Vous êtes sur la page 1sur 55

1

Gilles FERRAGU, Université Paris Ouest

Semestre 1, 2017/2018

gferragu@parisnanterre.fr

Histoire des révolutions

Plan :

1 - Introduction
2 - Les révolutions atlantiques
3 - Une révolution permanente ? (France 1789/1830)
4 - La révolution industrielle
5 - 1848, une révolution sociale ?
6 - Le printemps des peuples (1848), une révolution romantique ?
7 - Une révolution scientifique : le darwinisme
8 - Les révolutions communistes : l'exemple russe
9 - Des Jeunes Turcs aux printemps arabes, révolution et monde arabo-perse

Bibliographie :

S. Aprile, E. Fureix, Les révolutions de 1830 en Europe, Champ Vallon, 2013


S. Aprile, J.Y. Mollier, la Révolution de 1848 en France et en Europe, Editions sociales, 1998
D. Becquemont, Darwin, darwinisme, évolutionnisme, Kimé, 1996.

B. Cottret, La Glorieuse révolution d'Angleterre, Gallimard, 1998


B. Cottret, La révolution américaine, Perrin 2003
F. Furet, M. Ozouf, Dictionnaire critique de la Révolution française, Flammarion, 1998
O. Figes, La révolution russe, Denoël, 2007
E. Hobsbawm, L'âge des révolutions, Pluriel 2002
M. Larrère (dir.), Révolutions, Belin, 2013
I. Sommier, La violence révolutionnaire, PFNSP, 2008
P. Verley, La première révolution industrielle, Armand Colin, 1999
2

Introduction

"Un tel phénomène, dans l'histoire de l'humanité, ne s'oublie plus, parce qu'il a révélé dans la nature
humaine une disposition, une faculté de progresser telle qu'une politique n'aurait pu, à force de
subtilité la dégager du cours antérieur des événements : seules la nature et la liberté réunies dans
l'espèce humaine suivant les principes internes du droit étaient en mesure de l'annoncer, encore que,
quant au temps, d'une manière indéterminée et comme événement contingent. Mais, même si le but
visé par cet événement n'était pas encore aujourd'hui atteint, quand bien même la révolution ou la
réforme de la constitution d'un peuple aurait finalement échoué, ou bien si, passé un laps de temps,
tout retombait dans l'ornière précédente (comme le prétendent maintenant certains politiques), cette
prophétie philosophique n'en perd rien pour autant de sa force. Car cet événement est trop
important, trop mêlé aux intérêts de l'humanité et d'une influence trop vaste sur toutes les parties du
monde pour ne pas devoir être remis en mémoire aux peuples, à l'occasion de circonstances
favorables et rappelé lors de la reprise de nouvelles tentatives de ce genre."
Emmanuel Kant, Le conflit des facultés, 1798

I - Introduction

A l'origine, la révolution appartient au lexique de l'astronomie, et décrit le mouvement d'un astre.


Mais à la fin du XVIIIe siècle français, et après quelques occurrences au XVIIe siècle (anglais), la
révolution décrit désormais également un phénomène politique, la transformation brutale du
système politique et un bouleversement souvent provoqué par une insurrection. La révolution est
toutefois plus qu'une insurrection, c'est une insurrection victorieuse, et la distinction entre l'émeute
et l'insurrection sépare l'échec de la réussite. Le modèle révolutionnaire se construit donc au cours
du XIXe siècle, celui d'une révolution politique telle que la firent les Français en 1789, bouleversant
l'organisation sociale puis le système politique au nom d'une conception nouvelle de l'individu et de
son rapport à l'Etat. Et le modèle se développe, se discute (la question de l'usage de la Terreur
notamment, fait débat) et se décline : la Révolution française dure (jusqu'en 1799 ? 1804 ? 1889 ?),
reprend (en 1830, 1848...) est libérale, bourgeoise, sociale. Bientôt, le modèle révolutionnaire est
théorisé, notamment par Karl Marx qui en fait un mécanisme historique dès 1848, postulant
l'existence de lois historiques à cet égard. Le XIXe siècle est révolutionnaire, et la France incarne, plus
que d'autres nations, cette idée : les systèmes internationaux s'organisent pour lutter contre (le
3

Congrès de Vienne et ses suites) ou bien pour la préparer (l'Internationale). Cette révolution
politique continue d'évoluer au cours du XXe siècle, en partie du fait de ce modèle théorique qui
structure l'idéologie socialiste et répond, par ailleurs, à une question devenue lancinante, la question
sociale, celle d'une misère généralisée. Le XXe siècle naissant voit émerger quelques révolutions,
dans l'empire ottoman, , en Chine, au Mexique... mais la grande révolution à venir est celle qui éclate
en 1917 en Russie, révolution majeure en ce qu'elle devient, après la Française, le modèle et le
support d'une idéologie nouvelle et qu'elle renouvelle au passage l'idée même de révolution,
désormais associée à un courant politique. Et cela non sans paradoxes : elle incarne à la fois un
espoir de monde meilleur, et le dévoiement de cette idée, confisquée par une caste politique à des
fins de dictature. En URSS comme dans les autres Etats nés de révolutions ou gagnés à la Révolution,
l'espoir d'un monde égalitaire et d'un homme nouveau est peu à peu noyé dans le système même
qui le revendique : le totalitarisme. A ces révolutions communistes, on peut opposer les révolutions
fascistes et nazis, qui nous ramènent à l'idée que la révolution est un phénomène politique, et non
une idéologie en soi : dans ces deux cas, des Etats nouveaux émergent, qui se considèrent en guerre
permanente, postulent la création d'un homme nouveau et visent, tout comme l'URSS, une fin de
l'Histoire (telle que formulée par le marxisme, à savoir une société sans conflit). On pourrait croire
que les totalitarismes mettent un terme au concept même de révolution. Néanmoins, le schéma
révolutionnaire persiste, notamment aux marges du mouvement communiste (trotskistes,
anarchistes) : il va trouver, en Chine (avec le maoïsme), à Cuba (avec le castrisme) etc. des
applications différentes, en fonction des variations idéologiques. A ce sujet, la religion elle-même,
institution conservatrice, génère ses propres révolutions, telle la révolution islamique d'Iran. Et
surtout, ce phénomène se transforme au XXe siècle : tout d'abord avec la chute du mur de Berlin et
la disparition du modèle communiste - une "fin de l'histoire" (F. Fukuyama) qui ne met pourtant pas
fin au phénomène révolutionnaire. De même, d'autres formes de révolutions émergent, secouant la
tutelle des régimes dits révolutionnaires : les révolutions dites "de velours" relèvent d'une nouvelle
pratique pour un phénomène toujours changeant, au nom d'un objectif persistant, la transformation
du système politique. Phénomène globalisé, qui n'est pas l'apanage des sociétés occidentales , les
révolutions marquent également le début du XXIe siècle, notamment dans le Proche Orient avec le
mouvement des Printemps arabes.

Mais la révolution ne se limite pas à des enjeux politiques, même si ceux-ci semblent récurrents : il
faut ici envisager les révolutions technologiques, c'est à dire la découverte et l'introduction d'une
technologie innovante, qui transforme des modes de production, puis l'ensemble de l'économie
voire la société (exemple de l'industrialisation au XIXe siècle). Les révolutions dans le domaine
artistique et culturel transforment nos représentations et peuvent, par voie de conséquences, avoir
4

une influence majeure sur la vie politique par exemple (de la révolution des médias à la révolution
romantique).

Comprendre ces phénomènes sur deux siècles suppose, dans une démarche historique, d'analyser le
contexte, de manière à saisir la dynamique révolutionnaire. A noter que la recherche des causes est
u des g a ds jeu de l histo ie , ais gale e t u e des ses g a des o asio s de d ats. U e
certain nombre de débat voir de conflits historiographiques se sont engagés sur la question des
auses, o etie d a les fle io s sus it s pa l a ti le d'Ernest La ousse Co e t aissent les
olutio s , su les auses o o i ue des olutions de 1789, 1830 et 1848. En effet, souvent
derrière la question historique des causes se profile une autre question, plus idéologique, plus
e gag e, elle des espo sa ilit s! L histo ie est toujou s te t , ou du oi s solli it de d sig e
les espo sa le d u e e t jug gatif, ou d ide tifie au o t ai e les heu eu i itiateu s - et
bénéficiaires - d u e e t positif au d t i e t d aut es! ... La recherche des causes en histoire
est d aut e pa t u e e i e p illeu ou, plus ue ja ais, l histo ie doit fai e atte tio à la
t l ologie : il t a aille telle e t e ega d de l e e t ad e u u il est te t de e li e da s le
pass ue e ui o duit à e e e e t. Il te d à p e d e e u il doit ad e i o e
explication du passé, quand la thode histo i ue est e a te e t à l i e se! Attention donc à la
lecture des révolutions. Cela suppose d'identifier les connexions, les modèles, les inspirations qui
d'une révolution à l'autre, peuvent tisser une généalogie de projets, d'idéologies, de pratiques, de
références. Ce cours envisage à partir de ces divers questionnements de comprendre la dynamique
révolutionnaire dans l'histoire contemporaine.

II. les révolutions anglaises et américaines, des révolutions atlantiques

Problématique : en quoi les expériences politique de l'Angleterre et des Etats Unis ont-elles
contribué à la contestation de l'absolutisme et marqué l'opinion publique française ?

A. Les révolutions anglaises du XVIIe siècle : la mise en échec de l'absolutisme

«Qui es-tu?
- Je suis ..., freeholder de Grande-Bretagne.
«De quels privilèges jouis-tu en tant que freeholder de Grande-Bretagne?
- En tant que freeholder de Grande-B etag e, je jouis d’u e e o aissa e ivile plus o sid a le
ue le plus g a d des sujets d’u P i e a it ai e. E effet, je suis gouve pa des lois, au uelles
je donne mon consentement; et ni ma vie, ni ma liberté, ni mes biens ne me sauraient être retirés
contrairement à la loi. Je suis un homme libre.» (Craftsman, 22 septembre 1733).
5

Ce texte témoigne d'une certaine conception de la citoyenneté en Angleterre au XVIIIe siècle, une
conception formée par une histoire où les révolutions reviennent périodiquement. Au rebours de
certains stéréotypes nationaux, la France n'invente pas la révolution politique : les premières
révolutions éclatent en Angleterre, au XVIIe siècle. Si elles ne se concluent pas par la fin du système
monarchique, elles débouchent sur une réorganisation de la vie politique et sur ce que certains
juristes assimilent à "une constitution non écrite", intégrée à la Common Law (la loi anglaise) et
particulièrement sensible à la défense des droits de l'Homme. La Glorious Revolution (1688) est, à cet
égard, un événement fondateur, en ce qu'il établit le modèle de monarchie parlementaire, déjà
existant, en institutionnalisant les rapports entre le roi et les Assemblées. Le système britannique est
en effet original, et accorde aux assemblées, depuis l'époque médiévale, un pouvoir réel. Depuis le
XIIIe, il existe en effet en Angleterre un parlement, formé de la chambre des lords, composée de
membres désignés ou héréditaires, qui appartiennent à la grande noblesse ou au clergé; et de la
chambre des communes, dont les membres sont élus au suffrages censitaire, appartenant à la petite
noblesse ou à la bourgeoisie.

Au XVIIe, les rois Stuart veulent lever un nouvel impôt sans consulter le parlement. Une guerre civile
éclate : le roi Charles Ier (1625-1649) est vaincu par les partisans du parlement dirigés par Cromwell,
et est condamné à mort en 1649. C'est une première en Europe, un roi condamné et exécuté par son
peuple... Un nouveau régime émerge, le Commonwealth, ou République (seule expérience
républicaine vécue en Angleterre !), dont Oliver Cromwell, chef du parti hostile au roi devient le lord
protecteur, au nom de principes égalitaires. Toutefois, cette première expérience tourne à l'échec :
Cromwell se mue en dictateur et après sa mort (1658), le pouvoir monarchique est restauré (1660)
par le général Monck, qui rétablie le roi Charles II, héritier du roi Charles Ier, sur le trône. L'un des
résultats les plus manifestes de cette première crise est le vote de la loi d Ha eas Co pus en 1679, loi
qui garantit les libertés individuelles et politiques contre l'arbitraire... Une limite à l'absolutisme
royal. Toutefois, du point de vue des monarques, c'est plutôt le modèle absolutiste français qui fait
rêver, celui d'un régime où le roi tire sa légitimité non des assemblées, mais de la volonté divine, et
qui passe donc par un pouvoir plus ample, limité par les seules coutumes du royaume. C'est le
modèle auquel Jacques II Stuart, fils de Charles Ier et successeur de Charles II en 1685, veut tendre :
il souhaite rétablir le catholicisme et la monarchie absolue. Cela passe par un conflit avec l'Eglise
anglicane et les protestants... Mais cette prétention se heurte à une faction de nobles protestants,
qui sollicitent le prince Guillaume d'Orange, protestant, en 1688, considérant que le prince héritier
est illégitime. Guillaume d'Orange débarque donc à la tête d'une armée, et Jacques II choisit la fuite
plutôt que l'affrontement : rattrapé, il est finalement exilé en France (et accueilli par Louis XIV à Saint
Germain en Laye) tandis que le nouveau souverain (après avoir épousé Anne, la fille du roi Jacques II,
6

lequel est considéré comme ayant abdiqué) s'engage alors à respecter le Bill of Rights (1689), qui
impose des limites juridiques au pouvoir du roi d'Angleterre (obligation d'obtenir le consentement du
parlement, liberté de parole du Parlement, etc..). Premier constat, il s'agit d'une révolution au sens
politique ( le Parlement s'impose) et non dynastique (les Stuart demeurent jusqu'à la mort de Anne,
remplacés au XVIIIe siècle par les Hanovre). Deuxième constat, il s'agit d'une révolution sans
violence, le roi ayant fui après avoir jeté son grand sceau dans la Tamise. La "révolution" à cet égard
ne ressemble pas aux révolutions américaine et française, fondées sur l'insurrection civile. Mais il
s'agit d'un bouleversement politique : la Séparation des pouvoirs existe... même de manière limitée
et théorique. Le Roi règne avec le pouvoir de nommer des ministres, promulguer des lois, diriger la
politique étrangère. Le Parlement dispose lui du pouvoir législatif, vote la loi et o se t à l i pôt. Le
Bill of Rights reste toutefois vague sur l'organisation des sessions, et le roi conserve le pouvoir de
dissolution du parlement. Le parlementarisme anglais se construit sur ces prémices, sur la loi comme
sur le rapport de force qui s'établit entre les souverains et les assemblées. La monarchie anglaise
n'est pas absolue, mais parlementaire, elle devient un modèle qui fascine les philosophes des
Lumières, celui d'une monarchie "tempérée". Voltaire et Montesquieu s'inspirent des idées du
philosophe anglais John Locke (1832-1794) qui a justifié la Glorieuse Révolution. Locke justifie
notamment le droit de résistance si un personnage de pouvoir abuse de l'autorité qui lui est
concédée par la loi.

"Chaque fois que les législateurs tentent de saisir et de détruire les biens du peuple, ou de le réduire à
l’es lavage d’u pouvoi a it ai e, ils e t e t e guerre contre lui ; d s lo s, il est dispe s d’o i et il
’a plus u’à se fie au e de ue Dieu a do à tous les ho es o t e la fo e et la viole e". (J.
Locke, Deuxième Traité du Gouvernement civil, 1690, trad. Gilson, Vrin éd., pp. 203-206.)

Les penseurs des Lumières font l'éloge des institutions anglaises qui limitent les pouvoirs du roi et
garantissent les libertés individuelles :

Ex: Voltaire, Lettres philosophiques, 1734 : "la nation anglaise est la seule de la terre qui soit
parvenue à régler le pouvoir des rois en leur résistant, et qui, d'efforts en efforts, ait enfin établi ce
gouve e e t sage où le P i e, tout puissa t pou fai e du ie , a les ai s li es pou fai e le al…"

A cet égard, la Glorieuse révolution est un premier modèle de révolution politique réussie.

B. L'indépendance des Etats-Unis d'Amérique : une révolution nationale

Depuis le XVIIe, siècle, les colons européens sont installés sur la côte atlantique de l'Amérique du
Nord. L'Angleterre y a organisé treize colonies. C'est un ensemble dynamique économiquement
7

fo d e esse tielle e t su l ag i ultu e et le o e e et d og aphi ue e t à la fi du XVIIIe,


caractérisé par une société assez ouverte, composé en majorité d a glais d o igi e o pa le alo s
d tat ole, a la définition st i te de ole est l as e da e eu op e e ais la aissa e ho s
d Eu ope . U e o o ie et u e so i t a a t is aussi pa le e ou s à l es la age. Bien que
l A glete e ait o p is ta di e e t le pa ti u elle pou ait ti e de ses olo ies a i ai es, elle s
intéresse de plus près à la fin du XVIIe. Elle place ainsi les colonies dans un système de dépendance
o o i ue is à is de la t opole, s st e ue l o o e mercantilisme est qui est appliqué à
tout l espa e olo ial de l po ue. A côté de ce carcan économique à relativiser, force est de
constater que les Américains jouissent d u e elle li e t politi ue : les colonies se sont formées
sans contrôle de la couronne, et le ode d o ga isatio politi ue est sou e t d o ati ue et
représentatif. Le roi exerce certes son autorité sur les colonies, mais son autorité est imprécise,
distraite, distante. Dans chaque colonie un gouverneur exerce le pouvoir législatif : il est nommé par
le roi ou par les assemblées législatives de la colonie, ou directement nommé par le lord propriétaire.
La liberté religieuse est aussi de règle. Mais le problème est déjà territorial : en 1763: les anglais
e te de t ett e u f ei à l e pa sio à l ouest, sous prétexte de protection des Indiens... la
question de la notion de propriété et de la souveraineté des terres pose problème. Il y a également
une tension fiscale. A partir des années 1769 et au lendemain de la couteuse guerre de 7 ans,
Londres impose de nouvelles taxes, notamment sur le thé dont le commerce est étroitement
contrôlé, et oblige les colons à ne commercer qu'avec l'Angleterre. En 1773, la Boston Tea Party
(l'arraisonnement et la destruction d'une cargaison de thé venue d'Angleterre) est un premier signal.
Les accrochages avec la troupe anglaise se multiplient alors.

Le sentiment national américain, émergeant, epose d a o d su la p ise de onscience de l e iste e


di t ts économiques américains propres, différents voir opposés à ceux de la métropole. C est
donc sous la forme de pp économique que se sont manifestés les prémisses du nationalisme
américain. De plus, les olo s affi e t de plus e plus ette e t ue s il e o aisse la
souveraineté de la métropole en matière de commerce internationale, et de relation internationale,
il la nie en matière de politique intérieure des colonies. L auto o ie politi ue des olo ies est alo s
justifiée et légitimée de deux façons :

1- par la légitimité de leur assemblée coloniale (reconnues par des chartes et légitimité populaire),
qui elle seules détiennent le pouvoir législatif dans les colonies ;

2- pa les d oits i di iduels des olo s, e ta t u ho e et e ta t ue p op i tai e des te es.

Les crises successi es esse e t les lie s e t e les olo ies. O passe d u e solida it à u e ita le
union: en témoigne des initiatives diverses pour établir des relations permanente entre les
8

différentes colonies, prenant souvent forme création de comités. En 1774, Patrick Henry prononce
les ots fa eu : Nous so es da s l’ tat de Natu e. Virginiens, Pennsylvaniens, Newyorkais,
ha ita ts de la ouvelle A glete e, la disti tio ’e iste plus. Je e suis pas u vi gi ie ais u
américain . Le ot eda i ai gag e e ha ge affe ti e et est de plus e plus utilis .L id e
u e iste u e atio a i ai e, disti te de la atio a glaise fait p og essi e e t so he i et
s i pose. le philosophe Thomas Paine le dit clairement dans son Sens Commun.

On notera aussi que peu à peu se constitue un discours socio-culturel, politique, qui valorise une
sp ifi it a i ai e oppos e à l Angleterre. La société américaine est présentée avec les valeurs de
modestie, de travail, de mérite au talent et au travail, de tempérance, et s oppose à u e so i t
anglaise p se t o e o o pue pa le lu e, e e o aissa t de aleu u à la aissa e et o
au mérite des individus. A la société féodale et vieillissante anglaise, les américains se construisent et
se présentent comme société libre, jeune, moderne. P og essi e e t est au o des d oits
atu els , des d oits de tout ho e u ils p oteste t.

En 1774, des représentant des colons se réunissent en congrès. Ils rejettent l'autorité de la
métropole et deviennent des Insurgents. L'insurrection débute, avec, dans le domaine militaire, une
guerre larvée en forme de guérilla (bataille de Lexington, 1775) puis la guerre tout court. Le 4 juillet
1776, les députés des colons votent la Déclaration d'indépendance, qui revendique les populations
des 13 colonies comme formant une nation et dresse la liste d'une série de griefs adressés au roi
d'Angleterre. La guerre est longue, et du côté américain, bénéficie de la connaissance du terrain
comme du sentiment national né de l'insurrection. Nommé en 1775 général en chef, Georges
Washington obtient, avec l'appui de la France, la victoire en 1783. L'indépendance est reconnue...
mais cela fait-il de cette guerre une révolution ?

Constatons d'abord que la guerre d'indépendance ne mobilise pas tous les Américains et que certains
(qui partent ensuite au Canada) restent fidèles à la couronne d'Angleterre. Mais cette guerre se
poursuit avec un phénomène neuf, la transformation de 13 colonies en une nation, et en un régime
nouveau, doté d'une constitution. Les règles de fonctionnement de la nouvelle fédération sont
définies par une constitution rédigée en 1787 à Philadelphie. Elle institue une république et garantit
la séparation des pouvoirs ainsi que les libertés fondamentales dans un Bill of Rights. La structure du
pouvoir est nouvelle, fondée sur l'équilibre entre les pouvoirs (checks and balances) : le congrès
composé de deux chambres (le Sénat et la chambre des représentant) vote les impôts et les lois, le
président de la république élu pour quatre ans choisit et dirige le gouvernement, la cour suprême
exerce le pouvoir judiciaire.
9

Cette révolution est donc politique, et fait émerger un régime considéré jusque là comme utopique.
Mais la révolution n'est pas sociale : l'esclavage persiste, la condition des noirs demeurent
inchangée. De même, les droits des amérindiens, premiers habitants de la terre américaine, sont
bafoués au nom de la colonisation. Enfin, les attentes d'une partie de la population américaine (qui
réclame un blocage des prix, le paiement des soldes militaires, l'annulation des dettes pour les
vétérans, etc.) sont ignorées et les discours égalitaristes (comme ceux des régulateurs" du
Massachussetts) condamnés. La révolution est avant tout nationale et politique, mais elle sert de
modèle. Lors de la guerre d'indépendance américaine, l'opinion publique française prend parti pour
les patriotes américains perçus comme des précurseurs sur l'avenir de la liberté. Des volontaire
comme le Marquis de La Fayette s'engagent aux côtés des insurgents, puis une expédition franco
espagnole les appuie contre l'Angleterre. L'enthousiasme des Français est très grand, et d'autant plus
que la monarchie y voit une manière de se venger des pertes de la guerre de 7 ans. Les philosophes
quant à eux saluent la naissance d'une nation qui incarne les idées politiques des Lumières, et
notamment la séparation des pouvoirs, et le principe de l'égalité politique et civile, fondement des
libertés individuelle. Ce grand enthousiasme ignore cependant les imperfections de ces révolutions :
en Angleterre, la plus grande partie de la population est exclue de la vie politique (et du suffrage).
Aux Etats-Unis, les Noirs sont maintenus en esclavage et les droits des Indiens sont bafoués.

L'idée d'un modèle révolutionnaire domine, qui, dans la foulée des écrits de John Locke, aurait rendu
possible la vague révolutionnaire. En 1955, Jacques Godechot et Robert Palmer, deux historiens,
formulent l'idée d'une révolution atlantique, née dans le monde anglo-saxon et qui se répand sur le
continent et dans les milieux cultivés. Ce schéma, séduisant, ignore toutefois les diverses dynamiques
sociales à l'œu e da s les olutio s eu op e es. Il faut, dans le cas français par exemple, se
pencher sur le contexte initial...

III. La France en révolutions

Problématique : Quels sont les causes de la Révolution française ?

A - La fin du XVIIIe siècle français : comment naît une révolution

Les règnes de Louis XV et Louis XVI sont marqués par une phase de croissance démographique. Après
une longue période de stagnation, la population passe d'environ 22 millions d'habitants en 1700 à 28
millions en 1789. Un faisceau de facteurs explique cette croissance : les guerres ont lieu hors de
frontières, l'Etat intervient plus efficacement lors des disettes et épidémies, l'état sanitaire du pays
s'améliore. Mais ces améliorations ne touchent ni toutes les provinces, ni tous les groupes sociaux. Le
10

XVIIIe est une période de croissance économique maquée par l'augmentation de la production, des
échanges commerciaux, et par la hausse des prix. Entre 1726 et 1789, les prix des céréales augmente
nettement plus que les salaires. En cas de crise de subsistance, les antagonismes sociaux se creusent.

Plus de 80 % des Français vivent à la campagne ou travaillent la terre. Les récoltes rythment
l'économie du Royaume. Le monde paysan, enfin, reste soumis au poids des prélèvements : impôts,
dîme; droits seigneuriaux, fermage ou métayage pour le terres en location. La cible majeure des
révoltes est presque toujours le prélèvement fiscal étatique : les émeutes antifiscales, contre les
agents du roi au XVIIe sont restées dans les mémoires. Au XVIIIe, changement : le recours
procédurier s'impose et on assiste à une multiplication des procès de communautés paysannes
contre les seigneurs.

Parallèlement, la population urbaine est minoritaire (600 000 habitants à Paris, 152 000 à Lyon, 85
000 à Marseille vers 1780), mais elle concentre l'essentiel des pouvoirs et des richesses. Toutefois, la
ville est marquée par de violentes inégalités sociales, le luxe côtoie la misère. A cela s'ajoute
l'opposition entre la bourgeoisie et la noblesse. Des roturiers, lecteurs de philosophes, revendiquent
pour le tiers état l'égalité des droits. Les conflits professionnels se multiplient également entre
compagnons et maîtres autour de l'atelier et du métier. Multiplication des grèves ouvrières; refus
d'accepter le contrôle de l'embauche par les corporations. Au sein des compagnonnages des
confréries, des assemblés de cabaret, les ouvriers citadins sont engagés dans une forme de politique
qui habitue à l'organisation de l'action collective. on assiste à une multiplication des appels devant le
Parlement pour obtenir l'abolition de réglementations.

La question du rôle des Lumières dans la Révolution est un vieux débat : l'idée souvent exprimée est
que ce sont les Lumières qui ont produit la Révolution. Mais ne faut-il pas considérer que c'est la
Révolution qui a inventé les Lumières en voulant enraciner sa légitimité dans un corpus de texte ?
Tocqueville ou Taine estiment que les Français ont fait la révolution parce qu'ils ont été transformés
par les livres. L'idée est discutable, les corpus littéraire étant élaborés par la suite. Ce qui est
important, plus que les idées des textes, ce sont les changements dans les pratiques de lecture, le
processus de désacralisation du pouvoir, que l'on peut critiquer et dont on peut se moquer.

Ainsi, des philosophes critiquent la société au nom des "lumières de la raison". Ils ne sont pas
unanimes sur tous les points, mais tous partagent la même attitude. Inspirés par Descartes et
Newton, ils n'acceptent pour vérité que ce qui peut être vérifié par l'observation ou l'expérience.
Quelques principes fondamentaux dominent : la critique du fanatisme religieux, l'exaltation de la
tolérance, la confiance en l'observation et l'expérience, l'examen critique de toutes les institutions et
coutumes, la définition d'une morale naturelle, la reformulation du lien politique et social à partir de
11

l'idée de liberté. Les philosophes sont engagés dans la vie publique. Il contestent les fondements de
l'absolutisme de droit divin et définissent la liberté comme un droit inhérent à la nature humaine. Ils
dénoncent les abus du pouvoir, les superstitions et le dogmatisme religieux. Soumis à la censure, ils
sont parfois emprisonnés. L'Encyclopédie, ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des
métiers, dirigée par Diderot et D'Alembert , entre 1751 et 1772, est emblématique de cet esprit. Plus
de 120 auteurs y participent, un grand soin est apporté aux planches illustrées qui montrent les
innovations scientifiques et techniques. L'ambition est de faire la somme des connaissances du
temps et de critiquer les institutions politiques et religieuses.

Cette volonté des penseurs à éclairer l'opinion publique fait émerger un espace-public (selon la
formule du philosophe J. Habermas) où l'on peut débattre, qui permet le développement d'une
culture critique qui remet en question l'autorité. Des lieux de rencontre assurent la diffusion des
idées des Lumières : académies, salons, clubs, cafés, loges maçonniques1. La correspondance, la
circulation des textes et de leurs auteurs permettent la formation à l'échelle européenne d'une
"République des Lettres" qui compte un nombre réduit masi influent de membres qui appartiennent
à l'élite urbaine. Le peuple est exclu de ces lieux mais par la presse, les chansons et affiches, certaines
idées des Lumières l'atteignent. Mais la philosophie des Lumières n'est pas une doctrine homogène.
A l'exception de Rousseau, partisan de la démocratie, les philosophes souhaitent conserver un ordre
social dominé par les élites. Montesquieu est favorable à une monarchie modérée dans laquelle la
liberté individuelle serait garantie par la séparation des pouvoirs. Voltaire est un moment séduit par
le despotisme éclairé (Frédéric II de Prusse, Catherine II de Russie, Joseph II d'Autriche. Idée selon
laquelle le roi doit réformer autoritairement l'Etat en s'inspirant de la philosophie des Lumières).

NB Alphabétisation en hausse : 1686 : 29 % des hommes et 14% des femmes; 1786 : 47% des
hommes et 27 % des femmes. Selon l'historien Robert Darnton, la diffusion à grande échelle d'une
littérature critique et dénonciatrice a transformé la représentation de la monarchie, minant les
mythes fondateurs, tournant en dérision ses rituels, présentant l'Etat comme arbitraire et avili.

Et de fait, le pouvoir politique semble fragile. Louis XVI dispose en théorie du pouvoir absolu. Depuis
le XVIIe , les bureaux de Versailles et les intendants dans les provinces ont renforcé la centralisation

1
La franc-maçonnerie est un phénomène massif. En 1789; sans doute 50 000 maçons; soit 1 homme sur 20
dans la population citadine susceptible d'être admise dans des loges. On assiste alors à la multiplication des
loges dans tout le royaume. Ces loges soutiennent l'idéal d'une société égalitaire qui découpe un espace neuf
où les individus ne sont pas distingués par leur conditions juridiques. Le tiers-Etat y est largement majoritaire
(80%), et les loges accueillent des catégories sociales absentes des autres lieux de sociabilités (marchands,
boutiquiers, artisans). une pratique de l'égalité qui rassemble, bien au delà de l'aristocratie, mais
essentiellement ceux qui ont de l'argent, de l'éducation et des loisirs ! La franc-maçonnerie est une société qui
se veut gouvernée par la morale et réglée par la liberté de conscience, et qui s'érige alors en juge de la raison
d'Etat.
12

administrative. Mais le pouvoir est limité par les lois fondamentales du royaume ainsi que le système
des privilèges dont bénéficient non seulement le clergé et la noblesse, mais aussi les habitants des
villes et de certaines province. Il est également miné par les incohérences et les faiblesses de
l'organisation administrative, fiscale et judiciaire (complexité des réglementations, enchevêtrement
des circonscriptions, vénalité des offices), l'insuffisance des revenus de la couronne, qui s'endette.

A la fin du 18e, le rétablissement de l'équilibre financier de l'Etat devient la priorité politique du règne
de Louis XVI. La ise e œu e d'u e fo e fis ale d'i pose et passe pa la supp essio ou la
limitation des exemption dont bénéficient les privilégiés. Les parlements, s'opposent à toute remise
en cause des privilèges fiscaux. Les parlementaires prétendent défendre les libertés contre le
"despotisme ministériel" : ils se posent en représentants de la nation et sont donc soutenus par
l'opinion publique, alors qu'ils défendent les privilèges de la noblesse ! Ils utilisent le droit de
remontrances pour faire échouer les réformes tentées par Turgot (1774-1776), Necker (1778-1783),
Calonne (1783-1787) et Loménie de Brienne 1787-1788. Faute de réforme fiscale, la crise financière
s'aggrave. Le budget de 1788 creuse le déficit. Dans une contexte de récession économique, et de
mauvaises récoltes de 1787 et 1788 , les prix du pain augmentent très fortement. Dans ce
mouvement de forte tension sociale, les parlementaires demandent au roi de convoquer les états
généraux2 pour faire voter une réforme sur les impôts. Les parlementaires espèrent pouvoir
contrôler ainsi le gouvernement du royaume. Dans l'espoir de mettre fin à cette crise, Louis XVI cède
à la pression en août 1788. Il annonce la convocation des Etats Généraux. Au printemps 1789, 60 000
cahiers de doléances sont rédigés, et les ordres élisent leurs représentants. La rédaction des cahiers
entraîne une politisation des populations.

B - Une dynamique radicale ?

La Révolution française est un immense sujet en soi : il ne s'agit ici que de poser quelques jalons et
d'o se e la d a i ue à l'œu e da s la p iode. Sans détailler la chronologie des événements, on
peut s'interroger sur leur signification :

Les Etats généraux annoncent la crise : dès le 17 juin 1789, l'Assemblée des trois ordres se
transforme en représentation nationale... l'Ancien régime et la société d'ordres sont menacés. Le
serment du jeu de paume, du 20 juin, atteste de l'ampleur de la volonté de réforme. La Révolution
est alors pacifique. Une majorité de juristes favorise une conception nouvelle de la représentation
politique héritée des Lumières. La naissance d'une nouvelle Assemblée constituante, met en cause
l'e se le de l difi e politi ue et so ial... et les concessions du pouvoir royal sont en complet

2
non réunis depuis 1614, il s'agit de l'assemblée des trois ordres qui peut donner des avis ou enregistrer des
décisions royales
13

décalage. La révolution des juristes, des élites intellectuelles et bourgeoises contre la monarchie
a solue s a h e toutefois en juillet, sans offrir de réponse aux revendications sociales.

A partir de juillet 1789: c'est le relais des révolutions populaires, d'origine parisienne puis par
extension dans les villes de province, sur le même modèle: création de comités permanents et de
milices communales, qui forment ensuite des gardes nationales. Par cette révolution municipale, les
illes s a ipe t du pou oi e t al. Enfin, Paris, comme troisième force, intervient dans cette
dynamique par la prise de la Bastille du 14 juillet. La Bastille, dépot d'arme, est aussi le symbole de
l'arbitraire royal : l'émeute parisienne s'y transforme en révolution quand les troupes, envoyées pour
mater l'émeute, fraternisent avec les parisiens...

Et cette dynamique s'accélère : dans les campagnes, la grande peur (juillet aout 1789) est une
réplique rurale, et violente des révolutions municipales. Confronté à cette crise, les députés
envisagent la suppression des droits féodaux, mais c'est finalement l'Ancien régime lui même qui est
aboli lors de la nuit du 4 août : les privilèges, qui distinguaient les ordres, disparaissent. C'est la
contrepartie sociale de la rupture politique qu'a été la formation d'une assemblée constituante
(décision du 9 juillet 1789). Dans la foulée, la déclaration des droits de l'Homme (26 aout 1789),
inspirée des modèles américains fonde les nouveaux principes revendiqués par les révolutionnaires.
En parallèle, le travail constitutionnel continue : il s'agit de combler le vide politique et juridique par
le principe d'une assemblée permanente élue détenant le pouvoir législatif ... Une seule chambre car
la souveraineté est indivisible.

Les divers enjeux (citoyenneté et droit de vote, décentralisation, organisation des pouvoirs, du
royaume, justice, impôts, etc.) entrainent une refonte complète du régime. Le 14 juillet 1790, la fête
de la Fédération donne l'illusion d'une réconciliation générale et d'une révolution finalement
contrôlée... mais Louis XVI demeure hostile à certaines politiques (notamment la question de la
constitution civile du clergé). Sa fuite dans la nuit du 20 au 21 juin 1791, et son arrestation à
Varennes, déclenchent une crise immense : la question de la légitimité de la monarchie est posée, la
confiance s'envole, un parti républicain émerge tandis qu'à la Constituante se pose la question d'un
jugement possible.

La Constitution est achevée et acceptée le 13 septembre 1791, qui réorganise le régime, devenu
donc constitutionnel. Les élections à l'assemblée législative (745 députés) donnent la majorité à des
modérés, mais révèlent les divisions (entre monarchistes et républicains), les Jacobins sont en
minorité (136/745) mais ont l'appui des clubs et de la minorité, active des sans culottes. En outre, la
tension entre le roi, qui s'oppose à certaines lois (visant le clergé réfractaire) et l'Assemblée
augmente. Dans ce contexte, la guerre menace - menée par les autres cours européennes, inquiètes
14

de la dynamique révolutionnaire (Entrevue de Pillnitz entre Léopold II, Frédéric-Guillaume II et


électeur de Saxe le 27 août 1791, qui demandent respect prérogatives de Louis XVI et alliance contre
France le 7 février 1792). Elle éclate en juillet 1792 à l'initiative de la Prusse : on proclame la levée en
masse et la patrie en danger... la guerre devient révolutionnaire. Et ce d'autant que le manifeste de
Brunswick (25 juillet) fixe un ultimatum (à commencer par le rétablissement de Louis XVI dans ses
prérogatives).La réaction jacobine est violente, qui exige la destitution du roi

De là une tension croissante entre le roi et l'assemblée : le roi est devenu suspect, sa fuite, sa
proposition de déclarer la guerre en avril 1792, son appui à l'Eglise contre la constitution civile du
clergé (12 juillet 1790) est perçue comme une trahison. La tension monte, manifestée dès juin par la
crise du 20 juin 1792 (Pétion maire de Paris prend prétexte de la commémoration du Serment du Jeu
de Pau e pou o dui e la foule à l Asse l e et d pose u e p titio o t e le oi. Puis les Tuile ies
sont investies, le roi doit coiffer le bonnet phrygien, mais refuse de lever son veto au décret
punissant les prêtres réfractaires) : le mois d'aout est la conclusion logique de cette tension. Le 3
août 1792, 47 sections sur 48 à Paris demandent la déchéance de Louis XVI. La tension débouche sur
u e i su e tio le août: Louis XVI a a do e les Tuile ies et se fugie à l Asse l e. La
L gislati e p o o e la suspe sio du oi, le e e se e t de l e utif et de la Co stitutio . U e
Convention nationale élue au suffrage universel devra rédiger une nouvelle constitution. A Paris
règne désormais la Commune insurrectionnelle, jacobine, reconnue par la Législative: Marat,
Robespierre, Hébert,...

Les arrestations, suppression de journaux se multiplient, la politique de déchristianisation s'accélère.


Dans le contexte de désastres militaires (capitulation de Longwy le 23 août), la Commune de Paris se
radicalise (massacre de septembre) et obtient l'élection de la Convention au suffrage universel. La
séparation de l'Eglise et de l'Etat (la première) est proclamée. C'est une seconde révolution qui
consacre l'avènement de l'idée républicaine.
Le décret du 10 aout établit donc la Convention dans un contexte de violence qui décourage les
modérés : les élections, au suffrage universel, voient une forte abstention. Si les indécis (la plaine/le
marais) sont majoritaires, les radicaux (Montagnards) sont largement représentés quand les modérés
(Girondins) sont minoritaires. En parallèle, la situation extérieure s'améliore (victoires de Valmy du
20 septembre1792, puis de Jemmapes du 6 novembre) : la Révolution se rêve universelle et la
Convention vote le décret du 19 novembre 1792: tous les peuples aspirant à la liberté seront aidés
par la France...

Enfin, le 21 septembre 1792, la monarchie constitutionnelle est abolie, la 1ere république proclamée
et la question du procès du roi se pose... qui débouche sur un compromis : la Convention jugera le roi
15

en dépit de son inviolabilité. Le 16 janvier, par 387 pour et 334 contre, il est condamné à mort, et
guillotiné le 21 janvier. La révolution se radicalise et d'autant plus fortement qu'elle est confrontée à
une guerre extérieure et intérieure (dans l'Ouest et particulièrement en Vendée), ainsi qu'une crise
économique (la valeur de l'assignat, la monnaie révolutionnaire, baisse, les salaires stagnent alors
que le blé augmente). Les Montagnards prennent progressivement le pouvoir, et imposent des
mesures exceptionnelles (tribunal criminel extraordinaire, puis Comité de salut public en avril 1793,
prix des grains fixé - en vain - le 4 mai, etc.) : la Terreur légale se met en place. Une Constitution
ultra-démocratique est élaborée et votée le 24 juin 1793... mais dans le climat de guerre, elle est
finalement suspendue en aout. Par ailleurs, l' assassinat de Marat le 13 juillet 1793, augmente la
tension et précipite la domination des radicaux. La Convention met en place un gouvernement
révolutionnaire, consacré par le décret du 4 décembre 1793, justifié par Robespierre devant la
Convention le 25 décembre par la lutte contre l'ennemi intérieur et extérieur au nom de l'intérêt
général. La Convention envoie dans les départements des représentants en mission pour imposer la
politique menée par Paris. La Terreur - un ensemble de lois d'exception - se décline dans la politique
financière (lutte contre la spéculation), religieuse (calendrier républicain et culte de l'être suprême,
une contre église révolutionnaire), économique (loi du maximum général - fixation du prix des
denrées nécessaires dont le pain) et surtout politique (loi des suspects, grands procès, etc.). Tandis
que la pression militaire retombe à l'automne 1793, la terreur s'amplifie, et le pouvoir de
Robespierre avec elle. Mais les Montagnards finissent par lasser leur base populaire et la réaction de
juillet 1794 (le mois de Thermidor selon le calendrier révolutionnaire) provoque la chute de
Robespierre et de la Terreur. Les modérés reprennent le pouvoir, effacent la législation issue de la
Terreur et ancrent la révolution libérale. Une dernière tentative des sans culottes de s'attaquer à la
Convention échoue en 1795 (prairial et germinal) : le mouvement sans culotte est écrasé et une
nouvelle constitution, de 1795 est élaborée et votée.

L'ombre de Bonaparte, sauveur de la Convention assiégée par des insurgés le 13 vendémiaire


(octobre) se profile. Le Directoire, qui prend la suite de la Convention en octobre 1795, est un régime
plus fragile, plus conservateur, menacé par les royalistes et les néo-jacobins : c'est le coup d'Etat
militaire de Napoléon Bonaparte, du 18 brumaire (9 novembre 1799) qui solde le régime et amorce,
avec le Consulat, l'entrée dans une autre ère. Comme le conclut Napoléon "la Révolution est finie,
elle est fixée aux principes qui l'ont commencé".

Un bilan ?

Da s u e s ie d e u tes o do es pa le Co sulat au d ut de l'a IX l'i age de la F a e


postrévolutionnaire se p ise : u pa s e ui e, eu t i pa la gue e i ile à l Ouest et da s le
16

Midi, les i asio s t a g es à l Est et au No d. La situation économique est tendue : misère,


chômage, délabrement des infrastructures.
Au plan politique, l'instabilité domine depuis 1789 : 3 constitutions, une succession de régimes
(monarchie absolue puis constitutionnelle, anarchie, constitution démocratique, gouvernement
révolutionnaire, république censitaire, dictature). Mais la révolution a affirmé quelques principes : la
Constitution, la souveraineté de la nation, le système représentatif ainsi que la séparation des
pouvoirs. La société d'ordre a disparu... au profit d'une nouvelle société où l'argent devient le seul
critère social.
Au plan social, le clergé premier ordre en 1789 est ruiné (dîme abolie, biens confisqués), divisé
(entre constitutionnels et réfractaires), proscrit (émigration, massacres). La noblesse a perdu ses
privilèges et droits féodaux... Mais certaines fortunes ont été épargnées, des terres conservées. Le
délabrement est toutefois réel ainsi que la perte de prééminence politique. La bourgeoisie ancienne
est également affaiblie, le monde ouvrier émerge, et avec lui, la "question sociale" ainsi qu'une
pauvreté bientôt endémique, faute de droits sociaux. Mais la Révolution a également vu naître une
classe qui s'est enrichie (de la vente des biens d'Eglise, du rachat de terres à des conditions
avantageuses, de la spéculation et des fournitures de guerre etc.) et est attachée aux conquêtes
révolutionnaires. De même, dans les campagnes, de nombreux paysans ont pu accéder à la terre et
s'enrichissent progressivement. Une bureaucratie se développe : un monde de fonctionnaires. Au
final, la bourgeoisie libérale émerge et s'impose comme la grande bénéficiaire de la révolution.

La Révolution en débat
Un débat naît quant à l'interprétation même de la Révolution. Alors que les Libéraux veulent arrêter
le temps en 1789, les Républicains font des efforts pour réhabiliter la République de 1792-1794 et sa
connaissance. Les libéraux considèrent que 1793 (« le règne de la multitude ») est une erreur de
parcours due aux circonstances exceptionnelles. Les Républicains, pour beaucoup héritiers du
ja o i is e, o sid e t au o t ai e ue est l a outisse e t de la ‘ olutio pa l a e e t de
l galit ui a o plit le o t at so ial. La monarchie de juillet est une étape importante de la
diffusio du sou e i olutio ai e. D a ie s o e tio els gi ides e ie e t d e il et les
pu li atio s s a l e t. Co ptes- e dus des s a es des asse l es et des lu s da s l Histoire
parlementaire de la Révolution Française publiée par Buchez et Roux. Cabet, dans son Histoire
populaire de la Révolution publie des articles de Robespierre et de Marat. Louis Blanc et Michelet
so te t leu s s th ses su la ‘ olutio , ais le plus g a d su s est l Histoire des Girondins de
Lamartine. Il y réhabilite la Convention.
17

C - 1830, une révolution confisquée

La Révolution française s'achève sur un régime autoritaire, l'Empire, un régime qui veut, déjà,
réconcilier les élites des "deux France" via la création d'une noblesse impériale, et créer même une
élite nouvelle, autour de la Légion d'honneur. Si Napoléon se présente, jusque dans ses mémoires,
comme un continuateur de la révolution (libérateur des nations) et comme celui qui en a préservé les
acquis, celle-ci reste néanmoins, dans l'esprit des militants républicains, comme un souvenir
nostalgique. En outre, la question de la mémoire révolutionnaire se pose déjà : es-ton un partisan de
1789 ou de 1793, la république doit elle être sociale, populaire, modérée ? La fin de l'Empire et
l'avènement d'une Restauration (du pouvoir monarchique, avec le retour sur le trône d'un Bourbon,
frère cadet de Louis XVI, Louis XVIII) pourrait être considéré comme la fin de l'idée républicaine et
révolutionnaire... Certes, il existe des vestiges : ainsi, le 4 juin 1815 Louis XVIII proclame une charte
o stitutio elle à d faut d u e o stitutio ( ui s appa e te ait t op à la olutio ). Le vote
subsiste, mais tronqué : avec ce nouveau régime est promulguée une loi électorale : il faut
dorénavant être âgé de 40 ans pour être éligible et payer un cens de 1000 francs... En 1815, les
français, las des guerres mené par Napoléon et obligés de se soumettre à la Sainte-Alliance,
acceptent la Restauration ; ils ne sont pas hostiles à un retour de la monarchie. Par ailleurs, le retour
des Bou o s au pou oi se le p o ett e u etou à la o ale. D ailleu s sous le g e de Louis
XVIII la France se reconstruira économiquement et saura faire cohabiter plutôt pacifiquement les
libéraux et les ultras. Cependant, les F a çais o t i t g e u a ait de plus a st ait la olutio : le
statut de ito e , les li e t s, l galit o e des aleu s fo da e tales à o se e .

Le siècle des Lumières et la Révolution ont été les instigateurs des interrogations politiques
et de la fo atio de l opi io pu li ue, ais est tout au lo g du XIX e si le ue se o st uit la
pensée politique française. Celle-ci se républicanise, se libéralise et se modernise, parallèlement aux
évolutions économiques et culturelles. Mais de 1815 à 1830, le processus électoral se durcit et les
ito e s e peu e t plus tol e la pe te de leu s a uis olutio ai es. To ue ille pe sait u u e
fois ue l o a ait do le d oit de ote à uel ues u s il fallait toujours finir par le donner à tous
et Hegel situait à la victoire de Napoléon à Iéna le moment de la victoire des idéaux révolutionnaires,
il y ressentait « l’u ive salisatio i i e te d’u État ui alise ait les p i ipes de la li e t et de
l’ galité » malgré la non-a olitio de l es la age, l e lusio de la fe e da s le p o essus le to al
du fait d u e t op g a de se si ilit et de tous eu ui, t op pau es pou pa e le e s, taie t
ito e s ue da s l id e. Le gi e de Louis XVIII tait assez libéral mais après 1824 le pouvoir est
aux mains des ultras menés par Charles X et il devient de plus en plus réactionnaire et autoritaire. En
18

1830 les libéraux, se sentant rejetés de la « sphère du pouvoir » encouragent les parisiens à se
soulever, à se révolter. La révolution reprend...

La révolution de 1830 en France s'inscrit dans un mouvement plus large et européen. Elle manifeste
une résurgence de l'esprit de 1789 et du parti républicain. A l'issue de l'Empire et de l'abdication de
Napoléon Ier (1814), la monarchie avait été restaurée avec Louis XVIII, frère de Louis XVI. Les
premières fo es de la ‘estau atio s e e e t da s plusieu s do ai es, politi ue, du atif,
militaire, judiciaire et préservent certains acquis de la période précédente (par exemple, on ne parle
pas de constitution mais une charte est donnée par le roi ) cela alg l oppositio des ult as
(ultraroyalistes, partisans d'une restauration entière de l'Ancien régime) jus u e , Louis XVIII
leu a o da t epe da t u e tai o es de s oles d apeau la … . À pa ti de ette date,
parvenus au pouvoir les ultras ont réformé le pays dans un sens réactionnaire. Bientôt gouvernés par
un roi selon leur goût (Charles X, dernier frère de Louis XVI), le parti ultraroyaliste prône une
politique de plus en plus autoritaire... et se heurte aux Libéraux, qui progressent à l'Assemblée
depuis 1827. Ainsi, en aout 1829, au lendemain d'une élection parlementaire qui ne donne pas la
majorité conservatrice attendue par le roi, ce dernier confie à un ultra convaincu, Jules de Polignac,
la tâche de constituer un gouvernement. C'est une tension politique qui se superpose à une
succession de mauvaises récoltes et donc fragilise le régime. Mais Charles X n'entend pas céder au
libéralisme et menace de régner par ordonnances lors d'un discours de rentrée parlementaire, en
mars 1830. Cela provoque une motion de défiance – l'adresse des 221 députés. Le conflit est patent
et le roi dissout la Chambre en mai.... Mais aux élections de juin-juillet , l oppositio libérale
passe de 221 à 274 sièges. Pour s'imposer, Polignac et Charles X signent donc les quatre ordonnances
(26 juillet) : dissolution de la nouvelle chambre, modification du régime de la presse et du régime
électoral... ce qui entraîne une réaction de la presse libérale, qui proteste par des articles à paraître
le lendemain. Et lorsque le gouvernement tente de faire saisir les journaux libéraux, le 27, les
premières émeutes éclatent entre la police et les ouvriers imprimeurs. Le milieu des artisans et
ouvriers parisien se mobilise. Bientôt, les républicains se rassemblent et préparent les premières
barricades.

Alo s ue les li au ette t du te ps à agi , u ils este t o e t ta is s pa l i su e tio ,


celle-ci est rapidement encadrée et organisée par les principaux meneurs républicains (Garnier-
Pag s, Bla ui, et … . Les sympathies républicaines de la jeunesse des écoles (les étudiants, et
notamment ceux de l'école polytechnique) jouent également un rôle clef lors des trois glorieuses : ce
rapprochement avec les artisans parisiens est une nouveauté. Le 28 juillet au matin, Polignac parle
de révolution : le pouvoir vacille, d'autant plus que l'armée est dispersée. Dans la journée, les
républicains prennent l'Hôtel de ville, tandis que l'armée bat en retraite. Le règne de Charles X
19

semble proche de tomber : le 29, Charles X accepte le retrait des ordonnances ainsi que la formation
d'une ministère plus libéral... mais il est trop tard et les républicains sont déjà maîtres de Paris. une
commission municipale est installée à l'Hôtel de ville pour administrer provisoirement la situation.

Le 30 juillet, alors que la partie est gagnée par les insurgés, les Orléanistes - partisans de Louis
Philippe duc d'Orléans, cousin du roi et chef du parti libéral - s o ga ise t pou ite u e
république. Le pivot est le marquis de Lafayette, l'ancien "héros des deux mondes", et libéral
convaincu. Les o it s pu li ai s l o t o hef de la Ga de Natio ale (la milice bourgeoise,
organisée par arrondissement et en bataillons, dissoute depuis 1827 pour cause de libéralisme trop
affiché) qui est rétablie. Aussi est-il l ho e lef. Et alo s u il tait o sid o e pu li ai il
se a ge de i e la solutio o l a iste, soute ue pa la p esse d oppositio Le Glo e et le Natio al .
Au matin du 30 on trouve des affiches placardées un peu partout dans Paris, rédigées par deux
journalistes libéraux, Thiers et Mignet : « La ‘ pu li ue ous e pose ait à d aff euses di isio s ; elle
ous ouille ait a e l Eu ope ». Les Chambres (députés et pairs) se rallient à la solution incarnée
par Louis Philippe et une monarchie libérale et votent une résolution dans ce sens, à proposer à
l'intéressé... Louis Philippe est donc proposé le 30 juillet comme Lieutenant-Général du royaume. Et
pou oupe l he e sous le pied des ‘ pu li ai s tout a t s ite : le 31, Louis Philippe publie un
texte où il annonce son accord. Les républicains, furieux, tentent de proclamer un gouvernement
provisoire... mais ils sont pris de court par Louis Philippe, qui, escorté par la Fayette, vient à l'Hôtel de
ville. L'accolade de La Fayette, sur le balcon de l'hôtel de ille, o fi e la a œu e. La olutio
républicaine a échoué...

Les journées de Juillet, bientôt appelées les Trois glorieuses, ont donc vu les élites libérales s'appuyer
sur les révolutionnaires républicains pour conquérir le pouvoir en renversant la Restauration. Louis
Philipe, nommé lieutenant général du royaume, s'empare de la couronne dès le 9 août, après un vote
des députés libéraux, qui révise la charte constitutionnelle et proclame le duc d'Orléans roi "des
Français". La Monarchie de Juillet débute avec Louis Philippe 1er : elle voit un gouvernement où
figure un républicain (Dupo t de l Eu e à la justi e pour calmer les Républicains). L a i e au pou oi
s a o pag e de gages s oli ues do s au li au et au pu li ai s : le retour du drapeau
t i olo e et de Lafa ette pa la e o asio , l pu atio de l ad i ist atio , le laï isatio du
Pa th o ui tait ede e u u e Eglise sous la ‘estau atio . D aut es esu es de e t pe se o t
adoptées au cours des années 1830 : l i augu atio de l a de T io phe e juillet , la atio
au hâteau de Ve sailles d u us e de la ‘ olutio e jui , l e tio de la olo e de juillet
sur la place de la Bastille, en juillet 1840, la réforme du code pénal pour épurer le système carcéral
des suppli es h it s de l A ie ‘ gi e... des mesures symboliques qui montrent qu'une révolution
20

peut être confisquée. En effet, la bourgeoisie libérale, alliée aux monarchistes modérés, s'est
imposée.

ère
L oppositio pu li ai e à ette a œu e est t s i e da s la moitié des années 1830 et de
nombreuses insurrections prennent un caractère républicain (comme la révolte lyonnaise des Canuts
en 1834). Le terrorisme vise particulièrement le roi, considéré comme illégitime, et la presse
républicaine s'amuse du roi "bourgeois". Le régime prend peur et accroît la répression contre les
Républicains, leur interdisant jusqu'à l'appellation de "républicains" : ils deviennent à partir de 1835
les Radicaux, et se renforcent.

E F a e l id e épublicaine a désormais une profondeur historique : est d jà la ‘ pu li ue


o ai e h e à la ultu e lassi ue e o e e igueu au XIXe. Mais est ie sû la ‘ pu li ue de
1792- e tuelle e t jus u e . “i les li au o t u e l a nement de la liberté,
les Républicains voient en 1792- elui de l galit . Et toujou s fid les à la G a de ‘ olutio , ils
entendent cette République comme universaliste et de là assignent à la France le rôle de Nation
Lumière qui doit aider tous les peuples en lutte. La monarchie de juillet est également le moment
lateu de l a pleu de la uestio so iale, elui de la diffusio des id es so ialistes. “i les
‘ pu li ai s d fe de t l galit politi ue, ils se et ou e t aussi o f o t s au i galités sociales de
la société bourgeoise orléaniste. La réflexion sociale va donc obligatoirement marquer le mouvement
et donner à l'idée de révolution une couleur nouvelle, plus sociale que politique, une couleur que l'on
retrouvera dans le mouvement de 1848.

IV - la Révolution industrielle, une révolution silencieuse

Problématique : comment la société industrielle moderne émerge t'elle des transformations induites
par le progrès technique ? Et comment dans cette société naît une "question sociale" qui va inspirer
de nouveau la révolution politique ?

A - L'industrialisation, une révolution ?

NB : Il faut oi ue le te e de olutio i pli ue u oule e se e t utal, alo s u e alit il


s agit d u ph o e te du da s le te ps. « Révolution industrielle » est une expression
o sa e, ais le te e d i dust ialisatio , ui pose ieu l id e de p o essus.
21

La révolution industrielle se distingue des formes de production artisanale urbaine ou rurale qui la
précèdent, et de la phase (surtout française) de proto-i dust ialisatio il s agit d u e phase
da oisse e t de la p odu tio i dust ielle, ais ato is e illie s de petits atelie s, e hâss s
en milieu rural, sous mécanisée, de faible productivité).

Le processus de la révolution industrielle suit diverses étapes :

La oisse e t de la p odu tio et de la p odu ti it i dust ielle, i puls pa u e i o atio


te h ologi ue ajeu e le oteu à apeu , puis le oteu à e plosio , s i a e da s u e st u tu e
de p odu tio ou elle u est l usi e. Il s agit d u e o e t atio a ufa tu i e des op atio s de
travail, avec des processus de fabrication nouveaux, un nouvel environnement technique, une plus
grande mécanisation, une première réflexion en termes de rationalisation du travail. Cette nouvelle
organisation a des conséquences sociales : d u ot la aissa e d u p ol ta iat def : dépossession
des outils de p odu tio et de l aut e d u e ou geoisie apitaliste. Des odes ou eau de
dominations sociales et de résistance à ces dominations (lutte des classes) apparaissent dans la
foul e. Cette olutio s a o pag e et s e pli ue pa l a oisse e t des d ou h s pou ette
production industrielle accrue, débouchés intérieurs et extérieurs en progression, dans un contexte
de croissance démog aphi ue, d aug e tatio du pou oi d a hat et d aug e tatio du o e
d a heteu s esso des lasses o e es , d appa itio de ou eau o po te e ts de
consommation (transformation des mentalités vis à vis de la possession des choses, de la figure du
riche avare qui compte son or sans rien dépenser (ex : le père Grandet) au bourgeois aux dépenses
oste tatoi e , d ou e tu e des a h s atio au et i te atio au pe is pa u ou el
environnement technique (moyen de transport), douanier et monétaire). Constatons également que
l i dust ialisatio a gale e t des o s ue es su les a pag es : mécanisation et engrais
appa aisse t, ui pe ette t le d eloppe e t d u e ag i ultu e plus p odu ti e et la di i utio de
la polyculture. Le développement des t a spo ts fa o ise pa ailleu s l ou e tu e du a h atio al
et la spécialisation des terroirs.

Une révolution progressive en Europe :

L i dust ialisatio d ute e G a de B etag e à la fi du XVIIIe si le. Elle est fo d e su l utilisatio


du charbo , l i e tio et le d eloppe e t du oteu à apeu pa J. Watt , et se d eloppe da s
divers secteurs, comme le textile puis la sidérurgie lourde.

E F a e, l e t e da s l e i dust ielle se fait sous l E pi e, ais le dualis e e t e se teu s


anciens (industrie rurale) et moderne demeure. On ne parle pas de révolution industrielle avant
22

la e – comme le remarque F. Crouzet, la France connaît alors une accélération notable de sa


p odu tio i dust ielle, e ue l o peut t adui e o e ta t le début de la révolution industrielle :

- techniquement : le premier haut fourneau à coke est construit près de la Sambre en


1837, le premier métier à tisser Leavers3 est installé à Calais en 1839, en 1840 le métier
Ja ua d i estit ‘ou ai et l o o st uit « l usi e o st e ». En 1842 démarre
l e ploitatio du assi houille du Pas-de-Calais et en 1844, le chemin de fer Lyon-St
Etie e s i pose.
- sociologiquement : tandis que les maîtres des forges se constituent en un comité des
intérêts métallurgiques (futur comité des forges), on prend conscience, dans les milieux
4
h gi istes, des faits de l i dust ialisatio Ville ) de même que dans les églises
(fondation de la Société St François Xavier), à la Chambre (Villeneuve-Bargemont prépare
la loi de 1841 limitant la durée de travail des enfants) et dans les milieux socialistes
(Proudhon5, Cabet6… .
Mais le XIXe si le f a çais est pas u si le où do i e la g a de i dust ie : ex en 1906 où encore
60% des entreprises ont moins de 10 salariés.

A e l i dustrialisation apparaissent de nouveaux paysages, industriels autour des bassins miniers


e F a e du No d et de l Est, da s la ‘uh et e “il sie – pou l Alle ag e ou des po t
i po tateu s Ma heste , Li e pool… pou l A glete e . Et la se o de olution industrielle (de la
fi XIXe jus ue da s les a es , oit s i pose l le t i it et u peu plus ta d le p t ole. Cela
lance des industries nouvelles : la hi ie, la tallu gie, l auto o ile… et e ou elle la g og aphie
industrielle (les usines s i stalla t d so ais p s des assi s de ai d œu e a lieue des illes et
métro).

Les aut es pa s eu op e s o t pas tous le e ale d ie : l Italie et l Espag e a use t u ai


eta d. L Italie souff e de a oi uasi e t au u e se e de harbon et de fer, et surtout, il faut
atte d e l u ifi atio pou ue les lites di igea tes s e gage t pou l i dust ialisatio de
l Italie. C est sous l i pulsio de l Etat o a de ilitai e, d uipe e t, g a ds t a au , ga a ties
offertes aux i estisseu s, p ote tio is e doua ie ue l Italie e ta e sa olutio i dust ielle.
Pou l Espag e, le ta leau est pa ti uli e e t so e, le pa s e pa ie t pas à su o te ses
handicaps majeurs : isolement, insuffisance des élites capitalistes négociante ou industrielle,
i sta ilit de sa ie politi ue, et l o e pa le d i dust ialisatio ue da s la se o de oiti du si le,

3
Qui alise auta t de de telle e i u u e ou i e e ois…
4
Ta leau de l’ tat ph si ue et o al des ouv ie s e plo s da s les a ufa tu es de oto , de lai e et de soie.
5
Qu’est e ue la p op i t ?
6
Voyage en Icarie.
23

pou uel ues zo es seule e t. Pa o t e, l i dust ialisatio alle a de p e d, o e e F a e,


son envol dans les années 1840, dopée par le chemin de fer puis le zollverein – premier marché
unifié allemand. Venue sur le tard dans la 1ère i dust ialisatio , l Alle ag e se et ou e à la poi te de
la seconde. Elle devient même le pays par excellence de la deuxième révolution, dépassant la Grande
Bretagne qui semble un peu obsolète.

B - La question sociale et l'horizon révolutionnaire

Le XIXe si le est le si le de l i dust ialisatio , ph o e ui, ie plus e o e ue la olutio


f a çaise, a ue l e t e da s la ode ité. Au XIXe, la civilisation industrielle naît avec son
corollaire, la question sociale : la o e t atio apitaliste, la a isatio de l I dust ie, l adoptio
de la machine à vapeur favorisent la concentration industrielle, mais au détriment des conditions de
vie des populations ouvrières assez tôt en Angleterre7, plus tardivement en France8 et en Allemagne9,
voire à la fin XIXe en Italie (une société « pré-capitaliste »). Le prolétariat industriel se développe : il
s'ali e te de la ai d'œu e chassée des campagnes par la surpopulation rurale, des artisans
« prolétarisés » observés dans les enquêtes sociales de Villeneuve-Ba ge o t, Ville , E gels… et
cela dans un climat libéral et individualiste inspirés par les théories des physiocrates et des
économistes libéraux, de David ‘i a do, d Ada “ ith et Jean Baptiste Say. De fait, le terme
« paupérisme », (ie : l i dige e g alis e , e u d A glete e, fait so appa itio da s le
vocabulaire politique (Louis Napoléon Bonaparte, futur Napoléon III, se fait connaître par un essai sur
« l e ti tio du paup is e » ). Un économiste, Emile Laurent, écrivait en 1865 « l e i dust ielle
commence : le paupérisme est né » (in Le paupérisme et les associations de prévoyance). Mais face
au triomphe des o o istes de l ole de Ma heste , u e a tio se fo e. “ appu a t su la
d fi itio de l o o ie politi ue do e pa Ada “ ith la s ie e de la p odu tio et de la
distribution des richesses), on dénonce les lacunes de cette « distribution ». De grands réformateurs

7
Ainsi, Liverpool connaît une expansion importante au XVIIIe et surtout XIXe, de 4000 hts en 1700 à 223 000 en
… et d s , u e e u te le ue plus de pe so es i e t da s des a es, u e o d e
A glete e pou la p iode, et l i di e d u e situation déjà inquiétante.
8
E F a e, ap s , le lo us e p ot ge plus l i dust ie f a çaise, tou h e de plei fouet pa la
concurrence anglaise : les prix industriels baissent, entraînant la baisse des salaires dans les professions
mécanisées, alo s e u o e egist e u e hausse des p i ag i oles : en période de crise, le prix du pain
aug e te pa fois de % o le pai ep se te / des d pe ses… -1840 : le oût de la ie s l e de
% . E fi , la jou e de t a ail s allo ge, e aiso d e ige es de e ta ilit ais aussi g â e au
d eloppe e t de l lai age au gaz. Ne pa lo s pas des i galit s se uelles les fe es tou he t ¼ puis /
du salaire masculin à partir 1825) ni du travail des enfants, réglementé seulement à partir de 1841. En outre,
pas de défense possible : la liberté du travail est un dogme, défendu par la loi Le Chapelier (qui interdit les
coalitions ouvrières).
9
E Alle ag e, l i dust ie d olle ap s et l U io doua i e ou ie s e P usse e s , 900
da s tte l Alle ag e. La P usse s atta ue au t a ail des e fa ts d s
24

(Fourier, Owen, Saint-“i o , s atta ue t au problème. Révolution, république et question sociale


s'e t e le t : e d aut es te es la uestio so iale fait appa aît e u e di isio ajeu e au sei
des Républicains e t e eu ui s e tie e t à u e ‘ pu li ue ga a te de l galit politi ue a a t
tout et eu ui o sid e t de so de oi de te d e e s l galit so iale ‘ pu li ue so iale . Ces
divergences éclatent en 1848. Il faut alors se demander en quelle mesure la pensée révolutionnaire
côtoie ces idées .

c - Le Marxisme : la révolution théorisée dans l'Histoire

Né dans une famille prussienne libérale, Karl Marx a fait des études secondaires au lycée de
Trêves (1830- ,e , il pa t pou l u i e sit de Be li où il e ta e des tudes de
philosophie il suit les ou s de l h g lie E. Ga s , de d oit et d histoi e. E , il
commence sa thèse de docto at de philosophie u il soutie t e , su Différence de la
philosophie de la nature chez Démocrite et Epicure, premier pas vers le matérialisme.
Opposa t politi ue de F d i Guillau e IV, o seule e t il o tie t pas la hai e de
philosophie de Bo u il es o ptait ais e o to e , il doit e uitte la P usse,
a e Je o Westphale , jeu e fe e de l a isto atie p ussie e, u il ie t d pouse .
Il pa t pou Pa is d a o d puis B u elles puis l A glete e où il de eu e.

Sa réflexion s e e e su u o de et u ode de pe s e ui est elui de la fi des a es 40. Il


s appuie déjà su p s de a s d e p ie e et d o se atio o e es e P usse, o ti u e
e F a e, Belgi ue puis G a de B etag e.Fa e à l a e e t de F d i -Guillaume IV en Prusse,
u e oppositio li ale et d o ati ue s tait d elopp e e P usse h a e ui a ait do lieu
à la atio d u jou al d oppositio : la Rheinishe Zeitung (Gazette rhénane) dont le premier n°
paraît en janvier 1842 et dont Marx devint bientôt rédacteur en chef. Il se penche alors sur les
problèmes économiques et sociaux dans des articles très hostiles au régime. Le journal est alors
interdit et Marx doit quitter la Prusse , il part pour la France, y crée les Annales franco-allemandes
ui eule t fl hi à la fois su l Alle ag e et su la F a e post-révolutionnaire (un seul n°).
Cette année française est féconde : il y rencontre des communistes parisiens Théodore Dezamy
(1803-1850), Etienne Cabet ou encore Wilhelm Weitling (1808-1871) un ouvrier tailleur,
communiste allemand de tendance évangélique qui a créé « la ligue des Justes ». Il rencontre
également des socialistes: Proudhon, Louis Blanc, Pierre Leroux, mais aussi Bakounine et Engels
u il e uitte a plus. Il lit aussi Fourier, Saint-Simon. Expulsé par Guizot en février 1845, il va à
25

B u elles où il de eu e jus u e a s 1848 puis se rend à Londres où il it jus u à sa o t aid pa


Engels pour son travail intellectuel et parfois, pour sa vie matérielle.

Après la crise économique très grave de 1846-1848, il se demande pourquoi la société bourgeoise
se raffermit économiquement,. politiquement et i telle tuelle e t plutôt ue de s effo d e .
Ma o pt a e les o eptio s id alistes de l Histoi e h g lie e e pa ti ulier), le moteur de
l histoi e est i Dieu o eptio h tie e de l histoi e , i l i di idu isol philosophie des
Lu i es ais les appo t de p odu tio et les o flits e t e les lasses so iales u il p oduise t.
Marx distingue plusieurs modes de production (=façon de produire): mode de production
communautaire, despotisme asiatique, esclavagisme, féodalisme, capitalisme - le 19ème siècle
serait donc le stade capitaliste - et da s l a e i , le o u is e. Dans chaque mode de
production, on peut distinguer le travailleur, les moyens de production (= instrument du travail:
te e, outils, a hi es , l o jet du t a ail ati e p e i e et e fi le p op i tai e des o e s de
production. La société est issue du mode de production. En effet, le mode de production engendre
des groupes sociaux antagonistes, ceux qui possèdent les moyens de production et ceux qui ne les
possèdent pas : au e, l a tago is e est t s t a h , il e iste aies lasses, p ol ta iat et
bourgeoisie toutes deux issues du développement des forces productives. Cet ensemble
strictement économique et matériel (l'infrastructure) affecte tous les aspects de la vie en société:
le droit, le politique et le social. La classe dominante cherche à dominer le pouvoir politique (=Etat
de classe) pour mieux asseoir son pouvoir économique. Ses valeurs deviennent la pensée
do i a te, pa la p esse, l ole... elle i pose sa o ale, sa eligio . Les id es, la atio
intellectuelle se transforment avec la production matérielle. « les idées dominantes d u e po ue
o t ja ais t ue les id es de la lasse do i a te » (Marx, Manifeste du Parti
Communiste).Mais pour Marx, les modes de production évoluent, produisent des effets sociaux qui
engendrent leur mise en question.

Dans chaque mode de production on trouve deux éléments constitutifs: les « forces productives »
(moyens de production et force de travail) et « les rapports de production » (les rapports sociaux
ui s ta lisse t e t e les ho es au ou s du p o essus p odu tif). Les révolutions bourgeoises
de la fin du XVIIIème siècle seraient dues, dans la théorie marxiste, aux contradictions entre le
développement des forces productives capitalistes et les anciens rapports de production féodaux.
Le o flit a lieu ue lo s ue les o t adi tio s sont à leur point extrême : il entraîne une
révolution qui fait "avancer" la société. Au moment de la révolution française, la bourgeoisie a
26

selon Marx joué un rôle révolutionnaire en bouleversant tous les rapports sociaux. Elle a en
particulier simplifié les luttes : le système féodal impliquait des relations sociales complexes où
se t e laie t des lie s d ho e à ho e, de p ote tio , d ho eu he ale es ue, l e se le
immergé dans la religion. La bourgeoisie établit des relations sans équivoques puisque dorénavant
le seul lie e t e les deu lasses p ol ta iat o t e ou geoisie est l a ge t. Les o t adi tio s
sociales , du fait du système de production capitaliste, e pou a t ue s agg a e et étant
facilement perçues, la révolution devient i lu ta le pa l agg a atio des te sio s et la ise e
place de conditions matérielles permettant de les résoudre. On trouve donc le mouvement
diale ti ue de l Histoi e.

Donc, pour Marx la "préhistoire de la société humaine" s a h e a e le apitalis e dans une


révolution jugée inéluctable : suivra le socialisme (= dictature du prolétariat) puis le communisme,
so i t sa s Etat et sa s lasse ui est pas u e utopie puis ue e stade ulti e est inscrit dans le
d eloppe e t atu el de l histoi e. Sans classe, plus de révolution et donc fin de l'Histoire... En
revanche, Marx se refuse à « do e des e ettes pou les a ites de l a e i : il n'est pas un
stratège de la révolution mais un philosophe.

En replaçant Marx dans le temps de la production de ses idées, on peut prendre la mesure de son
caractère novateur et de ses analyses profondément nouvelles par rapport au libéralisme de son
temps: sa vision de l'Histoire, rythmée par la révolution et la lutte entre classes, transforme les
conceptions de la Révolution. C'est toutefois, au milieu du XIXe sicèle, un théoricien encore peu
connu en France, bien que le Manifeste du Parti communiste (1848) y ait été diffusé. Il a peu
d i flue e fa e à P oudho ui jus u au a es est do i a t f. la p e i e Asso iatio
Internationale du Travail (AIT) de 1864 où les trois fondateurs sont Marx, Proudhon et Bakounine).
C est e suite Ma ui l e po te su tous les pe seu s et th o i ie s so ialistes ou o u istes.

V - 1848, une révolution sociale ?

Qu est-ce que « la Révolution de 1848 » ? La question peut sembler naïve mais pose un problème de
périodisation : On sait quand elle commence (24 février, insurrection populaire et abdication du roi,
puis proclamatio de la ‘ pu li ue ais il faut d te i e ua d elle s a te : A la fin de
l i su e tio , ua d la ‘ pu li ue est p o la e ? Quand la Constituante est élue, réunie ? Quand
le gouvernement provisoire quitte ses fonctions ? Quand la République réprime les républicains ?
27

Quand la Constitution est adoptée ? Partons d'un principe : il faut comprendre « la Révolution de
1848 » o e alla t du f ie au o e e , de l a di atio du oi Louis-Philippe à la
promulgation de la Constitution de la Seconde République. Il s'agit d'un moment de vide juridique,
de la hute de l o d e l gal la o a hie de juillet à l a e e t de la ou elle l galit . On peut se
demander si la formule de Tocqueville - « Le socialisme restera le caractère essentiel de la
Révolution de 1848 » - est valable et si l'on est effectivement face à une révolution socialiste.
Pou uoi, alo s u e jui les ou ie s so t pi s, et ue d ou he su et la
victoire du pa ti de l O d e, puis su et le “e o d E pi e, pou uoi To ue ille peut-il affirmer
cela ? (Le p o l e, est qu'en 1848 le « socialisme » e d sig e uu e uleuse ague et
imprécise, même si Marx et Engels ont publié quelques semaines auparavant leur Manifeste).

A - Les origines multiples de la Révolution de 1848 : « des causes générales fécondées par des
accidents » (Tocqueville)

Suivant Tocqueville, les raisons profondes de la Révolution de 1848 sont à chercher dans la nature de
la crise ui se oue la F a e d a a t . e e se u gi e, il faut do s i t esse à elui-ci
: La Mo a hie de Juillet est u e o a hie o stitutio elle issue d u e i su e tio populai e les
Trois Glorieuses des 27, 28 et 29 juillet 1830). Or, ce régime souffre de deux faiblesses
fondamentales liées : l a se e de l giti it (Il sulte u i ue e t des ha iles a œu es de
journalistes et du hoi d u e pa tie des d put s, eff a s à la pe spe ti e d u e “e o de
République) et l'absence de soutien solide, de stabilité, de traditions : pas de justification divine, pas
de justification populaire ! Ce qui fait que le régime porte en lui les germes de sa contestation :
comme elle est issue de la Révolution de 1830, une révolution populaire dans le prolongement de
, la Mo a hie de Juillet est o t ai te de apte l h itage olutio ai e. Concrètement, cela
se traduit par le drapeau tricolore, la révision de la Charte, et l'amélioration des moyens de voter. Or,
malgré ces réformes, seulement 250 000 électeurs en 1848 (2,7 % de citoyens actifs, contre 60 %
en 1791).... Le gi e e et à l ho eu des p i ipes de … ais il les li ite et s ou e do à
une contestation démocratique. Cette o testatio est d auta t plus fo te ue la p ati ue politique
est de plus en plus conservatrice. “uite à l atte tat a u de Fies hi, les lois de septe e
remettent en cause les libertés (ex. : interdiction de se proclamer républicain). En conséquence de
ces éléments, on assiste à un essor du républicanisme et le parti républicain constitue alors un
réseau informel à la veille de 1848... un réseau prêt à se soulever. se ait alo s issu de l he de
, et e se ait u u ussi ? Précisons que la crise, le malaise social sont pluriels (ex. :
différence villes/campagnes)... Mais la aie ou eaut est alg tout l e ge e de la uestio
28

ouvrière, aux origines du socialisme10. Preuve que cette question ouvrière est de plus en plus perçue,
le très libéral et très peu révolutionnaire Tocqueville affirme devant la Chambre, le 27 janvier
1848 u ois a a t F ie … : « Rega dez e ui se passe au sei des lasses ouv i es … . Ne
voyez-vous pas que leurs passions, de politiques, sont devenues sociales ? u’il se dit e leu sei ue
la division des ie s … est i juste, ue la p op i t epose su des ases ui e so t pas uita les
… et e pe sez-vous pas que lorsque de telles opinions descendent profondément dans les masses,
elles amènent tôt ou tard les révolutions les plus redoutables ? ». Or, malgré la situation ouvrière bien
connue, et malgré ces avertissements, on déplore une quasi absence de législation sociale (la seule
loi sociale est la loi sur le travail des enfants de 1841 ). Aussi le socialisme se développe, comme
réponse, et des émeutes naissent : 1831, à Lyon (les canuts, ouvriers tisserands, se rendent maîtres
de la ville et revendiquent la baisse du temps de travail); 1834, à Paris et à Lyon (soulèvements et
revendications sociales).

De fait, la misère ou i e s agg a e (chômage, prix du pain en hausse et baisse des salaires) de
même que la misère rurale. La question sociale touche les villes comme les campagnes ! Enfin, la
classe moyenne, émergeante, n'est pas satisfaite ets e sent exclue du vote (censitaire : fondé sur
l'impôt).

Cf l'historien Maurice Agulhon, dans 1848 ou l’app e tissage de la R pu li ue : « La crise


o o i ue et les souff a es so iales u’elle a p ovo u es e o t i ue t pas seule e t à e pli ue
le déclenchement, la violence et finalement le succès de la Révolution de Février 1848, elles en
déterminent aussi, et plus encore peut- t e, le a a t e. … Ce ’est pas seule e t la a hi e
politique mais la société humaine dont on a voulu corriger le fonctionnement ».

B - La révolution inattendue

La décisio de Guizot d i te di e le a uet républicain du 19 février 1848 provoque une crise. Ce


a uet s i s i ait da s la « Campagne des banquets » qui organisée par les Républicains tout au
long des années 1847 et 1848. Les étudiants mécontents de la suspension des cours de l'historien
républicain Jules Michelet au collège de France et les ouvriers descendent dans les rues de Paris pour
pa ti ipe au a uet suspe du. Guizot pou sau e la situatio d ide d e o e des ga des
nationales (la police d'alors). Cependant ces derniers refusent en masse les ordres reçus et
f ate ise t a e le peuple. E sultat Guizot d issio e e ui sus ite u e ague d eupho ie – la

10
, illio s d ou ie s, do t , illio da s des a ufa tu es; T a ail des fe es et des e fa ts (en 1847,
254 000 femmes et 130 000 enfants dans les fabriques de plus de 10 ouvriers); Conditions de vie misérables :
pauvreté permanente, logements insalubres, journées de travail de 12 à 15 heures par jour
29

situation semble être gagnée. Des cortèges sillonnent alors Paris dans la soirée du 23 pour fêter –
mais là un incident entraîne des morts du côté des Parisiens. La situation se radicalise
instantanément et une vraie révolution éclate. Les o ats s a h e t d a o d pa l a di atio du
roi Louis- Philippe en faveur du jeune comte de Paris. Puis sous une pression très large des insurgés
qui pénètrent au Palais – Bourbon le successeur de Louis- Philippe abdique aussi et a lieu un
changement de régime pour une République.

De cette crise émerge non pas 1 mais 2 gouvernements provisoires et tous deux
représentent des milieux politiques et idéologiques différents. Le journal National créa une liste des
i ist es su la uelle se et ou aie t ajo itai e e t des ho es asso i s à l esp it d u
républicanisme modéré (Lamartine, Ledru – Rollin), cependant le journal La Reforme, de convictions
beaucoup plus radicales, veut un gouvernement avec les représentants des socialistes (Louis Blanc,
Al e t . Les deu g oupe e ts se ette t d a o d su les o i atio s et le gou e e e t
provisoire est définitivement mis en place le 24 février dans la soirée. Mais les forces qui y sont
ep se t es o t pas de poids uili . La ajo it est d te ue pa les républicains non –
socialistes dont les plus influents sont les modérés Lamartine et Ledru - Rollin. Les socialistes, qui
jouisse t d u la ge appui populai e, de leu ôt o tie e t seule e t deu postes ui e plus e
so t pas dot s de po tefeuilles i ist iels. Il s agit de Louis Bla , th o i ie so ialiste ui d s lo s
essaiera de donner vie à e tai es de ses id es, et d Al e t, ep se ta t t s a tif des so i t s
secrètes socialistes. Ils o t oi leu s ôles a gi alis s à l i t ieu du gou e e e t. N a oi s
leu p se e au gou e e e t este u p de t e soi a est pou la première fois dans
l histoi e de F a e u u so ialiste est asso i aussi lai e e t au gi e. Mais eu ui d sig e t
la lig e politi ue de l po ue so t ie les od s a e La a ti e e t te, ui s assu e de ga de
le régime dans un flou (notamment en préservant le drapeau tricolore seulement orné d'une rosette
rouge pour évoquer le socialisme). Il ne laisse pas le pays tomber dans un socialisme, ni non plus
da s u o se atis e u il juge tous deu uisi les. Ce i au oi s jus u au le tio s d a il quand
le peuple tranchera la nature finale du régime.

Les p e i es esu es ju idi ues e t ep ises pa le gou e e e t so t plutôt d u esp it


démocratique : avant tout la réforme concernant les citoyens ayant le droit de voter. Le
gouvernement provisoire instaure alors, par un décret du 5 mars, un droit de vote à tous les hommes
d au oi s a s 'dit "universel"... une universalité discutable): 9 millions de Français ont désormais
la apa it d e e e leu d oit i i ue. E suite le gou e e e t s e p e d à l es la age des colonies
et à la peine de mort en matière politique qui sont abolies par des décrets du 4 mars. Puis la liberté
d e p essio suit a e le d et su la li e t de la p esse et des u io s pu li ues. A lieu alo s u e
vraie floraison de nouveaux titres journalistes.
30

A ces mesures politiques s'ajoutent des mesures sociales : le "droit au travail" est accordé le
26 février. La lutte contre le chômage passe par la création des ateliers nationaux qui, contrairement
aux attentes des socialistes (un atelier "social"), vont finalement consister à rassembler les chômeurs
da s des atelie s où, pou u salai e dio e, ils se aie t i it s à e pli des tâ hes d utilit
secondaire. Malheureusement ils se transforment très vite en ateliers de charité en raison de faute
de travail. Le projet d'un ministère du travail, porté par les ministres socialistes, est par contre écarté.
Une commission étant jugée comme moins « dangereuse », la Commission du gouvernement pour
les travailleurs siégeant au Luxembourg est créée à la place. La commission devient vite un vrai
fo u pou les ou ie s L u des p e ie s a tes ju idi ues ta lis pa la Commission est la loi sur le
temps du travail. Dès lors les ouvriers de Paris peuvent consacrer au travail en maximum 10 heures
et ceux de province 11 heures.

C - Le réta lisse e t de l’ordre : la république ne sera pas sociale

Dans le contexte ambigu de début 1848, où le gouvernement est partagé entre libéraux et
socialistes, les élections seront décisives, or Paris est partagé... Ce sera donc à la province de trancher
pour ou contre la Révolution sociale. Mais à l heu e où u F a çais su deu est illett , o p esse t
ue le ote d u e ajo it i ulte guid pa les ota les e se a pas so ialiste. D où la olonté des
socialistes de repousser les élections prévues le 9 avril, pour que la province ait le temps de
comprendre les enjeux... en vain : les élections se tiennent le 23 avril, et leurs résultats marquent
bien le début de la fin de la Révolution sociale. Les républicains modérés l'emportent sur les
républicains avancés, et les monarchistes reviennent en force : 500 républicains, 300 monarchistes et
60 socialistes... un lourd échec pour les socialistes.

La première étape est la fin du gouvernement provisoire : la République naît dans la légalité, à
l Asse l e et o da s la ue. Elle ne sera pas rouge et sociale, mais tricolore et modérée. Cette
Asse l e s effo e alo s d a te les adi au et les so ialistes du pou oi , puis, seconde étape, a
lieu la journée du 15 mai (invasion de l'assemblée par des militants socialistes, puis une partie des
a ifesta ts se e d à l Hôtel de Ville et o stitue u gou e e e t i su e tio el o pos de
socialistes : Al e t, Louis Bla o t e so g , Le ou , ‘aspail… La garde nationale intervient et
arrête les meneurs. Le mouvement socialiste est décapité. Troisième étape : le décret du 21 juin qui
oblige les chômeurs de oi s de a s à s e gage da s l a e et i ite les aut es à pa ti e
province. Ce décret entraîne les journées de Juin, qui voient, à partir du 23 juin, le Paris ouvrier,
s i su ge o t e la a tio du gou e e e t . La e o u te du e du au jui , et s a h e
avec un bilan extrêmement lourd : plusieurs milliers de morts chez les insurgés, 11 000 arrestations,
4 000 déportations en Algérie. Pour Marx et Engels, 1848 et Juin marquent Les Luttes de classes en
31

France. Les socialistes sont balayés, la li e t d e p ession est limitée; Les avancées sociales sont
remises en cause : le 3 juillet, dissolution des Ateliers nationaux, l'absence du "droit au travail" dans
la Constitution du 21 novembre, le 9 septembre, loi rétablissant la journée de travail à 12 heures...

La Révolution de 1848 est donc une insurrection populaire parisienne, majoritairement ouvrière, qui
la e u e ou e tu e d o ati ue et u e i te e tio de l Etat da s le do ai e so ial afi de
soulage la is e ou i e. Cette ‘ olutio est d a o d soute ue pa la ajeu e pa tie du pa s, e
raison de la crise économique u il su it et du alaise so ial ui le t a e se. La ‘ olutio po te au
pouvoir des républicains majoritairement modérés qui, conscients du caractère social de la
‘ olutio , s effo e t de p e d e des esu es so iales au uelles ils e oie t pas tous. Mais, en
, la F a e est e o e t s ajo itai e e t u ale, est à di e atta h e à la p op i t et à
l o d e, et e o de u al est e g a de pa tie guid pa les ota les lo au , sou e t ou geois ou
nobles très modérés. Face au désordre ouvrier (qui agite aussi certaines villes de provinces), la masse
rurale confie le pouvoir aux conservateurs. Si 1848 est un échec, il constitue néanmoins un
événement structurant du mouvement socialiste, qui entretient une mémoire commune et participe
à la constitutio d u esp it de lasse. O , est et esp it de lasse ui pe ett a pa la suite la
aissa e d u el ou e e t ou ie . est do u u e tape e s la ode it politi ue.
Comme le dit Victor Hugo, à propos des républicains : « Les souvenirs sont nos forces. Quand la nuit
essaie de revenir, il faut allumer les grandes dates, comme on allume les flambeaux".

VI - Le printemps des peuples (1848), une révolution romantique ?

Problématique : comment l'idée nationale, couplée au libéralisme politique, renouvelle-t-elle l'idée


de révolution ?

A - Le romantisme en politique : le nationalisme

Pour cette partie, nous allons partir de l'exemple allemand. Issu du latin moderne romanticu (récits
écrits en langue vernaculaire/ latin), le mot anglais romantic définit dès la seconde moitié du XVIIe
si le, u ge e litt ai e ui pa le de l i agi atio . Le se s du ot olue au XIXe si le, il s atta he
à un moment de l'histoire historico-culturel du début de la période. Le romantisme peut se définir
pa appo t au Classi is e et au o e t des Lu i es e s opposa t. Le romantisme est apparu
plus précocement dans les pays Nordiques en réaction aux modèles classiques de pays tels la France
et l Italie. La Grande Bretagne et le monde germanique constituent les deux premiers foyers
romantiques. En Allemagne (l'Allemagne en tant qu'Etat n'existera pas avant 1870 : il s'agit de la
Confédération du Rhin, née au lendemain du Congrès de Vienne - 1815), il exalte la germanité et joue
32

un rôle déterminant dans la o st u tio atio ale ota e t e a tio à l pop e


napoléonienne : Cf. la guerre de libération de 1813 des états allemands contre Napoléon pour sauver
l ide tit alle a de .

Au d ut du XIXe, l id e atio ale est do pas u e id e eu e e Eu ope mais elle constitue


bientôt une force nouvelle, tant pour les Etats que pour les sociétés, voire une menace ou encore un
a e i , le se s de l Histoi e. Et de fait, le nationalisme d'un Napoléon, qui se proclame « national » et
qui pose – da s l esp it de la ‘ olutio , au li ateu des peuples… s'oppose elui de Joha Fi hte
et son Discours à la nation allemande (1807) qui pose les bases du nationalisme allemand, aux
o eptio s eth i istes, ui i siste su la la gue et la ultu e o u e… p i es au gue es au
T ol puis à la ataille des atio s de Leipzig et au e d u e li atio atio ale
allemande.

Le nationalisme allemand est alors vigoureu , s a eu a t à deu sou es : une tradition libérale et
une tradition conservatrice "romantique". La première conception revendique l'abolition des
privilèges, la représentation et l'éducation des masses. Le tout dans une perspective d'Etat-nation,
où le sentiment national, de nature politique, fonde la communauté. Dans la seconde conception, la
nation trouve son origine dans une culture ancestrale, une langue et un sang originel commun. La
"germanité" revendiquée ici fonde la "nation de culture". Ces idées se répandent par le biais des
associations (cercles de gymnastiques, de tir, fraternités étudiantes...) et il existe de ce point de vue
une véritable culture associative, autour du cercle et des groupements professionnels. Cela n'est pas
sans inquiéter les souverains les plus conservateurs, qui interviennent. Cela conduit les nationalistes
allemand à idéaliser le Reich médiéval du temps de Frédéric II et donc du kaiser... Paradoxe de ce
mouvement qui est donc à la fois un mouvement libérateur, héritier des lumières, et qui demeure
conservateur, voire réactionnaire.

B - le contexte allemand en 1848 : romantisme, nationalisme et tension

A l'origine de ces révolutions, on trouve un contexte de stagnation économique et un


développement inquiétant du paupérisme (plus de 50 % de pauvres dans la société allemande vers
1840), au point de faire de la question sociale une nécessité (on juge d'ailleurs que le problème n'est
pas économique, mais moral et social, liè à la disparition de la société traditionnelle). La crise est tout
d'abord structurelle (liée à l'industrialisation et à une réforme agraire lacunaire), puis, dans les
années 1845, conjoncturelle du fait de mauvaises récoltes. Les premiers mouvements de révolte
éclatent dans des zones proches de la frontière avec la France, en écho aux événements de février
1848... : Rhénanie prussienne, Hesse, Grand-duché de Bade. A Heidelberg, des libéraux se réunissent
33

le as et la e t la u io d u p - Parlement national à Francfort, dont les membres


seraient choisis par les associations, les villes et les sociétés libérales.

Dans les divers Etats germaniques, la situation est tendue. La révolution de Vienne, le 13 mars 1848,
fait la preuve de la fragilité des institutions de la Confédération germanique. le chancelier Metternich
est hass du pou oi . A Mu i h, le oi de Ba i e doit a di ue au p ofit d u aut e e e de la
famille des Wittelsbach. Dès les premières semaines, à la suite des insurrections, de nouveaux
gouvernements sont formés, comprenant des éléments libéraux. A Berlin, à partir du 18 mars, des
a i ades se d esse t jus u au a o ds du palais o al ; mais la crise est évitée par les concessions
de Frédéric-Guillaume IV aux revendications de la bourgeoisie libérale : il parcourt symboliquement
les ues de Be li ei t d u e ha pe ouge, oi e et o , et fo e u gou e e e t, e a o ça t
l le tio d u La dtag au suff age u i e sel, da s u e d la atio ad ess e « à son peuple et à la
nation allemande ». Un ministère libéral est ensuite formé.

En outre, les libéraux et radicaux obtiennent la réunion d'une chambre nationale. Le pré-parlement
(vorparlament) de Francfort siège entre fin mars et début avril 1848 et prétend représenter - assez
mal car non élu - la diversité allemande et doit préparer l'élection d'une chambre nationale
représentative. Les ‘h a s do i e t, et la ajo it des e es e isage t pas de e e se
les régimes existants. Ce pré-Pa le e t d te le suff age u i e sel as uli , ais s e e et au
différents Etats pour organiser les élections à venir. Les élections se tiennent à la mi-avril, dans un
contexte de troubles au pays de Bade. 812 députés sont élus, qui représentent plus les intérêts de
o ps i te diai es o e l Eglise ou les u i e sit s ue des pa tis définis. Une fois de plus, la
majorité de cette Assemblée (qui siège dans la cathédrale de Francfort) est très modérée. Mais la
plupa t des lus s a o de su u e tai o e d o je tifs : u i les peuples de l Alle ag e da s u
seul Empire, reposant sur le principe de la souveraineté populaire ; asso ie les Etats pou fai e d u e
Co f d atio d Etats u Etat f d al. Mais le Pa le e t a pas de moyens financier et militaire
autres que ceux des différents Etats, dont les souverains sont libres tenir compte de ses délibérations
ou pas.

La o e de la olutio pa isie e et de l ta lisse e t de la ‘ pu li ue e F a e pe et au


li au de politise des atte tes ui ele aie t plutôt de l o d e du so ial ou du ultu el. U des
d ats ui s ou e, elui des li ites, des f o ti es de l Alle ag e. Que fai e des te itoi es
germanophones qui ne font pas partie de la Confédération germanique ? Comment résoudre le
problème autrichien, sachant que le territoire de ce pays est largement constitué de provinces non
germanophones ? La uestio du atta he e t de l Alsa e à u futu E pi e alle a d est alo s
34

évoquée. La rivalité entre Prusse et Autriche (affaiblie à cette époque) ne tarde pas à réapparaître
de i e le eau o d u it , ta dis ue se o stituent des fractions.

L a i e au pou oi à Vienne du chancelier Schwartzenberg, en octobre 1848, contribue à écarter


l id e d u e « Grande Allemagne » (Grossdeutschland) u ie autou de l Aut i he, a e de ie , e
digne successeur de Metternich, veut co st ui e e fo e l Aut i he da s sa di e sio
plu i atio ale et ha s ou geoise. L h poth se la plus aise la le, à l auto e , este do
elle d u e petite Alle ag e autou de la P usse. La fai le ajo it à la uelle est a uise la d isio
de proposer à Frédéric-Guillaume IV la couronne impériale, en mars 1849, dit assez la division du
Parlement : oi pou , o t e. C aig a t la a tio de l Aut i he et efusa t de oi ses
mains liées par les lois fondamentales votées plus tôt, le roi de P usse efuse de de e i l e pe eu
d Alle ag e. L a e p ussie e dispe se le Pa le e t de F a fo t, puis fait to e le de ie
bastion démocrate avec la forteresse de Rastatt, le 23 juillet 1849. Pour beaucoup des Etats
allemands, cet événement donne le signe de la « reprise en mains ». Frédéric-Guillaume IV de Prusse
renvoie ses ministres libéraux, et forme un gouvernement conservateur. Il exile, puis dissout le
Landtag élu au printemps, afin de promulguer une Constitution lui reconnaissant un droit de veto
absolu, le 11 janvier 1850.

Quoique beaucoup des états conservent des constitutions « octroyées », la réaction autocratique
pousse à l e il o e de d o ates et de adi au , o e Ma ou E gels. . pe so es
quittent la Confédération germanique pour les Etats-Unis entre 1851 et 1855).

Conséquences de la révolution de 1848

C est su tout l e ge e d u se ti e t atio al, plus ue les aspi atio s à la d o atie, ue


retiennent de ce mouvement les intellectuels des années 1850 et 1860. Pour beaucoup, et
notamment au sein de la bourgeoisie, le lien entre unité et démocratie est rompu : s i pose l id e
u u Etat fo t qui convient mieux au « naturel allemand », et que la Nation devra suivre une voie
particulière (Sonderweg) pour construire son unité.

NB le cas italien

Da s la p i sule italie e, l a e est, o e da s toute l Eu ope, u e p iode de ises.


Ainsi, le royaume de Naples, menacé par une révolution, est contraint de concéder une constitution,
le 29 janvier 1848. Il est suivi par le Piémont Sardaigne et les Etats du Saint-Siège, qui élaborent, sous
pression des populations, des constitutions inspirées par le modèle français de 1830. La situation
35

italie e se le sta ilis e, ais da s la pa tie te ue pa l Aut i he (Lombardie-Vénétie), une


première rébellion antiautrichienne éclate à Milan en mars 1848. A Venise, le 22 mars, se constitue
un gouvernement provisoire qui proclame la République. Le royaume de Piémont Sardaigne soutient
l e t ep ise et e t e e gue e o t e l Aut i he… ais il est apide e t a a do pa ses alli s
italie s et le août, il sig e l a isti e a e l Aut i he-Hongrie.

VII - Une révolution scientifique : le darwinisme

Problématique : en parallèle aux idées politiques, la science accomplit elle aussi ses révolutions au
XIXe siècle, se heurtant à une conception jusque là dominante du monde, la conception religieuse.
Comment s'organise cette révolution ?.

Au d ut du XXe, le XIXe est pe çu o e l âge du s ie tis e, ette foi aï e da s le progrès


scientifique, et du romantisme sentimental. Ferdinand Brunetière, « cardinal vert » (un académicien
catholique !), souligne en 1895 les "faillites partielles de la science", ce que confirme la Grande
Guerre. Entre la fin du XVIIIe, où la science, sous la p essio des philosophes d Ale e t, d Hol a h ,
s ige e ad e sai e de la eligio au o du p og s, et le d ut du XXe, où la s ie e a t a sfo
la guerre en boucherie, le divorce entre science et religions paraît consommé et la synthèse
newtonienne11 fait d so ais pa tie de l Histoi e. “i l o peut toujou s di e, a e Galil e, ue « la
nature est écrite en langage mathématique », la main de Dieu en est peu à peu évincée par les
« savants », qui, depuis Laplace (1749-1827) écartent l h poth se e de la atio di i e. Le
XIXe s i s it da s ette pe spe ti e, ais le o flit se d pla e à la iologie avec Darwin, ainsi que sur
le te ai di al ou histo i ue. Il e s agit pas i i d o ue les p og s des s ie es au XIXe, ais
de comprendre en quoi certaines découvertes, telle celle des lois de l'évolution, ont pu remettre en
cause le dogme religieux et comment sous le poids des faits scientifiques, la religion passe des
mentalités aux opinions. A cet égard, le darwinisme constitue une sorte de révolutions scientifique Il
est bon aussi de se pencher sur la réaction religieuse à cette modernité sans doute plus menaçante,
réaction qui oscille entre le débat, et le conflit. Le début du XIXe pose de manière nette le problème
des rapports entre religion et science : les Lumières sont nettement critiques envers une institution
qualifiée – inversement – d o s u a tiste, oi e d i fâ e. Les d eloppe e ts de la ‘ olutio et
son extension en Europe vont accentuer ces tendances antagonistes.

11
La synthèse newtonienne : Les Principia de Ne to do e t du o de la isio d u e ha o ie
mathématique parfaite, censée – da s l esp it de l auteu - renforcer la foi dans un créateur, souverainement
atio el, de l u i e s. Mais Ne to , pas plus ue ses dis iples, a eptaie t les dog es et leu o eptio
de Dieu les porte plus vers la théologie naturelle plutôt que vers la révélation. Cette tendance va jouer un rôle
clef dans le développement du déisme.
36

A - Le contexte : la théologie victorienne : de la religion naturelle à la religion révélée


Au XVIIIe e A glete e, la th o ie do i a te, o fo e à l id ologie e to ie e, est elle de la
eligio atu elle, où l e elle e des lois de la atu e t oig e di e te e t de l e elle e de so
créateur. On parle alors volontiers de la philosophie naturelle (plutôt que de science !) dont le but est
de saisi le fo tio e e t des auses se o des les lois ph si ues, o e la g a it .. u u e ause
première la olo t di i e ettait e ou e e t. L i i atio e t e philosophie atu elle et
th ologie atu elle eut pou o s ue e au XVIIIe le d eloppe e t de l o se atio s ie tifi ue
et un certain déclin de la théologie traditionnelle. Toutefois, des « suspe sio s p o isoi es de l o d e
de l u i e s » étaient nécessaires pour mettre en valeur le « plan » de la création, et Newton lui-
même avait affirmé que la divinité intervenait fréquemment sous forme directe, en dehors des lois
de la mécanique : le mira le. La p o ide e disposait ai si de deu o e s d a tio : la cause
première (Dieu) et la cause seconde (les lois physiques créées par Dieu).

Da s les p e i es a es du XIXe, la eligio atu elle se t ou e ise e uestio pa l o se atio


de la natu e su la uelle elle se fo dait… U e aluatio s i posait : est l œu e des Bridgewater
treatises (1833- dig s pa des ho es du le g a ateu s de s ie e, et do t l o jet est de
renouveler les arguments de la religion naturelle à la lumière des derniers développements
s ie tifi ues g ologie, oissa e o o i ue… . Ces t ait s se le t e fait plus th ologi ues
que scientifiques. Le seul rédacteur à avoir tenté de présenter la religion naturelle comme une
véritable construction théorique fut Willia Whe ell ui t aitait d ast o o ie et de ph si ue . Les
Treatises furent un grand succès de librairie au seuil de la période victorienne... mais semi-échec, y
o p is au sei de l glise a gli a e. La eligio atu elle est su le d li et Da win ne fit que porter
le oup de g â e à l i te p tatio p o ide tialiste du s st e du o de.

L u e des po ses de l Eglise a gli a e à ette ise de la eligio atu elle fut de p ô e u e
dévotion plus intense et une lecture approfondie de la bible, valorisant le rapport émotionnel à la
religion, faute de pouvoir élaborer un système théologique cohérent. Le fondamentalisme
a g li ue e est la o s ue e. L aut e po se eligieuse possi le doit t e e he h e da s le
ou e e t d O fo d : selon ce ou a t, les it s s ie tifi ues so t d u aut e o d e ue elles de
la religion et les premières ne confortent nullement les secondes. Certes, les deux mouvements
a g lis e et O fo d s oppose t, ais ils ette t tous deu l a e t su u e eligio révélée, en
réaction à la religion naturelle du XVIIIe.

Mais la révolution darwinienne approche...

B - Le darwinisme, une révolution discrète ?


37

Charles Darwin (1809- est o sid o e l i e teu de la th o ie olutio iste, selo


laquelle le « lutte pour la vie » et la « sélection naturelle » sont les mécanismes essentiels de
l olutio des t es i a ts. C est da s l’O igi e des esp es (1859) que se trouve exposée cette
théorie, formulée dès 1844 (il avait alors hésité à la rendre publique). Notons que Darwin est le petit-
fils du naturaliste Erasmus Darwin, lui-même tenant de thèses évolutionnistes12 au XVIIIe et
o da à e tit e … “o pa ou s est éloquent : études de médecine (abandonnées) puis de
géologie à Cambridge. De 1831 à 1836, il est le naturaliste du Beagle, un navire chargé de faire le
ele des ôtes d A i ue du “ud. De etou de ette e p ditio , il et e doute le fi is e
(théorie d'un monde sans évolution, d'une création "fixe") enseigné alors, et entame ses premières
e he hes su la th o ie de l olutio . Le sujet est du este e poi te : u e p e i e sal e
évolutionniste avait été tirée – anonymement - en 1844 par Chambers dans Les vestiges de la
création. Le succès du livre avait entraîné des polémiques entre « transmutationistes » (voulant
expliquer la formation des espèces en recourant aux « lois générales de la nature ») et
« créationnistes » (qui conçoivent les phénomènes vitaux comme prémédités et planifiés par le
ateu . Id e, hez les atio istes, d u « plan de la création » directement pensé par Dieu, la
« cause première » et qui se soumet aux lois physiques, les « causes secondes ». un plan qui
s'applique à la société elle même13.

Problème donc de l'ambiguïté du terme darwinisme, qui désigne généralement la théorie de la


s le tio des esp es et s i s it do da s le ou a t olutio iste ui o p e d aussi le
transformisme14). En outre, le darwinisme évolue au cours du siècle . Le côté révolutionnaire n'est
toutefois pas immédiat : au XIXe siècle, le problème est toutefois celui du rapport avec la religion.
Darwin, qui a concédé un certain rôle à la divinité dans L’O igi e des esp es, utilisé même le terme
biblique de « création »15 et affirmé dans son autobiographie être demeuré théiste malgré tout,
ad et, da s des a ets i ti es, a oi e ti et s t e « aplati de a t l opinion publique ». Il avait
o p is ue la so i t a glaise tait pas p te à a ueilli ses doctrines matérialistes (y compris
dans son couple même !). Ainsi, Herschel, président de l asso iatio ita i ue pou l a a e e t
des sciences, disait en 1845 : « les principes ultimes de la religion sont sacrés et ne doivent pas être
remis en question ». L œu e de Da i s i s it da s le ad e de la so i t i to ie e : il entame

12
Mais Erasmus Darwin maintenait, dans sa Zoonomia, l id e d u ateu .
13
pour les créationnistes, qui prennent la genèse au pied de la lettre, Eve est une créature « dérivée » d Ada
14
le transformisme peut se résumer à deux lois : « la fonctio l o ga e » et l h dit des a a t es
acquis. Lamarck, transformiste, doit être considéré comme un précurseur de Darwin, et ne doit pas lui être
oppos s st ati ue e t. Les deu d eloppe t u e th o ie de l olutio .
15
« J’ai lo gue e t eg ett de ’ t e aplati deva t l’opi io pu li ue et de ’ t e se vi du te e i li ue de
création ; e fait, je voulais pa le d’u e appa itio due à u p o essus totale e t i o u ». (Lettre à J.
Hooker, 1863).
38

ses recherches en 1837, élabore divers manuscrits à partir de 1842, publie en 1859 et la théorie se
modifie avec les rééditions successives.

Les découvertes géologiques de la première moitié du XIXe avaient ébranlé un certain nombre de
aleu s eligieuses o sid es aupa a a t o e des a ti les de foi. L Eglise a ait alo s o d à la
s ie e l histoi e de la Te e… Mais les d ou e tes de la s ie e g ologi ue laissaient de côté
l histoi e des t es i a ts. La g ologie a ait e is e uestio l âge de la te e, ais a ait pas
auto it pou d te i e l âge de l appa itio de l ho e. Ai si, fa e à u te ps g ologi ue
immense et scientifique se dressait un temps de l ho e ef, où pou aie t s e e e les p i ipes
fondamentau de la eligio … E e se s, le da i is e ui fute l id e de atio de l ho e et
des êtres vivants est perçu par la religion comme un empiétement. Face au darwinisme, la religion
naturelle recule peu à peu : la paléontologie vient renforcer le darwinisme avec la découverte de
fossiles humains, lesquels posent des problèmes insolubles au antidarwinistes (on considère alors
l ho e de Nea de tal o e u monstre, une anomalie ou un être pri de o s ie e… . Il tait
e fait plus ais de disso ie pa tielle e t les do ai es eligieu et s ie tifi ue, l u ta t de l o d e
de la latio , l aut e du do ai e de la atu e. Le o p o is est possi le et d elopp pa Da i
lui-même : l olutio ph si ue de l ho e est u e hose, la ie i suffl e à la atu e pa le
ateu e ue Da i o de da s so li e de eu e u e it eligieuse. Ai si, l olutio
se ait guid e pa u e ai di i e… Le catholicisme anglais se montre au début intransigeant,
opposant science naturelle et religion sans compromis possible. le cardinal Manning considère ainsi
le darwinisme comme une philosophie « animale ». La réaction anglicane, qui avait hérité de
l a g lis e u e tai a ti-intellectualisme, est encore plus virulente : la remise en cause du texte
biblique est sacrilège, donc condamnable.

En Europe, l'ouvrage provoque également des réactions religieuses. La co da atio de l ou age


de Da i pa l pis opat alle a d e lo s d u o ile particulier tenu à Cologne part de la
même démarche: le texte est révolutionnaire donc menaçant pour la doctrine. Du reste, Darwin et sa
th o ie se et ou e t au œu des d ats du o ile de Vati a I (1869) : en effet, les deux schémas
sur la doctrine catholique présentés au concile prévoient de qualifier la définition de la descendance
de tous les ho es à pa ti d u ouple u i ue o e u dog e de foi l i te uptio du o ile
par la conquête italienne de la cité romaine empêche toutefois la discussion ). Le débat, au sein de
l'Eglise catholique, existe tout de même : un journaliste catholique, Louis Veuillot condamne la
« science impie » ta dis ue Mg d Hulst, e teu de l i stitut atholique de Paris, envisage un débat.
L Italie e o aît ue ta di ement la doctrine (mais en 1875, l’A ade ia dei Li ei élit en son sein
Darwin. En France, la doctrine évolutionniste entraîne la atio de l ole d a th opologie de Pa is
en 1875 par Paul Broca, mais celle ci e d olle ai e t u a e le soutie des pu li ai s, arrivés
39

au pouvoir en 1879. On accusera par la suite Camille Sée de vouloir donner aux filles une éducation
« toute darwinienne et scientifique ».

C - le dé at fra çais sur l’évolutio : une révolution manquée ?


L id e d olutio e iste depuis l A ti uit H a lite ais est seule e t au XVIIIe u appa aît le
transformisme moderne. Jusque là, le fixisme, théorisé par Carl von Linné au XVIIIe (les espèces
seraient immuables depuis la création, dans Fundamenta botanica, 1736) domine. Buffon, le célèbre
i te da t des ja di s du oi, fut sa s doute l i spi ateu du t a sfo is e lo s u il te tait de
démontrer, dans sa Théorie de la Terre ue l âge de la pla te tait pas a s
(enseignement de l Eglise ais , et u il ui ait l h poth se du d luge e o t a t les auses
naturelles de la configuration du sol. Son influence sur les naturalistes français du XIXe est très forte
et notamment sur son élève, Lamarck. Ce dernier se convertit au transformisme en 1800 et publie
son grand ouvrage à ce sujet en 1809 (la philosophie zoologique). Il y développe une théorie
e pli ua t les fossiles o e les p eu es de l e iste e d esp es dispa ues. La olutio est de
taille, a l id e d e ti tio d u e esp e o t edit les otio s d o ipote e et de ie eilla e de
Dieu. Lamarck adapte toutefois science et religion avec le transformisme : les esp es o t pas
dispa ues, ais se so t t a sfo es. Mais so i flue e est pas d isi e su ses contemporains
Napol o l hu ilie pu li ue e t e , etou s au fi is e o e Cu ie , ui l atta ue da s
le Discours… de .

Cuvier (1769-1832) tente de concilier les faits (les fossiles, les espèces disparues) et le dogme16 : dans
son Discours préliminaire aux recherches sur les éléments fossiles (1812), il intègre les fossiles au
atio is e et e pli ue les dispa itio s d esp es pa l h poth se atast ophiste… ais u p se
pose au paléontologue : o e t e pli ue alo s l o igi e des esp es actuelles ou disparues ? Si
des atast ophes u i e selles o e le d luge o t aus la dest u tio d esp es, il faut postule à
des atio s su essi es… Cu ie d eloppe alo s l id e de atast ophes pa tielles, ui laisse t u e
faune appauvrie après chaque révolution. On a pu parler à son égard de « système biblique ». Son
empire sur les sciences biologiques est immense. Jusque dans les années 1880, le fixisme de Cuvier
domine en France. Il est finalement remis en question par le transformisme. Dans le même temps, le
moine Gregor Mendel (1824-1882) découvre les lois de la génétique (1865, mais découvert en 1900
seule e t …

On pourrait lier contexte politique et débat scientifique : la p iode de la ‘estau atio , a e l allia e
du t ô e et de l autel, oit ita le e t l allia e de la s ie e, du pou oi et de la eligio : Cuvier

16
Concordisme : te da e d esp it ui o siste vouloir faire coïncider les Ecritures et la théorie (ex
concordisme géologique : rechercher les périodisations géologiques à partir des jours de la création).
40

et le fixisme triomphent. Le transformisme connaît une embellie sous les périodes libérales (1830)
avant son grand triomphe en 1880 (retour de la République). A partir de là, les naturalistes français
sont majoritairement lamarckistes, et refusent généralement de reconnaître le rôle essentiel de la
s le tio atu elle ie la th o ie da i iste da s l o igi e des esp es.

Science vs religion...

Dans les années 1880, les théories de Darwin, une fois réinterprétée par les Eglises, sont toutefois
bien implantées dans la société, faisant partie du bagage culturel courant. Mais les Eglises ne surent
p ofite de es o p o is, d auta t plus ue le o p o is a iait a e les di e s ou a ts eligieu …
On a pu faire comparaison entre Galilée et Darwin : l u p o la ait ue la Te e tait pas au e t e
de l u i e s, l aut e affi ait ue l ho e tait pas le e t e d u e uel o ue atio . Bie tôt,
Freud démontre que l'homme - avec son inconscient, ne dispose pas du libre-arbitre. Puis Einstein
remet en question, avec la théorie de la relativité, la physique newtonienne en démontrant que les
règles physiques ne s'appliquent pas partout pareillement. La vision de l'univers formulée par la
religion vacille...

VIII - la révolution communiste : le cas soviétique

A - Vers une stratégie révolutionnaire, de Netchaïev à Lénine

Dès le début du XIXe siècle, on peut parler d'une contamination de l'esprit révolutionnaire français
en Russie : en décembre 1825, une première manifestation contre le despotisme russe s'organise
autour de la révolte des décabristes (jeunes officiers russes en occupation à Paris lors des guerres
napoléoniennes et qui y ont découvert les idéaux de la révolution). Leur leader Pestel est le premier
révolutionnaire russe : il plaide pour un renversement du tsarisme et son remplacement par un
régime républicain et socialiste fondé sur la solidarité des membres de la commune paysanne. Sa
méthode : l li i atio de la fa ille i p iale. L i su e tio est u he . Mais le ou e e t
révolutionnaire russe naît de ce premier pas, d'autant plus important que le constat d'une société
injuste est fait au plus haut niveau. En 1861 en effet, le tsar Alexandre II engage une série de
fo es do t l a olitio du se age est la plus d isi e. N a oi s, al e es les se fs so t
libérés mais sans les moyens de subsister...), mal appliquées ces réformes ont surtout contribué à
alimenter le mouvement révolutionnaire. Ce mouvement est schématiquement constitué de trois
tendances : les anarchistes, les nihilistes et les populistes. Le tournant du règne se situe en 1866 avec
la p e i e te tati e d assassi at du tsar qui le pousse à abandonner les réformes et à renforcer
l appa eil p essif. Pou le ou e e t olutio ai e, est l he des ou e e ts tudia ts de
41

puis l he des oisades de populistes e di e tio de la pa sa e ie ui a h e de


rapprocher anarchisme et nihilisme en amenant à la radicalisation.

Mais comment déclencher la révolution ? c'est la question qui obsède les partisans révolutionnaires
russes. Certains voient dans le terrorisme un premier pas, l'étincelle qui déclenchera un mouvement
populaire. : à cet égard, la postérité d'un Netchaïev est intéressante.

Netchaïev, stratège révolutionnaire ?

N e septe e , d o igi e populai e et u al, “e guei Net haïe est u e a o alie du


ou e e t olutio ai e des a es . Il appa tie t e effet pas à l'i tellige tsia ui a i e
les croisades populistes . C'est un homme du peuple, son leitmotiv a été de sortir de la « boue »
est lui ui le dit de so illage et d e t e da s le o de i telle tuel de la apitale. Il de ie t
instituteur à St Petersburg et son arrivée dans la capitale est concomitante d'un premier attentat
contre le tsar en 1866 : ela l i p essio e et il e pa le o e le « commencement de notre sainte
cause ». Netchaïev, inspiré par le marxisme, écrit alors que la révolution est une loi historique,
u elle essite u e o ga isatio e t e et la fo atio d ho es ou eau : « les personnages
révolutionnaires ». Ceu ui e t e t da s l o ga isatio doi e t a a do e toutes p op i t , toute
occupation, tout lien familial .

En mars 1869, Netchaïev arrive à Genève dans le but de préparer la olutio . C est la g a de
rencontre avec le père de l'anarchisme, Bakounine et cette relation intense aboutit à la rédaction du
Catéchisme révolutionnaire (document joint). Pour comprendre, le mythe Netchaïev, il faut imaginer
un Bakounine âgé (55 ans , ui it da s l e il depuis lo gte ps, d çu pa l a se e d a a e
significative dans le mouvement révolutionnaire russe depuis 1861 et qui voit arriver ce jeune
homme de 21 ans qui se dit envoyé par une puissante société secrète : Bakounine dans les discours
e alt s u il tie t su lui e fait de lui u h os, u « personnage révolutionnaire » : Les témoignages
attestent que Netchaïev est en fait un cas pathologique, profondément mythomane, fanatique
calculateur et froid et suscitant fascination et séduction. Le résultat de leur collaboration est le
Cat his e, i p i e ode, e a a t es lati s, sous fo e d u petit fas i ule ue Netchaïev
rapporte à Moscou à son retour en Russie. Le document a été rendu public la première fois lors du
procès des disciples de Netchaïev (1871) car il a été découvert par la police tsariste au lendemain de
l'affaire Netchaïev. Il a provoqué stupeur et curiosité notamment en raison de la forme littéraire
nette et péremptoire des idées. La nouveauté historique du document réside dans cette volonté
d alle jus u au out, da s l e t is e du discours et sa radicalité brutale.
42

L'affaire Netchaïev est sordide plus que révolutionnaire : de retour à Moscou à l'automne 1869; il
constitue un groupe révolutionnaire clandestin. Mais l tudia t I a o , e e du g oupe, p e d
conscience du bluff et des mensonges de Netchaïev (qui se présente comme l'émissaire de
Bakounine et d'un hypothétique comité révolutionnaire européen) et veut se retirer. Netchaïev le
dénonce alors à ses camarades comme un mouchard de la police, qui doit être puni par la mort. Le
groupe organise donc un guet-apens dans lequel tombe Ivanov en novembre 1869 : il est assassiné.
Mais, l e u te de la poli e a outit à l a estatio du g oupe la desti d e e 869)... a
l'exception de Netchaïev, en fuite. De Juillet à août 1871 : le procès du groupe de Netchaïev est un
procès très médiatisé où est rendu public le Catéchisme. Il compte 87 inculpés dont 4 avaient assisté
ou pa ti ip au eu t e d I a o . Netchaiev est quant à lui arrêté à Zurich en août 1872 et il est
remis aux autorités russes en octobre 1872. Le 20 janvier 1873 : il est poursuivi pour crime de droit
commun. Le procès est mouvementé car l'accusé crie, parle, vitupère. Il est par deux fois expulsé de
l audie e. Il est condamné à 20 ans de travaux forcés et à la déportation à vie en Sibérie.... mais
finalement enfermé à vie dans la forteresse Pierre et Paul. Il y meurt en novembre 1882.

L’a al se du te te : Le texte est intéressant en ce qu'il entend décrire la personnalité


révolutionnaire, qui distingue morale et politique, ou, pour résumer, qui sacrifie la morale à la
révolution. Les juge e ts o t sou e t t iti ues à l ga d de e te te. Pa e e ple, Ba u it :
« le Catéchisme révolutionnai e est e p ei t de j suitis e la fi justifie les o e s , d a o alis e,
de iole e d li e et foule au pieds l a ou , l a iti , l e thousias e ». Néanmoins, comme les
aut es auteu s, il e o aît ue la de i e pa tie de oi s de l asso iatio e ers le peuple) est
o fo e au id es de Bakou i e dest u tio de l Etat pa e . . Absence de scrupules, mystique du
chef omniscient et infaillible, utilisation du mensonge, mépris de la personne humaine, liquidation
physique des camarades : éléments que l o et ou e da s les id ologies totalitai es du XX si le. A
noter que Netchaïev est réhabilité au début des années vingt par le régime soviétique et cité comme
le précurseur et le modèle des bolcheviks (A. Gambarov, Controverses sur Netchaïev, Moscou, 1926).
U o est est pou ualifi e s st e d a o alis e politi ue, de e so ge et de o e s
inavouables : la et haïe ht hi a et su tout u e œu e litt ai e dans laquelle est tracé le portrait
d u Net haïe d o ia ue : est Les démons (1872) de Dostoïevski (récit à peine romancé du
eu t e d I a o et le personnage de Verkhovenski, inspiré de Netchaiev.

Le Catéchisme révolutionnaire

ATTITUDE DU RÉVOLUTIONNAIRE ENVERS LUI-MÊME


1. Le révolutionnaire est un homme condamné d'avance : il n'a ni intérêts personnels, ni affaires, ni sentiments ni
attachements, ni propriété, ni même de nom. Tout en lui est absorbé par un seul intérêt, une seule pensée, une seule
43

passion - La révolution.
2. Au fond de lui-même, non seulement en paroles mais en pratique, il a rompu tout lien avec l'ordre public et avec le
monde civilisé, avec toute loi, toute convention et condition acceptée, ainsi qu'avec toute moralité. En ce qui concerne ce
monde civilisé, il en est un ennemi implacable, et s'il continue à y vivre, c n'est qu'afin de le détruire plus complètement.
3. Le révolutionnaire méprise tout doctrinarisme, il a renoncé à la science pacifique qu'il abandonne aux générations
futures. Il ne connaît qu'une science - celle de la destruction. C'est dans ce but et dans ce but seulement qu'il étudie la
mécanique, la physique, peut-être la médecine, c'est dans ce but qu'il étudie jour et nuit la science vivante des hommes, des
caractères, des situations, et de toutes les modalités de l'ordre social tel qu'il existe dans les différentes classes de
l'humanité. Quant à son but, il n'en a qu'un : la destruction la plus rapide et la plus sûre de cet ordre abject.
4. Il méprise l'opinion publique. Il méprise et hait dans tous ses motifs et toutes ses manifestations la moralité sociale
actuelle. A ses yeux il n'y a de moral que ce qui contribue au triomphe de la Révolution ; tout ce qui l'empêche est immoral.
5. Le révolutionnaire est un homme condamné d'avance. Implacable envers l'État et envers tout ce qui représente la
société, il ne doit s'attendre à aucune pitié de la part de cette société. Entre elle et lui c'est la guerre incessante sans
réconciliation possible, une guerre ouverte ou secrète, mais à mort. Il doit chaque jour être prêt à mourir. Il doit s'habituer à
supporter les tortures.
6. Sévère envers lui-même, il doit l'être envers les autres. Tout sentiment tendre et amollissant de parenté, d'amitié,
d'amour, de gratitude et même d'honneur doit être étouffé en lui par l'unique et froide passion révolutionnaire. Il n'existe
pour lui qu'une seule volupté, une seule consolation, récompense ou satisfaction - le succès de la révolution. Jour et nuit, il
ne doit avoir qu'une pensée, qu'un but - la destruction la plus implacable. Travaillant froidement et sans répit à ce but, il
doit être prêt à périr lui-même, et à faire périr de sa main tout ce qui empêche cet accomplissement.
7. Le caractère du véritable révolutionnaire exclut tout romantisme, toute sensibilité, tout enthousiasme ou élan. Il exclut
même la haine et la vengeance personnelles. La passion révolutionnaire étant devenue sa seconde nature, doit s'appuyer
sur le calcul le plus froid. Partout et toujours, il doit incarner non pas ce à quoi le poussent ses entraînements personnels,
mais ce que lui prescrit l'intérêt de la révolution.

ATTITUDE DU RÉVOLUTIONNAIRE ENVERS SES CAMARADES


8. Le révolutionnaire ne peut chérir et traiter en ami que celui qui a réellement fait preuve d'une activité révolutionnaire
égale à la sienne. La mesure de l'amitié, du dévouement et autres devoirs envers un camarade, est déterminée
exclusivement par le degré d'utilité de celui-ci au point de vue des effets pratiques de la révolution destructrice.
9. Nous n'avons pas à insister sur la solidarité des révolutionnaires entre eux. C'est en cette solidarité que réside toute la
force de l'action révolutionnaire. Les camarades révolutionnaires qui possèdent au même degré la passion révolutionnaire,
doivent autant que possible discuter en commun et résoudre à l'unanimité toutes les affaires importantes. Mais en ce qui
concerne l'exécution du plan conçu, chacun doit travailler seul à la réalisation de l'action destructrice, et n'avoir recours aux
conseils et à l'aide de ses camarades qu' au cas où cela serait indispensable pour le succès de l'entreprise.
10. Chaque camarade doit avoir sous la main plusieurs révolutionnaires de seconde et de troisième catégorie, c'est à-dire à
moitié initiés. Il doit les considérer comme faisant partie du capital révolutionnaire mis à sa disposition. Il dépensera avec
économie la partie du capital qui lui est échue, cherchant toujours à en tirer le plus grand profit. Il doit être dépensé pour le
triomphe de la cause révolutionnaire, un capital dont il ne pourra disposer sans le consentement de toute la confrérie des
initiés.
11. Lorsqu'un malheur arrive à quelque camarade, et que le révolutionnaire doit décider s'il faut, oui ou non, lui porter
secours, il ne devra tenir compte des sentiments personnels, mais uniquement de l'intérêt de la cause révolutionnaire. Aussi
devra-t-il peser d'une part l'utilité que présente le camarade en question, d'autre part la dépense des forces
44

révolutionnaires nécessaires pour le sauver; il prendra sa décision en conséquence.

ATTITUDE DU RÉVOLUTIONNAIRE ENVERS LA SOCIÉTÉ


12. L'admission d'un nouveau membre, dont le zèle ne se serait manifesté qu'en paroles et non en action, ne peut être
votée qu'à l'unanimité.
13. Le révolutionnaire ne pénètre dans les sphères de l'État, des castes et de la société dite civilisée, et n'y vit, que dans le
but de leur destruction aussi totale que rapide. Il n'est pas un vrai révolutionnaire s'il regrette quelque chose dans ce
monde,si la situation et les relations d'un homme appartenant à ce monde ( où tout doit lui être également haïssable) le
font hésiter. Tant pis pour lui s'il a gardé dans ces sphères des relations de parenté, d'amitié ou d'amour; il n'est pas un vrai
révolutionnaire si elles peuvent faire hésiter sa main.
14. Dans le but d'une destruction implacable, le révolutionnaire peut et doit vivre au sein de la société et chercher à
paraître tout différent de ce qu'il est en réalité. Le révolutionnaire devra pénétrer partout, dans toutes les classes moyennes
ou supérieures - dans la boutique du commerçant, dans l'église, dans l'hôtel du noble, dans le monde bureaucratique,
militaire, ainsi que dans celui des lettres, dans le IIIe Bureau et même au Palais d'Hiver.
15. Toute cette société abjecte doit, être divisée en plusieurs catégories : première catégorie : elle est condamnée à mort
sans délai. Qu'on établisse une liste de ces personnes selon le degré auquel elles peuvent être nuisibles au succès de la
cause révolutionnaire, afin que ceux qui portent les premiers numéros périssent avant les autres.
16. En établissant l'ordre de cette liste, il ne faudra pas s'inspirer des méfaits personnels de tel ou tel individu, ni même de
la haine que ces méfaits ont provoquée chez le peuple. Provisoirement, ces méfaits et cette haine peuvent même être utiles,
car ils aident à éveiller la révolte populaire. Il faudra donc s'inspirer du degré d'utilité qui pourra résulter de la mort de cet
individu, pour la cause révolutionnaire. Aussi, faudra-t-il supprimer en premier lieu les hommes tout particulièrement
nuisibles à l'organisation révolutionnaire, ainsi que ceux dont la mort violente et subite pourra inspirer le plus de terreur au
gouvernement. En privant celui-ci d'hommes fermes et intelligents on arrivera à ébranler son pouvoir.
17. La seconde catégorie devra précisément comprendre les hommes auxquels on confère la vie provisoirement, afin qu'ils
provoquent la révolte inéluctable du peuple par une série d'actes féroces.
18. La troisième catégorie comprend un nombre considérable de brutes haut placées et de personnalités qui, grâce à leur
situation, bénéficient de la richesse, des relations puissantes, de l'influence et du pouvoir. Il faut les exploiter de toutes les
manières, leur faire perdre pied, les rendre bredouilles, et en faire ses esclaves en mettant la main sur leurs vils secrets. Leur
influence, leurs relations, leur pouvoir, leurs richesses et leur force deviendront ainsi un trésor inépuisable et un puissant
secours pour les organisations révolutionnaires.
19. La quatrième catégorie comprend les hommes d'État ambitieux et les libéraux de toute nuance. Il est permis de
conspirer en leur compagnie et selon leur programme, en faisant semblant de leur obéir aveuglément, tandis qu'en réalité
on les asservit, on s'empare de leurs secrets, on les compromet définitivement, afin de leur couper la retraite et jeter le
trouble dans l'État par leur entremise.
20. La cinquième catégorie comprend les doctrinaires, les conspirateurs et les révolutionnaires, se livrant à des vaines
palabres dans les cercles politiques et dans leurs écrits. Il faut sans cesse les pousser, les entraîner, les obligeant à faire des
déclarations concrètes et dangereuses, dont le résultat sera la faillite définitive de la majorité et l'éducation révolutionnaire
de quelques-uns.
21. La sixième catégorie, fort importante, comprend les femmes, qu'il faut diviser en trois sous-catégories : les unes légères,
stupides et sans âme, dont on pourra user de même que de la troisième et de la quatrième catégorie des hommes; les
autres - passionnées, dévouées, mais n'étant pas des nôtres, parce qu'elles n'ont pas encore élaboré une conception réelle,
pratique et sans phrases de la cause révolutionnaire. Il faudra en tirer parti de même que des hommes de la cinquième
45

catégorie. Enfin, les femmes qui sont entièrement des nôtres, c'est à dire pleinement initiées et ayant accepté l'ensemble de
notre programme. Celles-ci sont nos camarades, et nous devons les envisager comme notre plus précieux trésor, car nous
ne saurions nous en passer.
ATTITUDE DE LA CONFRÉRIE ENVERS LE PEUPLE
22. La Confrérie n'a pas d'autre but que l'entière libération et le bonheur du peuple - c'est-à-dire des travailleurs. Mais
convaincue que cette libération et ce bonheur ne sont possibles qu'au moyen d'une révolution populaire qui balayerait tout
sur son passage, la Confrérie contribuera de toutes ses forces et de toutes ses ressources au développement et à l'extension
des souffrances qui épuiseront la patience du peuple et le pousseront à un soulèvement général.
23. La Confrérie n'entend pas sous "révolution populaire" un mouvement réglé selon les idées de l'Occident, et qui
s'arrêterait respectueusement devant la propriété et les traditions de l'ordre social, et devant ce qu'on appelle la civilisation
et la moralité. Ce genre de mouvement s'est borné jusqu'ici à renverser une forme politique, afin de la remplacer par une
autre et de créer l'État dit révolutionnaire. Seule peut être salutaire au peuple une révolution qui détruira jusqu'aux racines
de l'État, et supprimera toutes les traditions, les classes et l'ordre même existant en Russie.
24. Aussi, la Confrérie n'a nulle intention d'imposer au peuple une organisation venant d'en haut. La future organisation
sera sans aucun doute élaborée par le mouvement et la vie populaire elle-même - mais c'est là l'affaire des générations
futures. Notre oeuvre à nous est une destruction terrible, entière, générale et implacable.
25. Aussi, en cherchant un rapprochement avec le peuple, nous devons tout d'abord nous joindre aux éléments populaires
qui, depuis la fondation de l'État moscovite, n'ont pas cessé de protester non seulement en paroles, mais en actes, contre
tout ce qui est lié directement et indirectement au pouvoir : la noblesse, les fonctionnaires, les corporations, le commerçant
exploiteur. Joignons-nous aux brigands hardis, qui sont les seuls véritables révolutionnaires de la Russie.
26. Fondre ces bandes en une force invincible qui détruira tout sur son passage - telle sera l'oeuvre de notre organisation,
de notre conspiration, tel sera notre but.

Néanmoins, Netchaïev, et d'autres, voient dans le terrorisme une méthode propre à déclencher la
révolution, en assassinat le tsar. La période du terrorisme organisé débute et culmine avec la mort du
tsar Alexandre II en 1881. Mais, cet assassinat ne provoque pas la révolution populaire espéré et
l o ga isatio olutio ai e ui l'a p o o u , la Narodnaia Volia, disparaît dans la violence de la
répression policière. Il s'agit alors de penser une autre voie pour la révolution : ce sera la stratégie
pensée tant par Lénine dans un essai célèbre, Que faire ?, publié en 1902, que par Trotski peu de
temps après, dans un article publié en 1911 dans la revue autrichienne Kampf, une stratégie fondée
sur la construction d'un parti révolutionnaire...

B - La Russie, colosse aux pieds d'argile

A la veille de la révolution de 1917, la Russie est une puissance qui semble incontestable... vue
d'ailleurs. Une puissance avant tout militaire, aux structures politiques peu représentatives (la
Douma, assemblée créée lors de la révolution de 1905, ne dispose que d u pou oi li it
d e egist e e t des lois du tsa . Mais ette puissa e a t a l e u e p e i e fois lo s de la
guerre russo-japonaise (1905) : la défaite russe a précipité la première tentative de révolution (1905).
46

Il est vrai que le pouvoir tsariste et la société traditionnelle sont contestés depuis le milieu du XIXe
siècle, et l'assassinat du tsar Alexandre II par des terroristes appartenant à la mouvance socialiste-
révolutionnaire fut un premier signe d'un malaise russe. Le XXe siècle a vu cette contestation se
développer.

Pou uoi u e telle o testatio ? Ce pa s de illio s d ha ita ts, esse tielle e t ag i ole,
se le pa ti uli e e t o se ateu oi e a i . L i dust ialisatio est e o e da s ses d uts,
s appu a t su les i estissements extérieurs : des difficultés subsistent, comme le manque de
personnels qualifiés et la faiblesse du tissu industriel. Ces faiblesses sont manifestes durant les
premières années de la Grande Guerre : d s , il appa aît ue l ad i ist atio tsa iste est
d pass e pa la situatio , i apa le de g e effi a e e t l effo t de gue e, ta dis ue les
problèmes de ravitaillement, de transports et de commandement se posent. Aussi les critiques se
multiplient, tant à la Douma que dans la population et dans l a e. Si les villes sont plus sensibles à
la propagande tsariste, dans les campagnes, la population est amère et résignée. Le souvenir de la
défaite de 1905 contre le Japon fait considérer cette guerre comme une sorte de passe-temps de la
haute société, entraînant des révoltes de conscrits et de paysans (dans 49 des 101 provinces russes
selo la poli e , apide e t pi es. Et si da s u p e ie te ps, l a e usse e po te
quelques victoires, très vite, elle se trouve confrontée à des difficultés financière et matérielle
importante, alors même que, militairement, la situation est critique. Dans ce contexte, le moral est
a l et des g es late t, tou ha t plus d u illio de pe so es e , ui o t e
s a plifia t jus u e f ie .

B - de Février à octobre 1917 : les minoritaires au pouvoir

La révolution de février 1917 résulte d eutes o t e les p u ies… C'est la réaction maladroite des
autorités à l'une de ces émeutes, du 23 février 1917, qui lance la machine révolutionnaire. L'armée,
envoyée pour mater l'émeute, fraternise avec les émeutiers : après 5 journées de crise, le
gouvernement et le haut commandement, dépassés, pressent le tsar d'abdiquer... or l a di atio de
Nicolas II su p e d l e se le des a teu s. Aussi le pou oi apparaît-il divisé au lendemain, partagé
e t e le “o iet o seil fo d ou ie s et de soldats et la Dou a où u gou e e e t p o isoi e
s'est formé autour des sociaux démocrates). Le programme de ce nouveau gouvernement est
simple : ai te i l effo t de guerre et préparer les lendemains de paix en réunissant une assemblée
o stitua te. Mais peu à peu, da s l effe es e e olutio ai e, le gou e e e t p o isoi e oit
la situation lui échapper, tandis que les socialistes de diverses tendances (sociaux révolutionnaires,
mencheviks) y font leur entrée. A la fin de l'été, c'est un menchevik (socialiste modéré), Kerenski, qui
prend la tête du gouvernement. Mais cela ne suffit pas, et on oppose le gouvernement aux soviets,
47

réputés plus proches du peuple... En effet, dans les campagnes, des comités (soviets) se mettent en
place pour préparer le contrôle et le partage des terres. Da s l i dust ie, les ou ie s s o ga ise t e
comités, porteurs de revendications (journée de huit heures, hausse des salaires, surveillance),
comités qui se heurtent toutefois à un patronat industriel hostile, prêt à fermer les usines. Dans
la e, le pa ifis e gag e la t oupe ta dis ue le gou e e e t p o isoi e pe siste da s la gue e
aux côtés des alliés. Des gardes rouges s'organisent pour défendre la révolution : le discours de lutte
des classes domine. La tension sociale et politique est extrême, et les libéraux comment à appeler à
une dictature, face aux soviets. Face à toutes ces revendications, la politique du gouvernement
provisoire déçoit, et favorise la propagande de groupes radicaux comme les bolcheviques. Ainsi, dans
ses th ses d’Av il, L i e peut la e le ot d o d e « tout le pouvoir aux soviets ».

L t oit les te sio s e t e le gou e e e t p o isoi e et les populatio s s a e tue ,


notamment du fait du retour de 2 millions de soldats déserteurs e t e l t et l auto e ,à
cause des défaites militaires. Si en juillet 1917, la révolte de Kronstadt - menée par des marins
bolcheviques pour pousser le soviet à prendre le pouvoir - échoue, elle affaiblit encore le
gou e e e t de Ke e ski, le uel, pou fai e fa e à u e te tati e de oup d Etat ilitai e, doit
s allie au ol he i ues. Dans les campagnes, la paysannerie s'empare violemment des terres. Petit
à petit, les “o iets s i pose t o e la seule auto it e o ue, plus ou oi s sous le o t ôle des
ol he i ues. L le tio de T otski à la p side e du “o iet de Pet og ad, le 9 septembre 1917, est
un signe. Minoritaires (entre 100 et 200 000 militants en octobre 1917), les bolcheviques sont
parvenus à imposer leur programme. Lénine parvient à convaincre le comité central bolchevique de
saisir l'occasion et, aidé de Trotski, qui dirige le comité militaire révolutionnaire (et commande donc
aux gardes ouges , d le he la se o de olutio , elle d o to e . La p ise du palais d Hi e ,
siège de la Douma, par 10 ga des ouges, et l a estatio du gou e e e t p o isoi e, marquent
la fi des od s ta dis ue le oup d Etat est l giti pa le congrès des soviets, le 25 octobre
1917. La Russie appartient alors aux bolcheviques : les minoritaires contrôlent la révolution.

La révolution de février 1917 était l a outisse e t d eutes o t e les p u ies… Celle d o to e


1917 est une révolution politique.

C - Naissa e de l’Etat révolutio aire

L u des premiers gestes politiques du gouvernement des Soviets est le décret sur la paix (du 26
octobre) : la paix de Brest Litovsk, le 3 mars 1918, met fin à la guerre côté russe, au prix
d i po ta tes pertes territoriales et économiques. Dans la foulée est adopté un décret sur la terre
abolissant la propriété foncière (et entraînant un partage contrôlé par des comités paysans), un
d et su les atio alit s pou le d oit à l autod te i atio et e fi un décret amenant la
48

ogestio da s les usi es. Pa ailleu s, l o o ie e t e sous le o t ôle de l Etat, via le Conseil
sup e de l o o ie atio ale, ta dis ue les a ues so t atio alis es. La bolchevisation
s'effectue également au i eau de l Etat : le Conseil des commissaires du peuple, exclusivement
peupl de ol he i ues, est fo d ta dis ue l Asse l e o stitua te, lue e d e e et
dominée par les socialistes révolutionnaires, est dissoute dès janvier 1918 par les bolcheviques,

Dans ce contexte difficile, la guerre civile va en partie forger les instruments du pouvoir : la police
politique (tcheka), crée en décembre 1917 par Felix Dzerjinski pour devenir le « bras armé du
prolétariat ». U e te eu ouge s a at su le pa s, te eu illégale qui vise les exclus du nouveau
gi e eligieu , o les et ou geois… ai si ue les ad e sai es politi ues et fait pese su la
population une chape de plomb, grâce à des effectifs en augmentation (de 40 à 280 000 agents entre
1917 et 1921). Instrument de cette terreur politique, le goulag, organisé à partir de 1919 sur le
od le des a ps de t a ail tsa iste. Puis l a e ouge confiée à Trotski, commissaire à la guerre.
T otski o ga ise u e a ede i o 000 h., pour lutter contre les armées blanches (tsaristes).
E d pit d u e te eu ouge ie elle, la i toi e appa te ait au Bol he iks au d ut ,a e
des pe tes ui a oisi e t le illio d i di idus. enfin, lors du VIIIe congrès de mars 1918, le parti
bolchevique devient le parti communiste : parti hégémonique à qui la constitution de juillet 1918
att i ue la di e tio de l appa eil d Etat ... alors même que son implantation dans la société demeure
faible (à la mort de Lénine, en 1924, il compte 440.000 membres ! ).

La construction de cet Etat qui se veut révolutionnaire, débouche sur un Etat totalitaire animé d'un
discours universalisant : en mars 1919, Lénine invite 39 partis socialistes à envoyer des délégués à
Mos ou, afi de fo de la IIIe i te atio ale, l i te atio ale communiste, ou Komintern, censée
coordonner les efforts des partis communistes nationaux et préparer la révolution mondiale.

La révolution russe marque l'histoire du XXe siècle, comme la révolution française avait inauguré
l'histoire du XIXe siècle, pesant sur les autres Etats et sur les idéologies, de même que l'Europe
inquiète met en place, contre le danger révolutionnaire, une alliance en 1815 lors du Congrès de
Vienne. Au lendemain de la révolution bolchévique, le spectre révolutionnaire semble se dresser
partout, notamment en Allemagne et en Italie... Et émergent, à la fois en écho et en réponse, des
mouvements nationalistes qui reprennent les dynamiques et les modèles de l'Etat révolutionnaire
pour les adapter à leur propre idéologie. Le totalitarisme, un Etat qui se pense en révolution
permanente, se met en place.

NB Le totalitarisme, le mot et l'idée :


49

La définition du totalitarisme fait débat : de H. Arendt à R. Aron, on peut s'accorder sur quelques
critères (parti unique et de masse, primat de l'idéologie sur l'économie, politique de
terreur/terroriste articulée autour de camps, contrôle des moyens de communication, de
l'économie)... Le terme est créé dans les premiers temps du fascisme, par un socialiste, Giovanni
Amendola, pour désigner un système électoral où le parti fasciste présente les seules listes pour
élections municipales. Donc système électoral assurant victoire totale / totalitaire. Ce terme
rencontre un certain succès à gauche et dans la presse d'opposition au fascisme. Par défi, il est utilisé
par Mussolini au temps de l'affaire Matteotti, en 1925, lorsqu'il évoque son "inflexible volonté
totalitai e". Il se a pa la suite i lus da s la d fi itio du fas is e do pa l id ologue offi iel du
gi e, Ge tile, pou l e lop die Treccani. Parallèlement, le terme apparaît et se répand en
Allemagne : on parle tout d'abord d'une "guerre totale" (Jünger) pour désigner la Grande Guerre...
mais très vite, il investit le domaine politique et Goebbels, l'idéologue du régime nazi, l'utilise en
1933 pour parler d'un État totalitaire. Après la seconde guerre mondiale, le terme va connaître une
éclipse dans le langage politique, car connoté et trop flou... Il revient toutefois dans l'actualité - et
notamment dans le débat historique - à la suite du rapport Khrouchtchev, du coup de Prague, puis,
en 1974, de la publication de l'Archipel du Goulag (Soljenitsyne). Se pose en effet le cas de l'Union
soviétique, régime totalitaire.

NB : Le marxisme-léninisme dans les campagnes : la révolution chinoise

La proclamation de la république populaire chinoise, le 1er octobre 1949, conclut une guerre civile,
épisodique, menée par les communistes contre le Guomindang depuis la fondation du parti
communiste chinois, en 1921. Elle met surtout en lumière, après sa victoire, un parti aux idées
hétérodoxes : e effet, so leade , Mao )edo g s est affi o e le th o i ie du Pa ti
o u iste hi ois, p ô a t d s la essai e adaptatio de l e p ie e a iste à la alit
chinoise (Analyse des classes de la société chinoise , pou a outi , e , à l id e ue le pote tiel
révolutionnaire de la paysannerie chinoise est plus important que celui des ouvriers (0,5 % pop). Ce
o stat est d jà, e te e do t i al, olutio ai e... A e o stat euf d u e « révolution
paysanne », il joint une réflexion stratégique originale autour du thème de la guerre révolutionnaire,
une réflexion qu'il met à exécution entre 1927 et 1934 (formation armée rouge chinoise et naissance
de l ph e pu li ue so i ti ue du Jia g i . C est à ette période que Mao théorise la guerre
révolutionnaire – une guérilla qui doit déboucher sur une guerre civile et qui, se répandant dans les
a pag es, doit a outi à l e e le e t des illes, œu de la do i atio ou geoise.

La lutte contre Tchang-Kaï Chek, la longue marche (1934/6) puis la guerre sino-japonaise vont encore
e fo e le pou oi de Mao, jus u à la p ise du pou oi fi ale selon la stratégie définie par Mao
50

Zedong. Le nouveau régime dans un premier temps s'allie à l U‘““ pa u t ait du février 1950
négocié directement par Mao Zedong,. Le tête-à-tête sino-so i ti ue s i pose, et le od le
soviétique est appliqué au parti communiste chinois (à quelques originalités près, comme le titre de
« président du parti » accordé à Mao Zedong, voire la composition même du parti et une doctrine qui
fait la pa t elle au o de pa sa … . Toutefois, la rupture sino-soviétique est également le reflet de
divergences idéologiques sur la révolution et sa continuation...

IX - Des jeunes Turcs aux printemps arabes, révolutions orientales

La révolution n'est pas une spécificité du monde occidental : dès le XIXe siècle, Ottomans, Egyptiens,
Tunisiens se soulèvent à diverses reprises pour revendiquer un régime constitutionnel, selon un
schéma qui trouve des échos dans les révolutions de 2011.

A - la fin du sultan absolu : la révolution jeune turc

On peut l'imaginer, la révolution s'exporte facilement : le principe d'un bouleversement brutal de la


société et du régime politique s'applique à nombre de mouvements. Dans l'Empire Ottoman, un
empire millénaire et tout aussi rigide que d'autres, la question d'une modernisation de la société et
des structures du pouvoirs se pose, comme en Europe, au milieu du XIXe siècle. Dès 1826, l'ère des
Tanzimat (réformes) manifeste cette volonté d'une évolution douce du sultanat ottoman. En effet,
les sultans sont confrontés aux mouvements nationalistes grecs et balkaniques. Pressé par les
puissances européennes, menacés par la Russie, tiraillés par le parti vieux turc (conservateur), les
sultans ottomans du XIXe siècles hésitent entre une politique de réforme et la volonté de préserver
autant que possible leur pouvoir. Dans un climat d'agitation permanente dans la partie européenne
de l'Empire, et face à un empire russe à la politique très agressive, les sultans font de nombreuses
concessions aux Occidentaux et à leurs normes (égalité civile entre tous les sujets, gestion des dettes,
code civil, etc.). En 1876, une constitution est même donnée à l'empire, qui transforme le régime en
régime parlementaire avec un système bicaméral (Sénat et chambre des députés), en garantissant un
régime de libertés (enseignement, liberté individuelle) etc. Mais le sultan Abdülhamid II reprend
rapidement la situation en main et le contrôle de l'Etat, en commençant par suspendre la
constitution 2 ans plus tard. En dépit des suggestions faites par les puissances lors du traité de Berlin
(1878), l'empire ottoman est en crise, épuisé par les révoltes dans les Balkans ainsi que par ses
dettes.

Dans ce climat de tension, un courant " jeune turc " (en opposition aux " vieux turcs" conservateurs)
se forme en 1889, qui demande le rétablissement de la représentation nationale. Sur le modèle des
51

mouvements libéraux européens, ce parti s'organise en sociétés secrètes et cellules, propageant un


discours réformiste et nationaliste, qui gagne assez facilement les élites nouvelles, les cadres de
l'armée et cela d'autant plus que l'administration est de plus en plus fragile et inefficace (question
des soldes, payées en retard). En 1906, ce sont justement des officiers, casernés à Salonique, qui
s'organisent en un Comité Union et Progrès (CUP), lequel rassemble les opposants au régime du
Sultan, les Jeunes Turcs et l'Association ottomane pour la liberté. Notons qu'au sein de ce comité on
trouve un jeune officier prometteur, Mustapha Kemal... Le CUP passe à l'action en juillet 1908.
Menaçant de marcher su la capitale pour imposer leur point de vue, ils rallient facilement les
régiments envoyés pour les arrêter. Le 24 juillet 1908, le sultan Abdülhamid II cède et restaure la
constitution de 1876, en promettant des élections pour la fin de l'année.

Toutefois, les recettes du CUP pour améliorer la situation (en copiant les modèles occidentaux) se
heurtent au conservatisme politique : les conservateurs islamistes (partisan du pouvoir absolu
politico-religieux du Sultan) s'opposent aux réformistes et finissent par les écarter. Aussi les Jeunes
Turcs finissent par passer à l'action de manière militaire : le 24 avril 1909, une "Armée du
mouvement" fait marche contre Istanbul et dépose le sultan Abdülhamid II, le remplaçant par son
frère Mehmed V, bientôt marginalisé par le gouvernement CUP composé de trois pachas (chefs
militaires) : Talaat, Enver et Djemal. Les jeunes turcs lancent alors un important mouvement de
réformes tous azimuts, dans la société, l'économie, l'éducation... Mais le mouvement est très
instable et divisé entre libéraux, partisans d'un empire multiculturel et multiethnique moderne, et
unionistes, portés par le nationalisme turc. Surtout, les projets de ce triumvirat se heurtent à une
menace grandissante de guerre. L'empire ottoman, proche de l'Allemagne, bascule finalement dans
la Grande Guerre en 1914, et le génocide qui frappe la communauté arménienne à partir de 1915 est
aussi le reflet de ce nationalisme chauffé à blanc par la guerre.

B - Une révolution islamiste : l'Iran de 1979.

Dans les années 60/70, l'Iran du Shah Mohammed Reza est une puissance qui se veut moderne, alliée
aux USA et intégrée à la guerre froide. 50 000 conseillers américains y travaillent, et le pays est
notamment un gros client des industries d'armement américaines. Mais il est fragilisé par la rente
pétrolière et par ses conséquences sociales (inégalités, exode rural, inflation, etc.). Les écarts de
richesse entre une bourgeoisie occidentalisée et des classes pauvres font le lit des idéologies prônant
la révolution, le communisme ou le nationalisme. Le caractère dictatorial du régime, appuyé sur une
police politique, la Savak, connue pour ses arrestations arbitraires et la torture, renforce l'opposition.
Dans les années 60, le clergé n'intervient pas beaucoup dans la vie publique, si ce n'est pour critiquer
le droit de vote aux femmes : les ayatollah eux mêmes sont divisés quant à la politique. Mais une
52

tendance islamique et révolutionnaire, propre à séduire une jeunesse sensible aux idéaux de la
gauche, se développe, notamment sous la plume d'Ali Shariati, dont les livres sont autorisés depuis
1977.

Cette opposition s'organise autour de l'ayatollah Khomeiny, exilé en Irak en 1965, puis expulsé en
France en 1978. Sa doctrine est précisée en 1971 dans une série de conférences publiées dans
lesquelles il défend le gouvernement islamique et le pouvoir aux clercs, détenteurs de la
souveraineté. Cette conception est révolutionnaire et s'oppose au quiétisme traditionnel... mais elle
séduit nombre d'Iraniens, tant par ses aspects égalitaires que nationalistes.

En novembre 1977, une série de grèves de plus en plus fortes annoncent la révolution à venir : ces
grèves tournent en manifestation l'année suivante, demandant le rétablissement de la constitution
de 1906, ainsi que l'abdication du Shah. L'Etat réagit en imposant la loi martiale, mais les
manifestants répondent en utilisant les rituels chiites de deuil pour scander leurs slogans... dans ce
contexte, le cancer du Shah l'affaiblit : en janvier 1979, il confie l'Iran à un gouvernement civil de
front national, dirigé par Chapour Bakhtiar, et quitte l'Iran. Il meurt en exil en Egypte l'année
suivante.

Le 1er février 1979, l'ayatollah Khomeiny débarque finalement à Téhéran dans une atmosphère
révolutionnaire : la révolution se revendique comme tiers mondiste, anti-impérialiste, anti-
américaine. Le 4 novembre 1979, la prise d'otage menée par "des étudiants proches de l'imam"
contre l'ambassade américaine, prise d'otage qui va durer plus d'un an, manifeste cette tendance
révolutionnaire. La nouvelle république islamique se dote d'une constitution largement approuvée
par référendum le 12 décembre 1979 : elle est à la fois démocratique sur le modèle de la constitution
de la Ve république française (prévoyant des assemblées, des élections au suffrage universel, etc.) et
islamique, puisque la légitimité n'appartient qu'à Dieu et, par extension, aux clercs. Toutefois, les
courants "de gauche" de la révolution, notamment des groupes comme les moudjahidin du peuple,
ou encore le parti Toudeh, sont progressivement éliminés pour ne laisser que le courant islamique au
pouvoir. Un nouvel ordre social se met en place, avec des lois religieuses (interdiction de l'alcool,
port du voile, etc.). L'économie est largement nationalisée et réorganisée sous forme de fondations,
comme la Fondation des déshérités et invalides - particulièrement importante au lendemain de la
guerre Iran-Irak et devenue une immense entreprise. Cette politique, ainsi que la guerre, a provoqué
une forte inflation et l'exil des classes moyennes.

Le bilan de cette révolution est intéressant : la république islamique reste, sur certains points (le
nationalisme, l'opposition à la minorité sunnite ou aux mouvements régionalistes comme els kurdes)
dans la lignée du régime précédent. Mais il fait aussi la démonstration d'une révolution islamiste qui
53

fonctionne : on peut parler d'un "effet de souffle" (G. Kepel) qui alimente l'islamisme. Par ailleurs,
l'Iran a également commencé à jouer le rôle d'une puissance régionale, exportant sa doctrine dans
un "arc chiite" partant de la Syrie voisine pour toucher la communauté palestinienne (et le Hamas,
pourtant sunnite) ainsi que le Liban (avec la formation du Hezbollah). En fin, si le régime a recueilli les
fruits du mouvements de modernisation enclenché par le Shah (notamment dans l'éducation), il a su
le faire fructifier.

C - Les printemps arabes, des révolutions populaires et connectées

En 2011 éclate, loin des partis et des appareils politiques, un ensemble de mouvements
révolutionnaires portés par "la société d'en bas", les mouvements de jeunesse, d'ouvriers, etc. Ces
révolutions singulières, émanant de la population et surfant sur les réseaux sociaux, se déroulent en
Tunisie et en Egypte (où les syndicats, moteurs traditionnels, sont considérés comme liés au pouvoir)
ainsi qu'en Syrie, Lybie, etc.

L'élément déclencheur est la Tunisie du 17 décembre 2010 : le suicide par le feu d'un vendeur à la
sauvette devant la préfecture de Sidi Bouzid, provoque une réaction des foules, que ni le parti
islamiste En-Nahda (le seul véritable parti d'opposition organisé, fondé en 1981 et interdit depuis
1989 et réfugié à Londres), ni le syndicat UGTT (Union générale tunisienne du Travail) n'ont organisé
(et qui s'y rallient tardivement). Rapidement, la pression populaire devient ingérable et le président
tunisien Ben Ali, sur la suggestion de l'armée, prend la fuite le 14 janvier 2011. Cette révolution
trouve immédiatement des échos en Egypte : dans une société apparemment calme, une
contestation s'est organisée autour de la question de la succession de Hosni Moubarak... qui doit
être, après des élections, assurée par son fils Gamal. L'armée elle-même se montre hostile à cette
succession dynastique. Une manifestation s'organise pour le 25 janvier 2011, sur la place Tahrir, au
Caire. L'occupation de la place dure 18 jours, jusqu'à ce que l'armée lâche le président, qui
démissionne le 11 février.

Ces mouvements ont des prémices anciens : révolution tunisienne de 1861/1864 (avec une
constitution), révolution nationaliste égyptienne du colonel Ahmed Urabi (1879/1882), etc. La
révolution existe déjà dans les mémoires nationales. Ils trouvent leur origine dans le constat,
notamment du point de vue de la jeunesse, d'une société bloquée. En Tunisie comme en Egypte,
l'opposition politique traditionnelle - islamiste ou syndicale - est dépassée : ce mouvement trouve
son origine dans un militantisme nouveau, forgé dans les années 90 dans le cadre des associations de
bienfaisance : très surveillées, apolitiques, elles répondent alors aux insuffisances de l'Etat dans
divers domaines (éducation caritatif, etc.). Les acteurs de ces associations, confrontés au problème
(corruption, prévarication, etc.) des différents Etats, se transforment peu à peu en militants, avec un
54

discours politique, tel la Ligue tunisienne des droits de l'homme. En effet, les accusations de
corruption liée au régime et d'arbitraire policier se répandent avec des échos dans les médias
(chaînes satellitaires tel la chaîne qatarie Al Jazeera, qui répercute informations et images dans tout
le monde arabe, cinéma contestataire, etc.) : le rôle des médias, et particulièrement des réseaux
sociaux dans la propagation de l'information comme dans la mobilisation est essentiel, y compris en
Tunisie, alors même que le contrôle des médias est beaucoup plus fort (l'un des premiers gestes du
gouvernement provisoire tunisien est la suppression du ministère de l'information). Certes, les
dynamiques sont différentes, même si elles soulignent le contraste ville/campagne. En Tunisie, la
révolution, partie du Sud rural, gagne le Nord et les classes moyennes. En Egypte, l'épicentre de la
révolution est le Caire, puis le mouvement s'étend. Les conditions économiques sont également
proches. Dans l'Egypte d'Hosni Moubarak, un tournant économique libéral, depuis 1991, puis
renouvelé à partir de 2004, a fragilisé le secteur public, touché par de grandes grèves dès 2007. Elles
venaient en écho aux manifestations d'étudiants de 2003, et plus largement d'une jeunesse qui se
sent écartée. Et lorsque le mouvement du 6 avril naît en 2008 dans le milieu ouvrier industriel (dans
la région du delta du Nil, où se trouve de grandes industries), il est rapidement relayé. Il en va de
même en Tunisie, avec les révoltes de 2008 dans le bassin minier de Gafsa, et leur répression, très
brutale, dans un contexte de crise sociale et économique, avec le constat d'une économie confisquée
par le régime.

Ces révolutions sont dans un premier temps observées avec curiosité et sympathie : on parle des
"printemps arabes" en les comparant avec 1848 (révolution venue "d'en bas" pour un changement
politique et social). Mais les lendemains de la révolution ne sont toutefois pas aussi satisfaisants et
posent la question de la transition (que faire après la révolution ?) : un gouvernement provisoire
tunisien est fondé le 16 janvier, mais sa représentativité est contestée, et ce d'autant plus que
d'anciens membres du régime précédent y figurent. La tension persiste dans la rue, en dépit des
efforts du gouvernement provisoire pour favoriser l'apaisement par des mesures symboliques
(amnistie, saisie des avoirs du clan Ben Ali, etc.), tandis que l'armée se pose en garante de la
révolution... De nouvelles émeutes éclatent à diverses reprises, jusqu'aux élections à l'assemblée
constituante, en octobre, dans un climat encore tendu, et d'ailleurs, le syndicat majoritaire (l'UGTT)
est largement représenté dans ces réactions. En Egypte, la situation est différente : le pouvoir revient
à l'armée, qui va le conserver durant un an et demi, en suspendant la constitution ainsi que le
Parlement, pour assurer la transition. Une commission en charge de la réforme de la Constitution est
mise en place, qui rend son rapport, soumis à un referendum le 19 mars. L'armée annonce alors le
transfert des pouvoirs législatifs, puis présidentiels, à l'issue des élections ad-hoc. Si la contestation
politique persiste sur la place Tahrir, elle se déplace peu à peu dans le domaine social et sous la
55

forme de grèves. Mais dans le contexte de l'après Moubarak, les tensions communautaires, en germe
dans la période précédente, explosent, les mouvements salafistes organisent des émeutes qui
tournent au pogrom contre la communauté copte (chrétienne)

L'aboutissement des élections surprend les observateurs occidentaux : En Tunisie, c'est le parti
islamiste En-Nahda de Rachid Ghannouchi qui sort vainqueur des élections du 23 octobre 2011, un
parti proche des frères musulmans comme de l'AKP turque. Il en va de même en Egypte avec
l'élection de Mohamed Morsi, un membre de la confrérie des frères musulmans, au pouvoir le 24 juin
2012. Dans les deux cas, le parti islamiste a joué le jeu de la transition et soutenu le processus. Mais
dans le cas égyptien, l'armée reprend la main dans un coup d'état le 3 juillet 2013, dans un contexte
de tension sociale provoqué par la dérive autoritaire du gouvernement Morsi. Quant à la Tunisie, les
lendemains de révolution et l'avènement d'En-Nahda n'ont pas fait disparaître les tensions entre
libéraux et islamistes. Au final, les révolutions débouchent dans ces deux pays sur une
reconfiguration des rapports entre l'Islam politique et la nation, non sans complexités.

Conclusion

Des révolutions du XVIIe siècle à celles du XXIe siècle, on voit que la notion même de révolution est
floue, qu'elle peut se faire sans (trop) de violence, et affecter de manière diverses les sociétés. Du
point de vue historique, on constate qu'il existe, entre les révolutions, des parallélismes et des
éléments communs, ainsi qu'une généalogie. Chaque révolution sert de modèle à la suivante, et se
définit par rapport à elle ou contre elle, tant le principe même de révolution suppose un discours de
la méthode. En outre, la révolution est un phénomène qui peut s'exporter, se théoriser voire devenir
l'élément d'une lecture de l'Histoire, ou bien une stratégie politique en soi. Les révolutions ont de fait
des ambitions amples, à commencer par la volonté de créer une société meilleure, mais entre les
espoirs et la réalité, on voit qu'il existe des abîmes qui engloutissent nombre de révolutionnaires. Le
principe de la terreur employée pour sauver la révolution est récurrent et légitime bien des
dictatures. Ce qui fait que la révolution a aussi une mémoire, qu'il faut interroger, selon le type de
sociétés qu'elle promeut : elle définit des camps, des courants, des partis qui se revendiquent de tel
ou tel aspect. A cet égard, la révolution est également l'une des matrices de l'identité politique au
XIXe puis XXe siècle, une identité qui persiste.