Vous êtes sur la page 1sur 57

INSTITUT SUPERIEUR DES ETUDES TECHNOLOGIQUES DE GAFSA

DEPARTEMENT GENIE MECANIQUE

LICENCE APPLIQUEE EN GENIE MECANIQUE

SUPPORT DE COURS : SECURITE INDUSTRIELLE

Elaboré par : Mr. Nciri Rached

Pour la formation des étudiants du Niveau 3-Licence appliquée en Génie


Mécanique

Année universitaire : 2017-2018


PREFACE

Cet ouvrage vient pour s’inscrire dans l’ensemble des


productions pédagogiques élaborées au sein du département
Génie Mécanique de l’Institut Supérieur des Etudes
Technologiques de Gafsa. Durant ce travail, je me suis attelé
à rédiger un support de cours pour le module « Sécurité
industrielle » destiné pour les élèves du Niveau 3-License
appliquée en Génie Mécanique.
COURS « SECURITE INDUSTRIELLE »

• Profil : Génie Mécanique

• Niveau : L3-CFM-S5

• Pré-requis : Niveau Baccalauréat.

• Nombre d’heures : 21 heures de cours intégré.

• Objectifs du cours :

- Maitriser les connaissances de base sur la fonction sécurité


industrielle/risques professionnels.
- Savoir proposer et appliquer une démarche de maîtrise des
risques.
- Connaître et savoir proposer les méthodes de suppression et
de réduction des risques et les équipements de protection
individuelle.
- Acquérir et savoir appliquer des connaissances sur la sécurité
contre les incendies.
SOMMAIRE
CHAPITRE I: APERCU SUR LA FONCTION SECURITE INDUSTRIELLE .......... 1
I. PRESENTATION ................................................................................................................ 1
II. TYPOLOGIE DES ACTIVITES DE SECURITE ........................................................................ 1
II.1. Activités de sécurité pour la protection du personnel............................................. 1
II.2. Activités de sécurité pour la protection de l’environnement .................................. 1
II.3. Activités de sécurité pour la protection des biens .................................................. 1
III. TYPOLOGIE DES RISQUES SUR LE PERSONNEL DE TRAVAIL ............................................ 2
III.1. Accident sans arrêt de travail ................................................................................ 3
III.2. Accident avec arrêt de travail ................................................................................ 3
III.3. Accident de trajet .................................................................................................. 3
III.4. Accident grave....................................................................................................... 3
IV. SERVICE SECURITE ........................................................................................................ 4
IV.1. Activités préventives ............................................................................................. 4
IV.2. Activités correctives .............................................................................................. 5
CHAPITRE II: RISQUES PROFESSIONNELS ............................................................. 6
I. PRESENTATION ................................................................................................................ 6
II. PRINCIPAUX RISQUES PROFESSIONNELS IDENTIFIES ........................................................ 6
II.1. Risques psychosociaux ........................................................................................... 6
II.2. Risques biologiques ................................................................................................ 7
II.3. Risques chimiques .................................................................................................. 7
II.4. Risques liés aux phénomènes physiques ................................................................ 8
II.5. Risque liées à l’activité physique ........................................................................... 8
II.6. Risques liées aux déplacements .............................................................................. 8
II.7. Risques liés aux équipements de travail ................................................................. 9
II.8. Risques d’incendie et d’explosion sur le lieu de travail ......................................... 9
CHAPITRE III: DEMARCHE DE MAITRISE DES RISQUES ................................. 11
I. PRESENTATION .............................................................................................................. 11
II. METHODOLOGIE ........................................................................................................... 11
II.1. Etape 1 : Analyse des risques ............................................................................... 12
II.1.1. Observation de la situation de travail............................................................. 12
II.1.2. Identification des risques/phénomènes dangereux......................................... 13
II.1.3. Estimation des risques.................................................................................... 13
II.2. Etape 2 : Appréciation des risques ....................................................................... 15
II.3. Etape 3 : Suppression/réduction des risques......................................................... 16
III. ATTEINTE DES OBJECTIFS DE MAITRISE DES RISQUES................................................... 16
CHAPITRE IV: METHODES DE SUPPRESSION/REDUCTION DES RISQUES . 18
I. PRESENTATION .............................................................................................................. 18
II. METHODES DE MAITRISE DES RISQUES.......................................................................... 18
II.1. Elimination ........................................................................................................... 18
II.2. Substitution ........................................................................................................... 19
II.2.1. Substitution d’une méthode de travail ........................................................... 19
II.2.2. Substitution d’un produit ............................................................................... 19
II.3. Mesures techniques............................................................................................... 20
II.3.1. Confinement ................................................................................................... 20
II.3.2. Isolation.......................................................................................................... 21
II.3.3. Ventilation...................................................................................................... 21
II.4. Mesures administratives ....................................................................................... 22
II.5. Equipement de protection individuelle ................................................................. 22
CHAPITRE V: LES EQUIPEMENTS DE PROTECTION INDIVIDUELLE (EPI) 23
I. PRESENTATION .............................................................................................................. 23
II. CHOIX ET MISE EN ŒUVRE D’UN EPI ............................................................................ 23
II.1. Choix d’un EPI ..................................................................................................... 23
II.2. Mise en œuvre d’un EPI ....................................................................................... 24
III. PRINCIPAUX TYPES DE PROTECTION INDIVIDUELLE ..................................................... 24
III.1. Protection de mains ............................................................................................. 24
III.2. Protections des pieds ........................................................................................... 27
III.3. Protection des yeux ............................................................................................. 28
III.4. Protection auditive (contre le bruit) .................................................................... 30
III.5. Protection de la tête ............................................................................................. 33
III.6. Protection respiratoire ......................................................................................... 34
III.7. Protection contre les chutes ................................................................................. 39
CHAPITRE VI: SECURITE CONTRE LES INCENDIES .......................................... 41
I. PRESENTATION .............................................................................................................. 41
II. REACTION DE COMBUSTION .......................................................................................... 41
III. PARAMETRES D’INCENDIE ........................................................................................... 43
IV. GAZ GENERES PAR LE FEU ........................................................................................... 44
V. PROPAGATION D’INCENDIE ........................................................................................... 44
VI. PHASES INCENDIE........................................................................................................ 45
VII. MOYENS TECHNIQUES DE PREVENTION CONTRE L’INCENDIE ..................................... 45
ISET GAFSA SECURITE INDUSTRIELLE
DEPARTEMENT GENIE MECANIQUE COURS

CHAPITRE I: APERCU SUR LA FONCTION SECURITE


INDUSTRIELLE

I. Présentation

La sécurité industrielle peut être vue comme étant l’ensemble des activités menées
dans le but de réduire voire même éliminer les risques d’atteinte aux ressources humaines ou
matérielles d’une entreprise donnée. Les activités de sécurité sont imaginées et préparées par
les responsables du service sécurité et menées par les agents de ce service.

II. Typologie des activités de sécurité

Les activités de sécurité industrielle peuvent êtres classifiées en 3 principaux types :

• Sécurité du personnel

• Sécurité de l’environnement

• Sécurité des biens

II.1. Activités de sécurité pour la protection du personnel

Les activités de sécurité destinées à la protection du personnel visent à réduire voire


supprimer tout risque d’atteinte à la vie et à la bonne santé des travailleurs. Ce type d’activités
présente un caractère principalement préventif.

II.2. Activités de sécurité pour la protection de l’environnement

Toute entreprise présente une gêne pour son environnement. Cette gêne peut prendre
plusieurs formes : pollution, effet de serre, transport des véhicules,…etc. Il est primordial de
mener des activités de sécurité destinées à la protection de l’environnement.

II.3. Activités de sécurité pour la protection des biens

Les biens d’une entreprise sont essentiellement de deux types :

• Biens matériels : les moyens de production (machines, outillages,…etc.), les


consommables, les installations, les locaux, archives (documents juridiques,
documents secrets, documents fiscales,…etc.),…etc.

1 NCIRI RACHED
ISET GAFSA SECURITE INDUSTRIELLE
DEPARTEMENT GENIE MECANIQUE COURS
• Biens immatériels : Données informatiques (fichiers, enregistrements, base de
données, mémoire électronique,…etc.

Il est indispensable de réaliser des activités de sécurité visant à protéger tous types de
bien contre les éventuels risques pouvant survenir.

III. Typologie des risques sur le personnel de travail

Les risques sur le personnel sont essentiellement de deux types :

• Les accidents de travail: L’article 3 de la loi n° 94-28 du 21 Février 1994, publiée dans
le journal officiel de la république Tunisienne, définit l’accident de travail comme
étant,

«Est considéré comme accident du travail, quelle qu'en soit la cause ou le lieu de
survenance, l'accident survenu par le fait ou à l'occasion du travail, à tout travailleur quand
il est au service d'un ou de plusieurs employeurs».

Cet article 3 précise aussi,

«Est également considéré comme accident du travail, l'accident survenu au travailleur


alors qu'il se déplaçait entre le lieu de son travail et le lieu de sa résidence pourvu que le
parcours n'ait pas été interrompu ou détourné par un motif dicté par son intérêt personnel ou
sans rapport avec son activité professionnelle»

• Les maladies professionnelles : L’article 3 de la loi n° 94-28 du 21 Février 1994,


publiée dans le journal officiel de la république Tunisienne, définit les maladies
professionnelles comme suit,

«Est considérée comme maladie professionnelle, toute manifestation morbide,


infection microbienne ou affection dont l'origine est imputable par présomption à l'activité
professionnelle de la victime»

Les accidents de travail peuvent être classés en 4 principaux types :

• Accidents sans arrêt de travail

• Accidents avec arrêt de travail

• Accidents de trajet

2 NCIRI RACHED
ISET GAFSA SECURITE INDUSTRIELLE
DEPARTEMENT GENIE MECANIQUE COURS
• Accidents grave

III.1. Accident sans arrêt de travail

Les accidents sans arrêt de travail sont considérés d’importance mineure. En effet, ce
type d’accident n’engendre pas des blessures sérieuses et donc pas d’obligation d’arrêter le
travail. Néanmoins, il est important d’enregistrer l’accident et de chercher les éventuelles
causes et remèdes.

III.2. Accident avec arrêt de travail

Comme l’indique leurs nom, les accidents avec arrêt de travail sont caractérisés par un
arrêt de production pour une durée qui dépasse les 24 heures. Deux principaux indicateurs
sont utilisés pour évaluer la fréquence et la gravité de ce type d’accidents : le taux de
fréquence TF et le taux de gravité TG.

Le taux de fréquence évalue le nombre des accidents d’un groupe de travailleurs


pendant une période déterminée.

Nombre d'accident × 1000000


TF =
Nombre d'heures travaillées

Le taux de gravité évalue la gravité des accidents d’un groupe des travailleurs en
termes d’absence de travail et d’incapacité temporaire, pendant une période déterminée.

Durée d'absence de travail × 1000


TG =
Nombre d'heures travaillées

III.3. Accident de trajet

Un accident de trajet est tout accident qui survient à un travailleur pendant le trajet
effectuée entre les points suivant :

• Le lieu de travail et la résidence

• Le lieu de travail et le lieu habituel de restauration.

III.4. Accident grave

3 NCIRI RACHED
ISET GAFSA SECURITE INDUSTRIELLE
DEPARTEMENT GENIE MECANIQUE COURS
Un accident de travail est considéré grave s’il cause une incapacité permanente
partielle ou totale. Un indice de gravité IG permet d’évaluer la gravité de tels types
d’accident.

Somme des taux d'incapacité permanente × 1000000


IG =
Nombre d'heures travaillées

IV. Service sécurité

Le service de sécurité est une partie intégrante de l’entreprise. Les activités du service
sécurité peuvent être classées en 2 grandes familles :

• Les activités préventives

• Les activités correctives

IV.1. Activités préventives

Les activités de sécurité préventives sont menées dans le but de réduire voire éliminer
les causes d’un accident donnée. Il s’agit alors d’anticiper (prévenir) un accident de travail.
Les activités de sécurité préventives peuvent être résumées par le diagramme suivant,

- Procédés de
production
- Procédure de Accidenté
travail
- Statistiques
des accidents

Identifier et analyser les


causes de l’accident

Elaborer des mesures de protection


et procédures de contrôle

Diffusion des mesures de


protection

Evaluer l’efficacité des mesures


de sécurité élaborées

4 NCIRI RACHED
ISET GAFSA SECURITE INDUSTRIELLE
DEPARTEMENT GENIE MECANIQUE COURS
IV.2. Activités correctives

Les activités de sécurité correctives sont menées essentiellement dans le but de rétablir
(corriger) la santé de l’accidenté. Les activités de sécurité correctives peuvent être résumées
par le diagramme suivant,

Accidenté

Donner les premiers soins

Enregistrer l’accident

Emmener l’accidenté à
l’urgence

Evaluer les coûts de


l’accident

Evaluer l’efficacité des


mesures de sécurité
élaborées

5 NCIRI RACHED
ISET GAFSA SECURITE INDUSTRIELLE
DEPARTEMENT GENIE MECANIQUE COURS

CHAPITRE II: RISQUES PROFESSIONNELS

N.B. Ce cours est élaboré en se basant sur l’ensemble des spécifications techniques
fournies par l’INRS (Institut National (français) de Recherche et de Sécurité).

I. Présentation

Le risque professionnel est tout évènement dangereux et inhérent, directement ou


indirectement, à l’exercice d’un métier. Ces risques sont souvent connus mais ils sont
incertains. Il est primordial de maitriser les risques professionnels afin de les limiter voir les
anéantir. Cette maitrise passe tout d’abord par la classification de ces risques dans des
différentes catégories.

II. Principaux risques professionnels identifiés

Suivant la classification élaborée par l’INRS (Institut National (français) de Recherche


et de Sécurité), il y a 8 principales catégories pour les risques professionnels. Ceci n’exclue
pas l’existence d’autres types de classification.

II.1. Risques psychosociaux

Cette catégorie de risque concerne tout sentiment de mal-être ressenti par un


travailleur. Ces risques sont dus essentiellement aux troubles relationnels entre le travailleur et
son environnement professionnel. Ces troubles sont causés essentiellement par le stress
(temps de repos réduit, exigences accrue de la part des chefs, individualisation du
travail…etc.) et les violences internes (harcèlement moral ou sexuel, conflits entre
collègues,...etc.) et externes (commis par des personnes externes : insultes, menaces,
agressions,…etc.). La prévention contre ce type de risques passe par l’humanisation de la
philosophie de production et l’allègement des tensions socio-professionnelles.

Exemple

• Surmenage

• Trouble de concentration

• Trouble de sommeil

• Nervosité

6 NCIRI RACHED
ISET GAFSA SECURITE INDUSTRIELLE
DEPARTEMENT GENIE MECANIQUE COURS
• Epuisement intense

II.2. Risques biologiques

Cette catégorie de risque regroupe toute forme de contamination par les agents
biologiques existants dans l’environnement professionnel. Les contaminations sont
essentiellement de nature virale ou bactérienne. Ces risques se manifestent principalement
dans les métiers de la santé mais aussi dans les industries agroalimentaires et les métiers de
l’environnement. La prévention contre ce type de risques est d’autant plus efficace que la
chaine de transmission de la contamination soit rompue le plus en amont possible.

Exemple

• Infections

• Allergies

• Intoxications

• Cancers

II.3. Risques chimiques

Cette catégorie de risque concerne les contaminations par les agents chimiques
toxiques (colles, diluants, colorants, fumées,…etc.) qui peuvent se présenter, couramment,
dans l’environnement professionnel. Ces produits contaminent le corps du travailleur par les
voies respiratoires, la bouche et la peau. En termes de contamination, ces risques représentent,
en quelque sorte, un complément pour les risques biologiques. La prévention contre ce type
de risques est basée sur l’utilisation des équipements de sécurité ainsi que la réduction de la
toxicité des produits chimiques utilisés ou générés.

Exemple

• Intoxications aigues

• Intoxications chroniques

• Brulures (lésions)

• Cancers

7 NCIRI RACHED
ISET GAFSA SECURITE INDUSTRIELLE
DEPARTEMENT GENIE MECANIQUE COURS
II.4. Risques liés aux phénomènes physiques

Cette catégorie de risque est causée par toute forme de phénomène physique pouvant
engendrer une dégradation de l’organisme du travailleur. La nature de ces phénomènes est
diverse : mécanique, vibratoire, sonore, thermique,…etc. La prévention contre ce type de
risques est basée sur l’utilisation des équipements de sécurité.

Exemple

• Blessures

• Brûlures

• Surdité réversible et irréversible

• Chocs physique, thermique et électrique

II.5. Risque liées à l’activité physique

Cette catégorie de risque est causée par toute activité physique dont la répétition, la
pression temporelle ainsi que les importants niveaux d’efforts peuvent entrainer la
dégradation de l’organisme du travailleur. La prévention contre ce type de risques est basée
sur l’allègement des tâches les plus dures ainsi que la formation et l’entrainement des
travailleurs sur les techniques ergonomiques de travail.

Exemple

• Troubles musculo-squelettiques

• Troubles traumatiques

• Troubles cardiovasculaires

II.6. Risques liées aux déplacements

Cette catégorie de risque regroupe les accidents liés aux déplacements dans le cadre de
travail (à pied ou à bord d’un véhicule). La prévention contre ce type de risques passe par la
sensibilisation des travailleurs ainsi que la maintenance efficace des véhicules utilisés.

Exemple

• Accident de route entre le domicile et le lieu de travail


8 NCIRI RACHED
ISET GAFSA SECURITE INDUSTRIELLE
DEPARTEMENT GENIE MECANIQUE COURS
• Accident de route dont la victime est un routier, coursier ou commerciale lors d’un
déplacement dans le cadre du travail

II.7. Risques liés aux équipements de travail

Cette catégorie de risque engendre les mêmes effets que celles dus aux risques
chimiques et aux risques liées aux phénomènes physiques. La particularité de ces risques
réside dans le fait qu’ils sont causés par une défaillance ou un mauvais usage d’un équipement
de travail. La prévention contre ce type de risques est basée sur la formation et la
sensibilisation des travailleurs à l’utilisation correcte des équipements de sécurité ainsi que le
contrôle de la qualité de ces équipements.

Exemple

• Blessures ou brûlures des mains dues au non port ou à une défaillance des gants de
sécurité

• Blessures de la tête dues au non port ou à une défaillance de casque de sécurité

• Blessures des pieds dues au non port ou à une défaillance des chaussures de sécurité

• Surdité réversible ou irréversible dues au non port ou à une défaillance des casques
anti-bruits

• Troubles de fonctionnement des organes internes dus au non port ou à une défaillance
des tabliers en cuir de sécurité

II.8. Risques d’incendie et d’explosion sur le lieu de travail

Cette catégorie de risque a une importance majeure vue son caractère extrêmement
destructif pour les ressources humaines et matérielles. Ces risques sont causés par tout
phénomène physique ou chimique pouvant entrainer un incendie ou une explosion. La
prévention contre les incendies et les explosions passe par 4 mesures essentielles :

• La suppression de toutes causes de déclenchement d’incendie ou d’explosion

• L’application d’un ensemble des procédures techniques et organisationnelles visant à


supprimer la possibilité de toute explosion. Pour les incendies, les procédures
techniques et organisationnelles doivent anéantir tout départ d’incendie ou au moins
limiter sa propagation et ses effets
9 NCIRI RACHED
ISET GAFSA SECURITE INDUSTRIELLE
DEPARTEMENT GENIE MECANIQUE COURS
• La formation et la sensibilisation des travailleurs aux risques d’incendie

• L’application des procédures permettant d’atténuer les conséquences potentielles d’un


incendie ou d’une explosion

Exemple

• Explosion d’une citerne de gaz

• Explosion dans les ateliers de peinture

• Incendie dans un dépôt de matière première

• Incendie dans les locaux administratifs

10 NCIRI RACHED
ISET GAFSA SECURITE INDUSTRIELLE
DEPARTEMENT GENIE MECANIQUE COURS

CHAPITRE III: DEMARCHE DE MAITRISE DES RISQUES

I. Présentation

Pour assurer la sécurité, il est primordial de mettre en place une démarche de maitrise
des risques. Cette maitrise nécessite, avant tout, une bonne compréhension du processus
d’apparition d’un dommage.

Situation de travail

Phénomène dangereux n°1

Evènement déclencheur
Phénomène dangereux n°2
Situation dangereuse

Phénomène dangereux n°x Travailleur

Dommage

II. Méthodologie

La démarche de maitrise des risques est un processus itératif composé de 3 étapes


principales. Chaque étape comporte un ensemble d’actions à mettre en place.

11 NCIRI RACHED
ISET GAFSA SECURITE INDUSTRIELLE
DEPARTEMENT GENIE MECANIQUE COURS

Observation de la situation de
travail

Identification des
Etape 1 : Analyse des risques
risques/phénomènes dangereux

Estimation des risques

Evaluation des risques

Etape 2 : Appréciation des risques


La situation de
Oui
travail est-elle sûre ? FIN

Non

Proposition des méthodes de suppression Etape 3 : Suppression/réduction


ou de réduction des risques des risques

II.1. Etape 1 : Analyse des risques

II.1.1. Observation de la situation de travail

L’observation de la situation de travail consiste à limiter spatialement et


temporellement et productivement la situation de travail.

• Limitation spatiale : ce type de limitation s’agit de définir les frontières de l’espace de


travail.

• Limitation temporelle : ce type de limitation s’agit de définir les périodes au cours de


laquelle les tâches de travail se déroulent.

12 NCIRI RACHED
ISET GAFSA SECURITE INDUSTRIELLE
DEPARTEMENT GENIE MECANIQUE COURS
• Limitation productive : ce type de limitation s’agit de définir les types, les quantités,
les délais de production,…etc.

II.1.2. Identification des risques/phénomènes dangereux

Cette identification consiste à distinguer les différents phénomènes dangereux et les


risques pouvant se présenter dans une situation de travail. Pratiquement, les tâches et ses
phénomènes dangereux associés ainsi que les risques identifiés doivent être regroupés dans un
tableau récapitulatif appelé grille d’analyse d’un dommage.

Situations dangereuses Risques identifiés


Tâches réalisées Phénomènes Evénements Dommage
dangereux déclencheurs

II.1.3. Estimation des risques

L’estimation d’un risque consiste à quantifier deux critères associés au dommage


généré par le phénomène dangereux identifié :

• Probabilité d’occurrence du dommage : Il s’agit de tout ce qui est fréquence et durée


d’exposition au risque, probabilité d’occurrence d’un phénomène dangereux et la

13 NCIRI RACHED
ISET GAFSA SECURITE INDUSTRIELLE
DEPARTEMENT GENIE MECANIQUE COURS
possibilité de limiter ou d’éviter le dommage. On distingue généralement 4 degrés de
probabilité d’occurrence, à savoir,

1 : très improbable

2 : improbable

3 : probable

4 : très probable

• Gravité du dommage : Il s’agit d’une quantification assez précise du degré de la


gravité du dommage causé par le phénomène dangereux. On distingue généralement 4
degrés de gravité du dommage, à savoir,

1 : faible (accident sans arrêt de travail)

2 : Moyen (accident avec arrêt de travail, hospitalisation)

3 : Grave (accident avec incapacité permanente)

4 : Très grave (décès)

On peut construire, ainsi, un tableau d’estimation de risque.

Niveau de gravité

1
Niveau de probabilité
1 2 3 4

14 NCIRI RACHED
ISET GAFSA SECURITE INDUSTRIELLE
DEPARTEMENT GENIE MECANIQUE COURS
II.2. Etape 2 : Appréciation des risques

L’appréciation du risque consiste à évaluer le risque, en termes de probabilité


d’occurrence et de gravité, puis juger à propos de la sureté de la situation de travail. Une
situation de travail est jugé sure si le risque est tolérable. L’appréciation du risque permet,
alors, de juger si une réduction du risque est nécessaire ou si le niveau de sécurité souhaité est
atteint.

Niveau de gravité

4 Risque non tolérable

3 X

1 Risque tolérable
Niveau de probabilité
1 2 3 4

Une grille d’appréciation du risque doit être dressée.

Estimation des Evaluation des


Situations dangereuses Risques identifiés
risques risques
Description
Phénomènes Evénement Risques
de Dommage Gravité Probabilité
dangereux déclencheur tolérables
l’activité

15 NCIRI RACHED
ISET GAFSA SECURITE INDUSTRIELLE
DEPARTEMENT GENIE MECANIQUE COURS
II.3. Etape 3 : Suppression/réduction des risques

La suppression (ou la réduction) des risques est assurée par l’application d’un certain
nombre de mesures de sécurité (méthode de maitrise des risques). Ces mesures peuvent être
classifiées en 4 catégories :

• Mesures de prévention intrinsèque : appliquées dans le but de supprimer ou de réduire


le phénomène dangereux et/ou réduire la présence des travailleurs.

• Mesures de prévention collective : appliquées dans le but de protéger les travailleurs


contre les phénomènes dangereux.

• Mesures de prévention individuelle : appliquées dans le but d’éviter ou réduire les


dommages liés aux phénomènes dangereux.

• Consignes : il s’agit des instructions données aux opérateurs dans le but d’assurer la
sécurité.

La grille de maitrise de risque se dresse comme suit,

Evaluation Mesures
Situations dangereuses Risques identifiés Estimation des risques
des risques de
Description Phénomènes Evénement Risques prévention
Dommage Gravité Probabilité
de l’activité dangereux déclencheur tolérables proposées

Dans le chapitre suivant, on traitera, en détail, les différentes mesures (méthodes)


utilisées dans le cadre de la maitrise des risques.

III. Atteinte des objectifs de maitrise des risques

Les objectifs de maitrise des risques, dans une situation de travail donnée, sont jugés
atteints s’il est possible de répondre affirmativement aux 4 questions suivantes :

16 NCIRI RACHED
ISET GAFSA SECURITE INDUSTRIELLE
DEPARTEMENT GENIE MECANIQUE COURS
• Tous les phénomènes dangereux ont-ils été éliminés ou réduit à un niveau tolérable ?

• Les phénomènes dangereux nouveaux ou imprévus ont-ils été, également, éliminés ?

• Les mesures de prévention assurent-elles de meilleures conditions de travail pour le


travailleur ?

• La réduction des risques a-t-elle été réalisée par les moyens les plus simples et les
plus commodes ?

17 NCIRI RACHED
ISET GAFSA SECURITE INDUSTRIELLE
DEPARTEMENT GENIE MECANIQUE COURS

CHAPITRE IV: METHODES DE SUPPRESSION/REDUCTION


DES RISQUES

I. Présentation

Pour mettre en place une protection efficace des travailleurs contre les différents
risques professionnels, il est primordial de maitriser ces risques. Cette maitrise est assurée par
l’application d’une combinaison des méthodes (mesures) variées. L’objectif est réduire voir
supprimer les risques d’une méthode de travail, d’une machine ou d’un produit. Parfois, il est
même envisageable de les changer par d’autres moins dangereux.

II. Méthodes de maitrise des risques

Il existe 5 méthodes (mesures) essentielles de maitrise des risques :

• Elimination : consiste à supprimer complètement le risque.

• Substitution : consiste à remplacer un agent ou une méthode de travail par un autre


moins dangereux.

• Mesures techniques : consiste, par exemple, à changer une pièce d’une machine ou à
modifier une méthode de travail.

• Mesures administratives : consiste, par exemple, à réduire le nombre d’heure à passer


dans une zone dangereuse.

• Equipement de protection individuelle : comprend tout ce qui est protection des yeux,
des mains, des pieds, des oreilles,….etc.

Dans ce qui suit, on détaillera chaque moyen de maitrise des risques.

II.1. Elimination

C’est la méthode de maitrise des risques la plus efficace. L’élimination du risque doit
être prise en compte dès l’étape de planification (à la source). Ceci facilite énormément la
maitrise des risques. On peut citer quelques exemples explicatifs de l’élimination:

• Conception des locaux prévoyant une bonne isolation des processus dangereux ainsi
qu’une ventilation très efficace.

18 NCIRI RACHED
ISET GAFSA SECURITE INDUSTRIELLE
DEPARTEMENT GENIE MECANIQUE COURS
• Elaboration des méthodes de travail assurant une sécurité maximale pour le
travailleur.

• Choix des spécifications techniques des machines conformément aux normes de


sécurité.

II.2. Substitution

Parfois, il n’est pas possible d’éliminer complètement une méthode de travail ou un


produit dangereux. Il est alors, judicieux, d’essayer de la substituer (remplacer) par une
méthode ou un produit moins dangereux.

II.2.1. Substitution d’une méthode de travail

La substitution d’une méthode de travail consiste à imaginer et mettre en place des


solutions technologiques permettant de réduire le risque et rendre, ainsi, la méthode de travail
donnée plus sûre. On peut citer quelques exemples explicatifs :

• Utiliser des moteurs électriques au lieu des moteurs à explosion. Ceci permet
d’éliminer les gaz d’échappement.

• Nettoyer la poussière (normale ou toxiques) à l’aspirateur ou par des chiffons de


nettoyage humides au lieu de l’utilisation du balai. Ceci permet de réduire la quantité
de poussière dans l’air.

• Prévoir de hottes d’aspiration pour l’évacuation des gaz vers l’extérieur. Ceci permet
de réduire voir supprimer la quantité des gaz dans l’air.

II.2.2. Substitution d’un produit

La substitution d’un produit dangereux consiste à chercher et choisir un autre produit


plus sûr (moins dangereux). Les produits de substitution doivent être généralement peu
volatils, de forme ne produisant pas de poussière et solide plutôt que liquide Il est à noter que
les produits de substitution sont généralement plus chers à l’achat. Cependant, leurs coûts
revient moins chers si on prend en compte le coût de la couverture sanitaire, de l’équipement
de protection, de la ventilation, …etc. On peut citer quelques exemples explicatifs de
substitution de produit :

19 NCIRI RACHED
ISET GAFSA SECURITE INDUSTRIELLE
DEPARTEMENT GENIE MECANIQUE COURS
• Utilisation des peintures contenant des pigments sans plomb au lieu des peintures
classiques.

• Utilisation des glaçures sans plomb pour durcir la céramique au lieu des glaçures
classiques.

• Utilisation le chlorure de bromométhane comme réfrigérant au lieu du fréon.

II.3. Mesures techniques

Les principales mesures techniques utilisées sont :

• Confinement : consiste à confiner dans l’espace le processus dangereux.

• Isolation : consiste à crée une certaine isolation spatiale entre le processus dangereux
et le travailleur.

• Ventilation : consiste à évacuer en permanence l’air des locaux de travail.

Dans ce qui suit, on détaillera chaque mesure technique.

II.3.1. Confinement

Le confinement est appliqué généralement sur une méthode de travail, une machine ou
un produit dangereux lorsqu’il est impossible de les éliminer ou les substituer. Il est possible,
aussi, d’appliquer le confinement sur une grande partie d’une usine. Le but est d’empêcher le
travailleur d’entrer en contact direct avec un processus dangereux. On peut citer quelques
exemples explicatifs de confinement:

• Les matières hautement toxiques doivent être élaborées dans une enceinte entièrement
close. Le travailleur reste à l’extérieur de l’enceinte et peut utiliser des systèmes
mécanisées pour exercer les tâches nécessaires.

• La cache de protection installée devant le mandrin d’un tour permet de confiner le


processus de formation de copeau ou de cassure de l’outil. Le travailleur est, ainsi, loin
de tout risque de blessure.

• Les barrières de protection installées devant les organes mobiles d’une machine
permettent de confiner le mouvement mises en jeux. Le contact entre le travailleur et
les organes mobiles est, alors, impossible.

20 NCIRI RACHED
ISET GAFSA SECURITE INDUSTRIELLE
DEPARTEMENT GENIE MECANIQUE COURS
II.3.2. Isolation

L’isolation est appliquée soit sur le processus dangereux soit sur le travailleur.
L’isolation des processus dangereux s’agit essentiellement de réunir ces processus dans une
même zone très peu fréquentée par les travailleurs. Il est possible aussi de réduire au
minimum possible les nombre des travailleurs d’une équipe exposée au processus dangereux.
L’isolation des travailleurs s’agit essentiellement de les réunir dans une salle ou pupitre de
commande. Il est à noter que l’isolation ne supprime pas complètement le risque. On peut
citer quelques exemples explicatifs de l’isolation:

• Rassemblement des zones de peinture loin des zones de soudage.

• Rassemblement des bassins générant des gaz acides en une zone éloignée des ateliers.

• Limiter le nombre des travailleurs dans les zones de coulée de métal dans les
fonderies.

II.3.3. Ventilation

La ventilation est appliquée dans le but de conditionner l’air du local de travail


(confort thermiques) ou pour l’extraction des matières toxiques en suspension dans l’air. On
distingue deux types de ventilation :

• Ventilation par aspiration locale : appliquée essentiellement pour assurer l’extraction


des substances nocives. Ce type d’aspiration devient particulièrement efficace lorsque
les matières nocives dans l’air sont très chaudes puisque ça favorise leurs élévations
en haut.

• Ventilation générale : appliquée essentiellement pour assurer le confort thermique. En


termes de purification d’air, la ventilation générale est nettement moins efficace que
celle locale. En effet, la ventilation générale permet juste de réduire la concentration
des substances dangereuses dans l’air sans pouvoir les éliminer complètement.
Néanmoins, son principal atout, à savoir le confort thermique, reste quand même un
facteur de maitrise des risques.

On peut citer quelques exemples explicatifs de ventilation:

• Aspiration des fumées dégagées par une opération de soudage par l’intermédiaire des
tubes souples appliqués le plus proche possible de la zone de soudure.
21 NCIRI RACHED
ISET GAFSA SECURITE INDUSTRIELLE
DEPARTEMENT GENIE MECANIQUE COURS
• Aspiration des vapeurs toxiques, dégagées par un bassin d’acides, par l’intermédiaire
d’une hotte.

• Ajustement de la température et l’humidité de l’air d’un local de travail par


l’intermédiaire d’un système de ventilation d’air centrale.

II.4. Mesures administratives

Les mesures administratives s’agissent principalement de limiter, le maximum


possible, la durée que chaque travailleur passe en exposition à un processus dangereux. De ce
fait, ce type de mesure ne supprime pas le risque mais réduit sa durée. On peut citer quelques
exemples explicatifs des mesures administratives:

• Faire travailler deux personnes en parallèle sur la même tâche afin de pouvoir diviser
par deux la durée totale de la tâche.

• Permettre aux travailleurs, exposés aux risques, de prendre des pauses plus longues.

II.5. Equipement de protection individuelle

Lorsque les mesures techniques sont insuffisantes pour pouvoir limiter les risques, il
est indispensable d’utiliser un équipement de protection individuelle. Cet équipement permet
de confiner le processus dangereux à l’extérieur en créant une barrière entre le travailleur et le
risque. Néanmoins, l’utilisation de l’équipement de protection reste la méthode la moins
efficace de maitrise des risques. Cette méthode peut réduire l’efficacité de travail et générer
même des problèmes de sécurité. On peut citer quelques exemples d’équipements de
protection individuelle :

• Gants de sécurité pour éviter les brulures des mains.

• Masque à air avec filtre pour éviter de respirer les fumées toxiques.

• Lunettes de protection pour éviter les micro-blessures des yeux dues aux flashes
intenses.

22 NCIRI RACHED
ISET GAFSA SECURITE INDUSTRIELLE
DEPARTEMENT GENIE MECANIQUE COURS

CHAPITRE V: LES EQUIPEMENTS DE PROTECTION


INDIVIDUELLE (EPI)

I. Présentation

On peut classer la protection contre les risques dans deux grandes familles : la
protection collective et la protection individuelle. La protection collective consiste
essentiellement à supprimer ou réduire considérablement le risque à sa source. Certes ce type
de protection reste le plus efficace et le plus sûre. Néanmoins, il est, parfois, très délicat voir
impossible de traiter le risque à sa source. La protection individuelle prend alors tout son
intérêt. Ce type de protection est basé sur l’utilisation des équipements de protection
individuelle (EPI) adaptés chacun à un risque donné. Il est à noter que les EPI présentent
l’inconvénient majeur de causer des gènes diverses pour le travailleur. On distingue
essentiellement : la perte des repère d’informations, la délicatesse de l’exécution de certaines
tâches, les dommages corporels (allergies) et psychologiques (confiance dans la fiabilité de
l’EPI)…etc.

II. Choix et mise en œuvre d’un EPI

II.1. Choix d’un EPI

Pour assurer le choix le plus adéquat d’un EPI, il faut mener un raisonnement basé sur
les 4 questions suivantes :

• Protège-t-il efficacement ?

• Crée-il un nouveau danger ?

• Est-il compatible avec la tâche à réaliser ?

• Est-il confortable et pour quelle durée.

Ces questions traduisent en quelque sorte l’éventualité de l’existence des gènes


causées par l’EPI. Un bon choix d’EPI signifie que les gènes engendrées sont minimes voir
néants.

23 NCIRI RACHED
ISET GAFSA SECURITE
E INDUSTRIELLE
DEPARTEMENT GENIE ME
ECANIQUE COURS
II.2. Mise en œuvre d’un EPI

La mise en œuvre d’un


d EPI doit tenir en compte essentielleement 6 principes
fondamentaux :

• L’EPI doit s’adapter aux


a risques, aux conditions d’emploi et à la physionomie du
travailleur.

• L’EPI doit se conform


mer aux normes en vigueur.

• L’EPI doit être testé duurant une période d’essai dans les conditions réelles d’utilisation
afin de le valider.

• L’EPI doit être mainteenu en état de conformité avec les règles techhniques applicables
lors de sa mise en marcché par le fabricant.

• Les spécifications techhniques liées à l’utilisation, la maintenance et le stockage des


EPI doivent êtres détaiillées clairement dans des documents procéduure, élaborés par les
responsables du servvice sécurité et appliqués par les travaillleurs. Lorsque ces
spécifications sont parrticulières, les travailleurs doivent suivre dees formations et des
entrainements afin d’asssurer une bonne utilisation des EPI.

• Certains EPI doivent rrecevoir des vérifications périodiques effectuuées par des agents
qualifiés.

III. Principaux types de prottection individuelle

III.1. Protection de mains

L’obligation de la prootection des mains dans un environnement iindustriel donné est


annoncée par le panneau signaalétique suivant :

Les gants présentent l’’EPI le plus utilisé pour la protection des maains. Cependant, ils
existent d’autres types d’EPI protégeant les mains. On distingue essentieellement les crèmes

24 NCIRI RACHED
ISET GAFSA SECURITE
E INDUSTRIELLE
DEPARTEMENT GENIE ME
ECANIQUE COURS
isolantes et les produits de neettoyage. Dans ce qui suit, on s’intéressera seeulement aux gants.
Les gants doivent assurer uune protection efficace tout en minimisant les gênes le plus
possible. Dans cet objectif, unne multitude de type de gant existe. Chaque tyype est adapté à une
protection donnée. On distinguue 5 types de gants :

• Les gants à 5 doigts

• Les gants à 3 doigts

• Les moufles (gant avecc un doigt pour le pouce et une poche pour less 4 doigts restantes.

• Les mitaines (gants reccouvrant seulement la paume, les doigts resten


ent nus)

25 NCIRI RACHED
ISET GAFSA SECURITE INDUSTRIELLE
DEPARTEMENT GENIE MECANIQUE COURS

• Les doigtiers (une sorte de gant ne couvrant que les doigts)

On distingue essentiellement 5 types de matériau pour les gants. Le tableau suivant


résume les différents matériaux des gants ainsi que leurs avantages et inconvénients majeurs.

Matériau Avantages Inconvénient


Caoutchouc 1/ Bonne isolation électrique 1/ Rupture facile
2/ Adapté au milieu humide, 2/ Ne résiste pas aux attaques
graisseux, poussiéreux et sale des solvants et des produits
chimiques
Plastique 1/Résistant aux produits 1/Inefficacité contre certains
corrosifs solvants tels que l’acétone
2/Plus ou moins résistant aux
solvants (selon l’épaisseur, la
composition et la nature du
solvant)
Cuir 1/ Résistant contre les 2/ Perméabilité en milieu
agressions mécaniques humide (perméabilité aux
2/ Finesse et souplesse produits chimiques)
Tissu 1/ S’adapte bien aux travaux 2/ Rupture facile
fins
Métal 1/Résistant aux efforts 1/ Peuvent causer des
tranchants. allergies (gant métallique à
base de Nickel)

26 NCIRI RACHED
ISET GAFSA SECURITE
E INDUSTRIELLE
DEPARTEMENT GENIE ME
ECANIQUE COURS
Le tableau suivant réssume les risques que peuvent subir les mainns ainsi que les EPI
appropriés.

Risques EPI
Risque mécanique 1/G
Gant en cuir
2/G
Gant en cuir renforcé par des parties métalliquues
Risque thermique 1/G
Gant renforcé par des tissus aluminés ou tissuus de verre
2/G
Gant en cuir traité
3/G
Gant en cuir traité aluminé
Risque électrique Gaant en caoutchouc
Risque chimique Gaant en matière plastique
Risque contre la saleté 1/G
Gant en caoutchouc
2/G
Gant textile
Risque infectieux 1/G
Gant en coton fins
2/G
Gant en latex très fin

III.2. Protections des pieds

L’obligation de la prootection des pieds dans un environnement inndustriel donné est


annoncée par le panneau signaalétique suivant :

Les chaussures de sécuurité présentent l’EPI destiné à la protection ddes pieds. La figure
suivante présente les constituaants d’une chaussure de sécurité classique.

27 NCIRI RACHED
ISET GAFSA SECURITE INDUSTRIELLE
DEPARTEMENT GENIE MECANIQUE COURS
Le tableau suivant résume la nature des différentes protections assurées par la
chaussure de sécurité.

Nature de la protection Description


Protection de la plante du pied Assurée par la semelle anti-perforation. Ce
type de semelle est en acier inoxydable ayant
une épaisseur supérieure à 4 mm et une
résistance à la pénétration minimale de
l’ordre de 10.5kN
Protection du cou de pied Assurée par une tige en cuir épais.
Protection du bout de pied Assurée par l’embout de protection (coquille
en acier soumise à un essai de compression et
un essai d’impact).
Protection du talon Assurée par un matériau souple au niveau du
talon pour amortir les chocs contre le sol dur.
Protection de la cheville Assurée essentiellement par un contrefort et
un semelage rigide. Ces deux éléments
maintiennent le pied et évitent les torsions
latérales pouvant engendrer les entorses.
Protection contre les glissades Assurée par une semelle d’usure en matériau
antidérapant.
Protections spécifiques Les chaussures de sécurité doivent s’adapter
à n’importe quel autre risque spécifique. On
cite les risque d’électrocution (chaussure
ayant des semelles en caoutchouc et une
doublure en cuir), produits chimiques
(chaussures ayant des semelles à base de
nitrile et de néoprène), chaleur excessifs
(chaussures isolantes contre la transmission
de chaleur),…etc.

III.3. Protection des yeux

L’obligation de la protection des yeux dans un environnement industriel donné est


annoncée par le panneau signalétique suivant :

La protection des yeux est assurée par 4 principaux types d’EPI :

28 NCIRI RACHED
ISET GAFSA SECURITE INDUSTRIELLE
DEPARTEMENT GENIE MECANIQUE COURS
• Les lunettes

• Les masques (serre-tête ou tenu à la main)

• Les écrans anti-rayonnement

• Les cagoules

29 NCIRI RACHED
ISET GAFSA SECURITE INDUSTRIELLE
DEPARTEMENT GENIE MECANIQUE COURS
Ces EPI utilisent 3 principaux types de matériaux pour la protection des yeux par un
effet écran :

• Matériau minérale (verre optique spéciale)

• Matériau organique (plastique, thermoplastique et thermodurcissable)

• Matériaux feuilletés (deux couches de verres minéraux séparés par une couche de
filtre plastique en butyrate de polyvinyle).

Les risques que peuvent subir les yeux sont essentiellement 5 types :

• Rayonnement nocifs (U.V. et I.R.)

• Chaleur excessif

• Produits chimiques

• Projectiles

• Eclat des métaux en fusion

• Poussières

III.4. Protection auditive (contre le bruit)

L’obligation de la protection contre le bruit dans un environnement industriel donné


est annoncée par le panneau signalétique suivant :

Les normes OMS (Organisation mondiale de la santé) limite les durées d’exposition
maximale par jour en fonction du niveau d’intensité sonore. Le tableau suivant résume cette
limitation:

30 NCIRI RACHED
ISET GAFSA SECURITE INDUSTRIELLE
DEPARTEMENT GENIE MECANIQUE COURS
Niveau d’intensité sonore (en dB) Durée maximale d’exposition par jour
85 8 heures
88 4 heures
91 2 heures
94 1 heure
97 30 minutes
100 15 minutes
103 7 minutes et 30 secondes
106 3 minutes et 45 secondes
109 1 minute et 52 secondes
112 56 secondes
115 28 secondes
118 14 secondes
121 7 secondes

La protection contre le bruit est assurée essentiellement par deux grandes familles
d’EPI : les bouchons d’oreille et les coquilles.

Pour les bouchons d’oreilles, on distingue :

• Bouchons prémoulés : Ce type de bouchon est standard (sans façonnage préalable). Il


est fabriqué en matériau souple tel que le caoutchouc et le silicone.

• Bouchons façonnables : Ce type de bouchon est fabriqué en matériau destiné à être


malaxé et façonné par l’utilisateur dans le but de l’adapter à la forme du conduit
auditif.

• Bouchons personnalisés : Ce type de bouchon est fabriqué en acrylique ou en silicone


à partir d’une empreinte du conduit auditif de l’utilisateur et est, de ce fait,
personnalisé.

Pour les coquilles, on distingue :

• Serre-têtes

31 NCIRI RACHED
ISET GAFSA SECURITE INDUSTRIELLE
DEPARTEMENT GENIE MECANIQUE COURS

• Serre-nuques

• Serre-têtes montés sur casque

Un bon choix d’un EPI contre le bruit doit tenir compte d’un certain nombre de critère.
Le tableau suivant résume les choix adéquat :

EPI contre le bruit


Critère de choix Serre- Coquille sur
Bouchon Serre-tête
nuque casque
Stable
Nature du
Intermittent
bruit
Impulsif
Exposition au Continue
bruit Intermittente
Chaleur
Condition
Humidité
d’ambiance
Poussière
Protection de
la tête
Protection Protection
supplémentaire des yeux
Protection
respiratoire

32 NCIRI RACHED
ISET GAFSA SECURITE INDUSTRIELLE
DEPARTEMENT GENIE MECANIQUE COURS
III.5. Protection de la tête

L’obligation de la protection de la tête dans un environnement industriel donné est


annoncée par le panneau signalétique suivant :

Les casques de sécurité présentent l’EPI destiné à la protection de la tête. La figure


suivante présente les constituants d’un casque de sécurité classique.

Les casques de sécurité protègent la tête contre un certain nombre de risque. On


distingue essentiellement,

• Chute d’objets

• Chocs contre des obstacles

• Projection des liquides et des particules en fusion.

33 NCIRI RACHED
ISET GAFSA SECURITE INDUSTRIELLE
DEPARTEMENT GENIE MECANIQUE COURS
Les casques de sécurité sont fabriqués en matériaux thermoplastiques ou
thermodurcissables (matrice en polyester et renforcement en fibres de verre). Pour s’adapter
aux normes de sécurité et de confort, les casques doivent répondre à un certain nombre
d’essais :

• Résistance à la pénétration

• Résistance à l’écrasement latérale

• Résistance aux projections des métaux en fusion

• Résistance à la flamme

• Essais dynamique d’absorption des chocs

• Isolement électrique

• Vieillissement artificiel

La durée de vie d’un casque de sécurité dépend essentiellement de la résistance de son


matériau et des conditions de travail (chaleur, rayonnement,…) et varie entre 12 et 24 mois. Il
est impératif de changer un casque de sécurité au cas où il a subi un choc.

III.6. Protection respiratoire

L’obligation de la protection de l’appareil respiratoire dans un environnement


industriel donné est annoncée par le panneau signalétique suivant :

Les appareils filtrants et les appareils isolants présentent l’EPI destiné à la protection
de l’appareil respiratoire contre un certain nombre de risques.

34 NCIRI RACHED
ISET GAFSA SECURITE INDUSTRIELLE
DEPARTEMENT GENIE MECANIQUE COURS

On distingue essentiellement 3 types de risque :

• Les poussières

• Les gaz toxiques

• L’insuffisance ou l’excès d’oxygène dans l’air

Pour les appareils filtrants, on distingue 2 grandes catégories :

• Appareils filtrants anti-particules : ce type d’appareil permet de se protéger contre les


particules inertes, irritantes et très toxiques.

La protection contre les particules inertes est assurée par un filtre à faible efficacité P1
(pouvoir filtrant de l’ordre de 85%) vu que ce genre de particules n’est pas forcement
toxique mais présente juste une surcharge pulmonaire (valeur limite d’exploitation de
l’ordre de 10mg/m3).

La protection contre les particules irritantes est assurée par un filtre à moyenne
efficacité P2 (pouvoir filtrant de l’ordre de 95%) vu que ce genre de particules
présente un certain degré de toxicité (valeur limite d’exploitation variant entre
0.1mg/m3 et 10mg/m3).

35 NCIRI RACHED
ISET GAFSA SECURITE INDUSTRIELLE
DEPARTEMENT GENIE MECANIQUE COURS
La protection conte les particules très toxiques (valeur limite d’exploitation de l’ordre
de 0.1 mg/m3) est assurée par un filtre à haute efficacité P3 (pouvoir filtrant de l’ordre
de 99.97%).

• Appareils filtrants anti-gaz : ce type d’appareil permet de se protéger contre les gaz
toxiques. Ceci est possible grâce à un filtre en charbon actif imprégné de produits
spécifiques aux substances toxiques à fixer (filtrer). Un seul filtre peut assurée une
protection contre plusieurs gaz toxiques en fonction des produits d’imprégnation
utilisés (filtre combinée). Le figure suivante résume les codifications et les couleurs
indiquées sur les filtres et renseignant sur la nature des gaz pouvant être filtrés.

La fixation se fait par absorption et adsorption ou suivant le principe de la catalyse


(exclusivement dans le cas de la neutralisation du monoxyde de carbone). La capacité
de filtration des filtres anti-gaz diffère et on distingue 3 catégories :

- Catégorie 1 : filtre des gaz toxiques occupant jusqu’à 0.1% du volume d’air total
(1000 ppm)

- Catégorie 2 : filtre des gaz toxiques occupant jusqu’à 0.5% du volume d’air total
(5000 ppm)

36 NCIRI RACHED
ISET GAFSA SECURITE INDUSTRIELLE
DEPARTEMENT GENIE MECANIQUE COURS
- Catégorie 3 : filtre des gaz toxiques occupant jusqu’à 10% du volume d’air total
(10000ppm)

Les appareils isolants sont « isolant » dans le sens où le travailleur ne respire pas l’air
ambiant filtré mais il respire plutôt de l’air comprimé dans des réservoirs (bouteilles). On
distingue 2 grandes catégories d’appareils isolants :

• Les appareils autonomes : ce type d’appareil est autonome dans le sens où l’air respiré
provient des bouteilles portables et non pas d’un réseau d’air comprimé. On distingue
deux types d’appareils autonomes :

- A air comprimé type à circuit ouvert : l’air respiré provient d’une bouteille d’air
comprimé à 200 bars et pesant 10 à 15 kg. Une autonomie de 30 à 60 minutes est
assurée pour une consommation de 30 à 90 litres par minute.

- A oxygène type à circuit fermé : le circuit est fermé dans le sens où le CO2 expiré
est régénérée par sa fixation sur une cartouche à potasse. Ceci permet de générer 1
litre d’oxygène supplémentaire par minute. Une autonomie de 2 heures est assurée.

37 NCIRI RACHED
ISET GAFSA SECURITE INDUSTRIELLE
DEPARTEMENT GENIE MECANIQUE COURS

• Les appareils non autonomes : ce type d’appareil est non autonome dans le sens où il
doit être branché à un réseau d’air respirable. La mobilité se trouve, alors, limité. On
distingue deux types d’appareils non autonomes :

- Appareils à adduction d’air comprimé : l’air respiré est comprimé à 3-7 bars et
provient d’un réseau branché à des bouteilles de 40 litres à 200 bars.

38 NCIRI RACHED
ISET GAFSA SECURITE INDUSTRIELLE
DEPARTEMENT GENIE MECANIQUE COURS
- Appareils à air libre : l’air respiré provient d’une canalisation d’air de 25 m de
longueur avec filtre anti-poussière. La canalisation puise dans de l’air frais loin de
la zone où l’air est pollué.

III.7. Protection contre les chutes

L’obligation de la protection contre les chutes dans un environnement industriel donné


est annoncée par le panneau signalétique suivant :

Les systèmes d’arrêt de chute présentent l’EPI destiné à la protection contre les chutes.
La figure suivante présente les constituants d’un système d’arrêt de chute classique.

39 NCIRI RACHED
ISET GAFSA SECURITE INDUSTRIELLE
DEPARTEMENT GENIE MECANIQUE COURS

Une distance de chute potentielle doit être calculée judicieusement pour annuler tout
risque de blessure. Cette distance est la somme d’un certain nombre de facteurs qui sont
fonction de l’emplacement du point d’ancrage, la position du travailleur et du système d’arrêt
de chute. La figure suivante explique le calcul de la distance de chute potentielle.

40 NCIRI RACHED
ISET GAFSA SECURITE INDUSTRIELLE
DEPARTEMENT GENIE MECANIQUE COURS

CHAPITRE VI: SECURITE CONTRE LES INCENDIES

I. Présentation

L’incendie présente la particularité d’être un risque extrêmement dangereux pouvant


facilement provoquer des dégâts humains et matériels assez durs voir même catastrophiques.
La criticité du risque d’incendie est évaluée à travers deux critères : la fréquence (probabilité
d’occurrence) et la gravité (importance des dégâts). La sécurité contre les incendies englobe
l’ensemble des techniques utilisées dans le but de diminuer la probabilité de déclenchement
d’un incendie et de minimiser les dégâts en cas où l’incendie s’est déclenché.

II. Réaction de combustion

La combustion est une réaction exothermique (libère de la chaleur) qui se déroule en


présence de 3 constituants :

• Combustible : c’est le constituant qui va s’enflammer. La capacité de se bruler dépend


d’un combustible à un autre.

• Comburant : c’est le constituant qui va activer la flamme (pratiquement c’est


l’oxygène). L’air ambiant est considéré comburant si sa teneur en Oxygène dépasse le
15%.

• Energie d’activation : Pour que la réaction de combustion se déclenche, il faut


apporter de l’énergie (énergie d’activation) au mélange combustible-comburant. Une
fois la combustion démarre, la quantité de chaleur dégagée entretien la réaction.

Il est à noter que les solides et les liquides ne brûlent pas en soi-même. Ce sont plutôt
les gaz émis qui brûlent. Pour qu’un gaz puisse brûler, il faut que sa teneur dans l’air soit
comprise entre deux limites : limite d’inflammabilité inférieur (LII) et limité d’inflammabilité
supérieur (LIS). Quand la teneur du gaz est entre ces deux limites, l’énergie d’activation porte
le mélange air-gaz à une température appelée température d’auto-inflammation.

Le tableau suivant fournit quelques exemples :

41 NCIRI RACHED
ISET GAFSA SECURITE INDUSTRIELLE
DEPARTEMENT GENIE MECANIQUE COURS
Gaz LII (% en volume LIS (% en volume Température
d’air) d’air) d’auto-
inflammation (°C)
Propane 2.2 9.5 450
Butane 1.9 8.5 405
Ethanol (vapeur) 3.3 19 365
Ether (vapeur) 1.9 36 160
Essence (vapeur) 1.4 7.6 270

Pour les liquides, on parle plutôt du point d’éclair. Il s’agit de la température la plus
basse permettant à un combustible de dégager suffisamment de vapeur pour former, avec l’air
ambiant, un mélange gazeux pouvant s’enflammer sous l’action d’une énergie d’activation.
Néanmoins, cette combustion ne s’entretienne pas d’elle-même : on assiste juste à un flash
(éclair). Pour que la combustion continue, il faut que l’énergie d’activation apporte une
température qui dépasse le point éclair de quelques degrés pour atteindre un point
d’inflammation.

Le tableau suivant fournit quelques exemples :

Liquide Point éclaire (°C)


Acétone -18
Ethanol 13
Ether -45
Essence -40
Gazole 70
Kérosène -20

Pour les solides, on parle simplement de la température d’inflammation. Il s’agit de la


température la plus basse permettant de déclencher la réaction de combustion.

Solide Température d’inflammation (°C)


Polyéthylène 350
Polystyrène 490
Polyamide 425
Bois 280-340
Charbon de bois 250-350
Charbon 250
Papier à lettre 360
Papier journal 185
Cotton 450

42 NCIRI RACHED
ISET GAFSA SECURITE INDUSTRIELLE
DEPARTEMENT GENIE MECANIQUE COURS
III. Paramètres d’incendie

L’incendie est le résultat d’une réaction de combustion entretenue. La chaleur dégagée


par cette réaction dépend essentiellement de 3 paramètres :

• Pouvoir calorifique du combustible : c’est la quantité de chaleur dégagée par unité de


masse (pour les combustibles solides et liquides) ou par unité de volume (pour les
combustibles gaz) lors d’une combustion complète dans les conditions normales de
température et de pression (0°C ; 101325 Pa).

Le tableau suivant cite quelques exemples :

Matériau Pouvoir calorifique (MJ/m3)


Méthane 55
Propane 50
Butane 49
Hydrogène 125
Polystyrène 31-40
Polyuréthane 27
PVC rigide 15-22
Bois 17
Charbon 35
Caoutchouc 44
Papier/carton 16

• Potentiel calorifique du local ou se déroule la combustion : c’est la quantité de chaleur


dégagée par unité de surface (MJ/m2) d’un local lors de la combustion complète de
tout les combustibles existants dans ce local.

Q1 + Q2 + ... + Qn
P.C . =
S

P.C. : Pouvoir calorifique

Qi : Chaleur dégagée par le combustible i.

S : Surface du local

• Débit calorifique du combustible : c’est la quantité de chaleur dégagée par unité de


masse et unité de temps lors d’une combustion complète d’un combustible.
L’élévation de la température est caractérisée essentiellement par le débit calorifique.

43 NCIRI RACHED
ISET GAFSA SECURITE INDUSTRIELLE
DEPARTEMENT GENIE MECANIQUE COURS
IV. Gaz générés par le feu

La combustion s’accompagne d’un dégagement de gaz et de fumées

• Gaz de combustion : ils peuvent êtres toxiques, polluants et corrosifs. On distingue


principalement :

- Oxydes d’azote (NOx) : ces gaz sont formés suite à la combustion des
combustibles azotés (soie, coton, polyamide,…etc). Ce sont des gaz très toxiques.
Le plus toxique est le monoxyde d’azote.

- Monoxyde de carbone (CO) : c’est un gaz très toxique (mortel à une teneur en air
de seulement 0,3%).

- Acide cyanhydrique gazeux (HCN) : c’est un gaz formé suite à la combustion des
combustibles azotés et il est très toxique en début d’incendie.

- Dioxyde de carbone (CO2) : c’est un gaz polluant qui altère la santé mais il n’est
pas toxique à faible quantité.

- Acide chlorhydrique gazeux (HCl) : c’est un gaz formé suite à la combustion des
polychlorures de vinyle (PVC). Il n’est pas toxique mais il pollue les eaux
d’extinction.

• Fumées : Les fumées sont des gaz de combustion chargés en particules de


combustibles non brulées. Le caractère assez opaque des fumées perturbe les
interventions de secours contre les incendies.

V. Propagation d’incendie

Le feu peut se propager essentiellement par 3 phénomènes :

• Conduction : Les matériaux conducteurs de chaleur, chauffés par l’incendie,


échauffent d’autres combustibles qui vont entrer, alors, en combustion. L’incendie est,
ainsi, propagé par conduction.

• Convection : Les gaz générés par la combustion sont chauds et peuvent échauffer,
ainsi, tous autres combustibles se trouvant dans le nuage de ces gaz. L’incendie est,
ainsi, propagé par convection.

44 NCIRI RACHED
ISET GAFSA SECURITE INDUSTRIELLE
DEPARTEMENT GENIE MECANIQUE COURS
• Rayonnement : Le rayonnement généré par la combustion se présente essentiellement
sous forme de chaleur qui va échauffer tous autres combustibles se trouvant dans la
zone de rayonnement. L’incendie est, ainsi, propagé par rayonnement.

L’incendie peut être propagé aussi par projection des matières enflammées dans les
explosions ou dans des conditions météorologiques données (vent).

VI. Phases incendie

La vie d’un incendie comporte 5 phases :

• Phase 1 : Démarrage : cette phase s’appelle aussi « feu couvant ». Il s’agit du tout
début d’une combustion déclenchée par une source de chaleur (cigarette, feu non
éteint,…etc.)

• Phase 2 : Déclenchement : cette phase est caractérisée par le dégagement des gaz
chauds non complètement brulés et l’apparition des flammes.

• Phase 3 : Embrasement généralisé : durant cette phase, les particules imbrulées des
fumées atteignent la température d’auto-inflammation d’où l’embrasement généralisé.

• Phase 4 : Développement : la durée de cette phase est fonction de la quantité de


combustible présent.

• Phase 5 : Décroissance : Cette phase s’agit de l’extinction du feu soit par faute de
combustible soit par faute de comburant.

VII. Moyens techniques de prévention contre l’incendie

Les moyens techniques de prévention contre les incendies peuvent être classés en 8
familles :

• Agents extincteurs : on distingue essentiellement 5 agents extincteurs :

- Eau : abaisse la température du feu et accélère, ainsi, son extinction. L’action de


l’eau est particulièrement efficace contre les feux secs engendrés par la
combustion des combustibles solides et générant des braises (feu classe A)

- Mousse : en fait, c’est un mélange d’eau et de produit moussant. Son action est de
créer une séparation, par un effet écran, entre le liquide et les vapeurs enflammées.

45 NCIRI RACHED
ISET GAFSA SECURITE
E INDUSTRIELLE
DEPARTEMENT GENIE ME
ECANIQUE COURS
- Poudre : c’est un pproduit à base de potassium et de bicarbonaate de sodium. Son
action est très effiicace contre les flammes mais totalement innefficace contre les
braises. De ce fait,, les poudres sont particulièrement adaptées aux feux gras (feu
classe B), générés ppar des combustibles liquides ou solides liquééfiables, et les feux
gazeux (feu classe C), générés par les combustibles gazeux.

- Dioxyde de carbonne : le CO2 exerce sur le feu une action combbinée d’étouffement
et de refroidissemeent. Il est particulièrement efficace contre les ffeux classe B.

- Gaz inertes : l’ajouut des gaz inertes (essentiellement l’azote) daans l’air à certaines
teneurs permet de le
l rendre incomburant d’où l’extinction du feuu.

• Extincteurs : c’est un appareil permettant de projeter un agent extincteur sur une


flamme, par l’action d’une
d pression interne, afin d’éteindre un débuut d’incendie. Il est
à noter que le code dee travail exige la présence d’un extincteur poortatif de 6 litres au
minimum pour chaquee 200 m2 de plancher. Aussi, un extincteur dooit être présent dans
chaque niveau. Il est fortement recommandé de former les travai
ailleurs à propos du
mode d’emploi des extincteurs
e et des techniques utilisées pouur l’extinction des
différentes classes de ffeu.

• Robinets d’incendie arrmés (RIA) : Un robinet d’incendie armé (RIIA) est un dispositif
de lutte contre l’incenddie constitué d’un tuyau semi-rigide, de longgueur allant de 20 à

46 NCIRI RACHED
ISET GAFSA SECURITE INDUSTRIELLE
DEPARTEMENT GENIE MECANIQUE COURS
30 mètres, enroulé sur un dévidoir et alimenté en permanence en eau (d’où
l’appellation armé) avec une pression et un débit suffisants. Le tuyau ne s’aplatit pas et
conserve toujours sa section circulaire d’où la possibilité de l’utiliser même lorsque il
n’est pas complètement déroulé. Un embout, raccordé à la terminaison de tuyau,
présente un diamètre variable (en fonction de l’importance du risque) et permet deux
types de jet : jet bâton et jet diffusé. La disposition (emplacement et nombre) des RIA
dans un bâtiment ainsi que les pressions et les débits des sources d’eau sont fixés par
les normes en vigueur.

• Borne d’incendie : Une borne d’incendie (appelé aussi bouche d’incendie) est un
dispositif de lutte contre l’incendie constitué d’une prise d’eau sous pression
permettant d’alimenter les fourgons d’incendie des pompiers. Les bornes d’incendie
sont constituées de canalisations ayant un diamètre intérieur d’au moins 100 mm et
sont situées à proximité de la chaussée pour rester toujours accessibles.

47 NCIRI RACHED
ISET GAFSA SECURITE INDUSTRIELLE
DEPARTEMENT GENIE MECANIQUE COURS

• Détecteur automatique d’incendie : les détecteurs automatiques d’incendie détectent


les premiers phénomènes d’incendie et déclenchent le fonctionnement d’un système
de protection contre les incendies (alarmes, compartimentage, désenfumage,
extinction,…etc.). On distingue essentiellement 3 types de détecteurs d’incendie :

- Détecteurs thermiques : permettent de détecter le franchissement d’un seuil de


température (détecteur thermostatique) ou une élévation brutale de température
(détecteur thermovélocinétique).

- Détecteurs de fumées : permettent de détecter la présence d’aérosols (particules en


suspension) dans l’air. On distingue deux types de détecteurs : détecteur ionique
(compare la concentration d’aérosols dans l’air par rapport à celle d’une chambre

48 NCIRI RACHED
ISET GAFSA SECURITE INDUSTRIELLE
DEPARTEMENT GENIE MECANIQUE COURS
référence) et détecteur optique (émet un faisceau puis vérifie sa détection ou son
interruption par un nuage de fumées).

- Détecteurs de flammes : permettent de détecter le rayonnement infrarouge ou


ultraviolet émis par l’incendie.

• Système d’arrosage (sprinklers) : c’est une installation sous forme de réseau de


détecteurs, canalisations et d’arroseurs permettant de détecter (par élévation de
température) un incendie à ses débuts et de l’éteindre ou au moins le contenir par
arrosage utilisant de l’eau sous pression. Les débits d’eau utilisée ne permettent que
d’éteindre un incendie à ses débuts (non développé). Le nombre, les positions, les
débits d’eau, la quantité d’eau du réservoir,…etc. sont précisés par les normes en
vigueur. On distingue essentiellement 5 types d’installations pour les systèmes
d’arrosage :

- Installation sous eau : l’eau est maintenue sous pression dans les canalisations

49 NCIRI RACHED
ISET GAFSA SECURITE INDUSTRIELLE
DEPARTEMENT GENIE MECANIQUE COURS
- Installation sous air : les canalisations d’eau sont maintenues sous une pression
d’air comprimé.

- Installation alternative : les canalisations sont remplies alternativement d’eau et


d’air comprimé.

- Installation à pré-action : les canalisations sont maintenues sous une pression d’air
comprimé et le remplissage en eau est assuré par un système de détection.

- Installation à déluge : les têtes d’arroseurs sont ouvertes et l’arrosage est assuré par
un système de détection.

• Extincteurs automatique à gaz : ce système utilise principalement le gaz CO2 comme


agent extincteur.

50 NCIRI RACHED
ISET GAFSA SECURITE INDUSTRIELLE
DEPARTEMENT GENIE MECANIQUE COURS
• Systèmes de désenfumage : comme l’indique leurs nom, ce type de système élimine
les fumées et les gaz chauds et toxiques.

51 NCIRI RACHED
REFERENCES

[1] Technique de l’ingénieur, Sécurité/Prévention des risques industriels, AG4-Avril 2004

[2] www.inrs.fr, 10/07/2017

[3] Ministère du Travail français, Accidents du travail et maladies professionnelles, Documentation


Française.

[4] Nichan Margossian, Risques professionnels : Caractéristiques, réglementation, prévention,


Technique et Ingénierie-Dunod.

[5] Pascale Mercieca et Catherine Pinatel, La prévention des risques professionnels, Anact Eds.

[6] Collectif (Auteur), Maitriser les risques professionnels, Documentation Française.

[7] AFNOR, Equipements De Protection Individuelle : Selection, Utilisation et Entretien, Normes &
réglementation sante-AFNOR.

Vous aimerez peut-être aussi