Vous êtes sur la page 1sur 8

UFR Littérature, Linguistique, Didactique

Département Didactique du Français Langue Étrangère

Master 2 Spécialité 1 :
Didactique du français langue étrangère et langue du monde

Manuels et interculturalité

Dossier présenté par Mierina ANDRIANTSEHENOHARINALA

Enseignant : Olivier Lumbroso


Année universitaire 2018-2019
Département de Didactique du Français Langue Étrangère - 46 rue Saint Jacques – 75005 Paris

0
Littérature : étudier un texte littéraire

Etudier une nouvelle naturaliste

Activité préliminaire
1) Qu’est-ce que le naturalisme ? Discutez la définition donnée ci-dessous. Que peut-on
en déduire sur les thèmes traités ?

Naturalisme n.m
École littéraire qui visait à reproduire la réalité avec une objectivité parfaite et dans tous ses
aspects, même les plus vulgaires.
Dictionnaire Larousse

2) Visionnez la vidéo du Musée d’Orsay sur le naturalisme en peinture et répondez aux


questions suivantes.
Léon Lhermitte, 1882, La paye des moissonneurs (0’00 – 2’15)
a. Quel moment le peintre essaie-t-il de capturer ?
b. Qu’exécute-t-il avant de peindre son œuvre ?
c. Où le peintre puise-t-il son inspiration pour réaliser le tableau ?
d. Que cherche-t-il à représenter et de quelle manière y parvient-il ?
e. Comment Casimir perçoit-il le tableau ?
f. Quelles sont les caractéristiques appréciées par la critique ?

Léon Lhermitte (1844-1925), La paye des moissonneurs, 1882. Huile sur toile. H. 215 ; L. 272 cm
Paris, musée d'Orsay

1
3) Observez la photo ci-dessous.

a. A quelle scène de la vie parisienne assiste-t-on ?


b. Que semble être la structure en question ?
c. Selon vous, comment fonctionne-t-elle ? Existe-t-elle dans d’autres pays ?

2
Lecture du texte

Un matin, j’osai aller à huit heures faire la queue à la porte de Brébant ; j’avais peur d’être
reconnu par des amis riches. J’eus toutes les peines du monde à avaler un bol de soupe aux
poireaux et aux pommes de terre ; les habitués me criaient : à la porte ! « Je marquais trop
bien », paraît-il pour avoir faim ; et puis, je leur enlevais une portion ; je ne pouvais pourtant
5 pas faire autrement. J’avais gardé mes deux derniers sous pour le soir… Allez chez des amis
« piquer des assiettes ? » Jamais. […]
C’est ce bol de soupe de Brébant qui m’a véritablement sauvé la vie et remis dans mon
assiette.
L’effet fut instantané ; je cherchai un cure-dent dans mon gousset, je passai sur l’autre côté
10 du boulevard et me promenai avec ostentation.
Des idées de luxe m’avaient soudain envahi ; puis, peu à peu, je me tins des raisonnements
canailles dans le genre de celui-ci :
« Ce n’est pas en restant ainsi avachi, timide, honnête, qu’on arrive. Allons, sapristi ! de
l’aplomb, soyons s’il le faut chevalier d’aventure ; l’asphalte m’appartient ; secouons toutes ces
15 hésitations ; au diable l’honnêteté !... Zut pour les préjugés…etc… »
Allègre, je passai ma journée dans le quartier de la Bourse à regarder les coupés des
financiers qui stationnent sur la place, à considérer les livrées opulentes. Je lorgnai les élégantes
et je fus audacieux au point de rester en contemplation devant les élégantes bonbonneries de
Bonnet et devant les succulentes pâtisseries de Julie ; j’allai aspirer les odeurs de Potel et
20 Chabot, et à sept heures du soir, j’étais rêvassant devant le menu d’une grande table d’hôte de
la rue Vivienne, l’estomac vide toujours depuis le fameux bol de soupe du matin.
« Il faut me lancer dans la bagarre » dis-je, presque à haute voix en tournant dans ma main
les deux sous qui me restaient. Tant pis ! advienne que pourra. Je n’y tenais plus, il me fallait
un bon repas, coûte que coûte… Encore un croissant pour souper… non… jamais ; j’étais en
25 révolte !

F. Enne, La vie simple, « La faim », 1891

Vocabulaire :
Asphalte n.m : bitume.
Canaille n.m : personne malhonnête, méprisable (utilisé ici comme adjectif)
Gousset n.m : petit sac destiné à contenir de l’argent, porté sous l’aisselle ou à la ceinture.
Livrée n.f : habits portant l’emblème d’un seigneur, d’un prince ou d’un roi et distribués à ses domestiques.
Ostentation n.f : excès dans la manière de mettre en valeur ses biens ou ses qualités.

3
Compréhension écrite

Compréhension globale
1) Pour quelle raison le narrateur se rend-il
au Brébant ?
2) Comment évolue son état d’esprit tout au
long de la journée ? Citez les éléments qui
justifient votre propos.
3) A quelle(s) difficulté(s) semble-t-il faire
face dans son quotidien ?

Le Brébant, 32 boulevard Poissonnière, Paris (9e)

Compréhension médiane
1) Relevez les expressions idiomatiques. Comment sont-elles employées ? Quel ton
donnent-elles au texte ?
2) Comment l’auteur décrit-il la journée du personnage ? Observez l’articulation et la mise
en scène du discours à travers des éléments grammaticaux et syntaxiques précis.

Compréhension détaillée
1) Ligne 16 à 21 :
a. Observez le paragraphe. A quel type de discours s’apparente-t-il ? Que peut-on
dire sur les choix stylistiques opérés par l’auteur ?
b. Identifiez l’itinéraire du personnage. Quel type de lieux visite-t-il ? Quel(s)
effet(s) cela produit-il sur lui ?
2) Quel semble être le caractère du personnage ? Imaginez plusieurs adjectifs pour le
qualifier.
3) Pourquoi finit-il par être « en révolte » ?
4) A partir des questions précédentes, réfléchissez à la manière dont le naturalisme
s’exprime dans le texte.

4
Production écrite
Votre correspondant français vous demande à quoi ressemble une promenade dans votre
quartier préféré de la ville où vous résidez. Ecrivez-lui un texte de cinq à dix lignes en employant
les caractéristiques stylistiques du naturalisme.

Production orale
a) En petits groupes, discutez des thèmes suivants relatifs au texte. Partez du texte puis
élargissez à vos connaissances et avis personnels.
Le luxe et la cupidité
La consommation et le consumérisme
Les inégalités de richesse
La fierté et la honte
Le travail
L’argent et la charité
b) Quel(s) lien(s) peut-on établir entre ces différentes thématiques ?

Vidéo de la série « Orsay en mouvements » sur le naturalisme :


https://www.youtube.com/watch?time_continue=45&v=K6-TjO29T4M (0’00 – 2’15)

5
Note d’intention

Cette séquence pédagogique a été élaborée pour une séance de quatre heures et est destinée à
un public d’apprenants de français langue étrangère de niveau C1. Ce niveau a été choisi afin
de pouvoir orienter la séquence et la discussion à la fois sur le naturalisme et ses
caractéristiques, et sur les thèmes sous-jacents au texte. L’extrait et les questions ont ainsi été
particulièrement conçus pour un niveau C1. A l’issue de la séance, nous proposerons aux
apprenants de lire chez eux l’intégralité de la nouvelle. Cela permet d’une part de concentrer la
séance à l’étude des caractéristiques littéraires du naturalisme, et de procéder aux activités de
production orale et écrite. Et d’autre part, l’apprenant dispose d’un moment de réflexion
personnelle sur le texte, lui permettant d’anticiper la suite du texte. De plus, la longueur de la
nouvelle autorise une lecture intégrale. En cela, il appartient à l’enseignant de revenir sur le
sujet au début de la séance suivante, et notamment afin de discuter du crédit que le personnage
prend au restaurant du Père Savoureux et sur toute la dimension ironique que le texte revêt. Cet
aspect humoristique est par ailleurs déjà abordé au cours de la séquence à travers l’étude des
expressions idiomatiques et de la stylistique de l’extrait.
Ces pages de manuel ont ainsi véritablement été conçues pour étudier une nouvelle naturaliste.
On peut imaginer que cette séquence puisse être exploitée en contexte FLE dans un cours de
littérature française, au lycée ou à l’université. Elle pourrait alors constituer une introduction à
l’étude des années 1880-1900. On la complètera par une séquence disposant d’une orientation
davantage historique avec, par exemple, un extrait de Zola. D’autre part, la production orale a
pour objectif d’élargir la discussion sur des thématiques sous-jacentes au texte. En cela, cette
séquence pourrait également être exploitée au cours d’un chapitre sur les inégalités de richesse
ou le consumérisme. Les questions sollicitant la culture et l’expérience des apprenants,
notamment au cours de l’activité préliminaire et de la production orale, ont vocation à intégrer
la dimension interculturelle. La nouvelle de Enne est ainsi particulièrement intéressante à
étudier d’un point de vue littéraire et thématique, et suscite de nombreuses réflexions.
Enfin, l’activité préliminaire et l’activité de production orale ont été conçues comme des temps
de prise de parole et d’échange en groupe-classe. Situées en début et en fin de séquence, ces
activités permettront ainsi de rythmer la séquence, qui peut paraître assez conséquente. La
lecture du texte sera également effectuée une première fois à haute voix et convoquera plusieurs
lecteurs. Cela permettra non seulement une découverte commune du texte, mais aussi un travail
sur la compétence orthoépique. Les apprenants reliront par la suite le texte afin de répondre,
seuls, aux questions de compréhension. Ces dernières ainsi que la production écrite ont
d’ailleurs été conçues pour permettre à l’apprenant d’avoir une certaine autonomie au cours de
la séance.

6
Table des matières

Séquence pédagogique ............................................................................................................. 1


Activité préliminaire ............................................................................................................... 1
Lecture du texte ...................................................................................................................... 3
Compréhension écrite ............................................................................................................. 4
Production écrite et orale ........................................................................................................ 5
Note d’intention ........................................................................................................................ 6

Déclaration sur l’honneur


Je, soussignée ANDRIANTSEHENOHARINALA Mierina, déclare avoir rédigé ce travail sans
aides extérieures ni sources autres que celles qui sont citées. Toutes les utilisations de textes
préexistants, publiés ou non, y compris en version électronique, sont signalées comme telles.
Ce travail n’a été soumis à aucun autre jury d’examen sous une forme identique ou similaire,
que ce soit en France ou à l’étranger, à l’université ou dans une autre institution, par moi-même
ou par autrui.
10/01/2019
Mierina Andriantsehenoharinala