Vous êtes sur la page 1sur 54

Rapport de stage

Présenté par :
BOUTAHAR YASSER

Titre :

« Maintenance des réducteurs et pompes dans les


ateliers centraux »

Encadré par :
Monsieur SAIF…. Parrain industriel

Année universitaire 2018/2019

I
Remerciement
Avant tout développement, il apparaît opportun de commencer ce rapport par des re-
merciements, à ceux qui m’ont aidé tout au long de la réalisation de ce rapport, et même à ceux
qui ont eu la gentillesse de rendre cette expérience un moment très profitable.

Je tiens à remercier Mr.SAIF mon encadrant qui m’a formé et accompagné tout au long
de cette expérience professionnelle avec beaucoup de patience et de pédagogie ; pour son as-
sistance, son suivi et pour m’avoir consacré une partie de son temps pour veiller sur le bon
déroulement de mon sujet.

Je tiens à remercier aussi tous les responsables de stage, et le personnel de service


IDS /PL/M.

Ma profonde reconnaissance s’adresse à tout le corps administratif et professoral de


l’ENSAM MEKNES pour leurs efforts afin d’assurer une telle formation, polyvalente et
solide.

Enfin, je remercie toutes les personnes qui ont contribué, de près ou de loin, à
l’accomplissement de ce stage.

I
Liste des abréviations et acronymes

ACX : ateliers centraux

BTIMD: bulletin de transfert des immobilisations même division

DAP : Di-Ammonium Phosphate (l’engrais binaire le plus courant)

MAP : Mono-Ammonium Phosphate (engrais binaire composé de deux agents fertilisants : le


phosphore et l’azote)

MC : Maroc Chimie

MP : Maroc Phosphore

NPK : (engrais ternaires composés de trois éléments : l’azote, le phosphore et le potassium)

OCP : Office Cherifien de Phosphate

OT: ordre de traveaux

PDR: pièces de rechanges

TSP : Triple Super Phosphate (engrais entièrement phosphaté)

II
Liste des figures
Figure 1 : chaine de valeur du phosphate ................................................................................. 12
Figure 2 :chiffre clé sur OCP ..................................................................................................... 13
Figure 3 : situation géographique d’ocp Safi ............................................................................ 14
Figure 4 : historique du complexe chimique de Safi ................................................................ 15
Figure 5:différentes sections de l’atelier ................................................................................. 16
Figure 6:presse hydraulique ..................................................................................................... 17
Figure 7:scie alternative automatisée ...................................................................................... 18
Figure 8: tours parallèles .......................................................................................................... 18
Figure 9:tour parallèle semi-automatique ............................................................................... 19
Figure 10:perceuse radiale ....................................................................................................... 19
Figure 11:fraiseuse semi-automatique .................................................................................... 20
Figure 12:mortaiseuse verticale ............................................................................................... 20
Figure 13:étau-limeur............................................................................................................... 21
Figure 14:palans roulants ......................................................................................................... 21
Figure 15:meule........................................................................................................................ 21
Figure 16:processus de la maintenance en sein des ACX ........................................................ 23
Figure 17:schéma des méthode de maintenance .................................................................... 28
Figure 18:réducteur.................................................................................................................. 28
Figure 19:lubrification par bain d’huile .................................................................................... 33
Figure 20:lubrification par circulation d’huile .......................................................................... 34
Figure 21:pompe à engrenage ................................................................................................. 38
Figure 22:pompe à palette ....................................................................................................... 39
Figure 23:pompe à piston ........................................................................................................ 39
Figure 24:pompe à vis .............................................................................................................. 40
Figure 25:pompe centrifuge ..................................................................................................... 41
Figure 26:types de roue pour les pompes centrifuges ............................................................ 43
Figure 27:garnitures mécanique .............................................................................................. 44
Figure 28:les principaux éléments d’une garniture mécanique .............................................. 44
Figure 29:garniture à tresses.................................................................................................... 45
Figure 30:utilisation des garnitures à tresses .......................................................................... 45
Figure 31:dessin de définition du pompe KSB ......................................................................... 47
Figure 32:nomenclature du pompe KSB .................................................................................. 48
Figure 33:gamme de révision du pompe KSB .......................................................................... 49

III
Liste des tableaux
Tableau 1 : types de la maintenance préventive
Tableau 2 : causes de défaillance des réducteurs
Tableau 3 : défauts possibles au niveau du réducteur

Tableau 4 : état des pièces et décisions

IV
Table des matières :
Introduction générale .......................................................................... 1
Partie 1 : Présentation de l'organisme d'accueil ................................... 2
I. Présentation du groupe OCP : .................................................... 3
II. Présentation de site de Safi : ..................................................... 6
III. Présentations des Ateliers Centraux (ACX) : ....................... 8
1. Les différentes sections de l’atelier : ........................................................................................ 8
2. Les moyens matérielles ............................................................................................................. 9
3. Organisation de la Maintenance au sein des ateliers centraux : ......................................... 14

Partie 2 : Maintenance des réducteurs .......................................... 16


I. Généralités sur la maintenance :............................................... 17
1. Définition de la maintenance : ................................................................................................ 17
2. Les différents types de maintenance : .................................................................................... 18
A. La maintenance corrective : ............................................................................................. 18

B. La maintenance préventive : ............................................................................................ 19

II. Introduction sur les réducteurs :............................................ 20


III. Causes de défaillance de réducteurs : ................................. 21
1. Causes de défaillance des réducteurs : .................................................................................. 21
2. Défauts possible au niveau du réducteur : ............................................................................ 22
3. Usure des surfaces : ................................................................................................................. 23

IV. La lubrification : .................................................................... 24


1. Présentation : ........................................................................................................................... 24
2. Les rôles de la lubrification : .................................................................................................. 24
3. Modes de lubrification ............................................................................................................ 25
A. Lubrification ponctuelle : ................................................................................................. 25

B. Lubrification continue : .................................................................................................... 25

Partie 3 : Maintenance des pompes ................................................... 27


I. Généralités sur les pompes : ...................................................... 28
1. Définition : ............................................................................................................................... 28
2. Caractéristiques: ..................................................................................................................... 28

V
3. Classifications: ......................................................................................................................... 29
A. pompes volumétriques : .................................................................................................... 29

B. Pompes non volumétriques (centrifuges) : ...................................................................... 33

4. Etanchéité dans une pompe : ................................................................................................. 36


A. Garniture mécanique : ....................................................................................................... 36

B. Garniture à tresses : .......................................................................................................... 37

II. Défauts de fonctionnement et pannes fréquentées : .............. 38


1. Description des principaux erreurs rencontrées: ................................................................. 38
2. Les principales causes: ............................................................................................................ 39
3. Résolution : .............................................................................................................................. 39

III. Révision des pompes : .......................................................... 40


1. Dessin de définition: ................................................................................................................ 40
2. Nomenclature : ........................................................................................................................ 41
3. Gamme de révision :................................................................................................................ 42
4. Le démontage :......................................................................................................................... 43
5. Expertise: ................................................................................................................................. 44
6. Le montage:.............................................................................................................................. 45

Conclusion ........................................................................................ 46
Références bibliographiques & Webographies .................................. 47

VI
Introduction générale
Le stage est organisé afin de découvrir le monde de travail, son
fonctionnement, ses activités et ses objectifs. Il permet d’élargir les connaissances
de l’étudiant et d’acquérir une méthode de travail en passant de la théorie à la
pratique.

De ce fait, la pratique du stage est une nécessité et une affirmation certaine


de la réussite dans le domaine professionnelle ce qui m’a poussé à postuler pour
un stage qui m’aidera à forger un savoir-faire et mettre mes connaissances en
pratique.

C’est une étape nécessaire pour enrichir et concrétiser les connaissances


théoriques acquises tout au long de notre formation dispensée à l’Ecole Nationale
Supérieure d’arts et Métiers, et de la compléter par la suite, pour se lancer vers le
bon chemin professionnel.

Etudiant à l’Ecole Nationale Supérieure d’arts et Métiers (ENSAM), j’ai eu


le privilège d’effectuer un stage au sein de la Direction de Maroc Chimie de SAFI
et plus précisément au service de maintenance.

Cette expérience était enrichissante et instructive, elle m’a permis de


développer mes compétences en matière de communication, d’apprendre et
d’analyser l’ensemble des tâches effectuées au sein des différentes sections du
service. Au-delà, de l’activité de chacun des services, j’ai pu apprendre comment
s’articulent les différents départements d’une telle organisation. Par ailleurs, les
relations humaines entre les différents employés, indépendamment de l’activité
exercée par chacun d’eux, m’a appris sur le comportement à avoir en toute
circonstance.

RAPPORT DE STAGE 1
Partie 1 : Présentation de l'organisme
d'accueil

RAPPORT DE STAGE 2
I. Présentation du groupe OCP :
Acteur mondial clé depuis 1920
En tant que leader mondial sur le marché des phosphates et de ses dérivés, OCP est un acteur
clé sur le marché international, depuis sa création en 1920.
Présent tout au long de la chaîne de valeur, OCP extrait, valorise et commercialise du
phosphate et des produits phosphatés, notamment de l'acide phosphorique et des engrais. OCP
est le premier producteur et exportateur mondial de phosphate sous toutes formes. Il est aussi
l'un des plus grands producteurs d’engrais au monde.

OCP, un siècle d'Histoire


OCP occupe une place particulière dans l’histoire industrielle du Maroc. Le Groupe est le
premier exportateur de minerai au monde, leader sur le marché de l’acide phosphorique et
acteur majeur dans les engrais solides. Cette performance, OCP en puise les racines dans son
histoire et dans une expérience accumulée depuis sa création en 1920.
L'Office Chérifien des Phosphates à sa création, le Groupe OCP, depuis 1975, a évolué sur le
plan juridique, pour devenir en 2008 une société anonyme dénommée «OCP S.A ».

D’une activité d’extraction et de traitement de la roche à ses débuts, OCP s’est positionné au
fil du temps sur tous les maillons de la chaine de valeur, de la production d’engrais à celle
d’acide phosphorique, en passant par les produits dérivés.
OCP trouve, depuis sa création, les ressources de sa croissance continue et de son leadership
dans sa stratégie industrielle. Celle-ci est rythmée par une montée en puissance régulière de
l'outil de production, par une politique ambitieuse de partenariats durables et servie par une
politique financière efficace.
Ces partenariats touchent aussi bien des accords de livraison à moyen et à long terme que la
construction d’unités de production sous forme de joint-ventures, basées au Maroc et à
l’étranger. Aujourd'hui, OCP compte douze filiales et joint-ventures ainsi que quatre bureaux
de représentations dans le monde.
Depuis sa création, OCP est passé de quelques centaines de personnes à près de 23 000
collaborateurs et 46 milliards de DH de chiffre d'affaires en 2013.

RAPPORT DE STAGE 3
Premier exportateur mondial de produits phosphatés

Figure 1 : chaine de valeur du phosphate

RAPPORT DE STAGE 4
Figure 2 :chiffre clé sur OCP

RAPPORT DE STAGE 5
II. Présentation de site de Safi :
Premier site chimique d’OCP, le complexe de Safi a démarré ses activités en 1965 pour
valoriser les phosphates de Gantour.

Il se compose de trois unités :

• Maroc Chimie;

• Maroc Phosphore I;

• Maroc Phosphore II

Figure 3 : situation géographique d’ocp Safi

RAPPORT DE STAGE 6
Répartition du travaille sur les unités :
Sur le plan juridique, Maroc Chimie fait partie intégrante de Maroc Phosphore depuis 1996.
L’unité peut produire chaque année 400.000 tonnes P2O5 d’acide phosphorique et trois types
d’engrais : 500.000 tonnes de TSP (engrais entièrement phosphaté), 30.000 tonnes de DAP
(l’engrais binaire le plus courant) et 250.000 tonnes de NPK (engrais ternaires composés de
trois éléments : l’azote, le phosphore et le potassium).. Ces deux derniers sont destinés au
marché national.

Maroc Phosphore I et Maroc Phosphore II totalisent une capacité annuelle de production de


1.1 million de tonnes d’acide phosphorique dont 630.000 tonnes pour la première unité et
470.000 pour la seconde et de 400.000 tonnes d’engrais MAP (engrais binaire composé de
deux agents fertilisants : le phosphore et l’azote).

Figure 4 : historique du complexe chimique de Safi

RAPPORT DE STAGE 7
III. Présentations des Ateliers Centraux (ACX) :

1. Les différentes sections de l’atelier :

Figure 5:différentes sections de l’atelier

Les Ateliers Centraux assurent l’entretien et la révision des équipements tournants de tout le
complexe de Safi. Il s’occupe des travaux de confection des pièces sous demande des services
prestataires, que ce soient des pièces à usiner (arbre, accouplement,…), ou des éléments en
charpente métallique (silo, bac,…).

Ces ateliers sont constitués de différentes sections :


✓ Section de préparation
Cette section est responsable de la réception du matériel et de sa remise au service
demandeur après fin des travaux, c’est l’interface entre le client et le service.
✓ Section mécanique
Elle est responsable de la révision de tous les équipements des systèmes mécaniques que
ce soit dans le préventif ou le correctif, en l’occurrence, les pompes, les réducteurs, les
agitateurs, et les coupleurs.
✓ Section machine-outil
Cette section est responsable de l’ajustage et l’usinage des pièces mécaniques.

RAPPORT DE STAGE 8
✓ Section chaudronnerie
Cette section a été regroupée au niveau des Ateliers Centraux de Maroc Phosphore II. Elle
s’occupe de la confection des pièces en charpente métallique.
✓ Section Approvisionnement : Elle assure les prévisions en pièces de rechange et
le suivi des dossiers des achats ;
✓ Section Réception : Elle assure la réception quantitative et qualitative des
marchandises ;
✓ Section Magasin : Elle assure le stockage des marchandises dans de bonnes
conditions et leurs distributions aux services utilisateurs.

2. Les moyens matérielles


Pour assurer les prestations demandées aux ateliers centraux, ils sont dotés de
plusieurs machines.
Section montage et ajustage mécanique (entretien mécanique) :
✓ 2 presses hydrauliques : Une à commande électrique et une autre
commandée manuellement.

Figure 6:presse hydraulique

RAPPORT DE STAGE 9
✓ 2 scies alternatives : Pour le découpage des pièces longues (une commandée
manuellement et l’autre automatisée).

Figure 7:scie alternative automatisée

Section machines-outils :
Cette section est responsable de l’ajustage et de l’usinage des pièces mécaniques.
Dans cette section on trouve plusieurs machines-outils tels que :

✓ 5 Tours parallèles (DINACOH, AMUTIO, H.ERNAULT-SOMUA, GEMINIS-


GE-870, HEYLIGENSTAEDT) : il consiste à confectionner des pièces
mécaniques (pièces de rechanges) et retoucher des pièces qui déjà utiliser.

Figure 8: tours parallèles

RAPPORT DE STAGE 10
✓ 2 Tours parallèles semi-automatique.

Figure 9:tour parallèle semi-automatique

✓ 2 Perceuses (Perceuse radiale, Perceuse d’établie).

Figure 10:perceuse radiale

✓ 2 fraiseuses (universel. Semi-automatique):pour confectionner les pignons soit droite,


hélicoïdal, conique ……..et pour exécuter des rainures extérieur de clavette et aussi
pour l’opération de surfaçage.

RAPPORT DE STAGE 11
Figure 11:fraiseuse semi-automatique

✓ Une mortaiseuse verticale : pour faire les rainures des clavetages.

Figure 12:mortaiseuse verticale

✓ Un étau-limeur : Il est horizontal et il permet la réalisation des rainures des


clavettes. Son avantage réside dans le fait qu’il peut effectuer des rainures sur les
pièces longues.

RAPPORT DE STAGE 12
Figure 13:étau-limeur

Section chaudronnerie :
✓ 2 cisailles : Pour le découpage des tôles.
✓ Centres de soudage : Pour faire un assemblage indémontable des pièces.

Ce service est équipé également de :


Deux palans roulants Un d’une capacité de 5 tonnes et un autre de 15 tonnes ;

Figure 14:palans roulants

D’une meule; C’est un outil qui permet :


➢ Affutage des outils.
➢ Meulage des pièces.

Figure 15:meule

RAPPORT DE STAGE 13
3. Organisation de la Maintenance au sein des ateliers
centraux :
Dans cette partie, nous présentons la procédure suivant laquelle un travail de
maintenance s'effectue au sein des ateliers centraux ACX.
Une détection d'une anomalie dans la ligne de production déclenche un besoin de
maintenance de l'équipement défaillant. Le service mécanique est contacté par le service
concerné (client). Si la défaillance va produire des pertes importantes en production,
l'équipement est remplacé tout de suite. Sinon, la section de préparation du service client
planifie la date de changement de l'équipement et elle prépare une fiche d'anomalies
indiquant les types de défaillances constatées afin de faciliter la tâche au service de
maintenance. Elle procède aussi à une vidange, au sablage et à la peinture afin de préparer
l'équipement au service récepteur. La section préparation reçoit l'équipement suivi d'un
bulletin de transfert des immobilisations même division (BTIMD) et d'une demande
d'intervention. Si ces documents sont conformes, la section préparation ACX planifie le
lancement des travaux et le fournit au chef d'atelier qui rédige un ordre de travaux (OT) à
partir de cette planification. L'ordre de travaux est donné ensuite au chef de section, puis
au chef d'équipe qui se charge de la supervision et l'expertise puis il demande à la section
préparation une lise de besoin en pièces de rechanges (PDR). La préparation ACX consulte
le stock des PDR et rédige un bon de sortie du magasin. Le chef d'équipe reçoit les pièces
de rechange nécessaires et il les mets à la disposition de l'exécutant. Ce dernier se charge
du montage, de la maintenance et du démontage de l'équipement. Une fois que la
maintenance est achevée, la préparation ACX établit un bulletin de transfert de des
immobilisations même division (BTIMD) et renvoie l'équipement à la préparation client.
Ce processus est décrit sur le schéma ci-contre :

RAPPORT DE STAGE 14
Figure 16:processus de la maintenance en sein des ACX

RAPPORT DE STAGE 15
Partie 2 : Maintenance des
réducteurs

RAPPORT DE STAGE 16
I. Généralités sur la maintenance :

Historique :
Avant 1900 : on parle de réparation.
1900-1970 : on utilise la notion d’entretien, avec le développement des chemins de fer, de
l’automobile, de l’aviation et l’armement pendant les deux guerres mondiales.
A partir de 1970 : les développements de secteurs à risques d’outils modernes aboutissent à
la mise en œuvre de la maintenance.
Les principales raisons à retenir pour le passage de l’entretien à la maintenance :
• Evolution technologique ;
• Coût ;
• Automatisation ;
• Amortissement ;
• Contraintes réglementaires.

1. Définition de la maintenance :
la maintenance est l’ensemble des actions permettant de maintenir ou de rétablir un bien dans
un état spécifié, ou dans un état où il en mesure d’assurer un service déterminé.
La maintenance est une politique qui prend en compte :
• Le choix des méthodes d’entretien (les différentes modes de maintenance)
• Les améliorations
• La place des équipements dans le procédé de fabrication (hiérarchisation)
• La formation du personnel d’entretien et de production
La maintenance et la vie du produit
La maintenance commence bien avant la première panne :
• Dès la conception : la maintenance s’intègre dans le concept de maintenabilité qui
évalue la capacité d’un produit à être dépanné.
• A l’achat : c’est un conseil et aussi un argument.
• A l’installation : la mise en route elle apporte une connaissance du produit.
• A l’utilisation, le rôle de la maintenance est triple : le dépannage, les actions
préventives et la surveillance.
L’objectif de la maintenance dans la vie du produit c’est de minimiser le rapport :
(Dépense de maintenance+ coût d’arrêt fortuit)/service rendu

RAPPORT DE STAGE 17
2. Les différents types de maintenance :

A. La maintenance corrective :

La maintenance corrective est la maintenance exécutée après détection d'une panne et destinée
à remettre un bien dans un état dans lequel il peut accomplir une fonction requise.

Cette maintenance est utilisée lorsque l’indisponibilité du matériel n’a pas de conséquences
majeures sur le processus de production ou quand les contraintes de sécurité sont faibles.

Les formes de la maintenance corrective :


La maintenance corrective peut être utilisée :
• Seule en tant que méthode
• En complément d’une maintenance préventive pour appliquer aux défaillances
résiduelles.
Le fonctionnement de cette maintenance :

➢ Le diagnostic :
Permet d’identifier la cause d’une panne à l’aide d’un raisonnement logique s’appuie sur :
• Des schémas fonctionnels
• Des tableaux du type effets, cause, remède.
• Les tests
• Des systèmes experts
➢ L’action curative :
La réparation à caractère définitif qui est déduit du diagnostic et qui permet au système de
fonctionner correctement.
➢ La réparation permet de :
• Décomposer l’intervention en phases
• Décrire précisément le travail
• Allouer le temps
• Définir les moyens d’exécution
• Définir les moyens de contrôle

RAPPORT DE STAGE 18
B. La maintenance préventive :
C'est la maintenance exécutée à des intervalles prédéterminés ou selon des critères prescrits et
destinée à réduire la probabilité de défaillance ou la dégradation du fonctionnement d'un bien.
➢ Intérêt :
• Diminuer les travaux urgents
• Faciliter la gestion de maintenance
• Favoriser la planification des travaux
• Rendre possible la préparation, l’ordonnancement et la gestion des stocks
• Eviter les périodes de disfonctionnement avant panne, ainsi que les dégâts
éventuels provoqués par une panne intempestive
• Augmenter la sécurité
➢ La maintenance préventive se divise en deux types
• Maintenance préventive systématique
C'est la maintenance préventive exécutée à des intervalles de temps préétablis ou selon un nombre
défini d'unités d'usage mais sans contrôle préalable de l'état du bien.

• Maintenance préventive conditionnelle


C'est la maintenance préventive basée sur une surveillance du fonctionnement du bien et/ou des
paramètres significatifs de ce fonctionnement intégrant les actions qui en découlent.

Avantages Inconvénients
• Facile à gérer • Repose sur la notion de
• Permet d’éviter la détérioration MTBF et ne prend pas en
La maintenance importante compte les phénomènes
• Permet de diminuer les risques d’usure
préventive d’avaries imprévues
systématique
• Sécurise : détection de l’avarie • Pour être efficace elle doit
des défauts être pensée dés la phase de
• Améliore la disponibilité par la conception
planification des opérations • Limitée par l’existence de
La maintenance • Favorise les facteurs humains symptôme
préventive (appel aux compétences des • Le coût de l’instrumenta-
opérateurs) tion
conditionnelle

Tableau 1 : types de la maintenance préventive

RAPPORT DE STAGE 19
On peut résumer cela dans ce schéma représentatif:

Figure 17:schéma des méthode de maintenance

II. Introduction sur les réducteurs :

Figure 18:réducteur

Un réducteur de vitesse est un mécanisme largement utilisé dans la vie courante et notamment
dans le monde de l’automobile ou plus généralement dans tous les types d’engins motorisés
(aérospatial, aéronautique, robotique, fabrication des machines-outils etc. …). Nous
retrouvons les réducteurs par exemple dans les mécanismes permettant l’ouverture des
vitres des voitures, pour lever des barrières de parking ou même dans les ascenseurs.
L’étude de ce mécanisme est donc source d’intérêt.

RAPPORT DE STAGE 20
Les réducteurs sont parmis les plus anciens et les plus répandus des équipements de
production. Les réducteurs sont présents dans tous les procès critiques de l’industrie; leur
défaillance engendre fréquemment un arrêt de l’ensemble du procès une maintenance de ces
appareils est donc indispensable.

Les principales caractéristiques des réducteurs de vitesse :


• Type

• Rapport de réduction

• Module ou nombre de filets

• Rendement

• Puissance maximale

• Vitesse de rotation

• Couple

• Irréversibilité

Types des réducteurs:


On distingue :

• Réducteurs à engrenages à axes parallèles ou conique (à simple train, à double train,


à triple train)

• Réducteur à vis sans fin (à vis au-dessus, à vis en dessous, à arbre de sortie vertical)

• réducteur à trains planétaires ou réducteur épicycloïdal

III. Causes de défaillance de réducteurs :


1. Causes de défaillance des réducteurs :
Cause Pourcentage %
Niveau huile insuffisant 28%
Défaillance d’engrenage 24%
Huile polluée ou inadéquate 22%
défaillance de roulements 13%
Autres éléments 12%
Tableau 2 : causes de défaillance des réducteurs

RAPPORT DE STAGE 21
2. Défauts possible au niveau du réducteur :
Défaut Cause possible Remède
Bruits de •Bruits de broutement : •Contrôler l'huile ,remplacer les
fonctionnement roulements roulements.
inhabituels et endommagés •Contacter le service après-vente.
cycliques •Claquements: irrégularités au •Rechercher et, le cas échéant,
niveau de corriger les
la denture déformations au niveau de la
•Déformation du carter lors de fixation du réducteur.
la fixation •Renforcer le support du
•Amplification du niveau réducteur.
sonore due à un
manque de rigidité du support
du
réducteur
Température de •Trop d'huile •Contrôler et, si nécessaire,
fonctionnement trop •Huile trop vieille corriger le niveau
élevée •L'huile est fortement souillée. d'huile
•Température ambiante trop •Vérifier la date de la dernière
élevée vidange, remplacer
•Sur les réducteurs avec l'huile si nécessaire
ventilateur : •Protéger le réducteur contre
admission d'air / carter du l'échauffement extérieur.
réducteur très •Contrôler et nettoyer si
encrassé nécessaire l'admission
•Sur les réducteurs avec d'air, nettoyer le carter du
système de réducteur.
refroidissement intégré : Débit •Respecter les instructions de la
du liquide notice
de refroidissement trop faible. d'exploitation du système de
Température refroidissement air-
du liquide de refroidissement huile ou eau-huile
trop élevée
Dépôts dans le système de
refroidissement
•Défaut du système de
refroidissement air-
huile ou eau-huile
Température trop •Pas assez d'huile •Contrôler et, si nécessaire,
élevée au •Huile trop vieille corriger le niveau
niveau des •Roulements endommagés d'huile.
roulements •Vérifier la date de la dernière
vidange, remplacer
l'huile si nécessaire.
•Vérifier les roulements, les
remplacer si
Nécessaire.
Tableau 3 : défauts possible au niveau du réducteur

RAPPORT DE STAGE 22
3. Usure des surfaces :
l'usure des surfaces désigne le phénomène de dégradation des couches superficielles d'un solide sous
l'action mécanique du milieu extérieur. Cette dégradation est souvent associée aux phénomènes
chimiques dus à la corrosion, elle peut prendre la forme d'une perte de masse, de cote, de forme, ou
encore d'une modification de la structure. L'étude des phénomènes d'usure est un des domaines de
la tribologie.

Types d’usures mécaniques :


• usure par laminage : Appelé aussi fatigue superficielle, elle est
produite par des sollicitations périodiques dues au laminage (con-
tact de Hertz) entre deux surfaces en contact.

• usure par adhérence : L'usure par adhérence intervient entre


deux surfaces métalliques en mouvement où le frottement engendré détache de microscopiques
fragments de matière qui agissent comme abrasif

• usure par corrosion : Une surface est dite oxydée lorsque l’on peut enlever
des particules par un simple toucher ou provoquer une oxydation sur la sur-
face frottée par simple contact physique.

• usure par abrasion (grippage) : Entre deux surfaces en contact et en mou-


vement l’une par rapport à l’autre, des particules dures (provenant de l’une ou l’autre des surfaces
ou de l’extérieur) qui s’imprégnant dans la surface la plus tendre raie celle plus dure, qu’elles
soient lubrifiées ou non. Cette usure se produit par choc ou érosion.

RAPPORT DE STAGE 23
IV. La lubrification :
1. Présentation :
La lubrification ou le graissage est un ensemble de techniques permettant de réduire le frottement,
l'usure entre deux pièces en contact et, en mouvement l'une par rapport à l'autre. Elle permet souvent
d'évacuer une partie de l'énergie thermique engendrée par ce frottement, ainsi que d'éviter la corro-
sion... Dans ces situations, les écoulements fluides sont parallèles aux surfaces, ce qui simplifie leur
description et leur calcul (théorie de la lubrification).

On parle de lubrification dans le cas ou le lubrifiants (mécanique) est liquide et de graissage dans le
cas où il est compact.

• En mécanique, on lubrifie les pièces de métal ou de céramique avec un corps gras, comme de
l'huile ou de la graisse. Les lubrifiants sont des produits liquides, pâteux ou solides d'origine
minérale (hydrocarbures pour l'essentiel), animale, végétale ou synthétique.

• En biologie, la lubrification intervient sous la forme de production, par les muqueuses concer-
nées, d'un mucus à base d'eau. Elle intervient également dans le fonctionnement des articula-
tions qui comptent parmi les meilleurs mécanismes « glissants » que l'on connaisse (Lubrifiant
anatomique).

2. Les rôles de la lubrification :

• la lubrification permet de changer le coefficient de frottement entre deux pièces mécaniques


afin de faciliter le glissement ou le roulement entre elles ainsi que d'éviter ou de minimiser
l'usure et les échauffements.

• les lois physiques qui régissent ce domaine (la tribologie) sont très complexes et sont basées à
la fois la résistance des matériaux et la mécanique des fluides.

• dans une approche pragmatique, il est intéressant de comprendre des phénomènes connus
(bien que complexes) tel que la formation d'un coin d'huile entre deux pièces ou d'un film
d'huile entre deux pièces en mouvements, la notion d'épila men et le changement de propriétés
physiques des huiles en fonction de la pression et de la température.

RAPPORT DE STAGE 24
3. Modes de lubrification
A. Lubrification ponctuelle :
La première méthode consiste à mettre le lubrifiant avant le mouvement ou durant le mouvement. Cela
peut se faire de manière manuelle, par exemple en déposant des gouttes d'huile avec une burette, en
plaçant de la graisse avec les doigts (si celle-ci n'est pas toxique), ou bien en appliquant le lubrifiant
avec un pinceau. C'est par exemple le cas de la lubrification d'une chaîne de vélo, des gonds d'une
porte... Cette lubrification peut aussi s'effectuer par projection à l'aide d'un aérosol (bombe).
B. Lubrification continue :
La lubrification continue touche tous les mécanismes en mouvement et est constituée par un système
de conduites qui amène, par l’intermédiaire d’une pompe, le lubrifiant vers les divers organes (paliers,
coussinets, roulement à billes) à lubrifier. Le lubrifiant retourne au bac pour y être réfrigéré puis re-
monte en traversant un filtre qui retient les impuretés.
Dans ce mode de lubrification on peut distinguer entre deux types de lubrification :
Lubrification par barbotage et projections : c'est la plus simple et la plus usuelle. Une partie
du mécanisme en mouvement (roue dentée...) immergé dans le bain et emporte par adhérence
de l'huile vers les points à lubrifier. . Le mouvement des composants doit être assez rapide
(pour réaliser l’effet centrifuge).
La quantité d'huile du bain doit être suffisante et tenir compte des conditions de service : calo-
ries à évacuer, éviter les vidanges trop rapprochées, etc.
Le niveau du bain doit être contrôlé périodiquement : vis de contrôle, jauge, indicateur...
Un excès d'huile est souvent plus néfaste qu'un manque en créant un brassage sources d'échauf-
fements et de pertes d'énergie.

RAPPORT DE STAGE 25
Figure 19:lubrification par bain d’huile

Lubrification par circulation d'huile : c'est le mode le plus élaboré et le plus coûteux. Une
pompe lubrifie en même temps plusieurs zones ou points, sur une ou plusieurs machines. Le
débit d'huile, constant, arrivant en chaque point à lubrifier peut être réglé (soupapes, buses
d'injection...) et calculé au plus juste pour assurer la lubrification et le refroidissement. Des
échangeurs de chaleur (système réfrigérant), des systèmes de filtration et parfois des systèmes
de régénération peuvent être ajoutés à l'installation.

Figure 20:lubrification par circulation d’huile

RAPPORT DE STAGE 26
Partie 3 : Maintenance des
pompes

RAPPORT DE STAGE 27
I. Généralités sur les pompes :
1. Définition :
La pompe est un appareil conçu pour transformer l’énergie mécanique en énergie
hydraulique, elle fonctionne par déplacement ou refoulement d’un certain volume de liquide
pris d’un point puis transporté à un autre. Le déplacement du liquide peut être libre ou
contrôlé

A- Déplacement libre : l’antique roue à ambes ne fait que pendre le liquide d’un point
donné et le transporter à un autre point.
B- Déplacement contrôlé : la pompe crée un vide partiel à l’aspiration ce qui permet à la
pression atmosphérique régnant dans le réservoir d’obliger le liquide de remonter la
canalisation jusqu’à la pompe puis elle assure le transport du liquide jusqu’à l’origine
du refoulement, elle assure un débit d’écoulement de flux en surmontant la résistance
qui s’oppose à son mouvement.
Remarque : une pompe ne peut pas créer une pression mais elle engendre un débit, la
pression est engendrée par la résistance qui s’oppose à l’écoulement du fluide.

2. Caractéristiques:
Elles sont données par les constructeurs et permettent lors de l'élaboration d'un circuit de
déterminer le choix de la pompe en fonction du travail qu'elle devra remplir.

- La cylindrée : Volume théorique de fluide pour un tour de pompe.

- La hauteur d’aspiration : Hauteur à laquelle une pompe se suffit à elle-même pour


s'alimenter. Elle est variable en fonction du type de pompe et du poids spécifiques du liquide
à aspirer. Cette hauteur est limitée car il faut tenir compte de la tension de vapeur qui dépend
de la température du fluide, c'est à dire que plus la pression augmente et plus le
fluide a tendance à se vaporiser. Ce phénomène dit de cavitation perturbe le
fonctionnement de la pompe et diminue son rendement. Il en abrège la durée de vie.

RAPPORT DE STAGE 28
- Le débit refoulé : C'est la quantité de fluide refoulée par unité de temps dans
des conditions données. Un grand nombre de constructeurs donne le débit de leurs pompes en
litre par minute à différentes pressions et vitesses de rotation.

- Plage de vitesse : Ce sont les vitesses maximum et minimum entre lesquelles la


pompe pourra être utilisée. Elles s’expriment en tour par minute. Il pourra y avoir des
discontinuités de fonctionnement à cause des fuites internes variables en fonction de la vitesse
et de la pression.

- Pression de pointe: C'est la pression maximum qu'il est possible d'atteindre avec une
pompe. Cette pression ne peut être considérée comme la pression d'utilisation car la durée de
vie s'en trouverait écourtée.

- Pression d'utilisation: C'est la pression continue qui peut être maintenue à la sortie de
la pompe lors de son utilisation dans le circuit. Elle assure une durée de vie maximale à la
pompe.

- Puissance d'entraînement : C'est la puissance qu'il est nécessaire de fournir à


l'entraînement d'une pompe. Celle-ci est fonction du débit, de la pression désirée ainsi que du
type de pompe utilisée.

- L'entraînement: Certains entraînements sont à proscrire (poulies courroie). Se référer


aux recommandations du constructeur.

- Le sens de rotation: En général, un seul sens de rotation est possible, dans la majorité
des cas, il est gravé sur le corps de pompe afin d'éviter les erreurs de montage.

3. Classifications:
Les pompes sont classées à deux catégories principales, lesquelles :

A. pompes volumétriques :
Ce sont des pompes qui ont une étanchéité parfaite, c’est-à-dire le débit aspiré est égal au
débit refoulé.

RAPPORT DE STAGE 29
a. Principe de fonctionnement :
Dans ce genre des pompes, le liquide acquiert le mouvement aussi bien que la possibilité
de monter en pression sans subir à l’intérieur de la pompe un accroissement de vitesse
sensible, il est tout simplement aspiré et transporté.

b. Description :
Une pompe hydrostatique ou bien volumétrique se compose d'un corps de pompe
parfaitement clos à l'intérieur duquel se déplace un élément mobile rigoureusement
ajuste .leur fonctionnement repose sur le principe suivant:

➢ exécution d'un mouvement cyclique

➢ pendant un cycle, un volume déterminé de liquide pénètre dans un compartiment


avant d'être refoulé à la fin.

Ce mouvement permet le déplacement du liquide entre l’orifice d’aspiration et l’orifice de


refoulement.

c. Types :
On a plusieurs types des pompes volumétriques :

• Pompe à engrenage :

Figure 21:pompe à engrenage

Elles sont des pompes simples, économiques et très robustes, à débit constant.
Leurs vitesses de rotation varient entre 800 et 3500 tr/mn avec un débit de 600 l/mn et
une pression allant de 15 à 175 bars. Elles sont souvent employées comme pompes
d’alimentation pour d’autres pompes de plus grande capacité.
Il y a deux principaux types de pompes à engrenage :
- A denture extérieure

RAPPORT DE STAGE 30
- A denture intérieure
Elles sont généralement montées au sein du réservoir pour éviter la cavitation.
La pompe est entraînée par un moteur, les pignons tournent dans le sens contraire si la
denture est intérieure ; et dans le même sens pour l’autre type. Au fur et à mesure que les
pignons tournent, elles créent une dépression du côté aspiration. L’huile arrivant dans la
pompe se trouve emprisonnée entre les dents des pignons et la paroi interne des carters. Elle
est, par suite, transportée vers la chambre de refoulement, en suite elle est envoyée dans le
circuit par l’orifice de sortie.

• Pompe à palette :

Figure 22:pompe à palette

Construction: Elles se composent principalement d'un rotor présentant des rainures dans
lesquelles se déplacent radialement des palettes rectangulaires de faible épaisseur. Ces
palettes, s'appuyant sur les surfaces curvilignes du stator, forment des cellules individuelles
limitées latéralement par des plaques de pression. Le rotor et le stator ne sont pas
concentriques.

Principe de fonctionnement: Lorsque le rotor tourne, l'accroissement de volume des cellules


provoque l'aspiration du fluide. Le mouvement de rotation se poursuivant, le volume des
cellules se restreint et le fluide est refoulé de la chambre de refoulement.

RAPPORT DE STAGE 31
• Pompe à piston :

Figure 23:pompe à piston

Les pompes à pistons sont les plus utilisées dans les circuits hydrauliques, utilisant de grandes
vitesses de rotation et des pressions très élevées. Leurs vitesses de rotations vont de 600 à
1000 tr/mn, avec un débit variant entre 2 et 1700 l/mn, la pression quant à elle, elle varie de
50 à 350 bars, c’est le cas des circuits hydrauliques de l’AM 50, la pression de charge dans la
pompe est de 200 bars.

Les pompes à pistons sont les plus compliquées et sont plus coûteuses que les pompes à
engrenage ou à palettes. Elles peuvent être soit à débit constant ou variable.

Il y a deux types de pompes à pistons :

• A piston axiaux : où les pistons sont montés en // avec l’axe de la pompe

• A pistons radiaux : les pistons sont montés ┴ au centre de la pompe.

Dans ces deux gammes de pompes l’huile est pompée et refoulée par les pistons effectuant un
mouvement alternatif.

RAPPORT DE STAGE 32
• Pompes à vis :

Figure 24:pompe à vis

La pompe à vis excentrée appartient au groupe des pompes volumétriques rotatives. Ces
pompes sont caractérisées par la présence fixe).

A l’intérieur du stator (comparable à une vis à d’un "rotor" (partie rotative) et d’un "stator"
(partie double pas), il rotor bouge (comparable à une vis à pas simple), en poussant le fluide à
travers les cavités mobiles qui se créent avec le mouvement réciproque.

Le nombre des étages du groupe rotor-stator détermine les pressions pouvant être obtenues.
Le diamètre du rotor détermine par contre le débit de la pompe.

B. Pompes non volumétriques (centrifuges) :

Ce sont les pompes les plus rencontrés dans l’atelier.

a. Description et fonctionnement :

Les pompes centrifuges (hydrodynamiques) sont de construction très simple: en version de


base, elles sont essentiellement constituées d’une pièce en rotation, le rotor appelé aussi roue
ou hélice qui tourne dans un carter appelé corps de pompe. Une certaine vitesse est ainsi
communiquée au fluide. La différence entre les pompes centrifuge hélico-centrifuge et à
hélice porte essentiellement sur la direction de la vitesse donnée au fluide.

RAPPORT DE STAGE 33
Figure 25:pompe centrifuge

➢ ASPIRA TION : la pompe é tant amorcée (c’est à dire pleine de liquide), la vitesse du
fluide qui entre dans la roue augmente, et par conséquent la pression dans l’ouïe
diminue, engendrant ainsi une aspiration et le maintien de l’amorçage.

➢ ACCELERATION : la rotation augmente la vitesse du fluide tandis que la force


centrifuge qui le comprime sur la périphérie augmente sa pression. Les aubes sont le
plus souvent incurvées et inclinées vers l’arrière par rapport au sens de rotation, mais
ce n’est pas une obligation. Dans un même corps de pompe on peut monter des roues
différentes en fonction des caractéristiques du fluide.

➢ REFOULEMENT: dans l’élargissement en sortie, qui se comporte comme un


divergent, le liquide perd de la vitesse au profit de l’accroissement de pression:
l’énergie cinétique est convertie en énergie de pression.

b. Utilisation :

Ce sont les pompes les plus utilisées dans le domaine industriel à cause de la large gamme
d'utilisation qu'elles peuvent couvrir, de leur simplicité et de leur faible coût.
Néanmoins, il existe des applications pour lesquelles elles ne conviennent pas:
• utilisation de liquides visqueux: la pompe centrifuge nécessaire serait énorme par rapport
aux débits possibles.

RAPPORT DE STAGE 34
• utilisation de liquides "susceptibles" c'est-à-dire ne supportant pas la très forte agitation dans
la pompe (liquides alimentaires tels que le vin, le lait et La bière).
• utilisation comme pompe doseuse: la nécessité de réaliser des dosages précis instantanés
risque d'entraîner la pompe en dehors de ses caractéristiques optimales.
Ces types d'application nécessitent l'utilisation de pompes volumétriques.
Par contre contrairement à la plupart des pompes volumétriques, les pompes centrifuges
admettent les suspensions chargées de solides.
c. Types des pompes centrifuges :
Les pompes centrifuges sont classifiées suivant le nombre des roues ou selon la disposition de
l’axe de la pompe.

Selon le nombre des roues :


• Pompes monocellulaires (ne comportent qu’une roue).
• Pompes multicellulaires (comportent plusieurs roues) montées sur un même arbre, les
unes à la suite des autres. L’eau de la première turbine est amenée par un système de
diffuseurs-redresseurs dans l’aspiration de la suivante.
Selon la disposition de la pompe :
La disposition de la pompe centrifuge est choisie suivant les critères de son installation sur
site, il existe trois types de disposition :
• Pompes à axe horizontal (pompe de surface)
• Pompes à axe vertical.
• Pompes immergées.

d. Types de roue pour les pompes centrifuges:

les roues axiales sont plutôt utilisées pour des débits élevées et de faibles HMT(hauteur
manomètre total). Les roues radiales génèrent des HMT plus élevées pour des débits
moindres. Plusieurs roues peuvent être associées en série sur un même arbre de manière à
augmenter la HMT globale de la pompe que l'on appelle pompe multicellulaire. On trouve
parfois une roue double en parallèle, l'objectif étant alors d'augmenter le débit.
Les roues des pompes centrifuges sont également appelées turbine, ou hélice (selon forme).

RAPPORT DE STAGE 35
Figure 26:types de roue pour les pompes centrifuges

4. Etanchéité dans une pompe :


A. Garniture mécanique :
la garniture mécanique a pour rôle de limiter les fuites du liquide qui circule dans la
pompe cette garniture a comme avantage une étanchéité parfaite qui est assurée
d’une part par deux joints toriques, joint de grain sur la partie fixe, et joint de
cuvette sur la partie tournante, d’autre part par le contact des faces de frottement
planes et glacées.

RAPPORT DE STAGE 36
Figure 27:garnitures mécanique

Une garniture mécanique est composée de deux sous-ensembles :


L’un statique et l’autre tournant
Les éléments principaux sont :
✓ Les faces de frottement une par sous-ensemble
✓ Les étanchéités secondaires (joints. Soufflet métallique. Membrane
synthétique) au moins une par sous-ensemble
✓ Un Elément élastique (ressort, soufflet métallique, membrane).

Figure 28:les principaux éléments d’une garniture mécanique

B. Garniture à tresses :
la garniture à tresses a le même rôle que la garniture mécanique mais elle est
différente de cette dernière car elle n’a pas une parfaire étanchéité (fuites de 10 à 20
gouttes/min).

RAPPORT DE STAGE 37
Figure 29:garniture à tresses

Les étanchéités à tresses sont constituées par :


Une boite à tresses, un fouloir avec son dispositif de serrage, un arbre chemisé ou non et
éventuellement un système d’arrosage (lanterne).

Figure 30:utilisation des garnitures à tresses

II. Défauts de fonctionnement et pannes fréquentées :


1. Description des principaux erreurs rencontrées:
➢ La pompe ne fonctionne pas ;

➢ La pompe fait beaucoup de bruit ;


➢ Absence de refoulement ;

➢ Débit insuffisant ;

➢ Pression de refoulement insuffisante ;

➢ Vibration.

RAPPORT DE STAGE 38
2. Les principales causes:
➢ Le déclencheur thermique à surintensité est activé ou n'est pas correctement raccordé ;
➢ Niveau de mise en marche pas atteint ; sonde ou commutateur défectueux ;
➢ Présence d'air ou de gaz dans le fluide ;
➢ Roue endommagé;
➢ Roulement usé ;
➢ La roue touche le couvercle d'aspiration ;
➢ Hauteur de refoulement trop élevée (plus élevée que celle calculée) ;
➢ Régime trop élevé en mode convertisseur

3. Résolution :
➢ Contrôler le déclencheur à surintensité ;
➢ Contrôler le niveau du liquide ; contrôler le fonctionnement du contacteur de niveau,
le changer si nécessaire ;
➢ Contrôler s'il y a de l'air ou du gaz dans le fluide ;
➢ Contrôler si la roue est endommagée, la changer si nécessaire;
➢ Vérifier si le roulement est endommagé, le changer si nécessaire ;
➢ Contrôler le jeu de la roue, le rattraper si nécessaire ;
➢ Contrôler la hauteur de refoulement, contrôler la vanne ;
➢ Vérifier le régime paramétré sur le convertisseur, le réduire si nécessaire.

RAPPORT DE STAGE 39
III. Révision des pompes :
Exemple de pompe : KSB type CPK-G 125/315 :

1. Dessin de définition:

Figure 31:dessin de définition du pompe KSB

RAPPORT DE STAGE 40
2. Nomenclature :

Figure 32:nomenclature du pompe KSB

RAPPORT DE STAGE 41
3. Gamme de révision :

Figure 33:gamme de révision du pompe KSB

RAPPORT DE STAGE 42
4. Le démontage :
Sur chantier :

✓ Déconnecter électriquement le moteur.

✓ Isoler la pompe des circuits d’aspiration et refoulement (fermeture des vannes).

✓ Vider le corps de la pompe.

✓ Enlever le garant d’accouplement.

✓ Déposer la cache de protection.

✓ Enlever l’entretoise d’accouplement.

✓ Démonter les boulons de fixation.

✓ Manutention pour l’évacuation aux ateliers centraux.

✓ Aux ateliers centraux :

✓ Nettoyage de la pompe

✓ Démontage du corps de la pompe

✓ Démontage de la Turbine

✓ Déboîter le fond de circulation

✓ Libérer la chemise

RAPPORT DE STAGE 43
✓ Démonter le couvercle

✓ Séparer l’arbre du boîtier du coté Turbine

✓ Extraire le flasque et les roulements

5. Expertise:
Pièces Etat de la pièce décision

Arbre -chemise d’arbre usé. à changer

-Usure des portées des roulements. à réparer

-Contrôle de la coaxialité. à réparer

-Cage cassée. à changer

Roulements -Grippage.

-Corrosion.

-Empreintes sur corps roulants.

-Un épaulement au bord des


chemises du roulement.

Dispositif d’étanchéité -jeux de joints et des tresses. à changer

-fuite au niveau des tresses.

-cassure des grains mobiles ou fixes.

- détérioration de ressort
cylindrique.

Tableau 4 :état des pièces et décisions

Turbine :

✓ Contrôler l’usure des ailettes.

✓ Détecter les fissures.

✓ Réajuster les bagues d’usure.

Arbre :

✓ Contrôler la cylindricité.

✓ Contrôler des portés des roulements.

✓ Contrôler les parties filetées.

RAPPORT DE STAGE 44
6. Le montage:
Partie mécanique :

• Montage des roulements

• Montage de l’arbre sur le boîtier

• Montage des deux flasques

Partie hydraulique :

• Montage la Garniture a tresse sur la chemise

• Monter l’ensemble sur fond de circulation

• Emboîter le fond sur le boîtier

• Montage de la Turbine et réglage du jeu de la Turbine

• Immobiliser les écrous

• Montage de l’escargot.

RAPPORT DE STAGE 45
Conclusion

Ce stage pratique au sein de groupe Office Chérifien de Phosphate m’a per-


mis de mettre en pratique les compétences acquises au cours de la formation théo-
rique. J’ai pu approfondir ces compétences et en acquérir de nouvelles tant au
point de vue des langages de développement au des techniques qui ont été néces-
saires a la réalisation de mon rapport.
Ce stage m’offre la possibilité d’intégrer dans une équipe dynamisme de pro-
fessionnels qui m’ont guidé tout au long de la réalisation de mon sujet, j’ai pu
vérifier mes compétences logistiques au sein de cette équipe ou l’adaptation a été
aisée et ou j’ai pu évoluer tout au long du stage. Le développement des compé-
tences a été possible grâce à un partage des savoirs qui existent entre les diffé-
rentes informations.
Cette mise en situation m’a permis de prendre des initiatives personnelles
tout en gardant des contraintes.
Au –delà de l’aspect technique cette période m’a donné la possibilité de ré-
intégrer « circuit professionnel ». En cela, l’apprentissage professionnel est béné-
fique.
Le stage pratique durant le mois d’Août 2018, il m’a permis d’obtenir une
véritable expérience professionnelle et m’a donnée un poids supplémentaire pou-
vant être déterminant lors d’une candidature auprès d’un employeur.

RAPPORT DE STAGE 46
Références bibliographiques & Webographies
1- www.ocpmag.com

2- http://www.ocpgroup.ma/

3- Maintenance des réducteurs industriels -Michel PASQUIER- société CMD

4- Memotech Maintenance industrielle - Maintenance des Équipements Industriels.

RAPPORT DE STAGE 47