Vous êtes sur la page 1sur 12

Revista Portuguesa de Psicossomática

ISSN: 0874-4696
revista@sppsicossomatica.org
Sociedade Portuguesa de Psicossomática
Portugal

Cady, Sylvie
LAllergie
Revista Portuguesa de Psicossomática, vol. 2, núm. 1, jan/jun, 2000, pp. 49-59
Sociedade Portuguesa de Psicossomática
Porto, Portugal

Disponible en: http://www.redalyc.org/articulo.oa?id=28720106

Comment citer
Numéro complet
Système d'Information Scientifique
Plus d'informations de cet article Réseau de revues scientifiques de l'Amérique latine, les Caraïbes, l'Espagne et le Portugal
Site Web du journal dans redalyc.org Projet académique sans but lucratif, développé sous l'initiative pour l'accès ouverte
Revista
Portuguesa
49 Revista
de L' Allergie
Portuguesa
Psicossomática
de
Psicossomática

L’Allergie

Sylvie Cady*

Résumé tion du rythme corporel autour de


Ce travail constitue une prémière l’impasse reste une autre donnée
étape d'une recherche engagée depuis dix essentielle.
ans sur l'allergie. Déjà l’anamnèse montre bien cette
L'allergie est definie ici par rapport formulation de la somatisation autour
au fonctionnement immunologique de la relation triangulaire.
déterminé par le médical. Johann, 16 ans, a des difficultés
La crise allergique apparaît autour respiratoires allergiques plus fréquen-
d'une situation d'mpasse, ce qui explique tes depuis deux ans. Son histoire
la réponse immunologique. s’inscrit dans une relation maternelle
très spécifique; cette dernière arrête
de prendre de la drogue à la naissance
Une observation clinique per- de sa fille alors que le père demeure
mettra de préciser cet état. Elle fait un grand utilisateur d’héroine.
référence au fonctionnement de la L’enfant passe les cinq premières
personnalité allergique ou l’impasse années de sa vie à l’étranger, entre ses
se traduit dans la relation triangulaire deux parents, et son développement
qui différencie le sujet de l’image ne semble pas poser de problèmes. A
maternelle structurante. Une évolu- cinq ans, elle est décrite par sa mère
tion de la symptomatologie vers comme autonome et dans une rela-
l’oedipe traduira un autre fonction- tion de proximité paternelle oedipien-
nement de l’allergie, celui d’un ne.
registre plus psychonévrotique oú La séparation entre les deux pa-
l’oedipe demeure une difficulté rents a lieu à cet âge. A la suite d’une
relationnelle inélaborable. Cette situa- prise de drogue trop importante, le
tion d’impasse, facteur déterminant père brutalise son épouse devant
de la somatisation, tourne autour l’enfant. Le départ du père de la
d’un conflit sans issue. La perturba- maison familiale se fait trois mois
après la décision de séparation.
Pendant cette période, la mère
décrit un mouvement de régression
chez sa fille qui perd son autonomie
* Psychanalyste. Directeur Adjoint du et traduit un malaise dans la relation
Centre Internationale de Psychoso- au père. De fortes crises d’asthme
matique, Paris. Enseignante Université apparaissent, lorsque la relation ne
Paris VI. peut être évitée. Se réfugier dans

Vol. 2, nº 1, Jan/Jun 2000


Sylvie Cady 50

l’imaginaire est l’une des positions de le père noue une relation dans
fuite privilégiées de l’enfant, et les laquelle il continue de "jouer à la
seuls moments harmonieux de leur nounou". Ceci pousse la mère à se
relation sont ceux oú elle lui demande séparer définitivement de son mari.
de "jouer à la nounou", ce que n’ap- Celui-ci ne quitte cependant pas le
précie pas la mère. quartier, oú il squatte une chambre et
De retour en France, mère et fille oú il vient voir sa fille tous les jours, à
vivent une situation collée, oú la sortie de l’école.
chacune récupère la perte affective de Les retrouvailles après l’école, en-
la relation au père. Puis vient un jour tre la mère, le père et sa fille, se
oú la mère, sort de cette situation passent mal, et déclenchent chez
dépressive, en nouant une relation Johann, la tension corporelle annon-
privilégiée avec un homme. Les cri- ciatrice des crises d’asthme. Petit à
ses d’asthme, qui avaient disparu petit, cette tension corporelle envahit
dans la relation fusionnante mère- la journée entière. En raison de cet
-enfant, reprennent, et l’arrivée de cet état, une relaxation psychosomatique
homme au foyer se traduit par une est envisagée. Nous voyons donc là
hospitalisation de l’enfant. apparaitre l’ incidence de la pertur-
Cette nouvelle relation qui ne dure bation du rythme corporel dans la
pas, révèle à la mère les difficultés de demande même de prise en charge en
sa fille à se distancier d’elle. relaxation psychosomatique.
Pour faire évoluer cette situation, La technique de relaxation doit
elle décide de prendre en garde une tenir compte ici de la spécificité de
autre enfant, mais la présence de cette l’organisation de la personnalité. En
jeune fille déclenche à nouveau une effet, la jeune fille n’a de repères
crise d’asthme, suivie d’une hospita- personnels qu’en rapport avec une
lisation. Ce projet sera donc stoppé. image maternelle. Elle a une image de
S’ensuit un laps de temps assez long son corps et une organisation spatio-
sans crises, oú la mère et l’enfant -temporelle qui fonctionne dans ce
baignent à nouveau dans une relation même cadre de "relation-miroir". Face
duelle, sans troisième terme. au miroir, elle n’a de repère que si sa
Il y a deux ans, le père réapparaît mère, ou quelqu’un qui la représente,
en France et retrouve sa fille. Il per- est avec elle. L’heure n’a de sens que
suade sa femme de le laisser vivre au grace au repère d’autrui; dans ce
foyer, afin de s’occuper de Johann. contexte, sa propre montre n’offre
Durant cette période de relation aucun intérêt, elle préfère demander
triangulaire, l’asthme réapparaît. Des le temps à quelqu’un, comme elle le
crises importantes, peuvent être mises ferait avec sa mère. Et comme, sur le
en parallèle avec des scène d’agres- plan spatial, elle n’est à l’aise que dans
sivité paternelle, lorsque le père la référence du miroir, c’est cette
témoigne d’une présence par trop écriture qu’elle affectionne tout
limitative. En dehors de ces moments, particulièrement; elle y trouve une

Revista Portuguesa de Psicossomática


Revista
Portuguesa
de
51 Psicossomática L' Allergie

détente qui n’est plus réalisable dans Durant ces premières séances, la
la forme gauche-droite qui lui est thérapeute met Johann dans une re-
imposée. lation à un non-soi, ce qu’elle ne peut
La mise en place de la relation accepter visuellement; alors elle
pour la relaxation, ne peut donc se regarde en bas, ou parfois sur le côté.
faire qu’à partir d’une personne située La relation de face à face est refusée
en face d’elle. Nous sommes dans un parce qu’elle se sent, dit-elle, "gênée
fonctionnement projectif oú elle est par ce qui est devant".
l’autre. En général, elle ne recherche A la deuxième séance, elle décide
et n’est à l’aise que dans les relations d’essayer la situation allongée, qui ne
à deux qu’elle se choisit. Lorsque les peut être que pire pour la jeune fille
relations à trois avec deux personnes puisqu’elle est confrontée au vide, ce
qu’elle associe à la différence existent, qu’elle ne peut non plus supporter.
cela crée une tension, dit-elle puis Elle pense que, pour la relaxation, la
rapidement c’est la crise d’asthme. situation en miroir avec la thérapeute
Mais cette information lui a été à son côté, est la meilleure position;
donnée par sa mère. elle dit qu’elle sera plus à l’aise quand
Nous voyons donc là apparaître elle la connaîtra mieux.
l’incidence de la perturbation du Malgré celà, la relation a du mal à
rythme corporel sur la somatisation. s’inscrire, car il n’y a pas de troisième
La demande même de prise en charge séance; Johann a oublié son rendez-
en relaxation psychosomatique -vous. Elle révèle alors que la différen-
s’effectue autour de cette perturbation ce (présence-absence) de la relation lui
de la rythmicité corporelle. est difficile. Désormais , il faut que la
thérapeute lui marque la date de sa
prochaine venue sur un papier, car
I - LA PERSONNALITÉ ALLER- elle n’a pas de crayon. Ceci jette les
GIQUE prémisses d’une relation transféren-
tielle de type maternelle sans dis-
1 - Le rapport soi – non -soi tance. Elle finit malgré tout par rêver
d’une jeune fille blonde et se décide à
Les premières séances de relaxa- adopter le face à face dans la relaxa-
tion sont consacrées à la mise en place tion, mais… en fermant un oeil! Je
relationnelle. Les exercices proposés demeure dans une attitude neutre,
allient l’actif et le passif. Pour voyant en cela le peu de présence qui
l’activité, ce sont des exercices simples m’est demandé.
d’élongation et de détente. Ils La semaine suivante, elle me dit
reprennent des mouvements que la être rassurée car sa mère trouve mon
jeune fille fait intuitivement pour se appartement à son goût, et comme les
détendre. Pour la partie passive, nous couleurs de mon ameublement
convenons d’une recherche des par- semblent être les couleurs préférées
ties corporelles tendues et détendues. de sa mère, elle peut se mettre en face

Vol. 2, nº 1, Jan/Jun 2000


Sylvie Cady 52

à face "pour faire miroir aujourd’hui". éclairci les cheveux, se sentant plus à
Elle ajoute: "c’est comme ça que je me l’aise. En relaxation, l’évocation d’une
sens le mieux". Mais il faut reprendre situation liée au visage l’amène à se
les exercices au début car elle n’a rien représenter elle-même devant le
enregistré. miroir où elle se voit et oú elle se rend
A partir du moment où elle fait une compte qu’elle se décrit dans la
liaison entre la thérapeute et sa mère, ressemblance à la mère.
le corps peut prendre sa place. Tout A l’issue a cette séance, elle m’offre
ce qui a été construit dans l’espace de des "collages" pour expliquer à la
la différence (mère-thérapeute) ne thérapeute ce qui se vit. Sur ce papier,
s’est pas inscrit. Parallèlement le deux éléments identiques sont collés.
rythme corporel qui accompagne cette "Si je suis en présence d’une autre
difficulté est disharmonieux, aucune personne que je ne connais pas, dit-
possibilité d’action personnelle sur -elle, je suis double, je suis dédou-
son corps n’est visible. blée". C’est pourquoi, pour l’instant
il faut coller les deux morceaux et ils
2 - Le rapport à l’identité sont identiques.
Dans cet espace relationnel, le
Après la relaxation face à face, elle rythme est une reprise telle quelle, de
me dit que lorsqu’elle est seule face ce qui est géré par le thérapeute.
au miroir, elle a du mal à se coiffer car Malgré tout elle manifeste sa satis-
elle ne se voit pas très bien. Une faction autour de ce qui fait référence
longue discussion s’ensuit sur le à la rythmicité. Nous choisissons en-
miroir, puis elle expérimente cette sur- semble des exercices dans ce sens.
face réfléchissante avec la thérapeute Ce qui est visible ici c’est ce qui
pour lui montrer qu’en sa présence est retenu de la relation dans la
elle trouve son image plus nette. A logique de l’allergie. Ce qui est en
l’issue de cette découverte, nous cause, reste la problématique du soi,
introduisons des consignes sur le visa- non-soi, également lisible au plan de
ge en relaxation. De ce travail sur le la relation à l’autre. Relation où l’autre
visage, elle découvre que la femme est toujours conçu comme étant le
blonde de son ancien rêve pouvait double de soi ou plutôt soi-même en
bien ressembler à la thérapeute. Elle double, car, dans l’allergie, il y a cette
ajoute qu’elle aurait bien aimé être difficulté de concevoir la différence et
blonde, comme sa mère (cette dernière la nécessité de réduire tout à
n’est pas blonde). Je m’exclame: "tiens l’identique. Le visage qui existe ici est
nous avons la même couleur de celui de la mère mêlé à la relation à la
cheveux?". En définitive, pour elle, il thérapeute à laquelle Johann s’iden-
est indéniable que la thérapeute tifie. Elle a le visage de l’autre (la mère
ressemble à sa mère. blonde) tout comme dans son rapport
A la séance suivante, elle s’est à sa propre identité.

Revista Portuguesa de Psicossomática


Revista
Portuguesa
de
53 Psicossomática L' Allergie

II - LA DIFFERENCIATION: active et rythmique, autour de la


SOI – NON-SOI différence.
L’exercice ici fonctionne en tant
– La première étape qu’équivalent d’interprétation, ce qui
Pendant ces quelques séances, permet à la jeune fille de traduire, par
nous gardons la même consigne que le truchement du dessin, la structu-
précédemment pour ne pas confron- ration dedans-dehors, qui se fait avec
ter Johann à la différence. Le fait que tension, de cette même tension
ces exercices tournent autour du annonciatrice de la crise. Je lui indique
rythme corporel, va servir de support alors la possibilité de traduire des
tonique harmonieux. Le soubasse- difficultés de vie par des problèmes
ment corporel rythmé est destiné à corporels.
prendre un moindre risque face à la Au cours des séances qui vont
problématique somatique qui sous- suivre, "la tension interne" va dis-
tend ce processus de différenciation. paraître. Parallèlement à l’angoisse,
Pour cette meme raison ce fondement une autre tension "plus extérieure", se
rythmique de l’exercice demeurera fait jour, traduite par Johann par le
tout au long de ces trois étapes. terme de "dysharmonie". Elle la situe
Par contre, pour sortir du collage dans une même ordre de situation,
et mûrir la relation vers la différencia- qui renvoie à la différenciation.
tion j’oublie de marquer le prochain Or ceci correspond à l ‘ouverture
rendez-vous sur le fameux papier. de l’ impasse autour de la différence,
Ceci est rendu possible grâce à tout à l’évolution vers le conflit. Pour elle,
le travail de représentativité qui il est clair que rien ne peut être fait en
précède et qui a permis une légère "solitaire". Elle a besoin du repère de
distance relationnelle. Cette attitude l’autre pour se situer. Actuellement,
fonctionne en tant qu’équivalent lorsqu’elle se trouve seule face à elle-
d’interprétation. Elle permet à Johann -même, un étrange phénomène
de récupérer la mémoire des dates de qu’elle ne peut encore décrire, surgit
ses rendez-vous et du contenu des avec angoisse. Plus tard, elle découvre
séances. Elle nous permet d’éclaircir à la suite d’une consigne d’auto-mas-
la relation. sage sur tout le corps que lorsqu’elle
Et c’est ainsi que Johann relate la agit seule elle est "décorporalisée". La
relation sans limite, qui se jouait face traduction sur le plan de la représen-
aux gens, elle ne lui permettait pas de tation de cette sorte de dépersonna-
se prendre en main et de se souvenir. lisation, permet à l’angoisse et à la
Cet espace pose encore actuellement tension de diminuer.
problème. C’est pourquoi je lui pro- C’est comme si en évoluant vers
pose en relaxation une recherche sur l’autonomie elle percevait en même
les limites corporelles, ce qu’elle temps la perte de soi même en dou-
accepte. Je lui donne un choix ble; celle qui fait référence à la rela-
d’exercices qui ont une formulation tion maternelle. Ceci l’angoisse en

Vol. 2, nº 1, Jan/Jun 2000


Sylvie Cady 54

mon absence où elle est confrontée à travail représentatif de la jeune fille


la différence. C’est pourquoi paral- reliera à l’ancienne crise d’asthme,
lèlement elle me demande d’inscrire alors qu’actuellement c’est de l’an-
dans un cahier les exercices élaborés goisse qui apparaît. Tout comme celle
en séances. En refaisant cettes mêmes qui existe autour d’une activité
expériences en mon absence, elle onirique en relaxation, dans une
élabore l’absence, tout en gardant ma situation oú elle se différencie de moi
présence avec le cahier. Cette perte en décidant seule de la consigne. Dans
renvoie à la différence soi – non-soi cet espace onirique, deux objets
et à un rapport d’identité perdue, deviennent angoissants du seul fait
dédoublée, décorporalisée. qu’ils se séparent. Dans la nuit qui suit
A ce moment de tension, l’aide du cette séance elle fait un rêve autour
rythme corporel lui semble une de la différenciation. Elle est seule face
donnée essentielle. Elle empêche les à son père qui apparaît sous les traits
effets du conflit d’atteindre des degrés d’une tête bicéphale moitié homme,
inmaîtrisables. moitié femme. Elle éprouve face à ce
père la même angoisse. "Cela change
– La deuxième étape quelque chose pour moi" dit-elle. Elle
Avec l’intrusion accidentelle du se rappelle alors qu’il s’agit de la
père par la mère dans la thérapie, on réitération d’un rêve ancien oublié et
aborde la deuxième étape de la qui à l’époque avait provoqué une
différenciation . Jusqu’à maintenant, importante crise d’asthme au réveil.
Johann n’a jamais fait la moindre al- Plus tard, elle traduira cette
lusion à son père. Un incident, va faire inquiétude de séparation après des
surgir sa présence. exercices choisis par elle autour de la
En effet, la mère demande à me différenciation corporelle. En rêve,
voir: elle réclame un certificat en vue elle voit un être bicéphale, dont les
d’expulser son mari de France car deux têtes se séparent lorsqu’un
celui-ci dit-elle, "devient préjudicia- homme, son père se dirige vers elle.
ble à la santé mentale de sa fille". Je Autour de ces événements et pour
refuse de la voir à la place de Johann, leur maîtriser elle utilise des exercices
mais nous organisons un rendez-vous respiratoires rythmés effectués
à un horaire différent pour parler de auparavent en séance.
cette affaire toutes les trois. Je ne ferai On se rappelle là que le travail de
pas de certificat, mais dirige mon l’allergie consiste justement dans cette
propos sur l’intérêt de trouver une tentative de relaxation de réduire tous
solution qui permettra à la mère les visages au seul visage qui existe.
comme au père d’être présent auprès L’ apparition du visage de la dif-
de l’enfant. férence met ainsi en cause le système
Le malaise de Johann face à cette duel, créant une situation maintenant
séance se traduira par cette nouvelle conflictuelle grâce à la possibilité
forme de tension corporelle que le d’élaborer un système représentatif

Revista Portuguesa de Psicossomática


Revista
Portuguesa
de
55 Psicossomática L' Allergie

qui rende compte de la présence de ment, le rythme corporel se trouve


la différence, c’est ce qui se réalise ici bénéficiaire de l'harmonie.
maintenant. C'est à cette période que les crises
d'asthme disparaissent.
– La troisième étape. Ce qui est en jeu dans le fonction-
C’est le passage à la situation nement de la personnalité allergique,
allongée en relaxation qui va per- c'est donc la différenciation corporelle
mettre d’aborder définitivement la moi – non-moi. Le problème organi-
différence. que n'y est pas réductible ici au choix
Dans un premier temps nous d'organe, mais à la possibilité d'avoir
reprenons les exercices antérieurs. un corps face à l'autre.
Puis très vite, des exercices sont
choisis personnellement avec une
préférence pour la prise de conscience III - L'EVOLUTION PSYCHO-
du visage. Ils vont mener Johann avec NÉVRÓTIQUE DANS
le support du rythme corporel à se L'ALLERGIE
découvrir dans le miroir. Le rythme
y devient là un repère rassurant. Sur La structuration oedipienne fait
cette surface réfléchissante, notre réapparaître les crises d'asthme dans
patiente y découvre en premier lieu un premier temps. En fait l'imaginaire
une image bizarre parce que nouvelle. est libéré d’autant plus qu'on est dans
Le rouge à lèvres de couleur mauve l’adolescence et vient se focaliser sur
qu'elle met à présent lui confirme la le père, qui devient une difficulté
réalité de son image. Elle est rassurée. indépassable. D’elle-même elle utilise
Ceci lui permet de remodeler son alors les exercices autour du rythme
identité. corporel mais quelque "chose de
Plus tard, voyant la thérapeute profond, dit-elle, ne lui permet pas de
dans une tenue différente de celle maîtriser totalement sa difficulté".
dans laquelle elle a coutume de la Cette profondeur renvoie à l’impasse
voir, elle se rend compte qu'elle avait et à la tension. Il faut alors l’apport
l'habitude de s'habiller sur un mode de la compréhension de cette situa-
qu'elle définit elle-même comme étant tion oedipienne qui permet l’ouver-
"miroir-identique". Elle se flatte, ce ture de l’impasse et l’abord d’une
jour là, d'être dans le registre de la nouvelle angoisse autour de l’oedipe.
différence: elle est féminine, la thé- Face au conflit représenté et à
rapeute est masculine. l’angoisse, les exercices demandés par
J'interprète les images masculi- Johann en relaxation autour du
nité-féminité en fonction des images rythme corporel, aident à la maîtrise
père-mère différenciées, qu'elle de la situation. Dans cet espace
aborde maintenant sans angoisse, car psychonévrotique, on s’approche de
elle a acquis sa propre identité qu'elle ce que Sami-Ali appelle "l’anonyme
peut décrire puis dessiner. Parallèle- du corps". Les problèmes qui se

Vol. 2, nº 1, Jan/Jun 2000


Sylvie Cady 56

posent ne renvoient ni à la zone manière que Johann se sert de la


érogène ni à un organe matérialisant rythmicité corporelle, lorsqu’elle est
un fantasme inconscient. On est aux confrontée à une situation difficile,
confins d’une somatisation qui pour autour de la différenciation qu’elle
avoir un sens, ne met pas moins en élabore par le truchement du dessin.
branle un processus immunitaire. En fait, elle s’appuie sur l’exercice
autour du rythme corporel lorsqu’elle
est mise dans la tension annonciatrice
IV - LE RYTHME CORPOREL de la crise, car d’elle-même elle prend
conscience que cela lui permet de
A travers l’observation de Johann, l’éviter.
on peut repérer le rythme en tant que Avec l’accès à l’angoisse, une au-
support du processus de somatisa- tre tension plus extérieure qui ne
tion. Dans un premier temps on est dysharmonise pas aussi profondé-
dans l’impasse, le rythme corporel est ment le rythme corporel va appa-
coupé en profondeur, aucune raître, elle est liée à cette situation
possibilité d’action personnelle pour difficile qui s’ouvre vers le conflit
Johann, sur son corps n’est lisible. La autour de la différenciation. Malgré
rythmicité se trouve prise dans le tout, l’aide du rythme corporel reste
fonctionnement de la personnalité une donnée essentielle: elle permet au
dans son ensemble. La difficulté conflit de rester dans des degrés
d’organisation dans la relation toujours maîtrisables. Et c’est enfin
transférentielle recouvre cet état. par un même soubassement rythmi-
Parallèlement l’asthme n’a pas que rassurant que la maîtrise
régressé. définitive se fera jour. Dans toute cette
Une fois le transfert établi, la re- étape autour de la différenciation la
production telle quelle du rythme de rythmicité corporelle devient une
la thérapeute s’inscrit dans l’orga- alliée pour faire évoluer le conflit.
nisation de la personnalité allergique. A travers cette observation clini-
L’aspect rythmique semble pourtant que on peut mettre en évidence deux
une donnée d’organisation essen- aspects du rythme corporel suivant
tielle, puisque c’est sur ce type d’exer- qu’il est confronté à l’impasse ou au
cice que la jeune fille accroche conflit. L’image détermine une
d’emblée. rupture rythmique essentielle prise
En abordant ensuite le processus dans l’organisation de la personnalité
de différenciation l’exercice rythmé en son ensemble qui n’a pas accès à
va servir de support à la dynamique une action sur son corps. Ce qui
de différenciation et créer un soubas- permet l’évolution rythmique dans ce
sement de récupération harmonieux cadre, c’est la prise en compte du
face à la dysharmonie rythmique que rythme de l’autre, lorsque la relation
supporte le processus de somatisa- transférentielle peut s’établir. Ceci
tion. C’est effectivement de cette crée un fond tonique confortable

Revista Portuguesa de Psicossomática


Revista
Portuguesa
de
57 Psicossomática L' Allergie

auquel viennent se heurter les ment, d’harmoniser ses rythmes, de


dystonies crées dans les situations trouver son entité de fonction-
liées à la somatisation. La dystonie se nement.
trouve de ce fait amoindrie. Confronté à la différenciation, ce
Avec le conflit, le rythme tension- rôle s’éclate. Le corps n’induit plus le
-détente est également perturbé, mais rythme maternel. Lors de la crise, le
il parait moins essentiel et plus corps qui ne peut plus se constituer
facilement maîtrisable avec la relaxa- par projection, est sans solution de
tion. A cela deux raisons: le fait que continuité rythmique, jusqu’à ce que
l’action du sujet sur son corps est le retour de l’imaginaire lui permette
devenu possible et le sens de la ten- de s’en sortir. Celui-ci est organisé
sion qui si elle est importante, n’en autour de la mère.
demeure pour autant que plus Avec la différenciation le corps
superficielle. On retrouve cette prend la forme d’une impasse qui
dynamique rythmique différente en- enferme toute issue élaborative. La
tre impasse et conflit dans l’évolution forme d’une impasse qui prédispose
psychonévrotique dans l’allergie. à la somatisation. Ceci entame le
Dans l’allergie, en effet, le corps corps en sa réalité, en sa rythmicité
fonctionne en tant que schéma de biologique, ce qui ne donne pas à la
représentation en communication somatisation un sens symbolique, ceci
avec l’imaginaire maternel. L’organi- peut exister dans l’après coup.
sation corporelle se trouve médiatisée Ainsi les troubles toniques dans
par une image maternelle et un l’allergie font référence à la mise en
surmoi représentant à la fois ce qu’il place du tonus. Ils renvoient à cette
y a de plus objectif et de moins distance qui ne s’établit pas entre
objectif, à savoir d’une part les deux corps, deux regards. Le tonus
normes de fonctionnement socio- n’a pas acquis sa sensibilité spécifi-
culturel et d’autre part le rythme que. C’est une enveloppe générale
même du corps maternel. rivée à la dimension relationnelle
D’une manière générale la relation prise dans le fonctionnement projectif
précoce à une figure maternelle, outre maternel qui lui prête sa valeur
qu’elle permet au corps d’avoir des biologique. La détente ne peut avoir
repères spatio-temporels, installe lieu que dans cet espace relationnel.
précisément un rythme biologique La tension en dehors des facteurs
fondamental caractéristique de tout d’environnement recouvre tout écart
un chacun. Car le corps n’est pas de cette relation. L’impasse tourne
réductible à sa simple représentation, autour d’une perte. La projection
il est d’abord fonction de rythmes mouvement constitué dans un rap-
multiples biologiques. La figure port narcissique à l’autre ne peut plus
maternelle dans le fonctionnement être. D’oú l’incidence sur le fonc-
allergique joue un rôle de synchroni- tionnement biologique du rythme.
seur permettant à l’organisme notam- Si on pose le problème en ces

Vol. 2, nº 1, Jan/Jun 2000


Sylvie Cady 58

termes, on voit tout de suite qu’il faut bation du système immunitaire. Plus
approfondir le fonctionnement du généralement, il est reconnu l’exis-
sujet. tence d’un dialogue continu entre
Car c’est dans la mesure oú la pro- système nerveux et système immu-
jection rencontre une impossibilité de nitaire.
se situer dans la relation que l’activité D’autre part, Virel précise l’exis-
motrice va être dysrythmée par la ten- tence d’une véritable fonction biologi-
sion. Ceci coincide avec un dysfonc- que de l’imaginaire dont l’expression
tionnement qui montre qu’il y a n’est pas exclusivement le fait du rêve
quelque chose qui a lieu au niveau du hypnique. Pour lui une composante
refoulement. En quelque sorte, la du rêve existe à tous les niveaux
fonction motrice se trouve inhibée par fonctionnels du système nerveux.
une impossibilité momentanée, in- Voilà pourquoi l’impasse suivie du
terne, de créer un corps imaginaire refoulement de la fonction de
par projection. l’imaginaire s’expose au plan de la
Dans l’allergie, la localisation n’a somatisation. Le rythme corporel
rien de spécifique. Ce qui est en cause, dans ce cadre de représentation est
ce n’est pas la signification symboli- rompu. Cette rupture recouvre le plan
que de l’organe cible, mais une biologique. Et c’est ainsi que l’on peut
défaillance caractéristique du système aussi comprendre, que redonner au
immunologique qui se manifeste par sujet une enveloppe générale tonique
une perturbation profonde du rythme rythmique construite dans la relation
corporel dans une situation oú la transférentielle évite la rupture en
dynamique introjection-projection se maintenant un minimum d’équilibre.
trouve rompue. Le stress se trouve de ce fait amoindri.
La relaxation y a une action de L’effet somatique également.
synchroniseur, permettant à l’orga-
nisme d’harmoniser ses rythmes, de
trouver son unité de fonctionnement, CONCLUSION
de se "mettre à l’heure" ajustant ainsi
le degré de tension musculaire à celui En définitive, les relations d’objet
de la vigilance corticale. La relaxation, s’organisent presque dès la naissance
en permettant une baisse des informa- et tous les aspects de la construction
tions proprioceptives peut ainsi agir corporelle et de la vie mentale sont
de la périphérie vers les autres cen- liés à ces relations. La façon dont
tres et favoriser la maîtrise d’une situ- l’enfant vit le monde extérieur qui
ation conflictuelle. inclue très tôt l’expérience du tiers est
Par ailleurs, toute perturbation au constamment influencée et influence
niveau du système nerveux tel le à son tour le monde interne qu’il
stress ou situation d’impasse touche construit. C’est autour de cette
au taux de sécrétion des hormones dynamique problématique que se
hypophysaires et entraîne une pertur- situe le fonctionnement de la

Revista Portuguesa de Psicossomática


Revista
Portuguesa
de
59 Psicossomática L' Allergie

personnalité allergique. Les situations niveau infra symbolique d’échange,


extérieures et internes sont interdé- celui-là même qui pose le problème
pendantes puisque introjection et pro- de la somatisation dans l’allergie.
jection opèrent côte à côte dès le
début, avec le fait que dans l’allergie,
autour de la crise, ce rythme porté par Abstract
le corps se trouve rompu. This paper is the result of a ten year
Et ceci nous renvoie à la technique investigation on allergy. Allergy is de-
qui facilite la structure narcissique fined in relation to the immunological
nécessaire au mouvement de la pro- functioning determined by the medical
jection. La relaxation sera alors un condition. The allergy crisis appears
synchroniseur permettant à l’orga- around a situation of impasse which ac-
nisme d’harmoniser ses rythmes de counts for the immunological response.
trouver son unité de fonctionnement
en ce qui concerne deux paramêtres
fondamentaux qui se répercutent sur BIBLIOGRAPHIE
toute l’organisation psychosomati-
que: la rythmicité corporelle, la pro- • Cady S. Le corps, le mouvement et la paro-
jection, tout ceci pris dans la relation. le . Contribution à la psychosomatique de
La relation est le plus important l'enfant. Centurion, Paris, 1992.
facteur qui intervient dans la relaxa- • Cady S, Roseau C. Les métamorphoses du
corps. L'Harmattan, Paris, 1996.
tion. Elle crée des variations cycliques
• Cady S. Psychothérapie de la relation, une
qui ont ceci de particulier qu’elles approache psychosomatique. Dunod, Paris,
engagent à la fois le corps réel et le 1998.
corps imaginaire. Ceci détermine un • Sami-Ali M. Penser le somatique. Imagi-
naire et pathologie. Dunod, Paris 1987.

Vol. 2, nº 1, Jan/Jun 2000