrages tels que [13] comportent des tables
peinture ou une huile de graissage, par exemple, n’acceptera qu’un présentant matériaux et fluides, avec les épaisseurs de matériau
débitmètre pour faibles nombres de Reynolds. dissoutes en fonction du temps, pour une température du fluide et
une concentration de la substance corrosive données. Il existe égale-
Une mesure de viscosité peut être exprimée dans un double ment divers documents et normes AFNOR sur ce sujet.
système d’unités, cinématiques et dynamiques, la survivance
d’unités anglaises, et aussi commerciales, venant encore compliquer
le problème.
Les principales unités cinématiques (viscosité cinématique ν )
7.3 Masse volumique
sont :
La recherche de la masse volumique du fluide peut être nécessaire.
— en unités du Système international (SI), le m2/s et ses sous-mul- En ce qui concerne les gaz, citons notamment l’ouvrage [15], de la
tiples le stokes (1 St = 10 – 4 m2/s) et le centistokes, ou mm2/s ; société L’Air Liquide, qui présente par ailleurs de nombreuses
— en système anglais, le foot 2/s. données de viscosité et de capacité thermique massique.
Les principales unités dynamiques, dites aussi absolues (visco-
sité dynamique η = ν ρ, où ρ est la masse volumique), sont :
— en unités SI, le poiseuille (PI), ou pascal · seconde (Pa · s), et
ses sous-multiples le poise (0,1 poiseuille) et le centipoise ;

Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie est strictement interdite.
R 2 200 − 14 © Techniques de l’Ingénieur, traité Mesures et Contrôle
_______________________________________________________________________________________________________________ CHOIX D’UN DÉBITMÈTRE

8. Remarques Ses problèmes de jeunesse, électroniques en particulier, sont


désormais largement résolus.
sur certains débitmètres ■ Le débitmètre-masse thermique doit être étalonné avec le
pour conduite fermée fluide à mesurer. Ses capteurs ont une longue durée de vie ; ils sont
peu sensibles aux dépôts.
■ Les débitmètres à insertion sont, en général, d’installation
Les remarques qui suivent [1] apportent certains éléments de facile ; ils se contentent parfois d’un simple piquage sur la tuyauterie,
choix. et peuvent être posés sous pression avec certaines techniques. Ils
n’ont jamais une très bonne précision, en particulier parce qu’ils ne
■ Pour tous les débitmètres à orifice, la masse volumique du peuvent guère être placés au point où la vitesse d’écoulement
fluide doit être connue, même si l’on ne mesure pas le débit-masse. correspond exactement à la moyenne des vitesses dans une section
On peut être amené, dans le cas des gaz et si l’on recherche une droite. Les sondes multiprises améliorent un peu cette situation.
grande précision, à procéder à des mesures de température et de
pression courantes, ou directement à une mesure de densité. Les débitmètres à insertion les plus courants sont de type pitot
moyen, électromagnétique, ultrasonique, thermique et turbine.
■ Certains modèles de plaque à orifice (diaphragme) sont inter-
changeables, parfois sous pression, sans arrêt de l’unité. L’usure
des lèvres de l’orifice compromet la précision de la mesure.
■ Les caractéristiques métrologiques du coin segmental (élément 9. État actuel du marché
en V) sont peu sensibles à l’érosion ainsi qu’à la distribution de
vitesse dans la conduite.
et tendances
■ Le mécanisme de mesure de force du débitmètre à cible est Les débitmètres à orifice occupaient, vers le milieu du siècle, une
sensible à la corrosion ainsi qu’au colmatage, bien que l’un des avan- part prépondérante ; ils n’étaient guère concurrencés à cette époque
tages de ce principe soit d’éviter l’accumulation des dépôts. que par les instruments à déplacement de volume pour les
■ L’étendue de mesure d’un rotamètre peut être modifiée par comptages sur les fluides visqueux et, sur les liquides, par le très
changement du flotteur. ancien débitmètre électromagnétique.
Ils conservent encore l’avantage d’être statiques et, au moins pour
■ Le courant d’excitation du débitmètre électromagnétique peut
le diaphragme normalisé, d’avoir des coefficients de débit bien
être alternatif sinusoïdal ou à créneaux carrés. Dans le premier cas,
connus. Ils perdent cependant du terrain en raison notamment de
il apparaît un signal parasite déphasé à 90 o (quadrature) ; ce
leur dynamique modeste, de leur sensibilité à l’usure et de leurs
problème disparaît avec la seconde solution. La présence de
coûts d’installation et de pompage ; de sorte que leur part de marché
particules dures en suspension dans le fluide induit un bruit de fond
recule, globalement, devant celle des débitmètres de principe plus
du signal. Il existe des modèles à quatre électrodes, moins sensibles
récent.
à une distorsion du profil de vitesses. Le débitmètre électro-
magnétique admet sans difficulté une inversion du sens d’écoule- Une estimation rapide [10] du parc français de débitmètres est
ment. donnée sur le tableau 8. Parallèlement, le tableau 9 reprend des
statistiques douanières américaines [3], portant sur les exportations
■ Les débitmètres à vortex sont équipés de plusieurs types de de débitmètres en 1985. (0)
capteur (transducteurs piézoélectriques, détecteurs magnétiques,
soniques et à fibre optique). Choisir le détecteur en fonction du
fluide (risques de colmatage des ports d’entrée, de corrosion du
Tableau 8 – Estimation du parc français de débitmètres
capteur, etc.), afin de limiter les problèmes ultérieurs de mainte-
nance. L’usure de la barre vortex influe peu sur les caractéristiques Orifice + rotamètre 50 à 60 %
métrologiques. Électromagnétique 15 à 20 %
■ Les turbines équipées de roulements à billes ont une précision Vortex 10 %
meilleure que les turbines à paliers lisses, mais sont plus sensibles Thermique 6%
à la corrosion. La turbine est utilisable en régime pulsatoire (article Coriolis 2%
Débits pulsatoires [R 2 290] dans le présent traité). Ultrasons 2%
Statistiques 1988.
■ Les compteurs volumétriques ne peuvent mesurer un
débit-masse de gaz qu’avec une mesure complémentaire de densité
(voir débimètre à orifice). (0)
■ Les débitmètres à ultrasons à temps de transit ne conviennent Tableau 9 – Exportations des États-Unis en débitmétrie
qu’aux fluides propres ; ils sont sensibles à la présence de bulles de
gaz, ainsi qu’aux tourbillons et vortex générés par les accessoires Compteur volumétrique 37,7 %
situés en amont. Masse (Coriolis) 17,6 %
■ Les débitmètres à ultrasons à effet Doppler ne fonctionnent Turbine 15,3 %
qu’en présence de particules ou bulles, mais en quantité limitée Pression différentielle 13,9 %
pour éviter l’absorption du signal d’excitation. La mise en œuvre la Électromagnétique 8,3 %
plus simple utilise deux transducteurs ; la précision est cependant Ultrasons 4,7 %
meilleure avec une couronne de transducteurs. Le matériau de la Vortex 2,1 %
conduite peut réfracter les ondes sonores. Ce type de débitmètre est Cible 0,4 %
peu utilisé, sauf en version portative. Statistiques 1985.
■ Le débitmètre-masse à effet de Coriolis n’est utilisable sur
gaz ou vapeur qu’avec un fluide de densité suffisante. Il est lourd et
a besoin d’un massif stabilisateur. Il est encore coûteux à l’achat.

Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie est strictement interdite.
© Techniques de l’Ingénieur, traité Mesures et Contrôle R 2 200 − 15
CHOIX D’UN DÉBITMÈTRE _______________________________________________________________________________________________________________

Ces chiffres, bien que peu cohérents en apparence, soulignent la


faveur croissante dont jouissent les débitmètres de type récent. Les 10. Aspects contractuels
débitmètres-masse à effet de Coriolis, en particulier, seraient promis
à un brillant avenir. Les commentaires sont souvent plus réservés La commande d’un débitmètre de principe bien établi paraît être
à l’égard des débitmètres à ultrasons. une opération banale. L’acheteur, cependant, aura dans cette opéra-
Il convient également d’examiner la pénétration de l’informatique tion d’autant plus de chances de succès qu’il aura plus clairement
distribuée, appelée communément intelligence, en matière de débit- exprimé ses besoins, et que le vendeur se sera plus clairement
métrie. Une présentation de l’état du marché des transmetteurs est engagé à les satisfaire.
donnée par [16], qui reprend les phases traditionnelles de la vie – Il n’est pas possible de présenter, dans le présent article, une
au sens marketing – d’un produit (tableau 10). spécification technique, ne serait-ce que générale, qui puisse servir
(0) de base à n’importe quel contrat de fourniture de débitmètre ; les
éléments exposés au § 1 peuvent néanmoins servir de base à la
Tableau 10 – Phase de vie des produits et pénétration rédaction de telles spécifications.
de l’informatique distribuée Il est essentiel que, dès le stade de la consultation, le vendeur soit
informé de toute particularité telle que l’état physique et la
Phase Produit actuellement présent composition chimique du fluide, les caractéristiques de la source
d’énergie, et de façon générale, de tout ce qui peut influer sur la
Ouverture d’un marché Transmetteurs multivariables qualité métrologique et la rentabilité de la chaîne de mesure. On peut
à microprocesseur même envisager de communiquer des informations sous procédure
Croissance rapide Transmetteurs numériques de confidentialité. Il appartient ensuite à l’acheteur d’enregistrer
à microprocesseur l’acceptation du vendeur et ses réserves éventuelles.
Concurrence active Transmetteurs analogiques
à microprocesseur À mesure, en effet, que les matériels gagnent en performance, ils
Maturité Transmetteurs analogiques gagnent souvent aussi en complexité, de sorte que le constructeur
conventionnels joue un rôle croissant dans l’élaboration fine de la solution du
Déclin Transmetteurs pneumatiques problème de l’utilisateur. L’acheteur pourra, par exemple, consulter
des tables de corrosion pour choisir lui-même un matériau adapté
à son fluide ; mais il pourra aussi demander au vendeur de garantir
Sur la période 1984 -1989, le chiffre d’affaires du secteur trans- son matériel pour un fonctionnement pendant n années au contact
metteurs a été multiplié par 1,5 ; dans le même temps, les ventes dudit fluide, en acceptant au besoin un compromis sous forme d’une
du sous-secteur transmetteurs intelligents étaient multipliées par 9. clause de fourniture de pièces d’usure à titre onéreux.

Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie est strictement interdite.
R 2 200 − 16 © Techniques de l’Ingénieur, traité Mesures et Contrôle
P
O
U
Choix d’un débitmètre R
par Claude GAILLEDREAU
Ingénieur de l’École Nationale Supérieure de Chimie et de Physique de Bordeaux
E
N
Références bibliographiques
[1] GINESI (D.) et GREBE (G.). – Flow, a perfor- [7] JONET (C.). – Capteurs de débit et de pression : [13] PERRY (H.) et al. – Chemical engineers’ hand-
mance review. Chemical Engineering,
p. 103-118, 22 juin 1987.
des technologies à foison. Bureau d’Études
Automatismes, no 45, p. 51-59, sept. 1988. [14]
book. McGraw-Hill Book Company.
BERDILLON (P.). – La débitmétrie massique : S
[2] DEVRIES (E.A.). – Experience with ultrasonic [8] O’BRIEN (C.). – Flowmeter terms, types and étude de l’art et des principes physiques mis
flowmeters. Hydrocarbon Processing,
p. 65-66, juin 1986.
successfull selection. In Tech, p. 30-33,
déc. 1989.
en jeu. Endress et Hauser ; communication
au Carrefour Européen des Technologies de A
la Compétitivité, TEC 88, Grenoble.
[3] ROBINSON (C.). – Obstructionless
flowmeters : smooth sailing for some, rough
passage for others. In Tech, p. 33-36, déc. 1986.
[9]

[10]
JOST (G.). – Solids flow meter. CPP Edition
Europe, p. 14-17, déc. 1987.
CIANTAR (Y.). – Guide d’achat débitmétrie.
[15] Encyclopédie des gaz. L’Air Liquide et Elsevier
(1981).
V
[4]

[5]
Un débitmètre piézoélectrique à effet vortex.
Mesures, p. 87-90, 18 fév. 1985.
HALL (J.). – Flow monitoring application [11]
Supplément Industries et Techniques,
p. 55-60, 29 juin 1990.
SPINK (L.K.). – Principles and practice of flow
[16] MASSET (G.). – Où en est l’offre en capteurs
intelligents ? ELEC : Table Ronde no 6, Revue
Mesures et Honeywell SA, 15 nov. 1990.
O
guide. Instruments and Control Systems,
p. 41-45, fév. 1983.
meter engineering. Foxboro, Mass., USA
(1975). I
[6] PEYRUCAT (J.F.). – Débitmètre Coriolis : il peut [12] PRESTON (T.S.), Éditeur. – Shell flowmeter
tout faire, ou presque... Mesures, p. 42- 46,
26 mars 1990.
engineering handbook. Royal Dutch /Shell
Group (1968). R

Normes françaises
Normalisation
X 10-311 9-83 Mesure de débit de l’eau dans les canaux découverts
P
Association française de normalisation AFNOR
NF EN 60529 10-92 Degrés de protection procurés par les enveloppes NF ISO 4359 11-86
au moyen de déversoirs en mince paroi.
Mesure de débit des liquides dans les canaux
L
NF EN 50018 4-96
(code IP). Indice de classement : C 20-010.
Matériel électrique pour atmosphères explosibles.
découverts. Canaux jaugeurs à col rectangulaire, à
col trapézoïdal et à col en U. Indice de classement :
X 10-313.
U
Enveloppe antidéflagrante « D » (est destinée à
remplacer NF C 23-58, mai 1982 et ses additifs 2,
juillet 1983 et 3, juillet 1986 et rectificatif à l’additif 3,
Normes internationales
International Organization for Standardization ISO
S
juillet 1988). Indice de classement : C 23-518.
ISO 3846 1989 Mesure de débit des liquides dans les canaux
NF EN 50020 4-95 Matériel électrique pour atmosphères explosibles. découverts au moyen de déversoirs et de canaux-
Sécurité intrinsèque « i » (est destinée à remplacer jaugeurs. Déversoirs rectangulaires à seuil épais.
NF C 23-520, mai 1992 et ses amendements 2,
ISO 4360 1984 Mesure de débit des liquides dans les canaux
juillet 1986, 3, 4, et 5 janvier 1993 au plus tard en juin
découverts au moyen de déversoirs et de canaux
2003). Indice de classement : C 23-520.
jaugeurs. Déversoirs à profil triangulaire.
NF EN ISO 5167-1 11-95 Mesure de débit des fluides au moyen d’appareils
déprimogènes. Partie 1 : diaphragmes, tuyères et
tubes de venturi insérés dans des conduites en
charge de section circulaire (remplace NF ISO 5167-1
(X 10102), juin 1992). Indice de classement ; X 10-102.
6 - 1998

L’offre de matériels de débitmétrie, en France


Le tableau ci-après présente une synthèse des réponses à une enquête menée DS : débitmètres pour produits solides ;
par Les Techniques de l’Ingénieur auprès des offreurs de matériels industriels DV : déversoirs, autres dispositifs pour canaux ouverts ;
Doc. R 2 200

de débitmétrie, sur le marché français à la fin 1997. L’extrême mobilité que MA : débitmètres électromagnétiques ;
connaît actuellement le marché fait que ce tableau ne peut être exhaustif ; tout OR : orifices déprimogènes pleine section ;
offreur involontairement omis, et qui en ferait la demande, y serait néanmoins PI : tubes de Pitot, autres sondes de mesure de pression ;
incorporé dès la prochaine mise à jour. RO : rotamètres, débitmètres à flotteur ;
Par souci de concision, on a utilisé les abréviations suivantes pour désigner TH : débitmètres massiques à effet thermique ;
les divers types de débitmètres : TU : débitmètres à turbine ;
US : débitmètres à ultrasons ;
CO : débitmètres massiques à effet de Coriolis ; VX : débitmètres à vortex. (0)
CV : compteurs volumétriques à roues, engrenages, ou autres ;

Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie


est strictement interdite. − © Techniques de l’Ingénieur, traité Mesures et Contrôle Doc. R 2 200 − 1
P CHOIX D’UN DÉBITMÈTRE _______________________________________________________________________________________________________________
O
U
R OFFREUR

ABB Instrumentation
CO

X
CV DS DV MA

X
OR

X
PI RO TH TU US VX

Alcal Auriéma X
Alma Ingénierie X X

E Arelco (Sté)
ARM
X
X
X X

N Automatismes Appliqués (Les)


Auxitrol
X X
X X X X
X

Bamo Mesures SA X X X X X
Berger SA X

S Bristol-Méci SA
Compteurs Farnier X
X

A Control SARL div, Mareg


Danfoss SARL
X
X
X
X
X
X
X X X
X
X
X

V Elsag Bailey Hartman & Braun


Endress + Hauser
X
X X X
X
X
X
X X
X X
X
X
X

O Étoile International
Faure Herman X X X
X
X
X
X X
X
X

I Fisher-Rosemount
Foxboro
X
X
X
X
X
X
X
X
X X X X
X
R GEC France X
Gemu SARL X X
George Fischer SA X X X X
Honeywell X
P Horiba France X X
Instruments Controls X X X X X
L KDG Houdec X X

U Kobold Instrumentation
Krohne SA
X
X
X
X X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X

S Mair Mesures
Métra SA
X
X
X
X
X X
X X
X
X
X X
X
X X
X
Mobrey SA X X X X X X
Nauder X
Ramsey Engineering PNCI X
Rota SARL X X X
Sappel X X
Sart Von Rohr X X X
Setaram X
Ultraflux X X X X
Yokogawa Contrôle Bailey X X X X X

Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie


Doc. R 2 200 − 2 est strictement interdite. − © Techniques de l’Ingénieur, traité Mesures et Contrôle