Vous êtes sur la page 1sur 3

PALIMA Hebdo

N° 3 – Semaine du jeudi 4 au jeudi 11 novembre


2010

« LES MILLE ET UN MASQUES DE L’ACTUEL PRÉSIDENT DU


P.P.M »
LES POSEURS DE DOS D’ÂNE

ET LA RESPONSABILITÉ MARTINIQUAISE

L
ors de la campagne précédant la me semble irrespectueux. » ( Antilla
consultation portant sur le N° 1323 suite de l’interview ).
changement du statut de la
Martinique, l’actuel président du P.P.M fut Or tout le monde a constaté que toute la
le saboteur en chef de l’autonomie, en procédure avant, pendant et après le
prenant, sans complexes, la tête d’une congrès de Décembre 2008 a été menée
cohorte assimilationniste. de concert entre Alfred MARIE-JEANNE et
Claude LISE.
Dès le premier congrès des élus qui allait
proposer au peuple ce changement  La revendication supposée « du
salutaire, il annonçait que ce serait pouvoir pour le pouvoir », jetant
un « congrès mort né » (Antilla N° 1323 du ainsi l’anathème sur les
30 octobre compétences réclamées par ce
2008 ). congrès.

Qu’avançait-il comme raisons ? Cependant, une fois son forfait réalisé,


notre peuple ayant été abusé par ces forces
 Le mode de scrutin : « ( ….) le seul réactionnaires, le président du P.P.M,
point qui n’est pas négociable, c’est parvenu à la tête de la Région, prétend
la question de la proportionnelle. vouloir des compétences supplémentaires…
Nous n’allons pas varier. Or, sur ce Se prenant pour le maître du pays, il
point là, il y a un blocage précis. convoque tout seul un congrès des élus ;
Alors, à mon avis ce sera un congrès en effet, Claude LISE Président du Conseil
mort-né. ». ( Antilla N° 1323 du 30 Général lui demande solennellement d’y
octobre 2008 , interview du Président renoncer , l’évolution institutionnelle ayant
du PPM par Tony DELSHALM.) été d’ores et déjà tranchée par le peuple le
10 janvier , puis le 24 janvier 2010 , il y a
tout juste 9 mois.
 L’initiative prétendument L’actuel président de Région persista
solitaire de MARIE-JEANNE pourtant dans la confusion la plus totale
d’appeler à ce congrès : « Je pour avouer finalement que son congrès
réunis le congrès et je propose le 74. sera … « un congrès mort-né ».
Mais qu’est-ce que cela veut dire ?
Monsieur LISE est bien le Président Une
du Conseil Général. Il a un mot à
dire. Je ne le défends pas mais cela
imposture
ordonnateur de cette situation, qui n’a

L
e président du P.P.M s’opposa avec aucun compte à rendre aux Martiniquais.
véhémence à toutes possibilités pour
les martiniquais de maîtriser leur
foncier, leur énergie avec l’article 74*, son Clément CHARPENTIER-TITY
parti clamant entr’autres que l’essentiel Francis CAROLE
des transactions des ventes de terre se
passait entre martiniquais. C’était nier un
fait têtu : c’est le préfet qui a la haute main
sur la politique foncière de la Martinique.
C’est lui qui est responsable de la police du
S.A.R , (Schéma d’Aménagement
Régional) ; c’est lui, représentant de l’Etat LE PALIMA
français, qui possède encore et toujours le
vrai pouvoir y compris celui de dilapider le
foncier agricole martiniquais, comme c’est
le cas pour les centrales photovoltaïques .

En effet, c’est lui qui a distribué des 25, rue Gabriel Péri
autorisations pour la construction de Les Terres-
centrales photovoltaïques sur des terres Sainville
agricoles, ne tenant aucun compte des avis 97200 FORT DE FRANCE
défavorables donnés par Alfred MARIE-
 0696.45.43.13
JEANNE alors Président du Conseil Régional
(exception
LE PALIMA faite du seul projet de Ducos).
HEBDO  lepalima@orange.fr
N° 3

Pourtant, loin d’être humbles car concernés


au plus haut chef par les demandes
d’autorisation d’implantation de centrales
photovoltaïques sur des terres agricoles
(ex : le François avec M. ANTISTE, vice
président de la Région ; le Morne-Rouge
avec J. DULYS vice-présidente de la
Région ; le Lorrain avec J. PAMPHILE
vice-président de la Région ) , les élus
LE PALIMA HEBDO
de cette nouvelle majorité du Conseil
N° 3
Régional provoquent et salissent de
vrais défenseurs du peuple et de la
terre martiniquaise tels A. MARIE- *ANNEXES
JEANNE* et les patriotes dans leur
ensemble. Nous insistons sur le fait
qu’aucune des trois communes dirigées par
des maires patriotes (Rivière-pilote, Sainte- *ANNEXE 1 : CE QUE RÉCLAMAIENT LES PARTISANS
Anne, Prêcheur) n’est concernée par DE L’ÉVOLUTION STATUTAIRE DANS LE CADRE DE
l’implantation de centrales photovoltaïques L’ARTICLE 74
sur les terrains agricoles dans le cadre de
leur territoire. « (… ) En partage avec l’Etat, la
collectivité réglementera le droit
Aujourd’hui, le beau rôle a encore été laissé d’exploration et d’exploitation des
au représentant de l’Etat français, grand ressources naturelles, biologiques ou
minérales.( ….) La nouvelle collectivité sera
responsable de l’élaboration de la politique
en matière d’énergie , d’écologie,
d’environnement ainsi que de la mise en
œuvre de programmes, de diversification et
de valorisation des ressources énergétiques
renouvelables dans le domaine solaire, de
l’éolienne, de la géothermie et surtout , de
la mer » (document du Rassemblement
Martiniquais pour le Changement).

*ANNEXE 2 : RÉSUMÉ DE LA MISE AU POINT D’A.


MARIE-JEANNE À PROPOS DE L’IMPLANTATION DE
CENTRALES PHOTOVOLTAÏQUES SUR DES TERRES

AGRICOLES.

Le dimanche 24 octobre 2010, dans


le cadre de l’émission « la parole au peuple
« diffusée sur la radio RLDM, 97.5 FM, A.
MARIE-JEANNE rappela que l’objectif de la
Région sous son autorité était de garantir
40 000 hectares à l’agriculture. Cet objectif
fut inscrit dans le SAR (Schéma
d’Aménagement Agricole) ; il insista
également sur le fait que l’instance chargée
de faire respecter le SAR échappait aux
Martiniquais car étant de la seule
compétence de l’Etat français, représenté
ici par le Préfet.

En outre, A.MARIE-JEANNE a indiqué avoir


donné un avis défavorable à toutes les
demandes qui lui ont été réclamées, avis
défavorables fondés sur le principe de la
défense des terres agricoles martiniquaises
(ce fut le cas pour le projet sur le François,
Morne-rouge, Lamentin…).

En ce qui concerne le projet de Ducos,


A.MARIE-JEANNE avait dans un premier
temps donné un avis défavorable. Il a alors
indiqué que les promoteurs de ce projet ,
deux martiniquais, et le Maire de Ducos,
sont « revenus à la charge » en mettant en
avant « l’infertilité « de ces 5 hectares et
« le caractère martiniquais » du projet.
A.MARIE-JEANNE reconnaît avoir émis à ce
moment un avis favorable à ce seul et
unique projet.

Vous aimerez peut-être aussi