Vous êtes sur la page 1sur 41

© ISO 2014 – Tous droits réservés

ISO/TC 242/SC
Date: 2014-04-20

ISO/DIS 50006
ISO/TC 242/SC /GT 02

Secrétariat: ANSI

Systèmes de management de l'énergie — Mesurage de la performance


énergétique à l'aide des performances énergétiques de référence (PER)
et d'indicateurs de performance énergétique (IPÉ) — Principes généraux
et lignes directrices
Energy management systems — Measuring energy performance using energy baselines (EnB) and energy
performance indicators (EnPI) — General principles and guidance

Avertissement

Ce document n'est pas une Norme internationale de l'ISO. Il est distribué pour examen et observations. Il est
susceptible de modification sans préavis et ne peut être cité comme Norme internationale.

Les destinataires du présent projet sont invités à présenter, avec leurs observations, notification des droits de
propriété dont ils auraient éventuellement connaissance et à fournir une documentation explicative.

ICS : 27.010

Type du document: Norme internationale


Sous-type du document:
Stade du document: (40) Enquête
Langue du document: F

STD Version 2.5a


ISO/DIS 50006

Notice de droit d'auteur


Ce document de l'ISO est un projet de Norme internationale qui est protégé par les droits d'auteur de l'ISO.
Sauf autorisé par les lois en matière de droits d'auteur du pays utilisateur, aucune partie de ce projet ISO
ne peut être reproduite, enregistrée dans un système d'extraction ou transmise sous quelque forme que ce
soit et par aucun procédé, électronique ou mécanique, y compris la photocopie, les enregistrements ou
autres, sans autorisation écrite préalable.

Les demandes d'autorisation de reproduction doivent être envoyées à l'ISO à l'adresse ci-après ou au
comité membre de l'ISO dans le pays du demandeur.
ISO copyright office
Case postale 56  CH-1211 Geneva 20
Tel. + 41 22 749 01 11
Fax + 41 22 749 09 47
E-mail copyright@iso.org
Web www.iso.org

Toute reproduction est soumise au paiement de droits ou à un contrat de licence.

Les contrevenants pourront être poursuivis.

ii © ISO 2014 – Tous droits réservés


ISO/DIS 50006

Sommaire Page

Avant-propos ...................................................................................................................................................... v
Introduction ........................................................................................................................................................ vi
1 Domaine d'application .......................................................................................................................... 1
2 Références normatives ......................................................................................................................... 1
3 Termes et définitions ............................................................................................................................ 1
4 Mesurage de la performance énergétique .......................................................................................... 4
4.1 Aperçu général ...................................................................................................................................... 4
4.1.1 Généralités ............................................................................................................................................. 4
4.1.2 Consommation énergétique ................................................................................................................. 5
4.1.3 Usage énergétique ................................................................................................................................ 6
4.1.4 Efficacité énergétique ........................................................................................................................... 6
4.1.5 Indicateurs de performance énergétique (IPÉ)................................................................................... 6
4.1.6 Performance énergétique de référence (PER) .................................................................................... 6
4.1.7 Quantification des changements dans la performance énergétique ............................................... 7
4.2 Obtenir des informations pertinentes sur la performance énergétique lors de la revue
énergétique ............................................................................................................................................ 8
4.2.1 Généralités ............................................................................................................................................. 8
4.2.2 Définir le périmètre des indicateurs de performance énergétique .................................................. 8
4.2.3 Définir et quantifier les sources d'énergie ........................................................................................ 10
4.2.4 Définir et quantifier les facteurs pertinents ...................................................................................... 10
4.2.5 Définir et quantifier les facteurs statiques ........................................................................................ 12
4.3 Identifier les indicateurs de performance énergétique ................................................................... 12
4.3.1 Généralités ........................................................................................................................................... 12
4.3.2 Identifier les utilisateurs des indicateurs de performance énergétique ........................................ 13
4.3.3 Déterminer les caractéristiques spécifiques de performance énergétique à quantifier .............. 14
4.4 Déterminer les performances énergétiques de référence et la collecte des données ................. 16
4.4.1 Généralités ........................................................................................................................................... 16
4.4.2 Déterminer une période appropriée de collecte des données........................................................ 16
4.4.3 Réunir les données et évaluer les IPÉ et les PER ............................................................................ 17
4.4.3.1 Généralités ........................................................................................................................................... 17
4.4.3.2 Collecte des données .......................................................................................................................... 17
4.4.3.3 Mesurage .............................................................................................................................................. 17
4.4.3.4 Fréquence de collecte des données .................................................................................................. 18
4.4.3.5 Qualité des données ........................................................................................................................... 18
4.4.3.6 Calculer et tester les performances énergétiques de référence .................................................... 19
4.5 Utiliser les indicateurs de performance énergétique et les performances énergétiques de
référence............................................................................................................................................... 19
4.5.1 Généralités ........................................................................................................................................... 19
4.5.2 Calculer les changements dans la performance énergétique ........................................................ 19
4.5.3 Déterminer s'il convient de normaliser les performances énergétiques de référence ................ 19
4.5.4 Communiquer les changements dans la performance énergétique .............................................. 21
4.6 Actualiser et ajuster les indicateurs de performance énergétique et les performances
énergétiques de référence .................................................................................................................. 21
Annexe A (informative) Informations générées par la revue énergétique en vue d'identifier les IPÉ
et d'établir les PER .............................................................................................................................. 23
Annexe B (informative) Périmètres des IPÉ dans le procédé de production ............................................. 24
Annexe C (informative) Lignes directrices supplémentaires relatives aux indicateurs de
performance énergétique et aux performances énergétiques de référence ................................. 25
C.1 Exemples de facteurs statiques et de facteurs pertinents .............................................................. 25
C.2 Types d'indicateurs de performance énergétique ........................................................................... 25
C.2.1 Valeur énergétique mesurée .............................................................................................................. 25

© ISO 2014 – Tous droits réservés iii


ISO/DIS 50006

C.2.2 Ratio ..................................................................................................................................................... 25


C.2.3 IPÉ basé sur un modèle ..................................................................................................................... 26
C.3 Comment définir une performance énergétique de référence ....................................................... 27
C.4 Utilisation d'un IPÉ basé sur un modèle pour définir une performance énergétique de
référence .............................................................................................................................................. 27
C.5 Étude de cas ........................................................................................................................................ 27
Annexe D (informative) Normalisation des performances énergétiques de référence en utilisant
des facteurs pertinents ...................................................................................................................... 30
Annexe E (informative) Surveillance et compte-rendu de la performance énergétique ........................... 32
E.1 Généralités .......................................................................................................................................... 32
E.2 Types de méthodes et de rapports de suivi ..................................................................................... 33
E.3 Comparaison des IPE cible et actuel ................................................................................................ 33
E.4 Tableau de bord .................................................................................................................................. 34
E.5 Graphique X-Y ..................................................................................................................................... 35
E.6 Unités de compte-rendu ..................................................................................................................... 35

iv © ISO 2014 – Tous droits réservés


ISO/DIS 50006

Avant-propos
L'ISO (Organisation internationale de normalisation) est une fédération mondiale d'organismes nationaux de
normalisation (comités membres de l'ISO). L'élaboration des Normes internationales est en général confiée
aux comités techniques de l'ISO. Chaque comité membre intéressé par une étude a le droit de faire partie du
comité technique créé à cet effet. Les organisations internationales, gouvernementales et non
gouvernementales, en liaison avec l'ISO participent également aux travaux. L'ISO collabore étroitement avec
la Commission électrotechnique internationale (CEI) en ce qui concerne la normalisation électrotechnique.

Les Normes internationales sont rédigées conformément aux règles données dans les Directives ISO/CEI,
Partie 2.

La tâche principale des comités techniques est d'élaborer les Normes internationales. Les projets de Normes
internationales adoptés par les comités techniques sont soumis aux comités membres pour vote. Leur
publication comme Normes internationales requiert l'approbation de 75 % au moins des comités membres
votants.

L'attention est appelée sur le fait que certains des éléments du présent document peuvent faire l'objet de
droits de propriété intellectuelle ou de droits analogues. L'ISO ne saurait être tenue pour responsable de ne
pas avoir identifié de tels droits de propriété et averti de leur existence.

L'ISO 50006 a été élaborée par le comité technique ISO/TC 242, Management de l'énergie.

© ISO 2014 – Tous droits réservés v


ISO/DIS 50006

Introduction
L'objet de l'ISO 50001, Systèmes de management de l'énergie (SMÉ), est de permettre aux organismes
d'établir le système et les processus nécessaires à l'amélioration de la performance énergétique. Elle exige
des organismes qu'ils quantifient la performance énergétique et surveillent, mesurent et analysent les
caractéristiques essentielles de leurs opérations. Elle définit les caractéristiques opérationnelles comme les
caractéristiques essentielles qui impactent la performance énergétique de l'organisme. Les caractéristiques
essentielles comprennent, par exemple, les usages énergétiques significatifs (UÉS), les facteurs pertinents
associés à ces UÉS, la performance énergétique de référence (PER), les indicateurs de performance
énergétique (IPÉ), l'efficacité des plans d'actions, etc.
La présente Norme internationale fournit aux organismes un guide pratique leur permettant de satisfaire aux
exigences de l'ISO 50001 relatives à la détermination, à l'utilisation et à l'actualisation des IPÉ et des PER
lors du mesurage de la performance énergétique et des changements dans la performance énergétique.
Toutefois, les concepts et les méthodes de la présente norme peuvent également être utilisés par des
organismes n'ayant pas de SMÉ existant. Par exemple, les IPÉ et les PER peuvent également être utilisés au
niveau d'un site, d'un procédé ou d'un équipement, ou pour l'évaluation d’actions individuelles visant à
améliorer la performance énergétique.
Pour gérer efficacement la performance énergétique de leurs installations, systèmes, procédés et
équipements, il convient que les organismes sachent comment l'énergie est utilisée et connaissent la quantité
d'énergie consommée dans le temps. Les IPÉ et les PER sont deux éléments clés de l'ISO 50001 qui
permettent le mesurage, et donc le management, de la performance énergétique au sein d'un organisme.
Un IPÉ est une valeur ou une mesure qui quantifie les résultats liés à l'efficacité énergétique, à l'usage
énergétique et à la consommation énergétique dans les installations, les systèmes, les procédés et les
équipements. Les organismes utilisent les IPÉ comme une mesure de leur performance énergétique.
Une PER quantifie la performance énergétique durant une période spécifiée qui doit être utilisée comme
référence pour la comparaison des performances énergétiques. La PER permet de comparer la performance
énergétique entre des périodes choisies, permettant ainsi à l'organisme d'évaluer les modifications de la
performance énergétique entre les périodes. La PER est une référence qui caractérise et quantifie la
performance énergétique d'un organisme avant la mise en œuvre d'actions d’amélioration de la performance
énergétique. La PER est également utilisée pour calculer les économies d'énergie, à titre de référence, avant
et après la mise en œuvre d'actions d’amélioration de la performance énergétique.
Les organismes définissent des cibles de performance énergétique dans le cadre du processus de
planification énergétique de leur SMÉ.Il convient que l'organisme tienne compte des cibles spécifiques de
performance énergétique lorsqu'il identifie et définit les IPÉ et les PER. La relation entre les IPÉ, les PER et
les cibles énergétiques est illustrée à la Figure 1.
La présente Norme internationale contient des cadres d'aide pratique conçus pour fournir à l'utilisateur des
idées, des exemples et des stratégies de mesurage de la performance énergétique à l'aide d'IPÉ et de PER.

Figure 1 — Relation entre IPÉ, PER et cibles énergétiques

vi © ISO 2014 – Tous droits réservés


PROJET DE NORME INTERNATIONALE ISO/DIS 50006

Systèmes de management de l'énergie — Mesurage de la


performance énergétique à l'aide des performances
énergétiques de référence (PER) et d'indicateurs de
performance énergétique (IPÉ) — Principes généraux et lignes
directrices

1 Domaine d'application

La présente Norme internationale fournit aux organismes des lignes directrices leur permettant de satisfaire
aux exigences de l'ISO 50001 relatives à la détermination, à l'utilisation et à l'actualisation des indicateurs de
performance énergétique (IPÉ) et des performances énergétiques de référence (PER) dans le cadre du
processus de mesurage de la performance énergétique.

Les lignes directrices de la présente Norme internationale s'appliquent à tout organisme, quel que soit sa
taille, son type, son emplacement ou son niveau de maturité.

La présente Norme internationale fournit des lignes directrices sur la manière :

 d'identifier les informations pertinentes relatives à la performance énergétique;

 de déterminer, d'utiliser et d'actualiser les IPÉ et les PER.

2 Références normatives
Les documents ci-après, dans leur intégralité ou non, sont des références normatives indispensables à
l’application du présent document. Pour les références datées, seule l'édition citée s'applique. Pour les
références non datées, la dernière édition du document de référence s'applique (y compris les éventuels
amendements).

ISO 50001, Systèmes de management de l'énergie — Exigences et recommandations de mise en œuvre.

3 Termes et définitions
Pour les besoins de la présente Norme internationale, les termes et définitions suivants s'appliquent.

3.1
période de référence
période spécifique utilisée comme référence à des fins de comparaison avec la période étudiée

NOTE Utilisée pour la comparaison de performances énergétiques.

3.2
énergie
électricité, combustibles, vapeur, chaleur, air comprimé et autres vecteurs
NOTE 1 Pour les besoins de la présente Norme internationale, « énergie » désigne les diverses formes d'énergie, y
compris renouvelables, qui peuvent être achetées, stockées, traitées ou utilisées dans des équipements ou procédés, ou
récupérées.

NOTE 2 L'énergie peut être définie comme étant la capacité d'un système à produire une activité externe ou à
effectuer un travail.

[SOURCE : ISO 50001:2011, 3.5]

© ISO 2014 – Tous droits réservés 1


ISO/DIS 50006

3.3
performance énergétique de référence (PER)
référence(s) quantifiée(s) servant de base pour la comparaison des performances énergétiques

NOTE 1 Une PER reflète une période donnée.

NOTE 2 Une PER peut être normalisée à l'aide de facteurs affectant l'usage et/ou la consommation énergétique, tels
que le niveau de production, les degrés-jour (température extérieure), etc.

NOTE 3 La PER est également utilisée pour calculer les économies d'énergie, à titre de référence, avant et après la
mise en œuvre d'actions visant à améliorer la performance énergétique.

[SOURCE : ISO 50001:2011, 3.6]

3.4
consommation énergétique
quantité d'énergie utilisée

[SOURCE : ISO 50001:2011, 3.7]

3.5
efficacité énergétique
ratio, ou autre relation quantitative, entre une performance, un service, un bien ou une énergie produits et un
apport en énergie

EXEMPLE L'efficacité de conversion, le rapport « énergie nécessaire/énergie utilisée », le rapport « sortie/entrée »,


le rapport « énergie théoriquement utilisée pour fonctionner/énergie effectivement utilisée pour fonctionner ».

NOTE L'entrée comme la sortie, censées être mesurables, seront clairement précisées en termes de quantité et de
qualité.

[SOURCE : ISO 50001:2011, 3.8]

3.6
performance énergétique
résultats mesurables liés à l'efficacité énergétique, à l’usage énergétique et à la consommation énergétique

NOTE 1 Dans le contexte des systèmes de management de l'énergie, les résultats peuvent être évalués au regard de
la politique, des objectifs et des cibles énergétiques de l'organisme ainsi que d'autres exigences de performance
énergétique.

NOTE 2 La performance énergétique est un composant de la performance d'un système de management de l'énergie.

[SOURCE : ISO 50001:2011, 3.12]

3.7
indicateur de performance énergétique
IPÉ
valeur quantitative ou mesure de la performance énergétique, définie par l'organisme

NOTE Les IPÉ pourraient être exprimés sous la forme d'une mesure simple, d'un ratio ou d'un modèle plus
complexe.

[SOURCE : ISO 50001:2011, 3.13]

3.8
périmètre d'un indicateur de performance énergétique
périmètre d'un IPÉ
périmètre des installation(s), système(s), procédé(s) et équipements englobant tous les éléments dont la
performance énergétique est analysée

2 © ISO 2014 – Tous droits réservés


ISO/DIS 50006

3.9
cible énergétique
exigence de performance énergétique précise et quantifiable, applicable à tout ou partie de l'organisme, issue
d'un objectif énergétique et qui doit être fixée et satisfaite pour que cet objectif soit atteint

[SOURCE : ISO 50001:2011, 3.17]

3.10
usage énergétique
mode ou type d'utilisation de l'énergie
EXEMPLE Ventilation, éclairage, chauffage, refroidissement, transport, traitements, lignes de production.

[SOURCE : ISO 50001:2011, 3.18]

3.11
installation
installation unique, groupe d'installations ou processus de production, fixes ou mobiles, pouvant être définis à
l'intérieur d'un périmètre géographique, d'une unité organisationnelle ou d'un processus de production unique
[SOURCE : ISO 14064-3:2006, 2.2.2]

3.12
normalisation
processus de modification de données énergétiques afin de prendre en compte les changements dans les
facteurs pertinents et facteurs statiques dans le but de comparer des performances énergétiques dans des
conditions équivalentes

3.13
facteur pertinent
élément quantifiable impactant la performance énergétique
EXEMPLE Paramètres de production (volume de production, taux de production), conditions météorologiques
(température extérieure, degrés-jour), heures de fonctionnement, paramètres d'exploitation (température de
fonctionnement, intensité lumineuse).

3.14
période étudiée
période spécifique choisie pour le calcul et le compte-rendu de la performance énergétique
EXEMPLE Période pendant laquelle un organisme souhaite évaluer les modifications des IPÉ par rapport à la
période de référence.

3.15
usage énergétique significatif
UÉS
usage énergétique représentant une part importante de la consommation d'énergie et/ou offrant un potentiel
considérable d'amélioration de performance énergétique
NOTE Les critères définissant le caractère significatif sont déterminés par l'organisme.

[SOURCE : ISO 50001:2011,3.27]

3.16
facteurs statiques
conditions ou facteurs ayant une incidence sur la performance énergétique et n’étant pas soumis à des
variations courantes
EXEMPLE Taille d’une installation, conception des équipements mis en œuvre, nombre d’équipes hebdomadaires
de production, nombre ou type d'occupants (employés de bureau, par exemple), gamme de produits.

[SOURCE : ISO/DIS 50015, 3.20, modifiée - suppression de « dans le périmètre M&V »]

© ISO 2014 – Tous droits réservés 3


ISO/DIS 50006

4 Mesurage de la performance énergétique

4.1 Aperçu général

4.1.1 Généralités

La performance énergétique est quantifiée par des résultats mesurables liés à la consommation énergétique,
à l'usage énergétique et à l'efficacité énergétique. Pour mesurer et quantifier efficacement sa performance
énergétique, un organisme définit des IPÉ et des PER. Les IPÉ sont utilisés pour quantifier la performance
énergétique de l'organisme dans son ensemble ou de ses diverses parties. Les PER sont des références
quantifiées utilisées pour comparer les valeurs des IPÉ dans le temps et pour quantifier les modifications de la
performance énergétique.

Les résultats de performance énergétique peuvent être exprimés en unités de consommation (par exemple,
GJ, kWh), de consommation énergétique spécifique (CÉS) (kWh/unité), de puissance maximale absorbée
(par exemple kW), etc. La relation générale entre IPÉ, PER et cibles énergétiques est illustrée à la Figure 2.

Figure 2 — Relation entre IPÉ, PER et cibles énergétiques

La performance énergétique peut être impactée par un certain nombre de facteurs ou variables tels que le
niveau d'occupation, le taux de production ou les conditions météorologiques. Ces facteurs peuvent être liés à
des objectifs commerciaux tels que la qualité du produit ou la fiabilité du système.

Un aperçu du processus complet de détermination, d'utilisation et d'actualisation des IPÉ et des PER est
illustré à la Figure 3 et décrit de manière détaillée dans les paragraphes 4.2 à 4.6.

4 © ISO 2014 – Tous droits réservés


ISO/DIS 50006

Figure 3 — Aperçu général du mesurage de la performance énergétique

4.1.2 Consommation énergétique

La quantification de la consommation énergétique est l'un des principaux éléments permettant de mesurer la
performance énergétique et les améliorations de la performance énergétique.

La consommation énergétique peut être indiquée en unités de débit volumique et massique ou de masse
(combustible) ou convertie en unités qui sont des multiples de joules ou de watts-heure, tels que gigajoules
(GJ) ou kilowatts-heure (kWh) d'électricité. La consommation énergétique est généralement mesurée à l'aide
de compteurs ou compteurs divisionnaires permanents ou temporaires. Les valeurs peuvent être mesurées
directement ou calculées.

Lorsque plusieurs formes d'énergie sont utilisées, il est utile de convertir toutes les formes en une unité de
mesure commune. Il convient néanmoins de réaliser la conversion d'une manière permettant de représenter
le plus exactement possible l'énergie totale consommée, en incluant les pertes lors du processus de
conversion au sein d'un organisme. La conversion de toutes les formes d'énergie en unités d’une même
source d'énergie est une méthode pratique et bien établie pour représenter l'énergie totale (par exemple en
convertissant l'énergie du gaz naturel en énergie électrique ou en énergie-vapeur).

Il convient de mesurer la consommation énergétique sur une période spécifique (par exemple une journée,
une semaine, un mois ou une année).

© ISO 2014 – Tous droits réservés 5


ISO/DIS 50006

4.1.3 Usage énergétique

L'usage énergétique est un mode ou un type d'utilisation de l'énergie. L'identification des usages énergétiques
peut aider à avoir une vision claire des systèmes énergétiques, des procédés et des équipements que
l'organisme doit prendre en compte pour l'analyse de la performance énergétique.

En tant que caractéristique essentielle des opérations d'un organisme, il convient de surveiller et de mesurer
la performance énergétique des UÉS. Cet examen attentif permettra d'identifier les opportunités
d'amélioration de la performance énergétique et des éléments de maîtrise opérationnelle.

4.1.4 Efficacité énergétique

L'efficacité énergétique est l'une des caractéristiques permettant de mesurer la performance énergétique et
peut être utilisée comme un IPÉ.

L'efficacité énergétique peut être exprimée de différentes manières, par exemple :

 énergie produite / énergie consommée – efficacité de conversion ;

 énergie nécessaire / énergie consommée – où l'énergie nécessaire peut être calculée à partir d'un
modèle théorique ou d'une autre relation ;

 production / énergie consommée – par exemple, tonnes de production par unité d'énergie consommée.

Chaque fois que l'efficacité énergétique est calculée, il convient que les intrants et les extrants soient
mesurables.

4.1.5 Indicateurs de performance énergétique (IPÉ)

Il existe de nombreux types d'IPÉ, y compris des valeurs mesurées, des ratios, des modèles statistiques ou
des modèles technologiques. La complexité d'un IPÉ s’étend de la simple consommation énergétique totale
au cours d'une période donnée ou de l'énergie consommée par unité de production jusqu'à un modèle
mathématique complexe caractérisant les relations entre énergie et facteurs pertinents dans un modèle
statistique linéaire ou non linéaire.

Les IPÉ peuvent s'appliquer aux niveaux de l'installation, du système, du procédé ou des équipements pour
fournir différents niveaux de spécificité ou d'intérêt. Lorsqu'un organisme choisit ses IPÉ, il convient qu'il
tienne compte de ses besoins en matière de mesurage et de surveillance ainsi que des données actuellement
disponibles. Il convient que l'organisme fixe une valeur cible pour chaque IPÉ.

Il convient que les IPÉ fournissent des informations de performance énergétique pertinentes permettant à
différents groupes au sein d'un organisme de comprendre sa performance énergétique et de prendre des
mesures pour l'améliorer.

Par exemple : au sein d'un organisme, un dirigeant peut avoir besoin d'un IPÉ à l'échelle du site et un
responsable d'exploitation peut avoir besoin d'un IPÉ pour une ligne de production ou une zone de
l'installation. Par conséquent, la performance énergétique est souvent représentée par plus d'un IPÉ.

Il convient que les organismes quantifient et comparent la performance énergétique en utilisant des valeurs
énergétiques mesurées de façon fiable. Pour effectuer une comparaison dans des conditions équivalentes, il
peut être nécessaire de normaliser les IPÉ en tenant compte des changements dans les facteurs pertinents
ou les facteurs statiques. Il convient de choisir et de définir les IPÉ de manière à mesurer l'amélioration de la
performance énergétique résultant de la mise en œuvre du SMÉ.

4.1.6 Performance énergétique de référence (PER)

Après avoir choisi les IPÉ, les PER sont établies afin de servir de référence pour la comparaison de chaque
IPÉ correspondant. Il convient de déterminer une PER en utilisant les données collectées sur une période
appropriée dite« période de référence ». Il convient qu'un organisme compare les changements de la
performance énergétique entre la période durant laquelle la PER a été déterminée (période de référence) et la
période évaluée par l'IPÉ (période étudiée). Le type d'information requis pour établir une PER est déterminé
par l'objectif spécifique de l'IPÉ.

6 © ISO 2014 – Tous droits réservés


ISO/DIS 50006

Lorsqu'il est nécessaire de prendre en compte les effets des facteurs, une PER peut être normalisée à l'aide
de facteurs permettant de comparer la performance énergétique entre la période de référence et la période
étudiée.

NOTE En l'absence d'historique d'exploitation, comme dans le cas d'une nouvelle installation, il peut être nécessaire
de simuler, estimer ou calculer la consommation énergétique attendue pour la nouvelle installation afin qu'elle serve de
PER par rapport à laquelle la performance énergétique sera comparée en utilisant l'IPÉ une fois que l'installation sera en
service.

4.1.7 Quantification des changements dans la performance énergétique

Les changements dans la performance énergétique peuvent être calculés pour les installations, les systèmes,
les procédés ou les équipements pour lesquels des IPÉ ont été choisis.

La comparaison de la performance énergétique entre la période de référence et la période étudiée implique


de calculer l'écart de la valeur mesurée de l'IPÉ entre les deux périodes. La Figure 4 illustre le cas simple où
un mesurage direct de la consommation énergétique est utilisé comme IPÉ et comparé entre la période de
référence et la période étudiée.

Figure 4 — Concept de période de référence et de période étudiée pour un IPÉ

Il convient que la période de référence et la période étudiée soient suffisamment longues pour s'assurer que
la variabilité des schémas de fonctionnement est prise en compte par la PER et l'IPÉ. Ces périodes sont
habituellement de 12 mois pour prendre en compte le caractère saisonnier de la consommation énergétique
et des facteurs pertinents.

Il convient de choisir avec soin la période relative aux PER car elles peuvent servir de valeurs de référence
pour des IPÉ se rapportant à plusieurs périodes. Par exemple, une PER peut être utilisée pour définir la
performance énergétique pendant une période antérieure aux efforts déployés par l’organisme pour améliorer
sa performance énergétique.

© ISO 2014 – Tous droits réservés 7


ISO/DIS 50006

Un organisme peut, de temps en temps, décider de redéfinir sa période de référence en raison de


modifications significatives des conditions ou pour éliminer des modifications antérieures de la performance
énergétique, liées par exemple à des actions visant à améliorer la performance énergétique, qu'il n'est plus
nécessaire d'enregistrer. Il convient que l'organisme quantifie sa performance énergétique actuelle en continu
ou périodiquement et/ou qu'il quantifie la modification de la performance énergétique sur une période étudiée
par rapport à sa période de référence.

Lorsque l'organisme a déterminé que des facteurs pertinents, tels que les conditions météorologiques, la
production, les heures d’occupation de l'immeuble, etc., ont un impact significatif sur la performance
énergétique, il convient que l'organisme normalise la PER afin de pouvoir comparer les performances
énergétiques dans des conditions équivalentes.

Il convient que les organismes déterminent la meilleure manière de mesurer la performance énergétique pour
servir leurs objectifs spécifiques. La présente Norme internationale décrit plusieurs méthodes permettant de
quantifier la performance énergétique.

4.2 Obtenir des informations pertinentes sur la performance énergétique lors de la revue
énergétique

4.2.1 Généralités

La revue énergétique fournit des informations utiles sur la performance énergétique permettant de déterminer
les IPÉ et les PER requis pour mesurer sa performance globale, la performance de chaque UÉS ou d'autres
zones spécifiées par l'organisme. Pour mesurer la performance énergétique, il est nécessaire d'avoir accès
aux données énergétiques disponibles de l'organisme, d'analyser les données et de traiter les informations
énergétiques afin de déterminer les IPÉ appropriés et les PER correspondantes.

L'Annexe A illustre la relation entre la revue énergétique et les informations nécessaires pour identifier les IPÉ
et établir les PER.

4.2.2 Définir le périmètre des indicateurs de performance énergétique


Le périmètre du SMÉ comprend les zones ou les activités dont l'organisme gère la performance énergétique.
Pour mesurer la performance énergétique, il convient de définir des périmètres de mesurage appropriés pour
chaque IPÉ (périmètre des IPÉ). Les périmètres des IPÉ peuvent se chevaucher.
Pour choisir le périmètre d'un IPÉ, il est possible de prendre en compte les éléments suivants :

 l'existence d'UÉS dans le périmètre de l'IPÉ ;

 la facilité d'isoler le périmètre d'un IPÉ du point de vue du mesurage (énergie et facteurs pertinents) ;

 le degré d'alignement entre le périmètre de l'IPÉ et les responsabilités au sein de l'organisme ; et

 l'attribution claire de la responsabilité du management de l'énergie dans le périmètre de l'IPÉ à des


individus, équipes ou groupes spécifiques.
Il convient de définir les périmètres des IPÉ :

 sur le périmètre du SMÉ dans son ensemble ;

 autour de chaque UÉS (ou groupe d'UÉS) dont la maîtrise et l'amélioration sont jugées prioritaires par
l'organisme ;

 en accord avec les responsabilités spécifiques au sein de l'organisme ;

 selon les équipements, procédés et sous-procédés spécifiques que l'organisme souhaite isoler et gérer ;
ou

 de toute autre manière jugée utile par chaque niveau hiérarchique approprié.
Les trois principaux types de périmètre d'IPÉ sont physique, lié au système et organisationnel, comme décrit
dans le Tableau 1.

8 © ISO 2014 – Tous droits réservés


ISO/DIS 50006

Tableau 1 — Les trois types de périmètre d'IPÉ


Type de Description Note
périmètre d'IPÉ
Physique Exemples : – généralement facile à identifier
– la limite de construction ou d'une – souvent aligné avec les données de comptage
installation à l'intérieur de laquelle l'usage ou de facturation
énergétique est mesuré
– un groupe d'installations faisant l'objet
d'une gestion commune
Système Système représentant une portion Exemples : un four dans une cimenterie, ou un
significative de la consommation système CVCA dans un bâtiment à usage
énergétique de l'installation ou de commercial.
l'organisme. Des compteurs supplémentaires peuvent être
nécessaires.
Un système peut s'étendre sur deux installations
ou plus. Un périmètre englobant la totalité d'un
système énergétique donne une vue globale des
flux d'énergie et de leur utilisation finale.
Organisationnel Souvent utilisé lorsque l'organisme doit Un organisme peut comprendre plusieurs
communiquer la performance énergétique installations, sites ou unités fonctionnelles.
dans le cadre d'exigences légales ou liées Un périmètre organisationnel des IPÉ peut être
à l'activité. approprié lorsque toutes les unités fonctionnelles
ont des caractéristiques de performance
énergétique similaires (par exemple une chaîne de
restaurants).
Les organismes peuvent avoir besoin de
rassembler de grandes quantités de données pour
déterminer un seul IPÉ.

Cadre d'aide pratique 1 : Détermination du périmètre des IPÉ

Évolution des besoins opérationnels :


Il convient de prendre en compte l'évolution des besoins opérationnels lors de la définition du périmètre
des IPÉ. Des modifications physiques ou des événements de marché peuvent se produire et modifier le
périmètre initialement défini des IPÉ. Par exemple, l'extension ou l’arrêt partiel d'une installation pourrait
entraîner une modification du périmètre des IPÉ dans lequel l'énergie est gérée et les données collectées.
IPÉ à différents niveaux :
L'organisme peut juger intéressant de manager l'énergie à plusieurs niveaux différents, chacun définissant
un (ou plusieurs) IPÉ. Les dirigeants peuvent préférer les IPÉ ayant un périmètre étendu alors que les
responsables d'exploitation ou les ingénieurs procédés peuvent préférer des IPÉ basés sur un périmètre
plus restreint. Les responsables énergie peuvent utiliser des IPÉ aux deux niveaux.
Les organismes peuvent déterminer que les usages énergétiques et/ou les opportunités d'amélioration
dans le périmètre d'un IPÉ sont tellement importants qu'ils peuvent justifier l'achat de nouveaux compteurs,
compteurs divisionnaires et/ou capteurs pour mesurer d'autres facteurs pertinents. Dans ce cas, ils
spécifieront ces points de mesure dans leur plan de surveillance, de mesurage et d'analyse.
Revue du périmètre des IPÉ :
Il peut être nécessaire de procéder à une revue des périmètres des IPÉ et de les modifier sur la base des
besoins en aval, tels que la disponibilité de données appropriées pour certaines chaînes de production.
L'Annexe B fournit des informations complémentaires sur le périmètre des IPÉ dans le cadre du processus
de production.

© ISO 2014 – Tous droits réservés 9


ISO/DIS 50006

4.2.3 Définir et quantifier les sources d'énergie

Après avoir défini le périmètre d'un IPÉ, il convient d'identifier les flux énergétiques franchissant ce périmètre.
Un schéma similaire à celui de la Figure 5 peut être utile dans les informations énergétiques requises pour
établir les IPÉ. De tels schémas sont appelés « schémas de délimitation » ou « cartes énergétiques ». Ces
schémas visualisent les flux énergétiques ou les sources d'énergie ainsi que les différents procédés ou
systèmes consommant de l'énergie. Un tel schéma peut également contenir des informations
supplémentaires, telles que les points de mesurage et les flux de matière, qui sont importantes pour l'analyse
énergétique et la détermination des IPÉ.

NOTE M = mesurage.

Figure 5 — Schéma de délimitation

Il convient de mesurer les flux d'énergie, y compris tous les apports et productions d'énergie franchissant le
périmètre de l'IPÉ, c'est-à-dire l'importation (et l'exportation) d'électricité, l'importation de combustibles
primaires, les variations des niveaux de stock de combustibles, l'importation (et l'exportation) d'autres sources
d'énergie telles que la vapeur ou l'eau réfrigérée. Il convient de réaliser tous les mesurages en tenant compte
de l'exactitude et de la répétabilité des compteurs et du mesurage.

L'identification des UÉS est une activité réalisée dans le cadre de la revue énergétique. Les IPÉ et les PER
relatifs aux UÉS nécessitent des périmètres bien définis afin de quantifier les flux d'énergie. Pour chaque
UÉS, il est important de disposer d'un dispositif de comptage approprié pour mesurer la consommation
énergétique franchissant le périmètre de l'UÉS. Il convient que toutes les valeurs mesurées soient validées
avant leur exploitation.

4.2.4 Définir et quantifier les facteurs pertinents

Selon les besoins de l'organisme et de son SMÉ, une fois que les sources d'énergie et les UÉS sont définis et
quantifiés, il convient de définir et de quantifier les facteurs pertinents supplémentaires susceptibles d'avoir un
impact sur la performance énergétique. Une fois ces facteurs supplémentaires identifiés dans le périmètre de
chaque IPÉ, il est important d'isoler les facteurs significatifs en termes de performance énergétique de ceux
qui ont peu ou pas d'influence. Bien que les organismes puissent avoir déjà identifié des facteurs pertinents
évidents, une analyse supplémentaire des données est généralement requise pour déterminer l’importance de
ces facteurs.

Une fois les facteurs pertinents isolés, d'autres techniques de modélisation peuvent être utilisées pour
déterminer la nature précise de la relation.

10 © ISO 2014 – Tous droits réservés


ISO/DIS 50006

Cadre d'aide pratique 2 : Analyse en vue d'identifier les facteurs pertinents

La méthode initiale pour évaluer si un facteur a un impact significatif sur la consommation énergétique
consiste à tracer le facteur et la consommation énergétique sur un simple graphique X-Y. Si le facteur est
pertinent, on s'attend à trouver la preuve d'une relation dans la dispersion des points (voir Figure 6a). La
faible dispersion des points autour d'une fonction mathématique confirme la pertinence du facteur (voir
Figure 6b). Si les points apparaissent sous la forme d'un nuage aléatoire sans relation manifeste, le facteur
n'est probablement pas pertinent (voir Figure 6c).
Dans de nombreux cas, une simple relation linéaire est adéquate pour déterminer la pertinence. Certains
facteurs peuvent présenter des relations non linéaires et l'organisme devra décider de la façon d'inclure
ces facteurs dans le calcul des IPÉ.

6a) Facteur significatif 6b) Facteur peu significatif 6c) Facteur non significatif
Figure 6 — Facteurs ayant différents niveaux d'importance
Pour déterminer si les conditions météorologiques constituent un facteur pertinent, par exemple, il est
possible d'utiliser un tableau de bord pour mettre en évidence le caractère saisonnier de la consommation
énergétique tout au long de l'année. Si la charge est due au chauffage, la consommation augmentera
pendant les mois d'hiver plus froids. Si la charge est liée au refroidissement, la consommation augmentera
pendant les mois d'été, comme illustré à la Figure 7.

Figure 7 — Tableau de bord montrant le caractère saisonnier


Lorsqu'un seul facteur pertinent ne peut pas décrire de façon adéquate la variabilité de la consommation
énergétique, un IPÉ fondé sur un modèle, utilisant deux facteurs pertinents ou davantage (voir Annexe C)
peut être utilisé ou le périmètre de l'IPÉ (voir Annexe B) peut être divisé.
Certains facteurs pertinents peuvent présenter une co-linéarité. Cela pourrait être le cas pour deux
facteurs de production différents qui sont interdépendants. Lorsque cette situation se présente, il convient
de prendre en compte un seul des facteurs lors de la détermination d'un IPÉ en utilisant une analyse de
régression. Dans ce cas, il convient de choisir les facteurs sur la base de leurs impacts relatifs sur la
consommation énergétique et de leurs niveaux d'incertitude.
NOTE Lorsque les schémas de fonctionnement et les valeurs des facteurs pertinents fluctuent de façon
significative, il est important de s'assurer que les données analysées pour les corrélations sont à la bonne fréquence
afin de pouvoir observer de façon précise les effets de chaque facteur.

© ISO 2014 – Tous droits réservés 11


ISO/DIS 50006

4.2.5 Définir et quantifier les facteurs statiques


Les facteurs ayant un impact sur la performance énergétique changent souvent de valeur. Il convient
d'analyser les facteurs pour déterminer s'il vaut mieux les considérer comme des facteurs pertinents qui
changent régulièrement ou comme des facteurs statiques qui ne changent pas régulièrement ni de façon
significative.
Exemple : La quantité et la qualité de la production changent quotidiennement ou de façon régulière (facteur
pertinent), mais la gamme de produits elle-même ne change pas de façon régulière (facteur statique).
Il est important d'enregistrer l'état de ces facteurs statiques au moment de la détermination des IPÉ et de
l'établissement des PER. Il convient que l'organisme passe en revue ces facteurs statiques dans le temps
pour s'assurer que les IPÉ et les PER restent appropriés et pour enregistrer toute modification substantielle
susceptible d'avoir un impact sur la performance énergétique.
Bien que les facteurs statiques ne soient pas censés varier de façon significative pendant les périodes
étudiées évaluées, ils pourraient devenir des facteurs pertinents dans le futur si les conditions changeaient.
Des exemples de facteurs statiques potentiels et des changements qui pourraient les transformer en facteurs
pertinents sont donnés dans le Tableau 2.
Tableau 2 — Exemples de facteurs statiques potentiels
Facteur statique Description Conditions transformant un facteur statique en
facteur pertinent
Type de produit Produits spécifiques fabriqués dans Une usine introduit un nouveau produit et/ou des
l'usine changements de la gamme de produits.
Postes par jour L'usine applique actuellement un nombre Une augmentation ou une diminution du nombre
donné de postes par jour. de postes pourrait avoir un impact significatif sur
la consommation énergétique.
Occupation d'un Le schéma d'occupation d'un bâtiment Un changement des occupants pourrait se
bâtiment est déterminé par les occupants actuels. traduire par un changement significatif du schéma
d'occupation entraînant des modifications des
usages et de la consommation énergétiques.
Surface au sol Dimensions du bâtiment concerné par le L'extension du bâtiment a un impact sur l'usage et
SMÉ. la consommation énergétiques.

4.3 Identifier les indicateurs de performance énergétique


4.3.1 Généralités
Les organismes définissent des cibles de performance énergétique dans le cadre du processus de
planification énergétique de leur SMÉ. Les cibles peuvent être une simple valeur d'amélioration au niveau du
site ou peuvent être composées d'un certain nombre de sous-cibles. Les sous-cibles peuvent être conçues
pour être regroupées en une seule valeur.
Il convient que les IPÉ, lorsqu'ils sont comparés dans le temps, permettent à un organisme de déterminer si la
performance énergétique a évolué.
Lors de la sélection des IPÉ appropriés, les facteurs clés à prendre en compte sont les utilisateurs des
informations et des résultats mesurables de performance énergétique qui peuvent être quantifiés.
Les principaux types d'IPÉ sont les suivants :

 valeur énergétique mesurée (en totalité ou décomposée par usage énergétique) ;

 ratio calculé à partir des valeurs mesurées, tel que l'efficacité énergétique ;

 modèle statistique : régressions linéaires et non linéaires ;

 modèle physique : simulation.


NOTE Les modèles statistiques et physiques estiment les valeurs énergétiques. L'objectif des modèles est de
permettre des comparaisons des valeurs énergétiques dans des conditions équivalentes, même en cas de modifications
de facteurs pertinents. Les modèles décrivent généralement la relation entre les valeurs énergétiques et les facteurs
pertinents dans la période de référence. Les modèles sont expliqués de façon plus détaillée à l'Annexe C.

12 © ISO 2014 – Tous droits réservés


ISO/DIS 50006

4.3.2 Identifier les utilisateurs des indicateurs de performance énergétique

Les IPÉ doivent prendre en compte les besoins des utilisateurs. Il convient que les IPÉ soient clairs de
manière à informer sur les efforts d'amélioration continue et permettre à l'utilisateur de prendre des décisions
et des mesures. Lorsque des IPÉ fondés sur un modèle statistique ou physique complexe sont utilisés, les
valeurs des IPÉ peuvent être présentées aux utilisateurs sous des formes simplifiées, tels que des tableaux.
Par conséquent, de multiples types d'IPÉ peuvent être nécessaires pour supporter les efforts de management
de l'énergie des différents utilisateurs finaux.

Les IPÉ peuvent être déterminés pour des utilisateurs internes ou externes. Les utilisateurs internes utilisent
généralement les IPE pour gérer les améliorations de la performance énergétique. Les utilisateurs externes
utilisent généralement les IPÉ pour satisfaire aux obligations d'information découlant des exigences légales et
d'autres exigences. Ces utilisateurs peuvent comprendre des organismes de réglementation, des associations
professionnelles et sectorielles, des auditeurs de SMÉ, d'autres organismes et des clients. Le Tableau 3
décrit certains utilisateurs internes courants des IPÉ.

Tableau 3 — Utilisateurs internes des IPÉ

Utilisateurs internes Usage/application des IPÉ


des IPÉ
Direction Les responsabilités consistent, entre autres, à s'assurer que les IPÉ sont adaptés à
l'organisme, à prendre en compte la performance énergétique dans la planification à long
terme, à s'assurer que toutes les exigences légales et autres exigences externes sont
satisfaites et à s'assurer que les résultats sont mesurés et rapportés à intervalles
réguliers.
Représentant de la Travaille avec une équipe de management de l'énergie, a la responsabilité de transmettre
direction (responsable à la direction les résultats mesurables du SMÉ.
énergie)
Directeur d'usine ou Alloue généralement les ressources au sein de l'usine ou de l'installation et doit rendre
d'installation compte des résultats. Encadre les superviseurs qui ont généralement la responsabilité
opérationnelle d'un usage énergétique significatif et surveillent la performance
énergétique dans le temps. Il convient que le directeur d'usine ou d'installation
comprenne à la fois la performance énergétique planifiée et tout écart par rapport à la
performance souhaitée, aussi bien en termes de consommation énergétique et/ou
d'efficacité énergétique qu'en termes financiers.
Personnel d'exploitation et Chargé d'utiliser les IPÉ pour contrôler et assurer un fonctionnement efficace en prenant
de maintenance des mesures correctives en cas d'écarts de la performance énergétique, en éliminant les
déchets et en réalisant la maintenance préventive afin de réduire la dégradation de la
performance énergétique.

Des IPÉ peuvent être déterminés à différents niveaux de l'organisme ou de l'installation, peuvent être répartis
et peuvent être de différents types selon les besoins des utilisateurs au sein de l'organisme.

© ISO 2014 – Tous droits réservés 13


ISO/DIS 50006

4.3.3 Déterminer les caractéristiques spécifiques de performance énergétique à quantifier

Il convient que l'organisme choisisse le type d'IPÉ en fonction des besoins des utilisateurs et de la complexité
de l'application. Il convient de choisir le type d'IPÉ en se basant sur le Tableau 4.

Tableau 4 — Types et applications des IPÉ (1 sur 2)

Type d'IPÉ Utile pour Exemples Inconvénients

Valeur – Mesurer les réductions des – Consommation énergétique – Ne tient pas compte des
énergétique usages ou de la (kWh) de l'éclairage effets des facteurs
mesurée consommation énergétiques – Consommation de combustible pertinents
en valeur absolue (GJ) des chaudières – Ne mesure pas l'efficacité
– Satisfaire aux exigences – Consommation d'électricité énergétique
réglementaires fondées sur (kWh) aux périodes de pointe
les économies en valeur
absolue – Puissance maximale absorbée
(kW) dans un mois
– Surveiller et maîtriser les
stocks et les coûts – Énergie totale économisée (GJ)
à l'aide des programmes liés à
énergétiques
l'efficacité énergétique
– Comprendre les tendances
en matière de consommation
énergétique

Ratio de – Surveiller l'efficacité – kWh/tonne de production – Ne tient pas compte des


valeurs énergétique de systèmes – GJ/unité de produit effets des usages
mesurées n'ayant qu'un seul facteur 2 énergétiques liés à la
– kWh/m de surface au sol
pertinent consommation énergétique
– Surveiller les systèmes dans – GJ/jour-homme de base ; peut être
lesquels la consommation – litres de combustible par trompeur pour les
énergétique de base est passager-kilomètre installations ayant une
faible ou nulle (c'est-à-dire – Efficacité de conversion d'une consommation énergétique
dans lesquels la de base importante
chaudière (%)
consommation énergétique – Intrant énergétique/extrant – Un seul facteur pertinent
fixe est faible ou nulle) étant pris en compte, de
énergétique (par exemple,
– Normaliser les comparaisons « consommation spécifique de multiples IPÉ peuvent être
entre plusieurs installations nécessaires
chaleur » des installations de
ou organismes (évaluation de production d'énergie électrique)
la performance)
– kWh/MJ pour les systèmes de
– Satisfaire aux exigences refroidissement
réglementaires fondées sur 3
– kW/Nm pour les systèmes d’air
l'efficacité énergétique comprimé
– Comprendre les tendances
– L/100 km
de la consommation
énergétique – kWh/valeur ajoutée
– kWh/unité de ventes

14 © ISO 2014 – Tous droits réservés


ISO/DIS 50006

Tableau 4 — Types et applications des IPÉ (2 sur 2)


Type d'IPÉ Utile pour Exemples Inconvénients

Modèle – Système ayant plusieurs – Performance énergétique d'une – Pour les modèles à facteurs
statistique facteurs pertinents installation de production avec multiples, les relations
– Système ayant une deux types de produit ou plus peuvent être difficiles à
consommation énergétique – Performance énergétique d'une déterminer, la mise au point
de base installation ayant une des modèles peut être
– Lorsque la comparaison consommation énergétique de longue et il peut être difficile
nécessite une normalisation base d'assurer l'exactitude
– Systèmes de modélisation – Performance énergétique d'un – Difficile de qualifier si
complexes dans lesquels la hôtel dont le taux d'occupation l’erreur résiduelle est due à
relation entre la performance et la température extérieure une erreur de modélisation
énergétique et les facteurs sont variables ou à un défaut de contrôle
pertinents peut être – Relation entre la consommation de la consommation
quantifiée énergétique d'une pompe ou énergétique
– Performance énergétique d'un ventilateur et le débit – Peut être inexact s'il n'est
d’un organisme avec pas confirmé par des tests
plusieurs facteurs pertinents statistiques
– Nécessite une
compréhension approfondie
du système pour définir la
forme fonctionnelle correcte
de la relation attendue
lorsque les données ne
sont pas linéaires
– Les modèles doivent être
actualisés pour garantir la
validité des résultats

Modèle – Évaluer la performance – Systèmes industriels ou de – Les modèles doivent être


physique énergétique liée à des production d'énergie lorsque actualisés pour garantir la
changements opérationnels des calculs ou simulations validité des résultats
lorsque les facteurs sont techniques permettent de – Coûts généralement élevés
nombreux prendre en compte les
– Procédés transitoires et/ou variations des facteurs
systèmes impliquant des pertinents et leurs interactions
boucles de rétroaction – Modèle de la consommation
dynamique électrique d'un groupe
– Pour les systèmes ayant des frigorifique utilisant la demande
facteurs pertinents de froid, la température
interdépendants (tels que extérieure (température de
température et pression) condensation) et la température
– Estimer la performance intérieure (température
énergétique au stade de la d'évaporation)
conception – Modèles de bâtiment intégral
prenant en compte les heures
de fonctionnement, la
comparaison des systèmes de
CVCA centralisé et réparti, et
les besoins variables des
occupants

NOTE 1 La liste d'exemples n'est pas exhaustive.


NOTE 2 Le type des IPÉ s'appliquerait également aux PER correspondantes.
NOTE 3 Dans le secteur du bâtiment, le kWh/m2 de surface au sol est couramment utilisé, mais il n'est pas optimal parce que la
surface au sol est rarement un facteur pertinent. Un meilleur IPÉ du bâtiment serait le kWh/occupant-heure.
NOTE 4 Dans certains cas, il peut être nécessaire pour un organisme de combiner des IPÉ en un seul IPÉ. Par exemple, une
usine ayant de multiples activités peut avoir à soumettre une seule valeur d'IPÉ pour satisfaire aux exigences d'un programme
gouvernemental.

L'Annexe C fournit des informations complémentaires sur le choix des IPÉ.


L'Annexe D fournit des informations sur la normalisation des IPÉ et des PER correspondantes.

© ISO 2014 – Tous droits réservés 15


ISO/DIS 50006

4.4 Déterminer les performances énergétiques de référence et la collecte des données

4.4.1 Généralités

Une PER est une référence quantifiée servant de base pour la comparaison de performances énergétiques
sur une période donnée. Il s'agit de la référence énergétique par rapport à laquelle seront mesurées les
informations énergétiques ultérieures afin d'identifier tout changement dans la performance énergétique. Il
convient que la PER donne une indication de ce que serait la performance énergétique si aucune modification
n'était apportée.

Lors de la détermination d'une PER, il convient que l'organisme comprenne ses caractéristiques de
consommation énergétique telles que la consommation énergétique de base ainsi que les consommations
énergétiques variables avec la production, l'occupation, les conditions météorologiques ou d'autres facteurs.
Cette compréhension peut mener à des opportunités d'amélioration. La PER sert de point de référence pour
mesurer les efforts d'amélioration de la performance énergétique d'un organisme découlant des plans
d'actions du SMÉ.

La détermination des PER est liée à l'identification des IPÉ. Une PER est simplement la valeur de l'IPÉ
pendant la période de référence. Une comparaison entre la PER et les IPÉ mesurés pendant la période
étudiée peut être utilisée pour illustrer la progression vers les objectifs et cibles énergétiques.

Il convient de suivre les étapes suivantes pour déterminer une PER :

 déterminer le but spécifique et les IPÉ correspondants pour lesquels la PER sera utilisée ;

 déterminer une période appropriée pour la collecte des données ;

 collecter les données ;

 calculer et tester la PER.

Il convient que la PER choisie soit une valeur, un ratio ou un modèle caractérisant la performance énergétique
pendant une période choisie. Une PER de type « valeur énergétique mesurée » est obtenue en mesurant la
consommation énergétique d'un système à l'aide d'un compteur, avec ou sans facteur de conversion. Une
PER de type « ratio de valeurs mesurées » est une expression de l'efficacité énergétique d'un système. Les
PER obtenues par régression ou modèle physique définissent la relation entre l'énergie et d'autres facteurs
pertinents ayant un impact sur la performance énergétique pendant la période de référence.

4.4.2 Déterminer une période appropriée de collecte des données

Il convient que l'organisme détermine une période appropriée pour la collecte des données selon la nature de
ses opérations.

La fréquence d’acquisition des données par l’organisme est un facteur important dans la détermination d'une
période appropriée de collecte des données. Il convient que la période de collecte des données soit
suffisamment longue pour déceler des variations des facteurs pertinents, tels que le caractère saisonnier de la
production, les régimes climatiques, etc.

Les périodes types à envisager sont les suivantes :

Une année : la durée de PER la plus courante est une année, probablement en raison de son alignement
avec les objectifs de management de l'énergie et les objectifs opérationnels, tels que la réduction de la
consommation énergétique par rapport à l'année précédente. Une année comprend également l'ensemble
des saisons et permet donc d’intégrer l'impact de facteurs pertinents, tels que les conditions météorologiques,
sur l'usage et la consommation énergétiques. Elle permet également de couvrir l'éventail complet des cycles
d'exploitation lorsque la production varie durant l'année en raison de la demande du marché.

16 © ISO 2014 – Tous droits réservés


ISO/DIS 50006

Inférieure à une année : une durée de PER inférieure à une année peut être appropriée dans les cas où
l'usage et la consommation énergétiques sont stables tout au long de l'année et où des périodes d'exploitation
plus courtes permettent de capturer un éventail raisonnable de schémas de fonctionnement. Dans de telles
situations, il convient que les taux de production mensuels soient suffisamment stables tout au long de
l'année pour permettre un suivi mensuel ou trimestriel. Une courte durée pour la PER s’impose pour les
situations dans lesquelles la quantité de données historiques fiables ou disponibles est insuffisante ou lorsque
des modifications apportées à l'organisme, aux politiques ou aux procédés font que seules les données
actuelles sont appropriées. Lorsqu'une PER est basée sur une courte période de collecte des données en
raison du manque de disponibilité de données, des ajustements peuvent être nécessaires.

Supérieure à une année : le caractère saisonnier et la conjoncture peuvent se combiner pour rendre
optimale une PER pluriannuelle. En particulier, des périodes de PER pluriannuelles personnalisées sont utiles
pour des cycles de production annuels extrêmement courts lorsqu'une entreprise fabrique pendant quelques
mois chaque année et reste relativement inactive le reste de l'année.

Exemple : un établissement vinicole pourrait souhaiter suivre la performance énergétique uniquement


pendant la période de pressage et de fermentation de chaque année, et ceci sur plusieurs années.

4.4.3 Réunir les données et évaluer les IPÉ et les PER

4.4.3.1 Généralités

Il convient qu'un organisme spécifie les éléments de chaque IPÉ et de la PER correspondante à quantifier. Il
convient que le type d'énergie consommée soit spécifié (par exemple électricité, vapeur haute pression) ainsi
que les facteurs pertinents, tels que le volume de production (ou le nombre d'unités produites), le débit, la
pression, la température et les conditions météorologiques. Après avoir identifié les facteurs pertinents
potentiels, la première étape consiste à réunir les données qui seront utilisées pour définir les IPÉ et les PER
correspondantes.

4.4.3.2 Collecte des données

Les données relatives à l'énergie et aux facteurs pertinents sont généralement collectées à l'aide de
compteurs et de compteurs divisionnaires installés de façon permanente ou temporaire ou réalisant des
mesures ponctuelles. Les défis à relever en matière de collecte des données comprennent :

 l'absence de données détaillées provenant des fournisseurs d'énergie ;

 l'absence de données sur des facteurs pertinents ;

 une forme de données incompatible avec les données énergétiques, par exemple lorsque les
données énergétiques proviennent des factures mensuelles du fournisseur, mais que les données de
production sont relevées à une fréquence hebdomadaire.

Lorsque des valeurs estimées sont utilisées pour calculer les IPÉ, il convient de consigner par écrit les
hypothèses et les méthodes utilisées.

Un organisme peut découvrir que certains des IPÉ précédemment identifiés comme significatifs peuvent ne
pas être mesurables en raison de limitations des données ou d'autres obstacles. Dans ce cas, l'organisme
devra évaluer, puis affiner les IPÉ, ou introduire des compteurs ou une surveillance supplémentaires.

4.4.3.3 Mesurage

Il convient que l'organisme effectue des mesurages pour chaque valeur énergétique et facteur pertinent
nécessaires pour calculer les IPÉ choisis et les PER correspondantes.

NOTE Dans de nombreux cas, la quantité d'énergie consommée doit être mesurée indirectement. Cela peut
nécessiter le mesurage d'un débit, d'un volume ou d'une masse de combustible fourni et peut varier avec des facteurs tels
que la composition, la température extérieure, la pression et d'autres facteurs. Des multiplicateurs ou des facteurs sont
couramment appliqués au débit réel mesuré de combustible gazeux ou liquide pour calculer la quantité d'énergie
contenue dans le combustible.

© ISO 2014 – Tous droits réservés 17


ISO/DIS 50006

Il convient d'effectuer les mesurages de façon ponctuelle (par exemple en utilisant des compteurs
mobiles/portatifs), temporaire (par exemple en utilisant des enregistreurs de données) ou continue (par
exemple en utilisant les données issues d'un système d'acquisition et de contrôle des données (SCADA) ou
un système d'acquisition et de traitement des données (DAHS)). Il convient que les valeurs énergétiques et
les facteurs pertinents utilisés pour calculer chaque IPÉ soient mesurés en même temps et à la même
fréquence. Lorsqu'un mesurage en continu est impossible, il convient que l'organisme s'assure que les
mesurages ponctuels ou temporaires sont effectués pendant des périodes représentatives du schéma
d'exploitation habituel.
Il convient que l'organisme détermine les facteurs pertinents à mesurer. Par exemple, lorsque l'usage
énergétique par unité de production est mesuré, le comptage du nombre de produits finaux uniquement peut
conduire à un résultat trompeur selon les taux de déchet, de valorisation ou de recyclage.
4.4.3.4 Fréquence de collecte des données
Il convient que l'organisme choisisse une fréquence d'acquisition adéquate pour chaque valeur énergétique et
facteur pertinent inclus dans l'IPÉ et la PER correspondante. Il convient que la fréquence de collecte des
données soit suffisante pour capturer les conditions d'exploitation et fournir un nombre adéquat de points de
mesure en vue de l'analyse.
La fréquence d'acquisition des données peut être beaucoup plus élevée que la fréquence des rapports afin de
mesurer et de tenter de comprendre l'impact des facteurs pertinents sur la performance énergétique. Par
exemple, une collecte des données horaire, quotidienne ou hebdomadaire peut être nécessaire au niveau
opérationnel pour traiter des écarts significatifs. Ces valeurs énergétiques et ces facteurs pertinents peuvent
ensuite être regroupés pour des revues mensuelles au niveau de l'organisme.
Il convient également que les organismes collectent les données plus fréquemment lorsqu'ils souhaitent une
plus grande précision statistique. Plus la fréquence d'acquisition des données est élevée, plus grande est la
souplesse d'analyse des données de différentes manières.
Lorsque de nouveaux systèmes de mesure doivent être installés, il convient que l'organisme détermine la
fréquence d'acquisition des données adéquate pour répondre à des besoins de surveillance de l'énergie.
4.4.3.5 Qualité des données
Avant de calculer les IPÉ et les PER correspondantes, il est recommandé de procéder à une revue de
l'ensemble des valeurs énergétiques et des facteurs pertinents mesurés afin de déterminer la qualité des
données. Les valeurs aberrantes significatives, qui résultent habituellement d'un comptage ou d'une
acquisition de données défectueux ou de conditions de fonctionnement atypiques, doivent être examinées. Le
cadre d'aide pratique 3 décrit une méthode d'identification et d'analyse des valeurs aberrantes.
Si certaines valeurs aberrantes sont exclues, il convient de s'assurer que cette exclusion n'introduise pas de
biais dans le modèle de l'IPÉ ou la PER correspondante.
Une inexactitude des dispositifs de mesure utilisés peut compromettre la validité des données collectées. Il
convient que l'organisme envisage un étalonnage périodique des équipements, conformément aux
recommandations du fabricant, afin de réduire le risque de données inexactes.
Il convient de prendre en compte l'exactitude de mesure et le niveau d'incertitude lors de l'interprétation et de
l'établissement de rapports sur les IPÉ.

Cadre d'aide pratique 3 : Identifier et analyser les valeurs aberrantes

En général, les valeurs aberrantes seront identifiées par l'examen d'un diagramme de dispersion. Pour
cela, il est possible de se référer à la fonction mathématique linéaire ou non des facteurs pertinents, la
moyenne, l'écart-type et l'erreur standard de la moyenne des données calculées. Les points de données
dépassant un nombre prédéterminé d'écarts-types par rapport à la valeur fournie par la fonction, peuvent
être considérés comme des valeurs aberrantes.
Les valeurs aberrantes peuvent résulter d'un mesurage défectueux, d'erreurs dans le traitement des
données ou simplement de valeurs extrêmes dues à des opérations atypiques. Par exemple, un arrêt
annuel de l'usine se traduira par une variation significative de la consommation énergétique qui, lors de
l'analyse, apparaîtra comme une valeur aberrante. Avant d'exclure une valeur aberrante, il convient de
procéder à des investigations pour déterminer s'il existe une raison légitime à cette aberration et, si cette
valeur est exclue, il convient de consigner par écrit les raisons de cette exclusion.

18 © ISO 2014 – Tous droits réservés


ISO/DIS 50006

4.4.3.6 Calculer et tester les performances énergétiques de référence

Pour établir la PER, il convient de calculer l'IPÉ correspondant en utilisant les données relatives à la
consommation énergétique et aux facteurs pertinents de la période de référence. Le cas échéant, il convient
de tester la validité de la PER afin de s'assurer qu'il s'agit d'une référence appropriée pour la comparaison. De
nombreux tests statistiques peuvent être utilisés, tels que le test de Fisher (test F) et le coefficient de
2
détermination (R ) qui en découlent. Il convient d'enregistrer les résultats des tests.

4.5 Utiliser les indicateurs de performance énergétique et les performances énergétiques


de référence

4.5.1 Généralités

Pour évaluer les changements dans la performance énergétique, il convient que les organismes quantifient
les IPÉ mesurés pendant la période étudiée et comparent ces valeurs aux PER correspondantes. Il convient
également que l'organisme compare la performance énergétique quantifiée aux cibles définies et prenne des
mesures.

4.5.2 Calculer les changements dans la performance énergétique

De nombreuses méthodes et techniques permettent aux organismes de surveiller et de mesurer la


performance énergétique. Toutefois, trois méthodes courantes permettant de mesurer l'amélioration de la
performance énergétique sont décrites ci-après. En désignant la valeur de référence de l'IPÉ par « B » et la
valeur rapportée de l'IPÉ par « R », ces méthodes sont les suivantes :

a) Différence absolue : il s'agit de la différence entre la valeur de l'IPÉ pendant la période de référence et
les valeurs de l'IPÉ pendant la période étudiée.

Exemple Différence absolue = R - B.

b) Variation relative (pourcentage) : il s'agit de la variation des valeurs entre la période de référence et la
période étudiée, exprimée en pourcentage de la valeur de la PER.

Exemple Variation relative (pourcentage) = [(R – B) / B] x 100

c) Facteur : il s'agit du ratio de la valeur associée à la période étudiée à la valeur associée à la période de
référence.

Exemple Facteur = (R/B)

Ces trois méthodes courantes peuvent être utilisées pour tous les types d'IPÉ et de PER.

4.5.3 Déterminer s'il convient de normaliser les performances énergétiques de référence

Une comparaison directe entre la valeur d'un IPÉ et la PER correspondante permet une mesure simple de
l'amélioration, de la progression ou des changements dans la performance énergétique. Cette méthode
directe ou non normalisée reflète les résultats de toutes les activités réalisées pendant la période étudiée et
englobe les contributions de tous les facteurs pertinents.

Parfois, l'organisme peut cependant avoir besoin de déterminer le changement dans la performance résultant
d'activités et de conditions spécifiques sélectionnées plutôt que de l'effet de certains facteurs. Un exemple
type est l'examen des usages énergétiques d'un bâtiment entre deux périodes où la température extérieure
était différente. Lorsqu'un organisme souhaite comparer sa consommation énergétique entre deux périodes,
en tenant compte de l'effet des facteurs pertinents, il peut choisir de normaliser la PER. L'organisme utiliserait
les facteurs pertinents en question pour normaliser la PER, ce qui permettrait de comparer la consommation
énergétique sur les deux périodes.

© ISO 2014 – Tous droits réservés 19


ISO/DIS 50006

Les situations dans lesquelles un organisme peut souhaiter normaliser ces PER en utilisant des variables afin
d'obtenir des informations utiles liées à la performance énergétique, peuvent comprendre les situations dans
lesquelles des variables ont un impact sur la consommation énergétique, telles que :

 la température extérieure ;

 le pourcentage d'occupation ou le type d'utilisation d'un bâtiment ;

 les heures de fonctionnement ;

 les variations de la production ;

 les changements dans les matières premières ;

 les changements de type de produit ;

 les modifications du procédé ;

 les variations de volume et de quantité ;

 la situation géographique ;

 les conditions d'environnement ;

 les équipements devant être utilisés dans l'installation ;

 les facteurs légaux.

Les mesurages directs des IPÉ donnent leur valeur à, ou sur, une période spécifique. Par exemple :

 la consommation énergétique d'un site en 2010 était de 1 200 000 kWh ;

 l'énergie consommée pour l'éclairage durant un mois était de 24 MWh.

Le problème potentiel avec les IPÉ est que, à moins que l'utilisateur n'ait quelques connaissances préalables
de l'IPÉ et des objectifs de l'organisme, une valeur directe peut avoir une utilité limitée. Les mesurages directs
permettent de déterminer une tendance dans le temps et c'est la valeur tendancielle de l'IPÉ qui est
informative plutôt que la valeur à instant précis dans le temps.

Les mesurages comparatifs permettent dans une certaine mesure de pallier les limites des mesurages
directs. Les mesurages comparatifs examinent la performance sur une période.

Cadre d'aide pratique 4 : Évaluation des mesures comparatives

Exemple : la consommation d'électricité d'un site a diminué de 200 000 kWh/an entre 2008 et 2012.

En l'absence d'information supplémentaire sur les modifications intervenues entre 2008 et 2012, il serait
difficile de déterminer si des progrès ont été faits pour atteindre les objectifs et les cibles de l'organisme.

Par exemple, si la demande sur le marché a nécessité une modification de la gamme de produits fabriqués
en 2011 et 2012, la chute de la consommation mentionnée ci-dessus pourrait en fait être liée ou non à des
améliorations de la performance énergétique. Si l'organisme a établi des cibles d'amélioration basées sur
l'efficacité énergétique ou l'intensité énergétique ou la consommation énergétique totale, en excluant les
effets attribués à des modifications de la gamme de produits, et non sur des réductions brutes résultant de
toutes les causes ou mesures, alors la comparaison directe des résultats, qui indique une amélioration,
pourrait être trompeuse.

L'Annexe D fournit des informations sur la normalisation des PER en utilisant des variables.

20 © ISO 2014 – Tous droits réservés


ISO/DIS 50006

4.5.4 Communiquer les changements dans la performance énergétique

Il convient de démontrer que les IPÉ sont adaptés à l'usage et aux utilisateurs prévus. Il convient qu'ils soient
présentés avec une PER et une valeur cible. Il convient qu'ils soient affichés ou consignés dans un rapport.
Les exemples d'affichage comprennent ce qui suit :

 tableaux de bord et diagrammes à secteurs imprimés et présentés sur des panneaux d'affichage ;

 tableau de bord des IPÉ affichés sur grand écran ;

 compétition entre divisions ayant les mêmes IPÉ ;

 panneaux à diodes électroluminescentes ;

 intranet de l’organisme ;

 messages textuels sur téléphones mobiles ;

 rapport d'analyse spécifique.

Pour des informations sur les méthodes de surveillance et de compte-rendu de la performance énergétique,
voir l'Annexe E.

4.6 Actualiser et ajuster les indicateurs de performance énergétique et les performances


énergétiques de référence

Lorsque les organismes apportent des modifications à leurs installations, systèmes ou procédés, l'usage
énergétique, la consommation énergétique et les facteurs pertinents sont généralement impactés. Il convient
que l'organisme s'assure que les IPÉ actuels et leurs périmètres et PER respectifs sont toujours appropriés et
efficaces pour mesurer la performance énergétique. S'ils ne le sont plus, il convient que l'organisme modifie
ou définisse de nouveaux IPÉ ou ajuste les PER. Des exemples de telles modifications sont présentés dans
le Tableau 5.

Tableau 5 — Types de modifications des IPÉ et des PER (1 sur 2)

Type de Modifications requises


modification
Modification Lorsqu'un organisme apporte une modification fondamentale aux formes d'énergie qu'il
des usages utilise, il peut être nécessaire de modifier le suivi (IPÉ) et la manière dont ces facteurs sont
énergétiques pondérés dans la PER.
Modifications Lorsqu'un organisme met en œuvre des modifications opérationnelles significatives, il est
opérationnelles possible que les IPÉ et les PER puissent être impactés. Par exemple, si un organisme
introduit un nouveau procédé, il peut envisager d'établir une nouvelle PER après cette
modification.
Disponibilité Les améliorations du système de mesure et de collecte des données de l'installation peuvent
des données aboutir à la mise à disposition de données de meilleure qualité ou à la mise en évidence de
nouveaux facteurs pertinents. Une modification des IPÉ et des PER peut donc être
souhaitable.
Modifications Les organismes peuvent souhaiter actualiser la période de PER afin de consolider les
des cibles réalisations et de se concentrer sur l'amélioration par rapport à la performance énergétique
actuelle plutôt que passée. Une décision stratégique de cette nature nécessiterait
l'actualisation de la PER à une période récente (par exemple l'année précédente) pour servir
de nouveau point de référence.

© ISO 2014 – Tous droits réservés 21


ISO/DIS 50006

Tableau 5 — Types de modifications des IPÉ et des PER (2 sur 2)

Type de Modifications requises


modification
Modifications des Si des facteurs statiques, identifiés lors de la détermination de la PER, changent et
facteurs statiques deviennent des facteurs pertinents ayant un impact sur la consommation énergétique, la PER
peut alors être ajustée, dans la mesure où des données sont disponibles pour les facteurs
statiques. En l'absence de telles données, il peut alors être nécessaire d'actualiser la PER
pour refléter une période incluant les facteurs pertinents. Un exemple serait le passage de
3 postes par jour à 1 poste par jour ou le passage d'une semaine de 7 jours à une semaine
de 5 jours. Lorsque les heures de fonctionnement d'une installation changent, il peut être
nécessaire d'ajuster la PER.
Conformément à L'organisme peut juger utile d'identifier à l'avance les conditions qui nécessiteraient une
une méthode modification des IPÉ ou un ajustement des PER. L'organisme peut également prédéterminer
prédéfinie les règles et les méthodes à utiliser pour effectuer les ajustements. Un exemple pourrait
concerner les IPÉ et les PER établis pour se conformer à des exigences légales ou à d'autres
exigences (par exemple d'organismes externes). Des règles et des méthodes seraient
établies pour savoir quand et comment les IPÉ et les PER seraient déterminés et ajustés
pour répondre à ces exigences.
Revue de direction L'un des éléments d'entrée de la revue de direction est la revue des IPÉ. Par conséquent, un
élément de sortie corollaire est une modification possible des IPÉ.

Une modification significative des valeurs d'un IPÉ peut indiquer une modification sous-jacente de la
performance énergétique, ou des facteurs pertinents nécessitant un ajustement de la PER.

Lorsqu'un organisme utilise un IPÉ basé sur un modèle, il convient qu'il teste l'IPÉ et la PER actuels pour
déterminer s'ils représentent toujours une comparaison valable pour le calcul de la performance énergétique.
Il convient de comparer les valeurs des facteurs pertinents durant la période étudiée à celles durant la période
de référence pour déterminer si elles sont statistiquement valables. Il existe plusieurs manières de comparer
ces valeurs (voir 4.4.3).

Exemple : Dans le premier cas, un organisme peut examiner la moyenne statistique des valeurs des facteurs
pertinents durant la période étudiée pour voir si elle se situe dans les limites d'un nombre prédéterminé
d'écart-types par rapport à la période de référence. Si ce n'est pas le cas, l'organisme peut décider d'établir
une nouvelle PER. D'autres organismes peuvent étudier les intervalles de confiance et réaliser
éventuellement des tests statistiques supplémentaires.

Il est important de noter que la méthodologie permettant de déterminer et d'actualiser les IPÉ doit être
enregistrée et revue régulièrement.

22 © ISO 2014 – Tous droits réservés


ISO/DIS 50006

Annexe A
(informative)

Informations générées par la revue énergétique en vue d'identifier les


IPÉ et d'établir les PER

L'ISO 50001 exige de procéder à une revue énergétique. Le Tableau A.1 fournit des détails supplémentaires
sur les activités résultant de la revue énergétique.

Tableau A.1 — Exemples d'activités de la revue énergétique

Revue énergétique Activités types résultant de la revue énergétique


a) analyser les usages —a1) identifier les sources – Créer une liste : source d'énergie et valeur
et la consommation d'énergie actuelles énergétique (consommation, puissance maximale
énergétiques à partir absorbée, etc.)
de mesures et d'autres
données —a2) évaluer les usages et la – Créer des tableaux de bord de la valeur énergétique
consommation énergétiques par usage (finalité)
passés et présents – Créer des tableaux de bord de la valeur énergétique
par source d'énergie
b) identifier, d'après les —b1) identifier les installations, – Créer une liste : installations, équipements,
analyses des usages équipements, systèmes, systèmes, procédés
et de la consommation procédés et personnels – Ajouter à cette liste les informations relatives au
énergétiques, les travaillant pour ou au nom de personnel
secteurs d'UÉS l'organisme et ayant un impact
– Ajouter à cette liste les valeurs énergétiques
significatif sur les usages et la
consommation énergétiques – Ajouter à cette liste les informations relatives aux
UÉS candidats
—b2) identifier d'autres facteurs – Identifier les facteurs pertinents ayant un impact sur
pertinents ayant un impact la valeur énergétique (voir 4.2.4, définir et quantifier
significatif sur les UÉS les facteurs pertinents)
—b3) déterminer la performance – Créer une liste : finalité du management à chaque
énergétique actuelle des niveau de management et hiérarchiser (voir 4.3.2)
installations, équipements, – Définir le périmètre du SMÉ et des IPÉ (voir4.2.2)
systèmes et procédés liés aux
– Identifier les IPÉ dans chaque périmètre d'IPÉ
UÉS identifiés
(voir 4.3)
– Établir les PER correspondant aux IPÉ (voir 4.4)
—b4) estimer les usages et la – Estimer la valeur énergétique à l'aide du tableau de
consommation énergétiques bord (A2)
futurs – Estimer la valeur énergétique à l'aide du modèle de
PER en cas d'utilisation d'un IPÉ basé sur un modèle
(voir Annexe C)
c) identifier, – Examiner les IPÉ et créer une liste
hiérarchiser et – Ajouter à cette liste une valeur (ou mesure) cible
enregistrer les pour chaque IPÉ
potentiels
– Estimer grossièrement l'investissement
d'amélioration de la
performance – Hiérarchiser la liste par impact en termes
énergétique d'investissement et identifier les opportunités
– Établir et enregistrer un plan d'exécution

© ISO 2014 – Tous droits réservés 23


ISO/DIS 50006

Annexe B
(informative)

Périmètres des IPÉ dans le procédé de production

Dans le cadre du processus d'amélioration de la performance énergétique, il est important d’identifier la partie
la plus inefficace du système de production. Un périmètre d'IPÉ peut être utilisé efficacement pour se
concentrer sur cette partie en réduisant le périmètre. Dans la première étape, le périmètre de l'IPÉ est l'usine
dans son intégralité. Pour l'usine dans son intégralité, les points peuvent apparaître sous forme d'un nuage
aléatoire, comme dans le graphique X-Y présenté en 4.2.4. Dans ce cas, il convient de diviser le périmètre
cible en plusieurs périmètres d'IPÉ. Au cours de l'étape suivante, il convient de réduire le périmètre de l'IPÉ
aux UÉS du système de production pour pouvoir identifier plus précisément l’opportunité d'amélioration de
l'efficacité énergétique. La Figure B.1 illustre le processus de division du périmètre d'un IPÉ.

Figure B.1 — Processus de division du périmètre d'un IPÉ

La division du périmètre des IPÉ pourrait être réalisée comme suit :


a) Il convient de réduire au minimum le nombre de divisions.
Il est tout d'abord recommandé de diviser le périmètre en deux, UÉS et autres.
b) Il convient de classer ensemble les installations fonctionnant de la même manière.
Il convient de diviser l'installation en plusieurs parties (par exemple installations pour le produit X, installations
pour le produit Y, installations de services publics).
c) Il convient d'établir les PER pour chaque état opérationnel du périmètre de l'IPÉ.
L'état opérationnel se rapporte à une augmentation du régime de production, un fonctionnement normal, un
maintien de la production, un arrêt de la production, etc. Au minimum, il est recommandé que les organismes
établissent la PER pour au moins deux conditions d'état opérationnel : dans des conditions de production et
dans des conditions d'arrêt.
Avec les procédures ci-dessus, les caractéristiques énergétiques de l'organisme peuvent être aisément
modélisées. Cette méthode divise un périmètre en sous-périmètres et les modélise selon leur état. Cette
méthode est plus simple que l'analyse de données diverses et la création d'un modèle de régression non
linéaire.

24 © ISO 2014 – Tous droits réservés


ISO/DIS 50006

Annexe C
(informative)

Lignes directrices supplémentaires relatives aux indicateurs de


performance énergétique et aux performances énergétiques de référence

C.1 Exemples de facteurs statiques et de facteurs pertinents


Les exemples supplémentaires de facteurs statiques et de facteurs pertinents comprennent le taux de
production, la gamme de produits, le type ou la qualité des matières premières, le nombre d'arrêts et de
démarrages, les différents modes de fonctionnement, la fiabilité des systèmes, les conditions d'environnement
telles que l'humidité ou la température, les niveaux d'occupation et la proportion de salles ou d'étages
climatisés.

C.2 Types d'indicateurs de performance énergétique


C.2.1 Valeur énergétique mesurée
Lorsqu'un organisme détermine des objectifs, des cibles et des plans d'actions pour réaliser des économies
d'énergie absolues, il choisit alors des IPÉ permettant de surveiller la consommation énergétique absolue. La
PER doit simplement contenir les données de consommation énergétique pour la période de collecte de
données choisie qui est représentative des schémas de consommation énergétique de l'organisme.
De nombreux organismes peuvent choisir de viser une amélioration de la consommation énergétique absolue
et, par conséquent, choisissent des IPÉ appropriés et établissent une PER correspondante appropriée pour
comparer les modifications de la consommation énergétique.
Exemples :

 consommation énergétique par an ;

 consommation énergétique par type d'énergie.

Les exemples de situations dans lesquelles des IPÉ de type « valeur mesurée absolue » peuvent être
pertinents et adéquats sont les suivants :

 une ligne ferroviaire nationale sur laquelle le nombre de trains circulant chaque année ne varie pas beaucoup ;
ou, si un nouveau service à grande vitesse est lancé, cet effet peut être traité en ajustant la PER ;

 un immeuble de bureaux ou de commerces occupé par son propriétaire ;

 un entrepôt frigorifique appartenant à une chaîne de supermarchés ;

 une station municipale de traitement des eaux usées dans un lieu ayant un régime de précipitation
relativement stable.
Lorsque la consommation énergétique est impactée par des facteurs pertinents, il convient d'utiliser un IPÉ
basé sur un modèle pour calculer les économies d'énergie (voir C.2.3).

C.2.2 Ratio
De nombreux organismes choisissent d'examiner l'énergie dans sa relation avec un facteur spécifique, tel que
la production ou les mètres carrés de surface d'un bâtiment, etc. Les organismes exploitant de nombreuses
installations de même nature utilisent de tels indicateurs pour surveiller l'amélioration de la performance
énergétique dans le temps, comparer la performance énergétique des différentes installations et/ou évaluer la
performance énergétique par rapport à ses concurrents ou à des normes industrielles. De tels indicateurs sont
appelés ratios énergétiques ou efficacité énergétique. Dans de tels cas, l'énergie est divisée par une unité de
production ou une autre mesure pertinente (par exemple, pour un immeuble commercial, les mètres carrés de
surface au sol peuvent être appropriés).
EXEMPLE Quantité d'énergie utilisée par produit unitaire.

© ISO 2014 – Tous droits réservés 25


ISO/DIS 50006

C.2.3 IPÉ basé sur un modèle


La dernière classe d'indicateurs se rapporte aux situations dans lesquelles la performance énergétique
dépend de multiples facteurs. Des modèles peuvent être déterminés par régression linéaire, régression non
linéaire (par exemple les relations non linéaires qui lient l'énergie au débit dans les ventilateurs), ou peuvent
être définis en utilisant une base physique. La physique est susceptible d'être utilisée lorsque la relation entre
l'énergie et d'autres facteurs implique des relations complexes qui ne peuvent pas être déterminées avec
exactitude par régression.
Les IPÉ basés sur un modèle sont également utiles pour l'examen et l'évaluation d'une action visant à
améliorer la performance énergétique.
Exemples :

 influence de la température extérieure sur la consommation énergétique ;

 impact d'une maintenance régulière sur le rendement des procédés de production ;

 impact des variations de la consommation d'une source d'énergie sur la consommation d'autres types d'énergie.

Le Tableau C.1 donne des descriptions supplémentaires concernant les types d'IPÉ courants.
Tableau C.1 — Exemples de types d'IPÉ et de leurs applications
Élément Exemple 1 Exemple 2 Exemple 3
Valeur énergétique mesurée Ratio de valeurs mesurées Modèle statistique

Type – Usine de pâte à papier et – Site sidérurgique – Chaîne hôtelière


d'entreprise papier

Procédé – Production de vapeur par – Four électrique à arc – Chauffage par chaudière au fioul
(1) chaudière biomasse
(2) chaudière au fioul

Objectif – Supprimer l'usage du fioul – Atteindre les références – Réduire les coûts
pour réduire les coûts mondiales en termes de
consommation
énergétique spécifique et
rester en activité

Action – Augmenter l'efficacité – Nombreuses actions – Formation des opérateurs de la


d'amélioration énergétique de la chaudière d'amélioration chaudière
biomasse

IPÉ et PER – Consommation de fioul – CÉS (kWh/tonne) – Efficacité énergétique (L/degré-


correspondante (L/mois) jour)

Cible – IPÉ = 0 (L/mois) – Réduire la CÉS de 2 % – Améliorer l'efficacité énergétique


par an et atteindre les de 5 %
références mondiales en
4 ans.

Note – L'entreprise ne se préoccupe – Cet hôtel a tout d'abord utilisé la


pas de la température facture énergétique comme IPÉ.
extérieure ni d'une Toutefois, l'effet de l'action visant à
modification de la améliorer la performance
production. énergétique n'a pas pu être
confirmé car le prix unitaire du fioul
était à la hausse et la température
moyenne durant la période de
référence était élevée. Par
conséquent, cette entreprise a
décidé d'utiliser l'efficacité
énergétique comme IPÉ.

26 © ISO 2014 – Tous droits réservés


ISO/DIS 50006

C.3 Comment définir une performance énergétique de référence


Une PER représente les valeurs de référence d'un IPÉ à un point donné ou pour une période donnée, par
rapport auxquelles la performance énergétique future sera évaluée. Une PER estime la situation énergétique
dans les conditions de la période de référence en utilisant des facteurs pertinents.

Une PER peut être exprimée par :

 une expression relationnelle (par exemple une formule liant l'efficacité énergétique d'un système à la
température journalière et à la production journalière) ; ou

 un ensemble de données énergétiques brutes dans une feuille de calcul.

Il convient d'établir une PER en utilisant des valeurs mesurées pour les IPÉ et d'autres facteurs pertinents.
Dans de nombreux cas, les valeurs de production des installations ne varieront pas sur une courte période.
Pour obtenir la PER avec l'exactitude souhaitée, il convient que la période de référence permette d'obtenir
une quantité de mesures adéquate pour déterminer les variations normales du volume de production et les
facteurs saisonniers.

Dans de nombreux cas, la PER la plus complète sera déterminée en utilisant une analyse basée sur un
modèle. Néanmoins, une analyse de régression est appropriée uniquement dans le cas où des données
adéquates sont disponibles. Lorsque les données sont insuffisantes ou indisponibles, une PER basée sur
d'autres types d'IPÉ, tels que la consommation énergétique absolue ou l'efficacité énergétique, pourrait être
utilisée (voir Tableau 4). En présence de multiples facteurs pertinents, il devrait être utile de diviser le
périmètre de l'IPÉ en utilisant la méthode décrite à l'Annexe B.

C.4 Utilisation d'un IPÉ basé sur un modèle pour définir une performance
énergétique de référence
Si l'on dispose de données adéquates décrivant les usages énergétiques et tous les facteurs censés avoir un
impact sur les usages énergétiques, une analyse de régression peut être une méthode appropriée pour
déterminer une PER. La nature des données disponibles ainsi que les relations entre les données
déterminent le type d'analyse de régression à réaliser. Des progiciels de statistiques sont disponibles pour
permettre aux chercheurs de construire des modèles de régression en utilisant de grandes quantités de
données.

Pour déterminer si une analyse de régression est appropriée pour établir une PER, il convient que la
personne chargée d'établir la PER connaisse les méthodes statistiques ou consulte des collègues ou des
ressources externes ayant ces connaissances. Sans connaissance des statistiques, les modèles de
régression peuvent être mal définis et/ou mal interprétés et pourraient conduire à des décisions et des actions
inappropriées en réponse à des résultats erronés.

C.5 Étude de cas


Un organisme fabrique deux gammes de produits : A et B.

Après avoir procédé à une revue énergétique approfondie de son installation de fabrication, l'équipe de
management de l'énergie de l'organisme tire les conclusions suivantes :

 l'installation utilise l'électricité, achetée à un fournisseur externe, comme seule source d'énergie ;

 le taux de production (cadence de production) de chaque chaîne de production peut varier de zéro à
100 % ;

 la production de chaque chaîne de production est mesurée séparément en kilogrammes ;

 la CÉS (consommation énergétique par kilogramme) de la chaîne B est 10 fois plus élevée que celle de
la chaîne A et la production de chaque chaîne est quasiment identique ;

 la qualité des matières premières varie ; et

 un projet de mise à niveau de tous les moteurs de la chaîne de production A est programmé.

© ISO 2014 – Tous droits réservés 27


ISO/DIS 50006

Les différentes fonctions au sein de l'organisme comprennent un directeur administratif/commercial, le chef


d'exploitation des installations, le service comptabilité, l'ingénieur de la chaîne de production A et l'ingénieur
de la chaîne de production B, ainsi que les techniciens d'exploitation pour chaque chaîne. L'équipe de
management de l'énergie organise des réunions avec chacune de ces fonctions, et sur la base de ces
discussions, détermine que, en raison du caractère multi-niveaux de l'organisme, chaque niveau ayant une
responsabilité spécifique en matière de performance énergétique à son propre niveau et dans sa sphère de
contrôle, il convient de définir un ensemble d'IPÉ à plusieurs niveaux afin de fournir à l'organisme les
informations dont il a besoin pour gérer efficacement et améliorer la performance énergétique. Chaque
groupe fonctionnel aura besoin de différents niveaux d'informations pour satisfaire aux exigences de
management et pour répondre aux questions spécifiques de management de l'énergie. Étant donné que les
deux chaînes de production ont des CÉS relativement différentes, l'IPÉ choisi au niveau de l'installation est la
consommation énergétique par unité monétaire de production (intensité énergétique).

L'équipe collecte ensuite les données de séries chronologiques, au niveau de l'installation et au niveau de la
chaîne de production, relatives à la consommation énergétique, aux coûts de l'énergie, à la qualité et à la
quantité de matières premières, à la production de chaque chaîne et aux conditions météorologiques.
L'équipe utilise les données collectées pour modéliser l'installation et les deux chaînes de production. Par une
analyse des données et du modèle, l'équipe détermine qu'il existe une corrélation entre les variations de
certains des facteurs et la consommation énergétique. L'équipe identifie les facteurs suivants comme facteurs
pertinents : niveau de production, taux de production, gamme de produits et humidité de l'air.

La qualité des matières premières n'entraîne pas de variation significative de la consommation énergétique.
L'équipe définit les IPÉ suivants selon un ordre hiérarchique, les IPÉ de niveau élevé (par exemple 1.1) étant
associés à des exigences d'information de niveau élevé, les IPÉ plus spécifiques (par exemple 2.1.1.1) étant
destinés aux ingénieurs et techniciens des chaînes de production, comme indiqué dans le Tableau C.2.

Tableau C.2 — Exemples d'IPÉ

IPÉ Niveaux des IPÉ

1 IPÉ au niveau de la 1.1 Consommation énergétique au niveau de l'installation (kWh/jour)


direction de l'installation 1.1.1 Consommation énergétique au niveau de l'installation par production en valeur
(kWh/US$) – pondérée par production en valeur

2 IPÉ de la chaîne de 2.1 Consommation énergétique de la chaîne A (kWh/jour)


production A 2.1.1 Consommation énergétique de la chaîne A par kg de produit fabriqué (kWh/kg)
2.1.1.1 Consommation énergétique de la chaîne A par kg de produit fabriqué (kWh/kg) –
normalisé pour l'humidité de l'air
2.1.1.2 Consommation énergétique de la chaîne A par kg de produit fabriqué (kWh/kg) –
normalisé pour la cadence de production
2.1.1.2.1 Consommation énergétique de la chaîne A par kg de produit fabriqué (kWh/kg) –
normalisé pour l'humidité de l'air et la cadence de production

3 IPÉ de la chaîne de 2.1 Consommation énergétique de la chaîne B (kWh/jour)


production B 2.1.1 Consommation énergétique de la chaîne B par kg de produit fabriqué (kWh/kg)
2.1.1.1 Consommation énergétique de la chaîne B par kg de produit fabriqué (kWh/kg) –
normalisé pour l'humidité de l'air
2.1.1.2 Consommation énergétique de la chaîne B par kg de produit fabriqué (kWh/kg) –
normalisé pour la cadence de production
2.1.1.2.1 Consommation énergétique de la chaîne B par kg de produit fabriqué (kWh/kg) –
normalisé pour l'humidité de l'air et la cadence de production

L'équipe de management de l'énergie se réfère au Tableau C.3 pour l'utilisation et l'objectif des IPÉ.

28 © ISO 2014 – Tous droits réservés


ISO/DIS 50006

Tableau C.3 — Utilisation et objectif des IPÉ

Niveaux des IPÉ Objectif/Besoin Type d'IPÉ Utilisateurs de l'IPÉ


1.1 Consommation énergétique de – Maîtrise du coût Valeur – Direction
l'installation (kWh/jour) global de production énergétique – Service comptabilité
– Établissement du mesurée
– Dirigeants d'entreprise
budget
– Responsables du
budget
1.1.1 Consommation énergétique par – Maîtrise totale de Ratio de valeurs – Décideurs au niveau de
unité de production en valeur au niveau l'efficacité mesurées l'installation
de l'installation (kWh/US$) énergétique – Directeur du marketing
– Évaluation de l'effet – Service des ventes
d'une action
d'amélioration – Responsable de
fabrication
– Directeur commercial
– Propriétaire des
installations
2.1 Consommation énergétique de la – Maîtrise du coût IPÉ basé sur la – Ingénieur de la chaîne
chaîne A (kWh/jour) global de production valeur énergétique de production A
de la chaîne A mesurée – Responsable du budget
– Établissement du – Service comptabilité
budget
2.1.1 Consommation énergétique de la – Maîtrise de l'efficacité Ratio de valeurs – Directeur du marketing
chaîne A par kg de produit fabriqué énergétique de la mesurées – Service des ventes
(kWh/kg) chaîne A
– Directeur commercial
– Évaluation de l'effet
d'une action visant à – Ingénieur de la chaîne
de production A
améliorer la
performance – Responsable du budget
énergétique – Service comptabilité
2.1.1.1 Consommation énergétique de – Évaluation de l’impact Ratio de valeurs – Ingénieur de la chaîne
la chaîne A par kg de produit fabriqué de l'humidité de l'air mesurées de production A
(kWh/kg) – normalisé pour l'humidité de – Techniciens
l'air d'exploitation de la
chaîne de production A
2.1.1.2 Consommation énergétique de – Évaluation de l’impact Ratio de valeurs Comme en 2.1.1.1
la chaîne A par kg de produit fabriqué de la cadence de mesurées
(kWh/kg) – normalisé pour la cadence production
de production
2.1.1.2.1 Consommation énergétique – Évaluation de l’impact Ratio de valeurs Comme en 2.1.1.1
de la chaîne A par kg de produit de la cadence de mesurées
fabriqué (kWh/kg) – normalisé pour production et de
l'humidité de l'air et la cadence de l'humidité de l'air
production
Répété pour la chaîne B

© ISO 2014 – Tous droits réservés 29


ISO/DIS 50006

Annexe D
(informative)

Normalisation des performances énergétiques de référence en utilisant


des facteurs pertinents

Dans certains cas, les organismes peuvent choisir de normaliser leurs performances énergétiques de
référence en utilisant des facteurs. Ces cas concernent généralement des situations dans lesquelles les
valeurs des facteurs pertinents durant la période de référence et les périodes étudiées ou d'exploitation sont
sensiblement différentes. Les exemples types de facteurs pertinents pouvant avoir un impact sur la
consommation énergétique comprennent les conditions météorologiques, l'occupation du bâtiment, les heures
de fonctionnement de l'installation, les variations de la gamme de produits, les volumes de production, etc. La
normalisation vise à rendre les valeurs des facteurs pertinents comparables les uns aux autres durant la
période de référence et la période étudiée afin de neutraliser l'effet des différences de valeurs des facteurs
pertinents durant les deux périodes.
Normalisation est un terme largement utilisé dans de nombreuses activités qui peut avoir des significations
nettement différentes selon les domaines et les applications. Dans le présent contexte, la normalisation d'une
performance énergétique de référence est utilisée pour décrire le processus d'estimation de la consommation
énergétique dans la période référence en utilisant les valeurs des facteurs des IPÉ durant les périodes
étudiées. Ceci a pour but de calculer une valeur ajustée de consommation énergétique de référence
(consommation énergétique attendue) par rapport à laquelle la valeur de consommation énergétique de l'IPÉ
peut être comparée sur une base permettant d'égaliser les valeurs des facteurs dans les deux périodes. Le
concept est illustré à la Figure D.1.
Dans la figure ci-dessous, la ligne de tirets représente la consommation énergétique absolue et les données
relatives aux facteurs pertinents pendant la période d'exploitation. L'organisme peut également choisir
d'évaluer la performance uniquement pendant une période spécifiée de la période étudiée en fonction de ses
exigences. La ligne en pointillés représente la consommation énergétique normalisée. La consommation
énergétique normalisée est une valeur (ou une série de valeurs) de consommation énergétique calculée qui
intègre les valeurs des facteurs pertinents de la période étudiée dans l'équation de la PER.

Figure D.1 — Normalisation


On obtient une valeur calculée de la consommation énergétique (ou une estimation de l'énergie) qui aurait été
consommée pendant la période d'exploitation, si la relation mathématique entre l'énergie et les facteurs
pertinents était identique à celle de la période de référence.

30 © ISO 2014 – Tous droits réservés


ISO/DIS 50006

L'équation de la PER est la relation mathématique entre l'énergie et les facteurs pertinents pour l'ensemble de
données de PER. Une équation de PER peut par exemple prendre la forme suivante :
Énergie (kWh/semaine) = A (kWh/semaine) + B * Produit A (unités par semaine) + C * AvT (température
moyenne par semaine)
où :
A = part fixe de la consommation énergétique (parfois appelée consommation énergétique de base) ;
B = CÉS par unité de produit A (kWh/unité) ;
Produit A = facteur pertinent (RV1) ;
C = CÉS par degré de température moyenne par semaine (kWh semaine/degC) ;
AvT = facteur pertinent (RV2).
Les facteurs A, B et C seront obtenus par régression linéaire ou non linéaire ou par la compréhension d'un
système fondé sur la physique.
La consommation énergétique PER normalisée (NEnBEC) serait calculée comme suit :
NEnBEC = A + B* Produit A (PP) + C* AvT (PP)
où :
les valeurs de A, B et C sont conformes à l'équation de performance de la PER calculée à partir de
l'ensemble de données de PER ;
Produit A (PP) = valeur mesurée de RV1 pendant la période étudiée ;
AvT (PP) = valeur mesurée de RV2 pendant la période étudiée.
Le concept du processus de calcul ci-dessus est illustré à la Figure D.2.

où E : consommation énergétique
P : production
indice base : période de référence
indicerep : période étudiée
indice est : estimé
indiceact : réel (mesuré)
Figure D.2 — Processus de calcul de normalisation

© ISO 2014 – Tous droits réservés 31


ISO/DIS 50006

Annexe E
(informative)

Surveillance et compte-rendu de la performance énergétique

E.1 Généralités
La Figure E.1 offre un panorama des méthodes de suivi et de compte-rendu de la performance énergétique.
Les résultats mesurés sont affichés en fonction des besoins des utilisateurs. Une synthèse des résultats
relatifs à l'ensemble de l'organisme est appropriée pour la direction. L'opérateur a besoin du résultat de toute
action spécifique. L'ingénieur a besoin du résultat détaillé pour trouver les opportunités d’amélioration la
performance énergétique.

La valeur énergétique actuelle et les facteurs pertinents associés sont représentés directement par les IPÉ.
Par ailleurs, les informations relatives à la période de référence sont enregistrées sous forme d'un ensemble
de données et fournies à titre de comparaison. Les valeurs estimées de la PER sont également fournies si
des IPÉ basés sur un modèle sont utilisés.

Figure E.1 — Vue d'ensemble de la surveillance et du compte-rendu de la performance énergétique

32 © ISO 2014 – Tous droits réservés


ISO/DIS 50006

E.2 Types de méthodes et de rapports de suivi


Les organismes peuvent utiliser plusieurs types de rapports et plusieurs types de méthodes de surveillance et
de compte-rendu de la performance énergétique, notamment :

 comparaison de la performance actuelle par rapport à une performance cible : graphique comparatif des
IPÉ cible et actuel ;

 tableau de bord des IPÉ (et des facteurs pertinents) ;

 graphique X-Y (par exemple consommation énergétique et production) ;

 évaluation de la variance (Variance) ;

 graphique des sommes cumulées (Cusum) ;

 affichage à l'aide de différents outils d'analyse (par exemple graphique des sommes cumulées (Cusum)).
La surveillance peut également être effectuée à l'aide d'un graphique d'alarme permettant de détecter en
temps réel les anomalies dans les valeurs des IPÉ.

 graphiques multidimensionnels avec évaluation interne de la performance.


Dans chaque cas, les informations peuvent être représentées graphiquement ou sous forme de tableaux.

E.3 Comparaison des IPE cible et actuel


Des exemples d'IPÉ pour les trois éléments de performance énergétique sont donnés ci-après :

 consommation énergétique (voir Figure 4 en 4.1.7) : les consommations énergétiques de la période de


référence et de la période étudiée sont comparées ;

 efficacité énergétique (voir Figure E.2a) : les consommations énergétiques spécifiques (CÉS) de la
période de référence et de la période étudiée sont comparées ;

 usage énergétique (voir Figure E.2b) : les pourcentages d'une source d'énergie spécifique durant la
période de référence et la période étudiée sont comparés.

Figure E.2 a Figure E.2 b

Figure E.2 — Exemple de comparaison d'IPÉ relatifs à l'efficacité énergétique


et aux usages énergétiques

© ISO 2014 – Tous droits réservés 33


ISO/DIS 50006

Un exemple d'affichage de la PER, de l'IPÉ actuel et de l'IPÉ cible est donné à la Figure E.3. La différence
entre l'IPÉ cible et l'IPÉ actuel est également affichée. Le directeur d'une installation ou un opérateur peut
évaluer l'impact de son travail sur la performance énergétique et prendre des mesures si nécessaire.

Figure E.3 — IPÉ et cible

E.4 Tableau de bord

Il convient de mesurer les indicateurs de performance énergétique (IPÉ) pour chaque installation et
équipement représentant un usage énergétique significatif. Il convient de surveiller en continu ces IPÉ
mesurés individuellement qui peuvent varier dans le temps. Les IPÉ (par exemple consommation
énergétique, CÉS) et les facteurs pertinents peuvent être affichés ensemble dans un tableau de bord en
temps réel. Un IPÉ variera continuellement pour différentes raisons.

En étudiant les causes de la variation, il est possible d'identifier des usages énergétiques inutiles. Comme
illustré à la Figure E.4, l'affichage des résultats de surveillance et de mesurages facilite l'identification des
variations des IPÉ ou des défaillances des équipements.

Figure E.4 — Tableau de bord de la CÉS

34 © ISO 2014 – Tous droits réservés


ISO/DIS 50006

E.5 Graphique X-Y

La relation entre la consommation énergétique et la production journalière ou hebdomadaire peut être


représentée par un graphique X-Y (Figure E.5) et toute amélioration de la performance énergétique peut être
contrôlée visuellement. En 2011, une capacité de production a toujours fonctionné à 100 %. En 2012, cette
capacité de production a été modifiée pour consommer l'énergie en fonction de la production. Par
conséquent, la consommation énergétique correspondant à la consommation énergétique de base a été
nettement réduite.

Figure E.5 — Graphique X-Y

E.6 Unités de compte-rendu

Les graphiques ci-dessus présentent les unités ou pourcentages d'énergie comme unités de compte-rendu.
Le problème potentiel avec cette méthode est que, en général, les personnes n'ont qu'une vague idée de
l'échelle ou de la valeur d'une unité d'énergie type, c'est-à-dire à quoi correspondent exactement 10 GJ ?
Pour surmonter cet obstacle et donner une idée de l'échelle des graphiques, il est possible de convertir les
unités d'énergie en équivalent monétaire.

Deux méthodes sont possibles : utiliser une valeur budgétaire pour l'énergie qui ne varie pas ou utiliser les
coûts d'achat réels des services. Il est clair que la première méthode est beaucoup plus simple à mettre en
œuvre, mais elle est moins précise. Dans la deuxième méthode, il est nécessaire de disposer d'informations
tarifaires pour le service et d'informations sur l'efficacité de la production et de la distribution, lorsque des
utilités, comme la vapeur, sont utilisés.

© ISO 2014 – Tous droits réservés 35