Vous êtes sur la page 1sur 72

Edgewise et arc droit

PR. SI AHMED

Plan de travail

I-Edgewise

Introduction

Historique

Matériel utilisé

Buts et principes de la technique

4.1. buts

4 .2. les trois principes spécifiques de l’Edgewise

4.2.1. les mouvements dentaires contrôlés

4.2.2. Maitrise des zones d’ancrages

4.2.3. Concept de l’arc idéal

Phases de traitement en Edgewise

Technique Edgewise et dysfonctions des ATM( cas traité)

Plan de travail

II- L’arc droit

• Introduction

• Historique

• Définition

• Présentation du SWA et des idées d’Andrews

4.1. les six clefs de l’occlusion optimale


4.2. Avantages du système

4.3. inconvénients du système

4.4. évolution vers les capacités

mécaniques

4.5. apport des autres auteurs

4.6. évolution des systèmes de préprogrammées vers l’individualisation des


informations

Plan de travail

5. Choix de l’appareil

5.1.brackets

5.2. positionnement des brackets

5.3. comment éviter les erreurs de positionnement des brackets

6. Mécanique du traitement

7. Présentation d’un cas clinique

CONCLUSION

BIBLIOGRAPHIE

Edgewise

I- Edgewise

Edgewise

1. introduction

La mécanique orthodontique obéit a des lois physiques au même titre que toute mécanique,
quelle que soit la technique appliquée, la dent se déplacera en fonction de la force quelle
reçoit et de la réaction tissulaire qu’elle engendre.

La technique Edgewise est sans aucun doute celle offrant le maximum de contrôle des
mouvements dentaires dans les trois sens de l’espace.

Edgewise
introduction

C’est le système le plus populaire aujourd’hui , cependant il présente encore certaines difficultés
par rapport a la correction antéropostérieure et le déverrouillage antérieur de l’occlusion.

Le système Edgewise va subir des modifications d’abord notamment par tweed pour améliorer
sa fonctionnalité .

Edgewise

2.Historique

L’Edgewise est une technique multibague inventée en 1928 par ANGLE et fut présenté au cours
d’une conférence à new London.

ANGLE était un orthodontiste qui a consacré sa vie à la recherche d’une mécanique qui lui
permet de traiter ses patients en rétablissant une occlusion aussi proche que possible de
l’occlusion idéale. L’Edgewise était l’aboutissement de cette recherche et le dernier d’une
série de mécanismes successivement abandonnés; ANGLE le présentait comme « the
latest and the best in orthodontic mécanismes ».

Edgewise

historique

La première tentative pour corriger les malocclusions dentaires utilisa un simple large arc sur le
quel, les dents en malposition sont ligaturées, PIERRE FAUCHARD inventa le précurseur
des appareillages orthodontiques modernes: l’arc d’expansion.

Edgewise

historique

En 1900ANGLE avait introduit l’arc « E »; qu’il s'agissait d’un arc vestibulaire rond de .036
inch. ses extrémités portaient d’écrous pénétrant dans des tubes soudés sur des bagues
scellées sur les premières molaires; les dents étaient directement liées à l’arc par des
ligatures métalliques.

Edgewise

historique

Edgewise

historique
L’allongement de l’arc au moyen d’écrous permettait une expansion suffisante pour aligner les
dents; les rapports d’arcades étaient corrigés par le jeu d’élastiques intermaxillaires.

Edgewise

historique

A l’époque, aligner les dents et corriger les rapports d’arcades était considérée comme le succès
suprême du traitement ; pour ANGLE cependant, ce résultat n’étaient pas satisfaisant;

Edgewise

historique

Il réalisa en 1915 un nouvel appareil « ribbon arc ».des appareillages précédents les bagues
molaires d’ancrage et les bagues sur les autres dents sont conservées mais l’arc
vestibulaire devient un arc plat et surtout la grande nouveauté est le moyen de fixation de
l’arc aux bagues par l’intermédiaire d’un « bracket »

Edgewise

historique

c’est un bond en avant prodigieux car le concept du véritable attachement orthodontique est né:
celui qui permet la transmission de l’arc à la dent, d’une force dirigée pour obtenir des
mouvements dentaires vestibulaires, linguaux, d’ingression, d’égression et de rotation.

Beaucoup d’hommes auraient considéré cet appareil esthétique simple et efficace comme
l’aboutissement de leurs recherches, mais le docteur ANGLE n’était pas de ce type et en
dépit du succès rencontré par son nouvel appareillage, il en évalua lui-même les limites.

Edgewise

historique

Cette technique malgré ses grandes possibilités ne lui permettait pas de satisfaire à deux qualités
importantes qu’il exigeait d’un appareil orthodontique:

- La capacité de déplacement distal(ou mésial) des dents parallèlement à leur axe;

- La capacité de solidariser des groupes de dents de façon rigide pour servir d’ancrage à une
force destinée à déplacer d’autres dents ou groupes de dents. C’est pour répondre à ces
objectifs supplémentaires que l’Edgewise fut mis au point

Edgewise

historique
Lors de sa présentation, ce mécanisme ne portait pas de nom, comme l’élément actif était un arc
rectangulaire introduit dans le bracket par le petit coté il à reçu le nom d’Edgewise qui
signifie par le chant.

Edgewise

historique

Edgewise

Edgewise selon TWEED et MERIFIELD

historique

Le concept de tweed est basé sur la nécessité d’extraire des dents pour permettre un alignement
antérieur stable et esthétique.

L’incisive inférieure doit être positionnée correctement sur sa base osseuse et les incisives
supérieures repositionnées afin d’obtenir des rapports fonctionnels avec les inférieures.

DR L.L.MERRIFFIELD

Edgewise

historique

Cette position idéale de l’incisive inférieure est liée à l’inclinaison du plan mandibulaire et grâce
à l’utilisation de la céphalométrie, TWEED relie le plan mandibulaire et l’axe de l’incisive
centrale inférieure au plan de francfort(l’angle FMA et l’angle FMIA), le triangle ainsi
défini est la base de la philosophie de TWEED.

Lorsque le Dr. TWEED meurt en 1970, la technique Edgewise qu’il pratique nécessite un
nombre important d’arc exigeant une élaboration précise ainsi une coopération maximum
de la part du patient pour mener à bien un traitement, ce qui implique une clientèle peu
nombreuse(TWEED n’acceptant que 35 patients nouveaux par an), et des praticiens
experts.

Edgewise

historique

Sous la direction de MERRIFIELD, la fondation tweed évolue alors vers une étude diagnostique
plus affinée, avec la mise au point de l’analyse de l’espace totale et l’analyse des tissus
mous.
Parallèlement à ces améliorations diagnostiques, la technologie clinique évolue tout d’abord par
l’adoption du concept des forces directionnelles (J HOOKS), puis plus récemment par
celui de concept séquentiel « 10/2 system »:

- Dix dents en support stabilisant(cas avec extraction)

- Deux dents en mouvement

Edgewise

historique

 Ce nouveau concept séquentiel(10/2 system) de MERRIFIELD n’est plus basé sur


des mouvements « en masse »: la préparation de l’ancrage est progressive et
séquentielle, elle commence dés la première phase de nivellement, se poursuit sur les arcs
de fermeture et s’utilise sur le 3ème et dernier arc.

Le rythme d’application du 10/2 system est séquentiel, en 3temps:

- la préparation de la denture

- la correction de la denture

- l’ajustement de l’occlusion

Edgewise

3. Matériel utilisé:

Edgewise

3.1. les éléments fixes

3. Matériel utilisé:

Ce sont les attachements orthodontiques principaux et accessoires ainsi que leurs supports:

 supports: ils permettent de rendre les attachements orthodontiques solidaires des


dents ;on distingue deux types : les bagues scellées ou les bases collées.
Edgewise

3. Matériel utilisé:

3.1. les éléments fixes

 Les bagues:

elles peuvent être préformées ou confectionnées.

Les bagues confectionnées sont formées sur les dents elles mêmes à l’aide de pinces spéciales à
partir de ruban d’acier inoxydable. une fois ajustées, les bagues seront soudées
électriquement par points et reçoivent leurs attachement, cependant la plupart des
orthodontistes préfèrent les bagues préfabriquées portant déjà ses attachements pour des
raisons de commodité et de rapidité.

Edgewise

3. Matériel utilisé:

3.1. les éléments fixes

ces bagues satisfont aux qualités requises pour de bonnes bagues orthodontiques, c’est-à-dire:

- Pouvoir s’adapter aussi intiment que possible à la morphologie dentaire.

- Permettre une sertissure des bords occlusaux et cervicaux;

- Etre stables et résister à tout mouvement de bascule ou d’enfoncement avant


même d’être scellées;

- Avoir le minimum d’épaisseur interproximal tout en ayant suffisamment de


rigidité pour résister aux forces occlusales;

- Eviter sur tout leur conteur de léser l’attache gingivale.


Edgewise

3. Matériel utilisé:

3.1. les éléments fixes

Lorsque les points de contact entre les dents sont très serrés, il est nécessaire de prévoir un
écartement des dents par dispositif séparateur(tel que le fil de soie tressé, anneaux de
plastiques).

Apres être sélectionnées, les bagues munies de leurs attachements sont scellées sur les dents au
moyen d’un cément à l’oxyphosphate.

Edgewise

3. Matériel utilisé:

3.1. les éléments fixes

 Les bases collés:

L’innovation la plus importante de ces dernières années était l’utilisation comme supports des
attachements orthodontiques de bases métalliques directement collées sur les dents par
leurs faces internes qui portent un treillis métallique soudé.

Le progrès accomplis dans le domaine des produits adhésifs ont permis d’augmenter la fiabilité
de ces collages et d’en simplifier le mode opératoire.

Edgewise

3. Matériel utilisé:

3.1. les éléments fixes

Apres nettoyage de la surface dentaire réceptrice, cette surface est mordancée par l’application
d’une solution d’acide phosphorique à 40% pendant 2mn, puis la surface préparée est
lavée à l’eau, isolée et séchée, elle sera prête à recevoir l’adhésive et la base portant
l’attachement.

Edgewise

3. Matériel utilisé:

3.1. les éléments fixes

Le collage peut être fait par groupes de dents en méthode indirecte: les attachement sont alors
positionnés sur modèle au laboratoire et pris dans une gouttière de transfert en matériau
souple(silicone ou thermoplastique).

Edgewise

3. Matériel utilisé:

3.1. les éléments fixes

Les avantages des bases collées sont nombreux :

- Les faces proximales ne sont pas recouvertes ; il n’ya pas donc une perte de place
due à l’épaisseur des bagues;

- La surface dentaire recouverte étant plus petite ce qui rend l’hygiène buccale plus
aisée et une éventuelle carie proximale plus facile à dépister;

- La phase de séparation des dents est inutile et pour un même nombre de dents le
temps de collage est plus court que le temps de scellement.

Edgewise

3. Matériel utilisé:

3.1. les éléments fixes

ils se présentent sous deux formes : sur les dernières molaires baguées sont des tubes ; sur toutes
les autres dents ce sont des verrous ou « brackets »

Edgewise

3. Matériel utilisé:

3.1. les éléments fixes

 Bracket d’Edgewise:

Il est constitué d’un bloc de métal portant une gorge transversale en son milieu ; cette gorge se
présente comme une glissière à lumière rectangulaire de dimension.022x.028 destinée à
recevoir des arcs rectangulaires dont la dimension maximale est .0215x.028 s’encastrant à
friction douce.
Edgewise

3. Matériel utilisé:

3.1. les éléments fixes

Avec l’évolution de l’Edgewise , la forme et la dimension du bracket ont connu de nombreuses


variations mais le principe de cet assemblage n’a jamais varie depuis le bracket original.
Le dessin de bracket peut varier en fonction des utilisateurs et de leur méthode.

Edgewise

3. Matériel utilisé:

3.1. les éléments fixes

Edgewise

3. Matériel utilisé:

3.1. les éléments fixes

Bracket autoligaturant (Damon system):Le bracket Damon system représente la nouvelle


génération de brackets autoligaturant. Il offre une plus grande fiabilité. C’est une attache
straight –Wire biplot entièrement programmée.

Edgewise

3. Matériel utilisé:

3.1. les éléments fixes

- Un meilleur confort et une plus grande résistance au décollement.

- Ligature passive par glissement

- Bonne visibilité du slot.

- Glissière entièrement contenue dans le bracket pour améliorer l’hygiène et


maintenir son intégrité.
Edgewise

3. Matériel utilisé:

3.1. les éléments fixes

Tubes Edgewise:

Ce sont des tubes soudés à mi-hauteur de la face vestibulaire des bagues des molaires ; la
lumière rectangulaire de ces tubes à les même dimensions que celles des brackets.

Edgewise

Attachements accessoires

3.1. les éléments fixes

3. Matériel utilisé:

Ce sont des éléments soudés sur les faces vestibulaires ou linguales des bagues et destinés à
servir de points d’application aux forces auxiliaires de l’Edgewise.

les plus fréquemment utilisés sont:

- Le tube de force extra-orale de lumière ronde(.046); destiné à recevoir l’extrémité des arcs
faciaux.

Edgewise

3. Matériel utilisé:

3.1. les éléments fixes

 Les crochets à ouverture distale soudés sur la face vestibulaire des dernières
molaires baguées contre la parois gingivale du tube Edgewise; ils servent à l’accrochage
des anneaux élastiques.

Edgewise

3. Matériel utilisé:

3.1. les éléments fixes

 Les boutons ou les crochets linguaux, situés sur la face linguale de toutes les
bagues sauf celles des incisives; il sont très utiles pour la correction ou le contrôle des
rotations ou des inversions d’articulé.
Edgewise

3. Matériel utilisé:

3.1. les éléments fixes

 Des œilletons (eyelets) peuvent être soudés à divers endroits de la bague.

Edgewise

3.2.éléments amovibles

3. Matériel utilisé:

Ces sont les arcs qui sont les éléments actifs spécifiques de l’appareillage Edgewise; ils sont
fabriqués à partir de fil d’acier de sections différentes en fonction des phases du
traitement.

Edgewise

3. Matériel utilisé:

3.2.éléments amovibles

- Les premières phases sont réalisées au moyen de fil de section ronde et dont les dimensions les
plus courantes sont: .014,.016,.018,.020; puis dés que l’avancement du traitement le
permet, ces arcs sont remplacés par des arcs d’Edgewise proprement dits de section
rectangulaire et dont les dimensions usuelles sont: .017X025, .019X.025, .021X.027, .
0215X.028.

Edgewise

3. Matériel utilisé:

3.2.éléments amovibles

- Le choix de la taille est fonction de la nature de la phase; les dimensions faibles


par rapport à la lumière des brackets servent pour les phases de travail ou des
déplacements dentaires sont nécessaires, les autres pour les phases de stabilisation et
d’ancrage.

Ces fils sont formés en arcs et on leur donne la forme approximative de l’arcade dentaire et c’est
sur cette ébauche que seront placées les plicatures et les boucles nécessaires.

Edgewise
3. Matériel utilisé:

3.2.éléments amovibles

• Fils acier tressés, RESPOND R : fil acier torsadé à 6brins

Indication:

- nivellement, alignement et correction des rotations.

- Utilisation dans le cas de malpositions modérées et sévères.

Propriétés:

- fil élastique: flexion maximale de 62° avant déformation permanente.

- Rigidité faible(0,05) par rapport à l’acier.

- Formabilité moyenne.

- Ne s’effiloche pas une fois coupé.

Edgewise
3. Matériel utilisé:

3.2.éléments amovibles

• Force 9 R: fil acier rectangulaire tressé à 9 brins

Indications:

- Contrôle du torque dés les premières phases du traitement.

- Nivellements , alignement et correction des rotations durant la phase initiale,


particulièrement quand des attachements prétorqués sont utilisés.

- arc d’intercuspidation: sa flexibilité relative permet l’alignement naturel et


fonctionnel des arcades durant la phase finale du traitement.

Edgewise

3. Matériel utilisé:

3.2.éléments amovibles

• Fil Ni-Ti R(nickel- titane):

Indications:

- nivellement, alignement et correction des rotations durant la phase initiale de


traitement.

- Contrôle du torque très tôt durant le traitement(arc rectangulaire)

- Forces légères et modérées, quelle que soit la sévérité des malpositions.

Edgewise

3. Matériel utilisé:
3.2.éléments amovibles

• Arc Ni-Ti courbe de spee(fil rond ou rectangulaire):

Indications:

- Correction des supraclusions.

- Expansion d’arcade et consolidation.

- Rétraction.

Edgewise

3. Matériel utilisé:

3.2.éléments amovibles

- Lorsque la forme définitive a été donnée à l’arc, il peut avant d’être placé en bouche, subir
d’autres modifications:

Adjonction d’éléments soudés:

Il s’agit de fils auxiliaires en laiton ou d’acier soudés à la soudure d’argent en certains points de
l’arc, pour servir de crochets, de butés ou de ressorts auxiliaires.

Edgewise

3.3. forces auxiliaires:

3. Matériel utilisé:

En dehors des forces spécifiques de l’Edgewise générées par les arcs, la technique Edgewise fait
appel à trois autres types de forces:

 Les forces mono ou intra maxillaires;


 Les forces intermaxillaires;

 Les forces extraorales.

Edgewise

3. Matériel utilisé:

3.3. forces auxiliaires:

 Forces intramaxillaires:

Ce sont des forces appliquées entre deux dents ou deux groupes de dents d’une même arcade ou
d’un point de l’arcade à une dent de la même arcade.

Edgewise

3. Matériel utilisé:

3.3. forces auxiliaires:

Edgewise

3. Matériel utilisé:

3.3. forces auxiliaires:

 Forces intermaxillaires:

On distingue:

- Les forces antéropostérieures : de classe 2 ou de classe3.

Edgewise

3. Matériel utilisé:

3.3. forces auxiliaires:

Les forces transversales: criss-cross.

Edgewise
3. Matériel utilisé:

3.3. forces auxiliaires:

Les forces verticales: elles sont appliquées vestibulairement entre les dents antagonistes pour
fermer une béance.

Edgewise

3. Matériel utilisé:

3.3. forces auxiliaires:

 Les forces extra-orales:

Se composent d’un arc externe et un autre interne solidarisés, l’arc externe est relié par une force
élastique à un appui cervical ou péri crânien.

Edgewise

4. Buts et principes

Edgewise

4.1. buts

4. Buts et principes

Les buts poursuivis par angle étaient:

- Trouver un moyen d’obtenir un mouvement dentaire unitaire dans les trois sens de
l’espace au moyen d’un seul arc.

- Permettre; toujours avec un seul arc de contrôler la forme d’arcade ainsi que ses
dimensions.

- Déterminer une forme d’arcade de façon à obtenir une stabilité aussi parfaite que
possible après traitement.

Edgewise

4.2. les trois principes spécifiques de l’Edgewise

4. Buts et principes
En Edgewise, les résultats de l’analyse d’arcade et de l’analyse céphalométrique détermineront
le plan de traitement et la fin du traitement doit être obtenue conforme aux objectifs grâce
à trois principes spécifiques de l ’Edgewise:

- Le contrôle tridimensionnel des mouvements dentaires.

- La maitrise des zones d’ancrage.

- Le concept de l’arc idéal.

Edgewise

4. Buts et principes

4.2. les trois principes spécifiques de l’Edgewise

4.2.1. mouvements dentaires contrôlés:

Edgewise

4. Buts et principes

4.2. les trois principes spécifiques de l’Edgewise

Ils sont réalisés au moyen des arcs et des forces auxiliaires, forces extra-orales ou forces intra ou
intermaxillaires.

En Edgewise moderne deux types d’arcs sont utilisés consécutivement: des arcs ronds et des
arcs rectangulaires.

4.2.1. mouvements dentaires contrôlés:

Edgewise

4. Buts et principes

4.2. les trois principes spécifiques de l’Edgewise

Les arcs ronds:

Il n’existaient pas dans la méthode originale où le fil rectangulaire était utilisé dés le début
du traitement.

L’arc était alors adoptés à la malformation et les déformations atténuées progressivement, mais
les arcs ronds inspirés des techniques dites de forces légères, se sont avérés plus rapides et
plus efficace dans l’accomplissement de certains déplacements.

La dimension des lumières d’attachement est .022X.028 les premières arcs utilisés ont un
diamètre de .016. puis on utilisera successivement des arcs de sections .018 et.020.

Le rôle de ces arcs est d’aligner les dents dans le sens vertical, d’aplanir la courbe de spee , de
corriger les rotations et de commencer la correction des axes dentaires.

Leur durée d’utilisation sera d’autant plus longue que le cas présentera d’encombrement et de
malpositions individuelles.

4.2.1. mouvements dentaires contrôlés:

Edgewise

4. Buts et principes

4.2. les trois principes spécifiques de l’Edgewise

Mode d’action: ces arcs agissent par leur élasticité suivant le principe de l’ancrage réciproque
entre une dent et des dents voisines. La force délivrée est du type continu.

Pour REITAN c’est le type de force idéale à utiliser au début du traitement car elle mit les tissus
de soutient de la dent dans des conditions histologiques très favorables aux déplacements
ultérieurs.

4.2.1. mouvements dentaires contrôlés:

Edgewise

4. Buts et principes

4.2. les trois principes spécifiques de l’Edgewise

Les arcs sont préparés à la forme d’une arcade idéale, traités thermiquement et placés en force
au fond de la lumière des brackets. L’éloignement certaines dents peut faire que plusieurs
séances soient nécessaires pour que l’arc atteigne le fond du bracket. Si les malformations
sont très importantes des boucles seront incorporées au niveau des dents concernées.

Ces boucles en allongeant la longueur de l’arc dans ce secteur augmentent la résilience de cette
portion de l’arc. Si cela est nécessaire, des spires incorporées à ces boucles apportent un
allongement supplémentaire.

4.2.1. mouvements dentaires contrôlés:


Edgewise

4. Buts et principes

4.2. les trois principes spécifiques de l’Edgewise

Ces boucles doivent être construite avec précision pour ne pas blesser les muqueuses, pour une
meilleure efficacité et une plus longue duré d’action, leur activation doit se faire dans le
sens de formation de la boucle(travail en compression) et non de sa déformation.

Au fur et à mesure de la correction des malpositions, les arcs deviendront plus simples, sans
boucles et de section supérieure.

4.2.1. mouvements dentaires contrôlés:

Edgewise

4. Buts et principes

4.2. les trois principes spécifiques de l’Edgewise

Arcs rectangulaires:

Il sont spécifiques de l’Edgewise, Pour un appareillage où la lumière des attachements est .


022X.028 seuls les arcs de finition et les arcs de stabilisation auront la taille maximale .
0215X.028. les autres arcs dits travaillants auront un diamètre inférieur.

 Mode d’action: ils agissent selon trois principes mécaniques:

- La force d’élasticité;

- La force de levier;

- La force de torsion.

4.2.1. mouvements dentaires contrôlés:

Edgewise

4. Buts et principes

4.2. les trois principes spécifiques de l’Edgewise


Les arcs travaillants d’Edgewise sont construits à partir du fil d’acier rectangulaire contourné sur
chant pour lui donner approximativement la forme de l’arcade; sur ces arcs un certains
nombre de plicatures ou de courbures seront faites de telle sorte que l’arc ait en face de
chaque attachement une conformation et une orientation propre à la position recherchée
pour chaque dent, et c’est l’effet de l’assemblage attachement-arc qui délivra la force à la
dent et provoquera son déplacement.

4.2.1. mouvements dentaires contrôlés:

Edgewise

Courbures du 1er ordre:

4. Buts et principes

4.2. les trois principes spécifiques de l’Edgewise

Elle sont réalisées dans le plans horizontal et n’affectent pas la planéité de l’arc, elles consistent
en des accentuations de courbes ou de plicatures en baïonnette vers l’extérieur de
l’arc(offset), ou vers l’intérieur( inset ); elles peuvent quelque fois être exagérées
(hypercorrection des rotations) mais leur objectif principal est de réaliser une conformation
harmonieuse de l’arcade en prenant en compte la morphologie des couronnes dentaires.

Edgewise

Courbures du 2ème ordre:

4.2. les trois principes spécifiques de l’Edgewise

4. Buts et principes

Ce sont des courbures réalisées dans un plans vertical.

Lorsque la portion distale à la pince est pliée en direction gingivale cette courbure est appelée
« tip back bend» et lorsque la portion mésiale à la pince est pliée en direction gingivale
c’est un « tip forward ».

Les courbures du 2ème ordre ont pour rôle de contrôler la direction mésio-distale de l’axe des
dents.

4.2.1. mouvements dentaires contrôlés:

Edgewise

4. Buts et principes

4.2. les trois principes spécifiques de l’Edgewise


Les « tip-back » sont utilisées systématiquement dans la technique Edgewise dans une phase du
traitement appelée préparation d’ancrage, soit isolement sur les dernières molaires soit en
série sur les dents postérieures à la canine.

Ces courbures affectent la planéité de l’arc, l’introduction d’une courbures du 2ème ordre active
dans la lumière d’attachement se fait par une action de levier.les modifications de la
courbe de spee peuvent être assimilées à des courbures du 2ème ordre.

4.2.1. mouvements dentaires contrôlés:

Edgewise

4. Buts et principes

4.2. les trois principes spécifiques de l’Edgewise

Il existe un type particulier des courbures du 2ème ordre que l’on appelle « artistic bend», ce sont
des courbures introduites dans les arcs de finitions, elles intéressent le secteur incisif et
sont destinées à donner une direction légèrement apico-divergente aux axes des incisives
maxillaires.

Edgewise

Courbures du 3ème ordre

4. Buts et principes

4.2. les trois principes spécifiques de l’Edgewise

Elles sont réalisée au moyen de deux pinces N°442 situées dans un plan perpendiculaire à l’arc
et dont les mors sont appliquées sur la grande surface de l’arc; l’une des pinces servant
d’étau reste immobile, l’autre pince effectue un mouvement de torsion.

Edgewise

4. Buts et principes

4.2. les trois principes spécifiques de l’Edgewise

Cette modification de forme de l’arc s’appelle le torque.

Le torque désigne donc un état et pas un mouvement.

C’est la conformation en torsion d’un arc rectangulaire.

Le torque que nous allons introduire sur l’arc peut présenter deux formes différentes:

4.2.1. mouvements dentaires contrôlés:


Edgewise

Torque continu:

4. Buts et principes

4.2. les trois principes spécifiques de l’Edgewise

C’est une torsion uniforme intéressant une ou plusieurs dents; donc un secteur de l’arc limité par
deux points.

Elle intéresse en général le secteur incisif.

Edgewise

4. Buts et principes

4.2. les trois principes spécifiques de l’Edgewise

Dans les secteurs latéraux l’axe de la pince se trouve toujours dans le plan de l’arc. Dans le
secteur antérieur l’axe de la pince fait une angulation avec le plan de l’arc. En déplaçant la
pince tout le long du secteur antérieur l’angulation reste la même.

Le secteur antérieur de l’arc porte un torque continu.

Edgewise

Torque progressif:

4. Buts et principes

4.2. les trois principes spécifiques de l’Edgewise

La torsion donnée à l’arc dans ce cas n’est pas uniforme.

Elle intéresse principalement les secteurs prémolaires et molaires. Le contrôle à la pince 442
montrera que plus l’on s’éloigne du point de repère vers l’extrémité de l’arc et plus l’angle
entre l’axe de la pince et le plan de l’arc augmente.

Le torque appliqué sur un arc à pour rôle de contrôler l’axe des dents dans le sens vestibulo-
lingual.

Edgewise

4. Buts et principes

4.2. les trois principes spécifiques de l’Edgewise


Il permet d’effectuer sur les incisives les corrections indiquées par l’analyse céphalométrique et
dans les secteurs latéraux de rétablir des relations occlusales normales entre les dents
antagonistes. Lorsque étant un changement d’orientation d’un segment d’un arc, il est
nécessaire de définir la direction de changement d’orientation.

Edgewise

4. Buts et principes

4.2. les trois principes spécifiques de l’Edgewise

Si l’on imagine une dent dont la surface vestibulaire est perpendiculaire au plan d’occlusion
donc avec un bracket dont l’axe d’insertion est parallèle à ce plan; un arc parfaitement plat
ne portant aucune courbures donc sans torque pénétra sans effort dans le bracket et sans
provoquer de mouvement.

Edgewise

4. Buts et principes

4.2. les trois principes spécifiques de l’Edgewise

Si on donne alors à l’arc le torque, il faudra jouer sur l’élasticité de l’arc pour le faire pénétrer
dans le bracket et en reprenant sa forme initiale, il provoquera un mouvement de l’apex en
direction palatine ou linguale. nous définirons donc le torque comme étant radiculo-
palatin.

Edgewise

4. Buts et principes

4.2. les trois principes spécifiques de l’Edgewise

S’il provoquera un mouvement de l’apex en direction vestibulaire, nous aurons alors un torque
radiculo-vestibulaire.

Edgewise

4. Buts et principes

4.2. les trois principes spécifiques de l’Edgewise

En dehors de ces mouvements de redressement d’axes mésio-distaux et vestibulo-linguaux,


propres à l’Edgewise, d’autres mouvements contrôlés sont également réalisables grâce à
l’association de forces simples avec les forces produites par les courbures du 2ème ou 3ème
ordre.
Edgewise

Les mouvements de gression:

4. Buts et principes

4.2. les trois principes spécifiques de l’Edgewise

Ils sont souhaités pour déplacer les dents des secteurs latéraux dans les sites d’extractions. Pour
reculer une canine par exemple, une simple force distalante mono ou intermaxillaire
provoquera une version distale de la canine avec un déplacement distal de la couronne
beaucoup plus important qu’au niveau du centre de résistance R de la dent.

Edgewise

4. Buts et principes

4.2. les trois principes spécifiques de l’Edgewise

Si on introduit en même temps un « tip forward » sur l’arc au niveau de la canine le couple de
force engendré au niveau du bracket annulera la tendance à la rotation due au moment de
la force simple.

De plus il induira un mouvement distal de l’apex et la canine se déplacera parallèlement à elle-


même.

Edgewise

Le mouvement de recul en masse:

4. Buts et principes

4.2. les trois principes spécifiques de l’Edgewise

C’est le mouvement utilisé pour reculer les incisives parallèlement à elle-même. Ce mouvement
sera réalisé grâce à l’association d’une force mono-maxillaire et d’une courbure de 3ème
ordre engendrant un effet de torque.

La simple force de recul provoquant un mouvement de « rabbiting » avec rotation vestibulo-


linguale des dents autour du centre de résistance.

Edgewise

4.2.2. Maîtrise des zones d’ancrage

4. Buts et principes

4.2. les trois principes spécifiques de l’Edgewise


Edgewise

4. Buts et principes

4.2.2. Maîtrise des zones d’ancrage

4.2. les trois principes spécifiques de l’Edgewise

Les forces utilisées pour réaliser les mouvements orthodontiques de dents isolées ou de groupes
de dents sont des forces réciproques entre le point d’ancrage de la force et son point
d’application. L’intérêt de la technique « Edgewise » est de pouvoir effectuer ces
mouvements en contrôlant, avec précision le déplacement des zones d’ancrage et des
zones de travail conformément aux objectifs du traitement.

Edgewise

Définition de la zone d’ancrage

4.2. les trois principes spécifiques de l’Edgewise

4.2.2. Maîtrise des zones d’ancrage

4. Buts et principes

On peut définir une zone d’ancrage comme une zone qui résiste au déplacement sous l’effet des
forces orthodontiques.

Si la zone se situe au niveau dento-alvéolaire cette résistance peut être variable; c’est-à-dire que
la zone d’ancrage peut subir elle-même un déplacement souhaité ou non. Ce mouvement
est désigné par le terme de « perte d’ancrage ». Pour évaluer le degré de résistance que
nous souhaitons, trois éléments seront à prendre en considération:

Edgewise

4. Buts et principes

4.2.2. Maîtrise des zones d’ancrage

4.2. les trois principes spécifiques de l’Edgewise

 La position recherchée de l’incisive mandibulaire en fin de traitement.

 Le résultat de l’analyse d’arcade mandibulaire qui précisera l’indication


d’extraction et le site des dents à extraire.
 Le rétablissement de rapport de classe I d’angle entre les arcades.

Nous serons en mesure de classer nos traitements en trois catégories:

- Les cas d’ancrage maximal où la zone d’ancrage ne devra subir aucun


déplacement.

- Les cas d’ancrages modérés où une petite perte d’ancrage est permise.

- Les cas d’ancrage minimale où un mouvement mésial assez important des dents
postérieures est souhaitable.

Edgewise

4. Buts et principes

4.2.2. Maîtrise des zones d’ancrage

4.2. les trois principes spécifiques de l’Edgewise

On distingue trois types d’ancrages:

• Les ancrages naturels.

• Les ancrages renforcés.

• Les ancrages préparés.

Edgewise

• ancrage naturel
4.2. les trois principes spécifiques de l’Edgewise

4.2.2. Maîtrise des zones d’ancrage

4. Buts et principes

C’est la résistance que toute dent saine dans un environnement sain oppose à une force tendant à
la déplacer.

L’un des facteurs influençant le déplacement dentaire étant la surface radiculaire, plus cette
surface est élevée plus la résistance au déplacement est importante. Une molaire est plus
difficile à déplacer qu’une prémolaire et dans le cas où il faudrait fermer l’espace d’une
2ème PM, en installant une force entre la 1ère M et la 1ère PM, la 1ère M représentera un
ancrage simple qui devrait théoriquement permettre le mouvement distal de la 1ère PM.

La stabilité de la zone d’ancrage augmentera encore si l’on solidarise un groupe de dents pour
en déplacer une seul.

Edgewise

4. Buts et principes

4.2.2. Maîtrise des zones d’ancrage

4.2. les trois principes spécifiques de l’Edgewise

On réalise alors un ancrage composé.

C’est une précaution souvent utilisée en technique Edgewise ou la seconde molaire, la première
molaire et 2ème PM sont solidarisées par l’arc et par ligature métallique en 8 pour servir
d’ancrage lors de la rétraction de la canine.

Edgewise

• ancrage renforcé

4.2. les trois principes spécifiques de l’Edgewise

4.2.2. Maîtrise des zones d’ancrage

4. Buts et principes

Dans le cas où l’analyse fait apparaitre la nécessité de conservation de l’ancrage naturel il est
indispensable de renforcer cet ancrage. Les moyens de renfort d’ancrage sont nombreux.
Les principaux sont:
Edgewise

4. Buts et principes

4.2. les trois principes spécifiques de l’Edgewise

4.2.2. Maîtrise des zones d’ancrage

Au maxillaire: les arcs transpalatins(type GOSHGARIAN) ou les arcs à appuis palatin(type


NANCE);

À la mandibule: les arcs linguaux soudés ou amovibles et les « lips bumpers »

Edgewise

4. Buts et principes

4.2. les trois principes spécifiques de l’Edgewise

4.2.2. Maîtrise des zones d’ancrage

Enfin aux deux arcades les forces extra-orales de tous types.

Edgewise

Les ancrages préparés:

4.2. les trois principes spécifiques de l’Edgewise

4.2.2. Maîtrise des zones d’ancrage

4. Buts et principes

La préparation d’ancrage est une méthode inventée par tweed et qui permet d’augmenter la
résistance au déplacement des dents d’ancrage. Cette méthode est très utile surtout dans les
cas d’ancrage maximum où il est prévu d’utiliser intensivement les tractions élastiques
intermaxillaires.

Edgewise

4. Buts et principes

4.2. les trois principes spécifiques de l’Edgewise

4.2.2. Maîtrise des zones d’ancrage

Elle consiste à verser distalement les dents destinées à servir d’ancrage à ces traction: les dents
de l’arcade mandibulaire par exemple dans un cas de classe II.
Edgewise

4. Buts et principes

4.2. les trois principes spécifiques de l’Edgewise

4.2.2. Maîtrise des zones d’ancrage

A l’origine cette préparation d’ancrage se faisait de la manière suivante(toujours pour un cas


classe II). Apres nivellement des deux arcades l’arcade maxillaire était équipée d’une force
extra-orale type KLOEN.

L’arcade mandibulaire était équipée d’arcs successifs de taille réduite et portant des
déformations du 2ème ordre en série « tip back »

Edgewise

4. Buts et principes

4.2. les trois principes spécifiques de l’Edgewise

4.2.2. Maîtrise des zones d’ancrage

Sur cet arc entre les canines et les latérales étaient soudés des crochets; des élastiques de classe
III étaient tendus entre les molaires supérieures et les crochets de l’arc mandibulaire.

Edgewise

4. Buts et principes

4.2. les trois principes spécifiques de l’Edgewise

4.2.2. Maîtrise des zones d’ancrage

La force extra-orale évitait le déplacement mésial des molaires supérieures et les élastiques de
classe III supprimait la réaction vestibulante et ingressante sur les incisives.

Seules les dents des secteurs latéraux obéissent alors à l’action des « tip back bends » et l’on
voit progressivement se créer une inocclusion postérieure.

Edgewise

4. Buts et principes

4.2.2. Maîtrise des zones d’ancrage

4.2. les trois principes spécifiques de l’Edgewise


L’importance de ces « tip-back » et leur inclinaison correspondent à des degrés dans cette
préparation d’ancrage, en fonction de la sévérité du cas.

Dans le cas d’ancrage maximal la 2ème M mandibulaire voit la partie distale de sa face occlusale
recouverte par la gencive.

STEINER utilisant également la préparation d’ancrage avec force extra-orale et traction


élastique classe III mais il remplaçant les « tip back bends » par une courbe de spee
inverse à la mandibule et une courbe exagérée au maxillaire.

Edgewise

4. Buts et principes

4.2.2. Maîtrise des zones d’ancrage

4.2. les trois principes spécifiques de l’Edgewise

Mais ces méthodes avaient les inconvénients de l’utilisation de la force extra-orale type Kloen et
des élastiques de classe III c’est-à-dire qu’elle provoquait l’élongation des molaires
maxillaires. Les successeurs de TWEED avec MERRIFIELD ont supprimé ces
inconvénients par l’utilisation des forces directionnelles(J.HOOKS).

L’arcade mandibulaire n’est plus préparée en prenant appui sur l’arcade maxillaire mais la force
extra- orale s’accroche directement sur les crochets antérieurs de l’arcades mandibulaire.

Edgewise

4.2.3. concept de l’arc idéal

4. Buts et principes

4.2. les trois principes spécifiques de l’Edgewise

Edgewise

4. Buts et principes

4.2.3. concept de l’arc idéal

4.2. les trois principes spécifiques de l’Edgewise

La mise en place d’arcs appelés « arcs idéaux » représente l’ultime étape d’un traitement en
Edgewise.

Toutes les phases précédentes avec leurs forces, leurs auxiliaires n’ont de raison d’être que le
fait de permettre l’introduction simple des arcs idéaux.
La grande originalité de cette technique est de réaliser le déplacement contrôlé des dents vers la
position souhaitée à la fin du traitement. Pour un patient donné il serait donc possible à
partir d’un « set-up » (remontage des dents des modèles de plâtre selon les objectifs prévus
du traitement) visualisant la fin du traitement, de construire ces arcs idéaux qui aurons
pour rôle:

Edgewise

4. Buts et principes

4.2.3. concept de l’arc idéal

4.2. les trois principes spécifiques de l’Edgewise

- De déterminer la forme d’arcade optimale pour le patient.

- De positionner les dents de telle sorte que des points de contacts anatomiques normaux soient
rétabli, en fonction de la morphologie de chaque dent.

- De positionner les dents de telle sorte que leurs axes aient une orientation mésio-distale
correcte.

- De positionner les dents de telle sorte que leur axes aient une orientation
vestibulo-linguale correcte.

- De réaliser une concordance entre l’arcade supérieure et l’arcade inférieure pour


rétablir la normalité des relations occlusales.

Edgewise

Forme d’arcade idéale pour le patient:

4.2. les trois principes spécifiques de l’Edgewise

4.2.3. concept de l’arc idéal

4. Buts et principes

Ce concept de forme d’arcade individualisée est essentiel en thérapeutique Edgewise, Angle


considérait que le traitement conservateur était toujours réalisable et il admettait
l’expansion des arcades. Pour lui les échecs que l’on reprochait à l’expansion était dus au
fait que la mécanique de déplacement utilisée provoquait des versions et perturbait
l’occlusion.

L’Edgewise devait lui permettre tout en faisant de l’expansion de contrôler l’occlusion.


Edgewise

4. Buts et principes

4.2.3. concept de l’arc idéal

4.2. les trois principes spécifiques de l’Edgewise

L’objectif de la plupart des cliniciens est de retrouver en fin de traitement une distance inter
canines et une distance inter molaires inchangées. De nombreuses chartes de
prédétermination de l’arcade ont été proposées. Les trois plus connues sont celles de
BONWILL-HAWLEY, de BRADER et de BOONE.

Edgewise

Charte de BONWILL-HAWLEY:

4. Buts et principes

4.2. les trois principes spécifiques de l’Edgewise

4.2.3. concept de l’arc idéal

C’est une charte adopté par TWEED dans son ouvrage « clinical orthodontics ». Il s’agit d’une
construction géométrique (propre à chaque patient) à partir de 4lignes horizontales
numérotées de 1à4 et une ligne verticale représentant la ligne médiane de l’arcade.

L’intersection de la ligne verticale et de la ligne horizontale N°4 représente le point incisif A.

Edgewise

Charte de BRADER:

4. Buts et principes

4.2. les trois principes spécifiques de l’Edgewise

4.2.3. concept de l’arc idéal

Pour cet auteur, la forme de l’arcade humaine, sous la dépendance de l’environnement


musculaire, se présenterait comme une ellipse « tri-focale ». En respectant cette forme
générale BRADER a dessiné six courbes moyennes testées sur un certain nombre de cas
cliniques et sur la collection de modèles de DAWNS.

La courbe appropriée au patient est choisi en fonction de la dimension transversale, mesurées


entre les faces vestibulaires des dernières molaires évoluées (les dents de sagesse exclues).

Edgewise
Charte de BOONE:

4. Buts et principes

4.2. les trois principes spécifiques de l’Edgewise

4.2.3. concept de l’arc idéal

C’est actuellement la charte la plus répandue parmi les cliniciens utilisant l’Edgewise. Cette
charte se compose d’une zone supérieure dite d’identification, d’une zone centrale de deux
lignes horizontales où sont reportées les mesures maxillaires et mandibulaires et une zone
inférieure dite zone de travail qui comporte une trame quadrillée partagée par un axe
vertical et une ligne guide en trait gras.

L’ébauche des arcs sera superposées sur cette ligne guide; puis tout en gardant cette
superposition les déformations et les boucles éventuelles seront réalisées.

Edgewise

Courbures des arcs idéaux:

4.2. les trois principes spécifiques de l’Edgewise

4.2.3. concept de l’arc idéal

4. Buts et principes

A partir de l’ébauche préparée sur charte les courbures des trois ordres sont placées sur les arcs.

 Courbures du 1er ordre:

L’utilité de ces courbures est de parfaire l’alignement des dents selon le conteur idéal de
l’arcade. Elles prendront en compte la morphologie des couronnes dentaires de telle sorte
qu’aprés l’action de cet arc chaque dent retrouve avec ses collatérales des points de contact
anatomiques normaux.

Edgewise

4. Buts et principes

4.2. les trois principes spécifiques de l’Edgewise

4.2.3. concept de l’arc idéal

Arc mandibulaire:
- Il ne portera aucune déformation au niveau des incisives mais la partie antérieure
de l’arc sera très légèrement aplatie pour se trouver en retrait par rapport à la ligne guide.

- A partir d’une marque située entre l’incisive latérale et la canine l’arc subira une
accentuation de sa courbe: La courbe canine.

Edgewise

4. Buts et principes

4.2. les trois principes spécifiques de l’Edgewise

4.2.3. concept de l’arc idéal

- Au niveau du point de contact canine et 1ère PM, une légère plicature est faite, en
forme de baïonnette, sortant à l’extérieur de la ligne guide(« offset »).

- Au niveau du point de contact entre 2ème Pm et 1ère molaire un « offset » plus


important est réalisé.

- Enfin au niveau du point de contact entre 1ère et 2ème molaires l’arc mandibulaire
est légèrement angulé vers l’intérieur de la ligne. Cette plicature est connue sous le nom de
« toe in ».

Edgewise

4. Buts et principes

4.2. les trois principes spécifiques de l’Edgewise

4.2.3. concept de l’arc idéal

Arc maxillaire:

- Une première déformation sera faite entre incisive centrale et incisive latérale du fait du
volume moins important de cette dernière. Cette déformation en baïonnette intérieure porte
le nom d’ « inset ».

- Au niveau du contact incisive latérale canine, l’arc est ramené à l’extérieur et contourne la
canine par une courbe accentuée.

Edgewise
4. Buts et principes

4.2. les trois principes spécifiques de l’Edgewise

4.2.3. concept de l’arc idéal

- La déformation suivante est située entre la 2ème PM et la 1ère molaire : c’est un


« offset ».

- Lorsque les 2ème molaires sont baguées un dernier « offset » un peu moins marqué
est fait entre 1ère et 2ème molaires.

Edgewise

4. Buts et principes

4.2.3. concept de l’arc idéal

4.2. les trois principes spécifiques de l’Edgewise

 Courbures du 2ème ordre:

Elles sont fonction des mouvements effectués pendant le traitement.

Si une préparation d’ancrage de type TWEED à été faite des « tip back bends » seront placés sur
l’arc idéal. « tip- back », « tip forward » et « steps » peuvent être nécessaires pour
l’hypercorrection des anomalies verticales (supraclusion). Les « artistic bends » sont
placés dans le secteur antérieur.

Edgewise

4. Buts et principes

4.2.3. concept de l’arc idéal

4.2. les trois principes spécifiques de l’Edgewise

 Courbures du 3ème ordre:

A la mandibule:

 Pas de torque au niveau incisif.


 Peu ou pas de torque au niveau des canines

 Torque progressif radiculo-vestibulaire sur les secteurs latéraux à partir des


prémolaires.

Au maxillaire:

 Torque radiculo-palatin dans le secteur antérieur.

 Torque variable sur la canine en fonction de sa morphologie et de la position de


lumière du bracket.

 Torque progressif radiculo-vestibulaire dans les secteurs latéraux à partir des


prémolaires.

Edgewise

Coordination des arcs:

4. Buts et principes

4.2. les trois principes spécifiques de l’Edgewise

4.2.3. concept de l’arc idéal

Les points de contrôle en bouche après l’installation de ces arcs idéaux seront les suivants:

- Concordance des milieux.

- Relation de classe I d’angle.

- Continuité des points de contact.

- Concordance entre la position de mandibule en relation centrée et en occlusion


terminale.

Edgewise
4. Buts et principes

4.2. les trois principes spécifiques de l’Edgewise

4.2.3. concept de l’arc idéal

- Guide antérieur en propulsion avec désocclusion postérieure.

- Guide canin du côté travaillant dans les mouvements de latéralité.

- Absence d’interférence du côté non travaillant dans les mouvements de latéralité.

Edgewise

5. Phases de traitement en Edgewise:

Edgewise

5. Phases de traitement en Edgewise:

Il est évident que chaque cas sera traité en fonction des anomalies qu’il présente. Cependant
dans tous les traitements en Edgewise nous retrouverons les mêmes phases, les variations
seront dues à la direction des mouvements et leur amplitude.

Ces phases sont les suivantes:

- Phase de nivellement;

- Phase de préparation d’ancrage;

- Phase de déplacement dentaire en masse;

- Phase de finition par arcs idéaux;

- Phase de contention.
Edgewise

Phase de nivellement:

5. Phases de traitement en Edgewise:

C’est une mise à plat de l’arcade qui se fait avant toute thérapeutique orthodontique;

Elle commence par:

Le positionnement correct à la jauge des attachements, puis la correction des malpositions


dentaires individuelles de façon à ramener les dents sur un même niveau en déroulant
l’encombrement; et donc, de permettre l’insertion d’un arc rectangulaire.

Edgewise

5. Phases de traitement en Edgewise:

Phase de nivellement:

Le fil utilisé peut être:

 Twist-flex: ou fil torsadé qui est adapté à l’arcade et restera en bouche pendant
trois à six semaines; entretemps des contrôles auront lieu pour vérifier l’écartement de
l’arc car celui-ci à tendance à subir un mouvement d’expansion surtout au niveau molaire;

Edgewise

5. Phases de traitement en Edgewise:

Phase de nivellement:

 Du fil rond de différents diamètres en commençant par du.012,.014,enfin .016 ou


même.018inchs.

Souvent ces arcs sont porteurs de boucles de nivellement qui leur apportent une grande élasticité
et une marge d’activation accrue.

Edgewise

5. Phases de traitement en Edgewise:

Phase de nivellement:

 NB: le nivellement de la courbe de l’occlusion aura pour effet de diminuer la place


disponible sur l’arcade ceci affecte toute thérapeutique orthodontique sans extraction
notamment dans les cas limites.

Edgewise

La préparation d’ancrage:

5. Phases de traitement en Edgewise:

C’est pour pallier aux effets des tractions intermaxillaires de classe II sur l’arcade inférieure que
TWEED imagina la préparation d’ancrage. Celle-ci est un mouvement de version distale
que l’on imprime aux dents de l’arcade inférieure pour leur permettre de résister ensuite à
l’action mésialante de la traction des élastiques intermaxillaires de classe II. En Edgewise,
le principe est l’ancrage réciproque ainsi toutes les dents sont baguées.

Edgewise

5. Phases de traitement en Edgewise:

La préparation d’ancrage:

Nous utilisons un arc lingual à l’arcade inférieure. Le port des F.E.B est possible, celui-ci est
constant au maxillaire. Selon le type facial, elles seront à traction occipitale ou cervicale,
le tip-back existe sur tous les arcs, il provoque une version distale coronaire de la dent
intéressée.

Edgewise

5. Phases de traitement en Edgewise:

La préparation d’ancrage:

Dans les traitements des malocclusions de classe II, les élastiques de classe III sont utilisés
auparavant pour verser distalement les dents antérieures inférieures afin qu’elles puissent
résister ensuite à l’action des TIM de classe II sans se mésialer. Par analogue, TIM de
classe II pour la préparation d’ancrage avant l’utilisation des TIM de classe III.

Edgewise

Phase de rétraction:

5. Phases de traitement en Edgewise:

C’est un moyen thérapeutique qui prend appui sur les éléments dentaires postérieurs, donc toute
perte d’ancrage doit être évitée. Elle aura pour objectifs:
- Fermeture des espaces d’extraction;

- La correction de certaines dystopies comme les mésiopositions canines;

- la correction d’une anomalie sagittale par rétraction du bloc incisivo-canin uni ou


bimaxillaire.

Edgewise

5. Phases de traitement en Edgewise:

Phase de rétraction:

 L’arc continu de rétraction: il a pour objet la réduction de la dysmorphose dans


le sens antéro-postérieur. Il comporte deux boucles distales latérales.

Il peut comporter des toe in pour s’opposer au mouvement de l’expansion de l’arc, cependant il
ne comporte pas des stops molaires sinon l’action est nulle.

Edgewise

5. Phases de traitement en Edgewise:

Phase de rétraction:

Néanmoins, il nécessite la mise en place de F.E.B pour maintenir l’ancrage et répondre à la


définition réelle de la rétraction.

On peut aussi lui adjoindre des élastiques de classe I, allant du crochet de la bague molaire à la
bouche.

Du coté distal du tube molaire, l’arc doit comporter un sinch back qui détermine la première
phase de l’activation de notre arc de rétraction.

Edgewise

5. Phases de traitement en Edgewise:

Phase de rétraction:

La durée de cette phase est d’environ 6 à 10 mois dans les cas de classe I, et de 10 à 14 mois
dans les cas de classe II.
Edgewise

finition

5. Phases de traitement en Edgewise:

Elle comprend des arcs .021X.027 à boucles de fermeture si des espaces résiduels subsistent.

Elle à pour objectif:

- La coordination des formes d’arcades;

- L’ajustement des courbures du 2ème et 3ème ordre;

- L’hypercorrection des sens verticaux et antéropostérieurs.

Elles durent environ six mois.

Edgewise

La contention:

5. Phases de traitement en Edgewise:

 Contention amovible: plaque de HAWLEY

Edgewise

5. Phases de traitement en Edgewise:

La contention:

 Contention fixe:

Edgewise

6.Technique Edgewise et dysfonctions des ATM(cas traité)

Edgewise

6.Technique Edgewise et dysfonctions des ATM(cas traité)


La philosophie de TWEED-MERRIFIELD est basée sur la recherche de l’esthétique, la santé, la
fonction et la stabilité. Dans le traitement spécifique des malocclusions accompagnées
d’incoordinations condylo-méniscales, il y a une incompatibilité entre les exigences
techniques des phases de préparation et de correction de la denture, et l’utilisation clinique
des forces directionnelles inférieures qui peuvent ranimer ou accentuer des
symptomatologies douloureuses ou dysfonctionnelles au niveaux des ATM en réduisant
l’espace péricondylaire par une action distalisante sur la mandibule.

Edgewise

6.Technique Edgewise et dysfonctions des ATM(cas traité)

 Laura à 20 ans sa principale motivation est d’ordre esthétique mais c’est pour une
symptomatologie douloureuse que son dentiste l’envoie en consultation. Le diagnostique
indique une classe I squelettique hyperdivergente accompagnées d’une importante
dysharmonie dento-maxillaire, douleur pré-auriculaire depuis 2 mois.(encombrement
sévère au deux arcades, des récessions gingivales surtout au niveau de la 23, un cross bite
entre 22 et 23. sur les moulages on note une occlusion molaire de CLI et déviation du M.I.I
mandibulaire vers la gauche).

Edgewise

6.Technique Edgewise et dysfonctions des ATM(cas traité)

Après extraction des 14, 24, 34 et 44 un appareil multibagues Edgewise


’022X’028 est posé séquentiellement aux deux arcades. n’ayant pas la nécessité d’un
ancrage important dans la zone postérieure, la décision de germectomies des 3ème molaires
est reportée après traitement.

Lors de la phase de préparation de la denture, le recule des canines maxillaires s’effectue par les
forces extra-orales type high pull.

À l’arcade mandibulaire l’application du high pull entrainant des douleurs, le contrôle des
différentes phase de traitement doit être modifie:

Edgewise

6.Technique Edgewise et dysfonctions des ATM(cas traité)

L’arcade étant complètement baguée, le mouvement distal des 33 et 43 est réalisé par des
chainettes élastiques sur des arcs 018X025, puis O19X025 passifs.

La fermeture des espaces mandibulaires s’effectue sous contrôle d’élastiques verticaux. La


classe II gauche qui c’est manifestée durant la préparation de la denture s’est corrigée par
mésialisation des molaires inférieures. Le traitement actif à duré 18mois.

Edgewise

6.Technique Edgewise et dysfonctions des ATM(cas traité)

Résultats:

On note sur les moulages le maintien des rapports de classe I canine et molaire

Sur les superpositions générales, il est intéressent de noter la fermeture du campas mandibulaire.
Le glissement vers l’avant de la mandibule à permis la libération de l’espace péri
condylien, grâce au repositionnement de l’incisive inférieure, au contrôle du torque
radiculo-palatin dans la zone incisive supérieure et à la coordination des deux arcades.

il n’y a pas eu de contention . 15 mois après la fin du traitement, on observe le retour à une
normocclusion complète.

L’étude fonctionnelle de la dynamique mandibulaire est correct tant au niveau de la propulsion


incisive que dans les mouvement de latéralité , sans limitation de l’ouverture.

Straight Wire Appliance ou « arc droit »

II-Straight Wire Appliance ou « arc droit »

Arc droit

1. introduction:

Arc droit

La technique inaugurée par angle puis développée par ses élèves avait été une révolution car elle
permettait un contrôle tridimensionnel du déplacement dentaire que ne permettaient ni les
appareils amovibles ni les divers appareils fixes en usage. Mais cette technique Edgewise
est une technique qui reste extrêmement exigeante.

Le bracket d’angle étant un bracket simple, sans angulation ni inclinaison, nécessite une
adaptation particulière de l’arc aux divers particularités anatomiques du système alvéolo-
dentaire.

Arc droit

2. historique:

Arc droit

Dés 1929,ANGLE entrevoyait déjà que ce rapport entre l’arc et le bracket pouvait être différent
et pressentait les avantages d’un arc exempt de déformations ; il écrivait: « un autre
excellent moyen de réaliser la disto-version des dents postérieures est de changer la
position des brackets sur les bagues au lieu de faire des pliures verticales sur l’arc. ceci
permet l’utilisation de l’arc sous sa forme la plus simple, on évite des pliures ce qui, de
toute évidence, a des avantages ».

Arc droit

En 1933, STEINER reprend cette idée. En 1952, HOLDAWAY préconise l’angulation des
brackets. D’autres encore comme JARABAK, FIZZEL ou LEE améliorent cette
conception, limités cependant par les possibilités de la technologie. C’est finalement
ANDREWS qui réussit, en 1972, à incorporer la totalité des informations des 1er, 2ème et
3ème ordres dans le bracket, en établissant ses conceptions sur des règles d’occlusion
précise; il appelle son nouvel appareillage le « Straight Wire Appliance ».

Arc droit

3. définition:

Arc droit

La traduction de Straight Wire Appliance est la suivante:

Straight: droit

Wire: fil métallique;

Appliance: appareil.

Il s’agit d’un appareil multi-attache avec une mécanique dite « d’arc droit »; ce type de
mécanique est obtenu par l’utilisation des consoles incorporant l’ensemble des
informations au niveau des trois sens de l’espace. Ces informations permettent un
placement idéal de la denture en utilisant des arcs neutres exempts de toute déformation.

Arc droit

4. Présentation du SWA et des idées d’ANDREWS:

Arc droit

4. Présentation du SWA et des idées d’ANDREWS:

Pour comprendre l’évolution des techniques pré informées; il faut revenir à la démarche initiale
d’ANDREWS: son objectif étant de mettre au point un appareil pouvant être utilisé avec
les méthodes classiques du traitement, il lui fallait:

- Établir pour chaque dent des normes de morphologie moyenne;


- Définir un système précis de mise en place des attaches, c.à.d. d’une position standardisée,
aisément repérable du bracket;

Arc droit

4. Présentation du SWA et des idées d’ANDREWS:

La philosophie de l’appareil d’ANDREWS a bouleversée l’orthodontie. En effet, ANDREWS


après une étude sur moulages de 120dentures idéales d’adultes n’ayant jamais subi de
traitement orthodontique, il repère certaines constantes d’engrènement occlusal statique,
qu’il appelle « the six keys to normal occlusion. »

Arc droit

4.1. Les six clefs de l’occlusion optimale:

4. Présentation du SWA et des idées d’ANDREWS:

Arc droit

La clé n°1:

4. Présentation du SWA et des idées d’ANDREWS:

4.1. Les six clefs de l’occlusion optimale:

Précise les relations interarcades, elle comporte sept points parmi les quels:

- La cuspide mésio-vestibulaire de la première molaire permanente maxillaire vient en occlusion


dans le sillon vestibulaire de la première molaire mandibulaire, entre les cuspides mésiale
et médiane;

Arc droit

4. Présentation du SWA et des idées d’ANDREWS:

4.1. Les six clefs de l’occlusion optimale:

- Le rebord marginal distal de la première molaire maxillaire vient en contact du rebord


marginal mésial de la seconde molaire mandibulaire, ce qui impose une position plus
distale de la première molaire maxillaire que celle décrite par Angle;

Arc droit

4. Présentation du SWA et des idées d’ANDREWS:


4.1. Les six clefs de l’occlusion optimale:

-- la cuspide mésiolinguale de la 1ère molaire maxillaire vient en occlusion dans la fosse centrale
de la 1ère molaire mandibulaire;

- les cuspides vestibulaires des prémolaires maxillaires s’emboitent entre les cuspides
vestibulaires des prémolaires mandibulaires;

- les cuspides linguales des prémolaires maxillaires ont une relation cuspides-fosse avec les
prémolaires mandibulaires;

Arc droit

4. Présentation du SWA et des idées d’ANDREWS:

4.1. Les six clefs de l’occlusion optimale:

- La canine maxillaire à un rapport cuspide-embrasure avec la canine et la prémolaire


mandibulaire, la pointe de la cuspide étant légèrement mésialée par rapport à l’embrasure.

Arc droit

4. Présentation du SWA et des idées d’ANDREWS:

4.1. Les six clefs de l’occlusion optimale:

- Les incisives maxillaires surplombent les incisives mandibulaires et il ya une concordance des
milieux.

Arc droit

La clé n°2:

4. Présentation du SWA et des idées d’ANDREWS:

4.1. Les six clefs de l’occlusion optimale:

Détermine l’angulation des couronnes:

Toutes les couronnes de l’échantillon ont une version mésiale, cette version étant similaire pour
chaque type de dents.

Arc droit
La clé n°3:

4. Présentation du SWA et des idées d’ANDREWS:

4.1. Les six clefs de l’occlusion optimale:

détermine l’inclinaison des couronnes (torque),ANDREWS fait les constatations suivantes:

- l’inclinaison est positive sur la plupart des incisives maxillaires, c.à.d. qu’elles présentent un
torque corono-vestibulaire;

- L’inclinaison est légèrement négative sur les incisives mandibulaires, c.à.d. qu’elles présente
un torque corono-lingual:

Arc droit

4. Présentation du SWA et des idées d’ANDREWS:

4.1. Les six clefs de l’occlusion optimale:

- l’inclinaison est négative sur les secteurs latéraux supérieurs, légèrement plus marquée sur les
1ère et 2ème molaire maxillaire:

- Au niveau des dents postérieures mandibulaires, l’inclinaison est négative, progressivement


plus marquée de la canine à la second molaire.

Arc droit

4. Présentation du SWA et des idées d’ANDREWS:

4.1. Les six clefs de l’occlusion optimale:

La clé n°4: c’est l’absence de rotations.

La clé n°5: c’est l’absence de diastèmes s’il n’y a pas de dysharmonie dento-dentaire.

La clé n°6: c’est une courbe de spee plate ou légèrement concave.

Arc droit

A partir de la, ANDREWS mesure:

4. Présentation du SWA et des idées d’ANDREWS:

4.1. Les six clefs de l’occlusion optimale:

- l’angulation des couronnes de chaque type de dents, c.à.d. l’angle formé par l’axe vestibulaire
de la couronne clinique (FACC) avec une ligne perpendiculaire au plan d’occlusion;
Arc droit

4. Présentation du SWA et des idées d’ANDREWS:

4.1. Les six clefs de l’occlusion optimale:

- l’inclinaison( ou torque) des couronnes c.à.d. l’angle formé par une ligne perpendiculaire au
plan d’occlusion avec une ligne tangente et parallèle au FACC(AVCC) au niveau du point
médian de la couronne FA (PCAV);

Arc droit

4. Présentation du SWA et des idées d’ANDREWS:

4.1. Les six clefs de l’occlusion optimale:

- L’épaisseur et la particularité des reliefs vestibulaires à partir d’une ligne idéale joignant les
points FA.

Arc droit

Il établit des moyennes pour chaque type de dents;

4. Présentation du SWA et des idées d’ANDREWS:

4.1. Les six clefs de l’occlusion optimale:

Arc droit

Au niveau des informations du 1er ordre:

Il n’ya pas de système anti-rotation sur aucune dent sauf un distal offset de 10°sur les molaires
maxillaires, adapté simplement à l’anatomie particulière des faces vestibulaires de ces
dents.

Arc droit

Au niveau des informations du 2ème ordre:

Les dents des secteurs latéraux présentent toutes une angulation positive c.à.d. qu’elles sont en
situation de mésioversion, plus marquée au niveau des 1ère et 2ème molaires maxillaires.

Arc droit

Au niveau des informations du 3ème ordre:

 À l’arcade maxillaire:
- l’incisive sup. n’a qu’un torque de 7°;

- La canine sup. à un torque négatif de -7° identique à celui des PM,

- Le torque est légèrement plus marqué sur les molaires.

Arc droit

Au niveau des information du 3ème ordre:

 À l’arcade inférieure:

Les torques des secteurs latéraux sont progressifs, de la canine à la 2ème molaire.

Arc droit

Arc droit

4. Présentation du SWA et des idées d’ANDREWS:

4.1. Les six clefs de l’occlusion optimale:

Ces moyennes déterminent les normes, qui lui servirent à la mise au point de son nouvel
appareil qu’il appelle le Straight Wire Appliance

Arc droit

4.2. Avantages du système;

4. Présentation du SWA et des idées d’ANDREWS:

Arc droit

4. Présentation du SWA et des idées d’ANDREWS:

4.2. Avantages du système;

Avec cet appareil, il devenait possible de mettre en place des arcs exempts de déformations,
avec l’avantage d’une information éminemment reproductible sans ajustements aléatoires
d’un arc à l’autre.

L’information étant donc dans le bracket, le SWA permettait et permet toujours de soulager le
praticien dans la confection de ces arcs.

- Au niveau du 1er ordre, l’information programmée dans le bracket permet d’effectuer une
grande partie du traitement sans déformer l’arc.
- Au niveau du 2ème ordre, l’angulation des dents est directement programmée et rapidement
mise en place dés les premières arcs.

Arc droit

4. Présentation du SWA et des idées d’ANDREWS:

4.2. Avantages du système;

L’information moyenne ainsi incorporée permet en principe de conserver l’angulation


physiologique de la dent, même pendant les mouvements de translation.

Arc droit

4. Présentation du SWA et des idées d’ANDREWS:

4.2. Avantages du système;

Pour respecter cette angulation, l’axe du bracket doit être parfaitement superposé à l’axe de la
couronne clinique; toute erreur de placement entraîne une modification de l’angulation
programmée.

Arc droit

4. Présentation du SWA et des idées d’ANDREWS:

4.2. Avantages du système;

- Au niveau du 3ème ordre, l’inclinaison des dents est fixée par une information programmée
qui est lue progressivement par l’augmentation du calibre des arcs.

Arc droit

4. Présentation du SWA et des idées d’ANDREWS:

4.2. Avantages du système;

- Un autre avantage de l’arc droit est que quelle que soit la taille de la couronne, la valeur de
l’inclinaison reste identique si le bracket est correctement placé au point FA.

- ANDREWS définit aussi le principe du «torque dans la base » qui consiste à aligner sur le
même plan médian le centre de la gorge du bracket, le centre de la base du bracket et le
centre de la couronne clinique (point FA).

Arc droit

4.3. Inconvénients du système;


4. Présentation du SWA et des idées d’ANDREWS:

Arc droit

4. Présentation du SWA et des idées d’ANDREWS:

4.3. Inconvénients du système;

Les Premiers résultats furent relativement décevants, car ce 1er SW se révéla mal adapté aux
contraintes thérapeutiques; la démarche initiale présentait certains inconvénients:

• Difficulté d’un placement précis pour conserver la valeur des informations


programmées et en particulier du torque;

• Les moulages collectés par ANDREWS et à partir des quels il définissait ses
informations étaient des moulages d’adultes, sélectionnés uniquement sur des critères
d’occlusion statique (les six clefs); sans tenir compte d’autre critère comme la typologie
faciale, l’âge, ……etc.

• Or on sait comme la fait remarquer BJORK que l’inclinaison des incisives est
plus marquée chez les enfants que chez les adultes et que les incisives se redressent avec
l’âge.

Arc droit

4. Présentation du SWA et des idées d’ANDREWS:

4.3. Inconvénients du système;

Pendant les étapes de fermeture d’espace ou la mise en œuvre d’une mécanique interarcade, les
dents mésio-versées ne constituaient pas un ancrage valable, de même les molaires
mandibulaires d ’ancrage sollicitées n’étaient pas soutenues par un système d’anti-rotation.

Le système d’ANDREWS eut donc la réputation d’être un « dévoreur d’ancrage ».

Arc droit

4.4. Évolution vers les capacités mécaniques:

4. Présentation du SWA et des idées d’ANDREWS:

Arc droit

4. Présentation du SWA et des idées d’ANDREWS:


4.4. Évolution vers les capacités mécaniques:

La première évolution s’est donc faite vers un renforcement des informations permettant une
amélioration des capacités mécaniques et c’est RONALD ROTH qui en 1974,proposa un
système d’attache lui aussi entièrement programmé mais mieux adapté aux contraintes
thérapeutiques.

ROTH fondait ses prescriptions sur un certain nombre de remarques sur les phénomènes de
récidive;

Arc droit

On constate ici que l’ensemble des informations à été profondément modifié.

4. Présentation du SWA et des idées d’ANDREWS:

4.4. Évolution vers les capacités mécaniques:

 Au niveau des informations du 1er ordre:

Il ya un système anti-rotation sur toutes les dents des secteurs latéraux, en particulier sur les
molaires d’ancrage: les molaires supérieures voit leur distal-offset se renforce et passer de
10° à 14° et les molaires inférieures reçoivent un dispositif anti-rotation de 4°;

Arc droit

 Au niveau des informations du 2ème ordre:

Les dents des secteurs latéraux maxillaires ont perdu leur mésioversion et sont maintenant en
position verticale alors que les secteurs latéraux mandibulaires sont en légère situation
d’ancrage;

Arc droit

 Au niveau des informations du 3ème ordre:

À l’arcade supérieure:

- l’incisive supérieure à un torque augmenté de 5°(l’angulation restant identique à celle


D’ANDREWS);

- La canine supérieure voit son torque diminuer de 5°(-2°),celui des prémolaires restant à -7°;

- Le torque est nettement plus marqué sur les molaires (-14° au lieu de -9°);
À l’arcade inférieure:

- Les torque et angulation de l’incisive inférieure restent identique aux valeurs d’ANDREWS;

Arc droit

4.5.Apport des autres auteurs

4. Présentation du SWA et des idées d’ANDREWS:

Arc droit

4. Présentation du SWA et des idées d’ANDREWS:

4.5.Apport des autres auteurs

a la suite de ROTH, d’autres auteurs ont proposé des systèmes d’informations adaptés à leurs
conceptions thérapeutiques personnelles, parmi les plus connus ont peut citer:

 TERRELL ROOT, ancien président de la fondation TWEED, qui présentait en


1981 « le level anchrage system », permettant de programmer dans l’esprit de la
thérapeutique tweediste, deux types de préparation d’ancrage: ancrage moyen(ou regular)
et ancrage maximal(major).

Arc droit

Ici on constate:

4. Présentation du SWA et des idées d’ANDREWS:

4.5.Apport des autres auteurs

 Au niveau des informations du 1er ordre: le dispositif anti-rotation de ROTH à


été supprimé sauf au niveau des molaires d’ancrage mandibulaires où il passe à 10°, ceci
pour compenser les effets de la mécanique de classe II.

Arc droit

 Au 2ème ordre: les secteurs latéraux mandibulaires sont proposés avec deux types
de préparation d’ancrage:

- Ancrage moyen avec -4°, -6°, et -10° de disto-version respectivement sur la 2ème PM, la 1ère M
et la 2ème molaire;
- Ancrage maximal avec -6°, -10°, et -15° de disto-version respectivement sur la 2ème
prémolaire, la 1ère molaire et la 2ème molaire.

Arc droit

 Au 3ème ordre:

à l’arcade sup. le torque est de :

 15° pour l’incisive supérieure;

 o° pour la canine supérieure;

 -7° pour les prémolaires;

 le torque sur les molaires est identique à celui d’ANDREWS.

Arc droit

 À l’arcade inférieure:

 0° pour les incisives inférieures

 0° pour la canine inférieure(angulation=6°) nettement vestibulé par rapport à


ANDREWS;

 Les torques des secteurs latéraux sont inférieurs à ceux d’ANDREWS et


identiques dans les deux systèmes d’ancrage.

Arc droit

WICK ALEXANDER:

A proposé lui aussi un système d’informations qui a connu une grande audience:

 Au niveau des informations du 2ème ordre:


 La C sup retrouve une angulation de 10°;

 Les dents latéraux maxillaires sont en position verticale comme chez ROTH,

 Les dents latéraux mandibulaires sont aussi verticales sauf à la 1ère M en situation
d’ancrage avec -6° de disto-version.

Arc droit

WICK ALEXANDER

 Au 3ème ordre:

À l’arcade sup:

 L’incisive supérieure a un torque augmenté à 14°;

 C a un torque proche de celui de ROTH(- 3)

 Sur les molaires, le torque est identique à celui d’ANDREWS.

Arc droit

WICK ALEXANDER

À l’arcade inférieure:

 Le torque de l’incisive inférieure est augmenté à -5°;

 La canine a un torque à -7°.

Arc droit

BENNETT et Mc LAUGHLIN:

4. Présentation du SWA et des idées d’ANDREWS:

4.5.Apport des autres auteurs


Arc droit

Hilgers:

4. Présentation du SWA et des idées d’ANDREWS:

4.5.Apport des autres auteurs

Arc droit

Ricketts

Arc droit

4.6.Evolution des systèmes de préprogrammation vers l’individualisation des informations

4. Présentation du SWA et des idées d’ANDREWS:

Arc droit

4. Présentation du SWA et des idées d’ANDREWS:

4.6.Evolution des systèmes de préprogrammation vers l’individualisation des informations

Cette nécessité d’individualisation des informations a déjà été ressentie par différents auteurs.
CREEKMORE en particulier à très bien justifie cette nécessité de personnalisation des
informations que l’on retrouve par exemple dans le système d’information Synergy,
d’inspiration Rickettiste, où pour la première fois, la référence est faite aux type faciaux

Ici, les informations changent non plus en fonction des besoins mécaniques, mais en fonction de
type morphologique: dolichofacial, normofacial, brachyfacial.

Arc droit

4. Présentation du SWA et des idées d’ANDREWS:

4.6.Evolution des systèmes de préprogrammation vers l’individualisation des informations

quelque soit la technique utilisée, Edgewise classique ou Edgewise préprogrammé, il est


nécessaire pour déterminer l’information à mettre en place, de comprendre la relation
existant entre un schéma squelettique et les compensations dento-alvéolaires qui
l’accompagnent. Cette relation dépend de deux facteurs qui sont la morphologie
squelettique et l’environnement fonctionnel.

Arc droit

4. Présentation du SWA et des idées d’ANDREWS:


4.6.Evolution des systèmes de préprogrammation vers l’individualisation des informations

Normalement, le système dento-alvéolaire est une structure adaptative qui s’adapte au mieux
aux décalages squelettiques verticaux, sagittaux et transversaux.

L’environnement fonctionnel vient la plupart du temps accompagner et quelque fois déranger


cette mise en place naturelle.

Arc droit

4. Présentation du SWA et des idées d’ANDREWS:

4.6.Evolution des systèmes de préprogrammation vers l’individualisation des informations

La simple observation clinique ou une analyse céphalométrique classique mettent facilement


cette relation en évidence et l’on sait donc depuis toujours et surtout depuis STEINER, que
les incisives adoptent des inclinaisons différentes selon le décalage sagittal.

Arc droit

Sur schéma CLII:

 L’angulation positive des incisives est très marquée, alors que l’inclinaison(torque)
des secteurs latéraux est fortement négatif.

On peut constater l’adaptation des incisives au décalage sagittal et vertical(linguoversion des


incisives supérieures et vestibuloversion des incisives inférieures)

Arc droit

Sur schéma de cl III:

 L’angulation des incisives est nettement moins marquée alors que


l’inclinaison(torque) des secteurs latéraux est fortement positive;

Ici; les incisives sup sont en vestibuloversion alors que les incisives inf. sont en linguoversion,
les canines sup sont très angulées alors que les canines inf sont plutôt verticales.

Arc droit

5. Choix de l’appareil:

Arc droit

5.1. Les brackets:


5. Choix de l’appareil:

Un large éventail de brackets a été crée pour satisfaire aux besoins d’orthodontistes.

La demande pour un bracket plus petit et plus confortable conduisit à la production des brackets
« Attract » et « Minitwin » alors que les exigences esthétiques amenait à la réalisation des
brackets « Starfire ».

Cette grande variété de brackets rend difficile le choix du système d’appareil le mieux adapté.

Arc droit

5. Choix de l’appareil:

5.1. Les brackets:

Cependant, l’expèrience a montré que certains points clés doivent être tenus pour essentiels:

• Gorge: .022/.028;

• Brackets doubles;

• Chaque bracket doit correspondre à une dent et posséder un torque dans sa base;

• Les attachements sur 1ère et 2ème molaires doivent comporter un crochet;

• Le tube de .045 pour les F.E.B doit être gingival sur les 1ères molaires supérieures.

Arc droit

5.2.Positionnement des brackets:

5. Choix de l’appareil:

Arc droit

5. Choix de l’appareil:

5.2.Positionnement des brackets:

La pose de l’appareil est vraisemblablement l’acte le plus important du traitement; si les


brackets ont été correctement positionnés au départ, l’occlusion sera satisfaisante dés le
début du stade de finition, mais s’ils n’ont pas été correctement posés plusieurs mois
d’efforts supplémentaires pourront être nécessaires pour terminer le cas.

Arc droit

Erreurs de positionnement des brackets:

5. Choix de l’appareil:

5.2.Positionnement des brackets:

 Erreurs verticales: la pose trop gingival ou trop incisive est l’erreur la plus
fréquente, il est utile de regarder horizontalement la surface des dents au cours de la pose
des brackets et non pas par-dessus ou par-dessous.

Arc droit

5. Choix de l’appareil:

5.2.Positionnement des brackets:

 Erreurs de rotation:

Il est important de se repérer sur le grand axe de la couronne de chaque dent notamment pour les
incisives et de ne pas tenir compte du bord incisif pour éviter les erreurs de rotation.

Arc droit

5. Choix de l’appareil:

5.2.Positionnement des brackets:

 Erreurs horizontales:

Le positionnement précis des brackets nécessite de regarder la face vestibulaire des dents et
aussi leur surface occlusales.

Arc droit

5.3.Comment éviter les erreurs de positionnement des brackets?

5. Choix de l’appareil:

Arc droit
5. Choix de l’appareil:

5.3.Comment éviter les erreurs de positionnement des brackets?

 Incisives centrales supérieures:

L’une des erreurs classiques est de placer le bracket trop prés du bord incisif.si des erreurs de
rotation se produisent, elles provoquent sur l’une ou sur les deux incisives un tip incorrect.

En général, avant collage, il est important de s’assurer que la base du bracket épouse bien la
surface vestibulaire, il est important aussi que la colle ne soit pas en excès sous la base du
bracket.

Arc droit

5. Choix de l’appareil:

5.3.Comment éviter les erreurs de positionnement des brackets?

 Incisives latérales supérieures:

L’erreur verticale la plus fréquente est de poser le bracket trop prés du bord incisif. L’une des
raisons de cette erreur est que les incisives latérales ont rarement une morphologie
harmonieuse et qu’elles sont plus petites que les centrales. le bracket doit être posé
légèrement plus gingival par rapport au centre de la couronne clinique pour avoir une
longueur de couronne correct.

La forme inhabituelle des incisives latérales rend souvent difficile la localisation de leur grand
axe et entraîne des erreurs de rotation.

Arc droit

5. Choix de l’appareil:

5.3.Comment éviter les erreurs de positionnement des brackets?

 Canines et prémolaires supérieures:

Les erreurs horizontales se produisent plus souvent sur les canines que sur les incisives du fait
de leur bombé vestibulaire plus accentué.

L’éruption des prémolaires n’est pas toujours achevée et on a tendance à placer les brackets trop
prés bord occlusal. Il faut posé le bracket légèrement plus prés du coté gingival.
Arc droit

5. Choix de l’appareil:

5.3.Comment éviter les erreurs de positionnement des brackets?

 Incisives et canines inférieures:

Les erreurs de rotation créent dans la région gingivale des incisives des espaces inter-proximaux
supérieurs à la normale; on les évite en prenant le grand axe de la couronne comme
référence et non pas le bord incisif.

Au niveau des canines, il est important d’éviter l’erreur verticale de placer le bracket trop prés
du bord libre, ceci entraîne une légère béance dans la région canine au cours de la finition.

Arc droit

5. Choix de l’appareil:

5.3.Comment éviter les erreurs de positionnement des brackets?

 Prémolaires inférieures:

Le positionnement horizontal précis des brackets éliminera les rotations indésirables dues à la
courbures mésio-distale de ces dents; la position du doit être vérifiée en vue occlusale.

Arc droit

Le bon positionnement dépend de:

5. Choix de l’appareil:

5.3.Comment éviter les erreurs de positionnement des brackets?

 La hauteur des centres des brackets: elle est classique, on notera cependant la
position plus gingivale du bracket de la 2ème prémolaire inférieure, ceci afin de faciliter le
nivellement de la courbe de spee.

Arc droit

NB: Que:

5.3.Comment éviter les erreurs de positionnement des brackets?

5. Choix de l’appareil:
- Si le bracket est collé trop haut, cela diminue le torque;

- s’il est collé trop bas, cela augmente le torque.

Arc droit

5. Choix de l’appareil:

5.3.Comment éviter les erreurs de positionnement des brackets?

 Du respect de l’axe général de la dent: qui permet aux courbures secondaires


construites dans l’attachement de s’exprimer avec exactitude. Par exemple, un bracket trop
enfoncé mésialement annulerait le tip.

Arc droit

5. Choix de l’appareil:

5.3.Comment éviter les erreurs de positionnement des brackets?

 De la position mésio-distale de l’attachement:

Un bracket excentré mésialement ou distalement provoquerait des rotations parasites avec


décalage des points de contact et non alignement des crêtes cuspidiennes.

Arc droit

6. Mécanique du traitement:

Arc droit

6. Mécanique du traitement:

Le traitement mécanique de la plupart des cas se divise en six étapes:

• Contrôle de l’ancrage;

• Nivellement et alignement ;

• Contrôle de la supraclusion (overbite) et du surplomb(over jet);


• fermeture des espaces;

• Finition.

• contention

Arc droit

6. Mécanique du traitement:

• Contrôle de l’ancrage:

Lorsque les arcs étaient insérés dans les brackets préinformés, les couronnes des incisives et des
canines avaient fortement tendance à verser mésialement par suite de l’angulation(tip)

Programmée dans les brackets antérieurs. cette version vestibulaire des antérieures amena
beaucoup d’orthodontistes à se plaindre de cette technique qui « brûlait de l’ancrage ».

Arc droit

6. Mécanique du traitement:

Les orthodontistes de plus en plus conscients de l’importance du contrôle de l’ancrage avec ces
nouveaux appareils, prirent d’avantage de précautions dés le début de leurs traitements.

Certains associèrent le principe de la boucle oméga d’Edgewise en butée, les ligatures molaires
pour contrôler la position des canines et des incisives, tout en contrôlant les molaires
supérieures par un arc transpalatin et une FEO, les molaires inférieures par des arcs
linguaux et indirectement par des élastiques de classe III.

Arc droit

D’autres choisirent de rabattre les arcs immédiatement en arrière de la molaire baguée la plus
distale.

Arc droit

6. Mécanique du traitement:
• Nivellement et alignement:

Les auteurs ont pu constater que quelque soit le système utilisé, il apparaît une version
indésirable dés l’application des forces élastiques sur les canines au début du nivellement.

Pour essayer d’éliminer cet effet, nous avons supprimé l’utilisation de ces forces au début de
traitement,

Arc droit

6. Mécanique du traitement:

Nous l’avons remplacées dans chacun des quadrants par des ligatures métalliques en « 8 » allant
de la molaire baguée la plus distale à la canine, ces ligatures sont utilisées dans tous les cas
avec ou sans extractions, où une version mésiale des couronnes canines n’est pas
souhaitable.

Arc droit

6. Mécanique du traitement:

Pour essayer de réduire la version incisive, les arcs sont rabattus en distal de la dernière molaire
baguée.

Arc droit

6. Mécanique du traitement:

On a constaté que cette technique permettait la création en 6mois, d’un espace de 6 à 7mm dans
le secteurs antérieur.

Arc droit

6. Mécanique du traitement:

Si le cas présentait un encombrement supérieur à 6 ou 7mm, les dents les plus en malposition
n’étaient pas collées et des ressorts à boudin de compression légère placés dans ces régions
assuraient la création d’un espace supplémentaire.

Arc droit

En résumé:

- L’utilisation de ligatures légères en « 8 » et de rabats distaux sur les premières arcs sont les
clés d’un bon nivellement des appareils préinformés.
Arc droit

6. Mécanique du traitement:

• Contrôle de la supraclusion (overbite) et du surplomb (overjet);

- En présence de canines très verticales ou distoversées, la déformation des arcs provoque


l’égression des incisives et l’augmentation de la supraclusion;

Arc droit

6. Mécanique du traitement:

Pour cela, il est plus efficace d’attendre pour coller les brackets sur les incisives (si les brackets
étaient déjà en place, il suffit d’attendre pour les incorporer que les canines aient une
angulation plus favorable.

Arc droit

6. Mécanique du traitement:

Pour mieux contrôler la supraclusion, il est recommandé d’incorporer le plus tôt possible la 2ème
molaire inférieure pendant le nivellement.

Nous avons remarqué que l’ouverture complète de l’occlusion n’est pas habituellement possible
avant que les 2èmes molaires inf soient baguées.

Arc droit

6. Mécanique du traitement:

Pour la correction du surplomb nous avons établi que la plupart des principes de l’appareil
Edgewise standard s’appliquent aux appareils préinformés; une différence entre ces deux
techniques est notamment au début du traitement, la tendance à la version antérieure des
incisives supérieures et inférieures avec les appareils préinformés; d’où la nécessité d’une
meilleure gestion des ancrages à ce stade du traitement.

Arc droit

• Fermeture des espaces:

La différence la plus significative entre les mécaniques de l’Edgewise standard et les


mécaniques des appareils préinformés concerne la fermeture des espaces.

La présence des déformations du 1er , 2ème ordre sur les arcs rectangulaires de l’Edgewise
standard ne leur permettent pas réellement de pouvoir glisser au travers des rainures des
brackets postérieurs une fois que le patient a quitté le cabinet;

Arc droit

C’est pourquoi l’orthodontiste utilise des arcs avec des boucles de fermeture qu’il active en
ouvrant la boucle et en faisant glisser l’arc au travers la rainure du bracket postérieur.

Arc droit

6. Mécanique du traitement:

• fermeture des espaces

Le parfait alignement des rainures obtenu avec ces nouveaux appareils a permis pour la
première fois en orthodontie, d’avoir des arcs qui puissent glisser à travers les rainures des
brackets postérieurs, même entre les rendez-vous.

Beaucoup d’orthodontistes sont arrivés donc à abandonner les boucles de fermeture pour
adopter différents types de « mécanique de glissement » pour fermer les espaces.

Arc droit

6. Mécanique du traitement:

• Finition:

La véritable supériorité des appareils préinformés devient encore plus évidente au cours de la
finition; plus l’appareil est précis, moins il faut d’effort et de temps pour cette étape.

Les valeurs de tip, de torque et de in-out permettent à l’orthodontiste de passer moins de temps
aux déformations du 1er , 2ème et 3ème ordre.

Arc droit

6. Mécanique du traitement:

Il est toute fois nécessaire d’effectuer des déformations sur les arcs pour compenser les
variations de forme et de taille des dents, pour compenser un mauvais positionnement des
brackets et pour compenser ou surcorriger les différents mouvements dentaires.

Arc droit

7. Présentation d’un cas clinique:


Arc droit

ALEXANDRA C: âgée de 11 ans à la première consultation, présente:

 Une classe II avec supraclusie;

 Un profil cis frontal

Arc droit

7. Présentation d’un cas clinique:

Le traitement à été programmé avec préparation d’ancrage moyenne à la mandibule avec tip-
back de 6° sur les 6 et 10° sur les 7, utilisation de FEO de type High pull Head gear à la
mandibule puis au maxillaire.

Les incisives et canines mandibulaires n’ont pas été appareillées dans un premier temps afin
d’éviter les effets parasites.

Arc droit

7. Présentation d’un cas clinique:

La levée de la supraclusie s’est faite par nivellement des arcades maxillaire et mandibulaire. Ce
nivellement peut être accompagné par l’utilisation de barrettes en J appliquée
antérieurement sur des éperons soudés entre les incisives centrales et latérales, ou par
l’utilisation d’arcs auxiliaires de type « BURSTONE » et ceci au maxillaire comme à la
mandibule.

Arc droit

La correction du décalage de classe II s’est faite par distalisation des 2èmes molaires maxillaires
puis des 1ère , en utilisant un JIG, le port d’une FEO sur les éperons et des tractions
intermaxillaires avec élastiques de classe II.

Arc droit

Ce système nous à permet d’obtenir une classe I équilibrée.

Arc droit

Les photographies et les TLR de profil en fin de traitement montre un profil modifié, à tendance
transfrontal.

Arc droit
7. Présentation d’un cas clinique:

La présentation de ce cas montre l’efficacité de l’orthodontie informée, par arc droit et met en
évidence la place de cette orthodontie dans la globalité d’un traitement d’ODF.

Arc droit

conclusion

Arc droit

conclusion

Dans tous les cas où le traitement consiste en des déplacements dentaires la technique Edgewise
est celle qui offre les possibilités mécaniques les plus rigoureuses. Depuis son invention
elle a donné naissance à différentes méthodes.

La plus élaborée est celle de TWEED mais d’autres méthodes en arcs continus ou segmentés
utilisent les propriétés de cette technique, à savoir le système original d’encastrement: fil
rectangulaire-attachement calibré.

Arc droit

conclusion

De nouvelles méthodes orthodontiques se développent actuellement et en particulier la méthode


de l’arc droit (Straight Wire) où l’arc rectangulaire ne porte aucune des courbures des trois
ordres, l’arc formé à plat est simplement adapté à la forme générale et à la dimension de
l’arcade.

Les mouvement sont réalisés par des modifications de la position dans l’espace de lumière des
attachements:

Arc droit

conclusion

- La distance variable selon les dents, du fond de la lumière à la base de l’attachement


remplace les courbures du 1er ordre.

- Les courbures du 2ème ordre sont remplacées par l’angulation de la lumière par rapport au
grand axe de la dent.

- Les courbures du 3ème ordre sont remplacées par les variations d’angle d’insertion des
lumières par rapport au plan d’occlusion.

Arc droit
conclusion

Théoriquement cette méthode devrait éviter au praticien la conformation manuelle des arcs. Des
ajustements s’avèrent néanmoins nécessaire.

Mais cette méthode à l’avantage de pouvoir utiliser des alliages nouveaux aux extraordinaires
qualités mécaniques.

Edgewise et Arc droit

Bibliographie

Edgewise et arc droit

Ouvrages:

 Julien PHILIPPE : « orthodontie des principes et une technique »


JULIIEN prélat 1972

 Bennett, Mclaughlin:

«les mécaniques de traitement de l’appareil préinformé » Wolfe publishing


1993

 Château: « ODF: clinique » Cdp 1993

 HOTZ:

« appareillage fixe en ODF » prélat 1967

 Root:

« level Anchorage système » AM J Orthod 1981

Journaux de l’Edgewise :

 André J. HORN et al :

vol17: « LA TECHNIQUE DE TWEED-MERRIFIELD . une technique


reproductible pour un traitement individuel »
 Dr L.L. MERRIFIELD interviewé par le Dr A.J. HORN:

vol2O:« le point sur la technique de TWEED »

 C. SAVASTANO:

vol21: « TECHNIQUE EDGEWISE ET DYSFONCTIONS DES ATM »

 R. A. ALESSIO:

vol 24: « cas traite mal occlusion de classe III »

Edgewise et arc droit

Revue d’ODF:

2002 vol 36 n°3

 Julien PHILIPPE: « qui a inventé le brackets? »

1985 vol 19 n°2

 Robert GARCIA: « ancrage et thérapeutique Edgewise »

1997 vol 31 n°4

 Plancher: « évolution des techniques préinformés depuis Andrews »

 Sorel :

« qu’est ce que l’arc plan? »

« le SWA et les dernières innovations du concepteur de ce système »

« place de l’arc plan au sein de l’ODF »

Edgewise et arc droit

EMC
 Attia:

« Edgewise » 23490D10 1985

 Planché:

« concept de l’arc droit d’Andrews. Principes et évolution » 23490D10


2002

http://thesecups.ups « l’apport du scanner 3D en anatomie dentaire : résultat et application aux


calculs d’ancrage et la mécanique orthodontique » thèse pour obtenir le grade de doctorat
17/12/2007

www.dentalespace.com-www.scielobr.com-www.derekmahony.com (image)

www.orthodonticproductsonline.com-www.jps.c2/3m-unitek

www.google-image.com