Vous êtes sur la page 1sur 4

L'alternateur

Nous allons détailler l'alternateur, car cette génératrice est particulièrement intéressante. N'hésiter
surtout pas à faire des tests, ci-dessus notre banc d'essais: alternateur à gauche et un moteur de
machine à laver à droite pour entrainer. Utilisez de préférence un moteur courant continu pour pouvoir
tester facilement l'alternateur à différents régimes. Pour vos tests, utilisez le récepteur, car la tension à
vide n'a rien à voir avec la tension avec charge !

Les caractéristiques:

L'alternateur triphasé convertit une énergie mécanique de rotation en trois tensions identiques
décalées d'un tiers de période:

L'alternateur est composé de deux parties: le rotor et le stator. Le stator porte les 3 enroulements
induits sièges des 3 courants alternatifs décrits par l'oscillogramme précédent. Le rotor porte
l'enroulement inducteur. Il est constitué d'un enroulement parcouru par le courant d'excitation continu.
Il faut apporter le courant à l'inducteur par l'intermédiaire de bagues et de balais comme moteur à
courant continu (il faut changer les charbons de temps en temps ce qui constitue tout de même
inconvénient pour une éolienne). Les 3 tensions alternatives sont induites par la rotation du champ
magnétique du rotor. On dit qu'un alternateur a p paires de pôles, soit 2p pôles, où 2p est égal au
nombre d'encoches du stator divisé par 3.

Quelques formules:
ω = f / Npaires de pôles

 f: fréquence en Hz;
 ω: tr.s-1

 Cette formule est aussi bien valable pour une machine asynchrone triphasée en
fonctionnement moteur ou générateur. Vous pouvez donc utiliser la fréquence pour connaître
la vitesse de rotation de l'alternateur (cette technique est d'ailleurs employée sur les voitures
diesel actuelles pour le compte tours)

U = K'.Ns.φ
 U: tension en sortie d'alternateur
 K': constante dépendant des caractéristiques de la machine

 Ns: vitesse de rotation du rotor en tr.s-1

 φ: flux d'induction magnétique (Wb) proportionnel à la tension d'excitation.

 Cette formule met en évidence des relations de proportionnalité qui nous servirons par la
suite.

Un alternateur de voiture délivre une tension d'environ 12V aux environ de 1000 tr.min -1. Mais on
peut estimer que les pales d'une mini-éolienne "bricolée" tournent de 100 tr.min -1 à 250tr.min-1! Donc
même en utilisant un multiplicateur, et/ou en modifiant l'alternateur, par vent faible on ne peut
qu'espère une production électrique faible. On va commencer à trouver des solutions dès maintenant.

Adapter l'énergie électrique

Notre but était d'éclairer une cabane. Mais pour simplement faire rougir une ampoule, il faut une
intensité relativement importante. De plus, on ne peut pas seulement s'éclairer lorsqu'il y a
suffisamment de vent. L'emploi d'une batterie peut alors résoudre en partie ces deux problèmes. Pour
comprendre, il faut raisonner en terme de différence de potentiel. Voici les deux cas:
 Si Ualternateur < Ubatterie: Rien ne se passe. En effet le courant ne peut pas remonter, car le
redresseur l'en empêche.
 Si Ualternateur > Ubatterie: la batterie se recharge, ou s'entretien si le courant est vraiment faible.

En somme, si l'on recharge une batterie, pour éclairer indirectement, il nous suffit juste d'avoir une
différence de potentiel ! Cela nous oblige à transformer les 3 tensions alternatives en continu. On
utilise pour cela un redresseur (pour l'instant mis à part la différence de vitesse de rotation, les
conditions d'utilisation de l'alternateur sont inchangées.)

Si vous faîtes des tests avec une batterie de voiture, attention au court-circuit. Une telle
batterie peut fournir 3 à 400A. Autant dire que les fils vont fondre, et vous serez alors exposer à des
projections de métal en fusion ! Pour éviter cela, je vous recommande d'utiliser un fusible ou un
disjoncteur (les disjoncteurs 12V ne sont pas faciles à trouver).

Si vous souhaitez rester en alternatif, veiller à équilibrer la consommation électrique sur les trois
phases. Enfin pour ceux qui aimeraient relier leur éolienne au réseau électrique, sachez que c'est une
autre affaire ! Voyer sur ce site (c'est vraiment intéressant)

Réguler la tension

Le problème est de garder une certaine maîtrise de la tension produite, surtout s'il l'on veut charger
une batterie ! En effet, d'après cette formule U=K'.Ns.φ on sait que la tension U est proportionnelle à
la vitesse de rotation. Sur les voitures, on utilise un régulateur (souvent fixé sur l'alternateur, sauf sur
les vieilles (exemple: les 304)). Ils sont câblés de cette manière:

Comment fonctionne le régulateur ? Toujours d'après la même formule, U est proportionnelle au


flux magnétique. Le régulateur joue sur le courant d'excitation en faisant varier le rapport cyclique
(Vmoy excitation = R x U), pour adapter le champ magnétique.

Remarque: Ce schéma présente un défaut: le rotor est toujours alimenté même si la vitesse de
rotation n'est pas suffisante pour pouvoir recharger la batterie. On pourrait prévoir une coupure de
l'excitation en cas de vent trop faible.