Vous êtes sur la page 1sur 230

Université Saad Dahleb de Blida

3ème année médecine

Sujets d’examens

Dash
[Tapez le nom de la société]

2017-2018
Université Saad Dahleb de Blida 3ème
année médecine
1EMD
Sémiologie : 2018 ; 2012.
Pharmacologie : 2017.
Ana-path : 2018 ; 2012 ;i .
Radiologie : 2017 ; 2013 .
Parasitologie : 2017 ; 2013 ; QCM .
Physio-path : 2018 ; 2013 ;i .
Immunologie : 2018 .
2018 Sémiologie
2012
Pharmacologie
2017
2018 Ana-path
2012
I
2017 Radiologie
2013
2017 Parasitologie
2013
QCM
 Cochez la ou les réponses justes :

 Quelle manifestation est inhabituelle au cours de la Leishmaniose viscérale :

A- Pâleur.

B- Splénomégalie.

C- Amaigrissement.

D- Fièvre en plateau.

E- Signes hémorragiques.

 Au cours du diagnostic de la Leishmaniose viscérale, le prélèvement se fait au niveau :

A- Des ganglions.

B- La moelle osseuse.

C- La rate.

D- Le foie.

E- Toutes les réponses sont justes.

F- Toutes les réponses sont fausses.

 Parmi les propositions suivantes concernant la toxoplasmose, la ou lesquelles sont vraies ?

A- La présence d’IgG spécifiques permet d’affirmer une infection récente.

B- La toxoplasmose opportuniste est due à la réactivation des tachyzoites toxoplasmiques intracérébraux.

C- Le diagnostic de la toxoplasmose aigue chez la femme enceinte repose sur la mise en évidence du parasite circulant
dans le sang maternel.

D- La triade symptomatique d’une toxoplasmose aigue est : fièvre, adénopathies cervicales et angine.

E- Toutes les réponses sont fausses.

 Trichomonas vaginalis :

A- Est un protozoaire appartenant à la classe des rhizopodes.

B- Se présente sous forme kystique et végétative.

C- Se présente sous forme végétative uniquement.

D- Fréquent chez les sujets présentant un déficit immunitaire.

E- Se traite facilement par un traitement local de Metronidazol.

 Au cours de la toxoplasmose :

A- L’oocyste est une forme intracellulaire.


B- La gravité de l’atteinte fœtale augmente avec l’âge de la grossesse.

C- Le dépistage sérologique peut se limiter à la recherche des seuls IgG.

D- L’étude du placenta peut apporter des arguments au diagnostic de toxoplasmose congénitale.

E- La présence des IgM et des IgA dans le sérum du nouveau né signe une toxoplasmose congénitale.

 Au cours du Paludisme :

A- La fièvre tierce maligne est due à une coagulation des globules rouges parasités.

B- La fièvre tierce bénigne traduit la libération des parasites des hypnozoites.

C- La fièvre tierce maligne est due à Plasmodium vivax.

D- L’éclatement des schizontes est à l’origine de la fièvre bénigne.

E- Toutes les réponses proposées sont fausses.

 Traitement d’une toxoplasmose aigue en cours de grossesse :

A- La spiramycine est utilisée dès l’apparition des anticorps et poursuivie jusqu’à un mois après l’accouchement.

B- La spiramycine est utilisée dès l’apparition des anticorps et poursuivie jusqu’à la fin de la grossesse.

C- La spiramycine est utilisée dès l’apparition des anticorps et poursuivie jusqu’à une semaine après l’accouchement.

D- Association de la spiramycine et la la sulfadiazine dès l’apparition des anticorps jusqu’à la fin de la grossesse.

E- Association sulfadiazine et pyriméthamine en traitement continu dès l’apparition des anticorps.

 Giardia inestinalis est :

A- Un sporozoaire.

B- Un parasite dont le cycle comporte une phase tissulaire et sanguine.

C- Responsable d’une hyperleucocytose sanguine élevée.

D- Un parasite dont le diagnostic repose sur une recherche des anticorps spécifiques.

E- Plus fréquent chez l’adulte jeune.

F- Responsable d’amaigrissement.

 Le diagnostic biologique de la Leishmaniose cutanée repose sur :

A- La recherche des formes épimastigotes dans les globules blancs.

B- La recherche des formes amastigotes dans les globules blancs.

C- La recherche des formes promastigotes dans les globules blancs.

D- La sérologie par immunofluorescence indirecte.

E- Aucune proposition n’est juste.

 La maladie du Chagas :
A- Est due à Trypanosoma brucei.

B- Sévit en Afrique.

C- Le parasite se présente sous une seule forme : Trypomastigote.

D- Transmise par les réduves.

 Parmi les propositions suivantes, la ou lesquelles, ne font pas partie du tableau clinique et biologique d’une
amibiase hépatique à Entamoeba histolytica

A- Une hépatomégalie douloureuse.

B- Une fièvre à 39°C.

C- Un tenesme.

D- Une hyperéosinophilie.

E- Des diarrhées glairosanguinolantes.

 L’amibiase :

A- Est une anthropozoonose liée au péril fécal.

B- Peut être contactée par voie vénérienne.

C- Se caractérise par un ictère franc.

D- Le traitement est efficace en dose unique sur une seule journée.

E- Toutes les propositions sont fausses.

 La contamination par Giardia intestinalis peut s’effectuer par :

A- Contact direct avec les bovins.

B- Contact avec des sujets infectés.

C- Piqure d’insecte.

D- Voie sanguine.

E- Consommation de viande peu cuite.

 Naegleria fowleri :

A- Se voit fréquemment chez les porteurs de lentilles de contact.

B- Est responsable de méningo-encéphalite amibienne primitive.

C- Est responsable d’encéphalite amibienne granulomateuse.

D- Est responsable de kératite amibienne.

E- Les deux premières réponses sont justes.

F- Toutes ces réponses sont fausses.


 Les espèces de Plasmodium retrouvées en Algérie sont :

A- Plasmodium falciparum et Plasmodium ovale.

B- Plasmodium ovale et Plasmodium vivax.

C- Plasmodium ovale et Plasmodium malariae.

D- Plasmodium falciparum et Plasmodium vivax.

E- Plasmodium vivax et Plasmodium malariae.

F- Plasmodium falciparum et Plasmodium malariae.

 Les Leishmanies sont des parasites intracellulaires chez l’hôte vertébré, les cellules hôtes peuvent être :

A- Les hématies.

B- Les macrophages.

C- Les lymphocytes.

D- Les myocytes.

E- Les hépatocytes.

F- Monocytes.

 Dans le paludisme :

A- La phase intra hépatique du cycle parasitaire de Plasmodium entraîne des signes cliniques et biologiques
hépatiques.

B- L’atteinte cérébrale (neuropaludisme) est moins grave si elle est provoquée par une autre espèce que Plasmodium
falciparum.

C- Un accès de paludisme à Plasmodium ovale ou vivax peut récidiver même si le traitement curatif a été adéquat.

D- L’homme se contamine par les trophozoites.

E- Phlébotome femelle assure la transmission de la maladie.

 Naegleria fowleri (RJ) :

A- La forme végétative est retrouvée dans les lésions et milieu de culture.

B- La forme flagellée est réversible et l’amibe se multiplie sous cette forme.

C- La forme kystique est retrouvée dans les lésions et milieu de culture.

D- Les deux premières propositions sont justes.

E- Toutes les réponses sont justes.

 Dans la toxoplasmose (RJ) :


A- Les oocystes sont infestants dès leurs émissions.

B- Confère une immunité durable non stérilisante.

C- Au cours du 1er trimestre le passage transplacentaire des kystes est minime.

D- Le taux d’IgG : 95UI/ml et absence d’IgM en faveur d’une toxoplasmose évolutive.

E- L’agent pathogène est Toxoplasma cruzii.

 Au cours du paludisme (RJ) :

A- L’homme se contamine par les trophozoites.

B- Phlébotome femelle permet la transmission de la maladie.

C- La fièvre tierce maligne est due à Plasmodium vivax.

D- La fièvre quarte maligne est due à Plasmodium falciparum.

E- Toutes les réponses proposées sont fausses.

 Les espèces de Leishmania retrouvées en Algérie :

A- Leishmania infantum.

B- Leishmania major.

C- Leishmania killicki.

D- Leishmania longicuspis.

E- Toutes les réponses sont justes.

 La cryptosporidiose (RJ) :

A- Est due à des parasites opportunistes du genre Cryctospora.

B- Se transmet par les viandes bovines mal cuites.

C- N’admet aucun hôte intermédiaire connu.

D- Les atteintes cérébrales sont fréquentes chez les sidéens.

E- Toutes les réponses sont justes.

 Au cours de l’amibiase (RJ) :

A- Le diagnostic de certitude de l’amibiase intestinale repose sur la recherche des anticorps spécifiques.

B- Signe majeur de l’amibiase intestinale est la diarrhée glairo-sanguinolente fébrile.

C- Le diagnostic de l’amibiase hépatique repose sur la recherche de l’agent pathogène dans les selles et l’échographie
abdominale.

D- L’agent pathogène est Entamoeba coli.

E- Toutes les réponses proposées sont fausses.

 L’agent responsable de la dysenterie amibienne est :


A- Emtamoeba histolytica histolytica.

B- Entamoeba histolitica histolitica.

C- Entamoeba histolytica histolytica.

D- Entamoeba hystolitica hystolitica.

 La forme infestante de l’homme au cours de l’amibiase hépatique est :

A- Le kyste mature à 8 noyaux.

B- Le kyste de la forme végétative hématophage.

C- Le kyste d’Entamoeba minuta.

D- Le kyste mature d’Emtamoeba minuta.

 Les méningo-encéphalites amibiennes sont :

A- Des anthroponozes dues à des amibes dites libres.

B- Dues à Acanthamoeba sp qui détermine aussi des kératites amibiennes.

C- Des atteintes cérébrales dues à une baignade dans des eaux contaminées par Naegleria fowleri.

D- Aucune proposition n’est juste.

 Au cours de la Leishmaniose :

A- Phlebotomus perniciosus est le vecteur de Leishmania killiki responsable de la leishmaniose cutanée.

B- Phlebotomus papatasi est responsable de la transmission de Leishmania major.

C- Psamomys odesus et mériones shawi sont tous deux des réservoirs de la leishmaniose du sud Algérien.

D- La forme promastigote s’observe facilement sur le frottis sanguin et le milieu N.N.N.

 Dans la Trypanosomiase :

A- La glossine Tsee-tsee est responsable de la transmission de la maladie.

B- Trypanosoma brucei rhodesiense et gambiense sont tous deux responsables de la maladie du sommeil.

C- La forme epimastigote metacyclique est la forme infestante.

D- Toutes les propositions sont justes.

 Au cours du paludisme :

A- L’éclatement du corps bleu se fait totalement sauf pour Plasmodium falciparum.

B- Les reviviscences schizogoniques peuvent aller jusqu’à 20 ans pour Plasmodium vivax.

C- La fièvre tierce est une succession de fièvre-sueurs-frissons tous les trois jours.

D- Le frottis cutané est l’unique technique qui permet de visualiser le parasite dans les globules.
 Parmi les flagelles intestinaux vous connaissez :

A- Entamoeba coli.

B- Dientamoeba fragilis.

C- Endolimax nana.

D- Chilomastix wesnili.

 La Giardiose est responsable de :

- Diarrhée glairo-sanguinolente.

- Fièvre prolongée.

- Diarrhée cholériforme.

D- Aucune proposition n’est juste.

 La toxoplasmose :

A- Le traitement fait appel à la spiromycine.

B- L’ovin est l’hôte définitif.

C- Confère une immunité durable stérilisante.

D- Responsable de lésion uro-génitale grave.

 La cryptosporidiose :

A- Le diagnostic de certitude se fait par la coloration de Weber.

B- Responsable d’encéphalopathie.

C- Fréquente chez les sujets présentant un déficit immunitaire.

D- Toutes les réponses sont justes.

 Au cours de la Leishmaniose mes zymodemes expliquent ce qui suit :

A- Le nombre important des espèces de leishmaniose repartit dans le monde.

B- Une même espèce peut être associée à des localisations viscérales et cutanées.

C- Le diagnostic de la maladie repose sur la culture de ces zymodemes.

D- Aucune proposition n’est juste.


2018 Physio-path
2013
I
2018 Immunologie
2EMD
 Sémiologie : 2018 ;2013.
 Phrmacologie : 2018.
 Ana-path : 2018 ;2017 ;2016.
 Radiologie : 2017.
 Parasitologie : 2018 ;2015.
 Immunologie : 2017 ;QCM .
 Mécrobiologie : 2018.
Sémiologie
2018
2013
2018 Pharmacolog
ie
2018 Ana-path
2017
2016
2017 Radiologie
2018 Parasitologie
2015
Immunologie
2017
QCM :
1/ Les effecteurs de l’atopie sont : Cocher la ou les deux réponses inexactes :

A- Les lymphocytes TH2.

B- Les IgE.

C- Les mastocytes.

D- Les basophiles.

E- Les macrophages.

2/ L’atopie se caractérise par : Cocher la ou les deux réponses inexactes :

A- L’intervention d’un facteur de l’environnement et d’une prédisposition génétique.

B- L’implication de l’IL-4 et de l’IL-13 dans l’orientation du système immunitaire vers la synthèse des IgE.

C- Un déséquilibre lymphocytaire TH en faveur de la population TH1.

D- L’implication de cellules effectrices telles que le mastocyte et le basophile.

E- Libération de médiateurs préformés tel que l’histamine et les leucotriènes

3/ La réaction anaphylactique implique la participation : Cocher la ou les deux réponses inexactes :

A- Des IgE.

B- De récepteurs RFcε I et RFcε II.

C- De récepteurs RFcγ I.

D- De récepteurs RFcγ I. et II

E- De basophiles et d’éosinophiles.

4/ La désensibilisation : Cocher la ou les deux réponses inexactes :

A- Consiste à administrer des doses progressivement croissantes d’une préparation allergénique

B- Est contre indiquée en cas d’asthme modéré

C- Est contre indiquée en cas de grossesse

D- Est indiquée en cas d’allergie aux venins d’hyménoptères

E- Est indiquée en cas de pneumonies allergiques extrinsèques

5/ Indiquer le ou les tests qui permettent l’identification du ou des pneumallergènes en cause lors d’un
phénomène atopique : Cocher la ou les deux réponses inexactes

A. Test de libération de l’histamine.

B. Recherche d’éosinophiles dans les secrétions nasales.

C. Tests cutanés.
D. Dosages des IgE spécifiques fixés sur les mastocytes.

E. Test de dégranulation des basophiles humains.

6/ L’hypersensibilité de type II : Cocher la ou les deux réponses inexactes

A. Fait intervenir des anticorps d’isotypes IgM, IgG.et IgD

B. Les lymphocytes NK participent dans les mécanismes lésionnels via leurs récepteurs FCγ R

C. La maladie hémolytique du nouveau-né implique des anticorps IgM anti-antigène D.

D. Lors de la maladie hémolytique du nouveau-né, le test de Coombs indirect permet la mise en évidence des
anticorps anti-D dans le sérum de la mère.

E. Le rejet hyper-aigu et la maladie de Good Pasture en sont des exemples.

7/ Dans les états d’hypersensibilité de type II on peut classer : Cocher la ou les deux réponses inexactes

A. Les leucopénies médicamenteuses.

B. Incompatibilité transfusionnelle.

C. Les rejets aigus de greffes.

D. La maladie hémolytique du nouveau-né (MHNN).

E. Le syndrome de Goodpasture

8/L’hypersensibilité de type II : Cocher la ou les deux réponses inexactes

A- Est une réaction immédiate.

B-S’accompagne par la production normale d’IgE.

C-Fait intervenir des antigènes membranaires comme les antigènes HLA.

D- Fait intervenir des antigènes solubles.

E- Fait intervenir les cellules NK.

Dans l’anaphylaxie : (Indiquer la réponse INEXACTE)

a) Le déclanchement des signes cliniques fait suite à la combinaison des IgE fixées sur les polynucléaires
neutrophiles avec l’allergène causal.

b) On note une production accrue d’IL4.

c) Il y’a libération de médiateur préformés telle que l’histamine.

d) Le diagnostic repose sur la détection des IgE spécifiques de l’allergène.

e) La fixation de l’antigène aux IgE circulantes peut être inhibée par des IgG circulantes.

Dans l’hypersensibilité de type immédiat, l’éosinophile : (Indiquer la réponse INEXACTE)

a) Est un marqueur spécifique des manifestations atopiques.

b) Constitue la principale cellule impliquée dans la phase tardive.


c) Est retrouvé en grand nombre dans les sécrétions bronchiques en cas de rhinite allergique.

d) Possède à sa surface des récepteurs FcεRII.

e) Ne libère que des médiateurs préformés et néoformés comme les prostaglandines.

L’hyper sensibilité de type II : (Indiquer la réponse INEXACTE)

a) Est due à des anticorps de classe IgG ou IgM.

b) Est médiée par des anticorps dirigé contre des Ag cellulaires.

c) Fait intervenir des composants du complément et un éventail de cellules effectrices.

d) Peut intervenir lors d’une transfusion sanguine incompatible.

e) Est à l’origine de la maladie sérique.

Le récepteur RFcεI est : (Indiquer la réponse INEXACTE)

a) Exprimé sur la membrane des mastocytes

b) Exprimé sur la membrane des polynucléaires basophiles

c) Fixe les IgE avec une forte affinité

d) Fixe les IgG avec une forte affinité

e) Une glycoproteine.

La néphrite néphrotoxique de syndrome de Good Pasture : (Indiquer la réponse EXACTE)

a) Fait partie des réactions de l’hypersensibilité de type III.

b) Se classe dans les réactions d’hypersensibilité de type cytotoxique.

c) Se caractérise par la présence exclusive d’Ac et de C au niveau des lésions.

d) Se caractérise par la présence de complexes Ag-Ac circulants.

e) Se distingue par des lésions où l’infiltrat cellulaire est constitué de PNN.

Parmi les maladies suivantes, quelle est celle qui ne s’accompagne pas d’un état
l’hypersensibilité retardée : (Indiquer la réponse INEXACTE)

a) la lèpre.

b) la leishmaniose.

c) la bilharziose.

d) la tuberculose.

e) la sclérodermie.

L’immunité humorale spécifique joue un rôle important, si non certain, dans les infections suivantes : (Indiquer la
réponse INEXACTE)

a) Tétanos
b) Choléra

c) Typhoïde, méningite à méningocoque

d) Tuberculose

e) Diphtérie

La maladie de BRUTON : (Indiquer la réponse INEXACTE)

a) Est caractérisée par un effondrement des immunoglobulines.

b) Se traduit cliniquement par des infections à germes à parasitisme intracellulaire.

c) Est à transmission liée au sexe.

d) Est dû à une mutation du gène codant pour Btk.

e) Est caractérisée par un arrêt de différenciation des lymphocytes B au stade B immatures.

Le syndrome de Di-George : (Indiquer la réponse INEXACTE)

a) Est une embryopathie caractérisée par une délétion partielle du chromosome 22.

b) Se manifeste à la naissance par une tétanie hypo-calcémique.

c) Se caractérise par un déficit en cellules T variable en fonction du niveau de l’atteinte thymique et un déficit
en cellules B matures.

d) Est caractérisée par l’absence de la parathyroïde et d’épithélium thymique.

e) Se traduit par des malformations de la face et du cœur.

Le déficit en molécules d’adhésion LADI : (Indiquer la réponse INEXACTE)

a) Peut être suspecté très tôt par un retard de chute du cordon ombilical.

b) Est caractérisé par un déficit de la chaine CD18 des β2 intégrines.

c) Est caractérisé par la survenue chez les nouveaux nés d’infections récidivantes sans pus.

d) A pour conséquence une anomalie de la bactéricidie.

e) Touche les deux sexes.

Le syndrome d’hyper-IgM : (Indiquer la réponse INEXACTE)

a) Est un déficit immunitaire primitif exclusivement lié au sexe.

b) Est dû à un défaut de la commutation isotypique (Switch).

c) Est caractérisé par une atteinte de l’immunité humorale.

d) Est caractérisé par une atteinte de CD40 des lymphocytes T.

e) Est caractérisé par une atteinte du CD40L des lymphocytes B.

Dans l’hypersensibilité de type III, on peut classer : (Cocher la proposition EXACTE)

F- Les anémies hémolytiques auto immunes


G- La polyarthrite rhumatoide

H- L’alloimmunisation par incompatibilité HLA

I- L éczéma atopique.

J- L’allo immunisation par incompatibilité rhésus

L’hypersensibilité de type IV : (Cocher la réponse INEXACTE)

a) Apparaît 24 à 48 heures après le second contact avec l’antigene,

b) Fait intevenir des antigenes de nature proteique.

c) Met en jeu les lymphocytes T et les anticorps specifiques de l’antigene,

d) Se caracterise par la présence d’infiltrat cellulaire formé essentiellement


de cellules mononucléées,

e) Peut être explorée par des tests cutanés.

Une réaction d’hypersensibilité de type retardée peut être à l’origine de : (Cocher la ou les réponses EXACTES)

a) la lésion caséeuse d’une tuberculose pulmonaire.

b) La glomérulonéphrite post streptocoxique

c) Le syndrome de Goodpasture.

d) La maladie coeliaque.

e) La dermatite atopique.

Toutes les maladies suivantes, s’accompagne d’un état d’hypersensibilité retardée sauf une. Laquelle : (Cocher la
ou les réponses INEXACTES)

a. La lèpre.

b. La leishmaniose.

c. La bilharziose.

d. La tuberculose.

e. La sclérodermie.

La désensibilisation : (Cocher la proposition inexacte)

A- Consiste à administrer des doses progressivement croissantes d’une préparation allergénique

B- Est indiquée en cas d’asthme modér

C- Est contre indiquée en cas de grossesse

D- Est indiquée en cas d’allergie aux venins d’hyménoptères

E- Est indiquée en cas de pneumonies allergiques extrinsèques


QCM : Cocher la ou les réponses inexactes

Les patients atteints de déficits immunitaires primitifs (DIP) :

a) Atteignent rarement l’âge adulte.

b) Ont une susceptibilité accrue à développer des pathologies auto-immunes.

c) Peuvent Présenter une susceptibilité accrue aux infections mycosiques.

d) Ont une susceptibilité accrue à développer des pathologies tumorales.

e) Nécessitent souvent une étude génétique en première intention afin de typer le DIP suspecté.

Les agammaglobulinémies :

a) Sont un groupe de pathologies transmises selon un mode autosomique récessif dans 40 % des cas.

b) Se manifestent habituellement durant la période néonatale.

c) Sont caractérisées cliniquement par la présence d’adénopathies importantes et la survenu


d’infections par des germes a développement extracellulaire.

d) Sont caractérisées par un effondrement de toutes les classes et les sous-classes des
immunoglobulines au niveau sérique.

e) La numération lymphocytaire par cytométrie en flux met en évidence un taux des lymphocytes B
circulants (CD18+) inférieur à 2%.

Dans les déficits immunitaires combinés :

a) La survenu d’infections par des germes a développement intracellulaire dès les premiers jours de la vie peut
orienter le diagnostic.

b) La vaccination par le BCG est primordiale pour prévenir la survenu d’une maladie tuberculeuse qui peut être
fatale pour ces patients.

c) Parmi les déficits immunitaires combinés sévères (SCID), le groupe T-B+NK- représente le phénotype le plus
fréquemment rencontré et touche souvent des patients de sexe masculin.

d) Le déficit en molécules HLA de classe II est habituellement marqué par une lymphopénie touchant les
lymphocytes T CD4+.

e) Un SCID de phénotype T-B-NK- est la conséquence d’un défaut de réarrangement des segments géniques
VDJ par déficit en RAG 1 et en RAG 2.

L’anaphylaxie est un état d’hypersensibilité :

a) Où l’apparition des signes cliniques survient dans les premières minutes qui suivent le premier contact avec
l’allergène

b) Consécutif à la dégranulation exclusive des mastocytes

c) Dont le mécanisme est à support sérique faisant intervenir des anticorps cytotropes
d) Caractérisé par la libération immédiate de médiateurs lipidiques néoformés

e) Dont le traitement symptomatique utilise des antihistaminiques.

L’atopie se caractérise par :

a) L’intervention d’un facteur de l’environnement et une prédisposition génétique

b) Un déséquilibre de la balance TH1/TH2 en faveur des TH1

c) Libération de médiateurs préformés tel que l’histamine et les leucotriènes

d) L’implication de l’IL4 et l’IL13 dans l’orientation du système immunitaire vers la synthèse des IgE

e) L’implication essentielle d’allergènes de nature polysaccharidique.

Les exemples de déficits immunitaires primitifs de l’immunité humorale sont : (Cocher la proposition INEXACTE)

- A/ La maladie de Bruton.

- B/ Le syndrome d’hyper-IgM.

- C/ Le déficit en IgA.

- D/ Le déficit immunitaire d’expression variable.

- E/ Le syndrome de Wiscott-Aldrich

L’œdème angioneurotique héréditaire est une affection : (Cocher la proposition INEXACTE)

- A/ Transmise selon le mode autosomal dominant.

- B/ Qui se manifeste cliniquement par des œdèmes au niveau de la face et du cou.

- C/ Engendrée par un déficit en fraction C1 inhibiteur du complément.

- D/ Caractérisée par une CH50 abaissée.

- E/ Qui s’accompagne de taux de C1 et de C5 abaissés et d’un taux de C3 normal.

Les éléments indispensables pour les réactions HSI sont : (Cocher la proposition EXACTE)

- A/ Les lymphocytes TH1.

- B/ Les prostaglandines.

- C/ Le complexe d’attaque membranaire (MAC).

- D/ Les cellules NK.

- E/ Les anaphylatoxines.

L’atopie se caractérise par : (Cocher la proposition INEXACTE)

- A/ L’intervention d’un facteur de l’environnement et d’une prédisposition


génétique.

- B/ L’implication de l’IL-2 et de l’IL-10 dans la synthèse des IgE.

- C/ Un déséquilibre lymphocytaire TH en faveur de la population TH2.


- D/ L’implication de cellules effectrices telles que les mastocytes et les
éosinophiles.

- E/ Une phase retardée assurée surtout par les médiateurs néoformés.

L’identification de l’allergène en cause lors de l’atopie peut se faire par : (Cocher la proposition EXACTE)

A/ Le test de transformation lymphoblastique

B/ Le dosage des leucotriennes

C/ Le test de dégranulation des éosinophiles

D/ Le test de libération de l’histamine par les basophiles

E/ Le dosage des IgE fixées sur les mastocytes.

Dans l’hypersensibilité de type III, on peut classer: (Cocher la proposition EXACTE)

A /Les anémies hémolytiques auto immunes

B /La polyarthrite rhumatoide

C L’alloimmunisation par incompatibilité HLA

D/ L éczéma atopique.

E/ L’allo immunisation par incompatibilité rhésus

La désensibilisation : (Cocher la proposition EXACTE)

A/ Consiste à administrer des doses progressivement décroissantes d’une préparation allergénique

B/ Est indiquée en cas d’asthme sévère

C/ Est indiquée en cas de grossesse

D/ Est indiquée en cas d’allergie aux venins d’hyménoptères

E /Est indiquée en cas de pneumonies allergiques extrinsèques

L’hypersensibilité de type II: (Cocher la réponse EXACTE)

A- Est une réaction immédiate.

B- S’accompagne de la production d’IgE.

C- Fait intervenir des antigènes membranaires comme les antigènes HLA.

D- Fait intervenir des antigènes solubles.

E- Fait intervenir les lymphocytes T cytotoxique.

Dans les états d’hypersensibilité de type II on peut classer : (Cocher la réponse INEXACTE)

a) Les leucopénies médicamenteuses.

b) La maladie sérique.

c) Les rejets de greffes.


d) Le syndrome de Goodpasture.

e) La maladie hémolytique du nouveau né.

L’hypersensibilité de type IV : (Cocher la réponse INEXACTE)

a- Apparaît 24 à 48 heures après le second contact avec l’antigene,

b- Fait intevenir des antigenes de nature proteique.

a. Met en jeu les lymphocytes T et les anticorps specifiques de l’antigene,

b. Se caracterise par la présence d’infiltrat cellulaire formé essentiellement de


cellules mononucléées,

c. Peut être explorée par des tests cutanés.

Une réaction d’hypersensibilité de type retardée peut etre à l’origine de : (Cocher la réponse EXACTE)

a- la lésion caséeuse d’une tuberculose pulmonaire.

b- La glomérulonéphrite post streptocoxique

c- Le syndrome de Goodpasture.

d- La maladie coeliaque.

e- La dermatite atopique.

Les déficits immunitaires combinés sévères sont: (Cocher la proposition EXACTE)

- A/ Des pathologies fréquentes

- B/ Mortelles en générales après l’age de 05 ans

- C/ Caractérisés par l’absence des polynucléaires neutrophiles

- D/ Le traitement est assuré par la greffe de moelle osseuse

- E/ De transmission récessif lié au chromosome X.

La maladie de Bruton est caractérisée par (Cocher la proposition EXACTE)

- A/ Un déficit lié au chromosome Y.

- B/ Une mutation du gène codant la BTK, enzyme responsable de la différenciation précoce des
plasmocytes.

- C/ Le taux des immunoglobulines est très bas<2,5g/l, avec un taux des IgG <2g/l.

- D/ L’absence des lymphocytes B circulants, et des plasmocytes, avec absence des follicules lymphoïdes
au niveau des ganglions lymphatiques.

- E/ Se révèle tôt entre le 01 premier et le 2 eme mois de vie, par des infections bactériennes sévères et
récidivantes, surtout respiratoires.
Le syndrome d’hyper IgM est: (Cocher la proposition EXACTE)

- Lié au chromosome X, récessif, avec mutation du gène codant pour l’IgD et l’ IgE.

- B/ Les enfants atteints de ce trouble soufrent d’infections récurrentes à germes à multiplication intra
cellulaire.

- C/ La synthèse des IgM est T dépendante.

- D/ Les IgG et les IgA sont indétectables.

- E/ Le taux de lymphocytes B circulants est normal, porteurs des IgM et des IgD membranaires.

L’hypersensibilité de contact : (Cocher la réponse INEXACTE)

1) Est une réaction dermique.

2) Se traduit cliniquement par un eczéma.

3) Implique des molécules de type haptenique.

4) Met en jeu comme principale cellule présentatrice de l’antigène le macrophage.

5) Fait intervenir les IgG spécifiques de l’allergène.

A : 1+4+5 B:5 C : 1+3+5 D : 4+5 E : 1+3

Parmi les déficits immunitaires primitifs (DIP) suivants, indiquer celui (ou ceux) qui a (ou ont) une transmission
liée au sexe : (Cocher la réponse INEXACTE)

1) Le syndrome de Wiscott-Aldrich.

2) La maladie de Bruton.

3) La granulomatose septique chronique.

4) Le déficit immunitaire combiné sévère (DICS) par déficit en RAG1 et en RAG2.

5) Le déficit immunitaire combiné sévère (DICS) par déficit de la chaine CD132.

A : 1+4 B:4 C : 1+4+5 D : 3+5 E : Aucune réponse

Les déficits sélectifs en IgA : (Cocher la réponse INEXACTE)

1) Sont toujours accompagnés de symptômes cliniques.

2) Sont les déficits immunitaires les plus fréquents.

3) S’accompagnent parfois d’un déficit en l’une des sous-classes d’IgG.

4) Sont caractérisés dans 50% des cas par l’apparition d’anticorps anti-IgA.

5) Sont toujours dus à une anomalie de la pièce sécrétoire.

A : 1+5 B : 1+4 C : 3+4+5 D : 3+5 E : Toutes les réponses sont fausses

Les déficits immunitaires combinés sévères : (Cocher la réponse INEXACTE)

1) Touchent à la fois les lymphocytes B et les lymphocytes T.


2) Doivent bénéficier d’une greffe de moelle osseuse.

3) S’accompagnent d’une très grande sensibilité aux infections virales et mycosiques.

4) Sont à transmission autosomale dominant.

5) Constituent une contre-indication majeure pour les vaccinations par germes atténués.

A:4 B:1 C : 2+4+5 D : 1+4 E:3+4

Parmi les déficits immunitaires primitifs de l’immunité humorale on peut citer : (Cocher la réponse INEXACTE)

1) La maladie de Bruton.

2) Le syndrome d’hyper-IgM.

3) Le déficit en IgA.

4) Le déficit en ZAP-70.

5) Le déficit immunitaire combiné variable.

A:4+5 B:1 C : 2+4+5 D : 1+4 E:1+5

Un déficit congénital partiel ou dissocié de l’immunité humorale spécifique peut être éliminé chez un enfant de
14 ans (à distance de toute thérapeutique substitutive) par: (Cocher la réponse INEXACTE)

1) Une formule numération sanguine.

2) Une électrophorèse des protéines sériques.

3) Un dosage des IgG, IgA , IgM, IgE.

4) Un dosage des interleukines IL4, IL5, IL6.

5) Un test de stimulation lymphocytaire par la phytohémagglutinine A (PHA).

A : 2+3 B : 1+3 C : 1+4+5 D : 1+4 E : 1+2+4+5

La granulomatose septique chronique : (Cocher la réponse INEXACTE)

1) Se caractérise par une perturbation du test au nitrobleu de Tétrazolium.

2) S’accompagne de pyodermite à staphylocoques.

3) Est caractérisée par une anomalie de la bactéricide.

4) Est due à une anomalie de la NADH oxydase.

5) Est dans tous les cas une affection liée au sexe.

A : 2+5 B : 3+5 C : 1+4+5 D : 4+5 E:5

Le déficit en molécules d’adhésion LAD-I : (Cocher la réponse INEXACTE)

1) Peut être suspecté très tôt par un retard de chute du cordon ombilical.

2) Est caractérisé par un déficit de la chaine CD18 des β2 integrines.

3) Est caractérisé par la survenue chez les nouveaux nés d’infections récidivantes sans pus.
4) A pour conséquence une anomalie de la bactéricidie.

5) Touche principalement les garçons.

A:4 B:5 C : 1+4+5 D : 2+4+5 E : 4+5

 Le déficit d’expression des molécules HLA de classe II : (Cocher la réponse INEXACTE)

1) Est une affection liée au sexe.

2) Est transmis de façon autosomale récessive.

3) Se traduit par un déficit immunitaire combiné.

4) Se caractérise par une anomalie de la régulation transcriptionnelle des gènes HLA de classe II.

5) Est dû à une anomalie de structure des gènes HLA de classe II.

A:1 B:5 C : 1+4+5 D : 2+4+5 E : 1+5

L’œdème angioneurotique héréditaire : (Cocher la réponse INEXACTE)

1. Est une anomalie exclusivement quantitative de la molécule C1-INH.

2. Pose problème de diagnostic différentiel avec les états d’allergie mediés par l’hypersensibilité de type I.

3. S’accompagne d’une diminution du CH50 et du taux de C4 avec un taux normal de C3.

4. Se traduit par des œdèmes de la face et du cou avec des douleurs abdominales.

5. Se traite par le Danazol et l’acide amino- caproique.

A-1 B-1 + 2 C-1+2+3 D-1+5 E-5

La réaction d’hypersensibilité de type III : (Cocher la réponse INEXACTE)

1-Fait intervenir des complexes immuns.

2-Est indépendante du système du complément.

3-Est due à l’activation des polynucléaires neutrophiles.

4-Peut se manifester par des arthralgies, atteinte oculaire et atteinte rénale.

5-Se manifeste sur le plan immunologique par une Hypercomplementémie.

A-1+2+4+5 B-1 + 3 C-2+5 D-4+5 E-2

L’hypersensibilité de type IV : (Cocher la réponse EXACTE)

1-Fait intervenir de façon exclusive des antigènes de nature protéique.

2-Apparaît 24 à 48 heures après introduction de l’agent causal chez l’individu sensibilisé.

3-Met en jeu des lymphocytes T mémoires TH1 CD45 Ro+.

4-Est impliquée dans la physiopathologie de la tuberculose pulmonaire.

5-Apparaît 24 à 48 heures après introduction de l’agent causal chez l’individu non sensibilisé.
A-1+2+4+5 B-1 + 3 C-2+3+4 D-4+5 E-2

Le syndrome de Di-George : (Cocher la réponse INEXACTE)

1. Est dans tous les cas, une aplasie congénitale thymique.

2. Est une embryopathie par défaut de développement des arcs branchiaux.

3. Se manifeste, à la naissance, par une tétanie hypocalcemique, due à l’absence de la parathyroïde.

4. Est caractérisé par un contenu normal en lymphocytes T au niveau des organes lymphoïdes
périphériques.

5. Est associé à une délétion partielle du chromosome 22.

A-1+5 B-3 C-1+4 D-4+5 E-1

Un déficit congénital partiel ou dissocié de l’immunité humorale spécifique peut être éliminé chez un enfant de
14 ans (à distance de toute thérapeutique substitutive) par: (Cocher la réponse EXACTE)

1. Une formule numération sanguine.

2. Une électrophorèse des protéines sériques.

3. Un dosage des IgG, IgA , IgM.

4. Un dosage des interleukines IL4, IL5, IL6.

5. Un test de stimulation lymphocytaire par la phytohémagglutinine A (PHA).

A-3+5 B-3+4 C-3 D-4+5 E-1

Parmi les facteurs favorisants des états d’hypersensibilité de type immédiate, on cite : (Cocher la réponse
INEXACTE)

a) Les prédispositions génétiques.

b) Le tabagisme passif.

c) Les infections digestives.

d) La pollution (diesel).

e) Le rôle protecteur de l’allaitement maternel.

Dans l’hypersensibilité de type I, au cours de la phase de sensibilisation: (Cocher la réponse INEXACTE)

a) La présence de l’allergène est obligatoire.

b) Il y a induction par un premier contact avec l’allergène.

c) La Réponse immunitaire humorale dépend de la présence de lymphocytes T spécifiques de l’allergène.

d) Il y a production d’IgE polyspécifiques.

e) Les IgE produites se fixent sur les récepteurs de haute affinité appelés RFcεI, exprimés sur les mastocytes et
les basophiles.
Dans l’hypersensibilité de type I, l’histamine est: (Cocher la réponse INEXACTE)

a) Un médiateur préformé.

b) Un constituant majeur des granules des mastocytes (10%).

c) Formé par la décarboxylation de la L-histidine.

d) Responsable d’un effet immédiat.

e) Apres fixation sur le récepteur de type H2, à l’origine d’une contraction musculaire lisse, de la sécrétion de
mucus et de l’augmentation de la perméabilité vasculaire.

Dans l’hypersensibilité de type I, les leucotriènes sont: (Cocher la réponse INEXACTE)

a) Des médiateurs Néoformés.

b) Responsables des mêmes types d’effets causés par l’histamine, notamment PGD2.

c) Responsables de manifestations précoces.

d) Responsables d’effets plus prolongés.

e) D’effets beaucoup plus puissants que l’histamine.

Dans l’hypersensibilité de type II, le rejet hyper-aigu de greffe: (Cocher la réponse INEXACTE)

a) Survient quand le receveur possède des Allo-Acs préformés spécifiques des antigènes du greffon (molécules
HLA, antigènes ABO)

b) Se voit suite à des événements immunisants survenant avant la greffe telles les transfusions sanguines,
grossesse, transplantation antérieure.

c) Est évité par une bonne compatibilité ABO

d) Est prévenu par la réalisation d’un cross-match ou test de compatibilité croisé entre les leucocytes du
receveur et le sérum du donneur en présence du complément.

e) Son seul traitement est la détransplantation.

Dans l’hypersensibilité de type III, les facteurs influençant le dépôt de complexes immuns sont: (Cocher la réponse
INEXACTE)

a) La perméabilité vasculaire, qui est un facteur majeur de dépôt.

b) L’action préalable de substances vaso-actives.

c) HTA et les turbulences vasculaires favorisant la constitution des dépôts, qui est plus élevée dans les
capillaires glomérulaires (site privilégié des dépôts)

d) Le dépôt est accéléré par la ligature partielle de l’artère rénale.

e) Les dépôts plus nombreux dans les zones de turbulence artérielles: plexus choroïdes.
Dans l’hypersensibilité de type IV, l’hypersensibilité granulomateuse est impliquée dans : (Cocher la réponse
INEXACTE)

a) Les infections chroniques bactériennes, parasitaires, mycosiques et virales.

b) Les lésions granulomateuses non infectieuses : sarcoïdose, maladie Hodgkin, granulomatose hépatique.

c) Le rejet de greffe hyper-aigu

d) Le diabète insulino-dépendant.

e) L’encéphalomyélite allergique expérimentale (EAE).

Les indications de l’intradermo réaction à la tuberculine sont : (Cocher la réponse INEXACTE)

a) Le dépistage d’une sensibilisation vis à vis d’un antigène donné.

b) La recherche un contact préalable avec le BK.

c) Pour vérifier la prise du vaccin BCG.

d) Si le patient est atteint de SIDA.

e) L’exploration d’un déficit de l’immunité cellulaire (batterie d’antigènes de rappel 05 à 07 Ag).


2018 Mécrobiologie
3EMD
Sémiologie : 2018 ; 2017 ;2014.
Pharmacologie :2018 ;2017 ;2016 ;2015 ;2012.
Ana-path : 2018 ; 2017 ; 2014.
Radiologie :2018 ; 2017 ; 2016 ; 2014.
Parasitologie :2017 ;2016 ;QCM.
Physio-path :2018.
Immunologie :2018 ;QCM.
Mécrobiologie :2018.
2018 Sémiologie
2017
2014
2018 Pharmacologie
2017
2016
2016
2012
Ana-path
2018
2017
2014
2018 Radiologie
2017
2016
2014
2017 Parasitologie
2016
QSM
Physio-path
2018
2018 Immunologie
QCM
Le syndrome de l’immunodéficience acquise (SIDA) s’accompagne des anomalies suivantes : (Cocher la
réponse INEXACTE)
1. Le sarcome de kaposi.
2. Candidose généralisée.
3. Diminution des lymphocytes B
4. Adénopathies
5. Diarrhée chronique.
Le diagnostic de certitude de l’infection par le virus de l’immunodéficience humaine (VIH) est établi grâce
à : (Cocher la réponse EXACTE)
1. Un test Elisa positif.
2. Un taux de lymphocytes T TH1 diminué.
3. Une nette diminution des Immunoglobulines M.
4. La présence des adénopathies.
5. Un Western Blot positif.
Parmi les maladies auto-immunes suivantes, quelle est celle qui est non spécifique d’organe : (Cocher la
réponse EXACTE)
1- La polyarthrite rhumatoïde.
2- L’anémie de Biermer.
3- La thyroïdite d’Hashimoto.
4- Le diabète insulino-dépendant.
5- La maladie coelique.
Les maladies auto-immunes sont : (Cocher la réponse INEXACTE)
1- Dues à une rupture de la tolérance vis-à-vis des constituants du soi.
2- Des affections inflammatoires chroniques.
3- Secondaires à l’action pathogène des auto anticorps naturels d’isotype I gM.
4- Rencontrées beaucoup plus chez les sujets de sexe féminin.
5- D’étiologie multifactorielle.
Le stade SIDA est caractérisé par : (Cocher la réponse INEXACTE)
1- Une hypergammaglobulinémie oligoclonale
2- La survenue d’infections opportuniste graves
3- Une augmentation de la charge virale
4- Un taux de lymphocytes T CD4+<200/mm3
5- Une augmentation des anticorps anti -P24
La maladie des chaînes lourdes alpha se caractérise par : (Cocher la réponse INEXACTE)
a) une prolifération plasmocytaire ou lympho-plasmocytaire de type B.
b) la production d’une Ig monoclonale comportant des chaînes lourdes incomplètes
associées à des chaînes légères complètes.
c) la production d’une Ig monoclonale comportant des chaînes lourdes incomplètes sans
chaînes légères associées.
d) s’accompagne d’un syndrome de malabsorption.
est diagnostiquée dans la majorité des cas par la technique d’immunosélection
Les signes suivants peuvent être révélateurs d’un myélome multiple : (Cocher la ou les réponses
INEXACTES) :
a. Atteinte rénale.
b. Anémie.
c. Hypocalcémie.
d. Asthénie.
e. Syndrome de Raynaud.
Les chaines lourdes pathologiques produites par les clones B proliférant dans la maladie des
chaines lourdes α : (Cocher la ou les réponses EXACTES)
a. Sont détectées sous forme d’obus de précipitation à l’immunoélectrophorèse des protéines
sériques.
b. Sont détectées sous forme de ligne de précipitation à l’immuno -fixation des protéines
urinaires.
c. Sont précipitées sous forme d’obus à l’immunosélection en immunoélectrophorèse.
d. Sont précipitées sous forme de ligne à l’immunosélection en immunoélectrophorèse.
e. Sont précipitées sous forme d’obus à l’immunosélection en immuno -fixation.
Les protéines de Bence Jones sont : (Cocher la réponse EXACTE)
a- Des chaînes légères kappa ou lambda monoclonales détectées par l’immunofixation des
protéines urinaires.
b- Des molécules d'immunoglobulines de structure anormale.
c- Des chaînes lourdes d'immunoglobulines libres d'un seul type, sériques ou urinaires.
d- Des protéines dont le taux sérique est augmenté dans les états inflammatoires.
e- Un constituant des antigènes d'histocompatibilité.
Le syndrome de Di -George : (Cocher la réponse INEXACTE)
1. Est dans tous les cas, une aplasie congénitale thymique.
2. Est une embryopathie par défaut de développement des arcs branchiaux.
3. Se manifeste, à la naissance, par une tétanie hypocalcemique, due à l’absence de la
parathyroïde.
4. Est caractérisé par un contenu normal en lymphocytes B au niveau des organes lymphoïdes
périphériques.
5. Est associé à une délétion partielle du chromosome 22.
A-1+5 B-3 C-3+5 D-4+5 E-1
Les déficits immunitaires combinés sévères : (Cocher la réponse INEXACTE)
1. Touchent à la fois les lymphocytes B et les lymphocytes T.
2. Doivent bénéficier d’une greffe de moelle osseuse.
3. S’accompagnent d’une très grande sensibilité aux infections virales et mycosiques.
4. Sont à transmission autosomale dominant.
5. Constituent une contre –indication majeure pour les vaccin ations par germes atténués.
A-4 B-3 C-3+5 D-4+5 E-1
Un déficit congénital partiel ou dissocié de l’immunité humorale spécifique peut être éliminé chez
un enfant de 14 ans (à distance de toute thérapeutique substitutive) par: (Cocher la réponse
EXACTE)
1. Une formule numération sanguine.
2. Une électrophorèse des protéines sériques.
3. Un dosage des IgG, IgA , IgM.
4. Un dosage des interleukines IL4, IL5, IL6.
5. Un test de stimulation lymphocytaire par la phytohémagglutinine A (PHA).
A-3 B-3+4 C-3+5 D-4+5 E-1
Le diagnostic de certitude de l’infection par le virus de l’immunodéficience humaine (VIH) est établi
grâce à : (Cocher la réponse EXACTE)
1. Un test Elisa positif.
2. Un taux de lymphocytes T CD4+ diminué.
3. Un Western Blot positif.
4. Une nette diminution des Immunoglobulines.
5. La présence d’un sarcome de Kaposi.
A-3 B-3+4 C-3+5 D-4+5 E-1
Le syndrome de l’immunodéficience acquise s’accompagne des anomalies immu nologiques suivantes
: (Cocher la réponse INEXACTE)
1. Déficit en lymphocytes T CD4+.
2. Hypergammaglobulinémie.
3. Stimulation polyclonale des lymphocytes B.
4. Hypocomplementémie.
5. Synthèse accrue d’IL-6.
A-1+2+3+5 B-3+4 C-3+5 D-4+5 E-1+2+3+4+5
Les immunoglobulines monoclonales : (Cocher la réponse EXACTE)
1. Sont constituées uniquement de chaînes lourdes.
2. Peuvent être d’isotypes différents.
3. N’activent pas le système du complément.
4. Sont produites après infection viral e.
5. Présentent la même combinaison idiotypique.
A-5 B-3+4 C-3+5 D-4+5 E-1
Le myélome multiple : (Cocher la réponse INEXACTE)
1. Se définit comme une prolifération plasmocytaire maligne au niveau de la moelle osseuse.
2. Touche généralement les sujets âgés de plus de 50 ans.
3. Se manifeste par des douleurs osseuses.
4. Se traduit généralement par la présence d’un composant monoclonal à l’électrophorèse des
protéines sériques.
5. S’accompagne toujours par une protéinurie de Bence Jones.
A-5 B-3+4 C-2+5 D-3+5 E-1
Immunité adoptive substitutive passive est: (Cocher la réponse INEXACTE)
a) Un type d'immunité innée.
b) Transférée naturellement d’une Mère au fœtus par le placenta ou le colostrum.
c) Transférée par l'injection de molécules essentiellement les Immunoglobulines.
d) Transférée par des molécules produites par un ou des donneurs ou par des cellules souches
hématopoïétiques
e) Une Sérothérapie.
Immunothérapie: (Cocher la réponse INEXACTE)
a) Est un terme désignant les méthodes de traitement ayant pour but de modifier les moyens
de défense naturelle du système immunitaire.
b) Est un traitement qui a pour but de moduler l'activité du système immunitaire.
c) Peut-être une immunostimulation.
d) Peut-être une immunosuppression.
e) S’oppose à la biothérapie qui utilise des produits plus ou moins modifiés issus d’organismes
vivants.
Dans l’immuno-intervention thérapeutique : (Cocher la réponse INEXACTE)
a) La vaccination est une stimulation active des réponses immunes.
b) L’immunothérapie adoptive substitutive (Immunoglobulines thérapeutiques) est une
stimulation active des réponses immunes.
c) L’aphérèse, plasmaphérèse entrainent une déplétion des effecteurs de l’immunité.
d) Les anticorps monoclonaux peuvent entrainer une déplétion ou inhibition des effecteurs de
l’immunité.
e) Les immunosuppresseurs, les corticoïdes entrainent une déplétion ou inhibition des
effecteurs de l’immunité.
La vaccination : (Cocher la réponse INEXACTE)
a) Vise à créer une réponse immunitaire capable de protéger l’organisme contre la survenue
d’une maladie liée à cet agent infectieux.
b) Permet de prévenir le développement de l’infection grâce à une mémoire immunitaire.
c) Consiste à produire à partir des agents pathogènes, des préparations antigéniques qui sont
sans danger pour le sujet vacciné.
d) Consiste à produire à partir des agents pathogènes, des préparations antigéniques efficaces,
en induisant une immunité innée protectrice.
e) Consiste à produire à partir des agents pathogènes, des préparations antigéniques d’un prix
abordable pour les populations auxquelles elles sont destinées.
L’intensité de la réponse anticorps anti -vaccinale primaire dépend de: (Cocher la réponse INEXACTE)
a) Type de vaccins, nombre d’injections et l’espacement des doses.
b) L’état du système immunitaire.
c) L’âge, puisque les nourrissons et personnes âgées sont plus difficiles à immuniser.
d) L’âge, Diminution des capacités opsonisantes chez les sujets âgés.
e) L’âge, Les cellules dendritiques sont matures chez les nourrissons.
Parmi les déficits immunitaires primitifs (DIP) suivants, indiquer celui (ou ceux) qui a (ou ont) une
transmission liée au sexe : (Cocher la réponse INEXACTE)
1) Le syndrome de Wiscott-Aldrich.
2) La maladie de Bruton.
3) La granulomatose septique chronique.
4) Le déficit immunitaire combiné sévère (DICS) par déficit en RAG1 et en RAG2.
5) Le déficit immunitaire combiné sévère (DICS) par déficit de la chaine CD132.
A : 1+4 B : 4 C : 1+4+5 D : 3+5 E : Aucune réponse
Les déficits sélectifs en IgA : (Cocher la réponse INEXACTE)
1) Sont toujours accompagnés de symptômes cliniques.
2) Sont les déficits immunitaires les pl us fréquents.
3) S’accompagnent parfois d’un déficit en l’une des sous -classes d’IgG.
4) Sont caractérisés dans 50% des cas par l’apparition d’anticorps anti -IgA.
5) Sont toujours dus à une anomalie de la pièce sécrétoire .
A : 1+5 B : 1+4 C : 3+4+5 D : 3+5 E : Toutes les réponses sont fausses
Les déficits immunitaires combinés sévères : (Cocher la réponse INEXACTE)
1) Touchent à la fois les lymphocytes B et les lymphocytes T.
2) Doivent bénéficier d’une greffe de moelle osseuse.
3) S’accompagnent d’une très grande sensibilité aux infections virales et mycosiques.
4) Sont à transmission autosomale dominant.
5) Constituent une contre-indication majeure pour les vaccinations par germes atténués.
A : 4 B : 1 C : 2+4+5 D : 1+4 E : 3 + 4
Parmi les déficits immunitaires primitifs de l’immunité humorale on peut citer : (Cocher la réponse
INEXACTE)
1) La maladie de Bruton.
2) Le syndrome d’hyper-IgM.
3) Le déficit en IgA.
4) Le déficit en ZAP-70.
5) Le déficit immunitaire combiné variable.
A : 4 + 5 B : 1 C : 2+4+5 D : 1+4 E : 1 + 5
Un déficit congénital partiel ou dissocié de l’immunité humorale spécifique peut être éliminé chez
un enfant de 14 ans (à distance de toute thérapeutique substitutive) par: (Cocher la réponse
INEXACTE)
1) Une formule numération sanguine.
2) Une électrophorèse des protéines sériques.
3) Un dosage des IgG, IgA , IgM, IgE.
4) Un dosage des interleukines IL4, IL5, IL6.
5) Un test de stimulation lymphocytaire par la phytohémagglutinine A (PHA).
A : 2+3 B : 1+3 C : 1+4+5 D : 1+4 E : 1+2+4+5
La granulomatose septique chronique : (Cocher la réponse INEXACTE)
1) Se caractérise par une perturbation du test au nitrobleu de Tétrazolium.
2) S’accompagne de pyodermite à staphylocoques.
3) Est caractérisée par une anomalie de la bactéricide.
4) Est due à une anomalie de la NADH oxydase.
5) Est dans tous les cas une affection liée au sexe.
A : 2+5 B : 3+5 C : 1+4+5 D : 4+5 E : 5
Le déficit en molécules d’adhésion LAD-I : (Cocher la réponse INEXACTE)
1) Peut être suspecté très tôt par un retard de chute du cordon ombilical.
2) Est caractérisé par un déficit de la chaine CD18 des β2 integrines.
3) Est caractérisé par la survenue chez les nouveaux nés d’infections récidivantes sans pus.
4) A pour conséquence une anomalie de la bactéricidie.
5) Touche principalement les garçons.
A : 4 B : 5 C : 1+4+5 D : 2+4+5 E : 4+5
Le déficit d’expression des molécules HLA de classe II : (Cocher la réponse INEXACTE)
1) Est une affection liée au sexe.
2) Est transmis de façon autosomale récessive.
3) Se traduit par un déficit immunitaire combiné.
4) Se caractérise par une anomalie de la régulation transcriptionnelle des gènes HLA de classe II.
5) Est dû à une anomalie de structure des gènes HLA de classe II.
A : 1 B : 5 C : 1+4+5 D : 2+4+5 E : 1+5
Le lupus érythémateux systémique : (Cocher la réponse INEXACTE)
1) Est une maladie auto-immune non spécifique d’organe.
2) Est une maladie à complexes immuns.
3) Est caractérisé par la production d’auto-anticorps anti-tissus.
4) Peut être induit par certains médicaments.
5) Implique les mécanismes d’hypersensibilité de type III et IV.
A : 1 B : 3+5 C : 1+3+5 D : 2+4+5 E : 5
Parmi les maladies auto-immunes suivantes, quelle est celle non spécifique d’organe : (Cocher la
réponse INEXACTE)
6- La polyarthrite rhumatoïde.
7- L’anémie de Biermer.
8- La thyroïdite d’Hashimoto.
9- Le diabète insulino-dépendant.
10- La myasthénie.
A : 5 B : 1 C : 3+5 D : 2+4 E : 1+5
Les anomalies immunitaires du lupus érythémateux dissémi né sont essentiellement : (Cocher la
réponse INEXACTE)
1) L’absence, dans le sérum, de complexes immuns solubles circulants.
2) Une forte diminution des IgG polyclonales sériques.
3) Une diminution des taux sériques des composants C3 et C4 du complément.
4) Une forte augmentation des taux sériques du composant C3 avec une diminution du C4.
5) Une augmentation des polynucléaires neutrophiles.
A : 1+3+4+5 B : 1+2+4+5 C : 1+2+5 D : 2+4+5 E : 2+3+4+5
Les maladies auto-immunes sont : (Cocher la réponse INEXACTE)
6- Dues à une rupture de la tolérance vis-à-vis des constituants du soi.
7- Des affections inflammatoires chroniques.
8- Secondaires à l’action d’auto-anticorps naturels.
9- Rencontrées beaucoup plus chez les sujets de sexe féminin.
10- D’étiologie multifactorielle.
A : 4 B : 3 C : 3+5 D : 2+4 E : 2+3+4
Les signes suivants peuvent être révélateurs d’un myélome multiple : (Cocher la réponse INEXACTE)
1) Atteinte rénale.
2) Anémie.
3) Uvéite.
4) Asthénie.
5) Arthralgies.
A : 4 B : 3 C : 3+5 D : 2+4 E : 2+3+4
4 /La maladie des chaînes lourdes alpha se caractérise par : (Cocher la réponse INEXACTE)
d) une prolifération plasmocytaire ou lympho-plasmocytaire de type B.
e) la production d’une Ig monoclonale comportant des chaînes lourdes incomplètes
associées à des chaînes légères complètes.
f) la production d’une Ig monoclonale comportant des chaînes lourdes incomplètes sans
chaînes légères associées.
g) s’accompagne d’un syndrome de malabsorption.
h) est diagnostiquée dans la majorité des cas par la technique d’immunosélection.
6/Les signes suivants peuvent être révélateurs d’un myélome multiple : (Cocher la ou les réponses
INEXACTES) :
f. Atteinte rénale.
g. Anémie.
h. Hypocalcémie.
i. Asthénie.
j. Syndrome de Raynaud.
7/Les chaines lourdes pathologiques produites par les clones B proliférant dans la maladie des
chaines lourdes α : (Cocher la ou les réponses EXACTES)
f. Sont détectées sous forme d’obus de précipitation à l’immunoélectrophorèse des protéines
sériques.
g. Sont détectées sous forme de ligne de précipitation à l’immuno -fixation des protéines
urinaires.
h. Sont précipitées sous forme d’obus à l’immunosélection en immunoélectrophorèse.
i. Sont précipitées sous forme de ligne à l’immunosélection en immunoélectrophorèse.
j. Sont précipitées sous forme d’obus à l’immunosélection en immuno -fixation.
8/ Les protéines de Bence Jones sont : (Cocher la réponse EXACTE)
f- Des chaînes légères kappa ou lambda monoclonales détectées par l’immunofixation des
protéines urinaires.
g- Des molécules d'immunoglobulines de structure anormale.
h- Des chaînes lourdes d'immunoglobulines libres d'un seul type, sériques ou urinaires.
i- Des protéines dont le taux sérique est augmenté dans les états inflammatoires.
j- Un constituant des antigènes d'histocompatibilité.
Les immunoglobulines monoclonales : (Cocher la réponse EXACTE)
1. Sont constituées uniquement de chaînes lourdes.
2. Peuvent être d’isotypes différents.
3. N’activent pas le système du complément.
4. Sont produites après infection virale.
5. Présentent la même combinaison idiotypique.
A-5 B-3+4 C-3+5 D-4+5 E-1
Le myélome multiple : (Cocher la réponse INEXACTE)
1. Se définit comme une prolifération plasmocytaire maligne au niveau de la moelle osseuse.
2. Touche généralement les sujets âgés de plus de 50 ans.
3. Se manifeste par des douleurs osseuses.
4. Se traduit généralement par la présence d’ un composant monoclonal à l’électrophorèse des
protéines sériques.
5. S’accompagne toujours par une protéinurie de Bence Jones.
A-5 B-3+4 C-2+5 D-3+5 E-1
23/Dans la maladie de KAHLER : (Cocher la réponse EXACTE) :
A- La plasmocytose médullaire est inférieure à 10%.
B- Il y a production, en quantité importante, d’un composant monoclonal de structure
anormale.
C- On note la présence, dans le sérum du patient, d’une immunoglobuline monoclonale de type
protéine de Bence Jones.
D- Le taux des Ig polyclonales sériques est augmenté.
E- L’ostéolyse est due à une hyperproduction d’IL6 qui active les ostéoclastes.
24/La maladie de Waldenström : (Cocher la réponse INEXACTE)
A- Est caractérisée par une prolifération lympho-plasmocytaire
B- Peut être révélée par un syndrome hémorragique .
C- Est caractérisée par la présence d’une immunoglobuline de classe M monoclonale
pentamérique dont le taux dépasse le plus souvent 5g/l.
D- Le myélogramme montre une infiltration plasmocytaire.
E- L’hyperviscosité sanguine est en rapport avec une forte concentration du composant
monoclonal.
Le lupus érythémateux systémique : (Cocher la réponse INEXACTE)
6) Est une maladie auto-immune non spécifique d’organe.
7) Est une maladie à complexes immuns.
8) Est caractérisé par la production d’auto-anticorps anti-tissus.
9) Peut être induit par certains médicaments.
10) Implique les mécanismes d’hypersensibilité de type III et IV .
A : 1 B : 3+5 C : 1+3+5 D : 2+4+5 E : 5
Parmi les maladies auto-immunes suivantes, quelle est celle non spécifique d’organe : (Cocher la
réponse INEXACTE)
11- La polyarthrite rhumatoïde.
12- L’anémie de Biermer.
13- La thyroïdite d’Hashimoto.
14- Le diabète insulino-dépendant.
15- La myasthénie.
A : 5 B : 1 C : 3+5 D : 2+4 E : 1+5
Les anomalies immunitaires du lupus érythémateux disséminé sont essentiellement : (Cocher la
réponse INEXACTE)
6) L’absence, dans le sérum, de complexes immuns solubles circulants.
7) Une forte diminution des IgG polyclonales sériques.
8) Une diminution des taux sériques des composants C3 et C4 du complément.
9) Une forte augmentation des taux sériques du composant C3 avec une diminution du C4.
10) Une augmentation des polynucléaires neutrophiles.
A : 1+3+4+5 B : 1+2+4+5 C : 1+2+5 D : 2+4+5 E : 2+3+4+5
Les maladies auto-immunes sont : (Cocher la réponse INEXACTE)
11- Dues à une rupture de la tolérance vis-à-vis des constituants du soi.
12- Des affections inflammatoires chroniques.
13- Secondaires à l’action d’auto-anticorps naturels.
14- Rencontrées beaucoup plus chez les sujets de sexe féminin.
15- D’étiologie multifactorielle.
A : 4 B : 3 C : 3+5 D : 2+4 E : 2+3+4
La sérothérapie trouve ses indications dans : (Cocher la réponse INEXACTE)
1. Les déficits en IgG.
2. Les déficits sélectifs en IgA.
3. L’allo-immunisation fœto-maternelle par incompatibilité rhésus.
4. Le tétanos.
5. La rage.
A : 1+3 B : 1 C : 2 D : 1+4 E : 4+5
La sérothérapie trouve ses indications dans : (Cocher la réponse INEXACTE)
1) Les déficits en IgG.
2) Les déficits sélectifs en IgA.
3) L’allo-immunisation fœto-maternelle par incompatibilité rhésus.
4) Le tétanos.
5) La rage.
A : 1+3 B : 1 C : 1+4 D : 2 E : 4+5
Le stade SIDA est caractérisé par : (Cocher la réponse INEXACTE)
6- Une hypergammaglobulinémie
7- La survenue d’infections opportuniste graves
8- Une augmentation de la charge virale
9- Un taux de lymphocytes T CD4+<200/mm3
10- Une augmentation des anticorps anti -P24
A : 4 B : 1 C : 1+4 D : 1+5 E : 1+2+3
Le syndrome de l’immunodéficience acquise (SIDA) s’accompagne des anomalies suivantes : (Cocher la réponse
INEXACTE)
6. Lymphopénie T CD8+.
7. Manifestations tumorales, comme le sarcome de kaposi.
8. Candidose généralisée.
9. Hypocomplementémie.
10. Altération de l’état général.
A-1+2+3+5 B-3+4 C-1+4 D-4+5 E-1+2+3+4+5
Le diagnostic de certitude de l’infection par le virus de l’immunodéficience humaine (VIH) est établi
grâce à : (Cocher la réponse EXACTE)
6. Un test Elisa positif.
7. Un taux de lymphocytes T CD4+ diminué.
8. Un Western Blot positif.
9. Une nette diminution des Immunoglobulines.
10. La présence d’un sarcome de Kaposi.
A-3 B-3+4 C-3+5 D-4+5 E-1
Parmi les examens biologiques suivants, indiquer celui ou ceux que l’on doit demander en
première intention pour un patient âgé de 60 ans présentant des douleurs osseuses diffuse et une
asthénie : (Cocher la réponse EXACTE)
1) FNS - VS.
2) Recherche de Facteur rhumatoïde et la CRP.
3) Electrophorèse des protéines sériques.
4) Profil protéique sérique.
5) Recherche et titrage de facteurs anti-nucléaires (FAN).
A : 4 B : 4+5 C : 3+5 D : 3 E : 2+3+4
L’utilisation des immunoglobulines come moyen immunothérapeutique : (Cocher la réponse
INEXACTE)
1) Est indiquée dans les thrombopénies auto-immunes.
2) Est indiquée pour le traitement des anemies hemolytiques auto -immunes.
3) Implique l’administration par voie intra-veineuse et à doses massives d’IgG humaines purifiées.
4) Donne d’excellents résultats dans le traitement de la rhinite allergique.
5) Trouve son application dans le traitement de la myasthénie.
A : 4 B : 3 C : 3+5 D : 2+4 E : 2+3+4
Le stade SIDA est caractérisé par : (Cocher la réponse INEXACTE)
11- Une hypergammaglobulinémie
12- La survenue d’infections opportuniste graves
13- Une augmentation de la charge virale
14- Un taux de lymphocytes T CD4+<200/mm3
15- Une augmentation des anticorps anti -P24
A : 4 B : 1 C : 1+4 D : 1+5 E : 1+2+3
La sérothérapie trouve ses indications dans : (Cocher la réponse INEXACTE)
6) Les déficits en IgG.
7) Les déficits sélectifs en IgA.
8) L’allo-immunisation fœto-maternelle par incompatibilité rhésus.
9) Le tétanos.
10) La rage.
A : 1+3 B : 1 C : 1+4 D : 2 E : 4+5
Dans le cadre de la prévention du rejet : (Cocher la réponse INEXACTE)
1) Le cross match est une technique qui fait interagir les lymphocytes du receveur avec ceux du
donneur en présence du complément.
2) La survenu d’un rejet aigu cellulaire est prévenu par la pratique systématique d’un cross -match
lors de la transplantation.
3) Les corticostéroïdes sont des agents antiprolifératifs qui agissent en inhibant la synthè se de l’ADN
et donc la prolifération B et T.
4) Le traitement immunosuppresseur prévient la survenu du rejet humoral chez un patient
immunisé en en pré transplantation.
5) Le rejet chronique peut être réversible par un traitement immunosuppresseur puissant.
A : 1 + 4 B : 2 + 3 + 5 C : 3 + 4 D : 1+ 3+ 5 E : 1 + 2 + 3 + 4 + 5
Dans la transplantation rénale : (Cocher la réponse INEXACTE)
1) La plasmaphérèse est un moyen thérapeutique efficace dans la prise en charge du rejet hyper
aigu.
2) La compatibilité du système ABO entre le donneur et le receveur est obligatoire.
3) Le suivi sérologique du donneur est nécessaire avant et après la transplanta tion.
4) Le dépôt du CD4d dans les capillaires peri tubulaires est un marqueur spécifique du rejet humoral.
5) Les individus syngéniques sont des individus issus de la même fratrie mais génétiquement
différents.
A : 1 + 2 + 4 B : 1 + 3 + 5 C : 3 + 4 D : 2 + 3+ 5 E : 1 + 2 + 5
1) Dans la transplantation d’organe : (Cocher la proposition INEXACTE)
a- Les antigènes HLA constituent les antigènes majeurs d’histocompatibilité.
b- Un typage HLA de niveau générique est suffisant.
c- La compatibilité ABO est nécessaire à la prévention des rejets aigues
d- Le traitement immunosuppresseur peut être à l’origine de la perte du transplant.
e- Dans le rejet humoral le dépôt du C4d est inconstamment rencontré.
Mécrobiologie
2018