Vous êtes sur la page 1sur 31

Grammaire française I 1 Unité 5 : Le déterminant

UNITÉ 5 : LES DÉTERMINANTS


Contenus :
1. Actualisation et réalisation.
2. Les classes de déterminants, l’absence des déterminants.
3. Les articles. Formes, syntaxe et valeur sémantique.
4. Les adjectifs possessifs. Formes, syntaxe et valeurs sémantiques.
5. Les adjectifs démonstratifs. Formes, syntaxe et valeurs sémantiques.
6. Les adjectifs relatifs. Formes, syntaxe et valeurs sémantiques.
7. Les adjectifs exclamatifs et interrogatifs. Formes, syntaxe et valeurs sémantiques.
8. Les prédéterminants et les postdéterminants. :
8.1. Les adjectifs indéfinis. Formes, syntaxe et valeurs sémantiques.
8.2. Les adjectifs numéraux. Formes, syntaxe et valeurs sémantiques.

Bibliographie :
♦ Baylon Ch., Fabre P. (1975) : Grammaire systématique de la langue française , Paris, Nathan.
♦ Blois J., Bar M. (1973) : Notre langue française Grammaire, Paris, Didier.
♦ Capelle G., Frérot J.-L. (1979) : Grammaire de base, Hachette.
♦ Denis D., Sancier-Château A., Huchon M. (1997) : Encyclopédie de la grammaire et de l’orthographe , Paris,
Librairie Générale Française, Le livre de poche.
♦ Grevisse M., Goose A. (1986) : Le bon usage, Ed. Duculot.
♦ Mercier-Leca F. (1998) : Trente questions de grammaire française, Éditions Nathan Université.
♦ Poisson-Quinton S., Mimran R., Mahéo-Le Coadic M. (2002) : Grammaire expliquée du français, niveau
intermédiaire, Clé.
♦ Tomassone R. (1996) : Pour enseigner la grammaire, Delagrave.

1. Actualisation et réalisation
Dans le lexique d’une langue, les substantifs n’indiquent que des généralités : table ne désigne pas un
objet particulier, mais tous les objets que cette étiquette peut recouvrir ; les substantifs sont disponibles dans le
lexique: mémorisés par le sujet parlant, classés dans le dictionnaire. Ils appartiennent au plan paradigmatique.
Lorsqu’on parle, on fait entrer ces substantifs dans une chaîne parlée où ils s’inscrivent dans un ordre,
celui demandé par les règles de la syntaxe ; ils entrent alors dans le plan syntagmatique. Ce passage de la
langue au discours est appelé actualisation.
Une fois passés dans le discours, les substantifs peuvent, ou bien continuer à désigner des généralités, ou
bien désigner des individus ou des objets précis ; ils peuvent être virtuels, comme dans la langue, ou bien réels
selon l’opposition :
L’arbre est le plus bel ornement de tout jardin.
Cet arbre reste vert en toute saison.
Le passage du virtuel au réel est appelé réalisation.

2. Classes de déterminants
Le déterminant est un mot qui varie en genre et en nombre, genre et nombre qu’il reçoit, par
le phénomène de l’accord, du nom auquel il se rapporte. (Le déterminant possessif varie en outre en
personne.)
Le déterminant transforme n’importe quel mot, n’importe quel élément (syntagme, phonème, lettre, etc.)
en nom : On a compté les peut-être de Renan. Vos g ressemblent à des têtards.
Grammaire française I 2 Unité 5 : Le déterminant

Le déterminant permet de distinguer le genre et le nombre des noms qui ne varient pas en genre et en
nombre : Un élève, une élève ; un cours, des cours.

2.1. Espèce de déterminants


Le déterminant minimal est l’article, en ce sens que les autres déterminants ajoutent une indication
supplémentaire : une localisation (démonstratif), un rapport avec un être ou une chose (possessif), un nombre
(le numéral), une quantité imprécise, etc. (indéfini), le fait que l’on pose une question portant sur le nom
(interrogatif) ou qu’on manifeste un sentiment vif à propos de la réalité désignée par le nom (exclamatif) ou que
le nom a déjà été mentionné dans la phrase (relatif).

2.2. Combinaison de déterminants


On n’emploie pas simultanément deux déterminants appartenant à la catégorie de l’article, du possessif,
du démonstratif, de l’interrogatif, de l’exclamatif, du relatif.
Les numéraux et certains indéfinis peuvent s’employer sans autre déterminant, mais ils peuvent
aussi être accompagnés d’un article défini, d’un possessif, d’un démonstratif : les deux femmes, ces quelques erreurs,
mes trois amis.
Le jeu des combinaisons possibles entre déterminants amène à opposer deux classes distinctes : les
déterminants spécifiques et les déterminants secondaires. Les déterminants spécifiques ne peuvent en aucun
cas se combiner entre eux. On regroupe dans cette catégorie les articles, les possessifs, les démonstratifs et
l’interrogatif quel. *la ma robe s’est déchirée. Les déterminants secondaires peuvent, pour la plupart, se
combiner avec les déterminants spécifiques : J’ai lu tous les livres que tu m’as prêté, mais on peut parfois les rencontrer
seuls devant le nom : j’ai lu plusieurs livres. Enfin, certains peuvent se combiner entre eux : plusieurs autres livres me
feraient plaisir. Appartiennent à cette classe des déterminants secondaires les adjectifs indéfinis et les adjectifs
numéraux. On y rattachera encore les déterminants à base adverbiale : beaucoup de, trop de, peu de, assez de,
suffisamment de, plus de, moins de ; Il connaît beaucoup de personnes. Il a assez de farine.)

2.3. Place des déterminants


Le déterminant est placé avant le nom, et avant l’épithète, s’il y en a une devant le nom : trois enfants, trois
jeunes enfants. Le déplacement du « déterminant » entraîne une modification de son rôle : de déterminant, il
devient alors adjectif qualificatif :
Différents étudiants l’attendaient (= déterminant)
Des étudiants différents l’attendaient (= adjectif qualificatif)

Lorsqu’un déterminant numéral ou indéfini est accompagné d’un article, d’un possessif ou d’un
démonstratif, le numéral ou l’indéfini sont placés immédiatement devant le nom (postdéterminants), à
l’exception de tous (prédéterminant): mes trois frères, ces quelques volumes. Mais tous les enfants, toute la maison.

2.4. Répétition du déterminant dans la coordination


a) D’ordinaire, le déterminant se répète devant chacun des noms coordonnés : Voici des fruits, des fleurs et des
branches.
Le déterminant est répété si deux termes sont juxtaposés : Rendre à ce mot toute l’étendue, toute l’ampleur de
sa signification première.
Mais le déterminant ne se répète pas :
Grammaire française I 3 Unité 5 : Le déterminant

- Quand les noms désignent un seul être ou objet : ce collègue et ami. J’ai rencontré deux collègues et amis.

- Quand le second nom est l’explication du premier : l’onagre ou âne sauvage.

- Quand les noms forment un tout étroitement uni, surtout dans des expressions traditionnelles : les
officiers, sous-officiers et soldats. Leurs amis et connaissances.
b) La coordination peut concerner des adjectifs se rapportant à un seul nom.
- Il y a une seule réalité (ou un seul ensemble). Le déterminant n’est exprimé qu’une fois (usage
ordinaire) : C’est le fils de la charmante et triste Octavie.
- Il y a plusieurs réalités distinctes (ou plusieurs ensembles distincts), ayant chacune son épithète :
i. Le déterminant est répété (usage ordinaire) : Il y a une bonne et une mauvaise honte. Il y a de bons et de
mauvais moments.
ii. Le déterminant n’est pas répété : Jusqu’à la troisième et quatrième génération. Les noms de l’antiquité hébraïque,
grecque et latine.

2.5. Accord du déterminant


Le déterminant s’accorde en genre et en nombre avec le nom qu’il détermine : ma sœur, mes
frères, ce palais.
Dans le cas, relativement rare, où un seul déterminant sert pour plusieurs noms, l’accord se fait comme
pour l’épithète : le déterminant se met d’ordinaire au pluriel ; le genre est celui des noms, si ceux-ci ont le même
genre ; sinon, le déterminant est au masculin : tes père et mère honoreras. On lui a demandé ses nom, prénoms et qualités.

2.6. Absence de l’article


2.6.1. Absence de l’article avec des noms communs
1. L’article est absent d’ordinaire devant le nom attribut lorsqu’il exprime simplement une qualité
(comme le fait l’adjectif) : Il est avocat. Je vous en fais juge.
2. L’article est absent d’ordinaire devant les noms servant de compléments de caractérisation d’un
autre nom : Une table de marbre. Un adverbe de lieu. Une mesure de longueur. Des bateaux à voile. Une robe à fleurs.
3. L’article est absent d’ordinaire devant les noms de jours et de mois, ainsi que devant midi et
minuit : Venez mardi. Décembre est revenu. Cependant on met l’article quand les noms de mois et de jours
sont accompagnés d’un modificateur : le premier dimanche du mois. Le mardi 17 juin. L’article se met aussi
devant les noms de jours quand on indique un fait qui se répète : Venez le mardi (= tous les mardis). On ne
travaille pas le dimanche.
4. L’article est absent dans un grand nombre d’expressions figées, surtout des syntagmes verbaux et des
syntagmes prépositionnels : avoir peur, avoir raison, donner congé, donner ordre, prendre fait et cause, rendre justice,
garder rancune, imposer silence, prendre patience, tenir parole, demander pardon ; avoir à cœur, aller à cheval, passer à gué,
avec soin, sans gêne, sous clé, perdre de vue, être en province, par hasard, contre nature, sauf correction, affirmer sous
serment…
5. L’article est souvent absent dans le style proverbial (proverbes, comparaisons et autres expressions
traditionnelles et sentencieuses) : Noblesse oblige. Blanc comme neige. Pierre qui roule n’amasse pas mousse.
6. L’article est assez souvent absent dans les énumérations : Boulets, mitrailles, obus, mêlés aux flocons blancs.
7. L’article manque ordinairement devant les noms qui se désignent eux-mêmes : Amour est parfois
féminin
Grammaire française I 4 Unité 5 : Le déterminant

8. L’article est souvent absent dans les rhèses servant d’inscription, de titres d’ouvrages,
d’adresses : Maison à vendre. Précis d’arithmétique. Monsieur Dupont. L’article reparaît souvent devant les titres
quand ils sont intégrés à une phrase : on peut lire dans la Bible… dans le Code Civil…
9. L’article est absent après certaines prépositions pour former des locutions adverbiales ou des
compléments de manière : Il a agi avec rapidité (=rapidement). Dans une bibliothèque, on travaille en silence
(=silencieusement). Il ne se déplace qu’en avion. Il roulait à bicyclette sur des chemins de terre. Ils se sont rendus à l’invitation
en tenue de soirée.

2.6.2. Noms propres et articles


Les noms propres de personnes, prénoms ou noms de famille, sont suffisamment déterminés par eux-
mêmes et ils se passent d’ordinaire de l’article : J’ai rencontré Jean. Dupont est venu me voir.

2.6.2.1. Les noms de villes


Les noms de villes se construisent sans article, sauf quand il s’agit de distinguer un aspect de la ville (le
nom a des modificateurs : adjectifs, compléments prépositionnels, etc.): Visiter Paris. Visiter le vieux Paris. Le Paris de
la rive gauche.

2.6.2.2. Les noms d’îles


Certaines îles, qu’on assimile à des noms de ville, ne sont pas précédées d’un article.
Bornéo (f) Ceylan (m) Chypre (f) Cuba (m) Trinidad et Tobago (f)
Formose (f) Grenade (f) Hawaii (m) Java (f)
Jersey (f) Madagascar (f) Majorque (f) Malte (f)
Oléron (f) Saint-Vincent (m) Sainte-Lucie (f) Santa Cruz (f)
Sri Lanka (m) Tahiti (f) Taiwan (m) Terre-Neuve (f)

Certaines îles, qui sont des noms de pays féminins ou qu’on assimile à de tels noms, sont précédées
de l’article la.
la Corse la Crète la Grande-Bretagne l’Irlande l’Islande
la Nouvelle-Calédonie la Nouvelle-Zélande la Sardaigne la Sicile

Certains noms d’archipels (groupes d’îles) sont pluriels et sont précédés de l’article les.
les Bahamas (f) les Seychelles (f) les Fidji (f) les Tonga (f)
les Salomon (f) les Antilles (f) les Nouvelles-Hébrides (f)

On peut hésiter sur la préposition à employer devant un nom d’île. Pourquoi dit-on en Corse, en Crête,
mais à Cuba, à Chypre? Le sujet est complexe et l’usage semble capricieux, mais il est néanmoins possible de dégager
certains principes généraux.
La préposition à entraîne une vision ponctuelle du lieu, tandis que en suppose une vision du lieu
dans son étendue. C’est pourquoi à est souvent utilisée devant les noms d’îles : le lieu est alors vu comme
un petit point sur le globe, qu’il s’agisse d’une île objectivement petite ou bien grande mais éloignée du locuteur.
Cet éloignement est bien sûr relatif, selon qu’on se situe en Corse, à Terre-Neuve, à la Réunion ou à Tahiti; mais
on devine qu’il a, au départ, été exprimé du point de vue d’un locuteur de France…
On emploie habituellement la préposition à devant le nom féminin des petites îles proches (d’un
point de vue européen) : à Jersey, à Belle-Île, à Chypre. À est également utilisé devant le nom des grandes îles
éloignées : à Madagascar, à Cuba, à Malte. Enfin, on emploie généralement à la devant le nom féminin des
petites îles éloignées, et aux devant les noms au pluriel : à la Guadeloupe, à la Martinique, à la Réunion, aux
Grammaire française I 5 Unité 5 : Le déterminant

Canaries, aux Antilles, aux Baléares. Cependant, l’usage est très fluctuant quant aux noms d’îles qui comportent
un article : on dit aussi correctement en Guadeloupe, en Martinique.
Les Casque bleus sont-ils toujours présents à Chypre? À Madagascar, on parle le malgache et le français.
La danse à Tahiti est un art raffiné aux multiples fonctions. Elle a gagné un voyage à la Martinique. (ou : en Martinique)

On emploie en devant le nom féminin des grandes îles qui sont assimilées à des pays :
En Islande, en Sardaigne, en Nouvelle-Guinée.
Elle a toujours souhaité aller en Irlande, le pays de ses ancêtres.
Bienvenue en Corse!
Son frère s’est établi en Nouvelle-Calédonie.

2.6.2.2. Les noms de continents, de pays


Les noms de continents, de pays, de provinces, de régions, de montagnes, de mers, des cours d’eau, etc.,
prennent l’article défini : L’Amérique, la France, la Bourgogne, les Vosges, la Méditerranée, la Loire.
Joseph connaît bien la France.
Le Canada fait partie de l'Amérique du Nord.
La vue sur les Laurentides est magnifique à cet endroit.
Le Saint-Laurent est l'un des plus grands fleuves du monde.
Quelques noms de pays s'emploient cependant systématiquement sans article
Andorre Haïti Maurice Sainte-Lucie Sao Tomé-et-
Bahreïn Israël Monaco Saint-Marin Principe
Chypre Kiribati Nauru Saint-Vincent-et- Trinité-et-Tobago
Cuba Madagascar Oman les-Grenadines
Djibouti Malte Panama
Mireille revient demain de Cuba.
Étienne n'est jamais allé à Haïti.
Cet homme est le premier ministre d'Israël.

Les noms des pays qui se terminent par un –e sont féminins, sauf l'Arctique, l'Antarctique, le Cambodge, le
Mexique, le Zaïre, le Zimbabwe.
l’Algérie l’Espagne la Bulgarie la Malaisie la Suisse
l’Allemagne l’Éthiopie la Colombie la Mauritanie la Tanzanie
l’Angleterre l’Inde la Côte-d'Ivoire la Norvège la Tchéquie
l’Arabie Saoudite l’Irlande la Finlande la Nouvelle-Zélande la Thaïlande
l’Argentine l’Islande la France la Pologne la Tunisie
l’Australie l’Italie la Grèce la Russie
l’Autriche la Syrie la Hongrie la Slovaquie
l’Égypte la Belgique la Libye la Suède

Les noms des pays qui se terminent par une consonne ou par —a, —i, —o, sont masculins, sauf la Haute-Volta
l'Afghanistan le Chili le Japon le Nicaragua le Sénégal
le Bénin le Congo le Kenya le Niger le Soudan
le Botswana le Costa Rica le Koweït le Nigeria le Surinam
le Brésil le Danemark le Lesotho le Pakistan le Tchad
le Burkina Faso l'Équateur le Liban le Paraguay l'Uruguay
le Burundi le Gabon le Libéria le Pérou le Venezuela
le Cameroun le Ghana le Luxembourg le Portugal le Vietnam
le Canada l'Iran le Mali le Qatar le Zaïre
le Cap-Vert le Honduras le Mozambique le Salvador le Zimbabwe

Même si la plupart des noms de pays (ou de continents, de provinces) sont généralement précédés d'un
article, cet article a tendance à être omis dans certains contextes. C’est le cas lorsqu'un nom de pays
singulier féminin ou masculin commençant par une voyelle est précédé de la préposition de marquant
l'origine ou la préposition en marquant la destination.
Elle accompagnera le président lors de sa mission en Chine. Du fromage de Hollande.
En Italie, manger des pâtes s’avère une expérience culturelle. Nos amis d’Ontario nous ont envoyé une lettre.
Des émeutes ont éclaté en Hongrie. Le conjoint de Pauline est originaire du Congo.
La cousine d'Éric est rentrée d’Amérique hier. Ces meubles viennent des États-Unis.
Alexandre aime beaucoup les vins de France et d'Espagne.
Grammaire française I 6 Unité 5 : Le déterminant

Lorsque le nom est masculin et commence par une consonne ou qu’il est pluriel, l’article est
maintenu.
Le célèbre écrivain a été arrêté au Brésil. Ils se sont rencontrés au Salvador.
C’est au Chili qu’aura lieu le championnat mondial. L’exposition vous permettra de suivre les traces de Tintin au Pérou.

Cette règle ne s'applique cependant que lorsque la préposition de marque l'origine. Lorsqu'elle marque
un autre rapport, un article s'insère entre le nom de pays et la préposition.
Le drapeau bleu, blanc, rouge est l’emblème de la France.
Cet été, nous visiterons le Centre des sciences de l’Ontario.
Le premier ministre de la Grande-Bretagne s'est adressé à la nation.
L'économie de l'Indonésie est en croissance.
Le gouvernement de la Tunisie est instable.

Tableau récapitulatif
Lieux Masculin Féminin (et masculin commençant Pluriel
par voyelle)
Continents Préposition + article Préposition (sans article) Préposition + article
Pays aller au Congo aller en France, en Iran aller aux Pays-Bas
venir du Mexique venir de Suisse, d’Afrique, d’Irak venir des Etats-Unis
Îles Petites îles européennes et grandes îles Archipels, groupes d'îles:
distantes d'Europe ou îles d'États: Préposition + article
Préposition (sans article) aller aux Baléares
aller à Chypre, à Malte venir des Seychelles
venir de Madagascar
Petites îles distantes d'Europe :
aller à la Réunion, à la Martinique
venir de Guadeloupe
Grandes îles européennes :
Préposition (sans article)
aller en Crête
venir de Sardaigne
Départements Préposition + article Préposition + article Préposition + article
Zones aller dans le Massif central aller dans la Creuse, dans l'Aude aller dans les Alpes
géographiques aller dans l’Hérault venir de la Lozère, de l'Eure venir des Hauts de Seine
venir du Jura, de l’Ain
Régions Préposition + article aller en Île-de-France aller dans les pays de la Loire
Provinces États aller dans le Béarn venir de Californie venir des pays de la Loire
venir du Périgord venir d'Aquitaine
venir de l’Oregon Exceptions :
aller dans la région Midi-Pyrénées
venir de la région Rhône-Alpes
Villes Préposition (sans article)
aller à Madrid
venir de Rome, d'Helsinki

Exercices
1. Mettez l’article et la préposition convenables.
1. Ils sont déjà revenus________ Canada.
2. Nous partons ________ Paris.
3. Ils travaillent actuellement ________ Valence, ________ Drôme.
4. Il est né ________ Mexique.
5. Ils ont fait leur voyage de noces ________ Jamaïque.
6. Il a fait ses études ________ Afrique, ________ Ouagadougou.
7. Elle est arrivée ________ États-Unis en 1970.
8. Ils passent leurs vacances ________ Avignon.
9. Ils partiront ________ Birmanie en août pour aller ________ Grèce.
Grammaire française I 7 Unité 5 : Le déterminant

10. Nous revenons ________ Maroc où nous avons passé d'excellentes vacances.
11. Elle s'en va ________ Québec rejoindre son mari.
12. Ils ont acheté une petite maison ________ Riom ________ Auvergne.
13. Ils se sont mariés ________ Pays-Bas, ________ Amsterdam.
14. Cette course a lieu chaque année ________ Le Mans.
15. Claude fait son service militaire ________ Guadeloupe.
16. Ils sont partis camper ________ Corse.
17. ________Espagne comme ________ Portugal, les automobilistes roulent à droite.
18. En France, on importe beaucoup plus de café ________ Brésil que ________ Nouvelle-Guinée ou
________ États-Unis.
19. C'est ________ Australie qu'on trouve le plus de kangourous.
20. Ils ont décidé de s'installer ________ Arles.
21. Ils importent la plupart de leur pétrole ________ Qatar.
22. Elle retournera ________ Irlande ou ________ Danemark dès qu'elle en aura l'occasion.
23. C'est en campant ________ Pyrénées qu'ils ont vu des ours.
24. Il existe un Montpellier ________ l'Hérault ________ France et un Montpelier ________ le Vermont
________ États-Unis.

2. Complétez avec l’élément pertinent


1. Vous connaissez ________ Finlande?
2. Le Danemark n'est pas loin ________ Belgique.
3. Elle revient ________ Portugal. Nous retournons ________ Brésil.
4. Il parle ________ Mexique comme s'il y avait vécu toute sa vie.
5. Il ne connaît pas encore ________ Israël.
6. ________ Corse et ________ Baléares sont des îles très fréquentées par les touristes.
7. Elle se souvient ________ Chine d'avant Mao.
8. Ils partent ________ Thaïlande.
9. Ce vase provient ________ Chine.

3. Complétez la phrase suivante en remplaçant le tiret, selon le cas, par en, au, aux, à la, à
Nous avons des correspondants - Suisse, - États-Unis, - Argentine, - Martinique, - Corse, - Canada, - Iran, -
Madagascar, - Uruguay.

4. Complétez avec l’élément pertinent.


1. Ma famille habite ________ Mexique.
2. Pour les vacances, vous allez toujours ________ Italie.
3. J’aime voyager ________ Chili.
4. Tu veux aller ________ Philippines avec moi ?
5. Pourquoi tu déménages ________ Iran ?
6. Qu’est-ce que tu aimes ________ États-Unis ?
7. Nori habite ________Kobe ________ Japon.
8. Vous émigrez ________ Pays Bas, ________ Amsterdam ou ________ La Haye ?
Grammaire française I 8 Unité 5 : Le déterminant

9. Les gens sont très sympathiques ________ Argentine.


10. ________ Chine, on travaille beaucoup, surtout ________ Shanghai.
11. Es-tu déjà allé ________ Yémen ?
12. Marc étudie ________ Belgique, ________ Bruxelles.

3. Les articles. Formes, syntaxe et valeur sémantique

3.1. L'article indéfini


3.1.1. Formes et syntaxe de l’article indéfini
Un, une des

Remarques :
Les articles indéfinis (de même que les articles partitifs) sont, dans certains cas, réduits à de, d’ :
- Quand le nom est précédé d’un adjectif épithète : de jolies maisons. Avec de fortes moustaches. En faisant de
plaisantes grimaces. De grosses larmes roulaient sur ses joues.
- Quand les adverbes de degré assez, beaucoup, combien, moins, plus, trop , etc., sont employés comme
déterminants indéfinis, c’est par de qu’ils sont unis au nom : Il reste en mon jardin bien peu de fruits. Il a eu beaucoup
de chance.
- Si le nom est accompagné par un complément ou par une proposition relative ou si l’article est
requis parce qu’il s’agit d’une réalité précise et connue, on a du, de la, de l’, des : Trop du vin (que vous
m’avez envoyé) est éventé. Il me reste peu de la laine (que vous m’avez fournie). Beaucoup des auditeurs étaient cyniques.
- Lorsqu’on transforme une forme affirmative en forme négative, on remplace par de les articles indéfinis
ou partitifs accompagnant un objet direct ou un sujet réel : Il boit du vin  Il ne boit pas de vin. Elle a des amis 
Elle n’a guère d’amis.
- L’article des disparaît devant le nom introduit par la préposition de . Il ne reste que de:
J’ai des outils mais J’ai besoin d’outils plus perfectionnés pour réparer l’électricité. *avoir besoin de des outils.
Elle portait des bottes en cuir mais Elle était chaussée de bottes en cuir. Le complément d’agent du verbe passif est
introduit par la préposition de : *être chaussée de des bottes.
Il se promène avec des amis américains mais Il se promène en compagnie d’amis américains. Le nom qui suit la locution
prépositive est introduit par la préposition de : *en compagnie de des amis.
Elle avait acheté des livres d’art mais Elle avait fait l’achat de livres d’art. *elle avait fait l’achat de des livres d’art.

Les articles indéfinis ou partitifs se maintiennent :


- Si la phrase a un sens positif : on ne saurait faire une omelette sans casser des œufs. N’avez-vous pas des amis pour
vous défendre ?
- Si la négation ne porte pas réellement sur le nom : on n’y voyait presque jamais des barques de pêche (=on y
voyait éventuellement des barques de pêche).
- Si le syntagme nié s’oppose à un autre syntagme de même fonction (négation partielle) : Elle n’a pas
demandé du vin, mais de la bière.

3.1.2. Valeurs de l’article indéfini


I. L’article indéfini s’emploie devant un nom qui désigne un être ou une chose dont il n’a pas encore été
question, qui ne sont pas présentés comme connus, comme identifiés. Autrement dit, on peut le définir comme
Grammaire française I 9 Unité 5 : Le déterminant

l'article de l'absence de notoriété: il désigne un objet réel mais mal défini, pas encore nettement identifié ; sa
valeur essentielle est de présentation. C’est-à-dire qu’on utilise les articles indéfinis lorsqu’on extrait un élément
d’un ensemble de référents et que l’élément extrait ne peut pas être identifié :
Un jeune homme de dix-huit ans, à longs cheveux et qui tenait un album sous le bras, restait auprès du gouvernail, immobile.
Une personne demande à vous voir.

II. Mais l'article indéfini peut accompagner un substantif actualisé, mais non réalisé, désignant une notion, un
concept, une catégorie, l’appartenance à une espèce ; il a alors une valeur généralisante :
Les freins sont importants sur un vélo. (Sur tous les vélos, sur la classe de vélos)
Un homme averti en vaut deux.
Un triangle équilatéral a les trois côtés égaux.

III. L'article indéfini a aussi d'autres valeurs : une valeur spécifiante ou particularisante ; en position
d'attribut ou d'apposition, le substantif se présente généralement sans article : si on en met un, le substantif,
qui marquait une qualification, marque alors une individualité.
Colmar, une ville alsacienne, attire de nombreux touristes.
Paul, un ami de Jacques, a déménagé.
Ils montrent une face humaine, et en effet ils sont des hommes.
Tu vas devenir un homme, mon enfant.

IV. La valeur emphatique (emploi stylistique) peut accompagner l'article indéfini ; à la valeur de réalisation,
s'ajoute alors l'expression de la qualité (un œil ! une beauté !) ou de la quantité (un monde !) - et par antiphrase :
une beauté (= un laideron). Le ton est évidemment important : un monde ! peut vouloir dire : a) beaucoup de monde;
b) une assemblée de gens remarquables ; c) une assemblée de gens peu recommandables.
Je suis allé à la soirée donnée par mes amis. On avait l’impression d’être dans le métro à six heures du soir. Il y avait un monde !
Je suis allé au stade. Un match !!

Exercices
1. Donner la valeur des articles indéfinis dans les phrases suivantes
1. Un soldat français ignore la fatigue.
2. Quel endroit magnifique! On a de l'air ici, et une vue !
3. Un homme allait de Jérusalem à Jéricho.
4. Je suis allé au stade hier : un monde ! un match !
5. Sur les bords d'un étang bleu, il y avait un âne.
6. Un sportif doit être sobre.
7. A la sortie de Béziers, une ville du Languedoc, nous avons manqué un virage et pan ! dans un arbre ! Un
choc terrible, un choc !
8. Je veux devenir un grand champion.
9. Il a un œil ! et pas maladroit avec ça : il ferait un bijou d'une pierre.
10. Maître Corbeau sur un arbre perché tenait en son bec un fromage.
11. Tu seras un homme, mon fils.
12. Un grand garçon ne pleure pas.
13. Vous dites ces choses avec une élégance !
14. Un chien ne trahit jamais son maître.

2. Complétez soit par des articles indéfinis, soit, chaque fois que c'est possible, par la préposition de
Grammaire française I 10 Unité 5 : Le déterminant

(ou d'). Justifiez votre choix.


1. Nous avons visité _______ magnifiques régions.
2. _______ nuages gris cachent le soleil.
3. Il ne voyait pas _______ solutions pour son problème.
4. Il a besoin _______ œufs pour le gâteau.
5. On voit un peu partout _______ arbres en fleurs.
6. Malgré _______ immenses difficultés, _______ ponts avaient pu être jetés sur les rapides.
7. Elle était entourée _______ animaux.
8. Sur nos arbres viennent se poser _______ rouges-gorges insouciants, _______ gros merles, _______
légères mésanges.
9. Il ne mange jamais _______ fruits.
10. Au cours de son voyage, elle avait fait la connaissance _______ personnes très intéressantes.

3.2. L'article défini


3.2.1. Formes et syntaxe de l’article défini
a) Formes simples : le, la, l’, les
b) Formes contractées : Lorsqu’ils sont précédés des prépositions à ou de, le et les se contractent avec celle-
ci : à + le  au ; à + les  aux ; de + le  du ; de + les  des. Appeler au secours. Parler aux voisins et aux voisines. Le
repas du soir. Parler aux enfants.
Du doit être distingué de l’article partitif du , et des doit être distingué de l’article indéfini ou partitif des.

3.2.2. Valeurs de l’article défini :


I. La valeur de base de l'article défini est l'expression de la notoriété.
Le référent est identifiable parce qu’il a été déjà présenté. L’article défini est alors en relation avec ce
qui précède (emploi anaphorique).
Un cavalier approchait. Devant le château, le cavalier s’arrêta.
Il y avait un homme sous la pluie. L’homme portait un costume noir.

Le référent est identifiable parce qu’il a fait partie d’un univers extralinguistique que tous les
locuteurs potentiels connaissent ou sont censés connaître.
Le soleil luit pour tout le monde. (Réalité faisant partie de l’expérience commune.)
L’archevêque de Paris. (Il y en a un seul.)
Le président présentera ce coir ses vœux au pays. (Le président du pays.)
Tu peux sortir le plat qui est dans le four ? (Le nom est déterminé par le contexte, il reçoit une expansion.)

II. L'article défini, dont la valeur de base est de marquer le substantif réel notoire, peut exprimer la réalisation la
plus complète, c'est-à-dire la localisation précise dans l'espace, qui en français est du ressort du
démonstratif (emploi déictique) :
Passe-moi la bouteille, s’il te plaît ! (=cette bouteille)
Tu peux fermer la fenêtre, s’il vous plaît !
Donne-moi la clé !
J’arrive à l'instant (à cet instant).
Tu ne peux pas me parler de la sorte ! (de cette sorte)
Grammaire française I 11 Unité 5 : Le déterminant

III. Cette valeur démonstrative et emphatique peut évidemment se charger de significations nuancées selon le
ton et exprimer toutes les nuances de l'ironie ou de la louange :
Le méchant bonhomme que voilà !
Bravo ! L'admirable réponse !
Oh ! Le beau tableau ! (ironie pour désigner une toile sans valeur).

IV. L'article défini connaît une valeur possessive qui découle de l'habitude : Le (= notre) boulanger. D'où des
constructions courantes mais familières : la voiture (= ma voiture). D'où aussi l'emploi de l'article défini pour
remplacer le possessif devant les substantifs qui désignent les parties du corps :
Va chercher le pain, s’il te plaît ! (Le pain qu’on achète chaque jour)
Je descends à grands pas vers le bar de la ville, le dos voûté, le coeur vidé, l'esprit fébrile.
Les enfants, brossez-vous les dents !
Avant de partir, il m’a cordialement serré la main.

V. L’article défini peut aussi s’employer quand on envisage une espèce, une catégorie, et non seulement un
individu ; il a alors une valeur généralisante :
La calomnie est un vilain défaut.
L'homme, les hommes (= le genre humain).
Le chien est l’ami de l’homme.
Le livre s’est répandu grâce aux progrès de l’imprimerie.

VI. L’article défini peut aussi s’employer avec une valeur distributive :
Fermé le (= chaque) lundi.
Dix euros la douzaine.
Il nous écrivait trois fois la semaine.

Exercices
1. Indiquez pour chaque des s'il est article défini contracté ou article indéfini
1. Et du bord des étangs venaient des frôlements doux, le froissement des roseaux.
2. Suit en caracolant l'escadron des porcs qui ressemblent à des sangliers et qui grognent.
3. Le monde des ambassadeurs marchait sur des parquets luisants, dans des salons lambrissés de miroirs.
4. Des collines au-dessus du fleuve descendait le chant fragile d'un rossignol.
5. Des points passaient sur le profil du rocher, collés à lui comme des mouches.
6. Toute la journée, des dépêches les informaient des variations dans le coût des transports.
7. Seules, entre tous les insectes, les fourmis ont des armées organisées et entreprennent des guerres
offensives.
8. Des lignes sinueuses de chênes se tordaient çà et là au bord des eaux mortes.
9. L'équinoxe de mars ne marqua pas exactement le début des douceurs printanières. Il y eut encore des
jours assez rudes.
10. Nulle part on n'est mieux qu'en wagon. Je parle des trains rapides.
11. De petits chênes naissaient au milieu des allées.

2. Indiquez si les mots en caractères gras sont des articles définis ou des pronoms personnels.
1. Entre les rochers assez âpres, les lagunes que laissait la mer gardaient de petits animaux trop lents qui
n'avaient pu la suivre
2. Mais Lissée, le sachant là, ne faisait pas mine de le remarquer et le cœur serré, rentrait à la maison où
l'’accueillaient les sourires et les haussements d'épaules méprisants de sa femme.

3. Indiquez les valeurs sémantiques des articles définis en caractères gras.


Grammaire française I 12 Unité 5 : Le déterminant

1. Les moissonneurs travaillaient, la face cuite par la réverbération des rayons.


2. Je fus présenté à lui par mon capitaine qui revenait à l'instant même.
3. Les deux mains tendues, comme un chef d'orchestre, il réglait les tractions de la chaîne.
4. Vingt sous la poignée, sans compter.
5. Sept ou huit garçons, les yeux bandés, poursuivaient à tâtons un malheureux cochon et cherchaient à le
saisir par la queue.
6. On a pris cette décision sans songer même à me consulter : j'ai trouvé le procédé peu élégant.
7. Le samedi soir, mes cousins bridgent régulièrement chez les mêmes amis.
8. Inutile de crier de la sorte : tu sais bien qu'il te faudra obéir.
9. Il revint à la maison l'air penaud, la chemise en lambeaux.
10. Il attendait une visite et, pour la circonstance, il avait mis une cravate.

3.3. L'article partitif


3.3.1. Formes et syntaxe de l’article partitif
L’article partitif, avec un nom masculin, a la forme du devant consonne, de l’ devant voyelle : Boire du vin,
de l’alcool ; avec un nom féminin, de la devant consonne, de l’ devant voyelle : boire de la bière, de l’eau.
Pour le pluriel, des : j’ai mangé des épinards, des lentilles, des rillettes.

3.3.2. Valeurs de l’article partitif


I. Comme les autres déterminants indéfinis, l’article partitif extrait une partie d’un ensemble. Mais avec
l’article partitif cet ensemble est indénombrable, on ne peut pas le compter (le refus du nombrable). Il est pris
dans une masse. Le partitif ne s’emploie que devant des noms de matière et des noms abstraits qui renvoient
à des éléments que l’on ne peut pas compter.
Boire du vin, acheter de la farine, de l’alcool.
Avoir du courage, de la force, de l’espoir, de l’énergie.
Tous les enfants ont du génie, sauf Minou Drouet, a dit Cocteau, en 1955.
Remarque : Ces groupes nominaux sont rarement en position de sujet. On ne dira pas : * De l’eau se trouve
dans la carafe, mais Il y a de l’eau dans la carafe.

II. Devant un nom concret, il arrive aussi que le partitif assure le passage vers l'abstrait, en marquant
encore une participation à une catégorie prise comme caractéristique d'une notion :
Il y a en lui du professeur myope et du médecin de province.
Il y a en lui du poète épique, et peut-être est-ce là son fond primitif.
Le parquet requiert trois ans de prison avec maintien en détention. "Il y a en lui du Dr Jekyll et Mister Hyde, plaide Me Terrier, ses parents
et lui ont fui la guerre civile en Algérie. Il s’est engagé comme soldat d’élite en Afghanistan, en Bosnie. Puis, il est tombé amoureux d’une
femme contre l’avis de ses parents qui l’ont rejeté. Il perd ses repères et sombre dans la galère."

Constructions verbales à articles réduits après négation

Verbe + OD avec un article partitif


Négation partielle Négation totale
On s’attend à une réponse affirmative On attend une réponse négative
1. Vous ne prenez pas de la sauce avec la viande ? - Alors, vous ne voulez pas de sauce avec la viande ?
Non, pas de la sauce, mais plutôt de la moutarde, si vous en - Oh, non ! Jamais de sauce et pas de sel non plus ; vous savez,
avez. avec mon régime...
2. Non, je ne veux pas acheter de la bière mais du vin
Je vais acheter non pas de la bière mais du vin
Grammaire française I 13 Unité 5 : Le déterminant

3. Vous n’auriez pas de la monnaie, s’il vous plaît ? - Vraiment ! vous n’avez pas de monnaie ?
4. Vous n’avez pas de la colle, par hasard ? Et du scotch, vous - Comment ! vous n’avez pas de colle ! Et vous êtes sûr que vous
n'avez pas du scotch ? n’avez pas de scotch non plus ?

Verbe + OD avec un article indéfini


1. Vous n’avez pas un billet de 500, par hasard ? - Non, je n’ai pas de billet de 500.
2. Cette situation ne pose-t-elle pas un grave problème ? - Ça ne pose pas de problème, vraiment ?
3. Ce traitement n’entraîne-t-il pas des complications ? - Il n’entraîne pas de complications.
4. Vous ne voyez pas une voiture rouge, là-bas ?
5. Vous ne connaissez pas un certain Francisco Boldini ?
6. Vous ne connaissez pas de bons restaurants végétariens ? - Je ne connais pas de restaurants végétariens.
7. Il n'espérait pas une victoire aussi rapide.
8. Je ne cherche pas un comptable mais un analyste-
programmeur.

Constructions impersonnelles
1. Il n’y aurait pas un bon film à la télé, ce soir ? - Tu sais, il n’y a jamais de films valables à la télé.
2. Il ne te manque pas une feuille dans ton dossier ?
3. Il ne te reste pas du travail/ des devoirs à faire pour demain ? - Vraiment, il ne te reste pas de travail, tu en es sûr ?
4. Il ne vous manque pas de l’argent pour financer cette
opération ?

Constructions verbales à articles constants après négation


être 1. Thierry n’est pas (un) sot.
+ article indéfini 2. Elle n’est pas (une) fille de paysan normand pour se faire pouler par le premier venu.
ou 3. Ce n’est pas un Van Gogh, ni un Cézanne d’ailleurs.
article partitif 4. Ce n’est pas du vin, ce n’est pas de l’eau, qu’est-ce alors ?
5. Ce n’est pas du gâteau !
Verbe + à 6. Je ne pense pas à un auteur en particulier…
+ article indéfini 7. Il ne s’attendait pas à une victoire aussi éclatante.
ou 8. Un connaisseur ne s’intéresse pas à des vins médiocres.
article partitif 9. Tu vois ce fromage ? ça ne te fait pas penser à du plâtre ?
10. Et ce gâteau ? il ne ressemble pas à de l’éponge ?
Verbe + de 11. Il ne se contentera pas d’une commission aussi modeste.
+ article indéfini 12. Ils ne parlent pas d’un sujet très sérieux.
ou 13. Les Chinois ne se servent jamais d’un couteau à table.
article partitif 14. Ne se plaignait-il pas d’un ulcère, l’an dernier ?
15. Notre serin se contente de miettes.
16. Ils parlent toujours de problèmes très complexes.
17. Les Chinois se servent de baguettes pour manger.
18. Il se plaint de maux de tête, de douleurs au cou.
article indéfini pluriel 19. Je ne connais pas de bons restaurants.
+ adjectif Je connais
+ nom 20. Je n’ai pas de beaux livres sur Picasso
J’ai
Il y a
Je cherche

Exercices
1. Dites si du, de la, de l' sont des articles partitifs ou la préposition de suivie de l'article défini,
contracté ou non.
1. Les porcs. Ils ont aussi de la bonhomie, de l'indulgence, comme tous ceux qui sont gras.
2. Sa tête est lourde comme du plomb, ses paupières battent.
Grammaire française I 14 Unité 5 : Le déterminant

3. J'ai reçu de l'argent pour faciliter votre évasion; mais si j'étais soupçonné de la moindre chose, je serais
fusillé tout bellement.
4. Alors tout s'irradia, comme de l’'alcool de canne qui prend feu.
5. Dès que vous donnez de la force, il vous vient un commencement de sueur.

2. Complétez, selon le sens, par des articles définis, indéfinis ou partitifs. Indiquez-en les valeurs
sémantiques.
1. ______ soleil, devenu très bas descendait déjà vers ______ eau de plus en plus vite, entraînant tout
______ horizon après lui.
2. Alors je me trouvai seul au milieu ______ silence et ______ accablement étrange, sous une lumière
étincelante dans ______ température de fournaise.
3. Le plus souvent, je partais pour ______ collège à jeun, ______ estomac et ______ tête vides.
4. A ______ fin, je me soulevai avec ______ précautions infinies, comme si ma vie eût dépendu ______
moindre mouvement que j'aurais fait, et je regardai par-dessus ______ bord.
5. Mais comme ils avaient soif, la forestière descendit à ______ cave leur tirer ______ cidre.
6. Il y a en lui ______ imbécile heureux et ______ caporal épinglé.

3. Justifiez la syntaxe et la ponctuation de ces énoncés par la situation, l’intonation, la signification


et éventuellement un énoncé complémentaire.
1. Il n’y a pas de banque dans ce quartier ?
2. Il n’y a pas de banque dans ce quartier.
3. Il n’y a pas une banque dans ce quartier ?
4. Il n’y a pas une banque dans ce quartier !
5. Il n’y a pas une banque italienne dans ce quartier ?
6. Il n’y a pas de banque italienne dans ce quartier ?
7. Il n’y a pas une banque italienne dans ce quartier.

4. Complétez
Stéphane : Je t’offre l’apéritif ? Qu’est-ce que tu prends ?
Marianne : Eh bien ! Je prendrais volontiers ______ vodka orange.
Stéphane : Ah ! Je crois bien que je n’ai pas ______ vodka.
Marianne : Ça ne fait rien. Tu n’aurais pas _____ bon whisky ?
Stéphane : non, désolé ! Il ne me reste plus _____ whisky.
Marianne : Bon alors, tu n’as pas _____ pastis, par hasard ?
Stéphane : Tu sais, je n’ai pas eu ____ temps de faire les courses, cette semaine…
Marianne : Vraiment ! Tu n’as pas _____ fond de bouteille ?
Stéphane : Je… je n’ai plus ____ grand-chose finalement. Tiens, voilà ce qu’il me reste ____ coca…
Marianne : Ah non ! Pas ____ coca
Stéphane : Ah ! Un fond de porto. Tu ne veux pas _____ petit porto ?
Marianne : Non merci, jamais ____ porto ! Trop sucré … Tu n’aurais pas _____ bonne bouteille de vin blanc ? …
Pas ____ moindre bouteille ? .... Regarde, là ! Ce n'est pas _____ vin ça ?
Stéphane : Si, si, mais ce n’est pas _____ blanc, c'est du rouge, nuance !
Grammaire française I 15 Unité 5 : Le déterminant

Marianne : Oh non ! Pas ____ rouge… j’aurais voulu du blanc…


Stéphane : Hélas ! Je n’ai pas ___ blanc, mais j’ai un reste de rosé dans le frigo, si tu veux.
Marianne : Peu importe, du moment que c’est du vin… Ce n’est pas _____ piquette au moins ?
Stéphane : Non, non, j’ai ouvert cette bouteille avec Cécile hier soir. Elle l’a trouvé très bon.
Marianne : Cécile ? Je ne veux pas être indiscrète… Ce ne serait pas ____ fille qui t’attendait à la sortie du
bureau, l’autre jour ?
Stéphane : Si justement, c’est elle, c’est ma sœur. Comme elle n’a pas ____ voiture, je la ramène quelquefois
quand nos horaires coïncident. Pour l’instant, elle a sa chambre ici, chez moi.
Marianne : Ça ne pose pas _____ problème cette … cohabitation ?
Stéphane : Non, Cécile n’est pas _____ fille embêtante.

4. Les adjectifs possessifs. Formes, syntaxe et valeurs sémantiques

4.1. Forme des adjectifs possessifs


Série atone Série tonique
mon, ton, son; ma, ta, sa; Mien, tien, sien, mienne, tienne, sienne;
notre, votre, leur ; nôtre, vôtre, leur ;
mes, tes, ses; miens, tiens, siens, miennes, tiennes, siennes;
nos, vos, leurs. nôtres, vôtres, leurs.

Les formes toniques des trois personnes du singulier s’emploient comme déterminants
complémentaires :
Au travers d’un mien pré, certain ânon passa. (Racine)
Une mienne amie.
Toutes les formes s’emploient comme adjectif en position d’attribut :
Ces idées sont miennes.
Ces espoirs sont nôtres.
Croyez que je suis entièrement vôtre.
Ces emplois sont tous des archaïsmes en français moderne. Le langage courant dira plutôt :
Ces idées sont à moi.
Ces espoirs sont à nous.
Croyez que je suis entièrement à vous.

Le déterminant possessif varie selon diverses conditions :


a) D’après le nombre de « possesseurs », plus exactement le nombre de personnes ou de choses
servant de référence. Le chêne a perdu ses feuilles. Les chênes ont perdu leurs feuilles.
b) D’après la personne grammaticale : j’ai perdu mon parapluie, tu as perdu ton parapluie, il a perdu son parapluie.
c) En genre et en nombre, par accord avec le nom : son veston et sa cravate. Ses vêtements.

Les adjectifs possessifs et les pronoms personnels


Les possessifs corrigent une inaptitude du pronom personnel employé comme cas
prépositionnel : *le chapeau de moi  mon chapeau. À la troisième personne, l'adjectif possessif évite
simplement une répétition (disconvenance) : le chapeau de Jean et la canne de Jean  le chapeau de Jean et sa
canne.
Remplacement du déterminant possessif par l'article défini
On emploie l'article défini à la place du possessif quand le possesseur est évident, notamment
lorsqu'il s'agit d'une partie du corps ou de l'esprit, des vêtements ou des objets.
Grammaire française I 16 Unité 5 : Le déterminant

1. Partie du corps ou de l'esprit


On emploie l'article défini :
- quand la partie du corps n'est pas qualifiée par un adjectif (excepté droit ou gauche)
- dans des expressions courantes : hausser les épaules, baisser (tourner) la tête, serrer la main, lever (baisser,
fermer) les yeux, tirer la langue, ouvrir la bouche, perdre la tête (la mémoire, la vie, la vue, la voix), dresser les oreilles (pour un
animal), retrouver la mémoire, recouvrer la vue, froncer les sourcils, etc.
Il a haussé les épaules.
Il n'est pas poli de montrer quelqu'un du doigt.
Levez la main droite si vous savez la réponse.
Avancez le pied gauche.
Il a récupéré la vue après son opération.
Le cheval a dressé les oreilles en entendant le bruit.
- dans des expressions idiomatiques exprimant des sensations : avoir mal (à la gorge, à la tête, aux dents,
etc.) et avoir chaud ou froid (aux pieds, aux mains, à la figure, dans le dos, etc.).
J'ai mal au dos.
Elle a froid aux pieds.
- avec un verbe accompagné d'un objet indirect qui indique le possesseur.
Il lui a tiré les cheveux.
Elle m'a essuyé le visage.
Le docteur lui a soigné le bras et lui a sauvé la vie.
- avec un verbe pronominal. Le pronom réfléchi, toujours indirect dans ce cas, représente le
possesseur.
Elle se lave les mains.
Il s'est cassé la jambe gauche en faisant du ski.
Tu t'es coupé le doigt.
Je me suis mordu la langue.
J'espère ne plus me tordre la cheville.
- quand la partie du corps est qualifiée par un adjectif, dans une description physique ou
mentale avec le verbe avoir.
J'ai les yeux noirs et les cheveux bruns et frisés.
Nous riions parce que le clown avait du blanc sur le front et autour des yeux.
Elle avait la mine fatiguée quand elle est arrivée.
Jean a des épaules larges et musclées.
Vous avez un long cou.
Il a l'esprit étroit et compliqué.
J'ai le nez rouge. (Mais : Mon nez est rouge.)
- quand la partie du corps se trouve dans une phrase adverbiale qui décrit l'aspect ou l'attitude
physiques d'une personne.
Il est arrivé, la mine pâle et la démarche hésitante. (Comment était-il quand il est arrivé?)
Elle était assise, l'œil fixé sur lui.
Tu te tenais debout, les mains sur les hanches.

En revanche, dès que la partie du corps est caractérisée, le possessif est à nouveau obligatoire : Il
agite ses grandes mains, car si avoir des mains est une évidence, avoir de grandes mains ne l'est pas. Le cheval dresse
ses grandes oreilles. Essuyez vos pieds sales avant d'entrer.

2. Vêtement ou autre objet.


Avec un vêtement ou un autre objet, on emploie l'article défini dans des phrases adverbiales qui
décrivent l'aspect ou l'attitude physiques.
Il est entré, le manteau déchiré et le chapeau sale. (Comment est-il entré?)
Il marchait dans l'eau, le pantalon retroussé.
Il est arrivé, le chapeau sur la tête et la canne au bras. (Partie du corps, vêtement et objet possédé)
Grammaire française I 17 Unité 5 : Le déterminant

3. Surtout dans la langue écrite, le déterminant possessif de la 3e personne qui a pour antécédent un nom
inanimé est souvent remplacé par l’article défini, et l’antécédent est représenté par le pronom en placé
devant le verbe :
Le château était fermé, on m’en a ouvert les portes. (Les portes du château)
J’habite dans cette ville depuis 20 ans et j’en connais toutes les ruelles. (Les ruelles de la ville)
Cette affaire est loin d’être réglée. J’en vois les obstacles avec inquiétude. (Les obstacles de l’affaire)
Il a découvert cette église et il en a étudié le portail.
La caverne avait des parois rocheuses, mais le sol en était recouvert de sable fin.

Le possessif est obligatoire (et en est exclu) :


1. Quand le possessif attaché à un complément a pour antécédent le sujet du verbe :
La Meuse a sa source près de Langres.
Le château ouvre ses portes aux visiteurs tous les jours.
2. Avec un syntagme prépositionnel :
Je revoyais le château, la rivière qui baignait le pied de ses murailles.
Il a examiné l'église en prêtant attention à son clocher.

4.2. Valeurs des adjectifs possessifs


I. Comme son nom l'indique, l'adjectif possessif marque un rapport d'appropriation ; il équivaut par là à un
complément du substantif introduit par de. Le chien de Paul  son chien.
Au sens large, il marque un rapport, une relation entre le "possesseur" et le "possédé”. Cette
relation peut être de parenté ou d’amitié (mon fils, mes copains, mon amour), d'appartenance (mon école), une
caractéristique physique ou morale (son sourire, mes principes, mes réflexions, leur réputation, etc.), une véritable
relation de possession, de propriété (ma voiture, mon livre), une action subie ou causée (sa démission = il a
démissionné ; son renvoi = il a été renvoyé ; vos ordres = vous donnez des ordres).

II. Outre cette valeur de base, l'adjectif possessif prend essentiellement deux valeurs stylistiques :
a) Il peut marquer la tendresse (et on le trouve souvent avec l'imparfait dit hypocoristique) : C'était mon bon
chienchien !
b) Il peut aussi marquer le dédain : C'est ça ton grand champion ?

5. Les adjectifs démonstratifs. Formes, syntaxe et valeurs sémantiques


5.1. Forme des adjectifs démonstratifs
a) Formes simples : Ce, cet. Cette, ces
b) Formes renforcées au moyen des adverbes ci et là, que l’on place après le nom en les y rattachant par un
trait d’union : Ce livre-ci. Ce livre-là. Ci implique une idée de proximité par rapport au locuteur ; là une idée
d’éloignement.

5.2. Valeurs des adjectifs démonstratifs


I. L'adjectif démonstratif représente le point le plus achevé de la réalisation. Il localise un individu, un objet,
la manifestation d'une notion, dans l'espace.
Ce soir, je rentre vers 18 heures.
Cet homme a une démarche curieuse.
Cette veste te va fort bien.
J’ai acheté une voiture d’occasion. Cette voiture est garantie deux ans.
Grammaire française I 18 Unité 5 : Le déterminant

II. Les adjectifs démonstratifs peuvent acquérir des nuances notionnelles telles que le mépris ou la louange:
ce monde ! peut selon le ton et le contexte (linguistique ou extralinguistique) être péjoratif ou laudatif.

5.3. Fonctions des déterminants démonstratifs :


a) Selon sa valeur fondamentale, le démonstratif indique que l’être ou l’objet désignés par le nom sont
localisés par rapport au locuteur (fonction déictique) : Je vous offre ces fleurs. Le geste peut être joint à
la parole, surtout lorsqu’il faut identifier un être ou un objet parmi plusieurs êtres ou objets. C’est aussi
quand il y a plusieurs êtres ou objets que l’on recourt aux formes composées avec ci, pour ce qui est proche
et là pour ce qui est plus éloigné : Voulez-vous ce collier-ci ou ce collier-là ?
Le démonstratif réfère à un objet présent dans la situation d'énonciation : Donne-moi ce livre. Ce
renvoie à un objet présent dans le lieu au moment de l'énonciation. On a le livre sous les yeux. On dit que le
démonstratif a ici une valeur déictique (du grec deixis : action de montrer). Cette valeur déictique n'est pas
seulement spatiale mais aussi temporelle : Pierre arrive ce soir (au jour même où l'on prononce cette
phrase.)
b) Le démonstratif sert à indiquer que le nom reprend un terme utilisé antérieurement dans le contexte
(fonction anaphorique, à rapprocher de l’emploi des pronoms comme représentants) : Dans la diligence il y
avait une personne. Cette personne était…
Le démonstratif sert aussi à annoncer ce qui va suivre dans le contexte (fonction cataphorique) :
Elle prononça ce mot, si vulgaire : « que vous êtes joli, mon amour ! ».

Exercices
1. Distinguez les adjectifs possessifs et les pronoms possessifs.
1. Tiens, prends mes ciseaux, ils coupent mieux que les tiens.
2. Comme nous avions perdu notre lampe électrique, un voisin nous a prêté la sienne.
3. Sa voiture est de la même année que la vôtre.
4. Comparé au nôtre, votre jardin fait figure de parc.
5. Buvons à votre succès mon cher académicien. Et au vôtre, mon cher député !
6. Les polissons de la ville étaient devenus mes plus chers amis... Je leur ressemblais en tout ; je parlais
leur langage ; j'avais leur façon et leur allure.
7. Leur mère ne leur cachait rien, leur expliquait tout.

2. Complétez avec un adjectif possessif.


1. Je vous présente ____ femme, ____ sœurs et ____ frère.
2. Les étudiants adorent ____ prof et ____ camarades de classe.
3. Nous téléphonons à ____ fille, à ____ fils et à ____ amis.
4. Richard cherche ____ stylo, ____ livres, ____ sac à dos et ____ carte de crédit.
5. Tu es d'où? Quelle est ____ nationalité? Et ____ adresse? Et ____ passe-temps préférés?
6. Vous invitez ____ tante, ____ oncle et ____ cousins?

3. Complétez les phrases, selon le cas, par un adjectif possessif ou par un article défini.
1. Christophe est un peu étourdi du coup de ballon qu'il a reçu dans _______ figure.
2. Quand il a deviné qu'on parlait de lui, il a tendu _______ oreille.
3. Vous n'avez aucun souvenir de ces mille euros ? Avez-vous perdu _______ mémoire ?
4. Entretenez _______ mémoire par des exercices quotidiens.
Grammaire française I 19 Unité 5 : Le déterminant

5. Il s'est enfin décidé à faire soigner _______ dent cariée.


6. Ma grand-mère ne se souvient pas d'avoir jamais eu mal _______ dents.
7. Il aurait été imprudent de lui couper _______ parole.
8. J'ai toute confiance en cet homme : il m'a donné _______ parole.

4. Distinguez les adjectifs démonstratifs et les pronoms démonstratifs


1. Bernard regarda cette chambre à coucher où il n'était jamais entré depuis son enfance.
2. Un fleuve n'a d'autre diversité que celle de ses rives.
3. Il est revenu, le grand printemps... Ça a soufflé une longue haleine, humide et tiède.
4. Celui qui tentera d'expliquer, en dix gros volumes, ce qui se passe dans le coeur d'un homme en une
seule minute, celui-là entreprendra une besogne surhumaine.
5. Et je me mis à rire. Ce rire dût sonner effroyablement faux, car Paul s'écria : « Oh ! ne riez pas comme
cela ! c'est lugubre ».
6. Pour l'intelligence, je n'ai pas à en juger : il faudrait s'entendre avant tout sur ce mot, ce qui est malaisé.
7. Le mécanicien n'avait jamais pu découvrir ce qui causait ce petit bruit.

5. Remplacez les points par le déterminant (article défini, adjectif démonstratif, adjectif possessif)
qui convient et indiquez-en la valeur.
1. Tu me demandes pourquoi je viens ? ________ question !
2. ________ matin, je vais toujours faire une promenade ; ________ promenade quotidienne me fait du
bien. Sans elle, ________ tête est douloureuse et je travaille mal.
3. ________ veste sur ________ bras, je gravis la colline, ________ colline que j'aime tant ! ________ beau
coup d'oeil que l'on a de là-haut !
4. Donnez-moi ________ bras, que je tâte ________ pouls.
5. Pour le cortège, vous me donnerez ________ bras.
6. Que je l'aime ________ chienchien ! Un bon compagnon, ________ animal !
7. Chacun suit ________destinée.
8. Chaque homme prend ________ route que le ciel lui a tracée.
9. Nous suivons chacun ________ chemin.
10. Alors ? on va faire ________ petite sieste ?
11. C'est ça ________ célèbre acteur ?

6. Les adjectifs relatifs. Formes, syntaxe et valeurs sémantiques

6.1. Formes des adjectifs relatifs


Les formes sont celles de l’interrogatif quel précédé de l’article agglutiné, article qui se contracte avec les
prépositions à et de au masculin singulier et au pluriel.
lequel, auquel, duquel
laquelle, (à laquelle, de laquelle)
lesquels, auxquels, desquels
lesquelles, (auxquelles, desquelles)
6.2. Valeurs des adjectifs relatifs
Grammaire française I 20 Unité 5 : Le déterminant

Le déterminant relatif détermine le nom en indiquant que l’on met en relation avec ce même nom
déjà exprimé ou suggéré dans la phrase la proposition qui suit. Il n’appartient qu’à la langue écrite,
surtout juridique et parfois littéraire :
Restaient 1666 livres de rente pour les deux cadets, sur laquelle somme l’aîné prélevait encore le préciput.
Les regards des alliés étaient fixés sur Petrograd, contre laquelle capitale on croyait que les Allemands commençaient leur marche.
Vous devrez vous conformer au Règlement sur les déchets biomédicaux, lequel règlement prévoit des amendes deux fois plus élevées en
cas de récidive.
Il se pourrait que Suzanne ne se présente pas à son rendez-vous, auquel cas j’aimerais que vous me le fassiez savoir.

7. Les adjectifs exclamatifs et interrogatifs. Formes, syntaxe

7.1. Formes des adjectifs exclamatifs et interrogatifs


a) Le principal déterminant est quel , qui varie en genre et en nombre dans l’écriture : quelle, quels, quelles.
Quel âge as-tu ? Quelle est ton adresse ? Quel temps ! Quelle femme !
b) On peut ranger parmi les déterminants interrogatifs, combien de (qui interroge sur le nombre) ; et parmi
les déterminants exclamatifs combien de et que de (qui concernent tous deux le nombre) : Combien de
personnes avez-vous reçues ce matin ? Que de fois je vous ai regrettée !

7.2. Valeurs des adjectifs exclamatifs et interrogatifs


Le déterminant interrogatif s’emploie quand on pose une question à propos du nom qu’il
détermine :
C’est quel jour ton mariage ?
Quel fou exigerait des hommes qu’ils soulèvent des montagnes ?
Quelle est la règle de grammaire qui vous cause tous ces maux?
À quelle personne dois-je m’adresser pour obtenir ces renseignements?
Le déterminant exclamatif s’emploie quand on exprime un sentiment vif (admiration,
étonnement, indignation, etc.) à propos de la réalité désignée par le nom que détermine l’exclamatif :
Le nationalisme, élevé dans la vielle maison lorraine de M. Maurice Barrès, nourri d’encre précieuse, quel chemin il a fait depuis, jusqu’au
Japon !
Quelle belle journée!

Exercices
1. Complétez avec les adjectifs exclamatifs ou interrogatifs qui conviennent.
1. __________ route pittoresque !
2. __________ beau spectacle qu’un lever de soleil en montagne !
3. Jusqu’à __________ altitude parvint le guide Jacques Balmat ?
4. __________ fois ne t’ai-je appelé dans le silence de la nuit!
5. À __________ vitesse descendent les glaciers ?
6. __________ audace, __________ témérité faut-il pour explorer ces hauteurs inconnues !
7. __________ temps ai-je marché ainsi absorbé dans la rêverie de toute la nature ?
8. __________ bonheur un jour de mariage !
9. __________ folies vous aurez faites durant ces années!

10. __________ grandes jambes vous avez!

11. __________ hommes et de femmes ont péri dans ce désastre!


Grammaire française I 21 Unité 5 : Le déterminant

8. Les prédéterminants et les postdéterminants


8.1. Les adjectifs indéfinis. Formes, syntaxe
On range sous la dénomination de déterminants indéfinis des mots variés indiquant, soit une quantité
non chiffrée, soit une identification imprécise (quelque, je ne sais quel, etc.) ou même un refus d’identification
(certain, tel)
Déterminants proprement dits : Aucun, certain, chaque, différents, divers, maint, nul, plusieurs, quelque, tel, tout.
Déterminants indéfinis occasionnels :
La plupart des adverbes de degré suivis de de équivalent à des déterminants indéfinis. Ils restent
invariables et présentent des sens en rapport avec celui qu’ils ont en tant qu’adverbes : davantage de, suffisamment
de, tout plein de, on ne sait quel, Dieu sait quel, n’importe quel, plus d’un…
Autant d’hommes, autant d’avis.
Il faut passablement d’intelligence pour souffrir de n’en avoir pas davantage.
J’ai énormément de temps.
J’y ai trouvé beaucoup de satisfaction.
Dieu sait quel avenir nous réservent les politiciens.
Ils parviennent à faire une brèche dans la muraille, et plus d’un homme brave entre par là sans crainte d’y laisser sa vie.

Adjectifs indéfinis qui marquent une quantité « zéro »


 Aucun(e) sert le plus souvent d’auxiliaire à la négation ne :
Aucun quotidien n’a été mis en vente ce jour-là.
Elle n’a aucune patience.
 Nul(le) se construit ordinairement avec ne ou sans :
Nul système politique ne s’est davantage penché sur le problème de…
Je n’ai nul besoin de ces affaires, tu peux les donner.
Elle a bien travaillé, elle est bien préparée, elle réussira sans nul doute.

Adjectifs indéfinis qui marquent une quantité partielle, positive


 Certain(e) indique au singulier qu’on ne veut pas préciser de quoi il s’agit. Il s’emploie sans article
dans la langue littéraire et avec article dans la langue quotidienne :
Certaine ingéniosité verbale vous a masqué la pénible déficience de votre sentiment lyrique.
Il avait, dans un certain monde, une espèce de célébrité.
Au pluriel, certain(e)s indique une pluralité imprécise. Il se construit sans article dans l’usage ordinaire :
À certains moments, j’ai besoin de me livrer aux vagues qui viennent du large.
Certaines personnes prédisent des changements importants dans les années à venir.
 Quelque s’emploie au singulier soit avec des noms désignant des choses nombrables, pour marquer une
identification imprécise, soit avec des noms désignant des choses non nombrables, pour indiquer une
petite quantité imprécise. Au pluriel, il indique un nombre imprécis, mais peu élevé :
J’ai passé quelque temps dans cette région.
À la fin du trajet, les quelques passagers qui restaient dans le wagon avaient lié connaissance et bavardaient avec animation.
 Plusieurs, toujours au pluriel, invariable en genre, indique un nombre indéfini supérieur, soit à un,
soit à deux :
Si tu as plusieurs cordes à ton arc, elles s’embrouilleront et tu ne pourras plus viser.
J’ai invité plusieurs personnes.
 Maint (maints, mainte, maintes) appartient à la langue soignée et exprime un grand nombre
indéterminé, il a la particularité d’avoir la même signification au singulier et au pluriel :
Maintes délibérations se succèdent.
Nous lui avons donné maints exemples.
J’ai tenté de communiquer avec lui à maintes reprises.
N’en avons-nous pas discuté en mainte occasion?
Grammaire française I 22 Unité 5 : Le déterminant

 Différents, divers, employés devant un nom pluriel, perdent leur valeur d’adjectifs et deviennent
déterminants, pour indiquer, avec un sens voisin de plusieurs la pluralité de personnes, de choses qui
ne sont pas les mêmes :
J’ai entendu dire à différents témoins de l’accident.
Il a parlé à diverses personnes.
Les assistants ont proposé diverses solutions.

Adjectifs indéfinis qui marquent une totalité


 Chaque est un déterminant distributif, c’est-à-dire qu’il marque que l’on considère en particulier les divers
éléments de l’ensemble :
Chaque fleur s’évapore ainsi qu’un encensoir.
Chaque jour, je prends le métro pour me rendre au bureau.
 Tout (toute) est nettement déterminant lorsqu’il est pris comme distributif au sens de chaque,
n’importe quel. Tout montre que dans un ensemble les éléments sont pris un par un :
Toute peine mérite salaire.
Tu es insupportable, cesse d’interrompre à tout instant, à tout propos.
Tout montre que dans un ensemble les éléments sont pris globalement :
Quand elle est nerveuse, elle mange tout le temps.
Tout le monde est parti ?
Il consacre tout son temps à sa nouvelle entreprise.
Le pluriel tou(te)s devant un nombre a une valeur distributive :
Cette vieille voiture consomme beaucoup d’essence. Je dois faire le plein tous les cents kilomètres.
Tous les deux jours, elle téléphone à ses parents.
Le pluriel tou(te)s signifie les uns et les autres sans exception :
Il s’imaginait une vie amoureuse excédant toutes joies, défiant toutes les misères.
Il a plu tous ces jours-ci.
J’ai lu tous les livres au programme.

Adjectifs indéfinis qui marquent qu'une personne ou une chose est complètement indéterminée
 N’importe quel(s), n’importe quelle(s) :
Alors, qu’est-ce qu’on va voir ? Oh ! N’importe quel film, mais un film drôle.
Il est imprudent, il sort seul à n’importe quelle heure de la nuit.
 Quelconque n’a qu’une forme pour les deux genres et se place après le nom :
Il demandait un emploi quelconque.
Regardez un point quelconque de l’horizon.
Tu as une préférence pour une marque de lessive ? Non, prends une marque quelconque.

Adjectifs indéfinis qui marquent l’identité ou la différence


 Tel(s), telle(s) comme déterminant s’emploient à propos de personnes ou de choses qu’on ne veut ou ne
peut désigner précisément :
Il y a tel hôtel à Mons où…
Dans telle et telle circonstance, les abeilles se conduisent envers leur reine de telle ou telle façon.
 Même(s) se construit d’ordinaire avec un autre déterminant. Il précède le nom et marque l’identité ou
la ressemblance :
Les mêmes causes ne produisent pas toujours les mêmes effets.
Nous avons le même âge, nous portons le même nom de famille.
 Autre(s). Placé entre le nom et son déterminant, il distingue une personne ou une chose d’une autre
personne, d’une autre chose :
Donnez-moi l’autre livre.
C’est ton avis, mais moi, j’ai une autre opinion.

Exercices
Grammaire française I 23 Unité 5 : Le déterminant

1. Relevez les indéfinis en précisant s'ils sont adjectifs ou pronoms. Précisez la valeur des
déterminants indéfinis
1. Vieux bureaucrate, mon camarade ici présent, nul ne t'a jamais fait évader et tu n'en es point
responsable.
2. Une autre petite fille, plus âgée, est assise sur un tabouret au pied du canapé.
3. Nul être ne passe indifférent à côté des plus humbles sources.
4. La tête de Mathurin allait de l'une à l’autre épaule.
5. Parfois les chats lustrent de leur langue quelque place ébouriffée de leur fourrure, car ils ne souffrent
aucune irrégularité dans leur toilette.
6. Personne, parmi tant de polissons, ne connaissait la ville et ses cachettes comme moi.
7. Carpes et tanches y abondaient, quelques-unes très grosses qui ne quittaient plus les bas-fonds.
8. Il me prit certain jour à part et me montra plusieurs oiseaux morts qu'il gardait entre sa chemise et sa
peau.
9. Enfin, presque avec la même soudaineté, la pluie cessa et l'orage s'éloigna.
10. Chaque écolier, en hiver, apporte sa bûche; on fait cercle autour du feu.
11. Il apparaît ici [à New York] avec évidence qu'aucun travailleur, fût-il simple manoeuvre, n'accepte que
son extérieur le mette d'emblée dans une situation d'infériorité sociale à l'égard de quiconque.
12. On ne sait quelle inquiétante verdure qui avait l'air d'un prolongement de la Forêt -Noire, envahissait
toutes les hauteurs.
13. Maintes fois, Jacques voulut partir avec eux.

2. Accordez s'il y a lieu le mot même et indiquez chaque fois sa nature ( Même peut être: 1. adjectif
indéfini - 2. adverbe (invariable)).
1. Une anagramme est un mot formé des [même] lettres qu'un autre mot.
2. [Même] les plantes grasses avaient souffert de la sécheresse.
3. Beaucoup ont connu les [même] difficultés que nous.
4. [Même] coupées, ces fleurs se conservent longtemps.

3. Analysez le mot tout (Tout peut être : 1. déterminant - 2. pronom indéfini - 3. adverbe)
1. Ses yeux riaient parce que toute sa pensée était à son travail.
2. Dans la chambre on trouvait tout ce qu'il faut pour vivre à l'aise.
3. Tout au bout de tubes ternes qu'on eût pris pour de vieilles tiges de jonc, on voyait une frêle corolle...
4. L'enclume est toute luisante, toute vibrante... Tout le jour, quand il s'ennuie Gaubert vient, met les
deux mains au marteau, le lève et tape sur l'enclume.
5. Au lieu de nous attrister avec la longitude, la latitude et tout le charabia scientifique, il nous lisait des
récits de voyage.
6. Les petits hôtes ailés se disputaient peut-être un commode perchoir pour la nuit. Enfin tous durent
trouver le leur.
7. J'ai vu passer une pauvre vieille, courbée en deux, [...] coiffée d'un chapeau de paille tout dépouillé de
ses ornements anciens... Elle passait indifférente à tout.
8. Toutes les bêtes de l'eau s'étaient réveillées.

4. Accordez s'il y a lieu le mot quelque et indiquez chaque fois sa nature (Quelque peut être : 1.
adjectif indéfini - 2. Adverbe (=environ))
1. Pendant [quelque] minutes, je restai là, sans bouger.
Grammaire française I 24 Unité 5 : Le déterminant

2. A sept heures et demie, Joseph partait de Brétignolles, [quelque] temps qu'il fît, sa gibecière au dos.
3. A [quelque] vingt pieds de la haie se dressait le dôme d'une fourmilière de fourmis noires.
4. Une dizaine de députés siégeaient déjà. [Quelque] quinze autres entrèrent sur les talons du président.
5. Falcone marcha [quelque] deux cents pas dans le sentier.

8.2. Les adjectifs numéraux cardinaux. Formes, syntaxe


8.2.1. Formes et syntaxe des adjectifs numéraux cardinaux
On les appelle adjectifs cardinaux pour les distinguer des adjectifs ordinaux, qui indiquent le
rang : Trois maisons (cardinal), la troisième maison (ordinal)
Formes simples :
a) À l’exception de un, qui varie en genre, les numéraux cardinaux ne s’accordent pas avec le nom auquel
ils se rapportent : deux bâtiments, deux maisons.
Remarques :
1. Dans l’indication de la page d’un livre, de la strophe d’un poème, de la scène d’une pièce de théâtre, etc.,
un pris comme ordinal est invariable : la page un. Strophe trente et un.
2. On dit, en laissant au masculin : vingt et un mille livres de rente, trente et un mille tonnes, etc.
3. Dans l’indication de l’heure, s’il s’agit d’une minute après ou avant le chiffre de l’heure et que l’on
n’exprime pas le mot minute, on emploie toujours le féminin une: il est trois heures une. Entre minuit et minuit une.
4. Le pluriel uns ne s’emploie que comme pronom : les uns, quelques uns.
b) Quand cent est un numéral, il prend la marque du pluriel seulement s'il termine le numéral : trois cents
grammes, mais trois cent cinquante grammes.
Quand cent est un nom, il prend tout simplement la marque du pluriel: des milles et des cents.
Cent reste invariable lorsqu'il est suivi d’un déterminant numéral, lorsqu'il n'est pas lui-même multiplié
ou encore, lorsqu'il a une valeur ordinale (comme un numéro de page, une année, etc.) : deux cent cinquante, cinq
mille cent, page trois cent.
Vingt ne prend normalement pas la marque du pluriel, sauf dans quatre-vingts s'il n'est pas employé
comme un ordinal (un numéro de page, un millésime, une année, un numéro d'ordre, etc.) et s'il n'est suivi
d'aucun autre cardinal numéral : quatre-vingts, trois cent quatre-vingts, mais quatre-vingt-six, deux cent quatre-vingt-
deux…).
c) Les numéraux cardinaux terminés par une consonne dans l’écrit ont une prononciation différente, selon
qu’ils sont pris isolément (j’en ai six, la page six) ou comme déterminants, selon qu’ils sont devant une consonne ou
devant une voyelle du point de vue phonétique :
- Sept n’a qu’une prononciation : [sεt]
- Un [Ē], deux [dø], trois [trwa], cent [sā] ont une forme spéciale comme déterminants devant voyelle : [œn],
[døz], [trwaz], [sāt].
- Vingt [vē] a la forme [vēt] comme déterminant devant voyelle et dans les numéraux complexes : vingt hommes,
vingt-six. Mais on dit [vē] quand vingt est multiplié : quatre-vingt-six.
- Cinq [sēk] et huit [чit] perdent ordinairement leur consonne quand ils sont employés comme déterminants
devant consonne ou lorsqu’il y a disjonction : cinq [sē] maisons, huit [чi] Hollandais.
- Six [sis] et dix [dis] ont deux formes : [si] et [di] comme déterminant devant consonne (ou lorsqu’il y a
disjonction) : six femmes ; [siz] et [diz] comme déterminants devant voyelle : six hommes.
Grammaire française I 25 Unité 5 : Le déterminant

Formes complexes :
Les formes complexes des cardinaux sont composées,
- soit par addition : vingt-deux,
- soit par multiplication de cent et de mille : trois cents, deux mille, ainsi que de vingt dans quatre-vingts,
- soit par addition et multiplication à la fois : deux mille trente.
Lorsqu’il y a addition :
- On met un trait d’union entre les éléments qui sont l’un et l’autre moindres que cent, sauf s’ils sont
joints par et qui remplace alors le trait d’union : dix-huit, soixante-dix-neuf. Dix-neuf mille trois cent vingt-sept
francs. Mais : vingt et un, cent deux, douze cents.
- La conjonction et ne s’emploie que pour joindre un aux dizaines (sauf quatre-vingt-un) et dans soixante et
onze : vingt et un, trente et un.
Lorsqu’il y a multiplication :
- On met toujours un trait d’union dans quatre-vingt(s).
- Vingt et cent prennent un s quand ils terminent le numéral cardinal : quatre-vingts francs, trois cents
personnes.
- Mille numéral est toujours invariable : deux mille francs.

8.2.2. Valeurs des adjectifs numéraux


Le déterminant numéral exprime la quantité précise et chiffrée arithmétiquement des êtres ou
des choses désignés par le nom : On ne guérit pas en cinq minutes un mal qu’on traîne depuis quarante ans.

Remarques
1.- Comment reconnaître un article indéfini et un numéral ?
Il faut se fier au contexte et s'aider du test de seul et de quelconque. Si l'on peut ajouter seul après un ,
c'est qu'il s'agit du numéral et si l'on peut ajouter quelconque , c'est qu'il s'agit de l'article indéfini.
Bonjour Madame, je voudrais une baguette : une équivaut à quelconque, n'importe laquelle
Bonjour madame, je voudrais une baguette (c'est-à-dire une seule) et non pas deux, car je suis seule à la maison.
Quelconque est impossible ici.
2.- Pourquoi les numéraux ordinaux ( premier, deuxième, troisième, etc.) ne sont-ils pas des déterminants et où
les classer ?
Les numéraux ordinaux sont des adjectifs qualificatifs. Ils en ont la valeur et le fonctionnement.
Ils indiquent le rang qu'occupe l'objet considéré dans une série. Ils indiquent donc une propriété du nom. Ils
s'accordent en genre et en nombre avec le nom qu'ils caractérisent et peuvent être épithètes ou attributs : Le
troisième homme. Sophie est première de sa classe.
3.- Cas où les numéraux cardinaux ne sont pas du tout des déterminants.
C'est lorsqu'ils sont utilisés à la place des numéraux ordinaux : Henri II indique que ce monarque
est le deuxième du nom. C'est pourquoi, dans ce cas, II (deux) peut suivre le nom. Cela serait impossible s'il était
déterminant : *L'aîné n’avait que ans dix.
Il en va de même pour les cardinaux présents dans la numérotation. Ils indiquent en fait une place
dans une série: chapitre quinze signifie quinzième chapitre du livre.
Il en va de même pour la datation : lundi 5 (cinq) juillet 1900 à dix heures signifie cinquième jour de juillet de la mille neuf
centième année après le Christ, à la dixième heure du jour. L'anglais dit plus explicitement : Henri the second (le deuxième); Monday, the

fifth of July (lundi, le cinquième jour de juillet) En espagnol : Enrique segundo ; Francisco primero.
Grammaire française I 26 Unité 5 : Le déterminant

Exercices
1. Expliquez chaque fois l'orthographe des mots vingt et cent dans les phrases suivantes
1. C'est un très gros livre. Il y a environ cinq cents pages.
2. Ce poulet doit bien peser quatre cent cinquante grammes.
3. Le lot gagnant porte le numéro trois cent.
4. Il me reste les cent dernières pages à lire.
5. Ce poulet doit bien peser dans les quatre cents grammes.
6. Cette maison fut construite en mille neuf cent.
7. La réponse à votre question se trouve à la page deux cent.
8. Il me reste encore deux cent vingt pages à lire pour achever la lecture de ce livre.
9. Ma grand-mère a au moins quatre-vingts ans.
10. Mon grand-père va fêter ses quatre-vingt-dix ans.
11. Ce poulet pèse probablement plus de six cent quatre-vingts grammes.
12. Cette pétition a obtenu plus de quatre-vingt mille signatures.
13. Nous devons faire l'exercice de la page quatre-vingt pour demain.
14. Cette chanson date des années quatre-vingt.
Grammaire française I 27 Unité 5 : Le déterminant

Résumé général : valeurs des déterminants


Article Indéfini Article défini Article partitif
Valeur de présentation Valeur de notoriété Valeur : refus du nombrable
Une personne demande à vous voir. Le soleil luit pour tout le monde Je mange de la salade, du poisson
Il était une fois, un roi et une princesse… Tu peux sortir le plat qui est dans le four ?

Valeur généralisante Valeur généralisante Passage du réel au virtuel


Un homme averti en vaut deux. La calomnie est un vilain défaut. Il y a en lui du professeur myope.
Un triangle équilatéral a les trois côtés égaux. Le chien est l’ami de l’homme.

Valeur emphatique Valeur emphatique


(qualité ou quantité) (mépris ou louange)
Je suis allé au stade. Un match !! Oh ! Le beau tableau !
Il y avait un monde ! Bravo ! L'admirable réponse !
Valeur spécifiante ou Valeur possessive
particularisante Les enfants, brossez-vous les dents !
Paul, un ami de Jacques, a déménagé. J’ai mal à la tête.
Tu vas devenir un homme, mon enfant.

Valeur démonstrative
Donne-moi la clé !

Valeur distributive
Trois euros la douzaine.
Nous avons cours le mardi.

Adjectif possessif Adjectif démonstratif


Rapport d’appropriation Localisation dans l’espace ou le temps
Il a apporté son livre et sa trousse. Cet homme a une démarche curieuse.
Cette veste te va fort bien.

Valeur stylistique Valeur stylistique


(tendresse et dédain) (mépris ou louange)
C'était mon bon chienchien ! ce monde !
C'est ça ton grand champion ?

Adjectif relatif Adjectif interrogatif et exclamatif


Mettre en relation avec le nom déjà exprimé ou Poser une question à propos du nom qu’il
suggéré dans la phrase la proposition qui suit détermine :
Les regards des alliés étaient fixés sur Petrograd, contre laquelle Quel livre as-tu lu ?
capitale on croyait que les Allemands commençaient leur marche. Quelle date sera retenue ?
Exprime un sentiment vif (admiration, étonnement…)
Quel idiot !
Quelle réponse intelligente !

Adjectifs indéfinis
Quantité zéro Quantité partielle, positive Totalité/ Valeur distributive
Elle n’a aucun intérêt. Dans un certain monde Chaque fleur s’évapore.
Je n’ai nul besoin de ces affaires À certains moments. Toute peine mérite salaire.
J’ai passé quelque temps… Tous les deux jours.
Il y avait quelques personnes J’ai lu tous les livres
J’ai invité plusieurs personnes.
Je l’ai dit maintes fois.
Il a parlé à diverses personnes
J’ai entendu différents témoins
Indétermination La différence ou l’identité
Il sort seul à n’importe quelle heure de la nuit Il y a tel hôtel à Mons.
Il demandait un emploi quelconque. Les mêmes causes ne produisent pas toujours les mêmes effets.
Donnez-moi l’autre livre.

Adjectifs numéraux
Quantité précise et chiffrée arithmétiquement des êtres ou des choses désignés par le nom
On ne guérit pas en cinq minutes un mal qu’on traîne depuis quarante ans.
Grammaire française I 28 Unité 5 : Le déterminant

Exercices complémentaires avec corrigés


Noms géographiques : Articles et prépositions
1. Complétez avec ce qui manque
1. Quels sont les vols pour le Brésil, s'il vous plaît ?
Pour aller ____ Brésil, il y a seulement le vol «Paris-Rio »
2. Pour la Bulgarie, est-ce qu'il y a des escales ?
Oui, Madame. Pour aller ____ Bulgarie vous passez par Belgrade _____Yougoslavie.
3. Pouvez-vous me donner les horaires de vol pour l'Irlande et l'Australie ? Je vais d'abord ____ Irlande, puis de là ____
Australie.
4. Pour Chypre, quels sont les horaires des vols, s'il vous plaît ?
Pour aller ____ Chypre, le départ est à 16h 40.
5. Combien de temps dure le vol pour les Baléares ?
Vous partez à 10h et vous êtes à 13h ____ Baléares.
6. Les passagers pour la Turquie sont priés de se rendre à la porte 42.
Ah, vous allez ____ Turquie !
Oui, et vous ?
Non, moi je vais ____ Inde.
7. Où allez-vous Mademoiselle ?
Je vais ____ Scandinavie, d'abord ____ Suède, puis ____ Norvège et ensuite ____ Danemark. Vous connaissez la
Scandinavie ?
Je connais la Finlande et la Norvège, mais je ne connais ni la Suède ni le Danemark.
8. Vous allez souvent ____ Japon ?
Oui, très souvent. Ma firme travaille avec le Japon.
9. Où faites-vous escale pour Cuba ?
A Dakar. Je connais bien le vol, c'est la troisième fois que je vais ____ Cuba !
10. Vous partez en vacances ?
Oui, nous allons ____ Antilles. L'année prochaine nous irons ____ États-Unis.
11. Le vol pour Sri Lanka est annoncé. Vous allez ____ Sri Lanka, n'est-ce pas ?
Oui, je prends cet avion.
12. C'est la première fois que vous allez ____ Maroc ?
Oui, je connais la Tunisie mais pas le Maroc.
13. Combien vous payez pour aller ____ Philippines ?
Le vol pour les Philippines coûte 100 € aller-retour.
14. Vous partez loin ?
Oui, je vais ____ Amérique latine. Je vais visiter le Brésil, l'Equateur, la Colombie. Je pense rester trois semaines ____
Brésil, trois jours ____ Equateur et cinq jours ____ Colombie.

2. Complétez. Les meilleures vacances ! Allez :


___ Amsterdam ___ Écosse ___ Martinique
___Andalousie ___ Égypte ___ Moscou et __ Saint-Pétersbourg
___ Athènes et ___ Péloponnèse ___ Florence ___ Népal
___ Australie ___ Floride ___New York
___ Baléares ___ Guadeloupe ___Nouvelle-Calédonie
___ Barcelone et ___Catalogne __ Hongkong, __ Macao, ___Pékin et ___ Chine
___ Bavière et ___ Forêt Noire __Singapour ___ Prague
___ Berlin ___ îles Anglo-Normandes ___ Québec
___ Brésil ___ îles grecques ___ Réunion, ___ l'Île Maurice,
___ Bruges et ___ Gand ___ Indonésie ___ Seychelles
___ Budapest et ___ Hongrie ___ Israël ___ Sénégal
___ Bulgarie ___ Istanbul et ___ Cappadoce ___ Sicile
Grammaire française I 29 Unité 5 : Le déterminant

___ Cameroun ___ Kenya ___ Syrie


___ Canaries ___ Londres ___ Tahiti
___ Ceylan et ___ Maldives ___ Madagascar ___ Thaïlande et ___ Birmanie
___ Chypre ___ Mali et ___Niger ___ Tokyo et ___ Kyoto
___ Corée ___Madrid et ___ Castille ___ Tunisie
___ Côte d'Ivoire ___ Malte ___ Turquie
___ Crète et ___ Rhodes ___ Marrakech et ___ le sud ___ Venise ___ Italie
marocain

Articles définis, indéfinis, contractés


3. Indiquez si les mots en caractères gras sont des articles définis ou des pronoms personnels.
1. Le porc ayant mangé l'orge, on l'amena rassasié sur le bord du rempart et on le précipita dans le champ des Sarrasins
2. Chaque dimanche, en effet, quand la saison le permettait, le vieil Arnal descendait à la ville.
3. On dirait à voir les grands fleuves de notre pays, les grandes lignes de terrains qui les encadrent que la France coule
avec eux à l'Océan.
4. Il sourit, saisit la ficelle, la tire brusquement à lui.

4. Donner la valeur des articles définis dans les expressions et phrases suivantes.
1. Le travail, c'est la santé.
2. Le plus sot animal, à mon avis, c'est l'homme.
3. Dis bonjour au cousin.
4. La belle maison ! quel cadre enchanteur !
5. Le train, là ! Il arrive !
6. J'envoie mon fils chez le boulanger.
7. Qui est là ? - c'est le plombier !

5. Dans les phrases suivantes, dites si « du » est article défini contracté ou article partitif.
1. Reprendrez- vous du café ?
2. Le son du violon me rend triste.
3. Johann a trouvé la clé du coffre magique.
4. II y a du calcaire dans l'eau de la ville.
5. Clara a eu du chagrin à la mort de son chien.
6. La solution du problème se trouve page 126.
7. Les illustrations du livre plairont à de jeunes enfants.
8. Ce film vous promet du rêve et de l'aventure.

6. Dans les phrases suivantes, dites si « des » est article défini contracté ou article indéfini.
1. L'automne est la saison des vendanges.
2. Remets des feuilles dans l'imprimante.
3. Victor a réparé le volet avec des clous.
4. Anita achètera des magazines pour ses vacances.
5. À présent, les vitres des voitures sont souvent électriques.
6. Des gravures anglaises ornent les murs du château.
7. Tu feras un gros bouquet de fleurs des champs.
8. Les archéologues ont pris des précautions pour déplacer les statues.
9. On nous a donné des consignes très précises.
10. Le régime des sportifs est très strict.
________________________________________________________________________________________________
Corrigés
1. Complétez avec ce qui manque
1. - Quels sont les vols pour le Brésil, s'il vous plaît ?
- Pour aller au Brésil, il y a seulement le vol «Paris-Rio »
Grammaire française I 30 Unité 5 : Le déterminant

2. - Pour la Bulgarie, est-ce qu'il y a des escales ?


- Oui, Madame. Pour aller en Bulgarie vous passez par Belgrade en Yougoslavie.
3. - Pouvez-vous me donner les horaires de vol pour l'Irlande et l'Australie ? Je vais d'abord en Irlande, puis de là en Australie.
- Un moment, Monsieur, s'il vous plaît.
4. - Pour Chypre, quels sont les horaires des vols, s'il vous plaît ?
- Pour aller à Chypre, le départ est à 16h 40.
5. - Combien de temps dure le vol pour les Baléares ?
- Vous partez à 10h et vous êtes à 13h aux Baléares.
6. Les passagers pour la Turquie sont priés de se rendre à la porte 42.
- Ah, vous allez en Turquie !
- Oui, et vous ?
- Non, moi je vais en Inde.
7. - Où allez-vous Mademoiselle ?
- Je vais en Scandinavie, d'abord en Suède, puis en Norvège et ensuite au Danemark. Vous connaissez la Scandinavie ?
- Je connais la Finlande et la Norvège, mais je ne connais ni la Suède ni le Danemark.
8. - Vous allez souvent au Japon ?
- Oui, très souvent. Ma firme travaille avec le Japon.
9. - Où faites-vous escale pour Cuba ?
- A Dakar. Je connais bien le vol, c'est la troisième fois que je vais à Cuba !
10. - Vous partez en vacances ?
- Oui, nous allons aux Antilles. L'année prochaine nous irons aux États-Unis.
11. - Le vol pour Sri Lanka est annoncé.
- Vous allez au Sri Lanka, n'est-ce pas ?
- Oui, je prends cet avion.
12. C'est la première fois que vous allez au Maroc ?
- Oui, je connais la Tunisie mais pas le Maroc.
13. - Combien vous payez pour aller aux Philippines ?
- Le vol pour les Philippines coûte 100 € aller-retour.
14. - Vous partez loin ?
- Oui, je vais en Amérique latine. Je vais visiter le Brésil, l'Equateur, la Colombie. Je pense rester trois semaines AU Brésil, trois
jours en Equateur et cinq jours en Colombie.

2. Complétez avec l’élément pertinent. Les meilleures vacances ! Allez :


À Amsterdam En Écosse À la/ En Martinique
En Andalousie En Égypte À Moscou et à Saint-Pétersbourg
À Athènes et dans le Péloponnèse À Florence Au Népal
En Australie En Floride À New York
Aux Baléares En Guadeloupe En Nouvelle-Calédonie
À Barcelone et en Catalogne À Hongkong, à Macao, à Singapour À Pékin et en Chine
En Bavière et dans la Forêt Noire Aux îles Anglo-Normandes À Prague
À Berlin Aux îles grecques Au Québec
Au Brésil En Indonésie À la Réunion, à l'Île Maurice,
À Bruges et à Gand En Israël Aux Seychelles
À Budapest et en Hongrie À Istanbul et en Cappadoce Au Sénégal
En Bulgarie Au Kenya En Sicile
Au Cameroun À Londres En Syrie
Aux Canaries À Madagascar À Tahiti
À Ceylan et aux Maldives Au Mali et au Niger En Thaïlande et en Birmanie
À Chypre À Madrid et en Castille À Tokyo et à Kyoto
En Corée À Malte En Tunisie
En Côte d'Ivoire À Marrakech et dans le sud En Turquie
En Crète et à Rhodes marocain À Venise en Italie
Grammaire française I 31 Unité 5 : Le déterminant

3. Indiquez si les mots en italique sont des articles définis ou des pronoms personnels.
1. Le porc ayant mangé l'orge, on l'amena rassasié sur le bord du rempart et on le précipita dans le champ des
Sarrasins.
2. Chaque dimanche, en effet, quand la saison le permettait, le vieil Arnal descendait à la ville.
3. On dirait à voir les grands fleuves de notre pays, les grandes lignes de terrains qui les encadrent que la France coule
avec eux à l'Océan.
4. Il sourit, saisit la ficelle, la tire brusquement à lui.

4. Donner la valeur des articles définis dans les expressions et phrases suivantes
1. Le travail, c'est la santé  valeur généralisante.
2. Le plus sot animal, à mon avis, c'est l'homme valeur généralisante, virtuel.
3. Dis bonjour au cousin  valeur possessive.
4. La belle maison ! quel cadre enchanteur !  valeur démonstrative et emphatique : admiration, laudation.
5. Le train, là ! Il arrive !  valeur démonstrative.
6. J'envoie mon fils chez le boulanger  valeur possessive.
7. Qui est là? - c'est le plombier!  valeur de notoriété.

5. Dans les phrases suivantes, dites si « du » est article défini contracté ou article partitif.
1. Reprendrez- vous du café ?
2. Le son du violon me rend triste.
3. Johann a trouvé la clé du coffre magique.
4. II y a du calcaire dans l'eau de la ville.
5. Clara a eu du chagrin à la mort de son chien.
6. La solution du problème se trouve page 126.
7. Les illustrations du livre plairont à de jeunes enfants.
8. Ce film vous promet du rêve et de l'aventure.

6. Dans les phrases suivantes, dites si « des » est article défini contracté ou article indéfini.
1. L'automne est la saison des vendanges.
2. Remets des feuilles dans l'imprimante.
3. Victor a réparé le volet avec des clous.
4. Anita achètera des magazines pour ses vacances.
5. À présent, les vitres des voitures sont souvent électriques.
6. Des gravures anglaises ornent les murs du château.
7. Tu feras un gros bouquet de fleurs des champs.
8. Les archéologues ont pris des précautions pour déplacer les statues.
9. On nous a donné des consignes très précises.
10. Le régime des sportifs est très strict.