Vous êtes sur la page 1sur 19

Dossier pédagogique du film Langue française, langues de France

SOMMAIRE

I. Présentation du film d’animation

1. Géé néé riqué


2. Déscription
3. Déé coupagé

II. Objectifs pédagogiques (les compétences sont détaillées en annexe)

1. Objéctifs d’appréntissagé én lién avéc lé Soclé commun dé connaissancés ét dé compéé téncés


ét lés programmés du ministéè ré dé l’ÉÉ ducation nationalé pour lés classés dé français, français
langué sécondé, langué dé la scolarisation én Francé.
2. Objéctifs d’appréntissagé én lién avéc lé Cadré éuropéé én dé réé féé réncé pour lés langués
(CÉCRL) : pour lés classés dé français langué éé trangéè ré ét sécondé (FLÉS).
3. Objéctifs culturéls/intérculturéls.
4. Objéctifs transvérsaux.

III. Suggestions d’activités

ÉÉ tapé 1 : Saisir lé méssagé global du film d’animation.


ÉÉ tapé 2 : Sé situér par rapport aè uné langué (chapitrés 1, 2, 3).
ÉÉ tapé 3 : Connaitré lés langués dé Francé (chapitrés 4, 5).
ÉÉ tapé 4 : Déé couvrir lés émprunts d’uné langué aè l’autré (chapitrés 6, 7).
ÉÉ tapé 5 : Répéé rér lés langués d’Éuropé (chapitré 8).
ÉÉ tapé 6 : Énrichir la langué françaisé (chapitré 9).
ÉÉ tapé 7 : Vivré sa/sés langué(s) (chapitrés 10 ét 11).
ÉÉ tapé 8 : Préé séntér lés réé sultats dés réchérchés.

IV. Annexes

1. Compléé ménts bibliographiqués ét sitographiqués.


2. Compléé ménts documéntairés.
3. Compéé téncés déé tailléé és dés objéctifs péé dagogiqués.
4. Créé dits

V. Fiche Elève

VI. Fiche Corrigé


© SCÉRÉN-CNDP, 2012 1
© SCÉRÉN-CNDP, 2012 2
I. PRÉSENTATION DU FILM D’ANIMATION

1. 1. Générique

Création réalisation musique : Joéë l GUÉNOUN


Animation : Ivan BÉRTIN
Production : ministéè ré dé la Culturé ét la Communication, Déé léé gation géé néé ralé aè la langué
Françaisé ét aux langués dé Francé, 2010
Durée : 4 min

2. 2. Description

Cé pétit film d’animation introduit dé maniéè ré visuéllé ét poéé tiqué dés probléé matiqués
linguistiqués fondaméntalés.
Il comméncé par préé séntér la langué commé uné vision du mondé.
Puis il souligné qué lé français ést la langué dé la Réé publiqué françaisé mais rappéllé aussi qué
dé nombréusés autrés langués coéxistént én Francé.
Il illustré éé galémént lé fait qué lés mots du français sont issus du patrimoiné gréé co-latin, mais
éé galémént d’éé changés avéc d’autrés langués ét insisté sur la divérsitéé linguistiqué éuropéé énné
ét lés famillés dé langués.
Il abordé énfin la probléé matiqué términologiqué avéc l’éntréé é dé mots éé trangérs dans la
langué.
Il conclut sur la prisé én compté par chacun dé son patrimoiné linguistiqué ét du vivré
« linguistiquémént » énsémblé.

ÉÉ tant donnéé l’abséncé dé parolés dans la colonné sonoré, cé sont lés animations, lés musiqués
ét lés éé crits filméé s qui créé ént ét éxplicitént lé chéminémént d’uné probléé matiqué aè l’autré.

3. 3. Découpage

Lé film, d’uné duréé é dé quatré minutés, ést articuléé én 11 chapitrés dont lés numéé ros
apparaissént én déssous dé l’imagé.
Nous indiquons :
- en noir gras, lés téxtés qui apparaissént aè l’éé cran ;
- én bléu, lés animations visuéllés ;
- én rougé, lés éfféts musicaux.

Titré du film : Langue française, langues de France

1 : « Ma patrie c’est la langue française », citation d’Albert Camus.


Lé mot langue sé transformé én mot française.

2 : « De ma langue, je vois la mer », citation dé Vergílio Ferreira.


Lé mot mer déssiné dés vagués.
© SCÉRÉN-CNDP, 2012 3
3 : Dés flocons dé néigé tombént. Uné phrasé én suéé dois apparait.
Un chandéliér aè sépt branchés sé déssiné, uné phrasé én héé bréu apparait.
« Chaque langue dessine le monde à sa manière. »
Lés É dés fins dé mots déssinént lés touchés d’un piano.
Musiqué jouéé é au piano.

4 : « La langue de la République est le français (articlé 2 dé la Constitution) ».


Lé mot France sé transformé én un busté dé fémmé, Marianné, symbolé dé la Réé publiqué
françaisé.

5 : « Oc (Oc), Ya (Breton), Bai (Basque), Wé (Créole), Ja (Alsacien), Oui (Français) ».


Lés mots arrivént dans dés bullés, lé nom dé la langué ést inscrit.
Uné musiqué populairé réé gionalé accompagné chaqué oui.
Lé oui français sé transformé én éé moticoô né joyéusé.
« Les langues de France, un chant à plusieurs voix ».
Musiqué dé la chanson La Feuille d’automne emportée par le vent.

6 : « PRAECOQUUM latin PRAEKOKION grec AL-BARIQUQ arabe XIe ALBARICOQUE


espagnol 1330 ALBERCOC catalan 1390 ABRICOT français 1512 APRICOT anglais »
Lés O, U, Q ou CO sont un abricot qui murit ét qui s’ouvré au fur ét aè mésuré du voyagé du mot
aè travérs lés langués ét l’histoiré.
« Mots d’ici, mots d’ailleurs, les mots sont migrateurs. »

7 : « earth anglais tierra espagnol terra italien terre français Erde allemand ».
Lés léttrés d’un mot tournént afin dé formér lé mot suivant.
« Traduire pour relier les cultures. »
Lés léttrés dés mots s’éé tirént afin qué lés mots sé réliént éntré éux.
Musiqué dé la chanson : « ÀÀ la clairé fontainé »

8 : « Les langues, merveille de l’Europe » citation d’Alberto Moravia.


La graphié du mot langue tourné sur la musiqué dé l’hymné éuropéé én (Hymne à la Joie dé
Bééthovén).

9 : « Courriel @ »
Lé C, lé O ét lé U tournént pour dévénir uné arobasé.
« Des mots nouveaux pour un monde qui change ».

10 : « Maitriser la langue pour mieux vivre ensemble ».


Lés É dé ensemble sont dés bouclés réliéé és dans lésquéllés sé déssinént dés visagés souriants.

11 : « Le français est l’affaire de tous ».


Lé N ét lé C céé dillé sé transformént én un déssin dé cœur.

Géé néé riqué dé fin : Délégation Générale à la langue française et aux langues de France,
ministéè ré dé la Culturé ét la Communication (logo du Gouvérnémént français).

© SCÉRÉN-CNDP, 2012 4
II. OBJECTIFS PÉDAGOGIQUES

Cé bréf film d’animation péut éô tré utiliséé pour lés publics dé tous aô gés ét aè tous lés nivéaux dé
la scolarisation ét dé l’appréntissagé du français, langué prémiéè ré, sécondé ou éé trangéè ré. Nous
proposons dés suggéstions d’activitéé s plus particuliéè rémént pour l’énséignémént du français aè
l’éé colé ét au colléè gé én Francé d’uné part ét pour l’énséignémént du français commé langué
éé trangéè ré d’autré part.

4.
5. 1. Objectifs d’apprentissage en lien avec le Socle commun de connaissances et de
compétences et les programmes du ministère de l’Éducation nationale : pour lés classés
dé français ét d’éé ducation civiqué, français langué sécondé, langué dé la scolarisation én
Francé, aè l’éé colé ét au colléè gé

- Compéé téncés du Soclé commun dé connaissancés ét dé compéé téncés qui péuvént éô tré
travailléé és én lién avéc lés programmés dé l’éé colé primairé ét du colléè gé (lés compéé téncés sont
déé tailléé és én annéxé) :
Compéé téncé 1 : La maitrisé dé la langué françaisé.
Compéé téncé 4 : La maitrisé dés téchniqués usuéllés dé l’information ét dé la communication.
Compéé téncé 5 : La culturé humanisté.
Compéé téncé 6 : Lés compéé téncés socialés ét civiqués.
Compéé téncé 7 : L’autonomié ét l’initiativé.

- Én FLS, on péut utilisér cé dossiér déè s la fin du nivéau À1 du CÉCRL.

Textes de référence
- Socle commun de connaissances et de compétences : D.122-1 du Codé dé l'éé ducation (créé éé par lé
déé crét n° 2006-830 du 11 juillét 2006).
- BO n° 3 du 19 juin 2008 hors-série - Horairés ét programmés d’énséignémént dé l’éé colé primairé.
- Livret personnel de compétences : D.311-6 aè 9 du Codé dé l'éé ducation (créé éés par déé crét n° 2007-
860 du 14 mai 2007) - Circulairé n° 2008-155 du 24-11-2008 rélativé aè la misé én œuvré du livrét
scolairé aè l'éé colé (BOÉN n° 45 du 27-11-2008) - Àrréô téé du 14 juin 2010 (BOÉN n° 27 du 8 juillét 2010)
pour lé colléè gé.

6. 2. Objectifs d’apprentissage en lien avec le Cadre européen commun de référence


pour les langues (CECRL) : pour lés classés dé français langué éé trangéè ré ét sécondé (FLÉS)

Le film peut être utilisé dès la fin du niveau A1 avec tous les publics (grands enfants,
jeunes et grands adolescents, adultes), en réception écrite et en production orale
et écrite.
Certaines compétences en production écrite et orale du niveau A2 peuvent être
validées.

Critéè rés d’éé valuation dé la production éé crité : vué d’énsémblé, éé téndué, cohéé réncé, corréction,
déscription, arguméntation.

© SCÉRÉN-CNDP, 2012 5
Critéè rés d’éé valuation dé la production oralé : éé téndué, corréction, aisancé, intéraction,
cohéé réncé.

Textes de référence
- Cadre Européen Commun de Référence pour les Langues, Conséil dé l’Éuropé, 2001.
- Relier les examens de langues au Cadre européen commun de référence pour les langues :
Apprendre, enseigner, évaluer (CECRL)- Un manuel - Division dés Politiqués Linguistiqués, Strasbourg
Conséil dé l’Éuropé Janviér 2009, www.coé.int/lang/fr

7. 3. Objectifs culturels/interculturels

- Réé fléé chir sur la langué françaisé ét lé plurilinguismé : la réplacér historiquémént ét


géé ographiquémént parmi lés langués du mondé ét lés langués éuropéé énnés.
- Déé couvrir lés racinés intérlinguistiqués, lés éé changés.
- Compréndré la diménsion psycholinguistiqué ét sociolinguistiqué dés langués.

8. 4. Objectifs transversaux

Éfféctuér dés réchérchés sur lé vocabulairé ét la grammairé dés langués :


- utilisér lés dictionnairés multilingués ét lés éncyclopéé diés sous formé papiér ét
numéé riqué ;
- énquéô tér aupréè s dé locutéurs natifs ;
- préé séntér dés réé sultats dé réchérchés sous formé d’affichagé ou dé misé én ligné
sur un sité péé dagogiqué.

© SCÉRÉN-CNDP, 2012 6
III. SUGGESTIONS D’ACTIVITÉS

Il ést proposéé ici un scéé nario péé dagogiqué qui péut sé déé roulér én sépt ou huit éé tapés, dont la
duréé é varié sélon lé nivéau dés éé léè vés.
La séé ancé 1 ést récommandéé é quél qué soit lé nivéau dés éé léè vés. L’énséignant compléè téra lés
informations « réé coltéé és » par lés éé léè vés si bésoin.
Lés autrés séé ancés préé séntént dés activitéé s aè choisir én fonction du nivéau ét dé l’intéé réô t dés
éé léè vés. Il n’ést pas néé céssairé dé lés réé alisér toutés.
Én fin dé parcours, il ést récommandéé d’organisér uné réstitution dés travaux éfféctuéé s afin
d’éé valuér tout ou partié dés acquis.

9. Étape 1 : Saisir le message global du film d’animation

Préparation : remue-méninges à partir du titre du film


Lés éé léè vés éé méttént dés hypothéè sés sur cé qué sont lés langués dé Francé ét péut-éô tré sur lés
originés ou lés usagés dé la langué françaisé :
 langués réé gionalés, langués d’outré-mér ;
 langués parléé és par lés Français d’originé éé trangéè ré ;
 variations du français au séin dé la francophonié ;
 langués aè partir désquéllés s’ést forméé lé français actuél ;
 mots nouvéaux qui éntrént dans lé léxiqué du français.

Premier visionnage : compréhension globale


La taô ché dés éé léè vés consisté aè visionnér ét éé coutér l’intéé gralitéé du film én éssayant dé répéé rér
lés difféé rénts chapitrés.
Méttré én commun aè la fin dé cé prémiér visionnagé global, lés éé léé ménts éé pars citéé s par lés
éé léè vés, qui séront classéé s dans l’ordré chronologiqué dés chapitrés par l’énséignant :
- quéls mots ? Dé quéllés langués ?
- quéllés imagés fixés ou animéé és ?
- quéllés musiqués ?

Étapes suivantes
Les visionnages suivants (compréhension détaillée) sé féront dé maniéè ré progréssivé, én
faisant dés coupurés, dés arréô ts sur imagé (il suffit dé cliquér sur l’imagé pour l’arréô tér).
Chapitré par chapitré, au cours dés difféé réntés séé ancés, lés éé léè vés obsérvéront lés animations,
lés graphiés, lés téxtés ét éé coutéront la musiqué. La tramé séra compléé téé é par l’énséignant
ét/ou lés éé léè vés dans lé tabléau ci-déssous : cf. déé coupagé du film.

Chapitre Mots/langu Slogan Animati Graphi Musiq Remarqu


es on e ue es
1.

10.

© SCÉRÉN-CNDP, 2012 7
11. Étape 2 : Se situer par rapport à une langue (chapitres 1, 2, 3)

1 : « Ma patrie, c’est la langue française », citation d’Albert Camus


- Àlbért Camus, éé crivain ét philosophé français, ést néé én 1913 én Àlgéé rié. Cétté
phrasé a éé téé tréè s souvént réprisé pour né pas tombér dans lé nationalismé térritorial.
- Dans Nord perdu, la Canadiénné Nancy Huston éxploré cé qué l’utilisation du
français plutoô t qué dé l’anglais (sa langué matérnéllé) a provoquéé dans son imaginairé,
dans sa façon dé parlér mais surtout d’éé criré : «… Pour cé qui mé concérné, c’ést én
français qué jé mé séns aè l’aisé dans uné convérsation intélléctuéllé, uné intérviéw, un
colloqué, touté situation linguistiqué faisant appél aux concépts ét aux catéé goriés
apprisés aè l’aô gé adulté. Én révanché, si j’ai énvié dé déé lirér, mé déé foulér (…) mé laissér
allér au pur plaisir dé la parolé, c’ést én anglais qué jé lé fais. » (Àctés sud, p. 61) « […] la
langué françaisé […] éé tait, par rapport aè ma langué matérnéllé, moins chargéé é d’afféct
ét donc moins dangéréusé. […] Àu déé but […] céla mé conféé rait uné imménsé libértéé
dans l’éé crituré –car jé né savais pas par rapport aè quoi, sur fond dé quoi j’éé crivais. »
(ibid. p.63-64) Nancy Huston lié éé galémént lés langués aè la musiqué : « L’anglais et le
piano : instruménts matérnéls, éé motifs […] Le français et le clavecin : instruménts
néutrés […] » (Ibid. p. 64-65).

- Si vous maitriséz suffisammént uné déuxiéè mé langué, chérchéz én quoi céla vous a
pérmis dé miéux compréndré votré langué matérnéllé, dé préndré consciéncé dé
cértainés caractéé ristiqués dé votré culturé, dé vous éxprimér plus facilémént graô cé aè la
distancé qu’il y a éntré lés mots ét vos éé motions.
- « On n'habité pas un pays, on habité uné langué. Uné patrié, c'ést céla ét rién
d'autré » a éé crit Émil Michél CIORÀN dans Aveux et anathèmes. Qué pénséz-vous dé
cétté citation ? Résséntéz-vous difféé rémmént lés chosés sélon qué vous lés éxpriméz
dans votré langué matérnéllé ou dans uné autré langué ?

2 : « De ma langue, je vois la mer » citation dé Vergílio Ferreira


Vérgíélio Àntoé nio Férréira ést un éé crivain portugais du XXé siéè clé. Lé Portugal ést la partié la
plus occidéntalé dé l’Éuropé, sur lé bord dé l’océé an qui a jouéé un roô lé important dans son
histoiré.
a- La langué commé uné fénéô tré ouvérté sur lé mondé.
Chérchér d’autrés phrasés sur lé modéè lé dé : « Dé ma langué, jé vois… »
b- La proximitéé éntré lé mot éé crit ét la réé alitéé qu’il répréé sénté.
Ici lé mot « mér » ést calligraphiéé dé façon aè éé voquér l’imagé dé la réé alitéé qu’il éé voqué.
Éssayéz avéc lés mots « chaméau », « fléur », « maison »… Vous pouvéz éé galémént liré ét
régardér lés calligrammés dé Guillaumé Àpollinairé.

3 : « Chaque langue dit le monde à sa manière »


La langué, dé par sés caractéé ristiqués phonéé tiqués, léxicalés ét grammaticalés, constitué un
filtré culturél aè travérs léquél sés locutéurs voiént, séntént ét éxprimént lé mondé qui lés
éntouré.
- Réchérchér lés maniéè rés qu’ont difféé réntés langués dé transcriré lés bruits dés
animaux. Pourtant lés coqs, lés chats, lés chiéns éé méttént tous lé méô mé son quél qué

© SCÉRÉN-CNDP, 2012 8
soit lé pays ouè ils vivént ! Cé sont lés hommés qui lés énténdént ét/ou lés transcrivént
difféé rémmént sélon lés phonéè més éxistants dans léur langué.
- Méô mé travail avéc lés onomatopéé és dans lés bandés déssinéé és.
- Réchérchér cé qué signifiént lés téxtés éé crit én suéé dois ét én héé bréu (voir lés
impréssions d’éé crans dans lés documénts compléé méntairés**). Véé rifiér qu’ils ont lé
méô mé séns qué lé téxté én français.
Vous pouvéz utilisér pour cé fairé lés logiciéls dé traduction disponiblés sur Intérnét
commé Lexilogos.

12. Étape 3 : Connaitre les langues de France (chapitres 4, 5)

4 : « La langue de la République est le français (articlé 2 dé la Constitution) »


Dans le cadre FLES, les recherches peuvent être faites totalement ou en partie dans la langue de
scolarisation puis présentées en français :
a- Éfféctuér dés réchérchés sur :
- la « francisation » dés actés officiéls du royaumé dé Francé au XVIé siéè clé (Ordonnancé dé
Villérs-Cottéréô ts, 1539),
- l’intérdiction dés patois dans lés éé colés dé la IIIé Réé publiqué,
- la réé introduction dés langués réé gionalés dans lé systéè mé scolairé…

b- Énquéô tér sur lés éé changés linguistiqués dans lés réé gions frontaliéè rés : français-italién én
Valléé é d’Àosté, français-allémand-alsacién én Àlsacé ; français-castillan (éspagnol)-basqué
dans lés Pyréé néé és…

c- Lécturé d’autrés articlés dé la Constitution françaisé ét éé tudé dés symbolés dé


la Réé publiqué.

5 : « Oc (Oc), Ya (Breton), Bai (Basque), Wé (Créole), Ja (Alsacien), Oui (Français) »


- ÉÉ criré ét appréndré aè prononcér « oui », « non », « salut » (Voir lé compléé mént documéntairé
« Ànnéé é éuropéé énné dés langués 2001 »**), « lés nombrés 1, 2, 3… » – ou d’autrés mots – dans
lés difféé réntés langués réé gionalés dé Francé ét/ou dans lés langués matérnéllés ou dé
scolarisation antéé riéuré dés éé léè vés d’originé éé trangéè ré.
- Utilisér lés difféé rénts alphabéts ét, éé véntuéllémént, l’alphabét phonéé tiqué intérnational pour
lés transcriptions.
Énrégistrér lés productions sur support audio.
- Réproduiré, én soignant la préé séntation ét la graphié, lés mots dans toutés lés langués, y
compris lé français.
Si néé céssairé, démandér l’aidé d’un locutéur natif ou fairé dés réchérchés sur intérnét afin dé
compléé tér lés informations dés éé léè vés.
- Né pas oubliér lés langués dés outré-mér français (50) ét lés langués dé l’immigration,
réé pértoriéé és parmi lés 75 langués « parléé és par lés réssortissants français sur lé térritoiré dé
la Réé publiqué » par lé rapport dé 1999 : cf. www.dglf.culturé.gouv.fr (rubriqué « Langués dé
Francés », « archivés ét téxtés dé réé féé réncé »).

13.

© SCÉRÉN-CNDP, 2012 9
14. Étape 4 : Découvrir les emprunts d’une langue à l’autre (chapitres 6, 7)

6 : « PRAECOQUUM latin PRAEKOKION grec AL-BARIQUQ arabe XIe ALBARICOQUE


espagnol 1330 ALBERCOC catalan 1390 ABRICOT français 1512 APRICOT anglais »
« Mots d’ici, mots d’ailleurs, les mots sont migrateurs »
- Pour lés éé léè vés FLS ét FLÉ : démandér aux éé léè vés quéls mots utiliséé s én français
léur ont sémbléé tout dé suité familiérs. Cé sont sans douté céux vénant dé léur langué
matérnéllé ou d’uné autré langué qu’ils connaissént.
- Lécturé dé paragraphés tiréé s dé L’Amiral des mots dé Piérré Àronéanu (voir lés
éxtraits dé l’ouvragé dans lés compléé ménts documéntairés). Lé français ést riché dé
nombréux mots vénus d’autrés langués.
Réconnaissént-ils l’originé dé cértains mots ? Réchérchés éé tymologiqués.

7 : « earth anglais tierra espagnol terra italien terre français Erde allemand »
« Traduire pour relier les cultures »
- Àtténtion : Erde fait partié dé la méô mé famillé qué earth, la famillé anglo-
gérmaniqué. Sont citéé s énsuité lés mots dé la famillé latiné (réchérchér lés langués dé
cétté famillé) : terra, tierra ét terre sont diréctémént issus du latin terra ! Cés déux
famillés déé rivént d’uné méô mé famillé « indo-éuropéé énné » ét donc tous cés mots
déé coulént dé l’indo-éuropéé én ters.
- Colléctionnér lés mots sous formé dé léxiqué multilingué : mots dé la vié
quotidiénné ét/ou mots scolairés én français ét dans toutés lés langués dés éé léè vés dé la
classé + én anglais ou uné autré langué éé tudiéé é au colléè gé én LV1 ou LV2. On péut sé
réé féé rér aè PolyGlob, 15 000 mots pour entrer en contact avec tous les habitants de la Terre,
dé Piérré Méstré (ÉDP éé ditions).

15. Étape 5 : Repérer les langues d’Europe (chapitre 8)

8 : « Les langues, merveille de l’Europe », citation d’Alberto Moravia


Àlbérto Moravia ést un romanciér italién du XXé siéè clé. Il a éé crit cétté phrasé pour montrér qué
la construction éuropéé énné, qui rassémblé déé sormais 27 pays ét 23 langués officiéllés, doit
préé sérvér cétté divérsitéé linguistiqué.
- Léxiqué ét culturé : chérchér cé qué signifié « mérvéillé », puis éfféctuér uné éé tudé
sur lés sépt mérvéillés du mondé.
- « Langués » au pluriél, « mérvéillé » au singuliér : réé éécriré cétté phrasé avéc un
vérbé puis modifiér lé nombré dé « mérvéillé » ét comméntér aè l’oral lé choix du
singuliér.
o Lés langués sont la mérvéillé dé l’Éuropé : c’ést la pluralitéé qui ést
mérvéilléusé.
o Lés langués sont lés mérvéillés dé l’Éuropé : chaqué langué ést uné
mérvéillé.
- Fairé uné réchérché sur lés 23 langués officiéllés ét lés trois langués dé travail dés
institutions éuropéé énnés (anglais, français ét allémand).

16. Étape 6 : Enrichir la langue française (chapitre 9)

© SCÉRÉN-CNDP, 2012 10
9 : « Courriel @ »
« Des mots nouveaux pour un monde qui change »
- Réchérchér lés térmés én français dans lés domainés ouè nous utilisons souvént dés
térmés anglo-saxons én allant sur lé sité : http://francétérmé.culturé.fr/FrancéTérmé
- Proposér dés térmés français pour dés térmés éé trangérs courants : cf. initiativé dé
la DGLFLF « Participéz aè l’énrichissémént dé la langué françaisé :
http://wikilf.culturé.fr/ ».

Exemple d’article pour « Courriel »


Journal officiel du 20/06/2003
courriel, n.m.
Synonyme : courriér éé léctroniqué, méssagé éé léctroniqué
Domaine : TÉÉ LÉÉ COMMUNICÀTIONS-INFORMÀTIQUÉ
Définition : Documént informatiséé qu'un utilisatéur saisit, énvoié ou consulté én difféé réé par l'intérméé diairé d'un
réé séau.
Note :
1. Un courriél contiént lé plus souvént un téxté auquél péuvént éô tré joints d'autrés téxtés, dés imagés ou dés
sons.
2. Par éxténsion, lé térmé « courriél » ét son synonymé « courriér éé léctroniqué » sont émployéé s au séns dé
« méssagérié éé léctroniqué ».
Voir aussi : méssagérié éé léctroniqué
Équivalent étranger : é-mail (én), éléctronic mail (én)

17. Étape 7 : Vivre sa (ses) langue(s) (chapitres 10 et 11)

10 : « Maitriser la langue pour mieux vivre ensemble »


- Dé quéllé langué s’agit-il ? Sa langué matérnéllé, céllé du pays ouè l’on vit ?
Déé bat : Quéllés difficultéé s péuvént surgir si l’on né maitrisé pas la langué ? Malénténdus,
quiproquos…
- Fairé én sorté qué toutés lés noticés (notammént dés produits aliméntairés) soiént
toujours traduités én français : loi Toubon.

11 : « Le français est l’affaire de tous »


- Éxpréssion : « ést l’affairé dé… »
Déé bat : Qui ést « tous » ? Dé l’éé léè vé aè l’Union éuropéé énné én passant par lés énséignants,
la famillé, lés hommés politiqués… commént chacun participé-t-il aè la richéssé ét au
déé véloppémént du français ?

18. Étape 8 : Présenter les résultats des recherches

Én fonction dés moyéns aè disposition, du témps aè consacrér ét dés objéctifs dé l’énséignant, lés
éé léè vés préé séntéront léurs réchérchés sous formé d’éxposéé , d’affichagé, dé diaporama, dé
documénts mis én ligné avéc du téxté, dés imagés prisés sur Intérnét (atténtion aux droits) ou
dés déssins scannéé s, dés énrégistréménts… pour lés éé léè vés dé la classé, dé l’éé colé, dans lé
cadré d’un éé changé scolairé ou pour uné misé aè disposition plus largé.

© SCÉRÉN-CNDP, 2012 11
Quéls qué soiént lés supports, lés déstinatairés ét lés typés dé diffusion (én témps réé él ou
difféé réé ), il ést tréè s important qué la réchérché soit suivié d’uné préé séntation oralé ou éé crité dés
travaux. Céla donné du séns ét mét lés éé léè vés én situation réé éllé dé communication oralé ét
éé crité aussi bién dans la phasé dé préé paration qué lors dé la préé séntation.
Un quiz d’éé valuation péut éô tré administréé aè la fin dé l’éé tudé du film. Lés éé léè vés péuvént
éé galémént réé digér dés quéstions par groupé ét lés souméttré aux autrés éé léè vés.
IV. ANNEXES

19. 1. Compléments bibliographiques et sitographiques

HUSTON, Nancy, Nord perdu suivi de Douze France, chapitré 1, Àctés Sud, Paris, 1999

ÀRONÉÀNU, Piérré; BÉRMÀN, Laurént, L’Amiral des mots, chapitré 6, Àltérnativés, Paris, 1996

MÉSTRÉ, Piérré, PolyGlob, Chapitré 7, É.D.P, Paris, 2001

Sité FrancéTérmé, « Vous pouvéz lé diré én français », www.FrancéTérmé.culturé.fr

20. 2. Compléments documentaires


21.
Étape 2 : Se situer par rapport à une langue (chapitres 1, 2, 3)
« Chaque langue dit le monde à sa manière »
Cés impréssions d’éé cran issués du clip animéé facilitént la réchérché sur lés téxtés.
Utilisér lés logiciéls librés dé traduction sur Intérnét pour savoir cé qué signifiént cés téxtés.
- Suéé dois : Varje språk förtäljer om världen på sitt eget sätt
- Héé bréu :

Étape 3 : Connaitre les langues de France (chapitres 4, 5)


Dictionnairé multilingué én ligné avéc dés fichiérs sons dé la langué sourcé.
http://définition.dictionarist.com
Én bas dé l’articlé concérnant lé mot réchérchéé , partié « traductions »
http://fr.wiktionary.org/
© SCÉRÉN-CNDP, 2012 12
Étape 4 : Découvrir les emprunts d’une langue à l’autre (chapitres 6, 7)
L’Amiral des mots ést un conté qui montré qué, lorsqu’on parlé français, on parlé aussi d’autrés
langués du mondé.

Code couleurs. Lés mots français vénant d’autrés langués sont surlignéé s : én vért clair, lés
mots vénant dé l’arabé ; én marron céux vénant dés langués d’Àfriqué ; én mauvé céux vénant
du turc ét du turco-pérsan ; én gris céux vénant dé l’héé bréu ; én vért foncéé céux vénant du
malgaché ; én bléu foncéé céux vénant du chinois ; én vért paô lé céux vénant dé l’hindi, sanscrit,
béngali, indonéé sién, malais, tibéé tain ; én rosé céux vénant du polynéé sién ; én bléu paô lé céux
vénant dés langués améé rindiénnés.

Exemples tirés des pages 11, 17 et 31 :


Bazar, chéé rubin, sultan, nabab, bananés, tabou, palissandré, typhons, mousson

22.

© SCÉRÉN-CNDP, 2012 13
23. 3. Compétences détaillées des objectifs pédagogiques
24.
- Objectifs d’apprentissage en lien avec le Socle commun des connaissances et des
compétences et les programmes du ministère de l’Éducation nationale

Palier 2 pour la maitrise du Socle commun de connaissances et de compétences (École)

Compétence 1 - La maitrise de la langue française


Dire
 S’éxprimér aè l’oral commé aè l’éé crit dans un vocabulairé appropriéé ét préé cis.
 Préndré la parolé én réspéctant lé nivéau dé langué adaptéé .
 Réé pondré aè uné quéstion par uné phrasé compléè té aè l’oral.
 Préndré part aè un dialogué : préndré la parolé dévant lés autrés, éé coutér autrui, formulér ét justifiér un point
dé vué.

Lire
 Éfféctuér, séul, dés réchérchés dans dés ouvragés documéntairés (livrés, produits multiméé dias).
 Sé répéé rér dans uné bibliothéè qué, uné méé diathéè qué.

Étude de la langue : vocabulaire


 Compréndré dés mots nouvéaux ét lés utilisér aè bon ésciént.
 Maitrisér quélqués rélations dé séns éntré lés mots.
 Maitrisér quélqués rélations concérnant la formé ét lé séns dés mots.
 Savoir utilisér un dictionnairé papiér ou numéé riqué.

Compétence 4 - La maitrise des techniques usuelles de l’information et de la communication


S’approprier un environnement informatique de travail
 Connaitré ét maitrisér lés fonctions dé basé d’un ordinatéur ét dé sés péé riphéé riqués.

Adopter une attitude responsable


 Préndré consciéncé dés énjéux citoyéns dé l’usagé dé l’informatiqué ét d’Intérnét ét adoptér uné attitudé
critiqué facé aux réé sultats obténus.

Créer, produire, traiter, exploiter des données


 Produiré un documént numéé riqué : téxté, imagé, son.
 Utilisér l’outil informatiqué pour préé séntér un travail.

S’informer, se documenter
 Liré un documént numéé riqué.
 Chérchér dés informations par voié éé léctroniqué.
 Déé couvrir lés richéssés ét lés limités dés réssourcés dé l’intérnét.

Communiquer, échanger
 ÉÉ changér avéc lés téchnologiés dé l’information ét dé la communication.

Compétence 6 - Les compétences sociales et civiques


Connaitre les principes et fondements de la vie civique et sociale
 Réconnaitré lés symbolés dé la Réé publiqué ét dé l’Union éuropéé énné.

Compétence 7 - L’autonomie et l’initiative


Faire preuve d’initiative
 S’impliquér dans un projét individuél ou colléctif.

© SCÉRÉN-CNDP, 2012 14
- Objectifs d’apprentissage en lien avec le Cadre européen commun de référence
pour les langues (CECRL)
Sourcé : Relier les examens de langues au Cadre européen commun de référence pour les langues : Apprendre, enseigner, évaluer - Un manuel

TABLEAU C4 : GRILLE DES CRITÈRES D’ÉVALUATION DE LA PRODUCTION ÉCRITE


VUE D’ENSEMBLE ÉTENDUE COHÉRENCE CORRECTION DESCRIPTION ARGUMENTATION

A2 Ést capablé dé Utilisé dés Ést capablé Utilisé corréc- Ést capablé
réé digér uné séé rié formulés dé liér témént dés d’éé criré dé
d’éxpréssions ét dé basé dés mots structurés bréè vés
dé phrasés d’éxpréssions avéc dés simplés mais biographiés
simplés réliéé és toutés faités connéctéurs commét éncoré simplés ét dés
par dés méé moriséé és, simplés téls systéé mati- poéè més simplés
connéctéurs dé groupés dé qué « ét », quémént sur lés géns.
simplés téls qué quélqués mots « mais » ét dés fautés Péut éé criré dés
« ét », « mais » ét ét éxpréssions « parcé éé léé méntairés. déscriptions
« parcé qué ». afin dé qué ». Lés érréurs éé léé méntairés
Dés téxtés plus communiquér péuvént tréè s bréè vés
longs péuvént uné information quélquéfois d’éé véè néménts,
conténir dés limitéé é dans dés provoquér dés d’activitéé s
éxpréssions ainsi situations malénténdus. passéé és ét
qué dés simplés dé la vié d’éxpéé riéncés
probléè més dé quotidiénné. pérsonnéllés.
cohéé réncé qui
réndént lé téxté
difficilé aè
compréndré.

TABLEAU C2 : GRILLE DES CRITÈRES D’ÉVALUATION DE L’ORAL

ÉTENDUE CORRECTION AISANCE INTERACTION COHÉRENCE


Utilisé dés structurés Utilisé dés Péut sé fairé Péut réé pondré aè dés Péut réliér dés
A2 éé léé méntairés constituéé és structurés simplés compréndré dans quéstions ét réé agir aè groupés dé
d'éxpréssions corréctémént mais uné bréè vé dés déé clarations mots avéc dés
méé moriséé és, dé groupés commét éncoré intérvéntion méô mé simplés. Péut connéctéurs
dé quélqués mots ét systéé matiquémént si la réformulation, indiquér qu'il/éllé simplés téls
d'éxpréssions toutés dés érréurs lés pausés ét lés suit mais ést qué "ét",
faités afin dé éé léé méntairés. faux déé marragés rarémént capablé dé "mais" ét
communiquér uné sont éé vidénts. compréndré asséz "parcé qué".
information limitéé é dans pour souténir la
dés situations simplés dé convérsation dé son
la vié quotidiénné, dé propré chéf.
l’actualitéé .

© SCÉRÉN-CNDP, 2012 15
V. FICHE ÉLÈVE (QUIZ FINAL)

Langue française, langues de France


Regardez le film animé et cochez la ou les phrases qui sont exactes. Vous pouvez commenter les
propositions et les justifications de vos choix après chaque exercice.

Chapitre 3
 Les trois textes ont des significations différentes.
 En Suède, il neige beaucoup, c’est pour cela que la phrase en suédois est écrite sous la neige.
 Le chandelier à 7 branches est un des symboles de la religion juive.
________________________________________________________________________________________

Chapitre 4
 Le français est la seule langue parlée en France.
 En France, on parle aussi le créole.
 Le français est la langue de tous les textes officiels.
________________________________________________________________________________________

Chapitre 5
 Ya, c’est oui en basque.
 Ja, c’est oui en allemand et aussi en alsacien.
 Le mot « oui » se retrouve souvent dans le nom des langues régionales.
________________________________________________________________________________________

Chapitre 6
 Le nom de fruit que l’on voit évoluer au cours du temps est « orange ».
 « Praecoquum » est le nom latin d’abricot.
 Dans l’histoire du mot « abricot », le P et le B ont souvent pris la place l’un de l’autre.
________________________________________________________________________________________

Chapitre 7
 Si on n’a pas appris une langue, on ne peut jamais comprendre un seul mot.
 Certains mots se disent presque de la même façon dans plusieurs langues de la même famille.
 Les mots ont des prononciations différentes selon les langues.
________________________________________________________________________________________

Chapitre 8
 Tous les européens parlent la même langue.
 La diversité des langues constituent une richesse.
 La musique qu’on entend a été composée par Ludwig Van Beethoven.
________________________________________________________________________________________

Chapitre 9
 On n’a pas le droit d’inventer des nouveaux mots en français.
 Courriel, c’est la même chose que « mail ».
 Le signe @ (un ou une arobase ou arrobe) s’utilise pour écrire une adresse électronique.
________________________________________________________________________________________

© SCÉRÉN-CNDP, 2012 16
IV. FICHE CORRIGÉ

Film animé « Langue française, langues de France »


Les réponses aux questions peuvent être plus ou moins exhaustives. Vous trouverez ci-dessous quelques éléments qui
constituent des pistes pouvant être prolongées… très loin grâce, entre autres, à Internet.

Chapitre 3
 Les trois textes ont des significations différentes Faux, ils ont le même sens dans les 3 langues
X En Suède, il neige beaucoup, c’est pour cela que la phrase en suédois est écrite sous la neige. Vrai, c’est un pays du
nord de l’Europe où il neige souvent.
X Le chandelier à 7 branches est un des symboles de la religion juive. Vrai et l’hébreu est la langue de cette religion.

Chapitre 4
 Le français est la seule langue parlée en France. Faux, on y parle aussi les langues régionales et les langues
des immigrants.
X En France on parle aussi le créole. Vrai, cette langue est parlée surtout dans les départements et territoires d’outre-
mer.
X Le français est la langue de tous les textes officiels. Vrai, puisque c’est la langue de la République.

Chapitre 5
 Ya, c’est oui en basque. Faux, c’est oui en breton.
X Ja, c’est oui en allemand et aussi en alsacien. Vrai, ces deux langues appartiennent à la même famille.
X…Le mot « oui » se retrouve souvent dans le nom des langues régionales. Vrai, « oc » dans la langue d’Oc, « bai » dans
la langue Basque et aussi « oil » dans langue d’Oil du nord de la France signifient « oui ».

Chapitre 6
 Le nom de fruit que l’on voit évoluer au cours du temps est « orange ». Faux, c’est un fruit de couleur oranage
mais il s’agit d’un abricot.
X « Praecoquum » est le nom latin d’abricot. Vrai, c’est de ce mot que vient « abricot » après être passé par le grec,
l’arabe …
X Dans l’histoire du mot « abricot », le P et le B ont souvent pris la place l’un de l’autre. Vrai, latin, grec P puis arabe
(langue qui n’a pas de P), espagnol, catalan et français B puis anglais P.

Chapitre 7
 Si on n’a pas appris une langue, on ne peut jamais comprendre un seul mot. Faux, il y a très souvent des mots
que l’on peut reconnaître même s’ils ne se prononcent pas tout à fait de la même façon ou bien des mots qui sont
utilisés dans de très nombreux pays : taxi, guitare, salut …
X…Certains mots se disent presque de la même façon dans plusieurs langues de la même famille. Vrai, il y a parfois une
lettre qui change. Par exemple dans la famille indo-européenne d/t, comme dans « erde » et earth », p/b comme dans
« abricot » et « apricot »
X…Les mots ont des prononciations différentes selon les langues. Vrai.

Chapitre 8
 Tous les européens parlent la même langue. Faux, dans chaque pays on parle une ou plusieurs langues
différentes.
X…La diversité des langues constitue une richesse. Vrai, une langue c’est aussi une culture (littérature, poésie, chansons,
théâtre…) et une façons de « dire » le monde (par exemple dans les pays où il y a souvent de la neige, il existe un nom
pour chaque type de neige).
X…La musique qu’on entend a été composée par Ludwig Van Beethoven. Vrai, c’est un morceau de Beethoven qui a été
choisi comme hymne européen, il s’appelle « L’Hymne à la joie ».

Chapitre 9
 On n’a pas le droit d’inventer des nouveaux mots en français. Faux, les gens inventent des mots quand ils en
ont besoin mais, pour que ces néologismes deviennent « officiels », il faut que les mots soient validés par l’Etat et
publiés au Journal Officiel.
X…Courriel, c’est la même chose que « mail ». Vrai, c’est le mot qu’on doit utiliser en français.

© SCÉRÉN-CNDP, 2012 17
X…Le signe @ (un ou une arobase ou arrobe) s’utilise pour écrire une adresse électronique. Vrai, c’est le signe qui sépare
le nom de l’utilisateur du nom du domaine de messagerie où est hébergée l’adresse. Il se dit « at » en anglais ce qui
signifie « chez ».

© SCÉRÉN-CNDP, 2012 18
CRÉDITS

Création, réalisation et musique du film : Joéë l Guénoun


Animation du film : Ivan Bértin
Production du film : ministéè ré dé la Culturé ét la Communication, Déé léé gation géé néé ralé aè la
langué Françaisé ét aux langués dé Francé, 2010
Auteure du dossier pédagogique : Daniéè lé Bérgéè ré, profésséuré ét formatricé FLÉS
Coordination éditoriale : CNDP/diréction dé l’éé dition
Graphisme/intégration technique et éditoriale : CNDP/unitéé dé production wéb

© SCÉRÉN-CNDP, 2012 19

Vous aimerez peut-être aussi