Vous êtes sur la page 1sur 12

David VIEL – Le 19 08 2019

Supporter

Les gens ne le réalisent pas


tellement ils sont contant
lorsqu’il y a quelque chose
qui leur parle
et/ou qui leur colle à la peau ;
pour avoir un Je
et/ou conscience
de ce qui les font « marcher »
afin de faire ce lien,
en leurs personnes
pour que ce ne soit pas la « mort »
et/ou « fini »
après avoir adhéré (vu le « jour »).

Une personne ne réalise pas


ce lien
être-avoir ;
c’est magnétique,
c’est magique
SA vie
ou sa connexion avec la «terre » (le vivant)
= ça, lui reviendra
pour être cette personne,
et pas une autre,
dans l’histoire qui « prendra ».

Impossible d’être cette personne,


sans être « sûr »
= dans le décor,
avec les objets
et les personnes autours
de ce qui est devenu leurs sujets ;
propre
familier
proche (ça leur « parle »,
ils aiment ça).

Il faut un lien avec la « terre »,


ça
afin de pouvoir émettre
et pas que des doutes ;
l’apprécier …
être « là »
et pas ailleurs.

David VIEL – Le 19 08 2019


Dit autrement,
il faut une raison,
d’être,
sinon il y a personne
ou plus de monde.

Et les « responsables »
ou ceux qui sont au « centre »
sont inconscient de ça,
du fait d’être totalement (trop)
dans l’objet
= il y a trop de ça (de gravité
pour « léviter » ou jouer à ça)
et pas assez de soi,
ou de vérité (de sincérité).

Les seules « vérités »


sont celles qui doivent avoir raison du monde,
… s’étendre
afin de pouvoir sauver la face
pour ne pas « atterrir »
après avoir « décollé»
et/ou posséder leur entourage (ils adorent ça,
ce sentiment de « pouvoir »).

Supporter
= Revenir à
= Reconnaître (donner de soi).
J’ai toujours été
dans cette interrogation ;
dois-je,
aimer,
reconnaître
ou pas.

Est-ce juste,
ou pas.

J’ai toujours été dans l’attente,


de grandir,
de devenir adulte.
Non de m’afficher
pour avoir du monde
autours de ce qui est devenu mon sujet,
pour en avoir la preuve,
mais belle et bien ressentir ça,
les choses ;
le fait de sortir non personnellement de l’ordinaire
mais belle et bien de saisir,
le sens au fait d’être « là » ;
de me découvrir

David VIEL – Le 19 08 2019


sous ce jour,
ou dans ce sens.

Je n’arrive pas à comprendre,


comment une personne,
peut passer à côté de ça,
ou d’elle-même (de l’essentiel).
Elle est « en vie »
sans réellement en saisir la porté
= la gravité
et le sens.
Elle suivra seulement ce qui est « courant »
= ce qui est « bien »
« juste »
vis à vis de ce qui est « mal »
ou « injuste » (de « reconnaître »).

Moi,
j’ai vu mon père mourir,
de manque de reconnaissance
et/ou d’amour (il n’était plus attirant
mais belle et bien devenu déconnant,
avec le temps).
Il a été totalement incompris,
mal-aimé,
préjugé
rejeté
puisque son cas dérangé.
Moi-même,
son cas m’a dérangé.

Une personne a besoin de savoir,


afin de pouvoir ranger les choses,
classer les choses dans sa tête ; 
pour « évoluer »
« avancer ».
Or mon père,
ce qui lui est arrivé,
il était impossible de « savoir » (il était en un sens,
inclassable et pas dans le bon sens,
puisqu’il manquait profondément d’ordre)
pour déranger (son cas
dérangeait) ;
pour qu’il ait ainsi ça sur le dos (à réaliser ;
déjà qu’il avait du mal à réaliser,
ce qui lui arrivait)
= personne a pu faire ce lien,
ce travail pour lui
Être la personne qu’on lui reconnaissait avant (revenir à cet état).

Et il a été « exposé »

David VIEL – Le 19 08 2019


pour être préjugé ;
il a imprimé ça
pour l’être ;
des personnes l’ont permis ça (ont été totalement inconscientes
pour continuer à être « sûr »).

J’ai dû supporter cette situation.


Mon père
qui n’avait pas été préjugé auparavant
l’a été,
pour l’être également (touché ;
puisqu’il y avait un lien) ;
sans rien pouvoir faire

De plus moi,
au sujet de ça (des choses)
et de soi (de l’énergie = de ce qui est « dedans » ou « en vie »)
je ne peux pas reconnaître,
supporter,
ce que je ne reconnais (suis) pas au fond (je ne peux pas donner raison, comme ça).

J’ai dû ainsi le supporter


= lui revenir,
ou alors le préjuger
puisqu’il était insaisissable.
Pour ne déranger
ou alors déranger
des personnes,
dans leurs têtes
et leurs émotions (sentiment d’être « bien », de « savoir » pour encore le « pouvoir »)
= je devais ainsi donner raison
ou ma vie (suivre)
pour ne pas être « mal » 
ou encore + « mal » ( = rejeté)

Pendant les faits,


je ne l’avais pas totalement réalisé ça.
Moi,
j’étais là (« en vie »)
pour faire ma vie
ou « avancer » personnellement (et c’était en fonction
de ce qui m’arrivait).
Il y avait ainsi des influences sur mon sujet,
pour que ces « influences »
puisse « avancer »
ou ne pas « mourir » de leurs personnes (vision des choses) ;
pour avoir raison « à la fin ».
= continuer à le « valoir »
sans le valoir tant que cela
sauf si les choses (ça)
avaient eu raison de mon sujet

David VIEL – Le 19 08 2019


avec le temps (ce temps).
Sans être là (de fait)
j’aurai « renforcer »
le sort des personnes a l’Origine de ça (de cette émission qui devait raisonner en les personnes et
résonner dans le temps)
non pour le reconnaître
mais belle et bien être « renforcé » (« sûr » ;
le propre et le fait de « boucler la boucle »).

Pour avoir l’énergie


et le temps
que des personnes n’ont pas,
ou plus,
il faut une histoire,
pour que ça leur « profite »,
à la fin.

Tout est dans cette influence,


dans ce lien,
après que ça, ait pris « forme »
ou de soi.
Pour être « dedans »
et/ou au « courant ».

Mon temps
et Mon énergie,
étaient ainsi dans l’histoire
avant que je sorte avec une fille,
pour « grandir » (m’agrandir)
m’apprécier dans ce sens
ou faire ma vie (mon « trou »).
Ça (ces choses) ainsi me Regardait
ou me parlait (c’était mes histoires).
Il y avait ainsi ce qui était « passé »
vis à vis de ce qui était mon avenir
ou ce qui était censé m’arriver
ou être l’avenir (pour m’apprécier sous ce « jour »).
Et j’ai effectivement suivi,
ce que j’avais aimé (estimé)
ou ce qui avait pris de moi,
en « soi » (de fait).
Pour être là (avec, pour, dans)
et non ailleurs.
Pour supporter,
pour vivre,
pour avoir cet amour
et/ou le droit ;
ça les choses,
me revenait,
me regardait
pour « grandir »,

David VIEL – Le 19 08 2019


m’agrandir.

Or dans ce sens,
c’est l’Autre
qui est la preuve
ou l’assurance
que j’ai
ou que je n’ai pas pas ;
si elle « part »
ou si elle n’est plus « là »
(si elle ne m’aime pas ;
et ça,
ne se commande pas)
alors je suis « mal »
ou « dégoûté » (je « dégusterai »).

Vous pouvez certes posséder une personne,


vous donnez ce mal,
mais si elle ne vous aime pas au fond,
ça sert à rien.

Moi,
j’étais à ce stade là.
Pour ne pas détoner non plus,
avec ce qui était courant,
de faire ;
d’être, à mon « âge » (en couple
avec tout ce qu’il y a autours,
pour être en phase
avec ce qui était courant de penser, de dire et de faire).
Pour m’inscrire dans le temps,
ce temps (pour être « proche »
avec ce qui était au « centre »
et/ou le « monde »).

Pour revenir à l’affection,


avant que je sorte avec une fille,
je n’avais pas aimer
ou supporter autre chose,
que ce qui était pour moi,
ordinaire (chez « moi »)
= mon ordinaire (à-faire
ou lien avec la « terre » ;
ce que je ne réalisais pas, encore).

Lorsque j’ai été en couple,


et/ou que ça (les choses) était devenu sérieux
je ne supportais plus
ainsi le même monde,
qui avait été le mien (je m’étais déplacé dans le temps et l’espace à hauteur de mon sentiment
ou amour ; ce qui avait pris de moi, en soi).

David VIEL – Le 19 08 2019


Et ceux qui étaient au « centre »
étaient ainsi dévalué
= le ressort
qui leur permettait de faire ce lien en leurs personnes
et/ou de continuer à croire en leur histoire,
n’était plus là.

Les enfants étaient partis


ou faisaient leurs vies
pour faire également leur « trou ».
Ils étaient dans leurs histoires,
ou ce qui les Regardent (concentrent).

Tous les « adultes » (les « piliers »)


lorsque les enfant ont « grandi » (sont partis)
ne sont plus adultes (pilier ; au contraire) ;
ils ne marchent plus droit,
voire ils ne marchent plus du tout.

Raison pour laquelle,


je dis que les « adultes »
sont morts,
sans enfants
et/ou du sang-neuf
pour être « cultivé » (au « centre ») ;
et non être ainsi ce qu’ils paraîtront
et/ou être là,
pour le réaliser ça.
Du fait d’avoir le « pouvoir »,
le « droit »
= d’être « adulte » 
d’avoir « grandi »
vis à vis de ceux qui sont « petits »
pour continuer à avoir « confiance »
et/ou cette influence là (source à leur « pouvoir »
et/ou « légitimité » pour ne pas avoir de doutes).

J’ai été dans ce dilemme.


Lorsque les personnes au « centre »,
commencent à déconner
pour ne pas « descendre »
après avoir pris le droit
(vous posséder) ;
vous devrez alors travailler ça,
les choses,
de là à pouvoir les réaliser ;
vous réalisersous ce jour (détacher).
Il y a rien de pire,
qu’une histoire,
où vous n’auriez pas le choix,
pour ne pas empirer, votre cas.

David VIEL – Le 19 08 2019


Et moi,
c’est vrai qu’à l’époque,
j’étais à fond,
dans le devoir,
de grandir.
Il me manquait ainsi, ça.

Je n’appelais plus mes parents


par les diminutifs affectueux,
mais par leurs prénoms
= je prenais une distance.
Pour être raccord
avec cet objectif,
celui de « grandir ».
Sauf que dans ce sens,
ce n’est pas le réaliser ça,
grandir,
mais belle et bien,
ne plus aimer
ou avoir de parents
pour se déraciner,
être sans ordre
ou perdre le sens de ça,
= être dans le « droit »
ou le « pouvoir ».

Le plus difficile,
étant la suggestion,
des rôles pris,
sur votre affection ;
pour donner raison (suivre)
ou alors ne pas donner raison (ne pas suivre).
Raison pour laquelle,
que ça (les choses)
se passe essentiellement
dans votre tête
et votre cœur.

Réalisez maintenant,
si j’avais eu des enfants
… qu’est ce que j’aurai pu réalisé ;
en étant à mon tour,
en « charge » !
J’aurai reproduit les choses,
sans réellement les saisir (réaliser)
pour être dans l’esprit,
que j’aurai imprimé
que je me serai imprégné
+ ou – consciemment (ça aurait fait une chaîne,
dans le temps ; point barre

David VIEL – Le 19 08 2019


ou fin de mon histoire).

Ne vous leurrez pas,


personne est « adulte » ;
a « grandi ».

Les « murs »
quels qu’ils soient,
ont besoin de faire entrer les gens,
dans un ordinaire
= besoin d’affection
et de temps
sinon c’est la « ruine »
avec le temps (ils ne sont plus « là »
ou « appréciés » ; « utiles »).

Et pendant tout ce temps,


mon affection
revenait à celles,
qui avaient eu raison de moi.
Non pour être avec moi,
mais belle et bien contre moi,
pour que ce soit « passé »
= pouvoir « avancé ».
Elles créé le contact
ou elles vont au contact
non pour le réaliser ça
mais belle et bien être « bien »,
« célébré »
et cela sans risque de connaître de « fin »,
à leur « légende ».

Il sera toujours question de votre personne


= de votre affection
et du temps (de ça)
= de ce qui vous reconnaîtrez
et/ou où vous irez au final.

Les gens ne réalisent pas réellement,


le potentiel de ça
et ainsi d’eux en soi (de leur potentiel de création
autant de destruction) ;
avec ça,
vous ouvrez une brèche,
une « voie »
pour que des gens tombent « dedans » (vous « profite »)
= pour que des choses deviennent « possible » ;
soient « là ».

Quoi qu’il se passe,


vous serez obligé de le reconnaître ;

David VIEL – Le 19 08 2019


moi par exemple,
je ne pouvais pas nier,
que c’était mes parents.
Même si je ne le supportais pas (mon père) à la fin (de ce qui a été, sa vie)
même si je ne le reconnaissais pas (… que ça me travaillais)
je devais le supporter.
Non lui donner raison (ma vie)
= le renforcer dans ce qu’il devenait (… pensait, disait et faisait)
mais belle et bien ne pas nier,
cet état de fait,
celui d’être père ( = nier son existence).

Je niais ainsi
la vérité
ou qui j’étais.
Je ne pouvais pas nier,
cet état de fait
… sans me renier
ou me déraciner (« partir »
pour que ce soit « passé »,
du « passé »)
= perdre le sens
voire l’esprit,
que je n’aurais pas eu,
alors (avec le temps,
ce temps).

J’ai eu énormément de cas de conscience (de problèmes)


au sujet du bien et du mal (pour voir clair,
ou me « régler » ; les choses qui s’étaient passées,
m’avaient totalement déphasé) ;
au sujet d’avoir le droit,
ou de ne pas avoir le droit.
De ce qui est juste,
vis à vis de ce qui ne l’est pas.

Je connais ce chantage affectif,


lorsqu’une personne s’affiche
non pour être ce qu’elle paraît,
mais belle et bien pouvoir prendre,
tout de soi,
pour ne pas « disparaître »
et/ou être encore « là » ;
contre raison (nature).

Et cet enfer,
n’a pas été possible (« là »)
à cause de mon père,
mais belle et bien parce que des personnes,
autours de son sujet,
ont été incapables de le réaliser ça (de grandir).

David VIEL – Le 19 08 2019


Pour se donner raison (tirer sur la corde, sensible)
pour « renforcer » leurs suggestions
qui devait avoir raison du monde (s’étendre)
pour ne pas « atterrir »
(pour continuer à se mentir)
après avoir « décollé » (que ça ait « pris »)
et ainsi avoir eu cette influence là,
sur leur entourage (« proches » pour ne pas mourir de leurs personnes).

Ce temps « passé »
a été plus qu’éprouvant ;
aussi bien nerveusement,
qu’émotionnellement,
car ça (les choses) forçait l’entendement ;
ce qu’une personne peut,
honnêtement réalisé (entendre).

Il s’agira toujours de ce lien


être-avoir ;
afin de pouvoir se décoller
de ce qui est alors vécu,
« là » ;
sans faire d’histoire
à condition bien évidemment,
de le réaliser,
ce lien (de lever le voile).

Raison pour laquelle,


passer par le Je,
et ça fera des histoires ;
pour que vous ayez « raison »,
vis à vis de (le « dessus » sur) ceux qui vous reviendront ;
qui seront conquis,
neutres
ou plus « là »
afin de pouvoir continuer à rester « sûr » de votre personne,
et/ou à vous battre contre la « fin » (votre « fin »).

Au sujet de ça,
il s’agit de « terre »,
de « territoire »,
ou de ce qui est, « personnel »
= à « soi » (de votre « sort »).

Il y a forcément des choses,


qui tournent autours de ce qui est devenu votre personne ;
pour être encore cette personne,
« là ».
Et ainsi soutenir,
une réalité,
une « terre »

David VIEL – Le 19 08 2019


qui est la condition à votre sujet (sinon vous perdez « connaissance »,
ou vous n’êtes plus « là ».
Vous ne pouvez plus faire ce lien,
y croire
et ainsi pouvoir ressortir de « terre » ;
ou de ce qui est concrètement la «fin »; votre fin
ou la fin de ce qui a été votre émission).

Ne vous leurrez pas,


en partant d’un Je,
quel qu’il soit,
ça vous tombera forcément « dessus »
et pas,
tout droit dans le « bec » 
= ce n’est pas garantie
que vous le réalisiez (traversiez, supportiez) ça.
Puisque le réaliser,
vous « coûtera ».

Pourquoi à votre avis,


c’est « mortel »
et/ou que personne ne le réalise ça,
sans « mourir » non de sa personne (ne plus être « là » de fait) 
mais belle et bien perdre la vie
ou ce qui est censé lui revenir,
pour continuer à faire ce lien en sa personne
et/ou continuer à croire en son histoire (« pouvoir »).

Titre + Intro

Supporter/Rejeter (… émission)

Émission ... raisonnement et/ou rayonnement (vibration).


Des mots pour panser des maux (penser la vie) voire des blessures d'âmes (... des désaccords, des
choses qui se sont passées dans le passé et qui font mal ; qui sont à l'origine de troubles, de
dérèglement et/ou de dérangement).

Qu'est-ce que vous appréciez,


supporter au fond (ou, au final).
Vous êtes là (en vie)
pourquoi ? ...réaliser,
soutenir quoi
= donner du crédit, du poids
raison à quoi ou à quoi ?

David VIEL – Le 19 08 2019