Vous êtes sur la page 1sur 4

 

S’ENTENDRE SUR LES CAUSES DE LA MALNUTRITION POUR AGIR ENSEMBLE

Conseils pour faciliter les arbres à problèmes


et à solutions
 
Conseils généraux
Expertise technique clé pour un facilitateur:
• Connaître les concepts de base de la malnutrition dont le Cadre Conceptuel de la
Malnutrition et de la sécurité alimentaire et des moyens d’existence (dont les quatre piliers
de la sécurité alimentaire)
• Avoir une solide expérience de terrain dans l’analyse de la situation / la mise en œuvre de
projets de sécurité alimentaire et/ou de nutrition

Attitudes-clés à adopter :
• Adopter une écoute active :
 Noter les idées intéressantes et s’assurer qu’elles soient prises en compte dans les
arbres
 Ne pas imposer vos idées, mais faire des suggestions afin d’avancer dans la discussion
• Assurer que tout le monde participe à l’exercice :
 Organisez les groupes de façon à ce que tous puissent voir les arbres à problèmes et à
solutions pour la malnutrition affichés au mur, et que tous les membres du groupe
puissent se voir entre eux
 Invitez les personnes “silencieuses” à exposer leurs idées
• Faites attention à votre “langage corporel”

Questions-clés à utiliser pour un facilitateur :


• POURQUOI?
• N’y-a-t-il rien qui manque que vous voudriez ajouter ?
• Etes-vous tous satisfaits avec ce qui a été produit ?

Conseils pour l’animation – Etape par étape :


Étape 1 : Animer la session d’introduction
• Rappelez-vous que vos participants peuvent avoir des niveaux de connaissance et
d’expertise différents ; utiliser la session d’introduction pour :
 Clarifier les concepts comme « sous-nutrition », « sécurité alimentaire », « moyens
d’existence » et « groupe de moyens d’existence »
 Décrire la situation nutritionnelle dans la zone en utilisant des graphiques et des
données nutritionnelles disponibles ; et
 Discuter des régimes et pratiques alimentaires des ménages dans la zone
S’ENTENDRE SUR LES CAUSES DE LA MALNUTRITION POUR AGIR ENSEMBLE

• Créer les groupes de travail :


 Identifier les différents moyens d’existence dans une zone donnée
 Assurez-vous que les membres du groupe de travail soient familiers avec les
caractéristiques de leur groupe de moyens d'existence
 Assurez-vous que chaque groupe est composé de participants avec des expertises et
des profils variés (différentes organisations, positions et expertises de terrain). Le plus
de diversifié le groupe est, le mieux ce sera
 Garder votre groupe avec un nombre gérable de participants
 Essayez d’avoir une parité entre hommes et femmes dans le groupes dans la mesure
où les circonstances le permettent (les participants doivent se sentir à l’aise afin de
pouvoir s’exprimer librement)
• Définir les profils des groupes de moyen d’existence
 Assurez-vous que les profils des groupes de moyen d’existence soient bien définis et
précis (par exemple, les principales caractéristiques de populations pastorales peuvent
différer grandement entre pays et zones géographiques ; et il est important que ces
différences soient comprises)
 Ne pas passer plus de 10-15 minutes sur cette activité

Étape 2 : Animer la session de l’arbre à problèmes pour la malnutrition


• Identifier les problèmes
 Demander aux participants, dont aux membres du groupe les plus silencieux, de
donner leurs opinions sur les causes de la malnutrition
 Distribuer des cartes de couleur aux participants et demander leur d’écrire les
problèmes/causes qu’ils ont identifiés
• Regrouper les cartes « problèmes » par secteur/thématique
 Assurez-vous que les causes/problèmes sont pertinents pour le groupe de moyen
d’existence sur lequel vous travaillez
 Assurez-vous que les problèmes identifiés par le groupe sont bien définis (c’est-à-dire
clairs, spécifiques, pas orientés vers des solutions)
 Inviter les participants à affiner les cartes présentant des termes génériques tels que
« insécurité alimentaire », « genre » et « pratiques culturelles »
 Appuyez-vous sur les expertises techniques du groupe pour trier les cartes et décider si
vous les prenez en compte ou non, et de comment les regrouper
 Gérer les attentes des membres du groupe : prendre en considération toutes les cartes
et si le groupe décide d’en écarter une d’entre elles, assurez-vous que la personne
l’ayant proposée soit d’accord avec cette décision
 Si une carte est controversée et génère longues discussions, retirer la carte pour le
moment et suggérer au groupe de travailler dessus plus tard
• Établir les liens de causalité entre les cartes
 Commencer avec la carte « Malnutrition ». Pour lancer le processus, vous pouvez
ajouter deux cartes au-dessus de « Malnutrition » : une pour « maladies » et l’autre
pour « consommation alimentaire inadéquate » (ou « régimes alimentaires
inadéquats »)
 Inciter le groupe à établir les liens de causalité en utilisant la question magique :
“pourquoi ?”
S’ENTENDRE SUR LES CAUSES DE LA MALNUTRITION POUR AGIR ENSEMBLE
 Certaines cartes peuvent ne pas être assez précises : elles peuvent contenir deux idées
différentes, ou inclure à la fois le problème et sa cause, ou présenter deux causes
distinctes du même problème. Si c’est le cas, inciter les participants à diviser la carte
en autant de cartes que nécessaire
 Si vous avez plusieurs cartes positionnées au même niveau (c’est-à-dire plusieurs
causes pour un même problème) et que vous manquez de place pour les accrocher,
vous pouvez incliner légèrement les cartes
 Si vous pensez qu’il manque un lien entre deux cartes, demander au groupe : « N’y-a-
t-il rien qui manque ici ? » ou « Existe-t-il un lien direct entre ces deux cartes? »
 Ne pas dominer la discussion. Inciter les participants à faire des propositions et des
conclusions par eux-mêmes. Cependant, si les discussions sur un lien ou une carte
prennent trop de temps, vous pouvez soit faire une proposition pour avancer la
discussion, soit suggérer d’y revenir plus tard
 Des liens peuvent exister entre des cartes au même niveau, entre une carte et d’autres
parties de l’arbre. Les liens peuvent aussi se faire dans les deux directions
 Référez-vous au cadre conceptuel (vous devez l’avoir en tête !), vérifiez que l’arbre est
complet et qu’aucune partie ne manque
 Attendre que le groupe soit satisfait avec les différents chemins de causalité puis
dessiner les flèches entre les cartes avec un marqueur. Demander : « Etes-vous
satisfaits avec la chaine de causalité ? »
 Vérifier la logique de l’arbre (c’est-à-dire que la chaine de causalité est bien définie
avec des liens clairs entre les problèmes) dans les deux directions : aller des problèmes
aux causes avec le mot magique: POURQUOI ? OU vérifier que les chemins
fonctionnent, des causes aux conséquences, avec le mot: PARCE QUE !
• Mécanismes de revue des arbres à problèmes par les pairs (rotation entre les participants
de différents groupes de travail). Ce processus permet de :
 Avoir des retours sur les arbres à problèmes par les autres groupes
 Vérifier si aucun élément important n’a été oublié
 réviser les arbres à problèmes en fonction des commentaires des autres groupes
 identifier les liens et potentielles synergies entre les différents groupes de moyens
d’existence

Étape 3 : Animer la session de l’arbre à solutions pour la malnutrition


• Identifier les solutions
 Distribuer aux participants d’autres cartes de couleur (avec une couleur différente de
celle utilisée pour les problèmes)
 Utiliser ‘effet « miroir » : l’arbre à solutions est l’image contraire de l’arbre à
problèmes ; ne pas passer trop de temps sur la formulation des cartes positives
lorsque vous faites l’arbre à solutions, à moins qu’il y ait une différence stratégique
entre deux formulations (par exemple, la traduction de “pertes de ressources” en
“création de ressources” ou “protection des ressources”)
 Créer votre arbre sur une page de papier séparée, et assurer que les cartes
« solutions » correspondent aux cartes « problèmes » (même niveau)
S’ENTENDRE SUR LES CAUSES DE LA MALNUTRITION POUR AGIR ENSEMBLE

• Identifier les interventions


 Distribuer aux participants un troisième jeu de cartes de couleur ; demander leur
d’identifier et d’écrire les interventions
 Commencer avec les interventions pour les cartes correspondant aux causes sous-
jacentes de la malnutrition, et ensuite monter et descendre dans l’arbre
 Assurez-vous que l’intervention soit placée au bon niveau dans l’arbre (par exemple,
« acquisition de compétences » n’est pas une intervention directe pour « augmenter le
revenu », mais « transferts monétaires » l’est)
 Il peut y avoir plusieurs interventions pour atteindre une solution particulière, et une
intervention peut aider à atteindre plus d’une solution. Si vous utilisez l’arbre pour faire
votre planification, assurez-vous que les types d’interventions considérées soient clairs

Etape 4 : Animer la session du plan d’action et de suivi


• Elaborer un plan d’action
 Diviser vos groupes de travail initiaux en groupes séparés : demander aux participants
d’organisations ou d’institutions intervenant dans les mêmes zones géographiques de
s’organiser en petits groupes (en particulier si l’atelier est à un niveau national ou
régional)
 Demander aux participants de discuter des implications possibles sur leurs activités
habituelles de ce processus de planification conjointe et des interventions identifiées
 Guider les participants dans une réflexion approfondie sur la faisabilité des activités
proposées, considérant les ressources existantes et d’éventuelles nouvelles
opportunités financières
• Initier le suivi du plan d’action
 Amener les participants à identifier une personne/agence/point focal responsable pour
le suivi et à fixer un calendrier précis pour chaque activité spécifique à entreprendre

© FAO, 2015