Vous êtes sur la page 1sur 39

Rapport de stage

Filière génie civil

Réalisé par : Saad Betla

Encadré par :
Table des matières

Liste des figures .................................................................................................................................................................................... 4


Liste des tableaux ................................................................................................................................................................................. 4
Remerciements : .................................................................................................................................................................................. 5
Introduction : ....................................................................................................................................................................................... 6
Chapitre I : Présentation Générale du Projet ....................................................................................................................................... 7
I. Présentation de l’entreprise SGTM : ............................................................................................................................................ 8
I. Réalisation de SGTM : .............................................................................................................................................................. 8
I.I.1 Au Maroc : ........................................................................................................................................................................ 8
I.I.2 A l’étranger : ..................................................................................................................................................................... 9
I.I.3 Principaux travaux en construction au Maroc : ............................................................................................................... 9
II. Localisation et fiche technique : .............................................................................................................................................. 9
II. Présentation du projet : ............................................................................................................................................................. 10
III. Situation géographique : .................................................................................................................................................... 10
IV. Caractéristiques du projet : ................................................................................................................................................ 11
III. Géotechnique du sol : ............................................................................................................................................................ 11
V. Présentation du laboratoire LPEE : ........................................................................................................................................ 11
VI. Fiche technique : ................................................................................................................................................................ 12
VII. Domaine d’intervention : ................................................................................................................................................... 12
VIII. Résultats obtenu sur le sol : ............................................................................................................................................... 13
I.I.4 Mode de fondation et contrainte admissible : .............................................................................................................. 13
I.I.5 Terrassements : .............................................................................................................................................................. 13
I.I.6 Classifications sismiques : .............................................................................................................................................. 13
Chapitre II : ..................................................................................................................................................................................... 14
Les travaux au chantier .................................................................................................................................................................. 14
I. Installation de chantier : ............................................................................................................................................................ 15
II. Travaux sur la charpente métalliques : ...................................................................................................................................... 17
I. Procédure d’exécution des semelles, longrines et futs de poteaux ; .................................................................................... 17
I.I.1 MATERIAUX : .................................................................................................................................................................. 17
I.I.2 Matériels : ...................................................................................................................................................................... 18
I.I.3 Moyens humains : .......................................................................................................................................................... 18
I.I.4 Procédure de réalisation : .............................................................................................................................................. 19
I.I.5 MISE EN PLACE DU COFFRAGE ET FERRAILLAGE ET PLATINE ........................................................................................ 22
I.I.6 Bétonnage : .................................................................................................................................................................... 24
I.I.7 Décoffrage : ................................................................................................................................................................... 24
III. Procédure de montage de la structure métallique ................................................................................................................ 24
I. Moyens humains .................................................................................................................................................................. 24
II. Moyens matériels................................................................................................................................................................... 25
III. Réception et stockage sur site ........................................................................................................................................... 25
IV. Conditions de chantier ..................................................................................................................................................... 27
V. Méthode de montage ........................................................................................................................................................... 27
I.I.1 Levé des pré‐scellés et appuis existants : ...................................................................................................................... 27
I.I.2 Manutention sur site ...................................................................................................................................................... 27
I.I.3 Séquence de montage:................................................................................................................................................... 27
IV. Travaux sur le bâtiment : ....................................................................................................................................................... 31
I. Les terrassements .................................................................................................................................................................. 31
II. Les travaux de fondation ........................................................................................................................................................ 31
I.I.4 Béton de propreté : ........................................................................................................................................................ 31
I.I.5 Les semelles :.................................................................................................................................................................. 31
I.I.6 Fut des poteaux: ............................................................................................................................................................. 32
I.I.7 Longrine, chainage et mise à la terre : ........................................................................................................................... 33
I.I.8 Dallage : .......................................................................................................................................................................... 33
I.I.9 Planchers en dalle creuse : ............................................................................................................................................. 34
Chapitre III : ................................................................................................................................................................................ 37
Conclusion .................................................................................................................................................................................. 38
Liste des figures
Figure 1 Vue de face du CDM ................................................................................................................................................................................. 11
Figure 2 Excavation des semelles jusqu’au fond de fouille ..................................................................................................................................... 19
Figure 3 Coulage du béton de propreté .................................................................................................................................................................. 20
Figure 4 Pose et fixation du coffrage de la Semelle Pose Ferraillage Semelle ....................................................................................................... 20
Figure 5 Coulage Semelle ....................................................................................................................................................................................... 21
Figure 6 Remblaiement jusqu’au niveau bas de la longrine Pose ferraillage longrine ............................................................................................ 21
Figure 7 Coulage Longrine ...................................................................................................................................................................................... 22

Liste des tableaux


Tableau 1 Fiche signalétique de SGTM .................................................................................................................................................................. 10
Tableau 2 fiche technique de LPEE ........................................................................................................................................................................ 12
Tableau 3 caractéristiques de la CAB ..................................................................................................................................................................... 16
Remerciements :
Introduction :
Chapitre I : Présentation Générale
du Projet
Présentation de l’entreprise SGTM :
La Société Générale des Travaux du Maroc (ou SGTM), créée en 1971 par les frères Ahmed et M'hamed Kabbaj, est une entreprise
spécialisée dans le bâtiment et les travaux publics. En 2017, elle réalise 4 milliards de dirhams de chiffre d'affaires1.

Ayant soulevé des défis emblématiques, SGTM a travaillé sur de grands chantiers d'envergure nationale et réalisé d'immenses ouvrages à très
haut niveau de complexité technique pendant près de quatre décennies. L'entreprise a également étendu et diversifié ses compétences avec
une dynamique permanente s'appuyant sur des ressources humaines hautement qualifiées, soit plus de 9000 salariés, et un parc de plus de
1400 engins à la pointe de la technologie.

L'essor constant de l’entreprise SGTM est d'abord dû à l'adhésion de ses collaborateurs au projet d'entreprise et à leur engagement. La société
a pu, avec eux, s'inscrire dans une démarche de certification ISO 9001 / version 2000, pour anticiper les attentes et donner aux marchés les
réponses d'un leader.

L’entreprise SGTM progresse en harmonie avec l'ensemble du Royaume du Maroc : elle bénéficie du développement national et y apporte sa
contribution en retour. Ce cercle crée de la valeur pour tous, et construit avec tous, le Maroc de demain.

I. Réalisation de SGTM :
Au Maroc :
 Maroc Telecom Tour (Rabat)
 Pont My El Hassan (Rabat)
 Tunnel des Oudayas (Rabat)
 Morocco Mall (Casablanca)
 technopark (Casablanca)
 samanah country club (Marrakech)
 riad center (Rabat)
 Bibliothèque nationale (Rabat)
 Aéroport Mohammed V (Casablanca)
 Barrage Aït Hammou (Région d'Agadir)
 Barrage Boukerkour (Tamesna)
 Pile et pose de poutre Viaduc Boughani (Région de Meknès)
 Viaduc Wisslane (Région de Meknès)
 Hôpital Cheikh Zayed (Rabat)
 Tour Atlas (Casablanca)
 Aéroport de Oujda (Oujda)
 Pont routier et ferroviaire Tanger med (Tanger)
 Sofitel (Casablanca)
 Terminal à conteneurs port Tanger Med (Tanger)
 Twin Center de Casablanca :
 2 tours jumelles de 28 étages chacune, d'une hauteur de 115,5 et d'une superficie de 93 000 m².
 Bureaux, restaurants, centres commerciaux (5 étages) et parking souterrain réparti sur trois étages.
 Piste de l'Aéroport Mohammed V (Casablanca)
 Usine OCP à Jorf Lasfar
 Auto Nejma (Casablanca)
 Projet Bab Al Bahr et le nouveau pont sur le bouregreg (Rabat - Salé)
 Hotel La Mamounia (Marrakech)
 Hyatt Regency (Casablanca)
 Doublement de la voie ONCF (Fès-Meknès)
 Barrage de garde sur l'Oued Sebou (Gharb)
 le complexe hydraulique Dchar El Oued Ait Messaoud (Oum-er-Rabia)
 STEP (Afourer)
 Le barrage Hachef (Rif)
 le Grand Stade (Marrakech)
 Le barrage Igouzoulen (Essaouira)
 Surélévation du barrage Sidi Mohamed Ben Abdellah (Rabat)
 Viaduc Oum Rabii (El Jadida-Casablanca)
 Somaca
 Lafarge Maroc
 Samir
 projet les roches de Benslimane

A l’étranger :
 Aéroport international al Ain (Emirats arabes unis)
 Barrage de Samendéni (Burkina Faso)
 Barrage LA COMOE (Burkina Faso)
 Pont BOUAFLE

Principaux travaux en construction au Maroc :

 4Viaducs ferroviaires - Ligne à grande vitesse ONCF :


 El Hachef (Oued Tahaddart)
 Sebou
 Mharhar
 Loukkous

 Projets OCP dont :


 Pipeline
 Laverie d’El Hallassa

 6 Barrages dont :
 Tiouine (Ouarzazate)
 Zerra (Essaouira)
 My Bouchta (Chaouen)

 Marina (Casablanca)
 Atlantic Free Zone (Kénitra)
 Passage souterrain du boulevard Roudani (Casablanca)
 Maintenance Naval dockyard (Ksar Sghir)
 Nouvelle station touristique de Mehdia

II. Localisation et fiche technique :


Effectif supérieur à 5000
Chiffre d'affaire Supérieur à 1.000.000.000

S.a. - Capital 300 000 000 DH


RC 31287 Casablanca
Création 1971
Tableau 1 Fiche signalétique de SGTM

Présentation du projet :

III. Situation géographique :


IV. Caractéristiques du projet :
Le chantier consiste en la construction d’un centre de maintenance qui se compose à la fois d’un immeuble de 2 étage d’une longueur de 98,8 m
et largeur 5,47 m .La hauteur de l’immeuble est 7,47 m et une charpente métallique d’une largeur de 51,6 m et longueur de 266,31 m la
hauteur de la charpente est 17,5 m. La distance entre traverse est 10 m. la charpente comporte un pont roulant.

Figure 1 Vue de face du CDM

Géotechnique du sol :
V. Présentation du laboratoire LPEE :
Société LPEE- Laboratoire Public d’Essais et d’Etudes-est organisée en centre spécialises bases a Casablanca et en centre techniques et
laboratoire Régionaux implantes dans les principales régions du Maroc et couvrant tout le territoire National.

Son intervention couvre le domaine du bâtiment, des travaux publics et des industries associes ; il offre et il assure diverses prestations d’essais,
d’analyse études, de contrôles, d’expertise, d’assistance technique,… ces prestations bénéficient au secteur public et au secteur privé opérant
dans les différents domaines de la construction ; à savoir :

 Géotechnique et sciences de la terre


 Bâtiment, structures, matériaux et physico-chimie des matériaux
 Infrastructures de transports
 Aménagements hydrauliques, maritimes et portuaires
 Environnement et prévention des pollutions
 Industrie : électricité, métallurgie, métrologie, sécurité et emballage
 Recherche et développement, qualité et coopération

Le LPEE accompagne les projets durant leur cycle de vie principalement :

 Durant les études préliminaires


 Durant les différentes étapes de réalisation
 Apres la réalisation par l’expertise et le conseil pour la maintenance et de réarrangement des ouvrages en service.

VI. Fiche technique :

Régime juridique (forme) société anonyme


Capital 247 702 400,00 MAD (Dirham Marocain)
Date de création 1974
Nom des personnes habilitées à agir au nom du Mustapha FARES – Directeur général
laboratoire
N° Registre de commerce 32 131 Casablanca
N° de la C.N.S.S. 10 66308

N° De la patente 32105251

Identification fiscale 1000003


 ONEE : Office National de l’Electricité et de
Actionnaires : l’eau
 ONCF : Office National des Chemins de Fer
 ANP : Agence des Port

Tableau 2 fiche technique de LPEE

VII. Domaine d’intervention :


Le bâtiment :

 Etudes géotechnique
 Essais sur matériaux de construction
 Contrôle de l’installation électrique
 Etude et essais de menuiserie et de peintures
 Expertise de pathologie de bâtiment
 Contrôle de travaux de réhabilitation de bâtiments anciens et de monument
 Contrôle de conditions de confort acoustique et thermique
 Suivi des travaux de chantier et mise en place du système d’assurance qualité

Les infrastructures de transport, les AERODORMES :

 Recherche de matériaux
 Contrôle des travaux de terrassement et compactage
 Essais sur les produits hydrocarbonés et sur les peintures routières
 Mise en place du système de contrôle interne chez l’entreprise
 Etude de pathologie de chaussée

Les ouvrages d’art :

 Etude de fondation
 Etude de stabilité, auscultation de comportement
 Maintenance des ouvrages, solution de renforcement
 Essais sur bétons

Les ports :

 Etude de l’implantation (étude de site, étude géologique, géophysique, géotechnique)


 Holographie, océanographie, climatologie
 Meure bathymétrique
 Simulateur sur modelé réduit et sur modelé mathématique

Les barrages :

 Etude de l’environnement du barrage


 Géologie, géophysique, géotechnique
 Simulateur sur modèle réduit physique et sur modèle mathématique
 Contrôle de travaux de construction et mise en place de système d’assurance qualité
 Auscultation et maintenance des barrages

VIII. Résultats obtenu sur le sol :


Mode de fondation et contrainte admissible :
La reconnaissance géotechnique du site, destiné à la construction du futur atelier à kenitra, s’est basée sur les résultats de trois sondages
carottes profond de 15 à 23 m, jumelés à des Essais pressiometriques.

La succession lithologique laisse apparaitre des sables grésifiés à partir de 7.00 à 13.00m/TN Et surmontes par des sables fins légèrement
argileux.

Les essais pressiometriques et les essais de pénétration dynamique (spt) ont permis de détecter des couches de sables lâche a très lâches,
rencontrées à des profondeurs variables Dont la pression limite peut diminuer jusqu’à 0.14 MPa et le nombre de coups est inferieur a 10 et peut
être égale a 1 ou 2 les sondages. Compte tenu de la configuration lithologique du terrain et la nature de projet, la formation Sableuse servira
d’Assise de fondation a laide d’appuis isoles avec longrines avec un ancrage Minimal de 1.00m et un bon compactage du fond de fouille.

Le taux de travail à adopter est de 1.00 bars et le tassement ainsi calcules demeurent Admissibles.

Terrassements :
Les travaux de terrassement intéresseront essentiellement les formations de couverture pour

Lesquelles des moyens classiques peuvent suffire.

Classifications sismiques :
D’après le code parasismique RPS 2000, version 2011, les paramètres à prendre en compte Pour le futur bâtiment :

 Accélération maximale : 0,14 g


 Type de site : S3
 Coefficient du site : 1.5
Chapitre II :
Les travaux au chantier
Installation de chantier :
Plan d’installation :

Le P.I.C est réalisé par l’entreprise de construction à partir du plan de masse qui décrit toutes les dispositions retenues pour la bonne exécution
de l’ouvrage.

On dessine sur ce plan les renseignements suivants :

 L’ouvrage à réaliser et son environnement.


 L’emprise du terrain.
 Les différentes phases de terrassements.
 Les accès et les voies existantes.
 Les installations des matériels nécessaires.
 Les installations relatives au personnel.
 Les installations réalisant l’interface avec l’extérieur (panneau de chantier, clôture, réseaux …)

Clôture du chantier :

Le chantier doit être entouré d’une clôture réalisée en acier en raison de sécurité, d’une hauteur de 2 m

Panneau de chantier :

Un panneau obligatoire de 2,00x2.00 mètres, lisible de la voie publique, détaillé les informations suivantes :

 Objet du projet : la construction d’une école primaire.


 N° de marché
 Entreprise de construction Tous Corps d’Etat
 Bureau de coordination
 Maitre d’ouvrage
 Architecte
 Bureau Etude Technique
 Laboratoire
 Bureau de contrôle
 Date et numéro de permis de construction

Bureau :

Bureau de réunion, bureau de MO, bureau de topographe, laboratoire …etc. sont des caravanes installées dès l’ouverture du chantier de
dimension (6*3) m2 .Chacun équipée de 3 bureau et un placard en bois

Sanitaires :

Pour tout chantier, des équipements sanitaires sont obligatoires, qui contient :

 WC branché provisoirement à une fosse septique


 Une douche.

Ateliers et magasins :

Ce sont des magasins pour ranger l’outillage individuel et collectif, mini-station de distribution de carburant, et magasin d’outillage et pièces de
rechange.
Poste de ferraillage :

Ce poste contient :

 Une aire de stockage des aciers commerciaux en barres


- Stockage à faire sur les madriers
- Séparer les aciers selon leur nature et leur Ø.
 Matériel de coupe des aciers et de mesure à longueur (Banc de coupe gradué et la cisaille électrique)
 Un établi de façonnages doté de cintreuses électriques et de griffes.
Cet établi comprend des clous enfoncés dans le bois pour matérialiser les longueurs des armatures et le Ø des coudes.
 Une aire de montage pour assembler les éléments façonnés.
 Une aire de stockage des armatures terminées posées sur des madriers située à l’intérieur du champ de balayage.

Poste de bétonnage :

 2 camions malaxeurs : 8 m3
 Centrale à béton :
 Automatique de la marque RheinMix et de type Nisbau CBM60 appartenant a la société SGTM employée pour la fabrication et la
fourniture des bétons relatifs aux travaux de construction de maintenance

La CAB possède les caractéristiques techniques suivantes

désignation Caractéristique
Trémie de stockage granulats  Nombre de trémie=4
 Capacité totale = 48 m3
 Vidange par système de casque à
commande électropneumatique
 Les trémies seront alimentées par une
chargeuse

Tapis peseur  Portées = 2100 Kg


 1 vibrateur électrique (sur compartiment à
sable)
Bascule a eau  Portée =400 Kg
 Vidange par trappe étanche à commande
électropneumatique
Bascule adjuvant  Capacité 20L
Bascule ciment  Capacité 750Kg
 Deux vibreurs pneumatiques
 Système de pesage par 2 cellules
Malaxeur a 3 axes  Capacité de production : 1m3 par gâchée
 Vidange assurée par trappe à commande
hydraulique
Silos de ciment  01 silos de 9à tonnes
 L’alimentation de la bascule a ciment par
des vis
 Vidange par volets à commande
électropneumatique avec vérin raccorde a
un électro-distributeur
 La liaison au malaxeur est assurée par
manchette souple
Tableau 3 caractéristiques de la CAB

Les engins :

 Pelle hydraulique
 Gcp
 Compacteur
 Chargeur
 La grue mobile
 La grue fixe
 Camion citernelle

LES RESEAUX :

Electricité : il faut prévoir la puissance et les tensions à installe provisoirement pour satisfaire les besoins de chantier, l’équipement
nécessaire pour le branchement comporte le compteur électrique, l’armoire et les câbles d’alimentation ainsi que ses canalisations.

Eau : l’alimentation en eau pour le chantier doit servir tous les points qui seront besoin de l’eau, l’équipement de ce réseau contient le compteur
d’eau, les robinets, et les tuyaux en polyéthylène de différents diamètres selon le débit.

Travaux sur la charpente métalliques :


I. Procédure d’exécution des semelles, longrines et futs de poteaux ;
Matériaux :
Béton :

Il a été convenu d’opter pour une formulation de béton B30 dont la composition de 1 m3 est donnée comme suite :

Constituants Dosage en poids (Kg/m3)

Sable de dunes 0/0.315 273 kg


Sable concassé 0/4 625 kg
Gravette GI 317 kg
Gravette GII 701 kg
Ciment CPJ55PM 360 kg
Eau totale 160 kg
Adjuvant Master glenium 3877 4.32 kg
Acier :

Les armatures doivent être conformes aux normes AFNOR ou équivalent. Le ferraillage a été approvisionné et façonné par SGTM. Afin
d’assurer la conformité des aciers façonnés sur site, SGTM a l’habitude du façonnage sur le site.

Cales à béton :

Des cales à béton pour assurer l’enrobage requis ont été fabriquées sur le site.

Huile de coffrage :

Une huile lubrifiante est utilisée pour éviter le collage du béton au coffrage lors de l’opération de décoffrage.

Produit de cure :

Juste après l’opération de décoffrage des parois latérales, on a procédé à l’application d’un produit de cure sur ces parois, alors que pour les
surfaces horizontales on a utilisé la toile de jute saturée par l’eau

Matériels :
Les moyens matériels mobilisés qui ont été pris en charge pour les différents travaux de réalisation des semelles sont énumérés comme suite :

Préparation de la plate-forme :

-
01 pelle.
-
01 camion 8x4.
-
01 compacteur.
Travaux de bétonnage des semelles :

- 01 centrale à béton.
- 02 camions malaxeurs.
- 01 camion-citerne
- 01 chargeuse
- 01 grue mobile.
- 01 grue à tour
- 02 compresseurs.
- 01 lot de coffrage en bois et contre-plaqués bakélisé.
- Des vibreurs et des conduites d’air comprimé.
Moyens humains :
Les moyens humains mobilisés qui ont été mise en œuvre pour les travaux de réalisation des semelles sont énumérés ci-dessous :

Poste topographique :

- 01 brigade topographique de contrôle interne composée d’un topographe, d’un opérateur de niveau et de deux
portes mire.

- 01 brigade topographique de contrôle externe.


Poste de production :

- 01 conducteur de travaux.
- 01 chef d’équipe béton.
- 01 chef d’équipe ferraillage.
- 01 responsable de la centrale à béton.
- 02 aides opérateurs de la centrale à béton.
- 02 opérateurs des camions malaxeur.
- 04 boiseurs.
- 04 manœuvres.
- 10 ferrailleurs.

Procédure de réalisation :

Figure 2 Excavation des semelles jusqu’au fond de fouille


Figure 3 Coulage du béton de propreté

Figure 4 Pose et fixation du coffrage de la Semelle Pose Ferraillage Semelle


Figure 5 Coulage Semelle

Figure 6 Remblaiement jusqu’au niveau bas de la longrine Pose ferraillage longrine


Figure 7 Coulage Longrine

MISE EN PLACE DU COFFRAGE ET FERRAILLAGE ET PLATINE

Figure 8 schématisation du coffrage, ferraillage et platine


Figure 9 Fixation de la clé d’ancrage et les tiges et la platine avec un gabarit
Bétonnage :
Après la réception du coffrage du ferraillage et la platine, le contrôle extérieur a autorisé le bétonnage par levée du point d’arrêt.

Le Bétonnage est réalisé par une grue mobile. Le réglage du nivellement des fûts a été effectué à partir des cannelures horizontales sur le
coffrage. Après accrochages des tiges a la clé et la platine on coule le béton.

Décoffrage :
La durée de coffrage est variable selon les conditions climatiques. Dans notre cas après 48h.

Procédure de montage de la structure métallique


I. Moyens humain s
Les moyens humains déployés pour les travaux de pose de la charpente métallique se limitent dans le personnel suivant :

 Ingénieur chargé d’affaires : Planifie les travaux de montage sur site et assure le suivi de pose et des contrôle qualité,
 Chef de chantier : assiste directement sur le déroulement des travaux, phasage de montage, préparation des moyens et
affectation du personnel en concertation avec l’ingénieur responsable des travaux démontage,
 Monteurs : assurent le montage des éléments fabriqués à l’usine selon les plans de montage fourni par le BET avec un effectif
de 11personnes,
 Soudeurs : assurent les travaux de soudages sur chantier.
II. Moyens matériels
Les moyens matériels qui sont affectés aux travaux de pose :

 3 Grue mobiles 35t : pour levage et déplacement des éléments fabriqués,


 4 Nacelles articulées : pour accéder aux travaux en hauteur,
 Tours des échafaudages,
 Clés de serrage,
 Boulonneuse,
 Poste à souder,
 Tirs forts,

III. Réception et stockage sur site


La livraison des éléments métalliques tiendra compte des dimensions des éléments de charpente et de leurs poids. Le chargemen t sur
camion, le transport jusqu’au chantier et le déchargement seront pratiqués de manière à éviter tout détérioration
Les livraisons sont planifiées et coordonnées par le Responsable de fabrication au niveau de l’atelier et l'ingénieur chargé d’affaires. Les
éléments de charpente sont livrés en fonction du planning d’exécution et de l’ordre d’avancement des travaux. A la récep tion tous les
éléments sont identifiés par leurs repères d’assemblage et les éléments endommagés sont identifiés isolés pour réparation.

Les éléments de charpentes sont stockés sur des cales, afin d’éviter tout contact avec la terre, en tenant compte des séquences de
montage. L’air de stockage doit être propre, hors d'eau, stable, correctement dressée, non polluée et légèrement inclinée po ur éviter
toute accumulation d’eau.

Les camions déchargent les éléments de la charpente sur site à l’aide de grues mobiles en utilisant les élingues textiles adéquat pour
éviter toute détérioration des éléments.
IV. Conditions de chantier
Le montage ne doit pas commencer avant que le site de montage soit conforme aux exigences techniques de sécurité,

Ces conditions de sécurité doivent prendre en compte les éléments suivants selon le cas :

 Aménagement et entretien des circulations en dur destinées aux engins de levage et au matériel d’accès,
 Accès au chantier et à l’intérieur de celui-ci,
 Etat de sol en rapport avec la sécurité de fonctionnement désinstallations,
 Détails du réseau souterrain, câbles aériens ou obstacles sur chantier,

V. Méthode de montage

Levé des pré‐scellés et appuis existants :


Avant d’entamer les travaux de pose des poteaux, un levé des pré-scellés ainsi que les appuis existants est fait en vérifiant les entraxes ainsi
que les niveaux par rapport au théorique,

Ces mesures ont été prises par l’équipe de montage en vue de vérifier et préparer les calages nécessaires pour les poteaux métalliques,

Les calages doivent être en acier et possédant la même durabilité que la structure.

Manutention sur site


Les éléments de charpente sont manipulés et empilés afin de minimiser les risques de dégradation, pour cela un chariot élévateur télescopique
a été affecter au chantier pour déplacer les pièces de l’air de stockage jusqu’à le site de montage,

Le levage des éléments pour montage est assuré par des grues mobiles en utilisant des élingues textiles afin d’éviter toute dégradation,

Les éléments endommagés au cours de déchargement, de transport ou de montage sont mis à l’écart pour réparation avant pose.

Séquence de montage:
Pose poteaux métalliques :

Les poteaux métalliques sont fixés aux semelles béton à l’aide des tiges d’ancrage préalablement scellées,

Les tiges d’ancrage sont de diamètre 42mm, et le jeu restant permet le réglage des poteaux dans les deux sens.

Pour la phase du pose des poteaux ; elle est déroulé en 3 étapes :

 Attachement des élingues textiles avec la tête des poteaux. L’élingue utilisée sera attachée d’une manière qui permettra d’atteindre
80% de sa capacité, pendant que nos poteaux ne dépassent pas 2.7T.
 Levage des poteaux
 Ajustement et pose définitive des poteaux sur leurs prés scellés appropriées.
Fixation des buttons :

La fixation des buttons nous a permet d’assurer la stabilité entre les poteaux mis en place. La liaison entre les poteaux et les buttons est assurée
par des boulons.

Le levage des buttons est assisté par les monteurs présents sur place, est effectué soigneusement et en toute sécurité.

Fixation des fermes:

Après avoir assuré la stabilité des éléments porteurs, on va passer immédiatement à la fixation des traverses. Pour cela, on a attaché les deux
bouts de la ferme aux élingues puis on a passé au levage qui a été assisté par le personnel en place. Finalement après ajustement avec le
perçage sur les poteaux, il est fixé définitivement par boulons
Fixations des pannes :

Après fixation des traverses, on a passé à la fixation des pannes qui vont maintenir la toiture par la suite. Le levage a été fait soigneusement
grâce aux engins et aux personnels présents sur place.

Pose des contreventements :

La pose du reste de la structure principale est assurée par la boulonnerie


Travaux sur le bâtiment :
I. Les terrassements
Les fouilles pour fondations des bâtiments sont les terrassements qui ont pour objet le creusement de
l'excavation dans laquelle les bâtiments prennent appui sur le bon sol, ces fouilles comprennent les rigoles, les
tranchées, les puits.

Dans notre cas les Terrassement les plus exécuté ce son Fouille en plein masse.

Après l’exécution des fouilles on fait appel à une réception de la part du bureau de contrôle pour donner sa
confirmation de coulage du béton de propreté.

Matériels utilisé :

 Chargeuse pelleteuse
 Pelle hydraulique à chaîne ou sur pneus
 Brise-roche hydraulique
 Les camions de chantier

II. Les travaux de fondation


Béton de propreté :
Exécuté en béton maigre sous tous les ouvrages en fondation, maçonnerie, béton armé pour semelles,
chaînages, et longrines, épaisseur suivant plans, compris pilonnage.

Les semelles :
Traçage :

Il faut effectuer le traçage quand le béton de propreté aura fait sa prise, cette étape consiste à tracer les limites
des semelles sur le béton de propreté en projetant les axes présentés dans la phase d’implantation.

Coffrage :

Il faut coffrer les semelles soigneusement pour qu’elles auraient des formes régulières et surtout pour qu’il ne
puisse y avoir de mélange entre le béton frais et terre.

Le coffrage est fait en bois, en utilisant des panneaux posés sur l’alignement tracé, en gardant la verticalité et
l’horizontalité à l’aide du niveau à bulle d’air.

Ferraillage :

Les armatures des semelles ont été façonnées dans l’aire de ferraillage et transportées par le grutier vers les
lieux de mise en place.

Pour l’accrochage entre les semelles et les poteaux de fondation on laisse des barres d’attentes.
Des côtes à béton sont été placer dans les faces latérales et postérieures dans des semelles pour garder
l’enrobage.

Bétonnage :

Avant toute chose, on humidifier le coffrage, le béton des semelles réalisé en béton armé avec un dosage
exclusif pour les fondations

Le béton vibré par l’aiguille vibrante.

Fut des poteaux:


Traçage :

On Trace les limites des poteaux sur les semelles en projetant les axes présentés dans l’implantation au moyen
de cordeau, pour les longrines, on les trace sur le béton de propreté.

Coffrage :

On Confectionner les trois quarts du coffrage, (c’est-à-dire un coffrage constitué de trois faces). Utiliser des
panneaux de coffrage d’une longueur adéquate (suffisamment longue pour réaliser la hauteur de poteau désiré)
et deux planches de coffrage.

Tout d’abord, tracer la largeur de poteau sur le panneau de coffrage.

On le réalise en partie haute et basse de chaque panneau. Ensuite, utiliser le cordeau à tracer (bleu) et tracer sur
toute la longueur de panneau (deux tracés par panneau). Clouer sur la craie déposée : deux en partie haute,
deux à mi- longueur et deux en partie basse (6 clous par panneau). Ces clous vont servir de guide, lors de
l’assemblage panneau – planche.

Ferraillage :

Les armatures sont façonnées sur le chantier, insérés et attachés à l’aide d’une pince russe et du fil de fer recuit
avec les barres d’attentes de semelles et d’autre barres d’attente sont mis en attente pour la liaison avec les
voiles et les poteaux de RDC.

Puis, on ferme la boite avec un deuxième panneau de coffrage, en le clouant et le bloquant à sa base, pour éviter
l’éclatement des planches lors de la clouée.

Pour assurer l’enrobage, on met des calles à béton entre les panneaux et les armatures.

Page | 32
Bétonnage :

Avant toute chose, on humidifier le coffrage, le bétonnage est fait en béton transporté par des brouettes, versé
dans le moule, coulé progressivement jusqu’au niveau voulu et vibré par l’aiguille vibrante

Longrine, chainage et mise à la terre :


Les longrines et chainages seront réalisés en béton armé entièrement vibré, suivant le tableau de dosage

Dallage :
Le dallage est destiné pour :

 Isoler de l’humidité du sol.


 Recevoir les divers revêtements.
 Supporter les ouvrages.

Et réalisé comme suit :

 Compactage de la terre.
 Arrosage et compactage du tout venant de 20 cm.
 La pose de polyane sur TV.
 mise en place d'une armature en simple quadrillage de T6 esp de 20 cm sur les cales à béton.
 Puis on coule le béton on utilise une règle vibrante

Page | 33
Planchers en dalle creuse :
Il était prévu des dalles à hourdis (20+5), Les poutrelles et les entrevous sont transportés par un monte-charge.
(Une grue), La réalisation du plancher est effectué en suivant les étapes suivantes :

 Pose de coffrage
 Pose des madriers, en s’appuyant sur le coffrage des poutres, selon la grande portée.
 Mise en place et réglage des échafaudages.
 Pose des poutrelles selon le sens de la petite portée.
 Pose des hourdis sur les talons des poutrelles.
 Garder les réservations pour les gaines.
 Pose des armatures des poutres et de la dalle de compression.
 Pose des chapeaux de rives dans l’axe des poutrelles et au-dessus des armatures de la dalle de
compression ainsi que les chapeaux sur appuis intermédiaire.

La sécurité, un sujet important au chantier


Tout au long de ce stage, je me suis rendue compte que la sécurité sur les chantiers est une chose très
importante pour les entreprises.

Avant mon stage, l’entreprise m’a donné tous les équipements de protections obligatoires que j’ai dû
porter sur le chantier.

Page | 34
Le port du casque n’est pas obligatoire toute la journée. Il doit être porté lorsque l’on effectue une tâche à
proximité des machines ou entre les travaux. Ainsi que lorsque on se situe dans les tranchées profondes.

La sécurité ne se résume pas à des éléments de protections individuels, pour la sécurité de tous, le chantier doit
être rangé et propre.

La sécurité est quelque chose de très important sur un chantier et est l’affaire de tous, il faut être attentif à tout
instant.

Page | 35
Page | 36
Chapitre III :les soutr

Page | 37
Conclusion

Page | 38
Page | 39