Vous êtes sur la page 1sur 87

Approches Pédagogiques

Infrastructure pour la pratique


de l’enseignement

Ministère
de l’Éducation
de la Saskatchewan
1993
Table des matières
Page

Préface……………………………………………………………………….……………….… iv

Chapitre 1 : Sur quoi se baser pour raffiner la pratique de l’enseignement

Première prémisse…………………………………………………………………………………. 2
Deuxième prémisse………………………………………………………………………………... 4
Troisième prémisse………………………………………………………………………………… 6
Quatrième prémisse………………………………………………………………………………... 8
Résumé…………………………………………………………………………………………….. 9
Le processus de réflexion………………………………………………………………………….. 9
Questions qui portent à la réflexion……………………………………………………………….. 9

Chapitre 2 : Modèles, stratégies, méthodes et techniques d’enseignement


L’enseignement comme prise de décision…………………………………………………………. 10
La base conceptuelle……………………………………………………………………………….. 11
Infrastructure de l’enseignement…………………………………………………………………... 13
Modèles d’enseignement…………………………………………………………………………... 15
Stratégies d’enseignement…………………………………………………………………………. 16
Méthodes d’enseignement…………………………………………………………………………. 22
Techniques d’enseignement………………………………………………………………………... 30
Résumé……………………………………………………………………………………………... 32
Questions qui portent à la réflexion………………………………………………………………... 33

Chapitre 3 : La dimension adaptation (ou pédagogique différenciée)


Principes de la dimension adaptation (ou pédagogie différenciée)……………………………….. 35
La prise de décision et la dimension adaptation (ou pédagogie différenciée)…………………….. 35
Résumé……………………………………………………………………………………………. 41
Questions qui portent à la réflexion………………………………………………………………. 41

Chapitre 4 : Choix à faire en matière de pédagogie


Lignes directrices pour l’enseignant dans la prise de décision…………………………………… 42
Variables dans les choix pédagogiques…………………………………………………………... 43
Résumé……………………………………………………………………………………………. 49
Questions qui portent à la réflexion………………………………………………………………. 49

Chapitre 5 : L’étape suivante


Le perfectionnement professionnel……………………………………………………………….. 51
Variables dans les choix pédagogiques…………………………………………………………… 52
Le défi…………………………………………………………………………………………….. 53
Questions qui portent à la réflexion………………………………………………………………. 53
Références……………………………………………………………………………………. 54

Lectures suggérées………………………………………………………………………… 54

Vidéos……………….…………………………………………………………………………. 54

Lexique……..…………………………………………………………………………………. 54

Glossaire français – anglais …………………………………………………………… 54

Glossaire anglais – français ……………………………………………………………. 54


Remerciements
Ce document a été préparé avec le concours de nombreux éducateurs et éducatrices. Le
ministère de l’Éducation de la Saskatchewan tient tout particulièrement à souligner la
contribution des représentants et représentantes.

• Du Collège d’éducation de l’Université de la Saskatchewan;


• De la Faculté des sciences de l’éducation de l’Université de Regina;
• De la Ligue des administrateurs, directives et surintendants scolaires (LEADS);
• De la Fédération des enseignants et enseignantes de la Saskatchewan (STF);
• De l’Association des commissaires de la Saskatchewan (SSTA).

Il tient également à remercier :

• Le personnel et l’administration des écoles qui ont mis à l’essai ces documents et le volet
formation professionnelle du programme;
• Les auteurs des documents généraux qui ont servi de toile de fond à ce document, Mme
Gladene Robertson de l’Université de la Saskatchewan et M Hellmut Lang de l’Université de
Regina.
Préface

Pour obtenir ce qu’il y a de mieux pour nos écoles, nul n’a besoin de tâtonner dans
l’obscurité, car nous avons une image très claire de ce que nous voulons : la vision d’une
école qui peut être celle de toutes les écoles de la Saskatchewan. Cette vision est la force
motrice qui nous pousse à faire l’impossible, car nous croyons fermement que cela en
vaut la peine.

Directions : The Final Report


Ministère de l’Éducation de la Saskatchewan, février 1984

Directions : The Final Report (1984), préparé par le Comité consultatif du ministre sur les
programmes d’études et l’enseignement, proposait une vision de l’avenir de l’éducation en
Saskatchewan. Le modèle de tronc commun élaboré en réponse à ce document visait à faire
concorder les programmes d’études et l’enseignement, à mettre en place un contenu notionnel
cohérent de la maternelle à la douzième année, et à tenir compte de toutes les étapes de
connaissances et de développement les élèves.

L’étude des programmes et de l’enseignement portaient sur les points principaux liés aux
programmes d’études, à l’enseignement et aux interactions enseignants-élèves. On trouvera ci-
après une description du potentiel de croissance de chacun.

• Programme d’études : de statique, hiérarchisé et séparé à dynamique, égalitaire et intégré.

• Enseignement : d’axé sur l’enseignant et la transmission à axé sur l’élève et la transaction.

• Interactions enseignants-élèves : de contrôlées, compétitives et basées sur la conformité à


responsabilisantes, coopératives et divergentes.

Rappelons qu’il s’agit de directives pour une transition qui peut suivre un continuum. Tous les
programmes d’études n’en sont pas au même stade de transition, pas plus que les professionnels
n’en sont au même stade de leurs pratiques pédagogiques ou de leurs interactions avec les élèves.
Si l’on veut que les composantes du tronc commun soient intégrées, il faut que les transitions
mentionnées plus haut se produisent.

Le tronc commun, le cadre qui permet de réaliser les buts de l’éducation par l’enseignement en
classe, est formé de deux grandes composantes qui sont les domaines d’étude obligatoires et les
apprentissages essentiels communs. Le tronc commun reconnaît également la nécessité d’une
dimension adaptation ou pédagogie différenciée et la possibilité d’inclure des cours choisis
localement dans le programme d’études. Ces composantes, notamment les apprentissages
essentiels communs et la dimension adaptation, trouvent leur expression, leur interprétation et
leur implantation grâce à la pratique de l’enseignement. C’est pour cela qu’il faut
qu’enseignants et enseignantes disposent d’une gamme d’approches pédagogiques qui leur
permettent de répondre aux objectifs du tronc commun et aux besoins variés des élèves.

Le document intitulé Approches pédagogiques : Infrastructure pour la pratique de


l’enseignement fait partie d’une série de documents élaborés par le ministère de l’Éducation de la
Saskatchewan pour soutenir le tronc commun. Son objectif est :

• De définir comment s’intègre l’enseignement dans le tronc commun;


• De fournir un appui aux enseignants et enseignantes qui veulent élargir leur répertoire de
pratiques pédagogiques;
• De fournir un appui aux enseignants et enseignantes qui veulent relever les défis qui se
rattachent aux grands changements apportés aux programmes un moyen d’intégrer les
programmes d’études et l’enseignement.

Même si l’intention des concepteurs de ce document était de créer un document utile et pratique,
il ne s’agit nullement d’une étude exhaustive de la pratique de l’enseignement ni d’un « livre de
recettes ». Ce document vise avant tout à aider les éducateurs :

• En encourageant la discussion sur les approches pédagogiques;


• En encourageant la réflexion sur les décisions pédagogiques;
• En affirmant l’art et la science d’enseigner.
• En fournissant un appui aux enseignants et aux enseignantes qui veulent se perfectionner sur
le plan professionnel.

Ce document commence par une étude du contexte de l’enseignement. Le premier chapitre


propose une description de ce qui en a guidé l’élaboration. Le chapitre deux présente une
infrastructure des approches pédagogiques et en décrit les composantes. Le chapitre trois décrit
le rapport entre la dimension adaptation (ou pédagogie différenciée) et la pratique de
l’enseignement. Le chapitre quatre étudie toute une diversité de facteurs dont les enseignants et
enseignantes doivent tenir compte dans le choix de leurs approches pédagogiques. Le chapitre
cinq analyse les défis qui se posent aux enseignants et aux enseignantes dans l’élaboration d’un
répertoire d’approches pédagogiques, ainsi que les options dont ils disposent.

Le lecteur trouvera tout au long de ce document une rubrique intitulée « Questions qui portent à
la réflexion ». Ces questions ont pour objet de favoriser la réflexion personnelle et la discussion
entre collègues. Ces questions types peuvent donner lieu à d’autres questions qui inciteront les
enseignants et les enseignantes à se perfectionner et à raffiner leurs pratiques de l’enseignement.
Chapitre 1 : Sure quoi se baser pour raffiner la
pratique de l’enseignement

Un des buts de l’éducation est de fournir aux enfants les habiletés et les
connaissances dont ils auront besoin pour devenir des adultes compétents. Il
devient impérieux, dans notre monde en pleine évolution, de réévaluer non
seulement les capacités que les élèves acquièrent actuellement dans nos écoles, mais
aussi la manière dont se fait cette acquisition… Et lorsque le contenu du programme
change, il va de soi que la façon de le présenter doit elle aussi changer.

Toward the Year 2000


Ministère de l’Éducation de la Saskatchewan, 1985. (p.6)

On sait mieux à l’heure actuelle ce que constitue un enseignement et un apprentissage efficaces.


Par exemple, les connaissances dans le domaine de la psychologie du développement et de
l’apprentissage des enfants sont plus avancées et permettent mieux l’évaluation intelligente et
informée du contexte de la prise de décision pédagogique. De plus, une meilleure connaissance
des styles d’enseignement et d’apprentissage permet de mieux apprécier ce qui constitue la façon
la plus appropriée de répondre aux besoins individuels des élèves. Les éducateurs réalisent aussi
que l’apprentissage est un processus interactif et que les élèves ont besoin de participer
activement à des tâches réalisables, utiles, pertinentes et stimulantes si ont veut qu’ils répondent
avec succès aux défis que leur pose le programme d’études.

Mais avant tout, les éducateurs ont appris que pour être efficace, l’enseignement doit mettre
l’élève au centre des décisions qui sont prises non seulement sur le programme proprement dit
mais également sur le « processus » par lequel il est livré. Dans ce contexte, on reconnaît le
besoin de rapports positifs entre enseignant et élève.

Le tronc commun de la Saskatchewan cherche à intégrer la pratique de l’enseignement en classe.


Ce n’est qu’après que l’enseignant a enseigné un programme aux élèves à l’intention desquels il
avait été conçu que l’on peut dire du programme qu’il a vraiment été implanté. Dans ce sens,
l’enseignant est un facilitateur grâce auquel les éléments du tronc commun trouvent leur
expression. Une telle notion explique la raison d’être d’un document comme celui-ci.
Première prémisse
Il est possible de définir et de décrire un enseignement efficace. Il devient donc possible
d’améliorer la pratique de l’enseignement par le biais de programmes de perfectionner
professionnel qui poussent les enseignants et les enseignantes à la réflexion.

Pour les besoins de ce document, pédagogie ou enseignement désigne les décisions éclairées
aux programmes d’études que prennent délibérément les enseignants et les enseignantes pour
enrichir l’apprentissage de leurs élèves. Une pédagogie efficace est un processus interactif
conçu pour répondre aux besoins et aux styles d’apprentissage de l’élève par le biais de toute une
variété de pratiques de l’enseignement.

Principes de base d’une pédagogie efficace

Une pédagogie efficace est guidée par des approches pédagogiques générales et des pratiques de
l’enseignement précises. Les approches et les pratiques de l’enseignement préconisées dans ce
document sont basées sur les croyances suivantes de ce que constitue une pédagogie efficace.

1. Une pédagogie efficace est éclectique.

La pratique de l’enseignement ne doit pas être entravée par l’idée qu’il n’existe qu’une seule
façon de bien faire les choses. Il faut au contraire inviter l’enseignant ou l’enseignante à
élargir son répertoire d’approches pédagogiques en prenant des risques dans un
environnement qui l’encourage.

2. Une pédagogie efficace est directement liée au succès de l’expérience d’apprentissage.

On peut parler de pédagogie efficace lorsque l’enseignant ou l’enseignante parvient à


combiner l’élaboration d’un programme solide avec un enseignement parfait, pour une
expérience d’apprentissage fructueuse. Il est essentiel qu’il y ait réciprocité entre
l’enseignant et ses élèves. Cela signifie que l’élève doit être perçu comme un participant
actif de la démarche d’enseignement et d’apprentissage.

3. Une pédagogie efficace est la pratique professionnelle responsabilisée en action.

Elle encourage les enseignants et enseignantes à faire preuve d’initiative et de souplesse dans
leur façon d’enseigner, pour mieux répondre aux besoins des élèves.

4. Une pédagogie efficace intègre les composantes du tronc commun.

Lorsqu’ils prennent des décisions pédagogiques, les enseignantes doivent tenir compte du
contenu, des perspectives et de la démarche précisés dans le programme d’études pour un
domaine d’étude obligatoire ou un cours choisi localement, et dans les apprentissages
essentiels communs appropriés. Ils doivent également prendre des décisions au sujet de
l’adaptation de l’enseignement pour répondre aux besoins de chaque élève.
5. Une pédagogie efficace est générative et dynamique.

Des variables en perpétuelle évolution ont une incidence sur les décisions pédagogiques. Les
enseignants et enseignantes sont encouragés à élargir leur répertoire d’approches
pédagogiques en tenant compte des fondements de la recherche, de toute les connaissances
pratiques et théories actuelles et du rôle actif que joue l’élève dans son apprentissage.

6. Une pédagogie efficace reconnaît que l’enseignement est un art aussi bien qu’une science.

Un enseignement réussi est celui qui réalise le mieux l’équilibre entre l’art (qui a prédominé
dans le passé) et la science de l’enseignement.

7. Une pédagogie efficace reconnaît une compréhension globale du cycle pédagogique.

Le cycle pédagogique consiste à évaluer les besoins, les intérêts et les points forts des élèves
par le biais d’observations et de consultations avec eux. Les enseignants et enseignantes sont
alors en mesure de déterminer les approches pédagogiques qui conviennent, de dispenser leur
enseignement d’une manière qui corresponde aux aptitudes et aux styles d’apprentissage des
élèves et d’évaluer la croissance et le niveau de compréhension des élèves. Le cycle se
termine par une autoréflexion des enseignants et par des autres consultations entre
enseignants et élèves.

8. Une pédagogie efficace s’exprime le mieux quand les éducateurs collaborent entre eux pour
élaborer, implanter et perfectionner leurs pratiques de l’enseignement.

On peut améliorer sa façon d’enseigner en prêtant une attention systématique et soutenue à


son propre perfectionnement professionnel. Les enseignants et enseignantes peuvent
perfectionner leurs pratiques de l’enseignement en participant à des programmes de
perfectionnement professionnel ou en travaillant avec des collègues et des responsables de la
supervision. Ces programmes doivent comporter des éléments de réflexion personnelle tels
que ceux que l’on trouve dans ce document.
Deuxième prémisse

L’enseignement est un art aussi bien qu’une science. C’est aux éducateurs et aux
éducatrices que revient de faire équilibre entre les deux.

Combien de fois n’avons-nous pas entendu des enseignants et enseignantes se plaindre que ce
qui donnait de très bons résultats avec certains élèves échouait lamentablement avec d’autres?
Comment se fait-il qu’une technique qui ennuie mortellement un élève en inspire un autre? Il est
difficile de trouver des réponses à ces questions, car elles vont au-delà de la simple technique et
touchent plus à l’art d’enseigner. Même si l’art d’enseigner est beaucoup plus insaisissable que
la science de l’enseignement, il existe certains éléments que les éducateurs sont capables se saisir
et de décrire. Les enseignants et enseignantes peuvent discuter de ces éléments et les étudier
chaque jour au cours de leur enseignement. C’est par cette discussion et cette introspection que
l’enseignement peut s’améliorer.

Un enseignement efficace combine l’art d’enseigner et la science de l’enseignement.


Malheureusement, trop d’éducateurs à qui l’on demande en quoi consiste cet art auréolé de
mystère deviennent introspectifs. D’autres se servent de la complexité de ce qui constitue un bon
enseignement comme excuse pour éviter d’en parler en public. À propos de l’art d’enseigner,
Palmer (1990) déclare que les éducateurs :

« …interprètent mal ce mystère quand ils l’imaginent comme une ‘boîte noire’, comme quelque
chose d’opaque et d’impénétrable qu’ils doivent soit éviter soit manipuler avec force. Les bons
enseignants et les bonnes enseignantes doivent réfléchir au mystère de ce qui constitue un bon
enseignement jusqu’à ce que celui-ci fasse partie d’eux-mêmes. Au fur et à mesure qu’ils
l’explorent, seuls ou avec d’autres, le secret et l’énergie du mystère commencent à les pénétrer
et à animer leur travail. Ils découvrent et développent des méthodes d’enseignement qui
émergent de leur propre intégrité. »(p.11)

Depuis des dizaines d’années, les éducateurs s’accordent à dire qu’il existe un art et une science
de l’enseignement. Silberman (1966) affirme qu’il existe un art d’enseigner, mais il précise
qu’en raison de la gamme des techniques, des procédures et des habiletés qui entrent en jeu,
l’enseignement présente les caractéristiques d’une science. Hunter (1984) considère
l’enseignement comme une science appliquée. Tous les auteurs ne considèrent cependant pas
l’enseignement ont échoué. Il souscrit à l’idée que l’enquête scientifique dans l’enseignement
peut fournir des « méthodes empiriques » mais pas des règles. Il soutient qu’aucune science de
l’enseignement ne peut être normative au point que l’enseignement devienne une routine et que
la dynamique de la classe exige de l’enseignant qu’il sache déceler les nuances subtiles et qu’il y
réponde de manière inventive.

Gage (1978) avance l’idée qu’il y a une base scientifique à l’art d’enseigner. Il considère
l’enseignement comme un art utile et pratique « …qu’il faut reconnaître comme une démarche
qui fait appel à l’intuition, à la créativité, à l’improvisation et à la force d’expression… » (p.15).
Gage cite l’exemple suivant : lorsqu’une chimiste se sert des connaissances existantes, elle fait
de la science, mais dès lors qu’elle fait de la recherche, un élément artistique se glisse dans son
activité. Il résume cette analogie en ces termes : « En médecine et en génie, où la base
scientifique est incontestable, les éléments artistiques abondent également. Dans
l’enseignement, où les éléments artistiques sont incontestables, on peut aussi développer une
base scientifique » (p.18).

Pour Vaill (1989), la gestion est un art de la scène. C’est pourquoi les dirigeants efficaces et, par
voir de conséquence, les enseignants et les enseignantes efficaces doivent systématiquement
présenter les caractéristiques de l’artiste en scène. Il précise qu’un artiste :

• Souhaite que sa prestation soit de bonne qualité et a une idée de cette qualité;
• Fait table rase à chaque nouvelle prestation;
• Travaille sans cesse à améliorer son sens de l’à-propos et à varier sa prestation;
• Considère comme très importante la mise en contexte de ce qu’il présente;
• Considère que la force d’expression est aussi importante que la technique;
• Essaie d’atteindre et de toucher son auditoire.

Flinders (1989) suggère qu’il existe plusieurs domaines où il est manifeste que l’enseignement
est un art :

• La communication : l’enseignant ou l’enseignante est capable d’instituer et de maintenir une


multitude d’interactions personnelles avec les élèves;
• La perception : l’enseignant ou l’enseignante est capable de noter les attitudes, les
motivations et les croyances de ses élèves et d’adapter son enseignement en conséquence;
• La coopération : l’enseignant ou l’enseignante est capable d’établir une relation de
coopération avec ses élèves;
• Le sens du travail bien fait : l’enseignant ou l’enseignante est capable d’éprouver une
certaine fierté d’avoir réussi une tâche difficile.

Ce document avec son infrastructure pédagogique souscrit à l’idée qu’une pédagogie efficace
relève à la fois de la science et de l’art. Il confirme la notion que l’enseignant et l’enseignante
sont ceux qui prennent les décisions pédagogiques et qu’ils ont donc besoin de toute une gamme
d’approches pédagogiques parmi lesquelles ils peuvent faire un choix lorsqu’ils prennent des
décisions avisées. Ce document souscrit également à l’idée que c’est discutant des raisons de
leurs succès et de leurs échecs que les enseignants et enseignantes peuvent améliorer leur
enseignement. C’est uniquement par cette autoréflexion et par ce discours professionnel qu’ils
peuvent saisir l’essence de ce qui constitue un bon enseignement.
Troisième prémisse
Les enseignants et les enseignantes doivent se percevoir comme ceux et celles qui prennent
les décisions pédagogiques. Ils doivent posséder une base de connaissances solide dur
l’enseignement, un répertoire de pratiques d’enseignement et des capacités de réflexion et
de résolution de problèmes (Arends, 1988).

Grâce aux recherches menées dans le domaine de l’efficacité de l’enseignement et de l’école, les
éducateurs disposent désormais de données utiles. Si ces recherches peuvent fournir « les
méthodes empiriques » dont parle Eisner, elles comportent également d’autres renseignements
sur les autres paramètres de l’enseignement, à savoir l’apprenant et la tâche pédagogique. On
trouvera ci-dessous un résumé des caractéristiques et des attributs importants qui doivent exister
pour qu’il y ait optimisation de l’apprentissage.

L’enseignant ou l’enseignante doit :

• Être bienveillant et enthousiaste;


• Bien connaître son sujet et la façon de l’enseigner;
• Attendre beaucoup de ses élèves;
• Comprendre les liens entre l’enseignant ou l’enseignante, l’apprenant et la tâche
pédagogique;
• Faire part à ses élèves d’une rétroaction constructive et cohérente.

L’élève doit :

• Vouloir apprendre le sujet à étudier;


• Voir la pertinence du sujet à étudier;
• Prendre part aux décisions relatives à son apprentissage;
• Se sentir motivé;
• Comprendre les rapports entre l’approche pédagogique et l’expérience d’apprentissage.

La tâche pédagogique doit :

• Être spécifique et de dimension raisonnable;


• Être réalisable compte tenu des capacités et des intérêts de l’élève;
• Faire participer l’élève activement;
• Poser un défi à l’élève et lui sembler pertinente.

Les styles d’apprentissages et d’enseignement ont été l’objet de recherches abondantes et ont un
lien direct avec les approches la façon unique et précise dont apprend une personne. Pour
Sternburg (1990), ces styles « sont plus des inclinations que des capacités ». Un style
d’apprentissage donné révèle plus la façon dont une personne préfère apprendre que si elle
apprend bien ou mal. Compte tenu des différents styles d’apprentissage dans une classe normale,
une méthode d’enseignement peut donner des résultats avec certains élèves, mais pas avec
d’autres (Dunn, Beaudry et Klavas, 1989). L’enseignant ou l’enseignante peut obtenir de
meilleurs résultats et avoir moins de problèmes de discipline s’il ou elle choisit des méthodes
d’enseignement qui tiennent compte de la variété des styles d’apprentissage (Dunn et Dunn,
1987).

En dépit des résultats de ces recherches, les enseignants et enseignantes ont tendances à
enseigner de la façon dont on leur a enseigné ou selon leurs propres préférences. La plupart des
enseignants et enseignantes reconnaissent qu’il leur faut se familiariser avec les divers styles
d’apprentissages de leurs élèves. Selon Henson (1988), l’enseignant ou enseignante doit
maîtriser et utiliser délibérément toute une gamme d’approches pédagogiques. Il ajoute que les
enseignants et enseignantes n’ont pas toujours besoin de tenir compte des préférences de leurs
élèves. Il fait observer que les élèves doivent être exposés à toute une variété de styles.

Enseignants et enseignantes doivent donc reconnaître l’interaction des styles d’enseignement,


des stratégies d’enseignement et des styles d’apprentissage. Ils doivent se percevoir comme ceux
qui prennent les décisions pédagogiques et des partenaires, aux côtés de leurs élèves, dans
l’expériences d’enseignement et d’apprentissage.
Quatrième prémisse
Les élèves doivent être perçus comme des apprenants autonomes qui peuvent devenir
conscients de leurs propres besoins et de la manière d’y répondre.

L’un des leitmotive de ce document est que l’éducation doit former des apprenants autonomes.
L’expression « apprendre à apprendre » n’a jamais été aussi importante que de nos jours. Les
statistiques nous apprennent que les élèves qui entreront bientôt sur le marché du travail devront
se recycler à plusieurs reprises au cours de leur existence. Toutes ces études ne devront pas
nécessairement être axées sur le travail. La capacité d’apprendre de façon autonome sera d’un
précieux secours aux élèves dans tous les aspects de leur vie après leur scolarité structurée.

Pour devenir des apprenants autonomes, il existe plusieurs processus de développement dont les
élèves peuvent suivre les étapes :

• De dépendants à indépendants;
• De connaissance et compréhension à synthèse et évaluation;
• De préopérationnel à raisonnement structuré;
• D’un environnement d’apprentissage fermé à un environnement ouvert.

Enseignants et enseignantes ont bien entendu toute une variété de moyens d’aider les élèves à
devenir autonomes. Les apprentissages essentiels communs, et en particulier l’apprentissage
autonome, visent à encourager l’apprentissage et la prise de décision autonome. L’apprentissage
à base de toute une gamme de ressources imprimées, non imprimées et humaines favorisent le
développement d’habiletés de recherche et d’habiletés d’apprentissage autonome.

Pour encourager l’apprentissage autonome, enseignants et enseignantes doivent commencer par


reconnaître l’importance qu’il y a à percevoir les élèves comme des apprenants autodirigés et à
choisir ensuite les approches pédagogiques axées sur les élèves qui conviennent. Le choix de ces
approches doit se faire avec le concours de chaque élève pour qu’il prenne conscience de ses
propres besoins et de sa faculté d’y répondre. L’enseignant ou l’enseignante doit également
créer un climat dans lequel les élèves n’hésitent pas à leurs propres décisions et à réfléchir aux
conséquences de ces décisions.
Résumé

Les « Approches pédagogiques » reposent sur des fondations multiples. Parmi celles-ci :

• Il est possible de définir et de décrire une pédagogie efficace;


• L’enseignement est un art aussi bien qu’une science;
• Les enseignants et enseignantes doivent se percevoir les élèves comme des apprenants
autonomes.

Chacun de ses paramètres souligne l’importance de la prise de décision pédagogique, surtout si


l’on tient compte des défis qui se rattachent à l’exécution des composantes du tronc commun.

Il faut aider le lecteur à bien comprendre la gamme et la complexité des approches pédagogiques.
Le chapitre qui suit propose une infrastructure dont le but est d’illustrer un aperçu comparé de la
pratique de l’enseignement.

Le processus de réflexion

Ce document devrait être d’un précieux secours pour les éducateurs :


• En affirmant l’art d’enseigner;
• En suscitant la discussion;
• En poussant à la réflexion;
• En fournissant un appui pour favoriser le perfectionnement professionnel.

Les questions qui portent à la fin de chaque chapitre ont été conçues dans cette intention.
Elles servent de cadre à la réflexion personnelle et de point de départ pour les discussions
en groupe sur les différents sujets abordés dans ce document.

Questions qui portent à la réflexion

1. Quelles sont les approches pédagogiques dont je me sers en classe? Pourquoi?


Qu’est-ce qui m’a poussé à adopter mon style d’enseignement actuel?

2. Quelles autres approches pédagogiques aimerais-je incorporer dans ma pratique de


l’enseignement?

3. Lorsque je songe à l’intégration de la science de l’enseignement et de l’art d’enseigner,


je vois un enseignement qui…
Chapitre 2 : Modèles, stratégies, méthodes et
techniques d’enseignement
Ce qu’apprend un enfant dépend non seulement de ce qu’on lui enseigne mais aussi
de la manière dont on le lui enseigne, de son niveau de développement, et de ses
intérêts et de son vécu… Cela signifie qu’il faut donc choisir avec beaucoup de soin
les méthodes utilisées pour présenter le matériel…

Introduction aux apprentissages essentiels communs.


Ministère de l’Éducation de la Saskatchewan, 1988. (p.10)

L’enseignement comme prise de décision

La préparation d’une unité ou d’un cours suppose un certain nombre de décisions pédagogiques.
L’enseignant ou l’enseignante doit préciser les paramètres suivants : le contenu et la démarche à
étudier, les points forts, les besoins et les intérêts des élèves, les apprentissages essentiels
communs qu’il est possible d’introduire et les approches pédagogiques les plus efficaces. Ces
décisions revêtent une importance cruciale et doivent être prises en connaissances de cause.

Comme le fait observer Glickman (1991) :

« Un enseignement efficace n’est pas un ensemble de pratiques génériques, mais une série de
décisions sur l’enseignement prises dans un contexte donné. Un enseignant efficace n’utilise pas
le même ensemble de pratiques pour chaque cours… En revanche, il réfléchit constamment à son
travail, observe ses élèves pour savoir s’ils apprennent ou non et ajuste sa pratique de
l’enseignement en conséquence » (p.6).

Compte tenu des multiples variables dont les enseignants et enseignantes doivent tenir compte
quand ils prennent des décisions sur l’enseignement et l’apprentissage, il est indispensable qu’ils
disposent d’une base conceptuelle pour comprendre le tronc commun de la Saskatchewan et d’un
cadre pour comprendre les niveaux qui se rattachent aux décisions pédagogiques. Ce chapitre
traite pour commencer de la base conceptuelle et de l’infrastructure de l’enseignement avant de
définir les modèles, les stratégies, les méthodes et les techniques d’enseignement.
La base conceptuelle
Les Buts de l’éducation mentionnés dans le document intitulé Directions : The Final Report
(1984) sont au cœur de l’élaboration du tronc commun. La figure 1 illustre l’influence que le
Buts de l’éducation exercent sur tous les domaines des programmes d’études et de
l’enseignement. En outre, elle illustre la façon dont les apprentissages essentiels communs et la
dimensions adaptation (ou pédagogie différenciée) assurent la liaison entre les buts de
l’éducation et l’environnement pédagogique.

Les apprentissages essentiels communs (AEC) et la pédagogie différenciée sont au cœur de la


prise de décision pédagogique efficace. Ils sont à bien des égards le « lien » qui relie les
éléments distincts du tronc commun et qui intègre les programmes d’études et

///////////////////////////IMAGE//////////////////////////////////

l’enseignement. De ce fait, ils constituent les éléments unificateurs du tronc commun et


concernent autant la pédagogie efficace que la conception de programmes d’études efficaces.

Les approches pédagogiques mentionnées dans ce document sont suffisamment souples pour
englober les apprentissages essentiels communs et pour tenir compte des besoins, des aptitudes,
des intérêts et des points forts de chaque élève par le biais de la pédagogie différenciée
(dimension adaptation). La discussion qui suit porte précisément sur l’aspect pédagogique de la
base conceptuelle.

/////////////////////////////IMAGE/////////////////////////////////
Infrastructure de l’enseignement
La figure 2, Infrastructure de l’enseignement, précise et illustre les rapports entre les approches
pédagogiques qui, si elles sont bien utilisées, sont compatibles avec un bon enseignement. Ces
approches renvoient aux buts de l’éducation et s’appliquent aux objectifs des divers programmes
d’études. La figure 2 illustre également les différents niveaux des approches pédagogiques qui
vont des modèles d’enseignement, une approche globale, aux techniques d’enseignement, qui
représentent un comportement ou une technique spécifique. À tous les niveaux, le potentiel
existe pour développer à la fois l’art d’enseigner et la science de l’enseignement.

Définitions de l’infrastructure

Les définitions des termes qui suivent aideront à interpréter l’infrastructure et à mieux
comprendre les rapports entre les différents niveaux.

Modèles d’enseignements

Les modèles représentent le niveau le plus général de l’enseignement. Chacun représente une
orientation philosophique de l’enseignement. Ils permettent de sélectionner et de structurer les
stratégies, les méthodes et les techniques d’enseignement ainsi que les activités des élèves dans
une situation pédagogique bien précise. Selon Joyce et Weil (1986), il existe quatre modèles :
les modèles inspirés de la modification du comportement, les modèles inspirés d’interaction
sociale et les modèles inspirés du développement de la personne.

Stratégies d’enseignement

Dans chaque modèle, on peut utiliser plusieurs stratégies. Ce sont les stratégies qui déterminent
l’approche que doit suivre un enseignant ou enseignante pour atteindre les objectifs
d’apprentissage. Il existe plusieurs catégories de stratégies, qui sont l’enseignement direct,
l’enseignement indirect, l’enseignement interactif, l’apprentissage expérimentiel ou l’étude
indépendante.

Méthode d’enseignement

Les enseignants et enseignantes se servent des méthodes pour créer un environnement


pédagogique et pour préciser la nature de l’activité à laquelle l’élève et l’enseignant ou
l’enseignante vont participer pendant le cours. Si des méthodes particulières se rattachent
souvent à certaines stratégies, on peut trouver certaines méthodes parmi toute une gamme de
stratégies.

Techniques d’enseignement

Les techniques sont le niveau le plus spécifique des comportements d’un enseignant ou d’une
enseignante. Parmi ces techniques, mentionnons le questionnement, la discussion, les directives,
les explications et les démonstrations. Il y a également la planification, la structuration, la
focalisation et la gestion.

La figure 3 illustre le rapport qu’il y a entre les modèles, les stratégies, les méthodes et les
techniques d’enseignement.

L’infrastructure de l’enseignement a pour but d’inciter les enseignants et les enseignantes à


s’interroger sur leur propre pratique de l’enseignement. L’évaluation réfléchie de l’utilisation
des stratégies, méthodes et techniques peut conduire les enseignants et les enseignantes à élargir
et à approfondir leur répertoire d’approches pédagogiques. Le fait d’acquérir de nouvelles
connaissances et compétences sur diverses approches pédagogiques peut contribuer à enrichir
l’art d’enseigner et à relever l’efficacité de l’enseignement. La suite de ce chapitre est consacrée
à une étude de modèles, de stratégies, de méthodes et de techniques d’enseignement bien précis.

////////////////////////////////IMAGE////////////////////////////////

Modèles d’enseignement
Joyce et Weil (1986) proposent quatre grands modèles que l’on peut définir comme suit.

Traitement de l’information

Ca modèle fait ressortir l’acquisition, la maîtrise et le traitement de l’information. Il est axé sur
le fonctionnement cognitif de l’élève.

Développement de la personne

Ce modèle met l’accent sur le développement du concept de soi. Pour ce faire, il faut acquérir
les processus dont on a besoin pour parvenir à une meilleure compréhension de soi-même. Le
fait d’avoir une image de soi réaliste et positive permet de nouer des rapports fructueux avec les
autres et avec l’environnement.

Interaction sociale

Ce modèle insiste sur la modification des comportements visibles de l’élève, pour qu’ils soient
conformes au développement du concept de soi. Étant donné que ce modèle repose sur les
théories du renforcement et du contrôle des stimuli, il insiste sur la structuration des activités
d’apprentissage en une séquence de tâches et de comportements.

Les quatre modèles qui précèdent ne s’excluent pas forcément l’un l’autre. Une unité
d’enseignement peut s’appuyer sur plusieurs de ces modèles, alors qu’une seule leçon peut
comporter des paramètres de plus d’un seul modèle.
Les stratégies d’enseignement
Les décisions relatives aux stratégies d’enseignement exigent des enseignants et des enseignantes
qu’ils se concentrent sur le programme d’études, sur les expériences et les connaissances
préalables des élèves, sur leurs intérêts, leurs styles d’apprentissage et sur leur niveau de
développement. Ces décisions dépendent de l’évaluation continue des élèves, qui est liée aux
objectifs et aux démarches d’apprentissage.

Même s’il est possible d’établir des catégories de stratégies d’enseignement, les distinctions ne
dont pas toujours parfaitement claires. Par exemple, un enseignant peut livrer de l’information
en donnant un exposé (tiré de la stratégie de l’enseignement direct) tout en utilisant la
discussion réfléchie (tirée de la stratégie de l’enseignement indirect) pour amener les élèves à
déterminer l’importance des informations présentées.

La figure 4 illustre cinq catégories de stratégies d’enseignement, ainsi que les rapports existant
entre ces différentes stratégies. Les cinq catégories sont expliquées aux pages suivantes.
Quelques exemples des méthodes d’enseignement se rapportant à chaque catégorie sont
présentés, mais celles-ci seront expliquées dans la section intitulée « Les méthodes
d’enseignement ».

///////////////////////////////IMAGE////////////////////////////////////

L’enseignement direct

Cette stratégie est principalement axée sur l’enseignant ou l’enseignante. Elle est très répandue
et comporte des méthodes comme l’exposé, le questionnement didactique, l’enseignement
explicite, les exercices et les démonstrations.

La stratégie de l’enseignement direct sert à informer ou à développer progressivement certaines


habiletés chez les élèves. Elle est également fort utile pour présenter d’autres méthodes
d’enseignement ou pour faire participer activement les élèves à l’acquisition de connaissances.

Cette stratégie est généralement déductive. On présente d’abord la règle ou la généralisation,


que l’on illustre ensuite par des exemples. Si au premier abord cette stratégie peut sembler facile
et pratique, elle est plus complexe qu’il n’y paraît.

L’enseignement direct est couramment utilisé par les enseignants et les enseignantes, surtout au
secondaire. L’usage répandu des méthodes d’enseignement direct doit faire l’objet d’une
évaluation et les éducateurs doivent reconnaître que ces méthodes sont d’une utilité limitée pour
ce qui est de développer les capacités, les démarches et les attitudes qu’il faut pour le
raisonnement critique, pour l’apprentissage des compétences dans le domaine des relations
personnelles ou de l’apprentissage en groupe. Pour que les élèves comprennent les objectifs
affectifs et les objectifs relatifs aux processus mentaux de niveau élevé, il faudra peut-être
utiliser des méthodes d’enseignement qui se rattachent à d’autres stratégies. Pour assurer la
réalisation des Buts de l’éducation pour la Saskatchewan, enseignants et enseignantes devront
employer toute une diversité de stratégies d’enseignement.

L’enseignement indirect

L’enquête, l’induction, la résolution de problèmes, la prise de décision et la découverte sont des


termes que l’on utilise indifféremment pour décrire l’enseignement indirect. À la différence de
l’enseignement direct, l’enseignement indirect est axé sur l’élève, même si les deux stratégies
peuvent être complémentaires l’une de l’autre. À titre d’exemples de méthode d’enseignement
indirect, mentionnons la discussion réfléchie, la formation de concepts, l’acquisition de concepts,
la closure, la résolution de problèmes et l’enquête.

L’enseignement indirect demande aux élèves d’observer, de faire des recherches, de tirer des
conclusions à partir de données ou de formuler des hypothèses. Cette stratégie tire parti de la
curiosité des élèves, en les encourageant à trouver d’autres solutions ou en les aidant à résoudre
des problèmes. Elle est souple, en ce sens qu’elle permet aux élèves d’étudier diverses
possibilités et atténue la crainte qui se rattache à la possibilité de mal répondre à une question.
L’enseignement indirect favorise également la créativité et le développement des compétences
dans le domaine des relations personnelles. Il est fréquent que les élèves comprennent mieux les
documents et les idées étudiés et soient mieux capables de tirer parti de ces connaissances.

Le rôle de l’enseignant ou de l’enseignante n’est plus de diriger, mais de faciliter, d’appuyer et


de conseiller. L’enseignant ou l’enseignante organise l’environnement pédagogique, donne aux
élèves plus d’occasions de participer et, s’il y a lieu, leur fait part de ses commentaires pendant
qu’ils font une enquête (Martin, 1983). L’enseignement indirect mise beaucoup sur l’utilisation
des ressources imprimées, non imprimées et humaines. Les expériences d’apprentissage
profitent grandement de la collaboration entre enseignants et entre enseignants et enseignants-
bibliothécaires.

Enseignants et enseignantes peuvent se servir des méthodes de l’enseignement indirect dans


presque toutes les leçons. Cette stratégie est d’autant plus efficace.

• Que l’on souhaite qu’il y ait raisonnement de la part des élèves;


• Que l’on souhaite qu’ils ou elles acquièrent certaines attitudes, valeurs ou compétences dans
le domaine des relations personnelles et sociales;
• Que la démarche revêt autant d’importance que le produit;
• Que les élèves enquêtent ou découvrent quelque chose pour pouvoir profiter de ce qu’ils
apprendront ultérieurement;
• Qu’il existe plus de « bonne » réponse;
• Que le but visé est la compréhension personnalisée et la rétention à long terme des concepts
ou des généralisations de la part des élèves;
• Que l’on souhaite qu’il y ait participation du soi et motivation intrinsèque;
• Que l’on veut que les élèves prennent des décisions et résolvent des problèmes;
• Qu’on veut qu’ils soient capables de poursuivre leur formation durant toute leur vie.
Pour que les élèves tirent le maximum de profit de l’enseignement indirect, il est sans doute
nécessaire que l’enseignant ou l’enseignante enseigne au préalable les habiletés et la démarche
qu’il faut pour atteindre les résultats escomptés. Parmi ces habiletés et ces démarches,
mentionnons l’observation, l’encodage, le rappel, la classification, la comparaison, l’inférence,
l’interprétation des donnés, la prédiction, l’élaboration, le résumé, la restructuration et la
vérification.

À l’instar des autres stratégies, l’enseignement indirect présente certains inconvénients. C’est
une méthode qui prend plus de temps que l’enseignement direct et en vertu de laquelle les
enseignants et enseignantes doivent renoncer à certains de leurs prérogatives, sans compter que
les résultats sont imprévisibles et sont moins garantis. L’enseignement indirect n’est pas le
meilleur moyen d’inculquer de l’information détaillée ou d’inciter à l’acquisition progressive
d’habiletés. Cette stratégie ne convient pas non plus lorsque la mémorisation du contenu et le
rappel immédiat sont les buts recherchés.

L’enseignement interactif

L’enseignement interactif repose en grande partie sur la discussion et le partage. Seaman et


Fellenz (1989) pensent que la discussion et le partage permettent aux élèves de « réagir aux
idées, à l’expérience, aux raisons et aux connaissances de leur enseignant ou enseignante ou de
leurs pairs et leur permettent de penser et de sentir de façon différente »(p.119). Les élèves
peuvent apprendre grâce à leurs pairs ou à l’enseignant ou l’enseignante à développer les
habiletés sociales, à organiser leur pensée et à développer des arguments rationnels.

À titre d’exemples de méthode d’enseignement interactif, mentionnons les débats, les jeux de
rôle, l’apprentissage coopératif, le remue-méninges, les groupes de laboratoire et la discussion.

L’enseignement interactif autorise toute une gamme de regroupements et de méthodes


interactives. Mentionnons à titre d’exemples des discussions avec toute la classe, des
discussions ou des projets en petits groupes ou des travaux que l’on demande à deux ou trois
élèves de réaliser ensemble. Il importante que l’enseignant ou l’enseignante précise le sujet, la
durée de la discussion, la composition et la taille des groupes, ainsi que les techniques de compte
rendu ou de partage. L’enseignement interactif exige de l’enseignant ou de l’enseignante comme
de l’élève le raffinement des habiletés et des techniques d’observation, d’écoute et
d’intervention, et des compétences dans le domaine des relations personnelles.

Pour que l’enseignement interactif donne les résultats escomptés, il faut que l’enseignant ou
l’enseignante connaissance à fond la structuration et le développement de la dynamique de
groupe.

L’apprentissage expérientiel

L’apprentissage expérientiel est inductif, et axé sur l’élève et les activités. Deux éléments sont
essentiels à l’efficacité de l’apprentissage expérientiel : la réflexion personnelle sur une
expérience et son application à d’autres contextes. On parle d’apprentissage expérientiel quand
les élèves :

• Participent à une activité;


• Font un retour en arrière critique pour clarifier ce qu’ils ont appris et ce qu’ils pensent;
• Retirent de cette analyse des données utiles;
• Se servent de ce qu’ils ont appris dans de nouvelles situations (Pfeiffer et Jones, 1979)

On peut percevoir l’apprentissage expérientiel comme un cycle formé de cinq étapes, qui sont
toutes indispensables :

• L’expérience (l’élève fait une activité);


• Le partage ou la publication (l’élève fait part de ses réactions et de ses observations aux
autres);
• L’analyse ou le traitement (l’élève détermine des modèles et une dynamique);
• L’inférence ou la généralisation (l’élève déduit des principes);
• L’application élève projette de se servir de ce qu’ils a appris dans de nouvelles situations).

L’apprentissage expérientiel met l’accent sur la démarche plutôt que sur le produit. L’enseignant
ou l’enseignante peut avoir recours à l’apprentissage expérientiel en classe comme hors du
contexte de la classe. Par exemple, en classe, les élèves peuvent construire et remplir un
aquarium ou se livrer à un exercice de simulation. En dehors de la classe, ils peuvent observer le
déroulement d’un procès dans le cadre d’une étude du système juridique ou organiser un sondage
d’opinion publique. L’apprentissage expérientiel utilise toute une variété de ressources.

Il existe des limites évidentes au type d’expérience que les élèves peuvent acquérir directement.
La sécurité des élèves, des moyens financiers limités, le temps dont on dispose sont quelques-uns
des facteurs pour les élèves justifient cependant les efforts supplémentaires que l’enseignant ou
l’enseignante doit fournir.

L’apprentissage expérientiel est une stratégie efficace si les élèves doivent acquérir directe ou
pratique avant de faire un apprentissage à partir des images ou un apprentissage par les symboles
(par exemple en écoutant parler l’enseignant ou l’enseignante). Par rapport aux méthodes qui
font parler, lire ou observer les élèves (McNeil et Wiles, 1990), l’apprentissage expérientiel
accroît considérablement la faculté de comprendre et de retenir. Les élèves sont généralement
plus motivés lorsqu’ils font quelque chose ou, mieux encore, lorsqu’ils s’instruisent
mutuellement en décrivant ce qu’ils font.

L’étude indépendante

Pour les besoins de ce document, on entend par étude indépendante la gamme des méthodes
d’enseignement qui encouragent chez l’élève l’initiative personnelle, la confiance en soi et
l’autoperfectionnement. S’il arrive que l’initiative de l’étude indépendante soit prise par l’élève
ou l’enseignant ou l’enseignante, nous nous pencherons ici sur l’étude indépendante planifiée par
les élèves sous la direction ou avec l’encadrement d’un enseignant ou d’une enseignante. Par
ailleurs, l’étude indépendante peut consister à apprendre en coopération avec un autre élève ou
au sein d’un petit groupe.

On saisira toute l’importance de l’étude indépendante dans la citation suivante :

L’apprentissage autonome a des implications dans le domaine de la prise de décision, car les
individus sont censés analyser des problèmes, réfléchir, prendre des décisions et agir selon
l’objectif qu’ils se seront fixé. Pour pouvoir prendre la responsabilité de leur vie à une époque
de changements sociaux aussi rapides, les élèves ne devront jamais cesser d’apprendre. Comme
la plupart des aspects de la vie de tous les jours sont sans doute appelés à changer
profondément, l’apprentissage autonome devrait permettre aux individus de mieux s’adapter aux
contraintes qu’imposent le travail, la famille et la société. (Ministère de l’Éducation de la
Saskatchewan, 1988, p.53)

L’un des buts fondamentaux de l’éducation est d’aider les élèves à devenir des citoyens
autonomes et responsables, en mettant en valeur le potentiel de l’individu. L’école peut aider les
élèves à devenir des apprenants autonomes. Toutefois, s’il faut acquérir les connaissances, les
capacités, les attitudes et les processus qui se rattachent à l’apprentissage autonome, il convient
de les enseigner et de prévoir suffisamment de temps pour que les élèves s’y exercent. Le
recours aux méthodes de l’étude indépendante peut débuter dès la maternelle et se poursuivre
pendant toute la scolarité. Les élèves doivent pouvoir continuer à apprendre après avoir quitté
l’environnement pédagogique structuré qu’est l’école.

L’étude indépendante incite les élèves à assumer la responsabilité de la planification et du


rythme de leur propre apprentissage. Elle comporte des méthodes comme les contrats, les
devoirs, les centres d’apprentissages, les projets de recherche et l’enseignement assisté par
ordinateur. L’étude indépendante peut être utilisée avec d’autres méthodes ou à titre de stratégie
d’enseignement unique pour une unité complète. La maturité et l’indépendance des élèves sont
manifestement des paramètres importants pour la planification de l’enseignant ou l’enseignante.

Des ressources suffisantes sont indispensables. L’enseignant ou l’enseignante qui veut aider ses
élèves à devenir des apprenants autonomes doit les rendre capables d’extraire et de manipuler
l’information dont ils ont besoin. Il est important d’évaluer les capacités que les élèves
possèdent déjà. Ces capacités varient souvent beaucoup au sein d’un groupe. Il est ensuite
possible d’intégrer les capacités et les compétences dans les exercices conçus à la mesure des
compétences de chaque élève. La collaboration de l’enseignant-bibliothécaire et l’existence de
documents au centre des ressources et au sein de la communauté constituent un appui
supplémentaire.

La stratégie de l’étude indépendante est très souple. L’enseignant ou l’enseignante peut en faire
sa stratégie principale avec toute la classe, la combiner à d’autres stratégies, s’en servir avec
quelques élèves seulement et en utiliser une autre avec le reste de la classe.
Les méthodes d’enseignement
Après avoir décidé des stratégies d’enseignement qui lui conviennent, l’enseignant ou
l’enseignante doit prendre des décisions au sujet des méthodes d’enseignement. Comme c’est le
cas pour les stratégies, la distinction entre les différentes méthodes n’est pas toujours très claire,
même si elles sont classées par catégories pour les besoins de ce document. La figure 5 illustre
la façon dont diverses méthodes se rapportent aux cinq stratégies exposées dans la section
précédente. Rappelons que les méthodes qui figurent dans le schéma ne sont que des exemples
et ne cherchent pas à représenter toutes les méthodes d’enseignement qui peuvent exister. Voir
le lexique (p.62) pour une définition de chaque méthode.

La section qui suit propose un échantillon de méthodes d’enseignement, accompagnées


d’explications. Les méthodes sont organisées par stratégies, selon la figure 5.

L’enseignement direct

L’exposé

L’exposé est un élément précieux du répertoire des méthodes d’enseignement sous réservé qu’on
n’en abuse pas et qu’on ne s’en serve pas lorsque d’autres méthodes sont plus indiquées. Si le
présentateur connaît son domaine, s’il est attentif, engagement et motivant, l’exposé peut alors
stimuler la réflexion, défier l’imagination et développer la curiosité et le sens de l’enquête.
Parmi les critères dont il faut tenir compte avant de recourir à la méthode de l’exposé, il
faut mentionner les types d’expériences que les élèves pourront vivre et les types de
résultats escomptés. Comme l’exposé est axé sur l’enseignant ou l’enseignante et qu’il exige
des élèves une attitude essentiellement passive, la capacité d’attention de ces derniers peut être
limitée. À cause de préférences en matière de styles d’apprentissage, de nombreux élèves ont de
la difficulté à assimiler le contenu d’un exposé. En outre, les éléments d’un exposé sont souvent
oubliés très rapidement.

Le questionnement didactique

Le questionnement didactique permet à l’enseignant ou à l’enseignante de structurer la démarche


d’apprentissage (McNeil et Wiles, 1990). Les questions didactiques sont en général de type
convergent, factuel, et elles commencent souvent par « qu’est-ce qui », « où », « quand » et
« comment ». Ces questions peuvent servir à diagnostiquer les facultés de rappel et de
compréhension, à tirer parti des objectifs d’une leçon ont été atteints, à fournir une expérience
pratique et à contribuer à retenir des informations ou une démarche. L’enseignant ou
l’enseignante doit se rappeler que les questions didactiques peuvent être simplistes, qu’elles
incitent à la devinette et qu’elles peuvent dissuader les réponses réfléchies ou la créativité.
Toutefois, on peut augmenter l’efficacité de cette méthode, en ajoutant des questions
commençant par « pourquoi » et parfois par « que se passerait-il si ».
L’enseignement indirect

La formation de concepts

La formation de concepts permet aux élèves d’analyser des idées en établissant des rapports entre
différents éléments d’information. Cette méthode permet aux élèves de mieux retenir certaines
idées clés, d’en dégager les traits communs et les rapports, de formuler des concepts des
généralisations, d’expliquer la façon dont ils ont structuré les données et de présenter des preuves
à l’appui de l’organisation des données en question.

Avec cette méthode d’enseignement, on présente aux élèves des données sur un concept
particulier. Ces données peuvent être fournies par l’enseignant ou l’enseignante ou par les élèves
eux-mêmes. On incite les élèves à classifier ou à regrouper les donnés et à mettre une étiquette
descriptive à chaque groupement. En établissant le rapport entre les exemples et les étiquettes et
en expliquant leur façon de raisonner, les élèves parviennent à comprendre le concept.

Les leçons consacrées à la formation de concepts peuvent être très motivantes, car les élèves ont
la possibilité de participer de façon active à leur propre apprentissage. De plus, la démarche de
réflexion les aide à mieux comprendre le monde qui les entoure à mesure qu’ils organisent
différemment et qu’ils manipulent l’information provenant d’autres leçons et d’autres contextes.

L’enquête

C’est une méthode d’enseignement qui fournit aux élèves l’occasion d’acquérir une démarche
par laquelle ils peuvent recueillir des informations sur le monde qui les entoure. Cela nécessite
un niveau d’interaction profond entre l’apprenant ou l’apprenante, l’enseignant ou l’enseignante,
la matière, les ressources, le contenu et l’environnement pédagogique. Les élèves prennent une
part active à la démarche d’apprentissage et de créativité tandis qu’ils :

• Donnent suite à leur curiosité et à leurs intérêts;


• Élaborent des questions;
• Réfléchissent au moyen de se sortir de controverses ou de dilemmes;
• Analysent les problèmes;
• S’interrogent sur leurs idées préconçues et sur qu’ils savent déjà;
• Développent, clarifient et vérifient des hypothèses;
• Tirent des inférences et proposent des solutions possibles.

Le questionnement est au cœur de l’apprentissage par l’enquête. Les élèves doivent poser des
questions pertinentes et s’efforcer d’y trouver des réponses et des explications. On met
l’emphase ici sur les processus mentaux car ils s’appliquent à l’interaction entre les élèves, les
enjeux, les données, les sujets, les concepts, le matériel et les problèmes.

Le raisonnement divergent est encouragé et on fait reconnaître aux élèves que les questions
appellent souvent plus d’une réponse « bonne » ou « juste ». Ce genre de raisonnement conduit
dans bien des cas à l’élaboration d’autres questions. De la sorte, les élèves en viennent à
comprendre que les connaissances ne sont pas fixées ni permanentes, mais qu’elles sont
provisoires, émergentes et qu’elles doivent faire l’objet de questions et d’hypothèses toujours en
évolution.

L’enquête déductive

Le but de cette méthode est d’apprendre aux élèves à partir du général pour arriver au particulier
au sein de généralisations. Cette méthode est axée sur la vérification d’hypothèses généralisées,
sur leur application et sur l’étude des rapports entre les éléments spécifiques. L’enseignant ou
l’enseignante coordonne les informations et présente des principes, des thèmes ou des
hypothèses importantes. Les élèves doivent ensuite tester ces généralisations, recueillir des
informations et les appliquer aux exemples spécifiques. L’enquête déductive est basée sur
l’intériorisation logique et sur le traitement de l’information.

L’enquête inductive

La démarche de collecte de l’information de cette méthode aide les élèves à établir des faits, à
déterminer les questions pertinentes et les manières de les étudier et à trouver des explications.
Les élèves sont invités à élaborer et à défendre leurs propres hypothèses.

Par l’enquête inductive, les élèves apprennent les processus mentaux qui les font passer de faits
et d’observations spécifiques à des inférences. Pour les y aider, l’enseignant ou l’enseignante
choisit un ensemble d’événements ou de matériel pour le cours. L’élève réagit et s’efforce
d’édifier un schéma utile basé sur ses propres observations et sur celles des autres. Les élèves
ont en général un certain cadre théorique lorsqu’ils se lancent dans l’enquête inductive.
L’enseignant ou l’enseignante incite les élèves à faire part de leurs réflexions à leurs camarades
pour que toute la classe en profite

L’enseignement interactif

A. Interaction en grand groupe

L’enseignant ou l’enseignante travaille souvent avec toute la classe, particulièrement s’il


présente des informations ou qu’il modélise une démarche. La classe est perçue comme un
groupe de travail qui se livre à une activité scolaire productive. Un bon enseignant s’efforce de
créer un environnement éducatif fructueux et de rendre les groupes plus participatifs. Les élèves
doivent acquérir des habiletés de groupe et des habiletés de discussion s’ils veulent obtiennent
souvent de meilleurs résultats, car une interaction positive renforce le concept de soi. Les
méthodes d’interaction collective les plus fréquemment utilisées sont la discussion et les
questions et réponses. Elles sont décrites ci-après.

Discussion

Les éducateurs reconnaissent que les connaissances ne consistent pas simplement en une suite de
réponses correctes et qu’elles peuvent s’acquérir grâce à la participation active des élèves
engagés dans l’enquête créative. Beaucoup de situations se prêtent à la discussion. Par exemple,
si l’enseignant ou l’enseignante remarque que les élèves s’intéressent tout particulièrement à un
sujet lors d’une présentation, il peut alors les entraîner dans une discussion. Une discussion
collective peut contribuer à créer un climat positif et susciter l’intérêt des élèves pour une
matière. En outre, l’enseignant ou l’enseignante peut modéliser l’école active et développer les
réponses des élèves.

Les discussions efficaces partent généralement de faits que les élèves connaissent. Il peut s’agir
d’un problème ou d’un sujet pour lequel il n’y a pas de réponse « correcte » ou auquel il est
important que les élèves trouvent une réponse. L’enseignant ou l’enseignante doit faire vouloir à
ses élèves qu’ils doivent justifier leurs réponses et s’assurer qu’ils comprennent bien les termes
et les concepts dont ils ont besoin. La discussion doit aboutir à un consensus, à une solution, à
un meilleur aperçu d’une situation ou à un résumé (de préférence par les élèves). Ces derniers
doivent aussi comprendre clairement les points principaux et la manière dont ils s’appliquent à
d’autres situations. Rappelons que certains discussions incitent les élèves à entreprendre d’autres
recherches.

Questions et réponses

Si cette méthode est bien utilisée, les élèves ont l’impression qu’on s’adresse à eux
personnellement lorsqu’on leur pose une question. Il faut aussi que les élèves qui y répondent
s’adressent non seulement à l’enseignant ou à l’enseignante mais aussi à leurs pairs.
L’enseignant ou l’enseignante doit fréquemment recourir aux questions pénétrantes, aux
questions incitatives et aux techniques d’orientation. « La période d’attente », c’est-à-dire la
pause entre le moment où on pose une question et celui où la réponse est donnée, doit être mis à
profit par l’enseignant ou l’enseignante pour accroître la participation et améliorer la qualité des
réponses des élèves. L’un des paramètres essentiels de la méthode des questions et réponses est
la formulation des questions pour aider les élèves à réfléchir plus en profondeur au matériel ou à
l’unité à l’étude.

B. Interaction en petits groupes

Les petits groupes sont d’autant plus efficaces que l’on cherche à développer les compétences
sociales aussi bien que scolaires. Dans un petit groupe, chaque élève a la possibilité de
contribuer à la discussion. Chaque élève a davantage de chances de prendre la parole, d’écouter
et de recevoir une rétroaction que ce ne serait le cas au sein d’un grand groupe.

L’apprentissage coopératif

Les éléments fondamentaux de l’apprentissage coopératif sont essentiels à toutes les méthodes
interactives. Les groupes d’élèves sont restreints et se composent en général de deux à six
membres. Les groupements sont hétérogènes pour ce qui est des caractéristiques des élèves. Les
membres de chaque groupe assument divers rôles et sont interdépendants pour ce qui est
d’atteindre l’objectif du groupe. Même si la tâche scolaire revêt une importance primordiale, les
élèves apprennent également toute l’importance qu’il y a à maintenir la santé et l’harmonie du
groupe et à respecter le point de vue de chacun.
De nombreuses recherches ont démontré l’efficacité de l’apprentissage coopératif. Selon
Johnson et Johnson (1989) :

Grâce à l’apprentissage coopératif, par opposition à l’apprentissage compétitif et individualisé,


les élèves obtiennent de meilleurs résultats, sont plus motivés, ont des relations interpersonnelles
plus fructueuses, développent des attitudes favorables envers leur enseignant ou enseignante et
envers ce qu’ils étudient, ont un meilleur concept de soi et une meilleure santé psychologique,
des points de vue plus justes et de meilleurs compétences dans le domaine des habiletés sociales
(p.8-9).

En outre, selon Slavin (1987), deux conditions doivent être présentes si l’on veut que
l’apprentissage coopératif conduise à une amélioration des résultats. « Il faut que les élèves
travaillent dans un but commun et que la réussite dépende de l’apprentissage individuel de tous
les membres du groupe » (p.9).

L’apprentissage coopératif peut se dérouler dans toute une diversité de circonstances. Par
exemple, les séances de remue-méninges et le tutorat en groupes, lorsqu’ils sont employés
comme méthodes d’enseignement, permettent de développer les habiletés et les attitudes de
l’apprentissage coopératif.

L’apprentissage expérientiel

La simulation

Pour amorcer une simulation, l’enseignant ou l’enseignante expose un problème, une situation ou
un événement factice qui a certaines apparences de réalité. Étant donné que l’expérience est une
simulation, cela élimine tout risque grave ou complication qui peut se rattacher à un phénomène
de la réalité. De plus, le niveau d’abstraction ou de complexité est délibérément réduit pour que
les élèves participent directement aux concepts sous-jacents. Une simulation permet également
des types d’expérimentations qui ne peuvent avoir lieu de rôle structurés ou à programme
informatique ou vidéo interactif. Dans la plupart des cas, il n’est pas difficile d’inciter les élèves
à participer.

Au cours d’une activité de simulation, les élèves deviennent des participants actifs à la démarche
d’apprentissage. Toute une diversité d’objectifs spécifiques peuvent se rattacher à la simulation.
Certains ont trait à l’application de connaissances, de compétences et d’habiletés antérieurs, alors
que d’autres font ressortir l’acquisition de nouvelles connaissances, notions intuitives et
appréciations. De nombreuses activités de simulation favorisent la créativité et le raisonnement
critique ou comportent des interactions qui améliorent les habiletés, les attitudes et les valeurs
personnelles et sociales.

La visualisation guidée

La visualisation, qui désigne la visualisation interne d’un objet, d’un événement ou d’une
situation, a le pouvoir de renforcer la créativité d’un élève (Bagley et Hess, 1987). La
visualisation permet aux élèves de se détendre, tandis que leur imagination les entraîne dans des
voyages où ils vivent des situations en direct et réagissent avec leurs sens aux images mentales
qui se forment.

En classe, les exercices de visualisation éduquent le potentiel créateur des élèves. L’enseignant
ou l’enseignante peut encourager le raisonnement divergent en demandant aux élèves de
transformer une image formée par l’enseignant ou l’enseignante en plusieurs autres de leur
propre création, d’imaginer diverses solutions à des problèmes d’espace ou de composition, ou
de visualiser une scène ou un événement particulier et d’imaginer ce qui peut se produire après.

La visualisation permet l’exploration ouverte de nouveaux concepts dans tous les domaines
d’étude. Elle peut contribuer à élargir la compréhension conceptuelle des éléments d’une
matière, notamment les concepts et les démarches complexes. La visualisation permet aux
élèves d’établir la corrélation entre leurs expériences préalables et les nouvelles idées étudiées.

L’étude indépendante

Les exercices

Les exercices sont préparés par l’enseignant ou l’enseignante et appellent des réponses par
chaque élève ou par de petits groupes d’élèves. Les élèves discutent de leurs réponses entre eux
ou avec l’enseignant ou l’enseignante. Les points de vue particuliers doivent être étayés par des
preuves. Dans certains cas, il peut être souhaitable que les élèves produisent leur propre
ensemble de questions.

Cette méthode d’enseignement est d’autant plus efficace que les questions sont bien formulées.
Il faut que pour y répondre, il soit nécessaire de faire plus qu’une simple recherche mécanique ou
de paraphraser un livre ou un autre ouvrage de référence. Ce peut être un bon moyen pour
l’enseignant ou l’enseignante de présenter ou de revoir des faits, des concepts, des
généralisations, des arguments et des points de vue. Des questions judicieusement choisies
peuvent stimuler les processus mentaux de niveau élevé, la résolution de problèmes, la prise de
décision et la réflexion personnelle. Les questions doivent se prêter à des réponses multiples.
Étant donné que les capacités et les styles d’apprentissage des élèves varient, cette méthode peut
nécessiter certaines adaptations pour maximiser l’apprentissage de tous les élèves.

////////////////////////////////////IMAGE///////////////////////////////////////

Les contrats

Les contrats sont un moyen de personnaliser l’enseignement et de développer la responsabilité


des élèves. Ils permettent un rythme individuel pour que les élèves puissent apprendre à la
cadence qui leur convient pour maîtriser ce qu’ils apprennent. Les contrats sont conçus pour que
les élèves fonctionnent au niveau scolaire qui leur convient le mieux et étudient des ressources
renfermant des concepts et des connaissances cadrant avec leurs capacités et leurs expériences.
Même si cette méthode mise sur l’individu, elle permet également aux élèves de travailler en
petits groupes. L’enseignant ou l’enseignante peut choisir cette méthode pour certains élèves
pour les aider à travailler de façon autonome.
Lorsqu’un élève utilise la méthode pour la première fois, l’enseignant ou l’enseignante fixe pour
lui des objectifs spécifiques, détermine les ressources dont il aura besoin et fixe certains
paramètres temporels de base pour le projet. À mesure que les élèves acquièrent plus
d’expérience, l’enseignant ou l’enseignante peut décider de fixer les objectifs avec eux. Un
contrat exige normalement des élèves qu’ils apportent la preuve de ce qu’ils ont appris, mais leur
laisser le choix des méthodes ou des activités.

Les contrats peuvent être très motivants pour les élèves. Tandis qu’ils apprennent à opérer des
choix judicieux et qu’ils commencent à se sentir davantage responsables de leur propre
apprentissage, ils deviennent de plus en plus autonomes, apprennent à utiliser les ressources pour
en tirer le maximum et ressentent une certaine fierté à pouvoir s’apprendre par eux-mêmes et
partager ce qu’ils ont appris avec les autres.

Les techniques d’enseignement


Les techniques d’enseignement constituent la catégorie de comportements la plus spécifique.
Elles sont constamment utilisées dans le cadre de la démarche d’enseignement globale. Elles
sont nécessaires au niveau d’expérience et d’efficacité d’un enseignant ou d’une enseignante, il
ou elle doit constamment développer et améliorer ces techniques.

Il existe toute une diversité de techniques et de démarches d’enseignement. Certaines ont plus
d’ampleur que d’autres et sont de nature plus complexe. Parmi les paramètres dont il faut tenir
compte dans leur choix et leur application, mentionnons les caractéristiques des élèves, les
impératifs du programme d’études et les méthodes d’enseignement. Pour illustrer les techniques
d’enseignement, nous avons retenu deux exemples : les explications et les démonstrations et le
questionnement.

Les explications et les démonstrations

L’enseignant ou l’enseignante passe beaucoup de son temps à expliquer ou démontrer quelque


chose à toute la classe, à une petit groupe ou à un seul élève. Les manuels et autres ressources ne
fournissent généralement pas assez d’informations sur les connaissances conceptuelles, de sorte
que les élèves ont besoin qu’on leur démontre comment procéder.

Les explications

Certains explications permettent aux élèves d’acquérir ou d’approfondir un concept, tandis que
d’autres les aident à comprendre des généralisations. Dans le premier cas, l’enseignant ou
l’enseignante doit choisir une définition appropriée du concept, ainsi que des exemples et des
non-exemples. Dans le deuxième cas, Shostak (1986) suggère qu’une explication peut avoir
pour but de montrer :
• Une relation de cause à effet (par exemple, pour démontrer l’effet de l’ajout d’un acide à une
base);
• Qu’une action est régie par une règle ou une loi (quand mettre une majuscule à un nom
propre, par exemple);
• Une démarche (par exemple, comment résoudre une équation mathématique);
• Le but d’une activité ou d’une démarche (par exemple l’utilisation du présage en art
dramatique).

Les démonstrations

C’est en observant les autres que les élèves apprennent. Une démonstration permet d’établir le
lien entre ce que l’on sait d’une habileté et ce qu’on est capable de faire. Les recherches
prouvent que les démonstrations sont particulièrement efficaces quand elles sont précises, que les
élèves sont capables de voir clairement et de comprendre ce qui se passe et que de brèves
explications sont données durant la démonstration (Arends, 1988).

Le questionnement

Parmi toutes les techniques d’enseignement, le questionnement occupe une place de choix dans
la plupart des salles de classe. Quand cette technique est utilisée intelligemment :

• Le taux de participation des élèves est meilleur; les questions sont mieux réparties entre les
élèves;
• L’enseignant ou l’enseignante dose correctement les questions cognitives de niveau élevé et
les autres;
• Cela augmente la compréhension des élèves;
• Le raisonnement des élèves est stimulé, orienté et élargi;
• Il y a rétroaction et renforcement de la part de l’enseignant ou l’enseignante;
• Les élèves affinent leur raisonnement critique;
• La créativité des élèves est renforcée.

Pour être valables, les questions doivent être planifiées, claires et rester dans le sujet. Il est
essentiel que l’enseignant ou l’enseignante comprenne la technique du questionnement, la
période d’attente et le niveau cognitif des questions. L’enseignant ou l’enseignante doit
également comprendre que cette technique est perçue différemment par différentes cultures. Il
doit être sensible aux besoins culturels des élèves et avoir conscience des effets de son propre
point de vue culturel dans les questions. En outre, l’enseignant ou l’enseignante doit comprendre
que le questionnement direct n’est pas une technique qui convient à tous les élèves.

Technique de questionnement

L’enseignant ou l’enseignante doit commencer par attirer l’attention des élèves avant de poser sa
question. La question doit être posée à toute la classe avant que l’on désigne un élève en
particulier. Il faut donner à tous les élèves la possibilité de répondre, qu’ils soient volontaires ou
non, et l’enseignant ou l’enseignante doit inciter les élèves à parler devant toute la classe
lorsqu’ils répondent à une question. L’enseignant ou l’enseignante doit cependant être sensible à
la volonté de chaque élève de parler en public et doit éviter d’en mettre un sur la sellette.

Période d’attente

On entend par période d’attente la pause observée entre la question et la réponse. Le fait
d’attendre un moment après la réponse d’un élève permet à tous les élèves de réfléchir à cette
réponse avant d’en discuter. Plus on augmente la période d’attente, plus les réponses des élèves
sont longues, plus les réponses non sollicitées sont correctes, plus les élèves posent de questions
et plus les réponses sont de qualité. Rappelons qu’une période d’atteinte prolongée bénéficie aux
élèves qui ne sont pas locuteurs natifs.

Niveau cognitif des questions

Sans vouloir déprécier les connaissances factuelles, l’enseignant ou l’enseignante doit aussi faire
réfléchir les élèves en leur posant des questions de niveau élevé qui les entraînent à analyser, à
synthétiser et à évaluer. Cela s’applique à tous les domaines et à tous les âges. Tous les élèves
doivent pouvoir réfléchir et répondre à des questions de tous les niveaux cognitifs. Il se peut que
l’enseignant ou l’enseignante ait à demander des questions pénétrantes et des éclaircissements
pour faire passer les élèves à un niveau de réflexion plus élevé et à niveau de compréhension
plus approfondi.

Résumé
Compte tenu du grand nombre de variables dont les enseignants et enseignantes doivent tenir
compte lorsqu’ils prennent des décisions sur l’enseignement et l’apprentissage, il est
indispensable qu’ils aient une base conceptuelle pour comprendre le tronc commun de la
Saskatchewan et qu’ils disposent d’une infrastructure pour comprendre les niveaux des décisions
pédagogique. Nous avons fait un tour d’horizon des modèles, des stratégies, des méthodes et des
techniques d’enseignement. En outre, nous avons illustré les rapports réciproques entre ces
quatre niveaux de l’infrastructure.

Questions qui portent à la réflexion

1. De quels paramètres faut-il particulièrement tenir compte lorsqu’on choisit une


stratégie ou une méthode d’enseignement?

2. Comment puis-je élargir mon répertoire d’approches pédagogiques? Comment puis-je


appuyer mes collègues et bénéficier de leur appui à cet égard?

3. De quelle façon chacune des stratégies d’enseignement appuie-t-elle l’éducation


permanente?
Chapitre 3 : La dimension adaptation (ou pédagogie
différenciée)
La Saskatchewan est une mosaïque de zones géographiques, de modes de vie, de
langues, d’héritages culturels et de situations socio-économiques. Cette diversité
contribue à la riche palette de différente que l’on trouve chez les élèves de cette
province.

Saskatchewan Children.
Ministère de l’Éducation de la Saskatchewan, 1984. (p.14)

La dimension adaptation, ou pédagogie différenciée, peut se définir ainsi :

Elle engage enseignants et enseignantes à faire les ajustements nécessaires dans le cadre des
programmes d’études approuvés pour reconnaître la diversité des besoins d’apprentissage des
élèves. Cette notion recouvre les pratiques utilisées par l’enseignant ou l’enseignante pour
adapter à chaque élève le programme d’études, l’enseignement et l’environnement pédagogique.

La pédagogie différenciée est un élément essentiel de tous les programmes d’enseignement. À


l’instar des apprentissages essentiels communs, elle imprègne tous les programmes d’études et
l’enseignement et fait partie de toutes les initiatives prises au niveau tronc commun.

La pédagogique différenciée permet à l’enseignant ou l’enseignante :

• D’inculquer à un élève les connaissances ou l’expérience d’ordre général dont il a besoin;


• De renforcer et ou élargir un programme au besoin;
• D’améliorer les chances de réussite d’un élève et de réduire ses risques d’échec;
• De tenir compte des besoins culturels de chaque élève;
• De tenir compte des besoins de la communauté;
• De mieux faire correspondre le programme aux besoins des élèves;
• D’exposer les élèves à toute une diversité de ressources, notamment aux ressources
communautaires;
• De maximiser le potentiel d’apprentissage de chaque élève.
Principes de la dimension adaptation (ou pédagogie
différenciée)
L’adaptation du programme d’études, de l’enseignement et de l’environnement pédagogique doit
être guidée par les principes suivants :

• La pédagogie différenciée est conçue pour tous les élèves dans tous les milieux scolaires.

• La pédagogie différenciée exige de l’enseignant ou l’enseignante et du personnel de soutien


qu’ils évaluent, planifient et offrent des expériences d’apprentissage qui conviennent à tous
les élèves.

• La pédagogie différenciée reconnaît implicitement que les élèves abordent l’apprentissage de


multiples façons.

• La pédagogie différenciée reconnaît l’importance d’une planification soignée de


l’enseignement.

• La pédagogie différenciée exige que de l’enseignement qu’il s’occupe de l’apprenant, de la


tâche d’apprentissage et de l’environnement pédagogique.

• La pédagogie différenciée exige que les méthodes d’évaluation correspondant aux


modifications du programme et de l’enseignement prévues pour tel ou tel élève.

• La pédagogie différenciée présuppose que la diversité des élèves, comme en témoignent les
différences entre chacun, est un élément essentiel de la planification des enseignants.

• La pédagogie différenciée présuppose une corrélation entre les variables qui se rattachent au
concept d’adaptation.

La prise de décision et la dimension adaptation (ou


pédagogie différenciée)
Compte tenu de la diversité des élèves dans chaque classe, les enseignants et enseignantes se
servent du programme d’études approuvé pour adapter le programme, l’enseignement ou
l’environnement pédagogie afin de répondre aux besoins divers de toute la classe. La figure 6
illustre le processus de prise de décision par lequel doivent passer enseignants et enseignantes
afin d’apporter les ajustements nécessaires au programme d’études approuvé.
La pédagogie différenciée consiste donc dans un premier temps à mesurer et à évaluer les
besoins de tous les élèves par rapport aux programmes approuvés. Elle consiste ensuite à
raffiner les décisions à mesure que l’enseignant ou l’enseignante détourne son attention de la
classe dans son ensemble pour se concentrer sur de petits groupes et sur chaque élève pris
individuellement.

Le processus de prise de décision individuel illustre le fait que l’enseignant ou l’enseignante


commerce par observer l’enseignement à traverse un objectif grand angulaire, en appliquant
uniformément à tous les élèves les décisions sur le programme d’études, l’enseignement et
l’environnement pédagogique. L’enseignement général permet à l’enseignant de prendre
certains décisions préliminaires sur les besoins des élèves en classe. Certains élèves n’ont besoin
d’aucun ajustement vu que le programme correspond à leurs besoins. À l’issue de l’évaluation
préliminaire, l’enseignant ou l’enseignante peut opérer les ajustements qu’il faut à l’intention des
élèves qui en besoin.

Grâce au processus de prise de décision, l’enseignant peut décider d’apporter des ajustements
afin de renforcer le programme ou de fournir un soutien pédagogique, en d’autres termes
de dispenser un enseignement différencié cadrant avec les objectifs généraux officiellement
fixés pour de petits groupes d’élèves. Lors de l’établissement de ces groupements, ceux-ci
peuvent avoir pour base les besoins, les intérêts et (ou) les capacités des élèves. Des ajustements
de cette nature sont dynamiques en ce sens que toute évaluation ultérieure conduit à d’autres
ajustements afin de multiplier les possibilités d’apprentissage pour les élèves. Ces groupements
doivent être flexibles et être fonction des besoins des élèves dans une matière donnée.

L’enseignant ou l’enseignante peut également décider qu’il y a lieu d’opérer des ajustements en
fonction d’un élève en particulier. Dans ce cas, il renforce le programme ou dispense un
enseignement différencié en vue d’atteindre les objectifs officiellement fixés en tenant compte
des besoins, des intérêts ou des capacités de cet élève.

Il est important de répéter que le point de référence de la dimension adaptation est toujours le
programme approuvé. Cela signifie que les objectifs du programme ne sont pas modifiés. En
revanche, le contenu du programme, l’approche pédagogique et (ou) l’environnement
pédagogique sont ajustés pour permettre la réalisation des objectifs fixés.

Lorsque les objectifs généraux subissent d’importantes modifications ou que des ajustements
sont apportés au contenu du programme, à l’approche pédagogique, au contexte d’apprentissage
ou à l’évaluation, et cela que modifie sensiblement la nature de ces objectifs, cela signifie que les
changements débordent le cadre du programme approuvé pour entrer dans celui des programmes
modifiés ou parallèles. Les élèves qui sont déjà inscrits à un programme modifié ou parallèle
approuvé peuvent également profiter du processus de prise de décision décrit ci-dessus.

///////////////////////////////////IMAGE\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\
Adaptation du programme d’études

////////////////////////////////////IMAGE\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\

Un programme d’études équivaut à la somme des connaissances, des habiletés, des capacités, des
attitudes et des valeurs qu’un élève est censé acquérir en étudiant une matière donnée. Dans le
contexte de la dimension adaptation, les objectifs du programme d’études ne sont pas modifiés.
En revanche, c’est le programme d’études qui est ajusté pour aider les élèves à atteindre les
objectifs généraux et spécifiques préétablis.

Même si le programme d’études indique les apprentissages obligatoires, l’aperçu doit être
suffisamment flexible pour tenir compte des différences qui existent dans le vécu des élèves,
leurs savoirs préalables, leurs habiletés et leurs intérêts, ainsi que des différences d’attentes de la
communauté.

L’apprentissage à base de ressources est un moyen particulièrement efficace de faire varier le


contenu en recourant aux ressources qui répondent le mieux aux besoins des élèves (par exemple
ouvrages de référence, enregistrements sonores, bandes de film). Cela permet par exemple aux
élèves d’approfondir un sujet de recherche ou une question qui leur tient à cœur et d’utiliser du
matériel adapté à leur niveau de développement. Les modes de présentation peuvent également
varier des rapports écrits et des présentations orales traditionnels à des présentations
audiovisuelles, des journaux visuels ou des activités kinesthésiques.

Les enseignants et enseignantes peuvent également envisager l’enseignement thématique ou


contextuel pour faire varier le contenu selon des besoins individuels de leurs élèves. Ils peuvent
adapter le contenu en surveillant le vocabulaire qu’ils emploient. En employant à la fois des
mots nouveaux et familiers dans un contexte approprié, ils graduent les difficultés pour tous les
élèves, quel que soit leur savoir ou leur expérience préalable.

Adaptation de l’enseignement

L’adaptation de l’enseignement n’est pas un phénomène nouveau pour les enseignants et


enseignantes de la Saskatchewan. L’étude de l’enseignement réalisée par la Fédération des
enseignants et enseignantes de la Saskatchewan (Gallén et Bold, 1990) révèle que de nombreux
enseignants et enseignantes répondent aux besoins d’apprentissage de leurs élèves par diverses
méthodes d’adaptation.

Par pédagogie différenciée, on entend la sélection des stratégies et des méthodes


d’enseignement qui conviennent à tous les élèves. Cela ne signifie pas que l’enseignant ou
l’enseignante doive dispenser un enseignement différencié à chaque élève de la classe, mais
plutôt qu’il ou elle doit planifier se pratique de l’enseignement en tenant compte de chaque
élève afin que tous aient la possibilité d’apprendre.

L’enseignant ou l’enseignante a plusieurs options en ce qui concerne le programme d’études


approuvé.
• L’enseignant ou l’enseignante peut décider qu’il y a lieu d’instruire toute la classe de la
même manière. Il peut pour cela faire appel à l’enseignement direct, au travail en groupe
hétérogène ou à toute autre méthode d’enseignement qu’il estime convenir à la tâche.

• L’enseignant ou l’enseignante peut décider de différencier son enseignement pour un petit


groupe d’élèves qui ont des besoins, des intérêts ou des habiletés analogues. Cela peut viser
au renforcement ou au soutien pédagogique. Les groupements doivent être fluides, souples
et de courte durée.

• L’enseignant ou l’enseignante peut décider qu’un élève en particulier a besoin d’un


enseignement différencié pour toutes sortes de raisons, notamment le renforcement ou le
soutien pédagogique. L’adaptation peut aller de l’enseignement en tête-à-tête à l’étude
indépendante.

Les décisions à ce sujet dépendent de l’évaluation formative des élèves qui est toujours en
évolution. Par ailleurs, les besoins des élèves en matière d’adaptation peuvent varier d’une
matière à l’autre. Les décisions pédagogiques tiennent compte du fait que les besoins des élèves
d’une matière à l’autre et évoluent avec le temps.

Pour répondre aux besoins pédagogiques de tous les élèves, l’enseignant ou l’enseignante doit :

• Évaluer les besoins de tous les élèves par rapport au programme d’études;
• Considérer que toute la gamme des stratégies et des méthodes d’enseignement se prêtent à
des adaptations;
• Veiller à utiliser toute une diversité de stratégies et de méthodes d’enseignement durant
l’année;
• Tenir compte des styles d’apprentissage de chaque élève (en leur livrant des directives oui
des informations sous forme écrite ou orale);
• Faire de l’enseignement coopératif ou en équipe;
• Travailler en collaboration avec l’enseignant-bibliothécaire et favoriser l’apprentissage à
base de ressources;
• Proposer plus d’une façon d’accomplir une tâche (par exemple activités du centre
d’apprentissage et groupes d’apprentissage coopératif);
• Faire participer les élèves aux décisions concernant leur propre apprentissage;
• Recourir aux techniques interactives qui permettent de contrôler de près les progrès des
élèves;
• Établir des projets d’enseignement par les pairs et des projets d’enseignement par les pairs de
différents niveaux;
• Prévoir des séances de renforcement et d’orthopédagogie de différentes sortes;
• Se servir de méthodes d’évaluation qui correspondent aux adaptations pédagogiques opérées
à l’intention des élèves.

/////////////////////////////////////////////IMAGE\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\
Adaptations de l’environnement pédagogique

Il faut envisager d’adapter l’environnement pédagogique pour tous les élèves dans toutes les
classes. Si l’interaction collective convient particulièrement bien à un élève, un autre préférera
sans doute une cabine d’étude privée. Tandis qu’un élève comprend parfaitement des directives
orales, un autre a besoin de directives écrites ou de l’aide d’un bénévole; il se peut qu’un élève
fasse ses travaux écrits rapidement, tandis qu’un autre qui a les mêmes capacités a besoin de plus
de temps pour mener la tâche à bien.

Pour adapter l’environnement pédagogique afin de répondre aux besoins des élèves, l’enseignant
ou l’enseignante peut :

• Modifier la disposition de la classe pour que l’élève profite au maximum de l’enseignement


reçu;
• Utiliser des locaux en dehors de la salle de classe, comme la bibliothèque de l’école;
• Recourir à toute une diversité de ressources (apprentissage à base de ressources);
• Inciter les élèves à apprendre à leur propre rythme;
• Ajuster la durée de l’enseignement en fonction de chaque élève;
• Tenir compte de la diversité des modes d’apprentissage (visuels, auditifs, kinesthésiques).

Résumé
La dimension adaptation englobe toutes les pratiques que l’enseignant ou l’enseignante utilise
pour faire de l’apprentissage une activité signifiante et appropriée pour chaque élève.
L’adaptation de l’enseignement fait partie intégrante de la pédagogie différenciée, tout comme
l’adaptation du programme d’études et de l’environnement pédagogique. Étant donné que la
pédagogie différenciée imprègne toutes les pratiques d’enseignement, l’enseignant ou
l’enseignante doit faire preuve d’un jugement professionnel solide dans les décisions qu’il ou
elle prend. Le chapitre qui suit analyse les directives et les variables dont il faut tenir compte
lorsqu’on opère des choix et qu’on réfléchit à ses pratiques passées.

Questions qui portent à la réflexion

1. Quels moyens d’adaptation du programme d’études, de l’enseignement ou de


l’environnement pédagogique ai-je trouvés les plus utiles? Y a-t-il d’autres adaptations
dont je me sers et qui ne sont pas mentionnées dans ce chapitre?

2. C’est un véritable défi que d’adapter l’enseignement pour répondre à toute la gamme
des besoins de mes élèves. Quels appuis ai-je à ma disposition pour relever ce défi?

3. En ma qualité d’enseignant ou d’enseignante, de quelles méthodes d’évaluation ai-je


besoin pour m’aider à répondre aux besoin de chacun de mes élèves?
Chapitre 4: Choix à faire en matière de pédagogie
L’enseignement consiste à prendre des décisions avisées. Chaque jour, enseignants et
enseignantes sont appelés à prendre des décisions sur les options en matière d’enseignement, sur
l’apprentissage des élèves et sur le contenu des programmes d’études. Comme nous l’avons vu
plus faut dans ce document, il n’existe que peu de cas où une seule approche pédagogie permet
de parvenir aux résultats recherchés. Lorsque deux ou trois options sont possibles, les critères
dont on se sert pour prendre une décision finale revêtent de plus en plus d’importance.

Lignes directives pour l’enseignant dans la prise de décision

Choisir parmi les modèles et stratégies d’enseignement et parmi toute la gamme des méthodes
d’enseignement est une tâche complexe. Les lignes directives établis par Carl Rogers (1969) il y
a plus de vingt ans aideront peut-être les enseignants et enseignantes dans leur tâche :

• C’est à l’enseignant ou à l’enseignante que revient la responsabilité d’établir et de maintenir


le climat de la classe.

• L’enseignant ou l’enseignante aide l’élève et la classe à établir des objectifs.

• L’enseignant ou l’enseignante doit croire fermement que les élèves souhaitent réaliser les
objectifs qui leur sont pertinents et que cette forte motivation peut y être source
d’apprentissage valable.

• L’enseignant ou l’enseignante organise tout une gamme de ressources et les met à la


disposition des élèves.
• L’enseignant ou l’enseignante est une ressource flexible dont peuvent se servir l’élève et la
classe.
• L’enseignant ou l’enseignante apprend aussi. Il ou elle ne sait pas tout.

• L’enseignant ou l’enseignante peut prendre l’initiative de faire part de ses réflexions et de ses
sentiments à ses élèves. Cependant, ces derniers ne doivent pas nécessairement en faire
autant.

• L’enseignant ou l’enseignante doit être sensible aux sentiments profonds ou puissants


exprimés par les élèves.

• L’enseignant ou l’enseignante reconnaît et accepte ses limites en tant que facilitateur de


l’apprentissage.
Variables dans les choix pédagogiques

On doit tenir compte de plusieurs variables lorsqu’on choisit les modèles, les stratégies et les
méthodes à utiliser dans un cours, une unité ou une leçon. Parmi ces variables, mentionnons :

• Les résultats et les expériences souhaités pour les élèves;


• Le cheminement de l’apprentissage qui convient (déductif ou inductif);
• Le niveau de choix et de responsabilité de l’élève;
• Le type d’interaction qui convient;
• Les apprentissages essentiels communs à développer;
• L’adaptation nécessaire par l’entremise de la dimension adaptation;
• Les limites pratiques existantes.

Il n’est pas toujours facile d’opérer certains choix pédagogiques car, dans certaines situations, on
peut pas tenir compte de toutes les variables de la même façon. Il faut parfois établir des
priorités et faire des compromis. Il est parfois souhaitable de se servir de plusieurs approches
pour susciter et maintenir l’intérêt des élèves. Certains enseignants, en raison du stade de
développement où ils se trouvent ou de leurs manque de connaissances, ne sont pas prêts à
accepter telle ou telle méthode d’enseignement. Quoi qu’il en soit, il faut qu’ils saisissent bien
les objectifs à atteindre, les connaissances qui véhiculent l’apprentissage, les activités possibles,
la manière de démontrer (évaluer) le produit et (ou) la démarche d’apprentissage, et l’application
des apprentissages à de nouvelles situations. Il faut au besoin faire participer les élèves aux
décisions relatives à ces choix. Il est important que les objectifs, les méthodes et les activités
d’enseignement soient en harmonie avec l’évaluation.

Choix du contenu et des expériences

L’un des facteurs dont il faut tenir compte lorsqu’on choisit un contenu et une démarche, c’est
leur capacité à aider l’élève à atteindre les objectifs fixés. Il faut déterminer la nature du contenu
et les objectifs d’un cours, d’une unité ou d’une leçon. Il faut aussi tenir compte des résultats
d’apprentissage qui touchent au domaine social, affectif, psychomoteur ou cognitif. Il faut
également tenir compte de la question des résultats du produit par rapport à la démarche. On
trouvera ci-après des exemples de types de résultats :

• Faits et données • Processus de raisonnement critique, de résolution de


• Concepts problèmes et de prise de décision
• Généralisations • Habiletés dans le domaine de la créativité et de son
• Habiletés psychomotrices progressives expression
• Habiletés cognitives progressives • Habiletés dans le domaine des relations personnelles
• Étude indépendante et sociales
• Habiletés dans le domaine des attitudes et des valeurs

Il est important de bien les connaître pour opérer des choix pédagogiques judicieux où les
résultats et les approches coïncident les uns avec les autres. Prenons les deux exemples qui
suivent :
Exemple no 1

Selon les recherches menées à ce sujet, les élèves peuvent apprendre efficacement des faits et des
informations par l’enseignement explicite, une stratégie d’enseignement direct. Ils peuvent
également les apprendre en groupes d’apprentissage coopératif, ce qui est une stratégie
interactive. On sait que l’apprentissage coopératif favorise l’épanouissement personnel et social
et atténue les préjugés. La stratégie choisie doit donc dépendre du point sur lequel porte
l’expérience.

Exemple no 2

Si l’enseignant ou l’enseignante veut que les élèves apprennent à résoudre des problèmes, il doit
les faire participer activement. Les élèves tireront profit de l’interaction. L’enseignant ou
l’enseignante se sert d’une stratégie d’enseignement direct pour leur permettre d’acquérir les
informations nécessaires avant d’utiliser une stratégie indirecte (par exemple l’enquête) ou une
stratégie expérientielle (par exemple la simulation). L’aptitude à résoudre des problèmes peut
également être renforcée par l’étude indépendante. En outre, il est possible de combiner les
stratégies d’enseignement. Par exemple, la recherche en groupes d’apprentissage coopératif et
l’enquête peuvent toutes les deux servir aux élèves à acquérir des compétences dans le domaine
des relations personnelles et sociales. À nouveau, le choix de la stratégie dépend du point sur
lequel porte l’expérience en question.

Cheminement de l’apprentissage : déduction ou induction

En général, enseignants ordonnent l’apprentissage de deux façons : soit par déduction, soit par
induction. Ces deux termes désignent la façon dont les idées s’enchaînent (Borich, 1988). La
figure 7 illustre les deux.

/////////////////////////////////////////IMAGE\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\

Dans le cheminement déductif, on part de généralisations, de principes, de règles, de lois, de


propositions ou de théories pour aboutir à des applications précises. L’enseignant ou
l’enseignante doit présenter une généralisation, puis trouver ou fournir des exemples.

Dans le cheminement inductif, on encourage les élèves à analyser l’information ou les données et
à faire des hypothèses, à découvrir les structures ou à tirer une conclusion. Le cheminement
inductif part de l’exemple pour faire découvrir aux élèves une généralisation ou la leur présenter.

Les deux cheminements sont valables pour enseigner des concepts, des généralisations, des
démarches et des habiletés. L’enseignant ou l’enseignante doit décider lequel utiliser selon les
résultats d’apprentissage souhaités et la composition de sa classe. Il ou elle doit tenir compte
d’un certain nombre de facteurs :

• Dans quelle mesure faut-il personnaliser l’apprentissage? Les élèves sont généralement plus
impliqués et participent mieux lorsqu’on utilise le cheminement inductif. Si l’on opte pour le
cheminement déductif, il est important de structurer l’expérience d’apprentissage pour tirer
parti des expériences préalables et de l’apprentissage des élèves et leur permettre de
participer activement.

• Les expériences d’apprentissages doivent-elles êtres prévisibles? Le cheminement déductif


est plus prévisible étant donné que l’enseignant ou l’enseignante choisit les informations et
l’ordre de leur présentation.

• Dans quelle mesure les élèves doivent-ils bien comprendre et retenir ce qu’ils apprennent?
Le cheminement inductif leur permet mieux de le faire.

• De combien de temps l’enseignant ou l’enseignante dispose-t-il ou elle pour enseigner la


matière? Le cheminement déductif est plus rapide et constitue un bon moyen d’enseigner un
grand nombre de faits et de concepts concrets.

Les méthodes d’enseignement sont soit déductives soit inductives, même si certaines d’entre
elles combinent les deux cheminements.

Choix et responsabilité des élèves

Dans la classe centrée sur l’enseignant, celui-ci détermine les objectifs, le contenu, les activités,
les règles et les procédures de gestion de la classe, et l’évaluation des élèves, plus ou moins sans
l’apport des élèves. Dans la classe centrée sur l’élève, celui-ci établit ses propres besoins et
choisit le contenu, les expériences, les méthodes d’évaluation et le mode d’apprentissage. Il
existe un continuum entre les deux et dans toutes les classes, il y a de la place pour les deux,
selon certains variables comme la nature de contenu et l’empressement mis par les élèves à se
sentir plus responsables de leur apprentissage.

Certains stratégies et méthodes d’enseignement sont avant tout axées sur l’enseignant ou
l’enseignante. Citons à titre d’exemples l’exposé, le questionnement didactique et
l’enseignement explicite. D’autres stratégies et méthodes d’enseignement sont fortement axées
sur les élèves, comme l’enquête, l’apprentissage coopératif et certaines méthodes expérientielles.
Selon les stratégies et méthodes utilisées, la classe peut être centrée soit sur l’enseignant, soit sur
l’élève, et ceci peut varier au cours d’une même leçon ou unité.

Il est indéniable qu’il faut rechercher les idées des élèves sur leur propre apprentissage et leur
accorder beaucoup de valeur. Plus ceux-ci y participent, plus ils sont motivés. En outre,
l’enseignant ou l’enseignante qui sait ce que pensent ses élèves peut apporter des adaptations
judicieuses et s’inspirer des expériences préalables de ses élèves.

Les éducateurs reconnaissent aujourd’hui le besoin d’apprendre aux élèves à assumer davantage
de responsabilités et de leur faire confiance à cet égard. On note également un regain d’intérêt
pour l’apprentissage à base de ressources et la participation de la communauté à l’enseignement.
Cela reflète la conviction selon laquelle il faut donner davantage de choix et de responsabilités
aux élèves en ce qui concerne leur apprentissage.
Voici quelques facteurs dont il faut tenir compte lorsqu’on décide du contrôle que les élèves
peuvent ou doivent exercer sur leur apprentissage :

• Développement du sens de l’appropriation des élèves et de la motivation qui en découle;


• Création d’un milieu propice;
• Compétences que possèdent les élèves dans le domaine des relations personnelles et de
groupe;
• Aptitudes des élèves à travailler de façon autonome;
• Niveau de responsabilité des élèves auquel l’enseignant ou l’enseignante se sent à l’aide;
• Existence de ressources imprimées et non imprimées.

La maturité des élèves est manifestement un facteur, mais il faut créer un climat propice et offrir
de multiples occasions aux élèves de développer leurs aptitudes à opérer des choix et à assumer
la responsabilité de leur propre apprentissage.

Choix des types d’interactions

Une des variables les plus importants qui entre en jeu lorsqu’on décide de l’approche
pédagogique à utiliser est le type d’interaction que l’on souhaite. Cela peut aller d’une
interaction avec toute la classe à une interaction en petits groupes ou au travail autonome. La
variété au sein d’une unité d’étude et pendant l’année est souhaitable.

Chaque élève a ses propres préférences en matière d’interaction. L’enseignant ou l’enseignante


doit faire attention à ces préférences et en tenir compte en cherchant à élargir la façon dont
travaillent ses élèves. Les enseignants et enseignantes doivent reconnaître que les préférences de
chacun ont un rapport avec le style d’apprentissage préféré.

Intégration des apprentissages essentiels communs

Étant donné que les AEC doivent être intégrés dans le programme et non pas appris isolément, le
choix des approches pédagogiques entre en ligne de compte. Par exemple, certains stratégies ou
méthodes d’enseignement favorisent le développement de différents modes de communication :
la compréhension orale et écrite et la production orale et écrite. La stratégie de l’étude
indépendante contribue par exemple à développer les connaissances, les démarches, les valeurs
et les attitudes qui se rattachent à l’apprentissage autonome. L’intégration des apprentissages
essentiels communs dans les matières scolaires présuppose le choix du contenu, la modélisation
par l’enseignant ou l’enseignante et le choix des approches pédagogiques.

Considérations pratiques

En plus des variables pédagogiques dont il faut tenir compte, il y a des facteurs d’ordre
personnel, physique et financier qui affectent les choix pédagogiques. La liste qui suit souligne
certaines de ces considérations pratiques.
Vécu de l’élève: Cette approche demande-t-elle aux élèves des connaissances qu’ils n’ont pas
encore acquises? Si c’est le cas, puis-je les enseigner avant ou pendant la leçon ou l’unité? Est-
il possible d’exploiter le savoir préalable des élèves? Les élèves ont-ils des caractéristiques qui
commandent l’adaptation des ressources, de l’environnement ou des approches pédagogiques?
Est-il possible de répondre aux intérêts des élèves?

Vécu de l’enseignant ou de l’enseignante: Dans quelles conditions convient-il d’employer cette


stratégie ou méthode? Cette stratégie ou méthode est-elle complémentaire du style
d’enseignement préféré de l’enseignant ou l’enseignante?

Temps: Certaines stratégies ou méthodes prennent plus de temps. Y a-t-il suffisamment de


temps? Le temps nécessaire est-il justifié par l’apprentissage des élèves?

Coût: Certaines stratégies et m et méthodes requièrent plus d’équipements et de fournitures


scolaires. Quels sont les coûts qui se rattachent à cette méthode? Le choix justifie-t-il la dépense?

Milieu scolaire: La classe, le centre des ressources et (ou) l’école permettent-ils de mettre en
pratique la stratégie ou la méthode choisie? Compte tenu des limites de la situation, quelles
adaptations peut-on faire pour favoriser le recours à cette méthode?

////////////////////////////////////////IMAGE\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\

Résumé
Pour choisir les modèles, les stratégies et les méthodes d’enseignement appropriées, l’enseignant
ou l’enseignante doit connaître l’étendue et les limites de chacun. L’enseignant ou l’enseignante
doit également tenir compte de toute la gamme des variables qui influent sur les décisions
pédagogiques et opérer les meilleurs choix possibles pour leurs élèves et leurs situations en
particulier.

Questions qui portent sur la réflexion

1. Comment puis-je actuellement opérer des choix en ce qui concerne les approches
pédagogiques?

2. Dans quelle mesure l’art d’enseigner a-t-il sa place dans le choix des approches
pédagogiques?
Chapitre 5 : L’étape suivante
Comme nous l’avons déjà dit, cet ouvrage, intitulé Approches pédagogiques : Infrastructure
pour la pratique de l’enseignement, ne se veut pas un ouvrage de référence rapide pour toute la
gamme des pratiques d’enseignement actuellement utilisées dans les écoles de la Saskatchewan.
Ses auteurs ne prétendent pas non plus que les idées qu’ils proposent sont entièrement nouvelles
ou novatrices. La récente étude de l’enseignement réalisée par la Fédération des enseignants et
enseignantes de la Saskatchewan (Gallén et Bold, 1989) souligne que, parmi les enseignants et
enseignantes de la Saskatchewan, toute une gamme d’approches pédagogiques sont utilisées pour
répondre aux besoins d’apprentissage des élèves. Plusieurs des observations de cette étude
s’appliquent également à ce document :

• Pour être efficace, l’enseignement dépend de l’existence d’un répertoire de pratiques


d’enseignement;
• La gamme des comportements positifs qui se rattachent à un enseignement fructueux est
extrêmement vaste;
• Un enseignement fructueux comporte quantité d’activités qui dépassent le seul enseignement;
• Les comportements de prise de décision adoptés par les enseignants et enseignantes sont
indispensables au succès de la scolarité de tous les élèves (p.132-135).

Enseignants et enseignantes doivent employer toute une variété d’approches pédagogiques pour
mettre en valeur l’art d’enseigner et répondre aux objectifs de Directions : The Final Report,
particulièrement ceux qui ont trait aux besoins de chaque élève, par la dimension adaptation (ou
pédagogie différenciée) et par le développement des apprentissages essentiels communs. Il ne
suffit pas toutefois de proposer une gamme d’approches pédagogiques, il faut également créer un
environnement qui appuie les changements dans l’exercice de la profession. Cet appui doit
provenir de tous les niveaux de système scolaire – le ministère de l’Éducation de la
Saskatchewan, les commissions scolaires, les écoles, les enseignants et enseignantes et les
élèves.

Le mandat du ministère de l’Éducation de la Saskatchewan est d’élaborer des programmes


d’études et des politiques sur les programmes. Ces programmes et ces politiques doivent être
conçus de manière à permettre aux commissions scolaires, aux écoles et aux enseignants et
enseignantes de se familiariser avec les programmes et avec les moyens de les mettre en pratique
en classe. De la même façon, enseignants et enseignantes doivent permettre le responsabilisation
des programmes par les élèves en leur offrant des programmes qui conviennent à leurs capacités
et en encourageant l’apprentissage actif. Le rôle de l’enseignant ou de l’enseignante est crucial à
cet égard.

Le perfectionnement professionnel

À l’instar des autres secteurs du perfectionnement professionnel, il existe quantité de façons


d’améliorer les compétences des enseignants et enseignantes. Ceux de la Saskatchewan ont la
chance d’avoir à leur disposition de nombreuses possibilités en la matière :
• Les universités de Régina et de la Saskatchewan offrent les programmes qui traitent de la
pratique de l’enseignement.

• La Fédération des enseignants et enseignantes de la Saskatchewan offre un choix de cours


d’été qui traitent de pratique de l’enseignement.

• Le Centre de ressources Stewart (Fédération des enseignants et enseignantes de la


Saskatchewan) offre toute une gamme de ressources à l’intention des enseignants et
enseignantes.

• L’intérêt que suscite l’enseignement a abouti à des recherches et à des articles dans les
journaux professionnels sur le sujet. Il s’agit que de trouver le temps de les livre.

• Les observations et les conseils d’autres enseignants peuvent être utiles. L’enseignement
mutuel et la supervision formative formative sont deux occasions d’en bénéficier. Les
collègues sont une ressource précieuse qu’il ne faut ni sous-estimer ni ignorer.

• Le ministère de l’Éducation de la Saskatchewan a conçu un programme de perfectionnement


qui accompagne ce document. Ce programme comporte un dossier de ressources sur
l’enseignement.

• L’Unité de perfectionnement professionnel de la Saskatchewan (SPDU) a conçu une série de


modules d’enseignement sur certaines méthodes d’enseignement.

• Lors des ateliers de mise à l’essai et d’implantation, le Bureau de la minorité de langue


officielle inclut une composante pratique reliée directement à la matière en question.
Approches pédagogiques : Programme de formation
professionnelle
Approches pédagogiques : Infrastructure pour la pratique de l’enseignement constitue un bon
point de départ pour poursuivre sa formation professionnelle. Le ministère de l’Éducation de la
Saskatchewan a préparé un programme de perfectionnement du personnel que peuvent suivre
tous les membres du personnel scolaire. Ce programme, qui revêt la forme de textes imprimés et
de vidéocassettes, est offert aux écoles par l’entremise de chaque commission scolaire. Il est
vraiment conseillé au personnelle de suivre les ateliers de formation professionnelle soit en
groupes, soit individuellement. Les documents présentés offrent une analyse détaillée des
stratégies et des méthodes d’enseignement les plus courantes.

Le programme de formation professionnelle :

• Constitue une approche systématique de l’étude des approches pédagogiques basée sur
l’infrastructure de l’enseignement;

• Incorpore les principes de l’andragogie et de la formation du personnel;

• Offre des stages de formation professionnelle;

• Encourage la réflexion et le professionnalisme;

• Favorise l’enseignement collégial.

Le programme de formation professionnelle comporte les éléments suivants :

• Approches pédagogiques : Infrastructure pour la pratique de l’enseignement (un exemplaire


par enseignant ou enseignante);

• Un programme d’initiation au leadership avec trousse d’information pour chaque équipe


scolaire (en anglais), avec composante française au moment de la mise à l’essai et de
l’implantation;

• Un dossier de ressources pour incorporer les apprentissages essentiels communs et la


dimension adaptation dans l’enseignement (in dossier par l’école) (en anglais);

• Une série de vidéocassette Teaching Strategy Library, réalisée par l’Association for
Supervision and Curriculum Development, que l’on peut se procurer par l’entremise des
commissions scolaires. Voir l’annexe pour une description de chaque vidéo dans cette série.
Le défi
Ce document invite aussi bien les professionnels que le corps enseignant à étudier plus en détail
la question de l’enseignement. Grâce à ses bulletins pédagogiques et à la composante formation
du personnel, le ministère de l’Éducation de la Saskatchewan travaille de concert avec les divers
partenaires en éducation à une meilleure formation professionnelle.

Définir et décrire les approches pédagogie présentées dans ce document a été une tâche à la fois
passionnante et un défi. Passionnante en ce sens que cela nous a permis de nous pencher en
détail sur l’enseignement et l’apprentissage. Défi car l’enseignement et la dimension adaptation
permettent de rassembler les éléments du tronc commun en un tout cohérent. Directions : The
Final Report offrait une vision des meilleures possibilités pédagogiques pour les jeunes de la
Saskatchewan. Le document Approche pédagogiques : Infrastructure pour la pratique de
l’enseignement invite les éducateurs et les éducatrices à poursuivre leur réflexion sur la pratique
de l’enseignement. C’est en étayant cette réflexion par un engagement ferme vis-à-vis de
l’action professionnelle que leur vision pourra se matérialiser.

Questions qui portent à la réflexion

1. Est-il possible d’intégrer le programme de formation professionnelle du ministère de


l’Éducation de la Saskatchewan à d’autres initiatives de perfectionnement dans nos
écoles et nos commissions scolaires?

2. Que sais-je déjà des méthodes d’enseignement que je pourrais partager avec mes
collègues?

3. Parmi les modèles, stratégies, méthodes et techniques d’enseignement, laquelle


retiendrai-je comme base de mon propre perfectionnement professionnel? Quels types
d’aide existent au sein de l’école ou de la commission scolaire?
Références
Arends, R. (1998). Learning to teach. New York : Random House.

Bagley, M. and Hess, K. (1987). 200 ways of using imagery in the classroom. Monroe, NY :
Trillium Press.

Borich, G. (1988). Effective teaching methods. Columbus : Merrill.

Bruner, J. (1966). Toward a theory of instruction. Cambridge : Norton.

Dunn, K. & Dunn R. (1987). Dispelling outmoded beliefs about student learning. Educational
Leadership, 44(6), 52-62.

Dunn, R., Beaudry, J., & Klavas, A. (1989). Survey of research on learning styles. Educational
Leadership, 46(6), 50-58.

Eisner, E.W. (1983). The art and craft of teaching. Educational Leadership, 40(4), 5-13.

Flinders, D.J. (1989). Does the ‘Art of Teaching’ have a future? Educational Leadership, 46(8),
16-20.

Gage, N.L.(1978). The scientific basis of the art of teaching. New York: Teachers College Press.

Gallén, V. & Bold, J. (1989). Saskatchewan Teacher’s Federation Study of Teaching.


Saskatoon : Saskatchewan Teacher’s Federation.

Glickman, C. (1991). Pretending not to know what we know. Educational Leadership, 48(8), 4-
10.

Henson, K. (1988). Methods and strategies for teaching secondary and middle schools. New
York : Longman.

Hunter, M. (1984). Knowing teaching and supervising. In P. Hosford (Ed.), Using what we know
about teaching (pp. 169-193). Alexandria : Association for Supervision and Curriculum
Development.

Johnson, D.W. & Johnson, R.T. (1989). Cooperative learning and mainstreaming. In R. Gaylord-
Ross (Ed.), Integration strategies for students with handicaps (pp. 233-248). Baltimore : Paul
Brookes Publishing.

Joyce, B. & Weil, M. (1986) Models of teaching. (3rd ed). Englewood Cliffs, NJ : Prentice Hall.

Martin, J. (1983). Mastering instruction. Toronto : Allyn and Bacon.


McNeill, J. & Wiles, J. (1990). The essentials of teaching : Decisions, places and methods. New
York : MacMillan.

Ministère de l’Éducation de la Saskatchewan. (1988). Introduction aux apprentissages essentiels


communs. Manuel de l’enseignant. Regina, Saskatchewan : Ministère de l’Éducation de la
Saskatchewan.

Palmer, Parker J. (1990). Good teaching a matter of living the mystery. Change, 22(1), 10-17.

Pfeiffer, J. & Jones, J. (Eds) (1979). Annual handbook for group facilitator. San Diego :
University Associates.

Rogers, C. (1969). Freedom to learn. Columbus : Merrill.

Saskatchewan Education. (1984). Directions : The final report. Regina, Saskatchewan :


Saskatchewan Education.

Saskatchewan Education. (1984). Saskatchewan children : Their lives and needs. Regina,
Saskatchewan : Saskatchewan Education.

Saskatchewan Education. (1985). Towards the year 2000 : Future directions in curriculum and
instruction. Regina, Saskatchewan : Saskatchewan Education.

Seaman, D. & Fellenz, R. (1989). Effective strategies for teaching adults. Columbus : Merrill.

Shostak, R. (1986). Lesson presentation skills. In J. Cooper (Ed.), Classroom teaching skills (pp.
111-137). Lexington : Heath.

Silberman, C. (1966). Technology is knocking at the schoolhouse door. Fortune, 74(3), 120-125.

Slavin, R.E. (1987). Cooperative learning and the cooperative school. Educational Leadership,
45(3), 7-13.

Sternberg, R. (1990). Thinking styles : Keys to understanding student performance. Phi Delta
Kappan, 71(5), 366-371.

Vaill, P. (1989). Managing as a performing art : New ideas for a world of chaotic change. San
Francisco : Jossey-Bass.
Lectures suggérées
Amegan, S. (1987). Pour une pédagogie active et créative. Sillery : Presses de l’Université du
Québec.
Comme le titre le suggère, ce livre encourage la créativité et le raisonnement critique. La
pratique des méthodes actives, où élève prend l’initiative et se montre curieux et autonome,
contribue non seulement à l’acquisition mais aussi à l’utilisation du savoir. C’est un guide
pratique pour aider les enseignants et enseignantes à mettre en œuvre plusieurs méthodes actives
et créatives, comme la résolution de problèmes, l’analogie, la visualisation, etc.

Barth, B.-M. (1987). L’apprentissage de l’abstraction. Paris : Éditions Retz.


L’auteur décrit une démarche pédagogie active pour l’apprentissage des concepts qui rompt avec
l’enseignement magistral. Pour le développement chez les élèves des processus cognitifs
fondamentaux, elle propose que l’enseignant ou enseignante mettre en œuvre des situations
d’apprentissage variée qui permettront à un grand nombre d’élèves de construire leur savoir eux-
mêmes et en même temps leur donnera une formation au raisonnement critique. Elle offre plus
qu’un exposé théorique, il y a aussi des cas réels et des exemples concrets.

Clarke, J., Wideman, P. & Eadie, S. (1992). Apprenons Ensemble. Traduction et adaptation.
Montréal : Les Éditions de la Cheneli Éditions de la Chenelière.
Un guide pratique pour aider les enseignants et enseignantes à mettre en œuvre les méthodes
d’apprentissage coopératif en groupes.

Clément, J. (1991). Relaxation et visualisation par l’imagerie mentale. Sherbrooke : Éditions du


IIIe Millénaire.
Un guide pratique qui s’oriente vers le monde intérieur comme contexte idéal pour
l’apprentissage. Cette méthode incite l’élève à se détendre et à se servir de la mémoire
sensorielle pour évoque des images mentales de concepts. Elle lui permet d’améliorer la
mémoire visuelle, l’orthographe, le vocabulaire, le calcul, les habiletés, de communication orale
et écrite, etc.

Sous la direction de Adel Safty (1990). Pour un enseignement dynamique et efficace. Sillery :
Presses de l’Université du Québec.
Cet ouvrage contient une introduction à un enseignement actif, flexible et adaptable qui porte sur
l’avenir. C’est aussi un outil de travaux pratiques qui inclut des idées sur l’enseignement des
concepts, sur la discipline en classe, sur la planification et sur l’évaluation. Il y a aussi une partie
qui traite de l’enseignement du français comme langue seconde et des programmes d’immersion.

Debyser, F. (1986). L’immeuble de la série Créer animer raconter. Paris : Hachette. Ce livre
traite de la simulation comme méthode d’enseignement. Les élèves créent un univers avec les
personnages qui habitent dans un immeuble, qui se rencontrent dans des situations quotidiennes,
qui ont des problèmes à résoudre. Les élèves apprennent à inviter des anecdotes et des sketches,
à rédiger des récits, des dialogues, des descriptions et des scénarios qui se présentent dans la vie
de tous les jours.
Heller, M. et al. Centre de recherches en éducation franco-ontarienne. (1990) Projet coopération
et découverte. (inclut vidéocassette; Guide pédagogique; Activités préparatoires; Histoire;
Reportage; Publicité.)
Ce matériel pédagogique consiste en trois projets basés sur l’apprentissage coopératif. Chacun de
ces projets offre des situations de communication authentiques, variées, qui permettent une
intégration des savoirs linguistiques et des objectifs pédagogiques et encouragent les élèves à
améliorer leurs capacités de jugement indépendant.

Schwartz, S. & Pollishuke. (1992) Construire une classe axée sur l’enfant. Traduction et
adaptation. Montréal : Les Éditions de la Chenelière.
Comment organiser sa salle de classe, préparer un emploi du temps, planifier des unités
intégrées, préparer des centres d’apprentissage, observer les élèves et prendre note de leurs
progrès… Autant de questions auxquelles tentent de répondre les auteurs de cet ouvrage très
pratique et abondamment illustré.

Revues pédagogiques
CONTACT : Revue canadienne destinée aux professeurs de français. Publiée par l’université
Simon Fraser. Adresse :
CONTACT
Revue canadienne destinée aux professeurs de français;
Université Simon Fraser
Faculté d’Éducation
Burnaby, Colombie-Britannique
V5A 1S6

Cette revue paraît 4 fois par an. On y trouve des articles variés sur diverses approches
pédagogiques, de bonnes suggestions d’activités dont certaines spécifiques à l’enseignement en
immersion, pour différentes matières enseignées en français, des critiques de livres intéressantes,
des articles informatifs sur certains aspects de la recherche en éducation, dont certains
spécifiques à l’enseignement en langue seconde.

Journal de l’immersion (Le). Publié par l’Association canadienne des professeurs d’immersion.

On trouve dans cette revue des articles traitant de sujets variés, relatifs à l’enseignement en
immersion : recherches, suggestions d’activités, articles théoriques et pratiques relatifs à
différentes approches pédagogiques, stratégies et méthodes d’enseignement, etc.

Vie pédagogique. Ministère de l’Éducation du Québec.

On retrouve dans cette revue d’excellents articles, très variés, sur des méthodes d’enseignement
et d’évaluation pour toutes les manières, des idées d’activités, des reportages sur des projets mis
sur pied par des commissions scolaires, des écoles ou des enseignants et enseignantes, des
suggestions de lectures intéressantes pour les enseignants et enseignantes, d’autres pour les
élèves, etc.
Les suggestions intéressantes que l’on trouve dans Vie pédagogique doivent être adaptées quand
on les applique à une situation immersive.
Vidéos
Aperçu global des vidéos de la bibliothèque des stratégies d’enseignement de l’ASCD
(Association for Supervision and Curriculum Development).

Circle of Knowledge (Discussion)


Vidéo qui traite de la discussion, une méthode qui fait partie de la stratégie d’enseignement de
l’enseignement interactif. Elle développe chez les élèves le raisonnement critique et l’écoute
active. C’est une méthode qui facilite la participation des élèves d’une manière coopérative à
des discussions qui ont une signification personnelle à leur apprentissage. On peut l’utiliser pour:
• Intégrer et réviser l’information présentée préalablement;
• Explorer et raffiner les diverses interprétations d’une lecture;
• Enseigner aux élèves comment discuter efficacement des idées.

Compare and Contrast (Comparaisons)


Cette méthode, qui fait partie de la stratégie d’enseignement de l’enseignement direct aide
l’élève à apprendre activement à organiser et à maîtriser l’information. Elle développe chez
l’élève la capacité de recueillir, d’organiser, de se rappeler l’information pour pouvoir
l’appliquer à des nouvelles situations d’apprentissage. On peut l’utiliser pour :
• Réviser les idées importantes du matériel enseigné préalablement en montrant le lien entre
les idées générales et les idées spécifiques;
• Identifier les similitudes et les différences entre deux idées et ensuite trouver des applications
et former des généralisations;
• Établir les ensembles utiles pour l’apprentissage;
• Établir de nouvelles informations significatives à partir de la lecture et de l’observation.

Concept Attainment (Acquisition de concepts)


• Reconnaître et se rappeler les exemples et les définitions des concepts clés;
• Séparer l’information essentielle de l’information non essentielle;
• Utiliser l’évidence pour former et tester des hypothèses;
• Expliquer et appliquer des concepts.

Concept Formation (Formation de concepts)


Cette méthode qui fait parti de la stratégie d’enseignement de l’enseignement indirect exige que
l’élève développe la capacité de réorganiser les connaissances pour pouvoir les appliquer dans
des contextes nouveaux et différents. On l’utilise pour aider les élèves à :
• Explorer un concept en faisant le lien entre les parties spécifiques de l’information;
• Se rappeler les items du savoir préalable pour déterminer les donnés pertinentes;
• Expliquer comment ils ou elles ont organisé les données;
• Raisonner d’une façon critique au lieu de se rappeler et de régurgiter l’information présentée.
Mastery Lecture (Exposé)
Vidéo qui traite de l’exposé d’une façon plus moderne et efficace. Cette méthode qui fait partie
de la stratégie d’enseignement de l’enseignement direct implique les principes de la mémoire –
faire le lien, organiser et élaborer. Elle aide l’élève à lier les concepts à sa vie personnelle, à
organiser l’information pour faciliter un meilleur rappel et à élaborer les données en utilisant
l’auditif et le visuel. En se servant des vues d’ensemble, en participant activement, l’élève va
mieux maîtriser l’information.

Cette méthode peut aider l’enseignant ou l’enseignante à enseigner aux élèves les techniques
d’étude comme la prise de notes et la mémorisation. Les élèves vont aussi apprendre à identifier
les idées clés et voir les rapports entre les idées générales et les exemples spécifiques.

Peer Practice (Enseignement par les pairs)


Cette méthode coopérative qui fait partie de la stratégie d’enseignement de l’enseignement
interactif permet aux élèves de s’impliquer activement dans le renforcement de leur propre
apprentissage en aident l’apprentissage de leurs pairs. Ils développent une meilleure
compréhension des concepts en les apprenant et en les enseignant. Ils n’ont pas seulement
l’occasion de réviser et de pratiquer l’information qu’ils ont reçue, mais également d’apprendre à
communiquer efficacement avec leurs pairs dans des situations d’aide.

Reading for Meaning (Lecture)


Cette méthode qui fait partie de la stratégie d’enseignement de l’enseignement indirect
développe chez les élèves l’habileté à mieux comprendre et interpréter ce qu’ils ou elles
lisent. Les élèves apprennent à distinguer l’information pertinente de l’information qui ne l’est
pas. Ils apprennent à trouver les idées clés, les thèmes et les implications et en plus apprennent
comment formuler, tester et réviser les interprétations. En développant ces techniques, ils seront
amenés à construire le sens des passages difficiles dans leur lecture. La lecture est essentielle
dans toutes les matières. C’est pourquoi il est important que les élèves développent ces
techniques pour mieux comprendre ce qu’ils ou elles lisent.

Synectics (Synectique)
Cette méthode qui fait partie de la stratégie d’enseignement de l’apprentissage expérientiel
renforce des concepts en développant et expliquant des métaphores, en utilisant le raisonnement
analogique; l’enseignant ou l’enseignante fait une révision de l’information déjà présentée, il ou
elle présente une métaphore ou l’analogie. Ensuite, l’élève « devient » la métaphore ou
l’analogie et écrit des phrases pour décrire cette expérience. L’élève apprend à utiliser son
imagination pour s’expliquer, ce qui enrichit son écriture. C’est ainsi que l’élève est encouragé à
appliquer son nouvel apprentissage en expliquant ses propres analogies pour les concepts qu’il
étudie.
Lexique
Acquisition de concepts concept attainment
Méthode d’enseignement qui implique la participation des élèves en encourageant la recherche et
la vérification des attributs pour déterminer les exemples et les non-exemples d’un concept. Les
élèves doivent formuler une règle ou une définition du concept à partir de leurs observations.

Activités de pré-lecture, pré-écoute guides for reading, listening, viewing


et pré-projection
Activités planifiées dont le but est de préparer les élèves à la lecture, à l’écoute ou à la
projection. p. ex. Donner le contexte, rendre évidente l’intention de communication, préparer une
grille d’observation pour la projection, poser des questions de participation.

Adjoint.e d’enseignement paraprofessional


Personne qui aide l’enseignant ou l’enseignante dans sa tâche d’enseignement. p. ex.
enseignement individuel ou en petits groupes des concepts déjà enseignés par l’enseignant ou
l’enseignante, lecture aux élèves, préparation des ressources, etc.

Apprenant.e autonome self-directed learner


Independent learner
Autonomous learner
Élève qui est capable de prendre, avec les personnes appropriées, les décisions nécessaires pour
répondre à ses propres besoins d’apprentissage.

Apprentissage student learning


Acquisition de connaissances, par le développement d’habiletés ou d’un savoir-faire, par
l’adoption de nouvelles attitudes, de nouvelles valeurs, de nouvelles orientations cognitives, de
nouveaux intérêts ou d’un savoir-être.
* Basé sur le Dictionnaire actuel de l’Éducation

Apprentissage à base de ressources resource-based learning


Apprentissage/enseignement au cours duquel les élèves développent les connaissances, les
capacités et les habiletés en se servant d’une variété de ressources imprimées, non imprimées et
humaines.

Apprentissage autonome independent learning


Apprentissage par lequel l’élève est capable de prendre, avec les personnes appropriées, les
décisions nécessaires pour répondre à ses propres besoins.

Apprentissage coopératif cooperative learning


Méthode interactive au cours de laquelle les élèves en petits groupes hétérogènes travaillent
ensemble pour atteindre un but commun. C’est une méthode qui encourage des relations
interpersonnelles plus positives en l’entraide dans l’apprentissage des élèves.
Apprentissage expérientiel experiential learning
Stratégie d’enseignement qui est inductive, axée sur l’élève et orientée sur l’activité; met l’accent
sur la démarche et non sur le contenu; comprend des méthodes comme la simulation, le jeu de
rôle, la visualisation guidée, etc.

Apprentissage séquentiel sequence learning


Apprentissage qui suit une progression.

Apprentissages essentiels communs common essentiel learnings


(les AEC) (C.E.L.s)
Six domaines reliés qui comprennent des notions, des valeurs, des habiletés et des démarches qui
sont des bases importantes pour l’apprentissage dans n’importe quelle matière : la
communication, l’initiation à l’analyse numérique, la créativité et le raisonnement critique,
l’initiation à la technologie, les capacités et valeurs personnelles et sociales et l’apprentissage
autonome.

Approches pédagogiques instructional approaches


(approches d’enseignement)
Représentent des démarches pédagogiques globales pour la pratique de l’enseignement et
l’apprentissage des élèves.

Appropriation ownership
L’élève qui est incité à développer une meilleure connaissance de la démarche d’apprentissage et
d’évaluation en vue de son propre travail va se sentir davantage responsable de ce qu’il ou elle
fait et de la manière dont il ou elle le fait.

Capacités abilities
Aptitudes, soit innées soit acquises, qui se développent avec l’expérience et les apprentissages
particuliers et qui permettent à une personne de procéder à des activités intellectuelles et
physiques.

Centre d’apprentissage learning centre


(centre d’activités) (learning activity centre)
Méthode qui offre une variété d’activités favorisant l’apprentissage autonome de l’élève, lui
permettant de travailler à son propre rythme et aussi d’évaluer son propre progrès.

Closure cloze procedure


À la fois une méthode d’enseignement et une méthode d’évaluation de la lecture qui consiste à
faire remplir des lacunes à l’intérieur d’un texte. Pour remplir les lacunes les élèves font appel à
leurs connaissances antérieures et aux indices fournis par le texte.

Comparaisons compare and contrast


Méthode qui relève les ressemblances et les différences entre des exemples où les élèves
apprennent à organiser et maîtriser l’information.
Compte rendu (essai) essay
Composition analytique ou interprétative qui se rapporte d’habitude à sujet d’un point de vue
limité ou personnel.

Connaissances knowledge
Savoir, notions, informations qu’on acquiert grâce à l’étude, à l’observation ou à l’expérience.
* Selon le Dictionnaire actuel de l’Éducation

Contenu du programme d’études curriculum content


Ensemble de connaissances et d’habiletés composant un programme d’études.

Contrats learning contracts


(contrats d’apprentissage)
l’élève et l’enseignant ou l’enseignante s’entendent sur une tâche à accomplir, y compris les
détails concernant le contenu, la démarche, le produit et l’évaluation.

Cours choisis localement locally-determined options


Initiative du tronc commun selon laquelle les commissions scolaires peuvent consacrer du temps
aux cours locaux ou communautaires en réduisant de 20% au maximum le temps consacré à
chacun des domaines d’étude obligatoires ou à tous.

Cours par correspondance correspondence lessons


Une forme d’évaluation à distance où l’élève reçoit des leçons par le courrier, les complète et les
retourne pour correction.

Débats debates
Discussion structurée où un petit groupe d’élèves s’oppose à un autre, chacun représentant un
côté de la question. Chaque équipe dispose d’une période déterminée pour présenter son côté de
la question. La réfutation suit la présentation.

Démarche d’enseignement et teaching-learning process


D’apprentissage
Démarche d’enseignement : ensemble d’interventions de l’enseignant ou l’enseignante dans le
but de favoriser la relation d’apprentissage entre l’élève et le sujet à l’étude; intervention
éducative de l’enseignant ou l’enseignante dirigée sur la démarche d’apprentissage.
Démarche d’apprentissage : démarche de croissance et de changement vécue par l’élève,
impliquant l’utilisation de ses ressources internes en interaction avec l’environnement.

Démonstration demonstration
Action de montrer, d’expliquer par des expériences les données d’un sujet, le fonctionnement
d’un appareil, etc.; peut se faire soit par l’enseignant ou l’enseignante soit par l’élève.

Développement de la personne personal (model)


(modèle de)
Insiste sur le développement intégral de l’élève, de son concept de soi, tout en respectant le
rythme et le style d’apprentissage et en répondant à ses besoins.
Devoirs homework
Exercices scolaires qu’un enseignant ou une enseignante fait faire à ses élèves en dehors des
heures de cours.

Dimension adaptation Adaptive Dimension


(ou pédagogie différenciée)
Engage les enseignants et enseignantes à faire les ajustements nécessaires dans le cadre des
programmes d’études approuvés pour reconnaître la diversité des besoins d’apprentissage des
élèves. Cette notion recouvre les pratiques utilisées par l’enseignant ou l’enseignante pour
adapter à élève le programme d’études, l’enseignement et l’environnement pédagogique.

Discussion discussion
Activité où les élèves s’adressent l’un à l’autre pour partager des informations et des opinions sur
un sujet ou pour chercher des solutions à un problème; peut se faire soit avec toute la classe soit
en petits groupes; peut être soit dirigée par l’enseignant ou l’enseignante, soit par les élèves.

Discussion réfléchie reflective discussion


Discussion dont le but est encourager une bonne compréhension du contenu en faisant participer
l’élève à une réflexion collective pour mieux explorer le concept; se fait d’habitude en petits
groupes.

Dissertation dissertation
Le développement, le plus souvent écrit, portant sur un point de doctrine, sur une question
savante traitant un sujet littéraire, philosophique ou histoire.
* Selon le dictionnaire Petit Robert.

Domaines d’étude obligatoires required areas of study


Sept domaines d’étude obligatoire pour tous les élèves dans le contexte du tronc commun : la
langue, les mathématiques, l’éducation artistique, l’hygiène, l’éducation physique, les sciences et
les sciences humaines.

Éducation permanente life-long learning


(formation permanente)
Démarche d’apprentissage à long terme qui commence à la naissance et se poursuit toute la vie.

Élaboration de modèles model building


Méthode selon laquelle les élèves font des modèles concrets pour mieux comprendre un concept.
p. ex. faire le modèle d’un atome.

Enquête inquiry
Méthode active d’enseignement qui fournit aux élèves des occasions d’acquérir des procédés par
lesquels ils peuvent recueillir des informations sur le monde qui les entoure; nécessite un niveau
d’interaction profond entre l’apprenant ou l’apprenante, l’enseignant ou l’enseignante, les
ressources, le contenu et l’environnement pédagogique. Les élèves prennent une part active à la
démarche d’apprentissage et de créativité.
Enquête déductive deductive inquiry
Est basée sur l’intériorisation logique et le traitement de l’information; l’enseignant ou
l’enseignante présente des principes, des thèmes ou des hypothèses aux élèves qui ont par la suite
la tâche de tester ces généralisations, de recueillir de l’information et de l’appliquer aux
exemples spécifiques.

Enquête inductive
Les élèves élaborent et défendent leurs propres hypothèses; à partir d’un ensemble d’événements
ou de matériel fournis par l’enseignant ou l’enseignante, les élèves développent leurs processus
cognitifs en allant des faits spécifiques et des observations aux inférences.

Enseignement (pédagogie) instruction


teaching
processus de communication en vue de susciter l’apprentissage
* Selon le Dictionnaire actuel de l’Éducation

Enseignement assisté par ordinateur computer-based instruction


peut impliquer l’utilisation de logiciels ou de didacticiels à n’importe quelle étape de
l’enseignement

Enseignement coopératif cooperative teaching


Voir apprentissage coopératif

Enseignement direct direct instruction


Stratégie d’enseignement centrée sur l’enseignant ou l’enseignante qui est valable pour
développer progressivement certaines habiletés chez les élèves, comme le traitement de
l’information; comprend des méthodes comme l’exposé, les exercices, le questionnement
didactique, l’enseignement explicite et les démonstrations.

Enseignement indirect indirect instruction


Stratégie d’enseignement axée sur les élèves; demande aux élèves d’observer, de faire des
recherches, de tirer des conclusions ou de formuler des hypothèses; tire profit de l’intérêt et de la
curiosité des élèves en les encourageant à résoudre des problèmes; comprend des méthodes
comme l’enquête, la résolution de problèmes, etc.

Enseignement interactif interactive instruction


Stratégie d’enseignement qui implique la discussion et le partage entre les participants; aide à
développer chez les élèves les habiletés interpersonnelles et les techniques d’observation et
d’écoute; comprend des méthodes comme le renue-méninges, le jeu de rôle, la discussion, etc.

Enseignement (modèles d’) instructional models


Représentent le niveau le plus général de l’enseignement; sert de guide pour élaborer un
programme d’études ou un cours, pour choisir le matériel pédagogique et pour guider
l’enseignant ou l’enseignante dans sa tâche. p. ex. le développement de la personne, l’interaction
sociale, la modification du comportement et le traitement de l’information.
Enseignement mutuel peer coaching
Méthode coopérative qui appuie le développement personnel et professionnel des enseignants et
enseignantes qui travaillent en collaboration pour apprendre et perfectionner les nouvelles
méthodes et techniques d’enseignement dans la salle de classe; fournit un environnement non
menaçant basé sur la planification, l’observation et la rétroaction.

Enseignement par les pairs peer tutoring


Méthode coopérative qui permet aux élèves de renforcer activement leur propre apprentissage en
aidant l’apprentissage de leurs pairs; assure qu’ils apprennent les habiletés de communication
positives tous les deux.

Entrevues interviewing
Méthode qui peut servir à recueillir a) des donnés sur des sujets pour lesquels il existe peu de
documents et b) des renseignements sur les sentiments ou les attitudes d’individus ou de groupes;
les élèves peuvent aller dans la communauté pour interviewer des personnes afin d’obtenir des
renseignements sur un sujet d’intérêt local ou ils peuvent utiliser l’entrevue en classe avec un
invité.

Environnement éducationnel educational environment


Environnement dont l’objet principal est relatif à l’éducation.
* Selon le Dictionnaire actuel de l’Éducation.

Environnement pédagogique learning environnement


(learning climate, classroom climate, educational
environnement)
Ensemble des éléments spaciaux, humains, matériels et financiers, immédiats ou éloignés, qui
forme le cadre où se déroulent des situations pédagogiques.
* Selon le Dictionnaire actuel de l’Éducation.

Étude indépendante independent study


Stratégie d’enseignement qui encourage chez l’élève l’initiative personnelle, la confiance en soi,
l’autoperfectionnement; met l’accent sur l’apprentissage amorcé par les élèves et guidé par les
enseignants ou enseignantes; comprend des méthodes comme les contrats, les projets de
recherche, les centres d’apprentissage, etc.

Étude de cas case studies


Méthode qui implique l’étude d’une situation spécifique ou d’une question particulière
comprenant les perspectives historiques, les aspects culturels, les réalités socio-économiques ou
les aspirations pour le futur. p. ex. dans le programme d’études autochtones, l’enseignant ou
l’enseignante peut prendre les perspectives historiques des Autochtones et étudier leur effet sur
les situations d’aujourd’hui de ce peuple. Un autre exemple serait le cas du Saint-Laurent et de
la MacKenzie pour appuyer la théorie que les cours d’eau souvent de moyen de communication.
Évaluation formative ongoing student assessment
(évaluation continue)
Processus continu qui s’intègre à la démarche d’apprentissage; vise à encourager et à vérifier les
progrès de l’individu au moyen d’activités correctives ou d’activités d’enrichissement.

Excursions (sorties) field trips


Sorties sur le terrain qui constituent une expérience d’apprentissage permettant aux élèves
d’appliquer les connaissances qu’ils ont acquises en classe à des situations « réelles »;comprend
trois étapes : la préparation de l’activité, l’expérience sur le terrain (observation et collecte de
l’information) et le retour (partage, analyse, inférence et application de l’information).

Exercices assigned questions


Drill and practice
Méthode qui implique toute une gamme d’activités permettant aux élèves, individuellement ou
en petits groupes, de répondre à des questions préparées par l’enseignant ou l’enseignante après
en avoir discuté; est efficace si les questions sont bien choisies pour stimuler les processus
mentaux élevés; fournit des exercices de répétition pour créer les automatismes nécessaires dans
certains matières.

Expériences conducting experiments


Activités concrètes qui ont des étapes à suivre pour résoudre un problème ou pour répondre à une
question.

Exposé (enseignement magistral) lecture


Méthode d’enseignement par laquelle l’enseignant ou l’enseignante donne une présentation orale
des faits et des principes relatifs à une matière.

Formation de concepts concept formation


Méthode qui exige le raisonnement critique; l’élève développe sa capacité à se rappeler les idées
clés et à les distinguer entre elles, à voir les similitudes et à identifier les liens, à formuler des
concepts et des généralisations, à expliquer comment il ou elle a organisé les données et à
défendre son organisation.

Groupes d’apprentissage coopératif cooperative learning groups


Voir apprentissage coopératif.

Groupes de laboratoire laboratory groups


Méthode où un groupe d’élèves ont comme tâche de faire un projet, de faire une expérience ou
de pratiquer quelque chose qu’ils présenteront à l’enseignant ou l’enseignante.

Habiletés skills
Fait référence à l’utilisation de processus cognitif, affectif, moral, moteur dans la réalisation
efficace d’un tâche.
* Basé sur le Dictionnaire actuel de l’Éducation
Infrastructure pédagogique instructional framework
Cadre qui identifie et illustre les liens les différents niveaux d’approches d’enseignement à partir
des modèles d’enseignement, l’approche la plus globale, jusqu’aux techniques d’enseignement
qui représentent les comportements d’enseignement spécifiques.

Interaction sociale (modèle d’) social interaction (model)


Insiste sur la relation entre l’individu et la société. Encourage le développement des relations
interpersonnelles, des habiletés à participer au processus démocratique, de la créativité et du sens
social chez l’élève en tant que futur adulte responsable.

Jeux de rôle role playing


Méthode où l’enseignant ou l’enseignante offre une interaction spontanée où l’élève adopte des
attitudes dans une situation donnée et n’essaie pas de prendre les traits physiques d’un
personnage. Il ou elle imagine, plutôt, l’attitude que le personnage aura dans cette situation.
L’interprétation d’un rôle a pour objet général de clarifier des points de vue et de développer une
certaine connaissance et compréhension des diverses perceptions, attitudes et valeurs qui
pourraient se présenter dans une situation donnée.

Jeux de rôle role playing


Méthode où l’enseignant ou l’enseignante offre une interaction spontanée où l’é1ève adopte des
attitudes dans une situation donnée et n’essaie pas de prendre les traits physiques d’un
personnage. Il ou elle imagine, plutôt, l’attitude que le personnage aura dans cette situation.
L’interprétation d’un rôle a pour objet général de clarifier des points de vue et de développer une
certaine connaissance et compréhension des diverses perceptions, attitudes et valeurs qui
pourraient se présenter dans une situation donnée.

Jeux games
Activités qui facilitent l’apprentissage en offrant aux élèves des expériences concrètes.

Méthodes d’enseignement instructional methods


Ensemble d’interventions dont l’enseignant ou l’enseignante se sert pour créer un environnement
pédagogique. p. ex. l’enquête, la simulation, l’apprentissage coopératif, etc.

Modification du comportement behavioural (model)


(modèle de)
Insiste sur les changements des comportements visibles de l’élève pour favoriser le
développement positif du concept de soi; repose sur les théories de renforcement et de contrôle
des stimuli.

Objectifs généraux foundational objectifs


Apprentissages clés que l’élève aura acquis après avoir étudié la matière au cours d’une année;
doivent correspondre aux capacités de la majorité des élèves inscrits au programme.
Objectifs spécifiques learning objectives
Précisent habiletés, connaissances, attitudes et valeurs qui seront développés chez l’élève au fur
et à mesure que celle-ci atteint les objectifs généraux de la matière; doivent être énoncés en
fonction des résultats obtenus par l’élève.

Objectivation reflective sharing process


Processus de réflexion et de discussion avec l’enseignant et/ou avec ses pairs par lequel l’élève
analyse l’apprentissage sur l’évaluation effectuée en vue de faciliter son cheminement ultérieur.

Pédagogie efficace effective teaching


Décisions informées et reliées aux programmes d’études que prennent les enseignants et les
enseignantes pour enrichir l’apprentissage des l’élèves.

Période d’attente wait time


Temps alloué à l’élève pour formuler une réponse à une question posée par l’enseignant ou
l’enseignante. C’est une technique qui se prête bien à l’immersion où l’élève a besoin de
d’abord comprendre et traiter l’information, pour ensuite formuler une réponse en considérant le
choix des mots ou des gestes pour pouvoir communiquer la réponse.

Prémisse foundation
Donnée dont l’intégration est indispensable à un sujet en vue d’un cheminement d’apprentissage.
* Selon le Dictionnaire actuel de l’Éducation

Prise de décision decision making


Étape de la démarche d’évaluation pédagogique qui consiste à faire un choix entre diverses
actions à entreprendre en ce qui concerne la progression de l’apprentissage ou la reconnaissance
des apprentissages réalisés.

processus mental (processus cognitif) thought process (thinking process)


Classification organisée et hiérarchisée du domaine cognitif. p. ex. la taxonomie du domaine
cognitif de Bloom comprend les connaissances, la compréhension, l’application, l’analyse, la
synthèse et l’évaluation.

Processus mentaux de niveau élevé high level thinking


Les niveaux plus élevés du domaine cognitif de la taxonomie de Bloom.

Programme d’études curriculum


Ensemble planifié et bien réfléchi d’objectifs et d’éléments de contenu d’apprentissage se
rapportent à l’enseignement-apprentissage d’une manière à un niveau spécifique et qui tient
compte du niveau de développement de l’élève.

Projet de recherche research project


Après avoir fait des recherches, l’élève exprime ses connaissances sur un sujet. Il ou elle peut le
faire à l’écrit ou à l’oral, et se servir de graphiques ou d’autres appuis visuels.
Questionnement didactique didactic questioning
Méthode qui permet à l’enseignant ou l’enseignante de contrôler la démarche d’apprentissage;
les questions sont généralement convergentes et d’un niveau cognitif peu élevé, et commencent
d’habitude par « quoi », « où », « quand » ou « comment ».

Questions incitatives prompts


Technique de questionnement que l’enseignant ou l’enseignante utilise après que l’élève ou la
classe n’a pas pu répondre à une question ou donne une mauvaise réponse. Il ou elle fournit des
indices pour aider les élèves à trouver la bonne réponse.

Questions pénétrantes probes


Technique de questionnement que l’enseignant ou l’enseignante utilise s’il veut recevoir des
réponses plus détaillées. Il ou elle demande que l’élève clarifie, justifie sa réponse en ajoutant
d’autres aspects. Tout cela implique le raisonnement et la créativité chez l’élève.

Raisonnement convergent convergent thinking


Met l’accent sur les réponses spécifiques et acceptables; n’appuie pas la créativité et le
raisonnement critique; l’élève cherche à se rappeler l’information.

Raisonnement divergent divergent thinking


Stimule chez l’élève la créativité et le raisonnement critique; l’élève apprend à bien observer et
organiser l’information, à découvrir des liens, à faire des hypothèses et à tirer des conclusions
des données.

Rédaction (composition) essay


Exercice scolaire qui consiste à traiter par écrit un sujet narratif ou descriptif.
* Selon le Dictionnaire Petit Robert

Réflexion reflective thinking


Retour de la pensée sur elle-même en vue d'examiner plus à fond l'apprentissage ou l'évaluation
effectuée.

Remue-méninges brainstorming
Autour d'un problème à résoudre, les élèves sont encouragés à exprimer une ou toutes les
solutions possibles. C'est un moyen de faire naître les idées créatives; peut aussi servir à obtenir
des réactions ou des opinions sur une activité, un événement d'actualité ou une excursion; peut
vérifier le niveau de vocabulaire des élèves par rapport au thème; implique deux étapes:
recherche d'idées et organisation et classification d'idées.

Rendement scolaire academic achievement


Qualité et quantité de travail fourni par un ou une élève, ou une groupe d'élèves, en situation
pédagogique.
* Selon le Dictionnaire actuel de l’Éducation.
Résolution de problèmes problem solving
Démarche ou processus qui indique les étapes à suivre pour découvrir la solution à un problème;
peut se servir de la méthode scientifique.

Rétroaction (retour d'information) feedback


Information, évaluation ou réponse constructive fournie à l'élève par l'enseignement ou
l'enseignante suite à une période d'apprentissage qui sert à assister l'élève dans son cheminement
d'apprentissage.

Schéma conceptuel concept mapping


(schématisation de concepts)
Représentation visuelle et concrète des rapports entre concept et sous-concept; sert à améliorer
chez l'élève l'organisation et la compréhension de l’information à intérioriser.

Servir de modèle (v. modéliser) modelling


Montre la démarche d’une habileté quelconque pour rendre explicite ce que l’élève ne voit pas
ordinairement lorsqu’il lit un texte ou écrit une histoire; peut servir de déclencheur aux
productions des élèves, de références ou d’exemple pour les guider dans leurs efforts.

Simulation simulation
Méthode qui se sert d’un ensemble d’activités orales et écrites et qui permet aux élèves de créer
des situations de communication dans la langue seconde plus authentiques que la répétition, les
exercices et la mémorisation par cœur; l’apprentissage est centré sur les élèves, qui créent une
histoire et construisent le cadre dans lequel cette histoire se déroule. p. ex. les élèves créent et
elles habitent, etc.) et à partir des situations essaient de trouver des réponses à des problèmes qui
se présentent; cette méthode peut aussi être structurée dans le cas de jeux de simulation
informatisés où des règles peuvent limiter la spontanéité de l’action et de la réponse, et qui
emploient souvent la compétition.

Sondage survey
Méthode d’enseignement où les élèves font une recherche de faits. Ils ou elles choisissent un
groupe de personnes (un échantillon) et lui pose individuellement une série de questions. Ils ou
elles recueillent les renseignements, puis compilent les résultats pour en tirer des conclusions.
Ressemble à l’entrevue, sauf que le sondage recueille des renseignements écrits auprès d’un
groupe de personnes, alors que l’entrevue des renseignements au moyen de questions orales soit
à une personne soit à une personne soit à plusieurs personnes.

Stratégies d’enseignement instructional strategies


Mode d’enseignement général que les enseignants ou les enseignantes utilisent pour atteindre les
objectifs d’un programme. p. ex. L’enseignement direct, l’enseignement indirect, l’apprentissage
expérientiel, l’enseignement interactif et l’étude indépendante.

Synectique synectics
Méthode qui renforce des concepts en développant et expliquant des métaphores, en utilisant le
raisonnement analogique; l’enseignant ou l’enseignante fait une révision de l’information déjà
présentée, il ou elle présente une métaphore ou une analogie du concept et, avec les élèves,
explore les liens qui existe entre le concept de métaphore ou d’analogie. Ensuite, l’élève
« devient » la métaphore ou l’analogie et décrit cette expérience oralement ou à écrit. L’élève
apprend à utiliser son imagination pour s’expliquer ce qui enrichit son écriture et son expression
orale. C’est ainsi que l’élève est encouragé à appliquer son nouvel apprentissage en expliquant
ses propres analogies pour les concepts qu’il étudie.

Table ronde panel


Groupe de personnes, réuni pour l’étude d’une question.

Techniques d’enseignement teaching techniques


instructional skills
Les comportements d’enseignement les plus spécifiques. p. ex. Le questionnement, l’explication,
etc.

Techniques de lecture reading techniques


Aident les élèves à mieux comprendre et interpréter ce qu’ils ou elles lisent. Ces élèves
apprennent à distinguer l’information pertinente de l’information qui ne l’est pas. Ils apprennent
à trouver les idées clés, les thèmes, les implications, etc.

Techniques d’études study skills


Aident les élèves à faciliter l’apprentissage intellectuel. p. ex. La technique de prise de notes, de
mémorisation, la rédaction de résumés, le mode d’utilisation des livres de référence
(dictionnaires, encyclopédies, atlas…), etc.

Techniques d’orientation redirecting techniques


Techniques de questionnement qui servent à assurer la participation de tous les élèves en
confirmant une réponse, en ajoutant des exemples, en invitant des commentaires pour stimuler la
discussion; implique deux élèves ou plus qui répondent à la même question.

Traitement de l’information (modèle de) information processing (model)


Insiste sur l’acquisition, la maîtrise et l’exploitation maximale de l’information. Est centré sur le
fonctionnement cognitif de l’élève.

Travail de groupe group work


Méthode qui exige que les élèves travaillent en collaboration pour achever une activité. Ces
groupes varient de deux à huit membres et utilisent l’interaction et la coopération pour aider les
élèves à apprendre.

Tronc commun Core curriculum


Modèle élaboré à partir du rapport intitulé « Directions » conçu pour faire concorder
l’enseignement et les programmes d’études; a pour objectif de faciliter la compréhension du
contenu notionnel de la maternelle à la 12e année et répondre aux besoins de tous les élèves, quel
que soit leur niveau de croissance et de développement.
Trousse d’activités learning activité package
Ensemble d’activités fournies par les maisons d’édition qui publient les programmes
commerciaux; ces activités préparées (fiches, cartes-éclair, etc.) peuvent s’utiliser dans les
centres d’apprentissage ou en petits groupes.

Tutorat en groupes tutorial groups


Se fait pour aider les élèves qui ont besoin d’enseignement de rattrapage ou de pratique
supplémentaire, ou d’enrichissement mené par l’enseignant ou l’enseignante ou par un ou une
élève; facilite la participation active et répond de mieux aux besoins individuels.

Visualisation guidée (visualisation dirigée) focused imaging


Démarche impliquant l’intériorisation d’un objet, d’un événement ou d’une situation qui suscite
chez l’élève la créativité; l’élève se détend et se permet de « faire un voyage » dans son
imagination; il se sert de ses cinq sens pour réagir aux images mentales formées; l’enseignant ou
l’enseignante peut guider la visualisation en suggérant des scénarios ou bien l’élève peut s’en
créer lui-même; méthode qui sert à relier le vécu de l’élève aux concepts des différentes
matières.

Vue d’ensemble structured overview


Méthode de présentation de matériel qui transmet beaucoup d’information d’une manière
efficace; se construit autour des concepts présentés dans un programme d’études; sert de guide
de lecture, d’écoute et de projection, d’aide-mémoire ou d’outil de révision. p. ex. l’ordonnateur
supérieur, le schéma conceptuel, le graphique, l’arrangement d’objets, etc.
Glossaire
Français-anglais
Les termes accompagnés d’un astérisque sont les termes recommandés.

Acquisition de concepts concept attainment


Activités de pré-lecture, pré-écoute et guides for reading, listening, viewing
pré-projection
adaptation de l’enseignement adaptive instruction
adjoint.e d’enseignement paraprofessional
apprenant.e learner
apprenant.e autonome autonomous learner
independent learner
self-directed learner
apprentissage student learning
apprentissage à base de ressources resource-based learning
apprentissage à partir des images iconic learning
apprentissage autonome independent learning
apprentissage coopératif cooperative learning
apprentissage expérientiel experiential learning
apprentissage par les symboles symbolic learning
apprentissage séquentiel sequence learning
apprentissages essentiels communs (les AEC) common essential learning (C.E.L.s)

approches d’enseignement instructional approaches


(approches pédagogique)

approches pédagogique instructional approaches


(approches d’enseignement)

appropriation ownership
autoréflexion self-reflection
axé sur l’apprenant.e learner-centered
axé sur l’élève learner-centered
axé sur l’enseignant ou l’enseignante teacher-directed
axé sur les activités activity-oriented
base conceptuelle conceptual base
buts de l’éducation educational goals
Buts de l’éducation Goals of education
capacités abilities
celui ou celle qui apprend tout au long de sa vie life-long learner
centre d’activités (centre d’apprentissage) learning (activity) centre
centre d’apprentissage (centre d’activités) learning (activity) centre
ceux et celles qui prennent les décisions decision makers
choix pédagogiques instructional alternatives
closure cloze procedure
cohérence fluency
comité consultatif advisory committee
commission scolaire school division
comparaisons compare and contrast
comportement de l’enseignant ou l’enseignante teaching behaviour
composante component
compte rendu (essai) essay
conception de programme curriculum design
connaissances knowledge
connaissances pratiques practical knowledge
connaissances théoriques theoretical knowledge
contenu content
contenu du programme d’études curriculum content
contenu notionnel (sous forme de texte) scope and sequence
table séquentielle (sous forme de tableau)
contrat (centre d’apprentissage) learning contract
cours choisis localement locally-determined options
cours par correspondance correspondence lessons
date limite (échéance) time parameters
débats debates
décisions prises dans un contexte particulier context-driven decisions
découverte discovery
démarche (processus) process
démarche d’apprentissage learning process
process of learning
démarche d’enseignement et d’apprentissage teaching-learning process
démarche interactive (processus interactif) interactive process
démonstration demonstration
développement de l’enfant child development
développement de la personne (modèle de) personal model
développement professionnel professional development
staff development
devoirs homework
dimensions adaptation (pédagogie différenciée) Adaptative Dimension
direction des programmes d’études et Curriculum and Instruction Branch
de l’enseignement
discussion discussion
discussion avec toute la classe whole class discussion
discussion réfléchie reflective discussion
dissertation essay
domaines d’étude obligatoires required areas of study
données data
échéance (date limite) time parameters
éducation permanente (formation permanente) life-long learning
élaboration de modèles model building
élaboration de programme d’études curriculum development
enquête inquiry
enquête déductive deductive inquiry
enquête de groupe groupe investigation
enquête dirigée (enquête guidée) guided inquiry
enquête guidée (enquête dirigée) guided inquiry
enquête inductive inductive inquiry
enseignement (pédagogie) instruction
teaching
enseignement assisté par ordinateur computer-assisted instruction
enseignement contextuel context-based teaching
* enseignement coopératif * coopertaive teaching
(enseignement en équipe) team teaching
enseignement direct direct instruction
enseignement en équipe team teaching
* enseignement coopératif * coopérative teaching
enseignement explicite explicite teaching
enseignement indirect indirect instruction
enseignement interactif interactive instruction
enseignement magistral (* exposé) lecture
enseignement mutuel peer coaching
enseignement par les pairs peer tutoring
entrevues interviewing
environnement éducatif educational environment
environnement pédagogique learning environment
essai (compte rendu) essay
étude des programmes et de l’enseignement Curriculum and Instruction Review
étude indépendante independent study
études de cas case studies
évaluation continue (évaluation formative) ongoing student assessment
évaluation formative (évaluation continue) ongoing student assessment
évaluation réfléchie reflective assessment
excursions (sorties) field trips
exercices assigned questions
drill and practice
expérience concrète "hands-on”experience
expérience d’apprentissage learning experience
expérience d’enseignement et l’apprentissage teaching-learning experience
expériences conducting experiences
expériences (préalables) de l’élève student prior experiences
(vécu de l’élève) student background
* exposé (enseignement magistral) lecture
façon de regrouper grouping arrangements
formation de concepts concept formation
formation permanente (éducation permanente) life-long learning
gestion management
gestion de la classe classroom management
groupement grouping
groupes d’apprentissage coopératif cooperative learning groups
groupes de laboratoire laboratory groups
habiletés skills
habiletés dans le domaine des relations interpersonal and social skills
personnelles et sociales
habiletés dans le domaine des relations sociales social skills
habiletés de compréhension comprehension skills
habiletés de recherche research skills
habiletés progressives step-by-step skills
images mentales mental images
implantation implementation
infrastructure pédagogique instructional framework
interaction interaction
interaction positive positive interaction
interaction sociale (modèle d’) social interaction model
jeux de rôle role playing
jeux games
jugements pédagogiques instructional judgements
jugements professionnels professional judgements
lignes directrices guidelines
méthodes d’enseignement instructional method
modèles d’enseignement instructional method
modéliser (servir de modèle) model
modelling
modification du comportement (modèle de) behavioural model
niveau de développement de l’apprenant.e developmental level of the learner
objectifs généraux foundational objectives
objectifs spécifiques learning objectives
orthopédagogie remediation
pairs peers
partage sharing
participants et participantes actifs active participants
pédagogie (enseignement) instruction
teaching
pédagogie différenciée (dimension adaptation) adaptive dimension
pédagogie efficace effective teaching
période d’attente wait time
planification planification
politique du programme d’études curriculum policies
population cible target population
pratique de l’enseignement instructional practice
professional practice
teaching practice
pratiques génériques generic practices
prémisse foundation
prise de décision decision making
prise de décision par rapport à l’enseignement instructional decision-making
procédé procedure
processus (démarche) process
processus cognitif (processus mental) thought process
thinking process
processus de réflexion reflective process
processus interactif (démarche interactive) interactive process
processus mentale (processus cognitif) thought process
thinking process
processus mentaux de niveau élevé high level thinking
produit de l’apprentissage product of learning
programme de développement professionnel Professional Development Program
programme de développement professionnel Staff Development Program
programme renforcé (renforcement) enrichment
programme d’études curriculum
programmes d’études et enseignement Curriculum and Instruction
projet d’enseignement par les pairs de cross-age tutoring project
différents niveaux
projet project
projet de recherche research project
projet d’enseignement par les pairs peer tutoring project
questionnement questioning
questionnement didactique didactic questioning
didactic questions
questions incitatives prompts
questions pénétrantes probes
raisonnement convergent convergent thinking
raisonnement divergent divergent thinking
rédaction essay
réflexion reflective thinking
règles et procédés de gestion de la classe classroom management rules & procedures
remue-méninges brainstorming
rendement scolaire academic achievement
renforcement (programme renforcé) enrichment
extension
résolution de problèmes problem solving
ressources learning resources
(student) resource materials
ressources humaines human resources
ressources imprimées print resources
ressources non imprimées non-print resources
résultats (résultats d’apprentissage) learning outcomes
résultats d’apprentissage (résultats) learning outcomes
retour d’information (rétroaction) feedback
rétroaction (retour d’information) feedback
rythme individuel individual pacing
savoir préalable prior knowledge
* schéma conceptuel concept mapping
(schématisation de concepts)
schématisation de concepts concept mapping
(* schéma conceptuel)
servir de modèle (modéliser) modelling
model
simulation simulation
sondage survey
sorties (excursions) field trips
soutien pédagogique reinforcement
style d’apprentissage learning style
style d’enseignement teaching style
synectique synectics
table ronde panels
table séquentielle (sous forme de tableau) scope and sequence
contenu notionnel (sous forme de texte)
techniques de lecture reading techniques
techniques d’enseignement instructional skills
teaching techniques
techniques d’étude study skills
techniques d’orientation redirecting techniques
traitement de l’information (modèle de) information processing model
travail de groupe group work
tronc commun Core Curriculum
trousse d’activités learning activity package
tutorat en groupes tutorial groups
variante des styles d’apprentissage learning style variance
variantes éducatives educational variables
vécu de l’élève student background
(expériences (préalable) de l’élève) student prior experiences
vécu de l’enseignant ou de l’enseignante teacher background
visualisation visualization
visualisation dirigée (visualisation guidée) focused imaging
visualisation guidée (visualisation dirigée) focused imaging
visualiser structured overview
Glossaire
Anglais-français

Les termes accompagnés d’un astérisques sont les termes recommandés.

abilities capacités
academic achievement rendement scolaire
active participants participantes et participants actifs
activity-oriented axé sur les activités
Adaptive Dimension dimension adaptation
pédagogie différenciée
adaptive instruction adaptation de l’enseignement
advisory committee comité consultatif
assigned questions (drill and practice) exercices
autonomous learner apprenant.e autonome
(independent learner, self-directed learner)
behavioural model modification du comportement (modèle de)
brainstorming remue-méninges
case studies études de cas
child development développement de l’enfant
classroom management gestion de la classe
classroom management rules and procedures règles et procédés de gestion de la classe
cloze procedure closure
common essential learnings (C.E.L.s) apprentissages essentiels communs(les AEC)
compare and contrast Comparaisons
component composante
comprehension skills habiletés de compréhension
computer-assisted instruction enseignement assisté par ordinateur
concept attainment acquisition de concepts
concept formation formation de concepts
concept mapping * schéma conceptuel
schématisation de concepts
conceptual base base conceptuelle
conducting experiments expériences
content contenu
context-based teaching enseignement contextuel
context-driven decisions décisions prises dans un contexte particulier
convergent thinking raisonnement convergent
cooperative learning apprentissage coopératif
cooperative learning groupes groupes d’apprentissage coopératif
* cooperative teaching (team teaching) * enseignement coopératif
enseignement en équipe
Core Curriculum tronc commun
correspondence lessons cours par correspondance
cross-age tutoring project projet d’enseignement par les pairs de
différents niveaux
curriculum programme d’études
curriculum content contenu du programme d’études
curriculum design conception de programme
curriculum development élaboration de programme d’études
Curriculum and Instruction programmes d’études et enseignement
Curriculum and Instruction Branch direction de programmes et de l’enseignement
Curriculum and Instruction Review étude des programmes et de l’enseignement
curriculum policies politique du programme d’études
data données
debates débats
decision makers ceux et celles qui prennent les décisions
deductive inquiry enquête déductive
demonstration démonstration
developmental level of the learner niveau de développement de l’apprenant.e
didactic questioning (didactic questions) questionnement didactique
didactic questions (didactic questioning) questionnement didactique
direct instruction enseignement direct
discussion discussion
discovery raisonnement divergent
drill and practice (assigned practice) exercices
educational environment environnement éducatif
educational goals buts de l’éducation
educational variables variantes éducatives
effective teaching pédagogie efficace
enrichment (extension) programme renforcé
renforcement
essay essai
compte rendu
rédaction
dissertation
experiential learning apprentissage expérientiel
explaining explication
explicit teaching enseignement explicite
extension (enrichment) programme renforcé
renforcement
feedback rétroaction
retour d’information
field trips excursions
sorties
fluency cohérence
focused imaging visulisation guidée
visulisation dirigée
foundation prémisse
foundational objectives objectifs généraux
games jeux
generic practices pratiques génériques
Goals of Education Buts de l’éducation
group investigation enquête de groupe
group work travail de groupe
grouping groupement
grouping arrangements façon de regrouper
guided inquiry enquête guidée
enquête dirigée
guides for reading, listening, viewing activités de pré-lecture, pré-écoute et
pré-projection
guidelines lignes directrices
“hands-on” experience expérience concrète
high level thinking processus mentaux de niveau élevé
homework devoirs
human resources ressources humaines
iconic learning apprentissage à partir des images
implementation implantation
independent learner apprenant.e autonome
(autonomous learner, self-directed learner)
independent learning apprentissage autonome
independent study étude indépendante
indirect instruction enseignement indirect
individual pacing rythme individuel
inductive inquiry enquête inductive
information processing model traitement de l’information (modèle de)
inquiry enquête
instruction (teaching) enseignement
pédagogie
instructional alternatives choix pédagogiques
instructional approches approches pédagogiques
approches d’enseignement
instructional decision-making prise de décision par rapport à l’enseignement
instructional framework infrastructure pédagogique
instructional judgements jugements pédagogiques
instructional method méthodes d’enseignement
instructional models modèles d’enseignement
instructional practice pratique de l’enseignement
(professional practice, teaching practice)
instructional skills (teaching techniques) techniques d’enseignements
interaction interaction
interactive instruction enseignement interactif
interactive process processus interactif
démarche interactive
interpersonal and social skills habiletés dans le domaine des relations
personnelles et sociales
interviewing entrevues
knowledge connaissances
laboratory groups groupes de laboratoire
learner apprenant.e
learner-centered axé sur l’apprenante
learning (activity) centre centre d’apprentissage
centre d’activités
learning activity package trousse d’activités
learning contract contrat
learning environnement (classroom climate) environnement pédagogique
learning experience expérience d’apprentissage
learning objectives objectifs spécifiques
learning outcomes résultats
résultats d’apprentissage
learning process (process of learning) démarche d’apprentissage
learning resources (student resource ressources
materials, resource materials)
learning style style d’apprentissage
learning style variance variante des styles d’apprentissage
lecture * exposé
enseignement magistral
life-long learner celui ou celle qui apprend tout au long de sa vie
life-long learning éducation permanente
formation permanente
locally-determined options cours choisis localement
management gestion
mental images images mentales
model (modelling) modéliser
servir de modèle
model building élaboration de modèles
modelling (model) servir de modèle
modéliser
non-print resources ressources non imprimées
ongoing student assessment évaluation formative
évaluation continue
ownership appropriation
panels table ronde
paraprofessional adjoint.e d’enseignement
peers pairs
peer coaching enseignement mutuel
peer tutoring enseignement par les pairs
peer tutoring project projet d’enseignement par les pairs
personal model développement de la personne (modèle de)
planning planification
positive interaction interaction positive
practical knowledge connaissances pratiques
practice and drill (assigned questions) exercices
print resources ressources imprimées
prior knowledge savoir préalable
probes questions pénétrantes
problem solving résolution de problèmes
procedure procédé
process processus
démarche
process of learning (learning process) démarche d’apprentissage
product of learning produit de l’apprentissage
professional development (staff development) développement professionnel
Professional Development Program programme de développement professionnel
Professional judgement jugement professionnel
professional practice pratique de l’enseignement
(instructional practice, teaching practice)
project projet
prompts questions incitatives
questioning questionnement
reading techniques techniques de lecture
redirecting techniques techniques d’orientation
reflective assessment évaluation réfléchie
reflective discussion discussion réfléchie
reflective process processus de réflexion
reflective thinking réflexion
reinforcement soutien pédagogique
remediation orthopédagogie
required areas of study domaines d’études obligatoires
research project projet de recherche
research skills habiletés de recherche
resource-based learning apprentissage à base de ressources
resource materials (student resource ressources
materials, learning resources)
role playing jeux de rôle
school division commission scolaire
scope and sequence table séquentielle (sous forme de tableau)
contenu notionnel (sous forme de texte)
self-directed learner apprenant.e autonome
(autonomous learner, independent learner)
self-reflection autoréflexion
sequence learning apprentissage séquentiel
sharing partage
simulation simulation
skills habiletés
social interaction model interaction sociale (modèle d’)
social skills habiletés dans le domaine des relations
sociales
staff development (professional development) développement professionnel
Staff Development Program programme de développement professionnel
step-by-step skills habiletés progressives
structured overview vue d’ensemble
student background vécu de l’élève
(student prior experiences) expériences(préalables) de l’élève
student-centered axé sur l’élève
student learning apprentissage
student prior experiences expériences (préalables) de l’élève
(student background) vécu de l’élève
student resource materials ressources
(resource materials, learning resources)
study skills techniques d’études
survey sondage
symbolic learning apprentissage par les symboles
synectics synectique
target population population cible
teacher background vécu de l’enseignant ou de l’enseignante
teaching-learning experience expérience d’enseignement et d’apprentissage
teaching-learning process démarche d’enseignement et d’apprentissage
teaching practice (institutional practice, pratique de l’enseignement
professional practice)
teaching style style d’enseignement
teaching techniques (instructional skills) techniques d’enseignement
team teaching (* cooperative teaching) * enseignement coopératif
enseignement en équipe
theoretical knowledge connaissances théoriques
thinking process (thought process) processus cognitif
processus mental
thought process (thinking process) processus cognitif
processus mental
time parameters date limite
échéance
tutorial groups tutorat en groupes
visualization visualisation
visualize visualiser
wait time période d’attente
whole class discussion discussion avec toute la classe