Vous êtes sur la page 1sur 3

INTRODUCTION :

Face aux imperfections des marchés financiers où il existe une asymétrie


d’information entre le dirigeant et les actionnaires, ces derniers peuvent sous ou sur
évaluer la valeur de l’entreprise. Les dirigeant supposé les mieux informés sur leurs
projets d’investissement et leurs flux futures, ainsi que les risques que l’entreprise
encourt. Donc pour donner une idée sur la situation de l’entreprise et la qualité de leurs
projets, les dirigeants essayent d’utiliser des signaux. On parle ici de l’utilisation de la
structure financière comme instrument de signalisation.

Selon la théorie de signal, la valeur d’une entreprise ne dépend pas du degré


d’asymétrie d’information ou l’information elle-même. Cependant, il dépend de
l’interprétation de cette information, autrement dit, comment les actionnaires l’ont
capté.

Le dirigeant dispose d’une panoplie des choix pour donnez des signaux aux
marchés financiers. En effet, il existe la signalisation par l’endettement, la signalisation
par la politique de dividende, la signalisation par augmentation de capital…etc.

Donc à travers ce travail nous allons essayer de voir comment chaque mode de
financement peut donner une idée sur la qualité des projets d’une entreprise et sa
valeur réelle. Autrement dit, on va voir la relation entre la signalisation par chaque
mode de financement et la valeur de l’entreprise.
La signalisation par endettement :

Le financement par endettement engage le dirigeant à rembourser l’intégralité


de la dette ainsi que les charges d’intérêts liées à cette dette. En cas de non
remboursement de la dette par l’emprunteur, le préteur possède la possibilité de mettre
la main sur l’entreprise. Donc face au risque de faillite, le dirigeant doit être plus
performant afin de limiter ce risque et accroitre la valeur de son entreprise. On peut
dire que l’endettement est un signal positif et donne une image sur la bonne situation
de l’entreprise. Donc on peut dire que la valeur de l’Enterprise est positivement
corrélée à la hausse de l’endettement.

Selon Ross (1977) et dans le cadre de la théorie des signaux, considère la dette
comme un signal émet par les dirigeants pour donner une idée sur les flux présents et
futurs de l’entreprise. En ce sens, Ross (1977), montre que seules les firmes
performantes sont prêtes à supporter un endettement relativement important car elles
sont en mesure d’honorer leurs engagements sans aucun problème 1. Ross (1977) a
montré que les entreprises en bonne qualité financière peuvent s’endetter plus que les
entreprises en mauvaise qualité financière, parce que l’endettement conduit à une
grande probabilité de faillite en raison des intérêts des dettes qui représentent un
résultat coûteux pour les entreprises (surtout pour celles qui sont en situation
financière difficile).2

Le postulat fondamental sur lequel est bâti le modèle de Ross (1977) est la
possibilité d’inférer de l’information à partir du niveau d’endettement de la firme. Les
dirigeants détenant des infirmations internes sur la situation financière de l’entreprise
sont incités à les véhiculer aux investisseurs externes. Dans ce cadre, un fort
endettement reflète une forte capacité à honorer ses engagements à l’échéance et
dévoile donc la bonne qualité de l’entreprise. Dès lors, l’endettement semble être un
signal au marché de la qualité de la firme. Les emprunteurs de mauvaise qualité ne
peuvent se signaler en augmentant leurs dettes, sous peine de mettre en péril leurs
entreprises et de tomber en faillite.

1Sondes Draief. Structure financière, gestion des résultats et caractéristiques de la firme.


COMPTABILITE, CONTROLE, AUDIT ET INSTITUTION(S),May2006,Tunisie.pp.CD-Rom. halshs-
00548113.
2 Kebewar, mazen (2012) : La structure du capital et la profitabilité Une étude empirique sur

données de panel françaises. P5.


Donc selon Ross, l’endettement est considéré comme un signal de la bonne
santé financière de l’entreprise.

Poitevin (1989)3 confirme le rôle du signal par la dette en se basant sur un


modèle de concurrence entre des entreprises établies sur le marché et des entreprises
nouvelles. Les investisseurs étant parfaitement informés sur les entreprises établies,
ces dernières sont financées à un prix traduisant leurs vraies valeurs. Les entrants ont,
en revanche des difficultés à avoir une politique financière homogène. L’endettement
n’est, par conséquent une source de financement que pour les entreprises non
vulnérables, capables d’affronter la guerre des prix. C’est un signal crédible sur la
compétitivité d’une entreprise non établie, non seulement aux fournisseurs de capitaux
mais aux partenaires commerciaux et à la concurrence (Osha, 1995). Harris et Raviv
(1991) reconnaissent également le rôle de l’endettement financier comme signal.
Cependant, le niveau d’implication du dirigeant au capital reste un premier signal pour
les investisseurs, le niveau d’endettement n’ayant qu’un effet secondaire.

Myers et Majluf (1984) ajoutent que l’émission d’une dette sans risque ne révèle
aucun signal et n’a aucun effet sur le prix des actions. Alors que l’émission d’une dette
risquée ou d’action conduit à une diminution de la valeur de l’entreprise et celle de ses
actionnaires.

En ce qui concerne l’endettement qui est un signal fort sur le rendement


anticipé et sur le risque, le dirigeant s’endette pour financer un projet risqué,
mais il ne peut pas recourir à l’endettement s’il sait qu’il ne pourra pas honorer
ses engagements. (ross 1977)

3Salah Eddine Kartobi. Déterminants de la structure financière et réactions du marché boursier aux
décisions de financement : cas des sociétés cotées à la bourse des valeurs de Casablanca. Gestion et
management. Université Nice Sophia Antipolis; Université Cadi Ayyad (Marrakech, Maroc), 2013.