Vous êtes sur la page 1sur 2

ENPC – BAEP2

Calcul de la tension dans les câbles de précontrainte


(EN1992-1-1 § 5.10)

1. Force à la mise en tension à l’extrémité active (5.10.2)


Pmax = Ap ⋅ σ p,max avec σ p,max = min{0,8fpk ;0,9fp0,1k }
2. Pertes instantanées (5.10.3 (3))
∆Pi ( x ) = ∆Pμ ( x ) + ∆Psl ( x ) + ∆Pel ( x )
(frottement) (recul d'ancrage) (déformation élastique)

2.1. Pertes par frottement : ∆Pμ = Ap ⋅ ∆σ p,μ


∆Pμ = Pmax − P ( x ) P ( x ) = Pmax ⋅ e
− µ (θ + kx )
Contraintes : σ p ( x ) = σ p,max e
− µ (θ + kx )
avec
µ est le coefficient de frottement entre le câble et la gaine, donné par la notice technique du procédé,
ou, à défaut, par le tableau 5.1 de l’Eurocode 2. Pour des câbles intérieurs constitués de torons, le
tableau donne µ = 0,19.
θ est la déviation angulaire cumulée depuis l’extrémité active.
k est la déviation angulaire parasite par unité de longueur. En général 0,005 m-1 ≤ k ≤ 0,01 m-1
2.2. Pertes par recul d’ancrage : ∆Psl = Ap ⋅ ∆σ p,sl ( x )
d
g.Ep = ∫ ∆σ p,sl ( x ) .dx où d est la longueur d’influence du recul d’ancrage (≤ longueur du câble)
0
et g la valeur du recul d’ancrage
σ p′ ( x ) = σ p ( x ) − ∆σ p,sl ( x )
− µ (θ ( d ) −θ ( x ) + k ( d − x ) )
Pour x ≤ d , σ p′ ( x ) = σ p′ ( 0 ) ⋅ e = σ p′ ( d ) ⋅ e : σ p′ ( x ) = σ p ( x )
µ (θ + kx )
pour x > d
Pour x ≤ d, on peut en général linéariser les expressions de σ p et σ p′ :
σ p ( x ) ≈ σ p,max (1- µ (θ + kx ) ) et σ p′ ( x ) ≈ σ p′ ( d ) ⋅ (1- µ (θ + kx ) )
2.3. Pertes (ou gains) par déformation instantanée du béton : ∆Pel ( x ) = Ap ⋅ ∆σ p,el ( x )
 j ⋅ ∆σ c ( t )  ∆σc(t) est la variation de contrainte du béton, au niveau du câble,
∆σ p,el = Ep ⋅ ∑  
 Ecm ( t )  sous l’effet de l’action permanente appliquée à la date t.

Le coefficient j vaut :
(n-1)/2n pour la mise en tension échelonnée de n câbles identiques. ∆σp,el(x) est la valeur moyenne
de la perte de tension des n câbles. On peut prendre j = 1/2 comme valeur approchée.
1 pour les actions permanentes appliquées après la mise en tension du câble étudié.
2.4. Tension initiale : σpm0(x)
σ pm0 ( x ) = σ p,max − ∆σ p,μ ( x ) − ∆σ p,sl ( x ) − ∆σ p,el ( x )

3. Pertes différées (5.10.6) : ∆Pc+s+r ( x, t ) = Ap ⋅ ∆σ p,c+s+r ( x, t )


3.1. Retrait du béton (3.1.4) : εcs = εcd + εca
Retrait de dessiccation : ε cd ( t, ts ) = β ds ( t, ts ) ⋅ kh ⋅ ε cd,0 (expression (3.9))
Valeur finale : εcd,∞ = kh⋅εcd,0 avec εcd,0 valeur nominale (tableau 3.2 ou expr. B.11) et kh coefficient
dépendant du rayon moyen h0 de la section transversale (h0 = 2Ac /u). kh donné par le tableau 3.3.

h0 en mm

Pertes de précontrainte – janvier 2017 1


ENPC - BAEP2

β ds ( t , ts ) =
( t − ts ) loi d’évolution (h0 en mm, t en jours)
( t − ts ) + 0,04 h03

Retrait endogène : ε ca ( t ) = βas ( t ) ⋅ ε ca ( ∞ )


avec : ε ca ( ∞ ) = 2,5 ( fck − 10 )10−6 (valeur finale) et βas ( t ) = 1 − exp ( −0,2 t 0,5 ) (t en jours).

3.2. Fluage du béton (3.1.4) : ε cc ( t , t0 ) = ϕ ( t , t0 ) ⋅ (σ c Ec ) sous contrainte σc constante appliquée à l’âge t0


On peut prendre Ec (module tangent) égal à 1,05 Ecm . ϕ ( ∞,t0 ) peut être tiré de la figure 3.1, donnée ici
pour une humidité relative RH égale à 80 % :

Pour l’évolution du fluage au cours du temps, on peut utiliser l’annexe B de l’Eurocode 2.

0,75 (1− µ )
∆σ pr  t 
3.3. Relaxation de l’acier (3.3.2) : = 0,66 ρ1000 e9,1µ   10−5 avec µ = σpi/fpk (σpi = σpm0)
σ pi  1000 
Expression valable pour des fils ou torons de basse relaxation (classe 2 selon l’Eurocode 2).
t est en heures. Pour la relaxation finale, on prend t = 500 000 h.
3.4. Cumul des pertes différées
Ep
ϕ ( t, t0 ) ⋅ σ c,QP
ε cs Ep + 0,8∆σ pr +
Ecm
∆σ p,c+s+r =
E A  A 2 
1 + p p  1 + c zcp  1 + 0,8ϕ ( t , t0 ) 
Ecm Ac  Ic 
σc,QP est la contrainte du béton au niveau des armatures sous combinaison quasi permanente.
zcp est la distance entre le centre de gravité de la section de béton et les armatures de précontrainte

4. Force de précontrainte à l’abscisse x à un instant donné t (5.10.3)


Pm,t ( x ) = Pmax − ∆Pi ( x ) − ∆Pc+s+r ( x, t ) = Pm0 ( x ) − ∆Pc+s+r ( x, t )
2 Pertes de précontrainte – janvier 2017