Vous êtes sur la page 1sur 96

RÉPUBLIQUE DU CAMEROUN REPUBLIC OF CAMEROON

Paix – Travail - Patrie Peace – Work – Fatherland


----------------- --------------
UNIVERSITÉ DE DSCHANG UNIVERSITY OF DSCHANG
Scholae Thesaurus Dschangensis Ibi Cordum Scholae Thesaurus Dschangensis Ibi Cordum
---------------- -------------
RECTORAT CHANCELLERY
ÉCOLE DOCTORALE POSTGRADUATE SCHOOL
------------------ -------------
UNITÉ DE FORMATION ET DE RECHERCHE TRAINING AND RESEARCH UNIT
DSCHANG SCHOOL OF ARTS AND SOCIAL SCIENCES DSCHANG SCHOOL OF ARTS AND SOCIAL
---------------- SCIENCES
Website: http://www.univ-dschang.org ----------------
E-mail: udstectorat@univ-dschang.org Website: http://www.Univ-Dschang.org
E-mail: udstectorat@univ-dschang.org

INSTITUT DES BEAUX-ARTS DE FOUMBAN


INSTITUTE OF FINE ARTS FOUMBAN

DÉPARTEMENT DES ARTS, TECHNOLOGIE ET PATRIMOINE


DEPARTMENT OF ARTS, TECHNOLOGY AND HERITAGE

Thème : « De la panthère chez les Bamouns


au revêtement en bois et fibre »

Mémoire présenté en vue de l’obtention d’un master professionnel en Art


Technologie des Matériaux :

Option : Technologie des Bois et Fibres

Par :

Moubarak NGAPOUT
MATRICULE : CM-UDS-13IBA0015

Sous la Direction de :
Dr. André Ledoux NJOUONKOU
Chargé de Cours

Année Académique 2017-2018


DÉDICACE

À la famille
NGNEMYOU

I
REMERCIEMENTS

Je remercie le Dr NJOUONKOU André Ledoux mon encadreur qui m’a accompagné tout
au long de cette expérience professionnelle avec beaucoup de patience et de rigueur scientifique.
Aussi je remercie :
Pr. GHOGOMU TIH Robert Ralph Directeur de l’Institut des Beaux-Arts de Foumban,
pour ses conseils durant ces années de formation ;
M. BENGONO Fortuné chef de département des Arts Technologie et Patrimoine, pour ses
conseils incessants ;
M. MEDJO PROTAIS Pamphile Patrice pour ses conseils ;
Mon papa NGNEMYOU MAMA pour son soutien multiforme ;
Ma maman NJIMBOKET RIKIATOU pour sa tendresse et son soutien multiforme ;
Ma tante NGOUGOURE Ajanatou pour son assistance morale ;
Mes frères NGNIGNIMEGBEMKOUYOU Aboubakar Sidic, YOUMEYA Oumar
Farouk, NJIFOU Mohamed Nourou pour leur soutien financier et moral ;
Mon amie PAWOU NGNANGOU Zouliatou pour ses conseils ;
Mes Sœurs ADIJA, YAMGOUOTE Chamsiatou, LOUKUE Oumi, JOH Safouretou,
NGOUGOURE Sakinetou et CHOUREMA pour leur assistance ;
Tous mes camarades, amis et connaissances qui ont partagé avec moi leurs connaissances
dans le domaine ;
Tous ceux qui, de près ou de loin m’ont soutenu, aidés ou accompagnés dans ce travail.

II
SOMMAÌRE

DÉDICACE ........................................................................................................................ I
REMERCIEMENTS ........................................................................................................ II
LISTE DES TABLEAUX ................................................................................................ V
LISTE DES PLANCHES ............................................................................................... VI
LISTE DES PHOTOS ................................................................................................... VII
LISTE DES IMAGES .................................................................................................... IX
LISTE DES FIGURES ..................................................................................................... X
LISTE DES DESSINS .................................................................................................... XI
LISTE DES ABREVIATIONS..................................................................................... XII
RÉSUMÉ ...................................................................................................................... XIII
ABSTRACT ..................................................................................................................XIV
INTRODUCTION ............................................................................................................. 1
CHAPITRE 1 : ANALYSE ET ETUDE DES BESOINS .............................................. 9
1. 1 : PRESENTATION GENERALE DU NOUN .......................................................... 9
1.2 : PEUPLE, POUVOIR ET CULTURE BAMOUN................................................................ 10
1.3 : REVETEMENT.......................................................................................................... 14
CHAPITRE 2 : CRÉATIONS ET ESQUISSES ........................................................... 21
2.1. THÉORIE DU DESIGN ............................................................................................ 21
2.2. MÉTHODOLOGIE ...................................................................................................... 22
2.3. APPLICATION DE LA MÉTHODOLOGIE ................................................................. 23
2.4. CHOIX DU MODEL ET RECHERCHE CHROMATIQUE.............................................. 31
CHAPITRE 3 : MISE AU POINT DE LA SOLUTION RETENUE ......................... 32
3. 1. ETUDE DU MATERIAU .............................................................................................. 32
3.2. DOSSIER TECHNIQUE ................................................................................................ 53
CHAPITRE 4 : DEVELOPPEMENT INDUSTRIEL DE LA MAQUETTE AU
PROTOTYPE .............................................................................................................................. 60
4.1. MAQUETTE .............................................................................................................. 60
4.2. RÉALISATION DU PROTOTYPE .................................................................................. 62
4.3. PRESENTATION DE L’ŒUVRE .................................................................... 68
5. PLAN D’AFFAIRE ................................................................................................... 69
CONCLUSION ................................................................................................................ 74
III
BIBLIOGRAPHIE .......................................................................................................... 75
ANNEXES ........................................................................................................................ 80

IV
LISTE DES TABLEAUX
Tableau 1 : Récapitulatif des insuffisances sur les revêtements existants et solutions
proposées. ...................................................................................................................................... 20
Tableau 1 : Récapitulatif et comparaisons des conifères et des feuillus ........................... 42
Tableau 2 : Composition chimique du bois ....................................................................... 43
Tableau 4 : Propriétés mécaniques du bambou ................................................................. 48
Tableau 5 : Comparaison des consommations énergétiques de production entres différents
matériaux ....................................................................................................................................... 48
Tableau 6 : Tableau de feuille de débit ............................................................................. 56
Tableau 7 : Tableau de devis ............................................................................................. 57
Tableau 8 : tableau n’analyse de fabrication ..................................................................... 58

V
LISTE DES PLANCHES

Planche 1 : Dessin d’après nature peau de panthère par : Ngapout.................................. 23


Planche 2 : Décomposition de la peau de panthère partie (A). Fait par : Ngapout ........... 23
Planche 3 : Décomposition de la peau de panthère partie (B). Fait par : Ngapout ........... 24
Planche 4 : Décomposition de la peau de panthère partie (C). Fait par : Ngapout ........... 24
Planche 5 : Composition 1 d’après la peau de panthère par : Ngapout ............................. 25
Planche 6 : Croquis des carreaux en fibre d’après la peau de panthère par : Ngapout ..... 26
Planche 7 : Dessin d’après nature de panthère par : Ngapout .......................................... 27
Planche 8 : Décomposition du dessin de la panthère par : Ngapout ................................. 28
Planche 9 : Composition à partir de la panthère. Par Ngapout .......................................... 29

VI
LISTE DES PHOTOS

Photo 2 : Peau de panthère ................................................................................................ 13


Photo 3 : Panthère.............................................................................................................. 13
Photo 1 : Le sultan ROI Bamoun Ibrahim Mbouombouo Njoya. Les pieds sur une peau de
panthère ......................................................................................................................................... 14
Photo 4 : Revêtement en carreau Cliché : Ngapout (2018) ............................................... 18
Photo 5 : Revêtement au crépi peint Cliché : Ngapout (2018) .......................................... 19
Photo 6 : Photo 7 : Revêtement au crepi Cliché : Ngapout (2018) ................................... 19
Photo 8 : Plafond en lambris chinois Cliché : Ngapout (2018) ......................................... 19
Photo 9 : Plafond en moelle de la tige de raphia. Cliché : Ngapout (2018) ..................... 19
Photo 10 : Revêtement en carreaux ................................................................................... 19
Photo 11 : Présentation des feuilles d’Arundinaria alpina ................................................ 49
Photo 12 : Touffe présentant le turion et les bases des chaumes....................................... 49
Photo 13 : Présentation de la chaume ................................................................................ 49
Photo 14 : Forêt de bambou de la réserve de Melap. Cliché : Ngapout (2018) ................ 51
Photo 15 : Forêt de bambou de njifohait. .......................................................................... 51
Photo 16 : Le Raphia fariniféra......................................................................................... 53
Photo 17 : Gabarit de traçage vue A .................................................................................. 59
Photo 18 : Gabarit de traçage vue B .................................................................................. 59
Photo 19 : Gabarit de traçage vue C .................................................................................. 59
Photo 20 : Débardage et tronçonnage à la scie égoïne. Cliché Chouapouognigni ............ 62
Photo 21 : Abattage du bambou de chine .......................................................................... 62
Photo 22 : Trappage du bambou de chine ......................................................................... 62
Photo 23 : Sortie après deux semaines de trappage ........................................................... 62
Photo 24 : Cadrage à la SCT ............................................................................................. 65
Photo 25 : Lamelle de bambou .......................................................................................... 65
Photo 26 : Rabotage des lamelles obtenues après le cadrage ............................................ 65
Photo 27 : Lamelles de bambou rabotées .......................................................................... 65
Photo 28 : Rabotage des lamelles ...................................................................................... 66
Photo 29 : Signe d’établissement pour assemblage ........................................................... 66
Photo 30 : Collage et assemblage ..................................................................................... 66
Photo 31 : Ponçage ............................................................................................................ 66
VII
Photo 32 : Lamelle assemblée et poncée ........................................................................... 66
Photo 33 : Traçage au gabarit de traçage. Cliché :Abdou R ............................................. 66
Photo 34 : Lamelles assemblée, poncée et tracée .............................................................. 66
Photo 35 : Chantournage ................................................................................................... 66
Photo 36 : Traçage pour l’application des motifs. Cliché : Zena ...................................... 66
Photo 37 : Carreau aux motifs tracés ................................................................................. 67
Photo 38 : Quelques carreaux en bambou de chine ........................................................... 67

VIII
LISTE DES IMAGES

Image 1 : Les parties du bambou entier sur pieds. ............................................................ 44


Image 2 : Rhizome leptomorphe ....................................................................................... 45
Image 3 : Rhizome pachymorphe ...................................................................................... 45
Image 4 et Image 5 : Vues d’ensemble et en détail de certain parties intérieures de la
chaume .......................................................................................................................................... 45
Image 6 : Coupe transversale d’un entrenœud. ................................................................. 46
Image 7 : Plan de détail d’un nœud .................................................................................. 46

IX
LISTE DES FIGURES

Figure 1 : Les parties d’une feuille .................................................................................... 33


Figure 2 : Les parties de la racine ...................................................................................... 34
Figure 3 : Les parties d’un tronc (vue macroscopique) ..................................................... 35
Figure 4 : Bois de conifère ............................................................................................... 37
Figure 5 : Bois initial/bois final ......................................................................................... 38
Figure 6 : Cellule du bois des résineux ............................................................................. 38
Figure 7 : Structure microscopique ................................................................................... 38
Figure 8 : Bois de feuillus ................................................................................................. 41
Figure 9 : Feuillus à pores diffus ....................................................................................... 42
Figure 10 : Feuillus à zone poreuse ................................................................................... 42
Figure 11 : Structure microscopique ................................................................................. 42
Figure 12 : Structure microscopique détaillée ................................................................... 42

X
LISTE DES DESSINS

Dessin 1 : Perspective isométrique 1 ................................................................................. 53


Dessin 2 : Perspective isométrique 2 ................................................................................. 53
Dessin 3 : Vue de face ....................................................................................................... 54
Dessin 4 : Vue arrière ........................................................................................................ 54
Dessin 5 : Vue de dessous ................................................................................................. 55
Dessin 6 : Vue de dessus ................................................................................................... 55
Dessin 7 : Vue de côté ....................................................................................................... 55
Dessin 8 : Vue iso d’un carreau en maquette .................................................................... 60
Dessin 9 : Maquette en vue de face (simulation) .............................................................. 60
Dessin 10 : Vue de dessus de la maquette(simulation) ..................................................... 60
Dessin 11 : Vue aérienne de la maquette(simulation) ....................................................... 61
Dessin 12 : Vue contre plongée de la maquette (simulation) ............................................ 61
Dessin 13 : Vue de gauche de la maquette (simulation) .................................................. 61
Dessin 14 : Vue de droite de la maquette (simulation) ..................................................... 61
Dessin 15 : Explication du cadrage du bambou ................................................................ 65

XI
LISTE DES ABREVIATIONS

INS : Institut National de la Statistique


DSCE : Document de Stratégie de la Croissance et l’Emploi
FAO : Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture ;
ONUDI : Organisation des Nations Unies pour le Développement Industriel
MO : machine-outil ;
Ech : échelle ;
CCA : Composition Cuivre-Chrome-Arsenic ;
CCB : Composition Cuivre-Chrome-Bore ;
CCBF : Composition Cuivre-Chrome-Fer ;

XII
RÉSUMÉ

Le Cameroun cherche à sauvegarder et valoriser sa culture et ses fibres naturelles. Pour


cela les travaux valorisant les fibres et la culture sont nécessaires. Pourtant à l’heure actuelle, les
valeurs culturelles ne cessent de s’amoindrir ; les fibres végétales sont abandonnées ; les
revêtements restent chers et sont importés pour la plupart. Il est question dans ce travail de faire
revivre et valoriser certaines valeurs culturelles notamment la symbolique de la panthère chez les
Bamouns. De valoriser le bambou de chine et de proposer un revêtement moins chers, durable et
esthétique. C’est pourquoi l’on se pose la question : De quelle manière sauvegarder et valoriser la
culture et le bambou de chine en proposant un revêtement moins chers, durable et esthétiques ?
Pour répondre à cette problématique, un questionnaire et un guide d’entretient ont été établis et
soumis aux différentes tranches de la population acheteuse confirmée ou potentielle d’un
revêtement. Ce questionnaire a permis de comprendre que, les revêtements sur le marché sont à
un prix largement supérieure à la bourse de la majorité de la population et ne sont pas toujours
durables. Aussi la mise en œuvre est difficile, coûte chère et on ne trouve pas facilement les
techniciens qui la maitrise. Au près des patriarches et des notables, le guide d’entretien a conduit
à la compréhension du symbolisme de la panthère chez les Bamoums. La littérature sur le bois, le
bambou de chine et le bambou de raphia révèle qu’ils sont disponibles localement et que leurs
propriétés physiques et mécaniques sont favorables à leur usage pour la production des
revêtements. En utilisant les méthodologies de création artistiques, des carreaux en bambou de
chine ont été produites en utilisant les motifs inspirés des éléments symboliques de la panthère en
pays Bamoun. Ces carreaux durables, esthétiques et moins chers créés avec la méthodologie de
création artistique dite classique utilisant les symboles culturels, réalisés avec le bambou,
contribuent à la sauvegarde et à la valorisation de notre culture et du bambou.

Mots clés : Bois, Fibre, Patrimoine, Culture, Valorisation, Bambou.

XIII
ABSTRACT

Cameroon seeks to safeguard and enhance its culture and natural fibers. For this work
promoting the fibers and culture are necessary. At present, however, cultural values are steadily
diminishing; vegetable fibers are abandoned; the coatings remain expensive and are imported for
the most part. In this work, it is a question of reviving and promoting certain cultural values,
particularly the panther symbol of the Bamouns. To value bamboo from China and to offer a
cheaper, durable and aesthetic coating. This is why the question arises: How to safeguard and
enhance the culture and bamboo of China by offering a cheaper, durable and aesthetic coating? To
answer this problem, a questionnaire and a maintenance guide have been established submitted to
the different segments of the confirmed or potential buyer population of a coating. This
questionnaire made it clear that coatings on the market are priced well above the stock market and
are not always sustainable. Also the implementation is difficult and expensive and we cannot easily
find the technicians who master it. Near the patriarchs and notables, the interview guide led to the
understanding of the symbolism of the panther among the Bamouns. The literature on wood,
bamboo and raffia reveals that they are locally available and that their physical and mechanical
properties are favorable for their use in the production of coatings. Using artistic creation
methodologies, bamboo china tiles were produced using motifs inspired by the symbolic elements
of the panther in Bamoun country. These durable, aesthetic and cheaper tiles created with the so-
called classical artistic creation methodology using cultural symbols, made with bamboo,
contribute to the preservation and enhancement of our culture and bamboo.

Keywords: Wood, Fiber, Patrimony, Culture, Valorization, Bamboo.

XIV
INTRODUCTION

PRÉSENTATION DU SUJET

Depuis que l’homme façonne son habitat, il a toujours eu recours à plusieurs matériaux.
Notamment les pierres, la terre, la paille, le bambou, le raphia, le bois… Pendant longtemps, pour
avoir des surfaces utilisables, il s’est contenté d’accoler des bouts de pièces, les maintenant
ensemble. Les formes de ses habitats ainsi que sa décoration étaient peu distinctes. La technologie
s’est améliorées avec le temps et a permis d’aboutir à des formes variées et esthétiquement
remarquable. Cette esthétique aujourd’hui, est accru au travers des nombreuses variétés de
revêtements. Aussi, la résistance des matériaux et autres propriétés sont recherchées par le biais
de ses revêtements. Notamment les isolations, la perspiration... Le raphia, le bois, le bambou sont
alors des matériaux excellents compte tenue de leurs propriétés.

Au Cameroun, l’on semble être tourné vers un revêtement au produits importés (peinture,
lambris chinois, carreaux...). Et pourtant c’est un frein pour le développement, une perte pour
l’économie. (Selon l’Institut National de la Statistique (INS, 2015), le Cameroun a importé les
produits de revêtement à plus de 28 929 millions de franc CFA en 2014. Le gouvernement du
Cameroun, dans son Document de Stratégie de la Croissance et l’Emploi (DSCE), stimule une
meilleure valorisation des grumes et des produits forestiers non ligneux. La transformation et la
consommation des matériaux locaux est aussi une des prérogatives du gouvernement. Notamment
dans le domaine du revêtement, quelques produits sont fabriqués. Cette production ne couvre
qu’une très fine partie de la demande nationale. Les besoins en produits de revêtement restent
présents, malgré des importations coutant des fortunes et affaiblissant l’économie du pays. Le bois
étant importé à un prix presque quatre fois plus cher qu’à l’exportation (INS, 2015). Ces
importations sont aussi une domination culturelle.

Le raphia et le bambou de Chine, de croissance rapide, sont des espèces grégaires1


abondantes, mais peu exploitées en Afrique et au Cameroun en particulier (Musau, 2016 : 22). Le
raphia, autre fois échelle de mesure de richesse chez les Bamounqs, est aujourd’hui sous-exploité.
Le raphia est utilisé pour faire des sacs, des revêtements, des constructions, des greniers, des nattes,
des meubles. Mais aujourd’hui, cette exploitation reste comme pour des secondes classes ou pour
les œuvres d’arts des musées. En chine, le bambou de Chine est transformé de plus de 10000
maniements (Musau, 2016 :22). Il est utilisé entre autre pour la construction de bâtiments et toits,

1
Qui ont tendance à se grouper et à envahir le lieu où elle se trouve
1
la fabrication de meubles, de placages, d’échafaudages, de cadres de portes et de fenêtres, de
panneaux muraux, ainsi que de revêtements. Cette transformation génère des revenus colossaux.
Cela est aussi possible au Cameroun.

La culture est la source de progrès, de la créativité et de la stabilité. Il nous incombe de


l’entretenir afin qu’elle grandisse et se développe. La culture et le patrimoine étant des facteurs
qui aiguisent la croissance économique et permettent un développement socio-culturel en faveur
du plus grand nombre. Aussi, cette amoindrissement de notre culture, nous perd dans un design
qui nous est étrange. Le design pouvant être généralisé à tous les problèmes de conception, il est
le principal facteur d’innovation technologique et un moteur essentiel dans les échanges
économiques et culturels (Almanart, 2011). Ainsi la sauvegarde est la valorisation de notre culture
à travers les designs inspirés de nos patrimoines, apparait comme une nécessité pour notre
croissance économique et notre développement.

En Afrique et au Cameroun en particulier, certaines valeurs culturelles tendent à disparaitre


avec la complicité volontaire ou involontaire de certains africains. Dans le Noun par exemple
comme dans bon nombre des sociétés africaines, la panthère pourrait avoir perdu certains aspects
de sa symbolique. Ainsi ce travail sur le thème « de la panthère chez les bamouns au revêtement
en bois et fibre », utilise l’image de la panthère et de sa peau pour la création et la réalisation du
revêtement en bambou. Cela dans le but de contribuer à la valorisation du bambou de Chine et du
raphia. L’objectif global étant de contribuer à la sauvegarde et à la valorisation de notre patrimoine
culturelle, de contribuer à la transformation et à la valorisation du bambou de chine, de la tige de
raphia et du bois. A grande échelle il s’agit tout simplement de contribuer au développement
économie pour l’émergence du Cameroun.

DÉLIMITATION DU SUJET

La délimitation s’est faite suivant deux plans (spatio-temporel et matériel).

 Sur le plan spatio-temporel


La zone de cette étude est le département du Noun dans la région administrative de l’ouest
au Cameroun. Le Noun (52% de la superficie de l’ouest)2, fief des peuples Bamoun, est l’un des
rares bourgs3 en Afrique qui « a conservé toutes les facettes de son fonctionnement ancestral,
malgré tous les événements qui ont secoué l’Afrique » (Antoine, 2009). Cette potentialité est mise

2
https://fr.wikipedia.org/wiki/royaume_bamoun (2010)
3
Gros village
2
en avant. L’intérêt est porté sur la période allant de 1394 depuis la création du royaume jusqu’en
2017 pour suivre dans la mesure du possible l’évolution de revêtements dans le Noun.

 Sur le plan matériel


Le domaine de la technologie de bois et fibres implique plusieurs matériaux (bois, bambou,
lianes, rotin...). Dans le cadre de ce travail, il est utilisé le bambou de Chine (Arundinaria alpina)
localement appelé «nànah». Le bambou de raphia (Raphia fariniféra) localement appelé « nzù ».
Le choix de ces espèces se justifie par ses origines Africaines et leurs abondances qui assurent
leurs disponibilités dans la région.

INTERET DU SUJET
 Intérêt socio-économique
Dans les marchés du Cameroun, certains produits actuels de revêtement ne laissent pas
traverser l’air (carreaux en céramique et en plastique). Ce qui comprime les habitations décorées
(décoration murale) avec ces types de revêtement. Leurs capacités iso-thermiques sont peu
adéquates en majorité (labris chinois…). Les produits de décorations disponibles sur notre
territoire sont essentiellement importés et coutes très cher. Ces produits de décorations constituent
un manque à gagner important pour l’économie nationale4. Aussi ils ne sont pas fabriqués en tenant
compte de nos réalités sociales. Ces produits sont en générale en inadéquation avec notre milieu.
Le présent travail propose des carreaux qui coûtent moins chers par rapport à ceux importés. Ces
carreaux de murs et plafonds sont marqués par notre empreinte sociologique et anthropologique,
qui le met en parfait adéquation avec notre milieu et notre quotidien. Réalisés en matériau local
(bambou de chine et raphia), ces carreaux sont des très bons isolants thermiques. Le bambou de
chine et le raphia étant sous exploités et peu valorisés, ce travail va dont contribuer à leur
valorisation. La présente étude contribuera aussi au développement en générant des revenus
importants.

 Intérêt environnemental
Il est aujourd’hui encore plus que jamais nécessaire de lutter contre la déforestation. Elle
est la cause de la perte de biodiversité (27 000 espèces animales et végétales par ans), de
l'aggravation des maladies sur 40 % de la population mondiale, de l'aggravation des catastrophes
naturelles (Magdelaine, 2016). Aussi les forêts sont des sources de médicaments, de vêtements, de
combustibles, de refuge et de nourriture pour de nombreuses populations. La (FAO, 2012:5) dit

4
Investier au Cameroun (2017). http://www.investiraucameroun.com/ Consulté le 03/03/2018
3
«60 millions de peuples indigènes dépendent presque entièrement des forêts ; (...) et plus de 1,6
milliard de personnes dépendent à divers degrés des forêts pour vivre». Ce travail vise à contribuer
à la lutte contre la déforestation en valorisant le bambou. Il démontre que le bambou peut remplacer
le bois sur plusieurs usages. Le bambou est aussi un très bon puits de carbone5 géant, chaque plante
absorbant presque deux fois plus de dioxyde de carbone qu’un arbre (Musau, 2016 :22). «Le
bambou (nànah), atteint ses dimensions définitives (hauteur et diamètre) dans l'espace de deux
mois environ ; et mature au bout de trois ans» (Rassiat et Pierrat, 1962:32). Ce qui permet d'avoir
une ressource disponible.

 Intérêt technologique et scientifique

La situation actuelle du monde laisse à penser que le développement technologique est une
nécessité pour le bien-être de l’homme. Aussi, la puissance d’une nation se mesure par son avancé
technologique. C’est celui qui détient la meilleure technologie qui est le maître du jeu. A l’heure
où l’Afrique est, beaucoup plus un consommateur qu’un producteur, le moment semble opportun
pour les Africains de s’activer pour leur bien-être en développant leur technologie. Car « Les effets
directs du changement technologique peuvent être positifs ou négatifs et porter sur la santé, la
consommation et la qualité de l’emploi. L’innovation a également des effets directs sur l’empreinte
environnementale des activités économiques » (ONUDI ;2016 :3). Ce travail présente un
processus méthodologique de création des nouveaux designs à partir des valeurs et/ou des cultures
Africaines.

 Intérêt culturel
Vue la situation actuelle, on pourrait croire à une disparition de la culture Africaine à la
longue. Avec la complicité des Africains, la culture Africaine est marginalisée et abandonnée. Zra
deli là constaté en ce terme : « la plupart des Noirs ont honte d'être noirs, une honte secrète qu'ils
ne font pas la leur, mais qui hante jusqu'à leur fierté ». Ce constat semble rationnel. De nos jours,
nombre d’Africains sont des acculturés de toute sorte. Avec « une vision déformée et déformante
des réalités culturelles du continent » (Zra deli, 2008), l’avenir ou le devenir de la culture africaine
est inquiétant. Sur le marché mondiale l’Afrique est bonne consommatrice sans tries. Nous
constatons que dans les chefferies, très généralement qu’une peau de panthère est sous les pieds
du roi. Seul les plus curieux le constate. Les murs restent ordinaires. Ce travail vise à contribuer à
la sauvegarde et à la valorisation de la culture Africaine et camerounaise en particulier. Mais aussi
est surtout il vise à lutter contre l’incursion culturelle étrangère.

5
Végétaux qui stockage le gaz carbonique
4
RAISON DU CHOIX DU SUJET
Le bois et les fibres végétales sont des matériaux disponibles et connus en Afrique. Ils ont
des propriétés remarquables. Pourtant dans notre vécu quotidien, il est observé des peines pour
faire aux matériaux importés, inadaptés, incompatibles, nocifs et méconnus, des tâches que nos
matériaux satisferont remarquablement ; notamment dans le revêtement. Tel est notre motivation.

REVUE DE LA LITTÉRATURE

Edwin de C et al, (2014) Dans « revêtement de sol en bois », sont présenté les types de
revêtement de sols, le schéma de pose et le matériau, la pose, la finition et l’entretien se limitant
sur le sol et ne parlant que du bois.
Heush-Desquiron (2003) dans « Manuel du parfait petit carreleur » parle des origines du
carreau, les types de carreaux, des caractéristiques, de la pose, de l’entretien, de déformations
potentielles et leurs origines. Mais en restant uniquement sur la céramique sans parler des autres
matériaux.
Chouapouognigni. A. R. (2016) dans son mémoire de licence professionnelle parle du
revêtement mural en fibre de bananier. Ne touchant pas l’aspect du plafond. Et ne valorisant pas
le bambou de chine et mettant le raphia comme matériau de seconde classe.
Claude Tardis (1980): dans son ouvrage «Le Royaume Bamoun», parle de certains aspects
historiques de l’art Bamoun et de son évolution depuis la fondation de Ncha’re Yen jusqu’à 1980.
Le même auteur dans l’ouvrage « Les choses du palais» donne une description détaillée de
quelques symboles Bamoun mais sans faire mention d’une quelconque politique de sauvegarde et
de valorisation.

Cairo Emmanuel & Berthelot Soizick. (2012) : dans l’ouvrage « La démarche design
comme outil de compétitivité » présentent la démarche design, les principaux domaines où
s’applique le design et quelques créations. Sans faire mention d’usage des éléments culturelles
pour une création design.

PROBLÉMATIQUE

Le Cameroun importe la grande majorité de ses revêtements. Ces biens portent la culture
extérieure et ne sont pas adaptés à l’environnement camerounais. Et pourtant le Cameroun compte
plus de 200 ethnies avec autant de cultures. Ces importations constituent une domination culturelle
et un amoindrissement progressif de la culture Camerounaise en rompant sa continuité culturelle ;
qui est le chemin de l’Homme vers son idéal. Même dans des chefferies aujourd’hui, les
5
revêtements restent importés en majorité ne reflétant pas la particularité des chefferies africaines.
Aussi, ces revêtements importés coutent très chers. Etant des produits extérieurs, ses matériaux de
revêtement constituent aussi un manque à gagner pour l’économie du pays. Le Cameroun dispose
d’une abondance des fibres végétales à croissance rapide, aux vertus multiples, avérées et aux
propriétés remarquables. C’est le cas du bambou et du raphia qui sont pourtant sous-exploités, peu
valorisés, inexploités, voire abandonnés. Face à cette multitude de situations difficiles, il convient
de s’interroger sur des possibilités des moyens de résolutions. Dans cet optique, les questions
suivantes ont été formulées :
Question générale

Comment peut-on, à partir de la panthère chez les Bamouns sauvegarder et valoriser la


culture, le bambou de raphia et le bambou de chine pour avoir des carreaux moins chers, durables
et esthétiques ?
Cette généralité suscite des questions spécifiques :
Question spécifiques
 Par quel moyen réaliser des revêtements à moindre coût, durables et esthétiques
sans contribuer à la dégradation de l’environnement ?
 De quelle manière valoriser nos matériaux tout en augmentant l’estime porté envers
notre culture ?

HYPOTHÈSES
Aux questions précédemment posées, des réponses provisoires ont été formulées ainsi qu’il
suit :
 Par la méthodologie de création artistique et la transformation du bambou, nous
pouvons sauvegarder et valoriser la culture et le bambou pour avoir des carreaux
moins chers, durable et esthétiques.
 Une maîtrise de la technologie de transformation du bambou peut nous être utile
pour la production des carreaux à moindre coût, durable et esthétique.
 La production de nos designs originaux avec nos matériaux peut alourdir la balance
de l’estime porté envers notre culture.

6
MÉTHODOLOGIE
La méthodologie : est la subdivision de la logique ayant pour objet l'étude a posteriori des
ensembles de démarches que suit l'esprit pour découvrir et démontrer la vérité, et plus
spécialement, d'ordinaire, celle des méthodes scientifiques6. Ainsi, il a été utilisé dans le cadre de
ce travail la méthodologie de Création Artistique dite classique de Bengono7.
Cette méthodologie est articulée autour de 9 étapes mais dans ce travail, seul les quatre
premières étapes ont été utilisées. Il s’agit de :
(1)Dessin (d’après nature, documentaire, croquis, esquisses…) c’est le dessin de l’objet tel
qu’il apparait sur toutes les vues. (2) Décomposition, elle s’exprime en dessinant la source non
plus entièrement, mais en accentuant certains détails ; dans ce cas, on s’éloigne de la vision globale
du départ pour avoir un regard segmenté. (3) Composition permet avec un nouveau regard de
combiner les segments obtenus en nouvelles unités et de susciter l’originalité. A la suite de cette
étape, on obtient des pistes à explorer. (4) Croquis c’est-à-dire la transformation du dessin
segmenté ou des compositions.
Après la présentation de la méthodologie de création, il est tout aussi important de préciser
que ce travail se fait dans sa globalité suivant une méthodologie générale à quatre étapes comme
suit :
ÉTAPE 1 : Recherche documentaire ; il a été question de chercher dans la littérature des
documents ayants traités ou parlant d’un ou de plusieurs aspects ayants un lien avec le thème.
ÉTAPE 2 : Enquête de terrain ; consiste à des investigations et au collecte des informations
sur le terrain par observation, questionnaire, entretien…
ÉTAPE 3 : Analyse et interprétation des données ; c’est à ce niveau que l’on étudié par
analyse minutieuse les différentes informations et données issues des deux premières étapes. C’est
après cette étape que ce qui est fait et ce qui reste à faire (problème à résoudre) dans le sujet est
clairement ressorties.
ÉTAPE 4 : Rédaction. A ce niveau, il est question d’écrire le mémoire.

6
Dictionnaire le grand rober et 38dico et recueil de correspondance
7
BENGONO E. F. Mode et patrimoine: expérience des beaux-arts de Foumban les cahiers de charges
pédagogiques de Foumban Art Room V 1 édition Franc Jeu p. 14
7
ESQUISSE DU PLAN
Ce travail est articulé autour de quatre chapitres comme suit :
- Chapitre 1 Analyse et étude des besoins. Sont présentés dans ce chapitre une vue brève et
générale sur le Noun, l’importance de la culture, le rôle du revêtement et les problèmes culturels
et de revêtement en insistant sur le cas particulier du Noun.
- Chapitre 2 Création et esquisse. Dans ce chapitre il a été présenté la théorie du design, la
méthodologie de création dite classique et son application qui a conduit aux motifs innovants.
- Chapitre 3 Mise au point de la solution retenue. A ce niveau, l’on a une étude détaillée
sur les matériaux (Bois, Bambou et raphia) ; un dossier technique sur le revêtement et trois
maquettes virtuelles.
- Chapitre 4 Développement industrielle de la maquette au prototype. Dans ce chapitre qui
est le dernier, y figure des vérifications pointues par la réalisation de la maquette et d’un prototype
ainsi d’une analyse pour une industrialisation éventuelle de la solution proposée.

8
CHAPITRE 1 : ANALYSE ET ETUDE DES BESOINS

Dans ce chapitre il a été question de faire une présentation brève et générale sur le
département du Noun, l’importance de la culture et les problèmes de cette dernière, le rôle du
revêtement et les problèmes rencontré sur celui-ci en insistant sur le cas particulier du Noun.

1. 1 : PRESENTATION GENERALE DU NOUN

1.1.1 climat, hydrographie et relief


Le royaume Bamoun constitue ce qu'on appelle aujourd'hui département du Noun. Situé
entre le dixième et le douzième méridien Est, le cinquième et le septième degré altitude Nord. Il
couvre 52 % de la région de l'Ouest du Cameroun. Le département du Noun est limité au nord par
les départements de Bui, Donga-Mantung et Mayo-Banyo; à l’Ouest par Ngoketunjia, Bamboutos
et la Mifi; au sud par le Koung-khi et Nde et à l’Est par le Mbam-et-Inoubou et le Mbam-Et-Kim.
Avec une superficie de 7500 km² pour une population de 820 000 habitants8, le Noun compte neuf
arrondissements à savoir: Bangourain, Foumban, Foumbot, Kouoptamo, Koutaba, Magba,
Malantouen, Njimom et Massangam.
Son climat de type Soudano-guinéen est composé de deux saisons; la saison sèche allant de
Novembre à Mars et ponctuée d’une température moyenne de 30 à 35◦c, et la saison de pluie
couvre la période d’Avril à Octobre accompagnée d’une température moyenne de 27 à 28◦c. Mais
avec le changement climatique, on ne peut dire avec certitude quelle saison couvrira quelle
période.
Le Noun est arrosé par plusieurs cours d’eau dont la Mape et le Mvi au Nord, le Chii au
centre, le Nja et le Mvii au Sud, tous les affluents du fleuve Ripa connu sous l’appellation de
Mbam en aval. En outre on a des lacs volcaniques donc les plus significatifs sont le lac mystique
Mfue” sur le Mont Mbètpit à Baigom; arrondissement de Foumbot. Les deux lacs jumeaux rendus
mystiques par les contes féériques hallucinants et le célèbre lac. Avec son site plus qu’accidenté,
le Noun regorge des forêts galeries formées des raphias, bambou de chine et bien d’autres essences
qui longent les cours d’eau des bas-fonds. Ainsi nous n’aurons aucune difficulté dans la recherche
des matériaux entrant dans la réalisation de notre œuvre et même pour une fabrication industrielle.
Le royaume Bamoun a un relief très accidenté et constitué en grande partie de chaînes
montagneuses parmi lesquelles des chaines volcaniques, et quelques hauts plateaux. On y retrouve
:

8
https://fr.wikipedia.org/wiki/royaume_bamoun (2010)
9
 Le Mont Mbam 2300m d’altitude ;
 Le Mont Nkuegham 2290m ;
 Le Mont Mbètpit 2000m ;
Le Noun compte trois zones géographiques telles que suit.
Une zone d’effondrement constituée des plaines tikar à l’Est comprise entre 1000m et
1500m d’altitude qui s’étend de la falaise du Noun (Foumbot) au-delà de Foumban, débouchant
progressivement en gradins sur une chaine de collines de tikar.
Une zone accumulée des plateaux allant vers le centre (plateau bamoun) qui est plus élevé
que celui de la plaine tikar par une escarpée de 500m de dénivellation. Ce plateau est constitué de
nombreux petits massifs volcaniques et tectoniques. Il existe : la plaine Noun; la plaine de baigom
située entre l’Arrondissement de Foumbot et koutaba; la plaine d’effondrement (plaine tikar) au
Nord du département qui s’étend jusqu’au département du Mayo-Banyo; la plaine du Mbam…
(Mounchili, 2015).
Une zone de plaine très fertile située au pied de cet ensemble montagneux dans la zone de
Foumbot où on a le mont Mbètpit. Ces terres sont les débris volcaniques de couleur noire.

1.2 : PEUPLE, POUVOIR ET CULTURE BAMOUN

1.2.1. Origine du peuple bamoun


Le pays Bamoun est une grande ‘’fédération des peuples‘’ qui a forgé son unité au cours des
siècles. Deux cent ethnies, qui soumises par la ruse ou les forces sont devenus Bamoun, parlant
une seule langue. Les Bamoun sont dirigés par un Roi, membre de la dynastie de Nchare-Yen
venue de Rifum (Mbankim) il y a sept siècles (en 1394). Après s’être installé, le prince Nchare-
Yen roi des Bamoun change la capitale du royaume. Dès lors la capitale Njimom jusque-là devient
Foumban où, le palais sera construit en 18179 par le roi Njoya. La première bâtisse, a d’abord été
élevée en bois et en bambou. A chaque rébellion, le palais était incendié. En visite à Buea, dans le
Sud-Ouest, le roi Njoya découvre des bâtisses construites en terre cuite par les Allemands et décide
de modifier l’architecture du palais (photo1), qui accueille le musée en 1922, sous l’ère Njimoluh
Seidou. L’actuel territoire des Bamoun a été occupé par les immigrés Tikar en plusieurs étapes.
On suppose que 200 à 300 personnes, femmes et enfants compris, ont franchis le fleuve à la
suite du prince Nchare. Celui-ci avec ses sept principautés s’établissent dans un premier temps à

9
http://www.mathiasngamo.over-blog.com
10
Njimom. L’Etat Bamoun y est proclamé et Njimom devient la première capitale du royaume. Le
pacte fondamental scellé sous l’arbre, (Sâmba Ngùo) stipule que :
L’Etat Bamoun est né et Nchare est le roi. Il désignera librement son héritier parmi ses fils.
De Njimom, Nchare conquiert une dizaine d’autres ethnies et établie sa nouvelle capitale à
Foumban après y avoir vaincu les Mben qu’il réinstalle dans un quartier de la ville (Mamben).
Quand Mboumbouo Mandù devint le onzième monarque vers la fin du XVIIIe siècle il entreprend
des grandes conquêtes aux frontières naturelles du Mbam, de la Mapè et du Noun. Le territoire est
multiplié par quatre. La population a plus que doublé. On évaluait la population Bamoun à 60 000
habitants au début du siècle pour une superficie de 7 700 Km2 environ. (Njiassé, sd)

1.2.3 Source d’inspiration

Dans la culture africaine, chaque animal a une force spéciale. Les animaux étant ainsi des
éléments de la société. Les pays africains dans la quasi-totalité sont surnommés par des noms de
certains animaux. Mais parmi les noms la panthère est l’un des plus enviés. Entre autre nous
avons :

- un président qui se fait surnommé « Homme panthère » ; c’est le président Mubutu du


Congo ;
- les panthères du Gabon pour parler des équipes gabonaises ;
- la panthère club du Ndé ;
- la panthère security …;
Le léopard (panthera pardus) et une espèce de félin du règne Animalia, classe de Mammalia,
ordre de Carnivora, Famille de Felidae, Genre Panthera. Ce félin présente un pelage fauve tacheté
de rosettes. Mais certaines sont noir en raison d’une maladie génétique appelé (mélanisme).
C’est un animal mythique en Afrique. Dans l’Égypte Ancienne (2700-2100 av. J.C.) sa peau
est une marque distinctive du rang élevé de son porteur et peut indiquer l'appartenance à la parenté
royale (ALTENMÜLLER. H 2008 :73). « On sait qu'au Kongo et à Loanga toutes les peaux de
panthère appartenaient au roi » (ALTENMÜLLER. H). En Amérique du sud, la panthère noire
symbolise le courage, la bravoure et la puissance. Les Bakongo l’appellent "ngo" et elle symbolise
pour eux la force et la puissance. Le mouvement n’aurait plus fait parler de lui depuis ou serait à
l’état latent. Mais, quelques groupes « d’hommes-léopards » subsistent dans certaines parties du
Nigéria, du Congo et du Cameroun (Othoharmonie). Au Cameroun en générale, la panthère est un
symbole de puissance, du pouvoir et de la force. Dans les grasses Fields, la panthère est élément

11
culturel marquant. Sa peau est utilisée comme tapis dans les chefferies grassfilds par les rois. Des
multiples comptes sur la panthère est un facteur commun dans les traditions Africaines.
Dans le cas particulier du royaume Bamoun, la panthère est une marque distinctive même
du genre social, de la férocité, de la force et du pouvoir. A l’occasion d’une naissance, l’on dit
avoir eu une panthère si l’enfant est de sexe masculin. L’homme étant le gardien de la famille et
du village. C’est à lui de protéger la femme. C’est les hommes qui partent en guerre. Les surnoms
que l’on donne très généralement aux brave qui sont les plus forts des troupes c’est « Gueuh » ou
« Megnam tôn tôn » qui veut dire léopard. Lorsque l’on s’adresse au roi, pour dire oui, l’on répond
plutôt « Gueuh » (panthère). Les grands chasseurs, sont des tueurs des panthères. Dans le royaume
Bamoun, il est dicté que personne n’a le droit de détenir une peau de panthère sauf le roi. Mais
secrètement, le roi donnait une peau de panthère à son fils qui était ainsi choisi comme successeur.
Malheureusement la pratique cessa pendant le règne du Roi MBOUOBOUO, 11e de la dynastie.
Suite à la découverte de ce secret qui va faire trembler tout le royaume. Aussi, certains hommes
mystiques et certains chasseurs ont la peau de l’animal chez eux. L’on fait ainsi comprendre que,
autre fois dans tout le royaume seul les hommes qui détenaient les secrets des pratiques de
transformation pouvaient prétendre prendre pour métier, la chasse. En effet les chasseurs se
transformaient en des animaux féroces pour faire leur chasse. Aujourd’hui quelques rares
chasseurs et hommes mystiques détiennent cette technique.
Lorsqu’un chasseur tue une panthère, il là ramène au palais. Un refus pouvait être sanctionné
d’une peine de mort. Avant d’amener la panthère au palais, le chasseur alerte le chef de ce village,
ses griffes sont coupées et sa gueule est attaché. L’herbe utilisée à cet effet, est le grand baume
(Piper umbellatum) localement appelé « boupouotte ». La raison d’attacher la bouche est d’éviter
que ses moustaches ne touchent ceux qui transporte l’animal et pour atténuer sa puissance
mystique. En effet les moustaches de la panthère sont des poisons mortelles. Au palais, le Roi pose
le pied sur l’animale pour que l’animal arrête de bouger ; car selon la croyance la panthère même
morte continue de bouger. Ensuite, il fait compter les moustaches de la panthère. Si une moustache
manque ou est à demi, le chasseur devra rendre compte. Lorsque les moustaches sont complètes,
le chasseur est primé pour sa bravoure. Son prix étant ce qu’aura décidé le roi. La peau de la
panthère exprime une marque de la puissance et du pouvoir du roi. Elle est utilisée comme tapis,
Dra, couverture pour le roi et personne n’a le droit de l’utiliser.

12
Photo 1 : Peau de panthère
Source : Jean Paul NOTUE et Louis PERROIS, 1984, Contribution à l’étude des sociétés sécrètes chez les
Bamilékés, Institut des sciences humaines, Institut Française de recherche pour le développement, Yaoundé

Photo 2 : panthère
Source :https://encryptedtbn0.gstatic.com/images?q=tbn:
ANd9GcSv119MgFJNitqKvwzT866O36A_rbBN-Q5X_q7PbHrKTm7p7yXGRRQ

13
Photo 3 : Le sultan ROI Bamoun Ibrahim Mbouombouo Njoya. Les pieds sur une peau de panthère
Source : https://www.agefotostock.com/pre- viewimage/medibigoff/77b57c520d9bb9f-47d
68ea79c4699157/ibr-1236731.jpg

1.3 : REVETEMENT

1.3.1. Origine des revêtements et décorations des constructions


L’usage de revêtir des surfaces est connu depuis l’Antiquité. Les Grecs nommaient «
Apostrotom » (parquets cuits » leurs parquets formés de marqueterie de poterie cuite au four. En
Egypte, 2700 ans avant J.C. ce sont les potiers de l’Islam qui développèrent la production de
faïence grâce à leurs recherches dans ce domaine. Ils en recouvraient même parfois les parois des
habitations. Le carrelage (Tesselatum) était composé d’éléments carrés. Les « Favi » étaient nos
carreaux hexagonaux ; on appelait « trigona » les triangulaires. Il y en avait encore en forme de
bouclier : « Scutula », et d’autres en forme de parallélogramme évoquant celle de l’épée « Spica »
(Heush-Desquiron, 2003).
14
La peinture murale ou pariétale est aussi ancienne que l'humanité. De la Préhistoire à
l'Antiquité, du Moyen Âge à l'époque industrielle, les hommes ont toujours cherché à peindre sur
les murs, que ce soit pour des raisons religieuses, esthétiques ou mercantiles. La peinture murale
est la première histoire de la peinture. L’humanité a commencé par l'art pariétal des peintures
murales des cavernes, premiers signes transmis entre les hommes. Dessins, tracés, images de
beauté, d’effroi, de magie. La paroi, le mur ont été les premiers supports de la peinture. Le support
de la peinture murale est l'enduit (chaux, plâtre ou terre) apposé sur la pierre, le béton, la brique et
autres matériaux de l'architecture. Le peintre peut peindre avec différent liants (huile, colle, cire,
etc.) directement sur le support ou bien sur des toiles qui sont ensuite marouflées (collées) sur les
murs (Carolus, 1985).
Dès le XVIIe siècle, le bois est utilisé par les premiers colons établis en sol québécois tant
comme matériau de construction que comme combustible. À cette époque, la plupart des bâtiments
sont faits de pièces de bois superposées ou assemblées verticalement avec des espaces remplis de
pierraille. Si à l'origine les murs extérieurs sont laissés à nu, on comprend vite le besoin de les
étancher et de les protéger contre les effets de l'eau et du gel. On les recouvre alors de crépi.
D’enduit ou de bois. Dans certains cas, seuls la façade et le mur pignon le plus exposé en sont
revêtus. Ces recouvrements sont cloués directement sur les murs, généralement constitués d'un
assemblage en pièce sur pièce. Vers la fin du XVIIIe siècle, revêtements de bois ne servent plus
seulement à protéger les murs extérieurs : ils jouent également un rôle esthétique important dans
la composition architecturale des façades (Michel, 1989). Aux XIXe et XXe siècles, les
revêtements sont davantage utilisés comme éléments d'ornementation.

1.3.2 Rôles et besoins dans le revêtement


1.3.3.1. Rôles des revêtements
Le revêtement est l’élément de nature diverse (ardoise, brique, carrelage, ciment, enduit,
marbre, plâtre, peinture, stuc, etc.) dont on recouvre les murs ou les parois d'une construction à
l'extérieur ou à l'intérieur pour consolider, protéger ou orner.
Le revêtement est aussi ce qui revêt un objet, un matériau quelconque pour le protéger, le
consolider, lui donner diverses qualités et en particulier une résistance à certains agents physiques
ou chimiques. Notamment, le revêtement antiadhésif, ignifuge, réfractaire; revêtement calorifuge
des tuyaux de chauffage central; revêtement d'un réservoir…10

10
CNRTL, 2012, http://www.cnrtl.fr/definition/revêtement, consulté le 20/02/2018 à 07:22
15
Un revêtement a pour but d'améliorer les propriétés de surface d'un objet dans tous les
points de vues. Par exemple, les revêtements peuvent servir pour préserver ou accroître
l'apparence, l'adhésion, la résistance à la corrosion, la mouillabilité ou ajuster les propriétés de
surface de l'objet considéré face aux contraintes mécaniques et aux différents éléments de
l'environnement extérieur (ultraviolets, eau, oxydation (corrosion), température, moisissures,
etc.).11
À côté de ces rôles conscients ou recherchés, nous avons aussi des rôles qui ne le sont pas
toujours. Mais qui ne peut ne pas exister qu’on le veut ou non. C’est de véhiculer l’identité
culturelle du peuple à l’origine du revêtement. Ici l’aspect design est à remarquer. Le design étant
l’esthétique industrielle appliquée à la recherche de formes nouvelles et adaptées à leur fonction
(pour les objets utilitaires, les meubles, l'habitat en général), il est avant tout, de la sémiotique.
Ainsi le revêtement véhicule le message du fabricant. Sommes-nous en besoin de ses qualités ?
Poserons-nous la question.
3.3.3.2. Besoins et problèmes de revêtement (cas du NOUN)
a. Comprendre le besoin tout en pensant santé et écologie :
Identifier les contraintes propres à la situation envisagée. Établir ce à quoi doivent répondre
les alternatives envisageables : résistance à l’humidité, fréquence et type d’entretien, confort
acoustique, caractéristiques du support, inertie thermique, lumière, etc. Ces enjeux sont décrits
dans la catégorie « typographie selon la nature du matériau » de la section « typographie de
revêtement »
Savoir sur quelles bases on peut juger de la valeur environnementale et sanitaire de chaque
type de produit. Certains adhésifs, colles et vernis peuvent être une source très importante de
pollution de l’air intérieur. Il convient de choisir des produits à faible émission et de les éviter si
possible. Dans tous les cas, il importe de respecter les recommandations de sécurité énoncées par
le fabricant et de s’assurer d’une bonne ventilation des locaux.
Les colles :
Les colles et adhésifs continuent d’émaner leurs substances toxiques à travers le
revêtement. On peut éviter l’usage de colle en fixant mécaniquement le revêtement. Dans le cas
des parquets, on préfèrera les emboîtements plutôt que les colles. Ils permettront aussi un recyclage
plus aisé.
Les protections de surface :
Un traitement à l’huile dure, l’huile de lin ou les cires convient pour les matériaux
organiques et minéraux. Ils ont l’avantage de faire corps avec ces matériaux. Dans le cas des vernis,

11
wikipédia, 2017, https://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Revêtement consulté le 20/02/2018 à 07:20
16
il convient de s’assurer que les produits de vitrification ne contiennent pas de biocides et
n’émettent pas de formaldéhyde. Par ordre de préférence, on utilisera :
1. Un vernis à base de résines naturelles
2. Un vernis en phase aqueuse à base de résines synthétiques12

b. Présentation des différents revêtements dans le Noun et ses problèmes


Les matériaux utilisés jusqu’au milieu du 20è siècle étaient presque tous assez perspirants.
En effet les mortiers à base de chaux, les briques de terre cuite ou crue, le bois naturel, le pisé, le
raphia et la paille ou encore le torchis n’étaient jamais étanches à la vapeur d’eau. De même, les
divers enduits intérieurs ou extérieurs à base de chaux ou d’argile possédaient les mêmes qualités.
C’est le remplacement de la chaux par les carreaux, le ciment, les PVC et l’utilisation de crépis et
d’enduits issus de la pétrochimie qui ont largement changé la donne. Puis le développement de
l’isolation, le plus souvent doublée d’un pare-vapeur en matière plastique ont encore contribué à
étanchéifier les murs.

Où est le problème ?
« Des murs étanches, c’est très bien, ça protège de l’humidité extérieure !»13 C’est ce qu’on
a cru pendant quelques décennies avant de découvrir que l’humidité vient surtout… de l’intérieur
des logements. En effet, notre respiration, notre transpiration, nos aliments, nos installations
sanitaires produisent en permanence de la vapeur d’eau qu’il faut bien évacuer d’une façon ou
d’une autre. On peut bien sûr aérer, mais en saison de forte froid, cela refroidit fortement le
logement. On installe donc plutôt des ventilations mécaniques à double flux, mais c’est assez
coûteux, surtout en rénovation, et ne résout pas tous les problèmes. La meilleure solution est de
veiller à utiliser des matériaux perspirants, autant pour le mur lui-même que pour son isolation et
ses enduits intérieur et extérieur. On peut alors se passer de pare-vapeur. Dans l’idéal, cette
perméabilité doit augmenter de l’intérieur vers l’extérieur, afin d’éviter tout risque de condensation
dans le mur ou son isolation. Puisque l’humidité peut sortir comme elle peut aussi rentrer. Mais en
période de chauffage, la simple différence de température entre le dehors et le dedans suffit à
assurer une bonne migration de l’humidité vers l’extérieur où elle sera évacuée dans l’air. Il faut
cependant veiller à protéger la façade de la pluie battante par une bonne toiture. Il sera alors
possible d’y appliquer un enduit à la fois perspirant et résistant aux intempéries.

12
IBGE, 2008, Revêtements de sol intérieurs, Guide bâtiment durable. V07.Bruxelles
13
La Maison Nature, 2018, http://www.lamaisonnature.ch/les-materiaux/mursperspirants/ consulté le
04/02/2018 22:03
17
Malheureusement, on utilise souvent des crépis très étanches en extérieur, soit en ciment,
soit en matières synthétiques et on isole volontiers les façades avec des plaques de polystyrène
expansé, des carreaux non perspirants. Ce qui bloque toute migration de l’humidité depuis
l’intérieur et de prévoir de bonnes ventilations mécaniques sous peine de sérieux problèmes
d’humidité du logement et des murs. Exemple d'enduit de ciment sur mur de moellons. Le ciment
emprisonne l'humidité, empêche la respiration du mur et provoque des dégradations (effritement
des moellons et fissuration de l'enduit).

Photo 4 : revêtement en carreau Cliché : Ngapout (2018)

18
Photo 5 : Revêtement au crépi peint Cliché : Photo 6 : Photo 7 : Revêtement au crepi Cliché :
Ngapout (2018) Ngapout (2018)

Photo 10 : Revêtement en carreaux


Cliché : Ngapout (2018)

Photo 9 : plafond en moelle de la tige


de raphia. Cliché : Ngapout (2018)
Photo 8 : Plafond en lambris chinois
Cliché : Ngapout (2018)

19
Récapitulatif des insuffisances sur les revêtements existants et solutions proposées
Insuffisances Solutions proposées
Revêtement non perspirant Revêtement perspirant
Revêtement trop cher Revêtement moi cher
Revêtement importé Revêtement avec une marque culturelle
Camerounaise
Revêtement incompatible avec nos Revêtement compatible avec nos matériaux
matériaux
Revêtement peu durable Revêtement durable
Tableau 1 : Récapitulatif des insuffisances sur les revêtements existants et solutions proposées.
Source : Ngapout (2018)

20
CHAPITRE 2 : CRÉATIONS ET ESQUISSES

Dans ce chapitre il a été présenté la théorie du design, la méthodologie de création dite


classique et son application qui a conduit aux motifs innovants utilisant la panthère comme source
d’inspiration.

2.1. THÉORIE DU DESIGN

L’ensemble des modèles théoriques identifiés en design peut très aisément être configuré
en trois types principaux qui se distinguent selon leur visée principale. Le premier type qui est le
plus ancien, regroupe les théories centrées sur l'objet ou le produit du projet design (rationalisme
fonctionnaliste). Bâtiment, mobilier, appareils domestiques, etc. Ici le design est considéré comme
de l’esthétique appliquée. C’est au Bauhaus de Weimar que ce modèle est le plus présent. De
nombreux autres sont également ou au tant important dans ce sujet. Entre autre il s’agit de Muche,
Bayer, Meyer et Vander Rohe. Mais il est à noter que le rationalisme fonctionnaliste proprement
dit ne devient possible qu’avec l’abandon de toutes référence à l’art en design.
Le second type rassemble les théories devenues dominantes dans les années 1950, centrées
sur le processus, le cheminement ou la structure logique (méthodologie et/ou épistémologie) a
adopter au cours du projet. C’est la continuité du Bauhaus. Ici le design peut être perçu comme de
l’art libérale, de la sémiotique, une réflexion en action ou un agent d’évolution systémique. Parmi
les auteurs qui l’on incarner nous citerons : Durand, Viollet-le-Duc, Charles Morris, Maldonalo,
Moles, Archer et Rittel.
Dans le troisième type émergé surtout dans la dernière décade du XXème siècle, se
retrouvent les théories centrées sur les acteurs, les agents ou les parties prenantes du projet de
design. C’est un design comme raison pratique ou éthique. Une priorité est donnée aux acteurs du
projet de design dans l'intention, leurs visions du monde, de leurs préjugés, leur rationalité
professionnelle ou culturelle, les valeurs qui les animent et les normes qui les conditionnent.
« On peut faire du design sans référence à l’art, mais on fait un autre design s’il est nourri
d’une solide formation artistique » (Catherine. G, …). D’où il découle que la question du design
dans l’école d’art n’est pas réductible à une présence opportune, mais relève de l’analyse critique
des questions de production, de marché, de consommation, d’art et de la possibilité de propositions
alternatives…
Le couple création / innovation est souvent convoqué dans la conception en design.
Cohérence du projet, importance de l’innovation sont, dit-on, deux mamelles du design. Or,
l’histoire affirme que ni l’une ni l’autre n’est au fondement de cette discipline. Ce à quoi le
21
designer est appelé et qui fonde une de ses différences avec l’artiste, est une activité première.
Résoudre, en design, n’est pas régler une question, encore moins dissoudre ou éliminer un
problème, puisque le progrès technique les renouvelle et les pose à nouveaux frais, engageant de
nouveaux moyens pour leur résolution. Résoudre signifie trouver une ou des solutions sans jamais
prétendre à l’exhaustivité de la réponse. C’est tenter, chaque fois, d’approcher des équations
sensibles et perceptibles de cette résolution. Le design, dans une école d’art, ouvre cette voie, qui
implique une culture et des connaissances spécifiques à l’histoire de l’art, à l’esthétique et aux
sciences humaines, au renouvellement des modes écrits, sonores ou filmiques… Ce qui pose, au-
delà de la cohérence, la question de la forme. D’une forme au sens large : formelle, certes, mais
aussi forme des possibilités et forme de l’expérience. Cette qualité est précieuse en ce qu’elle
construit des individus dont le rapport à leur discipline peut devenir autre14.

2.2. MÉTHODOLOGIE

La méthodologie est la subdivision de la logique ayant pour objet l'étude a posteriori des
ensembles de démarches que suit l'esprit pour découvrir et démontrer la vérité, et plus
spécialement, d'ordinaire, celle des méthodes scientifiques. Ainsi, il a été utilisé dans le cadre de
ce travail la méthodologie de Création artistique dite classique de Bengono15.
Il est articulé autour de 9 étapes mais dans ce travail, seul les quatre premières étapes ont
été utilisées. Il s’agit :
Dessin (d’après nature, documentaire, croquis, esquisses…) sur le terrain et en classe,
l’objet qu’il apparait selon toutes les vues.
Décomposition intervient, elle s’exprime en dessinant la source non plus entièrement, mais
en accentuant certains détails ; dans ce cas, on s’éloigne de la vision globale du départ pour avoir
un regard segmenté.
Composition permet avec un nouveau regard de combiner les segments obtenus en
nouvelles unités et de susciter l’originalité. A la suite de cette étape, on obtient des pistes à
explorer.
Croquis c’est-à-dire la transformation du dessin segmenté ou des compositions.

14
Alain Findeli et Rabah Bousbaci, 2004, l’éclipse de l’objet dans les théories du projet en design, Colloque
international et biennal de l’académie européenne de design, Faculté de l’aménagement, Université de Montréal,
28pages.
15
BENGONO E. F. Mode et patrimoine: expérience des beaux-arts de Foumban les cahiers de charges
pédagogiques de Foumban Art Room V 1 édition Franc Jeu p. 14
22
2.3. APPLICATION DE LA MÉTHODOLOGIE

Dessin

Planche 1 : Dessin d’après nature peau de panthère par : Ngapout

Décomposition

Planche 2 : Décomposition de la peau de panthère partie (A). Fait par : Ngapout

23
Planche 3 : Décomposition de la peau de panthère partie (B). Fait par : Ngapout

Planche 4 : Décomposition de la peau de panthère partie (C). Fait par : Ngapout


24
COMPOSITION

35+35+35+35=A 44+44=B 84+84+70+73+82=C

47+50=D 8+9+11=E 10+10=F

82+82=G 64+65=H 40=K

87+66+66+66+77=P 7+7=J 387+34=L

55+50=M 30+28=N 244=O


Planche 5 : composition 1 d’après la peau de panthère par : Ngapout

25
Croquis

A4 C3 K+L4

G+13+314 3712 F3

F6 P3 E5
Planche 6 : Croquis des carreaux en fibre d’après la peau de panthère par : Ngapout

26
Dessin

Planche 7 : Dessin d’après nature de panthère par : Ngapout

27
Décomposition

Planche 8 : Décomposition du dessin de la panthère par : Ngapout

28
Composition

B23+A12=XB C52=ZA A4+A14=KP

B3+A5+A15=BW C4+C4=OM B22=OA

A1=CC B22=BB A3=AA

A32=DD C32=EE

A172=GM A92=FE
Planche 9 : composition à partir de la panthère. Par Ngapout

29
Croquis

XB2 ZA3 AA4

KP BB4+OA BB16

BW8 OM12 GM5


Planche 10 : Design de revêtement à partie de la panthère. par : Ngapout

30
2.4. CHOIX DU MODEL ET RECHERCHE CHROMATIQUE

Planche 11 : Recherche chromatique. Fait par Ngapout

Les couleurs choisis qui se résume en couleurs sombres et jaunâtres. Le noir représente le
mystère et le jaune est la couleur principale de l’or. Comme pour dire le mystère de l’« or » est
que nous pouvons l’avoir avec nous sans toutefois le savoir. Ce qui nous entoure regorge un
mystère qui peut valoir de l’or sans que nous ne le sachions.

31
CHAPITRE 3 : MISE AU POINT DE LA SOLUTION RETENUE

A ce niveau, l’on a une étude détaillée sur les matériaux (Bois, Bambou et raphia) ; un
dossier technique sur le revêtement.

3. 1. ETUDE DU MATERIAU

3.1.1. Bois
3.1.1.1. Généralité

Une plante est constituée d’un appareil végétatif comprenant des racines ancrées dans le
sol et des tiges feuillées se développant en milieu aérien. On peut distinguer des plantes herbacées
comme le pois à tige souple et peu ramifiées, et des plantes ligneuses comme le Moabi de plus
grande taille dont les tiges sont rigides et très ramifiées (tronc). Les plantes possèdent également
un appareil reproducteur. Soit il est non visible (cryptogame) ou visible constitué des fleurs et
graines pour une grande majorité (phanérogames = angiospermes + gymnospermes). C’est dans
cette catégorie qu’on retrouve les arbres.

3.1.1.2. Les parties de l’arbre


3.1.1.2.1. Les feuilles
Une feuille complète comporte trois parties :
- Une lame verte, le limbe
- une partie cylindrique qui relie le limbe à ta tige, le pétiole
- Une dilatation du pétiole qui embrasse plus ou moins la tige au niveau du nœud, la gaine.
Les feuilles sont cependant fréquemment incomplètes. Nous avons vu l'exemple du Roseau
chez lequel la feuille ne comporte pas de pétiole ; c'est le cas général chez les Monocotylédone.
De même certaines feuilles de Dicotylédones ont leur limbe directement rattaché à la tige ; on les
dit sessiles. La gaine est fréquemment absente ou à peine visible.

32
Figure 1 : Les parties d’une feuille
Fait par : Ngapout

3.1.1.2.2. La racine
La racine est cette partie, généralement souterraine, des plantes Phanérogames, qui est
destinée à absorber les liquides nutritifs du sol. Elle ne doit pas être confondue avec les tiges
souterraines ou rhizomes, qui s'en distinguent par la présence d'écailles foliaires. D'autre part, la
racine peut être aérienne ou subir d'autres adaptations.
Les racines sont ordinairement des organes cylindriques, de teinte brune ou jaunâtre due à
la présence de liège à leur surface, et dont la partie la plus intéressante est la pointe, qui correspond
aux régions jeunes et en voie de croissance. Cette pointe montre à l'extrémité de la racine, un
épaississement appelé coiffe qui joue un rôle protecteur dans le travail de fouissement du sol; à
quelques millimètres en arrière se trouve une région dite zone pilifère qui est recouverte de poils
absorbants provenant chacun de l'élongation d'une cellule de l'assise superficielle .
La racine principale est issue du développement de la radicule après la germination de la
graine. On distingue différentes zones depuis l'extrémité :
• La coiffe recouvre l'extrémité de la racine et facilite sa progression dans le sol en la
"lubrifiant" ;

33
• La zone lisse, également appelée zone de croissance s'étend sur 1 à 2 mm juste au-dessus
de la coiffe ;
• La zone pilifère, couverte de poils absorbants, permet l'absorption de l'eau et des sels
minéraux ;
• La zone subéreuse surplombe la zone pilifère et joue un rôle protecteur.

Figure 2 : les parties de la racine


Source : http://www.vdsciences.com/
3.1.1.2.3. La tige
Sur un arbre, nous ne rencontrons aucune difficulté pour reconnaître une tige principale ou
tronc, des tiges secondaires, branches et rameaux mis en place au cours des années successives.
De même le stipe des fougères arborescentes et des palmiers, non ramifié, sensiblement
cylindrique et sur lequel les bases des feuilles tombées restent bien visibles, se distingue fort bien
d'un tronc, abondamment ramifié à partir d'une certaine hauteur au-dessus du sol, de forme
tronconique et ne présentant pas de restes de bases foliaires.16 C’est la tige qui produit le bois.

16
http://www.vdsciences.com/pages/sciences-biologiques/. Consulté le 02/03/2018 07:52
34
3.1.1.3. Structure macroscopique du bois

Figure 3 : les parties d’un tronc (vue macroscopique)


Source : http://www.vdsciences.com/

3.1.1.4. Structure microscopique du bois des conifères et du bois des feuillus


On distingue deux grands types de plan ligneux : celui des conifères et celui des feuillus.
En effet, le bois des feuillus présente dans sa structure une diversité beaucoup plus grande que
celle du bois des conifères. Alors que chez ces derniers les trachéides (lien) remplissent la double
fonction de conduction et de soutien (le bois est qualifié d’homoxylé), chez les feuillus ce sont
deux types de cellules qui se partagent les deux fonctions (bois hétéroxylé) : Eléments de vaisseaux
(lien) pour la conduction de la sève brute, fibres (lien) pour le soutien mécanique. En outre, les
vaisseaux présentent une large diversité dans leurs caractéristiques : Taille (longueur et largeur),
type de perforations, disposition… Les cellules du parenchyme (lien) assurent la fonction de
stockage des réserves à la fois chez les conifères et les feuillus.

35
3.1.1.4.1. Le bois des conifères

A. Les trachéides

Les trachéides : éléments de conduction et de soutien du bois des conifères. Le bois des
conifères est homogène. Il est qualifié d’homoxylé car les trachéides longitudinales (c’est-à-dire
disposée parallèlement à l’axe de l’arbre), qui représentent jusqu’à 95% de son volume, sont les
seuls éléments à assurer à la fois la conduction de la sève brute et le soutien mécanique au tronc
(Figure 4). Les trachéides sont arrangées en files radiales, c'est-à-dire des files larges d’une cellule
orientées dans le sens des rayons. Une trachéide fonctionnelle est une cellule morte, vide, entourée
d’une paroi secondaire et à la forme très effilée puisqu’environ 100 fois plus longue (2,5 à 5 mm)
que large (30 μm en moyenne). Cependant, la largeur des trachéides ainsi que l’épaisseur de leur
paroi varient largement selon le moment auquel elles sont formées dans la saison. Les trachéides
formées au début de la saison de végétation sont caractérisées par un diamètre large (30-50 μm) et
des parois fines (2-3 μm) et forment le bois initial (Figure 5)

B. Le parenchyme, tissu de réserve du bois des conifères


Avec les trachéides axiales, les cellules radiales du parenchyme (c’est-à-dire disposées
perpendiculairement à l’axe de l’arbre) sont les éléments que l’on retrouve dans le bois de tous les
conifères. Les cellules du parenchyme radial sont vivantes et possèdent un contenu cellulaire. Elles
sont entourées d’une paroi (primaire + secondaire) relativement fine et couverte de ponctuations,
ont un cytoplasme dense et un métabolisme actif. (Photos de cellules parenchymateuses). Les
cellules parenchymateuses s’organisent en rayons ligneux qui jouent un rôle physiologique
important dans le stockage des réserves ou des déchets, la restitution des réserves, la synthèse de
substances est dans le transport radial de l’eau, des minéraux et de composés organiques. Les
rayons ligneux des conifères sont pratiquement toujours larges d’une seule cellule, la hauteur étant
variable (d’une cellule à plusieurs dizaines). Pour cette raison, ils sont difficilement perceptibles à
l’œil nu sauf sur une coupe radiale où coupés dans le sens de la longueur ils offrent une plus grande
surface au regard. L’aspect macroscopique des rayons ligneux est appelée la maillure. Chez
certaines espèces, on trouve également du parenchyme axial, c’est-à-dire avec des cellules du
parenchyme orientées dans le sens de l’arbre. Au microscope, le parenchyme axial se présente
sous forme de files de cellules cloisonnées.

36
C. Autres éléments du bois des conifères
Les rayons peuvent également contenir des trachéides disposées radialement (c’est-à-dire
horizontalement si l’axe est le tronc). Ces trachéides radiales sont associées au parenchyme radial
et le secondent dans le transport radial. Chez certaines espèces, on trouve également des canaux
résinifères orientés axialement et radialement, les deux coexistant toujours. Les canaux résinifères
sont des cavités recouvertes de cellules épithéliales qui sécrètent la résine. Les canaux résinifères
dits normaux font partie du plan ligneux de l’espèce et sont formés chaque année par le cambium.
Les canaux résinifères normaux ne se trouvent que chez 4 genres : Pinus (pins), Larix (mélèzes),
Pseudotsuga (douglas) et Picea (épicéas). Les canaux résinifères sont visibles à l’œil nu.

Figure 4 : bois de conifère


Source : http://www.vdsciences.com/

37
Figure 5 : bois initial/bois final
Source : http://www.vdsciences.com/

Figure 7 : structure microscopique


Figure 6 : cellule du bois des résineux Source : http://www.vdsciences.com/
Source : http://www.vdsciences.com/

38
3.1.1.4.2. Le bois des feuillus

A. Les vaisseaux

Les vaisseaux sont formés d’un empilement de cellules individuelles, les éléments de
vaisseaux, qui communiquent entre eux bout à bout. Les vaisseaux du bois se chargent de la
conduction chez les feuillus. Un élément de vaisseau est une cellule morte, vide, à parois (primaires
et secondaires) lignifiées couvertes de ponctuations. Les éléments de vaisseau sont en général plus
larges (25 μm à 400 μm) mais plus courts que les trachéides. Cependant, un vaisseau (c’est-à-dire
une file d’éléments de vaisseau) peut être constitué de 2 à plusieurs milliers d’éléments de vaisseau
et ainsi atteindre quelques décimètres à plusieurs mètres de long (parfois plus de 10 m). En général,
la longueur du vaisseau est bien reliée à sa largeur et les vaisseaux les plus larges sont aussi les
plus longs. Au niveau du contact entre deux éléments de vaisseau empilés, la paroi appelée cloison
terminale a été complètement ou partiellement dissoute à la fin de la différenciation. Les ouvertures
résultantes aux extrémités des éléments de vaisseaux sont appelées perforations. Elles permettent
à la sève brute de passer d’un élément de vaisseau à l’autre et donc de se déplacer dans le vaisseau.
La sève brute circule dans les vaisseaux en passant de cellule à cellule à travers les perforations.
En outre, les parois latérales des vaisseaux portent des ponctuations pour permettre les échanges
de liquide avec les rayons ligneux, avec les vaisseaux accolés ou avec le parenchyme axial.

B. Les fibres, éléments de soutien du bois des feuillus

Les fibres sont des éléments rangés longitudinalement (parallèle à l’axe de l’arbre). Les
fibres sont des cellules mortes et vides et à la forme très effilée (jusqu’à 2,5 mm de long, diamètre
compris entre 20 et 40 μm). Elles ont un lumen peu important et sont entourées de parois
secondaires généralement épaisses portant peu de ponctuations. Ces éléments jouent donc
essentiellement un rôle de soutien mécanique et ne sont pas organisées pour jouer un rôle important
dans les échanges de substances entre les cellules du bois. Elles constituent environ 50% à 60%
de la masse du bois (avec des valeurs extrêmes de 4% à 80%).

D. Le parenchyme

Comme le bois des conifères, le bois des feuillus contient des cellules parenchymateuses
vivantes qui s’organisent en rayons ligneux et jouent un rôle physiologique important dans le
stockage des réserves ou des déchets, la restitution des réserves, la synthèse de substances et dans
le transport radial de l’eau, des minéraux et de composés organiques. Chez les espèces feuillues,

39
les rayons ligneux sont de dimensions beaucoup plus variées que chez les conifères. Lorsqu’ils ont
plus de 7 à 8 cellules de largeur, ils sont visibles à l’œil nu en section transversale. L’aspect
macroscopique des rayons ligneux forme la maillure. Certaines espèces présentent ce qu’on
appelle des faux-rayons ou rayons agrégés ou encore rayons agglomérés. Chez les feuillus, la
plupart des espèces ont un parenchyme axial (c’est-à-dire dont les cellules sont orientées
verticalement si l’axe est le tronc). On distingue le parenchyme axial disposé de façon
indépendante des vaisseaux (parenchyme apotrachéal ) et le parenchyme axial associé aux
vaisseaux (parenchyme paratrachéal).

E. Autres élément s du bois des feuillus

Le bois des feuillus peut également contenir des trachéides qui, de la même manière que
chez les conifères, sont de longues cellules aux parois couvertes de nombreuses ponctuations
aréolées, non perforées. On peut distinguer deux types de trachéides dans le bois des feuillus :

- les trachéides vasicentriques (ou juxtavasculaires), disposées à proximité immédiate des


vaisseaux. Ces cellules offrent un système de conduction de secours lorsque les vaisseaux
adjacents ne sont plus fonctionnels à cause d'une embolie gazeuse.
- Les trachéides vasculaires disposées à la fin du bois final, si bien qu’elles tendent à ne
pas être mélangées avec des vaisseaux. Ces cellules jouent le rôle d’éléments de vaisseau de faible
diamètre mais ne sont pas perforées à leur extrémité. Certains bois de feuillus contiennent des
canaux sécréteurs, c’est-à-dire des cavités tubulaires tapissées de cellules sécrétrices de substance
visqueuses comme les résines ou les gommes17.

17
https://tice.agroparistech.fr/coursenligne/courses/WOODNAT/document
40
Figure 8 : Bois de feuillus
Source : http://www.vdsciences.com/

41
Figure 9 : Feuillus à pores diffus Figure 10 : feuillus à zone poreuse
Source : http://www.vdsciences.com/ Source : http://www.vdsciences.com/

Figure 11 : structure microscopique Figure 12 : structure microscopique détaillée


Source : http://www.vdsciences.com/ Source : http://www.vdsciences.com/

Tableau 2 : Récapitulatif et comparaisons des conifères et des feuillus


Source : http://www.vdsciences.com/

42
3.1.1.5. Composition chimique du bois

Tableau 3 : Composition chimique du bois


Source : http://www.vdsciences.com/

3.1.2. Bambou
3.1.2. a) Généralité
Les bambous sont des plantes monocotylédones appartenant à la famille des Poaceae
(gramineae). Le mot « bambou » provient du malais "mambu" qui signifie "bois indispensable"
(Laurent, 2013). Ils constituent la sous-famille des Bambousoideae qui compte environ 80 genres
et plus de 1200 espèces. Ils sont caractérisés par des tiges formées d'un chaume creux lignifié à la
croissance très rapide. Les bambous sont présents naturellement sur tous les continents
(Amériques, Asie, Afrique et Océanie) à l'exception de l'Europe (bien que certaines espèces
puissent y pousser) et de l'Antarctique, et se sont adaptés à de nombreux climats (tropicaux, sub-
tropicaux, et tempérés). Ce sont des plantes à feuilles persistantes. Le diamètre du turion (jeune
pousse) et celle de la tige adulte ne développent pas l’épaisseur de leurs tiges comme un arbre ou
un arbuste, mais développent le nombre de tiges.18

18
Mère Hélène, https://www.merehelene.com/fr/glossaire-bambou.aspx consulté 02/03/2018 05:36
43
3.1.2. b) Les différentes parties du bambou
Le rhizome est le système racinaire qui détient les réserves nécessaires à la croissance de
la plante. On distingue deux sortes de propagation : la sympodial (pachymorphe) et la monopodial
(leptomorphe). La première forme (rhizome cespiteux) une touffe plus ou moins dense de rhizomes
courts et épais. La deuxième, dite traçante, génère des rhizomes longs et minces. Autour des
noeuds du rhizome se développent les racines et bourgeons. Certains bourgeons vont se développer
et sortir de terre sous forme de turions enveloppés par une gaine protectrice. En se développant,
ils forment des chaumes (cannes), creux et constitués de noeuds et d’entrenoeuds. Cette alternance
constitue différents caissons au moyen de diaphragmes.

Image 1 : Les parties du bambou entier sur pieds.


Source : Laurent, 2013. http://www.voiles-alternatives.com/viewtopic.php?f=20&t=239 consulté le 02/03/2018
07:23

44
Image 2 : Rhizome leptomorphe Image 3 : Rhizome pachymorphe
Source : Léa, 2018. Source : Léa, 2018.
https://www.jardinature.net/bambous.htm https://www.jardinature.net/bambous.htm

Image 4 et Image 5 : Vues d’ensemble et en détail de certain parties intérieures de la chaume


Source : Laurent, 2013. http://www.voiles-alternatives.com/viewtopic consulté le 02/03/2018 07:23

45
Image 6 : Coupe transversale d’un entrenœud.
Source : Laurent, 2013. http://www.voiles-alternatives.com/viewtopic.php consulté le 02/03/2018 07:23

Image 7 : Plan de détail d’un nœud


Source : Laurent, 2013. http://www.voiles-alternatives.com/viewtopic.php consulté le 02/03/2018 07:23

3.1.2. c. La composition du bambou


La macrostructure de la tige de bambou est semblable à beaucoup d'espèces de la famille
des graminées avec des nœuds et des entrenœuds. L’analyse chimique des composants du bambou
montre que celui-ci est composé principalement de cellulose, d'hémicellulose, de lignine,
d’hydrates de carbone, de graisses et de protéines. La cellulose de bambou est un composé
macromoléculaire linéaire, qui est articulé avec des glucoses et des glycosidiques. La teneur en
cellulose du bambou varie de 40% à 50% selon les espèces. L’hémicellulose est une sorte de non-
cellulose polysaccharide, inhomogènes polymères haute glycine, qui se compose de deux glycols
46
ou plus sur la surface des cellules et la couche intercellulaire. Le contenu de l'hémicellulose est de
l'ordre de 20% à 30%. La lignine est un composé macromoléculaire aromatique, qui avec la
cellulose et les hémicelluloses sont structurés en tissus lignifiés, qui sont concentrés dans les
couches croisées. Dans les tissus lignifiés, la lignine est majoritaire. Les hémicelluloses ne
représentent que 15% à 35%. Les matériaux tels que les glucides, les lipides, les protéines et la
nitrure peuvent être extraites du bambou. L'eau froide est extractive à 3,92%, l’eau chaude à
7,72%. L'éther à 4,55%, l'alcool et le benzène à 5,45%. Avec 1% d'hydroxyde de sodium on obtient
27,26%. Le bambou naturel peut être brûlé à haute température. La teneur en cendres est de l'ordre
de 1% à 2%. Par rapport à la composition chimique du bois et de plantes graminées, la teneur en
cellulose du bambou est supérieure aux autres herbes, mais inférieure aux bois de feuillus et
similaire aux bois résineux. La teneur en lignine du bambou se situe entre les bois résineux et les
feuillus, mais toujours supérieure aux autres herbes. La teneur en cendres du bambou est de 3 à 4
fois supérieure à celle du bois, mais inférieure à celles des autres herbes.19
3.1.2. f. ARUNDINARIA ALPINA
Il est encore appelé Sinarundinaria alpina ou Yushania alpina. Localement, il est appelé
« Nâna ».
Origine et répartition géographique
Le bambou creux est présent en peuplements disséminés sur les montagnes depuis le sud
du Soudan et de l’Ethiopie jusqu’au Malawi. Une distance de 2000 km sépare les individus
présents dans l’ouest du Cameroun de ceux d’Afrique orientale. Il est fréquemment planté, par
exemple en Ethiopie et au Zimbabwe.
Propriétés
La densité moyenne de la paroi de la tige du bambou creu est d’environ 0,7 g/cm³ à 8%
d’humidité. Les tiges séchées utilisées en construction et pour faire des clôtures sont sensibles aux
infestations de la vrillette Dinoderus minutus. Néanmoins, les tiges ont la réputation d’être
durables et on dit que les maisons et clôtures construites en bambou creux en République
Démocratique du Congo durent plus de 20 ans. Les tiges provenant du Cameroun ont la
composition suivante : holocellulose 60–65%, α-cellulose 49%, pentosanes 17%, lignine 24%,
cendres 3%. Les taux de solubilité sont de 3,6% (eau chaude), 1,8% (alcool-benzène) et de 22,2%
(1% NaOH). La longueur moyenne des fibres est de 2,0 mm, avec un diamètre de 17,9 μm, une
largeur de lumen de 3,6 μm et une épaisseur de paroi cellulaire de 7,2 μm. Les tiges donnent des
rendements assez appréciables de pâte facile à blanchir et convenant à la production de papier

19
Bambouland, 2016. http://planetebambou.canalblog.com/ Consulté le 02/03/2018 05:32
47
d’écriture et d’impression. Le feuillage est fibreux (fibres brutes 26,6%) et riche en cendres
(15,3%). Une analyse de matériel végétal provenant d’Ethiopie (Masha) indique que les tiges ont
une faible teneur en azote, surtout celles de plus de 3 ans (0,3%), mais dans les feuilles et les
ramilles, le niveau est plus élevé (1,8%). Les rhizomes sont relativement riches en potassium
(1,4%) et les feuilles et ramilles sont beaucoup plus riches en calcium (0,3%) que les autres parties
de la plante (0,02–0,06%). Les taux de phosphore sont relativement homogènes dans toute la
plante (0,05–0,16%). Le bambou à un indice très bas de contraction et de dilatation à la chaleur.
Ce qui lui donne une très grande stabilité. Le bambou de chine appartient respectivement au classe
1, classe 4 et classe 0, en durabilité naturelle, classe d’usage, et résistance aux champignons. C’est
un matériau perspirant. On retiendra que les performances mécaniques du bambou sont en général
largement supérieures à celles du bois et du béton. Ceci confirme l’intérêt de ce matériau dans ce
projet. La densité du bambou explique aussi la dureté et durabilité particulièrement intéressante
qui permet d’envisager des applications extérieures. Grâce aux nombreux avantages du bambou,
mécaniques et autres, on compte en milliers les applications qui lui sont réservées. Ainsi dans le
cadre de ce travail, l’espèce d’origine Africaine, Arundinaria alpina a été choisi.

Tableau 4 : Propriétés mécaniques du bambou


Source : Laurent, 2013. http://www.voiles-alternatives.com/viewtopic.php consulté le 02/03/2018 07:23

Tableau 5 : Comparaison des consommations énergétiques de production entres différents matériaux


Source : Laurent, 2013. http://www.voiles-alternatives.com/viewtopic.php consulté le 02/03/2018 07:23

48
Description
Bambou sempervirent à court rhizome atteignant 10 cm d’épaisseur, et à tiges
habituellement peu groupées ; tige (chaume) érigée, atteignant 20 m de haut et 12,5 cm de
diamètre, jaunâtre à maturité, creuse, à paroi épaisse, à nombreux nœuds, abondamment ramifiée.
Feuilles alternes, simples ; feuilles caulinaires à gaine ovale à oblongue-lancéolée, glabre ou à
poils raides brun rougeâtre, se finissant en un limbe linéaire d’environ 6 cm de long ; feuilles des
rameaux à gaine munie de petites auricules latérales, ligule d’environ 2 mm de long, limbe linéaire-
lancéolé à étroitement lancéolé, de 5–20 cm × 0,5–1,5 cm, base resserrée en un stipe court, apex
aigu ou avec une soie apicale atteignant 2 cm de long, glauque à vert vif, glabre, à nervures
transversales bien visibles. Inflorescence : panicule terminale de 5–15 cm de long. Epillets
linéaires à linéaires-lancéolés, de 15–50 mm × 3–4 mm, comprenant 4–11 fleurs, fleurs apicales
stériles ; glumes lancéolées ou étroitement ovales, de 4–8 mm de long, apex acuminé, papyracées,
à 5–9 nervures, persistantes ; lemme lancéolée-oblongue à ovale, de 7–10 mm de long, apex aigu,
à 7–9 nervures, paléole linéaire-oblongue, environ aussi longue que la lemme, apex tronqué, à 7–
9 nervures ; fleurs à 3 étamines, à 3 lodicules, et à ovaire glabre avec 2 stigmates. Fruit : caryopse
(grain) fuselé de 1,5–6 mm de long, brun noirâtre, à sillon longitudinal.

Photo 12 : Touffe présentant le turion et


les bases des chaumes
Photo 11 : Présentation des feuilles
d’Arundinaria alpina

Photo 13 : présentation de la
chaume
Clichés : Ngapout 2019

Récolte
Les peuplements naturels de bambou creux peuvent être coupés à blanc, mais la
régénération est relativement lente, les tiges adultes mettant 9–10 ans pour se développer. Les tiges
doivent avoir atteint leur taille adulte et l’âge d’au moins 3 ans avant de pouvoir être exploitées en
vue d’un usage structurel ; il faut en outre que leur nombre parvienne à des niveaux qui justifient
la récolte, et c’est pourquoi des cycles d’abattage de 14–21 ans ont été préconisés. Ce cycle peut
49
être ramené à 5–6 années sur les bons sites si des rendements modestes sont acceptables et si on
garde 50% des tiges mûres. Une récolte de tiges de moins de 2 ans convenant au tissage, et celle
de turions destinés à la consommation comme légume sont des activités de saison des pluies.20
Traitement
Avant de penser à la préservation (traditionnelles et chimique) des précautions sont à
suivre.
• Une gestion judicieuse du stockage et du moment de coupe : Couper le bambou lorsque
le taux d'amidon est faible et n’est couper que le bambou mature (lorsque les points de nœud ne
sont plus blancs ;
• Faire attention à bien stocker le bambou dans un endroit sec
• Poser le bambou sur l'extrémité la plus fine ;
• Le bambou doit toujours être verticale ou oblique lors de son séchage.

 Méthodes de traitement naturel


Ici, trois méthodes sont présentées :
- Le durcissement d'un massif : Les cannes sont coupées, mais laissées sur place en
position verticale. L'évaporation des feuilles réduit la quantité d'amidon et donc les attaques de
scarabées. Cependant, les attaques de termites ou la pourriture persistent.
- Le trempage : Les cannes sont mises (immédiatement après la récolte) dans de l'eau,
l’eau de chaux ou encore les sels de bore, puis y sont maintenues. On y laisse pendant plusieurs
semaines et ensuite on les fait sécher une semaine (à l'ombre).
- Le séchage : Il faut assécher le bambou. On obtient cela en le laissant à l'air libre, sous
l’abri, avec autant de mouvements d'air que possible. Cela peut prendre un ou deux mois.
Les avantages des méthodes traditionnelles sont entre autres : Un coût moindre, pas de
risque d’intoxication, une réalisation sans équipements spéciaux et le respect de l’environnement.

 Les méthodes de traitement chimique


Beaucoup de produits chimiques sont utilisés pour préserver le bois et le bambou.
Nous parlerons des plus répandus.
Le CCA (Composition Cuivre-Chrome-Arsenic, dans la proportion de 3: 1: 4) est
bon pour le bois et le bambou, mais pas pour les humains. Les CCB et CCBF sont meilleurs
(B = bore). On trouve ASCU dans leurs dénominations commerciales. La concentration de

20
Kew Bull, 1989. https://www.prota4u.org/database/protav8.asp?fr=1&g=pe&p=Sinarundi consulté le
02/03/2018 à 06:20
50
la solution en eau (%) devrait être approximativement du même pourcentage que celui de
la rétention (il s'agit d'une indication), c’est-à-dire que la quantité de kilos de produits
chimiques secs présents dans un mètre cube de bambou après traitement :
• En contact avec l'air et le sol: 8 à 12%);
• En contact avec l'air, mais pas le sol: de 5 à 8%;
• Sous abri (bottes, pannes): 4%;
• Sous abri (toiture, etc): 3%.

Le traitement du bambou avec ces préservateurs sont décrites ainsi:


Mettez la solution dans une cuve, à l'aide d'un seau en plastique. Avant de disposer le
bambou dans la cuve, coupez-le à la taille requise, en le partageant si nécessaire, afin de ne pas
traiter du bambou qui ne sera pas utilisé. Tous les bambous doivent être recouverts de préservateur.
La plupart des préservateurs sont toxiques! Evitez tout contact avec la peau. Portez des gants pour
manipuler les préservateurs et les bambous traités, tant qu'ils sont humides. Quiconque ingérera
de ce produit, devra boire beaucoup d'eau (le lait est même préférable) et on l'obligera à vomir
(mettez les doigts au fond de sa gorge) au moins trois fois. Consultez un docteur aussi vite que
possible.

Photo 14 : Forêt de bambou de la réserve de Melap. Photo 15 : Forêt de bambou de njifohait.


Cliché : Ngapout (2018) Cliché : Ngapout (2018)

3.1.3. Raphia
3.1.3.a Généralité
Le Raphia farinifera est une plante de la famille des Arecaceae (Palmae). On l’appelle
aussi : Raphia ruffia, Raphia pedunculata , Raphia kirkii. Il est localement appelé « nkhâre ». Le
genre Raphia comprend environ 20 espèces, principalement africaines, surtout présentes dans les
régions marécageuses.

51
3.1.3.d. Propriétés
La fibre de raphia est une fibre souple mais résistante. Elle est bien adaptée à des fins
horticoles car elle est souple et durable et ne présente pas de bords tranchants pouvant blesser les
parties tendres des plantes. Le matériau est facile à adapter aux largeurs souhaitées car il se divise
facilement. Il est également facilement teinté, ce qui le rend approprié pour la production d’articles
de fantaisie. La résistance moyenne à la traction de la fibre de raphia est de 500 N/mm². La densité
de la coque est de 0,72, celle de la moelle est 0,13. Rétractibilité volumétrique est 26,74. C’est un
excellent isolant thermique. Le rachis est léger, facile à couper, résistant et durable, et donc adapté
à la construction et à l’ébénisterie. La pulpe du fruit contient environ 24% d’huile, les graines
seulement 1%. Les principaux acides gras dans l’huile des graines sont l’acide palmitique, l’acide
oléique et l’acide linoléique. Le principal stérol est le β-sitostérol. La pulpe du fruit a montré une
activité antibactérienne contre Staphylococcus aureus. Arbre monoïque, massif, à troncs multiples
atteignant 25 m de haut ; tronc atteignant 10 m de haut et 10 cm de diamètre, partie inférieure à
cicatrices foliaires prononcées, quelques vestiges de gaines foliaires pourries et des racines
adventives.

3.1.3.g. Traitement après récolte


Pour obtenir de la fibre de raphia, les feuilles récoltées sont transportées dans des zones
ombragées, où elles sont transformées immédiatement. Les folioles sont retirées du rachis et
l’épiderme supérieur est séparé du reste de la foliole. Parfois, la nervure médiane est retirée avant
l’épiderme, laissant deux moitiés de folioles. Une fois l’épiderme enlevé, il est séché, ce qui doit
être fait de manière appropriée pour obtenir des fibres de bonne qualité. La tige est séchée en
position verticale ou oblique après récolte. Ou tout simplement coupée et laissée sur sa position en
plantation pendant au moins deux mois. La tige peut être traité traditionnellement ou
chimiquement comme le bambou (voir 3.1.2.f).21

21
Lustgårde, 1952. https://www.prota4u.org/database/protav8.asp?fr=1&g=pe&p=Raphia
52
Photo 16 : le Raphia fariniféra
Cliché : Ngapout (2018)

3.2. DOSSIER TECHNIQUE

Dessin technique d’un carreau

Dessin 1 : Perspective isométrique 1 Dessin 2 : Perspective isométrique 2

53
Dessin 3 : vue de face Dessin 4 : vue arrière

54
Dessin 5 : vue de dessous

Dessin 6 : vue de dessus

Dessin 7 : vue de côté

55
Devis descriptif

Client : IBAF Nombre de l’ouvrage : 01

Etablir par : Ngapout Moubarak Nombre de feuille : 01

Dossier………………………….

Le dessin si dessus ( dessin 1) représente une plaque de décoration en bambou de chine et


au motif en bambou de raphia. D’une couleur jaunâtre, elle est décorée des rosettes noires avec
des points jaunes au milieu. De forme rectangulaire aux deux bouts chantournées, s’emboitant par
juxtaposition au bout en bout, elle est destinée au boiserie et au plafond. Son encombrement est de
210X340x7mm. La surface lisse régulière, plane et uniforme, est vernis (vernis cellulosique) après
la teinture au teinture à huile et le fondurage (fondur cellulosique).

Feuille de débit par carreau

Tableau 6 : Tableau de feuille de débit

56
Devis estimatif et quantitatif
UDS/IBAF/ATP/ATM/TBF DE VIS
Ngapout Moubarak Référence 2PROMAS2018ATM
Technologie de Bois et Fibres Date 23/04/2018
SC/71 Foumban
Foumban IBAF
Foumban-Cameroun Pour: Mémoire master Professionnel
Tel: 696 111 115
moubarak.ngapout@yahoo.fr

Type de l'ouvrage: Revêtement


Nom de l'ouvrage: Carreau de mur et plafond
Repère Désignation Catégorie Essence Unité Quantité Prix Unit. Prix Total
Tige raphia Raphia fariniféra 0,5 m/10cm 1 50 50
Matière Première
Chaume Bambou Arundinaria alpina 1,5m/10cm 2 500 1000
Papier de verre Bande Silice Mètre 1 800 800
Diluant / Cellulosique Litre 1 900 900
Fond dur / Cellulosique Mètre 1 4000 4000
Fournitures
Colle Amphie Cellulosique Kg 1 4000 4000
Vernis / Cellulosique Litre 1 3500 3500
Teinture A essence Cellulosique Litre 1 4000 4000
Transport 1000
Usinage 2000
Frais Généraux
Frais divers 500

Main d'œuvre 30% Prix des matériaux 15400


Total unitaire HT 37 100,00
Nombre d'Ouvrage 8 Total unitaireTTC
Livraison unitaire
Net à payer 296 800,00
Devis en FCFA

Tva en% 19,25%


Validité du devis : 3 mois

DATE: SIGNATURE:
07/05/2019
Tableau 7 : Tableau de devis

57
Analyse de fabrication
Etude de fabrication Nombre de feuille: 1
Objet: Carreau Etablir par: Ngapout
Dossier n°: 67 Matière: Bambou de chine
Dessin d'ensemble n°: 11 Sous-ensemble n° 01
Date: 15/05/2019 Nombre d'ouvrage: 6
N° Opérations Croquis Renseigne- Contrôle
Ph Sph Op d'éxécution Machine outil ments
100 Débit
110 Traçage
120 Tronçconnage L+ 30mm mètre

130 Cadrage En dosse


200 Corroyage
210 Dressage Equerre
220 Rabotage SR1
230 Rabotage SR2
300 Débit sd
Largeur
possible a
310 Délignage chaque fois œil
400 Exécution
410 Dressage sd
Collage sur
420 chant
430 Délignage l+3mm
Enboite-
440 Chantournage ment
450 Calibrage
500 Profilage
510 Moulurage
520 Rainurrage Enboite-
530 Feuillurage ment
600 Finition
610 Ponçage brute
620 Ponçage moyen
630 Ponçage fin
640 Teinte Œil
650 Fondurage
660 Egrénage
670 Vernissage
Tableau 8 : tableau n’analyse de fabrication

58
Gabarit de traçage
C’est le traçage et l’exécution de l’objet à l’échelle réelle sur un support dur (cp, carton,
papier dur…) que l’on utilise pour le traçage d’exécution du prototype ou de la production
artisanale.

Photo 18 : gabarit de traçage vue B

Photo 17 : gabarit de traçage Photo 19 : gabarit de traçage


vue A vue C

59
CHAPITRE 4 : DEVELOPPEMENT INDUSTRIEL DE LA MAQUETTE
AU PROTOTYPE

Dans ce chapitre qui est le dernier, y figure des vérifications pointues par la réalisation de
la maquette et d’un prototype. Et une analyse pour une industrialisation éventuelle de la solution
proposée.

4.1. MAQUETTE

La maquette est un modèle réduit de ce que l‘on se propose de réaliser à un moment donné.
Celle-ci devra permettre de donner l’aspect le plus juste de la réalisation. Dans le cas de ce travail,
la maquette réalisé est virtuelle. Une simulation présentant un sol, un pan de murs et un plafond
où l’on fait usage du carreau en maquette sur le mur et le plafond (dessin 9 à 14).

Dessin 8 : Vue iso d’un carreau en maquette

Dessin 9 : maquette en vue de face (simulation) Dessin 10 : vue de dessus de la maquette(simulation)


Dessin fait et ombré dans Illustrator CC et sketchUp Pro 2016 par Ngapout

60
Dessin 11 : Vue aérienne de la Dessin 12 : vue contre plongée de la maquette
maquette(simulation) (simulation)

Dessin 13 : vue de gauche de la maquette Dessin 14 : Vue de droite de la maquette


(simulation) (simulation)
Dessin fait et ombré dans Illustrator CC et sketchUp Pro 2016 par Ngapout

61
4.2. RÉALISATION DU PROTOTYPE

4.2.1. Approvisionnement et traitement en matière d’œuvre


Il est question allez en forêt pour faire une sélection des bambous matures. Etant données
que nous avons choisis de réaliser les carreaux avec le bambou de chine. Ces bambous coupés ont
été traités en utilisant des méthodes traditionnelles (voir 3.1.2.f rubrique traitement)

Photo 20 : débardage et tronçonnage à la scie égoïne. Cliché Chouapouognigni

Photo 21 : abattage du bambou Photo 22 : trappage du bambou de Photo 23 : sortie après deux
de chine chine semaines de trappage
Cliché : NGAPOUT

4.2.2. Usinage et montage


Dans le processus de réalisation d’un ouvrage, il y a l’étape d’usinage. Cette étape dépend
de l’ouvrage à réaliser, du matériau et des matériels disponibles. Dans notre cas, l’ouvrage à
réaliser étant le carreau e en Bambou de chine, nous avons fait usage des outils manuels mais aussi
de quelques machines électriques.
62
Traçage de débit :
Le traçage est la première opération lors de la réalisation d’un ouvrage. Il permet de
préciser les zones où l’outil de coupe doit être placé par rapport au matériau du départ. Le traçage
de débit permet donc de savoir quelle pièce doit être à quel niveau.

Débit :
Après avoir tracé les pièces à usiner, il faut commencer par les tronçonner, puis les déligner
afin d’avoir approximativement les dimensions recherchées puisqu’ayant les surcotes. Le débitage
nous permettra d’avoir le matériau en une dimension exploitable directement dans notre ouvrage.
Nous utilisons les outils manuels tel que : la scie égoïne et la scie à métaux.

Corroyage :
Le corroyage est une étape qui permet de mettre les pièces aux dimensions convenables en
largeur et en épaisseur. Il est constitué de deux sous-phases à savoir le dégauchissage et le
rabotage. Le dégauchissage par le quel débute le corroyage est l’ensemble des opérations qui
permettent d’éclaircir les surfaces SR1 et SR2. Le rabotage permet après le dégauchissage de
régulariser et équarrir toutes les quatre faces des pièces (chants et parements).

Traçage d’exécution :
Lorsque les pièces ont été corroyées, doit suivre l’étape du traçage d’exécution. Cette étape
commence par l’établissement des pièces qui consiste à regrouper les éléments selon leur
convenance en relation avec la particularité de l’ouvrage à réaliser.

Exécution :
L’exécution est l’étape qui permet de donner à chaque pièce sa forme définitive. Il se fait
à la machine ou à la main. C’est l’étape principale dans une production. Pour le faire des machines
électriques telle que la perceuse, la sauteuse, l’ébouteuse sont utilisées ainsi que des outils manuels
tel que le bédane, le ciseau, la scie égoïne et à métaux, le couteau, le cutter, le rabot…

4.2.3. Finition
La finition est la dernière étape dans un processus de réalisation. C’est elle qui détermine
l’image de l’ouvrage. L’impression visuelle ou l’aspect physique de notre ouvrage est déterminés
par la qualité et le type de finition que nous lui avons donné. Dit-on souvent, une pièce mal faite
et bien finit est un modèle.

63
Affleurage :
Dans une finition l’affleurage permet de rectifier les erreurs de montage et d’exécution. Il
se fait à l’aide d’un rabot, d’un wastring, de la râpe… selon le cas.

Préparation des surfaces :


C’est l’ensemble des opérations qui permet d’apprêter les surfaces à recevoir les produits
de finition. Elle est constituée du raclage, du ponçage et d’application des couches d’apprêt. Le
raclage est une opération qui consiste à parfaire les opérations de replanissage effectuées au rabot.
Cette opération précède le ponçage. Le raclage se fait avec les raclettes, racloirs, guimbardes etc…
Le ponçage est l’opération qui précède l’application des produits de finition. Moins le ponçage est
brut plus la finition est brillante. Le ponçage se fait en quatre phases. D’abord le ponçage grossier
au papier gros grain (N° 40 à 70), en suite le ponçage préparatoire au papier moyen (N°80 à 100),
puis le ponçage de pré-finition au papier fin (N°120 à 180), et enfin le ponçage de finition au papier
très fin (N°200 à 380) après une humidification à l’eau de la surface pour relever les fibres
comprimées suite au ponçage précédant. Après le ponçage, la teinte est appliquée donnant la
couleur voulue au bambou sans toutefois cacher ses maillures naturelles. Par la suite, les apprêts
sont appliqués et égrenés en fonction du finis permanant que l’on va appliquer. L’apprêt à
appliquer sera le fond dur.

Vernissage :
Le vernissage est une opération qui consiste à revêtir les surfaces avec le vernis qui forme
une pellicule protectrice et esthétique solide faisant ressortir les veinages du matériau. Il est la
dernière étape de finition. Les vernis peuvent être d’origine synthétique ou cellulosique ; de type
gras ou maigre. Pour cet ouvrage, il a été utilisé le vernis de type gras et synthétique (vernis marin).

64
Photo 24 : cadrage à la SCT
Cliché :Abdou R
Dessin 15 : Explication du cadrage du bambou

Photo 25 : Lamelle de bambou Photo 26 : rabotage des lamelles Photo 27 : Lamelles de bambou rabotées
obtenues après le cadrage

65
Photo 30 : Collage et assemblage
Photo 29 : Signe d’établissement Cliché : Zena
Photo 28 : Rabotage des lamelles
Cliché :Abdou R pour assemblage

Photo 33 : traçage au gabarit de traçage.


Cliché :Abdou R
Photo 31 : Ponçage Photo 32 : lamelle assemblée et
poncée

Photo 35 : chantournage
Photo 34 : Lamelles assemblée, Photo 36 : Traçage pour l’application des
poncée et tracée motifs. Cliché : Zena

66
Photo 37 : carreau aux motifs tracés Photo 38 : quelques carreaux en bambou de chine

Cliché : Ngapout (2018)

67
4.3. PRESENTATION DE L’ŒUVRE

4.3.1. Caractéristique de l’œuvre


Auteur : NGAPOUT Moubarak

Titre : Carreaux

Hauteur : 340 mm Largeur : 210 mm Epaisseur : 7 mm

Essences : Arundinaria alpina et Raphia fariniféra Date : 28 Mai 2018

4.3.2. Analyse de l’œuvre


Après la présentation de l’œuvre, il en ressort qu’elle est fonctionnelle, durable et facile à
entretenir. Présente des motifs innovants, culturels et esthétiques. Ainsi elle peut contribuer à la
valorisation du bambou de chine et de la culture Africaine. Ces carreaux sont destinés de revêtir
le mur et le plafond. Les éléments sont assemblés entre eux par la colle amphi qui est une excellente
colle à bois et la composition chimique du bois étant très proche de celle des fibres. Les motifs
sont faits grâce aux teinture à huile. En outre le prix de la production est considérant que les
matériaux de fabrication ne pouvaient être achetés en quantité plus réduite. De ce fait, le prix de
revient pour une surface de (100m2) a été calculé et il en ressort que le m2 coute alors 3000

Fcfa.

68
5. PLAN D’AFFAIRE

COORDONNEES :
Nom projet : Projet de transformation de bambou de chine

Nom Entreprise : Grande Initiative Africaine (GIA).

Localisation : Foumban-Cameroun

Adresse : 696 111 115

E-mail : agisson2018@yahoo.fr

Promoteur : Ngapout Moubarak Licencié en Technologie des Bois et Fibres

ORIGINE
Le gouvernement Camerounais encourage la valorisation des matériaux locaux. Dans son
Document Stratégique de la Croissance et l’Emploi (DSCE), le gouvernement entre autre s’appuie
sur une stratégie de meilleure valorisation des produits forestiers non ligneux. Dans la quasi-
totalité des habitations et de logement, les éléments de la décoration sont essentiellement importés
(les carreaux et lambris de la chine, les contre-plaqués, peintures et carreaux de l’Europe…). En
2010 l’importation des carreaux s’évalue à 9 322 millions de F CFA (Institut National de la
Statistique :2013). Ce qui constitue un grand manque à gagner pour le Cameroun. Le bois et les
fibres naturelles du Cameroun sont exportés bruts. En outre le chômage est au centre des
préoccupations du gouvernement. Ce projet vise à limiter les importations des matériaux de
décoration, la transformation de produits forestières pour leurs offrir une meilleure valorisation, la
valorisation de la culture Camerounaise, d’offrir les emplois aux jeunes et booster l’économie du
pays. Une technique novatrice de décoration (les carreaux en bois et fibres naturelles). D’où la
création d’GIA ( Grande Initiative Africaine).

. Objectif de développement
Ce projet vise l’amélioration des cadres de vie de la population en ce qui concerne la
décoration intérieure.

Objectif immédiat
Comme objectif immédiat, il sera question d’une part de la production de produit de
décoration intérieure (pour le revêtement du sol, mur et plafond). Cela devra nous permettre d’être
capable d’assurer une décoration intérieure d’un local entièrement en produits Camerounais à

69
moindre coût pour être accessible au plus grand nombre. Et d’autre part de la valorisation de
bambou de chine par la production des biens de consommation de haute qualité.

Cadre institutionnel
Le projet est basé à Foumban, en raison d’une main d’œuvre bon marché, qualifiée et
disponible. Des points de vente seront créées progressivement partout où le besoin se fera ressentir.
Pour de raison de facilitations il sera question d’opter pour une entreprise ETS en raison de son
accessibilité. Le projet est conduit par Ngapout Moubark, spécialiste des Bois et Fibres, diplômé
de l’institut des Beaux-Arts de l’Université de Dschang (Cameroun). Il sera assisté par des jeunes
techniciens expérimentés à la tâche.

ETUDE DE MARCHE
Produits
- Carreaux
- Lamelle
- Cotre collé
- Lambris
Cible
Ce projet vise tous les segments de la population désireux de revêtir ou décorer leurs murs :
Nous avons les administrations, les hôtels, les écoles, les domiciles privés, les ambassades…

Concurrence
Dans le domaine, nous notons la présence des artisans, des professionnels des métiers du
bois et ceux des produits des décorations de bâtiments. Mais c’est les importations qui sont la
source d’approvisionnement principale. Le nôtre pourra être mieux adapté puisqu’étant compatible
avec le milieu et personnalisable.

Besoin
Malgré des importations massives, En 2010 l’importation des carreaux s’évalue à 9 322
millions de F CFA (Institut National de la Statistique :2013). La population reste en soif et déplore
aussi le coût élevé de ces derniers. Utilisant un matériau abandonné, il coutera alors moins cher
aussi en raison d’une production locale massive.

Marketing
Il se base sur des techniques à deux variables : production/prix et promotion/distribution

La technique production/prix : Elle consiste à réduire au maximum le coût de production


en tenant compte du prix des concurrents sur le marché pour offrir un produit à un prix compétitif
tout en ayant un produit de qualité.
70
La technique de Promotion /distribution : Les produits seront présentés à la population par
le biais des réseaux sociaux, publicités, expositions… Il sera à proximité du client par le biais des
points de vente stratégique.

PRODUCTION
Ressources disponibles, Assistance sollicitée et Budget
Ressources disponibles
Pour la réalisation du projet nous avons :

Les outillages de menuiserie, quelques machines électriques portatives de menuiseries et


de chantier, une somme d’un million de francs CFA pour la fabrication des prototypes, un séchoir
naturel.

Assistance sollicitée
En personnel :
Un expert en carrelage et test qualité.
Un coordonnateur
Son expérience doit pouvoir lui permettre de guider le promoteur sur l’utilisation des
machines industrielles et surtout pour le contrôle de la conformité de résistance des carreaux en
fonction du type.

En locaux :
Un site de production où l’on aura :
- Une salle de production 240m2
- Une salle de finition 40m2
- Une salle pour magasin 55m2
- Une salle pour les bureaux 12m2
- Un séchoir artificiel 99m3
- Une fausse de traitement 1m3

En matériel :

Deux scies circulaires à table, cinq scies à tête, deux moulurières 9PO, deux presseuses
pneumatique, une ponceuse pneumatique tous de marque Rondam, 6 voitures de livraison et

71
distribution. Pour ces matériels, le tiers doit être livré en décembre 2018 et le reste en tiers après
chaque neuf mois sous la responsabilité du directeur de la production.

En financement
Une somme de cinq mille dollars américains en décembre 2018 pour le ravitaillement en
matière première, l’entretient des machines, le payement des personnels, achat des produits de
traitements et de finition, des colles et pour le reboisement des sites afin d’assurer une utilisation
durable.

Budget
La budgétisation du projet est subdivisée en deux sous-parties à savoir : Les coûts directs
et les coûts indirects.
Comme coûts directs, nous avons :

Matériels, fournitures et équipements spécifiques


Date du début
Quantité Désignation Date d’acquisition Coût/FCFA d’utilisation
10 Kg Colle spécialisée Mars 2018- Janvier 2019 40 000 1-mars-2018
20 Litres Les finis permanents Mars 2018- Janvier 2019 750 000 1-mars-2018
10 Liters Les préfinis Mars 2018- Janvier 2019 750 000 1-mars-2018
500 Litres Le dissolvant Mars 2018- Janvier 2019 500 000 1-mars-2018
Deux Scies circulaires à table janvier 2019 - janvier 2022 1 500 000 1 janvier 2019
Cinq Scies à tête janvier 2019 - janvier 2022 8 000 000 1 janvier 2019
Deux Moulurières 9PO janvier 2019 - janvier 2022 20 000 000 1 janvier 2019
Deux Presseuses janvier 2019 - janvier 2022 800 000 1 janvier 2019
Deux voitures janvier 2019 - janvier 2022 10 000 000 1 janvier 2019
Une Ponceuse janvier 2019 - janvier 2022 800 000 1 janvier 2019
Une affuteuse rondamac janvier 2019 - janvier 2022 400 000 1 janvier 2019
Coût Total HTVA : 42 790 000
TVA : 19,25% 8 237 075
Coût Total 51 027 075

72
Tarifs journaliers des ressources humaines du projet
Formateurs
Fcfa HT Consultant Ouvrier manœuvre Ouvrier qualifié Ingénieur expert Chef de projet spécialisés
Tarif /jour 5 000 3 000 4 000 5 000 6 000 5 000

Formateurs
Consultant Ouvrier manœuvre Ouvrier qualifié Ingénieur expert Chef de projet spécialisés
Recherche de la matière première 4 12000
Séchage de la matière première 5 25000
Mise au point des techniques de fabrication 10 50000
Mise au point des techniques de traitement 10 50000
Mise au point des techniques de pose 10 50000
Mise au point des combinaisons du matériau et
de leur technique 10 50000
Fabrication du prototype 2 20 2 122000
Identification des forêts importantes de bois,
bambous de chine et de raphia 1 10 55000
Test de conformité avec le standard et
rectifications éventuelles 3 15000
Equipement en matériels nécessaire pour
l’industrialisation 7 20 7 177000
Recrutement et formation des personnels 3 7 5 82000
Total hors taxe: 688000
TVA: en 19,25% 132440
Total avec TVA: 820440

Comme coûts indirects, nous avons :

Matériel de bureau

Matériel de bureau
Désignation Coût en Franc CFA Date d'aquisition
Meuble 150 000 Javier 2019
support d'écriture 30 000 Javier 2019
ordinateur et ses accéssooires 300000 Javier 2019
frais divers 10 000 Javier 2019
Total 490000
TVA 19,25% 94325
Total TVA 584325

Bubjet total du projet en franc cfa


Coût direct 51 847 515
Coût indirect 584 325
Coût total du projet 52 431 840
73
CONCLUSION

Le but de ce travail sur le thème « de la panthère chez les Bamouns au revêtement en bois
et fibres » était de proposer un revêtement moins cher durable et esthétique qui devrait permettre
ou contribuer à la sauvegarde et à la valorisation de la symbolique de la panthère et des fibres.
Le Cameroun dispose d’une abondance des fibres végétales à croissance rapide, aux vertus
multiples, avérées et aux propriétés remarquables. C’est le cas du bambou et du raphia qui sont
pourtant sous-exploités, peu valorisés, voir abandonnés. Le Cameroun importe la grande majorité
de ses revêtements. Ces revêtements ne sont pas toujours adaptés à l’environnement camerounais.
Ces importations constituent une domination culturelle et un amoindrissement progressif de la
culture Camerounaise. Elle rompt sa continuité culturelle ; qui est le chemin de l’homme vers son
idéal. Aussi, ces revêtements importés coutent très chers et crée un manque à gagner pour
l’économie du pays. Dans l’optique de trouver et proposer une solution à cette situation, les fiches
d’enquêtes, les guides d’entretien et des recherches sur des écrits et des méthodologies ont été
faites.
C’est ainsi que les personnes interrogées au travers des fiches d’enquêtes et du guide
d’entretien, ont respectivement d’une part, dans la grande majorité exprimé un besoin en
revêtement et déploré le coût des revêtements actuels. Et d’autre part que la place de la panthère
est de plus en plus méconnue chez les Bamouns. Il ressort aussi par des tests et des recherches
bibliographiques que, pour la valorisation du bambou en l’occurrence l’espèce Arundinaria alpina
vue ses caractéristiques et ses propriétés, il peut être utilisé pour la production des carreaux. Ce
dernier pouvant être utilisé pour le revêtement des murs et plafonds. Certaines espèces de bois
peuvent aussi être utilisé. L’exploration des méthodologies de création artistique a montré que des
designs peuvent être crées en faisant usage de éléments symboliques de la panthère. Ces designs
contribuant à leur sauvegarde et à leur valorisation. A cet effet, la méthodologie de création
Artistique dite classique suivant le manuel de Bengono a été utilisée. Il est alors confirmé que la
production des carreaux avec un matériau abandonné et sous exploité comme le bambou de chine,
permet d’obtenir un revêtement moins cher tout en le valorisant. Les revêtements créés avec des
éléments symboliques de la panthère et réalisés avec le bambou, peuvent-être une solution pour la
sauvegarde et la valorisation du bambou en réduisant le coût des revêtements.

74
BIBLIOGRAPHIE

Ouvrages
ALTENMÜLLER. H (2008), La peau de panthère en Égypte ancienne et en Afrique,
Hamburg, Allemagne). ANKH.
BENGONO E. F. Mode et patrimoine: expérience des beaux-arts de Foumban les cahiers
de charges pédagogiques de Foumban Art Room V 1 édition Franc Jeu p. 14
Cairo. E & Berthelot. S. 2012. La démarche design comme outil de compétitivité,
Opticsvalley. Paris, Etat Français et le fonds national d’aménagement et de développement du
territoire, Programme Grappe d’entreprises, 86p.
Catherine Geel, Du design dans l’art, École nationale supérieure d’art de Dijon, Dijon,
50pages.
Edwin De C et al (2014), Revêtement de sol en bois, Bruxelles, Fond de Formation
professionnelle de la Construction, 126 pages.
Gouvernement du Cameroun, (2008), Document de Stratégie pour la Croissance et
l’Emploi, Yaoundé-Cameroun.
Heush-Desquiron (2003), Manuel du parfait petit carreleur, EuroCeram Plus, V.1, 62
pages.
IBGE, 2008, Revêtements de sol intérieurs, Guide bâtiment durable. Bruxelles, V07,
Bruxelles environnement, 16pages.
Jean Paul NOTUE et Louis PERROIS, 1984, Contribution à l’étude des sociétés sécrètes
chez les Bamilékés, Institut des sciences humaines, Institut Française de recherche pour le
développement, Yaoundé.
Laldji.S, (2015), Caractéristiques fondamentales du béton, Paris-France, ined, 78 pages.
MAHONGHOL. D et al, 2016, Les flux et les circuits de commercialisation du bois : le
cas du Cameroun. Yaoundé, Cameroun et Cambridge, Royaume Uni, TRAFFIC.
Practical Action, 2009, La préservation du bambou, The Schumacher Centre, Bourton-on-
Dunsmore, Traduit par : Technologie Appropriée, Volume1, No 1, Mars 2010, 15pages.
Rassiat. J. et Pierrat. J. 1962. Bambous en Afrique (Arundinaria alpina, Babusa vulgaris,
Oxytenanthera abyssinica). Paris, revue noire des tropiques. v. 85, 34p
Tardits C.1980. Le royaume Bamoun. Peeters Plublishers

75
Mémoires
CHOUAPOUOGNIGNI. A. R. (2016). « Des accessoires du « pi’tu » en pays bamoun a la
création d'un revêtement mural a base des fibres végétales » Mémoire de licence professionnelle
Institut des Beaux-Arts de Foumban, Université de Dschang, Inédit.
Mounchili. A. C. 2017. « Éducation ludique : histoire de NCHARE YEN en puzzle »,
Mémoire de master professionnel, Foumban, Université de Dschang, 78p, inédit.
ZRA DELI. B .2008. « Impérialisme culturel occidental et devenir de la culture africaine :
defis et perspectives ». Mémoire de fin licence, Maroua, université de Maroua, 114p inédit.

Articles
CIRAD, 2012, « Fiche d’essence moabi », tropix. 4page
Njiasse. N, Mouliom. A, Njoya. I. V, Nchare. O. Z, Ngoucheme N et Gnambi. N. Y. sd.
« Le royaume bamoun », Foumban, 14p.
UNESCO, 2010, « Le pouvoir de la culture pour le développement », Place de Fontenoy
Paris-France, 16pages
Varin, F. (1984). « Le crépi extérieur ». Continuité, (25), 25–28.
Rapports
Alain Findeli et Rabah Bousbaci, 2004, « l’éclipse de l’objet dans les théories du projet en
design », Colloque international et biennal de l’académie européenne de design, Faculté de
l’aménagement, Université de Montréal, 28pages.
Antoine. C. 2009. « Le Royaume BAMOUN au Cameroun : Les contradictions d’une
société pré-coloniale dans l’Afrique du XXIe siècle (par Idriss NJOYA) ». Société des Arts,
Lettres et Sciences du Gard Rhodanien, Académie de Lascours. 11p.
FAO. 2012. « Situation des forêts du monde ». Rôle essentiel des forêts dans l’économie
mondiale moderne et dans l’environnement mondial. Paris, v.10. 66p.
ONUDI, 2016, « Rapport annuelle », Vienne, 76page

Articles électroniques
Bambouland, 2016, « La composition du bambou ». http://planetebambou.canalblog.com/
Consulté le 02/03/2018 05:32.
BARTHELEMY. N, 2013, « DRAC Lorraine (STAP 54) » 2 pages http://www.culture-
communication.gouv.fr/Regions/Drac-Lorraine Consulté le 06/02/2018 22:27
Boucheron. O. 2007. « Maisons, cabanons, mobilier, ustensiles en bambou ».1029-1034
http://www.archidev.org/article.php3?id_article=1029 Consulté le 29/12/2017 à 23H50
76
Cheminée Poujoula, 2016, « Le Crépis des façades » http://www.maisonapart.com/ -
travaux/le-crepi-de-facade-790.php. Consulté le 07/02/2018 23:04
Léa, 2018, « Jardinature, Les bambous ». https://www.jardinature.net/bambous.htm,
consulté le 02/03/2018 10:35.
Marie-Claire (2017), « design-exterieur ». https://deavita.fr/design-exterieur/ Consulté le
29Avril à 23H50
Mère Hélène, 2017, « l’expérience maternelle au quotidien ». https://www.merehelene.
com/fr /glossaire-bambou.aspx consulté 02/03/2018 05:36.

Sites internet
Almanart. 2011. le design et l’art. http://www.almanart.org/le-design-et-l-art.html.
Consulté le 26/11/2017 à 06H05.
Biodis, 2017, http://www.vdsciences.com/
Carolus, 1985, www.surface.ch/carolus/documents/parcoursCV.
CNRTL, 2012, http://www.cnrtl.fr/definition/revêtement, consulté le 20/02/2018 à 07:22
ECohlCité, 2012, https://fr.wikipedia.org/wiki/Peinture_murale Consulté le 04/02/2018
22:27.
https://tice.agroparistech.fr/coursenligne/courses/WOODNAT/document. Consulté le
02/03/2018 07:52
https://www.build-green.fr/les-revetements-sols-murs-plafonds consulté le 03/02/2018
20:40
IBGE, 2008. http://www.ecobuildinbrussels.be
Institut National de la Statistique, 2015, http://www.statisticscameroon.org/ down-
loads/Statistiques/Commerce%20exterieur/importations/donneesstruct/comptesnationaux/donnee
sgestion.htm. Consulté le 26/02/2018à 06H32.
Investier au Cameroun (2017). http://www.investiraucameroun.com/ Consulté le
03/03/2018 à 07H52.
Kew Bull, 1989. https://www.prota4u.org/database/protav8.asp?fr=1&g=pe&p= Sinarundi
consulté le 02/03/2018 à 06:20.
La Maison Nature, 2018, http://www.lamaisonnature.ch/les-materiaux/mursperspirants/
consulté le 04/02/2018 22:03
Laurent, 2013. http://www.voiles-alternatives.com/viewtopic consulté le 02/03/2018
07:23.
Lustgårde,1952. https://www.prota4u.org/database/protav8.asp?fr=1&g=pe&p=Raphia

77
Magdelaine C. 2016. La déforestation : causes et conséquences. http://www. file:///
déforestation / causes / conséquences.php. Consulté le 26/12/2017 à 08H03.
Michel, 1989, http://www.toomanycowboys.com/michel/?page_id=79
Musau. Z. 2016. Le Bambou : ressource inexploitée. Afrique Renouveau.
http://www.un.org/africarenewal/fr. Consulté le 26/02/2018à 06H22.
Nigel F. Maynard, 2017, https://fr.wikipedia.org/wiki/Parquet_en_bambou consulté le
07/02/2018 23:17
Othoharmonie (2017) http://francoise1.unblog.fr/2017/05/01/jaguar-animal-totem-la-
clairvoyance/ Consulté le 03/03/2018 à 07H22.
UNESCO, 2017, http://www.unesco.org /new/fr/ culture/themes/culture-and-
development/ Consulté le 12/02/2018 21:43
https://encryptedtbn0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcSv119MgFJNitqKvwzT866O36
A_rbBN-Q5X_q7PbHrKTm7p7yXGRRQ Consulté le 02/06/2018 21:43

Carte
- Njoya. N. A. 2014. Communes et villes unies du Cameroun. Foumban.
http://www.cvuc.cm/national/index.php/fr/carte-communale/region-du-sud?id=461.
Dictionnaires électroniques
38dico et recueille de correspondance ;
Dictionnaire de langue française Le grand robert (2).

78
Source orale

Nom des Statut Age Origine lieux Périodes


personnes
interrogées
Mbouombouo Chef de 53 ANS Bamoun Njiketnkié 04/02/2018 à
Souleman quartier 16H05
Ngou Aliyou Notable 57 ANS Bamoun Palais 25/02/2018 à
Bamoun 09H30
Pekariekouo Chef de 65 ans Bamoun Njika- 04/02/2018 à
Arouna quartier Njitiéche 15H22
Sangou Ousmane Guérisseur 88 ans Bamoun Njiketnkié 06/02/2018 à 8H43
Nji Moluh Notable 53 ans Bamoun Mayap 10/02/2018 à
10H25
Ngnemyou Enseignant 50 ans Bamoun Njiketnkié 08/02/2018 à 8H40
Mama
Njia Mpou Chef de 44 ans Bamoun Fepou 15/02/2018 à
quartier 12H45
Mounchili Pariage / Bamoun RCN 02/06/2018 à
abdoulaye 11H04
Oumar ben Menuisier / Bamoun Atelier à 05/06/2018 à 8H00
abdellah Foumban
Koupayou Artisan / Bamoun Atelier à 11/06/2018 à 8H00
IDrissou Foumban
Njembokué Amid Artisan / Bamoun Atelier à 06 et 07 /06/2018 à
nfépouw 8H00
Menjikouet Menuisier / bamiléké Atelier à 09/06/2018 à
youssouf foumban 10H05

79
ANNEXES

Fiche d’enquête
I. Identification
Nom & prénom
Age…………….. Sexe : H Profession :…………………………
II. Produits et économiesomme F
a) Vous vous êtes déjà construits ? Oui Non
emme
- Si oui, avec quel matériau? Bois Parpaing Terre stabilisé Terre cuite
Terre battue Bambous de raphia Bambous de chine Métal Autre
matériau…………….
- Si non pourquoi?............................................................
b) Comment êtes-vous parvenu à vous construit?
Mes économies Prêt bancaire Aide autres………...)
c) Votre habitation a-t-elle un revêtement? Oui Non
- Si oui avec quoi? Bois contreplaqué bambou de raphia bambou de
Chine Carreau autre…..........................................
- Si non pourquoi? Par manque de : moyens matériau voulu technologie
autres….........................................
d) Quel revêtement préférer vous?
Bois contreplaqué bambou de raphia autre…...............
- Pourquoi? Moins cher durable esthétique isolation autres……………
e) Qu’attendez-vous d’un revêtement?

Environnement
1) Connaissez-vous le rôle des arbres dans l’environnement? Oui (Rien, Stabilisant,
Autre……………………………………………………...) Non
2) Connaissez-vous le bambou de chine? Oui Non
- Quel usage connaissez-vous de cette fibre? Perche sur les dalles meuble
autre……………….
3) Savez-vous la durée du bambou de chine ? Oui Non
Si oui : non durable moyennement durable. durable très durable

80
GUIDE D’ENTRETIEN
Présentation
Nom et prénom :
Age :
Statut social :

Questions
1) Quels sont les animaux les plus redoutés en pays bamoun ?
2) Quels est la place de la panthère ?
3) Que représente la panthère ?
4) Y a-t-il un traitement spécial ou un comportement spécial spécifique à observer envers
la panthère ?
5) Comment la traite-t-on ? Si oui à la question (4)
6) Pourquoi la traiter différemment aux autres animaux ? Si oui à la question (4)
7) Que représente-t-elle pour les bamouns ?
8) Sa peau à telle une particularité dans l’usage ?
9) Les quelles ? Si oui à la question (9)
10) Ou trouve-t-on la panthère de nos jours dans le royaume ?

81

Vous aimerez peut-être aussi